You are on page 1of 35

OFPPT

sa

Réalisé par : DAHIRI Ahmed

Encadré par : Mr. EL MAJJAOUI Mohammed

Département : Système d’Information.

Période de stage : Du 11/10/2010 Au 31/10/2010

-1-
OFPPT

Remerciements……………………………………………………………………………………………………………………………………………3

Introduction………………………………………………………………………………………………………………………………………………..4

PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LAFARGE

I - PRESENTATION DU SECTEUR CIMENTIER AU Maroc…………………………………………………..6

A -Perception du marché cimentier au MAROC……………………………………………………………………………….6

B -Les entreprises opérantes dans le secteur cimentier au MAROC……………………………………..7

C -Les parts du marché……………………………………………………………………………………………………………………………7

D – Les étapes de production du ciment…………………………………………………………………………………………….8

II - PRESENTATION DU GROUPE LAFARGE…………………………………….…………………………………………9

A – Les produits LAFARGE………………………………………………………………………………………………………………………9

B – La présence LAFARGE dans le monde……………………………………………………………………………………….10

III – PRESENTATION LAFARGE MAROC……………………………….................................12

A – Historique……………………………………………………………………………………………............................12

B – Organigramme juridique ………………………………………………………………..…………………………………………….13

C – Actionnaires ……………………………….………………………………………..……………..........................15

-2-
OFPPT
DEUXIEME PARTIE : LAFARGE ET L’ENVIRONNEMENT

Introduction……………………………………………………………………………………………….….………………………………………..17

I – UN ENGAGEMENT DANS LA LUTE CONTRE LE CHANGEMENT


CLIMATIQUE……………………………………………………………………………………………….
………………………………………..18

A – Emission de CO2…………………………………………………………………….…………………………………………………………18

B – Leviers de réduction……………………...……………………………..…………………………………………………………….18

C – Efficacité énergétique…………………………………………….……………………………………………………………………..18

D – Substitution de matières premières…………………………….…………………………………………………………….19

E – Substitution énergétique………………………………………………………………………………………………………………….19

F – Engagement……………………………………………………………………………………………………………………………………………19

II – UNE POLITIQUE DE REAMENAGEMENT EN FAVEUR DE L’ENVIRENEMENT ET DE


LA
NATURE………………………………………………………………………………………………………………………………………………..20

III – DEPLOYER UNE STRATEGIE POUR LA REHABILITATION…………………………………………...21

ECOLOGIQUE DES CARRIERES

Convention………………………………………………………………………………………………..………………………………………………….22

Engagement pour l’incinération et la valorisation des pneus…………..…………………………………………..22

Charte de développement durable…………………………………………..….……………………………………………………..22

IV – PROTECTION

PROTECTION DE L’AIR………………………………………………………………………...............................23

- Politique……………………………………………………….……………………………………………............................23

- Oxydes d’azote………………………………………………………………………….………………….........................23

- Poussières …………………………………………………………………………………………..……….………………………………..24

- Oxydes de soufre polluants………………………………………………………..............................24

-3-
OFPPT
-protection DE L’EAU……………………………………………………………………………….…......................25

- Consommation……………………………………………………………. …………………………….….....................25

- Impact sur les zones humides…………………………………………………………………......................26

ECONOMIE DE RESSOURCES…………………….…………………………………………………………………………………..26

- Energie………………………………………………………………………………………..……………….......................26

- Matières minérales…………………………………………………………………..……………………………………………………..27

- Déchets de production………..………………………………………………………………….......................28

- Département Systèmes d’Information au sein de Lafarge……….........................29

-Taches effectuées durant le stage …………………………………………………………………………………………….29


-conclusion……………………………………………………………………………………………………………………………………………..30

Je tiens à remercier gracieusement Mr Mohammed El MAJJAOUI

-4-
OFPPT
« Administrateur Réseau & Bureautique », mon tuteur de stage, de m’avoir permis de

Compléter ma formation et pour le pour le temps qu’il ma consacrer.

Je remercie plus particulièrement Mr Salah-eddine DARHOUANE « Responsable

Système »ainsi que Mr Abdelali MASSANI «Administrateur Système & Messagerie», pour

Leur aide précieux et le temps qu’ils ont pu ma consacrer.

Et je veux également remercier toutes les personnes travaillant à Lafarge Maroc pour

Leurs collaborations, et surtout ceux appartenant au Département Système d’Information.

pour tester nos connaissances professionnelles, il est indispensable de passer par un stage
dans une entreprise afin d’améliorer et de développer notre savoir faire et savoir être.

-5-
OFPPT
Ce stage est une occasion pour découvrir le monde de travail, la mise en application des
concepts et principes de base acquises pendant la formation et comparer entre le côté
théorique et le côté pratique.

Ce dernier m’a fait découvrir un monde nouveau : le monde de travail avec ses avantages et
ses inconvénients ses facilités et ses contraintes.

Ce stage au Siège de LAFARGE CIMENT m’a permis d’acquérir de nouvelles connaissances


qui seront pour moi un atout complémentaire aux théories déjà acquises.

Il est donc une phase active à faire connaître de près aux stagiaires le milieu dans lequel
ils seraient amenés à évoluer après la fin de leurs études, il leur permet de confronter
les réalités pratiques observées au sein de l’entreprise à celles théoriques déjà
acquises.

-6-
OFPPT

I- PRESENTATION DU SECTEUR CIMENTIER AU MAROC

-7-
OFPPT
L’ACTIVITE CIMENTIERE MAROCAINE :

L’industrie cimentière nationale se compose de 5 entreprixses (LAFARGE ,CIMAR, HOLCIM,


ASMENT et CIMAT) exploitant un total de 10 usines pour une capacité de production
de 10 millions de tonnes.

Ventes au Maroc : 7.8 millions de tonnes.

Ventes à l’export : 232 milles tonnes.

Dépenses liées à l’environnement : 417 millions de DH.

Chiffre d’affaires : 4400 millions de DH.

PERCEPTION DU MARCHE CIMENTIR AU MAROC

Le marché cimentier marocain se caractérise par des paliers se succédant à des périodes de
forte expansion. Ces évolutions sont intimement liées aux besoins nationaux en matière
de logements et d’infrastructures de base.

Entre 1973 et 1980 la consommation du ciment a plus que doublé passant de 1.5 millions de
tonnes à 3.5 millions de tonnes. Concernant la période 1980-1990, le taux de
croissance annuel moyen s’est situé à 7.9 %.

La progression des ventes de ciment entre 1995 et 1998 a enregistré une moyenne annuelle
de 2 %. L’année 1999 a connu cependant, une nette amélioration des ventes atteignant
un global de 7.18 millions de tonnes, soit une croissance de 10 % par rapport à 1998.
En fin juin 2000, les ventes globales du ciment ont atteint 3.28 millions de tonnes, soit
un niveau sensible équivalent à celui de la même période de l’année 1999.

L’exportation du Clinker et du ciment a connu un démarrage en 1997. En 2000, l’exportation


du ciment et du Clinker a atteint respectivement 43000 et 189000 tonnes.

En fin de décembre 1999, la capacité nominale de l’ensemble des unités de production a


totalisé 10 millions de tonnes. Ces unités ont fait l’objet, à partir de 1996, d’un vaste
programme de reconversion du système de chauffe des fours. Ainsi, le charbon et le
coke du pétrole ont été introduits dans l’industrie cimentière dans le cadre de la
diversification des sources d’approvisionnement et de l’indépendance vis à vis du pétrole
dont le coût à l’époque fluctuait dangereusement.

-8-
OFPPT
Ces usines connaissent actuellement d’importants travaux de mise à niveau technologique
visant notamment l’optimisation de la production, l’amélioration

des performances et la protection de l’environnement. Après la réalisation de ce programme


étalé sur 3 ans, la capacité de production du ciment sera de 11 millions de tonnes.

B. LES ENTREPRISES OPERANTES DANS LE SECTEUR CIMENTIER AU MAROC

Quatre entreprises de l’industrie marocaines opèrent dans ce domaine :

LAFARGE MAROC, leader cimentier avec 41% des parts du marché, possédant quatre
usines ; BOUSKOURA, MEKNES, TANGER et TETOUAN.

CIMAR, filiale du cimentier «Ciments Français » (ITALCIMENTI) qui détient 28% des parts
du marché. Sa vente est présente à Safi, à Agadir et à Marrakech (régions situées au
Sud du Maroc)

HOLCIM, filiale du cimentier suisse HOLDERBANK qui détient 22% des parts du marché,
possédant deux usines, l’une à Oujda et l’autre à Fès, et un centre d’ensachage à
Casablanca.

ASMENT, quatrième cimenterie au Maroc, elle est gérée par le cimentier portugais Cimpor
depuis 1996. Elle est située à Temara.

-9-
OFPPT

Les parts de marché des


cimenteries

CIMAR
LAFARGE 28%
41%

ASMENT HOLCIM
9% 22%

C- LES PARTS DU MARCHE

- 10 -
OFPPT
D - LES ETAPES DE PRODUCTION DU CIMENT

II- PRESENTATION DU GROUPE LAFARGE

Créée, il y a plus de 170 ans ( en 1833 ), l’histoire de LAFARGE a été marquée par une
forte expansion ainsi que par l’élargissement de ses activités.

Aujourd’hui, elle occupe la position de leader notamment dans les matériaux de construction.
Le groupe emploi 66000 collaborateurs dans 65 pays et réalise un chiffre d’affaires
approximatif de 64 milliards de FRR soit 103 milliards de dirhams.

Son siège social est situé à Paris et le titre du groupe est côté sur les places de Paris,
Londres, Francfort et Madrid. Actuellement, avec plus de 5000 produits, l’offre du
groupe est la plus étendue et la plus variée du secteur. De plus, le groupe LAFARGE
intervient à toutes les étapes de la construction.

- 11 -
OFPPT
A-ES PRODUITS LAFARGE SONT LES SUIVANTS:

Le Ciment : utilisé pour le bâtiment, pour l’entretien, et pour la rénovation. Il en existe une
large gamme conçue pour la maçonnerie ainsi que pour des ouvrages nécessitant des
performances exceptionnelles : ciments à fumée de silice, ciments spéciaux, produits
destinés à la route, chaux et liants hydrauliques…30 % du chiffre d’affaires, n° 2
mondial.

Le Béton : Il offre une multitude et de combinaisons de formes, de textures...

Gamme : béton prêt à l’emploi, bétons spéciaux, mortiers prêts à l’emploi, mortiers secs…13
% du chiffre d’affaires, n° 2 mondial.

Le Granulat : assure un rôle primordial dans la résistance et dans l’aspect esthétique du


matériel fini.

Gamme : sables, graviers, enrochements…22 % du chiffre d’affaires, n° 2 mondial.

La toiture : tuile béton, terre cuite, accessoires de couverture et système d’écoulement


d’eau…19 % du chiffre d’affaires, n° 2 mondial.

Le Plâtre : plaques complexes, plaques et carreaux, plaques spéciales…un des dix premiers
mondiaux.

Les matériaux de spécialités : enduits de façade, colle et ragréages de sols, mortiers


spéciaux…10 % du chiffre d’affaires, n° 1 mondial des aluminates et monolithiques.

B-LA PRESENCE LAFARGE DANS LE MONDE

LAFARGE est présente dans le monde entier et ses filiales ne cessent de développer leur
productivité grâce aux investissements visant la consolidation du groupe à travers la motivation
de ses collaborateurs.

- 12 -
OFPPT

Centre
Europe
Turquie
Europe de
Amérique
du l’Ouest
Maroc
Nord Asie
Est
Méditerranéen

Ocean
Amérique
EUEue
Latine

Afrique

C’est ainsi que le groupe est présent en :

FRANCE : LAFARGE dispose de 12 usines, 11 cimenteries, 1 usine de chaux, 4 stations de


broyage et 1 centre de recherche et de formation.

EUROPE CENTRALE ET C.E.I : LAFARGE dispose dans cette zone des réseaux de 11
cimenteries situées en Allemagne, Autriche et Pologne.

BASSIN MEDITERRANEEN : LAFARGE dispose dans les pays du bassin méditerranéen de


15 cimenteries. Ce dispositif industriel fait du groupe un acteur majeur dans la région.
Le volume vendu en 1999 par les sociétés intégrées dans la zone s’élève à 9.7 millions
de tonnes soit une augmentation de 17 % par rapport à 2000.

Les filiales de LAFARGE sont installées en Espagne, Italie, Turquie et au Maroc.

- 13 -
OFPPT

AMERIQUE DU NORD : Les activités cimentières comprennent 14 cimenteries situées aux


U.S.A ( 8.7 millions de tonnes de ventes / 1997).

Au BRESIL (35 millions de tonnes des ventes / 1999) et au VENEZUELA.

AFRIQUE ET ASIE : Avec trois usines en Afrique, deux en Asie et une flotte de 8
bateaux naviguant dans l’océan indien. ( Cameroun, Chine…). LAFARGE détient un
dispositif lui assurant des positions importantes dans

cette zone. Les volumes vendus par les sociétés intégrées s’élèvent à 6

millions de tonnes soit une hausse de 11 % par rapport à 1998.

III- PRESENTATION DE LAFARGE MAROC

A-HISTORIQUE :

En 1930, LAFARGE s’est implantée au Maroc et a créé la première cimenterie du pays à


Casablanca. Quelques années plus tard. LAFARGE s’est développée et a créé une
deuxième cimenterie à Meknès.

Entre 1982 et 1984, le groupe a fait l’acquisition de 2 cimenteries dans le nord (Tétouan et
Tanger). Une usine de plâtre à Safi et 9 centrales à béton.

En juin 1995, LAFARGE FRANCE et la Société National d’Investissement (SNI) ( absorbée


actuellement par l’ONA ) d’origine marocaine fusionnent et mettent en commun leurs
actions et participations détenues dans les 4 cimenteries précitées : (CINOUCA,
CADEM, CENTOS MAROQUIES et CEMENTOS TANGER) pour former le holding
LAFARGE MAROC

- 14 -
OFPPT
L’objectif de ce partenariat fut, en effet, de disposer d’une forte structure financière.
Actuellement, LAFARGE MAROC occupe la place de leader sur le marché des matériaux
de construction en employant 1560 collaborateurs répartis dans 12 sites et en réalisant
un chiffre d’affaires de l’ordre de 2 milliards de dirhams. Notons par ailleurs que
l’essentiel de l’activité de LAFARGE est issue de la production de ciment ( 85 % des
ventes de l’entreprise ).En vue de conserver son leadership et principalement sur la ville
de CASABLANCA (principal marché cimentier du Maroc, avec un réel potentiel de
développement) ; LAFARGE MAROC a mis en place une stratégie d’investissement, de
management et de contrôle de qualité.

B-ORGANIGRAMME JURIDIQUE :

CONSEIL
CONSEIL DD’ADMINISTRATION
’ADMINISTRATION

COMITE
COMITE EXECUTIF
EXECUTIF

PRESIDEN
T
ADMINISTRATEUR -
LAFARGE S.N.I
DIRECTEUR GENERAL

50% 50%
DIR. LAFARGE DIR. STRATEGIE DIRECTEUR D'EXPLOITATION
DIR. LAFARGE CHAUX DIR. LAFARGE DIR. LAFARGE BETONS DIR. STRATEGIE DIR. DE L ’AUDIT
DIR. LAFARGE CHAUX DIR. LAFARGE BETONS DIR. DE L ’AUDIT
PLATRES
PLATRES ET GRAVEL MAROC & DEVELOPPEMENT
& DEVELOPPEMENT INTERNE -
ET GRAVEL MAROC INTERNE

Lafarg
Maroc
e DIRECTEUR FINANCIER

-
99,9%

69,4% Lafarge
Plâtres
DIRECTEUR TECHNIQUE

Lafarge Maroc
OAMME
Ciments
DIRECTREUR

DES RESSOURCES HUMAINES


99,9%
CODIR

53%
97,9% GravelMaroc
DIRECTEUR COMMERCIAL

Lafarg Béton DIRECTEUR

DES ACHATS & LOGISTIQUE


e s

DIRECTRICE

Cemento DES RELATIONS PUBLIQUES

Lafarge ET DEVELOPPEMENT DURABLE


s
- 15 -
47%
OFPPT

- 16 -
OFPPT

- 17 -
OFPPT

Bernard Kasriel, Directeur Général de Lafarge, et Président du Comité de Développement

Durable de Lafarge, a indiqué : « Pour une entreprise comme Lafarge, la progression sur la

route du développement durable s’apparente à un marathon, qui se joue sur la durée. Notre

engagement vise un progrès à long terme, et se déploie à tous les niveaux de notre

organisation, grâce à un travail de fond que nous avons fondé sur un dialogue très poussé

avec toutes nos parties prenantes, la fixation d’objectifs et la mise en place de programmes

de performances permettant d’atteindre nos objectifs d’amélioration. C’est ce qu’illustre ce

deuxième rapport, que nous avons voulu transparent et constructif, mettant en valeur

l’avancement sur les nombreux objectifs et nos ambitions pour les années à venir.

Parallèlement, notre rôle de leader du secteur nous incite à prendre nos responsabilités

encore plus à cœur, et à jouer un rôle moteur vis-à-vis des autres entreprises du secteur.»

- 18 -
OFPPT

I - UN ENGAGEMENT DANS LA LUTTE

CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Les derniers travaux des experts du changement climatique rassemblés par l'ONU concluent
que les températures augmenteront en moyenne de 1,4°C à 5,8°C d'ici l'an 2100 si la
croissance des émissions de gaz à effet de serre devait se maintenir aux niveaux
prévus.

Face à cette menace, et malgré les quelques incertitudes scientifiques qui demeurent,
Lafarge est déterminé à jouer son rôle dans la lutte contre le réchauffement
planétaire en limitant ses émissions et en recherchant des solutions alternatives
innovantes.

A - Emissions de CO2

Les émissions de CO2 sont probablement le principal enjeu environnemental du Groupe et de


son secteur dans son ensemble. En 2002, Lafarge, avec l’intégration de Blue Circle, a
émis quelques 81 millions de tonnes de CO2, principalement liées à la production de
ciment. Sur la période 1990-2002, les émissions nettes par tonne de ciment ont
diminué de 10,7%1.

Pour aller plus loin dans cet effort contre le changement climatique, Lafarge s'est fixé,
après de nombreuses discussions avec le WWF, un objectif volontaire de réduction pour
2010.

B - Leviers de réduction

La stratégie de réduction de Lafarge des émissions de CO2 repose sur trois principaux axes
:

- L'efficacité énergique via des investissements pour moderniser les procédés.

- La substitution des matières premières, c’est-à-dire l'utilisation de sous-produits


industriels à la place des matières minérales extraites ou de substituts au clinker.

- 19 -
OFPPT
- La substitution énergétique par le recours à des combustibles alternatifs.

C - Efficacité énergétique

La fabrication du ciment à partir de calcaire nécessite une chaleur intense qui est produite
par brûlage de divers combustibles dans les fours à ciment. Les principaux combustibles
utilisés sont le charbon

(35%) et le coke de pétrole (35%), un carburant fossile sous-produit du raffinage du


pétrole.

Les usines neuves sont les plus efficaces et consomment donc moins de combustibles. Pour
réduire la consommation énergétique des usines plus anciennes, nous y investissons dans
des améliorations du procédé (passage de la voie humide à la voie sèche, améliorations
des échangeurs, des refroidisseurs, etc.).

D - Substitution de matières premières

Depuis 20 ans, Lafarge s'est engagé dans une politique de substitution des matières
premières du ciment par des sous-produits d'autres industries sélectionnés pour leur
propriété de "liant", contribuant ainsi à réduire les quantités de minéraux extraits et
les émissions de CO2 du groupe.

Différents types de sous-produits peuvent se substituer aux matières premières dans le


cru, s'ajouter au clinker dans le ciment, ou encore remplacer le ciment dans le béton:

• Le laitier de hauts-fourneaux est un sous-produit de la sidérurgie dont la production


mondiale annuelle est estimée à 10 % de celle de ciment, avec un taux potentiel de
substitution pouvant aller jusqu'à 70 % par tonne de ciment.

• Les cendres volantes sont un sous-produit des centrales électriques à charbon, avec un
taux potentiel de substitution pouvant aller jusqu'à 30 % par tonne de ciment. Leur
valorisation permet d’éviter leur mise en décharge avec des effets polluants importants.

E - Substitution énergétique

- 20 -
OFPPT
Notre politique combustible est orientée vers l'utilisation de déchets : huiles de vidange,
solvants, pneumatiques usagés, farines animales, etc., pour autant que la sécurité liée
à la manipulation et aux émissions soit garantie. Cela permet de fournir un service à
d'autres industriels et aux collectivités locales puisque nous brûlons leurs déchets tout
en réduisant la facture énergétique du Groupe. En outre, cela contribue à la réduction
globale des émissions de CO2 conformément aux positions des gouvernements européens
en la matière.

F - Notre engagement

Dans le cadre de notre partenariat avec WWF, nous avons décidé de nous engager
publiquement en novembre 2001 dans la lutte contre le changement climatique.

C’est ainsi que nous avons annoncé un objectif de réduction de 20% de notre contribution
aux émissions globales de CO2 par tonne de ciment sur la période 1990 – 2010.

Dans les pays industrialisés (Annexe 1 du Protocole de Kyoto), notre engagement se traduit
par une réduction de 15% du niveau absolu des

émissions de CO2 sur la même période. Ce résultat est attendu quand bien même nous
prévoyons une certaine croissance des volumes de production. Le WWF a approuvé cet
engagement dans le cadre de notre partenariat et nous a accueillis dans son programme
Climate Savers, avec l’espoir que cette attitude proactive deviendrait une référence
dans l’industrie.

Pour sa part, le WWF adopte une approche différente qui inclut dans ses calculs les
émissions liées au brûlage des déchets, en particulier ceux d’origine fossile. Selon cette
approche, le WWF aboutit à une réduction de 10% dans les pays industrialisés ce qui
demeure malgré tout très nettement supérieur aux objectifs négociés dans le contexte
de

Kyoto (5.2% pour l’ensemble des pays industrialisés).

II - Une politique de réaménagement en faveur de l’environnement et de la nature

Dès leur ouverture, les sites font l’objet d’un plan de réaménagement intégré et coordonné
au plan d’exploitation prenant systématiquement en compte :

• La protection de l’environnement et l’intégralité des réglementations applicables,

- 21 -
OFPPT
• Les points de vue des parties intéressées (riverains, collectivités, associations…) pour
mettre en œuvre les projets les mieux adaptés aux besoins locaux.

Ce plan décrit précisément les opérations de remise en état et de réhabilitation du site


avant, pendant et après son exploitation. Il fait l’objet d’un suivi annuel et évolue pour
prendre en compte les évolutions techniques et les nouvelles possibilités d’aménagement.

Lafarge développe ainsi une expertise pour intégrer ses sites dans les paysages naturels :
création de milieux originaux et de zones humides propices au développement d’une
faune et d’une flore spécifiques, traitements des fronts de taille, remise en culture
des terres dans les secteurs à haut rendement agricole, reboisements forestiers ou
ornementaux, aménagement d’espaces de loisirs…

III - Déployer une stratégie pour la réhabilitation écologique des carrières

Dans le cadre de son accord de partenariat, Lafarge a défini avec le WWF une stratégie
de biodiversité pour promouvoir le rétablissement de la valeur écologique des carrières.

Le WWF a collaboré avec les experts du Groupe pour intégrer une stratégie de restauration
de la biodiversité dans le projet « Strategic Quarry Rehabilitation project » mis en
œuvre localement par les responsables de la gestion des sites entre 1999 et 2002.

Aujourd’hui, le Groupe dispose d’une base de données contenant les modes de


réaménagement des carrières, 40 bonnes pratiques qui synthétisent les compétences en
fonction du contexte environnemental, 110 exemples d’applications toutes Branches
confondues, et les coordonnés du réseau international de l’environnement (relais
internes de diffusion des meilleures pratiques).

Le Groupe a également défini un objectif de performance pour la réhabilitation des


carrières, dans le cadre des indicateurs définis avec le WWF : 80% de ses carrières
seront dotées d’un plan de réhabilitation conforme au standard du groupe d’ici à 2004.

Aujourd’hui, des progrès significatifs ont été réalisés. Lafarge exploite plus de 800
carrières dans 75 pays. A fin 2002, 86% des carrières sont dotées d’un plan de
réhabilitation, soit un objectif dépassé avant la date butoir.

- 22 -
OFPPT
Exemple d’aménagement périurbain à Contes ou comment Lafarge a réaménagé une ancienne
carrière en jardin

Une partie de la carrière de calcaire était arrivée en fin d’exploitation. Dans son plan de
réaménagement, Lafarge voulait prendre en compte la proximité des riverains et mettre
en valeur un ancien aqueduc de l’époque romaine qui traverse la carrière.

Lafarge s’est ainsi fait aider d’experts en aménagement paysagers pour le démontage des
anciennes installations, le modelage du terrain, les plantations et la réalisation de
points d’eau. La mise en place d’un talus recouvert de végétation a permis d’isoler la
partie supérieure de la carrière toujours en exploitation. Des circuits d’évacuation des
eaux ont été installés. Une lettre d’information a été adressée à tous les riverains.

Afin d’être Moteur et de Contribuer à L’effort national De protection de L’environnement


Lafarge Maroc a Choisi de Collaborer avec Les Administrations Compétentes Dans le
mise en Place d’une Structure Réglementaire. Ainsi, trois Engagements Ont été mis en
Place pour initier Cette démarche.

Convention

Lafarge Maroc à travers l’association professionnelle des Cimentiers (APC) a signé le 06 juin
1997, une Convention avec le département ministériel chargé de

L’environnement. Première du genre, cette convention Traduit la volonté partagée par les
signataires, de doter L’industrie cimetière marocaine, d’un cadre juridique en

Matière d’environnement et de contribuer à la mise en Œuvre d’une réglementation, de


normes et de bonnes Pratique en matière.

Engagement pour l’incinération et la valorisation des Pneus usages et autre déchets

Lafarge Maroc contribue avec l’association Professionnel des cimentiers (APc) et les pouvoirs
Publics à l’élaboration et à l’enrichissement des normes En veillant atteindre les
meilleurs standards européens, Et à anticiper les futures lois en matière

D’environnement .cette contribution est illustré par la Signature l’engagement entre le


membre de l’apc Et le secrétariat d’état chargé de l’environnement (SEE)

le 16 juillet2003 concernant l’incinération /valorisation Des pneus usagés et autre déchets


les fours de cimenterie.

Charte de développement durable

- 23 -
OFPPT
La charte du développement durable de la profession Cimentier marocain s’inscrit dans le
cadre de l’initiative Engagée par les principaux groupes cimentiers mondiaux Au sein due
world business council for sustainable Development (WBCSD) .il s’agit d’un engagement
Commun des entreprises afin de faire face ensemble à Certains défis et enjeux
majeurs auxquels l’industrie Cimentier doit faire face aujourd’hui, comme les
Changements climatiques ou la valorisation des déchets En cimenterie.

IV - PROTECTION

PROTECTION DE L’AIR :

Politique
Au-delà du CO2, la production de ciment émet des poussières et différents gaz soumis
la plupart du temps à une réglementation très stricte. Toutes ces émissions sont
régulièrement réduites grâce à l’amélioration des procédés et des équipements de
traitement. Les émissions des autres branches ne sont pas significatives comparée à
celles de la branche Ciment.

Emissions brutes de CO2 par tonne de ciment

Oxydes d’azote

- 24 -
OFPPT
Les NOx (oxydes d’azote) sont émis lors de la combustion à très haute température dans
les cimenteries. Ils contribuent à la formation des pluies acides et du “smog”, et
peuvent provoquer dans certains cas des problèmes respiratoires.
Les niveaux d’émission peuvent être réduits de manière significative à travers la
modernisation des procédés de production ou l’ajout d'ammoniaque (qui peut être issu de
déchets). Nos émissions consolidées sont mesurées depuis

2001. En 2003, notre système de reporting couvrait 87 % de la production de clinker pour


les oxydes d’azote (NOX), contre 68 % en 2001.

Poussières
Les poussières sont généralement de nature minérale et

Peuvent, dans certains cas, constituer un facteur aggravant des problèmes respiratoires.
Les poussières émises par les cheminées des usines (< 10 µg) ne représentent qu’une
partie des poussières liées à notre activité, mais sont les plus facilement mesurables.
En 2003, notre système de reporting consolidé couvrait 97 % de la production de
clinker, contre 85
% en 2001 Pour les émissions de poussières aux cheminées, nous avons fixé comme
objectif un taux maximum de 50 mg/nm3 à l’horizon 2010. En 2003, 60% des fours de
cimenteries atteignent cet objectif. D’une manière plus générale, nous anticipons
systématiquement les standards réglementaires dans le cadre des modernisations de
sites.
Les poussières diffuses proviennent, quant à elles, des carrières, du transport ou du
stockage des produits. Elles affectent plus directement les riverains et contribuent
significativement à l’augmentation de la concentration dans l’air.
Ces poussières, plus difficiles à mesurer sont maîtrisées de différentes manières :
arrosage des pistes d’accès, stockage des matériaux avec de l’eau ou dans des
bâtiments clos, etc.

Oxydes de soufre

Le SO2 (oxyde de soufre) est émis quand les matières premières naturelles contiennent du
soufre sous forme minérale (comme la pyrite). Le SO2 peut être à l’origine de
problèmes respiratoires et est le principal gaz responsable de la formation

De pluies acides.

Les émissions de SO2 sont consolidées au niveau mondial depuis 2001. En 2003, notre
système de reforting couvrait 81% de la production de clinker, contre 59% en 2001.

- 25 -
OFPPT
Micro-polluants
Les Micro-polluants tels que les métaux lourds et les polluants organiques persistants,
potentiellement toxiques.

Peuvent être trouvés dans les émissions des cimenteries, en très petites quantités
largement en dessous des seuils réglementaires. Néanmoins, ils représentent une
préoccupation importante pour de nombreuses parties prenantes, notamment lorsque des
déchets sont utilisés comme combustibles (même si leurs émissions ne diffèrent pas
sensiblement des émissions liées à l’emploi de combustibles classiques.

Pour cette raison, bien que les déchets soient utilisés comme combustibles depuis plus de 10
ans et sans problème, Lafarge s’est engagé à améliorer ses performances en la
matière. Nous avons lancé un projet destiné à enrichir nos connaissances sur les
substances potentiellement toxiques, à identifier les opportunités d’amélioration de
notre performance et à communiquer sur notre progression. Une évaluation préliminaire
des sources potentielles de dioxines/furanes, mercure et autres polluants éventuels a
déjà été effectuée. Les prochaines étapes doivent permettre d’identifier les bonnes
pratiques et les procédures permettant leur mise en œuvre dans les activités du
groupe.

PROTECTION DE L’EAU :

Consommation

Nos activités peuvent avoir un impact à la fois sur la consommation et sur la qualité de
l’eau. La qualité de l’eau peut être affectée par des opérations comme le nettoyage des
installations et lavage des granulats. Pour les plaques de plâtre et le béton, l’eau est
directement utilisée dans les produits. Concernant la production de ciment, la
consommation d’eau est principalement liée aux systèmes de refroidissement et à la
préparation du cru dans les cimenteries en voie humide. Le passage en voie sèche et la
mise en place de systèmes de refroidissement fermés nous a donc permis d’améliorer
nos performances sur la période 2000-2002, même si cette progression a été ralentie
par l’intégration de Blue Circle.

- 26 -
OFPPT
En 2004, nous suivrons le taux de sites de la branche Granulats et Béton équipés de
systèmes de recyclage d’eau. Cet indicateur sera étendu à toutes les branches en
2005.

Consommation d’eau en litres par unité de produit :

Impact sur les zones humides

Le choix de l’ouverture d’une carrière de roches massives, sable ou graviers dépend des
conditions géologiques, économiques

(demande, transport) et environnementales locales.

L’extraction dans le lit majeur des rivières (partie immergée en cas de crue) présente des
avantages environnementaux en permettant le transport par voie d’eau (une barge
équivaut à 200 camions), mais elle peut avoir des répercussions sur les zones humides
fragiles. Dans ce cas, nous prenons les précautions nécessaires pour protéger les eaux
souterraines, les sols et l’environnement naturel. Lafarge est en particulier impliqué
dans plusieurs études scientifiques visant à évaluer ce type d’impacts. En outre, les
programmes de réaménagement de carrières planifiés avec les propriétaires des
terrains et les collectivités locales sont conçus pour répondre aux besoins locaux en
matière de gestion de l’eau. Les anciennes carrières sont ainsi souvent converties en
zones humides, réservoirs, bassins de stockage des débordements… Divers exemples
dans le monde entier illustrent notre expérience en la matière.

- 27 -
OFPPT

ECONOMIE DE RESSOURCES :

Energie
En 2003, les fours de cimenterie, qui représentent plus de 90% de la consommation
énergétique du groupe, ont brûlé 9 millions de tonnes équivalent pétrole. Pour
économiser les combustibles fossiles, nous améliorons l’efficacité énergétique et
utilisons des déchets et de la biomasse comme combustibles. Cette utilisation constitue
par ailleurs un service environnemental rendu à la collectivité.

Matières minérales

La plupart des matériaux de construction produits par Lafarge, sont dérivés de ressources
naturelles extraites de carrières : calcaire, granulats, gypse, etc. Si ces matières non
renouvelables ne posent pas globalement de problème de disponibilité dans les années à
venir, elles font en revanche l’objet d’une concurrence locale avec d’autres utilisateurs
de l’espace. Par ailleurs, leur exploitation fait l’objet de contraintes légales.
Pour réduire notre consommation de ressources extraites, notre objectif est de
remplacer les matières premières naturelles par des sous-produits industriels et des
matériaux de construction recyclés, quand cela peut être fait de manière sûre et dans
des

Conditions économiquement saines.

- Pour le ciment, nous utilisons des laitiers de hauts-fourneaux et des cendres volantes des
centrales à charbon, pour leur propriété de liant. Grâce à cela, nous pouvons proposer
des services de gestion des déchets et réduire nos émissions de CO2. Nous explorons
actuellement de nouvelles voies pour développer cette pratique, à travers des
programmes de recherche.
- Dans la branche Granulats et Béton, nous recyclons les déchets de construction
(béton, ballast ferroviaire, matériaux des routes) en granulats utilisés dans de
nouveaux produits en

Béton et dans les routes.

- Dans la branche Plâtre, nous recyclons les plaques de plâtre ainsi que des déchets de
construction et démolition. Parallèlement, nous utilisons du gypse synthétique issu des

Centrales à charbon.

- 28 -
OFPPT
- Dans la branche Toiture, nous utilisons notre position de fournisseurs de tuiles neuves
pour recycler les anciennes.
Nos progrès dans ce domaine sont généralement limités par notre dépendance pour
l’approvisionnement systémique d’autres industries et du secteur de la construction/
démolition. Dans la partie sur l’architecture et la construction écologique, nous
explorons comment nous pouvons contribuer à des changements systématiques pour
dépasser ces limites. En 2003, le groupe a consommé 400 millions de tonnes de
matières premières dont 95% ont été extraites de nos carrières.

Déchets de production

La réduction des volumes de déchets de production ne peut être atteinte qu’en optimisant
nos procédés ainsi qu’en recyclant ces déchets autant que possible, quel que soit le
produit : ciment, béton, plaques de plâtre, tuiles. Partout où cela est techniquement
possible, chaque usine devra être modifiée afin de pouvoir réutiliser ses propres
déchets comme autant de matières premières. Dans le cas contraire, des solutions
d’écologie industrielle devront être trouvées en concertation avec d’autres acteurs.

En 2001, nous avons défini des objectifs à atteindre pour 2005 pour les branches Ciment,
Plâtre et Toiture.

Volumes de déchets mis en décharge en pourcentage de la production totale

Organisation de Lafarge Maroc Siège

- 29 -
OFPPT

Le siège de Lafarge Maroc est structuré en plusieurs directions comme


l’indique l’organigramme ci-dessous :

Cette organisation a pour objet :

 La réduction des coûts de production par gestion intégrée des approvisionnements de la


production, des circuits de distributions des quatre usines de ciments.

 L’optimisation des investissements : la globalisation des décisions d’expansion et de


maintenance a permis de réduire les redondances et les charges inutiles et une
exploitation optimale des différentes installations.

Département Systèmes d’Information

Le département Systèmes d’information de Lafarge Maroc se divise en trois services :

1. Service Systèmes :

Ce service prend en charge la gestion et l’administration du système d’information centralisé


au siège de Lafarge Maroc, la gestion du parc informatique du siège et les sites. Il
contribue aussi dans la réalisation des différents projets informatiques comme celui que
nous présentons dans ce rapport. Et finalement, il s’occupe de la supervision du réseau
et la sécurité de ce dernier.

2. Service Projets & Développement :

- 30 -
OFPPT
Ce service s’occupe de la mise en place et la réalisation des différents projets
informatiques concernant l’ERP (Entreprise Ressource Planning) que Lafarge Maroc
adopte (JDE Ward One World).

3. Secteur Support :

Ce secteur s’occupe particulièrement de fournir de l’aide aux différents utilisateurs des


projets développés. Leur tâche principale reste la surveillance de ces projets sur le
réseau, le diagnostic de leurs divers disfonctionnements et l’avertissement des membres
du service Projets & Développement de ces anomalies pour toute correction éventuelle.

Architecture du système d’Information de LAFARGE

Architecture du réseau local du siége de Casablanca

Les plates formes utilisées

- 31 -
OFPPT
• JdEdwards OneWorld : est un progiciel de type « ERP » à base
d’objets, offrant de nombreuses possibilités de configuration. Ce
progiciel est conçu pour la gestion financière, comptabilité, achats,
gestion des stocks, immobilisations, ventes, il utilise la base de données
ORACLE 8.1.7 sous Windows 2000.

• Costing : C’est un produit LAFARGE réalisé dans le but d’assurer la

gestion et l’analyse statistique qui utilise la base de données Oracle

8.0.5.

• HRAccess : C’est un progiciel utilisé pour la gestion des ressources

humaines et la paie, la base de données utilisée est Oracle 8.0.6 sous

UNIX AIX 4.3.

• MAXIMO : C’est un progiciel dont le but est d’assurer la gestion de

la maintenance assistée par ordinateur GMAO, sa base de données est

Oracle 8.1.7 sous Windows 2000.

Le département informatique

- 32 -
OFPPT

- 33 -
OFPPT

Mon stage a été effectué au sein du département Système d’Information LAFARGE


MAROC. J’ai pu accomplir certaines tâches en rapport avec les différents services
tels que :

*J’ai observé le dépannage du premier niveau des matériaux informatique(les imprimantes,


les ordinateurs……….).

*J’ai aussi découvert deux autres applications GLPI (gestionnaire libre de parc informatique)
et OCS (open source computer) qui servent à gérer le parc informatique de la société,
ainsi que gérer les incidents des utilisateurs à travers une hotline qui est mise en place
pour bien servir les utilisateurs.

*J’ai découvert aussi un outil de messagerie nommé lotus notes qui permet au personnel de
communiquer entre eux à travers des emails.

*J’ai amélioré mes connaissances en réseau (architecture, équipement.)

*J’ai découvert le cas de Lafarge en topologie :

Le réseau de LAFARGE MAROC est en étoile basé sur de fédérateurs en étages.

- 34 -
OFPPT

Au sein de LAFARGE MAROC, à l’occasion d’un stage de trois semaine, le salarié est affilié
automatiquement aux organismes sociaux, et ce, en fonction de sa catégorie et du
poste occupé.

Pour clore j’aimerai bien affirmer l’importance de ce stage pour l’enrichissement de mon
savoir, du fait que je l’ai effectué au sein d’une multinationale aussi structurée que
LAFARGE MAROC.

Ce stage était pour moi une occasion pour enrichir et compléter mes connaissances ainsi que
mes compétences et de m’introduire dans l’univers professionnel

D’un point de vue managérial, LAFARGE MAROC repose avant tout sur l’excellence de ses
hommes : Formation, mobilité, développement des compétences et épanouissement du
personnel sont des priorités reconnues.

Entreprise citoyenne, elle contribue ainsi au développement de son personnel. Elle permet à
ses hommes d’apprendre un métier, d’évoluer grâce à la formation et de pratiquer les
techniques modernes du travail en groupe pour se hisser à un niveau de compétence.

- 35 -