Les systèmes de production caprine

Eléments structurants, diversité, exemples

Document réalisé par l’Institut de l’Elevage

1

Les systèmes de production
L’étude d’un système de production s’intéresse
• à l’ensemble des moyens de production d’une exploitation, • à leurs fonctionnements • à leurs résultats techniques et économiques • aux interactions entre les différents ateliers

Document réalisé par l’Institut de l’Elevage

2

Les systèmes de production
Pour définir les systèmes en production caprine, on prend en compte :
• l’orientation de production de l’atelier caprin (laitier / fromager / mixte) • les combinaisons de production • le système d’alimentation du troupeau caprin • La stratégie de reproduction • la taille du troupeau
• le statut juridique
Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 3

L’orientation de production
Laitier : livre le lait produit par les chèvres à une entreprise qui collecte à un rythme défini Fromager : transforme le lait produit en fromages qu’il commercialise
• Vente en direct, à des intermédiaires • Vente à un affineur qui prend en charge la fin de la fabrication et la commercialisation

Mixte : livre une partie de son lait, et transforme le reste en fromages qu’il commercialise
Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 4

Fromagers = 3 métiers
Eleveur / agriculteur Transformateur Commerçant Compétences Besoins en main d’oeuvre Organisation
Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 5

Les combinaisons de production Les ateliers caprins sont très souvent sur des exploitations spécialisées (50 à 75 % des exploitations selon les régions) Ils sont également souvent associés : • à des cultures de vente • à des ateliers de bovins viande Et plus rarement • à des ateliers bovins lait (problème de la double traite) • à des ovins viande Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 6 .

Les systèmes spécialisés ATOUTS Compétences spécialisées Meilleure maîtrise technique CONTRAINTES Dépendance économique et technique Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 7 .

Les systèmes caprins et cultures de vente ATOUTS Autoconsommation de céréales par les chèvres Complémentarité : luzerne / céréales CONTRAINTES Compétences diverses Pointes de travail à prendre en compte Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 8 .

Les systèmes caprins et bovins viande ATOUTS Bonne complémentarité pour la gestion des fourrages et des parcelles Permet d’amortir les « à coups » du marché CONTRAINTES Compétences diverses Concurrence entre activités (vêlages et MB) Charges de travail importante 9 Document réalisé par l’Institut de l’Elevage .

Label rouge. ensilage. pâturage…) • Par la plus ou moins forte autonomie (de 0 achats à tout achat) • Eventuellement par un cahier des charges (AOC. …) Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 10 . légumineuses …) • Par le mode d’utilisation (fourrages.Les systèmes d’alimentation Les systèmes d’alimentation sont définis : • Par la nature des apports (graminées.

protéagineux … • Alimentation distribuée entièrement. de soja. tourteaux de colza. d’enrubanné ou d’ensilage – maïs sous forme d’ensilage … • Concentrés : céréales. ou pâturage • Grande diversité de systèmes alimentaires Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 11 .L’alimentation caprine La chèvre est un ruminant • Alimentation constituée de fourrages (fibres pour favoriser la rumination) et de concentrés (pour l’énergie) • Fourrages utilisés : luzerne. graminées sous forme de foin. de vert.

Les systèmes d’alimentation 1% 5% 9% 4% 2% 9% 3% 16% E Herbe E Herbe et E Maïs E Maïs Enrubannage Foin produit Foin et 150 kg déshydratés Foin et 300 kg déshydratés Foin acheté 4% 2% 6% 6% 7% 26% Paille Parcours. 431 élevages 12 Institut de l’Elevage . moins 200 KG foin acheté Parcours. plus 200 kg foin acheté pâturage et plus 500 kg foin acheté pâturage et foin produit vert Document réalisé par l’Institut de l’Elevage Source: BTE GTE 2006.

431 élevages 13 Institut de l’Elevage .Les systèmes d’alimentation Plus ou moins autonomes • 60 % des éleveurs achètent du fourrage. 337 kg par chèvre et par an en moyenne • 55 % des éleveurs achètent des déshydratés. 173 kg par chèvre et par an en moyenne • 35 % des éleveurs produisent en totalité ou non les céréales (et parfois les protéagineux) consommées par les chèvres Document réalisé par l’Institut de l’Elevage Source: BTE GTE 2006.

Les systèmes d’alimentation Plus ou moins économes Concentrés et déshydratés en kg par chèvre Concentrés et déshydratés en kg pour 1000 litres produit Quart Quart Moyenne inférieur supérieur 431 élevages 108 élevages 108 élevages 494 221 798 670 363 1028 Document réalisé par l’Institut de l’Elevage Source: BTE GTE 2006. 431 élevages 14 Institut de l’Elevage .

66 chèvres chez les fromagers Pris en compte.La taille du troupeau Cet élément est en partie lié à l’orientation de production : • Troupeaux plus grands en moyenne chez les laitiers • 186 chèvres en moyenne chez les laitiers. notamment chez les spécialisés car incidence sur le niveau d’équipements et d’investissements nécessaires Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 15 .

La reproduction La chèvre est un animal saisonné • période naturelle de chaleurs : automne. période de jours de durée décroissante après une période de jours de longue durée • durée de gestation : 5 mois • période naturelle de mises-bas : janvier – avril Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 16 .

La reproduction 5 4 L /jo u r 3 2 1 0 Courbe de lactation r il ut in pt t ie r ai ie r s il le Oc v No Ju Av Ao nv vr M Ja Fé Document réalisé par l’Institut de l’Elevage Ju Se M Dé 17 ar c t .

Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 18 . très forte pour les fêtes Solutions: Congeler le lait mais coût et incidence sur la qualité Demander à la chèvre de s’adapter.La reproduction La filière a besoin de lait toute l’année … La majorité du lait est transformé en fromage La consommation est étalée sur l’année... ralentie en été.

Répartition des lactations selon le mois de mise-bas Résultats CL 2008 nombre de lactations 70000 60000 50000 40000 30000 20000 10000 0 oc to br e no ve m br e er av ril br e ju in ja nv i se pt em ju ill e t 19 34 % 62 % ar s Document réalisé par l’Institut de l’Elevage m m ai .

Produire toute l’année Désaisonnement des mises-bas : • Déclenchement des chaleurs suite à un traitement hormonal (comme en ovins) • Photopériodisme pour simuler une succession de jours longs et de jours courts Lactations longues • Prolonger certaines lactations pendant plusieurs années Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 20 .

Assombrir le bâtiment pour simuler des jours courts (mai-juin) Ou les deux... Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 21 . à fév.Le photopériodisme Modifier l’éclairage en créant des jours longs pendant l’hiver ex: déc.

travail important Insémination artificielle sur chaleurs synchronisées • IA congelée : schéma génétique. paternité connue. date des saillies mal connue • Monte dirigée : paternité connue. travail important Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 22 . paternité non connue. garantie sanitaire • IA en frais : à partir des semences des boucs de l’élevage.Techniques de reproduction Saillie naturelle : • Monte en liberté : simplification du travail.

Le statut juridique Permet de qualifier le type de main d’œuvre présent sur l’exploitation • GAEC à 3 associés • Exploitation individuelle (1 couple) avec un salarié Donne un niveau de précision supplémentaire Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 23 .

Choisir un système C’est rechercher la cohérence entre : • • • • • Les possibilités de la structure Les compétences techniques Les choix techniques La politique agricole et/ou les marchés Les souhaits des éleveurs : travail. investissements. goût … Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 24 . revenu.

Les systèmes caprins fromagers • Mr et Mme « Petit fromager en vente directe » Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 25 .

Mr et Mme « Petit fromager en vente directe » La main d’oeuvre • Un couple (2 UMO) • Un salarié à temps partiel (30 % du temps). en fromagerie principalement Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 26 .

Mr et Mme « Petit fromager en vente directe » Les surfaces : 20 hectares • Céréales : 11 ha Blé : 7 ha (420 qx vendus) Orge : 4 ha (85 qx vendus. 135 qx autoconsommés) • Fourrages : 9 ha Prairie : 7 ha (34 t MS récoltées) Luzerne : 2 ha (18 t MS récoltées) Document réalisé par l’Institut de l’Elevage + affouragement en herbe verte à l’auge 27 .

Mr et Mme « Petit fromager en vente directe » Le troupeau : 65 chèvres et 20 chevrettes 72 Mises-Bas Janvier-Février 48750 litres de lait 18 chèvres réformées 122 chevreaux 20 chevrettes conservées 90 vendus boucherie 12 morts Tarissement du troupeau en novembre et décembre Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 28 .

Mr et Mme « Petit fromager en vente directe » L’alimentation du troupeau : ration de printemps herbe foin céréales Complément azoté 100 g 10 kg à l’auge 600 g 700 g Bilans annuels par chèvre • Vert : 185 kg MS • Foin graminées : 380 kg MS • Foin de luzerne : 145 kg MS Document réalisé par l’Institut de l’Elevage • Orge : 170 kg • Déshydratés : 40 kg • Maïs grain : 60 kg • Soja : 35 kg 29 .

Mr et Mme « Petit fromager en vente directe » La transformation • 160 litres de lait transformés par jour en moyenne • Fromages de type lactique La commercialisation • Vente à la ferme. sur les marchés • Vente dans les commerces de proximité Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 30 .

60 euros le litre 90 600 euros 20 400 euros 32 800 euros 29 400 euros 31 .Mr et Mme « Petit fromager en vente directe » Repères économiques (année 2008) • Valorisation du lait : • • • • Produit de l’exploitation : Charges opérationnelles : Charges de structure : Revenu disponible pour la famille : Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 1.

Mr et Mme « Petit fromager en vente directe » Le travail d’astreinte • Elevage : 5h30 (traite. moulage. alimentation) • Fromagerie : 4h30 (emprésurage. lavage) • Vente : 3h00 Le travail de saison • Troupeau : 22 jours • Surfaces : 32 jours Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 32 .

Les systèmes caprins fromagers • Mr et Mme « Le grand troupeau fromager » Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 33 .

6 UMO salariées Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 34 .Mr et Mme « Le grand troupeau fromager » La main d’oeuvre • Un couple (2 UMO) • 1.

5 ha Prairie : 7 ha (54 t MS récoltées) Luzerne : 11.Mr et Mme « Le grand troupeau fromager » Les surfaces : 25 hectares • Céréales : 15 ha Blé :2.5 ha (150 qx vendus) Orge : 4 ha (220 qx autoconsommés) • Fourrages : 18.5 ha (100 t MS récoltées) Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 35 .

Mr et Mme « Le grand troupeau fromager » Le troupeau : 130 chèvres et 40 chevrettes 140 Mises-Bas Octobre-Novembre Janvier-Février 240 chevreaux 110 000 litres de lait 40 chèvres réformées 45 chevrettes conservées 175 vendus boucherie 20 morts Deux périodes de mises-bas pour avoir du lait toute l’année Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 36 .

Mr et Mme « Le grand troupeau fromager » L’alimentation du troupeau : ration de printemps foin céréales Complément azoté 500 g 2800 g 900 g Bilans annuels par chèvre • Foin graminées : 290 kg MS • Foin de luzerne : 560 kg MS Document réalisé par l’Institut de l’Elevage • Orge : 180 kg • Maïs grain : 110 kg • Chèvre laitière : 145 kg 37 .

Mr et Mme « Le grand troupeau fromager » La transformation • 360 litres de lait transformés par jour en moyenne • Fromages de type lactique La commercialisation • Vente à la ferme. GMS • Expéditions hors région pour 30 à 50 % de la production Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 38 . sur les marchés.

Mr et Mme « Le grand troupeau fromager » Repères économiques (année 2008) • Valorisation du lait : • • • • Produit de l’exploitation : Charges opérationnelles : Charges de structure : Revenu disponible pour la famille : Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 1.30 euros le litre 150 900 euros 44 800 euros 67 000 euros 25 100 euros 39 .

Mr et Mme « Le grand troupeau fromager » Le travail d’astreinte • Elevage : 6h30 (traite. moulage. alimentation) • Fromagerie : 9h (emprésurage. lavage) • Vente : 3h00 Le travail de saison • Troupeau : 43 jours • Surfaces : 40 jours Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 40 .

Les systèmes caprins laitiers • Mr et Mme « chèvres laitières et cultures de vente – ration sèche » Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 41 .

Mr et Mme « Chèvres laitières et cultures de vente – ration sèche » La main d’oeuvre • Un couple (2 UMO) Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 42 .

Mr et Mme « Chèvres laitières et cultures de vente – ration sèche » Les surfaces : 69 hectares • Céréales : 49 ha Blé : 19 ha (1140 qx vendus) Orge : 6 ha (330 qx vendus) Colza : 13 ha (455 qx vendus) Tournesol : 6 ha (120 qx vendus) Jachère : 5 ha • Prairies temporaires : 20 ha (130 t MS) Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 43 .

Mr et Mme « Chèvres laitières et cultures de vente – ration sèche » Le troupeau : 220 chèvres et 60 chevrettes 240 Mises-Bas Novembre Février 410 chevreaux 187 000 litres de lait 65 chèvres réformées 65 chevrettes conservées 300 vendus boucherie 45 morts Deux périodes de mises-bas pour avoir du lait toute l’année Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 44 .

Mr et Mme « Chèvres laitières et cultures de vente – ration sèche » L’alimentation du troupeau : ration de printemps Luzerne déshydratée foin maïs Complément azoté 460 g 800 g 1200 g 700 g Bilans annuels par chèvre • Foin graminées : 440 kg MS • Luzerne déshydratée: 290 kg MS Document réalisé par l’Institut de l’Elevage • Maïs grain : 230 kg • Soja : 60 kg • Chèvre laitière : 105 kg 45 .

Mr et Mme « Chèvres laitières et cultures de vente – ration sèche » Repères économiques (année 2008) • Prix du lait : • • • • 619 euros les 1000 litres 174 000 euros 80 900 euros 46 100 euros 29 000 euros Produit de l’exploitation : Charges opérationnelles : Charges de structure : Revenu disponible pour la famille : Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 46 .

Mr et Mme « Chèvres laitières et cultures de vente – ration sèche » Le travail d’astreinte • Elevage : 9h30 (traite. alimentation) Le travail de saison • Troupeau : 66 jours • Surfaces : 77 jours Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 47 .

Les systèmes caprins laitiers •GAEC « Chèvres laitières et Bovins viande – ration ensilage » Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 48 .

GAEC « Chèvres laitières et bovins viande – ration ensilage » La main d’oeuvre • Un GAEC à 2 associés Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 49 .

360 autoconsommés) • Fourrages : 68 ha Prairies temporaires : 39.5 ha Prairies permanentes : 18 ha Maïs ensilage : 10.GAEC « Chèvres laitières et bovins viande – ration ensilage » Les surfaces : 80 hectares • Céréales : 12 ha Orge : 12 ha (300 qx vendus.5 ha (116 t MS) Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 74 t MS ensilage herbe 138 t MS foin 50 .

GAEC « Chèvres laitières et bovins viande – ration ensilage » Le troupeau : 200 chèvres et 55 chevrettes 220 Mises-Bas Décembre à Mars 155 000 litres de lait 375 chevreaux 60 chèvres réformées 60 chevrettes conservées 280 vendus boucherie 35 morts La période de tarissement permet un arrêt de la traite pendant les vêlages des vaches. Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 51 .

GAEC « Chèvres laitières et bovins viande – ration ensilage » Le troupeau viande 45 vêlages automne .hiver 3 taureaux 42 veaux sevrés 12 génisses pleines 21 génisses de 0–1 an 21 mâles de 0–1 an 17 génisses de 1–2 ans 21 mâles de 1-2 ans 17 génisses de 2-3 ans Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 12 réformes 4 broutards 21 taurillons 5 génisses 3 ans 52 .

GAEC « Chèvres laitières et bovins viande – ration ensilage » L’alimentation du troupeau caprin : ration de printemps E Herbe ou Maïs foin orge Complément azoté 500 g 1100 g 800 g 400 g Bilans annuels par chèvre • E maïs : 215 kg MS • E herbe : 175 t MS • Foin graminées : 275 kg MS Document réalisé par l’Institut de l’Elevage • Orge : 140 kg • Soja : 60 kg • Chèvre laitière : 90 kg 53 .

Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 54 . foin Intérêt de la mixité • Les meilleurs foins sont réservés aux chèvres • Les refus des chèvres (10 à 15 % des quantités distribuées) sont consommées par les génisses. ensilage d’herbe. ensilage de maïs.GAEC « Chèvres laitières et bovins viande – ration ensilage » L’alimentation du troupeau bovin : • Pâturage .

GAEC « Chèvres laitières et bovins viande – ration ensilage » Repères économiques (année 2008) • Prix du lait : • • • • 588 euros les 1000 litres 183 800 euros 62 900 euros 59 500 euros 40 800 euros Produit de l’exploitation : Charges opérationnelles : Charges de structure : Revenu disponible pour la famille : Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 55 .

GAEC « Chèvres laitières et bovins viande – ration ensilage » Le travail d’astreinte • Elevage caprin : 8h45 (traite. alimentation) • Elevage bovin : 3h45 Le travail de saison • Troupeau caprin : 60 jours • Troupeau bovin et surfaces : 120 jours Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 56 .

30 € 150 900 € 44 800 € 67 000 € 12 550 € 69 ha 20 ha 220 187 000 litres 395 kg 0.5 ha 130 110 000 litres 435 kg 1.6 25 ha 18.60 € 90 600 € 20 400 € 32 800 € 14 700 € Grand Fromager 2 1. Structure Revenu dispo/UMOF 2 0.588 € 183 800 € 62 900 € 59 500 € 20 400 € Laitier + cultures de vente 2 Laitier + bovins viande 2 . Ops Ch.3 20 ha 9 ha 65 48 750 litres 305 kg 1.Comparaison des systèmes Petit Fromager UMO familiale UMO salariée SAU SFP Chèvres Lait produit Conc / chèvre Valorisation du lait Produit Brut Ch.619 € 174 000 € 80 900 € 46 100 € 14 500 € 80 ha 68 ha 200 (45 VA) 155 000 litres 290 kg 0.

Forces et faiblesses des systèmes Les systèmes de production sont plus ou moins sensibles en fonction : • De leur degré de spécialisation • De la quantité de travail • De la répartition des pointes de travail sur l’année • Des investissements nécessaires • De la dépendance du marché Document réalisé par l’Institut de l’Elevage 58 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful