You are on page 1of 5

pâdze 1 / 5

Bovâiron à Lozena
Petit berger à Lausanne
"L'è tôt parai 'ima rîda tserrî à mena que de venî vîlyo ". «C'est tout de même une rude charrue à mener que de devenir vieux». Mâo l'è adî on grand plliésî Mais c'est toujours un grand plaisir de raconta dâi z'affére dâo bon vîlyo tein. que d'évoquer la vie du bon vieux temps. Adan la dzein l'avâi de l'accouet Alors les gens devaient avoir de l'entrain du que tî lè travau dèvessant ître fé puisque tous les travaux étaient faits pè lè z'hommo, lè fenne et lè bîte. (à la force des muscles) par les gens et les bêtes. Vâo vo dere on poû Je veux vous raconter me sovenî quelques-uns de mes souvenirs dâi z'einveron de Lozena de ce que j'ai vécu dein lè z'annâïe treinta-quatro à treintasî. dans les années 1934-1936 Dein sti tein quie, Dans ce temps-là, no z'ein z'u dâi z'ètalïen qu'arrevâvant tsî no des Italiens arrivaient chez nous avoué pou âo rein, avec peu de chose, ma que cougnessant lâo metî à tsavon. sinon la parfaite connaissance de leur métier. Po maçonna et fére salyî dâi carrâïe, Pour bâtir des maisons lai ein avâi min quemeint leu. il n'y en avait point comme eux. A la tserrâire d'Etsalein lâi avâi l'eintreprâissa de Monsu Ferrari, L'entreprise Ferrari était située à l'avenue d'Echallens : on tôt bon mâitro son patron, très qualifié, que l'a fé bâtî a fait construire dâi mouî de carrâïe de nombreux immeubles dein lo quartâi de Montétan. dans le quartier de Montétan. (dans les environs de Lausanne). Monsu Ferrari Monsieur Ferrari n'avâi pas âoblyâ son payî. n'avait pas oublié son pays. L'avaî bâtî on tsatî Il avait bâti un château, que s'appelâve lo tsatî dâi z' Apennins nommé château des Apennins et onna carrâïe avoué 'nna grandze et on ètrablyo et une maison, avec une grange et une étable qu'on lai desâi "la ferme des Apennins". la ferme des Apennins, suffisamment hauts,

pâdze 2 / 5

Vo lo séde bin. Vous le savez bien. Le z'ètalïen fant dâi carrâïe Les Italiens font des maisons avoué dâi z'ètâdzo prâo hiaut, avec des étages assez hauts avoué de grante fenître avec de grandes fenêtres que le dzein pour que les gens (habitants) l'aussant prâo d'âi et de sèlâo. aient de l'air et du soleil. Dein sta ferme des Apennins Dans cette ferme des Apennins viquessant la tante Marie et son fe, vivaient la tante Marie et son fils, mon cousin Emest Roland, mon cousin Ernest Roland, qu'on appelâve l'oncle Ernest. qu'on appelait l'oncle Ernest. L'îre on payîsan tôt sutî, C'était un bon paysan, avoué on tsevau le gali, avec un cheval - le Gali -, trâi vatse, dâi vî trois vaches, des veaux et on mouî de caïon. et de nombreux cochons. Lo lacî, l'oncle Ernest Le lait, l'oncle Ernest lo veindâi dein lo quartâi. le vendait dans le quartier L'allâve Il allait, avoué son toulon de 10 litro avec son bidon de 10 litres et sa mèsoûra et sa mesure, distribua son bon lacî. distribuer son bon lait.

Po sû que lè vatse Bien sûr que les vaches l'îrant bin governâïe : étaient bien soignées : l'oncllio l'amâve bin se z'armalye l'oncle aimait bien ses vaches et cougnessâi bin sè bîte. et connaissait bien ses bêtes. Dein sti tein quie, Dans ce temps-là lo mazî (abattoir) se trâovessâi les abattoirs se trouvaient à la tserrâire de la Borde. à la rue de la Borde. L'oncllio Emest lai amenâve L'oncle Emest y amenait sè vî et sè caïon. ses veaux et ses porcs. Ye gardo on bon rassovenî Je garde un bon souvenir d'onna granta remisa d'une grande halle ouverte, avoué on mouî de dzein : pleine de monde : dâi mazallâi, des bouchers de la ville dâi tyâ-caïon, et ceux qui tuent les cochons chez les paysans, dâi payîsan des campagnards et des citadins, et tot on mondo qu'avâi tout un peuple qui avait dâo piliésî à sè reincontrâ. du plaisir à se rencontrer. Tsacon lâi fasâi Chacun y faisait bounameint se z'affére. de bonnes affaires, Et l'oncle Ernest assebin. et l'oncle Ernest aussi.

pâdze 3 / 5

Avoué son erdzeint Avec son argent, ye dèvessâi atsetâ dâo fein il devait acheter du foin po cein que l'avâi parce qu'il ne disposait que doû tsamp que de deux champs, que sèyîve tî lè dzo po gouvernâ sè vatse. où il allait faucher tous les jours l'herbe pour les vaches. L’avâi on camerârdo Il avait un camarade dâo militéro, de service militaire, Monsu Barby d’Assens, Monsieur Barby d'Assens, que lâi amenâve qui lui amenait doû tsè de fein deux chars de foin du son velâdzo avoué sè tsevau. tirés par ses chevaux, depuis son village. Tsè a cercllio, bin su, C'était des chars à cercles ; po cein que lè pneu en ce temps-là les pneus n’îrant pas po lè payîsan. n'étaient pas pour les paysans. Vâo vo z’ein contâ iena Je veux vous en raconter une que ne savai pas. que je ne connaissais pas. L’ è Monsu Roland Barby, C'est Monsieur Roland Barby, lo fe de Monsu Barby d’Assens le fils de Monsieur Barby d'Assens que mè l’a racontâïe qui me l'a racontée l’autr’hi. l'autre jour. –

On dzor que lè Barby Un jour que les Barby l’îrant vegnu étaient venus avoué lâo tsè de fein, avec leurs chars de foin, l’ant yu onna tenomobile ils ont vu une auto dècoûte la grandze : à côté de la grange : l’étâi on martchand de bèta c'était un marchand de bétail que volyâve atsetâ on vî. qui voulait acheter un veau. L’è dècheindu à l’ètrablyo Il est descendu à l'étable avoué l’oncllio avec l'oncle Ernest po vére la bîta. pour voir la bête. L’ant z’u vito fé ; Ils ont eu vite fait, aprî trâi menute après trois minutes, sant remontâ rîdo, rîdo. ils sont remontés en vitesse. Lo martchand po fotre lo camp Le marchand pour ficher le camp avoué sa tenomobile. avec son auto L’oncllio Ernest tandis que l'oncle Ernest lo accoulyîve avoué sa fortse. le poursuivait avec sa fourche. Sti bregand de martchand Ce brigand de marchand lâi avâi offè mîmo pas la mâitî ne lui avait même pas offert la moitié de cein que valyâi lo vî. de ce que valait le veau. L’affére n’avâi pas pèdzî L'affaire n'avait pas traîné et djustice l’îre reindûva. et justice était faite.

pâdze 4 / 5

Lo fein n’allâve pas po governa lè caïon On ne nourrit pas les porcs avec du foin. Adon, tî lè doû âo trâi dzo, Alors tous les deux ou trois jours l’oncllio aplyèîve lo gali âo camîon l'oncle attelait le Gali au camion et on allâve querî la lavîre et on allait chercher les lavures âo Métropole. à l'hôtel Métropole. On dècheindâi la Chablière On descendait la Chablière et pu on arrevâi à la tserrâire d’Etsalein et on arrivait à l'avenue d'Echallens ein asseint dècoûte en passant à côté la résserî Wyssbrot. de la scierie Wyssbrot. Lo Gali trottâve Le Gali trottait tant qu’à la pllièce Chauderon jusqu'à la Place Chauderon et ne brontsîve pas et ne bronchait pas quand passâve la « brouette ». au passage de la "Brouette". La boûna vîlya matsena La bonne vieille machine cretchîve son niolan blyan crachait son nuage blanc et son sublliet pucheint. et son puissant sifflet. Po dècheindre Pour descendre à la tserrâire de Genéva à la rue de Genève lâi avâi on tsemin que fusâve rîdo. on prenait une route très raide. Adan on arrevâve âo Métropole : Puis on arrivait au Métropole : on posâve lè boille vouâisûve, on posait les boilles vides, on tserdîve lè pllieinne on chargeait les pleines, et vîa et en route po lè z’Apennins. pour les Apennins.

Mè rassovîgno Je me souviens que y’allumâvo lo fû que j'allumais le feu po couâire î caön pour cuire la nourriture pour les porcs. Falyâi preindre la hatse Il fallait prendre la hache et fére dâi betselye, et faire des bûchilles, bin arreindzî lo papâ, bien arranger le papier, lo boû et bouta lo fû. le bois, et mettre l'allumette. Cein mè plliésî tot pllien. Ça me plaisait beaucoup. L’îre pas dâo mîmo Il n'en allait pas de même po dècoffèyî lè bouaton. pour nettoyer les enclos des cochons. Vâide-vo, Voyez-vous, po on valotet, pour un jeune garçon, lè caïon sant dâi grôche bîte les porcs sont des grosses bêtes pas trâo galése. pas très sympathiques. L’allâve mî Ça allait mieux po vouarda lè vatse. pour garder les vaches. l’avâi quasu Il n'y avait pour ainsi dire rein à fére : lo tsamp rien à faire : le champ l’îre eintourâ donn’adze. était entouré d'une haie.

pâdze 5 / 5

Ein treinta-quatro En trente-quatre, que lo sèlâo brelyîve où le soleil brillait tî lè dzo, tous les jours, lè z’einfant dâo quartâi venîvant les enfants du quartier venaient vè mè et on s’amusâve bin. vers moi et on s'amusait bien. Mâ, ein treinta-cin, Mais en trente-cinq l’îre la malapanâïe. c'était la poisse. Plyovessâi tot lo tein. Il pleuvait tout le temps. Et l’oncllio ne volyâve pas Et l'oncle ne voulait pas que lè z’einfant que les enfants vîgnant pilâ l’herba. viennent piler l'herbe. Adan, m’eimbitâvo prâo Alors je m'embêtais beaucoup et y’avâi frâi. et j'avais froid. On matin, tot vergognâo, Un matin, tout honteux, y’avâi moû voilà que j'avais mouillé lo canapé yô droumessâi. le canapé où je dormais. La tante Marie ne s’è pas La tante Marie ne s'est pas mèssa ein colére : mise en colère : l’a comprâ la miséra, elle a compris ma misère, et mîmo m’a balyi et même, elle m'a prêté on lâivro, "Le Petit Chose", un livre, "Le Petit Chose", que ye lyèsé que je lisais ein vouardeint lè vatse. en gardant les vaches.

Quemeint ne vâyo Comme je ne vois et n’oûyo rein et n'entends rien quand ye su dein on lâivro, quand je suis dans un livre, m’è arrevâ iena il m'en est arrivé une a fére vergogne. à faire honte. L’oncllio è vegnu L'oncle est venu tertsî sè bîte chercher ses bêtes et n’é rein yu. et je n'y ai rien vu. Quand, einfin Quand enfin y’é lèva lè get, j'ai levé les yeux, mè vatse sè sant s’u einvolâïe ! mes vaches s'étaient envolées ! Séde-vo : Voyez-vous : tot s’apprein tout s'apprend pè on dèlâo, par une douleur, quemeint desâi ma mére, comme disait ma mère, et pè onna malapanâïe. et par une expérience pénible. L’è tot parâi C'est tout de même ‘nna rîda terrî à menâ une rude charrue à mener que d’appreindre à vivre. que d'apprendre à vivre.

Lo bovâiron de Lozena, Dâvi David, le petit berger de Lausanne

Related Interests