ANALYSE FINANCIERE

Réalisation : M.DELAGE Stéphane –Directeur Général des Services Ville de Bergerac M. SIEDLARZ Stéphane – Directeur Général Adjoint Ville de Bruges
1

PROGRAMME DE LA FORMATION

0 - Nécessité de l’analyse financière I – L’analyse financière Rétrospective II – L’analyse financière Prospective

2

LA NECESSITE DE L’ANALYSE FINANCIERE

3

L’évolution de l’Environnement Financier
Lois de Décentralisation : accroissement des compétences des collectivités locales, La Banalisation des conditions de financements externes : ouverture à des sources de financement utilisées dans les entreprises,

Diminution des marges de manœuvre des CL et le développement du risque de détérioration de la solvabilité
4

La crise des finances publiques : renforce la nécessité d’un pilotage financier des CL
Fort endettement de l’Etat (80% de la dette publique nationale, 10 % pour les CL) Sur 117 milliards empruntés, 115 financent des dépenses de fonctionnement et les intérêts de dette Les CL sont bons élèves: 106 milliards de dette en 1996 / 107 en 2006 Les CL empruntent pour investir

MAIS
Le déséquilibre des cptes de l’Etat impactera les CL: 37 % des recettes des CL viennent de l’Etat Evolution des recettes Etat vers CL = « zéro volume »
5

AXE 1: AMELIORER LA PROCEDURE ET LE CADRE BUDGETAIRE

Améliorer le DOB Revoir la présentat°du BP Généraliser un PPI Globaliser les enveloppes

AXE 2: AMELIORER L’EXECUTION DU BUDGET ET LA RESTITUT°DES CPTES

Exhaustivité du résultat Réduct°délais restitut°comptes Vision consolidée des comptes Instaurer contrôle interne comptable Enrichir présentat°CA

6

AXE 3 : VERS LA RECHERCHE DE LA PERFORMANCE

Déf°objectifs stratégiques&opérationnels Déterminer des Indicateurs Elaborer des tableaux de bord Evaluer les Politiques Publiques

AXE 4 : Pilotage de la démarche et organisat°interne des services

Implication des élus Instauration d’une cellule de pilotage Responsabilisation des gestionnaires Impliquer les RH

7

PARTIE 1 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE

8

8

Le Cahier des Charges de l’Analyse Financière Rétrospective
-

Les Objectifs :
-

Apprécier la capacité de la collectivité à faire face à ses engagements financiers, en jouant sur ses ressources et celles qu’elle peut mettre en œuvre à terme, Évaluer la capacité de réaction de la collectivité à faire face à des aléas internes et externes pouvant affecter l’équilibre entre les emplois et les ressources
9

-

Le Cahier des Charges de l’Analyse Financière Rétrospective
-

Les Objectifs (suite) :
-

Ainsi,elle permet donc de répondre notamment aux questions suivantes :
Les recettes réelles de fonctionnement sont elles suffisantes par rapport aux dépenses réelles de fonctionnement ? Quel est le montant de la différence entre les deux soit l’épargne ? Cette épargne est elle suffisante pour faire face aux besoins nés des investissements ?

(remboursement du capital de la dette, maintien du patrimoine
existant et autofinancement des nouveaux investissements),

Quelles incidences sur le recours à l’emprunt et 10 le fonds de roulement ?

Le Cahier des Charges de l’Analyse Financière Rétrospective
-

La démarche :
-

Pas de cadre formalisé mais démarche identique pour l’ensemble des collectivités :
Évaluation de la marge de manœuvre exprimée par la capacité d’épargne, Interrogation sur les facteurs de constitution de l’épargne, Identification des ressources et des dépenses les plus significatives, Appréciation de la politique d’investissement, Synthèse sous forme de diagnostic
11

La Méthode d’Analyse
-

Les sources et supports d’analyse:
4 derniers CA de la collectivité et ses budgets annexes, Le dernier budget voté (BP+DM+BS), Les états fiscaux fournissant les bases d’imposition (1259 MI ou 1253) ainsi que sur la structure des bases (1386 M bis TH, 1387 TF, 1081 TP), La fiche critère DGF, Les états et annexes budgétaires (dette propre, dette garantie, créances,…),
12

La Méthode d’Analyse
-

Les sources et supports d’analyse:
Recueil d’informations sur le cadre organisationnel (recrutement, départ, évolution du GVT,..) Etat du patrimoine de la collectivité, Etat des « coups partis » en investissement (reports, AP/CP, PPI)

13

La Méthode d’Analyse
-

Les outils :
-

Les ratios :
Art. 2313-1 du CGCT : 11 ratios, Réseau d’alerte interministériel : 7 ratios, Indicateurs de gestion

14

La Méthode d’Analyse
-

Les outils :
-

Le tableau d’équilibre financier :
Présente la capacité d’épargne, Présente la structure de financement des investissements (ressources propres / emprunt), Présente le besoin de fonds de roulement, Présente le résultat de clôture

15

La Méthode d’Analyse
-

Les outils : Le tableau d’équilibre financier
Section d’Investissement

Section de Fonctionnement Dépenses Réelles de Fonct. non Fin. Epargne de Gestion Intérêts dette Epargne brute Amort. Capital Epargne nette

Recettes Réelles de Fonct.

Recettes Réelles d’Inv. hors Dépenses emprunt Réelles d’Inv. Emprunt BFR Résultat FDR n-1

La Méthode d’Analyse
-

Construction du tableau d’équilibre financier
A partir des dépenses et recettes réelles, Retraitement des données comptables pour exclure les opérations d’ordre et les reports; il s’agit :
• Amortissements (D68-R28), Provisions (D68-R14,15,29,59), Opérations de cession (R775), ICNE n-1 (D1688), Travaux en régie(R72), Subventions d’équipements versées (D657-674), 17 Charges étalées (D481-R79)

LES OPERATIONS
FONCTIONNEMENT
DEPENSES RECETTES
Compte Compte Compte Amortissements Provisions Autofinancement Complémentaire 72 79 78 Travaux en régie

D’ ORDRE

Etalement des charges sur plusieurs exercices Reprises sur provisions et amortissement

INVESTISSEMENT
RECETTES
Autofinancement Complémentaire

DEPENSES

Compte Compte Compte Compte

1415 28 481 23

Provisions pour risques et charges Amortissements des immobilisations Etalement des charges (frais d’émission des emprunts, frais d’acquisition des immobilisations fonds de concours et autres subventions d’équipements, grosses dépenses d’entretien et de réparation)

Provisions

14 15

Amortissements 28 Compte 481

18

18

LES ECRITURES D ’AMORTISSEMENT
sont constitués par l'inscription d'une fraction de la valeur d'achat des biens pour tenir compte de leur usure et de la nécessité de les remplacer à terme

. . .
achat 2004 2005 2006 2007 2008
19 2009

Le système des provisions
pour une approche plus réaliste des risques

> Modification du régime des provisions en 2006

des provisions semi-budgétaires de droit commun (« mise en réserve > Le choix entre
budgétaire ») OU

des provisions budgétaires sur option (autofinancement)
20

Un nouveau régime des provisions basé sur des risques réels, applicable à toutes les communes (délibération) > des provisions obligatoires pour des cas et dans des conditions précis :
- dès l’ouverture d’un contentieux en première instance contre la commune - dès l’ouverture d’une procédure collective pour les garanties d’emprunts, les prêts et créances, les avances de trésoreries et les participations en capital accordés à l’organisme faisant l’objet de la procédure collective - dès que des restes à recouvrer sur comptes de tiers paraissent compromis A hauteur du montant, estimé par la commune ou l’établissement, de la charge qui pourrait en résulter en fonction du risque financier encouru

> en dehors de ces cas, elles sont facultatives : et peuvent êtres décidées dès l’apparition d’un risque avéré

21

Les cessions d’immobilisation
Dépenses Recettes

040 192 042

Titres 21x 192 Titres 675 676 776

SI

SF

22

La Méthode d’Analyse
-

Construction du tableau d’équilibre financier
Les travaux en régie :
• Travaux réalisés par le personnel de la collectivité en utilisant des fournitures acquises en section de fonctionnement, Valorisation du patrimoine d’où transfert en investissement de ces dépenses (crédit c/ 72, débit c/21), En analyse financière, les travaux en régie sont considérés comme des dépenses réelles d’investissement.
23

La Méthode d’Analyse
-

Construction du tableau d’équilibre financier
Les charges étalées (subventions d’équipement ou fonds de concours) :
• Avant la réforme, ces dépenses étaient inscrites en section de fonctionnement et transférées en section d’investissement (titre c/79, mandat c/ 4812), Ces dépenses sont considérées comme des DRI, A compter de 2006, les subventions d’investissement sont imputées en investissement (chapitre 204).
24

• •

Depuis 2006 les subventions d’équipement versées s’imputent en investissement
> l’imputation directe en section d’investissement (et plus en charges) lors du versement (chapitres 204 et 90)

25

II - A compter du 1er janvier 2006 : Traitement subvention d’équipement et
étalement de la charge en analyse financière

N
Dépenses Recettes

N+1 à N+16
Dépenses Recettes

SI

204 1 500

Dépense Réelle investissement

SI

2804 100

SF

SF

681 100

Versement de la subvention

Amortissement de 26 « l’immobilisation » ex: 15 ans

Des opérations d’ordre à intégrer dans l’Analyse Financière
-

Opérations de régularisation des charges et produits - Intégrer dans le résultat de fonctionnement d’un exercice les charges et produits qui le concernent - Extraire de ce résultat les charges et les produits qui ne le concernent pas - Neutraliser l’incidence de certaines charges comptabilisées dans l’exercice dont la nature permet de les répartir sur plusieurs exercices

27

-

Le rattachement des charges et produits

-

Indépendance des exercices Crédits doivent être inscrits au budget Ne concerne que le fonctionnement Ne concerne que les communes > 3 500 habitants et leurs CCAS/CDE et EPCI > 3 500 habitants - Mais rattachement possible pour ttes les CL - Rattachement ne concerne que les charges et produits ont une incidence significative sur le résultat
28

chapitres globalisés « opérations d’ordre budgétaire »
> Ils permettent le regroupement des opérations d’ordre: à ne pas intégrer dans l’Analyse Financière
- Améliore la lisibilité du budget * en mettant en valeur les opérations réelles * en faisant apparaître l’autofinancement - Assure une fongibilité des crédits d’ordre
29

8 chapitres globalisés “04x” (vote nature)
Dépenses Recettes

Opérations patrimoniales (21. / 238)

041 040

041
SI

910

040

914
Transferts entre sections (68 / 28 139 / 777)

Opérations d’ordre à l’intérieur de la SF (op. spécifiques liées
aux stocks)

042 043

042 043

SF

934

935
(création)

30

La Méthode d’Analyse
-

Construction du tableau d’équilibre financier
La prise en compte des résultats antérieurs :
• • Il n’est pas tenu compte du résultat affecté (c/1068), C’est le fonds de roulement (ou excédent globale de clôture) qui se définit par la différence entre les Dépenses et Recettes des 2 sections, à la quelle on rajoute les résultats reportés (001 investissement) (002 fonctionnement), qui est pris en compte dans l’analyse financière.

31

La Méthode d’Analyse
-

Détermination des SIG à partir du tableau d’équilibre :
Epargne de gestion : excédent des RRF avant frais financiers sur les DRF. Le 1er emploi de l’épargne de gestion est d’assurer le paiement des annuités de la dette. Epargne brute : excédent des RRF y compris les produits financiers, sur les DRF y compris les intérêts de la dette. Le 1er emploi est d’assurer le paiement du capital de la dette.
32

La Méthode d’Analyse
-

Détermination des SIG à partir du tableau d’équilibre :
Epargne nette : épargne brute moins annuité en capital des emprunts. Elle permet d’autofinancer les projets d’investissement. Théoriquement : cet indicateur devrait être le plus pertinent
car il représente le montant à la disposition de la collectivité pour investir, une fois remboursé et payé l’ensemble de ses engagements. En pratique : il est influencé par le rythme d’amortissement du capital des emprunts et donc très sensible au mode de gestion de la dette
33

La Méthode d’Analyse
-

Détermination des SIG à partir du tableau d’équilibre :
Après avoir calculé le niveau d’épargne nette, ce montant est ajouté aux autres recettes disponibles d’investissement (subventions, FCTVA, TLE, DGE, produits de cession,…) afin de financer les dépenses d’investissement. Si le montant des dépenses est supérieur aux recettes, on constate un Besoin de Financement, La couverture de ce besoin de financement sera assuré alors par le recours à l’emprunt ou par la variation du fonds de roulement (ou excédent global de clôture),
34

La Méthode d’Analyse
-

Détermination des SIG à partir du tableau d’équilibre :
Si le résultat de l’année ou la variation du FDR est négatif : la collectivité a mobilisé ses réserves pour financer ses investissements, Si le résultat de l’année ou la variation du FDR est positif : la collectivité a mobilisé plus de ressources que ses besoins. Elle a reconstitué son FDR.

35

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse des ressources de fonctionnement :
• Analyse synthétique des ressources (déterminer les ressources les plus importantes et les principales tendances), Analyse de la fiscalité directe locale (évaluer la dynamique fiscale et la marge de manœuvre fiscale), Analyse des autres ressources fiscales (place de la TEOM par exemple), Analyse des transferts de fonctionnement d’état (poids des compensations fiscales, politique des exonérations,…).
36

• • •

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse des dépense de fonctionnement :
• Analyse globale qui permet de déterminer les dépenses de fonctionnement les plus importantes et de mesurer la dynamique propre de chacune d’entre elles (principales tendances, poids et dynamique des dépenses de personnel, degré d’externalisation,…), Analyse comparative à partir des ratios nationaux (DRF / hab., dépenses de personnel / DRF, …)

37

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse des dépense d’investissement et leurs financements :
• • Préalable : retraitement comptable de certaines opérations, Classification des investissements (type de MO : dépenses en MO directe, en MO délégué, réalisés par des tiers / nature de dépense : maintenance, projets / secteurs : fonctions M14), Prise en compte du cycle d’investissement (taux de réalisation pondéré des RAR), Analyse des coûts de fonctionnement induits (coûts complets),
38

• •

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse des dépense d’investissement et leurs financements :
Analyse des sources de financements (ressources propres, emprunt),

39

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse des dépense d’investissement et leurs financements :
Tableau de financement,

1 2 3 4 5 6 7

Epargne nette + RRI hors dette et hors reports = Total financement de l’investissement - DRI hors dette = Besoin de Financement + Emprunt Variation du FDR / EGC

45 33 78 130 52 42 - 10
40

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse de la dette :
Analyse de l’encours vise à évaluer le risque potentiel tant pour l’emprunteur que pour les prêteurs, Etats de la dette propre (budgets consolidés) et de la dette garantie, Analyse des ratios : dette / hab., taux de charge de la dette (annuité / ressources de fonctionnement), capacité de désendettement (encours de dette / épargne brute)

41

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse de la dette :
Ratio de désendettement : critères d’appréciation - de 6 ans : zone verte, De 6 ans à 10 ans : zone médiane, De 10 à 15 ans : zone orange, Plus de 15 ans : zone rouge

42

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse par les Ratios :
-

Art 2313-1 du CGCT :

DRF / POPULATION Pdt des impositions directes / population RRF / population Dépenses d’équipement brut / population Encours de dette / population DGF / population Dépense de personnel / DRF
43

C/ 7311

C/ 21-23-204

C/ 741..

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse par les Ratios :
-

Art 2313-1 du CGCT :
Rapport entre les pdts perçus par la collectivité (c/7311) et son potentiel fiscal (pdt des bases des 4 taxes multipliées par les taux moyens nationaux Indicateur qui ne doit pas être supérieur à 1

Coef. De mobilisation du potentiel fiscal

DRF et remboursement de la dette en capital / RRF Dépenses d’équipement brut / RRF Encours de dette / RRF

44

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse par les Ratios :
-

Réseau d’alerte interministériel DGCL :
Endettement : Niveau de la dette : Encours de la dette en fin d’exercice / RRF, Poids de la charge de la dette : annuités de la dette / RRF, Financement de la charge de la dette : dépenses de fonctionnement + remboursement de la dette / RRF,
45

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse par les Ratios :
-

Réseau d’alerte interministériel DGCL :
Structure et rigidité du budget : Niveau des dépenses : Dépenses de fonctionnement / population, Rigidité des dépenses : frais de personnel + intérêts de la dette / DRF, Pression fiscale : Niveau de la fiscalité directe locale : produit des 4 taxes de la commune et du groupement à fiscalité propre / population, Mobilisation du potentiel fiscal : produit des 4 taxes de la commune et du groupement à fiscalité propre 46 / potentiel fiscal,

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse par les Ratios :
-

Réseau d’alerte interministériel DGCL :
Le diagnostic de la DGCL se base sur la comparaison de ces ratios à ces seuils d’alerte, fixés au regard de l’indicateur au niveau national. L’analyse débouche sur une notation par lettre.

47

Interprétation du Tableau d’Equilibre
-

Analyse par les Ratios :
-

Indicateurs de gestion :
Il s’agit d’identifier les marges de manœuvre au vu de quelques ratios choisis : On évaluera : La capacité d’épargne (épargne brute / RRF), Le niveau d’investissement (dépenses d’équipement brut / RRF), La capacité de désendettement (Encours / Epargne brute), Le niveau de pression fiscale (coefficient de mobilisation fiscal)
48

CAS PRATIQUE
Retraitements comptables, Élaboration du tableau d’équilibre financier, Calcul de ratios financiers, Commentaires

-

49

PARTIE 2 ANALYSE FINANCIERE PROSPECTIVE

50

50

Définition et Objectifs
-

• •

Une collectivité locale soucieuse de connaître les possibilités de son développement futur se doit d’avoir un plan stratégique à LT basé sur le projet politique de l’équipe municipal, La planification pluriannuelle est d’autant plus nécessaire que : Les conditions de l’équilibre financier s’inscrivent sur des périodes longues résultant de PPI, d’évolutions démographiques, économiques ou sociales et de contraintes budgétaires souvent pesantes émanant du passé Les marges de manœuvre ne peuvent s’obtenir que par une action de LT au delà du strict cadre budgétaire annuel, L’exécutif doit pouvoir anticiper ces évolutions afin de prendre les décisions adéquates

51

Définition et Objectifs
-

Nous pourrons répondre à deux types d’interrogations : Mesurer l’incidence d’un programme d’investissements sur l’encours de dette, sur la section de fonctionnement et l’autofinancement, voire la variation de pression fiscale nécessaire pour maintenir les ratios de solvabilité à des niveaux satisfaisants, Connaître à l’inverse le montant d’investissement qu’il est possible de réaliser en maintenant les équilibres financiers de la collectivité, à pression fiscale constante ou selon une stratégie fiscale différente

-

52

Démarche
-

Différentes étapes :
1. 2. 3. 4. 5. 6.

7.

Sélectionner les projets d’investissements prioritaires, Planification de la réalisation de ces investissements, Chiffrer les dépenses d’emprunt suscitées, Déterminer les dépenses de fonctionnement induites, Chiffrer les dépenses de maintenance relatives aux équipements municipaux y compris les projets nouveaux, Extrapoler les dépenses de la section de fonctionnement à partir des tendances lourdes observées sur les années passées, Planifier un volume des recettes de fonctionnement sur la base de leur évolution moyenne passée augmentée des recettes nouvelles induites par les équipements nouveaux,
53

Démarche
-

Différentes étapes (suite):
Prévoir les recettes d’investissement liées aux investissements: subventions d’équipement, DGE, FCTVA,.. 9. Choisir la pression fiscale que l’on souhaite adopter pour les années à venir, 10. Déterminer l’endettement supportable par la collectivité locale, 11. Calculer l’autofinancement, 12. Confection du plan quinquennal.
8.

54

Les modules indispensables
Fiscalité : simulation des Bases et des taux

PPI : Définition du volume d’inv. souhaité ou possible

Tableau de synthèse : (complété de Ratios et de
Graphiques)

Dette :prise en compte de l’encours présent et futur

Dépenses et recettes d’exploitation Hors FDL : simulations d’évolutions sur la base d’hyp. différenciées

55

Les Modules Indispensables
-

Le Module Dépenses et Recettes d’Exploitation :

• •

Simulation du CA de l’exercice en cours, Application de taux d’évolution sur les lignes budgétaires (chapitre, ligne de crédit) en fonction des tendances constatées lors de l’analyse financière rétrospective, Les hypothèses de variation peuvent résulter :
• • D’une comparaison d’une année à l’autre = [(N/N-1)-1]*100, Du calcul de l’évolution moyenne sur une période donnée = [(valeur N+4/valeur N)/nombre d’années],
56

Les Modules Indispensables
-

Le Module DETTE :
• • L’emprunt est l’une des principales variables d’ajustement, Ce module permet d’intégrer dans la prospective financière les incidences de la mobilisation d’emprunts sur le montant de l’annuité de la dette (capital+intérêts),

57

Tableau Simulation Dette Nouvelle
en K€ Encours au 1er janvier 2009 Intérêts endettement initial Remboursement capital encours initial emprunt 2009 Intérêts emprunts nouveaux Capital emprunts nouveaux emprunt 2010 Intérêts emprunts nouveaux Capital emprunts nouveaux emprunt 2011 Intérêts emprunts nouveaux Capital emprunts nouveaux 0 0 0 0 0 0 2009 10 000 000 500 000 1 000 000 800 000 0 0 40 000 60 000 0 0 0 0 0 1 500 000 0 0 70 000 120 000 0 0 35 000 65 000 30 000 70 000 450 000 1 050 000 400 000 1 100 000 350 000 1 150 000 2010 2011 2012

annuités totales

1 500 000

1 600 000

1 600 000

1 790 000

58

encours dette total au 31/12

9 800 000

8 690 000

9 025 000

7 685 000

Les Modules Indispensables
-

Le Module FISCALITE :
• Permet de simuler l’évolution des bases fiscales des 4 taxes et de déterminer, à taux constants, le produit fiscal qui lui reviendrait. Le levier fiscal peut aussi intervenir par une action conjuguée sur les taux et les bases ou sur les taux uniquement.

59

Exemple de Module de Fiscalité
2008 Bases nettes en KF TH TFB TFNB TP Taux TH Moyenne nationale Moyenne départemental TFB Moyenne nationale Moyenne départemental TFNB Moyenne nationale Moyenne départemental TP Moyenne nationale Moyenne départemental TEOM Produits TH TH par habitant TFB TFB par habitant TFNB TFNB par habitant TP TP par habitant TEOM Total produits 4 taxes Total produits en F/hab Moyenne de la strate (com.
appartenant à un groupt.) 100 416 76 318 774 155 208

2009
86 746 81 555 867 153 886

2010
89 854 84 310 937 164 142

2011
93 650 86 955 690 176 123

2012
96 094 93 922 1 061 170 475

2013
98 620 106 966 851 180 586

2014
100 771 111 823 851 183 413

2015
103 123 116 118 660 188 301

2016
107 120 117 035 674 184 731

12,22% 11,81% 14,28% 17,44% 14,62% 19,08% 46,91% 37,51% 36,95% 13,25% 13,05%

12,22% 12,02% 15,28% 17,44% 15,11% 20,31% 46,91% 38,09% 38,05% 13,25% 13,41%

12,59% 12,29% 15,81% 17,96% 15,49% 21,11% 48,32% 38,48% 38,72% 13,65% 13,71%

12,59% 12,47% 16,18% 17,96% 15,77% 21,63% 48,32% 38,71% 39,28% 13,65% 13,96%

12,59% 12,59% 16,39% 17,96% 15,95% 21,92% 48,32% 38,99% 39,79% 13,65% 14,06%

13,35% 13,16% 16,75% 19,04% 16,68% 22,47% 51,22% 39,74% 40,74% 14,47% 14,54%

13,73% 13,36% 16,88% 19,58% 16,97% 22,71% 52,66% 40,11% 41,36% 14,88% 14,72%

13,73% 13,50% 16,96% 19,58% 17,18% 22,85% 52,66% 40,47% 41,79% 14,88% 14,84%

13,73% 13,54% 16,99% 19,58% 17,25% 22,90% 52,66% 40,73% 42,15% 14,88% 14,86%

12 271 540 13 310 585 363 16 20 565 905

10 602 466 14 223 626 407 18 20 390 897

11 313 498 15 142 666 453 20 22 405 985

11 791 519 15 617 687 333 15 24 041 1 057

12 098 532 16 868 742 513 23 23 270 1 024

13 166 579 20 366 896 436 19 26 131 1 149

13 836 609 21 895 963 448 20 27 292 1 200

14 159 623 22 736 1 000 347 15 28 019 1 232

14 708 649 22 915 1 011 355 16 27 488 1 212

46 509 2 046 2 135

45 622 2 007 2 121

49 313 2 169 2 291

51 782 2 278 2 416

52 749 2 320 2 506

60 099 2 643 2 697

63 470 2 792 2 794

65 261 2 870 2 907

65 466 2 888 2 883

Les Modules Indispensables
-

Le Module PPI :
• Tableaux qui vont synthétiser les analyses et décisions qui ont été prises dans les phases précédentes, recensant :
Les programmes et opérations en cours, Ceux qui sont envisagés, Les investissements récurrents indispensables au maintien en état du patrimoine de la collectivité, Le programme de financement (affectation des AP, inscriptions des CP / subventions d’équipements reçues,..),

Le PPI doit être évolutif afin de pouvoir s’adapter à la réalité économique, aux choix faits en cours de programme par les élus, aux nouvelles prévisions financières aux dérives temporelles,
61

Exemple PPI
2008
D
TRAVAUX COURANTS PROJETS / OPERATIONS 10

2009
N
10

2010
N
10

2011
N
11

2012
N
11

R

D
10

R

D
11

R

D
11

R

D
11

R

N
11

Opération N°1 AP de 2005 Opération N°2 AP de 2006 Opération N°3 AP de 2006 TOTAL

30

10

20

10

5

5

15

5

10

5

0

5

10

1

9

0

0

0

5

0

5

5

1

4

15

0

15

0

0

0

15

0

15

65

11

54

20

5

15

46

5

41

10

1

20

11

11
62

Les Modules Indispensables
-

Le Tableau de Synthèse :
• • • Il présente les différents niveau d’épargne afin d’aboutir au plan de financement des investissements simulés, Ce tableau est complété de ratios et indicateurs, Dont l’équilibre budgétaire qui est réputé atteint si les ressources propres d’investissement (autofinancement brut, produit des cessions et les subventions d’investissement non affectés couvrent le remboursement en capital de la dette).
• • • Indicateur d’équilibre budgétaire = (RPI / remboursement capital de la dette) – 1 Si >=0, le remboursement de la dette est couvert et le ppe respecté, Si<=0, le remboursement de la dette n’est pas couvert
63

Les Modules Indispensables
-

Le Tableau de Synthèse :
• L’élaboration de différents scénarii prospectifs qui aboutiront à la définition de la stratégie financière de la collectivité, impose au préalable de définir une prospective « au fil de l’eau ». Exemple :
• • • Hyp. d’évolution des principales masses financières conformes aux tendances passées, Hyp. de tarifs et de pression fiscale inchangée, Hyp. de dépenses d’inv. Programmées et des recettes d’inv. Réduites aux ressources traditionnelles,

L’objectif est d’évaluer le comportement financier de la collectivité en extrapolant les tendances passées.
64

Les Modules Indispensables
-

Le Tableau de Synthèse :
• En fonction du résultat, on pourra élaborer d’autres scénarii plus conformes aux attentes des acteurs de la collectivité. En faisant différents choix de bouclage (dette, fiscalité, arbitrage sur les projets en investissement,….) 3 stratégies :
• • • Stratégie d’équilibre, Stratégie de précaution, Stratégie de risque

65

Exemple de tableau de synthèse
CA 2008 CA 2009 CA 2010 CA 2011 CA 2012 CA 2013 CA 2014 CA 2015 CA 2016 CA 2017

Se ction de fonctionne me nt 1.Charge s courante s 011: Charges à caractère général (hors trvx en R.) 012: Frais de personnel 65 : Participations , subventions, contingents... 67 : Charges exceptionnelles Dépenses induites par nvx projets 2.Re ce tte s ré e lle s 70 : Produit domaniaux et ventes 73 : Impôts & taxes (hors 7311) 73 : Contributions directes Recettes induites nouveaux projets

17 434 3 552 11 959 1 906 17 22 012 912 664 10 505

18 721 4 192 12 623 1 877 29 23 606 888 2 462 10 896

19 194 3 965 13 156 1 995 78 24 166 955 2 719 11 093

19 734 4 309 13 267 2 135 23 28 744 842 6 686 12 336

21 264 4 925 13 798 2 520 21 26 450 981 4 672 11 576

22 355 5 176 14 344 2 812 24 26 606 934 4 761 11 762

24 240 6 128 15 200 2 890 22 28 226 1 018 5 000 12 474

26 225 6 000 15 156 2 723 18 27 733 1 197 4 804 12 659

27 748 6 624 17 441 3 166 17 500 28 311 1 227 4 836 13 036

28 816 6 756 18 313 3 230 17 500 28 904 1 258 4 868 13 425

3.Re sultat brut ( 2-1) 4.Frais financiers 5.E pargne brute ( 3-4 ) 6.Remboursement en capital 7.Autofinance me nt courant ( 5-6 )

4 578 695 3 884 1 514 2 369

4 885 656 4 229 1 523 2 706

4 972 672 4 300 1 492 2 809

9 010 580 8 430 1 374 7 056

5 185 498 4 688 1 475 3 212

4 251 432 3 819 1 203 2 616

3 986 266 3 720 1 669 2 050

1 508 455 1 053 1 242 -189

563 655 -92 1 545 -1 637

88 850 -762 1 811 -2 572

Se ction d'inve stisse me nt 8.Dé pe nse s ré e lle s Reports Travaux courants Projets Travaux en Régie Autres dépenses 9.Re ce tte s ré e lle s 10.Be soin de finance me nt ( 8-9-7 ) 11.E mprunt 12.V ariation du F DR (11-10) 14.FDR initial (comptes 002+001 de N1) 15.F onds De Roule me nt final (12+ 13)

4 772 967 1 574 1 277 566 388 2 104 299 -299 2 625 2 326

6 064 3 640 1 058 858 450 58 1 615 1 744 2 775 1 031 2 326 3 357

3 740 693 1 599 765 548 135 2 009 -1 078 255 1 333 3 357 4 691

4 520 1 201 2 011 869 439

5 265 788 2 348 1 959 126 45 684 1 369 -1 369 9 016 7 647

7 281 1 083 3 352 2 301 160 384 1 609 3 056 -3 056 7 647 4 591

10 403 3 650 2 963 2 704 235 316 2 208 7 057 5 000 -2 057 4 591 2 535

8 552 2 893 5 418 240

5 790 2 470 3 159 161

11 976 2 180 9 635 161

1 789 -4 325 4 325 4 691 9 016

871 7 870 6 335 -1 535 2 535 1 000

869 6 558 6 558

869 13 679 13 680 1

1 000 1 000

1 000 1 000

Exemple de Graphes
EVOLUTION DE LA CAPACITE D'AUTOFINANCEMENT
30000000 27000000 24000000

POIDS DES ANNUITES SUR LES RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT
0,118 0,117 0,116

21000000 18000000 15000000 12000000 5.Epargne brut e ( 3-4 ) 9000000 6000000 3000000 0 CA97 -3000000 -6000000 -9000000 7.Aut ofinancement courant ( 5-6 ) 3.Result at brut ( 2-1)

0,115 0,114 0,113 0,112 0,111 0,11
BP 98 BP 99 BP2000 BP2001 BP2002

Annuit és/recett es de fonctionnement

0,109 0,108 CA97 BP98 BP99 BP2000 BP2001 BP2002

CAPACITE D'EXTINCTION DE LA DETTE (en KF)
600 000
3200 3150

EVOLUTION DE LA FISCALITE PAR HABITANT
#REF!

500 000

3100

400 000

10 ans d'Epargne Brute en KF Endettement en KF

3050 3000 2950 2900

300 000

200 000
2850

100 000

2800 2750

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2700 CA97 BP98 BP99 BP2000 BP2001 BP2002

67