P. 1
Rapport - Révolution numérique et droits de l'individu : pour un citoyen libre et informé

Rapport - Révolution numérique et droits de l'individu : pour un citoyen libre et informé

|Views: 505|Likes:
Published by Ecrans
rapport issu de la
mission d'information sur les droits de l'individu dans la révolution
numérique.
rapport issu de la
mission d'information sur les droits de l'individu dans la révolution
numérique.

More info:

Published by: Ecrans on Jun 22, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/22/2011

pdf

text

original

Sous l’Ancien Régime, les Parisiens avaient l’habitude de se baigner nus
dans la Seine. La reine de France accouchait en public, quand la maladie et la mort
des grands personnages du Royaume étaient également publiques. Les annales de
l’époque avaient fait un récit très détaillé du spectacle de la mort du roi Louis XIV
emporté par la gangrène.

La littérature s’est également fait l’écho de cette confusion qui existait
alors entre vie privée et vie publique, qu’Alexandre Dumas exprima en ces
termes : « outre le lever du roi et celui du cardinal, on comptait alors à Paris plus

(1) Article de M. Christophe Alix paru l’édition de Libération du 29 juin 2009.
(2) Dossier paru dans
La Revue, n° 4, juillet-août 2010.
(3) Dossier paru dans
Science et vie micro, n° 263, octobre 2007.

— 126 —

de deux cents petits levers un peu recherchés. Parmi les deux cents petits levers,
celui de Tréville était un des plus courus
» (1)
.

Ni le secret de la santé ni celui des croyances n’étaient protégés en pareille
situation. Les grands n’avaient pas droit, en principe, au respect de leur vie privée
et l’intolérance religieuse de l’époque faisait que la liberté de conscience n’existait
pas.

Au XVIIIe

siècle, les philosophes des Lumières, puis au XIXe

siècle, les
théoriciens du libéralisme politique vont fonder le régime démocratique sur
l’existence de l’individu et l’exercice des libertés, légitimant ainsi la notion de
sphère privée en opposition à la sphère publique, qu’au lendemain de la
Révolution française, Benjamin Constant résumera en ces termes dans son
discours prononcé en 1819 à l’Athénée : « Il résulte de ce que je viens d’exposer,
que nous ne pouvons plus jouir de la liberté des anciens, qui se composait de la
participation active et constante au pouvoir collectif. Notre liberté à nous doit se
composer de la jouissance paisible de l’indépendance privée
».

« Voilà donc la vie privée murée », déclarait Royer-Collard, lors de la
discussion parlementaire qui devait aboutir à l’adoption des grandes lois sur la
presse de mai 1819. L’image d’un mur protégeant la vie privée est assez conforme
à la société démocratique issue des Lumières qui « reconnaît à l’individu le droit
de disposer d’un espace privé, distinct de la vie collective de la communauté
» (2)

.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->