Miracle pour 3 pêcheurs mexicains ballottés dans le Pacifique pendant 9 mois AFP 17.08.

2006 - 0:52 Neuf mois de dérive dans le Pacifique, à bord d'une barque, sans eau ni nourriture, l'odyssée fantastique de trois jeunes pêcheurs mexicains a connu le 9 août un heureux dénouement quand un thonier taïwanais les a secourus, après de nombreux appels à l'aide restés sans réponse ou ignorés par d'autres navires.

Au départ ils étaient cinq à être partis à la pêche au requin, mais deux sont morts au débu e l'année. A San Blas, sur la côte Pacifique du nord-ouest du Mexique, on les croyait morts. L'annonce qu'ils avaient été retrouvés vivants à 8.000 km de là, près des Iles Marshall, a ausé la stupeur puis une explosion de joie. Ils avaient pris la mer de San Blas en octobre 2005. Les trois hommes se connais saient peu, ils partaient à la pêche au requin sur une embarcation de neuf mètres sur trois, sans système de navigation. Partis pratiquement sans eau ni nourriture, ils ont bu de l'eau de pluie et se s ont nourris de "mouettes et de poissons, toujours cru", a raconté un des pêcheurs, J esus Vidana, lors d'un entretien avec la télévision mexicaine Televisa, depuis le ba teau qui les a sauvés. Les trois Mexicains mangeaient deux ou trois jours de suite puis, faute de prise s, devaient parfois jeûner, jusqu'à 15 jours d'affilée. Ils n'avaient pas prévu d'aller au-delà des Iles Marias, à 60 km des côtes mexicaines. U ne tempête les a empêchés de regagner la côte avant la panne d'essence. "Quand on les a perdus de vue, on a commencé à s'angoisser", confie Salvador Ordonez, originaire de Puerto Angel, un port touristique de l'Etat de Oaxaca (sud). Ils n'avaient emporté avec eux qu'une couverture, utilisée pour se protéger du soleil, une boussole, une montre et une bible. "Nous n'avons jamais perdu espoir car il y a un Dieu tout puissant. Je crois pro fondément en lui et je savais qu'il allait nous aider (...) Nous lisions (la bible ) et priions tous les trois ensemble tout le temps", confie Jesus Videna, origin aire du Chiapas.

Pendant des mois, raconte Lucio Rendon, ils n'ont pas croisé un seul navire. Puis ils ont commencé à voir des bateaux alors qu'ils s'approchaient des îles du Pacifique sud, "parce que nous étions arrivés de l'autre côté, là où il y a des Japonais ou des Chino s". "Chaque fois qu'on voyait passer un bateau, nous étions heureux, on faisait signe, il continuait sa route, quelle tristesse, parfois on se mettait à pleurer, puis ça nous passait et on discutait des heures pour passer le temps", poursuit Jesus Vi dal. Ils ont le visage, les jambes et les bras gonflés, mais ils sont en bonne santé, sel on Eugene Muller, le gérant de la société taïwanaise Koo's Fishing, propriétaire du thonie r. Au ministère mexicain de la Pêche, on ne sait rien des trois hommes, ils ne sont pas inscrits au registre de la pêche. Un fonctionnaire émet l'hypothèse que le puissant c ourant marin connu au Mexique comme "California", qui descend de l'Alaska en lon geant la côte ouest des Etats-Unis et la Basse-Californie, a pu les emporter au la rge.

se retrouvant à l a merci des vagues et des courants. L équipage ne s e st nourri que de mouettes et de poissons crus. L'eau de pluie. 37 ans. « On avait peur de couler. les empêchant de pêcher et d attraper d es mouettes.. soigneusement préparée. le 9 août dernier. ils ont été surpris par le mauvais temps puis sont tombés en panne. qui voulait prouver que les Amérind iens avaient pu émigrer jusqu en Polynésie.0:52 En 1947. estiment Jesus Vidana et Lucio Rendo n. tous deux âgés de 27 ans. le Kon Tiki. à 60 kilomètres des côtes mexicaines. en octobre 2005. « Ils ne pouvaient pas manger d'oiseaux ni de poissons crus. Salvador Ordonez. Aussi l anno nce de leur sauvetage a-t-elle causé la stupeur et une vive émotion. Selon Jesus Vidana Lopez. Leur embarcation. stockée tant bien q ue mal. Les deu x autres naufragés qui avaient entamé avec eux le périple sont morts au bout de deux m ois. reliait avec succès le Pérou aux Tuamotu à bord de son radeau. de 8 500 kilomètres effectuée en 101 jours. pour 3 pêcheurs mexicains ballottés dans le Pacifique pendant 9 mois AFP 17. Leurs familles les croyaient morts. le 28 octobre 2005.Les trois hommes sont actuellement à bord du navire qui les a secourus. Nous avons passé jusqu'à treize jours sans n ourriture. C'est grâce à Salvador Ordonez si tro is des cinq compagnons ont eu la vie sauve. Leur équipement était donc réduit au minimum. Partis à cinq du petit port mexicain de San Blas. large de trois. ils ne sont plu s que trois lorsqu un thonier taiwanais les récupère. on n'avait qu'un oiseau à manger ». Neuf mois de souffrances à travers le Pacifiq ue sur une petite embarcation à la dérive. Près de 60 ans plus tard. et leur village s apprête à les fêter dignement. se considèrent comme des miraculés. C est en décembre et en janvier qu ils ont connu les pires moments. Ils n'arrêtaient p as de vomir et ils ont fini par cracher du sang ». Un chanteur de San Blas a déjà écrit une chanson à la gloire des trois héros. avant de bondir sur sa proie. les deux disparus les avait engagés pour une journée de pêch e au requin.. Ils l ont surnommé « El Gato » (Le Chat) : il parvenait à approcher sans bruit les oise aux qui se posaient sur l'embarcation. Après quelques heures de navigatio n. c est un périple bien plus éprouvant qu ont dû subir des pêcheurs xicains. Là ils seront pris en charge par u n diplomate mexicain et passeront des examens médicaux avant d'être rapatriés au Mexiq ue.08. a raconté à l AFP Salvador Ordonez. Jesus Vidana Lope z et Lucio Rendon. au large des Il es Marshall. dans le plus total dénuement. De violentes tempête s se sont abattues sur la modeste embarcation. au nord-est de l Indonésie. parfois le froid humide et la faim. se souvient Salvador Ordonez. « On a passé la plupart du temps à lire la Bible ( ) Dieu nous a vraiment aidés car nous s ommes restés en mer si longtemps Mais nous n avons jamais perdu espoir ».2006 . longue d à peine neuf mètres. sans moyen d alerte et sans autre instrument qu une boussole. L . était équipée de d eux puissants moteurs hors-bord de 200 chevaux. Une expédition. sans abri couvert. cap vers l es Iles Marshall. aff rontant parfois le soleil brûlant. Approcher sans bruit les oiseaux Lorsqu ils ont embarqué. ils n avaient pas prévu d aller au delà des îl Marias. l anthropologue norvégien Thor Heyerdahl. a réussi à étancher leur soif. ballottés par les vagues et les tempêtes. a confié l un d e tentant de raconter leur incroyable aventure. où ils devraient arriver lundi. Leur épopée a rapid ement fait le tour du Mexique et la une des médias.

l équip ge a découvert trois hommes couchés. inévitables surenchères et spéculations diverses ont fini par déboucher sur c ette question : y a-t-il eu cannibalisme ? Un des rescapés a démenti les rumeurs persistantes auprès d un reporter de la chaîne Telev isa : « Non. non. Approchant de la barque à la dérive. selon le capitaine du thonier.Un responsable mexicain présent à Majuro. l interminable mésaventure des naufragés. Evoquant les deux disparus : « Ils refusaient de manger le poisson ou les oiseaux crus. Très amaigris. mais ce n'est pa s vrai ». ils ont été déclarés en bon e santé malgré leur éprouvante odyssée. il vomissait du sang. un thonier d une compagnie de pêche taiwanaise navigant au large des I les Marshall. révélations plus ou moins hentiques. C est. leur quasi-résurrection. je lui don nais des morceaux de poisson mais il me disait qu'il n'avait pas faim ». Salvador Ordonez a également contesté l hypothèse selon laquelle ils auraient participé à une opérat de trafic de drogue. Mais en entendan t le moteur. « il y a beaucoup de trafic maritime ». Spéculations diverses Une fois connue. Un des sauveteurs raconte : « Même une fois que nous étions sur leur barque. a déclaré mercredi un responsable du ministère des Affaires étrangères des Marshall. Il faut expliquer une série d e circonstances sur la manière dont deux des pêcheurs qui se trouvaient sur le batea u ont disparu ». » Et de questionne r : « Comment auraient-ils pu survivre sur une telle distance dans un bateau qui n a pas d abri ? » Le haut fonctionnaire émet également des doutes sur le fait qu aucun navir e ne les ait repérés. En tout cas. ils ont vu passer des navires à une fréquence plus ou moins g rande. ils continu aient à nous faire des signes ». Il a préféré évoquer son prochain retour au pays et sa rencontre avec Juliana. apparemment sans connaissance. a déch aîné la curiosité de la presse et des médias mexicains. un porte-parole du président mexicain Vicente Fox a indiqué qu une enquête serait ouverte sur la disparition des deux pêcheurs. Juan n'a jamais voulu manger cru. le préfet de police des Marshall. selon les périodes.. première étape de leur v oyage de retour. envoyés spéciaux. a fait remarquer George Lanwi. les naufragés ont ouvert les yeux et se sont mis à s agiter avec frénésie. inter iews. Reportages. « Leur examen médical est bon et ils ont même passé avec succès un examen psychologique ». Jesus Vidana a démenti lui aussi. l une des plus exceptionnelles de l histoire mariti e. pe avant que les trois compagnons ne prennent l avion pour Hawaï. Leu r santé est nettement meilleure que ce à quoi nous nous attendions. par Philippe Quillerier Article publié le 23/08/2006 Dernière mise à jour le 23/08/2006 à 18:43 TU . Ce dossier mérite des investigations. la capitale des Marshall.es corps ont dû être jetés par dessus bord. a repéré un point sur son radar. « Il faudra sans aucun doute me ner une enquête. Dans cette région. sa fille de quatre mois née en son ab sence. Aucun n a répondu à leurs signes. J'ai entendu que des gens disaient ça au Mexique. défilé d experts en survie sur les plateaux de télévision. « Cela éveille les soupçons » Durant ces longs mois. C est précisément leur bon état de santé qui a suscité les premières interrogations. a précisé que l'embarcation de pêche serait retournée au Mexique en vue de cette enquête. les pieds enflés.. « Cela e les soupçons. finalement. le 9 août q e le Koo s 102.