P. 1
W07_1_Mai

W07_1_Mai

|Views: 18|Likes:
Published by api-3706731

More info:

Published by: api-3706731 on Oct 15, 2008
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/09/2014

pdf

text

original

MAI

2007

TOUR DE GARDE
ANNONCE LE ROYAUME DE JÉHOVAH

Du réconfort pour
les parents endeuillés
SOMMAIRE 3 Une douleur profonde et durable 4 L'aide du " Dieu qui donne l'endurance et la consolation " 8 Des richesses éternelles amassées durant notre chasse au trésor 14 Laissez la Parole de Dieu guider vos pas 19 Ne séparez pas ce que Dieu a attelé au même joug 24 Jeunes-gens : poursuivez des objectifs qui honorent Dieu 29 Jeunes gens : vos parents sont sensibles à votre conduite 30 Questions des lecteurs 32 Bien plus important que le temps qu'il fera
ÉTUDES DE M TOUR DE CARDE 4-10JUIN: Laissez la Parole de Dieu guider vos pas. Page 14. Cantiques : 42, 46. 11-17 JUIN: Ne séparez pas ce que Dieu a attelé au même joug. Page 19. Cantiques : 24,117. 18-24 JUIN : Jeunes gens : poursuivez des objectifs qui honorent Dieu. Page 24. Cantiques : 183,157.

Une douleur profonde et durable
RECEMMENT, on a cherché à savoir quel effet le temps qui passe avait sur les sentiments de ceux qui sont affligés par la perte d'un être cher. On a posé par écrit quelques questions à des parents dont les enfants étaient décédés depuis plusieurs années. Tous n'ont pas souhaité s'exprimer. Vladimir, qui avait perdu son fils cinq ans auparavant, a expliqué que c'était encore trop dur pour lui d'en parler*. Un tel chagrin prolongé n'est pas rare chez les parents endeuillés. Il y a dix ans, William a perdu son fils de 18 ans qui est mort noyé. Il écrit : " Je porte encore en moi la douleur provoquée par sa disparition ; elle ne me quittera pas tant que je vivrai. " Cinq ans après qu'une maladie soudaine a emporté son fils, Lucy a écrit : " Les premiers jours, je n'arrêtais pas de me dire : ' Ce n'est pas possible ! ' J'avais l'impression que je faisais un cauchemar et que j'allais

bientôt me réveiller. Au bout d'un certain temps, j'ai réalisé que c'était vrai, qu'il ne reviendrait plus à la maison. Mon fils est mort il y a cinq ans, mais parfois, quand je suis seule, je le pleure encore. " Pourquoi les parents endeuillés comme Vladimir, William et Lucy ressentent-ils une douleur si profonde et durable ? Considérons quelques raisons. Pourquoi tant de chagrin ? À la naissance de leur bébé, les parents éprouvent des sentiments qu'aucune autre relation humaine ne suscite. Le simple fait de tenir leur petit dans les bras, de le regarder dormir ou de voir son large sourire les comble de bonheur et de satisfaction. Des parents aimants chérissent leurs enfants. Ils leur apprennent à bien se conduire, à être polis (1 Théssaloniciens 2:7,11). Quand ces efforts trouvent un écho, les parents ressentent de la fierté et, alors que leurs enfants grandissent, ils commencent à entretenir de grands espoirs les concernant. Des parents attentionnés travaillent dur afin de pourvoir aux besoins des leurs. Au fil du temps, ils mettront peut-être de côté de l'argent ou des biens pour les aider à fonder eux-mêmes une famille le moment venu (2 Corinthiens 12:14). Ce qui ressort de cet énorme investissement en sentiments, en temps, en efforts et en argent, c'est que les parents élèvent leurs enfants pour qu'ils vivent, pas pour qu'ils meurent.
LA TOUR DE GARDE * 1" MAI 2007 3

En effet, lorsqu'un enfant meurt, la tâche consistant à l'élever reste inachevée, les espoirs que ses parents plaçaient en lui sont anéantis. Le flot d'amour et d'affection des parents envers cet enfant est arrêté net, bloqué par ce mur qu'est la mort. La disparition de leur fils ou de leur fille laisse un tel vide dans leur cœur. Les parents éprouvent un profond chagrin qui ne se dissipe pas facilement.

La Bible confirme que les parents endeuillés ressentent une douleur intense et persistante. Voici en quels termes elle relate ce qui s'est passé lorsqu'on a rapporté au patriarche Jacob que son fils Joseph avait été tué : " Jacob déchira ses manteaux, mit une toile de sac sur ses hanches et mena deuil sur son fils pendant de longs jours. Et tous ses fils et toutes ses filles se levaient pour le consoler, mais il refusait de se laisser consoler et disait : ' Car je descendrai en deuil vers mon fils au shéol [la tombe] ! ' " Des années plus tard, Jacob pleurait toujours son fils, qu'il croyait mort (Genèse 37:34, 35 ; 42:36-38). Un autre exemple biblique se rapporte à Naomi, une femme fidèle, qui a perdu ses deux fils. Profondément affligée, elle voulait changer son nom, qui signifie " Mon charme ", en celui de Mara, autrement dit " Amère ". - Ruth 1:3-5, 20, 21, notes. Cependant, la Bible ne se borne pas à constater la peine qu'éprouvent les parents. Elle indique également de quelles façons Jéhovah fortifie les affligés. Dans l'article suivant, nous verrons quelques moyens utilisés par Dieu pour consoler ceux qui sont endeuillés.

L'aide du " Dieu qui donne l'endurance et la consolation "
IL Y A 2000 ans, le rédacteur biblique Paul a qualifié Jéhovah de " Dieu qui donne l'endurance et la consolation ". (Romains 15:5.) Puisque la Bible nous assure que Jéhovah ne change pas avec le temps, nous pouvons être certains qu'il console toujours ceux qui le servent (Jacques 1:17). D'ailleurs, la Bible nous révèle que Jéhovah réconforte par divers moyens les personnes qui en ont besoin. Quels sont quelques-uns de ces moyens ? Tout d'abord, Dieu donne de la force à ceux qui le prient pour lui demander de l'aide. Il incite également les vrais chrétiens à se consoler mutuellement. Jéhovah a aussi pourvu dans sa Parole, la Bible, à des récits réconfortants et particulièrement encourageants pour les parents qui pleurent un enfant. Examinons chacune de ces trois formes de consolation. " Jéhovah lui-même a entendu " Le roi David a écrit au sujet du Créateur, Jéhovah : " Mets en lui ta confiance en tout temps, ô peuple ! Devant lui épanchez votre cœur. Dieu est un refuge pour nous. " (Psaume 62:8). Pourquoi

David avait-il une telle confiance en Jéhovah ? À propos de lui-même, il a écrit : " Cet affligé a appelé, et Jéhovah lui-même a entendu. Et de toutes ses détresses il l'a sauvé. " (Psaume 34:6). Dans toutes les situations pénibles qu'il a vécues, David a toujours prié pour recevoir de l'aide, et Jéhovah ne la lui a jamais refusée. David savait par expérience que Dieu le soutiendrait et l'aiderait à endurer.
4 LA TOUR DE GARDE • 1" MAI 2007

Venez me voir avec la dame qui a perdu deux enfants "
Kehinde et Bintu, un couple de Témoins de Jéhovah nigérians, ont perdu deux de leurs enfants dans un accident de la circulation. Ce malheur les a profondément affligés et les afflige toujours. Malgré tout, leur confiance en Jéhovah les soutient et ils continuent de communiquer à leurs voisins le message d'espérance contenu dans la Bible. Leur Sérénité et leur force morale ne sont pas passées inaperçues. Un jour, une femme, Mme Ukoli, a dit à une amie de Bintu ; " Venez me voir avec la dame qui a perdu deux enfants d'un coup et qui continue quand même à pré* cher le message de la Bible. Je yeux savoir ce qui lui donne la force d'endurer "Quand Bintu est arrivée chez elle, cette dame lui a précisé : " Je veux savoir pourquoi vous continuez à prêcher le Dieu qui a tué vos enfants. Dieu m'a pris la seule fille que j'avais. Depuis, je ne veux plus entendre parler de lui. " Bintu s'est servie de la Bible pour lui expliquer pourquoi nous mourons et pourquoi nous sommes certains que les morts seront ressuscites. — Actes 24:15 ; Romains 5:12. Par la suite, Mme Ukoli a déclaré : " Avant, je pensais que c'était Dieu qui prenait les gens. Maintenant, je connais la vérité. " Elle a décidé d^étudier la Bible avec les Témoins de Jéhovah afin d'en apprendre davantage sur les promesses de Diey,

Les parents endeuillés ont besoin de savoir que Jéhovah les soutiendra dans leur immense tristesse, tout comme il l'a fait pour David. Ils peuvent s'approcher de Celui ' qui entend la prière ', confiants qu'il les aidera (Psaume 65:2). William, déjà cité dans l'article précédent, a remarqué : " Bien des fois, j'ai cru que je ne pourrais pas vivre un instant de plus sans mon fils, et j'ai demandé à Jéhovah de me soulager. Il m'a toujours donné la force et le courage de continuer à vivre. " Si, comme lui, vous priez avec foi Jéhovah, le grand Dieu des deux, il vous soutiendra. En effet, n'a-t-il pas promis à ceux qui s'efforcent de le servir : " Moi, Jéhovah ton Dieu, je saisis ta main droite, Celui qui te dit : ' N'aie pas peur. Moi, je t'aiderai. ' " — Isaïe 41:13.
Le soutien d'amis véritables Les parents endeuillés ont souvent besoin de se retrouver seuls pour pleurer et y voir clair dans leurs sentiments. Cependant, il ne serait pas judicieux que, pendant une longue période, ils fuient la compagnie des autres. Selon Proverbes 18:1, celui " qui s'isole " peut se faire du tort. Ceux qui sont dans le deuil doivent donc veiller à ne pas tomber dans le piège de l'isolement.

Des amis attachés à Dieu peuvent être d'un grand secours pour ceux qui sont dans la détresse. Proverbes 17:17 déclare : " Un véritable compagnon aime tout le temps et c'est un frère qui est né pour les jours de détresse. " Lucy, dont nous avons également parlé dans l'article précédent, a été consolée par de véritables compagnons après le décès de son fils. Au sujet de ses amis dans la congrégation, elle a constaté : " Leurs visites nous ont beaucoup aidés, même si parfois ils n'ont pas dit grand-chose. Une amie me rendait visite les jours où j'étais seule. Elle savait que je serais à la maison en train de pleurer, alors elle passait souvent et pleurait avec moi. Une autre m'appelait tous les jours pour m'encourager. D'autres amis encore nous invitaient chez eux à prendre un repas ; d'ailleurs ils le font toujours. "
LA TOUR DE GARDE • 1" MAI 2007 5

À la mort de leur enfant, les parents éprouvent une profonde douleur qui ne se dissipe pas facilement. Toutefois, la prière et la compagnie d'autres chrétiens les réconforteront Vraiment. De nombreux parents chrétiens qui ont perdu un enfant ressentent le soutien de Jéhovah. Assurément, Jéhovah " guérit ceux qui ont le cœur brisé, et il panse les endroits douloureux de leur personne ". — Psaume 147:3.
Des récits bibliques réconfortants

À la prière et à la compagnie encourageante vient s'ajouter la Parole écrite de Dieu qui est une source de réconfort pour ceux qui sont dans le deuil. Des récits bibliques révèlent que Jésus a le vif désir et le pouvoir de délivrer les parents endeuillés de leur souffrance en ramenant les morts à la vie. Pour ceux qui sont dans le chagrin, de tels récits sont vraiment réconfortants. Considérons-en deux. Luc chapitre 7 explique ce qui s'est passé lorsque Jésus a rencontré un cortège funèbre dans la ville de Naïn. On était sur le point d'enterrer le fils unique d'une veuve. Le verset 13 rapporte : " Quand le Seigneur l'aperçut fia veuve], il fut pris de pitié pour elle, et il lui dit : ' Cesse de pleurer. ' " Rares sont ceux qui oseraient dire à une mère de cesser de pleurer lors des funérailles de son nls. Pourquoi Jésus l'a-t-il donc fait ? Parce qu'il savait que le chagrin de cette mère était sur le point de s'effacer. Le récit poursuit : " [Jésus] s'avança et toucha la civière, et les porteurs s'arrêtèrent, et il dit ; ' Jeune homme, je te le dis : Lève-toi ! ' Et le mort se redressa et commença à parler, et il le donna à sa mère. " (Luc 7:14, 15). À cet instant, cette mère a dû pleurer de nouveau, mais cette fois de joie.

' Je voudrais bien aider, mais je ne sais pas comment '
Alors que les parents et les frères et sœurs d'un enfant décédé sont accablés de chagrin, il arrive que leurs amis ressentent une certaine appréhension. Ils veulent soutenir la famille, mais ils ont peur d'ajouter à sa douleur par une parole ou une initiative malheureuses. Voici quelques suggestions pour ceux qui voudraient bien aider, mais qui ne savent pas comment • N'évitez pas les personnes endeuillées parce que vous ne savez pas trop ce que vous devez dire ou faire. Voire présence, à elle seule, les fortifiera. Si les mots vous manquent, une marque d'affection accompagnée d'un sincère " J'ai beaucoup de peine pour vous " leur montreront que vous vous souciez d'eux. Craignez-vous d'augmenter leur tristesse si jamais vous vous mettiez à pleurer ? La Bible recommande : " Pleurez avec ceux qui pleurent. " (Romains 12:15). Vos larmes indiquent que vous partagez leur chagrin, ce qui est réconfortant. • Prenez l'initiative. Pourriez-vous préparer un repas léger pour la famille ? laver la vaisselle qui s'est entassée? Faire des courses pour eux? Ne leur dites pas : " Faites-moi signe si vous avez besoin de quoi que ce soit. " Même si vous prononcez ces paroles en toute sincérité, les parents endeuillés risquent d'avoir le sentiment que vous êtes trop occupé pour leur venir en aide. Demandez-leur plutôt : " Qu'est-ce que je peux faire pour vous aider, là maintenant ? " Puis accédez à leur désir. Gardez-vous toutefois de pénétrer dans des endroits de leur foyer où vous n'êtes pas invité à aller, ou de vous immiscer dans leur vie privée. • Ne leur dites pas : " Je sais ce que vous ressentez. " Chacun réagit différemment à la mort d'un être cher. Même si vous avez vous aussi perdu un enfant, vous ne savez pas exactement ce qu'ils ressentent. • II faudra beaucoup de temps avant qu'ils ne retrouvent un semblant de vie normale. Continuez à les aider autant que vous le pouvez. Au début, les proches du défunt reçoivent généralement beaucoup d'attentions, mais leurs besoins ne s'arrêtent pas là. Souciez-vous d'eux au cours des semaines et des mois qui suivront*.
LA TOUR DE GARDE • 1" MAI 2007 6

En une autre circonstance, Jésus a été abordé par un homme nommé Jaïrus, qui lui a demandé de venir en aide à sa fille de 12 ans, gravement malade. Peu de temps après, on a fait savoir à cet homme que sa fille venait de mourir. Cette nouvelle l'a complètement désespéré, mais Jésus lui a dit : " N'aie pas peur, exerce seulement la foi. " Arrivé chez Jaïrus, Jésus s'est dirigé vers la fillette sans vie. La prenant par la main, il lui a dit : " Jeune fille, je te le dis : Lève-toi ! " Que s'est-il passé ? " Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher. " Comment ses parents ont-ils réagi ? " Ils furent hors d'eux-mêmes, saisis d'un grand émerveillement. " Tandis qu'ils serraient leur fille dans leurs bras, Jaïrus et sa femme ont éprouvé un bonheur complet. Ils croyaient rêver !-Marc 5:22-24, 35-43. De tels récits bibliques détaillés sur la résurrection d'enfants indiquent aux parents endeuillés ce qu'ils peuvent espérer. Jésus a déclaré : " L'heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix et sortiront. " (Jean 5:28, 29). Jéhovah a prévu que son Fils ramène les morts à la vie. Des millions d'enfants décédés " entendront sa voix " quand il dira à chacun d'eux : " Je te le dis : Lève-toi ! " Ces jeunes personnes marcheront et parleront de nouveau. Et, comme Jaïrus et sa femme, leurs parents seront " hors d'eux-mêmes, saisis d'un grand émerveillement ".

Si vous avez perdu un fils ou une fille, sachez que Jéhovah peut transformer votre chagrin en joie grâce à la résurrection. Afin de connaître la réalisation de cette merveilleuse perspective, obéissez à l'exhortation du psalmiste : " Recherchez Jéhovah et sa force. Cherchez sa face constamment. Souvenez-vous de ses œuvres prodigieuses qu'il a accomplies, de ses miracles. " (Psaume 105:4, 5). Oui, servez le vrai Dieu, Jéhovah, et vouezlui un culte qui lui soit agréable. Si vous " recherchez Jéhovah ", qu'en résultera-t-il dans l'immédiat ? Vous puiserez de la force dans la prière, vous serez réconforté par l'intérêt plein d'amour que vous portent de véritables compagnons chrétiens et vous serez encouragé par l'étude de la Parole de Dieu. Par ailleurs, dans un proche avenir, vous serez témoin des ' œuvres prodigieuses et des miracles ' que Jéhovah accomplira pour votre bonheur éternel et pour celui de l'enfant que la mort vous a ravi.
LA TOUR DE GARDE • 1" MAI 2007 7

BIOGRAPHIE

DES RICHESSES ÉTERNELLES AMASSÉES DURANT NOTRE CHASSE AU TRÉSOR ————————•————————
PAR

DOROTHEA SMITH ET DORA WARD

Quel genre de trésor cherchions-nous ? Nous étions deux jeunes filles animées d'un ardent désir d'obéir à ce commandement de Jésus : ' Allez et faites des disciples de gens d'entre toutes les nations. ' (Matthieu 28:19). En quel sens cette recherche a-t-elle rapporté des richesses éternelles ? En voici l'explication : DOROTHEA : J'ai vu le jour en 1915, peu après le début de la Première Guerre mondiale. Je suis la dernière d'une famille de trois enfants. Nous vivions près de Howell, dans le Michigan, aux États-Unis. Ma mère était une personne pieuse, contrairement à mon père. Elle essayait de nous enseigner à observer les Dix Commandements, mais elle s'inquiétait de ce que mon frère (Willis), ma sœur (Viola) et moi n'appartenions à aucune Église. Quand j'ai eu 12 ans, maman a décidé que je serais baptisée presbytérienne. Je garde un souvenir très net du jour de mon baptême : deux bébés, dans les bras de leur mère, étaient baptisés en même temps que moi. C'était terriblement humiliant d'être ainsi mise au rang des tout-petits ! Le pasteur m'a aspergé la tête de quelques gouttes d'eau en murmurant des paroles que je ne comprenais pas. À dire vrai, j'en savais autant sur le baptême que ces deux bébés ! Un jour de 1932, une voiture s'est arrêtée dans l'allée ; ma mère a été ouvrir la porte. Deux jeunes hommes se tenaient là et proposaient des livres religieux. L'un d'eux s'est présenté : il s'appelait Albert Schroeder.
LA TOUR DE CARDE • 1" MAI 2007

Il a montré à maman quelques publications des Témoins de Jéhovah, et elle les a prises. Ces livres lui ont permis d'accepter la vérité contenue dans la Parole de Dieu.
La chasse au trésor commence Un jour, j'ai déménagé pour habiter avec ma sœur à Détroit. J'y ai fait la connaissance d'une femme âgée qui venait lui enseigner la Bible. Ces discussions me rappelaient une émission hebdomadaire que j'écoutais à la radio, quand je vivais chez maman. L'émission consistait en un discours biblique de 15 minutes prononcé par Joseph Rutherford, qui dirigeait l'œuvre des Témoins de Jéhovah en ce temps-là. En 1937, nous avons commencé à fréquenter la première congrégation des Témoins de Jéhovah à Détroit. L'année suivante, je me faisais baptiser. Au début des années 40, l'annonce a été faite que les Témoins de Jéhovah ouvraient à South Lansing (État de New York) une école, appelée Guiléad, pour former des missionnaires. Quand j'ai appris que des diplômés de cette école seraient envoyés à l'étranger, je me suis dit : ' Ça, c'est pour moi ! ' Je me suis donc fixé l'objectif d'aller à Guiléad. Quel privilège ce serait de partir à l'étranger chercher des " trésors " — des personnes désireuses de devenir disciples de Christ Jésus ! — Haggai 2:6, 7.
Des objectifs intermédiaires sont atteints

En avril 1942, j'ai démissionné de mon travail et je suis devenue pionnière, ou évangélisatrice à plein temps, à Eindlay, dans l'Ohio. Je me suis jointe à un groupe de cinq autres pionnières. Comme il n'y avait pas de congrégation qui tenait régulièrement des réunions, nous nous encouragions mutuellement en lisant ensemble des articles tirés de nos publications chrétiennes. Le premier mois de mon service, j'ai laissé 95 livres à des personnes qui s'intéressaient à la Bible ! Environ un an et demi plus tard, j'ai été nommée pionnière spéciale à Chambersburg, en Pennsylvanie. J'y ai rejoint cinq autres pionnières, notamment Dora Ward, une sœur de l'Iowa. Dora et moi sommes devenues compagnes de service. Nous nous étions fait baptiser la même année et nous rêvions toutes les deux de suivre les cours de Guiléad afin d'être missionnaires à l'étranger. Début 1944, le grand jour est arrivé ! Dora et moi avons chacune reçu une invitation pour assister à la quatrième classe de Guiléad. Nous nous sommes inscrites en août de cette année-là. Mais avant de continuer, Dora va vous expliquer ce qui l'a entraînée dans cette chasse au trésor que nous poursuivons ensemble depuis si longtemps.
LA TOUR DE CARDE • 1" MAI 2007

Impatiente d'entreprendre le service à plein temps

DORA : Ma mère priait afin de comprendre la Parole de Dieu. Un dimanche où j'étais avec elle, nous avons entendu à la radio un exposé de Joseph Rutherford. À la fin du discours, maman s'est exclamée : " C'est la vérité ! " Peu après, nous nous sommes mises à étudier les publications des Témoins de Jéhovah. En 1935 — j'avais alors 12 ans —, j'ai assisté à un discours de baptême prononcé par un Témoin de Jéhovah, et j'ai eu le désir sincère de vouer ma vie à Dieu. Trois ans plus tard, je me faisais baptiser. Franchir ces pas m'a aidée à garder bien présents à l'esprit mes objectifs durant mes dernières années d'école. J'avais hâte d'achever ma scolarité pour commencer le service de pionnier. En ce temps-là, nous fréquentions un groupe de Témoins qui constituait la congrégation de Fort Dodge, dans l'lowa. L'assistance aux réunions chrétiennes réclamait beaucoup d'efforts. En effet, à l'époque, les articles d'étude de La Tour de Garde ne comportaient pas de questions pour la discussion avec la congrégation. Nous devions donc les inventer et les proposer au frère qui dirigeait l'étude. Le lundi soir, ma mère et moi préparions une question pour chaque paragraphe, puis nous les donnions au conducteur afin qu'il choisisse celles dont il se servirait. De temps en temps, notre congrégation recevait la visite d'un surveillant itinérant. C'est avec l'un d'entre eux, John Booth, qu'à l'âge de 12 ans j'ai fait mes premiers pas dans le ministère de porte en porte. À 17 ans, j'ai sollicité son aide pour remplir une demande d'admission au service de pionnier, ce qu'il a accepté volontiers. Je ne me doutais pas que plus tard nos routes se croiseraient à nouveau et qu'il deviendrait pour moi un ami fidèle. Lorsque j'étais pionnière, je prêchais souvent avec Dorothy Aronson, une évangélisatrice à plein temps de 15 ans plus âgée que moi. Elle a été ma compagne de service jusqu'à ce qu'elle soit invitée à suivre les cours de la première classe de Guiléad, en 1943. J'ai ensuite poursuivi mon service de pionnier toute seule.
L'opposition n'a pas eu raison de nous

Les années 40 ont été difficiles pour nous à cause de la ferveur nationaliste que suscitait la Seconde Guerre mondiale. Lorsque nous prêchions de maison en maison, on nous bombardait souvent d'œufs pourris, de tomates mûres et parfois même de pierres ! L'épreuve était encore plus dure quand nous présentions au coin des rues La Tour de Garde et Consolation (aujourd'hui Réveillez-vous .').
10 LA TOUR DE GARDE * 1" MAI 2007

À l'instigation de nos ennemis religieux, la police venait nous menacer d'arrestation si l'on nous surprenait encore à prêcher en public.

Bien entendu, nous refusions d'obtempérer et la police nous emmenait au poste pour un interrogatoire. À notre libération, nous retournions au même coin de rue et proposions les mêmes périodiques. Sur le conseil des frères responsables, nous défendions notre position en citant Isaïe 61:1, 2. Un jour, un jeune policier m'a abordée et je lui ai récité nerveusement ces versets. À ma grande surprise, il a tourné les talons et s'est éloigné ! J'avais le sentiment que les anges nous protégeaient.

Un jour inoubliable

En 1941, j'ai eu la joie d'assister à une assemblée de cinq jours organisée par les Témoins de Jéhovah à Saint Louis, dans le Missouri. Au cours de celle-ci, frère Rutherford a demandé à tous les enfants âgés de 5 à 18 ans de se regrouper dans la tribune principale du stade. Nous avons afflué par milliers. Frère Rutherford nous a salués en agitant son mouchoir, et nous avons tous fait de même. Après un discours d'une heure, il a déclaré : " [Vous, les] enfants qui avez accepté de faire la volonté de Dieu, [qui avez] pris position pour son gouvernement théocratique dirigé par Christ Jésus et qui avez accepté d'obéir à Dieu et à son Roi, veuillez vous lever. " Les 15 000 enfants se sont levés comme un seul, et j'étais parmi eux ! L'orateur a alors ajouté : '" Vous tous, si vous désirez faire votre possible pour parler à autrui du Royaume de Dieu et de ses bienfaits, dites oui ! " Notre " Oui ! " a été accueilli par un tonnerre d'applaudissements. Puis frère Rutherford a annoncé la parution du livre Enfants** Publié par les Témoins de Jéhovah (épuisé)., et une longue file de jeunes gens s'est avancée vers l'estrade. Aidé d'autres frères, il nous a offert un exemplaire du nouveau livre. C'était un moment palpitant ! Aujourd'hui, beaucoup de ceux qui ont reçu un livre en cette occasion servent toujours Jéhovah avec zèle de par le monde, et parlent du Royaume de Dieu et de Sa justice. — Psaume 148:12,13. Après avoir accompli le service de pionnier toute seule pendant trois ans, j'ai été très heureuse de recevoir une affectation comme pionnière spéciale à Chambersburg ! C'est là que j'ai rencontré Dorothea, et rapidement nous sommes devenues inséparables. Nous débordions de l'enthousiasme propre à la jeunesse et étions pleines d'énergie. Nous languissions de prendre une plus grande part à l'œuvre de prédication. Nous nous sommes lancées ensemble dans une chasse au trésor de toute une vie. — Psaume 110:3. Quelques mois après avoir commencé le service de pionnier spécial, nous avons rencontré Albert Mann, diplômé de la première classe de Guiléad. Il était sur le point de se rendre dans son territoire à l'étranger. Il nous a encouragées à accepter toute affectation à l'étranger, quelle qu'elle soit.
Ensemble à Guiléad

DORA ET DOROTHEA : Imaginez notre joie quand nous avons entamé notre formation au service missionnaire ! Le premier jour des cours, notre inscription a été enregistrée par Albert Schroeder, le frère qui 12 ans auparavant avait laissé à la mère de Dorothea les Études des Écritures. John Booth était également présent, en tant que serviteur de la Ferme du Royaume, où se tenait l'école. Albert Schroeder et John Booth sont plus tard devenus membres du Collège central des Témoins de Jéhovah. À Guiléad, nous avons étudié les vérités profondes de la Bible. La formation était excellente ! Notre classe comptait 104 élèves, dont un étranger — le premier — originaire du Mexique. Il essayait d'améliorer son anglais, tandis que nous tentions d'apprendre l'espagnol. Nous étions tout excités le jour où frère Nathan Knorr nous a révélé quelles étaient nos affectations ! La plupart ont été envoyés en Amérique centrale ou en Amérique du Sud — comme nous, qui partions pour le Chili.
LA TOUR DE GARDE • 1" MAI 2007 11

La chasse au trésor au Chili

Pour entrer au Chili, il nous fallait obtenir un visa, ce qui prenait énormément de temps. Aussi, après la remise des diplômes en janvier 1945, nous avons été pionnières à Washington pendant un an et demi. Quand nous avons reçu nos papiers, nous nous sommes intégrées dans un groupe de neuf autres missionnaires pour faire le voyage jusqu'au Chili. Sept d'entre eux étaient des diplômés des classes précédentes.
Plusieurs frères sont venus nous accueillir à notre arrivée à Santiago, la capitale. Parmi eux figurait Albert Mann, le diplômé de Guiléad qui nous avait encouragées quelques années plus tôt. Il s'était installé l'année d'avant en compagnie de Joseph Ferrari, un élève de la deuxième classe de Guiléad. Le Chili comptait moins de 100

proclamateurs lorsque nous sommes arrivées. Nous avions hâte de chercher et de trouver encore plus de trésors — des personnes sincères — dans notre nouveau territoire. Nous avons été affectées à la maison de missionnaires de Santiago. Vivre dans une grande famille constituait pour nous une nouvelle expérience. Outre qu'il devait consacrer à la prédication un nombre d'heures requis, chaque missionnaire cuisinait pour la famille une fois par semaine. Nous avons eu nos heures de honte... Lors d'un petitdéjeuner, nous avions préparé des petits pains pour nos missionnaires affamés. Toutefois, au moment de sortir les pains du four, il s'en est dégagé une odeur épouvantable. Et pour cause : en fait de levure, nous avions utilisé du bicarbonate de soude ! Quelqu’un avait pris une boîte de levure vide pour y stocker du bicarbonate. Hélas ! il y avait des situations bien plus embarrassantes, comme lorsque nous faisions des fautes en apprenant l'espagnol. Les membres d'une famille nombreuse ont failli mettre un terme à leur étude de la Bible parce qu'ils ne comprenaient pas ce que nous disions. Mais en cherchant les versets dans leur bible, ils ont tout de même réussi à assimiler la vérité, et cinq d'entre eux sont devenus Témoins. C'était l'époque où il n'y avait pas de cours de langue pour les nouveaux missionnaires. Nous commencions à prêcher directement et essayions d'apprendre la langue auprès des personnes à qui nous donnions le témoignage. Nous avons dirigé beaucoup d'études de la Bible et certaines personnes ont pris position rapidement. D'autres réclamaient davantage de patience. Cela a été le cas de Teresa Tello. Après avoir écouté le message de la vérité, cette jeune femme nous a dit : " Revenez, s'il vous plaît, pour que j'en sache un peu plus. " Nous sommes revenues 12 fois, sans jamais la trouver ! Trois ans ont passé. Un jour, nous avons assisté à une assemblée qui se tenait dans un théâtre, à Santiago. Le dimanche, tandis que nous quittions les lieux, nous avons entendu quelqu'un appeler : " Senorita Dora, Senorita Dora ! " Nous nous sommes retournées ; c'était Teresa. Elle était en visite chez sa sœur, de l'autre côté de la rue. La curiosité l'avait conduite au théâtre. Quelle joie de la retrouver ! Nous avons pris des dispositions pour qu'elle étudie la Bible, et elle n'a pas tardé à se faire baptiser.
12 LATOUR DE GARDE • 1" MAI 2007

Plus tard, elle est devenue pionnière spéciale. Aujourd'hui, 45 années se sont écoulées et Teresa est toujours dans le service spécial à plein temps. — Ecclésiaste 11:1.
Nous découvrons des trésors dans le " Sable "

En 1959, nous avons été affectées à Punta Arenas — c'est-à-dire la " Pointe de Sable " — à l'extrémité sud de la côte chilienne, longue de 4 300 kilomètres. Punta Arenas est un territoire particulier. Les mois d'été, il fait jour jusqu’a 23 h 30. Nous pouvions passer de nombreuses journées dans le ministère, mais non sans difficulté, car la venue de l'été s'accompagne de vents antarctiques extrêmement violents. Les mois d'hiver sont froids et les jours sont courts. Malgré ces inconvénients, Punta Arenas a son charme. Durant l'été, les nuages de pluie tourbillonnent dans un ballet perpétuel au-dessus de l'horizon. De temps à autre, ils vous déversent une ondée sur la tête ; c'est alors que le vent entre en scène et vous sèche. Puis le soleil darde ses rayons, qui filtrent à travers les nuages, dessinant un magnifique arc-en-ciel, qui peut durer parfois des heures, apparaissant et disparaissant au gré du soleil souvent voilé par les nuages. —Job 37:14. Dans ces années-là, il n'y avait pas beaucoup de proclamateurs à Punta Arenas. Nous, les sœurs, devions diriger les réunions de la petite congrégation locale. Jéhovah a béni nos efforts. Trente-sept ans plus tard, nous y sommes retournées en visite. Et qu'avons-nous trouvé ? Six congrégations prospères et trois belles Salles du Royaume. Nous sommes heureuses que Jéhovah nous ait permis de découvrir des trésors spirituels dans ce sable austral ! — Zekaria 4:10.
D'autres trésors sur une " Large Plage "

Nous avons prêché trois ans et demi à Punta Arenas avant d'être affectées dans la ville portuaire de Valparaiso. Ses 41 collines encerclent une baie qui donne sur l'océan Pacifique. Nous avons concentré nos activités de prédication sur l'une de ces collines : Playa Ancha, ou " Large Plage ". En 16 ans, nous avons vu un groupe de jeunes frères progresser sur le plan spirituel au point qu'ils sont maintenant surveillants itinérants ou anciens au sein de congrégations éparpillées dans tout le Chili. Ensuite, nous avons été envoyées à Vina del Mar, et nous y sommes restées trois ans et demi. Quand un tremblement de terre a endommagé la maison de missionnaires, nous sommes reparties à Santiago où nous avions débuté dans le service missionnaire 40 années auparavant. Les choses avaient bien changé. De nouveaux locaux avaient été construits pour la filiale, les anciens bâtiments servant de logement à tous les missionnaires qui restaient dans le pays. Par la suite, ces anciens bâtiments ont commencé à accueillir l'École de formation ministérielle. À ce moment-là, nous avons vu à l'œuvre, une fois de plus, la bonté de cœur de Jéhovah. Nous avons fait partie des cinq missionnaires avancés en âge qui ont été invités à vivre au Béthel. Durant notre service missionnaire au Chili, nous avons changé 15 fois d'affectation. Nous avons vu le nombre de proclamateurs passer de moins d'une centaine à quelque 70000 ! Ces 57 années de chasse au trésor au Chili ont été des années de grand bonheur ! Jéhovah nous a vraiment bénies en nous permettant de trouver tant de personnes — de véritables trésors — qu'il continue d'utiliser dans son organisation. Nous avons servi Jéhovah ensemble pendant plus de 60 ans et nous partageons totalement les sentiments du roi David, qui a écrit : " Comme elle est abondante ta bonté, que tu as conservée avec soin pour ceux qui te craignent. " — Psaume 31:19.
LA TOUR DE GARDE • 1" MAI 2007 13

Page 14 LAISSEZ LA PAROLE DE DIEU GUIDER VOS PAS
" Ta parole est une lampe pour mon pied, et une lumière pour ma route. " — PSAUME 119:105.

1, 2. Pourquoi la plupart des humains ne parviennent-ils pas à trouver la paix et le bonheur véritables ? VOUS souvenez-vous de la dernière fois où vous avez demandé votre chemin ? Vous étiez presque arrivé ; il vous manquait juste quelques détails pour parvenir à destination. Ou bien vous étiez complètement perdu et il vous fallait retrouver la bonne route. Dans un cas comme dans l'autre, il était sage de suivre les indications de quelqu'un qui connaissait bien la région, n'est-ce pas ? Une telle personne pouvait vous aider à atteindre votre but. Depuis des milliers d'années, l'humanité en général cherche à se diriger sans tenir compte de Dieu. Cependant, sans aide, les humains imparfaits sont complètement perdus. Ils sont tout bonnement incapables de trouver le chemin qui mène à la paix et au bonheur véritables. Comment cela se fait-il ? Voilà plus de 2 500 ans, le prophète Jérémie a déclaré : " Il n'appartient pas à l'homme qui marche de diriger son pas. " (Jérémie 10:23). Une personne qui cherche à diriger son pas tout en refusant l'aide d'une personne compétente va droit à l'échec. Incontestablement, l'humanité a besoin d'une direction ! 3. Pourquoi Jéhovah Dieu est-il suprêmement qualifié pour donner une direction à l'humanité, et que promet-il ? Jéhovah Dieu est suprêmement qualifié pour donner une telle direction. Pourquoi ? Parce qu'il comprend mieux que quiconque comment les humains sont faits. Il sait parfaitement ce qui les a amenés à s'écarter du bon chemin, puis à se perdre. Il sait aussi ce qu'ils doivent faire pour retrouver leur route. En outre, comme il est le Créateur, Jéhovah sait toujours ce qui est le mieux pour nous (Isaïe 48:17). Nous pouvons donc avoir une confiance totale dans sa promesse consignée en Psaume 32:8 : " Je te rendrai perspicace et t'instruirai dans la voie où tu dois aller. Je veux te conseiller, l'oeil sur toi. " Cela ne fait aucun doute, la meilleure
3 2

direction provient de Jéhovah. Mais comment nous guide-t-il ? 4, 5. Comment les déclarations de Dieu peuvent-elles nous diriger ? Un psalmiste a dit à Jéhovah dans une prière : " Ta parole est une lampe pour mon pied, et une lumière pour ma route. " (Psaume 119:105). Les déclarations et les rappels de Dieu, contenus dans la Bible, peuvent nous aider à surmonter les obstacles qui se présenteraient devant nous. Assurément, quand nous lisons la Bible et que nous la laissons nous guider, nous constatons personnellement la véracité de ces paroles d'Isaïe 30:21 : " Tes oreilles entendront une parole derrière toi, disant ' Voici le chemin. Marchez-y. ' " Notons que Psaume 119:105 fait mention de deux rôles très proches que remplit la Parole de Dieu. Tout d'abord, elle est une lampe pour notre pied. Face aux difficultés quotidiennes, les principes qu'elle expose devraient guider nos pas, de sorte que nous prenions des décisions sages et que nous évitions les pièges et les embûches de ce monde. Ensuite, les rappels de Dieu sont une lumière pour notre route. Ils nous aident à faire des choix qui soient en accord avec notre espérance, la vie éternelle dans le Paradis promis par Dieu. La route que nous prenons étant bien éclairée, nous sommes capables de discerner les conséquences, bonnes ou mauvaises, de telle ou telle conduite (Romains 14:21; 1 Timothée 6:9; Révélation 22:12). Voyons plus en détail de quelle façon les déclarations de Dieu, consignées dans la Bible, peuvent être une lampe pour notre pied et une lumière pour notre route.
5 4

" Une lampe pour mon pied "
6. Dans quelles situations les déclarations divines peuvent-elles être une lampe pour notre pied ? Chaque jour, nous prenons des décisions. Si certaines semblent sans grande importance, il peut arriver cependant que nous nous trouvions dans une situation où notre moralité, notre honnêteté ou notre neutralité sont mises à l'épreuve. Pour résister en pareil cas, nos " facultés de perception " doivent être " exercées à distinguer et le bien et le mal ". (Hébreux 5:14.) En acquérant une connaissance exacte de la Parole de Dieu et une bonne compréhension de ses principes, nous éduquons notre conscience, ce qui nous permettra de prendre des décisions agréables à Jéhovah. — Proverbes 3:21. 7. Décrivez une situation dans laquelle un chrétien pourrait être tenté de fréquenter des collègues non Témoins. Prenons un exemple. Vous efforcez-vous sincèrement d'être un adulte qui réjouit le coeur de Jéhovah (Proverbes 27:11) ? Voilà qui est digne d'éloges ! Mais imaginez un instant que des collègues vous proposent de les accompagner à un événement sportif. Ils vous offrent même le billet, car ils apprécient votre compagnie sur le plan professionnel et ils souhaiteraient passer du temps avec vous en dehors du cadre du travail. Vous avez peut-être le sentiment que leur compagnie n'est pas si mauvaise que ça. Ils ont même de bons principes. Qu'allez-vous faire ? Y aurait-il un risque à accepter leur invitation ? Comment la Parole de Dieu peut-elle vous aider à prendre une bonne décision sous ce rapport ? 8. Quels principes bibliques nous aideront à réfléchir sur la question de nos fréquentations ? Examinons quelques principes bibliques. Le premier qui vous viendra à l'esprit sera probablement celui de 1 Corinthiens 15:33, qui dit : " Les mauvaises compagnies ruinent les habitudes utiles. " Cela veut-il dire que vous devez éviter tout contact avec des non-croyants ? Les Écritures nous montrent que non. À vrai dire, l'apôtre Paul lui-même a manifesté de la considération et de l'amour envers " des gens de toutes sortes ", dont des non-croyants (1 Corinthiens 9:22). La nature même du christianisme exige que nous témoignions de l'intérêt à autrui, y compris à ceux qui ne partagent pas nos croyances (Romains 10:13-15). En effet, comment pouvons-nous suivre l'exhortation à " pratiqu[er] envers tous ce qui est bon " si nous nous coupons des personnes qui ont besoin de notre aide ? — Galates 6:10. 9. Quel conseil de la Bible nous aide à être équilibrés dans nos relations avec nos collègues ?
9 8 7 6

Toutefois, il y a une nette différence entre se montrer amical avec un collègue et être son ami proche. Un

autre principe biblique entre alors en ligne de compte. L'apôtre Paul a mis en garde les chrétiens en ces termes : " Ne formez pas d'attelage disparate avec des non-croyants. " (2 Corinthiens 6:14). Que veut dire l'expression " ne formez pas d'attelage disparate " ? Certaines traductions de la Bible la rendent par " n'allez pas avec ", " pas de collaboration boiteuse ", ou encore " n'allez pas vous associer avec des incroyants, ce ne sont pas des partenaires qui vous conviennent ". (Parole de Vie ; La Bible, par P. de Beaumont ; Bible en français courant, 1987.) À quel stade une association avec un collègue ne convient-elle plus ? Quand va-telle trop loin, se transformant en un attelage disparate ? La Parole de Dieu, la Bible, peut diriger vos pas dans une telle situation. 10. a) Comment Jésus choisissait-il ses proches ? b) Quelles questions peut-on se poser pour bien choisir ses compagnies ? Voyons l'exemple de Jésus, qui a aimé les humains dès leur création (Proverbes 8:31). Lorsqu'il était sur la terre, il a tissé des liens étroits avec ses disciples (Jean 13:1). Une fois, même, il " éprouva de l'amour " envers une personne dont les conceptions religieuses étaient erronées (Marc 10:17-22). Cependant, Jésus a aussi fixé des limites précises pour ce qui est du choix de ses amis proches. Il ne se liait pas avec ceux qui ne souhaitaient pas véritablement faire la volonté de son Père. Il a déclaré un jour: " Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. " (Jean 15:14). Certes, vous pouvez être en bons termes avec un de vos collègues. Mais demandez-vous `Est-il disposé à obéir aux commandements de Jésus ? Veut-il apprendre à connaître Jéhovah, celui que Jésus nous a demandé d'adorer ? A-t-il les mêmes normes morales que moi qui suis chrétien ? ' (Matthieu 4:10). Si vous discutez avec vos collègues de l'importance d'appliquer les principes bibliques, vous aurez la réponse à ces questions. 11. Mentionnez quelques situations dans lesquelles les déclarations divines devraient guider nos pas. Les déclarations divines peuvent être une lampe pour notre pied dans bien d'autres situations encore. Prenons l'exemple d'un chrétien qui serait au chômage. On lui propose un emploi dont il aurait grand besoin. Seulement voilà, c'est un travail très prenant. S'il l'accepte, il manquera des réunions, et il devra aussi faire l'impasse sur d'autres activités liées au vrai culte (Psaume 37:25). Un autre chrétien pourrait avoir très envie de regarder un film qui va clairement à l'encontre des principes bibliques (Éphésiens 4:17-19). Un autre encore s'irrite peut-être facilement des imperfections de ses compagnons (Colossiens 3:13). Dans toutes ces situations, nous devrions laisser la Parole de Dieu être une lampe pour notre pied. Assurément, si nous suivons les principes de la Bible, nous pourrons surmonter n'importe quelle difficulté. La Parole de Dieu est " utile pour enseigner, pour reprendre, pour remettre les choses en ordre, pour discipliner dans la justice ". — 2 Timothée 3:16.
11 10

" Une lumière pour ma route "
12. En quoi les déclarations divines sont-elles une lumière pour notre route ? Psaume 119:105 dit également que les déclarations divines peuvent être une lumière pour notre route, éclairant le chemin devant nous. Nous ne sommes pas dans les ténèbres quant à l'avenir, car la Bible explique la signification des conditions mondiales qui nous affligent et nous montre quelle en sera l'issue. En effet, nous comprenons que nous vivons " les derniers jours " du présent système de choses méchant (2 Timothée 3:1-5). Nous savons ce que nous réserve l'avenir, et cela a une profonde influence sur notre vie présente. L'apôtre Pierre a écrit : " Puisque toutes ces choses doivent être ainsi dissoutes, quel genre d'hommes il vous faut être en actes de sainte conduite et en actions marquées par l'attachement à Dieu, attendant et gardant constamment à l'esprit la présence du jour de Jéhovah ! " — 2 Pierre 3:11, 12. 13. Si nous sommes conscients de vivre une époque décisive, en quoi cela influera-t-il sur notre façon de penser et sur notre mode de vie ? Notre façon de penser et notre mode de vie devraient refléter notre ferme conviction que " le monde est en train de passer, et son désir aussi ". (1 Jean 2:17.) La mise en pratique des recommandations de la Bible
13 12

nous permettra de prendre de sages décisions en ce qui concerne nos objectifs. Ainsi, Jésus a déclaré : " Continuez donc à chercher d'abord le royaume et sa justice, et toutes ces autres choses vous seront ajoutées. " (Matthieu 6:33). De nombreux jeunes manifestent leur foi dans ces paroles en prenant part au ministère à plein temps, et ils méritent des félicitations. D'autres chrétiens, parfois même des familles entières, se sont installés dans des pays où l'on avait grand besoin de prédicateurs du Royaume. 14. Comment une famille chrétienne a-t-elle étendu son ministère ? Citons le cas d'une famille chrétienne des États-Unis qui a déménagé en République dominicaine, dans une ville de 50 000 habitants. Ce couple et ses deux enfants, un garçon et une fille, sont partis soutenir une congrégation qui compte 130 proclamateurs du Royaume. Or, le 12 avril 2006, quelque 1300 personnes assistaient au Mémorial de la mort du Christ ! Dans cette région, les champs sont si " blancs pour la moisson " qu'au bout de cinq mois seulement, à eux quatre, ils conduisaient au total 30 études bibliques (Jean 4:35). Le père déclare : " Trente frères et soeurs se sont installés ici pour apporter leur soutien à la congrégation. Une vingtaine d'entre eux viennent des États-Unis, les autres sont originaires des Bahamas, du Canada, d'Espagne, d'Italie et de Nouvelle-Zélande. Ils sont arrivés pleins de zèle pour le ministère, et ils ont considérablement avivé l'enthousiasme des frères du pays. " 15. Quelles bénédictions vous êtes-vous procurées en mettant les intérêts du Royaume à la première place dans votre vie ? Naturellement, tous ne sont pas en mesure de se rendre dans un autre pays pour servir là où l'on a besoin de proclamateurs. Toutefois, ceux qui en ont la possibilité, ou qui peuvent réorganiser leur vie pour se rendre disponibles, en retireront à coup sûr de nombreux bienfaits. Peu importe où vous vous trouvez, ne vous privez pas de la joie que l'on retire à servir Dieu de toutes ses forces ! Jéhovah promet que, si vous faites passer les intérêts du Royaume à la première place dans votre vie, il ' videra sur vous une bénédiction jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de pénurie '. — Malaki 3:10.
15 14

Tirons profit de la direction de Jéhovah
16. Quels bienfaits retirerons-nous à nous laisser guider par les déclarations divines ? Comme nous l'avons vu, les déclarations de Jéhovah nous guident de deux façons très proches l'une de l'autre. Elles sont une lampe pour notre pied, nous aidant à aller dans la bonne direction et nous guidant quand nous avons des décisions à prendre. Elles sont aussi une lumière pour notre route, nous permettant de distinguer clairement ce qui nous attend. Grâce à cela, nous pouvons suivre cette exhortation de Pierre : " Mobilisez vos facultés pour l'action, restez dans votre bon sens, complètement ; mettez votre espérance dans la faveur imméritée qui doit vous être apportée lors de la révélation de Jésus Christ. " — 1 Pierre 1:13. 17. Comment l'étude de la Bible nous aide-t-elle à suivre la direction divine ? Sans conteste, Jéhovah nous donne une direction. La question est de savoir si vous vous y soumettrez. Pour comprendre quelle est cette direction, soyez résolu à lire chaque jour une portion de la Bible. Méditez sur ce que vous lisez, cherchez à percevoir la volonté de Jéhovah, et réfléchissez à la façon dont vous pouvez appliquer dans votre vie ce que vous avez lu (1 Timothée 4:15). Ensuite, prenez des décisions " avec votre raison ". — Romains 12:1. 18. Quelles bénédictions recevons-nous quand nous laissons la Parole de Dieu nous guider ? Si nous les laissons agir, les principes contenus dans la Parole de Dieu nous éclaireront et nous offriront la direction dont nous avons besoin lorsque nous décidons de la ligne de conduite à adopter. Nous pouvons être certains que les déclarations de Jéhovah consignées dans la Bible rendent " sage l'homme inexpérimenté ". (Psaume 19:7.) Quand nous laissons la Bible nous guider, nous avons une conscience pure et la satisfaction de savoir que nous plaisons à Jéhovah (1 Timothée 1:18, 19). Si, chaque jour, nous nous laissons guider par ses déclarations, Jéhovah nous accordera au bout du compte la vie éternelle. — Jean 17:3.
18 17 16

Vous en souvenez-vous ?
Pourquoi est-il important que nous laissions Jéhovah Dieu diriger nos pas ? Comment les déclarations divines peuvent-elles être une lampe pour notre pied ? En quoi les déclarations divines sont-elles une lumière pour notre route ? Comment l'étude de la Bible nous aide-t-elle à suivre la direction divine ?

Page 19 NE SÉPAREZ PAS CE QUE DIEU A ATTELÉ AU MÊME JOUG
"Ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a attelé au même joug, que l'homme ne le sépare pas. " — MATTHIEU 19:6.

1, 2. Pourquoi est-il à la fois biblique et réaliste de s'attendre à ce que les couples rencontrent parfois des difficultés ? IMAGINEZ que vous vous apprêtiez à faire un long voyage en voiture. Rencontrerez-vous des difficultés sur la route ? Croire que non ne serait pas réaliste ! Par exemple, des conditions climatiques exécrables pourraient vous obliger à ralentir et à vous montrer encore plus vigilant. À un moment donné, une panne que vous ne savez pas réparer pourrait survenir et vous contraindre à mettre la voiture sur le bas-côté et à chercher de l'aide. Si de telles situations se produisaient, vous feraient-elles regretter d'avoir entrepris ce voyage et vous inciteraient-elles à abandonner votre véhicule ? Non. Quand on parcourt une longue distance, on s'attend à rencontrer des difficultés et c'est faire preuve de sagesse que de chercher à y remédier. Il en va de même du mariage. Les difficultés sont inévitables, et deux personnes qui envisagent de se marier seraient bien naïves de croire que leur vie à deux sera toujours rose. En 1 Corinthiens 7:28, la Bible dit franchement que les maris et les femmes auront " des tribulations dans leur chair ". Pourquoi cela ? Essentiellement parce que les maris et les femmes sont imparfaits et que nous vivons " des temps critiques, difficiles à supporter ". (2 Timothée 3:1 ; Romains 3:23.) Par conséquent, l'union de deux personnes, qui pourtant s'entendent bien et sont spirituelles, peut parfois connaître des difficultés. 3. a) Comment beaucoup de gens aujourd'hui considèrent-ils le mariage ? b) Pourquoi les chrétiens s'appliquent-ils à préserver leur union ? À l'heure actuelle, quand un couple traverse une mauvaise passe, sa première réaction est de divorcer. Dans de nombreux pays, le taux de divorce explose. Les vrais chrétiens, pour leur part, cherchent à résoudre les problèmes au lieu de les fuir. Pour quelle raison ? Parce qu'ils considèrent le mariage comme étant un don de Jéhovah, un don sacré. Jésus a déclaré au sujet des couples mariés : " Ce que Dieu a attelé au même joug, que l'homme ne le sépare pas. " (Matthieu 19:6). C'est vrai, il n'est pas toujours facile de respecter ce principe. Il arrive souvent que des proches et d'autres personnes qui n'adhèrent pas aux principes bibliques, des conseillers matrimoniaux par exemple, encouragent des couples à se séparer ou à divorcer, et ce pour des motifs non bibliques*. Mais les chrétiens savent qu'il est de loin préférable de consolider et de préserver leur union plutôt que de s'empresser de la rompre. En conséquence, il est capital que dès le début nous soyons résolus à agir selon les critères de Jéhovah - non selon les conseils de nos semblables. — Proverbes 14:12. * Voir l'encadré " Divorce et séparation " dans Réveillez-vous ! du 8 février 2002, page 10, publié par les Témoins de Jéhovah.
3 2

Comment surmonter les difficultés
4, 5. a) Quelles difficultés peut-on rencontrer dans un mariage ? b) Pourquoi les principes contenus dans la Parole de Dieu sont-ils réellement utiles, même quand des problèmes surgissent dans un mariage ?

C'est une réalité : chaque mariage réclame de temps à autre une attention particulière. Dans la plupart des cas, il s'agira de régler de légers désaccords. Dans certains mariages, toutefois, de graves problèmes peuvent menacer le fondement de l'union. Il vous faudra peut-être parfois demander à un ancien expérimenté et marié de vous aider. Mais ces situations ne veulent pas dire que votre mariage est un échec. Elles soulignent seulement l'importance de suivre de près les principes bibliques pour trouver des solutions. Étant le Créateur du genre humain et l'Auteur du mariage, Jéhovah sait mieux que quiconque de quoi nous avons besoin pour réussir notre mariage. La question est celle-ci Suivrons-nous les conseils contenus dans sa Parole ? Si oui, nous en retirerons immanquablement des bienfaits. Jéhovah a dit autrefois à son peuple : " Ah ! si seulement tu étais bien attentif à mes commandements ! Alors ta paix deviendrait comme un fleuve et ta justice comme les vagues de la mer. " (Isaïe 48:18). Le respect des principes bibliques peut faire qu'un mariage réussisse. Considérons en premier lieu ce que la Bible conseille aux maris.

4

" Continuez à aimer vos femmes "
6. Quels conseils la Bible donne-t-elle aux maris ? La lettre que Paul a adressée aux Éphésiens renferme des conseils précis à l'intention des maris. Paul a écrit : " Maris, continuez à aimer vos femmes, comme le Christ aussi a aimé la congrégation et s'est livré luimême pour elle. C'est de cette façon que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s'aime lui-même, car personne n'a jamais haï sa propre chair ; mais il la nourrit et l'entoure de soins, comme le Christ aussi le fait pour la congrégation. Cependant, que chacun de vous, pour sa part, aime ainsi sa femme comme lui-même. " — Éphésiens 5:25, 28, 29, 33. 7. a) Qu'est-ce qui doit avoir une grande place dans le fondement d'un mariage chrétien ? b) Un mari doit continuer à aimer sa femme. Comment cela se traduit-il ? Paul n'a pas abordé toutes les situations pénibles qui peuvent survenir au sein d'un couple. En revanche, il est allé au fond du problème en identifiant un élément qui doit avoir une grande place dans le fondement de tout mariage chrétien : l'amour. En fait, l'amour est mentionné six fois dans les versets cités plus haut. Notez aussi que Paul a dit aux maris : " Continuez à aimer vos femmes. " De toute évidence, Paul reconnaissait qu'il est bien plus facile de tomber amoureux que de le rester. C'est particulièrement le cas en ces " derniers jours ", où beaucoup sont " amis d'eux-mêmes " et " sans esprit d'entente ". (2 Timothée 3:1-3.) Pareils défauts érodent plus d'un mariage aujourd'hui, mais un mari qui aime sa femme ne laissera pas les penchants égoïstes du monde influencer ses pensées et ses actions. — Romains 12:2.
7 6

Comment pourvoir aux besoins de votre femme ?
8, 9. Un mari chrétien doit combler les besoins de sa femme. Lesquels ? Vous qui êtes un mari chrétien, comment pouvez-vous résister à des tendances égoïstes et manifester un amour sincère à votre femme ? Dans les paroles que Paul a adressées aux Éphésiens, et qui sont mentionnées plus haut, deux obligations ressortent vous concernant. Vous devez subvenir aux besoins de votre femme et l'entourer de soins comme vous le faites pour votre propre corps. Comment au juste pouvez-vous pourvoir aux besoins de votre femme ? En satisfaisant, entre autres, ses besoins matériels. Paul a écrit à Timothée : " En effet, si quelqu'un ne pourvoit pas aux besoins des siens, et surtout de ceux qui sont des membres de sa maisonnée, il a renié la foi et il est pire qu'une personne sans foi. " — 1 Timothée 5:8. Seulement, fournir nourriture, vêtement et logement ne suffit pas. Pour quelle raison ? Un mari peut, en effet, pourvoir remarquablement aux besoins matériels de sa femme, mais ne pas combler ses besoins affectifs et spirituels. Il est pourtant essentiel de pourvoir à ces besoins-là. Il est vrai que de nombreux maris chrétiens sont très pris par des activités liées à la congrégation. Toutefois, le fait d'assumer de lourdes responsabilités au sein de la congrégation ne dispense pas pour autant un mari de remplir les obligations divines qui incombent à tout chef de famille (1 Timothée 3:5, 12). À ce sujet, il y a quelques années, le
9 8

présent périodique a fait cette remarque : " Conformément aux exigences bibliques, on peut dire que ' l'oeuvre d'un berger commence dans son foyer '. Si un ancien négligeait sa famille, cela pourrait remettre en cause sa nomination à cette fonction*. " Ainsi, il est impératif que vous combliez les besoins de votre femme dans les domaines matériel, affectif et, surtout, spirituel. * Voir notre numéro du 15 mai 1989, page 12.

Que signifie entourer de soins votre femme ?
10. Comment un mari peut-il entourer de soins sa femme ? Entourer de soins votre femme, c'est lui témoigner beaucoup d'attention parce que vous l'aimez. Il y a bien des façons d'exprimer cette attention. En premier lieu, passez suffisamment de temps avec elle. Si vous la négligiez sous ce rapport, l'amour qu'elle éprouve pour vous pourrait se refroidir. Soyez également conscient de ceci : vous pouvez sous-estimer les besoins de votre femme et ne pas lui accorder autant de temps et d'attention qu'il lui en faudrait. Ne vous contentez pas de lui dire que vous l'aimez. Faites qu'elle se sente aimée. Paul a écrit " Que chacun continue à chercher, non pas son propre avantage, mais celui de l'autre. " (1 Corinthiens 10:24). En mari aimant, vous voudrez vous assurer que vous comprenez quels sont les besoins réels de votre femme. — Philippiens 2:4. 11. Quelle incidence la manière dont un mari traite sa femme a-t-elle sur les relations qu'il entretient avec Dieu et la congrégation ? Entourer de soins votre femme, c'est aussi la traiter avec tendresse, en paroles comme en actes (Proverbes 12:18). Paul a écrit aux Colossiens : " Maris, continuez à aimer vos femmes et ne vous aigrissez pas contre elles. " (Colossiens 3:19). Selon un ouvrage de référence, la dernière partie de la déclaration de Paul peut être rendue de façon idiomatique par " ne la traitez pas comme une domestique ", ou " n'en faites pas une esclave ". Un mari qui tyrannise sa femme, que ce soit en privé ou en public, ne montre sûrement pas qu'il l'aime. En étant dur avec elle, il peut nuire aux relations qu'il entretient avec Dieu. L'apôtre Pierre a écrit aux maris : " Continuez à demeurer avec [vos femmes] selon la connaissance, leur assignant de l'honneur comme à un vase plus faible, le vase féminin, puisque vous êtes aussi héritiers avec elles de la faveur imméritée de la vie, afin que vos prières ne soient pas entravées*. " — 1 Pierre 3:7. * Pour se voir confier des responsabilités dans la congrégation chrétienne, un homme ne doit pas être ' quelqu'un qui frappe', c'est-à-dire quelqu'un qui maltraite autrui physiquement ou verbalement. On pouvait d'ailleurs lire dans notre numéro du 1er septembre 1990, page 25 : " Un chrétien marié ne remplit pas les conditions requises s'il a une conduite pieuse hors de chez lui, mais qu'il agisse en tyran dans son foyer. " — 1 Timothée 3:2-5, 12. 12. Que peut apprendre un mari chrétien de la façon dont Jésus a traité la congrégation chrétienne ? Ne considérez jamais comme un acquis l'amour que votre femme éprouve pour vous. Assurez-la fréquemment de la constance de votre amour. Par la manière dont il a traité la congrégation, Jésus a montré comment les maris chrétiens doivent traiter leurs femmes. Il était doux, bienveillant et indulgent - même quand ses disciples manifestaient de façon répétée des traits de personnalité indésirables. Jésus pouvait donc dire à ceux qu'il côtoyait : " Venez à moi, [...] car je suis doux de caractère et humble de coeur, et vous trouverez du réconfort pour vos âmes. " (Matthieu 11:28, 29). Un mari chrétien s'applique à imiter Jésus, à traiter sa femme comme Jésus a traité la congrégation. Un homme qui montre aussi bien en paroles qu'en actes qu'il aime vraiment sa femme lui procure un grand réconfort.
12 11 10

Des femmes qui vivent en accord avec les principes bibliques
13. Quels principes bibliques peuvent aider les femmes ?
13

La Bible contient également des principes qui peuvent aider les femmes. On lit en Éphésiens 5:22-24,

33: " Que les femmes soient soumises à leurs maris comme au Seigneur, parce que le mari est chef de sa femme comme le Christ aussi est chef de la congrégation, étant, lui, un sauveur de ce corps. Oui, comme la congrégation est soumise au Christ, de même que les femmes aussi le soient en tout à leurs maris. [...] la femme doit avoir un profond respect pour son mari. " 14. Pourquoi le principe biblique de la soumission n'abaisse-t-il pas les femmes ? Remarquez à quel point Paul a mis l'accent sur la soumission et le respect. Il est rappelé à la femme qu'elle doit se soumettre à son mari. Cela s'harmonise avec le principe d'autorité établi par Dieu. Chaque créature, au ciel ou sur la terre, est soumise à quelqu'un. Jésus lui-même se trouve dans ce cas : il est soumis à Jéhovah Dieu (1 Corinthiens 11:3). Cela étant, lorsqu'un mari exerce son autorité de la bonne manière, il est plus facile à sa femme de lui être soumise. 15. Citez quelques conseils que la Bible donne aux femmes. Paul a aussi déclaré qu'une femme " doit avoir un profond respect pour son mari ". Une femme chrétienne doit manifester un " esprit doux et paisible ". Elle ne doit pas défier avec arrogance son mari ni adopter un comportement indépendant (1 Pierre 3:4). Une femme qui respecte les principes divins travaille dur pour le bien de son foyer, et honore son mari et chef (Tite 2:4, 5). Elle s'efforce de parler en bien de son mari et veille à ne rien faire qui amènerait quelqu'un à ne pas le respecter. Elle travaille aussi à la réussite des décisions qu'il prend. — Proverbes 14:1. 16. Que peuvent apprendre les femmes chrétiennes de l'exemple de Sara et de Rébecca ? Le fait que la femme chrétienne doive avoir un esprit doux et paisible ne signifie pas qu'elle n'a pas d'opinions ni que son point de vue est sans intérêt. Dans les temps anciens, des femmes qui vivaient en accord avec les principes divins, telles Sara et Rébecca, n'ont pas hésité à exprimer leurs préoccupations, et le récit biblique indique que Jéhovah a approuvé leur initiative (Genèse 21:8-12 ; 27:46-28:4). Les femmes chrétiennes peuvent elles aussi exprimer leurs sentiments. Toutefois, elles veillent à faire preuve de considération et se gardent d'avoir des paroles humiliantes. La communication qu'elles ont avec leurs maris devient alors certainement plus agréable et leurs attentes sont davantage prises en considération.
16 15 14

L'importance de l'engagement
17, 18. Citez quelques moyens permettant aux maris et aux femmes de résister aux tentatives de Satan visant à rompre leur union. Le mariage est un engagement pour la vie. Aussi, la femme comme le mari doivent sincèrement vouloir que leur union soit une réussite. Lorsqu'il n'y a pas de communication franche, des difficultés risquent de dégénérer en problèmes graves. Trop souvent, des conjoints cessent de communiquer quand des difficultés apparaissent, ce qui est source de ressentiment. Certains cherchent même des moyens de mettre un terme à leur mariage, parfois en s'engageant dans une relation amoureuse en dehors du mariage. Jésus a été clair : " Tout homme qui continue à regarder une femme de manière à éprouver une passion pour elle a déjà commis l'adultère avec elle dans son coeur. " — Matthieu 5:28. L'apôtre Paul a donné le conseil suivant à tous les chrétiens, y compris à ceux qui sont mariés : " Soyez en colère, et pourtant ne péchez pas ; que le soleil ne se couche pas sur votre irritation, et ne donnez pas de champ au Diable. " (Éphésiens 4:26, 27). Notre principal ennemi, Satan, cherche à tirer parti des désaccords qui peuvent survenir entre chrétiens. Ne le laissez pas parvenir à ses fins ! Quand des difficultés apparaissent, recherchez dans la Bible, en vous servant des publications chrétiennes, la pensée de Jéhovah à ce sujet. Réglez vos désaccords calmement et avec franchise. Comblez tout fossé entre ce que vous savez des normes de Jéhovah et ce que vous faites concrètement pour les respecter (Jacques 1:22-25). Pour ce qui est de votre mariage, soyez déterminé à continuer de marcher avec Dieu, votre conjoint à vos côtés. Ne laissez rien ni personne séparer ce que Dieu a attelé au même joug ! — Mika 6:8.
18 17

Vous en souvenez-vous ?
Pourquoi même des chrétiens peuvent-ils connaître des problèmes au sein de leur couple ? Comment un mari peut-il pourvoir aux besoins de sa femme et lui montrer qu'il l'aime Que peut faire une femme pour montrer qu'elle respecte profondément son mari ? Comment un mari et une femme peuvent-ils consolider leur union ?

Page 24 JEUNES GENS : POURSUIVEZ DES OBJECTIFS QUI HONORENT DIEU
"Exerce-toi en ayant pour but l'attachement à Dieu. " — 1 TIMOTHÉE 4:7.

1, 2. a) Pourquoi Paul a-t-il félicité Timothée ? b) Comment, de nos jours, les jeunes ' s'exercent-ils en ayant pour but l'attachement à Dieu' ? " JE N'AI personne d'autre qui ait une attitude comme la sienne et qui se soucie réellement des choses qui vous concernent. [...j comme un enfant avec son père, avec moi il a travaillé comme un esclave pour faire progresser la bonne nouvelle. " (Philippiens 2:20, 22). L'apôtre Paul a inclus ces éloges chaleureux dans la lettre qu'il a adressée aux chrétiens de Philippes. De qui parlait-il ? De Timothée, son jeune compagnon de voyage. Imaginez comme cette marque d'affection et de confiance de la part de Paul a dû réchauffer le cœur de Timothée ! Les jeunes qui, comme Timothée, sont spirituels ont toujours été des éléments précieux au sein du peuple de Jéhovah (Psaume 110:3). Aujourd'hui, au sein de l'organisation de Dieu, nombre d'entre eux sont pionniers, missionnaires, volontaires dans les constructions ou Béthélites. Sont également dignes d'éloges ceux qui participent avec zèle aux activités de la congrégation tout en assumant d'autres responsabilités. Ces jeunes éprouvent la satisfaction profonde qui découle de la poursuite d'objectifs qui honorent notre Père céleste Jéhovah. Incontestablement, ils `s'exercent en ayant pour but l'attachement à Dieu'. — 1 Timothée 4:7, 8. 3. Que considérerons-nous dans cet article ? Vous qui êtes jeune, cherchez-vous à atteindre des objectifs spirituels précis ? Pour y parvenir, où pouvez-vous obtenir aide et encouragement ? Comment pouvez-vous résister aux influences de ce monde matérialiste ? Quelles bénédictions recevrez-vous si vous poursuivez des objectifs qui honorent Dieu ? Répondons à ces questions en nous intéressant à la vie de Timothée et en réfléchissant à l'orientation qu'il lui a donnée.
3 2

Le contexte dans lequel Timothée a grandi
4. Retracez brièvement le parcours de Timothée. Timothée a grandi à Lystres, une petite ville de la province romaine de Galatie. Il a manifestement découvert le christianisme à l'adolescence, quand Paul a prêché à Lystres aux alentours de 47 de notre ère. Timothée a rapidement acquis une excellente réputation parmi les frères de l'endroit. Quand, vers 49, Paul est retourné à Lystres et a eu connaissance des progrès de Timothée, il l'a choisi comme collaborateur pour son activité de missionnaire (Actes 14:5-20 ; 16:1-3). À mesure qu'il mûrissait, Timothée s'est vu confier des responsabilités plus grandes, parmi lesquelles des missions importantes visant à fortifier les frères. Quand Paul a écrit à Timothée depuis la prison de Rome vers 65, Timothée exerçait la fonction d'ancien dans la congrégation d'Éphèse. 5. Selon 2 Timothée 3:14, 15, quels sont deux des facteurs qui ont contribué à ce que Timothée décide de
4

poursuivre des objectifs spirituels ? Nous le savons, Timothée a décidé de poursuivre des objectifs spirituels. Mais qu'est-ce qui lui en a donné l'envie ? Dans la deuxième lettre qu'il lui a adressée, Paul a cité deux facteurs déterminants : " Demeure dans les choses que tu as apprises et qu'on t'a persuadé de croire, sa chant de quelles personnes tu les as apprises et que depuis ta toute petite enfance tu connais les écrits sacrés. " (2 Timothée 3:14, 15). Grâce à l'influence que des chrétiens ont eue sur lui, Timothée a pu faire de bons choix. Intéressons-nous pour commencer à cet aspect.
5

Tirez profit de la compagnie de personnes spirituelles
6. Quelle éducation Timothée a-t-il reçue, et comment y a-t-il réagi ? Timothée a grandi dans un foyer mixte. Son père était Grec et sa mère, Eunice, ainsi que sa grand-mère. Lois, étaient d'origine juive (Actes 16:1). Timothée était tout jeune quand Eunice et Loïs ont commencé à lui enseigner les vérités contenues dans les Écritures hébraïques. Après s'être converties au christianisme, elles ont sans aucun doute contribué à le persuader de croire les enseignements chrétiens. Comme en témoigne son parcours, Timothée a tiré pleinement profit de l'excellente éducation qu'il a reçue. Paul a reconnu : "Je me rappelle la foi qui est en toi sans aucune hypocrisie, et qui a d'abord habité dans ta grand-mère Loïs et dans ta mère Eunice, mais qui, j'en suis certain, est aussi en toi. " — 2 Timothée 1:5. 7. Quel bonheur de nombreux jeunes ont-ils, et comment peuvent-ils en tirer profit ? Aujourd'hui, bon nombre de jeunes ont le bonheur d'avoir des parents et des grands-parents qui craignent Dieu et qui, comme Eunice et Loïs, reconnaissent l'importance d'avoir des objectifs spirituels. Samira, par exemple, se rappelle encore les longues conversations qu'elle avait avec ses parents quand elle était adolescente. " Maman et papa m'ont appris à voir les choses comme Jéhovah les voit et à accorder la priorité à la prédication, raconte-t-elle. Ils m'ont toujours incitée à me consacrer au service à plein temps. " Samira a bien réagi aux encouragements de ses parents et elle a actuellement le privilège d'être membre de la famille du Béthel dans son pays. Si vos parents vous encouragent à vous concentrer sur des objectifs spirituels, réfléchissez-y sérieusement. Ils veulent ce qu'il y a de mieux pour vous. — Proverbes 1:5. 8. Comment Timothée a-t-il tiré profit de la compagnie stimulante d'autres chrétiens ? Il est par ailleurs important que vous recherchiez la compagnie de frères et soeurs chrétiens qui auront une bonne influence sur vous. Timothée s'est fait une belle réputation auprès des anciens de sa congrégation et de celle d'Iconium, distante d'une trentaine de kilomètres (Actes 16:1, 2). Il a noué une amitié étroite avec Paul, qui était dynamique (Philippiens 3:14). Les lettres de l'apôtre indiquent que Timothée faisait bon accueil aux conseils et était prompt à imiter les exemples de foi (1 Corinthiens 4:17; 1 Timothée 4:6, 12-16). Paul a écrit : " Tu as suivi de près mon enseignement, ma manière de vivre, mon dessein, ma foi, ma patience, mon amour, mon endurance. " (2 Timothée 3:10). Timothée a effectivement suivi de près l'exemple de Paul. De même, en fréquentant les éléments spirituellement forts de votre congrégation, vous parviendrez plus facilement à vous fixer des objectifs spirituels. — 2 Timothée 2:20-22.
8 7 6

Étudiez les " écrits sacrés "
9. Outre que vous devez fréquenter des personnes spirituelles, que vous faut-il faire pour ` vous exercer en ayant pour but l'attachement à Dieu' ? Pour atteindre des objectifs spirituels, vous suffit-il de fréquenter les bonnes personnes ? Non. Comme Timothée, vous devez examiner attentivement les " écrits sacrés ". Il se peut que l'étude ne soit pas votre activité favorite. Rappelez-vous toutefois que Timothée a dû ' s'exercer en ayant pour but l'attachement à Dieu '. Pour atteindre leur objectif, les athlètes s'exercent souvent de manière intense, et ce pendant de nombreux mois. Pareillement, on atteint des objectifs spirituels en faisant des sacrifices et en fournissant des
9

efforts soutenus (1 Timothée 4:7, 8, 10, note). ' Mais, demanderez-vous peut-être, en quoi l'étude de la Bible peut-elle m'aider à atteindre mes objectifs ? ' Elle le peut de plusieurs façons. Considérons-en trois. 10, 11. Pourquoi les Écritures vous donneront-elles l'envie d'atteindre des objectifs spirituels ? Illustrez votre réponse. En premier lieu, les Écritures vous donneront le bon mobile. Elles révèlent la personnalité extraordinaire de notre Père céleste, l'acte suprême d'amour qu'il a accompli en notre faveur et les bienfaits éternels qu'il réserve pour ses serviteurs fidèles (Amos 3:7 ; Jean 3:16 ; Romains 15:4). Plus vous connaîtrez Jéhovah, plus vous l'aimerez et souhaiterez lui consacrer votre vie. De nombreux jeunes chrétiens disent que l'étude individuelle et régulière de la Bible les a aidés de façon déterminante à prendre la vérité à coeur. Par exemple, bien qu'ayant grandi dans un foyer chrétien, Adele ne s'était jamais fixé d'objectif spirituel. Elle raconte : " Mes parents m'emmenaient à la Salle du Royaume mais, pendant les réunions, je n'écoutais pas. Et puis je n'étudiais pas. " Du jour où sa soeur s'est fait baptiser, Adele a commencé à prendre la vérité plus au sérieux. " J'ai décidé de lire la Bible en entier. J'en lisais un peu et j'écrivais un commentaire sur ce que je venais de lire. J'ai encore toutes mes notes. J'ai lu la Bible en une année. " En agissant ainsi, Adele a eu envie de vouer sa vie à Jéhovah. Malgré un lourd handicap physique, elle est à présent pionnière, c'est-à-dire évangélisatrice à plein temps. 12, 13. a) Quels changements l'étude de la Bible aidera-t-elle un jeune à opérer dans sa vie, et comment cela sera-t-il possible ? b) Citez des exemples qui montrent la sagesse pratique de la Parole de Dieu. En second lieu, la Bible vous aidera à transformer votre personnalité. Paul a dit à Timothée que les " écrits sacrés " étaient " utile[s] pour enseigner, pour reprendre, pour remettre les choses en ordre, pour discipliner dans la justice, pour que l'homme de Dieu soit pleinement qualifié, parfaitement équipé pour toute oeuvre bonne ". (2 Timothée 3:16, 17.) En méditant régulièrement sur des sujets qui sont liés à la Parole de Dieu et en appliquant les principes bibliques, vous permettrez à l'esprit de Dieu d'affiner votre personnalité. Vous cultiverez des qualités fondamentales comme l'humilité, la persévérance, le zèle et un amour authentique pour vos compagnons chrétiens (1 Timothée 4:15). Timothée possédait ces qualités, et elles l'ont rendu précieux tant aux congrégations qu'il a aidées qu'à Paul. — Philippiens 2:20-22. Enfin, la Parole de Dieu est une mine de sagesse pratique (Psaume 1:1-3 ; 19:7 ; 2 Timothée 2:7 ; 3:15). Elle vous aidera à bien choisir vos amis, à choisir de saines distractions et à prendre nombre de décisions importantes (Genèse 34:1, 2 ; Psaume 119:37 ; 1 Corinthiens 7:36). Pour atteindre vos objectifs spirituels, il est indispensable que vous preniez dès maintenant de bonnes décisions.
13 12 11 10

' Combattez le beau combat '
14. Pourquoi le fait de poursuivre des objectifs spirituels n'est-il pas ce qu'il y a de plus facile ? Si donner la priorité aux objectifs qui honorent Jéhovah est bien la voie la plus sage, ce n'est en tout cas pas la plus facile. Par exemple, au moment de donner une orientation à votre vie, vous pouvez être soumis à de fortes pressions de la part de membres de votre famille, de jeunes de votre entourage et de conseillers bien intentionnés. On peut chercher à vous convaincre que de longues études et une carrière lucrative sont indispensables à la réussite et au bonheur (Romains 12:2). Tout comme Timothée, il vous faudra " combat[tre] le beau combat de la foi " de manière à " saisi[r] fermement la vie éternelle " que Jéhovah vous offre. — 1 Timothée 6:12; 2 Timothée 3:12. 15. Quelle opposition Timothée a-t-il peut-être rencontrée ? Il peut vous être très difficile de faire le choix de poursuivre des objectifs spirituels si des membres de votre famille qui ne partagent pas vos croyances désapprouvent un tel choix. Il est possible que Timothée ait rencontré pareille opposition. Selon un ouvrage de référence, il semble que sa famille " appartenait à la classe instruite et privilégiée de la population ". Son père attendait probablement de lui qu'il fasse de longues
15 14

études et prenne un jour la direction de l'entreprise familiale*. Imaginez la réaction qu'il a dû avoir en s'apercevant que Timothée avait choisi l'oeuvre missionnaire aux côtés de Paul, pleine d'incertitudes sur le plan matériel et de dangers ! * La société grecque accordait une grande importance à l'éducation. Plutarque, un contemporain de Timothée, a écrit : " La source et la racine des vertus de l'homme de bien, c'est de trouver une éducation conforme aux bons usages.[ ...] c'est là ce qui pousse et qui aide, je l'affirme, à trouver la vertu et le bonheur. Les autres biens, eux, sont humains, insignifiants, indignes d'être recherchés. " - Plutarque, OEuvres morales, Tome I, I er partie, " De l'éducation des enfants ", trad. J. Sirinelli, Paris, Les Belles Lettres, " Collection des Universités de France ", 1987, p. 40, 43. 16. Comment un jeune a-t-il réagi à l'opposition de l'un de ses parents ? Les jeunes chrétiens aujourd'hui connaissent les mêmes difficultés. Matthieu, qui est volontaire dans un Béthel, se souvient : " Quand j'ai entrepris le service de pionnier, mon père a été extrêmement déçu. Pour lui, gagner ma vie en faisant du travail de nettoyage afin de poursuivre mon ministère, c'était' gâcher ' l'instruction que j'avais reçue. Il me tournait en ridicule en me rappelant combien je pouvais gagner si je travaillais à plein temps. " Comment Matthieu a-t-il réagi devant cette opposition ? " J'ai maintenu un bon programme de lecture de la Bible et je priais très souvent, particulièrement dans les moments où j'aurais pu facilement me mettre en colère. " Sa détermination a été payante. Avec le temps, ses relations avec son père se sont améliorées. Matthieu est également devenu plus proche de Jéhovah. Il a reconnu : " J'ai vu Jéhovah à l'oeuvre : il a comblé mes besoins, m'a encouragé et m'a empêché de prendre de mauvaises décisions. Je n'aurais jamais vécu toutes ces choses si je ne m'étais pas efforcé d'atteindre des objectifs spirituels. "
16

Continuez de vous concentrer sur des objectifs spirituels
17. Comment des chrétiens pourraient-ils inconsciemment décourager ceux qui envisagent de s'engager dans le service à plein temps (Matthieu 16:22) ? Vos efforts dans la poursuite d'objectifs spirituels peuvent parfois même être entravés insidieusement par certains de vos compagnons chrétiens. ' Pourquoi être pionnier ? demanderont-ils. Tu peux mener une vie normale et aussi prêcher. Trouve-toi un bon travail et assure ta sécurité matérielle. ' Ce conseil peut sembler bon, mais est-ce qu'en le suivant vous vous exerceriez vraiment en ayant pour but l'attachement à Dieu ? 18, 19. a) Comment pouvez-vous rester concentré sur des objectifs spirituels ? b) Vous qui êtes jeune, mentionnez les sacrifices que vous faites pour la cause du Royaume. À l'époque de Timothée, certains chrétiens raisonnaient apparemment ainsi (1 Timothée 6:17). C'est pourquoi, afin d'aider Timothée à continuer de se concentrer sur des objectifs spirituels, Paul l'a encouragé par ces mots : " Aucun homme servant comme soldat ne se laisse entraîner dans les affaires commerciales de la vie, afin de gagner l'approbation de celui qui l'a enrôlé comme soldat. " (2 Timothée 2:4). Un soldat en service actif ne peut se permettre de se laisser distraire par des préoccupations propres à la vie civile. Sa vie et celle d'autres personnes dépendent de lui: il doit être toujours prêt à exécuter les ordres de son commandant. Puisque vous êtes un soldat sous les ordres de Christ, vous devez vous aussi veiller à ne pas vous disperser et à ne pas vous laisser accaparer par des préoccupations d'ordre matériel qui vous empêcheraient d'accomplir pleinement votre ministère, lequel sauve des vies. — Matthieu 6:24 ; 1 Timothée 4:16 ; 2 Timothée 4:2, 5. Plutôt que de chercher à mener une vie confortable, cultivez l'esprit de sacrifice. Paul a fait cette recommandation à Timothée : " Sois disposé à te passer des agréments de la vie, en soldat de Christ Jésus. " (2 Timothée 2:3, The English Bible in Basic English). Au contact de Paul, Timothée a appris le secret d'éprouver le contentement même dans les conditions les plus pénibles (Philippiens 4:11, 12 ; 1 Timothée 6:68). Vous pouvez en faire autant. Êtes-vous prêt à faire des sacrifices pour la cause du Royaume ?
19 18 17

Des bénédictions dès à présent et dans l'avenir
20, 21. a) Mentionnez certaines des bénédictions qui résultent de la poursuite d'objectifs spirituels. b) Qu'êtes-vous déterminé à faire ? Pendant une quinzaine d'années, Timothée a collaboré étroitement avec Paul. Il a vu de ses propres yeux des congrégations se former au fur et à mesure que la bonne nouvelle était prêchée dans presque tous les pays de la côte nord du bassin méditerranéen. Sa vie a été plus passionnante et satisfaisante qu'elle ne l'aurait été s'il avait choisi de mener une vie " normale ". En poursuivant des objectifs spirituels, vous recevrez vous aussi des bénédictions inestimables. Vous vous rapprocherez de Jéhovah et vous gagnerez l'amour et le respect de compagnons chrétiens. Au lieu de connaître la douleur et la frustration que ressentent ceux qui courent après la richesse, vous éprouverez un bonheur intense en donnant généreusement. Pardessus tout, vous " saisi[rez] fermement la vie véritable " : la vie éternelle sur une terre transformée en paradis. — 1 Timothée 6:9, 10, 17-19 ; Actes 20:35. Par conséquent, à moins que vous ne l'ayez déjà fait, nous vous encourageons chaleureusement à commencer dès maintenant à vous exercer en ayant pour but l'attachement à Dieu. Fréquentez davantage ceux qui, au sein de la congrégation, peuvent vous aider à atteindre des objectifs spirituels, et recherchez leurs conseils. Faites de l'étude individuelle et régulière de la Parole de Dieu une priorité. Soyez déterminé à résister à l'esprit matérialiste de ce monde. Et souvenez-vous toujours que le Dieu " qui nous procure richement toutes choses pour que nous en jouissions " promet que vous pouvez recevoir d'abondantes bénédictions dès maintenant et dans l'avenir si vous poursuivez des objectifs qui l'honorent. — 1 Timothée 6:17.
21 20

Vous en souvenez-vous ?
Où les jeunes peuvent-ils trouver de l'aide pour atteindre des objectifs spirituels ? Pourquoi l'étude sérieuse de la Bible est-elle si importante ? Comment les jeunes peuvent-ils résister à l'influence matérialiste de ce monde ? Quelles bénédictions reçoit-on quand on cherche à atteindre des objectifs spirituels ? LA TOUR DE GARDE • 1" MAI 2007 28

Jeunes gens vos parents sont sensibles à votre conduite
JE N'AI pas de plus grand sujet de reconnaissance que ceci, a écrit le vieil apôtre Jean : que j'entende dire que mes enfants continuent à marcher dans la vérité. " (3 Jean 4). Certes, les enfants dont il est question dans ce verset biblique désignent les disciples du Christ. Mais un père ou une mère qui craint Dieu peut aisément se retrouver dans les sentiments que Jean a exprimés. De même que des parents ont une influence déterminante sur la vie de leurs enfants, de même l'attitude des enfants a une grande incidence sur leurs parents. Constatant à quel point les parents sont sensibles au comportement de leurs enfants, Salomon, roi d'Israël, a écrit : " Un fils sage est celui qui réjouit un père, mais un fils stupide est le chagrin de sa mère. " (Proverbes 10:1). En conséquence, tous tes enfants — même les plus âgés — feront bien de se demander quel effet leurs actions auront sur leur père et leur mère, l'pourquoi convient-il de se livrer à une telle analyse ? Songez à toute l'attention que vos parents qui craignent Dieu ont consacrée à votre éducation ! Ils ont commencé à s'intéresser à vous et à prier pour vous bien avant votre naissance. Dès votre venue au monde, ils ont tous les deux pris plaisir a tisser des liens d'affection avec vous. Il est très probable qu'ils ont aussi remercié Dieu du privilège et de la responsabilité d'être parents, honneur et fonction immenses, mais qui ne peuvent être pris à la légère. Un petit être sans défense leur était désormais confié ; ces adorateurs de Jéhovah ont pris leur mission au sérieux.

En véritables chrétiens, vos parents ont recherché une direction fiable dans la Bible ainsi que dans les publications bibliques, et ils ont demandé conseil à des parents expérimentés. Ils ont aussi continué d'exposer à Dieu leurs préoccupations dans la prière (Juges 13:8). En vous voyant grandir, vos parents ont discerné quels étaient vos points forts, sans toutefois ignorer vos faiblesses (Job 1:5). L'adolescence a apporté son lot de nouveaux défis. Si vous avez parfois été rebelle, vos parents ont dû multiplier leurs prières, étudier davantage et réfléchir encore plus à la façon de vous aider à rester attaché à votre Père céleste, Jéhovah.

LA TOUR DE CARDE • 1" MAI 2007

29

Vos parents ne cesseront jamais d'être des parents. Ils se soucieront toujours de votre bien-être physique, mental, affectif et spirituel, même lorsque vous aurez grandi. Ils gardent néanmoins constamment à l'esprit que vous jouissez du libre arbitre et qu'ils n'ont aucune garantie quant à l'orientation que prendra votre vie. En dernier ressort, c'est vous qui déciderez de la voie que vous suivrez.

Dès lors, si pour des parents il n'y a " pas de plus grand sujet de reconnaissance " que d'entendre dire que leurs enfants " continuent à marcher dans la vérité ", ne serait-il pas logique de penser que la mauvaise conduite des enfants produit l'effet inverse ? Effectivement, des enfants qui agissent sottement causent du chagrin à leurs parents. Salomon a déclaré : " Un fils stupide est un dépit pour son père et une amertume pour celle qui l'a mis au monde. " (Proverbes 17:25). Grande est la douleur des parents dont un enfant abandonne le culte du vrai Dieu ! De toute évidence, jeunes gens, votre comportement a une incidence considérable sur votre famille et sur votre entourage. Vos parents sont particulièrement sensibles à votre conduite. Si vous tournez le dos à Dieu et à ses principes, ils en souffriront. Mais le contraire est tout aussi vrai : si vous demeurez fidèles et obéissants à Jéhovah, ils seront heureux. Soyez résolus à réjouir le cœur de vos parents ! C'est le plus beau cadeau que vous puissiez faire à ceux qui vous élèvent, vous protègent et vous aiment.

Questions des lecteurs
Quand l'appel de chrétiens pour une espérance céleste prendra-t-il fin ? La Bible ne répond pas de façon précise à cette question. Nous savons que l'onction des disciples de Jésus pour leur héritage céleste a commencé en 33 de notre ère (Actes 2:1-4). Nous savons également qu'après la mort des apôtres, les chrétiens oints authentiques, le " blé ", et les pseudo-chrétiens, la " mauvaise herbe ", ont été amenés à " croître ensemble ". (Matthieu 13:24-30.) Puis, à partir de la fin des années 1800, les chrétiens oints sont redevenus actifs, et ce de façon très nette. En 1919, " la moisson de la terre " a débuté. Elle incluait le rassemblement des derniers oints. — Révélation 14:15,16. De la fin des années 1800 jusqu'en 1931, l'objectif principal de la prédication a été de rassembler le reste des membres du corps du Christ. En 1931, les Étudiants de la Bible ont pris le nom biblique de Témoins de Jéhovah, et dans La Tour de Garde du 15 novembre 1933 en anglais (15 avril 1934 en français), on expliquait que ce nom unique correspondait au " denier " de la parabole de Jésus, rapportée en Matthieu 20:1-16. On considérait que les 12 heures de la parabole correspondaient aux 12 ans qui vont de 1919 à 1931. Pendant de nombreuses années après que cette explication a été donnée, on a cru que l'appel pour le Royaume céleste avait cessé en 1931 et que ceux qui, en 1930 et en 1931, avaient été désignés pour être cohéritiers avec Christ étaient ' les derniers ' appelés (Matthieu 20:6-8). Cependant, en 1966, une compréhension affinée a été présentée, et il est devenu évident que cette parabole ne se rapportait pas du tout à la fin de l'appel des oints. En 1935, on a compris que la " grande foule " dont il est question en Révélation 7:9-15 était constituée des " autres brebis ". Il s'agit des chrétiens qui ont l'espérance de vivre sur la terre ; ces chrétiens allaient être rassemblés durant " les derniers jours " et, en tant que groupe, ils survivraient à HarMaguédôn (Jean 10:16 ; 2 Timothée 3:1 ; Révélation 21:3, 4). Après 1935, la prédication visait essentiellement à rassembler la grande foule.
30 LA TOUR DE GARDE • 1" MAI 2007

Ainsi, particulièrement après 1966, on a cru que l'appel céleste avait cessé en 1935. Cette compréhension semblait être confirmée par le fait que la majorité de ceux qui se sont fait baptiser après 1935 étaient convaincus d'avoir l'espérance
terrestre. Dès lors, on considérait que quiconque était appelé pour la vie au ciel l'était pour remplacer un chrétien oint qui s'était montré infidèle.

Assurément, si un oint abandonne la vérité et ne se repent pas, Jéhovah appelle bel et bien quelqu'un d'autre pour le remplacer (Romains 11:17-22). Cela étant, le nombre de oints authentiques qui sont devenus infidèles est probablement peu élevé. D'un autre côté, avec le temps, des chrétiens qui se sont fait baptiser après 1935 ont reçu le témoignage qu'ils ont l'espérance céleste (Romains 8:16, 17). Par conséquent, il apparaît que nous ne pouvons pas fixer de date précise relativement à la fin de l'appel des chrétiens qui ont l'espérance céleste. Comment devrait-on considérer un chrétien qui ressent dans son cœur qu'il est désormais oint et qui se met à prendre les emblèmes lors du Mémorial ? On ne doit pas le juger. C'est une affaire entre lui et Jéhovah (Romains 14:12). Rappelons que les chrétiens qui sont réellement oints ne réclament pas une attention particulière. Ils ne croient pas que, parce qu'ils sont oints, leur compréhension des choses spirituelles est forcément plus fine que celle de certains membres expérimentés de la grande foule. Ils ne croient pas davantage qu'ils ont nécessairement plus d'esprit saint que leurs compagnons qui font partie des autres brebis. Ils ne s'attendent pas non plus à jouir d'un traitement de faveur ni ne considèrent que le fait qu'ils prennent les emblèmes les place audessus des anciens établis dans la congrégation. Ils font preuve d'humilité, et se souviennent qu'au Ier siècle certains frères oints ne remplissaient pas les conditions requises pour être anciens ou assistants ministériels (1 Timothée 3:1-10, 12, 13 ; Tite 1:5-9 ; | acques 3:1). Des chrétiens oints étaient même faibles sur le plan spirituel (1 Thessaloniciens5:14). Quant aux sœurs, bien que ointes, elles n'enseignaient pas dans la congrégation. — 1 Timothée 2:11,12. Ainsi, les chrétiens oints et leurs compagnons, les autres brebis, s'appliquent à rester spirituellement forts ; ils cultivent le fruit de l'esprit et travaillent à la paix au sein de la congrégation. Sous la direction du Collège central, tous les chrétiens, qu'ils fassent partie des oints ou des autres brebis, participent avec zèle à l'œuvre consistant à prêcher la bonne nouvelle et à faire des disciples. Les chrétiens oints sont heureux d'agir ainsi aussi longtemps que Jéhovah Dieu voudra qu'ils restent sur la terre pour le servir.
LA TOUR DE GARDE * 1 MAI 2007 31

Bien plus important que le temps qu'il fera
La PLUPART des pays ont leurs dictons sur la prévision du temps. " Ciel rouge le soir laisse bon espoir; ciel rouge le matin, pluie en chemin. " Les météorologistes expliquent pourquoi certains phénomènes physiques font que le temps a de fortes chances d'évoluer conformément à ce que dit le proverbe. À l'époque de Jésus aussi, les gens avaient l'habitude d'observer le ciel et d'interpréter son aspect. Jésus a dit à des Juifs : " Quand vient le soir, vous avez l'habitude de dire : ' II va faire beau temps, car le ciel est rouge feu ' ; et le matin : 'Aujourd'hui il va faire un temps hivernal, pluvieux, car le ciel est rouge feu, mais sombre. ' Vous savez interpréter l'aspect du ciel. " Puis Jésus a fait une remarque étonnante : " Mais les signes des temps, vous n'êtes pas capables de les interpréter. " — Matthieu 16:2, 3. Qu'étaient ces " signes des temps " ? Les preuves nombreuses et évidentes que Jésus était véritablement le Messie que Dieu avait envoyé. Ses actions étaient aussi facilement identifiables que la rougeur du ciel. Pourtant, la majorité des Juifs n'ont pas tenu compte des signes qui indiquaient que le Messie était venu ; or, sa venue avait certainement plus d'importance que le temps qu'il allait faire. De nos jours, également, comprendre les signes annoncés par Jésus est bien plus important que de savoir interpréter la couleur du ciel. Jésus a prédit que le monde mauvais dans lequel nous vivons serait anéanti et laisserait place à un monde meilleur. Il a prophétisé que de nombreux événements se dérouleraient dans une même période, ce qui indiquerait l'imminence de ce changement. If y aurait notamment des guerres mondiales et des famines. Jésus a dit que lorsque nous verrions de telles choses, l'intervention de Dieu serait proche. — Matthieu 24:3-21.

Et vous, voyez-vous " les signes des temps " ?
W07-F 5/1

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->