You are on page 1of 16

LES MEDICAMENTS AGISSANT SUR LE SNA Organisation du SNA

Transmission adrenergique: a. Médicaments interférant avec la synthèse des neuromédiateurs • a méthyl dopa (ALDOMET): Pour Syntétiser l’adrénaline, les glandes surrénale passe par les étapes suivantes: Phénylalanine -> Tyrosine -> dopa -> dopamine -> noradrénaline -> adrénaline. L’alpha méthyl dopa rentre en compétition avec la dopa et est transformé en améthyl-adrénaline qui ne s’accorche pas aux récepteurs. b. Médicaments interférant avec la libération des neuromédiateurs • Amphétamine; Etiléfrine: augmente le larguage de la NE. • Clonidine; Xylazine; Détomidine; Romifidine; Médétomidine: inhibe le largage de la NE par l’intermédiaire du récepteur a2. c. Médicaments interférant avec le métabolisme et le recyclage des neuromédiateurs • IMAO(antidépresseur)

• Cocaïne; Antidépresseurs tricycliques • Réserpine
1

d. Actions pharmacologiques sur les cellules cibles

alpha: excitateur béta: inhibiteur -> coeur: inversé

2

LES CATÉCHOLAMINES: ADRENALINE, NORADRÉNALINE, ISOPROPÉNOL, DOPAMINE

•effets: L’effet induit dépend : • du type de catécholamines: - Adrenaline: surtout béta, mais alpha également un tout petit peu - Noradrénaline: alpha (un tout p’tit peu B1 et B2) - Isopropénol: béta • de la dose: Adrenaline: Au niveau de certains vaisseaux, l’adrénaline peut être vasoconstrictrice et vasodilatatrice selon la dose administrée et le type de récepteurs. En effet, elle agit d’abord sur les récepteur béta, mais si on augmente la dose, elle agit alors egalement sur les récepteur alpha • de la voie d’administration: en IV ou en local-> pas mêmes effets • du tissu cible: Vaisseaux: -Adrenaline: VC peau,viscère, reins; VD cerveau,muscles,coronaires -Noradrénaline: VC -isopropénol: VD Muscles lisses: -Adrenaline: relaxation paroi du TD, des bronches, du pôle béta1 de la vessie, utérus. Contraction sphincter TD, rate, sphincter vessie. -Noradrénaline: contraction -isopropénol: relaxation • Absorption, métabolisme et élimination - A et NA sont mal absorbées per os et métabolisées par le foie; Iso est absorbé oralement de manière erratique -> Ces substances sont administrées par les voies SC, IM, IV et nébulisées - Les catécolamine sont éliminé soit par les urine, soit par captage neuronal. La cocaïne potentialise les effets des catécholamines du fait de l’inhibition du captage neuronal • Usage clinique Formes galénique: - Adrénaline : solution injectable; gouttes nasales et oculaires ; en association avec les anesthésiques locaux - Noradrénaline : solutions injectables; en association avec les anesthésiques locaux - Isoprotérénol : solution injectable (Isuprel ® ); tablettes Association avec les anesthésiques locaux: L’ adrénaline (mais surtout la noradrénaline) est associée (1/100.000) aux anesthésiques locaux pour limiter la diffusion de l’anesthésique et retarder son absorption. Risque de nécrose si les concentrations en catécholamines sont trop importantes.
3

Hémostatique local: Application locale d’une solution (1/20.000 - 1/100.000) sur les muqueuses nasales, anales, les conjonctives (chirurgie), le tissu sous-cutané ... Effet rebond possible Choc anaphylactique: Adrenaline inhibe l’effet cardiodépresseur et la vasodilatation-> rétablit la volémie

Hypotension: chirurgie spinale, administration d’anesthésique locaux par voie épidurale Bronchospasme et oedème pulmonaire aigu (allergie ...): administration par voie SC Arrêt cardiaque, bloc A - V: restaurer les contractions cardiaques (massage, choc électrique ...) isoprotérénol : infusion d’une solution à 5 mg/ml à la vitesse de 1 ml/min pour maintenir la FC à 80 cpm (chien). Ensuite, 0,1 mg/kg/ 4 h IM; 20 - 40 mg d’isoprotérénol dans le ventricule gauche si les phases prolongées de diastoles persistent (traitement héroïque !). Un bolus de 3 mg/kg peut être tenté en cas de bloc A-V complet. Glaucome: L’adrénaline exerce des effets pharmacologiques divers et opposés sur la pression intra-oculaire. L'adrénaline entre dans la composition de certaines préparations à usage humain et est indiquée pour le traitement du glaucome à angle ouvert. Mécanisme d’action: Phase 1 (première heure) diminution de la sécrétion de l’humeur acqueuse (HA) du fait de l’effetVC (a) et de la diminution de l’ultrafiltration au niveau des procès ciliaires.; Phase 2 (3ème h - 4ème h) : augmentation de la sécrétion du fait d’un effet b2 augmentation de l’ultrafiltration au niveau du trabeculum.; Phase 3 (traitement continu) : augmentation de l’écoulement (b2). Effets secondaires : hyperhémie conjonctivale, pigmentation conjonctivale, effets généraux possibles. Induction de la mydriase et action décongestionnante des conjonctives: PHENYLEPHRINE: mydriase; vasoconstriction conjonctivale; ne modifie pas la pression oculaire. • Toxicité: Fibrillation ventriculaire; Les digitaliques, les états d’hyperthyroïdie, les anesthésiques volatils halogénés, les barbituriques potentialisent les effets cardiaques (contre-indications); Anévrisme (hypertension); Ischémie cardiaque et augmentation de la consommation de l’O2 par le myocarde (les insuffisances cardiaques valvulaires sont des contre-indications); Nécrose locale.
4

• DOPAMINE: inotrope + bloqué par le propranolol; vasoconstriction bloquée phentolamine; vasodilatation bloquée par l’halopéridol

par la

1 - 9 mg/kg de dopamine chez le chien induit une hypotension légère; VD de l’artère rénale; une augmentation du débit rénal; un effet inotrope et chronotrope +; un effet VD cérébrale, coronaire et mésentérique. En cas de choc cardiogénique ou hypovolémique, la stimulation sympathique induit une ischémie rénale et digestive relative. La NA et A renforcent ces effets. La dopamine est cardio-stimulante et améliore la perfusion dans ces zones. Posologie : 1 - 10 mg/ kg/min (IV) • DOBUTAMINE (DOBUTREX ®): catécholamine synthétique; effet inotrope + marqué (b1); effet chronotrope peu marqué (b1); effet vasodilatateur peu marqué (b2); l’isoprotérénol, fortement tachycardisant, accroît la consommation en O2 et induit une VD importante la dobutamine a donc l’avantage d’un effet plus spécifiquement inotrope +

5

LES AGONISTES ADRÉNERGIQUES NON CATÉCHOLAMINIQUES LES AGONISTES ALPHA 2 ADRÉNERGIQUES: CLONIDINE (Catapressan ®), XYLAZINE (Rompun ®), DETOMIDINE (Domosédan ®) , MEDETOMIDINE (Domitor ®) ROMIFIDINE (Sédivet ®) •Profil pharmacodynamique: spécificité pour les récepteurs a2 adrénergiques pré-et postsynaptiques; affinité plus marquée des agonistes plus récents pour les récepteurs a2 (médétomidine, détomidine et romifidine) expliquant la puissance de ces substances; spécificité plus importante pour les récepteurs a2 ( médétomidine) •Profil pharmacocynétique: -XYLAZINE : t1/2 abs: 2,8 - 5,4 minutes, t1/2 dist: 1,2 - 6 minutes, Vd: 1,9 - 2,7 L/kg; t1/2 b : 50 minutes (cheval), 36 minutes (bovin), 30 minutes (chien) métabolisme hépatique (+ de 20 métabolites). Certains seraient actifs chez les bovins, ce qui expliquerait la prolongation des effets (diurèse, atonie digestive, sédation ...) pendant 36 h. -MEDETOMIDINE : Vd : 2,8 - 3,5 L/kg; biodisponibilité absolue = env. 100 % (celle de la xylazine est plus faible et variable 50 - 90%); t1/2 b : 1 - 1,2 h (chien) 1 - 1,5 h (chat) -DETOMIDINE: t1/2 b : 1,85 h (cheval) 18,6 h (vache) -ROMIFIDINE: t1/2 b : 37 h (cheval) -ATIPAMEZOLE (antagoniste a2) : t1/2 b : 2,6 h (chien); Tmax : 10 - 15 minutes • mécanisme d’action : au niveau pré-synaptique : inhibition de la libération de la noradrénaline, de l’Ach., de la 5HT ...; au niveau post-synaptique : effet excitateur Répartition et rôles des récepteurs a2: -Pré-synaptique: Inhibition de la libération des médiateurs -Cellulaires musculaires lisses: Contraction -Tisseux adipeux: Inhibition de la lipolyse -Cellules b des ilots de LangerhansInhibition de la libération d’insuline -Plaquettes agrégation -Cellules juxtaglomérulairesInhibition de la libération de rénine •effets: - sédatifs (inhibition de la libération de NA dans la formation réticulée) - myorelaxants (inhibition de la libération de NA dans la formation réticulée) - analgésiques surtout au niveau viscéral (effet médullaire : inhibition de la libération de la SP au niveau des voies afférentes nociceptives) - D’abbord hypertenseurs (stimulation des récepteurs post-synaptiques) puis hypotenseurs (modification de l’équilibre neuro-végétatif en faveur du système parasympathique (effet central) et inhibition de la libération de NA dans les nerfs périphériques

- bradycardisants et inducteurs de blocs cardiaques (effets bloqués par l’atropine) •toxicité: Ils induisent des contractions des sphincters digestifs et une relaxation de la musculature lisse intestinale; de l’hypoxie, de la bronchoconstriction et de la dyspnée (chez
6

les ruminants); de l’hyperglycémie et une diminution de l’insulinémie.; des vomissements chez les carnivores; du tympanisme: a2: paralysie du rumen; a1: contraction des sphincters; Cet effet est levé par les a bloquants; des avortements; une dérégulation de la thermorégulation; une augmentation de la diurèse chez les ruminants; antagonistes : atipamézole (Antisédan® ), yohimbine, tolazoline CHEVAL:

BOVINS: Grande sensibilité (0.05 mg/kg - 0.2 mg/kg xylazine); Effets secondaires prolongés; Tympanisme (mise à jeun et sonde gastrique); Avortement; Diurétique (mise en garde chez les animaux déshydratés);Injection épidurale 0.05 mg/kg pour l’induction d’une analgésie caudale et périnéale mais accompagnée d’une sédation et d’une dépression cardio-vasculaire que la tolazoline (0.30 mg/kg) supprime •Usage clinique : - sédation (contention); - myorelaxation (chirurgie); - analgésie viscérale (chirurgie, colique); - utilisés en association avec les anesthésiques (la médétomidine possède un effet d’épargne très important); - médétomidine (effet bradycardisant et hypotenseur) peut être associé à la kétamine (effet tachycardisant et hypertenseur). Après l’administration d’atipamézole, des crises convulsives peuvent se manifester du fait de la kétamine (chien et chat); - éventuellement comme émétisant (chien, chat) - induction du réveil et antidotes : atipamézole (t1/2 b plus longue que celle de la médétomidine); yohimbine;tolazoline -xylasine: transport des elephants •contre-indication: diabète sucré; insuffisance cardiaque; choc et hypotension; affections respiratoires; obstruction urinaire; insuffisance rénale et hépatique; stase intestinale; hernie diaphragmatique; gestation; utilisation d’autres substances neuro-végétatives sauf exception (atropine, a2 antagonistes); pharmacovigilance pour les oedèmes pulmonaires. LES AGONISTES ALPHA ADRÉNERGIQUES: PHÉNYLÉPHRINE: agoniste a1 adrénergique; agent vasoconstricteur sans effet cardiaque direct; utilisée comme décongestionnant nasal et conjonctival; la phényléphrine peut provoquer de la mydriase, une vasodilatation locale secondaire. Dans certains cas, la mydriase est souhaitée mais est contre-indiquée dans un cas de glaucome à angle fermé. BRIMONIDINE, APRACLONIDINE, DIPIVÉFRINE: a-agoniste : diminution de la production de l'HA PHÉNYLPROPANOLAMINE (1,5 mg/kg PO 2 x / j) indiquée pour le traitement symptomatique de l’incontinence urinaire (insuffisance du sphincter) comme thérapeutique de 2ème choix après l’hormonothérapie ( chien ). Effets secondaires hypertension, bradycardie-> adapter la dose à chaque cas. La stérilisation peu amener: Diminution de la pression d'obturation de l'urètre; Atrophie de l'épithélium de l'urètre; Diminution de sensibilité de l'urètre à la stimulation adrénergique.
7

LES AGONISTES BETA ADRÉNERGIQUES: CLENBUTÉROL; CIMATÉROL; SALBUTAMOL; TERBUTALINE; FÉNOTÉROL Le prof n’inciste pas! • Les effets: -Effets métaboliques : effet répartiteur (diminution de la dégradation des protéines musculaires et augmentation de la lipolyse ) + effet thermogène (découplage de la phosphorylation oxydative) -vasodilatation et tachycardie (réflexe et directe):tachycardie peut être le résultat d'un réflexe sympathique déclenché par l'hypotension et d'un manque de spécificité des agonistes b2-adrénergiques aux doses élevées. -Effets sur le système respiratoire : bronchodilatation; stabilisation des mastocytes; réduction de l’augmentation de la perméabilité vasculaire induite par les amines vasoactives; augmentation des sécrétions bronchiques et fluidification; synergie avec les glucocorticoïdes; augmentation de l’activité ciliaire -effet tocolytique - tremblements musculaires -stimulation de la production de mucus au niveau gastro-intestinal (effet protecteur vis-à-vis des ulcères) • Pharmacocinétique du clenbutérol: substance lipophile; biodisponibilité suffisante pour être administrée per os malgré une absorption partielle et un effet de premier passage au niveau du foie notamment; administré par voie IM, IV et par inhalation • Usage clinique ( réglementé par Dir. 96/22/CE): “ L’administration de substances b agonistes est interdite. Par dérogation, ... les états membres peuvent autoriser : 1)l’ administration à des fins thérapeutiques de médicaments vétérinaires contenant : a)... des substances b - agonistes à des équidés ou à des animaux de compagnie pour autant qu’ils soient utilisés conformément aux spécifications du fabricant. b) ... des substances b agonistes, sous forme d’injection pour l’induction de la tocolyse chez les vaches parturientes.” COPD chez le cheval, bronchiolites obstructives accompagnées d’un bronchospasme formes galéniques : sirop, granulés, solution injectable (Clenbutérol®) sudation, tremblements et tachycardie en cas de surdosage l’association avec les corticoïdes potentialisent l’effet vasodilatateur, 0,8 mcg/kg 2 x / j antidote : b - bloquants efficacité variable en fonction de l’âge, de l’état pathologique, de la voie d’administration. L'accroissement de la posologie permet de recruter davantage de chevaux répondeurs. Tocolyse en vue de retarder la parturition ou de favoriser les manoeuvres obstétricales: -clenbutérol (Planipart®) chez les bovins (10 ml IV/IM) et les moutons (7ml IV/IM) -isoxuprin (Duphaspasmin®) chez les bovins et le cheval (20 ml IM), le porc (4ml), mouton et chèvre (4ml) chien et chat (0,2 - 0,4 ml) (tocolyse) -interaction possible avec les anesthésiques locaux ( augmentation de la VD), les autres agents agissant sur le SNA et l’ocytocine, l’ergométrine …) DIVERS: AMPHETAMINES: stimulation du SNC; augmentation de Pd et Ps donc diminution de la fréquence cardiaque; diminution de l’appétit; augmentation des performances physiques (intellectuelle); analeptique cardio-respiratoire; ex. : chien / surdosage aux barbituriques 4 mg/kg IV. Attention: après un traitement prolongé, dépression profonde.

8

LES ALPHA-BLOQUANTS • Les effets sur la pression artérielle chez un sujet normal sont limités • Les effets VD apparaissent chez les sujets dont le système sympathique est sollicité (hypertension, choc, insuffisance cardiaque ... ) • Effet relaxant sur la 3ème paupière PHÉNOXYBENZAMINE (A1 ET A2) 0,25 mg/kg PO 2 x / j pour la réduction du spasme urétral. La phénoxybenzamine (lève contraction sphincter) peut être associée au betanécol (contraction musc. vésicale) pour stimuler la tonicité de la vessie TOLAZOLINE (A1 ET A2) antidote des agonistes a2- adrénergiques; réduction du tympanisme chez les bovins traités à la xylazine ATIPAMÉZOLE ET TOLAZOLINE antidotes des agonistes a2- adrénergiques; induction du réveil induit par les agonistes a2 - adrénergiques. PRAZOSIN (MINIPRESS ® ) a1 - bloquant; moins tachycardisant que les a - bloquants; vasodilatateur artériel et veineux. Comparaison des effets cardio-vasculaires des a et a 1 bloquants: les alpha 1 bloquants induisent de l’hypotension du fait du blocage des récepteurs alpha 1 vasculaires; l’action centrale des alpha bloquants renforce le tonus sympathique; le blocage des récepteurs alpha 2 présynaptiques aboutit au même résultat L’hypotension induite par les alpha 1 bloquants entraîne de la tachycardie, d’autant plus importante avec les alpha bloquants du fait de leur effet stimulant sur la libération des catécholamines.les alpha1 bloquant induisent une perte du réflexe orthostatique moindre que celle obtenue avec les a - bloquants

• utilisation clinique: Prazosin est indiqué chez le chien en cas d’insuffisance cardiaque congestive et d’hypertension ; peut être associé aux diurétiques; administré 1/2 dose en début de traitement pour éviter l’induction d’une hypotension

9

LES B - BLOQUANTS OU ANTAGONISTES B - ADRÉNERGIQUES: PROPRANOLOL(INDÉRAL ®); CARAZOLOL (SUACRON ®); TIMOLOL (BLOCADREN ®); ATÉNOLOL (TÉNORMIN ®) •Effets : - antagonistes compétitifs - bradycardie surtout lorsque le système sympathique est sollicité

Certains b-bloquants possèdent des propriétés intrinsèques b2-stimulantes. Leurs effets cardio-vasculaires sont moins marqués. Ils maintiennent la perfusion périphérique qui est diminuée avec les b - bloquants purs. Certains b-bloquants, cardio-sélectifs (b1 ), ont des effets moins accusés que les non cardiosélectifs au niveau bronchique et métabolique (hypoglycémie) et préservent la vasodilatation d'origine sympathique. - Augmentation de la pression capillaire pulmonaire. - Diminution de la sécrétion de la rénine. - Bronchospasme. - Hypoglycémiant ( diminution de la glycogénolyse hépatique). - Diminution de la pression intra-oculaire en cas de glaucome à angle ouvert (réduction de la production de l’humeur aqueuse par les procès ciliaires). - Réduction de l’agrégation plaquettaire. •Contres-indications:

10

•Application: Le propranolol peut être administré per os mais les doses sont élevées du fait d’un effet de premier passage dans le foie. - Hypertension artérielle (homme) - Fibrillation auriculaire, tachycardie supra-ventriculaire et ventriculaire notamment en cas d'intoxication par les digitaliques - Bradycardie Buts : diminution de la FC < 160 /min, augmentation du débit cardiaque augmentation de la Pa. Traitement : digitalisation (inotrope + et chronotrope - ); association éventuelle avec propranolol lorsque l’insuffisance cardiaque est contrôlé (effet sur la conduction et prévention de l’hypertrophie compensatrice). - Hyperthyroïdie chez le chat But : diminution de la tachycardie sinusale et arythmie ventriculaire -Accouplement, mise-bas, stress, transport (respecter les temps d’attente) chez le porc >Carazolol (Suacron®)-> Diminution du syndrome P.S.E.

11

PHARMACOLOGIE CHOLINERGIQUE

Les récepteurs muscariniques (M1, M2, M3, M4, M5) - Récepteurs post-synaptiques: Excitation (cellules musculaires lisses, cellules glandulaires) ou inhibition (cellules myocardiques) - Récepteurs entothéliaux: Vasodilatation due à la libération du NO - Inhibition de la libération des neuromédiateurs (Ach) Les récepteurs nicotiniques • Récepteurs N2: plaque neuromusculaire -> contraction des muscles squelettiques striés • Récepteurs N1: -ganglions sympathiques -> effets sympathicomimétiques -ganglions parasympathiques-> effets parasympathicomimétiques -SNC->excitation L’ ACÉTHYLCHOLINE Effets muscariniques: -Vasodilatation artérielle; -Effets chronotrope et inotrope négatifs (bradycardie, bloc SA et AV); -attention! au niveau des oreillettes :diminution de la vitesse de conduction; diminution de la durée des potentiels d’action; diminution de la période réfractaire effective; fibrillation et aggravation des tachy-arythmies sans effet sur les ventricules du fait de la diminution de conductivité du noeud A-V -Augmentation des sécrétions digestives et respiratoires -Stimulation des muscles lisses gastro-intestinaux, vésicaux, bronchiques, utérins Effets nicotiniques (N1) -Excitation du SNC (convulsions) si l’Ach est injectée dans le SNC -Effets ganglionaires débouchant sur des effets muscariniques et adrénergiques -Effets sur la surrénale (libération des catécholamines) Effets nicotiniques (N2): Excitation de la plaque neuro-motrice au niveau des muscles striés squelettiques

12

PARASYMPATHICOMIMÉTIQUES DIRECTS : CARBACHOL, MÉTHACHOLINE, BÉTACHOLINE BÉTACHOLINE: atonie vésicale (parfois associée à la phénoxybenzamine) CARBACHOL: atonie digestive; traitement de 2ème choix après les thérapies plus classiques (laxatifs...); contre-indiqué en cas d’obstruction du TD PILOCARPINE (ALCALOÏDE NATUREL): agoniste de type muscarinique; application locale au niveau de l’oeil-> glaucome à angle fermé: la contraction pupillaire ouvre l’angle et permet l’écoulement de l’HA vers le canal de Schlemm. Glaucome à angle ouvert : l a contraction du muscle ciliaire ouvre les mailles trabéculaires et facilite l ’élimination. une élévation paradoxale de la PO peut être observée en cas d’accolement de l’iris sur le cristallin (appliquer de la phényléphrine) la pilocarpine est contre-indiquée en cas de luxation du cristallin, d’uvéite et d’inflammation intra-oculaire. en cas de surdosage, des effets généraux sont possibles; la pilocarpine est parfois associée à des sympathicomimétiques (récepteurs a = diminution de la production de l’HA) la pilocarpine peut provoquer la VD (oeil rouge) et augmenter la production de larmes. LES PARASYMPATHICOMIMÉTIQUES INDIRECTS Les inhibiteurs de la cholinestérase, en bloquant le métabolisme de l’Ach, augmentent la concentration locale en neuromédiateur. Physostigmine, néostigmine, édrophonium et les carbamates sont des inhibiteurs réversibles. Les organo-phosphorés induisent une inhibition irréversible. •effets: • muscariniques : bradycardie, bronchoconstriction, hypersecrétion digestive et respiratoire, myosis, diarrhée, vomissement, hypotension • Effets nicotiniques : tachycardie, mydriase, contractions musculaires (apparaissent aux doses plus élevées) • Effets SNC (surtout marqués avec les organo-phosphorés qui sont plus liposolubles que les autres composés) : excitation, convulsions. • Pharmacocinétique: Le Foie est surtout détoxifiant (effet de premier passage en cas d'ingestion) mais joue un rôle activateur dans le cas des organo-phosphorés soufrés ( parathion); SNC et poumon : activation des OP soufrés, cibles pour le paraoxon (Pox).

• Usage clinique: PHYSOSTIGMINE : - myosis et réduction de la pression intra-oculaire . L’effet, d’une durée de 24 heures peut être antagonisé de manière alternative avec l’atropine pour empêcher les synéchies. - atonie du rumen sans obstruction.
13

ORGANO-PHOSPHORÉS : insecticides, anti-parasitaires (le dichlorvos est maintenu reconnu pour ses propriétés mutagènes). •Toxicologie: - Par l’intermédiaire des récepteurs M: Effets muscariniques +avortements - Par l’intermédiaire des récepteurs N1: Effets adrénergiques et muscariniques + effets centraux - Par l’intermédiaire des récepteurs N2: Stimulation de la plaque motrice - Neurotoxicité retardée: Paralysie progressive

Physostigmine, OP, Carbamates : excitation puis dépression du SNC + symptômes périphériques. Néostygmine : ne passe pas la barrière HE. Interactions : - substances interférant avec le SNA, substances renforçant le tonus vagal. - neuroleptiques (phénothiazine) capables d’inhiber les AchE, - inhibition possible du cyt P450 et modification du métabolisme d'autres substances métabolisées par le système MFO. Neurotoxicité retardée : démyélisation progressive des nerfs moteurs accompagnée d’une paralysie progressive et ascendante (malathion, diméthoate, diazinon...). Antidotes: les parasympathicolytiques:

Atropine (antagoniste compétitif des récepteurs muscariniques); posologie : atropinisation Pralidoxime (2-PAM) : permet de réactiver l’AchE - inactivée à condition d’instaurer le traitement rapidement (avant 24 heures) car l’enzyme vieillit. Le 2-PAM est inefficace contre les carbamates voire contre-indiqué. Le 2-PAM peut être associé à l’atropine.

14

LES PARASYMPATHICOLYTIQUES ATROPINE ET LA SCOPOLAMINE : alcaloïdes naturels extraits des Solanacées. antagonistes compétitifs des récepteurs M1, M2 et M3. • Effets: atonie digestive; diminution des sécrétions bronchiques et digestives; bronchodilatation (30 mg SC chez un cheval atteint de COPD induit une bronchodilatation). stabilisation des mastocytes; mydriase; rétention urinaire; excitation du SNC suivie de coma aux doses élevées; les ruminants sont plus résistants que les carnivores à l’atropine. • Usage clinique: -antispasmodique (TD, uretères, bronchioles, canal biliaire...). -en pré-anesthésie pour réduire les sécrétions bronchiques et diminuer les décharges vagales surtout chez les carnivores. Chez les bovins et le cheval, l’atonie du rumen et la stase du système GI limite l’emploi de l’atropine. - mydriase utile pour l’examen de l’oeil (contre-indication : glaucome). -bradyarythmies, bloc S-A (0.04 mg/kg IV pour initier un traitement de fond avec d’autres substances antiarythmiques). -contre-indications : stase GI, obstruction et stase vésicale, troubles du rythme cardiaque, glaucome à angle fermé. GLYCOPYRROLATE: ammonium quaternaire de synthèse possédant des propriétés antimuscariniques. ne diffuse pas dans le SNC; effets cardiaques moins marqués; utilisé en préanesthésie à la dose de 10 µg/kg SC, IV, IM chez le chien et le chat. IPRATROPIUM: sélectivité marquée pour le système respiratoire; peu d’effet sur les sécrétions bronchiques; sélectivité accrue de par son mode d’administration (aérosol-thérapie); utilisé chez l’asthmatique et chez le cheval. LES NICOTINIQUES LA NICOTINE: alcaloïde naturel, agoniste des récepteurs nicotiniques; excitant puis dépresseur du SNC; Contraction musculaire mais paralysie aux doses plus élevées du fait de son action dépolarisante permanente; tachycardisant ou bradycardisant selon le système activé; diarrhée, vomissement. les antagonistes ne sont pas importants en médecine vétérinaire. PHARMACOLOGIE DU MONOXYDE D ’AZOTE L ’effet vasodilateur de la nitroglycérine est connu depuis longtemps. Elle agit en libérant du NO comme le nitroprusside. Le monoxyde d  ’azote est synthétisé dans l  ’organisme: arginine-> citrulline + NO.Cette réaction est catalysée par la NO-synthétase (NOS). On distingue :les NOS constitutives (SNC, nerfs périphériques, endothélium) et les NOS inductibles intervenant au cours de la réaction inflammatoire (macrophages, PMN, fibroblastes…) et activées par certaines cytokines (INFG, TNFa, IL1), LPS de bactéries GRAM Traitement de la fourbure : Diminution de la coagulation intra-vasculaire disséminée : anticoagulants. Augmentation de la capture des radicaux libres (DMSO) et de la production par les neutrophiles (phénothiazines) Diminution de la vasoconstriction. Insuffisance cardiaque congestive Hypertension pulmonaire (cheval de sport); COPD

15

16