Comment pouvons-nous, en tant que franc-maçon contribuer à la paix dans le monde

Tous les maçons que je connais savent écrire le mot PAIX et beaucoup en connaissent le sens. Mais aucun d’eux n’y entend la même chose et les significations ne sont pas semblables ! Mettons nous d’abord d’accord sur la signification de ce mot ! Paix signifie: harmonie entre les hommes, les peuples, les religions, les ethnies et les minorités. Cependant, pour vivre l’harmonie il faut d’abord la vivre, la sentir soi-même : de l’intérieur au lieu de vouloir la consommer de l’extérieur, il faut communiquer avec tout-un chacun ! Communication est une clé, un mot que de nombreuses personnes trouvent suspect parce qu’ils doivent s’engager sur leur personne et donner prix de révéler leur caractère. Si, au niveau individuel, nous ne sommes pas en harmonie avec nous-mêmes et en équilibre, comment pouvons nous travailler à la paix dans le monde ? La paix est un engagement que nous prenons envers nous-mêmes, si nous ne la ressentons et ne la vivons pas comment voulons-nous la propager ?. Il serait aussi utile que nous, maçons de tous les pays et de toutes obédiences, fassions la paix entre nous, cessions nos combats de tranchées et de position quant à qui exerce une maçonnerie plus véridique. C’est dans ce sens et sur la base d’un outil de communication planétaire qu’a été fondée la Ligue en 1905. Ou en sommes- nous aujourd’hui, pratiquement 100 ans plus tard ? La seule évolution qui à eu lieu et celle de la technique. Ou en est l’évolution de l’être humain ? Les formidables avancées techniques, technologiques et scientifiques sont le résultat de l’intelligence de la race humaine. Elles devraient donc être mises au service de tous pour un renouvellement de la qualité des valeurs de l’humanité. Il s’agit d’opposer une démocratie mondiale vivante, juste, porteuse de responsabilité et ouverte aux grandes traditions éthiques et spirituelles à la fascination pour la violence, sa propre violence, l’intolérance, l’obsession matérialiste et la prise du pouvoir sur des peuples démunis. Nous parlons de paix, sous-entendu que nous, franc-maçons, en connaissons la signification. Arrêtons donc de nous leurrer ! Pour nous, maçons de toutes les colorations, le mot paix et plutôt symbole que réalité. L’intégrisme et le matérialisme engendrent la haine et défigurent l’être humain. La barbarie qui menace l’humanité n’est pas extérieure mais intérieure. Une transformation personnelle, de nos comportements, basés dans l’éducation sur l’autonomie de l’être, doit accompagner la transformation sociale. Pour apporter une approche civique et éthique à ces défis, il est nécessaire d’œuvre dans deux directions : La première est celle de l’émergence d’une citoyenneté et, à terme, d’une démocratie mondiale, qui seules pourront donner une base de légitimité démocratique aux régulations écologiques, sanitaires, sociales et économiques devenues indispensables. La seconde est de fournir une qualité éthique qui manque à ce projet démocratique aujourd’hui. La démocratie n’est pas qu’un principe électif ou le pouvoir d’un peuple de s’autogouverner : Les élections peuvent être manipulées ou utilisées par des dictateurs. Des peuples livrés à leur passion d’identité ou à leurs peurs, peuvent partir en guerre ou oppresser d’autres êtres humains.

-

La démocratie mondiale doit être construite sur un ethos mondial se basant sur des valeurs partagées, parmi lesquelles : l’inviolabilité de la vie humaine, le respect de la dignité

Comment pouvons-nous, en tant que franc-maçon contribuer à la paix dans le monde
humaine, la responsabilité envers les générations futures ainsi que la réciprocité envers nos contemporains « ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’ils te fassent ». Afin de replacer la science, l’économie, la technologie au rang des moyens et non plus de fins, la construction d’une civilisation mondiale a besoin, d’exigences non soumise aux contraintes des intérêts, à l’obsession médiatique, à la pression du court terme. C’est pourquoi il me paraît nécessaire de proposer et de soutenir la constitution d’un collège éthique international, en charge d’une fonction de: veille et d’alerte sur les principaux risques et dangers pour discernement, en particulier éthique, pour y faire face, sans que ce derniers deviennent eux-mêmes contre-productifs. conseil aux gouvernements et institutions internationales afin d’éclairer les processus de décisions. l’humanité.

Un tel collège réunira des chercheurs, des créateurs dotés d’un esprits maçonniques (travailler, réfléchir afin de comprendre, être prêt à s’investir et se remettre en cause) afin de satisfaire aux exigences des rencontre difficiles de la quête de vérité, de beauté, d’équité et de justice nécessaires pour la construction d’une paix véritable et durable.

Heinz E. Mühlethaler Grand Maître du Grand Orient de Suisse 2002