P. 1
Mastére : Simulation d'écoulement cavitant

Mastére : Simulation d'écoulement cavitant

5.0

|Views: 1,419|Likes:
Published by kanfoudih2855
Simulation des écoulements cavitants avec le code phoenics 3.6,modéle de l'équation de transport avec terme source. Cas dun injecteur de type sac
Simulation des écoulements cavitants avec le code phoenics 3.6,modéle de l'équation de transport avec terme source. Cas dun injecteur de type sac

More info:

Published by: kanfoudih2855 on Oct 02, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/09/2014

pdf

text

original

Université de Tunis El Manar

ECOLE NATIONALE D’INGENIEURS DE TUNIS


Simulation d’écoulement
cavitant











Laboratoire de Modélisation Hydraulique et Environnement

Spécialité
Modélisation en Hydraulique et Environnement
Option
Fluide et procédé environnementale



Elaboré par : Mr Hatem KANFOUDI
Encadré par : Mr Ridha ZGOLLI
2007/2008




ii
















iii

Résumée


La présente étude est réalisée au sein laboratoire de modélisation
hydraulique et environnement de l’ENIT, dans le cas d’une mastère de
recherche. Le thème s’intitule simulation d’écoulement cavitant, dans la quelle
on présente le phénomène de la cavitation, son apparition, son évolution ainsi
ses conséquences tout en se basant sur une bibliographie enrichissante.

De ce fait, on tend de présenter les modèles permettant sa modélisation, et
les classifiés en fonction de leur type, la disponibilité des outils et le cas d’étude.
Enfin, on choisit un cas d’étude pour la simulation et comparé ses résultats avec
les mesures expérimentales et jugé sur le modèle opté.

L’écoulement cavitant se manifeste dans tous les systèmes hydrauliques,
ainsi il peut engendrer des dégâts très importants des matériaux d’une part,
d’autre par il peut être exploité dans des fins de développement et d’économie.

La prédiction de l'érosion du à la cavitation est un problème complexe qui a
naturellement conduit les chercheurs dans les domaines de l'hydrodynamique.

















Mots-clefs

Cavitation, caractérisation, écoulement diphasique, modélisation, nucléation,
évaporation et condensation, dimensionnement de cavité, calcul numérique.

iv

Abstract



The present study is carried within hydraulic laboratory of modeling and
environment of the ENIT, in the case of a master of research. The topic is
entitled simulation of surging flow in which the phenomenon of cavitation is
presented, its appearance, its evolution thus its consequence all while being
based on an enriching bibliography.

So one tends to pass the models allowing his modeling, and classified
according to their type, the availability of the tools and the case of study. Lastly,
one chooses a case of study for simulation and compared his results with
experimental measurements and judged on the chosen model.

The surging flow appears in all the hydraulic systems, thus it can generate
very significant damage of materials on the one hand, of other by it can be
exploited in ends of development and economy.

The prediction of the erosion of to cavitation is a complex problem which
naturally led the researchers in the fields of the hydrodynamics.









Keywords

Cavitation, characterization, diphasic flow, modeling, nucleation, evaporation
and condensation, dimensioning of cavity, numerical calculation.

v

Remerciement


n premier lieu, je souhaite adresser mes remerciements les plus chaleureux
à Monsieur Ridha ZGOLLI qui m’a encadré, au jour le jour, avec une
grande disponibilité, tout au long de cette mémoire réalisée à l’ENIT. Sa
sympathie, son enthousiasme et ses encouragements m’ont été infiniment
précieux au cours de cette année.

Mes remerciements vont également à Zohaier HAFSIA qui m’a apporté son
expertise scientifique concernant le code industriel PHOENICS.

Merci à l’équipe de laboratoire de modélisation hydraulique et environnement,
ainsi que tous les enseignants de cette filière.

Je tiens aussi à remercier la direction du laboratoire et les personnels
administratifs qui ont contribué aussi à leur façon à ce travail.




E

vi

Sommaire

Résumée.......................................................................................................................................................... iii
Abstract .......................................................................................................................................................... iv
Remerciement ................................................................................................................................................... v
Sommaire........................................................................................................................................................ vi
Liste des Figures .......................................................................................................................................... viii
Liste des Tableaux ........................................................................................................................................ viii
Introduction générale .................................................................................................................................... 1
Chapitre I : Cavitation et modelisation ................................................................................................ 2
I.1 Introduction .................................................................................................................................................. 2
I.2 Description .................................................................................................................................................... 2
I.3 Causes d’apparition de la cavitation ......................................................................................................... 3
I.4 Conséquences ............................................................................................................................................... 4
I.5 Paramètres caractérisant la cavitation ....................................................................................................... 6
I.6 Similitude de la cavitation et les effets des échelles ............................................................................... 8
I.7 Qualité du liquide (Nucléation) ............................................................................................................... 10
I.7.1 Nucléation homogène..................................................................................................................... 12
I.7.2 Nucléation hétérogène .................................................................................................................... 13
I.8 Mise en équations ...................................................................................................................................... 14
I.8.1 Modèle à deux phases séparées ...................................................................................................... 14
I.8.2 Modèle à mélange homogène ......................................................................................................... 14
I.8.3 Modèle approuvé (Mélange homogène) ........................................................................................ 15
I.8.3.1 Les équations du mélange ................................................................................................. 16
I.8.3.2 Densité .............................................................................................................................. 16
I.8.3.3 Viscosité............................................................................................................................ 16
I.8.3.4 Equations de conservations dE mélange ........................................................................... 16
I.8.3.5 Modèle de fermeture ......................................................................................................... 17
I.9 Conclusion .................................................................................................................................................. 18
Chapitre II : Mise en équations et résolutions ..................................................................................... 19
II.1 Introduction ................................................................................................................................................ 19
II.2 Equation d’état ........................................................................................................................................... 19
II.3 Equation de transport ................................................................................................................................ 20
II.3.1 Les modèles des termes sources............................................................................................. 21
II.3.1.1 Modèles des termes sources avec une équation ................................................................ 21
II.3.1.1.1 Modèle de CHEN et HEISTER (1995)........................................................................ 21
II.3.1.1.2 Modèle d’ALAJBEGOVIC et al. (1999) ..................................................................... 21
II.3.1.1.3 Modèle de YUAN et al. (2001) ................................................................................... 22
II.3.1.2 Modèles des termes sources avec deux équations ............................................................ 23
II.3.1.2.1 Modèle de KUNZ et al. (2000) .................................................................................... 23
II.3.1.2.2 Modèle d’AHUJA et al. (2001) ................................................................................... 23
II.3.1.2.3 Modèle de SINGHAL et al. (2002) ............................................................................. 24
II.3.2 Comparaison des modèles de terme source ........................................................................... 24
II.4 Equation de RAYLEIGH-PLESSET ...................................................................................................... 26
II.4.1 Modèle de CHEN et HEISTER (1996) .................................................................................. 29
II.4.2 Modèle de KUBOTA et al. (1990), GIANNADAKIS et al. (2004) ...................................... 29

vii

II.5 Choix du terme source approprié............................................................................................................. 30
II.6 Etablissement du Modèle .......................................................................................................................... 31
II.7 Conclusion .................................................................................................................................................. 34
Chapitre III : Etude de cas ..................................................................................................................... 35
III.1 Introduction ................................................................................................................................................ 35
III.2 Présentation du code .................................................................................................................................. 35
III.2.1 Méthode numérique ............................................................................................................... 35
III.2.2 PHOENICS ............................................................................................................................ 36
III.3 Cas d’étude ................................................................................................................................................. 38
III.3.1 Maillage ................................................................................................................................. 38
III.3.2 Conditions aux limites ........................................................................................................... 41
III.3.3 Parois ..................................................................................................................................... 42
III.3.4 Plan de symétrie ..................................................................................................................... 42
III.3.5 Fraction massique .................................................................................................................. 42
III.3.6 Procédure de calcule .............................................................................................................. 43
III.4 Etude de l’hydrodynamique ..................................................................................................................... 44
III.4.1 Pression .................................................................................................................................. 44
III.4.2 Vitesse .................................................................................................................................... 45
III.4.3 Modèle de turbulence ............................................................................................................. 45
III.5 Etude de la cavitation ................................................................................................................................ 47
III.5.1 Effet de la fraction initial ....................................................................................................... 47
III.5.2 Effet de la densité des bulles .................................................................................................. 48
III.5.3 Comparaison .......................................................................................................................... 48
III.5.4 Conclusion ............................................................................................................................. 49
Conclusion générale .................................................................................................................................... 50
Références Bibliographiques ......................................................................................................................... 52
Annexe .......................................................................................................................................................... 55
Index .............................................................................................................................................................. 62


viii

Liste des Figures

Figure 1 : Diagramme des phases de l'eau pur. ............................................................................................... 2
Figure 2 : Manifestation de la cavitation. ........................................................................................................ 3
Figure 3 : Fluctuation de la pression lors de l’implosion d’une bulle. (BRENNEN, et al., 1995) .................. 4
Figure 4 : Conséquence de la cavitation. (WIKIPEDIA, 2008) ...................................................................... 4
Figure 5 : Dommage de cavitation sur la lame d’une pompe. (BRENNEN, et al., 1995).............................. 5
Figure 6 : Processus de sonoluminescence de gauche à droite (ANSWERS, 2008) ...................................... 5
Figure 7 : Hydrofoil (BRENNEN, et al., 1995) .............................................................................................. 6
Figure 8 : Tube de Venturi .............................................................................................................................. 7
Figure 9 : Classification de la cavitation en fonction de CN, L
cav
: taille de la poche de vapeur. .................. 7
Figure 10 : Cavitation sur un injecteur de dimension réelle (a) de ф = 0.176 mm et cavitation sur un
injecteur (b) de dimension 20 fois l’injecteur (a), pour CN = 5.5 et Re= 12600.
(ARCOUMANIS, et al., 2000) ..................................................................................................... 9
Figure 11 : Nucléation dans les boissons gazeuses (ANSWERS, 2008) ...................................................... 11
Figure 12 : Répartition des pressions sur une bulle....................................................................................... 12
Figure 13 : Différent type de cavitation ( à gauche nucléation hétérogène et ............................................... 13
Figure 14 : Taux d’évaporation et de condensation en fonction de fraction volumique α pour les différents
modèles de termes source avec u

=100 m/s, échelle de longueur l
∞
1mm

et = . ............... 25
Figure 15 : Croissance et effondrement d’une bulle sphérique. .................................................................... 27
Figure 16 : Confrontation des fonctions de fraction volumique.................................................................... 31
Figure 17 : Cellule de contrôle, f face de la cellule, u
f
: vitesse, A
f
surface de la face f, n
f
normale de f ; P et
F centre des cellules ; V
p
volume de la cellule. ........................................................................... 37
Figure 18 : Injecteur de type sac (BAUER, et al., 1999) ; (ROOSEN, et al., 1996) ..................................... 38
Figure 19 : Géométrie de l’injecteur. ............................................................................................................ 41
Figure 20 : Champ de pression. ..................................................................................................................... 44
Figure 21 : Profile de pression pour Y= 10
-4
mm .......................................................................................... 44
Figure 22 : Champ de vitesse. ....................................................................................................................... 45
Figure 23 : Comparaison des modèles de turbulence. ................................................................................... 46
Figure 24 : Comparaison des fractions initiaux, (a) f
0
=10
-5
, (b). f
0
=10
-6
, (c) f
0
=10
-7
.................................. 47
Figure 25 : Comparaison des densités des bulles, (a) n =9.4 10
13
(m
-3
), (b). n =1.3 10
14
(m
-3
), ..................... 48

Liste des Tableaux

Tableau 1 : Équations de conservations ........................................................................................................ 17
Tableau 2 : Modèles de cavitation ................................................................................................................. 18
Tableau 3 : Equations d’état pour le domaine diphasique utilisées dans les modèles du mélange ............... 19
Tableau 4 : Structure du maillage ................................................................................................................. 40
Tableau 5 : Paramètres de cavitation pour modèle de ROOSEN, et al. 1996. .............................................. 49
Tableau 6 : Comparaison des données simulées et expérimentaux ............................................................... 49


Introduction générale
1

Simulation d’écoulement cavitant
Introduction générale

L’objectif de cette étude est la modélisation d’écoulement cavitant, autrement dit
l’étude de la cavitation, nous traiterons le cas d’un injecteur de type sac.

L’écoulement cavitant se manifeste dans tous les systèmes hydrauliques, ainsi il peut
engendrer des dégâts très importants des matériaux. Ce genre d'écoulements apparaît
dans un nombre incalculable de situations physiques : écoulements pétroliers,
écoulements intervenant dans l'industrie nucléaire, les moteurs de véhicules
automobiles, d'avions ou de fusées, les explosions, la chimie, etc…. Le développement
d'une poche de cavitation partielle attachée à l'entrée de l'aubage d'une turbomachine
hydraulique est souvent à l'origine d'une érosion sévère qui peut conduire à l'arrêt
prématuré de la machine avec des conséquences économiques considérables.

Les implosions répétées de ces poches dans la zone de recompression génèrent
localement des surpressions intenses qui sont à l'origine de l'arrachement de la matière.

Contenu de ce travail

Ce travail comporte trois chapitres décomposés comme suit :

Le chapitre 1, «Cavitation et modélisation », décrit l’aspect physique lié à l’apparition
du phénomène de cavitation, ainsi que ses conséquences et son évolution. Il présente
aussi les principaux paramètres caractéristiques de la cavitation et les différents
modèles et concepts.

Le chapitre 2, «Mise en équations et résolutions», traitera un modèle de fermeture des
équations du mélange, qui est l’équation de transport de fraction volumique de la
phase vapeur. On présentera les modèles de termes sources de cette équation, enfin on
applique un modèle de terme source qui celui de YUAN, et al. ( 2001).

Le chapitre 3, « Cas d’étude», on essayera de présenter les résultats des simulations
des écoulements cavitants pour un cas d’étude, injecteur de type sac, et le confronté
avec les résultats expérimentales.





Chapitre I : Cavitation et modélisation
2

Simulation d’écoulement cavitant
CHAPITRE I : CAVITATION ET MODELISATION
I.1 Introduction
Ce chapitre sera la clef de cette étude, il introduit et décrit le phénomène de la cavitation. De
plus il présente les concepts et les modèles de sa modélisation.
I.2 Description
La cavitation est un phénomène qui se manifeste dans les écoulements des fluides et
généralement attribuée à l’apparition des poches de vapeur ou gaz, provoquée par
l'abaissement de la pression sans apport de chaleur (voir figure n°1). Cette chute de pression
conduisant à l’évaporation de liquide, est souvent suivie, au sein du même écoulement, de
retour à l’augmentation de la pression, ce qui va engendrer l’implosion de la bulle et donc
l’enclenchement de la phase de condensation.
Le diagramme d’état présenté par la figure n°1
illustre les différentes phases de l'eau pure ; la courbe
reliant le point triple T
r
au point critique C sépare
l’état liquide de l’état vapeur.
La résistance à la traction d'un liquide dépend de la
présence des petites particules, qui forment les
nucléations (voir section I.7). Puisque la densité de la
phase de vapeur est habituellement beaucoup plus
petite que la densité de liquide, la quantité de la
chaleur consommée localement pour l'évaporation
peut être négligée de sorte que la cavitation puisse
être considérée isothermique (voir figure n°1).

Dans un sens plus général une cavitation est un processus de formation et également de
conséquence d'effondrement (implosion) des bulles dans un liquide sous une diminution de la
pression local. (KNAPP, et al., 1970)
Figure 1 : Diagramme des phases de l'eau pur.
Chapitre I : Cavitation et modélisation
3

Simulation d’écoulement cavitant
La cavitation est un phénomène hydrodynamique, qui peut apparaître dès que le liquide se
déplace au dessus d'une vitesse critique. Lorsqu' un fluide est en mouvement est rencontre un
obstacle, il doit le contourner, ce contournement s'accompagne d'une accélération du fluide
donc engendrement d'une dépression, dans cette zone au cœur du fluide vont se développer
des structures de vapeurs qui vont grossir, c'est le phénomène de cavitation. En quittant la
zone de dépression ces structures vont s'effondre sur elles mêmes vont imploser,
schématiquement cette implosion provoquent des conséquences néfastes à savoir le bruit en
premier lieu, les vibrations et lorsqu'elle se produit prés de la paroi on aura érosion de ce
dernier.
I.3 Causes d’appariti on de la cavitation

Les situations typiques dans lesquelles la cavitation peut se manifester sont classées selon les
causes :

- La géométrie du domaine peut provoquer
une augmentation de la vitesse ainsi une
chute de la pression local ceci se résulte
dans un écoulement permanent (voir
figure n°2). C’est le cas d'une restriction
dans la section des conduites (tube de
venturi, injecteur…), ou en raison de la
courbure imposée aux lignes profilées
d'écoulement par la géométrie locale
(courbures dans l'écoulement dans une
conduite, aux côtés supérieurs des aubes
dans les propulseurs et aux pompes).
(JEAN-PIERRE, et al., 2005)


- La cavitation peut également se produire dans des écoulements de cisaillement dus à
de grandes fluctuations turbulentes de la pression (injecteur, sillages...). (JEAN-
PIERRE, et al., 2005)

- Le régime transitoire dans les circuits et systèmes hydrauliques (coup de bélier) peut
avoir comme conséquence une accélération de la vitesse du liquide ce qui a pour effet
la production instantanée de basses pressions à quelques points dans l'écoulement
conduisant à l’apparition de la cavitation. (JEAN-PIERRE, et al., 2005)

Figure 2 : Manifestation de la cavitation.
(BRENNEN, 1994)
Chapitre I : Cavitation et modélisation
4

Simulation d’écoulement cavitant

- Comme conséquence du mouvement
vibratoire des parois (par exemple
refroidissement de liquide des moteurs
diesel) la création des champs
d'oscillation de la pression. Si l'amplitude
d'oscillation est assez grande, la
cavitation peut apparaître quand
l'oscillation est négative (pression locale
au dessous de la pression de vapeur
saturante)( voir figure n°3). (JEAN-
PIERRE, et al., 2005)

I.4 Conséquences

Quelle qu'en soit son origine, la cavitation a deux principales conséquences :


- Les bulles de vapeur changent
complètement le comportement
hydrodynamique. La cavitation détruit
le rendement de l'hélice ou de la
pompe. L'énergie n'est plus transformé
en mouvement (par exemple), mais elle
reste dans l'engin (moteur, propulseur),
soit elle est diffusé sous forme
incontrôlé et donc probablement
nuisible (voir figure n°4) ;
(WIKIPEDIA, 2008)


- Le plus souvent la bulle de vapeur est transitoire : son apparition élimine
instantanément les conditions (dépression) qui lui ont donnée naissance. Il se produit
donc une implosion de la bulle. Cette dernière peut–être si violente que la pression et
la température, à l'intérieur de la bulle peuvent atteindre des valeurs très élevées
(plusieurs milliers de bars, plusieurs milliers de Kelvin). En implosant, la bulle peut
émettre une onde de choc dans le liquide, qui permet de casser des gouttes
(émulsification), ou briser des particules solides, ou encore de nettoyer ou éroder des
surfaces solides. (WIKIPEDIA, 2008)
Figure 3 : Fluctuation de la pression lors de
l’implosion d’une bulle. (BRENNEN, et al., 1995)
Figure 4 : Conséquence de la cavitation.
(WIKIPEDIA, 2008)
P
r
e
s
s
i
o
n

(
k
P
a
)


Temps (µs)
Chapitre I : Cavitation et modélisation
5

Simulation d’écoulement cavitant
C'est pourquoi le contrôle du phénomène de la
cavitation est essentiel en hydrodynamique, il
représente une limite, à cause de la perte du
rendement voir la destruction (des hélices, des
turbines) (voir figure n°4 et figure n°5). Pour la
plupart des concepteurs des machines hydrauliques,
la cavitation est un problème prépondérant.
Fréquemment, on commencera son étude afin de
l’éliminer.


La bonne compréhension du phénomène peut permettre de l'exploiter. De plus la densité
d'énergie ainsi atteint dans certaines bulles donne lieu à des réactions chimiques
inhabituellement, ce qu'on l'appelle "Sonochimie", et même dans certains cas l'émission de
lumière, phénomène sonoluminescence
1
(voir figure n°6).




Cependant, la cavitation est également utilisée dans quelques processus industriels pour
concentrer l'énergie sur de petites surfaces. À ces fins, des dispositifs ultrasoniques sont
souvent utilisés.

Les exemples de telles applications positives incluent :

- Le nettoyage des surfaces par des ultrasons ou avec les gicleurs cavitants,
- La dispersion des particules dans un milieu liquide,
- La production des émulsions,
- La limitation des débits dans des écoulements confinés dus au développement de
super-cavitation (voir section I.5).


1
La sonoluminescence est le phénomène par lequel des photons sont émis par des bulles de gaz.
Figure 5 : Dommage de cavitation sur la
lame d’une pompe. (BRENNEN, et al., 1995)
Figure 6 : Processus de sonoluminescence de gauche à droite (ANSWERS, 2008)
Chapitre I : Cavitation et modélisation
6

Simulation d’écoulement cavitant
I.5 Paramètres caractérisant la cavitation
Pour prévoir ce phénomène, on introduit les paramètres de cavitation suivant :

- Net Positive Suction head : (NPSH) est le supplément minimal de pression qu’il faut
ajouter à la pression de vapeur saturante P
v
, au niveau de l’entrée de la pompe, pour
que la pression à l’intérieur de celle-ci ne puisse être inférieure à P
v
. Le NPSH est
défini par la relation suivante :




- Indice de cavitation : (CI) est appliqué pour identifier les conditions d'écoulement,
lorsque la cavitation commence, cet indice permet d'établir la frontière entre
l'écoulement cavitant et non cavitant. C’est une caractérise de l’écoulement et du
liquide, il permet de déterminer quand la cavitation commencera ;


- Nombre de cavitation : (CN) il peut être défini comme étant paramètre décrivant la
nature de l'écoulement. Il est considéré comme paramètre interne de l'écoulement, qui
relit la chute de pression aux pressions statiques locales.
Un nombre critique peut marquer le commencement de la cavitation et permet la
classification des écoulements en tant que cavitant ou non cavitant.

Des diverses définitions du nombre de la cavitation ont été appliquées. Ainsi, la formulation
du CN dépend du domaine d’étude :

Cas d’une pompe




Cas d’un hydrofoil (voir figure n°7)




g
P
g
P
NPSH
v a
p p
+ = avec
P
a
: Pression à l’aspiration;
ρ, g : densité de fluide et gravité.
(I-1)

2
p
v a
V
P P
CN
p
÷
=
avec
P
a
: Pression à l’aspiration;
V
p
: Vitesse de la roue.
2
0
2
1
U
P gh P
CN
v
p
p ÷ +
= avec
P
0
: Pression à la surface;
U,h : Vitesse de l’écoulement et profondeur d’immersion.
Figure 7 : Hydrofoil
(BRENNEN, et al., 1995)
(I-2)

(I-3)

Chapitre I : Cavitation et modélisation
7

Simulation d’écoulement cavitant

La présente étude emploie la définition de BERGWERK, 1959 et appliqué par NURICK,
1976 et SOTERIOU, et al., 1995 :









Les études expérimentales de la cavitation réalisée au niveau des orifices et les injecteurs ont
révélé qu'il existe un rapport entre le nombre de cavitation CN et la région de la cavitation,
ceci à pour conséquence la classification des régimes d'écoulement de la cavitation (SATO,
2001) (STINEBRING, et al., 2001) :

- Sous-cavitation (CN < 2.0) ;
- Transition (2.0 <CN <4.0) ;
- Super-cavitation (CN >4.0).

La sous-cavitation, corresponde à une poche de vapeur de taille petite, alors que la super-
cavitation la taille de la poche est importante, elle permet dans certain cas l’atomisation totale
de la phase liquide. La super-cavitation est la résultante d’une chute de pression importante
entre la pression à l’amont P
1
et la pression à l’aval P
2
.

La figure traduit ces différents paramètres de la cavitation :










P
1
, P
2
: Pression à l’amont et à l’aval (voir figure n°8);
P
v
: Pression de vapeur saturante.
v
P P
P P
CN
÷
÷
=
2
2 1
avec (I-4)

Figure 9 : Classification de la cavitation en fonction de CN, L
cav
:
taille de la poche de vapeur.
écoulement
Figure 8 : Tube de Venturi
Chapitre I : Cavitation et modélisation
8

Simulation d’écoulement cavitant
I.6 Similitude de la cavitation et les effets des échelles

Lorsque le domaine d’étude est de taille petite, on aura un problème de visualisation de la
cavitation, ceci exige l'application de méthodes spéciales. Pour surmonter ceci, des mesures
théoriques sont appliquées, de sorte que de plus grands modèles puissent être employés. Les
résultats de ces expériences à grande échelle seront alors extrapolés afin de se rapprocher des
mesures réelles du domaine étudié. Ces mesures théoriques sont reconnues sous le nom de
similitude.

Les paramètres suivants s’avèrent significatifs dans la description de l’écoulement cavitant :
les densités et les coefficients de viscosité dynamique des phases liquide et vapeur ρ
l
, ρ
v
,

µ
l
et
µ
v
, coefficient de la tension superficielle σ, célérité du son dans le liquide c, échelle de
longueur de l’écoulement l

, pressions à l’amont et à l’aval P
1
et P
2
et l’échelle de vitesse de
l'écoulement v

(LECOFFRE, 1999). L’application de l’analyse adimensionnelle
(BATCHELOR, 1980) a induit aux groupes sans dimensions suivants :


- Nombre de cavitation, pour décrire l'intensité de la cavitation :




- Nombre de Reynolds, pour décrire les effets visqueux sur l'écoulement :



- Nombre de Weber, pour décrire l'effet de la tension superficielle :



- Nombre de Froude, pour décrire l'effet de la force de pesanteur :



- Nombre de Mach, pour décrire l'effet de compressibilité :

v
P P
P P
CN
÷
÷
=
2
2 1
l
l
u
p
· ·
=
 v
Re
o
p
· ·
=

2
v
l
We
·
·
=
 g
Fr
v
c
M
·
=
v
(I-4)
(I-5)

(I-6)
(I-7)

(I-8)

Chapitre I : Cavitation et modélisation
9

Simulation d’écoulement cavitant

- Coefficient de décharge, pour décrire l'effet de la dissipation visqueuse :




- Nombre de Strouhal, pour décrire l’instationnarité de l'écoulement, quand il peut être
caractérisé par mouvement périodique de fréquence normale F :




En ajoutant les rapports : ρ
l

v
et

µ
l

v
aux groupes adimensionnels, on aura l’équation de
similitude suivante :




Cette formulation décrit la similitude hydrodynamique et néglige l'échelle thermique dans
l'écoulement, toute en incluaient la géométrie et la structure diphasique.















) ( 2
v
2 1
2
P P
Cd
l
÷
=
·
p
·
·
=
v
F
Str
( ) 0 , / , / , , , , , Re, , =
v l v l
Str Cd M Fr We CN f u u p p
(I-9)

(I-10)

(I-11)

Sens d’écoulement
Poche de cavitation Poche de cavitation
a

b

Figure 10 : Cavitation sur un injecteur de dimension réelle (a) de ф = 0.176 mm et cavitation sur un
injecteur (b) de dimension 20 fois l’injecteur (a), pour CN = 5.5 et Re= 12600. (ARCOUMANIS, et al.,
2000)
Chapitre I : Cavitation et modélisation
10

Simulation d’écoulement cavitant
Lorsque la vitesse de l’écoulement est élevée, le privilège est au force d’inertie, les termes We
et Fr sont négligés dans l‘équation (I-11). Les études expérimentales des écoulements de
cavitation réalisées dans les injecteurs (BERGWERK, 1959) (NURICK, 1976) ont confirmé
que le nombre de cavitation CN et nombre de Reynolds sont les critères les plus importants
pour la similitude.

Les expériences ont prouvé que les écoulements réels n’obéissent pas toujours à des théories
classiques. La raison de ceci est les effets des échelles provoqués par la qualité du liquide (la
présence de gaz dissous dans le liquide, des particules…), défaut de la géométrie due à la
fabrication, la rugosité, écoulement particulier, mouvement turbulent. (BERGWERK, 1959)
(NURICK, 1976)

La qualité du liquide est associée à la présence des noyaux de cavitation. Ils peuvent être
décrits en utilisant la théorie des bulles dynamiques.

Les effets d’écoulement dépendent de la géométrie du domaine, du nombre de Reynolds et les
paramètres de mouvement turbulent (effet de la viscosité). Ils déterminent le régime de
l’écoulement (laminaire, turbulent, zone de recyclage…).
I.7 Qualité du liquide (Nucléation)

Beaucoup d'expériences ont montrés l'effet des nucléation sur CN. (BILLET, 1985) (ROOD,
1991) (GINDROZ, et al., 1997)

Dans la pratique, pour rendre deux écoulements cavitants semblables, on doit procéder à la
réduction des échelles liée à la qualité du liquide et la nature de la viscosité de l'écoulement.

Beaucoup d'observations ont montré que la cavitation se produit dans le liquide en bloc,
presque sur tout le liquide, (BRENNEN, et al., 1995) ou les bulles de vapeur-gaz fournissent
la force qui contribue au processus de la nucléation (voir figure n°11).

Dans n'importe quelle expérience ou application pratique la "rupture
2
", rupture de la phase
liquide, est engendrée typiquement par deux formes :

- Les mouvements thermiques dans le liquide forment temporairement des vides
microscopiques qui peuvent constituer les noyaux nécessaires pour la rupture et la
croissance macroscopique des bulles, c'est ce qu'on appelle nucléation homogène ;

2
Rupture : rupture de la phase liquide et enclenchement de la phase de vapeur.
Chapitre I : Cavitation et modélisation
11

Simulation d’écoulement cavitant
- Dans des situations pratiques on y'observe beaucoup des ruptures se produisent à la
frontière entre le liquide et les parois ou encore entre le liquide et de petites particules
suspendues dans le liquide. Quand la rupture se produit à des tels emplacements, on
parle alors de la nucléation hétérogène.





Dans les sections suivantes nous passons en revue brièvement la théorie de la nucléation
homogène et certains résultats expérimentaux conduits dans les systèmes très propres, aux
laboratoires, qui peuvent être comparés à la théorie.

En abordant le sujet de la nucléation homogène, il est important de se rappeler que le
traitement classique employant la théorie cinétique de liquide permet un seul type de rupture.
Les vides éphémères se produisent en raison des mouvements thermiques des molécules.
Dans n'importe quel vrai système (exemple : réseau hydraulique, pompe….) plusieurs autres
types de ruptures sont possibles. D'abord, il est possible que la nucléation puisse se produire à
la jonction de la frontière entre le liquide et les parois.

Les théories cinétiques ont été développées pour couvrir une telle nucléation hétérogène. Il est
important de se rappeler que la nucléation hétérogène pourrait également se produire sur les
petites particules (de taille sous-micro), expérimentalement il serait difficile de distinguer ce
de la nucléation homogène.

Une autre forme importante de rupture est la présence des microbulles de gaz, qui pourrait
être présente en crevasses (fissures) dans les parois, ou suspendu librement dans le liquide.
Dans l'eau, les microbulles d'air semblent persister presque indéfiniment et presque
impossible à les enlever complètement. Elles semblent résister à la dissolution, peut être en
raison de la contamination de leurs interfaces.

Figure 11 : Nucléation dans les boissons gazeuses (ANSWERS, 2008)
Chapitre I : Cavitation et modélisation
12

Simulation d’écoulement cavitant
R
n.P
B

n.2σ/R
n.P
P
P
B

Liquide
I.7.1 NUCLEATION HOMOGENE

L’étude de la nucléation homogène et la formation des vides de vapeur dans le corps d'un
liquide pur remontée au travail pilote de GIBBS (GIBBS, 1961). La théorie moderne de la
nucléation homogène revienne aux VOLMER, et al., 1926; FARKAS, 1927; BECKER, et al.,
1935; ZELDOVICH, 1943 et autres. Nous présentons dans ce qui suit une version simplifiée
de la théorie de la nucléation homogène.

Dans un liquide pur, la tension superficielle est la manifestation macroscopique des forces
intermoléculaires qui tendent à tenir des molécules ensembles et empêchent la formation des
grands vides.

Tension superficielle

A l’interface entre deux fluides, il existe des interactions
moléculaires, en général de répulsion : les milieux
n’étant pas miscibles, l’existence d’une force à la surface
de contact permet de séparer les deux fluides et éviter
leur imbrication ou leur mélange.

On appelle tension de surface ou tension capillaire cette
force surfacique permettant de maintenir deux fluides en
contact le long d’une interface commune. On la note σ et
elle a la dimension [Pa.m].

L’équilibre de la bulle, de rayon R et de pression interne
P
B
, au sein du milieu environnant qui est le liquide à la
pression P, est régi par l'équation (I-12) suivante :





Si la température, T, est uniforme et la bulle contient seulement la vapeur, alors la pression
intérieure de la bulle, P
B
, sera la pression de vapeur saturante P
v
(T).

Cependant, la pression du liquide, P = P
V
-2σ/R, devrait être moins que la pression de vapeur
saturante, P
v
(T), afin d'assurer l'état d'équilibre. En conséquence, si la pression du liquide est
maintenue à une valeur constante juste légèrement moins que "P
V
-2σ/R", la bulle se
développera, R augmentera, la dépression causera la croissance des bulles.
Figure 12 : Répartition des pressions
sur une bulle.

R
P P
B
o 2
= ÷
(I-12)

Chapitre I : Cavitation et modélisation
13

Simulation d’écoulement cavitant
I.7.2 NUCLEATION HETEROGENE

Dans le cas d'une nucléation homogène, nous avons considéré des vides microscopiques du
rayon R, qui se développe entraînant la rupture quand la pression du liquide est réduite au
dessus de la valeur critique " P
V
-2σ/R ".

Considérons maintenant un certains nombre des situations analogues des interfaces
solide/liquide (Figure n°4). L'angle du contacte entre le liquide/solide/vapeur est noté θ. Il suit
que la résistance à la traction dans le cas d'une surface hydrophobe plate est donnée par
2σsinθ /R ou R est la dimension maximale du vide. Par conséquence, en théorie, la résistance
à la traction peut être nulle dans la limite θ  π.

D'autre part, la résistance à la traction par une surface hydrophile est comparable à celle de la
nucléation homogène si bien sur les dimensions des vides sont comparables.

On a pu donc conclure que la présence d'une surface hydrophobe causerait la nucléation
hétérogène et réduit la résistance à la traction.

Naturellement, à l'échelle microscopique par laquelle nous sommes concernés, les surfaces ne
sont pas plates, ainsi nous devrons considérer les effets de la géométrie de la surface locale.















Bulle


Bulle
Bulle
Surface plate hydrophobe
θ > π/2
Surface plate hydrophile
θ < π/2
Figure 13 : Différent type de cavitation ( à gauche nucléation hétérogène et
et à droite homogène).
Chapitre I : Cavitation et modélisation
14

Simulation d’écoulement cavitant
I.8 Mise en équations
I.8.1 MODÈLE À DEUX PHASES SÉPARÉES

Le modèle à deux phases séparées, se caractérise par le fait que les deux phases sont
présentes au même endroit spatio-temporel, ainsi il se peut qu’il y ait différence de vitesse et
de température entre les deux phases, c'est-à-dire qu’ils ne sont pas en équilibre. Ce modèle
est habituellement appliqué pour la simulation des écoulements séparés et non équilibré. De
plus, la validation des rapports de fermetures pour ce modèle est difficile en raison du manque
de l’information expérimentale sur la cavitation.

I.8.2 MODELE A MELANGE HOMOGENE

Des innovations significatives ont étés réalisé récemment dans le développement du modèle à
mélange homogène pour la simulation, en tridimensionnelle et en transitoire, les écoulements
cavitants. (CHEN, et al., 1995)

Un concept alternatif pour la modélisation des écoulements cavitants est l’approche de simple
fluide à mélange homogène, ou l’ensemble des lois de conservation est appliqué à un seul
fluide. Ce modèle suppose que les deux phases sont uniformes et bien mélanger et la frontière
interphase peut être identifié dans l’écoulement. De ce fait, notre étude sera basée sur ce
modèle.

Les mesures des écoulements cavitants dans des petits domaines (capillaire sanguins, orifice
d’injecteur…) sont difficiles en raison des dimensions, car on ne dispose pas de nos jours des
équipements permettant les mesures pour ces petites dimensions (de l’ordre de 0.1 mm).

Les modèles numériques offrent des moyens alternatifs pour l’étude du phénomène de la
cavitation, ainsi des études expérimentales ont indiqué que les effets des échelles peuvent être
inclues dans les méthodes numériques (voir chapitre n°III).

Récemment, un progrès a été accompli dans le développement des modèles numériques pour
les écoulements cavitants. Bien que les modèles puissent différer en termes de réalisation (en
utilisant l’approche multi-fluide, fluide homogène, Eulérienne
3
, Lagrangienne
4
…).

3
Approche Eulérienne : consiste à se placer en un point fixe du milieu de l'étude et à observer les modifications des
propriétés du fluide qui défile en ce point.
4
Approche Lagrangienne : consiste à observer les modifications des propriétés d'une particule fluide que l'on suit dans son
mouvement.
Chapitre I : Cavitation et modélisation
15

Simulation d’écoulement cavitant
La modélisation des écoulements diphasiques
5
se base essentiellement sur les deux concepts
suivants :

- Le concept interpenetrating continua ;
- Le concept non-interpenetrating continua.

Le concept non-interpenetrating continua : décrire les écoulements diphasiques avec une
interface bien définie entre les deux phases vapeur et liquide. Plusieurs concepts techniques
pour le calcul numérique ont été conçus, cependant, ces méthodes n’ont pas été largement
adoptées pour le calcul des structures tridimensionnelles de la cavitation.

Le concept interpenetrating continua : ce concept utilise une approche de volume moyen de
la fraction de phase pour un endroit spatio-temporel dans l’écoulement. Beaucoup de modèles
développés en littérature sont basés sur ce concept.

I.8.3 MODELE APPROUVE (MELANGE HOMOGENE)

Ce modèle permet l’application des équations de conservations pour le mélange, sans
augmenter le coût informatique dû à l’augmentation de nombre d’équation tout en appliquant
le concept d’écoulement diphasique.

Ce modèle se base sur certains critères qui sont :
- Assume que les phases sont dans l’équilibre thermique ;

- Adopte le concept interpenetrating continua, dans les propriétés du mélange sont
fortement affectées par le champ de pression ;

- Les effets de la tension superficielle et le glissement entre les deux phases sont
négligés ;

- Le taux d’évaporation et le taux de condensation sont gouvernés par la différence de
pression entre le liquide et vapeur ;

- Dans la phase vapeur, la pression est égale à la pression critique P
cr
, sera traité dans
chapitre n°II, pour une température donnée.


5
Diphasique est le domaine de la mécanique des fluides (gaz ou liquide) qui consiste à étudier ce qu'il se passe lorsque l'on a
affaire à deux fluides qui s'écoulent ensemble.
Chapitre I : Cavitation et modélisation
16

Simulation d’écoulement cavitant
I.8.3.1 LES EQUATIONS DU MELANGE

Les propriétés physiques du mélange sont en fonction du paramètre appelé dans notre cas
fraction volumique noté α. De nombreux auteurs à savoir YUAN, et al., 2001; SAUER, J.
(2001) ; SCHNERR, G.H. (2001) utilisent les relations linéaires suivantes :

I.8.3.2 DENSITE



avec :

I.8.3.3 VISCOSITE

avec :

I.8.3.4 EQUATIONS DE CONSERVATIONS DE MELANGE

Les équations de conservation de la masse, de la quantité de mouvement, et de l’énergie, ainsi
que l’équation de bilan de l’entropie, constituent les équations de base de la mécanique et de
la thermodynamique, régissant l’équilibre du fluide en écoulement diphasique. Leurs formes
locales peuvent être représentées par l’équation paramétrée suivante :





ρ : densité du mélange;
α : fraction volumique de la phase vapeur [0..1];
ρ
v
: densité de la phase vapeur;
ρ
l
: densité de la phase liquide.
µ
: viscosité dynamique du mélange (Pa.s);
µv
: viscosité dynamique de la phase vapeur (Pa.s) ;
µl
: viscosité dynamique de la phase liquide (Pa.s) ;
l v
p o op p ) 1 ( ÷ + =
(I-13)

l v
u o ou u ) 1 ( ÷ + =
(I-14)

( )
in ex
J v
t
pm pm pv
pv
+ + + ÷V =
c
c
) .(
(I-15)
Chapitre I : Cavitation et modélisation
17

Simulation d’écoulement cavitant
Le tableau (1) donne les expressions de ψ
6
, J
7
, φ
ex
8
, φ
in
9
correspondant à chaque équation de
conservation :
Tableau 1 : Équations de conservations
Grandeurs ψ J φ
ex
φ
in
ID
Masse 1 0 0 0 (I-16)
Quantité du mouvement − 0 (I-17)
Energie cinétique
2
2 − . ∇. −: I-18)
Energie interne −∇. +: (I-19)
Energie
2
2 + − . + + 0 (I-20)
Entropie / /

≥ 0 (I-21)



I.8.3.5 MODELE DE FERMETURE

En introduisant, le paramètre α aux équations hydrodynamiques, il en résulte une inconnue,
les modèles de fermeture permettent de calculer ce paramètre.

La classification des modèles de fermeture des équations (I-13) et (I-14) est en fonction des
types d’équations employées, à savoir algébrique ou différentielle.
Au totale on compte trois principaux modèles de fermeture à savoir :

- Modèle d’équation d’état ;
- Modèle d’équation de transport avec terme source artificiel ;
- Modèle de Rayleigh-Plesset.

Remarque, généralement ces modèles sont liés entre eux, c'est-à-dire par exemple il se peut
que le modèle de l’équation de transport incorpore le modèle de Rayleigh-Plesset.

6
Terme du flux convectif ;
7
Terme du flux diffusif ;
8
Terme des échanges extérieurs ;
9
Terme des échanges intérieurs.
10
En thermodynamique, l'entropie est une fonction d'état introduite en 1865 par Rudolf Clausius dans le cadre du second
principe, elle se traduit comme une mesure de l'homogénéité du système.
: composant de la vitesse ; : flux de chaleur ;
: composante de pression; : rayonnement ;
: tenseur unitaire ; : vitesse de déformation ;
: tenseur de contrainte ; : entropie
10
;
: force ; : composante de la température ;
: énergie intérieure ;

: taux de production d’entropie par unité de
masse.
Chapitre I : Cavitation et modélisation
18

Simulation d’écoulement cavitant
Dans ce qui suit nous essayerons d’illustré une comparaison entre ces modèles. Tout d’abord
nous allons définir quelques définitions des deux termes qui sont les clés et les bases des
formulations de ces modèles :

Approche barotropique : fluide barotropique, pour lequel la variation de la pression ne
dépend que de la variation de la densité, P=f(ρ) ;

Approche baroclinique : fluide baroclinique .Dans ce cas la variation de la pression est en
fonction de la densité et de la température (ou bien d’un terme source).

Le tableau (2) permet une comparaison de ces types de modèles.

Tableau 2 : Modèles de cavitation
Phénomènes Équation d’état
Équation du
transport avec terme
source
Équation de
Rayleigh-Plesset
Type d’équation Algébrique Différentielle Différentielle
Approche du modèle Barotropique Baroclinique Baroclinique
transition entre les deux phases Equilibre des
phases
Pas d’équilibre Pas d’équilibre
Effet de la nucléation N’est pas décrit Décrit Décrit

Ces modèles seront traités individuellement dans le chapitre n°II.

I.9 Conclusion
La modélisation des écoulements cavitants est basée sur des concepts et techniques qui sont
en fonction du cas d’étude, la disponibilité des équipements et des outils.

Chapitre II : Mise en équations et résolutions
19

Simulation d’écoulement cavitant
CHAPITRE II : MISE EN EQUATIONS ET RESOLUTIONS
II.1 Introduction
Comme nous l’avons cité dans la section I.8.3 la fermeture des équations (I-13) et (I-14)
nécessite bien une équation permettant ainsi le calcule de la variable α, fraction volumique de
la phase vapeur. Nous essayerons dans ce qui suit d’illustré ces modèles.

II.2 Equation d’état
Les modèles algébriques assurent un effet instantané de la pression local sur la densité du
mélange.
Certains auteurs ont développés des équations en se basant sur ce modèle, le tableau (3)
dévoile quelques équations :

Tableau 3 : Equations d’état pour le domaine diphasique utilisées dans les modèles du mélange
Équation d’état Auteurs ID

= ( −

) (CHEN, et al., 1996) (II-1)
=
( +

)
− +

+ ( +

)
(IKOHAGI, et al., 1994) (II-2)
=

+ ∆ +

(DELANNOY, et al., 1990) (II-3)
P = P
l,s
+
ρ
v
− ρ
l
ρ
v
ρ
l
+
1
ρ
l
C
l

−2

v
C
v

−2
log
ρC
m
ρ
l
C
l

2
(SCHMIDT, et al., 2001) (II-4)

Nous essayerons de présenter les différentes étapes qui ont engendré l’équation (II-4), tout
d’abord en simplifiant l’équation d’énergie, SCHMIDT et al., 1997 ont obtenus l’équation
barotropique suivante :





Pour le modèle de mélange homogène, la célérité du son peut être calculé à partir du modèle
suivant (MINNAERT, 1933 ; WALLIS, 1969) :
C
m
: célérité du son (m/s) dans le mélange.
Dt
DP
Dt
D
C
m
=
p
(II-5)
)
avec
Chapitre II : Mise en équations et résolutions
20

Simulation d’écoulement cavitant

avec :

L’intégration de cette équation (II-6) produit le rapport de pression-densité qui gère les
modèles algébriques de la cavitation (SCHMIDT, et al., 1999; SCHMIDT, et al., 2001; QIN,
2001; DUMONT, et al., 2001) :





avec :

En considérant que les densités et les célérités du son des phases liquide et vapeur des
constantes, l’équation (II-4) permet de déterminer la densité du mélange (p) à partir de la
pression, ainsi la fraction volumique de la phase vapeur α.

L’avantage de l’équation algébrique c’est qu’il est explicite, ces modèles ont été développés
pour la simulation des écoulements avec des bulles homogènes. L’inconvénient c’est qu’elle
ne peut pas décrire les effets de la qualité du liquide dans les écoulements cavitants.
II.3 Equation de transport
L’équation de transport de la fraction volumique de la phase vapeur, α, avec un terme source
est définie ci-dessous :




Le terme source S
α
est en fonction de la propriété du mélange du fluide et de la phase de
transition (évaporation /condensation).

Beaucoup d’Auteurs ont développé des termes sources (nous les citerons ultérieurement), afin
d’assurer une comparaison entre ces termes on a recourt à la transformation de l’équation du
transport (II-7) en forme adimensionnelle, l’équation est comme suit :


C
v
: célérité du son (m/s) dans la phase vapeur ;
C
l
: célérité du son (m/s) dans la phase liquide ;
P
l,s
: pression de vapeur saturante.
|
|
.
|

\
| ÷
+ =
c
c
=
2 2
1 1
l l v v m
C C P C p
o
p
o
p
p
(II-6)

(II-4)

( )
( )
o
o
o
S
x
v
t
j
j
~
~
~
~
=
c
c
+
c
c
(II-8)
)
( ) ( )
|
|
.
|

\
|

+
+
÷
+ =
÷ ÷
2
2 2 ,
log
1
) (
l l
m
v v l l l v
l v
s l
C
C
C C
P P
p
p
p p p p
p p
p
( )
( )
o
o p
o p
S
x
v
t
j
j v
v
=
c
c
+
c
c (II-7)

Chapitre II : Mise en équations et résolutions
21

Simulation d’écoulement cavitant


Le détail de la transformation (II-7II-8) est comme suit :



avec t

et ℓ

respectivement échelle du temps et de longueur.
On remplace les termes (II-9) dans l’équation (II-7) est en multiplie par (ρ
v
)
-1
, on obtient :





L’équation (II-8) n’est pas généralement appliqué dans les calcules, car elle estompe les
échelles hydrodynamique.

II.3.1 LES MODELES DES TERMES SOURCES
II.3.1.1 MODELES DES TERMES SOURCES AVEC UNE EQUATION
II.3.1.1.1 MODELE DE CHEN ET HEISTER (1995)

Ce modèle est suggéré par CHEN et HEISTER (1995) pour l’équation (II-8) :





avec :

C
: constante empirique adimensionnelle ;
P
v

: pression de vapeur ;
u

: échelle de vitesse d’écoulement.


CHEN et HEISTER (1995) ont souligné qu’avec une grande valeur de la constante « C », on
aura comme conséquence une variation rapide de la densité du mélange lorsqu’on a une petite
variation de la pression locale. Alors pour une valeur de cette constante petite l’écoulement du
mélange se comporte comme équilibré (les deux phases sont en équilibre).

II.3.1.1.2 MODELE D’ALAJBEGOVIC ET AL. (1999)

Pour appliquer les interactions entre les phases dans les écoulements cavitants, une approche
multiphasique a été appliquée. Le terme source de l’équation (II-8) est calculé à partir de la
corrélation suivante :
·
·
· ·
= = =
 
t
u u
x
x
t
t
t
j j
~
;
~
;
~
(II-9)

( )
( )
o
o
p
o
o
S
t S
x
v
t
v j
j
~
~
~
~
= =
c
c
+
c
c
·
(II-8)

2
2
) (
~
·
÷
÷
=
u
P P
C S
l
v
v l
l
p
p p p
p
o (II-10)

Chapitre II : Mise en équations et résolutions
22

Simulation d’écoulement cavitant



avec

n
B
: la densité volumique, le nombre des bulles cavitants dans le liquide (m
-3
);
R : rayon de la bulle lié à la fraction du volume de la phase vapeur, donné par la formule
(II-12) ;



Le taux de croissance / d’effondrement de la bulle a été calculé selon le modèle de Rayleigh
(voir section II.4). La densité volumique, n
B
, a été modélisée comme suit :





avec n
0
la densité volumique initiale dans le liquide (n
0
=10
12
bulles/m
3
, d’après (FUJIMOTO,
et al., 1994).

En substituant les équations (II-12) et (II-13) dans l’équation (II-11), le terme source sera
exprimé en fonction de α.




avec





II.3.1.1.3 MODELE DE YUAN ET AL. (2001)

Dans ce modèle, YUAN et al. (2001), l’évaporation et la condensation se produisissent dans
les bulles sphériques dans le liquide. Le terme source pour l’équation (II-8) est :



avec


= n
0
si α < 0.5 ;
n
B



= 1+2(n
0
-1)(1- α) si α > 0.5 ;
dt
dR
R n S
B v
2
4
~
t p
o
=
(II-11)

3
3
4
R n
B
t o = (II-12)

(II-13)

2
) (
~
2
·
·
÷
=
u
P P
f C l S
l
v
A ev
p
o
o
(II-14)

( )
3
0
0
3
4
3
/ ) (
3
2
3
1
n C
n n f
ev
B A
t
o o
=
=
(II-15)

(II-16)

2
) (
~
2
·
÷
=
·
u
P P
Cf l S
l
v
p
o
o
(II-17)
( )
) , , , (
1 ) (
3
2
3
4
R n f C
f
l v
p p
o o o
=
÷ =
(II-18)
(II-19)


Chapitre II : Mise en équations et résolutions
23

Simulation d’écoulement cavitant
Ce modèle suppose que le nombre de densité des bulles cavitantes est un paramètre intégré de
l’écoulement n=constante. La taille initiale des bulles R
0
est également considérée comme
paramètre de ce modèle.

« R
0
» et « n » peuvent décrire les noyaux (la nucléation, effet de la qualité de liquide) et ses
effets sur l’écoulement cavitant.

Puisque la qualité du liquide peut changer d’un liquide à un autre, les valeurs de ces deux
paramètres citées ci-dessus ne sont pas uniques.

II.3.1.2 MODELES DES TERMES SOURCES AVEC DEUX EQUATIONS
II.3.1.2.1 MODELE DE KUNZ ET AL. (2000)

KUNZ, et al. (2000) ont utilisé différente équations pour l’évaporation et la condensation








avec C
ev
et C
co
des constantes.

Les équations (II-20) et (II-21) ont été appliquées pour la simulation des poches de cavitation
dans les écoulements autour d’un corps cylindrique (ROUSE, et al., 1948), pour les aubes des
pompes centrifuges, les tubes du venturi (STUTZ, et al., 1997). Pour converger vers les
données expérimentales, les paramètres de la cavitation, C
ev
et C
co
, doivent être ajusté. Ainsi
dans la version originale KUNZ, et al. (2000) ont employés C
ev
= C
co
=100 dans les
écoulements cavitants autour d’un corps cylindrique. Plus tard, pour le même type
d’écoulement, LINDAU, et al., 2001 ont appliqués
C
ev
=10
5
;C
co
=1.
II.3.1.2.2 MODELE D’AHUJA ET AL. (2001)

Les taux d’évaporation et de condensation tous les deux ont été approximés par une fonction
linéaire de pression.




pour P > P
v

2
) 1 (
~
o o
o
÷ =
co
C S
2
) 1 (
~
2
·
÷
÷ =
u
P P
C S
l
v
ev
p
o
o
pour P < P
v
(II-20)
(II-21)
2
) 1 (
~
2
·
÷
÷ =
u
P P
C S
l
v
v
l
ev
p p
p
o
o
pour P < P
v


pour P > P
v

2
~
2
·
÷
=
u
P P
C S
l
v
co
p
o
o
(II-22)
(II-23)
)
Chapitre II : Mise en équations et résolutions
24

Simulation d’écoulement cavitant
avec C
ev
= C
co
=1000.

Ces valeurs sont ajustables en fonction des données expérimentales, paramètres du calage, en
régime permanent pour la poche de cavitation autour d’un corps cylindrique (ROUSE, et al.,
1948). Le modèle de turbulence est k-ε pour Re petit.

II.3.1.2.3 MODELE DE SINGHAL ET AL. (2002)

Le modèle de terme source suggéré par SINGHAL, et al. (2002) peut être représenté sous
cette forme :







avec :

v

: échelle de vitesse ;
P
cr
: pression critique, pression séparant le liquide et le vapeur

Les valeurs des paramètres de ce modèle recommandé :

C
ev
= 0.02 m
2
s/Kg ;
C
co
= 0.01 m
2
s/Kg .

La pression critique dans les équations (II-24) et (II-25) tient compte de l’effet de la pression
turbulente avec :




II.3.2 COMPARAISON DES MODELES DE TERME SOURCE

On procède à une comparaison des différent modèles de terme source cités dans les sections
II.3.1.1 et II.3.1.2. Au niveau de la condensation, tous à moins le modèle de KUNZ, et al.
(2000) considérent l’effet de la gouvernance de la pression locale sur la formation et la
destruction du vapeur.Dans la formulation adimentionel cet effet est décrit par le paramètre
locale suivant :

pour P > P
cr

pour P < P
cr

(II-24)

(II-25)

k P P
v cr
p
2
39 . 0
+ =
(II-26)

2
2
·
÷
= H
u
P P
l
v
p (II-27)

( )
l
cr l
ev
P P
t v C S
p
o
p
p
o
÷
÷ =
· ·
3
2
1
~
2
2
l
cr l
co
P P
t v C S
p
o
p
p
o
÷
÷ =
· ·
3
2 ~
2
2
Chapitre II : Mise en équations et résolutions
25

Simulation d’écoulement cavitant
Ce qui peut être exprimé en terme CN (voir équation I-4) de la cavitation :








Remplaçant l’équation (II-29) dans l’équation (II-27) :



avec :




La figure (5), visualise le terme source pour différent modèle :



1,0E+00
1,0E+01
1,0E+02
1,0E+03
1,0E+04
1,0E+05
1,0E+06
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
α
Taux d'évaporation
ALAJBEGOVIC et al. (1999)
YUAN et al. (2001)
KUNZ et al. (2000)
AHUJA et al. (2001)
SINGHAL et al. (2002)
1,0E-02
1,0E-01
1,0E+00
1,0E+01
1,0E+02
1,0E+03
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
α
Taux de condensation
CN
p
1
~
÷ ÷ = H
(II-28)

l
P P
u
p
) ( 2
2 1
÷
=
·
(II-29)

CN
p
P P
P P P P
v
1
~
2 1
2 2
÷ ÷ =
÷
÷ + ÷
= H
(II-28)

2 1
2 ~
P P
P P
p
÷
÷
= (II-30)

o
S
~
o
S
~
Figure 14 : Taux d’évaporation et de condensation en fonction de fraction volumique α pour les
différents modèles de termes source avec u

=100 m/s, échelle de longueur l

1mm

et = .
Chapitre II : Mise en équations et résolutions
26

Simulation d’écoulement cavitant
La figure (14) montre le taux d’évaporation et de condensation calculés à partir des différents
modèles de terme source pour les mêmes paramètres. Les modèles développés par KUNZ, et
al. (2000); ALAJBEGOVIC, et al. (1999) et YUAN, et al. (2001) peuvent prévoir la
cavitation sur une gamme limité des paramètres d’écoulement. En même temps, les modèles
d’ AHUJA, et al. (2001) et SINGHAL, et al. ( 2002) produisent des termes sources d’ordre de
grandeur plus grand si on les compares aux autre modéles.

Tous les termes de l’équation du transport passées en revue sont basées sur le modèle de
cavitation empirique à un certain degré et exige la justification des lois de condensation et
d’évaporation qu’elles emploient.
II.4 Equation de RAYLEIGH-PLESSET

Les modèles de l’équation du transport de la cavitation suggéré par ALAJBEGOVIC, et al.(
1999) et YUAN, et al.( 2001) utilisent le modèl de RAYLEIGH-PLESSET (équation II-31).
Ce modèle décrit le cas de la limitation de la croissance d’une bulle sphérique dans un liquide
sous une variation de la pression environnante.

Pour expliquer les effets de l’inertie, viscosité, la tension superficielle du liquide et la
compressibilité du gaz-vapeur, l’équation de RAYLEIGH-PLESSET peut étre appliquée
(BRENNEN, et al., 1995) :




avec :

P
B
: pression à l'intérieur de la bulle (voir figure 12);
P : pression du liquide;
R : rayon de la bulle ;
μ
l
: viscosité dynamique du liquide ;
σ : tension superficielle du liquide (voir I.7.1).



R dt
dR
R dt
dR
dt
R d
R
t P t P
l
l
l
B
p
o u
p
2 4
2
3 ) ( ) (
2
2
2
+ +
|
.
|

\
|
+ =
÷
(II-31)

Chapitre II : Mise en équations et résolutions
27

Simulation d’écoulement cavitant
La démonstration de l’équation de RAYLEIGH-PLESSET (BRENNEN, et al., 1995) est
comme suit :












avec :

P
B
(t) : pression à l'intérieur de la bulle (voir figure 12);
T
B
(t) : température à l'intérieur de la bulle;
R(t) : rayon de la bulle ;
r : distance entre u point du liquide et la bulle ;
P(r,t) : pression locale du liquide ;
T(r,t) : température local du liquide ;
u(r,t) : vitesse de l’écoulement.

La conservation de la masse du liquide (l’équation I-16) requière que :




ou F(t) est relié à R(t) par la cinétique de la condition limite de la surface de la bulle, pour
r =R on aura :




et ainsi :




Si assume l’évaporation et la condensation au niveau de la bulle, le taux de volume de
production de vapeur doit être égale au taux d’augmentation de la taille de la bulle,
4πR
2
dR/dt, et donc le taux de masse d’évaporation est :



avec ρ
v
(T
B
) la densité de vapeur pour une température donnée.
Figure 15 : Croissance et effondrement d’une bulle sphérique.
2
) (
) , (
r
t F
t r u =
(II-32)
dt
dR
t R u = ) , (
(II-33)
dt
dR
R t F
2
) ( =
(II-34)
dt
dR
R T
B v
2
4 ) ( t p
(II-35)
Chapitre II : Mise en équations et résolutions
28

Simulation d’écoulement cavitant
Si considère la vitesse au niveau de l’interface de la bulle l’équation (II-36) sera écrite comme
suite :





et

Dans le cas générale ρ
v
(T
B
) < ρ
l
(T) ; soit ce liquide newtonien et ρ
l
(T) =constante, l’équation
de la quantité du mouvement est comme suit :




Remplaçant u par u=F(t)/r
2
équation (II-32) :




On remarque la disparation du terme de viscosité. L’intégration de l’équation (II-39) donne :



Si on considère les pressions exercées sur la surface de la bulle (voir figure 12) multiplié par
ρ
l
-1
, on aura :



Le terme
4

traduit la répartition de la pression sur la surface de la bulle en fonction de son
évolution.

En combinant les équations (II-40) et (II-41), et en remplaçant par l’équation (II-33) on obtient
l’équation de RAYLEIGH-PLESSET :






L’équation de RAYLEIGH-PLESSET (II-31) a été employée pendant longtemps pour
incorporer les effets de la bulle dynamique dans les modèles unidimensionnelle pour les
écoulements cavitants. Récemment la progression des vitesses des processeurs et l’extension
|
|
.
|

\
|
÷ = ÷ =
l
B v
l
B v
T
dt
dR
dt
dR T
dt
dR
t R u
p
p
p
p ) (
1
) (
) , (
(II-36)
dt
dR
R
T
t F
l
B v 2
) (
1 ) (
|
|
.
|

\
|
÷ =
p
p
(II-37)

÷
|
.
|

\
|
c
c
c
c
÷
c
c
+
c
c
=
c
c
÷
2
2
2
2 1 1
r
u
r
u
r
r r r
u
u
t
u
r
P
l
l
v
p
(II-38)
5
2
2
2 1 1
r
F
dt
dF
r r
P
l
÷ =
c
c
÷
p
(II-39)
4
2
2
1
r
F
dt
dF
r
P P
l
B
÷ =
÷
p
(II-40)
R dt
dR
R
P P
l
l
l
B
p
o u
p
2 4
÷ =
÷
(II-41)
R dt
dR
R dt
dR
dt
R d
R
t P t P
l
l
l
B
p
o u
p
2 4
2
3 ) ( ) (
2
2
2
+ +
|
.
|

\
|
+ =
÷
(II-31)
Chapitre II : Mise en équations et résolutions
29

Simulation d’écoulement cavitant
des mémoires offre l’utilisation de cette équation en deux dimensions et même en trois
dimensions (KUBOTA, et al., 1990; CHEN, et al., 1996).

Nous citons dans ce qui suit deux modèles des équations de fermeture employant l’équation
de RAYLEIGH-PLESSET.

II.4.1 MODELE DE CHEN ET HEISTER (1996)

Le modèle développé par CHEN et HEISTER (1996) utilise le concept de fraction volumique,
α, qui est calculé à partir de l’équation (II-12), il assume la présence des noyaux de bulles du
rayon R et de densité n
B
similaire aux modèles de ALAJBEGOVIC, et al.( 1999) et YUAN, et
al. (2001). Les analyses de CHEN et HEISTER (1996) ont eu comme conséquence l’équation
suivante :



avec :

: voir les équations (II-9) et (II-27) ;
: échelle de longueur de la cavitation, elle peut être calculée par l’équation
suivante :




n : densité des bulles par unité de volume ;
Les fonctions f
1
(α) et f
2
(α) sont définis comme suit :






II.4.2 MODELE DE KUBOTA ET AL. (1990), GIANNADAKIS ET AL. (2004)

Ce modèle est un modèle avancé de la cavitation, il utilise l’équation de la bulle dynamique
avec un rayon R et nombre de densité n dérivé par KUBOTA, et al. (1990).



2
2 1
2
2
2
~
) ( ) (
~
|
.
|

\
|
÷ H
|
|
.
|

\
|
=
·
t D
D
f f
t D
D
cav
o
o o
o


(II-42)

H
·
et t  ,
~
cav

3
3
4
n
cav
t =  (II-43)

) 1 )( 2 ( 6
4 1
) 1 ( 6
1 11
) (
) 1 )( 2 (
) 1 ( 6
) (
3
2
3
1
3
1
3
2
3
2
3
1
3
1
3
2
3
1
3
1
3
2
3
1
3
1
2
2
1
o o o o
o o
o o
o o o
o
o o
o o o
o
+ + +
+ +
÷
÷
÷ ÷ ÷
=
÷ +
+ +
=
f
f
(II-44)

|
|
.
|

\
|
|
.
|

\
|
+ + A ÷
|
.
|

\
|
+ ÷ ÷
÷
=
|
.
|

\
|
+
2
2
2
2
2 2
3
0
2
2
2
2 2
2 4
2
3
dt
dR
nR R
dt
dR
dt
dn
dt
R d
nR r
R
R
P
R dt
dR
R
P P
dt
dR
dt
R d
R
g
B
t
p p
o v
p
¸
(II-45)

Chapitre II : Mise en équations et résolutions
30

Simulation d’écoulement cavitant
avec :

P
g
: pression du gaz à l'intérieur de la bulle (voir figure 12);
R
0
: rayon initial de la bulle;
γ : exposant polytrophique.

Le dernier terme simule la dynamique de la bulle sur des échelles sous la grille de maillage.

Ce dispositif devient utile en utilisant des mailles brutes, ou la pression est partagée entre
plusieurs bulles dans une cellule informatique.


Après avoir passé en revue les différents modèles de fermetures (équation d’état, équation de
transport et équation de Rayleigh-Plesset), nous optons pour le second modèle qui est
l’équation du transport. Ce choix est en fonction de plusieurs critères, le premier la disposition
des formulations mathématiques des équations, le second l’implantation de l’équation de
transport dans les bibliothèques des CFD.
II.5 Choix du terme source approprié

D’après la figure 14, les modèles de terme sources les plus prédicatrices des taux
d’évaporation et de condensation sont celle de ALAJBEGOVIC, et al. (1999) et YUAN, et al.
(2001) .On essayera dans ce qui suit de comparer ces deux modèles, puisque ces deux
modèles sont semblables on s’intéressera au terme de fraction volumique :

Si on compare ces deux modèles, on remarque que la seule différence est la fonction de la
fraction volumique. On trace ces deux fonctions en fonction de la fraction volumique (voir
figure 16).


ALAJBEGOVIC, et al. (1999) YUAN, et al. (2001)




( )
3
2
3
1
0
/ ) ( o o n n f
B A
=

(II-15) ( )
3
2
3
4
1 ) ( o o o ÷ = f (II-18)
2
) (
~
2
·
·
÷
=
u
P P
f C l S
l
v
A ev
p
o
o
2
) (
~
2
·
÷
=
·
u
P P
Cf l S
l
v
p
o
o
Chapitre II : Mise en équations et résolutions
31

Simulation d’écoulement cavitant



















Cette figure permet la visualisation le comportement des fonctions volumiques, il est claire
que le modèle de YUAN, et al. (2001) est moin sensible au niveau de la variation par rapport
à l’autre, de plus sa fonction est non conditionnel, c'est-à-dire calculable quelque soit la valeur
de fraction volumique, après discusion, on a adopté le modèle de YUAN, et al. (2001) comme
étant le terme source de l’équation du transport.
II.6 Etablissement du Modèle

Comme il a été indiqué dans la section précédente, l’équation de fermeture des équations
(I-13) et (I-14) est l’équation du transport avec le terme source de YUAN, et al. (2001).Il est
impératif pour l’utilisation de ce modèle qu’il soit bien formulé pour pouvoir l’introduire dans
le code CFD. L’aboutissement à ce modèle peut être représenté par le parcours suivant :

La définition de la fraction volumique est celle de SCHNERR, et al. (2001) :






0,0E+00
1,0E-01
2,0E-01
3,0E-01
4,0E-01
5,0E-01
6,0E-01
7,0E-01
8,0E-01
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
f(α)
α
Comparaison des deux modèles
ALAJBEGOVIC et al. (1999)
YUAN et al. (2001)
Figure 16 : Confrontation des fonctions de fraction volumique.
3
3
3
4
1
3
4
nR
nR
t
t
o
+
=
(II-46)

Chapitre II : Mise en équations et résolutions
32

Simulation d’écoulement cavitant
avec :

R : rayon de la bulle (m) (voir figure 12);
n : densité des bulles par unité de volume (m
-3
);

Le taux de production de fraction volumique du vapeur est donnée par la dérivé de α :






Afin de faire face à la difficulté numérique du à la variation brutale de la densité entre le
liquide et la vapeur, SCHNERR, et al.( 2001) on reformulé l’équation de continuité du
mélange (I-16) :







Si on dérive l’équation de la densité du mélange (I-13) par rapport à α on aura :




En remplaçant la dérivée de l’équation de la densité du mélange (II-50) dans l’équation
(II-49) on obtient :




L’éqaution du transport de fraction volumique α est comme suit :




En remplçant les équations (II-47) et(II-51) dans l’équation (II-52) :




Le terme source de cette équation est :
dt
dR
nR
nR
dt
dR
nR
nR
dt
dR
nR
nR
dt
dR
dR
d
dt
d
3
2
3
2
3
2
3
4
1
4
) 1 (
3
4
1
4
3
4
1
4
t
t
o
t
t o
t
t o o
+
÷ =
+
÷
+
= = (II-47)

dt
d
x
v
t x
v
x
v
x
v
t x
v
t
j
j
j
j
j
j
j
j
j
j
p
p
p p
p
p
p
p
p
p
1 1
0 0
÷ =
|
|
.
|

\
|
c
c
+
c
c
÷ =
c
c
=
c
c
+
c
c
+
c
c
¬ =
c
c
+
c
c
(II-48)

(II-49)
l v
d
d
p p
o
p
÷ =
(II-50)

dt
d
dt
d
d
d
x
v
l v
j
j
o
p
p p o
o
p
p
) ( 1 ÷
÷ = ÷ =
c
c
(II-51)
( )
j
j
j
j
j
j
j
j
x
v
dt
d
x
v
x
v
t x
v
t c
c
+ =
c
c
+
c
c
+
c
c
=
c
c
+
c
c
o
o
o
o o
o
o
(II-52)
( )
dt
dR
nR
nR
x
v
t
l
j
j
3
2
3
4
1
4 ) 1 (
t
t
p
p o
o
o
+
÷
=
c
c
+
c
c
(II-53)
Chapitre II : Mise en équations et résolutions
33

Simulation d’écoulement cavitant






Puisque on a adapté le concept concept interpenetrating continua et le modèle de
l’écoulement cavitant est celui de mélange homogène (voir section I.8.3), il faudra exprimer
ce terme source en fonction de la pression.
La pression sera introduite par l’équation de RAYLEIGH-PLESSET (II-31) qui subirera
quelque simplification qui sont en fonction du modèle de l’écoulement ( on néglige la tension
superficielle, les forces d’inertie et de la viscosité (voir section I.8.3) :




La pression de la bulle sera assimilée à la pression de vapeur saturante toute en négligeant la
contamination des bulles par des gaz (voir section I.7.1). Si on remplace l’équation (II-55)
dans l’équation (II-54) le terme source sera exprimé comme ci :




avec





Le contrôle de l’évaporation et de la condensation est en fonction de signe, en effet on
obtient :







Le chapitre suivant traitera un domaine d’étude et présentera les méthodes et la technique
numérique permettant la résolution des ces équations et la validation des résultats numériques
via les résultats expérimentaux.



dt
dR
nR
nR
S
l
3
2
3
4
1
4 ) 1 (
t
t
p
p o
o
+
÷
= (II-54)

2
2
3 ) ( ) (
|
.
|

\
|
=
÷
dt
dR t P t P
l
B
p
(II-55)
) ( ) ( P P signe
P P
f C S
v
l
v
l
cav
÷
÷
=
p p
p
o
o
(II-56)

3
2
3
4
) 1 ( ) (
3
4
6
3
o o o
t
÷ =
=
f
n C
cav
(II-57)

(II-58)


l
v
l
cav
l
v
l
cav
P P
f C S
P P
f C S
p p
p
o
p p
p
o
o
o
÷
÷ =
÷
+ =
) (
) (
pour P < P
v
, Evaporation
pour P > P
v
, Condensation
(II-56)

Chapitre II : Mise en équations et résolutions
34

Simulation d’écoulement cavitant
II.7 Conclusion
Le modèle qui sera traité est celui de l’équation de transport avec un terme source, le terme
source modélisé est celui de YUAN, et al. (2001). La méthode de résolution est celle des
méthodes numériques (voir chapitre n° III).


Chapitre III : Etude de cas
35

Simulation d’écoulement cavitant
CHAPITRE III : ETUDE DE CAS
III.1 Introduction
Dans ce chapitre, nous allons aborder la modélisation numérique via les codes CFD, tout
d’bord on va adopter un demain d’étude, ensuite on introduit le modèle de fermeture adéquat
qui a été choisit dans le chapitre précédent, enfin une série de test, différents scénarios et
simulations pour justifier les paramètres hydrodynamiques choisies. Le choix du domaine
d’étude est en fonction des disponibilités des résultats des visualisations expérimentaux.
Puisque nous disposions des résultats expérimentaux d’un injecteur de type de sac, alors on
l’a choisit comme cas de notre étude (voir section III.3).
III.2 Présentation du code
III.2.1 METHODE NUMERIQUE

Les méthodes numériques offrent un outil indispensable pour les résolutions des équations.
Dans le domaine de la recherche, cette approche est l'objet d'un effort important, car elle
permet l'accès à toutes les informations instantanées (vitesse, pression, concentration) pour
chaque point du domaine de calcul, pour un coût global généralement modique par rapport
aux expériences correspondantes (KUNNAFONI, 2008).

De manière générale, la résolution d'un problème de mécanique de fluide, on passe par trois
grandes phases :

- la préparation du problème : ceci passe par la définition d'une géométrie, d'un maillage
discrétisant le domaine de calcul, du choix des modèles et méthodes numériques
employés ;

- la résolution numérique du problème qui passe par l'exécution d'un programme
informatique. Bien des problèmes suscitant un minimum d'intérêt nécessitent des
ordinateurs aux très grandes capacités ;

- l'exploitation des résultats : ces derniers sont vérifiés afin de vérifier leur cohérence,
puis examinés afin d'apporter des réponses aux questions posées par le problème de
MFN de départ. Cette exploitation passe le plus souvent par des logiciels de post-
traitement scientifique utilisés dans de nombreuses branches de la physique, ou bien
par les modules de post-traitement disponibles dans certains logiciels commerciaux.
Chapitre III : Etude de cas
36

Simulation d’écoulement cavitant
III.2.2 PHOENICS

Le code PHOENICS (abréviation de Parabolic Hyperbolic Or Elliptic Numerical Integration
Code Series) (ROSTEN, 1986) est utilisé en tant que instrument pour résoudre le problème de
mécanique de fluide en utilisant la méthode de volume fini (VERSTEEG, et al., 1995). La
bibliothèque de PHOENICS fournit un certain nombre de sous-programmes et algorithmes,
que l'utilisateur peut utiliser pour la simulation.

La bibliothèque incorporé permet de faire appelle aux fonctions et aux procédures déjà
implanté qui permette de résoudre les équations. La version en cours de PHOENICS n’a
aucune ressource intégrée pour calculer les écoulements cavitants. Par conséquent le modèle
de la cavitation décrit dans le chapitre précédent doit être introduit manuellement.

La résolution numérique est basée sur le volume fini. En analyse numérique, la méthode des
volumes finis est utilisée pour résoudre numériquement des équations aux dérivées partielles,
comme la méthode des différences finies et la méthode des éléments finis. Mais,
contrairement à la méthode de différences finies qui utilise des approximations de dérivées, la
méthode de volumes finis utilise, comme la méthode d'éléments finis, des approximations
d'intégrales. Toutefois, la méthode des éléments finis utilise une formulation variationnelle de
l'équation à résoudre (on parle aussi de forme faible), tandis que la méthode de volumes finis
est fondée directement sur la forme dite forte de l'équation (KUNNAFONI, 2008).

On résout l'équation aux dérivées partielles de manière approchée sur un maillage. Ce
maillage est constitué de volumes finis. Les volumes finis sont des petits volumes (en 3D, des
surfaces en 2D, des segments en 1D) dont la réunion forme le domaine d'étude. Les volumes
finis peuvent être construits autour de points d'un maillage initial, mais pas nécessairement
(KUNNAFONI, 2008).

Les méthodes de volumes finis ont été mises au point initialement pour des lois de
conservation, mais des développements récents permettent à présent de les utiliser pour des
équations elliptiques et paraboliques. Ces équations aux dérivées partielles contiennent des
termes de divergence. Les intégrales de volume d'un terme de divergence sont transformées
en intégrales de surface en utilisant le théorème de flux-divergence. Ces termes de flux sont
ensuite évalués aux interfaces entre les volumes finis. On utilise une fonction de flux
numérique pour faire une approximation des flux aux interfaces.

Comme le flux entrant dans un volume donné est égal au flux sortant du volume adjacent, ces
méthodes sont conservatives. Ce qui est particulièrement important lorsqu'on résout des lois
de conservation.

Un autre avantage de la méthode des volumes finis est qu'elle est facilement utilisable avec
des maillages non-structurés. En effet, la formulation d'une méthode de volumes finis ne tient
aucun compte de la complexité du maillage, pour ce qui est de la discrétisation des lois de
Chapitre III : Etude de cas
37

Simulation d’écoulement cavitant
conservation. En revanche les caractéristiques géométriques du maillage peuvent jouer un rôle
déterminant pour les flux diffusifs (KUNNAFONI, 2008).

Pour la fermeture des équations (I-13) et (I-14), nous avons optés pour l’équation de transport,
avec la méthode de volume fini et dans le code PHOENICS cette équation est modélisée
comme suit :






avec ϕ
f
: fraction massique (voir section III.2.5) ;
S : terme source ;
Γ : coefficient de diffusion.





Dans la méthode de volume fini, les des différents termes sont discrétisées séparément. Cette
étude considère que l’écoulement est permanent e qui permet de réduire les termes qui sont en
fonction de temps.

La discrétisation de second ordre de terme de diffusion est comme suit :





Ce qui transforme l’équation (III-1) en :



acec : C
f
= ρu
f
A
f
;
D
f
: propriété de la cellule f.



Figure 17 : Cellule de contrôle, f face de la
cellule, u
f
: vitesse, A
f
surface de la face f,
n
f
normale de f ; P et F centre des cellules ;
V
p
volume de la cellule.
p
f
f
f
f
f f f p
P
f
V S A
n
A u V
t
. . =
|
|
.
|

\
|
c
c
I ÷ +
|
|
.
|

\
|
c
c
¯
o
o p
po
( ) ( )
P F f
P F
P F
f f
f
D
x x
A A
n
o o
o o o
÷ =
÷
÷
I =
c
c
I
( ) ( )
p
f
P F f f f
V S D C . = ÷ ÷
¯
o o o
(III-1)

(III-2)

(III-3)

Chapitre III : Etude de cas
38

Simulation d’écoulement cavitant
III.3 Cas d’étude
L’injecteur est le composant du circuit qui transforme l’énergie potentielle de pression du
fluide en énergie cinétique dans la chambre de combustion. C’est l’élément clef du système
haute pression.

Les dimensions et le type de l’injecteur sont donnés par la figure suivante :




Le régime de l’écoulement est permanent, ce qui permet de réduire les termes en fonction du
temps.

III.3.1 MAILLAGE

Les résultats de calcul numérique sont influencés directement par la qualité du maillage, plus
le maillage est fin (voir tableau 4 (c)) plus les résultats sont cohérentes, plus précis mais ça
risque de diverger le système induisant des résultats erronées, par contre un maillage lâche
(voir tableau 4 (a)) permet la convergence et le système devient plus stable mais les résultats
peuvent parfois être non traitable.
Roosen et al (1996):
Liquide eau, 20
o
C

L=1mm, H=0.28 mm,
W=0.2 mm, r
in
=0.03 mm

Figure 18 : Injecteur de type sac (BAUER, et al., 1999) ; (ROOSEN, et al., 1996)
Chapitre III : Etude de cas
39

Simulation d’écoulement cavitant
Le tableau 4, permet d’avoir une idée sur l’influence du maillage sur les résultats (pression,
vitesse, turbulence). On a remarqué pour le cas (a), que les erreurs des calcules sont faibles,
mais on n’obtient pas la valeur de condition limite (cas de la pression à l’entrée de l’injecteur
voir section III.3.2), donc on aura une problématique de confrontation avec les résultats
expérimentales, c’est pour cette raison on rejette ce maillage. Pour le cas (c) qui est un
maillage fin dans laquelle la dimension de la maille est de l’ordre 0.01 mm, les erreurs de
calcule sont remarquable, sur tout pour l’énergie dissipative qui influence directement sur la
turbulence est le système devient instable. Enfin pour le cas (b) qui est une intermédiaire entre
ces deux cas, il offre un meilleur maillage pour l’injecteur.


Chapitre III : Etude de cas
40

Simulation d’écoulement cavitant

Tableau 4 : Structure du maillage
ID Maillage
Nombre total du
maillage
X,Y et Z
ΔZ (mm) Structure du maillage Convergence
(a) 1×6×37= 222 0.04545

(b) 1×9×52= 468 0.03125


(c) 1×16×90= 1440 0.01785



Nota : P= Pression ; VY = Vitesse selon Y ; VZ = Vitesse selon Z ; K= Energie turbulente ; E =Energie dissipative ; F= Fraction massique.

ΔZ
Erreur
P = 5.25 10
-03
VY = 9.39
VZ = 1.41
K = 9.21 10
-01
E = 9.57 10
-01
F = 2.63 10
03

Erreur
P = 1.72 10
-01
VY = 1.16 10
03

VZ = 2.22 10
02

K = 8.75 10
02
E = 1.12 10
04
F = 6.78 10
04

Erreur
P = 8.15 10
-03
VY = 2.57 10
01

VZ = 3.73
K = 1.38 10
01
E = 1.13 10
01
F = 1.25 10
04

Chapitre III : Etude de cas
41

Simulation d’écoulement cavitant

C’est pour cela nous recommandons, ceci a été approuvé par les simulations effectuées dans
cette étude.


III.3.2 CONDITIONS AUX LIMITES












Pour compléter le problème, les conditions aux limites sont nécessaires pour tous les
variables. Les conditions utilisées dans la présente étude sont :

Entrée de l’injecteur sur plan Y :

P = 80
11
bars
u
crt
= 0 m/s;
v
crt
= 14 m/s ;
w
crt
= 0 m/s;
k = 0,0784 m
2
/s
2
(voir annexe);
ε = 2.765 (voir annexe);

Remarque, la pression à l’entré n’est pas imposable, seulement la valeur de la vitesse elle y
est. Pour la valeur de la vitesse indiquée, V
crt
, on aura la pression recherché.

L’indice des vitesses c’est pour indiquer que nous travaillaient dans un plan cartésien. Les
valeurs de l’énergie turbulente ainsi que l’énergie dissipatif sont introduites par des formules.

Sortie de l’injecteur sur plan Z :


11
La valeur de la pression est variable selon l’utilisation.
P = 21 bars
u
crt
= 0 m/s;
v
crt
= 0 m/s ;
w
crt
= 0 m/s;
Figure 19 : Géométrie de l’injecteur.
Chapitre III : Etude de cas
42

Simulation d’écoulement cavitant

La pression à la sortie est imposable, sa valeur dépend des cas.

III.3.3 PAROIS

Au niveau de la paroi, la composante de vitesse est nulle. Les conditions aux limites de la
paroi ont été reformulés, elle emploie les fonctions standard d’équilibre de la paroi
(VERSTEEG, et al., 1995). Cette approche se base sur l’emploie de la couche turbulente
données par la formule suivante :






avec u
+
=u/u
t
, vitesse adimensionnelle, y
+
=y u
t
/ν coordonné adimensionnelle de la parois,
constante de von-Karman : κ = 0.41 et le paramètre de la parois E = 9.8. La vitesse turbulente
est donnée par l’équation suivante :



III.3.4 PLAN DE SYMETRIE

Au niveau du plan de symétrie, la composante normale de la vitesse et toutes les autres
variables sont nulles, pas de d’échange de flux à travers le plan de symétrie.

III.3.5 FRACTION MASSIQUE

Comme nous l’avons mentionné, on cherche à calculer la fraction volumique de la phase
vapeur, comme le l’indique il s’agit d’un flux volumique, hors le modèle de fermeture ainsi
que tout les équations du mécanique du fluide implanté dans le code PHOENICS sont
résolues en tant que flux massique.

Dans ce cas on doit procéder à un changement de variables exprimant la fraction volumique
en fonction de la masse, on suppose alors la transformation suivante :



avec f la fraction massique.

¦
¹
¦
´
¦
=
+
+
+
) ln(
1
Ey
y
u
k
y
+
≤ 11.63
y
+
> 11.63
k c u
t
4
1
u
=
(III-4)

(III-5)

p
p
o
v
f =
(III-6)

Chapitre III : Etude de cas
43

Simulation d’écoulement cavitant

Il en suit un changement de terme source qui est exprimé par l’équation (II-54). La
transformation de cette équation a aboutit à :




avec :





Le terme implanté dans le code est celle de l’équation (III-7), une fois la fraction massique est
calculée, on calcule la fraction volumique.

III.3.6 PROCEDURE DE CALCULE

On commence tout d’abord à introduire la formule de la densité initiale, tout en la paramétrant
en fonction de terme de faction volumique initiale. Ensuite on introduit les conditions limites
de la turbulence (voir annexe).

A l’aide de l’inform (input formula),, qui est une nouvelle méthode plus professionnelle
d’implantation du code sur le même fichier, on programme la densité et la viscosité de
mélange homogène, l’activation de l’inform est simple, il suffit de taper informNXXXX, avec
N numéro du groupe et XXXX égale BEGIN ou END, comme suit :

INFORM9BEGIN (N=9, XXXX=BEGIN)

Instructions et formules

INFORM9END (N=9, XXXX=END)

De même on introduit le terme source, dans l’inform 13 (N=13).

Les valeurs de la relaxation doit être optimiser pour éviter la divergence, on recommande les
valeurs suivante :

R
P
= 2.000000E-01
R
V
= 8.000000E-04
R
KE
= 5.000000E-01
R
EP
= 5.000000E-01
R
F
= 1.000000E-03
) ( ) 1 (
3
2
3
4
3
2
3
1
P P signe
P P
C f f S
v
l
v
cav v l f
÷
÷
÷ =
÷ ÷
p
p pp
(III-7)

v
l
l
f f
p
p
p
p
+ ÷
=
1
(III-8)

Chapitre III : Etude de cas
44

Simulation d’écoulement cavitant
III.4 Etude de l’hydrodynamique
III.4.1 PRESSION

La pression simulée par le code permet la visualisation des zones à basse pression ou la
cavitation est successible de naitre, elle atteint des valeurs presque négatives comme le
montre les figures 20 et 21.




Le profile tracé ci-dessous est représenté dans la figure suivante :


Figure 20 : Champ de pression.
Figure 21 : Profile de pression pour Y= 10
-4
mm
Pression (bar)
Y ( m)
Z ( m)
Z ( m)
Pression (bar)
Chapitre III : Etude de cas
45

Simulation d’écoulement cavitant
Les figures ci-dessus, présentent une zone ou la pression est négative, hors la pression n’est
jamais négative, ces valeurs sont dues à la diffusion numériques lors du calcul, c’est un
désavantage des méthodes numériques. Dans ce qui suit, nous affecterons ces valeurs
négatives à zéro.

III.4.2 VITESSE




On remarque bien, au niveau de la zone ou la pression est faible que la vitesse est plus
importante, c’est toute à fait normale suivant la loi de Bernoulli, à la sortie la vitesse voisine
107 m/s au niveau de l’axe de symétrie.

III.4.3 MODELE DE TURBULENCE

Concernant le modèle de turbulence, nous avons essayé plusieurs modèles qui sont déjà
implantés dans le code. Finalement on opte pour le modèle de k-ε RNG (abréviation en
anglais de Re-Normalisation Group) car le nombre de Reynolds est grand.

Le choix est en fonction surtout de calcule, de la géométrie… . On a remarqué que certaine
modèle de turbulence diverge les calcules, d’autres influences directement sur la pression et
surtout au niveau de la paroi de l’injecteur. On illustre dans la figure suivante une
comparaison entre de deux modèles :

Vitesse (m/s)
Figure 22 : Champ de vitesse.
Y (m)
Z ( m)
Chapitre III : Etude de cas
46

Simulation d’écoulement cavitant
c
v
u
2
k
C
t
=




Le modèle, de k-ε RNG, s'avéré efficace pour la prévision des écoulements turbulents dans la
géométrie complexe et ou il ya des recirculations. Le code PHOENICS le recommande pour
la simulation des écoulements confinés.

YAKHOT et ORSZAG (1986) ont dérivé un modèle de k-ε basé sur des méthodes du RNG
(Renormalization Group). Dans cette approche, des techniques de RNG sont employées pour
développer une théorie pour les grandes échelles dans lesquelles les effets des petites échelles
sont représentés par des coefficients modifiés.

Soit et


Modèle de turbulence k-ε








avec : σ
k
=1; σ
ε
= 1.314; C
ε1
=1.44 ; C
ε2
=1.92 ; C
μ
=0.09 : des constantes.

Modèle de turbulence k-ε RNG








avec : σ
k
= 0.7194; σ
ε
= 0.7194 ; C
ε1
= 1.42; C
ε2
= 1.68; C
μ
=0.0845
Figure 23 : Comparaison des modèles de turbulence.
( )
c
o
v v
÷
|
|
.
|

\
|
c
c +
c
c
+ =
c
c
+
c
c
j K
t
j j
j
x
k
x
G
x
k
v
t
k
( )
( )
|
|
.
|

\
|
c
c +
c
c
+ ÷ =
c
c
+
c
c
j
t
j j
j
x x
C G C
k x
v
t
c
o
v v
c
c c c
c
c c 2 1
j
i
i
j
j
i
t
x
v
x
v
x
v
G
c
c
|
|
.
|

\
|
c
c
+
c
c
=v
( )
c
o
v v
÷
|
|
.
|

\
|
c
c +
c
c
+ =
c
c
+
c
c
j K
t
j j
j
x
k
x
G
x
k
v
t
k
( )
( )
|
|
.
|

\
|
c
c +
c
c
+ ÷ =
c
c
+
c
c
j
t
j j
j
x x
C G C
k x
v
t
c
o
v v
c
c c c
c
c c 2 1
(III-9)

(III-10)

(III-11)

(III-10)

(III-11)

k-ε
k (m
2
/s
2
)
Z (m) Z (m)
k-ε RNG
Y (m) Y (m)
k (m
2
/s
2
)
Chapitre III : Etude de cas
47

Simulation d’écoulement cavitant
La différence entre ces deux modèles est due aux différentes valeurs des constantes.

Si on diminue le coefficient σ
ε
et on augmente σ
k
, ça résulte une diminution de l’énergie
turbulente et augmentation de l’énergie dissipative, ce qui induit les résultats figurants dans la
figure 14.

III.5 Etude de la cavitation

Le modèle de cavitation a été introduit au code PHOENICS via une nouvelle procédure,
appelé l’inform, cette procédure est plus pratique, puisqu’elle permet l’introduction des
équations et les termes dans un seul fichier, autrement dit une meilleure hiérarchie du code et
facilité de lecture et de modification pour l’utilisateur.

III.5.1 EFFET DE LA FRACTION INITIAL

Concernant les calcules, toutes variables déclarer et qui n’est pas été initialisé, elles sont
automatiquement nulles. Ainsi, si on revient à l’équation de terme source de la fraction
massique (III-7), cette équation est le produit d’un terme et f, si on n’initialise pas cette
fraction le terme source sera nulle ainsi la fraction lui-même est nulle, il n’y a pas de calcul.
D’où nécessité d’intercaler une constante nommé fraction initiale f
0
pour le terme source pour
ne pas être nulle au démarrage de calcul, bien sur il faut le retranché par la suite.
La figure suivante permette d’observé l’effet de la fraction initiale au calcul :


Figure 24 : Comparaison des fractions initiaux, (a) f
0
=10
-5
, (b). f
0
=10
-6
, (c) f
0
=10
-7

Chapitre III : Etude de cas
48

Simulation d’écoulement cavitant
Comme le montre la figure, la valeur de la fraction n’a pas d’effet sur la poche de vapeur.
Ceci est expliquer par : lors de calcule on retranche cette valeur ce qui traduit la conservation
des résultats, c’est une astuce pour démarrer les calcules.

III.5.2 EFFET DE LA DENSITE DES BULLES

Mentionner dans le Tableau 2, ce modèle permet de décrire l’effet de la nucléation dans le
liquide. Le terme responsable de cette effet est la densité des bulles, n, qui est présent dans
l’équation de terme source, (III-7), sous forme de C
cav
qui est calculé par l’équation (II-57).
Une série de valeur de « n » a été testé pour pouvoir observer l’effet de la nucléation dans la
cavitation, ces résultats sont classifiés dans la figure suivante :




La figure montre bien que le phénomène de la cavitation est en fonction de la qualité du
liquide. Plus le liquide est pur (cas a) moins ce phénomène est réduit et vise versa.

III.5.3 COMPARAISON

Pour valider les résultats numériques simulées, on doit procéder a un comparative avec des
résultats expérimentaux, d’où le choix de l’injecteur (voir section III.3).

Le tableau suivant exprime les paramètres du modèle de ROOSEN, et al., 1996 :
Figure 25 : Comparaison des densités des bulles, (a) n =9.4 10
13
(m
-3
), (b). n =1.3 10
14
(m
-3
),
(c) n =1.7 10
14
(m
-3
)
Chapitre III : Etude de cas
49

Simulation d’écoulement cavitant
Tableau 5 : Paramètres de cavitation pour modèle de ROOSEN, et al. 1996.
Régime
d’écoulement
Pression
d’entrée (bar)
Pression
de sortie(bar)
Vitesse
(m/s)
Nombre de
Reynolds
Nombre de
Cavitation
Cavitation 80 21 108.6 30 416 2.81
Super-cavitation 80 11 117.5 32 890 6.28

Tableau 6 : Comparaison des données simulées et expérimentaux


III.5.4 CONCLUSION

Le phénomène de la cavitation dans l'injection a été modélisé en utilisant les méthodes CFD.
Les résultats de la présente étude ont prouvé que le modèle de la cavitation peut décrire et
reproduire les effets et les dispositifs principaux des écoulements de cavitation. Le modèle à
mélange homogène cavitation assume l'égalité des vitesses des deux phases liquides et
vapeur, qui peuvent être justifiées seulement pour de petites bulles de cavitation.




Régime
d’écoulement
Auteurs Visulisation Pression
d’entrée (bar)
Pression
de sortie(bar)
Cavitation
Roosen et al
(1996)

80 21
LMHE
(2008)

80 21
Super-cavitation
Roosen et al
(1996)

80 11
LMHE
(2008)

80 11
Conclusion générale
50

Simulation d’écoulement cavitant
Conclusion générale


a modélisation des écoulements cavitants s’avèrent un outil indispensable, vue que la
cavitation c’est introduite dans tout les systèmes hydrauliques. La cavitation comme
nous l’avons mentionné est un phénomène diphasique, ce dernier sa modélisation est
devenue possible dans ces derniers décennies grâce aux développements des méthodes
numériques ainsi les performances des ordinateurs.

Pour la modélisation, on a appliqué le modèle du mélange homogène pour le cas d’un
injecteur, est comme équation de fermeture de la fraction volumique l’équation du transport
avec un terme source de YUAN (2001).

Afin de décrire judicieusement les écoulements cavitants, permettant ainsi la confrontation
avec les résultats expérimentaux, on a introduit un paramètre, densité des bulles dans le
liquide, qui est responsable de la qualité du liquide, de ce fait se on aura une corrélation entre
la qualité et la cavitation, ceci permet de suivre l’effet de la qualité sur le phénomène de la
cavitation.

De point de vue la géométrie de la buse de l’injecteur de type sac, nous avons reproduit
presque les dimensions réelles de la buse ce qui a pour effet l’approche vers les résultats
expérimentaux déjà acquises. Nous avons aussi tenu compte des dimensions des rayons de la
courbure de l’entée du fluide afin d’assurer une prévision précise.

Il est a remarqué que les dimensions de l’injecteur sont très petites de l’ordre de 0.1 mm se
qui rend notre cas plus complexe, sur tout au niveau du maillage ou la taille de la maille
attient 0.01 mm ce qui est relativement très petit ce qui induit la divergence des calcules, d’où
des plusieurs tests et scénarios ont été appliqué afin de choisir les paramètres adéquat
(algorithme de résolution, paramètres de relaxation, schémas…).

Une modélisation est dite appréciable si seulement si on parvient à reproduire la réalité,
décrire plus précisément l’écoulement et ce qui se passe dans l’injecteur, pour ce la faire on a
choisit judicieusement le modèle de turbulence après des discussions avec les experts du
laboratoire et suite au test des différents modèles déjà implanté, de plus lors que nous avons
une variation importante de la densité et lorsque le domaine est de taille petite il est
recommandé d’utiliser le modèle k÷c RNG.

Les résultats issues de la simulation sans cavitation révèlent, que la pression atteint des
valeurs négatives, en réalité il n’est pas des pressions négatives, ceci se traduit par la diffusion
numérique du aux méthodes numériques qui est inévitable, mais on la réduit on choisissant les
schémas convenables à notre cas.

L
Conclusion générale
51

Simulation d’écoulement cavitant
Lorsqu’ on a introduit le modèle de la cavitation, on a eu fluctuation très importante de la
densité qui influence directement sur tous les autres résultats (vitesse, turbulence, pression…)
et le système est devenu instable ainsi eu une convergence inacceptable. Pour résoudre ce
problème nous avons optimisé les paramètres de relaxation de telle sorte on aboutira à une
meilleur convergence acceptable.

La fraction de masse initiale f
o
est un paramètre numérique du modèle, avec une petite valeur
(f
o
= 10
÷ 6
), qui est exigé pour initialiser le terme source. On a constaté que le réglage de f
o
à
une petite valeur a eu un effet négligeable sur la solution finale.

Lors de la confrontation des résultats simulées avec celle mesurées, nous avons prouvés que
les CFD sont des outils fiables, précises permettant la prédiction de la cavitation.

Nous avons prouvés que le modèle de cavitation implémenté dans le code PHOENICS décrit
les écoulements cavitants tout en tenant compte de la qualité du liquide pour un régime
permanent. Pour obtenir des résultats plus précis une attention particulière devrait être
apportée aux paramètres numériques déjà cités au-dessus.

Le modèle du mélange homogène appliqué, considère l'égalité des vitesses des phases de
liquide et de vapeur, qui peuvent être justifiées seulement pour de petites bulles. Pour décrire
avec précision le comportement de grandes poches de cavitation, la vitesse de glissement
entre les phases devraient être prises en considération.

Les bulles pleines de gaz n'étaient pas décrites par notre modèle. Cet effet est important pour
la prévision des écoulements à grande échelle à de basses pressions de système. Le concept
pour le nombre la densité des bulles dans le liquide, suppose que la concentration des bulles
par volume unitaire du liquide ne change dans le domaine d’étude (n =const).




Références Bibliographiques
52

Simulation d’écoulement cavitant
Références Bibliographiques


AHUJA V., HOSANGADI A. et ARUNAJATESAN S. Simulations of caviting flows using
hybrid unstructured meshes [Revue]. - [s.l.] : J. Fluids Engng, 2001. - Vol. 123. - pp. 331
– 339.
ALAJBEGOVIC A., GROGGER H.A. et PHILIPP H. Calculation of transient cavitation
in nozzle using the two-fluid model [Conférence] // Proc. ILASS-Americas’99 Annual
Conf.. - 1999. - pp. 373 – 377.
ANSWERS ANSWERS [En ligne] // ANSWERS. - 2008. -
http://www.answers.com/topic/sonoluminescence.
ANSWERS Nucleation [En ligne] // ANSWERS. - 2008. - 25 Septembre 2008. -
http://www.answers.com/topic/nucleation.
ARCOUMANIS C. [et al.] Cavitation in real-size multi-hole diesel injector nozzles
[Rapport] : SAE paper. - 2000.
BATCHELOR G.K. An Introduction to Fluid Dynamics [Livre]. - [s.l.] : Cambridge Univ.
Press, 1980. - p. 615.
BAUER H. [et al.] Système d’injection Diesel à accumulateur Common Rail [Rapport] :
Rapport technique. - [s.l.] : Robert Bosch GmbH, 1999. - pp. 15, 17, 18, 177.
BECKER R. et DORING W. The kinetic treatment of nuclear formation in supersaturated
vapors [Livre]. - [s.l.] : Ann. Phys., 1935. - pp. 24, 719 et 752.
BERGWERK W. Flow Pattern in Diesel Nozzle Spray Holes [Livre]. - [s.l.] : Proc. Inst.
Mech, 1959. - Vol. 173 : pp. 655 – 660.
BILLET M.L. Cavitation nuclei measurements [Conférence]. - Albuquerque, N.M. :
Cavitation and Multiphase Flow Forum, 1985.
BRENNEN E. CHRISTOPHER Hydrodynamics of Pumps [Livre]. - Pasadena, California :
Oxford University Press, 1994. - p. 90.
BRENNEN et CHRISTOPHER E. Cavitation and bubble dynamics [Document]. -
California : Oxford University Press, 1995. - ISBN 0-19-509409-3.
CHEN Y. et HEISTER S.D. Modeling cavitating fl ows in diesel injectors [Livre]. - [s.l.] :
Atomization and, 1996. - Vol. 6 : pp. 709–726.
CHEN Y. et HEISTER S.D. Two-phase modelling of cavitated flows [Livre]. - Reno :
ASME Cavitation and Multiphase Forum, 1995. - Vol. 24 : pp. 799 – 806.
DELANNOY B. et KUENY H. Two phase fl ow approach in unsteady cavitation modeling
[Revue]. - [s.l.] : ASME Cavitation and Multiphase fl ow forum, 1990. - pp. 98 :153–158.
DUMONT N., SIMONIN O. et HABCHI C. Numerical simulation of cavitating flows in
Diesel injectors by a homogeneous equilibrium modelling approach [Conférence] // 4th
Int. Symposium on Cavitation: CAV2001. - 2001.
FARKAS L. The velocity of nucleus formation in supersaturated vapors [Livre]. - [s.l.] : J.
Physik Chem., 1927. - pp. 125, 236.
FUJIMOTO H.G. [et al.] Modelling of atomization and vaporization process in flash boiling
spray [Livre]. - France : Proc. ILASS, 1994. - pp. 680 – 687.
GIBBS W. The Scientific Papers [Livre]. - [s.l.] : Dover Publ. Inc, 1961. - Vol. 1.
Références Bibliographiques
53

Simulation d’écoulement cavitant
GINDROZ B. [et al.] Influence of the Cavitation Nuclei on the Cavitation Bucket when
Predicting the Full-Scale Behaviour of a Marine Propeller [Revue]. - [s.l.] : Proc. of the
21st Symposium on Naval Hydrodynamics, 1997. - pp. 839 – 850.
IKOHAGI T., YASUI M. et OBA R. Numerical simulation of cavitating jet fl ows [Livre]. -
[s.l.] : In 2nd International Symposium on Cavitation, 1994.
JEAN-PIERRE FRANC et JEAN-MARIE MICHEL Fundamentals of Cavitation
[Livre]. - USA : Ecole Nationale Supérieure d'Hydraulique de Grenoble, 2005. - p. 25.
KNAPP [et al.] Cavitation [Revue]. - 1970.
KUBOTA A..KATO, H. et YAMAGUCHI H. Finite-difference analysis of unsteady
cavitation on a two-dimensional hydrofoil [Conférence] // Numerical Ship
Hydrodynamics. - Hiroshima : [s.n.], 1990.
KUNNAFONI CFD [Encyclopédie libre]. - Tunisie : Wikepedia, 2008.
KUNNAFONI Volume fini [Encyclopédie libre]. - Tunisie : Wikepedia, 2008.
KUNZ R.F., BOGER D.A. et STINEBRING D.R. A preconditioned Navier-Stokes method
for two-phase flows with application to cavitation prediction [Revue]. - [s.l.] : Computer
& Fluids, 2000. - 29. - pp. 849 – 875.
LECOFFRE Y. Cavitation : bubble trackers [Livre]. - Rotterdam : [s.n.], 1999. - p. 399.
LINDAU J.W. [et al.] Development of a fully-compressible multi-phase Reynolds-averaged
Navier-Stokes model [Conférence] // AIAA Computational Fluid Dynamics
Conference. - 2001. - p. 13.
MINNAERT M. Musical air bubbles and the sound of running water [Livre]. - [s.l.] : Phil.
Mag., 1933. - Vol. 16 : pp. 235-248.
NURICK W.H. Orifice cavitation and its effect on spray mixing [Revue] // J. Fluids. -
1976. - pp. 681 – 689.
QIN J.R., et al. Direct Calculations of Cavitating Flows by the Space-Time [Conférence] //
CE/SE Method. - [s.l.] : AIAA conf. Paper, 2001.
ROOD E.P. Mechanism of cavitation inception [Revue]. - [s.l.] : Trans. ASME, J. Fluids
Engineering, 1991. - Vol. 113. - pp. 163 – 175.
ROOSEN et al Untersuchung und Modeleirung des transienten Verhaltens von
Kavitationserscheinungen bei ein- und mehrkomponentigen Kraftstoffen in schnell
durchstromten Dusen [Rapport] : Report of the Institute for Technical termodynamics. -
Germany : RWTH Aachen (Univ. of Tech.), 1996.
ROSTEN H.I.et SPALDING, D.B. Phoenics - Beginner’s Guide and User Manual [Livre]. -
[s.l.] : CHAM TR-100, 1986. - p. 116.
ROUSE H. et MCNOWN J.S Cavitation and pressure distribution, head forms at zero angle
of yaw [Revue]. - Iowa : Report of the State Univ., 1948.
SATO K. and SAITO, Y. Unstable cavitation behaviour in circular-cylindrical [Livre]. -
[s.l.] : Symposium on Cavitation : CAV2001, 2001. - p. 8.
SCHMIDT D.P. et M.L. CORRADINI The internal flow of diesel fuel injector [Revue]. -
[s.l.] : Int. J. Engine Research, 2001. - 1 : Vol. 2. - pp. 1 – 22.
SCHMIDT D.P. et RUTLAND C.J..CORRADINIi, M.L. A fully compressible two-
dimensional model of high-speed cavitating nozzle.l [Livre]. - [s.l.] : Atomization and
Sprays, 1999. - Vol. 9.
Références Bibliographiques
54

Simulation d’écoulement cavitant
SCHMIDT D.P. et RUTLAND C.J..CORRADINIi, M.L. A numerical study of cavitating
flow through various nozzle shapes [Livre]. - [s.l.] : SAE paper 971597, 1997. - p. 10.
SCHNERR G. H. et SAUER J. Physical and numerical modeling of unsteady cavitation
dynamics [Conférence] // 4th International Conference on Multiphase Flow. -
Orleans,USA : [s.n.], 2001.
SINGHAL A.K. [et al.] Mathematical basis and validation of the full cavitation model
[Revue]. - [s.l.] : Tr. ASME, J. Fluid Eng., 2002. - Vol. 124. - pp. 617 – 624.
SOTERIOU C., ANDREWS R. et SMITH M. Direct Injection Diesel Sprays and [Livre]. -
1995. - pp. 128 – 153. - SAE 950080.
STINEBRING D.R. [et al.] Developed [Livre]. - Brussels : VKI Press, 2001. - p. 20.
STUTZ B. et REBOUD J.L. Experiments on unsteady cavitation. Experiments in Fluids
[Livre]. - 1997. - Vol. 22 : pp. 191 – 198.
VERSTEEG H.K. et MALALASEKERA W. An introduction to computational fluid
dynamics: the finite volume method. [Rapport]. - Harlow: Longman : [s.n.], 1995.
VOLMER M. et WEBER A. Keimbildung in ¨ubers¨attigten Gebilden [Livre]. - URSS :
Zeit. Physik. Chemie,, 1926. - pp. 18, 1–22..
WALLIS G.B. One-Dimensional Two-Phase Flow [Livre]. - NY: McGraw-Hill : [s.n.], 1969.
WIKIPEDIA WIKIPEDIA [En ligne]. - Wikipedia, 2008. - 28 Septembre 2008. - v.
YAKHOT V. et ORSZAG S.A. Renormalization group analysis of turbulence [Livre]. -
[s.l.] : J.Sci.Comput, 1986. - Vol. 1 : p. 3.
YUAN W.. SAUER, J. et SCHNERR G.H. Modeling and computation of unsteady
cavitation flows in injection nozzles [Livre]. - [s.l.] : Mec. Ind.,, 2001. - Vol. 2 : pp. 383 –
394.
ZELDOVICH J.B. On the theory of new phase formation: cavitation [Livre]. - URSS : Acta
Physicochimica, 1943. - pp. 18, 1–22.


Annexes
55

Simulation d’écoulement cavitant
Annexe

Fichier Q1 du code PHOENICS
Fluide = eau
TALK=T; RUN( 1, 1)

{------------------------------------------------------------------------}
{**********Déclaration des paramètres physiques**********}
{------------------------------------------------------------------------}
REAL(Uin,MFin,Pout,RHOIN)
Uin=14.0 {Vitesse d'entré pour pression 80:21 bar}
PRESS0=0. {Pression relative}
MFin = 0.00 {Fraction massique initiale}
Pout=21.e+05 {Pression de sortie relative a Presso}
Rg(1)=1000 {Densité de liquide}
Rg(2)=1. {Densité de vapeur}
Rg(3)=1.E-06 {viscosité cinématique de liquide}
Rg(4)=1.E-05 {viscosité cinématique de vapeur}
Rg(5)=2300 {Pression de vapeur saturante du fluide}
Rg(6)=1.E-05
{f
0
}
Rg(7)=Rg(5)-PRESS0 {Pression de vapeur saturante relative a Presso}
Rg(8)= 21976.29779 {Paramètre de qualité de fluide}
Rg(9)=Rg(1)/Rg(2)
{Rapport ρ
l

v
}
Rg(10)=Rg(3)/Rg(4)
{Rapport η
l

v
}
RG(11)=Rg(2)/Rg(1)
{Rapport ρ
v

l
}

{------------------------------------------------------------------------}
{**********************Maillage*********************}
{------------------------------------------------------------------------}

INTEGER(NZI,NZE,NZC,NZN)
NY = 9 {Nombre des mailles selon Y}
NZI = 5 {Nombre des mailles selon Z de Z->I}
NZE = 12 {Nombre des mailles selon Z de Z->E}
NZC = 3 {Nombre des mailles selon Z de Z->C}
NZN = 32 {Nombre des mailles selon Z de Z->N}
DX=0.1e-3 {Largeur de l’injecteur selon X}
NZ=NZI+NZE+NZC+NZN
REAL(DX)


Annexes
56

Simulation d’écoulement cavitant
{------------------------------------------------------------------------}
{**************CL du modèle de turbulence*************}
{------------------------------------------------------------------------}

RHOIN = 1./( (1.-MFin)/1000 + MFin/1)

REAL(TKEin,EPSin)
WALLCO=GRND2
TKEin = (0.02*Uin)**2
EPSin = 0.09*TKEin**2/(200*ENUL)
************************************************************
Q1 created by VDI menu, Version 3.6.1, Date 20/10/06
CPVNAM=VDI;SPPNAM=Core
************************************************************
Group 1. Run Title
TEXT(Injecteur de type sac)
************************************************************
Group 2. Transience
STEADY = T
************************************************************
Groups 3, 4, 5 Grid Information
BFC=T
NONORT = T
UUP = F ;VUP = F ;WUP = T
GSET(D,nx,ny,nz,0.1e-3,1e-3,3e-3)

{------------------------------------------------------------------------}
{*****************Points de l’injecteur*****************}
{------------------------------------------------------------------------}

XPO= 0.000000E+00;YPO= 0.000000E+00;ZPO= 0.000000E+00;GSET(P,PI1 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 1.000000E-03;ZPO= 0.000000E+00;GSET(P,PI2 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 1.000000E-03;ZPO= 1.000000E-03;GSET(P,PI3 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 7.570001E-04;ZPO= 1.652000E-03;GSET(P,PEW )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 1.680000E-04;ZPO= 2.000000E-03;GSET(P,PE3 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 1.400000E-04;ZPO= 2.028000E-03;GSET(P,PC3 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 0.000000E+00;ZPO= 2.028000E-03;GSET(P,PN1 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 0.000000E+00;ZPO= 1.925000E-03;GSET(P,PC1 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 0.000000E+00;ZPO= 9.000000E-04;GSET(P,PE1 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 1.400000E-04;ZPO= 3.028000E-03;GSET(P,PN3 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 0.000000E+00;ZPO= 3.028000E-03;GSET(P,PN2 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 7.570001E-04;ZPO= 1.652000E-03;GSET(P,#6 )
XPO= 0.000000E+00;YPO= 1.484000E-04;ZPO= 2.008400E-03;GSET(P,#8 )
Annexes
57

Simulation d’écoulement cavitant
{------------------------------------------------------------------------}
{*****************Lignes de l’injecteur*****************}
{------------------------------------------------------------------------}

GSET(L,L1I,PI1,PI2,Ny,1.0)
GSET(L,L1N,PC3,PN1,Ny,1.0)
GSET(L,L7I,PN3,PN2,Ny,1.0)
GSET(L,L2I,PI2,PI3,NzI,1.0)
GSET(L,L4I,PE1,PI1,NzI,1.0)
GSET(L,C1W,PI3,PE3,NzE,0.9,ARC,#6)
GSET(L,L4E,PC1,PE1,NzE,-0.9)
GSET(L,C2W,PE3,PC3,NzC,1.0,ARC,#8)
GSET(L,L4C,PN1,PC1,NzC,1.0)
GSET(L,L5I,PN1,PN2,NzN,1.0)
GSET(L,L6I,PC3,PN3,NzN,1.0)

{------------------------------------------------------------------------}
{******************Faces de l’injecteur*****************}
{------------------------------------------------------------------------}

GSET(F,F1,PI1,-,PI2,PI3.PE3,PC3,-,PN1,PC1.PE1)
GSET(F,F2,PN1,-,PC3,-,PN3,-,PN2,-)
GSET(M,F1,+J+K,1,1,1,LAP5)
GSET(M,F2,+J+K,1,1,Nz-NzN+1,TRANS)
GSET(C,I2,F,I1,1,Ny,1,Nz-NzN,+,DX,0,0)
GSET(C,I2,F,I1,1,Ny,Nz-NzN+1,Nz,+,DX,0,0)
************************************************************
Group 7. Variables: STOREd,SOLVEd,NAMEd

NAME(C1) = MF
SOLVE(P1 ,V1 ,W1,MF )
SOLUTN(p1, Y,Y,Y,N,N,N)
SOLUTN(V1,Y,Y,Y,N,N,N)
SOLUTN(W1,Y,Y,Y,N,N,N)
SOLUTN(MF, Y,Y,Y,N,N,Y)
STORE(ENUT)
STORE(RHO1,ENUL)
TURMOD(KERNG)

************************************************************
Group 8. Terms & Devices
************************************************************
Annexes
58

Simulation d’écoulement cavitant
Group 9. Properties

TERMS (MF ,Y,Y,N,N,Y,N)
RHO1 = 1.000000E+03
ENUL = 1.000000E-06

{------------------------------------------------------------------------}
{************INFORM 9 : Densité, Viscosité************}
{------------------------------------------------------------------------}

INFORM9BEGIN
char(form1,form2)
REAL(rap1,rap2)
rap1=:Rg(9):-1
rap2=1-:Rg(10):
form1=:Rg(1):/(1+:rap1:*mf)
form2=:Rg(3):/(1-:rap2:*mf)
(PROPERTY RHO1 IS :form1:)
(PROPERTY ENUL IS :form2:)
INFORM9END

************************************************************
Group 10.Inter-Phase Transfer Processes
************************************************************
Group 11.Initialise Var/Porosity Fields
FIINIT(P1 ) = 0.000000E+00 ;
FIINIT(W1 ) = 0.000000E+00
FIINIT(v1 ) = 0.000000E+00
FIINIT(KE)=TKEIN
FIINIT(ep)=EPSIN

********************************************
Group 12. Convection and diffusion adjustments
No PATCHes used for this Group
************************************************************
Group 13. Boundary & Special Sources

PATCH(liquid, VOLUME, 1,nx, 1,Ny, 1,11, 1,LSTEP)
coval(liquid,mf,fixval,0. )

{------------------------------------------------------------------------}
{*************INFORM 13 : Terme Source*************}
{------------------------------------------------------------------------}
Annexes
59

Simulation d’écoulement cavitant
INFORM13BEGIN

PATCH(whole,cell,1,nx,1,NY,1,nz,1,LSTEP)
char(COC,VlE,ph1,ph0,ph2,alph,Pt)

ph0=abs(1-mf+:rg(6):)
(stored var ph0 at whole is :ph0:)

Ph1=ph0^(:4/3:)/((mf+:Rg(11):*(1.-mf))*(mf+:rg(6):)^(:1/3:))
(stored var ph1 at whole is :ph1:)

pt=:Rg(5):
(stored var pt at whole is :pt:)

ph2=sqrt(abs(pt-p1)/:rg(1):)
(stored var ph2 at whole is :ph2:)

COC=:RG(8):*ph2*ph1
VlE=:RG(8):*ph2*ph1
{*************Terme source Evaporation*************}
PATCH(Evapora, VOLUME, 1,nx, 1,Ny, 12,Nz, 1,LSTEP)
(SOURCE of mf at Evapora is :VlE:*(mf+:Rg(6):) with if(p1.lt.pt))

{*************Terme source Condensation************}
PATCH(Conden, VOLUME, 1,nx, 1,Ny, 12,nz, 1,LSTEP)
(SOURCE of mf at Conden is :COC:*(0-mf) with if(p1.ge.pt))
alph=mf*RHO1/:rg(2):
(stored var alph at whole is :alph:)

INFORM13END

PATCH(bfcIN,LOW,1,1,1,NY,1,1,1,lstep)
COVAL(bfcIN,P1 , FIXFLU, GRND1)
COVAL(bfcin,w1 ,onlyms, grnd1)
COVAL(bfcin,Wcrt ,onlyms, uin)
COVAL(bfcin,KE , ONLYMS , TKEin)
COVAL(bfcin,EP , ONLYMS , EPSin)
bfca=rho1

Parent VR object for this patch is: OUTLET_O
PATCH(OUTLET ,HIGH , 1, 1, 1, ny, nz, nz,1,LSTEP)
COVAL(OUTLET ,P1 , 1000, pout)
COVAL(OUTLET ,V1 ,onlyms, 0.000000E+00)
COVAL(OUTLET ,W1 ,onlyms, 0.000000E+00)
Annexes
60

Simulation d’écoulement cavitant

COVAL(OUTlet,KE , ONLYMS , SAME)
COVAL(OUTlet,EP , ONLYMS , SAME)

PATCH(plate, NWall, 1, Nx, NY, NY, 1, nz, 1,LSTEP)
COVAL(plate, w1, WALLCO, 0.0)
COVAL(plate, KE, WALLCO, WALLCO)
COVAL(plate, EP, WALLCO, WALLCO)

************************************************************
Group 14. Downstream Pressure For PARAB
************************************************************
Group 15. Terminate Sweeps
LSWEEP = 3000
RESFAC = 1.000000E-03
************************************************************
Group 16. Terminate Iterations
************************************************************
Group 17. Relaxation

RELAX(P1 ,LINRLX, 2.000000E-01)
RELAX(V1 ,FALSDT, 8.000000E-04)
RELAX(W1 ,FALSDT, 8.000000E-04)
RELAX(KE ,LINRLX, 5.000000E-01)
RELAX(EP ,LINRLX, 5.000000E-01)
RELAX(MF ,LINRLX, 1.000000E-03)
************************************************************
Group 18. Limits
VARMAX(MF ) = 1.000000E+00-:rg(6): ;VARMIN(MF ) =0.0
VARMAX(KE ) = 1.000000E+08 ;VARMIN(KE ) =0.0
VARMAX(EP ) = 1.000000E+08 ;VARMIN(EP ) =0.0
VARMAX(P1 ) = 1.000000E+07 ;VARMIN(P1 ) =-1.000000E+07
************************************************************
SCHEME(VANL1,MF)
SCHEME(SMART,MF)
SCHEME(minmod,Ke,EP)
SCHEME(HQUICK,MF)
SCHEME(smart,V1,W1)
SCHEME(SUPBEE,MF)
SCHEME(LUS ,LSOL);sCHEME(FROMM ,);SCHEME(CUS ,); SCHEME(QUICK ,);
SCHEME(CDS ,); CHEME(SMART ,);SCHEME(KOREN ,); SCHEME(VANL1 ,);
SCHEME(OSPRE ,);SCHEME(VANL2 ,); SCHEME(VANALB,); SCHEME(MINMOD,)
************************************************************
Annexes
61

Simulation d’écoulement cavitant

Group 19. EARTH Calls To GROUND Station
USEGRD = T ;USEGRX = T
PARSOL = T
************************************************************
Group 20. Preliminary Printout
ECHO = T
************************************************************
Group 21. Print-out of Variables
WALPRN = T
************************************************************
Group 22. Monitor Print-Out
IXMON = 1 ;IYMON = 5 ;IZMON = 13
NPRMON = 200
NPRMNT = 1
TSTSWP = -1
************************************************************
NZPRIN = 1
STOP

Index
62

Simulation d’écoulement cavitant
Index

A
Approche baroclinique · 18
Approche barotropique · 18
B
Bulles · 4
C
Coefficient de décharge · 9
Concept interpenetrating continua · 15
Concept non-interpenetrating continua · 15
Concept non-interpenetrating continua · 15
Conditions aux limites · 41
D
Densité · 16
Description de l’écoulement cavitant · 8
E
Ecoulements de cisaillement · 3
Effet de la densité des bulles · 48
Effet de la fraction initial · 47
Effets de l‘échelle · 8
Equation d’état · 19
Equation de RAYLEIGH-PLESSET · 26
Equation de similitude · 9
Equation de transport · 20
Equations de conservations dE mélange · 16
Equations du mélange · 16
F
Fraction massique · 42
G
Géométrie · 3
H
Hydrofoil · 6
I
Indice de cavitation · 6
M
Maillage · 38
Méthode numérique · 35
Mise en équations · 14
Modèle à deux phases séparées · 14
Modèle à mélange homogène · 14
Modèle d’AHUJA et al. · 23
Modèle d’ALAJBEGOVIC et al. · 21
Modèle de CHEN et HEISTER · 21, 29
Modèle de fermeture · 17
Modèle de KUBOTA et al. (1990),
GIANNADAKIS et al · 29
Modèle de KUNZ et al. · 23
Modèle de SINGHAL et al. · 24
Modèle de turbulence k-ε · 46
Modèle de turbulence k-ε RNG · 46
Modèle de YUAN et al. · 22
Mouvement vibratoire · 4
N
Net Positive Suction head · 6
Nombre de cavitation · 6
Nombre de Froude · 8
Nombre de Mach · 8
Nombre de Reynolds · 8
Nombre de Strouhal · 9
Nombre de Weber · 8
Nucléation hétérogène · 13
Nucléation homogène · 12
O
Oscillation · 4
Index
63

Simulation d’écoulement cavitant
P
Paramètres caractérisant la cavitation · 6
Parois · 42
PHOENICS · 36
Plan de symétrie · 42
Pompe · 6
Pression · 44
Pression turbulente · 24
Procédure de calcule · 43
Q
Qualité du liquide · 10
R
Régime transitoire · 3
Résistance à la traction · 13
Rupture · 10
S
Similitude · 8
Similitude hydrodynamique · 9
Sonochimie · 5
Sous-cavitation · 7
Super-cavitation · 7
Super-cavitation · 7
Surface hydrophile · 13
Surface hydrophobe · 13
T
Taux de condensation · 25
Taux d'évaporation · 25
Tension superficielle · 12
Transition · 7
V
Viscosité · 16
Vitesse · 45
Vitesse d’écoulement · 10

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->