DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT JÉRÔME Cours de second cycle

SOUS LA DIRECTION DE GUY MAXIMILIEN

LE VODOU

Année 2003-2004

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou

Introduction (fr. Michel Van Aerde op)
Ce cours est constitué d’articles extraits du Dictionnaire Encyclopédique d’Haïti, que prépare le Centre d’Etudes et de Culture Haïtiennes (C.E.C.H.) et dont la parution est prévue pour fin 2003. L’intérêt de ce cours est double : 1. d’introduire à une forme particulière de religion, très différente des formes de religion chrétiennes, plus familières à l’Occident. 2 . d’illustrer une méthode qui allie à la recherche d’objectivité des sciences humaines l’intérêt d’une approche participante. Cette étude du Vodou, en faisant découvrir une culture singulière, a le mérite de nous renvoyer, en même temps, aux questions les plus fondamentales de toute philosophie et de toute religion.

© DOMUNI – 2003 – version 1.0

http ://stjerome.domuni.org

2

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou

Les auteurs

Laënnec HURBON Sociologue, directeur de recherche au CNRS, auteur nombreux ouvrages d’anthropologie, de philosophie politique et d’études sur le Vodou haïtien. Michel S. LAGUERRE Sociologue, professeur à l’université de Berkeley, auteur d’ouvrages de sociologie et d’anthropologie religieuse. Vernet LAROSE Sociologue en particulier dans le domaine de la religion et de la politique. Michel Philippe LEREBOURS Conservateur du musée d’art Saint Pierre de Port au prince, critique et historien d’art, auteur littéraire. Guy MAXIMILIEN Professeur en philosophie et en histoire des religions Carlo STERLIN Psychiatrie Fabio CHIARELOTTO

© DOMUNI – 2003 – version 1.0

http ://stjerome.domuni.org

3

RELIGIONS EN HAÍTI ................................................................................................................................................................. 13 IV..................................................................... 16 1........................................ 19 2.................................................................. Résultats ............................................................... 14 Bibliographie............................... 11 1................................. PLACE DU VODOU ............................................................................................. 18 3...................... Fait social du vodou ................................................................................ 18 III....... Les Européens .................... DÉFINITION ... 2 LES AUTEURS ............................................ JUSTIFICATIONS POUR L’EGLISE ET L’ETAT ........... 21 Bibliographie........................................... 23 III.... 22 3.............................................................................................................................. 24 IV..................................................... 4 QUELQUES QUESTIONS POUR STIMULER LA LECTURE ........................................................................................................................................ VODOU ................................................... LE MOT........................... MICHEL VAN AERDE OP) ...... DÉMOCRATISATION ET RELIGIONS...........................................................................org 4 ....................... 3 TABLE DES MATIÈRES ....................................................................................................................... Un abus de langage .......................... 25 2..... Déroulement .......................................................... LE VODOU DANS L’ESPACE RELIGIEUX HAÏTIEN ........................ 25 © DOMUNI – 2003 – version 1................................................................................... 11 II.................. 17 2... 17 II............. 23 I...................................... 19 3........... 16 INTRODUCTION ..................................... 16 2......................... 19 IV......................................................................................................... Objectif et déroulement ...................................... CULTE ................................................................................................. Les Africains.............. 23 II........................................ 20 4......................... CAMPAGNES ANTI-SUPERSTITIEUSES ..................................... 9 DEVOIR LONG (15 PAGES) POUR CEUX QUI ÉTUDIENT EN VUE DE LA LICENCE CANONIQUE........................................................ Vitalité créatrice et syncrétisme ................. PLACE DU CATHOLICISME ............................ 24 1.................................................................................................................................................. 20 CONCLUSION ................................................................................................................ 16 I................. 19 1........ LE CONTEXTE HAÏTIEN ......... Coexistence non pacifique............. 12 III...........................DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Table des matières INTRODUCTION (FR.......................................................domuni............ 17 1.............................................. 24 1...................................................................... Causes ..............................0 http ://stjerome.............. ORIGINE ........ 14 2............................................. 11 I........................................... Histoire du mot ........ 24 2................................................................................................................................... PREMIÈRE CAMPAGNE ANTI-SUPERSTITIEUSE (1896-1900) ................................................ PLACE DU PROTESTANTISME EN HAÏTI .............................................................. Les Indiens............................................ 10 A...................................................................... Paradoxe des rapports avec le protestantisme................................................... DEUXIÈME CAMPAGNE ANTI-SUPERSTITIEUSE (1938-1942) ..................

................................................................................................................. 29 B.. 33 Sept groupes de Lwa.................................................................................................................................................................................................... 28 VI..................................................................... DÉSIGNATIONS ............ NATURE DES LWA ........... 32 2.................................................................................................... LES MANIFESTATIONS RELIGIEUSES ....... PÈLERINAGES ............................... 37 III................................................................................................................................................................................... divinités de paix....................................... 28 V....... “EXERCICES”................................ LES DIEUX DU VODOU ........................................................... 40 II...................... 28 6..... maîtres de l’énergie ........................................................................... 48 IV................................................................................................................................................ 33 1.................................. 34 2.................. INTERPRÉTATIONS ...................................... 31 II............................. 43 CONCLUSION ............. 31 1....................................................................................... APPORT ÉCONOMIQUE DE L’ÉVÉNEMENT.......................................................0 http ://stjerome................................. 37 I.................. Evaluation de la campagne .............................. POSSESSION RELIGIEUSE .................... 33 Une liste complète .............. 46 II.................... 26 4....... Les Ogou...................................................................................................................................... Les Rada Dohomen.........................org 5 ................ à la croisée de la mort et de la vie........ 35 7........................ Les kongo.......................... 40 III.................................... 34 3.......................................... Résultats ........ 33 STRUCTURE DU PANTHÉON VODOU ............................... celles des fins de la vie humaine...DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 3............................... RARA ET MARDI-GRAS.......................................................................................................................................................................... 35 5................. 39 2......... DESCRIPTION ............................... UN TERME PIÉGÉ ........... 31 CONCLUSION .................................................... CAMPAGNES ULTÉRIEURES (APRÈS 1946)...................................................... RARA ....... Les Lwa blan ............. CONSIDÉRATIONS FINALES ............................domuni.............. LWA ............................... 36 C......................................... RITUELS ... DISCOURS ET PRATIQUE DES FIDÈLES ............................................................................ 37 II.. 37 1.................................................................. SAUT D’EAU : HISTOIRE ................ 38 IV.................... 31 I.................. “SORTIES”..... SIGNIFICATIONS ....... 49 © DOMUNI – 2003 – version 1..................................................................................................... 42 V............................. Action de la presse ........................................................................... 34 4......... 40 I...... LES GRANDS CENTRES DE PÈLERINAGE. .. CLÔTURE................. PANTHEON .... Mécontentement et violence ................... Les Petro....................................................................................... Les Gede.................................................................................................................................................................................................. 44 3.............. 46 I............................................... 27 5.................. ORGANISATION ............. 41 IV..................... 33 INTRODUCTION ............................................................................................................. SAUT D’EAU : DÉROULEMENT DU PÈLERINAGE .......................................... 35 CONCLUSION .............................................................. 46 III............................................................................................................................................................ 35 6............................................................................... Les Ibo ..............................................................

............................... GOVI ................. 66 3.......DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 1.......................................................................................................... 57 2.................................... bains...................................................... Mars 1977) ..ESPACES SACRES ................... CROYANCES ET PRATIQUES RELIGIEUSES AYANT TRAIT A L’EAU EN HAITI ................................ 62 III....................................... 65 3......................................... 60 IV............................................................ PAKE KONGO (PAQUETS CONGO).............................. 67 4....... DJEVÒ ............ PÒTTÈT (POT DE TÊTE) ......... 62 IV. Soukri-Danach... GRANBWA (GRAND BOIS) .......................................................................................................................................... RITUELS............................................. Les interprétations anthropologiques (Deren 1953................... SIMITYÈ (CIMETIÈRE)........................................................ 63 VI...............domuni.......2 Les Lwa d’eau.................................................................. PENSEE SYMBOLIQUE SUR L’EAU ............................... 56 III....................................................... 55 II... 61 VIII.................................... 1 Rapports de l’eau avec les lwa rada ............. VÈVÈ ............. INITIATION ............... 60 I....... VODOU ......... 53 D...................... 62 II.......................................................................................... 65 3........................ pèlerinages....................................................................... UNE SEULE CÉRÉMONIE ANNUELLE MAJEURE........... VODOU ................................ UNE CONFRÉRIE BASÉE SUR LA COMMUNAUTÉ D’ORIGINE ...... 57 1.......4 Points d’eau sacrés. ASON................... 61 3................... L’UNICITÉ DU RITE ...................................................................................................................................................................... mort ........................................................................................................................... 66 3... ESPACE UNIQUEMENT SACRÉ ET HAUTS LIEUX DE MÉMOIRE................................................... KALFOU (CARREFOUR) ..................... 64 2.................................................... .......................................................................... 50 2.........0 http ://stjerome.........................................1 Anbadlo ..................................org 6 .............................................................. 58 IV..............................................3 Initiation mystique .................................. 63 V..................... LIEUX..................................... MAKOUT A LEGBA ........................... 51 Bibliographie........................ 67 4......................................5 Jete dlo........ 51 3..................... L’EAU DANS LA CULTURE HAÎTIENNE................................................................. Bourguignon 1976............................................... 60 II................. L’EAU ET LES DIVINITES ................................................................................. OUNFÒ ......... 58 2........................................................................... 62 I............... Les interprétations relevant de la psychopathologie.OBJETS SACRES............................................ 63 4.............................. 55 I............................ Nan Souvnans ....... CHAMPS D’EXPRESSION DE LA PENSEE SYMBOLIQUE HAITIENNE SUR L’EAU ........... 61 VI.............................................. 55 1.......................................... OBJETS...... 67 © DOMUNI – 2003 – version 1.................................................. Une interprétation de perspective cosmocentrique........................................................... 66 3...... 65 3........... 60 III................................................... BAGI (OU BADJI) . Kiev 1962.....................................................................................................2 Rituels d’initiation.............................................................. 64 1.................. 60 V........................................................ 61 VII............................................................................................................................................... KOLYE (COLLIER)......................................... VODOU DES SANCTUAIRES.............................................. 67 4.............. AUTRES POINTS SACRÉS DU OUNFÒ..............................................

.......................................................................................................................................................................... 69 5.............................................................. 89 VI.............. Chandeleur ....................................................... 74 ANBADLO ................................................ 78 1...... ELECTION ................................................................................................................................................................................................................................... 87 IV.............. Rites funéraires..................................................................................................................................................................... DEGRÉS D’INITIATION ........................... 85 1.......................................Pile fèy ou Pile Makaya................ L’INITIATION DANS LE VODOU HAÏTIEN .............................................................................................................................................................................org 7 .......... Kouche sou pwen (coucher sur point) .............................................................................................................. Mariages mystiques .........................................1 Description du phénomène ............. Boule Bwa de la St................ INITIATION ET THEORIE DE LA PERSONNALITE ............................................................................................................ SIGNIFICATION ANTHROPOLOGIQUE ................... 75 EAU PREMIER DEVOIR ....................................................................... 83 4......... 74 EAU – INITATION . 71 ANNEXE : QUELQUES CHANTS RELIGIEUX AVEC LE THÈME DE L’EAU .................... 88 4.............. 70 6................................... 82 2.... 87 1..DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 5.......................................................................... DÉROULEMENT ET PORTÉE DU RITUEL ............................................ 80 4................................ 86 III..................................................... 76 AIR – EAU ...................... 74 BAIN RITUEL.................................... Initiation .FEU ......... 80 3....domuni....................................................................................................................... Le nanm ....................... Le kadav kò...................... 82 1.... Boule zen ............................................................. Prise d’ason.................... Les lwa............................ Lave tèt (Lavage de la tête) ...................... 85 I....................... RITUELS PÉRIODIQUES .................................................... Festival des gede ............................ 82 3............0 http ://stjerome...... 77 5......................................................... 90 © DOMUNI – 2003 – version 1............ Les bonnanj .................... 81 6............................................ RITUELS LITURGIQUES ............................................1 Les symboles universels de l’eau........................................................ RITUELS GÉNÉRAUX . Bains de décembre .............................................. 83 6........................................................... Kouche yanm .......Année liturgique ............................................. 85 II........................................................... 86 4..................................................... Kase gato .......................................................... THÉORIE DE LA PERSONNALITÉ .................................................... 86 3.................2 Un aspect prédominant du symbolisme de l’eau en Haïti............................................... 70 6....................................... 81 5.......................................... 69 5.......... 80 2....................... 81 III................................... Chire Ayizan .................... 76 EAU ............................................................... 86 2...... 81 7........................................ Kanzo (rituel par le feu) et ounsi kanzo ...................................................................... SYMBOLISME HAITIEN ET SYMBOLISME UNIVERSEL DE L’EAU .......................................................................... RITUELS RÉGULIERS ET OCCASIONNELS ................................................................................................................ 88 2....................................... 74 EAU EPREUVE................................................................................2 Interprétation du phénomène .. 78 I.......................... 80 1................................... 69 6............. Sèvis kay (Service cultuel des lwa de la maison) .............. 79 II.......................................................................................................................... 88 V....................... 88 3....................................... MET ET METRES DLO........................................ 78 2......................... Jean .

................................................................................................................ 103 ANNEXES ........................................................................... 96 INTRODUCTION ....................................................................................................................................................................................................................................... 100 BIBLIOGRAPHIE .............................. 96 II..............org 8 ....................................... 111 FIGURE 1 : VÈVÈ LEGBA ........................ 92 1................................................................................................................ 93 IV.............................................................................................................. 96 I.......................................................................................domuni.......... 116 DYNAMIQUE VODOU ET DROITS DE L'HOMME EN HAITI (EXTRAITS) 116 SECONDE PARTIE : DYNAMIQUE VODOU AU LIEU DES DROITS DE L'HOMME ...................................................................................................................................................... 105 ANNEXE 2 : ART ET CULTURE ......................................................... 92 II..................................................... EFFETS DE LA MONDIALISATION SUR LE VODOU... VRAIS RAPPORTS DU VODOU AVEC LA PEINTURE HAÏTIENNE ........................................ APPORT DU CENTRE D’ART À LA PEINTURE HAÏTIENNE.................. 111 FIGURE 2 ....................................... 116 © DOMUNI – 2003 – version 1.. VODOU ET PEINTURE ............................................................................................................................................... FACTEURS FAVORABLES À L’INTRODUCTION DU VODOU DANS LA PEINTURE ........ 109 ANNEXE 4 : ILLUSTRATIONS ....... EFFETS GÉNÉRAUX DE LA MONDIALISATION ............... 97 III.................................................. 94 2....... LE VODOU FACE À LA MONDIALISATION .......... 112 FIGURE 3 : VEVE TO EZILI ...... VODOU ET MONDIALISATION ......................................................................................................0 http ://stjerome.................. 105 ANNEXE 1 : GLOSSAIRE DU VODOU (HAÏTIEN) ...............................DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou E........... 92 III.............. VODOU « TOURISTIQUE » ET PEINTURE HAÏTIENNE ............... 114 FIGURE 5 ........................ VODOU ET CULTURE.......... 92 I..... 113 FIGURE 4 ........................................................................ 115 ANNEXE 5 :.............................

Le Vodou est-il une religion ? 2. Pourriez-vous en écrire un autre sur Vodou et sculpture (en particulier sur tôle et sur bois). Que signifient pratique de « la main gauche » et pratique de la « main droite » ? B. Comment s’appellent les « prêtres » du Vodou ? 3. A. Le Vodou : sorcellerie ? fanatisme ? hystérie ? 6. Pouvez-vous citer des éléments qui sont passés du christianisme au Vodou : Parmi le lwas ? Dans les objets de culte ? Dans le vocabulaire ? … 5. Le Vodou peut-il s’institutionnaliser ? 7. Il est conseillé d’y revenir en fin de lecture pour évaluer si l’on est capable de répondre et pour tenter quelques synthèses nouvelles. Pourriez-vous écrire un chapitre sur le rapport du Vodou au temps et à l’espace (en particulier l’Afrique et l’océan) ? © DOMUNI – 2003 – version 1. 8.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Quelques questions pour stimuler la lecture Nous plaçons dès le début de ce cours quelques questions pédagogiques. Y a-t-il des éléments du Vodou qui sont passés dans le christianisme haïtien (musique.0 http ://stjerome. Comment s’appellent les « temples » du Vodou ? 4. La connaissance du Vodou vous paraît-elle utile pour comprendre Haïti ? 4. anges. Y a-t-il un Dieu supérieur. Un chapitre a été consacré à Vodou et peinture. symboles etc. Parle-t-on de phénomène de possession dans le Vodou ? 9. Pourquoi le Vodou est-il capable d’assimiler les éléments culturels et dévotionnels du christianisme sans se laisser lui-même assimiler ? 5.) ? 7. un autre encore sur Vodou et littérature ? 10. Sous quel terme le vodouisant se désigne-t-il lui-même ? 8. des énergies ? Y a-t-il un parallèle possible avec la mythologie greco-romaine ? Avec les archanges.domuni. Questions de synthèse 1. un maître de tout ? Quel est son rôle ? Les autres sont-ils de simples dieux secondaires. Questions de cours 1. Le Vodou est-il une chance ou un handicap pour le développement ? 3.org 9 . Quels sont les lwas de la mort ? 2. Les rapports du Vodou et de l’Etat. puissances et principautés du christianisme ? Quelles différences ou oppositions voyez vous ? 9.

staretz. gourou. Comparer le rôle de « médiateur » du oungan dans le vodou et d’un autre agent du sacré (pasteur.) dans une ou plusieurs religions.org 10 . prêtre. rabbin. des figures de lwas (vodou) Situer ces aspects par rapport aux rôles de modèles et d’intercesseurs chez les saints catholiques. la croix.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Devoir long (15 pages) pour ceux qui étudient en vue de la licence canonique Sujets de réflexion(au choix) sur les religions (à partir du vodou et/ou de toute autre religion) 1.domuni. © DOMUNI – 2003 – version 1. mufti ou imam) 3. lumière. 2. Dimensions archétypales des figures de saints (catholicisme). arbre etc. Etudier un symbolisme (eau.0 http ://stjerome.

les services de santé. La culture et l’éducation. Place du Protestantisme III.0 http ://stjerome. s’est rallié en 1791 à la cause de l’insurrection. vont enrichir de nombreuses villes de France et d’Europe.Domingue. mémoire vive de l’Afrique. Pères du Saint Esprit. et c’est seulement trois siècles plus tard. les esclaves dont le travail. par le traité de Ryswick.domuni. implantées dès les premières années du Concordat. Haïti a ouvert ainsi au début du XIXe siècle le chemin de l’abolition de l’esclavage et de l’indépendance dans les autres pays de la Caraïbe et de l ’Amérique latine. Place du Catholicisme II. tandis qu’à l’Espagne revient la partie orientale qui deviendra plus tard la République Dominicaine. Démocratisation et religions I. . RELIGIONS EN HAÍTI I. le catholicisme avait beau être préposé à une tache de contrôle des esclaves pour les dissuader de se rebeller. Le vodou favorisera justement le renforcement des liens entre les esclaves lors des révoltes contre les maîtres et surtout lors de la grande insurrection de 23 août 1791 qui aboutira à l’indépendance du pays. mais aussi les oeuvres © DOMUNI – 2003 – version 1. Christophe Colomb plante la croix sur les rivages de l’île d’Haïti et la baptise du nom d’Hispaniola. Un Concordat signé en 1860 entre le Vatican et l’Etat haïtien fait du catholicisme la religion officielle du pays. Place du Catholicisme Le 5 décembre 1492. sur les plantations et les habitations sucrières.org 11 . soit le 1er janvier 1804 que le pays devenu indépendant retrouve son nom indien : Haïti. Le contexte haïtien 1. Dans la naissance de la nation haïtienne. dans sa majorité. Place du vodou IV. deux systèmes religieux ont joué un rôle cardinal. Religieuses de Saint Joseph de Cluny. et l’île est livrée pendant plus d’un siècle à des corsaires et à des flibustiers. la France prend possession de la partie occidentale de l’île qu’elle appelle Saint. Mais en 1697. Les Espagnols sont parvenus en très peu de temps dans leur recherche effrénée de l’or à exterminer presque tous les Indiens.D’un côté le vodou.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou A. le clergé missionnaire. De ce fait les écoles les plus importantes qui devaient former les premières élites intellectuelles ont été congréganistes : Frères de l’instruction chrétienne. .D’un autre côté. d’où ont été déportés en masse dans les bateaux négriers.

de 4 asiles de vieillards. du grand séminaire de Saint Jacques de la Bretagne française. En revanche. quelle place occupe le protestantisme dans l’histoire d’Haïti ? II. Pour la seule année 1997. Mais au XVIIe siècle. les religieux sont eux au nombre de 1 475 répartis dans 33 congrégations. Pour Duvalier père. C’est dans un tel contexte qu’un religieux salésien. pendant que le taux chômage ne cesse d’augmenter. sera élu en 1990 Président de la République.0 http ://stjerome.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou caritatives (asiles pour les pauvres par exemple ) sont pris en charge par l’Eglise. l’Eglise. de 29 centres d’alphabétisation. Paradoxalement l’Etat n’a cessé de recourir à l’église pour présenter Haïti comme une nation « civilisée » et pour consolider son indépendance. l’île servait de refuge pour les protestants persécutés en © DOMUNI – 2003 – version 1. en sa majorité. Une telle situation semble constituer l’un des facteurs de conversion à de nouvelles confessions religieuses dont le Pentecôtisme en particulier. de 18 hôpitaux et 106 dispensaires. dans les années 1980. En 1988. et surtout les groupements laïcs dont les TKL (Communautés chrétiennes de base). En 1985. totalement au service du pouvoir politique et il est parvenu. en sorte que l’Eglise finira par apparaître aux yeux de divers gouvernements comme un Etat dans l’Etat. des projets d’aide au développement. De nombreux conflits marquent leurs relations au XIXe siècle et jusque sous le régime récent des Duvalier (1957-1986). 30 écoles secondaires en 1971). L’Eglise doit sa position privilégiée au Concile Vatican II qui l’a poussée à s’adapter au langage des masses haïtiennes (à faire. la capitale du pays. de même à reprendre dans sa liturgie les rythmes musicaux des cérémonies du vodou). à négocier avec le Vatican l’établissement d’un épiscopat formé uniquement d’Haïtiens pour la première fois dans l’histoire du pays. un emploi systématique de la langue créole parlée par la majorité de la population mais traditionnellement tenue pour une langue infériorisée . allait s’engager dans la défense des droits humains fondamentaux et même avoir le leadership dans la lutte pour la chute de la dictature en 1986. L’Etat haïtien va ainsi prendre appui sur l’Eglise même pour tous les actes d’état civil. par exemple. l’Eglise idéale ne pouvait être que nationale. on découvre 784 cas d’homicides dans la zone de Port-au-Prince. de 120 écoles presbytérales (pour les enfants des campagnes et les enfants des quartiers pauvres).org 12 . treize ans après la chute de la dictature. JeanBertrand Aristide. Avec des programmes de radio qui couvrent tout le pays. après avoir chassé de nombreux religieux et évêques. Mais auparavant. Place du Protestantisme en Haïti Le protestantisme s’est installé seulement à partir de 1817 en Haïti avec les Méthodistes. et il appartient aux gouvernements haïtiens de payer régulièrement les frais de formation du clergé qui viendra. la paysannerie formant encore plus de 65% de la population qui est estimée à environ 7 millions d’habitants. il y a 438 prêtres pour 200 paroisses et 1 300 chapelles rurales. la misère est encore très grande autant que l’insécurité dans la vie quotidienne pour toutes les couches sociales : le PIB est toujours à 350$ par tête d’habitant et 5% de la population ont 50% du revenu total du pays.domuni. L’Eglise dispose de tout un réseau d’écoles ( 229 écoles primaires.

6%.0 http ://stjerome. Persécuté par le clergé catholique à plusieurs reprises (1896.2 % en 1982 à 39% en 1996. Place du Vodou S’il y a encore des adeptes du vodou qui éprouvent des difficultés à assumer publiquement leur appartenance religieuse. III. et surtout en 1941) avec l’appui de l’Etat à l’occasion de grandes campagnes dites « anti-superstitieuses ». de projets de développement. de stations de radio. Ces dieux sont organisés en plusieurs familles et distribués de manière hiérarchique : un chef de file existe. Il exerce aujourd’hui encore une grande influence dans la vie culturelle et artistique. seul le catholicisme était admis par l’administration coloniale. danse. Signalons que le pentecôtisme demeure en tête de toutes les confessions et des nouveaux mouvements religieux implantés ces vingt dernières années dans le pays. il ouvre la barrière qui sépare les humains du monde invisible.9% en 1982 descendent à 49. de nombreux dispensaires. il est souvent le premier invoqué dans les cérémonies. © DOMUNI – 2003 – version 1. De même. Aujourd’hui. Il inspire même tous les arts en Haïti : musique.org 13 . mais il laisse aux dieux secondaires le soin de s’occuper des humains. S’il parvient à survivre dans la société haïtienne. il existe une Fédération des Eglises Protestantes qui disposent de plus de 2 000 écoles à travers le pays. pendant que les catholiques de 78. et en 1905 les Adventistes. ou encore en langue créole lwa. Les dernières enquêtes entreprises en 1996 sur l’appartenance religieuse montrent que les protestants sont passés de 16. En 1847 arrivent les Baptistes. en sorte qu’on peut dire que le protestantisme dispute à l’église catholique son influence dans les nombreux bidonvilles de la capitale et dans les campagnes rurales. il s’appelle Legba. les divers rites du vodou et les formes de culte qui se déploient toujours avec des danses exécutées au rythme des tambours font des cérémonies de véritables fêtes populaires. également diabolisé par la plupart des confessions protestantes (dont les baptistes et les pentecôtistes). le “Grand Maître” : il ne reçoit aucun culte particulier.domuni. trône un Dieu suprême. De 1915 à 1934. car lors de la révocation de l’Edit de Nantes et la promulgation à la même date ( 1685) du Code noir régissant la vie des esclaves. Ces pourcentages qui valent pour la zone métropolitaine donnent des indications sur l’évolution générale du catholicisme et du protestantisme à travers tout le pays. On peut dire qu’on assiste peu à peu à la fin de l’hégémonie du catholicisme en Haïti et à l’avènement d’un pluralisme religieux de plus en plus accentué. le vodou n’est plus pénalisé depuis la dernière Constitution de 1987 et ne fonctionne plus comme un culte clandestin. puis en 1874 l’Eglise Orthodoxe Episcopale. par exemple. sculpture etc. Au-dessus de tous les lwa. c’est aussi parce qu’il dispose d’une mythologie impressionnante : le vodouisant croit en effet en une pluralité de dieux qu’on appelle encore “anges” ou “mystères”. faire du culte des saints un support pour ses croyances polythéistes et utiliser le calendrier catholique pour ses propres cérémonies.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou France. Haïti est occupée par les Etats-Unis qui vont amener avec les Marines de nombreuses confessions protestantes. le vodou a su très bien s’adapter pour survivre : il a su. peinture.

HURBON (Laënnec) 1988. Voodoo and politics in Haïti. D’un côté ils deviennent les lieux où une parole d’espoir est attendue face à la perte des repères symboliques traditionnels dus à la tentative elle-même de démocratisation et. S’il s’agit par exemple du dieu de la guerre. Les référents culturels à Port-auPrince. à la nécessité de s’ouvrir à la tolérance et d’assumer le pluralisme religieux qui s’impose désormais en ce début du siècle. dans tous les cas. Macmillan Press. C’est avec eux qu’ils dirigent les cérémonies dont les plus régulières sont des manje-lwa ou repas des dieux au cours desquels on leur offre en sacrifice des animaux (volaille. Port-au-Prince. Ogou. la nation. Dir) 1996 Les transitions démocratiques. en même temps. Editions Karthala. bœufs etc. Editions Gallimard. Essai sur l’Etat. Chaque dieu a ses caractéristiques propres et correspond aux divers domaines de la nature (eau.domuni.0 http ://stjerome. Cresfed ( Centre de recherche et de formation économique et sociale. Le protestantisme dans la société haïtienne. mais des femmes peuvent être aussi prêtresses. IV. De là découle sans doute une nouvelle orientation de la problématique religieuse marquée par le désenchantement et la déception. Paris HURBON (Laënnec) 1993. ). Paris. Comprendre Haïti. sorte de grande cour regroupant plusieurs familles autour d’un patriarche qui est souvent un prêtre-vodou. air. Port-auPrince. © DOMUNI – 2003 – version 1.. on les appelle manbo. Paris HURBON (Laënnec. HOUTART (François) et REMY (Anselme) 1996.. Les mystères du vodou. ROMAIN (Charles Poisset) 1986.) et les mets qui leur conviennent. Comme si une crise larvée secouait dorénavant tous les cultes. Editions Karthala. Religions et politique en Haïti. chèvres.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Celles-ci sont organisées dans des espaces appelés lakou. les prêtres du vodou sont appelés oungan. est « possédé ». Les groupes pentecôtistes et le courant du renouveau charismatique ont un succès croissant auprès de toutes les couches sociales. feu) autant qu’à diverses activités sociales. donne tous les signes d’être porté par une vision populiste qui fait peu de cas des médiations institutionnelles requises par un Etat démocratique de droit. Interprète du langage des dieux. Ils disposent d’un temple ou ounfò et sont entourés d’habitude d’un corps d’initiés ou ounsi. laïcisé depuis son retour au pays sous la protection des Nations Unies et du gouvernement américain. Londres. ne manque pas d’ambiguïtés.org 14 . c’est à dire prend la forme même du dieu telle que la tradition mythologique le décrit. Démocratisation et religions Le processus de démocratisation que connaît Haïti depuis 1986 se développe de manière chaotique et. Laënnec Hurbon Bibliographie NERESTANT (Micial) 1994. Editions Syros/ La Découverte. car le mouvement que dirige Jean-Bertrand Aristide. la culture. LAGUERRE (Michel) 1989. habillé aux couleurs du dieu qu’il honore. Imprimerie Henri Deschamps. Le point culminant d’une cérémonie est le moment où l’individu. il brandit un sabre.

domuni.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou © DOMUNI – 2003 – version 1.org 15 .0 http ://stjerome.

100). Le mot 1. le Vodou haïtien est un des exemples des religions afro-américaines que les Noirs transplantés en Amérique à l’époque de la traite et leurs descendants ont constituées à partir de leurs héritages africains et suivant les circonstances socio-historiques de chacune des colonies. Les Indiens 2. il désigne une danse et un rythme particuliers et.0 http ://stjerome. Origine 1. Coexistence non pacifique 2. plus de dix millions d’Africains ont été déportés d’Afrique en Amérique. Les Européens 3. il en est venu à désigner l’ensemble des croyances et des pratiques religieuses ou magiques propres au peuple haïtien. la Santeria à Cuba. I. dans la langue moderne. Comme le Candomble au Brésil. des ethnologues.org 16 . parlée dans l’actuel Bénin. Le vodou dans l’espace religieux haïtien 1. Un abus de langage II. Culte IV. Paradoxe des rapports avec le protestantisme 4. Fait social vodou Conclusion Introduction On estime que.domuni. Le mot 1. divinité. les rites et la mythologie semblent provenir principalement des Yoruba. Histoire du mot Vodou ou vodôu (avec nasalisation) est originellement un terme de la langue fon. du tourisme. le culte de Shango à Trinidad. Alors qu’au Brésil et à Cuba. en Haïti le panthéon et la terminologie sacrée renvoient surtout aux traditions dahoméennes. Les Africains III. © DOMUNI – 2003 – version 1.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 2. Vitalité créatrice et syncrétisme 3. sous l’influence des observateurs étrangers. Ce sens est conservé en Haïti uniquement dans quelques rares cantiques anciens. comme c’est déjà le cas dans Moreau de St Méry. et signifie esprit. Histoire du mot 2. pour être réduits en esclavage (Pétré-Grenouillot 1997. VODOU Introduction I. entre 1600 et 1803. Dans le parler traditionnel.

Des cultes vodou se sont poursuivis dans les grottes indiennes du pays. outre apparemment des motifs européens ou africains. ils disent qu’ils sont “serviteurs”. II. Cependant le peuple haïtien lui-même distingue soigneusement la pratique religieuse de la main droite ou sèvis ginen (service de la Guinée) et les pratiques magiques de la main gauche ou sorcellerie. les jumeaux). réelle ou supposée. ce qui pourrait éclairer nos rites actuels de Marasa Quatre (Les quatre Jumeaux) et. les fidèles n’emploient pas traditionnellement le terme de “vodouisant” . qu’ils accomplissent des “devoirs”. Mais le statut particulier de celui-ci dans le pays lui vient de son origine indigène.domuni. la mention particulière lèmò. Raymond Mallebranche : SUD (DEH)] rapportent une pratique des Indiens qui semble être la même que celle du rituel vodou actuel de rele lwa nan govi (appel des lwa sur govi).org 17 . Ces divers indices devraient inviter à des recherches en vue d’identifier avec le plus de précision possible les éléments indiens dans les représentations et les rituels haïtiens. tout au long de l’histoire coloniale. et enveloppent dans la confusion ce qui est religieux et ce qui ne l’est pas : par exemple ce que l’on raconte au sujet des zonbi et de la sorcellerie.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Dans le contexte de la pratique religieuse. Européens. Les niveaux de civilisation technique devaient être assez voisins. les saints. Africains. D’héritage substantiellement africain. dans la formule rituelle haïtienne. Des échanges n’ont pu manquer de se produire particulièrement au sujet de l’usage des feuilles locales et des pratiques de médecine traditionnelle ou sacrée. lèmarasa (les morts. Origine Les cultes des Indiens et le christianisme apporté par les Espagnols ont précédé le vodou sur le territoire de l’île. Un abus de langage Un grand nombre d’écrivains étrangers depuis le XIXe siècle. Les Indiens Il y a eu des échanges entre Indiens et Africains.0 http ://stjerome. dès l’arrivée avec les Espagnols des premiers Noirs déjà baptisés venus d’Espagne ou du royaume chrétien du Congo. par exemple le culte à Bosou et à Tèsi Freda dans la Grotte à la vulve de Thomazeau. de l’influence pernicieuse des Noirs sur les Indiens (Deive 1919 : 54) ? Ces échanges se sont poursuivis. Ramon Pane rapporte aussi l’importance des deux paires de jumeaux dans les mythes d’origine des aborigènes. les missionnaires en Haïti et leurs ouailles utilisent le terme vodou pour désigner n’importe quelle pratique indigène. cf. il naît à partir de la rencontre des diverses populations qui. 1. des “règlements”. Le tracé des dessins rituels dans le vodou actuel. semble bien avoir aussi des antécédents ou des parallèles dans les cultures amérindiennes. qu’ils “servent les mystères”. Ne voit-on pas les autorités espagnoles se plaindre. Les écrits de Fray Ramon Pane et Don Diego Colon [Pour rencontrer Indiens-Noirs. entre marrons indiens et marrons africains. au sein de la situation coloniale. © DOMUNI – 2003 – version 1. se sont trouvées en présence sur l’île : Indiens. 2. sous Ovando en 1503. le vodou gardera des traces de cette origine multiculturelle dans son idéologie et dans ses pratiques. lèsen. Comme le peuple haïtien lui-même et sa culture en général.

3. etc. Saint Jean le Baptiste. à part entière. certains motifs des dessins rituels. Les Africains Ce sont évidemment les Africains qui prédominent dans la formation de la nation nouvelle. Fons. Erzulie Bandja. instruites ou guerrières. dans cette occurrence. Mentionnons aussi. Ils provenaient de diverses parts de l’Afrique. de Clermézine. l’association à celles du vodou de croyances et de pratiques catholiques : monothéisme. mais comme en témoigne aussi la richesse de l’héritage religieux transmis ou re-élaboré sur la nouvelle terre. des personnalités de Saint-Jacques-le-Majeur. Les Européens Aux Européens évidemment se rapportent toutes les influences venues du christianisme et de la franc-maçonnerie qui imprègnent le vodou haïtien. comme l’attestent les travaux sur la Traite. utilisation des noms et des images de saints. etc. réfèrent à de grands sites dahoméens : Ogou Badagri par exemple. les rites précèderaient bien les mythes ? © DOMUNI – 2003 – version 1. de Brigitte. recours à certains gestes rituels des cérémonies du baptême et du mariage. Du point de vue de l’idéologie. Il faut cependant remarquer. Le rituel vodou a conservé les noms et le souvenir des nombreuses ethnies représentées dans la colonie. On observe que les noms de nombreux lwa. Communément désignée sous le terme de syncrétisme. en Haïti. Silvérine. tout de même. en contraste avec l’Afrique ou avec le Brésil qui avait gardé des relations beaucoup plus tardives avec le continent-mère. selon les cas. en sus de nombreux artefacts. l’absence pratiquement de mythologie dans le vodou haïtien. Ces indications illustrent le fait que des représentants de castes élevées. l’usage des noms d’Erzulie. Agathine.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 2.domuni. les Européens ont aussi laissé une échelle de valeurs et une vision de l’homme qui les agrandissait eux-mêmes tout en rapetissant le Noir esclave. pélerinages communs. l’intégration. à titre d’exemple. . et correctement interprétée et replacée dans la logique des attitudes fondamentales du vodou. figuraient parmi les Noirs réduits en esclavage à St-Domingue. Sainte-Elizabeth. pour ne rien dire d’un solide fond médiéval de croyances et de pratiques de magie et de sorcellerie venues se mêler à des traditions africaines et qui parasitent le religieux dans le vodou. messes. bien que la colonisation européenne à Saint-Domingue en ait été une plus d’exploitation que d’implantation de civilisation. dans le panthéon. L’influence celtique en particulier et des gens de la mer mériterait examen. du nom d’une des couches dirigeantes de la tribu zande (ex-Congo Belge). à titre d’exemples pour ces traces européennes. Cela autoriserait-il à penser que les ancêtres de la population haïtienne provenaient d’une époque antérieure aux développements de la mythologie en Afrique ? Et que. usage de psaumes. demanderait à être bien examinée. Cristalline pour certains lwa . mais principalement de l’Afrique de l’Ouest et du Congo : Bantous. Saint Jean l’Evangéliste.org 18 . Saint Nicolas. et dont les séquelles ont perduré dans l’histoire culturelle haïtienne. A mentionner. à part quelques bribes.0 http ://stjerome.

Le Chire Ayizan. Vitalité créatrice et syncrétisme Le vodou a. de boissons. Ason. d’eau. et. de feuilles. Ce culte. Govi. la Vierge Marie sous de multiples vocables. le Boule Zen. IV. le Boule Bwa. En ce qui concerne le vodou et le catholicisme. intégré des éléments des croyances et des pratiques catholiques. awezan. par la suite. cependant fort mal tolérée par l’Eglise. Ste Philomène. mais par le jeu naturel d’affinités symboliques et sur reconnaissance d’identités archétypales. le kanzo ou les rites funéraires. organisées en panthéon. Pake kongo. comme le Bohoum ou le Wete mò nan dlo. on pourrait parler d’une symbiose dès l’origine. Coexistence non pacifique On peut dire que le vodou a coexisté et. etc. par la force. c’est-à-dire en une totalité à l’intérieur de laquelle chacun ou chaque groupe a un domaine ou des fonctions qui lui sont spécialement reconnus (bien que cela n’entraîne pas une limite à leur pouvoir d’intervention : ce qu’un lwa peut faire. des lieux et d’objets de culte et à contraindre la population à l’abjuration de traditions religieuses familiales. jusqu’à porter celle-ci. St. de danses. à recourir au bras séculier et à mener de déshonorantes campagnes dites antisuperstitieuses. avec des variations dans la signification selon les lieux. avec destruction. de nourritures. de dessins. François. la sortie des drapeaux sont des séquences liturgiques qui font partie de tout grand acte cultuel solennel : les rites d’initiation. 2. notamment dans le culte des Saints. Ceci. Nicolas. de parfums. ayizan. Culte Le vodou adresse un culte à une pluralité de divinités appelées lwa. malgré le réveil culturel indigéniste de notre époque.0 http ://stjerome. sous l’inspiration. “Dieu”et “diable”. de la Légende dorée de Jacques de Voragine. caractérisée par l’utilisation de lumière. de très tôt. Ste Marie Madeleine. sont des exemples de saints catholiques © DOMUNI – 2003 – version 1. n’importe quel autre peut le faire également). D’autres rites solennels sont le Pile fèy ou Pile Macaya.domuni. St. le Kouche yanm. s’exprime dans une liturgie riche et savante. non pas principalement pour masquer sa persistance aux yeux du maître colonial selon une théorie trop superficielle du syncrétisme. dans les temples et les sanctuaires. Le vodou dans l’espace religieux haïtien 1. St. coexiste encore difficilement avec les diverses confessions chrétiennes qui forcent. dans les consciences.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou III. asen. le Kase gato. Parmi les instruments du culte sont les objets sacrés : tambours. entre autre. kolye. une opposition arbitraire entre “vraie religion” et “superstition”. de couleurs. dans les années 40.org 19 . Dominique. de musique.

peut apparaître. par exemple. désavouées par le protestantisme officiel. donc pas seulement sur la base de traits iconographiques semblables. avec les armes du matraquage idéologique et des appâts d’ordre social et matériel. etc… Il conviendrait aussi de mentionner les rapports entre le vodou et la franc-maçonnerie et les autres traditions ésotériques. Elle peut rester à l’état de simple possibilité. et dont la fonction est. ou bien se traduire par des démarches ponctuelles selon les besoins ou circonstances. père nourricier de la Sainte Famille et Papa Loko. déesse au coeur percé par toutes les amours . de rituels thérapeutiques. présentes en Haïti. il résulte que l’importance sociale du vodou ne se laisse pas mesurer par des critères comme le nombre de fidèles et des © DOMUNI – 2003 – version 1. L’appartenance y est communale. le vodou est la cible permanente d’un acharnement et d’une virulence extrêmes conduisant certains à croire à une entreprise systématique de déculturation de la population. figures guerrières . par sa nature et par son rôle historique. ou comme associé à de graves inconvénients sociaux ou personnels. dites protestantes. la “conversion à l’Evangile” et le rejet fanatique de leur religion traditionnelle par les convertis aux sectes. pour des raisons admises dans le système.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou purement et simplement adoptés et inclus dans la prière liturgique. entre les Saints Jacques ou Georges et les Ogou. parfaitement intégré dans le système vodou. de musiques. semblent indiquer qu’il s’agit davantage de formes nouvelles de substitution que de la négation du système culturel vodou. c’est-à-dire fondée sur la naissance de l’individu dans le groupe. La perception d’affinités symboliques fonctionnelles. de certaines formes de transe. Paradoxe des rapports avec le protestantisme De la part de certaines confessions fondamentalistes. mais à un couplage profond. A cause de son mode pluriel d’organisation et de l’absence d’une autorité centralisante.domuni. a conduit. Fait social du vodou Le vodou diffère des autres religions d’obédience chrétienne. certaines caractéristiques institutionnelles dans les nouvelles sectes charismatiques. entre St Patrick chassant les serpents d’Irlande et Danbala dont le serpent représente l’aspect zoomorphique . non à une identification pure et simple. baptême ou conversion. Les pratiques florissantes de danses. entre St Joseph. 4. entre St Pierre. 3. Cependant. mais comme un mécanisme psychologique et social. quoique qu’il en soit de la sincérité des cœurs. à qui observe soigneusement et sur un long terme. non comme la négation absolue qu’elle prétend être. la soustraction aux exigences rituelles d’un héritage religieux considéré ou comme trop lourd. détenteur des clés du Paradis et Legba. entre la Vierge des sept douleurs et Erzulie. divinité des ouvertures . agrégation à une communauté…). Il ne forme pas une église qu’on rejoint par un acte enregistrable. ou bien conduire à telle ou telle forme d’engagement (initiation.org 20 . protecteur des temples.0 http ://stjerome.

système de valeurs…. parce que les figures religieuses. les églises catholiques et protestantes. que le vodou. on sait que le vodou a été associé. ou l’effectif du clergé. En contraste. vêtements. ni même une définition unique. chargées spécialement.org 21 . codes de comportement. des tâches d’éducation moderne. les archives. On peut toujours. le vodou a gardé et transmis tout cela. les bibliothèques gardent ailleurs dans le profane. les attitudes morales. aux luttes pour l’indépendance et. danse. Guy Maximilien © DOMUNI – 2003 – version 1. dès l’origine. les traits de comportement physique ou psychique. par la suite. de véhicule majeur de la culture. aller plus profond que les enracinements ethniques particuliers et accéder à des strates archétypales plus anciennes et plus universelles. chacun de ses termes n’ayant pas des réalisations stables. C’est à un autre niveau de profondeur que se situe l’importance unique du vodou en Haïti : au niveau de la mémoire collective et de l’identité. dès le XIXème siècle. mais le trésor d’humanité d’un peuple. Le panthéon n’est pas une collection de figures folkloriques. les lwa. Ici réside la racine de la tolérance du vodou à l’égard des diverses religions et de toute expression du sacré en général. il est facile de prolonger l’analyse et de voir que le vodou haïtien est une codification culturelle particulière d’une dimension anthropologique universelle. ont drainé à travers le temps. aux péripéties de la vie politique nationale. Pour un peuple dont la majorité est analphabète.0 http ://stjerome. Elles ont donc un type de visibilité sociale. le vodou le garde en Haïti dans le sacré. Ce que les musées. le vodou a joué et joue encore le rôle. Quant à son rôle historique. ne peut pas avoir. qui ont été ceux du peuple haïtien à travers les diverses situations de son histoire. nourriture. technologie. dans son essence la plus profonde. musique. non pas à l’état fossilisé. dans une certaine mesure. même à travers des figures culturellement particularisées. ont eu pour mission de propager les valeurs et les modèles occidentaux et servent aujourd’hui de relais à l’idéologie et au financement des activités dites de développement. le vodou peut permettre de retrouver les énergies nécessaires pour faire face aux situations nouvelles. la réserve codifiée de matrices d’énergies profondes et mobilisables dans le rituel.domuni. arts et artisanat. outils. Langue. C’est que.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou lieux de culte. il échappe à sa mise en institution et même à toute mise en forme intellectuelle et idéologique et ne se définit pas foncièrement en concurrence avec d’autres religions. Conclusion Au-delà du particularisme religieux. En offrant des clés d’accès aux profondeurs psychiques. mais comme une mémoire vivante. comme religion.

Haïti PANÉ (fray Ramón) 1974. Paris. 1953. Ed. “Panorama du folklore haïtien”.). Vodou y Magia en Santo Domingo. Présence Africaine 12. Description topographique. DEREN (Maya). Port-au-Prince. Le Vodou haïtien. Paris PUF Que sais-je ? RIGAUD (Milo) 1953. 3 vol HERTSKOVITS (M. Présence Africaine en Haïti. physique. Le Vodou haïtien. Port-au-Prince METRAUX (Alfred) 1951. Relación ancerca de las antigüedades de los indios. Divine Horsemen. 1797.). de 1984. 1997. pp. DEIVE (Carlos Esteban) 1979.0 http ://stjerome. © DOMUNI – 2003 – version 1. Vodou life in a haïtian valley. Santo Domingo HURBON (Laënneck) 1993. 12-22 METRAUX (Alfred) 1958. Société française d’Histoire d’Outre-Mer. Paris. 1949. Editions haïtiennes. « L’Afrique vivante en Haïti ».org 22 . Paris PAUL (Emmanuel C. civile.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Bibliographie ST MERY (M. Haïti MARCELIN (Milo). 2 vol. La Tradition Voudou et le Vodou haïtien. politique et historique de la partie française de l’île de St Domingue. Imprimerie de l’Etat. 1944. Les Mystères du Vodou. London. Mythologie vodou (Rite arada).domuni. Port-au-Prince. Thames and Hudson. Paris PETRE-GRENOUILLOT. in Haïti : poètes noirs. Imprimerie de l’Etat. Gallimard. Mexico.) 1962. Niclauss. MAXIMILIEN (Louis).. “La Traite négrière”. Gallimard.

Le fait que ces campagnes fussent soutenues par le gouvernement suppose qu'il faut les considérer au-delà même des problèmes de christianisation.0 http ://stjerome. une nation devenue civilisée. Action de la Presse 5. Définition On appelle généralement "campagnes anti-superstitieuses" les diverses actions menées par l'Eglise catholique contre le vodou à partir de 1860. D’autres campagnes régionales de moindre envergure suivirent durant la seconde moitié des années 40 et jusqu'en 1957. Cette attitude demeure une séquelle du passé colonial. Justifications pour l’Eglise et l’Etat Les motifs justifiant ces interventions de l'Eglise étaient simples : elle percevait le vodou comme une sorte de "paganisme démoniaque". Causes 2. symbole de primitivisme pour se montrer. Objectif et déroulement 2. Définition II. Pour l’Etat. Le rejet des pratiques religieuses africaines exprimé dans le Code Noir de 1685 fut reprise dans les © DOMUNI – 2003 – version 1. Après son indépendance (1804). Résultats 4. dans le vodou. Il crut devoir rejeter le vodou. II. de plusieurs pratiques et objets de la liturgie catholique au culte “païen”. Première campagne anti-superstitieuse (1896-1900) 1. Campagnes ultérieures (après 1946) VI. Résultats IV. de "superstition". Considérations finales I. Deuxième campagne anti-superstitieuse (1938-1942) 1. CAMPAGNES ANTI-SUPERSTITIEUSES I. l'Etat haïtien n’assuma pas son héritage africain et ne cultiva aucunement son identité nationale et culturelle. le vodou devint une “ puissance ” à maîtriser. Evaluation de la campagne V. Déroulement 3.domuni. Les deux campagnes les plus importantes entreprises par le clergé au niveau national pour éradiquer le “mélange” appellation courante donnée par l’Eglise au vodou – eurent lieu respectivement de 1896 à 1900 et de 1938 à 1942.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 3. face au monde extérieur. l’interpénétration en quelque sorte de ces deux religions. En cela l'Etat haïtien ne fit que perpétuer après l'indépendance le processus de pénalisation du vodou en cours déjà dans la société esclavagiste de Saint-Domingue. Autre raison majeure : l’association. Mécontentement et violence 6. Justification pour l’Eglise et l’Etat III. Ainsi l’Etat.org 23 . plaça-t-il du même coup les masses rurales et le prolétariat urbain au rang de marginaux et les maintint éloignés du pouvoir. en assimilant la culture populaire haïtienne à la sorcellerie et à la délinquance.

mais les résultats obtenus par l'Eglise n'ont probablement pas répondu à ses attentes. il relatait les démarches multiples entreprises par l'Eglise dans le cadre de cette offensive et faisait état de ses résultats. et ses prêtres. la critique du mélange fit l’objet d'une lettre pastorale des évêques. La Croix. En 1911 et 1912 en particulier. en ses Articles 1-4. l'offensive contre les vodouisants s'aggrava avec la destruction systématique des temples vodou. Les autorités prirent également position afin que ces exigences aient plus de chances d’êtres satisfaites : la Circulaire Buteau du 29 mai 1896. fut spécialement fondé pour appuyer cette croisade . L'Eglise catholique. prédications publiques et instructions pour l’enseignement du catéchisme. et. l'objet des préoccupations du clergé catholique et le thème de ses exhortations au public. servaient en même temps l’Eglise et les lwa. exhortait les autorités à intervenir avec plus de fermeté. influencé les pouvoirs publics dans cette condamnation du vodou. car la question du mélange fut.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Articles 405-407 du Code Pénal haïtien de 1835. à la faveur du Concordat de 1860. Tous étaient bien conscients alors que des convertis catholiques en majorité. en 1913. Objectif et déroulement L'objectif de cette campagne était de préserver la pureté de la foi catholique. La campagne de l’évêque Kersuzan s'acheva en 1900. Résultats On sait peu de choses du développement de cette campagne. © DOMUNI – 2003 – version 1. le diocèse du Cap-Haïtien préconisa une répression encore plus vigoureuse du vodou.org 24 . Deuxième campagne anti-superstitieuse (1938-1942) La tentative la plus énergique de l’Eglise pour combattre le vodou est sa deuxième “campagne anti-superstitieuse” de 1938-1942. Le clergé condamna le vodou comme “ fétichisme ” et superstition ” à l’occasion de conférences. en tant que ramification de l'Etat. Toutes les pratiques vodou étaient condamnées comme sorcellerie. vers la fin des années 80 la position du gouvernement face à cette problématique était clairement fixée. Un journal catholique. et durant des décennies. par la suite. 1. fétichisme et superstition et passibles d'emprisonnement et d’amendes. Ainsi. pour déférer les vodouisants par devant la justice afin qu’ils subissent les rigueurs du Code pénal. mais s’était déroulée de manière plus intensive au Cap-Haïtien et aux Cayes. III. esprits vodou. elle s'était étendue à tout le territoire haïtien.0 http ://stjerome. Vint la Constitution de 1987 qui rendit caduque la loi de 1935 en annulant les mesures répressives en vigueur depuis plusieurs siècles contre le vodou qu’elle mit sur un pied d’égalité avec toutes les autres confessions en Haïti. Dans les villes du Cap Haïtien et des Cayes. Le clergé exigeait des fidèles qu'ils rompent définitivement avec le vodou. En quatre ans. IV. 2. réunions. Cette loi fut en vigueur durant cent ans et entérinée en 1935 par la Loi sur les pratiques superstitieuses. Durant l'occupation américaine (1915-1934). des représentants de la bourgeoisie créèrent même des Ligues contre le vodou. par exemple. Mgr Kersuzan. avait grandement. Première campagne anti-superstitieuse (1896-1900) La première grande campagne de l'Eglise catholique contre le vodou date de 1896 et fut menée par l'évêque de Cap Haïtien.domuni.

Pour lutter contre le vodou. Peters avait rédigé en 1936. très préoccupant. * d'autres représentants du clergé trouvent l’origine des campagnes dans une admonestation de Rome adressée aux évêques à cause du nombre stagnant ou décroissant de catholiques pratiquants. une répétition des promesses du baptême. afin de départager au départ les "faux" et les "vrais" catholiques. Le parallèle systématique entre le christianisme et le vodou était au coeur de © DOMUNI – 2003 – version 1. gardaient leur croyance vodou et servaient encore les lwa. avec le soutien des prêtres montfortains Peters et Augustin et des missionnaires rédemptoristes. Faisait partie de la stratégie des évêques “ le serment antisuperstitieux ”. Ce serment. enregistré dans les années 30.0 http ://stjerome.domuni. à mener une offensive ferme contre la "superstition". dans des scènes jouées et des choeurs parlés. Ils expliquaient les raisons justificatives des mesures prises contre le vodou et insistaient sur la signification et la haute portée du serment. soit pour le vodou soit pour le catholicisme. les deux évêques appelèrent les gens à former un mouvement religieux qui se voulait avant tout conscientisateur et “ civilisateur ”. Les avis divergent sur l'origine des investigations précitées : * d'un côté les recherches auraient commencé lors de la publication d'un texte sur le vodou que le prêtre montfortain haïtien Carl E. pour le clergé. puis Mgr Guiot. dans la région du Trou d'Eau près de Hinche. évêque de Port-de-Paix. était destiné tout d'abord aux convertis et devait les contraindre à opter une fois pour toutes. Donc les études faites pour la première fois par un prêtre autochtone sur cette fusion chez beaucoup de la foi catholique et du vodou. au milieu des années 30.org 25 . La plupart des convertis étaient donc des adeptes fervents des deux religions et recevaient les sacrements chrétiens seulement pour obéir aux rituels vodou qui le leur imposaient. ce serment. depuis. mais aussi les directeurs de chapelles responsables de l'enseignement du catéchisme durant la campagne. Ce mouvement était supposé expliquer à la population ses erreurs et mésinterprétations concernant la religion catholique et mettre ainsi sa foi catholique à l’abri de toutes 'influences "païennes". il faut reconnaître que le problème de la persistance du vodou dans la communauté catholique était. appelée “mission anti-superstitieuse” ou “semaine de missions anti-superstitieuses”. en connaissance de cause. permettait aux missionnaires de préparer la population à prêter.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 1. Il incita tout d'abord Mgr Robert. évêque des Gonaïves. non seulement les convertis. avaient révélé que. Cette découverte incita le clergé à mener une fois de plus une offensive contre ce qu'il persistait plus que jamais à appeler le mélange et qui. mouvement au cours duquel quelques vodouisants avaient spontanément abondonné les lwa. 2. était un véritable spectacle religieux. Le déroulement d'une journée de mission était exactement défini et sa mise en scène. Une phase de préparation religieuse. Déroulement Quelque soit le facteur ayant déclenché la campagne. Les missionnaires présentaient la doctrine chrétienne dans leurs prédications en créole. bien réglée. et la communication qu’il en fit à ses confrères alors majoritairement français auraient déclenché l’évènement. est désigné sous le nom de “ synchrétisme religieux ” ou interpénétration des deux cultes. Causes Les investigations du clergé du diocèse des Gonaïves faites en 1938 et 1939 sur l'extension du mélange parmi les fidèles. * On entend dire souvent dans les milieux cléricaux que la campagne antisuperstitieuse était issue d'un mouvement populaire ayant pris naissance. dans le diocèse de Gonaïves.

la remise et la destruction des objets de culte vodou. fut marquée.org 26 . les différences profondes entre "vraie" et "fausse" foi . En décembre 1940. entre janvier et juin 1941. L'”opération nettoyage” était le dernier acte avant le serment. et d'autre part. exclusion temporaire des sacrements. Le Cap-Haïtien et Portau-Prince. Cette période de pénitence pouvait durer trois ans. fit de ce serment un devoir pour tous ses paroissiens. en fait. par la résistance de la population qui refusait les investigations de l'Eglise sur le vodou et la prestation du serment. à la même époque. Des soulèvements eurent lieu dans certaines paroisses et la population tenta d'interdire aux missionnaires l'accès des villes. Au printemps 1941. différentes à la fois par la nature et la vigueur de la démarche. était sanctionné par l'Eglise de diverses manières : confiscation de la “ carte ”. en signe de conversion.0 http ://stjerome. deux importants diocèses à forte densité démographique. plus de 80%.domuni. de 1938 à juin 1941. Celui qui rompait le serment ou n’y était pas totalement fidèle.. Après une procession solennelle. © DOMUNI – 2003 – version 1. La première phase.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou l'enseignement. éprouvant de la difficulté ou de la crainte à prendre position.. l'évêque de Port-de-Paix ordonna. 3. A la fin de l'année 1940. avaient rejeté le serment et. Tous les soirs. c’est-à-dire 20 000 convertis du diocèse des Gonaïves. des missions dans tout le diocèse. avaient été exclus de l'Eglise. Alors que les évêchés de Port-de-Paix et de Gonaïves préconisaient une offensive des plus rigoureuses contre le vodou et émettaient des consignes définitives pour que la campagne atteigne le niveau national. A la fin d'une mission. par l'intention des évêques des Gonaïves et de Port-de-Paix d'administrer les sacrements uniquement aux convertis qui prêtaient serment contre la "superstition". Ce n'est qu'alors que le nouveau converti était autorisé à reitérer son “serment de fidélité” en abjurant les "démons" et l'"Afrique". par une lettre pastorale. Mgr Robert ignora cette résistance et. les devoirs quotidiens des chrétiens contradictoires avec les objectifs "indignes" et "erronés" du vodou . craignaient à juste titre une résistance de la bourgeoisie à l'obligation du serment. les missionnaires exigeaient des participants. Dans leurs prédications. le clergé catholique voyait l'émanation de Satan. des appels lancés à la population pour l’inciter à “se repentir des péchés commis en s’adonnant au mélange” et à se libérer du diable. comme dans la personne du prêtre vodou. Cet enseignement religieux se répétait durant 7 à 14 jours. En fin de compte. refus de l'honneur d'être parrain ou témoin de mariage. les missionnaires mettaient aussi aussi les fidèles en garde contre les dangers du protestantisme qui se répandait et le qualifiaient d'hérésie. Mgr Robert et Mgr Guiot confirmèrent cette mesure qui conditionnait l'administration des sacrements : celui qui ne pouvait prêter serment de fidélité n’en recevrait pas. des choeurs parlés. La “carte du rejet” ne pouvait être remise par un curé qu'aux membres de sa paroisse. Il mettait en exergue : l'incompatibilité du message véhiculé par la doctrine chrétienne avec le "paganisme" . de ce fait. Le nouveau converti avait droit à une “carte de catholicité”. les autres diocèses se montraient hésitants. les objets recueillis étaient détruits publiquement par autodafé sur la place de l'église. la vie exemplaire des saints catholiques opposée aux agissements malfaisants des esprits "malins" du vodou. finirent par ne plus fréquenter l'église. C'était donc. afin d'introduire le serment. également connue sous l'appellation de “carte du rejet”. dialoguaient avec les prêtres et ainsi se terminait la journée. Derrière chaque protestant. bien des gens. d'une part. Résultats Cette campagne ne fut pas pareillement synchronisée dans les divers diocèses d'Haïti et deux phases différentes peuvent en être distinguées. ou simplement pour marquer leur désapprobation.

Alors que jusqu'en juin. Action de la presse Tandis qu'en été 1941 la campagne s'étendait peu à peu à tout le pays. Cette situation nouvelle porta Mgr Jan. Nombre de vodouisants se trouvèrent pris dans un vrai conflit moral et spirituel à cause de cette campagne. Car. refusèrent publiquement d'abandonner le service des lwa. Ces derniers se plaignirent à maintes reprises de l'attitude discriminatoire des représentants de l'Eglise catholique ainsi que de la terreur que des groupes armés de “rejetés” faisaient régner. Il était prévu que des autorités civiles et des militaires assisteraient les missionnaires dans leur lutte contre le vodou. Alors que La Phalange saluait la campagne comme un mouvement spontané de libération. Le désordre s'installa au sein des communautés villageoises et de nombreux Haïtiens profitèrent de la dynamique de cette campagne pour régler des comptes personnels. Marbial par exemple. sans violence . les autorités judiciaires et la police. des groupes de reconvertis. la confiscation des "fétiches" des vodouisants devait s'opérer légalement. l'évêque du Cap-Haïtien et Mgr Le Gouaze. Le soutien du gouvernement amena un changement dans le développement de la campagne et modifia l'action du clergé contre les vodouisants car il renforça la détermination de l'Eglise et on assista à une augmentation des excès. des prêtres attaquèrent ouvertement le vodou. De vives polémiques relatives à cette campagne éclatèrent entre les journaux qui polarisaient le camp bourgeois. à organiser également des missions. 4. L'insatisfaction des vodouisants se mua bientôt en résistance active. les conversions avaient été volontaires.non par le clergé et ses membres. © DOMUNI – 2003 – version 1. Même les médias libéraux appuyaient cette campagne. Dans diverses régions. Elle fut marquée par le soutien de l'Etat. Selon la presse. Elles devaient se terminer au printemps 1942.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou La deuxième phase de la campagne s'étendit de la seconde moitié de 1941 à la fin de 1942. quadrillèrent des communes entières à la recherche d'objets de culte vodou dans les maisons et les temples. Le Matin parlait surtout des excès auxquels elle donnait lieu. Le monde religieux vodou fut bouleversé par la condamnation de son système religieux. garanti par le gouvernement du président Elie Lescot en juin 1941 au prêtre montfortain Peters. L'acharnement avec lequel le clergé mena la campagne incita de nombreux anciens convertis à boycotter l'Eglise.0 http ://stjerome. mais par la justice et la police. conduits par des prêtres vodou. Des actes de violence furent aussi perpétrés contre des membres de l'Eglise protestante. Sous prétexte d'une prise de conscience religieuse.org 27 . Des ennemis furent dénoncés ou accusés de sorcellerie. obligèrent les vodouisants à réprouver le culte de leurs ancêtres . Des groupes rebelles.domuni. De plus des milliers d'objets du culte vodou avaient été publiquement brűlés. à partir de la seconde moitié de 1941. les “rejetés”. des dizaines de milliers de reconvertis avaient réprouvé le vodou dans les divers diocèses et avaient juré fidélité à l'Eglise catholique. la campagne prit le caractère d'une croisade. L'intérêt public se manifestait moins pour les vodouisants que pour les protestants. archevêque de Port-auPrince. il fallait en finir avec les offensives menées par des catholiques contre les protestants. Le "succès" de cette offensive se mesura dans les chiffres que l'Eglise publia régulièrement dès septembre 1941 : en quelques mois. l'Eglise fit pression avec opiniâtreté sur les vodouisants et les protestants. le quotidien catholique La Phalange et les deux journaux libéraux de Port-au-Prince Le Matin et Le Nouvelliste informaient régulièrement le public sur ce sujet. de leur propre chef ou assistés par le clergé. Soutenir l'Eglise dans son combat contre le vodou était considéré à l’époque comme un acte patriotique et civilisateur.

org 28 . L'Eglise insista sur le succès de l'offensive et évalua le nombre de “rejetés” à 75% de la population. comme Marbial et Les Cayes. Le clergé voulut se montrer plus souple. accorda une interview au quotidien dominicain Listin Diario : il parla de la “campagne anti-superstitieuse” et décrivit le succès obtenu par l'Eglise catholique dans l’éradication de " la superstition qui règne encore sur une grande partie de la population". contre les quatre paroisses de la capitale. bien que la campagne ait été dans certaines régions. Par contre. Les missions furent alors décalées et. Elle se poursuivit sans éveiller vraiment l'attention dans les régions campagnardes de l'archidiocèse. . l'archevêque décida de ne pas les poursuivre. durant la messe du matin.0 http ://stjerome. en particulier dans l'administration des sacrements et dans l'adoption de sanctions. des tentatives des évêques Robert et Guiot de reprendre le combat contre le vodou eurent lieu à nouveau à la fin des années 40. La bourgeoisie haïtienne réagit avec indignation à ces propos tenus à l'étranger et exigea l'expulsion du nonce. En décembre 1942. Même Rome fut consultée par les prélats haïtiens désireux de savoir comment efficacement combattre le mélange.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Mais l'attention de la population urbaine se concentra surtout sur l'annonce de missions projetées dans l'archidiocèse de Port-au-Prince. un succès pour l'Eglise et que le vodou ne pűt s'y réimplanter que très lentement. se transforma en fusillade. 5. du moins dans la capitale. Mécontentement et violence Trois évènements enregistrés durant les premiers mois de 1942 conduisirent le gouvernement à se distancer de la campagne et amenèrent l'interruption de celle-ci. le 22 février 1942. alors que les missions devaient commencer à Port-au-Prince. Mgr Le Gouaze avait l'intention de faire prêter serment également à la grande et à la petite bourgeoisie de la capitale qui mirent immédiatement l'Eglise en garde contre la réalisation de telles missions à Port-au-Prince : elles ne voulaient pas se voir confrontées aux mêmes mesures "dégradantes" adoptées pour la population des campagnes. la presse libérale signifia à l'Eglise catholique son refus de tout antagonisme religieux. . immédiatement après la campagne. le nonce apostolique d'Haïti. En quatre ans. des attentats furent commis en signe de désapprobation. furent diverses. sans toutefois s'être véritablement imposée dans les villes. déclenché par la diffamation des religions non catholiques et l'annonce de missions à Port-au-Prince.la fidélité aux lwa dans la plupart des régions. L'interruption de la campagne dans la capitale provoqua rapidement le désintérêt des médias.Le 24 février 1942.Le 8 mars 1942. Elles devaient désormais être remplacées par une catéchèse mesurée. Campagnes ultérieures (après 1946) Après une période calme jusqu'en 1946. . Une fois de plus. Evaluation de la campagne Les analyses des résultats. Des appels furent lancés au gouvernement pour qu'enfin cesse tout ce branle bas. des troubles eurent lieu à l'église. 6. Mgr Silvani. Le tumulte. V. elle avait gagné tout le territoire d'Haïti. des adeptes du vodou affirmèrent que la campagne avait renforcé . le 20 mars. En particulier les avis divergent pour ce qui est de la disposition de la population à répudier volontairement le vodou.A l'occasion de l'inauguration de la semaine de mission à Delmas. elle s'acheva dans le diocèse des Cayes.et non affaibli . car force était de constater que le vodou restait répandu dans toutes les © DOMUNI – 2003 – version 1.domuni.

Par contre. à introduire le créole dans ses prières et ses chants. A part la volonté de préserver la pureté de la foi catholique et la séparation entre catholicisme et vodou. le clergé catholique ignora l'importance et la signification religieuse et sociale du vodou. La théologie pastorale venue de France avait consacré le refus d'une adaptation linguistique et culturelle aux pratiques populaires haïtiennes. par le concordat de 1860. la plupart n'étaient plus prêts à s’engager dans des actions d’envergure. Mais il faut noter qu’avec la campagne de 1938-1942. La contradiction structurelle dans laquelle l'Etat se trouvait réapparaissait dans le rôle qu'il avait attribué à l'Eglise catholique. se mirent en devoir de créer un réseau de catéchistes pour les chapelles.0 http ://stjerome. Mais l'attitude fondamentale envers le vodou.org 29 . Elles renforcèrent non seulement la nature secrète du vodou. incorporé à la vie même des esclaves dont le peuple haïtien est issu. lui avait confié. Mais il fallut encore des années avant que l'Eglise catholique montre plus de compréhension envers le vodou et se mette à traiter cette question avec plus d'ouverture d'esprit et de souplesse. Les missionnaires chargés de ces missions. Le clergé français évita en conséquence toute ouverture du christianisme à la culture haïtienne. redoublèrent de subtilité dans leurs méthodes d'investigation. le réquisitoire public et le rôle d’inquisiteur contre le vodou. en particulier de celle de 1938-1942. Bien que les évêques fussent d'accord sur l'objectif de la lutte à mener. Les “campagnes” mirent également en lumière l'incapacité de la société haïtienne à former un Etat homogène. Des premières tentatives d'une catéchèse créole furent faites et les prêtres.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou couches de la population. jusqu'à la fin des années 50. mais lorsque la bourgeoisie et la petite © DOMUNI – 2003 – version 1. pour la première fois. et de la constitution d'un clergé autochtone. elles étaient également connues sous l'appellation de “commission l'Afrique”. surtout dans les diocèses des Gonaïves et de Port-de-Paix . L'osmose historique de l'Eglise catholique et du vodou conduisit à une impasse chaque croisade entreprise par l'Eglise contre la "superstition". pour affirmer son hégémonie en Haïti face au protestantisme qui se répandait de plus en plus . s’amorça un changement appréciable dans le travail de christianisation de l'Eglise sous forme d'une approche de la culture haïtienne. L'idée du clergé d'une chrétienté haïtienne calquée sur le modèle européen s'étiola sous l’effet de la présence du vodou. empreint d'une forte connotation socio-politique. Les “campagnes anti-superstiteuses” laissèrent des traces profondes dans la société haïtienne. après 1942. cela convint à la bourgeoisie et au gouvernement. de nouvelles missions contre le vodou furent régulièrement menées. perdura.domuni. VI. qui ne pouvait s'engager ouvertement contre le vodou sans se rendre impopulaire. l'Eglise montra par ses actions contre les protestants qu'elle profitait également des campagnes. Le gouvernement. forts de leurs connaissances plus approfondies du vodou et de leurs expériences. Peu de prêtres considéraient le vodou comme un système magico-religieux. Considérations finales Pendant longtemps. Les expériences faites à cette occasion avec les prédications et la publication du premier Catéchisme en langue populaire encouragèrent l'Eglise. de l'édification de l'Eglise haïtienne comme Eglise diocésaine et non comme Eglise missionnaire. Tout ceci valut à la doctrine catholique de rester étrangère à un vaste public. mais aussi le comportement ambivalent de ses adeptes envers l'Eglise catholique et le vodou lui-même puisqu’elles étayèrent la perception du vodou comme un culte démoniaque et barbare. Aussi longtemps que les campagnes furent dirigées contre les paysans et le prolétariat urbain. “ culte satanique ”.

DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou bourgeoisie se virent confrontées aux mêmes mesures de l'Eglise.org 30 .domuni. Fabio Chiarelotto © DOMUNI – 2003 – version 1. les puissants du pays s'empétrèrent dans leurs propres problèmes d'identité.0 http ://stjerome.

C’est pourquoi on les appelle lwa rasin (racine). Corrélativement à ce trait de la divinité. mais pas forcément. Le rapprochement. L’expression haïtienne correspond à l’orisha nigérien. l’orixa brésilien et au fon vodoun. L’ego empirique. invizib (invisible). et. L’originalité de la notion de lwa dans le vodou tient à ce que ces figures sacrées. des diverses catégories d’ancêtres desquels est issu le peuple haïtien. le mot lwa serait un terme dahoméen. semble-t-il. lezanj (les anges). de façon plus ou moins manifeste [voir Initiation]. n’épuise pas le tout du soi. II. qui se manifeste dans la vie quotidienne.domuni. Ces lwa personnels se transmettent normalement par héritage .DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou B. Divers traits comportementaux. dans un contexte cultuel. sont représentées comme étant à la fois intérieures et extérieures à l’être humain. attitudes. qui correspondent aux divinités dans les autres religions de même type. LWA I. puisque les figures religieuses ainsi désignées sont des personnifications et des agrandissements archétypaux. des potentialités physiques ou intellectuelles peuvent se trouver attirer et entraîner par des courants d’énergie de l’inconscient et ainsi constituer comme des personnalités autonomes à côté de la personnalité ordinaire. on désigne du mot eritye (héritiers) les membres d’une même famille. au sens collectif. manières de percevoir les choses et les gens et de s’y rapporter. avec une connotation de force. du dedans et du dehors. immanentes et transcendantes. Nature des lwa Chaque être humain possède un ou plusieurs lwa qui lui sont particulièrement attachés et qui peuvent intervenir. de brutalité. la notion du soi individuel se trouve aussi modifiée. Le mot lui-même pourrait provenir.org 31 . ginen (la Guinée). des projections dans le sacré des modes de comportement et des traits de civilisation caractéristiques des diverses ethnies. Alfred 1951 : Médecine et vodou en Haïti in Acta Tropica. Désignations On appelle communément lwa en Haïti les entités qui sont l’objet du culte dans le vodou et qui forment l’environnement surnaturel du peuple haïtien. lwa ginen (lwa venu de la Guinée). Lafrik (l’Afrique). émotion. avec le mot français de loi semble très artificiel et peu éclairant. mistè (mystère). selon d’autres auteurs. mais sans référence à la notion biblique. à travers les générations dans une famille . les termes de zanj (ange). dans sa vie. 1). En Haïti même. Selon Alfred Métraux (Métraux. du nigérien odwa dont le sens de seigneur convient parfaitement au concept haïtien. lwa eritaj (lwa d’héritage). Les dieux du Vodou 1. ils forment un héritage mystique dans les lignées paternelle ou maternelle. et que. vol 10 No. selon la région ou selon le contexte. © DOMUNI – 2003 – version 1. on rencontre également à côté de lwa. On appelle parfois dyab (diable) les lwa petro.0 http ://stjerome.

à la disposition de chaque génération. De ce point de vue. Ils apparaissent comme des parties de la mémoire collective. mais au contraire à éveiller celles-ci. l’ancêtre sage Dambala.domuni. mari ou femme. formant un trésor d’identités virtuelles additionnelles. des préférences.0 http ://stjerome. des goûts. pourrait-on dire. faites personnes et dynamiques. des humeurs. dans la musique modale. Guy Maximilien © DOMUNI – 2003 – version 1. Les modalités concrètes de l’apparence des lwa peuvent varier à travers les âges. magnifiés. la pratique du vodou se veut une sagesse. à les canaliser.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Dans le vodou. de comportement : le guerrier Ogou. “sommatifs”. la séductrice Erzulie . l’unité sous-jacente du mode sous la diversité des mélodies. Les lwa ne sont pas cependant à prendre comme de simples reproductions de comportements individuels concrets d’ancêtres. à les mobiliser. ils en sont l’unité matricielle comme. à les intégrer dans le développement progressif de sa personnalité totale. ces composantes transcendantes de sa personnalité. dans le vodou. de manière à écarter des manifestations anarchiques de forces inconscientes. de tels contenus autonomes reliés aux forces de l’inconscient sont interprétés comme des manifestations de lwa. Jung. etc. des sédimentations laissées par les situations variées et les réponses apportées au cours de l’histoire ancestrale . mais comme des traits concentrés. ayant tous les attributs d’une personne vivante. Conclusion Le rituel religieux. G. sont des traits condensés dans une personnification vivante.org 32 . vise essentiellement à rendre l’individu apte à se mettre directement en contact avec ses lwa. qui n’est pas sans rappeler la théorie de l’individuation de C.

le tonnerre. s’élaborer dans les décennies autour et après la période de l’Indépendance. et qui peuvent éveiller le sens du sacré et du terrible encore chez l’homme d’aujourd’hui. à n’en pas douter.domuni. Cette synthèse à partir des multiples traditions ethniques en présence dans la colonie a dû. la terre. dans les parties archaïques de lui-même. auxquelles poésie et religion s’adressent justement. propre au rite rada-kanzo. l’air ou l’espace sidéral. selon toute probabilité. peut-on se demander. les pratiques et les mentalités dans © DOMUNI – 2003 – version 1. le vent. bien que partout les mêmes structures de la pensée humaine et les mêmes données universelles de départ donnent naissance à des représentations élémentaires semblables.0 http ://stjerome. Ces mythologies. peuplent l’espace d’êtres invisibles ayant un rapport de domination sur les éléments de l’environnement physique ou sur les forces qui résultent de la combinaison de ceux-ci : l’eau. qui correspondent à une étape particulière du développement humain. Sept groupes de Lwa La prière dyòr invoque successivement et dans l’ordre sept groupes de lwa. chez les Egyptiens. soit à une caractérisation rituelle empirique. Quelles sont les caractéristiques du panthéon vodou. l’éclair. dans lequel chaque groupe. occupe une place et remplit des fonctions qui lui sont propres. de hiérarchisation et d’étiquette formelle sorti tout droit du cérémonial des cours royales africaines et qui reflétait. les mythologies reflètent aussi l’environnement et les organisations sociales particuliers des différents peuples. les Hindous. PANTHEON Introduction Les lwa ou divinités dans le vodou forment un ensemble organisé ou panthéon. le feu. audelà de leur contrôle. les Greco-Romains par exemple. une matrice complète pour l’énumération de tous les dieux et pour l’organisation rituelle de leur ensemble. caractérisé par une essence. Cependant. Les forces naturelles sont comme des portes ouvertes pour les notions de forces surnaturelles. présente la liste la plus complète ou. Des arrangements similaires s’observent dans beaucoup d’autres traditions religieuses. Ces représentations d’entités mystérieuses et puissantes procèdent du premier émerveillement ou du premier effroi des hommes devant les forces de la nature qui se déploient autour d’eux. chantée au début ou dans le cours des cérémonies majeures. plus exactement. qui le rattachent aux circonstances particulières du peuple haïtien ? Structure du panthéon vodou Une liste complète Dans le rite rada-kanzo . la prière dyòr. dans des cercles qui exerçaient un certain leadership spirituel et temporel. etc.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 2.org 33 . dont les noms renvoient soit aux diverses ethnies africaines représentées dans la population et qui étaient intervenues dans la guerre de l’Indépendance. conditionnant leur existence. Les mythes donc. La mise en scène rituelle manifeste dans le monde des dieux un souci. universellement traduisent les premières observations et les premières réflexions de l’homme devant les phénomènes de la nature.

non des moyens. Chal Ogou. Kouzen. Les Gede sont la couche vivante des morts. Elles ont d’ailleurs toutes la maîtrise de l’eau. St Jacques. divinités de l’agriculture On salue ensuite les divinités nommément de l’agriculture. Achade. Par opposition aux Petro. les Gede. Par contraste avec les Nago. © DOMUNI – 2003 – version 1. Silibo Vavou. salués par “Ayi Bobo !”. aux comportements visant des effets à long terme. s’en détachent quand même par le moment de leur invocation et par la salutation particulière qui assure la transition à leur groupe : “Tchawòdò ountayi ounsiyon !”.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou la nouvelle nation. Chaque groupe est introduit par une formule particulière de salutation. de la civilisation technique. sont les maîtres de l’énergie. celles des fins de la vie humaine En tête. Metrès La Sirèn.Kwa !” en l’honneur des Gede introduit dans un autre territoire. On entend dire souvent que les Rada n’accordent pas tel ou tel bienfait. manifestement privilégiées par le corps sacerdotal. Psychologiquement. Minis Azaka. maîtres de l’énergie Introduits par “Aho chè Nago !”. Badè. les gardiens des cimetières. des cavaliers. ou Nago comme on les appelle aussi en Haïti selon une désignation ancienne des Yoruba par les Fon. Ti Wawe. Grann Ochoun Batala. Grann Brijit. éventuellement dans un langage qui lui est propre. les Zaka. Les principaux Nago invoqués sont : Legba Nago ou Legba Gwètò. Bakosou Alade. Les Rada Dohomen. Bawon Lakwa. les divinités du panthéon dahoméen : Fon.org 34 . Zaka Mede. Ce sont. du fer. Grann Èzili. Les principaux groupes de lwa à être invoqués sont. Yanmsann. les divinités du feu. Balizay. Sobo et Badè. 1. Ayizan. Elles contrôlent les régions du monde (vent. à la croisée de la mort et de la vie La formule rituelle “Kwa Lakwa . Gede Nibo. dans l’ordre : les Rada Dahomen. Adoptés des Yoruba. Les Zaka. Agwetaroyo. Panama et la mère des Nago. Les plus connus sont Bawon Samdi. Loko) . Loko. avec les chefs et les stratèges . Mazaka etc. les Zaka. tonnerre pour Sobo. Zaka Krib etc 2. à la croisée de la mort et de la vie. Agaou. Feray. des eaux (Agwe). Olicha. de la production des outils et des armes. le royaume de la mort. elles sont maîtres des sources (Danbala et Ayida). Agaou). JanPòl Nago. viennent les Rada Dahomen comprenant aussi les Metrès et les Grann : Gran Chemen Legba. ce sont des guerriers. Azaka Tonè. leur action se rapporte au domaine des fins de la vie humaine. qui. les Kongo et Ibo. Gede Nouvavou. bien que considérés dans le rituel comme des Rada. Batala. Chango. élément primordial de survie.0 http ://stjerome. on les associe. Danbala et Ayida Wèdo. Balindjo. Ewe. Les Ogou. Alada. Le nom d’Ogou Balize évoque la délimitation et l’appropriation d’un territoire. et sont liées à des formes de sédentarisation ou d’urbanisation. elles correspondent à la capacité de l’attente. ce sont des divinités de paix. Belekou Yènou. les Nago. mais qu’ils donnent la chance . Agasou. aux transformations en profondeur. dans les rapports des dieux et des hommes au cours des luttes pour l’Indépendance. Bosou Towo. Klèmezin. les espaces sacrés (Ayizan. les incitateurs à la procréation. Badagri. etc. de la forge. Èzili Freda. les Ogou. les Petro. Èzili Dantò. divinités de paix. Osany. et ces caractéristiques déterminent encore aujourd’hui leur rôle dans la vie de tous les jours des fidèles. Les Gede. pluie. mais que ce qu’ils font est fait de façon définitive. qu’ils sont lents à agir. Ces lwa guerriers correspondent à l’étape de civilisation où il faut consolider et défendre le territoire occupé. Marasa. 3. les lwa blan.domuni.

). Ti Jan Petro. Ibo Swaman.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Après les catégories qui précèdent. est nettement moins valorisant. A la division par nations se superpose la division selon les rites : c’est ainsi qu’on rassemble sur règlement rada non seulement les lwa dahoméens qui forment la première nation rada stricto sensu (du nom de lieu Arada ou Alada). divinité rada par excellence. Le regard porté sur ces ethnies. Takwa. 6. Èzili Jewouj. de cérémonies nocturnes. etc. 7.org 35 . aux comportements visant des effets à court terme et de courte durée. Sénégal. toute la famille Kongo. Kafou. servis selon le rite rada par opposition à ceux servis selon le rite petro. par exemple Danbala Wèdo. les Ibo. Manbo Zila. etc. etc. Les Ibo “Swa Ibo” fait passer aux Ibo (Ibo Lele.. sont exclusivement petro. C’est l’ensemble de toutes ces divinités qui forme ce qu’on appelle aussi les lwa ginen. le créole domine. Kita. les Lwa blan ou Petro fran et enfin les Petro. Ezuli Dantò. Mousayi Moudong. non sur la fin ou les valeurs.0 http ://stjerome. de la poudre. dans le système rada-kanzo. 5. c’est-à-dire les Kongo. On entend dire que les Petro agissent rapidement. Simityè Boumba. parce que également servi selon les deux rites (Bosou Dlo – rada et Bosou Twa Kòn – petro . mais aussi tous les lwa. spécialisé dans la divination et dans les rituels thérapeutiques ou antithérapeutiques. Encore dans la pratique actuelle. Les kongo L’on salue par “Afoutayi yi. La Reine Kongo. c’est un autre règlement concernant tout ce qui n’est pas Rada ou assimilé. Certains lwa. Dans les armées de l’Indépendance. Kanga Kaplaou (introduits par “Bisalò”). le rituel amorce comme un tournant. Leur position en fin de rituel indique leur place dans la hiérarchie.” annonce les Petro : Kafou. à des besoins pressants. malgré l’habitude prise dans les © DOMUNI – 2003 – version 1. On les associe à des tâches d’exécution. Leur action porte sur les moyens. du feu. Bosou est appelé “nèg de manyè” (nègre de deux manières). par contre. de danses et d’une gestuelle propres. d’une batterie particulière de tambours.domuni. Ti Jan Dantò.). Un même lwa peut se retrouver dans l’un ou l’autre groupe rituel. Marasa Kongo. On réserve les termes de oungan. le langage change. mais que ce qu’ils font ne dure pas. 4. Ti Jan Majoral. bila bila Kongo ! Bounda fache atè ! Kote li chita ? Atè !” les Kongo : Legba Kongo. Ayo. ils formeraient la piétaille. Èzili Kènwa etc. leurs interventions correspondent à des tâches immédiates. devient Danbala Laflanbo . Les Petro “Bilolo Petro ! Samafoutayi…. de boissons alcoolisées fortes. par exemple Gran Bwa. même ceux des groupes congo et autres. Le principe de cette différence est rituel : les petro se caractérisent par l’usage de la viande de cochon. Simbi Dlo – congo et Simbi Makaya – petro. de la couleur rouge. les Simbi. Lemba Zaou. Gran Bwa. Les Lwa blan Puis viennent les lwa blan appelés aussi Petro fran : Anmin. gangan au prêtre dahoméen et celui de ganga au représentant de rituel congolais.

0 http ://stjerome. Conclusion La hiérarchisation des dieux dans le panthéon haïtien reflète les statuts respectifs des groupes ethniques dans le regard des prêtres.domuni.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou temps récents de la considérer comme Petro en l’opposant à Ezuli Freda. Guy Maximilien © DOMUNI – 2003 – version 1.org 36 . avec les Ezuli jewouj. mapyang. balyang. à ne pas confondre avec Ezuli Dan Petro qui. est comme celle-ci une divinité rada. mais elle est aussi chargée d’exprimer une vision du monde. des étapes de l’évolution sociale ainsi qu’une hiérarchisation des comportements humains. makaya etc est petro.

au cours de la même année. on annonça pour la troisième fois que la Vierge s’était encore manifestée le lundi 23 novembre 1849 sur le Champ-de-Mars.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou C. © DOMUNI – 2003 – version 1. Après la défaite des troupes armées de Soulouque lors des luttes engagées pour récupérer la partie orientale de l’île (6 mars . Le président Soulouque eut vite fait d’interpréter l’événement comme un signe d’approbation divine de son futur couronnement comme Empereur d’Haïti et son entourage le crut également. Les grands centres de pèlerinage haïtiens ont donc cette double vocation : accueillir les adeptes des cultes catholique et vodou.la Plaine du Nord dont la fête paroissiale.6 mai 1849). les Haïtiens se rendaient une fois l’an en pèlerinage à Nuestra Senora de Altagracia del Higuey en République Dominicaine. Peu de temps après. les vodouisants célèbrent en même temps et en ce lieu la fête de Nana Bloukou. Le mois de juillet est considéré en Haïti comme le mois des pèlerinages. Les manifestations religieuses 1. La persistance de cette nouvelle entraîna l’épouse de Président Soulouque à se rendre sur les lieux. Les grands centres de pèlerinage La tradition des pèlerinages est bien ancrée dans les mœurs du pays et constitue une forme de piété que l’on retrouve aussi bien parmi les catholiques que chez les vodouisants. PÈLERINAGES I. Plus tard. cette fois-ci. Une fois par an. Jean. .domuni. à Saut d’Eau. il devint plus difficile de fréquenter ce lieu saint.Limonade dont la fête paroissiale Sainte Anne a lieu le 26 juillet . Jusqu’en 1843. une première rumeur circula à Port-au-Prince selon laquelle la Vierge était apparue au Champ-de-Mars au début de juillet 1849. Mais après que les Dominicains eurent chassé les Haïtiens de leur territoire et proclamé leur indépendance. Jacques la fête de Ogou . le 16 juillet 1849. les vodouisants célèbrent en même temps à St. C’est dans cette conjoncture historique et ce contexte politique que Saut d’Eau naissait comme lieu de pèlerinage. Les trois grands centres de pèlerinages fréquentés par les pèlerins haïtiens sont indiqués ici par ordre d’importance : . Saut d’Eau : histoire Saut d’Eau a commencé son itinéraire comme un lieu de pèlerinage durant la présidence de Faustin Soulouque. une seconde rumeur circula à propos d’une nouvelle apparition de la Vierge. Nan Palm et Le Saut la fête de Erzulie Dantor . et cet acte de portée hautement religieuse ne manqua pas d’influencer positivement la croyance populaire. au haut d’un palmier placé sur un terrain appartenant à un nommé Debarine. ces centres attirent des pèlerins venant de tous les coins de la République et de la lointaine diaspora. II. Les témoins de cette apparition informaient que la Vierge portait dans sa main une couronne. St Jacques a lieu le 25 juillet . .org 37 .0 http ://stjerome. les vodouisants célèbrent en même temps au Bassin St.Saut d’Eau dont la fête paroissiale Notre Dame du Mont Carmel (connue aussi sous le vocable de Vierge des Miracles et de Vierge de Saut d’Eau) a lieu le 16 juillet .

en 1904. C’est là d’ailleurs que débute la saison des pèlerinages. Saut d’Eau : déroulement du pèlerinage Les catholiques se rassemblent dans l’Eglise de Saut d’Eau lors de la fête paroissiale. au fil des jours. l’archevêque de Port-au-Prince. celui enfin de se faire de nouveaux amis. Ministre des Finances en firent partie. Saut d’Eau devient un Quartier sous le gouvernement de Lysius Félicité Salomon. C’est au cours de la préparation que l’on décide de la façon dont on va effectuer le pèlerinage. ce que l’on aura à ramener au reste de la famille (médailles bénies par le curé. On y observe une attitude de recueillement. III. la marche vers le site. La phase de la marche est le moment où l’on se met en position ou en situation de pèlerin. une Paroisse au cours du règne de Nord Alexis et une Commune sous celui du Président Antoine Simon. En termes d’importance nationale et de nombre de visiteurs reçus régulièrement. curé de Mirebalais de qui dépendait Saut d’Eau et qui avait consulté des gens sur place. et Lysius Félicité Salomon. il s’agit là d’une période de méditation préparatoire © DOMUNI – 2003 – version 1. des Cultes et de l’Education Publique. puis de préparer un rapport sur les apparitions de la Vierge à Saut d’Eau. ne venant à l’Eglise que le jour même de la fête. Ministre de la Justice. Jean-Baptiste Francisque. Julien Conan. Toujours au cours de la préparation. Les uns partent à pied. Mais les vodouisants se réunissent les jours précédant le 16 juillet à Saint Jean. nourrissait de forts doutes de leur authenticité. nourriture toute préparée…). eau prise à Le Saut…). de la Marine et des Relations Extérieures. que l’on soit à pied ou en voiture. elles avaient vraiment eu lieu . et encore d’autres en camionnette ou en voiture. de prière individuelle ou collective.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Pour vérifier et confirmer la véracité de ces racontars.org 38 . Bref. d’autres à dos d’âne ou de mule. Nan Palm et Le Saut. C’est pendant le règne de Soulouque . Un phénomène similaire s’observe à la Plaine du Nord. Pour le Père Pisano. les vodouisants en fortes cohortes prennent leur bain de boue dans le Bassin Saint Jacques. la foi des pèlerins eut vite fait de transformer ce site en un lieu de pèlerinage. on envisage également ce qu’on apportera en offrande à la paroisse ou aux esprits vodous (argent. Louis Dufresne. partant. curé de Pétion Ville. A noter cependant que le clergé français en Haïti ne se prononça pas d’une voix unifiée sur les apparitions. Toutefois. nommait le premier curé qui allait prendre en charge la paroisse et s’occuper de la foule des pèlerins affluant sur les lieux chaque année pour célébrer la fête de Notre Dame du Mont Carmel. Le mode de transport indique assez souvent la classe sociale à laquelle appartient le pèlerin ou son lieu de résidence. Par contre. même l’esprit Nana Bloukou qu’on vénère dans ce lieu saint n’est pas très connu parmi les vodouisants à travers le pays. et enfin de ce que l’on laissera à Saut d’Eau même (l’habit de pénitent par exemple). le gouvernement nomma une commission afin d’enquêter d’abord. Le gouvernement releva le statut de Saut d’Eau qui. le séjour au lieu saint et le retour. C’est aussi le moment porter de témoignage en racontant aux compagnons de route les merveilles opérées par la Vierge ou par les esprits vodous. mais le Père Sapini. Déjà. Peu de jours avant la fête. Général de l’armée et Ministre de la Guerre.et pour faire suite au rapport de la commission que la première chapelle a été construite à Saut d’Eau et d’emblée ce lieu saint remplit la fonction de centre de pèlerinages jusque-là dévolue par Higuey. de Section Rurale de la Rivière Canot devint un Poste Militaire. le moins fréquenté .domuni. Le pèlerinage comprend quatre phases : la préparation du départ. Sainte Anne est le site le moins réputé et. Saut d’Eau se place au premier rang des lieux de pèlerinage en Haïti.0 http ://stjerome.

des férus de jeux de hasard et des prostituées. et l’endroit avoisinant où vit l’esprit vodou qu’on vénère. Pendant son séjour au lieu du pèlerinage. Le pèlerinage prend effectivement fin avec le retour au domicile. Michel S. une partie de l’argent réalisé. sous forme de dons. Le pèlerinage est un facteur important dans l’économie locale : l’arrivée de tant de monde conduit à une plus forte circulation d’argent . le site des apparitions. C’est dans ces lieux de pèlerinage que le pluralisme religieux en Haïti se fait le plus sentir . à qui on a demandé de faire le trajet. Pour les mendiants. les vodouisants participent aux activités rituelles des prêtres vodous installés aux alentours de l’Eglise. le pèlerinage joue le rôle du Bureau de Bien-Être Social.org 39 . Alors que les catholiques viennent pour se confesser.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou au grand jour de la fête. ou simplement en servant de guides aux pèlerins d’outre-mer. Laguerre © DOMUNI – 2003 – version 1. se procurent des « remèdes vodous ». retour plutôt joyeux en général quand on a accompli le vœu ou la promesse qu’on avait faite à Saint Jacques. ont des directives précises à suivre : par exemple. d’autres résidents améliorent leur situation financière en louant une portion de leur maison ou des chevaux aux nouveaux venus. le pèlerin fait la navette entre l’église catholique. mais c’est aussi dans ces endroits qu’on a du mal à distinguer dans la religiosité populaire la foi catholique de la croyance vodoue. elle n’omettra pas de retourner. faire des offrandes à l’église et participer aux dévotions usuelles. ces pauvres reçoivent de la nourriture et des dons en argent des pèlerins en général et de ceux qui sont en période d’initiation vodoue. IV. Pendant deux semaines.domuni. ou encore se faire accueillir par les chefs de sociétés secrètes demeurant entre le lieu de départ et le point d’arrivée. une fête vodoue et une fête séculaire qui attire des marchands. La prostituée se croit une pèlerine comme tout le monde . à la Vierge ou à un esprit vodou et que l’on rapporte des souvenirs (médaillons. Ces trois fêtes sont juxtaposées l’une à côté de l’autre et se complémentent. C’est un temps fort pour l’équilibre financier de l’ensemble du village et on peut dire que les gens de l’endroit organisent leur année en fonction de l’arrivée et du séjour des pèlerins. font des dons aux pauvres suivant les consignes reçues de celui qui les a invités à effectuer le pèlerinage. ou revêtir un habit de pénitent. Les initiés vodous.0 http ://stjerome. visiter toutes les églises catholiques sur le parcours. c’est pourquoi elle ne manquera pas de se rendre à l’église pour demander à la Vierge de lui envoyer de bons clients et si la Vierge exauce sa prière. Apport économique de l’événement Trois festivités ont lieu en même temps dans ces lieux de pèlerinage : une fête catholique. les résidents-marchands voient leur clientèle augmenter. eau bénite) pour la maisonnée. bougies. Le pauvre est ici l’invité spécial des esprits vodous.

II. Les pérégrinations se poursuivent pendant le samdi dlo benit (samedi saint) et le dimanche de Pâques. en général dans la cour du président de la bande. RARA I. des vaksin ou bambou et d’autres instruments à vent. Lorsque les gens sont bien échauffés. circulent la nuit sur les routes chantant et dansant. de clairin. préparent à la véritable sortie pendant les jours saints : dès le jeudi saint. D’origine indienne peut-être. Malgré leur caractère de réjouissance populaire et de nombreux traits communs. Rara et Mardi-gras II. Les conducteurs de la bande font résonner leur sifflet ou claquer leur fwètkach sur tout le parcours. dans nos campagnes et à la périphérie des villes. et certains ont voulu n’y voir qu’un carnaval rural. et malgré des contaminations actuelles évidentes. celui-ci sort pour toute la nuit. Ces répétitions. s’ouvre. Elles sont comme emportées irrésistiblement par le rythme monotone et obsédant du bruit des pieds sur le sol ou du son des tambours. appelées duvèso dans l’Artibonite.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 2. clôture III. Pendant cette période d’entraînement. pour les bann apye (bandes à pieds). escortés par vendeurs ou vendeuses de fritailles. on se “chauffe”. “Sorties”. la période des raras. “Exercices”. le vendredi pour les bann banbou (bandes avec instruments de musique). vers la fin de l’après-midi. qu’un nombre suffisant de membres et de sympathisants se sont joints au groupe. Significations Conclusion I. se rend dans les quartiers avoisinants.0 http ://stjerome. dans des habitations et des hameaux parfois éloignés. jeudi et samedi par exemple). sur le plan de la musique. “sorties”. les rara commencent donc immédiatement après le carnaval urbain du Mardi-gras. La clôture se © DOMUNI – 2003 – version 1. Ce sont des bandes organisées. pendant le carême. Chaque année. dans le lieu qui leur sert de base. de cigarettes. Rara et Mardi-gras. le dépot. ceux--ci se distinguent cependant par certaines fonctions sociales propres et par leur caractère parareligieux.domuni. les bandes “s’exercent” et se préparent à leur véritable sortie. car on y conserve les biens et équipements de la bande. auxquelles se joignent les foules qu’elles attirent qui. qui a lieu au cours des trois jours saints. à la lueur des lampes Coleman ou de petites lampes Tèt gridap en ferblanc. “Exercices”. les membres se réunissent deux ou trois fois par semaine (mardi. par exemple. Durant le temps du carême. clôture. Organisation V.org 40 . On répète danses et chants. Rituels IV.

Des arrangements sont pris pour les repas et le repos à certains points des trajets. devant la croix de Bawon (Baron) pour le saluer rituellement. Une petite avant-garde. au Carrefour de la Croix-des-Pères (Kwapè) et se livrent là à toutes sortes d’évolutions chorégraphiques et de salutations rituelles. dans la cour à son dépôt. se livre au même manège pour signifier qu’elle accepte la bataille. Celle-ci.org 41 . signalée par un drapeau blanc. Pour certaines bandes. Toute bande qui passe doit entrer dans la cour. Une grande rencontre similaire. et annoncés à l’avance aux intéressés. Une bande en croise-t-elle une autre et veut-elle l’affronter : un de ses membres se détache et. d’autres restent au dehors durant les trois ou quatre jours. où affluent un très grand nombre de spectateurs venus de Port-au-Prince et de l’étranger. notamment lors du franchissement des carrefours et de la rencontre d’une autre bande. Empoignades et batailles générales. Si elles sont amies.0 http ://stjerome. pour la clôture. Il y a des comptes à régler ou le désir d’écraser l’autre bande pour lui ravir sa clientèle et s’en grossir soi-même. Certaines bandes regagnent leur base par intervalles.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou fait le lundi de Pâques ou le mardi. Fouet et sifflet sont “montés”. ils possèdent la vertu de faire décamper toutes forces malencontreuses et de libérer la voie pour le passage sain et sauf de la bande. Les itinéraires sont fixés chaque année par le président et son comité. le groupe obtient la protection et “ramasse” les forces mystiques nécessaires. en vue du grand effort et de l’épreuve d’endurance que sont pérégriner et danser trois jours et trois nuits sur les routes. Dans ce dernier cas. tant pour les jours d’exercices que pour ceux de sortie. se tient à Pont-Sondé. dans l’Artibonite. le président et les membres principaux du groupe se rendent au cimetière. toute bande qui part sur les routes laisse. fait claquer son fwètkach dans les quatre directions. elle déploie ses cordes pour canaliser le flot de ses membres et traverser pacifiquement les rangs de l’autre bande. La progression de la bande comporte aussi certains rituels. ils peuvent être tenus secrets et connus seulement des éclaireurs et des meneurs. III. Il arrive que deux bandes se rencontrent ou se cherchent. armé d’un balai. saluer et laisser une offrande © DOMUNI – 2003 – version 1. très impressionnante. composée du conducteur souffle des nuages de clairin et. en faisant résonner son sifflet. une table recouverte d’une nappe et une corbeille sous une tonnelle. et également devant les tombes des membres décédés. Par ce rituel. les moyens sonores et la musique y sont fortement influencés par le carnaval de l’année. Les bandes de la Plaine de Léogâne se rassemblent traditionnellement le mardi soir. c’est-à-dire sont des supports de forces magiques . Depuis quelques temps. à son tour. et éventuellement affronter les bandes rivales. elles participent le dimanche à une sorte de festival et de concours à Léogâne même. pousse la poussière du chemin vers l’autre. elles se saluent mutuellement et dansent ensemble. coups de poudre font traditionnellement partie des pratiques des bandes.domuni. Au moins dans certaines régions. Rituels Le jeudi ou un autre jour précédant la sortie du vendredi. Dans le cas contraire. Le style de réjouissance.

des arrêts. et le prélèvement de la part du lwa auquel se rapporte la bande. après le paiement des salaires dus et éventuellement la mise de côté d’une somme pour les rara de l’année suivante. un oungan. Le propriétaire ou le simple président. Revenue au dépot. La clôture des rara est marquée en certains lieux. qui le remplace à l’occasion. Une autre fonction est celle de l’assistant principal du président. Il peut être celui qui conduit la bande. C’est souvent. IV. tantôt vers la gauche. après les rémunérations diverses. Pour la bande elle-même. accompagnés parfois d’offrandes à Maître Agwe par exemple. empereur. le reste de l’argent gagné par la bande est consacré à l’achat d’un bœuf en vue d’un festin pour les membres. Les dénominations pour les fonctions sont empruntées de la hiérarchie civile ou militaire. des danseurs. “laplace”. la bande de rara serait considérée comme propriété collective. tantôt vers la droite. bawon bann lan (le baron de la bande). ou reprennent celles des ounfò ou des sectes secrètes : président. une manbo ou un desservant notable du vodou. ministre.domuni. revient le reliquat des gains de la bande. rubans. parfois.0 http ://stjerome.org 42 . elle dirige la nouvelle bande vers un autre lieu d’étape. paillettes. assisté de son comité. Il déclare et fait enregistrer la bande avec sa dénomination auprès du bureau local des contributions ou auprès du chef de section. C’est lui qui sera tenu pour responsable devant la loi en cas d’implication de la bande dans des situations incriminables. sifflets. par des rituels de rassemblement. qui en est le président. on l’a mentionné. Au propriétaire qui a investi. Quelqu’un ou un comité peut prendre l’initiative de la relever une ou plusieurs années de suite. la présidence étant alors confiée à une personnalité de marque. agit comme un chef d’entreprise. l’excite. du porte-enseigne. semble-t-il. fouets. du porte-drapeau . parmi lesquels les rois et les reines . des reculades. il peut y avoir des rituels de bain. dans le Sud . Si des arrangements ont été faits. Si la maison a déjà hébergé une autre bande de passage. A celle-ci incomberont un certain nombre de responsabilités. à moins que ceux-ci ne possèdent et n’apportent eux-mêmes leurs parures. Il procure vêtements et ornements aux danseurs habillés. drapeaux.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou dans la corbeille. Il est propriétaire ou dépositaire des biens et équipements : tambours et autres instruments de musique. en rythme la marche par des avancées. colonel. des trese ruban. ustensiles de cuisine etc. contenant les mouvements de son fouet et de son sifflet. la bande de passage peut se reposer et trouver un repas. Dans certaines zones de l’Artibonite. du major-jonc et autres jongleurs éventuels . Organisation Il y a ordinairement un propriétaire de la bande. Les autres fonctions sont celles des danseurs habillés. Il pourvoit à l’avance à l’achat des provisions et fournitures : tissus de diverses couleurs. © DOMUNI – 2003 – version 1. des balancements sur place. et à la confection des habits somptueux des danseurs et des drapeaux.

à la vie sexuelle : on danse et on boit. En cas d’engagement indéfini dans une famille.domuni. Dans cette perspective. Inversement. Comme le mardi-gras naguère. parures etc. le lwa mèt kay (maître du ounfò) ou les lwa protecteurs qui travaillent pour le oungan (lwa travay). Le oungan. dans un carrefour. à qui cette réclamation est faite en rêve ou à l’occasion d’une transe. parfois vers des destinations précises fort lointaines. canalisation rituelle de la violence et de l’agressivité. entre les sexes des rapports temporaires peuvent se nouer . Significations Les rara se présentent. d’arranger pour l’accueil. et. Une bande se constitue alors sur la demande d’un lwa.org 43 . d’autres bandes venues d’ailleurs. vols. et réciproquement. Il faudrait donc attribuer aussi aux rara une fonction de constitution de réseaux d’influence. avec des bandes rivales. on cite des cas où des gens payent le sanba pour ne pas être chansonnés. on ne dort pas la nuit. dans leur lieu d’origine. à qui revient une partie des gains. c’est sa relation au religieux. drapeaux. lui fait gagner de l’argent. pourront éventuellement prolonger ce temps. Les rara remplissent donc des fonctions sociales similaires à celles du mardi-gras : rébellion rituelle contre les règles sociales habituelles. la charge se transmet à travers les générations. d’être attendues et reçues dans ces lieux. © DOMUNI – 2003 – version 1. licences verbales et comportements d’agression ont libre cours. de se déplacer. de visiter. ou un héritier à sa place. Le sanba joue un rôle semblable à celui du journaliste dans les sociétés avec presse écrite : il se tient informé des faits et gestes de la communauté.0 http ://stjerome. on se déplace sur les routes et vers d’autres lieux . Mais ce qui caractérise le rara. par des chants satiriques spéciaux préparés chaque année par les sanba (compositeurs et interprètes de chants traditionnels) et par lesquels le groupe dénonce les comportements contraires au code moral ou social de tel ou tel de ses membres : abus. réciproquement. Le oungan. on brise et brûle tambours. C’est au cours des réunions d’exercice que le sanba ou même d’autres personnes soumettent les chansons préparées.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou V. s’engage à sortir une bande en l’honneur du lwa. dans une région. En cas de dissolution de la bande. avec des relâchements par rapport aux contraintes sociales habituelles associées à la résidence. il semble que le plus souvent le propriétaire ou le président d’une bande soit un oungan ou un praticien du vodou. au premier abord. Partout dans le pays. il accueille les informations qu’on lui apporte et qui sont susceptibles de fournir matière aux chante pwent (chansons à pointe satirique). suivant les formes rituelles de renvoi dans le vodou. Celle-ci apparaît d’abord dans la motivation à l’origine de la fondation de la bande ou de la participation active de tel ou de tel. adultères etc. homicides. Il est essentiel aux bandes de rara. les rara concourent aussi aux mécanismes de sanctions sociales. Telle personne ou telle famille lésée peut même payer le sanba pour qu’il fasse adopter telle chanson dans les rara de l’année. le véritable propriétaire de la bande et de tous ses équipements est le lwa. Les pérégrinations peuvent inclure des affrontements fortuits ou prévus et recherchés. pour tant d’années ou indéfiniment. de pouvoir et d’alliance dans une zone ou une région. au travail. comme un temps de réjouissance et de licence collective. La responsabilité d’une bande est vue comme un contrat avec réciprocité : le ounfò travaille pour le lwa.

mais aussi de collecter des forces. l’organisation des rara doit être d’autant plus festive et somptueuse que la sécheresse a sévi dans l’année et que la population attend la © DOMUNI – 2003 – version 1. à savoir la production d’une vie et d’une force renouvelées à partir de la mort et de l’épreuve. de toute réflexion et de toute signification ? Dans l’hypothèse d’une origine précolombienne. De même. mais certains le font à la manière d’un engagement religieux vis-à-vis d’un lwa. arbres reposoirs et autres lieux sacrés sur le territoire du ounfò. dont la présence ou le dosage peuvent varier d’un groupe. D’abord. il s’agit d’une activité para-religieuse. le rapport des rara avec le temps des jours saints est probablement essentiel.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou La responsabilité annuelle d’une bande de rara est donc un devoir religieux à la suite d’un vœu. Aussi bien le religieux n’entretient-il pas de rapport nécessaire avec les rara. c’est un rite de pénitence. pour “ramasser” des forces. Il faut cependant nuancer les affirmations concernant les rapports des rara avec le religieux. Comme un pèlerinage. sont “pour se moquer de la mort” et pour signifier ce que les fidèles des lwa ont retenu comme le sens religieux essentiel pour eux du mystère pascal. va-t-on rituellement saluer les sources. il ne semble pas que les rara soient un phénomène partout uniforme. Rituel de propitiation.0 http ://stjerome. Cette pratique sociale seraitelle donc vide de tout contenu. dont l’accomplissement réalise directement les finalités religieuses essentielles. le rituel est à mettre en relation avec l’équinoxe du printemps. ils peuvent inclure plusieurs éléments. auquel il s’apparente par son caractère de déplacement dans l’espace (mais sans le caractère de progression vers un symbole de centre du monde) et par son caractère ascétique. jour de la mort du Seigneur. les rara sont aussi un rituel d’intensification. d’un individu ou d’un lieu à un autre. se rend au cimetière saluer la croix de Bawon et les tombes des membres décédés de la bande. C’est l’expression ou la recherche d’une certaine qualité des rapports habituels du groupe ou de l’individu avec son sacré. ceux-ci peuvent être totalement absents de la tradition ou des pratiques de nombre de oungan et manbo. avant la grande sortie. Un majò jon ou un danseur habillé peut certes louer ses services moyennant salaire. dont la négligence ne manquerait pas d’entraîner les pires dommages pour les concernés.org 44 . Un informateur rapporte que dans le Sud. ces réjouissances qui commencent le vendredi saint. ou pour le plaisir ou la renommée. On a déjà mentionné qu’avant la sortie des jours saints. parce que c’étaient les seuls jours chômés des esclaves. A ne s’en tenir qu’à leur forme proprement haïtienne. D’où cet environnement de réjouissance pour ces rites de pénitence et de renouvellement. entouré de ses principaux assistants. Par ailleurs. plusieurs fonctions. Conclusion La conclusion est que les rara ne sont pas simplement une version rurale du mardigras urbain et il n’est pas certain qu’on puisse soutenir qu’ils se déroulent pendant les jours saints. à savoir la construction des rapports avec le sacré. Les pérégrinations et les danses ne sont pas vécues seulement comme un moyen de recueillir de l’argent. Cet aspect peut valoir aussi pour des étrangers qui viennent participer activement à la bande. Comme le suggère un oungan. le président. du service des lwa. Ils visent à augmenter les forces mystiques du ounfò ou du oungan.domuni. ce n’est pas un acte du culte.

à la clôture d’une veillée mortuaire. au dire d’un autre informateur. à ce point. Guy Maximilien © DOMUNI – 2003 – version 1.0 http ://stjerome. que dans certaines régions du Sud. on organise une sortie de rara.org 45 . ce qui rapproche les rara des processions de Rogations de la liturgie catholique.domuni. Il convient de signaler. à n’importe quel moment de l’année.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou pluie. Cela pourrait peut-être confirmer encore que les raras ont pour sens profond de produire rituellement un renouvellement de vie et de force après et à travers l’épreuve de la perte et de la mort.

pour désigner le phénomène dont il s’agit ici et signifier la venue d’un dieu se substituant à la personnalité d’un humain. En Occident.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 3. “posede” (possédé). dont le serpent est la forme animale . qui désignent quelqu’un d’habité par une force destructrice potentiellement maléfique. gestes désordonnés. grimaces d’une Marinette . impénétrabilité de la peau à la pointe d’une machette Coolin’s ou résistance extraordinaire de l’abdomen à la pesée d’énormes pilons en bois et aux séances de pilonnage vigoureux chez Lenglensou.org 46 . de la respiration. on dira de ce dernier qu’il est “monté”. colère ou passion d’Erzulie Dantor . secousses. insensibilité au feu chez Ogou. lwa de la mort . modification du regard. tristesse et larmes de la Grande Erzulie sur sa dodine . chute de la température pour Bawon (Baron) ou Grann Brijit (Grande Brigitte). elle a d’ailleurs très tôt été associée à l’emprise du diable. Les transformations qui s’installent. etc. séduction de Maîtresse Erzulie . Des indices parfois en annoncent le début ou l’imminence : retrait de l’interaction. véhiculant par le fait même une connotation de “mal” ou de “maléfice”. pâleur. fureur d’Achade . le “cheval” (chwal) du lwa ou qu’il “n’est pas seul” (“li pa pou kont li”). En Haïti. qu’il est la “monture”. rigidité cadavérique. du visage.0 http ://stjerome. que. Ces différents termes traduisent la perception. de la posture corporelle. au niveau de la conscience populaire. vieillissement et douceur de certains Danbala .domuni. Par exemple. mouvements de reptation au sol ou le long d’un arbre ou d’un pilier. “doublé”. de la motricité ainsi que la manifestation d’une nouvelle personnalité et l’instauration d’un nouveau type d’interaction varient selon la nature du lwa. POSSESSION RELIGIEUSE I. Interprétations I. au piment chez Gede. “sellé”. Description III. Discours et pratique des fidèles IV. Des transformations surprenantes de la physionomie et de l’allure viennent refléter les caractères extérieurs. au niveau de l’apparence. perte d’équilibre. Un terme piégé Il n’y a pas d’équivalent sémantique du terme “possession” dans la tradition vodouesque haïtienne. II. un geste. © DOMUNI – 2003 – version 1. un cri. posture allongée sur le dos. un sursaut. inimaginable douceur de la Reine Congo. Description La venue du lwa peut se manifester brusquement par un bond. les attitudes morales ou les émotions propres aux lwa : beauté. des différents niveaux de plongée dans l’inconscient et de manifestation de l’énergie. charme. on retrouve dans les termes : “anjandre” (engendré). Un terme piégé II. s’il s’agit de Danbala. perte de l’usage de la parole et des membres. de la sensibilité. dans la tradition vodouesque.

messages pour les absents ou pour le “cheval”. punitions. . traitements. elle peut être considérée comme “opportune” ou “importune” selon qu’elle s’harmonise ou non avec les divers temps du déroulement de la cérémonie et qu’elle respecte l’ordre d’invocation des lwa. le lwa s’adresse aux assistants : salutations. sur les cas de possession publique. d’autre part. En mettant l’accent sur ces formes plus spectaculaires de possession – qui impressionnent l’observateur occidental conditionné au contrôle anthropocentrique du corps – on a tendance à négliger les formes plus discrètes de possession authentique qu’on peut difficilement appeler “crises” car elles ne s’accompagnent pas d’altération manifeste du comportement et l’observateur non initié ou entraîné ne parvient généralement pas à les identifier. la venue du lwa n’est pas un phénomène uniforme. en général. Quand la crise survient dans le cadre d’une cérémonie. de ses couleurs. dans des circonstances extérieures (danger grave. ses boissons. de la façon la plus naturelle et pas toujours perceptible par autrui. on rencontre parfois des serviteurs ou des servantes très âgés qui. ses parfums . bâton. le lwa est reconnu et reçu par le groupe : on lui joue ses rythmes. au cours de danses sous le péristyle : les lwa viennent pour participer à la bamboche. consolations.org 47 .domuni. on ne les appelle pas et ils ne viennent pas de manière fortuite. besoin pressant) ou intérieures (rythme de la vie spirituelle). Aucune de ces venues liées à la vie ne ressemble tout à fait à une autre. Comme une certaine familiarité permet de s’en rendre compte. on lui offre ses nourritures. sur appel ou spontanément. des paroles et des actions selon la nature du lwa et les circonstances de sa venue. diagnostics. éventail. © DOMUNI – 2003 – version 1. conseils. cigare. on lui chante ses chants. leur moi ordinaire étant presque totalement effacé. Dans les campagnes ou dans certaines familles. La littérature sur le sujet s’arrête. d’intensité et de fonctionnalité.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou A ces changements s’ajoute éventuellement une symbolique des gestes. alfò. Passés du plan de la pratique religieuse à celui de l’union mystique. mais toujours pour une raison et en vue d’un résultat. Signalons enfin qu’en contraste avec la transe chamanique. etc… Aux transformations physiologiques ou aux symbolismes spontanés s’ajoutent donc des codes culturels et une certaine théâtralité située entre le spontané et le conventionnel. sont en permanence habités par des divinités. ils sont devenus la présence charnelle de la tradition sacrée. se mêler à la foule et les formes de leur manifestation s’y ajustent. Le plus souvent. fondu dans ces personnalités sacrées qu’ils incarnent. mais au contraire susceptible d’une grande diversité de forme. on le revêt de ses vêtements.havresac en paille -. D’une part. de la sagesse de leur peuple. Il convient ici de noter l’économie de la venue des lwa : en général. lors de rituels privés ou bien hors de tout rituel. de la morale.0 http ://stjerome. le fidèle qui a été “monté” par un lwa n’a pas conscience des faits et gestes de ce lwa et ne peut par conséquent en produire aucun souvenir. pipe selon le cas). D’où les aspects conventionnels et même répétitifs de ces sortes d’apparition. la consommation d’alcool ou de drogues joue un rôle nul dans le processus d’induction du phénomène de possession. Car les lwa viennent aussi sans tambour in trompette. de ses insignes (sabre. encouragements ou remontrances.

ne pas être apte à porter la force du lwa. suivant des modes incompatibles avec le bon fonctionnement social de l’individu. éventuellement en des temps. etc… On dit alors que l’esprit est consacré (Lwa a batize). Il y a d’ailleurs des techniques pour prévenir l’entrée en transe. ce qui est de la divinité retourne à la divinité. etc… Le sujet qui vient d’être visité n’a pas tendance à parler spontanément de son expérience ou à l’analyser. complémentaires de la personnalité ordinaire. On dit que le lwa est bossale. un jalonnement de la vie spirituelle avec ses hauts et ses bas. tactile. dédoublement de la conscience avec souvenirs de perceptions sensorielles plus ou moins claires de la présence du lwa. pour s’intégrer positivement dans la vie de l’individu. le mode de manifestation du lwa est mesuré par le niveau de développement humain du fidèle . La survenue de la nouvelle personnalité chez le serviteur peut être vécue selon des modalités diverses : inconscience subséquente totale. insoupçonnées. acquiert des savoir-faire (Bay lwa a men). les venues du lwa cessent d’être une irruption sauvage de forces aveugles. Même quand il est sorti de l’état de prostration qui succède généralement à l’expérience de possession. sauvage. Certains serviteurs peuvent être de grands initiés sans pourtant être sujets souvent ou facilement à des transes. c’est-à-dire qui ont des aptitudes à être médium. Ou bien aussi. Insérée dans la pratique religieuse. un balbutiement répétitif de forces obscures. dont l’organisme est apte à être le véhicule des dieux. muet. la clairvoyance (Bay lwa a je). Un fidèle que ses lwa réclament peut. par le processus initiatique. objet d’une prise en charge. où ce qui est de la terre et du cosmos retourne à la terre et au cosmos. conscience concomitante (Lwa a vin je klè). on peut comprendre que tout le monde a des lwa mais que les lwa ne se manifestent pas chez tous. Le véhicule apprend à porter le poids du lwa (Bay lwa a jarèt). lorsque le cas le requiert. Du fait même que l’univers entier est habité par les lwa. lequel souvenir peut être visuel. C’est pourquoi la relation au lwa peut être vécue de façon aliénante et négative. cénesthésique. ses avancées et ses reculs vers une transparence de plus en plus grande. on dit couramment : “tel le cheval. suivant le mode de fonctionnement de la personnalité du fidèle. aspect du commerce suivi entre un serviteur et ses divinités. Elle est normalement partie d’un processus. à l’opposé. Ce travail de socialisation s’accomplit. Discours et pratique des fidèles Les fidèles demeurent généralement discrets sur tout ce qui entoure la possession. auditif. vie. ni au même degré. la manifestation du lwa se transforme au fur et à mesure de l’évolution spirituelle du serviteur. Il convient de l’éduquer.0 http ://stjerome. Moyennant quoi. Celui-ci se manifeste de façon brutale.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou III. La venue du lwa peut être la manifestation de dimensions inhabituelles.domuni. une marche vers la consommation de l’union jusqu’à la mort.org 48 . La transe n’est pas un phénomène ponctuel. de lui apprendre le langage auquel il devra obtempérer. on dit que tel lwa ou les lwa “dansent dans leur tête” (Tèl lwa danse nan têt li). de le socialiser. répétitif. il tend à demeurer isolé. konsa tou lwa a ye). De ceux que les lwa chevauchent. à ses premières transes. comme absorbé par © DOMUNI – 2003 – version 1. tel le lwa” (Jan chwal la ye. en des lieux.

L’homme aspire à l’autonomie.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou les “retombées” de son expérience. une appréhension juste du phénomène dit de “possession” exige un mouvement de décentration préalable pour neutraliser son contretransfert culturel (Devereux) et aller à la rencontre de l’autre/différent en limitant les projections et distorsions défensives. à la L’homme assume sa contingence et son maîtrise et au contrôle. cohérente et univoque de la crise. D’où la difficulté à capter l’essence subjective du phénomène et la tentation d’y substituer nos projections d’observateur. Le tableau suivant – qui tente de mettre en contraste le système de référence des sociétés anthropocentriques et celui des sociétés cosmocentriques – permettra de mieux saisir la cosmovision qui sous-tend l’univers vodouesque et la place qu’y occupe le phénomène de “possession”. Par ailleurs. exploiter. La transe se définit comme un état transitoire d’altération de la conscience généralement accompagné de manifestations motrices et neurovégétatives involontaires. il n’y a pas non plus de préoccupation impérieuse d’offrir une interprétation claire. l’univers et accepte d’être le véhicule de flux d’énergie qu’il ne tient pas à contrôler. Dans la communauté des fidèles.org 49 . à la circulation harmonieuse de cette énergie avec laquelle il entre en synergie. contrôler. améliorer etc.domuni. © DOMUNI – 2003 – version 1. Interprétations Pour l’observateur occidental. IV.0 http ://stjerome. Sa tâche fondamentale est de contribuer transformer. Occident anthropocentrique cosmocentrique Tradition Vodouesque L’homme est le centre et le maître d’un L’homme n’est qu’une forme passagère univers hiérarchisé et imparfait de “ condensation ” de l’énergie universelle en perpétuelle circulation … qu’il doit comprendre. notamment sur son interdépendance par rapport aux autres êtres de propre organisme. il nous apparaît utile de maintenir la distinction entre la transe et la possession. Il n’est pas rare cependant d’entendre évoquer l’interprétation d’après laquelle le lwa se serait substitué au “petit bon ange” du sujet possédé.

.Il peut s’agir de configurations plus élaborées assimilables à l’hystérie (Dorsainvil 1975) impliquant par conséquent un échec du processus d’adaptation à la vérité. dans la mesure où les cultures anthropocentriques valorisent le contrôle sur soi et sur l’univers.domuni. 1. une impasse dans le jeu des énergies pulsionnelles débouchant sur la conversion (en manifestations sensitives ou motrices) et la fuite dans le registre symbolique. Le phénomène de possession a toujours exercé sur les observateurs occidentaux une fascination parfois trouble mais toujours accompagnée du type d’angoisse qui déclenche le contre-transfert culturel et nourrit une gamme infinie de projections fantasmatiques généralement déguisées en théories scientifiques. d’archétypes ou autre matériel relevant de l’inconscient collectif. D’autres interprétations plus nuancées inspirées de la psychanalyse jungienne évitent de se prononcer sur le caractère pathologique du phénomène. etc…).org 50 . rythme de 3 à 8 © DOMUNI – 2003 – version 1. souligné l’importance des gains secondaires en termes de “prestige social” attaché à la possession. Dans cette perspective. On peut comprendre que. épuisement) et de facteurs spécifiques (terrain biologique prédisposé et battements de tambour à un rythme particulier).Il peut s’agir d’une irruption brutale de forces pulsionnelles relevant d’Eros ou de Thanatos. gestuelle. langage. en outre. Le rôle entraîneur/déclencheur des stimulations sonores spécifiques (fréquences basses de 75 à 150 c/s. Les interprétations relevant de la psychopathologie Généralement inspirées d’une certaine psychanalyse.0 http ://stjerome. mais suggèrent qu’un relâchement des mécanismes de défense permet la manifestation de “l’ombre”. comportement. grande amplitude de 120 dB. elles ont tendance à “pathologiser” sinon “diaboliser” ce phénomène qui implique toujours une “perte de contrôle” du moi sur la personne. on comprend pourquoi certains états de transe – comme la transe chamanique – ne répondent pas aux critères du phénomène de possession. elles font référence à une faiblesse du moi qui rend possibles diverses formes de déstructuration dont le dénominateur commun est que le “possédé” est essentiellement possédé par son inconscient.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou La possession est un état de transe particulier caractérisé par le fait que la culture reconnaît chez le sujet en transe les signes spécifiques indiquant qu’il est transitoirement le véhicule d’un dieu particulier (attitudes. C’est essentiellement la position adoptée par Wittkower (1964) qui a. Elles tendent généralement à assimiler les crises de possession à des formes larvées ou atypiques d’épilepsie psychomotrice résultant de l’effet combiné de facteurs généraux (danse. Signalons enfin les interprétations s’inspirant de la neurophysiologie. .

La bioénergie est l’étude des mécanismes de régulation de la circulation de l’énergie dans l’organisme. l’émergence de configurations énergétiques refoulées par le jeu des forces contraignantes liées à l’éducation. 3. la psychologie jungienne et la tradition mystique chrétienne. La notion de “possession” renvoie en effet aux notions de propriété. surtout pas dans les catégories de la rationalité scientifique. aux contraintes sociales. Rolf). On peut voir la possession comme un phénomène dynamique d’autorégulation des processus énergétiques dans l’organisme permettant. aux rapports de force politiques. de donner sens à la crise et de faire au sujet une place dans son réseau social. Mars 1977) Elles mettent l’accent sur le caractère restitutoire et adaptatif de la possession. et elle tient notamment en échec ceux qui ont de la difficulté à assumer le pluralisme de la réalité. de contrôle et de hiérarchie plus typiques de l’Occident anthropocentrique que de l’univers référentiel des traditions cosmocentriques. etc… Ces forces © DOMUNI – 2003 – version 1. n’a pas nécessairement besoin d’interprétation. par la levée des blocages.0 http ://stjerome. On peut en effet se demander dans quelle mesure la langue française et les catégories mentales anthropocentriques qui la sous-tendent sont capables de “contenir” et de rendre compte d’une expérience essentiellement cosmocentrique. Bourguignon 1976.org 51 . Lowen. Les interprétations anthropologiques (Deren 1953. Elle a permis l’élaboration de techniques d’intervention susceptibles de lever les blocages et de rétablir l’équilibre énergétique (Reich. Lapassade (1976) – sans en nier le caractère adaptatif – a cependant suggéré que dans le vodou haïtien la crise de possession relevait de la catégorie des “transes despotiques” et contribuait en dernière analyse au maintien de l’ordre établi. Une interprétation de perspective cosmocentrique La possession est peut-être un phénomène exemplaire permettant de mesurer les limites de la communication interculturelle. Cette dernière résulte donc de la mise en jeu de mécanismes d’adaptation générés par la culture et permettant.domuni. pour assumer sa plénitude. à la fois de rétablir l’équilibre psychique. en situation de stress. on peut tenter de retrouver une explication et un sens au phénomène de possession vodouesque à partir de trois systèmes de référence générés par la culture occidentale : la bioénergie. Pour le fidèle. Au-delà de ces réserves.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou battements/seconde) a été particulièrement souligné par Neher (1962) qui a tenté de reproduire la transe dans le contexte d’un laboratoire. 2. Kiev 1962. la possession est d’abord une expérience vécue irréductible qui.

robotisée et introvertie peut. les forces telluriques. d’archétypes (ex. L’archétype : pattern formel susceptible de modeler le contenu de l’inconscient. Par ailleurs. La possession permettrait via le sujet possédé l’émergence de traits de personnalité. Cette répression a porté particulièrement sur la possession en tant que phénomène véhiculant un potentiel incontournable de désaliénation et de liberté. son expressivité et sa créativité. dans le cadre de son travail. Ainsi une jeune domestique contrainte. attitudes. Le fidèle “vit” donc le cosmos comme un champ énergétique en perpétuelle mouvance. il occupe une place mobile et sa configuration énergétique sera modelée par ce jeu de forces qui modulent également le monde minéral. dans le cadre d’une cérémonie. être “montée”par une Erzulie électrisée et exubérante ou même par un Ogun qui remodèlera son corps selon des expressions. conversion. etc… Un lwa. Gédé) et de matériaux de la mémoire collective accumulés à travers plusieurs générations. du clan et en dernière analyse de toute l’humanité 2. une famille ou une lignée. Dans cette perspective.domuni. végétal. Se maintenir en © DOMUNI – 2003 – version 1. 3. un lwa est essentiellement un archétype énergétique refoulé ou marginalisé.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou contribuent à mouler le corps.) avec laquelle les détenteurs de pouvoir ont réprimé l’ensemble des pratiques liées au Vodou. récit de Maya Deren) permet de postuler que certains états de possession peuvent impliquer des moments de vécus de fusion mystique avec le “Grand Tout” qu’on retrouve dans toutes les grandes traditions religieuses.0 http ://stjerome. Le décodage de ces comportements et discours dans une perspective jungienne ouverte sur le transpersonnel permet à la collectivité d’avoir accès à des messages susceptibles d’éclairer son passé et son présent et de guider son devenir. d’imposer à son corps une posture soumise. peut informer un individu. Dans ce grand champ vibratoire.org 52 . Une telle analyse permet de mieux comprendre l’interdiction que – depuis l’époque de la colonie jusqu’à nos jours – les instances dominantes ont fait peser sur ces pratiques et la violence ouverte (campagne anti-superstitieuse de 1941) ou insidieuse (disqualification. notamment le système musculaire et les fascia (Rolf) dans des attitudes et postures appauvrissant sa vitalité. L’ombre : trait inconscient antagoniste des traits conscients. le témoignage de certains possédés – notamment le souvenir qu’ils gardent de la période précédant la “crise” proprement dite (cf. d’affrontement et de domination. L’observance de certaines règles et la pratique de certains rituels permettent de maintenir la connexion harmonieuse avec cet archétype. L’inconscient collectif : réservoir de mémoire collective de l’histoire de la famille. c’est-à-dire un archétype énergétique particulier. Erzulie. animal. La contribution de la psychologie jungienne est essentiellement d’ordre herméneutique : elle fournit des outils permettant de décoder les comportements et les discours liés à la possession. postures et gestes de liberté. etc. D’un intérêt particulier sont les notions suivantes : 1.

Dans cette perspective. écologiques.). La possession rituelle en Haïti in Revue de psychologie des peuples NEEDHAM (R. La perspective cosmocentrique met l’accent sur le caractère transpersonnel du phénomène et l’aborde comme un processus fluide de déconstruction/reconstruction susceptible d’évoluer vers une intégration supérieure de la personne si les conditions environnantes sont favorables. 1967.0 http ://stjerome. physiologiques. Gallimard LAPASSADE (G. Jean-Pierre Delarge. on s’engage dans une voie sans issue si l’on se demande si la possession est un phénomène normal ou pathologique. sociologiques.). mais surtout – submergés par la panique déclenchée par le corps anarchique de l’autre – ont recours sans discernement à la sédation sauvage. Documentex. 1973.domuni. Percussion and transition. C’est notamment ce qui se produit quand la crise est prise en charge par les structures médicales anthropocentriques qui.). © DOMUNI – 2003 – version 1. 1976. La spiritualité du corps. Divine Horseman. 1953. culturels et politiques. G. Aubier JUNG (C. des maladies. En langage occidental.). dans la mesure où ils sont en connexion authentique avec la tradition sont susceptibles de servir de médiateurs entre cosmos. des malheurs. le processus risque en effet d’avorter et d’évoluer vers des configurations morbides marquées du sceau de la dévitalisation.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou position antagoniste par rapport à un “lwa mèt tèt” peut nourrir des processus dysharmoniques susceptibles de se traduire par des malaises.). des dysfonctionnements sociaux. Editions Dangles MARS (L. non seulement scotomisent sa dimension spirituelle. Le clinicien anthropocentrique sera spontanément tenté de le considérer comme pathologique dans la mesure où elle implique une déstructuration temporaire de la personne et une perte de contrôle du moi sur les forces pulsionnelles.org 53 . lwa et fidèles. Oungans et mambos. Essai sur la transe. 1993. Mc Pherson and Company DEVEREUX (G. Paris LOWEN (A.). Accueilli dans un contexte répressif. etc… La possession – surtout quand elle se présente sous forme de crise – signale une mise en tension particulière de flux énergétiques donnant éventuellement accès à de nouvelles formes d’intégration. 1980. cette médiation de la danse des énergies est susceptible d’être décodée en termes psychologiques. 1956. Carlo Sterlin et Guy Maximilien Bibliographie DEREN ( M. Ma vie. De l’angoisse à la méthode. éditeur.).

Harper and Row. Corps et possession. SCHOTT-BILLMANN (F. 1973. L’analyse caractérielle.).domuni.). Paris ROLF (I.). A physiological explanation of unusual behavior in ceremonies involving drums. Payot.0 http ://stjerome. Human biology IV : 151-160 REICH (W. 1962. Gauthier – Villars.org 54 . Publishers.) 1977.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou NEHER (A. © DOMUNI – 2003 – version 1. Rolfing. 1977. New-York.

on observe trois grands traits caractéristiques de ce vodou des sanctuaires : l’unicité du rite. objets.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou D. I. VODOU DES SANCTUAIRES I. à côté principalement du vodou familial et du vodou des temples ou congrégations.domuni. Badjo . L’unicité du rite Les temples dits Rada-Kanzo de l’Ouest et les cultes familiaux observent les divers rites : rada. © DOMUNI – 2003 – version 1.0 http ://stjerome. nago à Badjo. Espace uniquement sacré et hauts lieux de mémoire Une des traditions que l’on découvre dans la pratique du vodou en Haïti. la constitution d’une confrérie sur la base d’une certaine communauté d’origine. La liturgie des lakou sanctuaires. Lieux. Une seule cérémonie annuelle majeure. ibo etc qui témoignent du mélange des diverses traditions ethniques présentes dans la colonie de Saint-Domingue. petro. la célébration d’une cérémonie majeure annuelle. On les trouve dans l’Artibonite. initiation 1. congo. Une confrérie basée sur la communauté d’origine III. Nan Souvnans 2. Il a dû y en avoir encore dans d’autres parties du pays. dans le Nord-Ouest : Vilokan ou Ladouceur. comme celui. semble-t-il. 1. rituels. où ils sont restés le plus vivants : Souvnans (Souvenance). de Laborde. Dereyal (Déréal) .org 55 . Avec des variations plus ou moins importantes selon les endroits. Soukri-Danach. Un rite unique II. dans le Sud. n’observe qu’un rite unique : congo à Nan Soukri-Danach. dans le Nord : Kanpèch (Campêche). dahonmen à Nan Souvnans et Dereyal dans le Nord. Soukri-Danach IV. mais qui ne subsistent plus. est la forme d’organisation que l’on rencontre dans des sanctuaires ou grands lakou exclusivement réservés au culte. par contre. sans partie résidentielle profane.

L’acceptation d’un membre et également la désignation du serviteur. Le serviteur utilise le deka. qui est le médiateur entre ceux-ci et les divinités. à danser et à être chevauché par ce mèt tèt lors des cérémonies organisées par la confrérie et dans le cadre de son rituel individuel. un rite d’initiation ou sèvis tèt est entamé. Il réfère à un mode original d’implantation démographique et à cette homogénéité remarquée à l’origine du groupe cultuel souche. ils proviennent de différentes familles qui se rattachent à leurs demanbre propres et descendent des premiers membres du lakou sanctuaire. Les membres présents. notamment de son mèt tèt . du kase kanari. Soukri et Souvenance sont purement des lieux de culte. Le nouvel initié offre une cérémonie en l’honneur des esprits. La volonté du lwa est signifiée par rêve. ou encore en séance divinatoire ou à l’occasion de la “dégradation” d’un initié mort. et. II. c’est-àdire les différents objets nécessaires à ce rituel. eux. Après l’admission de l’impétrant et l’accord du serviteur. il est centré autour du patriarche et du demanbre du lignage (et non plus simplement d’une famille élargie). A la ressemblance sur ce point de la tradition familiale du lakou ordinaire. se font sur élection par les divinités et sur approbation des autres membres. Sa mort donnera lieu au rite funéraire de la « dégradation ».0 http ://stjerome. et à la quatrième semaine se déroule le rite proprement dit d’initiation. et trois autres après celle-ci. Il a déposé son “paquet”. ou sous forme d’une punition rituelle par mise dans le “cep”. Les membres de la confrérie y assistent. ce qui n’est pas le cas pour l’admission dans la congrégation d’un ounfò rada-kanzo.domuni. pour invoquer les lwa afin que l’un d’entre eux vienne chevaucher l’impétrant. au cours © DOMUNI – 2003 – version 1. les membres n’y résident pas. et cependant pas à Badjo. au rite du wete mèt. Mais il se rapproche de la tradition des temples par l’entrée dans la confrérie sous l’autorité d’un chef. L’admission dans la confrérie se trouve donc conditionnée par l’appartenance familiale et la communauté d’origine. le culte des lakou sanctuaires. équivalent à de l’ason. c’est-à-dire. la séparation de son corps d’avec son mèt tèt. et que le rite rada-kanzo des temples atteste de la synthèse et de la hiérarchisation de ces diverses traditions.org 56 . alors que le culte familial manifeste le grand brassage des populations et des héritages spirituels qui suivit l’Indépendance et accompagna la nouvelle occupation de la terre. doivent lui accorder le “passage” en vue de l’admettre dans la confrérie. Le futur membre doit dormir une fois par semaine dans le sanctuaire durant trois semaines avant l’initiation. a assumé le rôle de conservation dans un relatif état de pureté de certains rites africains majeurs. Une confrérie basée sur la communauté d’origine Le groupe cultuel est organisé en confrérie composée des initiés et du « serviteur ». plus tard. lui. qu’on observe à Soukri et à Souvenance. C’est le principe de la deuxième caractéristique du vodou des sanctuaires.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Donc. il aura à les vénérer.

se purifient durant le rite du sang. Le dimanche matin.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou duquel l’esprit aura à choisir sa nouvelle monture. quittent le temple et se dirigent vers les arbres-reposoirs.0 http ://stjerome. regroupant respectivement les esprits de l’eau et ceux du feu. Ayida Wèdo. et à l’Epiphanie à Badjo. chasseurs et grenadiers. A lieu alors le sacrifice du taureau. les deux régiments. III. la fête dure une semaine et commence le vendredi saint consacré aux prières préparatoires de Pâques. © DOMUNI – 2003 – version 1. On se dirige ensuite sur la cour où on les célèbrera : sont apportées les offrandes rituelles aux divinités . Cette cérémonie s’achève dans le bassin où les fidèles possédés se baignent. Le samedi matin. Les serviteurs et les membres sont parfois désignés dans le cadre de cette célébration précisément. Ogou. à Nan Souvnans. Le samedi soir débute la grande cérémonie : Legba est à l’honneur. Accomplir annuellement les cérémonies du culte représente le troisième trait distinctif du vodou des sanctuaires. Une seule cérémonie annuelle majeure. Les gardiens de sa case vont chercher les deux tambours qui sont placés au milieu du péristyle . d’autres viendront aussi présenter leurs salutations à Legba devant sa barrière. En chacun de ces lakou-sanctuaires se déroule une cérémonie annuelle majeure : à l’occasion de la fête de Pâques. Le lundi matin. Le rite et la durée de la cérémonie diffèrent certes d’un lakou à un autre. Loko. de celle de Notre-Dame de l’Assomption le 15 août à Nan Soukri-Danach. de l’immersion des esprits.domuni. Le pè savann dit les cantiques. tenant chacun une baguette sacrée. particulièrement le Mapou consacré à Papa Lisa. C’est lui qui ouvre la fête dans son reposoir qu’est la barrière qui lui est consacrée. le tambour royal Asòtò est à l’honneur. mais un même agencement s’observe lors du déroulement de la commémoration annuelle. on effectue particulièrement le sacrifice du taureau qui est suivi du rituel de purification. Enfin on s’installe sous le péristyle où les lwa et les pratiquants vont chanter et danser. le « Serviteur » reçoit des bandes rara qui pénètrent dans la cour et en font le tour . on fait le tour du sanctuaire en vénérant Ayizan. libations. 1. La Sirène… Le mardi après-midi. et les ounsi. font le tour. La cérémonie se déroule toute la journée : prières. La prière se fait d’abord dans la salle du soba pour invoquer les esprits en vue de les inviter à venir se manifester durant la cérémonie.org 57 . chantent et font le geste de frapper le tambour. sacrifices de volailles en l’honneur d’Agwetawoyo. C’est le dernier jour des chants et des danses. Nan Souvnans A Nan Souvnans. à la fin de l’année à Vilokan et à Déréal.

D’aucuns reviendront pour le manje yanm de l’Assomption.0 http ://stjerome. puis en silence charrier l’eau et aller cueillir les feuilles des arbres-reposoirs en vue de préparer la cérémonie du bain du vendredi. le 14 août. la confrérie emprunte le chemin conduisant à la source. Elle se déroule presque à l’entrée du lakou à côté du péristyle. c’est en dehors du périmètre du lakou que le vendredi d’après. mercredi. « Carrefour » est célébré et. Bazou Mennen… Avec la danse sous le péristyle se termine la journée majeure qui rythme annuellement la vie de ce lakou. échange avec eux sur le déroulement de la cérémonie et communique le calendrier des sorties et autres événements. c’est la distribution de la nourriture. c’est le grand jour. Espace uniquement sacré et hauts lieux de mémoire Le « lakou-sanctuaire » est uniquement un lieu de culte à l’usage d’un ensemble de familles issues chacune de son lakou domestique propre. L’espace profane y est pratiquement inexistant. Au cours de la soirée. La société Nan Soukri rentre de la source et les membres vont revêtir de nouveaux habits. marqué par le sacrifice du taureau en hommage au général Simbi Ganga qui a son reposoir sur le monticule au-dessus de celui du général Latibwa. Après la cérémonie. qui s’accompagne de quelques rondes où on frappe les tambours. la rivière dédiée à Metrès Manbo Inan.org 58 .domuni. les ounsi rentrent dormir à l’angélus sous le péristyle pour se lever après minuit. On se souhaite mystiquement au revoir.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Le lendemain. la danse continue tous les soirs jusqu’au deuxième dimanche suivant le 15 août où une grande cérémonie appelée Pòtay marque la fin de la grande fête. veille du jour de l’Assomption et aussi de la cérémonie du Bois-Caïman. le cochon noir est sacrifié en l’honneur de Madan Lenba. IV. Là se déroule le rite de la purification jusque dans l’après-midi. Cependant. est dédié aux enfants. 2. Le 15 août. La célébration se poursuit avec la vénération des autres divinités : Lenba. © DOMUNI – 2003 – version 1. manje jimo. Les quelques habitants qui y résident ne peuvent pas tracer de frontière entre les espaces profane et sacré. Le « Serviteur » communie avec les membres de la confrérie. Le jeudi. selon les années. Soukri-Danach A Nan Soukri-Danach. Les autres jours. on accomplit le rite Gede et le sacrifice du cabri avec une assistance moins nombreuse.

c’est-à-dire au respect du culte et à la transmission familiale des esprits d’une génération à l’autre. Les « contrevenants » ainsi punis se trouvent dans l’incapacité de bouger. ou qu’ils restent accrochés sur les branches d’un arbre donc suspendus comme un fruit… C’est au « Serviteur » qu’il incombe de lever la peine. il n’est pas rare qu’ils soient empêtrés à l’intérieur des troncs d’arbres-reposoirs. empêchés de se déplacer comme s’ils étaient enchaînés .domuni. Cet interdit se manifeste sous la forme d’une paralysie.org 59 . Les personnes « fautives » pour avoir commis une infraction quelconque : report injustifié de la cérémonie de l’initiation. l’œil des esprits veille sur tout et aucun secret n’échappe au regard de ces divinités : ils ont connaissance des moindres détails la vie quotidienne de chacun. d’assurer la relation harmonieuse avec les divinités. soit comme membres de la confrérie. La confrérie n’est la propriété de personne et le « Serviteur ». Il arrive qu’ils soient rivés au ras du sol. Le serviteur reçoit seulement des ordres de ceux-ci et leur transmet les demandes émanant des membres de la confrérie. soit comme simples spectatrices. son nom l’indique bien. Il remplit certes une fonction d’autorité. Selon la gravité du délit qu’il évalue d’après la sévérité du châtiment infligé. D’ailleurs. de parenté et de fraternité. il décidera du moment opportun de gracier les coupables. a pour tâche d’officier.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou La prédominance du sacré demeure fondamentale car la confrérie y est fondée sur des liens de sang. mais il n’est investi d’aucun pouvoir : le pouvoir est détenu par les esprits.0 http ://stjerome. Vernet Larose © DOMUNI – 2003 – version 1. mauvaise conduite…. de veiller à la conservation de l’héritage. ou allongés immobiles. les pieds joints. sont frappées d’interdit de participation aux cérémonies rituelles. Un phénomène qui illustre le pouvoir des lwa est la sanction appelée sep (le cep était l’entrave qui servait à châtier l’esclave à l’époque coloniale). et est placée sous la protection de divinités issues des rites majeurs de l’Afrique.

traitement. initiation etc. soit une salle distincte. soit un bagi utilisé à cette fin.ESPACES SACRES I. les petro. On réserve. Djevò III. II. bouteilles. exorcisme. ason. pots de tête. mais un espace aux divisions qualitatives qui sont des modulations spatiales de l’énergie sacrée. IV. Kalfou (Carrefour) © DOMUNI – 2003 – version 1.0 http ://stjerome. jugement. selon les possibilités. VODOU . avec des destinations rituelles différentes (divination. les gede etc. colliers. une structuration autour d’un centre du monde. lampes. une table en ciment sur laquelle ou autour de laquelle on dispose ou accroche les objets sacrés et les instruments du rituel : govi.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 2. Djevò La chambre initiatique. Autres points sacré du ounfò Comme le rappelle la phénoménologie de la religion. Simityè (Cimetière) VII.). Ounfò VI. Bagi (ou Badji) II. l’espace sacré n’est pas un espace géométrique abstrait aux parties potentielles homogènes. Kalfou (Carrefour) V. Il y a un dieu Granbwa. Bagi (ou Badji) C’est une chambre sacrée attenante au péristyle et dans laquelle se trouve le pé. Granbwa (Grand Bois) Bosquet sacré où l’on va cueillir sur règlement les feuilles utilisées dans la médecine sacrée ou dans les rituels comme le lave tèt. Granbwa (Grand Bois) IV. des espaces ou des chambres différentes pour les rada.org 60 . Vèvè VIII. III. images de saints.domuni. I. crucifix. le pile fèy ou pile makaya. pierres de feu etc.

Simityè (Cimetière) Lieu de résidence des morts et de rencontre entre les vivants et les morts. source.0 http ://stjerome. Il se compose de diverses parties : péristyle. cendre etc. C’est le domaine des lwa Gede qui habitent derrière les tombes. devant lesquelles doivent se présenter tous ceux qui ont à faire au cimetière : traitement. Il y a un dieu kafou. de vie commune (instruction. c’est un lieu aussi de culte solennel.domuni. Simbi . le vèvè. plus proprement appelé seremoni.org 61 . agression magique etc. V. La Sirène. kongo. lieu de passage rituel obligé où il faut prendre des précautions spéciales et demander la permission pour procéder à certaines activités religieuses ou magiques. de maïs. chef des cimetières. petro. C’est le lieu où un spécialiste du sacré accomplit des travaux : divination. Ces dessins présentent des motifs propres à chaque dieu et sont tracés avec divers matériaux selon le cas : farine de froment. On offre de la lumière et de la nourriture au dieu à travers le vèvè. Agwe. Ounfò L’espace sacré de base est le ounfò. soit de sa femme Grann Brijit (Grande Brigitte). les arbres reposoirs : arbres spéciaux qui sont consacrés à tel ou tel lwa et à travers lesquels on peut leur adresser certains actes cultuels et les invoquer (libation. Autres points sacrés du ounfò Les bassins sacrés des lwa d’eau : Danbala.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou A l’extérieur. VI. offrande de nourriture) . la forge d’Ogou : sabre ou fer de fusil autour duquel on allume un feu lors de certaines cérémonies. Lorsqu’on a réservé une maison distincte pour le service de chacune de ces grandes familles rituelles. est un espace sacré qu’on prépare dans le moment et le lieu appropriés pour recevoir la force de tel ou tel lwa dans telle ou telle intention rituelle. On érige sur ces tombes la croix de Bawon ou la croix de Brijit. La tombe du premier mâle ou de la première femme enterrée devient le reposoir respectivement soit de Bawon Samdi (Baron Samedi). on distingue les ounfò rada. Dans la tradition rada kanzo. VIII. cimetière. bagi. entraide) pour la congrégation des serviteurs. dyèvò et peut même aller jusqu’à inclure bois sacré. Vèvè Sous la forme d’un dessin tracé à même le sol. illumination. VII. traitement et autres rituels. Guy Maximilien © DOMUNI – 2003 – version 1. gardien des morts. exorcisme.

des drapeaux et d’autres objets qui servent au culte à un titre ou à un autre. c’est un collier de perles en porcelaine composé de plusieurs segments dont les couleurs sont celles des lwa de la personne. à toutes les grandes cérémonies. et sans parler des tambours que l’on tient comme la voix des lwa. certains objets sont considérés comme particulièrement associés au sacré : Ason. Makout a Legba. © DOMUNI – 2003 – version 1. Govi II. au boule zen. III.0 http ://stjerome. des pièces de monnaie : cuivre. Makout a Legba En plus des sabres. Il fait partie de l’équipement du oungan et de la manbo dans le rite rada. ils sont mâles ou femelles. Colliers IV. ce sont comme les paratonnerres des forces mystiques. des crucifix. font partie de l’équipement du oungan ou de la manbo. Il est utilisé dans les rituels de Wete mò nan dlo (sortie des morts de l’eau). Il fait partie de l’équipement du ounsi kanzo et se porte à l’initiation. I. Govi. II. Govi Cruche à large orifice. VODOU . Ces objets sacrés.org 62 . Ason V. des foulards aux couleurs des lwa. Dans le bagi. Kolye (collier) Appelé kolye ladogwesan. Pòttèt VI. Pòttèt (Pots de tête). Pake Kongo (paquets congo) III. de forme élégante et très belle. des épices.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 3. des images des saints. Pake kongo. or. enveloppé de tissu et de rubans de couleurs rituelles. à la sortie des drapeaux. Pake kongo (paquets congo) Talisman confectionné avec divers ingrédients.OBJETS SACRES I. surmonté d’une aigrette ou d’un panache. nickel. à l’occasion de traitements particulièrement difficiles.domuni. Suivant l’apparence anthropomorphique qu’on leur donne. dans les rites congo et petro. argent. Il sert de réceptacle des lwa et des esprits des initiés morts devenus des ancêtres. du Rele lwa nan govi (appel des lwa dans les govi). Kolye (colliers).

Pòttèt (Pot de tête) Récipient en porcelaine avec couvercle dans lequel. sur le pè du bagi et il les représente spirituellement dans le ounfò dont ils sont les enfants. Guy Maximilien © DOMUNI – 2003 – version 1. avec un bout renflé. qui est l’inverse de l’initiation. Makout a Legba Une sacoche en latanier consacrée à Legba et suspendue à son arbre à la barrière du Ounfò. La prise de l’ason est le nom de la dernière étape de l’initiation des oungan. Il est ordinairement laissé par les ounsi à la garde du oungan.domuni. la calebasse courante.org 63 . Il sert dans leur interaction avec les lwa. Il sert évidemment pour le rite du desounen.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou IV. qui produit un son caractéristique lorsque l’ason est agité rythmiquement.0 http ://stjerome. Une clochette est attachée au manche de l’ason. et l’autre bout allongé comme un manche. V. sphérique. Ason Instrument rituel caractéristique du oungan ou de la manbo. VI. Il est confectionné avec une courge de forme spéciale. à l’initiation. on enferme et met à l’abri une partie de la personnalité. signe de leur pouvoir. Le bout renflé est entouré d’une manière un peu lâche d’une résille de perles et de vertèbres de couleuvre.

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou

4. L’EAU DANS LA CULTURE HAÎTIENNE
article de Guy Maximilien paru dans « CONJONCTION » numéro spécial 182,183 Institut Français d’Haïti 1989 Avant d’entrer dans le sujet, je voudrais d’abord vous rapporter une anecdote. Cette anecdote, c’est le philosophe américain d’origine allemande, Illitch, qui la racontait dans un numéro de la revue Esprit, il y a quelques vingt ans. Illitch avait entrepris de traverser tout le Mexique à pieds. Un matin, il arrive dans un village et voit un groupe de femmes très animées venues chercher de l’eau à la fontaine du village. Illitch, fraîchement arrivé de son Allemagne ou de son Autriche natale, avec l’eau courante à domicile, de se faire la réflexion : « Quel progrès le jour où ces femmes auront l’eau courante chez elles ! ». Et d’ajouter aussitôt : « Mais quelle régression sociale, le jour où chacune de ces femmes restera en tête à tête avec un robinet dans sa cuisine ! » Ces réflexions d’Illitch sont intéressantes. Elles peuvent nous remettre à l’esprit l’idée qu’il y a des conditions nécessaires, des conditions culturelles pour qu’un progrès technique prenne dans un milieu et devienne un progrès humain. Confrontés à l’urgence des situations comme la nôtre, on garde toujours la tentation de croire qu’en appliquant des techniques toujours plus appropriées aux contraintes du milieu, on va résoudre le problème social de l’eau. Or, entre le technique, qui prend en charge l’eau, l’élément physique de survie, et le social qui gère l’eau, bien social, bien humain, il y a nécessairement le culturel, à savoir, comment intégrer cette nouvelle technique à l’ensemble de la vie humaine et de ses fins diverses : les rapports des gens entre eux, leur conception de ce qu’est la vie, cette approche globalisante des choses, en quoi consiste la culture, précisément. L’idée est qu’on ne peut pas intervenir sur le facteur technique sans toucher à la chaîne entière des facteurs humains, noués dans la culture du groupe. Il faut connaître le code culturel d’un groupe pour qu’une innovation technique soit comprise et acceptée.

1. PENSEE SYMBOLIQUE SUR L’EAU
Nous disions qu’il y a une pensée symbolique du peuple haïtien sur l’eau. Que faut-il entendre par cela ? L’eau est un élément physique que l’homme consomme ou utilise diversement pour sa survie physique. L’eau fait partie de l’environnement dans lequel l’homme vit et se déplace. A ce titre, l’homme a des rapports avec l’eau et tout le groupe humain développe des savoir, des techniques, des conduites sociales concernant l’eau. Nous avons là une pensée rationnelle qui va de l’empirisme vers la science. Mais l’eau, comme les autres éléments de l’environnement : air, feu, terre, ou certains aspects de la vie humaine, la sexualité par exemple, sert aussi à l’homme de moyen, de support pour construire des représentations symboliques. Ce sont ces représentations qui lui
© DOMUNI – 2003 – version 1.0 http ://stjerome.domuni.org

64

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou permettent de se comprendre lui-même, le monde (naturel et surnaturel), sa place dans le monde, la société. Il peut donc valoir la peine de se demander ce que le peuple haïtien dit au sujet de l’eau à travers les expressions de sa culture.

2. CHAMPS D’EXPRESSION DE LA PENSEE SYMBOLIQUE HAITIENNE SUR L’EAU
Il y a une pensée symbolique du peuple haïtien sur l’eau, une pensée symbolique fort riche et très originale. Où s’exprime-t-elle ? Dans le domaine profane, à travers contes, proverbes, devinettes, chansons, et, indirectement, à travers les pratiques traditionnelles, les représentations touchant plantes et animaux. Dans le domaine sacré, à travers croyances et pratiques religieuses. Nous allons nous pencher sur le thème de l’eau dans le domaine sacré. Parce que c’est toujours au niveau du sacré qu’une culture traditionnelle exprime de la façon la plus dense, la plus serrée ce qui se trouve à l’état dilué dans la culture profane. Parce que, je crois qu’effectivement, c’est dans ses pratiques et croyances religieuses que le peuple haïtien a codifié sa pensée au sujet de lui-même et de son environnement. Le sacré récapitule et donne des clés d’accès au sens de la vie.

3. CROYANCES ET PRATIQUES RELIGIEUSES AYANT TRAIT A L’EAU EN HAITI
Je me contente, à propos des croyances et des pratiques religieuses, de faire un inventaire des lieux, agrémenté de quelques réflexions. 3.1 Anbadlo Ce qui se présente d’abord de très intéressant, c’est qu’en Haïti, on assigne les eaux comme séjour naturel, comme milieu propre à l’ensemble des divinités : les lwa habitent « anbadlo ». N’oublions pas ce que sont les lwa. On s’adresse à eux, bien évidemment, comme à des figures extérieures, transcendantes. Mais qui sont-elles ? Leurs noms, leur nature ethnique, leurs aspects physiques, leur tempérament, leurs vêtements, les attitudes, les habitudes diverses sortent du peuple haïtien. Ils personnifient toutes les variétés ethniques et culturelles qui sont entrées historiquement dans la constitution de ce peuple. Les lwa sont l’essence même du peuple. « Ginen yo se nannan pèp la ». Pour le peuple haïtien donc, l’eau est le réservoir de toutes les forces spirituelles qui composent son identité. C’est de là que nous sortons, c’est là que nous allons, c’est là que l’on retourne pour la vie, la mort, la purification, la guérison, la fécondité, la renaissance.

© DOMUNI – 2003 – version 1.0

http ://stjerome.domuni.org

65

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou

3.2 Rituels d’initiation, bains, pèlerinages, mort Effectivement l’eau occupe tout l’espace sacré. Dans tout rituel d’initiation ou de traitement, soit sous forme de bains rituels ou bien de pèlerinages, l’eau est un point de passage obligé. Chaque année, à l’époque de décembre/janvier, les ounfó de Port-au-Prince vont rituellement chercher de l’eau pour les bains initiatiques à la Source Balan. Dans le voyage initiatique, de même que l’eau se trouve à la première étape quand on va se faire initier, de même elle figure aussi le dernier passage, car c’est sous les eaux que va séjourner l’initié mort et c’est là qu’on va le retirer après 1 an et 1 jour, au cours de la cérémonie du « wete mó nan dlo », pour en quelque sorte le diviniser. 3.3 Initiation mystique A côté de la pratique de l’initiation rituelle, il existe aussi des traditions d’initiation mystique directe, par des rêves surtout, avec des expériences du type de celles des Chaman d’Asie Centrale et Septentrionale ou d’Amérique du Sud. Dans ces dernières contrées, l’un des événements mystiques majeurs de l’initiation du Chaman est le voyage dans le ciel où le futur Chaman rencontre les divinités et reçoit pouvoirs et savoirs. En Haïti, le voyage intiatique est en général, d’après les témoignages, descensionnel : c’est une descente sous les eaux. 3.4 Points d’eau sacrés L’importance des rituels de l’eau donne naissance à toute une géographie mystique de l’eau, avec des points d’eau sacrés d’importance nationale, régionale ou même familiale. National BASSIN ZIM dans le Plateau Central SAUT D’EAU à Ville Bonheur SAUT DU BARIL à l’Anse à Veau L’ETANG SAUMATRE Le BASSIN ST-JACQUES à la Plaine du Nord Le DLO LABOU de Souvenance, dans l’Artibonite Régional SOURCE BALAN Sources à Kenscoff et Furcy SOURCE PUANTE entre Port-au Prince et Montrouis TROIS RIVIERES à Port de Paix Certains endroits dur l’Artibonite (PASSE D’ATGASSON à Petite Rivière) Etc.

© DOMUNI – 2003 – version 1.0

http ://stjerome.domuni.org

66

l’eau est pus fondamentale à la vie. elle est liée à des formes plus fondamentales de la vie. Il est le maître du cycle de l’eau et de l’écologie. grande sœur de Papa Dambala. 4.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 3. est aussi un Lwa d’eau. A Saut d’Eau. l’intelligence. plus essentielles de la psychè. les anciens.0 http ://stjerome. c’est Dambala et AYIDA qui sont les « Mèt Dlo ». ave Ayida Wedo.org 67 . Dans le règlement rituel. Les Petro correspondent aux énergies pus immédiatement libérables ordonnées à l’action . Aussi bien a-t-il également l’œuf pour symbole. lui appartient l’eau pure. qui n’a rien dedans. après avoir présenté un peu d’eau et de lumière aux quatre parties du monde. Maïtre de la source. donc des Sources. déjà. 1 Rapports de l’eau avec les lwa rada Ce qui précède fait voir le rapport universel de l’eau avec les divinités. c’est à dire que c’est dans l’eau qu’ils exercent leur seigneurie. donc sur l’organisation du monde. du feu (Ogou). du protocole. ils viennent après les Rada. de verser un peu d’eau en libation. à cause de l’arc-en-ciel qui apparaît.5 Jete dlo Un autre point d’affleurement permanent de l’eau dans l’espace sacré. l’eau d’avant toutes choses autres. On dit que Dambala et Ayida viennent boire. Badè). On le considère donc comme le Maître de la Pluie. dans le panthéon. c’est le rituel du ‘jete dlo’. la sagesse ancestrale. l’eau des origines. Nous avons probablement là. qui prend la figure du serpent représente les origines. L’élément feu vient après l’élément eau. sous la forme de l’ar-en-ciel. ont des rapports avec l’eau. Au cours des cérémonies liturgiques ou en dehors de toute liturgie. En général tous les Lwa Rada. le premier devoir à l’endroit de la divinité. les Rada viennent avant les Petro et ils correspondent à des couches plus profondes.2 Les Lwa d’eau Cependant tous les lwa Rada n’ont pas l’eau pour domaine. AYIZAN. de l’air (Sobo. 4. à Saut Mathurine. Il apparaît.domuni. L’EAU ET LES DIVINITES 4. DAMBALA. Parmi eux il y a les lwa de la terre (Azaka Médé). Ceci est interprété comme un signe de bonne nouvelle. © DOMUNI – 2003 – version 1. alors que les Lwa Petro ont rapport avec le feu. une réflexion sur les éléments et leur hiérarchie. divinité de la pureté rituelle. le premier geste vis à vis d’un lwa est. L’eau est la première nourriture. Certains lwa Rada sont spécifiquement des divinités de l’eau.

DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou SILIBO VAVU est la maîtresse des eaux purificatrices. Les MARASA.0 http ://stjerome. » Il fait barrage. Ils représentent l’enfance de l’humanité. KLERMEZINE (fille du Général Klemèy et de Manbo Klermèy) habite un palais de cristal sous l’eau .domuni.org 68 . belle-mère d’Agwètaroyo. et vous soustrait aux torrents de pluie (« lavalas »). sont les maîtres de l’eau fertile. CHANGO : Lwa de l’éclair et du feu céleste. mâle et femelle. GRANDE ADJA : Escorte d’Agwe. MAITRESSE LA SIRENE : Femme d’Agwe. des semences de la vie. nan mitan kouran . ERZULI : maîtresse d’AGWE PAPA AGAOU. © DOMUNI – 2003 – version 1. AGWETAROYO « mèt Lanmè ». divinités de la mer. LOKO qu’on appelle « Gwo Róch nan dlo. elle est une divinité de la propreté. Lwa de toutes les eaux qui aboutissent à la mer. GRANN A UNMANDJA : Mère de la Sirène.

domuni. Elle dissout les formes matérielles.Symbolisme de la fécondité. élément dans lequel grouille la vie. de la mort. Et tout groupe humain qui a accès au phénomène de la naissance établit un lien entre l’élément liquide (eaux amniotiques « kase lèso ». 5. la Mésopotamie. . liquide séminal) et l’origine de la vie. .org 69 . Tout groupe humain expérimente aussi le pouvoir destructeur de l’eau. de la régénération. on se rendrait compte que toutes les divinités de l’eau expriment les divers rapports de l’homme haïtien à l’eau dans son histoire et ses divers rapports avec ce que l’eau symbolise. Cet ensemble de pratiques rituelles et de croyances mythologiques est la mise en œuvre. portant sur l’eau ? Est-ce un effet du souvenir collectif du terrible passage de l’Atlantique à bord des vaisseaux négriers ? © DOMUNI – 2003 – version 1.2 Un aspect prédominant du symbolisme de l’eau en Haïti. est le réceptacle de toutes les formes possibles. menaçant de l’eau semble s’être particulièrement imposé à la conscience du peuple haïtien. SYMBOLISME HAITIEN ET SYMBOLISME UNIVERSEL DE L’EAU 5. elle détruit la vie et la plupart des vivants. des grands symbolismes universels de l’eau que l’on retrouve dans toutes les cultures et religions : la Bible. Elle peut être une force absolument incontrôlable. L’aspect dangereux.Symbolisme de la dissolution. Cristalline. Est-ce l’héritage d’anciens tabous venus d’Afrique. OGOU BALINDJO : Amiral de la flotte d’Agwe. Clémentine. L’au informe.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou SIMBI « ANDEZO » (« La force cachée ») : maître des embouchures. Maître de Bassin St-Jacques avec Agathine. fluide. capable de toutes les formes. de la naissance. de la renaissance.0 http ://stjerome.1 Les symboles universels de l’eau Je pense que si on disposait de toutes les informations et qu’on les analysait correctement. etc. 5. de la guérison. .Symbolisme enfin de la purification. dans un contexte culturel particulier. l’Inde.

Nous mentionnerons tout à l’heure le côté dangereux de la Maîtresse de l’Eau qui enlève les enfants et les emporte. La source.domuni. les lieux de passage sont sous le pouvoir d’une divinité. ou la Sirène. symbole de vie et symbole de mort : « Dlo ou pa pè se li k pote ou ale » « Pwason gen konfyans nan dlo . Un conte comme « Tezin lan dlo » illustre le danger inhérent à l’eau. Lorsqu’un enfant est sujet à des accidents ayant rapport à l’eau ou pour se préserver de la noyade. avant de traverser l’eau. On ne vous dira pas facilement son nom ou celui des autres divinités qui sont là avec lui et habitent les arbres ou les rochers immédiatement alentour. C’est d’elle qu’on doit obtenir la permission pour passer. le bassin. En Haïti. tonbe nan lavalas » « Pa janm joure manman kayiman touttan ou poko janbe larivyè » « Kalbas gwo dyól pas kenbe dlo » « Róch nan dlo pa konn doulè woch nan solèy » (aspect positif) Signalons deux proverbes qui expriment l’ambivalence de l’eau. à Bassin Bourrique près de La Chapelle. le point d’eau. On retrouve ce thème de la menace mortelle contenue dans l’eau dans nombre de proverbes ou d’expressions populaires. d’épreuve. © DOMUNI – 2003 – version 1. zangi . Cette divinité ou le monde surnaturel qui habite l’eau se manifeste parfois : à certaines heures. de douleur.1 Description du phénomène Je vous propose maintenant d’aborder un point plus précis. kribich. ou sous une forme fantastique : bourrique en or. krapo. on peut entendre des bruits de voix. demander la permission à la Maîtresse de l’Eau. le gué.0 http ://stjerome.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou De nombreux chants rituels évoquent l’eau comme image de danger. MET ET METRES DLO 6. On le désigne souvent sous la forme animale qui est la sienne en cet endroit : krab (« krab zoumba » de grann Erzulie). ce sera Dambala ou Simbi. Ce maître ou cette maîtresse ne sont pas toujours identifiés. a une agitation particulière. dlo kwit li » 6. à 2 pieds. l’eau tourbillonne. il faut.org 70 . toute eau a un maître ou une maîtresse. D’autres chants associent l’eau des larmes à la notion d’épreuve. peut la faire disparaître ou apparaître ailleurs. la fait couler. dans l’Artibonite. celui des “Mèt” ou “Metrès” Dlo. C’est elle qui a fait jaillir la source. koulèv. pwason. En général. « Kouri pou lapli.

0 http ://stjerome.1 Interprétation générale Ces croyances et pratiques renvoient à un niveau d’expérience du monde et de soi qui sont universelles dans le temps et dans l’espace. Il y a certains interdits. les gens soient d’une discrétion totale sur ces aspects de leur vie.2. Seuls ceux ou celles qu’elle élit peuvent la voir en certaines circonstances. Le point d’eau peut même être dangereux pour ceux que la divinité veut enlever par rapt et entraîner au fond de l’eau soit pour y vivre à jamais dans ce monde mystique.domuni. de petites histoires saintes et exemplaires. ces croyances demeurent très vivres et s’accompagnent de tout un corps de récits. d’anecdotes. avec ce qu’on appelle l’ » ason ambadlo ». d’autres assurent l’intégrité physique du lieu.2 Interprétation du phénomène On voit que c’est dans un milieu où la sacralité de l’eau reste vivante que les techniciens en hydraulique interviennent. 6. comme toujours en milieu rural haïtien. la propreté et même la décence morale du comportement des usagers à proximité de l’eau. 6. de récits de rêves ou d’expériences. à peine de sanctions très graves. une bague. ni abattre les arbres reposoirs. A ceux-là. La divinité n’apparaît pas à tout le monde.org 71 . une perle. En plus de ceux qui protègent bêtes et arbres. les boissons. chants et sacrifices. en général sous la forme d’un service périodique. parce que fondées sur les structures même de l’homme et de sa relation au monde. Elle donnera une pépite d’or. doté de pouvoirs ou de savoirs extraordinaires. La seigneurie de Mèt Dlo comprend également les bêtes et les plantes qui entourent l’eau. par exemple le symbolisme qui procède des rapports entre l’origine de la vie et l’élément liquide.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Certains peuvent même entrevoir les activités de ce milieu surnaturel au fond de l’eau. avec les nourritures. Il ne faut ni tuer les bêtes. elle peut communiquer des trésors ou livrer des indications pour trouver un trésor. 7 ans après par exemple. Il est probable que la plupart des techniciens se sont trouvés confrontés un jour ou l’autre aux réserves ou à la résistance nées des croyances aux « Mèt » et aux « Metrès dlo ». L’élu alors reviendra sur terre. Un culte est rendu aux divinités maîtresses de l’eau par la famille sur le « demembré » dans laquelle cette source se trouve ou se trouvait. © DOMUNI – 2003 – version 1. Bien que. soit pour y subir des années d’initiation. les offrandes appropriées au cours d’une cérémonie avec luminaire (parfois tracé de dessins rituels). particulièrement les arbres sacrés.

le cycle des astres et de la lune. Ce n’est pas un produit de l’industrie humaine. au merveilleux. à ce qui transcende l’homme. les animaux. bijoux .0 http ://stjerome. des expériences archaïques et permanentes de l’homme dans le monde.3 L’eau dans le système du monde extérieur et dans l’écologie Mais il n’y a pas qu’une attitude passive de réception et de consommation. L’eau donnée par la nature est perçue aussi comme donnée avec les autres éléments du monde extérieur et intérieur. 6.2. © DOMUNI – 2003 – version 1. comme les autres éléments de la nature. au mystère. l’eau est l’incontrôlé par excellence. donc sur le religieux.2 Aspects particuliers de la mentalité haïtienne concernant l’eau Essayons d’expliciter ces contenus du code pour avoir accès au moins à quelques aspects de la mentalité rurale au sujet de l’eau. tout ce qui est donné par la nature et n’entre pas dans le circuit de l’argent. on la consomme. Mais ces croyances reflètent aussi un niveau de civilisation.org 72 . quantité.domuni. le sacré. On s’adapte. l’eau qu’on boit. Il semble que ce même trait de mentalité s’étende aussi aux rapports avec l’air qu’on respire. temps. des valeurs et des connaissances qui caractérisent cette étape –exemple du crachat des anciens. On dépenserait plus naturellement l’argent pour les biens artificiels importés de la ville ou de l’étranger et qui relève du superflu. Il n’y a donc pas à priori l’idée d’un travail individuel ou collectif de production ou d’entretien. la nourriture qu’on mange. Elle renvoie à ce qui transcende l’initiative de notre espèce. mais une donnée naturelle. le relief et le terroir. on ne la produit pas. C’est pourquoi.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Ce sont les projections dans le sacré de certaines conditions fondamentales de la vie humaine dans l’environnement naturel. du luxe : vêtement. etc. on se plie aux conditions de réception de l’eau : distance. On va la chercher là où elle es. parfum. On voit aussi que dans cette mentalité. macrocosme et microcosme. L’eau fait partie d’un système qui inclut les plantes. elle fait déboucher sur un sentiment fondamental de dépendance.2. On voit que d’abord l’eau est perçue comme un don de la nature. On n’intervient pas sur l’aspect espace-temps. Il y a donc un effort à faire pour discerner et comprendre ce qui s’exprime à travers ce langage symbolique. 6. une étape du développement humain et sont une codification des attitudes. les vents. On collecte l’eau. On l’intègre dans un système écologique et dans un système de valeur et d’attitude. Elle fait partie du mystère de la vie et de ses conditions fondamentales. non la prend quand elle est là.

bezwen dlo. sal dlo Wól yo pou moun : proteje dlo a. anonse lapli (bèf. etc. kabrit.0 http ://stjerome.) 8. bourik (poul. pè dlo. kochon. Il s’agit d’une entrée de l’eau dans le monde humain. des éléments du monde extérieur. technologie. Guy Maximilien © DOMUNI – 2003 – version 1. L’image de l’eau s’intègre dans un code écologique et moral.domuni. vè (kribich. viv lan dlo Bèt ki pa renman dlo. spiritualité.2. on l’intègre aussi par la croyance et les pratiques religieuses aux éléments du monde humain intérieur et social : les ancêtres. socialité. krab. chwal.4. du macrocosme . moralité. les dynamismes psychologiques profonds. dans le monde intégral de l’homme : savoirs et classification. C’est toute cette idéologie au sujet de l’eau qui est codifiée et projetée dans le sacré religieux sous forme de croyance de pratiques rituelles et de règlements. ne pas salir. les divinités. ne pas y aller n’importe quand. krikèt. L’eau dans le système du monde intérieur L’eau ne fait pas partie seulement du système des éléments naturels.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Pour les animaux par exemple : Bèt ki renmen dlo.org 73 . kanna. mouton. l’inconscient collectif et son usage s’intègre également dans les codes qui régissent les relations avec le monde invisible. krapo. seche dlo. zandolit. pwason. y faire n’importe quoi. kodenn (szazo (koulèv. d’où les divers interdits de protection de la nature environnante portant sur certains arbres et certains animaux (ne pas détruire.

DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou ANNEXE : Quelques chants religieux avec le thème de l’eau ANBADLO Simbi Andezo ki soti anba dlo Avèk twa Marasa Prete m yon batiman Pou m al anba langay ô M beszwen yon batiman Pou m al anba dlo M sèmante sèt fwa M pa pral anba dlo ! Kite jouda yo pale Mezanmi lè n ape pale Di yo pa nonmen non mwen M sèvi twa onfó Youn anwo.org 74 . nou mare ô Gade n mare jodi a Nou pral wete mó nan dlo jodi a Ezuli metrès kay mwen M pral lan dlo Sa k a resevwa mwen ? Sa k a resevwa ounsi kanzo ? Ezuli metrès kay mwen Nou prale kanzo Lè m a retounen Sa k a revwa mwen ? BAIN RITUEL Kote m pral kroke makout sa a ? M prale benyen Polison.0 http ://stjerome. manman ou voye ou chèche dlo.domuni. de anbadlo EAU – INITATION Alouba nou mare ô. Li pa voye ou chèche kont © DOMUNI – 2003 – version 1.

. kote ou ye ? Ou pa wè mwen nan dlo ? Kote ou ye bèl fanm N a mache lakay ô Manman si ou wè m tonbe lan dlo Pran m non ! Sen Chal ô. twa rasin ô Jete bliye.. lamizè pa dous Ô Ago e M pral chèche lavi yon lót kote Vire isit se dlo Vire lót bó se yon lót dlo ! M se fèy deja M lan branch mwen Van pase. renmase sonje ! M genyen basen mwen Twa fèy tonbe lan basen mwen Zila Mayo.domuni.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Lasous ô m a prale M poko rive Twa fèy.org 75 . twa fèy tonbe Lan basen mwen. li brote m jete ! Se pa jou m tonbe m pouri. langay ô Eskalye Boumba. Lagoslin desann M mande kote y a wè m. kannót mwen chavire ! Chango m tonbe lan dlo Vin sove m Neye m ape neye Noye m ape noye Manman si ou wè m tonbe lan dlo Pran m non ! Ezili.0 http ://stjerome. EAU EPREUVE Ezili. twa fèy. © DOMUNI – 2003 – version 1. si ou wè… Sove lavi zanfan ou yo ! Noye m ap noye ! Ezili.

. m pa wè grann Chèche grann.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Adja Wilizen Dlo lanje Manman pale yo pa koute Papa.0 http ://stjerome. Tinzo Tinzo Dan makout a Legba Legba dèniye Oun tigout dlo Legba mande.FEU Oba Oba dèniye Sa non te pèdi a. ou pa wè tè a glise © DOMUNI – 2003 – version 1.. Manman.org 76 .. kannari a la Sa k a gade djivó a pou mwen ? Manman Brijit. se li n ap chèche Oba Oba dèniye Nou bezwen dlo pou n touye dife N a chèche dlo pou n fèmen chalè a la Dlo a tonbe.. Manyanvalou Grann (bis) Rele grann..domuni. nou te wè sa ! Man alantou kay la genyen dife ladan l Nan pwen dlo pou touye dife Nan pwen dlo pou fèmen chalè a Lapli pa tonbe.. EAU . m pa wè grann Manyanvalou Grann Ounsi yo dlo lanje ! EAU PREMIER DEVOIR Tigout dlo Zaka mande M ap rantre nan lakou a Anje jete dlo Jete dlo M ap rantre .

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou

AIR – EAU Jou m tonbe, se pas jou m gate M se fèy deja, mwen lan branch mwen O van an pran m Li voye m jete Jou m tonbe, se pas jou m gate M se fèy Wedo Jou m tonbe, se pas jou m pouri Lagoslin desann M made kote y a wé m ? Guy Maximilien

© DOMUNI – 2003 – version 1.0

http ://stjerome.domuni.org

77

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou

5. RITUELS LITURGIQUES
I. Rituels généraux 1. Chire Ayizan 2. Boule Zen II. Rituels périodiques 1. Année liturgique 2. Kouche Yanm 3. Festival des Gede 4. Bains de décembre – Pile fey ou Pile Makaya 5. Kase Gato 6. Chandeleur 7. Boule Bwa de la St. Jean III. Rituels et occasionnels 1. Sévis kay (Service cultuel des lwa de la maison) 2. Initiation 3. Rites funéraires 4. Mariages mystiques

A côté des rituels privés, que l’on observe principalement dans des contextes de divination, de traitement et à certaines autres occasions (mariage, voyage, pèlerinages, demandes quelconques), le vodou offre un ensemble de rituels publics parmi lesquels on peut identifier : des rituels généraux qui reviennent comme parties d’autres cérémonies ; des rituels périodiques qui scandent l’année liturgique et rythment le temps sacré ; d’autres rituels réguliers, mais à dates indéterminées, et des rituels occasionnels au gré des circonstances (initiation, mort).

I. Rituels généraux
1. Chire Ayizan C’est une séquence rituelle obligatoire, lorsqu’on procède à des rituels majeurs comme le kouche yanm et le boule zen. Dédiée à Manbo Ayizan, la maîtresse de la pureté rituelle et du règleman (le règlement), cette cérémonie a pour but de purifier le ounfò et les acteurs. “Purification” est d’ailleurs le sens du mot fon chire, bien qu’en Haïti on s’arrête plutôt au sens du mot créole chire qui veut dire “déchirer”, parce qu’en effet la symbolique majeure du rite consiste à déchirer, effranger une flèche de palmiste, symbole d’Ayizan, de manière à obtenir comme des rideaux avec des franges et quelques cordelettes tressées.

© DOMUNI – 2003 – version 1.0

http ://stjerome.domuni.org

78

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou La cérémonie se déroule en trois étapes : la préparation de l’Ayizan (le segment de la tige transformée en rideau) ; son installation sur une chaise avec offrande de nourriture et communion des fidèles ; la promenade d’Ayizan à travers tout le péristyle et devant toutes les portes pour balayer l’espace et arrêter les mauvaises influences, et, finalement, la rentrée d’Ayizan dans le bagi. Les diverses autres franges seront accrochées devant les portes des bagi et du péristyle ainsi qu’au potomitan. Le palmiste endémique d’Haïti, qui figure dans les armes de la République, est l’arbre de Manbo Ayizan dont deux rameaux figurent dans le vèvè du lwa. Une ounsi qui se trouverait en état d’impureté rituelle doit porter en bandoulière une tresse d’Ayizan pour participer aux cérémonies 2. Boule zen Le boule zen (brûler les zen) accompagne obligatoirement les rituels d’initiation, les rites funéraires et les services cultuels aux divinités des ounfò. Les zen sont des récipients de terre cuite à forme de petite marmite, dans lesquels on fait cuire rituellement de la nourriture avant de les mettre eux-mêmes en flamme. Le zen des divinités nago est en fonte. Le boule zen est un rituel de nourriture et de chaleur, destiné à réveiller, réchauffer, augmenter la force spirituelle, en vue d’un effet particulier, soit la transformation du candidat lors d’un coucher initiatique, ou bien celle de la partie du mort que l’on envoie parfaire son initiation sous l’eau, ou bien encore le renforcement régulier de la capacité spirituelle du ounfò. La structure du rituel est simple : 1. La préparation des matériaux sacrés dans le djèvò (sur une nappe blanche, diverses nourritures, boissons, desserts, fruits, de la toile blanche, les zen croix-signés, c’est-à-dire consacrés ; les couverts avec assiettes, fourchettes, cuillers, couteaux, verres ; les poulets sacrificiels ; des paquets de bûchettes de pin ; des paquets de feuilles ; des pitons de fer pour servir de supports aux zen). 2. Le transport solennel en procession, de ces matériaux dans le péristyle par les ounsi habillés de blanc ; l’installation, en cercle, autour du potomitan, des zen sur leurs foyers et leurs vèvè respectifs tracés au préalable, chacun confié à une ounsi ; la cuisson de la nourriture et la mise en flamme des zen ; passage aux flammes, par le oungan, des candidats, des govi et pots de tête, qui sont dans le bagi. 3.- L’enfouissement des débris des zen de terre cuite et des offrandes dans un trou fouillé à proximité du potomitan et l’accueil des divinités gede qui viennent pour clore le rituel.

© DOMUNI – 2003 – version 1.0

http ://stjerome.domuni.org

79

le Nouvel An (1er janvier) est immédiatement suivi du Jour des Ancêtres et de l’Indépendance (2 janvier). du rachat des captifs. Dans ce perpétuel retour. le Kouche yanm à l’occasion de la récolte nouvelle et le festival des Gede début novembre. Festival des gede Début novembre. Chaque lwa a son igname et on en nourrit tous les enfants de la maison. chire ayizan. 2. commémoration de la naissance de la nouvelle nation.org 80 . cette cérémonie. patronne. préparés.domuni. c’est un service semblable à celui de l’initiation. il est peut-être arbitraire de décider d’un commencement et d’une fin. Action de grâce. prières d’appel. autour de l’équinoxe d’automne. avant d’être couchés pour la nuit dans la chambre initiatique. giraumons. s’empilent sur un radeau de feuilles de bananiers au pied du potomitan où ils sont consacrés parmi les chants et les danses pour appeler les dieux. La célébration annuelle de ce rituel est la seule grande obligation de tout oungan et de toute manbo.0 http ://stjerome. poissons séchés ou salés. Le rituel est la sacralisation de l’igname nouveau et la levée d’un tabou : on ne peut en manger qu’après l’avoir offert aux lwa et l’avoir reçu d’eux en communion. etc. celle de reparaître sur la terre des vivants. Ils seront “réveillés” le lendemain. on aura pu fêter Notre-Dame de la Merci. emplissent les rues. avec la fête de Notre-Dame de La Merci. © DOMUNI – 2003 – version 1. permet aux initiés de se relier aux ancêtres par le partage des nourritures qui ont assuré la survie des esclaves : Ignames. Quelques jours auparavant. patates. qui est aussi un temps de grands pèlerinages. Il peut cependant y avoir quelque fondement à considérer comme un commencement le cycle des ancêtres. Dans l’année civile aussi. offerts aux dieux. Ils sont les maîtres de la mort et les incitateurs à la génération. en Haïti.Année liturgique L’année liturgique dans le vodou est scandée par un certain nombre de célébrations périodiques liées au cycle des saisons. distribués aux fidèles. 3. coucher dans le djèvò. en Méditerranée. les gede. autour de l’équinoxe du printemps . bananes. comme l’hostie des lwa. qui marient la mort et la sexualité. Kouche yanm Fin septembre. Rituels périodiques 1. les péristyles de leurs apparitions paradoxales. La communauté profite annuellement de cette occasion de récupérer les ancêtres et ceux-ci. cassaves. l’illumination des sources et les fêtes de Papa Dambala et de Papa Loko. L’igname est considéré comme l’âme de la terre. le Boule bwa de la St Jean au solstice d’été. les cimetières.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou II. Suivent le Pile Makaya au solstice d’hiver et le Kase gato (6 janvier) . offrande des prémices de la récolte nouvelle et grand repas communiel. les morts divinisés.

Bains de décembre . chef des morts. 5. on passe aux divinités kongo.domuni. © DOMUNI – 2003 – version 1. 4. on brûle les restes des matériaux rituels de l’année écoulée et prépare les cendres pour les cérémonies à venir. le 16 à Saut-d’Eau. On les réchauffe à travers le rite du Boule kwa Bawon (Brûler la croix de Baron).0 http ://stjerome. 7. le 25. pour la fête de NotreDame du Mont Carmel . Jean Le 24 juin. 6. de boissons. Kase gato Vers le 6 janvier. au solstice d’hiver. Dans l’Eglise d’autrefois. Boule Bwa de la St. renaissance du feu solaire. au cours duquel on verse sur la croix de Baron. Juillet est le mois des grands pèlerinages. on apporte aux morts des offrandes de nourritures. la Chandeleur des chrétiens offre l’occasion d’un grand rituel d’illumination et d’offrande de nourritures aux sources (Manje Tèt Dlo – manger pour la tête de l’eau). les ardeurs du soleil hâtent la gestation des récoltes futures.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Au cimetière.Pile fèy ou Pile Makaya En décembre. le 26 pour la fête de Sainte Anne. avec eau et feuilles passées au feu. de lumière. on entre dans la célébration des Petro. christianisation romaine d’un festival païen du soleil. la célébration de la venue de Dieu sur terre et du mystère de l’Incarnation n’était pas à la Noël. Les flammes servent à consumer le passé. en vue de leur immunisation pendant l’année. avec la célébration du kase gato. Le 17 et le 19 mars sont les fêtes respectivement de Danbala et de Papa Loko à l’occasion de la St Patrick et de la St Joseph. Chandeleur Le 2 février. fusion de rituel africain et de rituel chrétien occidental. on allume un grand feu. anticipant l’équinoxe du printemps. des libations enflammées. à la Plaine du Nord. manifestation du Seigneur à travers sa reconnaissance par les Rois Mages. jour des Rois. pour la fête de St Jacques le Majeur .org 81 . quête de l’eau sacrée aux sources . au solstice d’été. bain rituel des fidèles le 24. et encore maintenant en Orient. dieux du feu : cueillette rituelle des feuilles dans le Grand Bois. mais à l’Epiphanie. Pile makaya ou pulvérisation des feuilles au pilon .

mais sans date fixe. © DOMUNI – 2003 – version 1. Initiation L’initiation ou coucher initiatique s’étend sur une huitaine de jours et comprend diverses cérémonies particulières. Marasa.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou III. Mèt Agwe Vendredi : Azaka Mede. Simityè Vendredi soir : Action de grâces Petro Samedi : Les Petro (Petro Fran) .0 http ://stjerome. Manbo Ayizan Mardi : Sobo et Badè. on procède au rite du balanse des candidats. s’étendre sur quinze jours ou plus . Legba. La sortie du nouvel initié se fait un dimanche matin. par lequel la communauté appelle les lwa. des offrandes . que dans celui des lakou. eux. Au cours de la cérémonie du coucher des ounyò. Rèn Dantò. il peut aussi se fractionner dans le temps. Papa Danbala Wèdo. Dimanche : Action de grâce. les familles des dieux.domuni. Petro sauvaj Dimanche : Kase Kanari Ibo 2. Atyasou Yangòdò Mercredi : Les Nago Jeudi : Metrès Labalèn. La répartition suivante. où le service doit inclure systématiquement toutes les familles des dieux du panthéon. les rituels initiatiques. peut. Èzili Freda. Silibo. de la manière qui est propre à chacune. allonger ou condenser les unités internes au gré des circonstances. s’il est complet. chire Ayizan. La Sirèn. complet ou fractionné dans le temps. Ce grand service. Loko. excepté dans la tradition universaliste rada kanzo. ce qui place l’entrée en réclusion dans le djèvò le soir du dimanche précédent. chez le ganga ou dans le ounfò du oungan d’ason. offre des sacrifices et nourrit. Agasou. Comme les rituels privés de traitement qui se font selon les diverses périodes de la lune. Boule zen kay Lundi : Gran Chemen. on procède à la descente des colliers et de l’awezan. avant l’entrée en réclusion dans le djèvò. offre un exemple typique. Avant celui de leur consécration. on procède au chire ayizan. qui comporte tous les sacrifices animaux requis. Sèvis kay (Service cultuel des lwa de la maison) Le sèvis kay.org 82 . se feront en une période de croissance entre nouvelle et pleine lune. Rituels réguliers et occasionnels 1. ce qui est déjà une sorte de préparation corporelle à la venue des lwa. des danses. mais sous des formes variées : pour les divinités et selon les rituels particuliers aux lieux du culte. on appelle les lwa par des chants. Au boule zen du samedi soir. Ce rituel se retrouve dans toutes les traditions. Gede Nibo. est un grand rituel périodique. observée dans un ounfò ancien de la Plaine du Cul-de-Sac. c’est-à-dire aussi bien dans le culte familial domestique.

garantir la continuité et la fécondité des relations et renforcer leur intimité. 3. Mariages mystiques Les fidèles attribuent fréquemment aux lwa. grann (grand’mère) etc. de son côté. parenn (parrain). La préparation spirituelle et matérielle comporte pèlerinage. dans le cas particulier. arrangement du wogatwa.org 83 . le oungan assisté de quelques ounsi confectionne les pake kongo. Sous une tente de toile blanche ornée de foulards de diverses couleurs. etc). étant donné l’éclatement des liens de parenté pendant l’esclavage ou leur précarité par après. mais pas absolument semble-t-il.0 http ://stjerome. parfois avant la naissance d’un enfant. © DOMUNI – 2003 – version 1. pour stabiliser les fruits d’un épisode de la vie spirituelle. plus habituellement de la divinité. grand’mère). Dans les relations personnelles de chacun avec ses lwa. dans le langage commun. mère. ou un lwa peut lui-même faire savoir. le fidèle peut adopter une relation particulière avec ceux-ci (père. en général de sexe opposé. ou avant le mariage dans la société civile.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Le badgè est un rituel séparé de préparation des pake kongo en vue de l’initiation d’un oungan ou d’une manbo. ou l’exaucement d’une demande importante. ne crée-t-elle pas des liens de parenté et de communauté spirituelles et sociales dans la confrérie ? Le mariage mystique est un rituel par lequel un lwa masculin ou féminin et un fidèle. peut-être pourrait-on les mettre en relation avec un besoin psychologique de se reconstituer une famille ou de s’en donner une supplémentaire. De telles pratiques n’ont rien d’inhabituel dans le comportement religieux en général . éventuellement de la chambre ou du lit réservé. deux par deux. se choisissent comme mari et femme. l’initiative venant de l’un ou de l’autre. 4. cérémonie qui accompagne l’envoi sous les eaux de l’âme des initiés morts . d’établissement d’un lien spécial après une guérison par exemple. charité.domuni. achat de bagues avec la pierre de couleur appropriée. confection d’un véritable trousseau (vêtements. le wete mò nan dlo (retirer les morts de l’eau) s’opère un an et un jour après l’envoi sous les eaux. tandis que le chœur des ounsi dans le péristyle chante une ronde de sept ou de vingt et une chansons pour chacun des lwa à qui sont dédiés les paquets et que d’autres ounsi se relayent. rituel inverse du kanzo. parrain. pour simuler un duel à la machette pendant toute la nuit presque que dure la cérémonie. Rites funéraires Les rites funéraires sont le desounen qui est un rituel privé et secret . objets. puisque son modèle catholique ne se répand que tardivement dans la société haïtienne. L’initiation. qui sépare de l’esprit du mourant son lwa mèt tèt . le boule zen lèmò (brûler le zen pour les morts). des titres de parenté : papa. Ce rituel du mariage mystique n’a pas de valeur initiatique et est une forme tardive. qu’il lui servira de père etc. draps de la bonne couleur).

parfum. Une petite réception suit : champagne si les moyens le permettent. Guy Maximilien © DOMUNI – 2003 – version 1. La cérémonie est conduite par un pè savann qui joue le rôle du prêtre et de l’officier d’état civil.). adresse le sermon et dresse l’acte de mariage sur papier timbré avec signature des témoins. de foulard etc. Cette partie du rituel marie la gravité et un certain enjouement parfois. accomplissement de certains actes rituels (à l’aide de parfum. Le mariage avec un lwa entraîne des obligations dont l’observance assure la continuation de ses bons effets et dont la négligence expose à des malheurs : entretien des objets consacrés au lwa. La cérémonie commence par l’appel des lwa avec les chants jusqu’à ce que le lwa à marier se présente en chevauchant un ou une fidèle. parmi les invités.org 84 . abstinence sexuelle le jour et la nuit réservés au lwa et l’utilisation alors de la chambre ou du lit réservé. généralement distinguée à l’avance pour cet office. etc. devant une niche en toile richement aménagée et qui abrite la table des offrandes avec nourriture. gâteau. fleurs.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Le rituel s’accomplit sous le péristyle.domuni. qui reçoit et bénit les promesses et l’anneau.0 http ://stjerome.

consiste en un rituel personnel de salut et vise la transformation personnelle. pour des motifs divers. INITIATION ET THEORIE DE LA PERSONNALITE Guy Maximilien Dictionnaire Encyclopédique d’Haïti (Rich. principe du mouvement et de la vitalité. d’une part. c’est-à-dire un ensemble spécifique de rites. l’initiation s’articule évidemment sur une conception de la personne humaine qu’il importe d’exposer. matérielles : kadav kò et © DOMUNI – 2003 – version 1. Il ne s’agit donc pas d’un rite collectif de passage par lequel les membres d’une classe d’âge passe d’un stade de la vie sociale à un autre. le vodou haïtien n’est pas une religion initiatique. par un certain dépassement de la condition ordinaire et l’union toujours plus intime avec le divin. l’initiation. Cependant. Donc. L’initiation dans le vodou haïtien Contrairement à ce qui se dit parfois.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 6. qui vise à une transformation profonde de la personnalité. des composantes intrinsèques. Théorie de la personnalité La personnalité humaine comprend plusieurs zones : il y a ce qui relève de la physiologie et de l’apparence physique. s’engagent sur ce chemin. Tout format) Articles sur le vodou mai 2003 I. le “nanm” (âme) . Voie de réalisation individuelle. ce qui est intellectuel. puisque la plupart de ceux qui la pratiquent n’ont pas à se soumettre à une initiation et que seulement un petit nombre. Divers autres rituels et les divers actes de la religion permettent à l’ensemble des fidèles de réaliser les buts habituels de toute religion. encore que cette dimension ne soit pas tout à fait absente. et puis les dimensions complémentaires de la personnalité ordinaire. entre les frères et sœurs dyò. essentiellement. sur indications spéciales.0 http ://stjerome. II. En effet. en Haïti.domuni. Cependant elle qualifie. c’est-à-dire ceux qui sont passés ensemble dans la chambre initiatique. en même temps. avant de décrire les étapes. les lwa précisément. il y a aussi dans le vodou haïtien la voie proprement initiatique. ce qui réfère à l’énergie. pour un rôle spécial à l’intérieur de la hiérarchie cultuelle ou pour les affaires religieuses de la communauté et est aussi une méthode traditionnelle de sélection pour le leadership sacré. le processus et la portée de l’initiation elle-même. le “bonnanj” (bon ange) .org 85 . comme on l’observe dans d’autres cultures. Mais. il se tisse des liens très particuliers de solidarité matérielle et spirituelle. le “kò kadav” (corps cadavre) .

C’est aussi le siège. Chaque être humain a un ou des lwa qui se rattachent à lui. matière à recueillir dans les “bouteilles zonbi”.org 86 . Un condiment de l’existence corporelle comme le sel dans la nourriture. C’est lui qui se désagrège après la mort. ou bien se dissolvent pour être recyclés dans la chaîne de la vie. le fonctionnement intellectuel conscient à l’œuvre dans la vie pratique. Les lwa manifestes sont plus ou moins nombreux chez quelqu’un. 1. Ne parlait-on pas naguère de musique soul. Au gwo bonnanj (gros bon ange) on attribue la connaissance basée sur la perception ordinaire et le raisonnement. Le kadav kò Le kadav kò est la partie physique. son lwa mèt tèt. de nourriture soul. lui.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou nanm. 2. des qualités physiques qui vont prédisposer l’individu à des relations avec tel ou tel lwa en particulier. Le nanm Le nanm n’est pas l’âme spirituelle de la pensée occidentale. et. l’allure corporelle rattachent à tel ou tel lwa. On crédite le ti bonnanj (petit bon ange) de l’intuition. Il correspond plutôt à l’énergie vitale. la vigueur. donne du nanm aux “pois”. Les bonnanj Les deux bonnanj. qui forme l’essence et le noyau d’intégration de sa personnalité totale.0 http ://stjerome. pour signifier un rapport spécial à la vie profonde ? 3. la nuance de l’épiderme. corporelle. Chaque initié a un lwa spécial. qui constitue l’individualité physique avec ses particularités observables . La couleur des yeux. au brouet de haricots. le maître de sa tête. c’est le support de la force mécanique. par héritage génétique. Il jouerait le rôle de l’ange gardien qui protège des erreurs. à la force. et d’autres lwa reliés aux diverses composantes de son être. ou non matérielles : bonanj . d’autre part. C’est lui que les rêves font évader hors du corps . des apparences trompeuses. des pièges. Les rituels religieux du vodou n’ont pas d’autre but que de permettre aux individus d’entrer en rapport direct avec ces parties transcendantales d’eux-mêmes. Les lwa Les lwa sont les entités invisibles.domuni. qui ne sont d’ailleurs pas toujours et partout distingués. dont les éléments ou bien se corrompent et se transforment en gaz méphitiques. C’est à son niveau que se scellerait l’union du lwa avec la personnalité de l’initié. des saisies intellectuelles basées sur des processus inconscients ou subconscients. les figures sacrées qui constituent l’environnement surnaturel de l’homme. le ti sale. la nature des traits du visage. L’une des tâches de l’initiation consiste en le “placement” des lwa de la personne. mais dans la mesure où ils forment une totalité organisée et codifiée en © DOMUNI – 2003 – version 1. musculaire. l’instrument de l’interaction physique avec l’environnement matériel. accompagnent le corps comme l’ombre le fait. 4. c’est-à-dire l’identification du rôle de chacun dans la vie de l’individu. Comme on dit en Haïti que le lard. l’objet des attaques ou des protections magiques. des composantes extrinsèques ou transcendantales : les lwa.

sans ambiguïté et que. qu’ils auront à répondre à la “reklamasyon” (réclamation) des dieux et à “ranmase” (recueillir) leur héritage mystique par engagement initiatique. Quel que soit le degré de transcendance qu’on leur accorde par rapport à la conscience individuelle. est une charge lourde. la pratique la plus complète. A la différence de la tradition dans le candomblé brésilien ou la santeria cubaine. un neveu. La vocation peut naître aussi d’un cheminement personnel où l’initiation apparaît comme un aboutissement logique de l’évolution spirituelle ou comme une exigence de survie psychique ou même physique.0 http ://stjerome. Election Il peut s’agir d’une destination héréditaire. la recherche du gain. IV. d’un renoncement à soi et d’un asservissement aux obligations envers les dieux et les besoins de la communauté. il y a en Haïti une égalité parfaite de l’homme et de la femme à l’égard des grades initiatiques. l’appétit de pouvoir.domuni. © DOMUNI – 2003 – version 1. une fois qu’ils auront satisfait à d’autres obligations ou aspirations et auront aussi mis de côté la somme nécessaire. une source de contraintes que les gens très souvent craignent. Les circonstances sont parfois plus dramatiques. ou même en sautant une génération. selon une conception large de l’unité familiale. Ces divers degrés d’initiation produisent la hiérarchie des temples. Il faut ici se rappeler que le service des lwa et la mission sacerdotale.org 87 . Il n’est pas rare que certains sachent de toujours. Mais persister dans le refus expose à des déséquilibres physiques ou psychiques. en dépit de certaines apparences. malgré parfois le goût du prestige. en plusieurs étapes progressives. La famille peut engager tout jeune un enfant dans la voie initiatique et le préparer très tôt à un rôle spirituel dans la communauté. malgré les avertissements de toutes sortes. III. à laquelle ils se dérobent le plus longtemps qu’ils peuvent. à travers un fils. On aura reconnu les symptômes classiques qu’on interprète comme des signes d’élection chamanique. un petit-fils. à des accidents. Il s’agit en réalité. lorsque l’appel des dieux est pressant. dans une large mesure. se trouve codifiée dans la tradition connue sous le nom de Rada-Kanzo. mais qu’ils programment de le faire à un stade plus ou moins tardif de leur vie. la charge d’un ounfò se transmettant dans une lignée sacerdotale de génération en génération.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou rapport essentiel avec la vie humaine. à des échecs sentimentaux ou professionnels et peut même faire risquer la mort ou la folie. les lwa n’existent pas sans l’homme. une fille. On observe néanmoins une prédominance des femmes dans la classe des ounsi kanzo. Degrés d’initiation Parmi les diverses formes de l’initiation en Haïti. ce sont tous les lwa qui se trouvent à l’horizon de toute personnalité humaine. l’appelé se refuse à cette vocation.

. les compagnons d’initiation. avec pouvoir sur tous les lwa. utilise le feu. c’est un premier débarbouillage spirituel. recommandé à ceux qui sont confus spirituellement. un préalable nécessaire aux autres étapes . Le Lave tèt utilise principalement l’eau et les feuilles. par laquelle on devient oungan ou manbo. Kanzo (rituel par le feu) et ounsi kanzo Le deuxième degré. lors d’un Boule Zen. celui du ounzi kanzo. puis dans le ounfò.0 http ://stjerome. Il peut remplir une fonction spécialisée. Il n’entraîne pas d’obligations particulières envers les lwa ou envers la communauté. le ountògi a le pouvoir d’appeler les lwa sur tambours . on sacralise les mains pour qu’ils puissent manipuler les objets sacrés du ounfò. Le ounsi kanzo assiste le oungan dans les travaux du ounfò. ou ounsi temerè (d’après l’explication que certains donnent à cette désignation). il met à l’abri des attaques magiques. avec des droits et des devoirs envers les lwa et la communauté. Il conduit le rituel et aide les fidèles à établir les relations avec leurs lwa. à la vérité. il tient lieu de toute initiation rituelle. © DOMUNI – 2003 – version 1. ses frères et sœurs. Lave tèt (Lavage de la tête) Comme son nom l’indique. Il scelle l’union du ti bonnanj et du lwa mèt tèt et procure la fermeté spirituelle due à la protection assurée des lwa . Kouche sou pwen (coucher sur point) Les ounsi kouche sou pwen (couchés sur point). 2. c’est-à-dire leurs lwa.domuni. Il exerce aussi la divination et la médecine sacrée. Les pouvoirs lui viennent d’une vocation et de son agrégation à une tradition sacerdotale par ordination et par transmission d’un savoir spécialisé.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 1. son initiateur devient son père ou sa mère . 4. ce qui est la préparation ultime avant de recevoir les secrets de l’ason et de devenir oungan ou manbo. la manman ounyò a la capacité de prendre soin des candidats pendant la réclusion initiatique. Le oungan est le chef de son ounfò et ne dépend de personne d’autre. On peut être kouché sur pwen oungan. pré et para initiatique. avec une durée plus longue de réclusion dans le dyèvò.org 88 . sont ceux qui ont subi un rituel spécial d’initiation qui les introduit à une étape supérieure du parcours initiatique et les habilite à des fonctions sacrées spéciales : le oungenikon a le pouvoir d’appeler les lwa par les chants et est chef de chœur . n’arrivent pas à se rappeler leurs rêves et désirent faire connaissance avec leur famille mystique. Ce rituel est aussi indiqué dans le cas des ounsi bosal. On appelle ounsi desounen ceux qui ont eu un lave tèt et à qui. Il se trouve agrégé à la communauté du ounfò. Le fidèle devient “serviteur”. 3. en vue de laquelle il était autrefois soumis à la cérémonie sociale du “haussement”. Dans certaines traditions autres que le Rada-kanzo. ceux en qui les lwa se manifestent par des possessions sauvages. mais il peut également être renouvelé après les autres si le besoin s’en fait sentir : on parle alors de rafrechi tèt (rafraîchissement de la tête). C’est un rite. Prise d’ason C’est la dernière étape de l’initiation.

une fois entré pour y être initié. Le rituel haïtien se conforme au schéma classique de la séparation. de l’ordre du voyage intérieur et de la rencontre de l’individu avec ses lwa. il fallait un an auparavant. essentiellement. © DOMUNI – 2003 – version 1. Il y a par conséquent des échecs possibles . Si l’on accepte d’utiliser ces catégories de C. Déroulement et portée du rituel Le parler traditionnel haïtien ignore le terme « initiation ». on n’en sort pas avant l’accomplissement de tous les rites et personne n’est autorisé à divulguer ce qui se passe dans le djèvò.domuni. mais. de la réclusion (voir Rituels liturgiques) et de la réintégration dans la communauté . on pourrait dire que. est celle qui s’occupe de tous les soins à accorder aux ounyò pendant le temps de réclusion . oungan. Tout ce qui peut se passer de mystérieux et d’inconnu dans le dyèvò est en fait. J. on comprendra que c’est principalement l’épreuve de la réclusion silencieuse elle-même et du face-à-face avec soi-même qui casse les conditionnements dont la personnalité est prisonnière et permet que le rituel provoque l’émergence de nouveaux dynamismes et une intégration psychique supérieure. qu’elle est possible et qu’elle offre. mais avant et après. Cependant elle n’a cessé de se pratiquer à travers les générations et se pratique encore parce que les fidèles savent.0 http ://stjerome. Plus qu’aucun rite particulier. l’initiant passe en réclusion trois ou huit jours. par expérience. dans le groupe et dans une destinée individuelle. Et il reste normalement un mois dans le ounfò après l’initiation . à cause des faiblesses humaines ou des aléas de la vie.org 89 . responsable de l’initiation. toute entreprise initiatique ne réussit pas toujours et à plein. Chacun d’eux peut définir la vocation particulière d’un adepte et son niveau propre de réalisation de soi. Suivant le cas. qui “fait” le kanzo ou le oungan comme on fait un enfant. Il y a des méthodes. la mère des ounyò. L’instruction ne se donne pas pendant la réclusion initiatique. l’initiation peut même tourner au tragique ou simplement naufrager dans la médiocrité.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Ces degrés dans l’initiation ne forment pas un parcours obligatoire. qui permettent aux forces de l’inconscient de se différencier et d’émerger à la conscience. ce n’est pas une opération magique et qu’il incombera à l’initié de travailler au développement des nouvelles potentialités rendues accessibles. V. Le candidat qui se soumet au rituel de réclusion est appelé un ounyò et la manman ounyò. codifiées dans le rituel. au lieu des quarante qui se pratiquaient autrefois. une très haute voie d’accomplissement de la vie humaine. et qui sera désormais considéré comme le père ou la mère. Jung. Aucun non initié ne peut pénétrer dans le djèvò . Les initiés eux-mêmes ajoutent que si le rituel met effectivement sur une trajectoire de transformation et ouvre sur des capacités psychiques nouvelles. elle assiste le oungan ou la manbo. au lieu de se manifester dans l’anarchie ou de rester dans l’informe. La fragilité psychique et physique de l’initié fraîchement sorti et les précautions à garder pendant plusieurs semaines sont bien cependant celles d’un petit enfant nouvellement né. Il utilise le terme Kouche (coucher) par référence à la posture rituelle dans le dyèvò : on “couche” quelqu’un ou il est “couché” pour être kanzo. il ne semble pas qu’on puisse y voir un passage rituel par la mort. à moins de l’acception métaphorique générale applicable à toute transformation spirituelle. Au pire.

On renvoie les scories et on garde l’essence. la réalisation parfaite de son essence.org 90 . Le rituel du “wete mò nan dlo”. A l’initiation.domuni. dans l’histoire d’un peuple. on interpelle pour lui les lwa de sa famille sur seize générations du côté maternel et paternel. le lwa mèt tèt désormais enrichi de son incarnation dans l’esprit de cet initié. chacun reçoit sa pierre. On a trouvé un moyen de faire revivre les ancêtres. de sa lignée. l’homme n’est pas une tabula rasa. L’initiation est un moyen de faire revivre les ancêtres dans l’individu et de transformer celui-ci progressivement en ancêtre. chaque homme porte en lui tout l’univers. plus exactement. après sa mort. sa plante. la transmission d’une notion de l’homme historique et © DOMUNI – 2003 – version 1. L’initiation. Il y a une essence de l’homme qui est divinisable et vient s’ajouter au trésor de l’énergie humaine. lui donne souche. VI. “sèz bò manman. son parfum. son animal. la personnalité. Selon les conceptions dans le vodou. d’enrichissement et de le conserver. pour l’étape finale de l’initiation. L’homme est considéré comme un trésor.0 http ://stjerome. fait revenir parmi les vivants. Si les rituels d’initiation renseignent sur la destinée de l’initié après la mort. car on sait que l’énergie ne se perd pas et qu’il peut aller ailleurs. Il se met en quête aussi de ce qui lui est personnel. On fait de l’homme la racine de l’homme. qui était le centre et l’essence même de sa personnalité. l’enracine dans l’histoire de sa famille. recueillie dans un govi et à la disposition de la communauté. Les ancêtres deviennent souche. en le soudant à ses lwa. dans lequel il peut retrouver tout ce qui lui donne vie. “anba dlo”. Il nous faut comprendre que. dans cette tradition. par élection réciproque. Celui qui se fait initier dans cette vie part à la recherche des influences ancestrales. tout ce qui le relie à l’univers. en absorbant ce qu’on appelle les lwa. le diamant. une mémoire. une capacité d’éveiller le virtuel en l’autre qui suit. ce que son apparition et son passage en cette vie a apporté de nouveauté. sèz bò papa” selon la formule. la fusion totale entre la partie de luimême capable de cette sorte de survie et son lwa mèt tèt. Il prend en compte également les lwa présents dans sa vie par choix personnels. donné à sa naissance. ses couleurs. en plus de son enracinement familial et ethnique. Signification anthropologique Les rituels de l’initiation de la tradition rada kanzo sont la mise en oeuvre de la conception de la vie humaine qui anime le vodou. on pourrait se demander ce qu’il en est du commun des mortels. progresse vers l’individuation et l’émergence du soi. après un an un jour. après une ultime purification. une partie intangible que l’on peut interpeller.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou dans le vodou. Le “wete mò nan dlo” est une forme de rituel d’incorporation. Il est vrai que sur ce point cette tradition du vodou ne dit rien de spécifique au sujet des non initiés. ancrage. cette âme divinisée ou. séjourne sous les eaux. c’est-à-dire de recueillir ce qui dure en lui. une richesse. l’initiation représente l’accomplissement de la vie humaine. L’initié. c’est-à-dire.

org 91 .domuni.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou total. et que c’est donc précisément l’initiation qui révèle le sens en général de l’existence humaine.0 http ://stjerome. Guy Maximilien © DOMUNI – 2003 – version 1.

que sans la création du Centre d’Art. Apport du Centre d’Art à la peinture haïtienne La révélation soudaine au monde occidental en 1945-1946 d’une peinture haïtienne originale (alors que quatre ou cinq ans plus tôt. prend fin la campagne anti-superstitieuse. Mais l’image d’un Dewitt Peters. la peinture haïtienne n’aurait pas connu son exceptionnelle destinée. était loin d’être une institution populaire. VODOU ET PEINTURE I. ne relevait pas de l’héritage occidental. dans la culture profonde du peuple. Vodou et culture 1. devait soulever de multiples interrogations. © DOMUNI – 2003 – version 1. a permis l’explosion d’un mouvement latent. Facteurs favorables à l’introduction du vodou dans la peinture Les années 40 sont un tournant important dans l’histoire du peuple haïtien. en 1944. .org 92 . La mise en place du Centre d’Art qui. Elle ne peut.domuni. expliquer une esthétique aux valeurs tellement originales.En 1942. dite “rejeté”. porte à sourire. Vodou « touristique » et peinture haïtienne IV. refoulé par des préjugés de toutes sortes et des circonstances socio-économiques défavorables à l’épanouissement de l’art. à ses débuts.0 http ://stjerome. Facteurs favorables à l’introduction du vodou dans la peinture III. faisant surgir la peinture du peuple haïtien. en aucune façon. un ethnologue américain avait noté le peu de disposition du peuple haïtien pour les arts plastiques). doté d’une baguette magique. ni la force des talents jaillis comme par enchantement… II. Il est clair. Apport du Centre d’Art à la peinture haïtienne II. car l’art ne peut jamais être “supra phénomène” sans relation avec la vérité profonde des peuples. comme autrefois Moïse l’eau du rocher. qui s’en était prise au vodou et à tout ce qui.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou E. certes. Vrais rapports du vodou avec la peinture haïtienne I.

les lwa sont en général “signifiés” par les vèvè qui sont des dessins purement géométriques. L’œuvre d’Hector Hyppolite. sans fouiller trop à fond dans les mystères et les vérités secrètes. En 1945. Depuis la fin du XIXe siècle. de ces arts barbares et naïfs on semble attendre un renouveau. se montrant pudiques. ne dit-il pas : “Elles apporteront du sang neuf à la peinture française qui en a grand besoin”. Vodou « touristique » et peinture haïtienne De tous ces facteurs. le plus important semble avoir été la libération du vodou. le monde occidental sort à peine de la tourmente de la seconde guerre mondiale et tout le porte à rechercher une création où se manifeste une jeunesse de cœur. ainsi qu’une remise en cause des valeurs culturelles et sociales. des arts occidentaux. d’ailleurs. à l’occasion de la grande exposition internationale du bicentenaire de la fondation de Port-au-Prince. la chute du gouvernement d’Elie Lescot provoque de profonds bouleversements sociaux. saluée en 1947. La montée du tourisme n’est pas sans relation avec la “renaissance” de la peinture haïtienne.En 1949. pour ne point dire un sauvetage. Peu ont osé regarder les lwa en face pour les représenter. mais généralement. discrets. n’ont que de vagues analogies avec les divinités vodou. le vodou est montré sur les scènes de théâtre comme l’un des témoignages de l’authenticité de la culture haïtienne. n’aurait pas été possible en 1940-1942. empruntées à la religion chrétienne. Mais de là à vouloir faire du vodou la source unique de la peinture haïtienne. Nous la croyons même beaucoup plus profonde et déterminante qu’on ne l’a affirmé jusqu’ici. On oublie souvent que le vodou n’est en rien une religion fétichiste . seules des images importées étaient suspendues dans les ounfò et dans les oratoires. Jusqu’à une date récente. n’incitant guère les vodouisants à les copier.0 http ://stjerome. . Cela dit. Dans ces © DOMUNI – 2003 – version 1. les plus superficiels. ils se sont arrêtés aux aspects les plus anecdotiques. André Breton ramenant en France cinq toiles d’Hector Hyppolite. Les chromolithographies. On s’en rend d’ailleurs bien compte en constatant comment la disparition de cette clientèle touristique (vers 1984-1985) mettra en cause la survie même du mouvement artistique haïtien. souvent très spectaculaires mais combien éloignées du vrai rituel réservé aux seuls initiés.En 1946. Ils nous font penser aux cérémonies organisées pour les touristes.domuni.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou . nous n’avons pas l’intention de nier l’influence du vodou sur la peinture haïtienne. Ces peintres se sont inspirés des contes et légendes. III. De nombreux artistes haïtiens nous ont proposé des thèmes tirés du vodou. serait confondre art et religion.org 93 .

lwa de la mort et gardien des cimetières. André Pierre. Bien qu’ils soient souvent formés au cours des cérémonies avec de la farine de blé ou de maïs. sensibles à leur valeur décorative. C’est ainsi que le blanc serait lié à l’initiation et à l’innocence . le serpent de Danbala. un grand souci de précision et de perfection. Lafortune Félix…) ont été.. Le noir serait la couleur de la mort et. au-delà des apparences. le rouge serait signe de guerre et de victoire . le bleu à la pénitence . à tous les niveaux. La peinture primitive haïtienne puise sa force dans son adéquation avec la réalité qui. on ne peut qu’être étonné du savoir des “faiseurs” de vèvè qui les prédispose. harmonieux. Hector Hyppolite représente “le Dieu Tout Puissant”. ils révèlent. reposant sur un jeu de valeurs symétriques. En effet. ont pensé les intégrer dans leurs oeuvres. le jaune de jalousie . IV. du marc de café etc. chaque couleur possède une signification propre et la peinture en subit l’influence. en Haïti. avant de devenir des peintres. mais le Grand Maître de la théologie vodou : “Grand Maître neuf orteils”. avec ses trois yeux. celle de Bawon-Samdi. le vert à l’espérance . cela peut nous paraître étrange ou naïf.0 http ://stjerome. etc… © DOMUNI – 2003 – version 1. mais il n’en demeure pas moins que la couleur elle-même.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou conditions. le noir et le mauve aux Gede. Vrais rapports du vodou avec la peinture haïtienne Les rapports entre peinture haïtienne et vodou sont beaucoup plus subtils et complexes. un des éléments essentiels du culte vodou. à d’autres réalisations graphiques. par conséquent. elle-même ne se comprend qu’à partir du vodou. N’oublions pas que beaucoup d’artistes haïtiens. Lorsque. la croix de Bawon Samdi. Quand on réalise la richesse de ce répertoire. d’ailleurs. Dans la liturgie vodou. par exemple. déjà. Nous ne voulons pas dire par là que toutes les couleurs employées par les artistes ont une signification vodouesque. que le peintre en ait conscience ou non. on voit mal comment le vodou aurait pu déclencher et nourrir un mouvement de l’ampleur de celui de 1945. En réalité. répète-on parfois. le mauve le deuil. les valeurs et les comportements. Car à chaque lwa est dévolue une couleur (ou un ensemble de couleurs) : le mauve à Grann Brijit. le coeur d’Èzuli. mais les vèvè. Les vèvè ont. des “faiseurs” de vèvè. paraissent avoir une action plus déterminante sur la peinture haïtienne. ces dessins frappent par leurs qualités. été l’objet d’études et de recherches de la part de nombreux artistes haïtiens “naïfs” ou “sophistiqués” qui. le rose marquerait le triomphe . On ne peut pas nier l’importance des chromolithographies chrétiennes dans le choix des tonalités et la mise en place des harmonies de couleurs. Les attributs des lwa y sont généralement reconnaissables : le bateau d’Agwe. le vodou a imprégné la pensée. Il faut les chercher. Les vèvè se présentent à nous à travers un dessin complexe. Il n’est certes pas toujours nécessaire de connaître le vodou pour comprendre un tableau haïtien et l’interpréter.domuni. oungan de profession (Hector Hyppolite. doit être bien souvent interrogée. il ne peint pas le Dieu chrétien. dans leurs tracés. Ils sont traités de façon très stylisée. tout en ayant soin de préciser qu’il a cinq orteils à chaque pied. dans les structures profondes et immédiates proposées par une philosophie et une vision particulière du monde .org 94 .

signe aussi du Christ. à partir de l’acquis colonial. ce pays a eu l’énergie de créer. peut-être. comme il vit son quotidien.la croix devient la rencontre de l’esprit et de la matière. mais débordant de vie. et pendant la longue période d’isolement (ou plutôt de mise en quarantaine) qui lui a été imposée par les nations dites “civilisées”. en réalité. Il est . de courage et d’espoir. signe de Legba qui permet à l’esprit d’entrer en contact avec la matière. le peuple haïtien ne s’était pas exprimé.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Les lignes ont également une valeur cosmique : .la verticale représente l’esprit . ce n’est point parce qu’il n’avait rien à dire. dieu fait homme. prisonnier de ses préjugés n’était pas disposé à l’entendre. une certaine importance de la composition circulaire dans la peinture haïtienne. . mais parce que le monde occidental. est non seulement le symbole de Danbala. un peuple qui se raconte.la circonférence qui. bafoué. se rencontre dans presque tous les vèvè. avant 1945. mais Haïti a hérité aussi de plusieurs courants de civilisation. Michel Philippe Lerebours © DOMUNI – 2003 – version 1. la peinture haïtienne demeure une des plus fortes expressions de la culture de ce peuple. mais elle est aussi l’image de l’homme qui devient le centre de tout. Cette valeur symbolique de la circonférence expliquerait.l’horizontale la matière. avec un rictus d’allégresse. dans un dialogue éternel avec ses lwa. signe de l’esprit qui a rencontré la matière . certes. . A travers cette peinture originale. Le vodou est loin de pouvoir offrir une explication suffisante de l’art haïtien. Vue sous cet angle. pour marquer sa peur et ses angoisses. le lwa-sèpan (seul capable d’en adopter la forme).org 95 . comme il ne saurait tout expliquer de l’histoire et de la vie du peuple haïtien. Si. .0 http ://stjerome. à l’origine de ce réalisme merveilleux qui donne sa couleur particulière à la pensée et aux arts haïtiens. se lit.domuni. éclatante de lumière. haute en couleurs. ses propres valeurs et sa propre vision de l’univers. toute la tragédie d’un peuple humilié. d’une façon ou d’une autre.

de l’esclavage et du colonialisme. © DOMUNI – 2003 – version 1. No5. qui porte sous ses ailes les pratiques de la conquête. dans la revue Futur antérieur. il y a déjà de nombreuses publications. Comme l’a montré Immanuel Wallerstein2. des Sur la mondialisation. plusieurs sociétés se raidissent et tentent de renforcer leur identité culturelle et nationale au point de sombrer dans le fondamentalisme. p.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 2.» L’Amérique et le monde. On lira également avec profit Ulrich Beck (1997) ou Anthony Guiddens (1994). Dès le XVIe siècle. en effet. hier et demain ». VODOU ET MONDIALISATION Introduction I. Effets de la mondialisation sur le vodou III. sous ce rapport. vivante. Effets généraux de la mondialisation II. Effets généraux de la mondialisation On ne s’étonne plus aujourd’hui des réactions suscitées par le phénomène de mondialisation1 : contre le nivellement culturel et la domination de l’économique. Wallerstein. aujourd’hui. Dans sa constitution. système religieux africain réélaboré par intégration de divers éléments culturels repris du monde indien et européen. le racisme ou la purification ethnique.domuni.org 2 1 96 . comme le vodou. désormais. Or la mondialisation telle qu’elle se déploie aujourd’hui n’est pas en rupture radicale par rapport à la conquête et à la colonisation esclavagiste . le vodou est apparu comme une culture de résistance contre le processus d’amnésie culturelle mis en œuvre par la traite et l’esclavage dans les Amériques. Immanuel.0 http ://stjerome. On ne pourrait valablement s’interroger sur l’évolution actuelle du vodou sans se référer au contexte contemporain de la mondialisation et revenir à l’histoire elle-même du vodou. Sauf que. et faire entrer tous les pays dans un même moule culturel. nous nous contentons de citer l’ouvrage de Edgar Morin et Sami Nair (1997) qui offrent une excellente synthèse critique de ce processus. nous vivons donc sous le même régime. I. A vrai dire. Le vodou face à la mondialisation Introduction Haïti est connu pour avoir été le premier pays du Tiers-monde ( avant la lettre) à lancer un défi à l’esclavage et à la colonisation dès la fin du XVIIIe siècle.31-64. et pour avoir sauvegardé une culture originale. elle se situe en droite ligne comme son aboutissement direct dans la mesure où elle prétend produire une nouvelle unification du monde sur la seule base des réalités économiques. une telle situation n’est nouvelle qu’en apparence. la visée de faire passer la civilisation occidentale comme toute civilisation inspire les pratiques coloniales . l’économie-monde s’est développée avec le système capitalisme comme tel.-1991.

dans le cas du vodou. nous sommes seulement à un nouveau tournant. le travail sur les îles Philippines. Il apparaît de plus en plus que certains pays parviennent à faire de ce processus un tremplin pour un travail de revitalisation de leurs cultures. Il est intéressant de rappeler que c’est au cœur même de la politique d’amnésie culturelle mise en place par la traite et l’esclavage qu’une créativité culturelle originale et exceptionnelle s’est déployée dans la Caraïbe.domuni. II. Puis en 1941. Nous avons développé cette problématique dans notre Barbare imaginaire ( 1988) à travers une réflexion sur le paradigme de l’opposition entre barbare et civilisé qui a dominé pendant longtemps l’anthropologie. une nouvelle phase du même processus de mondialisation qui a été inauguré par la conquête et l’esclavage. Beltran. Certes. l’Eglise catholique exige de ses fidèles dans toutes les paroisses le célèbre serment dit de « rejeté » par lequel le fidèle catholique déclare lui-même renoncer au vodou identifié à un culte offert à Satan et à une « tare africaine » qui tarde à disparaître4 . de l’Amérique latine et de l’Afrique. sans direction véritable et donc anarchique. surtout quand on observe les réactions culturelles suscitées par la mondialisation qui semblent conduire à une revitalisation des cultures dites traditionnelles et en tout cas à une réappropriation des ressources de la mondialisation pour mieux protéger les singularités culturelles3.0 http ://stjerome. les publications récentes de la revue Alternative-Sud sur l’avenir des peuples autochtones (2000). de religion et de nationalité. pendant qu’on commence à réclamer une universalisation de la démocratie. En 1896 commence ce qu’on appelle une campagne « anti-superstitieuse » organisée par le clergé catholique. Peut-on dire que ce mode de déploiement est irréversible et qu’il ne produit que des effets négatifs sur les sociétés de la périphérie ? Rien n’est tout à fait assuré. Toutes les pratiques inquisitoriales mises en œuvre par le catholicisme en Haïti contre le vodou sont fondées sur ce paradigme qu’on retrouvait aisément dans les méthodes d’intervention l’Etat auprès des vodouisants. les rapports entre mondialisation et cultures . Des luttes pour l’établissement d’un régime démocratique.org 4 3 97 . en dépit des ambiguïtés dont ce travail est encore entaché. avec l’aide du gouvernement. Il y eut tout d’abord le temps long d’une dictature qui a duré Un peu partout des analyses sont développées sur les réactions culturelles à la mondialisation. des rumeurs de sorcellerie et de cannibalisme courent autour des pratiques du vodou et poussent les pouvoirs publics à se mobiliser pour éradiquer ce qui passe désormais pour une honte nationale et relègue le peuple haïtien au rang des « barbares ». voir aussi nos art. naissent les changements survenus dans les attitudes des pouvoirs publics vis-à-vis du vodou et l’abandon des pratiques inquisitoriales. Effets de la mondialisation sur le vodou Dès 1864. les réalités politiques et économiques actuelles laissent découvrir sans peine le déploiement d’un système sans règles universalisables. Ex : l’ouvrage collectif ed. par Thomas Schreijack ( !999). Nous essaierons de montrer que. Cette campagne est relayée par les Américains qui vont occuper le pays de 1915 à 1934 sous le prétexte d’introduire enfin « la civilisation » dans cette société de « Noirs » enclins au despotisme et incapables de se gouverner eux-mêmes. récents (1999) © DOMUNI – 2003 – version 1.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou chances sont en principe offertes à la reconnaissance d’une égalité véritable entre les pays comme entre tous les hommes sans distinction de race. publications fondées sur des enquêtes portant sur les effets de la mondialisation dans divers pays de l’Asie. de Benigno P.

se laisse découvrir au départ dans le mouvement de transnationalisation des sociétés civiles5 dont les besoins et les valeurs rencontrent ceux des autres peuples et ne peuvent plus être compris dans le cadre étroit de la nation. Il faudra attendre la constitution de 1987 qui incluait les principes des droits humains fondamentaux dans ses dispositions principales pour qu’on puisse rompre avec le régime de pénalisation du vodou.115-149). c’est à dire qui correspondrait à son niveau de pensée. pour la première fois dans l’histoire politique du pays. pendant qu’on le présentait comme un lieu d’expression de l’authenticité culturelle haïtienne. Il convient de ne pas perdre de vue l’inscription du vodou dans la vie sociale. le Canada et même vers la France. Sous le régime dictatorial. les Etats-Unis. attestent qu’un changement profond survient dans l’imaginaire du territoire (les frontières apparaissent contingentes).org 5 98 . et pendant lequel le vodou a été réemployé par le pouvoir politique comme moyen de contrôle idéologique des couches pauvres et surtout peu scolarisées du pays. Mais si dans différentes constitutions du pays la liberté des cultes est admise. en aucun cas on ne reconnaissait le vodou comme une religion. le vodou est conduit à ouvrir ses portes. Ce n’est pourtant pas là qu’on peut repérer les effets principaux de la mondialisation sur le vodou. Dans le cas d’Haïti. Bien plus. il s’est produit dès le début du siècle des déplacements massifs de paysans vers Cuba et vers la République Dominicaine pour le travail dans les grandes plantations de canne à sucre. © DOMUNI – 2003 – version 1. Le processus de mondialisation.0 http ://stjerome.Beck (1997) dans ses analyses de la globalisation ( p. du moins de revenir avec moins d’hésitation et une plus grande conviction à ce qu’ils disent être Le concept de société civile transnationale est particulièrement bien mis à profit par U. Avec le phénomène migratoire. Le vodou est alors un système culturel qui appartiendrait avant tout et en propre à la paysannerie. comme le prévoyait le Code pénal depuis le XIXe siècle. reconnaît aux paysans traditionnellement marginalisés et exclus de la vie politique le statut de citoyens à part entière. Ce qu’on constate en revanche avec la nouvelle constitution de 1987 c’est l’étroite relation entre la dépénalisation du vodou et le processus de démocratisation qui. de l’Etat-nation (on peut adopter diverses nationalités). cela est déjà un indice d’une crise profonde qui affecte la société dans ses fondements mêmes. Mais il semble plutôt que le vodou conservait encore son statut de religion dominée.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou trente ans environ entre 1957 et 1986. lequel reste lié à une condition de sous-développement et d’arriération. que s’opère un véritable mouvement d’émigration vers les Bahamas. Qu’un tel mouvement migratoire représente plus de 10% de la population et parte de toutes les campagnes et de toutes les villes. du moins tel qu’il se déploie actuellement. les Antilles françaises de la Caraïbe. il fallait en effet encore obtenir des autorisations spéciales pour pratiquer le vodou. sinon de se déclarer ouvertement vodouisants. Mais c’est surtout à partir des années 1970 et avec une accélération vers les années 1980. de l’identité culturelle (on se tient prêt à emprunter divers traits culturels étrangers). Les migrations vers les grandes puissances ou vers des pôles de développement.domuni. les pratiquants sont mis en condition. économique et politique du pays.

la danse et surtout la peinture. la mambo. et sa famille à Brooklyn (New York) qui a su avec courage affronter les préjugés qui circulent contre le vodou et parvenir à l ‘assumer publiquement. a une portée universelle. à Voir par exemple la fine étude de Karen McCarthy Brown (1991) sur une prêtresse-vodou. Le vodou libérateur. plus les pasteurs demandent de le rejeter. Le vodou semble perdre de sa force d’attraction à cause des conditions dans lesquelles vit l’individu aujourd’hui : celui-ci est déterritorialisé et apparaît comme délivré des liens familiaux. le clergé introduit le tambour . Dans les tendances dites de l’Armée céleste7 qu’on retrouve dans le pentecôtisme. par les ancêtres ou par les morts) et aux recettes employées par les prêtres du vodou. on observe une très grande proximité des convertis avec le vodou au cœur même de leur prétentions à livrer le combat contre Satan : ainsi par exemple.org 7 6 99 .DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou un héritage culturel dont ils ne sauraient se déprendre impunément.0 http ://stjerome. le vodou apparaissait comme une source d’inspiration dans la littérature haïtienne. Prenons par exemple le mode d’intégration dans la liturgie catholique de nombreux éléments tirés du vodou.dans les célébrations du dimanche avec les rythmes des chants adressés traditionnellement aux dieux du vodou. André Malraux part à la recherche des peintres de Saint Soleil et déclare que la peinture haïtienne. pendant qu’ils reprennent d’une autre main certains des traits spécifiques au vodou comme les croyances aux rêves. L’interprétation du vodou comme pure sorcellerie et comme empire de Satan fait rage particulièrement chez les pentecôtistes. l’ouvrage se veut une réhabilitation du vodou comme valeur qui permet à l’Haïtien d’être fidèle à son histoire. On se reportera également à l’ouvrage de Joseph Augustin. Publié à Montréal.instrument principal du culte vodou . Sur l’Armée céleste. mais aussi les pratiques thérapeutiques qui consistent à faire appel aux rêves (comme moyens de transmission d’un savoir prodigué par les dieux. Du côté des étrangers. déjà mis en valeur aux Etats-Unis dans les années 1950 par Dewitt Peters. de dire son identité et de résister à l’occidentalisation. c’est le dispositif des croyances et pratiques du vodou qui sert d’appui à la prédication des pasteurs et aux croisades pour obtenir des conversions. Une telle situation est nouvelle et a des conséquences importantes sur la perception qu’on aura désormais du vodou en Haïti. ce ne sont plus les pratiques rituelles comme telles. On dirait que plus le vodou est reconnu dans l’espace public. Ce qui importera désormais quand il se convertit au protestantisme. dans la musique. les rythmes des chants-vodou. et surtout avec la traduction de la Bible en créole.domuni. ancrée sur l’imaginaire des dieux du vodou. de l’héritage des dieux ou de toute dette envers eux. Cependant les aspects culturels et esthétiques du vodou sont davantage reconnus que les aspects religieux. Mama Lola. Dans le protestantisme de tendance baptiste et pentecôtiste. on se reportera à l’article de André Corten (1998) et aux analyses qu’il propose sur la crise de la culture en Haïti dans son dernier ouvrage sur Diabolisation et mal politique (2000). le fidèle catholique cesse de se sentir étranger dans les églises. © DOMUNI – 2003 – version 1. On peut même se demander s’il n’apparaît pas parfois le danger d’une érosion de la spécificité du vodou. non seulement ils utilisent les pas de danses et des rythmes directement empruntés du vodou. Les Naïfs haïtiens. En 1976. On peut dire qu’il s’est opéré un décapage progressif des préjugés qui planaient sur le vodou. Depuis le concile Vatican II. les transes et la pratique de la glossolalie (qui consiste à parler en langues incompréhensibles). Bien plus avec l’emploi de la langue créole dans la liturgie. sous peine de perdre toute identité dans le pays d’accueil6. rayonnent dans la Caraïbe et en Europe. qui porte en sous-titre “ Et si le si le vodou était une valeur ”.

les pouvoirs des prêtres. mais l’engagement intérieur et personnel qui lui donne d’entrer dans un nouveau type de rapport avec le surnaturel. En effet. Mais plutôt que d’anticiper sur l’avenir. nous n’avons pas la place ici pour entreprendre une analyse sociologique approfondie.0 http ://stjerome. III. La nécessité d’un regroupement des confréries du vodou par région et surtout d’association de défense du culte s’est fait sentir et plusieurs écrivains et artistes ont décidé de leur apporter leur appui dans un comité appelé Zantray. Le vodou face à la mondialisation8 Les opérations appelées « déchoukaj » ( action de déraciner) entreprises en vue de déraciner les symboles de la dictature de la famille Duvalier en février 1986 ont pris également pour cible. sur le vodou et sur les lieux de pèlerinage catholique.gestionnaires du vodou ne peuvent que diminuer. cela ne saurait être mis en doute. essayons de rendre compte des modes de réaction du vodou face à ce nouveau contexte. le vodou est souvent considéré comme un culte en sursis. mais il est en même temps soumis à des pressions qui à terme peuvent hypothéquer son avenir. ont lynché plusieurs dizaines de prêtres-vodou dans diverses communes à travers le pays. même si les débats sur le rôle du vodou dans les arts. d’autant plus que les confessions protestantes et l’Eglise catholique disposent pour assurer leur influence et leur reproduction de moyens puissants comme des réseaux d’écoles. la culture et l’histoire du pays sont encore rares. De 1986 à nos jours. Dans cette perspective.org 100 . La visibilité du vodou dans l’espace public rend difficile la poursuite de pratiques inquisitoriales. et il s’ensuit qu’un mouvement de sécularisation se développe au point d’induire peu à peu et de manière imperceptible chez les vodouisants un sentiment d’insécurité et de relativisation de leurs valeurs. sous l’influence des prédications enflammées contre l’empire de Satan dans le pays. projets de développement à travers les bidonvilles et les communes et surtout des liens internationaux. crise qui affecte peut-être les bases de la culture haïtienne. dans la capitale et en provinces) sur le pentecôtisme. plusieurs stations de radio privée réservent des heures par semaine aux chants-vodou. on observe une véritable entrée en force du vodou sur la scène publique. Les indications que nous livrons visent à suggérer l’ampleur de la crise que traverse le vodou.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou partir desquelles il surmonte toutes les angoisses de la vie quotidienne. Que le vodou puisse être mis en situation de visibilité dans l’espace public à la faveur de ce processus. Il est vrai que le vodou a pu être déjà introduit sur la scène publique Nous mettons dans cette partie à profit nos enquêtes en Haïti ( observations et entretiens en Haïti. ou à des réemplois qui semblent pouvoir le conduire à une rapide dissolution. peu à peu une certaine tolérance se manifeste vis à vis du vodou. Rapport fondé sur la transformation du sens moral. 8 © DOMUNI – 2003 – version 1.domuni. des groupes de manifestants. Dans la visée d’en finir une fois pour toutes avec les sources des maux et malheurs de la société. Un malaise profond ou peut-être même une crise s’installe dans la société haïtienne au fur et à mesure que le processus de mondialisation se développe. Bien entendu. on s’en souvient. Face à ces moyens. les médias (bulletins et stations de radio). de nombreux prêtres-vodou assimilés soit à des tonton macoutes (agents de police parallèle au service de la dictature) ou tout simplement à des sorciers.

0 http ://stjerome. On reste cependant frappé par l’explosion de groupes musicaux qui revendiquent un retour aux « racines » : « groupesracines ». des initiés dédiés aux services religieux.accompagné de ses fidèles. les funérailles et d’autres pratiques rituelles qui dispenseraient de recourir aux prêtres catholiques. Ils reprennent parfois directement les airs et les rythmes du vodou.domuni. donne des récitals . cette chapelle fonctionne comme un sanctuaire d’Erzulie Danto. située aux environs de la capitale. Il semble que nous serions peu à peu en présence de la création d’une véritable « Eglise vodou ».en dehors de son temple .tombent en transe et même en crise de possession.pour la plupart issus de couches sociales pauvres . le groupe musical dirigé par Azor. plus il demeure fasciné par le modèle des églises chrétiennes. Certains d’entre eux vont jusqu'à donner l’impression de transporter le temple-vodou (ou ounfò) sur la place publique. Ce déplacement du religieux vers des scènes profanes n’a pas jusqu’ici empêché que des transes et même des crises de possession se produisent dans les rues et dans les salles de spectacles. s’assure une place dans les bandes de carnaval en reprenant les chants en l’honneur des dieux du vodou. animent les bals et les carnavals. sans susciter le moindre étonnement de part du public. pendant qu’ils chantent les cantiques en l’honneur de la Vierge Marie. Ainsi par exemple. à une perception inconsciente d’une érosion de sa force quand il est confiné dans ses temples. mais à une tendance vers la sécularisation. en vue de lutter contre les tendances à la dilution. et. Totalement dédiée à la Vierge Marie9. chef d’une « société-vodou » dite « société Grand Drap ». Signalons deux autres réactions du vodou dans ce contexte. Dès 1986. prêtre-vodou. Les fidèles .DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou par le biais de la peinture. Ces transformations donnent à voir tantôt un phénomène de repli sur soi vers la recherche d’une délimitation de son propre territoire. Le deuxième cas est celui du « mouvement de restructuration du vodou » qui vise à faire passer le vodou de l’oralité à l’écriture en organisant des cérémonies axées autour de la lecture de textes tirés des mythologies Fon et Yoruba. pour ne citer que les plus célèbres. Dans cette même chapelle prise pour un templevodou. Les cérémonies ont lieu le mardi et le jeudi . © DOMUNI – 2003 – version 1. Certes. La première est l’annexion d’une chapelle située dans un quartier populaire de Petion-Ville. comme si finalement plus le mouvement de restructuration prétendait sauver l’originalité du vodou. Enfin le groupe musical Boukman Experyans prétend prolonger la mémoire du leader. Nous nous rendons compte cependant que des transformations sont en cours sous la pression même du processus de mondialisation. correspondante de la déesse vodou. Mais il est probable que nous assistions non point à un renforcement du religieux dans le vodou. comme nous l’avons évoqué plus haut. appelée Des Ermites. Ils présentent des récitals. prêtre-vodou qui conduisit la grande insurrection des esclaves qui a été le point de départ des luttes pour l’indépendance. tantôt vers une tentative d’expansion par l’annexion de chapelles et d’espace sacrés délaissés par l’Eglise catholique ou par un envahissement de l’espace public pour obtenir une Voir l’ouvrage de Terry Rey( 1999) qui pour la première fois met en relief l’importance du culte de la Vierge Marie . telle est d’ailleurs l’appellation qu’ils se donnent eux-mêmes. elles sont faites de prières et de chants sous la direction d’un sacristain. certains oungan tentaient d’ailleurs de détacher du vodou toutes les traces de syncrétisme avec le catholicisme en offrant eux-mêmes à l’intérieur de leur ounfò les cérémonies du baptême.org 9 101 . il est encore difficile de faire un pronostic solide sur l’évolution du vodou. Erzulie. dans la vie politique et dans les rapports sociaux en Haïti. De même Abnor. dans tous les cas. les mets préférés par Erzulie Dantò lui sont offerts dans le chœur.

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou visibilité à l’égal des autres systèmes religieux. Ce double mouvement se retrouve à l’intérieur du comité de restructuration qui veut un vodou moderne, écrit, institutionnel en même temps qu’il le proclame comme le lieu propre d’une « authenticité » haïtienne. Ce qui apparaît ici comme une contradiction est peut-être l’indice d’une crise qui affecte toute la société haïtienne. Témoin de cette crise, les conversions de plus en plus nombreuses au protestantisme, notamment au pentecôtisme ; témoin également les flambées de croyances en la sorcellerie qui périodiquement conduisent au lynchage de personnes présumées sorcières. D’un côté en effet, la mondialisation place en compétition dans l’espace public tous les systèmes religieux et suscite une relativisation des valeurs qui est source d’anxiété10. L’individu se sent obligé d’avoir à choisir entre plusieurs systèmes de croyances, ce qui signifie que la religion ne se rapporte plus seulement à une tradition qu’il reçoit sans critique et sans interrogation. L’étude récente produite par F. Houtart et A. Rémy sur Haïti et la mondialisation de la culture (2000) révèle que le pays offre une configuration culturelle dans laquelle on observe au moins deux changements importants : d’abord, le catholicisme perd progressivement son hégémonie au profit du protestantisme qui ne cesse de progresser ; ensuite, le vodou est en passe de connaître une certaine sécularisation et donc un affaiblissement religieux, par suite de son affirmation dans la littérature et les arts en général ( musique, danse et peinture)11. Devra-t-on dire que la mondialisation finira par entraîner le nivellement des cultures et mettre en péril les cultures qui ne disposent pas des moyens des grandes multinationales dominant le monde ? Il est possible plutôt - et la mondialisation est comme Janus - qu’elle serve déjà d’aiguillon pour la reconnaissance et la revalorisation du vodou comme mémoire commune aux Haïtiens ( même quand ils ne sont ni croyants ni pratiquants), aux peuples de la Caraïbe et aux communautés noires des Amériques. Mémoire de la Traite et de l’esclavage à partager. De même avec la sortie obligatoire de la clandestinité, la quête d’une plus grande connaissance du système-vodou devra être à l’ordre du jour. Une bonne partie des préjugés développés contre le vodou provient assurément de l’obscurité qui a été maintenue autour de son dispositif de pratiques et croyances. Dans ce cas, plus le système d’éducation se développe à travers le pays, plus les chances de respect du vodou seront paradoxalement grandes, car alors le sens de la tolérance deviendra dominant. L’on comprendra en effet beaucoup mieux que le vodou fait partie de ce qu’on nomme aujourd’hui les « droits culturels ». Ceux-ci ne sont pas à confondre avec les droits nouveaux qui apparaissent, c’est à dire avec « une nouvelle catégorie des droits de l’homme ». Nous sommes porté à croire qu’ils doivent être compris comme ce qui favorise la mise en œuvre
On lira ici le travail de Paul Brodwin (1996) qui part d’une enquête très fouillée sur les pratiques thérapeutiques proposées dans les trois systèmes religieux sur le terrain ( catholicisme, protestantisme et vodou) et qui montre comment se réfracte dans la vie quotidienne du paysan haïtien cette compétition des religions. Cf. Houtart et Rémy (2000), p.114. Cet ouvrage mériterait ici que nous reprenions et approfondissions les analyses théoriques qu’ils proposent sur les rapports entre la pensée symbolique et la pensée analytique en Haïti. Pour eux, le vodou peut être encore une source de résistance à l ‘uniformisation culturelle imposée par la mondialisation, mais en même temps ils démontrent que toutes les composantes de la société haïtienne sont actuellement en transition au sens où elles passent peu à peu de « la traditionnalité » à une « culture modernisante » (p.168). Nous conseillons aussi une lecture attentive des réflexions judicieuses de Gérard Barthélemy en postface de l’ouvrage avec lesquelles nous en accord, alors que nous gardons une certaine distance par rapport à son dernier ouvrage (1999) sur la culture haïtienne. © DOMUNI – 2003 – version 1.0 http ://stjerome.domuni.org
11 10

102

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou des droits de l’homme eux-mêmes, ainsi que le propose par exemple Boris Martin12. Autrement dit, il n’y a pas de raison de voir une antinomie entre droits de l’homme et droits culturels. En revanche, la vigilance est nécessaire contre les tendances à la dérive vers des positions ethnicistes et nationalistes ou fondamentalistes. La possibilité de pratiquer le vodou comme un droit culturel ne signifie pas que cela dispense d’assumer la démocratie comme une valeur universelle. C’est précisément le processus de démocratisation qui a rendu possible, par l’esprit critique qu’il développe, la dépénalisation du vodou et la revendication de la liberté de culte. Si maintenant nous considérons la mondialisation comme un processus qui est en marche depuis la conquête et l’esclavage, sur la base d’une hégémonie de la culture occidentale dans le monde, nous devons admettre que le vodou a su déjà s’adapter aux conditions les plus difficiles, celles en particulier qui l’ont qualifié de « séditieux » et l’ont systématiquement interdit. Il y a de fortes chances qu’aujourd’hui, avec cette nouvelle phase de la mondialisation qui ne maîtrise point encore son cours, le vodou puisse, justement comme système et pensée symbolique, offrir encore des éléments de résistance contre l’uniformisation culturelle. Pour cela les valeurs inscrites dans le vodou comme le rapport d’alliance avec l’environnement, comme la tolérance (le vodou n’étant pas une religion de conquête), la solidarité ou le respect de la vie... devront être réactivées dans la mesure où elles représentent l’apport propre du vodou à l’humanité universelle. En même temps il faudra que se renforce la critique contre les aspects du vodou qui poussent l’individu à se replier sur le passé. La reconnaissance des droits de l’homme et de la démocratie comme valeur universelle et non plus comme une propriété de l’Occident favorisera cet esprit critique face aux croyances et pratiques du vodou et tout autant face au processus de mondialisation là où il viole, dans la pratique, le principe de l’égalité entre les nations et refuse une universalisation concrète de la démocratie. Laënnec Hurbon

Bibliographie
AUGUSTIN (Joseph) 1998, Le vodou libérateur, Imprimerie Arc-en-Ciel, Montréal, Québec. ABOU (Selim) 1992, Cultures et droits de l’homme, Hachette, Paris BARTHELEMY (Gérard) 1997, Dans la splendeur d’une après-midi d’histoire, Imprimerie Henri Deschamps, Port-au-Prince BELTRAN (P. Benigno),1999 « Kolonisierung, Globalisierung und nationale Identitat » dans le coll. Menschwerden im Kulturwandel, ed. par Thomas Schreijack, Luzern, Edition Exodus, p.220-252 BRODWIN (Paul)1996 Medecine and Morality in Haïti. The contest for healing power, Cambridge University Press.
Voir son article ( B. Martin1999) sur les droits culturels comme d’interprétation et de mise en œuvre des droits de l’homme dans la revue du M.A.U.S.S. ( mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales). Egalement Sélim Abou (1992) sur le thème des droits de l’homme et de la culture. Sur les dérives identitaires, voir par exemple les réflexions de Hélé Béji (1997) et de J.F. Bayart (1996). © DOMUNI – 2003 – version 1.0 http ://stjerome.domuni.org
12

103

DOMUNI Science des Religions

CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle

Le Vodou BROWN (Karen MacCarthy) 1991, Mama Lola, A Vodou Priestess in Brooklyn, University of California Press. BAYART (Jean-François) 1996, L’illusion identitaire, Paris, Fayard. BEJI (Hele)1997 « Equivalence des cultures et tyrannie des identités » dans la revue Esprit, Janvier 1997, p.107-118. CORTEN (André) 1988, « Un mouvement religieux rebelle en Haïti : l’Armée céleste », dans Conjonction, revue Franco-haïtienne de l’Institut français d’Haïti, No 203, p.53-62. 2000- Diabolisation et mal politique. Haïti : misère, religion et politique, Montréal et Paris, Cidhica et Karthala. GASPAR (M. Carlos) 2000 « Mondialisation et peuples indigènes : la Malaisie et les Philippines » dans Alternative Sud, vol.II (2000)2, pp 81-111, Louvain et Paris, ed. l’Harmattan. GIDDENS (Anthony) 1994, Les conséquences de la modernité, tr. par O. Meyer, Paris, Ed. L’Harmattan. HOUTART (F.) et REMY (A.), Haïti et la mondialisation de la culture. Etude des mentalités et des religions face aux réalités économiques, sociales et politiques, Port-auPrince et paris, CRESFED et l’Harmattan. HURBON (Laennec) 1988, Le Barbare imaginaire, Paris, Ed. du Cerf ; 1995 « American Fantasy and Haitian Vodou » dans le collectif Sacred Arts of haitian vodou, ed par Donald J. Consentino, Los Angeles, UCLA Fowler Museum of Cultural History ;, p.181-197 1999 « Haitian Vodou, Church, State and Anthropology » dans Anthropological Journal on European Cultures. The Politics of Anthropology at HomeII, vo.8, No 2, LIT Verlag Munster, Hamburg, London, p.27-38. 1999 « Demokratisierung, kulturelle und nationale Identitat », dans le collectif Menschwerden im Kulturwandell, ed. par Thomas Schreijack, Luzern, Edition Exodus, p.86104. MORIN (E.) et NAIR (S.) 1997, Une politique de civilisation, Paris, Ed. Arlea.Martin REY (Terry)1998, Our Lady of Class Struggle. The Cult of the Virgin Mary in Haïti, Trenton et Asmara ( Eritrea), Africa World Press, Inc. WALZER (Michael)1977, Pluralisme et démocratie ( trad.), Paris, Editions ESPRIT.

© DOMUNI – 2003 – version 1.0

http ://stjerome.domuni.org

104

disponible sur Internet et amplifié. Kanzo : Cérémonie d'initiation qui habilite le néophyte à servir avec le Ougan ou la Manbo.eu. Govi : Vase de terre dans lequel s'abritent les lwa. Attribut royal.domuni. Granmèt : Nom donné à Dieu par les vodouisants. http://sos-net.org/red&s/dhdi/txtuniv/memoir14. Envizib : Autre appellation de lwa. Glossaire repris (et transformé) du mémoire de maîtrise de Jean Rosier DESCARDES. Asòtò : Tambour sacré de grande taille frappé par plusieurs tambourinaires. Baka : Génie malfaisant Chante pwen : Chansons engagées à travers lesquelles on envoie des messages ou des mises en garde.org 1 105 . Doctè fèy : Guérisseur Etranje : Toute personne n'appartenant pas à la famille mystique.htm © DOMUNI – 2003 – version 1.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Annexes Annexe 1 : Glossaire du Vodou (haïtien) 1 Ason : Hochet du Ougan ou de la Manbo fait d'une calebasse recouverte d'un filet dans les mailles duquel sont prises des graines de porcelaine ou des vertèbres de couleuvre. symbole de puissance.0 http ://stjerome. Il est utilisé au cours des grandes cérémonies. Chwal : Personne possédée par un loa.

org 106 . Résidence des lwa.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Lakou : Regroupement de plusieurs ménages ou familles sur une grande habitation. Ougan : Prêtre du vodou.0 http ://stjerome. C'est aussi le nom sacré des plantes. Elle se compose d'ignames accompagnées d'autres produits vivriers et de poissons séchés. Lwa rasin : Esprit ancestral hérité d'une famille ou des ancêtres. Manje marasa : Offrandes aux jumeaux divins. rend honneurs aux lwa et assiste l'officiant.domuni. Résidence du Ougan ou de la Manbo. Il conduit les processions. Mapou : Arbre mystique géant. divinité du vodou. Lwa : Génie. Manje ginen : Offrande offerte aux lwa Rada. Nan Souvnans : Haut lieu mystique dans l'Artibonite. Laplas : Maître de cérémonie. Non vanyan : Non rituel donné à un Ougan ou une Manbo à l'issue de son initiation complète. Mistè : mystère : Lwa. Manje yanm : Cérémonie qui consiste à donner à manger à l'âme de la terre. Manje lwa : Sacrifice d'animaux et offrandes de nourriture en l'honneur des lwa. Nan Kanpèch : Haut lieu mystique dans le Nord. Ougenikon : © DOMUNI – 2003 – version 1.

Zen : Pots en terre cuite dans lesquels on fait cuire les offrandes.org 107 . sortilège. Vèvè : Dessin sacré ou profane. Pwen : Force magique. le calebassier. Wanga : Fétiche.domuni. charme. sacré : armoirie rituelle et blason d'un lwa. Profane : décoration . Puissance surnaturelle. Sen : Lwa. Sèvis : Cérémonie en l'honneur des lwa. Papa Bondye : Grand maître.0 http ://stjerome. Onfò : Temple vodou. Onsi : Homme ou femme qui a passé les rites d'initiation et qui assiste le Ougan ou la Manbo. Vodouisme : Amour exagéré du vodou. © DOMUNI – 2003 – version 1. Pyè-loraj : Pierres sacrées dotées d'une âme et possédant de grandes vertus magiques. Pitit fèy : Membre d'une congrégation vodou adopté par le ougan ou la manbo. autre appellation de Dieu. Tcha-tcha : Instrument de musique fabriqué avec la coque évidée et séchée du fruit d'un arbre sacré. Peristil : Annexe de Onfò où se déroulent les cérémonies.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Chef chœur dans une société vodou qui " envoie " les chants et les arrête.

domuni.org 108 . © DOMUNI – 2003 – version 1.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Zonbi : Individu dont un sorcier a enlevé l'âme et qu'il a réduit en servitude.0 http ://stjerome.

Pour Evrony Auguste. s’est fortement réjouie de cette décision en disant : « C’est une bonne nouvelle pour les pratiquants du vaudou qui. prêtresse du vaudou. Cette grande distinction conférée au vaudou s’appuie sur un ensemble d’articles de la constitution et sur les lois de la République. mais avec cet arrêté présidentiel. peut sceller le mariage entre deux (2) êtres qui le désirent et administrer tout autre sacrement consacré par l’usage dans la communauté haïtienne. conserve sa culture par le biais du vaudou . Les autorités haïtiennes estiment que c’est un devoir d’Etat de protéger ce patrimoine religieux et culturel de la nation.org 109 . le vaudou avait déjà acquis ses lettres de noblesse. Par Mérès Weche Un arrêté présidentiel daté du 4 avril 2003 reconnaît officiellement au vaudou le statut de religion à part entière sur toute l’étendue du territoire national. Au même titre que le créole consacré par la Constitution de 1987. qui fut à la source de nos luttes pour l’acquisition de notre indépendance nationale et qui constitue notre identité propre dans la Caraïbe. comme tout autre culte. durant des siècles ont © DOMUNI – 2003 – version 1. sa peinture aussi bien que sa musique contiennent des éléments iconographiques et sonores qui font perpétuer les croyances ancestrales avec force conviction idéologique. Considéré à juste titre comme une religion naturelle et un élément essentiel de l’identité nationale. le vaudou. Là où toutes les anciennes colonies françaises. Les vaudouisants en général ont accueilli avec satisfaction la publication de cet arrêté présidentiel du 4 avril 2003. comme l’un des deux langues officielles d’Haïti. Cette décision du gouvernement permet aux hauts lieux sacrés du vaudou d’obtenir le soutien de l’Etat et habilite les chefs religieux à prêter serment par devant les autorités constituées de leur juridiction.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Annexe 2 : ART ET CULTURE Le vaudou décrété religion à part entière Posté le 9 avril 2003 09:35 Un arrêté présidentiel daté du 4 avril 2003 reconnaît officiellement au vaudou le statut de religion à part entière sur toute l’étendue du territoire national.domuni. cette religion pratiquée par la majorité des haïtiens est habilitée à jouir auprès du Ministère des Cultes de toutes les prérogatives accordées aux autres confessions religieuses établies dans le pays. il rythme la vie de la majorité des Haïtiens. ce document officiel met fin à cinq cents (500) ans d’exclusion et de discrimination. en ce sens qu’il s’enracine dans le pays profond et qu’il charrie depuis des siècles toutes les croyances. Il est généralement reconnu que le vaudou constitue notre principal dépôt culturel. espagnoles ou anglaises de l’Amérique se sont fondues totalement ou presque dans l’acculturation. Haïti. Vécu à la fois comme religion et comme science de la nature. Mme Auguste qui voit dans le Président Aristide le nouveau Spartacus noir.0 http ://stjerome. soit comme béquille psychologique ou comme source de survie médicinale. us et coutumes de la paysannerie haïtienne. où qu’il se retrouve en diaspora.

domuni. en affirmant leurs affinités aux lwas auxquels ils se réfèrent secrètement dans les bons comme dans les mauvais moments. cachaient leur attachement viscéral à ce culte ancestral devraient pouvoir se libérer de leurs contraintes.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou été marginalisés. hostiles à l’émancipation de cette religion nationale peuvent toujours œuvrer au retrait de ce décret. et surtout dans la vie sociale. L Union © DOMUNI – 2003 – version 1. pensent-ils. car.0 http ://stjerome. : Cet article est rédigé à partir d’une dépêche de l’AHP obtenue via Internet en date du 5 avril 2003. Comme Toussaint Louverture. dans les textes écrits.org 110 . pour des raisons diverses. certains responsables du vaudou croient qu’ils devront lutter bec et ongles pour le préserver. toutes les discriminations liées à la pratique du vaudou. Ils rappellent les méfaits de la fameuse campagne antisuperstitieuse déclenchée par l’Eglise Catholique sous l’un des régimes précédents et qui a coûté la vie à nombre de vaudouisants. d’autres secteurs traditionnels. le Président Aristide prône l’égalité entre tous les Haïtiens ».B. En dépit de ce ferme acquis. Ceux et celles qui. N. Ils espèrent voir disparaître dans les esprits.

0 http ://stjerome.org 111 .domuni.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Annexe 4 : illustrations Figure 1 : Vèvè Legba © DOMUNI – 2003 – version 1.

0 http ://stjerome.org 112 .DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Figure 2 © DOMUNI – 2003 – version 1.domuni.

0 http ://stjerome.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Figure 3 : Veve to Ezili © DOMUNI – 2003 – version 1.domuni.org 113 .

DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Figure 4 © DOMUNI – 2003 – version 1.org 114 .domuni.0 http ://stjerome.

org 115 .domuni.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Figure 5 © DOMUNI – 2003 – version 1.0 http ://stjerome.

org/red&s/dhdi/txtuniv/memoir14.htm EXTRAITS SECONDE PARTIE : DYNAMIQUE VODOU AU LIEU DES DROITS DE L'HOMME CHAPITRE I : VODOU ANTIDOTE DU POUVOIR TYRANNIQUE Face à de telles violations des Droits de l'Homme et ces disparités énormes.VODOU.org 116 .domuni. ESPACE DE POUVOIR 1.Vodou : bouclier protecteur Il ne faut pas perdre de vue que la politique et le religieux sont consubstantiellement liés. de la foi et du politique. il semble qu'en Haïti c'est la dynamique Vodou qui garantit la jouissance de certains droits. L'idéologie populaire conduit à la sacralisation du pouvoir. © DOMUNI – 2003 – version 1. Il est accepté comme sacré aussi bien par ceux qui l'exercent que par ceux qui le subissent. le sacré pour l'Haïtien est de l'ordre du vodou ". A. " Le pouvoir est l'ordre du sacré.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Annexe 5 : UNIVERSITE PARIS I (PANTHEON-SORBONNE) Laboratoire d'Anthropologie Juridique de PARIS I (LAJP) DYNAMIQUE VODOU ET DROITS DE L'HOMME EN HAITI (EXTRAITS) Mémoire de DEA d'Etudes Africaines (Option : Anthropologie juridique et politique) présenté par Jean Rosier DESCARDES sous la direction du Professeur Etienne LE ROY Année Universitaire : 1998-1999 L’intégralité de cette thèse peut être consultée sur ce site : http://sos-net.0 http ://stjerome.eu. La séparation du sacré et du profane. . . de la religion et de l'Etat n'est pas vraie en Haïti.

Au village. jalousent leur sort ou sont simplement méchants. C'est là qu'il trouvera la justice que les tribunaux lui refusent. Dorsainvil fait remarquer : " Tous les saints et saintes de son panthéon sont érigés en vengeurs de petits froissements de vanité blessée. . exploité. Au sommet de cette hiérarchie. 2. de protection et d'avoir de meilleures chances de conquérir une place au soleil. de haine injustifiée. les inondations. dans la mesure du possible.0 http ://stjerome. on retrouve le Hougan. Par ses incantations magiques. Il doit traiter les membres de sa congrégation comme ses propres enfants.C.domuni. Il lui confère une identité plus solide qu'un roc. Aux prises avec la violence du pouvoir. méprisé par ceux qui détiennent du pouvoir. " C'est lui qui administre les ordalies en vue d'identifier le malfaiteur ou le simple contrevenant. devin. la famine. les font subir de mauvais traitements ou des injustices. Ils les considèrent comme des forces du mal. En Haïti. ils vont y recourir directement contre ceux qui blessent leur amour-propre. © DOMUNI – 2003 – version 1. Dans l'Afrique bantoue. de déception d'amour ". Le vodou crée une nouvelle parenté basée non sur les liens du sang mais sur des croyances en de mêmes divinités. Le vodou est la religion de l'exploité. J. il peut dominer à travers celui-là.Les adeptes S'ils respectent les lois du Vodou. faibles.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Influencés par le vodou. Le politicien le consulte et. Car il est oint des dieux qu'il peut invoquer ". Le peuple accepte ses pensées. il exerce un pouvoir charismatique dont il serait difficile de mesurer l'étendue. Il est à la fois prêtre. ils pratiquent la fuite en avant. celui qui croit au vodou sait qu'en se confiant aux divinités et en les servant correctement. magicien et guérisseur. de l'orgueil brisé. discriminé. le Hougan était le spécialiste de la magie naturelle. Ils se sentent désarmés. Ils ont conscience qu'une puissance invisible les enveloppe et ils cherchent à créer des liens avec cette puissance. les tremblements de terre.Le Hougan Parallèlement à l'Etat territorial. son personnage revêt un caractère magico-religieux. les serviteurs de loas sont assurés d'échapper au malheur. les Haïtiens vivent proches de la nature et perçoivent ses forces mystérieuses. Humilié. Il faut rappeler que le vodou reflète toutes les préoccupations des masses haïtiennes livrées à elles-mêmes. Il rend aussi justice en exécutant par assassinat magique (…) Les hommes dont les intérêts ont été lésés le voient pour attirer sur leurs ennemis la colère des dieux vengeurs. Sublimant la violence en engendrant la sphère du sacré. 3. Les pouvoirs du hougan sont étendus à tous ses pitit-fey qui sont assurés de sa protection et de son assistance en toutes circonstances. Ils croient que d'autres hommes leur sont hostiles. aimé. la maladie. Alors rien d'anormal qu'elles se tournent souvent vers les invisibles pour solliciter moins la fortune et le bonheur que la protection contre la maladie et les mauvais sorts. il peut devenir un homme respecté. La mort est omniprésente et survient souvent tragiquement dans l'enfance ou la jeunesse. . il existe un Etat segmentaire dont la direction est assurée dans la communauté du village par les dignitaires du Vodou. vénéré. il est aussi dispensateur de pouvoir. Ils sont à la merci des catastrophes naturelles comme l'orage. entourés de toutes sortes de maux et incapables d'affronter les difficultés de la vie ou d'accéder au bonheur auquel ils aspirent.org 117 . de satisfaire leur besoin de sécurité. Le vodou devient son refuge.

mais encore les font apparaître comme des moyens d'y intéresser le plus grand nombre d'individus. " La distinction européenne entre magie blanche et magie noire n'est pas exactement comparable à la distinction africaine entre magie et sorcellerie. 4. le vodou constitue un recours sûr à l'arbitraire. Seul son pouvoir peut arrêter l'autoritarisme et la tyrannie des chefs politiques. B. Ils seront à l'abri des attaques ennemies et des complots de rivaux jaloux. Le vodou a joué dans le passé un rôle positif en fournissant aux esclaves une base idéologique pur une action pratique. Il fut un stimulant révolutionnaire pour les masses. A propos de la sorcellerie. Mais la magie doit être considérée comme un compartiment particulier du système de rituels. A partir de sa forme de société soumise et passive.org 118 . l'auteur de " Le Pays en dehors " remarque : " Les mécanismes institutionnels de défense du citoyen n'existant pas. leur accès nécessite une initiation de façon à garder jalousement les connaissances et disposer d'une arme pour s'assurer d'un certain pouvoir. Enfin. © DOMUNI – 2003 – version 1. .0 http ://stjerome. il appartient à l'intéressé lui-même de prendre l'initiative de la parade s'il se sent agressé. La magie africaine est un art toujours délicat et dangereux. . compartiment qui comprend les manœuvres et manipulations regardées comme efficaces pour l'obtention relativement directe de résultats concrets.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Détenteurs de la force sacrée. non seulement ne les opposent en rien à la quête du divin. ils disposent de très grands pouvoirs tant sur le monde visible que sur le monde invisible. La religion vodou est le seul frein pour des dirigeants qui ne craignent point les lois ou la Constitution. La sorcellerie devient ainsi le régulateur des rapports de crise entre individus. Reposant sur une base religieuse. ce culte va évoluer vers une forme plus active et de combat en donnant précisément le branle au mouvement insurrectionnel qui fera naître l'occasion d'espérer contre toute espérance. mais moralement neutre ou ambigu : il se qualifie en bien ou en mal essentiellement par l'usage qu'en fait son détenteur ". il est aisé de comprendre que dans un contexte où les droits fondamentaux sont piétinés et les masses sans défense.domuni. le Vodou est un frein pour le pouvoir et limite l'arbitraire. L'adhésion d'une très large partie de la population au Vodou s'explique aussi par le fait que ces pratiques sont légitimées par des systèmes de représentation parfaitement cohérents qui. . Les loas ne les abandonneront jamais au moment des graves dangers. les pratiques patrimonialistes traduisent un besoin de protection de la part des dominés. La course des indigènes vers les espaces de mysticisme exprime le même souci de se placer sous un patronage surnaturel en même temps que de trouver un idiome à cette inscription dans un champ de force supposé faire un contrepoids aux incertitudes du monde profane ". Elle ne s'exprime que dans cet espace juridique et pénal laissé libre par l'absence d'Etat ". En effet. le vodou s'est donné un idéal : transformer les conditions de vie de l'esclave.La force de résistance Face au despotisme qui est une caractéristique fondamentale du système politique haïtien.LE POUVOIR ARRETE LE POUVOIR " Dans ces contextes où les pouvoirs créent l'insécurité et le désordre.Le problème de la sorcellerie De nombreuses personnes assimilent les congrégations vodou à des sociétés secrètes et accusent leurs membres de magie ou de sorcellerie. 1. dans le cadre du système esclavagiste.

le vodou devint non seulement un moyen de revitalisation à travers les traditions ancestrales africaines. Mais au pouvoir. dans la nuit du 21 au 22 août 1791. En effet. à part des officiers qui sont morts fusillés ou à peu près. Ils massacrèrent leurs bourreaux et livrèrent leurs plantations aux flammes. Et " tous les grands chefs marrons étaient des prêtres du vodou. la réussite ou les revers politiques en Haïti sont perçus comme la volonté ou la colère des divinités du vodou. Par exemple.org 119 . huit jours plus tard. dégradantes et inhumaines. à l'issue de laquelle l'Indépendance sera proclamée. . Conformément à ses promesses. de privations. les esclaves du Nord se levèrent en très grand nombre. Leur prestige parmi les autres marrons venait de leur fonction de chef religieux ou était rehaussé par cette qualité ". avec l'intention de tout détruire. Le vodou fut un efficace moyen de cohésion et un instrument utile aux mains des esclaves luttant pour le renversement des structures inégalitaires. De plus. de tortures. Comme l'écrit Roger Bastide : " En Haïti. D'autres. il n'y a pas l'un d'eux disparus en pleine forme dont le trépas n'est pas supposé être provoqué ". il avait trahi. guinéenne ou soudanaise. Jean-Jacques Dessalines avait promis de servir les loas. 3. il avait réuni le lendemain de la proclamation de l'Indépendance tous les généraux à Nan-Souvenans. Ce qui est constant : tout Haïtien quelle que soit sa position sociale. Une guerre inexpiable commençait et elle allait durer quatorze longues années. ont recherché la ferveur utopique et revendiqué un rôle messianique. 2. Dans les moments de crise il va adorer en secret ce qu'il brûlait en public. Ainsi se justifie l'opinion du Docteur Jean Price Mars : " Pendant les treize années de violences. les nègres puisèrent dans leur foi aux dieux d'Afrique l'héroïsme qui leur fit affronter la mort et réaliser le miracle de 1804 ". © DOMUNI – 2003 – version 1.Le vodou et l'Indépendance haïtienne " Alors.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou La résistance a été organisée par les marrons.domuni. tout en le pratiquant en secret. l'alliance avec un loa puissant est précieuse pour contrecarrer les menées d'un rival. il faut rechercher la force sacrée qui rendra vaines les attaques des concurrents. par calcul politique. galvanisés par la Cérémonie du Bois-Caïman. une pensée. oppressives. Donc. L'utilisation politique du vodou joue d'abord sur le niveau de la force sacrée que les acteurs politiques cherchent à s'approprier.Les responsables politiques et le vodou Les responsables politiques n'ont pas eu la même attitude envers le vodou. . le 17 octobre 1806. le vaudou eut jadis une fonction dans la société de production esclavagiste. comme expression de résistance du peuple vis-à-vis de ses maîtres ". Comme les loas n'acceptent pas l'infidélité aux promesses. Certains l'ont combattu et persécuté ses adeptes. dans l'Artibonite et avait proclamé ce jour.0 http ://stjerome. a une attitude. Hénock Trouillot écrit : " Après l'Indépendance. Même lorsqu'ils ne le proclament pas. jour des Aïeux. ils ne doutent point des pouvoirs des loas. une réflexion ou un geste qui trahissent son ascendance béninoise. On connaît le proverbe " Fè koupe fè " (le fer coupe le fer). ils l'abandonnèrent et permirent qu'il soit assassiné au Pont-Rouge. Dans les conflits politiques. mais aussi le canal par excellence pour exprimer leurs complaintes et pour s'organiser ".

L'homme doit vivre en parfaite communion avec la nature. les sources. . le terrassa dans tout l'éclat de son règne ". Dessalines et bon nombre de nos chefs d'Etat ont eu une fin malheureuse. A. N'est-ce pas ce qui explique la tendance des politiciens haïtiens à déployer leur génie pour " jouer sur la terreur qui accompagne la réputation d'omniscience et de toute puissance des grands initiés et des membres des sociétés secrètes parmi lesquels ils laissaient entendre qu'il fallait les compter ". 1. Il doit respecter ses semblables et se considérer en toute circonstance comme un maillon d'une grande chaîne.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou Cette opinion est défendue par Milo Rigaud qui affirme : " Si Toussaint. agressif. Jean-Baptiste Romain soutient que : " Le loa Nan-Nan Boukoulou. CHAPITRE II : DYNAMIQUE VODOU ET REGULATION SOCIALE " Le Vodou est le système que les Haïtiens ont mis au point pur faire face aux souffrances de cette vie. non content d'un tel agissement à son égard. L'univers est un tout : chaque force de la nature a une signification et une connexion avec les autres entités.LES COMMANDEMENTS DU VODOU Le souci majeur du Vodou est le bien-être des individus et du groupe. Cette conception exige le respect de l'autre. compétitif. des hypocrites ou des vendeurs de patrie. La plante. © DOMUNI – 2003 – version 1. elle se retira à Nan-Campêche ". Pour montrer comment la dynamique Vodou assure la régulation sociale. Dans ces conditions. un système dont l'objet est de minimiser la douleur. La même remarque vaut aussi pour Christophe qui avait si sévèrement prohibé le culte vodou. De la même manière. le minéral et les personnes sont sacrés et doivent être traités en conséquence. nous traiterons de ses Commandements et de ses Fonctions. Faisons remarquer que les chansons qui ont enlevé le sommeil à nos plus récents chefs d'Etat étaient inspirées du vodou dans le fond comme dans la forme.domuni. c'est que nos plus grandes figures nationales ont péri d'avoir condamné le vaudoo ". de sa sécurité. " Heureusement. conquérant. Les festivités carnavalesques. sans doute. d'éviter les désastres. Exister. le vodou ne s'est pas démarqué de sa fonction libératrice.La recherche de l'équilibre Le Vodou prescrit une globalité fondamentale. Donc on ne peut toucher à l'un sans griser l'ensemble. l'animal. particulier.org 120 . Les chante pwen se multiplient et fustigent le comportement des faux prophètes. d'adoucir les pertes. Aujourd'hui encore. pour vivre avec les autres dans la paix et l'harmonie avec eux. Si le vodou est une arme politique utilisée par les acteurs politiques pour accéder au pouvoir ou s'y maintenir. c'est renoncer à l'être individuel. il n'en demeure pas moins l'antidote du pouvoir tyrannique. les rivières et la mer doivent être protégés. et de fortifier les survivants autant que l'instinct de survie ". Après avoir participé à son ensevelissement. l'environnement naturel et les esprits présents bien qu'invisibles. de sa santé et de l'intégrité de sa personne. . dit Claude Planson qu'il y avait Dédée Magrit (une mambo). Toutes les forces de la nature sont liées. La perturbation de l'équilibre naturel doit être évité le plus possible. celle qui l'accompagna dans tous ses combats et fut. le Vodou apporte une réponse satisfaisante et des raisons de vivre à un peuple livré à lui-même. après 1986. les animaux. Cette unité de toute chose explique la place de la sainteté de la vie.0 http ://stjerome. les morts. ont le vodou pour toile de fond et permettent au peuple d'exprimer ses revendications fondamentales. les arbres. son inspiratrice. égoïste.

" La connexion humaine est la règle dans la vision haïtienne du monde : il y a suppression des histoires individuelles de vie en faveur d'une personnalité collective de laquelle dérive l'énergie globale du groupe. Dans bien des cas. mais nous sommes solidairement responsables de nos semblables au risque de perturber l'équilibre du monde extérieur. Les individus deviennent réels seulement à travers leurs interactions avec les autres. ouverte à tous. Cette solidarité s'exprime dans la sagesse populaire sous forme de proverbe. le Vodou interdit de mépriser les petits et les pauvres.L'humanisme La cosmogonie vodou place les humains au centre du monde même s'ils ne sont pas ses créateurs. Le Vodou veille au maintien des liens qui unissent les membres de la communauté. La moralité dans le sens absolu ne peut jamais être placée au-dessus du bien-être de la collectivité. elle s'évertue à faire pleuvoir sur les hommes de riches pluies de bénédictions pour leur garantir une santé robuste. Ces proverbes sont l'équivalent de notre devise nationale : " L'union fait la force ". c'est le houmfort qui se voit obligé d'acheter tout ce qui est nécessaire aux rituels de la guérison. En implorant les dieux. on n'est pas seulement comptable de ses actes individuels. " Ignorer les responsabilités de famille. Ainsi. 3. Le houngan ou la mambo n'a pas le droit de refuser des soins à ceux qui n'ont pas les moyens de payer. .DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 2. Par exemple : " yon sèl dwot pa manje kalalou " (un seul doigt ne peut pas manger du calalou) ou encore " main anpil chaj pa lou " (beaucoup de mains rendent le fardeau léger). Le but ultime de cette religion est de leur offrir les moyens de mener une existence terrestre décente. la protection contre les catastrophes naturelles ou l'invulnérabilité face aux forces du mal.domuni. La communauté ne se réalise que par la participation créatrice de ceux qui le constituent et l'homme ne s'épanouit que dans une communauté volontaire. Ce qui est moral est donc ce qui assure le bon fonctionnement du groupe dans un environnement donné et qui respecte la valeur et l'importance du collectif social et spirituel sur lequel repose aussi des responsabilités économiques et matérielles ". C'est ce qui explique que n'importe qui peut rentrer et manger dans une congrégation Vodou.0 http ://stjerome. .Le communautarisme La société haïtienne comme les communautés africaines est profondément marquée par le communautarisme. Ainsi conçu. fraternelle et solidaire. © DOMUNI – 2003 – version 1. mettre en danger les intérêts communs et négliger les loas sont de sérieuses offenses morales qui peuvent provoquer la désapprobation du groupe et mettre en danger l'attention et la protection offerte par les esprits. Les fidèles font régulièrement la charité en apportant des repas. L'obligation de venir en aide aux personnes en nécessité est un devoir pour le vodouisant. Les plus faibles sont assurés de bénéficier de la protection des ancêtres. la prospérité dans les affaires. Le Vodou travaille à l'affermissement d'une société haïtienne essentiellement consensuelle. et c'est précisément au cours de relations responsives et responsables envers nos semblables que l'on développe un clair et constant sens de notre moi intérieur et beaucoup de confiance en soi ".org 121 . des vêtements aux pauvres qui mendient aux abords des églises. Il se veut le ciment qui consolide les rapports entre les éléments de cette grande famille.

ils encouragent la conformité. De plus.0 http ://stjerome. sans répandre par terre un peu du contenu de son récipient à l'intention des morts (tous les rites) . Les enseignements ne cherchent pas à développer des personnalités fortes et originales . elles seront des intermédiaires privilégiées du monde visible auprès du monde invisible. Pour les régler. A ces principes. il faut toujours faire montre de générosité. ou l'abandonne au châtiment des puissances supra-naturelles pour avoir enfreint un tabou religieux imposé pour la protection de la société. de son âge. de bienveillance et d'amour envers les plus faibles et les plus démunis. il faut sacrifier des bêtes et organiser de grandes festivités. il faut mentionner le respect et l'honneur dus aux aînés. . l'an à venir (tous les rites) . . 1. Fonction éducative et ludique La population haïtienne. Entre l'inhumation et la levée de deuil.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou 4. Au cours de son éducation.Respect des aînés En plus des préceptes juridiques de la religion Vodou étudiés plus haut. Ainsi. source de tensions dans l'existence du groupe. aux coutumes et à une éthique commune dictée par la morale Vodou permet d'assurer la régulation sociale et d'améliorer les conditions d'existence du plus grand nombre.org 122 . non la compétition. Les plus jeunes sont astreints à l'obligation de fournir soin et assistance à tous les membres du groupe et en priorité aux personnes âgées. Cela s'explique par le fait qu'elles sont plus proches du monde invisible dans lequel elles ne vont pas tarder à passer. un espace d'éducation et de jeu. C'est le Vodou qui assure l'éducation traditionnelle haïtienne par l'intégration harmonieuse de l'individu dans le groupe social conformément au statut que lui assignent son sexe.domuni. qui constitue en fait la phase la plus importante des rites funéraires. l'enfant apprendra progressivement mais très précisément les différents rôles sociaux qu'il devra remplir pendant sa vie d'adulte. De la même manière. En fonction de l'importance du défunt. trouvent dans le Vodou. les morts doivent être traités de façon convenable sous peine de les voir se retourner contre les vivants dont ils se vengeront. La connaissance de ce rôle lui permet de savoir comment se comporter dans la plupart des cas avec autrui. défense de manger l'igname avant d'en offrir la primeur aux dieux. défense de boire certaines boissons. En dépit de ce prudent conditionnement. de l'âge de ses fils. son rang de naissance ou la fonction sociale de ses parents. Sinon le sol ne se revitalisera point. Tous les cas d'infraction à la loi sont soumis à un tribunal qui n'est autre que le tribunal de l'opinion publique qui couvre de ridicule celui qui ne se conforme pas à la norme du contrat social reconnue par tous. il faut ajouter des principes généraux comme : défense d'attenter à la vie d'autrui (rite Rada) . des conflits se produisent.LES FONCTIONS DU VODOU L'adhésion aux normes sociales. notamment le café. la sagesse vodou ne se © DOMUNI – 2003 – version 1. La morale vodou estime que ne pas s'acquitter de ses devoirs envers les personnes âgées et des morts entraîne une rupture d'équilibre dans la vie de l'individu et peut avoir des conséquences néfastes sur la famille du fautif et de toute la communauté à laquelle il appartient. Nous allons le prouver en étudiant les fonctions du Vodou. défense de servir les dieux de la " main gauche " ou encore de les servir des deux mains. des ressources dont on dispose. et la production sera maigre. un temps plus ou moins long est observé. B. le monde rural en particulier. c'est-à-dire défense aux prêtres de détourner vers un but maléfique les forces spirituelles mises à leur disposition en vue du Bien (rite Rada).

s'ils ne sont pas pris en charge par un proche parent. Mais trop sensible. " En Haïti. mais également d'origine animale ou minérale. 3. . ce qui a souvent conduit les observateurs à sous-estimer la part de réalisme empirique qu'elle peut comporter. Elle ne s'efforce pas de rétablir un ordre idéal de droit. de marcher la nuit sans être inquiété. Cette attitude exclut les solutions extrêmes. En effet. A la campagne. ils sont assis quelque part dans un oumfort où l'on prend soin d'eux ". On ne voit pas les vieillards traîner. les enfants et les vieillards en difficulté ne sont pas pris en charge par le ministère des Affaires sociales. les masses trouvent dans le Vodou la satisfaction à leur besoin de loisirs. faire un repas c'est manifester sa richesse par la qualité et l'abondance des aliments que l'on consomme et que l'on offre.Fonction sociale et économique Tous les grands événements qui marquent la vie humaine et sociale sont fêtés avec faste dans le Vodou. je ne peux pas voir mourir mon © DOMUNI – 2003 – version 1. que les enfants reçoivent une éducation. on invoque les loas pour trouver la force et le courage de résister aux difficultés de la route. on ne les envoie pas dans des maisons de retraite qui sont dépersonnalisées au maximum. Privées d'électricité. Voici le témoignage d'une femme catholique convaincue rapporté par un prêtre catholique : " Tout à coup un de mes sept enfants tombe malade. tous les houmforts sont en même temps des hôpitaux où la médecine traditionnelle supplée à la carence de structures sanitaires adéquates. on peut comprendre le rôle de la Dynamique Vodou dans le soulagement de la souffrance. . le travail et le rite sont indissociables. Là.Fonction thérapeutique Le houngan est aussi un guérisseur. Mais ces soins reposent sur une connaissance assez approfondie des propriétés de certaines substances végétales surtout.domuni. on fait offrande des grains aux dieux et aux ancêtres. Ils sont récupérés par les oumforts. En effet.0 http ://stjerome. Restaurer une harmonie suffisante pour que tous puissent à nouveau vivre et travailler ensemble est ce qui importe.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou réfère guère à des principes abstraits. les normes absolues. comme on leur offrira ensuite les prémices de la récolte avant que quiconque puisse la consommer. les positions rigides. sans discrimination. Lorsqu'on sait que le monde rural est nettement défavorisé par rapport au monde urbain. l'aspect psychologique devient très important dans un monde où la croyance au mauvais sort ou aux maladies surnaturelles est très répandue. 2. En général. Avant de prendre la route qui conduit au marché urbain. que la capitale dispose de plus de la moitié des hôpitaux du pays ou que la population doit faire face à des problèmes cruciaux de santé. Ces fêtes offrent à la famille organisatrice le moyen de rehausser son prestige. de cinéma. on s'occupe des vieillards. Je refuse d'aller consulter un bocor en dépit des conseils des voisins. La cure qu'il offre est un tout.org 123 . Les congrégations vodou organisent des konbits pour l'exploitation de la terre. Il est possible d'envisager ces jeux comme le produit des institutions pour la mise en scène des rapports sociaux. et qui accorde à chacun d'eux une partie de ce qu'il réclame. On ne les trouve pas en train de mendier. Ces manifestations de la vie en société s'accompagnent de déploiement de faste alimentaire où tout le monde vient se régaler. de jeux et de récréation. de télévision. C'est là qu'ils trouvent à manger. mais de trouver une solution acceptable pour les opposants. L'activité agricole étant sacrée. Le geste rituel a au moins autant d'importance que le geste technique et conditionne l'efficacité de celui-ci. Avant les semailles.

4. en Haïti.. expropriations injustifiées etc. de mieux-être pour les démunis et à réduire les inégalités sociales.calquées sur des modèles étrangers et jamais respectées . Ainsi la Dynamique Vodou permet de contrebalancer le pouvoir politique et judiciaire. la justice est rendue de façon fort partisane. Donc. de santé ou de justice de la population. dans un pays déchiré par la violence.domuni. elle assure la régulation de la société et crée un espace de liberté et de démocratie. la Dynamique Vodou qui essaie autant que faire se peut . De plus.n'ont pas suffi à satisfaire la soif de justice sociale. le Vodou peut aider les Haïtiens à retrouver les valeurs qui les ont uni jadis et qui peuvent les rassembler autour d'un projet commun de reconstruction nationale ". Compte tenu du rôle joué par le Vodou dans le passé dans la lutte contre le colonialisme et l'esclavage en faveur de la liberté et de l'indépendance et de ses efforts constants pour apporter des remèdes efficaces aux maux de toutes sortes qui tenaillent un peuple abandonné par ses dirigeants.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou enfant sans tenter une chance de le sauver. Les jugements rendus par nos Cours et Tribunaux donnent souvent raison au grand fabuliste français du XVIIe siècle qui écrivait dans " Les Animaux malades de la peste " : " Selon que vous serez puissant ou misérable les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ". L'arbitraire.org 124 .0 http ://stjerome. malgré ses Constitutions libérales et la ratification d'instruments internationaux et régionaux. en prêchant la tolérance. Et il n'y a pas de doute que cet héritage jouera un rôle moral décisif dans le développement national. il n'a pas d'autre choix que de se tourner vers ses dieux vodou pour obtenir justice. L'enfant est maintenant rétabli. la revalorisation du Vodou peut aider à la construction d'une société de paix en réconciliant la Nation avec elle-même. de tous les groupements politiques et de toutes les familles spirituelles parce que tous se reconnaîtront en elle et que chacun sentira vibrer en lui-même un peu de ce qui constitue l'héritage culturel. CONCLUSION L'analyse de la situation des droits de l'Homme en Haïti démontre clairement que le Pays n'a pas réalisé de progrès significatifs. notre culture offrira cet immense avantage de promouvoir l'union de toutes les couches de la population.de suppléer à ces défaillances en prenant en compte les besoins d'éducation fonctionnelle. En effet. de limiter l'arbitraire et de favoriser la jouissance effective de certains droits plus en rapport avec les besoins quotidiens de la population. en l'intégrant dans sa propre culture. vénalité des juges. quand le peuple est victime d'abus de toutes sortes : arrestations arbitraires. En valorisant l'Homme haïtien. C'est plutôt. Je suis allée voir le bocor. . le choix doit être clair. Depuis. Cela est d'autant plus sûr qu'à " l'inverse des idées qui les divisent. Les dispositions généreuses adoptées . je ne cesse de remercier Dieu d'avoir placé sur mon chemin un habile guérisseur ".Fonction judiciaire Le vodou exerce aussi une fonction judiciaire dans la société haïtienne. dans ce domaine. le despotisme et la corruption demeurent les marques distinctives du système politique haïtien. © DOMUNI – 2003 – version 1. Remise à sa place au cœur de la vie nationale.

Paris. 1993. Paris. PUF. DESPEIGNES. 10 décembre 1948. 230 p.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou BIBLIOGRAPHIE A. .A. J. : Histoire économique et sociale d'Haïti de 1804 à nous jours (l'Etat complice et la faillite d'un système). San Francisco. 58 p. volume 999. Jacques S. ALEXIS. Port-au-Prince. Legrand : Coup d'œil sur la famille haïtienne. Vladimir : Droits de l'homme. essai sur l'univers rural. Paris.org 125 . Ernst A. éditions Gallimard.OAS Official Records OEA/SER/A Haïti Ministère de l'Information : La Constitution du 29 mars 1987. Déclaration universelle des droits de l'homme. 1952. : Les arbres musiciens. éditions La Sauvegarde. 152 p. 1990 SYMONIDES. Les Constitutions d'Haïti (1801-1885) Le Moniteur. Joseph : L'Epreuve de littérature haïtienne au baccalauréat. 240 p. 1988. . 1995. BARTHELEMY.U. Journal officiel de la République d'Haïti (1970-1999).domuni.0 http ://stjerome. Recueil des traités. décembre 1998. Paris. Imprimerie des Antilles. Henri Deschamps. Port-au-Prince. Paris-Dakar. © DOMUNI – 2003 – version 1. 1990. New-York. Césaire : Discours sur le colonialisme. BIJOUX. Gérard : Le pays en dehors. .Documents officiels O.Ouvrages généraux AIME. instruments internationaux. collection La Renaissance. Montalvo : Le droit informel haïtien. Résolution 217 A (III). mai 1968. Port-au-Prince.E. Presses nationales. Roger : les religions africaines au Brésil. Port-au-Prince. 1976. 189 p.N. Présence Africaine. DESIR. B. BASTIDE. UNESCO. Imprimeur. O. Port-au-Prince. BERNADIN. Januz et VOLODIN.

Presses de l'Université de Californie. Paris. éditions Caraïbéennes. Karthala. Louis-Joseph : Les Constitutions d'Haïti. MBENBE. Paris. UNESCO. croyances. 1973. 1953. ROCHER. catalogue de l'exposition. Paris. FERNAND. . HURBON. Hachette. New-York. 1968. Robert : Les Jacobins noirs. Montchrétien.org 126 .Ouvrages spécialisés et Etudes BROWN. 1985. MARS. couleur. Press. Paris. 1990. Gallimard. Margareth : Sociétés. 1993. traditions et techniques. 176 p. art vaudou. 302 p. HMH. la Nation. 1977 (2 tomes). 350 p. Léon-François : Haïti. la Culture. 1964. HURBON. 1990. Paris. Berkeley. CA. HOFFMAN.domuni. Jacques : Préface des droits de l'Homme et libertés fondamentales. 1985. Harold : The Drum and the Hoe. 1988. LEREBOURS. 1991. Laënnec : les mystères du vaudou. 3e édition. 647 p. As. Paris. Karthala. PUF. 1968. 1988 (1ère édition 1938). Warner Book. Imprimerie Henri Deschamps. 222 p. LA FONTAINE. Emile : les formes élémentaires de vie religieuse. Jean de : Fables choisies. Paris. 3 tomes. Points. Berkeley. COURLANDER. Karen Mc Carthy : Mama Lola : A Vodou Priestess in Brooklyn. Wade : The Serpent and the Rainbow. 87 p. JAMES. essai sur l'Etat. Port-au-Prince. New-York. © DOMUNI – 2003 – version 1. ROBERT. Paul : Dictionnaire des Religions. Guy : Introduction à la Sociologie générale. 1993. Paris. POULARD.0 http ://stjerome. éditeur : Dictionnaire des civilisations africaines. 1994. University of California Press. Michel Philippe : Haïti art naïf. 174 p. Paris. Paris. Editions Fardin. Laënnec : Comprendre Haïti. 1988.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou DURKHEIM. PUF. Jean Price : Ainsi parla l'Oncle. Achille : Afriques indociles. 1988. Paris. C. JANVIER. DAVIS. MEAD. Port-au-Prince.

(s. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs ". Enseignement donné à la 28e session de l'Institut International des Droits de l'Homme de Strasbourg. n° 120. .n). Paris. Paris. Etienne : les fondements anthropologiques des droits de l'Homme. LAGUERRE. 1979. Raymond : La notion des droits de l'homme est-elle un concept occidental ? Paris.org/red&s/dhdi/txtuniv/memoir14. 433 p. : Politique et Vaudou. Jean-Baptiste : Généralités sur le vodou. juillet 1986. " L'Université n'entend donner aucune approbation ou improbation aux opinions émises dans les mémoires et thèses. Claudine : Les aspects éducatifs et moraux du vodou haïtien.org 127 . (s. Suisse.htm © DOMUNI – 2003 – version 1. Port-au-Prince. TROUILLOT. LE ROY.REVUES ALLIOT. 223 p. Port-au-Prince. De Vecchi. Lamartine : La co-existence des types religieux dans l'Haïtien contemporain. Karthala. Port-au-Prince. Revue de la Faculté d'Ethnologie. Immense. n° 33.DOMUNI Science des Religions CAMPUS VIRTUEL SAINT-JÉRÔME Cours de second cycle Le Vodou MICHEL. Revue Diogène.d). 1953. PETIT-MONSIEUR. 112 p. Bulletin de liaison du LAJP. ROMAIN. Claude : A la découverte du vodou. Hénock : Introduction à une histoire du vodou.0 http ://stjerome. 1992. mars 1970. n° 11. RIGAUD. 1970. PLANSON. Micial : Religions et politique en Haïti. PANIKKAR. Note : L’intégralité de cette thèse peut être consultée sur ce site : http://sos-net. Michel S. 414 p. 1994. 285 p. n° 115. Milo : La tradition vaudoo et le vaudoo haïtien. Paris.eu. paris. Niclaus.domuni. Revue de la Société haïtienne d'histoire. p. 40-45. D. janvier 1987. Michel : Droits de l'homme et anthropologie du droit. NERESTANT. n° 15. collectif Paroles.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful