You are on page 1of 9

3 – Les dynasties du sud et du nord

Situation dans la dernière période de l’époque des Dynasties du sud et du nord

a) L’ascension et la chute des quatre dynasties du sud
Liu Yu, sous son nom d’empereur, Wudi, et son nom de règne, Yongchu, établit la première dynastie du sud, celle des Song et inaugure ainsi la coexistence des dynasties du sud et du nord. Le début de la dynastie des Song voit un retour à la prospérité. Cette période porte le nom de « Paix et prospérité de Yuanjia ». Paix malheureusement de courte durée car la dynastie des Wei du Nord (fondée par les Tuoba), après avoir unifié le Nord en 439 et sous l’impulsion de Tuoba Tao, attaque les Song en 450. Cette guerre se traduit par de lourdes pertes de chaque côté. L’empereur Wendi (Liu Yilong) est assassiné par son fils aîné, et cette tradition se perpétue à chaque génération. En 479, Xiao Daocheng, commandant de la garde impériale usurpe le pouvoir et institue la dynastie des Qi (Qi du Sud, selon l’appellation des historiens), dont les derniers représentants s’entretuent.

En 502, Xiao Yan, commandant de la garnison de Yongzhou, en profite pour prendre la capitale, Jiankang, et saisir le pouvoir par la même occasion, créant ainsi la dynastie des Liang. Roi pacifique et bouddhiste, il se lance dans la construction de nombreux édifices religieux ruinant ainsi le pays et responsable de révoltes successives, dont la plus importante, le « Trouble de Hou Jing » est matée par le général Chen Baxian. En 557, celui-ci dépose aussitôt l’empereur et fonde sa propre dynastie, celle des Chen. Le dernier empereur des Chen, Chen Shubao, connu pour sa vie de débauche est renversé en 589 par la grande dynastie des Sui, qui met fin ainsi aux dynasties du Sud et du Nord.

Wudi des Song (Liu Yu) (363/422)

Gaozu des Qi (Xiao Daocheng) (427/482)

Wudi des Liang (Xiao Yan) (464/549)

Wudi des Cheng (Cheng Baxian) (403/559)

Dynastie des Song du Sud (Nan Song) (420/479)

1 Wudi (Liu Yu) (420/422) 2 Shaodi ( LiuYifu) (422/424) 3 Wendi (Liu Yilong) (424/453) 4 Xiaowudi (Liu Jin) (453/464) 5 Qianfeidi (Liu Ziye) (464/465) 6 Mingdi (Liu Huo) (465/472) 7 Houfeidi (Liu Yu) (472/477) 8 Shundi (Liu Zhun) (477/479)

Dynastie des Qi du Sud (Nan Qi) (479/502)

1 Gaodi (Xiao Daocheng) (479/482) 2 Wudi (Xiao Ze) (482/494) 3 Yulinwang (Xiao Zhaoye) (494) 4 Hailinwang (Xiao Zhaowen) (494) 5 Mingdi (Xiao Luan) (494/498) 6 Donghunhou (Xiao Baojuan) (498/501) 7 Hedi (Xiao Baorong) (501/502)

Dynastie des Liang (502/557)

1 Wudi (Xiao Yan) (502/548) 2 Jianwendi (Xiao Gang) (549/551) 3 Yuandi (Xiao Yi) (552/554) 4 Jingdi (Xiao Fangzhi) (555/557)

Dynastie des Chen (557/589)

1 Wudi (Chen Baxian) (557/559)

2 Wendi (Chen Qian ou Xi) (559/566) 3 Feidi (Chen Bozong) (566/568) 4 Xuandi (Chen Xiang ou Xu) (568/582)

5 Houzhu (Chen Shubao) (582/589)

b) La montée et la chute des cinq dynasties du nord
L’unification du Nord de la Chine est réalisée par une tribu, les Xianbei, dirigée par Tuoba Gui qui fonde la dynastie des Wei du Nord en 386. Il installe sa capitale à Pingcheng (actuelle Datong) au Shanxi. Lui-même et ses successeurs réorganisent le pays et favorisent l’intégration des Xianbei dans la société han. La capitale est déplacée à Luoyang en 493 par Xiaowendi. Cependant malgré une économie restaurée, l’exploitation cruelle des paysans et des soldats, ainsi que les dépenses somptuaires pour les constructions et les activités bouddhiques, sont à l’origine de nombreuses révoltes. En 528, Erzhu Rong, prince de Taiyuan, déclenche une révolte à Henei (actuelle Qinyang, province du Henan), qui favorise la chute des Wei du Nord. En 534, Gao Huan, l’un des généraux d’Erzhu Rong, porte sur le trône Yuanshan Jian, premier empereur des Wei orientaux et déplace la capitale à Ye. En 535, Yuwen Tai, un général xianbei, empoisonne l’empereur Xiaowudi et porte sur le trône l’empereur Wendi, créant ainsi la dynastie des Wei occidentaux. Petit à petit la puissance des Wei occidentaux dépasse celle des Wei orientaux. En 550, Gao Yang, fils de Gao Huan, dépose l’empereur des Wei orientaux et se proclame empereur des Qi du Nord.

En 557, le fils de Yuwen Tai, Yuwen Jue, dépose l’empereur des Wei occidentaux et se proclame empereur des Zhou du Nord. L’empereur Wudi, Yumen Yi, continue à faire des réformes, encourage le confucianisme, interdit le bouddhisme et le taoïsme, et libère les esclaves. Par là les Zhou du Nord deviennent plus puissants que les Qi du nord, si bien qu’en 577 ils les absorbent et unifient ainsi la Chine.

Dynastie des Wei du Nord (Bei Wei) (386/534)
1 Daowudi (Tuoba Gui) (386/409) 2 Mingyuandi (Tuoba Si) (409/423) 3 Taiwudi (Tuoba Tao ou Dao) (423/452) 4 Nan’anwang (Tuoba Yu) (452) 5 Wenchengdi (Tuoba Jun) (452/465) 6 Xianwendi (Tuoba Hong) (465/470) 7 Xiaowendi (Yuan Hong) (471/499) 8 Xuanwudi (Yuan Ke) (499/515) 9 Xiaomingdi (Yuan Xu) (515/528) 10 Xiaozhuangdi (Yuan Ziyou) (528/530) 11 Changguangwang (Yuan Ye) (530/531) 12 Jiemindi (Yuan Gong) (531) 13 Andigwang (Yuan Lang) (531/532) 14 Xiaowudi (Yuan Xiu) (532/534)

A la mort de Xiaowudi en 534, la Chine du Nord est divisée en deux états : la Chine du Nord-Ouest et la Chine du Nord-Est.

Dynastie des Wei occidentaux (Xi Wei) (535/557)
1 Wendi (Yuan Baoju) (535/552) 2 Feidi (Yuan Qin) (552/554) 3 Gongdi (Yuan Kuo) (554/556)

Dynastie des Wei orientaux (Dong Wei) (534/550)
1 Xiaojingdi (Yuan Shanjian) (534/550)

Dynastie Zhou du nord (Bei Zhou)(557/581)
1 Xiaomindi (Yu Wenjue) (557) 2 Mingdi (Yu Wenyu) (557/561) 3 Wudi (Yu Wenyong) Empereur de la Chine du Nord-Ouest (561/577) Empereur de la totalité de la Chine du Nord (577/578) 4 Xuandi (Yu Wenyun) (578/579) 5 Jingdi (Yu Wenchan) (579/581)

Dynastie Qi du Nord (Bei Qi)(550/577)
1 Wenxuandi (Gao Yang) (551/560) 2 Feidi (Gao Yin) (560) 3 Xiaozhaodi (Gao Yan) (560/561) 4 Wuchengdi (Gao Zhan) (561/565) 5 Houzhu (Gao Wei) (565/577) 6 Youzhu (Gao Heng) (577)

Le puissant maire du palais des Zhou soumet les Qi en 577, puis dépose l’empereur Zhou et instaure sa propre dynastie, celle des Sui.

c) culture et technologie dans cette période de troubles
Les guerres incessantes créent des conditions favorables pour la diffusion du bouddhisme, le peuple aspirant à la non violence. Un va et vient de moines entre la Chine et l’Inde permet son expansion et sa sinisation. Vers la fin des Wei du Nord, la Chine du Nord compte 30 000 monastères et à la fin des Qi du Nord plus de 40 000 hébergeant 3 millions de bonzes et de bonzesses. Le bouddhisme exerce une grande influence sur la culture et l’art chinois. Les grottes bouddhiques, creusées au temps des Wei, des Jin et des dynasties du Sud et du Nord, constituent un trésor artistique de la civilisation chinoise. Le Xinjiang est la région de pénétration du bouddhisme, et l’on trouve ainsi de nombreux sites bouddhiques tout au long de la route de la soie : grottes de Kouchemutula, grottes de Shenmusaimu, grottes de Baizikelike et les grottes de Tuyugou. Le site des grottes de Mogao, dans le district de Dunhuang, est l’un des trois plus grands de Chine. Il date des Jin orientaux (366), mais les excavations se poursuivent sous les Qin antérieurs et les Wei du Nord.

Le site des grottes de Yungang, à l’ouest de Datong, province du Shanxi, est réalisé sous les Wei du Nord entre 460 et 465 (débuté sous le règne de Wenchengdi). Les grottes de Longmen, à Luoyang, province du Henan, ont été creusées sous le règne de Xiaowendi des Wei du Nord. L’époque des trois royaumes est féconde en réalisations littéraires. Les écrivains représentatifs de la littérature de Jian’an, du nom de règne de l’empereur Xiandi des Han orientaux (196/219), sont caractérisés par un style vigoureux et majestueux. Les écrivains représentatifs de la littérature de Zhengshi (240/249) sont imprégnés par les idées de Laozi et de Zhuangzi. Les historiens foisonnent ainsi que les géographes. La médecine progresse avec le « Traité du pouls » de Wang Shuhe et celui « Des maladies du froid nocif » de Zhang Zhongjing. Dix siècles avant les européens, les mathématiciens chinois déterminent la valeur exacte de Pi (Zhu Chongzhi) et inventent la méthode de calcul du volume d’un sphéroïde (Zhu Chongheng, fils du précédent). L’astronome, Yu Xi, découvre la « précession » qui lui permet de calculer la longueur exacte de l’année à 50 secondes près.