© AFNOR 1996 AFNOR 1996 1

er
tirage 96-04-F
Éditée et diffusée par l’Association Française de Normalisation (AFNOR), Tour Europe 92049 Paris La Défense Cedex — Tél. : (1) 42 91 55 55
©

A
F
N
O
R

1
9
9
6



T
o
u
s

d
r
o
i
t
s

r
é
s
e
r
v
é
s
ISSN 0335-3931
XP ENV 1991-1
Avril 1996
Indice de classement : P 06-101
ICS : 91.040.00 ; 91.080.00
Eurocode 1 «Bases de calcul
et actions sur les structures»
et Document d'Application Nationale
Partie 1 : Bases de calcul
E : Eurocode 1 — Basis of design and actions on structures and National
Application document — Part 1 : Basis of design
D : Eurocode 1 — Grundlagen der Tragwerksplanung und Einwirkungen auf
Tragwerke und Nationale Anwendungsdokumente — Teil 1 : Grundlagen
der Tragwerksplannung
Norme expérimentale
publiée par AFNOR en avril 1996.
Les observations relatives à la présente norme expérimentale doivent être
adressées à AFNOR.
Correspondance Le présent document reproduit intégralement la prénorme européenne
ENV 1991-1:1994 et intègre les adaptations nationales relatives à cette ENV.
Analyse La présente partie de l'Eurocode 1 décrit les principes et les exigences en
matière de sécurité, d'aptitude au service et de durabilité des structures. Elle
est fondée sur le concept d'état-limite, utilisé conjointement avec une méthode
de coefficient partiels.
Descripteurs Thésaurus International Technique : bâtiment, génie civil, structure, règle de
construction, conception, sécurité, fiabilité, résistance des matériaux,
vérification.
Modifications
Corrections
Bases de calcul et actions sur les structures BNTEC P06A
Membres de la commission de normalisation (à la date de l'enquête)
Président : M MATHEZ
Secrétariat : M MATHEZ
SYNDICAT DE LA CONSTRUCTION METALLIQUE
M ABSI CEBTP
M AFZALI CETIM
M BIETRY CSTB
M BOLVIN EDF/SEPTEN
M BOUTIN SOCOTEC
M CHAUVEL SETRA
M CLAUZON UNM
M CLAVIER BUREAU VERITAS
M COMPIN UNCMP
M CONNER AFNOR
M DARDARE CERIB
M DELORME SNCF
M DOURY CSTB
M DUBOIS CETU
M ETIENNE DAEI
MME FERNANDEZ AFNOR
M HRABOVSKY BNTEC
M JACOB LCPC
M JACQUES LCPC
M JALIL SOCOTEC
M KOVARICK CTCPVPM
M KRUPPA CTICM
M LACROIX FREYSSINET
M LAGENTE CSTB
M LALUNG-BONNAIRE CRAM DE NORMANDIE
M LERAY CGPC
M MARVILLET SNCF
M MATHIEU SETRA
M MATHIVAT SNBATI
M MONADIER MINISTERE DE L’EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS ET DU TOURISME
M PARRIAUD CGPC
M PECKER AFPS
M PERA IGPC
M PICAT SAEP
M PIET CTC
M RAMONDENC SNCF
M RAOUL SETRA
M RENEVIER AFNOR
M ROTH IUT
M SCHMOL SNBATI
M STRADY SAEP
M TARRIN AGENCE POUR LA PREVENTION DES DESORDRES
ET L’AMELIORATION DE LA QUALITE DE LA CONSTRUCTION
M THONIER SPETPFOM
MME VALLADEAU-RONCIN FIB
—3 — XP ENV 1991-1:1996
Ont participé en tant qu'experts aux groupes de travail EC1-DAN :
Rapporteur : M MATHIEU
Avant-propos national
Références aux normes françaises
La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes fran-
çaises identiques est la suivante :
La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes fran-
çaises de même domaine d'application mais non identiques est la suivante :
M ARIBERT INSA RENNES
M BALOCHE CSTB
M BIETRY CSTB
M BINET SETRA
M BROZZETTI CTICM
M CHAUSSIN LCPC
M CLAVAUD CTICM
M COIN SAE
M COMBAULT CAMPENON BERNARD
M COSTAZ SEPTEN (EDF)
M DE SAQUI DE SANNES SNBATI
M DELORME SNCF
M GANDIL SNCF
M GOYET CTICM
M JACOB LCPC
M KRUPPA BNCM
M LACROIX FREYSSINET
M LE CHAFFOTEC SOCOTEC
M LEQUIEN CTICM
M LERAY CGPC
M MAITRE SOCOTEC
M MANCEL SNCF
M MARVILLET SNCF
M MATHEZ
M MATHIEU SETRA (IGOA)
M MEBARKI ENS CACHAN
M MOREAU SNPPA
M MUZEAU CUST
M RAOUL SETRA
M XERCAVINS PX CONSULTANTS
ENV 1991-1 : XP ENV 1991-1 (indice de classement : P 06-101)
ENV 1991-2.1 : XP ENV 1991-2.1 (indice de classement : P 06-102-1)
ENV 1991-2.2 : XP ENV 1991-2.2 (indice de classement : P 06-102-2)
ENV 1991-2.3 : XP ENV 1991-2.3 (indice de classement : P 06-102-3)
ENV 1991-2.4 : XP ENV 1991-2.4 (indice de classement : P 06-102-4)
ENV 1991-2.5 : XP ENV 1991-2.5 (indice de classement : P 06-102-5)
ENV 1991-2.6 : XP ENV 1991-2.6 (indice de classement : P 06-102-6)
ENV 1991-2.7 : XP ENV 1991-2.7 (indice de classement : P 06-102-7)
ENV 1991-3 : XP ENV 1991-3 (indice de classement : P 06-103)
ENV 1991-4 : XP ENV 1991-4 (indice de classement : P 06-104)
ENV 1991-5 : XP ENV 1991-5 (indice de classement : P 06-105)
ENV 1992 : XP ENV 1992 (indice de classement : P 18-711)
ENV 1993 : XP ENV 1993 (indice de classement : P 22-311)
ENV 1994 : XP ENV 1994 (indice de classement : P 22-391)
ENV 1995 : XP ENV 1995 (indice de classement : P 21-711)
ENV 1996 : XP ENV 1996 (indice de classement : P 10-613)
ENV 1997 : XP ENV 1997 (indice de classement : P 94-250)
ENV 1998 : XP ENV 1998 (indice de classement : P 06-031)
ENV 1999 : XP ENV 1999 (indice de classement : P 22-150)
ISO 6707-1 : FD P 00-001
ISO 8930 : FD P 06-007
ISO 2631 : NF E 90-401-1 et NF E 90-401-2
ISO 3898 : NF P 06-005
—5 — XP ENV 1991-1:1996
Avant-propos national à l'EC1-1 DAN (EUROCODE 1 : Partie 1) ..................................................................... 1
AP.1 Introduction ........................................................................................................................................ 1
AP.2 Présentation générale de l'EC1-1 DAN ............................................................................................ 1
AP.2.1 Les différents objets de l'EC1-1 DAN ............................................................................................... 1
AP.2.2 Les différentes lectures de l'EC-1 DAN ............................................................................................ 1
AP.3 Référence à l'EC1-1 DAN dans les contrats ..................................................................................... 2
AP.3.1 Les différents objets de l'EC1-1 DAN dans les contrats .................................................................. 2
AP.3.2 Modalités contractuelles ................................................................................................................... 3
AP.3.3 Normes de référence ......................................................................................................................... 3
AP.4 Modalités d'expérimentation ........................................................................................................... 3
Annexe informative à l'Avant-propos national relatif à la version française de l'ENV/EC1 1991-1
«Bases de calcul» — Bibliographie .................................................................................................. 4
Sommaire
Page
Page AP-1
ENV 1991-1:1994
AVANT-PROPOS NATIONAL À L'EC1-1 DAN (EUROCODE 1 : Partie 1)
AP.1 Introduction
Le présent document, dénommé EC1-1-DAN, reproduit intégralement l'ENV 1991-1 (en clair l'Eurocode 1 :
Partie 1) approuvée le 28 mai 1993 par le Comité Européen de Normalisation (CEN) en tant que prénorme
européenne (ENV).
Le présent document produit, en outre, les adaptations nationales de l'EC1 dont la réunion constitue le
Document d'Application Nationale (en abrégé l'EC1-1 DAN).
Les parties de l'EC1-1 que le DAN n'invalide pas et les différents segments du DAN qui s'enchaînent aux
clauses européennes auxquelles elles se rapportent forment la norme française expérimentale d'applica-
tion nationale de l'EC1-1, au sens strict du terme.
AP.2 Présentation générale de l'EC1-1 DAN
AP.2.1 Les différents objets de l'EC1-1 DAN
L'EC1-1 DAN répond à plusieurs objets :
a) À la demande du CEN, produire à l'intention des pays francophones la version française in extenso
de l'EC1-1.
b) Présenter les adaptations nationales qui sont apportées à l'EC1-1 et qui, pour une part, apportent
des éclaircissements pour l'application de ce dernier pendant la phase d'expérimentation, et pour une
autre part, préfigurent les observations que présentera la France quand il sera question de conférer à
l'EC1-1 le statut de norme européenne (EN).
c) Servir de référence pour toute adaptation future des autres ENV DAN et vis-à-vis de toute norme de
produits structuraux.
AP.2.2 Les différentes lectures de l'EC1-1 DAN
La matérialisation de ces divers objets permet de produire dans un document unique trois textes bien dis-
tincts moyennant les lectures différenciées ci-après :
a) Le présent document stricto sensu d'application nationale de l'EC1-1 est compris dans tout ce qui
n'est pas grisé.
b) Le DAN est délimité par les zones encadrées qui sont indexées «I», «A» ou «C», et intègre aussi les
valeurs encadrées de l'EC1-1 qui n'ont pas été invalidées.
c) La traduction française de la version originale de l'EC1-1 est donc à trouver dans tout ce qui n'est pas
à la fois encadré et indexé, zones grisées incluses.
Compte tenu des prescriptions européennes en matière de typologie et de typographie, on aboutit au
tableau AP.1 suivant :
Tableau AP.1 : Statuts prescriptifs des adaptations nationales
Typologie Typographie
— PRINCIPE
Écriture droite
,
Caractère normal
— RÈGLE D'APPLICATION
Écriture droite
Caractère normal
— COMMENTAIRE Écriture droite,
Petit

caractère
Page AP-2
ENV 1991-1:1994
La portée d'une adaptation nationale vis-à-vis de la spécification européenne à laquelle elle se rapporte, a
été également codifiée (voir tableau AP.2).
D'après cette convention, les valeurs encadrées de l'EC1-1 qui n'ont pas été invalidées doivent être consi-
dérées comme faisant aussi partie du DAN.
AP.3 Référence à l'EC1-1 DAN dans les contrats
AP.3.1 Les différents objets de l'EC1-1 DAN dans les contrats
Le rôle possible de l'EC1-1 DAN.
Les objectifs techniques de l'ENV 1991-1 sont voisins de ceux des «Directives Communes Relatives au Cal-
cul des Constructions» du 9 janvier 1979. Cependant les consistances de ces documents sont quelque peu
différentes : par exemple l'ENV ne traite pas numériquement des valeurs représentatives des charges per-
manentes (voir l'ENV 1991-2.1) ni des vérifications d'équilibre statique (voir les Eurocodes de projet) ; en
revanche, elle est plus précise que les Directives Communes en ce qui concerne les valeurs numériques
des coefficients γ
F
et ψ pour les structures de bâtiment, et se propose d'être ultérieurement développée
notamment pour les structures d'autres natures de construction. Ces différences ne permettent donc pas
de substituer purement et simplement l'ENV aux Directives communes pour compléter les textes en
vigueur d'origine nationale.
Le caractère contractualisable de l'EC1-1 DAN.
a) Relativement au rôle de l'EC1-1 DAN comparé aux documents français, voir les commentaires (13) C,
(18) C et (19) C à l'Avant-propos de l'ENV.
b) L'EC1-1 DAN n'est pas destiné à être contractualisé globalement par les marchés de travaux propre-
ments dits. Il peut par contre l'être en partie dans les conditions suivantes :
— soit, lorsqu'il y aura lieu, et sous la réserve portée en c) ci-dessous, avec les ECnDAN qui y feront
référence (ce n'est pas le cas pour les ECn DAN précédemment publiés, mais ce sera en particulier
le cas pour les EC1n DAN qui feront systématiquement référence aux paragraphes 9.4.4 et 9.5.4) ;
— soit, à titre complémentaire ou correctif, avec d'autres documents généraux n'y faisant pas réfé-
rence ; il est alors indispensable de définir les parties contractualisées de l'EC1-1 DAN.
Sont en particulier susceptibles de contractualisation :
— l'article 1.5 Définitions, qui précise de nombreuses terminologies ;
— la section 4 Actions et influences de l'environnement, en relation avec d'autres textes traitant
d'actions codifiées ou avec des actions non encore codifiées ;
— la section 8 Dimensionnement assisté par l'expérimentation et l'annexe D ;
— le cas échéant, les paragraphes 9.4.5 et 9.5.5 applicables à des bâtiments courants.
Pour l'usage éventuel des annexes informatives, il y a lieu de se référer aux restrictions indiquées par
le DAN.
c) Il peut exister des divergences entre l'EC1-1 DAN et les ECn DAN, eu égard en particulier au calen-
drier d'établissement des EC. Les ECn DAN sont prioritaires pour tout ce qui y est défini.
Tableau AP.2 : Portée des adaptations nationales
Typologie Codification
— INVALIDATION I avec grisé de la partie de la prescription
de

l'EC1-1 invalidée
— AMENDEMENT A
— COMMENTAIRE

C
Page AP-3
ENV 1991-1:1994
AP.3.2 Modalités contractuelles
Le présent document n'est applicable, en totalité ou en partie, dans le cadre contractuel d'un marché public
ou privé, que s'il y est fait explicitement référence :
— pour les marchés publics, dans le Cahier des Clauses Administratives Particulières à l'article 2 (où la
liste des pièces générales rendues contractuelles mentionnera le présent document) et en cas d'utilisa-
tion partielle les parties de celui-ci à considérer, et à l'article 10 (qui indiquera la dérogation correspon-
dante faite au Cahier des Clauses Techniques Générales) ;
— pour les marchés privés, dans les Documents Particuliers du Marché tels que définis dans les nor-
mes NF P 03-001, septembre 1991 et NF P 03-002, mai 1992 (Cahier des Clauses Administratives Parti-
culières, Cahier des Clauses Spéciales, Cahier des Clauses Techniques Particulières).
AP.3.3 Normes de référence
a) Cet ENV DAN renvoyant aux autres ENV-DAN, les normes françaises utilisables conjointement sont
généralement définies par ceux-ci.
b) Dans les cas d'application de la section 8 et de l'annexe D, on se référera éventuellement pour l'inter-
prétation statistique aux normes figurant dans le recueil AFNOR correspondant.
AP.4 Modalités d'expérimentation
L'ENV 1991-1-1 a été approuvée par le CEN le 28 mai 1993.
Au terme d'une période expérimentale de l'ordre de trois ans, les pays membres du CEN auront à opter
soit pour un ultime prolongement du statut de l'ENV pour une période d'au plus trois ans, soit pour le sta-
tut de norme européenne (EN).
Il est certain que cette décision sera assortie d'une révision de la norme européenne.
Dans cette perspective, les utilisateurs du présent document sont invités à faire connaître leurs observa-
tions avec, si possible, propositions d'amendements à l'appui, à l'AFNOR (Tour Europe — Cedex 7 — 92049
PARIS LA DÉFENSE) qui transmettra au BNTEC.
Évolution des adaptations nationales
Il n'est pas exclu que l'expérimentation de l'EC1-1 DAN mette en évidence certains problèmes relatifs à
l'applicabilité du document, conduisant la Commission française de normalisation P 06 A «Bases de cal-
cul» à formuler des amendements ou à apporter des compléments jugés indispensables aux adaptations
nationales déjà produites. En cas de difficultés, il y aura lieu de se rapprocher de l'AFNOR ou du BNTEC.
Page AP-4
ENV 1991-1:1994
Annexe informative à l'Avant-propos national relatif à la version française de l'ENV/EC1
1991-1 «Bases de calcul» — Bibliographie
La présente annexe se propose de mettre en relief quelques ouvrages de langue française dans lesquels
il est développé un certain nombre des principes de référence adoptés par l'ENV/EC1 1991-1. Leur apport
peut sur certains points éclairer utilement le lecteur quant aux attendus des positions retenues dans
l'ENV/EC1 1991-1.
Manuel «Sécurité des structures»
Bulletins d’information n° 127 et 128 du Comité Euro-International du Béton 1979/1980.
Directives communes 1979 — D.C 79
Instruction technique sur les directives communes de 1979 relatives au calcul des constructions ; circulaire
n° 79-25 du 13 mars 1979.
Norme Internationale ISO 2394 Principes généraux de la fiabilité des constructions
Deuxième édition 1986 Réf. n° ISO 2394:1986 (F).
Directive du Conseil Européen du 21 décembre 1988 (89/106 CEE) et son document interprétatif «Résis-
tance mécanique et stabilité».
Principes relatifs à la sécurité des structures
Cahier 2717 du CSTB — mai 1994.
An Estimation of γ - Values — An application of a probabilistic method, par Lars Östlund (en anglais).
Bulletin d’information n° 202 du Comité Euro-International du Béton — 1991.
PRÉNORME EUROPÉENNE
EUROPÄISCHE VORNORM
EUROPEAN PRESTANDARD
ENV 1991-1
Octobre 1994
La présente prénorme européenne (ENV) a été adoptée par le CEN le 28 mai 1993 comme norme
expérimentale pour application provisoire. La période de validité de cette ENV est limitée initialement à
trois ans. Après deux ans, les membres du CEN seront invités à soumettre leurs commentaires, en
particulier sur l'éventualité de la conversion de l'ENV en norme européenne (EN).
Les membres du CEN sont tenus d'annoncer l'existence de cette ENV de la même façon que pour une EN
et de rendre cette ENV rapidement disponible au niveau national sous une forme appropriée. Il est admis
de maintenir (en parallèle avec l'ENV) des normes nationales en contradiction avec l'ENV en application
jusqu'à la décision finale de conversion possible de l'ENV en EN.
Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne,
Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg,
Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni, Suède et Suisse.
© CEN 1994 Droits de reproduction réservés aux membres du CEN.
Réf. n
o
ENV 1991-1:1994 F
CEN
COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION
Europäisches Komitee für Normung
European Committee for Standardization
Secrétariat Central : rue de Stassart 36, B-1050 Bruxelles
ICS : 91.040.00
Descripteurs : bâtiment, génie civil, structure, règles de construction, conception, sécurité, fiabilité, résis-
tance des matériaux, vérification.
Version française
Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures —
Partie 1 : Bases de calcul
Eurocode 1 : Grundlagen der Tragwerksplanung
und Einwirkungen auf Tragwerke —
Teil 1 : Grundlagen der Tragwerksplannung
Eurocode 1 : Basis of design
and actions on structures —
Part 1 : Basis of design
Page 2
ENV 1991-1:1994
Avant-propos ...................................................................................................................................................... 4
Section 1 Généralités ..................................................................................................................................... 8
1.1 Domaine d’application ...................................................................................................................... 8
1.2 Références normatives ..................................................................................................................... 8
1.3 Hypothèses de travail ..................................................................................................................... 10
1.4 Distinction entre Principes et Règles d'application ...................................................................... 10
1.5 Définitions ........................................................................................................................................ 11
1.5.1 Termes communs aux Eurocodes structuraux (ENV 1991 à 1999) ............................................. 11
1.5.2 Termes spécifiques relatifs aux projets en général ...................................................................... 12
1.5.3 Termes relatifs aux actions ............................................................................................................ 15
1.5.4 Termes relatifs aux propriétés des matériaux .............................................................................. 17
1.5.5 Termes relatifs aux données géométriques ................................................................................. 18
1.6 Symboles ......................................................................................................................................... 18
Section 2 Exigences ...................................................................................................................................... 21
2.1 Exigences fondamentales ............................................................................................................... 21
2.2 Différenciation de la fiabilité .......................................................................................................... 22
2.3 Situations de projet ......................................................................................................................... 24
2.4 Durée d'utilisation de projet ........................................................................................................... 25
2.5 Durabilité .......................................................................................................................................... 26
2.6 Assurance de la qualité ................................................................................................................... 26
Section 3 États-limites ................................................................................................................................. 28
3.1 Généralités ....................................................................................................................................... 28
3.2 États-limites ultimes ........................................................................................................................ 28
3.3 États-limites de service ................................................................................................................... 29
3.4 Calcul aux états-limites ................................................................................................................... 29
Section 4 Actions et influences de l’environnement ................................................................................. 30
4.1 Principales classifications ............................................................................................................... 30
4.2 Valeurs caractéristiques des actions ............................................................................................. 31
4.3 Autres valeurs représentatives des actions variables et accidentelles ....................................... 33
4.4 Influences de l'environnement ....................................................................................................... 34
Section 5 Propriétés des matériaux ............................................................................................................ 35
Section 6 Données géométriques ............................................................................................................... 36
Section 7 Modélisation pour l'analyse et la résistance structurales ........................................................ 37
7.1 Généralités ....................................................................................................................................... 37
7.2 Modélisation en cas d'actions statiques ....................................................................................... 37
7.3 Modélisation en cas d'actions dynamiques .................................................................................. 37
7.4 Modélisation en cas d'actions d'incendie ..................................................................................... 38
Section 8 Dimensionnement assisté par l'expérimentation ..................................................................... 39
8.1 Généralités ....................................................................................................................................... 39
8.2 Types d'essais ................................................................................................................................. 39
8.3 Détermination des valeurs de calcul ............................................................................................. 40
Sommaire
Page
Page 3
ENV 1991-1:1994
Sommaire (fin)
Page
Section 9 Vérification par la méthode des coefficients partiels ............................................................... 41
9.1 Généralités ....................................................................................................................................... 41
9.2 Limitations et simplifications .......................................................................................................... 42
9.3 Valeurs de calcul .............................................................................................................................. 42
9.3.1 Valeurs de calcul des actions .......................................................................................................... 42
9.3.2 Valeurs de calcul des effets des actions ........................................................................................ 43
9.3.3 Valeurs de calcul des propriétés de matériaux ............................................................................. 44
9.3.4 Valeurs de calcul des données géométriques ............................................................................... 44
9.3.5 Résistance de calcul ......................................................................................................................... 45
9.4 États-limites ultimes ........................................................................................................................ 45
9.4.1 Vérification de l'équilibre statique et de la résistance .................................................................. 45
9.4.2 Combinaisons d'actions .................................................................................................................. 46
9.4.3 Coefficients partiels ......................................................................................................................... 49
9.4.4 Coefficients Ψ ................................................................................................................................... 51
9.4.5 Vérification simplifiée des structures de bâtiments ...................................................................... 52
9.4.6 Coefficients partiels de sécurité pour les matériaux ..................................................................... 53
9.5 États-limites de service .................................................................................................................... 53
9.5.1 Vérification de l'aptitude au service ............................................................................................... 53
9.5.2 Combinaison d'actions .................................................................................................................... 54
9.5.3 Coefficients partiels ......................................................................................................................... 55
9.5.4 Coefficients Ψ ................................................................................................................................... 55
9.5.5 Vérification simplifiée des structures de bâtiments ...................................................................... 55
9.5.6 Coefficients partiels pour les matériaux ........................................................................................ 55
Annexe A (informative) Méthode des coefficients partiels .......................................................................... 56
Annexe B (informative) Fatigue ....................................................................................................................... 65
Annexe C (informative) État-limite de service : Vérification des structures sensibles aux vibrations ..... 67
Annexe D (informative) Dimensionnement assisté par l'expérimentation ................................................. 71
Page 4
ENV 1991-1:1994
Avant-propos
Objectifs des Eurocodes
1) Les «Eurocodes structuraux» constituent un ensemble de normes concernant la conception struc-
turale et géotechnique des bâtiments et des ouvrages de génie civil.
2) Ils ne traitent de l'exécution et du contrôle que dans la mesure où il est nécessaire d'indiquer la qua-
lité des produits de construction et le niveau de qualité de la mise en œuvre, nécessaires pour assurer
la compatibilité avec les règles de conception.
3) Tant qu'un ensemble harmonisé de spécifications techniques des produits et de méthodes d'ana-
lyse des performances n'est pas disponible, un certain nombre d'Eurocodes structuraux traiteront de
certains de ces aspects dans des annexes informatives.
Contexte du programme Eurocodes
4) La Commission des Communautés Européennes (CCE) a entrepris d'établir un ensemble de règles
techniques harmonisées concernant la conception des bâtiments et des ouvrages de génie civil, afin de
proposer une alternative aux différentes règles en vigueur dans les États membres et, finalement, de
les remplacer. Ces règles techniques sont habituellement connues sous le nom de «Eurocodes
structuraux».
5) En 1990, après consultation des différents États membres, la CCE a chargé le CEN d'assurer le déve-
loppement, la publication et la mise à jour des Eurocodes et le secrétariat de l'AELE a accepté de sou-
tenir le CEN dans son travail.
6) Le Comité technique CEN/TC 250 est responsable de l'ensemble des Eurocodes structuraux.
Programme des Eurocodes
7) Les travaux concernant les Eurocodes structuraux suivants sont en cours, chacun étant en général
constitué d'un certain nombre de Parties :
(1) C Les objectifs techniques des Eurocodes sont les suivants :
a) spécifier les exigences pour la fiabilité des structures (états-limites et situations de projet) ;
b) donner les modèles de défaillance et les règles correspondantes qui, pour des conditions données ou implicites de
site, de projet, d'exécution et de maintenance, permettent de vérifier la conformité d'un projet aux exigences spécifiées
pour la fiabilité ;
c) détailler les conditions auxquelles les modèles et les critères de défaillance sont sensibles et dont le respect doit être
maîtrisé (hypothèses) ;
d) proposer des niveaux d'exigence pour la fiabilité (valeurs numériques des éléments du format de fiabilité).
EN 1991 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures
EN 1992 Eurocode 2 : Calcul des structures en béton
EN 1993 Eurocode 3 : Calcul des structures en acier
EN 1994 Eurocode 4 : Conception et dimensionnement des structures mixtes acier-béton
EN 1995 Eurocode 5 : Calcul des ouvrages en bois
EN 1996 Eurocode 6 : Calcul des structures en maçonnerie
EN 1997 Eurocode 7 : Calcul géotechnique
EN 1998 Eurocode 8 : Calcul des structures résistant aux séismes
EN 1999 Eurocode 9 : Calcul des structures en alliage d'aluminium
Page 5
ENV 1991-1:1994
8) Des sous-comités distincts, chargés des divers Eurocodes énumérés ci-dessus, ont été institués par
le CEN/TC 250.
9) La présente Partie de l'ENV 1991 a pour objet de développer les règles déjà publiées dans les sec-
tions 1 et 2 de la Partie 1.1 des ENV 1992, 1993 et 1994, pour un domaine d'application plus vaste. Elle
est publiée sous le titre de prénorme européenne ENV 1991-1.
10) La présente prénorme européenne est destinée à une application expérimentale et au recueil
d'observations.
11) Dans deux ans environ, les membres du CEN seront invités à formaliser leurs observations en vue
de les prendre en compte pour déterminer les actions futures à entreprendre.
12) Entre temps, il convient d'envoyer les réactions et les observations concernant cette prénorme
européenne au secrétariat du CEN/TC 250 à l'adresse suivante :
BSI
British Standards House
389 Chiswick High Road
London W4
Royaume-Uni
ou à votre organisme national de normalisation.
Objectif de la présente Partie de l'Eurocode 1
Objectifs techniques
13) La présente partie de l'Eurocode 1 décrit les principes et les exigences en matière de sécurité,
d'aptitude au service et de durabilité des structures. Elle est fondée sur le concept d'état-limite, utilisé
conjointement avec une méthode de coefficients partiels. (Pour ce qui est des modifications suscepti-
bles d'être apportées à la méthode proposée, voir le paragraphe 24 de l'avant-propos.)
14) En ce qui concerne le calcul de structures à construire, la présente Partie est destinée à être appli-
quée directement, avec :
— les autres Parties de l'ENV 1991 ;
— les Eurocodes de projet (ENV 1992 à 1999).
NOTE : Les prénormes européennes mentionnées ci-dessus sont soit publiées, soit en préparation.
15) Cette Partie fournit également des indications relatives aux aspects de la fiabilité des structures liés
à la sécurité, à l'aptitude au service et à la durabilité :
— pour des cas non traités par les ENV 1991 à 1999 (actions différentes, structures non traitées,
autres matériaux) ;
— pour servir de document de référence pour d'autres TC du CEN concernés par des aspects struc-
turaux.
16) Il est prévu que les articles de l'actuelle section 2 des Eurocodes de projet non liés aux matériaux
soient remplacés par la présente Partie de l'ENV 1991 lors d'une étape ultérieure (celle de la norme
européenne).
(13) C Se reporter en AP 3.1 et en (1) C ci-dessus.
Page 6
ENV 1991-1:1994
Utilisateurs prévus
17) La présente prénorme européenne est destinée à davantage de catégories d'utilisateurs que les
autres Eurocodes. Les catégories d'utilisateurs potentiels comprennent :
— les comités chargés de la rédaction de projets de codes ;
— les clients (par exemple pour formuler des exigences spécifiques en matière de niveau de fiabilité
et de durabilité) ;
— les concepteurs et les entrepreneurs, comme pour les autres Eurocodes ;
— les autorités publiques.
Utilisations prévues
18) La présente prénorme européenne est destinée au calcul de structures couvertes par les Eurocodes.
19) Les indications fournies par le présent document peuvent, le cas échéant, servir au calcul de struc-
tures non couvertes par les Eurocodes, pour :
— évaluer d'autres actions et la manière de les combiner ;
— modéliser le comportement des matériaux et des structures ;
— évaluer les valeurs numériques du format de fiabilité.
20) Des valeurs numériques concernant les coefficients de sécurité et d'autres éléments de la sécurité
sont fournies à titre indicatif. Associées aux valeurs indicatives liées aux matériaux et fournies par les
Eurocodes de projet, elles assurent un niveau de fiabilité acceptable, si l'on admet qu'un niveau suffi-
sant de maîtrise et d'assurance de la qualité sera atteint. C'est pourquoi, si la présente Partie sert de
document de référence à d'autres TC du CEN, il convient d'utiliser les mêmes valeurs indicatives.
Division entre texte principal et annexes
21) En raison des différentes natures d'utilisation exposées ci-dessus, la présente Partie a été divisée
en un texte principal et une série d'annexes. Cette division prend également en compte les développe-
ments attendus au cours de la période ENV.
22) Le texte principal contient la plupart des règles principales et opérationnelles nécessaires à une
application directe aux projets dans le domaine traité par l'ENV 1991 et les ENV 1992 à 1999. Les dispo-
sitions principales relatives aux ponts y figurent également.
23) Les annexes sont uniquement informatives. Il n'est pas exclu que soient publiées séparément dans
un rapport du CEN d'autres études en vue de développements au cours de la période ENV.
(17) C La présente prénorme européenne est destinée à deux groupes bien distincts :
— d'une part, les concepteurs et les entrepreneurs qui sont censés appliquer les Eurocodes ;
— d'autre part, les personnes physiques et morales censées s'y référer, telles :
- les comités chargés de la rédaction des projets de codes, de normes ou d'agréments ;
- les autorités publiques à raison de leurs responsabilités en matière de construction ;
- les maîtres d'ouvrage et autres participants aux processus de construction qui ont adopté une politique de
qualité.
(18) C Les différences de consistance entre ce document et les Directives Communes de 1979 (voir (13) C ci-dessus) ne per-
mettent pas de le substituer simplement à celles-ci pour compléter les textes en vigueur d'origine nationale.
(19) C Pour le calcul de structures non couvertes par les Eurocodes, l'aide que peut apporter le présent document se situe
essentiellement au niveau de l'approche générale en matière de fiabilité. En ce qui concerne les valeurs numériques,
elle est inévitablement très limitée.
Page 7
ENV 1991-1:1994
Documents d’Application Nationale (DAN)
24) Il est prévu que, pendant la période ENV, la présente prénorme européenne soit utilisée pour des
projets, conjointement aux Documents d'Application Nationale spécifiques valables dans le pays où les
structures concernées seront situées.
Les Documents d'Application Nationale sont destinés à permettre une utilisation expérimentale des
Eurocodes en tant que prénormes dans des projets de construction, pendant la période ENV, sous
réserve des réglementations et des codes actuellement en vigueur dans les divers pays, et à faciliter
cette utilisation. Les Documents d'Application Nationale sont également susceptibles d'introduire des
modifications par rapport à la méthode des coefficients partiels contenue dans la présente prénorme
européenne. Établir les Documents d'Application Nationale est du ressort des autorités nationales com-
pétentes.
Chaque Document d'Application Nationale peut en particulier préciser s'il est possible d'utiliser les
annexes, en partie ou en totalité, en liaison avec le texte principal, et quelles sont leurs modalités
d'application concernant, par exemple, l'application des articles 3.4.3) et 8.3.1) avec l'annexe A.
25) Au niveau de la présente prénorme européenne, il convient de veiller tout particulièrement à :
— valider ou corriger les valeurs numériques présentées entre crochets ; il est recommandé de
n'apporter des modifications que si elles sont jugées nécessaires ; toutefois, pour les pays où des
règles de différenciation de la fiabilité ont déjà été codifiées, rien ne s'oppose à des modifications de
valeurs numériques destinées à compléter le présent Eurocode par de telles règles déjà en vigueur ;
— prendre en compte la variété des utilisateurs potentiels et des utilisations possibles de la présente
prénorme européenne (voir 17) ci-dessus), eu égard aux organisations professionnelles nationales
existantes et aux responsabilités respectives de chaque catégorie d'utilisateurs.
Développements prévus pour la présente Partie
26) L'objectif de la présente Partie est d'assurer la cohérence des règles de projet pour un vaste éventail
de constructions faisant appel à divers matériaux. Il convient de comprendre que ceci est un objectif à
long terme qui sera atteint progressivement. Au présent stade, l'objectif se limite à :
— assurer la cohérence entre les Eurocodes déjà publiés ou en préparation, sans les contredire ;
— couvrir de manière moins développée les structures traitées dans les mêmes Eurocodes, mais
pour lesquelles des Parties d'Eurocodes sont en préparation, par exemple pour les ponts, les silos,
etc. C'est pourquoi il faut comprendre que la publication de la présente version de cette Partie n'est
pas destinée à freiner la mise au point ni l'amélioration du format de fiabilité.
Parallèlement à la publication de nouvelles Parties des Eurocodes pendant la période ENV, il est envi-
sagé d'apporter des améliorations à certains points, par exemple :
— définition plus précise de niveaux de fiabilité différenciés ;
— révision numérique, justification probabiliste des valeurs numériques des coefficients partiels et
éventuellement complément à cette méthode par une approche probabiliste ;
— prise en compte plus précise des divers types d'équations d'états-limites, de l'interaction sol-
structure, de l'analyse non linéaire, des actions dynamiques ainsi que de l'analyse et du format de
la vérification de la fiabilité associés ;
— évaluation et recalcul de structures existantes.
Page 8
ENV 1991-1:1994
Section 1 Généralités
1.1 Domaine d’application
1) La présente Partie 1 de l'ENV 1991 définit les principes et les exigences en matière de sécurité et
d'aptitude au service des structures, décrit les bases pour le dimensionnement et la vérification et four-
nit des lignes directrices concernant les aspects de la fiabilité structurale qui s'y rattachent.
2) P La Partie 1 de l'ENV 1991 fournit les bases et les principes généraux en matière de conception
structurale des bâtiments et ouvrages de génie civil, y compris les aspects géotechniques, et doit être
utilisée conjointement avec les autres Parties de l'ENV 1991 et des ENV 1992 à 1999. La Partie 1 traite
de toutes les circonstances dans lesquelles on exige d'une structure une performance appropriée, y
compris en cas d'incendie et de tremblement de terre.
3) La Partie 1 de l'ENV 1991 peut également servir de base au calcul de structures non traitées par les
ENV 1992 à 1999 et lorsqu'interviennent d'autres matériaux ou d'autres actions non couvertes par
l'ENV 1991.
4) P La Partie 1 de l'ENV 1991 s'applique également à la conception structurale au niveau de l'exécution
et à la conception structurale de structures temporaires, pourvu que les amendements appropriés non
définis par l'ENV 1991 soient apportés.
5) La Partie 1 de l'ENV 1991 présente également des méthodes de vérifications simplifiées utilisables
pour les bâtiments et d'autres constructions courantes.
6) Des méthodes de calcul et des données afférentes au calcul de ponts et d'autres constructions non
intégralement traitées dans la présente Partie peuvent être trouvées dans d'autres Parties de
l'Eurocode 1 et dans les autres Eurocodes appropriés.
7) La Partie 1 de l'ENV 1991 n'est pas directement destinée à l'évaluation structurale de constructions
existantes, en vue de projeter des réparations et des modifications ou d'étudier des changements d'uti-
lisation, mais elle peut servir à cela le cas échéant.
8) La Partie 1 de l'ENV 1991 ne couvre pas tous les aspects des projets de constructions particulières
nécessitant des considérations sortant de l'ordinaire en matière de fiabilité, telles que les structures
d'usines nucléaires, pour lesquelles il convient d'utiliser des règles de calcul spécifiques.
9) La Partie 1 de l'ENV 1991 ne traite pas complètement du calcul de structures pour lesquelles des
déformations modifient les actions directes.
1.2 Références normatives
Cette prénorme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publi-
cations. Ces références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications
sont énumérées ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l'une
quelconque de ces publications ne s'appliquent à cette prénorme européenne que s'ils y ont été incorporés
par amendement ou révision. Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à
laquelle il est fait référence s'applique.
NOTE : Les prénormes européennes qui suivent, publiées ou en publication, sont citées aux endroits
appropriés dans le texte et les publications énumérées ci-après.
Page 9
ENV 1991-1:1994
ENV 1991-1 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 1 : Bases de calcul.
ENV 1991-2.1 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2.1 : Actions sur les
structures, densités, poids propres et charges d'exploitation.
ENV 1991-2.2 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2.2 : Actions sur les
structures exposées au feu.
ENV 1991-2.3 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2.3 : Actions sur les
structures — Actions de la neige.
ENV 1991-2.4 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2.4 : Actions sur les
structures — Actions du vent.
ENV 1991-2.5 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2.5 : Actions sur les
structures — Actions thermiques.
ENV 1991-2.6 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2.6 : Charges et défor-
mations imposées en cours d'exécution.
ENV 1991-2.7 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2.7 : Actions sur les
structures — Actions accidentelles.
ENV 1991-3 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 3 : Actions sur les struc-
tures — Charges sur les ponts dues au trafic.
ENV 1991-4 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 4 : Actions sur les struc-
tures — Actions dans les silos et réservoirs.
ENV 1991-5 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 5 : Actions sur les struc-
tures — Actions induites par les grues, les ponts roulants et la machinerie.
ENV 1992 Eurocode 2 : Calcul des structures en béton.
ENV 1993 Eurocode 3 : Calcul des structures en acier.
ENV 1994 Eurocode 4 : Conception et dimensionnement des structures mixtes acier-béton.
ENV 1995 Eurocode 5 : Calcul des ouvrages en bois.
ENV 1996 Eurocode 6 : Calcul des structures en maçonnerie.
ENV 1997 Eurocode 7 : Calcul géotechnique.
ENV 1998 Eurocode 8 : Calcul des structures résistant aux séismes.
ENV 1999 Eurocode 9 : Calcul des structures en alliage d'aluminium.
ISO 2631 Estimation de l'exposition des individus à des vibrations globales du corps.
ISO 8930 1987 Principes généraux de la fiabilité des constructions — Liste des termes équivalents.
ISO 6707-1 1989 Bâtiment et génie civil — Vocabulaire — Partie 1 : Termes généraux.
ISO 3898 1987 Bases du calcul des constructions — Notations — Symboles généraux.
Page 10
ENV 1991-1:1994
1.3 Hypothèses de travail
Les hypothèses suivantes doivent être satisfaites :
— le choix du système structural et le projet de structure sont faits par un personnel
— l'exécution est confiée à un personnel suffisamment compétent et expérimenté ;
— une surveillance et une maîtrise de la qualité adéquates sont assurées au cours du travail, à savoir
dans les bureaux d'études, les usines, les entreprises et sur chantier ;
— les matériaux et produits utilisés pour la construction le sont comme spécifié dans le présent Euro-
code, dans les ENV 1992 à 1999 ou dans les spécifications des matériaux ou produits utilisés ;
— la structure bénéficiera de la maintenance adéquate ;
— l'utilisation de la structure sera conforme à sa destination prévue.
— les règles de calcul ne sont valides que si les prescriptions relatives aux matériaux, à l'exécution et
à la mise en œuvre contenues dans les ENV 1992 à 1996 et 1999 sont elles aussi respectées.
1.4 Distinction entre Principes et Règles d'application
1) P Selon la nature des différents articles, la présente Partie 1 de l'ENV 1991 distingue d'une part les
Principes et d'autre part les Règles d'application.
2) P Les Principes comprennent :
— des formulations d'ordre général et des définitions ne comportant pas d'alternative ;
— des prescriptions et des modèles analytiques pour lesquels aucune alternative n'est autorisée,
sauf indication contraire.
3) Les Principes sont identifiés par le numéro du paragraphe suivi de la lettre P.
4) P Les Règles d'application sont des règles généralement reconnues qui font suite aux Principes et
sont conformes à leurs prescriptions. Il est admissible d'utiliser des règles différentes des Règles
d'application formulées dans le présent Eurocode, pourvu qu'il soit démontré qu'elles sont conformes
aux Principes concernés et présentent au moins le même niveau de fiabilité.
C Les domaines de validité des valeurs numériques et des règles elles-mêmes données dans les Eurocodes sont toujours
limités. Les limites de validité résultant, d'une part de conditions explicites définies dans les divers Eurocodes, d'autre par t
de conditions implicites. Elles dépendent en outre des niveaux de fiabilité recherchés.
Les conditions explicites (généralement désignées dans les EC par le terme «Hypothèses») se rapportent à des stades de
l'opération de construction qui peuvent précéder, accompagner ou suivre la vérification du dimensionnement par appli-
cation des EC. On peut à titre d'exemple, mentionner :
— au stade précédant la vérification, l'article 3.2 de l'ENV 1997-1 sur les investigations géotechniques et l'article 2.2 de
l'ENV 1998-1-1 sur la régularité de la forme structurale ;
— au stade de la vérification, la clause 1.4 (4) P ci-après sur l'usage éventuel de règles alternatives ;
— au stade suivant la vérification, des règles spécifiant dans les divers EC des conditions minimales à respecter pen-
dant l'exécution des structures et pour la maîtrise de la qualité.
Les conditions explicites énumérées dans le présent article sont les plus générales et n'ont pas un caractère exhaustif.
Les conditions implicites concernent par exemple les conditions climatiques (supposées suffisamment connues), les influences
de l'environnement (supposées non anormalement agressives) et les pratiques professionnelles usuelles.
I Ayant la compétence et l'expérience nécessaires.
(1) C Cette clause n'implique aucune règle administrative relative aux personnels concernés. Les conditions dans lesquelles il
peut être considéré que les personnels concernés possèdent des qualités nécessaires ne relèvent pas du présent document.
suffisamment qualifié et expérimenté ;
Page 11
ENV 1991-1:1994
5) Dans la Partie 1 de l'ENV 1991, les Règles d'application ne comportent qu'un numéro d'article,
comme, par exemple, dans celui-ci.
1.5 Définitions
Pour les besoins de la présente prénorme européenne, les définitions suivantes s'appliquent.
NOTE : La plupart des définitions proviennent de l'ISO 8930:1987.
1.5.1 Termes communs aux Eurocodes structuraux (ENV 1991 à 1999)
1.5.1.1 Construction
Tout ce qui concerne ou résulte des opérations de construction.
NOTE : Cette définition est conforme à l'ISO 6707 Partie 1. Ce terme recouvre les bâtiments et les
ouvrages de génie civil. Il désigne les constructions entières, incluant leurs éléments structuraux,
non structuraux et géotechniques.
1.5.1.2 Nature de construction
Nature de la «construction» indiquant son utilisation prévue, par exemple bâtiment d'habitation, mur de
soutènement, bâtiment industriel ou pont-route.
1.5.1.3 Mode de construction
Indication du matériau principal de la structure, par exemple construction en béton armé, en acier, en bois,
en maçonnerie, en construction mixte acier-béton.
1.5.1.4 Procédé d'exécution
Méthode utilisée pour l'exécution, par exemple coulé en place, préfabriqué, en encorbellement.
(5) A Les conditions dans lesquelles des Règles d'application différentes de celles formulées dans les
Eurocodes sont fixées :
— pour les dispositions des structures relevant normalement de la codification, par les DAN
et/ou la règlementation ;
— pour les dispositions des structures présentant des particularités, par les agréments ou par
les responsables du contrôle des projets concernés.
C Un certain nombre des définitions données dans cet article ne peuvent être utilisées de façon opérationnelle que par l'addi-
tion de règles numériques (par exemple valeurs représentatives) ou qualitatives, ou à défaut nécessitent un recours au
jugement (par exemple danger potentiel).
C
1
Le mot anglais «design» largement utilisé dans la version originale de cet Eurocode peut signifier selon le cas projet,
conception, dimensionnement ou calcul, ou encore une combinaison de ces différentes notions. À la traduction, on a
précisé la signification dans chaque cas particulier ; lorsqu'il s'agissait d'une combinaison de plusieurs notions, on a utilisé
le terme correspondant à la notion principale pour le passage considéré.
C
2
On appelle «format de fiabilité» le système de règles et de valeurs numériques de diverses natures (valeurs représentati-
ves, coefficients partiels...) qu'on superpose aux divers modèles (variables de base, comportement structural) pour déter-
miner ou vérifier le dimensionnement de la structure. Il inclut, lorsqu'il y a lieu, les marges implicites de sécurité
introduites dans les modèles.
On appelle «format d'une vérification» les seuls éléments du format de fiabilité utilisés pour la vérification considérée.
Page 12
ENV 1991-1:1994
1.5.1.5 Matériau de construction
Matériau utilisé pour une construction, par exemple béton, acier, bois, maçonnerie.
1.5.1.6 Structure
Assemblage de pièces conçu pour assurer un certain degré de rigidité.
NOTE : La Partie 1 de l'ISO 6707 donne la même définition mais ajoute «ou une construction présen-
tant une disposition de ce type». Cette précision n'est pas utilisée dans les Eurocodes structuraux
afin de lever toute ambiguïté au niveau de la traduction.
1.5.1.7 Type de structure
Disposition d'éléments structuraux tels que poutres, colonnes, voûtes, pieux de fondation.
NOTE : Des types de structures sont, par exemple, les portiques, les ponts suspendus.
1.5.1.8 Système structural
Éléments porteurs d'une construction et mode de fonctionnement en commun.
1.5.1.9 Modèle structural
Schématisation du système structural utilisée pour l'analyse et le dimensionnement.
1.5.1.10 Exécution
Activité consistant à réaliser une construction.
NOTE : Ce terme inclut le travail sur chantier ; il peut aussi désigner la fabrication de composants à
l'extérieur et leur assemblage ultérieur sur chantier.
1.5.2 Termes spécifiques relatifs aux projets en général
1.5.2.1 Critères de dimensionnement
Formules quantitatives décrivant les conditions à satisfaire vis-à-vis de chaque état-limite.
1.5.2.2 Situations de projet
Ensembles de conditions physiques représentant une certaine durée pour laquelle il sera démontré par le
calcul que les états-limites concernés ne sont pas dépassés.
1.5.2.3 Situation de projet transitoire
Situation de projet à considérer pendant une durée beaucoup plus courte que la durée d'utilisation prévue
pour la structure et qui est hautement probable.
NOTE : Elle fait référence à des conditions temporaires de la structure, de son utilisation ou de son
exposition, par exemple en cours d'exécution ou de réparation.
1.5.2.4 Situation de projet durable
Situation de projet à considérer pendant une durée du même ordre que la durée d'utilisation de projet de
la structure.
NOTE : Elle fait généralement référence à des conditions normales d'utilisation.
Page 13
ENV 1991-1:1994
1.5.2.5 Situation de projet accidentelle
Situation de projet impliquant des conditions exceptionnelles au niveau de la structure ou de son exposi-
tion, par exemple un incendie, une explosion, un choc ou une défaillance localisée.
1.5.2.6 Durée d'utilisation de projet
Durée pendant laquelle une structure doit pouvoir être utilisée comme prévu, en faisant l'objet de la main-
tenance escomptée mais sans qu'il soit nécessaire d'effectuer des réparations majeures.
1.5.2.7 Danger potentiel
Événement exceptionnel et grave, par exemple une action anormale, une influence anormale de l'environ-
nement, une résistance insuffisante ou un écart excessif par rapport aux dimensions prévues.
1.5.2.8 Disposition de charge
Identification de l'emplacement, de la grandeur et de la direction d'une action libre.
1.5.2.9 Cas de charge
Dispositions compatibles de charges, d'ensembles de déformations et d'imperfections à considérer simul-
tanément avec les actions fixes permanentes et variables pour une vérification particulière.
1.5.2.10 États-limites
États au-delà desquels la structure ne satisfait plus aux exigences de performance prévues.
1.5.2.11 États-limites ultimes
États associés à un effondrement ou à d'autres formes similaires de défaillance structurale.
NOTE : Ils correspondent généralement à la capacité portante maximale d'une structure ou d'une
partie de celle-ci.
C Les dangers potentiels dont il s’agit dans les Eurocodes sont seulement ceux qui sont pris en compte dans le format de
fiabilité. Il ne doit pas être ignoré que d'autres dangers potentiels, notamment des risques d'erreur grave, existent et
représentent souvent un risque plus grave que les dangers potentiels envisagés dans les Eurocodes (voir également
paragraphe 2.1.4) P).
C En particulier, une disposition de charge rattache la grandeur et la direction de la charge en tout point de la structure à sa
grandeur et sa direction en tout autre point.
Page 14
ENV 1991-1:1994
1.5.2.12 États-limites de service
États correspondant à des conditions au-delà desquelles les exigences d'aptitude au service spécifiées
pour une structure ou un élément structural ne sont plus satisfaites.
1.5.2.12.1 États-limites de service irréversibles : États-limites qui resteront dépassés en permanence
lorsque les actions à l'origine du dépassement auront disparu.
1.5.2.12.2 États-limites de service réversibles : États-limites qui ne seront plus dépassés lorsque les
actions à l'origine du dépassement auront disparu.
1.5.2.13 Résistance (sollicitation résistante)
Propriété mécanique d'un composant, d'une section transversale ou d'un élément structural, par exemple
la résistance à la flexion, la résistance au flambage.
1.5.2.14 Maintenance
Totalité des opérations effectuées pendant la durée d'utilisation de la structure pour préserver sa fonction.
1.5.2.15 Résistance (d'un matériau)
Propriété mécanique d'un matériau, habituellement exprimée en unités de contrainte.
1.5.2.16 Fiabilité
La fiabilité recouvre la sécurité, l'aptitude au service et la durabilité d'une structure.
C De façon plus précise dans un certain nombre de cas, un état-limite caractérisé par exemple par une ouverture de fissure
maximale de 0,5 mm par exemple sera considéré comme irréversible non parce que l'ouverture restera supérieure à
0,5 mm, mais parce qu'il subsistera de façon définitive une ouverture de fissure plus grande qu'auparavant et que l'on
souhaitait éviter. On peut aussi, parfois (voir paragraphe 3.3.3)) avoir à considérer certains états-limites comme imparfai-
tement réversibles.
C On désigne en français par «maintenance» l’ensemble des opérations de surveillance, entretien et réparation d’une
construction.
C La fiabilité envisagée ici et, plus généralement, dans les Eurocodes, conformément à l'usage international en matière de
construction, désigne la fiabilité structurale (voir A ci-après et paragraphe 2.1 (2) C), et non pas la fiabilité en général. Ceci
n'exclut pas d'autres usages du mot «fiabilité», par exemple à propos d'un modèle ou de la grandeur attribuée à une valeur
d'une donnée particulière. C'est ainsi que la théorie de la fiabilité (au sens général) sert de moyen pour vérifier la fiabilité
d'une structure particulière. De même, le terme «sécurité» utilisé dans les Eurocodes désigne, conformément à l'usage
international dans ce domaine (voir par exemple l'ISO 8930 ou ISO 2394), la sécurité structurale censée couvrir la sécurité
des personnes à l'égard des risques d'origine structurale et être essentiellement attachée au non-dépassement des états-
limites ultimes. Voir par ailleurs le commentaire 2.1 (2) C.
A Fiabilité structurale.
Aptitude d'une structure à satisfaire les exigences spécifiées en matière de défaillance structurale.
Durabilité structurale.
Aptitude d'une structure à rester fiable pendant une durée d'utilisation conventionnelle.
Page 15
ENV 1991-1:1994
1.5.3 Termes relatifs aux actions
1.5.3.1 Action
a) Force (charge) appliquée à la structure (action directe).
b) Déformation imposée ou entravée, ou accélération imposée, résultant par exemple de changements
de température, de variations du taux d'humidité, de tassements différentiels ou de tremblements de
terre (action indirecte).
1.5.3.2 Effet d’actions
Effet d'actions, sur des éléments structuraux, par exemple force interne, moment, contrainte, déformation.
1.5.3.3 Action permanente (G)
Action qui a de fortes chances de durer pendant toute une situation de projet donnée et pour laquelle la
grandeur de la variation dans le temps par rapport à la valeur moyenne est négligeable, ou pour laquelle
la variation se fait toujours dans le même sens (monotone) jusqu'à ce que l'action atteigne une certaine
valeur limite.
1.5.3.4 Action variable (Q)
Action qui a peu de chances de durer pendant toute une situation de projet donnée, ou pour laquelle la
grandeur de la variation dans le temps par rapport à la valeur moyenne n'est ni négligeable ni monotone.
1.5.3.5 Action accidentelle (A)
Action, habituellement de courte durée, qui a peu de chances d'intervenir avec une grandeur significative
pendant l'intervalle de temps considéré au cours de la durée d'utilisation de projet.
NOTE : Dans de nombreux cas, une action accidentelle est susceptible d'avoir de graves conséquen-
ces si des mesures appropriées ne sont pas prises.
1.5.3.6 Action sismique (A
E
)
Action due à des tremblements de terre.
C On désigne par «trafic» un ensemble de circulations (voir l’ENV 1991-3 cité à l’article 1.2).
C Voir l'article 4.1.
C Voir l'article 4.1.
C Voir l'article 4.1.
C Voir l'article 4.1.
Page 16
ENV 1991-1:1994
1.5.3.7 Action fixe
Action ayant une distribution spatiale sur la structure, telle que la grandeur et la direction de l’action sont
déterminées sans ambiguïté pour l'ensemble de la structure, si elles le sont pour un point précis de ladite
structure.
1.5.3.8 Action libre
Action qui peut avoir une distribution spatiale quelconque sur la structure, à l'intérieur de certaines limites.
1.5.3.9 Action individuelle
Action pouvant être jugée statistiquement indépendante dans le temps et dans l'espace de toute autre
action ayant des effets sur la structure.
1.5.3.10 Action statique
Action qui ne provoque pas d'accélération significative de la structure ou d'éléments structuraux.
1.5.3.11 Action dynamique
Action qui provoque une accélération significative de la structure ou d'éléments structuraux.
1.5.3.12 Action quasi-statique
Action dynamique pouvant être décrite par un modèle statique incluant les effets dynamiques.
1.5.3.13 Valeur représentative d'une action
Valeur utilisée pour la vérification d'un état-limite.
1.5.3.14 Valeur caractéristique d'une action
La principale valeur représentative d'une action. Dans la mesure où elle peut reposer sur des bases statis-
tiques, elle est choisie pour correspondre à une probabilité donnée de non-dépassement du côté défavo-
rable, au cours d'une «durée de référence» tenant compte de la durée d'utilisation de projet de la structure
et de la durée de la situation de projet.
C Voir l’article 4.1.
C Voir l’article 4.1.
C Voir l’article 4.1.
C Voir l’article 4.1.
C Voir l’article 4.1.
C Voir l’article 4.1.
Page 17
ENV 1991-1:1994
1.5.3.15 Durée de référence
Voir le paragraphe 1.5.3.14.
1.5.3.16 Valeurs de combinaison d'une action variable
Valeurs associées à l'emploi de combinaisons d'actions (voir 1.5.3.20), destinées à prendre en compte la
probabilité réduite que plusieurs actions indépendantes interviennent simultanément avec les valeurs les
plus défavorables.
1.5.3.17 Valeur fréquente d'une action variable
Valeur déterminée de manière à ce que :
— la durée totale, pendant laquelle elle est dépassée, au cours d'un intervalle de temps donné ;
— ou la fréquence de son dépassement ;
soit limitée à une valeur donnée.
1.5.3.18 Valeur quasi-permanente d’une action variable
Valeur déterminée de manière à ce qu'au cours d'un intervalle de temps donné, le temps total pendant
lequel elle est dépassée représente une partie considérable de l'intervalle de temps donné.
1.5.3.19 Valeur de calcul d’une action F
d
Valeur obtenue en multipliant la valeur représentative par le coefficient partiel de sécurité γ
F
.
1.5.3.20 Combinaison d’actions
Ensemble de valeurs de calcul permettant de vérifier la fiabilité structurale pour un état-limite sous l'effet
simultané de différentes actions.
1.5.4 Termes relatifs aux propriétés des matériaux
1.5.4.1 Valeur caractéristique d'une propriété de matériau X
k
Valeur d'une propriété de matériau, ayant une probabilité donnée de ne pas être atteinte lors d'une hypo-
thétique série d'essais illimitée.Cette valeur correspond généralement à un fractile spécifié de la distribu-
tion statistique supposée de la propriété concernée du matériau. Dans certains cas, une valeur nominale
est utilisée comme valeur caractéristique.
1.5.4.2 Valeur de calcul d'une propriété de matériau X
d
Valeur obtenue en divisant la valeur caractéristique par un coefficient partiel γ
M
ou, dans certains cas par-
ticuliers, par détermination directe.
C Voir l’article 4.3.
C Voir l’article 4.3.
C Dans le cas où un coefficient partiel γ
sd
est pris en compte séparément, on désigne par valeur de calcul de l'action le pro-
duit de la valeur représentative par le coefficient partiel γ
f
(voir paragraphe 9.3.2).
Page 18
ENV 1991-1:1994
1.5.5 Termes relatifs aux données géométriques
1.5.5.1 Valeur caractéristique d'une propriété géométrique a
k
Valeur correspondant habituellement aux dimensions spécifiées dans le projet. Le cas échéant, les valeurs
des grandeurs géométriques peuvent correspondre à certains fractiles spécifiés de la distribution
statistique.
1.5.5.2 Valeur de calcul d'une propriété géométrique a
d
Généralement, valeur nominale. Le cas échéant, les valeurs des grandeurs géométriques peuvent corres-
pondre à certains fractiles spécifiés de la distribution statistique.
1.6 Symboles
Pour les besoins de la présente prénorme européenne, les symboles suivants sont applicables.
NOTE : Ces notations sont basées sur l'ISO 3898:1987.
C Les fractiles prescrits mentionnés dans ces paragraphes restent souvent implicites, et peuvent se référer à des distribu-
tions dans des populations statistiques conventionnelles.
C Les fractiles prescrits mentionnés dans ces paragraphes restent souvent implicites, et peuvent se référer à des distribu-
tions dans des populations statistiques conventionnelles.
1.5.6 C Termes relatifs à la qualité
Sont rappelées ci-après les définitions principales relevant de ce domaine.
1.5.6.1 Qualité
Ensemble des caractéristiques d’une entité qui lui confèrent l’aptitude à satisfaire des besoins exprimés ou implicites
(ISO 8402-2.1).
1.5.6.2 Politique de qualité
Orientation et objectifs généraux d’un organisme tels qu’ils sont exprimés formellement par la direction au plus haut
niveau (ISO 8402-3.1).
1.5.6.3 Assurance de la qualité
Ensemble des activités préétablies et systématiques mises en œuvre dans le cadre du système qualité et démontrées
en tant que de besoin pour donner la confiance appropriée en ce qu’une entité satisfera aux exigences pour la qualité
(ISO 8402-3.5).
1.5.6.4 Exigences pour la qualité
Expression des besoins, ou traduction en un ensemble d’exigences exprimées en termes quantitatifs ou qualitatifs
pour les caractéristiques d’une entité afin de permettre sa réalisation et son examen (ISO 8402-2.3).
1.5.6.5 Conformité
Satisfaction aux exigences spécifiées (ISO 8402-2.9).
C
1
D'autres symboles sont utilisés dans les annexes.
C
2
NOTE :

Clarifier la signification relative de A
Ek
A
Ed
et ψ
I
selon l'EC8 et le DAN correspondant.
C
3
Au sujet des symboles γ
F
, γ
f
, γ
G
, γ
g
, γ
Q
, γ
q
, γ
M
, γ
m
, γ
rd
, γ
R
, γ
Rd
, et γ
Sd
, se reporter en 9.3 pour plus de précisions.
A En ce qui concerne la signification précise des symboles A
Ed
, A
Ek
, G, G
k
, P et P
k
, ainsi que le cas
échéant G
m
et P
m
, se reporter aux Eurocodes particuliers.
Page 19
ENV 1991-1:1994
Majuscules latines
A Action accidentelle
A
d
Valeur de calcul d’une action accidentelle
A
Ed
Valeur de calcul d’une action sismique
A
Ek
Valeur caractéristique d'une action sismique
A
k
Valeur caractéristique d'une action accidentelle
C
d
Valeur nominale ou fonction des valeurs de calcul de certaines propriétés des matériaux
E Effet d'une action
E
d
Valeur de calcul d'un effet des actions
E
d,dst
Valeur de calcul de l'effet des actions déstabilisantes
E
d,stb
Valeur de calcul de l'effet des actions stabilisantes
F Action
F
d
Valeur de calcul d'une action
F
k
Valeur caractéristique d'une action
F
rep
Valeur représentative d'une action
G Action permanente
G
d
Valeur de calcul d'une action permanente
G
d,inf
Valeur de calcul inférieure d'une action permanente
G
kj
Valeur caractéristique de l'action j permanente
G
d,sup
Valeur de calcul supérieure d'une action permanente
G
ind
Action permanente indirecte
G
k
Valeur caractéristique d'une action permanente
G
k,inf
Valeur caractéristique inférieure d'une action permanente
G
k,sup
Valeur caractéristique supérieure d'une action permanente
P Action de précontrainte
P
d
Valeur de calcul d'une action de précontrainte
P
k
Valeur caractéristique d'une action de précontrainte
Q Action variable
Q
d
Valeur de calcul d'une action variable
Q
ind
Action variable indirecte
Q
k
Valeur caractéristique d'une action variable individuelle
Q
k1
Valeur caractéristique de l'action variable dominante
Q
ki
Valeur caractéristique de l'action i variable non dominante
R Résistance (sollicitation résistante)
R
d
Résistance de calcul
R
k
Résistance caractéristique
X Propriété de matériau
X
d
Valeur de calcul d'une propriété de matériau
X
k
Valeur caractéristique d'une propriété de matériau
Page 20
ENV 1991-1:1994
Minuscules latines
a
d
Valeur de calcul de donnée géométrique
a
k
Dimension caractéristique
a
nom
Valeur nominale de donnée géométrique
Majuscules grecques

a
Modification apportée à des données géométriques nominales à des fins particulières de cal-
cul, par exemple la détermination des effets d'imperfections
Minuscules grecques
γ Coefficient partiel (de sécurité ou d'aptitude au service)
γ
A
Coefficient partiel pour les actions accidentelles
γ
F
Coefficient partiel pour actions, tenant aussi compte d'incertitudes de modèle et de variations
dimensionnelles
γ
G
Coefficient partiel pour actions permanentes
γ
GA
Comme γ
G
mais pour situations de projet accidentelles
γ
GAj
Comme γ
Gj
mais pour situations de projet accidentelles
γ
G,inf
Coefficient partiel pour actions permanentes lors de la détermination de valeurs de calcul
inférieures
γ
Gj
Coefficient partiel pour une action j permanente
γ
G,sup
Coefficient partiel pour actions permanentes lors de la détermination de valeurs de calcul
supérieures
γ
l
Coefficient d'importance
γ
m
Coefficient partiel pour une propriété de matériau ou de produit
γ
M
Coefficient partiel pour une propriété de matériau ou de produit, tenant aussi compte d'incer-
titudes de modèle et de variations dimensionnelles
γ
P
Coefficient partiel pour actions de précontrainte
γ
PA
Comme γ
P
, mais pour situations de projet accidentelles
γ
Q
Coefficient partiel pour actions variables
γ
Qi
Coefficient partiel pour une action i variable
γ
rd
Coefficient partiel associé à l'incertitude du modèle de la résistance et de variations
dimensionnelles
γ
R
Coefficient partiel pour la résistance, incluant des incertitudes sur les propriétés du matériau,
des incertitudes de modèle et des variations dimensionnelles
γ
Rd
Coefficient partiel associé à l'incertitude du modèle de la résistance
γ
Sd
Coefficient partiel associé à l'incertitude de modèle des actions et/ou de leurs effets
η Facteur de conversion
ξ Coefficient de réduction
Ψ
0
Coefficient définissant la valeur de combinaison d'une action variable
Ψ
1
Coefficient définissant la valeur fréquente d'une action variable
Ψ
2
Coefficient définissant la valeur quasi-permanente d'une action variable
Page 21
ENV 1991-1:1994
Section 2 Exigences
2.1 Exigences fondamentales
1) P Une structure doit être conçue et réalisée de sorte que, pendant sa durée de vie escomptée, avec
des niveaux de fiabilité appropriés et de façon économique :
— elle reste adaptée à l'usage pour lequel elle a été conçue ;
— et elle résiste à toutes les actions et influences susceptibles d'intervenir pendant son exécution et
son utilisation.
2) Un projet établi conformément au paragraphe 1)P implique que la sécurité structurale et l'aptitude
au service sont dûment considérées, y compris la durabilité dans les deux cas.
C Les «exigences fondamentales» ont le même objet que l'«exigence essentielle» n° 1 définie dans la Directive Européenne
n° 89 106 et le Document Interprétatif n° 1 correspondant. Par rapport à l'exigence essentielle, elles ont un caractère :
— un peu plus général en ce sens qu'elles ne sont pas limitées par les capacités de réglementation des autorités
publiques ;
— mais plus limitées en ce sens qu'elles ne concernent que les parties structurales des constructions.
Elles sont qualifiées de «fondamentales» en ce sens qu'elles sont la base des Principes et des Règles publiés dans les EC,
et qu'elles traduisent les objectifs à atteindre pour les structures sortant du domaine couvert par les EC.
Elles ont le caractère d'exigences pour la qualité (voir 1.5.6 C) et sont la traduction, sous l'angle de la fiabilité structurale,
d'une politique de gestion des risques.
En principe le choix d'un niveau de fiabilité structurale vis-à-vis d'un ou plusieurs dangers potentiels prend en compte les
probabilités P
f
de défaillances structurales et les probabilités P
C/f
qu'il en résulte des conséquences dommageables C
(dommages aux personnes, aux biens et à l'environnement évalués par une appréciation socio-économique) ; le risque
peut être défini comme Σ P
f
P
C/f
C. La gestion de l'ensemble des risques consiste alors à déterminer des niveaux de fiabilité
qui représentent un optimum socio-économique entre les risques acceptés et le coût des mesures qui permettraient de les
réduire, et à exprimer ces niveaux en termes de performances requises pour les structures.
En pratique, les niveaux de fiabilité ne peuvent être déterminés que de façon implicite et incomplète (voir en outre
paragraphe 2.2 - 3) à 5) (1) ; les performances ne sont définies que par référence à des circonstances (situations de
projet...) à examiner séparément et à des critères de comportement structural (états-limites) discrétisés et à considérer
successivement.
La gestion des risques intéresse (voir 17) dans l'avant-propos) :
— les autorités publiques en charge de la sécurité des biens et des personnes ainsi que du bon fonctionnement d'un
pays ou d'une zone administrative au plan économique et social ;
— les maîtres d'ouvrages qui expriment des besoins explicites et qui ont des attentes implicites ;
— les intervenants de la construction (concepteurs, bureaux de contrôle, fournisseurs, entrepreneurs) dans la mesure
où leur responsabilité, la qualité de leur prestation, etc. sont en cause.
Les codes de la construction, et a fortiori les seuls codes structuraux, ne prétendent pas couvrir de façon exclusive l'ensem-
ble des préoccupations de ces différents acteurs, et il est donc légitime que les performances requises codifiées soient
renforcées et complétées lorsque cela apparaît justifié.
(2) C La fiabilité structurale comporte différents aspects qui sont fonction des états-limites et des situations de projet auxquelles
se rapportent les exigences pour la fiabilité :
— la sécurité structurale associée aux états-limites ultimes et à toutes situations de projet ;
— l'aptitude au service associée aux états-limites de service, aux situations durables et à certaines situations transitoires ;
— la tenue aux influences de l'environnement relative à l'intégrité physico-chimique et surtout associée aux situations
durables ;
— la robustesse associée à des états-limites ultimes et à des situations accidentelles prévues ou non prévues.
Le projet établi conformément à l'article 1) P implique que l'ensemble de ces aspects de la fiabilité soient dûment consi-
dérés. Pour la prise en compte de la dimension temps, voir les articles 2.3, 2.4 et 2.5.
Aucun de ces aspects, ni a fortiori la fiabilité structurale elle-même, ne peut en l'état actuel des connaissances être quan-
tifié globalement en termes de probabilités.
De plus, ces aspects ne peuvent être appréciés que pour des vérifications individuelles (états-limites individuels dans des
situations de projets individuels). Comme pour chacun de ses aspects, la fiabilité structurale effective doit être distinguée
de la fiabilité structurale de projet :
— la fiabilité structurale effective concerne les structures réalisées et fait intervenir la qualité réelle de l'exécution et de
la maintenance ;
— la fiabilité structurale de projet, seule traitée dans les EC, a un caractère conditionnel (voir article 1.3). Elle diffère de
la précédente du fait qu'elle ne prend notamment pas en compte les risques d'erreur humaine grave ni, en sens inverse,
les marges implicites de sécurité négligées dans les calculs.
Page 22
ENV 1991-1:1994
3) P Une structure doit aussi être conçue et exécutée de telle sorte qu'elle ne soit pas endommagée par
des événements tels qu'un incendie, une explosion, un choc ou les conséquences d'erreurs humaines,
de façon disproportionnée par rapport à la cause initiale.
4) P Les dommages potentiels doivent être prévenus ou limités au moyen d'une ou plusieurs des
mesures suivantes :
— en prévenant, éliminant ou réduisant les dangers potentiels auxquels la structure est soumise ;
— en choisissant un type de structure peu vulnérable aux dangers potentiels considérés ;
— en choisissant un type de structure et un dimensionnement permettant de résister de façon
appropriée à la disparition accidentelle d'un élément ou d'une partie limitée de la structure, ou à un
dommage localisé d'ampleur acceptable ;
— en évitant autant que possible les systèmes structuraux susceptibles de s'effondrer sans signe
préalable avertisseur ;
— en solidarisant les différentes parties de la structure.
5) P Le choix de matériaux adéquats, une conception et des dispositions constructives appropriées et
la spécification de procédures de contrôle de la conception, de la production, de l'exécution et de l'uti-
lisation spécifiquement adaptées au projet doivent permettre de satisfaire les exigences ci-dessus.
2.2 Différenciation de la fiabilité
1) P La fiabilité requise pour la majorité des structures doit être obtenue par des calculs et une exécution
conformes aux ENV 1991 à 1999 et par des mesures appropriées en matière d'assurance de la qualité.
2) Des niveaux de fiabilité différents peuvent en général être adoptés :
— pour la sécurité structurale ;
— pour l'aptitude au service.
3) Des niveaux de fiabilité différents peuvent dépendre :
— de la cause et du mode de la défaillance ;
(3 P) A Cette exigence doit a fortiori être également satisfaite en cas d'occurrence d'une cause
mineure de dommage.
(4 P) C Ce paragraphe est essentiellement destiné à l'application du paragraphe 3) P précédent. Certaines dispositions cons-
tructives spécifiées dans les Eurocodes peuvent contribuer à cette application, mais dans de nombreux cas, un juge-
ment reste nécessaire, en particulier pour les structures non courantes ou exposées à des dangers potentiels non
courants. En conséquence, il est recommandé de préciser, dans les contrats, les règles d'application en tant que de
besoin.
(5 P) C Ce paragraphe est spécifié en tant qu'hypothèses et à ce titre relève de l'article 1.3 plutôt que du présent article 2.1.
(1 P) I Remplacer les mots «des calculs et une exécution conformes aux ENV 1991 à 1999» par «des
mesures relatives au projet».
(1 P) C Se reporter, pour les deux catégories de mesures, au paragraphe 5) du présent article. En ce qui concerne la distinc-
tion faite entre les mesures relatives au projet et celles relatives à l'assurance de la qualité, il convient de comprendre
qu'au niveau des contrats, les premières concernent le dimensionnement défini par les plans, à l'exclusion des pièces
écrites accompagnant les plans, et que les secondes concernent essentiellement les pièces écrites.
(3) C En ce qui concerne le mode de défaillance, on distingue essentiellement les défaillances précédées d'un signe
avertisseur (notamment ruptures suffisamment ductiles) de celles non précédées d'un tel signe (notamment ruptures
fragiles).
Page 23
ENV 1991-1:1994
— des conséquences possibles de la défaillance en termes de risques pour la vie humaine, de bles-
sures, de pertes économiques potentielles et de l'importance des perturbations qui en résulteraient
pour la société ;
— des dépenses et des moyens nécessaires pour réduire le risque de défaillance ;

4) Il est possible de parvenir à la différenciation des niveaux de fiabilité exigés vis-à-vis de la sécurité
structurale et de l'aptitude au service en effectuant une classification de structures entières ou d'élé-
ments structuraux.
5) Il est possible d'atteindre la fiabilité exigée en matière de sécurité structurale ou d'aptitude au ser-
vice par des combinaisons appropriées des mesures suivantes :
a) Mesures relatives au projet :
— prescriptions relatives à l'aptitude au service ;
— valeurs représentatives des actions ;
— choix des coefficients partiels ou de grandeurs appropriées pour les calculs de dimensionne-
ment ;
— prise en compte de la durabilité ;
— prise en compte du degré de robustesse (insensibilité structurale) ;
— étendue et qualité des investigations préliminaires concernant les sols et les éventuelles
influences de l'environnement ;
— précision des modèles mécaniques utilisés ;
— rigueur des règles de disposition constructive.
(3) I Supprimer l'alinéa «des différents niveaux de fiabilité exigés au plan national, régional ou local».
(3) C Les différents niveaux mentionnés dans cet alinéa ne sont que la conclusion des trois alinéas qui précèdent.
(4) I Remplacer «Il est possible» par «Dans certains cas, il est possible».
(4) C Une classification de structures ou d'éléments structuraux n'est un critère valable de différenciation que dans des cas limi-
tés (par exemple pour certaines constructions agricoles).
Pour traiter ces différents cas ce sont d'ailleurs des classifications différentes qui sont à utiliser. (Voir par exemple les cri-
tères utilisés dans les ENV 1997 et 1998.) Ce sont d'autres moyens qui pour la différenciation sont le plus souvent utilisés
(voir plus loin).
(5 a) C Un autre moyen important, souvent laissé à l'initiative des concepteurs et des maîtres d'ouvrage, au niveau du projet,
pour moduler la fiabilité, consiste en une identification et une prise en compte plus ou moins poussée des dangers
potentiels, et notamment de ceux susceptibles d'engendrer des situations accidentelles, dans la mesure où ils ne sont
pas fixés par la codification. Un autre moyen est de procéder à une analyse d'effets secondaires.
des différents niveaux de fiabilité exigés au plan national, régional ou local.
Page 24
ENV 1991-1:1994
b) Mesures relatives à l'assurance de la qualité, ayant pour but de réduire les dangers potentiels en
relation avec :
— des erreurs humaines graves ;
— le projet ;
— l'exécution.
6) Pour des niveaux de fiabilité donnés, les moyens pour réduire les risques associés aux diverses cau-
ses potentielles de défaillance peuvent, dans certaines circonstances, être interchangeables dans une
certaine limite. On peut considérer qu'un effort accru sur un type de mesure compense la réduction de
l'effort sur un autre type.
2.3 Situations de projet
1) P Les circonstances dans lesquelles la structure peut être appelée à remplir son office doivent être
examinées, et les situations de projet correspondantes être sélectionnées. Lesdites situations de projet
doivent être suffisamment sévères et variées pour couvrir toutes les situations que l'on peut raisonna-
blement s'attendre à rencontrer lors de l'exécution et de l'utilisation de la structure.
2) P Les situations de projet sont classées comme suit :
— situations durables, qui font référence aux conditions d'utilisation normale ;
— situations transitoires, qui font référence à des conditions temporaires applicables à la structure,
par exemple lors de son exécution ou de réparations ;
— situations accidentelles, qui font référence à des conditions exceptionnelles applicables à la
structure ou à son exposition, par exemple à un incendie, une explosion, un choc ;
— situations sismiques, qui font référence aux conditions exceptionnelles applicables à la structure
lors de tremblements de terre.
(5) A Outre les mesures mentionnées en a) et b) ci-dessus, une différenciation de la fiabilité peut
être obtenue par des mesures relatives à la prévention de certains dangers potentiels et à
la protection structurale, tels par exemple qu'implantation de barrières de sécurité.
(2) à (5) A Ces paragraphes sont à considérer seulement comme des explications et n'autorisent pas
à s'écarter, dans le sens d'une diminution du niveau de fiabilité, des dispositions codifiées
en vigueur.
(2) à (5) C1 Pas plus qu'aucune codification générale, les EC à eux seuls ne peuvent représenter des niveaux de fiabilité déter-
minés de façon absolue. Une raison majeure en est que ces documents ne définissent de mesures précises qu'en
matière de projet et qu'ils sont assortis de conditions implicites. À supposer que toutes choses soient égales par
ailleurs, les niveaux de fiabilité ne sont pas, et ne doivent pas être, les mêmes vis-à-vis des différents dangers poten-
tiels, en particulier selon qu'ils sont permanents, occasionnels ou accidentels. Aucune classification de structures
ou d'éléments de structures ne peut donc s'identifier avec des classes de niveaux de fiabilité uniformes. Seules
donc, en l'état actuel des connaissances, des variations relatives de niveau de fiabilité, sans caractère global, sont
techniquement envisageables.
(6) C L'interchangeabilité des moyens envisagés dans ce paragraphe consiste à procéder à des différenciations en sens
inverses de deux de ces moyens en vue de maintenir le niveau de fiabilité et non de le modifier. En général elle ne
peut concerner que certains de ces moyens et n'est possible que de façon limitée. En particulier, certains compor-
tements structuraux indésirables vis-à-vis desquels il n'est pas prévu de vérification directe risquent de ne plus être
couverts si certains moyens prévus se trouvent réduits (voir un exemple dans l'amendement 9.4.2.3A.
Page 25
ENV 1991-1:1994
3) Des informations relatives à des situations spécifiques correspondant à chaque classe figurent dans
d'autres Parties de l'ENV 1991 et dans les ENV 1992 à 1999.
2.4 Durée d'utilisation de projet
1) P La durée d'utilisation de projet est la durée pendant laquelle une structure doit pouvoir être utilisée
comme prévu, en faisant l'objet de la maintenance escomptée mais sans qu'il soit nécessaire d'effec-
tuer des réparations majeures.
2) Le tableau 2.1 donne une indication de la durée d'utilisation de projet prescrite.
(2 P) C Les situations sismiques sont en France un cas particulier des situations accidentelles, et c’est pourquoi elles ne don-
nent souvent pas lieu à vérification vis-à-vis d'états-limites de service. Elles font toutefois l'objet de certaines règles
d'application spécifiques, par exemple au niveau des combinaisons d'actions.
Moyennant cette précision, la classification définie dans ce paragraphe n'innove pas par rapport aux règles actuelle-
ment en vigueur en France.
La durée des situations durables peut être assimilée aux durées d'utilisation de projet définies en 2.4. Celle des situa-
tions transitoires est toujours au plus égale à 1 an, et celle des situations accidentelles est presque toujours au plus
égale à 1 jour.
Tableau 2.1 : Classification des durées d'utilisation de projet
Classe
Durée d'utilisation
de projet prescrite
(années)
Exemple
1
2
3
4
[1-5]
[25]
[50]
[100]
Structures temporaires
Éléments structuraux remplaçables, par exemple :
poutres de roulement, appareils d'appui
Structures de bâtiments et autres structures courantes
Structures monumentales, de ponts et d'autres
ouvrages de génie civil
(2) A1 Les valeurs indiquées dans le tableau 2.1 sont à considérer comme des valeurs minimales. Il
appartient aux maîtres d'ouvrages de spécifier des valeurs supérieures s'ils le jugent utile.
(2) A2 Les structures ou parties de structures démontables en vue d'être réutilisées telles quelles pen-
dant une durée totale importante ne doivent pas être considérées comme temporaires.
(2) A3 Dans tous les cas, les durées totales d'utilisation prévues pour des structures temporaires
autres que les échafaudages porteurs doivent apparaître explicitement dans les projets.
(2) C En l'état actuel des EC, les valeurs données aux durées d'utilisation de projet ne trouvent d'application directe, au
niveau des règles de calcul aux états-limites, que dans les calculs relatifs à la fatigue.
Elles peuvent être prises en compte dans la détermination des mesures à prendre en vue de la durabilité (par exemple
vis-à-vis de la corrosion ou de la diminution à long terme de la résistance de certains matériaux).
Page 26
ENV 1991-1:1994
2.5 Durabilité
1) C'est une hypothèse du projet que la durabilité de tout ou partie d'une structure dans son environ-
nement est telle qu'elle reste apte à son utilisation prévue pendant toute la durée d'utilisation de projet,
moyennant une maintenance adéquate.
2) Il convient que la structure soit conçue de sorte que sa détérioration ne nuise pas à sa durabilité et
à ses performances, le niveau de maintenance prévu étant dûment pris en compte.
3) P Afin d'assurer une durabilité adéquate de la structure, il faut prendre en compte les facteurs inter-
dépendants suivants :
— l'utilisation prévue et future éventuelle, de la structure ;
— les critères de performance requis ;
— les influences escomptées de l'environnement ;
— la composition, les propriétés et les performances des matériaux ;
— le choix du système structural ;
— la forme des éléments structuraux et les dispositions constructives ;
— la qualité de la mise en œuvre et le niveau de contrôle ;
— les mesures de protection spécifiques ;
— la maintenance pendant la durée de vie escomptée.
4) Les ENV 1992 à 1999 spécifient les mesures adéquates.
5) P L'environnement doit être pris en compte dès le stade du projet afin de déterminer son influence
sur la durabilité et de pouvoir prendre les dispositions permettant d'assurer la protection des matériaux
et des produits.
6) Le degré de détérioration peut être estimé sur la base de calculs, d'essais, de l'expérience provenant
de constructions antérieures, ou d'une combinaison de ces trois moyens.
2.6 Assurance de la qualité
1) En matière d'assurance de la qualité, on suppose que des mesures appropriées sont prises pour
obtenir une structure correspondant aux exigences et aux hypothèses admises lors du calcul. Ces
mesures comprennent la définition des exigences en matière de fiabilité, des mesures d'organisation
et des contrôles aux différents stades du projet, de l'exécution, de l'utilisation et de la maintenance.
(1) C Voir l'article 1.3. Les mesures à prendre pour satisfaire cette hypothèse sont définies dans ce qui suit.
(3 P) A Toute utilisation future éventuelle allant au-delà de l'utilisation escomptée doit être spéci-
fiée par le (ou les) contrat(s) concerné(s).
(4) A Ces Eurocodes définissent seulement des mesures à prendre au niveau des projets.
Page 27
ENV 1991-1:1994
C Pour les ouvrages de construction, une démarche qualité vise notamment à éviter des erreurs d'origine humaine et à
détecter en temps utile d'éventuelles circonstances imprévues. D'autres objectifs possibles sont de satisfaire certains
désirs du maître d'ouvrage, par exemple pour rechercher une amélioration de la durabilité à long terme, ou encore :
— soit d'améliorer la fiabilité, notamment par une réduction des tolérances géométriques ; ce moyen de différencia-
tion est couramment utilisé pour les grands ouvrages ;
— soit de maintenir la fiabilité, notamment grâce à une réduction des tolérances géométriques, pour compenser cer-
taines réductions de coefficients partiels ; ce moyen, qui implique des mesures précises d'assurance de la qualité, peut
être utilisé en cas de recours à des procédés de construction industrialisés.
D'une façon générale, elle implique que :
— les facteurs intervenant dans l'obtention de la qualité de la construction à réaliser soient identifiés ;
— ces facteurs soient mis sous le contrôle du management de l'organisation en charge de réaliser la construction con-
sidérée ;
— éventuellement des assurances soient apportées en tant que de besoin sur la conformité de la construction consi-
dérée aux exigences spécifiées.
Quand cette démarche se conforme aux spécifications des EN de la série 29000, elle est qualifiée de Politique de la qualité,
et la mise en œuvre de celle-ci implique :
— l'établissement d'un plan (d'assurance) de la qualité ;
— la gestion de ce P (A) Q par un Management de la qualité (ISO 8402-3.2) intégré dans l'organisation en charge de
réaliser la construction ;
— s'il y a lieu, le respect de procédures et la production de documents d'Assurance de la qualité (voir EN 29004-17.2).
Lorsque l'aspect considéré de la qualité est la fiabilité structurale et que le projet a été établi sur la base de normes natio-
nales transparent des EC, les facteurs qui interviennent dans l'obtention de cet aspect de la qualité sont :
— les règles de vérification spécifiées dans les EC ;
— les hypothèses des EC.
Attester la conformité aux exigences pour la fiabilité d'une structure dont le projet a été établi sur la base des EC, c'est
apporter des preuves sur la maîtrise de ces deux catégories de facteurs. Quand il sera fait appel à des logiciels d'applica-
tion intégrée des EC, le PAQ devra apporter des assurances sur la validation des logiciels, sur leur validité dans le cas
d'espèce, ainsi que sur la validité des données d'entrée qui y sont introduites. Dans tous les cas, il conviendra de démon-
trer que les hypothèses des EC relatives aux stades de l'opération qui précèdent, accompagnent ou suivent la vérification
du projet, sont respectées.
Dans l'état actuel des textes en vigueur, on peut trouver des prescriptions ou indications opérationnelles :
— dans le fascicule 65 A du CCTG ;
— dans le document publié par le SETRA «Mise en œuvre des plans d'assurance de la qualité — Exécution des ouvra-
ges en béton armé et en béton précontraint — Guide pour les entrepreneurs et les maîtres d'œuvre» (document réfé-
rencé F 9175).
Page 28
ENV 1991-1:1994
Section 3 États-limites
3.1 Généralités
1) P Les états-limites sont des états au-delà desquels la structure ne satisfait plus aux exigences de per-
formance prévues.
2) Une distinction est généralement faite entre états-limites ultimes et états-limites de service.
NOTE : Il est possible de se dispenser de la vérification de l'un des deux états-limites si l'on dispose
d'informations suffisantes prouvant que les exigences vis-à-vis d'un état-limite sont couvertes par
celles relatives à l'autre.
3) Les états-limites peuvent se rapporter à des situations de projet durables, transitoires ou acciden-
telles.
3.2 États-limites ultimes
1) P Les états-limites ultimes sont ceux qui sont associés à un effondrement ou à d'autres formes simi-
laires de défaillance structurale.
2) Les états précédant un effondrement structural et qui, pour des raisons de simplification, sont pris
en compte à la place de l'effondrement lui-même, sont aussi traités comme des états-limites ultimes.
3) P Les états-limites ultimes concernent :
— la sécurité de la structure et de son contenu ;
— la sécurité des personnes.
4) Les états-limites ultimes susceptibles de devoir être pris en compte comprennent :
— la perte d'équilibre du tout ou d'une partie de la structure, considérée comme un corps rigide ;
— une défaillance due à une déformation excessive, à la transformation de tout ou partie de la
structure en un mécanisme, à une rupture, à une perte de stabilité de tout ou partie de la structure,
y compris ses appuis et fondations ;
— une défaillance provoquée par la fatigue ou d'autres effets liés à la durée.
(2) A Une autre distinction est à faire entre les états-limites liés à des effets cumulatifs et donc carac-
térisés par la durée de survie de la structure (fatigue, incendie...), et d'autre part ceux pour les-
quels, sans prendre en compte aucun cumul d'effets, on désire seulement limiter, au cours
d'une situation de projet, une probabilité, une fréquence ou une durée totale de dépassement
éventuel.
(2) C Sont ainsi traités comme états-limites ultimes, par exemple, des états-limites correspondant à un certain degré de
plastification de l'ensemble de la structure ou en un point de celle-ci.
(3) C Voir 1.5.2.16 C.
(4) A Les défaillances dues à une déformation excessive sont celles qui conduiraient à la ruine par
instabilité mécanique.
Sauf disposition particulière codifiée (ou spécifiée), toute défaillance provoquée par la fatigue
doit être considérée comme se rattachant à un état-limite ultime.
Page 29
ENV 1991-1:1994
3.3 États-limites de service
1) P Les états-limites de service correspondent à des conditions au-delà desquelles les exigences
d'aptitude au service spécifiées pour une structure ou un élément structural ne sont plus satisfaites.
2) P Les exigences en matière d'aptitude au service concernent :
— le fonctionnement de tout ou partie des constructions ;
— le confort des personnes ;
— l'aspect.
3) P Une distinction doit être faite, le cas échéant, entre les états-limites de service réversibles et irré-
versibles.
4) Sauf indication contraire, il convient que les exigences en matière d'aptitude au service soient déter-
minées dans les contrats et/ou dans le projet.
5) Les états-limites de service susceptibles de devoir être pris en compte comprennent :
— les déformations et déplacements qui affectent l'apparence ou l'utilisation effective de la struc-
ture (y compris le fonctionnement des machines ou des services) ou endommagent des finitions ou
des éléments non structuraux ;
— les vibrations qui nuisent au confort des personnes, endommagent la structure ou les matériels
qu'elle supporte, ou qui limitent son efficacité ;
— les dommages (y compris les fissures) susceptibles de nuire à l'aspect, à la durabilité ou à la
fonction de la structure ;
— les dommages visibles causés par la fatigue et autres effets liés à la durée.
3.4 Calcul aux états-limites
1) P Le calcul aux états-limites doit se faire :
— en établissant des modèles structuraux et de charge pour les états-limites ultimes et de service,
à prendre en compte dans les diverses situations de projet et cas de charge ;
— en vérifiant que les états-limites ne sont pas dépassés lorsque des valeurs de calcul sont intro-
duites dans les modèles pour les actions, les propriétés des matériaux et les données géométriques.
2) Les valeurs de calcul sont généralement obtenues à l'aide des valeurs caractéristiques ou autres
valeurs représentatives (telles qu'elles sont définies dans les sections 4 à 6 et spécifiées dans les
ENV 1991 à 1999), combinées à des coefficients partiels et autres coefficients définis dans la section 9
et dans les ENV 1991 à 1999.
3) Dans des cas exceptionnels, il peut être intéressant de déterminer directement des valeurs de calcul.
Il convient de les choisir avec prudence et il est recommandé qu'elles conduisent au moins au même
niveau de fiabilité pour les divers états-limites que celui qui est implicite dans les coefficients partiels
du présent code (voir aussi la section 8).
NOTE 1 : Le calcul aux coefficients partiels fait l'objet d'une discussion dans l'annexe A.
NOTE 2 : Des Principes et des Règles d'application concernant la vérification sont donnés dans la
section 9.
(3) C Au caractère irréversible ou réversible (ou, parfois, imparfaitement réversible — voir par ailleurs le commentaire
1.5.2.12.1 C) d'un état-limite se rattache le choix des combinaisons d'actions à considérer (voir paragraphe 9.5.2), à savoir
combinaisons fréquentes pour des états-limites réversibles (et combinaisons (rares) en cas d'états-limites imparfaitement
réversibles). Par ailleurs, on peut avoir à considérer des états-limites successifs, par exemple la formation puis l'ouverture
de fissures.
(4 et 5) C Divers états-limites de service sont définis dans les Eurocodes particuliers aux divers modes de construction. Il
s'agit en particulier d'états-limites faisant référence à des dommages structuraux.
Il appartient aux maîtres d'ouvrage de spécifier, selon leurs besoins, des états-limites en sus de ceux fixés par les
Eurocodes, ainsi que les règles d'application correspondantes.
(2) C Dans les cas où des actions sont caractérisées par des niveaux d'eau, les valeurs caractéristiques et autres valeurs
représentatives de ces niveaux sont à combiner à des quantités additives (voir en 4.2.9)).
Page 30
ENV 1991-1:1994
Section 4 Actions et influences de l’environnement
4.1 Principales classifications
1) P Une action (F) est :
— une action directe, c'est-à-dire une force (charge) appliquée à la structure ;
— ou une action indirecte, c'est-à-dire une déformation imposée ou entravée, ou une accélération
imposée, résultant, par exemple, de changements de température, de variations du taux d'humidité,
de tassements différentiels ou de tremblements de terre.
2) P Les actions sont classées en distinguant :
a) selon leur variation temporelle :
— les actions permanentes (G), par exemple poids propre des structures, équipements fixes et
revêtements de chaussée ;
— les actions variables (Q), par exemple les charges d'exploitation, les charges dues au vent ou
à la neige ;
— les actions accidentelles (A), par exemple les explosions ou les chocs de véhicules ;
b) selon leur variation spatiale :
— les actions fixes, par exemple le poids propre ;
— les actions libres, par exemple les charges mobiles d'exploitation, les charges dues au vent et
à la neige ;
c) selon leur nature et/ou la réponse structurale :
— les actions statiques, qui ne causent pas d'accélération significative de la structure ou d'un élé-
ment structural ;
— les actions dynamiques, qui provoquent une accélération significative de la structure ou d'un
élément structural.
3) Dans de nombreux cas, les effets dynamiques des actions peuvent être pris en compte en tant
qu'actions quasi-statiques par augmentation de la grandeur des actions statiques ou introduction d'une
action statique équivalente (voir l'article 7.3).
C Les définitions correspondant à ces diverses classifications sont données en 1.5.3.
(2 P b) C (Voir 1.5.3.7). Pour beaucoup d'actions libres, et en particulier pour celles qui sont données ici en exemple, la varia-
tion spatiale est limitée. Dans beaucoup de cas, la liberté des actions est couverte par la prise en compte alternative
de plusieurs modèles ou dispositions où les actions sont considérées comme fixes.
(1 P et 2 P) C Par exemple le retrait du béton est une action indirecte permanente. En revanche le fluage, qui n'est que
l'effet d'un coefficient rhéologique, n'est pas par lui-même une action.
Page 31
ENV 1991-1:1994
4) Certaines actions, par exemple les actions sismiques et les charges dues à la neige, peuvent être con-
sidérées comme accidentelles et/ou variables, en fonction du lieu (voir les autres Parties de l'ENV 1991).
5) La précontrainte (P) est une action permanente. Des informations détaillées sont fournies dans les
ENV 1992, 1993 et 1994.
6) Les actions indirectes sont soit permanentes, G
ind
(par exemple un tassement d'appui), soit varia-
bles, Q
ind
(par exemple les effets de la température) ; il convient de les traiter en conséquence.
7) Une action est décrite par un modèle, sa grandeur étant dans les cas les plus banals représentée par
un unique scalaire qui peut revêtir plusieurs valeurs représentatives. Pour certaines actions (actions à
composantes multiples) et certaines vérifications (par exemple de l'équilibre statique), la grandeur est
représentée par plusieurs scalaires. Pour les vérifications relatives à la fatigue et l'analyse dynamique,
une représentation plus complexe de la grandeur de certaines actions peut être nécessaire.
4.2 Valeurs caractéristiques des actions
1) P La valeur caractéristique d'une action est sa principale valeur représentative.
2) P Les valeurs caractéristiques des actions F
k
doivent être spécifiées :
— dans les Parties concernées de l'ENV 1991, en tant que valeur moyenne, valeur supérieure ou
inférieure ou valeur nominale (ne faisant pas référence à une distribution statistique connue) ;
— au niveau du projet, pourvu que les dispositions spécifiées dans l'ENV 1991 soient respectées.
NOTE : Les dispositions peuvent être spécifiées par l'autorité compétente.
3) P La valeur caractéristique d'une action permanente doit être déterminée de la façon suivante :
— si la variabilité de G est faible, une valeur unique de G
k
peut être utilisée ;
— si la variabilité de G n'est pas faible, deux valeurs doivent être utilisées — une valeur supérieure
G
k,sup
et une valeur inférieure G
k,inf
.
4) Dans la plupart des cas, la variabilité de G peut être présumée faible si G ne varie pas de façon signi-
ficative pendant la durée d'utilisation de projet de la structure et si son coefficient de variation n'est pas
supérieur à [0,1]. Toutefois, dans les cas où la structure est très sensible aux variations de G (par exem-
ple pour certaines sortes de structures en béton précontraint), deux valeurs doivent être utilisées,
même si le coefficient de variation est faible.
5) Dans la plupart des cas, on peut supposer que :
— G
k
est la valeur moyenne ;
— G
k,inf
est le fractile [0,05] et G
k,sup
le fractile [0,95] de la distribution statistique de G que l'on peut
supposer être gaussienne.
(4) C Le classement comme accidentelle d'une action ou éventuellement de certaines de ses valeurs extrêmes a comme con-
séquence l'identification et la valeur des coefficients partiels de sécurité à appliquer et de diverses règles de prise en
compte (par exemple celles relatives au modèle d'analyse à utiliser) ou de non-prise en compte (notamment absence de
prise en compte de l'action, ou de certaines de ses valeurs, pour les vérifications d'aptitude au service).
(7) C Pour les actions libres, la représentation par un ou plusieurs scalaires nécessite d'être complétée par les dispositions
des charges à prendre en compte (voir paragraphes 1.5.2.8 ci-dessus et 9.1 6) et 7) ci-après).
Pour les actions dynamiques, on trouvera certaines indications en annexe C (Voir article C.2).
(4 et 5) C Pour l'application pratique de ces paragraphes, y compris la signification exacte du symbole G
k
, se reporter aux
Eurocodes particuliers.
Page 32
ENV 1991-1:1994
6) Le poids propre de la structure peut, dans la plupart des cas, être représenté par une valeur caracté-
ristique unique et être calculé sur la base des dimensions nominales et des masses unitaires moyennes.
Ces valeurs se trouvent dans l'ENV 1991-2.
7) P Pour les actions variables, la valeur caractéristique (Q
k
) correspond :
— soit à une valeur supérieure ou inférieure correspondant à une probabilité recherchée de ne pas
être dépassée vers le haut ou vers le bas pendant une certaine durée de référence ;
— soit à une valeur nominale qui peut être spécifiée dans les cas où il n'existe pas de distribution
statistique connue.
Des valeurs sont données dans les ENV 1991-2 et 1991-3.
8) Dans la plupart des cas de valeurs caractéristiques d'actions variables, on peut admettre à propos
de la partie variable au cours du temps, que :
— la probabilité recherchée est de [0,98] ;
— la durée de référence est d'[une] année.
Toutefois, dans certains cas, la nature de l'action fait qu'une durée de référence différente est plus
appropriée. De plus, des valeurs de calcul peuvent devoir être choisies pour d'autres variables du
modèle d'action, ce qui est susceptible d'influer sur la probabilité d'un dépassement pour l'action totale
résultante.
(8) C1 Les indications numériques données ici correspondent à une période moyenne de retour de 50 ans pour la partie varia-
ble du modèle (exemple vitesse de référence du vent ou hauteur de neige) ayant fait l'objet de mesures. Ceci corres-
pond, dans le cas des actions naturelles, à peu près à la limite actuellement susceptible d'être déterminée par une
approche statistique. Encore reste-t-il à choisir un niveau de confiance et à distinguer, lorsqu'il y a lieu, diverses popu-
lations statistiques.
Mais les marges implicites incluses dans les modèles ou résultant des cartes climatiques font que les périodes moyen-
nes de retour des actions elles-mêmes (exemple pression du vent ou poids de la neige), telles qu'elles résultent des
Codes en vigueur ou en préparation, sont généralement très supérieures et, quoiqu'elles soient inégales, en moyenne
de l'ordre de plusieurs siècles.
C'est également à des périodes moyennes de retour de plusieurs siècles (jusqu'à 1 000 ans) que correspondent les
valeurs caractéristiques des actions d'origine humaine (par exemple, charges de circulation) dont les valeurs sont
fixées globalement à partir des valeurs estimées de leurs effets, incertitudes diverses comprises. Ces valeurs sont ainsi
homogènes avec celles qui sont fixées de façon nominale, et qui sont en pratique généralement estimées comme ayant
une faible probabilité d'être dépassées pendant la durée d'utilisation prévue.
Il doit par ailleurs être bien compris que les «périodes moyennes de retour» dont il s'agit ne sont que des invariants
mathématiques traduisant par exemple l'équivalence de probabilités de dépassement de 0,01 en un an, et de 0,1 en
dix ans. L'absence de stationnarité de beaucoup de phénomènes sur de longues durées, notamment pour les actions
liées à des activités humaines, et les incertitudes d'évaluation, ne permettent pas de considérer de longues «périodes
moyennes de retour» comme des mesures des récurrences.
(8) A Il ne convient donc, en aucun cas de considérer une période moyenne de retour de 50 ans
comme une valeur-cible pour la détermination des valeurs caractéristiques des actions varia-
bles elles-mêmes.
(8) C2 Au cours des situations transitoires, les valeurs caractéristiques des actions sont susceptibles de réduction en fonction
d'une part de la durée des situations considérées et subsidiairement des informations supplémentaires qu'on peut
obtenir en fonction de cette durée (par exemple prévisions météorologiques), et d'autre part du risque encouru en cas
de dépassement des valeurs caractéristiques retenues.
Page 33
ENV 1991-1:1994
9) Il convient normalement que les actions dues à l'eau soient basées sur des niveaux d'eau et
incluent un paramètre géométrique permettant de prendre en compte la fluctuation du niveau de l'eau.
Il convient, le cas échéant, de tenir compte des marées, des courants et des vagues.
10) La valeur représentative des actions accidentelles est généralement une valeur caractéristique A
k
correspondant à une valeur spécifiée.
11) Des valeurs d'A
k
pour les explosions et certains chocs sont données dans l'ENV 1991-2-7.
12) Des informations relatives aux actions accidentelles résultant d'un incendie sont données dans
l'ENV 1991-2-2.
13) Des valeurs d'A
Ek
pour les actions sismiques sont données dans l'ENV 1998-1.
14) Des valeurs caractéristiques à utiliser comme valeurs de calcul pour des actions accidentelles sur
les ponts, ayant pour origine la circulation, sont données dans l'ENV 1991-3.
15) Pour les actions à composantes multiples (voir 4.1 7)), l'action caractéristique est représentée par
des groupes de valeurs qui doivent être pris en compte alternativement dans les calculs.
4.3 Autres valeurs représentatives des actions variables et accidentelles
1) P Le plus souvent, les autres valeurs représentatives d'une action variable sont :
— la valeur de combinaison, généralement représentée par un produit Ψ
o
Q
k
— la valeur fréquente, généralement représentée par un produit Ψ
1
Q
k
— la valeur quasi-permanente, généralement représentée par un produit Ψ
2
Q
k
2) P Les valeurs de combinaison sont associées à l'emploi de combinaisons d'actions, afin de prendre
en compte la probabilité réduite d'une occurrence simultanée des valeurs les plus défavorables de plu-
sieurs actions indépendantes.
NOTE : Pour les méthodes servant à déterminer Ψ
o
, voir annexe A.
3) P La valeur fréquente est déterminée de façon à limiter à une valeur donnée :
— la durée totale pendant laquelle elle est dépassée, au cours d'un intervalle de temps donné ;
— ou la fréquence de son dépassement.
4) Il convient que la partie de l'intervalle de temps choisi ou la fréquence mentionnés en 4.3 3) soit
sélectionnée en prenant bien en compte la nature de construction concernée et l'objet des calculs. À
moins que des valeurs différentes ne soient spécifiées, la partie choisie peut être de 0,05 ou la fréquence
de 300 par an pour des bâtiments ordinaires.
5) P La valeur quasi-permanente est déterminée de manière à ce qu'au cours d'un intervalle de temps
donné, le temps total pendant lequel elle est dépassée, représente une partie considérable de l'inter-
valle de temps donné.
(10 à 14) C En règle générale, et comme indiqué dans la section 9, les valeurs de calcul A
d
des actions accidentelles sont
déterminées directement sans passer par l'intermédiaire de valeurs caractéristiques A
k
.
(15) C Les actions à composantes multiples sont nombreuses. On peut citer, à titre d'exemples significatifs, les charges de
circulation (composantes gravitaire, centrifuge, de freinage) et les séismes (composantes en x, y, z et de rotation).
(1 P) C La notion même de «coefficient Ψ» n'a pas de valeur conceptuelle générale, les modèles des actions correspondant à
diverses valeurs représentatives pouvant être eux-mêmes différents.
(2 P) C D'autres considérations que probabilistes, par exemple juridiques, peuvent intervenir pour le choix de Ψ
o
.
Page 34
ENV 1991-1:1994
6) La partie de l'intervalle de temps donné mentionnée en 4.3 5)P peut être prise égale à [0,5]. La valeur
quasi-permanente peut aussi être déterminée en tant que valeur moyenne au cours de l'intervalle de
temps choisi.
7) P Ces valeurs représentatives et la valeur caractéristique servent à définir les valeurs de calcul des
actions et les combinaisons d'actions, comme expliqué dans la section 9. Les valeurs de combinaison
servent à la vérification des états-limites ultimes et des états-limites irréversibles de service. Les valeurs
fréquentes et quasi-permanentes sont utilisées pour la vérification des états-limites ultimes mettant en
jeu des actions accidentelles et pour la vérification des états-limites réversibles de service. Les valeurs
quasi-permanentes servent également au calcul des effets à long terme des états-limites de service. Des
règles plus détaillées concernant l'emploi des valeurs représentatives sont données, par exemple, dans
les ENV 1992 à 1999.
8) Pour certaines structures ou certaines actions, d'autres valeurs représentatives ou d'autres types de
description des actions peuvent se révéler nécessaires, par exemple la charge de fatigue et le nombre
de cycles si la fatigue est prise en compte.
NOTE : Des informations supplémentaires concernant la spécification et la combinaison des actions
figurent à l'annexe A et dans d'autres Parties de l'ENV 1991.
4.4 Influences de l’environnement
1) P Les influences de l'environnement, susceptibles d'affecter la durabilité de la structure, doivent être
prises en compte dans le choix des matériaux structuraux, de leur spécification et de la conception
structurale d'ensemble et de détail. Les ENV 1992 à 1999 spécifient les mesures appropriées.
(4 et 6) C Ces paragraphes sont à considérer comme de simples commentaires ne pouvant permettre de réduire les valeurs
données par ailleurs lorsqu'elles sont défavorables. Se reporter au paragraphe 9.4.4. En ce qui concerne la valeur
quasi-permanente, quoiqu'elle soit en principe unique et déterminée, l'incertitude qui règne sur sa valeur exacte
peut conduire à la dédoubler en une valeur estimée supérieure et une valeur estimée inférieure, que l'on prendra
respectivement en compte selon le caractère défavorable ou favorable de l'action concernée, dans les cas où la
valeur retenue aurait un effet non négligeable sur l'effet étudié.
(7 P) C En réalité les valeurs quasi-permanentes servent également pour la vérification d'états-ultimes sensibles au fluage
(par exemple EC 2 pour les vérifications relatives au flambement), et éventuellement d'autres états ultimes vis-à-
vis desquels des tassements d'appui seraient à prendre en compte.
(8) I Rayer, dans la Note, la référence à l'annexe A.
(8) C Un exemple type peut être trouvé dans l'EC 1-3 (valeur rare ψ'
1
Q
k
).
C Cet article vise les influences de l'environnement sur la durabilité des ouvrages, par agressivité chimique favorisant par
exemple la corrosion des aciers, ou biologique favorisant par exemple la pourriture du bois par variation de sa teneur en
eau.
La prise en compte des influences de l'environnement dans les projets est limitée à ce qu'on peut en connaître au stade
du projet. Elle peut, selon les cas, être faite de trois manières :
— soit, par des mesures de protection ou d'assurance de la qualité, sans conséquence sur le dimensionnement struc-
tural ;
— soit, lorsque spécifié dans les EC-DAN, par les dispositions constructives qui y sont définies ;
— ou, dans les autres cas, en spécifiant des états-limites (par exemple des états-limites de fissuration) ou situations
de projet et les données supplémentaires correspondantes (par exemple une épaisseur de matériau perdue par corro-
sion).
Les influences de l'environnement ne peuvent pas être prises en compte de la même manière que les actions (par les
mêmes valeurs représentatives ni dans les mêmes combinaisons) du fait que leur effet n'est pas instantané, mais progres-
sif et cumulatif.
Les mesures spécifiées dans les ENV 1992 à 1999 se limitent à celles qui sont à prendre dans les projets de structures.
Page 35
ENV 1991-1:1994
Section 5 Propriétés des matériaux
1) P Les propriétés des matériaux (y compris le sol et la roche) ou des produits sont représentées par
des valeurs caractéristiques correspondant à la valeur de la propriété ayant une probabilité donnée de
ne pas être atteinte lors d'une hypothétique série d'essais illimitée. Elles correspondent généralement,
pour une propriété particulière, à un fractile spécifié de la distribution statistique supposée des proprié-
tés du matériau dans la structure.
2) Sauf indication contraire dans les ENV 1992 à 1999, il convient que les valeurs caractéristiques soient
définies comme le fractile 5 % pour les paramètres de résistance et comme la valeur moyenne pour les
paramètres de rigidité.
NOTE : Pour les règles opérationnelles, voir l'annexe D. Pour la fatigue, des informations sont four-
nies à l'annexe B.
3) P Les valeurs des propriétés des matériaux doivent normalement être déterminées à partir d'essais
normalisés réalisés dans des conditions spécifiées. Un facteur de conversion doit être appliqué lorsqu'il
est nécessaire de convertir les résultats d'essais en valeurs supposées représenter le comportement du
matériau dans la structure ou le sol (voir aussi les ENV 1992 à 1999).
4) La résistance d'un matériau peut comporter deux valeurs caractéristiques, l'une supérieure et l'autre
inférieure. Dans la plupart des cas, il suffira de prendre en compte la valeur inférieure. Des valeurs dif-
férentes peuvent parfois être adoptées en fonction du type de problème considéré. Lorsqu'une estima-
tion de la valeur supérieure de la résistance est nécessaire (par exemple pour la résistance à la traction
du béton, afin de calculer les effets des actions indirectes), il convient généralement de prendre en
compte une valeur nominale supérieure de la résistance.
5) Si l'on manque d'informations relatives à la distribution statistique de la propriété, une valeur nomi-
nale peut être utilisée ; lorsque l'équation de l'état-limite n'est pas sensible à sa variabilité de façon
significative, une valeur moyenne peut être choisie comme valeur caractéristique.
6) Des valeurs des propriétés des matériaux sont données dans les ENV 1992 à 1999.
(2) C Les paramètres de rigidité de nature structurale sont essentiellement les modules d'élasticité, les coefficients de fluage,
les coefficients de dilatation thermique et les coefficients de retrait, ainsi que les valeurs des résistances à partir desquel-
les certains de ces paramètres sont évalués.
Le motif pour lequel les paramètres de rigidité sont le plus souvent représentés par une valeur moyenne est que, selon
les cas, ils peuvent être favorables ou défavorables. Lorsqu'ils peuvent être défavorables à un degré significatif, des mar-
ges de sécurité doivent couvrir les conséquences de leur variabilité. En particulier, quand leur caractère défavorable est
reconnu (par exemple pour l'évaluation d'effets du 2
e
ordre), il convient de leur attribuer une valeur choisie du côté de
la sécurité.
(4) C À défaut de valeur caractéristique supérieure connue, il est couramment fait référence, éventuellement sous réserve de
certaines conditions, à la valeur caractéristique inférieure ou moyenne, avec un coefficient de sécurité spécifique.
Dans le cas où une valeur caractéristique supérieure serait connue, il serait possible d'en déduire la valeur de calcul en
multipliant, au lieu de la diviser, cette valeur caractéristique par le γ
M
habituel.
Les valeurs de calcul supérieures servent essentiellement à l'application pratique des règles de «dimensionnement en
capacité» prédétermination des zones susceptibles de plastification). Ces règles consistent à faire en sorte que la résis-
tance de calcul supérieure de ces zones ne puisse excéder la résistance de calcul inférieure de zones voisines, considé-
rées comme fragiles et dont on veut, en conséquence, exclure la plastification sous actions extrêmes, de manière à
assurer un caractère suffisamment ductile aux défaillances structurales éventuelles.
Elles sont d'application particulièrement fréquente en génie parasismique et en présence de certaines actions acciden-
telles. Les valeurs de calcul supérieures peuvent aussi servir à apprécier les limites possibles de certains autres compor-
tements structuraux, par exemple les effets de la résistance du béton à la traction.
Page 36
ENV 1991-1:1994
Section 6 Données géométriques
1) P Les données géométriques sont représentées par leurs valeurs caractéristiques ou, dans le cas
d'imperfections, directement par leurs valeurs de calcul.
2) Les valeurs caractéristiques correspondent habituellement aux dimensions spécifiées dans le projet.
3) Le cas échéant, les valeurs de grandeurs géométriques peuvent correspondre à un fractile prescrit
de la distribution statistique.
4) P Les tolérances pour les pièces à assembler faites de différents matériaux doivent être compatibles
entre elles. Des imperfections à prendre en compte pour le dimensionnement des éléments structuraux
sont données dans les ENV 1992 à 1999.
(3) C L'application de cette clause suppose l'identification d'une population statistique suffisamment homogène. Le cas peut se
présenter pour certaines préfabrications industrielles et concerne par exemple la position d'armatures, dont les écarts sont
habituellement couverts par les coefficients γ
M
.
Page 37
ENV 1991-1:1994
Section 7 Modélisation pour l'analyse et la résistance structurales
7.1 Généralités
1) P Les calculs doivent être effectués à l'aide de modèles appropriés incluant les variables utiles. Les
modèles doivent permettre de prédire le comportement structural et les états-limites concernés.
2) Il convient en règle générale que les modèles utilisés reposent sur une théorie et une pratique éta-
blies, vérifiées expérimentalement si besoin est.
NOTE : Des informations supplémentaires sont fournies dans les annexes C et D.
7.2 Modélisation en cas d'actions statiques
1) La modélisation en cas d'actions statiques doit normalement reposer sur un choix approprié des
relations force-déformation dans les éléments et leurs assemblages.
2) Il convient de prendre en compte les effets des déplacements et des déformations dans le cadre de
la vérification des états-limites ultimes (y compris de l'équilibre statique), s'ils se traduisent par une
augmentation de l'effet des actions supérieure à 10 %.
3) Les modèles d'analyse structurale pour les états-limites de service et de fatigue peuvent en général
être linéaires.
7.3 Modélisation en cas d'actions dynamiques
1) Lorsqu'il est possible de considérer des actions dynamiques comme quasi-statiques, leurs parties
dynamiques sont prises en compte de deux manières : soit elles sont incluses dans les valeurs stati-
ques, soit des coefficients de majoration dynamique équivalents sont appliqués aux actions statiques.
Pour certains coefficients de majoration dynamique équivalents, les fréquences naturelles doivent être
déterminées.
2) Dans certains cas (par exemple pour les vibrations causées par des vents latéraux ou pour les actions
sismiques), les actions peuvent être définies au moyen d'une analyse modale basée sur un comporte-
ment du matériau et un comportement géométrique linéaires. Pour les structures régulières, pour les-
quelles seul le mode fondamental est pertinent, une analyse modale explicite peut être remplacée par
une analyse prenant en compte des actions statiques équivalentes fonctions de la forme du mode, de
la fréquence naturelle et de l'amortissement.
3) Dans certains cas, les actions dynamiques peuvent être introduites sous forme de fonctions du
temps ou des fréquences, auxquels cas la réponse structurale peut être déterminée par des méthodes
appropriées.
NOTE : Lorsque des actions dynamiques peuvent provoquer des vibrations susceptibles d'excéder
des états-limites de service, des indications sur la manière de vérifier vis-à-vis de ces états-limites
peuvent être trouvées dans l'annexe C, ainsi que les modèles de certaines actions.
(2) C Les comportements linéaires, géométriques notamment, ne sont pas toujours postulables pour les basses fréquences
d'excitation auxquelles sont associées de grandes amplitudes de déplacements. C'est notamment le cas dans la déter-
mination des sollicitations sismiques affectant les structures (voir article 4.2.2 de l'ENV 1998-1-2).
Page 38
ENV 1991-1:1994
7.4 Modélisation en cas d'actions d'incendie
1) P L'analyse structurale pour les calculs liés aux incendies doit être effectuée à l'aide de modèles
adaptés à la situation d'incendie, incluant les actions thermiques et mécaniques, et représentant le com-
portement structural à températures élevées. L'analyse peut être assistée par des essais.
2) Pour les situations de projet d'incendie, se reporter à l'ENV 1991-2 qui traite des actions thermiques
en termes :
— d'expositions à un incendie nominal (normalisé) ;
— et d'exposition à un incendie paramétrique ;
et de règles spécifiques s'appliquant aux actions mécaniques.
3) Il convient de déterminer le comportement structural à températures élevées conformément aux
ENV 1992 à 1996 et à l'ENV 1999, qui donnent des modèles thermiques et structuraux pour l'analyse.
En fonction du matériau et de la méthode d'évaluation :
— les modèles thermiques peuvent être basés sur l'hypothèse d'une température uniforme dans
les sections transversales, ou peuvent engendrer des gradients thermiques dans les sections trans-
versales et le long des éléments ;
— les modèles structuraux peuvent être limités à l'analyse des éléments ou prendre en compte
l'interaction entre les éléments lors d'une exposition au feu. Le comportement des matériaux ou des
sections à températures élevées peut être modélisé comme étant linéaire-élastique, rigide-plastique
ou non-linéaire.
4) Les données présentées sous forme de tableaux dans les ENV 1992 à 1996 et l'ENV 1999 ont été obte-
nues principalement à partir de résultats d'essais ou de simulations numériques basées uniquement
sur l'action telle que décrite dans l'exposition à l'incendie normalisé.
(2) C Voir le DAN de l'ENV 1991-2.2 quant aux diverses façons de traiter des actions thermiques. Il introduit en particulier la
notion d'incendie calculé, plus générale que celle d'incendie paramètré.
Page 39
ENV 1991-1:1994
Section 8 Dimensionnement assisté par l'expérimentation
8.1 Généralités
1) P Lorsque les règles de calcul ou les propriétés de matériaux données dans les ENV 1991 à 1999 sont
insuffisantes ou lorsque des essais sur des prototypes permettent de réaliser des économies, le dimen-
sionnement peut être effectué en partie sur la base d'essais.
NOTE : Certains des articles de la présente section peuvent également se révéler utiles dans les cas
où il est nécessaire d'étudier la performance d'une structure existante.
2) P Les essais doivent être mis au point et soumis à évaluation de manière à ce que la structure pré-
sente le même niveau de fiabilité, pour tous les états-limites et situations de projet possibles, que celui
obtenu à partir des règles de calcul spécifiées dans les ENV 1991 à 1999, y compris la présente Partie
de l'ENV 1991.
3) Il convient que les échantillons à tester et les conditions des essais soient représentatifs.
4) Lorsque les ENV 1991 à 1999 comportent des marges implicites de sécurité pour des situations com-
parables, ces marges doivent être prises en compte pour l'évaluation des résultats d'essai et peuvent
donner lieu à des corrections. L'effet de la résistance à la traction sur la résistance à la flexion de poutres
en béton, habituellement négligé dans les calculs, en est un exemple.
8.2 Types d’essais
1) On distingue les types d'essais suivants :
a) les essais destinés à déterminer directement la résistance ultime ou les propriétés d'aptitude au
service d'éléments structuraux, par exemple les essais d'incendie ;
b) les essais permettant de déterminer des propriétés spécifiques de matériaux, par exemple les
essais de sols, in situ ou en laboratoire, les essais de matériaux nouveaux ;
c) les essais destinés à réduire les incertitudes sur les paramètres des modèles de charge ou de
résistance, par exemple les essais en soufflerie, les essais sur des prototypes de taille réelle ou sur
des maquettes ;
d) les essais permettant de contrôler la qualité des produits livrés ou l'homogénéité des caractéris-
tiques de production, par exemple les essais sur éprouvettes de béton ;
e) les essais effectués en cours d'exécution en vue de prendre en compte des conditions réelles, par
exemple la précontrainte par post-tension ou l'état du terrain ;
f) les essais de contrôle destinés à vérifier le comportement de la structure ou d'éléments structu-
raux après leur achèvement, par exemple les essais de chargement pour les états-limites ultimes ou
les états-limites de service.
2) Les résultats des essais de type a), b) ou c) peuvent être disponibles au stade de la conception ; dans
ces cas, les valeurs de calcul peuvent être obtenues à partir des essais. Pour les essais de type d), e)
ou f), il se peut que les résultats ne soient pas disponibles au stade de la conception ; les valeurs de
calcul correspondent alors à la partie de la production dont on attend qu'elle satisfasse, à un stade ulté-
rieur, aux critères d'acceptation.
(1 P Note) C Cette note vise essentiellement les cas où il est possible de faire des essais destructifs et statistiques sur des pré-
lèvements effectués sur des parties répétitives de structures existantes.
(4) A Ajouter à la 3
e
ligne, après «corrections», «de ces résultats».
(1) f) A La réalisation d'essais de chargement pour contrôle vis-à-vis d'états-limites ultimes n'est pos-
sible que dans des cas exceptionnels et moyennant des précautions strictes. L'annexe D ne
saurait autoriser à déroger aux réglementations en vigueur en France concernant de tels
essais.
Page 40
ENV 1991-1:1994
8.3 Détermination des valeurs de calcul
1) P La détermination par essais des valeurs de calcul pour une propriété de matériau, un paramètre
de modèle ou une valeur de résistance peut se faire de l'une des façons suivantes :
a) en déterminant une valeur caractéristique, qu'on divise par un coefficient partiel et éventuelle-
ment qu'on multiplie par un coefficient de conversion explicite ;
b) par la détermination directe de la valeur de calcul, en prenant en compte implicitement ou expli-
citement les aspects de conversion et la fiabilité totale requise.
2) La méthode a) est celle qu'il convient généralement d'utiliser. Pour ce qui est de la détermination
d'une valeur caractéristique à partir d'essais, il convient de prendre en compte :
1. la dispersion des données d'essais ;
2. l'incertitude statistique résultant d'un nombre limité d'essais ;
3. les facteurs de conversion implicites ou explicites résultant d'influences insuffisamment couvertes
par les essais, comme :
i — les effets de la date et de la durée d'application des charges ;
ii — les effets d'échelle, de volumes et de longueur ;
iii — les distorsions dues aux conditions d'environnement, de chargement et de conditions aux
limites ;
iv — la façon dont les coefficients de sécurité sont appliqués sous forme de coefficients partiels
ou d'éléments additionnels pour déterminer les valeurs de calcul (voir 9.3).
Il convient de choisir le coefficient partiel utilisé dans la méthode a) de telle sorte qu'il y ait suffisam-
ment de similitude entre les essais considérés et le champ d'application habituel du coefficient partiel
utilisé pour les vérifications numériques (voir aussi 3.4).
3) Lorsque dans des cas spéciaux la méthode b) est utilisée, il convient de prendre en compte, pour la
détermination des valeurs de calcul, les éléments suivants :
— les états-limites concernés ;
— le niveau de fiabilité requis ;
— les incertitudes statistiques et de modélisation ;
— la compatibilité avec les hypothèses pour le côté actions ;
— la classification de la durée d'utilisation de projet pour la structure concernée, conformément à
la section 2 ;
— la connaissance préalable de cas ou de calculs similaires.
4) On peut trouver des informations complémentaires dans les ENV 1992 à 1999.
NOTE : Voir aussi les annexes A et D.
(4 Note) C Il suffit de se reporter directement à l'annexe D.
Page 41
ENV 1991-1:1994
Section 9 Vérification par la méthode des coefficients partiels
9.1 Généralités
1) P Dans les ENV 1992 à 1999, on obtient la fiabilité rattachée au concept d'état-limite en appliquant la
méthode des coefficients partiels. Par cette méthode, on vérifie que, dans toutes les situations de projet
concernées, les états-limites ne sont pas dépassés lorsque les valeurs de calcul des actions, des pro-
priétés de matériaux et des données géométriques sont introduites dans les modèles de calcul.
2) P Il faut, en particulier vérifier que :
a) les effets des actions de calcul ne dépassent pas la résistance de calcul de la structure à l'état-
limite ultime ;
b) et que les effets des actions de calcul ne dépassent pas les critères de performance correspon-
dant à l'état-limite de service.
D'autres vérifications peuvent également se révéler nécessaires pour des structures particulières, par
exemple en ce qui concerne la fatigue. Des indications détaillées sont fournies dans les Parties concer-
nées de l'ENV 1991 et des ENV 1992 à 1999.
NOTE : Voir aussi les annexes A et B.
3) P Les situations de projet retenues doivent être prises en compte et les cas de charge critiques iden-
tifiés. Pour chaque cas de charge critique, il faut déterminer les valeurs de calcul des effets des actions
combinées.
4) Un cas de charge identifie les dispositions compatibles de charges, d'ensembles de déformations et
d'imperfections à prendre en compte simultanément pour une vérification particulière.
5) Des règles concernant la combinaison d'actions indépendantes dans des situations de projet sont
données dans la présente section. Il convient de ne pas prendre en compte dans une même combinaison
les actions qui ne peuvent pas se produire simultanément, par exemple, pour des raisons physiques.
6) Une disposition de charge identifie l'emplacement, la grandeur et la direction d'une action libre. Les
règles concernant les différentes dispositions pour une action individuelle sont données dans les
ENV 1991-2, 1991-3 et 1991-4.
7) Il convient de considérer la possibilité d'écarts par rapport aux directions ou aux emplacements pré-
vus pour les actions.
8) Les valeurs de calcul utilisées pour différents états-limites peuvent être différentes ; elles sont spé-
cifiées dans la présente section.
(4 et 5) C Lorsque des actions libres sont à considérer, les modalités de leur prise en compte simultanée sont définies pour
les ensembles des combinaisons et des cas de charges associés. Voir par ailleurs 1.5.2.8 ci-dessus.
(6 et 7) C Pour les actions libres décrites dans les autres Parties de l'EC 1, les dispositions de charge qui y sont définies don-
nent le moyen d'appliquer la section 7. Lorsqu'il y a lieu, des dispositions de charge inégalement probables sont
associées à différentes valeurs représentatives.
Page 42
ENV 1991-1:1994
9.2 Limitations et simplifications
1) Les Règles d'application de l'ENV 1991-1 sont limitées aux états-limites ultimes et aux états-limites
de service des structures soumises à des charges statiques. Ceci couvre les cas où les effets dynami-
ques sont déterminés à l'aide de charges quasi-statiques équivalentes et de coefficients de majoration
dynamique, par exemple pour le vent. Des modifications concernant l'analyse non-linéaire et la fatigue
sont exposées dans d'autres Parties de l'ENV 1991 et dans les ENV 1992 à 1999.
2) Il est possible de recourir à une vérification simplifiée fondée sur le concept d'état-limite :
— en ne prenant en compte que les états-limites et les combinaisons de charges dont on sait, par
expérience ou à partir de critères particuliers, qu'ils peuvent être critiques pour le dimensionnement ;
— en effectuant une vérification simplifiée pour les états-limites ultimes et/ou les états-limites de
service, telle que spécifié pour les bâtiments en 9.4.5 et 9.5.5 ;
— en spécifiant des règles de dispositions constructives et/ou des dispositions permettant de satis-
faire, sans passer par des calculs, les exigences en matière de sécurité et d'aptitude au service.
NOTE : Pour les cas où les ENV 1991 à 1999 ne fournissent pas de règles adéquates en matière
de vérification, notamment pour les nouveaux matériaux, les structures particulières, les états-
limites inhabituels, l'annexe A donne des indications. Dans les cas où les Eurocodes donnent des
règles adéquates, on peut considérer que l'annexe A fournit des informations d'arrière-plan.
9.3 Valeurs de calcul
9.3.1 Valeurs de calcul des actions
1) P La valeur de calcul F
d
d'une action s'exprime sous forme générale par :
(9.1)
où :
γ
F
est le coefficient partiel de l'action considérée, qui tient compte :
— de la possibilité d'écarts défavorables au niveau des actions ;
— de la possibilité d'une modélisation imprécise des actions ;
— des incertitudes relatives à l'évaluation des effets des actions ;
F
rep
est la valeur représentative de l'action.
2) Selon le type de vérification et les procédures de combinaison, les valeurs de calcul des actions par-
ticulières s'expriment comme suit :
G
d
= γ
G
G
k
ou G
k
Q
d
= γ
Q
Q
k
, γ
Q
ψ
0
Q
k
, ψ
1
Q
k,
ψ
2
Q
k
ou Q
k
(9.2)
A
d =
γ
A
A
k
ou A
d
P
d
= γ
p
P
k
ou P
k
A
Ed
= A
Ed
(1 P) I Cette clause est à considérer comme Règle d'application et non comme Principe.
(1 P) C Elle fait en effet l'objet d'exceptions (par exemple actions dues à la pression de l'eau et certaines actions dynamiques).
2) C En ce qui concerne la signification et l'usage de A
Ek
et A
Ed
se reporter en 1.5 à l'EC 1-1 définitif et à l'EC 8 DAN.
F
d
γ
F
F
rep
=
Page 43
ENV 1991-1:1994
3) P Lorsqu'il est nécessaire de distinguer les effets favorables d'actions permanentes de leurs effets
défavorables, deux coefficients partiels différents doivent être utilisés.
4) Pour les actions sismiques, la valeur de calcul peut dépendre des caractéristiques du comportement
structural (voir l'ENV 1998).
9.3.2 Valeurs de calcul des effets des actions
1) P Les effets des actions (E) sont les réponses de la structure aux actions (par exemple les forces inter-
nes et les moments, les contraintes, les déformations unitaires et les déplacements). Pour un cas de
charge spécifique, la valeur de calcul de l'effet des actions (E
d
) se détermine à partir des valeurs de cal-
cul des actions, des données géométriques et, le cas échéant, des propriétés des matériaux :
(9.3)
où :
F
d1
, ..., a
d1
, ... et X
d1
, ... sont choisis conformément à 9.3.1, 9.3.2 et 9.3.4, respectivement.
2) Dans certains cas, en particulier pour l'analyse non-linéaire, il convient de prendre en compte de
façon explicite les effets des incertitudes relatives aux modèles utilisés pour les calculs. Ceci peut con-
duire à l'application d'un coefficient d'incertitude de modélisation, γ
Sd
, appliqué soit aux actions, soit à
leurs effets, en adoptant le moyen qui procure le plus de sécurité. Le coefficient γ
Sd
peut représenter
des incertitudes du modèle d'action, et/ou du modèle de l'effet.
3) Pour une analyse non-linéaire, c'est-à-dire lorsque l'effet n'est pas proportionnel à l'action, il est pos-
sible, dans le cas où une action unique est prédominante, d'appliquer les règles simplifiées ci-dessous :
a) lorsque l'effet augmente davantage que l'action, le coefficient partiel s'applique à la valeur
représentative de l'action ;
b) lorsque l'effet augmente moins que l'action, le coefficient partiel s'applique à l'effet de la valeur
représentative de l'action.
Dans d'autres cas, il est nécessaire d'utiliser des méthodes plus élaborées qui sont définies dans les
Eurocodes concernés (par exemple pour les structures précontraintes).
3)P A Cependant, lorsqu'en application de 4.2 3) à 6) deux valeurs caractéristiques G
b,sup
et G
k,inf
sont distinguées, une partie ou même parfois la totalité de la marge nécessaire de sécurité est
incluse dans ces valeurs.
1 P) I Ce paragraphe est à considérer comme Règle d'application et non comme Principe.
1P) C En effet le paragraphe 9.3.2 2) déroge à ce paragraphe.
2) A En cas d'introduction d'un coefficient séparé γ
sd
, on désigne par γ
f
en général (γ
g
ou γ
q
) les coef-
ficients partiels appliqués aux actions, et on appelle valeurs de calcul des actions les produits
des valeurs représentatives par γ
f
(non par γ
F
).
E
d
E F
d1
F
d2
, … a
d1
, a
d2
, … X
d1
, X
d2
, … , ( ) =
Page 44
ENV 1991-1:1994
9.3.3 Valeurs de calcul des propriétés de matériaux
1) P La valeur de calcul X
d
d'une propriété de matériau ou de produit se définit généralement par :
(9.4)
où :
γ
M
est le coefficient partiel pour la propriété du matériau ou du produit, donné dans les ENV 1992
à 1999 et qui recouvre :
— les écarts défavorables par rapport aux valeurs caractéristiques ;
— les imprécisions des coefficients de conversion ;
— les incertitudes concernant les propriétés géométriques et les modèles de résistance ;
η est le coefficient de conversion qui tient compte de l'effet de la durée de la charge, des effets de
volume et d'échelle, des effets de l'humidité, de la température, etc.
Dans certains cas, la conversion est prise en compte implicitement par la valeur caractéristique elle-
même ou par γ
M
.
9.3.4 Valeurs de calcul des données géométriques
1) P Les valeurs de calcul des données géométriques sont généralement représentées par les valeurs
nominales :
a
d
= a
nom
(9.5)
Les ENV 1992 à 1999 présentent des spécifications supplémentaires quand il y a lieu.
2) P Dans certains cas où les écarts sur des données géométriques ont un effet significatif sur la fiabilité
d'une structure, les valeurs de calcul géométriques sont définies par :
a
d
= a
nom
+ ∆
a
(9.6)
où :

a
n'est introduit que lorsque l'influence des écarts est critique, par exemple pour des imperfections
dans l'analyse du flambage. Des valeurs de ∆
a
figurent dans les ENV 1992 à 1999.
C À titre d'exemples, des coefficients de conversion sont utilisés, explicitement ou implicitement :
— pour transformer la résistance du béton mesurée sur des cubes en résistance mesurée sur cylindres ;
— implicitement, par inclusion dans le coefficient γ
c
, pour transformer la résistance du béton mesurée sur éprouvettes
dans des conditions normalisées, en résistance du béton dans la structure ;
— explicitement, sous forme du coefficient de réduction 0,85, pour transformer la résistance instantanée du béton en
résistance sous charge soutenue.
Se référer à ce sujet aux divers EC-DAN et aux documents explicatifs correspondants.

a
tient compte de l'éventualité d'écarts défavorables par rapport aux valeurs caractéristiques.
X
d
ηX
k
γ
M
⁄ ou X
d
X
k
γ
M
⁄ = =
Page 45
ENV 1991-1:1994
9.3.5 Résistance de calcul
1) P Les valeurs de calcul pour les propriétés des matériaux, les données géométriques et les effets des
actions, le cas échéant, doivent être utilisées pour déterminer la résistance de calcul R
d
à partir de :
(9.7)
où :
les valeurs des a
d
sont définies en 9.3.4 et celles des X
d
en 9.3.3.
2) Les formules opérationnelles de vérification, basées sur le principe de l'expression (9.7), peuvent
prendre l'une des formes suivantes :
(9.7a)
(9.7b)
(9.7c)
où :
γ
R
est un coefficient partiel de résistance ;
γ
m
est un coefficient de matériau ; et
γ
rd
couvre les incertitudes du modèle de résistance et des propriétés géométriques.
NOTE : Voir l'annexe A pour information complémentaire.
3) La résistance de calcul peut aussi être obtenue directement à partir de la valeur caractéristique de la
résistance d'un produit, sans détermination explicite des valeurs de calcul des variables de base indivi-
duelles, à partir de :
R
d
= R
k

R
(9.7d)
Ceci s'applique aux éléments métalliques, aux pieux, etc., et est souvent utilisé simultanément avec un
recours à l'expérimentation pour le dimensionnement.
9.4 États-limites ultimes
9.4.1 Vérification de l'équilibre statique et de la résistance
1) P Lorsque l'on considère un état-limite d'équilibre statique ou de déplacement global de la structure
en tant que corps rigide, il faut vérifier que :
(9.8)
où :
E
d,dst
est la valeur de calcul de l'effet des actions déstabilisatrices ;
E
d,stb
est la valeur de calcul de l'effet des actions stabilisatrices.
Dans certains cas, il peut être nécessaire de remplacer l'expression (9.8) par une formule d'interaction.
2) C Pour l'application de ces diverses formules aux Eurocodes, se référer dans l'annexe A au paragraphe A.4 -4b), et aux
Eurocodes qui y sont cités.
C Dans de nombreux cas d'autres types d'équations d'états-limites sont à prendre en compte. Tel est le cas par exemple
pour les états-limites d'instabilité de forme et pour les règles de vérification en capacité (on vérifie qu'une résistance est
supérieure à une autre. Voir exemples dans l'EC 8).
R
d
R a
d1
a
d2
, … X
d1
, X
d2
, … ( ) =
R
d
R
X
k
γ
M
------- a
nom
,
¹ ¹
' '
¹ ¹
=
R
d
R
X
k
a
nom
,
¹ ¹
' '
¹ ¹
γ
R
⁄ =
R
d
R
X
k
γ
M
------- a
nom
,
¹ ¹
' '
¹ ¹
γ
rd
⁄ =
E
d,dst
E
d,stb

Page 46
ENV 1991-1:1994
2) P Lorsque l'on considère un état-limite de rupture ou de déformation excessive d'une section, d'un
élément ou d'un assemblage, il faut vérifier que :
(9.9)
où :
E
d
est la valeur de calcul de l'effet des actions tel qu'une force interne, un moment ou une combinai-
son d'une ou plusieurs forces et/ou moments ;
R
d
est la résistance de calcul correspondante, donnant à toutes les propriétés structurales leurs
valeurs de calcul respectives
Dans certains cas, il peut être nécessaire de remplacer l'expression (9.9) par une formule d'interaction.
Les cas de charge à considérer sont identifiés comme décrit en 9.1.
9.4.2 Combinaisons d’actions
1) P Pour chaque cas de charge critique, il convient de déterminer les valeurs de calcul des effets des
actions (E
d
) en combinant, de la façon suivante, les valeurs des actions qui se produisent simultané-
ment :
a) situations durables et transitoires : Valeurs de calcul des actions permanentes et de l'action
variable dominante, et valeurs de combinaison de calcul des autres actions ;
b) situations accidentelles : Valeurs de calcul des actions permanentes avec valeur fréquente de
l'action variable dominante, valeurs quasi-permanentes des autres actions variables et s'il y a lieu
valeur de calcul d'une action accidentelle ;
c) situation sismique : Valeurs caractéristiques des actions permanentes avec valeurs quasi-per-
manentes des autres actions variables et valeur de calcul des actions sismiques.
2P) C Il y a lieu de comprendre par «formule d'interaction» qu'un vecteur sollicitant, par exemple moment et effort normal,
ou une combinaison des contraintes correspondantes, doit se trouver à l'intérieur d'un domaine de sécurité, ou qu'une
formule est donnée garantissant qu'il en est bien ainsi (voir par exemple dans l'EC 3 le critère de von Mises).
A Dans de nombreux cas, les règles de combinaison sont applicables non pas au niveau des actions,
mais au niveau de leurs effets. Voir à ce sujet les règles particulières contenues dans les autres
Eurocodes.
NOTE : Des erreurs matérielles dans la version anglaise finale du paragraphe 9.4.2.
C Des précisions sur les actions à considérer comme simultanées sont données dans d'autres Parties de cet Eurocode et
dans d'autres Eurocodes et les DAN correspondants.
(1P b) C Pour l'explication de «s'il y a lieu» dans le cas des situations accidentelles, se reporter en 9.4.2 4).
(1P c) I Remplacer «autres actions variables» par «actions variables» (voir 4.1.4)).
E
d
R
d

Page 47
ENV 1991-1:1994
2) Lorsque l'action dominante n'est pas évidente, il convient de considérer que chaque action variable
est, à son tour, l'action dominante.
3) La procédure de combinaison ci-dessus est représentée au tableau 9.1.
Les combinaisons peuvent être représentées symboliquement de la façon suivante :
a) situations de projet durables et transitoires pour vérification des états-limites ultimes autres que
ceux liés à la fatigue :
(9.10)
NOTE : Cette règle de combinaison est un amalgame de deux combinaisons de charges distinctes.
(9.10a)
(9.10b)
[ξ] est un coefficient de réduction de γ
Gj
compris entre 0,85 et 1. Il est possible d'appliquer la plus défa-
vorable des expressions (9.10a) et (9.10b), au lieu d'appliquer l'expression (9.10), sous réserve des con-
ditions définies par les documents nationaux d'application.
b) Combinaisons pour les situations de projet accidentelles :
(9.11)
Tableau 9.1 : Valeurs de calcul des actions, à utiliser pour les combinaisons d'actions
Situation
de projet
Actions
permanentes
G
d
Actions variables indépendantes
Q
d
Actions
accidentelles
et sismiques
Actions A
d
Dominantes Autres
Durable et transitoire
Accidentelle
Sismique
γ
G
G
k

P
P
k
)
γ
GA
G
k

PA
P
k
)
G
k
γ
Q1
Q
k1
Ψ
11
Q
k1
γ
Qi
Ψ
oi
Q
ki
Ψ
2i
Q
ki
Ψ
2i
Q
ki
γ
A
A
k
ou A
d
γ
l
A
Ed
A L’usage des formules 9.10 a) et b) en remplacement de la formule 9.10 ne permettrait pas toujours
de considérer qu'un certain nombre d'états-limites de service sont couverts indirectement par les
vérifications relatives aux états-limites ultimes, comme ils le sont actuellement. En conséquence,
cet usage ne peut être admis sans que soient explicitement et contractuellement spécifiées les
précautions supplémentaires qui seraient prises en matière de vérifications vis-à-vis d'états-limi-
tes de service.
C Au stade actuel des valeurs différentes ont été choisies dans les divers ENV-DAN pour le facteur γ
Qi
. Bien qu'il apparaisse
que dans de nombreux cas des valeurs assez proches de 1 soient suffisantes, il n'existe aucune base de choix d'une valeur
unique. Il semble d'autre part que la valeur numérique de ce facteur ait en général très peu d'influence sur les dimension-
nements des structures. La simplification consistant à prendre dans toute combinaison γ
Qi
= γ
Q1
paraît en général accep-
table. Voir à ce sujet les prochains ENV-DAN.
γ
Gj
j 1 ≥

G
kj
″+″ γ
P
P
k
″+″ γ
Q1
Q
k1
″+″ γ
Qi
i 1 >

Ψ
0i
Q
ki
γ
Gj
j 1 ≥

G
kj
″+″ γ
P
P
k
″+″ γ
Q1
Ψ
01
Q
k1
″+″ γ
Qi
i 1 >

Ψ
0i
Q
ki
ξ
j
γ
Gj
j 1 ≥

G
kj
″+″ γ
P
P
k
″+″ γ
Q1
Q
k1
″+″ γ
Qi
i 1 >

Ψ
0i
Q
ki
γ
GAj
j 1 ≥

G
kj
″+″ γ
PA
P
k
″+″ A
d
″+″ Ψ
11
Q
k1
″+″ Ψ
2i
i 1 ≥

Q
ki
Page 48
ENV 1991-1:1994
c) Combinaison pour la situation de projet sismique :
(9.12)
où :
‘’+’’ signifie «doit être combiné à» ;
∑ signifie «l'effet combiné de» ;
G
kj
valeurs caractéristiques des actions permanentes ;
P
k
valeur caractéristique d'une action de précontrainte ;
Q
k1
valeur caractéristique de l'action variable dominante 1 ;
Q
ki
valeur caractéristique des autres actions variables ;
A
d
valeur de calcul de l'action accidentelle ;
A
Ed
valeur de calcul d'une action sismique ;
γ
Gj
coefficient partiel pour l'action permanente j ;
γ
GAj
comme γ
Gj
, mais pour les situations de projet accidentelles ;
γ
P
coefficient partiel pour les actions de précontrainte ;
γ
PA
comme γ
P
, mais pour les actions accidentelles ;
γ
Qi
coefficient partiel pour l'action variable i ;
γ
l
coefficient d'importance (voir l'ENV 1998) ;
Ψ coefficients définis en 4.3.
4) Pour les situations de calcul accidentelles, les combinaisons incluent une action accidentelle expli-
cite A (par exemple un incendie ou un choc) ou font référence à une situation faisant suite à un événe-
ment accidentel (A = 0). Pour les situations d'incendie, si l'on excepte l'effet de la température sur les
propriétés des matériaux, A
d
fait référence à la valeur de calcul de l'action thermique indirecte.
5) Les expressions (9.10) à (9.11) peuvent être appliquées aussi bien aux actions qu'à leurs effets ; se
reporter en 9.3.2 3) pour l'analyse non-linéaire.
6) Lorsque les composantes d'une force vectorielle sont partiellement corrélées, les coefficients de
toute composante favorable peuvent être réduits de [20 %].
c) A Dans la combinaison (9.12) l'expression γ
l
A
Ed
est à remplacer par la valeur de calcul de l'action
sismique telle que définie dans l'EC 8 DAN. Pour la définition de la valeur représentative de la pré-
contrainte à introduire dans cette combinaison, se reporter aussi à l'EC 8 DAN.
c) C En règle générale, et comme indiqué en 9.3.1 et 9.3.2, les valeurs de calcul des effets des actions sont à calculer à partir
des valeurs de calcul des actions, dans lesquelles les coefficients γ correspondant aux actions sont déjà inclus (il n'y a pas
lieu d'appeler valeurs de calcul des valeurs restant à multiplier par certains coefficients γ).
6) C Ceci peut s'appliquer en particulier à l'effort normal de compression, lorsqu'il est favorable, dans un poteau en béton
armé. Voir à ce sujet l'ENV 1992-1.1 DAN. Il est toujours dans le sens de la sécurité de procéder à cette rédaction.
G
kj
j 1 ≥

″+″P
k
″+″ γ
l
A
Ed
″+″ Ψ
2i
i 1 ≥

Q
ki
Page 49
ENV 1991-1:1994
7) Il convient de prendre en compte les déformations imposées, lorsqu'il y a lieu.
8) Dans certains cas, les expressions (9.10) à (9.12) doivent être modifiées ; des règles détaillées à ce
sujet sont données dans les Parties concernées des ENV 1991 à 1999.
9.4.3 Coefficients partiels
1) P Dans les cas de charge concernés, les actions permanentes qui accroissent l'effet des actions varia-
bles (c'est-à-dire celles qui ont des effets défavorables) doivent être représentées par leurs valeurs de
calcul supérieures et celles qui réduisent l'effet des actions variables (c'est-à-dire celles qui ont des
effets favorables) par leurs valeurs de calcul inférieures.
2) P Dans les cas où les résultats d'une vérification sont susceptibles d'être très sensibles aux variations
de grandeur d'une action permanente en divers points de la structure, les parties défavorable et favo-
rable de cette action doivent être considérées comme des actions distinctes. Ceci est tout particulière-
ment vrai pour la vérification de l'équilibre statique.
3) Pour les structures de bâtiments, les coefficients partiels pour les états-limites ultimes dans les situa-
tions de projet durables, transitoires et accidentelles sont donnés au tableau 9.2. Ces valeurs reposent
sur des considérations théoriques, l'expérience et des calculs a posteriori sur des projets existants.
NOTE : Ces valeurs peuvent être employées pour le calcul des silos traités dans l'ENV 1991-4.
3) C Les valeurs données dans le tableau 9.2 ne sont données que pour les structures de bâtiments, et ne sont applicables qu'en
l'absence d'invalidation ou d'affinement dans les autres Eurocodes et les DAN correspondants. Elles ne constituent en
effet qu'un canevas général qui ne peut couvrir tous les cas, même pour les seuls bâtiments.
En ce qui concerne les silos, mentionnés dans la Note, il est en fait possible d'envisager une nette différenciation de la
sécurité par le moyen des coefficients partiels γ
F
, par rapport aux valeurs indiquées au tableau 9.2. Les facteurs suivants
sont à considérer :
— les conséquences d'une défaillance. Souvent la sécurité des personnes n'est pas en jeu sous l'effet des charges
dues aux matières ensilées et, en général il n'y a pas de commune mesure entre un petit silo agricole et un grand silo
intégré dans un processus industriel ;
— les responsabilités acceptées par le maître d'ouvrage en matière de contrôle des produits ensilés ;
— les justifications expérimentales directes ;
— des considérations propres au type de silo.
Page 50
ENV 1991-1:1994
Tableau 9.2 : Coefficients partiels — États-limites ultimes pour les bâtiments
Cas
1)
Action Symbole
Situations
P/T A
Cas A
Perte d'équilibre statique ; résistance
du matériau structural ou du sol non
significative (voir 9.4.1)
Actions permanentes : poids propre
des éléments structuraux et non
structuraux, actions permanentes
causées par le sol, l'eau souterraine
et la nappe libre
— défavorables
— favorables
Actions variables
— défavorables
Actions accidentelles
γ
Gsup
4)
γ
Ginf
4)
γ
Q
γ
A
[1,10]
2)
[0,90]
2)
[1,50]
[1,00]
[1,00]
[1,00]
[1,00]
Cas B
5)
Défaillance de la structure ou
d'éléments structuraux, y compris
ceux des semelles, pieux, murs de
soubassement, etc., due à un manque
de résistance du matériau structural
(voir 9.4.1)
Actions permanentes
6)

(voir ci-dessus)
— défavorables
— favorables
Actions variables
— défavorables
Actions accidentelles
γ
Gsup
4)
γ
Ginf
4)
γ
Q
γ
A
[1,35]
3)
[1,00]
3)
[1,50]
[1,00]
[1,00]
[1,00]
[1,00]
Cas C
5)
Défaillance du sol
Actions permanentes (voir ci-dessus)
— défavorables
— favorables
Actions variables
— défavorables
Actions accidentelles
γ
Gsup
4)
γ
Ginf
4)
γ
Q
γ
A
[1,00]
[1,00]
[1,30]
[1,00]
[1,00]
[1,00]
[1,00]
P — Situation durable T — Situation transitoire A — Situation accidentelle
1) Il convient de vérifier séparément le dimensionnement pour chacun des cas A, B et C à considérer.
2) Lors de cette vérification, la valeur caractéristique de la partie défavorable de l'action permanente est multipliée
par le coefficient [1,1] et la partie favorable par le coefficient [0,9]. Des règles plus élaborées se trouvent dans les
ENV 1993 et 1994.
3) Dans cette vérification, les valeurs caractéristiques de toutes les actions permanentes d'une même origine sont
multipliées par [1,35] si l'effet total résultant est défavorable et par [1,0] s'il est favorable.
4) Dans les cas où l'état-limite est très sensible aux variations des actions permanentes, il convient de prendre les
valeurs caractéristiques inférieure et supérieure de ces actions, conformément à 4.2 3).
5) Dans les cas B et C, les valeurs de calcul des propriétés du sol peuvent être différentes. Voir l'ENV 1997-1-1.
6) Au lieu d'utiliser γ
G
(1,35) et γ
Q
(1,50) pour les actions de pression latérale du sol, les valeurs de calcul des
propriétés du sol peuvent être introduites conformément à l'ENV 1997, un coefficient de modèle γ
Sd
étant appliqué.
Page 51
ENV 1991-1:1994
[D'autres commentaires du tableau 9.2 sont-ils à développer dans le DAN, par exemple à propos de l'équi-
libre statique ?]
9.4.4 Coefficients Ψ
A1 Sauf en cas de règle particulière contraire (voir l'EC 7 et le DAN correspondant) il y a lieu de
considérer que la défaillance de l'interface entre fondation et sol (par exemple à la périphérie de
pieux) entre dans le cas C.
C1 Les indications 1) et 5) données à la suite du tableau ont un caractère provisoire. Elles s'expliquent en partie par le fait que
les problèmes d'interaction sol-structure ne sont pas traités dans les EC actuels. Dans l'immédiat, pour l'application du
cas C, voir l'EC 7 et le DAN correspondant, et s'il y a lieu les EC de projet.
A2 Lorsqu'une action variable favorable a une valeur minimale non nulle (le cas ne peut se présenter
que pour une action non intermittente telle que celles de la température ou de certaines pressions
d'eau, dans certains cas), les méthodes suivantes peuvent être utilisées dans les cas où une
grande précision n'est pas nécessaire :
— ou bien cette valeur minimale est bornée, et elle peut alors être introduite directement
comme valeur de calcul avec γ
Q
= 1 ;
— ou, dans le cas contraire, la valeur quasi-permanente de l'action est introduite comme
action permanente favorable avec le coefficient γ
Ginf
, et la différence entre cette valeur et la
valeur caractéristique minimale est introduite comme action variable défavorable (normale-
ment avec γ
Q
= 1,50).
C2 En de tels cas, l'effet global étant une différence de forte sensibilité aux variations des actions individuelles, des études
plus affinées des coefficients partiels à utiliser peuvent être nécessaires.
A3 En ce qui concerne les valeurs à donner au coefficient partiel γ
p
et les valeurs représentatives de
la précontrainte auxquelles les appliquer, se reporter aux EC appropriés.
A Les valeurs des coefficients ψ données dans ce paragraphe ne sont applicables qu'en l'absence
d'autres valeurs données dans les autres parties de l'EC1, dans les autres EC et dans les DAN
correspondants.
C En effet :
— des valeurs différentes des coefficients ψ
o
peuvent devoir être fixées selon l'action de base de la combinaison et
par voie de conséquence pour des constructions de natures différentes ; le fait de considérer deux actions comme non
simultanées équivaut à considérer qu'en ce cas ψ
o
= 0 ;
— pour les actions climatiques les valeurs de ψ
1
et parfois de ψ
2
peuvent dépendre du climat local ; en revanche, en
l'absence d'autres valeurs données dans les parties d'Eurocodes applicables à d'autres ouvrages que les bâtiments, les
valeurs des coefficients ψ
1
et ψ
2
données ici sont applicables pour ces ouvrages.
Page 52
ENV 1991-1:1994
1) Les coefficients Ψ pour les bâtiments sont donnés au tableau 9.3. Pour les autres applications, se
reporter aux Parties correspondantes de l'ENV 1991.
9.4.5 Vérification simplifiée des structures de bâtiments
Tableau 9.3 : Coefficients Ψ pour les bâtiments
Action Ψ
0
Ψ
1
Ψ
2
Charges d'exploitation des bâtiments
1)
— Catégorie A — d'habitation, résidentiels
— Catégorie B — bureaux
— Catégorie C — lieux de réunion
— Catégorie D — commerces
— Catégorie E — stockage
[0,7]
[0,7]
[0,7]
[0,7]
[1,0]
[0,5]
[0,5]
[0,7]
[0,7]
[0,9]
[0,3]
[0,3]
[0,6]
[0,6]
[0,8]
Charges dues à la circulation dans les bâtiments
— Catégorie F — véhicules de poids ≤ 30 kN
— Catégorie G — véhicules de poids compris entre 30 kN et 160 kN
— Catégorie H — Toits
[0,7]
[0,7]
[0]
[0,7]
[0,5]
[0]
[0,6]
[0,3]
[0]
Charges dues à la neige sur les bâtiments [0,6]
2)
[0,2]
2)
[0]
2)
Charges dues au vent sur les bâtiments [0,6]
2)
[0,5]
2)
[0]
2)
Température (hors incendie) dans les bâtiments
3)
[0,6]
2)
[0,5]
2)
[0]
2)
1) Pour les combinaisons de charges d'exploitation dans les bâtiments à plusieurs étages, voir l'ENV 1991-2-1.
2) Des modifications peuvent être nécessaires en fonction des régions géographiques.
3) Voir l'ENV 1991-2-5.
(1) I La valeur encadrée de ψ
1
pour les charges dues au vent sur les bâtiments est ramenée à 0,2 (au
lieu de 0,5 indiqué dans le tableau).
(1) C Les valeurs indiquées de ψ
2
pour les charges dans les bâtiments peuvent devoir être réduites dans certains cas, en parti-
culier pour ne pas sous-estimer les flèches vers le haut des planchers précontraints. Voir à ce sujet 4.3.6) C et 4.3.7).
A Les règles données dans ce paragraphe ne sont applicables que si le marché le prévoit, ou pour
démontrer que les vérifications correspondantes ne déterminent pas le dimensionnement.
C Un dimensionnement basé sur ces règles est généralement plus onéreux que celui obtenu par les règles générales don-
nées dans les articles précédents. Inversement, dans le cas des charges de stockage, il peut être du côté de l'insécurité.
Enfin ces règles sont mal adaptées au cas C du tableau 9.2 et n'envisagent pas le cas d'actions et situations accidentelles.
Page 53
ENV 1991-1:1994
1) Pour les situations durables et transitoires, la procédure décrite en 9.4.2 peut être simplifiée par la
prise en compte de la plus défavorable des combinaisons suivantes :
a) situations de projet avec une seule action variable Q
k,1
:
(9.13)
b) situations de projet avec deux actions variables Q
k,i
ou davantage :
(9.14)
Dans ce cas, il convient de vérifier aussi l'effet des actions pour l'action variable dominante en utilisant
l'expression (9.13).
2) Les valeurs de γ
G
sont celles données dans le tableau 9.2
9.4.6 Coefficients partiels de sécurité pour les matériaux
1) Les coefficients partiels de sécurité relatifs aux propriétés des matériaux et des produits sont donnés
dans les ENV 1992 à 1999.
9.5 États-limites de service
9.5.1 Vérification de l'aptitude au service
1) P Il faut vérifier que :
(9.15)
où :
C
d
valeur nominale ou fonction de certaines valeurs de calcul des propriétés des matériaux liées aux
effets de calcul des actions considérées ;
E
d
valeur de calcul de l'effet des actions (par exemple déplacement ou accélération) déterminée sur
la base de l'une des combinaisons définies en 9.5.2.
NOTE : Pour C
d
,

des indications peuvent être trouvées dans les ENV 1992 à 1999.
1) C1 L'exigence relative aux vibrations peut concerner, selon le cas, soit l'amplitude des déformations, soit l'accélération
induite. Elle peut aussi concerner la fréquence d'excitation et fait en ce cas l'objet d'une vérification indirecte sans réfé-
rence à une équation de type (9-15).
1) C2 Pour les bâtiments, des valeurs de C
d
sont données dans le BAEL.
γ
Gj
G
kj
j 1 ≥

″+″ 1,5 [ ]Q
k1
γ
Gj
G
kj
j 1 ≥

″+″ 1,35 [ ] Q
ki
i 1 ≥

E
d
C
d

Page 54
ENV 1991-1:1994
9.5.2 Combinaison d’actions
1) La combinaison d'actions à prendre en compte pour les états-limites de service dépend de la nature
de l'effet des actions qui fait l'objet de la vérification, par exemple selon qu'il est irréversible, réversible
ou à long terme. Trois combinaisons désignées par la valeur représentative de l'action dominante sont
définies au tableau 9.4.
2) Trois combinaisons d'actions pour états-limites de service sont définies symboliquement par les
expressions suivantes :
a) combinaison caractéristique (rare) :
(9.16)
b) combinaison fréquente :
(9.17)
c) combinaison quasi-permanente :
(9.18)
dont la notation est définie en 1.6 et 9.4.2.
3) Il convient de prendre en compte les déformations imposées lorsqu'il y a lieu.
4) Dans certains cas, les expressions (9.16) à (9.18) peuvent devoir être modifiées ; des règles détaillées
à ce sujet sont données dans les Parties concernées des ENV 1991 à 1999.
Tableau 9.4 : Valeurs de calcul des actions, à utiliser dans la combinaison d'actions
Combinaison
Actions
permanentes G
d
Actions variables Q
d
Dominantes Autres
Caractéristique (rare) G
k
(P
k
) Q
k1
Ψ
0i
Q
ki
Fréquente G
k
(P
k
) Ψ
11
Q
k1
Ψ
2i
Q
ki
Quasi-permanente G
k
(P
k
) Ψ
21
Q
k1
Ψ
2i
Q
ki
NOTE : Sauf spécification contraire, pour les états-limites de service, les coefficients
partiels (d'aptitude au service) γ
G
et γ
Q
ont pour valeur 1,0.
2) C Pour l'usage des diverses sortes de combinaisons, se reporter en 3.3. 3) à 3.3.5) C.
Par ailleurs l'attention est appelée sur le fait que pour des situations transitoires les valeurs représentatives à porter
dans les combinaisons peuvent être numériquement différentes de ce qu'elles sont pour les situations durables.
(2a) C L'appellation «combinaison caractéristique» est désormais seule à utiliser, le terme «rare» étant maintenant réservé
à d'autres usages (voir 3.3.3) C et 4.3.8) C).
G
kj
j 1 ≥

″+″P
k
″+″Q
k1
″+″ Ψ
0i
i 1 ≥

Q
ki
G
kj
j 1 ≥

″+″P
k
″+″ Ψ
1,1
Q
k1
″+″ Ψ
2i
i 1 ≥

Q
ki
G
kj
j 1 ≥

″+″P
k
″+″ Ψ
2i
i 1 ≥

Q
ki
Page 55
ENV 1991-1:1994
9.5.3 Coefficients partiels
Les coefficients partiels pour les états-limites de service sont égaux à [1,0], sauf spécification contraire, par
exemple dans les ENV 1992 à 1999.
9.5.4 Coefficients Ψ
Les valeurs des coefficients Ψ sont données au tableau 9.3.
9.5.5 Vérification simplifiée des structures de bâtiments
1) Pour les structures de bâtiments, la combinaison caractéristique (rare) peut être simplifiée jusqu'à
donner les expressions suivantes, qui peuvent également se substituer à la combinaison fréquente :
a) situations de projet avec une seule action variable Q
k1
:
(9.19)
b) situations de projet avec deux actions variables Q
k1
ou davantage :
(9.20)
Dans ce cas, il convient de vérifier aussi l'effet des actions pour l'action variable dominante en utilisant
l'expression (9.19).
2) Lorsque des règles simplifiées sont fournies pour les états-limites de service, il n'est pas nécessaire
d'effectuer des calculs détaillés faisant intervenir des combinaisons d'actions.
9.5.6 Coefficients partiels pour les matériaux
Les coefficients partiels relatifs aux propriétés des matériaux et des produits sont donnés dans les
ENV 1992 à 1999.
1) A et C Pour l'application éventuelle de cette clause, se reporter en 9.4.5 A et C.
G
kj
j 1 ≥

″+″Q
k1
G
kj
j 1 ≥

″+″ 0,9 [ ] Q
ki
i 1 ≥

Page 56
ENV 1991-1:1994
Annexe A
(informative)
Méthode des coefficients partiels
Init numérotation des tableaux d’annexe [J]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [A]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [J]!!!
A.1 Généralités
1) La présente annexe fournit des informations et le contexte théorique de la Méthode des
coefficients partiels, telle qu'elle est présentée en section 9. Elle constitue également une introduction
à l'annexe D : Dimensionnement assisté par l'expérimentation. On peut recourir aux informations
contenues dans ces annexes si l'on considère que les règles de vérification des ENV 1991 à 1999 ne
conviennent pas au cas étudié.
2) La méthode des coefficients partiels sert à vérifier que les états-limites concernés ne sont pas dépas-
sés, connaissant les valeurs de calcul des actions, des résistances et des données géométriques. Les
valeurs de calcul sont les produits ou les quotients des valeurs caractéristiques, des coefficients partiels
appropriés et des valeurs Ψ, comme indiqué de 9.3 à 9.5. En général, les coefficients partiels sont sup-
posés tenir compte :
— des écarts défavorables par rapport aux valeurs représentatives ;
— des imprécisions dans les modèles d'actions et les modèles structuraux ;
— des imprécisions dans les coefficients de conversion.
3) En principe, la valeur des coefficients partiels devrait dépendre des degrés d'incertitude des actions,
des résistances, des grandeurs géométriques et des modèles ainsi que de la nature de la construction
et de la classe d'état-limite.
4) Il existe en principe deux façons de déterminer les valeurs numériques des coefficients partiels :
a) la première consiste à calibrer les coefficients par rapport aux règles depuis longtemps éprou-
vées de la construction traditionnelle. C'est le principe qui sous-tend la plupart des coefficients pro-
posés dans les Eurocodes actuellement disponibles ;
b) la deuxième est fondée sur l'évaluation statistique de données expérimentales et d'observations
réalisées sur le terrain. Il convient alors d'opérer dans le cadre d'une théorie de la fiabilité basée sur
les probabilités.
5) En pratique, les deux méthodes décrites en A.1 4) peuvent se combiner. En particulier, une simple
approche statistique (probabiliste) échoue généralement par manque de données suffisantes. Il con-
vient toujours de se référer d'une façon ou d'une autre aux méthodes de calcul traditionnelles. Là où
existe une tradition depuis longtemps éprouvée dans le domaine du bâtiment, il est très avantageux
d'arriver à une explication rationnelle de son succès. Cela peut permettre de justifier la réduction de cer-
tains coefficients dans des conditions données, ce qui peut signifier une économie. De ce point de vue,
il convient de considérer les méthodes statistiques comme une valeur ajoutée à une approche plus tra-
ditionnelle.
1) A Dans les seuls cas où les règles en vigueur en France, basées ou non sur les Eurocodes, ne cou-
vrent pas bien un problème particulier, il peut, dans la mesure strictement indispensable, être fait
usage de cette annexe, sous réserve des additions et modifications définies dans le présent DAN.
En cas de problème répétitif, la procédure de l'Agrément Technique sera normalement suivie.
Page 57
ENV 1991-1:1994
A.2 Survol des méthodes de fiabilité
1) La figure A.1 présente un survol des diverses méthodes de vérification de la fiabilité ainsi que des
interactions entre lesdites méthodes. Les méthodes probabilistes de vérification peuvent être divisées
en deux grandes classes : les méthodes exactes et les méthodes de fiabilité du premier ordre (FORM,
First Order Reliability Method), parfois dénommées respectivement méthodes de niveau III et II. Dans
ces deux méthodes, les quantifications de la fiabilité correspondent à des probabilités de défaillance P
f
pour les modes de défaillance considérés et pour une durée de référence appropriée. Ces valeurs sont
calculées et comparées à une valeur cible prédéfinie P
0
. Si la probabilité d'une défaillance est supé-
rieure à la valeur cible, on considère que la structure n'est pas fiable.
Figure A.1 : Survol des méthodes de fiabilité
2) Dans les méthodes de niveau II, on utilise généralement une autre mesure de sécurité portant le nom
d'indice de fiabilité β, qui est liée à P
f
par :
(A.1)
où Φ est la fonction de répartition de la distribution normale.
Bien qu'il soit totalement équivalent à la probabilité de défaillance proprement dite, l'emploi de l'indice
de fiabilité souligne la nature formelle et conventionnelle de l'analyse de fiabilité. La relation entre β et
P
f
est présentée au tableau A.1.
C Comme l'indique le titre de cet article, de nombreux aspects des méthodes probabilistes ne sont pas traités et même ne
sont pas mentionnés dans cet article.
Au niveau des applications de ces méthodes, l'identification des données statistiques et notamment des types des distri-
butions à utiliser est souvent une cause d'incertitude importante dans les résultats ; en particulier les distributions statis-
tiques sont couramment multimodales, notamment lorsqu'on les utilise jusque dans le domaine des valeurs extrêmes
(comme indiqué par exemple dans l'annexe D paragraphe D.3.3.2).
Tableau A.1 : Relation entre β et P
f
P
f
10
-1
10
-2
10
-3
10
-4
10
-5
10
-6
10
-7
β 1,3 2,3 3,1 3,7 4,2 4,7 5,2
Méthodes historiques
Méthodes empiriques
Méthode des valeurs
de calcul
Méthode des coefficients
partiels (niveau 1)
F.O.R.M.
(niveau II)
Exacte
(niveau III)
Calibration
Calibration Calibration
Méthodes probabilistes
1c
1b
1a
Calibration
P
f
Φ – β ( ) =
Page 58
ENV 1991-1:1994
3) Comme l'illustre la figure A.1, les éléments de sécurité de la méthode des coefficients partiels (de
niveau I) peuvent être obtenus de trois façons différentes :
a) par calibration par rapport aux méthodes de calcul traditionnelles et empiriques ;
b) par calibration par rapport aux méthodes probabilistes ;
c) par une simplification de la méthode FORM reposant sur la méthode (calibrée) des valeurs de
calcul décrite en A.3.
La génération actuelle des Eurocodes a été à l'origine basée principalement sur la méthode a), avec des
ajustements dérivés de la méthode c) ou de méthodes équivalentes, principalement dans le domaine
du dimensionnement assisté par l'expérimentation.
4) Des valeurs cibles indicatives de β pour diverses situations de projet sont données au tableau A.2.
Les valeurs sont données pour la durée d'utilisation de projet (voir le tableau 2.1 de l'ENV 1999-1) et
pour une durée d'un an. Les valeurs correspondant à un an peuvent s'appliquer à des situations de pro-
jet transitoires et à des structures temporaires où la sécurité des personnes est très importante.
5) Les valeurs cibles indicatives du tableau A.2 sont estimées «valables dans la plupart des cas». Pour
des raisons liées aux types de défaillances, à leurs conséquences et aux coûts des constructions, il peut
être approprié d'employer des valeurs plus fortes ou plus faibles (voir 2.2). Une différence de classe du
niveau de fiabilité est généralement associée à des différences de l'ordre de 0,5 à 1,0 pour les valeurs β.
Une différence de niveau de fiabilité peut être recherchée pour l'ensemble d'un bâtiment, certains de
ses éléments ou certains dangers potentiels spécifiques.
NOTE 1 : Un niveau de fiabilité donné peut donner lieu à des coefficients partiels différents pour
diverses charges et propriétés de matériaux, en fonction de leur variabilité et de leur influence
(voir A.3 et A.4) ; il convient de ne pas confondre cela avec une variation du niveau de fiabilité.
NOTE 2 : Le choix d'un indice cible de fiabilité différent n'est pas la seule mesure permettant de
modifier le niveau de fiabilité ; d'autres sont liées à la précision du calcul, au niveau d'assurance de
la qualité et à la rigueur des règles de dispositions constructives.
6) Il convient de considérer les valeurs du tableau A.2 comme des exigences minimales raisonnables,
calibrées par rapport aux codes de calcul de divers pays. Pour ces calibrations, les distributions lognor-
males ou de Weibull ont été habituellement utilisées pour les paramètres de résistance et d'incertitudes
de modèle. Des distributions normales ont été habituellement choisies pour le poids propre, et des dis-
tributions de valeurs extrêmes pour les charges variables. Il convient toutefois de noter que ces calibra-
tions ont révélé une dispersion importante en fonction du code utilisé, du type d'élément structural et
de la quantification des diverses incertitudes.
7) La valeur de 3,8 pour l'état-limite ultime est en particulier acceptée pour de nombreuses applications
concernant principalement la résistance. Cela ne signifie pas toutefois qu'un calcul type selon les Euro-
codes aboutisse automatiquement à des valeurs β égales ou voisines de cette cible. En fait, jusqu'à pré-
sent, la génération actuelle des Eurocodes n'a pas été complètement évaluée de cette manière. Une
telle évaluation n'est pas très simple, étant donné que l'aptitude au service, la durabilité, les effets
d'arrondissement ou les effets de distributions multimodales peuvent souvent la troubler. De plus, les
règles de calcul des codes peuvent également comporter des différenciations implicites du niveau de
sécurité, en fonction du type de défaillance, en particulier d'un comportement fragile ou ductile.
3) C La calibration, c'est-à-dire l'ajustement relatif des niveaux de fiabilité, est une opération essentielle qui doit être faite en
se référant le plus étroitement possible aux règles en vigueur. Aucun format de fiabilité ne peut en effet être déduit d'une
valeur de probabilité (ou d'indice) choisie a priori, sans référence directe à la pratique, parce qu'une probabilité n'a de sens
qu'en fonction d'un ensemble d'informations et d'hypothèses. La calibration porte dans le cas b) sur le choix des valeurs
de probabilités admises, et dans le cas c) sur celui des valeurs d'index β. Elle doit, dans ce dernier cas, être faite séparé-
ment pour des domaines d'application très limités parce que les bases d'évaluation d'un index β sont très souvent diffé-
rentes pour des problèmes différents.
Page 59
ENV 1991-1:1994
8) En définitive, il convient de souligner qu'une valeur β et la probabilité correspondante d'une
défaillance sont des nombres formels ou conventionnels destinés essentiellement à servir d'outils per-
mettant de mettre au point des règles de calcul cohérentes, plutôt qu'à décrire la fréquence des
défaillances structurales.
4) à 8) A La valeur cible 3,8 donnée dans le tableau A.2 est sensiblement inférieure à celle qu'on
obtiendrait, par application des codes actuels, en prenant en compte toutes les marges
implicites de sécurité incluses dans les diverses modélisations (y compris celles relatives
aux actions) et en tenant compte du caractère multimodal de la plupart des distributions sta-
tistiques.
4) à 8) C Voir par exemple l'étude à ce sujet publiée dans le Bulletin 202 du CEB (auteur Pr L. Östlund), laquelle sans prendre
en compte la totalité des causes de majoration mentionnées ci-dessus parvient déjà à des valeurs nettement supé-
rieures.
Il semble en fait que les usages pratiques de la valeur 3,8 :
— ou bien se soient limités à la détermination de valeurs de calcul des résistances, en association avec la
valeur 0,8 donnée à α
R
en A.3. En ce cas, seul le produit α
R
β # 3 joue un rôle dans la conclusion, et il serait tout
aussi bien obtenu pour β = 5 et α
R
= 0,6, qui correspondrait mieux à la réalité ;
— ou bien aient correspondu à des calculs très conventionnels, des marges implicites de fiabilité subsistant et
venant s'ajouter à celles incluses dans l'indice β.
4) à 8) A Pour d'autres études que celles de résistances, il convient en règle générale :
— d'admettre au moins β = 5 et α
S
= 0,8 (marges implicites prises en compte dans
l'étude probabiliste et non pas en sus) ;
— et, autant que possible, d'évaluer directement les valeurs caractéristiques des actions
en tenant compte des précisions apportées dans la section 4.
Tableau A.2 : Valeurs indicatives de l'indice cible de fiabilité β
État-limite
Indice cible de fiabilité
(durée d'utilisation de projet)
Indice cible de fiabilité
(un an)
Ultime 3,8 4,7
Fatigue 1,5 à 3,8
1)

Aptitude au service
(irréversible)
1,5 3,0
1) Dépend du niveau d'inspectabilité, de réparabilité et de tolérance aux dommages.
Page 60
ENV 1991-1:1994
A.3 Vérification de la fiabilité à l'aide des valeurs de calcul
1) Dans la méthode des valeurs de calcul (méthode lb, figure A.1), les valeurs de calcul sont définies
pour toutes les variables qu'il convient de considérer comme incertaines (variables de base). On consi-
dère que le dimensionnement est suffisant si les états-limites ne sont pas atteints lorsque les valeurs
de calcul sont introduites dans les modèles. En notation symbolique (voir section 9) :
(A.2)
où :
E est l’effet de l'action ;
R est la résistance ;
F est l’action ;
f est la propriété du matériau ;
a est la propriété géométrique ;
θ est l’incertitude du modèle.
Noter que l'expression (A.2) est partiellement symbolique et qu'une formulation plus générale est par-
fois nécessaire.
2) L'ensemble des valeurs de calcul pour le point de calcul correspond au point de la surface limite de
défaillance où la probabilité qu'une défaillance intervienne est la plus forte (voir figure A.2). La méthode
des valeurs de calcul est en cela liée à la méthode probabiliste de niveau II (voir A.2.1).
3) La valeur de calcul des effets des actions, E
d
, et les résistances R
d
, sont définies de sorte que la pro-
babilité d'obtenir une valeur plus défavorable soit égale à :
(A.3a)
(A.3b)
où :
α est le coefficient de pondération FORM (– 1 ≤ α ≤ + 1) ;
β est la valeur cible de l'indice de fiabilité (voir tableau A.2).
Pour une charge α est négatif, et pour un paramètre de résistance α est positif.
4) La base de la méthode consiste à prendre, comme valeurs de α
E
et α
R
, – 0,7 et + 0,8. Dans le cas où
β = 3,8 (en acceptant un écart maximal de 0,5), la plage de validité de ces valeurs est limitée aux
rapports suivants :
En dehors de cette plage, il est recommandé d'utiliser pour la variable qui présente la plus
forte valeur de σ.
A La méthode indiquée n'est utilisable que pour les équations d'états-limites de forme E
d
< R
d
. De
plus elle postule l'indépendance mutuelle de E et R.
E
d
R
d
<
E
d
E F
d1
F
d2
, …a
d1
, a
d2
, …θ
d1
, θ
d2
, … ,
¹ ¹
' '
¹ ¹
=
R
d
R f
d1
f
d2
, … a
d1
, a
d2
, … θ
d1
, θ
d2
, … ,
¹ ¹
' '
¹ ¹
=
P E E
d
>
¹ ¹
' '
¹ ¹
Φ + α
E
β
. ,
| `
Φ – 0,7 β ( ) = =
P R R
d
<
¹ ¹
' '
¹ ¹
Φ – α
R
β
. ,
| `
Φ – 0,8 β ( ) = =
0,16 σ
E
σ
R
7,6 < ⁄ <
α 1,0 t =
Page 61
ENV 1991-1:1994
5) Lorsque le modèle de charge ou de résistance contient plusieurs variables de base (autres charges,
facteurs de conversion, davantage de matériaux), les expressions (A.3a) et (A.3b) ne sont valables que
pour les variables dominantes. Pour les variables non dominantes :
(A.4a)
(A.4b)
Pour β = 3,8, ces valeurs correspondent respectivement aux fractiles 0,90 et 0,10.
6) Le tableau A.3 donne des expressions qui permettent de calculer les valeurs de calcul pour des
valeurs données de α et β.
Figure A.2 : Définition du point de calcul
selon les méthodes de fiabilité du premier ordre (FORM)
A.4 Formats de vérification de la fiabilité dans les Eurocodes
1) Dans les ENV 1991 à 1999, les valeurs de calcul X
d
et F
d
ne sont pas introduites directement. Les
variables de base sont d'abord introduites par leurs valeurs représentatives X
k
et F
k
, qui peuvent être
définies comme :
— des valeurs pour lesquelles une probabilité de dépassement a été prescrite ou recherchée, par
exemple des charges et des propriétés des matériaux ;
— des valeurs nominales, par exemple des propriétés géométriques ;
— des valeurs étalonnées de façon à atteindre la fiabilité recherchée, par exemple des coefficients
et des coefficients de modèles.
Il existe, en outre, un ensemble de coefficients partiels de sécurité et de coefficients de combinaison de
charges.
Tableau A.3 : Valeurs de calcul pour diverses fonctions de distribution
Distribution Valeurs de calcul Remarques
Normale µ = moyenne, σ = écart-type
Lognormale
De Gumbel
P E E
d
>
¹ ¹
' '
¹ ¹
Φ – 0,4 0,7 β × × ( ) Φ – 0,28 β ( ) = =
P R R
d
>
¹ ¹
' '
¹ ¹
Φ – 0,4 0,8 β × × ( ) Φ – 0,32 β ( ) = =
µ αβσ –
µexp αβV – ( ) pour V σ µ 0,2 < ⁄ =
u a
–1
Φ ln – αβ – ( ) { ¦ ln + u µ 0,577 a a π σ 6 ( ) ⁄ = , ⁄ – =
Limite de défaillance
R
σ
R
------
E
σ
E
------
β
α
R
β
α
E
β –
Point de calcul
Page 62
ENV 1991-1:1994
2) Les valeurs de calcul des actions F, des propriétés de matériaux X et des propriétés géométriques
sont déterminées par :
(A.5)
(A.6)
(A.7)
L'indice k indique les valeurs caractéristiques.
3) Les valeurs de calcul des incertitudes de modèle figurent normalement dans les équations sous
forme de coefficients partiels γ
Sd
et γ
Rd
appliqués au modèle global. Il s'ensuit que :
(A.8)
(A.9)
Dans ce modèle :
γ
f
tient compte de :
— l'éventualité d'écarts défavorables des valeurs de l'action par rapport aux valeurs représentatives ;
γ
m
tient compte :
— de l'éventualité d'écarts défavorables des propriétés des matériaux par rapport aux valeurs
représentatives ;
— de la partie systématique du facteur de conversion (le cas échéant, voir aussi 8.3(1)) ;
— des incertitudes du facteur de conversion.

a
tient compte de :
— l'éventualité d'écarts défavorables des données géométriques par rapport aux valeurs caracté-
ristiques (spécifiées) régies par les spécifications de tolérance ;
— l'importance des écarts ;
— l'effet cumulatif de la présence simultanée de plusieurs écarts géométriques.
γ
Rd
tient compte :
— des incertitudes du modèle de résistance, si elles ne sont pas prises en compte dans le modèle
lui-même.
γ
Sd
tient compte des incertitudes :
— du modèle d'actions ;
— du modèle d'effet des actions.
Ψ tient compte des réductions des valeurs de calcul des charges, en particulier :
— la valeur de combinaison Ψ
0
γ
F
F
k
est déterminée de sorte que la probabilité de dépassement des
valeurs de l'effet des actions combinées soit approximativement la même que lorsqu'il n'existe
qu'une seule action variable. Dans le contexte d'une approche par valeurs de calcul (A.3), des
formules opérationnelles correspondant au cas de deux charges fluctuantes sont présentées au
tableau A.4 ;
— la valeur fréquente d'une action variable Ψ
1
F
k
correspond à la valeur qui est dépassée
pendant 5 % du temps ou 300 fois par an ; il convient de choisir la valeur la plus grande ;
— la valeur quasi-permanente Ψ
2
F
k
correspond à la moyenne dans le temps ou à la valeur pour
laquelle la probabilité d'un dépassement est de 50 %.
3) C Les équations de forme (A.8) et (A.9) permettent, dans une certaine mesure, de traiter des problèmes non linéaires.
F
d
γ
f
F
k
ou F
d
γ
f
ΨF
k
Ψpouvant être Ψ
0
Ψ
1
, ou Ψ
2
( ) = =
X
d
X
k
γ
m
⁄ =
a
d
a
nom

a
t =
E
d
γ
sd
E γ
f
F
k
γ
f
ΨF
k
a
nom

a
t , , …
¹ ¹
' '
¹ ¹
=
R
d
R
X
k
γ
m
------- a
nom

a
t … ,
¹ ¹
' '
¹ ¹
γ
Rd
⁄ =
Page 63
ENV 1991-1:1994
NOTE : Si la charge est intermittente, T
1
est égal à la durée de la charge et F
s
() représente la fonction
inconditionnelle de répartition de la grandeur de la charge ; ainsi F
s
() n’est pas la fonction condition-
nelle basée sur la présence de la charge.
4) La procédure décrite par les expressions (A.8) et (A.9) est parfaite d'un point de vue théorique mais
est lourde à mettre en œuvre. C'est pourquoi on y apporte les simplifications suivantes :
a) côté charges (pour une charge unique) :
(A.10)
À condition que E soit proportionnel à F, à a, et à une incertitude de modèle θ, c'est-à-dire que :
la valeur de γ
F
peut être déterminée à partir de (voir les expressions (A.8) et (A.10)) :
(A.11)
De plus, γ
F
est fortement normalisé. Par exemple, γ
F
= 1,5 pour toutes les charges variables. C'est pour-
quoi il est recommandé, en cas de besoin, d'ajuster la valeur caractéristique.
Tableau A.4 : Expression de Ψ
0
Distribution
Générale
Normale approximation
De Gumbel
F
s
() = fonction de distribution de probabilité de la valeur extrême de la charge
non dominante dans la durée de référence T ;
Φ() = fonction de répartition normale normalisée ;
N = T/T
1 ;
T = durée de référence ;
T
1
= durée de variation indépendante de la charge à variation la plus lente ;
β = indice de fiabilité ;
V = coefficient de variation de la charge non dominante.
(Tableau A.4) C Les formules données dans ce tableau nécessitent d'être expérimentées pendant la période ENV avant
qu'on puisse les considérer comme définitivement établies. Il importe en particulier de se préoccuper de
la sensibilité des résultats aux valeurs des données. Par l'intermédiaire de la donnée T
1
, la valeur de ψ
o
applicable à une action peut dépendre de l'action de base de la combinaison.
4a) C La normalisation de γ
F
dont il est question ne saurait être étendue de façon automatique à d'autres charges variables
que celles qui sont explicitement visées par la codification, même pour les bâtiments. Dans le cas d'une pression d'eau
par exemple, le principe même d'introduire une marge de sécurité au moyen d'un coefficient γ
F
doit être reconsidéré.
C'est en fait la valeur 1 pour le γ
F
applicable aux états de service qui est véritablement normalisée.
Ψ
o
F
non dom
F
dom
⁄ =
F
s
–1
– NΦ – 0,4 β′ ( ) [ ] exp { ¦
F
s
–1
Φ 0,7 β ( ) { ¦
-----------------------------------------------------------------------
avec β′ Φ
–1
Φ – 0,7 β N ⁄ ( ) ( ) =
1 0,28 β 0,7 N ln – ( )V +
1 0,7βV +
-------------------------------------------------------------
1 0,78 V 0,58 Φ ln – 0,28 β ( )+ ln N ( ) ln + [ ] –
1 0,78 V 0,58 Φ ln – 0,7 β ( ) ( ) ln + [ ] –
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
E
d
E γ
f
F
k
a
nom
,
¹ ¹
' '
¹ ¹
=
E ∞θaF
γ
F
F
k
a
nom
γ
f
F
k
a
nom

a
+ ( )γ
Sd
=
γ
F
γ
f
γ
Sd
1 ∆
a
a
nom
⁄ + ( ) =
Page 64
ENV 1991-1:1994
b) côté résistance (selon l'Eurocode concerné) :
(A.12)
(A.13)
(A.14)
Tant que R est proportionnel à la résistance X, à l'incertitude du modèle θ et à la propriété
géométrique a, c'est-à-dire R ∞ θaX les simples relations suivantes s'appliquent :
(A.15)
(A.16)
(A.17)
Pour les modèles non-linéaires ou dans le cas de modèles de charge ou de résistance comportant plu-
sieurs variables, comme on en rencontre fréquemment dans les Eurocodes, ces relations deviennent
plus complexes.
A.5 Conclusion
Les paragraphes A.1 à A.4 mettent en évidence le fait que le même degré de fiabilité formelle peut être
atteint de différentes façons. Il est possible de donner la valeur 1,0 à certains coefficients partiels et
d'inclure dans un autre coefficient la marge de sécurité requise. On peut prendre des valeurs caractéristi-
ques élevées et de faibles coefficients de sécurité ou vice versa.
Les divers éléments de sécurité forment une série de «vases communicants». Pour chaque situation indi-
viduelle de projet, il existe toutefois la possibilité de calibrer les coefficients spécifiques afin d'atteindre le
niveau de fiabilité requis.
Dans les Eurocodes actuellement disponibles, les valeurs caractéristiques des paramètres de charges et
de résistance et des propriétés géométriques correspondent généralement aux paragraphes A.2 à A.4.
L'ENV 1991-1 donne des valeurs de coefficients partiels de charge et les codes de calcul liés au matériau
fournissent des valeurs des coefficients partiels de résistance.
Ceci est fait pour l'essentiel d'une manière globale, fondée pour partie sur des considérations probabilistes
et pour partie sur des motivations historiques ou empiriques. De plus, le choix des valeurs représentatives
et des valeurs correspondantes des coefficients partiels a été effectué en prenant en compte les besoins et
modalités d'une application aisée et économique de la méthode de vérification dans les calculs réels. Cela
a conduit à rechercher ce qui suit :
— pour les structures courantes, il convient que les valeurs de calcul des actions ou des sollicitations
soient indépendantes des valeurs de calcul de la résistance ;
— il convient qu'il n'y ait qu'un petit nombre de valeurs γ
F
;
— il convient de ne donner qu'une valeur constante γ
M
pour chaque propriété de matériau ;
— il convient de pouvoir apporter des simplifications supplémentaires en matière de vérification de la
sécurité et de l'aptitude au service ainsi que de l'analyse structurale ; c'est-à-dire, en évitant d'avoir à
prendre en compte un trop grand nombre de dispositions de charges, de cas de charges et de combi-
naisons dans les situations de projet concernées.
C Le principe de «vases communicants» est nécessairement fortement limité du fait que les valeurs représentatives sont
directement utilisées dans les vérifications d'états-limites de service.
R
d
R
X
k
γ
M
------- a
nom
,
¹ ¹
' '
¹ ¹
= (ENV 1992 et 1995)
R
d
R X
k
a
nom
, { ¦ γ
R
⁄ = (ENV 1993)
R
d
R
X
k
γ
m
------- a
nom
,
¹ ¹
' '
¹ ¹
γ
rd
⁄ = (ENV 1994)
γ
M
γ
m
γ
Rd
1 ∆
a
a
nom
⁄ + { ¦ ⁄ = (ENV 1992 et 1995)
γ
R
γ
m
γ
Rd
1 ∆
a
a
nom
⁄ + { ¦ ⁄ = (ENV 1993)
γ
rd
γ
Rd
1 ∆
a
a
nom
⁄ + { ¦ ⁄ = (ENV 1993)
Page 65
ENV 1991-1:1994
Annexe B
(informative)
Fatigue
Init numérotation des tableaux d’annexe [B]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [B]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [K]!!!
B.1 Phénomène de fatigue
1) La fatigue est une détérioration locale du matériau provoquée par des variations répétées de con-
traintes ou de déformations unitaires.
2) On peut distinguer la fatigue oligocyclique de la fatigue à grand nombre de cycles.
La fatigue oligocyclique est associée à un comportement non-linéaire du matériau et de la géométrie,
faisant par exemple alterner des déformations plastiques dans des zones plastiques. Des critères per-
mettant d'éliminer la fatigue oligocyclique sont présentés dans les ENV 1992 à 1999.
La fatigue à grand nombre de cycles est principalement fonction du comportement élastique. Le
modèle d'analyse peut en conséquence être élastique.
3) Des critères permettant de déterminer s'il est nécessaire de procéder à une évaluation de la fatigue
sont présentés dans les ENV 1992 à 1999.
B.2 Résistance à la fatigue
1) Exception faite des cas où la résistance à la fatigue des éléments est déterminée par des essais spé-
cifiques où les variations de charge au cours du temps sont proches de celles auxquelles ils sont sou-
mis, le comportement des éléments structuraux vis-à-vis de la fatigue est généralement étudié à des
fins de codification au moyen d'essais simplifiés. Pendant ces essais, les éléments sont soumis à des
variations d'amplitude de charge constantes jusqu'à ce que se produisent des déformations excessives
ou des ruptures dues à des fissures.
2) La résistance à la fatigue d'un détail donné est donc définie par une relation , qui repré-
sente de manière approximative le fractile de survie de 95 % ; est l'étendue de la variation de con-
trainte et N
R
le nombre de cycles jusqu'à la défaillance.
Cette relation peut être modélisée par une courbe normalisée linéaire, bilinéaire ou trilinéaire sur une
échelle logarithmique double.
3) Pour une série de détails, une classification peut être effectuée à partir d'un ensemble de courbes
équidistantes telles que ci-dessus.
C Les critères permettant d'éliminer la fatigue oligocyclique sont essentiellement présentés sous forme de vérifications
d'états-limites de service correspondant à des dommages limités susceptibles de nuire à la durabilité de la structure
(voir 3.3.5)).
En ce qui concerne la fatigue à grands nombres de cycles, des indications plus détaillées que dans la présente annexe sont
données dans la section 9 de l'EC 3.1.1.
∆σ
R
N
R

∆σ
R
∆σ
R
N
R

Page 66
ENV 1991-1:1994
B.3 Détermination des sollicitations de fatigue compatibles avec la résistance à la
fatigue
1) Des actions de fatigue sont spécifiées dans les autres Parties de l'ENV 1991.
2) Lorsque des historiques des contraintes représentatifs de l'action de fatigue sur un détail donné sont
disponibles, chacun de ces historiques peut être analysé à l'aide des méthodes de comptage dites «du
réservoir» ou de la «goutte d'eau». Ces méthodes permettent de déterminer les étendues de variation
de contrainte et le nombre de cycles ainsi, le cas échéant, que les contraintes moyennes associées.
3) Les étendues de variation de contrainte et le nombre de cycles peuvent être classés sous forme de
distributions de la fréquence de la variation de contrainte ou de spectres de variations de contrainte.
4) Les distributions de la fréquence de la variation de contrainte ou les spectres de variation de con-
trainte peuvent être transformés à l'aide de la règle de Miner en spectres de variations de contrainte
d'amplitude constante équivalents en ce qui concerne les dommages de fatigue.
B.4 Vérification vis-à-vis de la fatigue
1) La vérification de sécurité vis-à-vis de la fatigue peut se faire par :
— un calcul des détériorations, celles provoquées par les actions de fatigue étant comparées à une
détérioration ultime représentant l'état-limite ;
— une vérification de la durée de vie à la fatigue, dans laquelle, pour une certaine variation repré-
sentative de contrainte, un nombre de cycles de contrainte équivalent, en ce qui concerne la détério-
ration, à l'action de fatigue est comparé à un nombre ultime de cycles représentant l'état-limite ;
— une vérification de l'étendue de variation de contrainte, dans laquelle pour un nombre représen-
tatif du nombre de cycles de contrainte, l'étendue de la variation de contrainte équivalente, en ce qui
concerne la détérioration, à l'action de fatigue est comparée à une variation ultime de contrainte
représentant l'état-limite.
2) Des informations supplémentaires sont données dans les ENV 1992 à 1999.
B.5 Traitement de la sécurité
1) En général, il convient qu'une structure soumise à la fatigue soit conçue pour résister aux détériora-
tions. Pour résister aux détériorations, il convient que la structure soit en mesure de supporter toutes
les charges avec une fiabilité suffisante avant que des fissures ne puissent être détectées par des con-
trôles réguliers, et que des mesures correctives appropriées puissent être prises avant qu'une
défaillance structurale ne se produise.
2) Pour les structures dont on peut vérifier qu'elles résistent aux détériorations, on peut donner au
coefficient de sécurité γ
M
pour la résistance à la fatigue la valeur 1,00.
3) Pour les structures dont la résistance aux détériorations ne peut être vérifiée, les coefficients de
sécurité choisis doivent tenir compte des incertitudes de la détermination des actions de fatigue, des
sollicitations de fatigue et de la résistance à la fatigue, ainsi que de l'éventuelle diminution de la résis-
tance due à la corrosion ou à d'autres phénomènes dépendants de la durée, les conséquences d'une
défaillance sans signe avant-coureur étant dûment prises en compte.
4) Des informations supplémentaires pour le dimensionnement vis-à-vis de la fatigue figurent dans les
ENV 1992 à 1999.
Page 67
ENV 1991-1:1994
Annexe C
(informative)
État-limite de service : Vérification des structures sensibles aux vibrations
Init numérotation des tableaux d’annexe [C]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [C]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [L]!!!
C.1 Généralités
C.1.1 Objectif
1) La présente annexe fournit des indications relatives à la vérification de l'état-limite de service pour
les structures sensibles aux vibrations.
2) Elle traite du traitement des actions et sollicitations, de la détermination de la réponse structurale et
des limites à prendre en compte au niveau de la réponse structurale afin de s'assurer que les vibrations
ne sont pas gênantes ou nuisibles.
3) Les effets dynamiques concernant les états-limites ultimes ou la fatigue étant traités dans les autres
Parties de l'ENV 1991, ils ne le sont pas dans la présente annexe.
C.1.2 Sources de vibrations
1) Les vibrations peuvent être provoquées par :
a) des personnes, sur :
— des passerelles ;
— des planchers où circulent des personnes ;
— des planchers destinés au sport ou à la danse ;
— des planchers supportant des sièges fixes et des gradins.
b) des machines, comme pour :
— des assises et des supports de machines ;
— des clochers ;
— un sol qui transmet des vibrations.
c) le vent, comme pour :
— des bâtiments ;
— des tours ;
— des cheminées et des mâts ;
— des mâts haubanés ;
— des pylônes ;
— des ponts ;
— des toits avec porte-à-faux.
d) la circulation sur :
— des ponts-rails ou des ponts-routes ;
— des bâtiments, comme dans des halls d'exposition ou des parkings.
e) des tremblements de terre.
C Cette annexe n'envisage que des actions dynamiques lentes et non les chocs. Elle se limite à un survol des problèmes au
niveau des principes et ne doit pas être considérée comme fournissant un ensemble opérationnel de règles.
C Ce n'est que dans des cas très particuliers que les tremblements de terre donnent matière à des vérifications vis-à-vis
d'états-limites de service. Voir à ce sujet l'EC 8 DAN.
Page 68
ENV 1991-1:1994
C.1.3 Modélisation des actions et des structures
1) Pour les états-limites de service, la modélisation des actions concernées et de la structure dépend
de la formulation des limites d'aptitude au service.
2) Ces limites peuvent faire référence aux éléments suivants :
— confort des personnes ;
— limites de fonctionnement correct de machines ou d'autres installations ;
— limites maximales de flèches afin d'éviter des détériorations ou des ébranlements.
3) Pour vérifier que ces limites ne sont pas dépassées, il est possible de modéliser les actions en termes
de variation des forces au cours du temps, les réponses structurales pouvant alors être déterminées à
l'aide des méthodes d'intégration appropriées, sous forme de variation au cours du temps des flèches
ou des accélérations.
4) Lorsque les réponses structurales sont susceptibles d'influer de façon significative sur les variations
de force à appliquer (par exemple lorsque des véhicules sont amenés à vibrer par les vibrations de la
structure ou quand il se produit une synchronisation entre les effets de masses mobiles), ces interac-
tions doivent être prises en compte, soit en modélisant un système vibratoire combiné charge-struc-
ture, soit en apportant les modifications appropriées aux descriptions des variations des forces au cours
du temps.
C.2 Historiques des forces au cours du temps
C.2.1 Généralités
1) Il convient que les historiques des forces (descriptions des forces au cours du temps) utilisés pour
l'analyse dynamique soient suffisamment représentatifs des situations de charge significatives pour
lesquelles les limites d'aptitude au service devront être vérifiées.
2) Les historiques des forces au cours du temps peuvent modéliser :
— des vibrations causées par l'homme, par exemple le déplacement ou la course d'une ou plu-
sieurs personnes, des danses ou des mouvements dans des stades ou des salles de concert ;
— des vibrations causées par des machines, par exemple des forces de direction variable dues à
des excentricités de masse et à des fréquences, éventuellement variables au cours du temps ;
— des vibrations causées par le vent ;
— des charges de circulation, par exemple de chariots élévateurs, de voitures ou de véhicules
lourds ;
— des mouvements de grues ;
— d'autres actions dynamiques, comme les forces dues aux vagues ou les tremblements de terre.
C Ce n'est que dans des cas très particuliers que les tremblements de terre donnent matière à des vérifications vis-à-vis
d'états-limites de service. Voir à ce sujet l'EC 8 DAN.
Page 69
ENV 1991-1:1994
C.3 Modélisation des structures
C.3.1 Généralités
1) Le modèle d'analyse dynamique à utiliser pour déterminer les sollicitations à partir des historiques
des forces doit être établi de telle sorte que tous les éléments structuraux pertinents, leur masse, leur
rigidité et leur taux d'amortissement soient pris en compte de façon réaliste.
2) Lorsque les actions dynamiques sont provoquées par des déplacements de masses (par exemple
par des personnes, des machines, etc.), il convient d'intégrer ces masses dans l'analyse (par exemple
lors de la détermination des fréquences propres).
3) Pour les autres actions variables à combiner avec le poids propre de la structure, on doit utiliser des
valeurs quasi-statiques, à moins que d'autres spécifications ne soient données dans l'identification des
états-limites de service.
4) Lorsqu'il existe une interaction sol-structure significative, la contribution du sol peut être modélisée
par des ressorts et amortisseurs équivalents appropriés.
5) Le comportement de la structure doit en général être considéré comme linéaire, à moins que
d'autres spécifications ne soient données lors de la définition des états-limites.
6) Il convient d'évaluer les taux d'amortissement au moyen de procédures expérimentales adéquates,
de théories agréées et de valeurs tirées de recueils de mesures fiables concernant des classes structu-
rales homogènes.
C.4 Évaluation des réponses structurales
C.4.1 Généralités
1) L'évaluation des réponses structurales dépend des limites spécifiées qui leur ont été fixées.
2) Ces limites peuvent être exprimées en termes de :
a) Valeurs moyennes quadratiques déterminées pour une certaine durée d'exposition :
(C.1)
où :
a
eff
est la valeur effective ou moyenne quadratique de la réponse, par exemple, l'accélération
effective ;
T est la durée d'exposition ;
a
i
est la valeur de la réponse (par exemple l'accélération) pour chaque incrément de temps ∆t
i
;
t est le temps ;
∆t
i
est l'incrément de temps.
b) Valeurs extrêmes pendant une certaine durée d'exposition T, seulement pour les réponses sto-
chastiques à bande étroite :
(C.2)
où :
n est la fréquence propre de la structure ;
a
max
est la valeur maximale escomptée de la réponse, par exemple l'accélération maximale.
3) Les réponses structurales a
eff
ou a
max
doivent être comparées aux limites spécifiées.
a
eff
1
T
--- a
i
t ( )
2
∆t
i

i

=
a
max
a
eff
2ln(Tn) =
Page 70
ENV 1991-1:1994
C.4.2 Valeurs limites des vibrations
C.4.2.1 Confort des personnes
1) Lorsque des conditions relatives au confort des personnes sont spécifiées, il convient de les expri-
mer en termes de critères d'acceptation conformes à l'ISO 2631.
2) Il convient que les critères d'acceptation comprennent la courbe appropriée accélération a
eff
– fré-
quence f
s
pour la durée d'exposition et la direction de vibration sélectionnées.
C.4.2.2 Fonctionnement des machines
1) Il convient de spécifier les limites des mouvements des machines en termes de flèche et de fré-
quence maximales (courbes de flèche-fréquence maximales).
C.4.2.3 Autres limites
1) Les limites non traitées par des courbes d'accélération-fréquence ou de flexion-fréquence peuvent
correspondre à :
— une contrainte maximale (par exemple pour éviter des déformations permanentes) ;
— une variation maximale de contrainte (par exemple pour éviter une durée de vie limitée par la
fatigue ou des flèches cumulatives) ;
— une déformation maximale (par exemple pour éviter des chocs et pour des fonctionnements
continus).
Il convient que ces limites soient indiquées dans les spécifications de projet.
Page 71
ENV 1991-1:1994
Annexe D
(informative)
Dimensionnement assisté par l'expérimentation
Init numérotation des tableaux d’annexe [D]!!!
Init numérotation des figures d’annexe [D]!!!
Init numérotation des équations d’annexe [M]!!!
[À première vue il n'existe pas d'incompatibilité avec l'annexe Z à l'EC 3, et il ne devrait pas y en avoir avec
le DAN correspondant. Coordination escomptée par les soins de MME CLAVEAU, sans doute sous forme
de certains renvois].
D.1 Domaine d’application et objectifs
1) La présente annexe est destinée à fournir des indications relatives à la planification et à l'évaluation
des expériences à effectuer en liaison avec le calcul structural, comme indiqué dans la section 8, lorsque
le nombre d'essais est suffisant pour permettre une interprétation statistique de leurs résultats.
2) Les essais peuvent être effectués dans les circonstances suivantes :
— si les propriétés des matériaux ou les paramètres de charge sont insuffisamment connus ;
— si des modèles de calcul adéquats ne sont pas disponibles ;
— si un grand nombre de composants similaires va être utilisé ;
— si le comportement réel présente un intérêt particulier ;
— pour définir les vérifications de contrôle prévues dans les calculs.
1) A Toute évaluation statistique nécessite une définition de la population statistique représentée
et, s'il y a lieu, en cas d'hétérogénéité marquée d'une population statistique globale, l'identifi-
cation de sous-populations suffisamment homogènes.
1) C1 Pour les traitements statistiques, la norme NF X 67-032 est applicable. Par ailleurs, il existe une norme ISO, dont ont
été extraits les tableaux de la présente annexe, en s'abstenant volontairement de reprendre certaines valeurs qui ne
sont pas à utiliser.
1) C2 Dans les cas où le nombre d'essais dont on dispose est trop faible pour que les méthodes définies dans cette annexe
puissent être utilement employées, on pourra :
— soit recourir à des informations a priori permettant l'emploi de techniques bayésiennes ;
— soit admettre que les résistances caractéristiques sont égales à une fraction (par exemple les 9/10) des
résistances moyennes mesurées.
Dans tous ces cas il sera nécessaire de pouvoir s'appuyer sur une réelle expérience pratique de problèmes semblables.
Page 72
ENV 1991-1:1994
3) On distingue les types d’essais suivants :
a) les essais destinés à déterminer directement la résistance ultime ou les propriétés d'aptitude au
service des éléments structuraux, par exemple les essais d'incendie ;
b) les essais permettant de déterminer des propriétés spécifiques de matériaux, par exemple les
essais de sols, in situ ou en laboratoire, ou les essais de nouveaux matériaux ;
c) les essais destinés à réduire les incertitudes des modèles de charge ou de résistance, par exemple
des essais en soufflerie, les essais sur des prototypes de taille réelle ou sur des maquettes ;
d) les essais permettant de contrôler la qualité des produits livrés ou l'homogénéité des caractéris-
tiques de la production, par exemple les essais sur éprouvettes de béton ;
e) les essais effectués en cours d'exécution en vue de prendre en compte des conditions réelles, par
exemple la précontrainte par post-tension ou l'état du terrain ;
f) les essais de contrôle destinés à vérifier le comportement de la structure ou d'éléments structu-
raux après leur achèvement, par exemple les essais de chargement pour les états-limites ultimes ou
les états-limites de service.
4) Les résultats peuvent être utilisés pour une structure particulière ou peuvent servir de base à la
conception d'une large gamme de structures, y compris la mise au point de règles dans les codes
structuraux.
5) Des informations supplémentaires relatives au dimensionnement assisté par l'expérimentation peu-
vent être obtenues dans les ENV 1992 à 1999.
D.2 Planification
Avant d'effectuer les essais, il convient d'arrêter un programme des essais avec l'organisme qui en est
chargé, programme contenant l'objectif de l'essai et toutes les spécifications nécessaires à la sélection ou
à la production des éprouvettes, à la réalisation des essais et à leur évaluation. Il convient, en particulier,
que les points suivants figurent dans le programme d'essai :
a) Objet des essais
Il convient de formuler clairement les informations que l'on attend des essais, par exemple les
propriétés requises, l'influence de certains paramètres de calcul auxquels on donne diverses valeurs
lors des essais, et la plage de validité. Il convient de spécifier les limitations de l'essai et les conversions
requises.
b) Comportement attendu
Il est essentiel de présenter une description de toutes les propriétés et circonstances susceptibles
d'influer sur le comportement à l'état-limite considéré, par exemple les paramètres géométriques et
leurs tolérances, les propriétés des matériaux, les paramètres dépendant des procédures de fabrication
et de mise en œuvre, les effets d'échelle et les conditions environnementales. Il convient de décrire les
modes de défaillance et/ou les modèles de calcul avec les variables correspondantes. Lorsque l'on a de
sérieux doutes sur les modes de défaillance critiques que l'on s'attend à rencontrer pendant les essais,
il convient de mettre au point le programme des essais sur la base d'essais pilotes d'accompagnement.
a) C Les «limitations de l'essai» dont il est question ici concernent ses limites de représentativité.
Page 73
ENV 1991-1:1994
c) Spécification de l'échantillon pour essai
Il convient de spécifier les propriétés de l'échantillon pour essai, en particulier les dimensions, le
matériau et le procédé de fabrication des prototypes, le nombre d'échantillons, les procédures
d'échantillonnage, les conditions aux limites imposées. Il convient en règle générale de rechercher un
échantillon représentatif au sens statistique du terme.
d) Spécifications de charge
Il convient de spécifier, à partir des conditions de charge et des conditions environnementales des
essais mentionnées en b), les points de chargement, les trajets de chargement dans le temps et dans
l'espace, les températures, la maîtrise de la déformation ou de la force lors du chargement, etc. Il
convient de sélectionner les trajets de chargement de telle sorte qu'ils soient représentatifs du domaine
d'application prévu pour l'élément structural. Il est recommandé de tenir compte d'éventuels trajets de
chargement défavorables et/ou des trajets considérés dans les calculs pour des cas comparables. Il
convient, le cas échéant, de prendre en compte les interactions avec la réponse structurale.
Lorsque des propriétés structurales sont conditionnées par un ou plusieurs effets d'actions qu'on ne
fait pas varier de façon systématique, il convient de spécifier au moins les valeurs de calcul de ces effets.
Dans les cas où elles sont indépendantes des autres paramètres du trajet de chargement, il est possible
de prendre des valeurs de calcul correspondant aux valeurs estimées de combinaison de charges.
e) Dispositifs d'essai
Il convient d'accorder aux mesures une attention toute particulière afin de garantir aux bâtis de
chargement et de soutien une résistance et une rigidité suffisantes, une capacité suffisante vis-à-vis des
déformations des éprouvettes, etc.
f) Mesurages
Avant de procéder aux essais, il convient de dresser la liste de toutes les propriétés significatives à
déterminer pour chaque éprouvette. De même, il convient de dresser la liste des points et des méthodes
d'observation et d'enregistrement, par exemple les historiques des déplacements, vitesses,
accélérations, déformations unitaires, forces et pressions, la fréquence et la précision requises des
mesurages et des appareils de mesure. Selon le type d'essai, il peut être recommandé que certains
résultats de mesure soient disponibles au cours même de l'essai.
g) Évaluation et rapport d'essai
Pour des indications plus précises, voir les ENV 1992 à 1999.
c) C Un exemple de «conditions aux limites imposées» est l'effet de l'influence des plateaux de chargement d'une éprou-
vette sur la résistance de celle-ci.
d) C On appelle dans la présente annexe «historique de chargement» (ou «trajet de chargement») le processus d'applica-
tion des charges lors d'un essai.
Page 74
ENV 1991-1:1994
D.3 Évaluation des résultats d'essai
D.3.1 Généralités
1) Il est recommandé de procéder à l'évaluation des résultats d'essai avec une vision critique. Il con-
vient de comparer le comportement général et les modes de défaillance avec ceux qui étaient prévus.
Lorsque les écarts sont importants par rapport aux prévisions, il convient d'en chercher l'explication en
procédant, si nécessaire, à des essais supplémentaires.
2) Il convient, quand il y a matière, d'évaluer les résultats d'essai au moyen de méthodes statistiques.
Il convient en principe que les essais débouchent sur une distribution statistique des variables incon-
nues présélectionnées, incertitudes statistiques comprises. De cette distribution, il est possible de
déduire les valeurs de calcul, les valeurs caractéristiques et les coefficients partiels de sécurité à utiliser
dans la méthode des coefficients partiels. Il est éventuellement possible de ne déterminer que la valeur
caractéristique, le coefficient partiel étant obtenu par la règle de calcul normale.
3) Si la réponse (ou la résistance) du matériau dépend de la durée de la charge ou de son évolution, du
volume ou de l'échelle, des conditions environnementales ou d'autres effets non structuraux, il con-
vient que le modèle de calcul prenne en compte ces éléments par l'intermédiaire de facteurs (de con-
version) appropriés et de règles de mise à l'échelle. Des indications supplémentaires figurent dans les
ENV 1991 à 1999. En particulier, lorsque les codes comportent des marges de sécurité implicites pour
des situations comparables, il convient d'appliquer également ces marges en cas d'essais, et elles peu-
vent donner lieu, au niveau des formules, à des éléments de sécurité supplémentaires. L'effet de la
résistance à la traction mesurée sur éprouvettes de béton, souvent négligé dans les calculs, en est un
exemple.
4) Le résultat de l'évaluation d'un essai est valable pour les spécifications et les caractéristiques de
chargement considérées. Une extrapolation pour d'autres paramètres de calcul et d'autres charges
nécessite des informations supplémentaires, à obtenir par exemple au moyen d'essais antérieurs ou de
considérations théoriques.
D.3.2 Évaluation statistique des essais de résistance et des essais de matériaux
D.3.2.1 Généralités
1) Le présent article est destiné à fournir les formules opérationnelles permettant de déterminer les
valeurs de calcul à partir des essais de type a) et b) sur la résistance et les matériaux (voir D.1.3)) ; la
valeur caractéristique y est déterminée à partir d'une distribution normalisée ou établie des propriétés
des matériaux. On utilisera les procédures bayesiennes avec des distributions a priori vagues (conte-
nant peu d'information).
NOTE : On obtient ainsi presque le même résultat que par des statistiques classiques avec des
niveaux de confiance de 0,75.
2) En 8.3 deux méthodes différentes sont distinguées. Dans la méthode a), on commence par détermi-
ner une valeur caractéristique que l'on divise ensuite par le coefficient partiel approprié. La méthode b)
est fondée sur la détermination directe de la valeur de calcul. Ces méthodes sont discutées respective-
ment en D.3.2.2 et en D.3.2.3.
Page 75
ENV 1991-1:1994
3) Les tableaux et les formules de D.3.2.2 et D 3.2.3 sont basés sur :
— la distribution normale ;
— une moyenne a priori totalement inconnue ;
— un coefficient de variation a priori totalement inconnu pour le cas «V
x
inconnu» ou, au contraire,
parfaitement connu dans le cas «V
x
connu».
En pratique, il se peut que l'on sache au départ que le type de distribution est de nature plus favorable (par
exemple la distribution lognormale) et que l'on ait quelques connaissances sur la moyenne et l'écart-type.
Cette connaissance préalable peut reposer sur l'expérience de cas similaires et permettra en général
d'aboutir à des valeurs de calcul plus favorables. Il ne relève pas de la présente annexe de donner des indi-
cations supplémentaires.
D.3.2.2 Méthode a) : Évaluation par la valeur caractéristique
En supposant que l'on dispose d'un échantillon de n résultats d'essais numériques, la valeur de calcul
d'une variable X s'obtient à partir de :
(D.1)
où :
γ
M
est le coefficient partiel pour le dimensionnement ;
η
d
est la valeur de calcul du facteur de conversion ;
X
k(n)
est la valeur caractéristique, incertitude statistique incluse ;
m
x
est la moyenne des résultats de l'échantillon ;
V
x
est le coefficient de variation de X ;
k
n
est le coefficient issu du tableau D.1.
La détermination du facteur de conversion dépend en grande partie du type d'essai et du type du matériau.
Aucune indication supplémentaire ne figure ici.
Il convient de sélectionner le coefficient partiel à partir du champ d'application considéré pour l'essai.
La valeur de k
n
est issue du tableau D.1, fondé sur la valeur caractéristique à 5 % et sur la distribution nor-
male. Deux cas sont considérés comme suit :
i) le coefficient de variation V
x
est a priori déjà connu ; cette connaissance peut être basée sur l'évaluation
d'essais précédents réalisés dans des situations comparables. C'est le jugement qui permet de déterminer
ce qui est comparable. Il convient, dans ce cas, d'utiliser la ligne «V
x
connu».
ii) le coefficient de variation V
x
n'est pas connu a priori, mais doit être estimé à partir de l'échantillon :
(D.2)
(D.3)
3) C Les deux cas distingués ici à propos de la connaissance ou non du coefficient de variation sont des cas extrêmes : en
général, la valeur du coefficient de variation (ou de l'écart-type) est connue de façon imprécise, et des méthodes plus
élaborées sont à utiliser.
À défaut, si on peut considérer avec une quasi-certitude cette valeur comme contenue à l'intérieur d'une fourchette
connue, il convient d'adopter comme valeur l'extrémité la plus défavorable de cette fourchette, et de la considérer
alors comme connue.
X
d
η
d
X
k(n)
γ
M
-------------
η
d
γ
M
-------m
x
1 k
n
V
x

¹ ¹
' '
¹ ¹
= =
m
x
1
n
--- X
i ∑
=
. ,
| `
s
x
2 1
n 1 –
------------- x
i
m
x

. ,
| `
2

=
V
x
s
x
m
x
⁄ =
Page 76
ENV 1991-1:1994
Dans ce cas, il convient d'utiliser la ligne «V
x
inconnu».
D.3.2.3 Méthode b) : Détermination directe de la valeur de calcul
Dans la méthode b), la valeur de calcul de X est déterminée à l'aide de :
(D.4)
La signification de toutes les variables est la même qu'en D.3.2.2 ; cependant η
d
a maintenant à couvrir
toutes les incertitudes non couvertes par les essais. Il convient de déterminer ensuite la valeur de k
n
à partir
des tableaux D.2 ou D.3.
Si X est la variable dominante du modèle d'action ou de résistance, k
n
peut être déterminé à partir du
tableau D.2. Ce tableau est basé sur l'hypothèse que la valeur de calcul correspond à β = 3,8 et α = 0,8 (voir
annexe A) et que X suit une loi normale de distribution. Cela donne une valeur pour laquelle la probabilité
d'observer une valeur inférieure est d'environ 0,1 %.
Si à la fois une valeur de calcul et une valeur caractéristique sont déterminées, un coefficient partiel peut
être déduit à l'aide de γ
M
= X
k
/X
d
.
Si X est une variable non dominante, (α = 0,4 x 0,8) (voir annexe A), il convient d'utiliser le tableau D.3. La
probabilité d'observer une valeur inférieure est d'environ 10 %.
Tableau D.1 : Valeurs de k
n
pour la valeur caractéristique 5 %
n 1 2 3 4 5 6 8 10 20 30
V
x
connu 2,31 2,01 1,89 1,83 1,80 1,77 1,74 1,72 1,68 1,67 1,64
V
x
inconnu — — 3,37 2,63 2,33 2,18 2,00 1,92 1,76 1,73 1,64
Tableau D.2 : Valeurs de k
n
pour la valeur de calcul ultime, si X est dominant
(P{X < X
d
} = 0,1 %)
n 1 2 3 4 5 6 8 10 20 30
V
x
connu 4,36 3,77 3,56 3,44 3,37 3,33 3,27 3,23 3,16 3,13 3,08
V
x
inconnu — — — 11,40 7,85 6,36 5,07 4,51 3,64 3,44 3,08
Tableau D.3 : Valeurs de k
n
pour la valeur de calcul ultime, si X est non dominant
(P{X < X
d
} = 10 %)
n 1 2 3 4 5 6 8 10 20 30
V
x
connu 1,81 1,57 1,48 1,43 1,40 1,38 1,36 1,34 1,31 1,30 1,28
V
x
inconnu — 3,77 2,18 1,83 1,68 1,56 1,51 1,45 1,36 1,33 1,28
A Cette méthode n'est envisagée ici que pour des vérifications vis-à-vis d'états-limites ultimes. Elle
ne doit être préférée à la méthode 1 que si on se trouve en dehors du domaine de validité des coef-
ficients partiels codifiés.
En ce qui concerne la validité des valeurs indiquées des coefficients β et α (dont seul le produit est
utile ici), se reporter à l'annexe A — DAN.
C Voir par ailleurs les commentaires de D.3.2.1 ci-dessus.

X
d
η
d
X
od
η
d
m
x
1 k
n
V
x

¹ ¹
' '
¹ ¹
= =


Page 77
ENV 1991-1:1994
D.3.3 Évaluation des essais visant à déterminer des coefficients de modèles
1) On dispose, dans certains cas, d'un modèle exploratoire de calcul dont la précision est inconnue ou
l'incertitude trop importante pour certains domaines d'application. Des essais peuvent alors être réali-
sés afin de déterminer les caractéristiques statistiques et les valeurs de calcul des coefficients de modè-
les pour essais du type c) défini en D.1.3). Ce type d'essai est souvent réalisé lors de la procédure de
codification de formules de calcul. On suppose que le modèle disponible, bien qu'incomplet, préfigure
correctement les tendances de base. Le modèle de calcul peut, en principe, aller de formules simples
semi-empiriques à des modèles évolués d'éléments finis.
2) Pour les essais de résistance, il convient de tenir compte du fait qu'un élément structural peut pos-
séder plusieurs modes de défaillance fondamentalement différents. Une poutre peut par exemple con-
naître une défaillance par flexion à mi-portée ou par cisaillement au niveau des appuis. Il se peut que
la partie des résistances moyennes des distributions soit régie par des modes différents de ceux de la
partie des faibles résistances. La partie des faibles résistances (soit, par exemple, la valeur moyenne
moins deux ou trois écarts-types) étant très importante dans l'analyse de fiabilité, il convient que la
modélisation de l'élément structural soit axée sur le mode correspondant.
3) On suppose que le modèle de calcul disponible est le suivant :
(D.5)
où :
X est le vecteur des variables aléatoires ;
W est l'ensemble des variables déterministes mesurables ;
R
th
est le

modèle théorique ;
R est le résultat mesurable de l'expérimentation ;
D est le coefficient inconnu à déterminer par l'expérimentation.
4) On suppose qu'une série de n essais (i = 1 ... n) est réalisée, où :
— les valeurs de W ont été choisies égales à w
i
;
— les valeurs de X ont été mesurées égales à x
i
;
— les valeurs de R ont été mesurées égales à r
i
.
5) Il est recommandé de porter les résultats expérimentaux, r
i
, sur un graphique en fonction des
valeurs calculées R
th
(x
i
, w) du modèle et en fonction de chacune des variables de base rencontrées.
Cette procédure de représentation sert à vérifier si les modèles de calcul prennent correctement en
compte les diverses variables.
6) Si l'on constate plus d'un mode de défaillance dans les résultats d'essai, il est recommandé de
renouveler les essais dans un certain nombre de séries. Pour chaque série, il convient d'exclure tous les
modes sauf un.
7) À partir des résultats d'essai, on peut déduire, pour le coefficient inconnu D, l'ensemble d'observa-
tions suivant :
(D.6)
8) On supposera que D a une distribution normale. Il convient de noter que la distribution normale peut
être remplacée par une distribution lognormale, pourvu que des essais antérieurs de même nature per-
mettent de le justifier.
9) La suite de l'évaluation statistique de D est identique à celle donnée en D.3.2. Pour les cas où les spé-
cifications déterministes W sont diverses et/ou les variables de base aléatoires X sont mesurées indi-
rectement ou pas du tout, il convient de consulter les ouvrages spécialisés.
9) C Note : Peut-on donner des références d'ouvrages spécialisés ?
R D R
t
X W , ( ) =
d
i
r
i
R
th
X
i
W
i
,
¹ ¹
' '
¹ ¹
------------------------------- =
Page 78
ENV 1991-1:1994
D.3.4 Valeur de calcul déduite des essais de maîtrise et contrôle de la qualité
1) Les essais de maîtrise et contrôle de la qualité, du type d) défini en D.1.3), sont destinés à vérifier la
qualité des produits livrés ou l'homogénéité des caractéristiques de la production.
2) On supposera que le produit considéré est produit par lots. Un lot est provisoirement défini comme
un ensemble d'unités, produites par un fabricant unique, sur une période relativement courte, sans
modification évidente des conditions de production.
3) Pour les produits individualisés, la définition d'une unité va généralement de soi. Pour les matériaux
produits en continu, une unité peut être définie comme une éprouvette, par exemple une éprouvette de
béton.
En pratique, les lots correspondent, par exemple, à :
— une production unique de béton à partir des mêmes matériaux, dans la même installation ;
— l'acier de construction provenant d'une coulée, traité dans les mêmes conditions ;
— des pieux de fondation pour un site spécifique.
4) Le contrôle de la qualité peut s'effectuer sur chaque unité (contrôle total) ou sur des échantillons
(contrôle par lots). Soumettre à l'essai toutes les unités est un cas typique où une technique d'essai non
destructive doit être utilisée. Une technique d'essai non destructive ne permet généralement pas de
prévoir la résistance avec une précision aussi grande qu'une technique d'essai destructive. C'est pour-
quoi il est nécessaire d'intégrer une certaine erreur de mesure. Théoriquement il existe toujours une
erreur de mesure, mais cette dernière peut souvent être négligée.
5) Si l'on procède à un échantillonnage, un échantillon est généralement prélevé au hasard. Dans ce
cas, la probabilité d'être utilisée comme échantillon est la même pour chaque unité du lot.
6) Si le contrôle de la qualité est effectué sur la base de règles de sélection pré-établies, le contrôle peut
aboutir à trois conclusions différentes :
— le lot ou l'unité est rejeté : d < 0 ;
— le lot ou l'unité est critique : d = 0 ;
— le lot ou l'unité est totalement acceptable : d > 0.
Ci-dessus, d est une fonction du résultat d'essai d'une seule unité ou une fonction du résultat d'essai
combiné des unités constituant un échantillon.
Une formulation courante, pour une règle d'acceptation, est donnée par :
(D.7)
où :
m
x
est la moyenne de l'échantillon ;
s
x
est l'écart-type de l'échantillon ;
x
c
est la valeur fixée, par exemple la valeur caractéristique requise ;
λ
n
est le nombre dépendant normalement de n.
On peut en déduire que :
Il convient de déterminer le nombre d'essais n et les paramètres λ
n
et x
c
de façon à obtenir un essai
économique et efficace.
m
x
x
c
λ
n
s
x
+ >
d m
x
λ
n
s
x
– x
c
– =
Page 79
ENV 1991-1:1994
7) En pratique, on définit souvent deux exigences qu'il convient de satisfaire simultanément. Dans ces
cas, le lot n'est accepté que si, par exemple, d
1
> 0 et d
2
> 0. La seconde exigence est souvent liée à la
valeur constatée la plus faible et peut être du type :
x
min
> x
c
(D.8)
8) Il convient, pour calculer la valeur de calcul correspondant à des critères de contrôle de la qualité
donnés, de se baser sur :
— la courbe d'acceptation des règles de contrôle, à savoir la probabilité qu'un lot donné soit
accepté ;
— la variabilité de la production, à savoir les informations sur l'écart entre lots, pour une livraison
non soumise à contrôle.
Les formules générales sont hors du domaine d'application de la présente annexe.
9) Prenons, par exemple, le cas où x a une distribution normale, un écart-type connu, où l'on ne connaît
pas au départ la moyenne et où il existe un critère unique (comme pour l'expression (D.7)). L'expression
suivante permet de trouver la valeur de calcul ou la valeur caractéristique basée sur un lot critique (d = 0) :
(D.9)
La valeur de k
n
est déterminée à partir des tableaux D.1, D.2 et D.3, pour lesquels il faut supposer
«V
x
= connu». Il convient de noter que, pour la plupart des essais de contrôle de qualité, on dispose d'un
certain nombre d'informations concernant la moyenne, ce qui permet d'obtenir des valeurs plus favo-
rables. Comme indiqué également au paragraphe D.3.4(8), ceci est hors du domaine d'application de la
présente annexe.
10) On peut en définitive s'attendre raisonnablement, pour les essais sur la totalité ou unité par unité,
à une erreur non négligeable, étant donné qu'ils sont normalement effectués selon une méthode
d'essais non destructifs. On suppose ici qu'il existe une erreur e de moyenne zéro et d'écart-type σ
e
. On
suppose en outre que la moyenne et l'écart-type de x sont connus pour le lot ou la livraison totale :
(D.10)
Dans ce cas, le résultat est également basé de manière conservatoire sur «l'unité critique» et non sur
«l'unité arbitraire acceptée». La valeur de k
n
est déterminée à partir des tableaux D.1, D.2 et D.3, pour
lesquels on peut supposer «V
x
= connu».
D.3.5 Épreuve de chargement
1) L'épreuve de chargement consiste en un essai effectué sur la structure réelle, c'est-à-dire du type f)
défini en D.1.3). Il convient de prendre toutes les précautions nécessaires pour que la structure ne soit
pas endommagée inutilement au cours de l'essai. Ceci nécessite un contrôle constant de la charge et
de la réponse.
2) On distingue :
— un essai d'acceptation ;
— un essai de résistance.
8) C La «courbe d'acceptation des règles de contrôle» est la représentation de la fonction qui exprime, en fonction de la
caractéristique réelle (inconnue) d'un lot, la probabilité que ce lot soit accepté.
Son complément à 1 exprime le risque (d'origine statistique) du vendeur résultant de la règle d'acceptation. [à
discuter].
1) C Se reporter à ce sujet en 8.2.1 f) A.
x
k
ou x
d
x
c
λ
n
k
n
– ( ) + = σ
x
X
d
µ
x
σ
x
2
X
c
+ σ
x
2
( ) σ
e
2
σ
x
2
+ ( ) K
n
σ
x
1 σ
x
2
σ
e
2
⁄ + ( )
0,5
⁄ – ⁄ =
Page 80
ENV 1991-1:1994
3) L'essai d'acceptation est destiné à confirmer que les performances globales de la structure corres-
pondent à ce qui était prévu. La charge est augmentée jusqu'à des valeurs se situant entre la valeur
caractéristique et la valeur de calcul pour l'état-limite ultime. Des exigences peuvent être formulées en
ce qui concerne les déformations, le degré de non-linéarité et les déformations résiduelles.
4) L'essai de résistance est destiné à démontrer que la structure ou l'élément structural possède au
moins la résistance prévue dans les calculs. Si une évaluation n'est requise que pour l'élément soumis
à l'essai, il suffit d'augmenter la charge jusqu'à la valeur ultime de calcul de la charge. Comme déjà
mentionné en D.3.5 1), il convient évidemment de prendre garde à ne pas endommager inutilement la
structure.
5) Si l'essai de résistance est destiné à prouver que d'autres éléments semblables possèdent aussi la
résistance requise, il est nécessaire d'utiliser une charge plus importante. Une exigence minimale à cet
égard consisterait à corriger la charge de calcul pour tenir compte de l'existence, dans l'élément soumis
à l'essai, de propriétés de matériaux supérieures aux valeurs de calcul. Cela implique qu'il faut mesurer
les propriétés des matériaux de l'élément soumis à l'essai.
6) Si la relation entre la résistance et la propriété du matériau est linéaire, la résistance de calcul R
d
cor-
respondant à un essai favorable avec la charge d'essai F
t
est égale à :
(D.11)
X
te
= résistance du matériau lors de l'essai
Il est possible, à partir de l'exigence « », de calculer la charge d'essai minimale.
7) S'il est impossible de mesurer les propriétés des matériaux, il est possible de déterminer une valeur
de calcul prudente de la résistance à partir de :
(D.12)
V
R
est ici le coefficient connu de variation de la résistance de la population considérée et k
n
est déter-
miné à partir du tableau D.2. Le cas où V
R
est inconnu est hors du domaine d'application de la présente
annexe.
8) Il est également possible d'utiliser une combinaison des expressions (D.11) et (D.12), par exemple si
une partie seulement des variables aléatoires significatives peut être mesurée. Si V
R
est inconnu a
priori, il est nécessaire de procéder à une analyse plus approfondie. Celle-ci est hors du domaine
d'application de la présente annexe.
R
d
F
t
X
d
X
te
⁄ =
R
d
F
d

R
d
F
t
1 k
n
V
R

¹ ¹
' '
¹ ¹
=

Bases de calcul et actions sur les structures

BNTEC P06A

Membres de la commission de normalisation (à la date de l'enquête) Président : M MATHEZ
Secrétariat : M MATHEZ
SYNDICAT DE LA CONSTRUCTION METALLIQUE M M M M M M M M M M M M M M M MME M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M MME ABSI AFZALI BIETRY BOLVIN BOUTIN CHAUVEL CLAUZON CLAVIER COMPIN CONNER DARDARE DELORME DOURY DUBOIS ETIENNE FERNANDEZ HRABOVSKY JACOB JACQUES JALIL KOVARICK KRUPPA LACROIX LAGENTE LALUNG-BONNAIRE LERAY MARVILLET MATHIEU MATHIVAT MONADIER PARRIAUD PECKER PERA PICAT PIET RAMONDENC RAOUL RENEVIER ROTH SCHMOL STRADY TARRIN THONIER VALLADEAU-RONCIN CEBTP CETIM CSTB EDF/SEPTEN SOCOTEC SETRA UNM BUREAU VERITAS UNCMP AFNOR CERIB SNCF CSTB CETU DAEI AFNOR BNTEC LCPC LCPC SOCOTEC CTCPVPM CTICM FREYSSINET CSTB CRAM DE NORMANDIE CGPC SNCF SETRA SNBATI MINISTERE DE L’EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS ET DU TOURISME CGPC AFPS IGPC SAEP CTC SNCF SETRA AFNOR IUT SNBATI SAEP AGENCE POUR LA PREVENTION DES DESORDRES ET L’AMELIORATION DE LA QUALITE DE LA CONSTRUCTION SPETPFOM FIB

—3—

XP ENV 1991-1:1996

Ont participé en tant qu'experts aux groupes de travail EC1-DAN : Rapporteur : M MATHIEU
M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M M ARIBERT BALOCHE BIETRY BINET BROZZETTI CHAUSSIN CLAVAUD COIN COMBAULT COSTAZ DE SAQUI DE SANNES DELORME GANDIL GOYET JACOB KRUPPA LACROIX LE CHAFFOTEC LEQUIEN LERAY MAITRE MANCEL MARVILLET MATHEZ MATHIEU MEBARKI MOREAU MUZEAU RAOUL XERCAVINS INSA RENNES CSTB CSTB SETRA CTICM LCPC CTICM SAE CAMPENON BERNARD SEPTEN (EDF) SNBATI SNCF SNCF CTICM LCPC BNCM FREYSSINET SOCOTEC CTICM CGPC SOCOTEC SNCF SNCF SETRA (IGOA) ENS CACHAN SNPPA CUST SETRA PX CONSULTANTS

Avant-propos national
Références aux normes françaises La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises identiques est la suivante : ENV 1991-1 ENV 1991-2.1 ENV 1991-2.2 ENV 1991-2.3 ENV 1991-2.4 ENV 1991-2.5 ENV 1991-2.6 ENV 1991-2.7 ENV 1991-3 ENV 1991-4 ENV 1991-5 ENV 1992 ENV 1993 ENV 1994 ENV 1995 ENV 1996 ENV 1997 ENV 1998 ENV 1999 ISO 6707-1 ISO 8930 : XP ENV 1991-1 (indice de classement : P 06-101) : XP ENV 1991-2.1 (indice de classement : P 06-102-1) : XP ENV 1991-2.2 (indice de classement : P 06-102-2) : XP ENV 1991-2.3 (indice de classement : P 06-102-3) : XP ENV 1991-2.4 (indice de classement : P 06-102-4) : XP ENV 1991-2.5 (indice de classement : P 06-102-5) : XP ENV 1991-2.6 (indice de classement : P 06-102-6) : XP ENV 1991-2.7 (indice de classement : P 06-102-7) : XP ENV 1991-3 (indice de classement : P 06-103) : XP ENV 1991-4 (indice de classement : P 06-104) : XP ENV 1991-5 (indice de classement : P 06-105) : XP ENV 1992 (indice de classement : P 18-711) : XP ENV 1993 (indice de classement : P 22-311) : XP ENV 1994 (indice de classement : P 22-391) : XP ENV 1995 (indice de classement : P 21-711) : XP ENV 1996 (indice de classement : P 10-613) : XP ENV 1997 (indice de classement : P 94-250) : XP ENV 1998 (indice de classement : P 06-031) : XP ENV 1999 (indice de classement : P 22-150) : FD P 00-001 : FD P 06-007

La correspondance entre les normes mentionnées à l'article «Références normatives» et les normes françaises de même domaine d'application mais non identiques est la suivante : ISO 2631 ISO 3898 : NF E 90-401-1 et NF E 90-401-2 : NF P 06-005

.

...................2 AP.................................................................3..............2........................................... 1 Les différentes lectures de l'EC-1 DAN ............ 2 Les différents objets de l'EC1-1 DAN dans les contrats ................................. 1 Présentation générale de l'EC1-1 DAN ............................................................................. 1 AP........—5— XP ENV 1991-1:1996 Sommaire Page Avant-propos national à l'EC1-1 DAN (EUROCODE 1 : Partie 1) ......................3............................................................... 1 Référence à l'EC1-1 DAN dans les contrats ... 4 ........................................................ 2 Modalités contractuelles .......................................2 AP..........................................................2................ 3 informative à l'Avant-propos national relatif à la version française de l'ENV/EC1 1991-1 «Bases de calcul» — Bibliographie .........1 AP................................................................................................................................................1 AP................ 3 Normes de référence ......................................................4 Annexe Introduction ........2 AP..............................................................................................3..............................................................................3 AP................... 1 Les différents objets de l'EC1-1 DAN .......................................................1 AP............ 3 Modalités d'expérimentation .....................3 AP.....................................................

.

en outre. reproduit intégralement l'ENV 1991-1 (en clair l'Eurocode 1 : Partie 1) approuvée le 28 mai 1993 par le Comité Européen de Normalisation (CEN) en tant que prénorme européenne (ENV). et intègre aussi les valeurs encadrées de l'EC1-1 qui n'ont pas été invalidées.1 : Statuts prescriptifs des adaptations nationales Typologie — PRINCIPE — RÈGLE D'APPLICATION — COMMENTAIRE Typographie Écriture droite. apportent des éclaircissements pour l'application de ce dernier pendant la phase d'expérimentation. AP. c) La traduction française de la version originale de l'EC1-1 est donc à trouver dans tout ce qui n'est pas à la fois encadré et indexé.2. b) Présenter les adaptations nationales qui sont apportées à l'EC1-1 et qui.1 Les différents objets de l'EC1-1 DAN L'EC1-1 DAN répond à plusieurs objets : a) À la demande du CEN. «A» ou «C». c) Servir de référence pour toute adaptation future des autres ENV DAN et vis-à-vis de toute norme de produits structuraux.Page AP-1 ENV 1991-1:1994 AVANT-PROPOS NATIONAL À L'EC1-1 DAN (EUROCODE 1 : Partie 1) AP. zones grisées incluses.1 suivant : Tableau AP.2 Présentation générale de l'EC1-1 DAN AP. Le présent document produit. au sens strict du terme.2 Les différentes lectures de l'EC1-1 DAN La matérialisation de ces divers objets permet de produire dans un document unique trois textes bien distincts moyennant les lectures différenciées ci-après : a) Le présent document stricto sensu d'application nationale de l'EC1-1 est compris dans tout ce qui n'est pas grisé.1 Introduction Le présent document. dénommé EC1-1-DAN. les adaptations nationales de l'EC1 dont la réunion constitue le Document d'Application Nationale (en abrégé l'EC1-1 DAN). on aboutit au tableau AP. Compte tenu des prescriptions européennes en matière de typologie et de typographie. et pour une autre part. Petit caractère . Caractère normal Écriture droite Caractère normal Écriture droite.2. b) Le DAN est délimité par les zones encadrées qui sont indexées «I». AP. produire à l'intention des pays francophones la version française in extenso de l'EC1-1. préfigurent les observations que présentera la France quand il sera question de conférer à l'EC1-1 le statut de norme européenne (EN). Les parties de l'EC1-1 que le DAN n'invalide pas et les différents segments du DAN qui s'enchaînent aux clauses européennes auxquelles elles se rapportent forment la norme française expérimentale d'application nationale de l'EC1-1. pour une part.

2). Il peut par contre l'être en partie dans les conditions suivantes : — soit.3 Référence à l'EC1-1 DAN dans les contrats AP.5 Définitions. — soit.3. Cependant les consistances de ces documents sont quelque peu différentes : par exemple l'ENV ne traite pas numériquement des valeurs représentatives des charges permanentes (voir l'ENV 1991-2. b) L'EC1-1 DAN n'est pas destiné à être contractualisé globalement par les marchés de travaux proprements dits. (18) C et (19) C à l'Avant-propos de l'ENV. les valeurs encadrées de l'EC1-1 qui n'ont pas été invalidées doivent être considérées comme faisant aussi partie du DAN. a) Relativement au rôle de l'EC1-1 DAN comparé aux documents français. il y a lieu de se référer aux restrictions indiquées par le DAN. elle est plus précise que les Directives Communes en ce qui concerne les valeurs numériques des coefficients γF et ψ pour les structures de bâtiment. — le cas échéant. avec d'autres documents généraux n'y faisant pas référence . mais ce sera en particulier le cas pour les EC1n DAN qui feront systématiquement référence aux paragraphes 9.4 et 9. à titre complémentaire ou correctif. Tableau AP. Sont en particulier susceptibles de contractualisation : — l'article 1. voir les commentaires (13) C.5. les paragraphes 9. en revanche. en relation avec d'autres textes traitant d'actions codifiées ou avec des actions non encore codifiées . Les objectifs techniques de l'ENV 1991-1 sont voisins de ceux des «Directives Communes Relatives au Calcul des Constructions» du 9 janvier 1979.Page AP-2 ENV 1991-1:1994 La portée d'une adaptation nationale vis-à-vis de la spécification européenne à laquelle elle se rapporte. eu égard en particulier au calendrier d'établissement des EC. AP. avec les ECnDAN qui y feront référence (ce n'est pas le cas pour les ECn DAN précédemment publiés.1 Les différents objets de l'EC1-1 DAN dans les contrats Le rôle possible de l'EC1-1 DAN.1) ni des vérifications d'équilibre statique (voir les Eurocodes de projet) .4) . Les ECn DAN sont prioritaires pour tout ce qui y est défini. Le caractère contractualisable de l'EC1-1 DAN. — la section 8 Dimensionnement assisté par l'expérimentation et l'annexe D . il est alors indispensable de définir les parties contractualisées de l'EC1-1 DAN.5. lorsqu'il y aura lieu.4. et se propose d'être ultérieurement développée notamment pour les structures d'autres natures de construction.2 : Portée des adaptations nationales Typologie — INVALIDATION — AMENDEMENT — COMMENTAIRE Codification I avec grisé de la partie de la prescription de l'EC1-1 invalidée A C D'après cette convention.4. c) Il peut exister des divergences entre l'EC1-1 DAN et les ECn DAN. a été également codifiée (voir tableau AP.5 et 9. qui précise de nombreuses terminologies . .5 applicables à des bâtiments courants. et sous la réserve portée en c) ci-dessous. — la section 4 Actions et influences de l'environnement. Pour l'usage éventuel des annexes informatives. Ces différences ne permettent donc pas de substituer purement et simplement l'ENV aux Directives communes pour compléter les textes en vigueur d'origine nationale.

on se référera éventuellement pour l'interprétation statistique aux normes figurant dans le recueil AFNOR correspondant. que s'il y est fait explicitement référence : — pour les marchés publics. AP.4 Modalités d'expérimentation L'ENV 1991-1-1 a été approuvée par le CEN le 28 mai 1993. — pour les marchés privés. Il est certain que cette décision sera assortie d'une révision de la norme européenne. et à l'article 10 (qui indiquera la dérogation correspondante faite au Cahier des Clauses Techniques Générales) .2 Modalités contractuelles Le présent document n'est applicable. il y aura lieu de se rapprocher de l'AFNOR ou du BNTEC. Évolution des adaptations nationales Il n'est pas exclu que l'expérimentation de l'EC1-1 DAN mette en évidence certains problèmes relatifs à l'applicabilité du document.3.3 Normes de référence a) Cet ENV DAN renvoyant aux autres ENV-DAN. b) Dans les cas d'application de la section 8 et de l'annexe D. les pays membres du CEN auront à opter soit pour un ultime prolongement du statut de l'ENV pour une période d'au plus trois ans. à l'AFNOR (Tour Europe — Cedex 7 — 92049 PARIS LA DÉFENSE) qui transmettra au BNTEC. AP. conduisant la Commission française de normalisation P 06 A «Bases de calcul» à formuler des amendements ou à apporter des compléments jugés indispensables aux adaptations nationales déjà produites. mai 1992 (Cahier des Clauses Administratives Particulières. Au terme d'une période expérimentale de l'ordre de trois ans. soit pour le statut de norme européenne (EN). septembre 1991 et NF P 03-002. Cahier des Clauses Techniques Particulières). dans le Cahier des Clauses Administratives Particulières à l'article 2 (où la liste des pièces générales rendues contractuelles mentionnera le présent document) et en cas d'utilisation partielle les parties de celui-ci à considérer. les utilisateurs du présent document sont invités à faire connaître leurs observations avec. dans les Documents Particuliers du Marché tels que définis dans les normes NF P 03-001. Dans cette perspective. propositions d'amendements à l'appui. En cas de difficultés. si possible.Page AP-3 ENV 1991-1:1994 AP. les normes françaises utilisables conjointement sont généralement définies par ceux-ci.3. . dans le cadre contractuel d'un marché public ou privé. Cahier des Clauses Spéciales. en totalité ou en partie.

Principes relatifs à la sécurité des structures Cahier 2717 du CSTB — mai 1994. circulaire n° 79-25 du 13 mars 1979. Manuel «Sécurité des structures» Bulletins d’information n° 127 et 128 du Comité Euro-International du Béton 1979/1980. Directive du Conseil Européen du 21 décembre 1988 (89/106 CEE) et son document interprétatif «Résistance mécanique et stabilité». Leur apport peut sur certains points éclairer utilement le lecteur quant aux attendus des positions retenues dans l'ENV/EC1 1991-1. Norme Internationale ISO 2394 Principes généraux de la fiabilité des constructions Deuxième édition 1986 Réf.Page AP-4 ENV 1991-1:1994 Annexe informative à l'Avant-propos national relatif à la version française de l'ENV/EC1 1991-1 «Bases de calcul» — Bibliographie La présente annexe se propose de mettre en relief quelques ouvrages de langue française dans lesquels il est développé un certain nombre des principes de référence adoptés par l'ENV/EC1 1991-1.Values — An application of a probabilistic method. . Directives communes 1979 — D.C 79 Instruction technique sur les directives communes de 1979 relatives au calcul des constructions . Bulletin d’information n° 202 du Comité Euro-International du Béton — 1991. par Lars Östlund (en anglais). n° ISO 2394:1986 (F). An Estimation of γ .

Grèce. Danemark. génie civil. Après deux ans. La période de validité de cette ENV est limitée initialement à trois ans. Il est admis de maintenir (en parallèle avec l'ENV) des normes nationales en contradiction avec l'ENV en application jusqu'à la décision finale de conversion possible de l'ENV en EN. conception.040. Italie. sécurité. fiabilité. vérification.00 ENV 1991-1 Octobre 1994 Descripteurs : bâtiment. Autriche. les membres du CEN seront invités à soumettre leurs commentaires.PRÉNORME EUROPÉENNE EUROPÄISCHE VORNORM EUROPEAN PRESTANDARD ICS : 91. Les membres du CEN sont tenus d'annoncer l'existence de cette ENV de la même façon que pour une EN et de rendre cette ENV rapidement disponible au niveau national sous une forme appropriée. Les membres du CEN sont les organismes nationaux de normalisation des pays suivants : Allemagne. Pays-Bas. Luxembourg. Finlande. Réf. B-1050 Bruxelles © CEN 1994 Droits de reproduction réservés aux membres du CEN. CEN COMITÉ EUROPÉEN DE NORMALISATION Europäisches Komitee für Normung European Committee for Standardization Secrétariat Central : rue de Stassart 36. France. no ENV 1991-1:1994 F . Espagne. Irlande. règles de construction. Norvège. en particulier sur l'éventualité de la conversion de l'ENV en norme européenne (EN). Version française Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 1 : Bases de calcul Eurocode 1 : Grundlagen der Tragwerksplanung und Einwirkungen auf Tragwerke — Teil 1 : Grundlagen der Tragwerksplannung Eurocode 1 : Basis of design and actions on structures — Part 1 : Basis of design La présente prénorme européenne (ENV) a été adoptée par le CEN le 28 mai 1993 comme norme expérimentale pour application provisoire. Islande. Royaume-Uni. Belgique. Suède et Suisse. structure. résistance des matériaux. Portugal.

.1 1........................................................................ Principales classifications ........... Calcul aux états-limites .............................. 37 37 37 37 38 39 39 39 40 Section 8 Dimensionnement assisté par l'expérimentation ...........................................................................................................................6 Section 3 3. Durée d'utilisation de projet ............................................................................... Généralités ...... 11 Termes communs aux Eurocodes structuraux (ENV 1991 à 1999) .............................. Modélisation en cas d'actions statiques ..........................1 2..........................................................................................4 Section 5 Section 6 Section 7 7................................................................................................................................................................................ .......... Différenciation de la fiabilité ................................................................1 7...2 Types d'essais .............................. 21 21 22 24 25 26 26 28 28 28 29 29 30 30 31 33 34 Propriétés des matériaux .................................................................................... Actions et influences de l’environnement ..................................................................................... 12 Termes relatifs aux actions . 18 Symboles ............................. 10 Définitions ......................................................................................1 Généralités .............. Valeurs caractéristiques des actions .......................................... 8 Références normatives ......................1 3.........................4 2.............................................5 1......................................... 8..........................................................................................4 Section 4 4......................................... 11 Termes spécifiques relatifs aux projets en général .......... 4 Section 1 1.....................................................................5........................... Assurance de la qualité ............................................................. 8....................................................................................2 3............................................................ États-limites ultimes .............................................. États-limites ..................2 1...... Exigences fondamentales ..............................2 7.......................... Autres valeurs représentatives des actions variables et accidentelles ........................................................................................................................................ Généralités ..............................................................................................................................................3 Détermination des valeurs de calcul ................... Influences de l'environnement ..5 2..............3 2.....................................................................3 4.................................................................................3 1....................................3 1..................5......................................................................................................................................................................................... 8 Hypothèses de travail ........1 1................ 18 Exigences .................................................. 35 Données géométriques ...............................................4 1............2 1... Durabilité .....................................................3 3............................5............................................................................................................................................................................................................................................................. 8 Domaine d’application ... 15 Termes relatifs aux propriétés des matériaux ............................................... Modélisation en cas d'actions d'incendie ............................... États-limites de service .....5..................... Modélisation en cas d'actions dynamiques ....................................................................................................................................... 8.......................................................................................................................... 36 Modélisation pour l'analyse et la résistance structurales ......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................4 Généralités ..........................................................................................1 4...........................................................................................................2 4...................................................... Situations de projet ..........................................................................5.............5 1...........4 1........................................3 7.............. 10 Distinction entre Principes et Règles d'application ...... 17 Termes relatifs aux données géométriques .................Page 2 ENV 1991-1:1994 Sommaire Page Avant-propos .........................................6 Section 2 2.......................................2 2.......................................................................................................................................................................

... 67 Annexe D (informative) Dimensionnement assisté par l'expérimentation ...................... 53 Combinaison d'actions ......................................................5.................................... 55 Coefficients partiels pour les matériaux ................................................................................5................................................................ 43 Valeurs de calcul des propriétés de matériaux ...................................... 51 Vérification simplifiée des structures de bâtiments ..........................................................4 9.... 44 Résistance de calcul .................................................3................................................................................5...................................................................4........ 45 États-limites ultimes .......5 9. 53 Vérification de l'aptitude au service ........................................................5............................ 55 Vérification simplifiée des structures de bâtiments ............... 46 Coefficients partiels .........................................4 9...................................................................................................................... 42 Valeurs de calcul des effets des actions ...............5 9...................4 9...............................3......................................................1 9........................................5 9...................3 9.....................4........ 45 Combinaisons d'actions ........................................................................................... 41 Limitations et simplifications ...........Page 3 ENV 1991-1:1994 Sommaire (fin) Page Section 9 9............................................................................................3 9............................................................................ 71 .........................6 9................................ 42 Valeurs de calcul des actions .........................3...................................................................................................3 9............................3 9.. 54 Coefficients partiels ....................3.............................. 53 États-limites de service ...............................................4.....................................................................................4..................1 9.... 45 Vérification de l'équilibre statique et de la résistance ...... 52 Coefficients partiels de sécurité pour les matériaux ................................. 56 Annexe B (informative) Fatigue .........................................................1 9............................................. 55 Annexe A (informative) Méthode des coefficients partiels .......5 9.....................................................................2 9.......................4. 41 Généralités ............................... 65 Annexe C (informative) État-limite de service : Vérification des structures sensibles aux vibrations ........................................................................................................................................................................6 Vérification par la méthode des coefficients partiels .................................5.................................1 9.................. 49 Coefficients Ψ ..............................................4...............................4 9.... 42 Valeurs de calcul .........................................................2 9..............................................................................2 9............5.............................................................3...............2 9............................... 44 Valeurs de calcul des données géométriques ............... 55 Coefficients Ψ .....................

5) En 1990. Contexte du programme Eurocodes 4) La Commission des Communautés Européennes (CCE) a entrepris d'établir un ensemble de règles techniques harmonisées concernant la conception des bâtiments et des ouvrages de génie civil. 2) Ils ne traitent de l'exécution et du contrôle que dans la mesure où il est nécessaire d'indiquer la qualité des produits de construction et le niveau de qualité de la mise en œuvre. de projet.Page 4 ENV 1991-1:1994 Avant-propos Objectifs des Eurocodes 1) Les «Eurocodes structuraux» constituent un ensemble de normes concernant la conception structurale et géotechnique des bâtiments et des ouvrages de génie civil. après consultation des différents États membres. finalement. chacun étant en général constitué d'un certain nombre de Parties : EN 1991 EN 1992 EN 1993 EN 1994 EN 1995 EN 1996 EN 1997 EN 1998 EN 1999 Eurocode 1 Eurocode 2 Eurocode 3 Eurocode 4 Eurocode 5 Eurocode 6 Eurocode 7 Eurocode 8 Eurocode 9 : Bases de calcul et actions sur les structures : Calcul des structures en béton : Calcul des structures en acier : Conception et dimensionnement des structures mixtes acier-béton : Calcul des ouvrages en bois : Calcul des structures en maçonnerie : Calcul géotechnique : Calcul des structures résistant aux séismes : Calcul des structures en alliage d'aluminium . permettent de vérifier la conformité d'un projet aux exigences spécifiées pour la fiabilité . pour des conditions données ou implicites de site. c) détailler les conditions auxquelles les modèles et les critères de défaillance sont sensibles et dont le respect doit être maîtrisé (hypothèses) . b) donner les modèles de défaillance et les règles correspondantes qui. Programme des Eurocodes 7) Les travaux concernant les Eurocodes structuraux suivants sont en cours. (1) C Les objectifs techniques des Eurocodes sont les suivants : a) spécifier les exigences pour la fiabilité des structures (états-limites et situations de projet) . 6) Le Comité technique CEN/TC 250 est responsable de l'ensemble des Eurocodes structuraux. Ces règles techniques sont habituellement connues sous le nom de «Eurocodes structuraux». afin de proposer une alternative aux différentes règles en vigueur dans les États membres et. de les remplacer. la CCE a chargé le CEN d'assurer le développement. d) proposer des niveaux d'exigence pour la fiabilité (valeurs numériques des éléments du format de fiabilité). un certain nombre d'Eurocodes structuraux traiteront de certains de ces aspects dans des annexes informatives. nécessaires pour assurer la compatibilité avec les règles de conception. 3) Tant qu'un ensemble harmonisé de spécifications techniques des produits et de méthodes d'analyse des performances n'est pas disponible. la publication et la mise à jour des Eurocodes et le secrétariat de l'AELE a accepté de soutenir le CEN dans son travail. d'exécution et de maintenance.

la présente Partie est destinée à être appliquée directement. voir le paragraphe 24 de l'avant-propos. soit en préparation. Objectif de la présente Partie de l'Eurocode 1 Objectifs techniques 13) La présente partie de l'Eurocode 1 décrit les principes et les exigences en matière de sécurité. structures non traitées. 9) La présente Partie de l'ENV 1991 a pour objet de développer les règles déjà publiées dans les sections 1 et 2 de la Partie 1. 12) Entre temps.Page 5 ENV 1991-1:1994 8) Des sous-comités distincts. NOTE : Les prénormes européennes mentionnées ci-dessus sont soit publiées. autres matériaux) . 11) Dans deux ans environ. les membres du CEN seront invités à formaliser leurs observations en vue de les prendre en compte pour déterminer les actions futures à entreprendre. avec : — les autres Parties de l'ENV 1991 . d'aptitude au service et de durabilité des structures. utilisé conjointement avec une méthode de coefficients partiels. pour un domaine d'application plus vaste. 1993 et 1994. (Pour ce qui est des modifications susceptibles d'être apportées à la méthode proposée. 14) En ce qui concerne le calcul de structures à construire. 15) Cette Partie fournit également des indications relatives aux aspects de la fiabilité des structures liés à la sécurité. — les Eurocodes de projet (ENV 1992 à 1999). chargés des divers Eurocodes énumérés ci-dessus.) (13) C Se reporter en AP 3. 10) La présente prénorme européenne est destinée à une application expérimentale et au recueil d'observations. 16) Il est prévu que les articles de l'actuelle section 2 des Eurocodes de projet non liés aux matériaux soient remplacés par la présente Partie de l'ENV 1991 lors d'une étape ultérieure (celle de la norme européenne).1 et en (1) C ci-dessus. Elle est fondée sur le concept d'état-limite.1 des ENV 1992. — pour servir de document de référence pour d'autres TC du CEN concernés par des aspects structuraux. Elle est publiée sous le titre de prénorme européenne ENV 1991-1. ont été institués par le CEN/TC 250. à l'aptitude au service et à la durabilité : — pour des cas non traités par les ENV 1991 à 1999 (actions différentes. il convient d'envoyer les réactions et les observations concernant cette prénorme européenne au secrétariat du CEN/TC 250 à l'adresse suivante : BSI British Standards House 389 Chiswick High Road London W4 Royaume-Uni ou à votre organisme national de normalisation. .

23) Les annexes sont uniquement informatives. — les autorités publiques. les personnes physiques et morales censées s'y référer. . Les catégories d'utilisateurs potentiels comprennent : — les comités chargés de la rédaction de projets de codes . comme pour les autres Eurocodes . Cette division prend également en compte les développements attendus au cours de la période ENV. Les dispositions principales relatives aux ponts y figurent également.Page 6 ENV 1991-1:1994 Utilisateurs prévus 17) La présente prénorme européenne est destinée à davantage de catégories d'utilisateurs que les autres Eurocodes. servir au calcul de structures non couvertes par les Eurocodes. (19) C Pour le calcul de structures non couvertes par les Eurocodes. la présente Partie a été divisée en un texte principal et une série d'annexes. le cas échéant. — évaluer les valeurs numériques du format de fiabilité. — les clients (par exemple pour formuler des exigences spécifiques en matière de niveau de fiabilité et de durabilité) .les autorités publiques à raison de leurs responsabilités en matière de construction . pour : — évaluer d'autres actions et la manière de les combiner . si la présente Partie sert de document de référence à d'autres TC du CEN. C'est pourquoi. — les concepteurs et les entrepreneurs. elles assurent un niveau de fiabilité acceptable. de normes ou d'agréments . 22) Le texte principal contient la plupart des règles principales et opérationnelles nécessaires à une application directe aux projets dans le domaine traité par l'ENV 1991 et les ENV 1992 à 1999. si l'on admet qu'un niveau suffisant de maîtrise et d'assurance de la qualité sera atteint. Division entre texte principal et annexes 21) En raison des différentes natures d'utilisation exposées ci-dessus. Il n'est pas exclu que soient publiées séparément dans un rapport du CEN d'autres études en vue de développements au cours de la période ENV. telles : . — d'autre part. 19) Les indications fournies par le présent document peuvent. En ce qui concerne les valeurs numériques. (17) C La présente prénorme européenne est destinée à deux groupes bien distincts : — d'une part. l'aide que peut apporter le présent document se situe essentiellement au niveau de l'approche générale en matière de fiabilité. . elle est inévitablement très limitée. — modéliser le comportement des matériaux et des structures .les maîtres d'ouvrage et autres participants aux processus de construction qui ont adopté une politique de qualité.les comités chargés de la rédaction des projets de codes. . 20) Des valeurs numériques concernant les coefficients de sécurité et d'autres éléments de la sécurité sont fournies à titre indicatif. Utilisations prévues 18) La présente prénorme européenne est destinée au calcul de structures couvertes par les Eurocodes. (18) C Les différences de consistance entre ce document et les Directives Communes de 1979 (voir (13) C ci-dessus) ne permettent pas de le substituer simplement à celles-ci pour compléter les textes en vigueur d'origine nationale. il convient d'utiliser les mêmes valeurs indicatives. les concepteurs et les entrepreneurs qui sont censés appliquer les Eurocodes . Associées aux valeurs indicatives liées aux matériaux et fournies par les Eurocodes de projet.

etc. eu égard aux organisations professionnelles nationales existantes et aux responsabilités respectives de chaque catégorie d'utilisateurs. en liaison avec le texte principal. Au présent stade. il est envisagé d'apporter des améliorations à certains points.4. pour les pays où des règles de différenciation de la fiabilité ont déjà été codifiées. de l'analyse non linéaire. en partie ou en totalité. — prendre en compte la variété des utilisateurs potentiels et des utilisations possibles de la présente prénorme européenne (voir 17) ci-dessus). Développements prévus pour la présente Partie 26) L'objectif de la présente Partie est d'assurer la cohérence des règles de projet pour un vaste éventail de constructions faisant appel à divers matériaux. justification probabiliste des valeurs numériques des coefficients partiels et éventuellement complément à cette méthode par une approche probabiliste . la présente prénorme européenne soit utilisée pour des projets. de l'interaction solstructure. — évaluation et recalcul de structures existantes. — révision numérique.3) et 8.1) avec l'annexe A. et à faciliter cette utilisation. rien ne s'oppose à des modifications de valeurs numériques destinées à compléter le présent Eurocode par de telles règles déjà en vigueur . Les Documents d'Application Nationale sont également susceptibles d'introduire des modifications par rapport à la méthode des coefficients partiels contenue dans la présente prénorme européenne. 25) Au niveau de la présente prénorme européenne. sous réserve des réglementations et des codes actuellement en vigueur dans les divers pays. par exemple pour les ponts. Parallèlement à la publication de nouvelles Parties des Eurocodes pendant la période ENV. Chaque Document d'Application Nationale peut en particulier préciser s'il est possible d'utiliser les annexes. conjointement aux Documents d'Application Nationale spécifiques valables dans le pays où les structures concernées seront situées. il convient de veiller tout particulièrement à : — valider ou corriger les valeurs numériques présentées entre crochets . Établir les Documents d'Application Nationale est du ressort des autorités nationales compétentes. sans les contredire . l'objectif se limite à : — assurer la cohérence entre les Eurocodes déjà publiés ou en préparation. pendant la période ENV. l'application des articles 3. Il convient de comprendre que ceci est un objectif à long terme qui sera atteint progressivement. il est recommandé de n'apporter des modifications que si elles sont jugées nécessaires . et quelles sont leurs modalités d'application concernant.3. par exemple. pendant la période ENV. toutefois. par exemple : — définition plus précise de niveaux de fiabilité différenciés . des actions dynamiques ainsi que de l'analyse et du format de la vérification de la fiabilité associés . — couvrir de manière moins développée les structures traitées dans les mêmes Eurocodes. Les Documents d'Application Nationale sont destinés à permettre une utilisation expérimentale des Eurocodes en tant que prénormes dans des projets de construction. — prise en compte plus précise des divers types d'équations d'états-limites. les silos.Page 7 ENV 1991-1:1994 Documents d’Application Nationale (DAN) 24) Il est prévu que. . mais pour lesquelles des Parties d'Eurocodes sont en préparation. C'est pourquoi il faut comprendre que la publication de la présente version de cette Partie n'est pas destinée à freiner la mise au point ni l'amélioration du format de fiabilité.

Pour les références non datées. 2) P La Partie 1 de l'ENV 1991 fournit les bases et les principes généraux en matière de conception structurale des bâtiments et ouvrages de génie civil. Pour les références datées. 9) La Partie 1 de l'ENV 1991 ne traite pas complètement du calcul de structures pour lesquelles des déformations modifient les actions directes. et doit être utilisée conjointement avec les autres Parties de l'ENV 1991 et des ENV 1992 à 1999. pour lesquelles il convient d'utiliser des règles de calcul spécifiques. les amendements ou révisions ultérieurs de l'une quelconque de ces publications ne s'appliquent à cette prénorme européenne que s'ils y ont été incorporés par amendement ou révision. la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s'applique. 1. 6) Des méthodes de calcul et des données afférentes au calcul de ponts et d'autres constructions non intégralement traitées dans la présente Partie peuvent être trouvées dans d'autres Parties de l'Eurocode 1 et dans les autres Eurocodes appropriés. publiées ou en publication. y compris en cas d'incendie et de tremblement de terre. La Partie 1 traite de toutes les circonstances dans lesquelles on exige d'une structure une performance appropriée. Ces références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-après. 8) La Partie 1 de l'ENV 1991 ne couvre pas tous les aspects des projets de constructions particulières nécessitant des considérations sortant de l'ordinaire en matière de fiabilité.2 Références normatives Cette prénorme européenne comporte par référence datée ou non datée des dispositions d'autres publications. en vue de projeter des réparations et des modifications ou d'étudier des changements d'utilisation. sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications énumérées ci-après. décrit les bases pour le dimensionnement et la vérification et fournit des lignes directrices concernant les aspects de la fiabilité structurale qui s'y rattachent. NOTE : Les prénormes européennes qui suivent. telles que les structures d'usines nucléaires. 4) P La Partie 1 de l'ENV 1991 s'applique également à la conception structurale au niveau de l'exécution et à la conception structurale de structures temporaires.Page 8 ENV 1991-1:1994 Section 1 1. mais elle peut servir à cela le cas échéant. . 3) La Partie 1 de l'ENV 1991 peut également servir de base au calcul de structures non traitées par les ENV 1992 à 1999 et lorsqu'interviennent d'autres matériaux ou d'autres actions non couvertes par l'ENV 1991. pourvu que les amendements appropriés non définis par l'ENV 1991 soient apportés. 5) La Partie 1 de l'ENV 1991 présente également des méthodes de vérifications simplifiées utilisables pour les bâtiments et d'autres constructions courantes. y compris les aspects géotechniques.1 Généralités Domaine d’application 1) La présente Partie 1 de l'ENV 1991 définit les principes et les exigences en matière de sécurité et d'aptitude au service des structures. 7) La Partie 1 de l'ENV 1991 n'est pas directement destinée à l'évaluation structurale de constructions existantes.

Eurocode 7 : Calcul géotechnique.7 : Actions sur les structures — Actions accidentelles.4 : Actions sur les structures — Actions du vent.Page 9 ENV 1991-1:1994 ENV 1991-1 ENV 1991-2. les ponts roulants et la machinerie. Eurocode 8 : Calcul des structures résistant aux séismes. Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2. Eurocode 9 : Calcul des structures en alliage d'aluminium.1 ENV 1991-2.3 : Actions sur les structures — Actions de la neige.3 ENV 1991-2. densités.1 : Actions sur les structures.7 ENV 1991-3 ENV 1991-4 ENV 1991-5 ENV 1992 ENV 1993 ENV 1994 ENV 1995 ENV 1996 ENV 1997 ENV 1998 ENV 1999 ISO 2631 ISO 8930 1987 Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 1 : Bases de calcul. Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2. Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2. Eurocode 5 : Calcul des ouvrages en bois.5 ENV 1991-2. Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 4 : Actions sur les structures — Actions dans les silos et réservoirs. Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 5 : Actions sur les structures — Actions induites par les grues.6 : Charges et déformations imposées en cours d'exécution. poids propres et charges d'exploitation. Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2. . Eurocode 4 : Conception et dimensionnement des structures mixtes acier-béton. Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 3 : Actions sur les structures — Charges sur les ponts dues au trafic. Eurocode 6 : Calcul des structures en maçonnerie. Estimation de l'exposition des individus à des vibrations globales du corps. Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2. ISO 3898 1987 Bases du calcul des constructions — Notations — Symboles généraux.5 : Actions sur les structures — Actions thermiques. ISO 6707-1 1989 Bâtiment et génie civil — Vocabulaire — Partie 1 : Termes généraux. Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2.2 ENV 1991-2.4 ENV 1991-2. Eurocode 2 : Calcul des structures en béton. Eurocode 3 : Calcul des structures en acier.6 ENV 1991-2. Eurocode 1 : Bases de calcul et actions sur les structures — Partie 2. Principes généraux de la fiabilité des constructions — Liste des termes équivalents.2 : Actions sur les structures exposées au feu.

— l'utilisation de la structure sera conforme à sa destination prévue.2 de l'ENV 1998-1-1 sur la régularité de la forme structurale . Les conditions explicites (généralement désignées dans les EC par le terme «Hypothèses») se rapportent à des stades de l'opération de construction qui peuvent précéder. mentionner : — au stade précédant la vérification. — la structure bénéficiera de la maintenance adéquate . (1) C Cette clause n'implique aucune règle administrative relative aux personnels concernés. 3) Les Principes sont identifiés par le numéro du paragraphe suivi de la lettre P. Les conditions dans lesquelles il peut être considéré que les personnels concernés possèdent des qualités nécessaires ne relèvent pas du présent document. — une surveillance et une maîtrise de la qualité adéquates sont assurées au cours du travail. Les limites de validité résultant. 1. à savoir dans les bureaux d'études. On peut à titre d'exemple. — au stade de la vérification. — au stade suivant la vérification. les influences de l'environnement (supposées non anormalement agressives) et les pratiques professionnelles usuelles. — des prescriptions et des modèles analytiques pour lesquels aucune alternative n'est autorisée. — les règles de calcul ne sont valides que si les prescriptions relatives aux matériaux. Il est admissible d'utiliser des règles différentes des Règles d'application formulées dans le présent Eurocode. la clause 1. 2) P Les Principes comprennent : — des formulations d'ordre général et des définitions ne comportant pas d'alternative . les usines. Les hypothèses suivantes doivent être satisfaites : — le choix du système structural et le projet de structure sont faits par un personnel suffisamment qualifié et expérimenté . — les matériaux et produits utilisés pour la construction le sont comme spécifié dans le présent Eurocode. I Ayant la compétence et l'expérience nécessaires. d'une part de conditions explicites définies dans les divers Eurocodes. — l'exécution est confiée à un personnel suffisamment compétent et expérimenté . à l'exécution et à la mise en œuvre contenues dans les ENV 1992 à 1996 et 1999 sont elles aussi respectées. Les conditions explicites énumérées dans le présent article sont les plus générales et n'ont pas un caractère exhaustif. des règles spécifiant dans les divers EC des conditions minimales à respecter pendant l'exécution des structures et pour la maîtrise de la qualité. la présente Partie 1 de l'ENV 1991 distingue d'une part les Principes et d'autre part les Règles d'application.4 Distinction entre Principes et Règles d'application 1) P Selon la nature des différents articles. Elles dépendent en outre des niveaux de fiabilité recherchés. Les conditions implicites concernent par exemple les conditions climatiques (supposées suffisamment connues).2 de l'ENV 1997-1 sur les investigations géotechniques et l'article 2. pourvu qu'il soit démontré qu'elles sont conformes aux Principes concernés et présentent au moins le même niveau de fiabilité. d'autre par t de conditions implicites. les entreprises et sur chantier .3 C Hypothèses de travail Les domaines de validité des valeurs numériques et des règles elles-mêmes données dans les Eurocodes sont toujours limités. dans les ENV 1992 à 1999 ou dans les spécifications des matériaux ou produits utilisés . sauf indication contraire.4 (4) P ci-après sur l'usage éventuel de règles alternatives . . accompagner ou suivre la vérification du dimensionnement par application des EC. l'article 3. 4) P Les Règles d'application sont des règles généralement reconnues qui font suite aux Principes et sont conformes à leurs prescriptions.Page 10 ENV 1991-1:1994 1.

on a précisé la signification dans chaque cas particulier .1. Il désigne les constructions entières. par exemple construction en béton armé. en encorbellement. 1. Il inclut. 1. ou à défaut nécessitent un recours au jugement (par exemple danger potentiel). préfabriqué.1. — pour les dispositions des structures présentant des particularités. les Règles d'application ne comportent qu'un numéro d'article.3 Mode de construction Indication du matériau principal de la structure.1 Construction Tout ce qui concerne ou résulte des opérations de construction. Ce terme recouvre les bâtiments et les ouvrages de génie civil. par exemple bâtiment d'habitation. .) qu'on superpose aux divers modèles (variables de base.. comportement structural) pour déterminer ou vérifier le dimensionnement de la structure.5. C Un certain nombre des définitions données dans cet article ne peuvent être utilisées de façon opérationnelle que par l'addition de règles numériques (par exemple valeurs représentatives) ou qualitatives. conception. 1. coefficients partiels. par exemple. On appelle «format d'une vérification» les seuls éléments du format de fiabilité utilisés pour la vérification considérée. ou encore une combinaison de ces différentes notions.5.4 Procédé d'exécution Méthode utilisée pour l'exécution. C2 On appelle «format de fiabilité» le système de règles et de valeurs numériques de diverses natures (valeurs représentatives.5. on a utilisé le terme correspondant à la notion principale pour le passage considéré. (5) A Les conditions dans lesquelles des Règles d'application différentes de celles formulées dans les Eurocodes sont fixées : — pour les dispositions des structures relevant normalement de la codification. lorsqu'il y a lieu. par les DAN et/ou la règlementation .1.1. NOTE : La plupart des définitions proviennent de l'ISO 8930:1987. dans celui-ci. bâtiment industriel ou pont-route. les définitions suivantes s'appliquent. en construction mixte acier-béton. par exemple coulé en place. À la traduction. mur de soutènement. par les agréments ou par les responsables du contrôle des projets concernés.5. 1.Page 11 ENV 1991-1:1994 5) Dans la Partie 1 de l'ENV 1991. en bois.5. NOTE : Cette définition est conforme à l'ISO 6707 Partie 1. en acier. 1.2 Nature de construction Nature de la «construction» indiquant son utilisation prévue.5 Définitions Pour les besoins de la présente prénorme européenne. comme. lorsqu'il s'agissait d'une combinaison de plusieurs notions. incluant leurs éléments structuraux. les marges implicites de sécurité introduites dans les modèles. en maçonnerie..1 C1 Termes communs aux Eurocodes structuraux (ENV 1991 à 1999) Le mot anglais «design» largement utilisé dans la version originale de cet Eurocode peut signifier selon le cas projet. dimensionnement ou calcul. 1. non structuraux et géotechniques.

bois.5. par exemple. voûtes. acier.1 Termes spécifiques relatifs aux projets en général Critères de dimensionnement Formules quantitatives décrivant les conditions à satisfaire vis-à-vis de chaque état-limite. 1. 1.1.2.2 Situations de projet Ensembles de conditions physiques représentant une certaine durée pour laquelle il sera démontré par le calcul que les états-limites concernés ne sont pas dépassés. colonnes.3 Situation de projet transitoire Situation de projet à considérer pendant une durée beaucoup plus courte que la durée d'utilisation prévue pour la structure et qui est hautement probable.4 Situation de projet durable Situation de projet à considérer pendant une durée du même ordre que la durée d'utilisation de projet de la structure. . 1.5. 1.2 1. 1.5 Matériau de construction Matériau utilisé pour une construction.5.5.5. il peut aussi désigner la fabrication de composants à l'extérieur et leur assemblage ultérieur sur chantier.10 Exécution Activité consistant à réaliser une construction. 1. les portiques. 1.5.7 Type de structure Disposition d'éléments structuraux tels que poutres.6 Structure Assemblage de pièces conçu pour assurer un certain degré de rigidité. 1. par exemple béton. par exemple en cours d'exécution ou de réparation. 1.8 Système structural Éléments porteurs d'une construction et mode de fonctionnement en commun. de son utilisation ou de son exposition.1. Cette précision n'est pas utilisée dans les Eurocodes structuraux afin de lever toute ambiguïté au niveau de la traduction.1.Page 12 ENV 1991-1:1994 1.5.5. NOTE : Des types de structures sont.2.2.5. pieux de fondation.5.1.9 Modèle structural Schématisation du système structural utilisée pour l'analyse et le dimensionnement. NOTE : Elle fait généralement référence à des conditions normales d'utilisation.1.5. les ponts suspendus. NOTE : Elle fait référence à des conditions temporaires de la structure.1. NOTE : La Partie 1 de l'ISO 6707 donne la même définition mais ajoute «ou une construction présentant une disposition de ce type». maçonnerie. NOTE : Ce terme inclut le travail sur chantier .2.

1.9 Cas de charge Dispositions compatibles de charges. une résistance insuffisante ou un écart excessif par rapport aux dimensions prévues.11 États-limites ultimes États associés à un effondrement ou à d'autres formes similaires de défaillance structurale.6 Durée d'utilisation de projet Durée pendant laquelle une structure doit pouvoir être utilisée comme prévu. C En particulier.Page 13 ENV 1991-1:1994 1.2. NOTE : Ils correspondent généralement à la capacité portante maximale d'une structure ou d'une partie de celle-ci. 1. en faisant l'objet de la maintenance escomptée mais sans qu'il soit nécessaire d'effectuer des réparations majeures. par exemple un incendie.2.8 Disposition de charge Identification de l'emplacement. notamment des risques d'erreur grave. un choc ou une défaillance localisée.2. une influence anormale de l'environnement. C Les dangers potentiels dont il s’agit dans les Eurocodes sont seulement ceux qui sont pris en compte dans le format de fiabilité. de la grandeur et de la direction d'une action libre. 1.2. .5. 1.5 Situation de projet accidentelle Situation de projet impliquant des conditions exceptionnelles au niveau de la structure ou de son exposition.2.4) P). d'ensembles de déformations et d'imperfections à considérer simultanément avec les actions fixes permanentes et variables pour une vérification particulière.10 États-limites États au-delà desquels la structure ne satisfait plus aux exigences de performance prévues.5. 1.5. une explosion. 1.2.1.5. existent et représentent souvent un risque plus grave que les dangers potentiels envisagés dans les Eurocodes (voir également paragraphe 2. par exemple une action anormale.5.5.5. une disposition de charge rattache la grandeur et la direction de la charge en tout point de la structure à sa grandeur et sa direction en tout autre point.2.7 Danger potentiel Événement exceptionnel et grave. Il ne doit pas être ignoré que d'autres dangers potentiels.

12.1 (2) C).2. le terme «sécurité» utilisé dans les Eurocodes désigne. conformément à l'usage international dans ce domaine (voir par exemple l'ISO 8930 ou ISO 2394). un état-limite caractérisé par exemple par une ouverture de fissure maximale de 0. 1.5.5.5. A Fiabilité structurale. 1. 1.5 mm.5.5. plus généralement. C On désigne en français par «maintenance» l’ensemble des opérations de surveillance.5. De même.2. Ceci n'exclut pas d'autres usages du mot «fiabilité». par exemple à propos d'un modèle ou de la grandeur attribuée à une valeur d'une donnée particulière. 1.14 Maintenance Totalité des opérations effectuées pendant la durée d'utilisation de la structure pour préserver sa fonction.5 mm par exemple sera considéré comme irréversible non parce que l'ouverture restera supérieure à 0.12.5. Aptitude d'une structure à rester fiable pendant une durée d'utilisation conventionnelle. d'une section transversale ou d'un élément structural. par exemple la résistance à la flexion.2.12 États-limites de service États correspondant à des conditions au-delà desquelles les exigences d'aptitude au service spécifiées pour une structure ou un élément structural ne sont plus satisfaites.2. C'est ainsi que la théorie de la fiabilité (au sens général) sert de moyen pour vérifier la fiabilité d'une structure particulière. entretien et réparation d’une construction. C De façon plus précise dans un certain nombre de cas. mais parce qu'il subsistera de façon définitive une ouverture de fissure plus grande qu'auparavant et que l'on souhaitait éviter.15 Résistance (d'un matériau) Propriété mécanique d'un matériau. 1. Durabilité structurale. Voir par ailleurs le commentaire 2. 1.2 États-limites de service réversibles : États-limites qui ne seront plus dépassés lorsque les actions à l'origine du dépassement auront disparu. On peut aussi.2. la résistance au flambage.2.2. et non pas la fiabilité en général. dans les Eurocodes. Aptitude d'une structure à satisfaire les exigences spécifiées en matière de défaillance structurale.1 États-limites de service irréversibles : États-limites qui resteront dépassés en permanence lorsque les actions à l'origine du dépassement auront disparu .13 Résistance (sollicitation résistante) Propriété mécanique d'un composant.3. désigne la fiabilité structurale (voir A ci-après et paragraphe 2.3)) avoir à considérer certains états-limites comme imparfaitement réversibles.1 (2) C. l'aptitude au service et la durabilité d'une structure. .Page 14 ENV 1991-1:1994 1. conformément à l'usage international en matière de construction. C La fiabilité envisagée ici et. la sécurité structurale censée couvrir la sécurité des personnes à l'égard des risques d'origine structurale et être essentiellement attachée au non-dépassement des étatslimites ultimes. habituellement exprimée en unités de contrainte. parfois (voir paragraphe 3.16 Fiabilité La fiabilité recouvre la sécurité.

C Voir l'article 4.3. par exemple force interne.5 Action accidentelle (A) Action. sur des éléments structuraux.3 Action permanente (G) Action qui a de fortes chances de durer pendant toute une situation de projet donnée et pour laquelle la grandeur de la variation dans le temps par rapport à la valeur moyenne est négligeable. 1.3.4 Action variable (Q) Action qui a peu de chances de durer pendant toute une situation de projet donnée. 1. b) Déformation imposée ou entravée.1. NOTE : Dans de nombreux cas. contrainte.3. ou pour laquelle la grandeur de la variation dans le temps par rapport à la valeur moyenne n'est ni négligeable ni monotone. qui a peu de chances d'intervenir avec une grandeur significative pendant l'intervalle de temps considéré au cours de la durée d'utilisation de projet.3. C Voir l'article 4.6 Action sismique (AE) Action due à des tremblements de terre. 1.2). habituellement de courte durée. une action accidentelle est susceptible d'avoir de graves conséquences si des mesures appropriées ne sont pas prises. de variations du taux d'humidité. C Voir l'article 4.5.3 C Termes relatifs aux actions On désigne par «trafic» un ensemble de circulations (voir l’ENV 1991-3 cité à l’article 1. 1.1 Action a) Force (charge) appliquée à la structure (action directe).1.3. 1. 1.5.5. ou accélération imposée.1. moment.Page 15 ENV 1991-1:1994 1. C Voir l'article 4. ou pour laquelle la variation se fait toujours dans le même sens (monotone) jusqu'à ce que l'action atteigne une certaine valeur limite.5.5.2 Effet d’actions Effet d'actions.3.5. . de tassements différentiels ou de tremblements de terre (action indirecte). résultant par exemple de changements de température.5. déformation.1.

au cours d'une «durée de référence» tenant compte de la durée d'utilisation de projet de la structure et de la durée de la situation de projet. si elles le sont pour un point précis de ladite structure. telle que la grandeur et la direction de l’action sont déterminées sans ambiguïté pour l'ensemble de la structure.5.1.10 Action statique Action qui ne provoque pas d'accélération significative de la structure ou d'éléments structuraux.1. .11 Action dynamique Action qui provoque une accélération significative de la structure ou d'éléments structuraux. 1. Dans la mesure où elle peut reposer sur des bases statistiques.3.3.12 Action quasi-statique Action dynamique pouvant être décrite par un modèle statique incluant les effets dynamiques. C Voir l’article 4.3.8 Action libre Action qui peut avoir une distribution spatiale quelconque sur la structure.5. elle est choisie pour correspondre à une probabilité donnée de non-dépassement du côté défavorable. C Voir l’article 4.1. C Voir l’article 4.5. 1.3.5.3.5.1.9 Action individuelle Action pouvant être jugée statistiquement indépendante dans le temps et dans l'espace de toute autre action ayant des effets sur la structure.3. 1. 1.7 Action fixe Action ayant une distribution spatiale sur la structure. 1. C Voir l’article 4. C Voir l’article 4.3. 1.13 Valeur représentative d'une action Valeur utilisée pour la vérification d'un état-limite. 1.5.14 Valeur caractéristique d'une action La principale valeur représentative d'une action. C Voir l’article 4.Page 16 ENV 1991-1:1994 1.1.5.3.1. à l'intérieur de certaines limites.5.

5.5.20 Combinaison d’actions Ensemble de valeurs de calcul permettant de vérifier la fiabilité structurale pour un état-limite sous l'effet simultané de différentes actions.3.19 Valeur de calcul d’une action Fd Valeur obtenue en multipliant la valeur représentative par le coefficient partiel de sécurité γF. on désigne par valeur de calcul de l'action le produit de la valeur représentative par le coefficient partiel γf (voir paragraphe 9.3.3. pendant laquelle elle est dépassée.4 1.Cette valeur correspond généralement à un fractile spécifié de la distribution statistique supposée de la propriété concernée du matériau.3.3. au cours d'un intervalle de temps donné .Page 17 ENV 1991-1:1994 1.5. par détermination directe. ayant une probabilité donnée de ne pas être atteinte lors d'une hypothétique série d'essais illimitée. 1. 1.4. dans certains cas particuliers.5.5. C Voir l’article 4.16 Valeurs de combinaison d'une action variable Valeurs associées à l'emploi de combinaisons d'actions (voir 1.20). 1.3.2). Dans certains cas. le temps total pendant lequel elle est dépassée représente une partie considérable de l'intervalle de temps donné.3. .17 Valeur fréquente d'une action variable Valeur déterminée de manière à ce que : — la durée totale.3. une valeur nominale est utilisée comme valeur caractéristique.5. — ou la fréquence de son dépassement .1 Termes relatifs aux propriétés des matériaux Valeur caractéristique d'une propriété de matériau Xk Valeur d'une propriété de matériau. C Dans le cas où un coefficient partiel γsd est pris en compte séparément. destinées à prendre en compte la probabilité réduite que plusieurs actions indépendantes interviennent simultanément avec les valeurs les plus défavorables.5. 1.14.3.3.5. soit limitée à une valeur donnée.5.5.2 Valeur de calcul d'une propriété de matériau Xd Valeur obtenue en divisant la valeur caractéristique par un coefficient partiel γM ou.3. 1.5. 1.18 Valeur quasi-permanente d’une action variable Valeur déterminée de manière à ce qu'au cours d'un intervalle de temps donné.15 Durée de référence Voir le paragraphe 1. 1. C Voir l’article 4.4.

γm. C Les fractiles prescrits mentionnés dans ces paragraphes restent souvent implicites. P et Pk.5.3 Assurance de la qualité Ensemble des activités préétablies et systématiques mises en œuvre dans le cadre du système qualité et démontrées en tant que de besoin pour donner la confiance appropriée en ce qu’une entité satisfera aux exigences pour la qualité (ISO 8402-3. γRd.5 1.5. 1. les valeurs des grandeurs géométriques peuvent correspondre à certains fractiles spécifiés de la distribution statistique.5. 1. 1.5 Conformité Satisfaction aux exigences spécifiées (ISO 8402-2. 1. A En ce qui concerne la signification précise des symboles AEd. 1.3). les valeurs des grandeurs géométriques peuvent correspondre à certains fractiles spécifiés de la distribution statistique. 1.1).4 Exigences pour la qualité Expression des besoins.Page 18 ENV 1991-1:1994 1. γM. NOTE : Ces notations sont basées sur l'ISO 3898:1987. γQ. se reporter aux Eurocodes particuliers. et γSd. AEk. C1 C2 C3 D'autres symboles sont utilisés dans les annexes. ou traduction en un ensemble d’exigences exprimées en termes quantitatifs ou qualitatifs pour les caractéristiques d’une entité afin de permettre sa réalisation et son examen (ISO 8402-2. γf. Gk.6.6.2 Valeur de calcul d'une propriété géométrique ad Généralement.3 pour plus de précisions. Au sujet des symboles γF.5. C Les fractiles prescrits mentionnés dans ces paragraphes restent souvent implicites. Qualité Ensemble des caractéristiques d’une entité qui lui confèrent l’aptitude à satisfaire des besoins exprimés ou implicites (ISO 8402-2.6. Le cas échéant.1).1 Termes relatifs à la qualité Sont rappelées ci-après les définitions principales relevant de ce domaine. γq.6. γG. γg. valeur nominale.5.6 Symboles Pour les besoins de la présente prénorme européenne.5. et peuvent se référer à des distributions dans des populations statistiques conventionnelles.5. 1.9). et peuvent se référer à des distributions dans des populations statistiques conventionnelles.5). .6. se reporter en 9.5.5.6 C 1. G.1 Termes relatifs aux données géométriques Valeur caractéristique d'une propriété géométrique ak Valeur correspondant habituellement aux dimensions spécifiées dans le projet. NOTE : Clarifier la signification relative de AEk AEd et ψI selon l'EC8 et le DAN correspondant.2 Politique de qualité Orientation et objectifs généraux d’un organisme tels qu’ils sont exprimés formellement par la direction au plus haut niveau (ISO 8402-3.5. γrd. γR. Le cas échéant.5. ainsi que le cas échéant Gm et Pm. les symboles suivants sont applicables.

sup Gind Gk Gk.Page 19 ENV 1991-1:1994 Majuscules latines A Ad AEd AEk Ak Cd E Ed Ed.dst Ed.inf Gkj Gd.sup P Pd Pk Q Qd Qind Qk Qk1 Qki R Rd Rk X Xd Xk Action accidentelle Valeur de calcul d’une action accidentelle Valeur de calcul d’une action sismique Valeur caractéristique d'une action sismique Valeur caractéristique d'une action accidentelle Valeur nominale ou fonction des valeurs de calcul de certaines propriétés des matériaux Effet d'une action Valeur de calcul d'un effet des actions Valeur de calcul de l'effet des actions déstabilisantes Valeur de calcul de l'effet des actions stabilisantes Action Valeur de calcul d'une action Valeur caractéristique d'une action Valeur représentative d'une action Action permanente Valeur de calcul d'une action permanente Valeur de calcul inférieure d'une action permanente Valeur caractéristique de l'action j permanente Valeur de calcul supérieure d'une action permanente Action permanente indirecte Valeur caractéristique d'une action permanente Valeur caractéristique inférieure d'une action permanente Valeur caractéristique supérieure d'une action permanente Action de précontrainte Valeur de calcul d'une action de précontrainte Valeur caractéristique d'une action de précontrainte Action variable Valeur de calcul d'une action variable Action variable indirecte Valeur caractéristique d'une action variable individuelle Valeur caractéristique de l'action variable dominante Valeur caractéristique de l'action i variable non dominante Résistance (sollicitation résistante) Résistance de calcul Résistance caractéristique Propriété de matériau Valeur de calcul d'une propriété de matériau Valeur caractéristique d'une propriété de matériau .inf Gk.stb F Fd Fk Frep G Gd Gd.

mais pour situations de projet accidentelles Coefficient partiel pour actions variables Coefficient partiel pour une action i variable Coefficient partiel associé à l'incertitude du modèle de la résistance et de variations dimensionnelles Coefficient partiel pour la résistance.inf γGj γG.sup γl γm γM γP γPA γQ γQi γrd γR γRd γSd η ξ Ψ0 Ψ1 Ψ2 Coefficient partiel (de sécurité ou d'aptitude au service) Coefficient partiel pour les actions accidentelles Coefficient partiel pour actions. tenant aussi compte d'incertitudes de modèle et de variations dimensionnelles Coefficient partiel pour actions de précontrainte Comme γP. incluant des incertitudes sur les propriétés du matériau. par exemple la détermination des effets d'imperfections Minuscules grecques γ γA γF γG γGA γGAj γG. tenant aussi compte d'incertitudes de modèle et de variations dimensionnelles Coefficient partiel pour actions permanentes Comme γG mais pour situations de projet accidentelles Comme γGj mais pour situations de projet accidentelles Coefficient partiel pour actions permanentes lors de la détermination de valeurs de calcul inférieures Coefficient partiel pour une action j permanente Coefficient partiel pour actions permanentes lors de la détermination de valeurs de calcul supérieures Coefficient d'importance Coefficient partiel pour une propriété de matériau ou de produit Coefficient partiel pour une propriété de matériau ou de produit. des incertitudes de modèle et des variations dimensionnelles Coefficient partiel associé à l'incertitude du modèle de la résistance Coefficient partiel associé à l'incertitude de modèle des actions et/ou de leurs effets Facteur de conversion Coefficient de réduction Coefficient définissant la valeur de combinaison d'une action variable Coefficient définissant la valeur fréquente d'une action variable Coefficient définissant la valeur quasi-permanente d'une action variable .Page 20 ENV 1991-1:1994 Minuscules latines ad ak anom Valeur de calcul de donnée géométrique Dimension caractéristique Valeur nominale de donnée géométrique Majuscules grecques ∆a Modification apportée à des données géométriques nominales à des fins particulières de calcul.

En principe le choix d'un niveau de fiabilité structurale vis-à-vis d'un ou plusieurs dangers potentiels prend en compte les probabilités Pf de défaillances structurales et les probabilités PC/f qu'il en résulte des conséquences dommageables C (dommages aux personnes.1 C Exigences Exigences fondamentales Les «exigences fondamentales» ont le même objet que l'«exigence essentielle» n° 1 définie dans la Directive Européenne n° 89 106 et le Document Interprétatif n° 1 correspondant.3) à 5) (1) . De plus.6 C) et sont la traduction. elles ont un caractère : — un peu plus général en ce sens qu'elles ne sont pas limitées par les capacités de réglementation des autorités publiques .5. avec des niveaux de fiabilité appropriés et de façon économique : — elle reste adaptée à l'usage pour lequel elle a été conçue .) à examiner séparément et à des critères de comportement structural (états-limites) discrétisés et à considérer successivement. — les intervenants de la construction (concepteurs. — l'aptitude au service associée aux états-limites de service. bureaux de contrôle. pendant sa durée de vie escomptée. aux situations durables et à certaines situations transitoires . en sens inverse. Comme pour chacun de ses aspects. et à exprimer ces niveaux en termes de performances requises pour les structures. 2.2 . ces aspects ne peuvent être appréciés que pour des vérifications individuelles (états-limites individuels dans des situations de projets individuels). entrepreneurs) dans la mesure où leur responsabilité. d'une politique de gestion des risques.4 et 2. et il est donc légitime que les performances requises codifiées soient renforcées et complétées lorsque cela apparaît justifié. a un caractère conditionnel (voir article 1. (2) C La fiabilité structurale comporte différents aspects qui sont fonction des états-limites et des situations de projet auxquelles se rapportent les exigences pour la fiabilité : — la sécurité structurale associée aux états-limites ultimes et à toutes situations de projet . — la fiabilité structurale de projet. — mais plus limitées en ce sens qu'elles ne concernent que les parties structurales des constructions. Pour la prise en compte de la dimension temps. ne peut en l'état actuel des connaissances être quantifié globalement en termes de probabilités. 1) P Une structure doit être conçue et réalisée de sorte que. sous l'angle de la fiabilité structurale. La gestion des risques intéresse (voir 17) dans l'avant-propos) : — les autorités publiques en charge de la sécurité des biens et des personnes ainsi que du bon fonctionnement d'un pays ou d'une zone administrative au plan économique et social . Elles sont qualifiées de «fondamentales» en ce sens qu'elles sont la base des Principes et des Règles publiés dans les EC. et qu'elles traduisent les objectifs à atteindre pour les structures sortant du domaine couvert par les EC.Page 21 ENV 1991-1:1994 Section 2 2. seule traitée dans les EC.. les niveaux de fiabilité ne peuvent être déterminés que de façon implicite et incomplète (voir en outre paragraphe 2. ne prétendent pas couvrir de façon exclusive l'ensemble des préoccupations de ces différents acteurs. La gestion de l'ensemble des risques consiste alors à déterminer des niveaux de fiabilité qui représentent un optimum socio-économique entre les risques acceptés et le coût des mesures qui permettraient de les réduire. sont en cause. Par rapport à l'exigence essentielle. la qualité de leur prestation. En pratique. la fiabilité structurale effective doit être distinguée de la fiabilité structurale de projet : — la fiabilité structurale effective concerne les structures réalisées et fait intervenir la qualité réelle de l'exécution et de la maintenance . 2) Un projet établi conformément au paragraphe 1)P implique que la sécurité structurale et l'aptitude au service sont dûment considérées. et a fortiori les seuls codes structuraux. aux biens et à l'environnement évalués par une appréciation socio-économique) . les performances ne sont définies que par référence à des circonstances (situations de projet.5. Le projet établi conformément à l'article 1) P implique que l'ensemble de ces aspects de la fiabilité soient dûment considérés. — la robustesse associée à des états-limites ultimes et à des situations accidentelles prévues ou non prévues. — et elle résiste à toutes les actions et influences susceptibles d'intervenir pendant son exécution et son utilisation. . le risque peut être défini comme Σ Pf PC/f C. Les codes de la construction. Aucun de ces aspects. Elle diffère de la précédente du fait qu'elle ne prend notamment pas en compte les risques d'erreur humaine grave ni. Elles ont le caractère d'exigences pour la qualité (voir 1. voir les articles 2. etc. y compris la durabilité dans les deux cas.3). ni a fortiori la fiabilité structurale elle-même.. — les maîtres d'ouvrages qui expriment des besoins explicites et qui ont des attentes implicites . — la tenue aux influences de l'environnement relative à l'intégrité physico-chimique et surtout associée aux situations durables . les marges implicites de sécurité négligées dans les calculs. fournisseurs.3.

dans les contrats. (3) C En ce qui concerne le mode de défaillance. En conséquence. à l'exclusion des pièces écrites accompagnant les plans.2 Différenciation de la fiabilité 1) P La fiabilité requise pour la majorité des structures doit être obtenue par des calculs et une exécution conformes aux ENV 1991 à 1999 et par des mesures appropriées en matière d'assurance de la qualité. En ce qui concerne la distinction faite entre les mesures relatives au projet et celles relatives à l'assurance de la qualité.Page 22 ENV 1991-1:1994 3) P Une structure doit aussi être conçue et exécutée de telle sorte qu'elle ne soit pas endommagée par des événements tels qu'un incendie. les premières concernent le dimensionnement défini par les plans. ou à un dommage localisé d'ampleur acceptable . de la production. (3 P) A Cette exigence doit a fortiori être également satisfaite en cas d'occurrence d'une cause mineure de dommage. de façon disproportionnée par rapport à la cause initiale. (1 P) C 2) Des niveaux de fiabilité différents peuvent en général être adoptés : — pour la sécurité structurale . un jugement reste nécessaire. — pour l'aptitude au service. un choc ou les conséquences d'erreurs humaines. (4 P) C Ce paragraphe est essentiellement destiné à l'application du paragraphe 3) P précédent. il est recommandé de préciser. 5) P Le choix de matériaux adéquats. (5 P) C Ce paragraphe est spécifié en tant qu'hypothèses et à ce titre relève de l'article 1. 3) Des niveaux de fiabilité différents peuvent dépendre : — de la cause et du mode de la défaillance . 2. — en choisissant un type de structure peu vulnérable aux dangers potentiels considérés . il convient de comprendre qu'au niveau des contrats. 4) P Les dommages potentiels doivent être prévenus ou limités au moyen d'une ou plusieurs des mesures suivantes : — en prévenant. une explosion. — en solidarisant les différentes parties de la structure. au paragraphe 5) du présent article. Certaines dispositions constructives spécifiées dans les Eurocodes peuvent contribuer à cette application. — en évitant autant que possible les systèmes structuraux susceptibles de s'effondrer sans signe préalable avertisseur . et que les secondes concernent essentiellement les pièces écrites.3 plutôt que du présent article 2. une conception et des dispositions constructives appropriées et la spécification de procédures de contrôle de la conception. (1 P) I Remplacer les mots «des calculs et une exécution conformes aux ENV 1991 à 1999» par «des mesures relatives au projet». pour les deux catégories de mesures. les règles d'application en tant que de besoin. — en choisissant un type de structure et un dimensionnement permettant de résister de façon appropriée à la disparition accidentelle d'un élément ou d'une partie limitée de la structure. on distingue essentiellement les défaillances précédées d'un signe avertisseur (notamment ruptures suffisamment ductiles) de celles non précédées d'un tel signe (notamment ruptures fragiles). .1. éliminant ou réduisant les dangers potentiels auxquels la structure est soumise . mais dans de nombreux cas. en particulier pour les structures non courantes ou exposées à des dangers potentiels non courants. Se reporter. de l'exécution et de l'utilisation spécifiquement adaptées au projet doivent permettre de satisfaire les exigences ci-dessus.

(3) I Supprimer l'alinéa «des différents niveaux de fiabilité exigés au plan national. Un autre moyen est de procéder à une analyse d'effets secondaires. — choix des coefficients partiels ou de grandeurs appropriées pour les calculs de dimensionnement . (4) I Remplacer «Il est possible» par «Dans certains cas. — des dépenses et des moyens nécessaires pour réduire le risque de défaillance . 5) Il est possible d'atteindre la fiabilité exigée en matière de sécurité structurale ou d'aptitude au service par des combinaisons appropriées des mesures suivantes : a) Mesures relatives au projet : — prescriptions relatives à l'aptitude au service . (5 a) C Un autre moyen important. (Voir par exemple les critères utilisés dans les ENV 1997 et 1998. pour moduler la fiabilité. il est possible».) Ce sont d'autres moyens qui pour la différenciation sont le plus souvent utilisés (voir plus loin). régional ou local». au niveau du projet. de blessures. — valeurs représentatives des actions . — prise en compte de la durabilité . — précision des modèles mécaniques utilisés . consiste en une identification et une prise en compte plus ou moins poussée des dangers potentiels. (4) C Une classification de structures ou d'éléments structuraux n'est un critère valable de différenciation que dans des cas limités (par exemple pour certaines constructions agricoles). — prise en compte du degré de robustesse (insensibilité structurale) . souvent laissé à l'initiative des concepteurs et des maîtres d'ouvrage. (3) C Les différents niveaux mentionnés dans cet alinéa ne sont que la conclusion des trois alinéas qui précèdent. et notamment de ceux susceptibles d'engendrer des situations accidentelles. — des différents niveaux de fiabilité exigés au plan national.Page 23 ENV 1991-1:1994 — des conséquences possibles de la défaillance en termes de risques pour la vie humaine. — rigueur des règles de disposition constructive. dans la mesure où ils ne sont pas fixés par la codification. . de pertes économiques potentielles et de l'importance des perturbations qui en résulteraient pour la société . 4) Il est possible de parvenir à la différenciation des niveaux de fiabilité exigés vis-à-vis de la sécurité structurale et de l'aptitude au service en effectuant une classification de structures entières ou d'éléments structuraux. — étendue et qualité des investigations préliminaires concernant les sols et les éventuelles influences de l'environnement . Pour traiter ces différents cas ce sont d'ailleurs des classifications différentes qui sont à utiliser. régional ou local.

3A. qui font référence à des conditions exceptionnelles applicables à la structure ou à son exposition. Une raison majeure en est que ces documents ne définissent de mesures précises qu'en matière de projet et qu'ils sont assortis de conditions implicites. À supposer que toutes choses soient égales par ailleurs. . (2) à (5) C1 Pas plus qu'aucune codification générale.2. des dispositions codifiées en vigueur. être interchangeables dans une certaine limite. sans caractère global. les niveaux de fiabilité ne sont pas. les mêmes vis-à-vis des différents dangers potentiels. qui font référence aux conditions exceptionnelles applicables à la structure lors de tremblements de terre. un choc .Page 24 ENV 1991-1:1994 b) Mesures relatives à l'assurance de la qualité. En général elle ne peut concerner que certains de ces moyens et n'est possible que de façon limitée. qui font référence aux conditions d'utilisation normale . 2. sont techniquement envisageables. 2) P Les situations de projet sont classées comme suit : — situations durables. en particulier selon qu'ils sont permanents.3 Situations de projet 1) P Les circonstances dans lesquelles la structure peut être appelée à remplir son office doivent être examinées. En particulier. — l'exécution. par exemple lors de son exécution ou de réparations . une différenciation de la fiabilité peut être obtenue par des mesures relatives à la prévention de certains dangers potentiels et à la protection structurale. et ne doivent pas être. dans certaines circonstances. occasionnels ou accidentels. une explosion.4. les moyens pour réduire les risques associés aux diverses causes potentielles de défaillance peuvent. (6) C L'interchangeabilité des moyens envisagés dans ce paragraphe consiste à procéder à des différenciations en sens inverses de deux de ces moyens en vue de maintenir le niveau de fiabilité et non de le modifier. — situations transitoires. en l'état actuel des connaissances. Aucune classification de structures ou d'éléments de structures ne peut donc s'identifier avec des classes de niveaux de fiabilité uniformes. Lesdites situations de projet doivent être suffisamment sévères et variées pour couvrir toutes les situations que l'on peut raisonnablement s'attendre à rencontrer lors de l'exécution et de l'utilisation de la structure. dans le sens d'une diminution du niveau de fiabilité. qui font référence à des conditions temporaires applicables à la structure. — le projet . certains comportements structuraux indésirables vis-à-vis desquels il n'est pas prévu de vérification directe risquent de ne plus être couverts si certains moyens prévus se trouvent réduits (voir un exemple dans l'amendement 9. les EC à eux seuls ne peuvent représenter des niveaux de fiabilité déterminés de façon absolue. tels par exemple qu'implantation de barrières de sécurité. et les situations de projet correspondantes être sélectionnées. 6) Pour des niveaux de fiabilité donnés. par exemple à un incendie. Seules donc. On peut considérer qu'un effort accru sur un type de mesure compense la réduction de l'effort sur un autre type. — situations sismiques. (5) A Outre les mesures mentionnées en a) et b) ci-dessus. ayant pour but de réduire les dangers potentiels en relation avec : — des erreurs humaines graves . (2) à (5) A Ces paragraphes sont à considérer seulement comme des explications et n'autorisent pas à s'écarter. des variations relatives de niveau de fiabilité. — situations accidentelles.

Tableau 2. ouvrages de génie civil de ponts et d'autres Classe Exemple 1 2 3 4 (2) A1 Les valeurs indiquées dans le tableau 2. Il appartient aux maîtres d'ouvrages de spécifier des valeurs supérieures s'ils le jugent utile. 2) Le tableau 2. en faisant l'objet de la maintenance escomptée mais sans qu'il soit nécessaire d'effectuer des réparations majeures.4. les valeurs données aux durées d'utilisation de projet ne trouvent d'application directe. 2. (2) A3 Dans tous les cas. Elles font toutefois l'objet de certaines règles d'application spécifiques. La durée des situations durables peut être assimilée aux durées d'utilisation de projet définies en 2. appareils d'appui Structures de bâtiments et autres structures courantes Structures monumentales. Elles peuvent être prises en compte dans la détermination des mesures à prendre en vue de la durabilité (par exemple vis-à-vis de la corrosion ou de la diminution à long terme de la résistance de certains matériaux). que dans les calculs relatifs à la fatigue. par exemple au niveau des combinaisons d'actions. 3) Des informations relatives à des situations spécifiques correspondant à chaque classe figurent dans d'autres Parties de l'ENV 1991 et dans les ENV 1992 à 1999.1 donne une indication de la durée d'utilisation de projet prescrite. et celle des situations accidentelles est presque toujours au plus égale à 1 jour. Celle des situations transitoires est toujours au plus égale à 1 an.4 Durée d'utilisation de projet 1) P La durée d'utilisation de projet est la durée pendant laquelle une structure doit pouvoir être utilisée comme prévu. la classification définie dans ce paragraphe n'innove pas par rapport aux règles actuellement en vigueur en France. (2) A2 Les structures ou parties de structures démontables en vue d'être réutilisées telles quelles pendant une durée totale importante ne doivent pas être considérées comme temporaires. et c’est pourquoi elles ne donnent souvent pas lieu à vérification vis-à-vis d'états-limites de service. les durées totales d'utilisation prévues pour des structures temporaires autres que les échafaudages porteurs doivent apparaître explicitement dans les projets. (2) C En l'état actuel des EC.1 : Classification des durées d'utilisation de projet Durée d'utilisation de projet prescrite (années) [1-5] [25] [50] [100] Structures temporaires Éléments structuraux remplaçables. par exemple : poutres de roulement. Moyennant cette précision. .1 sont à considérer comme des valeurs minimales.Page 25 ENV 1991-1:1994 (2 P) C Les situations sismiques sont en France un cas particulier des situations accidentelles. au niveau des règles de calcul aux états-limites.

(3 P) A Toute utilisation future éventuelle allant au-delà de l'utilisation escomptée doit être spécifiée par le (ou les) contrat(s) concerné(s). 5) P L'environnement doit être pris en compte dès le stade du projet afin de déterminer son influence sur la durabilité et de pouvoir prendre les dispositions permettant d'assurer la protection des matériaux et des produits. les propriétés et les performances des matériaux . — la qualité de la mise en œuvre et le niveau de contrôle . d'essais. — les mesures de protection spécifiques . ou d'une combinaison de ces trois moyens. des mesures d'organisation et des contrôles aux différents stades du projet. (4) A Ces Eurocodes définissent seulement des mesures à prendre au niveau des projets.Page 26 ENV 1991-1:1994 2. Ces mesures comprennent la définition des exigences en matière de fiabilité. Les mesures à prendre pour satisfaire cette hypothèse sont définies dans ce qui suit. 2. de l'utilisation et de la maintenance. — la maintenance pendant la durée de vie escomptée. moyennant une maintenance adéquate. 6) Le degré de détérioration peut être estimé sur la base de calculs. de l'expérience provenant de constructions antérieures. — le choix du système structural . 3) P Afin d'assurer une durabilité adéquate de la structure. . on suppose que des mesures appropriées sont prises pour obtenir une structure correspondant aux exigences et aux hypothèses admises lors du calcul.5 Durabilité 1) C'est une hypothèse du projet que la durabilité de tout ou partie d'une structure dans son environnement est telle qu'elle reste apte à son utilisation prévue pendant toute la durée d'utilisation de projet.3. — les influences escomptées de l'environnement . 2) Il convient que la structure soit conçue de sorte que sa détérioration ne nuise pas à sa durabilité et à ses performances. — la forme des éléments structuraux et les dispositions constructives . 4) Les ENV 1992 à 1999 spécifient les mesures adéquates. — les critères de performance requis . de l'exécution. il faut prendre en compte les facteurs interdépendants suivants : — l'utilisation prévue et future éventuelle. le niveau de maintenance prévu étant dûment pris en compte.6 Assurance de la qualité 1) En matière d'assurance de la qualité. — la composition. (1) C Voir l'article 1. de la structure .

Attester la conformité aux exigences pour la fiabilité d'une structure dont le projet a été établi sur la base des EC. sont respectées. il conviendra de démontrer que les hypothèses des EC relatives aux stades de l'opération qui précèdent. sur leur validité dans le cas d'espèce. — soit de maintenir la fiabilité. elle est qualifiée de Politique de la qualité . elle implique que : — les facteurs intervenant dans l'obtention de la qualité de la construction à réaliser soient identifiés . qui implique des mesures précises d'assurance de la qualité.Page 27 ENV 1991-1:1994 C Pour les ouvrages de construction. le PAQ devra apporter des assurances sur la validation des logiciels. les facteurs qui interviennent dans l'obtention de cet aspect de la qualité sont : — les règles de vérification spécifiées dans les EC . accompagnent ou suivent la vérification du projet. par exemple pour rechercher une amélioration de la durabilité à long terme. on peut trouver des prescriptions ou indications opérationnelles : — dans le fascicule 65 A du CCTG . Dans l'état actuel des textes en vigueur. D'autres objectifs possibles sont de satisfaire certains désirs du maître d'ouvrage. Dans tous les cas. D'une façon générale. — dans le document publié par le SETRA «Mise en œuvre des plans d'assurance de la qualité — Exécution des ouvrages en béton armé et en béton précontraint — Guide pour les entrepreneurs et les maîtres d'œuvre» (document référencé F 9175). — s'il y a lieu. — ces facteurs soient mis sous le contrôle du management de l'organisation en charge de réaliser la construction considérée . ainsi que sur la validité des données d'entrée qui y sont introduites.2). notamment grâce à une réduction des tolérances géométriques.2) intégré dans l'organisation en charge de réaliser la construction . ce moyen de différenciation est couramment utilisé pour les grands ouvrages . Quand cette démarche se conforme aux spécifications des EN de la série 29000. pour compenser certaines réductions de coefficients partiels . — éventuellement des assurances soient apportées en tant que de besoin sur la conformité de la construction considérée aux exigences spécifiées. Quand il sera fait appel à des logiciels d'application intégrée des EC. et la mise en œuvre de celle-ci implique : — l'établissement d'un plan (d'assurance) de la qualité . . ce moyen. c'est apporter des preuves sur la maîtrise de ces deux catégories de facteurs. une démarche qualité vise notamment à éviter des erreurs d'origine humaine et à détecter en temps utile d'éventuelles circonstances imprévues. le respect de procédures et la production de documents d'Assurance de la qualité (voir EN 29004-17. Lorsque l'aspect considéré de la qualité est la fiabilité structurale et que le projet a été établi sur la base de normes nationales transparent des EC. notamment par une réduction des tolérances géométriques . peut être utilisé en cas de recours à des procédés de construction industrialisés. — la gestion de ce P (A) Q par un Management de la qualité (ISO 8402-3. ou encore : — soit d'améliorer la fiabilité. — les hypothèses des EC.

une probabilité.16 C.2. sont aussi traités comme des états-limites ultimes. 3) Les états-limites peuvent se rapporter à des situations de projet durables.1 États-limites Généralités 1) P Les états-limites sont des états au-delà desquels la structure ne satisfait plus aux exigences de performance prévues. (3) C Voir 1. incendie. une fréquence ou une durée totale de dépassement éventuel. (2) A Une autre distinction est à faire entre les états-limites liés à des effets cumulatifs et donc caractérisés par la durée de survie de la structure (fatigue. 2) Une distinction est généralement faite entre états-limites ultimes et états-limites de service. — une défaillance due à une déformation excessive. on désire seulement limiter. au cours d'une situation de projet. (4) A Les défaillances dues à une déformation excessive sont celles qui conduiraient à la ruine par instabilité mécanique. — la sécurité des personnes. y compris ses appuis et fondations . sont pris en compte à la place de l'effondrement lui-même. 3. à la transformation de tout ou partie de la structure en un mécanisme. . 2) Les états précédant un effondrement structural et qui. considérée comme un corps rigide . transitoires ou accidentelles.Page 28 ENV 1991-1:1994 Section 3 3. à une perte de stabilité de tout ou partie de la structure. — une défaillance provoquée par la fatigue ou d'autres effets liés à la durée...). à une rupture.5. sans prendre en compte aucun cumul d'effets. et d'autre part ceux pour lesquels.2 États-limites ultimes 1) P Les états-limites ultimes sont ceux qui sont associés à un effondrement ou à d'autres formes similaires de défaillance structurale. par exemple. Sauf disposition particulière codifiée (ou spécifiée). NOTE : Il est possible de se dispenser de la vérification de l'un des deux états-limites si l'on dispose d'informations suffisantes prouvant que les exigences vis-à-vis d'un état-limite sont couvertes par celles relatives à l'autre. (2) C Sont ainsi traités comme états-limites ultimes. des états-limites correspondant à un certain degré de plastification de l'ensemble de la structure ou en un point de celle-ci. 3) P Les états-limites ultimes concernent : — la sécurité de la structure et de son contenu . pour des raisons de simplification. toute défaillance provoquée par la fatigue doit être considérée comme se rattachant à un état-limite ultime. 4) Les états-limites ultimes susceptibles de devoir être pris en compte comprennent : — la perte d'équilibre du tout ou d'une partie de la structure.

3) Dans des cas exceptionnels.4 Calcul aux états-limites — en établissant des modèles structuraux et de charge pour les états-limites ultimes et de service. à la durabilité ou à la fonction de la structure . (3) C Au caractère irréversible ou réversible (ou. le confort des personnes . Il convient de les choisir avec prudence et il est recommandé qu'elles conduisent au moins au même niveau de fiabilité pour les divers états-limites que celui qui est implicite dans les coefficients partiels du présent code (voir aussi la section 8).Page 29 ENV 1991-1:1994 3.9)). (2) C Dans les cas où des actions sont caractérisées par des niveaux d'eau. — les dommages (y compris les fissures) susceptibles de nuire à l'aspect.5. 2) P Les exigences en matière d'aptitude au service concernent : — — — le fonctionnement de tout ou partie des constructions . il peut être intéressant de déterminer directement des valeurs de calcul. ainsi que les règles d'application correspondantes.3 États-limites de service 1) P Les états-limites de service correspondent à des conditions au-delà desquelles les exigences d'aptitude au service spécifiées pour une structure ou un élément structural ne sont plus satisfaites. imparfaitement réversible — voir par ailleurs le commentaire 1. 4) Sauf indication contraire. — (4 et 5) C les dommages visibles causés par la fatigue et autres effets liés à la durée. 3. des états-limites en sus de ceux fixés par les Eurocodes. NOTE 2 : Des Principes et des Règles d'application concernant la vérification sont donnés dans la section 9. à savoir combinaisons fréquentes pour des états-limites réversibles (et combinaisons (rares) en cas d'états-limites imparfaitement réversibles). — les vibrations qui nuisent au confort des personnes. Il appartient aux maîtres d'ouvrage de spécifier. selon leurs besoins. 5) Les états-limites de service susceptibles de devoir être pris en compte comprennent : — les déformations et déplacements qui affectent l'apparence ou l'utilisation effective de la structure (y compris le fonctionnement des machines ou des services) ou endommagent des finitions ou des éléments non structuraux . parfois. on peut avoir à considérer des états-limites successifs. ou qui limitent son efficacité . Par ailleurs.2.2).12. . endommagent la structure ou les matériels qu'elle supporte. 3) P Une distinction doit être faite. à prendre en compte dans les diverses situations de projet et cas de charge . combinées à des coefficients partiels et autres coefficients définis dans la section 9 et dans les ENV 1991 à 1999.2. Il s'agit en particulier d'états-limites faisant référence à des dommages structuraux.1 C) d'un état-limite se rattache le choix des combinaisons d'actions à considérer (voir paragraphe 9. NOTE 1 : Le calcul aux coefficients partiels fait l'objet d'une discussion dans l'annexe A. l'aspect.5. Divers états-limites de service sont définis dans les Eurocodes particuliers aux divers modes de construction. entre les états-limites de service réversibles et irréversibles. — en vérifiant que les états-limites ne sont pas dépassés lorsque des valeurs de calcul sont introduites dans les modèles pour les actions. le cas échéant. les valeurs caractéristiques et autres valeurs représentatives de ces niveaux sont à combiner à des quantités additives (voir en 4. il convient que les exigences en matière d'aptitude au service soient déterminées dans les contrats et/ou dans le projet. les propriétés des matériaux et les données géométriques. par exemple la formation puis l'ouverture de fissures. 1) P Le calcul aux états-limites doit se faire : 2) Les valeurs de calcul sont généralement obtenues à l'aide des valeurs caractéristiques ou autres valeurs représentatives (telles qu'elles sont définies dans les sections 4 à 6 et spécifiées dans les ENV 1991 à 1999).

3. ou une accélération imposée. de variations du taux d'humidité. n'est pas par lui-même une action. les charges dues au vent et à la neige . la liberté des actions est couverte par la prise en compte alternative de plusieurs modèles ou dispositions où les actions sont considérées comme fixes. la variation spatiale est limitée. . (2 P b) C (Voir 1. et en particulier pour celles qui sont données ici en exemple. c'est-à-dire une force (charge) appliquée à la structure . Dans beaucoup de cas. c) selon leur nature et/ou la réponse structurale : — les actions statiques. — les actions dynamiques.3. b) selon leur variation spatiale : — les actions fixes.Page 30 ENV 1991-1:1994 Section 4 4. (1 P et 2 P) C Par exemple le retrait du béton est une action indirecte permanente. par exemple.5. par exemple le poids propre . par exemple les charges d'exploitation. 3) Dans de nombreux cas. — les actions libres. qui n'est que l'effet d'un coefficient rhéologique. de tassements différentiels ou de tremblements de terre. En revanche le fluage. Pour beaucoup d'actions libres. — ou une action indirecte.5. — les actions variables (Q).3). les effets dynamiques des actions peuvent être pris en compte en tant qu'actions quasi-statiques par augmentation de la grandeur des actions statiques ou introduction d'une action statique équivalente (voir l'article 7. 2) P Les actions sont classées en distinguant : a) selon leur variation temporelle : — les actions permanentes (G). c'est-à-dire une déformation imposée ou entravée. qui ne causent pas d'accélération significative de la structure ou d'un élément structural . par exemple les explosions ou les chocs de véhicules . par exemple poids propre des structures. les charges dues au vent ou à la neige .7). qui provoquent une accélération significative de la structure ou d'un élément structural.1 C Actions et influences de l’environnement Principales classifications Les définitions correspondant à ces diverses classifications sont données en 1. par exemple les charges mobiles d'exploitation. résultant. 1) P Une action (F) est : — une action directe. équipements fixes et revêtements de chaussée . — les actions accidentelles (A). de changements de température.

Gind (par exemple un tassement d'appui). Des informations détaillées sont fournies dans les ENV 1992.sup le fractile [0.8 ci-dessus et 9.inf est le fractile [0. 6) Les actions indirectes sont soit permanentes.inf.1]. il convient de les traiter en conséquence. (4 et 5) C Pour l'application pratique de ces paragraphes. deux valeurs doivent être utilisées. Pour certaines actions (actions à composantes multiples) et certaines vérifications (par exemple de l'équilibre statique). soit variables. la variabilité de G peut être présumée faible si G ne varie pas de façon significative pendant la durée d'utilisation de projet de la structure et si son coefficient de variation n'est pas supérieur à [0. Toutefois. NOTE : Les dispositions peuvent être spécifiées par l'autorité compétente. Qind (par exemple les effets de la température) . la représentation par un ou plusieurs scalaires nécessite d'être complétée par les dispositions des charges à prendre en compte (voir paragraphes 1. 3) P La valeur caractéristique d'une action permanente doit être déterminée de la façon suivante : — si la variabilité de G est faible. — si la variabilité de G n'est pas faible.95] de la distribution statistique de G que l'on peut supposer être gaussienne.2).1 6) et 7) ci-après). deux valeurs doivent être utilisées — une valeur supérieure Gk. on trouvera certaines indications en annexe C (Voir article C. . en tant que valeur moyenne. 1993 et 1994. (7) C Pour les actions libres. sa grandeur étant dans les cas les plus banals représentée par un unique scalaire qui peut revêtir plusieurs valeurs représentatives. dans les cas où la structure est très sensible aux variations de G (par exemple pour certaines sortes de structures en béton précontraint). 2) P Les valeurs caractéristiques des actions Fk doivent être spécifiées : — dans les Parties concernées de l'ENV 1991. — au niveau du projet. pourvu que les dispositions spécifiées dans l'ENV 1991 soient respectées.5. par exemple les actions sismiques et les charges dues à la neige. une valeur unique de Gk peut être utilisée . même si le coefficient de variation est faible.2 Valeurs caractéristiques des actions 1) P La valeur caractéristique d'une action est sa principale valeur représentative. peuvent être considérées comme accidentelles et/ou variables. la grandeur est représentée par plusieurs scalaires. ou de certaines de ses valeurs. y compris la signification exacte du symbole Gk. pour les vérifications d'aptitude au service).2. se reporter aux Eurocodes particuliers. 4. Pour les actions dynamiques. en fonction du lieu (voir les autres Parties de l'ENV 1991). on peut supposer que : — Gk est la valeur moyenne . 5) Dans la plupart des cas. Pour les vérifications relatives à la fatigue et l'analyse dynamique. une représentation plus complexe de la grandeur de certaines actions peut être nécessaire. 4) Dans la plupart des cas. 5) La précontrainte (P) est une action permanente. — Gk. valeur supérieure ou inférieure ou valeur nominale (ne faisant pas référence à une distribution statistique connue) . (4) C Le classement comme accidentelle d'une action ou éventuellement de certaines de ses valeurs extrêmes a comme conséquence l'identification et la valeur des coefficients partiels de sécurité à appliquer et de diverses règles de prise en compte (par exemple celles relatives au modèle d'analyse à utiliser) ou de non-prise en compte (notamment absence de prise en compte de l'action. 7) Une action est décrite par un modèle.05] et Gk.Page 31 ENV 1991-1:1994 4) Certaines actions.sup et une valeur inférieure Gk.

ce qui est susceptible d'influer sur la probabilité d'un dépassement pour l'action totale résultante. et de 0. — soit à une valeur nominale qui peut être spécifiée dans les cas où il n'existe pas de distribution statistique connue. sont généralement très supérieures et. dans le cas des actions naturelles. à peu près à la limite actuellement susceptible d'être déterminée par une approche statistique. . Ces valeurs sont ainsi homogènes avec celles qui sont fixées de façon nominale. Encore reste-t-il à choisir un niveau de confiance et à distinguer.01 en un an. — la durée de référence est d'[une] année. être représenté par une valeur caractéristique unique et être calculé sur la base des dimensions nominales et des masses unitaires moyennes. charges de circulation) dont les valeurs sont fixées globalement à partir des valeurs estimées de leurs effets. les valeurs caractéristiques des actions sont susceptibles de réduction en fonction d'une part de la durée des situations considérées et subsidiairement des informations supplémentaires qu'on peut obtenir en fonction de cette durée (par exemple prévisions météorologiques). notamment pour les actions liées à des activités humaines. (8) C2 Au cours des situations transitoires. Toutefois. Ces valeurs se trouvent dans l'ENV 1991-2. et qui sont en pratique généralement estimées comme ayant une faible probabilité d'être dépassées pendant la durée d'utilisation prévue. en moyenne de l'ordre de plusieurs siècles. quoiqu'elles soient inégales. lorsqu'il y a lieu. (8) A Il ne convient donc. Ceci correspond. De plus. incertitudes diverses comprises. 8) Dans la plupart des cas de valeurs caractéristiques d'actions variables. dans la plupart des cas.1 en dix ans. diverses populations statistiques. que : — la probabilité recherchée est de [0. L'absence de stationnarité de beaucoup de phénomènes sur de longues durées.98] . on peut admettre à propos de la partie variable au cours du temps. telles qu'elles résultent des Codes en vigueur ou en préparation. dans certains cas. en aucun cas de considérer une période moyenne de retour de 50 ans comme une valeur-cible pour la détermination des valeurs caractéristiques des actions variables elles-mêmes. ne permettent pas de considérer de longues «périodes moyennes de retour» comme des mesures des récurrences. 7) P Pour les actions variables. la valeur caractéristique (Qk) correspond : — soit à une valeur supérieure ou inférieure correspondant à une probabilité recherchée de ne pas être dépassée vers le haut ou vers le bas pendant une certaine durée de référence . et d'autre part du risque encouru en cas de dépassement des valeurs caractéristiques retenues. des valeurs de calcul peuvent devoir être choisies pour d'autres variables du modèle d'action. Mais les marges implicites incluses dans les modèles ou résultant des cartes climatiques font que les périodes moyennes de retour des actions elles-mêmes (exemple pression du vent ou poids de la neige). Il doit par ailleurs être bien compris que les «périodes moyennes de retour» dont il s'agit ne sont que des invariants mathématiques traduisant par exemple l'équivalence de probabilités de dépassement de 0. et les incertitudes d'évaluation.Page 32 ENV 1991-1:1994 6) Le poids propre de la structure peut. C'est également à des périodes moyennes de retour de plusieurs siècles (jusqu'à 1 000 ans) que correspondent les valeurs caractéristiques des actions d'origine humaine (par exemple. Des valeurs sont données dans les ENV 1991-2 et 1991-3. (8) C1 Les indications numériques données ici correspondent à une période moyenne de retour de 50 ans pour la partie variable du modèle (exemple vitesse de référence du vent ou hauteur de neige) ayant fait l'objet de mesures. la nature de l'action fait qu'une durée de référence différente est plus appropriée.

les modèles des actions correspondant à diverses valeurs représentatives pouvant être eux-mêmes différents. l'action caractéristique est représentée par des groupes de valeurs qui doivent être pris en compte alternativement dans les calculs. 12) Des informations relatives aux actions accidentelles résultant d'un incendie sont données dans l'ENV 1991-2-2. de tenir compte des marées. NOTE : Pour les méthodes servant à déterminer Ψo. le cas échéant. les valeurs de calcul Ad des actions accidentelles sont déterminées directement sans passer par l'intermédiaire de valeurs caractéristiques Ak. . 3) P La valeur fréquente est déterminée de façon à limiter à une valeur donnée : — la durée totale pendant laquelle elle est dépassée. 14) Des valeurs caractéristiques à utiliser comme valeurs de calcul pour des actions accidentelles sur les ponts. la partie choisie peut être de 0. les autres valeurs représentatives d'une action variable sont : — la valeur quasi-permanente. On peut citer. 15) Pour les actions à composantes multiples (voir 4.Page 33 ENV 1991-1:1994 9) Il convient normalement que les actions dues à l'eau soient basées sur des niveaux d'eau et incluent un paramètre géométrique permettant de prendre en compte la fluctuation du niveau de l'eau.3 3) soit sélectionnée en prenant bien en compte la nature de construction concernée et l'objet des calculs. (15) C Les actions à composantes multiples sont nombreuses. sont données dans l'ENV 1991-3. généralement représentée par un produit Ψ2Qk (1 P) C La notion même de «coefficient Ψ» n'a pas de valeur conceptuelle générale. des courants et des vagues. 10) La valeur représentative des actions accidentelles est généralement une valeur caractéristique A k correspondant à une valeur spécifiée. 5) P La valeur quasi-permanente est déterminée de manière à ce qu'au cours d'un intervalle de temps donné. à titre d'exemples significatifs. généralement représentée par un produit ΨoQk Ψ1Qk 1) P Le plus souvent. 4. 11) Des valeurs d'Ak pour les explosions et certains chocs sont données dans l'ENV 1991-2-7. de freinage) et les séismes (composantes en x. peuvent intervenir pour le choix de Ψo. centrifuge. 2) P Les valeurs de combinaison sont associées à l'emploi de combinaisons d'actions. au cours d'un intervalle de temps donné . z et de rotation). ayant pour origine la circulation. voir annexe A. 13) Des valeurs d'AEk pour les actions sismiques sont données dans l'ENV 1998-1. le temps total pendant lequel elle est dépassée. Il convient. 4) Il convient que la partie de l'intervalle de temps choisi ou la fréquence mentionnés en 4. (2 P) C D'autres considérations que probabilistes. — ou la fréquence de son dépassement. par exemple juridiques. À moins que des valeurs différentes ne soient spécifiées. généralement représentée par un produit — la valeur fréquente. (10 à 14) C En règle générale. y.05 ou la fréquence de 300 par an pour des bâtiments ordinaires. afin de prendre en compte la probabilité réduite d'une occurrence simultanée des valeurs les plus défavorables de plusieurs actions indépendantes.3 Autres valeurs représentatives des actions variables et accidentelles — la valeur de combinaison.1 7)). et comme indiqué dans la section 9. représente une partie considérable de l'intervalle de temps donné. les charges de circulation (composantes gravitaire.

4. Elle peut. — ou. en spécifiant des états-limites (par exemple des états-limites de fissuration) ou situations de projet et les données supplémentaires correspondantes (par exemple une épaisseur de matériau perdue par corrosion). 7) P Ces valeurs représentatives et la valeur caractéristique servent à définir les valeurs de calcul des actions et les combinaisons d'actions. La prise en compte des influences de l'environnement dans les projets est limitée à ce qu'on peut en connaître au stade du projet. Les influences de l'environnement ne peuvent pas être prises en compte de la même manière que les actions (par les mêmes valeurs représentatives ni dans les mêmes combinaisons) du fait que leur effet n'est pas instantané. (8) I Rayer. la référence à l'annexe A. Les valeurs de combinaison servent à la vérification des états-limites ultimes et des états-limites irréversibles de service. selon les cas. dans les cas où la valeur retenue aurait un effet non négligeable sur l'effet étudié. — soit. La valeur quasi-permanente peut aussi être déterminée en tant que valeur moyenne au cours de l'intervalle de temps choisi. 8) Pour certaines structures ou certaines actions. dans les ENV 1992 à 1999. être faite de trois manières : — soit. Les ENV 1992 à 1999 spécifient les mesures appropriées. Les valeurs quasi-permanentes servent également au calcul des effets à long terme des états-limites de service. l'incertitude qui règne sur sa valeur exacte peut conduire à la dédoubler en une valeur estimée supérieure et une valeur estimée inférieure. par agressivité chimique favorisant par exemple la corrosion des aciers. que l'on prendra respectivement en compte selon le caractère défavorable ou favorable de l'action concernée. ou biologique favorisant par exemple la pourriture du bois par variation de sa teneur en eau. (4 et 6) C Ces paragraphes sont à considérer comme de simples commentaires ne pouvant permettre de réduire les valeurs données par ailleurs lorsqu'elles sont défavorables. et éventuellement d'autres états ultimes vis-àvis desquels des tassements d'appui seraient à prendre en compte. NOTE : Des informations supplémentaires concernant la spécification et la combinaison des actions figurent à l'annexe A et dans d'autres Parties de l'ENV 1991. dans les autres cas.4 Influences de l’environnement 1) P Les influences de l'environnement. par exemple la charge de fatigue et le nombre de cycles si la fatigue est prise en compte. Les mesures spécifiées dans les ENV 1992 à 1999 se limitent à celles qui sont à prendre dans les projets de structures. susceptibles d'affecter la durabilité de la structure. Des règles plus détaillées concernant l'emploi des valeurs représentatives sont données. quoiqu'elle soit en principe unique et déterminée.Page 34 ENV 1991-1:1994 6) La partie de l'intervalle de temps donné mentionnée en 4. sans conséquence sur le dimensionnement structural . dans la Note. (7 P) C En réalité les valeurs quasi-permanentes servent également pour la vérification d'états-ultimes sensibles au fluage (par exemple EC 2 pour les vérifications relatives au flambement). de leur spécification et de la conception structurale d'ensemble et de détail. (8) C 4. par exemple.4. Les valeurs fréquentes et quasi-permanentes sont utilisées pour la vérification des états-limites ultimes mettant en jeu des actions accidentelles et pour la vérification des états-limites réversibles de service. C Cet article vise les influences de l'environnement sur la durabilité des ouvrages. comme expliqué dans la section 9. Un exemple type peut être trouvé dans l'EC 1-3 (valeur rare ψ'1 Qk). par des mesures de protection ou d'assurance de la qualité.3 5)P peut être prise égale à [0. Se reporter au paragraphe 9. d'autres valeurs représentatives ou d'autres types de description des actions peuvent se révéler nécessaires. En ce qui concerne la valeur quasi-permanente. par les dispositions constructives qui y sont définies .5]. . lorsque spécifié dans les EC-DAN. doivent être prises en compte dans le choix des matériaux structuraux. mais progressif et cumulatif.

une valeur nominale peut être utilisée . considérées comme fragiles et dont on veut. (2) C Les paramètres de rigidité de nature structurale sont essentiellement les modules d'élasticité. 6) Des valeurs des propriétés des matériaux sont données dans les ENV 1992 à 1999. Les valeurs de calcul supérieures peuvent aussi servir à apprécier les limites possibles de certains autres comportements structuraux. il convient que les valeurs caractéristiques soient définies comme le fractile 5 % pour les paramètres de résistance et comme la valeur moyenne pour les paramètres de rigidité. Lorsqu'une estimation de la valeur supérieure de la résistance est nécessaire (par exemple pour la résistance à la traction du béton. voir l'annexe D. afin de calculer les effets des actions indirectes). cette valeur caractéristique par le γM habituel. Le motif pour lequel les paramètres de rigidité sont le plus souvent représentés par une valeur moyenne est que. exclure la plastification sous actions extrêmes. 5) Si l'on manque d'informations relatives à la distribution statistique de la propriété. il convient généralement de prendre en compte une valeur nominale supérieure de la résistance. Un facteur de conversion doit être appliqué lorsqu'il est nécessaire de convertir les résultats d'essais en valeurs supposées représenter le comportement du matériau dans la structure ou le sol (voir aussi les ENV 1992 à 1999). selon les cas. (4) C À défaut de valeur caractéristique supérieure connue. Dans la plupart des cas. NOTE : Pour les règles opérationnelles. pour une propriété particulière. Lorsqu'ils peuvent être défavorables à un degré significatif. Pour la fatigue. il est couramment fait référence. Des valeurs différentes peuvent parfois être adoptées en fonction du type de problème considéré. il convient de leur attribuer une valeur choisie du côté de la sécurité. à un fractile spécifié de la distribution statistique supposée des propriétés du matériau dans la structure. les coefficients de fluage. 4) La résistance d'un matériau peut comporter deux valeurs caractéristiques. 3) P Les valeurs des propriétés des matériaux doivent normalement être déterminées à partir d'essais normalisés réalisés dans des conditions spécifiées. il serait possible d'en déduire la valeur de calcul en multipliant. des informations sont fournies à l'annexe B.Page 35 ENV 1991-1:1994 Section 5 Propriétés des matériaux 1) P Les propriétés des matériaux (y compris le sol et la roche) ou des produits sont représentées par des valeurs caractéristiques correspondant à la valeur de la propriété ayant une probabilité donnée de ne pas être atteinte lors d'une hypothétique série d'essais illimitée. lorsque l'équation de l'état-limite n'est pas sensible à sa variabilité de façon significative. par exemple les effets de la résistance du béton à la traction. à la valeur caractéristique inférieure ou moyenne. Elles sont d'application particulièrement fréquente en génie parasismique et en présence de certaines actions accidentelles. ils peuvent être favorables ou défavorables. des marges de sécurité doivent couvrir les conséquences de leur variabilité. il suffira de prendre en compte la valeur inférieure. les coefficients de dilatation thermique et les coefficients de retrait. . de manière à assurer un caractère suffisamment ductile aux défaillances structurales éventuelles. quand leur caractère défavorable est reconnu (par exemple pour l'évaluation d'effets du 2e ordre). Ces règles consistent à faire en sorte que la résistance de calcul supérieure de ces zones ne puisse excéder la résistance de calcul inférieure de zones voisines. 2) Sauf indication contraire dans les ENV 1992 à 1999. ainsi que les valeurs des résistances à partir desquelles certains de ces paramètres sont évalués. Les valeurs de calcul supérieures servent essentiellement à l'application pratique des règles de «dimensionnement en capacité» prédétermination des zones susceptibles de plastification). Dans le cas où une valeur caractéristique supérieure serait connue. en conséquence. au lieu de la diviser. avec un coefficient de sécurité spécifique. une valeur moyenne peut être choisie comme valeur caractéristique. Elles correspondent généralement. éventuellement sous réserve de certaines conditions. l'une supérieure et l'autre inférieure. En particulier.

Page 36 ENV 1991-1:1994

Section 6

Données géométriques

1) P Les données géométriques sont représentées par leurs valeurs caractéristiques ou, dans le cas d'imperfections, directement par leurs valeurs de calcul. 2) Les valeurs caractéristiques correspondent habituellement aux dimensions spécifiées dans le projet. 3) Le cas échéant, les valeurs de grandeurs géométriques peuvent correspondre à un fractile prescrit de la distribution statistique. (3) C
L'application de cette clause suppose l'identification d'une population statistique suffisamment homogène. Le cas peut se présenter pour certaines préfabrications industrielles et concerne par exemple la position d'armatures, dont les écarts sont habituellement couverts par les coefficients γM.

4) P Les tolérances pour les pièces à assembler faites de différents matériaux doivent être compatibles entre elles. Des imperfections à prendre en compte pour le dimensionnement des éléments structuraux sont données dans les ENV 1992 à 1999.

Page 37 ENV 1991-1:1994

Section 7
7.1

Modélisation pour l'analyse et la résistance structurales

Généralités

1) P Les calculs doivent être effectués à l'aide de modèles appropriés incluant les variables utiles. Les modèles doivent permettre de prédire le comportement structural et les états-limites concernés. 2) Il convient en règle générale que les modèles utilisés reposent sur une théorie et une pratique établies, vérifiées expérimentalement si besoin est. NOTE : Des informations supplémentaires sont fournies dans les annexes C et D.

7.2

Modélisation en cas d'actions statiques

1) La modélisation en cas d'actions statiques doit normalement reposer sur un choix approprié des relations force-déformation dans les éléments et leurs assemblages. 2) Il convient de prendre en compte les effets des déplacements et des déformations dans le cadre de la vérification des états-limites ultimes (y compris de l'équilibre statique), s'ils se traduisent par une augmentation de l'effet des actions supérieure à 10 %. 3) Les modèles d'analyse structurale pour les états-limites de service et de fatigue peuvent en général être linéaires.

7.3

Modélisation en cas d'actions dynamiques

1) Lorsqu'il est possible de considérer des actions dynamiques comme quasi-statiques, leurs parties dynamiques sont prises en compte de deux manières : soit elles sont incluses dans les valeurs statiques, soit des coefficients de majoration dynamique équivalents sont appliqués aux actions statiques. Pour certains coefficients de majoration dynamique équivalents, les fréquences naturelles doivent être déterminées. 2) Dans certains cas (par exemple pour les vibrations causées par des vents latéraux ou pour les actions sismiques), les actions peuvent être définies au moyen d'une analyse modale basée sur un comportement du matériau et un comportement géométrique linéaires. Pour les structures régulières, pour lesquelles seul le mode fondamental est pertinent, une analyse modale explicite peut être remplacée par une analyse prenant en compte des actions statiques équivalentes fonctions de la forme du mode, de la fréquence naturelle et de l'amortissement. (2) C
Les comportements linéaires, géométriques notamment, ne sont pas toujours postulables pour les basses fréquences d'excitation auxquelles sont associées de grandes amplitudes de déplacements. C'est notamment le cas dans la détermination des sollicitations sismiques affectant les structures (voir article 4.2.2 de l'ENV 1998-1-2).

3) Dans certains cas, les actions dynamiques peuvent être introduites sous forme de fonctions du temps ou des fréquences, auxquels cas la réponse structurale peut être déterminée par des méthodes appropriées. NOTE : Lorsque des actions dynamiques peuvent provoquer des vibrations susceptibles d'excéder des états-limites de service, des indications sur la manière de vérifier vis-à-vis de ces états-limites peuvent être trouvées dans l'annexe C, ainsi que les modèles de certaines actions.

Page 38 ENV 1991-1:1994

7.4

Modélisation en cas d'actions d'incendie

1) P L'analyse structurale pour les calculs liés aux incendies doit être effectuée à l'aide de modèles adaptés à la situation d'incendie, incluant les actions thermiques et mécaniques, et représentant le comportement structural à températures élevées. L'analyse peut être assistée par des essais. 2) Pour les situations de projet d'incendie, se reporter à l'ENV 1991-2 qui traite des actions thermiques en termes : — d'expositions à un incendie nominal (normalisé) ; — et d'exposition à un incendie paramétrique ; et de règles spécifiques s'appliquant aux actions mécaniques. (2) C
Voir le DAN de l'ENV 1991-2.2 quant aux diverses façons de traiter des actions thermiques. Il introduit en particulier la notion d'incendie calculé, plus générale que celle d'incendie paramètré.

3) Il convient de déterminer le comportement structural à températures élevées conformément aux ENV 1992 à 1996 et à l'ENV 1999, qui donnent des modèles thermiques et structuraux pour l'analyse. En fonction du matériau et de la méthode d'évaluation : — les modèles thermiques peuvent être basés sur l'hypothèse d'une température uniforme dans les sections transversales, ou peuvent engendrer des gradients thermiques dans les sections transversales et le long des éléments ; — les modèles structuraux peuvent être limités à l'analyse des éléments ou prendre en compte l'interaction entre les éléments lors d'une exposition au feu. Le comportement des matériaux ou des sections à températures élevées peut être modélisé comme étant linéaire-élastique, rigide-plastique ou non-linéaire. 4) Les données présentées sous forme de tableaux dans les ENV 1992 à 1996 et l'ENV 1999 ont été obtenues principalement à partir de résultats d'essais ou de simulations numériques basées uniquement sur l'action telle que décrite dans l'exposition à l'incendie normalisé.

4) Lorsque les ENV 1991 à 1999 comportent des marges implicites de sécurité pour des situations comparables. dans ces cas. les valeurs de calcul peuvent être obtenues à partir des essais. que celui obtenu à partir des règles de calcul spécifiées dans les ENV 1991 à 1999. e) ou f). 2) P Les essais doivent être mis au point et soumis à évaluation de manière à ce que la structure présente le même niveau de fiabilité. in situ ou en laboratoire. il se peut que les résultats ne soient pas disponibles au stade de la conception . NOTE : Certains des articles de la présente section peuvent également se révéler utiles dans les cas où il est nécessaire d'étudier la performance d'une structure existante. (1) f) A La réalisation d'essais de chargement pour contrôle vis-à-vis d'états-limites ultimes n'est possible que dans des cas exceptionnels et moyennant des précautions strictes. (4) A Ajouter à la 3e ligne. habituellement négligé dans les calculs. 2) Les résultats des essais de type a). . par exemple les essais en soufflerie. les essais de matériaux nouveaux . L'annexe D ne saurait autoriser à déroger aux réglementations en vigueur en France concernant de tels essais. b) ou c) peuvent être disponibles au stade de la conception . pour tous les états-limites et situations de projet possibles.Page 39 ENV 1991-1:1994 Section 8 8. 3) Il convient que les échantillons à tester et les conditions des essais soient représentatifs. d) les essais permettant de contrôler la qualité des produits livrés ou l'homogénéité des caractéristiques de production. L'effet de la résistance à la traction sur la résistance à la flexion de poutres en béton. par exemple la précontrainte par post-tension ou l'état du terrain . ces marges doivent être prises en compte pour l'évaluation des résultats d'essai et peuvent donner lieu à des corrections. e) les essais effectués en cours d'exécution en vue de prendre en compte des conditions réelles. par exemple les essais d'incendie . les essais sur des prototypes de taille réelle ou sur des maquettes . par exemple les essais de chargement pour les états-limites ultimes ou les états-limites de service. par exemple les essais de sols.1 Dimensionnement assisté par l'expérimentation Généralités 1) P Lorsque les règles de calcul ou les propriétés de matériaux données dans les ENV 1991 à 1999 sont insuffisantes ou lorsque des essais sur des prototypes permettent de réaliser des économies. 8. après «corrections».2 Types d’essais 1) On distingue les types d'essais suivants : a) les essais destinés à déterminer directement la résistance ultime ou les propriétés d'aptitude au service d'éléments structuraux. aux critères d'acceptation. les valeurs de calcul correspondent alors à la partie de la production dont on attend qu'elle satisfasse. c) les essais destinés à réduire les incertitudes sur les paramètres des modèles de charge ou de résistance. b) les essais permettant de déterminer des propriétés spécifiques de matériaux. Pour les essais de type d). en est un exemple. «de ces résultats». le dimensionnement peut être effectué en partie sur la base d'essais. f) les essais de contrôle destinés à vérifier le comportement de la structure ou d'éléments structuraux après leur achèvement. à un stade ultérieur. (1 P Note) C Cette note vise essentiellement les cas où il est possible de faire des essais destructifs et statistiques sur des prélèvements effectués sur des parties répétitives de structures existantes. par exemple les essais sur éprouvettes de béton . y compris la présente Partie de l'ENV 1991.

(4 Note) C Il suffit de se reporter directement à l'annexe D. comme : i ii — les effets de la date et de la durée d'application des charges . — la classification de la durée d'utilisation de projet pour la structure concernée. conformément à la section 2 . 3) Lorsque dans des cas spéciaux la méthode b) est utilisée. — les incertitudes statistiques et de modélisation . Il convient de choisir le coefficient partiel utilisé dans la méthode a) de telle sorte qu'il y ait suffisamment de similitude entre les essais considérés et le champ d'application habituel du coefficient partiel utilisé pour les vérifications numériques (voir aussi 3. iii — les distorsions dues aux conditions d'environnement. pour la détermination des valeurs de calcul. 2. qu'on divise par un coefficient partiel et éventuellement qu'on multiplie par un coefficient de conversion explicite . — la connaissance préalable de cas ou de calculs similaires. de chargement et de conditions aux limites . NOTE : Voir aussi les annexes A et D.4). . les éléments suivants : — les états-limites concernés . il convient de prendre en compte : 1. — le niveau de fiabilité requis . 2) La méthode a) est celle qu'il convient généralement d'utiliser.3 Détermination des valeurs de calcul 1) P La détermination par essais des valeurs de calcul pour une propriété de matériau. les facteurs de conversion implicites ou explicites résultant d'influences insuffisamment couvertes par les essais. — la compatibilité avec les hypothèses pour le côté actions . en prenant en compte implicitement ou explicitement les aspects de conversion et la fiabilité totale requise. iv — la façon dont les coefficients de sécurité sont appliqués sous forme de coefficients partiels ou d'éléments additionnels pour déterminer les valeurs de calcul (voir 9. b) par la détermination directe de la valeur de calcul.Page 40 ENV 1991-1:1994 8. un paramètre de modèle ou une valeur de résistance peut se faire de l'une des façons suivantes : a) en déterminant une valeur caractéristique. 4) On peut trouver des informations complémentaires dans les ENV 1992 à 1999. il convient de prendre en compte. la dispersion des données d'essais . l'incertitude statistique résultant d'un nombre limité d'essais . 3.3). Pour ce qui est de la détermination d'une valeur caractéristique à partir d'essais. de volumes et de longueur . — les effets d'échelle.

des propriétés de matériaux et des données géométriques sont introduites dans les modèles de calcul. (4 et 5) C Lorsque des actions libres sont à considérer. D'autres vérifications peuvent également se révéler nécessaires pour des structures particulières. par exemple. il faut déterminer les valeurs de calcul des effets des actions combinées.5. 2) P Il faut.1 Vérification par la méthode des coefficients partiels Généralités 1) P Dans les ENV 1992 à 1999. 6) Une disposition de charge identifie l'emplacement. on obtient la fiabilité rattachée au concept d'état-limite en appliquant la méthode des coefficients partiels. dans toutes les situations de projet concernées. 8) Les valeurs de calcul utilisées pour différents états-limites peuvent être différentes . des dispositions de charge inégalement probables sont associées à différentes valeurs représentatives. d'ensembles de déformations et d'imperfections à prendre en compte simultanément pour une vérification particulière.Page 41 ENV 1991-1:1994 Section 9 9. pour des raisons physiques. Des indications détaillées sont fournies dans les Parties concernées de l'ENV 1991 et des ENV 1992 à 1999. les dispositions de charge qui y sont définies donnent le moyen d'appliquer la section 7. on vérifie que. b) et que les effets des actions de calcul ne dépassent pas les critères de performance correspondant à l'état-limite de service. . Pour chaque cas de charge critique. 7) Il convient de considérer la possibilité d'écarts par rapport aux directions ou aux emplacements prévus pour les actions. Par cette méthode. 3) P Les situations de projet retenues doivent être prises en compte et les cas de charge critiques identifiés. les modalités de leur prise en compte simultanée sont définies pour les ensembles des combinaisons et des cas de charges associés. en particulier vérifier que : a) les effets des actions de calcul ne dépassent pas la résistance de calcul de la structure à l'étatlimite ultime . elles sont spécifiées dans la présente section.2. 5) Des règles concernant la combinaison d'actions indépendantes dans des situations de projet sont données dans la présente section. par exemple en ce qui concerne la fatigue. Les règles concernant les différentes dispositions pour une action individuelle sont données dans les ENV 1991-2.8 ci-dessus. Lorsqu'il y a lieu. Voir par ailleurs 1. 1991-3 et 1991-4. Il convient de ne pas prendre en compte dans une même combinaison les actions qui ne peuvent pas se produire simultanément. 4) Un cas de charge identifie les dispositions compatibles de charges. les états-limites ne sont pas dépassés lorsque les valeurs de calcul des actions. (6 et 7) C Pour les actions libres décrites dans les autres Parties de l'EC 1. NOTE : Voir aussi les annexes A et B. la grandeur et la direction d'une action libre.

— en spécifiant des règles de dispositions constructives et/ou des dispositions permettant de satisfaire. ψ1 Qk. par expérience ou à partir de critères particuliers. Cette clause est à considérer comme Règle d'application et non comme Principe. les étatslimites inhabituels. Des modifications concernant l'analyse non-linéaire et la fatigue sont exposées dans d'autres Parties de l'ENV 1991 et dans les ENV 1992 à 1999. telle que spécifié pour les bâtiments en 9. — des incertitudes relatives à l'évaluation des effets des actions . . on peut considérer que l'annexe A fournit des informations d'arrière-plan.1 Valeurs de calcul Valeurs de calcul des actions 1) P La valeur de calcul Fd d'une action s'exprime sous forme générale par : F d = γ F F rep où : γF est le coefficient partiel de l'action considérée.5. Ceci couvre les cas où les effets dynamiques sont déterminés à l'aide de charges quasi-statiques équivalentes et de coefficients de majoration dynamique. l'annexe A donne des indications.4. les valeurs de calcul des actions particulières s'expriment comme suit : Gd = γG Gk ou Gk Qd = γQ Qk .Page 42 ENV 1991-1:1994 9.2 Limitations et simplifications 1) Les Règles d'application de l'ENV 1991-1 sont limitées aux états-limites ultimes et aux états-limites de service des structures soumises à des charges statiques. Dans les cas où les Eurocodes donnent des règles adéquates.5 et 9. qui tient compte : — de la possibilité d'écarts défavorables au niveau des actions .5 .1) (1 P) C Elle fait en effet l'objet d'exceptions (par exemple actions dues à la pression de l'eau et certaines actions dynamiques). par exemple pour le vent. ψ2 Qk ou Qk Ad = γ A Ak (9. 9.3. (9.5 à l'EC 1-1 définitif et à l'EC 8 DAN. qu'ils peuvent être critiques pour le dimensionnement . — en effectuant une vérification simplifiée pour les états-limites ultimes et/ou les états-limites de service. 2) Il est possible de recourir à une vérification simplifiée fondée sur le concept d'état-limite : — en ne prenant en compte que les états-limites et les combinaisons de charges dont on sait. — de la possibilité d'une modélisation imprécise des actions . les structures particulières. Frep (1 P) I est la valeur représentative de l'action.2) ou Ad Pd = γp Pk ou Pk AEd = AEd 2) C En ce qui concerne la signification et l'usage de A Ek et A Ed se reporter en 1. les exigences en matière de sécurité et d'aptitude au service. sans passer par des calculs. γQ ψ0 Qk. 2) Selon le type de vérification et les procédures de combinaison. NOTE : Pour les cas où les ENV 1991 à 1999 ne fournissent pas de règles adéquates en matière de vérification. notamment pour les nouveaux matériaux.3 9.

une partie ou même parfois la totalité de la marge nécessaire de sécurité est incluse dans ces valeurs. et Xd1. (9. … ) où : Fd1..sup et Gk. . 9. deux coefficients partiels différents doivent être utilisés.2 2) déroge à ce paragraphe. … X d1 . il est possible. 3) Pour une analyse non-linéaire. des données géométriques et. b) lorsque l'effet augmente moins que l'action. 4) Pour les actions sismiques. en adoptant le moyen qui procure le plus de sécurité..3. le coefficient partiel s'applique à l'effet de la valeur représentative de l'action. 2) Dans certains cas. des propriétés des matériaux : E d = E ( F d1 . X d2 . Ceci peut conduire à l'application d'un coefficient d'incertitude de modélisation.3.3) 1P) C En effet le paragraphe 9. 3)P A Cependant.inf sont distinguées.3. en particulier pour l'analyse non-linéaire. les déformations unitaires et les déplacements).3. F d2 . d'appliquer les règles simplifiées ci-dessous : a) lorsque l'effet augmente davantage que l'action. sont choisis conformément à 9..2 et 9. … a d1 .. 9.3.Page 43 ENV 1991-1:1994 3) P Lorsqu'il est nécessaire de distinguer les effets favorables d'actions permanentes de leurs effets défavorables.. lorsqu'en application de 4. la valeur de calcul de l'effet des actions (E d) se détermine à partir des valeurs de calcul des actions. dans le cas où une action unique est prédominante. ad1.2 3) à 6) deux valeurs caractéristiques Gb. 1 P) I Ce paragraphe est à considérer comme Règle d'application et non comme Principe.. il convient de prendre en compte de façon explicite les effets des incertitudes relatives aux modèles utilisés pour les calculs. la valeur de calcul peut dépendre des caractéristiques du comportement structural (voir l'ENV 1998).2 Valeurs de calcul des effets des actions 1) P Les effets des actions (E) sont les réponses de la structure aux actions (par exemple les forces internes et les moments. les contraintes. appliqué soit aux actions. soit à leurs effets. on désigne par γf en général (γg ou γq) les coefficients partiels appliqués aux actions. il est nécessaire d'utiliser des méthodes plus élaborées qui sont définies dans les Eurocodes concernés (par exemple pour les structures précontraintes).1. . Le coefficient γSd peut représenter des incertitudes du modèle d'action. et on appelle valeurs de calcul des actions les produits des valeurs représentatives par γf (non par γF). le coefficient partiel s'applique à la valeur représentative de l'action . a d2 . Pour un cas de charge spécifique. c'est-à-dire lorsque l'effet n'est pas proportionnel à l'action. γSd. Dans d'autres cas. le cas échéant. et/ou du modèle de l'effet.4. 2) A En cas d'introduction d'un coefficient séparé γsd. . respectivement.. .

par inclusion dans le coefficient γc. la conversion est prise en compte implicitement par la valeur caractéristique ellemême ou par γM.85. pour transformer la résistance instantanée du béton en résistance sous charge soutenue. — explicitement. Des valeurs de ∆a figurent dans les ENV 1992 à 1999. par exemple pour des imperfections dans l'analyse du flambage. en résistance du béton dans la structure . Se référer à ce sujet aux divers EC-DAN et aux documents explicatifs correspondants. 9. — les imprécisions des coefficients de conversion . les valeurs de calcul géométriques sont définies par : ad = anom + ∆a où : ∆a tient compte de l'éventualité d'écarts défavorables par rapport aux valeurs caractéristiques. des coefficients de conversion sont utilisés. . sous forme du coefficient de réduction 0. explicitement ou implicitement : — pour transformer la résistance du béton mesurée sur des cubes en résistance mesurée sur cylindres . etc.3.5) ∆a n'est introduit que lorsque l'influence des écarts est critique. 2) P Dans certains cas où les écarts sur des données géométriques ont un effet significatif sur la fiabilité d'une structure. — les incertitudes concernant les propriétés géométriques et les modèles de résistance .6) (9. donné dans les ENV 1992 à 1999 et qui recouvre : — les écarts défavorables par rapport aux valeurs caractéristiques . (9. (9.3. des effets de l'humidité. C À titre d'exemples. de la température. — implicitement.Page 44 ENV 1991-1:1994 9.4) Dans certains cas. pour transformer la résistance du béton mesurée sur éprouvettes dans des conditions normalisées.3 Valeurs de calcul des propriétés de matériaux 1) P La valeur de calcul Xd d'une propriété de matériau ou de produit se définit généralement par : X d = ηX k ⁄ γ M ou X d = X k ⁄ γ M où : γM est le coefficient partiel pour la propriété du matériau ou du produit.4 Valeurs de calcul des données géométriques 1) P Les valeurs de calcul des données géométriques sont généralement représentées par les valeurs nominales : ad = anom Les ENV 1992 à 1999 présentent des spécifications supplémentaires quand il y a lieu. η est le coefficient de conversion qui tient compte de l'effet de la durée de la charge. des effets de volume et d'échelle.

NOTE : Voir l'annexe A pour information complémentaire. a d2 … . Tel est le cas par exemple pour les états-limites d'instabilité de forme et pour les règles de vérification en capacité (on vérifie qu'une résistance est supérieure à une autre.4 9. le cas échéant.. X d1 .7) (9. doivent être utilisées pour déterminer la résistance de calcul Rd à partir de : R d = R ( a d1 .1 C États-limites ultimes Vérification de l'équilibre statique et de la résistance Dans de nombreux cas d'autres types d'équations d'états-limites sont à prendre en compte..3. 9.7b) (9. les données géométriques et les effets des actions.stb est la valeur de calcul de l'effet des actions déstabilisatrices .dst ≤ E d. a nom  γM     R d = R  X k . sans détermination explicite des valeurs de calcul des variables de base individuelles.4 -4b).7). (9.3.7d) Ceci s'applique aux éléments métalliques. 1) P Lorsque l'on considère un état-limite d'équilibre statique ou de déplacement global de la structure en tant que corps rigide. et aux Eurocodes qui y sont cités. a nom  ⁄ γ R    Xk  R d = R  -----. à partir de : Rd = Rk /γR (9.dst Ed. 2) Les formules opérationnelles de vérification. peuvent prendre l'une des formes suivantes :  Xk  R d = R  -----.4.5 Résistance de calcul 1) P Les valeurs de calcul pour les propriétés des matériaux. etc.4 et celles des Xd en 9.8) Dans certains cas. il faut vérifier que : E d.8) par une formule d'interaction. il peut être nécessaire de remplacer l'expression (9.3. est la valeur de calcul de l'effet des actions stabilisatrices. 2) C Pour l'application de ces diverses formules aux Eurocodes. Voir exemples dans l'EC 8). . aux pieux.stb où : Ed. X d2 … ) où : les valeurs des ad sont définies en 9. basées sur le principe de l'expression (9.3.Page 45 ENV 1991-1:1994 9. a nom  ⁄ γ rd γM   où : γR γm γrd est un coefficient partiel de résistance . et est souvent utilisé simultanément avec un recours à l'expérimentation pour le dimensionnement.. est un coefficient de matériau . se référer dans l'annexe A au paragraphe A.7a) (9. et couvre les incertitudes du modèle de résistance et des propriétés géométriques.7c) 3) La résistance de calcul peut aussi être obtenue directement à partir de la valeur caractéristique de la résistance d'un produit. (9.

valeurs quasi-permanentes des autres actions variables et s'il y a lieu valeur de calcul d'une action accidentelle . C Des précisions sur les actions à considérer comme simultanées sont données dans d'autres Parties de cet Eurocode et dans d'autres Eurocodes et les DAN correspondants. 1) P Pour chaque cas de charge critique. 9. il convient de déterminer les valeurs de calcul des effets des actions (Ed) en combinant. ou qu'une formule est donnée garantissant qu'il en est bien ainsi (voir par exemple dans l'EC 3 le critère de von Mises). de la façon suivante. NOTE : Des erreurs matérielles dans la version anglaise finale du paragraphe 9.1. les valeurs des actions qui se produisent simultanément : a) situations durables et transitoires : Valeurs de calcul des actions permanentes et de l'action variable dominante. il peut être nécessaire de remplacer l'expression (9. (1P b) C Pour l'explication de «s'il y a lieu» dans le cas des situations accidentelles.9) Dans certains cas.4.9) par une formule d'interaction. 2P) C Il y a lieu de comprendre par «formule d'interaction» qu'un vecteur sollicitant. doit se trouver à l'intérieur d'un domaine de sécurité. se reporter en 9. est la résistance de calcul correspondante. par exemple moment et effort normal.4. les règles de combinaison sont applicables non pas au niveau des actions. mais au niveau de leurs effets. donnant à toutes les propriétés structurales leurs valeurs de calcul respectives (9. (1P c) I Remplacer «autres actions variables» par «actions variables» (voir 4.Page 46 ENV 1991-1:1994 2) P Lorsque l'on considère un état-limite de rupture ou de déformation excessive d'une section. .2 A Combinaisons d’actions Dans de nombreux cas.2. b) situations accidentelles : Valeurs de calcul des actions permanentes avec valeur fréquente de l'action variable dominante. un moment ou une combinaison d'une ou plusieurs forces et/ou moments . Voir à ce sujet les règles particulières contenues dans les autres Eurocodes. il faut vérifier que : Ed ≤ Rd où : Ed Rd est la valeur de calcul de l'effet des actions tel qu'une force interne. d'un élément ou d'un assemblage.2 4).4. Les cas de charge à considérer sont identifiés comme décrit en 9.4)). c) situation sismique : Valeurs caractéristiques des actions permanentes avec valeurs quasi-permanentes des autres actions variables et valeur de calcul des actions sismiques. ou une combinaison des contraintes correspondantes. et valeurs de combinaison de calcul des autres actions .1.

La simplification consistant à prendre dans toute combinaison γQi = γQ1 paraît en général acceptable.10 ne permettrait pas toujours de considérer qu'un certain nombre d'états-limites de service sont couverts indirectement par les vérifications relatives aux états-limites ultimes. à utiliser pour les combinaisons d'actions Actions permanentes Gd Durable et transitoire Accidentelle Sismique γG Gk (γP Pk) γGA Gk (γPA Pk) Gk Actions variables indépendantes Qd Dominantes γQ1 Qk1 Ψ11 Qk1 Autres γQi Ψoi Qki Ψ2i Qki Ψ2i Qki γA Ak ou Ad γl AEd Actions accidentelles et sismiques Actions Ad Situation de projet Les combinaisons peuvent être représentées symboliquement de la façon suivante : a) situations de projet durables et transitoires pour vérification des états-limites ultimes autres que ceux liés à la fatigue : ∑ γGj Gkj ″+″ γP Pk ″+″ γQ1 Qk1″+″ ∑ γQi Ψ0iQki j≥1 i>1 (9. A L’usage des formules 9. Bien qu'il apparaisse que dans de nombreux cas des valeurs assez proches de 1 soient suffisantes.10). C b) Combinaisons pour les situations de projet accidentelles : ∑ γGAj Gkj ″+″ γPA Pk ″+″ Ad ″+″ Ψ11 Qk1″+″ ∑ Ψ2i Qki j≥1 i≥1 (9.10 a) et b) en remplacement de la formule 9.10a) et (9. comme ils le sont actuellement. Au stade actuel des valeurs différentes ont été choisies dans les divers ENV-DAN pour le facteur γQi . ∑ γGj Gkj ″+″ γP Pk ″+″ γQ1 Ψ01 Qk1 ″+″ ∑ γQi Ψ0i Qki j≥1 i>1 (9.11) .1 : Valeurs de calcul des actions. Tableau 9.10b) [ξ] est un coefficient de réduction de γGj compris entre 0. cet usage ne peut être admis sans que soient explicitement et contractuellement spécifiées les précautions supplémentaires qui seraient prises en matière de vérifications vis-à-vis d'états-limites de service. au lieu d'appliquer l'expression (9.85 et 1.10) NOTE : Cette règle de combinaison est un amalgame de deux combinaisons de charges distinctes. 3) La procédure de combinaison ci-dessus est représentée au tableau 9.1. En conséquence. sous réserve des conditions définies par les documents nationaux d'application.Page 47 ENV 1991-1:1994 2) Lorsque l'action dominante n'est pas évidente. Voir à ce sujet les prochains ENV-DAN.10b). il convient de considérer que chaque action variable est. il n'existe aucune base de choix d'une valeur unique. à son tour. l'action dominante. Il est possible d'appliquer la plus défavorable des expressions (9.10a) ∑ ξj γGj Gkj ″+″ γP Pk ″+″ γQ1 Qk1 ″+″ ∑ γQi Ψ0i Qki j≥1 i>1 (9. Il semble d'autre part que la valeur numérique de ce facteur ait en général très peu d'influence sur les dimensionnements des structures.

coefficient partiel pour l'action variable i . c) C En règle générale. se reporter en 9. si l'on excepte l'effet de la température sur les propriétés des matériaux.3. comme γGj. 4) Pour les situations de calcul accidentelles. mais pour les actions accidentelles .3.12) l'expression γl AEd est à remplacer par la valeur de calcul de l'action sismique telle que définie dans l'EC 8 DAN. Pour la définition de la valeur représentative de la précontrainte à introduire dans cette combinaison. valeur caractéristique d'une action de précontrainte . valeur caractéristique de l'action variable dominante 1 . 6) Lorsque les composantes d'une force vectorielle sont partiellement corrélées.3. lorsqu'il est favorable. Voir à ce sujet l'ENV 1992-1.11) peuvent être appliquées aussi bien aux actions qu'à leurs effets . signifie «l'effet combiné de» . les coefficients de toute composante favorable peuvent être réduits de [20 %]. et comme indiqué en 9.2 3) pour l'analyse non-linéaire.1 DAN.Page 48 ENV 1991-1:1994 c) Combinaison pour la situation de projet sismique : ∑ Gkj ″+″Pk ″+″ γl AEd ″+″ ∑ Ψ2i Qki j≥1 i≥1 (9. Pour les situations d'incendie. Ad fait référence à la valeur de calcul de l'action thermique indirecte. comme γP. valeur de calcul d'une action sismique . les valeurs de calcul des effets des actions sont à calculer à partir des valeurs de calcul des actions. coefficient partiel pour les actions de précontrainte . Il est toujours dans le sens de la sécurité de procéder à cette rédaction. coefficients définis en 4. valeurs caractéristiques des actions permanentes . c) A Dans la combinaison (9.12) où : ‘’+’’ ∑ Gkj Pk Qk1 Qki Ad AEd γGj γGAj γP γPA γQi γl Ψ signifie «doit être combiné à» . coefficient partiel pour l'action permanente j . les combinaisons incluent une action accidentelle explicite A (par exemple un incendie ou un choc) ou font référence à une situation faisant suite à un événement accidentel (A = 0). valeur caractéristique des autres actions variables .2. . dans lesquelles les coefficients γ correspondant aux actions sont déjà inclus (il n'y a pas lieu d'appeler valeurs de calcul des valeurs restant à multiplier par certains coefficients γ).10) à (9.1 et 9.3. mais pour les situations de projet accidentelles . dans un poteau en béton armé. se reporter aussi à l'EC 8 DAN. 6) C Ceci peut s'appliquer en particulier à l'effort normal de compression. coefficient d'importance (voir l'ENV 1998) . valeur de calcul de l'action accidentelle . 5) Les expressions (9.

les expressions (9. — des considérations propres au type de silo. NOTE : Ces valeurs peuvent être employées pour le calcul des silos traités dans l'ENV 1991-4.12) doivent être modifiées .Page 49 ENV 1991-1:1994 7) Il convient de prendre en compte les déformations imposées. 3) C Les valeurs données dans le tableau 9. il est en fait possible d'envisager une nette différenciation de la sécurité par le moyen des coefficients partiels γF. Les facteurs suivants sont à considérer : — les conséquences d'une défaillance. 8) Dans certains cas. Elles ne constituent en effet qu'un canevas général qui ne peut couvrir tous les cas. 9.2 ne sont données que pour les structures de bâtiments. Ceci est tout particulièrement vrai pour la vérification de l'équilibre statique. l'expérience et des calculs a posteriori sur des projets existants. des règles détaillées à ce sujet sont données dans les Parties concernées des ENV 1991 à 1999. les actions permanentes qui accroissent l'effet des actions variables (c'est-à-dire celles qui ont des effets défavorables) doivent être représentées par leurs valeurs de calcul supérieures et celles qui réduisent l'effet des actions variables (c'est-à-dire celles qui ont des effets favorables) par leurs valeurs de calcul inférieures.4. Ces valeurs reposent sur des considérations théoriques. 2) P Dans les cas où les résultats d'une vérification sont susceptibles d'être très sensibles aux variations de grandeur d'une action permanente en divers points de la structure. même pour les seuls bâtiments. lorsqu'il y a lieu. mentionnés dans la Note.2. En ce qui concerne les silos. — les responsabilités acceptées par le maître d'ouvrage en matière de contrôle des produits ensilés . 3) Pour les structures de bâtiments. en général il n'y a pas de commune mesure entre un petit silo agricole et un grand silo intégré dans un processus industriel . transitoires et accidentelles sont donnés au tableau 9. Souvent la sécurité des personnes n'est pas en jeu sous l'effet des charges dues aux matières ensilées et. les parties défavorable et favorable de cette action doivent être considérées comme des actions distinctes. les coefficients partiels pour les états-limites ultimes dans les situations de projet durables. par rapport aux valeurs indiquées au tableau 9. .10) à (9.3 Coefficients partiels 1) P Dans les cas de charge concernés. — les justifications expérimentales directes .2. et ne sont applicables qu'en l'absence d'invalidation ou d'affinement dans les autres Eurocodes et les DAN correspondants.

les valeurs caractéristiques de toutes les actions permanentes d'une même origine sont multipliées par [1. Voir l'ENV 1997-1-1. les valeurs de calcul des propriétés du sol peuvent être différentes. la valeur caractéristique de la partie défavorable de l'action permanente est multipliée par le coefficient [1. l'eau souterraine et la nappe libre — défavorables — favorables Actions variables — défavorables Actions accidentelles Cas B 5) Défaillance de la structure ou d'éléments structuraux.30] [1.00] A — Situation accidentelle 1) Il convient de vérifier séparément le dimensionnement pour chacun des cas A. il convient de prendre les valeurs caractéristiques inférieure et supérieure de ces actions. 4) Dans les cas où l'état-limite est très sensible aux variations des actions permanentes. 3) Dans cette vérification.00] 3) [1.00] [1. les valeurs de calcul des propriétés du sol peuvent être introduites conformément à l'ENV 1997.2 3).9]. due à un manque de résistance du matériau structural (voir 9.50] [1.00] [1. murs de soubassement.00] γGsup 4) γGinf 4) Symbole P/T A γGsup 4) γGinf γQ γA 4) [1.. actions permanentes causées par le sol.2 : Coefficients partiels — États-limites ultimes pour les bâtiments Cas1) Cas A Perte d'équilibre statique . un coefficient de modèle γSd étant appliqué. 6) Au lieu d'utiliser γG (1.1) Actions permanentes 6) (voir ci-dessus) — défavorables — favorables Actions variables — défavorables Actions accidentelles Cas C 5) Défaillance du sol Actions permanentes (voir ci-dessus) — défavorables — favorables Actions variables — défavorables Actions accidentelles P — Situation durable T — Situation transitoire γQ γA [1.4. etc.90] 2) [1.10] 2) [0.00] [1. pieux.35] si l'effet total résultant est défavorable et par [1.50] [1.00] [1. 2) Lors de cette vérification.Page 50 ENV 1991-1:1994 Tableau 9. 5) Dans les cas B et C. y compris ceux des semelles.00] [1. Des règles plus élaborées se trouvent dans les ENV 1993 et 1994. résistance du matériau structural ou du sol non significative (voir 9.1) Situations Action Actions permanentes : poids propre des éléments structuraux et non structuraux.00] [1. B et C à considérer.35] 3) [1.00] γGsup 4) γGinf 4) [1. .00] [1.00] [1.0] s'il est favorable.00] γQ γA [1.00] [1.4.1] et la partie favorable par le coefficient [0.50) pour les actions de pression latérale du sol.35) et γQ (1. conformément à 4.00] [1.

Elles s'expliquent en partie par le fait que les problèmes d'interaction sol-structure ne sont pas traités dans les EC actuels. et la différence entre cette valeur et la valeur caractéristique minimale est introduite comme action variable défavorable (normalement avec γQ = 1. . — ou. par exemple à propos de l'équilibre statique ?] Coefficients Ψ Les valeurs des coefficients ψ données dans ce paragraphe ne sont applicables qu'en l'absence d'autres valeurs données dans les autres parties de l'EC1. dans certains cas). la valeur quasi-permanente de l'action est introduite comme action permanente favorable avec le coefficient γGinf. — pour les actions climatiques les valeurs de ψ1 et parfois de ψ2 peuvent dépendre du climat local . le fait de considérer deux actions comme non simultanées équivaut à considérer qu'en ce cas ψo = 0 . A2 Lorsqu'une action variable favorable a une valeur minimale non nulle (le cas ne peut se présenter que pour une action non intermittente telle que celles de la température ou de certaines pressions d'eau.Page 51 ENV 1991-1:1994 A1 Sauf en cas de règle particulière contraire (voir l'EC 7 et le DAN correspondant) il y a lieu de considérer que la défaillance de l'interface entre fondation et sol (par exemple à la périphérie de pieux) entre dans le cas C. dans le cas contraire.50). A3 En ce qui concerne les valeurs à donner au coefficient partiel γp et les valeurs représentatives de la précontrainte auxquelles les appliquer.4 A C En effet : — des valeurs différentes des coefficients ψo peuvent devoir être fixées selon l'action de base de la combinaison et par voie de conséquence pour des constructions de natures différentes . 9. Dans l'immédiat. voir l'EC 7 et le DAN correspondant. l'effet global étant une différence de forte sensibilité aux variations des actions individuelles. C1 Les indications 1) et 5) données à la suite du tableau ont un caractère provisoire. en revanche. en l'absence d'autres valeurs données dans les parties d'Eurocodes applicables à d'autres ouvrages que les bâtiments. les valeurs des coefficients ψ1 et ψ2 données ici sont applicables pour ces ouvrages. des études plus affinées des coefficients partiels à utiliser peuvent être nécessaires. se reporter aux EC appropriés. et elle peut alors être introduite directement comme valeur de calcul avec γQ = 1 .4. les méthodes suivantes peuvent être utilisées dans les cas où une grande précision n'est pas nécessaire : — ou bien cette valeur minimale est bornée. C2 En de tels cas.2 sont-ils à développer dans le DAN. pour l'application du cas C. et s'il y a lieu les EC de projet. dans les autres EC et dans les DAN correspondants. [D'autres commentaires du tableau 9.

il peut être du côté de l'insécurité.5] 2) [0.6] [0.3.5] [0] [0. Les valeurs indiquées de ψ2 pour les charges dans les bâtiments peuvent devoir être réduites dans certains cas.6] [0.2 (au lieu de 0.5] 2) [0.7).0] [0.6) C et 4. se reporter aux Parties correspondantes de l'ENV 1991.3. Inversement. en particulier pour ne pas sous-estimer les flèches vers le haut des planchers précontraints. .4.7] [0] [0. (1) I La valeur encadrée de ψ1 pour les charges dues au vent sur les bâtiments est ramenée à 0.7] [1.7] [0.5] [0.6] 2) [0.7] [0.6] [0.8] Ψ0 Ψ1 Ψ2 1) Pour les combinaisons de charges d'exploitation dans les bâtiments à plusieurs étages. Tableau 9.2 et n'envisagent pas le cas d'actions et situations accidentelles. Pour les autres applications. résidentiels — Catégorie B — bureaux — Catégorie C — lieux de réunion — Catégorie D — commerces — Catégorie E — stockage Charges dues à la circulation dans les bâtiments — Catégorie F — véhicules de poids ≤ 30 kN — Catégorie G — véhicules de poids compris entre 30 kN et 160 kN — Catégorie H — Toits Charges dues à la neige sur les bâtiments Charges dues au vent sur les bâtiments Température (hors incendie) dans les bâtiments 3) [0.7] [0.7] [0.3] [0] [0] 2) [0] 2) [0] 2) [0. Enfin ces règles sont mal adaptées au cas C du tableau 9. ou pour démontrer que les vérifications correspondantes ne déterminent pas le dimensionnement.5 A Vérification simplifiée des structures de bâtiments Les règles données dans ce paragraphe ne sont applicables que si le marché le prévoit.7] [0.3] [0. (1) C 9. Voir à ce sujet 4.2] 2) [0.5] [0. dans le cas des charges de stockage. 3) Voir l'ENV 1991-2-5.7] [0. 2) Des modifications peuvent être nécessaires en fonction des régions géographiques.Page 52 ENV 1991-1:1994 1) Les coefficients Ψ pour les bâtiments sont donnés au tableau 9.3 : Coefficients Ψ pour les bâtiments Action Charges d'exploitation des bâtiments 1) — Catégorie A — d'habitation.7] [0.6] 2) [0. C Un dimensionnement basé sur ces règles est généralement plus onéreux que celui obtenu par les règles générales données dans les articles précédents.3.6] 2) [0.3] [0.9] [0. voir l'ENV 1991-2-1.5 indiqué dans le tableau).

(9.1 : ∑ γGj Gkj ″+″ [ 1. valeur de calcul de l'effet des actions (par exemple déplacement ou accélération) déterminée sur la base de l'une des combinaisons définies en 9. 2) Les valeurs de γG sont celles données dans le tableau 9. des valeurs de Cd sont données dans le BAEL.2 peut être simplifiée par la prise en compte de la plus défavorable des combinaisons suivantes : a) situations de projet avec une seule action variable Qk.1 États-limites de service Vérification de l'aptitude au service 1) P Il faut vérifier que : Ed ≤ Cd où : Cd Ed valeur nominale ou fonction de certaines valeurs de calcul des propriétés des matériaux liées aux effets de calcul des actions considérées . des indications peuvent être trouvées dans les ENV 1992 à 1999.5. il convient de vérifier aussi l'effet des actions pour l'action variable dominante en utilisant l'expression (9.14) Dans ce cas. 1) C1 L'exigence relative aux vibrations peut concerner.15) 1) C2 Pour les bâtiments.Page 53 ENV 1991-1:1994 1) Pour les situations durables et transitoires. la procédure décrite en 9.4. .5.13).5 ]Qk1 j≥1 (9.i ou davantage : ∑ γGj Gkj ″+″ [ 1.13) b) situations de projet avec deux actions variables Qk.2 9. soit l'accélération induite. selon le cas. NOTE : Pour Cd.2. Elle peut aussi concerner la fréquence d'excitation et fait en ce cas l'objet d'une vérification indirecte sans référence à une équation de type (9-15).35 ] ∑ Qki j≥1 i≥1 (9.4.6 Coefficients partiels de sécurité pour les matériaux 1) Les coefficients partiels de sécurité relatifs aux propriétés des matériaux et des produits sont donnés dans les ENV 1992 à 1999. soit l'amplitude des déformations.5 9. 9.

se reporter en 3. Tableau 9.4 : Valeurs de calcul des actions. par exemple selon qu'il est irréversible.2. des règles détaillées à ce sujet sont données dans les Parties concernées des ENV 1991 à 1999.0.6 et 9. a) combinaison caractéristique (rare) : ∑ Gkj ″+″Pk ″+″Qk1″+″ ∑ Ψ0i Qki j≥1 i≥1 (9.18) peuvent devoir être modifiées .4. le terme «rare» étant maintenant réservé à d'autres usages (voir 3.18) dont la notation est définie en 1. les coefficients partiels (d'aptitude au service) γG et γQ ont pour valeur 1.4.3. 3) à 3. b) combinaison fréquente : ∑ Gkj ″+″Pk ″+″ Ψ1. 3) Il convient de prendre en compte les déformations imposées lorsqu'il y a lieu.Page 54 ENV 1991-1:1994 9.3. Par ailleurs l'attention est appelée sur le fait que pour des situations transitoires les valeurs représentatives à porter dans les combinaisons peuvent être numériquement différentes de ce qu'elles sont pour les situations durables.5) C. 2) Trois combinaisons d'actions pour états-limites de service sont définies symboliquement par les expressions suivantes : 2) C Pour l'usage des diverses sortes de combinaisons.16) à (9. . à utiliser dans la combinaison d'actions Actions permanentes Gd Gk (Pk) Gk (Pk) Gk (Pk) Actions variables Qd Dominantes Qk1 Ψ11 Qk1 Ψ21 Qk1 Autres Ψ0i Qki Ψ2i Qki Ψ2i Qki Combinaison Caractéristique (rare) Fréquente Quasi-permanente NOTE : Sauf spécification contraire. 4) Dans certains cas. réversible ou à long terme.1 Qk1 ″+″ ∑ Ψ2i Qki j≥1 i≥1 (9. Trois combinaisons désignées par la valeur représentative de l'action dominante sont définies au tableau 9.2 Combinaison d’actions 1) La combinaison d'actions à prendre en compte pour les états-limites de service dépend de la nature de l'effet des actions qui fait l'objet de la vérification.3.5.3.16) (2a) C L'appellation «combinaison caractéristique» est désormais seule à utiliser.17) c) combinaison quasi-permanente : ∑ Gkj ″+″Pk ″+″ ∑ Ψ2iQki j≥1 i≥1 (9.8) C). pour les états-limites de service.3) C et 4. les expressions (9.

9.19).4 Les valeurs des coefficients Ψ sont données au tableau 9. se reporter en 9. il convient de vérifier aussi l'effet des actions pour l'action variable dominante en utilisant l'expression (9. qui peuvent également se substituer à la combinaison fréquente : a) situations de projet avec une seule action variable Qk1 : ∑ Gkj ″+″Qk1 j≥1 (9.5.5 Vérification simplifiée des structures de bâtiments 1) Pour les structures de bâtiments.6 Coefficients partiels pour les matériaux Les coefficients partiels relatifs aux propriétés des matériaux et des produits sont donnés dans les ENV 1992 à 1999.5.5.5. la combinaison caractéristique (rare) peut être simplifiée jusqu'à donner les expressions suivantes. b) situations de projet avec deux actions variables Qk1 ou davantage : ∑ Gkj ″+″ [ 0.3. Coefficients Ψ 9. il n'est pas nécessaire d'effectuer des calculs détaillés faisant intervenir des combinaisons d'actions.3 Coefficients partiels Les coefficients partiels pour les états-limites de service sont égaux à [1.9 ] ∑ Qki j≥1 i≥1 (9.0].20) Dans ce cas. sauf spécification contraire. 9.Page 55 ENV 1991-1:1994 9.4. .5 A et C.19) 1) A et C Pour l'application éventuelle de cette clause. 2) Lorsque des règles simplifiées sont fournies pour les états-limites de service. par exemple dans les ENV 1992 à 1999.

1 Généralités 1) La présente annexe fournit des informations et le contexte théorique de la Méthode des coefficients partiels. Il convient toujours de se référer d'une façon ou d'une autre aux méthodes de calcul traditionnelles. la valeur des coefficients partiels devrait dépendre des degrés d'incertitude des actions. En cas de problème répétitif. C'est le principe qui sous-tend la plupart des coefficients proposés dans les Eurocodes actuellement disponibles .1 4) peuvent se combiner. la procédure de l'Agrément Technique sera normalement suivie. sous réserve des additions et modifications définies dans le présent DAN. 3) En principe. des grandeurs géométriques et des modèles ainsi que de la nature de la construction et de la classe d'état-limite. dans la mesure strictement indispensable. Les valeurs de calcul sont les produits ou les quotients des valeurs caractéristiques. De ce point de vue. . — des imprécisions dans les modèles d'actions et les modèles structuraux . Il convient alors d'opérer dans le cadre d'une théorie de la fiabilité basée sur les probabilités. ne couvrent pas bien un problème particulier. des coefficients partiels appropriés et des valeurs Ψ. Là où existe une tradition depuis longtemps éprouvée dans le domaine du bâtiment.3 à 9. les deux méthodes décrites en A. basées ou non sur les Eurocodes. 4) Il existe en principe deux façons de déterminer les valeurs numériques des coefficients partiels : a) la première consiste à calibrer les coefficients par rapport aux règles depuis longtemps éprouvées de la construction traditionnelle. Elle constitue également une introduction à l'annexe D : Dimensionnement assisté par l'expérimentation. On peut recourir aux informations contenues dans ces annexes si l'on considère que les règles de vérification des ENV 1991 à 1999 ne conviennent pas au cas étudié. 1) A Dans les seuls cas où les règles en vigueur en France. 2) La méthode des coefficients partiels sert à vérifier que les états-limites concernés ne sont pas dépassés. il convient de considérer les méthodes statistiques comme une valeur ajoutée à une approche plus traditionnelle. telle qu'elle est présentée en section 9. être fait usage de cette annexe. — des imprécisions dans les coefficients de conversion. des résistances. comme indiqué de 9. connaissant les valeurs de calcul des actions. ce qui peut signifier une économie. b) la deuxième est fondée sur l'évaluation statistique de données expérimentales et d'observations réalisées sur le terrain. les coefficients partiels sont supposés tenir compte : — des écarts défavorables par rapport aux valeurs représentatives .5. des résistances et des données géométriques. une simple approche statistique (probabiliste) échoue généralement par manque de données suffisantes. En particulier. Cela peut permettre de justifier la réduction de certains coefficients dans des conditions données. il est très avantageux d'arriver à une explication rationnelle de son succès. il peut. En général. 5) En pratique.Page 56 ENV 1991-1:1994 Annexe A (informative) Méthode des coefficients partiels Init numérotation des tableaux d’annexe [J]!!! Init numérotation des figures d’annexe [A]!!! Init numérotation des équations d’annexe [J]!!! A.

les quantifications de la fiabilité correspondent à des probabilités de défaillance P f pour les modes de défaillance considérés et pour une durée de référence appropriée. l'emploi de l'indice de fiabilité souligne la nature formelle et conventionnelle de l'analyse de fiabilité. Si la probabilité d'une défaillance est supérieure à la valeur cible. parfois dénommées respectivement méthodes de niveau III et II. Au niveau des applications de ces méthodes.1 10-4 3.1 présente un survol des diverses méthodes de vérification de la fiabilité ainsi que des interactions entre lesdites méthodes. First Order Reliability Method). 1) La figure A.1 : Survol des méthodes de fiabilité 2) Dans les méthodes de niveau II. Les méthodes probabilistes de vérification peuvent être divisées en deux grandes classes : les méthodes exactes et les méthodes de fiabilité du premier ordre (FORM. (niveau II) Exacte (niveau III) Calibration Méthode des valeurs de calcul 1b 1a Méthode des coefficients partiels (niveau 1) 1c Figure A.7 10-5 4.3.R.2 (A. l'identification des données statistiques et notamment des types des distributions à utiliser est souvent une cause d'incertitude importante dans les résultats .3. qui est liée à Pf par : Pf = Φ ( – β ) où Φ est la fonction de répartition de la distribution normale. en particulier les distributions statistiques sont couramment multimodales. Méthodes probabilistes Méthodes historiques Méthodes empiriques Calibration Calibration F.1) .3 10-2 2. La relation entre β et Pf est présentée au tableau A.2 C Survol des méthodes de fiabilité Comme l'indique le titre de cet article. notamment lorsqu'on les utilise jusque dans le domaine des valeurs extrêmes (comme indiqué par exemple dans l'annexe D paragraphe D.Page 57 ENV 1991-1:1994 A. Dans ces deux méthodes.2 10-6 4. on considère que la structure n'est pas fiable.1.7 10-7 5. Ces valeurs sont calculées et comparées à une valeur cible prédéfinie P0.2).1 : Relation entre β et Pf Pf β 10-1 1. de nombreux aspects des méthodes probabilistes ne sont pas traités et même ne sont pas mentionnés dans cet article.M. on utilise généralement une autre mesure de sécurité portant le nom d'indice de fiabilité β. Tableau A. Bien qu'il soit totalement équivalent à la probabilité de défaillance proprement dite.O.3 10-3 3.

les effets d'arrondissement ou les effets de distributions multimodales peuvent souvent la troubler. c'est-à-dire l'ajustement relatif des niveaux de fiabilité. Une telle évaluation n'est pas très simple. Elle doit. sans référence directe à la pratique. à leurs conséquences et aux coûts des constructions.1. les éléments de sécurité de la méthode des coefficients partiels (de niveau I) peuvent être obtenus de trois façons différentes : a) b) par calibration par rapport aux méthodes de calcul traditionnelles et empiriques . d'autres sont liées à la précision du calcul.2 sont estimées «valables dans la plupart des cas». parce qu'une probabilité n'a de sens qu'en fonction d'un ensemble d'informations et d'hypothèses. être faite séparément pour des domaines d'application très limités parce que les bases d'évaluation d'un index β sont très souvent différentes pour des problèmes différents. Aucun format de fiabilité ne peut en effet être déduit d'une valeur de probabilité (ou d'indice) choisie a priori. il convient de ne pas confondre cela avec une variation du niveau de fiabilité. Les valeurs correspondant à un an peuvent s'appliquer à des situations de projet transitoires et à des structures temporaires où la sécurité des personnes est très importante. au niveau d'assurance de la qualité et à la rigueur des règles de dispositions constructives. jusqu'à présent. en particulier d'un comportement fragile ou ductile. c) par une simplification de la méthode FORM reposant sur la méthode (calibrée) des valeurs de calcul décrite en A.Page 58 ENV 1991-1:1994 3) Comme l'illustre la figure A.3 et A. .0 pour les valeurs β. les règles de calcul des codes peuvent également comporter des différenciations implicites du niveau de sécurité. en fonction de leur variabilité et de leur influence (voir A. Les valeurs sont données pour la durée d'utilisation de projet (voir le tableau 2. NOTE 1 : Un niveau de fiabilité donné peut donner lieu à des coefficients partiels différents pour diverses charges et propriétés de matériaux. 3) C La calibration. 5) Les valeurs cibles indicatives du tableau A.5 à 1. il peut être approprié d'employer des valeurs plus fortes ou plus faibles (voir 2.4) . avec des ajustements dérivés de la méthode c) ou de méthodes équivalentes. calibrées par rapport aux codes de calcul de divers pays. par calibration par rapport aux méthodes probabilistes . la génération actuelle des Eurocodes n'a pas été complètement évaluée de cette manière. Cela ne signifie pas toutefois qu'un calcul type selon les Eurocodes aboutisse automatiquement à des valeurs β égales ou voisines de cette cible.2). en fonction du type de défaillance.8 pour l'état-limite ultime est en particulier acceptée pour de nombreuses applications concernant principalement la résistance.2. 7) La valeur de 3. La génération actuelle des Eurocodes a été à l'origine basée principalement sur la méthode a). 6) Il convient de considérer les valeurs du tableau A. 4) Des valeurs cibles indicatives de β pour diverses situations de projet sont données au tableau A. du type d'élément structural et de la quantification des diverses incertitudes. dans ce dernier cas. les distributions lognormales ou de Weibull ont été habituellement utilisées pour les paramètres de résistance et d'incertitudes de modèle. De plus. Pour ces calibrations.2 comme des exigences minimales raisonnables. la durabilité. et dans le cas c) sur celui des valeurs d'index β. certains de ses éléments ou certains dangers potentiels spécifiques.3. principalement dans le domaine du dimensionnement assisté par l'expérimentation. Des distributions normales ont été habituellement choisies pour le poids propre. NOTE 2 : Le choix d'un indice cible de fiabilité différent n'est pas la seule mesure permettant de modifier le niveau de fiabilité . est une opération essentielle qui doit être faite en se référant le plus étroitement possible aux règles en vigueur. Il convient toutefois de noter que ces calibrations ont révélé une dispersion importante en fonction du code utilisé. et des distributions de valeurs extrêmes pour les charges variables. étant donné que l'aptitude au service. En fait.1 de l'ENV 1999-1) et pour une durée d'un an. Une différence de niveau de fiabilité peut être recherchée pour l'ensemble d'un bâtiment. La calibration porte dans le cas b) sur le choix des valeurs de probabilités admises. Pour des raisons liées aux types de défaillances. Une différence de classe du niveau de fiabilité est généralement associée à des différences de l'ordre de 0.

8 donnée dans le tableau A. d'évaluer directement les valeurs caractéristiques des actions en tenant compte des précisions apportées dans la section 4. il convient en règle générale : — d'admettre au moins β = 5 et αS = 0. 4) à 8) A Pour d'autres études que celles de résistances. plutôt qu'à décrire la fréquence des défaillances structurales.8 (marges implicites prises en compte dans l'étude probabiliste et non pas en sus) . 4) à 8) C Voir par exemple l'étude à ce sujet publiée dans le Bulletin 202 du CEB (auteur Pr L. par application des codes actuels. 4) à 8) A La valeur cible 3. En ce cas.2 est sensiblement inférieure à celle qu'on obtiendrait. il convient de souligner qu'une valeur β et la probabilité correspondante d'une défaillance sont des nombres formels ou conventionnels destinés essentiellement à servir d'outils permettant de mettre au point des règles de calcul cohérentes.7 — 3. de réparabilité et de tolérance aux dommages. Östlund). en prenant en compte toutes les marges implicites de sécurité incluses dans les diverses modélisations (y compris celles relatives aux actions) et en tenant compte du caractère multimodal de la plupart des distributions statistiques. et il serait tout aussi bien obtenu pour β = 5 et αR = 0.8 : — ou bien se soient limités à la détermination de valeurs de calcul des résistances. Tableau A. des marges implicites de fiabilité subsistant et venant s'ajouter à celles incluses dans l'indice β.5 Indice cible de fiabilité (un an) 4. autant que possible. en association avec la valeur 0. — ou bien aient correspondu à des calculs très conventionnels. — et.3.6.Page 59 ENV 1991-1:1994 8) En définitive.8 1) 1.0 1) Dépend du niveau d'inspectabilité.2 : Valeurs indicatives de l'indice cible de fiabilité β État-limite Ultime Fatigue Aptitude au service (irréversible) Indice cible de fiabilité (durée d'utilisation de projet) 3. Il semble en fait que les usages pratiques de la valeur 3.5 à 3. laquelle sans prendre en compte la totalité des causes de majoration mentionnées ci-dessus parvient déjà à des valeurs nettement supérieures. . seul le produit αRβ # 3 joue un rôle dans la conclusion.8 1. qui correspondrait mieux à la réalité .8 donnée à αR en A.

Noter que l'expression (A.1).2). f d2 .7 β )       P  R < R d  = Φ  – α R β = Φ ( – 0. f est la propriété du matériau .Page 60 ENV 1991-1:1994 A.2. β est la valeur cible de l'indice de fiabilité (voir tableau A. comme valeurs de αE et αR.a d2 .…θ d1 . F est l’action . 1) Dans la méthode des valeurs de calcul (méthode lb. la plage de validité de ces valeurs est limitée aux rapports suivants : 0. On considère que le dimensionnement est suffisant si les états-limites ne sont pas atteints lorsque les valeurs de calcul sont introduites dans les modèles. Dans le cas où β = 3.θ d2 .7 et + 0. θ d2 .F d2 .3 A Vérification de la fiabilité à l'aide des valeurs de calcul La méthode indiquée n'est utilisable que pour les équations d'états-limites de forme E d < Rd. sont définies de sorte que la probabilité d'obtenir une valeur plus défavorable soit égale à :   P  E > E d  = Φ  + α E β = Φ ( – 0.3b) .8 (en acceptant un écart maximal de 0.2) est partiellement symbolique et qu'une formulation plus générale est parfois nécessaire. il est recommandé d'utiliser α = ± 1.0 pour la variable qui présente la plus forte valeur de σ. et les résistances Rd. 3) La valeur de calcul des effets des actions. …    où : E est l’effet de l'action .…      R d = R  f d1 . R est la résistance . 2) L'ensemble des valeurs de calcul pour le point de calcul correspond au point de la surface limite de défaillance où la probabilité qu'une défaillance intervienne est la plus forte (voir figure A. … θ d1 .1).3a) (A. En notation symbolique (voir section 9) : Ed < Rd   E d = E  F d1 .…a d1 .2) a est la propriété géométrique .6 En dehors de cette plage. (A. Ed. – 0.8. θ est l’incertitude du modèle. De plus elle postule l'indépendance mutuelle de E et R.16 < σ E ⁄ σ R < 7. Pour une charge α est négatif. 4) La base de la méthode consiste à prendre. figure A.2). La méthode des valeurs de calcul est en cela liée à la méthode probabiliste de niveau II (voir A. et pour un paramètre de résistance α est positif. a d2 . (A.8 β )     où : α est le coefficient de pondération FORM (– 1 ≤ α ≤ + 1) . les valeurs de calcul sont définies pour toutes les variables qu'il convient de considérer comme incertaines (variables de base). … a d1 .5).

Page 61 ENV 1991-1:1994 5) Lorsque le modèle de charge ou de résistance contient plusieurs variables de base (autres charges, facteurs de conversion, davantage de matériaux), les expressions (A.3a) et (A.3b) ne sont valables que pour les variables dominantes. Pour les variables non dominantes :   P  E > Ed  = Φ ( – 0,4 × 0,7 × β ) = Φ ( – 0,28 β )     P  R > R d  = Φ ( – 0,4 × 0,8 × β ) = Φ ( – 0,32 β )   Pour β = 3,8, ces valeurs correspondent respectivement aux fractiles 0,90 et 0,10. 6) Le tableau A.3 donne des expressions qui permettent de calculer les valeurs de calcul pour des valeurs données de α et β. Tableau A.3 : Valeurs de calcul pour diverses fonctions de distribution
Distribution Normale Lognormale De Gumbel Valeurs de calcul µ – αβσ µexp ( – αβV ) u + a ln{ – ln Φ ( – αβ ) }
–1

(A.4a)

(A.4b)

Remarques µ = moyenne, σ = écart-type pour V = σ ⁄ µ < 0,2 u = µ – 0,577 ⁄ a , a = π ⁄ ( σ 6 )

E ----σE
Point de calcul – αE β

Limite de défaillance

β

αR β

R -----σR

Figure A.2 : Définition du point de calcul selon les méthodes de fiabilité du premier ordre (FORM)

A.4

Formats de vérification de la fiabilité dans les Eurocodes

1) Dans les ENV 1991 à 1999, les valeurs de calcul Xd et Fd ne sont pas introduites directement. Les variables de base sont d'abord introduites par leurs valeurs représentatives Xk et Fk, qui peuvent être définies comme : — des valeurs pour lesquelles une probabilité de dépassement a été prescrite ou recherchée, par exemple des charges et des propriétés des matériaux ; — des valeurs nominales, par exemple des propriétés géométriques ; — des valeurs étalonnées de façon à atteindre la fiabilité recherchée, par exemple des coefficients et des coefficients de modèles. Il existe, en outre, un ensemble de coefficients partiels de sécurité et de coefficients de combinaison de charges.

Page 62 ENV 1991-1:1994 2) Les valeurs de calcul des actions F, des propriétés de matériaux X et des propriétés géométriques sont déterminées par : F d = γ f F k ou F d = γ f ΨF k ( Ψpouvant être Ψ 0 , Ψ 1 ou Ψ 2 ) Xd = X k ⁄ γm a d = a nom ± ∆ a L'indice k indique les valeurs caractéristiques. 3) Les valeurs de calcul des incertitudes de modèle figurent normalement dans les équations sous forme de coefficients partiels γSd et γRd appliqués au modèle global. Il s'ensuit que :   E d = γ sd E  γ f F k , γ f ΨF k ,a nom ± ∆ a …     Xk  R d = R  ------ , a nom ± ∆ a …  ⁄ γ Rd γm   Dans ce modèle : γf tient compte de : — l'éventualité d'écarts défavorables des valeurs de l'action par rapport aux valeurs représentatives ; γm tient compte : — de l'éventualité d'écarts défavorables des propriétés des matériaux par rapport aux valeurs représentatives ; — de la partie systématique du facteur de conversion (le cas échéant, voir aussi 8.3(1)) ; — des incertitudes du facteur de conversion. ∆a tient compte de : — l'éventualité d'écarts défavorables des données géométriques par rapport aux valeurs caractéristiques (spécifiées) régies par les spécifications de tolérance ; — l'importance des écarts ; — l'effet cumulatif de la présence simultanée de plusieurs écarts géométriques. γRd tient compte : — des incertitudes du modèle de résistance, si elles ne sont pas prises en compte dans le modèle lui-même. γSd tient compte des incertitudes : — du modèle d'actions ; — du modèle d'effet des actions. Ψ tient compte des réductions des valeurs de calcul des charges, en particulier : — la valeur de combinaison Ψ0γF Fk est déterminée de sorte que la probabilité de dépassement des valeurs de l'effet des actions combinées soit approximativement la même que lorsqu'il n'existe qu'une seule action variable. Dans le contexte d'une approche par valeurs de calcul (A.3), des formules opérationnelles correspondant au cas de deux charges fluctuantes sont présentées au tableau A.4 ; — la valeur fréquente d'une action variable Ψ1Fk correspond à la valeur qui est dépassée pendant 5 % du temps ou 300 fois par an ; il convient de choisir la valeur la plus grande ; — la valeur quasi-permanente Ψ2Fk correspond à la moyenne dans le temps ou à la valeur pour laquelle la probabilité d'un dépassement est de 50 %. 3) C
Les équations de forme (A.8) et (A.9) permettent, dans une certaine mesure, de traiter des problèmes non linéaires.

(A.5) (A.6) (A.7)

(A.8)

(A.9)

Page 63 ENV 1991-1:1994 Tableau A.4 : Expression de Ψ0
Distribution Générale Ψ o = F non dom ⁄ F dom F s { exp [ – NΦ ( – 0,4 β′ ) ] } ---------------------------------------------------------------------–1 F s { Φ ( 0,7 β ) } avec β′ = Φ ( Φ ( – 0,7 β ⁄ N ) ) Normale approximation 1 + ( 0,28 β – 0,7 ln N )V -----------------------------------------------------------1 + 0,7βV 1 – 0,78 V [ 0,58 + ln ( ( – ln Φ 0,28 β )+ ln N ) ] -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------1 – 0,78 V [ 0,58 + ln ( – ln Φ ( 0,7 β ) ) ]
–1 –1

De Gumbel

Fs() Φ() N T T1 β V

= = = = = = =

fonction de distribution de probabilité de la valeur extrême de la charge non dominante dans la durée de référence T ; fonction de répartition normale normalisée ; T/T1 ; durée de référence ; durée de variation indépendante de la charge à variation la plus lente ; indice de fiabilité ; coefficient de variation de la charge non dominante.

NOTE : Si la charge est intermittente, T1 est égal à la durée de la charge et Fs() représente la fonction inconditionnelle de répartition de la grandeur de la charge ; ainsi Fs() n’est pas la fonction conditionnelle basée sur la présence de la charge. (Tableau A.4) C
Les formules données dans ce tableau nécessitent d'être expérimentées pendant la période ENV avant qu'on puisse les considérer comme définitivement établies. Il importe en particulier de se préoccuper de la sensibilité des résultats aux valeurs des données. Par l'intermédiaire de la donnée T1, la valeur de ψo applicable à une action peut dépendre de l'action de base de la combinaison.

4) La procédure décrite par les expressions (A.8) et (A.9) est parfaite d'un point de vue théorique mais est lourde à mettre en œuvre. C'est pourquoi on y apporte les simplifications suivantes : a) côté charges (pour une charge unique) :   E d = E  γ f F k , a nom    À condition que E soit proportionnel à F, à a, et à une incertitude de modèle θ, c'est-à-dire que : E ∞θaF la valeur de γF peut être déterminée à partir de (voir les expressions (A.8) et (A.10)) : γ F F k a nom = γ f F k ( a nom + ∆ a )γ Sd (A.11) γ F = γ f γ Sd ( 1 + ∆ a ⁄ a nom ) De plus, γF est fortement normalisé. Par exemple, γF = 1,5 pour toutes les charges variables. C'est pourquoi il est recommandé, en cas de besoin, d'ajuster la valeur caractéristique. 4a) C
La normalisation de γF dont il est question ne saurait être étendue de façon automatique à d'autres charges variables que celles qui sont explicitement visées par la codification, même pour les bâtiments. Dans le cas d'une pression d'eau par exemple, le principe même d'introduire une marge de sécurité au moyen d'un coefficient γF doit être reconsidéré. C'est en fait la valeur 1 pour le γF applicable aux états de service qui est véritablement normalisée.

(A.10)

De plus. Ceci est fait pour l'essentiel d'une manière globale. On peut prendre des valeurs caractéristiques élevées et de faibles coefficients de sécurité ou vice versa.2 à A.. .0 à certains coefficients partiels et d'inclure dans un autre coefficient la marge de sécurité requise. Cela a conduit à rechercher ce qui suit : — pour les structures courantes. — il convient de ne donner qu'une valeur constante γM pour chaque propriété de matériau . les valeurs caractéristiques des paramètres de charges et de résistance et des propriétés géométriques correspondent généralement aux paragraphes A..14) Tant que R est proportionnel à la résistance X.15) (ENV 1993) (A. à l'incertitude du modèle θ et à la propriété géométrique a. A.5 Conclusion Les paragraphes A.4. ces relations deviennent plus complexes.1 à A. de cas de charges et de combinaisons dans les situations de projet concernées. le choix des valeurs représentatives et des valeurs correspondantes des coefficients partiels a été effectué en prenant en compte les besoins et modalités d'une application aisée et économique de la méthode de vérification dans les calculs réels. il convient que les valeurs de calcul des actions ou des sollicitations soient indépendantes des valeurs de calcul de la résistance .4 mettent en évidence le fait que le même degré de fiabilité formelle peut être atteint de différentes façons. L'ENV 1991-1 donne des valeurs de coefficients partiels de charge et les codes de calcul liés au matériau fournissent des valeurs des coefficients partiels de résistance. Dans les Eurocodes actuellement disponibles. c'est-à-dire.13) (ENV 1994) (A. Les divers éléments de sécurité forment une série de «vases communicants». C Le principe de «vases communicants» est nécessairement fortement limité du fait que les valeurs représentatives sont directement utilisées dans les vérifications d'états-limites de service. fondée pour partie sur des considérations probabilistes et pour partie sur des motivations historiques ou empiriques. a nom  γM   R d = R { X k . a nom } ⁄ γ R  Xk  R d = R  -----.12) (ENV 1993) (A.17) Pour les modèles non-linéaires ou dans le cas de modèles de charge ou de résistance comportant plusieurs variables. comme on en rencontre fréquemment dans les Eurocodes. a nom  ⁄ γ rd γm   (ENV 1992 et 1995) (A. — il convient qu'il n'y ait qu'un petit nombre de valeurs γF . il existe toutefois la possibilité de calibrer les coefficients spécifiques afin d'atteindre le niveau de fiabilité requis. c'est-à-dire R ∞ θaX les simples relations suivantes s'appliquent : γ M = γ m γ Rd ⁄ { 1 + ∆ a ⁄ a nom } γ R = γ m γ Rd ⁄ { 1 + ∆ a ⁄ a nom } γ rd = γ Rd ⁄ { 1 + ∆ a ⁄ a nom } (ENV 1992 et 1995) (A. Il est possible de donner la valeur 1. — il convient de pouvoir apporter des simplifications supplémentaires en matière de vérification de la sécurité et de l'aptitude au service ainsi que de l'analyse structurale . en évitant d'avoir à prendre en compte un trop grand nombre de dispositions de charges.Page 64 ENV 1991-1:1994 b) côté résistance (selon l'Eurocode concerné) :  Xk  R d = R  -----. Pour chaque situation individuelle de projet.16) (ENV 1993) (A.

C Les critères permettant d'éliminer la fatigue oligocyclique sont essentiellement présentés sous forme de vérifications d'états-limites de service correspondant à des dommages limités susceptibles de nuire à la durabilité de la structure (voir 3. bilinéaire ou trilinéaire sur une échelle logarithmique double. une classification peut être effectuée à partir d'un ensemble de courbes équidistantes ∆σ R – N R telles que ci-dessus. 3) Pour une série de détails. faisant par exemple alterner des déformations plastiques dans des zones plastiques. Pendant ces essais. les éléments sont soumis à des variations d'amplitude de charge constantes jusqu'à ce que se produisent des déformations excessives ou des ruptures dues à des fissures. La fatigue à grand nombre de cycles est principalement fonction du comportement élastique. La fatigue oligocyclique est associée à un comportement non-linéaire du matériau et de la géométrie. ∆σ R est l'étendue de la variation de contrainte et NR le nombre de cycles jusqu'à la défaillance. 2) La résistance à la fatigue d'un détail donné est donc définie par une relation ∆σ R – N R . .Page 65 ENV 1991-1:1994 Annexe B (informative) Fatigue Init numérotation des tableaux d’annexe [B]!!! Init numérotation des figures d’annexe [B]!!! Init numérotation des équations d’annexe [K]!!! B. 3) Des critères permettant de déterminer s'il est nécessaire de procéder à une évaluation de la fatigue sont présentés dans les ENV 1992 à 1999. des indications plus détaillées que dans la présente annexe sont données dans la section 9 de l'EC 3. 2) On peut distinguer la fatigue oligocyclique de la fatigue à grand nombre de cycles. le comportement des éléments structuraux vis-à-vis de la fatigue est généralement étudié à des fins de codification au moyen d'essais simplifiés.1 Phénomène de fatigue 1) La fatigue est une détérioration locale du matériau provoquée par des variations répétées de contraintes ou de déformations unitaires. qui représente de manière approximative le fractile de survie de 95 % .1. B.3.1. Des critères permettant d'éliminer la fatigue oligocyclique sont présentés dans les ENV 1992 à 1999. En ce qui concerne la fatigue à grands nombres de cycles. Cette relation peut être modélisée par une courbe normalisée linéaire. Le modèle d'analyse peut en conséquence être élastique.5)).2 Résistance à la fatigue 1) Exception faite des cas où la résistance à la fatigue des éléments est déterminée par des essais spécifiques où les variations de charge au cours du temps sont proches de celles auxquelles ils sont soumis.

— une vérification de la durée de vie à la fatigue. 4) Des informations supplémentaires pour le dimensionnement vis-à-vis de la fatigue figurent dans les ENV 1992 à 1999. celles provoquées par les actions de fatigue étant comparées à une détérioration ultime représentant l'état-limite . — une vérification de l'étendue de variation de contrainte. B. dans laquelle pour un nombre représentatif du nombre de cycles de contrainte. ainsi que de l'éventuelle diminution de la résistance due à la corrosion ou à d'autres phénomènes dépendants de la durée. Ces méthodes permettent de déterminer les étendues de variation de contrainte et le nombre de cycles ainsi. dans laquelle.5 Traitement de la sécurité 1) En général. 2) Lorsque des historiques des contraintes représentatifs de l'action de fatigue sur un détail donné sont disponibles. des sollicitations de fatigue et de la résistance à la fatigue. pour une certaine variation représentative de contrainte. les coefficients de sécurité choisis doivent tenir compte des incertitudes de la détermination des actions de fatigue.4 Vérification vis-à-vis de la fatigue — un calcul des détériorations. Pour résister aux détériorations. 2) Pour les structures dont on peut vérifier qu'elles résistent aux détériorations. que les contraintes moyennes associées. . l'étendue de la variation de contrainte équivalente. chacun de ces historiques peut être analysé à l'aide des méthodes de comptage dites «du réservoir» ou de la «goutte d'eau». et que des mesures correctives appropriées puissent être prises avant qu'une défaillance structurale ne se produise. 1) La vérification de sécurité vis-à-vis de la fatigue peut se faire par : 2) Des informations supplémentaires sont données dans les ENV 1992 à 1999. en ce qui concerne la détérioration.3 Détermination des sollicitations de fatigue compatibles avec la résistance à la fatigue 1) Des actions de fatigue sont spécifiées dans les autres Parties de l'ENV 1991.00. un nombre de cycles de contrainte équivalent. le cas échéant. à l'action de fatigue est comparé à un nombre ultime de cycles représentant l'état-limite . B. les conséquences d'une défaillance sans signe avant-coureur étant dûment prises en compte. en ce qui concerne la détérioration. 4) Les distributions de la fréquence de la variation de contrainte ou les spectres de variation de contrainte peuvent être transformés à l'aide de la règle de Miner en spectres de variations de contrainte d'amplitude constante équivalents en ce qui concerne les dommages de fatigue. 3) Les étendues de variation de contrainte et le nombre de cycles peuvent être classés sous forme de distributions de la fréquence de la variation de contrainte ou de spectres de variations de contrainte.Page 66 ENV 1991-1:1994 B. il convient que la structure soit en mesure de supporter toutes les charges avec une fiabilité suffisante avant que des fissures ne puissent être détectées par des contrôles réguliers. on peut donner au coefficient de sécurité γM pour la résistance à la fatigue la valeur 1. 3) Pour les structures dont la résistance aux détériorations ne peut être vérifiée. il convient qu'une structure soumise à la fatigue soit conçue pour résister aux détériorations. à l'action de fatigue est comparée à une variation ultime de contrainte représentant l'état-limite.

C Ce n'est que dans des cas très particuliers que les tremblements de terre donnent matière à des vérifications vis-à-vis d'états-limites de service.1 Généralités Objectif 1) La présente annexe fournit des indications relatives à la vérification de l'état-limite de service pour les structures sensibles aux vibrations.1.Page 67 ENV 1991-1:1994 Annexe C (informative) État-limite de service : Vérification des structures sensibles aux vibrations Init numérotation des tableaux d’annexe [C]!!! Init numérotation des figures d’annexe [C]!!! Init numérotation des équations d’annexe [L]!!! C Cette annexe n'envisage que des actions dynamiques lentes et non les chocs. C.1 C. b) des machines. — un sol qui transmet des vibrations. de la détermination de la réponse structurale et des limites à prendre en compte au niveau de la réponse structurale afin de s'assurer que les vibrations ne sont pas gênantes ou nuisibles. . comme dans des halls d'exposition ou des parkings. — des toits avec porte-à-faux. C. c) le vent. — des planchers destinés au sport ou à la danse . comme pour : — des bâtiments . — des ponts . 3) Les effets dynamiques concernant les états-limites ultimes ou la fatigue étant traités dans les autres Parties de l'ENV 1991. sur : — des passerelles .1. Elle se limite à un survol des problèmes au niveau des principes et ne doit pas être considérée comme fournissant un ensemble opérationnel de règles. comme pour : — des assises et des supports de machines . 2) Elle traite du traitement des actions et sollicitations. ils ne le sont pas dans la présente annexe. — des planchers où circulent des personnes . — des clochers . — des pylônes . — des planchers supportant des sièges fixes et des gradins. e) des tremblements de terre. — des bâtiments.2 Sources de vibrations 1) Les vibrations peuvent être provoquées par : a) des personnes. — des tours . Voir à ce sujet l'EC 8 DAN. — des mâts haubanés . d) la circulation sur : — des ponts-rails ou des ponts-routes . — des cheminées et des mâts .

— des vibrations causées par des machines.Page 68 ENV 1991-1:1994 C. par exemple de chariots élévateurs. des danses ou des mouvements dans des stades ou des salles de concert . sous forme de variation au cours du temps des flèches ou des accélérations.1.2. 4) Lorsque les réponses structurales sont susceptibles d'influer de façon significative sur les variations de force à appliquer (par exemple lorsque des véhicules sont amenés à vibrer par les vibrations de la structure ou quand il se produit une synchronisation entre les effets de masses mobiles). la modélisation des actions concernées et de la structure dépend de la formulation des limites d'aptitude au service. — des mouvements de grues . les réponses structurales pouvant alors être déterminées à l'aide des méthodes d'intégration appropriées. . — limites maximales de flèches afin d'éviter des détériorations ou des ébranlements. C Ce n'est que dans des cas très particuliers que les tremblements de terre donnent matière à des vérifications vis-à-vis d'états-limites de service. par exemple le déplacement ou la course d'une ou plusieurs personnes. 2) Ces limites peuvent faire référence aux éléments suivants : — confort des personnes . — limites de fonctionnement correct de machines ou d'autres installations . Voir à ce sujet l'EC 8 DAN. — des vibrations causées par le vent . soit en modélisant un système vibratoire combiné charge-structure. de voitures ou de véhicules lourds .3 Modélisation des actions et des structures 1) Pour les états-limites de service. 2) Les historiques des forces au cours du temps peuvent modéliser : — des vibrations causées par l'homme. — d'autres actions dynamiques. comme les forces dues aux vagues ou les tremblements de terre.2 C. 3) Pour vérifier que ces limites ne sont pas dépassées. soit en apportant les modifications appropriées aux descriptions des variations des forces au cours du temps.1 Historiques des forces au cours du temps Généralités 1) Il convient que les historiques des forces (descriptions des forces au cours du temps) utilisés pour l'analyse dynamique soient suffisamment représentatifs des situations de charge significatives pour lesquelles les limites d'aptitude au service devront être vérifiées. C. ces interactions doivent être prises en compte. par exemple des forces de direction variable dues à des excentricités de masse et à des fréquences. — des charges de circulation. il est possible de modéliser les actions en termes de variation des forces au cours du temps. éventuellement variables au cours du temps .

à moins que d'autres spécifications ne soient données dans l'identification des états-limites de service. .2) 3) Les réponses structurales aeff ou amax doivent être comparées aux limites spécifiées. 3) Pour les autres actions variables à combiner avec le poids propre de la structure. est l'incrément de temps. 2) Lorsque les actions dynamiques sont provoquées par des déplacements de masses (par exemple par des personnes. il convient d'intégrer ces masses dans l'analyse (par exemple lors de la détermination des fréquences propres).4.Page 69 ENV 1991-1:1994 C. à moins que d'autres spécifications ne soient données lors de la définition des états-limites. leur masse. 6) Il convient d'évaluer les taux d'amortissement au moyen de procédures expérimentales adéquates.1) b) Valeurs extrêmes pendant une certaine durée d'exposition T. par exemple.1 Modélisation des structures Généralités 1) Le modèle d'analyse dynamique à utiliser pour déterminer les sollicitations à partir des historiques des forces doit être établi de telle sorte que tous les éléments structuraux pertinents. par exemple l'accélération maximale. de théories agréées et de valeurs tirées de recueils de mesures fiables concernant des classes structurales homogènes. la contribution du sol peut être modélisée par des ressorts et amortisseurs équivalents appropriés.1 Évaluation des réponses structurales Généralités 1) L'évaluation des réponses structurales dépend des limites spécifiées qui leur ont été fixées. etc. 1 -T ∑ ai( t ) i 2 ⋅ ∆ti (C. 2) Ces limites peuvent être exprimées en termes de : a) Valeurs moyennes quadratiques déterminées pour une certaine durée d'exposition : a eff = où : aeff T ai t ∆ti est la valeur effective ou moyenne quadratique de la réponse.). leur rigidité et leur taux d'amortissement soient pris en compte de façon réaliste. est le temps . 5) Le comportement de la structure doit en général être considéré comme linéaire. C. (C. 4) Lorsqu'il existe une interaction sol-structure significative. seulement pour les réponses stochastiques à bande étroite : a max = a eff 2ln(Tn) où : n amax est la fréquence propre de la structure . est la valeur maximale escomptée de la réponse.4 C. est la durée d'exposition .3. on doit utiliser des valeurs quasi-statiques. des machines.3 C. l'accélération effective . est la valeur de la réponse (par exemple l'accélération) pour chaque incrément de temps ∆ti .

4. il convient de les exprimer en termes de critères d'acceptation conformes à l'ISO 2631.2 C. Il convient que ces limites soient indiquées dans les spécifications de projet.4. C.3 Autres limites 1) Les limites non traitées par des courbes d'accélération-fréquence ou de flexion-fréquence peuvent correspondre à : — une contrainte maximale (par exemple pour éviter des déformations permanentes) . — une déformation maximale (par exemple pour éviter des chocs et pour des fonctionnements continus). 2) Il convient que les critères d'acceptation comprennent la courbe appropriée accélération aeff – fréquence fs pour la durée d'exposition et la direction de vibration sélectionnées. — une variation maximale de contrainte (par exemple pour éviter une durée de vie limitée par la fatigue ou des flèches cumulatives) . C.1 Valeurs limites des vibrations Confort des personnes 1) Lorsque des conditions relatives au confort des personnes sont spécifiées.2.2.4.2. .2 Fonctionnement des machines 1) Il convient de spécifier les limites des mouvements des machines en termes de flèche et de fréquence maximales (courbes de flèche-fréquence maximales).Page 70 ENV 1991-1:1994 C.4.

l'identification de sous-populations suffisamment homogènes. — si le comportement réel présente un intérêt particulier . 1) C2 Dans les cas où le nombre d'essais dont on dispose est trop faible pour que les méthodes définies dans cette annexe puissent être utilement employées. — si un grand nombre de composants similaires va être utilisé . sans doute sous forme de certains renvois]. comme indiqué dans la section 8. Par ailleurs. on pourra : — soit recourir à des informations a priori permettant l'emploi de techniques bayésiennes . en s'abstenant volontairement de reprendre certaines valeurs qui ne sont pas à utiliser. et il ne devrait pas y en avoir avec le DAN correspondant. . 1) C1 Pour les traitements statistiques.Page 71 ENV 1991-1:1994 Annexe D (informative) Dimensionnement assisté par l'expérimentation Init numérotation des tableaux d’annexe [D]!!! Init numérotation des figures d’annexe [D]!!! Init numérotation des équations d’annexe [M]!!! [À première vue il n'existe pas d'incompatibilité avec l'annexe Z à l'EC 3. 1) A Toute évaluation statistique nécessite une définition de la population statistique représentée et. Coordination escomptée par les soins de MME CLAVEAU. il existe une norme ISO. D.1 Domaine d’application et objectifs 1) La présente annexe est destinée à fournir des indications relatives à la planification et à l'évaluation des expériences à effectuer en liaison avec le calcul structural. 2) Les essais peuvent être effectués dans les circonstances suivantes : — si les propriétés des matériaux ou les paramètres de charge sont insuffisamment connus . — pour définir les vérifications de contrôle prévues dans les calculs. — si des modèles de calcul adéquats ne sont pas disponibles . — soit admettre que les résistances caractéristiques sont égales à une fraction (par exemple les 9/10) des résistances moyennes mesurées. la norme NF X 67-032 est applicable. lorsque le nombre d'essais est suffisant pour permettre une interprétation statistique de leurs résultats. Dans tous ces cas il sera nécessaire de pouvoir s'appuyer sur une réelle expérience pratique de problèmes semblables. s'il y a lieu. en cas d'hétérogénéité marquée d'une population statistique globale. dont ont été extraits les tableaux de la présente annexe.

Il convient de décrire les modes de défaillance et/ou les modèles de calcul avec les variables correspondantes. 5) Des informations supplémentaires relatives au dimensionnement assisté par l'expérimentation peuvent être obtenues dans les ENV 1992 à 1999. b) les essais permettant de déterminer des propriétés spécifiques de matériaux. les essais sur des prototypes de taille réelle ou sur des maquettes . il convient d'arrêter un programme des essais avec l'organisme qui en est chargé. à la réalisation des essais et à leur évaluation. y compris la mise au point de règles dans les codes structuraux. f) les essais de contrôle destinés à vérifier le comportement de la structure ou d'éléments structuraux après leur achèvement. ou les essais de nouveaux matériaux . a) C Les «limitations de l'essai» dont il est question ici concernent ses limites de représentativité. les paramètres dépendant des procédures de fabrication et de mise en œuvre. c) les essais destinés à réduire les incertitudes des modèles de charge ou de résistance. Il convient de spécifier les limitations de l'essai et les conversions requises. en particulier. par exemple les paramètres géométriques et leurs tolérances. . par exemple la précontrainte par post-tension ou l'état du terrain . in situ ou en laboratoire. Il convient. programme contenant l'objectif de l'essai et toutes les spécifications nécessaires à la sélection ou à la production des éprouvettes. e) les essais effectués en cours d'exécution en vue de prendre en compte des conditions réelles. d) les essais permettant de contrôler la qualité des produits livrés ou l'homogénéité des caractéristiques de la production. par exemple les essais d'incendie . par exemple les essais sur éprouvettes de béton . par exemple les essais de chargement pour les états-limites ultimes ou les états-limites de service. les effets d'échelle et les conditions environnementales. par exemple les propriétés requises. que les points suivants figurent dans le programme d'essai : a) Objet des essais Il convient de formuler clairement les informations que l'on attend des essais. Lorsque l'on a de sérieux doutes sur les modes de défaillance critiques que l'on s'attend à rencontrer pendant les essais. l'influence de certains paramètres de calcul auxquels on donne diverses valeurs lors des essais. les propriétés des matériaux. il convient de mettre au point le programme des essais sur la base d'essais pilotes d'accompagnement. b) Comportement attendu Il est essentiel de présenter une description de toutes les propriétés et circonstances susceptibles d'influer sur le comportement à l'état-limite considéré. 4) Les résultats peuvent être utilisés pour une structure particulière ou peuvent servir de base à la conception d'une large gamme de structures.Page 72 ENV 1991-1:1994 3) On distingue les types d’essais suivants : a) les essais destinés à déterminer directement la résistance ultime ou les propriétés d'aptitude au service des éléments structuraux. par exemple les essais de sols. D. et la plage de validité. par exemple des essais en soufflerie.2 Planification Avant d'effectuer les essais.

le matériau et le procédé de fabrication des prototypes. Il convient en règle générale de rechercher un échantillon représentatif au sens statistique du terme. les procédures d'échantillonnage. etc. une capacité suffisante vis-à-vis des déformations des éprouvettes. forces et pressions. en particulier les dimensions. de prendre en compte les interactions avec la réponse structurale. les températures. g) Évaluation et rapport d'essai Pour des indications plus précises. Il convient de sélectionner les trajets de chargement de telle sorte qu'ils soient représentatifs du domaine d'application prévu pour l'élément structural. etc. Dans les cas où elles sont indépendantes des autres paramètres du trajet de chargement. la maîtrise de la déformation ou de la force lors du chargement. le cas échéant. vitesses. il convient de dresser la liste des points et des méthodes d'observation et d'enregistrement. Il convient. c) C Un exemple de «conditions aux limites imposées» est l'effet de l'influence des plateaux de chargement d'une éprouvette sur la résistance de celle-ci. Selon le type d'essai. il convient de dresser la liste de toutes les propriétés significatives à déterminer pour chaque éprouvette. il est possible de prendre des valeurs de calcul correspondant aux valeurs estimées de combinaison de charges. par exemple les historiques des déplacements. le nombre d'échantillons. accélérations. Lorsque des propriétés structurales sont conditionnées par un ou plusieurs effets d'actions qu'on ne fait pas varier de façon systématique. Il est recommandé de tenir compte d'éventuels trajets de chargement défavorables et/ou des trajets considérés dans les calculs pour des cas comparables. les points de chargement. les conditions aux limites imposées. il convient de spécifier au moins les valeurs de calcul de ces effets. voir les ENV 1992 à 1999. d) C On appelle dans la présente annexe «historique de chargement» (ou «trajet de chargement») le processus d'application des charges lors d'un essai. e) Dispositifs d'essai Il convient d'accorder aux mesures une attention toute particulière afin de garantir aux bâtis de chargement et de soutien une résistance et une rigidité suffisantes. . De même. déformations unitaires. à partir des conditions de charge et des conditions environnementales des essais mentionnées en b).Page 73 ENV 1991-1:1994 c) Spécification de l'échantillon pour essai Il convient de spécifier les propriétés de l'échantillon pour essai. d) Spécifications de charge Il convient de spécifier. il peut être recommandé que certains résultats de mesure soient disponibles au cours même de l'essai. les trajets de chargement dans le temps et dans l'espace. la fréquence et la précision requises des mesurages et des appareils de mesure. f) Mesurages Avant de procéder aux essais.

Il convient de comparer le comportement général et les modes de défaillance avec ceux qui étaient prévus.1 Évaluation des résultats d'essai Généralités 1) Il est recommandé de procéder à l'évaluation des résultats d'essai avec une vision critique. 4) Le résultat de l'évaluation d'un essai est valable pour les spécifications et les caractéristiques de chargement considérées. Il est éventuellement possible de ne déterminer que la valeur caractéristique. à des essais supplémentaires. en est un exemple. à obtenir par exemple au moyen d'essais antérieurs ou de considérations théoriques. il convient que le modèle de calcul prenne en compte ces éléments par l'intermédiaire de facteurs (de conversion) appropriés et de règles de mise à l'échelle.3.2 D. d'évaluer les résultats d'essai au moyen de méthodes statistiques. si nécessaire. lorsque les codes comportent des marges de sécurité implicites pour des situations comparables. des conditions environnementales ou d'autres effets non structuraux. quand il y a matière. il est possible de déduire les valeurs de calcul.1 Évaluation statistique des essais de résistance et des essais de matériaux Généralités 1) Le présent article est destiné à fournir les formules opérationnelles permettant de déterminer les valeurs de calcul à partir des essais de type a) et b) sur la résistance et les matériaux (voir D.3. D. au niveau des formules. incertitudes statistiques comprises. il convient d'en chercher l'explication en procédant. NOTE : On obtient ainsi presque le même résultat que par des statistiques classiques avec des niveaux de confiance de 0.3 deux méthodes différentes sont distinguées.3.3. et elles peuvent donner lieu. 2) Il convient.3.1. il convient d'appliquer également ces marges en cas d'essais.Page 74 ENV 1991-1:1994 D.2. la valeur caractéristique y est déterminée à partir d'une distribution normalisée ou établie des propriétés des matériaux. De cette distribution.3 D. Des indications supplémentaires figurent dans les ENV 1991 à 1999. Il convient en principe que les essais débouchent sur une distribution statistique des variables inconnues présélectionnées. 3) Si la réponse (ou la résistance) du matériau dépend de la durée de la charge ou de son évolution. Lorsque les écarts sont importants par rapport aux prévisions. souvent négligé dans les calculs. Dans la méthode a). L'effet de la résistance à la traction mesurée sur éprouvettes de béton.2. Ces méthodes sont discutées respectivement en D.2. le coefficient partiel étant obtenu par la règle de calcul normale.3. La méthode b) est fondée sur la détermination directe de la valeur de calcul. à des éléments de sécurité supplémentaires. Une extrapolation pour d'autres paramètres de calcul et d'autres charges nécessite des informations supplémentaires. les valeurs caractéristiques et les coefficients partiels de sécurité à utiliser dans la méthode des coefficients partiels. On utilisera les procédures bayesiennes avec des distributions a priori vagues (contenant peu d'information). .2 et en D. 2) En 8.75.3)) . En particulier. du volume ou de l'échelle. on commence par déterminer une valeur caractéristique que l'on divise ensuite par le coefficient partiel approprié.

La valeur de kn est issue du tableau D. À défaut.2. Deux cas sont considérés comme suit : i) le coefficient de variation Vx est a priori déjà connu . fondé sur la valeur caractéristique à 5 % et sur la distribution normale. il convient d'adopter comme valeur l'extrémité la plus défavorable de cette fourchette.3 sont basés sur : — la distribution normale .1. Cette connaissance préalable peut reposer sur l'expérience de cas similaires et permettra en général d'aboutir à des valeurs de calcul plus favorables.Page 75 ENV 1991-1:1994 3) Les tableaux et les formules de D. est la valeur de calcul du facteur de conversion . En pratique.2. mx Vx kn 1 est la moyenne des résultats de l'échantillon  m x = - n est le coefficient de variation de X . si on peut considérer avec une quasi-certitude cette valeur comme contenue à l'intérieur d'une fourchette connue.1) Xk(n) est la valeur caractéristique. cette connaissance peut être basée sur l'évaluation d'essais précédents réalisés dans des situations comparables. dans ce cas. — une moyenne a priori totalement inconnue . — un coefficient de variation a priori totalement inconnu pour le cas «Vx inconnu» ou.2 et D 3.3.  La détermination du facteur de conversion dépend en grande partie du type d'essai et du type du matériau. Il convient. est le coefficient issu du tableau D. D. et de la considérer alors comme connue. la valeur de calcul d'une variable X s'obtient à partir de : X k(n) η d X d = η d -----------. mais doit être estimé à partir de l'échantillon : 1 2 s x = -----------n–1 ∑  xi – mx   2 (D. 3) C Les deux cas distingués ici à propos de la connaissance ou non du coefficient de variation sont des cas extrêmes : en général. et des méthodes plus élaborées sont à utiliser. C'est le jugement qui permet de déterminer ce qui est comparable. Il ne relève pas de la présente annexe de donner des indications supplémentaires.1. d'utiliser la ligne «Vx connu». ii) le coefficient de variation Vx n'est pas connu a priori. (D. la valeur du coefficient de variation (ou de l'écart-type) est connue de façon imprécise.3.3) Vx = sx ⁄ mx . il se peut que l'on sache au départ que le type de distribution est de nature plus favorable (par exemple la distribution lognormale) et que l'on ait quelques connaissances sur la moyenne et l'écart-type.= -----. Il convient de sélectionner le coefficient partiel à partir du champ d'application considéré pour l'essai. ∑ Xi .m x 1 – k n V x    γM γM   où : γM ηd est le coefficient partiel pour le dimensionnement . incertitude statistique incluse .2) (D.2. Aucune indication supplémentaire ne figure ici. parfaitement connu dans le cas «Vx connu».2 Méthode a) : Évaluation par la valeur caractéristique En supposant que l'on dispose d'un échantillon de n résultats d'essais numériques. au contraire.

Si X est la variable dominante du modèle d'action ou de résistance. kn peut être déterminé à partir du tableau D.68 1.30 1.74 2. Cela donne une valeur pour laquelle la probabilité d'observer une valeur inférieure est d'environ 0. Si X est une variable non dominante.8) (voir annexe A). si X est dominant (P{X < Xd} = 0.08 3. il convient d'utiliser le tableau D. il convient d'utiliser la ligne «Vx inconnu». Ce tableau est basé sur l'hypothèse que la valeur de calcul correspond à β = 3.44 11.72 1.1 %) n Vx connu Vx inconnu 1 4.51 10 1.2.2.3. La probabilité d'observer une valeur inférieure est d'environ 10 %.37 4 1.76 30 1.56 — 4 3. si X est non dominant (P{X < Xd} = 10 %) n Vx connu Vx inconnu 1 1.77 3 1.33 ∞ 1. (α = 0.40 1.8 et α = 0.27 5.2.83 2.31 1.16 3.18 4 1. Tableau D. Tableau D.13 3.38 1.1 ci-dessus. Si à la fois une valeur de calcul et une valeur caractéristique sont déterminées.31 — 2 2.3.64 D.1 %.28 1.34 1.2 .01 — 3 1.77 2.4 x 0.07 10 3.43 1.36 30 1.45 20 1.64 30 3. Il convient de déterminer ensuite la valeur de k n à partir des tableaux D.92 20 1.18 8 1.3. cependant ηd a maintenant à couvrir toutes les incertitudes non couvertes par les essais.28 A Cette méthode n'est envisagée ici que pour des vérifications vis-à-vis d'états-limites ultimes.64 1. .37 7.3.3.2.73 ∞ 1.1 : Valeurs de kn pour la valeur caractéristique 5 % n Vx connu Vx inconnu 1 2.3 Méthode b) : Détermination directe de la valeur de calcul Dans la méthode b).2 : Valeurs de kn pour la valeur de calcul ultime.36 — 2 3.83 5 1.85 6 3.80 2.00 10 1.77 — 3 3.36 1.Page 76 ENV 1991-1:1994 Dans ce cas.68 6 1. la valeur de calcul de X est déterminée à l'aide de : X d = η d X od = η d m x 1 – k n V x      (D. En ce qui concerne la validité des valeurs indiquées des coefficients β et α (dont seul le produit est utile ici).89 3.56 8 1.40 5 3.44 ∞ 3.33 6.67 1.8 (voir annexe A) et que X suit une loi normale de distribution.48 2. Elle ne doit être préférée à la méthode 1 que si on se trouve en dehors du domaine de validité des coefficients partiels codifiés.63 5 1.51 20 3. C Voir par ailleurs les commentaires de D. se reporter à l'annexe A — DAN.33 6 1.08 Tableau D.3 : Valeurs de kn pour la valeur de calcul ultime.81 — 2 1.36 8 3.4) La signification de toutes les variables est la même qu'en D. un coefficient partiel peut être déduit à l'aide de γM = Xk/Xd.2 ou D.57 3.23 4.

2.3. on peut déduire. il convient de consulter les ouvrages spécialisés. w) du modèle et en fonction de chacune des variables de base rencontrées.. il convient d'exclure tous les modes sauf un. n) est réalisée. — les valeurs de R ont été mesurées égales à ri. pour le coefficient inconnu D. il convient que la modélisation de l'élément structural soit axée sur le mode correspondant.5) Rth est le modèle théorique . préfigure correctement les tendances de base. 3) On suppose que le modèle de calcul disponible est le suivant : R = D R t ( X . en principe. 2) Pour les essais de résistance. d'un modèle exploratoire de calcul dont la précision est inconnue ou l'incertitude trop importante pour certains domaines d'application. 7) À partir des résultats d'essai. (D.. Pour les cas où les spécifications déterministes W sont diverses et/ou les variables de base aléatoires X sont mesurées indirectement ou pas du tout. 9) C Note : Peut-on donner des références d'ouvrages spécialisés ? . Une poutre peut par exemple connaître une défaillance par flexion à mi-portée ou par cisaillement au niveau des appuis. — les valeurs de X ont été mesurées égales à xi . La partie des faibles résistances (soit. On suppose que le modèle disponible.1. il convient de tenir compte du fait qu'un élément structural peut posséder plusieurs modes de défaillance fondamentalement différents. R D est le résultat mesurable de l'expérimentation . pourvu que des essais antérieurs de même nature permettent de le justifier.W ) où : X W est le vecteur des variables aléatoires . est le coefficient inconnu à déterminer par l'expérimentation.3 Évaluation des essais visant à déterminer des coefficients de modèles 1) On dispose. par exemple. la valeur moyenne moins deux ou trois écarts-types) étant très importante dans l'analyse de fiabilité. est l'ensemble des variables déterministes mesurables . l'ensemble d'observations suivant : ri (D. il est recommandé de renouveler les essais dans un certain nombre de séries. 5) Il est recommandé de porter les résultats expérimentaux.Page 77 ENV 1991-1:1994 D. où : — les valeurs de W ont été choisies égales à wi . Cette procédure de représentation sert à vérifier si les modèles de calcul prennent correctement en compte les diverses variables. Il convient de noter que la distribution normale peut être remplacée par une distribution lognormale. 6) Si l'on constate plus d'un mode de défaillance dans les résultats d'essai. Pour chaque série.3. Il se peut que la partie des résistances moyennes des distributions soit régie par des modes différents de ceux de la partie des faibles résistances.W i    8) On supposera que D a une distribution normale. dans certains cas. bien qu'incomplet. 4) On suppose qu'une série de n essais (i = 1 .6) d i = -----------------------------  R th  X i . 9) La suite de l'évaluation statistique de D est identique à celle donnée en D. Des essais peuvent alors être réalisés afin de déterminer les caractéristiques statistiques et les valeurs de calcul des coefficients de modèles pour essais du type c) défini en D. aller de formules simples semi-empiriques à des modèles évolués d'éléments finis. Ce type d'essai est souvent réalisé lors de la procédure de codification de formules de calcul. Le modèle de calcul peut.3). ri. sur un graphique en fonction des valeurs calculées Rth(xi.

la probabilité d'être utilisée comme échantillon est la même pour chaque unité du lot. 3) Pour les produits individualisés. d = mx – λn sx – xc Il convient de déterminer le nombre d'essais n et les paramètres λn et xc de façon à obtenir un essai économique et efficace. le contrôle peut aboutir à trois conclusions différentes : — le lot ou l'unité est rejeté : — le lot ou l'unité est critique : — le lot ou l'unité est totalement acceptable : d<0. produites par un fabricant unique. est donnée par : mx > xc + λn sx où : mx sx xc λn est la moyenne de l'échantillon . la définition d'une unité va généralement de soi. est l'écart-type de l'échantillon . d=0. à : — une production unique de béton à partir des mêmes matériaux. par exemple. C'est pourquoi il est nécessaire d'intégrer une certaine erreur de mesure. dans la même installation . Un lot est provisoirement défini comme un ensemble d'unités. Soumettre à l'essai toutes les unités est un cas typique où une technique d'essai non destructive doit être utilisée. par exemple la valeur caractéristique requise . mais cette dernière peut souvent être négligée. 6) Si le contrôle de la qualité est effectué sur la base de règles de sélection pré-établies. Pour les matériaux produits en continu. Dans ce cas. 5) Si l'on procède à un échantillonnage. (D. — l'acier de construction provenant d'une coulée. une unité peut être définie comme une éprouvette.Page 78 ENV 1991-1:1994 D.7) On peut en déduire que : . sur une période relativement courte. Une formulation courante. d > 0. du type d) défini en D. 2) On supposera que le produit considéré est produit par lots.4 Valeur de calcul déduite des essais de maîtrise et contrôle de la qualité 1) Les essais de maîtrise et contrôle de la qualité. est le nombre dépendant normalement de n. les lots correspondent. pour une règle d'acceptation.3.3). — des pieux de fondation pour un site spécifique. d est une fonction du résultat d'essai d'une seule unité ou une fonction du résultat d'essai combiné des unités constituant un échantillon. traité dans les mêmes conditions . un échantillon est généralement prélevé au hasard. sont destinés à vérifier la qualité des produits livrés ou l'homogénéité des caractéristiques de la production. Ci-dessus. Théoriquement il existe toujours une erreur de mesure. Une technique d'essai non destructive ne permet généralement pas de prévoir la résistance avec une précision aussi grande qu'une technique d'essai destructive. par exemple une éprouvette de béton. sans modification évidente des conditions de production. En pratique. 4) Le contrôle de la qualité peut s'effectuer sur chaque unité (contrôle total) ou sur des échantillons (contrôle par lots).1. est la valeur fixée.

en fonction de la caractéristique réelle (inconnue) d'un lot. [à discuter]. de se baser sur : — la courbe d'acceptation des règles de contrôle. par exemple. on dispose d'un certain nombre d'informations concernant la moyenne.2 et D. 2) On distingue : — un essai d'acceptation .2 et D. pour la plupart des essais de contrôle de qualité.8) 8) Il convient. le cas où x a une distribution normale. on définit souvent deux exigences qu'il convient de satisfaire simultanément.4(8). D. pour les essais sur la totalité ou unité par unité.9) La valeur de kn est déterminée à partir des tableaux D. étant donné qu'ils sont normalement effectués selon une méthode d'essais non destructifs. où l'on ne connaît pas au départ la moyenne et où il existe un critère unique (comme pour l'expression (D. 1) C Se reporter à ce sujet en 8. ceci est hors du domaine d'application de la présente annexe.2. pour lesquels il faut supposer «Vx = connu». pour une livraison non soumise à contrôle. D. Ceci nécessite un contrôle constant de la charge et de la réponse. Il convient de prendre toutes les précautions nécessaires pour que la structure ne soit pas endommagée inutilement au cours de l'essai.3).3. 8) C La «courbe d'acceptation des règles de contrôle» est la représentation de la fonction qui exprime. Les formules générales sont hors du domaine d'application de la présente annexe. le lot n'est accepté que si. un écart-type connu. à une erreur non négligeable. c'est-à-dire du type f) défini en D. — un essai de résistance.Page 79 ENV 1991-1:1994 7) En pratique. La valeur de kn est déterminée à partir des tableaux D. 10) On peut en définitive s'attendre raisonnablement. à savoir les informations sur l'écart entre lots. le résultat est également basé de manière conservatoire sur «l'unité critique» et non sur «l'unité arbitraire acceptée». Il convient de noter que.3. L'expression suivante permet de trouver la valeur de calcul ou la valeur caractéristique basée sur un lot critique (d = 0) : x k ou x d = x c + ( λ n – k n ) σ x (D. la probabilité que ce lot soit accepté. pour lesquels on peut supposer «Vx = connu». La seconde exigence est souvent liée à la valeur constatée la plus faible et peut être du type : xmin > xc (D. par exemple.1. pour calculer la valeur de calcul correspondant à des critères de contrôle de la qualité donnés. 9) Prenons.10) Dans ce cas. On suppose en outre que la moyenne et l'écart-type de x sont connus pour le lot ou la livraison totale : X d = ( µx σ x + X c σx ) ⁄ ( σe + σ x ) – Kn σx ⁄ ( 1 + σx ⁄ σe ) 2 2 2 2 2 2 0. . Comme indiqué également au paragraphe D. Dans ces cas.5 (D.5 Épreuve de chargement 1) L'épreuve de chargement consiste en un essai effectué sur la structure réelle. d1 > 0 et d2 > 0.1 f) A. D. Son complément à 1 exprime le risque (d'origine statistique) du vendeur résultant de la règle d'acceptation.3.3. — la variabilité de la production.1. à savoir la probabilité qu'un lot donné soit accepté .7)). On suppose ici qu'il existe une erreur e de moyenne zéro et d'écart-type σe. ce qui permet d'obtenir des valeurs plus favorables.1.

Si une évaluation n'est requise que pour l'élément soumis à l'essai. Le cas où VR est inconnu est hors du domaine d'application de la présente annexe. 8) Il est également possible d'utiliser une combinaison des expressions (D. il suffit d'augmenter la charge jusqu'à la valeur ultime de calcul de la charge. le degré de non-linéarité et les déformations résiduelles. Celle-ci est hors du domaine d'application de la présente annexe. il est possible de déterminer une valeur de calcul prudente de la résistance à partir de :   Rd = Ft  1 – k n VR    (D. de propriétés de matériaux supérieures aux valeurs de calcul. La charge est augmentée jusqu'à des valeurs se situant entre la valeur caractéristique et la valeur de calcul pour l'état-limite ultime. 6) Si la relation entre la résistance et la propriété du matériau est linéaire. il convient évidemment de prendre garde à ne pas endommager inutilement la structure. Des exigences peuvent être formulées en ce qui concerne les déformations. il est nécessaire de procéder à une analyse plus approfondie. Cela implique qu'il faut mesurer les propriétés des matériaux de l'élément soumis à l'essai.2. de calculer la charge d'essai minimale.Page 80 ENV 1991-1:1994 3) L'essai d'acceptation est destiné à confirmer que les performances globales de la structure correspondent à ce qui était prévu.5 1). la résistance de calcul Rd correspondant à un essai favorable avec la charge d'essai F t est égale à : R d = F t X d ⁄ X te Xte = résistance du matériau lors de l'essai Il est possible. 7) S'il est impossible de mesurer les propriétés des matériaux. il est nécessaire d'utiliser une charge plus importante.12). 5) Si l'essai de résistance est destiné à prouver que d'autres éléments semblables possèdent aussi la résistance requise. Comme déjà mentionné en D. Une exigence minimale à cet égard consisterait à corriger la charge de calcul pour tenir compte de l'existence.3.11) et (D. à partir de l'exigence « R d ≥ F d ».11) VR est ici le coefficient connu de variation de la résistance de la population considérée et kn est déterminé à partir du tableau D. . Si VR est inconnu a priori.12) (D. 4) L'essai de résistance est destiné à démontrer que la structure ou l'élément structural possède au moins la résistance prévue dans les calculs. par exemple si une partie seulement des variables aléatoires significatives peut être mesurée. dans l'élément soumis à l'essai.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful