P. 1
Associations Et Societes Secretes Sous La Deuxieme Republique 1848 1851 d Apres Des Documents Inedits Tchernoff J 1872

Associations Et Societes Secretes Sous La Deuxieme Republique 1848 1851 d Apres Des Documents Inedits Tchernoff J 1872

|Views: 126|Likes:
Published by neirotsih

More info:

Published by: neirotsih on Jun 09, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/15/2012

pdf

text

original

Départemknt I)K i/AinK

Arrondissement de Carcassonne.

A Carcassonno, il existe un cercle fréquenlé par 8 ou 10

artisans démagogues qui se réunissent, le soir, pour lire

les journaux : la République et la Presse.

La fondation de ce cercle remonte à la révolution de

Février et les chefs ont satisfait aux prescriptions de l'ar-

ticle 14 de la loi du 28 juillet 1848. La rétribution que l'on

paie est de fr. 2o par semaine. La police exerce une sur-

veillance incessante sur tout ce qui se rattache à l'exis-

tence de cette réunion, et l'autorité supérieure administra-

tive avec laquelle je me suis concerté plusieurs fois au

sujet de ce cercle pense qu'il n'a pas assez d'importance

pour qu'on prononce sa dissolution, ou qu'on cherche, ce

qui i)ourrait offrir encore quelques difTîcultés, à établir qu'il

a un caractère essentiellement politique et que, par suite,

il est en contradiction avec la loi précitée.

A ('.onques, le 3 décembre dernier, un sieur Louis L...

et deux artisans, tous trois j)artisans des doctrines socia-

listes, ont fait à l'autorité nnniicipale de cette connnune la

déclaration de l'ouverlui'e d'un cercle où l'on se propose

de jouer, de lire les journaux et de causer d'aiïaires pri-

vées. La rétribution est de '2

fr. pour le droit d'entrée et

de fr. '\0 par mois.

On ne reçoit point encore de journaux dans cette réu-

nion (pii compte très jieu de membres : mais les opinions

démagogiques d»* ses fondatcnn-s ne permettent pas de douter

qu'elle n'ait un but essentiellement jmlilique. Elle sera très

activcnjent surveillée et dissoute au besoin par l'adminis-

COUR D'APPEL DE MONTPELLIER

51

tration supérieure, s'il le fallait, conformément aux mesures

judiciaires prescrites par la loi du 28 juillet 1848.

A Mas-Cabardès, quelques jeunes gens se réunissent

pour lire le journal du Peuple dans une maison particu-

lière, ils s'y rendent encore, mais ne reçoivent plus de

journal.

A Montréal, est une société de bienfaisance sous l'invo-

cation de saint Michel, dont Tunique objet paraît être de

fournir aux sociétaires malades des secours en argent, des

remèdes et l'assistance d'un médecin.

Cette société se compose presque exclusivement d'arti-

sans, d'ouvriers et de cultivateurs. Aucun journal n'y

pénètre et la politique en est bannie jusqu'à présent.

Dans le canton de Peyriac, la commune de Cannes a son

cercle fréquenté par des artisans et des ouvriers marbriers.

On

y joue aux caries et au billard. La politique peut quel-

quefois faire les frais de la conversation, mais l'autorité n'a

pas à s'en inquiéter.

Arrondissement de Narbonne.

On compte dans la ville de Xarbonne quatre cercles. Le

cercle jjhilharmoniqiie, le cercle légiliniisle, le cercle

démocratique, le cercle du commerce et en dehors du

chef-lieu à Sigean il en est un cinquième, le cercle de la

Réunion.

La plus nombreuse et la plus ancienne de ces sociétés

est celle qui porte la dénomination de cercle philharmo-

nique. Elle se compose de plus de cent membres fournis-

sant une cotisation annuelle de 50 francs.

Avant 1818, ce cercle n'avait, à proprement parler, au-

cune couleur politique. C'était une simple réunion de

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->