P. 1
Developpement Du Secteur de Recyclage Des Dechets Solides Au Maroc

Developpement Du Secteur de Recyclage Des Dechets Solides Au Maroc

|Views: 652|Likes:
Published by oumy1

More info:

Published by: oumy1 on Sep 16, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/25/2013

pdf

text

original

Sections

  • ABREVIATIONS ET ACRONYMES
  • RESUME
  • INTRODUCTION
  • CHAPITRE 1 : ANALYSE DES PRINCIPALES FILIERES DE VALORISATION
  • 2-FILIERE PLASTIQUE
  • 2.1. Présentation générale de la filière
  • 2.2. Contexte national : organisation, gestion et spécificités
  • 2.3. Contexte et expériences internationaux
  • 2.4 Procédés de valorisation des déchets plastiques
  • 2.5. Produits recyclables et recyclés
  • 2.6. Quantités collectées
  • 2.7. Qualité et valorisation des produits collectés
  • 2.8. Prix pratiqués
  • 2.9. Débouchés actuels et potentiels à développer
  • 2.10. Contraintes spécifiques relevées
  • 2.11. Rentabilité financière des produits valorisés
  • 2.13. Actions et mesures d’accompagnement spécifiques de la filière
  • 3- FILIERE PAPIER ET CARTON
  • 3.1. Présentation générale de la filière au niveau national
  • 3.3. Contexte et expériences internationaux
  • 3.4. Produits recyclables et produits recyclés
  • 3.5. Quantités collectées
  • 3.6. Qualité et valorisation des produits collectés
  • 3.7. Prix pratiqués
  • 3.8. Débouchés actuels et potentiels à développer
  • 3.9 Contraintes spécifiques relevées
  • 3.10. Rentabilité financière des produits valorisés
  • 3.12. Actions et mesures d’accompagnement spécifiques de la filière
  • 4- FILIERE DE RECUPERATION DU VERRE
  • 4.1. Présentation générale de la filière au niveau national
  • 4.2. Contexte national : organisation, gestion et spécificités
  • 4.3. Contexte et expériences internationaux
  • 4.4. Produits recyclables et produits recyclés
  • 4.5. Quantités collectées
  • 4.6. Qualité et valorisation des produits collectés
  • 4.7. Prix pratiqués
  • 4.8. Débouchés actuels et potentiels à développer
  • 4.9 Contraintes spécifiques relevées
  • 4.10. Rentabilité financière des produits valorisés
  • 4.11. Modes spécifiques d’organisation de la filière
  • 4.12. Actions et mesures d’accompagnement spécifiques
  • 5 . FILIERE DE RECUPERATION DES METAUX
  • 5.1. Présentation générale de la filière au niveau national
  • 5.2. Contexte national : organisation, gestion et spécificités
  • 5.3. Contexte et expériences internationaux
  • 5.4. Produits recyclables et produits recyclés
  • 5.5. Quantités collectées
  • 5.6. Qualité et valorisation des produits collectés
  • 5.7. Prix pratiqués
  • 5.8. Débouchés actuels et potentiels à développer
  • 5.9 Contraintes spécifiques relevées
  • 5.10 Rentabilité financière des produits valorisés
  • 5.12. Actions et mesures d’accompagnement spécifiques de la filière
  • 6. CONCLUSION
  • 1- INTRODUCTION
  • 2- VALORISATION DES DECHETS AU QUEBEC
  • 3- VALORISATION DES DECHETS EN ALLEMAGNE
  • 3-1 Valorisation du verre
  • 3-2 Recyclage du PVC
  • 3-3 Recyclage du papier
  • 4- VALORISATION DES DECHETS EN SUISSE
  • 5- VALORISATION DES DECHETS EN FRANCE
  • 5-1 Valorisation des déchets d’emballage
  • 5-2 Valorisation des déchets du papier /carton
  • 5-3 Valorisation des déchets inertes
  • 5-4 Autres filières
  • 6- VALORISATION DES DECHETS EN TUNISIE
  • CHAPITRE 3 : FAISABILITE DU TRI A LA SOURCE
  • 1. INTRODUCTION
  • 2. EXPERIENCES INTERNATIONALES DE TRI A LA SOURCE
  • 2-1 Introduction
  • 2-2-Expérience de tri des déchets en Tunisie
  • 2-3- Expérience de tri en France
  • 2-4 L’expérience du tri en Allemagne
  • 2-5 Analyse des expériences internationales en matière de tri
  • 3. EXPERIENCE NATIONALE EN MATIERE DE TRI
  • 3-1 Introduction
  • 3-2 Expérience de Rabat-Salé
  • 3-3 Expérience de Tiflet
  • 3-4 Expérience de Larache
  • 3-5 Expérience de Nador
  • 4-1 Introduction
  • 4-2 Analyse des expériences passées
  • 4-3 Conditions préalables pour la réussite d’une expérience pilote
  • 4-4 Plan de mise en œuvre de l’expérience de tri
  • CHAPITRE 4 : PLAN DE SENSIBILISATION A LA GIDS
  • 2. LES CONDITIONS REQUISES POUR UNE POLITIQUE EFFICACE D’ IEC
  • 2-1 Information et Communication
  • 2-2 L’éducation
  • 3. L ’IEC DANS LE PROCESSUS DE GIDS
  • 3-1 La réduction à la source des déchets et la réutilisation
  • 3-2 Le respect des lieux et des heures de collecte
  • 3-3 Le tri sélectif
  • 3-4 L’élimination
  • 3-5 La préservation de l’environnement urbain
  • 4-1 Constats concernant le contexte marocain
  • 4-2 Conséquences de ces constats
  • 5- LE PLAN DE SENSIBILISATION - ETAT DES LIEUX
  • 5-1 Introduction
  • 5-2 Actions de communication et de sensibilisation de la population
  • 5-4 Conclusion
  • 6- ANALYSE DES PARTIES PRENANTES
  • 6-1 Département de l’Environnement
  • 6-2 Direction Générale des Collectivités Locales
  • 6-5 Médias
  • 6-6 ONG et associations locales
  • 7-1 Introduction
  • 7-2 Objectifs du plan de sensibilisation
  • 7-3 Echelle d’intervention
  • 8- GROUPES CIBLES
  • 8-1 Présentation générale
  • 8-2 Actions par groupes cibles
  • 9- METHODOLOGIE D’INTERVENTION
  • 9-1 Renforcement des capacités nationales
  • 9-3 Actions pilotes de sensibilisation du grand public
  • 10- ACTIVITES A MENER
  • 2- CONTEXTE
  • 3-RESUME DU DIAGNOSTIC DU SECTEUR DE RECYCLAGE
  • 4- LIGNES DIRECTRICES
  • 5- PLAN D’ACTION
  • ETUDE DE FAISABILITE D’UNE ECO-TAXE SUR LES PRODUITS D’EMBALLAGE
  • ORGANISATION DU SECTEUR DE RECYCLAGE
  • SENSIBILISATION A LA VEILLE TECHNOLOGIQUE DU RECYCLAGE
  • PLAN D’INFORMATION, D’EDUCATION ET DE COMMUNICATION
  • ORGANISATION DE LA FILIERE DE RECYCLAGE DU VERRE

METAP Royaume du Maroc ******** Ministère de l’’Aménagement du Territoire, de l’’Eau et de l’’Environnement Département de l’’Environnement

Mediterranean Environmental Technical Assistance Program

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE RECYCLAGE DES DECHETS SOLIDES AU MAROC
MISSION II RAPPORT FINAL

Juin 2005

EDIC

Ce Projet est exécuté par la Banque Mondiale, financé par la Commission Européenne et hébergé à l’’ANPE

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE RECYCLAGE DES DECHETS SOLIDES AU MAROC

MISSION 2 : EVALUATION DES POTENTIALITES ET DES DEBOUCHES DES PRODUITS RECYCLES PLAN D’’ACTION

RAPPORT FINAL

Juin 2005

Groupement ADS Maroc - EDIC
4, Avenue Bin Al Widane, N° 6 –– Agdal –– Rabat Tél. : 037 68 10 11 ou 12 / Fax : 037 68 10 13 E mail : adsmaroc@menara.ma
ADS Maroc/EDIC ii Recyclage des déchets solides

TABLE DES MATIERES
ABREVIATIONS ET ACRONYMES .................................................................. 1 RESUME .................................................................................................................. 2

PARTIE I
EVALUATION DES POTENTIALITES ET DES DEBOUCHES DES PRODUITS RECYCLES
INTRODUCTION......................................................................................................................... 9

CHAPITRE I : ANALYSE DES PRINCIPALES FILIERES DE VALORISATION ........... 11
1- INTRODUCTION................................................................................................................... 11 2- FILIERE PLASTIQUE .......................................................................................................... 11 2.1. Présentation générale de la filière............................................................................... 11 2.2. Contexte national : organisation, gestion et spécificités ........................................... 13 2.3. Contexte et expériences internationaux...................................................................... 14 2.4 Procédés de valorisation des plastiques....................................................................... 14 2.5. Produits recyclables et recyclés.................................................................................. 15 2.6. Quantités collectées .................................................................................................... 15 2.7. Qualité et valorisation des produits collectés ............................................................. 16 2.8. Prix pratiqués.............................................................................................................. 16 2.9. Débouchés actuels et potentiels à développer ............................................................ 17 2.10. Contraintes spécifiques relevées............................................................................... 18 2.11. Rentabilité financière des produits valorisés............................................................ 20 2.12. Modes spécifiques d’’organisation et de structuration de la filière et leurs impacts technico-financiers ......................................................................... 20 2.13. Actions et mesures d’’accompagnement spécifiques de la filière ............................ 21 3- FILIERE PAPIER ET CARTON.......................................................................................... 21 3.1. Présentation générale de la filière au niveau national ................................................ 21 3.2. Contexte national : organisation, gestion et spécificités ............................................ 22 3.3. Contexte et expériences internationaux...................................................................... 24 3.4. Produits recyclables et produits recyclés.................................................................... 24 3.5. Quantités collectées .................................................................................................... 25 3.6. Qualité et valorisation des produits collectés ............................................................. 25 3.7. Prix pratiqués.............................................................................................................. 25 3.8. Débouchés actuels et potentiels à développer ............................................................ 26 3.9 Contraintes spécifiques relevées.................................................................................. 26 3.10. Rentabilité financière des produits valorisés............................................................ 27 3.11. Modes spécifiques d’’organisation et de structuration de la filière et leurs impacts technico-financiers ......................................................................... 27 3.12. Actions et mesures d’’accompagnement spécifiques de la filière ............................. 28
ADS Maroc/EDIC i Recyclage des déchets solides

...4........................ 38 5...............................................................................VALORISATION DES DECHETS EN SUISSE ................FILIERE DE RECUPERATION DU VERRE ......................................... 38 5......... 42 1................................................................. 36 5...... 37 5...... 38 5.......................... Qualité et valorisation des produits collectés ....... 47 5........................................................... 46 3-2 Recyclage du PVC ............................................................ 52 ADS Maroc/EDIC ii Recyclage des déchets solides .......... 34 4........................ gestion et spécificités ........ Présentation générale de la filière au niveau national ............................................................................. 35 5............. 44 3-1 Valorisation du verre........................................................................................... Produits recyclables et produits recyclés........ Produits recyclables et produits recyclés.... 40 6..................... 33 4.................................... Contexte national : organisation......................................................................2.............. 35 5.....2....................................12...................................................... 34 4...................... Contexte et expériences internationaux...............FILIERE DE RECUPERATION DES METAUX ....................................8.......................................................VALORISATION DES DECHETS AU QUEBEC..5..................................................................................................10 Rentabilité financière des produits valorisés.. Modes spécifiques d’’organisation de la filière .................................................................................... 46 3-3 Recyclage du papier ............................. Quantités collectées ...3............................................................. Débouchés actuels et potentiels à développer .. Prix pratiqués..... 52 6.5............................ Prix pratiqués... 29 4..............12...... Rentabilité financière des produits valorisés...........................................3........ 31 4.......................... 32 4.................... 42 2........................................................................................ 32 4..7.1.................................................................. 32 4........................ 31 4............................... 29 4....................................... Modes spécifiques d’’organisation et de structuration de la filière et leurs impacts technico-financiers..............6.....6...........4............................................ 39 5..........................CONCLUSION ............... gestion et spécificités ..................................11.............................................INTRODUCTION .......................... 46 4....4................................................ Qualité et valorisation des produits collectés ......................... 35 5...............9 Contraintes spécifiques relevées...................................................10.................................. Actions et mesures d’’accompagnement spécifiques de la filière .......................................................................................... 49 5-2 Valorisation des déchets du papier /carton ......................... 37 5................... Actions et mesures d’’accompagnement spécifiques ........................ 43 3.....11.... 52 5-4 Autres filières .......................................... 49 5-1 Valorisation des déchets d’’emballage .................. Quantités collectées ................................................................VALORISATION DES DECHETS EN ALLEMAGNE ........ Contexte et expériences internationaux.......8..................7............................................VALORISATION DES DECHETS EN TUNISIE ......1.........................................................................................9 Contraintes spécifiques relevées................................................. 30 4...... 40 CHAPITRE II : ANALYSE DES EXPERIENCES INTERNATIONALES EN MATIERE DE RECYCLAGE ET DE VALORISATION DES DECHETS ........................................................................................... 40 5.......... Débouchés actuels et potentiels à développer . 32 4..................... Présentation générale de la filière au niveau national .................................................................................................... 37 5................................................................................................................................... 39 5.......... 51 5-3 Valorisation des déchets inertes ..VALORISATION DES DECHETS EN FRANCE ..... Contexte national : organisation...................

.................................. 68 2-2 L’’éducation ...................................................... 71 5......................................... 69 3-1 La réduction à la source des déchets et la réutilisation...................................................................................... 73 5-4 Conclusion .................................................. 74 ADS Maroc/EDIC iii Recyclage des déchets solides ............................................. 70 4-CARACTERISTIQUES D’’UNE POLITIQUE NATIONALE DE SENSIBILISATION POUR LA GIDS ADAPTEES AU CONTEXTE NATIONAL .....................LE PLAN DE SENSIBILISATION .......................................................... 70 3-4 L’’élimination.. 63 4-3 Conditions préalables pour la réussite d’’une expérience pilote ..... 64 CHAPITRE IV : PLAN DE SENSIBILISATION A LA GIDS..................PLAN DE MISE EN ŒŒUVRE D’’UNE EXPERIENCE PILOTE DANS UN QUARTIER DE L’’AGDAL ....................................................................................................................................................................... 56 2-4 L’’expérience du tri en Allemagne......................................................................................................................................... 70 3-5 La préservation de l’’environnement urbain .....................................................................................ETAT DES LIEUX.................................. 55 2........ 69 3...... 69 3-2 Le respect des lieux et des heures de collecte .............................................. 61 3-5 Expérience de Nador ...................................................................................................... 60 3-4 Expérience de Larache ..................................................................................... 58 3-.................................... 70 4-1 Constats concernant le contexte marocain ....................................... 59 3-2 Expérience de Rabat-Salé .................................................................................................................................................................................. 67 1........................................................................ 59 3-3 Expérience de Tifelt .....................EXPERIENCE NATIONALE EN MATIERE DE TRI ....................................................... 72 5-1 Introduction .................................................................................. L ’’IEC DANS LE PROCESSUS DE GIDS...................................... 59 3-1 Introduction .......................................................................................................... 55 2-1 Introduction .................................................. 62 4-2 Analyse des expériences passées ............................... 63 4-4 Plan de mise en œœuvre de l’’expérience de tri... 55 1................................................. INTRODUCTION.....Expérience de tri en France ........................................................... 69 3-3 Le tri sélectif ..........72 5-3 Actions de sensibilisation en appui aux projets/programmes de gestion68 des déchets solides........................... 68 2-1 Information et Communication ............. 67 2................................................................... 55 2-2-Expérience de tri des déchets en Tunisie ............................................................................................................................................................................................... 70 4-2 Conséquences de ces constats .................................... 72 5-2 Actions de communication et de sensibilisation de la population................................................ 62 4-1 Introduction ........................................................................................................................................................................................................................................................ EXPERIENCES INTERNATIONALES DE TRI A LA SOURCE.................. 62 4-........ 57 2-5 Analyse des expériences internationales en matière de tri .................... 56 2-3............................................................CHAPITRE III : FAISABILITE DU TRI A LA SOURCE ................................................................... LES CONDITIONS REQUISES POUR UNE POLITIQUE EFFICACE D’’ IEC ....................................................................... INTRODUCTION...........................................................................................................................

........GROUPES CIBLES ................................................................................... 80 10-2 Mise en place d’’actions pilotes en matière d’’éducation et de sensibilisation à l’’environnement .................................................... 74 6-2 Direction Générale des Collectivités locales.....................................................................78 9...................................................................... 77 8....................... de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique .................. 76 7-1 Introduction ...METHODOLOGIE D’’INTERVENTION ................................ 76 6-6 ONG et associations locales ...............................................6........... 79 9-3 Actions pilotes de sensibilisation du grand public..................................................... 75 6-4 Ministère de l’’Education Nationale.............................................................................................................................ACTIVITES A MENER .................................................................................................................................................................................................. 77 8-1 Présentation générale ......... 78 9-1 Renforcement des capacités nationales ....................................... 75 6-3 Ministère de la Communication la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique.................................................................................................................................. 80 10-1 Elaboration d’’une stratégie et un plan d’’action nationaux .............................................................. 79 9-2 Mise en place d’’actions pilotes d’’éducation à l’’environnement au niveau national................................................................................................................................... de l’’Enseignement Supérieur....................................................................... 82 ADS Maroc/EDIC iv Recyclage des déchets solides ... 76 7-2 Objectifs du plan de sensibilisation.................................. 76 7............................................................................................................................. 80 10........................................................................................77 8-2 Actions par groupes cibles ..................................................................... 74 6-1 Département de l’’Environnement ............. 75 6-5 Médias ......................................................... 81 11.............................ELABORATION DU PLAN DE SENSIBILISATION ...CAMPAGNE DE SENSIBILISATION ET D’’INFORMATION DU GRAND PUBLIC...........................ANALYSE DES PARTIES PRENANTES .................................................................... 77 7-3 Echelle d’’intervention ............

.......12 Développement de nouveaux créneaux de recyclage................8 Sensibilisation a la veille technologique du recyclage ..INTRODUCTION..............................6 Mise en place d’’une bourse de déchets ...... 113 6..................................................... 105 6...................................................................................CONTEXTE ..................17 Etude de faisabilité de récupération des métaux des piles électriques ..............4 Amélioration du système de connaissance du secteur des déchets ménagers ......... 94 6......................................................... 133 ADS Maroc/EDIC v Recyclage des déchets solides ............ 121 6. 92 6....................13 Tri du verre ............................................................................................................................. 123 6.................. 108 6................. 101 6...........................................................................FICHES PROJETS ...............................................14 Récupération des lampes a gaz rares ........................................................ 127 6...................................... 118 6........................................................................................................................................ 110 6........................ 91 6..................10 Mise en place de mécanismes financiers d’’appui au secteur .........11 Mécanisation du lavage des produits récupères .......................................... d’’éducation et de communication ...............................9 Plan d’’information.... 85 3-RESUME DU DIAGNOSTIC DU SECTEUR DE RECYCLAGE ................ 129 6.........PARTIE II PLAN D’’ACTION 1..............................7 Mise en œœuvre d’’expériences pilotes de tri ............................................. 98 6...............................................................2 Normalisation et labellisation des produits recycles ....... 86 4..........................PLAN D’’ACTION ..................................15 Organisation de la filière de recyclage du verre..............................1 Reconnaissance juridique et institutionnelle du secteur de recyclage...................... 87 5.............LIGNES DIRECTRICES ..........5 Organisation du secteur de recyclage ...................................................16 Projet pilote de récupération du plomb des batteries....... 131 6...3 Etude de faisabilité d’’une eco-taxe sur les produits d’’emballage .... 88 6....................................................................................................... 115 6..................................................... 125 6...... 85 2.........

Commerces et Institutions : Information. Education et Communication : Service de coopération du Japan ( Japan International Cooperation Agency) : Kilogramme : Million de Dirhams : Mediterranean Environmental Technical Assistance Program : Office National de l’’Eau Potable : Organisation Non Gouvernementale : Plan d’’Action National pour l’’Environnement : PolyEthylène : PolyEthylène Téréphtalate : Programme de Gestion et de Protection de l’’Environnement : Petite et Moyenne Entreprise : PolyPropylène : PolyStyrène : PolyChlorure de Vinyle : Pays en Voie de Développement. : Radio Télévision Marocaines : Système d’’Information Géographique : Service de Normalisation Industrielle Marocaine 1 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . de la Rénovation et de la Démolition : Direction Générale des Collectivités Locales : Dirham : Duales System Deutschland : Education Relative à l’’Environnement : Fédération des Industries Métalliques et Mécaniques : Fonds de Déppolution Industrielle : Gestion Intégrée des Déchets Solides : Groupement Professionnel des Banques du Maroc : Industries.ABREVIATIONS ET ACRONYMES ADEME AMP ANPE ANPME ARPC BMCE CCR CGEM CPS CRD DGCL Dh DSD ERE FIMME FODEP GIDS GPBM ICD IEC JICA Kg MDh METAP ONEP ONG PANE PE PET PGPE PME PP PS PVC PVD RTM SIG SNIMA : Agence De l’’Environnement et de la Maîtrise de l’’Energie : Association Marocaine de Plasturgie : Agence Nationale de Protection de l’’Environnement (Tunisie) : Agence Nationale de Promotions des Petites et Moyennes Entreprises : Association des Récupérateurs de Papier Carton (ARPC). : Banque Marocaine de Commerce Extérieur : Caisse Cartons de Récupération : Confédération Générale des Entrepreneurs du Maroc : Cahier des Charges : Construction.

Le diagnostic du secteur a fait l’’objet d’’un premier rapport de l’’étude. à savoir le développement des débouchés des différentes filières de récupération des déchets et l’’élaboration d’’un plan d’’action national pour le développement des activités du secteur. sur les différentes facettes du secteur de recyclage au Maroc. institutionnel. l’’organisation des circuits de récupération et de commercialisation ainsi que l’’identification des contraintes et des opportunités liées au développement des activités du secteur. La première phase de l’’étude a été consacrée à la caractérisation des activités des différentes filières de recyclage. L’’activité de recyclage du plastique répond principalement à l’’offre et la demande des produits dont le gisement annuel se situe dans une fourchette de 30 000 à 40 000 tonnes. un éclairage complet aux décideurs et aux opérateurs publics et privés. Les principales phases de cette étude sont i) le diagnostic de l’’état actuel du secteur et les contraintes de développement des différentes filières sur les plans technique. Les principaux résultats du rapport sont résumés ci-après. répond aux attentes des phases II et III. Filière Plastiques Les produits plastiques les plus répandus. financiers et sociaux du secteur. De nombreuses sociétés sont actuellement actives dans le domaine de la plasturgie dont une partie fonctionne principalement à l’’aide des produits de recyclage. Le plan d’’action proposé pour le développement des activités du secteur fait l’’objet de la deuxième partie du rapport. Elle a été réalisée par le groupement ADS Maroc-EDIC pour le compte du Département de l’’Environnement et du METAP. le verre. faisant l’’objet de recyclage sont le PE.RESUME La présente étude a pour objet le développement de l’’activité de recyclage des déchets solides ménagers et assimilés au Maroc. Ce diagnostic approfondi a permis d’’établir des indicateurs analytiques clés relatifs aux aspects techniques. le papier/carton et la ferraille. La connaissance de ces indicateurs a apporté pour la première fois au Maroc. le PVC et les caoutchoucs. Le présent document. ADS Maroc/EDIC 2 Recyclage des déchets solides . relatives au cadre institutionnel/juridique et à la gestion et à l’’organisation du secteur. iii) le développement d’’un plan d’’action national pour la promotion du secteur et iv) l’’assistance pour la sélection et l’’application d’’un ou deux guides régionaux. organisationnels. ii) l’’évaluation des potentialités et des débouchés du secteur. Casablanca représente la plateforme la plus importante de l’’industrie de la plasturgie et également du recyclage des produits récupérés. que des solutions spécifiques ciblant les activités propres aux différentes filières existantes ou à créer. juridique et social. la première est consacrée à l’’analyse approfondie des principales filières actives à savoir les matériaux plastiques. Ces sociétés sont aussi bien formelles que non formelles. Ce dernier présente les actions pertinentes à même de dépasser les contraintes relevées et d’’exploiter les opportunités identifiées lors du diagnostic. organisationnel. Le présent rapport est organisé en deux parties. Il apporte aussi bien des solutions globales. suivie de l’’organisation d’’ateliers de formation et de dissémination des résultats de l’’étude. ce qui est en deçà du potentiel du gisement plastiques récupérables à partir des déchets ménagers et assimilés. qui en constitue le deuxième rapport.

Les papiers/cartons en provenance des déchets ménagers constituent une partie mineure de la quantité collectée. etc. un véritable problème d’’organisation et de précarité des conditions de travail en particulier des récupérateurs : manquement aux règles de base d’’hygiène et de salubrité. grossiste/intermédiaires . recommande : la sensibilisation à l’’amélioration de la qualité des produits recyclés . etc. juridique et institutionnel mais également des contraintes techniques spécifiques qu’’il convient de surmonter pour renforcer davantage le développement du secteur. A cet effet le plan d’’action proposé. estimée d’’après les enquêtes réalisées dans le cadre de l’’étude. et enfin la famille des sociétés de valorisation. Filière Papier et carton Le papier et carton sont des produits de recyclage qui constituent la pierre angulaire de l’’industrie du papier au Maroc. La plus importante d’’entre elles est CMCP. la caste des récupérateurs. la valorisation des produits recyclés demande un investissement important. la mécanisation du lavage des produits récupérés . Les matériaux recyclés convoités sont le carton et les rognures d’’imprimerie. Elle draine près de 80% de la matière première consommée par le secteur. le niveau de technicité est abordable. des contraintes d’’ordre organisationnel. mais pour la transformation du caoutchouc et du PET par exemple. Par contre. rendant difficile une mise à niveau technologique régulière. L’’activité de recyclage du papier est principalement conditionnée par la demande de CMCP. et la sensibilisation à l’’évolution du marché du recyclage et veille technologique liée à ce secteur. qui sont à la base de cette industrie.La filière est organisée en trois principales familles d’’opérateurs. Pour le PE et le PVC. risque pour la santé. A l’’instar des autres filières. comme les autres filières. le savoir faire et l’’investissement requis sont importants et donc difficilement accessibles pour la majorité des opérateurs du secteur. les intermédiaires et les grossistes. le développement de nouveaux créneaux de recyclage . la filière de recyclage des plastiques connaît. Ainsi. à savoir les récupérateurs. à l’’instar des autres filières de recyclage. autour de laquelle. Le circuit de récupération et de valorisation des produits plastiques connaît à la base. ADS Maroc/EDIC 3 Recyclage des déchets solides .). Le niveau de technicité requis pour la mise en œœuvre des matériaux plastiques varie d’’un produit à l’’autre. la filière de collecte et de drainage des matières recyclées est parfaitement organisée (récupérateurs . opère dans des conditions très précaires et profite le moins des plus values du secteur. concessionnaires CMCP avec cahier des charges précis . à quelques 62 000 tonnes par an. Les sociétés de transformation du papier et carton sont peu nombreuses. localisée à Kénitra. Le niveau de technicité de la filière est très bas.

aux grossistes et aux sociétés de valorisation. technique archaïques de lavage et conditionnement. à savoir le cuivre. des conditions de travail précaires pour les récupérateurs. Les niveaux de prix sont régulés par la société SEVAM qui constitue le principal exutoire de la filière. coûts de transport élevés pour les villes éloignées de Casablanca et une répartition inégale des plus values générées. etc. juridique et institutionnel. Mise en place d’’un système organisationnel de collecte et de tri piloté par SEVAM à l’’image de la structure organisationnelle des concessionnaires de la CMCP pour la filière papier/carton. le plomb et l’’aluminium. A l’’instar de la filière plastique. etc. Contrairement aux autres filières où la récupération est principalement faite à partir des déchets ménagers. Filière Ferraille et autres métaux La récupération des métaux est une activité très prisée et lucrative. La ferraille récupérée est quasiment exportée dans sa globalité.La filière de recyclage connaît comme les autres filières de recyclage. en ce qui concerne le lavage et le drainage vers Casablanca. ADS Maroc/EDIC 4 Recyclage des déchets solides . La filière connaît pratiquement les mêmes problèmes et contraintes de développement que les autres filières du secteur à savoir : une activité informelle et mal organisée à la base. Filière du Verre Le verre blanc est un produit très convoité par la seule société dominant le marché de l’’industrie du verre et de l’’emballage. la récupération des métaux provient des déchets assimilés en provenance des unités industrielles et artisanales. commerces. voitures réformées. des contraintes d’’ordre technique. La principale plate forme de récupération et de négoce de la ferraille est Casablanca en raison de l’’importance de l’’activité industrielle et des infrastructures portuaires. Encouragement à la création d’’entreprises spécialisées dans la valorisation industrielle du verre coloré. Compte tenu des coûts de transport élevés. la filière reste peu développée dans les agglomérations lointaines des centres des concessionnaires. Cependant. des villes portuaires comme Agadir. L’’activité de recyclage du verre suit un circuit similaire à celui du plastique. Kénitra et Nador restent également actives dans l’’export de la ferraille récupérée. La quantité récupérée chaque année avoisine les 43 000 tonnes dont la quasi-totalité est remise en œœuvre à SEVAM à Casablanca qui de ce fait. D’’où l’’intérêt d’’un groupement effectif des récupérateurs. Les principales actions spécifiques préconisées pour le développement de la filière du verre sont résumées ci-après : Mise en place d’’un centre de tri accessible aux intermédiaires. voir des intermédiaires et des grossistes en vue d’’optimiser les coûts de transport. Promotion du recyclage des lampes à néon avec séparation et valorisation des métaux qu’’elles contiennent. le niveau de technicité requis au stade de la récupération et du conditionnement est bas. Par contre la valorisation est très capitalistique ce qui explique l’’existence d’’un seul débouché pour la filière. Elle concerne en premier lieu les dérivés du fer suivis par les métaux les plus convoités. constitue la plateforme nationale de négoce du verre recyclé.

Ces nouvelles filières de récupération sont présentées comme actions spécifiques dans le plan d’’action préconisé pour le développement du secteur. le drainage des carcasses de voitures nécessite un effort physique important et exige qu’’ils disposent de charrettes. deux (Larache et Nador) sont en cours de mise en œœuvre et il est prématuré d’’en évaluer les résultats à ce stade. des expériences internationales en matière de recyclage ont été analysées. le manque d’’équipement pour le ramassage séparé et pour la deuxième expérience le manque de sensibilisation et donc. Le niveau de technicité est faible en bas de la pyramide de la filière de valorisation de la ferraille mais sa mise en valeur dans la métallurgie relève de l’’industrie métallurgique. soit 142 000 tonnes. pour les deux initiatives de Rabat et de Tifelt. il doit bénéficier de l’’adhésion des populations ciblées et des moyens matériels et humains propres requis pour sa mise en œœuvre. pose des risques de blessures et de contamination. Sur ces quatre expériences. Il s’’agit des expériences de quatre pays développés (le Canada. ADS Maroc/EDIC 5 Recyclage des déchets solides . Par contre. la pratique de tri à la source (dans les ménages) ou de la collecte sélective reste très limitée au Maroc. En outre. bien au contraire. Quatre principales expériences de tri sont présentées et analysées dans le rapport. La sélection des métaux. Le diagnostic de la filière des métaux a permis d’’identifier de nouvelles opportunités de récupération à savoir la récupération du plomb des batteries d’’automobile. l’’Allemagne.Les récupérateurs spécialisés dans la ferraille ne sont pas mieux lotis que les autres. de participation des ménages concernés L’’analyse faite dans le rapport des expériences de différents pays étrangers en matière de tri des déchets montre que pour assurer son succès. L’’analyse de ces expériences a permis de mettre à profit les leçons apprises en matière de valorisation des déchets de récupération pour mieux orienter les actions à promouvoir dans le cadre du programme d’’action préconisé pour le secteur. Expériences internationales en matière de recyclage En complément aux résultats du diagnostic et au préalable de l’’élaboration du plan d’’action pour le développement du secteur. souvent oxydés. Les principales causes semblent être pour la première initiative. des métaux des piles électriques et des métaux précieux contenus dans les lampes. la France et la Suisse) et de l’’expérience d’’un pays similaire au Maroc en l’’occurrence la Tunisie. l’’instauration d’’un système de tri et de collecte sélective doit être parfaitement intégrée et en cohérence avec le système de gestion des déchets municipaux. Les besoins futurs du marché national (SONASID) et la demande étrangère en ferraille dépassent de loin les quantités annuellement collectées. Expérience pilote de tri à la source En dépit de son intérêt pour le développement de la valorisation des déchets. il est clair que les objectifs qui leur ont été assignés n’’ont pas été atteints et que les deux expériences ont dû être arrêtées après une certaine période d’’essai.

Dans ces conditions de manque flagrant de moyens et des ressources affectés à la gestion des déchets municipaux. Il est évident que pour être soutenable. sans une conviction engagée des décideurs. ADS Maroc/EDIC 6 Recyclage des déchets solides .. le plan d’’action relatif à la GIDS doit être conçu dans le cadre de cette stratégie. Un plan IEC spécifique au secteur de recyclage des déchets est présenté dans la deuxième partie du rapport dédiée au plan d’’action de développement du secteur de recyclage (Voir action N°9) Plan d’’action pour le développement du recyclage Le diagnostic réalisé a permis de mettre en exergue les points forts et les faiblesses du secteur de recyclage au Maroc. mais également une politique efficace d’’Information. il doit s’’inscrire dans la continuité et cibler d’’une manière spécifique. à la réutilisation. moyens de collecte utilisés. niveau de sensibilisation des acteurs. un plan d’’action IEC doit relever d’’une stratégie nationale globale d’’IEC ciblant en général la protection de l’’environnement et en particulier la GIDS.. A ce titre. L’’analyse dans le document. sans une motivation et une implication effective des responsables municipaux et sans une participation active des populations concernées. un plan détaillé de sensibilisation des parties prenantes sur l’’intérêt d’’une GIDS est présenté dans le rapport. chacun des groupes concernés. dans le cadre d’’une gestion communale. Plan de sensibilisation à la GIDS La Gestion Intégrée des Déchets Solides (GIDS). un système de tri à la source et de collecte sélective nécessitant des ressources matérielles et humaines additionnelles et générant ainsi des dépenses supplémentaires. à la revalorisation et à l’’élimination. Un plan d’’action IEC d’’accompagnement est donc nécessaire au succès de tout système de gestion des déchets municipaux. Il a permis également d’’identifier les contraintes au développement des activités du secteur et les opportunités prometteuses de promotion de nouvelles filières et de création de nouveaux débouchés. sont explicités dans le rapport. les objectifs assignés au système de gestion des déchets risquent d’’être compromis. une bonne gestion intégrée des déchets nécessite non seulement des investissements. d’’Education et de Communication (IEC) des partie prenantes . des expériences nationales et internationales en matière de tri et de collecte sélectifs a permis de dégager les recommandations pertinentes à la mise en œœuvre d’’un système de tri à la source. D’’où l’’importance de la participation du secteur privé. il est illusoire de préconiser. le système proposé devrait être financièrement rentable ou du moins assurer un équilibre entre les frais de fonctionnement requis et les revenus générés.) sont peu favorables pour la mise en place de systèmes de tri des déchets à la source. qui fait appel de manière sélective à la réduction à la source. d’’Education et de Sensibilisation de l’’ensemble des acteurs concernés par la préservation de l’’environnement en général et par la GIDS en particulier. Le plan de sensibilisation proposé est décliné en une stratégie et un plan global d’’Information. Les mesures préalables et d’’accompagnement ainsi qu’’un plan de mise en œœuvre d’’une expérience pilote à l’’échelle d’’un quartier. Compte tenu de ces éléments. les conditions actuelles (système d’’organisation. réaliste et adapté aux spécificités locales. Or.D’’une manière générale. Compte tenu de la diversité des intervenants dans un système de GIDS et la nécessité de cibler chacune des franges de la société et des populations concernées. En effet. constitue l’’approche la plus harmonisée et la plus efficace pour résoudre le problème de traitement des déchets.

16. Actions générales 1. un plan d’’action est proposé pour dépasser ces contraintes et assurer l’’environnement favorable à un développement soutenable des activités de recyclage au Maroc. Projet pilote de récupération du plomb des batteries. 15. Reconnaissance juridique et institutionnelle du secteur de recyclage. Organisation de la filière de recyclage du verre. Etude de faisabilité de récupération des métaux des piles électriques. 12. Le plan d’’action est décliné en 17 projets concrets présentés dans la deuxième partie du rapport. Amélioration du système de connaissance du secteur des déchets ménagers. 13. Actions spécifiques 11.Compte tenu des résultats du diagnostic réalisé et des contraintes identifiées. La période totale de mise en œœuvre du plan d’’action est estimée à 3 ans et le montant du budget requis est évalué à 12 MDh. ADS Maroc/EDIC 7 Recyclage des déchets solides . Normalisation et labellisation des produits recyclés. v) aspects financiers et enfin vi) aspects techniques. sous forme de fiches projets. Etude de faisabilité d’’une éco-taxe sur les produits d’’emballage. Développement de nouveaux créneaux de recyclage. Récupération des lampes à gaz rares. 7. d’’éducation et de communication. iii) recherche et développement . 4. 17. Mécanisation du lavage des produits récupérés. 5. la justification et les conditions de mise en œœuvre de chacune des actions proposées. 2. 14. 10. Mise en œœuvre d’’expériences pilotes de tri. 9. Mise en place d’’une bourse de déchets. Plan d’’information. la consistance. Organisation du secteur de recyclage. 3. iv) communication et sensibilisation . Ces fiches sont suffisamment explicites pour faciliter la compréhension. Sensibilisation à la veille technologique du recyclage. ii) organisation et gestion . Un tableau résumé présentant les actions proposées par catégorie et précisant les durées et les budgets est donné en introduction du plan d’’action. 6. 8. Mise en place de mécanismes financiers d’’appui au secteur. Les actions proposées peuvent être classées en six catégories selon leurs champs d’’intervention : i) cadre juridique et réglementaire . Tri du verre.

PARTIE I : EVALUATION DES POTENTIALITES ET DES DEBOUCHES DES PRODUITS RECYCLES .

Elles évoluent en marge du système et des structures de gestion des déchets solides. PHASE III : Tâche 4: Assistance pour la sélection et l’’application d’’un ou deux guides régionaux du METAP. institutionnels et sociaux des différentes filières de recyclage. financier. des structures mieux organisées. Il a permis également d’’établir. techniques. à l’’aval des différentes filières de recyclage. voire formelles. La récupération et le recyclage des produits réutilisables génèrent des plus values importantes évaluées à plusieurs millions de dirhams par an. l’’analyse des contraintes qui entravent le développement de ce secteur et l’’élaboration d’’un plan d’’action national intégré (technique. Ce diagnostic exhaustif a permis d’’identifier les entraves à lever et les opportunités à exploiter pour une meilleure organisation et un développement pérenne des activités de recyclage au Maroc. La première phase de l’’étude a fait l’’objet d’’un premier rapport résumant les résultats du diagnostic et présentant des recommandations fixant les priorités d’’action pour le développement des activités de recyclage au Maroc.) à même d’’assurer la promotion et le développement des activités de collecte. ADS Maroc/EDIC 9 Recyclage des déchets solides . de tri et de revalorisation des déchets recyclables au Maroc. Tâche 3: Développement d’’un plan d’’action national pour la promotion du secteur de recyclage. PHASE II : Tâche 2: Evaluation des potentialités et des débouchés du secteur du recyclage au Maroc. ces activités relèvent surtout de l’’informel. Si à la base. Tâche 5: Présentation et dissémination des résultats de l’’étude. des indicateurs clés relatifs aux filières et d’’éclairer ainsi les opérateurs publics et privés sur les différentes facettes du secteur. La présente étude a pour objet le diagnostic approfondi des filières de recyclage des déchets solides au Maroc. assurent le conditionnement.. juridiques. selon les trois phases suivantes: PHASE I : Tâche 1: Analyse de la situation actuelle du secteur du recyclage au Maroc. réglementaire. La phase 1 de l’’étude du recyclage des déchets au Maroc a été consacrée au diagnostic du secteur et à la caractérisation des aspects organisationnels.INTRODUCTION Les activités de récupération et de recyclage des déchets solides valorisables sont développées au Maroc. L’’étude comporte cinq principales tâches réalisées conformément aux dispositions du cahier des charges. pour la première fois au Maroc. source de revenus de plusieurs milliers de personnes issues en grande majorité des classes les plus défavorisées. selon la loi du marché régie par l’’offre et la demande. l’’intermédiation et la valorisation ou l’’export des produits recyclés..

ont été mis à profit pour l’’élaboration d’’un plan d’’action national pour l’’organisation et le développement du secteur du recyclage au Maroc. iv) l’’élaboration d’’un plan de sensibilisation à une gestion intégrée des déchets municipaux ainsi que v) l’’élaboration d’’un plan d’’action intégré pour le développement du secteur de recyclage au Maroc. relatif à la première tâche de la phase II. à savoir l’’évaluation des potentialités et des débouchés du secteur du recyclage au Maroc. iii) l’’étude de la faisabilité du tri à la source. ADS Maroc/EDIC 10 Recyclage des déchets solides . ii) l’’analyse de l’’expérience internationale en matière de recyclage.Le présent document. Les résultats du diagnostic établi lors de la première phase de l’’étude et l’’analyse approfondie des filières de recyclage actives et celles à développer.. comprend i) une analyse approfondie des principales filières identifiées lors de la première phase de l’’étude.

institutionnels et sociaux. l’’assainissement et l’’eau potable . chaque filière active afin d’’en dégager des actions spécifiques à mettre en œœuvre dans le cadre d’’un plan d’’action national pour le développement du secteur. la fabrication de films pour serres . etc.1. les plastiques spéciaux pour des semelles. permet d’’analyser spécifiquement. à savoir les aspects organisationnels. à savoir : i) le plastique. iii) le verre et le papier/carton ainsi que les filières potentielles ayant été actives par le passé ou susceptibles de l’’être dans l’’avenir.CHAPITRE 1 : ANALYSE DES PRINCIPALES FILIERES DE VALORISATION 1. institutionnels que financiers. D’’autres utilisations mineures existent. Cette seconde mission de l’’étude. pas moins de 289 unités de transformation des matériaux plastiques sont formellement identifiées. 2-FILIERE PLASTIQUE 2. en mettant l’’accent sur les résultats des enquêtes qui ont permis de dresser l’’inventaire des produits recyclables. de caractériser leurs flux et d’’identifier l’’organisation et les enjeux globaux aussi bien juridiques. économiques. Pour subvenir à ces besoins. ii) les métaux. ADS Maroc/EDIC 11 Recyclage des déchets solides . Cette forte concentration s’’expliquerait par l’’importante demande en matières première dans cette région. L’’utilisation dominante du plastique reste concentrée principalement dans les trois secteurs suivants: la fabrication des conduites et des tuyaux destinés à l’’irrigation. Une présentation de chacune des filières est faite ci-après. On en trouve près de 66% dans un rayon de 100 km autour de Casablanca. Ce chapitre a pour objectif de présenter les principales filières actives. Présentation générale de la filière Les matériaux plastiques sont exploités au Maroc pour des fins domestiques. INTRODUCTION L’’élaboration d’’un plan d’’action pour l’’organisation et le développement des activités de recyclage au Maroc nécessite l’’analyse approfondie de l’’ensemble des aspects fondamentaux qui régissent l’’évolution du secteur. sont réparties (tableau 1-1 ci-après) en fonction de la demande en produits à base de plastiques. orientée principalement vers les aspects techniques. industriels et agricoles sans répartition spécifique au niveau du territoire. économiques et de marché. techniques. La mission 1 a été consacrée à l’’analyse du secteur de recyclage au Maroc. juridiques.5% du nombre total des unités industrielles du Royaume. capitale économique du pays. Ces unités qui constituent près de 4. L’’activité de la plasturgie emploie près de 13 176 personnes et génère une production industrielle de 4 782 MDh. comme les matériaux composites. l’’emballage sous toutes ses formes.

au niveau national1 Agglomération Agadir-Inezgane Berrechid Casablanca El Jadida Fès Kénitra Marrakech Mohammadia Oujda Rabat-Salé Settat Tanger Tétouan Mediouna Témara Khouribga TOTAL Nombre d’’unités 13 6 157 5 35 5 13 6 4 9 15 10 5 2 2 2 289 Les types de matériaux plastiques mis en œœuvre dans les unités de plasturgie sont divers. Il ne sera pas donc analysé en tant que filière du secteur ADS Maroc/EDIC 12 Recyclage des déchets solides 1 . (PP) . mais les plus répandus d’’entre eux. le polypropylène. Toutes les villes ne sont pas citées. General Tire. 2 Ce matériau est mis en œœuvre par quelques sociétés spécialisées comme Caplam. le polyéthylène téréphtalate (PET) .Tableau 1-1 : Répartition des unités formelles de plasturgie. année 2003. obtenues à partir de la base des données du Ministère de l’’Industrie. le polyéthylène (PE) . Le polypropylène est également plus limité d’’utilisation car on le trouve dans des applications limitées comme les emballages pharmaceutiques ou les films de serres. le nombre d’’unités industrielles qui l’’utilisent est relativement faible. Principales unités industrielles.2 Le PET est essentiellement mis en œœuvre dans des sociétés de fabrication de boissons par conséquent. sont : le polychlorure de vinyle (PVC) . Le caoutchouc synthétique. Finalement les matériaux plastiques les plus répandus sont le PVC et le PE. Il ne fait pas l’’objet d’’un recyclage par ces sociétés. Goodyear.

localisées dans la région de Casablanca. souvent réputés de bas de gamme5. nous n’’avons pas pu obtenir des informations sur la taille des entreprises informelles ADS Maroc/EDIC 13 Recyclage des déchets solides . Le niveau technique des procédés de transformation des matériaux plastiques n’’est pas très élevé. 3 4 Quartier Ain Sebaâ. seul le polychlorure de vinyle est fabriqué par la société privée SNEP. Ainsi au niveau national. la fabrication des pare chocs de voitures est du sort de quelques unités seulement. allant de quelques un à plusieurs dizaines d’’employés.2 Matières premières et cours du marché En absence d’’une politique nationale en matière de recyclage et de valorisation des déchets recyclables. gestion et spécificités 2. n°6 Informations obtenues auprès du président de la Commission Environnement de l’’AMP 5 Malgré les nombreuses tentatives de demande d’’information auprès de l’’AMP et des opérateurs dans le recyclage. Le PET est également convoité mais n’’est pas mis en œœuvre. A noter toutefois que la formulation des matériaux extrudés ou moulés se fait localement par adjonction de colorants et de charges. Les unités de plasturgie sont de tailles différentes. des sandales ou des pots en plastiques est pratiquée par de nombreuses unités. Contexte national : organisation. intitulée. Sociétés non formelles : A côté du parc des sociétés formellement identifiées. la disponibilité locale de la matière première constitue un facteur limitant l’’épanouissement de l’’activité. notamment les bouteilles se fait à partir de capsules pré-souflées (préform).2. ont été signalées par l’’AMP4. figure Ifriquia Plastic. Le PE. Parmi les sociétés leaders du marché. Ces sociétés « clandestines » fabriquent des emballages plastiques et des ustensiles courants. selon la teinte désirée par le client et la consistance du matériau. 2. Lot Kamal. localement. figurent le Polyéthylène (PE) et le Polychlorure de vinyle (PVC). dont les plus recherchés au niveau national. les prix des matières plastiques varient souvent (de 9 à 15 Dhs/kg). par contre les investissements mis en jeu dépendent des pièces fabriquées. le PET et le PP sont importés de divers pays. importées de l’’étranger ou fabriquées localement par quelques sociétés uniquement.2. Cette dépendance en matières premières favorise la valorisation des produits recyclables. Plastimar.2. Association Marocaine de Plasturgie (AMP) qui est membre de la Fédération de la Chimie et la Parachimie. La fabrication d’’emballages alimentaires. Ainsi. de nombreuses autres unités industrielles non formelles localisées essentiellement dans la région du Grand Casablanca. avec la même importance.1 Structure et technicité Sociétés formelles : Les unités industrielles transformant les matériaux plastiques sont organisées en association.2. Compte tenu du fait que la plupart des besoins en matière première sont importés et que ces matières trouvent leur origine dans les produits pétroliers. localisée à Casablanca3. alors que l’’extrusion des bassines.

3. PET. A côté du recyclage des déchets plastiques à travers la recherche d’’une matière régénérée parfaitement purifiée. En général. 2. Le diagramme ci-après résume les différentes opérations d’’une unité moderne de régénération. Dans tous les cas. le recyclage a pour principal objectif la préservation des ressources naturelles et la protection de l’’environnement. le recyclage est soutenu par la précarité économique des récupérateurs et les besoins en matières premières du marché local. Il est de plus en plus remplacé par le PET. alors qu’’il ne dépasse guère 4-5% au niveau national pour tous les déchets cumulés. suivi du PVC puis du PET. La difficulté majeure du recyclage des matières plastiques résulte d’’une caractéristique que possède la quasi-totalité des polymères : ils ne sont pas miscibles entre eux. l’’activité de recyclage atteint un niveau bien supérieur à celui observé au niveau national. Deux polymères constitués de la même nature de résine mais de configurations différentes peuvent également être incompatibles. un broyage suivi ou précédé d’’un tri sommaire et une granulation. consistant en un tri à la source et une taxe de ramassage des déchets solides au prorata de la quantité produite par les ménages. C’’est le cas de la quasitotalité des activités de recyclage des déchets plastiques tel que pratiqué au Maroc. Les données de l’’office des changes montrent que le PE vient en tête des importations des produits plastiques recyclés. ferraille mise à part. le marché du PVC est en perte de vitesse en raison de son incrimination dans la formation de dioxines lors de sa combustion.Les matières premières importées ne sont pas uniquement vierges mais également des produits de recyclage. Elles visent la fabrication de produits finis ou semi-finis prêts à l’’emploi par un traitement moins lourd des mélanges plastiques: pas ou peu de lavage.4 Procédés de valorisation des déchets plastiques Les principales étapes de recyclage des déchets plastiques sont le tri. PEhd) puis livrés dans des unités de régénération où ils seront à nouveau triés puis broyés et purifiés pour être enfin prêts à l’’emploi chez des transformateurs. Ce taux de recyclage varie entre 6 et 25% pour des pays occidentaux et le Japon. Contexte et expériences internationaux Le recyclage des matériaux plastiques est tout aussi actif dans tous les pays qu’’ils soient développés ou en voie de développement (PVD). Dans les PVD. Dans les premiers. de nouvelles voies de recyclage. matière qui sera utilisée en substitution de la matière vierge. ADS Maroc/EDIC 14 Recyclage des déchets solides . La matière qui en est issue est de qualité modeste et donc possède une faible valeur ajoutée. Les résines couramment utilisées dans l’’emballage sont donc incompatibles entre elles. 2. les déchets plastiques sont collectés sélectivement par les récupérateurs et sont ensuite triés par nature de polymère (PVC. Dans les pays développés. moins lourdes et aussi polyvalentes sont très répandues: recyclage des plastiques en mélange. La forte activité de recyclage dans les pays développés repose sur un système organisationnel bien rodé. la régénération et la valorisation matière.

PP.6. Le PET n’’est pas recyclé localement en raison du manque d’’engagement des sociétés de plasturgie. le gisement des produits plastiques recyclés a été estimé par des professionnels de la plasturgie à près de 40 000 t/an. Caoutchouc Lavage Broyage Extrusion. En réalité. Quantités collectées Comme le polyéthylène et le polychlorure de vinyle ne sont pas exportés. PE. Ce sont les produits thermoplastiques qui se prêtent à cette pratique. le PE. le PP et les matériaux caoutchouteux. figurent le PET. Parmi les produits répandus que l’’on rencontre sur le marché national et qui sont recyclables. le PE. le PVC. 2. parmi les matériaux recyclés. ADS Maroc/EDIC 15 Recyclage des déchets solides . souflage. On entend par produit plastique recyclable celui qui est susceptible d’’être refondu et moulé ou injecté à nouveau. le PVC et dans une moindre importance le PET. à investir dans cette filière. notamment les plus importantes d’’entre elles. à savoir. il y a ceux dont la demande du marché existe. etc 2.Procédés de valorisation des matières plastiques au Maroc Plastiques récupérés Matériaux souillés par des huiles Eliminés Tri PVC. sans transformation.5. Produits recyclables et recyclés Un matériau plastique est apte à être recyclé selon sa nature et ses propriétés physiques et physico-chimiques. Le polypropylène (PP) est recyclé en serres. jusqu’’à usure finale. Ce gisement est en continuelle croissance en raison de sa conservation et son augmentation par le gisement des produits importés ou fabriqués qu’’ils soient vierges ou de seconde main.

plus les couleurs sont mélangées. les extrapolations faites à l’’échelle de l’’ensemble des déchets urbains. Ceci est dû au coût additionnel du transport jusqu’’au lieu de leur négoce et leur mise en œœuvre.7. de ce fait. D’’après les enquêtes réalisées dans le cadre de cette étude. coûte environ le double. La part des déchets plastiques collectés ne dépasse pas 10% du gisement des produits recyclables. Ceci restreint leur réutilisation dans la fabrication de produits industriels et influe. sur leur valeur marchande. force est de constater que les produits plastiques broyés sont mélangés (couleur et type différents). Ceci représente environ 0. Prix pratiqués Les prix pratiqués dépendent de la zone de récupération du produit et de sa qualité. En effet. 2. Pour leur mise en œœuvre. à la fabrication des emballages noirs ou des tuyaux pour irrigation ou pour l’’assainissement. Les opérations de nettoyage et de broyage constituent des étapes de mise en valeur des produits plastiques recyclés. Malgré les efforts déployés par les intervenants de la filière. 6 Voir rapport de la mission 1 de l’’étude.L’’estimation du gisement des produits recyclés est bien confortée par les enquêtes réalisées dans le cadre de la présente étude nationale. qui est en réalité du PVC plastifié.8. il est d’’environ 1 Dh en passant de l’’intermédiaire au grossiste et de 1. un second broyage plus poussé.85% des déchets ménagers urbains. plus les prix pratiqués sont bas. Ainsi. Un produit plastique débarrassé de ses contaminants. y compris les caoutchoucs. qui sont des huiles alimentaires ou de lubrification. plus l’’utilisation des plastiques tend à être limitée à des pièces de couleur grise ou noire d’’usage restreint. Les emballages en plastique noir d’’un certain grammage sont en passe d’’être interdits de fabrication par un récent décret du Département de l’’Environnement. 2. Ils sont salis par des contaminants divers. habituellement rencontrés dans les déchets ménagers et assimilés. 16 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC .7 Dh6/kg. Le caoutchouc. Pour rendre les produits recyclés valorisables. Plus la zone de récupération du produit est loin de Casablanca. Qualité et valorisation des produits collectés Les produits colletés sont souvent dans un état sanitaire déplorable. les récupérateurs (des fois) et les intermédiaires ou les grossistes procèdent à leur nettoyage. L’’objectif est d’’obtenir une granulométrie suffisamment réduite pour que les produits soient admis dans les extrudeuses. le prix moyen de vente du récupérateur à l’’intermédiaire est de 0. qui se présente sous une forme homogène a une valeur ajoutée plus élevée qu’’un produit récupéré et non valorisé. les produits subissent au niveau des sociétés de transformation ou les plus grands grossistes. des déchets organiques. puis leur broyage.9 Dh en passant du grossiste à l’’utilisateur. à savoir la région de Casablanca. La qualité du produit influe également sur son coût. aboutissent à un total de 40 100 t/an de matériaux plastiques récupérés. etc. sachant que ces deux créneaux ne sont pas inépuisables.

Le prix obtenu auprès de Ifriquia Plastic. les films pour serres. le marché de l’’emballage des produits chimiques ne devrait pas l’’être. mais communs aux deux matériaux. nous avons présenté les débouchés actuels des produits recyclés répandus. à condition toutefois que la filière de recyclage et de valorisation soit soumise à un système de contrôle de qualité et de tri des produits par type et par couleur. important opérateur à Casablanca.1 Débouchés actuels Les produits plastiques actuellement recyclés sont réutilisés aussi bien par les sociétés formellement identifiées et celles qui ne le sont pas. à savoir le PE et le PVC. Si l’’emballage agroalimentaire reste sensible à une percée des produits de recyclage. dans la fabrication de divers produits industriels tels que les sandales. Le schéma ci-après illustre le cycle de vie des produits plastiques. On note également que les prix rapportés ne sont pas spécifiques à un type de plastique particulier. les tuyaux. Le fait marquant est que la plupart de cette matière première de seconde main n’’est pas réutilisée dans les secteurs industriels où elle l’’a été pour la première fois.2 Autres débouchés potentiels Dans ce qui précède. jugés opportuns pour ces mêmes produits et pour d’’autres comme les films de serres. est de l’’ordre de 5 Dh/kg de plastiques acheté aux grossistes.9. dans le cas de l’’agroalimentaire à l’’insuffisance de l’’état sanitaire des produits recyclés. Nous présentons ci-après les autres débouchés. l’’agroalimentaire (bouteilles et bidons d’’huile) et la chimie (bouteilles et bidons d’’eau de Javel par exemple). 2. ADS Maroc/EDIC 17 Recyclage des déchets solides . selon la sensibilité des opérateurs de la plasturgie que nous avons rencontrés lors des enquêtes. Le PE et le PVC : Les produits en PE et PVC. à savoir pour une grande partie. etc. c'est-à-dire le PE ou le PVC.9. Ceci est dû à la crainte. les bottes.9. recyclés peuvent être réutilisés dans la fabrication d’’emballages agroalimentaires et de produits chimiques. 2. Source Fostplus Belgique. Débouchés actuels et potentiels à développer 2.

ce qui restreint la part de marché par récupérateur sachant que ce marché évolue lentement de par la faible industrialisation du pays. Notons que d’’autres matériaux comme les produits minéraux bénéficient de la part de certains secteurs d’’une attention particulière pour leur valorisation comme charges dans les semelles de chaussures. après plusieurs réutilisations. à savoir le Gharb (Kénitra).10. Paradoxalement. etc. le Loukkous (Larache). Les autres types de matériaux plastiques. etc. des enduits. institutionnelles et juridiques. En effet. c'est-àdire qu’’ils obéissent à la loi de l’’offre et la demande. Produits thermodurcissables : Nous avons vu que la filière plastique repose sur deux principaux matériaux qui ont la propriété d’’être transformés indéfiniment compte tenu de leur thermoplasticité. et Souss (Agadir) devraient voir se développer des activités de récupération des films pour serres. Par ailleurs. est organisée socialement sous forme d’’une pyramide ayant une large base. les opérateurs de la plasturgie ont formulé le besoin du marché à recycler les films de serres usagés. la filière de recyclage. des intermédiaires et des grossistes semble alors constituer une contrainte au développement de l’’activité. En effet. L’’absence d’’un agrément des récupérateurs. à savoir les contraintes organisationnelles. les matériaux plastiques thermodurcissables devraient faire l’’objet d’’une promotion de recyclage en tant que produits charges dans de nombreuses formulations7 comme les résines-bétons. 18 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . L’’organisation en groupes ou associations devrait les aider à surmonter cet handicap. Elle souffre également de contraintes spécifiques qui sont d’’ordre technique. Ces contraintes sont développées ci-après. Contraintes spécifiques relevées La filière de recyclage des déchets plastiques souffre de contraintes globales communes à toute l’’activité. Partant ce constat. des caoutchoucs. ii) du savoir faire de la filière pour leur réutilisation et enfin iii) d’’une politique prospective et de développement pour le recyclage de ces produits. Ceci est dû à l’’absence i) du besoin en ces produits. Il y a un émiettement très important de la caste des récupérateurs. contribuant ainsi à dégrader son esthétique.10. ce film est abandonné dans la nature. 2003. La stimulation de l’’activité de recyclage de ce matériau permettra non seulement de protéger l’’environnement rural mais également à offrir de nouvelles opportunités aux récupérateurs. comme les autres filières.Les films de serres : Lors des enquêtes réalisées dans le cadre de cette étude. ZAKARYA. les briques isolantes. les pare chocs des véhicules. S. 2. Les régions à forte domination des serres. alors qu’’ils en sont la pierre angulaire du secteur.1Contraintes organisationnelles. AMMAR. 7 D. Brevets ST Microelectronics. des revêtements de sol. à savoir ceux qui ont des propriétés thermodurcissables sont exclus de la filière. ce qui les rend vulnérables financièrement vis-à-vis du marché. juridiques et institutionnelles Le recyclage et la valorisation des produits plastiques est organisé de façon libérale. ce qui peut constituer une liberté d’’entreprenariat est plutôt un facteur limitant le développement de la filière. le nombre de récupérateurs augmente considérablement. durant des périodes de fort chômage (sécheresse par exemple). financière et environnemental. 2. commercial.

qu’’à l’’évidence l’’ensemble de la filière de recyclage ne bénéficie pas d’’un transfert de technologie. Les produits sont traités par petit lot selon la capacité de l’’enceinte (souvent un fût de 200 litres) où se fait le traitement. qui est relativement médiocre compte tenu du manque de tri des couleurs et des types de plastiques. figure le nettoyage des produits en vue de leur dégraissage et leur décontamination. Ceci n’’est pas uniquement dû au manque de moyens financiers. étant perçue comme une activité informelle. au moins partiellement. les grossistes ne fabriquent pas souvent des farines de plastiques qui sont facilement assimilables dans les petites extrudeuses et devraient augmenter la valeur ajoutée des produits valorisés. elle ne bénéficie pas d’’un développement des techniques de valorisation des produits recyclés ou recyclables comme la dépolymérisation permettant d’’obtenir des produits chimiques « neufs » qui pourront être réutilisés dans la fabrication de matières plastiques vierges. car les grossistes sont de véritables entrepreneurs mais dû à un manque de sensibilisation et d’’encadrement de la part des institutions publiques. juridiques et institutionnelles présentées ci-avant freinent le développement du secteur du recyclage des produits plastiques. A noter que de nombreuses sociétés de plasturgie sont non formelles.Enfin l’’activité de recyclage du plastique ne relève des prérogatives d’’aucune institution. la désignation d’’une institution responsable permettrait de procéder rapidement à l’’organisation de la filière. Ainsi. Cette opération se fait à l’’aide d’’un bain de soude caustique et à ciel ouvert. notamment au niveau des récupérateurs. si les broyeurs sont couramment utilisés. Ainsi. Par ailleurs. Les microniseurs sont également très peu fréquents. à la veille de la promulgation de la loi sur les déchets. La possibilité de contamination des produits recyclés par des produits non désirables ou non maîtrisables comme le PET. il est difficile de mener à bien une « mise à niveau de l’’activité ». Pour dépasser ces contraintes. en absence d’’une organisation et d’’un groupement. ni l’’hygiène et la santé des ouvriers ne sont prises en compte. les experts ont pu constater. Lors des enquêtes réalisées dans le cadre de la présente étude nationale. qui devrait prévoir un décret relatif au recyclage. la filière de recyclage. par exemple. ni la cadence du traitement n’’est optimisée. En effet.2 Contraintes techniques et environnementales Les contraintes organisationnelles. ADS Maroc/EDIC 19 Recyclage des déchets solides . 2. il y a lieu d’’envisager une mécanisation du traitement des produits plastiques.10. Cette mise à niveau est nécessaire sur le plan technique pour lever des contraintes liées à : La qualité des produits recyclés. Comme autre contrainte du développement de la filière. Ces techniques sont très répandues dans les pays développés. Ainsi. Leur encadrement par l’’association marocaine de plasturgie et l’’ouverture d’’un dialogue sur les plans commercial et organisationnel demeure actuellement difficile. ce qui constitue une entrave à l’’organisation de la filière en cas d’’action dans ce sens.

SEVAM ou le secteur de la plasturgie.12. ce qui ne manquera pas d’’augmenter leur demande auprès des sociétés de valorisation comme CMCP. L’’activité de recyclage et de commercialisation des produits plastiques est régie par un marché bicéphale : i) un marché formel et un marché non formel. puis l’’Europe d’’autre part. En fait seule une partie des produits potentiellement recyclables est exploitée à cause de cette contrainte. La marge bénéficiaire du récupérateur est difficile à estimer compte tenu des efforts déployés et de l’’état sanitaire de l’’activité. ce qui est largement inférieur au salaire minimum en vigueur au Maroc et n’’est pas en adéquation avec les risques sanitaires encourus. notamment d’’Europe.10. les experts ont été informés que le secteur non formel de la plasturgie fabrique ses propres machines et ses propres pièces de rechange qui semblent plus compétitives que celles du marché formel. Ce secteur est fortement implanté dans la région économique du Grand Casablanca ce qui restreint son rayon d’’influence à d’’autres agglomérations lointaines. les produits recyclés provenant essentiellement du secteur de l’’emballage. De bonnes sources. Modes spécifiques d’’organisation et de structuration de la filière et leurs impacts technico-financiers On ne peut analyser les aspects financiers de l’’activité de recyclage sans tenir compte du mode de fonctionnement du secteur de la plasturgie au Maroc. A l’’opposé. est celui de l’’existence de sociétés non formelles qui semblent être performantes pour la fabrication de certains produits plastiques. Son organisation passe par la régularisation du secteur informel et son adhésion à l’’association de la plasturgie. notamment les emballages.3 Contraintes liées à la commercialisation des produits récupérés La viabilité commerciale des produits récupérés dépend de leur coût de revient après le nettoyage et les frais de transport. Un autre facteur dominant l’’activité de recyclage.11. de plus de en plus des quantités appréciables de produits de seconde main. les produits locaux seront sérieusement concurrencés s’’ils ne sont pas rendus compétitifs. Par conséquent. Notons par ailleurs que de nombreuses sociétés de valorisation des matières plastiques et des négociants importent. puis du grossiste à la société de mise en oeuvre.2. avec l’’avènement de la globalisation du marché et l’’entrée en vigueur du libre échange entre le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d’’une part. Ces produits présentent l’’avantage d’’être de meilleure qualité que les produits recyclés localement. Il en résultera une meilleure maîtrise des prix pratiqués et une régulation du marché. 2. SONASID. Rentabilité financière des produits valorisés L’’analyse des prix pratiqués montre que les marges bénéficiaires réalisées augmentent inégalement de l’’intermédiaire au grossiste. Elle demeure cependant faible si l’’on tient compte du temps d’’une journée nécessaire pour gagner 40-60 Dh. ADS Maroc/EDIC 20 Recyclage des déchets solides . 2. seront de meilleure qualité.

Comparativement aux pays européens. La production des unités marocaines est écoulée essentiellement sur le marché maghrébin. 8 Maroc Hebdo International . Les plus significatives d’’entre elles sont citées ciaprès: Régularisation du secteur clandestin. les enveloppes.1. 2003 ADS Maroc/EDIC 21 Recyclage des déchets solides . Développement de nouveaux créneaux de recyclage. est l’’œœuvre de plusieurs sociétés industrielles de transformation qui produisent divers articles comme les fournitures scolaires. du moins pour les récupérateurs. Cette unité a une capacité de production qui dépasse les 100 000 tonnes par an. La production de la matière première est monopolisée par la société Cellulose du Maroc. Mécanisation du lavage des produits récupérés.13. Ces actions sont en priorité d’’ordre organisationnel. Actions et mesures d’’accompagnement spécifiques de la filière L’’analyse du fonctionnement de la filière de recyclage a permis d’’identifier de nombreuses lacunes dans son fonctionnement et par conséquent de nombreuses actions qui permettent de la rendre plus efficace et plus lucrative. filiale du Holding ONA8. Safripac (à Tanger) et Compagnie Marocaine des Cartons et du Papier (CMCP). il y a lieu de distinguer entre les producteurs de pâte à papier et les fabricants du papier et du carton. les produits hygiéniques. Groupement en masses critiques des récupérateurs et des intermédiaires.2. les mouchoirs et des articles spéciaux comme les papiers carbone. Présentation générale de la filière au niveau national Dans cette branche. La fabrication du papier et carton. Les principales entreprises importatrices de pâte à papier au Maroc sont Papelera de Tétouan.Du 21 au 27 fév. 3. dont plus de 90% sont destinés à l’’export. Sensibilisation à l’’amélioration de la qualité des produits recyclés.N° 546 . en Italie et en Turquie. Seule une vingtaine de variétés de produits sont proposées sur le marché marocain alors qu’’il en existe près d’’une cinquantaine en Europe. en France. institutionnel et juridique. technique. La production de papier est essentiellement concentrée dans les mains de ces firmes. cette industrie risque d’’avoir des problèmes de concurrence de la part de sociétés étrangères plus performantes. il n’’en demeure pas moins qu’’après l’’ouverture totale des frontières en 2012.FILIERE PAPIER ET CARTON 3. En second lieu elles sont d’’ordre environnemental et sanitaire. Sensibilisation à l’’évolution du marché du recyclage et veille technologique liée à ce secteur. l’’offre en papier au Maroc demeure limitée. La transformation de la pâte en papier et cartons a surtout été encouragée par l’’essor de la petite distribution et par l’’exportation des produits agricoles et agroalimentaires. Si ces sociétés ont réussi à atteindre une qualité de production qui n’’a rien à envier à leurs homologues européennes.

Les industries du papier, carton et imprimerie comptaient, en 2003, 538 établissements employant 14 315 personnes avec une production de 7 milliards de dirhams. L’’industrie du papier et carton, à elle seule regroupe 115 sociétés dont la moitié environ se trouve à Casablanca. L’’effectif des personnes travaillant dans cette activité s’’élève à 6 700 personnes dont 1 100 sont localisés dans les usines de Kénitra. L’’usine du groupe CMCP regroupe la plus grande concentration en personnel dans cette ville. Le tableau 1.2 ci-après présente la répartition des principales sociétés du secteur au niveau des principales villes du Royaume. Tableau 1.2 : Répartition des sociétés de papier et carton au niveau national Ville Agadir Beni-makada Berchid Béni Méllal Bouznika Casablanca El Jadida Essaouira Fès Inzegane Kenitra Marrakech Meknès Médiouna Oujda Rabat Settat Tanger Tétouan Settat Tanger Tétouan Total Nombre de sociétés 2 1 1 1 2 56 2 1 6 3 5 2 2 5 1 1 4 5 3 4 5 3 115

Les sociétés les plus importantes sont implantées à Kénitra, Tanger, Casablanca, Tétouan, Méknès, Inezgane, El Jadida, Berrechid et Agadir. Plus de 62% des sociétés de cette activité sont implantées dans un rayon de 150 km de Kénitra, ville où se trouve la plus forte demande en matières premières pour la fabrication du papier et du carton. L’’industrie du papier et du carton est actuellement dominée par le groupe CMCP-Qadiri, sous le nom du Holding COFIPAC. Le groupe est composé de sociétés comme Carsud (Agadir), CMCP (Kénitra), Ondumar (Casablanca). A noter que les dernières informations obtenues font état de la construction d’’une unité industrielle à Mohammedia, appartenant au Groupe Chaâbi et considérée comme la plus grande d’’Afrique du Nord9. La capacité de production (60 000 t/an) de cette société devrait rivaliser avec la capacité de production de CMCP à Kénitra.
9

Economiste N°767, du 8 Novembre 2004 22 Recyclage des déchets solides

ADS Maroc/EDIC

Actuellement, le groupe COFIPAC détient presque 80% du marché de l’’emballage par caisse10. 3.2. Contexte national : organisation, gestion et spécificités 3.2.1 Structure et technicité Sociétés formelles : Les unités industrielles transformant le papier et le carton sont organisées en association qui est membre de la Fédération de la Chimie et la Parachimie, située à Casablanca. La fabrication du papier et du carton se fait à partir de la pâte à papier, qui est une matière première noble. Cette matière première peut être remplacée partiellement ou totalement par les produits de recyclage qui sont souillés par les produits d’’impression, les colles, etc. Le procédé de fabrication est relativement simple. Il consiste en une première étape à mettre en suspension le produit de recyclage avec ou sans pâte vierge, puis d’’enlever de la suspension les produits indésirables comme les métaux, les matériaux plastiques, etc. La suspension est ensuite formulée par ajout de produits chimiques de renfort ou des colorants, selon la nature du produit final désiré. Elle est ensuite mise en feuille sur des rouleaux aspirateurs puis séchée. Les produits de recyclage en papier et carton qui intéressent la présente étude sont transformés dans quelques sociétés uniquement dont la plus importante est la CMCP. Cette société qui fait partie d’’un groupe parmi les plus importants du Royaume, emploie plusieurs centaines de personnes et fait vivre au moins autant de familles. Sociétés non formelles : D’’après les enquêtes menées dans le cadre de cette étude, la branche papier et carton ne semble pas connaître l’’existence de sociétés de transformation non formelles. Une filière de recyclage bien structurée : Les enquêtes réalisées dans le cadre de la première mission de l’’étude ont permis de mettre en évidence une organisation particulière du secteur de collecte et de valorisation du papier et carton. Elle est structurée en pyramide avec à la base les récupérateurs et au sommet, les sociétés de valorisation, qui sont CMCP à Kenitra, Safripac à Tanger et quelques autres sociétés de moindre importance à Meknès et El Jadida. Pour assurer une qualité minimale, la direction de la fabrication de CMCP a élaboré un cahier des charges auquel sont soumis des concessionnaires. Ces derniers qui sont chargés de fournir CMCP en papier carton recyclés, couvrent chacun une région attitrée. Les deux plus importants sont ANBA à Salé et MACARPA qui fait partie du Holding COFIPAC. MACARPA est située à Casablanca et représente le premier fournisseur de CMCP (au moins le double de ce que fournit ANBA).11 Les quantités exactes de papier et carton fournies par chacun des concessionnaire sont précisés dans le rapport relatif à la mission 1.

10 11

Information obtenue auprès de Mr Fekhreddine, Responsable qualité à CMCP Kénitra Informations de M. Fekhreddine, CMCP 23 Recyclage des déchets solides

ADS Maroc/EDIC

3.2.2 Matières premières et cours du marché La matière première qui constitue la base de l’’activité du papier et carton au niveau national est constituée de plusieurs sources de matériaux, dont les plus dominantes sont : Les journaux ; Les emballages divers ; Les cartons d’’emballages ; Les lisières des bobines de carton ; Les chutes des imprimeries. Le prix des matières recyclées varie en fonction de leur qualité. Les chutes d’’imprimerie sont les plus recherchées car elles sont souvent blanchâtres et permettent de fabriquer des produits de grande qualité. La gamme des prix est variable entre 0,3 Dh/kg pour la basse qualité à 0,7 Dh/kg pour le carton de bonne qualité et 2 à 2,5 Dh/kg pour les rognures blanches (imprimeries) qui ne sont pas contaminées par de l’’encre ou des peintures. De bonnes sources d’’information, le carton et papier recyclés sont également importés, notamment par CMCP. La qualité des ces produits semble meilleure que celle des produits récupérés localement. 12 Les prix du marché du papier et carton risquent d’’augmenter en raison de la demande croissante du groupe Finapack et de la future unité du groupe Chaâbi. 3.3. Contexte et expériences internationaux Le papier et le carton ont l’’avantage d’’être recyclable plusieurs fois s’’ils ne sont pas souillés par des produits dangereux et si les fibres des matériaux récupérés ne sont pas trop endommagées. Dans des pays où la technologie papetière est très développée, le papier et carton mis en suspension sont soumis à une décontamination pour supprimer les encres et les colles puis un blanchiment pour améliorer la valeur ajoutée de la pâte à papier. 3.4. Produits recyclables et produits recyclés En principe tous les produits en papier et carton sont indéfiniment recyclables. Cependant, dans la pratique tous les produits ne sont pas recyclés pour de nombreuses raisons, dont : La contamination des matériaux recyclables par des produits dangereux comme les huiles usagers (cas des cartons d’’emballages de ces huiles). Ainsi la quasi-totalité des cartons d’’emballages utilisés dans des stations services sont endommagés et par conséquent perdus, La contamination des emballages en carton et papier par des produits chimiques dangereux qu’’ils emballent,

12

Nous n’’avons pas obtenu d’’informations sur les procédures d’’import des produits recyclés par CMCP, mais les prix évoqués étaient du même ordre de grandeur que ceux pratiqués au niveau local. 24 Recyclage des déchets solides

ADS Maroc/EDIC

La gamme des prix est variable entre 0.5. la matière première recyclée au niveau national serait d’’environ 75 000-80 000 t/an. il faudrait ajouter celle recyclée par Safripac à Tanger et la société de Jabri à El Jadida.6. au niveau national ou importés. Les enquêtes minutieuses réalisées au niveau des principales agglomérations marocaines ont permis d’’estimer la quantité de papier et carton recyclée à près de 62 000 t/an. Qualité et valorisation des produits collectés Le papier et le carton recyclés sont souvent triés selon des niveaux de qualité requise par les grossistes. A cette quantité. Quantités collectées L’’estimation de la quantité totale collectée a été faite selon deux approches : i) une approche par croisement de l’’information à partir des capacités de productions et de l’’import et une ii) seconde approche par des enquêtes directes.3 Dh/kg pour la dernière qualité à 0. des commerces ou des administrations. La seule opération consiste à compacter les matériaux en balles pour en diminuer le volume et faciliter ainsi le transport. Le pourcentage en matière première importée s’’élève à 30% d’’une production nationale estimée à 100 000 t/an.5 Dh/kg pour les rognures blanches (imprimeries) qui ne sont pas contaminées par de l’’encre ou des peintures. Pour ce qui est de la première approche.La mouillabilité du papier et carton par l’’humidité des déchets qui entraîne une dégradation de la qualité des produits recyclés. Ainsi les produits recyclés sont classés en plusieurs catégories. 3. mais ces facteurs de contamination et de dégradation peuvent être maîtrisés si un tri sélectif à la source est opéré. les experts du groupement ont pu savoir que le groupe COFIPAC utilise le papier et le carton recyclés. La contamination des déchets en papier et carton par les germes pathogènes des déchets ménagers Tous ces facteurs contribuent à la diminution du potentiel de recyclage du papier et carton. ADS Maroc/EDIC 25 Recyclage des déchets solides . 3.7 Dh/kg pour le carton de bonne qualité et 2 à 2. Les déchets convoités sont ceux que l’’on récupère des imprimeries. Compte tenu du fait qu’’une partie de la matière première est perdue sous forme de fibres fines (10%). La collecte du papier et carton ne subit aucune transformation avant la valorisation finale de ces produits.7. 3. Prix pratiqués Le prix du papier et du carton recyclés varie en fonction de la qualité des produits. Papelera de Tétouan ne semble pas recycler des quantités significatives. où les déchets provenant des déchets ménagers occupent le bas de gamme. Ceux-ci étant soumis aux normes de qualité exigée par les concessionnaires de CMCP.

En effet. les facteurs limitant le développement de la filière sont : La qualité des produits recyclés. Kénitra et à Agadir. Ces contraintes sont développées ci-après. souvent. lesquelles sont soit exportées en tant que matière première. contrairement au plastique et au verre. C’’est le cas par exemple de l’’Association des Récupérateurs de Papier Carton de Nador. fond de roulement. la plus organisée de toutes les filières.2 Contraintes techniques et environnementales La filière de recyclage du papier et du carton soufre plus que les autres filières des conditions de récupération. les grossistes. l’’existence de groupements de récupérateurs en associations capables de constituer un pôle économiquement viable. Cette association constitue un cas pilote à suivre. ne relève.9 Contraintes spécifiques relevées La filière de récupération et de recyclage du papier et carton est. qui est relativement médiocre en ce qui concerne les matériaux provenant des déchets ménagers. 3. Les grossistes et les intermédiaires ne connaissent pas cette inflation en raison. Ainsi. notamment CMCP. Les produits recyclés permettent la fabrication de bobines de carton.1 Contraintes organisationnelles. organisée par l’’ONG Coopi. ADS Maroc/EDIC 26 Recyclage des déchets solides .). à notre sens. etc. 3. On note cependant. Cette limitation porte atteinte au développement de l’’activité industrielle des ces matériaux. d’’un investissement qui leur est nécessaire pour s’’implanter (bascule. les matériaux récupérés ne sont pas nettoyables s’’ils sont souillés ou contaminés. c'est-à-dire qu’’ils obéissent à la loi de l’’offre et la demande. évaluer et essaimer. mais l’’existence d’’une bonne organisation induite par le groupe CMCP devrait faciliter une organisation complète du secteur. Le recyclage du papier et carton. des prérogatives d’’aucune institution. Certains intermédiaires ou grossistes alimentent les autres sociétés de valorisation du papier et du carton comme Safripac à Tanger ou Jabri à El Jadida. les intermédiaires puis les récupérateurs. soit transformées dans d’’autres unités nationales. 3. Débouchés actuels et potentiels à développer Le papier et carton récupérés sont vendus aux intermédiaires. par des récupérateurs ruraux en quête de revenus pour survivre. juridiques et institutionnelles Le recyclage et la valorisation du papier et carton sont organisés de façon libérale. dont les plus importantes sont localisées à Casablanca.9.8. sur les concessionnaires.3. Le manque d’’organisation des récupérateurs contribue probablement à limiter les quantités de papier et carton recyclées au niveau national. Ceci n’’exclut pas un certain manque d’’organisation au niveau de la caste représentant les récupérateurs. Cette organisation est induite par les sociétés de valorisation.9. comme les autres matériaux. puis les grossistes et enfin aux concessionnaires qui les acheminent à CMCP à Kénitra. Cette ouverture du marché fait qu’’il est submergé par moment.

L’’absence du tri. ce qui rend presque hermétique le secteur dans sa globalité et contrôle les prix. la collecte et le recyclage des produits provenant de l’’étranger sont est favorisés. un manque de compétitivité face à la concurrence étrangère à affronter lors du démantèlement complet des droits douaniers entre le Maroc et l’’Union Européenne. Modes spécifiques d’’organisation et de structuration de la filière et leurs impacts technico-financiers Le mode d’’organisation notable de la filière papier et carton est avant tout l’’existence de concessionnaires de la société CMCP. Par conséquent. 3. perdent de leur résistance. ce qui améliorera le niveau des revenus des récupérateurs. A l’’exception des charges en moins pour les grossistes et les récupérateurs. les prix de vente risquent de connaître une augmentation. Cette contrainte risque d’’avoir des répercussions sur la modernisation de l’’outil de production avec comme conséquence. Lors des enquêtes réalisées. Les concessionnaires semblent privilégier les plaques tournantes de ce circuit à savoir Nador et Casablanca (Derb Omar). A noter également que la mise en valeur du papier et carton (blanchiment par exemple) est tributaire de la disponibilité des ressources en eau. A noter que le libre échange Maroc-UE et Maroc-USA risque d’’être bénéfique pour le secteur en raison de l’’introduction de matériaux de meilleure qualité que ceux fabriqués localement. Rentabilité financière des produits valorisés La rentabilité financière de la filière papier et carton suit la même logique identifiée pour la filière plastique. recyclées périodiquement. aucune volonté de développement d’’opportunités de valorisation des produits recyclés comme le blanchiment par exemple. Parmi les autres contraintes du secteur. car le matériau récupéré ne subit pas un lavage avant sa livraison aux sociétés de valorisation. 13 Ce pourcentage représente la part du marché du groupe Finapack 27 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . Par conséquent.9. Les intermédiaires et les grossistes se contentent de faire le « transfert » des produits achetés aux sociétés de mise en oeuvre de ces matériaux. Ces concessionnaires dominent près de 80% du marché du recyclage13 de la filière. La qualité des fibres cellulosiques du papier et carton locaux est inférieure à celle des emballages provenant de l’’étranger.3 Contraintes liées à la commercialisation des produits récupérés L’’analyse de la filière de recyclage a clairement montré que la valorisation des produits issus des déchets ménagers et assimilés est fortement concurrencée par les produits recyclés importés de l’’étranger. avant la mise en poubelle des emballages en papier et carton. ce qui augmente le risque de contamination. n’’a été relevée chez les intervenants. 3.10. Par ailleurs ces fibres.11. 3. figure l’’importance de l’’investissement qu’’il faut consentir pour moderniser les machines. de part les ménages.

les récupérateurs. technique. Surmonter ces insuffisances peut conduire à l’’amélioration économique du secteur. de ce fait. 3. Promotion de solution de tri à la source. Les plus significatives d’’entre elles sont citées ci-après: Régularisation du secteur clandestin.La réalisation de l’’unité de cartonnage de Mohammadia peut s’’avérer un futur pôle concurrent qui va relancer le secteur du recyclage et motiver. Actions et mesures d’’accompagnement spécifiques de la filière Les insuffisances organisationnelles relevées pour la filière papier et carton sont un dénominateur commun à toutes les filières. ADS Maroc/EDIC 28 Recyclage des déchets solides . Les actions spécifiques identifiées sont par ordre d’’importance d’’ordre organisationnel. institutionnel et juridique. Groupement en masses critiques des récupérateurs et des intermédiaires. Sensibilisation à l’’évolution du marché du recyclage et veille technologique liée à ce secteur.12.

etc). Settat. le sable (silice) et le calcaire constituent deux matières premières principales dans la fabrication du verre blanc usuellement utilisé en emballage (pots.1. Lorsque des articles sont colorés. pour améliorer sa technologie et sa performance dans le recyclage.14 C’’est dire à quel point la fabrication du verre. etc. la société SEVAM.3 suivant donne la répartition géographique au niveau national des principales unités actives dans l’’industrie du verre. Ces unités emploient un effectif de près de 2000 personnes. Le tableau 1. Le verre est fabriqué à partir de matières premières naturelles. du verre borosilicaté. des oxydes de métaux sont ajoutés à la formulation.FILIERE DE RECUPERATION DU VERRE 4. importe son sable. Rabat.4. à savoir du pyrex. à titre d’’exemple. etc. elle atteindrait des pointes de l’’ordre de 30-35% de sa production en verre recyclé. La société SEVAM est constamment en contact avec des entreprises Suisses. Safi. dépend de l’’import. qui consomme par ailleurs beaucoup d’’énergie. bouteilles. A noter qu’’une quarantaine de sociétés opérant dans le secteur ont été recensées au niveau de la base des données du Ministère de l’’Industrie. Consciente de cette problématique. 14 15 Import de Belgique Calcin 29 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . Par conséquent SEVAM.15 Le verre est collecté essentiellement à partir des déchets ménagers. SEVAM. Présentation générale de la filière au niveau national L’’activité mettant en jeu le verre connaît de nombreuses unités fonctionnelles. dont la quasi-totalité est importée également. leader dans le domaine du recyclage du verre. du verre ordinaire. est que la qualité de la silice. Actuellement. dont une trentaine se trouvent dans la zone du Grand Casablanca. Les autres sont localisées à Tétouan. cherche à recycler au maximum le verre local. dont la diversité dépend de la nature du verre recherché. produit pilier de la fabrication du verre ne permet pas d’’utiliser le sable national. Cependant l’’activité de fabrication du verre d’’emballage est bien dominée par une seule société. Dans tous les cas. située à Casablanca et possédant deux sites différents dont le principal a une capacité dépassant les 160 t/j de verre blanc. Le fait le plus marquant. Le verre déchet des industries verrières est généralement recyclé entièrement dans son site de production.

ADS Maroc/EDIC 30 Recyclage des déchets solides . de calcaire. Par ailleurs. la fabrication du verre cristal. Sociétés non formelles : Dans l’’activité de fabrication du verre.3 : Répartition des sociétés de l’’industrie du verre Ville Casablanca Mekhnès Rabat Settat Skhirat Tanger total Nombre de société 30 1 5 1 2 1 40 4. ces gisements sont extraits au niveau de carrières dont l’’exploitation peut avoir des impacts majeurs sur l’’environnement. qu’’il soit blanc. Par contre. il permet de préserver les gisements de sable. le verre est indéfiniment recyclable. un moyen de protection de l’’environnement : Le recyclage du verre. nécessite une haute technicité pour la maîtrise de la finesse des formulations. La fabrication du verre à partir du calcin permet en même temps d’’éviter le dégagement du gaz carbonique et les métaux légers lors de la fusion. Ces caractéristiques du secteur montrent à l’’évidence que l’’industrie du verre ne risque pas d’’être « copiée » et banalisée par le secteur informel comme le cas par exemple de la filière plastique. par conséquent. transparent ou coloré contribue directement à la préservation des ressources naturelles et à la protection contre la pollution atmosphérique.2. A cet investissement.Tableau 1. La filière de recyclage. En plus de ces deux facteurs caractéristiques de l’’industrie du verre. on peut avancer avec certitude qu’’il n’’y a pas de sociétés non formelles fonctionnant à une cadence industrielle. gestion et spécificités 4.2. C’’est donc un moyen de protection de l’’environnement en général et de réduction des gaz à effet de serre en particulier. il existe bien des artisans dont l’’activité reste limitée et non concurrentielle à l’’activité de production industrielle du secteur. il y a lieu de noter que l’’industrie du verre connaît un artisanat fleurissant mais très peu concurrentiel de l’’industrie lourde. En effet. par exemple. ce qui nécessite des consommations importantes en énergie et des frais de productions conséquents. etc. il y a lieu d’’ajouter un fonctionnement continu des fours dans les unités industrielles. par décarbonatation du calcaire. Contexte national : organisation.1 Structure et technicité Sociétés formelles : Les procédés industriels de fabrication du verre se caractérisent par une maîtrise des réactions chimiques à haute température (1500°C) et le niveau d’’investissement qui est généralement très élevé.

Partant de ce constat. Produits recyclables et produits recyclés Tous les produits en verre sont recyclables. car la fonte du calcin consomme moins d’’énergie que la fabrication du verre à partir de matières vierges. La raison dans une telle réussite est donc l’’organisation du secteur et la sensibilisation des ménages. Ainsi. A noter que les produits en verre associés à de métaux ne sont pas recyclés. Le verre récupéré est essentiellement canalisé vers la société SEVAM à Casablanca. où la gestion de l’’environnement est bien avancée atteint actuellement des taux très élevés. Il sont ensuite lavés et nettoyés. à savoir les bouteilles de diverses tailles et couleurs. La capacité. ADS Maroc/EDIC 31 Recyclage des déchets solides .3. qui les vendent à nouveau aux sociétés les utilisant comme emballage. alors que le verre coloré l’’est moins. Cette société valoriserait près de 17 000 t/an de verre non coloré. Il est à noter que l’’activité de fabrication et de transformation du verre risque de souffrir de la libéralisation du marché national. 4. 4.2 Matières premières et cours du marché Le verre est récupéré sous deux formes : i) du verre en débris ou morceaux et ii) du verre sous forme de pièces entières. Pour ce faire. laquelle fonctionne 24/24 et 365 jours par an. à savoir SEVAM. devrait jouer en défaveur du secteur. sans oublier le tri à la source. Contexte et expériences internationaux Le recyclage du verre dans d’’autres pays. La collecte du verre se fait de manière analogue aux autres produits recyclables. Par conséquent. 4. le recyclage du verre. des sociétés marocaines par rapport aux sociétés européennes (les plus proches géographiquement). Ceci est probablement dû à la tendance de la société de valorisation. La filière ne dispose pas encore d’’une séparation magnétique des métaux. des containers. cependant. spéciaux réservés à la collecte du verre sont installés dans les grandes artères. les cours du verre. puis livrés aux intermédiaires ou aux grossistes qui les envoient à SEVAM (Casablanca). la quantité totale de verre récupéré et valorisé serait supérieure à 17 000 t/an.4. La récupération du verre au Maroc semble privilégier le verre non coloré.2. en Suisse a atteint plus que 95% du verre fabriqué. Ceci est dû à l’’entrée sur le marché de produits compétitifs en raison du faible coût de l’’énergie comme en Espagne par exemple et le taux de recyclage très élevé par rapport au niveau national. relativement très faible. de fabriquer des emballages non colorés.Enfin le recyclage du verre permet une diminution de l’’énergie consommée. au niveau de Casablanca ne sont pas très variables. Les bouteilles entières sont revendues aux grossistes. triés selon la couleur. le verre blanc est fortement demandé. Ce mode de fonctionnement nécessite une alimentation continue des matières premières et du verre recyclé en particulier.

mécaniques. le reste serait valorisé sous la forme de bouteilles entières consignées ou non. puis par les intermédiaires aux grossistes à 0. Ce handicap dans le tri du verre influe inévitablement sur son niveau de valorisation. Une part de cette quantité est valorisée par la société SEVAM (17 000 t/ de verre non coloré). Quantités collectées Les enquêtes réalisées dans le cadre de l’’étude ont permis d’’aboutir à une quantité de 43 180 t/an qui serait récupérée. offrira de nouvelles opportunités à la filière de recyclage du verre.5. A noter que durant les vingt dernières années. Prix pratiqués Le verre récupéré est vendu par les récupérateurs.6.7. en moyenne à 0. Par ailleurs. Pour rendre ce verre plus propre. Les sociétés européennes exerceront une demande forte sur le marché marocain en verre recyclé. les récupérateurs. Qualité et valorisation des produits collectés Le verre récupéré est souvent contaminé par les polluants se trouvant dans les déchets solides ménagers. on assiste à un abandon progressif du système de la consigne des bouteilles en verre au profit d’’autres matériaux (plastique par exemple) ou des bouteilles en verre non consignées. comme les graisses. les verres. Le verre collecté pose un autre problème difficile à résoudre pour le récupérateur. Ces prix fluctuent en fonction de la distance à Casablanca. etc. A noter que ces dernières disposent de moyens et de techniques nettement plus développés dans le tri sélectif des produits récupérés.) pourra voir le jour. En effet.33 Dh/kg. la terre. voire même pour les intermédiaires et les grossistes. ces deux dernières formes ne sont pas faciles à distinguer sans une analyse chimique détaillée ou un tri par des instruments optiques ou optoélectroniques. aidant probablement l’’émergence d’’entreprises spécialisées dans la fabrication de produits de haute valeur ajoutée. laquelle influe également sur le prix de vente.24 Dh/kg. Débouchés actuels et potentiels à développer L’’entrée en vigueur de l’’accord de libre échange entre le Royaume du Maroc et l’’Union européenne. actuellement récupérés sont recyclés sans un tri poussé par type de verre.4. etc.44 Dhs/kg à la société de valorisation. Si ce tri est opéré. Le grossiste le cède à 0. si le verre coloré est aisément trié du verre blanc ou incolore. ou plus souvent les intermédiaires procèdent à son nettoyage de la même manière qu’’avec les matériaux plastiques. 4. 4. Cette tendance a eu pour conséquence d’’une part la réduction de l’’utilisation des bouteilles en verre et d’’autre part l’’augmentation du gisement de verre à collecter par récupérateurs. Il faut noter que ce nettoyage n’’est pas systématiquement pratiqué. 4. un gisement de verre de qualité (résistance aux produits chimiques. ADS Maroc/EDIC 32 Recyclage des déchets solides .8. ce qui permettra sans doute l’’augmentation des prix.

Il est fonction de la qualité des produits fabriqués. Pour ce dernier volet.9 Contraintes spécifiques relevées Le métier de récupération du verre connaît quelques contraintes sur les plans juridiques. notamment par les déchets hospitaliers. Par ailleurs. Ces contraintes sont en partie communes aux autres filières. la filière du verre est également émiettée. sous forme de débris. réside dans sa nature même. à gérer les matériaux par type d’’emballage et source de fabrication.Notons enfin que tous les verres ne sont pas recyclés actuellement. Cependant les caractéristiques physiques des matériaux fabriqués à partir du verre recyclé risquent de souffrir du mélange de qualité des verres collectés. etc. cherchent à éliminer de manière écologique leur lot de lampes. 16 Méthode développée et préconisée par EDIC pour l’’unité de recyclage du plastique à Tiflet. tout en excluant les verres colorés. Actuellement de nombreuses sociétés certifiées ISO 14001. puis la valorisation du verre est une activité commerciale qui fonctionne selon l’’offre et la demande en ces matériaux.9. le taux de réutilisation des déchets. il y a lieu de noter qu’’il n’’existe pas un système normatif permettant de réguler la qualité des produits recyclés. 33 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . grâce à sa stabilité chimique de produit. Comme cela a été mentionné dans la mission I et pour les filières déjà présentées. Le gisement de ce verre est sans aucune commune mesure avec celui actuellement collecté mais les lampes à néon constituent une autre source de produits recyclables. 4. les lampes de manière générale et les lampes à gaz rare en particulier. Elle connaît un nombre important de récupérateurs dont l’’intérêt est porté sur les bouteilles encore d’’usage qui sont vendues à un prix plus intéressant que le verre cassé. Ainsi. Ce matériau est coupant lorsqu’’il est rencontré dans les poubelles ou à la décharge. L’’autre contrainte du développement du recyclage du verre. tels que le cuivre. Ainsi. ce qui constitue une entrave à l’’organisation de la filière en cas d’’action dans ce sens. institutionnels. la contrainte technique. L’’approche consiste. la collecte du verre. en absence de moyens d’’analyses chimiques. etc. C’’est un concept et une technique qui sont adaptées au contexte national et son niveau de technicité.2 Contraintes techniques et environnementales Techniquement le verre est récupéré puis valorisé indéfiniment. juridiques et institutionnelles La récupération. lors de blessures. 4.1 Contraintes organisationnelles. A noter que le fait que le verre soit coupant peut entraîner la contamination des récupérateurs. la part des produits recyclés dans les produits fabriqués.9. variant de quelques pourcents à 100% 4. ne relève des prérogatives d’’aucune institution. à savoir les métaux nobles. le mercure. ne sont pratiquement pas récupérées. techniques et organisationnels. est variable selon le type de produits. Comme les autres filières. ou l’’orientation du tri par provenance16 des produits recyclés. ce qui n’’encourage pas les récupérateurs à le collecter. au niveau national du recyclage du verre demeure l’’investissement dans des moyens plus sophistiqués de tri.

à 100 km de Casablanca. comme les bouteilles d’’alcool. notamment ses quartiers. Les gains d’’ordre économique et environnementaux de la récupération du verre sont très substantiels. en aval par la société SEVAM qui valorise la quasi-totalité des produits récupérés. Le recyclage permet ainsi des économies appréciables en devises. La marge bénéficiaire du récupérateur est toujours difficile à apprécier mais dans le cas de la récupération du verre. sont en général récupérées et recyclées comme pièces entières. celle-ci fabrique plus le verre non coloré. verre foncé.. lorsqu’’on sait que cette filière permet d’’éviter l’’import de quantités impressionnantes en sable spéciale et en calcaire.9. etc.4. la part du transport dans le prix du kilogramme de verre peut dépasser 25%. Les emballages colorés fabriqués. qui a. à savoir Casablanca. Rentabilité financière des produits valorisés L’’analyse des prix pratiqués montre que les marges bénéficiaires réalisées augmentent inégalement de l’’intermédiaire au grossiste. Modes spécifiques d’’organisation de la filière L’’organisation de la filière de recyclage est dominée. Cette pratique conditionne inévitablement le marché du recyclage du verre. et au prix du transport le moins cher. Ahl Loghlam. la rentabilité de son recyclage reste limitée par la distance qui sépare le lieu de récupération et la plate forme de valorisation.3 Contraintes liées à la commercialisation des produits récupérés Le principal exutoire des produits recyclés étant la société SEVAM. Ainsi. en effet tendance à délaisser le verre coloré (marron. Par ailleurs.11. bleu. le recyclage du verre permet également des économies d’’énergie et des réductions des coûts de fabrication. bien que le verre soit un matériau relativement lourd. ADS Maroc/EDIC 34 Recyclage des déchets solides . puis du grossiste à la société de mise en oeuvre. La rentabilité du verre colorée serait plus élevée mais les enquêtes réalisées n’’ont pas permis de la mettre en évidence. Pour le reste de la filière. Lahraouine et Tit Mellil (Nord-Est). 4. etc). cette marge est encore plus faible compte tenu du risque associé à sa collecte et son transport. compte tenu du fait que la consommation énergétique associée à la fabrication du verre à partir de matières vierges est plus élevée que celle à partir du calcin. lequel a une valeur ajoutée plus grande au niveau des artisans. 4. Par ailleurs.10. la plate forme tournante de cette économie est Casablanca.

Ce centre peut être hébergé chez la société SEVAM qui est le principal exutoire de valorisation.1. FILIERE DE RECUPERATION DES METAUX 5. Guemmassa. l’’or. etc. 17 Voir procédés Provalor. Présentation générale de la filière au niveau national La récupération des métaux. Ces entreprises peuvent bénéficier en priorité d’’hébergement dans des pépinières d’’entreprises qui existent actuellement au niveau de la plupart des villes marocaines. le cobalt. en raison de sa proximité de la zone de recyclage du verre et les principaux grossistes. le plomb et le zinc. Seules les principales actions spécifiques à la filière sont présentées ci-après: La mise en place d’’un centre de tri accessible aux intermédiaires. Les extraits des minerais sont exportés. Actions et mesures d’’accompagnement spécifiques La présentation qui vient d’’être faite de la filière de récupération et valorisation du verre. France 35 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . Quelques mines extraient le cuivre. à savoir le cuivre. La ville pépinière de la ville de Mohammadia serait adéquate. le plomb. qu’’il convient d’’adresser dans le cadre du plan d’’action national de développement du secteur de recyclage au Maroc. Elle concerne en premier lieu les dérivés du fer suivis par les métaux précieux. L’’industrie de transformation des métaux est donc principalement consommatrice des produits finis importés ou recyclés. etc. qu’’il faut souligner. communément appelée ferraillage ou ferraille. l’’argent. Mise en place d’’un système organisationnel de collecte et de tri piloté par SEVAM à l’’image de la structure organisationnelle de CMCP pour la filière du papier et du carton.4. L’’industrie nationale des métaux se résume à l’’industrie minière. est une activité très prisée et lucrative. C’’est une filière de valorisation des déchets bien particulière. Les faiblesses à caractère organisationnel. Nador. l’’aluminium.12. 5 . L’’encouragement à la création d’’entreprises spécialisées dans la valorisation industrielle du verre coloré. institutionnel ou juridique qui sont communes à toutes les filières ont fait l’’objet de la première mission de l’’étude. montre à l’’évidence quelques faiblesses spécifiques. Les mines les plus importantes sont Imiter. Cette action pourrait s’’inspirer des pratiques dans les pays développées17. aux grossistes et aux sociétés de valorisation. Quelques zones minières anciennes. utilisé comme renfort et comme charge dans de nombreuses formulations. Promotion du recyclage des lampes à néon avec séparation et valorisation des métaux qu’’elle contient. situées dans la zone de Tafilalet fournissent des résidus de minerais du zinc qui sont collectés par les récupérateurs. Akka et Aouam. le fer. puis vendus à Managem qui en fabrique de l’’oxyde de zinc.

Partant de ce constat. alors que la seconde branche comprend celles qui fabriquent les pièces de fonderie. Comptoirs métallurgique. il y a de nombreuses fonderies de petites à moyennes tailles. Contexte national : organisation.2. 5. Les industries métalliques et mécaniques.2. dont les unités sont représentées par la FIMME18 comptent 1 281 unités industrielles (statistiques de 2001). des lingots pour la construction métallique. Son investissement a connu une forte croissance entre 1998 et 2001. en métaux sont principalement les sociétés de récupération de la ferraille. A côté de ces sociétés importantes. Safi.L’’industrie de transformation des métaux se limite à quelques unités industrielles de grande taille. selon la nomenclature du Ministère de l’’Industrie) comprennent respectivement 40 et 20 entreprises. représentant 18% des unités industrielles. Kénitra. voire des grandes zones industrielles. Les sources d’’approvisionnement des fonderies. il n’’y pas place à une industrie non formelle. En fait. Les deux sous branches qui intéressent la transformation des métaux (à savoir 27-1 et 27-5. à savoir SONASID. La ferraille qui présente un intérêt pour le récupérateur est constituée des carcasses de voitures. Leurs productions industrielles sont respectivement de 3 450 et 87 millions de dirhams. principalement installées à Casablanca. Skhirat. Ce secteur industriel a réalisé 19 milliards de dirhams en 2001 (11% de la production industrielle) dont 2 milliards à l’’export. Pechniey.1 Structure et technicité Sociétés formelles et non formelles : L’’industrie métallique consommatrice de la ferraille requiert une technicité et un investissement importants. Berrechid. gestion et spécificités 5. Tube et Profil. Cette dernière fonctionne essentiellement avec les métaux récupérés. La branche 27-1 comprend les sociétés importantes en sidérurgie et transformation des ferroalliages. etc. Rabat et Mohammedia. La filière de recyclage. En plus des fonderies. des tôles. des pièces artisanales. etc. Les fonderies transforment des métaux ferreux et non ferreux en articles divers comme les tampons de regards. Carnaud. En effet la transformation des métaux récupérés passe par des techniques de fonderie et de mise en forme qui nécessitent une haute qualification et des fours de fusion des métaux à haute température. etc. un moyen de protection de l’’environnement : La filière de recyclage des métaux est en fait organisée de manière très concentrée autour des grandes villes. les enquêtes réalisées dans le cadre de la mission I ont clairement montré que la quantité recyclée est bien supérieure à la quantité de ferraille qui se trouve dans les déchets ménagers. 18 FIMME : Fédération des Industries Métalliques et Mécaniques 36 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . des barres de fer de la construction métallique. Maghreb Steel. il y a des sociétés de fabrication de produits chimiques comme CPCM (Casablanca) qui transforme de la grenaille de cuivre en sulfate de cuivre utilisé en agriculture. des pièces métalliques.

dotés d’’une industrie métallurgique. les carcasses d’’engins et leur reste ainsi que les canettes d’’emballages riches en aluminium. Les cours des métaux dépendent de l’’offre et de la demande. Les quantités présentées ci-après montrent que les dérivés du fer sont les plus dominants. 5. aurait engendré une pollution croissante en métaux lourds qui nécessite un investissement considérable pour l’’épuration des eaux par exemple. Ainsi lorsque la demande internationale augmente. Contexte et expériences internationaux La ferraille de toute sorte a de tous temps été recyclée dans tous les pays. Cependant. ayant une faible valeur ajoutée. le cuivre et le plomb.4. ADS Maroc/EDIC 37 Recyclage des déchets solides . à savoir les câbles électriques. si on excepte le complexe hydro métallurgique de Guemmassa qui est spécialisé dans quelques métaux comme le cobalt. Le cuivre est récupéré dans la filière qui lui est propre. qui sont les plus chers. Par contre.2. Cette industrie est quasi absente sur le territoire national. les métaux qui connaissent une activité de récupération importante sont les dérivés du fer. Produits recyclables et produits recyclés La poubelle et la décharge marocaines d’’une part puis les industries d’’autres part recèlent toute sorte de métaux potentiellement recyclables. 5. alors que les moins importants en quantité sont le cuivre et l’’aluminium. qui est induite par les cours mondiaux. les grossistes locaux réagissent en conséquence et font grimper leurs prix. Ainsi.5. Sa durée de vie dépend uniquement de sa corrosion et sa dissémination dans la nature.La dissémination croissante de la ferraille dans la nature.3.2 Matières premières et cours du marché La ferraille est récupérée sous plusieurs formes mais les plus remarquées sont i) les tôles provenant des chantiers de construction et des usines. La quantité de ferraille est certainement à revoir à la hausse lorsqu’’on considère les données de l’’office des changes qui a révélé 207 046 tonnes de ferraille exportée en 2002. notamment lorsque les matériaux recyclés sont composés de plusieurs métaux. le zinc. le cuivre et l’’aluminium. 5. si elle n’’était pas récupérée. le recyclage des métaux précieux requiert une maîtrise plus poussée des procédés métallurgiques. La différence s’’explique certainement par des exports directs de carcasses de voitures qui n’’ont pas été couvert par les enquêtes de l’’étude. se faisant au passage des bénéfices conséquents. Quantités collectées La ferraille collectée a été estimée à partir des données obtenues auprès des principaux grossistes de Casablanca. Cette quantité s’’élève à près de 142 000 t/an pour les dérivés du fer. le recyclage de la ferraille se fait dans tous les pays. 5. 7 900 t/an pour l’’aluminium et 7 700 t/an pour le cuivre.

Parmi ces métaux. des morceaux de tôle difformes. 5. à savoir des barres plus ou moins longues. etc. citons le plomb contenu dans les batteries de voitures ou autres sources et les métaux précieux contenus dans les piles électriques et les lampes à néon. laquelle alimente le marché national en produits finis à base de métaux ferreux ou non ferreux.7. avec le démarrage de la nouvelle aciérie électrique de Sonasid19. des fils. Le secteur de la métallurgie connaît actuellement une forte croissance aussi bien pour les petites sociétés que les moyennes ou les plus grandes. Les raisons résident principalement dans la demande en ces métaux. Seuls les professionnels et les analyses peuvent confirmer une telle composition. En effet. des plaques. Débouchés actuels et potentiels à développer Si on compare la production industrielle (87 MDh) au chiffre d’’affaire de l’’export des métaux (estimation ci-après à 250-300 MDh). Par ailleurs. Par contre ces prix sont plus élevés pour l’’aluminium et le cuivre. et le savoir faire pour leur mise en valeur.8. Cette pratique se fait à l’’aide de presses. force est de constater que tous les métaux constituant un intérêt ne sont pas récupérés et valorisés. 19 Localisée à Jorf Lasfar. Cependant. à 100 km au sud de Casablanca 38 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . La qualité de cette ferraille n’’est pas souvent maîtrisée par les récupérateurs car la composition des métaux n’’est pas aisée à identifier à l’’œœil nu. La demande sera encore plus forte lors démantèlement des tarifs douaniers (accord Maroc Union Européenne) à court terme. 5. pour ses besoins futurs en ferraille Sonasid compte s’’approvisionner sur le marché local à hauteur de 100 000 à 130 000 t/an.9 à 1. allant jusqu’’à 10 à 13 Dh/kg. Partant de ces constats.5. on peut en déduire que la destination des métaux récupérés est à 2/3 pour l’’export et 1/3 pour l’’usage local. le secteur connaîtra à court terme un bouleversement certain. Les métaux valorisés localement sont destinés à la fonderie.6. Qualité et valorisation des produits collectés La ferraille récupérée se trouve dans diverses formes physiques. Les produits récupérés sont souvent compactés pour diminuer leur volume.20 Dh/kg pour les métaux ferreux. Prix pratiqués Les prix de reprise de la ferraille oscillent selon le marché entre 0. le secteur de la récupération de la ferraille a encore de beaux jours devant lui et devrait connaître une forte croissance dans l’’avenir. à savoir le cuivre. le cadmium et le mercure. notamment en ce qui concerne les emballages en aluminium. dont seules quelques unités industrielles en sont dotées. le nickel.

Cependant. Leurs revenus ne dépassent guère 40-60 Dh/jour. dues au niveau des procédés de métallurgie et séparation des métaux. cuillères. la filière de la ferraille revêt un caractère particulier car elle est dominée par l’’industrie comme principale source des métaux. le niveau d’’organisation peut être plus aisé à appréhender. juridiques et institutionnelles Ces contraintes sont communes à toutes les filières de récupération et de recyclage des déchets. couteaux. Par contre le niveau de technicité requis pour la valorisation des métaux non ferreux ne permet pas l’’épanouissement de ce segment de la filière. Cependant. Les récupérateurs demeurent limités par les moyens mis en œœuvre pour cette collecte. ADS Maroc/EDIC 39 Recyclage des déchets solides . Kénitra. etc) ou de masses métalliques.10 Rentabilité financière des produits valorisés Les métaux recyclés représentent une manne financière importante pour l’’économie nationale. non seulement la demande augmenterait mais l’’économie nationale pourrait en bénéficier davantage. Comme pour les autres produits recyclés. si la valorisation des produits récupérés se faisait entièrement au niveau national. la caste qui en bénéficie le plus est celle des grossistes et des intermédiaires. Partant de ce fait.1 Contraintes organisationnelles.5. 5. 5. elle connaît des limites dans la valorisation de nombreux métaux. les zones lointaines de ces quatre ports sont handicapées par le coût du transport comme c’’est le cas pour les autres matériaux. La rentabilité la plus élevée est dans la collecte des métaux précieux sous forme de pièces réutilisables (fourchettes. des batteries ou des néons ne peut être capitalisé que par des entreprises qualifiées comme Managem.9.9. comme contraintes spécifiques. 5. 5. bien au contraire la demande est pressentie pour être plus forte dans l’’avenir. car ces ports couvrent l’’essentiel du littoral national.3 Contraintes liées à la commercialisation des produits récupérés La ferraille collectée est dans sa quasi-totalité acheminée vers Casablanca. Cependant.9. Ces trois points exutoires constituent un atout pour la filière de récupération des métaux. Le transfert de technologie permettant la valorisation des métaux précieux des piles. Nador ou Agadir qui sont des ports d’’export de ces matériaux.9 Contraintes spécifiques relevées La filière de récupération et de recyclage des métaux lourds connaît comme les autres filières des problèmes organisationnels. En effet. à travers un décret d’’application de la loi sur la gestion des déchets.2 Contraintes techniques et environnementales Le secteur de récupération et de valorisation des métaux ne connaît pas une crise particulière.

leurs forces.5. Le diagnostic qui a été mené dans le cadre de cette étude. des métaux des piles électriques et des métaux précieux contenus dans les lampes en général et des lampes à néon en particulier. 6. créent une forme de dépendance des récupérateurs vis-à-vis des intermédiaires ou des grossistes et faussent le jeu des prix d’’achat et de vente des produits recyclés. sont d’’abord les actions relatives aux aspects organisationnels. Les actions d’’accompagnement. et dans une moindre mesures les intermédiaires. les limites et les opportunités. toutes filières confondues. tirent le plus de profit des activités de récupération et de valorisation des déchets. Ces pratiques. juridiques et institutionnels mais également des actions de développement d’’autres segments du marché de la récupération. alors que les grossistes. profitent le moins de la manne financière brassée par le recyclage des déchets. CONCLUSION L’’analyse des quatre principales filières de recyclage des déchets ménagers et assimilés a permis de mieux appréhender leur mode fonctionnement. entre autres de la récupération: du plomb des batteries d’’automobile . en période de sécheresse. Il s’’agit. qui ont eu lieu dans les périodes de forte affluence de la population rurale. L’’analyse faite confirme que les récupérateurs. La filière de récupération du plastique est moins bien organisée car elle connaît une anarchie même dans la valorisation des matériaux récupérés. a montré également que les filières papier et carton d’’une part et la ferraille et le verre d’’autre part sont les plus organisées.11. à prévoir dans le cadre d’’un plan d’’action national. ADS Maroc/EDIC 40 Recyclage des déchets solides .12. Modes spécifiques d’’organisation et de structuration de la filière et leurs impacts technico-financiers De sources confirmées. leurs faiblesses et les opportunités de leur développement. 5. Les opportunités de développement du secteur sont nombreuses dont les plus pertinentes d’’entres elles sont résumées ci-après. les experts du Groupement ont pu savoir que les intermédiaires assurent dans certaines zones comme Casablanca le financement des récupérateurs pour l’’acquisition de moyens de transport des carcasses de voitures collectées. Actions et mesures d’’accompagnement spécifiques de la filière L’’analyse faite pour la filière de recyclage des métaux a permis de noter les points forts.

Mécanisation du lavage des produits récupérés. aux grossistes et aux sociétés de valorisation. Promotion du recyclage des lampes à néon avec séparation et valorisation des métaux qu’’elles contiennent. Encouragement à la création d’’entreprises spécialisées dans la valorisation industrielle du verre coloré. Récupération des métaux précieux contenus dans les lampes en général et des lampes à néon en particulier. FILIERE DU PAPIER ET CARTON Groupement en masses critiques des récupérateurs et des intermédiaires. envers la filière du papier et du carton. Sensibilisation à l’’évolution du marché du recyclage et veille technologique liée à ce secteur. ADS Maroc/EDIC 41 Recyclage des déchets solides . FILIERE DES METAUX Récupération du plomb des batteries d’’automobile. FILIERE DU VERRE Mise en place d’’un centre de tri accessible aux intermédiaires. Sensibilisation à l’’évolution du marché du recyclage et veille technologique liée à ce secteur. Récupération des métaux des piles électriques. OPPORTUNITES DE DEVELOPPEMENT DES FILIERES DE RECYCLAGE FILIERE DU PLASTIQUE Sensibilisation à l’’amélioration de la qualité des produits recyclés. Développement de nouveaux créneaux de recyclage.Les actions proposées sont développées sous forme de fiches projets dans la deuxième partie de ce rapport relative au plan d’’action du secteur. Mise en place d’’un système organisationnel de collecte et de tri piloté par SEVAM à l’’image de la structure organisationnelle de CMCP.

mais également à l’’épuisement alarmant des ressources naturelles. 42 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC .INTRODUCTION La valorisation est un terme générique recouvrant l'ensemble des techniques qui permettent le réemploi. le recyclage et la valorisation sont considérés aujourd’’hui des composantes fondamentales de tout système de gestion rationnelle des déchets. Partant de ces éléments. il y a lieu de citer à ce niveau le cas de l’’Union Européenne : le conseil des ministres européens a adopté en mars 2003 une position commune pour la révision de la directive 94/62/CE sur les emballages et déchets d’’emballages. 20 Chiffres de l’’économie de papeterie. 22. le recyclage ou la régénération des déchets. des quantités des déchets générés et de la demande de matières premières. La valorisation est également un choix politique et économique engendrant des changements profonds et des mutations dans les comportements des citoyens principalement en amont des circuits de gestion des déchets: mise en place des systèmes de tri sélectif considéré comme la clef de la réussite de tout programme de valorisation et de recyclage des déchets. la réutilisation.CHAPITRE 2 : ANALYSE DES EXPERIENCES INTERNATIONALES EN MATIERE DE VALORISATION DES DECHETS 1. la majorité des pays industrialisés se sont engagés dans une politique où le recyclage et la valorisation des déchets sont au centre des priorités environnementales. Ainsi. De même. Les objectifs de recyclage minimum seraient de 60% en poids pour le verre et le papier/carton. des mesures d’’accompagnement doivent être prévues pour l’’adhésion active des citoyens et des acteurs locaux au concept de valorisation. D’’une manière générale. la notion de déchets a beaucoup évolué durant les deux dernières décennies: les déchets sont considérés désormais comme un gisement de récupération de diverses matières. A ce titre ils ont une valeur ajoutée potentielle qu'il faut utiliser au mieux des possibilités technologiques et des conditions économiques du marché. il est évident que la valorisation des déchets est déterminante pour un engagement responsable et constitue une garantie et une assurance pour une exploitation soutenable des matières premières. La valorisation des déchets constitue désormais un choix stratégique pour faire face à l’’accroissement de plus en plus important. de tri et de valorisation avec souvent des objectifs chiffrés de taux de recyclage. A titre d’’exemple. Dans le monde entier. Dans ce cadre plusieurs pays développés disposent d’’un cadre législatif instaurant les modalités de collecte. la réalisation de tels objectifs de recyclage des déchets nécessite des moyens importants pour le renforcement des circuits de collecte et de récupération des déchets et le développement des filières pour la transformation des matières recyclables. Un taux de recyclage global de 55% au minimum sera imposé par un tel projet. 50% pour les métaux. COPACEL 2004. La consommation mondiale en papier carton a été de l’’ordre de 339 millions en 2003 et devrait s'accroître pour atteindre 350 millions de tonnes en 200520. Ainsi.5% pour les plastiques et 15% pour le bois.

75 % des huiles. 95 % des métaux et du verre. et du bois. Commerces et Institutions (ICD) 85 % des pneus. les objectifs de récupération et de valorisation des produits résiduels sont fixés dans le cadre d’’une politique de gestion intégrée des déchets solides. de la Rénovation et de la Démolition (CRD) 60 % de toutes les matières pouvant être mises en valeur. 50 % du textile. 70 % du plastique.Compte tenu de l’’importance des initiatives entreprises au niveau mondial en matière de valorisation des déchets. Secteur des industries de la Construction. du papier et carton. Lesdits objectifs sont définis à partir des potentiels de valorisation sectorielle : Secteur municipal 60 % du verre. 2002 ADS Maroc/EDIC 43 Recyclage des déchets solides . Secteur des Industries.VALORISATION DES DECHETS AU QUEBEC Au Québec. 2. la Suisse et la France. des peintures et des pesticides (résidus domestiques dangereux). du plastique. Le cas de la Tunisie fera également l’’objet d’’une présentation notamment en ce qui concerne la valorisation des emballages. nous présentons des expériences de quelques pays leaders dans le recyclage des déchets : le Québec. l’’Allemagne. 80 % des contenants à remplissage unique de bière et de boissons gazeuses. Des bilans sont annuellement élaborés portant sur les quantités générées. du papier et carton. 60 % des matières compostables. des métaux. des encombrants et des matières compostables. celles récupérées et recyclées : Table 2-1 Performance en 2002 de récupération par secteur En milliers de tonnes Secteurs Municipal ICI CRD Total Déchets Potentiels Générés 3 474 4 659 3 131 11 264 3 028 4 230 2 845 10 103 Objectifs 1 817 3 384 1 707 6 908 Récupérés Récupérés/ Objectifs potentiels Visés 2002 2000 598 20% 16% 60 % 57% 62% 47% 50% 47% 40% 80 % 60 % 65 % 2 398 1 775 4 771 Source : bilan sur la gestion des déchets au Québec.

ADS Maroc/EDIC 44 Recyclage des déchets solides . a permis une nette amélioration de la récupération et de la valorisation des matières recyclables : La quantité de papier et de carton récupérée a augmenté de 258 000 tonnes en 2000 à 301 000 tonnes en 2002.6 11 0 8 269 4. Système efficace de consignation. 2002 En plus des centres de tri et des systèmes de tri sélectif (équipements. Tableau 2-2 Quantité de matières résiduelles récupérée par la collecte sélective municipale de 1992 à 2002 (en 1000 tonnes) Matières Papier carton Verre Métaux ferreux Métaux non ferreux Plastiques Total 1994 quantité % 1996 quantité % 1998 quantité % 2000 quantité % 2002 quantité % 130 76 198 75.8 100 216 80.1 0 3 100 258 80.7 0. un réseau de récupérateurs et de recycleurs (il s’’agit des sociétés structurées et reconnues) participe largement à une meilleure organisation du secteur de la valorisation des déchets au Québec. La logistique mise en place a redéfini l'usager. containers.1 100 28 16. Une grande partie de sa politique est axée sur le recyclage des déchets. Ces matériaux représentaient en 2002 près de 85 % de l’’ensemble des matières récupérées par collecte sélective.……).3 3. en hausse de 16.3 3. désormais " producteur-trieur " de ses ordures ménagères. Plus de 90 % de la population (en 2000) est desservie par un système de collecte sélective .2 0 3. financée par des programmes municipaux et par des instituts et sociétés nationales.3 34 12. ce qui représente une hausse de 25.5 3. transport.VALORISATION DES DECHETS EN ALLEMAGNE L'Allemagne est l'un des pays leader dans la gestion environnementale en général et la gestion des déchets en particulier.4 100 301 84.7 %.5 100 Source : bilan sur la gestion des déchets au Québec.1 0 3.1 40 12. Le décret du 12 juin 1991 impose au citoyen allemand de faire lui-même le tri de ses ordures ménagères.1 11 0 10 261 4.1 % des quantités.4 12 1 11 322 3.8 30 12 1 11 355 8. 3. mise en place ainsi qu’’aux circuits de récupération des déchets industriels : Plus de 36 centres de tri répartis sur le territoire québécois .4 7 0 6 171 4.La performance du système de valorisation des déchets au Québec est due à l’’importante infrastructure municipale de collecte sélective. L’’infrastructure mise en place.4 0.9 42 16. Le bilan 2002 indique par rapport à 2000 une augmentation de 958 000 tonnes de matières récupérées.

Le civisme et la discipline qui caractérisent la mentalité allemande ont beaucoup contribué à la réussite des programmes de collecte principalement séparative qui sont la clé de développement du recyclage et de la valorisation en général: les taux de recyclage du verre et du papier ont ainsi passé respectivement de 67 % et 75 % en 1995 à 71 % et 83 % en 2000 (augmentation de l’’ordre de 24%). composantes électroniques Total Déchets ménagers Déchets domestiques et similaires des commerces non collectés par les communes Déchets des parcs et des jardins Déchets des super marchés Total autres déchets municipaux Total 1996 19 875 3 003 2 413 9 838 35 129 5317 3 069 876 9 261 44 390 1997 18 476 3 170 2 935 11 629 36 211 5305 3 216 861 9 382 45 593 1998 16 806 3 174 3 308 11889 35 177 5078 3 133 706 9 817 44 094 Source : office fédéral des statistiques (excluant pour 1998 les déchets de Hambourg) Compte tenu de l’’importance du modèle allemand en matière de recyclage. nous présentons sommairement quelques expériences de valorisation par filière. verre. performantes et novatrices en la matière. Cette politique a favorisé la création de tout un secteur de gestion et de valorisation des déchets avec l’’émergence d’’importantes sociétés spécialisées.). déchets résiduels. containers. ADS Maroc/EDIC 45 Recyclage des déchets solides . papier. déchets biodégradables..……). elle est de l’’ordre de 430 kg. substances dangereuses avec des poubelles et conteneurs selon les couleurs.. plastique. papier carton. déchets encombrants. emballages.Ces décisions ont été accompagnées par la mise en place d’’importantes infrastructures et également des systèmes adaptés pour faciliter le tri (poubelles. En ce qui concerne la production annuelle des déchets par habitant. Les moyens mis en place pour la collecte sélective sont très diversifiés selon les types des déchets : matériau. L’’évolution de la génération des déchets en général est donnée dans le tableau ci-dessous : Tableau 2-3 : Evolution de la production des déchets en Allemagne En 1000 tonnes Production des déchets Déchets domestiques et similaires des commerces collectés par les communes Déchets ménagers encombrants Déchets compostables collectés par containers spéciaux Collecte séparative (verre. camions adaptés.

3-1 Valorisation du verre Tableau 2-4 : Evolution de la valorisation du verre en Allemagne En 1000 tonnes Quantités Quantités récupérées Quantités recyclées Taux de recyclage 1995 3 705 2 788 75% 1997 3 470 2 737 79% 1999 3 530 2 845 80.6% 2000 3 414 2 838 83%

Source : office fédéral des statistiques (excluant pour 1998 les déchets de Hambourg

En 2000, sur les 3,4 millions de tonnes de verre retournés (récupérés des containers de collecte sélective ou par d’’autres circuits) 83 % ont été recyclés. En 2002, la quantité totale du verre produit a été de l’’ordre de 7,6 millions de tonnes dont 4 millions provenant du verre récupéré (recyclé). Pour la récupération, un container est mis en place pour 600 à 800 habitants (Soit 300 000 containers pour le verre). 3-2 Recyclage du PVC Tableau 2-5: Evolution de la production et recyclage du PVC en Allemagne En 1000 tonnes Année Production Industrie Emballages Construction 1997 1999 1 450 1 550 1 460 1 520 143 140 Ingénierie Autres Electrique 883 63 314 99 143

1076

En 1990 la production était seulement de 1 million de tonnes par an. Le PVC a connu une augmentation dans la production et l’’utilisation favorisée par sa capacité de réutilisation pour de longues durées et la facilité dans le recyclage (fenêtres, buses,……) 3-3 Recyclage du papier En 2002, la consommation annuelle de papier et carton par habitant a été de l’’ordre de 230 kg soit au total 19 millions de tonnes. Le papier déjà utilisé (communes, industrie,……) réintégré dans la production a été de l’’ordre de 13.7 millions de tonnes pour la même année. Le taux de recyclage du papier trié et des journaux est aux alentours de 100 %

ADS Maroc/EDIC

46

Recyclage des déchets solides

4- VALORISATION DES DECHETS EN SUISSE La Suisse a produit en 1999 quelque 2,6 millions de tonnes de déchets urbains. Ils contiennent 15% d’’objets et d’’emballages exclusivement en plastique, auxquels il faut ajouter 3% de plastiques compris dans les emballages et les articles composites. La consommation des matières plastiques s’’élève à 800 000 tonnes par an. En 1999, 570 000 tonnes ont fini comme déchets et le reste (230 000 tonnes) s’’accumule sous forme de plastiques durables dans les constructions, les véhicules, les produits ménagers, etc.

Figure 2-1 Composition des déchets en Suisse
Textiles 2% Verre Emballage composites 3% 4% Articles composites 6% Matériaux naturels (bois, os) 8% Minéraux (céramique, pièrres) 8% Matières plastiques 15%

Fer 2%

Autres métaux 1% Papier, carton 29%

Déchets organiques (cuisine, jardin) 22%

Source : rapport sur le recyclage des matières plastiques en suisse, OFEFP, 2001

ADS Maroc/EDIC

47

Recyclage des déchets solides

Figure 2-2 : Répartition de la consommation des plastiques en Suisse

PS 13% PET 10% PVC 11%

PE 43%

PP 23%

Source : rapport sur le recyclage des matières plastiques en suisse, OFEFP, 2001

L’’élimination des 570 000 tonnes de déchets de plastique produits en 1999 est reportée dans le tableau 2-6 suivant : Tableau 2-6: Modes d’’élimination des déchets plastiques en Suisse En 1000 tonnes Origine Déchets urbains Déchets de chantier Industrie et artisanat Collecte sélective Total Quantités en tonnes 460 50 10 50 570 Mode d’’élimination Incinération (400) Décharge (60 ) Incinération Exploitation calorifique dans des cimenteries Valorisation

Comme on peut le relever de ce tableau, le recyclage des matières plastiques ne représente que 9 % des déchets plastiques à éliminer. Il s’’agit principalement d’’emballages de transport, de bouteilles de boissons en PET, de feuilles de polyéthylène. Les matériaux recyclés servent essentiellement à fabriquer des sacs à ordures, fibres textiles, conteneurs, revêtements de sols et tuyaux. Ce taux de recyclage reste très modeste par rapport aux matériaux traditionnels comme le verre : Le recyclage des plastiques mélangés fournit des produits qui permettent rarement de répondre à des exigences techniques élevées.

ADS Maroc/EDIC

48

Recyclage des déchets solides

5-1 Valorisation des déchets d’’emballage En 2002.VALORISATION DES DECHETS EN FRANCE La gestion des déchets constitue une composante importante dans la politique environnementale en France. par une taxe anticipée de recyclage de 4 centimes ( du franc suisse) par bouteille. un système de collecte sélective des bouteilles en PET a été mis en place et a permis de développer toute une filière de recyclage exploitée par l’’Association PETRecycling Suisse (PRS). En 2000. L’’évolution des quantités recyclées est présentée sur la figure 2-3. Etc. Revêtements de sol (PVC). de grands progrès ont été réalisés principalement en ce qui concerne le recyclage. Sur le terrain.Seul le PET (bouteilles de boissons : 23 000 tonnes) représente de réelles opportunités de recyclage comparé aux autres origines de plastiques : Bouteilles en PE et bouchons. ont été recyclées. 5. 23 000 tonnes de bouteilles de boissons en PET. 700 T . le nombre d’’habitants desservis par une collecte sélective multi-matériaux a dépassé 56 millions d’’habitants soit 5 millions de plus qu’’en 2002. 2 453 000 de tonnes de déchets d’’emballages ont été recyclées dans le cadre des contrats passés avec les sociétés agréées (Eco-Emballages et Adelphe). Ceci se traduit dans l’’importance des investissements réalisés dans le secteur depuis des décennies et du marché actuel des services en rapport avec les déchets. La collecte du PET est financée sur une base volontaire. et les infrastructures liées à la collecte sélective des déchets : en 2003. pour les déchets d’’emballages. Avec l’’avancée technologique. ADS Maroc/EDIC 49 Recyclage des déchets solides . Isolants thermiques. 1 000 T . la proportion de PET usagé intervenant dans la fabrication de nouvelles bouteilles de boissons peut passer de 25% à 80%. / Dans ce contexte. soit 82 % des bouteilles vendues. 450 T.

54 milliards de litres. Les actions entreprises ont permis d’’atteindre les objectifs de recyclage et de valorisation fixés par la directive européenne sur les emballages pour 2001.499 1997 5. Les quantités d’’emballages ménagers recyclées devraient poursuivre leur croissance de + 5. 49 millions d’’habitants étaient desservis en 2002.406 France 18.1 millions d’’habitants desservis .5% en 2003 et de + 4% en 2004.Emballages S. soit 1 million de plus qu’’en 2001.217 5.818 5.Figure 2-3 : Evolution des déchets d’’emballages en entrée usines de recyclage en France 3000 Quantité en milliers de tonnes 2500 2000 1500 1000 500 0 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 Source : Eco. a augmenté de 27 % en dix ans pour atteindre 5.687 1996 5.5 millions de plus qu’’en 2001. soit 6.300 5.750 21. les contrats multi-matériaux ont concerné 2. La progression a été particulièrement forte pour l’’aluminium (+44%) et les plastiques (+ 16%).192 5. Ceci est dû en particulier à l’’accroissement de la population desservie par les systèmes de tri sélectif concernant les déchets d’’emballages : Pour la société Eco-Emballages.A et Adelphe. Un tel développement du secteur de recyclage a permis d’’atténuer l’’impact de la croissance de la production des déchets : la consommation d'eaux minérales par exemple. soit 83 litres par habitant et par an (133 litres en Italie).632 1995 5537 25.845 CEE Source : Chambre syndicale des eaux minérales ADS Maroc/EDIC 50 Recyclage des déchets solides .540 25. Tableau 2-7: Evolution de la production des eaux minérales en France en dans la CEE En millions de litres Année 1990 1991 1992 1993 1994 5.300 24.352 21.450 25.711 19. Pour Adelphe. 2004.

2002.. le taux de récupération des produits à base de papiers et cartons destinés au recyclage demeure encore l'un des plus faibles d'Europe : 41.1 % des Loi N°75-633 du 15 Juillet déchets ménagers..5-2 Valorisation des déchets du papier /carton L'exploitation de cette matière première secondaire a donné naissance à une véritable industrie de transformation : 121 millions de tonnes sont recyclées dans le monde. emballages ménagers.7 %.. soit un taux de récupération de 43. sans limite quantitative. rognures d'imprimerie.2 million de tonnes : la balance des échanges des vieux papiers est déficitaire (en 1998. En 1998. En France. journaux invendus. selon le produit Source : ADEME. Tableau 2-8: Données de base sur la filière du papier/carton en France Marché Consommation du papier carton : 10.3 % des déchets ménagers.5 millions de tonnes en France.3 kg/habitant/an récupération des matériaux Carton: 9..6 % comparé à la moyenne européenne (49. le papier et le carton récupérés sont d’’origine industrielle (chutes de fabrication. des déchets de vieux papiers et cartons collectés et triés.1 %). 1. Les CCR (Caisses Cartons de Récupération) représentent plus de 50 % des exportations françaises (l’’Espagne absorbe 60 % des exportations totales).3 millions de tonnes Production du papier carton : 9.1 millions de tonnes Importance dans les Cadre juridique ordures ménagères Papier : 16. En France. Les importations oscillent entre 1 et 1. magazines.). L'industrie papetière française est importatrice de vieux papiers. 840 000 tonnes exportées. soit Décret n° 77-151 du 7 Février 1977 38.7 kg/habitant/an Circulaire du 18 mai 1977 relative au service d'élimination des déchets des ménages Traitement Utilisations Pratiquement toutes les utilisations courantes issues de la pâte vierge La pâte recyclée peut être utilisée seule ou en mélange avec la pâte vierge.8 % en 1996) ou à l'Allemagne (71.) et des déchets ménagers (consommation des ménages : journaux. 93 % des fibres récupérées sont issues du circuit industriel et commercial Pour la récupération du papier et carton d’’origine industrielle. les syndicats des utilisateurs de cette matière ont signé avec Éco-Emballages une convention portant sur un engagement total de reprise.7 millions de tonnes dont 4 millions de tonnes ont été récupérées.. ADS Maroc/EDIC 51 Recyclage des déchets solides . dont 35 millions de tonnes en Europe et 4. soit 1975 relative à l'élimination des déchets et à la 67.).. commercial (emballages.15 million de tonnes importées. soit un solde net de -315 000 tonnes). la consommation de papiers et cartons était de 10.

La mise en décharge qui était une pratique courante ne l’’est plus depuis le 1er Juillet 2002 puisque sur le plan juridique. en milieu urbain et 0. Ainsi.VALORISATION DES DECHETS EN TUNISIE En Tunisie.5 millions de tonnes en produits papier et carton usagés sont mises en décharge annuellement et 2. soit 0.3 millions de tonnes sont incinérées : 70 % peuvent être recyclables (ce qui représente un potentiel d’’environ 3.2 au rural). Le taux de collecte des déchets est estimé à 95 % en milieu urbain et celui du recyclage est de l’’ordre de 5 %. 2. des filières de traitements adaptées ont été mises en place pour l’’élimination de plusieurs millions de tonnes des déchets de démolition et leur valorisation. dont 90 % sont mis en décharge. les déchets ménagers représentent aujourd'hui environ 1 800 000 tonnes/an. 5-3 Valorisation des déchets inertes Le secteur du bâtiment et des travaux publics utilise chaque année environ 380 millions de tonnes de granulats (1/3 pour les bâtiments et 2/3 pour les travaux publics) générant environ 25 à 30 millions de tonnes de gravats. les décharges sont réservées aux seuls déchets ultimes. Le compostage concerne seulement 0. Tableau 2-9: Chiffres clés de quelques filières de récupération en France Année 2002 Désignation Nombre d’’entreprises Chiffre d’’affaires Quantité collectée Quantité transitant au sein de la profession Quantité traitée et vendue hors profession Exportations Millions €€ 1000 tonnes 1 000 tonnes 1000 tonnes 1000 tonnes Unité Plastique 200 82 315 (+5%) 365 313 (+8%) 85 Verre 50 117 1 950(+ 6%) 3 500 (+9 %) 1 950 (+ 7%) 78 métaux non ferreux 1 200 2 200 1 500 (+3 %) 2 100 (+5 %) 1 500 (+7 %) 300 Ferrailles 1 350 1 300 13 300 16 900 13 000 4 900 Les chiffres entre parenthèse présentent le taux de variation 2001-2002.5 % des déchets produits.Pour la même année. ADS Maroc/EDIC 52 Recyclage des déchets solides . 6.36 millions de tonnes). Source ADEME. 5-4 Autres filières Le tableau 2-9 ci-après résume les chiffres clés des autres filières de récupération.8.5 kg par jour et par habitant en moyenne (0.

Adhérer au système public de reprise et de valorisation des emballages utilisés ce qui donne droit à l'utilisation d'un logo spécial Eco-lef. 5% Substances diverses. La limitation de l'impact négatif de l'abandon des déchets d'emballage dans la nature . opposable sur les emballages utilisés. du tri et du recyclage et la contribution à la création d'emploi. Confier la charge de cette obligation à des entreprises agréées sur une base contractuelle . 4% Plastique. 1997. Ecolef vise La réduction de la mise en décharge des déchets d'emballage . Trois options sont offertes : Reprendre et gérer par leurs propres moyens les emballages utilisés . 2% Source: Etat de l'Environnement. La promotion du secteur de la collecte. cuir et caoutchouc. 7% Ordures végétales. ADS Maroc/EDIC 53 Recyclage des déchets solides . En 1998. d'une contenance supérieure ou égale à 100 ml). l’’Agence Nationale de Protection de l’’Environnement (ANPE) a mis en place un système de reprise et de valorisation des emballages utilisés Ecolef.Figure 2-4 Composition des déchets solides en Tunisie (1997) Textiles. et toute personne responsable de leur première mise sur le marché. 68% Verre et céramique. est tenu à la reprise de ces sacs et emballages utilisés en vue de les réutiliser ou de les valoriser. 11% Métaux. 3% Papiers et cartons. Ce système a pour fondement le principe du producteur-récupérateur : tout producteur et tout distributeur de produits emballés (en plastique ou en métal.

mais plutôt comme des produits pouvant être réintroduits dans le cycle de production. L’’organisation du tri et de la valorisation.Il prévoit : L’’assistance aux collectivités locales et aux sociétés privées pour la collecte sélective des emballages utilisés . Le c entre de tri de Cité Khadra (Tunis) ADS Maroc/EDIC 54 Recyclage des déchets solides . de producteurs de lubrifiants et des importateurs. Les matières plastiques constituent un potentiel non négligeable de produits récupérables. et dans des villes du bassin de la Mejerda . de grands conteneurs ont été installés dans les grandes villes du pays. Pour accompagner les communes et les industriels pour l’’organisation de la collecte des emballages plastiques par exemple. L’’organisation de campagnes de collecte des emballages utilisés à travers le pays . Eco-Lef a permis de développer un partenariat avec les industriels. de produits cosmétiques. suivis par des conditionneurs de conserves. Des expériences de tri sélectif des déchets domestiques ont été initiées dans quelques villes pilotes Tunis (cité El Khadhra). La loi-cadre sur les déchets N°96/41 de 10 juin 1996 a instauré le principe de la récupération et du recyclage dans le cadre du système de gestion intégrée des déchets. à travers des contrats de garantie avec les centres de tri et les filières de valorisation par matière . Ainsi des structures ont été crées (ANPE) pour accompagner les collectivités locales à la mise en œœuvre de la stratégie nationale de gestion des déchets et de l'embellissement des villes. principalement dans le secteur du conditionnement des boissons. etc. Grand Sousse. Les déchets ne seront plus considérés en tant que tels. L’’information et la sensibilisation des industriels et du grand public. de détergents. Pour son application. le renforcement du cadre institutionnel a été nécessaire.

et les présentent devant leur porte où ils sont ramassés séparément par les services de collecte. Le papier contient de l'encre. INTRODUCTION Le développement des activités de recyclage suppose une bonne récupération des produits à recycler. et en tout cas. la récupération est souvent facilitée par le système de collecte dit « collecte sélective ». Papier/ carton.. plus le produit est livré homogène. cette récupération est pratiquée manuellement d’’une manière non organisée par des récupérateurs au niveau des poubelles et des décharges. des agrafes.. des produits mono-matériaux -le verre.si possible séparés. Il n'y a pas de collecte séparative sans tri. Le verre. Les déchets verts Au-delà des coûts. 2. du porte à porte. des bouchons. il est utile de rappeler l’’expérience internationale dans le domaine. le papier. le métal.CHAPITRE 3 : FAISABILITE DU TRI A LA SOURCE 1. La collecte sélective suppose ainsi la participation des ménages à un premier tri à la source des déchets recyclables. à côté de la collecte traditionnelle des ordures en mélange. ADS Maroc/EDIC 55 Recyclage des déchets solides . il existe deux principales formes de collecte séparative : La collecte par apport volontaire : les usagers trient leurs déchets et vont déposer les matériaux valorisables dans des conteneurs spécifiques implantés dans des lieux publics ou dans des déchetteries.. de la colle. Naturellement. La collecte au porte à porte : les usagers trient leurs déchets.. Les emballages métalliques. l’’intérêt de la collecte séparative est d'avoir des produits les plus " propres " possible.. Les bouteilles en verre comprennent toujours du papier. Si au Maroc. L’’objet de ce chapitre est de présenter les expériences nationales et internationales en matière de tri à la source et d’’élaborer un plan de mise en œœuvre d’’un projet pilote de tri au niveau d’’un quartier de Rabat. principalement les produits d’’emballage : Les bouteilles en plastiques. Ainsi. les initiatives de tri et les conditions de sa mise en œœuvre ainsi que celles entreprises dans trois pays (Tunisie.. Dans ce paragraphe. France et Allemagne) dont nous venons de passer en revue les efforts en matière de valorisation des déchets. seront présentées et analysées. EXPERIENCES INTERNATIONALES DE TRI A LA SOURCE 2-1 Introduction En introduction à l’’analyse de l’’expérience nationale en matière de tri des déchets et à l’’élaboration d’’un plan de mise en œœuvre d’’une expérience pilote dans un quartier de Rabat. dans les pays développés. et plus sa valorisation sera facile. la collecte de produits " purs " ou " quasi purs " est impossible. Mais..

l’’expérience Tunisienne en matière de tri et de collecte sélective demeure satisfaisante et traduit l’’engagement des autorités publiques dans une gestion valorisante des déchets. en contrepartie d'une rémunération attribuée aux collecteurs privés fixée selon la quantité collectée et la nature des produits. l'ANPE a démarré un programme d'exploitation de 4 points de collecte rémunérée à Tunis et à Sousse. Actuellement.2-2-Expérience de tri des déchets en Tunisie Malgré sa jeunesse. La gestion de ces conteneurs a été confiée à des sociétés privées. l'ANPE organise des campagnes de sensibilisation sur la nécessité de collecte sélective des emballages mais également sur d’’autres types de déchets (collecte des huiles usagées. La collecte sélective. à la mise en place de 470 conteneurs. En 2001. dans ses différentes composantes (collecte par bacs séparés. centres de tri . Aujourd’’hui. Des conventions avec des collecteurs sont signées pour la collecte des emballages utilisés : l’’ANPE met à disposition des collecteurs des tenues distinctives portant le logo du système public "ECO-LEF" et des sacs nécessaires à la collecte des emballages. Il a permis la création de 1 285 micro entreprises et 3 850 emplois. Les points "ECO-LEF" de collecte rémunérée ont permis d’’encourager la collecte des emballages usagés. ADS Maroc/EDIC 56 Recyclage des déchets solides . 2-3. d'autres points de collecte dans les grandes villes et les zones côtières et touristiques ont également été créés. Pour la collecte volontaire des emballages usagés. l'ANPE a contribué en coordination avec les municipalités et les grands détenteurs de ces déchets. etc.. la réflexion menée porte sur la maîtrise des coûts.) est l'activité la plus dynamique des trois dernières années : l’’importante infrastructure et les moyens mobilisés ont permis la généralisation de la collecte sélective portant le nombre d’’habitants desservis à plus de 52 millions en 2002. L’’expérience est globalement concluante.Expérience de tri en France Le tri des déchets date en France de plusieurs années. Encouragée par le rendement de ces centres et les résultats positifs enregistrés en matière de collecte des divers emballages utilisés. si on la compare à l’’approche volontariste de collecte et tri des déchets qui a vite montré ses limites. déchetterie. des opérations d’’exploitation des points d’’ECO-LEF (de collecte saisonnière rémunérée des déchets d’’emballage en plastique et des canettes métalliques) sont également supervisées par l’’ANPE. la recherche des économies d’’échelle. la réorganisation des fréquences. et la simplification des procédures administratives et des consignes de tri. répartis sur 10 gouvernorats. le système public de gestion des déchets d’’emballage (Eco-Lef) dispose de plus de 50 points de collecte. ……). Dans les zones estivales. Pour accompagner ces actions.

la collecte sélective des déchets dans deux administrations (le Ministère de l'Équipement/Administration Centrale et Services Déconcentrés et le Ministère de l'Environnement) a permis d’’économiser la moitié du budget " gestion des déchets " de 1999: de 92 000 à 46 000 Euros pour l'Équipement et de 61 000 à 30 500 Euros pour l'Environnement. Ce coût est imputable pour 50 à 60 % aux dépenses en personnel. selon l’’inventaire de l’’ADEME. 10 % à la gestion des refus de tri.En 2000. qui sont généralement incinérés. La généralisation du tri et de la collecte sélective induit également la création d’’emplois. prescrit que les emballages de vente ne doivent pas être incinérés ni mis en décharge. 20 % aux investissements. ADS Maroc/EDIC 57 Recyclage des déchets solides .55 % (dont 50 % de dépenses de personnel) 5 . le parc français des centres de tri comptait 235 centres pour une capacité moyenne d’’environ 7 000 tonnes par an et par centre. 2-4 L’’expérience du tri en Allemagne En Allemagne.50 % (dont 45 % d'investissements) 0 . selon le tonnage collecté.10 % (dont 50 % de dépenses de transport) 20 . La loi sur la gestion du cycle de vie des produits de 1994 délègue aux marchés de la récupération la responsabilité des déchets qui doivent être acheminés pour être valorisés. D’’autres part. mais valorisés en fonction des substances et des matières premières qui les composent. de mécanisation et d’’optimisation du fonctionnement des centres de tri en exploitation se poursuivra dans les années à venir. la collecte séparative génère dix fois plus d'emplois que l'incinération.000 habitants générant 420 kg/habitant/an. le nombre d’’emplois créé serait compris entre 20 et 35.10 % (dont 30 % de dépenses de personnel) Les coûts de tri s'échelonnent entre 150 et 230 Euros par tonne. 2002. selon une étude de l'ADEME. à prix égal. révisée en 1998. La collecte séparative entraîne une augmentation de l’’effectif du personnel de l'ordre de 5 à 10% variable selon la densité de l'habitat : pour une collectivité de 100. Part en % 40 . trente fois plus que la mise en décharge. le décret sur les emballages de 1991. Le tableau ci-dessous donne un aperçu sur la part des coûts de tri par apport aux autres composantes des opérations de gestion des déchets : Tableau 3-1 : Répartition des coûts de gestion des déchets Rubrique Collecte Tri Transit Incinération Compostage Source : ADEME. Les communes ont en revanche la prérogative de la gestion des déchets à incinérer ou à mettre en décharge.20 % (dont 50 % de dépenses de personnel) 0 . La tendance de modernisation. En effet.

……) . Des initiatives de réduction des coûts de tri presque de moitié sont en cours notamment par la mécanisation des procédés. des efforts sont encore à déployer pour assurer une meilleure valorisation des déchets triés. La mise en place d’’un système de tri des déchets permet la création d’’emplois mais engendre des frais supplémentaires de gestion des déchets. et par conséquent le chiffre d’’affaires du DSD.……. Les bas prix des matières premières dérivées du pétrole comparés au frais de collecte et de traitement des plastiques usagés pose également un réel problème pour leur valorisation. La population allemande verse donc chaque année quelque deux milliards d’’Euros pour éliminer 1. La consignation appliquée pour la récupération de quelques types de déchets notamment les emballages a donné des résultats satisfaisants. se sont élevées à 2 milliards d’’Euros 1999. Il ressort de l’’analyse des expériences de recyclage et de valorisation dans les différents pays présentés ci-dessus que le tri des déchets est la clé de la réussite de récupération et de valorisation optimisées des déchets. En général. soit 15 kilos par habitant et par an. plastique. Pour les matières plastiques. le DSD prélève auprès de leurs fabricants une taxe de valorisation : taxe imposée pour chaque tonne d’’emballages en plastique mise sur le marché. Les frais de tri et de valorisation sont répercutés sur le consommateur. Le système de tri s’’intègre ainsi parfaitement dans une politique de gestion rationnelle des déchets. le tri d’’une tonne de déchets de plastique coûte à lui seul 300 à 350 Euros. a été mis en place pour la collecte et la valorisation des déchets d’’emballages. Les recettes sur les droits de licence. C’’est une entreprise de droit privé qui assume la responsabilité de la gestion des emballages.2 million de tonnes d’’emballages de vente. La protection de l’’environnement et la préservation des ressources sont au centre des préoccupations derrière la mise en place de tels systèmes.Pour favoriser une telle valorisation. la présence d’’additifs freinent la valorisation d’’une partie considérable : ces additifs ne peuvent pas être écartés par un simple triage. le tri et l’’élimination des emballages des articles mis sur le marché. Le tri permet d’’exploiter au maximum les gisements des produits recyclables dans les déchets : papier. La collecte sélective (tonnage) et le traitement de chaque fraction des déchets restent relativement chers d’’un pays à l’’autre (en Allemagne les frais de tri et de valorisation sont plus élevés qu’’en Suisse par exemple) . L’’incitatif financier de la consigne engendre une récupération plus efficace que la collecte sélective . verre. Le taux de recyclage dépend étroitement des systèmes de tri et de collectes sélectifs miss en place. Le DSD vient en complément de l’’élimination des déchets par les communes. 2-5 Analyse des expériences internationales en matière de tri Malgré les moyens mobilisés et les infrastructures mises en place pour assurer un bon tri. Pour financer la collecte. facilité de collecte. Le recyclage des déchets de plastique issus de l’’industrie et l’’artisanat semble économiquement plus viable (quantité. ferrailles. un système appelé Duales System Deutschland (DSD). ADS Maroc/EDIC 58 Recyclage des déchets solides .

l’’expérience de la Tunisie présente un intérêt certain tant au niveau organisationnel. Quatre expériences de tri de déchets au Maroc seront présentées et analysées ci-après. de Tifelt. échantillonnage du groupe cible. Les expériences de tri à la source chez les ménages ou de la collecte sélective restent très limitées au Maroc. La matière organique est mise dans les sacs noirs (système classique). 3-2 Expérience de Rabat-Salé L’’expérience de mise en place d’’un système de tri à la source dans un quartier pilote a été initiée en 1999 à Salé (quartier Hay Nahda) par une association de développement local. qui a ciblé au début quelques 200 ménages.Compte tenu de l’’importance des investissements requis et des coûts élevés du personnel. fouillent dans les poubelles à la recherche de matériaux ayant de la valeur ou qui peuvent être valorisés. moyens de collecte. Enda Maghreb. les expériences communales ou des sociétés privés qui ont mis en place des moyens pour la collecte sélective des déchets (carton et papier. le papier et carton. environnemental qu’’économique. plastique. de Larache et de Nador. EXPERIENCE NATIONALE EN MATIERE DE TRI 3-1 Introduction Le tri et la récupération des déchets ménagers se pratiquent généralement dans les poubelles.……). D’’une manière générale. il semble que le tri des déchets dans les pays développés. Des poubelles "vertes" ont été mises à disposition des habitants pour l'évacuation des déchets non organiques. Rares celles qui ont été entreprises par les communes ou les services chargés de la gestion des déchets. pour un pays comme le Maroc. Les récupérateurs ambulants sillonnent les quartiers et ruelles (avec charrettes ou bicyclettes selon les matériaux recherchés). Des programmes de sensibilisation et d'information ont accompagné la mise en place du système de tri (enquêtes. implication d'autres associations de quartiers. Cependant. Les plastiques. Le projet. ADS Maroc/EDIC 59 Recyclage des déchets solides . Les éboueurs lors de la collecte des déchets municipaux mettent également de côté tout ce qui est recyclable (tri lors de la déverse des déchets dans le camion). qualité. les conditions actuelles (système de gestion. reste plutôt un engagement politique plus pris pour son intérêt environnemental que pour ses retombées économiques. a visé le tri des déchets destinés à être acheminés à l'unité expérimentale de compostage traitant une tonne par jour (le tri des déchets se justifie par la nécessité de séparer la composante organique pour un éventuel traitement).) sont peu favorables pour la mise en place de systèmes de tri des déchets à la source. le verre et les ferrailles sont les matériaux les plus recherchés.. Il s’’agit des expériences de Rabat-Salé .. achat de poubelles). Rares également. 3.

Récemment. Les Orangers : Rue El Ghazali. en collaboration avec la Société « SEGEDEMA » responsable de la collecte des déchets ménagers dans cette Commune. A Hay Ryad : Mail Central. Ces derniers ont été par la suite démotivés par le comportement des agents communaux chargés de la collecte des déchets qui ont commencé à mélanger les déchets triés lors de leur chargement dans les camions. Plusieurs investigations ont été réalisées pour le choix du quartier dont une enquête auprès des ménages pour étudier le degré d’’acceptabilité de cette nouvelle technique.Au début du projet. Au cours des tournées effectuées pour évaluer le taux des matériaux triés. Plusieurs éco points ont été identifiés pour le démarrage de cette opération on cite : A Agdal : Place Shem’’s et Rue Jaâfar Essadeq. la Commune Agdal-Ryad. le conteneur à couvercle jaune destiné aux emballages plastiques . Cette approche (tri à la source avec apport volontaire). la première à l’’échelle nationale avait pour but de récupérer les déchets recyclables triés à la source afin d’’une part de faciliter le recyclage « matière » et « organique ». cette opération pilote n’’a pas connu un grand succès. et une caractérisation des déchets effectuée sur plusieurs quartiers de la ville révélant l’’existence d’’un gisement intéressant de matériaux recyclables. en partenariat avec l’’association « Farah » à la ville de Tiflet. ADS Maroc/EDIC 60 Recyclage des déchets solides . au cours de l’’année 2004. A mentionner également que l’’absence d’’un gardiennage des eco points favorise leur visite par les récupérateurs ambulants et autres intrus. Le Quartier Guich des Oudayas : Avenue des Oudayas. les déchets ont été triés à plus de 50% par les habitants du quartier. 3-3 Expérience de Tiflet En accompagnement au volet technique du « Programme de Gestion Communautaire des Déchets Ménagers ». a initié une opération test de tri à la source des déchets ménagers dans quelques quartiers de la Commune. seules quelques petites quantités étaient retrouvées dans les conteneurs déposés dans le collège américain. Comme la première expérience. Rue Alime. Enda Maghreb a initié au cours de l’’année 2003. Ces cinq kits (éco points). le principe était basé sur le mode d’’apport volontaire des déchets dans des points appelés « éco points ». et d’’autre part de diminuer le taux de mise en décharge. étaient équipés chacun de quatre conteneurs de couleurs différentes : Le conteneur à couvercle rouge destiné aux emballages en verre . dans les autres éco points tous les conteneurs étaient quasiment vides ou remplis de déchets ménagers mélangés. à cause du manque d’’implication des habitants. le conteneur à couvercle bleu destiné au carton et papier . Le projet visait l’’extension du tri à quelques 600 ménages mais l’’objectif n’’a jamais été atteint. et le conteneur à couvercle vert pour tous le reste des ordures ménagères. une expérience pilote d’’introduction du tri à la source des déchets ménagers auprès de 500 ménages. selon un responsable de la collecte de la société SEGEDEMA.

Un programme de sensibilisation et d’’information en partenariat avec les associations locales est en cours de planification. la Commune s’’est vue obliger de n’’effectuer qu’’une seule tournée avec un seul camion. Mais par manque de moyens financiers pour l’’acquisition de deux camions spéciaux pour cette opération. ADS Maroc/EDIC 61 Recyclage des déchets solides . Cette action avait un double objectif. Ensuite deux seaux de couleurs différentes (vert et noir). l’’équipe responsable du projet a organisé plusieurs actions d’’information des habitants sur l’’intérêt du tri. des visites au Centre de co-Traitement des déchets ménagers de la ville. en mélangeant tous les déchets triés à la source ce qui a conduit à l’’échec de toutes les opérations de tri effectuées par les habitants du quartier. pour en faire du compost. Deux poubelles. Le projet consiste à mettre en place un système de tri et de collecte sélective dans un quartier pilote de 20 000 habitants. concernaient spécialement : La distribution des kits d’’informations sur les matériaux à trier. Le projet est appuyé par un groupement de sociétés intéressées par la gestion déléguée de la collecte des déchets dans la ville de Larache et les communes avoisinantes : le projet est mis en œœuvre à titre pilote comme action de démonstration de l’’intérêt d’’un groupement intercommunal pour l’’amélioration du système la collecte des déchets. La réalisation des fresques murales. Au début de l’’opération les tournées des camions étaient régulières ce qui avait permis aux habitants du quartier de voir les résultats de leurs efforts et d’’être encouragés à continuer et améliorer leur action. Elle s’’inscrit dans le cadre du Programme de Gestion et de Protection de l’’Environnement (PGPE) de la coopération maroco-allemande. le premier était d’’augmenter le taux et la qualité des matériaux recyclables. 3-4 Expérience de Larache Une nouvelle expérience est en cours actuellement à Larache. Deux tournées s’’effectuaient pour la collecte des déchets : la première pour ramasser tous les déchets organiques et qui étaient transportés directement sur l’’aire de fermentation. seront mises à disposition des habitants du quartier. la deuxième concernait la collecte de tous les déchets non organiques transportés au Centre de co-Traitement et déposés sur une aire pour leur séparation. et le deuxième était de faciliter les activités du centre de co-traitement des déchets ménagers. Ces informations conduites par les associations du quartier ciblé.Une fois la zone dans laquelle l’’opération de tri sera effectuée a été délimitée. en augmentant la qualité du compost produit et en réduisant le personnel affecté au tri des déchets. ont été distribués aux 500 ménages: le vert était destiné aux déchets organiques et le noir à tout le reste. une pour la matière organique et l’’autre pour la non organique.

à savoir la société Nakawa pour la récupération des déchets dans des écoles ou des administrations. Une association locale a été créée et elle a entamé avec l’’aide de Coopi. etc. l’’association s’’est rendue légitime auprès des autorités locales et a pu passer une convention avec le gestionnaire des déchets de Nador. cette initiative de la société civile. Celle-ci reste largement tributaire de l’’activité des récupérateurs ambulants et ceux opérant directement sur la décharge. le mode de ramassage utilisé (« collecte en vrac ») a une incidence sur les coûts de gestion et de mise en décharge dans la mesure où il ne favorise pas la récupération. Avec ces activités. appui des autorités locales. 21 Voir bulletins des activités de Coopi. tous les ingrédients de réussite d’’un projet d’’organisation du recyclage à partir des déchets: gisement important de produits recyclables permettant semble t il. Mais malgré l’’évolution des moyens techniques et humains utilisés pour la collecte de ces déchets. 62 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC .3-5 Expérience de Nador L’’expérience de Nador n’’est pas tout à fait similaire aux autres expériences présentées ciavant dans la mesure où elle a été initiée et mise en œœuvre par une association locale avec l’’aide d’’une ONG italienne. 4. l’’uniformisation des charrettes utilisées pour le ramassage et des tenues de travail des récupérateurs.org. participation de la population. etc. le tri en collaboration avec la population et les associations de quartier. www. l’’association a concentré ses activités sur le papier et le carton et en a fait même l’’objet de sa dénomination : Association des Récupérateurs de Papier Carton (ARPC). Cependant. etc21. en l’’occurrence Coopi. le papier/carton. Cette expérience est en phase de démarrage et de maturation et il serait trop tôt à ce stade d’’en évaluer les résultats. l’’accès des récupérateurs à la décharge étant très limité. Compte tenu du gisement des déchets recyclables de la ville et les opportunités limitées de valorisation locale. assistance technique de la coopération internationale. gestion par une association. intègre à notre avis. l’’activité de récupération et de recyclage des déchets à Rabat s’’en trouve affectée. de rentabiliser le projet de tri à la source. Cette expérience mérite un suivi et une évaluation ultérieure en vue d’’une capitalisation et une dissémination à grande échelle des leçons apprises. D’’où l’’intérêt de l’’organisation du tri à la source pour la récupération des matériaux recyclables tels que les emballages de plastique. le projet avait pour objectif la participation à la gestion des déchets par l’’organisation de la collecte et le recyclage des déchets. Pour le cas spécifique de Rabat. A l’’origine.coopi. PLAN DE MISE EN ŒŒUVRE D’’UNE EXPERIENCE PILOTE DANS UN QUARTIER DE L’’AGDAL 4-1 Introduction La collecte des déchets ménagers se fait actuellement sur la quasi-totalité du territoire de la ville de Rabat (la plupart de la population dispose d’’un mode de collecte porte à porte et/ou d’’apport volontaire). le verre. Cette collecte qui est assurée par des opérateurs privés a engendré une amélioration certaine de la qualité de l’’environnement de la ville et de la propreté des quartiers. la collaboration avec la municipalité et les associations de développement de l’’environnement. plusieurs initiatives: organisation de tri à la source dans la ville de Nador.

Participation active des premiers concernés. deux sont en cours de mise en œœuvre et il est prématuré d’’en évaluer les résultats à ce stade.Le présent paragraphe analyse les expériences passées en matière de tri et propose un plan de réalisation d’’une expérience pilote dans un quartier de Rabat. Elle offre l’’avantage de préserver la qualité des produits récupérés d’’augmenter en principe. Par contre. Cependant. Il est évident que pour être soutenable. d’’où l’’importance d’’une gestion privée du projet. le manque d’’équipements pour le ramassage séparé et pour la deuxième initiative le manque de sensibilisation et donc. un système de tri à la source et de collecte sélective nécessitant de nouvelles ressources matérielles et humaines et générant ainsi des dépenses supplémentaires. pour les deux initiatives de Rabat et Tifelt. Avant d’’entamer le plan de mise en œœuvre d’’une expérience pilote de tri. Nécessité de concevoir et de planifier toutes les étapes de la filière : système de tri. à savoir les populations ciblées. d’’une manière sensible les quantités récupérées et par là même minimiser les quantités mises en décharge. collecte et débouchés de valorisation des matériaux récupérés . à la conception et à la mise en œœuvre de l’’initiative . 2. à savoir les populations ciblées. bénéficier des ressources matérielles nécessaires à sa mise en oeuvre et surtout être conçue et réalisée en étroite collaboration avec les premiers concernés. citées dans le paragraphe précédent. Les principales mesures préalables et d’’accompagnement d’’une initiative de tri à la source sont présentées ci-après : 1. Analyse rigoureuse des aspects économique et commerciaux de la filière mise en place 4. le système proposé devrait être financièrement rentable ou du moins assurer un équilibre entre les frais de fonctionnement requis et les revenus générés. il est utile d’’analyser les raisons de cet échec. elle doit faire l’’objet d’’une planification rigoureuse. il est illusoire de préconiser dans le cadre d’’une gestion communale. 3. de participation des ménages concernés. 4-2 Analyse des expériences passées Sur les quatre expériences de tri des déchets à la source au Maroc. il est clair que les objectifs qui leur ont été assignés n’’ont pas été atteints et que les deux expériences ont dû être arrêtées après une certaine période d’’essai. Le diagnostic du système actuel de gestion des déchets municipaux a mis en évidence deux problèmes majeurs du secteur : l’’insuffisance des capacités humaines et le manque flagrant de moyens et des ressources affectés à la gestion des déchets municipaux. ADS Maroc/EDIC 63 Recyclage des déchets solides . pour assurer la réussite d’’une telle opération. Motivation et volonté des responsables communaux d’’appuyer et de mobiliser les ressources requises pour la mise en œœuvre d’’une expérience de tri . 4-3 Conditions préalables pour la réussite d’’une expérience pilote Le tri à la source ou la « récupération sélective » est une composante fondamentale de toute politique de minimisation des déchets et de développement des filières de valorisation des matériaux de récupération. Dans ces conditions. Les principales causes semblent être pour la première initiative.

causée par le débordement des déchets devant les conteneurs.). être un message permanant pour inciter les usagers à trier les déchets. restructurer la récupération informelle des matériaux recyclables. avec un moindre coût. de la motivation très limitée des communes pour la mise en œœuvre d’’une initiative de tri et de la difficulté de mobiliser des fonds communaux pour le financement d’’une telle opération. Les points de collecte sont des espaces fermés et gardés. pour assurer une meilleure gestion des déchets triés. canettes. Accompagnement de l’’initiative par un plan d’’information. verre. Agdal. et de traiter au mieux les matériaux qui les constituent ». La rémunération attribuée aux collecteurs privés est fixée selon la quantité collectée et la nature des produits. Ibn Sina. de sensibilisation et d’’éducation des populations concernées. dispose d’’espaces libres où la déchetterie peut être aménagée. Cette technique est un mode d’’apport volontaire. il y a lieu d’’associer les ONG et le secteur privé à la conception et la gestion de cette expérience. Des investigations effectuées dans plusieurs quartiers de Rabat. montre que l’’instauration de deux points de collecte dans le parking de Marjane Hay Riad et à côté du parking du supermarché Label’’Vie. 4-4 Plan de mise en œœuvre de l’’expérience de tri 4-4-1 Système de tri proposé Compte tenu des expériences passées. L’’expérience de tri doit être conçue comme un projet commercial bénéficiant du soutien et du parrainage des autorités communales et du Département de l’’Environnement. L’’organisation d’’un tel système de collecte peut être inspirée de l’’expérience tunisienne des points ECO-LEF (voir paragraphe 2-2 du présent chapitre) consistant en des points de collecte rémunérée des emballages usagers (papier/carton. Ces deux quartiers regroupent plusieurs critères nécessaires pour la réussite d’’une opération de tri à la source. donnant naissance à plusieurs petits points noirs.5. emballages plastiques. Ils seront gérés par une société privée qui aura des conventions avec la Commune et les sociétés de valorisation pour le recyclage des produits récupérés. Cette technique contribuera à : éviter « la pollution visuelle des déchets ». etc. à savoir : ADS Maroc/EDIC 64 Recyclage des déchets solides . où les usagers peuvent apporter leurs déchets triés en les répartissant dans des conteneurs distincts en vue de les valoriser. Le système proposé consiste à instaurer une ou deux déchetteries à l’’échelle d’’un quartier. La déchetterie est « un espace clôturé. 4-4-2 Choix du quartier Il serait souhaitable que le quartier sélectionné pour le lancement de l’’opération de tri. offrent les conditions requises à la réussite de cette expérience. tels que les parkings des centres commerciaux constitueront des « points d’’apport volontaire » des populations mais également des points de collecte des apports rémunérés des récupérateurs autorisés. Ces espaces.

L’’existence de l’’espace requis pour les points de collecte Fréquentation importante des deux sites par une population assez aisée qui sensibilisée. Appel d’’offres auprès des sociétés privées. Des supports de communication devraient être produits tout au long de l’’opération pour soutenir le processus. les canettes. Les étapes suggérées pour la mise en œœuvre du projet : Identification des emplacements des points de collecte. les emballages PVC. 4-4-4 Modalité de mise en œœuvre Pour être soutenable dans le temps. la collecte de nouveaux produits peut être considérée. peut être mobilisée pour participer à la collecte Existence d’’importantes quantités de produits recyclables dans les deux quartiers 4-4-3 Produits ciblés Compte tenu de l’’importance des débouchés pour la réussite de l’’expérience. ADS Maroc/EDIC 65 Recyclage des déchets solides . Une fois l’’expérience s’’avère concluante et en fonction des produits disponibles et de la demande. il est recommandé dans un premier temps de cibler la collecte sur des produits recherchés et qui n’’ont pas de problème de débouchés tels que : papier/carton. Mise en œœuvre d’’un plan d’’information et de sensibilisation des populations des quartiers ciblés. en d’’autres termes. Constitution d’’un comité de pilotage du projet composé des représentations des autorités locales et des populations ciblées. 4-4-5 Ressources requises L’’expérience pilote devra être organisée sur une période minimale d’’une année. le verre. prestataires. Elaboration d’’un cahier des charges pour la gestion des points de collecte. etc. Campagne de mobilisation de tous les acteurs autour du projet (élus. des responsables deux supermarchés concernés. Pour ce faire il faudrait associer des opérateurs privés à la conception et la gestion du projet. Elle devra être menée par un coordonnateur travaillant à plein temps sur le projet. etc. L’’initiative doit viser en premier lieu les produits valorisables demandés par le marché. usagers. Il pourra être recruté ou éventuellement choisi parmi le personnel de la Commune ou du Département de l’’Environnement qui le mettra à la disposition entière du projet. l’’expérience doit être conçue sur une base commerciale. les revenus générés doivent au minimum compenser les frais de fonctionnement. Négociation avec les propriétaires des sites et signature d’’une convention de leur utilisation aux fins de collecte. des associations professionnelles et des ONGs pour la délégation de la gestion des points de collecte (sites mis à la disposition des délégataires). gestionnaires et gardiens. services techniques et administratifs. ).

En supposant que le salaire et les frais de fonctionnement direct du coordonnateur et du comité de pilotage sont pris en charge directement par l’’Administration. le budget du projet se limitera à la mise en œœuvre du plan de communication pour l’’accompagnement du projet. Une évaluation sommaire des besoins requis a permis de fixer ce budget à un montant de 350 000 Dh. ADS Maroc/EDIC 66 Recyclage des déchets solides .

Compte tenu de la diversité des intervenants dans un système de GIDS et la nécessité de cibler chacune des franges de la société et des populations concernées. les ménages à travers les associations de quartier et les ONG. à l’’utilisation appropriée et optimisée des ressources. permet leur appropriation des problèmes de gestion des déchets et de salubrité et facilite ainsi la mise en œœuvre d’’une gestion optimisée et intégrée des déchets municipaux. à l’’amélioration de la gestion des déchets. le plan d’’action relatif à la GIDS doit être conçu dans le cadre de cette stratégie. à la réutilisation. responsables municipaux. à la revalorisation et à l’’élimination. Un plan d’’action IEC d’’accompagnement est donc nécessaire au succès de tout système de gestion des déchets municipaux. etc. Or. d’’Education et de Sensibilisation de l’’ensemble des acteurs de la société à la préservation de l’’environnement en général et à la GIDS en particulier. Chaque intervenant à un rôle primordial à jouer dans la réussite du GIDS et en particulier les populations concernées.CHAPITRE 4 : PLAN DE SENSIBILISATION A LA GIDS 1. Un plan d’’IEC bien conçu doit prévoir des actions spécifiques ciblant chacun des intervenants concernés: décideurs au sein des administrations centrales. il doit s’’inscrire dans la continuité et cibler d’’une manière spécifique. le grand public. les écoliers. les objectifs assignés au système de gestion des déchets risquent d’’être compromis. A ce titre. En effet. Un plan IEC réussi engendre un changement de comportement au sein des différents groupes ciblés. une bonne gestion intégrée des déchets nécessite non seulement des investissements. etc. Même si l’’objectif fondamental du système de GIDS est de desservir les besoins de la communauté. Un plan IEC spécifique au secteur de recyclage des déchets est présenté dans la deuxième partie du rapport dédiée au plan d’’action de développement du secteur de recyclage (Voir action N°9). celui-ci ne peut se mettre en place que si la population est sensibilisée et motivée pour participer activement à la réussite du système de GIDS instauré. sans une motivation et une implication effectives des responsables municipaux et une participation active des populations concernées. chacun des groupes concernés. mais également une politique efficace d’’Information d’’Education et de Communication (IEC) des parties prenantes. ADS Maroc/EDIC 67 Recyclage des déchets solides . à la réduction des coûts. un plan d’’action IEC doit relever d’’une stratégie nationale globale d’’IEC ciblant en général la protection de l’’environnement et en particulier la GIDS. constitue l’’approche la plus harmonisée et la plus efficace pour résoudre le problème de traitement des déchets. qui fait appel de manière sélective à la réduction à la source. Il crée une compréhension et une sensibilisation au sein des intervenants concernés en éveillant leur conscience environnementale. à la réduction de la production des déchets. Le plan de sensibilisation proposé est décliné ci-après en un plan global d’’Information. INTRODUCTION La Gestion Intégrée des Déchets Solides (GIDS). Des intervenants motivés et bien sensibilisés sont à même de contribuer. chacun à son niveau.

D’’opter pour une approche intégrée (englobant la communication interpersonnelle –– dialogue. les médias. des associations nationales. locales. un plan d’’IEC pour la GIDS doit être bien conçu et obéir à certaines conditions préalables en particulier il est fondamental dans le stade initial de conception : D’’établir une nouvelle approche de la sensibilisation qui implique la participation de la société civile à la gestion des affaires communautaires. Dans beaucoup de ces cas. De comprendre que la mise en œœuvre de la politique nationale de sensibilisation pour la GIDS passe par un cadre juridique et institutionnel approprié. des films……) et la mise en place d’’activités éducatives. sans développement de stratégie. En effet. capacités humaines. des établissements scolaires de manière générale. LES CONDITIONS REQUISES POUR UNE POLITIQUE EFFICACE D’’ IEC 2-1 Information et Communication Pour être effectif. débat. Beaucoup de campagnes de sensibilisation sont conçues sans information appropriée sur les groupes cibles. De procéder à une enquête rapide mais représentative afin de formuler les besoins de la population et son niveau de sensibilisation. ADS Maroc/EDIC 68 Recyclage des déchets solides . dans les campagnes de gestion des déchets solides. ces campagnes ont un impact limité et le changement d’’attitude et de comportement qu’’elles sont sensés susciter reste souvent occasionnel et non durable. Procéder à des sondages d’’opinion pour assurer le suivi et l’’évaluation des actions entreprises en matière d’’IEC. discussion. matérielles et financières. Il s’’agit en effet d’’abandonner les concepts de communication du haut vers le bas et d’’employer un modèle de communication orienté vers l’’utilisateur.2. des réalités et des besoins propres à chaque collectivité locale et surtout de leurs propres moyens. D’’envisager une approche de la sensibilisation à dimension humaine en faisant en sorte que la sensibilisation ne soit pas le monopole des médias et des institutions publiques mais qu’’elle soit également le fait des instituteurs. sans analyses préliminaires ni évaluations des résultats. les modes de communication consistent souvent à produire des supports de communication (des brochures. des leaders communautaires. les dimensions culturelles et spirituelles des citoyens. De prendre dans le plan de l’’IEC. des établissements privés. des amicales de quartier. des délégations provinciales de l’’éducation nationale. Ces moyens de communication à sens unique ne permettent qu’’une faible interaction entre l’’émetteur et le destinataire. les nouvelles technologies de communication) et de tenir compte des situations spécifiques. les moyens de sensibilisation traditionnels. des posters.

de la définition de la notion de déchet. à donner une préférence aux objets faits de matières recyclées ou recyclables après usage. de la collecte et du transport que de l’’élimination et de la valorisation. 3. l’’IEC intervient à différents niveaux du processus de GIDS : 3-1 La réduction à la source des déchets et la réutilisation Celle-ci consiste à rallonger la durée de vie des produits. des gestes quotidiens.2-2 L’’éducation Faire des enfants de futurs éco citoyens « durables » est l’’un des objectifs essentiels d’’un plan de sensibilisation à l’’échelle nationale. Par ailleurs. la valorisation des déchets par le recyclage peut se développer et avoir un impact important sur la préservation des ressources naturelles et la protection de l’’environnement à condition que les industries marocaines du conditionnement et le « consommateur » soient sensibilisés à l’’utilisation des matériaux recyclables et recyclés. Les valeurs telles que le respect. à éviter l’’utilisation d’’objets à usage unique lorsqu’’une alternative est disponible (en particulier pour tout ce qui concerne l’’emballage). des écarts de niveau et des modes de vie. Les différentes activités prévues dans le cadre d’’un plan de sensibilisation pour la GIDS doivent faire prendre conscience aux enfants que les problèmes d’’environnement en général sont directement liés à nos habitudes de consommation et à nos modes de vie. En effet. de la solidarité et des modifications possibles des habitudes de consommation. Ainsi. que ce soit au niveau de la production. des pollutions engendrées par les déchets. L’’homme est en effet un acteur essentiel dans le processus de la GIDS. 3-2 Le respect des lieux et des heures de collecte Le comportement inadéquat de la population à cet égard est en partie dû à l’’absence de programmes réguliers d’’éducation environnementale et de mécanismes de sensibilisation dynamisant la participation de la population dans les tâches de propreté publique. du tri. essentielles à la GIDS. de la réutilisation. de l’’identification des catégories de déchets. ADS Maroc/EDIC 69 Recyclage des déchets solides . par le recours à la récupération ou au réemploi. du recyclage. L ’’IEC DANS LE PROCESSUS DE GIDS Toute amélioration du processus de gestion intégrée des déchets solides sous-tend la participation de la population à différents niveaux du processus de GIDS. de la consommation des ressources. Ainsi. la solidarité et la responsabilité. Il s’’agit de susciter les changements de comportement nécessaires en partant d’’une sensibilisation aux problèmes posés par la gestion des déchets. encourager des comportements de civisme et de respecte de l’’environnement nécessite une pédagogie adaptée à la classe d’’âge concernée. les thèmes abordés devront tenir compte des évolutions de la société de consommation. s’’acquièrent efficacement dès le plus jeune âge.

Il s’’agit principalement des constats et des leçons suivants : Les changements d’’habitudes sont longs et demandent au minimum deux années . La sensibilisation peut par exemple prendre la forme de campagnes de collecte. odeurs. L’’attente de la plupart des habitants ne réside pas dans un système moderne mécanisé et sophistiqué mais dans un service régulier de qualité fiable . L’’importance de l’’implication des citadins et des différents organismes publics et privés pour la réussite du tri sélectif y a été explicitée. L’’IEC permettra de sensibiliser les populations concernées sur l’’intérêt du tri et susciter leur participation active à la réalisation des objectifs assignés au projet. ADS Maroc/EDIC 70 Recyclage des déchets solides . Le dépôt des déchets en dehors de la maison est effectué par les femmes ou les enfants en priorité . Le citoyen considère le service municipal comme un don (sans contrepartie financière) et non comme un dû (en contrepartie d’’une taxation) . De même. il est important de prendre en compte les leçons apprises dans le contexte marocain des différentes campagnes de sensibilisation menées par le passé. Le citoyen ne peut comprendre l’’utilité de la GIDS si celle-ci n’’est pas directement liée à l’’amélioration de l’’environnement de son quartier. La sensibilisation à la préservation de l’’environnement urbain doit ainsi être prise en compte dans la sensibilisation à la GIDS. ou bien de promotion par supports de communication des bonnes pratiques environnementales. 3-4 L’’élimination L’’établissement d’’un site d’’élimination génère des nuisances aux riverains . il est également important de développer l’’esprit civique des citadins quant à la propreté des voies et des espaces publics. Le projet d’’aménagement d’’un tel centre devrait faire l’’objet d’’une large campagne d’’IEC sur les mesures prises en compte pour la maîtrise des risques et l’’atténuation des impacts liés aux activités du centre. 4-CARACTERISTIQUES D’’UNE POLITIQUE NATIONALE DE SENSIBILISATION POUR LA GIDS ADAPTEES AU CONTEXTE NATIONAL 4-1 Constats concernant le contexte marocain Avant d’’élaborer un plan ou une stratégie IEC en matière de GIDS. La mise en œœuvre d’’un plan d’’IEC pour l’’accompagnement d’’une expérience de tri sélectif est primordiale pour assurer son succès. 3-5 La préservation de l’’environnement urbain De manière plus générale. bruit.3-3 Le tri sélectif L’’intérêt du tri sélectif a fait l’’objet du paragraphe 4 du chapitre précédent. sont autant de nuisances à évaluer et à atténuer au niveau du choix des options de conception du centre d’’enfouissement ou d’’élimination des déchets. d’’organisation de concours de propreté dans les rues et les quartiers. transport routier accru. pollutions etc. ce plan devra sensibiliser les populations sur les risques de développement de l’’habitat incontrôlé au voisinage immédiat des décharges pour leur santé.

etc. assemblés publiques. un effet positif sur le taux de participation de la population au niveau de la collecte et de la salubrité de manière générale. Impliquer les intervenants des domaines de la santé et de l’’éducation : Les intervenants des secteurs de la santé et de l’’éducation doivent participer à la sensibilisation afin d’’initier un réel changement de comportement. résidents d’’une même rue. développement de la micro entreprise et collecte des déchets. montrent que des améliorations sont possibles en particulier en combinant. la plantation de fleurs et d’’arbre dans les endroits où sont localisés les conteneurs afin d’’améliorer l’’aspect visuel et éviter que les déchets ne soient jetés ailleurs que dans le conteneur . de façon à ne pas perturber les habitudes de la population quant à la disposition de leurs déchets . femmes dans les marchés. Un taux de participation de près de 100% a été obtenu avec l’’application de mesures simples. la réfection de certaines infrastructures municipales qui contribue à l’’amélioration de l’’image que la population se fait de son milieu. Une expérience menée au Salvador démontre que l’’amélioration des conditions de vie du quartier entraîne un sentiment de fierté de la population et par conséquent. d’’autant plus lorsque les aspects de salubrité et de conditions de vie servent de canevas aux programmes de sensibilisation et d’’éducation Réaliser de fréquents rappels : Il est primordial d’’effectuer des rappels à intervalles réguliers pour pallier le désintéressement susceptible d’’être observé dans la population. Des expériences menées dans d’’autres pays. L’’IEC permet alors d’’impliquer les entreprises souhaitant investir dans la collecte et le traitement de déchets. ADS Maroc/EDIC 71 Recyclage des déchets solides . Les changements de comportement mettent beaucoup de temps à être acquis. telles que : le choix des terrains vagues actuellement utilisés comme dépotoirs pour localiser les conteneurs.4-2 Conséquences de ces constats Les grandes orientations pour l’’élaboration et l’’application d’’un programme de sensibilisation au Maroc devront prendre en compte les aspects suivants : Associer le programme de sensibilisation de la gestion des déchets au programme d’’amélioration de quartier : Le Maroc dispose de peu d’’expériences en matière de sensibilisation de la population. Travailler avec les groupes en place : Il est plus facile d’’implanter un programme de sensibilisation en travaillant avec les groupes en place plutôt que de mettre des efforts à susciter des regroupements pouvant prendre en charge certains aspects de la gestion des déchets. Viser différents groupes cibles : Il est important de travailler avec différents groupes à la fois : écoles. L’’expérience démontre qu’’un taux de succès plus élevé est obtenu en travaillant avec différents groupes cibles en même temps et en adaptant le contenu des programmes à la clientèle visée.

recours aux énergies renouvelables. en particulier dans le domaine de la gestion des déchets. est actuellement en gestation et doit faire l’’objet d’’une mission d’’évaluation au cours de 2005. s’’ajoutent les problèmes spécifiques du traitement. tri et recyclage des déchets ……). Aux lacunes observées en terme de collecte. Cette action a pour objectif de relancer le projet et d’’étudier la possibilité de le mener à une échelle plus grande. affiches. lancé sur deux quartiers pilotes de la ville de Meknès et qui devait faire l’’objet d’’une généralisation à d’’autres villes du Royaume. Le projet. qui a pour objet l’’assistance technique pour l'étude diagnostique de la situation de l'environnement en milieu scolaire.ETAT DES LIEUX 5-1 Introduction La gestion des déchets urbains demeure problématique pour un grand nombre de collectivités locales au Maroc. Elle vise à recueillir les informations suffisantes pour être en mesure de proposer diverses recommandations conduisant à une meilleure intégration de l'éducation relative à l'environnement dans l'ensemble du système scolaire marocain et à définir les lignes directrices préalables à l'élaboration de matériel didactique destiné aux enseignants et aux élèves. Elle s'inscrit dans le cadre plus vaste d'une recherche visant à réaliser un diagnostic de la situation de l’’ERE dans le système scolaire marocain.LE PLAN DE SENSIBILISATION . livres. Le « Kiosque Vert » est une structure de sensibilisation environnementale de proximité. accorde un intérêt prioritaire à la question de la préservation de l’’environnement et a entrepris un ensemble de mesures dans le cadre du plan d’’action national pour l’’environnement. Informer la population sur l’’état de l’’environnement en prenant soin de l’’insérer dans son contexte local. matériel de projection audio-visuelle……) pour permettre aux animateurs de mener à bien la mission qui leur incombe en matière de sensibilisation. Les kiosques verts constituent un moyen important de conscientisation du grand public. ADS Maroc/EDIC 72 Recyclage des déchets solides . de même qu'à la formation du personnel enseignant en ce domaine. documentaires. un certain nombre d’’activités de mobilisation sociale et de sensibilisation autour de la problématique des déchets ménagers a été mené. L’’Education Relative à l’’Environnement (ERE) dans l’’enseignement fondamental et secondaire au Maroc : La Banque Africaine de Développement a mené une étude. national et international. En accompagnement aux volets techniques des projets de gestion des déchets. Renforcer la prévention des risques naturels et technologiques…… Equipés de matériels didactiques appropriés (dépliants.5. dans le cadre du projet Education V. Vulgariser des pratiques rationnelles et bénéfiques pour l’’environnement (économie de l’’eau. implantée au niveau de quartiers à forte densité démographique dans la perspective de : Contribuer au développement du principe « l’’environnement responsabilité de tous ». en vue d'instaurer une éthique et des comportements favorables à la gestion durable de l'environnement. Conscient de l’’ampleur et de la complexité de la problématique. 5-2 Actions de communication et de sensibilisation de la population Opération Kiosque Vert : L’’opération kiosque vert s’’inscrit dans le cadre de la stratégie globale de proximité visant la sensibilisation à la protection du milieu naturel et le renforcement de la politique nationale de protection de l’’environnement. le Département de l’’Environnement du Ministère de l’’Aménagement du Territoire de l’’Eau et de l’’Environnement.

Bien que ce projet ait été lancé depuis 1992. une vaste campagne de sensibilisation au niveau national est prévue. 5-3 Actions de sensibilisation en appui aux projets/programmes de gestion des déchets solides La première action de communication. Ce processus a été accompagné par une compagne de sensibilisation et de communication marquée par la production de supports et outils de sensibilisation. Journée Arabe de l’’Environnement. ADS Maroc/EDIC 73 Recyclage des déchets solides . qui auront pour tâche de mener à bien sa réalisation. Afin d’’accompagner les réalisations techniques de ce projet. en 1998. La deuxième action entreprise par le Département de l’’Environnement est le lancement. documentaire. du processus d’’élaboration des lois sur les déchets. différentes éditions du Prix Hassan II pour l’’Environnement……). Parallèlement à ces projets des actions ponctuelles de sensibilisation et de communication sont régulièrement menées par le Département de l’’Environnement. le diagnostic de la situation de l'éducation relative à l'environnement en milieu scolaire.Cette étude est menée en deux principales phases : Une première phase ayant pour objet. autour de la gestion des déchets a eu lieu dans le cadre d’’un programme triennal (95-98) mené en partenariat entre le Service de Coopération de l’’Ambassade du Japon (JICA). proprement dite. C’’est dans ce cadre qu’’une série d’’ateliers régionaux de consultation et un atelier national de validation des projets de lois ont été organisés. des commerçants et des ONG en appui au programme d’’éradication des sacs plastiques. Une deuxième phase qui a pour objet la proposition de matériel pédagogique sur la base des écarts décelés à la suite du diagnostic de la situation de l'éducation relative à l'environnement. des recommandations pertinentes susceptibles d'aider les concepteurs du programme. Ce programme consistait en une étude diagnostic pour l’’amélioration de la gestion des déchets solides avec des actions pilotes au niveau des villes de Safi et d’’El Jadida. seule une étude/diagnostic a eu lieu : l’’objectif n'étant pas de concevoir le programme en son entier. affiches……) à l’’attention de la population locale en vue de la sensibiliser à l’’importance de la préservation de l’’environnement et à la problématique de la gestion des déchets. ce programme a pour objectif d’’enrayer l’’invasion des sacs plastiques qui enlaidissent le paysage. rebutent les touristes et les citoyens. menaçant la flore et la faune. Il s'agit de proposer des lignes directrices pour l'élaboration d'un guide destiné aux enseignants et de matériel didactique destiné aux élèves. C’’est ainsi que les célébrations des journées nationales et internationales constituent des occasions de sensibilisation de la population sur les questions environnementales mais également des occasions de réflexion sur plusieurs thèmes en rapport avec la protection de l’’environnement (Journée Mondiale de l’’Environnement. avec la participation des supermarchés. Ce programme vise l’’incitation des consommateurs à limiter leur utilisation de sacs plastiques et à utiliser des sacs d’’emballage plus résistants ou les traditionnels paniers. Ce diagnostic a permis de mesurer les écarts entre ce qui se fait actuellement en matière d'éducation relative à l'environnement et ce qui devrait être fait. plusieurs supports de communication ont été édités (dépliant. Par ailleurs. mais plutôt de proposer des lignes directrices. les enseignants et pédagogues spécialistes.

communication et sensibilisation environnementales ». de susciter. Mettre en place les instruments appropriés de surveillance continue et de contrôle de l'état de l'environnement .ANALYSE DES PARTIES PRENANTES 6-1 Département de l’’Environnement C’’est l'autorité gouvernementale chargée d'élaborer et de mettre en oeuvre la politique du gouvernement dans le domaine de la gestion de l'environnement. si le Maroc a pu se doter d’’un cadre favorable au développement d’’activités de sensibilisation et d’’éducation à l’’environnement.5-4 Conclusion Bien que des acquis importants aient été enregistrés à l’’heure actuelle en matière de communication autour de la gestion des déchets solides. de promouvoir et de coordonner l’’action gouvernementale en matière de gestion des déchets et en suivre l’’exercice. elle a pour mission d'animer. Des efforts supplémentaires sont par conséquent nécessaires notamment en matière d’’éducation et de sensibilisation environnementale. C’’est dans ce contexte que les pouvoirs publics marocains ont finalisé en 2002 un Plan d’’Action National pour l’’Environnement (PANE). Contribuer à la protection des ressources naturelles afin d'éviter toute forme de gaspillage ou de dégradation susceptibles de compromettre le développement durable . et sous réserve des attributions dévolues aux autres départements et organismes par la législation et la réglementation en vigueur. A cet effet. Les principales missions du Département de l’’Environnement: Renforcer le cadre institutionnel et juridique dans le domaine de l'environnement . en relation avec les départements ministériels concernés. ils demeurent en deçà des exigences minimales requises pour que se développe une prise de conscience générale de la population et que les décideur s’’engagent à mettre en place des système plus efficace de gestion des déchets solides et pour que soient définitivement éliminées les pratiques nuisibles à l’’environnement. intégrant les préoccupations environnementales au sein de la politique socioéconomique du pays. 6. le Maroc ne dispose pas d’’une stratégie cohérente d’’IEC fondée sur une approche multisectorielle et multidisciplinaire. la situation est encore loin d’’être satisfaisante : les notions d’’éco-civisme restent peu comprises par la majorité des citoyens. L’’un des sept programmes d’’application du PANE est consacré à la thématique de la « Gestion. Par ailleurs. ADS Maroc/EDIC 74 Recyclage des déchets solides . Cette politique nationale de communication autour de la gestion intégrée des déchets solides doit constituer un cadre de référence pour les partenaires de la coopération multilatérale et un guide d’’action pour les acteurs nationaux du développement. Force est de constater qu’’en dehors des actions ponctuelles de communication et de sensibilisation à l’’environnement et de certaines actions d’’ONG engagées dans la gestion et la valorisation des déchets solides et dans la sensibilisation des communautés.

le Ministère de l’’Education Nationale dispose des données relatives au secteur (statistiques. Par conséquent. A ce titre. 6-3 Ministère de la Communication Le Ministère de Communication a pour mission d’’élaborer. elle joue un rôle important d’’orientation. ADS Maroc/EDIC 75 Recyclage des déchets solides . le Département de l’’Environnement jouera le rôle de structure de coordination chef de file et pilotera le processus d’’élaboration de la stratégie nationale de communication autour de la thématique des déchets solides.Procéder à des études d'impact et formuler des avis sur les projets de développement ayant des implications sur l'environnement . dans la gestion locale des déchets. 6-2 Direction Générale des Collectivités Locales La Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL) est l’’autorité de tutelle des Communes. De part ses attributions. facteurs de réussite……). divers facteurs favorisent le développement potentiel de l’’ERE en milieu scolaire. d’’appui et d’’assistance des communes. Son rôle dans le présent plan de sensibilisation sera déterminant pour la mise à disposition des différents canaux de communication aussi bien de la presse écrite qu’’audiovisuelle afin de mener à bien la campagne de sensibilisation et contribuer à la sensibilisation du grand public à la problématique environnementale. Améliorer les conditions et le cadre de vie des populations au sein des établissements humains. matières porteuses. en particulier le fait que les programmes d'études existants offrent un riche potentiel d'intégration de l’’ERE (les Sciences naturelles. il assure également la tutelle sur les établissements publics qui lui sont rattachés. coordonner et mettre en œœuvre la politique gouvernementale dans tous les domaines de communication. 6-4 Ministère de l’’Education Nationale. Intégrer la dimension Environnement dans les programmes de développement et notamment ceux de l'éducation. de la formation. de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Ayant mené une étude diagnostic pour l’’introduction de l’’Education Relative à l’’Environnement (ERE) dans les établissements scolaires. de l’’Enseignement Supérieur. urbains et ruraux . entre autres. Prévenir et lutter contre toutes formes de pollution et nuisances pouvant porter atteinte à la santé de la population . l'Histoire / Géographie. Procéder aux contrôles qui lui sont dévolus par la législation en vigueur et d'assister les personnes morales de droit public ou de droit privé en matière d'environnement . l'éducation islamique. Selon ladite étude. de la recherche et de l'information. cette institution doit être prise en compte comme partenaire dans l’’élaboration et la mise en œœuvre de de tout programme de communication et de sensibilisation des autorités locales et des citoyens. l’’instruction civique……).

il vise également à encourager l’’adoption de nouveaux comportement en faveur de la collecte et le recyclage des déchets et par la même la protection de l’’environnement et la préservation du patrimoine écologique des générations futures. ils contribueront à engager un débat national sur la thématique de gestion des déchets solides à travers : L’’intensification des actions de plaidoyer en vue d’’accélérer le processus d’’élaboration et de validation de la politique nationale de communication . communication et sensibilisation environnementales ». leur apport sera d’’une importance capitale tout au long de la planification et de la mise en œœuvre des activités du projet de mise en œœuvre d’’un plan IEC pour la GIDS. Le plaidoyer pour la mise en place d’’un système plus efficace de gestion des déchets solides. Ces ONG justifient d’’une expérience non négligeable dans le domaine d’’éducation à la citoyenneté. elles participeront à l’’évaluation interne du projet. elles seront chargées de la mobilisation des populations locales autour des objectifs du projet . un consommateur responsable de l’’intégrité et de la viabilité de son environnement. si le Maroc a pu mettre en place un cadre favorable au développement d’’activités de sensibilisation et d’’éducation à l’’environnement dans le cadre du PANE. une stratégie nationale et un plan d’’action. Il s’’inscrira dans la logique du Plan d’’Action National pour l’’Environnement (PANE). permettant de mieux intégrer cette démarche au sein des activités scolaires et des programmes associatifs. ADS Maroc/EDIC 76 Recyclage des déchets solides . en particulier. elles feront prévaloir leurs portes d’’entrée afin de mener à bien les actions pilotes du projet . ainsi : elles feront partie du comité de pilotage du projet .6-5 Médias Partie prenante de tout processus d’’information et de communication. dont l’’un des sept programmes d’’application est consacré à la thématique de la « Gestion. 6-6 ONG et associations locales Certaines ONG sont d’’ores et déjà engagées dans des actions de sensibilisation des communautés sur les pratiques nuisibles affectant l’’environnement. font encore défaut. Par ailleurs. la future loi sur la gestion des déchets solides. 7. Il est destiné à accompagner la mise en œœuvre des réformes en cours. Le plaidoyer auprès des décideurs et des leaders des communautés pour accroître la prise de conscience de l’’ampleur de la problématique des déchets solides et de son impact et contribuer à l’’élimination des pratiques nuisibles .ELABORATION DU PLAN DE SENSIBILISATION 7-1 Introduction Le plan de sensibilisation vise en premier lieu à faire du citoyen.

8. Ces programmes d’’éducation permettront de mieux comprendre l’’importance des liens existants entre l’’homme et son environnement et de le faire participer de façon responsable et efficace à sa préservation. 7-3 Echelle d’’intervention Le processus sera piloté par le chef de file22 qui sera assisté par le comité de suivi au niveau national.GROUPES CIBLES 8-1 Présentation générale La résolution des problèmes de dégradation de l’’environnement et d’’organisation de la collecte des déchets nécessite le développement de programmes d’’éducation et de sensibilisation en vue d’’encourager une prise de conscience du public (écoliers. de salubrité et d’’éducation à l’’environnement à travers la mise en place d’’une stratégie nationale de communication et de sensibilisation pour le respect des consignes de ramassage. Promouvoir le rôle des établissements scolaires et des associations de quartiers dans la sensibilisation des jeunes et de la population . dans les efforts de mobilisation des publics concernés. femmes. en matière d’’hygiène. Les bénéficiaires directs : Les instituteurs et délégations provinciales de l’’éducation nationale Les éboueurs Les associations nationales. à travers un cas pilote. Planifier la production des outils pédagogiques en matière d’’éducation à l’’environnement en général et en matière d’’organisation de la collecte des déchets en particulier . Ils doivent impliquer les médias. jeunes. locales et amicales de quartier Les médias Les bénéficiaires indirects : Les élèves des écoles primaires et secondaires Les populations locales à travers les associations et les campagnes de sensibilisation 22 Département de l’’Environnement et la DGCL 77 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . par rapport à l’’importance de la conservation de la salubrité de l’’environnement. les associations et les structures d’’enseignement.7-2 Objectifs du plan de sensibilisation Les principaux objectifs assignés au plan IEC sont résumés ci-après : Renforcer les capacités nationales. pour faciliter la collecte des déchets et lutter contre les dépotoirs sauvages . à savoir un quartier modèle comme Agdal-Ryad. Proposer un cadre d’’actions pilotes en matière d’’éducation à l’’environnement et d’’organisation de la collecte des déchets. hommes). Cette démarche a pour objet d’’associer l’’ensemble des acteurs et la population locale au processus afin qu’’ils s’’approprient la stratégie nationale et appuient ses activités. en revanche le diagnostic et les actions pilotes auront lieu au niveau local.

nécessite une démarche d’’intervention articulée autour de : L’’établissement de synergies entre les partenaires institutionnels (le Ministère de l’’Education Nationale et le Département de l’’Environnement et le Ministère de la Communication) et ceux de la société civile (associations. des journalistes et des enseignants en tant qu'agents multiplicateurs importants pour initier des actions de sensibilisation auprès des écoliers et des populations.).. ADS Maroc/EDIC 78 Recyclage des déchets solides . Le recours à une approche partenariale et participative basée sur la pédagogie par l’’action (activités pilotes et programmes éducatifs dans le domaine des déchets solides) en vue d’’une meilleure participation à la préservation de la salubrité de l’’environnement.8-2 Actions par groupes cibles Cible Actions Compagne de sensibilisation à travers : Les spots de sensibilisation à la télévision et la radio nationales Réalisation de reportages Affichage Le site Web Insertion d’’articles sur la thématique dans la presse Ateliers de formation Rencontres locales Actions pilotes d’’éducation à l’’environnement Conception du guide pédagogique Représentation au niveau du comité de suivi Les sessions de formation Conception du kit pédagogique Réalisation du kit d’’éducation à l’’environnement Appui à la mise en place de clubs d’’environnement au niveau des établissements scolaires Mise en place du comité de suivi Diagnostic et état des lieux Atelier national de réflexion Atelier national de validation de la stratégie Grand public ONG et associations locales Instituteurs Différents départements ministériels concernés 9. L’’information et la formation des associations locales. journalistes.. acteurs populaires. amicales de quartiers.METHODOLOGIE D’’INTERVENTION La mise en place d’’un plan de communication et de sensibilisation autour de la gestion des déchets solides.

ADS Maroc/EDIC 79 Recyclage des déchets solides . Il existe donc des expériences de cours de formation intéressantes à capitaliser et à diffuser dans les établissements scolaires comme composantes fondamentales du cursus de formation des élèves. diverses expériences d’’introduction de l’’éducation à l’’environnement dans les cursus scolaires –– et certaines sont de véritables réussites. Le présent plan de sensibilisation sera construit autour des trois axes présentés ciaprès. promouvoir un dialogue national sur la thématique pour tous les citoyens. Cette politique nationale de communication devrait définir les objectifs à atteindre : appuyer les initiatives et les programmes nationaux de développement et agir positivement sur la qualité de vie de la population en mettant en cohérence les activités d’’information et de communication au niveau national .ont été menées. rationaliser les investissements sectoriels dans les équipements et les programmes d’’information et de communication autour de la gestion des déchets solides en les consolidant et en les intégrant de façon appropriée aux plans nationaux de développement et aux structures de planification . la capitalisation et la diffusion des résultats des actions pilotes en vue d’’élargir l’’expérience à d’’autres sites d’’intervention. 9-2 Mise en place d’’actions pilotes d’’éducation à l’’environnement au niveau national Durant la dernière décennie. Mais force est de constater qu’’elles ne garantissent ni la généralisation ni la cohérence d’’une véritable éducation à l’’environnement. le réajustement. Ces derniers devant être intimement liés aux grandes options et orientations du pays en matière de préservation de l’’environnement de manière générale et être en adéquation avec le plan d’’action national pour l’’environnement en particulier. en lien avec les dispositions constitutionnelles nationales. assurer le développement opportun et méthodique des institutions et des métiers consacrés à l’’information et à la communication. A cet effet. 9-1 Renforcement des capacités nationales Renforcement des capacités nationales en matière de communication et de sensibilisation à la gestion des déchets devra être fait à travers l’’élaboration d’’une stratégie nationale de communication et d’’un plan de sensibilisation du grand public aux questions de la salubrité de l’’environnement et de la gestion des déchets solides.L’’évaluation. Les aspects de la formation / information / sensibilisation et éducation du public sont autant d’’instruments aptes à favoriser le développement des connaissances nécessaires pour une meilleure participation aux décisions individuelles et collectives susceptibles d’’améliorer la qualité de vie et d’’agir en faveur de la protection de l’’environnement dans le moyen et le long terme. à travers l’’établissement de standards ainsi que le renforcement des capacités et des ressources humaines.

Direction Générale des Collectivités Locales. représentants de la société civile. les principes. représentants des communes.9-3 Actions pilotes de sensibilisation du grand public Ces actions de sensibilisation du grand public à la préservation de l’’environnement sont à réaliser à travers un plan média visant un public aussi large que diversifié dans la perspective de provoquer un changement de comportement chez le citoyen. Le recrutement et le suivi du travail de ces deux experts relèveront ensuite de la responsabilité du chef de file. les ONG oeuvrant dans le domaine environnementale. les partenaires au développement. Les deux experts accompagneront tout le processus d’’élaboration de la stratégie et du plan d’’action.ACTIVITES A MENER 10-1 Elaboration d’’une stratégie et un plan d’’action nationaux Création d’’un comité national de pilotage stratégique : Ce comité sera composé de représentants des différents acteurs concernés (Département de l’’Environnement. les publics touchés et les supports didactiques utilisés et servira de base de discussion lors des ateliers de réflexion qui seront organisés en vue de définir la stratégie et le plan d’’action nationaux. Les membres du comité se réuniront à une fréquence fixe et auront un rôle de suivi et d’’orientation des activités à mener. Il permettra d’’analyser les thématiques abordées. Les participants à cet atelier sont les représentants des ministères concernés. ADS Maroc/EDIC 80 Recyclage des déchets solides .) à la définition de cette politique à travers la collecte de leurs principales propositions et recommandations. afin de définir les concepts. Organisation d’’un atelier national d’’orientation: Cet atelier de réflexion autour de la stratégie d’’éducation et de sensibilisation à l’’environnement. les composantes. et toute autre personne / entité concernée par la thématique. secteur privé……). La tenue de ces rencontres a pour objectif d’’associer les populations et les différents acteurs (associations locales. préalablement établie par le comité de suivi du projet. les délégations régionales du Ministère de l’’Education Nationale. 10. les journalistes. les méthodes et applications de la communication pour une meilleure gestion des déchets solides. Ministère de Communication. Ministère de l’’Education Nationale. Il sera réalisé par une équipe composée de deux experts nationaux (ou régionaux) qui seront recrutés suite à un appel à candidatures et sur la base d’’une procédure de sélection. Organisations de rencontres locales : Des ateliers d’’information et de réflexion autour de la stratégie nationale de communication et de la thématique de la gestion des déchets seront organisés pour l’’identification des besoins en matière de communication. etc. secteur privé. Cet atelier sera élargi aux différents acteurs et aux partenaires. Réalisation d’’un diagnostic / état des lieux : Ce diagnostic permettra d’’évaluer les progrès réalisés et les contraintes rencontrées par les différents acteurs en matière de communication et de sensibilisation. Ceci passe irrémédiablement par la mobilisation de tous les canaux de communication. les universitaires. sera organisé avec l’’appui d’’experts en communication et en étroite concertation avec le comité de suivi. aussi bien la presse écrite qu’’audiovisuelle afin de toucher une très grande proportion de la population.

Organisation de sessions de formation en faveur des acteurs concernés : Des sessions de formation seront organisées. 10-2 Mise en place d’’actions pilotes en matière d’’éducation et de sensibilisation à l’’environnement Conception d’’un module de formation : Ce module de formation sera développé par deux experts nationaux (pédagogue et environnementaliste) qui travailleront en étroite collaboration avec le comité de suivi. Suite à ces sessions de formation. autour de la validation de la stratégie et du plan d’’action.Elaboration du document provisoire de la stratégie et du plan d’’actions nationaux : Compte tenu des recommandations des différents acteurs ayant émané de l’’atelier national de réflexion. Evaluation des sessions de formation et des outils pédagogiques utilisés : A l’’issue de ce premier cycle de formation. les instituteurs en faveur respectivement de la population et des écoliers. Son élaboration pourra commencer dès le début du u processus mais il sera affiné après la validation de la stratégie et du plan d’’action afin de tenir compte des principales recommandations. Finalisation et diffusion de la stratégie et du plan d’’action : La version provisoire de la stratégie et du plan d’’action sera finalisée conformément aux recommandations du forum de validation. aux associations. Ce module de formation viendra faciliter la mise en œœuvre du contenu de la stratégie et du plan d’’action. en versions arabe et française. collégiens et lycéens. une version provisoire de la stratégie et du plan d’’action IEC seront élaborés. sur la base des kits pédagogiques développés. La finalité du kit sera non seulement d’’informer de façon détaillée sur la problématique environnementale. au niveau local à l’’attention des associations locales et des instituteurs. Il servira à la formation des cadres des délégations provinciales de l’’Education Nationale. aux administrations locales concernées par la gestion de l’’environnement sera réalisé. Ce document sera édité. des réunions de consultation des différents acteurs et en étroite concertation avec le comité national de suivi. ADS Maroc/EDIC 81 Recyclage des déchets solides . mais aussi de fournir un outil pédagogique qui servira de support sur la base duquel les acteurs locaux organiseront des activités de sensibilisation. Cela permettra de réajuster la démarche et de lancer un second cycle de formation en vue d’’élargir l’’expérience à d’’autres délégations. le comité de suivi procédera à une autoévaluation des outils développés. par la communication et la sensibilisation et par l’’application du PANE. Organisation d’’un atelier de validation de la stratégie et du plan d’’action : Cet atelier sera organisé par le chef de file en collaboration avec les deux experts et avec le concours du comité du suivi. des associations et des enseignants / instituteurs. Ces sessions de formation seront animées par des formateurs spécialisés sur la base du contenu du module de formation qui aura été produit. à titre d’’actions pilotes. Conception d’’un kit pédagogique sur la gestion des déchets : Un kit pédagogique destiné aux instituteurs. des activités d’’éducation et de sensibilisation à l’’environnement seront menées par les associations locales. auprès des acteurs susceptibles de participer au processus de sa mise en œœuvre. sur la base du diagnostic réalisé. Il mobilisera des représentants des grandes catégories d’’acteurs concernés par la gestion des déchets. et diffusé par le chef de file.

Ces spots seront destinés au grand public et auront pour objectif d’’encourager l’’adoption de gestes éco citoyens. Réalisation de reportages et diffusion d’’articles dans la presse locale et nationale : Des reportages et documentaires seront réalisés et diffusés à la télévision et à la radio et des articles d’’information à l’’intention du grand public seront insérés dans les journaux. l’’organisation de campagnes de reboisement. changements climatiques. Ils seront conçus ADS Maroc/EDIC 82 Recyclage des déchets solides .Réajustement et édition de la 2ème version du module de formation et du kit pédagogique : Suite aux sessions de formation et à l’’utilisation des kits par les différents acteurs concernés. Ces programmes incluront des activités pilotes telles l’’organisation de campagnes de propreté. De ce fait. technologies propres.CAMPAGNE DE SENSIBILISATION ET D’’INFORMATION DU GRAND PUBLIC Réalisation de spots de sensibilisation diffusés à la télévision et à la radio : Il s’’agira de réaliser trois spots éducatifs en lien avec la thématique de gestion des déchets. Ils seront réalisés en dialecte marocain et en français. l’’expérience de traitement alternatif et de valorisation des déchets solides. 11. des associations participeront à l’’identification et à la mise en œœuvre d’’activités pilotes permettant de contribuer à la mobilisation de la population autour de la préservation de l’’environnement.). Production de panneaux de sensibilisation : Des panneaux de sensibilisation en lien avec la thématique de gestion des déchets seront réalisés dans le cadre de ce projet. Ces clubs concerneront dans un premier temps certains collèges et lycées du pays avec la possibilité d’’élargissement à d’’autres établissements scolaires au niveau national. Ces activités concerneront la mise en place d’’espaces verts. le lancement de concours pour le quartier modèle. la réalisation de reportages sur l’’état de l’’environnement. désertification. Créations de cellules d’’environnement au sein des quartiers ou auprès des syndic d’’immeubles : Les associations en partenariat avec le chef de file appuieront la création de cellules environnement et l’’élaboration de programmes annuels de sensibilisation de la population. la sensibilisation des femmes pour appuyer l’’opération de collecte. Des points de presse seront également organisés à diverses occasions. Ces clubs seront créés avec l’’appui des instituteurs ayant bénéficié de la formation et des délégations provinciales de l’’Education Nationale. Des dossiers thématiques de presse seront préparés et mis à la disposition des journalistes. Les instituteurs formés joueront le rôle de coordinateurs et seront appuyés par le chef de file pour l’’élaboration et la mise en oeuvre de programmes annuels d’’éducation à l’’environnement sur le thème des déchets. une deuxième version de ces supports sera réalisée sur la base des résultats de l’’autoévaluation et des grilles d’’évaluation des activités éducatives qui seront menées par les instituteurs et les associations. Ce contenu sera par la suite transmis à une agence de communication qui proposera au comité de suivi des scénarios de spots. Création de clubs d’’environnement au sein des établissements scolaires : Il s’’agira de mettre en place des clubs d’’environnement visant la sensibilisation des enfants et des jeunes aux problèmes de la protection de l’’environnement (déchets. biodiversité menacée. etc. Le contenu de ces spots sera élaboré par un spécialiste en GIDS et sera présenté au comité de suivi du projet pour validation. pollutions. etc. Ce travail sera suivi par le chef de file. etc.

par une agence de communication et reprendront les messages des spots éducatifs. Il permettra de mettre en ligne tous les documents didactiques produits : module de formation. kits pédagogiques. tels que celui du Département de l’’Environnement ou encore ceux d’’autres associations/fondations intervenant en matière d’’éducation à l’’environnement. Elle sera éditée en langue arabe et française. Elle aura pour objectif d’’expliciter les principales composantes de la stratégie nationale de communication et d’’en faire la promotion auprès de l’’ensemble des acteurs du domaine. Cette activité aura un grand impact sur l’’acquisition de gestes écologiques par le grand public étant donné qu’’elle sera réalisée parallèlement aux spots de sensibilisation radiophoniques et télévisés. ADS Maroc/EDIC 83 Recyclage des déchets solides . spots TV. etc. Il diffusera également les résultats des activités pilotes qui seront menées dans le cadre du projet et permettra de centraliser l’’information sur l’’éducation à l’’environnement et la rendre accessible aux différents intervenants. dépliants. Edition d’’un bulletin d’’information (format électronique et papier) : Ce bulletin aura pour objectif d’’informer les principales parties prenantes de ce processus et l’’ensemble des acteurs du domaine sur l’’état d’’avancement du processus d’’élaboration et de mise en œœuvre de la stratégie nationale de communication autour de la gestion des déchets solides. Des liens seront créés entre ce site et d’’autres sites utiles. Mise en place d’’un site Web fédérateur : Ce site Web sera réalisé par un spécialiste en concertation avec le comité de suivi. Production de plaquettes de présentation et de vulgarisation de la stratégie : Une plaquette de vulgarisation de la stratégie nationale de communication et de sensibilisation autour de la thématique de la gestion des déchets solides sera éditée. La rédaction et la diffusion de ce bulletin seront assurées par le chef de file.

PARTIE II : PLAN D’’ACTION ADS Maroc/EDIC 84 Recyclage des déchets solides .

En effet. l’’importance des ressources financières à mobiliser et les insuffisances des capacités de gestion locale. Dans cette perspective.CONTEXTE A l’’instar de la majorité des pays en voie de développement. le Maroc connaît un déficit important en matière d’’aménagement et de qualité des services de gestion des déchets ménagers. de par leur nature de valorisation de produits provenant des déchets. ADS Maroc/EDIC 85 Recyclage des déchets solides . financiers et sociaux. a favorisé la recherche active de solutions pertinentes à une gestion rationnelle de ces déchets. Il fait suite au rapport de la première mission portant sur le diagnostic de l’’ensemble des aspects liés aux activités du secteur à savoir les aspects institutionnels. Le plan d’’action proposé a pour objet la recommandation d’’un ensemble intégré d’’actions concrètes dont la réalisation devrait permettre de dépasser les principales contraintes relevées lors du diagnostic et d’’explorer de nouvelles opportunités pour la promotion et le développement des activités de recyclage des déchets au Maroc. en particulier dans les petites et moyennes communes. D’’importantes réformes ont été ainsi engagées pour l’’amélioration des services publics d’’assainissement solide : élaboration d’’une loi cadre réglementant la gestion et l’’élimination des déchets. S’’il y a aujourd’’hui une unanimité générale sur l’’intérêt de ces réformes et sur l’’urgence d’’adoption et d’’application de la loi sur les déchets. de réduction des coûts et de gestion rationnelle des déchets. etc. de nettoiement et de mise en décharge contrôlée. constituent des contraintes majeures à la réalisation des objectifs du projet de loi. 2. le recyclage et le compostage offrent un triple avantage de i) réduction des quantités des déchets et des coûts associés à leur gestion ii) réduction de l’’impact des déchets sur l’’environnement et enfin de iii) préservation des ressources naturelles par la minimisation de la consommation des matières premières. juridiques. techniques.1. jusqu’’à là mal exploitées. initiée par le METAP en collaboration avec le Ministère de l’’Aménagement de l’’Eau et de l’’Environnement et confiée au groupement ADS Maroc-EDIC. aménagement des décharges contrôlées. le recyclage et le compostage des déchets offrent des opportunités. L’’ampleur et le coût grandissants des impacts des déchets municipaux et industriels sur l’’environnement. notamment d’’origine minérale et fossile. de plus en plus important. la santé des populations et la salubrité des villes. devrait être mis en œœuvre comme une composante fondamentale du programme d’’accompagnement et de concrétisation des objectifs de la future loi. le présent plan d’’action de développement des activités de recyclage et de promotion de la valorisation des produits provenant des déchets. Dans ce cadre. des services de collecte.INTRODUCTION Le présent plan d’’action est élaboré dans le cadre de l’’étude nationale relative au développement du secteur de recyclage au Maroc. organisationnels. Face à cette situation et en attente de l’’adoption définitive du projet de loi et de ses décrets d’’application. assistance technique à l’’optimisation des ressources locales et de recherche de solutions adaptées aux besoins et aux moyens des petites communes. la phase actuelle devrait être mise à profit pour la préparation d’’un environnement facilitant l’’application des dispositions de la future loi : mise en œœuvre de programmes de renforcement des capacités locales en matière de gestion des déchets. transfert au secteur privé.

ni la recherche et le développement pour la conception de nouveau produits adaptés au marché local. comme une activité commerciale artisanale tolérée et régie par la seule loi de l’’offre et de la demande23. du papier carton et du verre. le tri et le recyclage y figurent dans des termes très généraux sans objectifs chiffrés. que juridique et réglementaire. le secteur est caractérisé par une forte prépondérance de l’’informel et ses activités. Au niveau juridique. cette tendance risque à court terme. il est à craindre que le vide juridique qui caractérise le secteur actuellement persiste même après la promulgation de la nouvelle loi. il faut souligner que le secteur de recyclage des déchets au Maroc souffre d’’une absence totale de reconnaissance tant au niveau institutionnel. Cependant. de compromettre la récupération et la valorisation des déchets au Maroc. pour les villes éloignées. il est utile de résumer les résultats du diagnostic réalisé dans le cadre de la première mission de l’’étude. qui restent largement artisanales au niveau des récupérateurs.3-RESUME DU DIAGNOSTIC DU SECTEUR DE RECYCLAGE Avant de présenter les priorités d’’action proposées pour le développement du secteur de recyclage. Plus grave encore pour le développement des activités du secteur. De même. 23 Ce constat est valable pour l’’activité de récupération. aucune institution n’’assure l’’observation et le suivi des données relatives aux produits recyclés24. préconisé dans certains cahiers des charges. le prétraitement et le conditionnement. En absence d’’un décret d’’application spécifique. notamment celles des plastiques. le coût de transport constitue. il est accessoirement « parrainé » par le Ministère de l’’Aménagement du Territoire. de négoce (intermédiaires et grossistes) mais ne concerne pas les sociétés de valorisation (haut de la pyramide). est la tendance actuelle de délégation des services de collecte et d’’enfouissement sans dispositions de tri et de valorisation. le recyclage est entré pour la première fois dans le lexique de la législation nationale à travers le projet de loi sur la gestion et l’’élimination des déchets solides en attente de promulgation. le secteur ne bénéficie d’’aucune disposition particulière permettant sa prise en charge. ni orientations ou obligations pour les communes de promouvoir les activités de valorisation. en particulier celles de tri et de conditionnement. Compte tenu de son champ d’’intervention. le transport et la valorisation ou l’’export. Si des mesures d’’accompagnement ne sont pas mises en œœuvre. Il évolue d’’une manière autonome en marge du système. A noter que certaines gestions déléguées ont mis en œœuvre des solutions adaptées pour permettre aux chiffonniers de trier les déchets avant leur enfouissement. Le secteur est organisé en filières avec à la base des récupérateurs fournissant une chaîne d’’intermédiaires et d’’opérateurs assurant la collecte locale. elles sont souvent mieux organisées au niveau des grossistes qui disposent souvent de presses pour la fabrication des balles de papier et carton et des broyeurs pour le plastique. Sur le plan organisationnel. A l’’exception des indicateurs donnés par l’’office des changes 86 Recyclage des déchets solides 24 ADS Maroc/EDIC . Cependant. La ferraille étant récupérée essentiellement à partir des déchets industriels assimilés. Sur le plan institutionnel. De même. D’’emblée. son encadrement et la promotion de ses activités par une institution publique. de l’’Eau et de l’’Environnement pour son intérêt écologique et par la DGCL pour l’’intérêt du tri organisé. La quasi-totalité de ces deux dernières opérations étant concentrée à Casablanca. un handicap majeur au développement des activités de recyclage. les conditions de travail très difficiles des récupérateurs et les faibles salaires qu’’ils gagnent constituent une contrainte importante à l’’amélioration des performances et l’’augmentation des rendements du tri à la base des filières.

En dépit des contraintes relevées sur les plans organisationnel et technique. Une des principales contraintes relevées lors du diagnostic du secteur est le coût prohibitif du transport pour les villes éloignées par rapport à Casablanca. formulées en lignes directrices. 4. Ainsi. l’’insuffisance des capacités techniques des opérateurs à l’’amont des filières. A ce titre elle doit être prise en compte dans les réformes en cours du secteur: future loi sur la gestion des déchets solides et leur élimination. Avant de présenter les projets du plan d’’action lui-même. constitue une contrainte majeure à la mise à niveau technique des procédés de traitement. fixent les orientations du plan d’’action pour le développement du secteur. Ainsi. Ces recommandations. Il a permis également d’’identifier les contraintes au développement des activités du secteur et les opportunités prometteuses de promotion de nouvelles filières et de création de nouveaux débouchés. du lavage et du traitement. Les activités de tri et de conditionnement sont pratiquées manuellement avec d’’importants risques pour la santé des manœœuvres en particulier au niveau de la collecte. notamment au niveau des petits intermédiaires. restent les parents pauvres du secteur dans la mesure où ils profitent le moins des plus values générées. les opérations de tri ne sont plus rentables et les produits ne sont plus récupérés. etc. La politique de développement des activités de recyclage doit faire partie intégrante d’’une stratégie nationale globale de gestion intégrée des déchets ménagers. Cependant. l’’amélioration des performances. Les techniques utilisées restent rudimentaires et peu performantes. ces plus values sont mal réparties et profitent plus aux opérations d’’intermédiation qu’’au tri et à la récupération. écologique et social de la valorisation en tant qu’’option fondamentale de gestion rationnelle des déchets ménagers. Elles sont traduites dans le présent rapport. les activités du secteur restent cantonnées dans des niches de filières et de débouchés « traditionnels». la réduction des coûts et l’’innovation. les acteurs du premier maillon de la filière à savoir les récupérateurs. Ainsi. le secteur souffre d’’une sous mécanisation manifeste. cadre réglementaire et contractuel de délégation des services. au-delà d’’une distance critique.Au niveau technique. En fait. il est utile de rappeler les cinq principes qui ont présidé à leur élaboration : 1. Selon le prix marchand des produits récupérés. en un programme d’’actions prioritaires présentées sous forme de fiches projets. ADS Maroc/EDIC 87 Recyclage des déchets solides . le coût du transport peut ainsi constituer un pourcentage important du prix de revient du produit. le secteur de recyclage fonctionne et génère d’’importantes plus values. pour valorisation ou export. des recommandations destinées à dépasser les contraintes relevées et d’’exploiter les opportunités identifiées. De même. les prix offerts aux récupérateurs diminuent avec l’’éloignement du site de récupération par rapport à Casablanca du site de récupération. 2.LIGNES DIRECTRICES Le diagnostic réalisé a permis de mettre en exergue les points forts et les faiblesses du secteur de recyclage des produits récupérés à partir des déchets. ont été élaborées dans le cadre de la première mission de l’’étude. Kenitra et Agadir. Nécessité d’’une reconnaissance juridique et institutionnelle par les pouvoirs publics de l’’intérêt économique. Compte tenu des résultats du diagnostic.

L’’intégration de ces activités dans le système de gestion des déchets devrait se faire en préservant le caractère privé de l’’activité et en améliorant les filières existantes du point du vue de la reconnaissance de l’’utilité publique et du rôle social du recyclage. de la diversification de l’’offre des produits de recyclage et du développement de ses activités. qui sont suffisamment explicites pour faciliter la compréhension. Le secteur de recyclage devrait bénéficier d’’une veille technologique continue en vue de sa mise à niveau. ADS Maroc/EDIC 88 Recyclage des déchets solides . v) aspects financiers et enfin vi) aspects techniques. Ces dernières doivent faire l’’objet de développement de projets et de solutions locales adaptées à leurs moyens et capacités. iii) recherche et développement . la justification et les conditions de mise en œœuvre de chacune des actions proposées. Elles sont principalement organisées en filières informelles et évoluent selon la loi de l’’offre et de la demande. Les activités de recyclage ne bénéficient pas d’’un marketing innovant et prospectif permettant de dénicher et de développer de nouveaux segments du marché. Dans la politique de promotion du secteur de recyclage. 5. dont les services peuvent être délégués à des sociétés privées et les petites et moyennes communes qui n’’ont pas atteint le seuil critique du point de vue du tonnage des déchets. un plan d’’action est proposé pour dépasser ces contraintes et assurer l’’environnement favorable à un développement soutenable des activités de recyclage au Maroc.PLAN D’’ACTION Compte tenu des résultats du diagnostic réalisé et des contraintes identifiées. La période totale de mise en œœuvre du plan d’’action est estimée à 3 ans et le montant du budget requis est évalué à 12 MDh. 4. iv) communication et sensibilisation . il y a lieu de distinguer et d’’adapter les priorités d’’actions aux spécificités de deux cibles biens distinctes : les grandes villes.3. Le tableau suivant présente les actions par catégorie et précise les durées et les budgets proposés. ii) organisation et gestion . Chaque fiche projet comporte les rubriques suivantes : Consistance du projet Contexte et justification Objectifs Résultats attendus Etapes (modalités) de mise en œœuvre Mesures d’’accompagnement Maître d'œœuvre Partenaires Délai de réalisation Investissement requis Indicateurs de suivi Les actions proposées peuvent être classées en six catégories selon leurs champs d’’intervention : i) cadre juridique et réglementaire . Les activités de recyclage à partir des déchets ménagers et assimilés sont assez développées au Maroc. et d’’une manière plus générale celle de la gestion intégrée des déchets ménagers. la consistance. 5. Les actions peuvent être réalisées dans des délais variant de 3 mois à 24 mois. Le plan d’’action est décliné en 17 projets concrets présentés ci-après sous forme de fiches.

d’’éducation et de communication Mise en place de mécanismes financiers d’’appui au secteur Page 88 90 94 97 101 104 106 109 111 114 Durée en mois Budget en 1000 Dh 18 12 8 24 8 18 3 24 12 700 800 460 1 300 400 1 500 200 2 000 600 ADS Maroc/EDIC 89 Recyclage des déchets solides .CLASSEMENT DES ACTIONS PROPOSEES Catégorie 1 Juridique et réglementaire 2 3 4 Organisation et gestion 5 6 7 Recherche et Développement Communication et sensibilisation Aspects Financiers 8 9 10 Intitulé Reconnaissance juridique et institutionnelle du secteur de recyclage Normalisation et labellisation des produits recycles Etude de faisabilité d’’une eco-taxe sur les produits d’’emballage Amélioration du système de connaissance du secteur des déchets ménagers Organisation du secteur de recyclage Mise en place d’’une bourse de déchets Mise en œœuvre d’’expériences pilotes de tri Sensibilisation à la veille technologique du recyclage Plan d’’information.

CLASSEMENT DES ACTIONS PROPOSEES Suite Catégorie 11 12 13 Aspects Techniques 14 15 16 17 Intitulé Mécanisation du lavage des produits récupérés Développement de nouveaux créneaux de recyclage Tri du verre Récupération des lampes à Gaz rares Organisation de la filière de recyclage du verre Projet pilote de récupération du plomb des batteries Etude de faisabilité de récupération des métaux des piles électriques Page 117 119 121 123 125 127 129 Durée en mois 6 12 18 6 12 12 12 Budget en 1000 Dh 500 600 600 500 500 600 600 ADS Maroc/EDIC 90 Recyclage des déchets solides .

FICHES-PROJETS .

devraient accorder une plus grande importance aux opérations de valorisation des déchets. Ce projet de loi introduit pour la première fois dans l’’arsenal juridique national la notion de recyclage.RECOMMANDATION N°1 RECONNAISSANCE JURIDIQUE ET INSTITUTIONNELLE DU SECTEUR DE RECYCLAGE 1. Le projet de loi et ses décrets d’’application relatifs à la gestion des déchets solides et à leur élimination vient à point nommé pour combler ce vide juridique et poser les jalons d’’un cadre général d’’une gestion rationnelle et écologique des déchets adapté aux réalités du Maroc. En tant que composante fondamentale du système de gestion des déchets solides. CONSISTANCE DU PROJET Reconnaissance juridique et institutionnelle de l’’intérêt économique. A cet effet. 3. de création d’’emploi dans le secteur et d’’amélioration du cadre de travail des opérateurs notamment celui des récupérateurs. il y fait référence dans des termes généraux. à la croissance démographique. etc. dont l’’élaboration est prévue par cette loi. Dans ce cadre. doit être élaboré. Ce décret doit offrir à la fois les réelles perspectives en matière de reconnaissance de l’’utilité publique du secteur. en instance de promulgation. écologique et sociaux. aux préoccupations environnementales. A l’’exception de quelques textes de portée limitée. écologique et social des activités de recyclage dans le cadre de l’’application du projet de loi relatif à la gestion des déchets solides et leur élimination. relative à la gestion des déchets. il y a lieu d’’élaborer et de promulguer un décret d’’application spécifique sur le développement de la valorisation des déchets ménagers. CONTEXTE ET JUSTIFICATION L’’arsenal juridique en matière de gestion des déchets solides au Maroc a été élaboré au début du 20ième siècle. Toutefois. le recyclage doit être formellement reconnu pour ses intérêts économique. un décret d’’application de la loi 28-00. il n’’a pas connu depuis une évolution accompagnant les mutations survenues suite aux changements des modes de vie des populations. à l’’urbanisation. les plans communaux. En ce sens. spécifique à l’’organisation et la promotion des activités de recyclage. dans le cadre des plans de gestion des déchets qui devront être élaborés par les communes. 2. OBJECTIFS L’’objectif général du décret d’’application relatif au recyclage est de définir le cadre légal de reconnaissance du secteur de recyclage et d’’appui des pouvoirs publics et des collectivités locales à ses activités. ADS Maroc/EDIC 92 Recyclage des déchets solides . d’’investissement.

Fixer à un horizon donné des objectifs chiffrés de valorisation des déchets ménagers pour les communes. ADS Maroc/EDIC 93 Recyclage des déchets solides . 5. Indicateur spécifique : taux de valorisation atteint par rapport à l’’objectif assigné. MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par le Département de l’’Environnement en collaboration avec le Ministère de l’’Intérieur le Ministère de l’’Industrie et les associations professionnelles. RESULTATS ATTENDUS Décret d’’application de la loi N°28-00 promulgué Un taux de valorisation des déchets ménagers de 10% est atteint en 2010. l’’élaboration du décret d’’application sur la valorisation des déchets est urgente. en particulier ceux opérant sur les décharges. 7. DELAI DE REALISATION Compte tenu de son importance pour la reconnaissance publique de l’’intérêt du recyclage et à la veille de la promulgation du projet de loi relatif à la gestion des déchets solides et leur élimination.Les objectifs plus spécifiques du décret consistent en particulier à : Reconnaître le statut d’’utilité publique au secteur Définir les responsabilités de chacun des acteurs concernés Reconnaître le rôle économique et social des récupérateurs. Préparer les conditions d’’instauration progressive d’’une éco-taxe sur l’’emballage Fixer les orientations pour l’’instauration des normes de qualité pour les produits fabriqués avec des matériaux recyclés 4. Développer des directives types pour la prise en compte des objectifs de valorisation dans le cahier des charges des gestions déléguées. Dans cette perspective. il y a lieu de clarifier leur statut vis-à-vis des gestionnaires des décharges et de leur droit d’’exercer dans des conditions décentes d’’hygiène et de sécurité. 8. INVESTISSEMENT REQUIS Investissement faible. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : promulgation du projet. 6.

Les objectifs spécifiques du projet sont résumés ci-après: Améliorer la qualité de l’’offre du secteur . CONTEXTE ET JUSTIFICATION A l’’instar de toute activité à caractère industriel. 2. Cependant. Dans cette perspective. pour le marketing des produits de recyclage. le développement du marché de ces produits passe. contribueront grandement à l’’organisation du secteur du recyclage au Maroc et au développement de ses activités. 3. OBJECTIFS Le projet de normalisation et de labellisation a pour objectif principal l’’accompagnement du plan d’’organisation et de mise à niveau du secteur de recyclage au Maroc. l’’avantage comparatif de ces produits. une normalisation et une labellisation de certains produits «murs»25. Des coûts abordables et compétitifs par rapport aux produits équivalents . cet atout peut être avantageusement mis à profit.RECOMMANDATION N°2 NORMALISATION ET LABELLISATION DES PRODUITS RECYCLES 1. Une maîtrise des coûts de production et de distribution . objet du présent projet. Le projet aura pour objet l’’amélioration de la qualité des produits de recyclage et l’’aide à la promotion des produits labellisés en tant que produits contribuant à la préservation des ressources naturelles. En effet. En dépit de leurs avantages écologiques. Un marketing agressif Etc. ne les dispense pas des autres exigences et contraintes du marché. Fournir un argument effectif de marketing et augmenter ainsi la part du marché des produits de recyclage. la valorisation des produits de recyclage doit être normalisée et elle doit répondre aux exigences de qualité des clients. 25 En d’’autres termes. en particulier par: Une offre de produits répondant à la demande en articles commercialisés et en qualité . la commercialisation des produits de recyclage obéit aux mêmes règles de base du marché. comme argument de vente. leur caractère écologique. Développer de nouveaux produits répondant mieux aux exigences de la demande . les produits qui ont fait leurs preuves et qui disposent d’’une certaine maturité vis-à-vis du marché 94 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . En d’’autres termes. CONSISTANCE DU PROJET Le projet consiste à accompagner l’’organisation du secteur par des mesures de labellisation et de normalisation des produits de recyclage qui s’’y prêtent. Une optimisation des circuits de commercialisation .

Par ailleurs. ADS Maroc/EDIC 95 Recyclage des déchets solides . papier. il n’’en demeure pas moins que dans le secteur de la plasturgie tout reste à faire (voir analyse de la filière. aux projets relatifs à : l’’organisation et la mise à niveau du secteur (action N°5). PVC . peuvent être normalisés et labellisés d’’une manière spécifique: Artisanat pour la Protection de l’’Environnement (APE) par exemple 5. des intermédiaires et des opérateurs informels de valorisation. la veille technologique et formation (action N°8). Par ailleurs. etc. chapitre IV du rapport). Pour cette filière les principaux produits à normaliser ou à promouvoir sont donnés ci-après : Polyéthylène . des métaux et du verre la majorité sont en principe normalisés. la labellisation de certains produits de recyclage (emballage.FILIERES ET PRODUITS CIBLES Si la majorité les produits des filières du papier. Certains de ces articles. Dans ce cadre. les actions d’’assistance technique et de formation des récupérateurs. qui s’’y prêtent. En effet.4. sont des préalables à la promotion de la qualité et la normalisation des produits de recyclage. ou une mesure d’’accompagnement. Métaux dérivés du fer.) fournira un argument effectif pour les campagnes IEC préconisées dans le cadre de l’’action N°9).APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE Le projet de normalisation et de labellisation des produits de recyclage devrait être mené comme un projet complémentaire. de nouveaux produits peuvent être promus comme articles artisanaux provenant de produits recyclés. il ne saurait y avoir une véritable mise à niveau du secteur sans la promotion de la qualité des produits et leur normalisation .

PARTENAIRES Fédération Marocaine des PME/PMI . en coordination avec les activités du projet26 sur l’’application des nouvelles règles normatifs et des nouveaux labels (publicité. Associations des consommateurs. 10. ETAPES DE MISE EN ŒŒUVRE Les principales étapes suivantes sont proposées pour la mise en œœuvre du projet: Etude d’’identification des produits à normaliser et la définition du champ et des procédures de labellisation . DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 18 mois. Des labels de qualité des produits de recyclage appliqués . 26 Voir action N°9 96 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . organisation de concours. 8. Association Marocaine de Plasturgie (AMP) .6. du Commerce et de la mise à niveau de l’’Economie (Service de Normalisation Industrielle Marocaine . Suivi et contrôle. MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par le Ministère de l’’Industrie. 7. 11. 9. INVESTISSEMENT REQUIS Le projet devra être programmé dans le cadre des activités du SNIMA. SNIMA) en collaboration avec le Département de l’’Environnement et le Ministère de Intérieur. participation aux foires. Campagne de d’’information et de sensibilisation. Associations professionnelles . RESULTATS ATTENDUS Des produits de recyclage normalisés .) . Associations nationales et locales . Le budget des coûts externes relatifs aux activités du projet est estimé à 700 000 Dh. Large consultation avec l’’ensemble des professionnels et des acteurs concernés par le secteur pour la validation des normes et des procédures proposées . La part du marché des produits de recyclage en augmentation soutenue. Nouveaux produits identifiés et promus . etc.

Nombre de produits labellisés . ADS Maroc/EDIC 97 Recyclage des déchets solides .12. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : Des normes pour certains produits de recyclage sont établis et renforcées et des procédures de labellisation sont définies et les labels sont largement convoités par les opérateurs pour leurs produits de recyclage . Résultats de sondages d’’opinion sur la reconnaissance publique du label recyclage. Indicateurs spécifiques : Nombre de normes issues et appliquées .

MAP Technical Report Series N°137. de garantie de poids et de volume. constitue désormais une option effective de stabiliser ce type de déchets voire de le réduire. le tri et l’’élimination des déchets d’’emballage. 2. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Les évolutions de la consommation ont conduit à la mise sur le marché de produits emballés de consommation courante. des conditions préalables et des mesures d’’accompagnement à prévoir pour l’’instauration d’’une telle taxe. il a été estimé que les déchets d’’emballages ménagers au Maroc. représentent 20% à 25% des ordures ménagères collectées par les communes. de plus en plus nombreux. à moyen terme. 27 Libre échange et environnement dans le contexte euro-méditerranéen. un système appelé Duales System Deutschland (DSD) a été mis en place pour la collecte et la valorisation des déchets d’’emballage. à savoir 30% à 40% des quantités des déchets produits. Dans une étude récente27. Elle devra atteindre. Pour financer la collecte. adoption de types d’’emballages moins volumineux et plus légers et promotion du système des consignes. Leurs emballages font souvent partie intégrante des produits qu’’ils contiennent et assurent des fonctions essentielles de protection. prescrit que les emballages de vente ne doivent pas être incinérés ni mis en décharge. alimentaires et non alimentaires. Dans un contexte où la quantité globale des déchets augmente. 28 Diminution des matériaux utilisés dans les emballages. permet de minimiser leur impact sur l’’environnement. révisée en 1998. Ainsi les emballages ménagers. En Allemagne. de conservation. le DSD prélève auprès de leurs fabricants une taxe de valorisation : taxe imposée pour chaque tonne d’’emballage mise sur le marché. mais valorisés en fonction des substances et des matières premières qui les composent. 2002.RECOMMANDATION N°3 ETUDE DE FAISABILITE D’’UNE ECO-TAXE SUR LES PRODUITS D’’EMBALLAGE 1. Compte tenu de l’’évolution des modes de vie et de l’’impact préconisé des accords de libre échange sur les produits de consommation au Maroc. CONSISTANCE DU PROJET Le projet consiste à réaliser une étude de faisabilité d’’une éco-taxe sur certains produits d’’emballage et à préparer un plan détaillé des étapes. pays leader dans ce domaine. du prélèvement des ressources naturelles à l’’élimination des déchets. le décret sur les emballages de 1991. Ce sont quelques 2 milliards d’’euros qui ont été ainsi collectés par le DSD en 1999 au profit du tri et de valorisation des déchets d’’emballage. génèrent après usage. de transport. tome III. de service et d’’information des consommateurs. la prévention des déchets d’’emballages. la proportion des déchets d’’emballage connaîtra un taux de croissance soutenu. Pour favoriser une telle valorisation. des procédures. le niveau de celles des pays développés. près d’’un million de tonnes de déchets. notamment par la réduction à la source28 et par de meilleures pratiques de consommation. UNEP/MAP. L’’analyse des expériences des pays avancés en matière de la gestion intégrée des déchets municipaux montre que la prévention des déchets de l’’emballage par l’’instauration d’’une écotaxe au niveau du producteur. ADS Maroc/EDIC 98 Recyclage des déchets solides .

ADS Maroc/EDIC 99 Recyclage des déchets solides . en parallèle à l’’aménagement des décharges. tout en évitant des augmentations excessives des prix de vente des produits ciblés . Diagnostic du secteur des déchets d’’emballage (filières. Dans cette perspective. OBJECTIFS Le projet a pour objectif général de limiter les quantités des déchets d’’emballage en constante croissance et de dégager des ressources financières pour leur recyclage ou enfouissement. 4. Déterminer le mode de gestion et d’’affectation de l’’éco-taxe . organisationnelles. valorisation ou enfouissement. RESULTATS ATTENDUS Une étude de faisabilité d’’une éco-taxe sur les produits d’’emballage est réalisée et un plan détaillé de mise en œœuvre du projet est défini. dans une première phase. les mesures d’’accompagnement et les mécanismes de mise en œœuvre de l’’éco-taxe . l’’instauration d’’une éco-taxe sur les produits d’’emballage présente un double avantage : la stabilisation voir la réduction des déchets d’’emballage d’’une part et le financement du tri sélectif. Définir les conditions préalables. Projection aux horizons 2010 et 2015 . entre autres. acteurs. Les critères de choix des produits cibles pour une éco-taxe . Déterminer son niveau critique d’’équilibre permettant d’’assurer des revenus suffisants pour couvrir les coûts de tri /collecte. Compte tenu du contexte spécifique du Maroc par rapport à celui des pays avancés en matière de la gestion des déchets où le recours à l’’éco-taxe est courant. de la revalorisation ou élimination de ces déchets. contraintes techniques. une politique active de prévention à la source et du recyclage pour minimiser les quantités à enfouir. Opportunités du secteur des déchets des emballages . juridiques/institutionnelles et sociales) . Les procédures de détermination de la valeur de la taxe . d’’autre part.Au Maroc. Cette étude devra comprendre. des mesures de préparation et d’’accompagnement urgentes sont à mettre en œœuvre pour assurer un environnement favorable à la concrétisation des objectifs de cette future loi. Evaluer les impacts financiers en environnementaux de l’’instauration de l’’éco-taxe Faire une analyse coût avantage du projet. l’’analyse les volets importants suivants : Inventaires des filières de production et de commercialisation des produits d’’emballage . il est recommandé d’’initier. Impacts de libre échange sur la production des déchets d’’emballage . Dans ces conditions. 3. Déterminer les produits cibles . nécessitent d’’importants moyens financiers. quantités. financières. une étude de faisabilité de ce projet. les réformes engagées pour la professionnalisation du secteur de gestion des déchets ménagers et l’’aménagement des décharges contrôlées prévues dans le cadre du projet de loi appelé à régir le secteur. Les objectifs spécifiques du projet sont résumés ci-après: Définir les conditions de faisabilité d’’une éco-taxe sur les produits d’’emballage . Il s’’agit en particulier de mettre en œœuvre. Les communes seront affrontées à des problèmes considérables de financement.

5. Les mesures d’’accompagnement à prévoir . Les mécanismes organisationnels de tri /collecte et valorisation des déchets d’’emballages. Les impacts financiers et environnementaux du projet . Les revenus escomptés et l’’analyse coût avantage du projet.Les mécanismes organisationnels de collecte de la taxe . DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation de l’’étude est estimée à 12 mois dont deux pour la préparation du CPS et le lancement de l’’appel d’’offres. CGEM . Associations professionnelles des produits d’’emballage . PARTENAIRES Ministère de l’’intérieur . 6. INVESTISSEMENT REQUIS L’’investissement requis pour la réalisation de l’’étude est de 800 000 Dirhams. ADS Maroc/EDIC 100 Recyclage des déchets solides . Bailleurs de Fonds internationaux. MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de ce projet devrait être prise en charge par le Département de l’’Environnement en collaboration avec le Ministère du Commerce. de l’’Industrie et de la mise à niveau de l’’économie et le Ministère des Finances. 7. 8.

il n’’en demeure pas moins que l’’organisation des informations collectées dans une base de données et l’’établissement de procédures pour leur actualisation périodique sont primordiales pour la mesure du degré de succès de la mise en œœuvre du présent plan d’’action. fragmentaires et limitées. CONSISTANCE DU PROJET Amélioration des connaissances du secteur des déchets ménagers par la conception et la mise en œœuvre d’’un système de suivi centralisé des informations et des données relatives au secteur de gestion des déchets ménagers et en particulier celles portant sur les activités de recyclage. Lahbabi. 2. Dans ce cadre. d’’aide à la décision et de suivi des performances. il est recommandé de concevoir un Système d’’Information Géographique (SIG) spécifique aux déchets ménagers permettant d’’intégrer toutes les informations disponibles sur l’’état actuel du secteur et de faciliter son actualisation périodique. Au niveau des décharges. METAP/Banque Mondiale. Cependant. OBJECTIFS Le principal objectif du présent projet est de développer un système d’’information relatif au secteur des déchets ménagers comme outil de planification. 3. Octobre 2004. A. 29 Etude relative au développement d'un programme d'investissement prioritaire visant l'amélioration de la gestion des décharges d'ordures ménagères sauvages à fort risque sur l'environnement et les ressources naturelles au Maroc. La gestion du secteur des déchets solides et la mesure de l’’efficacité des programmes et des réformes mis en œœuvre nécessitent la connaissance précise de l’’état actuel du secteur et le suivi continu de paramètres d’’évaluation des performances du système de gestion du secteur. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Les données disponibles sur les déchets ménagers restent très générales. 101 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . une étude a mis en exergue le déficit en système d’’informations sur les décharges au Maroc et l’’utilité impérieuse d’’un tel système comme outil de prise de décision et d’’évaluation des besoins en moyens techniques et financiers pour la mise à niveau et la réhabilitation des décharges sauvages au Maroc. si les résultats de l’’étude ont amélioré l’’état de connaissance du secteur.RECOMMANDATION N°4 AMELIORATION DU SYSTEME DE CONNAISSANCE DU SECTEUR DES DECHETS MENAGERS 1.29 Quant secteur de recyclage. la présente étude a permis de combler partiellement la manque de données et d’’informations fiables sur la récupération et la valorisation des déchets ménagers.

RESULTATS ATTENDUS Un système d’’information géographique est élaboré pour le secteur .). MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par le Ministère de l’’Intérieur en collaboration avec le Département de l’’Environnement. L’’actualisation périodique des données de caractérisation de la situation du secteur . il faudrait prévoir les frais de fonctionnement estimés à 60 000 Dh/an et la disponibilité d’’un cadre moyen à temps partiel ( 30% ) pour l’’actualisation périodique et la publication des rapports de suivi. La conception et la mise en œœuvre du système d’’information du secteur sont urgentes. de saisie et d’’organisation des données disponibles est estimé à 460 000 Dh dont 80 000 Dh pour les logiciels et les équipements.Les objectifs plus spécifiques du projet peuvent être résumés en : L’’organisation des données et des informations disponibles relatives au secteur . INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : SIG mis en œœuvre Indicateur spécifique : Nombre de rapports et d’’indicateurs publiés ADS Maroc/EDIC 102 Recyclage des déchets solides . l’’organisation et la saisie des données disponibles. La définition et la publication périodiques des indicateurs clés de suivi du secteur. 5. 4. Des rapports et des indicateurs de suivi du secteur sont établis et publiés périodiquement. DELAI DE REALISATION Compte tenu de l’’importance de la phase actuelle de mise à niveau du secteur et des réformes engagées. etc. PARTENAIRES Collectivités locales . ferraille. La durée de réalisation du projet est estimée à 8 mois dont 3 mois pour la conception de l’’architecture du SIG et 5 mois pour la collecte. plastique. 6. Ministère de l’’Industrie du Commerce et de la Mise à Niveau de l’’Economie . 8. INVESTISSEMENT REQUIS Le budget initial de conception du système d’’information. la mise en œœuvre d’’un système d’’information relatif aux déchets ménagers est cruciale pour la planification des projets et pour l’’évaluation et le suivi des performances des actions réalisées. Associations professionnelles en lien avec des principales filières de recyclage (papier/carton. 9. 7. En plus de cet investissement.

Octobre 2004 Enquête pour l’’inventaire des déchets non dangereux importés par le Maroc pour recyclage. Quantités récupérées. Budget alloué aux services de gestion des déchets . les équipements disponibles et le degré de vulnérabilité du milieu environnant de la décharge. METAP/Banque Mondiale. Lahbabi. Effectif du personnel affecté aux services de collecte. Equipements de collecte. Nombre de récupérateurs et d’’intermédiaires opérant sur la décharge . 2002. de nettoiement et de mise en décharge . Etude réalisée par la Groupement ADS Maroc-EDIC pour le compte du METAP et du Département de l’’Environnement. Novembre 2004. 31 30 ADS Maroc/EDIC 103 Recyclage des déchets solides . Département de l’’Environnement. Sources d’’informations à considérer : Etude relative au développement du secteur de recyclage au Maroc. 2001. Quantités cumulées .ELEMENTS D’’ELABORATION DU SYSTEME D’’INFORMATION Type de données à considérer30 : Quantités de déchets par agglomération . Rapport Diagnostic. Etude réalisée par Phénixa pour le compte du Département de l’’Environnement. 2 et 3. Description sommaire de la décharge31 . Voir les questionnaires utilisés pour la collecte des données des trois études données en référence N°1. Etude relative à la gestion des déchets solides au Maroc : étude réalisée par ADS Maroc pour le compte du Département de l’’Environnement. Composition des déchets . Présence d’’un centre de transfert . Etc. Distance d’’éloignement par rapport à la ville . Etc. Septembre 2004. A. Taux de collecte . Distances par rapport aux ressources vulnérables . de nettoiement et de mise en décharge . Nombre de récupérateurs mobiles . Etude relative au Développement d'un programme d'investissement prioritaire visant l'amélioration de la gestion des décharges d'ordures ménagères sauvages à fort risque sur l'environnement et les ressources naturelles au Maroc. Années de mise en service et de clôture . Ménages desservies . etc. A ce niveau il est recommandé d’’établir un système de classification des décharges nationales non contrôlées selon les aménagements . Rapport sur l’’Etat de l’’Environnement au Maroc.

Déchets générés par habitant et par an .Indicateurs à adopter pour la caractérisation du secteur32 : Population et ménages desservis . Volume 2 : Guide sur les aspects Politiques.Décembre 2004. Légaux et Institutionnels et Outils pour la mise en œœuvre. Pourcentage des déchets mis en décharge non contrôlée . 104 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . Quantité des déchets municipaux collectés . Pourcentage des déchets collectés par des sociétés privées . par habitant et par ménage desservis) . Taux de recouvrent des coûts. Pourcentage des déchets mis en décharge contrôlée . Pourcentage des déchets recyclés . Coût de collecte par tonne . 32 Référence : Guides Régionaux sur la Gestion Intégrée des Déchets Solides. METAP. Pourcentage des déchets valorisés par compostage . Coût global des services de gestion des déchets (total.

Ce mode d’’organisation bipolaire est plus profitable pour les grands grossistes et les industriels que pour les opérateurs du premier maillon de la filière à savoir les récupérateurs. qui met en jeu des opérateurs industriels organisés et patentés (fournisseurs grossistes. l’’activité de recyclage au Maroc reste largement cantonnée dans trois ou quatre principales filières dont les valeurs marchandes permettent d’’amortir les frais de récupération. le secteur de recyclage des produits récupérés à partir des déchets ménagers est organisé selon deux modes bien distinctes mais complémentaires. puis le grossiste qui traite quelques tonnes par jour. En dépit du développement de l’’activité de recyclage au Maroc et de la réalisation d’’une plus value appréciable. comportant les chiffonniers et les intermédiaires. Ainsi.). exode rurale. il est recommandé de mettre en œœuvre un programme d’’appui et d’’assistance technique par filière pour l’’organisation du secteur en collaboration avec les associations professionnelles et des opérateurs patentés des filières ciblées. CONSISTANCE DU PROJET Organisation du secteur de recyclage par la reconnaissance du statut des récupérateurs et l’’amélioration de leur condition de travail et par l’’assistance des sociétés informelles à régulariser leur situation et à s’’organiser en coopératives ou en associations professionnelles pour mieux défendre leurs intérêts. importateurs. sont rares. La faible capacité des opérateurs à la base de la filière et leur mode d’’organisation informelle limitent leur potentiel d’’évolution et handicapent ainsi le développement du secteur dans son ensemble. sécheresse.) ADS Maroc/EDIC 105 Recyclage des déchets solides . Une deuxième filière verticale alimentant la première en produits de récupération. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La collecte des produits recyclables est une tâche qui fait intervenir différents opérateurs. la récupération des produits recyclables reste largement instable dans la mesure où les effectifs varient en fonction des conditions socio-économiques et climatiques (taux de chômage. depuis le chiffonnier qui collecte à peine quelques dizaines de kilos par jour jusqu’’à l’’intermédiaire. Dans ce cadre. En effet. profitent le moins des plus values générées par les produits recyclés.RECOMMANDATION N°5 ORGANISATION DU SECTEUR DE RECYCLAGE 1. qui jouent un rôle crucial dans la collecte. Une filière à l’’aval des activités de récupération dite industrielle. Selon les résultats des investigations de l’’étude. les opportunités de récupération et de valorisation des produits recyclables des déchets ménagers sont mal exploitées. opérateurs de valorisation. d’’innovation pour la création de nouveaux produits et de débouchés locaux. Ces derniers travaillent souvent dans des conditions précaires d’’hygiène avec un revenu moyen ne dépassant guère 35 à 60 Dh par jour. les récupérateurs en bas de l’’échelle de la filière de recyclage. de traitement et de transport. voire inexistantes. etc. etc. Les initiatives d’’optimisation pour la réduction des coûts en particulier du transport. principalement informelle. 2. Ainsi.

Ainsi. Mise en œœuvre du programme. l’’activité de récupération conditionne la viabilité de toute la filière. 5. Formation d’’un comité directeur de validation et de suivi des activités du programme .MESURES D’’ACCOMPAGNEMENT Le projet est à réaliser dans le cadre d’’une approche intégrée de mise en œœuvre du plan d’’action de développement des activités du secteur. en tant que source d’’alimentation du secteur en produits recyclables.Des dizaines de milliers de personnes vivent des activités informelles du secteur de recyclage. OBJECTIFS Le principal objectif du présent projet est de mettre en œœuvre un programme d’’assistance technique et d’’appui pour l’’organisation et la mise à niveau des activités informelles du secteur. En dépit de son caractère informel.ETAPES DE MISE EN ŒŒUVRE Principales étapes proposées pour la mise en œœuvre du projet : Définition d’’un document projet relatif à un programme d’’appui aux opérateurs informels du secteur . Les objectifs plus spécifiques du projet peuvent être résumés en la: Reconnaissance et organisation des métiers de récupération Amélioration des conditions de travail et des revenus des récupérateurs Formation et assistance technique des opérateurs du secteur Aide à la création et au développement de micro entreprises et de coopératives professionnelles 4. Les réformes engagées pour améliorer la performance du système de gestion des déchets ménagers peuvent mettre en péril les activités informelles et avoir non seulement des conséquences sociales graves mais peuvent compromettre également l’’activité de valorisation dans son ensemble. Accès des récupérateurs et des autres opérateurs au micro crédit et aux fonds de garantie pour leur faciliter l’’octroi des crédits d’’investissement (action N°10). Dans cette perspective. le développement du secteur passe par l’’organisation des activités informelles de récupération et des circuits de commercialisation des produits de récupération. les principales mesures d’’accompagnement préconisées sont la : Reconnaissance du statut des récupérateurs et clarification de leur champ d’’intervention (voir action N°1) . Normalisation des produits et développement de nouveaux produits et des unités de valorisation locales (voir action N°2) . Montage financier et mobilisation des fonds requis . Logistique et préparation . 3. ADS Maroc/EDIC 106 Recyclage des déchets solides .

valorisés et commercialisés localement. SNEP. 10. Office de formation professionnelle et établissements d’’enseignement technique Associations professionnelles des filières ciblées (papier/carton. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : Le statut et le champ d’’intervention des récupérateurs précisés et le programme d’’appui aux opérateurs informels du secteur mis en place. 7.) .3 MDh. Ifriquia Plastique. etc.6. ferraille. Nombre de micro entreprises et coopératives créées. ADS Maroc/EDIC 107 Recyclage des déchets solides . CMCP. Fédération marocaine des PME/PMI . SEVAM. INVESTISSEMENT REQUIS Le budget de fonctionnement d’’une cellule d’’assistance technique et d’’encadrement du secteur est estimé à 600 000 Dh/an (deux cadres techniques et une assistance administrative) avec un investissement initial en équipements de l’’ordre de 100 000 Dh. Un programme d’’assistance et d’’encadrement des opérateurs informels du secteur à s’’organiser est mis en œœuvre . 9. MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par le Ministère de l’’Intérieur et l’’Agence Nationale de Promotion des PME (ANPME) en collaboration avec le Département de l’’Environnement. Des micros entreprises et des coopératives sont créées . Grossistes et opérateurs importants de revalorisation : ANBA. SONASID. RESULTATS ATTENDUS Le statut des récupérateurs est clarifié . Le budget global requis pour la mise en œœuvre du projet est évalué à 1. DELAI DE REALISATION Le statut des récupérateurs et leurs champs d’’intervention devraient être clarifiés rapidement dans le cadre des décrets d’’application du projet de la loi N°28-00. Indicateurs spécifiques : Nombre d’’opérateurs ayant bénéficié de l’’appui du programme. 11. 8. Le programme d’’assistance et d’’encadrement devrait porter sur une durée de deux ans. PARTENAIRES Ministère de l’’Industrie du Commerce et de la mise à niveau de l’’Economie . Safripac. plastique. De nouveaux produits sont récupérés. Les conditions d’’intervention des récupérateurs ambulants et de ceux opérant dans les décharges sont bien définies . etc.

La bourse virtuelle de déchets objet du présent projet sera gérée par une société privée sur la base d’’un cahier des charges élaboré par les autorités publiques. Cette situation limite la concurrence. La création d’’une bourse virtuelle de déchets permettra de combler cette lacune et de promouvoir les échanges commerciaux entre les opérateurs du secteur. Renforcement des mécanismes du marché pour le secteur permettant une transparence des prix et une répartition plus équitable des plus values . MODALITES DE MISE EN ŒŒUVRE La création d’’une telle bourse pouvant être financièrement soutenable. ses propres opérateurs et circuits commerciaux. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Les activités de recyclage des déchets ménagers et assimilés au Maroc sont dominées par quatre principales filières : papier/carton. plusieurs déchets industriels revalorisables. 2. elle pourra être prise en charge par une société privée. Chacune de ces principales filières a ses propres modes de gestion et d’’organisation. concentre les plus values dans l’’intermédiation. à deux ou trois grossistes qui contrôlent la quasi-totalité de l’’offre de la filière. Croissance soutenue des volumes des transactions commerciales portant sur les produits de récupération. renchérie la valeur marchande des produits de récupération et freine ainsi le développement du marché des produits de recyclage. aboutissent souvent.RECOMMANDATION N°6 MISE EN PLACE D’’UNE BOURSE DE DECHETS 1. métaux et verre. CONSISTANCE DU PROJET Promotion d’’une bourse des déchets pour le développement des échanges commerciaux entre les opérateurs du secteur en vue de favoriser la récupération et la valorisation des déchets. Par ailleurs. plastique. disponibles en petites quantités dans des sites éparpillés. 4. 3. après la passage par plusieurs intermédiaires. OBJECTIFS La création de la bourse des déchets a pour objectif général l’’organisation des circuits commerciaux du secteur par la mise en relation des opérateurs et la diffusion des informations relatives aux offres et aux demandes en matière des déchets valorisables Les objectifs plus spécifiques du projet sont résumés ci-après: Développement de nouvelles filières de commercialisation des produits de récupération . ne sont pas récupérés faute d’’un circuit de commercialisation organisé et de système de mise en relation des acheteurs et acquéreurs potentiels. Ces circuits bien établis. Dans cette perspective les modalités proposées pour la mise ne œœuvre du projet se résument en : ADS Maroc/EDIC 108 Recyclage des déchets solides .

Baisse des prix de transport et d’’intermédiation . 8. RESULTATS ATTENDUS Développement des flux commerciaux portant sur les déchets . CMPP . DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 8 mois dont 4 pour l’’étude de faisabilité.Etude de faisabilité d’’une bourse de déchets et préparation du plan d’’affaire du projet 33. 6. Meilleure répartition des plus values du secteur au profit des récupérateurs et des petits intermédiaires. Un budget de 400 000 Dh est proposé pour la mise en œœuvre du projet. Appel d’’offres pour la sélection de la société privée pour la gestion de la bourse. 7. l’’investissement public requis est faible. 109 Recyclage des déchets solides ADS Maroc/EDIC . SEVAM . MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par le Département de l’’Environnement en collaboration avec le Ministère de l’’Industrie du Commerce et de la mise à niveau de l’’Economie et le Ministère de l’’Intérieur. Indicateurs spécifiques : Volume des transactions conclues Nombre de visites au site de la bourse 33 Il est recommandé d’’inclure dans les termes de référence de l’’étude l’’analyse des impacts de la création de la bourse des déchets sur les activités des récupérateurs et des intermédiaires. INVESTISSEMENT REQUIS Compte tenu du fait que le projet devrait être pris en charge par une société privée. Bourse de sous traitance. 9. 10. PARTENAIRES CGEM . INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : la bourse est créée. CMCP . Il sera limité à la prise en charge des frais de l’’étude et à un encadrement de la société en charge du projet durant les six premiers mois. Elaboration d’’un cahier des engagements pour la prise en charge du projet par une société privée . 5.

pour mette au point des systèmes de collecte sélective adaptés aux spécificités.) Faible rendement . CONTEXTE ET JUSTIFICATION L’’analyse des expériences des pays avancés en matière de la gestion intégrée des déchets municipaux montre que le tri à l’’amont de la filière de collecte constitue une option effective de minimisation des déchets à gérer et d’’amélioration du taux de recyclage de ces déchets. Au Maroc. La récupération est poursuivie également dans les décharges par des récupérateurs sur place. Le présent projet devra être réalisé selon le plan proposé et les recommandations préconisés. le rendement de récupération reste faible et le système de récupération présente plusieurs inconvénients dont notamment : Conditions de travail précaires des récupérateurs . à l’’échelle des quartiers ou de zones résidentielles. le tri et la récupération des déchets ménagers se pratiquent d’’une manière informelle tout le long du processus de collecte. Accès de plus en plus difficile aux décharges dans le contexte des réformes engagées pour l’’aménagement des décharges contrôlées. aux habitudes et comportements des différentes franges de la société marocaine. ADS Maroc/EDIC 110 Recyclage des déchets solides . CONSISTANCE DU PROJET Le projet consiste à mettre en œœuvre plusieurs expériences pilotes de tri à la source. etc. A noter qu’’un plan de réalisation d’’une expérience pilote de tri dans un quartier de Rabat est élaboré dans le cadre de l’’étude. ces trois niveaux d’’interventions. les récupérateurs ambulants sillonnent les quartiers et ruelles (avec charrettes ou bicyclettes selon les matériaux recherchés). Ainsi. Malgré. Plusieurs systèmes de tri sont actuellement utilisés dans différents pays en particulier européens : Collecte séparative porte à porte (Allemagne) . Le succès d’’un système de tri dépend des spécificités propres à chaque pays. humidité. Centres de tri. fouillent dans les poubelles à la recherche de matériaux valorisables. Point d’’apport rémunéré (Tunisie) . Les éboueurs lors de la collecte des déchets municipaux mettent également à coté tout ce qui est recyclable (tri lors de la déverse des déchets dans le camion). Dégradation de la qualité des produits récupérés (saleté.RECOMMANDATION N°7 MISE EN ŒŒUVRE D’’EXPERIENCES PILOTES DE TRI 1. de transport et de mise en décharges des déchets. Point d’’apport volontaire (majorité des pays développés) . 2. voire à chaque type de ville ou même de quartier.

Ils ont tous été de courte durée. Ce projet de tri binaire à la source. Sensibiliser. A noter également un nouveau projet initié par l’’association El Amal en collaboration avec COOPI à Nador. un bac fourni. d’’autres projets. Par ailleurs. Une première expérience de mise en place d’’un système de tri à la source dans un quartier pilote a été initiée en 1999 à Salé (quartier Nahda) par une association de développement local. L’’unité a été arrêtée pour des raisons de qualité du compost et de problèmes de commercialisation. Le présent projet d’’action a pour objectif de concrétiser l’’application des systèmes de tri recommandés par la mission de l’’étude relative à l’’élaboration du plan de mise en œœuvre d’’une expérience pilote de tri. Au-delà des expériences pilotes. ont été initiés par des ONG ou des amicales de quartier. Deux poubelles. La matière organique est mise dans les sacs noirs (système classique). Le projet. Enda Maghreb. les ONG et les amicales de quartier à parrainer ou prendre en charge des initiatives de tri. Ainsi. OBJECTIFS Le projet a pour objectif général le développement du tri à la source au Maroc comme composante fondamentale de tout système de gestion rationnelle des déchets. Rares celles qui ont été entreprises par les communes ou les services chargés de gestion des déchets. les responsables des communes. une pour la matière organique et l’’autre pour la non organique. à une plus petite échelle. Des poubelles "vertes" ont été mises à disposition des habitants pour l'évacuation des déchets non organiques. qui a ciblé au début quelques 200 ménages. Un programme de sensibilisation et d’’informations en partenariat avec les associations locales est en cours de planification. il vise la contribution à l’’identification d’’un ou plusieurs systèmes de tri à la source adaptés aux spécificités locales. le tri à la source au Maroc reste très embryonnaire en dépit de son intérêt d’’optimiser l’’exploitation des gisements des produits recyclables des déchets et de préserver la qualité des produits de récupération notamment celle des emballages papier-carton et plastique. 3. Les objectifs spécifiques du projet sont résumés ci-après: Etablir des expériences réussies de tri à la source . ADS Maroc/EDIC 111 Recyclage des déchets solides . a visé principalement le tri des déchets organiques destinés au compostage dans une unité expérimentale de capacité 1 tonne/jour. seront mises à disposition des habitants du quartier. consiste à disposer les déchets en deux bacs de 240 litres: un vert pour les déchets recyclages et un jaune pour les autres déchets. Une deuxième expérience de tri est actuellement en cours à Larache. Le projet consiste à mettre en place un système de tri et de collecte sélective dans un quartier pilote de 20 000 habitants.Les expériences de tri à la source chez les ménagers ou de la collecte sélective restent très limitées au Maroc. par l’’exemple sur le terrain. Les ménages sont encouragés à participer au tri par la fourniture d’’un bac selon le principe : un bac acheté. Contribuer à la diffusion des leçons apprises en matière de tri .

Des conventions signées avec des amicales de quartier pour la sensibilisation des populations et pour l’’appui à la réussite de l’’opération de tri .4. 5. est défini. évalué sur la base d’’un nombre global de 2000 ménages bénéficiaires. 9. ONG et amicales de quartier . 6. Bailleurs de Fonds internationaux.APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE L’’élaboration du plan de réalisation d’’une expérience pilote de tri dans un quartier de Rabat. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : Nombre d’’expériences pilotes réussies et durée d’’opération de ces expériences Indicateurs spécifiques : Nombre de ménages participant à l’’opération de tri . ADS Maroc/EDIC 112 Recyclage des déchets solides . Les coûts du tri et de recouvrement des coûts par la commercialisation des produits de recyclage. Opérateurs privés de valorisation ou intermédiaires spécialisés dans les produits de récupération . sont établis et un plan pour l’’instauration du système de tri à grande échelle. RESULTATS ATTENDUS Quatre expériences de tri à la source sont mises en œœuvre dans différents types de quartier de quelques 200 à 500 ménages . recettes éventuelles des produits de recyclage non comprises. préconisée par la présente étude. DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 18 mois. Sociétés délégataire pour la collecte des déchets concernées .5 millions de dirhams. MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de ce projet devrait être prise en charge par le Ministère de l’’Intérieur en collaboration avec le Département de l’’Environnement. Quantités récupérées et revenus générés . est estimé à 1. 7. 10. Des conventions sont signées avec les communes concernées ou leur société délégataire en charge de la collecte pour la coordination et la logistique de l’’opération . devrait fournir les recommandations pertinentes au choix des systèmes de tri à tester et définir les modalités pratiques de leur mise en œœuvre. 8. INVESTISSEMENT REQUIS L’’investissement requis pour le projet. PARTENAIRES Communes bénéficiaires . Les leçons apprises sont diffusées auprès des communes et des acteurs concernés . Nombre de partenaires mobilisés et conventions signées.

Cette veille technologique sera conçue comme une page web alimentée périodiquement et mise à jour à partir des nouveautés et des opportunités de recyclage développées dans les pays avancés. les données sur les tendances internationales et nationales en matière des services de gestion des déchets en général et ceux relatifs au secteur de recyclage en particulier. CONSISTANCE DU PROJET Le projet consiste à mettre en place un système de veille technologique permettant d’’alimenter le marché du recyclage en idées et en opportunités d’’affaires. 4. Leur marché dépend du contexte national mais également des pratiques et des tendances internationales. 3. actuelles et potentielles sont concernées par la veille technologique 5. Pour combler les manques à gagner et développer davantage le marché du recyclage. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le recyclage des déchets concerne quatre filières principales. OBJECTIFS L’’objectif principal de cette action est la mise en place d’’une veille technologique et réglementaire en vue d’’anticiper les évolutions en matière des modes de consommation et d’’utilisation de nouveaux matériaux et de permettre ainsi l’’adaptation des filières existantes et le développement de nouvelles opportunités de recyclage.APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE L’’approche à suivre consiste à réaliser une page web. Hébergement de la page web . commence à être délaissé au niveau national. ADS Maroc/EDIC 113 Recyclage des déchets solides . A titre d’’exemple. C’’est une veille technologique et réglementaire qui permet de réaliser ces objectifs. Désignation d’’une cellule de veille technologique. qui est banni à l’’étranger. le PVC. ETAPES DE MISE EN ŒŒUVRE Les principales étapes suivantes sont proposées pour la mise en œœuvre du projet: Conception de la page web . il y a lieu de suivre les derniers développements et les tendances dans les pays développés pour orienter et anticiper le marché national.FILIERES ET PRODUITS CIBLES Toutes les filières de recyclage. 2. qui sera hébergée au niveau du site du Département de l’’Environnement.RECOMMANDATION N°8 SENSIBILISATION A LA VEILLE TECHNOLOGIQUE DU RECYCLAGE 1. 6. Cette page web sera alimentée régulièrement par les informations.

9. Nombre de visiteurs par mois. MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par le Ministère de l’’Aménagement du Territoire. 8. Association Marocaine de Plasturgie (AMP) . PARTENAIRES Fédération Marocaine des PME/PMI . de l’’Eau et de l’’Environnement. DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 3 mois. 11. Universités et Ecoles d’’Ingénieurs . Associations professionnelles. 12. L’’actualisation continue de la page web sera assurée par les ressources propres du Département de l’’Environnement. 10. RESULTATS ATTENDUS Une page web est active au niveau du site du Département de l’’Environnement.7. INVESTISSEMENT REQUIS Le budget de mise en œœuvre d’’un tel projet est estimé à 200 000 Dhs. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : la page web est mise en place. Indicateurs spécifiques : Informations mises en ligne . ADS Maroc/EDIC 114 Recyclage des déchets solides .

RECOMMANDATION N°9 PLAN D’’INFORMATION, D’’EDUCATION ET DE COMMUNICATION

1. CONSISTANCE DU PROJET Elaboration et mise en œœuvre d’’un plan d’’Information, d’’Education et de Communication (IEC) en matière de récupération et de valorisation des produits des déchets ménagers et assimilés. Le plan IEC préconisé mettra l’’accent sur l’’intérêt écologique, économique et social des activités de recyclage en tant que composante fondamentale de tout système de gestion intégrée des déchets ménagers. 2. CONTEXTE ET JUSTIFICATION En dépit du développement relatif des activités de recyclage et de ses avantages indéniables, le secteur reste largement méconnu des autorités, de la majorité des opérateurs économiques et du grand public. Il n’’a bénéficié jusqu’’à présent, d’’aucune reconnaissance institutionnelle et juridique, ni d’’aucun programme d’’appui spécifique. Le présent plan d’’action a pour objectif de combler cette lacune et de promouvoir le développement des activités de recyclage au Maroc. Le succès de la mise en œœuvre de ce plan et de l’’adhésion des acteurs concernés à ses objectifs dépendra en premier lieu de l’’effort de communication déployé pour susciter leur intérêt et les mobiliser à participer à la concrétisation des objectifs du plan d’’action. Le plan IEC visera en premier lieu à sensibiliser l’’ensemble des acteurs sur la nécessité d’’une gestion optimisée des déchets ménagers et l’’intérêt d’’une réduction des quantités à enfouir par la mise en œœuvre d’’une politique active de promotion du recyclage. Il incitera également le citoyen à adopter une nouvelle attitude en faveur de la prévention, la collecte et le recyclage des déchets et par là même, la protection de l’’environnement et la préservation du patrimoine écologique des générations futures.

Le plan IEC proposé est destiné à accompagner la mise en œœuvre du plan d’’action national de développement du recyclage au Maroc.
3. OBJECTIFS Le plan IEC a pour objectif général l’’information, l’’éducation et la communication en vue de la promotion et du développement des activités de recyclage. Les objectifs spécifiques du plan IEC sont résumés ci-après: Améliorer l’’image publique du métier de récupération et encourager l’’ensemble des acteurs (citoyens, responsables, opérateurs économiques, etc.) à adopter une attitude positive vis-à-vis des récupérateurs ;
ADS Maroc/EDIC 115 Recyclage des déchets solides

Sensibiliser les responsables des collectivités locales sur l’’intérêt du recyclage et sur la nécessité d’’encourager la récupération en organisant le tri et en facilitant le champ d’’intervention des récupérateurs ; Inciter les citoyens à faciliter le tri et les encourager à participer aux opérations de tri à la source ; Inciter les ONG et les associations de quartiers à inclure le tri et recyclage dans leurs programmes d’’intervention ; Sensibiliser les opérateurs de valorisation sur la qualité des produits Promouvoir les produits de recyclage ; Intégrer l’’éducation environnementale en général et l’’attitude citoyenne vis-à-vis des déchets en particulier dans les cursus de formation scolaire. 4- GROUPES CIBLES Le plan IEC ciblera principalement les quatre groupes suivants : Responsables publics (élus, responsables des collectivités locales, décideurs au sein des administrations centrales, etc.) ; Grand public ; Associations nationales, locales et amicales de quartier ; Ecoles. Chacune des quatre catégories fera l’’objet d’’un programme d’’activités IEC spécifique avec l’’élaboration de ses propres supports de communication et d’’outils pédagogiques. 5. RESULTATS ATTENDUS Des campagnes IEC organisées pour les quatre groupes ciblés ; Des supports de communications et des outils pédagogiques sont développés ; Prise de conscience de chacune des quatre groupes ciblés de la nécessité d’’une gestion responsable et optimisée des déchets en générale et de l’’intérêt de recyclage en particulier. 6. MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par le Ministère de l’’Intérieur et le Département de l’’Environnement. 7. PARTENAIRES Ministère de l’’Education Nationale ; Fondation Mohamed VI ; Médias (RTM, 2M, Medi 1, Journaux, etc) ; Associations nationales et locales: ENDA, AFAK, COOPI ; Fondation BMCE ; ONEP.

ADS Maroc/EDIC

116

Recyclage des déchets solides

8. DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation des quatre composantes du plan IEC est de 2 ans. 9. INVESTISSEMENT REQUIS Le détail des activités du plan devra faire l’’objet d’’un document conceptuel du projet. Le coût de mise en œœuvre du plan IEC dépendra des activités retenues et de l’’ampleur des campagnes de communication arrêtée. A titre indicatif, une enveloppe budgétaire 2 millions de Dh est proposée pour la mise en œœuvre du projet. 10. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : Le document projet élaboré, le financement sécurisé et le plan IEC mis en œœuvre. Indicateurs spécifiques : Nombre de supports de communication et d’’outils pédagogiques Diffusés ; Nombre de convention de collaborations signées avec les partenaires du projet.

ADS Maroc/EDIC

117

Recyclage des déchets solides

la prévalence de l’’informel conjuguée à l’’absence d’’une reconnaissance institutionnelle et juridique et d’’une politique active d’’appui au secteur. traitement préliminaire. CONTEXTE ET JUSTIFICATION En dépit du développement relatif des activités de recyclage au Maroc et des plus values appréciables générées. stockage et transport). CONSISTANCE DU PROJET Mise en place de mécanismes financiers novateurs pour l’’accompagnement des projets d’’investissement dans le secteur de recyclage des déchets ménagers : accès aux micro crédits pour les récupérateurs. Création de mécanismes financiers novateurs spécifiques pour la valorisation des produits de récupération.RECOMMANDATION N°10 MISE EN PLACE DE MECANISMES FINANCIERS D’’APPUI AU SECTEUR 1. Les objectifs spécifiques du projet sont résumés ci-après: Faciliter l’’accès des opérateurs du secteur aux financements bancaires . la majorité des opérateurs du secteur n’’ont pas accès aux prêts bancaires et aux lignes crédits pour le financement de leurs projets. Le présent projet d’’action a pour objectif de combler cette lacune en facilitant l’’accès des opérateurs du secteur à des mécanismes financiers de protection de l’’environnement (nationaux et internationaux) et en faisant la promotion de nouveaux mécanismes financiers adaptés aux spécificités du secteur. Ainsi. l’’intermédiation (collecte. subvention de projets porteurs etc. En effet. Le peu de projets portant sur la valorisation des produits de recyclage ciblent la filière plastique peu capitalistique et qui se prête mieux aux petites unités artisanales et informelles. l’’innovation et l’’exploration de nouveaux débouchés. 3. le montant des investissements dans le secteur reste faible et les nouveaux projets concernent. freine l’’investissement dans le secteur. OBJECTIFS Le projet a pour objectif général le développement des projets d’’investissement relatifs à la valorisation des produits de récupération. compte tenu de son statut d’’informel. fonds de garantie pour les projets de valorisation. Faciliter l’’accès des récupérateurs aux micro crédits . dans leur grande majorité. L’’innovation est pratiquement inexistante et on peut facilement parler d’’une stagnation structurelle des activités du secteur. ADS Maroc/EDIC 118 Recyclage des déchets solides . 2.

etc. Bailleurs de Fonds internationaux. RESULTATS ATTENDUS Des projets d’’investissement dans la récupération et la valorisation des déchets sont réalisés . Cellule FODEP . FODEP : Création d’’une ligne spécifique aux projets de valorisation des produits de recyclage au sein du FODEP et du futur Fonds National pour l’’Environnement . MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par le Département de l’’Environnement e collaboration avec la Caisse Centrale de Garantie et le Ministère des Finances. ADS Maroc/EDIC 119 Recyclage des déchets solides . Fondep. programmes d’’assistance technique et d’’encadrement. etc. lignes de crédits. Agence Nationale de promotion des Petites et Moyennes Entreprises (ANPME) . Le taux de recyclage des déchets augmenté.APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE La mise en œœuvre du projet devrait être réalisée selon les six principaux axes d’’intervention suivants : Micro crédits : signature de conventions cadre de coopération avec les associations de micro crédits pour la facilitation de l’’accès des récupérateurs à ce type de crédit . Des nouveaux débouchés exploités . 6. 5. Zakoura. Subventions : Des subventions peuvent être accordées aux projets d’’investissement dans le recyclage sous forme de ristourne sur les taux d’’intérêts des prêts bancaires (-2% par exemple) . des fonds internationaux peuvent être mobilisés pour contribuer au développement des projets de revalorisation des produits de récupération : contribution aux fonds de subventions. Garanties : Des lignes de garanties peuvent être créées pour faciliter l’’accès des opérateurs organisés du secteur aux prêts bancaires . Crédits jeunes promoteurs : Assistance des récupérateurs et des intermédiaires locaux à la préparation des dossiers et des plans d’’affaires relatifs aux projets locaux de valorisation des produits de récupération (l’’identification et l’’élaboration de tels projets fait l’’objet de la recommandation N°10 du plan d’’action) . PARTENAIRES Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM) . Des emplois créés et des plus values générés .4. Coopération internationale : Compte tenu de l’’intérêt écologique et social du secteur de recyclage. 7. Associations micro crédits : Al Amana.

8. Service Déchets. ADS Maroc/EDIC 120 Recyclage des déchets solides . A titre indicatif. Nombre de projets assistés. 10. INVESTISSEMENT REQUIS L’’investissement requis pour le projet reste faible compte tenu du fait qu’’il devra être géré par un service opérationnel du Département de l’’Environnement ( Cellule FODEP. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : Des conventions cadre sont signés avec les partenaires financiers pour la mise en œœuvre du projet. etc. le budget requis pour la réalisation du projet est estimé à 600 000 Dh.). DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est d’’une année. Il faut cependant prévoir des frais de déplacement et des frais de sous traitance de l’’encadrement des projets d’’investissement et de la préparation des plans d’’affaires. 9. Indicateurs spécifiques : Nombre de conventions cadre signés .

ETAPES DE MISE EN ŒŒUVRE Les principales étapes suivantes sont proposées pour la mise en œœuvre du projet: Conception du prototype de lavage mécanique . Une fois le système adopté. Ces ustensiles utilisés ne sont pas toujours adaptés à l’’opération de lavage. La mise en place d’’une unité mécanisée permet de pallier à l’’ensemble des problèmes cités. Ce coût peut actuellement atteindre 40 cts/kg pour le plastique. OBJECTIFS Les objectifs de la mécanisation du lavage des produits recyclés visent l’’amélioration des conditions sanitaires des personnes engagées dans le lavage ainsi que la diminution du coût de revient relatif à cette valorisation des produits. 6. Test du prototype et formation des opérateurs . L’’unité pilote remplacerait les pratiques de lavage manuel qui sont insalubres. 4.FILIERES ET PRODUITS CIBLES Les produits ciblés par cette recommandation sont le plastique et le verre. produit chimique le plus couramment utilisé dans le lavage. ils sont pratiquement tous non avertis quant aux risques que présente la soude. Atelier de présentation des résultats et essaimage de l’’expérience. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le lavage des matériaux récupérés plastiques ou le verre se font de manière manuelle dans des ustensiles rudimentaires conçus par les récupérateurs ou les grossistes. En effet. 3. ADS Maroc/EDIC 121 Recyclage des déchets solides . L’’opération manuelle n’’est pas très hygiénique et présente des risques de santé pour les personnes pratiquant le lavage.APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE Le projet pilote sera conçu et mis en œœuvre chez un grossiste en parallèle avec le lavage manuel. 5. Suivi et contrôle . dans les principales agglomérations. Ce sont les deux matériaux qui sont généralement souillées par les contaminants trouvés dans les déchets. 2. Identification d’’un grossiste cible pour l’’adhésion au principe de l’’expérience . CONSISTANCE DU PROJET Le projet consiste à concevoir une unité pilote mécanisée pour le lavage des matériaux plastiques et le verre récupérés. une formation et un essaimage seront réalisés auprès d’’un échantillon plus large de grossistes.RECOMMANDATION N° 11 MECANISATION DU LAVAGE DES PRODUITS RECUPERES 1. Cette unité pourrait être mise en place chez un grossiste ou un intermédiaire.

7. 8. Sondage d’’opinion auprès des industriels plasturgistes sur la qualité et l’’acceptabilité des produits lavés selon le procédé. 10. Associations professionnelles. Le lavage mécanique est médiatisé. ADS Maroc/EDIC 122 Recyclage des déchets solides . DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 6 mois. RESULTATS ATTENDUS Un prototype de lavage mécanique est conçu . Des opérateurs sont formés au système . MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par Le Département de l’’Environnement. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : des produits recyclés sont lavés mécaniquement Indicateurs spécifiques : Nombre d’’opérateurs formés et évalués . 11. PARTENAIRES Fédération Marocaine des PME/PMI . 9. Des produits recyclés sont lavés mécaniquement . Association Marocaine de Plasturgie (AMP) . INVESTISSEMENT REQUIS Le budget de mise en œœuvre d’’un tel projet est estimé à 500 000 Dhs. 12.

Essais démonstratifs de réutilisation .APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE La mise en œœuvre d’’un tel projet sera basée sur la sensibilisation des opérateurs dans le domaine du recyclage du plastique à la collecte des films de serres et des matériaux en PET. les unités de plasturgie seront sensibilisées à la possibilité de recyclage de ces matériaux. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Les films de serres sont délaissés actuellement après être recyclés plusieurs fois en tant que pièces entières. notamment le Souss et les matériaux en PET rencontrés dans les déchets. 5.FILIERES ET PRODUITS CIBLES Les produits visés sont le plastique constituant les films de serres que l’’on retrouve dans les zones agricoles. Ces films ne sont pas systématiquement récupérés et valorisés auprès des unités de plasturgie.RECOMMANDATION N° 12 DEVELOPPEMENT DE NOUVEAUX CRENEAUX DE RECYCLAGE 1. De même. Quant au PET il se trouve bien dans les déchets ménagers et assimilés (bouteilles d’’eaux gazeuses et de source par exemple) 4. 6. Cette campane de sensibilisation sera orientée davantage vers les industriels et les récupérateurs pour ce qui de la promotion du PET . L’’action relative à la collecte des films de serres ne concerne pas les déchets ménagers. 3. Médiatisation de l’’action auprès des grossistes et des récupérateurs dan la région du Souss pour les films de serres. les matériaux en PET.. Parallèlement. ETAPES DE MISE EN ŒŒUVRE Les principales étapes suivantes sont proposées pour la mise en œœuvre du projet: Programmation d’’une campagne de sensibilisation pour la récupération et la valorisation des films de serres et des produits en PET. ADS Maroc/EDIC 123 Recyclage des déchets solides . 2. CONSISTANCE DU PROJET Cette action vise le développement de nouveaux créneaux de récupération des matériaux plastiques comme les films de serres ou le PET. OBJECTIFS L’’objectif de cette action est de créer des opportunités supplémentaires de recyclage des déchets. qui se trouvent en abondance dans les poubelles des ménages et dans les décharges ne sont pas non plus récupérés par les chiffonniers. mais elle a été recommandée par les opérateurs de l’’activité de la plasturgie.

La sensibilisation des grossistes à la réutilisation des films de serres et du PET est réalisée .7. Le PET est récupéré par les chiffonniers comme les autres plastiques. La médiatisation de l’’action est réalisée par voie d’’ateliers et de dépliants. 11. MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par l’’Association Marocaine de Plasturgie (AMP) et le Département de l’’Environnement. RESULTATS ATTENDUS Des essais de réutilisation des plastiques de films de serres et PET sont réalisés . 8. ADS Maroc/EDIC 124 Recyclage des déchets solides . INVESTISSEMENT REQUIS Le budget de mise en œœuvre d’’un tel projet est estimé à 600 000 Dhs. DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 12 mois. PARTENAIRES Associations agricoles du Souss Office de mise en valeur agricole du Souss Massa 10. 9. INDICATEURS DE SUIVI L’’activité de récupération et de valorisation des films de serres est effective. 12.

La mise en place d’’un tri poussé du verre. rechercher des grossistes. Suivi et contrôle . Atelier de présentation des résultats et essaimage de l’’expérience. Le verre blanc et le verre incolore ne sont pas triés. 3. une fois réussie sera essaimée au niveau des autres grossistes.APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE L’’approche à suivre consiste à réaliser une étude de faisabilité du système de tri. Ce système serait mis en place pour un groupe de grossistes dans une agglomération comme Casablanca. Ainsi. Cette coopérative servirait également de projet pilote. Test du prototype et formation des opérateurs . CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le verre est actuellement collecté et trié visuellement sur la base de la couleur. ADS Maroc/EDIC 125 Recyclage des déchets solides . certains verres de qualité mécanique ou optique élevé se trouvent non valorisés comme il se doit. L’’expérience. basé sur les propriétés optiques de ce matériau peut conduire à une meilleure valeur ajoutée de ce produit. 6. aptes à s’’organiser en coopérative pour abriter le système de tri. une fois l’’expérience réussie. Identification d’’un ensemble de grossistes pour l’’adhésion à l’’expérience . qui. CONSISTANCE DU PROJET Le projet d’’action consiste à mettre en place un système de tri du verre par voie optique.RECOMMANDATION N° 13 TRI DU VERRE 1.FILIERES ET PRODUITS CIBLES La filière concernée par ce tri sélectif poussé est la filière de recyclage du verre. ETAPES DE MISE EN ŒŒUVRE Les principales étapes suivantes sont proposées pour la mise en œœuvre du projet: Conception du prototype . 4. 5. OBJECTIFS L’’objectif du projet est de mettre en place une coopérative dotée de moyens sophistiqués permettant aux grossistes de réaliser le tri de leur verre. 2. pourra être exportée vers d’’autres régions et d’’autres grossistes.

PARTENAIRES SEVAM .7. MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par la Fédération de Chimie et Parachimie et le Département de l’’Environnement. RESULTATS ATTENDUS Un prototype de tri du verre est conçu . Le système de tri est médiatisé. ADS Maroc/EDIC 126 Recyclage des déchets solides . 11. A titre indicatif on retiendra un montant budgétaire de 600 000 Dh hors investissement pour acquisition des équipements 12. Du verre recyclé est trié à l’’aide de ce système . Des opérateurs sont formés au système . Associations professionnelles. Fédération Marocaine des PME/PMI . DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 18 mois. 8. 9. 10. INDICATEURS DE SUIVI Le système de tri poussé du verre est mis en place. INVESTISSEMENT REQUIS Le budget de mise en œœuvre d’’un tel projet sera estimé après l’’étude de faisabilité du système.

notamment les ressources en eau. Cependant aucune filière qui les concerne n’’est développée. 2. conduisant par la à une pollution du milieu environnant. ADS Maroc/EDIC 127 Recyclage des déchets solides . De nombreuses sociétés industrielles. Sensibilisation des sociétés de valorisation du verre à l’’achat du verre des lampes . Evaluation de l’’expérience de tri. et le verre. Ces lampes sont mises en décharge en quantités importantes. métaux) .APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE L’’approche préconisée pour l’’initiation de cette action est basée sur la sensibilisation des opérateurs dans le domaine du recyclage du verre à la récupération des lampes à néon. Formation du groupe de récupérateurs à la collecte et la valorisation des lampes à néon Formation au tri des parties de la lampe (verre. Sensibilisation d’’un grossiste à la valorisation du verre . CONTEXTE ET JUSTIFICATION Les lampes à gaz rares. 3. communément appelées lampes à néon ou tubes ne sont pas recyclées pour leur verre et leurs métaux. Cette sensibilisation sera faite au niveau d’’un groupe de récupérateurs et des grossistes qui sont en lien commercial avec eux. Ces lampes sont une source de contamination de l’’environnement par les métaux lourds qu’’elles contiennent. sont la filière de récupération du verre et celle de la récupération des métaux précieux. mais paradoxalement contiennent des métaux précieux comme le mercure. OBJECTIFS L’’objectif du projet d’’action est d’’initier la collecte et le recyclage des lampes à néon.RECOMMANDATION N° 14 RECUPERATION DES LAMPES A GAZ RARES 1. le cuivre.FILIERES ET PRODUITS CIBLES Les filières concernées par cette action. ETAPES DE MISE EN ŒŒUVRE Les étapes de mise en œœuvre de cette action sont : Identification d’’un groupe de récupérateurs susceptibles d’’être initiés . 6. 5. CONSISTANCE DU PROJET Le projet d’’action consiste à promouvoir le verre des lampes à gaz rares. 4. notamment celles certifiées ISO 14001 sont tenues de procéder à une élimination écologique des lampes à gaz rares.

MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par Le Département de l’’Environnement et la fédération de la PME/PMI.7. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : Les lampes à néon sont recyclées et valorisées. 11. 10. 8. Indicateur spécifique : quantité de lampes récupérées. INVESTISSEMENT REQUIS Le budget de mise en œœuvre d’’un tel projet est estimé à 500 000 Dhs. RESULTATS ATTENDUS Un groupe de récupérateurs est sensibilisé à la collecte des lampes à néon . Une filière de recyclage des lampes à néon est opérationnelle. Associations professionnelles. PARTENAIRES SEVAM . DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 6 mois. 9. 12. ADS Maroc/EDIC 128 Recyclage des déchets solides . Au moins un grossiste est sensibilisé à la valorisation des lampes à néon .

. ETAPES DE MISE EN ŒŒUVRE Les étapes de mise en œœuvre de cette action sont : Adhésion de SEVAM au projet d’’organisation de la filière . Cette étape franchie. Suivi et évaluation de l’’organisation mise en place . 5. 3. 2. CONTEXTE ET JUSTIFICATION A l’’instar de la filière du papier/carton.RECOMMANDATION N° 15 ORGANISATION DE LA FILIERE DE RECYCLAGE DU VERRE 1. compte tenu du fait que cette filière est caractérisée par un acteur principal en haut de pyramide en l’’occurrence la société SEVAM. ADS Maroc/EDIC 129 Recyclage des déchets solides . en raison de la mobilisation des moyens de transport des concessionnaires. un plan d’’organisation de la filière en s’’inspirant de la filière papier et carton. il s’’agit par la suite d’’élaborer.APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE L’’approche à suivre pour la mise en place d’’une organisation de la filière de récupération et de valorisation du verre reposera sur l’’adhésion de la société SEVAM à cette initiative. 4. la filière de récupération et de recyclage du verre a un débouché unique bien reconnu SEVAM. La société SEVAM se doit de piloter la filière de recyclage du verre en mettant en place un cahier des charges et des concessionnaires capables de pérenniser la qualité du verre recyclé et transmis à SEVAM. 6. comme c’’est le cas de CMCP pour le carton et papier. Elaboration et mise en place d’’un plan d’’organisation .FILIERES ET PRODUITS CIBLES La filière de recyclage concernée est celle du verre. CONSISTANCE DU PROJET Le projet consiste à proposer une organisation de la filière de recyclage du verre à l’’image de celle du papier et carton. en collaboration avec cette dernière. OBJECTIFS L’’objectif de l’’action est d’’organiser la collecte du verre en vue de stabiliser son prix et augmenter le taux de collecte. Cette organisation devrait permettre la collecte du verre des agglomérations lointaines.

MAITRE D'ŒŒUVRE La mise en œœuvre de cette recommandation devrait être prise en charge par SEVAM. Grossistes du verre. 12. PARTENAIRES Département de l’’Environnement . ADS Maroc/EDIC 130 Recyclage des déchets solides . Indicateur spécifique : Quantité de verre récupérée. 11. la Fédération de Chimie et parachimie et la fédération de la PME/PMI.7. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : L’’organisation de la filière de récupération et de recyclage du verre est mise en place et fonctionne selon les modalités prévues. INVESTISSEMENT REQUIS Le budget de mise en œœuvre d’’un tel projet est estimé à 500 000 Dhs. Associations professionnelles . 10. 8. DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 12 mois. RESULTATS ATTENDUS L’’organisation de la filière est mise en place. 9.

A noter que le plomb. 5. matière première principale dans la fabrication des batteries coûte relativement cher (jusqu’’à 900 US $/tonne). Cependant. La récupération du plomb des batteries se fait dans certaines PME/PMI spécialisées.APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE L’’approche à suivre pour la mise en place de cette action consiste à initier des grossistes ciblés à la technique de récupération du plomb des batteries en triant ce métal parmi les autres constituants (plastique et acide). ADS Maroc/EDIC 131 Recyclage des déchets solides .FILIERES ET PRODUITS CIBLES La filière de recyclage concernée est celle des métaux. 4. ETAPES DE MISE EN ŒŒUVRE Les étapes de mise en œœuvre de cette action sont : Campagne de sensibilisation des récupérateurs et des grossistes à la valorisation du plomb des batteries . CONSISTANCE DU PROJET L’’action préconisée consiste à étudier la faisabilité de récupération du plomb des batteries et à sensibiliser les récupérateurs et les grossistes à la collecte de ces batteries. ce qui incite les sociétés de fabrication des batteries à établir une filière de recyclage du plomb. une étude de faisabilité doit être menée pour définir les modalités et les procédés de recyclage du plomb à partir des batteries. 2. OBJECTIFS L’’objectif de l’’action est l’’initiation et la dynamisation du recyclage du plomb des batteries à travers un projet pilote et une étude de faisabilité du système de recyclage. n’’ont pas permis d’’identifier ces entreprises qui opèrent souvent dans l’’informel. les enquêtes réalisées dans le cadre de la présente étude. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le projet de récupération du plomb des batteries s’’inscrit dans la logique d’’extension du marché de recyclage par la recherche de nouvelles opportunités. Parallèlement. 3. Etude de faisabilité de la valorisation du plomb des batteries. 6.RECOMMANDATION N° 16 PROJET PILOTE DE RECUPERATION DU PLOMB DES BATTERIES 1.

12. Ministère de l’’Industrie du Commerce et de la Mise à Niveau de l’’Economie .7. PARTENAIRES Département de l’’Environnement . 8. 10. 11. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : Filière de récupération du plomb des batteries est opérationnelle Indicateur spécifique : quantité plomb recyclée et valorisée dans l’’activité de fabrication des accumulateurs. Producteurs de batteries. DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 12 mois. Grossistes . RESULTATS ATTENDUS Une filière de récupération et recyclage du plomb des batteries est opérationnelle. INVESTISSEMENT REQUIS Le budget de mise en œœuvre d’’un tel projet est estimé à 600 000 Dhs. 9. ADS Maroc/EDIC 132 Recyclage des déchets solides . MAITRE D'ŒŒUVRE Le maître d’’œœuvre est la Fédération des Industries Métalliques et Métallurgiques.

Etude de faisabilité d’’une unité de valorisation des piles électriques. Ces piles sont récupérés et valorisées dans de nombreux pays étrangers où le recyclage est développé.RECOMMANDATION N° 17 ETUDE DE FAISABILITE DE RECUPERATION DES METAUX DES PILES ELECTRIQUES 1. ADS Maroc/EDIC 133 Recyclage des déchets solides . CONTEXTE ET JUSTIFICATION Les piles électriques constituent une source de pollution incontestable pour l’’environnement. CONSISTANCE DU PROJET Le projet consiste en une étude de faisabilité et étude organisationnelle de récupération des piles électriques et la valorisation des métaux qu’’elles contiennent. Etude de faisabilité de l’’unité de valorisation des piles. 6. 3. 7.APPROCHE DE MISE EN ŒŒUVRE L’’étude de faisabilité envisagée comportera l’’élaboration d’’un plan organisationnel de recyclage et valorisation des piles électriques et une étude de faisabilité d’’une installation de recyclage depuis la réception de ces piles jusqu’’à la séparation et le conditionnement des métaux récupérés. notamment aquatique. RESULTATS ATTENDUS Plan organisationnel de la filière dé récupération des piles . 5. 2. ETAPES DE MISE EN ŒŒUVRE Les étapes de mise en œœuvre de cette action sont : Elaboration d’’un plan organisationnel de la future filière de récupération des piles . 4. OBJECTIFS Le principal objectif de l’’action préconisée est l’’étude de faisabilité de récupération et recyclage des piles électriques.FILIERES ET PRODUITS CIBLES La filière de recyclage concernée est celle des métaux. Les gains escomptés sont nombreux mais les principaux d’’entre eux sont la protection de l’’environnement et la récupération des métaux.

Associations professionnelles . 9.8. Grossistes . 12. MAITRE D'ŒŒUVRE Le maître d’’œœuvre est la Fédération des Industries Métalliques et Métallurgiques et le Département de l’’Environnement. PARTENAIRES Ministère de l’’Industrie du Commerce et de la Mise à Niveau de l’’Economie . ADS Maroc/EDIC 134 Recyclage des déchets solides . INVESTISSEMENT REQUIS Le budget de mise en œœuvre d’’un tel projet est estimé à 600 000 Dhs. Producteurs de piles 10. DELAI DE REALISATION La durée préconisée pour la réalisation du projet est de 12 mois. 11. INDICATEURS DE SUIVI Indicateur général : Deux études sont élaborées et validées.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->