P. 1
Introduction à la linguistique contemporaine_Moeschler

Introduction à la linguistique contemporaine_Moeschler

|Views: 9,438|Likes:
Published by Yacoub Ghérissi

More info:

Published by: Yacoub Ghérissi on Sep 17, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/11/2013

pdf

text

original

• Distance et pouvoir : axes horizontal et vertical

La relation entre les participants peut être décrite selon deux axes : celui de leur proximité
– distance, dit horizontal (Kerbrat-Orecchioni), et celui de leur pouvoir l’un sur l’autre,
axe dit vertical, métaphore spatiale qui décrit l’exercice du pouvoir comme un processus
descendant, et met en position haute celui qui détient le pouvoir.
Sur l’axe horizontal, distance et proximité doivent être compris aussi bien dans leur
acception imagée (prendre ses distances – se rapprocher de quelqu’un) que dans le sens
littéral, proxémique, de distance intercorporelle (Hall 1971). L’inventaire des marqueurs
de proximité-distance, ou relationèmes (Kerbrat-Orecchioni), n’est pas fermé ; parmi eux,
mentionnons les termes d’adresse (Monsieur, Madame, cher collègue, mon vieux, chérie,
etc.), la morphologie (alternance tu/vous), la nature des thèmes abordés (intime, personnel,
ou anonyme), le niveau de langue utilisé (soigné, familier).
L’axe vertical décrit le pouvoir relatif d’un interactant sur l’autre. Les statuts sociaux
respectifs des interactants, indépendants de leur rencontre, peuvent déterminer de façon
directe leurs positions sur cet axe (élève – professeur ; employé – chef de bureau), si ces
statuts sont pertinents ou présentés comme tels dans la rencontre (la Présidente de la Répu-
blique ne s’adresse pas forcément en tant que telle à son mari).
Les marqueurs de position sur l’axe vertical, ou taxèmes (Kerbrat-Orecchioni), sont
également très variés. Les termes d’adresses, titres et termes honorifiques (Monsieur le

137269YZT_MOESC_Mep.fm Page 197 Lundi, 15. décembre 2008 7:52 07

Introduction à la linguistique contemporaine

198

Directeur…), en tant qu’ils rendent le statut social pertinent dans l’interaction, servent à
attribuer une place, généralement haute, aux personnes à qui ils sont adressés. Certaines
formes (typiquement : tu/vous) donnent simultanément des informations sur les deux axes,
horizontal et vertical.

• La négociation des places

La signalisation de la distance interpersonnelle et du pouvoir, par la diversité de ses
moyens, est plus ou moins constante dans l’interaction. Mais, si la distance et le pouvoir
peuvent être déterminés au début d’une interaction, ils en sont aussi les enjeux, plus ou
moins frontaux.

L’interaction impose un positionnement réciproque, mutuel, des partenaires : leur place.
La place des interactants évolue sous l’effet de l’interaction, de ce qu’ils font et de la
manière dont ils le font. Avoir (ou prendre) l’initiative de l’ouverture des échanges, du
choix des thèmes, donner un ordre, ou occuper le terrain conversationnel (longueur des
tours), c’est occuper une place haute dans la distribution des places. L’organisation des
interactions elle-même distingue comme place haute celle du dernier tour : avoir le dernier
mot
équivaut à gagner la partie, dans un jeu de négociation de places, articulé selon l’axe
vertical.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->