P. 1
Construction que en Bois-1

Construction que en Bois-1

|Views: 143|Likes:
Published by Xavier Granchamp

More info:

Published by: Xavier Granchamp on Nov 06, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/31/2013

pdf

text

original

CONSTRUCTION PARASISMIQUE EN BOIS

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. Le matériau Observations post-sismiques Notions générales Types de structures porteuses Dalles et diaphragmes Coefficients de comportement Liaison aux fondations
Patricia BALANDIER pour DDE de la Martinique SECQUIP
1

AVANT-PROPOS
Le comportement non linéaire à forte dissipation d’énergie des structures bois et leur masse réduite en font des systèmes constructifs potentiellement intéressants en zone sismique, bien que leurs domaines d’application soient limités.
2

1. LE MATERIAU BOIS
• • • • • • Caractéristiques physico-chimiques Classement Réactions aux attaques extérieures Fluage Résistance mécanique Produits dérivés
3

– De contenir de l’eau: • Libre dans les capillaires et les interstices • D’imprégnation dans le tissu proprement dit. 4 .GENERALITES • Les caractéristiques déterminantes du bois sont: – D’être composé de fibres capillaires sensiblement parallèles entre elles. Ces caractéristiques vont déterminer le comportement mécanique du bois.

CARACTERISTIQUES PHYSICO-CHIMIQUES DU BOIS Outre les qualités mécaniques exposées plus loin: • Bonne résistance de la cellulose aux atmosphères corrosives • Bon isolant thermique • Réparation possible avec résines époxydiques des éléments porteurs • Bon conducteur de l’eau (sensible à l’immersion) – Avantage pour les traitements par bains – Inconvénient pour l’eau « non maîtrisée » 5 .

Il convient de n’utiliser que des bois de qualité pour les pièces susceptibles d’être très sollicitées. 6 . • Les classes de I à III sont de moins en moins résistantes (abaissement des modules élastique et de rupture).CLASSEMENT DES BOIS • Les bois sont classés selon leurs qualités mécaniques qui dépendent notamment des défauts (nœuds préjudiciables en traction) qui abaissent leur résistance et et leur rigidité.

7 .• Les bois comportant des nœuds ne peuvent pas travailler correctement en traction en raison des déviations des fibres.

intempéries. qu’on peu réduire par traitement. – L’humidité (capillarité. 8 . humidité ambiante…) • Traitement des bois • Conception architecturale L’ensemble de ces protections fait l’objet de réglementations et normes de mise en oeuvre qui ne doivent pas faire oublier la maintenance.VULNERABILITE AUX ATTAQUES EXTERIEURES Il est nécessaire de protéger les bois contre: – Les altérations biologiques • Insectes • Champignons – Le feu • Progression d’un cm / quart d’heure (calcul tenue au feu).

• Le coefficient q de fluage est fonction de l’humidité du milieu et des charges permanentes (ou prolongées). • En général le bois s’accommode mal de l’humidité permanente qui diminue sa durée de vie et sa résistance en compression.LE FLUAGE • Le fluage est une déformation lente et irréversible en flexion acquise avec le temps (glissement des fibres les unes par rapport aux autres). • Le fluage réduit la résistance des pièces concernées. 9 . • La flèche due au fluage augmente. • Une façon de résoudre le problème est de fabriquer des pièces avec une contre-flèche (lamellé-collé). puis se stabilise.

il est nécessaire que le projet architectural prenne en compte la protection des bois. Sabots métalliques surélevés sous les poteaux.PROTECTION ARCHITECTURALE CONTRE L’EAU En raison de la sensibilité du matériau à l’eau. notamment: Remontée « hors eau » du soubassement de béton armé. Débords de toiture. Feuille étanche entre fondations et structure bois. Etanchéité des éléments couvrants… 10 • • • • • .

On note une forte dispersion des valeurs qui sont néanmoins très favorables.RESISTANCE MECANIQUE DU BOIS (1) • Les contraintes admissibles retenues pour le calcul d’une structure en bois sont affectées d’un coefficient théorique de sécurité de 2. 11 . le coefficient varie en fait de 5 à 11.75 pour les pièces en dimension d’emploi. • Si l’on se réfère à des essais sur échantillons de bois sans défaut.

RESISTANCE MECANIQUE DU BOIS (2) Valeurs des contraintes admissibles pour les bois de charpente Mode de sollicitation Compression axiale Traction axiale Flexion statique Cisaillement longitudinal Traction transversale sans cisaillement Compression transversale Contraintes de base forfaitaires pour bois sans défaut Chêne Résineux 190 bars 180 bars 435 bars 363 bars 212 bars 202 bars 27 bars 22 bars 16 bars 54 bars 12 bars 30 bars 12 .

– Radiale (perpendiculaire aux fibres): très faible résistance en traction et en compression. de la vitesse de croissance et de la position dans le tronc de la pièce.COMPORTEMENT SOUS CONTRAINTES STATIQUES • On considère 3 directions de travail: – Axiale (sens des fibres): bonne résistance en traction et compression. donc à la flexion. – Tangentielle (aux anneaux de croissance): idem. • Rapport résistance/masse volumique excellent dans le sens des fibres • En général faible résistance au cisaillement (axial ou non) • N-B: outre la résistance dépend de l’essence. 13 .

• Faible ductilité sauf en compression perpendiculaire aux fibres (dimensionner généreusement pour rester en phase élastique) 14 .COMPORTEMENT SOUS CONTRAINTES DYNAMIQUES Aux qualités et faiblesses de comportement sous charge statiques s’ajoutent les caractéristiques suivantes: • Bois = matériau résilient (supporte un niveau élevé de chocs et les vibrations sans altération) • Rigidité et résistance des pièces de bois peu affectées par les charges cycliques de durée faible quelques secondes (25% supérieure à charge statique prolongée).

PS-92 - § 14.15 : Dissipation de l’énergie
• Les

éléments de structures, les assemblages, les structures capables de dissiper de l’énergie sismique dans le domaine post-élastique sont dissipatifs. § 14.151 : Eléments en bois • Les éléments de structure en bois, ou en matériaux dérivés du bois ne sont pas dissipatifs, sauf en compression transversale.
15

LE CONTREPLAQUE
• Le croisement des plis successifs et les caractéristiques de la colle permettent des performances nouvelles par rapport à la structure initiale du bois. • Les caractéristiques transversales sont nettement améliorées. • Ces propriétés mécaniques trouvent une application intéressante dans la réalisation de diaphragmes et palées de stabilité.
16

LE PANNEAU DE PARTICULES
• Ses fibres, orientées au hasard dans des plans parallèles aux faces, sont agglomérées sous pression à chaud avec des résines de synthèse. • Les caractéristiques mécaniques sont intermédiaires entre celles des fibres et copeaux utilisés et celles des résines. • Perpendiculairement au panneau la contrainte admissible en compression est très grande.
17

• Ceci en raison de: – L’absence de défaut des bois utilisés – L’alternance du sens de fibres – L’effet des films de colle plus résistants que le bois • Très bon rapport résistance / masse volumique 18 .LE LAMELLE-COLLE • Matériau de structure très utilisé en raison de ses qualités de résistance qui permettent des portées importantes en maîtrisant le problème du fluage.

19 . Observations post-sismiques • Les structures en bois acceptent des déformations importantes de leurs assemblages qui ne mènent pas nécessairement l’effondrement pour rupture fragile.2.

l’effondrement du bâtiment est progressif 20 .• S’il n’y a pas d’arrachement des liaisons. même suite à des déformations très importantes.

n’ont pas entraîné son effondrement 21 . dont les assemblages n’ont pas lâché.• Les déformations acquises de cette construction.

22 .• Ce que l'on veut éviter: la dislocation totale par faiblesse des assemblages non ductiles.

Qualités à développer par les dispositions du projet • Masse réduite = inertie réduite • Amortissement élevé dans les assemblages bien conçus • Bois = matériau résilient (supporte bien les chocs et les vibrations) • Dans le sens des fibres: bonne résistance en traction et compression • Rapport résistance/masse volumique excellent (sens des fibres) 23 .

l’ancrage insuffisant de la structure aux fondations.COMPORTEMENT DES STRUCTURES BOIS SOUS SEISMES Erreurs de conception à éviter: • Les missions post-sismique mettent en évidence la mauvaise adéquation structures bois / sol meubles épais (Tsol élevée) en raison de l’impossibilité de ces structures à se comporter comme un ensemble rigide. • La présence de toitures lourdes. la présence d’éléments de maçonnerie au comportement trop différent et la rupture d’éléments structuraux dégradés sont également des facteurs de ruine notables. 24 .

25 .3.1 : Principes généraux • Les constructions en bois situées en zone sismique doivent répondre aux exigences normatives et réglementaires en vigueur . elles doivent en outre se conformer aux exigences supplémentaires de conception et de résistance définies dans le présent document. Notions générales • PS-92 .§ 14. La typologie des structures bois pour les PS-92 est celle des textes normatifs.

• Traditionnellement les assemblages utilisent les forces axiales et évitent les forces transversales. 26 . • La déformabilité des assemblages inhérente aux systèmes constructifs en bois doit être utilisée comme un avantage pour la construction parasismique. cependant les assemblages « de charpentiers » possibles sous charges statiques sont défavorables sous l’action dynamique horizontale des séismes.LES ASSEMBLAGES • Un des grands intérêts de la construction en bois est sa facilité de mise en œuvre (préfabrication et montage à sec).

est possible. 27 .COMPORTEMENT STATIQUE • Au regard du comportement statique. un grand nombre de types d’assemblage. notamment par découpes du bois. • Ils doivent être bannis en zone sismique car ils affaiblissent les pièces de bois au cisaillement.

la dissipation d’énergie ne peut être importante que dans les assemblages pour préserver les pièces de structure d’une rupture fragile. • La stabilité d’ensemble de la structure dépend donc de la bonne conception et réalisation des assemblages. – Tenons et mortaises – Queue d’aronde… 28 .COMPORTEMENT DYNAMIQUE (1) • En raison de la faible ductilité des pièces de bois. • Les assemblages « de charpentiers » fragiles ou diminuant de façon sensible les sections des pièces de bois sont à éviter: – Mi-bois.

au contraire sont fortement non linéaires. augmenter la période – Par leur raideur.COMPORTEMENT DYNAMIQUE (2) Dans une structure: • Le comportement des barres soumises au sollicitations d’origine sismique est pratiquement élastique jusqu’à la rupture. les assemblages. 29 . modifier celle de la structure – Par leur ductilité contribuer à l’accroissement de l’amortissement de la structure. • Les panneaux de remplissage peuvent: – Par leur masse.

ou bois sur métal. bois sur bois. • Les assemblages collés.12 : déformabilité des assemblages • Selon leur composition. les assemblages des structures bois peuvent être rigides ou semi-rigides.§ 14. • Les assemblages mécaniques réalisés par des éléments de liaison métallique non collés sont considérés comme des assemblages semi-rigides.PS-92 . • Une déformation plastique. La déformation de ces assemblages sous charge monotone croissante peut comporter • Une déformation initiale de mise en place. sont considérés comme des assemblages rigides. • Une déformation élastique. 30 .

• Ductiles On s’écarte ici du principe de rigidité des assemblages retenu en génie parasismique pour les constructions en béton et en acier. 31 . • Semi-ductiles.• Selon leur capacité de déformation post- élastique. comme : les assemblages sont classés • Non ductiles ou fragiles.

• Les assemblages semi-rigides (semi-ductiles et ductiles) sont dissipatifs.§ 14. ne sont pas dissipatifs.15 : Dissipation de l’énergie • Les éléments de structures.PS-92 . 32 .15 : Assemblages • Les assemblages rigides et les assemblages semirigides non ductiles. § 14. les structures capables de dissiper de l’énergie sismique dans le domaine post-élastique sont dissipatifs. les assemblages.

des broches.§ 14. • Les assemblages ainsi réalisés transmettent les efforts directement d’un bois à l’autre. des connecteurs à dents. conforment aux règles CB. des crampons associés à des boulons. les assemblages des pointes. ou indirectement au moyen d’éclisses.2 : Typologie des assemblages comportant : – – – – – – • Sont concernés. des boulons. de plaques ou de goussets définis par les règles en 33 vigueur.71. des anneaux associés à des boulons.2 : Les assemblages • Les assemblages mécaniques utilisables dans les constructions parasismiques sont nécessairement des assemblages définis par les règles en vigueur. . § 14..PS-92 ..

• Il convient d’éviter les entailles dans les fibres tendues. • Leur forme de doit pas favoriser les concentrations de contrainte dans le bois. et plus particulièrement dans les diagonales de contreventement 34 .TYPES D’ASSEMBLAGES (1) En zone sismique: • Ils doivent être conçus de manière à résister aux soulèvements et aux déplacements horizontaux générés par le mouvement sismique.

• La résistance ultime du bois doit être supérieure à celle des assemblages.TYPES D’ASSEMBLAGES (2) • On optera pour des assemblages dissipatifs capables de subir des déformations plastiques cycliques avant rupture. 35 .

ASSEMBLAGES CLOUES (1) • Hors cas particulier du lamellé-collé. • Ces assemblages doivent évidemment être conçus pour ne jamais travailler en traction. le meilleur comportement observé sous séisme est celui des assemblages cloués: les clous pénètrent entre les fibres sans affecter la section utile de la pièce. • La ductilité des clous est un facteur important de dissipation d’énergie. • Le clouage multiple sur une surface importante permet une répartition des efforts sur les multiples points de liaison de cette surface. 36 .

à moins que la vis n’arrive à la rupture fragile. . les vis d’acier trempé sont plus résistantes que les fibres du bois qui seront altérées à chaque cycle. mais de préférence par l’intermédiaire de plaques métalliques perforées.ASSEMBLAGES CLOUES (2) • Le clouage peut se faire directement. ainsi à la dissipation par ductilité des clous s’ajoute la dissipation d’énergie par frottement des plaques. • De même. ce qui n’est pas favorable non 37 plus. Les cornières doivent être ductiles (acier doux) • Les clous courts ou de fort diamètre ne devraient pas être utilisés (arrachement ou trop faible ductilité au regard de la détérioration des fibres).

Exemple de clouage avec plaque métallique. La dissipativité se fait par les déformations hystérétiques du clou et de frottement de la plaque sur le bois.ASSEMBLAGES CLOUES (3) L’utilisation de vis en acier trempé pour les assemblages peut s’avérer nécessaire pour prévenir l’arrachement des toitures en zone cyclonique. Il doit être évité pour les autres cas de figure en raison de leur manque de ductilité. 38 .

• Afin de ne pas arriver à la rupture fragile des assemblages. 39 . on évitera l’utilisation de ce type de connecteur en zone sismique.CONNECTEURS A DENTS • La faible longueur des dents favorise l’arrachement des connecteurs passé un certain niveau de sollicitation.

BOULONS ET BROCHES (1) • Ces assemblages ne sont pas assez rigides: le retrait du bois après la mise en œuvre et l’effet du fluage permettent un jeu qui les affaiblit. mais doit être suffisant pour permettre un resserrage ultérieur de l’assemblage (travail fastidieux!) • En outre. tout assemblage actif doit comporter au moins deux boulons avec crampons afin d’accroître la zone de transmission d’efforts. 40 . • Il est nécessaire au départ qu’il n’y ait aucun jeu entre le boulon (ou la broche) et le percement. • Le filetage qui affaiblit le boulon ne doit pas concerner la longueur en contact avec le bois.

• A ce titre l’EC8 préconise que les boulons de diamètre supérieur à 16mm ne soient utilisés que pour les éléments secondaires. • Les assemblages à boulons et anneaux sont considérés comme peu ductiles et ceux à boulons et crampons comme semi-ductiles.BOULONS ET BROCHES (2) • La recherche de la ductilité de l’assemblage interdit l’usage de boulons de diamètre élevé. 41 .

• Exemple de percement trop large : le jeu entre le boulon et le percement autorise des chocs réduisant la ductilité de l’assemblage 42 .

43 . Dans ce cas les assemblages se font par une couronne de boulons. • Le portique assemblé est plus intéressant en zone sismique car la dissipation d’énergie est possible par déformation des liaisons.ASSEMBLAGES POUR LE LAMELLECOLLE (1) • L’arc articulé en lamellé-collé a un bon comportement élastique mais n’est pas dissipatif.

4. Les différents types de structures en bois • • • • Principes généraux Panneaux porteurs Ossatures traditionnelles Ossatures en lamellé-collé 44 .

PROBLEMATIQUE PARTICULIERE DU MANQUE DE RIGIDITE D’ENSEMBLE • En dehors des joints collés. ce qui entraîne: – des déformations irréversibles de la structure et des dommages aux éléments non structuraux. les assemblages ont un comportement semi-rigides. – une dissipation d’énergie importante. 45 . Ce « défaut » apparent est à la base de la conception des structures bois en zone sismique qui vise le non effondrement et la sauvegarde de vies humaines. Aux cours des secousses violentes ils se détériorent rapidement.

il est nécessaire de s’en tenir à de faibles dimensions en raison du comportement des assemblages et du problème de conception adéquate des liaisons entre les niveaux.1. 46 .4. PRINCIPES GENERAUX DE CONCEPTION (1) • En ce qui concerne le parti architectural on respectera les dispositions générales de bon comportement sous séismes (favorisant une réponse aussi homogène que possible de la structure). • En dehors des structures en lamellé collé.

la redondance de la structure permet une redistribution des efforts des éléments les plus sollicités vers les éléments voisins grâce aux glissements des assemblages. 47 . sous secousses violentes.PRINCIPES GENERAUX DE CONCEPTION (2) • Il convient d’éviter les structures non dissipatives (hors lamellé-collé qui peut éventuellement être conçu et dimensionné pour rester dans le domaine élastique) • Par conséquent on recherchera: – Des zones de plastification (assemblages) nombreuses – L’hyperstaticité (requise) En effet.

pans de toiture et plan des entraits de charpente doivent former des diaphragmes rigides. • Les étages ne doivent pas être plus rigides que le rez-de-chaussée. en n’omettant aucune façade et de préférence à proximité des angles. • En cas de décalages entre niveaux. • Si le plan est allongé il est nécessaire de disposer des palées intermédiaires intérieures.CONTREVENTEMENT • Les planchers. les palées de stabilités doivent être présentes au droit des 48 décalages sur les différents niveaux. . • Les palées de stabilité doivent être placées de façon symétrique.

31 : Dispositions constructives a) Appuis • Tous les appuis doivent comporter une liaison mécanique.§ 14. c) Stabilité • Le nombre des dispositifs de stabilité doit être supérieur ou égal à deux dans la direction de calcul. b) Systèmes constructifs • Les systèmes constructifs doivent être conçus de telle sorte que la rupture de l’un de leurs éléments secondaires ne puisse pas entraîner d’effondrement en chaîne. 49 .PS-92 . Les fixations et les supports doivent être conçus de manière à éviter que les éléments supportés n’échappent à leur support.

les assemblages. les structures capables de dissiper de l’énergie sismique dans le domaine post-élastique sont dissipatifs.15 : Structures • Les structures comportant des assemblages dissipatifs sont considérées comme dissipatives.15 : Dissipation de l’énergie • Les éléments de structures. • § 14. 50 .§ 14. en proportion de la ductilité et du nombre d’assemblages.PS-92 .

2. • En cas de décrochement (plan en L). de prolonger les façades par des poutres traversant le bâtiment sur toute sa largeur. 51 . ces constructions peuvent résister aux séismes les plus violents. il convient. • Bien assises sur des sols fermes.4. Ceci afin que les efforts du diaphragme soient bien transmis vers les palées. pour raidir les diaphragmes. PANNEAUX PORTEURS (1) Les précurseurs des constructions en murs porteurs à ossature bois sont les maisons à colombage à remplissages divers. La conception actuelle sans remplissages lourds requiert des assemblages adéquats.

Les joints du chaînage ne doivent pas se trouver à proximité des joints des 52 traverses. – L’épaisseur des montants et des traverses ne doit pas être inférieure à 50mm. – Le contreventement (palées de 12O cm minimum). et dans un rapport H/l maximum de 2/1 peut être obtenu par: • Voile travaillant • Triangulation – Les panneaux doivent être orthogonaux et reliés par un chaînage horizontal (lisse continue) qui les relie et répartit les charges horizontales et verticales. . pour 30% minimum de la longueur du panneau.PANNEAUX PORTEURS (2) Conception de l’ossature: – Les montants sont espacés au plus de 60 cm (40 cm s’ils reçoivent un voile en panneaux de fibres) et fixés à leurs extrémités à une traverse basse et une traverse haute.

PANNEAUX PORTEURS (3) 53 .

• Le voile rigide. • Les plaques sont en général posées verticalement et ne doivent pas avoir de raccords sur la hauteur du panneau de la lisse basse à la sablière. les panneaux doivent 54 être posés de manière à solidariser les deux niveaux. • En cas de pose horizontale.PANNEAUX PORTEURS (4) Contreventement par voile de contreplaqué. dit « travaillant » est obtenu par clouage d’un contreplaqué de 10 mm d’épaisseur au moins tous les 15 cm maximum (10 cm en périphérie). les bords doivent être fixés sur des entretoises ayant la même section que les montants. sur une face au moins de l’ossature (mêmes règles de mise en œuvre que pour les diaphragmes de bois). • En cas de construction à étage. .

• Liaison du voile travaillant aux lisses supérieures. 55 . La liaison par multiclouage au travers d’un fer plat perforé est beaucoup plus ductile que la liaison par vis.

• Exemple de voile travaillant commercialisé aux Etats- Unis (Strong wall Simpson) La partie « palée de stabilité » du panneau est fabriquée en usine. . 56 puis intégrée sur chantier à l’ossature.

• Test de résistance aux déformations cycliques de palées de stabilité industrielles 57 .

• A gauche renforcement du panneau au droit d’une poutre par un montant spécifique. • A droite. schéma de mise en place de la palée dans 58 l’ossature sur chantier .

• Chantier d’une construction en bois contreventée par voiles travaillant à Kobé 59 .

Si on les utilise.PANNEAUX PORTEURS (5) Voiles de planches clouées en diagonale • La pose de ces planches (à 45° par rapport aux montants ) peut également constituer un voile rigide. n’ayant pas la même résistance en traction et en compression. une épaisseur minimale de 13mm et une masse volumique de 650kg/m3 est requise. sinon 3. • Si les planches ont moins de 15 cm de large on doit utiliser 2 clous par montant. • N-B: les voiles de panneaux de particules ou de fibres sont moins efficaces. 60 .

PANNEAUX PORTEURS (6) Types de voiles 61 .

Afin de favoriser la dissipation d’énergie hors du clouage voile-structure. 62 .PANNEAUX PORTEURS (7) Pose d’amortisseurs de voiles travaillant • En cas de séisme. les déformations de l’ossature entraînent la dissipation d’énergie par déformation des clous qui lient le voile à l’ossature. la rigidité de celui-ci limitant les déformations (dommages structuraux et non structuraux acquis à la fin du séisme). la mise en place d’amortisseurs est pratiquée dans les régions sismique à tradition de bois.

• Ce dispositif peut permettre de dissiper jusqu’à 60% de l’énergie communiquée au panneau. zones les plus sollicitées au maintien desquelles ils contribuent. 63 . La rigidité des amortisseurs doit être inférieure à celle des assemblages cloués.PANNEAUX PORTEURS (8) Pose d’amortisseurs sur les voiles travaillant • Ces amortisseurs en triangles déformables muni de garnitures « de freins » sont disposés dans les angles du panneau.

PANNEAUX PORTEURS (9) • Amortisseurs sur les voiles travaillant 64 .

• Elle est recommandée notamment en cas d’utilisation de panneaux de particules ou de fibres dont la rigidité est faible.PANNEAUX PORTEURS (10) Contreventement par triangulation (1) • La pose d’écharpes améliore la résistance des panneaux porteurs. 65 . Ceci implique que les écharpes croisent plusieurs montants. • Il est recommandé de poser les écharpes près des ouvertures avec une pente comprise entre 45 et 60°. • Les résultats des essais montrent qu’il est préférable d’utiliser des écharpes embrevées plutôt que d’interrompre les montants.

66 .PANNEAUX PORTEURS (11) Contreventement par triangulation (2) • Il est préférable d’éviter les écharpes courtes qui brident les poteaux et les soumettent à des efforts de cisaillement.

PANNEAUX PORTEURS (12) Mise en œuvre des linteaux • Les linteaux brident les montants et les soumettent à des efforts de cisaillement. • Le cadre ainsi constitué doit être assez rigide pour ne pas solliciter les menuiseries 67 . • Aussi il convient de les poser en appui sur les montants qui encadrent les ouvertures. et de les doubler (faces externe et interne).

68 .PANNEAUX PORTEURS (13) Continuité des descentes de charge • Les traverses basses des palées de stabilité doivent reposer sur une solive ou une entretoise (de même section) selon la direction qui est la leur.

.20m. En cas de raccord. • Les lisses doivent être continues dans la mesure du possible. • Pour les lisses on peut utiliser des boulons d’ancrage de 12 mm de diamètre d’une longueur de 25 cm minimum et espacés au maximum de 1.PANNEAUX PORTEURS (14) Ancrage des panneaux dans les soubassements • L’ancrage des lisses basses et des palées de contreventement doit pouvoir résister aux charges horizontales. un boulon d’ancrage à 15 cm de part du raccord 69 est nécessaire.

à fixer sur le coffrage avant de couler le béton du soubassement dans lequel l’ancrage se fera. permet de positionner les tiges 70 filetées avec précision .• Cette cornière.

• A droite.• Les traverses inférieures ont des trous oblongs qui permettent le réglage du positionnement du panneau avant serrage. après mise en place du panneau on voit un boulon court d’ancrage de la traverse inférieure et un boulon plus long près du montant d’extrémité de la palée pour ancrage de celui-ci par l’intermédiaire d’un 71 sabot spécifique .

• Il est souhaitable de doubler les montants d’extrémité des palées qui sont particulièrement sollicités. 72 . • L’ancrage par plats cloués est satisfaisant pour les zones à sismicité modérée. • En cas de sollicitation attendue élevée l’ancrage boulonné est préférable.PANNEAUX PORTEURS (15) Ancrage des palées aux fondations ou entre niveaux • Leurs fixations doivent résister à l’arrachement.

PANNEAUX PORTEURS (16) • Ancrage des palées aux fondations ou entre niveaux 73 .

74 . Ces sabots sont raidis par des « joues » triangulaires.• Type de sollicitations affectant les ancrages boulonnés par sabots.

75 .• Mise en place définitive de la palée avec sabot d’ancrage multi-boulonné pour une meilleure ductilité de l’assemblage.

OSSATURES (1) Poteaux et outres de portée courante • On distingue. selon la nature des liaisons: encastrements ou articulations: – Les ossatures en portique croisés (autostables) – Les ossatures contreventées • Portiques longitudinaux ou transversaux • Ossatures entièrement articulées 76 .4.3.

• Problème de formation de rotules plastiques dans les nœuds de portiques compromettant la stabilité d’ensemble (préférer un système de murs porteurs ou éventuellement d’ossature contreventée) – Poutres devant résister aux instabilités latérales • H/b < 4. – Encadrement en bois des baies en façade.OSSATURES (2) Règles générales pour un bon comportement en zone sismique: – Ne pas dépasser deux niveaux • Poteaux pleine hauteur (liaison poteau / poteau difficile à réaliser pour résister aux charges horizontales). lié à l’ossature. 77 .

règles de mise en œuvre • Planchers et toiture doivent constituer des diaphragmes rigides • Si les nœuds sont rigides (non dissipatifs) ils doivent être calculés pour des charges sismiques élevés.OSSATURES (3) Portiques croisés. 78 . • L’emploi de nœuds semi-rigide est à priori préférable mais leur dimensionnement est délicat car l’ossature doit rester indéformable sous charges permanentes ou variables (tolérance pour petites déformations élastiques) et n’entrer dans les déformations postélastiques que sous charges sismiques importantes.

La dissipation d’énergie est réalisée par le comportement ductile des clous.OSSATURES (4) Assemblages semi-rigides des portiques • Ils sont réalisés au moyen de plaques métalliques clouées dont l’emprise est l’ensemble de la largeur de la pièce de bois (afin d’éviter le fendage du bois). 79 . et la rigidité d’ensemble par la plaque qui peut être affaiblie localement pour être elle-même ductile.

Assemblages semi-rigides • Assemblages par plaques multiclouées. à droite. 80 . la ductilité est améliorée par une pièce d’assemblage prévue à cet effet.

• Il est préférable d’éviter le contreventement par remplissage en maçonnerie: ils subissent des charges élevées alors que leur comportement est médiocre. – Les concentrations de contraintes limitent la capacité de la structure à stocker et dissiper l’énergie. que l’on opte pour une triangulation en bois ou en acier. 81 .OSSATURES (5) Ossatures contreventées • Elles nécessitent des palées de stabilité. – Les palées contreventées sont moins efficaces que les murs porteurs en raison de la localisation des charges transmises (ponctuelles au lieu de réparties). • Il convient d’éviter de solliciter les poteaux.

OSSATURES (6) Ossatures contreventées 82 .

soussol…) – Diagonales de contreventement – Liaisons diaphragmes – palées de stabilité – Fixation des voiles de contreventement.CONTRÔLE DE QUALITE • L’EC8 demandera un contrôle spécial pendant la construction des éléments suivants. 83 . essentiels pour la résistance de l’ossature aux séismes: – Ancrages sur l’infrastructure (fondations.

4 OSSATURES LAMELLE-COLLE (Généralités) • Le lamellé collé permet un changement de direction progressif (arcs plutôt que portiques) et ainsi la conservation d’un effort normal (axial) sur les pièces de bois. • Les encastrements des portiques doivent être réalisés avec des couronnes de boulons ductiles pour les rendre semi-rigides. • La plus grande résistance des pièces et le contrôle d’ingénierie qui y est associé en fait un système constructif qui se comporte bien sous séisme. 84 .4.

Dalles et diaphragmes
• Toitures • Planchers

85

Toitures
Principes à respecter: • Ancrage efficace de la charpente au reste de la structure • Contreventement des différents plans (diaphragmes) • Hors de ces plans, pour les pièces travaillant en compression dispositifs anti-flambage (symétriques) • Eviter les masses élevées.
86

Planchers
• Pour obtenir des diaphragmes rigides on utilise les mêmes règles de mise en œuvre que pour les voiles travaillant (plaques ou planches à 45°) sur toute la surface du plancher. • Les raccords de plaques doivent être alternés et se trouver sur une solive ou une entretoise. • Les solives et entretoises doivent être doublées à la périphérie des trémies pour les raidir. • On peut coller et clouer les plaques ou planches pour rendre les diaphragmes plus rigides que les palées.
87

6. 88 .Utiliser des assemblages dissipatifs. les éviter pour les voiles. les descentes de charges en baïonnette. Dispositions constructives : • . • .Eviter que les poutres jouent un rôle de fusibles. Coefficients de comportement et déformations maximales Ductilité des structures Facteur géométrique : • Prohiber pour les ossatures.

simulations numériques et analyses post-sismiques.Choix du coefficient de comportement • Les valeurs des coefficients q des règles PS-92 pour les constructions en bois doivent être considérées comme provisoires et feront l’objet d’une révision après essais. 89 .

Ductilité des assemblages : Elle est définie selon trois classes (règles PS-92 .25) • I : ductilité faible • II : ductilité moyenne • III : ductilité forte La classe de ductilité d’un assemblage est déterminée par voie d’essai.§ 14. 90 .

70 pour les structures irrégulières. avec q = 1 au minimum 91 .• Le coefficient de comportement peut être choisi soit: – en faisant seulement référence à la définition réglementaire des structures selon les règles CB 71 (tableau 14.42). – soit par celle-ci. à justifier (Tableau 14.85 pour les structures moyennement régulières et de 0. précisée de la classe de ductilité des assemblages. • Coefficient minorant de 0.41).

5 2 3 . q sans avoir à justifier la ductilité des assemblages) Coefficient q 1 1.25 Type de structure Consoles Poutres à joints cantilever Poutres Arcs à 2 ou 3 articulations Charpente assemblée par connecteurs ou anneaux Panneaux d'ossature bois à voiles collés Charpente assemblée par boulons Charpente assemblée par pointes Portiques avec assemblages boulonnés Panneaux d'ossature bois avec voiles cloués 92 1.41 (Coef.Tableau 14.

Coefficient q 1 1.Tableau 14.42 L’utilisation de ce tableau implique la semi-rigidité des assemblages.5 Type de structure Consoles Poutres à joints cantilever Poutres Arcs à 2 ou 3 articulations Charpente assemblée par connecteurs ou anneaux Panneaux d'ossature bois à voiles collés Charpente assemblée par boulons (ductilité II) Portiques assemblés par boulons (ductilité II) Charpente assemblée par boulons (ductilité III) Charpente assemblée par pointes (ductilité III) Portiques (ductilité III) Panneaux d'ossature bois (ductilité III) 93 2 2.5 2 3 .5 1.

94 . il faut justifier les déformations maximales en fonction de l’intégrité requise pour les éléments non structuraux.53 des règles PS-92. ou a défaut de limiter ceux-ci à 1/125 de la hauteur d’étage considéré sans excéder 25 mm.Déformations maximales • Selon l’article 14.

elle doit être ancrée pour résister à son arrachement. Quel que soit le type de structure. 95 .Liaison aux fondations • Les fondations doivent être suffisamment lourdes pour lester la construction et rigides pour éviter les tassements différentiels. • Sur sols meubles l’usage de pieux peut être préférable.

DEFAUT D’ANCRAGE STRUCTURE/FONDATIONS 96 .

KOBE HABITATION DE BOIS 97 .

KOBE 98 .

KOBE 99 .

KOBE 100 .

KOBE. TOITURES TROP LOURDES 101 .

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->