P. 1
MID PSY Introduction a La Psychiatrie Et Semeiologie Psychiatrique

MID PSY Introduction a La Psychiatrie Et Semeiologie Psychiatrique

|Views: 27|Likes:
Published by Constantin Magda

More info:

Published by: Constantin Magda on Nov 11, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/14/2012

pdf

text

original

2e cycle – MI D – Psychiatrie

Année Universitaire 2008 - 2009

Commençons les explications…

Introduction à la psychiatrie et séméiologie psychiatrique
Dr. F. JOLLANT
f-jollant@chu-montpellier.fr

1

2

La psychiatrie

A ne pas confondre avec…
• Psychologie: Discipline à formation universitaire non médicale ayant pour objet l’esprit; de nombreux psychologues prennent en charge des patients; filière littéraire en France, scientifique ailleurs • Psychothérapie: modalité de soins non pharmacologiques, réalisé par un psychiatre, un psychologue ou toute autre personnes formés à cela (>400 types différents) • Psychanalyse: Un des courants de pensée de compréhension de l’esprit humain, né au XIXeme siècle (S. Freud), très à la mode au XXeme siècle parmi les psychologues, les psychiatres et les intellectuels
3 4

Discipline médicale ayant pour objet les troubles mentaux.

F. JOLLANT

© LIPCOM (m.e.l. 26/09/08)

Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

7 8 F. • L’examen somatique et les examens complémentaires servent surtout actuellement à éliminer les diagnostics différentiels et surveiller les effets secondaires des médicaments.Où finit le normal et où commence le pathologique? . • L’entretien et l’examen sont en grande partie confondus. symptôme. JOLLANT © LIPCOM (m.2e cycle – MI D – Psychiatrie Année Universitaire 2008 . signe ou trouble est pathologique lorsqu’il est intense. souvent évident.Comment prendre en compte la variabilité interindividuelle normale? • • Comme toute autre discipline médicale… Idée actuelle d’un continuum du normal au pathologique Pour faire « simple ». ? 5 6 Comme toute autre discipline médicale… …la pratique de la psychiatrie : repose sur l’examen du patient qui aboutit le plus souvent à un diagnostic et un pronostic et à une proposition de traitement L’examen psychiatrique • Est encore essentiellement clinique. on considère qu’un trait. prolongé et entraîne une souffrance significative pour le sujet et/ou son entourage. 26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes .e.2009 Comme toute autre discipline médicale… …la psychiatrie est confrontée à un problème de définition des troubles : .l. …En pratique.

l. au cabinet…) – Hospitalisation (libre.2e cycle – MI D – Psychiatrie Année Universitaire 2008 . III. JOLLANT © LIPCOM (m. IV. 26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes .2009 A prendre en compte Différents lieux d’examen: – Consultation sur RDV (hospitalière. • Différentes techniques d’entretien possibles. privée. Evaluer la psychopathologie Apporter un feedback 11 12 F. secteur fermé. Etablir une relation (1) • Penser à se présenter clairement. II. …) – Consultation en urgence (Urgences. la Police… – Injonction thérapeutique judiciaire… 9 10 L’examen psychiatrique Objectifs I. Etablir une relation I. clinique…) – Prison.e. Obtenir des informations • Importance du lieu: calme et confidentiel. services sociaux… Et aussi… Différents types de demande: – du patient – de l’entourage – Accompagné sous contrainte par le SAMU.

• Si possible. 13 II. Obtenir des informations • Laisser un temps d’écoute neutre et bienveillante permettant au patient d’exprimer librement ses plaintes et au médecin de l’observer.2009 I. isolé…) 14 La bonne formule Entretien psychiatrique = (Connaissance théorique + Expérience pratique + Créativité ) x Adaptabilité III. JOLLANT © LIPCOM (m. Evaluer la psychopathologie • La rencontre avec le patient permet: – D’observer le patient – D’entendre ses plaintes – De rechercher des signes et des symptômes La rencontre avec l’entourage: – Complète l’examen du patient – Permet aussi d’évaluer la qualité de l’entourage (soutenant. Etablir une relation (2) Comme dans toute rencontre médecin-malade: –Le médecin fera preuve d’empathie. agressif. Montrer de l’intérêt. de respect et de chaleur envers son patient. –Une confiance mutuelle est nécessaire. fiable…) Aboutissant à un diagnostic 16 • • …Et parfois un nécessaire contrôle de ses émotions! 15 F. être plus directif à la recherche d’un complément d’informations.e. –Permettant par la suite une alliance thérapeutique solide. voir d’abord le patient seul. 26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes . Puis voir l’entourage dans le respect du secret médical.2e cycle – MI D – Psychiatrie Année Universitaire 2008 . s’adapter aux conditions (patient mutique. Relancer avec des questions ouvertes. • En pratique. logorrhéique. Utiliser alors des questions fermées.l. • Dans un second temps. destabilisant.

26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes . X. Présentation Conscience Comportement psychomoteur Conduites instinctuelles Discours Pensée Perceptions État émotionnel Insight et jugement Intelligence Autres fonctions supérieures I.2009 IV. qu’en pensez-vous?” Pas toujours possible de donner une réponse définitive MAIS •Reconnaître les plaintes et les difficultés du patient •Expliquer ce que vous pensez qu’il faut faire dans l’immédiat (le revoir. IX. VIII. XI. docile. tendu. séducteur. VII. négligé. débraillé. imposant. élégant. méticuleux. V. criard. IV. Présentation (1) • L’impression générale ex.. JOLLANT © LIPCOM (m.. Apporter un feedback Question implicite (non dite) ou explicite du patient: “Docteur.) 17 Séméiologie psychiatrique 18 Séméiologie Psychiatrique adulte 10 domaines à étudier I..l. VI. inquiet. décontracté. II. effacé… Impression en rapport avec – l’âge? – le sexe? – le contexte social? 19 20 F. III.2e cycle – MI D – Psychiatrie Année Universitaire 2008 . ajusté.e.

temps et contexte – Désorientation temporo-spatiale III.2e cycle – MI D – Psychiatrie Année Universitaire 2008 . • Vigilance = Mesure qualitative et quantitative de l’éveil – Somnolence − Hypervigilance – Obnubilation −Transe – Confusion – Coma 21 22 • La tenue – Soins (coiffure. Conscience (1) • Conscience = Ensemble des activités cognitives qui nous permettent d’attribuer une signification et de répondre de façon appropriée à l’environnement. lieu. Comportement psychomoteur (1) • Les expressions faciales = la mimique – Hypermimie – Hypomimie – Amimie – Dysmimies 23 24 F. Conscience (2) • Attention = Capacité à focaliser ses perceptions vers un stimulus externe ou interne. • Concentration = Attention soutenue à sa propre pensée. maquillage…) – Hygiène (incurie) – Habillement – Posture • Le contact – Syntone – Hypersyntone – Indifférent – Réticent – Absent II.e. 26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes . JOLLANT © LIPCOM (m. – Distractibilité – Inattention • Orientation = Capacité à se repérer dans 4 sphères: personne.2009 I. Présentation (2) II.l.

sexuelle) – Conduites suicidaires (définies par l’intentionnalité.2e cycle – MI D – Psychiatrie III. comptage… – Aux substances – Au jeu. Comportement psychomoteur (4) • • Comportements complexes: – Fugue – Homicide – Agression (physique. létalité. Comportement psychomoteur (2) • Hyperkinésies – Agitation psychomotrice – Impulsion motrice Parakinésies – Stéréotypies – Parasitisme – Echopraxie – Maniérisme • Hypokinésies – Ralentissement psychomoteur – Stupeur – Catalepsie / Catatonie – Immobilité cireuse (cerea flexibilitas) – Négativisme / Passivité – Apragmatisme / Aboulie / Apathie 25 Année Universitaire 2008 . 26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes . Comportement psychomoteur (3) • Compulsions – de vérification. sexuelles.e. d’achat – Alimentaires (=frénésie alimentaire) – Dipsomanie (alcool).l. planification…) – Hostilité passive… III. JOLLANT © LIPCOM (m. verbale. lavage…) 26 • III.2009 III. lavage. potomanie (eau) – Kleptomanie (vol) – Trichotillomanie (se tirer les cheveux) – Onychophagie (se ronger les ongles)… • Rituels = compulsions complexes (ex. Comportement psychomoteur (5) Divers: – Dyskinésie – Cataplexie (associée à narcolepsie) – Dystonie – Rigidité motrice – Tics – Akathisie / tasikinesie… 27 28 F.

l. vaginisme (douleurs) • Hypersexualité • Paraphilies (ancien. Discours (2) Cours • Logorrhée • Ralenti • Mutisme • Fading et barrages Tonalité • Dysprosodie • Aprosodie 31 Contenu • Incohérent / Perte des associations • Fuite des idées / Coq à l’âne • Néologisme • Écholalie • Stéréotypies verbales • Persévérations verbales • Impulsions verbales • Syndrome de Ganser 32 F. de fin de nuit • Hypersomnie • clinophilie • Somnambulisme IV.e. de milieu de nuit. perversions sexuelles) • Troubles de l’identité sexuelle Conduites sphinctériennes 29 30 V. Conduites instinctuelles (2) Sexualité • Troubles de la libido (désir) • Troubles de l’excitation sexuelle (érection…) • Troubles de l’orgasme • Dyspareunie.2009 IV. tonalité – Grammaire et syntaxe – Vocabulaire et choix des mots – Enchaînement des idées.2e cycle – MI D – Psychiatrie Année Universitaire 2008 . intensité. 26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes . organisation V. Conduites instinctuelles (1) Alimentation • Anorexie (=perte d’appétit) • refus alimentaire (=sitiophobie) • Hyperphagie (=grignotage) • Frénésie alimentaire • Polyphagie / Coprophagie Sommeil • Insomnie d’endormissement. Discours (1) Bien entendu lié aux pensées Evaluer: – Rythme. JOLLANT © LIPCOM (m.

26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes ..l. moyens de transports.…) Idéation suicidaire Hypochondrie Dysmorphophobie Pensée magique Rationalisme morbide Pensée paralogique 36 F. sang…) VI. Pensée (1) 33 34 VI. file d’attente. objets potentiellement dangereux. propreté. loin de chez soi. pessimisme. hauteurs 35 (vertige).. – Phobiques: contamination.) – Sociales (objet=situation sociale ou de performance) – Spécifiques (objet=animaux. dévalorisation. claustrophobie). JOLLANT © LIPCOM (m. Pensée (3) • • • • • • • Pensée dépressive (ex. Pensée (2) Contenu • Obsessions: – Idéatives: ordre.. culpabilité.2e cycle – MI D – Psychiatrie Année Universitaire 2008 .e. images sexuelles ou horribles. maladie – Impulsives (=phobies d’impulsion) • Phobies: – Agoraphobie (objet=foule. situation (ex.2009 Pause… Cours • Tachypsychie • Bradypsychie VI.

aux événements: ex. tristesse. intuition.…). avec fluctuations « dans les limites » • Dépressive • Expansive • Athymie – Durée (importance diagnostique) – Congruence des pensées et de l’humeur 40 F. peur. défaut d’émotivité • La capacité du sujet à les verbaliser: alexithymie • Les sentiments = Amour. acceptation…) ++ 37 VII. imagination – Thème: persécution. visuelles (animaux = zoopsies). ruine. honte. 26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes . colère. Perceptions • Illusions = perception modifiée de la réalité • Hallucinations = perception sans objet – Type: • Sensoriel: Auditive cénesthésique (douloureux. dégoût. surprise. JOLLANT © LIPCOM (m. sexuel. culpabilité.l. olfactives. pouvoirs. émoussement affectif. devinement de la pensée. agréable. labilité affective • Réactivité à l’environnement. ambivalence… 39 VIII. incurabilité. gustatives. culpabilité. Etat émotionnel (1) • Les émotions: – Difficile à définir – Interagissent avec les comportements et les pensées – Définies par: • Le type: Joie. peur. hostilité. regret.2009 VI. entre plaisir et douleur. possession … – Congruence à l’humeur – Vécu du sujet (gêne. Etat émotionnel (2) • Humeur = Disposition affective prolongée qui détermine la tonalité de l’activité psychique. Pensée (4) • Délire = idée non réelle + conviction ferme Il se décrit par: – Mécanisme: interprétation. • Intrapsychique – Vécu du sujet • Dépersonnalisation • Déréalisation • Phénomènes hypnagogique (à l’endormissement) / hypnopompique (au réveil) = normaux 38 VIII. filiation. hostilité. érotomanie. mégalomaniaque. • La stabilité: ex. fatigue. religieux. hypochondriaque.e. désespoir. anhédonie • Leur expression: hyperémotivité. – Type: • Normale (=euthymie).2e cycle – MI D – Psychiatrie Année Universitaire 2008 . messianique. influence. référence.

IX. Insight et motivation sont des éléments importants de changement et donc de guérison.2009 VIII. 26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes . l’interprétation des proverbes (nécessite des capacités d’abstraction)… • Différents types d’intelligence (cf. Insight et jugement Insight = Conscience des troubles et compréhension des causes et du sens de ces troubles (attribution).e.2e cycle – MI D – Psychiatrie Année Universitaire 2008 . • partiel/superficiel • intellectuel (explications mais pas d’application) • incorrect (mauvais sens) • bon. • A partir du vocabulaire (mais surtout corrélé à l’éducation!). Etat émotionnel (3) • Anxiété = sentiment d’appréhension vague causé par l’anticipation d’un danger • Panique = Crise d’anxiété aiguë et intense accompagnée de symptômes somatiques. Autre fonctions supérieures • • • • Mnésie (Mémoire) Gnosie (Reconnaissance) Praxie (Gestuelle) Phasie (Langage) Cf. Intelligence • Le plus souvent inférée de l’entretien mais possibilité d’un examen spécifique. Howard Gardner) 41 42 X. Jugement (prise de décision) = capacité à sélectionner des buts appropriés et à trouver et utiliser des moyens appropriés et socialement acceptables pour les atteindre. cours de neurologie 44 F. • Peur = émotion causée par la reconnaissance d’un danger réel. L’insight peut être: • absent. 43 XI. JOLLANT © LIPCOM (m.l.

un trait peut être une propension à présenter des états! 46 A bientôt dans les Services… …pour la pratique 47 F.e. TSH…) • Imagerie cérébrale (Scanner. On parle. à la colère…). traits de personnalité…) – Hétéro . Il s’agit en fait d’une propension à agir. de trait de personnalité (impulsivité…). anxiété. IRM) 45 Un mot de plus sur… la distinction trait / état • Un état est considéré comme une modification psychique transitoire = de qqs minutes (ex. à l’agressivité. propension au pessimisme.l. attaque de panique) à plusieurs mois (ex. De fait. 26/09/08) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes .2009 En complément de l’examen psychiatrique… • Questionnaires: – Auto . par exemple. à penser d’une manière donnée dans certaines circonstances (ex.évaluation (dépression. épisode dépressif non traité). habituellement présent dès l’adolescence. • Un trait est une caractéristique psychique prolongée. JOLLANT © LIPCOM (m.évaluation (conduites suicidaires…) • Tests neuropsychologiques • Tests d’intelligence • Electroencéphalogramme (EEG) • Tests de laboratoire (biochimie.2e cycle – MI D – Psychiatrie Année Universitaire 2008 .

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->