RESISTANCE DES MATERIAUX

PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 12






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



INTRODUCTION - HYPOTHESES


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 12
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 12

SOMMAIRE


1. EN QUOI ÇA CONSISTE ? .................................................................................................................................................................4
2. INTRODUCTION...................................................................................................................................................................................4
3. HYPOTHESES .........................................................................................................................................................................................4
3.1 LE MATERIAU..................................................................................................................................................................................... 5
3.1.1 Continuité de la matière..........................................................................................................................................................5
3.1.2 Homogénéité.............................................................................................................................................................................5
3.1.3 Isotropie.....................................................................................................................................................................................5
3.2 LA GEOMETRIE................................................................................................................................................................................... 5
3.3 LES FORCES APPLIQUEES................................................................................................................................................................... 7
3.3.1 Plans de symétries....................................................................................................................................................................7
3.3.2 Points ou zones d’application des forces.............................................................................................................................8
3.3.3 Types de forces extérieures ....................................................................................................................................................8
3.4 DEFORMATION................................................................................................................................................................................. 11
3.4.1 Hypothèse de Navier – Bernouilli .......................................................................................................................................11
3.4.2 Hypothèse de Barré de Saint Venant ..................................................................................................................................11
4. RESOLUTION.......................................................................................................................................................................................12



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 4 SUR 12

1. En quoi ça consiste ?

Pour ef f ect uer un calcul de RDM, i l est nécessai r e de connaît r e les act i ons mécani ques exer cées sur
le mécani sme (act i ons dét er mi nées dans l’ét ude de dynamique) et les mat ér iaux ut ilisés.
L’ét ude de RDM va per met t r e de déf inir les sollicit at ions et les cont r aint es qui en r ésult ent . A l’aide
des car act ér ist iques des mat ér iaux (pr opr iét és mécaniques), nous allons pouvoir en déduir e les déf or mat ions
du mat ér i au, et dans les cas ext r êmes, sa r upt ur e.


2. Introduction

La r ési st ance des mat ér i aux n’ét udi e que des soli des de f or mes si mples : l es « pout r es ». Bi en
souvent , i l est possi bl e de modél i ser des sol i des par une pout r e, à l a condi t i on que ceux-ci r espect ent
cer t ai nes hypot hèses. L’obj et de ce cour s est de pr ésent er les hypot hèses de la RDM, pr éalable
indispensable à l’ét ude.
La r ési st ance des mat ér i aux est l’ét ude de la r ési st ance et de la déf or mat i on des soli des (ar br es de
t r ansmi ssi ons, bât i ment s, di ver ses pi èces mécani ques…) dans l e but de dét er mi ner ou vér i f i er l eur s
dimensions af in qu’ils suppor t ent les char ges qu’ils subissent , dans des condit ions de sécur it é sat isf aisant es
et au mei lleur coût (opt i mi sat i on des f or mes, des di mensi ons, des mat ér i aux…) . Son domai ne d’appl i cat i on
ét ant t r ès lar ge et les sit uat ions r encont r ées nombr euses et var iées, il est nécessair e de met t r e en place
des hypot hèses si mpli f i cat r i ces dans le but de st andar di ser les cas d’ét ude.

La phot o ci-cont r e r epr ésent e un magni f i que char i ot
élévat eur d’un domai ne vi t i cole d’un vi llage bour gui gnon
(commençant par un C et f i ni ssant par un S…), mondi alement
connu pour ses vi ns bl ancs. Ce char i ot él évat eur est dest i né à
diver s t r avaux sur l’exploit at ion, et en f onct ion de son
ut ilisat ion, nous nous i nt ér esser ons plus par t i culi èr ement aux
f our ches de ce char iot .








FIGURE : CHARIOT ELEVATEUR


3. Hypothèses

Dans ce par agr aphe, nous allons cit er les dif f ér ent es hypot hèses que l’on est en dr oit de f or muler
dans le cadr e de la Résist ance des Mat ér i aux. La f i gur e sui vant e mont r e l’appli cat i on au f our ches du char iot
él évat eur.


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 5 SUR 12



FIGURE : FOURCHE DU MAGNIFIQUE CHARIOT ELEVATEUR

3.1 Le matériau

3.1.1 Continuité de la matière

Lor squ’on r egar de au micr oscope la coupe d’une pièce en mét al, on voit génér alement une st r uct ur e
f i br euse, ou quelquef oi s une st r uct ur e gr anulai r e. Tout ef oi s, les di st ances ent r e ces f i br es ou ces gr ai ns sont
t r ès pet it es par r appor t aux dimensions des plus pet it es pièces mécaniques qui sont ét udiées.
On peut alor s r ai sonnablement consi dér er le mat ér i au comme cont i nu.

3.1.2 Homogénéité

On admet que les mat ér iaux ont les mêmes pr opr iét és mécaniques en t ous point s. Cela est à peu pr ès
vér if ié pour la plupar t des mét aux, mais il f aut savoir que cet t e hypot hèse n’est qu’une gr ossièr e
appr oxi mat i on pour les mat ér i aux t els que le boi s ou le bét on.

3.1.3 Isotropie

On admet que les mat ér iaux ét udiés ont , en un même point , les mêmes pr opr iét és mécaniques dans
t out es l es di r ect i ons. Cel a est à peu pr ès vr ai pour l es aci er s, mai s i l f aut savoi r que cet t e hypot hèse est l oi n
de la r éali t é pour le boi s et les mat ér i aux composi t es par exemple.

3.2 La géométrie

Les seuls solides que nous ét udier ons ser ont du t ype pout r e (solide idéal du point de vue de la RDM :
soli de déf i ni par sa ligne moyenne et sa sect ion dr oit e). La pout r e est un solide dont la longueur est
pr épondér ant e devant les aut r es di mensi ons t r ansver sales.
Action de la charge
II.4 - PRINCIPE DE BARRE DE SAINT
VENANT
Action de la traverse
inférieure / fourche
Action de la traverse
supérieure / fourche
II.2 - GEOMETRIE : POUTRE
II.4 - DEFORMATIONS
II.1 - MATERIAU
II.3 – FORCES APPLIQUEES


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 6 SUR 12





FIGURE : GEOMETRIES DE POUTRES



FIGURE : NOTION DE POUTRE

Une pout r e est déf i ni e par :

v sa ligne moyenne (li gne dr oi t e ou li gne cour be à gr and r ayon de cour bur e, sur laquelle se t r ouve le
bar ycent r e G des sect i ons dr oi t es). Celle-ci est le plus souvent r ect i li gne ;

π
L > 4 ou 5D
Plan de symétrie de la poutre Ligne moyenne Sections droites S
G
, S
B
et S
A

D
L
G B A


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 7 SUR 12
v sa sect ion dr oit e (sect i on qui engendr e l a pout r e, const ant e et de cent r e de sur f ace G). Cel l e-ci est en
pr incipe const ant e et son cent r e de sur f ace est sur la ligne moyenne.

Dans le cas de la f our che du char i ot élévat eur :



FIGURE : ASSIMILATION A UNE POUTRE

Bien souvent , les pout r es ét udiées ne r emplissent pas ces condit ions. Les r elat ions ét ablies en t enant
compt e de ces hypot hèses ne s’appli quent pas par f ai t ement , d’où la nécessi t é d’i nt r odui r e un coef f i ci ent de
sécur i t é dans les calculs de di mensionnement .

3.3 Les forces appliquées

3.3.1 Plans de symétries

Les f or ces ext ér ieur es appliquées à la pout r e (P) ser ont sit uées soit dans le plan de symét r ie (P
S
),
soi t symét r i quement par r appor t au plan de symét r i e.



FIGURE : PLANS DE SYMETRIES
Ligne moyenne
Section droite
Calcul de RDM :
1
ère
poutre
Calcul de RDM :
2
ème
poutre





RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 8 SUR 12

3.3.2 Points ou zones d’application des forces

En RDM, i l n’est pas possi ble de r emplacer un syst ème de f or ces par un syst ème équi valent du poi nt
de vue de l’équi li br e car les ef f et s physi ques (déf or mat i ons, cont r ai nt es…) sont di f f ér ent s.
Dans les deux cas, la pout r e est en équi li br e, mai s par cont r e les déf or mat i ons sont t ot alement
di f f ér ent es.

On f ai t également les appr oxi mat i ons sui vant es :
F les cont act s de la pout r e et du mi li eu ext ér i eur s’ef f ect uent au ni veau de la li gne moyenne ;
F les suppor t s des f or ces r epr ésent ant les act i ons de cont act ne sont pas déplacés apr ès déf or mat i on.
Repr enons le cas de la f our che du char i ot élévat eur (t ouj our s aussi magni f i que) :




Poutre avant déformation



Poutre après grande déformation



Poutre après petite déformation
(a négligé)

3.3.3 Types de forces extérieures

On di st i ngue les act i ons à di st ance et les act i ons de cont act .

Act ions à dist ance : poi ds, magnét i sme…

Act i ons de cont act : char ges concent r ées en un poi nt ou char ges r épar t i es.
C
C
r
C
C
C
r
a


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 9 SUR 12

3.3.3.1 Charges concentrées en un point

Dans le cas de la f our che du char i ot élévat eur :



FIGURE : CHARGE CONCENTREE


Exempl e : r epr enons le cas de la f our che du char iot élévat eur .
Données du pr oblème :
v le char i ot t r anspor t e un f ût de vi n de Chabli s Gr and Cr u les Clos 2000 ;
v le f ût cont i ent 228 li t r es ;

Remar que : c’est malheur eux à dir e, mais pour f air e le calcul, on assimiler a
la densi t é de ce di vi n br euvage à cel l e de l ’eau…

La masse t ot ale M embar quée sur les f our ches (i l y a 2 f our ches) du char i ot élévat eur est donc :

kg M 228 1 228 ≈ × =

Le poids P s’exer çant sur une f our che est : N P 1140
2
10 228
=
×
=
L’i nt ensi t é de la char ge concent r ée sur une f our che est alor s : N P 1140 =

3.3.3.2 Charge uniformément répartie











T
MTL
1999

Clos 2000
P
r


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 10 SUR 12

Dans le cas de la f our che du char i ot élévat eur :



FIGURE : CHARGE REPARTIE

Exempl e : r epr enons le cas de la f our che du char i ot élévat eur .
Données du pr oblème :
v le char iot t r anspor t e une palet t e de car t ons de vin de Chablis Gr and Cr u les Clos 1998
(car t ons « expor t » de 6 bout ei lles) ;
v une bout ei lle (de 75cl) pèse envi r on 1.3kg ;
v la palet t e en boi s « EURO » pèse envi r on 20kg ;
v la palet t e est const i t uée de 4 r angs de 13 car t ons chacun ;
v le poi ds des car t ons (emballage) est négli gé.
Calculer la char ge r épar t i e s’exer çant sur une f our che.



Remar que : l a r ési st ance des f our ches dépend di r ect ement de l a géomét r i e et l a sect i on
des f our ches, déduit es du calcul de la char ge embar quée. Au pr ix des bout eilles
t r anspor t ées, i l vaut mi eux ne pas se t r omper dans le calcul…

La masse t ot ale M embar quée sur les f our ches (i l y a 2 f our ches) du char i ot élévat eur est
donc :
( ) [ ] kg M 426 20 4 13 3 . 1 6 ≈ + × × × =

Le poids P s’exer çant sur une f our che est : N P 2130
2
10 426
=
×
=

L’i nt ensi t é de la char ge r épar t i e sur une f our che est alor s : m N p / 1420
5 . 1
2130
= =

Dans ce cas, p
r
est appelé « densi t é li néi que de f or ce ». C’est par exemple le poids au mèt r e des pr of ilés du
commer ce (uni t é : N/ m).
CHABLIS
CRD
CHABLIS CHABLIS CHABLIS
CRD CRD CRD CRD
CHABLIS
CRD
CHABLIS CHABLIS CHABLIS
CRD CRD CRD CRD
CHABLIS
CRD
CHABLIS CHABLIS CHABLIS
CRD CRD CRD CRD
p
r


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 11 SUR 12

On a : l p F ⋅ =
r
r


Exempl e : une pout r e de longueur t ot ale m l 5 . 2 = et de poids t ot al N P 3750 = est soumise à une char ge
r épar t i e de :

m N p / 1500
5 . 2
3750
= =

3.4 Déformation

3.4.1 Hypothèse de Navier – Bernouilli

Au cour s des déf or mat i ons, les sect i ons dr oi t es r est ent planes et per pendi culai r es à la li gne moyenne.



FIGURE : DEFORMEE D’UNE POUTRE

3.4.2 Hypothèse de Barré de Saint Venant

Les r ésult at s de la RDM ne s’appli que valablement qu’à une di st ance suf f i samment éloi gnée de la r égi on
d’appl i cat i on des f or ces concent r ées. En ef f et , nous ne pouvons pas, avec l es équat i ons de l a RDM, cal cul er
les déf or mat i ons locales aut our d’un poi nt d’appli cat i on d’une f or ce.



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 12 SUR 12

4. Résolution

Organigramme de résolution d’un problème de RDM :











Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…


Actions extérieures exercées
sur la poutre
Efforts intérieurs dans la poutre :
N, T, M
T
et M
f
Contraintes en tout point : σ, τ
Déformations en tout point : ε, γ
Dimensionnement de la poutre
Coefficients de sécurité
Principe Fondamental
de la Statique


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 3






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



COURS


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 3
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 3






1. A quoi ça sert ?

2. Testez vos connaissances…

3. Introduction - Hypothèses

4. Torseur de cohésion

5. Notion de contrainte

6. Traction

7. Cisaillement

8. Torsion

9. Flexion

10. Essais mécaniques

Bon courage…




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 8






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



A QUOI ÇA SERT ?


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 8
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 8


SOMMAIRE


1. A QUOI ÇA SERT ?...............................................................................................................................................................................4
2. LES ESSAIS DE RDM EN AERONAUTIQUE..............................................................................................................................5
2.1 TEST DES AILES.................................................................................................................................................................................. 5
2.2 TEST DES AILES DU CONCORDE....................................................................................................................................................... 6
2.3 TEST DU FUSELAGE............................................................................................................................................................................ 7
2.4 TEST DU TRAIN D’ATTERRISSAGE.................................................................................................................................................... 8




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 4 SUR 8

1. A quoi ça sert ?

La résistance des matériaux (RDM) permet de définir les formes, les dimensions et les matériaux
des pièces mécaniques de façon à maîtriser leur résistance, leur déformation, tout en optimisant leur coût.


Ce pont a été vérifié en Résistance des Matériaux pour :

F assurer sa résistance sous son propre poids et celui des
véhicules,

F assurer sa résistance en cas de forte tempête,

F optimiser sa forme et son coût.




Cette bouteille a été vérifiée en Résistance des Matériaux pour :

F assurer sa résistance lorsqu’elle est pleine,

F assurer une résistance minimum en cas de chute,

F minimiser son épaisseur pour faire des économies sur la matière première.





De la même façon, pour le matériel d’escalade et de
sécurité en général, les matériaux sont testés et
vérifiés dans toutes les configurations d’utilisation
possibles (charges, chocs, température…).






RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 5 SUR 8
2. Les essais de RDM en aéronautique

En aéronautique, la RDM à une importance primordiale. En plein vol, on imagine facilement les
conséquences de la rupture d’une pièce.
On ne peut pas se permettre de surdimensionner les pièces car le poids de l’avion serait alors trop
important. Il faut donc réaliser des calculs et des vérifications très strictes des pièces constitutives d’un
avion.
Grâce aux progrès dans la connaissance des matériaux et les moyens de calcul et de modélisation
des structures, les pièces mécaniques sont de plus en pus fiables.

Voici quelques exemples :



F test des ailes

F test du fuselage

F test du train d’atterrissage



2.1 Test des ailes



Cet essai consiste à vérifier la résistance
statique d’une aile d’avion. Pour modéliser
une charge répartie sur toute l’aile, on
applique l’effort grâce à des câbles accrochés
aux poutres de la photo ci-contre.




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 6 SUR 8


L’aile est en charge maximum.

On distingue bien la déformée de l’aile.
Pendant tout l’essai, une multitude de
capteurs calculent la déformation de l’aile.



Rupture de l’aile !

On distingue bien le morceau cassé (vertical)
de l’aile.



2.2 Test des ailes du Concorde



Même essai que précédemment, réalisé sur un
Concorde. On remarque les câbles fixés sur l’aile
de l’avion.



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 7 SUR 8


Essai avec charge thermique.

On refait le même essai que précédemment mais
à différentes températures (celles-ci vont jusqu’à
-50°C).

Les gaines de ventilation injectent un mélange
gazeux à -50°C pendant que la structure de
l’avion est chauffée…



2.3 Test du fuselage



Test de la partie arrière du fuselage.

Essai statique.

Rupture par flambage en flexion et effort tranchant
d’une partie arrière du fuselage.













RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 8 SUR 8

2.4 Test du train d’atterrissage





Essai de flexion sur un train d’atterrissage.

Déformation due au flambage d’un vérin de train
d’atterrissage.

















Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 9






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



TESTEZ VOS CONNAISSANCES


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 9
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 9


SOMMAIRE


1. QUESTION1 .............................................................................................................................................................................................4
2. QUESTION 2 ............................................................................................................................................................................................4
3. QUESTION 3 ............................................................................................................................................................................................4
4. QUESTION 4 ............................................................................................................................................................................................5
5. QUESTION 5 ............................................................................................................................................................................................5
6. QUESTION 6 ............................................................................................................................................................................................6
7. QUESTION 7 ............................................................................................................................................................................................6
8. QUESTION 8 ............................................................................................................................................................................................7
9. QUESTION 9 ............................................................................................................................................................................................7
10. QUESTION 10 .....................................................................................................................................................................................8
11. QUESTION 11 .....................................................................................................................................................................................8
12. QUESTION 12 .....................................................................................................................................................................................9



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 4 SUR 9

1. Question1

I ndiquez si les essais suivant s sont dest r uct if s, ou non dest r uct if s.

Essai de traction
? oui ? non
Photoélasticité
? oui ? non
Essai de résilience
? oui ? non
Ultrasons
? oui ? non


2. Question 2




L’essai de résilience mesure :

? la résistance électrique
? la résistance aux chocs
? la résistance à la corrosion
? l’age du capitaine
? la malléabilité


3. Question 3

Pour mener à bi en une ét ude de RDM, nous avons besoi n de f or mul er des hypot hèses. Cochez l es bonnes
hypot hèses.




Le matériau doit être :

? isotrope
? homogène
? continu
? indéformable



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 5 SUR 9

4. Question 4




Cochez la réponse qui n’est pas une sollicitation :

? cisaillement
? traction
? compression
? contrainte normale
? torsion


5. Question 5


{ }
R
z
y
G
coh
T
T










= ℑ
0
0
0 0

? flexion
? traction / compression
? cisaillement
? torsion

{ }
R G
coh
N










= ℑ
0
0
0
0
0
? flexion
? traction / compression
? cisaillement
? torsion

{ }
R
f
z
y
G
coh
M
T
T










= ℑ
0
0
0

? flexion
? traction / compression
? cisaillement
? torsion

{ }
R
fz
fy
G
coh
M
M










= ℑ
0
0
0
0

? flexion
? traction / compression
? cisaillement
? torsion



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 6 SUR 9

6. Question 6

Cochez la ou les bonne(s) r éponse(s).




Une contrainte c’est :

? une valeur absolue
? une pression
? un vecteur
? une valeur algébrique
? une densité de forces


7. Question 7

Soi t une pout r e soumi se à de la f lexi on. Cochez la sect i on de la pout r e qui donner a les cont r ai nt es les plus
f ai bles.



? solution (1)

? solution (2)

? solution (3)

N.B. Les sections sont égales dans les trois
solutions

A
A
F
Section A-A
(1)
(2)
(3)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 7 SUR 9

8. Question 8

Soi t une pout r e soumi se à une solli ci t at i on de t r act i on. Par mi les t r oi s pr oposi t i ons de f or me, quelle est selon
vous la meilleur e solut ion et la plus mauvai se.


? la meilleure
? acceptable
? la plus mauvaise

? la meilleure
? acceptable
? la plus mauvaise

? la meilleure
? acceptable
? la plus mauvaise


9. Question 9

Soi t une pout r e soumi se à une solli ci t at i on de t r act i on. Par mi les t r oi s pr oposi t i ons de f or me, quelle est selon
vous la meilleur e solut ion et la plus mauvaise.


? la meilleure
? acceptable
? la plus mauvaise

? la meilleure
? acceptable
? la plus mauvaise

? la meilleure
? acceptable
? la plus mauvaise
F
F
F
F F
F F
F F


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 8 SUR 9

10. Question 10




11. Question 11








RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 9 SUR 9

12. Question 12

1 2

3 4
5

6 7


8

9

10

11


1 Solli ci t at i on appli quée à un plongeoi r
2 A les mêmes car act ér i st i ques mécani ques dans t out es les di r ect i ons
3 I ndi spensabl e aux ar cher s
4 Mat ér i aux à base de f er
5 Quand on dépasse la li mi t e élast i que
6 …de cont r aint es
7 Rési st ance aux chocs
8 Densi t é de f or ces
9 Mat ér i aux en angl ai s
10 Quand on t ir e dessus (solli ci t at i on)
11 For me que pr end la pi èce pendant les solli ci t at i ons.



Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 8






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



TORSEUR DE COHESION


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 8
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 8


SOMMAIRE


1. TORSEUR DE COHESION.................................................................................................................................................................4
1.1 EFFORTS INTERIEURS......................................................................................................................................................................... 4
1.2 COMPOSANTES DES EFFORTS INTERIEURS...................................................................................................................................... 5
1.3 TORSEUR DES EFFORTS INTERIEURS (TORSEUR DE COHESION)................................................................................................... 5
1.4 SOLLICITATIONS SIMPLES ET COMPOSEES...................................................................................................................................... 6





RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 4 SUR 8

1. Torseur de cohésion

Soi t une pout r e en équi li br e sous l’ef f et d’act i ons mécani ques ext ér i eur es (poi ds, act i ons de
cont act …). En RDM, les ef f or t s ext ér i eur s appli qués à la pout r e engendr ent des ef f or t s i nt ér i eur s à la
pout r e.
En pr océdant à une coupur e f i ct i ve de la pout r e et en i solant une des deux par t i es (la gauche par
exempl e), l es act i ons mécani ques que l a par t i e dr oi t e exer ce sur l a par t i e gauche sont dès l or s des act i ons
ext ér i eur es. La par t i e gauche consi dér ée ét ant en équi l i br e, l ’appl i cat i on du Pr i nci pe Fondament al de l a
St at ique per met de modéliser ces ef f or t s int ér ieur s par un t or seur , appelé ici t or seur de cohésion.

1.1 Efforts intérieurs



Pr i nci pe f ondament al de la st at i que :
( )
¹
¹
¹
¹
¹
'
¹
·
·


·
·
n
i
i
n
i
i
F M
F
1
1
0
0
r r
r r


v On isole la pout r e :

La pout r e est en équilibr e :
( ) ( ) ( ) ( ) ¹
¹
¹
'
¹
· + + +
· + + +
0
0
4 3 2 1
4 3 2 1
r r r r r
r r r r r
F M F M F M F M
F F F F
G G G G


v On isole le t r onçon de gauche :

Le t r onçon de gauche est en équilibr e :
( ) ( ) ¹
¹
¹
'
¹
· + +
· + +
0
0
1 2 2 1
1 2 2 1
r r r r
r r r r
G G G
M F M F M
R F F


1
F
r

2
F
r

4
F
r

3
F
r

S
G • ‚
1
F
r
2
F
r

G •
1 2
R
r
1 2 G
M
r
S


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 5 SUR 8
Par i dent i f i cat i on :

( ) ( )
4 3 2 1 1 2
F F F F R
r r r r r
+ · + − ·

( ) ( ) ( ) ( )
1
]
1

¸

+ ·
1
]
1

¸

+ − ·
4 3 2 1 1 2
F M F M F M F M M
G G G G G
r r r r r


1.2 Composantes des efforts intérieurs






¹
¹
¹
'
¹
+ + ·
+ + ·
z M y M x M M
z T y T x N R
fz fy T G
z y
r r r
r
r r r
r
1 2
1 2


N
r
: ef f or t nor mal, por t é par la li gne moyenne x ( x R N
G
r
r
⋅ ·
1 2
)
z y
T T T
r r r
+ · : ef f or t t r anchant , per pendi culai r e à la li gne moyenne
T
M
r
: moment de t or si on, por t é par la li gne moyenne x
fz fy f
M M M
r r r
+ · : moment f léchi ssant , per pendi culai r e à la li gne moyenne.

1.3 Torseur des efforts intérieurs (torseur de cohésion)

La liaison ent r e les deux t r onçons est une liaison encast r ement . L’act ion mécanique du t r onçon dr oit sur le
t r onçon gauche peut donc êt r e modéli sée par un t or seur (t or seur de cohési on { }
G coh
ℑ ) de r ésul t ant e
1 2
R
r
et
de moment r ésult ant
1 2 G
M
r
au point G.

Par convent ion, on pr endr a t ouj our s pour { }
G coh
ℑ l’act i on mécani que de la par t i e dr oit e sur la par t ie gauche :

{ } { }
G
coh G coh 1 2
ℑ · ℑ .

1 2
R
r
= - somme des ef f or t s à gauche de la sect i on S = ( )
2 1
F F
r r
+ −

1 2 G
M
r
= - moment r ésult ant en G des ef f or t s à gauche de S = ( ) ( )
1
]
1

¸

+ −
2 1
F M F M
G G
r r


fy
M
r
T
M
r
fz
M
r
y
T
r
N
r
z
T
r

x
z
y
G


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 6 SUR 8
{ } { }
( ) z y x
fz
fy
T
z
y
G
G
G
G
coh G coh
M
M
M
T
T
N
M
R
, ,
1 2
1 2
1 2
¹
¹
¹
;
¹
¹
¹
¹
'
¹
·
¹
¹
¹
;
¹
¹
¹
¹
'
¹
· ℑ · ℑ r
r


1.4 Sollicitations simples et composées

Si une seul e composant e N , T ,
T
M ou
f
M exi st e, alor s que t out es les aut r es sont nulles, on di t
que l ’on a une solli ci t at i on si mple.
Si deux composant es au moi ns sont non nulles, on di t que l’on a une solli ci t at i on composée.

Le t ableau page sui vant e r ésume les di f f ér ent s cas de solli ci t at i ons les plus cour ant s.




























Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 7 SUR 8

Composantes

Cas Exemple
N

T

T
M

f
M

Observations
TRACTION

N 0 0 0
CISAILLEMENT

0 T 0 0
TORSION

0 0

T
M

0
FLEXION PURE

0 0 0
fz
M

Sollicitations
simples
FLEXION SIMPLE

0
y
T

0


fz
M

FLEXION+TRACTION

N

y
T

0


fz
M

FLEXION+TORSION

0
y
T

T
M



fz
M

FLAMBAGE

N 0 0


fz
M

Sollicitations
composées
x
y
F
r

x
y
F
r

M M −
x
y
x
y
F
r
F
r

M M −
F
r
F
r

x
y
M
M −


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 8 SUR 8
FLEXION DEVIEE

0

y
T


z
T

0

fz
M


fy
M




x
y
Plan (x,y)
G


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 7






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



NOTION DE CONTRAINTE


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 7
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 7


SOMMAIRE


1. CONTRAINTES ......................................................................................................................................................................................4
1.1 NOTION DE CONTRAINTE.................................................................................................................................................................. 4
1.1.1 A quoi sert le calcul des contraintes ?..................................................................................................................................4
1.1.2 Peut-on observer une contrainte ?........................................................................................................................................5
1.1.3 Quels sont les paramètres qui influencent les contraintes ?.............................................................................................5
1.2 CONCENTRATION DE CONTRAINTES................................................................................................................................................ 5
1.3 NOTIONS SUR LES COEFFICIENTS DE SECURITE.............................................................................................................................. 6



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 4 SUR 7

1. Contraintes

1.1 Notion de contrainte



Remar que :

= ∆
1 2 1 2
R f
i
r r
= somme des
i
f
r
∆ pour t out e la coupur e

Déf i ni t i on : on appelle cont r ai nt e ( ) n M
r
, σ en M, dans la di r ect i on n
r
, la li mi t e lor sque ∆S t end ver s zér o, du
r appor t ent r e l’ef f or t
1 2 i
f
r
∆ et l’ai r e ∆S ent our ant l e poi nt M.

Aut r ement di t : ( )
S
f
n M
i
S


=
→ ∆
1 2
0
lim ,
r
r
σ

Remar que : les pr oj ect i ons de ( ) n M
r
, σ sur les di r ect i ons n
r
et t
r
donnent r espect i vement les cont r ai nt es
nor male σ et t angent ielle τ.

1.1.1 A quoi sert le calcul des contraintes ?

Expér i ment al ement , on a déf i ni pour chaque mat ér i au un cont r ai nt e l i mi t e admi ssi bl e au-del à de
laquelle la pi èce subi t des dét ér i or at i ons de ses car act ér i st i ques mécani ques, di mensi onnelles, voi r e une
1
F
r

2
F
r
4
F
r
3
F
r

S
G • ‚
M n
r
t
r
t
r
n
r
1 2 i
f
r

∆S
M
Passage à la limite
( 0 → ∆S )
t
r
n
r
( ) n M
r
, σ
∆S
M
τ
σ
Contrainte normale σ
( ) ( ) α σ σ σ cos , , n M n n M
r r r
= ⋅ =
Contrainte tangentiel le τ
( ) ( ) α σ σ τ sin , , n M t n M
r
r
r
= ⋅ =
α


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 5 SUR 7
r upt ur e. Le calcul de la r ési st ance des mat ér i aux consi st e à vér i f i er que les cont r ai nt es engendr ées par les
solli ci t at i ons ext ér i eur es ne dépassent pas la cont r ai nt e li mi t e admi ssi ble par le mat ér i au. Le calcul des
cont r aint es ser t à évaluer la « t ension » dans l a mati èr e.

1.1.2 Peut-on observer une contrainte ?

Une cont r ai nt e est un out i l de calcul, on ne peut pas l’obser ver di r ect ement , par cont r e on peut
obser ver ses ef f et s : ét ude des déf or mat i ons, ét ude de l a cassur e, phot oél ast i ci t é. A l ’ai de de ces t r oi s
mét hodes, on peut évaluer les cont r ai nt es dans un mat ér i au, mai s le r ésult at obt enu est moi ns pr éci s que
celui r ésult ant d’un logi ci el de calcul par élément s f i ni s.

1.1.3 Quels sont les paramètres qui influencent les contraintes ?

Nous avons vu dans ce qui pr écède que la cont r aint e est le r appor t d’une f or ce par une sur f ace. Les
par amèt r es qui i nf luencent di r ect ement une cont r ai nt e sont donc les solli ci t at i ons et la sect i on de la pout r e.

1.2 Concentration de contraintes

Une cont r aint e est un ef f or t par unit é de sur f ace qui s’exer ce dans le mat ér iau. Une cont r aint e
s’expr ime en MPa (Méga-Pascal , 1 MPa = 1 N/ mm
2
).
I magi nons un soli de soumi s à une cont r ai nt e de 100 MPa : cel a r evi ent à di r e qu’un ef f or t de 100 N
est appliqué sur une sur f ace de 1 mm
2
. La cont r ai nt e dépend de la valeur de la char ge appli quée et de la
sect i on concer née du soli de. Pour une même char ge, la cont r ai nt e ser a d’aut ant plus gr ande que la sect i on est
f aible, et inver sement .
Le phénomène de concent r at i on de cont r ai nt es est mi s en évi dence ci -apr ès, au t r aver s d’exempl es de
calcul de cont r ai nt es r éali sés avec un logi ci el de calcul par Elément s Fi ni s (RDM Le Mans).




Dans l’exemple ci-dessus, nous avons une pout re soumise à de la traction.
L’échelle de couleurs visualise l’intensité de la contrainte dans le matériau. On remarque que la couleur
est uniforme (bleu pour ceux qui ont la couleur…), la contrainte est donc identique en tout point de la
poutre.



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 6 SUR 7

Même essai, avec la même poutre mais percée. Cette fois, on remarque que la contrainte n’est plus
régulière, elle est plus importante au niveau du trou. En effet, la section étant plus petite pour le même
effort, la contrainte augmente.



La même poutre est maintenant soumise à de la flexion pure. Elle est encastrée à gauche et soumise à
un effort ponctuel à son extrémité droite. Nous remarquons alors que la contrainte est plus importante
au niveau de l’encastrement et du point d’application de la charge. On note également que la ligne
moyenne n’est presque pas chargée par rapport au reste de la poutre.

1.3 Notions sur les coefficients de sécurité

Pour qu’une st r uct ur e (machi ne, véhi cule, i mmeuble…) pui sse suppor t er en t out e sécur i t é les char ges
qui nor malement la solli ci t ent , i l suf f i t qu’elle pui sse r ési st er à des char ges plus élevées. La capaci t é à
suppor t er ces char ges s’appelle la r ésist ance de la st r uct ur e. Le coef f icient de sécur it é s est alor s déf ini
par :
nécessaire t strictemen ce résis
structure la de réelle ce résis
exercées ment habituelle es ch
structure la par s admissible es ch
s
tan
tan
arg
arg
= =

(Par exemple, on peut exi ger une r ési st ance r éelle égale à deux f oi s la r ési st ance st r i ct ement nécessai r e).


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 7 SUR 7

Le choix de la valeur de s dépend de la connaissance (ou non) des phénomènes agissant sur la
st r uct ur e : sur char ges évent uelles, chocs, t ype et degr é de pr éci si on des char ges (st at i ques, dynami ques,
r épét ées…), phénomènes de f at igue, concent r at i ons de cont r ai nt es, connai ssance et var i at i on des pr opr i ét és
du mat ér i au, quali t é de la f abr i cat i on, ef f et s de l’envi r onnement , lubr i f i cat i on, mode de r upt ur e (pr ogr essi ve
ou br ut ale), conséquences d’une r upt ur e sur l’envi r onnement (dégât s mat ér iels, humains, pollut ion…).

Un coef f i ci ent de sécur i t é t r op f ai bl e augment exagér ément l es r i sques de r upt ur e. Un coef f i ci ent
de sécur i t é t r op élevé a également des ef f et s néf ast es : augment at i on du poi ds, du pr i x de r evi ent …s var i e
le plus souvent de 1 à 10.

Pour un gr and nombr e de st r uct ur es, la sécur i t é est obt enue si , sous char ge, les déf or mat i ons du
mat ér i au r est ent élast i ques. Ceci est r éali sé lor sque les cont r ai nt es en n’i mpor t e quel poi nt de la st r uct ur e
r est ent i nf ér i eur es à la li mi t e élast i que Re (ou Re
0.2
) du mat ér i au. S est alor s déf i ni par :

) tan ( int
lim Re
pratique ce résis structure la dans tolérée e contra
matériau du élastique ite
Rp
s = =

Pour des mat ér i aux f r agi les, i l est souvent pr éf ér able d’ut i li ser la r ési st ance à la r upt ur e Rr :

structure la dans tolérée e contra
matériau du rupture la à ite
Rp
Rr
s
int
lim
= =

(La valeur de s est alor s plus gr ande dans ce cas)


Valeurs indicatives

s
Charges exercées
sur la structure
Contraintes dans
la structure
Comportement du
matériau
Observations
1 < s < 2
régulières et
connues
connues testé et connu
fonctionnement
constant sans à-
coups
2 < s < 3
régulières et
assez bien
connues
assez bien
connues
testé et connu
moyennement
moyennement
connues
moyennement
connues
non testé
3 < s < 4
mal connues ou
incertaines
mal connues ou
incertaines
connu
fonctionnement
usuel avec légers
chocs et
surcharges
modérées



Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 10






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



ESSAIS MECANIQUES


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 10
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 10


SOMMAIRE


1. ESSAIS MECANIQUES ........................................................................................................................................................................4
1.1 ESSAI DE TRACTION........................................................................................................................................................................... 4
1.1.1 Caractéristiques fondamentales............................................................................................................................................6
1.2 ESSAI DE TRACTION BIAXIAL............................................................................................................................................................ 6
1.3 ESSAI DE COMPRESSION.................................................................................................................................................................... 7
1.4 ESSAI DE CISAILLEMENT................................................................................................................................................................... 7
1.5 ESSAI DE TORSION.............................................................................................................................................................................. 7
1.6 ESSAI DE FLEXION.............................................................................................................................................................................. 8
1.7 ESSAI DE DURETE............................................................................................................................................................................... 8
1.8 ESSAI DE RESILIENCE......................................................................................................................................................................... 9
1.9 PHOTOELASTICIMETRIE..................................................................................................................................................................... 9
1.10 JAUGES DE DEFORMATIONS (EXTENSOMETRIE)........................................................................................................................... 10
1.11 RADIOGRAPHIE................................................................................................................................................................................. 10
1.12 ULTRASONS ...................................................................................................................................................................................... 10



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 4 SUR 10

1. Essais mécaniques

On di st i ngue essent i ellement deux t ypes d’essai s mécani ques :

F les essai s dest r uct i f s sur épr ouvet t e : la pi èce est dét r ui t e pendant l’essai ;

F les essai s non- dest r uct i f s : la pi èce n’est pas dét r ui t e. Ces essai s sont ut i li sés sur les pi èces complexes,
chèr es et di f f i ci les à r éali ser , mai s également pour vali der une hypot hèse de t r avail ou un modèle d’ét ude.

Nous allons voi r dans ce qui sui t un cer t ai n nombr e d’essai s mécani ques, dest r uct i f s ou non. L’essai de
t r act i on ser a quant à lui plus par t i culi èr ement dét ai llé, pui sque c’est l’essai le plus cour amment r encont r é.
Vous aur ez d’ailleur s la j oie immense (si, si…) de r éaliser un essai de t r act ion lor s de l’une des séances de
Tr avaux Pr at i ques.

1.1 Essai de traction

L’essai de t r act i on per met à l ui seul de déf i ni r l es car act ér i st i ques mécani ques cour ant es ut i l i sées en
RDM. La seule connai ssance des par amèt r es de l’essai de t r act i on per met de pr évoi r le compor t ement d’une
pièce sollicit ée en cisaillement , t r act ion, compr ession et f lexion.


Les trois photos ci-contre représentent
respectivement une éprouvette plate, une
éprouvette cylindrique et un détail d’une
éprouvette cylindrique montée dans des mors
d’une machine de traction.






RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 5 SUR 10

L’essai est réalisé sur une machine de
traction (photo ci-contre) : on applique lentement
et progressivement à une éprouvette de forme et
dimensions normalisées, un effort de traction
croissant dont l’intensité varie de 0 à F.




















Le gr aphe ci-dessus r epr ésent e la cour be classi que (convent i onnelle) de t r act i on d’un mat ér i au duct i le :

Zone élast ique OA : l’épr ouvet t e se compor t e élast i quement (comme un r essor t ) et r evi ent t ouj our s à sa
longueur init iale dès que la char ge est r elâchée. Le point A, auquel cor r espond la limit e élast ique Re, mar que
la f i n de cet t e zone. La pr opor t i onnali t é ent r e la cont r aint e σ et la déf or mat i on ε se t r aduit par la loi de
Hooke ( ε σ E = ). ' tanα = E car act ér i se la pent e de la dr oi t e OA et ε σ E = son équat ion.

Zone de déf or mat i on plast i que AE : on dist ingue encor e t r oi s zones BC, CD et DE. Dans l a zone BC,
par f ai t ement plast i que, la cont r ai nt e r est e const ant e et l’allongement se pour sui t j usqu’en C. Ent r e C et D,
zone d’écr oui ssage, le mat ér i au subi t un changement de st r uct ur e qui accr oît sa r ési st ance. Le poi nt D, auquel
cor r espond la r ési st ance maxi male Rm, mar que la f i n de cet t e zone. Enf i n, ent r e D et E, l’épr ouvet t e subi t
une st r i ct i on amenant une di mi nut i on de la sect i on avec ét r anglement . La r upt ur e se pr odui t au poi nt E, auquel
cor r espond la r ési st ance à la r upt ur e Rr .

Remar que : la cour be en t r ai t di scont i nu cor r espond à la cour be de t r act i on vr ai e. A quoi cor r espond-el l e ?
Vous pouvez déj à commencer à y r éf léchi r pour pr épar er la séance de Tr avaux Pr at i ques sur la machi ne de
t r act ion. I ndices : que se passe- t -i l (d’aut r e) lor sque l’épr ouvet t e s’allonge ? Qu’enr egist r e la machine de
t r act i on ? Not a Bene : vous avez le dr oi t d’appeler un ami ...

Rm


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 6 SUR 10
La cour be ci -cont r e r epr ésent e quant à elle le compor t ement d’un
mat ér i au f r agi le. Dans ce cas, la cour be se r édui t pr esque à l a zone
de déf or mat ion élast ique.







1.1.1 Caractéristiques fondamentales

Limite élastique
0
Re
S
Fe
=
Re limite élastique en MPa
Fe charge maxi élastique en N
0
S section initiale en mm
2

Résistance à la rupture
0
S
Fr
Rr =
Rr résistance à la rupture en MPa
Fr charge à la rupture en N
0
S section initiale en mm
2

Allongement relatif
0
0
%
L
L L
A
u

=
u
L longueur ultime après rupture en mm
0
L longueur initiale en mm
Allongement
0
L
L ∆
= ε
0
L L L − = ∆ allongement en mm
0
L longueur initiale en mm
ε allongement (ou déformation)


1.2 Essai de traction biaxial


Il est possible de tester des pièces en réalisant
deux essais de traction en même temps.

Avec le montage ci -contre, on teste des fibres en
traction simultanément dans deux sens
différents. Ces fibres intégreront sans doute un
matériau composite.





RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 7 SUR 10
1.3 Essai de compression


Les photos ci-contre montrent un
essai de compression sur des
échantillons de béton.



1.4 Essai de cisaillement


Le dispositif ci -contre permet d’étudier la
résistance au cisaillement des
différentes couches d’un sol.




1.5 Essai de torsion


La photo ci-contre représente une
éprouvette après un essai de torsion.
L’essai de torsion permet notamment de
déterminer le module d’élasticité
transversal ou module de Coulomb (G).








RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 8 SUR 10
1.6 Essai de flexion


La photo ci-contre représente un essai de flexion
longitudinale sur un tuyau en fonte ductile.
(photo PONT-A-MOUSSON)



1.7 Essai de dureté


Cet essai est destiné à vérifier la dureté superficielle
d’une pièce. Il consiste à indent er la surface de la pièce à
tester à l’aide d’un pénétrateur sphérique (dureté Brinell),
conique (dureté Rockwell) ou pyramidal à base carrée
(dureté Vickers) sur lequel on applique une charge
connue. La mesure de l’aire de l’empreinte, rapportée à la
charge appliquée permet de déduire la dureté.



Machine universelle (1 à 250 kg)







RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 9 SUR 10
1.8 Essai de résilience


Les paramètres de ténacité déterminés par l’essai de
traction n’ont plus de sens lorsque la charge
s’applique très rapidement. On parle de choc lorsque
la durée d’application de la charge est de l’ordre du
1/100 de seconde. La résistance au choc ou résilience
est caractérisée par le quotient de l’énergie nécessaire
pour rompre l’éprouvette en un seul coup par la
surface de la section rompue. Les photos ci-contre et
ci-dessous représentent respectivement la machine
d’essai (Mouton de Charpy) et une éprouvette
entaillée en U.





1.9 Photoélasticimétrie


La photoélasticimétrie permet une étude détaillée des régions
chargées. On y observe les zones d’iso-contraintes ainsi que leur
progression. Cette méthode est très efficace pour l’étude des
concentrations de contraintes comme : les trous, les encoches, les
épaulements…
Pour modéliser l’objet de l’étude, on utilise une matière plastique
transparente. Un système optique spécial (polariscope) permet
d’observer les variations de contraintes avec les modifications de
couleurs de la pièce.
Ci-contre, un exemple d’une visualisation des contraintes au niveau
du contact entre deux dents d’un engrenage : les zones très colorées
subissent les contraintes les plus élevées.




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 10 SUR 10
1.10 Jauges de déformations (extensométrie)


L’utilisation de jauges est la méthode expérimentale la plus usitée
pour vérifier les résultats théoriques. Les jauges sont collées
directement sur la surface à étudier et mesurent les déformations
« en un point donné ». Les contraintes sont alors déduites par les
lois de la RDM.
Sur la photo ci-contre, les deux jauges sont situées au même point,
mais dans orientées selon des directions différentes. Ce montage
permet de mesurer les déformations dans deux directions à 90°.


1.11 Radiographie


Il est possible de radiographier une pièce mécanique comme on
le fait en médecine.
Néanmoins, les pièces métalliques ne laissant pas facilement les
rayons X les traverser, il faut une quantité de rayons beaucoup
plus importante, très dangereuse pour l’homme.
Sur la photo ci-contre, représentant une pièce de moteur d’avion,
on met en évidence un « cric », bulle d’air restée à l’intérieur de la
matière lors de la fabrication.



1.12 Ultrasons


Les traducteurs du type de la figure ci-contre génèrent,
lorsqu’ils sont appliqués sur la surface de la pièce à
étudier, des ultrasons qui se propagent à l’intérieur du
matériau.
Ils peuvent alors être utilisés soit pour détecter la
présence de fissures à l’intérieur de la pièce, soit pour
déterminer les propriétés mécaniques du matériau.




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 14






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



TRACTION


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 14
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 14

SOMMAIRE


1. DEFINITION............................................................................................................................................................................................4
2. EFFORT NORMAL N...........................................................................................................................................................................5
3. CONTRAINTE NORMALE σ ............................................................................................................................................................6
4. CONDITION DE RESISTANCE........................................................................................................................................................7
5. DEFORMATIONS..................................................................................................................................................................................7
5.1 ALLONGEMENTS................................................................................................................................................................................. 7
5.2 CONTRACTION LATERALE – COEFFICIENT DE POISSON ν............................................................................................................ 8
6. RELATION CONTRAINTES - DEFORMATIONS.....................................................................................................................9
6.1 LOI DE HOOKE.................................................................................................................................................................................... 9
6.2 EXEMPLES DE VALEURS DE MODULE D’YOUNG............................................................................................................................ 9
6.3 ESSAI DE TRACTION......................................................................................................................................................................... 10
7. CONCENTRATION DE CONTRAINTES ....................................................................................................................................10
8. CONTRAINTES DANS UNE SECTION INCLINEE................................................................................................................13



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 4 SUR 14

1. Définition

Une pout r e dr oit e est sollicit ée en t r act ion chaque
f ois que les act ions à ses ext r émit és (A et B) se r éduisent à
deux f or ces égales et opposées ( F
r
et F
r
− ), de di r ect i on la
ligne moyenne (Lm).


Exemple : l es deux f i gur es ci -dessous r epr ésent ent une pot ence mur ale à f lèche t r i angulée, ut i li sée en
manut ent i on pour lever et déplacer des char ges.


Ti r ant 2

Pout r e- r ai l 3

Pal an 4

Fût pi vot ant 1



Cet t e pot ence se compose d’un palan 4, d’une pout r e r ai l 3, d’un f ût pi vot ant 1 et d’un t ir ant 2. Le t ir ant 2 est
soumi s à une solli ci t at i on de t r act i on : i l est soumi s à l’act i on des deux f or ces
2 3
B
r
et
2 1
D
r
, égales et
opposées, de di r ect i on BD, d’i nt ensi t é maxi male 6 200 N (int ensit é at t eint e lor sque le palan est à l’ext r ême
dr oit e.

Le t ir ant 2 est cyl i ndr i que, de di amèt r e d
inconnu, de longueur 2.8 m. I l est r éalisé en acier
(r ési st ance à la r upt ur e Rr = 500 MPa, li mi t e
él ast i que Re = 300 MPa). Le di amèt r e d va êt r e
dét er mi né dans les par agr aphes sui vant s.






F
r
F
r

B A
Lm
B
D
2 1
D
r
2 3
B
r
φ d


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 5 SUR 14

2. Effort normal N

Fai sons une coupur e f i ct i ve
dans l a pout r e pr écédent e (sect i on
dr oi t e S, si t uée à une di st ance x du
point A) ent r e les deux ext r émit és A
et B, de f açon à f air e appar aît r e les
ef f or t s i nt ér i eur s dans l a pout r e.
Cet t e coupur e S di vi se la pout r e en
deux t r onçons AG et GB.









Si on isole le t r onçon AG, la r ésult ant e des act ions
1
f ∆ ,
2
f ∆ , …,
n
f ∆ qui s’exer cent en chaque point
de la coupur e par le t r onçon GB se r édui t au seul ef f or t nor mal N
r
en G (cent r e de gr avi t é de la sect i on S).

F f f f N
n
r r
= ∆ + + ∆ + ∆ = ...
2 1
(dir ect ion AGB)

On a donc x F N ∀ =

Exemple : r epr enons le cas du t i r ant .






daN D B N 200 6
2 1 2 3
= = =

F
r

B A
Lm
x
G
N
r
F
r

A
G
F
r
N
r

A
G
1
f ∆
G
n
f ∆
2
f ∆
F
r
x
Section (S)
G
2 1
D
r

N
r


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 6 SUR 14

3. Contrainte normale σ

Di vi sons la sect i on S pr écédent e en n pet i t es sur f aces élément ai r es
1
S ∆ ,
2
S ∆ , …,
n
S ∆ t elles que :

n
S S S S ∆ + + ∆ + ∆ = ∆ ...
2 1


Chaque élément de sur f ace suppor t e un ef f or t de t r act ion
1
f ∆ ,
2
f ∆ , …,
n
f ∆ par allèle à la li gne moyenne AB.

Si M
1
, M
1
, M
1
, sont les cent r es des pet i t es sur f aces ∆S, en chaque poi nt , la cont r ai nt e σ est déf i ni e comme l a
limit e du r appor t de ∆f sur ∆S lor sque ∆S t end ver s 0 :











=
→ ∆
1
1
0
1
1
lim
S
f
S
σ ;










=
→ ∆
2
2
0
2
2
lim
S
f
S
σ ; … ;










=
→ ∆
n
n
S
n
S
f
n
0
lim σ

Cont r ai nt e nor male uni f or me : dans le cas génér al, et sauf cas par t i culi er de concent r at i ons de cont r ai nt es,
on admet t r a que t out es les cont r ai nt es pr écédent es sont i dent i ques.
On di t qu' i l y a r épar t i t i on uni f or me des cont r ai nt es dans la sect i on dr oi t e S. I l en r ésult e que :
S
N
= σ

avec σ la cont r ai nt e nor male en MPa
N l' ef f or t nor mal en N
S la sect ion dr oit e en mm
2


Exemple : r epr enons le cas du t ir ant , en supposant d = 20 mm.

daN D 200 6
2 1
=
2
2
314
4
20
mm S =
×
=
π

2 2 1
. 197
314
000 62

= = = = mm N
S
D
S
N
σ

1
f ∆
M
1
n
f ∆
2
f ∆
M
n
M
2
1
S ∆
2
S ∆
n
S ∆
1
σ M
1
M
n
M
2
2
σ
n
σ
M
1
M
n
M
2
Contrainte
normale
uniforme
φ d
2 1
D
r
S
N
= σ


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 7 SUR 14

4. Condition de résistance

Pour des condi t i ons de sécur i t é li ées à l’usage de l’appar ei l, la cont r ai nt e σ pr écédemment
dét er mi née doi t r est er i nf ér i eur e à une cont r ai nt e li mi t e admi ssi ble, appelée r ési st ance pr at i que à
l’ext ension Rpe.
La r ésist ance pr at ique Rpe est f ixée par des nor mes ou par le const r uct eur . Dans le cas génér al, Rpe
est déf i ni e à par t i r de la li mi t e élast i que Re du mat ér i au, dét er mi née par l’essai de t r act i on.

s
Rpe
S
N
Maxi
Re
= ≤ = σ

avec s le coef f i ci ent de sécur i t é adopt é pour la const r uct i on de l’appar ei l.



Exempl e : r epr enons le cas du t i r ant . Si on i mpose une cont r ai nt e admi ssi ble de 100 MPa, dét er mi nons le
diamèt r e d mi ni mal pour l a const r uct i on de cel ui -ci , ai nsi que le coef f i ci ent de sécur i t é adopt é. Rappel :
ef f or t N = 62 000 N.

v Dét er mi nat i on du di amètr e d : 100
4
000 62
2
≤ = =
d S
N
Maxi
π
σ d’où mm d 1 . 28 ≥

v Dét er mi nat i on du coef f i ci ent de sécur i t é : l ’aci er empl oyé a pour car act ér i st i ques Re = 300 MPa et Rr =
500 MPa.

s
Rpe
Re
= ou 3
100
300 Re
= = =
Rpe
s


5. DEFORMATIONS

5.1 Allongements

L
0
: longueur init iale de la pout r e
L : longueur f i nale de la pout r e
∆L : allongement t ot al de la pout r e
x
0
: longueur init iale du t r onçon
x : longueur f i nale du t r onçon
∆x : allongement du t r onçon



L
0
x
0
∆x

x

∆L

L

F
r
A
0
(S)

(S)

A

B
0
B

F
r



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 8 SUR 14

L’expér i ment at i on mont r e que les allongement s sont pr opor t i onnels aux longueur s i ni t i ales. L’allongement
r elat if (déf or mat i on ε) t r aduit cet t e pr opr iét é :

0 0
x
x
L
L ∆
=

= ε

Exemple : r epr enons l e cas du t i r ant . Sous char ge, l e t i r ant s’al l onge de 4 mm. Dét er mi nons l a déf or mat i on ε
et l’allongement d’un t r onçon de longueur 1m.



v Déf or mat ion ε : 00143 . 0
800 2
4
= = ε

v Al l ongement : 00143 . 0
000 1
=

=
x
ε d’où mm x 43 . 1 1000 00143 . 0 = × = ∆

On a donc mm x 43 . 001 1 =

5.2 Contraction latérale – Coefficient de Poisson ν

Le coef f i ci ent de Poi sson ν car act ér i se le r appor t ent r e la cont r act i on lat ér ale ε
d
et l’allongement
r elat i f de la pout r e ε
L
:



0
d
d
d

= ε et
0
L
L
L

= ε

alor s
L
d
ε
ε
ν − =





∆x
1 000 mm
∆x
x
∆x
2 800 mm
∆x
2 804 mm
∆x
4
∆x
B
0
∆x
D
0
∆x
D

∆x
B

∆x
2 1
D
r
2 3
B
r
F
r

A

F
r
B
0
d
0
B

d

2
d ∆
2
d ∆
∆L

L
0


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 9 SUR 14

6. Relation Contraintes - Déformations

6.1 Loi de Hooke

Pour un gr and nombr e de mat ér i aux, l’essai de t r act i on mont e qu’i l exi st e une zone élast i que pour
laquelle l’ef f or t F
r
de t r act ion est pr opor t ionnel à l’allongement ∆L. Aut r ement di t , le r appor t L F ∆ est
const ant (analogi e avec un r essor t x k F = ).
Cet t e pr opr i ét é est énoncée par la loi de Hooke : en déf or mat ion élast ique, la cont r aint e nor male σ est
pr opor t i onnelle à l’allongement r elat i f ε :

ε σ E =

avec σ la cont r ai nt e nor male (en MPa)
ε l’allongement r elat i f (sans uni t é)
E le module d’élast i ci t é longi t udi nale ou module d’Young (en MPa)

Remar ques : le module d’élast i ci t é longi t udi nale E est une car act ér i st i que (pr opr i ét é mécani que i nt r i nsèque)
du mat ér iau. La loi de Hooke est à la RDM ce que la loi d’Ohm est à l’élect r icit é.

Exemple : r epr enons le cas du t ir ant . (d = 28 mm, σ = 100 MPa, E = 200 GPa, L = 2.8 m). Dét er mi nons
l’allongement du t ir ant :

0005 . 0
000 200
100
= = =

=
E L
L σ
ε

mm L L 4 . 1 800 2 0005 . 0 = × = × = ∆ ε

6.2 Exemples de valeurs de module d’Young

Voir t ableau page suivant e.


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 10 SUR 14


6.3 Essai de traction

Voir le chapi t r e consacr é aux essai s mécani ques.


7. Concentration de contraintes

Lor sque les pout r es ét udi ées pr ésent ent de br usques var i at i ons de sect i ons (t r ous, gor ges,
épaulement s…), la r elat i on S N = σ n’est plus appli cable. En ef f et , au voi si nage du changement de sect i on, l a
r épar t i t i on des cont r ai nt es n’est pl us uni f or me et pr ésent e des ext r emums. Le maxi mum est at t ei nt pour l es
poi nt s si t ués à pr oxi mi t é des var i at i ons : on di t qu’i l y a concent r at i on de cont r ai nt es en ces poi nt s. La val eur
de l a cont r ai nt e est alor s donnée par :

0
σ σ ⋅ =
t Maxi
K avec
S
N
S
F
= =
0
σ
Carbures métalliques E = 55 000 daN.mm
-2
Tungstène 42 000 daN.mm
-2
Aciers 17 000 à 28 000 daN.mm
-2
Cuivre 12 600 daN.mm
-2
Aciers de construction 20 000 à 22 000 daN.mm
-2
Titane 10 500 daN.mm
-2
Bronze 10 000 à 12 000 daN.mm
-2
Fonte 10 000 daN.mm
-2
Verre 7 000 à 7 500 daN.mm
-2
Laiton 9 200 daN.mm
-2
Zinc 8 000 daN.mm
-2
Alliage d’aluminium 7 000 à 7 500 daN.mm
-2
Magnésium 4 500 daN.mm
-2
Béton 2 000 daN.mm
-2
Bois 1 000 à 3 000 daN.mm
-2
Caoutchouc 0.75 daN.mm
-2
Cuir 25 daN.mm
-2
Etain 4 000 daN.mm
-2
Elastomère 0.3 daN.mm
-2
Module d’YOUNG


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 11 SUR 14

K
t
est appelé le coef f i ci ent de concent r at i on de cont r ai nt es. K
t
dépend de la f or me de la sect ion et du t ype
de la var iat ion (voir t ableaux suivant s).









RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 12 SUR 14
Exempl e : dét er mi nons
Maxi
σ pr ès de l’épaulement , au ni veau de la sect i on S, pour la pi èce pr oposée :



Cas avec contraintes uniformes


Cas de concentration de contraintes



2
2
0
. 100
4
20
410 31

=
×
= = mm N
S
F
π
σ

2
2
0
. 100
4
20
410 31

=
×
= = mm N
S
F
π
σ

0
σ σ ⋅ =
t Maxi
K

25 . 0 =
d
r
et 5 . 1 =
d
D


Le tableau donne alors 5 . 1 =
t
K

d’où
2
. 150 100 5 . 1

= × = mm N
Maxi
σ


Concl usi on : la cont r ai nt e est maxi male à la pér i phér i e de (S), pour le di amèt r e de 20 et a pour valeur
2
. 150

= mm N
Maxi
σ

F
r
3 141 daN
(S)
F
r
3 141 daN
(S)
MPa 100
0
= σ
φ 30 φ 20
5
r = 5
F
r
F
r
3 141 daN 3 141 daN
(S)
MPa
Maxi
150 = σ


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 13 SUR 14

8. Contraintes dans une section inclinée

Dét er mi nons les cont r ai nt es exer cées dans une sect i on i ncli née d’un angle α (sect i on de nor mal e n
r
et
de vect eur t angent t
r
).



L’équi li br e st at i que du t r onçon AG mont r e que les ef f or t s i nt ér i eur s se r édui sent à F R
G
r r
= au poi nt G,
bar ycent r e de l a sect i on i ncl i née. La pr oj ect i on de
G
R
r
sur n
r
et t
r
donne r espect i vement l ’ef f or t nor mal
α
N
et l’ef f or t t r anchant
α
T dans la coupur e.



Les cont r ai nt es
n
σ
r
dans l a sect i on sont i dent i ques en t out poi nt et par al l èl es à l ’axe (l i gne moyenne) de l a
pout r e. La pr oj ect ion de
n
σ
r
sur n
r
et t
r
donne r espect i vement la cont r ai nt e nor male à la coupur e
α
σ et la
F
r
Coupure oblique
G
n
r
t
r
t
r
n
r
A
Efforts
intérieurs
n
σ
r
Effort normal
α
N
α α
α
cos cos F R N
G
= =
Effort tangentiel
α
T
α α
α
sin sin F R T
G
= =
F
r

B A
F
r

G
α
α
F R
G
r r
=
α
T

α
N
Contraintes
A
F
r

t
r
n
r
α
n
σ
r
α
σ
α
τ

M
0 cos = α
S
0
0
0
= τ

0
0
S
F
= σ



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 14 SUR 14
cont r aint e t angent ielle
α
τ . En r emar quant que α cos
0
S S = (avec S
0
l’ai r e de la sect i on dr oi t e et S l’ai r e de
la sect ion inclinée) et que
0 0
S F = σ :

α σ α α σ
α α
α
2
0
2
0 0
cos cos cos = = = =
S
F
S
N
S
N


α α σ
α α
τ
α
α
cos sin
cos sin
0
0
= = =
S
F
S
T


Remar que : la cont r ai nt e nor male
α
σ est maximale pour α = 0 (
0
σ σ
α
=
Maxi
) et la cont r aint e t angent ielle
α
τ
est maximale pour α = 45°( 2
0
σ τ
α
=
Maxi
)

Remar que : lor sque les mat ér i aux ont une r ési st ance au ci sai llement plus f ai ble, la r upt ur e par t r act i on ou
compr essi on se pr odui t dans un plan i ncli né à 45°, plan où les cont r ai nt es de ci sai llement
α
τ sont maximales.
En r evanche, si la r ésist ance à la t r act ion est pr opor t ionnellement plus f aible, la r upt ur e se pr oduit dans une
sect ion dr oit e ( α = 0).














Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…


F
r
F
r

Cassures types
45°
90°


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 9






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



CISAILLEMENT


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 9
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 9


SOMMAIRE


1. DEFINITION - EXEMPLES................................................................................................................................................................4
2. EFFORT TRANCHANT T...................................................................................................................................................................5
3. CONTRAINTE DE CISAILLEMENT τ ..........................................................................................................................................6
3.1 CONTRAINTE TANGENTIELLE UNIFORME........................................................................................................................................ 6
4. CALCUL DES CONSTRUCTIONS ..................................................................................................................................................7
5. DEFORMATION – ANGLE DE GLISSEMENT γ .......................................................................................................................7
5.1 RELATION ENTRE τ ET γ .................................................................................................................................................................... 8



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 4 SUR 9

1. Définition - Exemples

Exempl e 1 : une super be ci sai lle hydr auli que
est ut i l i sée pour couper des r onds, f er s et
plat s de pet it es dimensions.

Elle se compose d’un bât i 0, d’un coul i sseau 4
en liaison glissièr e par r appor t au bât i, d’une
lame f ixe 2, d’une lame mobile 1 et d’un vér i n
hydr auli que 5 f our ni ssant l’ef f or t de coupe.

Les ef f or t s de ci sai llement
3 1
A
r
et
3 2
B
r

exer cés par les lames sont per pendi culai r es à
la pout r e 3. Le cisaillement de la pout r e se
t r adui t par le gli ssement de la sect i on dr oi t e
S
1
par r appor t à l a sect i on dr oi t e S
2
qui l ui
est dir ect ement en cont act .













Lame 1
Lame 2
3
S
2
S
1 3 1
A
r
3 2
B
r
A

B

Glissement de S
2
/S
1
3 2 3 1
B A
r r
− =
1
2
4
0
3
5
0
A
B


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 5 SUR 9
Exemple 2 : t r ois blocs ident iques 1, 2 et 3 de
f or me par allélépi pédi que sont collés en chape comme
le mont r e la f i gur e ci -cont r e.

L’assemblage suppor t e une char ge F
r
suivant son
axe de symét r i e. Les deux f aces collées ABCD et
A’B’C’D’ sont soumi ses à un ci sai llement de même
nat ur e que celui de l’exemple 1.







2. Effort tranchant T

Pour l ’exempl e du par agr aphe pr écédent , l es act i ons exer cées par S
2
sur S
1
sont schémat i sées par un
inf init é de f or ces élément air es
1
f
r
∆ ,
2
f
r
∆ , …,
n
f
r
∆ qui agissent r espect ivement sur les sur f aces élément air es
1
S ∆ ,
2
S ∆ , …,
n
S ∆ t elles que :
n
S S S S ∆ + + ∆ + ∆ = ...
2 1




La r ésult ant e T
r
des f or ces élément ai r es s’appli que au poi nt G, bar ycent r e de la sect i on dr oi t e S
1
. T
r
est
égale et opposée à
3 1
A
r
(Pr i nci pe Fondament al de la St at i que) :

3 1 2 1
... A f f f T
n
r r r r r
− = ∆ + + ∆ + ∆ = = ef f or t t r anchant




3 1
A
r
A

B

n
f
r

2
f
r

1
f
r

3 1
A
r
A

G

T
r

S
1
C
B’ B
A A’
2
1
3
F
r
C
B
A
1
F
r
D
B’
A’
Joints collés


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 6 SUR 9
Exemple : r epr enons l’exemple 2 avec F = 200 daN.
Du f ait de la symét r ie, les f aces ABCD et A’B’C’D’ suppor t ent le même ef f or t
t r anchant T
r
. L’équi l i br e du bl oc 1 donne :

daN
F
T 100
2
= =

T
r
s’appli que aux cent r es de gr avi t é des sur f aces ABCD et A’B’C’D’, r espect i vement
G et G’.


3. Contrainte de cisaillement τ

Si M
1
, M
2
, …, M
n
sont les cent r es des sur f aces élément ai r es
1
S ∆ ,
2
S ∆ , …,
n
S ∆ , en chaque poi nt , la
cont r aint e t angent ielle τ est déf i ni e comme la li mi t e du r appor t f ∆ sur S ∆ lor sque S ∆ t end ver s 0 :

{










=
→ ∆ 1
1
0
1
1
lim
S
f
S
τ ;
{










=
→ ∆ 2
2
0
2
2
lim
S
f
S
τ ; ... ;
{










=
→ ∆ n
n
S
n
S
f
n
0
lim τ

Remar que :
1
τ ,
2
τ , …,
n
τ sont cont enues dans l e pl an de l a sect i on dr oi t e, cont r ai r ement aux cont r ai nt es
nor males σ (cas de la t r act i on uni axi ale) qui lui sont per pendi culai r es.

3.1 Contrainte tangentielle uniforme

Dans le cas du ci sai llement , on suppose que t out es les cont r ai nt es t angent i elles élément ai r es sont
i dent i ques : i l y a r épar t i t i on uni f or me des cont r ai nt es dans la sect i on ci sai llée. I l en r ésult e que :

S
T
= τ

avec τ la cont r aint e t angent ielle en N.mm
- 2
T l’ef f or t t r anchant en N
S la sect i on ci sai llée en mm
- 2

Pause r écr éat ive : r epr enons l ’exempl e 1 de l a pout r e sect i onnée par l a ci sai lle hydr auli que
(t ouj our s super be au demeur ant ). Le vér i n hydr aul i que 5 i mpr i me un ef f or t F = 10 000 daN
sur l a pout r e de sect i on ci r cul ai r e de di amèt r e 50. Dét er mi nons l a cont r ai nt e dans l a
sect i on ci sai llée :
La sect i on ci sai l l ée vaut :
2
2
965 1
4
50
mm S ≈
×
=
π


La cont r ai nt e t angent i elle est alor s :
2
. 51
965 1
000 100

≈ = = mm N
S
F
τ
A
F
r
B
A’
B’
G G’
T
r
T
r


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 7 SUR 9

4. Calcul des constructions

On ut i li se le même r ai sonnement qu’en t r act i on pour la plupar t des const r uct i ons, sauf pour le cas où
la r upt ur e est r echer chée (cas du sect i onnement de la pout r e par la cisaille par exemple), la cont r aint e
t angent i elle τ doi t t ouj our s r est er i nf ér i eur e à l a cont r ai nt e admi ssi bl e au ci sai l l ement du mat ér i au τ
adm
ou
Rpg :

Rpg ou
S
T
adm
τ τ ≤ = avec
s
g
Rpg
adm
Re
= = τ

avec Rpg la r ési st ance pr at i que au gli ssement ou au ci sai llement en N.mm
- 2
Reg la li mi t e élast i que au ci sai llement (analogue à Re) en N.mm
- 2

Rg la li mi t e à la r upt ur e par ci sai llement (analogue à Rr ) en N.mm
- 2

s le coef f icient de sécur it é adopt é

Remar que : Reg et Rg sont des données obt enues par essai s mécani ques sur les mat ér i aux. Pour la plupar t
des mét aux et alliages, en pr emièr e appr oximat ion :

2
r
g
R
R ≈ et
2
e
eg
R
R ≈

Exemple : r epr enons l ’exempl e 2 avec AB = A’B’ = 30 mm et BC = B’C’ = 100 mm. Si la cont r ai nt e admi ssi ble au
ci sai llement dans le j oi nt collé est de 900 kPa, dét er mi nons la char ge F maxi male suppor t able :

La sect i on ci sai l l ée vaut :
2
000 3 100 30 mm S = × =

L’ef f or t t r anchant vaut :
2
F
T =

La cont r ai nt e de ci sai l l ement s’expr i me par :
2
. 9 . 0
000 3 2 2


×
= = = mm N
F
S
F
S
T
τ

D’où N F 400 5 ≤


5. DEFORMATION – ANGLE DE GLISSEMENT γ

On a déj à vu dans les exemples pr écédent s, que dans le cas du ci sai llement , les déf or mat i ons sont
car act ér isées par un glissement des sect ions dr oit es les unes par r appor t aux aut r es. Le glissement est
mesur é par l’angle γ appelé angle de gli ssement (unit é : r adi an).



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 8 SUR 9
Exempl e 1 : un bl oc en él ast omèr e est col l é ent r e une
laque r i gi de et un suppor t f i xe. La plaque per met de bi en
r épar t ir l’ef f or t de cisaillement T sur t out le bloc.

Le ci sai llement amène un gli ssement des sect i ons dr oi t es
successi ves l es unes par r appor t aux aut r es (analogi e
avec un j eu de car t es que l’on ét ale sur une t able).

Le gli ssement peut êt r e car act ér i sé par l’angle γ, appelé
angle de glissement et t el que : h a tg = γ
Si γ est pet i t : h a tg = ≈γ γ






Exemple 2 : r epr enons le cas de la pout r e sect i onnée par la ci sai lle
hydr aul i que. Le gl i ssement de l a sect i on dr oi t e S
1
par r appor t à l a secti on
dr oi t e S
2
peut êt r e déf ini par un angle de glissement γ analogue à celui de
l’exemple 1 pr écédent .










Remar que : comme dans le cas de la sollicit at ion de t r act ion, il exist e des déf or mat ions élast iques (exemple
du bloc élast omèr e) et des déf or mat i ons plast i ques (exemple de la pout r e ci sai llée).

5.1 Relation entre τ et γ

Lor sque les déf or mat i ons sont élast i ques, la cont r ai nt e de ci sai llement τ est pr opor t i onnelle à l’angle de
glissement γ. Aut r ement di t :

γ τ G =

avec τ l a cont r ai nt e t angent ielle (en N.mm
- 2
)
γ l’angle de gli ssement (en r ad)
G le module d’élast i ci t é t r ansver sale (en N.mm
- 2
)

Remar que : cet t e der ni èr e r el at i on est anal ogue à l a l oi de Hooke (vu en t r act i on) ε σ E = , avec G
const ant e car act ér i st i que du mat ér iau au même t it r e que le module d’Young E (pour les mét aux, E G 4 . 0 ≈ ).
a
h
Repos
γ
T = F
Bloc élastomère
Plaque rigide
Collages
Support fixe
∆L (très petit)
S
1
S
2
Ÿ Ÿ
Ÿ
Ÿ
S
2
S
1
γ
3 1
A
r
3 2
B
r


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 9 SUR 9

( ) ν +
=
1 2
E
G

avec E le module d’élast i ci t é longi t udi nale (ou module d’Young en N.mm
- 2
)
G le module d’élast i ci t é t r ansver sale (ou module de Coulomb en N.mm
- 2
)
ν le coef f i ci ent de Poi sson (sans uni t é)

Exemple : r epr enons l ’exempl e du bl oc él ast omèr e par al l él épi pédi que (c x b x h) avec c = 50, b = 100 mm et G
= 800 kPa. Dét er mi nons γ si T = 100 daN et le décalage a si h = 25 mm.

Cont r ai nt e de ci sai llement τ :
2
. 2 . 0
100 50
000 1

=
×
=
×
= = mm N
b c
T
S
T
τ

Angle de gli ssement γ : ° = = = = 3 . 14 25 . 0
8 . 0
2 . 0
rad
G
τ
γ

Décalage a : mm h a 4 . 6 tan = = γ






















Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 11






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



TORSION


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 11
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 11

SOMMAIRE


1. DEFINITION - EXEMPLES................................................................................................................................................................4
2. DEFORMATIONS – ANGLE DE TORSION θ .............................................................................................................................5
2.1 CONSTATATIONS EXPERIMENTALES................................................................................................................................................ 5
2.2 ANGLE UNITAIRE DE TORSION θ...................................................................................................................................................... 5
3. EFFORTS INTERIEURS – MOMENT DE TORSION...............................................................................................................6
4. CONTRAINTES TANGENTIELLES DE TORSION..................................................................................................................6
4.1 EXEMPLES DE VALEURS DE G.......................................................................................................................................................... 7
5. RELATION ENTRE M
T
ET θ.............................................................................................................................................................8
6. RELATION ENTRE τ ET M
T
.............................................................................................................................................................9
7. CALCUL DES CONSTRUCTIONS ..................................................................................................................................................9
8. CONCENTRATION DE CONTRAINTES....................................................................................................................................10



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 4 SUR 11

1. Définition - Exemples

Une pout r e dr oi t e est solli ci t ée en t or si on chaque f oi s que les act i ons aux ext r émi t és (A et B) se r édui sent à
deux couples M et –M égaux et opposés d’axe la li gne moyenne Lm.



Exemple : t ige de t our nevis.



M
-M
B
A
ou
M
r

B
A
M
r
F
r
F
r

200
A B
A
B
M
A
M
B
= - M
A

200
M
B
= F.A = 24 Nm
M

= F.A


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 5 SUR 11

2. Déformations – Angle de torsion θ

2.1 Constatations expérimentales

Les sect i ons dr oi t es avant déf or mat i on r est ent dr oi t es apr ès déf or mat i on (planes et per pendi culai r es à la
ligne moyenne).
Les f i br es ou génér at r i ces i ni t i alement par allèles à la li gne moyenne s’enr oulent sui vant des héli ces aut our de
cet axe. La l ongueur des f i br es r est ent sensi bl ement i nvar i abl e ou const ant e (hypot hèse des pet i t es
déf or mat ions).
Les sect ions dr oit es t our nent ou glissent en bloc les unes par r appor t aux aut r es (r ot at ions d’axe le ligne
moyenne). Les r ayons GK r est ent dr oi t s dans le domai ne élast i que, mai s s’i ncur vent dans le domai ne plast i que.



α
x
= angl e (GK
0
,GK) = angle de t or si on ent r e les sect i ons dr oi t es A et G
α = angle (BD
0
,BD) = angle de t or si on de la pout r e.

2.2 Angle unitaire de torsion θ

Si on suppose que les sect i ons dr oi t es t our nent t out es ent r e elles de la même f açon, alor s l’angle de t or sion
ent r e deux sect i ons dr oi t es quelconques est pr opor t i onnel à la di st ance ent r e celles-ci . Aut r ement di t :

θ
α α
= =
X L
x
= angle unit air e de t or sion

Exemple : r epr enons l ’exempl e du t our nevi s avec M = 24 Nm, si l ’angl e
de t or sion α
ΑΒ
mesur é ent r e A et B est égal à 14.6°. Dét er minons θ :

1
. 073 . 0
200
6 . 14

° = = = mm
L
AB
AB
α
θ
ou encor e
1 1
. 274 . 1
180
73
. 73
− −
= = ° = m rad m
π
θ




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 6 SUR 11
3. Efforts intérieurs – Moment de torsion

La démar che r est e la même qu’aux chapi t r es pr écédent s, on pr at i que une coupur e f i ct i ve (S) dans la pout r e
af i n de l a di vi ser en deux t r onçons pour f ai r e appar aît r e et cal cul er (st at i que) l es ef f or t s i nt ér i eur s ou de
cohésion (S est une sect ion dr oit e).



L’ét ude de l’équi li br e de l’un ou l’aut r e t r onçon mont r e que les act i ons de cohési on se r édui sent à un coupl e de
t or si on M
T
d’axe la li gne moyenne (x), t el que :

M M
T
=

Remar que : dans le cas de la t or si on, t ous les aut r es ef f or t s i nt ér i eur s sont nuls (N = T = M
f
= 0).


4. Contraintes tangentielles de torsion

En t or sion, et dans le cas des pet it es déf or mat ions, les cont r aint es nor males σ sont négli geables. Les
cont r aint es dans la coupur e (S) se r éduisent à des cont r aint es t angent ielles ou de cisaillement τ. A par t ir de
la r elat ion « τ = G γ » obt enue au chapit r e « Ci sai l l ement », on mont r e que la cont r aint e τ
M
, en un point M
quelconque de la coupur e (S) est pr opor t i onnelle à la di st ance ρ = GM, ent r e le poi nt et la li gne moyenne.


Ÿ Ÿ Ÿ
G B A
M
-M (S)
x
Tronçon 1 Tronçon 2
Ÿ Ÿ
G A
M
T
-M (S) Tronçon 1
Ÿ Ÿ
G B
M
(S)
-M
T
Tronçon 2
τ = G θ ρ
D
G
M
C
Ÿ
Ÿ
ρ = GM
τ
M
= G θ ρ
Coupure (S)
Section droite
τ : contrainte (MPa)
θ : angle unitaire de torsion (rad.mm
-1
)
G : module d’élasticité transversal (MPa)
ρ : rayon GM (mm)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 7 SUR 11

Remar que : t ous les poi nt s si t ués sur un même cer cle de cent r e G et de r ayon ρ ont même cont r ai nt e. Les
cont r aint es sont maximales à la pér iphér ie :

τ
Maxi
= G θ R pour ρ
Maxi
= R

Pour les mét aux : E G 4 . 0 ≈

4.1 Exemples de valeurs de G



Exemple : r epr enons le cas de la t i ge de t our nevi s, G = 80 GPa, θ =
73°.m
- 1
. Dét er minons la cont r aint e de cisaillement maximale dans la
t i ge.

Diamèt r e de la t ige : d = 7 mm d’où ρ
Maxi
=3.5 mm

1 1 1
. 00127 . 0 . 27 . 1
180
73
. 73
− − −
= = = ° = mm rad m rad m
π
θ

d’où la cont r ai nt e
2
. 356 5 . 3 27 001 . 0 000 80

= × × = = mm N G
Maxi Maxi
ρ θ τ

Molybdène G = 117 000 daN.mm
-2
Aciers au carbone 79 300 daN.mm
-2
Aciers inox 73 100 daN.mm
-2
Béryllium + Cuivre 48 300 daN.mm
-2
Nickel 48 300 daN.mm
-2
Cuivre 44 700 daN.mm
-2
Fontes 41 400 daN.mm
-2
Bronze et Laitons 40 100 daN.mm
-2
Magnésium 16 500 daN.mm
-2
Titane 36 000 daN.mm
-2
Aluminium et Alliages 26 200 daN.mm
-2
Verre 18 200 daN.mm
-2
Plomb 13 100 daN.mm
-2
Sapin rouge (fibres) 4 140 daN.mm
-2
Polyéthylène 138 à 378 daN.mm
-2
Caoutchouc 4.1 à 7.6 daN.mm
-2
Béton 9 650 daN.mm
-2


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 8 SUR 11

5. Relation entre M
T
et θ

En chaque poi nt M de la coupur e s’exer ce, pour l’élément de sur f ace ∆S aut our de M, une f or ce élément ai r e
S f ∆ ⋅ = ∆ τ
r
dont la di r ect i on est per pendi culai r e à GM.



Le moment en G de cet t e f or ce est ( ) ρ ⋅ ∆ = ⋅ ∆ = ∆ f GM f f M
G


Le moment de t or si on M
T
est égal au moment r ésult ant en G de t out es les f or ces élément air es f ∆ de la
sect ion (S).

( )
( ) ( ) ( ) ( )
( )
( )
0
2 2
2
I G
dS G S G
S G S f f M M
S
S
S S S S
G T
θ
ρ θ ρ θ
ρ θ ρ τ ρ
=
= ∆ =
∆ = ∆ = ⋅ ∆ = ∆ =


∑ ∑ ∑ ∑


Le t er me
( )
0
2
I G dS
S
θ ρ =

est le moment polai re de la sect i on (S) par r appor t au poi nt G.



L’angle unit air e de t or sion θ est pr opor t i onnel au moment de t or si on M
T
: M
T
= G θ I
0


avec M
T
le moment de t or sion (Nmm)
G le module d’élast i ci t é t r ansver sal (MPa)
θ l’angle unit air e de t or sion (r ad.mm
- 1
)
I
0
le moment polair e par r appor t au point G (mm
4
)
φ d φ D
φ d
32
4
0
d
I
π
=
( )
32
4 4
0
d D
I

=
π
G
-M
Section (S)
T
M
Ÿ Ÿ
M
G
∆S
-M
τ = ρ G θ


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 9 SUR 11

Exemple : r epr enons l ’exempl e du t our nevi s avec M
T
= 24 Nm, d = 7
mm et G = 80 GPa. Dét er mi nons l’angle uni t ai r e de t or si on.

Moment polai r e de la sect i on dr oi t e :
4
4 4
0
7 . 235
32
7
32
mm
d
I = = =
π π


Angle unit air e de t or sion :
1
3
0
. 27 001 . 0
7 . 235 000 80
10 . 24

=
×
= = mm rad
I G
M
T
θ


6. Relation entre τ et M
T


A par ti r des r elat i ons τ = G θ ρ et M
T
= G θ I
0
on peut écr i r e :
0
I
M
G
T
= =
ρ
τ
θ
On obt ient ainsi : ρ τ
0
I
M
T
=

avec τ la cont r ai nt e de ci sai llement (MPa)
M
T
le moment de t or sion (Nmm)
ρ le r ayon (mm)
I
0
le moment polai r e (mm
4
)

Exemple : r epr enons l ’exempl e du t our nevi s avec M
T
= 24 Nm, d = 7
mm. Dét er minons la cont r aint e t angent ielle et la cont r aint e
t angent ielle maximale.

4
0
7 . 235 mm I = et
2
. 102
7 . 235
000 24

= = mm N ρ ρ τ

2
. 356 5 . 3 102 102

= × = = mm N
Maxi Maxi
ρ τ


7. Calcul des constructions

Sauf pour le cas où la r upt ur e est r echer chée, la cont r ai nt e t angent i elle maxi male τ
Maxi
doi t r est er i nf ér i eur e
à la r ési st ance pr at i que au gli ssement ou au ci sai llement Rpg du mat ér i au. Aut r ement di t :

Rpg
V
I
M
I
M
T
Maxi
T
Maxi







= =
0 0
ρ τ avec V
Maxi
= ρ et
s
g
Rpg
Re
=



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 10 SUR 11
avec Reg la limit e élast ique au cisaillement du mat ér iau (MPa)
s le coef f icient de sécur it é

Pour les mét aux
2
Re
Re ≈ g

V
I
0
est le module de t or sion (mm
3
)




Exemple : pour l e t our nevi s pr écédent , on i mpose une cont r ai nt e
admissible au cisaillement de 200 GPa. Dét er minons la valeur maximale
du diamèt r e d l or sque M
T Maxi
= 24 Nm.

Cont r aint e t angent ielle maximale :
2
3
0
. 200
16
000 24 000 24

= ≤








=






= mm N Rpg
d
V
I
Maxi
π
τ
d’où on t ir e mm d 5 . 8 ≥


8. Concentration de contraintes

Lor sque les ar br es ét udi és pr ésent ent de br usques var i at i ons de sect i on (gor ge, épaulement , t r ou de
per çage…), les r elat ions pr écédent es ne sont plus applicables. Au voisinage du changement de sect ion, la
r épar t i t i on des cont r ai nt es est modi f i ée, τ
Maxi
est supér i eur e à τ cal cul ée : on di t al or s qu’i l y a concent r at i on
de cont r ai nt es.

Si K
t s
est le coef f i ci ent de concent r at i on de cont r ai nt es :

0
τ τ ⋅ =
ts Maxi
K avec






=
V
I
M
T
0
0
τ

φ d φ D
φ d
16
3
0
d
V
I π
=
( )
D
d D
V
I
16
4 4
0

=
π
V = d / 2 V = D / 2


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 11 SUR 11
Exemple : dét er minons la cont r aint e au f ond d’une gor ge d’un ar br e de t r ansmission soumis à un couple de
t or sion de 400 Nm.



Dét er mi nons K
t s
: 1 . 0
30
3
= =
d
r
et 2 . 1
30
36
= =
d
D


Le t ableau qui va bien nous donne alor s 4 . 1 ≈
ts
K

Cont r aint e
2
3 3
0
0
. 45 . 75
30
16 000 400 16

=
×
=
×
=






= mm N
d
M
V
I
M
T T
π π
τ

Cont r ai nt e maxi male
2
0
. 63 . 105 45 . 75 4 . 1

= × = ⋅ = mm N K
ts Maxi
τ τ
























d =
φ 30
D =
φ 36
G
Ÿ
r = 3
A
A
A - A
400 N.m
-1
τ
0
= 75.4 N.mm
-2 A - A
τ
0
= 106 N.mm
-2
Sans concentration
de contraintes
Avec concentration
de contraintes


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 12 SUR 12










































Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 1 SUR 21






Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
RESISTANCE DES MATERIAUX



FLEXION


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 2 SUR 21
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 3 SUR 21

SOMMAIRE


1. SCHEMATISATION DES LIAISONS .............................................................................................................................................4
2. EFFORTS INTERIEURS .....................................................................................................................................................................6
3. DIAGRAMMES.......................................................................................................................................................................................6
3.1 ESSAI DE FLEXION.............................................................................................................................................................................. 7
3.2 CORRESPONDANCE ENTRE LES DIAGRAMMES............................................................................................................................... 8
3.3 POUTRE ENCASTREE.......................................................................................................................................................................... 9
4. CHARGES REPARTIES ....................................................................................................................................................................10
4.1 CHARGE REPARTIE UNIFORME....................................................................................................................................................... 10
4.2 CHARGE REPARTIE LINEAIREMENT VARIABLE............................................................................................................................. 11
5. CONTRAINTES DE FLEXION.......................................................................................................................................................12
5.1 CONTRAINTES NORMALES EN FLEXION......................................................................................................................................... 12
5.2 CALCUL DES CONSTRUCTIONS....................................................................................................................................................... 13
5.3 CONCENTRATION DE CONTRAINTES EN FLEXION........................................................................................................................ 15
5.4 CONTRAINTES DE CISAILLEMENT EN FLEXION............................................................................................................................. 17
5.4.1 Mise en évidence....................................................................................................................................................................17
5.4.2 Cas des poutres rectangulaires............................................................................................................................................17
5.4.3 Cas des poutres circulaires..................................................................................................................................................18
5.4.4 Exemple....................................................................................................................................................................................18
6. DEFORMATIONS EN FLEXION...................................................................................................................................................19
6.1 NOTION DE DEFORMEE.................................................................................................................................................................... 19
6.2 METHODE PAR INTEGRATION......................................................................................................................................................... 20
6.2.1 Principe....................................................................................................................................................................................20
6.2.2 Exemple....................................................................................................................................................................................20



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 4 SUR 21

1. Schématisation des liaisons

Dans le cas des pr oblèmes plans (syst èmes de f or ces coplanai r es), la schémat i sat i on des li ai sons et des
ef f or t s exer cés se r amène à t r oi s cas t ypes : appui si mpl e (ponct uel ou pl an sans f r ot t ement ), ar t i cul at i on
(pi vot ) et encast r ement .


TYPE


EXEMPLES

SCHEMATISATION

ACTIONS EXERCEES
Appui simple



Pivot



Encastrement





Exemple : planche de plongeoi r

La pout r e 1 est schémat isée par sa ligne moyenne AC. La
liaison en A (pivot 1/ 0) est une ar t i cul at i on et la liaison
en B ent r e 1 et 2 se r amène à un appui si mpl e. P
r
(900 N)
schémat i se l’act i on du nageur .








A
y
F
y

F
x
x
M
A

A
A
y
F
y

F
x
x
A
A
A
y
F
y

x
1.5 m 3 m
A B
C
900 N
0
2
1


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 5 SUR 21
A l’équi li br e (Pr i nci pe Fondament al de la St at i que), si on i sole 1 :

( ) ( ) ( ) ¹
¹
¹
'
¹
· + +
· + +
0
0
1 / 2 1 / 0
1 / 2 1 / 0
P M B M A M
P B A
A A A
r r r
r r r r


¹
'
¹
· × − × + ×
· − + −
) 2 ( 0 3 900 5 . 1 0
) 1 ( 0 900
1 / 2 1 / 0
1 / 2 1 / 0
B A
B A


L’équat i on (2) donne N B 700 2
1 / 2
· (et or ient ée ef f ect ivement comme sur le schéma, ver s le haut ).

En i nj ect ant N B 700 2
1 / 2
· dans (1), on t r ouve N A 800 1
1 / 0
· (or i ent ée ef f ect i vement comme sur l e
schéma, ver s le bas).

Remar que 1 : dans la plupar t des schémat isat ions, la pout r e est modélisée par sa ligne moyenne.

Remar que 2 : les pout r es sont i dent i f i ées à par t i r des char ges ext ér i eur es appli quées :

Poutre simple sur deux appuis avec charges
concentrées F
1
et F
2

Poutre simple sur deux appuis avec charges
réparties q
1
et q
2


Poutre encastrée avec charge répartie q(x)
linéairement croissante


A
B C
900 N
P
r
1 / 0
A
r
1 / 2
B
r
F
1
F
2
q
1
q
2
q(x)



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 6 SUR 21

2. Efforts intérieurs

Dans le cas de la f lexion, les ef f or t s int ér ieur s dans n’impor t e quelle sect ion dr oit e se r éduisent à un ef f or t
t r anchant T (per pendi culai r e à la li gne moyenne) et à un moment f léchi ssant M
f
(per pendi culai r e à la li gne
moyenne et à T).



Pour f ai r e appar aît r e l es ef f or t s i nt ér i eur s, on ef f ect ue une coupur e f i ct i ve à l a di st ance x de l ’or i gine A. En
isolant le t r onçon 1, on obt ient l’ef f or t t r anchant T et le moment f léchissant M
f
(on obt i ent en f ai t
r espect ivement –T et –M
f
, voi r Cour s « Tor seur de Cohési on »).

T
r
= somme vect or ielle de t out es les f or ces ext ér ieur es t r ansver sales si t uées à gauche de la sect i on f i ct i ve =
( )
2 1
F F
r r
+

f
M = moment r ésul t ant en G de t out es l es act i ons ext ér i eur es si t uées à gauche de l a sect i on f i ct i ve =
( ) ( )
2 1
F M F M
G G
r r
+

Remar que : le cas 0 ≠
f
M avec 0 · T cor r espond à de l a f l exi on pur e, al or s que l e cas 0 ≠
f
M avec 0 ≠ T
cor r espond à de la f lexi on si mple.


3. Diagrammes

Les valeur s de l’ef f or t t r anchant T et du moment f léchi ssant M
f
var i ent avec la posi t i on x de la coupur e
f i ct i ve. Les di agr ammes de t et M
f
(gr aphes mat hémat i ques de t ype (x, y)) per met t ent de décr i r e l es
var iat ions de ces deux gr andeur s et ainsi r epér er les maximums à pr endr e en compt e lor s des claculs des
cont r aint es.

• ‚
A B
x
x
y
2
F
r
3
F
r
1
F
r
G

A
x
x
y
2
F
r
f
M − 1
F
r
G
T
r

Coupure fictive


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 7 SUR 21
3.1 Essai de flexion

Un di sposi t i f de mi se en char ge exer ce une poussée
de 20 000 N qui se r épar t i t en C et D, alor s que le
bât i de la machine suppor t e la pout r e en A et B.

La symét r i e du char gement et des appui s ent r aîne A =
B = C = D = P = 10 000 N, le poi ds de la pout r e ét ant
négligé.



v Et ude du t r onçon AC : sect ion f ict ive d’abscisse m x 1 0 ≤ ≤

Une seule f or ce à gauche de la sect i on f i ct i ve : P
r
au poi nt A
Ef f or t t r anchant N P T
AC
000 10 · · pour t out m x 1 0 ≤ ≤
Moment f léchi ssant Nm x x P M
fAC
000 10 − · × − ·

v Et ude du t r onçon CD : sect ion f ict ive d’abscisse m x 2 1 ≤ ≤

Deux f or ces à gauche de la sect i on f i ct i ve : P
r
au point A, et P
r
− au poi nt C
Ef f or t t r anchant N P P T
CD
0 · − · pour t out m x 2 1 ≤ ≤
Moment f léchi ssant ( ) Nm P x P x P M
fCD
000 10 1 − · − · − × + × − ·

Remar que : sur ce t r onçon 0 ≠
f
M et 0 · T , on est dans un cas de f lexi on pur e.

v Et ude du t r onçon DB : sect ion f ict ive d’abscisse m x 3 2 ≤ ≤

Tr oi s f or ces à gauche de la sect i on f i ct i ve : P
r
en A, et P
r
− aux point s C et D
Ef f or t t r anchant N P P P T
DB
000 10 − · − − · pour t out m x 3 2 ≤ ≤
Moment f léchi ssant ( ) ( ) ( ) Nm x P x P x P x P M
fDB
3 000 10 2 1 − · − · − × + − × + × − ·

1 m 1 m 1 m
x
A
D C
B
y
P
r
P
r
P
r
P
r


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 8 SUR 21
v Di agr ammes : r assemblons les t r ois r ésult at s
pr écédent s sur un même gr aphe :

Di agr amme des ef f or t s t r anchant s :

N T
AC
000 10 · pour m x 1 0 ≤ ≤
N T
CD
0 · pour m x 2 1 ≤ ≤
N T
DB
000 10 − · pour m x 3 2 ≤ ≤

Di agr amme des moment s f léchi ssant s :

Nm x M
fAC
000 10 − · pour m x 1 0 ≤ ≤
Nm M
fCD
000 10 − · pour m x 2 1 ≤ ≤
( ) Nm x M
fDB
3 000 10 − · pour m x 3 2 ≤ ≤






3.2 Correspondance entre les diagrammes

L’ét ude de l’équi li br e du t r onçon de lar geur dx appar t enant à la pout r e, compt e t enu des char ges i ndi quées,
donne :

( ) x q
dx
dT
− · et T
dx
dM
f
− ·

1 m 1 m 1 m
x
A
D C
B
y
P
r
P
r
P
r
P
r
T
AC
T
CD
T
DB
M
fAC
M
fCD
M
fDB
T
M
f
x
x
y
F
r
( ) x q
dx
dx
F
r
( ) x q
T
-(T+dT)
-(M
f
+dM
f
)
M
f


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 9 SUR 21
3.3 Poutre encastrée

On consi dèr e une pout r e encast r ée de l ongueur L = 2 m
soumi se à un ef f or t concent r é F = 1 000 N (ver s l e bas) au
point B et à un couple pur M = 1 000 Nm (sens ant i -
t r i gonomét r i que) aut our du poi nt C.






v Act i ons exer cées par l’encast r ement sur la pout r e : l e
Pr i nci pe Fondament al de la St at i que donne :

( ) ( ) ¹
¹
¹
'
¹
· + − +
· +
0
0
A A A
M M A M F M
A F
r r
r r r


¹
¹
¹
'
¹
− ·
·
·

¹
¹
¹
'
¹
· + − ×
· −
·
Nm M
N A
A
M M
A
A
A
y
x
A
y
x
000 1
000 1
0
0 2 000 1
0 000 1
0


v Et ude du t r onçon BC : m x 1 0 ≤ ≤

Ef f or t t r anchant :
N F T
BC
000 1 − · − ·
Moment f l échi ssant :
Nm x x F M
fBC
000 1 · × ·

v Et ude du t r onçon CA : m x 2 1 ≤ ≤

Ef f or t t r anchant :
N F T
CA
000 1 − · − ·
Moment f l échi ssant :
( ) Nm x M x F M
fCA
1 000 1 − · − × ·

v Diagr ammes : ci -cont r e.



x
B C A
L/2 L/2
y
F
M
x
B
C A
L/2 L/2
y
F
M
A
y
A
x
M
A
x
B
C A
L/2 L/2
y
F
M
A
y
A
x
M
A
T
M
f
-1 000 N
1 000 Nm 1 000 Nm


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 10 SUR 21

4. Charges réparties

Les char ges r épar t i es ont pour or i gi ne les act i ons de pesant eur et des act i ons de cont act di ver ses (vent ,
neige, pr ession d’un f luide…). Elles peuvent êt r e unif or mes ou var iables.

4.1 Charge répartie uniforme

Tr ait ons ce cas à par t ir d’un exemple. Considér ons une pout r e
(longueur L = 4 m) r éalisée à par t ir d’un pr of ilé I PE dont le
poids est de 40 daN par mèt r e ( y q
r r
400 − · ou
1
. 400

· m N q ).

v Act ions aux appuis en A et B :

Le Pr i nci pe Fondament al de la St at i que donne : 0
r
r
r r
· + + q B A

En pr oj ect ion sur y : 0 · − + L q B A
y y
avec
y y
B A · du f ait
de la symét r i e.

D’où N
L q
B A
y y
800
2
4 400
2
·
×
· · ·

v Ef f or t t r anchant :

( ) x x q A T
y AB
− · − · 2 400

v Moment f léchissant :

( ) 4 200
2
− · × + × − · x x
x
x q x A M
y fAB


v Diagr ammes : ci -cont r e.

v Remar que : cal cul de l ’ext r émum

( ) [ ]
( ) 2 400
4 200
− ·

· x
dx
x x d
dx
M d
fAB


s’annule pour ( ) 0 2 400 · − x soit 2 · x

et la valeur maxi du moment f léchissant est alor s (pour 2 · x ) :

( ) Nm M
Maxi fAB
800 4 2 2 200 − · − × ·
L = 4 m
A B
x
y
L = 4 m
A B
400 N.m
-1
x
y
B
y
A
y
T 800 N

-800 N

-800 Nm

M
f


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 11 SUR 21
4.2 Charge répartie linéairement variable

Nous allons également t r ai t er ce cas à par t i r d’un exemple.
Pr enons le cas d’une pout r e (longueur L = 3 m) encast r ée
en A, suppor t ant la char ge linéair ement cr oissant e q(x) de
l a f i gur e ci -cont r e.

v Char ge r épar t ie :
( )
L
q
x
x q
A
·

d’où ( ) Nm x x x
L
q
x q
A
500
3
500 1
· · ·

v Act ion à l’encast r ement : Pr i nci pe Fondament al de l a
St at ique :

( ) ( ) ¹
¹
¹
'
¹
· + +
· +
0
0
A A A
M A M R M
A R
r r
r r r


où R
r
est la r ésult ant e de la char ge r épar t ie q(x) sur
t out e la longueur L :

N R 250 2
2
3 500 1
·
×
· (ai r e du t r i angle)

Cet t e r ésult ant e s’appli que au « cent r e de gr avi t é du
t r i angl e », c' est-à-di r e à la di st ance L/ 3 du poi nt A.

On a donc
¹
¹
¹
'
¹
· + ×
· −
0
3
0
A
y
M
L
R
R A


¹
¹
¹
'
¹
− · × − · × − ·
· ·
Nm
L
R M
N R A
A
y
250 2
3
3
250 2
3
250 2


v Ef f or t t r anchant :

N x
x x
T
BA
2
250
2
500
− ·
×
− · (t r i angle)

v Moment f léchissant :

x
B A
L = 3 m
y
q(x)
q
A
= 1 500 N
q
B
= 0
x
B
A
L = 3 m
y
q(x)
q
A
= 1 500 N
q
B
= 0
A
y
M
A
x
B
A
L = 3 m
y
q(x)
q
A
= 1 500 N
q
B
= 0
A
y
M
A
T
T = -250 x
2
-2 250 N

M
f
2 250 Nm



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 12 SUR 21
Nm x
x x x
M
fBA
3
3
250
3 2
500
− · ×
×
− ·

v Diagr ammes : y a qu’à cher cher , i ls doi vent bi en t r aîner par là…


5. Contraintes de flexion

En f lexi on, les cont r ai nt es nor males σ sont génér alement pr épondér ant es devant les cont r ai nt es de
cisaillement τ.

5.1 Contraintes normales en flexion

Les cont r ai nt es nor males r ésult ent du moment f léchi ssant M
f
(les ef f or t s t r anchant s n’ont aucun ef f et sur
leur valeur ).
Dans le cas de f lexi on pur e ( 0 ≠
f
M et 0 · T ), les pout r es se déf or ment sui vant des ar cs de cer cles.

La li gne moyenne GG’ ne subi t ni allongement ni r accour ci ssement (cont r ai nt es σ nul l es).
Pour la f i gur e pr oposée, les f i br es si t uées au-dessus de l a l i gne neut r e sont compr i mées et suppor t ent des
cont r ai nt es de compr essi on ; celles si t uées au-dessous (MM’) sont t endues et suppor t ent des cont r aint es de
t r act ion.

En expr i mant l’allongement de la f i br e MM’, en ut i li sant la loi de Hooke
( ε σ E · ) et en f ai sant i nt er veni r le moment f léchi ssant M
f
, on
mont r e la r elat ion suivant e :

y
I
M
z
f
M
· σ

avec σ
M
la cont r ai nt e nor male en M (en MPa)
M
f
le moment f léchi ssant dans la sect i on dr oi t e S (en Nmm)
y la dist ance du point M par r appor t à la ligne neut r e (en mm)
I
z
le moment quadr at i que de la sect i on dr oi t e S par r appor t à l’axe (G, z) (en mm
4
)

y
Ÿ
M
σ
M
x
G
y
(S)
Ligne neutre


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 13 SUR 21
Exemple : dét er mi nons l es cont r ai nt es
nor mal es dans une pout r e r ect angul ai r e (50
mm / 120 mm), soumise à un moment
f léchissant de 14.4 kNm const ant sur t out e
sa longueur .

Moment quadr at i que :


4 6
3 3
10 . 72
12
120 50
12
mm
h b
I
z
·
×
· ·

Cont r aint es : MPa y y y
I
M
z
f
2
10 . 72
000 400 14
6
· · · σ

Les cont r ai nt es augment ent donc li néai r ement avec la di st ance à
la li gne neut r e.


5.2 Calcul des constructions

Pour des quest ions de sécur it é liées à l’usage des machines, la cont r aint e nor male σ
Maxi
dans la sect ion dr oit e
la plus char gée doi t r est er i nf ér i eur e à une cont r ai nt e l i mi t e admi ssi bl e l i ée au mat ér i au et f i xée par l e
const r uct eur ou par des nor mes : Rpe.

Dans le cas pr éci s de la f lexi on, i l f aut donc pr océder ai nsi :
v commencer par dét er mi ner la sect i on la plus char gée (en génér al celle où le moment f léchi ssant est
maximum) ;
v pui s vér i f i er que la cont r ai nt e maxi male dans cet t e sect i on est i nf ér i eur e à la cont r ai nt e admi ssi ble Rpe
i mposée par le const r uct eur .

( )
Rpe
V I
M
z
Maxi f
Maxi
≤ · σ

avec
Maxi
y V ·
V I
z
le module de f lexi on
Rpe la r ésist ance pr at ique (r appel : s Rpe Re · avec Re la limit e élast ique et s le coef f icient d
sécur i t é adopt é)


Exemple : une pout r e de pont r oulant (pr of i lé I PE) est soumi se aux char ges i ndi quées sur la f i gur e ci -dessous
(cas l e pl us déf avor abl es). Le moment f l échi ssant maxi mum est obt enu au mi l i eu de l a pout r e et a pour val eur
110 kNm (vous aur i ez pu l e dét er mi ner f aci l ement , mai s l à n’est pas l e pr obl ème). Si on i mpose une cont r ai nt e
admissible de 100 MPa, dét er mi nons le pr of i lé pouvant conveni r pour const r ui r e l’appar ei l.

y (mm) 0 20 40 60
σ (mm) 0 40 80 120
b = 50
h = 120
y
z
x
+ 120 MPa
y
- 120 MPa
M
f
G


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 14 SUR 21


On doi t avoi r
( ) ( )
MPa
V I V I
M
z z
Maxi f
Maxi
100
000 000 10
≤ · · σ

D’où ( )
3 3
100 000 100 cm mm V I
z
· ≥



Le t ableau de di mensi ons nous donne le pr of i lé I PE de 160 pour lequel ( )
3
109 cm V I
z
· .

Avec ce pr of i lé, la cont r ai nt e maxi male ser a alor s de :

MPa
Maxi
74 . 91
000 109
000 000 10
' · · σ

a
b
e
h
Profilé IPE
A
C
B
2 m 2 m
500 daN
1 000 daN
500 daN
M
f
M
f Maxi
= 10 kNm
h b a e
(mm)
S m


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 15 SUR 21
5.3 Concentration de contraintes en flexion

Lor sque les solides ét udiés pr ésent ent de br usques var iat ions de sect ion, les r elat ions pr écédent es ne
s’appliquent plus. Au voi si nage du changement de sect i on, la r épar t i t i on des cont r ai nt es n’est plus
pr opor t ionnelle à la dist ance y et σ
Maxi
est supér ieur e à la valeur
( )
0
σ ·
V I
M
z
Maxi f
: on dit qu’il y a concent r at ion
de cont r ai nt es.

On a alor s pour la cont r ai nt e maxi male :

0
. σ σ
f Maxi
K ·

Les valeur s de K
f
(coef f i ci ent de concent r at i on de cont r ai nt es) ét ant dét er mi nées expér i ment alement (voi r
abaques sui vant s).





RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 16 SUR 21


Exemple t r ivial : dét er minons la cont r aint e maximale dans
l’ar br e suivant , soumis à un moment de f l exi on M
f
de 1 227 Nm :

1 . 0
50
5
· ·
d
r
et 2 . 1
50
60
· ·
d
D


Le t ableau qui va bi en i ndi que 65 . 1 ·
f
K

Or
3
3 3 4
272 12
32
50
32 2
64
mm
d
d
d
V
I
z
·
×
· · ·
π π π


( )
2
0
. 10
272 12
700 122

· · · mm daN
V I
M
z
f
σ

On a donc pour la cont r ai nt e maxi male
2
0
. 5 . 16 10 65 . 1 .

· × · · mm daN K
f Maxi
σ σ









d = 50
d = 60
M
f
M
f
r = 5
σ
0
= 100 MPa
Sans concentration Avec concentration
σ
Maxi
= 165 MPa


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 17 SUR 21
5.4 Contraintes de cisaillement en flexion

5.4.1 Mise en évidence








Pour l’exemple ci -dessus, l es cont r ai nt es de ci sai l l ement τ qui
s’exer cent dans les j oi nt s collés assur ent le mai nt i en (évi t ent le
glissement ) ent r e les pout r es r espect i ves et li mi t ent ai nsi les
déf or mat ions.

La f i gur e ci -cont r e donne l a di st r i but i on des cont r ai nt es de
ci sai l l ement dans une sect i on dr oi t e (S) suppor t ant un ef f or t
t r anchant T.
Si les cont r ai nt es τ conser vent une valeur const ant e sui vant l’axe
z, en r evanche elles var ient suivant y, avec un maximum pr ès du
plan neut r e (i nver se des cont r ai nt es nor males σ).


5.4.2 Cas des poutres rectangulaires

Dans ce cas, la cont r aint e de cisaillement τ, à la
di st ance y du plan neut r e, est donnée par :

b I
Q T
z
· τ avec

,
_

¸
¸
− · ·
2
2
4 2
y
h b
S y Q
A A


et τ la cont r aint e de cisaillement à la dist ance y
(MPa)
Q le moment st at ique de l’air e hachur ée S
A
(mm
3
)
T l’ef f or t t r anchant (N)
I le moment quadr at ique de la sect ion S par
r appor t à (G, z) (mm
4
)

Remar que : la cont r ai nt e est maxi male au ni veau du plan neut r e (y = 0) :

z
Maxi
I
h T
S
T
8 2
3
2
· · τ

Elle est de 50% plus gr ande que la cont r ai nt e moyenne de ci sai llement T/ S déf i ni e dans le cas du ci sai llement
pur .
G
A
y
z

h/2

h/2

G

Aire S
A
y

y
A
b

Allure des contraintes τ

τ
Maxi


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 18 SUR 21

5.4.3 Cas des poutres circulaires

vSect ion cir culair e pleine :
2
r S π ·

( )
2 3
2 2
3
2
y r Q − ·

2 2
2
3
4
y r
r
T

,
_

¸
¸
·
π
τ ;
S
T
Maxi
3
4
· τ

v Sect ion cir culair e cr euse : ( )
2 2
r R S − ·π

( ) 3
3
2
3
y r Q − ·

,
_

¸
¸
+
+ +
·
2 2
2 2
3
4
r R
r r R R
S
T
Maxi
τ

Pour un t ube mince :
S
T
Maxi
2
≈ τ

5.4.4 Exemple

Un pr of i lé est r éali sé à par t i r de t r oi s plat s r ect angulai r es
d’épaisseur 30 mm, collés ensembles en A et B. Si l’ef f or t t r anchant
est T = 13.5 kN, dét er mi ner l es cont r ai nt es de ci sai l l ement dans l es
j oint s collés. On donne I
z
= 43,7.10
6
mm
4
.

v Cont r aint es en A :

y
A
= di st ance ent r e (G, z) et le bar ycent r e de la sur f ace S
A
.

( )
3
475 281 55 . 62 30 150 mm y S Q
A A A
· × × · ·

MPa
b I
Q T
A z
A
A
9 . 2
30 10 . 7 , 43
475 281 500 13
6
·
×
×
· · τ

v Cont r aint es en B :

y
B
= di st ance ent r e (G, z) et le bar ycent r e de la sur f ace S
B
.

( )
3
115 236 45 . 87 30 90 mm y S Q
B B B
· × × · ·

z
y
r
A
z
y
r
A
R
z
y
r
A
A
Ÿ
Ÿ
Ÿ
G
B
30
90
102.45
150
30
z
y
120
30
Ÿ
Ÿ
G
30
y
A
=
62.55
150
b
A
= 30
z
y
S
A


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 19 SUR 21
MPa
b I
Q T
B z
B
B
4 . 2
30 10 . 7 , 43
115 236 500 13
6
·
×
×
· · τ

v Remar que :
3 2 1 z z z z
I I I I + + ·

( )
4 6 2
3
1
10 . 95 , 17 55 . 62 30 150
12
30 150
mm I
z
· × × +
×
·

( )
4 6 2
3
2
10 . 85 , 20 45 . 87 30 90
12
30 90
mm I
z
· × × +
×
·

( )
4 6 2
3
3
10 . 88 , 4 545 . 12 90 30
12
90 30
mm I
z
· × × +
×
·


6. Déformations en flexion

Dans ce qui pr écède, on s’est i nt ér essé au pout r es f léchi es et à leur di mensi onnement d’un poi nt de vue de
r ési st ance sous char ge. Nous allons voi r à pr ésent l’aspect déf or mat i on. En par t i culi er , la dét er mi nat i on de la
f l èche maxi mal e (et de sa val eur admi ssi bl e) est l ’un des él ément s f ondament aux de l a concept i on des
pout r es.

6.1 Notion de déformée

Pour l a pout r e ci-cont r e, la li gne moyenne AI CJ BD a pour
di r ect i on l’axe des x avant déf or mat i on et la cour be y = f (x)
apr ès déf or mat i on. Cet t e cour be est appelée déf or mée.
y = f (x) est l’équat ion mat hémat ique de la déf or mée dans le
syst ème d’axes (x, y).

Condi t i ons aux l i mi t es : l es condi t i ons y
A
= 0, y
B
= 0 et y’
I
= 0,
appelées condit ions aux limit es, sont des élément s connus de la
déf or mée. Ces élément s sont imposés par les appuis A et B ou
par la f or me de la déf or mée.

Fl èches : la déf or mée pr ésent e des valeur s maximales en I
(ent r e A et B) et à l’ext r émit é D. Pour ces point s par t iculier s, la
déf or mat i on est souvent appelée f lèche (f ) : f
I
= y
I
et f
D
= y
D


A
D x
y
I
B J
Ÿ Ÿ Ÿ
1
F
r
2
F
r
M
f
Ÿ
Ÿ
Ÿ
Ÿ
Ÿ
y

A
Ÿ
Ÿ
I
J B
D
Déformée y = f(x)

y
D
Conditions aux limites :
v y
A
= 0
v y’
I
= 0

v y
B
= 0
C
Ÿ
Ÿ
G
90
y
B
=
87.45
b
b
= 30
z
y
30
S
B


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 20 SUR 21
6.2 Méthode par intégration

6.2.1 Principe

Connai ssant l’équat i on des moment s f léchi ssant s M
f
en f onct i on de x (posi t i on le long de la pout r e), la pent e y’
et la déf or mée y sont obt enues par i nt égr at i ons successi ves à par t i r de :

' ' y I E M
f
− ·

avec M
f
le moment f léchi ssant (équat i on en x)
E le module d’élast i ci t é longi t udi nale (MPa)
I = I
z
le moment quadr at i que de la sect i on par r appor t à l’axe (G, z) (mm
4
)
Y’’ la dér i vée seconde de la déf or mée y

Remar que : les const ant es d’i nt égr at i on successi ves sont calculées à par t i r des condi t i ons aux li mi t es
i mposées par la posi t i on et la nat ur e des appui s, ou encor e par la f or me génér ale de la déf or mée.

EXEMPLES USUELS DE CONDITIONS AUX LIMITES
ENCASTREMENT ARTICULATION APPUI SIMPLE

v y’
A
= 0
v y
A
= 0
v y
A
= 0 v y
A
= 0

6.2.2 Exemple

Consi dér ons la pout r e ci -cont r e, de longueur L = 4 m,
soumi se à une char ge ponct uelle en son mi li eu.
L’ét ude st at ique per met de dét er miner les act ions des
appui s sur la pout r e :

daN
P
B A 500
2
· · ·

Moment s f l échi ssant s :

v pour m x 2 0 ≤ ≤

x x
P
M
AC f
500
2
− · − ·

v pour m x 4 2 ≤ ≤
A A
A
A B
C
P = 1 000 daN
2 m
2 m
M
f
x
M
f Maxi
= -10 kNm
A B
C
y

x


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
COURS DE RDM PAGE 21 SUR 21

( ) 4 500
2 2
− ·
,
_

¸
¸
− + − · x
L
x P x
P
M
BC f


Equat ion de la déf or mée : ' '
AC AC f
y I E M − ·

On a donc x
P
y I E
AC
2
' ' − · − ou encor e x
P
y I E
AC
2
' ' ·

La pr emi èr e i nt égr at i on donne :
1
2
4
' C
x P
y I E
AC
+ · (1)

La seconde i nt égr at i on donne :
2 1
3
12
C x C
x P
y I E
AC
+ + · (2)

Condit ions aux limit es :

v on a y = 0 au point A (x = 0) : l’équat i on (2) donne C
2
= 0

v et y’
C
= 0 au poi nt C (x = L/ 2) : l’équat i on (1) donne
( )
16 4
2
2 2
1
L P L P
C − ·
×
− ·

Finalement :

,
_

¸
¸
− ·
4 4
'
2
2
L
x
I E
P
y
AC
et

,
_

¸
¸
− · x
L x
I E
P
y
AC
4 3 4
2 3


Fl èche : la f lèche maxi male est obt enue pour x = L/ 2 :
I E
L P
y f
C Maxi
48
3
− · ·










Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…





RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 2

























Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)
RESISTANCE DES MATERIAUX



TRAVAUX DIRIGES


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 2



SOMMAIRE DES REJOUISSANCES



1. Résistance des matériaux - Généralités

2. Résistance des matériaux - Traction

3. Résistance des matériaux - Cisaillement

4. Résistance des matériaux - Torsion

5. Résistance des matériaux - Flexion












Bon courage…




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 5

























Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)
RESISTANCE DES MATERIAUX



GENERALITES


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 5


SOMMAIRE


1. RESISTANCE DES MATERIAUX - GENERALITES ................................................................................................................3
1.1 EXERCICE 1.1...................................................................................................................................................................................... 3
1.2 EXERCICE 1.2...................................................................................................................................................................................... 4
1.3 EXERCICE 1.3...................................................................................................................................................................................... 5



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 3 SUR 5

1. Résistance des matériaux - Généralités

Convention : on suppose toujours les inconnues comme positives.

1.1 Exercice 1.1

Une pout r e sur deux appuis A et B suppor t e une char ge
concent r ée F
r
(300 daN) en C.

Quest i on 1. 1. 1 Dét er mi ner l es act i ons exer cées par
les appui s ;

Quest i on 1. 1. 2 Dét er mi ner les ef f or t s i nt ér i eur s
dans la pout r e en E et G.


Réponse Quest ion 1. 1. 1

daN B
y
200 = et daN A
y
100 = .

Les composant es
x
A et
x
B des act i ons des appui s sont
nulles.

Réponse Quest ion 1. 1. 2

{ }
) , , (
) , , (
) , , (
1500
0
0
0
1000
0
z y x E
z y x
fzE
fyE
TE
zE
yE
E
E
z y x
E
E
E
E coh
M
M
M
T
T
N
M
R










− =










=










= ℑ r
r
en N et Nm


{ }
) , , (
) , , (
) , , (
1000
0
0
0
2000
0
z y x G
z y x
fzG
fyG
TG
zG
yG
G
G
z y x
G
G
G
G coh
M
M
M
T
T
N
M
R










=










=










= ℑ r
r
en N et Nm


y
C
B A
B A E
C
G
2m 1m
x
1m 1.5m
F
r

F
r



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 4 SUR 5
1.2 Exercice 1.2

Un panneau de si gnali sat i on suppor t e une char ge F de 100 daN en B
r ésult ant de l’act ion du vent . Le panneau est encast r é (scellé) en O dans
un t r ot t oi r . Les poi ds sont négli gés.

Quest i on 1. 2. 1 Dét er mi ner l es act i ons exer cées par l ’encast r ement en
O ;

Quest i on 1. 2. 2 Dét er mi ner les ef f or t s i nt ér i eur s dans la sect i on
dr oi t e du pot eau passant par G (cent r e d’i ner t i e).


Réponse Quest ion 1. 2. 1

{ }
) , , (
) , , (
) , , (
0
3000
1000
1000
0
0
z y x O
z y x
fzO
fyO
TO
zO
yO
O
O
z y x
O
O
O
O coh
M
M
M
T
T
N
M
R











=










=










= ℑ r
r


en N et Nm

Réponse Quest ion 1. 2. 2

{ }
) , , (
) , , (
) , , (
0
1000
1000
1000
0
0
z y x G
z y x
fzG
fyG
TG
zG
yG
G
G
z y x
G
G
G
G coh
M
M
M
T
T
N
M
R











=










=










= ℑ r
r
en N et Nm


1m
F
r

A
x
z
y
B
O
G
3m
2m


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 5 SUR 5
1.3 Exercice 1.3

Repr endr e l’exer ci ce pr écédent avec :

k j F
r
r r
80 50 + =




































Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…


1m
F
r
A
x
z
y
B
O
G
3m
2m


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 6

























Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)
RESISTANCE DES MATERIAUX



TRACTION


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 6

SOMMAIRE


1. RESISTANCE DES MATERIAUX - TRACTION........................................................................................................................3
1.1 EXERCICE 2.1...................................................................................................................................................................................... 3
1.2 EXERCICE 2.2...................................................................................................................................................................................... 3
1.3 EXERCICE 2.3...................................................................................................................................................................................... 4
1.4 EXERCICE 2.4...................................................................................................................................................................................... 4
1.5 EXERCICE 2.5...................................................................................................................................................................................... 5
1.6 EXERCICE 2.6...................................................................................................................................................................................... 5
1.7 EXERCICE 2.7...................................................................................................................................................................................... 6



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 3 SUR 6

1. Résistance des matériaux - Traction

Convention : on suppose toujours les inconnues comme positives.

1.1 Exercice 2.1

Le t ableau ci-dessous r écapi t ule les r ésult at s d’un essai de t r act i on ef f ect ué sur une épr ouvet t e en aci er à
haut e t eneur en car bone, t r ai t é t her mi quement . F est l a char ge appl i quée à l ’épr ouvet t e et ∆L son
allongement .

F (kN) 0 51.8 72 93.2 109 141.6 149.6 161 170
∆ L (mm) 0 0.0255 0.035 0.046 0.0535 0.076 0.101 0.152 0.203
F (kN) 177.2 186.8 197.6 214.4 227 235 242 246.6 rupture
∆ L (mm) 0.254 0.355 0.508 0.762 1.016 1.27 1.527 1.78


Le di amèt r e i ni t i al de l’épr ouvet t e est de 17.68 mm, le di amèt r e ult i me de 16.41 mm, la longueur t est ée de 25
mm et la longueur ult ime de 26.75 mm.

Quest ion 2. 1. 1 Tr acer le gr aphe cont r ai nt e σ - déf or mat i on ε

Quest ion 2. 1. 2 En déduir e R
r
, R
e
, E, A% et Z%


Réponse Quest ion 2. 1. 2

MPa 570 Re ≈ ; MPa Rr 1000 ≈ ; MPa E 000 190 ≈ ; 7 %≈ A ; 85 . 13 % ≈ Z


1.2 Exercice 2.2

Repr endr e l’exer ci ce pr écédent , avec une épr ouvet t e en alli age d’alumi ni um. On a t ouj our s F l a char ge
appl i quée à l’épr ouvet t e et ∆L son allongement .

F (kN) 0 14.94 18.06 23.4 2.46 31.68 34.16 35.06 37.36
∆ L (mm) 0 0.2 0.25 0.5 1 1.5 2.05 2.55 3.8
F (kN) 38.44 42.08 45.28 49.9 56.04 58.72 60.86 63.08 65.12
∆ L (mm) 3.8 7.6 10.15 15.25 30.5 40.65 50.8 60.95 69.6


Le di amèt r e i ni t i al de l’épr ouvet t e est de 17.82 mm, le di amèt r e ult i me de 15.93 mm, la longueur t est ée de
250 mm et la longueur ult ime de 316.5 mm.




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 4 SUR 6
1.3 Exercice 2.3

Deux t r onçons (1) et (2) en mat i èr e pl ast i que sont col l és comme l ’i ndi que l a f i gur e. La r ési st ance à l a r upt ur e
en t r act i on de la colle est de 235 daN.cm
- 2
pour des t empér at ur es var iant de - 60 °C à 120 °C.



Quest ion 2. 3. 1 Dét er mi ner l’ef f or t de t r act i on admi ssi ble par le j oi nt collé.


Réponse Quest ion 2. 3. 1

N F 250 82 ≤


1.4 Exercice 2.4

Une bar r e de di amèt r e 50 en f ont e (E = 100 GPa, ν = 0.3) suppor t e une
char ge de compr essi on de 140 kN.

Quest ion 2. 4. 1 Dét er mi ner le r accour ci ssement de la longueur ,
l’augment at i on du di amèt r e, et la di mi nut i on du volume.


Réponse Quest ion 2. 4. 1

v Raccour ci ssement de la longueur : 0.1426 mm

v Augmentat i on du di amèt r e : 0.0107 mm.

v Diminut ion de volume : 113 mm
3
.


F
r
F
r

70
50
tronçon 1 colle tronçon 2
200
F
r
F
r



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 5 SUR 6
1.5 Exercice 2.5

Pour cont r ôler la char ge d’un avion, on place des j auges de
cont r aint es sur le t r ain d’at t er r issage. Une j auge, collée sur un
pied de f or me t ubulair e donne les indicat ions suivant es :
00068 . 0
1
= ε en posit ion déchar gée et 00136 . 0
2
= ε en
char ge.

Quest ion 2. 5. 1 Dét er miner la char ge supplément air e si E = 75
GPa.


Réponse Quest ion 2. 5. 1

Char ge supplément air e : 186 498 N.


1.6 Exercice 2.6

Le f er H, r epér é 1 sur l a f i gur e, suppor t e un ef f or t
de compr essi on de 50 000 daN. Le f er est soudé
sur un plat car r é en aci er de côt é b r epér é 2.
L’ensemble r epose sur un suppor t ci r culai r e 3 en
bét on de di amèt r e d posé à même le sol.

Quest i on 2. 6. 1 Calculer la sect i on du f er H si la
cont r ai nt e admi ssi bl e de l ’aci er est de 10 daN.mm
-
2
.

Quest ion 2. 6. 2 Dét er miner le côt é b du car r é 2 si
la cont r ai nt e admi ssi ble en compr essi on du bét on
est de 0.4 daN.mm
- 2
.

Quest ion 2. 6. 3 Cal cul er l e di amèt r e d du socl e 3 si
l a cont r ai nt e admi ssi bl e à l ’écr asement du sol est
de 2.5 daN.mm
- 2
.


Réponse Quest ion 2. 6. 1

2
5000 mm S ≥

Réponse Quest ion 2. 6. 2

mm b 354 ≈


Jauge de
contraintes
φ188
φ200
50 000 daN
d
b
3
2
1


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 6 SUR 6
Réponse Quest ion 2. 6. 3

mm d 1596 ≈


1.7 Exercice 2.7

Une chaîne se compose d’une sui t e de mai l l ons soudés l es uns der r i èr e l es aut r es. La l i mi t e à l a r upt ur e de
l’acier ut ilisé est de 63 daN.mm
- 2
.



Quest i on 2. 7. 1 Dét er mi ner la f or ce d’ext ensi on maxi male F
r
que peut suppor t er la chaîne si le coef f i ci ent
de sécur i t é adopt é est de 5.


Réponse Quest ion 2. 7. 1

N F
usu
168 79 =











Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…


70 mm
30 mm
d = 20
F
r
F
r



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 4

























Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)
RESISTANCE DES MATERIAUX



CISAILLEMENT


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 4


SOMMAIRE


1. RESISTANCE DES MATERIAUX - CISAILLEMENT.............................................................................................................3
1.1 EXERCICE 3.1...................................................................................................................................................................................... 3
1.2 EXERCICE 3.2...................................................................................................................................................................................... 3
1.3 EXERCICE 3.3...................................................................................................................................................................................... 4



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 3 SUR 4

1. Résistance des matériaux - Cisaillement

Convention : on suppose toujours les inconnues comme positives.

1.1 Exercice 3.1

La liaison pivot ent r e le t ir ant 1 et
la pi èce 2 est r éalisée par
l’i nt er médi ai r e de l ’axe cyl i ndr i que 3.
Dans les deux cas, l’act i on exer cée
par le t ir ant est F = 10 000 daN. Les
axes 3 (des deux solut i ons) sont
r éali sés dans le même aci er dont la
cont r ai nt e admi ssi bl e au ci sai l l ement
est de 5 daN.mm
- 2
.

Quest ion 3. 1. 1 Dét er mi ner et
compar er l es di amèt r es d
1
et d
2
des
deux solut ions.


Réponse Quest ion 3. 1. 1

mm d 5 . 50
1
≥ ; mm d 7 . 35
2



1.2 Exercice 3.2

Une ar t i culat i on cyli ndr i que ent r e deux bar r es plat es 1 et 2 est r éali sée
comme l’i ndi que la f i gur e ci -cont r e. La liaison est assur ée par un axe
cyl i ndr i que 3 de diamèt r e d inconnu. L’ef f or t maximal suppor t é par la
liaison est de 5 000 daN. La r ési st ance pr at i que (ou admi ssi ble) au
ci sai llement du mat ér i au de l’axe est de 5 daN.mm
- 2
.

Quest i on 3. 2. 1 Dét er mi ner le di amèt r e d de l ’axe 3. I ndi quer la (ou
les) sect ion(s) cisaillée(s).










F
r

F
r

φd
1
2
3
F
r

F
r

φd1
1
2
3
φd2
SOLUTION 1 SOLUTION 2
Ÿ
Ÿ
Ÿ
Ÿ Ÿ
Ÿ
A
B D
C
B
A


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 4 SUR 4
1.3 Exercice 3.3

Une pout r e en bois 1 suppor t e une
char ge de compr ession F = 400 daN.
La pout r e est mai nt enue par une cale
f i xe 2. Les f r ot t ement s sont négli gés.

Quest ion 3. 3. 1 Dét er mi ner les
cont r ai nt es de ci sai llement
engendr ées dans la sect ion ABCD.

Quest ion 3. 3. 2 Dét er miner l es
cont r ai nt es de compr essi on dans la
sect i on DJ EA.


Réponse Quest ion 3. 3. 1

MPa 33 . 1 = τ

Réponse Quest ion 3. 3. 2

MPa 4 = σ



















Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…


20
20
30
60
2
1
F
A,E
E J
B
C D,J
A,B C,D
3
4
5


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 4

























Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)
RESISTANCE DES MATERIAUX



TORSION


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 4

SOMMAIRE


1. RESISTANCE DES MATERIAUX - TORSION...........................................................................................................................3
1.1 EXERCICE 4.1...................................................................................................................................................................................... 3
1.2 EXERCICE 4.2...................................................................................................................................................................................... 3
1.3 EXERCICE 4.3...................................................................................................................................................................................... 4
1.4 EXERCICE 4.4...................................................................................................................................................................................... 4



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 3 SUR 4

1. Résistance des matériaux - Torsion

Convention : on suppose toujours les inconnues comme positives.

1.1 Exercice 4.1

Soi ent deux arbr es de t r ansmission const r uit s à par t ir du même acier (G = 8 000 daN.mm
- 2
). Le pr emier est
plei n (di amèt r e d
1
) alor s que le second est cr eux (di amèt r e ext ér i eur D, di amèt r e i nt ér i eur d = 0.8 D).
Le couple à t r ansmet t r e est de 200 Nm. La r ési st ance pr at i que au ci sai l l ement adopt ée pour l es deux cas est
de 10 daN.mm
- 2
.

Quest ion 4. 1. 1 Dét er mi ner l es di mensi ons opt i mal es des deux ar br es et compar er al or s l es poi ds r espect i f s
des deux const r uct ions.


Réponse Quest ion 4. 1. 1

mm d 67 . 21
1
≥ ; mm D 83 . 25 ≥ ; 51 . 0
1
2
= =
arbre poids
arbre poids
r


1.2 Exercice 4.2

Soi t une épr ouvet t e cyl i ndr i que en cui vr e de 25 mm de di amèt r e, soumi se à un coupl e de 210 Nm l or s d’un
essai de t or sion. L’angle de t or sion mesur é est de 4.9°pour une longueur de 1 m.

Quest ion 4. 2. 1 Dét er mi ner le module d’élast i ci t é t r ansver sal G du cui vr e t est é.

Quest i on 4. 2. 2 Dét er miner l’angle de t or sion d’une pout r e du même mat ér iau, de même diamèt r e et de
longueur 1.8 m, si elle suppor t e une cont r ai nt e de ci sai llement maxi male de 140 N.mm
- 2
.


Réponse Quest ion 4. 2. 1

MPa G 000 64 =

Réponse Quest ion 4. 2. 2

° =18 α




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 4 SUR 4

1.3 Exercice 4.3

L’ar br e cr eux pr oposé (di amèt r es i nt ér i eur s et ext ér i eur s r espect i vement de 100 et 120 mm, longueur 3 m)
t our ne à la vi t esse de 180 t r .min
- 1
. Un syst ème de mesur e st r oboscopique indique un angle de t or sion α = 3°
ent r e les deux ext r émi t és. On donne G = 77 GPa.

Quest ion 4. 3. 1 Dét er mi ner la pui ssance t r ansmi se et la cont r ai nt e de ci sai llement maxi male.


Réponse Quest ion 4. 3. 1

kW P 267 = ; MPa
Maxi
6 . 80 = τ


1.4 Exercice 4.4

Un ar br e de t r ansmi ssi on t r ansmet une pui ssance de 300 kW
à 480 t r .min
- 1
.

Quest i on 4. 4. 1 Si l a cont r ai nt e de ci sai l l ement admi ssi bl e
est de 60 MPa, dét er mi ner le r ayon r mi ni mum pour le
r accor dement ent r e les deux cyli ndr es.


Réponse Quest ion 4. 4. 1

mm r 2 =












Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…


φ 120 φ 100
r
M
T
- M
T


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 12

























Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)
RESISTANCE DES MATERIAUX



FLEXION


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 12

SOMMAIRE


1. RESISTANCE DES MATERIAUX - FLEXION...........................................................................................................................3
1.1 EXERCICE 5.1...................................................................................................................................................................................... 3
1.2 EXERCICE 5.2...................................................................................................................................................................................... 3
1.3 EXERCICE 5.3...................................................................................................................................................................................... 4
1.4 EXERCICE 5.4...................................................................................................................................................................................... 5
1.5 EXERCICE 5.5...................................................................................................................................................................................... 5
1.6 EXERCICE 5.6...................................................................................................................................................................................... 6
1.7 EXERCICE 5.7...................................................................................................................................................................................... 7
1.8 EXERCICE 5.8...................................................................................................................................................................................... 8
1.9 EXERCICE 5.9...................................................................................................................................................................................... 9
1.10 EXERCICE 5.10 ................................................................................................................................................................................... 9
1.11 EXERCICE 5.11 ................................................................................................................................................................................... 9
1.12 EXERCICE 5.12 ................................................................................................................................................................................. 10
1.13 EXERCICE 5.13 ................................................................................................................................................................................. 10
1.14 EXERCICE 5.14 ................................................................................................................................................................................. 11
1.15 EXERCICE 5.15 ................................................................................................................................................................................. 12
1.16 EXERCICE 5.16 ................................................................................................................................................................................. 12
1.17 EXERCICE 5.17 ................................................................................................................................................................................. 12



RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 3 SUR 12

1. Résistance des matériaux - Flexion

Convention : on suppose toujours les inconnues comme positives.

1.1 Exercice 5.1

Sur une machine d’essai de f lexion, le disposit if de
mise en char ge exer ce une poussée de 20 000 N qui
se r épar t i t en C et D sur l a pout r e, al or s que l e bât i
de la machine suppor t e la pout r e en A et B.

Quest i on 5. 1. 1 Dét er mi ner l es act i ons du bât i de l a
machine sur la pout r e aux point s A et B (on néglige le
poi ds de la pout r e) ;

Quest i on 5. 1. 2 Pour chaque t r onçon, dét er miner les
expr essi ons li t t ér ales de l’ef f or t t r anchant et du
moment f l échi ssant . Tr acer l es di agr ammes r espect if s.


Réponse Quest ion 5. 1. 1

A = B = C = D = P = 10 000 N

Réponse Quest ion 5. 1. 2

N T
AC
000 10 = et Nm x M
fAC
000 10 − = pour t out m x 1 0 ≤ ≤

N T
CD
0 = et Nm M
fCD
000 10 − = pour t out m x 2 1 ≤ ≤

N T
DB
000 10 − et ( ) Nm x M
fDB
3 000 10 − = pour t out m x 3 2 ≤ ≤


1.2 Exercice 5.2

On consi dèr e une pout r e encast r ée de l ongueur L = 2 m
soumi se à un ef f or t concent r é F = 1 000 N (ver s l e bas) au
point B et à un couple pur M = 1 000 Nm (sens ant i -
t r i gonomét r i que) aut our du poi nt C.


Quest i on 5. 2. 1 Dét er mi ner l es act i ons exer cées par
l ’encast r ement sur l a pout r e au poi nt A (on négl i ge l e poi ds
de la pout r e) ;

1 m 1 m 1 m
x
A
D C
B
y
P
r
P
r
x
B C A
L/2 L/2
y
F
M


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 4 SUR 12
Quest i on 5. 2. 2 Pour chaque t r onçon, dét er mi ner les expr essi ons l i t t ér al es de l ’ef f or t t r anchant et du
moment f léchi ssant . Tr acer les di agr ammes r espect i f s.


Réponse Quest i on 5. 2. 1






− =
=
=
Nm M
N A
A
A
y
x
000 1
000 1
0


Réponse Quest ion 5. 2. 2

N T
BC
000 1 − et Nm x M
fBC
000 1 = pour t out m x 1 0 ≤ ≤

N T
CA
000 1 − = et ( ) Nm x M
fCA
1 000 1 − = pour t out m x 2 1 ≤ ≤


1.3 Exercice 5.3

Consi dér ons une pout r e (longueur L = 4 m) r éali sée à par t i r d’un
pr of i l é I PE dont l e poi ds est de 40 daN par mèt r e
( y q
r r
400 − = ou
1
. 400

= m N q ).

Quest i on 5. 3. 1 Dét er mi ner les act i ons exer cées par les
liaisons sur la pout r e aux point s A et B ;

Quest i on 5. 3. 2 Dét er mi ner les expr essi ons li t t ér ales de
l’ef f or t t r anchant et du moment f léchi ssant le long de la pout r e. Tr acer les di agr ammes r espect i f s ;

Quest i on 5. 3. 3 Dét er mi ner le moment f léchi ssant maxi , ai nsi que l’absci sse du poi nt cor r espondant .


Réponse Quest ion 5. 3. 1

N B A
y y
800 = =

Réponse Quest ion 5. 3. 2

( ) x T
AB
− = 2 400 et ( ) 4 200 − = x x M
fAB


Réponse Quest i on 5. 3. 3

Nm M
Maxi fAB
800 − =


L = 4 m
A B
x
y


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 5 SUR 12
1.4 Exercice 5.4

Et udions le cas d’une pout r e (longueur L = 3 m) encast r ée
en A, suppor t ant la char ge li néai r ement cr oi ssant e q(x) de
l a f i gur e ci -cont r e.

Quest i on 5. 4. 1 Dét er mi ner les act i ons exer cées par
l ’encast r ement sur la pout r e au point A ;

Quest i on 5. 4. 2 Dét er mi ner les expr essi ons li t t ér ales de
l’ef f or t t r anchant et du moment f léchi ssant le long de la
pout r e. Tr acer les di agr ammes r espect i f s.


Réponse Quest ion 5. 4. 1




− =
=
Nm M
N A
A
y
250 2
250 2


Réponse Quest i on 5. 4. 2

N x T
BA
2
250 − = et Nm x M
fBA
3
3
250
− =


1.5 Exercice 5.5

Une cuve cyli ndr i que est en appui sur deux
suppor t s en A et B posés sur l e sol . Le poi ds
t ot al de la cuve et du li qui de qu’elle cont i ent est
schémat i sé par une char ge r épar t i e
1
. 000 5

= m daN q .

Quest i on 5. 5. 1 Schémat i ser l e pr obl ème
(char ges appli quées, act i ons aux appui s) ;

Quest i on 5. 5. 2 Si a = 1250 et b = 3 000 mm,
dét er mi ner les act i ons sur les appui s en A et B ;

Quest i on 5. 5. 3 Dét er mi ner l es expr essi ons
l i t t ér ales de l’ef f or t t r anchant et du moment
f léchissant ent r e C et D. Tr acer les diagr ammes r espect if s ;

Quest i on 5. 5. 4 Recher cher l’abscisse des point s pour lesquels les moment s f léchissant s s’annulent .


x
B A
L = 3 m
y
q(x)
q
A
= 1 500 N
q
B
= 0
a
L = 5 500
b a
C A D B


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 6 SUR 12
Réponse Quest ion 5. 5. 2

0 = =
x x
B A ; N B
y
500 137 = et N A
y
500 137 =

Réponse Quest ion 5. 5. 3

N x T
CA
000 50 − = ; Nm x M
fCA
2
000 25 =

( ) N x T
AB
500 137 000 50 + − = ; ( ) Nm x x M
fAB
875 171 7500 13 000 25
2
+ − =

( ) N x T
BD
000 275 000 50 + − = ; ( ) Nm x x M
fBD
250 756 000 275 000 25
2
+ − =

Réponse Quest ion 5. 5. 4




=
92 . 1
58 . 3
x


1.6 Exercice 5.6

Le levage d’un pot eau t élégr aphi que
OC est r éali sé au moyen d’un t r eui l
sit ué en E, d’un câble accr oché au
pot eau en A et d’un t r iangle r igide
BOD soli dai r e du pot eau. La longueur
de ce pot eau est de 30 m, et son
poi ds est de 2 400 daN. On se place
au dépar t du levage ; le pot eau est
alor s schémat isé par un pout r e sur
deux appuis en O et A. La char ge
r épar t ie q schémat ise la poids de ce
j oyeux pot eau.

Quest i on 5. 6. 1 Dét er mi ner l a
char ge r épar t ie q et les act ions
exer cées par les appui s sur le
pot eau en O et A ;

Quest i on 5. 6. 2 Dét er mi ner l es expr essi ons l i t t ér al es de l ’ef f or t t r anchant et du moment f l échi ssant l e l ong
de OC. Tr acer les di agr ammes r espect i f s ;

Quest i on 5. 6. 3 Que devi ennent les moment s f léchi ssant s maxi maux lor sque a var i e ? Quel est al or s l e cas l e
plus déf avor able pour le levage ?


O
q = daN.m
-1
C
8.8 m
A
O
C
G
a = 0.707 L = 21.2 m
( ) daN P 400 2
r
D
B
A
E


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 7 SUR 12
1.7 Exercice 5.7

Un panneau i ndi cat eur de f or me r ect angulai r e (t r i angle i socèle : base 1050, haut eur 900, bar ycent r e B)
suppor t e une char ge F
r
r ésul t ant de l’act i on exer cée par le vent (p = 0.5 N.cm
- 2
). Ce panneau est f i xé à un
pot eau AB t ubulai r e (D = 80, d = 74 mm).



Quest i on 5. 7. 1 Dét er mi ner F et les act i ons exer cées sur le pot eau par l’encast r ement en A ;

Quest i on 5. 7. 2 En déduir e le moment f léchissant maximal dans le pot eau AB et la cont r aint e maximale
cor r espondant e.


Réponse Quest ion 5. 7. 1

N F 5 . 362 2 =






− =
=
=
Nm M
A
N A
A
y
x
835 2
0
5 . 362 2


Réponse Quest ion 5. 7. 2

m N M
Maxi f
. 835 2 = et MPa
Maxi
5 . 210 = σ

E E
y
B
B
y
z x
E - E
z
x
0.5 N.cm
-2
1 200
A
A
F
r


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 8 SUR 12

1.8 Exercice 5.8

Un palonni er ABC est ut i li sé en manut ent i on pour soulever
des char ges de gr ande longueur .

Quest i on 5. 8. 1 Pour l es char ges i ndi quées, dét er mi ner l a
valeur du moment f léchissant maximum ent r e A et B ;

Quest i on 5. 8. 2 Si la cont r ai nt e admi ssi ble est de 100
MPa, dét er mi ner un pr of i lé I PER (voi r t ableau j oi nt )
pouvant convenir pour f abr iques ce palonnier .









Réponse Quest ion 5. 8. 1

Nm M
Maxi AC f
000 80 =

Réponse Quest ion 5. 8. 2

I PER de 330




RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 9 SUR 12
1.9 Exercice 5.9

Un pal onni er ABC est uti l i sé en manut ent i on pour soul ever
des char ges de gr ande longueur . On ut i li se pour r éali ser
ce palonni er un pr of i lé I PER de 270 (voi r t ableau dans
l’exer cice pr écédent ).

Quest i on 5. 9. 1 Si l a cont r ai nt e admi ssi bl e est de 100
MPa, quelle est la char ge t ot ale
1 2
C
r
admi ssi ble pour le
levage ?


Réponse Quest ion 5. 9. 1

N C 000 53
1 2
=


1.10 Exercice 5.10

La pout r e pr oposée suppor t e
une char ge r épar t i e q de 25
kN.m
- 1
.

Quest i on 5. 10. 1 Compt e t enu
des di mensi ons de la sect i on,
dét er miner l a cont r ai nt e
maxi mal e exer cée.







1.11 Exercice 5.11

Une j oyeuse pout r e est r éalisée à par t ir de t r ois pout r es (non moins
j oyeuses mai s pl us on est de f ous, pl us on r i gol e) en boi s col l ées ent r e
elles.

Quest i on 5. 11. 1 Si la cont r aint e de cisaillement admissible dans le
j oi nt collé est de 0.7 MPa, dét er mi ner l’ef f or t t r anchant T maxi mal
suppor t able.


6 m
x
y
200
250
16
16
10
250
y
Ÿ
Ÿ
A
B
q = 25 kN.m
-1
Ÿ
Ÿ
40
40
40
80
B
A
Joints
collés


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 10 SUR 12
Réponse Quest ion 5. 11. 1

N T 5040 ≤


1.12 Exercice 5.12

Une pout r e en I est r éalisée à par t ir de t ôles d’acier d’épaisseur 20
mm collées ensembles.

Quest i on 5. 12. 1 Si l ’ef f or t t r anchant T est de 500 kN, dét er mi ner
la char ge suppor t ée par chaque cor don et par uni t é de longueur .










1.13 Exercice 5.13

Consi dér ons la pout r e ci -cont r e, de longueur L = 4 m,
soumi se à une char ge r épar t i e q sur t out e sa longueur .

Quest i on 5. 13. 1 Dét er miner les act ions des appuis A et B
sur la pout r e ;

Quest i on 5. 13. 2 Dét er mi ner l’équat i on de la déf or mée, en
f onct i on de L et x ;

Quest i on 5. 13. 3 Calculer la f lèche maxi male. Appli cat i on numér i que : q = 250 daN.m
- 1
, I = 869 cm
4
, L = 4 m, E
= 20 000 daN.mm
- 2
;

Quest i on 5. 13. 4 Dét er miner θ
A
la pent e maximale en A.


Réponse Quest ion 5. 13. 1

daN B A 500 = =

Réponse Quest ion 5. 13. 2

( ) x L x x L
I E
q
y
AB
3 4 3
2
24
+ − =
300
600
20
20
20
z
y
Ÿ
Soudure
G
A B
C
q = 250 daN.m
-1
L/2
L/2
x
y


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 11 SUR 12

Réponse Quest ion 5. 13. 3

I E
L q
f
Maxi
384
5
4
− =

Réponse Quest ion 5. 13. 4

° − = 22 . 0
A
θ


1.14 Exercice 5.14

Considér ons la pout r e ci-cont r e, de longueur L, encast r ée au
poi nt A et soumi se à une char ge r épar t i e q sur t out e sa
longueur .

Quest i on 5. 14. 1 Dét er mi ner les act i ons de l’encast r ement
au poi nt A sur la pout r e ;

Quest i on 5. 14. 2 Dét er mi ner l’équat i on de la déf or mée, en
f onct i on de L et x ;

Quest i on 5. 14. 3 Expr i mer la f lèche maxi male (au poi nt B) ai nsi que la pent e maxi male au poi nt B (θ
B
) ;


Réponse Quest ion 5. 14. 1











=
=
=
2
0
2
L q
M
L q A
A
A
y
x


Réponse Quest ion 5. 14. 2

( )
2 2
2
6 4
24
L x L x
I E
x q
y
AB
− + − =

Réponse Quest ion 5. 14. 3

I E
L q
f
B
8
4
− = et
I E
L q
B
6
3
− = θ


A
B
q
L
x
y


RESISTANCE DES MATERIAUX
PROPRIETE
GONNET_2003
EXERCICES DE RDM PAGE 12 SUR 12
1.15 Exercice 5.15

Un r elai s élect r i que à cont act s est r éali sé à par t i r d’une
lame par allélépi pédi que ( 6 . 0 10 90 × × ) en lai t on
encast r ée en A. La manœuvr e est ef f ect uée en C par un
élect r o-ai mant placé à la di st ance h de la lame (au
r epos).

Quest i on 5. 15. 1 Si l’écar t ement des cont act s en B est
e = 3 mm, dét er miner la f or ce nécessai r e que doi t
exer cer l’élect r o-ai mant pour ét abl i r l e cont act ;

Quest i on 5. 15. 2 A par t i r de quel l es val eur s de h l e
cont act est -i l possi bl e ? (modul e d’él ast i ci t é
longi t udi nale du lai t on E = 100 GPa).


1.16 Exercice 5.16

Un ar br e est guidé en r ot at i on par deux pali er s à
r oulement s en B et C et suppor t e deux poulies à ses
ext r émit és A et D. F
r
schémat ise la char ge exer cée par
les poulies.

Quest i on 5. 16. 1 Si EI est supposé const ant , dét er miner
les expr essions lit t ér ales de la déf or mée de l’ar br e et la
f lèche au milieu de BC.




1.17 Exercice 5.17

Une pout r e pr incipale de pot ence de manut ent ion est
r éalisée à par t ir d’un pr of ilé I PE de 330 (I
z
= 11 770 cm
4
).
La pout r e suppor t e une char ge concent r ée P = 2 000 N en B
(act i on d’un pal an). Son poi ds est schémat i sé par l a char ge
r épar t i e q = 49.1 daN.m
- 1
sur t out e sa longueur .

Quest i on 5. 17. 1 Dét er mi ner la déf or mée de la pout r e et la
f lèche maximale (E = 200 GPa).





Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…
0.6
10
e = 3
45
45
h
A
Electro-aimant
C
Contacts
B
b a
L
a
A
F
r
C
Poulie 1
Palier 1
Poulie 2
Palier 2
B
D
F
r

PROPRIETE GONNET_2003

C OURS DE RDM

PAGE 2 SUR 12

RESISTANCE DES MATERIAUX
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)

PROPRIETE GONNET_2003

C OURS DE RDM

PAGE 3 SUR 12

RESISTANCE DES MATERIAUX
SOMMAIRE
1. 2. 3. EN QUOI ÇA CONSISTE ? .................................................................................................................................................................4 INTRODUCTION...................................................................................................................................................................................4 HYPOTHESES .........................................................................................................................................................................................4 3.1 LE MATERIAU ..................................................................................................................................................................................... 5 3.1.1 Continuité de la matière..........................................................................................................................................................5 3.1.2 Homogénéité.............................................................................................................................................................................5 3.1.3 Isotropie.....................................................................................................................................................................................5 3.2 LA GEOMETRIE ................................................................................................................................................................................... 5 3.3 LES FORCES APPLIQUEES................................................................................................................................................................... 7 3.3.1 Plans de symétries....................................................................................................................................................................7 3.3.2 Points ou zones d’application des forces.............................................................................................................................8 3.3.3 Types de forces extérieures ....................................................................................................................................................8 3.4 DEFORMATION ................................................................................................................................................................................. 11 3.4.1 Hypothèse de Navier – Bernouilli .......................................................................................................................................11 3.4.2 Hypothèse de Barré de Saint Venant ..................................................................................................................................11 4. RESOLUTION.......................................................................................................................................................................................12

En quoi ça consiste ? Pour effectuer un calcul de RDM. nous allons citer les différentes hypothèses que l’on est en droit de formuler dans le cadre de la Résistance des Matériaux. à la condition que ceux-ci respectent certaines hypothèses. L’objet de ce cours est de présenter les hypothèses de la RDM. des dimensions. des matériaux…) . La résistance des matériaux est l’étude de la résistance et de la déformation des solides (arbres de transmissions. nous nous intéresserons plus particulièrement aux fourches de ce chariot. Ce chariot élévateur est destiné à divers travaux sur l’exploitation. Introduction La résistance des matériaux n’étudie que des solides de formes simples : les « poutres ». La photo ci-contre représente un magnifique chariot élévateur d’un domaine viticole d’un village bourguignon (commençant par un C et finissant par un S…). et en fonction de son utilisation. Son domaine d’application étant très large et les situations rencontrées nombreuses et variées. 2. il est nécessaire de connaître les actions mécaniques exercées sur le mécanisme (actions déterminées dans l’étude de dynamique) et les matériaux utilisés. La figure suivante montre l’application au fourches du chariot élévateur. nous allons pouvoir en déduire les déformations du matériau. . mondialement connu pour ses vins blancs. diverses pièces mécaniques…) dans le but de déterminer ou vérifier leurs dimensions afin qu’ils supportent les charges qu’ils subissent. préalable indispensable à l’étude. bâtiments.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 4 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. Hypothèses Dans ce paragraphe. il est nécessaire de mettre en place des hypothèses simplificatrices dans le but de standardiser les cas d’étude. et dans les cas extrêmes. FIGURE : CHARIOT ELEVATEUR 3. il est possible de modéliser des solides par une poutre. L’étude de RDM va permettre de définir les sollicitations et les contraintes qui en résultent. dans des conditions de sécurité satisfaisantes et au meilleur coût (optimisation des formes. sa rupture. A l’aide des caractéristiques des matériaux (propriétés mécaniques). Bien souvent.

2 . les distances entre ces fibres ou ces grains sont très petites par rapport aux dimensions des plus petites pièces mécaniques qui sont étudiées.1.1.4 . Toutefois.2 La géométrie Les seuls solides que nous étudierons seront du type poutre (solide idéal du point de vue de la RDM : solide défini par sa ligne moyenne et sa section droite). ou quelquefois une structure granulaire. 3.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 5 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX Action de la traverse supérieure / fourche II.MATERIAU Action de la charge II. on voit généralement une structure fibreuse.4 .2 Homogénéité On admet que les matériaux ont les mêmes propriétés mécaniques en tous points.1 Continuité de la matière Lorsqu’on regarde au microscope la coupe d’une pièce en métal. On peut alors raisonnablement considérer le matériau comme continu.3 Isotropie On admet que les matériaux étudiés ont.1. en un même point. Cela est à peu près vrai pour les aciers. Cela est à peu près vérifié pour la plupart des métaux.PRINCIPE DE BARRE DE SAINT VENANT FIGURE : FOURCHE DU MAGNIFIQUE CHARIOT ELEVATEUR 3. 3. mais il faut savoir que cette hypothèse n’est qu’une grossière approximation pour les matériaux tels que le bois ou le béton. les mêmes propriétés mécaniques dans toutes les directions.3 – FORCES APPLIQUEES II.GEOMETRIE : POUTRE Action de la traverse inférieure / fourche II. mais il faut savoir que cette hypothèse est loin de la réalité pour le bois et les matériaux composites par exemple.DEFORMATIONS II.1 Le matériau 3.1 . . 3. La poutre est un solide dont la longueur est prépondérante devant les autres dimensions transversales.

Celle-ci est le plus souvent rectiligne . SB et SA Ligne moyenne π D A G B L L > 4 ou 5D FIGURE : N OTION DE POUTRE Une poutre est définie par : v sa ligne moyenne (ligne droite ou ligne courbe à grand rayon de courbure. .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 6 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX FIGURE : G EOMETRIES DE POUTRES Plan de symétrie de la poutre Sections droites SG. sur laquelle se trouve le barycentre G des sections droites).

d’où la nécessité d’introduire un coefficient de sécurité dans les calculs de dimensionnement. Celle-ci est en principe constante et son centre de surface est sur la ligne moyenne. constante et de centre de surface G). les poutres étudiées ne remplissent pas ces conditions. Dans le cas de la fourche du chariot élévateur : Ligne moyenne Calcul de RDM : ère 1 poutre Calcul de RDM : ème 2 poutre Section droite FIGURE : ASSIMILATION A UNE P OUTRE Bien souvent.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 7 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX v sa section droite (section qui engendre la poutre. ∗ ∗ ∗ FIGURE : PLANS DE SYMETRIES . 3.3 Les forces appliquées 3. soit symétriquement par rapport au plan de symétrie.1 Plans de symétries Les forces extérieures appliquées à la poutre (P) seront situées soit dans le plan de symétrie (PS).3. Les relations établies en tenant compte de ces hypothèses ne s’appliquent pas parfaitement.

On fait également les approximations suivantes : F les contacts de la poutre et du milieu extérieur s’effectuent au niveau de la ligne moyenne .3.3 Types de forces extérieures On distingue les actions à distance et les actions de contact. Actions à distance : poids. F les supports des forces représentant les actions de contact ne sont pas déplacés après déformation.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 8 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX 3.3. la poutre est en équilibre. Dans les deux cas.2 Points ou zones d’application des forces En RDM. contraintes…) sont différents. . Reprenons le cas de la fourche du chariot élévateur (toujours aussi magnifique) : C Poutre avant déformation C Poutre après grande déformation r C a C Poutre après petite déformation (a négligé) r C 3. magnétisme… Actions de contact : charges concentrées en un point ou charges réparties. il n’est pas possible de remplacer un système de forces par un système équivalent du point de vue de l’équilibre car les effets physiques (déformations. mais par contre les déformations sont totalement différentes.

Remarque : c’est malheureux à dire. v le fût contient 228 litres .3.2 Charge uniformément répartie . mais pour faire le calcul.3. on assimilera la densité de ce divin breuvage à celle de l’eau… La masse totale M embarquée sur les fourches (il y a 2 fourches) du chariot élévateur est donc : M = 228 × 1 ≈ 228 kg 228 × 10 = 1140 N 2 L’intensité de la charge concentrée sur une fourche est alors : P = 1140 N Le poids P s’exerçant sur une fourche est : P= 3.3.1 Charges concentrées en un point Dans le cas de la fourche du chariot élévateur : T MTL 1999 r P Clos 2000 FIGURE : CHARGE CONCENTREE Exemple : reprenons le cas de la fourche du chariot élévateur.3.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 9 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX 3. Données du problème : v le chariot transporte un fût de vin de Chablis Grand Cru les Clos 2000 .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 10 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX Dans le cas de la fourche du chariot élévateur : CRD CRD CRD CRD CRD CHABLIS CHABLIS CHABLIS CHABLIS CRD CRD CRD CRD CRD CHABLIS CHABLIS CHABLIS CHABLIS CRD CRD CRD CRD CRD r p CHABLIS CHABLIS CHABLIS CHABLIS FIGURE : CHARGE R EPARTIE Exemple : reprenons le cas de la fourche du chariot élévateur. v la palette en bois « EURO » pèse environ 20kg . v la palette est constituée de 4 rangs de 13 cartons chacun .3) × 13] × 4 + 20 ≈ 426 kg P= 426 × 10 = 2130 N 2 p= Le poids P s’exerçant sur une fourche est : L’intensité de la charge répartie sur une fourche est alors : Dans ce cas. Remarque : la résistance des fourches dépend directement de la géométrie et la section des fourches. déduites du calcul de la charge embarquée. Données du problème : v le chariot transporte une palette de cartons de vin de Chablis Grand Cru les Clos 1998 (cartons « export » de 6 bouteilles) . il vaut mieux ne pas se tromper dans le calcul… La masse totale M embarquée sur les fourches (il y a 2 fourches) du chariot élévateur est donc : M = [(6 × 1. Calculer la charge répartie s’exerçant sur une fourche. . v le poids des cartons (emballage) est négligé. 2130 = 1420 N / m 1 .5 r p est appelé « densité linéique de force ». Au prix des bouteilles transportées.3kg . C’est par exemple le poids au mètre des profilés du commerce (unité : N/m). v une bouteille (de 75cl) pèse environ 1.

FIGURE : D EFORMEE D’UNE POUTRE 3.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 11 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX On a : r r F = p ⋅l l = 2.4. .2 Hypothèse de Barré de Saint Venant Les résultats de la RDM ne s’applique valablement qu’à une distance suffisamment éloignée de la région d’application des forces concentrées. les sections droites restent planes et perpendiculaires à la ligne moyenne.5 m et de poids total P = 3750 N est soumise à une charge Exemple : une poutre de longueur totale répartie de : p= 3750 = 1500 N / m 2 .5 3.4 Déformation 3. En effet.1 Hypothèse de Navier – Bernouilli Au cours des déformations. avec les équations de la RDM. nous ne pouvons pas.4. calculer les déformations locales autour d’un point d’application d’une force.

Résolution Organigramme de résolution d’un problème de RDM : Actions extérieures exercées sur la poutre Coefficients de sécurité Efforts intérieurs dans la poutre : N. γ Principe Fondamental de la Statique Dimensionnement de la poutre Voilà. T.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 12 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX 4. c’est tout pour aujourd’hui… . τ Déformations en tout point : ε. MT et Mf Contraintes en tout point : σ.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 1 SUR 3 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX COURS Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 2 SUR 3 RESISTANCE DES MATERIAUX (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

Hypothèses 4. Torseur de cohésion 5. Testez vos connaissances… 3. A quoi ça sert ? 2. Essais mécaniques Bon courage… . Cisaillement 8. Flexion 10. Introduction . Torsion 9. Traction 7. Notion de contrainte 6.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 3 SUR 3 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 1 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX A QUOI ÇA SERT ? Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 2 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

... 6 TEST DU FUSELAGE ...................... 8 ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 3 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1......................................................................................................................................................................................... 7 TEST DU TRAIN D’ATTERRISSAGE .............................................................................................................. 2............4 LES ESSAIS DE RDM EN AERONAUTIQUE................................................. 5 TEST DES AILES DU CONCORDE .....................2 2.............5 2........................................ A QUOI ÇA SERT ? .4 TEST DES AILES ........................................................................................3 2...................................1 2........................

Ce pont a été vérifié en Résistance des Matériaux pour : F assurer sa résistance sous son propre poids et celui des véhicules. Cette bouteille a été vérifiée en Résistance des Matériaux pour : F assurer sa résistance lorsqu’elle est pleine. A quoi ça sert ? La résistance des matériaux (RDM) permet de définir les formes. leur déformation. les dimensions et les matériaux des pièces mécaniques de façon à maîtriser leur résistance. F assurer une résistance minimum en cas de chute. chocs.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 4 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. les matériaux sont testés et vérifiés dans toutes les configurations d’utilisation possibles (charges. . tout en optimisant leur coût. F minimiser son épaisseur pour faire des économies sur la matière première. F optimiser sa forme et son coût. pour le matériel d’escalade et de sécurité en général. température…). F assurer sa résistance en cas de forte tempête. De la même façon.

1 Test des ailes Cet essai consiste à vérifier la statique d’une aile d’avion. résistance modéliser l’aile. on imagine facilement les conséquences de la rupture d’une pièce. Les essais de RDM en aéronautique En aéronautique.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 5 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX 2. Grâce aux progrès dans la connaissance des matériaux et les moyens de calcul et de modélisation des structures. On ne peut pas se permettre de surdimensionner les pièces car le poids de l’avion serait alors trop important. les pièces mécaniques sont de plus en pus fiables. Voici quelques exemples : F test des ailes F test du fuselage F test du train d’atterrissage 2. Il faut donc réaliser des calculs et des vérifications très strictes des pièces constitutives d’un avion. on accrochés . En plein vol. Pour une charge répartie sur toute applique l’effort grâce à des câbles aux poutres de la photo ci-contre. la RDM à une importance primordiale.

On distingue bien la déformée de l’aile. une multitude de capteurs calculent la déformation de l’aile. 2. . On remarque les câbles fixés sur l’aile de l’avion.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 6 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX L’aile est en charge maximum. Rupture de l’aile ! On distingue bien le morceau cassé (vertical) de l’aile. réalisé sur un Concorde.2 Test des ailes du Concorde Même essai que précédemment. Pendant tout l’essai.

3 Test du fuselage Test de la partie arrière du fuselage. . Essai statique. Rupture par flambage en flexion et effort tranchant d’une partie arrière du fuselage.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 7 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX Essai avec charge thermique. Les gaines de ventilation injectent un mélange gazeux à -50°C pendant que la structure de l’avion est chauffée… 2. On refait le même essai que précédemment mais à différentes températures (celles-ci vont jusqu’à -50°C).

Déformation due au flambage d’un vérin de train d’atterrissage. Voilà.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 8 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX 2.4 Test du train d’atterrissage Essai de flexion sur un train d’atterrissage. c’est tout pour aujourd’hui… .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 1 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX TESTEZ VOS CONNAISSANCES Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 2 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

..................................................................................................6 QUESTION 7 .................................................................6 QUESTION 8 .................................................................................................................................................................................................................................. 2................................................................................8 QUESTION 12 .........8 QUESTION 11 ...................................................... 3.5 QUESTION 6 ..............................4 QUESTION 4 .................................................................................................. 7..........7 QUESTION 9 ......................................................................................................7 QUESTION 10 ....................... 10............................................................ 9.....................................................................................................................................................................................................9 ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................................5 QUESTION 5 .......................... 6............................................................................................................................................................. 8................................................................. 5.................................................................................................... 12................................................ 4.....PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 3 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1...........................................................................4 QUESTION 2 ......................................................................................................................................................................................................................................4 QUESTION 3 ......................................................... 11....................................................................... QUESTION1 ........................................................

Cochez les bonnes hypothèses. Question 3 Pour mener à bien une étude de RDM. Essai de traction Photoélasticité Essai de résilience Ultrasons ? ? ? ? oui oui oui oui ? ? ? ? non non non non 2.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 4 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. ou non destructifs. Le matériau doit être : ? ? ? ? isotrope homogène continu indéformable . nous avons besoin de formuler des hypothèses. Question1 Indiquez si les essais suivants sont destructifs. Question 2 ? ? ? ? ? la résistance électrique la résistance aux chocs la résistance à la corrosion l’age du capitaine la malléabilité L’essai de résilience mesure : 3.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 5 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX 4. Question 4 ? ? ? ? ? cisaillement traction compression contrainte normale torsion Cochez la réponse qui n’est pas une sollicitation : 5. Question 5 0 {ℑ coh }= T y  T G z 0  0 0R  N {ℑ coh }=  0  0 G 0  0 0 R  0 {ℑ coh }= T y  T G z Mf   0  0 R  0 {ℑcoh }= 0  0 G 0   M fy  M fz R  ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? flexion traction / compression cisaillement torsion flexion traction / compression cisaillement torsion flexion traction / compression cisaillement torsion flexion traction / compression cisaillement torsion .

Question 7 Soit une poutre soumise à de la flexion. A F ? ? solution (1) A Section A-A solution (2) ? (3) solution (3) N. Une contrainte c’est : ? ? ? ? ? une valeur absolue une pression un vecteur une valeur algébrique une densité de forces 7.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 6 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX 6.B. Question 6 Cochez la ou les bonne(s) réponse(s). Cochez la section de la poutre qui donnera les contraintes les plus faibles. Les sections sont égales dans les trois solutions (1) (2) .

quelle est selon vous la meilleure solution et la plus mauvaise. Question 8 Soit une poutre soumise à une sollicitation de traction. F F ? ? ? ? ? ? ? ? ? la meilleure acceptable la plus mauvaise la meilleure acceptable la plus mauvaise F F la meilleure acceptable la plus mauvaise F F 9. quelle est selon vous la meilleure solution et la plus mauvaise.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 7 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX 8. Question 9 Soit une poutre soumise à une sollicitation de traction. F ? ? ? ? ? ? ? ? ? la meilleure acceptable la plus mauvaise la meilleure acceptable la plus mauvaise la meilleure acceptable la plus mauvaise F F . Parmi les trois propositions de forme. Parmi les trois propositions de forme.

Question 11 .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 8 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX 10. Question 10 11.

PROPRIETE GONNET_2003

C OURS DE RDM

PAGE 9 SUR 9

RESISTANCE DES MATERIAUX
12. Question 12
1 2

3

4 5

6

7

8

9

10

11

1 Sollicitation appliquée à un plongeoir 2 A les mêmes caractéristiques mécaniques dans toutes les directions 3 Indispensable aux archers 4 Matériaux à base de fer 5 Quand on dépasse la limite élastique 6 … de contraintes 7 Résistance aux chocs 8 Densité de forces 9 Matériaux en anglais 10 Quand on tire dessus (sollicitation) 11 Forme que prend la pièce pendant les sollicitations.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui…

PROPRIETE GONNET_2003

C OURS DE RDM

PAGE 1 SUR 8

RESISTANCE DES MATERIAUX

RESISTANCE DES MATERIAUX TORSEUR DE COHESION

Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion

PROPRIETE GONNET_2003

C OURS DE RDM

PAGE 2 SUR 8

RESISTANCE DES MATERIAUX
(Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée)

.................... 4 COMPOSANTES DES EFFORTS INTERIEURS............................PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 3 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1..............................................................2 1................. 5 TORSEUR DES EFFORTS INTERIEURS (TORSEUR DE COHESION).................................................................4 EFFORTS INTERIEURS...................................................................................................... TORSEUR DE COHESION..........................................................................................................................................3 1.......................................................................................... 5 SOLLICITATIONS SIMPLES ET COMPOSEES....................................... 6 .....................................4 1....................................................................................1 1.....................

actions de contact…). Torseur de cohésion Soit une poutre en équilibre sous l’effet d’actions mécaniques extérieures (poids. l’application du Principe Fondamental de la Statique permet de modéliser ces efforts intérieurs par un torseur.1 Efforts intérieurs r F1 • G r F3 ‚ r F1 • G r R2 1 r F2 S r F4 n r r ∑ Fi = 0  i=1 n r r  M F =0 ∑ i  i=1  r F2 S r MG 2 1 Principe fondamental de la statique : ( ) v On isole la poutre : La poutre est en équilibre : r r r r r  F1 + F2 + F3 + F4 = 0   r r r r r  M G F1 + M G F2 + M G F3 + M G F4 = 0  ( ) ( ) ( ) ( ) v On isole le tronçon de gauche : Le tronçon de gauche est en équilibre : r r r r  F1 + F2 + R2 1 = 0   r r r r  M G F1 + M G F2 + M G 2 1 = 0  ( ) ( ) . les efforts extérieurs appliqués à la poutre engendrent des efforts intérieurs à la poutre. les actions mécaniques que la partie droite exerce sur la partie gauche sont dès lors des actions extérieures. En procédant à une coupure fictive de la poutre et en isolant une des deux parties (la gauche par exemple).PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 4 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. appelé ici torseur de cohésion. En RDM. 1. La partie gauche considérée étant en équilibre.

perpendiculaire à la ligne moyenne r M T : moment de torsion. on prendra toujours pour {ℑcoh }G l’action mécanique de la partie droite sur la partie gauche : {ℑ coh }G = {ℑ coh 2 1 }G . perpendiculaire à la ligne moyenne. {ℑcoh }G ) de résultante r R2 1 et Par convention. 1.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 5 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX Par identification : r r r r r R2 1 = − F1 + F2 = F3 + F4 ( ) ( ) r r r r r M G 2 1 = − M G F1 + M G F2  =  M G F3 + M G F4          ( ) ( ) ( ) ( ) 1. L’action mécanique du tronçon droit sur le tronçon gauche peut donc être modélisée par un torseur (torseur de cohésion de moment résultant r M G 2 1 au point G. porté par la ligne moyenne x r r r M f = M fy + M fz : mo ment fléchissant.2 Composantes des efforts intérieurs r M fy y r Tz r M fz r Ty G r N r MT x r r r r  R 2 1 = N x + Ty y + Tz z  r r r r  M G 2 1 = M T x + M fy y + M fz z  z r r r N : effort normal.somme des efforts à gauche de la section S = − F1 + F2 ( ) r r r M G 2 1 = .3 Torseur des efforts intérieurs (torseur de cohésion) La liaison entre les deux tronçons est une liaison encastrement. r r r R2 1 = . porté par la ligne moyenne x ( N = RG 2 1 ⋅ x ) r r r T = Ty + Tz : effort tranchant.moment résultant en G des efforts à gauche de S = − M G F1 + M G F2      ( ) ( ) .

M T ou M f existe. alors que toutes les autres sont nulles. y . Voilà. Si deux composantes au moins sont non nulles. Le tableau page suivante résume les différents cas de sollicitations les plus courants. on dit que l’on a une sollicitation composée. z )  1.4 Sollicitations simples et composées Si une seule composante N.T .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 6 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX {ℑ coh }G r  R2 1    = {ℑcoh 2 1}G =  r = M G 2 1   G N  T y T G z MT   M fy  M fz  ( x . on dit que l’on a une sollicitation simple. c’est tout pour aujourd’hui… .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 7 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX Composantes Cas Exemple Observations N T r F r F 0 T MT 0 Mf TRACTION r −F r −F N 0 0 CISAILLEMENT 0 0 Sollicitations simples −M TORSION M 0 0 MT 0 FLEXION PURE −M y x M 0 0 0 M fz y x FLEXION SIMPLE 0 Ty 0 M fz Sollicitations composées y x FLEXION +TRACTION N Ty 0 M fz y x FLEXION +TORSION −M M 0 Ty MT M fz r −F FLAMBAGE y x r F N 0 0 M fz .

y) 0 0 Tz M fy .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 8 SUR 8 RESISTANCE DES MATERIAUX Ty G M fz FLEXION DEVIEE y x Plan (x.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 1 SUR 7 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX NOTION DE CONTRAINTE Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 2 SUR 7 RESISTANCE DES MATERIAUX (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

..................3 Quels sont les paramètres qui influencent les contraintes ?............ 6 .........................................3 NOTIONS SUR LES COEFFICIENTS DE SECURITE.......................................................... CONTRAINTES ..4 1....1 NOTION DE CONTRAINTE ...........5 1............................................................................................................................................................................................ 4 1.................................................2 Peut-on observer une contrainte ?...................PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 3 SUR 7 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1....................................4 1.....................................................................................................................2 CONCENTRATION DE CONTRAINTES.......................................................................................................................................................................................................................... 5 1.................................................................................................1 A quoi sert le calcul des contraintes ?...........5 1.....................1...1..............1.................................................................

n ) cos α r r r τ = σ (M . n ) sur les directions n et t donnent respectivement les contraintes Définition : on appelle contrainte rapport entre l’effort r r σ ( M . dimensionnelles. on a défini pour chaque matériau un contrainte limite admissible au-delà de laquelle la pièce subit des détériorations de ses caractéristiques mécaniques. Contraintes 1. la limite lorsque ∆S tend vers zéro.1 A quoi sert le calcul des contraintes ? Expérimentalement.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 4 SUR 7 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.1. du Autrement dit : Remarque : les projections de normale σ et tangentielle τ. voire une .1 Notion de contrainte r F1 • r t G M S r F2 r t ‚ M r ∆f i 2 1 r n r n r F3 r F4 ∆S Passage à la limite ( ∆S → 0 ) r t Contrainte normale σ r σ (M . 1. n ) = lim ∆S → 0 ∆S r r r σ ( M . n ) sin α σ r n Remarque : r r r ∆f i 2 1 = R2 1 = somme des ∆f i pour toute la coupure ∑ r ∆f i 2 1 et l’aire ∆S entourant le point M. n ) ⋅ n = σ (M . dans la direction n . n ) en M. n ) ⋅ t = σ ( M . n ) τ M ∆S α Contrainte tangentielle τ r r r σ = σ (M . r ∆f i 2 1 r σ (M .

Le calcul de la résistance des matériaux consiste à vérifier que les contraintes engendrées par les sollicitations extérieures ne dépassent pas la contrainte limite admissible par le matériau. par contre on peut observer ses effets : étude des déformations.1. on ne peut pas l’observer directement. A l’aide de ces trois méthodes. Une contrainte s’exprime en MPa (Méga-Pascal. 1 MPa = 1 N/mm2 ).3 Quels sont les paramètres qui influencent les contraintes ? Nous avons vu dans ce qui précède que la contrainte est le rapport d’une force par une surface. 1.2 Concentration de contraintes Une contrainte est un effort par unité de surface qui s’exerce dans le matériau. On remarque que la couleur est uniforme (bleu pour ceux qui ont la couleur…). Dans l’exemple ci-dessus. et inversement. nous avons une poutre soumise à de la traction. . Les paramètres qui influencent directement une contrainte sont donc les sollicitations et la section de la poutre. L’échelle de couleurs visualise l’intensité de la contrainte dans le matériau.1. étude de la cassure. 1. photoélasticité. La contrainte dépend de la valeur de la charge appliquée et de la section concernée du solide. Le phénomène de concentration de contraintes est mis en évidence ci-après.2 Peut-on observer une contrainte ? Une contrainte est un outil de calcul. la contrainte est donc identique en tout point de la poutre. la contrainte sera d’autant plus grande que la section est faible. au travers d’exemples de calcul de contraintes réalisés avec un logiciel de calcul par Eléments Finis (RDM Le Mans). Pour une même charge. on peut évaluer les contraintes dans un matériau. Imaginons un solide soumis à une contrainte de 100 MPa : cela revient à dire qu’un effort de 100 N est appliqué sur une surface de 1 mm2 . mais le résultat obtenu est moins précis que celui résultant d’un logiciel de calcul par éléments finis. Le calcul des contraintes sert à évaluer la « tension » dans la matière. 1.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 5 SUR 7 RESISTANCE DES MATERIAUX rupture.

La même poutre est maintenant soumise à de la flexion pure. véhicule. On note également que la ligne moyenne n’est presque pas chargée par rapport au reste de la poutre. la contrainte augmente. il suffit qu’elle puisse résister à des charges plus élevées. Nous remarquons alors que la contrainte est plus importante au niveau de l’encastrement et du point d’application de la charge. 1. elle est plus importante au niveau du trou. Elle est encastrée à gauche et soumise à un effort ponctuel à son extrémité droite. immeuble…) puisse supporter en toute sécurité les charges qui normalement la sollicitent. on remarque que la contrainte n’est plus régulière.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 6 SUR 7 RESISTANCE DES MATERIAUX Même essai. la section étant plus petite pour le même effort. . on peut exiger une résistance réelle égale à deux fois la résistance strictement nécessaire). Cette fois. En effet.3 Notions sur les coefficients de sécurité Pour qu’une structure (machine. La capacité à supporter ces charges s’appelle la résistance de la structure. Le coefficient de sécurité s est alors défini par : s= ch arg es admissible s par la structure résis tan ce réelle de la structure = ch arg es habituelle ment exercées résis tan ce strictement nécessaire (Par exemple. avec la même poutre mais percée.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 7 SUR 7 RESISTANCE DES MATERIAUX Le choix de la valeur de s dépend de la connaissance (ou non) des phénomènes agissant sur la structure : surcharges éventuelles. effets de l’environnement. répétées…). concentrations de contraintes.2 ) du matériau. chocs. S est alors défini par : s= Re lim ite élastique du matériau = Rp contra int e tolérée dans la structure ( résis tan ce pratique ) Pour des matériaux fragiles. mode de rupture (progressive ou brutale). type et degré de précision des charges (statiques. Ceci est réalisé lorsque les contraintes en n’importe quel point de la structure restent inférieures à la limite élastique Re (ou Re0. du prix de revient… s varie le plus souvent de 1 à 10. dynamiques. Un coefficient de sécurité trop élevé a également des effets néfastes : augmentation du poids. les déformations du matériau restent élastiques. pollution…). Un coefficient de sécurité trop faible augment exagérément les risques de rupture. Pour un grand nombre de structures. sous charge. connaissance et variation des propriétés du matériau. lubrification. c’est tout pour aujourd’hui… . conséquences d’une rupture sur l’environnement (dégâts matériels. la sécurité est obtenue si. phénomènes de fatigue. humains. il est souvent préférable d’utiliser la résistance à la rupture Rr : s= Rr lim ite à la rupture du matériau = Rp contra int e tolérée dans la structure (La valeur de s est alors plus grande dans ce cas) Valeurs indicatives s 1<s<2 Charges exercées sur la structure régulières connues et Contraintes dans la structure connues assez connues bien Comportement du matériau testé et connu testé et connu moyennement non testé connu Observations fonctionnement constant sans àcoups fonctionnement usuel avec légers chocs et surcharges modérées 2<s<3 3<s<4 régulières et assez bien connues moyennement connues mal connues ou incertaines moyennement connues mal connues ou incertaines Voilà. qualité de la fabrication.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 1 SUR 10 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX ESSAIS MECANIQUES Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 2 SUR 10 RESISTANCE DES MATERIAUX (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

........................................1 ESSAI DE TRACTION................................................................................................... 8 1............................................................................................12 ULTRASONS ............5 ESSAI DE TORSION......... 8 1.......................................................................................................1...........................................................................1 Caractéristiques fondamentales......... 6 1.......................................................................................................9 PHOTOELASTICIMETRIE.............................................................................................. 10 ..............PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 3 SUR 10 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1............................................................................................................................................................................................................................................................ 9 1...................................................................................... 9 1....................................................... 4 1................................................................................................................................................................................... 10 1. ESSAIS MECANIQUES ...............................................................................................8 ESSAI DE RESILIENCE.......................................................7 ESSAI DE DURETE..................................................................................... 7 1.......................................................................................................................................................4 ESSAI DE CISAILLEMENT ..........................11 RADIOGRAPHIE.6 ESSAI DE FLEXION ........................4 1.....................................................................3 ESSAI DE COMPRESSION ..................................................................................................................................................................................................................................................................................2 ESSAI DE TRACT ION BIAXIAL...... 10 1................................................................. 7 1...........................10 JAUGES DE DEFORMATIONS (EXTENSOMETRIE ).......................6 1........................................................................................................................................................................................... 7 1......

. puisque c’est l’essai le plus couramment rencontré. L’essai de traction sera quant à lui plus particulièrement détaillé. destructifs ou non. une éprouvette cylindrique et un détail d’une éprouvette cylindrique montée dans des mors d’une machine de traction.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 4 SUR 10 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. 1. traction. Essais mécaniques On distingue essentiellement deux types d’essais mécaniques : F les essais destructifs sur éprouvette : la pièce est détruite pendant l’essai . si…) de réaliser un essai de traction lors de l’une des séances de Travaux Pratiques. F les essais non-destructifs : la pièce n’est pas détruite. Les trois photos ci-contre représentent respectivement une éprouvette plate. Nous allons voir dans ce qui suit un certain nombre d’essais mécaniques.1 Essai de traction L’essai de traction permet à lui seul de définir les caractéristiques mécaniques courantes utilisées en RDM. Ces essais sont utilisés sur les pièces complexes. mais également pour valider une hypothèse de travail ou un modèle d’étude. La seule connaissance des paramètres de l’essai de traction permet de prévoir le comportement d’une pièce sollicitée en cisaillement. Vous aurez d’ailleurs la joie immense (si. compression et flexion. chères et difficiles à réaliser.

. La proportionnalité entre la contrainte σ et la déformation ε se traduit par la loi de Hooke ( σ = E ε ). Remarque : la courbe en trait discontinu correspond à la courbe de traction vraie. auquel correspond la résistance maximale Rm. La rupture se produit au point E. CD et DE. zone d’écrouissage. un effort de traction croissant dont l’intensité varie de 0 à F. Le point A. A quoi correspond-elle ? Vous pouvez déjà commencer à y réfléchir pour préparer la séance de Travaux Pratiques sur la machine de traction. Le point D. marque la fin de cette zone. auquel correspond la résistance à la rupture Rr.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 5 SUR 10 RESISTANCE DES MATERIAUX L’essai est réalisé sur une machine de traction (photo ci-contre) : on applique lentement et progressivement à une éprouvette de forme et dimensions normalisées. Zone de déformation plastique AE : on distingue encore trois zones BC. la contrainte reste constante et l’allongement se poursuit jusqu’en C.. le matériau subit un changement de structure qui accroît sa résistance. Rm Le graphe ci-dessus représente la courbe classique (conventionnelle) de traction d’un matériau ductile : Zone élastique OA : l’éprouvette se comporte élastiquement (comme un ressort) et revient toujours à sa longueur initiale dès que la charge est relâchée. marque la fin de cette zone. parfaitement plastique. Entre C et D. Dans la zone BC. E = tanα ' caractérise la pente de la droite OA et σ = E ε son équation.. entre D et E. Enfin. auquel correspond la limite élastique Re. Indices : que se passe-t-il (d’autre) lorsque l’éprouvette s’allonge ? Qu’enregistre la machine de traction ? Nota Bene : vous avez le droit d’appeler un ami. l’éprouvette subit une striction amenant une diminution de la section avec étranglement.

Dans ce cas. on teste des fibres en traction simultanément dans deux sens différents. Avec le montage ci-contre.2 Essai de traction biaxial Il est possible de tester des pièces en réalisant deux essais de traction en même temps.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 6 SUR 10 RESISTANCE DES MATERIAUX La courbe ci-contre représente quant à elle le comportement d’un matériau fragile. . la courbe se réduit presque à la zone de déformation élastique.1 Caractéristiques fondamentales Fe Re = S0 Rr = Fr S0 Limite élastique Re limite élastique en MPa Fe charge maxi élastique en N S 0 section initiale en mm2 Rr résistance à la rupture en MPa Fr charge à la rupture en N S 0 section initiale en mm2 Résistance à la rupture Allongement relatif A% = ε= Lu − L0 L0 Lu longueur ultime après rupture en mm L0 longueur initiale en mm ∆L = L − L0 allongement en mm L0 longueur initiale en mm ε allongement (ou déformation) Allongement ∆L L0 1.1. 1. Ces fibres intégreront sans doute un matériau composite.

. 1. 1. L’essai de torsion permet notamment de déterminer le module d’élasticité transversal ou module de Coulomb (G).3 Essai de compression Les photos ci-contre montrent un essai de compression sur des échantillons de béton.4 Essai de cisaillement Le dispositif ci-contre permet d’étudier la résistance au cisaillement des différentes couches d’un sol.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 7 SUR 10 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.5 Essai de torsion La photo ci-contre représente une éprouvette après un essai de torsion.

7 Essai de dureté Cet essai est destiné à vérifier la dureté superficielle d’une pièce. Il consiste à indenter la surface de la pièce à tester à l’aide d’un pénétrateur sphérique (dureté Brinell). rapportée à la charge appliquée permet de déduire la dureté.6 Essai de flexion La photo ci-contre représente un essai de flexion longitudinale sur un tuyau en fonte ductile. La mesure de l’aire de l’empreinte. conique (dureté Rockwell) ou pyramidal à base carrée (dureté Vickers) sur lequel on applique une charge connue. (photo PONT-A-MOUSSON) 1. Machine universelle (1 à 250 kg) .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 8 SUR 10 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.

On y observe les zones d’iso-contraintes ainsi que leur progression. on utilise une matière plastique transparente. Ci-contre. Un système optique spécial (polariscope) permet d’observer les variations de contraintes avec les modifications de couleurs de la pièce. 1. . les encoches.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 9 SUR 10 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. un exemple d’une visualisation des contraintes au niveau du contact entre deux dents d’un engrenage : les zones très colorées subissent les contraintes les plus élevées.9 Photoélasticimétrie La photoélasticimétrie permet une étude détaillée des régions chargées. On parle de choc lorsque la durée d’application de la charge est de l’ordre du 1/100 de seconde. La résistance au choc ou résilience est caractérisée par le quotient de l’énergie nécessaire pour rompre l’éprouvette en un seul coup par la surface de la section rompue.8 Essai de résilience Les paramètres de ténacité déterminés par l’essai de traction n’ont plus de sens lorsque la charge s’applique très rapidement. Cette méthode est très efficace pour l’étude des concentrations de contraintes comme : les trous. les épaulements… Pour modéliser l’objet de l’étude. Les photos ci-contre et ci-dessous représentent respectivement la machine d’essai (Mouton de Charpy) et une éprouvette entaillée en U.

il faut une quantité de rayons beaucoup plus importante.12 Ultrasons Les traducteurs du type de la figure ci-contre génèrent. 1. Les contraintes sont alors déduites par les lois de la RDM.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 10 SUR 10 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. représentant une pièce de moteur d’avion. les deux jauges sont situées au même point.11 Radiographie Il est possible de radiographier une pièce mécanique comme on le fait en médecine.10 Jauges de déformations (extensométrie) L’utilisation de jauges est la méthode expérimentale la plus usitée pour vérifier les résultats théoriques. soit pour déterminer les propriétés mécaniques du matériau. bulle d’air restée à l’intérieur de la matière lors de la fabrication. on met en évidence un « cric ». les pièces métalliques ne laissant pas facilement les rayons X les traverser. lorsqu’ils sont appliqués sur la surface de la pièce à étudier. mais dans orientées selon des directions différentes. des ultrasons qui se propagent à l’intérieur du matériau. Sur la photo ci-contre. 1. Néanmoins. Ce montage permet de mesurer les déformations dans deux directions à 90°. Sur la photo ci-contre. Ils peuvent alors être utilisés soit pour détecter la présence de fissures à l’intérieur de la pièce. très dangereuse pour l’homme. Les jauges sont collées directement sur la surface à étudier et mesurent les déformations « en un point donné ». .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 1 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX TRACTION Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 2 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

...........................................................................................................................................................................................7 5............................................................................................................................................................... 8 RELATION CONTRAINTES ...........................................................................4 EFFORT NORMAL N ...........................................2 6............................9 6............................... 8............................................................................................................................................................................................ 4........13 ................................................................................................................................. DEFINITION...............1 6.............................................................................................................................................3 LOI DE HOOKE ........................................................................................ 9 EXEMPLES DE VALEURS DE MODULE D’YOUNG .......................PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 3 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1..........................................5 CONTRAINTE NORMALE σ ........................... 2..... 3........................ 5........................................6 CONDITION DE RESISTANCE................................................................... 7 CONTRACTION LATERALE – COEFFICIENT DE POISSON ν..................7 DEFORMATIONS .........................................................10 CONTRAINTES DANS UNE SECTION INCLINEE............................................................................................................................................................................. CONCENTRATION DE CONTRAINTES ...........................................................................................................................................................................................1 5..............................................................2 6....................... 9 ESSAI DE TRACTION......................................................DEFORMATIONS .............................................. 10 7....................... A LLONGEMENTS ................

Le tirant 2 est soumis à une sollicitation de traction : il est soumis à l’action des deux forces r r B3 2 et D1 2 . Définition Une poutre droite est sollicitée en traction chaque fois que les actions à ses extrémités (A et B) se réduisent à deux forces égales et opposées ( F et ligne moyenne (Lm).8 m. Le diamètre d va être déterminé dans les paragraphes suivants. de direction BD. de direction la r −F A Lm r F B Exemple : les deux figures ci-dessous représentent une potence murale à flèche triangulée. de longueur 2. d’un fût pivotant 1 et d’un tirant 2. Le tirant 2 est cylindrique. Tirant 2 Poutre-rail 3 Palan 4 Fût pivotant 1 D B Cette potence se compose d’un palan 4. égales et opposées. d’intensité maximale 6 200 N (intensité atteinte lorsque le palan est à l’extrême droite. limite élastique Re = 300 MPa). utilisée en manutention pour lever et déplacer des charges.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 4 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. de diamètre d inconnu. r r − F ). d’une poutre rail 3. r D1 2 φd r B3 2 . Il est réalisé en acier (résistance à la rupture Rr = 500 MPa.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 5 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX 2. Effort normal N Faisons une coupure fictive dans la poutre précédente (section droite S. ….. r −F A G r Lm F B r −F A x G r N r F A ∆f1 G ∆f n ∆f 2 r −N G ∆f 1 . Si on isole le tronçon AG.. ∆f n qui s’exercent en chaque point r de la coupure par le tronçon GB se réduit au seul effort normal N en G (centre de gravité de la section S). située à une distance x du point A) entre les deux extrémités A et B. + ∆f n = F On a donc (direction AGB) N =F ∀x Exemple : reprenons le cas du tirant. r D1 2 x G r N N = B3 2 = D1 2 = 6 200 daN Section (S) . ∆f 2 . de façon à faire apparaître les efforts intérieurs dans la poutre. la résultante des actions r r N = ∆f1 + ∆f 2 + . Cette coupure S divise la poutre en deux tronçons AG et GB.

mm− 2 S S 314 S= . on admettra que toutes les contraintes précédentes sont identiques. …. + ∆S n Chaque élément de surface supporte un effort de traction ∆f 1 .  ∆f σ n = lim  n ∆S n →0  ∆S  n     Contrainte normale uniforme : dans le cas général. r D1 2 D1 2 = 6 200 daN φd π × 202 = 314 mm2 4 N D1 2 62 000 σ = = = = 197 N . …. et sauf cas particulier de concentrations de contraintes. ∆f n parallèle à la ligne moyenne AB. en chaque point. M1 . la contrainte σ est définie comme la limite du rapport de ∆f sur ∆S lorsque ∆S tend vers 0 :  ∆f  σ 1 = lim  1  ∆S 1 →0  ∆S   1 .. M1 . ∆f 2 . Contrainte normale σ Divisons la section S précédente en n petites surfaces élémentaires ∆S 1 . en supposant d = 20 mm. sont les centres des petites surfaces ∆S. On dit qu'il y a répartition uniforme des contraintes dans la section droite S. … .  ∆f σ 2 = lim  2 ∆S 2 →0  ∆S  2     . ∆S 2 . Il en résulte que : σ = avec σ la contrainte normale en MPa N l'effort normal en N S la section droite en mm2 N S Exemple : reprenons le cas du tirant. Contrainte normale uniforme ∆S1 ∆S 2 ∆S n M1 M2 Mn ∆f1 ∆f 2 ∆f n M1 M2 Mn σ1 σ2 σn M1 M2 Mn σ= N S Si M1 . ∆S n telles que : ∆S = ∆S 1 + ∆S 2 + .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 6 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX 3..

σ Maxi = N Re ≤ Rpe = S s avec s le coefficient de sécurité adopté pour la construction de l’appareil. ainsi que le coefficient de sécurité adopté. Exemple : reprenons le cas du tirant.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 7 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX 4. Condition de résistance Pour des conditions de sécurité liées à l’usage de l’appareil. appelée résistance pratique à l’extension Rpe. déterminons le diamètre d minimal pour la construction de celui-ci. déterminée par l’essai de traction. la contrainte σ précédemment déterminée doit rester inférieure à une contrainte limite admissible. Rappel : effort N = 62 000 N. Dans le cas général.1 mm S π d2 4 v Détermination du coefficient de sécurité : l’acier employé a pour caractéristiques Re = 300 MPa et Rr = 500 MPa. DEFORMATIONS 5.1 Allongements L0 : longueur initiale de la poutre L : longueur finale de la poutre ∆L : allongement total de la poutre x0 : longueur initiale du tronçon x : longueur finale du tronçon ∆x : allongement du tronçon L0 A0 x0 A ∆L B0 (S) ∆x (S) x L B r −F r F . Rpe = Re s ou s= Re 300 = =3 Rpe 100 5. Rpe est définie à partir de la limite élastique Re du matériau. La résistance pratique Rpe est fixée par des normes ou par le constructeur. v Détermination du diamètre d : σ Maxi = N 62 000 = ≤ 100 d’où d ≥ 28. Si on impose une contrainte admissible de 100 MPa.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 8 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX L’expérimentation montre que les allongements sont proportionnels aux longueurs initiales. 2 800 mm ∆x D0 ∆x 1 000 mm ∆x x ∆x ∆x 4 ∆x B0 ∆x r D1 2 D ∆x r B3 2 2 804 mm ∆x B ∆x v Déformation ε : ε = 4 = 0.00143 d’où ∆ x = 0.00143 2 800 v Allongement : ε = ∆x = 0. Déterminons la déformation ε et l’allongement d’un tronçon de longueur 1m.2 Contraction latérale – Coefficient de Poisson ν Le coefficient de Poisson ν caractérise le rapport entre la contraction latérale εd et l’allongement relatif de la poutre εL : ∆d 2 A d0 B0 d B εd = ∆d d0 et εL = ∆L L0 r −F r F alors ν =− ∆d 2 εd εL L0 ∆L . le tirant s’allonge de 4 mm.00143 × 1000 = 1. L’allongement relatif (déformation ε) traduit cette propriété : ε= ∆L ∆x = L0 x0 Exemple : reprenons le cas du tirant. Sous charge.43 mm 5.43 mm 1 000 On a donc x = 1 001.

Relation Contraintes . σ = 100 MPa.0005 × 2 800 = 1. . Autrement dit.2 Exemples de valeurs de module d’Young Voir tableau page suivante. le rapport F ∆L est constant (analogie avec un ressort F = k x ).4 mm 6. la contrainte normale σ est proportionnelle à l’allongement relatif ε : Pour un grand nombre de matériaux.0005 L E 200 000 ∆L = ε × L = 0. D éterminons l’allongement du tirant : ε = ∆L σ 100 = = = 0. (d = 28 mm. l’essai de traction monte qu’il existe une zone élastique pour σ =Eε avec σ la contrainte normale (en MPa) ε l’allongement relatif (sans unité) E le module d’élasticité longitudinale ou module d’Young (en MPa) Remarques : le module d’élasticité longitudinale E est une caractéristique (propriété mécanique intrinsèque) du matériau. E = 200 GPa.1 Loi de Hooke r F de traction est proportionnel à l’allongement ∆L.8 m).Déformations 6. laquelle l’effort Cette propriété est énoncée par la loi de Hooke : en déformation élastique. La loi de Hooke est à la RDM ce que la loi d’Ohm est à l’électricité. Exemple : reprenons le cas du tirant. L = 2.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 9 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX 6.

mm Magnésium 4 500 daN.3 daN.mm Cuir 25 daN.mm Zinc 8 000 daN.mm -2 -2 -2 Bronze 10 000 à 12 000 daN.75 daN.mm Titane 10 500 daN. 7. Le maximum est atteint pour les points situés à proximité des variations : on dit qu’il y a concentration de contraintes en ces points.mm Tungstène 42 000 daN. la répartition des contraintes n’est plus uniforme et présente des extremums.mm Laiton 9 200 daN.mm Elastomère 0. En effet.mm -2 -2 -2 Alliage d’aluminium 7 000 à 7 500 daN. gorges.mm -2 -2 Aciers de construction 20 000 à 22 000 daN. Concentration de contraintes Lorsque les poutres étudiées présentent de brusques variations de sections (trous.mm Béton 2 000 daN.mm -2 6.mm -2 -2 -2 -2 -2 -2 Bois 1 000 à 3 000 daN.3 Essai de traction Voir le chapitre consacré aux essais mécaniques.mm -2 -2 Caoutchouc 0.mm Fonte 10 000 daN.mm Etain 4 000 daN. la relation σ = N S n’est plus applicable.mm Verre 7 000 à 7 500 daN.mm Cuivre 12 600 daN. au voisinage du changement de section. épaulements…).mm -2 -2 Aciers 17 000 à 28 000 daN.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 10 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX Module d’YOUNG Carbures métalliques E = 55 000 daN. La valeur de la contrainte est alors donnée par : σ Maxi = K t ⋅ σ 0 avec σ0 = F N = S S .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 11 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX Kt est appelé le coefficient de concentration de contraintes. . Kt dépend de la forme de la section et du type de la variation (voir tableaux suivants).

5 σ Maxi = 1.mm− 2 2 S π × 20 4 σ0 = σ Maxi = K t ⋅ σ 0 r D = 0.mm− 2 S π × 20 2 4 σ0 = F 31 410 = = 100 N .mm −2 Conclusion : la contrainte est maximale à la périphérie de (S).PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 12 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX Exemple : déterminons σ Maxi près de l’épaulement.25 et = 1 . pour le diamètre de 20 et a pour valeur σ Maxi = 150 N .5 d d Le tableau donne alors d’où K t = 1.mm −2 .5 × 100 = 150 N . pour la pièce proposée : 5 (S) r F 3 141 daN φ 30 φ 20 r F 3 141 daN r=5 Cas avec contraintes uniformes (S) Cas de concentration de contraintes (S) r F 3 141 daN r F 3 141 daN σ 0 = 100 MPa σ Maxi = 150 MPa F 31 410 = = 100 N . au niveau de la section S.

Déterminons les contraintes exercées dans une section inclinée d’un angle α (section de normale r n et r t r −F A G Coupure oblique r n α B Efforts intérieurs r t Nα α G r n r r RG = F r F r −F A Tα Contraintes Nα N α = RG cos α = F cos α Effort tangentiel Tα Tα = RG sin α = F sin α Effort normal r −F A r σn L’équilibre statique du tronçon AG montre que les efforts intérieurs se réduisent à barycentre de la section inclinée. Contraintes dans une section inclinée r de vecteur tangent t ).PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 13 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX 8. Tα dans la coupure. La projection de σ n sur n et t donne respectivement la contrainte normale à la coupure σ α et la . r t σα α M r n cosα = 0 σ0 = F S0 r σn S0 τα Les contraintes τ0 = 0 r σ n dans la section sont identiques en tout point et parallèles à l’axe (ligne moyenne) de la r r r poutre. La projection de et l’effort tranchant r r r RG sur n et t donne respectivement l’effort normal N α r r RG = F au point G.

la rupture se produit dans une section droite (α = 0). la rupture par traction ou compression se produit dans un plan incliné à 45°. r −F r F 90° Cassures types 45° Voilà. En remarquant que S 0 = S cos α (avec S0 l’aire de la section droite et S l’aire de la section inclinée) et que σ 0 = F S 0 : contrainte tangentielle σα = Nα Nα F = cos α = cos 2 α = σ 0 cos 2 α S S0 S0 Tα F sin α cos α = = σ 0 sin α cos α S S0 = σ 0 ) et la contrainte tangentielle τ α τα = Remarque : la contrainte normale σ α est maximale pour α = 0 ( σ α Maxi est maximale pour α = 45° ( τ α Maxi = σ0 2) Remarque : lorsque les matériaux ont une résistance au cisaillement plus faible. si la résistance à la traction est proportionnellement plus faible. plan où les contraintes de cisaillement τ α sont maximales.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 14 SUR 14 RESISTANCE DES MATERIAUX τ α . c’est tout pour aujourd’hui… . En revanche.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 1 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX CISAILLEMENT Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 2 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

...........................................1 RELATION ENTRE τ ET γ ...................................................................................... 8 ..........................................................................................EXEMPLES .........................................................................................7 5.............................................................. CONTRAINTE TANGENTIELLE UNIFORME..................................................7 DEFORMATION – ANGLE DE GLISSEMENT γ ...................................................................4 EFFORT TRANCHANT T.................................................... 3..................................................................... DEFINITION ........................................................6 3........................1 4........................................................................................ 5................................................................................................................ 2..............................................................................PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 3 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1.....................5 CONTRAINTE DE CISAILLEMENT τ .............................................. 6 CALCUL DES CONSTRUCTIONS ..

Définition .Exemples Exemple 1 : une superbe cisaille hydraulique est utilisée pour couper des ronds. Les efforts de cisaillement 0 r r A1 3 et B2 3 5 4 1 A 3 2 0 exercés par les lames sont perpendiculaires à la poutre 3. B Lame 1 S1 r A1 3 A Lame 2 3 r B2 3 S2 r r A1 3 = − B2 3 B Glissement de S2/S1 . Le cisaillement de la poutre se traduit par le glissement de la section droite S1 par rapport à la section droite S2 qui lui est directement en contact. Elle se compose d’un bâti 0. fers et plats de petites dimensions. d’un coulisseau 4 en liaison glissière par rapport au bâti. d’une lame mobile 1 et d’un vérin hydraulique 5 fournissant l’effort de coupe.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 4 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. d’une lame fixe 2.

1 r F 1 r F r C C D B A B’ A’ B A B’ A’ 2 Joints collés 3 2..PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 5 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX Exemple 2 : trois blocs identiques 1.. T est r égale et opposée à A1 3 (Principe Fondamental de la Statique) : La résultante r r r r r T = ∆f 1 + ∆f 2 + . L’assemblage supporte une charge F suivant son axe de symétrie. ∆f 2 .. ∆S 2 . Les deux faces collées ABCD et A’B’C’D’ sont soumises à un cisaillement de même nature que celui de l’exemple 1. + ∆f n = − A1 3 = effort tranchant . …. ∆f n qui agissent respectivement sur les surfaces élémentaires ∆S 1 . barycentre de la section droite S1 . les actions exercées par S2 sur S1 sont schématisées par un infinité de forces élémentaires r r r ∆f 1 . …. 2 et 3 de forme parallélépipédique sont collés en chape comme le montre la figure ci-contre. ∆S n telles que : S = ∆S1 + ∆S 2 + .. + ∆S n r A1 3 A r A1 3 A r ∆f 2 r ∆f1 B r ∆f n r T G S1 r r T des forces élémentaires s’applique au point G. Effort tranchant T Pour l’exemple du paragraphe précédent.

∆S n . respectivement r T B G G’ B’ r T A A’ 3. ∆S 2 . Déterminons la contrainte dans la section cisaillée : La section cisaillée vaut : S= π × 502 ≈ 1 965 mm2 4 τ = F 100 000 = ≈ 51 N . Contrainte de cisaillement τ ∆S 1 . .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 6 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX Exemple : reprenons l’exemple 2 avec F = 200 daN. τ 2 . Le vérin hydraulique 5 imprime un effort F = 10 000 daN sur la poutre de section circulaire de diamètre 50. M2 . Il en résulte que : τ = avec T S τ la contrainte tangentielle en N. …. τ n sont contenues dans le plan de la section droite.mm-2 T l’effort tranchant en N S la section cisaillée en mm-2 Pause récréative : reprenons l’exemple 1 de la poutre sectionnée par la cisaille hydraulique (toujours superbe au demeurant). L’équilibre du bloc 1 donne : r F T= F = 100 daN 2 G et G’. …. la contrainte tangentielle τ est définie comme la limite du rapport ∆f sur ∆S lorsque ∆S tend vers 0 : Si M1 ..  ∆f  τ 2 = lim  2  {  ∆S  ∆S 2 → 0 2  . Du fait de la symétrie. contrairement aux contraintes normales σ (cas de la traction uniaxiale) qui lui sont perpendiculaires. r T s’applique aux centres de gravité des surfaces ABCD et A’B’C’D’. les faces ABCD et A’B’C’D’ supportent le même effort tranchant r T .  ∆f  τ n = lim  n  {  ∆S  ∆S n → 0 n  τ 1 . 3. en chaque point.. …. Mn sont les centres des surfaces élémentaires  ∆f  τ 1 = lim  1  {  ∆S  ∆S 1 →0  1  Remarque : .1 Contrainte tangentielle uniforme Dans le cas du cisaillement. . on suppose que toutes les contraintes tangentielles élémentaires sont identiques : il y a répartition uniforme des contraintes dans la section cisaillée.mm− 2 S 1 965 La contrainte tangentielle est alors : .

. Si la contrainte admissible au cisaillement dans le joint collé est de 900 kPa. les déformations sont caractérisées par un glissement des sections droites les unes par rapport aux autres. déterminons la charge F maximale supportable : La section cisaillée vaut : S = 30 × 100 = 3 000 mm2 T= F 2 L’effort tranchant vaut : La contrainte de cisaillement s’exprime par : τ = T F F = = ≤ 0. Le glissement est mesuré par l’angle γ appelé angle de glissement (unité : radian). sauf pour le cas où la rupture est recherchée (cas du sectionnement de la poutre par la cisaille par exemple). que dans le cas du cisaillement.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 7 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX 4.9 N .mm-2 Rg la limite à la rupture par cisaillement (analogue à Rr) en N.mm− 2 S 2 S 2 × 3 000 D’où F ≤ 5 400 N 5.mm-2 s le coefficient de sécurité adopté Remarque : Reg et Rg sont des données obtenues par essais mécaniques sur les matériaux. Calcul des constructions On utilise le même raisonnement qu’en traction pour la plupart des constructions.mm-2 Reg la limite élastique au cisaillement (analogue à Re) en N. DEFORMATION – ANGLE DE GLISSEMENT γ On a déjà vu dans les exemples précédents. en première approximation : Rg ≈ Rr 2 et Reg ≈ Re 2 Exemple : reprenons l’exemple 2 avec AB = A’B’ = 30 mm et BC = B’C’ = 100 mm. la contrainte tangentielle τ doit toujours rester inférieure à la contrainte admissible au cisaillement du matériau τadm ou Rpg : τ = avec T ≤ τ adm ou S Rpg avec τ adm = Rpg = Re g s Rpg la résistance pratique au glissement ou au cisaillement en N. Pour la plupart des métaux et alliages.

mm-2 ) γ l’angle de glissement (en rad) G le module d’élasticité transversale (en N.1 Relation entre τ et γ Lorsque les déformations sont élastiques. Le cisaillement amène un glissement des sections droites successives les unes par rapport aux autres (analogie avec un jeu de cartes que l’on étale sur une table). il existe des déformations élastiques (exemple du bloc élastomère) et des déforma tions plastiques (exemple de la poutre cisaillée). La plaque permet de bien répartir l’effort de cisaillement T sur tout le bloc.4 E ). la contrainte de cisaillement τ est proportionnelle à l’angle de glissement γ. Remarque : cette dernière relation est analogue à la loi de Hooke (vu en traction) .mm-2 ) σ = E ε . ∆L (très petit) S2 S Ÿ Ÿ 1 r A1 3 S2 Ÿ Ÿ S1 γ r B2 3 Remarque : comme dans le cas de la sollicitation de traction. avec G constante caractéristique du matériau au même titre que le module d’Young E (pour les métaux. Le glissement peut être caractérisé par l’angle γ.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 8 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX Exemple 1 : un bloc en élastomère est collé entre une laque rigide et un support fixe. Autrement dit : τ = Gγ avec τ la contrainte tangentielle (en N. appelé angle de glissement et tel que : Si γ est petit : Repos Plaque rigide Bloc élastomère Collages Support fixe tgγ = a h γ tgγ ≈ γ = a h T=F h a Exemple 2 : reprenons le cas de la poutre sectionnée par la cisaille hydraulique. 5. G ≈ 0. Le glissement de la section droite S par rapport à la section 1 droite S2 peut être défini par un angle de glissement γ analogue à celui de l’exemple 1 précédent.

Déterminons γ si T = 100 daN et le décalage a si h = 25 mm.8 a = h tan γ = 6. Contrainte de cisaillement τ : τ = T T 1 000 = = = 0.mm − 2 S c × b 50 ×100 Angle de glissement γ : Décalage a : γ = τ 0 .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 9 SUR 9 RESISTANCE DES MATERIAUX G= avec E 2 (1 + ν ) E le module d’élasticité longitudinale (ou module d’Young en N.mm-2 ) ν le coefficient de Poisson (sans unité) Exemple : reprenons l’exemple du bloc élastomère parallélépipédique (c x b x h) avec c = 50. c’est tout pour aujourd’hui… .2 = = 0.4 mm Voilà.25 rad = 14.3° G 0 .2 N . b = 100 mm et G = 800 kPa.mm-2 ) G le module d’élasticité transversale (ou module de Coulomb en N.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 1 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX TORSION Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 2 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

........................................................................................................6 4........ 4.......... 2............................................................................................................................................1 EXEMPLES DE VALEURS DE G .................................................... 6.......................................................5 2.................................................................2 3.......................................8 RELATION ENTRE τ ET MT ...........................6 CONTRAINTES TANGENTIELLES DE TORSION.... DEFINITION ............................................. 5 A NGLE UNITAIRE DE TORSION θ........................................................EXEMPLES ................................................9 CALCUL DES CONSTRUCTIONS ........... ....4 DEFORMATIONS – ANGLE DE TORSION θ ..........................................................................................................................9 CONCENTRATION DE CONTRAINTES ........................................................................................................................... 8................................................1 2............................ 7.............. 7 RELATION ENTRE MT ET θ............................................................................................................................................... 5 EFFORTS INTERIEURS – MOMENT DE TORSION.......................................................................................................................................................10 5................................................................... CONSTATATIONS EXPERIMENTALES...................PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 3 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1....................................................................................................................................................................................

Définition .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 4 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.MA MA A 200 B MB = F.A = 24 Nm . 200 M = F.Exemples Une poutre droite est sollicitée en torsion chaque fois que les actions aux extrémités (A et B) se réduisent à deux couples M et –M égaux et opposés d’axe la ligne moyenne Lm. -M B A M ou r −M B A r M Exemple : tige de tournevis.A r F r −F A B MB = .

alors l’angle de torsion entre deux sections droites quelconques est proportionnel à la distance entre celles-ci.6°. mais s’incurvent dans le domaine plastique. si l’angle de torsion α ΑΒ mesuré entre A et B est égal à 14. 2.274 rad . Les sections droites tournent ou glissent en bloc les unes par rapport aux autres (rotations d’axe le ligne moyenne).GK) = angle de torsion entre les sections droites A et G α = angle (BD0 .1 Constatations expérimentales Les sections droites avant déformation restent droites après déformation (planes et perpendiculaires à la ligne moyenne).2 Angle unitaire de torsion θ Si on suppose que les sections droites tournent toutes entre elles de la même façon. Déterminons θ : α AB 14.mm −1 LAB 200 73 π −1 ou encore θ = 73°.BD) = angle de torsion de la poutre. Les rayons GK restent droits dans le domaine élastique.6 = = 0.m = = 1. Déformations – Angle de torsion θ 2.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 5 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX 2. Les fibres ou génératrices initialement parallèles à la ligne moyenne s’enroulent suivant des hélices autour de cet axe. αx = angle (GK0. La longueur des fibres restent sensiblement invariable ou constante (hypothèse des petites déformations).m −1 180 θ = . Autrement dit : α αx = = θ = angle unitaire de torsion L X Exemple : reprenons l’exemple du tournevis avec M = 24 Nm.073°.

on montre que la contrainte τM. les contraintes normales σ sont négligeables.mm-1 ) ρ : rayon GM (mm) G : module d’élasticité transversal (MPa) Ÿ ŸG D Coupure (S) Section droite . tous les autres efforts intérieurs sont nuls (N = T = Mf = 0). Les contraintes dans la coupure (S) se réduisent à des contraintes tangentielles ou de cisaillement τ. tel que : MT = M Remarque : dans le cas de la torsion. Contraintes tangentielles de torsion En torsion. -M (S) Tronçon 1 G MT -M (S) Ÿ G A Ÿ Ÿ A Ÿ x Ÿ M B (S) -MT Tronçon 2 G Tronçon 1 Tronçon 2 Ÿ Ÿ M B L’étude de l’équilibre de l’un ou l’autre tronçon montre que les actions de cohésion se réduisent à un couple de torsion MT d’axe la ligne moyenne (x). et dans le cas des petites déformations. C M ρ = GM τ =Gθρ τM = G θ ρ τ : contrainte (MPa) θ : angle unitaire de torsion (rad. A partir de la relation « τ = G γ » obtenue au chapitre « Cisaillement ». Efforts intérieurs – Moment de torsion La démarche reste la même qu’aux chapitres précédents. entre le point et la ligne moyenne. on pratique une coupure fictive (S) dans la poutre afin de la diviser en deux tronçons pour faire apparaître et calculer (statique) les efforts intérieurs ou de cohésion (S est une section droite). en un point M quelconque de la coupure (S) est proportionnelle à la distance ρ = GM. 4.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 6 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX 3.

6 daN.mm -2 -2 -2 Aluminium et Alliages 26 200 daN.1 Exemples de valeurs de G Molybdène G = 117 000 daN.5 mm θ = 73°.m −1 = 0.mm -2 -2 Bronze et Laitons 40 100 daN.m-1 .27 rad .mm Fontes 41 400 daN.mm Titane 36 000 daN. Diamètre de la tige : d = 7 mm d’où ρ Maxi =3.mm -2 -2 -2 Sapin rouge (fibres) 4 140 daN.4 E 4. Déterminons la contrainte de cisaillement maximale dans la tige.mm -2 Nickel 48 300 daN. Les contraintes sont maximales à la périphérie : τMaxi = G θ R Pour les métaux : pour ρ Maxi = R G ≈ 0 .mm Polyéthylène 138 à 378 daN.00127 rad .mm Verre 18 200 daN.mm -2 -2 Aciers au carbone 79 300 daN. G = 80 GPa.mm Cuivre 44 700 daN.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 7 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX Remarque : tous les points situés sur un même cercle de centre G et de rayon ρ ont même contrainte.mm −2 d’où la contrainte .m −1 = 73 π = 1.00127 × 3.1 à 7.mm -2 -2 Magnésium 16 500 daN.mm Aciers inox 73 100 daN.mm Caoutchouc 4.mm Béton 9 650 daN.mm -2 -2 Béryllium + Cuivre 48 300 daN.mm -2 -2 Exemple : reprenons le cas de la tige de tournevis.mm Plomb 13 100 daN.mm −1 180 τ Maxi = G θ ρ Maxi = 80 000 × 0.5 = 356 N . θ = 73°.

M T = ∑ M G ∆f = ∑ ∆f ⋅ ρ =∑ τ ρ ∆S =∑ G θ ρ 2 ∆S (S ) (S ) (S ) S ( ) S (S ) = Gθ ∑ρ ( ) 2 2 ∆S = G θ ∫( ) ρ 2 dS = G θ I0 Le terme ∫( ) ρ S dS = G θ I 0 est le moment polaire de la section (S) par rapport au point G. -M -M G ∆S τ=ρGθ MT G Ÿ Ÿ M Section (S) Le moment en G de cette force est M G ∆f = ∆f ⋅ GM = ∆f ⋅ ρ ∆f de la ( ) Le moment de torsion M est égal au moment résultant en G de toutes les forces élémentaires T section (S). pour l’élément de surface ∆S autour de M.mm-1 ) I0 le moment polaire par rapport au point G (mm4 ) MT = G θ I0 . une force élémentaire r ∆f = τ ⋅ ∆S dont la direction est perpendiculaire à GM.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 8 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX 5. Relation entre MT et θ En chaque point M de la coupure s’exerce. I0 = φd π d4 32 φd I0 = π D4 − d 4 32 ( ) φD L’angle unitaire de torsion θ est proportionnel au moment de torsion MT : avec MT le moment de torsion (Nmm) G le module d’élasticité transversal (MPa) θ l’angle unitaire de torsion (rad.

d = 7 T mm et G = 80 GPa.7 6.00127 rad . Autrement dit : τ Maxi = MT MT ρ Maxi = ≤ Rpg I0  I0    V  avec ρ Maxi = V et Rpg = Re g s .5 = 356 7. d = 7 T mm. Déterminons l’angle unitaire de torsion.7 N . Déterminons la contrainte tangentielle et la contrainte tangentielle maximale.mm −2 N .mm−1 G I 0 80 000 × 235.7 mm4 32 32 Angle unitaire de torsion : θ = MT 24. I 0 = 235.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 9 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX Exemple : reprenons l’exemple du tournevis avec M = 24 Nm. Relation entre τ et MT A partir des relations τ = G θ ρ et MT = G θ I0 on peut écrire : On obtient ainsi : Gθ = τ MT = ρ I0 τ = MT ρ I0 avec τ la contrainte de cisaillement (MPa) MT le moment de torsion (Nmm) ρ le rayon (mm) I0 le moment polaire (mm4 ) Exemple : reprenons l’exemple du tournevis avec M = 24 Nm.7 mm 4 τ Maxi et τ = 24 000 ρ = 102 ρ 235.mm − 2 = 102 ρMaxi = 102 × 3.103 = = 0. Moment polaire de la section droite : I0 = π d 4 π 74 = = 235. la contrainte tangentielle maximale τMaxi doit rester inférieure à la résistance pratique au glissement ou au cisaillement Rpg du matériau. Calcul des constructions Sauf pour le cas où la rupture est recherchée.

la répartition des contraintes est modifiée. Si Kts est le coefficient de concentration de contraintes : τ Maxi = Kts ⋅ τ 0 avec τ0 = MT  I0    V  .5 mm 24 000 24 000 = ≤ Rpg = 200 N . trou de perçage…). Concentration de contraintes Lorsque les arbres étudiés présentent de brusques variations de section (gorge.mm − 2  I0  π d3      16   V    8. on impose une contrainte admissible au cisaillement de 200 GPa. Au voisinage du changement de section. épaulement. Déterminons la valeur maximale du diamètre d lorsque MT Maxi = 24 Nm. τMaxi est supérieure à τ calculée : on dit alors qu’il y a concentration de contraintes.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 10 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX avec Reg la limite élastique au cisaillement du matériau (MPa) s le coefficient de sécurité Pour les métaux Re g ≈ Re 2 I0 est le module de torsion (mm3 ) V V=d/2 V=D/2 I0 π d 3 = V 16 φd φd I 0 π D4 − d 4 = V 16 D ( ) φD Exemple : pour le tournevis précédent. les relations précédentes ne sont plus applicables. Contrainte tangentielle maximale : τ Maxi = d’où on tire d ≥ 8.

45 N .mm -2 A-A τ0 = 106 N.2 d 30 Le tableau qui va bien nous donne alors Kts ≈ 1.mm− 2 3 I0   πd π 30   V  τ Maxi = Kts ⋅ τ 0 = 1.4 N.63 N .1 et d 30 D 36 = = 1 .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 11 SUR 11 RESISTANCE DES MATERIAUX Exemple : déterminons la contrainte au fond d’une gorge d’un arbre de transmission soumis à un couple de torsion de 400 Nm.mm -2 D= φ 36 G r=3 Ÿ d= φ 30 A Sans concentration de contraintes Avec concentration de contraintes Déterminons Kts : r 3 = = 0. -1 400 N.45 = 105.m A A-A τ0 = 75.mm−2 Contrainte maximale .4 × 75.4 Contrainte τ0 = MT M × 16 400 000 × 16 = T 3 = = 75.

c’est tout pour aujourd’hui… .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 12 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX Voilà.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 1 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX FLEXION Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion .

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 2 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

.................. 3................................................................................................... ESSAI DE FLEXION ................................................................2 M ETHODE PAR INTEGRATION..................4 Exemple...........................................................................................................................................2................................................................................................................................... 15 5...................2 CHARGE REPARTIE UNIFORME ..............4.....................................................................................................................................................................................................................12 5........................................................................................4 CONTRAINTES DE CISAILLEMENT EN FLEXION....6 3.........................................................................................................4................................. 9 CHARGES REP ARTIES ....................................................................................................2 Cas des poutres rectangulaires...............................................................2 Exemple...............................3 Cas des poutres circulaires......................................................................................................................................................................................................................................17 5.........1 CONTRAINTES NORMALES EN FLEXION............................1 NOTION DE DEFORMEE.........................20 ...................................................................................................................................................................................................................... CONTRAINTES DE FLEXION .................................................................... 17 5............................1 4......................................................................... SCHEMATISATION DES LIAISONS .4......................................................................................................................................6 DIAGRAMMES ................. 8 POUTRE ENCASTREE ...........................................................2 CALCUL DES CONSTRUCTIONS ................................................................................................18 5......................10 4..................... 12 5.............17 5.......................................................................................................................................................................................................................2............................................................1 Principe.........................................................................................................................19 6....... 19 6.........................................4..................................................................................................................... DEFORMATIONS EN FLEXION ................................................................................................ 10 CHARGE REPARTIE LINEAIREMENT VARIABLE...............................PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 3 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1................................................................20 6... 20 6..................................................................................................1 Mise en évidence....................................... 7 CORRESPONDANCE ENTRE LES DIAGRAMMES .........................................................................................................................................18 6.......................... 11 5.................................. 2...4 EFFORTS INTERIEURS .3 CONCENTRATION DE CONTRAINTES EN FLEXION ................2 3.................................................................................. 13 5..............................................................3 4...........................................................................................................................1 3...............

TYPE EXEMPLES SCHEMATISATION A ACTIONS EXERCEES y Fy Appui simple A x A Pivot y Fy A Fx x A Encastrement y MA A Fy Fx x Exemple : planche de plongeoir La poutre 1 est schématisée par sa ligne moyenne AC. articulation (pivot) et encastrement. La liaison en A (pivot 1/0) est une articulation et la liaison en B entre 1 et 2 se ramène à un appui simple.5 m 3m 900 N . schématise l’action du nageur.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 4 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. Schématisation des liaisons Dans le cas des problèmes plans (systèmes de forces coplanaires). 1 0 A B 2 r P (900 N) C 1. la schématisation des liaisons et des efforts exercés se ramène à trois cas types : appui simple (ponctuel ou plan sans frottement).

vers le bas). la poutre est modélisée par sa ligne moyenne. Remarque 2 : les poutres sont identifiées à partir des charges extérieures appliquées : F1 Poutre simple sur deux appuis avec charges concentrées F1 et F2 F2 q2 q1 Poutre simple sur deux appuis avec charges réparties q1 et q2 q(x) Poutre encastrée avec charge répartie q(x) linéairement croissante . si on isole 1 : r r r r  A0 / 1 + B2 / 1 + P = 0  r r r   M A A0 /1 + M A B2 /1 + M A P = 0  ( ) ( ) () A r B2 / 1 B r P 900 N − A0 / 1 + B2 /1 − 900 = 0   A0 / 1 × 0 + B2 /1 × 1.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 5 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX A l’équilibre (Principe Fondamental de la Statique).5 − 900 × 3 = 0 L’équation (2) donne En injectant (1) ( 2) r A0 / 1 C B2 / 1 = 2 700 N (et orientée effectivement comme sur le schéma. A0 / 1 = 1800 N (orientée effectivement comme sur le B2 / 1 = 2 700 N dans (1). vers le haut). Remarque 1 : dans la plupart des schématisations. on trouve schéma.

. y r F1 • G r F3 x ‚ B y r F1 • −Mf G x A r F2 x A r F2 x r −T Coupure fictive Pour faire apparaître les efforts intérieurs. Les diagrammes de t et Mf (graphes mathématiques de type (x.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 6 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX 2. alors que le cas M f ≠ 0 avec T ≠ 0 correspond à de la flexion simple. on obtient l’effort tranchant T et le moment fléchissant Mf (on obtient en fait respectivement –T et –M f. voir Cours « Torseur de Cohésion »). En isolant le tronçon 1. on effectue une coupure fictive à la distance x de l’origine A. les efforts intérieurs dans n’importe quelle section droite se réduisent à un effort tranchant T (perpendiculaire à la ligne moyenne) et à un moment fléchissant M (perpendiculaire à la ligne f moyenne et à T). r T = somme vectorielle de toutes les forces extérieures transversales situées à gauche de la section fictive = r r F1 + F2 ( ) M f = moment résultant en G de toutes les actions extérieures situées à gauche de la section fictive = r r M G F1 + M G F2 ( ) ( ) Remarque : le cas M f ≠ 0 avec T = 0 correspond à de la flexion pure. 3. y)) permettent de décrire les variations de ces deux grandeurs et ainsi repérer les maximums à prendre en compte lors des claculs des contraintes. Efforts intérieurs Dans le cas de la flexion. Diagrammes Les valeurs de l’effort tranchant T et du moment fléchissant Mf varient avec la position x de la coupure fictive.

le poids de la poutre étant négligé. on est dans un cas de flexion pure.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 7 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX 3. et − P aux points C et D Effort tranchant TDB = P − P − P = −10 000 N pour tout 2 ≤ x ≤ 3 m Moment fléchissant M fDB = − P × x + P × (x − 1) + P × (x − 2) = − P = 10 000 ( x − 3) Nm . La symétrie du chargement et des appuis entraîne A = B = C = D = P = 10 000 N. y C A r P D r P B x r P 1m 1m 1m r P v Etude du tronçon AC : section fictive d’abscisse Une seule force à gauche de la section fictive : Effort tranchant 0 ≤ x ≤1m TAC Moment fléchissant M fAC = −P × x = −10 000 x Nm v Etude du tronçon CD : section fictive d’abscisse Deux forces à gauche de la section fictive : Effort tranchant r P au point A = P = 10 000 N pour tout 0 ≤ x ≤ 1 m 1≤ x ≤ 2 m TCD Moment fléchissant M fCD = − P × x + P × ( x − 1) = − P = −10 000 Nm Remarque : sur ce tronçon r r P au point A. alors que le bâti de la machine supporte la poutre en A et B. et − P au point C = P − P = 0 N pour tout 1 ≤ x ≤ 2 m M f ≠ 0 et T = 0 .1 Essai de flexion Un dispositif de mise en charge exerce une poussée de 20 000 N qui se répartit en C et D. 2 ≤ x≤3m v Etude du tronçon DB : section fictive d’abscisse Trois forces à gauche de la section fictive : r r P en A.

PROPRIETE GONNET_2003

C OURS DE RDM

PAGE 8 SUR 21

RESISTANCE DES MATERIAUX
v Diagrammes : rassemblons précédents sur un même graphe : Diagramme des efforts tranchants : A les trois résultats y C

r P
D

r P
B x

TAC = 10 000 N pour 0 ≤ x ≤ 1 m TCD = 0 N pour 1 ≤ x ≤ 2 m TDB = −10 000 N pour 2 ≤ x ≤ 3 m
Diagramme des moments fléchissants :

r P
T

1m

1m

1m

r P

TAC

M fAC = −10 000 x Nm pour 0 ≤ x ≤ 1 m M fCD = −10 000 Nm pour 1 ≤ x ≤ 2 m M fDB = 10 000 ( x − 3) Nm pour 2 ≤ x ≤ 3 m

TCD

Mf

TDB

MfAC MfCD

MfDB

3.2 Correspondance entre les diagrammes
r F
y

r F

q (x )
T

q (x )

-(Mf +dMf) x

Mf

-(T+dT) dx

x

dx

L’étude de l’équilibre du tronçon de largeur dx appartenant à la poutre, compte tenu des charges indiquées, donne :

dT = − q (x ) et dx

dM f = −T dx

PROPRIETE GONNET_2003

C OURS DE RDM

PAGE 9 SUR 21

RESISTANCE DES MATERIAUX
3.3 Poutre encastrée
On considère une poutre encastrée de longueur L = 2 m soumise à un effort concentré F = 1 000 N (vers le bas) au point B et à un couple pur M = 1 000 Nm (sens antitrigonométrique) autour du point C. y F M C A

B

x

L/2

L/2

v Actions exercées par l’encastrement sur la poutre : le Principe Fondamental de la Statique donne :

y F M C MA L/2 L/2

Ay Ax x

r r r F + A = 0  r r  M A F + M A A − M + M A = 0 

()

()

B

A

 Ax = 0  Ax = 0   →  Ay = 1000 N  Ay − 1000 = 0   1000 × 2 − M + M A = 0 M A = −1000 Nm
v Etude du tronçon BC : Effort tranchant :

y F M C MA L/2 L/2

Ay Ax x

0 ≤ x ≤1m
B

A

TBC = − F = −1000 N
Moment fléchissant :

M fBC = F × x = 1000 x Nm
T v Etude du tronçon CA : Effort tranchant :

1≤ x ≤ 2 m
-1 000 N

TCA = − F = −1000 N
Moment fléchissant :

M fCA = F × x − M = 1000 (x − 1 ) Nm

Mf

1 000 Nm

1 000 Nm

v Diagrammes : ci-contre.

PROPRIETE GONNET_2003

C OURS DE RDM

PAGE 10 SUR 21

RESISTANCE DES MATERIAUX
4. Charges réparties
Les charges réparties ont pour origine les actions de pesanteur et des actions de contact diverses (vent, neige, pression d’un fluide…). Elles peuvent être uniformes ou variables.

4.1 Charge répartie uniforme
Traitons ce cas à partir d’un exemple. Considérons une poutre (longueur L = 4 m) réalisée à partir d’un profilé IPE dont le r r poids est de 40 daN par mètre ( q = −400 y ou y A B x v Actions aux appuis en A et B : L=4m

q = 400 N .m ).

−1

r r r r Le Principe Fondamental de la Statique donne : A + B + q = 0
En projection sur y : de la symétrie.

Ay + By − q L = 0 avec Ay = By du fait

y A B x L=4m 400 N.m
-1

q L 400 × 4 D’où Ay = By = = = 800 N 2 2
v Effort tranchant :

TAB = Ay − q x = 400 (2 − x )
v Moment fléchissant :

Ay

By

M fAB = − Ay × x + q x ×

x = 200 x (x − 4) 2

T

800 N

v Diagrammes : ci-contre. v Remarque : calcul de l’extrémum -800 N Mf

d M fAB d [200 x ( x − 4 )] = = 400 (x − 2 ) dx dx
s’annule pour

400 (x − 2) = 0 soit x = 2

et la valeur maxi du moment fléchissant est alors (pour

x = 2) :

-800 Nm

M fAB Maxi = 200 × 2 (2 − 4) = −800 Nm

PROPRIETE GONNET_2003

C OURS DE RDM

PAGE 11 SUR 21

RESISTANCE DES MATERIAUX
4.2 Charge répartie linéairement variable
Nous allons également traiter ce cas à partir d’un exemple. Prenons le cas d’une poutre (longueur L = 3 m) encastrée en A, supportant la charge linéairement croissante q(x) de la figure ci-contre. v Charge répartie : qA = 1 500 N y q(x)

q (x ) q A = x L

qB = 0 B A x

d’où

q (x) =

qA 1 500 x= x = 500 x Nm L 3

L=3m

v Action à l’encastrement : Principe Fondamental de la Statique :

qA = 1 500 N y q(x) Ay

r R +   M A 
r

()

r r A=0 r r R +MA A +MA =0

()

qB = 0 B A MA L=3m

x

où R est la résultante de la charge répartie q(x) sur toute la longueur L :

R=

1500 × 3 = 2 250 N (aire du triangle) 2

qA = 1 500 N y q(x) Ay

Cette résultante s’applique au « centre de gravi té du triangle », c'est-à -dire à la distance L/3 du point A.

qB = 0 B A MA L=3m T

On a donc

 Ay − R = 0   L R × + M A = 0  3

x

 Ay = R = 2 250 N   L 3  M A = − R × = −2 250 × = −2 250 Nm  3 3
v Effort tranchant :

T = -250 x

2

-2 250 N 2 250 Nm Mf

TBA = −

500 x × x = −250 x 2 N (triangle) 2

v Moment fléchissant :

PROPRIETE GONNET_2003

C OURS DE RDM

PAGE 12 SUR 21

RESISTANCE DES MATERIAUX
M fBA = − 500 x × x x 250 3 × =− x Nm 2 3 3

v Diagrammes : y a qu’à chercher, ils doivent bien traîner par là…

5. Contraintes de flexion
En flexion, les contraintes normales σ sont généralement prépondérantes devant les contraintes de cisaillement τ.

5.1 Contraintes normales en flexion
Les contraintes normales résultent du moment fléchissant Mf (les efforts tranchants n’ont aucun effet sur leur valeur). Dans le cas de flexion pure (

M f ≠ 0 et T = 0 ), les poutres se déforment suivant des arcs de cercles.

La ligne moyenne GG’ ne subit ni allongement ni raccourcissement (contraintes σ nulles). Pour la figure proposée, les fibres situées au-dessus de la ligne neutre sont comprimées et supportent des contraintes de compression ; celles situées au-dessous (MM’) sont tendues et supportent des contraintes de traction. En exprimant l’allongement de la fibre MM’, en utilisant la loi de Hooke ( σ = E ε ) et en faisant intervenir le moment fléchissant Mf, on montre la relation suivante : G

Ligne neutre

y

σM =
avec

Mf y Iz

y

M

Ÿ
(S)

σM

x

σM la contrainte normale en M (en MPa) Mf le moment fléchissant dans la section droite S (en Nmm) y la distance du point M par rapport à la ligne neutre (en mm) Iz le moment quadratique de la section droite S par rapport à l’axe (G, z) (en mm4 )

soumise à un moment fléchissant de 14.10 6 b = 50 . .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 13 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX Exemple : déterminons les contraintes normales dans une poutre rectangulaire (50 mm / 120 mm). la contrainte normale σMaxi dans la section droite la plus chargée doit rester inférieure à une contrainte limite admissible liée au matériau et fixée par le constructeur ou par des normes : Rpe. Dans le cas précis de la flexion. v puis vérifier que la contrainte maximale dans cette section est inférieure à la contrainte admissible Rpe imposée par le constructeur. il faut donc procéder ainsi : v commencer par déterminer la section la plus chargée (en général celle où le moment fléchissant est maximum) . Si on impose une contrainte admissible de 100 MPa. y (mm) σ (mm) 0 0 20 40 40 80 60 120 5. σ Maxi = avec Mf (I z Maxi V) ≤ Rpe V = y Maxi I z V le module de flexion Rpe la résistance pratique (rappel : sécurité adopté) Rpe = Re s avec Re la limite élastique et s le coefficient d Exemple : une poutre de pont roulant (profilé IPE) est soumise aux charges indiquées sur la figure ci-dessous (cas le plus défavorables).2 Calcul des constructions Pour des questions de sécurité liées à l’usage des machines. Le moment fléchissant maximum est obtenu au milieu de la poutre et a pour valeur 110 kNm (vous auriez pu le déterminer facilement.120 MPa Contraintes : Les contraintes augmentent donc linéairement avec la distance à la ligne neutre. mais là n’est pas le problème). Moment quadratique : z y y + 120 MPa h = 120 Mf G x Iz = b h3 50 ×120 3 = = 72.4 kNm constant sur toute sa longueur.106 mm4 12 12 σ= Mf 14 400 000 y= y = 2 y MPa Iz 72. déterminons le profilé pouvant convenir pour construire l’appareil.

la contrainte maximale sera alors de : (Iz V ) =109 cm 3 .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 14 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX 500 daN C 500 daN e A 2m 2m 1 000 daN B a h Mf b Profilé IPE Mf Maxi = 10 kNm On doit avoir σ Maxi = M f Maxi 10 000 000 = ≤ 100 MPa (I z V ) (Iz V ) D’où (Iz V ) ≥ 100 000 mm3 = 100 cm 3 (mm) h b a e S m Le tableau de dimensions nous donne le profilé IPE de 160 pour lequel Avec ce profilé. σ Maxi ' = 10 000 000 = 91.74 MPa 109 000 .

On a alors pour la contrainte maximale : M f Maxi = σ : on dit qu’il y a concentration (I z V ) 0 σ Maxi = K f .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 15 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX 5.3 Concentration de contraintes en flexion Lorsque les solides étudiés présentent de brusques variations de section. σ 0 Les valeurs de Kf (coefficient de concentration de contraintes) étant déterminées expérimentalement (voir abaques suivants). Au voisinage du changement de section. la répartition des contraintes n’est plus proportionnelle à la distance y et σMaxi est supérieure à la valeur de contraintes. les relations précédentes ne s’appliquent plus. .

1 d 50 et D 60 = = 1 .mm− 2 σMaxi = 165 MPa σ0 = 100 MPa Sans concentration Avec concentration . σ 0 = 1.5 daN.65 × 10 = 16.2 d 50 K f = 1. soumis à un moment de flexion Mf de 1 227 Nm : d = 60 d = 50 r 5 = = 0 .65 Mf Mf Le tableau qui va bien indique 4 3 r=5 Or I z π d 64 π d π × 50 = = = = 12 272 mm3 V d 2 32 32 3 σ0 = Mf 122 700 = = 10 daN .mm− 2 ( I z V ) 12 272 On a donc pour la contrainte maximale σ Maxi = K f .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 16 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX Exemple trivial : déterminons la contrainte maximale dans l’arbre suivant.

4 Contraintes de cisaillement en flexion 5. est donnée par : y GA Aire SA TQ τ = Iz b avec  b  h2 Q = yA SA =  − y2   4  2  z h/2 G h/2 y yA τMaxi et τ la contrainte de cisaillement à la distance y (MPa) Q le moment statique de l’aire hachurée S A (mm3 ) T l’effort tranchant (N) I le moment quadratique de la section S par rapport à (G. La figure ci-contre donne la distribution des contraintes de cisaillement dans une section droite (S) supportant un effort tranchant T.4. en revanche elles varient suivant y. .PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 17 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX 5.1 Mise en évidence Pour l’exemple ci-dessus. z) (mm4 ) b Allure des contraintes τ Remarque : la contrainte est maximale au niveau du plan neutre (y = 0) : τ Maxi = 3 T T h2 = 2 S 8 Iz Elle est de 50% plus grande que la contrainte moyenne de cisaillement T/S définie dans le cas du cisaillement pur. Si les contraintes τ conservent une valeur constante suivant l’axe z. à la distance y du plan neutre. 5. la contrainte de cisaillement τ. les contraintes de cisaillement τ qui s’exercent dans les joints collés assurent le maintien (évitent le glissement) entre les poutres respectives et limitent ainsi les déformations.2 Cas des poutres rectangulaires Dans ce cas.4. avec un maximum près du plan neutre (inverse des contraintes normales σ).

On donne I z = 43. déterminer les contraintes de cisaillement dans les joints collés. y  4T  2 2 τ =  3 π r2  r − y    v Section circulaire creuse : τ Maxi = 4T 3S A S = π R2 − r 2 ( ) r R Q= 2 3 r − y3 3 ( ) 2 2 τ Maxi = 4T 3S R + R r+r   R 2 + r2      2T S z y A Pour un tube mince : τ Maxi ≈ 5.106 × 30 SA y 150 v Contraintes en B : yB = distance entre (G.45 yA = distance entre (G. z) et le barycentre de la surface SB. yA = 62. Si l’effort tranchant est T = 13. z) et le barycentre de la surface SA.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 18 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX 5.7.3 Cas des poutres circulaires v Section circulaire pleine : S =π r2 Q= 2 2 r − y2 3 ( ) 32 r z .55 z Ÿ ŸG bA = 30 30 QB = S B y B = (90 × 30) × 87.4 Exemple Un profilé est réalisé à partir de trois plats rectangulaires d’épaisseur 30 mm.9 MPa I z bA 43.7.5 kN.106 mm4 .4.55 = 281475 mm3 τA = T Q A 13 500 × 281 475 = = 2. y 150 A z 30 Ÿ ŸG 30 120 B Ÿ 90 30 QA = S A y A = (150 × 30) × 62. collés ensembles en A et B. v Contraintes en A : 102.45 = 236115 mm3 .4.

Ces éléments sont imposés par les appuis A et B ou par la forme de la déformée.106 × 30 y v Remarque : I z = I z1 + I z 2 + I z 3 z yB = 87. sont des éléments connus de la déformée. la détermination de la flèche maximale (et de sa valeur admissible) est l’un des éléments fondamentaux de la conception des poutres. En particulier.85. Flèches : la déformée présente des valeurs maximales en I (entre A et B) et à l’extrémité D.88. y = f(x) est l’équation mathématique de la déformée dans le système d’axes (x. Conditions aux limites : les conditions yA = 0. Pour ces points particuliers.452 = 20.1 Notion de déformée Pour la poutre ci-contre.545 2 = 4.7.106 mm4 12 30 × 903 + (30 × 90) ×12. 6. Déformations en flexion Dans ce qui précède. la ligne moyenne AICJBD a pour direction l’axe des x avant déformation et la courbe y = f(x) après déformation. Nous allons voir à présent l’aspect déformation. Cette courbe est appelée déformée.10 6 mm4 12 I z2 = I z3 = 90 × 303 + (90 × 30) × 87. y). on s’est intéressé au poutres fléchies et à leur dimensionnement d’un point de vue de résistance sous charge. appelées conditions aux limites.552 = 17.10 6 mm4 12 Ÿ SB 90 30 6. la déformation est souvent appelée flèche (f) : fI = yI et f D = yD y A I r F1 J B r F2 Ÿ C Ÿ Ÿ Ÿ Ÿ D x Mf y Déformée y = f(x) A yD Ÿ Ÿ I Ÿ Ÿ J B Ÿ D Conditions aux limites : v yA = 0 v y’I = 0 v yB = 0 .45 ŸG bb = 30 150 × 303 I z1 = + (150 × 30) × 62.95. yB = 0 et y’I = 0.4 MPa I z bB 43.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 19 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX τB = T QB 13 500 × 236115 = = 2.

2. L’étude statique permet de déterminer les actions des appuis sur la poutre : P = 1 000 daN A C 2m Mf x y 2m B A=B = P = 500 daN 2 Moments fléchissants : v pour 0 ≤ x≤ 2m Mf Maxi = -10 kNm A B x C M f AC = − v pour P x = −500 x 2 2 ≤ x≤ 4m .2 Méthode par intégration 6. la pente y’ et la déformée y sont obtenues par intégrations successives à partir de : M f = − E I y'' avec Mf le moment fléchissant (équation en x) E le module d’élasticité longitudinale (MPa) I = Iz le moment quadratique de la section par rapport à l’axe (G. ou encore par la forme générale de la déformée. soumise à une charge ponctuelle en son milieu. z) (mm4 ) Y’’ la dérivée seconde de la déformée y Remarque : les constantes d’intégration successives sont calculées à partir des conditions aux limites imposées par la position et la nature des appuis.2.2 Exemple Considérons la poutre ci-contre.PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 20 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX 6.1 Principe Connaissant l’équation des moments fléchissants Mf en fonction de x (position le long de la poutre). de longueur L = 4 m. EXEMPLES USUELS DE CONDITIONS AUX LIMITES ENCASTREMENT A ARTICULATION APPUI S IMPLE A A v y’ A = 0 v yA = 0 v yA = 0 v yA = 0 6.

PROPRIETE GONNET_2003 C OURS DE RDM PAGE 21 SUR 21 RESISTANCE DES MATERIAUX M f BC = − P L  x + P  x −  = 500 ( x − 4) 2 2  Mf AC Equation de la déformée : = − E I y AC '' On a donc − E I y AC ' ' = − P P x ou encore E I y AC ' ' = x 2 2 La première intégration donne : E I y AC ' = P x2 + C1 4 (1) La seconde intégration donne : Conditions aux limites : E I y AC = P x3 + C1 x + C2 12 (2) v on a y = 0 au point A (x = 0) : l’équation (2) donne C2 = 0 v et y’C = 0 au point C (x = L/2) : l’équation (1) donne C1 = − P × (L 2 ) P L2 =− 4 16 2 Finalement : y AC ' = P 4E  2 L2  x −  I 4   et y AC = P 4E  x3 L2   − x I3 4    P L3 48 E I Flèche : la flèche maximale est obtenue pour x = L/2 : f Maxi = yC = − Voilà. c’est tout pour aujourd’hui… .

PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 2 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX TRAVAUX DIRIGES Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

Traction 3. Résistance des matériaux . Résistance des matériaux .Cisaillement 4. Résistance des matériaux .Torsion 5. Résistance des matériaux .PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 2 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE DES REJOUISSANCES 1. Résistance des matériaux .Flexion Bon courage… .Généralités 2.

PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 5 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX GENERALITES Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

.................................. 5 ................................................................................2............... RESISTANCE DES MATERIAUX .......................................................................................................3..............................................3 1.3 EXERCICE 1.1 1....................... 4 EXERCICE 1.................................PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 5 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1....................1..................................................................................................................... 3 EXERCICE 1.............................................................................................................................2 1.............................................GENERALITES ........................

1. z ) E  0 1500 ( x .2 Déterminer les efforts intérieurs dans la poutre en E et G. y .PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 3 SUR 5 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.2 Ax et Bx des actions des appuis sont r R E   {ℑ coh }E =  r  =  M E  ( x .5m 1m r F G B x B y = 200 daN et Ay = 100 daN .Généralités Convention : on suppose toujours les inconnues comme positives.1 Exercice 1. y . z ) G  0 1000 ( x.1 Déterminer les actions exercées par les appuis .1 A E C 1. Résistance des matériaux . z )  G NG  T yG T G  zG M TG  0   0    M fyG  = 2000 0  M fzG  ( x . y . y C r F B Question 1. z )  E NE  T yE T E  zE M TE  0   0    M fyE  = − 1000 0  M fzE  ( x . Question 1.1 Une poutre sur deux appuis A et B supporte une charge r concentrée F (300 daN) en C. y .1. 1.1. z )    en N et Nm . z)    en N et Nm r R G   {ℑ coh }G =  r  =  M G  ( x . A 2m 1m Réponse Question 1. Les composantes nulles. y . y .1. Réponse Question 1.

B x 1m A r F G 3m 2m Réponse Question 1. Question 1.2 r R G   {ℑ coh }G =  r  =  M G  ( x . y . Question 1. z ) O − 1000 0  ( x .2 Un panneau de signalisation supporte une charge F de 100 daN en B résultant de l’action du vent.1 r RO   {ℑcoh }O =  r  =  M O ( x.1 Déterminer les actions exercées par l’encastrement en O. y. y . z) G − 1000 0  ( x .2 Déterminer les efforts intérieurs dans la section droite du poteau passant par G (centre d’inertie). y .2. z)  O en N et Nm  NO  TyO T O  zO M TO  1000   0    M fyO  =  0 3000 M fzO ( x .2 Exercice 1. y .2. z )  G NG  T yG T G  zG M TG  1000  0    M fyG  =  0 1000 M fzG  ( x . Le panneau est encastré (scellé) en O dans un trottoir. y .2. z)    z O y Réponse Question 1.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 4 SUR 5 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.2. Les poids sont négligés. z)    en N et Nm .

PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 5 SUR 5 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.3 Exercice 1.3 Reprendre l’exercice précédent avec : x 1m r r r F = 50 j + 80 k B A r F G 3m 2m z O y Voilà. c’est tout pour aujourd’hui… .

PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 6 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX TRACTION Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

..........................3 1.............................. RESISTANCE DES MATERIAUX ........4............................................................................................1.......................................5 1............................................................................................1 1.......3 1............................................................................................................................................................................................................................. 4 EXERCICE 2................2....................6..................................................................................................2 1..TRACTION... 6 ...................................................6 1..5.....................................................................4 1...........................................7................................................................. 3 EXERCICE 2...................................................................................................................................................................................................PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 6 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1................. 5 EXERCICE 2.......... 4 EXERCICE 2.................................................................................... 5 EXERCICE 2.. 3 EXERCICE 2.........................7 EXERCICE 2.........................................3.........................................................................................................................................................

65 34.8 35. 1.1 Exercice 2.2 109 0.08 60.4 227 0. E.8 0.41 mm.2 Re ≈ 570 MPa .94 0.93 mm.508 93.254 0. avec une éprouvette en alliage d’aluminium.06 0.44 3. A% et Z% Réponse Question 2.6 0.076 235 1.36 3. F ∆ F ∆ (kN) L (mm) (kN) L (mm) 0 0 38. F est la charge appliquée à l’éprouvette et ∆L son allongement.035 197.1 Le tableau ci-dessous récapitule les résultats d’un essai de traction effectué sur une éprouvette en acier à haute teneur en carbone.6 rupture 1. A% ≈ 7 . traité thermiquement.6 0.5 49.1. F ∆ F ∆ (kN) L (mm) (kN) L (mm) 0 51.12 69. Question 2.527 161 170 0. Z % ≈ 13. Résistance des matériaux .762 1.101 242 1.1. la longueur testée de 250 mm et la longueur ultime de 316.2 186.16 2.06 2.Traction Convention : on suppose toujours les inconnues comme positives.1. Re.82 mm. .4 0. Rr ≈ 1000 MPa .27 149.46 1 56.04 30. le diamètre ultime de 15.355 72 0.28 10.8 14.1 Tracer le graphe contrainte σ .85 1.203 246.9 15. On a toujours F appliquée à l’éprouvette et ∆L son allongement. le diamètre ultime de 16.2 En déduire R r.6 la charge Le diamètre initial de l’éprouvette est de 17.68 mm.15 23.6 18.152 0.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 3 SUR 6 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.0535 214. E ≈ 190 000 MPa .5 31.2 42.68 1.5 58.75 mm. la longueur testée de 25 mm et la longueur ultime de 26.déformation ε Question 2.25 45.016 141.78 Le diamètre initial de l’éprouvette est de 17.55 63.8 65.2 Reprendre l’exercice précédent.95 37.046 0.8 0 0.6 0.05 60.25 2.5 mm.0255 177.86 50.2 Exercice 2.08 7.72 40.

3 Exercice 2.cm-2 pour des températures variant de -60 °C à 120 °C.3) supporte une charge de compression de 140 kN. ν = 0.1 v Raccourcissement de la longueur : 0. r −F r F 50 70 tronçon 1 colle tronçon 2 Question 2.4 Une barre de diamètre 50 en fonte (E = 100 GPa.4 Exercice 2. Réponse Question 2. 200 r −F r F Réponse Question 2. et la diminution du volume.1 Déterminer l’effort de traction admissible par le joint collé. l’augmentation du diamètre.4.3 Deux tronçons (1) et (2) en matière plastique sont collés comme l’indique la figure. v Diminution de volume : 113 mm3 .1 Déterminer le raccourcissement de la longueur.4.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 4 SUR 6 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.0107 mm. .3. La résistance à la rupture en traction de la colle est de 235 daN.1 F ≤ 82 250 N 1.1426 mm v Augmentation du diamètre : 0.3. Question 2.

6.4 daN.6. 1. Une jauge. L’ensemble repose sur un support circulaire 3 en béton de diamètre d posé à même le sol.00136 en Réponse Question 2. Question 2. repéré 1 sur la figure.1 Calculer la section du fer H si la contrainte admissible de l’acier est de 10 daN.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 5 SUR 6 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. on place des jauges de contraintes sur le train d’atterrissage. Question 2.2 b ≈ 354 mm .mm2 . supporte un effort de compression de 50 000 daN.5.5 Exercice 2. Question 2. Question 2.3 Calculer le diamètre d du socle 3 si la contrainte admissible à l’écrasement du sol est de 2.5 Pour contrôler la charge d’un avion.1 Déterminer la charge supplémentaire si E = 75 GPa.1 S ≥ 5000 mm2 Réponse Question 2. Jauge de contraintes φ200 φ188 ε 1 = 0.6.mm-2 . collée sur un pied de forme tubulaire donne les indications suivantes : charge.mm-2 .6.6. Le fer est soudé sur un plat carré en acier de côté b repéré 2.5 daN.6 Exercice 2.1 Charge supplémentaire : 186 498 N.5.6 Le fer H. d b 50 000 daN 1 2 3 Réponse Question 2.2 Déterminer le côté b du carré 2 si la contrainte admissible en compression du béton est de 0.00068 en position déchargée et ε 2 = 0.

PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 6 SUR 6 RESISTANCE DES MATERIAUX Réponse Question 2.7.1 Fusu = 79 168 N Voilà. La limite à la rupture de l’acier utilisé est de 63 daN.7 Exercice 2.3 d ≈ 1596 mm 1. d = 20 r −F 30 mm r F 70 mm Question 2.7 Une chaîne se compose d’une suite de maillons soudés les uns derrière les autres.7.1 Déterminer la force d’extension maximale de sécurité adopté est de 5. c’est tout pour aujourd’hui… .mm-2 .6. r F que peut supporter la chaîne si le coefficient Réponse Question 2.

PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 4 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX CISAILLEMENT Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

............. 3 EXERCICE 3....................................................................................1... 3 EXERCICE 3..............................................................1 1........................PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 4 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1.................................................................. 4 .............3 1............3.................................................................................................................................. RESISTANCE DES MATERIAUX ............................................2....................................3 EXERCICE 3.....................................................................................CISAILLEMENT ............................................2 1................................................

1 Exercice 3.mm-2 . Résistance des matériaux .7 mm 1.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 3 SUR 4 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.2 Une articulation cylindrique entre deux barres plates 1 et 2 est réalisée comme l’indique la figure ci-contre.mm-2 . d 2 ≥ 35. 1. La liaison est assurée par un axe cylindrique 3 de diamètre d inconnu.2. l’action exercée par le tirant est F = 10 000 daN.1. Question 3. La résistance pratique (ou admissible) au cisaillement du matériau de l’axe est de 5 daN.1 La liaison pivot entre le tirant 1 et la pièce 2 est réalisée par l’intermédiaire de l’axe cylindrique 3. Dans les deux cas. L’effort maximal supporté par la liaison est de 5 000 daN.1 d1 ≥ 50.1 Déterminer et comparer les diamètres d1 et d2 des deux solutions.Cisaillement Convention : on suppose toujours les inconnues comme positives.1.1 Déterminer le diamètre d de l’axe 3. Question 3. Indiquer la (ou les) section(s) cisaillée(s). r F 1 3 φd 2 r F . r F 1 r F φd1 Ÿ A BŸ 3 Ÿ A ŸB Ÿ C DŸ φd2 2 SOLUTION 1 SOLUTION 2 Réponse Question 3. Les axes 3 (des deux solutions) sont réalisés dans le même acier dont la contrainte admissible au cisaillement est de 5 daN.5 mm .2 Exercice 3.

3. Les frottements sont négligés.3 Une poutre en bois 1 supporte une charge de compression F = 400 daN.3.2 A. 60 J 20 20 2 C D. La poutre est maintenue par une cale fixe 2.B F 5 3 4 Réponse Question 3.3.E σ = 4 MPa Voilà.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 4 SUR 4 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.J 30 1 C. Question 3.33 MPa B Réponse Question 3.1 τ = 1. Question 3.3.3 Exercice 3.1 Déterminer les contraintes de cisaillement engendrées dans la section ABCD.2 Déterminer les contraintes de compression dans la section DJEA.D E A. c’est tout pour aujourd’hui… .

PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 4 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX TORSION Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

..............................................TORSION ................................................................................. 4 ...4 EXERCICE 4.................................................................................................................................................................. RESISTANCE DES MATERIAUX ....2........4............................... 4 EXERCICE 4.......................................... 3 EXERCICE 4............................... 3 EXERCICE 4....1...........................................3 1............3 1......................................................................................................................2 1.......................................................................................................................1 1..............................................3......................PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 4 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1..........................................................................................

La résistance pratique au cisaillement adoptée pour les deux cas est de 10 daN. de même diamètre et de longueur 1.67 mm .9° pour une longueur de 1 m. Réponse Question 4.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 3 SUR 4 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.1 Déterminer le module d’élasticité transversal G du cuivre testé.2. L’angle de torsion mesuré est de 4. Question 4.mm-2 .1. 1.2 Soit une éprouvette cylindrique en cuivre de 25 mm de diamètre.mm-2 .2.1. Question 4.8 m.2.mm-2 ).2 α = 18° .83 mm .8 D).Torsion Convention : on suppose toujours les inconnues comme positives.1 Soient deux arbres de transmission construits à partir du même acier (G = 8 000 daN. r = poids arbre 2 = 0.2 Exercice 4. si elle supporte une contrainte de cisaillement maximale de 140 N.1 d1 ≥ 21. Le premier est plein (diamètre d1 ) alors que le second est creux (diamètre extérieur D. Résistance des matériaux . Réponse Question 4. Le couple à transmettre est de 200 Nm.1 Déterminer les dimensions optimales des deux arbres et comparer alors les poids respectifs des deux constructions. D ≥ 25. soumise à un couple de 210 Nm lors d’un essai de torsion.51 poids arbre 1 1.1 G = 64 000 MPa Réponse Question 4.2.1 Exercice 4. diamètre intérieur d = 0. Question 4.2 Déterminer l’angle de torsion d’une poutre du même matériau.

3 Exercice 4. c’est tout pour aujourd’hui… . .3 L’arbre creux proposé (diamètres intérieurs et extérieurs respectivement de 100 et 120 mm.3. On donne G = 77 GPa. Question 4. Réponse Question 4.4 Un arbre de transmission transmet une puissance de 300 kW à 480 tr.1 P = 267 kW .1 Déterminer la puissance transmise et la contrainte de cisaillement maximale.4.min-1 . longueur 3 m) tourne à la vitesse de 180 tr.6 MPa 1.1 r = 2 mm Voilà. Un système de mesure stroboscopique indique un angle de torsion α = 3° entre les deux extrémités.3.MT φ 120 r φ 100 MT Réponse Question 4.min-1 .4 Exercice 4.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 4 SUR 4 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. Question 4.4. τ Maxi = 80.1 Si la contrainte de cisaillement admissible est de 60 MPa. déterminer le rayon r minimum pour le raccordement entre les deux cylindres.

PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 1 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX FLEXION Gravure montrant l’essai d’une poutre en flexion (Extrait de « Discorsi e dimostrazioni mathematiche » de Galilée) .

....................... 3 EXERCICE 5...........................................................................................................................PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 2 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX SOMMAIRE 1....................................................................................................................................... 10 EXERCICE 5................2...................8..........................................2 1......................... RESISTANCE DES MATERIAUX ........5.....................7 1.... 9 EXERCICE 5.......................12 ............................................. 6 EXERCICE 5............11 1..................10 1............................................14 ....................................12 1..................1................................................................................................................ 12 .............................................................................................................................................................3.......................16 1.................. 8 EXERCICE 5.........................15 ................................................................................................. 12 EXERCICE 5..7...................5 1............................................................................................................................................................8 1................................................................................................................................................13 ....................................................................................... 11 EXERCICE 5........................................13 1................................................................. 7 EXERCICE 5..........................17 ............................................................15 1.............................................................. 10 EXERCICE 5. 9 EXERCICE 5............................................... 4 EXERCICE 5..................................................................6......4.......................10 ..................................................................3 1.................................................................................16 ........................................................................ 5 EXERCICE 5........................ 5 EXERCICE 5..................................11 .......................................................................................................FLEXION ........................................................ 3 EXERCICE 5.......9 1...........................................14 1.................................................................................................................................................................................................................................9......1 1..............................................................................................................................................................................................................................................................................................4 1.................................................................................................................. 9 EXERCICE 5....................................6 1................................................................................................17 EXERCICE 5................................. 12 EXERCICE 5.............................3 1...........................................................

y C A r P D r P B x 1m 1m 1m Réponse Question 5.2.1 Déterminer les actions du bâti de la machine sur la poutre aux points A et B (on néglige le poids de la poutre) .1. Question 5.1 Déterminer les actions exercées par l’encastrement sur la poutre au point A (on néglige le poids de la poutre) .Flexion Convention : on suppose toujours les inconnues comme positives.2 T AC = 10 000 N et M fAC = −10 000 x Nm pour tout 0 ≤ x ≤ 1 m TCD = 0 N et M fCD = −10 000 Nm pour tout 1 ≤ x ≤ 2 m TDB − 10 000 N et M fDB = 10 000 ( x − 3) Nm pour tout 2 ≤ x ≤ 3 m 1.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 3 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. alors que le bâti de la machine supporte la poutre en A et B.2 On considère une poutre encastrée de longueur L = 2 m soumise à un effort concentré F = 1 000 N (vers le bas) au point B et à un couple pur M = 1 000 Nm (sens antitrigonométrique) autour du point C.1. Question 5. Tracer les diagrammes respectifs. y F M C A B Question 5.1 Sur une machine d’essai de flexion. le dispositif de mise en charge exerce une poussée de 20 000 N qui se répartit en C et D sur la poutre. Résistance des matériaux .1. déterminer les expressions littérales de l’effort tranchant et du moment fléchissant. x L/2 L/2 .2 Pour chaque tronçon.1 Exercice 5.1. 1.1 A = B = C = D = P = 10 000 N Réponse Question 5.2 Exercice 5.

2 Pour chaque tronçon.2 Déterminer les expressions littérales de l’effort tranchant et du moment fléchissant le long de la poutre. déterminer les expressions littérales de l’effort tranchant et du moment fléchissant.2.3.1  Ax = 0   Ay = 1 000 N  M A = −1 000 Nm Réponse Question 5.1 Déterminer les actions exercées par les liaisons sur la poutre aux points A et B . Réponse Question 5.2.3 Déterminer le moment fléchissant maxi. Tracer les diagrammes respectifs . Question 5.2 TBC − 1 000 N et M fBC = 1 000 x Nm pour tout 0 ≤ x ≤ 1 m TCA = −1 000 N et M fCA = 1000 ( x − 1 ) Nm pour tout 1 ≤ x ≤ 2 m 1.3.m ). Réponse Question 5. y A B x L=4m Question 5.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 4 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX Question 5.2 T AB = 400 (2 − x ) et M fAB = 200 x ( x − 4 ) Réponse Question 5.3. Tracer les diagrammes respectifs.3 M fAB Maxi = −800 Nm .3. ainsi que l’abscisse du point correspondant. Question 5.3 Exercice 5.3.2.3 Considérons une poutre (longueur L = 4 m) réalisée à partir d’un profilé IPE dont le poids est de 40 daN par mètre r r −1 ( q = −400 y ou q = 400 N .3.1 Ay = By = 800 N Réponse Question 5.

Question 5.1 Déterminer les actions exercées par l’encastrement sur la poutre au point A . qA = 1 500 N y q(x) qB = 0 B A x L=3m Réponse Question 5.4 Rechercher l’abscisse des points pour lesquels les moments fléchissants s’annulent. Tracer les diagrammes respectifs .4 Etudions le cas d’une poutre (longueur L = 3 m) encastrée en A.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 5 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. supportant la charge linéairement croissante q(x) de la figure ci-contre. Question 5. Question 5.4. déterminer les actions sur les appuis en A et B .2 Si a = 1 250 et b = 3 000 mm.m −1 . Tracer les diagrammes respectifs. Le poids total de la cuve et du liquide qu’elle contient est schématisé par une charge répartie q = 5 000 daN.5.1  Ay = 2 250 N   M A = −2 250 Nm Réponse Question 5.2 Déterminer les expressions littérales de l’effort tranchant et du moment fléchissant le long de la poutre.5 Exercice 5. .2 TBA = −250 x 2 N et M fBA = − 250 3 x Nm 3 1.4 Exercice 5.3 Déterminer les expressions littérales de l’effort tranchant et du moment fléchissant entre C et D.5.5.1 Schématiser le problème (charges appliquées.4.4.5.4. C A B D a b L = 5 500 a Question 5. actions aux appuis) . Question 5. Question 5.5 Une cuve cylindrique est en appui sur deux supports en A et B posés sur le sol.

2 Déterminer les expressions littérales de l’effort tranchant et du moment fléchissant le long de OC. B y = 137 500 N et Ay = 137 500 N Réponse Question 5. La charge répartie q schématise la poids de ce joyeux poteau.92 1. La longueur de ce poteau est de 30 m.6.2 Ax = B x = 0 .6.5.2 m -1 C 8. Question 5. On se place au départ du levage . et son poids est de 2 400 daN.6 Le levage d’un poteau télégraphique OC est réalisé au moyen d’un treuil situé en E.3 TCA = −50 000 x N . Tracer les diagrammes respectifs .5. B C A E D O G r P (2 400 daN ) q = daN.707 L = 21.1 Déterminer la charge répartie q et les actions exercées par les appuis sur le poteau en O et A . d’un câble accroché au poteau en A et d’un triangle rigide BOD solidaire du poteau.5.6.8 m Question 5.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 6 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX Réponse Question 5.6 Exercice 5. le poteau est alors schématisé par un poutre sur deux appuis en O et A.4 3.3 Que deviennent les moments fléchissants maximaux lorsque a varie ? Quel est alors le cas le plus défavorable pour le levage ? . M fAB = (25 000 x 2 − 13 7500 x + 171875) Nm TBD = (− 50 000 x + 275 000 ) N .m O A a = 0. Question 5. M fBD = (25 000 x 2 − 275 000 x + 756 250) Nm Réponse Question 5. M fCA = 25 000 x 2 Nm T AB = (− 50 000 x + 137 500) N .58 x= 1.

m et σ Maxi = 210. hauteur 900.7 Exercice 5. Question 5.5 MPa . d = 74 mm).7.7. Réponse Question 5.2 En déduire le moment fléchissant maximal dans le poteau AB et la contrainte maximale correspondante.7 Un panneau indicateur de forme rectangulaire (triangle isocèle : base 1 050.5 N.cm-2 ).5 N  Ax = 2 362.5 N. r y y 0.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 7 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.cm -2 B r F B x E.7. barycentre B) supporte une charge F résultant de l’action exercée par le vent (p = 0.5 N   Ay = 0   M A = −2835 Nm Réponse Question 5.2 M f Maxi = 2 835 N .E E z A z x A E 1 200 Question 5.7.1 F = 2 362. Ce panneau est fixé à un poteau AB tubulaire (D = 80.1 Déterminer F et les actions exercées sur le poteau par l’encastrement en A .

2 IPER de 330 .1 Pour les charges indiquées.1 M f AC Maxi = 80 000 Nm Réponse Question 5.8 Un palonnier ABC est utilisé en manutention pour soulever des charges de grande longueur. Question 5.8.8 Exercice 5.8.2 Si la contrainte admissible est de 100 MPa.8. déterminer la valeur du moment fléchissant maximum entre A et B . déterminer un profilé IPER (voir tableau joint) pouvant convenir pour fabriques ce palonnier. Réponse Question 5.8.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 8 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX 1. Question 5.

1 Si la contrainte de cisaillement admissible dans le joint collé est de 0. déterminer la contrainte maximale exercée.7 MPa. Question 5.m-1 . On utilise pour réaliser ce palonnier un profilé IPER de 270 (voir tableau dans l’exercice précédent).9.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 9 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.10 Exercice 5.11.9. Question 5. plus on rigole) en bois collées entre elles.9 Un palonnier ABC est utilisé en manutention pour soulever des charges de grande longueur.9 Exercice 5. Question 5.1 Si la contrainte admissible est de 100 MPa.m -1 A 16 Ÿ 250 x 10 16 250 B Ÿ 200 1.10 La poutre proposée supporte une charge répartie q de 25 kN.11 Exercice 5.11 Une joyeuse poutre est réalisée à partir de trois poutres (non moins joyeuses mais plus on est de fous. 6m y y q = 25 kN. quelle est la charge totale levage ? r C 2 1 admissible pour le Réponse Question 5.1 C2 1 = 53 000 N 1.1 Compte tenu des dimensions de la section. déterminer l’effort tranchant T maximal supportable.10. 40 40 40 ŸB Ÿ A 80 Joints collés .

Question 5.2 y AB = q 2 L x 3 − x 4 + L3 x 24 E I ( ) .13.11.3 Calculer la flèche maximale.4 Déterminer θ A la pente maximale en A. y q = 250 daN.13.m A C L/2 L/2 -1 B x Question 5. Application numérique : q = 250 daN.12 Exercice 5. L = 4 m. déterminer la charge supportée par chaque cordon et par unité de longueur.13.m-1 . soumise à une charge répartie q sur toute sa longueur. y 20 z 20 20 300 G Soudure Ÿ 600 1.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 10 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX Réponse Question 5. en fonction de L et x . Question 5. E = 20 000 daN.13.13 Considérons la poutre ci-contre.mm-2 . Réponse Question 5.2 Déterminer l’équation de la déformée.13 Exercice 5. de longueur L = 4 m.12.1 T ≤ 5040 N 1. I = 869 cm4 .1 Si l’effort tranchant T est de 500 kN.13.1 Déterminer les actions des appuis A et B sur la poutre . Question 5.13.12 Une poutre en I est réalisée à partir de tôles d’acier d’épaisseur 20 mm collées ensembles.1 A = B = 500 daN Réponse Question 5. Question 5.

en fonction de L et x .2 Déterminer l’équation de la déformée.14.13.14.3 ( ) fB = − q L4 q L3 et θ B = − 8E I 6EI .4 θ A = −0.22° 1.1 Déterminer les actions de l’encastrement au point A sur la poutre . de longueur L. Question 5. encastrée au point A et soumise à une charge répartie q sur toute sa longueur.1  A = 0  x   Ay = q L  2 M = q L  A  2 Réponse Question 5. Question 5.2 q x2 y AB = − x 2 + 4 L x − 6 L2 24 E I Réponse Question 5. y q B A L x Réponse Question 5.14 Considérons la poutre ci-contre.3 Exprimer la flèche maximale (au point B) ainsi que la pente maximale au point B (θB) .3 f Maxi = − 5 q L4 384 E I Réponse Question 5.14. Question 5.14.14.13.14 Exercice 5.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 11 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX Réponse Question 5.14.

Palier 1 B Palier 2 C Poulie 2 A D a r F b L a r F 1. F schématise la charge exercée par les poulies.1 Déterminer la déformée de la poutre et la flèche maximale (E = 200 GPa). A Electro-aimant 45 C h 45 B e=3 0. Son poids est schématisé par la charge répartie q = 49.17 Exercice 5.6 ) en laiton encastrée en A.17 Une poutre principale de potence de manutention est réalisée à partir d’un profilé IPE de 330 (I z = 11 770 cm4 ).2 A partir de quelles valeurs de h le contact est-il possible ? (module d’élasticité longitudinale du laiton E = 100 GPa).17. déterminer la force nécessaire que doit exercer l’électro-aimant pour établir le contact . Question 5.16 Exercice 5.16 Un arbre est guidé en rotation par deux paliers à roulements en B et C et supporte deux poulies à ses Poulie 1 r extrémités A et D. c’est tout pour aujourd’hui… .15 Exercice 5. La poutre supporte une charge concentrée P = 2 000 N en B (action d’un palan). Question 5. La manœuvre est effectuée en C par un électro-aimant placé à la distance h de la lame (au repos).15. déterminer les expressions littérales de la déformée de l’arbre et la flèche au milieu de BC.15 Un relais électrique à contacts est réalisé à partir d’une lame parallélépipédique ( 90 × 10 × 0.6 10 Contacts 1.1 daN.16. Voilà.m-1 sur toute sa longueur. Question 5.15.1 Si l’écartement des contacts en B est e = 3 mm. Question 5.1 Si EI est supposé constant.PROPRIETE GONNET_2003 EXERCICES DE RDM PAGE 12 SUR 12 RESISTANCE DES MATERIAUX 1.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful