CONCOURS GENERAUX EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 ADMINISTRATEURS SPÉCIALISÉS DANS LE DOMAINE DE LA RECHERCHE

FI

Test constitué d'une série de questions à choix multiple visant à évaluer les aptitudes et les compétences générales du candidat, notamment en matière de capacité de raisonnement verbal et numérique Questions numérotées de 1 à 40 Durée: 60 minutes
Instructions: Dans chacun des exercices suivants, vous serez confronté(e) à des questions qui se réfèrent à un texte ou un tableau déterminé. Vous devez choisir la réponse correcte pour chaque question. Pour parvenir à votre conclusion, n'utilisez que l'information contenue dans le texte ou le tableau. Il est important de noter que vous ne pouvez vous référer à aucune connaissance (préalable) quelle qu'elle soit et que l'exactitude de toutes les réponses est uniquement basée sur l'information contenue dans le texte ou le tableau.
?Vous

ne pouvez choisir qu'une seule réponse par question.

?Vous n'êtes pas autorisé(e) à vous aider d'un support.
?Les

réponses erronées ne seront pas pénalisées. correction ne sera admise sur le formulaire. nouveau formulaire ne vous sera distribué.

?Aucune ?Aucun

Les questionnaires peuvent servir de brouillon.

Veuillez ne pas tourner cette page avant le signal!
uropcar: ( o-r.

EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

Les saveurs d'Europe L'UE protège par l'intermédiaire de sa législation certaines appellations spécifiques de produits liées à un territoire ou à une méthode de production. Les appellations protégées sont indiquées au moyen d'un label de qualité. Ce système comporte différents avantages: d'une part, les appellations protégées offrent d'importantes garanties aux consommateurs, qui savent qu'ils achètent un produit authentique, labels de qualité délivrent un excellent message commercial au sujet des produits à haute valeur ajoutée. Le secteur du commerce peut informer les clients des caractéristiques et de l'origine spécifique des produits. Certains produits sont exceptionnels et méritent des précisions quant à leur origine et leur mode de production. Les consommateurs et le secteur du commerce alimentaire manifestent un intérêt croissant pour l'origine géographique et d'autres caractéristiques des produits alimentaires. 1. En ce qui concerne le label attaché aux appellations protégées, quelle proposition est correcte ? a) f^x\ ^-s
c

Il désigne le caractère exceptionnel du produit. Il peut indiquer que le produit provient d'une zone géographique particulière. Il n'implique pas nécessairement que le produit est protégé par la législation de l'UE. Il s'applique à des appellations spécifiques qui sont en perte de vitesse commerciale.

)

d)

2.

Parmi les propositions suivantes, laquelle est correcte?
a

\

Le label de qualité garantit que le produit appartient à une marque déterminée. Le label de qualité est utilisé à des fins surtout commerciales.

b)

fc) : Le label de qualité garantit que le produit n'est pas une imitation. <■[) Les informations sur le produit sont avant tout demandées par le consommateur.

3.

Parmi les propositions suivantes relatives aux appellations protégées par un label, laquelle est correcte? a)
M

Elles permettent de connaître les étapes de fabrication du produit. Elles permettent de voir rapidement que le produit est à haute valeur ajoutée, donc plus cher. Elles permettent de rassurer le consommateur quant à la qualité du produit. Elles permettent de distinguer les produits soumis à des contrôles stricts de ceux qui ne le sont pas. 1

"' y\ V-/'
; c

j)

© European Communities 2003 © Communautés européennes 2003 © Europàische Gemeinschaftcn 2003

EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 Test de présélection (e)

FR

Répartition par sexe et par pays des travailleurs à temps partiel (< 30h par semaine)
Danemark Femmes 1990 2001 Hommes 1990 2001 29,6 % 20,8 % 10,2% 9,0 % Suède 24,5 % 21,0% 5,3 % 7,3 % France 21,7% 23,8 % 4,0 % 5,0 % Norvège 39,8 % 32,7 % 6,9 % 9,1 % Belgique 29,8 % 33,4 % 4,6 % 5,6 % Allemagne 29,8 % 33,9 % 2,3 % 4,8 %

4.

En 1990, la Belgique comptait 3 500 000 travailleurs, dont 55 % étaient des hommes. Combien de travailleurs (hommes et femmes) à temps partiel la Belgique comptait-elle en 1990? a) ' 88 550 b)557 900 c)633 850
d)646 100

5.

Le nombre total de travailleurs de sexe masculin en France a augmenté de 5 % entre 1990 et 2001. Selon quel pourcentage le nombre de travailleurs de sexe masculin à temps partiel a-t-il augmenté en France entre 1990 et 2001 ? a)1,00% b)10,00% c)25,00 % d)31,25%

6.

Le nombre de travailleurs de sexe masculin à temps partiel au Danemark s'élevait à 216 000 en 2001. Le nombre total de travailleurs de sexe masculin au Danemark a augmenté de 2 % entre 2001 et 2003. Le pourcentage de travailleurs de sexe masculin à temps partiel est resté le même. Combien de travailleurs de sexe masculin le Danemark comptait-il en 2003? a) ' 220 320 b)2 160 000 c)2 400 000 d)2 448 000

© European Communities 2003 © Communautés européennes 2003 © Europâische Gemeinschaften 2003

EPSO/A/17/04-EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

L'amélioration des structures agricoles La Finlande accordera aux agriculteurs du sud de la Finlande une aide à l'investissement et à l'installation des jeunes agriculteurs, ainsi qu'une assistance technique au taux le plus élevé autorisé par la législation communautaire en la matière. Afin de garantir un important développement structurel, la Commission a en outre décidé d'autoriser la Finlande à accorder une aide à l'investissement en faveur de certains objectifs tels que les bâtiments de production, le bien-être des animaux et la protection de la nature, selon un pourcentage supérieur à celui prévu par la réglementation sur les aides d'État à l'agriculture. La Commission considère que d'autres aides nationales accordées ne contribuent à une agriculture durable que si elles sont associées à un soutien structurel de ce type. C'est pourquoi la décision dispose qu'une aide nationale au revenu ne peut être versée à des agriculteurs que s'ils ont droit au soutien structurel maximum prévu par la décision. 7. Parmi les propositions suivantes, laquelle correspond à l'avis de la Commission? x Favoriser le développement structurel n'implique pas des exceptions aux règles en vigueur. Une aide nationale n'a de sens dans le cadre d'une agriculture durable que si un soutien structurel l'accompagne. v La Finlande pourra dépasser le taux le plus élevé prévu par la législation s'il s'agit déjeunes agriculteurs.

b)
c

n

Les agriculteurs finlandais pourront récupérer jusqu'à 50 % de leur investissement.

8.

Que pourra faire la Finlande contrairement à d'autres pays? a) ,. , Fournir une assistance technique plus importante. Accorder un taux d'aide supérieur à la normale pour la protection de la nature. Aider les jeunes agriculteurs en appliquant un taux plus élevé que celui dont bénéficient les agriculteurs qui ont déjà de l'expérience.

d) - Fournir un soutien structurel maximum sous certaines conditions. 9. Que vise la décision prise par la Commission ? a) ,Réduire le retard technologique de l'agriculture finlandaise. Favoriser les agriculteurs du sud de la Finlande par rapport aux agriculteurs du reste du pays. Harmoniser les aides dans l'ensemble des Etats membres.

c)

. a) • Faire en sorte que le développement structurel soit important.

S European Communities 2003 © Communautés européennes 2003 C Europàische Gemeinschaften 2003

EPSO/A/17/04-EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

L'agriculture et l'élargissement L'accord conclu à propos de l'agriculture à Copenhague est une opération avantageuse pour les agriculteurs des pays adhérents et pour le secteur rural de ces pays. L'adhésion aura de nombreux effets positifs qui, malheureusement, sont délibérément ignorés par les détracteurs de l'adhésion à l'Union européenne. Affirmer que les paiements directs seront introduits au cours d'une période de 10 ans commençant en 2004 au taux de 25 % est tout à fait réducteur. Les agriculteurs des nouveaux États membres bénéficieront immédiatement de mesures concernant le marché ainsi que d'une politique de développement rural renforcée. Autrement dit, ils disposeront d'un filet de sécurité en cas de crise sur le marché et recevront davantage d'argent s'ils s'engagent à améliorer l'environnement ou la qualité des denrées alimentaires. Ce que les agriculteurs polonais, slovaques ou lettons constateront après l'élargissement, ce seront des niveaux plus élevés d'aides aux revenus, des prix stables ainsi qu'un soutien considérable pour leur processus de restructuration.

10.

À quoi un agriculteur appartenant à un pays adhérent peut-il s'attendre? a) • À une aide dans les changements qu'il veut introduire.

b)À une concurrence moindre. c)À un soutien dans ses processus de fabrication. d)À de meilleurs taux pour l'achat de ses matières premières.

11.

Pourquoi l'accord conclu à Copenhague aura-t-il un impact sur le secteur rural ? . ,, Car des paiements directs seront introduits sous forme de versements réguliers dès 2004. Car les agriculteurs auront plus de facilité à gagner de l'argent rapidement. Car les prix seront diminués. Car des primes seront versées s'il y a une amélioration de l'environnement.

c) ,,

© European Communities 2003 © Communautés européennes 2003 C Europâische Gerneinschaften 2003

4

EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

L'emploi en 2000
Emploi total (en milliers) % salariés % employeurs % indépendants (exception faite des indépendants) 12,1 % 10,5 % 10,1 % 6,4 % 5,3 % 8,0 % 2,9 % 0,8 % 19,3% 11,9% 1,0% 6,8 % % parents aidants

Italie Pays-Bas Portugal Espagne Suède Royaume-Uni

21 514,4 7 929 4 960 16 025,8 4 300 28 225

72,1 % 88,5 % 72,3 % 80,2 % 90,0 % 80,0 %

5,3 % 0,6 % 2,0 % 2,6 % 1,0 % 10,3%

12.

Combien de salariés de plus que d'employeurs et d'indépendants réunis la Suède comptait-elle en 2000? a) - 3 483 000

b)3 869 656 c)3 869 957 d)3 870 387

13.

En 2003, le Portugal comptait 82 336 parents aidants. Selon quel pourcentage ce nombre a-t-il diminué entre 2000 et 2003? a) . 8,60 %

b)16,60% c)17,00% d)83,00 %

14.

L'emploi total au Royaume-Uni a diminué de 3 % entre 2000 et 2003. Le rapport proportionnel entre les différents types d'emploi est resté le même qu'en 2000: En 2003, combien de salariés le Royaume-Uni comptait-il de plus que d'indépendants? a) « 19 000 800

b)20 660 700
c)21902 600

d)20 040 879

© European Communities 2003 © Communautés européennes 2003 © Europâische Gerneinschaften 2003

EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

La lutte contre le terrorisme L'Union doit mettre en place un centre d'échange d'informations au sein duquel les autorités répressives et judiciaires et les services de renseignements pourraient consolider leur confiance mutuelle et échanger des renseignements opérationnels permettant à chacun de s'acquitter parfaitement de sa mission. Le Conseil définira les objectifs prioritaires de ce mécanisme d'échange d'informations, mais il est néanmoins envisageable de mettre prioritairement en œuvre des activités relatives aux méthodes de recrutement des organisations terroristes, à l'identification des cellules dormantes, aux relais financiers dans la société civile et à leurs relations extérieures. Il convient d'améliorer l'échange d'informations entre les autorités nationales et au niveau de l'UE. Plus que de nouveaux organes ou institutions, l'Union a besoin d'une méthodologie globale à tous les niveaux pour l'échange d'informations.

15.

Que faudrait-il faire avant tout? a)Accroître la connaissance des cellules dormantes. b)Accroître la répression. c). ^ Mettre à disposition des données plus fiables. Identifier les relations entre les groupes terroristes et les autorités nationales.

16.

Que va permettre la création d'un centre d'échange d'informations ? a) ■, ,x c) ,x La définition plus claire des objectifs prioritaires à mettre en œuvre. La mise en place d'une méthodologie d'échange d'informations spécifique à chaque État. L'échange des données entre pays. La diminution des tensions entre les services de renseignement et les autorités répressives et judiciaires.

Q Europe» Communities 2003 © Communautés européennes 2003 © Europâische Gemeinschaften 2003

EPSO/A/17/04-EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

Les équipes communes d'enquête Il convient de veiller à tirer pleinement parti des moyens d'action créés par deux décisions du Conseil dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, à savoir la décision instituant Eurojust et la décision relative à l'application de mesures spécifiques de coopération policière et judiciaire. Ce dernier instrument prévoit que tous les États membres sont tenus de désigner des points de contact nationaux chargés de recueillir toutes les informations pertinentes concernant les enquêtes pénales et toutes les informations découlant de celles-ci en ce qui concerne les infractions terroristes qui impliquent toute personne, tout groupe ou toute entité figurant sur la liste annexée à la position commune 2001/931/PESC, et de transmettre ces informations à Europol et à Eurojust. En outre, la décision-cadre relative aux équipes communes d'enquête met en place un outil opérationnel essentiel permettant à des enquêteurs de deux ou plusieurs États membres de collaborer en matière de lutte contre les activités criminelles transfrontalières.

17.

Comment la coopération policière et judiciaire va-t-elle être concrétisée? a) b) * Par la mise sur pied de cellules d'enquêtes nationales. Par la mise à disposition d'informations à l'intention d'Europol et d'Eurojust.

c)Par la collecte et la communication d'informations relatives à toutes les enquêtes pénales. d)Par une meilleure exploitation des moyens d'action existants.

18.

Que prévoit l'une des deux décisions du Conseil ? a)-* Que toutes les données pertinentes sur le terrorisme devront être communiquées à Europol et à Eurojust.

b)Que la position commune 2001/931/PESC sera remise en question. c)Que chaque État membre devra établir un nombre minimal de points de

contact nationaux.
d)Que la coopération policière et judiciaire sera coordonnée par Eurojust.

•0 European Communities 2003 €> Communautés européennes 2003 © Europaisehe Gemeinschaften 2003

7

EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

Nombre d'enseignants par rapport au nombre d'élèves/étudiants (2000)
Nombre d'élèves/étudiants par enseignant Ens. primaire Allemagne Grèce Irlande Italie UE-15 19 13 23 10 16 Ens. secondaire 14 10 17 9 12 Ens. supérieur 12 12 17 12 16 % de femmes dans le corps enseignant Ens. primaire 82% 55 % 80% 95% 77% Ens. secondaire 60% 54% 56% 65% 56% Ens. supérieur 31 % 35% 30 % 26% 36%

19.

En 2000, l'Allemagne comptait 35 000 hommes enseignants dans l'enseignement secondaire. Combien d'élèves l'Allemagne comptait-elle dans l'enseignement secondaire en 2000?
a)1225 000

b)816 667 c)490 000 d)87 500
20. En 2000, l'Italie comptait 949 200 étudiants dans l'enseignement supérieur. Combien de femmes enseignantes l'Italie comptait-elle dans l'enseignement primaire en 2000, sachant que l'Italie comptait 20 % de personnel enseignant en plus dans l'enseignement primaire que dans l'enseignement supérieur?

a) - 24 679 b)75 145
c)90174

d)94 920
21. En 2000, la Grèce comptait 40 000 personnes enseignantes, dont 1/5 travaillait dans l'enseignement supérieur. Combien d'hommes le personnel enseignant de l'enseignement supérieur grec comptait-il de plus que de femmes en 2000? a) . 640 b)2 400 c)5 200
d)12 000

C European Communities 2003 © Communautés européennes 2003 C Europâische Gemeinschaften 2003

8

EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

L'Europe ouverte aux échanges Depuis 1978, les échanges entre TUE et la Chine ont été multipliés par plus de 40. La Chine est désormais le deuxième partenaire commercial de l'UE après les États-Unis. Alors que la balance commerciale de TUE avec la Chine était excédentaire au début des années 80, elle accuse désormais un déficit important et croissant. La capacité de l'agriculture européenne de produire de grandes quantités de produits alimentaires d'excellence ainsi que la diversité et la qualité de ses produits ont permis à l'UE de devenir un exportateur très important de nombreux produits alimentaires, et ils la placent au second rang des exportateurs mondiaux avec un volume d'exportations agricoles d'une valeur de 61 088 millions d'euros en 2002. L'UE est le principal producteur mondial de vin et d'huile d'olive (avec respectivement 65 et 80 % de la production mondiale), le premier exportateur de vin (70 % du marché mondial) et un acteur essentiel sur d'autres marchés (les produits horticoles et laitiers, la viande, les œufs et le sucre). 22. Qu'est-ce qui explique le succès commercial de l'UE? a) • La richesse de son agriculture. b)Une compétitivité stimulante avec les États-Unis. c)Sa politique agricole favorable et compétitive. ,. Sa production supérieure de produits tels que les produits horticoles et les produits laitiers.

23.

Quel élément illustre la place commerciale qu'occupe la Chine auprès de

l'UE?
a) ,s
;

L'excédent de la balance commerciale entre l'UE et la Chine. L'importation de produits chinois atteignant 61 088 millions d'euros en 2002. La quantité des échanges entre la Chine et l'UE. Le prestige et l'image de marque de l'Europe auprès des consommateurs chinois.

c) n

24.

Parmi les propositions suivantes, laquelle est correcte? a)L'UE est le premier exportateur mondial, devant les États-Unis. b)L'UE est le premier exportateur de vin vers la Chine. c)La Chine importe avant tout des produits alimentaires de TUE. ,v La balance commerciale entre l'UE et la Chine s'est inversée durant les à) ., 20 dernières armées.
C European Communities 2003 © Communautés européennes 2003 C Europâische Gemeinschaften 2003

9

EPSO/A/17/04-EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

Nombre de grossesses dans TUE
1989 Danemark Finlande France Allemagne Italie Pays-Bas 82 807 76 006 928 530 1 029 655 732 039 206 975 1990 84 022 77 781 932 835 1 050 942 735 301 216 349 1991 84 087 77 142 921 958 954 396 722 186 214 042 1992 86 600 77 802 902 590 927 700 720 265 216 156 1993 86 167 75 168 869 490 909 680 697 158 215 552 1994 87 201 75 244 863 956 873 189 672 002 216 422

25.

Si l'on considère la moyenne entre la France et l'Allemagne, quelle a été la diminution annuelle du nombre de grossesses entre 1991 et 1993 ? a) . 24 296 b)26 234 c)48 592 d)97 184

26.

En 1991, la France comptait 56 000 000 d'habitants et les Pays-Bas 15 000 000 d'habitants. Quelle proportion de la population totale en France et aux Pays-Bas réunis les femmes enceintes représentaient-elles en 1991? a)1,54% b)1,60 % c) • d) 0,80 % 0,77 %

27.

Selon quel pourcentage le nombre total de grossesses au Danemark a-t-il évolué en moyenne annuellement entre 1992 et 1994? a) b) Diminution de moins de 0,5 % < Diminution comprise entre 0,5 et 1 %

c)Augmentation de moins de 0,5 % d)Augmentation comprise entre 0,5 et 1 %

C Europcan Communities 2003 © Communautés européennes 2003 O Europâische Gemeinschaften 2003

10

EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

Le suivi des pêches minotières Les États membres doivent faire en sorte que les règles applicables aux captures accessoires soient respectées; ils ne sont toutefois pas obligés de communiquer la composition par espèce ou les quantités d'espèces faisant l'objet de captures accessoires. À des fins de conservation et d'équité dans la mise en œuvre, la Commission définit une série d'options concernant les mesures de gestion, de contrôle et de suivi. Parmi celles-ci figure la fixation de quotas spécifiques pour les captures accessoires des espèces les plus importantes destinées à la consommation humaine. En cas d'épuisement d'un ou de plusieurs de ces quotas, les débarquements d'espèces minotières provenant de la zone concernée seraient interdits. Une méthodologie commune serait appliquée pour le pesage de toutes les quantités débarquées ainsi que pour l'échantillonnage des débarquements non triés. Les navires pratiquant la pêche minotière devraient procéder à une notification préalable des débarquements. 28. À quel risque s'expose-t-on si l'on épuise un quota de capture accessoire d'espèces destinées à la consommation humaine ? a)L'extinction de l'espèce considérée. b)Une interdiction de pêche globale à court terme dans la zone concernée. c)Une interdiction de vente des espèces capturées. d) Une interdiction de débarquement des espèces minotières issues de la zone considérée.

29.

Quelle obligation les États membres doivent-ils respecter? a)Distinguer dans les stocks débarqués les espèces protégées des autres. b)Trier les espèces lorsqu'elles proviennent de pêcheries mixtes. c) « d) Respecter les mesures en vigueur concernant les prises accessoires. Ne pas autoriser la pêche minotière pour les captures accessoires.

© European Comrnuniîies 2003 © Communautés européennes 2003 © Europâische Gemeinschaften 2003

1 1

EPSO/A/17/04-EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

Étude sur les zones de montagne en Europe Les initiatives prises concernent les politiques sectorielles, les politiques de développement intégré, ainsi qu'une gamme de politiques et d'instruments transnationaux. L'étude indique que de nombreuses zones de montagne se voient offrir des possibilités de développement grâce aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Ces zones pourraient constituer des espaces de loisirs pour les citadins, cette évolution devant toutefois être gérée d'une manière durable pour assurer la protection de l'environnement. On aurait beaucoup à gagner en améliorant la coordination et la diffusion des expériences entre les régions et les pays. Il importe donc que les différents acteurs nationaux et internationaux travaillent en réseau dans le cadre d'une coopération à plusieurs niveaux entre les pays mais également au sein d'un même pays. La coopération internationale est fondamentale, tant pour les zones de montagne que pour les zones de plaine qu'elles séparent. 30. Que pourrait générer le développement des zones de montagne ? a) • Le développement du secteur de la communication.

b)Une meilleure coordination entre les pays. c)Une dégradation du milieu naturel. d)Un effet néfaste sur les zones de plaine.

31.

Qu'est-il nécessaire de faire pour stimuler le développement des zones de montagne? a)> Envisager une coopération entre les institutions nationales et les institutions internationales. Réglementer les entreprises présentes dans les montagnes ou à proximité des montagnes. Élaborer des politiques touristiques sectorielles et des politiques de développement intégré. Créer des espaces de loisirs pour les enfants citadins.

b)
c)
d) 32.

Parmi les propositions suivantes concernant les problèmes des zones de montagne, laquelle est correcte? a)Ils sont traités de façon semblable à travers les différents pays. b)Ils seront résolus si le tourisme peut s'intensifier. Ils seraient déjà moindres si les régions et les pays collaboraient davantage. jIls sont dus aux initiatives ne tenant pas compte de la protection de 1 ' environnement.

C European Communities 2003 © Communautés européennes 2003 © Europlische Gemeinschaften 2003

12

EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

1994 Hommes 75 74 74 72

Espérance de vie à la naissance dans l'UE-15 1996 1998 2000 Femmes Hommes 80 75 80 74 80 74 80 73 Femmes 79 80 80 80 Hommes 75 75 75 74 Femmes 80 80 81 80 Hommes 76 75 76 75 Femmes 81 81 81 80

2002 Hommes 76 75 76 74 Femmes 81 81 81 80

Pays A PaysB PaysC UE-15

33.

Si, en 1996, la proportion d'hommes et de femmes dans les pays A, B et C était respectivement de 50-50,45-55 et 55-45, lequel des pays suivants présentait l'espérance de vie la plus élevée?
a) - Pays A Pays B PaysC Pays B et C

b)
c) d)

34.

En ce qui concerne le rapport entre les pays A, B et C et les autres membres de l'UE-15, quelle proposition est correcte pour 2002? . ,.
t

Les 3 pays ont l'espérance de vie la plus élevée si l'on considère l'UE-15 dans sa globalité.

Il y a au moins un pays dans l'UE-15 dont l'espérance de vie pour les ^ " hommes est plus faible que celle des pays A, B et C. Les pays A, B et C font partie des pays de l'UE-15 qui ont une espérance de vie plus courte que la moyenne. Il est impossible de déterminer ce rapport puisqu'on ne dispose pas de données pour les autres pays de l'UE-15.

. ,,

35.

Avant 1994, l'espérance de vie des hommes a augmenté annuellement de 0,3 % dans l'UE-15. Quelle était l'espérance de vie des hommes en 1992? a) * Entre 70,5 et 71,5

b)Entre 71,5 et 72,5

c)Entre 72,5 et 73.5 d)Entre 73,5 et 74.5

© European Communities 2003 © Communautés européennes 2003 © Europâische Gemeinscriaften 2003

13

EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

A propos de la sécurité routière Les constructeurs de véhicules vont devoir satisfaire à des exigences plus strictes en matière de sécurité afin de réduire la gravité des blessures subies par les piétons et les cyclistes lors d'accidents avec des véhicules automobiles. Les exigences de sécurité définies dans la proposition de directive du Conseil et du Parlement européen réduiront de manière significative la gravité des blessures subies par les piétons lors d'accidents avec des véhicules automobiles circulant à une vitesse pouvant atteindre 40 km/h, celle-ci étant la vitesse de circulation courante dans le milieu urbain, où se produisent la majorité des accidents impliquant des piétons. La mise en application de la directive devrait permettre d'éviter jusqu'à 2 000 accidents mortels. Les tests seront pratiqués sur les nouveaux types de véhicules en deux étapes, la première commençant en 2005 et la seconde, pour laquelle des critères de réussite améliorés seront appliqués, en 2010.

36.

En ce qui concerne les piétons en milieu urbain, quelle proposition est correcte ?
a)Ils ont des accidents à cause de voitures roulant à 40 km/h. b)Ceux qui sont accidentés sont toujours victimes de blessures très graves.

c) ■

Ceux qui sont victimes d'un accident le sont surtout avec des voitures circulant jusqu'à 40 km/h. Ceux qui sont accidentés sont des personnes ayant toujours vécu en ville.

d)

37.

Que propose la directive présentée par le Conseil et le Parlement européen ? a)De réduire les limitations de vitesse dans les milieux urbains.
b)D'imposer des exigences strictes de sécurité sur tout véhicule mis en

circulation à partir de 2005. c) ■ D'imposer des tests stricts de sécurité sur les véhicules à partir de 2005. d) De commencer des tests de sécurité sur les véhicules à partir de 2005.

© European Communities 2003 & Communautés européennes 2003 C Europâische Gemeinschaften 2003

14

EPSO/A/17/04 - EPSO/AD/24/04 Test de présélection (c)

FR

La reprise économique dans la zone euro L'analyse des déterminants de la consommation privée dans la zone euro montre que les dépenses de consommation y sont actuellement inférieures à ce que l'on pourrait attendre au vu des principaux facteurs macroéconomiques. L'apathie de la consommation, ces dernières années, s'explique en partie par la lenteur de la croissance du revenu disponible et par des effets de richesse négatifs persistants. Mais d'autres éléments semblent avoir pesé sur la consommation également. La confiance des ménages a probablement souffert des craintes suscitées par la détérioration des finances publiques dans certains États membres, d'une prise de conscience accrue des problèmes que pose le vieillissement de la population et de la lenteur excessive du processus de réforme structurelle. Enfin, les écarts entre l'inflation perçue et l'inflation effective ont sans doute joué un rôle. 38. En ce qui concerne le manque de confiance des ménages, quelle proposition est correcte ? a)Il est un des principaux déterminants des finances publiques. b)Il est étonnant compte tenu de certains facteurs macroéconomiques. c)Il provient essentiellement de l'accélération du vieillissement de la population. d) Il provient de l'augmentation inattendue de l'inflation.

39.

Qu'est-ce qui, entre autres, explique la faiblesse relative de la consommation privée? a)L'inflation reste importante. b)Les revenus des ménages évoluent trop lentement.
c)Les principaux facteurs macroéconomiques empêchent la reprise

économique. d) ' Le vieillissement de la population implique une réforme structurelle lente.

40.

Que pourrait-on faire pour stimuler la consommation? a)Réformer les structures plus rapidement.
b)Réduire les écarts entre la richesse perçue et la richesse effective. c)Inciter les ménages à augmenter leurs dépenses en réduisant les effets

négatifs de la richesse. d) . Rassurer les ménages quant à la reprise économique.

© European Communities 2003 © Communautés européennes 2003 C Europâische Gemeinschaften 2003

15

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful