P. 1
Signal Video NB Et Composite

Signal Video NB Et Composite

|Views: 22|Likes:
Published by matmatijamel

More info:

Published by: matmatijamel on Oct 05, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

10/05/2011

pdf

text

original

Ligne 143

Ligne 178
Ligne 194
Ligne 271
Ligne 143
Ligne 178
Ligne 194
Ligne 271
SIGNAL VIDÉO COMPOSITE
Définitions, caractéristiques et exemples de
schémas
CREMMEL Marcel
Lycée Louis Couffignal
STRASBOURG
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 2/22 16/10/07
SIGNAL VIDÉO COMPOSITE
Définitions, caractéristiques et exemples de schémas
Généralement, le lieu de production de l'image vidéo (un studio de télévision par exemple) est éloigné
de celui de la reproduction ! C'est le principe même de la télé-vision.
C'est dans ce but qu'ont été élaborées, et normalisées, les caractéristiques d'un signal adapté à la
transmission d'une image : le signal vidéo.
Il doit comporter toutes les composantes de l'image : ses dimensions ainsi que la luminosité et la couleur
de chaque point ou pixel. Toutes ces informations ne peuvent pas être transmises simultanément sur un
seul signal : l'image à transmettre est donc analysée séquentiellement, pixel par pixel, de gauche à droite
et de haut en bas, de sorte qu'à un instant donné, le signal vidéo ne contient que les informations
relatives à un seul pixel.
Des intervalles de temps sont réservés pour insérer des informations de synchronisation horizontale (au
début de chaque ligne) et verticale (au début de chaque image) qui permettent de reconstituer le format
de l'image.
La transmission d'une image complète prend donc un certain temps, et dans le cas d'images animées,
celle-ci est périodique avec un rythme suffisant pour la fluidité.
La nature séquentielle du signal vidéo impose la présence d'une fonction de mémorisation dans le
dispositif de reproduction. Cette mémorisation peut être analogique (rémanence de l'écran cathodique
par exemple) ou numérique (RAM "vidéo").
Le support de transmission peut être un câble, une onde hertzienne ou la lumière dans une fibre optique.
1. Définitions et caractéristiques
L'expression "signal vidéo" est utilisée dès qu'il s'agit de transmettre une image animée entre deux
points distants. Plusieurs natures de signal vidéo existent :
÷ En analogique :
÷ Noir et Blanc :
÷ Les composantes "luminance" et format ("synchronisation ligne" et "synchronisation
trame") sont physiquement séparées (3 signaux). N'est plus utilisé aujourd'hui.
÷ Les composantes "luminance", "synchronisation ligne" et "synchronisation trame" sont
regroupées dans un seul signal composite (il comporte plusieurs composantes).
÷ Couleurs :
÷ Les composantes couleur ("R", "V", "B"), "synchronisation ligne" et "synchronisation
trame" sont séparées. Cette liaison à 5 fils est utilisée pour les très courtes distances et des
images de haute résolution (ex : liaison ordinateur - moniteur informatique au format VGA).
÷ Les composantes couleurs ("R", "V", "B"), "synchronisation ligne" et "synchronisation
trame" sont regroupées dans un seul signal composite. Le codage est normalisé : PAL,
SECAM et NTSC.
÷ En numérique : les formats sont nombreux mais la majorité codent séparément la composante
luminance (Y) et les composantes couleurs (voir §1.4). Les structures des trames numériques
correspondent aux trames "images" et comportent une entête qui défini le format de l'image.
Exemples de formats : images fixes : JPEG, BMP, TIFF
images animées : CCIR601, CCIR656
Note importante : en analogique, le signal vidéo est transmis à courtes distances avec une liaison
adaptée en impédance à 75O. Cette liaison nécessite alors un câble spécifique pour ne pas perturber
l'impédance caractéristique.
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 3/22 16/10/07
1.1 Signal vidéo N&B composite
1.1.1 Séparation des composantes
Un seul signal regroupe les 3 composantes : luminance, synchros lignes et trames.
Le codage de ces 3 composantes a été choisi pour faciliter leurs extractions dans le téléviseur ou le
moniteur.
Les composantes "luminance" et "synchro" sont séparées par un niveau de référence : le "noir".
Notes importantes :
 Le "noir" est un niveau relatif. Sa valeur absolue (par rapport à la masse par exemple) n'est pas
imposée par la norme.
 Les amplitudes crêtes-crêtes indiquées des 2 composantes sont obtenues sur une charge de 75O.
1.1.2 Détails d'une ligne dans le format CCIR 625/50Hz
Le palier de suppression (palier
"noir") qui précède la partie active sert
de référence de niveau dans le
téléviseur.
Le palier de garde arrière qui suit la
partie active donne une marge pour
cadrer l'image sur l'écran.
Synchro ligne : le + est la référence de
temps O
H
. Elle déclenche le balayage
horizontal dans un tube cathodique et
est donc aussi la référence de la
position de la ligne en horizontal sur
l'écran.
Remarque : CCIR signifie "Comité
Consultatif International des
Radiocommunications"
Note : les durées sont nominales
Niveau "noir"
Zone réservée à la
composante luminance
Zone réservée aux composantes synchro 0,3V
0,7V
Niveau "blanc"
t
Signal VIDEO composite
Niveau "infra-noir"
64µS
52µS
4,7µS
Blanc
Noir
1,5µS 5,8µS
Morceau d'image
Partie "active"
et ligne
correspondante
Synchro "ligne"
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 4/22 16/10/07
Détails de la composante "synchro ligne"
A = 12µS ± 0,3µS
B = 10,5µS
C = 1,5µS ± 0,3µS
D = 4,7µS ± 0,2µS
Temps de commutation
= 0,2µS ± 0,1µS
Noter le repère O
H
de
synchronisation ligne :
il s'agit de la référence
des temps d'une ligne.
1.1.3 Synchronisation trame
La "synchro trame" est la référence des temps d'une image. Elle déclenche le balayage vertical dans un
tube cathodique et est donc aussi la référence de la position en vertical de l'image sur l'écran.
Les chronogrammes ci-dessous représentent la transition sur le signal vidéo composite entre les
dernières lignes d'une trame (paire ou impaire : voir document sur le tube cathodique et les principes de
balayages) et les premières de la suivante.
Comme on peut le voir, la "synchro trame" n'est pas identifiée par un niveau de tension différent, mais
par une chronologie assez complexe de la composante "synchro". Cette relative complexité permet de
simplifier la structure du circuit de détection "trame" dans le téléviseur (voir document précédemment
cité).
Ligne 617 Ligne 36
Ligne 616 Ligne 35
Principales durées
D Synchro trame 2,5 lignes H K Palier de garde arrière 1,5 ± 0,3 µS
E Suppression trame 23 lignes H L Impulsion ligne 4,7 ± 0,2 µS
F Pré-égalisation 2,5 lignes H M Palier de garde avant 5,4 à 6,4 µS
G Post-égalisation 2,5 lignes H N Temps de commutation 0,2 ± 0,1 µS
H Durée ligne 64µS
Le premier chronogramme représente la fin du balayage des lignes impaires et le début du balayage des
lignes paires. C'est évidemment le contraire pour le deuxième chronogramme.
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 5/22 16/10/07
Détails de la composante "synchro trame"
619 621 623 0 4 2 6
620 622 624 1 5 3 7
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 6/22 16/10/07
1.1.4 Relevés expérimentaux
Ligne 143
Ligne 178
Ligne 194
Ligne 271
Ligne 143
Ligne 178
Ligne 194
Ligne 271
C
h
r
o
n
o
g
r
a
m
m
e

d
'
u
n
e

t
r
a
m
e

c
o
m
p
l
è
t
e
.
L
e
s

2
8
8

l
i
g
n
e
s

"
u
t
i
l
e
s
"

s
o
n
t

e
n

c
o
r
r
e
s
p
o
n
d
a
n
c
e

a
v
e
c

l
'
i
m
a
g
e
.

O
n

n
'
i
d
e
n
t
i
f
i
e

p
a
s
g
r
a
n
d

c
h
o
s
e

c
a
r

c
h
a
q
u
e

l
i
g
n
e

e
s
t

a
s
s
e
z

c
o
m
p
l
e
x
e
.

O
n

o
b
s
e
r
v
e

t
o
u
t
e
f
o
i
s

l
e
s
t
r
a
n
s
i
t
i
o
n
s

d
e

l
a

z
o
n
e

"
d
a
m
i
e
r
"

d
e

l
'
i
m
a
g
e
.
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 7/22 16/10/07
Les relevés reproduits ci-dessus ont été réalisés avec un "chip" caméra CMOS OV5017 de Omnivision.
Ce circuit intégré comporte un capteur N&B de 384x288 pixels, toutes les fonctions nécessaires à
l'analyse de l'image et à la production d'un signal vidéo composite, ainsi qu'un convertisseur A/N. Ce
dernier est utilisé pour transférer l'image à l'ordinateur via son port imprimante.
Note : le signal vidéo produit par la caméra n'est pas conforme en niveau et en impédance aux
recommandations du CCIR.
Commentaires :
 Le chronogramme à droite de l'image représente une trame complète, soit les 288 lignes actives +
les lignes "mortes" qui encadrent la synchro trame. La trame dure 8x2,5mS = 20mS, ce qui est
conforme.
Détail de la synchro
trame. Elle est conforme
aux descriptions
données.
 Chronogrammes "lignes" :
÷ La période "ligne" est bien de 64µS (8 divisions de 8µS)
÷ L'impulsion de synchro "ligne" est facilement identifiable. Elle dure 4µS environ
÷ Le palier de garde "avant" dure 5µS environ
÷ Le palier de garde "arrière" dure 1,5µS environ
÷ Pour chaque ligne, on identifie facilement la luminosité de chacun de ses points avec la valeur
du signal vidéo. Voir en particulier les chronogrammes des lignes 178 et 194 qui passent par le
damier de la couverture de la bande dessinée. Observer notamment "l'opposition de phase" du
signal vidéo dans ces 2 lignes.
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 8/22 16/10/07
1.2 Signal vidéo couleur analogique "composantes RVB"
Un tube cathodique
"couleur" (moniteur
d'ordinateur ou TV)
comporte 3 faisceaux
électroniques qui balayent
l'écran simultanément. Les
intensités de ces 3
faisceaux sont contrôlés
par 3 signaux analogiques
R, V et B (pour Rouge,
Vert et Bleu; RGB en
anglais) appliqués sur les
électrodes Whenelt de
chaque canon
électronique.
Grâce à un masque placé
devant l'écran, chaque
faisceau n'atteint que les
lumiphores de la couleur correspondante. Les
lumiphores sont groupés par 3 et chaque groupe
constitue un pixel de l'image.
Quand le faisceau électronique atteint ses lumiphores,
ils deviennent lumineux grâce à leurs propriétés
fluorescentes. L'intensité lumineuse est liée à
l'intensité du faisceau électronique.
A une distance suffisante, l'œil humain mélange les 3
couleurs d'un pixel. En dosant l'intensité lumineuse de chaque lumiphore, on peut reproduire toutes les
couleurs visibles pour chaque pixel de l'image.
Les propriétés fluorescentes des lumiphores sont limitées et l'intensité lumineuse ne peut dépasser une
certaine valeur même si on continue d'augmenter l'intensité du faisceau électronique. On utilise le terme
de saturation et sa valeur varie entre 0% et 100% pour chaque lumiphore.
Pour illustrer ces propos, on reproduit sur la page suivante le schéma fonctionnel d'un moniteur VGA.
On y reconnaît :
÷
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 9/22 16/10/07
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 11/22 16/10/07
1.3 Signal vidéo couleur analogique "composantes YUV"
A venir
1.4 Signal vidéo couleur composite
A venir
1.5 Signal vidéo numérique
A venir
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 12/22 16/10/07
2. Prise SCART "Péritel"
Scart = Syndicat des Constructeurs d'Appareils Radiorécepteurs et Téléviseurs
Les équipements audiovisuels, pour la plupart, comportent une ou plusieurs prises Péritel afin de
pouvoir communiquer. La prise péritélévision a connu une première homologation en 1980. Ce
connecteur rassemble différents signaux d'entrées et de sorties pour deux principaux usages :
1. Utiliser le téléviseur en tant que simple moniteur. Dans ce cas, la partie "tuner" et les signaux
démodulés par le téléviseur ne sont pas utilisés. Le téléviseur reçoit alors d'un périphérique
externe des signaux vidéo (composite ou composantes) et audio, tels ceux d'un magnétoscope,
d'un caméscope, d'un DVD ou d'un micro-ordinateur.
2. L'appareil périphérique s'implante fonctionnellement au sein du téléviseur. Certaines liaisons,
comme les voies audio et vidéo composite, sont en quelque sorte ouvertes par des commutateurs
et bouclées par l'appareil périphérique, tel un décodeur. Dès lors, cet appareil traite les signaux
reçus par le téléviseur avant de les renvoyer dans le récepteur de télévision.
Note importante :
Les cordons péritel sont équipés de 2 prises "mâles". Certaines connexions sont croisées et pas d'autres
 Connexions croisées :
÷ Vidéo composite : broche 19 ÷broche 20 (sortie vers entrée)
broche 20 ÷broche 19 (entrée sur sortie)
÷ Signaux audio : broche 3 ÷broche 6 (sortie G vers entrée G)
broche 1 ÷broche 2 (sortie D vers entrée D)
broche 6 ÷broche 3 (entrée G sur sortie G)
broche 2 ÷broche 1 (entrée D sur sortie D)
 Connexions non croisées :
÷ Tous les autres signaux : les broches de même numéro sont connectées. Cela signifie par
exemple que, dans un périphérique vidéo, les signaux "Rouge", "Vert" et "Bleu" sont des sorties.
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 13/22 16/10/07
Description des signaux
N° Désignation Valeur d'adaptation Observations
1 Sortie audio
voie droite
Force électromotrice : 500mVeff (+/- 3dB)
Impédance de source s 1kO pour les fréquences
supérieures à 20 Hz
En réception monophonique, les
broches 1 et 3 doivent délivrer des
signaux identiques
2 Entrée audio
voie droite
Tension nominale : 500mVeff (+/- 3dB), sur une
impédance de charge de 10kO.
Impédance d'entrée > 4,7kO
Broche reliée à la broche 6 dans les
récepteurs non équipés pour la
stéréophonie
3 Sortie audio
voie gauche
Force électromotrice : 500mVeff (+/- 3dB)
Impédance de source s 1kO pour les fréquences
supérieures à 20 Hz
En réception monophonique, les
broches 1 et 3 doivent délivrer des
signaux identiques
4 Masse audio Masses "vidéo" et "audio" distinctes
5 Masse "bleu" Les différentes masses "vidéo"
doivent être disctinctes.
6 Entrée audio
mono ou voie
gauche
Tension nominale : 500mVeff (+/- 3dB), sur une
impédance de charge de 10kO.
Impédance d'entrée > 4,7kO
7 Entrée
composante
"bleu"
0V = saturation 0%
0,7V = saturation 100%
Impédance d'entrée 75O
A 0V pendant les parties inactives de
l'image
8 Entrée
commutation
lente
0V à 2V : inactif
5V à 8V : Mode AV 16/9 sur certaines TV
9,5V à 12V : Mode AV 4/3
Résistance d'entrée > 10KO
9 Masse "vert"
10 Horloge Variable suivant les équipements Peu ou jamais utilisé
Non décrit dans la norme
11 Entrée
composante
"vert"
0V = saturation 0%
0,7V = saturation 100%
Impédance d'entrée 75O
A 0V pendant les parties inactives de
l'image
12 Commande à
distance
Commande à distance Les caractéristiques détaillées
dépendent du fabricant.
13 Masse "rouge"
14 Masse CD CD : commande à distance
15 Entrée
composante
"rouge"
0V = saturation 0%
0,7V = saturation 100%
Impédance d'entrée 75O
Entrée "C" en mode Y/C. Dans ce cas
niveau nominal "Burst" = 0,3V c.c.
16 Entrée
commutation
rapide
0 à 0,4V état inactif.
1 à 3V état actif.
Impédance d'entrée 75 O
A l'état actif :
÷ le TV affiche les signaux R,V,B
÷ la synchro composite est prélevée
sur la broche 20
17 Masse vidéo
18 Masse CR CR : commutation rapide
19 Sortie vidéo Signal vidéo composite. Niveau 1V c.c. sur 75O
Impédance de source 75O . Tension continue
superposée comprise entre 0V et +2V
Signal vidéo visualisé si TV
Sortie "Y" en mode Y/C. Dans ce cas
niveau nominal = 0,7V c.c.
20 Entrée vidéo Signal vidéo composite. Niveau nominale 1V c.c.
Impédance d'entrée 75O. Tension continue
superposée comprise entre 0V et +2V
Entrée "Y" en mode Y/C. Dans ce
cas niveau nominal = 0,7V c.c.
21 Blindage de la
fiche
Mise au potentiel de référence
Note : les désignations correspondent aux signaux d'un téléviseur. Sur d'autres appareils, les directions
(entrée ou sortie) sont inversées pour quelques signaux (R, V,B et commutations)
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 14/22 16/10/07
3. Exemples de schémas structurels
3.1 Réglages "contraste" et "luminosité"
2
3
1
A
MAX457
300
R1
100
P1
VIDEO_IN
100nF
C1
SW
10µF
C2
10K
P2
R3
R2
+12V
2
3
1
A
MAX457
1K
R5
1K
R4
VIDEO_OUT
HS
VS
BURST
Extraction des
composantes
synchros
2K
R6
75
R7
Vlum
AL1
 La fonction "extraction des composantes synchros" est étudiée au §3.1 du document "Tubes
cathodiques" à l'exeption de la production du signal logique "BURST". Celui-ci passe à "1" pendant
le palier noir (ou palier de suppression de ligne : voir §1.1.2) conformément à la figure ci-dessous :
On peut exprimer le signal VIDEO_IN de la
manière suivante :
V
VIDEO_IN
=V
VIDEO
+ V
NOIR
Avec : V
VIDEO
: partie utile comprise entre –0,3V
(bas des synchros) et +0,7V (pixel blanc)
de part et d'autre de V
NOIR
V
NOIR
: composante continue comprise
entre 0V et +2V environ.
Le signal est nommé "BURST" car il identifie la position temporelle de la salve ("burst" en anglais)
de la sous-porteuse utilisée en télévision couleur (sinsusoïde de fréquence 4,43MHz en PAL).
En télévision N&B (notre cas), il identifie la position du palier noir qui précède la partie utile. Il
s'agit du niveau de référence de la composante "luminance".
 Si l'impédance d'entrée de la fonction "extraction synchros" est suffisamment grande, l'impédance
d'entrée de la structure complète est : Zin = R1 // P1 soit 75O. La valeur est conforme.
 Le potentiomètre P1 dose le signal vidéo : V
CURSEUR
= o - V
VIDEO_IN
avec o réglable entre 0 et
100%. P1 règle le contraste.
Le niveau du palier noir est également modifié par ce réglage.
Palier noir
5,6µS
2,5µS
V
NOIR
O
H
BURST
VIDEO_IN
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 15/22 16/10/07
 Le premier Aop MAX457 est monté en suiveur. Le modèle MAX457 est spécialement conçu pour
les applications vidéo : il peut traiter des signaux jusqu'à 10MHz. La résistance de charge R6 est
imposée par le fabricant MAXIM, elle assure la stabilité du suiveur.
 Les résistances R2, P2 et R3 constituent un pont diviseur qui charge le condensateur C2 à une
tension réglée par le potentiomètre P2 : VLUM.
P2 règle la luminosité.
 L'interrupteur analogique SW est fermé avec BURST pendant le palier noir de chaque ligne et
pendant un temps très court (2,5µS) par rapport à la durée d'une ligne.
Le condensateur C1 va alors se charger rapidement à la valeur :
V
C1
= o. V
NOIR
– V
LUM
La quantité d'électricité fournie à C1 est prélevée sur C2. Sa charge V
LUM
varie donc, mais que très
légèrement car C2 = 100xC1. On peut donc admettre que V
LUM
reste constante.
 L'interrupteur analogique SW est ouvert l'essentiel du temps, notamment pendant la partie utile du
signal vidéo.
Dans ces conditions, C1 ne peut plus se décharger ou se décharger et la tension à ses bornes reste
constante et égale à V
C1
= V
NOIR
– V
LUM
.
On en déduit : V
AL1
= o. V
VIDEO_IN
– V
C1
= o. (V
VIDEO
+ V
NOIR
) – (o. V
NOIR
– V
LUM
)
= o. V
VIDEO
+ V
LUM
La composante continue V
NOIR
(inconnue) est éliminée et remplacée par V
LUM
(réglée avec P2)
De plus, V
LUM
est indépendant du réglage de contraste o .
 Le 2° MAX457 est monté en amplificateur non inverseur x2. L'adaptation d'impédance 75O est
réalisée avec la résistance R7 si cela est imposé par le destinataire du signal.
Dans ce cas, la charge est une résistance de 75O. Le signal de sortie de l'Aop est donc divisé par 2.
Cela justifie l'amplification par 2 de cette structure de sortie.
Conclusion : avec une charge de 75O : V
VIDEO_OUT
= o. V
VIDEO
+ V
LUM
V
VIDEO
est la composante utile du signal vidéo d'entrée de valeur instantanée comprise entre –0,3V
(bas des synchros) et +0,7V (pixel blanc) et vaut 0V si le pixel est noir.
÷ V
LUM
fixe le niveau du noir et est réglé par P2. Le réglage n'est pas influencé par P1.
÷ o fixe l'atténuation : c'est à dire le contraste ou le niveau du "blanc". Le niveau bas des
impulsions de synchro est également modifié, mais c'est sans effet si le signal VIDEO_OUT
pilote le Whenelt du tube. Dans le cas contraire (envoi vers un périphérique vidéo), une fonction
doit être ajoutée qui reconstitue le niveau nominal du bas des synchros.
Le réglage n'est pas influencé par P2.
Procédure de réglage :
1. L'idéal est de visualiser une mire (au moins un ensemble de lignes ou de colonnes du noir au blanc).
2. On règle le contraste à 0 : o = 0.
3. On règle P2 (la luminosité) de façon que le faisceau électronique du tube soit au seuil de conduction
: une légère augmentation rend le noir légèrement "gris", une diminution ne rend pas le noir plus
noir !
4. On règle P1 (le contraste) de façon que les zone blanches soient juste blanches (plus blanc que blanc
n'existe pas !)
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 16/22 16/10/07
3.2 Sélecteur vidéo automatique
Il s'agit d'un appareil proposé par la revue d'électronique allemande ELV. Il permet de sélectionner un
équipement vidéo parmi 4 pour visualiser l'image qu'il produit sur un moniteur ou un téléviseur.
Les liaisons se font via des prises Péritel, et la sélection est automatisée en utilisant le signal de
commutation lente disponible sur la broche 8.
Les signaux commutés sont : le signal vidéo composite et les voies audio gauche et droite.
3.2.1 Fonction "sélection vidéo"
Y2
2
Y0
1
Y
3
Y3
4
VDD
16
Y1
5
INH
6
X
13
VEE
7
VSS
8
X0
12
B
9
A
10
X3
11
X2
15
X1
14
CD4052B
IC3
10µF
C18
10µF
C19
10µF
C20
10µF
C21
A
B
75
R4
75
R3
75
R2
75
R1
VID1
VID2
VID3
VID4
82K
R24
+12V
22K
R28
VID_AMP
Les signaux VID1 à VID4 sont les
signaux vidéo composites des sources à
sélectionner. Ils proviennent des prises
Péritel correspondantes (broches 19).
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 17/22 16/10/07
La structure est basée sur un circuit intégré classique dans ce type de fonction. Le CD4052B comporte 2
multiplexeurs analogiques 4 voies vers 1 de schéma équivalent :
Un seul interrupteur analogique est fermé à la fois et est
sélectionné par la combinaison des entrées A et B.
Toutefois ces interrupteurs ne sont pas parfaits :
 Les tensions sur leurs électrodes doivent être
comprises entre V
DD
et V
EE
 La résistance de contact à l'état "ON" (R
ON
) n'est pas
nulle : elle vaut quelques 100O à V
DD
= 12V.
Par contre, le courant de fuite à l'état "OFF" est
généralement négligeable.
Commentaires :
 Les résistances R1, R2, R3 et R4 de 75O réalisent l'adaptation d'impédance de la liaison avec les
sources des signaux vidéo. La valeur élevée de R
ON
des interrupteurs analogiques impose leurs
câblages en amont du multiplexeur.
 Les condensateurs C18 à C20 coupent les composantes continues des signaux vidéo composites. En
effet, celles-ci ne sont pas connues à priori (voir tableau du §2) et les structures en aval de
VID_AMP nécessitent une composante continue déterminée par les résistances R24 et R28. La
capacité de ces condensateurs est calculée pour laisser passer toutes les composantes fréquentielles
du signal vidéo (25Hz à 5MHz).
 La sortie vers la Péritel du téléviseur ne peut pas être directement câblée sur VID_AMP car :
÷ l'adaptation d'impédance ne serait pas réalisée : l'impédance vue de VID_AMP vaut
iVID1
iVID1
ON i
R R1
R R1
R R
+
×
+ = quand VID1 est sélectionnée; Ri
VID1
étant la résistance interne de
la source. L'impédance Ri dépasse largement les 75O requis.
÷ Le niveau serait beaucoup trop faible car cette résistance interne forme avec la charge de
75O dans le téléviseur un diviseur de facteur largement supérieur à 3 !
Une structure active est donc nécessaire à en aval de VID_AMP.
3.2.2 Amplificateur "vidéo" de sortie
Les caractéristiques attendues sont les
suivantes:
 Impédance d'entrée largement plus grande
que Ri
 Impédance de sortie = 75O
 Amplification : à vide = 2; en charge = 1
 Bande passante minimum : 25Hz à 5MHz
Il existe des amplificateurs opérationnels
adaptés à cette application. Le choix des
transistors discrets est dicté par des
considérations de coût et de disponibilité. Les
BC548B et BC558 sont parmi les plus courants
et les moins chers du marché.
Commentaires :
 Le signal VID_AMP est appliqué sur la
base de T3. Ce transistor et les résistances
associées constituent un amplificateur
inverseur dit "à charge répartie" (sortie au
AB=00
AB=10
AB=01
AB=11
X0
X1
X2
X3
X
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 18/22 16/10/07
collecteur) de coefficient 2,1
R29
R25
÷ = ÷
Le condensateur C22 augmente le gain dans les fréquences hautes (qq MHz) pour compenser les
atténuations dans les liaisons et donner du "peps" à l'image (sharpness). Ce choix n'est pas
nécessairement une bonne idée s'il n'y a rien à compenser ! De plus, on dégrade le rapport
signal/bruit.
L'impédance de sortie de cet étage est R25 = 470O. Elle est faible devant l'impédance d'entrée de
l'étage suivant : R26 h21 h11
T4 T4
× + > 10kO.
 Le signal est remis en phase par un autre amplificateur inverseur réalisé autour de T4. Son
coefficient d'amplification est de 2 , 1
R26
R27
÷ = ÷
L'impédance de sortie de cet étage est R27 = 68O. Elle est faible devant l'impédance d'entrée de
l'étage suivant :
( )
75Ω R31 R37
75Ω R31 R37
h21 h11
T5 T5
+ +
+ ×
× + // R36 // R30 > 1,7kO.
 L'étage suivant réalisé autour de T5 constitue un "suiveur" pour réduire l'impédance de sortie. Celle-
ci vaut qq O à l'émetteur de T5.
 La résistance R31 réalise l'adaptation d'impédance à 75O.
 L'amplification théorique totale vaut : 2,1x1,2x1 = 2,52 (à vide). Cette valeur est supérieure à la
valeur requise (2) pour compenser les approximations (impédances d'entrée très grandes devant les
impédances de sortie et suiveur parfait).
3.2.3 Fonction "sélection audio"
Y2
2
Y0
1
Y
3
Y3
4
VDD
16
Y1
5
INH
6
X
13
VEE
7
VSS
8
X0
12
B
9
A
10
X3
11
X2
15
X1
14
CD4052B
IC2
1µF
C5
1µF
C6
1µF
C7
1µF
C8
A
B
1
M
R
5
AUD1_G
AUD2_G
AUD3_G
AUD4_G
+12V
1µF
C9
10µF
C10
10µF
C11
10µF
C12
1
M
R
7
1
M
R
8
1
M
R
9
1
M
R
1
0
1
M
R
1
1
1
M
R
1
2
1
M
R
6
47µF
C13
10K
R13
10K
R14
AUD1_D
AUD2_D
AUD3_D
AUD4_D
1K
R38
1K
R39
1nF
C32
1nF
C33
100K
R15
100K
R17
100K
R16
100K
R18
BC548B
T1
BC548B
T1
1K
R19
1K
R20
47µF
C16
47µF
C17
S_G
S_D
Les signaux "audio" AUD1_G à AUD4_G proviennent de la voie gauche des prises Péritel des 4
sources à sélectionner (broche 6).
Les signaux "audio" AUD1_D à AUD4_D proviennent de la voie droite des prises Péritel des 4 sources
à sélectionner (broche 2).
Les signaux S_G et S_D sont appliqués sur les broches 3 et 1 de la prise Péritel de sortie.
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 19/22 16/10/07
Commentaires :
 On utilise le même type de multiplexeur analogique. Le CD4052 en intègre deux, ce qui permet de
réaliser la sélection des voies G et D avec un seul circuit intégré.
 La composante continue des signaux audio prélevés sur les prise Péritel n'est pas connue. Les
condensateurs C5 à C12 coupent cette composante continue. Leur capacité est suffisante pour ne pas
atténuer les composantes de fréquence supérieure à 20Hz
 Les résistances R14 et R13 constituent un pont diviseur par 2 et chargent donc le condensateur C13
à 6V environ. En effet, les courants continus dans les résistances R5 à R12 sont pratiquement nuls.
 Les résistances R5 à R12 polarisent les bornes des interrupteurs analogiques à 6V environ pour
assurer leurs bon fonctionnement.
 Les cellules R38-C32 et R39-C33 constituent des filtres passe-bas du 1er ordre de fréquence de
coupure 150kHz environ. Ils atténuent toutes les composantes indésirables (> 20kHz) pour réduire
le bruit.
 T1 et T2 sont montés en "suiveur" pour diminuer l'impédance de sortie. Leur courant de repos est de
5mA environ et l'impédance de sortie peut être évaluée à une dizaine d'Ohm.
Note : les résistances R15/R16 et R17/R18 polarisent les bases de T1 et T2 à 6V pour éviter que leur
courant de base passe par les interrupteurs analogiques et par conséquent par une des résistances R5
à R12. On vérifie ainsi l'hypothèse précédente (4° -).
 Les condensateurs C16 et C17 coupent la composante continue sur les émetteurs (5,4V environ) et
se comportent en liaison pour des fréquences supérieures à 20Hz si l'impédance de charge est
supérieure à 200O environ.
 L'amplitude de la composante audio n'est pas modifiée (amplification de 1).
3.2.4 Logique de sélection
Sa fonction est de produire les signaux de commande A et B des multiplexeurs analogiques. Pour ce
faire, on utilise le signal de "commutation lente" produit par tout appareil de reproduction vidéo et
appliqué sur la broche 8 de sa prise Péritel.
Les prises Péritel associées
à chaque appareil vidéo à
sélectionner sont
référencés BU1 à BU4. Les
signaux de commutation
lente correspondants sont
nommés SEL1 à SEL4.
On les retrouve sur le
schéma ci-contre, à
l'exception de SEL1 car il
correspond à l'appareil
sélectionné par défaut.
De ce schéma, on déduit
les équations booléennes
suivantes :
4 S 3 S SEL2 S2 - - =
4 S 2 S SEL3 S3 - - =
3 S 2 S SEL4 S4 - - =
S4 S2 A + =
S4 S3 B + =
3 2
CD4049B
IC6A
1
2
8
9
CD4073B
IC4A
2
1
3
CD4071B
IC5A
5 4
CD4049B
IC6B
3
4
5
6
CD4073B
IC4B
7 6
CD4049B
IC6C
13
12
11
10
CD4073B
IC4C
6
5
4
CD4071B
IC5B
S2
S3
S4
A
B
SEL2
SEL3
SEL4
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 20/22 16/10/07
Fonctionnement :
 Un seul appareil actif connecté sur la Péritel BU1 :
V
SEL1
= 12V, V
SEL2
= V
SEL3
= V
SEL4
= 0V soit SEL1="1" et SEL2=SEL3=SEL4="0"
On en déduit : S2=S3=S4="0" et A=B="0"
Les signaux sélectionnés sont donc : VID1, AUD1_G et AUD1_D, soit ceux provenant de la Péritel
BU1 : C.Q.F.D.
 Un seul appareil actif connecté sur la Péritel BU2 :
V
SEL2
= 12V, V
SEL1
= V
SEL3
= V
SEL4
= 0V soit SEL2="1" et SEL1=SEL3=SEL4="0"
On en déduit : S3=S4="0", soit S2="1" et A="1" et B="0"
Les signaux sélectionnés sont donc : VID2, AUD2_G et AUD2_D, soit ceux provenant de la Péritel
BU2 : C.Q.F.D.
 Un seul appareil actif connecté sur la Péritel BU3 :
V
SEL3
= 12V, V
SEL1
= V
SEL2
= V
SEL4
= 0V soit SEL3="1" et SEL1=SEL2=SEL4="0"
On en déduit : S2=S4="0", soit S3="1" et A="0" et B="1"
Les signaux sélectionnés sont donc : VID3, AUD3_G et AUD3_D, soit ceux provenant de la Péritel
BU3 : C.Q.F.D.
 Un seul appareil actif connecté sur la Péritel BU4 :
V
SEL4
= 12V, V
SEL1
= V
SEL2
= V
SEL3
= 0V soit SEL4="1" et SEL1=SEL2=SEL3="0"
On en déduit : S2=S3="0", soit S4="1" et A="1" et B="1"
Les signaux sélectionnés sont donc : VID4, AUD4_G et AUD4_D, soit ceux provenant de la Péritel
BU4 : C.Q.F.D.
 Un appareil actif connecté sur BU1 puis un autre connecté sur BU2 :
Avant d'activer le 2° appareil, les états sont : S2=S3=S4="0" et A=B="0" (voir ci-dessus).
A l'activation du 2° appareil : SEL2="1". Cela entraîne S2="1" car S3 et S4 sont à "0" et restent
dans cet état car SEL3 et SEL4 sont à "0".
÷ A="1" et B="0" et BU2 sélectionné : BU2 est prioritaire sur BU1
 Un appareil actif connecté sur BU2 puis un autre connecté sur BU3 :
Avant d'activer le 2° appareil, les états sont : S3=S4="0", S2="1" soit A="1" et B="0"
(voir ci-dessus).
A l'activation du 2° appareil : SEL3="1". Cela n'entraîne aucune modification sur S2 ,S3 et S4 car
S2="1".
÷ A="1" et B="0" et BU2 sélectionné et non BU3 : le 1
er
appareil connecté est prioritaire (sauf
BU1)
Conclusions :
 BU1 n'est sélectionné que si aucune autre prise Péritel n'est active.
 Pour les autres prises : le premier appareil actif reste sélectionné quel que soit l'état des autres
"Péritel"
3.2.5 Schéma structurel complet
Il est reproduit sur la page suivante. On y reconnaît les schémas partiels déjà présentés avec quelques
compléments :
 Le signal vidéo de sortie (émetteur de T5) est redistribué sur les broches 19 des 4 Péritel d'entrée.
Cela permet par exemple de faire des copies de magnétoscope à magnétoscope, tout en contrôlant
l'image sur le téléviseur.
 Les signaux de commutation lente de BU2, BU3 et BU4 sont appliqués à la logique de sélection via
des diodes (D9, D10 et D11) pour permettre une sélection manuelle avec le commutateur à glissière
S2.
 Les diodes D15, D16, D17 et D18 réalisent une fonction OU logique entre les 4 signaux de
commutation lente des 4 Péritel. Le résultat pilote l'entrée de commutation lente du téléviseur. Ainsi,
le téléviseur visualisera le signal vidéo sélectionné, avec le son correspondant.
 Le multiplexeur "B" de IC3 est utilisé pour commander 4 Leds indicatrices de la voie sélectionnée.
Une seule résistance de polarisation suffit (R23=1kO) car une seule Led est allumée à la fois. Le
courant à l'état actif vaut 8mA environ : il faut des Leds à haut rendement.
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 21/22 16/10/07
Signal vidéo composite
CREMMEL Marcel Page 22/22 16/10/07
Sommaire
1. DÉFINITIONS ET CARACTÉRISTIQUES ............................................................................. 2
1.1 SIGNAL VIDÉO N&B COMPOSITE................................................................................................. 3
1.1.1 Séparation des composantes .............................................................................................. 3
1.1.2 Détails d'une ligne dans le format CCIR 625/50Hz ............................................................ 3
1.1.3 Synchronisation trame ....................................................................................................... 4
1.1.4 Relevés expérimentaux....................................................................................................... 6
1.2 SIGNAL VIDÉO COULEUR ANALOGIQUE "COMPOSANTES RVB" ..................................................... 8
1.3 SIGNAL VIDÉO COULEUR ANALOGIQUE "COMPOSANTES YUV"....................................................11
1.4 SIGNAL VIDÉO COULEUR COMPOSITE..........................................................................................11
1.5 SIGNAL VIDÉO NUMÉRIQUE........................................................................................................11
2. PRISE SCART "PÉRITEL" .....................................................................................................12
3. EXEMPLES DE SCHÉMAS STRUCTURELS........................................................................14
3.1 RÉGLAGES "CONTRASTE" ET "LUMINOSITÉ" ...............................................................................14
3.2 SÉLECTEUR VIDÉO AUTOMATIQUE..............................................................................................16
3.2.1 Fonction "sélection vidéo" ................................................................................................16
Amplificateur "vidéo" de sortie.....................................................................................................17
3.2.3 Fonction "sélection audio"................................................................................................18
3.2.4 Logique de sélection .........................................................................................................19
3.2.5 Schéma structurel complet ................................................................................................20

Signal vidéo composite

SI G N AL V ID ÉO CO M P O S IT E
Définitions, caractéristiques et exemples de schémas
Généralement, le lieu de production de l'image vidéo (un studio de télévision par exemple) est éloigné de celui de la reproduction ! C'est le principe même de la télé-vision. C'est dans ce but qu'ont été élaborées, et normalisées, les caractéristiques d'un signal adapté à la transmission d'une image : le signal vidéo. Il doit comporter toutes les composantes de l'image : ses dimensions ainsi que la luminosité et la couleur de chaque point ou pixel. Toutes ces informations ne peuvent pas être transmises simultanément sur un seul signal : l'image à transmettre est donc analysée séquentiellement, pixel par pixel, de gauche à droite et de haut en bas, de sorte qu'à un instant donné, le signal vidéo ne contient que les informations relatives à un seul pixel. Des intervalles de temps sont réservés pour insérer des informations de synchronisation horizontale (au début de chaque ligne) et verticale (au début de chaque image) qui permettent de reconstituer le format de l'image. La transmission d'une image complète prend donc un certain temps, et dans le cas d'images animées, celle-ci est périodique avec un rythme suffisant pour la fluidité. La nature séquentielle du signal vidéo impose la présence d'une fonction de mémorisation dans le dispositif de reproduction. Cette mémorisation peut être analogique (rémanence de l'écran cathodique par exemple) ou numérique (RAM "vidéo"). Le support de transmission peut être un câble, une onde hertzienne ou la lumière dans une fibre optique.

1. Définitions et caractéristiques
L'expression "signal vidéo" est utilisée dès qu'il s'agit de transmettre une image animée entre deux points distants. Plusieurs natures de signal vidéo existent :  En analogique :  Noir et Blanc :  Les composantes "luminance" et format ("synchronisation ligne" et "synchronisation trame") sont physiquement séparées (3 signaux). N'est plus utilisé aujourd'hui.  Les composantes "luminance", "synchronisation ligne" et "synchronisation trame" sont regroupées dans un seul signal composite (il comporte plusieurs composantes).  Couleurs :  Les composantes couleur ("R", "V", "B"), "synchronisation ligne" et "synchronisation trame" sont séparées. Cette liaison à 5 fils est utilisée pour les très courtes distances et des images de haute résolution (ex : liaison ordinateur - moniteur informatique au format VGA).  Les composantes couleurs ("R", "V", "B"), "synchronisation ligne" et "synchronisation trame" sont regroupées dans un seul signal composite. Le codage est normalisé : PAL, SECAM et NTSC.  En numérique : les formats sont nombreux mais la majorité codent séparément la composante luminance (Y) et les composantes couleurs (voir §1.4). Les structures des trames numériques correspondent aux trames "images" et comportent une entête qui défini le format de l'image. Exemples de formats : images fixes : JPEG, BMP, TIFF images animées : CCIR601, CCIR656 Note importante : en analogique, le signal vidéo est transmis à courtes distances avec une liaison adaptée en impédance à 75. Cette liaison nécessite alors un câble spécifique pour ne pas perturber l'impédance caractéristique.

CREMMEL Marcel

Page 2/22

16/10/07

 Les amplitudes crêtes-crêtes indiquées des 2 composantes sont obtenues sur une charge de 75. 52µS 1. Partie "active" Le palier de garde arrière qui suit la Blanc partie active donne une marge pour cadrer l'image sur l'écran.3V Niveau "infra-noir" Notes importantes :  Le "noir" est un niveau relatif. synchros lignes et trames. et ligne Synchro ligne : le  est la référence de correspondante temps OH. 1.8µS Remarque : CCIR signifie "Comité Consultatif International des 4.Signal vidéo composite 1. Les composantes "luminance" et "synchro" sont séparées par un niveau de référence : le "noir".1 Séparation des composantes Un seul signal regroupe les 3 composantes : luminance. Sa valeur absolue (par rapport à la masse par exemple) n'est pas imposée par la norme. Le codage de ces 3 composantes a été choisi pour faciliter leurs extractions dans le téléviseur ou le moniteur. Signal VIDEO composite Niveau "blanc" Zone réservée à la composante luminance t Niveau "noir" 0.2 Détails d'une ligne dans le format CCIR 625/50Hz Le palier de suppression (palier Morceau d'image "noir") qui précède la partie active sert de référence de niveau dans le téléviseur.5µS 5. Elle déclenche le balayage horizontal dans un tube cathodique et Synchro "ligne" Noir est donc aussi la référence de la position de la ligne en horizontal sur l'écran.7V CREMMEL Marcel Page 3/22 16/10/07 .1.1 Signal vidéo N&B composite 1.1.7µS Radiocommunications" 64µS Note : les durées sont nominales Zone réservée aux composantes synchro 0.

C'est évidemment le contraire pour le deuxième chronogramme.1. Elle déclenche le balayage vertical dans un tube cathodique et est donc aussi la référence de la position en vertical de l'image sur l'écran. CREMMEL Marcel Page 4/22 16/10/07 .4 µS 0. Comme on peut le voir.5µS  0.5 lignes H N Temps de commutation Durée ligne 64µS Le premier chronogramme représente la fin du balayage des lignes impaires et le début du balayage des lignes paires. la "synchro trame" n'est pas identifiée par un niveau de tension différent. mais par une chronologie assez complexe de la composante "synchro".3 µS 4. Cette relative complexité permet de simplifier la structure du circuit de détection "trame" dans le téléviseur (voir document précédemment cité).4 à 6.2 µS 5.2  0. Les chronogrammes ci-dessous représentent la transition sur le signal vidéo composite entre les dernières lignes d'une trame (paire ou impaire : voir document sur le tube cathodique et les principes de balayages) et les premières de la suivante.3µS B = 10.5 lignes H M Palier de garde avant Post-égalisation 2.1µS Noter le repère OH de synchronisation ligne : il s'agit de la référence des temps d'une ligne. Ligne 617 Ligne 36 Ligne 616 D E F G H Ligne 35 1.2µS Temps de commutation = 0.2µS  0. 1.5µS C = 1.7  0.3µS D = 4.3 Synchronisation trame La "synchro trame" est la référence des temps d'une image.5 lignes H K Palier de garde arrière Suppression trame 23 lignes H L Impulsion ligne Pré-égalisation 2.Signal vidéo composite Détails de la composante "synchro ligne" A = 12µS  0.1 µS Principales durées Synchro trame 2.5  0.7µS  0.

Signal vidéo composite Détails de la composante "synchro trame" 619 621 623 0 2 4 6 620 622 624 1 3 5 7 CREMMEL Marcel Page 5/22 16/10/07 .

. Les 288 lignes "utiles" sont en correspondance avec l'image.1. On observe toutefois les transitions de la zone "damier" de l'image.4 Relevés expérimentaux Ligne 271 CREMMEL Marcel Ligne 143 Ligne 178 Ligne 194 Ligne 271 Page 6/22 16/10/07 Chronogramme d'une trame complète. On n'identifie pas grand chose car chaque ligne est assez complexe.Signal vidéo composite Ligne 143 Ligne 178 Ligne 194 1.

5mS = 20mS. ainsi qu'un convertisseur A/N. CREMMEL Marcel Page 7/22 16/10/07 . ce qui est conforme. Note : le signal vidéo produit par la caméra n'est pas conforme en niveau et en impédance aux recommandations du CCIR. Elle dure 4µS environ  Le palier de garde "avant" dure 5µS environ  Le palier de garde "arrière" dure 1. Observer notamment "l'opposition de phase" du signal vidéo dans ces 2 lignes.5µS environ  Pour chaque ligne. Voir en particulier les chronogrammes des lignes 178 et 194 qui passent par le damier de la couverture de la bande dessinée. Ce circuit intégré comporte un capteur N&B de 384x288 pixels. soit les 288 lignes actives + les lignes "mortes" qui encadrent la synchro trame. Ce dernier est utilisé pour transférer l'image à l'ordinateur via son port imprimante. on identifie facilement la luminosité de chacun de ses points avec la valeur du signal vidéo.  Chronogrammes "lignes" :  La période "ligne" est bien de 64µS (8 divisions de 8µS)  L'impulsion de synchro "ligne" est facilement identifiable. toutes les fonctions nécessaires à l'analyse de l'image et à la production d'un signal vidéo composite.Signal vidéo composite Les relevés reproduits ci-dessus ont été réalisés avec un "chip" caméra CMOS OV5017 de Omnivision. Elle est conforme aux descriptions données. Commentaires :  Le chronogramme à droite de l'image représente une trame complète. La trame dure 8x2. Détail de la synchro trame.

A une distance suffisante. Les lumiphores sont groupés par 3 et chaque groupe constitue un pixel de l'image. On y reconnaît :  CREMMEL Marcel Page 8/22 16/10/07 . Quand le faisceau électronique atteint ses lumiphores. L'intensité lumineuse est liée à l'intensité du faisceau électronique. V et B (pour Rouge. Vert et Bleu. on peut reproduire toutes les couleurs visibles pour chaque pixel de l'image.Signal vidéo composite 1. Les intensités de ces 3 faisceaux sont contrôlés par 3 signaux analogiques R. ils deviennent lumineux grâce à leurs propriétés fluorescentes. En dosant l'intensité lumineuse de chaque lumiphore.2 Signal vidéo couleur analogique "composantes RVB" Un tube cathodique "couleur" (moniteur d'ordinateur ou TV) comporte 3 faisceaux électroniques qui balayent l'écran simultanément. chaque faisceau n'atteint que les lumiphores de la couleur correspondante. on reproduit sur la page suivante le schéma fonctionnel d'un moniteur VGA. Les propriétés fluorescentes des lumiphores sont limitées et l'intensité lumineuse ne peut dépasser une certaine valeur même si on continue d'augmenter l'intensité du faisceau électronique. On utilise le terme de saturation et sa valeur varie entre 0% et 100% pour chaque lumiphore. Grâce à un masque placé devant l'écran. l'œil humain mélange les 3 couleurs d'un pixel. RGB en anglais) appliqués sur les électrodes Whenelt de chaque canon électronique. Pour illustrer ces propos.

Signal vidéo composite CREMMEL Marcel Page 9/22 16/10/07 .

.

3 Signal vidéo couleur analogique "composantes YUV" A venir 1.Signal vidéo composite 1.5 Signal vidéo numérique A venir CREMMEL Marcel Page 11/22 16/10/07 .4 Signal vidéo couleur composite A venir 1.

"Vert" et "Bleu" sont des sorties.Signal vidéo composite 2. tels ceux d'un magnétoscope. Ce connecteur rassemble différents signaux d'entrées et de sorties pour deux principaux usages : 1. d'un DVD ou d'un micro-ordinateur. Prise SCART "Péritel" Scart = Syndicat des Constructeurs d'Appareils Radiorécepteurs et Téléviseurs Les équipements audiovisuels. L'appareil périphérique s'implante fonctionnellement au sein du téléviseur. Dans ce cas. Dès lors. Utiliser le téléviseur en tant que simple moniteur. la partie "tuner" et les signaux démodulés par le téléviseur ne sont pas utilisés. Certaines connexions sont croisées et pas d'autres  Connexions croisées :  Vidéo composite : broche 19  broche 20 (sortie vers entrée) broche 20  broche 19 (entrée sur sortie)  Signaux audio : broche 3  broche 6 (sortie G vers entrée G) broche 1  broche 2 (sortie D vers entrée D) broche 6  broche 3 (entrée G sur sortie G) broche 2  broche 1 (entrée D sur sortie D)  Connexions non croisées :  Tous les autres signaux : les broches de même numéro sont connectées. tel un décodeur. sont en quelque sorte ouvertes par des commutateurs et bouclées par l'appareil périphérique. Le téléviseur reçoit alors d'un périphérique externe des signaux vidéo (composite ou composantes) et audio. CREMMEL Marcel Page 12/22 16/10/07 . La prise péritélévision a connu une première homologation en 1980. comportent une ou plusieurs prises Péritel afin de pouvoir communiquer. dans un périphérique vidéo. 2. d'un caméscope. Note importante : Les cordons péritel sont équipés de 2 prises "mâles". les signaux "Rouge". cet appareil traite les signaux reçus par le téléviseur avant de les renvoyer dans le récepteur de télévision. comme les voies audio et vidéo composite. pour la plupart. Certaines liaisons. Cela signifie par exemple que.

7k 0V = saturation 0% 0.B et commutations) CREMMEL Marcel Page 13/22 16/10/07 .c.B  la synchro composite est prélevée sur la broche 20 17 18 19 20 Entrée vidéo 21 Blindage de la fiche CR : commutation rapide Signal vidéo composite.4V état inactif.3dB). les broches 1 et 3 doivent délivrer des signaux identiques Broche reliée à la broche 6 dans les récepteurs non équipés pour la stéréophonie En réception monophonique. 12 13 14 15 16 CD : commande à distance 0V = saturation 0% 0. Tension continue superposée comprise entre 0V et +2V Signal vidéo composite. Dans ce cas niveau nominal = 0.Signal vidéo composite Description des signaux N° Désignation 1 Sortie audio voie droite 2 Entrée audio voie droite Sortie audio voie gauche Masse audio Masse "bleu" Entrée audio mono ou voie gauche Entrée composante "bleu" Entrée commutation lente Masse "vert" Horloge Entrée composante "vert" Commande à distance Masse "rouge" Masse CD Entrée composante "rouge" Entrée commutation rapide Masse vidéo Masse CR Sortie vidéo Tension nominale : 500mVeff (+/.c. Niveau nominale 1V c. V. Impédance d'entrée > 4.5V à 12V : Mode AV 4/3 Variable suivant les équipements 0V = saturation 0% 0. Note : les désignations correspondent aux signaux d'un téléviseur. Sur d'autres appareils.7V c. A l'état actif :  le TV affiche les signaux R. sur une impédance de charge de 10k. Entrée "Y" en mode Y/C. les directions (entrée ou sortie) sont inversées pour quelques signaux (R. Niveau 1V c. 3 4 5 6 7 A 0V pendant les parties inactives de l'image Résistance d'entrée > 10K 8 9 10 11 Peu ou jamais utilisé Non décrit dans la norme A 0V pendant les parties inactives de l'image Les caractéristiques détaillées dépendent du fabricant.c. sur 75 Impédance de source 75 .7k Force électromotrice : 500mVeff (+/.7V = saturation 100% Impédance d'entrée 75 0V à 2V : inactif 5V à 8V : Mode AV 16/9 sur certaines TV 9.7V c. Dans ce cas niveau nominal "Burst" = 0.V.3dB).c. les broches 1 et 3 doivent délivrer des signaux identiques Masses "vidéo" et "audio" distinctes Les différentes masses "vidéo" doivent être disctinctes.3V c.7V = saturation 100% Impédance d'entrée 75 0 à 0. 1 à 3V état actif. Impédance d'entrée > 4. Impédance d'entrée 75  Entrée "C" en mode Y/C. Dans ce cas niveau nominal = 0.3dB) Impédance de source  1k pour les fréquences supérieures à 20 Hz Tension nominale : 500mVeff (+/. Impédance d'entrée 75.c.3dB) Impédance de source  1k pour les fréquences supérieures à 20 Hz Observations En réception monophonique.7V = saturation 100% Impédance d'entrée 75 Commande à distance Valeur d'adaptation Force électromotrice : 500mVeff (+/. sur une impédance de charge de 10k. Tension continue superposée comprise entre 0V et +2V Mise au potentiel de référence Signal vidéo visualisé si TV Sortie "Y" en mode Y/C.

1.   Le signal est nommé "BURST" car il identifie la position temporelle de la salve ("burst" en anglais) de la sous-porteuse utilisée en télévision couleur (sinsusoïde de fréquence 4.5µS On peut exprimer le signal VIDEO_IN de la manière suivante : VVIDEO_IN=VVIDEO + VNOIR Avec : VVIDEO : partie utile comprise entre –0.6µS 2. Il s'agit du niveau de référence de la composante "luminance". il identifie la position du palier noir qui précède la partie utile.1 Réglages "contraste" et "luminosité" R4 1K R1 300 VIDEO_IN P1 100 2 3 A 1 R6 2K C1 AL1 100nF SW 3 2 A 1 MAX457 R5 1K R7 VIDEO_OUT 75 MAX457 +12V R2 P2 10K R3 C2 10µF Vlum BURST Extraction des composantes synchros  HS VS La fonction "extraction des composantes synchros" est étudiée au §3. La valeur est conforme. P1 règle le contraste.7V (pixel blanc) de part et d'autre de VNOIR VNOIR : composante continue comprise entre 0V et +2V environ. Le potentiomètre P1 dose le signal vidéo : VCURSEUR =   VVIDEO_IN avec  réglable entre 0 et 100%. Si l'impédance d'entrée de la fonction "extraction synchros" est suffisamment grande. l'impédance d'entrée de la structure complète est : Zin = R1 // P1 soit 75. Le niveau du palier noir est également modifié par ce réglage.Signal vidéo composite 3.3V (bas des synchros) et +0. En télévision N&B (notre cas).43MHz en PAL). Exemples de schémas structurels 3. CREMMEL Marcel Page 14/22 16/10/07 .2) conformément à la figure ci-dessous : Palier noir VIDEO_IN OH VNOIR BURST 5.1 du document "Tubes cathodiques" à l'exeption de la production du signal logique "BURST". Celui-ci passe à "1" pendant le palier noir (ou palier de suppression de ligne : voir §1.

2. Le condensateur C1 va alors se charger rapidement à la valeur : VC1 = . une diminution ne rend pas le noir plus noir ! 4.7V (pixel blanc) et vaut 0V si le pixel est noir. VNOIR – VLUM) = . Le 2° MAX457 est monté en amplificateur non inverseur x2. Dans ces conditions. On règle P2 (la luminosité) de façon que le faisceau électronique du tube soit au seuil de conduction : une légère augmentation rend le noir légèrement "gris". elle assure la stabilité du suiveur. L'interrupteur analogique SW est ouvert l'essentiel du temps. C1 ne peut plus se décharger ou se décharger et la tension à ses bornes reste constante et égale à VC1 = VNOIR – VLUM . Le réglage n'est pas influencé par P2. L'adaptation d'impédance 75 est réalisée avec la résistance R7 si cela est imposé par le destinataire du signal. Le niveau bas des impulsions de synchro est également modifié.5µS) par rapport à la durée d'une ligne. La résistance de charge R6 est imposée par le fabricant MAXIM. VVIDEO_IN – VC1 = . VVIDEO + VLUM La composante continue VNOIR (inconnue) est éliminée et remplacée par VLUM (réglée avec P2) De plus. VLUM est indépendant du réglage de contraste  . On règle le contraste à 0 :  = 0. une fonction doit être ajoutée qui reconstitue le niveau nominal du bas des synchros. VNOIR – VLUM La quantité d'électricité fournie à C1 est prélevée sur C2. la charge est une résistance de 75. Le modèle MAX457 est spécialement conçu pour les applications vidéo : il peut traiter des signaux jusqu'à 10MHz. Dans ce cas. Sa charge VLUM varie donc.3V (bas des synchros) et +0. P2 règle la luminosité. mais c'est sans effet si le signal VIDEO_OUT pilote le Whenelt du tube. P2 et R3 constituent un pont diviseur qui charge le condensateur C2 à une tension réglée par le potentiomètre P2 : VLUM. Le signal de sortie de l'Aop est donc divisé par 2.  VLUM fixe le niveau du noir et est réglé par P2. 3. mais que très légèrement car C2 = 100xC1. On peut donc admettre que VLUM reste constante. notamment pendant la partie utile du signal vidéo. VVIDEO + VLUM VVIDEO est la composante utile du signal vidéo d'entrée de valeur instantanée comprise entre –0. (VVIDEO + VNOIR) – (. Dans le cas contraire (envoi vers un périphérique vidéo). On en déduit : VAL1 = . L'idéal est de visualiser une mire (au moins un ensemble de lignes ou de colonnes du noir au blanc).   fixe l'atténuation : c'est à dire le contraste ou le niveau du "blanc". Le réglage n'est pas influencé par P1. Cela justifie l'amplification par 2 de cette structure de sortie.Signal vidéo composite    Le premier Aop MAX457 est monté en suiveur. On règle P1 (le contraste) de façon que les zone blanches soient juste blanches (plus blanc que blanc n'existe pas !) CREMMEL Marcel Page 15/22 16/10/07 . L'interrupteur analogique SW est fermé avec BURST pendant le palier noir de chaque ligne et pendant un temps très court (2. Procédure de réglage : 1. Les résistances R2.   Conclusion : avec une charge de 75 : VVIDEO_OUT = .

Les signaux commutés sont : le signal vidéo composite et les voies audio gauche et droite.2. Il permet de sélectionner un équipement vidéo parmi 4 pour visualiser l'image qu'il produit sur un moniteur ou un téléviseur. 3. Ils proviennent des prises Péritel correspondantes (broches 19). et la sélection est automatisée en utilisant le signal de commutation lente disponible sur la broche 8.1 Fonction "sélection vidéo" C18 VID1 R1 75 10µF C19 VID2 R2 75 10µF IC3 6 C20 VID3 R3 75 10µF A B INH Les signaux VID1 à VID4 sont les signaux vidéo composites des sources à sélectionner.2 Sélecteur vidéo automatique Il s'agit d'un appareil proposé par la revue d'électronique allemande ELV. +12V VDD 16 R24 82K X 13 R28 22K Y 3 VID_AMP 10 A 9 B 12 X0 14 X1 15 X2 11 X3 1 Y0 5 Y1 2 Y2 4 Y3 8 VSS CD4052B C21 VID4 R4 75 10µF VEE 7 CREMMEL Marcel Page 16/22 16/10/07 . Les liaisons se font via des prises Péritel.Signal vidéo composite 3.

En effet. Les BC548B et BC558 sont parmi les plus courants et les moins chers du marché.Signal vidéo composite La structure est basée sur un circuit intégré classique dans ce type de fonction.  Le niveau serait beaucoup trop faible car cette résistance interne forme avec la charge de 75 dans le téléviseur un diviseur de facteur largement supérieur à 3 ! Une structure active est donc nécessaire à en aval de VID_AMP. 3. Commentaires :  Les résistances R1. L'impédance Ri dépasse largement les 75 requis. Le choix des transistors discrets est dicté par des considérations de coût et de disponibilité. Commentaires :  Le signal VID_AMP est appliqué sur la base de T3. Par contre. le courant de fuite à l'état "OFF" est généralement négligeable. Toutefois ces interrupteurs ne sont pas parfaits :  Les tensions sur leurs électrodes doivent être comprises entre VDD et VEE  La résistance de contact à l'état "ON" (RON) n'est pas nulle : elle vaut quelques 100 à VDD = 12V. RiVID1 étant la résistance interne de R1  R iVID1 la source. La capacité de ces condensateurs est calculée pour laisser passer toutes les composantes fréquentielles du signal vidéo (25Hz à 5MHz).  La sortie vers la Péritel du téléviseur ne peut pas être directement câblée sur VID_AMP car :  l'adaptation d'impédance ne serait pas réalisée : l'impédance vue de VID_AMP vaut R1  R iVID1 R i  R ON  quand VID1 est sélectionnée. Ce transistor et les résistances associées constituent un amplificateur inverseur dit "à charge répartie" (sortie au CREMMEL Marcel Page 17/22 16/10/07 .  Les condensateurs C18 à C20 coupent les composantes continues des signaux vidéo composites. La valeur élevée de RON des interrupteurs analogiques impose leurs câblages en amont du multiplexeur. en charge = 1  Bande passante minimum : 25Hz à 5MHz Il existe des amplificateurs opérationnels adaptés à cette application. R3 et R4 de 75 réalisent l'adaptation d'impédance de la liaison avec les sources des signaux vidéo. Le CD4052B comporte 2 multiplexeurs analogiques 4 voies vers 1 de schéma équivalent : AB=00 X0 AB=10 X1 AB=01 X2 AB=11 X3 X Un seul interrupteur analogique est fermé à la fois et est sélectionné par la combinaison des entrées A et B.2 Amplificateur "vidéo" de sortie Les caractéristiques attendues sont les suivantes:  Impédance d'entrée largement plus grande que Ri  Impédance de sortie = 75  Amplification : à vide = 2. celles-ci ne sont pas connues à priori (voir tableau du §2) et les structures en aval de VID_AMP nécessitent une composante continue déterminée par les résistances R24 et R28.2. R2.

CREMMEL Marcel Page 18/22 16/10/07 . Elle est faible devant l'impédance d'entrée de l'étage suivant : h11T4  h21T4  R26 > 10k.  Le signal est remis en phase par un autre amplificateur inverseur réalisé autour de T4. on dégrade le rapport signal/bruit.7k.  L'amplification théorique totale vaut : 2.  La résistance R31 réalise l'adaptation d'impédance à 75. 3.3 Fonction "sélection audio" collecteur) de coefficient  R5 R6 R7 R8 R9 R10 R11 R12 R14 +12V C13 47µF R13 10K 10K 1M 1M 1M 1M 1M 1M 1M 1M C5 AUD1_G 1µF C6 AUD2_G 1µF C7 AUD3_G 1µF C8 AUD4_G 1µF C9 AUD1_D 1µF C10 AUD2_D 10µF C11 AUD3_D 10µF C12 AUD4_D 10µF A B 6 IC2 INH VDD 16 R15 100K X 13 R38 1K C32 1nF R17 100K T1 BC548B 10 A 9 B 12 X0 14 X1 15 X2 11 X3 1 Y0 5 Y1 2 Y2 4 Y3 8 VSS CD4052B C16 S_G 47µF T1 BC548B C17 Y 3 R39 1K C33 1nF S_D R16 100K R18 100K R19 1K R20 1K 47µF VEE 7 Les signaux "audio" AUD1_G à AUD4_G proviennent de la voie gauche des prises Péritel des 4 sources à sélectionner (broche 6).52 (à vide). Les signaux "audio" AUD1_D à AUD4_D proviennent de la voie droite des prises Péritel des 4 sources à sélectionner (broche 2). Cette valeur est supérieure à la valeur requise (2) pour compenser les approximations (impédances d'entrée très grandes devant les impédances de sortie et suiveur parfait).2. Celleci vaut qq  à l'émetteur de T5.2 R26 L'impédance de sortie de cet étage est R27 = 68.Signal vidéo composite R25  2. L'impédance de sortie de cet étage est R25 = 470.1x1.1 R29 Le condensateur C22 augmente le gain dans les fréquences hautes (qq MHz) pour compenser les atténuations dans les liaisons et donner du "peps" à l'image (sharpness). Les signaux S_G et S_D sont appliqués sur les broches 3 et 1 de la prise Péritel de sortie. R37  R31  75Ω  L'étage suivant réalisé autour de T5 constitue un "suiveur" pour réduire l'impédance de sortie.2x1 = 2. Son R27 coefficient d'amplification est de   1. Ce choix n'est pas nécessairement une bonne idée s'il n'y a rien à compenser ! De plus. Elle est faible devant l'impédance d'entrée de R37  R31  75Ω  l'étage suivant : h11T5  h21T5  // R36 // R30 > 1.

IC6A 2 3 CD4049B SEL2 1 2 8 IC4A 9 CD4073B IC6B 4 5 CD4049B SEL4 3 4 5 IC4B 6 CD4073B IC6C 6 7 CD4049B SEL3 IC4C 11 12 13 CD4073B S4 5 4 6 CD4071B B 1 3 2 CD4071B IC5B A S2 IC5A Les prises Péritel associées à chaque appareil vidéo à sélectionner sont référencés BU1 à BU4. On vérifie ainsi l'hypothèse précédente (4° ).  Les cellules R38-C32 et R39-C33 constituent des filtres passe-bas du 1er ordre de fréquence de coupure 150kHz environ.  Les résistances R5 à R12 polarisent les bornes des interrupteurs analogiques à 6V environ pour assurer leurs bon fonctionnement. En effet. Les signaux de commutation lente correspondants sont nommés SEL1 à SEL4.4V environ) et se comportent en liaison pour des fréquences supérieures à 20Hz si l'impédance de charge est supérieure à 200 environ. on déduit les équations booléennes suivantes : S2  SEL2  S 3  S 4 S3  SEL3  S 2  S 4 S4  SEL4  S 2  S 3 A  S2  S4 B  S3  S4 10 S3 CREMMEL Marcel Page 19/22 16/10/07 . Ils atténuent toutes les composantes indésirables (> 20kHz) pour réduire le bruit. on utilise le signal de "commutation lente" produit par tout appareil de reproduction vidéo et appliqué sur la broche 8 de sa prise Péritel. De ce schéma.2.  La composante continue des signaux audio prélevés sur les prise Péritel n'est pas connue. Le CD4052 en intègre deux. On les retrouve sur le schéma ci-contre. les courants continus dans les résistances R5 à R12 sont pratiquement nuls. Leur courant de repos est de 5mA environ et l'impédance de sortie peut être évaluée à une dizaine d'Ohm.  Les condensateurs C16 et C17 coupent la composante continue sur les émetteurs (5. Pour ce faire. Note : les résistances R15/R16 et R17/R18 polarisent les bases de T1 et T2 à 6V pour éviter que leur courant de base passe par les interrupteurs analogiques et par conséquent par une des résistances R5 à R12. Leur capacité est suffisante pour ne pas atténuer les composantes de fréquence supérieure à 20Hz  Les résistances R14 et R13 constituent un pont diviseur par 2 et chargent donc le condensateur C13 à 6V environ.  T1 et T2 sont montés en "suiveur" pour diminuer l'impédance de sortie. 3. Les condensateurs C5 à C12 coupent cette composante continue.Signal vidéo composite Commentaires :  On utilise le même type de multiplexeur analogique.4 Logique de sélection Sa fonction est de produire les signaux de commande A et B des multiplexeurs analogiques.  L'amplitude de la composante audio n'est pas modifiée (amplification de 1). ce qui permet de réaliser la sélection des voies G et D avec un seul circuit intégré. à l'exception de SEL1 car il correspond à l'appareil sélectionné par défaut.

VSEL1 = VSEL2 = VSEL4 = 0V soit SEL3="1" et SEL1=SEL2=SEL4="0" On en déduit : S2=S4="0". soit ceux provenant de la Péritel BU3 : C.  Un seul appareil actif connecté sur la Péritel BU2 : VSEL2 = 12V.F.Q. soit ceux provenant de la Péritel BU4 : C.2. Le courant à l'état actif vaut 8mA environ : il faut des Leds à haut rendement. D16. soit S4="1" et A="1" et B="1" Les signaux sélectionnés sont donc : VID4. Le résultat pilote l'entrée de commutation lente du téléviseur. les états sont : S2=S3=S4="0" et A=B="0" (voir ci-dessus). VSEL1 = VSEL3 = VSEL4 = 0V soit SEL2="1" et SEL1=SEL3=SEL4="0" On en déduit : S3=S4="0".  Un seul appareil actif connecté sur la Péritel BU4 : VSEL4 = 12V. Cela permet par exemple de faire des copies de magnétoscope à magnétoscope. soit ceux provenant de la Péritel BU1 : C.  Un appareil actif connecté sur BU1 puis un autre connecté sur BU2 : Avant d'activer le 2° appareil.  Un seul appareil actif connecté sur la Péritel BU3 : VSEL3 = 12V.D. D10 et D11) pour permettre une sélection manuelle avec le commutateur à glissière S2. AUD3_G et AUD3_D. On y reconnaît les schémas partiels déjà présentés avec quelques compléments :  Le signal vidéo de sortie (émetteur de T5) est redistribué sur les broches 19 des 4 Péritel d'entrée.  A="1" et B="0" et BU2 sélectionné et non BU3 : le 1er appareil connecté est prioritaire (sauf BU1) Conclusions :  BU1 n'est sélectionné que si aucune autre prise Péritel n'est active. S2="1" soit A="1" et B="0" (voir ci-dessus).Q. CREMMEL Marcel Page 20/22 16/10/07 . A l'activation du 2° appareil : SEL2="1". le téléviseur visualisera le signal vidéo sélectionné. soit ceux provenant de la Péritel BU2 : C.F. AUD1_G et AUD1_D.F. BU3 et BU4 sont appliqués à la logique de sélection via des diodes (D9. tout en contrôlant l'image sur le téléviseur.D. Une seule résistance de polarisation suffit (R23=1k) car une seule Led est allumée à la fois. avec le son correspondant.D. soit S2="1" et A="1" et B="0" Les signaux sélectionnés sont donc : VID2. D17 et D18 réalisent une fonction OU logique entre les 4 signaux de commutation lente des 4 Péritel.Signal vidéo composite Fonctionnement :  Un seul appareil actif connecté sur la Péritel BU1 : VSEL1 = 12V.  Pour les autres prises : le premier appareil actif reste sélectionné quel que soit l'état des autres "Péritel" 3. AUD2_G et AUD2_D.  A="1" et B="0" et BU2 sélectionné : BU2 est prioritaire sur BU1  Un appareil actif connecté sur BU2 puis un autre connecté sur BU3 : Avant d'activer le 2° appareil.F. Ainsi.S3 et S4 car S2="1".  Les diodes D15. soit S3="1" et A="0" et B="1" Les signaux sélectionnés sont donc : VID3. A l'activation du 2° appareil : SEL3="1".Q.5 Schéma structurel complet Il est reproduit sur la page suivante.D. AUD4_G et AUD4_D.  Les signaux de commutation lente de BU2. Cela n'entraîne aucune modification sur S2 . les états sont : S3=S4="0". VSEL2 = VSEL3 = VSEL4 = 0V soit SEL1="1" et SEL2=SEL3=SEL4="0" On en déduit : S2=S3=S4="0" et A=B="0" Les signaux sélectionnés sont donc : VID1. VSEL1 = VSEL2 = VSEL3 = 0V soit SEL4="1" et SEL1=SEL2=SEL3="0" On en déduit : S2=S3="0". Cela entraîne S2="1" car S3 et S4 sont à "0" et restent dans cet état car SEL3 et SEL4 sont à "0".Q.  Le multiplexeur "B" de IC3 est utilisé pour commander 4 Leds indicatrices de la voie sélectionnée.

Signal vidéo composite CREMMEL Marcel Page 21/22 16/10/07 .

.. 8 1......................................................2....................................................................1 RÉGLAGES "CONTRASTE" ET "LUMINOSITÉ" ...........11 1.............18 3.......... DÉFINITIONS ET CARACTÉRISTIQUES .........................................11 1..................................................................................17 3....... 2 1......................................................................Signal vidéo composite Sommaire 1..............................................................................................................................................1....2......................................................14 3.................................................. 3 1.......1........................................................................................2 Détails d'une ligne dans le format CCIR 625/50Hz .............................................1 Fonction "sélection vidéo" .........16 Amplificateur "vidéo" de sortie..............................1.......... 3 1........................................................ PRISE SCART "PÉRITEL" ...........................11 2..................2 SIGNAL VIDÉO COULEUR ANALOGIQUE "COMPOSANTES RVB" ...............................................14 3.......................................5 SIGNAL VIDÉO NUMÉRIQUE ..................................................................1.................................3 SIGNAL VIDÉO COULEUR ANALOGIQUE "COMPOSANTES YUV".......1 Séparation des composantes .........2..............................12 EXEMPLES DE SCHÉMAS STRUCTURELS ...................... 6 1.............. 4 1.........2................. 3...................19 3..............................................1 SIGNAL VIDÉO N&B COMPOSITE...............5 Schéma structurel complet .......................................3 Fonction "sélection audio"...........................................................................3 Synchronisation trame .........................................4 Relevés expérimentaux.......................... 3 1.............................4 SIGNAL VIDÉO COULEUR COMPOSITE ................................2 SÉLECTEUR VIDÉO AUTOMATIQUE.......4 Logique de sélection ................................................................................20 CREMMEL Marcel Page 22/22 16/10/07 ................................................................................16 3....................

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->