You are on page 1of 5

Enquête. Les Francs-maçons au maroc (Infographie Hicham Bahou) Qui sont-ils ? Que font-ils ?

Que veulent-ils ? Que craignent-ils ? Toutes les questions que vous vous posez pour percer le mystère enveloppant la franc-maçonnerie ont des réponses. Tour d'horizon. De s fra ncs-m açons a u Maroc ? Mais pas du tout, sorne tte s que tout ce la , la franc-m a çonne rie (FM) a bie n e x isté par le pa ssé , m ais de puis l'indé pe nda nce tout ce la e st fini ! C e fut "une cré a tion de s se rvice s pour sonde r le s inte ntions de nos privilé gié s". D'autre s s'e n souvie nne nt com m e "d'un m ouve m e nt sioniste oe uvrant pour la prim auté d'Isra ë l", quand ils n'e n ga rde nt pa s le souve nir du "bras arm é de l'O ccide nt conqué ra nt". Le s fa ntasm e s de ce rta ins profa ne s atte igne nt de te lle s proportions qu'il de vie nt difficile d'e stim e r la pré se nce m açonnique au Ma roc. D'a uta nt plus que se s a de pte s, pour se proté ge r d'une curio sité souve nt te inté e de ré pulsion, s'e ntoure nt d'un é pa is m ystè re . Pourtant, le s nom s circule nt e ntre initié s. Moham m e d V, Ha ssan II, Driss Basri, pour ne cite r que ce ux dont l'a ction a le plus influé sur le de stin de s Marocains, a uraie nt com pté parm i le s plus é m ine nts de s "frè re s" m açons. Mais com m e nt passe r de la supposé e apparte na nce à la ce rtitude , quand tout bon FM e st un FM m ue t ? Une tradition de discrétion "Je sa is que Moham m e d V é tait FM e t m ê m e si on n'e n parlait pas publique m e nt - ce la e st absolum e nt contraire a u rè gle m e nt - il a rrivait souve nt qu'un frè re y fa sse allusion dans une pla nche (e x po sé d'un frè re )", ra conte F.E. é pouse d'un frè re a ujourd'hui dé cé dé . Il re ste toute fo is im possible d'affirm e r a ve c ce rtitude l'initiation du roi Moha m m e d V e t de son fils le prince Moula y Abda llah, quoique le ur hum anism e e n tout point conform e à l'idé a l m açonnique se m ble é taye r que lque pe u ce s rum e urs te nace s. Né a nm oins, l'initiation de plusie urs m e m bre s du pre m ie r ce rcle royal ne se m ble laisse r aucun doute . C as cé lè bre , le Tunisie n Sa lah R achid, am i e t soutie n fidè le de Moham m e d V, pousse ra la fidé lité de son e ngage m e nt jusqu'à ê tre e nte rré se lon le rite m a çonnique . D'autre s nom s, com m e ce lui d'Ahm e d Bala fre j, ancie n se cré ta ire gé né ral du parti de l'Istiqla l e t a ncie n m inistre de s Affaire s é tra ngè re s, sont souve nt cité s dans la sphè re m a çonnique . "Faux . Mon pè re n'a jam ais fa it partie d'une loge ", ré torque son fils Anis, de m aniè re conve nue . Plus prè s de nous, il se m ble que l'affilia tion du roi Hassa n II ne soit qu'une lé ge nde pa rm i toute s ce lle s e ntourant le pe rsonnage . Et si ce n'é ta it l'a m itié qui le lia it à Ha j O m ar Bongo, porte -flam be au de la m açonne rie a frica ine e t principa l initia te ur de s che fs d'é tat d'Afrique de l'O ue st, pre sque e n totalité de s "e nfants de la ve uve ", le roi Hassa n II se m ble trè s loin de l'unive rs de la FM. Difficile d'im agine r la figure tuté laire de 30 m illions d'âm e s se re ndre da ns un te m ple (lie u de ré union) pour se plie r au ritue l d'initia tion qui consiste e n une m ise à nu sym bolique : "La poitrine à m oitié dé couve rte , un bras de che m ise e t une ja m be de pantalon re troussé s, plusie urs frè re s pointe nt le ur doigt sur m on torse alors que , un bande a u sur le s ye ux , je suis tota le m e nt dé m uni", se souvie nt H.E. Ha ssan II aura it-il e x igé d'ê tre initié au Mé chouar e t se lon un ritue l a da pté à sa ha ute condition ? Difficile de savoir. En tout cas, son "copain" Va lé ry Giscard d'Estaing s'é ta it vu re fuse r le privilè ge d'ê tre consacré "frè re " à l'Elysé e . Le m ystè re e ntoura nt l'a ffilia tion du roi dé funt n'e x clut pas qu'il a it e u, tout a u long de son rè gne , auprè s de lui de s conse ille rs FM. Le nom de Ahm e d R é da Gué dira e st le plus souve nt é voqué . "Sa dé fe nse de s inté rê ts de la France e t de s idé e s libé ra le s le rapprocha it e n tout ca s é norm é m e nt de l'unive rs m a çonnique ", e x plique l'un de se s proche s collaborate urs à l'é poque . Da ns l'e ntoura ge royal, Gué dira n'e st pas le se ul à e n porte r l'é tique tte discrè te m e nt. Moulay Ahm e d Alaoui, le lé ge nda ire porte -gla ive du Mak hze n, fe ra it partie de s illustre s "frè re s". P ar aille urs, nom bre de pe rsonnalité s m a çonnique s m a roca ine s, proche s du pouvoir, se ra ie nt a ffilié e s à de s loge s occide ntale s. Le coura nt Ide ntité e t Dialogue , dont André Azoulay e st le fondate ur, com pte , par e x e m ple bon nom bre de Fra nc-m a çons e n lie n a ve c de s loge s fra nça ise s. Q u'e n e st-il du plus zé lé de s se rvite urs de Ha ssa n II, Driss Basri ? Se rait-il lui aussi un "fils de la lum iè re " ? C 'e st ce que vie nt d'a vance r, da ns une inte rvie w a ccordé e au Journal He bdo, Moham e d Sam ra oui, ancie n officie r de s se rvice s spé ciaux algé rie ns. "Driss Ba sri e t le Gé né ra l La rbi Be lk he ir, nouve l am bassa de ur d'Algé rie au Ma roc, sont affilié s à la m ê m e loge m a çonnique ", soutie nt-il. L'e x -vizir dé chu ré fute vigoure use m e nt l'inform ation. Mais l'im age d'un Ba sri e t son la ngage fle uri pla ncha nt sur "la culture du m ie l sous la 5è m e dynastie " a u m ilie u d'un aré opage de frè re s va ut à e lle se ule tous le s discours. Au-de là de la re la tion pe u é lucidé e e ntre le Mak hze n e t la FM, il y a de s diza ine s de "frè re s", tout aussi discre ts a u Maroc. Aujourd'hui, le pa ys com pte de ux obé die nce s distincte s, la Gra nde Loge du Ma roc (GLM) e t la Grande Loge R é guliè re du R oya um e du Ma roc (GLR R M), a ux que lle s il faut ajoute r une GL indé pe ndante , la Gra nde Loge du Royaum e du Maroc (GLR M), qui ne pe ut pré te ndre à la qualité d'obé die nce , ca r n'adm inistrant qu'une loge unique . C e t é parpille m e nt de s com pé te nce s fait dire à A.S., m é de cin casa bla ncais que : "La m a çonne rie nous pousse à ê tre m e ille urs, m a is nous n'e n re stons pas m oins de s hum ains a ve c nos fa ible sse s e t nos dé fauts". Pré cisons toute fois que la m a çonne rie m a roca ine atte int difficile m e nt le s 200 m e m bre s. à titre de com pa ra ison, la France com pte plus de 140 000 initié s. Si la GLR M e t la GLR R M sont de cré ation ré ce nte , (m oins de cinq a nné e s), la GLM a , qua nt à e lle , "a llum é se s fe ux " e n 1965 sous le nom de GL Atla s. En 1972, e lle pre ndra le nom de GLM e t sous l'im pulsion de son Gra nd Maître , T.P ., artisa n fra nçais installé à C asa bla nca, conna ît rapide m e nt un gra nd succè s e t ve rra e n m oins de de ux ans l'initia tion de 120 frè re s. Elle com pte ra e n se s rangs de s pe rsonna lité s re connue s dont un Gé né ral de l'arm é e de l'a ir m a roca in au ta le nt lé ge ndaire qui pouvait se re trouve r e n loge aux côté s d'un boula nge r-pâtissie r ou d'un m archand de joue ts. Ce m é la nge de s ge nre s é ta nt à la ba se m ê m e du trava il m açonnique , ce nsé s'e nrichir par la dive rsité . Ma lhe ure use m e nt ce la e st

une m ise e n som m e il de s loge s e x ista nte s. C e rte s. sous la pré side nce de A. à tout le m oins. suiva nt e n ce la le s conse ils a visé s du frè re A. "Ils ve ule nt é te indre ave c le urs bouche s la lum iè re d'Allah. m é de cin d'une quaranta ine d'a nné e s corrobore . hom m e d'affaire s fra ncoliba na is a yant se m ble t-il se s e ntré e s à l'O NU. de la com m una uté d'inté rê ts. Aussi. ils se m ontre nt double m e nt discre ts. Q uoi qu'il e n soit. La pré se nce a u conve nt d'é trange rs. l'Egypte e t le Liba n. Le s m é tie rs de l'a ssurance a yant se m ble t-il tradition à fournir à la GLM de s gra nds m aître s de haute qualité . P arce qu'e ntre un conve nt e t l'autre . com m e nouve au Grand m aître . m aison-m ère de toutes le s obédie nce s de la planète. Il n'em pê che. "m a lgré notre nom bre . ce se rait bie n le ra yonne m e nt qu'e lle confè re à l'é che lon inte rnational au pa ys dans le que l e lle prospè re . m ais une influe nce toute e ntiè re tourné e . sur le lie n e ntre FM e t m é cré ance ou FM e t sionism e . de la solidarité . l'assouplisse m e nt de s critè re s de sé le ction couplé à de s que re lle s de pe rsonne s. Il e st cla ir a ussi que le s autorité s de ce s pa ys m e sure nt pa rfaite m e nt l'a vanta ge . e nte nd-on. e n 2004 la Grande Loge Na tionale França ise dé cide de ne plus re conna ître la GLR M et cré e une nouvelle obédie nce. Mais ne se rait-ce que pa rce qu'ils prône nt ouve rte m e nt la libe rté de conscie nce e t que le discours islam iste le s pre nd toujours pour cible priorita ire . pa r a ille urs influe nts. hom m e d'a ffaire s insta llé à R a ba t. Voie individuelle et altruisme Alors la FM. e n dé lica te sse ave c le s norm e s dé m ocra tique s. "Je suis e ntré e n m açonne rie pour dire au Ma roc que je l'a im e ". philosophique . C e tte obé die nce inte rna tionale m e nt re connue s'e st m ontré e particuliè re m e nt a ctive auprè s de s loge s nord-a m é ricaine s. ce tte ré gularité si prisé e de s frère s m a roca ins. a ve c sa tradition m a çonnique . dans un te m ple be rcé par le rythm e du m ue zzin. assure ur casa blancais. avec m oins de frilosité qu'ava nt.M. R ivalité oblige . nous ne som m e s absolum e nt pas da ns une logique de re crute m e nt à tout prix qui pourrait nous m e ne r à la m é diocrité . a ujourd'hui. de l'é coute . e ntre a utre s. C e de rnie r. la GLR R M. Elle conduira.T. La consé cration.difficile m e nt e nvisage a ble a ujourd'hui car. C e s hôte s a ppré cie nt à sa juste va le ur l'apport de le ur "frè re s" m arocains. qui distingue une obé die nce par é ta t. le Ma roc ava it dé cidé e n 1985 -sans que le pouvoir politique le ve uille vra im e nt. à la dé m ission de nom bre ux initié s e t à la proclam ation de Bouchaib El Kouhi. Et l'idé al m açonnique qui prône principa le m e nt la libe rté . a ffirm e le spé cialiste du m onde m usulm an Antoine Sfe ir. frè re de longue da te : "Là où souffle le ve nt de la tolé ra nce e t de la justice . "J'ai re joint la FM pour ré pondre à une quê te e x iste ntie lle e t pour tout dire . assum e ra doré navant la grande m aîtrise a prè s que le controve rsé O ua k nine ait é té poussé ve rs la sortie . Ils sont plus d'une ce ntaine à ê tre m e m bre s de la Grande Loge du Maroc (GLM).. ancie n gouve rne ur d'une gra nde ville . Mie ux . "le s islam iste s m odé ré s au pouvoir e n Turquie se raie nt m ê m e pour be aucoup passé s par l'initiation". e t pas se ule m e nt e n te rm e d'im a ge . Com m e le soutie nt ave c e m pha se M. e lle ra llum e sa fla m m e le 21 Juin 2001. Né anm oins.K. "J'e ntre e n loge souve nt fatigué aprè s une journé e de travail e t j'en re ssors rassé ré né et ple in d'e ntrain". a gisse nt m oins dans le se cre t total e t se m ble nt bé né ficie r de la bie nve illance de s autorité s. loin de la riche sse spiritue lle e t de s vale urs m orale s que nous prônons". de puis le s anné e s 30. alors qu'Allah para chè ve ra sa lum iè re e n dé pit de l'ave rsion de s m é cré a nts". Elle a te nu son conve nt (a sse m blé e gé né rale a nnue lle ) tout de rniè re m e nt à C a sablanca e n pré se nce de pe rsonnalité s m açonnique s inte rna tionale s d'e nve rgure e t où nous voyons que la solidarité n'e st pa s un vain m ot. la Syrie e t dans une m oindre m e sure la Turquie . e lle a ré ussi à e n faire bon usa ge . une loge fé m inine .S. le s frè re s m arocains garde ront le conta ct. industrie l dans la pa rfum e rie .D. m ais ra conte son initiation a ve c e x altation. fait unique da ns le m onde ara bo-m usulm a n. ingé nie ur casa blancais. ils se se nte nt plus libre s. pre m iè re obé die nce m açonnique du pays par le nom bre e t l'ancie nne té . C e tte ré gularité . D'autant que l'unive rsalité de s vale urs qu'ils prône nt e st a ux a ntipode s de la thé orie du com plot é trange r dé ve loppé par le s fondam e nta liste s. une obé die nce dite "ré guliè re ". par la suite .. nos Fra ncs-m açons ont de ux te nue s (e x pre ssion m aison pour dire ré unions) par m ois où ils pe uve nt à loisir dé ba ttre de la notion de vé rité ou e ncore de la sym bolique du triangle . L'idéal m açonnique si e x alté se ré duira it-il à la re che rche du bie n-ê tre ? De s droits de l'hom m iste s a ux alte r m ondialiste s. te ls l'Iran. le s diffé re nts pré dicate urs e t a utre s activiste s islam iste s profite nt du principe de discré tion de la FM pour distille r à son suje t un e nse m ble d'a ccusations infondé e s. En Dé ce m bre 1985 le Gra nd m aître de l'é poque . é ga le m e nt m ise e n som m e il. un ré se a u d'influe nce ? "O ui ce rtaine m e nt. de s am ate urs de Harle y-Davidson aux re staura te urs de k a sba hs. cé ré m onie fondatrice organisé e à Ma rra k e ch sous le s auspice s de la Gra nde Loge Na tionale França ise . Elle com pte ra it actue lle m e nt cinq loge s dont trois à Ca sablanca e t de ux re spe ctive m e nt à Ra ba t e t Marra k e ch e t. Am ine s'e st choisi un pse udonym e pa r souci de discré tion. e x plique ouve rte m e nt Lahrichi. invite "le s frè re s" à s'é clipse r. le s frères se pe rm ette nt aujourd'hui d'invite r autrui à le s re joindre . la FM e st che z nous un club de pe nsé e é m ine m m e nt é litiste e t la dé cultura tion ram pante de la socié té ne pe rm e t plus de dialogue se re in. ave c toujours e n e ux l'e spoir du ré ve il de s loge s. dé cide la m ise e n som m e il de l'obé die nce . Signe de s te m ps. C e se ra donc sous la houle tte d'Em ile O uak nine . Q uinze anné e s durant.. la justice . nom bre de m icrosocié té s sont à l'œuvre pour re cré e r ce qui fa it dé faut : de la convivialité . M. pa rfa ite m e nt a u fait de la dange re use poussé e d'inté grism e que connaît le pa ys. la qualité de re pré se ntant de la GLRM aux é tatsUnis. Mais hors de que stion pour e ux d'a ssum e r publique m e nt le ur a pparte nance à la FM. e n atte ste . la m açonne rie a sa place ". pe rm e ttra au Ma roc d'abrite r pour la pre m iè re fois. Un siè cle de se m i cla nde stinité la isse de s tra ce s. a ttribue ra-t-e lle à un ce rtain Pie rre Mouse lli. à dispose r sur le ur te rritoire d'un "think ta nk " aux ram ifica tions m ondiale s. Sa ad La hrichi. Mê m e prude nce du côté de l'a utre obé die nce pio nniè re a u Maroc (GLM). juriste de 40 ans. J'y re ste pour le pla isir de la frate rnité ". consiste e n la re connaissa nce officielle par la Grande Loge Unie d'Angleterre . A. Le lobbying é tant l'une de s fonctions pre m iè re s de la FM. n'e n dé plaise aux frè re s e t sœurs. le 15 juin 2000. Déclin et renaissance Ave c le te m ps. n'em pê chera pa s de sé rie use s dive rge nce s. la solidarité ne ré siste ra pas de vant le s dé via tions a ffairiste s de ce rta ins frè re s e t le s frictions inte rne s qui s'e nsuivront. En plus. conduira au dé clin de s loge s. Si la FM ne de vait a voir qu'un obje ctif unique . il faut bie n le re connaître asse z ré duit.. que le Ma roc re noue ra. la FM e st forte m e nt im pla nté e da ns de s pa ys ré puté s totalitaire s ou. Aujourd'hui.

le se cre t n'e st nulle m e nt dé floré . "toute s le s traditions ou philosophie s spiritue lle s qui prom e uve nt le tra vail sur l'hum ain. Soufisme et Franc-maçonnerie. Et lorsqu'on se se nt bie n. "Il ne faut pa s s'y m é pre ndre . ne pré se nte aucune re sse m blance a ve c ce que l'on atte nd d'une Gra nde Loge e t le num é ro de té lé phone s'a vè re ê tre ce lui d'une a ge nce banca ire . Pour l'anthropologue Fa ouzi Sqalli. L'é m ir Abde lk ade r. Mais rassurons-le s. Une histoire mouvvementée Francs maçons marocains de la loge Al Maghreb Al Aksa.ve rs la construction du pa ys hôte . le nom e t la photo du Gra nd m aître qui figure nt e n e ffe t e n bonne place . à tout le m oins. musulmans éclairés. Via un parta ge ritue l de ré fle x ions philosophique s. la liste des frères est très longue et les traces du mouvement. sa lue nt la dé m a rche coura ge use . Marie -Fra nçoise Blanche t. ré guliè re m e nt. e n l'o ccurre nce la force . à m oins d'ê tre initié . se coue nt la socié té . Glo ire a u re sponsa ble de la colonne d'am our (DJ pour le s profa ne s) qui progra m m e Irving Be rlin ou Duk e Ellington. a fin de ré flé chir sous une lum iè re blafa rde à de s chose s a ussi e x citante s que le s trois lum iè re s. e m bra sse ra le soufism e aprè s avoir pris se s distance s a ve c une FM qui lui pa ra issait trop thé orique e t sociale . grande m aître sse de la Grande Loge Fé m inine de France (GLFF). si l'on pe ut dire . Tendance. au contra ire . pe rsonnalité charism a tique de s confré rie s soufie s e x pliqua it volontie rs qu'il voya it dans la FM la "plus adm irable institution de la Te rre ". nationalistes.K. indique -t-on au futur appre nti. m a çon illustre e t disciple de Ibn Ara bi. Nous pouvons d'a ille urs obse rve r se lon Sqalli que : "R e né Gué non. sa ns a ucun doute . L'initia tive prise par la Grande loge du royaum e du Maroc (GLR M) de cré e r un site inte rne t continue de suscite r de s re m ous e ntre ce ux de s frè re s qui voie nt là une dé m ystification m alhe ure use de l'idé a l m açonnique e t ce ux qui. e ntre pa rtisans de l'ouve rture à la cité e t donc de l'e nrichisse m e nt m utue l. c'e st dire là aussi l'a bîm e qui nous sé pa re du m onde dit "libre ". il e n faut. spiritua lité … Au Ma roc nous e n som m e s e ncore à discute r de l'opportunité ou non de ré vé le r l'e x iste nce d'une institution m açonnique nationa le . l'altruism e . En tout ca s. pour se ré unir da ns une sa lle é voquant furie use m e nt un tribunal e t n'offra nt de ce fa it a ucun confort. la m a çonne rie e st d'a bord e t a vant tout un tra vail sur soi e t a ve c le s a utre s. rie n de m oins. on se vit citoye nne du m onde ". Bie n que le soufism e soit large m e nt anté rie ur à la FM. e t le s ga rdie ns du rite qui ve ule nt ga rde r é tanche la frontiè re a ve c le m onde profane . le s partisans de l'ouve rture s'inquiè te nt de s lim ite s im posé e s de fa it au ra yonne m e nt de la culture m a çonnique par sa quasi-a bse nce de s dé ba ts qui. O u encore de s vale urs aussi abstraite s que la tolé ra nce . En Fra nce . le che m in initiatique .qui te nde nt ve rs un se ul but : re ndre l'hom m e m e ille ur. ré fé re nce m agistra le e n m atiè re de spiritualité .. l'honnê te té e t la bonté . Son e ngage m e nt m açonnique e t sa qua lité de profe sse ur e n thé ologie s'é ta nt jusqu'à sa m ort nourris l'un de l'autre . l'a dre sse de la GLR M re nvoie à un im m e uble qui. spé cia liste de l'histoire de s re ligions. Au fond. Pour elle . une consultante d'une quarantaine d'anné es en fa it pa rtie . a ffirm e Lahrichi sur un m ode allé gorique . C e tte fe m m e de tê te a é té accue illie pa r se s sœurs m arocaine s. à Tanger. . l'autre la tota le libe rté de conscie nce . chacun che rche sa voie . é conom ique s ou sym bolique s. on rayonne . l'e sse ntie l de l'initia tion m a çonnique e st une dé m a rche volontaire d'un individu voula nt atte indre sa vé rité afin de ré alise r "le pa ssa ge sym bolique de s té nè bre s à la lum iè re ". Sultans. Les faux amis Le s sim ilarité s é vide nte s qui e x iste nt e ntre la FM e t le soufism e ont souve nt suscité l'inté rê t de s historie ns. Et pas toujours tolérées. nous pouvons im agine r que ce lle -ci pourrait constitue r une é tape sur le long che m in qui m è ne ve rs l'a scè se soufie . de s a ffinité s de vale urs". ce la n'a aucun ca ra ctè re folk lorique m algré le s dé cors dont nous som m e s pa ré s". e n l'occurre nce le Maroc". e t ave c la m ê m e a rm e . p. com m e dans le soufism e d'aille urs (lire e ncadré . Il se ra re connu sous le nom de C he ik h Abde louahe d Ya hia ". très éparses. "la FM est une m é thode e x traordinaire pour m ie ux se connaître e t a insi alle r à l'e sse ntie l. on de vie nt altruiste . Ma is tout ce la a ura it-il un se ns s'il n'y ava it que lque chose e n plus ? "Entre e t tu com pre ndra s". Et particuliè re m e nt lorsque sont a bordé s de s thè m e s qui lui sont traditionne lle m e nt che rs : droits de la pe rsonne hum a ine . l'e x plique à sa m a niè re . Fin du XIXe siècle Cela fait 138 ans que la franc-maçonnerie a fait son entrée au Maroc. a ncie nne m e nt colone l de l'arm é e de l'a ir fra nçaise . com m e c'e st le cas pour le soufism e e t la FM ont. patrons français. é ga lité de s chance s. la be a uté e t la sa ge sse . C ar voilà de ux courants à priori e n antinom ie totale -l'un prônant le tout re ligie ux . juifs marocains. e ncore e t toujours. La fin du secret ? Plusie urs re m ous a gite nt l'institution m açonnique occide ntale . 24). Le se cre t. A.

ce "cham pion du re dre sse m e nt islam ique " qui. la pré se nce de ba se s am é ricaine s . À l'ombre de la 3ème République Tout au long de la IIIé m e ré publique (1871-1940). Ce t ancie n Sultan FM e st ré vé late ur de toute s le s contra dictions de la pé riode coloniale . D'autant que le pre m ie r Grand m a ître "m usulm an" de la Loge de Té toua n. Me k nè s. C e n'e st plus ce "Sultan de la gue rre sa inte ". e n nom bre asse z im portant. la FM continue à suscite r une gra nde m é fiance te inté e d'incré dulité . il ha bite à Madrid une pa uvre pe tite cha m bre dans laque lle il fa it sa cuisine lui-m ê m e dans la che m iné e . e lle e st discrè te m e nt m ise e n som m e il. Dialogue franco-marocain Plus tard. tous de ux fondate urs du Pa rti C houra e t Istiqla l. Le Dahir de 1958 re latif a ux a ssociations vie ndra confé re r aux diffé re nte s loge s e x ista nte s le cadre lé gal qui le ur fa isait dé fa ut. La FM connaît tout de suite un grand succè s dans le s m ilie ux . le s FM dé sorm a is constitué s e n plusie urs loge s pre ndront ouve rte m e nt le pa rti d'une France dont l'e m prise sur le Maroc se re nforce . Mais l'inquié tude croît qua nd l'officie r d'ordonna nce du prince Moula y Hassa n inte rroge dire cte m e nt le vizir sur l'e x iste nce de fra ncs-m a ço ns na tiona ux . il s'avè re né anm oins que ce lle -ci e st pré se nte dans notre pays de puis fort longte m ps. e spa gnol e t isra é lite tangé rois. c'e st une forte aspira tion a ra be à l'indé pe ndance e t au progrè s qui re ncontre une structure e uropé e nne e ffica ce . alors proche de s na tiona liste s de l'Istiqla l. jusque là. ancê tre de la ré gie casa bla ncaise . C e à quoi le s FM ré torque nt : "C 'e st à ce prix e t dussions-nous e n souffrir. à tra ve rs l'e stua ire du Boure gre g. il s'affilie le 13 Janvie r 1927 à la loge "Je an-Jacque s R ousse a u" de Montm ore ncy. Ala rm é s de ce t inté rê t du prince . Da ns le s pre m iè re s a nné e s post-indé pe nda nce . pe rm e ttra le m a intie n de s a ctivité s m açonnique s sa ns difficulté s à O ujda . C 'e st une é poque som bre pour lui où a prè s l'abdication e t l'e x il. sont e ncore pré se nte s aujourd'hui. il ava it saisi le parasol te nu a u-de ssus de sa tê te par un caïd de sa garde . le subve ntionnaie nt pour l'utilise r le cas é ché ant. il n'inté re sse plus le s gouve rne m e nts occide nta ux qui. Dans ce se ns. ce s m ê m e s journaux pousse ront à la prom ulgation du "Dahir Be rbè re " voya nt là un m oye n d'a ffranchir le s populations be rbè re s de la dom ination arabe . dire cte ur du journa l "R é ve il du Maroc". Abde lk hale q Torrè s e t Tham i O uazzani. Il e st fait com pa gnon le 10 O ctobre 1921 e t m aître le 13 Mai 1925. le s m usulm a ns ne de vie nne nt de s concurre nts pour nos fils au m om e nt m ê m e où le s dé bouché s sont rare s…". Pour ce la . Au lendemain de l'indépendance… C e ci n'e m pê che ra pa s plus tard. Arrivé e n Fra nce . En O ctobre 1952. Il n'e st pas de ville qui ne com pte e n son se in une loge m açonnique . le Maroc conna îtra un foisonne m e nt e x traordinaire de loge s sur tout le te rritoire . proprié ta ire te rrie n de son é ta t. juste m e nt surnom m é e ré publique FM e n ra ison de la m ainm ise de s frè re s sur tout ou partie de s Institutions. l'e m portait ve rs le paque bot de l'e x il. Da ns le m onde de la pre sse . dont Haim Be nshim ol. il se ra m ê m e à un ce rtain m om e nt que stion de la cré ation de loge s usa nt de la langue a ra be pour pe rm e ttre l'initiation du plus gra nd nom bre de frè re s a rabe s. l'indé pe ndance . pour ce rtaine s. le s FM m usulm ans se se nte nt m e nacé s e t m e tte nt te m poraire m e nt fin à le urs a ctivité s. Difficile de sa voir si tous le s Francs-m a çons de l'é poque é taie nt sur la m ê m e voie . il l'ava it brisé . C a sablanca e t Ma rrak e ch. la paix ve nue .Si e n 2005. Sa vie e n e x il se m ble rythm é e par se s visite s plutôt ré guliè re s au te m ple e t le s gra nde s chasse s. va incu. C e tte loge pre ndra pa r la suite le nom de "Frate rnité franco-m a roca ine " e t com pte ra dans se s rangs le se cré taire gé né ral de la ré side nce a insi que trois notable s m a roca ins dont un vizir. e t pour que ce t e m blè m e tra ditionne l de la souve ra ine té ne put re ve nir à son succe sse ur a sse rvi a ux e uropé e ns. R é duit à la m isè re . Pa r contre . Le s historie ns s'accorde nt à faire re m onter son im plantation à 1867 avec la Loge Maçonnique de Tange r. Abde slam Be nnouna . une fois le s te nsions politique s apaisé e s da ns le pays. ne fa it aucun doute e t c'e st e n 1920 qu'il e st initié à Ma drid pa r la loge "Union Hispano-Am e ricana n° 379" du Grande O rie nte Espa gnol. pa r la suite . le problè m e se ra de surm onte r au Ma roc l'obstacle que pe ut ê tre l'isla m e n m atiè re d'a dm ission. Sultans francs-maçons À la m ê m e é poque . ja m ais é té prouvé e . L'activité é conom ique du pa ys ve rra nom bre de frè re s à la tê te d'e ntre prise s im portante s qui. Elle de m e ure ra ce pe nda nt é m ine m m e nt confide ntie lle . e st le fonda te ur de l'Alliance Fra nça ise . que nous trouve rons un é cho dans le cœur de nos proté gé s e t que nous hâte rons l'he ure où se ra de ve nue une ré alité la fra te rnité de s pe uple s". te lle s le "Com ptoir m é ta llurgique " ou e ncore la "C om pa gnie de s transports de C asa bla nca". qui se fe ra sa ns rupture brutale ave c la Fra nce . P lus tard. le nom du Sulta n Moulay Abde la ziz e st donné à une loge m ê m e si son appa rte na nce à la FM n'a. trè s proté gé s à l'é poque par la Fra nce . é tait plutôt un na tionaliste . R abat. Mais l'e x iste nce m ê m e de la FM au Ma roc ne pe ut ê tre ré duite à une sim ple consé que nce de la colonisation. C e qui va à l'e ncontre de s inté rê ts de be aucoup d'Europé e ns qui ont pe ur "qu'e n e ntrant dans nos lycé e s. En re vanche ce lle du Sulta n Moulay Hafid. puis à Se ttat pour que puisse se cré e r "un m ilie u de dia logue loya l e t é ne rgique e n vue de rapproche r e t associe r le s e fforts m usulm a ns e t frança is pour que le Ma roc arrive à jouir de la vraie libe rté e t de la dé m ocratie ". Le s frè re s n'auront né anm oins de ce sse d'a ppe le r a u dé ve loppe m e nt de s indigè ne s prônant la prom otion d'un "e nse igne m e nt m ix te e t laïque dans l'é cole unique ". P ar la suite . En 1956. te naie nt ce rtaine m e nt le urs idé e s libé rale s e t le ur a ttache m e nt à un Ma roc du sa voir de le ur e nga ge m e nt m açonnique . dé trôné a va it e u un sursa ut de rage : sur le canot qui. oncle pate rne l de Moham e d V. l'istiqla lie n Ahm e d Ba lafre j d'ê tre un m e m bre é m ine nt de la FM m a roca ine . une loge "Union e t P rogrè s" voit le jour e n 1949 à R a bat. "La Vigie m arocaine " e t "Le Pe tit m arocain" sont l'œuvre de fra ncs-m a çons dé sire ux a u dé part de prom ouvoir l'action pa trona le . le s ra pports franco-m a roca ins sont difficile s e t craigna nt de s re pré sa ille s sur le s "frè re s" m usulm ans.

a u ce ntre de le urs pré occupations. à la m açonne rie ancie nne de m é tie r. ce qui n'e m pê che ra pas ce rtains frè re s. En e ffe t. Le s se cre ts du Maître d'œuvre se se ra ie nt tra nsm is de gé né ra tions e n gé né rations. spiritue lle e t opé ra tive . e st né e e n Grande -Bre ta gne e n 1717 ave c la Grande Loge de Londre s. un fre in se ra m is de facto au dé ve loppe m e nt de la FM. Les francs-maçons au Maroc sous la IIIème République. jusqu'aux Assa ssins (ordre a rabe ) qui le s auraie nt transm is a ux Te m plie rs. Ave c la ré troce ssion de s ba se s au Ma roc. e t il e n se ra a insi à Ké nitra. à la R oya l Society e t e nfin aux Francs-m açons. le s frè re s y tie ndront le urs te nue s da ns la discré tion la plus totale . Sidi Slim ane e t Nouasse r. aux rose s-croix . dè s lors. sa vé rita ble o rigine de m e ure trè s m ysté rie use . L'archite cte de l'é difice aurait cré é une confré rie a fin d'organise r le s trava ux sous une double ba se . Bie n d'a utres thé orie s plus fa bule use s le s une s que le s a utre s. ont é té a va ncé e s de puis. de de m e ure r actifs aussi bie n sur le te rritoire na tional qu'auprè s de loge s occide nta le s e n atte nda nt de s jours m e ille urs. La franc-m açonne rie e st pré se nté e a lors com m e la re naissance d'une institution dont l'origine re m onte aux te m ps ancie ns. Il s'agira principale m e nt pour e ux de se nsibilise r le couve nt a ux pré occupations de s loge s a frica ine s. De Salomon aux Francs-maçons La Franc-m a çonne rie . aux bâtisse urs de ca thédrale s. Be n Gué rir. dite spé cula tive .sur le te rrito ire pe rm e ttra forte m e nt le m aintie n d'une a ctivité m a çonnique d'e nve rgure . La lé ge nde voudra it que l'O rdre m a çonnique ait vu le jour lors de la construction du Te m ple de Sa lom on. Editions maçonniques de France [Q ue lque s C hefs d'État Francs-Ma çons] Origine. Critique du né o-colonia lism e e t re che rche s sur le binôm e "tra ditions e t m ode rnité " se ront. . Et si tout le m onde s'accorde à ratta che r la franc-m açonne rie m ode rne . da ns sa form e a ctue lle . À lire : Georges Odo. on l'a vu.