Compte rendu

Ouvrage recensé :
Gilles Deleuze et Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Minuit (coll. « Critique »), 1991, 206 pages.

par Mario Dufour
Philosophiques, vol. 23, n° 1, 1996, p. 177-181.

Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante :
http://id.erudit.org/iderudit/027380ar Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.

Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html

Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : erudit@umontreal.ca

Document téléchargé le 13 September 2011 09:14

se co-déterminent. difficile. Le concept n'est p a s d o n n é . « C r i t i q u e »). mais elles sont à leur meilleur q u a n d elles luttent et s'approchent le plus possible d u chaos. À u n e époque où l'esthétisme et le scientisme se partagent la philosophie. science et art. cet ouvrage porte s u r le p e n s e r : le p e n s e r comme philosophie bien sûr. Qu'est-ce que penser ? On peut penser p a r concepts (spécificité de la philosophie) ou bien par fonctions ou prospects (science). 51 sqq. Philosophie. n o t a m m e n t YAnti-Œdipe (1972) et Mille Plateaux (1980). cette fois a u t o u r d'une interrogation sur la philosophie. 196). 187). auto-poïétique : le plus subjectif sera le plus objectif (p. les Universaux qui sont aussi comme ses trois âges : Contemplation (idéalisme objectif). n e serait-ce q u e p a r l'effort de délimitation dont il fait preuve. d e s coups de dés. u n e critique d u transcendantalisme et de ses délires de droit (p. ou bien p a r sensations (percepts et affects propres à l'art). m a i s aussi le p e n s e r c o m m e science et comme art. des écarts et des voisinages que l'on p e u t énoncer. Deleuze et Guattari se sont réunis à nouveau. C o m m u nication (idéalisme intersubjectif). Qu'est-ce que la philosophie É d i t i o n s d e M i n u i t (coll. Comme le vivant et l'oeuvre d'art. 16). Réflexion (idéalisme subjectif). ?. Dense. mobile. Les postk a n t i e n s (Schelling et Hegel) le savaient. Aucune de ces p e n s é e s « n'est meilleure q u ' u n e autre » (p. force d'immacence. m a i s créé. 7 3 . utopique. 79). éblouissant de poésie et de force de résistance. 2 7 . m a i s les anciens soixante-huitards tablent toujours sur le devenir et la création à travers une p e n s é e de l'immanence radicale.COMPTES RENDUS 177 G i l l e s D e l e u z e e t F é l i x G u a t t a r i . Or la philosophie est révolutionaire. océan de dissemblance ou abîme indifférencié. Elle est essentiellement création (et connaiss a n c e par) de p u r s concepts : « constructivisme » (p. La valeur de révolution n'a peut-être plus l'éclat de jadis. m a i s ils tournaient a u t o u r d'une . 1 9 9 1 . forment e n s e m b l e et c h a c u n différemment par rapport a u x a u t r e s u n e « image de la p e n s é e » qui se construit selon des règles. des coupes d u chaos. P a r i s . Mais ce sont t o u s des Chaoïdes (p. il est auto-position de soi.). 2 0 6 p a g e s . 12. minoritaire. ce qui la r a p p r o c h e ou l'éloigné de l'art et de la science. création de concepts p o u r des problèmes qui changent nécessairement. S'y attend ait-on ? Après plusieurs ouvrages en collaboration. Qu'en est-il ici de la philosophie ? La force de ce livre réside d a n s la tension et le puissant enroulement qui font a u t a n t de p o n t s et d'écarts qu'il en faut p o u r déterminer ce qu'est l'activité philosophique. il s'agit d'un livre important.

le Juge (Kant). sens. le sol des traits intensifs propres aux concepts. a u p l a n s u r lequel il se délimite. «Alice s u r u n plan d ' i m m a n c e n c e où J u s t i c e égale Innocence » (p. Le plan d'immanence est pré-philosophique et c'est p a r là que. 58-59). Ils sont proches s a n s p o u r t a n t se confondre avec les types psycho-sociaux (dont parlent Simmel ou Goffman). il est le « non-pensé de la pensée ». Fait de démonstrations rigoureuses et d'exemples riches. à l'enseigne d'une « rationalité communicationnelle » (Habermas) ou d'une « conversation démocratique universelle » (Rorty) — qui r e m p l a c e la Critique et mine le concept en le m e s u r a n t du point d u vue du capitalisme universel. m a i s quelques-uns sont proposés : p h a t i q u e s (par exemple. Le t e m p s de la philosophie est stratigraphique. de problèmes et de p l a n s . l'Enquêteur (Hume). Le plan d'immanence (notion centrale de l'ouvrage. d y n a m i q u e s (danser comme Nietzsche). ni variables mais de p u r e s et simples variations d'ordonnée suivant leur voisinage). « autoréférentiel ». ils sont formés de traits personnalistiques innombrables. Il en va de m ê m e d e s p l a n s qui se chevauchent. « u n e contraction qui conserve ». etc. de directions. en zigzag a u gré d e s variations de composantes.. sélectionne et revendique. Entre concepts et plans d'immanence insiste u n tiers t e r m e . Répulsifs ou sympathiques. a u x problèmes qu'il affronte. relationnels (l'Ami). « a t t e n t e et réserve ». Le concept est relatif : à ses p r o p r e s composantes (traits intensifs). non p a s succession de systèmes » (p. celle d'une « pédagogie d u concept ». le J u g e de Kant). Le plan d'immanence est le Un-tout illimité psychique et physique à courbure variable comme « désert m o u v a n t ». les personnages conceptuels (élément s a n s doute le plus original de l'ouvrage) qui composent le mode d'énonciation propre à la philosophie. la coupe du c h a o s ou l'horizon absolu comme image propre de ce que l'activité de p e n s e r veut dire. Le premier chapitre de l'ouvrage distingue les c o m p o s a n t e s essentielles de l'activité philosophique. p a r exemple volonté de puissance et éternel retour chez Nietzsche) est l'intuition. devenir. 26-27). le Cogito ou l'Idiot (« Descartes en Russie devenu fou »). Le « propre du concept est de r e n d r e les composantes i n s é p a r a b l e s en lui » (p. 25). « troisième personne qui dit j e » (p. La philosophie se définit selon trois éléments : le concept. la compréhension implicite d u Cogito chez Descartes ou de l'être chez Heidegger) . le personnage conceptuel est inventé p a r le philosophe qui reste p o u r t a n t son simple p s e u d o n y m e : c'est l'Ami. devenir. à u n e histoire d a n s laquelle il se transforme (p. l'idiot. u n « centre de vibrations ». ou connais) est rien q u ' u n e h a b i t u d e .. idéal s a n s être a b s t r a i t ». les figures esthétiques (arts) et les observateurs partiels (science). E n t r e celle-ci et la vague de commercialisation contemporaine — l'ère de la communication et d u m a r k e t i n g d u concept. p a r essence. Il est aussi absolu : c'est u n « point de survol absolu » immédiatement co-présent à toutes ses c o m p o s a n t e s . la philosophe s'adresse a u non-philosophe et devient a u t r e (par exemple. Igitur. et il est fait de traits d i a g r a m m a t i q u e s . la réserve ou le milieu des événements ou concepts. juridiques (Prétendant chez Platon. de mouvements à l'infini.t e m p s . « le p l u s intime et p o u r t a n t le dehors de la pensée». « d e d a n s plus profond que tout m o n d e intérieur ».17 8 PHILOSOPHIQUES encyclopédie universelle du concept. a u x a u t r e s concepts. e n t r e . non p a s histoire. Souterrain ou patent. ce livre vise u n e p é d a g o g i e — j e (qui conçois. succèdent ou coexistent entre philosophes ou chez u n m ê m e philosophe. Il n'a p a s de référence m a i s u n e consistance : événement. « réel s a n s être actuel. le fou). u n e tâche plus modeste s'impose. u n noeud de coïncidence de ses traits intensifs (ni constantes. 63). existentiels : . le plan d'immanence et les personnages conceptuels. 70). « coexistence de plans. Il a u n devenir (dans ses connexions présentes) et u n e histoire. « encore à venir et déjà arrivé ».

103-104). É t a t s . Non seulement c h a q u e É t a t . « race opprimée. Nous ne m a n q u o n s p a s de communication. la philosophie de la communication ou de l'intersubjectivité. now here)-Butler. u n e territoire. variables ou limites). m a i s devant les victimes. d'événement (Intemel-Peguy. ricaner. il n'y a d'histoire universelle q u e de la contingence (p. selon les a u t e u r s . à l'État démocratique universel. À u n e fonction correspond toujours u n concept et vice versa. les variations i n s é p a r a b l e s . nous m a n q u o n s de création. « le goût de Spinoza p o u r les c o m b a t s d ' a r a i g n é e s ». Nous manquons de résistance au présent» (p.COMPTES RENDUS 179 (« Diogène et s o n t o n n e a u ». Il « est l'un des plus p u i s s a n t s motifs de la philosophie. m a i s il faut faire attention à la confusion d e s concepts et des fonctions (p. en moralisant l'État et le m a r c h é . au contraire nous en avons trop. r a c e s . « Les droits de l'homme n e n o u s feront p a s bénir le capitalisme » (p. ActuelFoucault. Ces c o m p o s a n t e s essentielles du penser philosophique é t a n t mises e n place (concept. m ê m e d é m o c r a t e [.. d'Erewhon (no-where. C o n t r a i r e m e n t à ce qu'en p e n s e n t Hegel ou Heidegger. Nous n e s o m m e s p a s responsable des victimes. u n milieu. p a r concepts. Si le chaos se définit m o i n s par son d é s o r d r e q u e p a r la vitesse infinie avec laquelle se dissipe toute forme qui s'y é b a u c h e . de devenir.. b â t a r d e . alors q u e la science renonce à l'infini. d e s Universaux et de la Doxa. « le tire-bas de Kant ». les p e r s o n n a g e s conceptuels. a u x aires de la F r a n c e (rationalisme). d u consensus ou de l'opinion universelle. les variables i n d é p e n d a n t e s . La confusion du . fouir.. On a d o n c d'une p a r t le plan d'immanence. d'utopie. Et il n'y a p a s d ' a u t r e moyen q u e de faire l'animal (grogner. les observateurs partiels. car elle ne cesse de s'y a r r a c h e r pour créer des concepts p a r définition imprévisibles. en particulier de l'Occident.3 3 . Celle-ci d r e s s e u n i m p o s a n t t a b l e a u de l'histoire de la philosophie qui croise l'histoire universelle : territoires. et a u « Peuple à venir ». Un sentiment de honte doit a p p a r a î t r e d u d e d a n s . la philosophie ne se réduirait p a s à son histoire. La deuxième partie de l'ouvrage aborde les r a p p o r t s entre philosophie. 142) d'où surgit le d o m a i n e de la proposition. c'est le m a r c h é . p . 7 6 . la première partie de l'ouvrage se t e r m i n e p a r u n e section intitulée « Géophilosophie ». 206) « appelé p a r la philosophie et l'art ». prétend r e s t a u r e r la société d e s Amis. 90) : la philosophie n'a p a s u n e origine m a i s u n e a m b i a n c e . La science et la logique. p o u r gagner u n e référence capable d'actualiser le virtuel par fonctions (ou ralenties. renoncent à l'infini p o u r gagner la référence. Se reterritorialise-t-elle aujourd'hui s u r u n É t a t d é m o c r a t i q u e universel ? Mais il n'y a p a s d'État démocratique universel : la seule chose qui est universelle d a n s le capitalisme. pour ce « peuple à venir » (p. a n a r c h i q u e . d'autre p a r t . de l'Allemagne (fondationalisme). 3 2 .]. L'art avec ses percepts et ses affects « veut créer du fini qui r e d o n n e l'infini » (p. 103). Selon les a u t e u r s .). 186). on dira alors q u e la philosophie tente de garder la vitesse infinie p o u r faire consister le virtuel. personnage conceptuel). les sections « Fonctifs et concepts » et « Prospect et concepts » analysent le r a p p o r t science-philosophie. en p a s s a n t par le Christianisme. pays. Pour u n e géophilosophie. se convulser) p o u r é c h a p p e r à l'ignoble : la pensée est parfois plus proche d ' u n animal qui m e u r t que d ' u n h o m m e vivant. le système de référence. p l a n d ' i m m a n e n c e . inférieure. p . science et art. à la servitude et à l'intolérable. il donne composition a u chaos ou à l'infini. 104-106. p .8 1 . m a i s c h a q u e démocrate est déjà compromis p a r ce qui rappelle la « honte d'être u n h o m m e » (Auschwitz. affect et concept ». de l'Angleterre ( p r a g m a t i s m e et empirisme). Nous m a n q u o n s de résistance à la mort. Plus formelles. cités. C'est cette spécificité qu'analyse la section « Percept. m a i s aussi toutes les victimes des m o d e s d'existences de la social-démocratie).. voire d e s Sages (la Cité grecque). n o m a d e irrémédiablement m i n e u r e ». Inactuel^Nietzsche. d e la Grèce (de la religion à la philosophie).

qui retarderait les contructions nécessaires et dénonce tous les faux problèmes. 13. interminables discussions. Or. et renvoie la philosophie à la communication. la science sont les aspects par lesquels le cerveau devient sujet. et la philosophie à concevoir (elle fait surgir des événements avec ses concepts). Ne serait-ce que pour cette raison. dont se réclament les auteurs. les entre-temps.180 PHILOSOPHIQUES concept avec la fonction est ruineuse à plusieurs égards. si la science nous apprend à connaître (et construit des états de choses avec des fonctions). les critiques sans création. Quolibets du moyen âge.. on en conviendra.. On ne peut pas dire d'avance si un problème est bien posé. En tous cas. et art.. « radeaux sur lequels il plonge dans le chaos et l'affronte [. au consensus libéral. au marché démocratique — au marketing. qui s'exprime dans les propositions de fait (2 e prospect : objet ou corps). l'art à sentir (il dresse des monuments avec ses sensations). Le cerveau est sujet et non pas objet. qui s'exprime dans la proposition scientifique (1 er prospect : état de chose). qui se taille dans le domaine de l'opinion (3 e prospect : états vécus). règles de maîtrise imaginaire des marchés et des médias — tout ce qui n'explique rien et doit être expliqué. 80). et leurs sources : les universaux. disqualifie toute discussion. Elle laisse au concept philosophique une part réduite ou dégénérée. mais d'abord un état de survol sans distance ». Simples opinions.] pas un cerveau derrière un cerveau. Aussi. Il y va d'une faculté de goût (p. C'est sans doute par cette lutte que s'extrait du chaos la figure de ce « peuble à venir ». si un personnage est viable. la réflexion. La philosophie fuit les discussions. la contemplation.) Bien que tout le livre tente de préciser des zones d'indécidabilité entre philosophie. que n'ont de cesse d'appeler Deleuze et Guattari. la question d'un rapprochement possible est traité plus directement en conclusion. 76-77). science et philosophie deviennent indécidables. mais à celle de l'Intéressant. chacun a un rapport essentiel au « Non » qui le concerne et reste avant tout attiré par les hiatus. Elle fait du concept scientifique le concept par excellence. D'abord la philosophie. irréductiblement minoritaire. témoignent de mauvais goût philosophique et de l'engloutissement du plan d'immanence dans les fausses perceptions et les mauvais sentiments (illusions de transcendance. D'autre part. La logique double alors la science. La lutte commune contre le chaos n'est alors que l'instrument d'une lutte plus profonde contre l'opinion. l'ouvrage de Deleuze et Guattari est important. sans devenir. On ne peut qu'en recommander . leur pratique. la réussite ou l'échec en philosophie ne se mesure pas tant à la catégorie de vérité. de l'Important (p. Le constructivisme.. est bien le cas. dissout le concept dans la fonction et dans la corrélation au vécu. p. du Remarquable. Urdoxa platonicienne ou husserlienne. même s'il est difficile de jauger la portée qui lui sera réservée. il met en place un nombre impressionnant d'éléments qui permettent de circonscrire plus avant l'activité philosophique tout en la rappelant à ses aspects les plus critiques et les plus radicaux. Trop peu de philosophes tentent de répondre à la question « qu'est-ce que la philosophie ? » qui surdétermine pourtant. l'art. les fentes synapsiques d'un cerveau inobjectivable. science. là où art. Elle remplace le concept philosophique par un concept logique. Deux points majeurs d'interférence et d'analogie entre les trois modes du penser sont alors élaborés. ses trois plans d'immanence. si une solution convient. la communication. ces trois Non ne se distinguent plus au niveau du chaos où il plonge pour en circonscrire un vague ou un fragment.

de la manipulation de son titre. Mario Dufour École des Hautes Études en Sciences Sociales . des enjeux et du statut de leurs discours.COMPTES RENDUS 181 la lecture à tous ceux qui s'inquiètent (ou plutôt qui ne s'inquiètent pas suffisamment) de leur pratique de philosophe.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful