Mériem DAIBOUN-SAHEL Malia HAICHEUR

Promotion 2008-2009

MASTER 2 EN GESTION Spécialité: Comptabilié et Contrôle

La pratique d’audit interne : en France et en Algérie
Madame Catherine MAILLET

Juin 2009

1

« Je soussignée, Meriem DAIBOUN-SAHEL, certifie que le contenu de ce mémoire est le résultat de mon travail personnel. Je certifie également que toutes les données, tous les raisonnements et toutes les conclusions empruntés à la littérature sont soit exactement recopiés et placés entre guillemets dans le texte, soit spécialement indiqués dans les notes en bas de page. Je certifie enfin que ce document, en totalité ou pour partie, n’a pas servi antérieurement à d’autres évaluations, et n’a jamais été publié. »

2

« Je soussignée, Malia HAICHEUR, certifie que le contenu de ce mémoire est le résultat de mon travail personnel. Je certifie également que toutes les données, tous les raisonnements et toutes les conclusions empruntés à la littérature sont soit exactement recopiés et placés entre guillemets dans le texte, soit spécialement indiqués dans les notes en bas de page. Je certifie enfin que ce document, en totalité ou pour partie, n’a pas servi antérieurement à d’autres évaluations, et n’a jamais été publié. »

3

Enfin. J'exprime ma gratitude à tous les professionnels rencontrés lors des recherches effectuées et qui ont accepté de répondre à mes questions avec gentillesse. pour son encadrement et ses orientations et ses conseils. Mr GUAUTHIER pour sa disponibilité. Tout d'abord Madame Catherine MAILLET. A mes amis pour m’avoir aidé à décompresser chaque fois que la pression outrepassé les limites du tolérable. je souhaite adresser ici tous mes remerciements aux personnes qui m'ont apporté leur aide et qui ont ainsi contribué à l'élaboration de ce mémoire. A mon père et à ma mère pour leur soutien moral et matériel.Remerciements En préambule à ce mémoire. j'adresse mes plus sincères remerciements à tous mes proches et amis qui m'ont toujours soutenue et encouragée au cours de la réalisation de ce mémoire. Malia HAICHEUR Mes remerciements à Mme Catherine MAILLET pour avoir bien voulu suivre nos travaux et nous orienter vers les pistes les plus pertinentes. Meriem DAIBOUN-SAHEL 4 . ses précieux conseils et la documentation d’une exceptionnelle qualité qu’il a bien voulu mettre à notre disposition.

............... Les fondamentaux de l’audit interne à l’international : ................................................2................................ 5......................2 3..............1 Le contrôle interne : ..................... 31 ....1 3...........................................................................................................4........ 23 Assurance : ......... 23 Les attentes de l’organisation envers les auditeurs : ..........................................................................................1.............4...2 Principes Fondamentaux : ..........................2..... 22 3..................................................................1................................................................ De leur objectif de mission .........4................... 25 6............... 17 2..................................................................1 Champ d’application et caractère obligatoire : .................................................................................................................................3 6.....................................2 Introduction des normes professionnelles de l’audit interne élaborées par l’IIA :… ......................................................................................... 27 Les similarités : ................................................................... 26 Le risque management : ............ 19 2..................................................................................1 3............ 27 Les différences : .............................. 17 2....2.......................... 17 Qui est l’IIA : ......................... …20 2.........................2........... 23 Conseil :..................... 12 I.........................................................2 3.......... 10 Introduction ........................................................................................................................ .............................................................................................4........3 4................................................. 24 6........2 6..... 23 Contenu de l’audit interne : ................ 14 Définitions : .....3 Définition officielle de l’audit interne selon l’IIA : ...........1 3..............................2.................................................................1 2................... 15 L’approche de l’IIA : .......................................................... 25 6........................................................... 14 1....................................................3 Code de déontologie résumé : ...........1 Les trois principales caractéristiques de l’audit interne : ................................................................................1 6.................3 3....... 2..............1.......2........... 26 Audit interne et audit externe : similarités et différences : ......................................4 Le contrôle de gestion : ..... 20 2..... 21 2....................................................................... 22 L’audit d’efficacité et de performance : ................ Les métiers d’auditeurs internes : ............4 La dimension morale que l’IIA accorde à l’audit interne « code de déontologie » :…...........................................4...................................... Les interactions de l’audit interne avec :.........................................................2.... 29 5 6.......................................2.......................................................................................2 II...2......... La fonction d’audit interne :................................... Origine et évolution :..... 21 3..............................................................2 2...........................2 3........................ 15 2..................2............ 23 Assistance : ........................ 22 L’audit de management : ..........................................................................................Sommaire Synthèse du mémoire ........................................... 22 L’audit de conformité : ...................... 24 Les enjeux et les limites du métier ...........

...............3 2...................................................2 2................................... 39 2............................................... 41 a) b) 2................. 31 Futur proche de l’audit interne centré sur quatre principaux axes : .............................................................................................. ......................................3 Le nouveau cadre de référence de l’« AMF » pour le dispositif de contrôle interne :… ..........6 2.............. Situation actuelle et futur proche de l’audit interne : ......... 35 Contrôle interne objectif de l’audit interne : ........................................................................2...................4..............................................................4................ 44 Le comité d’audit : ...........2........ 43 Les acteurs du contrôle interne : ................................................ Contrôle interne matière de l’audit interne : ................................................................................................4 Les 4éme et 7éme directives : .........................................................................................................2..................... 45 Les auditeurs internes :...............2 2..................................................................1.......7 2....................1 1.......2....2........ 46 Le contrôle interne selon COSO1 : .....2.............. 34 2.............................................6............................2 2............................................... 50 6 2.... 40 2..................................... 44 Le management : .............. 42 Les objectifs du contrôle interne : ............... 45 Les autres membres du personnel : ................................................................2....4 Une gestion des risques en « temps réel » : ............................... 44 Les cadres financiers :..............................1 2............. 32 1................5.........................2.................................................................2.. 50 L’erreur de jugement : ............................................2..4........ 49 Les limites du contrôle interne :..................4 2......... 44 Le conseil d’administration (ou conseil de surveillance) : .................................. 38 2......................................2 Imposition d’un nouveau cadre réglementaire : ....................2 Contexte économique : .....1 Sarbanes Oxley Act : ...1 2......... 33 1................4.....................................2............................. 38 2......... 45 Les fonctions supports : .... 36 Définition du contrôle interne : ......3 2.....8 2....5 2............ 46 Contrôle interne selon COSO2 : ....................................................... 46 Les tiers : ................................2 La LSF (Loi de Sécurité Financière) : ...1 2..................................2.... 32 La mondialisation de la fonction d’audit interne : .............................................................................3 2.5............4.................................3 1........................................................................4....................1 1................. 35 2. 46 2................................4................. 31 1.......4.............4 Les directives européennes : ................................................................6 2.......... une influence déterminante sur l'audit interne :..................2 L'innovation technologique.................................5 Référentiels de contrôle interne : ........... 48 Le contrôle interne selon le COCO : .......2....1 2................................. 33 La difficulté de la recherche de talents et de compétences :...5...... 41 8éme directive sur le contrôle légal des comptes : .....................................................................2.....................1 .................... 36 Le cadre réglementaire relatif au contrôle interne : .

...4 3.......2....................................... 65 2..............................................2 3..................................... 61 Les moyens humains au service de l’audit interne : ................................. Contexte économique : .............. 51 La collusion : ................................................................................................................2 Processus de gestion des risques : ..........................................................1 3...........6......................................... 52 Définition du Management des risques : ............................................. 4....................... 55 3..................................6.....................................5 4.........................1.....................3 4........... 53 Identification des risques : ......................2.................. 54 Suivre et tirer des leçons : ........... 57 4............ 54 Classer par ordre de priorité et contrôler les risques : ........................................................................................................................... 60 L’audit interne et les risques : ..2...........1 4.. 1........ 2............................................. 71 7 ................................................................ 56 4..........1..................6.........................2............................................................................................... 58 4..............2........1 2.................. 70 4............2 3.................................................................................................................................................1........... 60 4.................................................. 57 4........................ 58 Positionnement de la fonction : ...................3 3.....................4 2............2........................................ 63 Les perspectives d’évolution de la fonction :.................................. 51 Le rapport coûts/bénéfices : ................2 Les objectifs de l’AACIA en termes de formations : ........................................1.................................4 III................................................................................... 63 L’Audit interne en Algérie : .........2 Charte d’audit interne : ........................2................. 54 Evaluation des risques : ....................................................... La pratique d’audit interne en France : ............... outil de bonne gouvernance : .............................................2 2.....................................................1 3........3 Risk management et audit interne : ......1 Audit interne....... objective de conseil et d’assurances : .... 52 3.................1 Présentation et objectifs de l’Association des auditeurs et consultants internes algériens :.......Indépendance de la fonction et ce qu’elle implique : ....................3 2... 65 Contexte réglementaire :.....2....................2 L’audit interne une fonction indépendante .........2......... Importance du management des risques :.............................. 51 3........................2................ L’audit interne une activité....5 Les dysfonctionnements : ............................................ 52 Définition du risque : ........................... 70 4................... 64 Environnement de l’audit interne en Algérie : ................... 50 Les contrôles « outrepassés » ou contournés par le management : .....................4 4.........3 L’audit interne organe majeur dans la prise en compte de nouvelles réglementations : ................................. 59 4........ 52 3................. 67 La faiblesse du contrôle interne et répercutions sur la fonction d’audit interne : 69 Les insuffisances institutionnelles : ...............6...........................................1 Définitions : ....................................... 64 Historique de la fonction : ...................................................................2 3..........

..............1 Positionnement de la fonction : ......1.....2................. 72 Une fonction qui en est à ses débuts..................... 81 5....3 5..............2 L’expérience : ......................4 5..................................3 Approche et suivi des missions :.................2 La charte d’audit interne : ...................................................................................2 En termes de gestion des risques : ...........................2..................1.2..4 Validation du programme de travail :.2 Formation et compétences des équipent : ...... 75 5.............................................4.......................3 Satisfaction des audités : ... 76 5.....1.......................... 78 5.........................3..................2 Revue des travaux des auditeurs internes et évaluation de la fonction d’audit interne :....................1 En termes de compétences :......................... 80 L’évolution de l’audit interne : ...................2.........3 Prestataires externes : .... 77 5..................3...1............... 80 Les enjeux de l’audit interne : .......................1 Enquête Deloitte Algérie :............ 74 5.... 78 5.4.............................................5 Les documents livrables : .............2 Les résultats de l’enquête : .................... 75 5................... 79 5....... 73 Le problème de compétences : .............................. 78 5..............2 5............................. 75 5.........1......2....... 79 5............................................................................. 76 5..............2...................2........................................................... 79 5..................1 Durée et types d’interventions : ........4 L’équipe d’audit interne :............... 72 Les constats : .............................................2..................2..............................1 5......................................................3.................1 La formation : ..... 74 5............... 73 Concernant la fonction d’audit interne :...........................................2.4 Typologie des missions : ...... 77 5.......... 76 5.................................1... 78 5.........................2..................2................................................................................ 5.............6 Présentation des résultats d’audit et validation des recommandations : ........................................................ 78 5.1..........................................3 Budget d’audit : .........2......................................7 Refus d’acceptation d’une mission : .................3 Organisation des missions : ......................1.................3...3...............................2............2...3.............1 5...................................................................... 80 Evolution de la fonction et les enjeux de l’avenir : .....2...................2...............2.................. 77 5............... 80 Revue indépendante : ...........2......................2.3...................................... 82 8 ................................................................................5...................2........3.............................3........................... 81 5.......................................3........... 73 Le problème de gestion des risques : .............................1 5.................................... 72 La confusion entre audit interne et contrôle interne : ...........................................................3.........1 Le plan d’audit : .........................2 Suivi des anomalies révélées par des tiers ou des salariés : ...................2.............................................................................................2......................................................2....................... 77 5......................................... 80 a) b) 5.......2...................................................2 5....

........ 89 Positionnement de la fonction d’audit interne : ......... 92 Répartition des recommandations et leurs impacts : ........................................................................................................................................ 91 4...... Présentation de SONELGAZ....... 84 L’organisation :....................... 84 1.............................. 89 2............... 90 Charte d’audit interne : .........2 1.............................................1 2..............................................3 Les missions : .............. 89 3................................................................ 94 Conclusion : ..........................2.......................... 90 Plan de développement de la capacité de gestion : ......................... L’Audit interne au centre des préoccupations de SONELGAZ : ................................................. 82 5...3 3.....2....................................................................6 Création des Audits de Gestion et Audit technique : .........................3 4...................3................................................................... ..............2 4... La création de la fonction d’audit interne du groupe SONELGAZ : .................. 90 La charte du comité d’audit : ................... 93 Evaluation post mission des auditeurs : ... 87 2............................. Les enseignements tirés du cas du groupe SONELGAZ : ...... 82 IV...........................................................1 4..................................................................2....................................... 91 Audit de la distribution : ............................2...............................................3... 88 Audit interne une nécessité : .............................................1 2...............................................2 3...4 4........2 2..............3 En termes d’indépendance : .................... Perspectives : ........................................................................... 87 Les éléments qui ont conduit le groupe à la création de la fonction : ........................................1 1................. 84 1......................................................... 93 4............ 91 Missions d’audit toute activité confondue : ............................................................................... 88 Une obligation vis-à-vis des parties prenantes : ............ 88 Dispositif d’accompagnement de la décentralisation :.............. 85 La fonction d’audit interne du Groupe SONELGAZ : ............................4 3.........................5........................... 92 Processus de suivi des recommandations : ......................................................................... 89 Mise en place d’un référentiel : ....................... 93 6.............5 3...............5 5............................................ 84 L’adaptation au nouveau contexte :.......................................................................................................................2......2 2.....1 3..... Partie pratique « Groupe SONELGAZ » : ............ 96 Bibliographie.... 99 9 ........................3 3......................... Premier bilan : ...........................................................................................................................................................4 En termes de conformité : ......................

d’abord. 10 . ses missions et objectifs. Cette partie est étayée par une étude menée par l’Institut Francophone des Auditeurs et Contrôleurs Internes 1 http://www. L’importance de la contrainte réglementaire visant à astreindre les entreprises cotées sur le marché Français ou européen ou encore Américains à répondre à un certain nombre d’exigences en matière de contrôle interne. a été opéré. Ces exigences.fr/fr/services/maitrise-des-risques-et-gouvernance/audit-interne. aussi bien au niveau financier qu’au niveau réglementaire. les directives européennes. Les attentes de ces derniers en matière d’audit interne. notamment la loi de l’AMF. notamment après les différents scandales financiers. s’articulent de façon significative autour de l’efficience et l’efficacité opérationnelle. mais aussi la loi SOX aux USA. ont fait naitre des besoins en termes de bonnes pratiques d’audit interne. notamment celles édictées par « l’International Internal Auditors ». son historique. également été passées en revue. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les développements entrant dans le thème traitant de : « La pratique d’audit interne en France de manière générale et en Algérie de façon plus particulière ». un bref examen des pratiques d’audit interne dans un environnement bien précis qui est celui de la France. domaines qui à l’international et concernant principalement les entreprises cotées. son évolution et son importance.asp . il a semblé essentiel de mettre. qui. dés lors font parties des principaux objectifs. chargée de promouvoir les bonnes pratiques pour l’exercice de la fonction d’audit interne. en avant les concepts fondamentaux de l’audit interne .Synthèse du mémoire Les besoins d’assurance1 croissants demandés aux directions générales par les actionnaires. les principales caractéristiques nécessaires à sa performance. ont conduit à affirmer la fonction d’audit interne comme étant un élément incontournable de bonne gouvernance au sein des entreprises. deviennent de plus en plus contraignant et assortis de sanctions en cas de non respect. Ces développements ont été opérés de manière à apporter une réponse à la question de savoir quelle et la situation de l’audit interne en Algérie et de voir si l’environnement de l’entreprise Algérienne se prête à une normalisation des pratiques d’audit interne ? Pour y parvenir. management des risques… Les normes professionnelles internationales devant régir cette fonction ont. ainsi que son interaction avec les autres métiers de l’entreprise notamment le contrôle de gestion. y est soulignée. qui reste et demeure l’outil d’aide à la gouvernance des entreprises.kpmg. les régulateurs et les autres parties prenantes. A titre d’exemple de fonctionnement relativement conformes aux standards internationaux.

possible de faire apparaitre le décalage entre des besoins réels de développement et d’évolution de la perception d’une fonction qui a fait la preuve de son potentiel contributif à l’amélioration de l’efficacité et de la performance des entreprises et les pesanteurs historiques. 2 Association des Auditeurs et Contrôleurs Internes Algériens 11 . de causes liés à l’environnement économique ou au contexte actuel.A. culturelles et environnementales qui inhibent l’essor de cette fonction.C.A2 qui multiplie les efforts pour sensibiliser les managers sur cette fonction et former les personnels qui sont appelés à l’exercer. montre qu’il est existe des exceptions et qu’il est possible de surmonter les obstacles pour créer les conditions nécessaires à un exercice correct de la fonction d’audit. considéré comme l’une des organisations qui a pris une bonne avancée en matière d’audit interne. cependant. ainsi. Sonelgaz. La situation est appuyée par les principaux chiffres et enseignements tirés d’une enquête réalisée par le cabinet Deloitte en Mai 2007 portant sur 200 entreprises algériennes qui confirme le diagnostic tout en faisant ressortir. en charge de la production de l’électricité et de la distribution par canalisation du gaz.en 2005.I. L’ensemble de ces considérations ont permis d’opérer un passage en revue de la pratique d’audit interne en Algérie et de tenter de rechercher les causes susceptibles d’expliquer l’état de la question qu’il s’agisse de causes historiques. L’examen de l’organisation de la fonction et des pratiques d’audit au sein du groupe algérien. à l’instar du constat opéré par l’A. une lente évolution. Il a été. Ce cheminement vers la généralisation de la fonction d’audit interne est incontournable car elle conditionne dans une grande mesure la survie d’entreprises menacées par une ouverture du marché de plus en plus large et une concurrence de plus en plus féroce. en vue de mettre en exergue la pratique effective de l’audit interne à l’international et plus précisément en France. sur un certain nombre d’entreprises françaises.

existe-t-il une culture de contrôle interne en Algérie ? N’y a-t-il pas 12 . pour devenir une véritable fonction exercée par des éléments appartenant à l’entreprise en vue d’aider les managers. Ainsi perçue. pendant longtemps privilégié les objectifs quantitatifs. la mauvaise utilisation des deniers publics et les fraudes d’une manière générale. Dans un pareil contexte se pose également la question quant à l’application de normes régissant la profession. Se pose. dont le mode de gestion et de gouvernance intègrent la recherche de l’efficience comme objectifs permanent conditionnant leur survie. les conditions requises pour l’adoption et le développement de l’audit interne sont réunies. la fonction d’audit interne ne se limite pas à l’authentification de la comptabilité de l’entreprise. La fonction d’audit interne. à mieux maitriser. mais constitue un élément important de l’amélioration des performances de l’entreprise qui touche tous les domaines d’activités des organisations. en situation de transition d’une économie dirigée vers une économie de marché.Introduction Apres avoir été longtemps une simple activité de contrôle des comptes exercée par des éléments externes à l’entreprise. Sous peine de disparition l’entreprise Algérienne est contrainte de s’adapter pour assurer sa survie en dehors du soutien de l’Etat face à des concurrents qui ont toujours évolué dans des environnements ouverts et de manière totalement affranchie des protections de la puissance publique. l’audit a progressivement évolué. Avec la libéralisation du cadre d’exercice des activités. La recherche du gain financier. l’entreprise est désormais confrontée à des concurrents. y occupe une place importante et est intégrée comme élément à part entière du management des activités et de leur amélioration. Les entreprises Algériennes. par le conseil. de la performance et de l’efficacité ne constituait pas une préoccupation et étaient reléguées au second plan. l’entreprise pouvait aisément se passer d’audit interne et se contenter d’un contrôle vérification mis en place pour traquer les violations des lois et règlements. se sont peu souciées de l’audit interne. la normalisation des procédures d’audits interne est elle réalisable en Algérie ? Face à ce type de changements quel est le positionnement de l’entreprise Algérienne ? Représentant l’essence même de l’audit interne. entendue dans son acception moderne. leurs tâches. Dans ces conditions. ou pousser la réflexion plus loin. alors. le retrait de l’Etat de la sphère économique et l’ouverture de l’économie à la concurrence étrangère. qui ont. la question de savoir si.

13 .encore des survivances du mode de gestion en cours de remplacement qui constituent un handicap à l’adoption et à la généralisation de cette fonction ? La définition de cette fonction. Elles permettront également d’apprécier sa mise en œuvre au sein d’une entreprise retenue comme illustration pratique et de dégager d’éventuelles propositions destinées à intégrer la fonction d’audit dans le management de l’entreprise et à aider les managers à assurer une meilleure maitrise de leurs activités et par voie de conséquence l’accroissement de la compétitivité de l’entreprise. les objectifs auxquels elle répond et les exigences de son implantation réussie permettront de répondre à cette question.

n’est apparue en France que dans les années 60. tels qu’inventaires. qui possédaient la connaissance et la pratique de méthodes et outils appliqués au domaine comptable. Origine et évolution 3: Apparue lors de la crise de 1929 aux Etats-Unis. Sous l’effet de la récession économique. restent les premières concernées. c'est-à-dire en interne. La fonction d’audit interne. Les entreprises s’y essayèrent en faisant réaliser. pouvoir dire.Naquit ainsi. Elle peut être également qualifiée d’universelle. 14 . même s’ils concouraient à la réalisation des travaux courants des auditeurs externes. La notion « d’auditeur interne » était alors née. Leur champ d’intervention s’élargira progressivement et leurs objectifs évolueront sensiblement. n’y échappèrent pas. Cette recherche de compression des charges allait s’étendre à tous les postes de dépenses. à part entière. diverses tâches préparatoires aux travaux de certification à réaliser par les auditeurs externes. Après la crise. d’y déceler des caractéristiques fondamentales. La fonction d’audit interne : 1. page 13. auxquels les entreprises américaines avaient déjà recours. Elle se limite pas seulement au monde des entreprises qui. des entreprises. Elle va bien au-delà. les auditeurs externes. car elle s’applique à toutes 3 RENARDS Jaques. maintenant acquises et reconnues. chapitre 1. continuèrent à être utilisés. que l’évolution est parvenue à son terme. est cependant remarquable puisqu’elle a atteint un stade où il est possible. car accomplissant des travaux d’audit. sans pour autant. selon lesquelles la fonction d’Audit interne : est une fonction universelle et périodique. analyses de comptes…. la fonction d’audit interne peut être considérée comme une fonction récente. par leurs propres services.I. quelle que soit leur taille. Elle est universelle. tout en restant membres. Celles découlant de l’utilisation des services de cabinets d’audit externe. L’évolution. les entreprises cherchaient à réaliser le maximum d’économies et examinaient leurs comptes à l’effet de comprimer le plus possible leurs charges. Editions EYROLLES 2008. une nouvelle catégorie de personnels qualifiés « d’auditeurs ». aujourd’hui. « Théorie et pratique de l’audit interne ». car elle s’applique à toutes les organisations. et ce n’est qu’à partir des années 80 que son originalité et ses spécificités commencèrent à se dégager et à se préciser.

les fonctions là ou elle s’exerce ; fonction financière et comptable, fonction commerciale et logistique, fonction fabrication/production, informatique et pas seulement informatique des gestion, fonctions de gestion, fonction d’audit interne, fonction managériale. Elle est, également, une fonction périodique, c'est-à-dire permanente dans l’entreprise. Le plan d’audit, qui répartit, les activités s’y rapportant, sur un cycle de plusieurs années, traduit parfaitement cette périodicité selon une fréquence de missions calculée en fonction du risque de chaque activité.

2. Définitions : 2.1 Les trois principales caractéristiques de l’audit interne : L’audit interne est une fonction évolutive qui a connu plusieurs définitions avant qu’elle ne se stabilise. Trois traits principaux la caractérisent. 2.1.1 Assistance au management : L’audit interne est considéré comme une fonction d’assistance qui doit permettre aux responsables de mieux gérer leurs affaires. Cette notion d’assistance distingue l’audit interne de toute fonction de « police ». Elle aide chaque dirigeant à résoudre des problèmes d’une certaine nature, et qui sont ceux relatifs aux dispositions prises pour bien maîtriser les activités (Il ne doit pas y avoir de nom de personnes dans les rapports d’audit). 2.1.2 Absence de jugement sur les personnes : Le but premier d’une mission audit est celui de relever des insuffisances constatées et les potentialités d’amélioration, même si face à un certains type de constats, tels qu’une situation extrêmement fragilisée, ou l’absence de conformité à des dispositions fondamentales, des malversations…il reste difficile de ne pas « juger », « considérer » ou « apprécier » le responsable. A la base, les niveaux de réflexions d’une mission d’audit standard sont les suivants :  Le premier niveau est celui de l’objectif de l’audit interne qui est de mieux maitriser les activités. Il ne s’agit pas de juger la performance existante, mais d’aider à améliorer une performance. Même si le responsable se trouve, de fait, jugé à la suite des constats d’audit, il subsiste que ce n’est pas là l’objectif de l’audit interne.  Le second est celui des réalisations. L’audité ne doit pas être mis en cause. Mais si toutefois il l’est, cela ne peut se faire que d’une façon positive. Si par exemple une insuffisance importante est relevée lors d’une mission d’audit, elle est aussitôt portée à la connaissance du responsable, de façon à ce qu’il puisse prendre les mesures nécessaires. Le rapport de l’audit notera alors, que le dysfonctionnement signalé a déjà donné lieu à une
15

action corrective efficace. L’audité est gratifié et apparait comme un responsable efficace et dynamique.  Le troisième volet est celui des responsabilités. L’analyse des causes, effectuée par

l’auditeur interne, révèle souvent que les faiblesses signalées ont leur origine dans des insuffisances dont l’audité n’a pas la maitrise. Il peut apparaitre que les solutions sont entre les mains de la hiérarchie, voire du corps social. On peut alors observer des situations où l’audité, bien loin d’être mis en cause, se voit conforter par l’audit interne. On est alors dans un cas concret et non équivoque « d’assistance au management ». 2.1.3 L’Independence : La fonction d’audit interne ne doit subir ni d’influences, ni pressions susceptibles d’aller à l’encontre des objectifs qui lui sont assignés. C’est pour cela que les normes rappellent que pour atteindre cet objectif, le service d’audit interne doit être rattaché au plus haut niveau hiérarchique, afin que l’auditeur puisse être indépendant vis-à-vis des responsables de la fonction auditée. L’auditeur doit, en vue d’éviter tous types d’aveuglements ou de conflits, également, être indépendant du système qu’il doit auditer, car il ne pourrait pas avoir un avis totalement objectif si lui même est acteur dans un système qu’il doit observer. Il s’ensuit que l’auditeur interne :    ne peut, ni ne doit avoir sous ses ordres aucun service opérationnel, ne doit formuler que des recommandations qui ne constituent en aucun cas des

mesures obligatoires pour la hiérarchie, doit pouvoir avoir accès, à tout moment, aux personnes et à tous niveaux

hiérarchiques, aux biens et aux informations. L’indépendance dont doit faire preuve l’auditeur interne, dans l’exercice de sa fonction, est renforcée par l’obligation à laquelle il doit s’assigner quand au respect des normes de l’audit interne de l’IIA4. Il s’agit d’une limitation non assortie de sanction. C’est en conscience que l’auditeur interne doit s’imposer à lui même, et dans le respect des normes de la profession. En réalité, la véritable indépendance de l’auditeur interne réside dans son professionnalisme : si ce dernier est un réel professionnel il révélera des dysfonctionnements importants et fera des recommandations pertinentes. Ces précisions sur l’indépendance de l’auditeur interne ont le mérite de permettre de bien situer la position de la hiérarchie qui parfois craint que la création d’une fonction d’audit nuise à ses prérogatives, mais il n’en est rien car la hiérarchie conserve intégralement toutes
4

The Institut of Internal Auditors : IIA

16

ses responsabilités de gestion et de contrôle et reste seule juge face aux recommandations de l’auditeur interne. Ces trois caractéristiques étant précisées, il est possible d’aller vers la définition officielle de l’audit interne proposée par l’IIA. 2.2 L’approche de l’IIA : 2.2.1 Qui est l’IIA 5: « The Institute of Internal Auditors »(IIA) a été fondé en 1941 fondé aux Etats Unis. Il s’est progressivement internationalisé au fur et à mesure qu’augmentait le nombre des instituts nationaux affiliés. Il a une activité importante en matière de formation professionnelle et de recherche, publie ouvrages et revues (The Internal Auditor), organise un examen professionnel de plus en plus apprécié (The Certified internal Auditor Examination : CIA), organise conférences et colloques et définit pour l’ensemble de ses membres, en y incluant les adhérant de l’IFACI « Institut Francophone de Consultants Interne », les normes de la profession. L’IAA et une source importante de définition des normes professionnelles pour l’exercice de la fonction d’Audit Interne. Cette définition s’est opérée progressivement ; d’abord en 1947 à travers « La déclaration des responsabilités » qui définit objectifs et champ d’action de l’Audit Interne, puis à l’issue de diverses évolutions de la fonction qui ont exigé des révisions en 1981, en 1991 et en 1995, avant qu’une refonte totale ne soit réalisée avec effet au 1er janvier 2002. Introduction des normes professionnelles de l’audit interne élaborées par l’IIA6 : L’audit interne est exercé dans différents environnements juridiques et culturels ainsi que dans des organisations dont l’objet, la taille, la complexité et la structure sont divers. Il peut être en outre exercé par des professionnels de l’audit interne dans chaque environnement. Pour s’acquitter de leurs responsabilités, les auditeurs internes doivent se conformer aux normes internationales pour la pratique professionnelle de l’audit interne. Celles de l’IIA offrent un cadre de référence susceptible d’inspirer l’adaptation ou l’adoption des normes internes. Les normes ont pour objet :

2.2.2

5 6

RENARDS Jaques, « Théorie et pratique de l’audit interne », Editions EYROLLES 2008, chapitre 5, page 91.
Support de cour « Audit interne et évaluation des risques », de monsieur DUBUIS Hervé, IFACI Formation.

17

L’auditeur interne détermine la nature et l’étendue des missions d’assurances. Les normes de mise en œuvre précisent les exigences applicables dans les activités d’assurances ou de conseil.    De définir les principes fondamentaux de la pratique de l’audit interne. opérations. Dans le cadre d’une mission d’assurance. En particulier les normes utilisant le terme « doit » pour spécifier une exigence impérative et le mot « devrait » lorsque le respect de la disposition est recommandé sauf si. Les normes sont des principes obligatoires constituées :  De déclarations sur les conditions fondamentales pour la pratique professionnelle de l’audit interne et pour l’évaluation de sa performance.  D’interprétations clarifiant les termes et les concepts utilisées dans les déclarations. Les normes utilisent des termes ayant un sens spécifique qui est précisé dans le glossaire. autrement dit le propriétaire du processus. doivent répondre. c'est-à-dire l’auditeur interne. une fonction. De fournir un cadre de référence pour la réalisation et la promotion d’un D’établir les critères d’appréciation du fonctionnement de l’audit De favoriser l’amélioration des processus organisationnels et des large champ d’intervention d’audit interne à valeur ajoutée. le processus. 18 . le système ou le sujet examiné. une opération. un système ou tout autre sujet. 2) La personne ou le groupe réalisant l’évaluation. Elles comportent généralement trois types d’intervenants : 1) La personne ou le groupe directement impliqué dans l’entité. des normes de fonctionnement et des normes de mise en œuvre. l’opération. Les normes se composent de normes de qualification. Les normes de fonctionnement assurent la description de la nature des missions d’audit interne et fixent les critères de qualité permettant de mesurer la performance des services fournis. l’auditeur interne procède à une évaluation objective en vue de formuler en toute indépendance une opinion ou des conclusions sur une entité. la fonction. en faisant preuve de jugement professionnel. des adaptations sont justifiées par les circonstances. interne. Les normes de qualification édictent les caractéristiques auxquelles. les organisations et les personnes qui sont chargées de l’accomplissement des missions d’audit interne. Elles sont internationales et applicables tant au niveau du service qu’au niveau individuel. un processus. Les normes de qualification et les normes de fonctionnement s’appliquent à tous les services d’audit.

page 93. Editions EYROLLES 2008. Définition officielle de l’audit interne selon l’IIA 8: 2. Elles comportent généralement deux intervenants : 1) La personne ou le groupe qui fournit les conseils. « L’audit interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opération. ses processus de management des risques. en l’occurrence l’auditeur interne. Elles constituent le document professionnel indispensable même si on n’apprend pas l’Audit Interne uniquement en les lisant. 2) La personne ou le groupe donneur d’ordre auquel ils sont destinés. Les normes contiennent tout ce qu’il faut savoir sur l’audit interne. « The Internal Audit Standards Board » mène une large consultation des discussions avant de publier les normes. datant de Juin 1999.3 Selon la définition l’IIA. page 51. Il aide cette organisation à atteindre ses objectifs en évaluant par une approche systématique et méthodique. ils sont consultables sur le site internet de l’IIA et sont distribués à tous les instituts affiliés. « Théorie et pratique de l’audit interne ». 19 . lui apporte ses conseils pour les améliorer. Ce ne sont pas des normes à proprement parler puisqu’elles sont facultatives. de contrôle et de gouvernement d’entreprise et en faisant des propositions pour renforcer son efficacité ». S’ajoute7 à cela les modalités pratiques d’application MPA.3) La personne ou le groupe qui utilise les résultats de l’évaluation c'est-à-dire l’utilisateur. chapitre 3.2. Ils apportent les réponses les plus appropriées à la question comment ? tout en gardant suffisamment de souplesse pour tenir compte des contraintes d’application des solutions préconisées susceptibles de naitre des spécificités nationales préconisées. ainsi le client lors de la réalisation de missions de conseil. 7 8 RENARDS Jaques. voire laisser place au développement de pratiques originales. l’auditeur interne doit faire preuve d’objectivité et n’assumer aucune fonction de management. RENARDS Jaques. chapitre 5. Editions EYROLLES 2008. mais elles font tout de même autorité. Ce sont des conseils pratiques pour l’application des normes. et contribue à créer de la valeur ajoutée. La revue et la mise à jour des normes est un processus permanent. Leur nature et leur périmètre font l’objet d’un accord avec ce dernier. « Théorie et pratique de l’audit interne ». Pour cela des avants projets sont soumis au plan international pour commentaires publics. Les missions de conseils sont généralement effectuées à la demande d’un client.

de contrôle et de gouvernement d’entreprise. aider. il était nécessaire que la profession se dote d’un tel code. à la fonction de conseil.4 http://www. ainsi que les personnes proposant des services entrant dans le cadre de la définition de l’audit interne. La dimension morale que l’IIA accorde à l’audit interne « code de déontologie9 » : Le Code de Déontologie de l’Institut a pour but de promouvoir une culture de l’éthique au sein de la profession d’audit interne. de la sorte.Des règles de conduite décrivant les normes de comportement attendues des auditeurs internes. L’élargissement du rôle de l’auditeur interne. Toute violation du Code de Déontologie par des membres de l’Institut.com/CodeEthique. fournissent fixent les lignes de conduite pour les auditeurs internes. Le Code de Déontologie associé au « Cadre de Référence des Pratiques Professionnelles » (« Professional Practices Framework ») et les autres déclarations de l’Institut. des titulaires de certifications professionnelles de l’IIA ou des candidats à celles-ci.htm au Canada. fera l’objet d’une 9 est. clairement le chemin à suivre. 2.2. . 2.4.Des principes fondamentaux pertinents pour la profession et pour la pratique de l’audit interne . à travers ses compétences. On désigne par «Auditeurs Internes» les membres de l’Institut. identifiant. en raison des points positifs qu’elle renferme et que les membres de l’IFACI (Institut Francophone d’Auditeurs et Consultants Internes) croient retrouver dans :     Son caractère volontariste. d’une quasi-certification sur le jugement qu’il porte. Compte tenu de la confiance placée en l’audit interne pour donner une assurance objective sur les processus de management des risques.D’autres définitions existent et celle de l’IAA semble réunir le consensus de la majorité. 20 .2. Ces règles sont une aide à la mise en œuvre pratique des principes fondamentaux et ont pour but de guider la conduite éthique des auditeurs internes.ivim. qui doit La fourniture par l’auditeur. à résoudre les problèmes. les titulaires de certification professionnelles de l’IIA ou les candidats à celles-ci.1 Champ d’application et caractère obligatoire : Le code de déontologie s’applique aux personnes et aux entités qui fournissent des services d’audit interne. en ce qu’elle montre plus ce qui doit être que ce qui Sa juste insistance sur l’idée d’indépendance. Le code de déontologie va au-delà de la définition de l’audit interne et inclut deux composantes essentielles : .

Les auditeurs internes évaluent de manière équitable tous les éléments pertinents et ne se laissent pas influencer dans leur jugement par leurs propres intérêts ou par autrui. les auditeurs internes établissent la confiance et offrent la base de cette confiance en leur jugement.theiia. évaluant et communiquant les informations relatives à l’activité ou au processus examiné. En usant d’intégrité. Ils font preuve du plus haut niveau d’objectivité professionnelle en 10 www. les normes de l’audit interne : les raisons de leur importance. dans le respect de la loi.2. Le fait qu’un comportement donné ne figure pas dans les Règles de Conduite ne l’empêche pas d’être inacceptable ou déshonorant et peut donc entraîner une action disciplinaire à l’encontre de la personne qui s’en est rendu coupable.4. tout en apportant leur contribution aux objectifs légitimes et moraux de l’organisation. les savoir-faire et expériences requis pour la réalisation de leurs travaux.2 Principes Fondamentaux : Il est attendu des auditeurs internes qu’ils respectent et appliquent les principes fondamentaux suivants : a) Intégrité : L’intégrité des auditeurs internes est à la base de la confiance et de la crédibilité accordées à leur jugement. Les auditeurs internes accomplissent honnêtement leurs missions.org/Guidance 21 . 11 Un exemplaire des Normes et du code de déontologie dans leur intégralité peut être consulté au www. b) Objectivité : Les auditeurs internes montrent le plus haut degré d’objectivité professionnelle en collectant.thiia. à moins qu’une obligation légale ou professionnelle ne les oblige à le faire. 2. c) Confidentialité : Les auditeurs internes respectent la valeur et la propriété des informations qu’ils reçoivent . ils ne divulguent ces informations qu’avec les autorisations requises. 2. d) Compétence : Les auditeurs internes utilisent et appliquent les connaissances.org/Publications Document d’information pour le comité d’audit.4.2.3 Code de déontologie résumé 10: Le but du code de déontologie11 est de promouvoir une culture morale au sein de la profession d’audit interne.évaluation et sera traitée en accord avec les Statuts de l’Institut et ses Directives Administratives.

Les métiers de l’audit peuvent être qualifiés en fonction : 3.1. 3. A titre d’exemple. Les auditeurs internes respectent la valeur et la propriété de l’information qu’ils reçoivent et ne divulguent cette information qu’avec l’autorisation du pouvoir approprié. l’audit de qualité qui se fait en préalable par les auditeurs interne pour vérifier qu’il sont prêts à subir l’examen de l’organisme de certification afin de délivrer à l’entreprise un label tel que l’ ISO 9001. Les métiers d’auditeurs internes : En raison des changements et des évolutions très rapides. Ils réalisent leur mission conformément aux normes et s’engagent à poursuivre leur formation continue. et en communiquant l’information.1 L’audit de conformité : Egalement appelé « audit de régularité ». De ce fait les auditeurs sont face à des mutations constantes en ce qui concerne leur métier. un besoin d’adaptation à des langages comptables est né. à moins qu’il existe une obligation légale ou professionnelle de la divulguer.recueillant. les normes) et les procédures internes ou externes. Les auditeurs internes appliquent la connaissance.1. Les auditeurs internes tirent une évaluation équilibrée de toutes les circonstances appropriées et ne sont pas influencés à l’excès par leurs propres relations qui pourraient être pressenties comme des éléments fragilisant leur objectivité. En bref il va comparer la règle et la réalité observée. consiste à vérifier et / ou contrôler la bonne application des règles (les lois.2 L’audit d’efficacité et de performance : Consiste a comparer les critères de qualité et de performance en vue de mesurer les résultats mais aussi d’apprécier l’efficacité d’une fonction ou d’un processus en vue de les améliorer. 22 . de mettre en place des procédés ou encore proposer de nouvelles stratégies ». 3. Il peut aussi évaluer la pertinence des objectifs ce qui définit l’audit opérationnel qui a selon Alain Mikol « pour objet l’analyse des risques et des déficiences existants dans le but de donner des conseils. Les auditeurs internes doivent utiliser l’information avec prudence et non pas à leur avantage personnel. autrement dit vérifier la conformité par rapport à un référentiel pré établi. les compétences et l’expérience nécessaire à leur rôle. de faire des recommandations.1 De leur objectif de mission Selon Jacques Renard il existe trois types d’objectifs : 3.

A-t-il une stratégie ?est elle en accord avec la politique définit par l’organisme dont il dépend ? Cependant l’auditeur n’altère. la liberté de choix décisionnel de la direction générale. des activités de Conseils et des activités d’assistance. Des activités d’assurances. Sa mission a pour objectif de comparer et de mesurer les conséquences liées au choix des décisions et attirer l’attention sur les risques et les incohérences. de manière objective et indépendante. Après l’évaluation.3. Il peut avoir pour rôle d’assister les managers pour l’élaboration de la cartographie des risques.2   Conseil : Dans ce cadre. dans le but d’optimiser l’utilisation des ressources pour plus d’efficacité et efficience d’exploitation ainsi que le respect des lois et réglementations pour des besoins de conformité.3 L’audit de management : Dans cette perspective l’auditeur a pour but d’apprécier la manière dont l’audité pilote l’activité dont il est responsable.3 Assistance : Des missions d’assistance peuvent être confiées à l’auditeur interne par exemple en matière de risque.1 Assurance : Dans ce cadre là l’audit interne consiste à évaluer les mécanismes de contrôle interne sur tous les aspects (opérationnels.1.2. 3.2 Contenu de l’audit interne : L’audit interne englobe trois activités.2. Les processus produit : Consiste à planifier le programme d’audit ainsi que la réalisation des missions et surtout le suivi des actions et des progrès en vue de pallier aux risques auxquels l’organisation est confrontée. en aucun cas. l’auditeur interne évalue tous les processus d’une organisation tels que : Les processus support : Qui consiste à établir les règles et les procédures et gérer les ressources. 23 . 3. l’auditeur interne contribue à augmenter la valeur ajoutée en apportant ses conseils.2. financiers et comptables). 3.  Les processus clients : Qui consiste à identifier les acteurs (les clients) pour leur a communiquer tous ce qui est programme d’audit et résultats des missions ainsi que les conseils. 3.

Les enjeux et les limites du métier Dans un contexte qui se caractérise par une communication en temps réel. Les attentes de l’organisation envers les auditeurs : Le rôle des auditeurs au sein d’une organisation peut être dans une première approche préventive car l’auditeur est sollicité pour ses recommandations qui permettent au responsable de se redresser.4. Vivendi) surtout que dans tous ces scandales les auditeurs sont d’une manière directe ou indirecte visés et leur contribution est remise en question. 5. Dans une seconde approche son rôle est répressif. Avec les évolutions de l’environnement en matière de contrôle interne et les exigences réglementaires. le droit à l’erreur pour les entreprises est quasi nul en ce qui concerne la communication financière.  Des risques accrus en nombre et en importance.  Des attentes renforcées des parties prenantes et les exigences du gouvernement d’entreprise dûes à une fragilisation des marchés financiers du fait des faillites des grandes sociétés (Enron. deux mesures phares ont été prises : o Obligation de communiquer sur l’organisation et les travaux de conseil. Dans cet abord les enjeux sont de plus en plus grands du fait qu’ils existent :  Un environnement évolutif et global induit à une croissance des marchés dont on risque une détérioration de la qualité de l’information qui engendre un manque transparence sur les marchés. Dans une même perspective nous retrouvons en France la loi de sécurité financière en réponse à la crise de confiance des marchés. Worldcom. 24 . Le 2 août 2003. les états unis ont adopté le 30 juillet 2002 le Sarbane Oxley (SOX) qui imposent aux dirigeants l’évaluation en matière de contrôle interne afin de pouvoir établir la documentation financière . le rôle de l’auditeur ne cesse de s’accroitre. ainsi que les attentes des acteurs du gouvernement d’entreprise. Il est redouté car il sert de révélateur d’erreurs et de fraudes.cette évaluation doit être revue par les auditeurs et faire l’objet d’une attestation. Par exemple dans le secteur financier suite aux nombreux scandales qui ont secoué les entreprises américaines au début des années 2000. o Obligation d’informer sur les procédures de contrôle interne.

Dans un autre sens l’objectif de l’audit interne est le contrôle interne. il est possible d’en déduire qu’il n’existe pas d’audit interne sans contrôle interne formalisé. dans cette optique se retrouve l’audit opérationnel qui a pour but de contrôler la pertinence des procédures de contrôle interne mais aussi l’audit de conformité qui a pour but d’évaluer la bonne application des instructions. 25 . » 6. Cependant du fait que la profession est régie par des normes de plus en plus exigeantes les parties prenantes ont du mal à se les approprier. Par exemple les normes peuvent ne pas être en concordance si les structures sont petites ou bien elles ne sont pas appropriées pour le secteur d’activité. o La conformité aux lois et règlementations en vigueur. De plus.Néanmoins il est à noter que l’enjeu majeur est celui qui vise à rassurer les investisseurs et protéger les épargnants en ces temps de crise. Quelle que soit la définition du contrôle interne donnée selon des sources différentes. les dirigeants et le personnel d’une organisation destiné à fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation des objectifs suivant : o La réalisation et l’optimisation des opérations . A titre d’exemple l’objectif de la conformité aux lois et réglementations est un but commun qu’on tend à atteindre que ce soit en audit interne ou en contrôle interne. Mais aussi du fait d’une mauvaise perception de la fonction et du rôle de l’auditeur. Dans cette approche. il est possible de constater dans un premier sens que le contrôle interne est le champ d’intervention de l’audit interne. ce dernier pourrait voir son champs d’intervention très réduit.1 Le contrôle interne : Le contrôle interne selon le COSO 1 est « un processus mis en œuvre par le conseil d’administration. Nous pouvons aussi constater que les modalités pratiques d’application sont trop complexes. la finalité du contrôle interne et de l’audit interne se rejoignent. Les interactions de l’audit interne avec : 6. o La fiabilité des informations financières .

le contrôleur de gestion s’intéressera aux résultats en prenant en compte tous se qui est chiffré et chiffrable contrairement à l’auditeur interne qui s’intéressera plus à la sécurité et à la qualité des procédures.2 Le contrôle de gestion : On peut définir le contrôle de gestion comme étant « un système d’information qui permet d’assurer l’interface entre le suivi stratégique et opérationnel des activités de l’entreprise ». Cependant les deux métiers comportent des différences. D’un autre coté le rôle du « risk manager » est d’assister la direction générale dans la stratégie de management des risques en élaborant la cartographie des risques (prise de risque. d’information et de pilotage car son rôle est de développer des informations simples. 6. A titre d’exemple. traitement du risque. On peut aussi le caractériser comme étant un outil d’aide à la décision. en présence d’un processus de management des risques.3 Le risque management : Toujours pour répondre au contexte réglementaire et à une demande croissante des actionnaires et des dirigeants en matière de maitrise des risques et de renforcement de contrôle interne. Nous constatons que leurs rôles se complètent car l’auditeur interne. adaptées à chaque niveau ou encore assister les autres services pour leurs permettre d’optimiser leurs gestion afin d’atteindre les objectifs fixés. 26 . l’auditeur interne est perçu comme un consultant interne spécialisé dans les risques car au cours de sa mission il est amené à identifier les risques et les évaluer puis à élaborer des plans d’actions susceptible de les limiter ou de les éliminer.6. Dans cette approche le contrôle de gestion est un service d’assistance. le contrôle de gestion va plutôt s’intéresser à l’information qu’aux procédures . A partir de ces éléments de définition nous pouvons observer l’interaction qui existe entre l’audit interne et le contrôle de gestion puisque les deux métiers ont les mêmes finalités à savoir l’assistance et le conseil. de conseil. a pour rôle de l’évaluer et de contribuer à son amélioration et d’assurer le suivi des risques en vue de les maitriser. transfert ou suppression du risque) ainsi que leur hiérarchisation.

mais dans toutes les fonctions de l’entreprise.6. est beaucoup plus large. sincérité et l’image fidèle des comptes. mais aussi d’en différencier les bénéficiaires. éventuellement. alors que l’auditeur externe est lui dans la situation d’un prestataire de service. Celui de l’audit externe est de certifier la : régularité. Il est important de souligner le fait que pour atteindre ces objectifs les auditeurs externes auront. page 57. à l’élaboration des états financiers et seulement cela. S’agissant de cette fonction on peut inventorier de façon précise les différences entre les deux fonctions . à apprécier les dispositifs de contrôle interne. et de recommander des actions afin de l’améliorer. L’auditeur interne. des résultats et des états financiers. 6. Editions EYROLLES 2008. lui. Le contrôle interne apparait donc comme un moyen pour l’audit externe alors qu’il est un objectif pour l’audit interne. chapitre 4. « Théorie et pratique de l’audit interne ». L’auditeur externe quant à lui se charge de la certification des comptes pour le compte et à l’intention de tous ceux qui en ont besoin. Le champ d’application de l’audit interne quant à lui. l’auditeur interne appartient au personnel de l’entreprise. Direction générale. lui. il est utile de noter qu’elles ne sont pas concurrentes mais largement complémentaires.  L’objectif de l’audit interne est d’apprécier la bonne maitrise des activités de l’entreprise (dispositifs de contrôle interne). contrairement à l’auditeur externe qui. L’objectif de l’auditeur interne n’est pas centré sur un point temporel précis. le comité d’audit. porte un jugement sur les états financiers à un moment bien défini. 12 RENARDS Jaques. 27 .  L’audit interne travaille pour le bénéfice des responsables de l’entreprise : managers.1 Les différences :  Concernant le statut de la fonction.4 Audit interne et audit externe : similarités et différences 12: L’audit externe est une fonction indépendante de l’entreprise dont la mission est de certifier les comptes de l’entreprise. prend également en compte les risques potentiels.  Le champ d’application de l’audit externe compte tenu des objectifs qu’ils lui sont attribués. eux aussi. étant donné qu’il inclut non seulement toutes les fonctions de l’entreprise mais également dans toutes leurs dimensions.4. Ces différences au niveau des objectifs de chacune des fonctions permettent de justifier la distinction du statut de l’audit interne de celui de l’audit externe. englobe tous ce qui concourt à la détermination des résultats.

 C’est une des singularités de l’Audit Interne : par rapport aux travaux d’étude ou d’organisation. L’audit externe est intéressé par toute fraude. Les différences entre les deux fonctions sont donc précises et bien connues : il ne saurait y avoir de confusion. même si sur certains points relatifs aux modalités quelques divergences subsistent. quel que soit l’objet de la mission. dés lors qu’elle est susceptible d’avoir une incidence sur le résultat. Cette méthodologie doit toujours respecter Cinq principes fondamentaux : Simplicité. Rigueur. Tout comme la technique comptable ou celle de la production. 28 . à base de rapprochements. la méthode est toujours la même.  Du point de vue relationnel l’auditeur interne est permanent car sa mission est permanente. sauf le cas de certains grands groupes. inventaires… Une mission d’audit interne ne se déroule pas au gré de l’inspiration de l’auditeur. En dehors de ces périodes ils ne sont pas présents. la technique de l’Audit Interne obéit donc à des règles précises. fin de semestre.  Les Auditeurs externes réalisent en général leurs missions de façon intermittente et à des moments privilégiés pour la certification des comptes : fin d’année. elle est juridique et statutaire. complet et efficace en dépit des variantes dans les modalités d’application. qui doivent être respectées si on veut fournir un travail clair. Relativité du vocabulaire. Alors que l’auditeur interne fait partie du personnel de l’entreprise. Mais elles ne doivent pas s’ignorer car l’appréciation et la bonne mise en œuvre de leur complémentarité est pour l’organisation tout entière un gage d’efficacité. Adaptabilité. Cette singularité qui assimile l’Audit Interne à une technique connue et éprouvée est déjà l’indice d’une certaine maturité bien que la fonction en soit encore à ses débuts.  Les auditeurs externes réalisent leurs travaux selon des méthodes qui ont fait leurs preuves. mais selon une méthodologie. En revanche une fraude touchant. contrairement à l’auditeur externe qui lui remplit sa mission dans un cadre temporaire. mais non l’audit externe.  L’indépendance de l’auditeur externe est celle du titulaire d’une profession libérale. par exemple la confidentialité des dossiers du personnel. dont les grandes lignes sont acceptées et pratiquées par tous. sa collaboration est étendue à toute l’entreprise. analyses. Transparence. concerne l’Audit Interne. dont l’exigence des affaires nécessite la présence permanente d’une équipe tout au long de l’année.

là ou existe une fonction d’Audit Interne. Ce dernier aspect est d’ailleurs affirmé dans la norme 2050 : « Le responsable de l’Audit Interne doit partager les informations …avec les autres prestataires. méthodologie diffère. Cette complémentarité se trouve affirmée. Et il est facile d’en conclure que les deux parties doivent collaborer en bonne intelligence. Ceci est d’autant plus nécessaire qu’au-delà de la technique.4.2 Les similarités : Il est important de rappeler que champ d’application et les objectifs sont totalement complémentaires et parfois même étroitement imbriqués l’un dans l’autre mais sans pour autant se confondre.6. a par contre une connaissance inégalée du fonctionnement interne de l’entreprise. Il peut même être amené à se prévaloir de certains travaux de l’Audit Interne pour asseoir son jugement ou étayer sa démonstration. C’est ce qui se pratique dans les entreprises de plus en plus nombreuses où l’on s’organise pour additionner les talents et les compétences. tel qu’il est préconisé par les normes professionnelles de l’audit interne qui précisent que« le responsable de l’audit interne doit 29 . L’auditeur externe est tout naturellement conduit à apprécier différemment les qualités de régularité. sincérité et l’image fidèle des comptes qui lui sont présentés. qui par nature. est moins informé sur l’environnement extérieur. chacun va observer avec des informations différentes :  L’Auditeur Externe dispose d’informations et de connaissances sur l’environnement et sur d’autres entreprises de même nature et de même activité. Il peut donc utiliser des référentiels susceptibles d’enrichir ses analyses. Ainsi il est facile de constater à quel point les objectifs et donc les techniques sont complémentaires et combien il est nécessaire que s’instaure et se développe une indispensable collaboration.  L’Auditeur Interne. » Ainsi l’auditeur interne peut également se prévaloir de certains travaux de l’Audit Externe pour asseoir son jugement ou étayer sa démonstration. Cette collaboration est affirmée dans la norme 2050 : Il est enfin important de noter que l’Audit Interne et l’Audit Externe ont deux points en commun :   L’utilisation dans l’une et l’autre fonction d’outils identiques même si la L’interdiction de toute immixtion dans la gestion.

partager les informations et coordonner ses activités avec les autres prestataires internes et externes. » 30 .

rapprochement des marchés. septième conférence internationale de l’union francophone de l’audit interne. se sont dotés de structures et d’instruments législatifs modernes : lois. les départements d’audit interne n’étaient pas en mesure de répondre aux nouvelles attentes. faillites frauduleuses…. ne suffit plus et migre progressivement vers une logique de résultats. 15 http://www. La logique de mise en œuvre de moyens. la responsabilisation. mis en place. de performance et de qualité. La mondialisation15 et la globalisation de l’économie combinées avec l’internationalisation des entreprises. Bamako 2006.1 Les fondamentaux de l’audit interne à l’international : Situation actuelle et futur proche de l’audit interne : Contexte économique : L’audit interne13 est en train de vivre des changements fondamentaux. Les textes officiels font de plus en plus référence aux normes de l’IIA et au modèle COSO. ont conduit les chefs d’entreprise à réagir et à utiliser de nouveaux instruments de management (responsabilité décentralisée.treuhaender. rigoureuses réductions de coût par la mise en action de technologies de rationalisation et diminution des niveaux hiérarchiques). budgétaires. Les chefs d’entreprise ont dès lors changé leurs attentes par rapport à l’audit interne. à des rythmes différenciés néanmoins. des systèmes de contrôle interne formels et des services d’audit interne. les grandes tendances mondiales de saine gouvernance induisent de plus en plus la transparence. Sous14 les pressions économiques. Ils ont rapidement constaté. Suite à cela les organisations publiques et privées ont donc. « en bon père de famille ».oodoc. voire à se réformer radicalement.pdf « L’audit interne au service de la mutation de la gouvernance ». 1. contribuent de manière très significative à la croissance des transactions et des systèmes de gestion de celles-ci. notamment la Belgique. codes de gouvernance…institutionnalisant le contrôle interne et l’audit interne au cœur du dispositif de maîtrise financière et opérationnelle. un bon nombre de sociétés. Certains pays. De plus.ch/getAttachment. ont été amenées à se transformer. sociétales.php 31 . tant publiques que privées. Les défis extérieurs tels que la globalisation de la concurrence ou l’importance croissante de la shareholder value auxquels sont confrontées les entreprises. arrêtés. que dans la plupart des cas. l’autonomie et en même temps le devoir de rendre compte. ces dernières années.com/65311-controle-interne-audit-pratiques-fonctions. 1. anticipant un contexte réglementaire européen lui-même évolutif. Le développement et la complexité des nouvelles technologies entrainent en accélérant la dématérialisation des échanges et provoquent des 13 14 http://www.axd?attaName=397r00_1046.II. concurrentielles… et aussi sous l’effet de crises de confiance graves tels que : déficit des finances publiques.

pertes de repères et de contrôle parmi les acteurs économiques. met. Ainsi. 1. une fonction incontournable pour la gestion et la maîtrise des risques et que toute entreprise de taille convenable doit intégrer cette nouvelle donne. un impact significatif sur les rôles et responsabilités de l'audit interne. en relief. exigent une meilleure maitrise de la gestion de leurs affaires. l’accent est mis sur un recentrage de plus en plus prononcé. L’étude. La structure du département d'audit interne pourrait être. S’ajoute à ceci. Le même regain d’intérêt est constaté auprès des partenaires de l’entreprise : banques. selon cette étude. A study. Enfin l’étude conclut par la mise en avant des difficultés éprouvées par les responsables dans la recherche de ressources talentueuses et compétentes. Toutes ces raisons font émerger la nécessité d'une prise en compte des risques de type nouveau. Ainsi. l’impact de l’innovation technologique ainsi que les effets de ses outils pouvant avoir un effet sur cette fonction.2 Futur proche de l’audit interne centré sur quatre principaux axes : Selon une étude menée par PricewaterhouseCoopers16 intitulée « Audit interne en 2012 ». http://www.html or www. de plus en plus informés et vigilants.pwc. ce qui représentera ainsi la meilleure approche afin 16 « Internal Audit 2012 ». qui sont de plus en plus exigeant que se soit en terme de qualité de biens et services fournis par l’entreprise ou en termes de résultat et de performance . les défaillances des entreprises (faillites) ainsi que les grandes mutations industrielles et commerciales (fusions) exacerbent leur attentes. sur un processus de gestion des risques en temps réel ainsi qu’une forte volonté de mondialisation de la fonction d’audit interne. il sera de plus en plus nécessaire de prendre en compte les moyens politiques et leur gestion par l'entreprise. de la fonction audit. impactent de manière très significative la fonction des auditeurs internes. de l’Inde et de la Chine comme zones de sous-traitance et marchés de consommation de masse auront. 1.fr 32 . l'émergence et le développement de nouvelles économies telles que celles du Brésil.com/rubriques/rub_7/access-1329. affectée par la mise en place d'une équipe centrale et d'équipes locales en support. qui a été menée auprès de 250 responsables de l’audit interne. de la Russie. également. fournisseurs ou encore salariés en passant par la clientèle. qui font que l'Audit Interne apparaît comme un métier.2. examining the future of internal auditing. en ce qui concerne les actionnaires.1 La mondialisation de la fonction d’audit interne : La mondialisation et la montée en puissance de l'externalisation de services clés mais également de la protection.Enfin. le fait que de nombreux actionnaires.qualiteonline. étude examinant le futur de l’audit interne. aussi. And the potential decline of a controls-centric approach.

Document publié par PriceWaterhouseCooper sur le site www. Selon Jean-Pierre Hottin. Dans les quatre années à venir. l'innovation technologique aura l'impact le plus fort sur la fonction d'audit interne. Ainsi il existe une forte majorité de personnes interrogées sur l’impact des outils et de la technologie. Tous estiment que les outils technologiques. » 1. attribut incontournable du management. devient un enjeu majeur de survie et de développement. les changements dans la gestion des risques.pwc.2. MAITRISE DES RISQUES. tant dans leur évolution que dans leur utilisation. la prise de risques. qui estiment que les risques liés à l’évolution technologique vont augmenter. du contrôle interne ainsi que la conformité aux lois. prendront une part croissante dans le quotidien de l’audit interne d’ici 2012.d’appréhender les contextes spécifiques locaux tout en assurant la meilleure prise en considération des valeurs de l'entreprise . 1. associé responsable des services à l'audit interne du pôle conseil de PriceWaterhouseCoopers : « Au cours des quatre prochaines années. l'importance croissante de la gouvernance d'entreprise et les problématiques de déontologie et de conformité auront également une influence importante sur leurs fonctions. Plus de la moitié des répondants pensent que les ressources en matière de gestion des risques devraient impacter le 17 « GOUVERNANCE.fr 33 . Dans ce cadre. Parmi les évolutions majeures de l'environnement économique.2 L'innovation technologique. de la culture d'entreprise et des attentes des dirigeants. ces grandes tendances vont vraisemblablement impacter de façon structurante de nombreux départements avec des effets différents en fonction du secteur d'activité. CONTROLE INTERNE ET CONFORMITE ». un nombre croissant d’organisations se dote désormais de dispositifs et de processus destinés à maîtriser leurs risques afin d’assurer l’atteinte de leurs objectifs et d’améliorer leur performance. Au service de l’amélioration de la performance de votre organisation. Néanmoins c'est aujourd'hui qu'il faut s'interroger sur ces grandes questions pour être en mesure de répondre aux enjeux de demain. règlements ou autres référentiels. elle nécessite une approche progressive et intégrée couvrant l’ensemble de ces dimensions. Les nouvelles réglementations. C’est pourquoi. La mise en œuvre concrète de cette démarche couvre les domaines de la gouvernance. Pour être efficace. une influence déterminante sur l'audit interne : L'audit interne doit adapter son rôle à un environnement en constante évolution.3 Une gestion des risques en « temps réel » : Le contexte économique actuel de globalisation 17 et de concurrence accrue rend nécessaire une adaptation permanente de l’entreprise à son environnement. l'évolution de la gestion des risques dans une dynamique en temps réel devrait fortement impacter la fonction audit interne. de la gestion des risques.2. Un bon nombre de responsables d’audit interne considèrent qu'elle aura un impact modéré à très fort sur le rôle et la responsabilité de l'audit interne.

l'interdépendance accrue des acteurs et le raccourcissement de l'horizon de prévision.champ d'intervention et le mode de fonctionnement de la fonction d'ici 2012. l'exigence d'adoption d'un mode de « développement durable ». l'obsolescence technologique accélérée avec un raccourcissement des cycles de vie des produits et services et l'évolution des business modelés figurent parmi les nouveaux enjeux. la gestion des risques. etc. La mise en place et le suivi d'indicateurs de risque devraient permettre à l'audit interne de se focaliser sur les risques de l'entreprise en étant en mesure de réorienter rapidement ses interventions en fonction des modifications du profil de risques de l'entreprise. celle des bailleurs de fonds ainsi que la transparence dans l'utilisation des fonds. Parmi les nouvelles attentes. la Corporate Gouvernance.4 La difficulté de la recherche de talents et de compétences : Les problématiques de gestion des compétences et d'organisation sont au cœur des préoccupations des professionnels interrogés. Ainsi l’audit interne est aujourd’hui face à de nouveaux défis et de nouveaux enjeux. associé spécialisé dans les services à l'audit interne du pôle conseil de PriceWaterhouseCoopers : « L'audit interne doit s'adapter à la maturité croissante de la gestion des risques en évoluant vers une démarche d'audit « en continu ». la responsabilité des dirigeants. à l'analyse de données. Selon Jean-Pierre Hottin. Ceci se traduirait. de nouvelles attentes et surtout de nouveaux risques. plus adaptées à une démarche d'analyse par les risques. L'internationalisation des activités. celle des garants étatiques et la « prédictibilité ». la pression des fonds de pensions.… Ainsi 63% des personnes interrogées projettent une augmentation du nombre d'auditeurs ayant des compétences dans le domaine IT. par une vision plus dynamique du plan d'audit. Le foisonnement des réglementations. aux évolutions technologiques notamment en matière de systèmes d'information et aux problématiques liées à la fraude. par exemple. les équilibres sociaux. 34 . on relève pour l'entreprise. sont les risques nouveaux les plus marqués. l'environnement.» 1. La fonction d'Audit a été rappelée comme étant une fonction de contrôle du contrôle de la gestion.2. la globalisation. la détection des fraudes. modifié en cours d'année plus fréquemment sur la base de l'évolution d'indicateurs de risques. Les compétences traditionnelles en matière d'audit et de comptabilité devraient être complétées par d'autres aptitudes.

35 . une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le niveau de maitrise de ses opérations. pour les pays développés. destiné à leur donner en permanence une assurance raisonnable quant à la réalisation des objectifs de l’organisation. Au niveau de cette définition. En ce qui concerne les pays en développement il y eu promulgation de la loi sur la sécurité financière le 18 Octobre 2005 en Tunisie. il est important de souligner le rôle primordial qu’a la fonction d’audit interne dans l’évaluation du contrôle interne. Le contrôle interne sera abordé de manière plus détaillée au niveau du titre 6 « Le contrôle interne au service de l’audit interne ». Ainsi afin de répondre aux attentes exprimées par les acteurs économiques la LSF et SOX ont été établis dans une optique d’amélioration de l’information. l’examen et l’évaluation du caractère suffisant et de l’efficacité du contrôle interne. ce qui a conduit une extension des lois de sécurité financière. Palmat en Italie et Batam en Tunisie. partant d'une évaluation ponctuelle à l'occasion d'une cartographie des risques vers une véritable gestion des risques. Support de cour de « Audit interne et évaluation des risque » de Monsieur HERVE Dubuis. mais aussi il a pour responsabilités d’émettre des recommandations afin d’améliorer et d’optimiser ce système.qualiteonline.html . Contrôle interne matière de l’audit interne : 2. lui apporte ses conseils afin d’améliorer et contribuer à la création de valeur ajoutée. ses processus de management des risques.com/rubriques/rub_7/access-1329. par une approche systématique et méthodique. compte tenu des scandales financiers aux quels les entreprises ont étés confrontées : Enron-Andersen et Worldcom aux Etats Unis. d’indépendance des auditeurs externes et de renforcement du gouvernement d’entreprise (naissance de comités d’audit). Cette fonction aide l’organisation à atteindre ses objectifs en évaluant. Sous la pression réglementaire notamment des lois Sarbanes-Oxley de juillet 2002 (SOX) aux Etats-Unis et loi de sécurité financière du 1er août 2003 (LSF) en France. inscrite dans la durée. de responsabilisation croissante des dirigeants. Ainsi l’auditeur interne a pour mission.2. Les organisations en général. L’audit interne est comme sus défini19 au chapitre précédent. ont évolué. contrôle et de gouvernement d’entreprise et en faisant des propositions pour renforcer leur efficacité.1 Imposition d’un nouveau cadre réglementaire : Il est certain que la18 profession d'audit interne est en forte évolution et a connu d’importantes mutations ces dernières années. » 18 19 20 http://www. Le contrôle interne20 est définit selon le COSO « Committee Of Sponsoring Organizations of the Treadway Commission » comme étant « Un processus mis en œuvre par les dirigeants et le personnel d’une organisation à quelque niveau que se soit.

Il est chargé de l’apprécier et de le juger.2 Contrôle interne objectif de l’audit interne : Comment aider une organisation à mieux maitriser ses activités ? ²Ainsi le contrôle interne est l’outil essentiel à la maitrise des opérations d’une entité quelle qu’elle soit. dans le but d’une amélioration constante des contrôles internes de toutes natures. voici les plus communément utilisées : « Le contrôle interne est un processus sur lequel s’appuie une organisation afin d’assurer la meilleure maitrise de ses opérations.Ainsi le contexte économique générale dans le quel évoluaient les entreprise à partir 2001 a été pour beaucoup dans la naissance du besoin en termes de réglementation.2. il n’existe pas « une ». Le contrôle interne devrait être plutôt la réponse à la question : comment maitriser ses activités ? Selon la Commission Treadway. En fait. 2. est une mauvaise traduction du terme anglo-saxon « internal control ». sur laquelle l’audit interne travaille. Le contrôle interne représente la matière même. 36 . mais plusieurs définitions du contrôle interne.1 Définition du contrôle interne : L’expression contrôle interne. car « To Control » pour les Anglo-saxons signifie en majeur « maitriser » et en mineur « vérifier ». ce qui implique qu’il doit évoluer avec l’organisation. »22 21 Support de cour « d’Audit et Certification des comptes » de Madame MAILLET Catherine. Le contrôle interne est un processus dynamique. L’imposition de ce nouveau cadre réglementaire peut être traduite au niveau du schéma suivant : Figure 121 2. alors qu’en langue française c’est tout à fait le contraire.

Toutefois le contrôle interne ne peut fournir une garantie absolue que les objectifs de la société seront atteints » Ces définitions reposent sur un certain nombre de concepts fondamentaux qui sont les suivants 23:   « Le contrôle interne est un ensemble de mesures qui constitue un moyen d’arriver à ses fins et non pas. de monsieur DUBUIS Hervé. « Le contrôle interne est un processus.  Le contrôle interne est mis en œuvre par des personnes. Ce n’est pas simplement un ensemble de manuels. de rentabilité et de protection du patrimoine. IFACI Formation. Le bon fonctionnement des processus internes de la société. 37 . de performance. Les informations sont ainsi fiables. « Mise en place d’un système de contrôle interne » Contrôle fédéral des finances. une fin en soi. Elles doivent être intégrées et non pas rajoutées. En contribuant à prévenir et maitriser les risques de ne pas atteindre les objectifs que s’est fixés la société. Le contrôle interne n’est pas un événement isolé ou une circonstance unique. le dispositif de contrôle interne joue un rôle clé dans la conduite et le pilotage de ses différentes activités. défini et mis en œuvre sous sa responsabilité. notamment ceux qui concourent à la sauvegarde de ses actifs. La fiabilité des informations financières. à l’efficacité de ses opérations et à l’utilisation efficiente de ses ressources. mis en œuvre pas les dirigeants et le personnel d’une entreprise et permettant ainsi à une organisation d’atteindre ses objectifs de base. « le contrôle interne est un dispositif de la société. Berne Décembre 2003. L’application des instructions et des orientations fixées par la Direction Générale ou le Directoire. Les procédures de contrôle interne sont particulièrement efficaces lorsqu’elles sont intégrées à l’infrastructure et font partie de la culture de l’office. C’est un outil de gestion pour la direction qui ne saurait se substituer à elle. de procédures et de documents. » Selon l’AMF Autorité des Marchés Financiers. mais un ensemble d’actions qui se répandent à travers toutes les activités de l’office.Selon une définition proposée par un groupe de l’IFACI. contribue à la maitrise de ses activités. Et d’une façon générale. qui vise à assurer :     La conformité aux lois et règlements. Les lois et réglementations et les directives de l’organisation sont respectées. Le contrôle 22 23 Support de cour « Audit interne et évaluation des risques ». Il est assuré par des personnes qui font vivre à tous les niveaux de la hiérarchie cet objectif commun.

la collusion entre plusieurs personnes peut faire échouer les contrôles.   La direction ne peut attendre du contrôle interne qu’une assurance raisonnable. ainsi la responsabilité des dirigeants de l’entreprise (CEO-CFO) est engagée vis-à-vis des états financiers publiés (jusqu’à 20 ans de prison et 5 millions de dollars d’amendes). 38 . le Sarbanes Oxley Act (SOX). Ce sont les individus qui fixent les objectifs et mettent en place les contrôles. de la nécessité d’étudier le rapport coûts/bénéfices avant la mise en place de contrôles ou qu’il s’agisse de dysfonctionnements qui peuvent survenir en raison d’une défaillance humaine ou technique. » 2. les Etats Unis ont adopté.2. des cadres et des autres membres du personnel. et non une assurance absolue.interne est l’affaire de la direction.2. La probabilité d’atteindre des objectifs est soumise aux limites inhérentes à tout système de contrôle interne. qu’il s’agisse du jugement exercé lors des prises de décision qui peut être défaillant.1 Sarbanes Oxley Act : A la suite de nombreux scandales qui secoué les entreprises américaines à la fin des années 90 et au début des années 2000. s’assurer que les procédures et des contrôles sur l’information publiée ont été définis. fait l’objet d’une évaluation. mis en place et maintenus. En outre.2 Le cadre réglementaire relatif au contrôle interne : 2. l’efficacité de ces procédures et de ces contrôle ayant.  Section404 : les dirigeants doivent évaluer le contrôle interne chaque année. le 30 juillet 2002. Enfin.2. Cette loi impose aux dirigeants de nouvelles obligations :  Section 302 : le PDG et le Directeur Financier doivent chaque année et sous leur responsabilité. la direction doit se prononcer sur l’évaluation de l’efficacité du contrôle interne portant sur le reporting financier. il est toujours possible pour le management de ne pas respecter le système de contrôle interne. Les commissaires aux comptes doivent certifier et établir un rapport sur :  L’évaluation du contrôle interne faite par le management. de plus.  Et leur propre évaluation de l’efficacité du contrôle interne concernant le reporting financier.

2. afin d'orienter ses travaux de révision des comptes. les seules analyses du contrôle interne étaient celles que réalisait le commissaire aux comptes dans le cadre de sa mission.Le rapport du contrôle interne établit la responsabilité des dirigeants pour mettre en place et maintenir une structure de contrôle interne adéquate et des procédures pour l’établissement de la documentation financière. En effet. dans la plupart des cas. Déterminer si les contrôle clés sont bien conçus et fonctionnent correctement . Toutefois. La mise en œuvre de cette loi implique un travail d’organisation. Les dirigeants doivent évaluer l’efficacité de la structure et des procédures de contrôle interne pour l’établissement de la documentation financière le dernier jour de chaque exercice. d’analyse et de documentation considérable à l’effet de :       Procéder au scoping pour déterminer quels sont les comptes impactés. était promulguée la loi de sécurité financière (LSF) qui. la mise en place ou encore l'évaluation d'un système de contrôle interne. l'objectif du commissaire aux comptes. selon les autorités françaises. comme une priorité. ce qui a été le cas pour la trentaine de groupes français concernés par cette loi. Généralement. comme référentiel de contrôle interne. était « une réponse. Mettre en œuvre des plans d’actions permettant de corriger les déficiences identifiées. Identifier les risques et les contrôles clés qui permettent de prévenir ou détecter les risques de non fiabilité de l’information financière . par les entreprises. considérées.2. la Securities and Exchange Commission (SEC) et la « Public Company Accounting Oversight Board » (PCAOB) ont fortement recommandé aux entreprises américaines et étrangères cotées à la bourse de New York d’adopter le COSO « Committee Of Sponsoring Organizations of the Treadway Commission ». et non d'émettre une opinion sur l'ensemble des processus de l'entreprise. à la fois politique et technique.2 La LSF (Loi de Sécurité Financière) : Le législateur a souhaité sensibiliser les sociétés ainsi que leurs dirigeants à l'importance et au poids du contrôle interne dans la lutte contre la fraude financière. est de procéder à une analyse des risques liées aux cycles comptables. Tester les contrôles clés et documenter les résultats . lors de sa revue des procédures. Documenter tous les processus significatifs . Ainsi le 1er aout 2003. les entités concernées . sauf dans les grandes entreprises dotées d'un département d'audit interne. Pour la mise en œuvre de la section 404. à la crise de 39 .2. n'étaient pas.

2. mais de procédures de contrôle interne. leurs observations sur le rapport (du président) pour des procédures de contrôle qui sont relatives à l’élaboration et au traitement de l’information comptable et financière ». l’AMF a confié. Celle-ci. par la loi pour Confiance et la modernisation de l’Economie (Loi Breton) aux seules sociétés anonymes faisait appel public à l’épargne. à l’ensemble des sociétés anonymes. cette dernière a pu constater de grandes disparités dans les présentations des différents établissements. ni de systèmes de contrôle interne.2. en juin juillet 2005. à un groupe de travail.2. ni de dispositif de contrôle interne. au début.3 Le nouveau cadre de référence de l’« AMF » pour le dispositif de contrôle interne : En l’absence de définition de contrôle interne et de référence à un modèle. Dans ce contexte. 40 . également.  Article 120 : « Les CAC présentent dans un rapport… joint. Ces dernières font partie du COSO : les activités de contrôle. Appliquée.  Article 122 : « Les personnes morales faisant appel public à l’épargne rendent publiques les informations (relative aux procédures de contrôle interne) dans les conditions fixées par le règlement général de l’autorité des Marchés Financiers. en avril 2005. Ceci était particulièrement sensible pour les établissements n’ayant pas eu à se référer au modèle du COSO ou. ceux ne disposent pas d’une réglementation spécifique comme le secteur bancaire. La loi de Sécurité Financière crée des obligations nouvelles d’information en matière de gouvernement d’entreprise et de contrôle interne :  Article 117 : « Le président du conseil d’administration rend compte dans un rapport… des conditions de préparation et d’organisation des travaux du conseil ainsi que des procédures de contrôle interne mise en place dans sa société ». lors de remontée des premiers rapports à l’AMF (Autorité des Marchés Financiers). élabore un rapport sur la base de ces informations.confiance dans les mécanismes du marché et aux insuffisances de régulation dont le monde économique et financière a pris connaissance depuis 2 ans ». le choix ou l’adaptation d’un référentiel de contrôle interne à l’usage des sociétés françaises soumises aux obligations de la LSF. “de Place”. chaque année. » La loi ne parle pas de contrôle interne. l’obligation par le Président du Conseil d’administration ou de Surveillance d’établir un rapport a été limité.

s’efforçant de concilier :  Les « bonnes pratiques » observées à l’étranger.2. la schématisation du contexte réglementaire Français : Figure 224 2. En outre le domaine de la gestion des risques est abordé uniquement sous l’angle de sa réalisation avec l’établissement des comptes. 7éme. 8éme directives européennes.  Les réglementations des rapports sur la gouvernance d’entreprise. 41 . Audit.  La réglementation française. Consulting. de 24 « Mettre le contrôle interne dans un contexte réglementaire mouvant. également. Où en sont les entreprises ? » Présentation faite par le cabinet Deloitte Tax.4 Les directives européennes25 : a) Les 4éme et 7éme directives : Il convient de souligner qu’elles retiennent une approche descriptive tant en matière de contrôle interne qu’en matière de gestion des risques. Corporate Finance. le 9 mai 2006. le cadre de référence pour le dispositif de contrôle interne.  Et. adopté en 2002.Ce groupe de place a privilégié une approche pragmatique. Des travaux complémentaires ont été ensuite engagés pour l’élaboration du « Guide d’Application » pour les procédures de contrôle interne relatives à l’élaboration et au traitement de l’information financière et comptable publiée. Ce groupe de place a présenté. Ci-dessous. les évolutions des 4éme.2. 25 Extraits de la publication des travaux du groupe de place « AMF » relatifs au cadre de référence du dispositif de contrôle interne. IFACI formation. support de cour de « Audit et certification des comptes » de Mr HERVE Dubuis. dans le cadre de son plan d’action. La Commission Européenne.

a publié des propositions de modifications. tout en laissant. aux Etats membres la possibilité de ne pas imposer sa mise en place. » b) 8éme directive sur le contrôle légal des comptes : Cette proposition de directive pose le principe que « Les entités d’intérêt public doivent être dotées d’un comité d’audit. fasse rapport au comité d’audit sur les questions fondamentales soulevées par le contrôle légal notamment les faiblesses majeures du contrôle interne en rapport avec le processus d’élaboration de l’information financière. les Etats membres peuvent « permettre que les fonctions attribuées au comité d’audit soient exercées par l’organe d’administration ou de surveillance dans son ensemble »( article 39.. de l’audit interne. Il y est prévu que pour « Les sociétés … faisant appel à l’épargne public procèdent chaque année à une description des principales caractéristiques des systèmes de contrôle interne et de gestion des risques… dans le cadre du processus d’établissement de l’information financière ou.modernisation du droit des sociétés et de renforcement du gouvernement d’entreprise. » Voici en illustration les majeures promulgations réglementaires schématisées. relatives à l’environnement européen et international : 42 . en relation avec le processus d’établissement des comptes consolidés. Il est également prévu. au niveau consolidé. de la gestion des risques de la société. Ainsi. le cas échéant. le suivi de l’efficacité des systèmes de contrôle interne.. sous certaines conditions.1) Parmi les fonctions possibles d’un comité d’audit… sont notamment cités le suivi du processus d’élaboration de l’information financière. que le contrôleur légal (commissaire aux comptes). par cette directive.

Présentation faite par le cabinet Deloitte Tax. Présentation faite par le cabinet Deloitte Tax. Corporate Finance.  Objectifs financiers : 26 « Mettre le contrôle interne dans un contexte réglementaire mouvant. 27 « Mettre le contrôle interne dans un contexte réglementaire mouvant. Corporate Finance.. 43 . Audit. Consulting.Figure 326 Figure 427 2. 13 décembre 2007. Berne Décembre 2003. Audit. Où en sont les entreprises ? » Eric DUGLEY. Consulting. Où en sont les entreprises ? » Eric DUGLEY. 13 décembre 2007.3 Les objectifs du contrôle interne 28: Dans un souci d’optimisation du contrôle interne. 28 « Mise en place d’un système de contrôle interne » Contrôle fédéral des finances. il lui est assigné trois types d’objectifs :  « Objectifs opérationnels : C’est-à-dire la réalisation et l’optimisation dans l’utilisation de ses ressources par l’office ainsi que la protection de ces ressources.

44 . » 2. comité des rémunérations…) 2.2 Il a pour rôle de guider la direction générale. C’est une structure qui a connu un large développement en France. à chaque responsable hiérarchique ? Le conseil d’administration (ou conseil de surveillance) : 2. responsabilité ultime de la direction générale et responsabilité déléguée.4.C’est-à-dire la mise à disposition d’informations financières fiables et conformes aux normes comptables applicables.3 Le comité d’audit : Recommandé par le Treadway commission.4 Les acteurs du contrôle interne 29: 2. couvrent différents besoins et peuvent relever de la responsabilité directe de différents membres du management. le cas échéant.4. en cascade. justifie le fait d’associer le service juridique d’un office à un projet de mise en place d’un SCI. joue un rôle dans la fixation des objectifs et dans la stratégie. Cet objectif. ainsi que des informations nécessaires à la bonne gestion de l’offre. comité des risques. fournit des conseils. comité des comptes. de monsieur DUBUIS Hervé. souvent négligé. après les travaux des commissions Vienot (1995 puis 1999) et 29 Support de cour « Contrôle interne et évaluation des risques ».4.1 Le management : Qui est directement responsable du dispositif. IFACI Formation. Ces catégories distinctes mais qui se chevauchent (un objectif donné peut rentrer dans plus d’une catégorie).  Objectifs de conformité : C’est-à-dire le respect par l’office des différentes lois et réglementations en vigueur. Il supervise et peut communiquer avec les auditeurs internes et externes. par des comités ad hoc (comité d’audit. Il peut être assisté.

4. une définition claire de ses responsabilités par le biais de réalisation de contrôles dans le cadre des alertes vis-à-vis du supérieur hiérarchique. de la politique de gestion des ressources humaines et des compétences et des délégations de pouvoirs. Il participe également aux choix des auditeurs externes et à l’approbation de leur programme. la surveillance indirecte des activités. Il devrait également exister lors de double responsabilité. Les cadres financiers ont pour rôle également la prévention et détection d’informations financières falsifiées. le suivi et analyse des performances.6 Les autres membres du personnel : Ils ont une responsabilité permanente. management et maîtrise des risques. d’analyse de risques et de prise de décision. 45 .4.Bouton (2002). Il bénéficie du résultat des missions d’audit. information / communication.4. 2. en particulier sur l’éclairage donné en matière de contrôle interne. la contribution aux processus de détermination des objectifs. 2. pilotage). par le biais du suivi des évolutions et des variations des postes et situations comptables. en collaboration avec ou en complément de l’audit. identifie les tentatives de direction d’outrepasser le système de contrôle interne et agit en conséquence. Composé. La DSI (Direction Des Systèmes d’informations) : s’assure de la prise en compte effective des problématiques de contrôle interne dans les phases de développement et de maintenance des applications. d’administrateurs indépendants. afin d’assurer également l’indépendance des auditeurs internes vis-à-vis du management. à mentionner dans les définitions de fonction. de préférence. Il supervise. Ils ont un rôle majeur dans la communication financière et comptable. ont pour responsabilité la fiabilité de l’information financière. ce comité approuve la politique et le plan d’audit interne. activités de contrôle. directeurs des services comptables et contrôleurs de gestion. 2.4 Les cadres financiers : Directeurs financier. La direction juridique : s’assure de l’atteinte de l’objectif de conformité aux lois et règlements. Elle apporte sa contribution aux outils spécifiques à chacune des composantes de contrôle interne (en particulier : objectifs et suivi de leur atteinte. dans la cadre du poste tenu.5 Les fonctions supports : La DRH (direction de ressources humaines) : est chargée de la mise en place des chartes d’éthique et de codes de bonne conduite.

7 Les auditeurs internes : Les auditeurs internes sont chargés de l’examen et de l’évaluation du caractère suffisant et de l’efficacité du contrôle interne. Ils doivent donner dans le cadre de leurs missions d’audit des recommandations d’amélioration. de l’évaluation qualitative des performances (audit d’efficacité/ performance complémentaire à l’audit de conformité/régularité). ainsi que les analystes financiers et la presse qui ont. destiné à leur donner en permanence une assurance raisonnable quant à la 46 . Les tiers peuvent être représentés par les législateurs et autorités de tutelle. les meilleures compétences et expertises ont étés mises impliquées dans la recherche en 1980. relativement importante. et leur rôle d’alerte. Ainsi s’est créée la « Commission Treadway ». Ce dernier a initié une réflexion en deux étapes le COSO1 dans les années 1980. 2. servant de référentiel de Contrôle Interne aux Etats-Unis et dans d'autres pays postérieurement.8 Les tiers : Qui représentent des éléments hors du système de contrôle interne.5 Référentiels de contrôle interne : Etant donné l’ampleur qu’ont pris les scandales financiers aux Etats-Unis. à quelque niveau que se soit. La condition d’indépendance par rapport aux activités auditées doit être obligatoirement remplie. à la demande du sénateur américain Treadway. que sont les auditeurs externes chargés de l’évaluation de l’information financière et de la conformité aux règles.2. 2. par moments.4. et le COSO2 en 2004. mis en œuvre par les dirigeants et le personnel d’une organisation. une vision extrême et souvent publique.4.5. Ajoutés à ceux-ci les clients et fournisseurs. En plus de la certification des états financiers et ils donnent une opinion sur les dispositifs de contrôle interne contribuant à l’élaboration de l’information financière.1 Le contrôle interne selon COSO1 : Le COSO1 définit le contrôle interne de la manière suivante : « Le contrôle interne est un procédé. Une étude a été menée et a abouti à l'émergence du modèle COSO qui a vu le jour en 1992. 2. qui ont pour rôle l’établissement des règles et le contrôle de leur application. laquelle a constitué un comité universellement connu sous le nom de COSO « Committee of Sponsoring Organization of the Treadway Commission ». c’est pour cela qu’il ne faut aucune implication de la part des auditeurs internes dans la mise en place ou le maintien du système de contrôle interne.

Les activités de contrôle doivent être cohérentes avec l’évaluation des risques et par définitions avec les objectifs.  Activités de contrôle : lesquelles regroupent les dispositifs spécifiques jugés nécessaires pour faire échec aux risques. chapitre 1 : l’activité de l’audit page 18. Elles sont d’autant plus efficaces qu’elles couvrent les 3 objectifs du COSO :  Compléments et supports aux activités de contrôle  Recueil et échange des informations pertinentes internes et externes  Communication externe et interne  Information et communication : satisfaisantes. le COSO1 retient 5 éléments essentiels et jugés nécessaires pour une bonne maitrise des activités et constituant les conditions indispensables pour un bon contrôle interne :  L’environnement de contrôle : traduisant la culture de l’entreprise. 2007. la conformité aux lois et réglementations en vigueur.  Un pilotage de l’ensemble par chaque responsable à son niveau des opérations courantes et le suivi du processus de contrôle interne. la philosophie et le style de management (intégrité et éthique). 30 « Mémento d’audit interne » Méthode de conduite d’une mission d’audit.réalisation des objectifs suivants : la réalisation et l’optimisation des opérations. »30 Toujours dans une optique de bonne maitrise des activités. 47 .  L’évaluation des risques : afin de bien les connaître pour être en mesure de les maîtriser. Editions DUNOD. elles doivent faire partie intégrante des processus de gestion de l’organisation. Paris.Une culture qui doit être favorable pour que la mise en place d’un contrôle interne satisfaisant ne rencontre pas d’obstacles. Par SHICK Pierre. Définition COSO1. la fiabilité des informations financières. en informant sur son mode de fonctionnement ainsi que de son adaptation. A ce niveau ci la gestion au changement et la réaction face à ce dernier sont deux éléments fondamentaux de l’évaluation des risques après :  Fixation des objectifs  Identification et analyse des facteurs de risques  Détermination de la manière dont les risques vont être gérés  Maintenance d’un niveau de risque acceptable.

transférer. IFACI Formation. 13 décembre 2007. Tax. Traitement des risques (éviter. axées sur les risques et leur gestion :    Fixation des objectifs. Le lien entre stratégie et gestion du risque. Il y a eu également une prise en compte des objectifs stratégiques qui conditionnent les trois autres types d’objectifs. « Mettre en œuvre le contrôle interne dans un contexte réglementaire mouvant. mis l’accent sur :     31 32 Un cadre de référence pour la gestion des risques complétant le cadre de maitrise.2 Contrôle interne selon COSO2 : A partir du COSO1. Support de cour « Contrôle interne et évaluation des risques ». Consulting et Corporate Finance. les différents éléments identifiés ont été affinés et complétés en approfondissant un point précis de la pyramide qui est : l’évaluation des risques. Identification d’événements susceptible d’avoir un impact sur la réalisation des objectifs.5. introduisant trois nouvelles composantes. L’introduction de la notion d’appétence et tolérance au risque. Ou en sont les entreprises ? » Eric Dugley. ainsi. partager accepter). réduire. de monsieur DUBUIS Hervé. 48 . L’identification des événements représentant des risques et des opportunités. ainsi le COSO2 marque un centrage sur le Management des risques ce qui fait passer le COSO de cinq à huit composantes. Présentation Deloitte Audit.Une première symbolique du COSO131 est représentée à gauche et une seconde des composantes du COSO1 à droite32 (représentation pyramidale puis cubique des différentes composantes) : 2. Le COSO 2 a.

fournitures et compétences). systèmes. culture et taches) qui. Editions DUNOD. chapitre 1 : l’activité de l’audit page 19. 49 . le but. »35 33 34 Support de cour « Audit interne et évaluation des risques ». la capacité. le suivi et l’apprentissage sont les éléments essentiels du contrôle. Paris. »34 Le COCO exprime les principes suivants : « la personne accomplit une tâche en se fondant sur la compréhension du but de cette tâche (l’objectif à atteindre) et en s’appuyant sur sa capacité (informations. Cela s’applique également à une équipe ou un groupe de travail. seconde partie : le contrôle interne ou la finalité de l’audit interne page 124. 2007. l’engagement. mis en ensemble. IFACI Formation. Par SHICK Pierre. procédés. aident à atteindre les objectifs. donne vingt critères sur le contrôle interne et le définit de la manière suivante : « Elément de (l’organisation incluant ressources. de monsieur DUBUIS Hervé. Le COSO 2 est représenté sous la forme cubique ci-dessous : Figure 533 2.3 Le contrôle interne selon le COCO : Le COCO (Criteria Of Control). la personne doit s’engager. « Théorie et pratique de l’audit interne ». La notion de porte feuille des risques. ressources. 35 « Mémento d’audit interne » Méthode de conduite d’une mission d’audit interne. 6éme édition aux EYROLLES.5. Elle fait le suivi de sa performance et surveille l’environnement externe pour apprendre à mieux accomplir la tâche et à identifier les changements requis. Par Jaques RENARD. Dans toute organisation. Pour bien exécuter la tâche au fil du temps. 2008. « Recommandations sur le contrôle » de l’institut canadien des comptables agréés en 1995.

6.6 Les limites du contrôle interne : Il faut toujours garder à l’esprit que tout SCI. étant donné qu’elle est essentiellement basée sur le facteur humain. Il met ainsi en évidence quatre éléments essentiels au contrôle cités au niveau de la définition précédente. mais incomplètes et en faisant face à la pression liée à la conduite des activités.6. IFACI Formation. 50 . de jugement ou d’interprétation. 2. par exemple lorsque les collaborateurs interprètent les instructions de manière erronée.1 Le risque d’erreur humaine lors de la prise de décisions ayant un impact sur les processus de l’office peut limiter l’efficacité des contrôles. Une enquête sur des anomalies diverses peut ne pas être poursuivie assez loin ou une personne remplissant des fonctions en remplacement d’une autre 36 Support de cour « Audit interne et évaluation des risques ». Les personnes responsables sont souvent appelées à prendre des décisions dans un temps limité. toute structure de contrôle interne peut être affectée par une erreur de conception. Les facteurs suivants peuvent avoir une influence négative sur l’efficacité du contrôle interne : L’erreur de jugement : 2. En effet. de monsieur DUBUIS Hervé. par l’équivoque. ne peut fournir au plus qu’une assurance raisonnable à la direction quant à la réalisation des objectifs de l’office. aussi bien conçu et appliqué soit-il.2 Les dysfonctionnements : Même les SCI bien conçus peuvent faire l’objet de dysfonctionnements. la nonchalance. la fatigue ou encore la distraction.Le COCO met l’accent sur les moyens mis en œuvre. Ces éléments peuvent être présentés de la manière suivante : Figure 636 2. cèdent à la routine et ne sont plus attentifs aux erreurs. en se basant sur les informations disponibles.

il est nécessaire d’étudier non seulement le risque d’une défaillance et l’impact possible sur l’office. Une décision quant à la mise en place d’un contrôle restera toujours partiellement basée sur des critères subjectifs.6.pdf .ch/franzoesisch/pdf/5795_f_huissoud_steinmann.6. publiée dans l’Expertcomptable Suisse du mois de mai 2001 et disponible sur le site Internet du Contrôle fédéral des finances par le lien suivant : http://www.6. 2.5 Le rapport coûts/bénéfices : Les ressources étant toujours limitées. les offices doivent comparer les coûts et les avantages relatifs des contrôles avant de les mettre en place. Même au sein d’un office efficacement contrôlé. un responsable peut être en mesure de contourner le SCI. Certains contrôles sont nécessaires et indispensables mais des contrôles excessifs vont à l’encontre du but recherché et peuvent devenir très coûteux. 51 .efk. mais également les coûts qu’entraînerait la mise en place de ce contrôle. par exemple pour en tirer un profit personnel ou afin de dissimuler la non-conformité de l’activité de son office à certaines obligations légales. 2.3 Les contrôles « outrepassés » ou contournés par le management : Un SCI ne peut pas être plus efficace que les personnes responsables de son fonctionnement.(maladie. Toute la difficulté de l’analyse du rapport coûts/bénéfices consiste à définir le risque résiduel tolérable. Un employé chargé d’effectuer des contrôles peut réduire ceux-ci à néant en agissant en collusion avec d’autres membres du personnel ou des tiers externes à37 l’office. Ceci signifie qu’un responsable peut déroger de façon illégitime aux normes et procédures prescrites.4 La collusion : Deux ou plusieurs individus agissant collectivement pour accomplir et dissimuler une action peuvent fausser les informations financières ou de gestion d’une manière qui ne puisse être détectée par le SCI. 37 Ce thème était abordé dans une étude intitulée « La fraude au sein de l’administration fédérale ». Aussi il est souvent constaté que des changements dans les systèmes sont introduits avant que le personnel n’ait reçu la formation nécessaire pour réagir correctement. vacances) peut ne pas s’acquitter convenablement de sa tâche. Lorsqu’on cherche à apprécier l’opportunité d’un nouveau contrôle. 2.admin.

SHICK Pierre.3.  Risque peut être lié : au niveau de contrôle interne de l’entreprise ou bien a la capacité de l’entreprise à l’identifier (risque d’audit). Les risques peuvent se présenter sous différentes facettes :  Risque inhérent à l’activité de l’entreprise : il peut être commun à toute les fonctions ou bien spécifique à une fonction déterminée. Figure 738 3.1. Editions DUNOD. 39 « Committee of Sponsoring. Il est pris en compte dans l’élaboration de la stratégie ainsi que dans toutes les activités de l’organisation. en altérant sa performance ou impliquant des pertes d’opportunités. 52 . la direction générale. Paris 2007.2 Définition du Management des risques : Le COSO 239. il représente le risque résiduel après avoir mis en place un certain nombre de mesures pour le contrer. 38 « Mémento d’audit interne » Méthode de conduite d’une mission. Il représente le risque tel qu’il existe sans avoir mis de dispositions pour le contrer.1. Organization of the Treadway Commission ».1 Définition du risque : Un risque est événement (action ou inaction) pouvant affecter négativement une entreprise dans la réalisation des objectifs relatifs à son activité ou à son patrimoine. intègre le concept de management des risques au niveau du contrôle interne qui le définit de la manière suivante : « Le management des risques est un processus mis en œuvre par le Conseil d’Administration. le management et l’ensemble des collaborateurs de l’organisation. Par Mr. 3.1 Importance du management des risques : Définitions : 3. chapitre 1 : l’activité de l’audit page 12.

modèle de risques. Ainsi le manager des risques est le coordinateur du processus de gestion globale des risques.). Il vise à fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation des objectifs de l’organisation. etc. un dispositif de gestion globale des risques. dans chaque cas. l’introduction de la politique des risques devra tenir compte davantage de visions. Revue n°1199 L’Expert-comptable suisse. Opérationnels : Visant l’utilisation efficace et efficiente des ressources De reporting : liés à la fiabilité du reporting De conformité : relatifs à la conformité aux lois et réglementations.2 Processus de gestion des risques : Il est donc important40 que l’entreprise ait une stratégie de risques (synonyme : politique de risques.Il est conçu pour identifier les événements potentiels susceptibles d’affecter l’organisation et pour gérer les risques dans les limites de son appétence pour le risque. business risk management. o Elle concerne toutes les activités les activités de l’organisation. risques ou opportunités auxquelles elles sont confrontées. de principes et de règles de comportement 40 « Qui profite de l’approche d’audit orientée risques ? ». La maitrise des risque assure à l’entreprise une sécurité quant à l’atteinte des objectifs surtout quand le contexte de l’entreprise est en constante évolution et changement. Cette fonction se situe en amont de l’audit interne. 53 . ils sont en ligne avec sa mission et la supportent. que l’introduction d’un processus intégral de risques constitue un projet complexe qui tiendra compte. 3. » La gestion des risques est une activité stratégique dont l’objectif est de permettre aux entreprises de tirer le meilleur parti des sources d’incertitudes. et qu’elle l’applique et la surveille de manière cohérente et pragmatique à la fois. concept de risques. aussi. o Rattachée au plus haut niveau pour préserver son indépendance. o Exclusive de toute fonction opérationnelle mais doit être relayée par les opérationnels. dans cette optique. processus de gestion des risques. proposition concrètes pour un contrôle des risques amélioré. Il existe quatre catégories d’objectifs :     Stratégiques : liés à la stratégie de l’organisation. des données individuelles. C’est de cette manière que les entreprises les plus performantes mettent en place. Compte tenu de la rapidité des cycles de changement. elle est : o Au service du management et plus particulièrement de la direction générale. Il est un fait.

Le principe pourrait être le suivant : «Pour tout nouveau contrôle.que d’instructions. Alors que des risques toujours nouveaux font leur apparition et qu’ils doivent être intégrés dans la politique de risques. il est évident que ceux du passé peuvent ne plus être importants aujourd’hui. Elle donne à tout moment au management une vision rapide et claire des risques en cours. ou à un niveau business unit ou des filiales.3 Classer par ordre de priorité et contrôler les risques : Cette étape permet la définition d’une stratégie de risques qui devra être proposée à la direction générale. 3. Pour chaque risque identifié elle propose une stratégie.1 Identification des risques : Identifier tous les risques internes et externes à l’entreprise. Mieux les collaborateurs sont formés et familiarisés avec les risques de l’entreprise. il est important que l’entreprise tienne compte du rapport coût/bénéfice. avec une hiérarchisation des risques par processus ou par métier. Toute entreprise devrait dès lors penser à supprimer des contrôles dépassés.2. meilleur sera le contrôle global des risques. L’approche «formation» est elle aussi étroitement liée au contrôle des risques. L’audit interne peut se saisir de cette cartographie pour la décliner. 3.2. avec une cartographie des risques majeurs. Le processus de la gestion des risques assuré par le « Risk managent » peut être définit selon les étapes suivantes : 3. et permet au management d’estimer sa tolérance aux risques.2. au niveau opérationnel. Compte tenu de la globalité de la fonction et de son caractère transversal. et ceci de la manière suivante : 54 . Il est à noter que l’implication des opérationnels est primordiale quant à l’élaboration de la cartographie des risques qui permet au management des risque d’avoir une vue d’ensemble sur les risques pouvant porter atteinte aux objectifs. il faut en éliminer un ancien». éventuellement. Surveiller les risques à l’aide de contrôles sous forme d’instructions directes présente l’inconvénient que ces instructions soient trop rigides et rapidement dépassées face aux variations des risques. La cartographie peut être réalisée au niveau corporate.2 Evaluation des risques : A partir de cette identification élaborer une cartographie des risques permettant de les apprécier selon leur probabilité d’occurrence et selon leur impact. Des risques disparaissent ou diminuent aussi parce que l’entreprise a appris à y faire face. processus et contrôles qu’elle implique entraînent des coûts élevés. Comme la politique de risques et les principes.

Eliminer ou réduire le risque en diminuant la fréquence par une meilleure politique de prévention. 3. Transférer le risque par une méthode très utilisée qui est celle de l’assurance.2. et si besoin est. améliorer la performance de l’entreprise. créer un avantage concurrentiel. leur prêter assistance dans la réalisation. 55 .4 Suivre et tirer des leçons : La sensibilisation et la formation des responsables managers sont d’importants moyens à mettre en œuvre dans cette optique et celle de la gestion globale des risques.    Accepter le risque donc le supporter et ne rien faire face à ce dernier. Directeur Général associé du cabinet d’audit Deloitte Algérie. de monsieur Gilles GAUTHIER. Pour arriver à ces fins il y a lieu de regrouper au sein d’un processus les efforts de tous les acteurs dans ce domaine. La figure suivante traduit de manière synthétique le cercle vertueux de la gestion des risques : Le cadre vertueux de la gestion des risques41 41 Support de cour « Audit interne et évaluation des risques ». Les entreprises leader mettent en place un processus global de gestion intégrée et coordonnée des risques afin de : gérer les risques à moindre coût. selon son appétence au risque. dont le but final est l’optimisation de la gestion. Eviter le risque en proposant d’autres procédés.

ce qui implique que la gestion des risques est un préalable nécessaire à un bon contrôle interne. sont autant de préoccupations en vue d’améliorer le contrôle interne .3 Risk management et audit interne 42: L’audit interne et le risque management sont deux fonctions relativement voisines.  Que c’est au management qu’incombe la responsabilité majeure de la gestion des risques. La définition d’une stratégie et la proposition de solutions. Par Jaques RENARD.3. Cette forte complémentarité et cette frontière ténue entre les deux fonctions. 2008. en cela le Risk manager prépare le terrain pour l’auditeur interne. qui représente la matière même de travail de l’audit interne. 43 « Création et développement d’une fonction d’audit interne » une démarche en 10 étapes. 56 . il incombe à la direction générale. étude développée par le cabinet d’audit PriceWaterhouseCoopers. Le schéma suivant peut résumer. qui part du principe que sans une gestion globale des risques on ne saurait maitriser ses activités et atteindre ses objectifs. Par conséquence on ne serait pas capable d’être en mesure d’élaborer un contrôle interne satisfaisant. de définir et de coordonner les responsabilités de chacun pour éviter toute confusion. et de ce fait l’évaluation du contrôle interne qui en est le produit fini. Il est très largement mis en avant que :  Le rôle de l’audit interne ne saurait se confondre avec celui du Risk manager. Ceci dit. laquelle ne peut être déléguée. l’interaction que peut avoir l’audit interne avec le risk management43 : 42 « Théorie et pratique de l’audit interne ». apparaissent de manière significative dans l’analyse faite par le COSO 2. chapitre 4 : positionnement de la fonction page 88. c’est dans ce type de cas que l’audit interne devrait jouer un rôle de conseil et participer la mise en place d’une fonction proprement dite dans la gestion globale des risques. Les deux fonctions vont même parfois jusqu'à se confondre lorsque le risk management n’existe pas. Il est important de souligner que l’objectif principal de l’audit interne reste l’évaluation des processus de management des risques. 6éme édition aux EYROLLES.

le management et l’audit interne. 4. La pratique d’audit interne en France 44: L’IFACI. Cette enquête a été menée dans le but d’étayer les directions générales sur le rôle de la cellule d’audit interne dans la création de valeur. publiée par l’IFACI. Cette notion s’articule autour de quatre piliers : le conseil d’administration. a réalisé en juin 2005. Institut Français de l’Audit et du Contrôle Interne. et son importante et déterminante contribution à la gouvernance. 44 « Résultats de l’enquête sur la pratique de l’audit interne en France en 2005 ». Cette enquête a été réalisée à l’aide d’un questionnaire qui abordait les sujets d’actualité de la profession et d’un certain nombre de préoccupations des auditeurs internes.1 Audit interne.4. Ce dernier n’étant pas l’acteur principal dans la gouvernance d’entreprise néanmoins dans la définition même de l’audit interne nous retrouvons la notion de gouvernance parmi les objectifs de la fonction. outil de bonne gouvernance : La bonne gouvernance est un système par le quel les sociétés sont dirigées et contrôlées . l’audit externe. il s’agit de donner les moyens à l’organisation afin de bénéficier d’un bon équilibre et de pouvoir éviter les dérives et les malversations. ce qui donne une assez forte crédibilité à cette étude. Institut Français des Auditeurs et contrôleurs internes 57 . Un grand nombre de responsables et d’auditeurs internes y ont répondu. une enquête nationale sur la pratique de l’audit interne en France.

Cette Independence permet de donner à l’auditeur l’accès aux informations nécessaires à l’exécution de la mission. aux auditeurs internes et externes et au management et assurer une coordination efficace de leurs activités. Ainsi l’enquête prône que la proportion d’organisations pourvues d’un Comité d’audit ou d’une instance équivalente. o Bien communiquer au sein de l’organisation sur les risques et les contrôles. elle est destinée à la présenter et à la faire connaître aux autres acteurs de l’entreprise . siège au niveau du conseil d’administration. ceci afin que les auditeurs internes jouent pleinement leur rôle dans le respect de l’éthique.2 L’audit interne une fonction indépendante . 4.Indépendance de la fonction et ce qu’elle implique : Suivant la norme 1100 et 1100-A1 des normes professionnelles régissant la fonction d’audit. lorsque l’audit interne est rattaché au comité d’audit. Cette indépendance peut également être appréciée à travers l’élaboration d’un document. de la réalisation du travail et la communication des résultats. 4. Elle ne doit subir aucune ingérence lors de la définition de son champ d’intervention. Cette indépendance est assurée. o Fournir une information adéquate au conseil. qui lui.Nous pouvons aussi trouver la réponse en ce qui concerne le gouvernement d’entreprise dans la norme 2130 du manuel des normes professionnelles de l’IIA qui stipule que l’audit interne doit déterminer si le processus de gouvernement répond au objectif suivant : o promouvoir l’éthique. ce qui représente le point de rattachement le plus haut de la fonction et lui confère ainsi l’indépendance nécessaire au bon déroulement de ses missions.1 Charte d’audit interne : C’est le document constitutif de la fonction d’audit interne.2. On constate qu’une telle mission ne peut être remplie que si l’audit interne bénéficie d’une autorité de haut niveau. indispensable à la constitution de la fonction qui est « La charte d’audit interne ». est en constante progression. passant de 20% en 96 à 76% en 2005. cette dernière interne doit être indépendante et les auditeurs doivent effectuer leur travail avec objectivité. o Garantir une gestion efficace des performances. notamment les interviews des personnes utiles au bon déroulement de la mission. de l’acheminement de l’information à 58 .

et fonctionnellement au comité d’audit .2. que ce dernier soit exigé par les normes professionnelles d’audit interne. rattachée à la direction générale. les pouvoirs et les responsabilités de l’audit interne doivent être formellement définis dans une charte. » La charte doit permettre de : o Définir la position du service d’audit interne dans l’organisation. La charte doit garantir les conditions d’indépendance de la fonction et protéger les audités contre tout excès.l’ensemble des parties prenantes et de contribuer l’amélioration de la performance d’un groupe. Elle peut être présentée comme une référence à respecter.( Il sera traité dans le point suivant « positionnement de la fonction » du gouvernement d’entreprise). Ce document doit informer sur le minimum indispensable. responsabilités et procédures de travail. Il s’agit là d’encadrer le pouvoir pour éviter toute apparence 4. que la norme 1000 demande que cette dernière soit approuvée par le conseil d’administration. Cette approbation donne de la légitimité à l’audit interne et renforce sa crédibilité. la fonction d’audit interne est. sont largement décidées pas la direction 59 . d’arbitraire. afin d’éviter d’éventuels dysfonctionnements. Exemple : Norme 1000 qui dit que « la mission. sans pour autant aller trop dans le détail et le superflu. L’enquête a révélé que le pourcentage des services d’audit interne dotés d’une charte a progressé au fil des années. Ce double rattachement aide à réduire les risques en ce qui concerne la formulation des recommandations et confère à l’auditeur interne une liberté importante. o Définir l’étendue de la mission. Dans la pratique. La charte est considérée comme étant un document tellement indispensable. Elle révèle également que les missions d’audit interne. La charte d’audit interne est dans la plus part du temps approuvée par la direction générale et le comité d’audit. le plus souvent des cas. La forte importance de ce document se traduit également dans le fait. La charte doit préciser les missions et les objectifs. l’audit interne est souvent rattaché à la direction générale. ceci afin d’en assurer l’objectivité et l’indépendance. o Autoriser l’accès aux documents.2 Positionnement de la fonction : Selon l’enquête.

2. tandis que les services d’audit des sociétés concernées par la LSF déclarent avoir développé ou renforcé une approche basée sur les risques.4. favorisant ainsi son indépendance et son objectivité. La rotation des auditeurs internes sur les activités ou entité à auditer.3 L’audit interne organe majeur dans la prise en compte de nouvelles réglementations : Les services d’audit interne ont été fortement sollicités et impliqués aux exigences de la Loi de Sécurité Financière et du Sarbanes Oxley Act. 4. Ces deux lois ont générés des changements partiels des travaux de l’audit interne. Le rattachement hiérarchique de l’Audit interne à la Direction générale s’effectue dans près de 70% des cas et son rattachement fonctionnel au Comité d’audit dans 39% des cas.2.4 L’audit interne une activité. objective de conseil et d’assurances : 4.générale. L’obligation qui est faite aux auditeurs internes de déclarer tout conflit d’intérêt. Plus de deux services sur trois d’entreprises cotées. 60 . Leurs appréciations sont exemptées de tout préjugé et doivent être fondées sur des faits et preuves tout en s’appuyant sur des travaux incontestables. Cette objectivité est assuré par :    La supervision des missions d’audit. et qu’il est de plus en plus commun que l’on donne de l’importance aux recommandations des auditeurs internes.2. ce qui a impliqué un nouveau tournant accentuant ainsi les audits comptables et financiers en vue de répondre aux exigences de la loi SOX. 4. ont rédigé un projet de rapport sur les procédures de contrôle interne et leurs missions.1 Activité objective : S’appuyer sur le code de déontologie de la profession peut être défini comme étant une attitude intellectuelle et impartiale qui requiert une indépendance d’esprit et de jugement et implique que les auditeurs internes ne se subordonnent pas à leur propre jugement ou à celui d’autres personnes.

mais aussi sur les processus comptables et financiers concernant la conformité des états financiers au cadre réglementaire. 4. de sécurité informatique.2. Cependant dans la pratique. aux pertes financières ou à la notion de risque pénal mais des risques d’information.4. et ceci du fait d’un environnement marqué par la complexité et l’incertitude.4. C’est pour cela que l’audit interne est à mieux d’alimenter le conseil d’administration en informations sur les faiblesses du système de 45 Manuel pratique d’application « La gestion des risques dans les entreprises françaises : état des lieux et émergence d’une approche cognitive et organisationnelle ».2 Activité de conseil : Selon MPA45 1000.Marseille Ecole de Management. 47 « Audit interne et gouvernance d’entreprise : lectures théorique et enjeux pratiques »Eustache EBONDO WAANDZILA Euromed. de concurrence et de marché. 46 61 .3 D’assurance : Les missions d’assurance sont les plus répandues. Caroline Aubry Maître de conférences Université Toulouse III . l’enquête démontre que la mission conseil des auditeurs internes est en nette régression dans certaines activités. Les principales activités d’assurances consistent en l’évaluation du contrôle interne sur les processus opérationnels.5 L’audit interne et les risques : La gestion des risques46. Cette mise en avant est aussi due à l’élargissement du périmètre d’incertitude qui entoure l’organisation sous l’influence d’une diminution progressive du seuil d’appétence au risque et de l’intrusion grandissante des Stakeholders dans l’entreprise qui en accroissent la vulnérabilité.4. Il n’est plus question des risques relatifs aux accidents de travail. 4. ces dernières années a été propulsée sur le devant de la scène.2. L’audit interne a ainsi un rôle clé47 à jouer au niveau du management des risques d’entreprise et surtout dans le processus d’élaboration du rapport sur le contrôle interne exigé par la loi sur la sécurité financière(LSF) aux sociétés cotées. étant donnée la complémentarité et la fine frontière existante entre cette fonction et la fonction de gestion globales des risques. C’est pour cela que l’intérêt grandissant des entreprises envers une gestion globale des risques s’est largement démarqué ces dernières années et qu’il est désormais souvent fait appel à la création de cellules d’audit interne centrées risques.Laboratoire Gestion et Cognition (LGC) (EA 2043) IUT A Paul Sabatier. La gestion des risques est remontée ces dernières années du spécialiste des questions d’assurances à la direction générale.2. les prestations de conseil sont des missions officielles définies par un accord écrit aux activités. Département Techniques de Commercialisation.

La pratique d’audit interne en France fait apparaître un rôle important de cette fonction dans les processus de gestion des risques. mais sans pour autant porter atteinte à la liberté de laquelle elle doit jouir. informationnels et de conformité. l’auditeur interne exerce une influence sur cinq composantes du management des risques d’entreprises : Il donne une assurance raisonnable quant au processus de management des risques. l’audit interne ne joue.contrôle interne ou sur les zones des risques susceptibles de nuire à l’atteinte des objectifs stratégiques. Selon eux. dans l’ensemble. Gramling et Myers (2006) ont mis en évidence le rôle joué par l’audit interne dans le management des risques d’entreprise. Institut Français des Auditeurs et contrôleurs internes. conformément à ce qui à été développé dans ce chapitre dans « Le Risk management et l’audit interne » Il est donc fort intéressant que l’audit interne soit centré risques. opérationnels. que le reporting sur les risques majeurs a été correctement établi et qu’un bilan sur la gestion des principaux risques a été dressé. Ce rôle est appelé à se développer notamment pour évaluer le processus de management des risques de l’entreprise. à l’heure actuelle. qu’un rôle modéré dans le management des risques d’entreprise. Les statistiques mises en avant par l’étude de l’IFACI concernant ce point sont les suivantes : Tableau 148 48 « Résultats de l’enquête sur la pratique de l’audit interne en France en 2005 ». L’implication prononcée de l’audit interne dans la gestion des risques pourrait altérer l’indépendance dont la fonction doit impérativement jouir. que les risques sont correctement évalués. publiée par l’IFACI. Selon les résultats de leur étude. que le processus de management des risques a été bien évalué. 62 .

en coordination avec toute autre fonction concernée. Mis à part le fait que l’audit interne doit donner une assurance raisonnable conformément aux exigences réglementaires. avec une prédominance de recrutement en interne. l’audit interne est une fonction jeune de taille moyenne. le sens de l’écoute ainsi qu’un esprit de critique. qu’elle apporte dans ce domaine une véritable valeur ajoutée à l’organisation. De ce fait les défis concernant cette fonction doivent s’articuler autour des points suivants :   L’audit interne doit apparaître comme une activité au service de toute l’organisation et non comme instrument de la direction générale ou le comité d’audit. car ce dernier est imprégné de la culture et l’organisation de l’entreprise. avoir aussi le sens d’analyse. C’est pour cela que les équipes d’audit interne sont généralement mixtes. de communication. elle devra se positionner plus que jamais comme un outil majeur de détection.  Elle devra être totalement transparente vis-à-vis de la Direction générale et du Comité d’audit et n’avoir d’autre souci que d’améliorer la sécurité de l’organisation tout en suggérant des améliorations pour en accroître les performances. Le profil type d’un auditeur interne. est que ce dernier doit avoir une expérience professionnelle préalable. de prévention et de maîtrise des risques.3 Les moyens humains au service de l’audit interne : Selon l’enquête.4. externes et internes à l’organisation. 4. Le recrutement des auditeurs est soit externe ou interne.4 Les perspectives d’évolution de la fonction : Vu le contexte actuel et en particulier le contexte réglementaire. les dirigeants attendent que leurs équipes leurs donnent une assurance raisonnable de la conformité de leur entreprise aux lois et règlements. Cependant ce même type de recrutement peut avoir des inconvénients car la fréquentation habituelle des méthodes et des structures peuvent parfois émousser le regard critique.  Elle devra affirmer son rôle et ses responsabilités dans la gouvernance et démontrer par des missions qu’il effectue. Les qualifications des auditeurs internes sont soit issues des grandes écoles soit des universités. ce qui conduit parfois a des chevauchements de périmètre d’action. 63 . Cependant les questions sur le positionnement de l’audit interne restent floues par rapport aux autres fonctions telles que le contrôle interne ou bien le management des risques.

A). a été mis en évidence. Ces phénomènes qui ont touché un grand nombre d’entreprises.unblog.III.A. mais aussi des comportements illégaux vis-à-vis des règles et directives au sein même de ces entreprises. Président de l'Association des Auditeurs Consultants Internes Algériens (A. réalisé par S. 49 « La survie de l’entreprise se marchande tous les jours». Historique de la fonction 49: Tout comme les autres pays du monde. L’Audit interne en Algérie : 1. a longtemps été confiné au niveau de la fonction comptable et financière. ont adopté le 30 juillet 2002. Qu'en est-il en Algérie ? A-t-elle pris les dispositions légales nécessaires en matière de Contrôle Interne dans les entreprises Algériennes ? Celles-ci se réfèrent-elles à un référentiel spécifique ou appliquent-elles leur propre dispositif ? L’audit interne. BCIA et autres.A. interview de Mr Mohamed Meziane. toutefois.C. Quoiqu’il en soit. à la suite des nombreux scandales financiers qui ont secoué les entreprises Américaines à la fin des années 90 et au début des années 2000. BADR. en Algérie. l’Algérie n’a pas été épargnée par les scandales financiers.C. à l’exemple des Etats unis qui. Fond Koweitien. le Sarbanes Oxley Act (SOX). les manquements au dispositif de Contrôle Interne ou son absence presque totale. le rôle que joue l'Etat dans ce domaine est prépondérant.I.A). elle est devenue ensuite facultative. notamment les adhérents de l'Association des Auditeurs Consultants Internes Algériens (A. Devenu obligatoire dès 1988 (article 40 de la loi 88/01 du 12 janvier 1988) dans toutes les EPE (Entreprises publiques économiques). prouve toute l’importance et la difficulté à mettre en place ces deux dispositifs de manière efficace. qui a réussi à créer les déclics d’intérêts nécessaires auprès des managers nationaux et a amorcé de ce fait une démarche de légitimation de ses rôles au seul service des entreprises du pays. Ces scandales constituent pour leur majorité des violations de lois régissant le secteur dans lequel évoluent les entreprises concernées. au sein de ces entités. 64 . Citons pour exemple les affaires Khalifa. fortement recommandée par les professionnels. y compris dans les pays qui sont classés comme leader en matière d’audit et de contrôle.I. Boudjemâa. Dans la majorité des cas. Elle reste. Article posté le 18 novembre 2008 sur http://sboudjemaa.fr/2008/11/18/audit-interne/ .

ne laisse plus le choix aux entreprises en termes d’évolution ou encore de survie. 50 http://209. le processus de transition vers l’«économie de marché » se caractérise par des réalités paradoxales qui résultent de pressions externes et tensions et oppositions internes quant aux contenu et finalité de cette transition. une fonction normée et dont les retombées positives (évaluation et pertinence du contrôle interne.free.C.I.1 Contexte économique : Engagé à la fin des années50 quatre-vingts. 2. Environnement de l’audit interne en Algérie : 2. les enseignements tirés de l’étude A. nous permettent de relever que l’audit interne en Algérie a une grande marge de progression même si des évolutions s’inscrivant désormais dans une dynamique de changement qualitatif commencent à se manifester.85. Ainsi une politique de gestion à vue n’est plus envisageable. s’explique par l’universalité de l’audit interne qui est avant tout.1.Ce nouveau regain d’intérêt manifesté par les managers nationaux.fr/Actes/Doc/hadjouri. L’ouverture des marchés algériens à une concurrence étrangère éprouvée dans de nombreux domaines d’activités. notamment sous la pression de « la vague de privatisation des entreprises publiques économiques (qui) a induit un besoin de contrôle renforcé sur la performance des entreprises ».A. valeur ajoutée engrangée) sont induites par la présence diffusée des bonnes pratiques de l’audit interne au niveau des différentes structures de l’entreprise. l’instauration de véritables outils de gestion et d’outils d’aide à la performance sont désormais indispensables pour faire face aux géants étrangers. maîtrise des risques. L’autonomisation des entreprises et leur « libération » de la tutelle étatique avait pour principal objectif la réhabilitation de la rationalité économique indispensable au passage d’une économie administrée à une « économie de marché ».A/ Deloitte menée en 2005/2006. Ce nouveau contexte d’autonomisation de l’entreprise algérienne.132/search?q=cache:Ezn5Kv-uI_cJ:ias2005.229. Les entreprises algériennes ont compris qu’elles ne peuvent se permettre le luxe de vivre en marge des évolutions mondiales car l’audit interne est au centre des enjeux économiques.Ce processus devait donc aboutir à la transformation de l’entreprise en centre de valorisation après avoir longtemps servi de simple espace de répartition. Par ailleurs.doc+l%27audit+interne+et+l%27economie+alg%C3%A9rienne&cd=9&hl=fr&ct=clnk&gl=dz 65 . est un élément qui a fait naitre de nouveaux besoins en termes de performance et de compétitivité.

faute de ressources qui ne pouvait plus compenser les pertes enregistrées par ces entreprises publiques. Pourtant.tn/fr/doc. etc. confondant audit et contrôle de gestion. constituer une grande préoccupation pour les chefs d’entreprises. excepté quelques grandes entreprises qui enregistrent progressivement des avancées significatives en matière de contrôle interne et d’audit. des mesures portant à la fois sur leur environnement externe et sur leurs conditions internes ont été prises. Pour aider ces entreprises à redresser leur situation. impose des défis que l’entreprise Algérienne est appelée à relever en vue d’assurer sa pérennité. et qu’elles ont été confrontées aux normes universelles de fonctionnement. la nécessité d'engager la réflexion sur les systèmes de gouvernance à mettre en place au sein des entreprises et les mécanismes de régulation et de contrôle des activités de ces entreprises comprenant le système de contrôle interne et les services de l'audit interne. « un grand nombre d’entreprises sont au stade du balbutiement. de subventions de l'État. encore. 51 52 http://www. de facilités d'accès aux crédits auprès des banques publiques. L’audit interne ne semble pas. en effet. beaucoup d’entreprises continuent d’observer un embrouillement dans les concepts. été. Sur le plan des conditions internes du fonctionnement de l'entreprise. au sein de laquelle l’audit interne constitue un des maillons déterminants. Ceci passe inéluctablement par une bonne gouvernance à tous les niveaux. leurs résultats se sont révélés en deçà des attentes économiques et sociales qui ont présidé à leur création. s’est imposée. l’évolution rapide des technologies de l’information et de la communication et l’émergence de la culture de la transparence et de la qualité. entre autres questions importantes.leconomiste.com. voire sa survie. marqué par la globalisation de l’économie. voire ignorent carrément ces concepts »52. initialement. audit de qualité interne et autres. Mais dès que l’Etat. d'octroi de marchés. créées pour réaliser des objectifs socioéconomiques. la libéralisation poussée des échanges.asp?docid=1679&mcat=4&mrub=80 Quotidien El Watan du 17 janvier 2009 66 . Il fera savoir qu’outre l’insuffisance de textes de loi pouvant influencer positivement le contrôle et l’audit interne (l’instruction du MIPI rédigée en 60 mots). il existe en Algérie une réelle faiblesse de l’intégration par les entreprises du concept d’audit interne. Les pesanteurs du passé continuent à faire leur effet sur ces entreprises. Elles ont évolué à l’ombre de protections douanières. Selon le président de l’AACIA Nouredine KHETTAL. Celles relevant du secteur public ont. de garanties étatiques. s’est retiré.Il est certain que le nouveau contexte mondial51.

les normes d’audit applicables en Algérie ne sont définies ni par une loi. leurs 53 JORA n° 2 du 13/01/1998 p. l'absence des textes en matière d'application et la confusion entre l'audit et le contrôle au sens restrictif de terme (selon les spécialistes et les observateurs) n'ont pas permis à cette fonction de base. conjuguées à l’absence de ressource qualifiées. leurs procédés de fonctionnement et de gestion ». Ce sont ces transformations et ces nécessaires adaptations. Mais en réalité. qui. A cet égard la première disposition prise en la matière peut être tirée de la loi 88-01 du 12/ 01/ 1998 portant loi d'orientation sur les entreprises publiques économiques53. 2.H) qui devraient peser à l’avenir et de manière significative sur sa marche centrée essentiellement vers la création continue des richesses. Les entreprises privées de petite taille. dans son article 40. inscrite sous le chapitre VIII de la loi.2 Contexte réglementaire : La faiblesse d’intégration. cette disposition a pu entrainer. même si l’article précise bien que les EPE se doivent d’améliorer de manière constante.R. 18. chez les gestionnaires des entreprises publiques une mauvaise perception de l’audit. pour la plupart d’entre elles. 67 . d’une part et sur des fonctions déterminantes (l’Audit Interne. l’entreprise doit sa survie à l’existence de des managers ayant le sens mesuré du risque et qui savent s’entourer de Ressources Humaines compétentes. restent caractérisée par une gestion familiale où le chef d’entreprises cumule pratiquement toutes les fonctions. de la fonction d’audit interne est à mettre en parallèle avec celle de l’environnement légal et réglementaire en rapport avec cette question. la G. notamment des spécialistes en audit interne. L’audit s’exerce dans une certaine confusion et surtout sans définition de diligences minimales. par les entreprises.1. consacré au contrôle. ni par un règlement. stipule que « Les entreprises publiques économiques (EPE) sont tenues d'organiser et de renforcer des structures internes d'audit d'entreprise et d'améliorer d'une manière constante. ni par la profession.Dans cet environnement concurrentiel. En effet. l'évolution qu'elle mérite au sein de l'entreprise algérienne En effet. L’audit interne n’est pas encore perçu comme une fonction importante et peine à prendre une place significative dans le tissu industriel algérien. que les entreprises ont eu des difficultés à conduire.

du reste. 55 68 . c'est-à-dire « Les entreprises socialistes revêtant les formes juridiques prévues par la présente loi et les lois particulières régissant l'information et le mode de valorisation des richesses nationales et notamment celles concernant les hydrocarbures »54 Cette disposition a. La première d’entre ces instructions a été le fait de la note n°36/STP/DPE/97 du 17 février 1998 émanant du délégué aux participations de l’Etat Ŕ CNPE. L’existence même de cette orientation et son contenu qui ne constitue qu’une réitération d’instructions déjà données . elle renouvelle. aux EPE« La mise en place des structures d’Audit Interne performantes. Elle peut également revêtir valeur de simple instruction donnée par un propriétaire (l’Etat) des sociétés dont il détient la propriété. L’évocation de la mise en place de dispositifs d’audit et de contrôle par Monsieur le Chef du gouvernement à l’occasion de la rencontre avec les Sociétés de gestion des participations le 20 mai 2003 s’inscrit dans un cadre d’évaluation d’ensemble. Par son biais le Délégué aux participations de l’Etat enjoint. Les entreprises privées sont encore une fois ignorées ce qui ôte tout caractère de règlement général à ces tentatives qui n’arrivent même pas à obliger ceux auxquels elles s’adressent. été abrogée par l’ordonnance 9525 du 25 septembre 1995 portant gestion des capitaux marchands de l’Etat55 à travers son article 28. l’expérience de l’article 40 de la loi 88-01 ci-dessus citée. C’est en. sans grand apport novateur. une nouvelle fois. pour être remplacée par une série d’instructions gouvernementales. avant même d’être appliquée. constitue un constat d’échec quant à au développement de l’audit au sein des entreprises concernées. pour connaitre le même sort et tomber rapidement dans l’oubli.» En fait.procédés de fonctionnement et de gestion. 54 Article 2 de la loi n° 88-01 du 12 janvier 1988 portant loi d'orientation sur les entreprises publiques économiques. La seconde réside dans la 3ème orientation de Monsieur le chef du gouvernement. donnée lors de la rencontre avec les SGP en date du 20 mai 2003. qui inclut un point de situation des diverses notes et instructions relative à la mise en place de l’audit au sein des entreprises publiques. 5. Il s’agit d’un ensemble de notes et d’instructions données par l’Etat aux entreprises publiques économiques. mais aux seules EPE. agissant en qualité de président du Conseil Des participations de l’Etat (CPE). JORADP n° 55 du 27/09/1995 p. ce qui ressort du caractère tout à fait parcellaire de cette mesure du fait qu’ elle ne s’adresse pas aux entreprises algériennes d’une manière générale. en tous cas.

de même nature est renouvelée par le ministère de l’Industrie et de la Promotion des Investissements à travers la note prise sous le n°079/SG/07 du 30 janvier 2007. il existe. ainsi que la perception négative des auditeurs internes au sein de l’organisation n’y sont pas étrangères. constitue une fonction d’appréciation du contrôle interne réalisée par des professionnels interne à l’organisation mais de manière indépendante des activités qu’ils auditent. d’autre part. Il est très facilement constatable sur le terrain l’important fossé qui sépare les entreprises étrangères des entreprises algériennes. alors que les secondes sont encore au tout début de leur stade de 56 Revue n°83 « Partenaires » Mensuel de la chambre française de commerce et d’industrie en Algérie. faisant ainsi naitre l’amalgame entre audit et contrôle de gestion. selon lui. L’audit interne est une activité de contrôle (maitrise) de conseil qui permet d’améliorer le fonctionnement et la performance d’une organisation. entretien avec Mr KHALTAL Nouredine. La fonction d’audit interne doit ainsi permettre dans l’exercice de ses fonctions la promotion du contrôle interne et de son efficacité.Une nouvelle tentative. président d’honneur de l’Association des auditeurs Consultants Internes Algériens. c’est donc une activité stratégique même si dans de nombreux cas les organisations font recours à des prestataires externes. L’audit interne. entretien réalisé par REMANE Anis. Leurs recommandations doivent permettre à chacun d’améliorer et d’adapter son propre contrôle interne. audit de qualité interne et autres. page 23. où en moins de soixante mots il rappelle à la mémoire des dirigeants d’EPE : la «Mise en place au niveau de chaque EPE d’une structure d’audit et de contrôle interne. une trop grande disparité entre les grandes entreprises algériennes et les autres en matière de contrôle interne et d’audit interne. les premières enregistrent progressivement des avancées significatives. force de constater que cette activité est toujours quasiment ignorée par les chefs d’entreprises en Algérie. Malgré la mise en circulation de nouvelles réglementations notamment celle sur la mise en place d’une structure de contrôle interne. La faiblesse du contrôle interne et répercutions sur la fonction d’audit interne : Le véritable fléau concernant les scandales financiers. Ainsi pour reprendre Mr Khaltal Nouredine56. Cela est dû d’une part à la confusion notée au niveau des concepts. tel que développé précédemment. de manière efficace constitue encore une mission délicate et ardue. prouve que la mise en place de la fonction d’audit. Le sous dimensionnement de la fonction d’audit interne. ayant touché un grand nombre d'entreprises. « Initier des campagnes de sensibilisation autour des concepts de contrôle et d’audit internes ». 69 .» 3.

développement. Ceci est due de manière essentielle au déficit culturel dont souffre la sphère managériale.A). qui normalement devrait accorder tout son soutien et sa confiance à l’audit interne. entre autres. conformément aux objectifs qui lui ont été assignés statutairement. Les actions réalisées à ce jour sont fortement appréciées par les entreprises qui ont compris les enjeux de la dynamique impulsée dès son avènement par l'A.Simple association n’ayant d’autre autorité que morale elle s’efforce d’influer sur le cours des choses pour sensibiliser l’ensemble des concernés sur la fonction d’audit interne et contribuer à son émergence. » Elle multiplie les actions en direction des entreprises algériennes pour. Les insuffisances institutionnelles : L’association des Auditeurs Consultants Internes Algériens (A. entretien réalisé par REMANE Anis. « Initier des campagnes de sensibilisation autour des concepts de contrôle et d’audit internes ».C.. de développer toutes autres activités se rapportant à l’audit interne. président d’honneur de l’Association des auditeurs Consultants Internes Algériens. faisant de l’audit interne sa préoccupation centrale.C. en Algérie. 4. entretien avec Mr KHALTAL Nouredine. à but non lucratif conformément aux dispositions de la loi 90-31 ayant pleine capacité pour réaliser les objectifs qui lui incombent en vertu des présents statuts.A. Mais aussi de rassembler de diffuser une documentation sur l’audit interne et de rechercher et développer des principes méthodologiques en respect de la déontologie de la profession. Elle a pour objet de promouvoir et de développer la pratique professionnelle de l’audit interne. de proposer des axes de formation et de perfectionnement de l’audit interne. à ce que l’audit interne bénéficie d’un droit de cité et soit reconnu en tant 57 Revue n°83 « Partenaires » Mensuel de la chambre française de commerce et d’industrie en Algérie. 4. Il faudrait donc sensibiliser les managers.A et visant. et doit être convaincue de son utilité et de sa pertinence. 70 . promouvoir et développer la fonction d’audit interne en Algérie. de créer d’entretenir des liens entre les auditeurs pouvant favoriser la coopération et les échanges.I. constitue la seule organisation.I. de créer et d’entretenir des relations étroites avec les associations nationales et étrangers et poursuivant des objectifs similaires. qui doivent absolument comprendre que le contrôle interne apporte une meilleure maîtrise des activités et des risques et que l’audit interne est un outil d’évaluation du contrôle interne..A.1 Présentation et objectifs de l’Association des auditeurs et consultants internes algériens57 : Aux termes de l’article 3 de ses statuts constitutifs. page 22. l’AACIA « est une personne morale de droit algérien.

A. 4. et ceci au seul service des entreprises algériennes. consciente de l'importance que représente toute ouverture vers l'extérieur. Selon monsieur KHALTAL Nouredine « L’AACIA peut encore drainer vers elle un nombre plus important de professionnels.A. Ainsi l’association compte dans ses rangs des formateurs détenteurs d’une accréditation de l’institut de l’audit interne IFACI pour dispenser les sept séminaires 58 Revue n°83 « Partenaires » Mensuel de la chambre française de commerce et d’industrie en Algérie. Sénégal. « Initier des campagnes de sensibilisation autour des concepts de contrôle et d’audit internes ». L'A.I. président d’honneur de l’Association des auditeurs Consultants Internes Algériens. » La notoriété de l’association a aujourd'hui dépassé les frontières. page 23. Maroc. Suisse.2 Les objectifs de l’AACIA en termes de formations 58: Parmi les objectifs à court terme de l’AACIA figure celui de la domiciliation en Algérie d’un centre d’examen dédié au « Certified Internal Auditor » (CIA) qui est délivré par l’IIA. porteuse d’assurance et de valeur ajoutée. entretien réalisé par REMANE Anis. L’AACIA a accueilli dans ses rangs 350 membres.I.C. organisationnel et professionnel.C. demeure grâce au réseau associatif international dont elle fait partie. De plus l’A. entretien avec Mr KHALTAL Nouredine.C. Mali. avec les associations et instituts de plusieurs pays (Etats-Unis. ce qui équivaut à une expertise en audit interne.A) » depuis 1995 et entretient depuis des relations fructueuses et entend inscrire de manière permanente cette option d’ouverture. France.A.I.). 71 . l’étude menée conjointement par l’AACIA et la cabinet d’audit Deloitte intitulée « L’audit interne en Algérie : vers une professionnalisation avancée » a relevée l’existence d’un potentiel de ressources capables au sein des entreprises algériennes. à l'écoute des évolutions continues de la profession à travers le monde et ce pour renforcer ses capacités de rayonnement national. L’association est à la recherche de ce qu’on appelle une « person view » pour l’hébergement des sessions d’examens. Belgique. Autrement dit le rayonnement de l’association a permis une diffusion assez large de bonnes pratiques en matière d’audit interne.I. Canada. conforter par le savoir faire reconnu de ses «ressources humaines » et son aptitude à développer et enrichir ce métier aux plans conceptuel. Luxembourg. a mis en place un programme de formation spécialisé sanctionné par l’obtention du diplôme professionnel de l’audit interne (DPAI) délivré par l’IFACI. etc. et formé plus de 300 auditeurs internes. Cameroun.que fonction clé de management.A en partenariat avec l’IFACI France. toute région et tout secteur confondus. L'A. c’est d’ailleurs la raison pour la quelle l’AACIA a inscrit parmi ses objectifs phares pour 2009 l’accroissement du nombre d’adhérant.A. Tunisie.A est membre de «The Institute of Internal Auditors (I.

5% relativement faible reste conforme à ce qui a pu être observé sur le même thème dans d’autres pays notamment la France. enquête menée par le cabinet d’audit Deloitte Algérie ainsi qu’avec la collaboration de l’Association des Auditeurs et Contrôleurs Internes Algériens. Ses offres de formations couvrent les principaux domaines de l’audit et du contrôle interne.A.C. 5.1 Les constats : 5. 72 . Le taux de réponse de 20. mentionnent avoir une fonction d’audit interne mais qui reste de dimension limitée. sont confirmées par une enquête réalisée par le cabinet Deloitte dont les principales conclusions sont ci après exposées. En plus de ces éléments.I. la mouvance vers une structuration de la profession initié en 1989. L’ensemble des caractéristiques de la fonction d’audit en Algérie. ci-dessus évoqué. l’AACIA s’impose progressivement comme le dépositaire des actions de formation dans le domaine de l’audit interne en Algérie. a vocation à se mettre progressivement en place sous l’impulsion de l’AACIA.1 Une fonction qui en est à ses débuts. La plupart des organisations qui ont répondu à l’enquête menée par le cabinet d’audit Deloitte Algérie. Il a réalisé.A et Deloitte Algérie. en 2005. l’IFACI donne aux organismes employeurs une assurance que le candidat formé est apte à conduire une mission d’audit interne conformément à la méthodologie et aux normes universelles. Il est tout de même important de noter que le cadre normatif professionnel instauré par l’IIA. ce qui pourrait traduire le stade de maturation très peu avancé de cette fonction en Algérie. Ainsi les 41 sociétés ayant répondu donnent aux résultats une représentativité intéressante. a été réalisée conjointement par l’A. il est très rare que les organisations se dotent de chartes d’audit interne et ne se rapportent qu’exceptionnellement au comité d’audit. Enfin. Mai 2007. une enquête auprès de 200 entreprises qui ont été invitées à répondre à un questionnaire sur l’état des lieux de l’audit interne en Algérie. 59 « L’audit interne en Algérie : vers une professionnalisation avancée ». Au travers de ce diplôme. 5. semble désormais prendre un important essor. Il est certain que la fonction d’audit interne en est à ses débuts en Algérie. juridique et fiscale et de consulting installé en Algérie. Enquête Deloitte Algérie 59: Deloitte Algérie.fondamentaux du DPAI. L’analyse des questionnaires. Cependant si cette fonction est existante. est le fait que le champ classique des missions d’audits se rapporte le plus souvent à la comptabilité. est un cabinet d’audit et d’expertise comptable.1.

1. le recrutement des auditeurs internes se concentre d’une part sur les mutations internes et d’autres part sur les jeunes nouveaux diplômés universitaires.5.3 Le problème de compétences : La difficulté principale réside dans l’identification et le développement de compétences pointues en audit interne. Il est important de porter attention au fait que globalement. Cependant le développement progressif de la formation en audit interne. pour finir par le suivi de la satisfaction des audités.1. ni même connu. La cartographie des risques permet à l’entreprise le déploiement et le suivi de plans d’actions spécifiques et la mise en œuvre d’une véritable 73 .4 Le problème de gestion des risques : La démarche de cartographie des risques reste aujourd’hui marginale en Algérie contrairement à l’essor que connait cette démarche à l’étranger. L’ignorance des attributs que peut avoir la fonction d’audit interne. C’est en partie dû au fait que les auditeurs internes sont perçus de manière assez négative par leurs collègues des autres fonctions de l’entreprise. les étapes classiques des missions d’audit interne sont connues et respectées. 5. aux attentes du management par l’identification des sujets qui le réoccupent et sur lesquels des missions d’audit interne peuvent et doivent être déployées. Pourtant l’établissement d’un plan d’audit sur la base d’une cartographie des risques permet de répondre. Etant donné rôle très fort joué par l’inspection et le contrôle dans le passé. est très nettement perceptible au niveau des prospecteurs de missions d’audit interne et de manière encore plus prononcée au niveau des audités. que la performance opérationnelle est au centre de la problématique du contrôle interne et que l’audit interne en est l’aiguillon. De manière relativement proche des pratiques constatées en France.2 La confusion entre audit interne et contrôle interne : Il est vrai que la confusion semble persister sur les attraits d’un contrôle interne rigoureux et d’une fonction d’audit interne à forte valeur ajoutée. s’inscrit dans l’effort national en matière de formation. Il n’est pas encore reconnu. mais demande à être renforcée et alignée davantage sur les normes internationales. selon l’enquête menée par Deloitte Algérie. Il existe donc une forte pénurie d’auditeurs internes professionnels et c’est pour cela qu’une éventuelle piste de sous-traitance est envisageable qui mais qui reste de loin non utilisée. bien au-delà de la fonction d’inspection qui prévalait traditionnellement. et ceci de la réunion de lancement de la mission à la validation des constats par les audités.1. cet état des lieux perdure aujourd’hui sans que les autres dimensions de la fonction d’audit interne soient toujours bien identifiées ou développées. 5.

plus tôt qu’un organe d’évaluation de la mise en conformité avec la réglementation nationale. A cet égard.tn/fr/doc. Les motifs de créations de cette fonction relèvent plus de la volonté de la direction générale à constituer un organe de contrôle. 5. l’audit interne est placé en bonne position pour animer les entretiens et ateliers de réflexions nécessaires à cet exercice. ce qui atteste de l’essor recent dont la fonction bénéficie.asp?docid=1679&mcat=4&mrub=80 « L’audit interne en Algérie : vers une professionnalisation avancée ». L’audit interne revêt ainsi un aspect stratégique d’alerte et d’anticipation des risques. lui confère la légitimité nécessaire pour jouer un rôle prépondérant au sein de l’organisation. ce qui représente au niveau de l’en quête plus de 61% des fonctions d’audit interne. Néanmoins. il semble que le mouvement de création s’amplifie : 38% des fonctions d’audit interne sont mise en place depuis moins de 5 ans. La valeur ajoutée de l’audit interne trouve alors son origine dans son contact direct et permanent avec les dirigeants de l’entreprise. l’auditeur interne ne doit pas être perçu comme un contrôleur mais comme un partenaire ayant un rôle défini et une action indépendante qui lui permet de maîtriser les risques qui peuvent menacer le développement et la croissance de l’entreprise. Mai 2007. Ainsi grâce à ses connaissances des risques et les compétences de collaborateurs. Dans un environnement60 en perpétuelle turbulence où la gestion des risques constitue un défi majeur du management et occupe une place plus importante dans les préoccupations des directions générales. l’auditeur interne est un acteur privilégié du processus de management des risques. les activités de l’auditeur interne concernent le contrôle et le suivi des différentes opérations effectuées dans l’entreprise. la reconnaissance de l’audit interne en tant que fonction clef pour l’efficacité du dispositif de contrôle interne. se référant principalement à l’article 40 de la loi n°88-01 du 12 janvier 1988 (aujourd’hui abrogée) relative à la nécessité 60 http://www. En effet. Partant de ce constat.1 Concernant la fonction d’audit interne : Une grande majorité. enquête menée par le cabinet d’audit Deloitte Algérie et l’Association des Auditeurs et Consultants internes Algériens. 61 74 . ainsi que la prévention contre les risques organisationnels.com.2 Les résultats de l’enquête61 : 5.leconomiste. Parmi elles 16% des fonctions d’audit interne ont été créées en même temps que l’entreprise.2.gestion globale des risques par les opérationnels. Celle mentionnée ci-dessus. Il s’agit d’entreprises fondées à partir des années 80. est relativement ancienne. la contribution à l’élaboration des processus de travail et le dessin des lignes de la bonne manœuvre. « les résultats détaillés de notre enquête » page 7.

2. Il est. autoriser l’accès aux documents. apr ailleurs. Alors que la pratique. » tel que développé précédemment.1.pour les EPE « Entreprise Public Economique » d’organiser et de renforcer les structures internes d’audit.1. validé par leur hiérarchie. les comités d’audit restent rares en Algérie. il est à noter que celle-ci s’effectue avec la hiérarchie dans 65% des cas. dans bon nombre de cas. En ce qui concerne un point fondamental de l’audit interne qui est la communication. les pouvoirs et les responsabilités de l’audit interne doivent être formellement définis dans une charte. tout en offrant une flexibilité suffisante pour répondre à d’éventuels changements. Cependant. 5. au plus haut niveau de l’organisation principalement la direction générale et accessoirement à d’autres instances comme le président du conseil. la charte d’audit doit permettre de définir la position du service.2 La charte d’audit interne : Conformément à la norme 1000 des normes professionnelles d’audit interne qui stipule que « la mission. ce qui fait que les rapports de l’audit interne sont systématiquement présentés à la hiérarchie. démontre en Algérie que seulement un quart des fonctions d’audit interne est doté d’une charte d’audit ou d’un document similaire. et donc permettre de définir son degré d’indépendance dans l’organisation. 5. Ces budgets doivent prévoir des ressources suffisantes pour que l’audit interne puisse respecter le plan d’audit établi. sur la base de réunions informelles. mais aussi définir l’étendue de la mission.3 Budget d’audit : Le directeur de l’audit interne dispose de suffisamment d’informations pour pouvoir établir des budgets de la période en cours et à venir.2. ne représente que 16% des raisons invoquées.1. souvent constaté que le budget ne 75 . Alors que dans la pratique. afin de conférer à la fonction la jouissance de toute son indépendance. établissant formellement leur statut au sein de l’entreprise.2. Cependant en cas d’absence de comité d’audit c’est la direction générale qui se charge de nommer le responsable de la fonction de l’audit interne.1 Positionnement de la fonction : Contrairement à la tendance internationale. 5. les fonctions d’audit interne se trouvent rattachées. moins de 3% des entreprises disposent de ce composant fondamental d’une bonne gouvernance d’entreprise et qui crée une objectivité et une assurance envers la fonction. Le nombre de réunions formelles remonte au nombre de deux par an lorsque la fréquence de ces dernières est précisée. la majorité des sociétés ayant répondu au questionnaire indiquent ne pas avoir de budget ou a choisi de ne pas le communiquer.

Il semble qu’il n’y ait. En ce qui concerne les plans de formations.2. que 8% des fonctions d’audit interne qui disposent de collaborateurs en préparation de l’examen du CIA.2 Formation et compétences des équipent : 5.1 pour les 670 organisations qu’elle recense à cette même période.1 La formation : Les auditeurs internes doivent faire preuve de professionnalisme et être soucieux de maintenir leur niveau de compétences à hauteur des préoccupations de leurs organisations pour continuer de leur apporter la valeur ajoutée attendue d’eux. Personne n’a obtenu cette certification au sein des entreprises répondantes. tout de même. Les trois quarts seulement des fonctions d’audit interne disposent ainsi de collaborateurs universitaires. il a été constaté que près d’une fonction d’audit sur deux analyse ses besoins d’effectifs par rapport à son plan d’audit.1. « le nombre d’auditeurs pour 1000 employés ». Ainsi plus d’un tiers des fonctions d’audit interne est constitué d’un seul auditeur alors que seulement quatre d’entre elles en comptent plus de 10. et d’autre part de jeunes diplômés à haut potentiel :  73% disposent de collaborateurs de plus de 10 ans d’expérience  43% disposent de collaborateurs de moins de 5 ans d’expérience La certification professionnelle « Certified Internal Auditeur » (CIA) ne représente pas encore une préoccupation majeure. cependant une fonction sur deux a recourt également aux 76 .2. seul un quart des fonctions d’audit interne en dispose validé par son responsable.2.4 L’équipe d’audit interne : Selon l’étude. L’autoformation constitue le mode d’acquisition de connaissances le plus répondu. Les fonctions d’audit interne tendent à composer des équipes intégrant d’une part des collaborateurs dotés d’une bonne expérience et d’une ancienneté élevée.2. 5. Cependant le budget consacré à la fonction est en légère augmentation en comparaison avec les années précédant cette étude. La quasi-totalité de ces fonctions a embauché des candidats ayant effectué un minimum de 4 à 5 ans années d’études après le baccalauréat. 5. est ici plus tôt élevé : 3.8 en moyenne alors que la base de données de GAIN (Global Auditing Information Network) de l’IIA indique une moyenne de 1. l’autre moitié déclare ne pas en avoir entendu parler. L’un des ratios clés retenus par la profession. Si la moitié des responsables ayant répondu au questionnaire trouve cette formation pertinente.dépasse jamais les 10 millions de dinars et se limite parfois même aux salaires des auditeurs internes.

dans un bon nombre de cas. 77 . Celle-ci approuve ce plan avant sa mise en œuvre dans prés de 97% des cas. Les recommandations des commissaires aux comptes (CAC) apparaissent souvent primordiales pour bâtir le plan d’audit. 72% d’entre eux disposent d’une expérience financière. ne semble pas être impliqué dans l’élaboration ni dans l’approbation du plan d’audit. 5. lorsqu’il existe. Parfois et pour 18% de l’échantillon. Environ deux tiers d’entre eux précisent que le choix de missions s’établit en concertation avec la direction générale. Le recrutement s’effectue. Ceci est dû principalement au fait du manque de compétences techniques en interne. le recrutement s’effectue au sein de l’entreprise. Le management n’est également que très rarement impliqué dans ce processus.2. Il est important de porter attention sur le fait que le nombre de missions annuelles s’accroît en 2004 pour s’élever à 21.2. un quart des fonctions d’audit interne sollicite occasionnellement l’intervention de prestataires externes dans le but de la réalisation de son plan d’audit.formations externes.2.2. 5. des séminaires renforcent le processus de formation des auditeurs internes.3 Organisation des missions : 5. contre 16 en 2003. Pour l’analyse des risques.2. son élaboration relève.2.3. elle ne se trouve citée que dans la moitié des cas.1 Le plan d’audit : En ce qui concerne le plan d’audit annuel ou pluriannuel. Le conseil d’administration donne parfois son approbation au plan d’audit. dans la majorité des entreprises. Le comité d’audit. 5. du responsable de la fonction d’audit interne.2 L’expérience : La majorité des auditeurs rejoignent la fonction d’audit interne après une expérience chez leur employeur actuel ou ailleurs. mais cette analyse ne semble pas ressortir d’un véritable processus de gestion globale de gestion des risques (Risk management) fondé sur une cartographie opérationnelle reflétant l’ensemble des risques de l’entreprise et leur importance relative.3 Prestataires externes : Selon l’enquête menée.

Il arrive cependant que l’accord de la direction générale soit requis. être utilisées à titre complémentaire et non systématique. dans tous les cas.2 Suivi des anomalies révélées par des tiers ou des salariés : Sous l’effet de la loi Sarbanes Oxley. cependant les entreprises Algériennes semblent relativement prudente en ce domaine. l’existence d’un comité d’audit ne semble pas impliquer que les résultats lui soient présentés. les entreprises de nombreux pays se dotent d’avantage que par le passé d’un dispositif de suivi des anomalies révélées.2.3.5 Les documents livrables : D’après l’étude. soit au cours de l’intervention suivante dans la même entité. En contradiction avec les meilleures pratiques. alors que la direction générale les approuve dans prés de trois quarts des cas. Dans très peu de cas le chef de mission se charge lui seul de la validation du programme de travail. 78 .2.3.5.6 Présentation des résultats d’audit et validation des recommandations : La direction générale bénéficie et ceci. 5. 5. les audités et leur hiérarchie ne valident pas systématiquement les recommandations (dans 64 % des cas). 89% des fonctions d’audit interne assurent suivre la mise en œuvre des recommandations.3 Approche et suivi des missions : Pour l’exécution de leur mission les auditeurs internes se servent principalement des programmes de travail définis par le responsable de l’audit interne et de questionnaires. Selon l’enquête. alors que ce n’est pas systématiquement le cas pour la direction de l’entité auditée (41% des cas). 5. surtout. soit sous forme d’une mission spécifique. et de 13 % des entreprises pour les anomalies révélées par des salariés.2.2. les synthèses et fiches récapitulatives semble. processus appelé « Whistleblowing ». les logiciels d’aide à ne sont pas utilisés pour l’instant en Algérie.4 Validation du programme de travail : La validation du programme de travail utilisé pendant l’audit dépend le plus souvent et ceci dans 56 % des cas. le rapport détaillé représente généralement le point d’orgue des missions d’audit.3.2. 5.3. directement du responsable de la fonction d’audit interne. Ainsi l’enquête reprend un taux de 16% des entreprises pour les anomalies révélées par des tiers.3. d’une présentation des résultats d’audit. A ce jour.

sont les cycles classiques tels que : cycle achatfournisseur ou encore clients-ventes. qui devrait progresser dans les années à venir alors que les entreprises angériennes. il apparait également intéressant de noter le positionnement de l’évaluation du contrôle interne pour certains cycles opérationnels.5. 5.2. Les premières visant à donner au management un niveau d’assurance (ou de confort) quant au dispositif de contrôle interne. de refus de mission par la direction générale ou le comité d’audit. investiront dans ces domaines stratégiques. Les cycles les plus souvent audités. depuis leur création. alors les secondes. devancée par celle de l’audit des projets (17%).1 Durée et types d’interventions : La plupart des missions d’audit interne durent entre une semaine et un mois alors qu’un tiers dure plus d’un mois. pour que vienne en 3éme position et à hauteur de 69% l’audit des immobilisations.7 Refus d’acceptation d’une mission : La grande majorité des fonctions d’audit interne indique n’avoir jamais essuyé.4 Typologie des missions : 5.2. Habituellement les missions d’audit se distinguent en deux catégories : assurance et conseil. en dernière position et à hauteur de 7% l’audit des fonctions informatiques et ERP. généralement plus valorisante auprès du management de l’entreprise que les missions plus traditionnelles mais indispensables telles que les missions d’audit de conformité aux lois et réglementations. impliquent une dimension accrue de valeur ajoutée et de conseil au management relèvent d’une évolution récente de la profession et demandent souvent plus d’expérience. à l’opposé 5% affirment avoir refusé une mission pour absence d’indépendance.3. citée par 73% des répondants. d’audit comptable et financier. constituent le « cœur » du métier d’audit interne et l’essentiel de son activité. auxquels les entreprises algériennes font de plus en plus recours ces dernières années.4. 79 . etc. et c’est le seul de motif de refus identifié.… Il existe ce pendant une très faible représentation des audits des systèmes d’information (7% des répondants). En ce qui concerne les missions à dominante « assurance ».2. confrontées à la concurrence internationale.

en l’occurrence 14% des fonctions d’audit interne déclarent que leurs travaux font l’objet d’une revue par des responsables hiérarchiquement indépendants. bon nombre de responsables ou encore la majorité d’entre eux. des fonctions d’audit interne étudiées : la professionnalisation.4.3 Evolution de la fonction et les enjeux de l’avenir : 5. néanmoins trois entreprises de l’échantillon analysé en auraient déjà bénéficié.5. proclament et considèrent absolument nécessaire la sensibilisation au contrôle interne du management opérationnel audité. la formation et le recrutement des auditeurs représentent des axes d’attentions fortement significatifs pour la moitié des fonctions d’audit interne. dans un contexte international ou la mesure de la satisfaction des audités est primordiale. En ce qui concerne le contrôle interne. La pratique en Algérie annonce que seule. Cette mesure s’effectue principalement sur la base de conversations informelles. b) Revue indépendante : Dans très peu de cas. cette notion ne semble pas avoir été intégrée à ce jour en Algérie.1 L’évolution de l’audit interne : Les chiffres collectés montrent l’effort de développement au cours de ces dernières années. que les fonctions d’audit interne jouent un rôle majeur et précurseur au service de l’entreprise afin de lui permettre de pouvoir gagner en efficacité et en maitrise des risques.2 Revue des travaux des auditeurs internes et évaluation de la fonction d’audit interne : a) Satisfaction des audités : Cette approche reste rarement formelle.2. Alors que l’organisme international de tutelle de la profession requiert maintenant une telle évaluation à minima tous les cinq ans. Il est certain qu’en œuvrant en ce sens. la fonction d’audit interne mesure le taux de satisfaction des audités. dans 68% des cas. Il est à noter que les évaluations indépendantes de la performance de la fonction d’audit interne ne sont pas très communes au sein de la population de cette étude. 80 . 5. et plus rarement par des questionnaires spécifiques.3.

81 .1 En termes de compétences : Pour en revenir à la formation. étant donnée l’importance grandissante qui est donnée par les responsables d’audit interne. relevant principalement d’une volonté de déploiement plus efficace de la fonction d’audit interne.3. La professionnalisation de la fonction d’audit interne en Algérie bénéficiera notamment des leviers suivants :   62 La mise en œuvre des outils informatiques d’audit et d’un manuel d’audit. Pour les années avenir.2. Les équipes constituées semblent avoir trouvé un effectif satisfaisant . celleci continue et continuera forte heureusement à être cruciale. enquête menée par le cabinet d’audit Deloitte Algérie ainsi qu’avec la collaboration de l’Association des Auditeurs et Contrôleurs Internes Algériens. seul 14% maintiennent le recrutement comme enjeu principal alors qu’une proportion équivalente s’attend à une restructuration ou une réorganisation de leur fonction. Mai 2007. de même que la promotion du contrôle interne auprès des opérationnels. et l’attention particulière de ces derniers à la formation. « L’audit interne en Algérie : vers une professionnalisation avancée ». continuent à représenter une clé de l’avenir.2 Les enjeux de l’audit interne : 5. il est certain que les compétences des auditeurs internes seront toujours remises au goût du jour. Le suivi de la mise en œuvre des recommandations par opérationnelles.3. il s’avère que cette dernière en plus de la professionnalisation.Figure 162 5. souvent dans la perspective d’une privatisation de la société.

2.2 En termes de gestion des risques : Pour ce qui s’agit de la gestion des risques. 82 . pour la conformité des dispositions juridiques et l’adaptation aux nouvelles normes et lois (IAS-IFRS. le rôle de la direction de l’audit interne dans le processus a toutes les chances d’être reconnu. la volonté des responsables des fonctions d’audit interne de l’alignement sur les pratiques d’audit interne à l’international.2. La normalisation de la fonction d’audit interne vers l’alignement avec les normes internationales. On peut anticiper une accélération du phénomène au-delà de ce chiffre au vu de sa valeur ajoutée pour le management les investisseurs. Sarbanes Oxley) éveillent l’attention de plus d’un quart des responsables d’audit ayant participé à l’étude. il est surprenant de savoir que seul 20% des entreprises ayant répondu au questionnaire. entendent s’engager dans une véritable mise en œuvre d’une gestion globale des risques « risk management ».3 En termes d’indépendance : 20% des entreprises sondées. ou au minima développer une cartographie des risques. Ce qui démontre de manière très claire. où la fonction d’audit interne et le contrôle interne connaissent un développement plus évolué sur le quel l’Algérie devrait prendre exemple. déclarent un engagement des fonctions d’audit interne dans un futur très proche à :  Gagner en indépendance par un rattachement hiérarchique et fonctionnel adéquat ainsi que par l’établissement d’une charte d’audit comme  Développer de nouveaux types d’audit comme par exemple :     L’audit d’efficacité L’audit managérial L’audit social L’audit des systèmes d’information 5. 5.3. Ce chiffre illustre parfaitement bien une première ouverture par rapport à cette pratique réputée être une « bonne pratique » au plan international. 5.4 En termes de conformité : Enfin. Si tel est le cas.2.3.3. et la nécessité croissante de répondre aux exigences réglementaires des pays .

Figure 263 63 « L’audit interne en Algérie : vers une professionnalisation avancée ». enquête menée par le cabinet d’audit Deloitte Algérie ainsi qu’avec la collaboration de l’Association des Auditeurs et Contrôleurs Internes Algériens. 83 . Mai 2007.

dz Décret présidentiel n° 02-195 du 19 Rabie El Aouel 1423 correspondant au 1er juin 2002 portant statuts de la Société algérienne de l’électricité et du gaz dénommée " SONELGAZ. 64 65 Site Sonelgaz.1 Les missions : Sonelgaz est l’entreprise algérienne historiquement en charge de la production. Cette loi a ouvert le secteur de l’énergie à la concurrence. elle a subi plusieurs réorganisations avant d’être dotée de nouveaux statuts65. 66 Loi n° 02-01 du 22 Dhou El Kaada 1422 correspondant au 5 février 2002 relative à l’électricité et à la distribution du gaz par canalisations. ainsi que du transport du gaz par canalisation et sa fourniture aux consommateurs. 1. Sonelgaz a adapté son organisation aux principes de la nouvelle loi et au nouveau contexte en se restructurant. ainsi. 1. Elle s’est alors adaptée aux nouvelles règles de fonctionnement du secteur introduites par la loi en termes d’ouverture des activités. Spa ". d’introduction de la concurrence et la possibilité du recours à l’actionnariat privé. Partie pratique « Groupe SONELGAZ » : Ce cas a été réalisé avec la collaboration de Madame ABIB. et de la distribution de l’énergie électrique. ainsi que monsieur IKHELEF Attaché se communication et chargé du sponsoring sportif au niveau de la direction de la communication et de l’image du groupe SONELGAZ.IV. Partant de ces transformations. www. conférant. De ce fait L’Etat s’est retiré des activités confiées à Sonelgaz pour s’occuper de ses missions d’intérêt général et de développement. 84 . Responsable du service Audit de Gestion au sein de SONELGAZ. notamment ceux ayant trait à la commercialisation de l’électricité et du gaz à l’étranger. Présentation de SONELGAZ. qui à bien voulu nous remettre un certain nombre de documents nécessaires à l’élaboration de ce cas. soumises au régime de la concession.2 L’adaptation au nouveau contexte : Le monopole de fait exercé par Sonelgaz a été supprimé en 2002 par une nouvelle loi relative à l’électricité et à la distribution du gaz par canalisations66. qui lui donnent la possibilité d’intervenir dans d’autres domaines d’activités ayant un intérêt pour elle.sonelgaz.64 1. adoptés en 2002. sauf pour les activités de transport qui ont un caractère de monopole naturel et celles de distribution. Anciennement dénommée Electricité et Gaz d’Algérie (EGA). à l’entreprises une plus grande autonomie dans la conduite de ses affaires dans un cadre légal et transparent où l’Etat n’intervient qu’à travers son rôle d’actionnaire majoritaire.

Durant les années 2004 à 2006, Sonelgaz est devenue une holding ou groupe d’entreprises, et s’est restructurée en trois filiales chargées, pour chacune d’entre elles, d’une activité de base, en l’occurrence :    SONELGAZ Production Electricité (SPE), Gestionnaire Réseau Transport Electricité (GRTE) Gestionnaire Réseau Transport Gaz (GRTG)

En 2006 la fonction distribution, quant à elle, est structurée en quatre filiales à configuration régionales :     La filiale d’Alger, La filiale Région Centre, La filiale Région Est, La filiale Région Ouest.

1.3 L’organisation : Le groupe Sonelgaz est constitué de la société mère (Administrateurs Délégués, Directions générales et Directions Exécutives) et de filiales. La présidence de SONELGAZ est dotée d’organes pour le management et le pilotage constitués :
  

Du Comité Exécutif, Du Comité de Coordination Groupe, Des Comités de Groupe (de décision et ou de concertation) spécialisés (au nombre de huit).

Les Directions Générale et Directions Exécutives de la maison mère couvrent les fonctions dites groupe :
      

Développement et stratégie, Systèmes d’information, Engineering, Ressources humaines, Finances et comptabilité, Audit technique, Audit de Gestion,
85

  

Communication Corporate, Juridique, Relations Internationales.

Les filiales sont réparties par pôle de métiers :

Filiales métiers (, production, transport de l’électricité, Transport du gaz, distribution de l’électricité et du gaz)

 

Filiales métiers périphériques (logistique, soutien) Filiales travaux

Le groupe dispose de participations dans sept sociétés. Gouvernement d’entreprise est constitué par :      Le Comité Exécutif Le Conseil d’Administration L’Assemblée Générale Le Comité de coordination Groupe Le Comité Audit

Le comité d’audit constitue une instance indépendante dont la mission essentielle est de se prononcer sur la qualité de la gestion de Sonelgaz, en toute objectivité et en dehors de toute interférence du PDG du groupe. Son existence est un gage de la volonté Sonelgaz de fonctionner en toute transparence et de garantir la clarté de ses processus décisionnels et de gestion. L’objectif recherché à travers la mise en place de cette instance est de fournir, au conseil d’administration, des comptes de gestion élaborés dans le cadre de processus marqué par le contrôle et de bonne gouvernance. Le comité d’audit comporte quatre membres nommés par le conseil d’administration. Il s’assure de la pertinence et de la permanence des méthodes comptables adoptées pour l’établissement des comptes consolidés ou sociaux. Il vérifie, également, que sont définies des procédures internes de collecte et de contrôle des informations financières garantissant la fiabilité de celles-ci. Par ailleurs, ce comité examine le plan d’audit interne du Groupe ainsi que le fonctionnement des Directions Audit, au nombre de deux, l’une chargée de l’audit de gestion et l’autre chargée de l’audit technique.

86

2. L’Audit interne au centre des préoccupations de SONELGAZ 67: 2.1 La fonction d’audit interne du Groupe SONELGAZ 68: La création d’une fonction d’audit interne s’inscrivait pour SONELGAZ, dans une démarche de bonne gouvernance et de renforcement du contrôle interne. L’ambition était d’être en phase avec les standards internationaux en répondant aux meilleures pratiques de sociétés étrangères comparables, ainsi qu’aux normes professionnelles internationales d’audit interne. Le but du groupe étant de se charger de l’organisation de la fonction à travers la mise en place de deux directions, Direction de l’Audit de Gestion, Direction de l’Audit Technique, tout en répondant à des modes de fonctionnement basés sur l’efficacité et la valeur ajoutée. La création de cette fonction, a été accompagnée par la mise en place d’un comité d’audit composé de quatre membres indépendant de l’exécutif, ainsi l’indépendance de l’audit interne se caractérise par son rattachement hiérarchique au Président Directeur General du Groupe, et fonctionnel au Comité d’Audit. Cette indépendance est confortée par la mise en place d’outils correspondant aux aspects de gouvernance :     Charte d’audit Charte du comité d’audit Code déontologie de l’auditeur interne Modèle de compétences et de description de la fonction

Mais aussi mise en place d’outils correspondant au métier de l’auditeur interne :   Un manuel de qualité de l’auditeur Un recueil des procédures internes de la Direction de l’Audit

Ainsi le groupe s’engage dans un plan de formation de la première promotion d’auditeurs qui est au nombre de 14, ainsi que la mise en œuvre d’un plan de développement de la capacité d’audit de gestion :   Par le recrutement de 34 cadres La formation en audit interne pour ces nouvelles recrues et la formation de 12 chefs de mission Parmi les attentes du groupe par la mise en place de cette cellule d’audit interne, figure le passage de l’audit de conformité vers l’audit de performance et d’efficacité. Plus de la moitié

67

1ére conférence sur « l’Audit interne de SONELGAZ » Direction Exécutive Audit de Gestion « L’audit interne au service de la performance, salle des conférence Djediani Mohamed, Centre de formation de Ben Aknoun, le 20 janvier 2009, Alger. 68 1ére conférence sur « l’Audit interne de SONELGAZ » Direction Exécutive Audit de Gestion « L’audit interne au service de la performance, salle des conférence Djediani Mohamed, Centre de formation de Ben Aknoun, le 20 janvier 2009, Alger.

87

Les différentes parties prenantes sont les suivantes :  Clients : qui ont atteint le nombre d’un peu plus de 9 millions en 2009. et dont les principaux éléments qui l’ont amenées à sa créations sont les suivantes : 2.2. La cellule d’audit interne est accompagnée par la mise en œuvre d’un système d’évaluation systématique des auditeurs à l’issue de chaque mission d’audit. avec l’élaboration d’un plan de recrutement et un plan de formation d’une trentaine d’auditeurs dans le cadre de la mise en place de l’organisation de l’audit technique.1 Une obligation vis-à-vis des parties prenantes : Le groupe SONELGAZ se doit de répondre à un certain nombre d’obligations envers ses parties prenantes tout en étant soucieuse de la garantie d’une gestion optimale. L’activité suivi des recommandations est confortée par la mise en place d’outils et méthodes de suivi et l’organisation de missions de suivi.2 Les éléments qui ont conduit le groupe à la création de la fonction : La fonction d’audit interne a été l’une des premières fonctions crées dans un groupe de cette envergure. cette obligation a générée un certain nombre de besoins :     La mise en place d’infrastructures destinées à servir le plus grand nombre de clients Une réponse à mission première qui est une mission d’ordre public  Partenaires économiques et épargnants : Opérateurs nationaux et internationaux Appel public à l’épargne  Autorité de régulation : commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) 2. premier dans une lignée de beaucoup d’autres entreprises nationales.des recommandations de l’audit sont en effet adressées aux responsables de terrain pour les aider à progresser dans l’atteinte de leurs objectifs. notamment le groupe SONATRACH. étant donné un 88 .2 Dispositif d’accompagnement de la décentralisation : La seconde raison qui a amené le groupe SONELGAZ à la création d’une fonction d’audit interne se rapporte aux besoins du groupe en termes de décentralisation. qui comprend aussi bien l’évaluation des auditeurs que celle des chefs de mission.2. aujourd’hui SONELGAZ prône sur l’utilité et l’importance et le soutien que cette fonction peut apporter à la gouvernance d’entreprise. Le groupe met également l’accent sur la tenue systématique de réunions techniques à l’issue de chaque vague de mission d’audit afin de partager les expériences vécues. 2. ainsi que la mise à jour des procédures de la fonction d’audit interne.

champ d’activité très large et diversifiée. Ceci en vue d’en améliorer la réactivité et le professionnalisme et d’optimiser l’efficacité du groupe. création de la direction d’audit de gestion et la direction d’audit technique. Diagnostic détaillé. Faire remonter les problèmes d’organisation. 89 .  Conseil aux responsables terrain :    Œil extérieur sur l’organisation.2. 3. 2.3 Audit interne une nécessité : La fonction d’audit interne a été crée car elle représente un outil fondamentale à différents niveau du groupe :  Outil d’assurance pour la direction générale :   Identifier les risques pris par les filiales. Code déontologie de l’auditeur interne.1 Création des Audits de Gestion et Audit technique : Le groupe s’est préoccupé de la création de deux types d’audits. La direction de l’audit de gestion est chargée de l’intervention sur tous les thèmes avec la participation d’une équipe constituée de 46 auditeurs formés à ce titre. ainsi que celles de construction. Recommandation opérationnelles.  Alerte aux réseaux des directions régionales :   Alerte sur les risques Diffusion des bonnes pratiques 3. Le fonctionnement des deux directions est régi par une charte d’audit interne. La direction de l’audit technique est chargée du respect des normes de sécurité. Charte du comité d’audit. et ceci à l’aide d’une équipe de 35 auditeurs toujours en cours de formation.2 Mise en place d’un référentiel : La mise en place de ce référentiel a été réalisée d’abord afin de répondre à des aspects de gouvernance en termes de :    Charte d’audit interne. La création de la fonction d’audit interne du groupe SONELGAZ : 3.

le contrôle interne et la situation financière. placé sous l’autorité du comité d’audit. La charte définit également les membres en termes de nomination. et ceci en élaborant :   Un manuel qualité de l’auditeur Un recueil des procédures internes de la direction audit 3. lui apporte ses conseils pour les améliorer et contribue à crée de la valeur ajoutée ». ainsi que le rôle et les responsabilités de la direction de l’audit interne.3 Positionnement de la fonction d’audit interne : La fonction d’audit interne est rattachée directement au Président du Groupe. 3. Elle arrête les conditions d’exercice de l’activité d’audit interne et les règles de déontologie des auditeurs. Elle définit également le fonctionnement et les pouvoirs concernant le droit à l’information. Examiner tous les rapports. qui définit l’audit interne « Comme étant une activité indépendante et objective qui donne à Sonelgaz une assurance raisonnable sur le degré de maitrise de ses opérations. le droit à la communication et favorise la transparence. La charte définit également l’audit interne. délimite ses missions et fixe ses objectifs. qui ont pour missions : D’assurer l’indépendance de l’audit     Approuver le plan d’audit. Mais aussi pour des fins de mise en place d’un référentiel pour le métier de l’auditeur. Ecouter les principaux managers de la maison mère et des filiales. émanant du conseil d’administration et regroupant deux administrateurs non exécutifs et deux membres indépendants . 3. 90 . d’indépendance et de compétences. Modèle de compétence et description de fonction. ce dernier étant un organe totalement indépendant de la direction du groupe .5 La charte du comité d’audit : La charte du comité d’audit définit les missions du comité d’audit qui ont pour objectifs : les principes comptables.4 Charte d’audit interne : La charte à été adoptée par le conseil d’administration du Groupe. Examiner les suites données aux recommandations.

1 Missions d’audit toute activité confondue : Le nombre de missions d’audit effectuées au sein du groupe toutes activités confondues sont représentées au niveau de tableau69 suivant : Processus Distribution Production Transport E Transport G Travaux Périphériques Totaux Marchés Clientèle comptabilité Stocks personnel Prog. Centre de formation de Ben Aknoun. cadres sans formation ni expérience dans la fonction d’audit interne. En 2007 le besoin en ressources se faisant ressentir. un plan de recrutement à été élaboré en favorisant le recrutement de 34 jeunes cadres externes à l’organisation . 91 . Premier bilan : Les rapports de la direction de l’audit de gestion ont été présentés sur le thème portant sur le bilan des missions concernant les sociétés de distribution.6 Plan de développement de la capacité de gestion : En 2005 le plan de recrutement s’est effectué en premier plan en interne et ceci en formant 15 cadres inspecteurs. le 20 janvier 2009. salle des conférance Djediani Mohamed. Alger.3. 4.Etat Autres Totaux 8 1 1 2 4 1 1 3 2 16 35 1 1 3 2 14 28 7 3 1 1 2 1 8 9 9 3 9 4 1 3 1 1 1 9 4 60 05 08 06 12 08 100 69 1ére conférence sur « l’Audit interne de SONELGAZ » Direction Exécutive Audit de Gestion « L’audit interne au service de la performance. Ainsi la direction a pensée à la mise en place d’un cursus tri phrasé déployé de la manière suivante :  2007 : 1-Mise en situation professionnelle  2008 : 2-Formations à l’IFEG-CBA 3-Accompagnement sur le terrain par des spécialistes externes -Comprendre l’audit de performance -Adopter les outils -Rédiger les observations à forte valeur ajoutée Ce plan de développement a permis en fin 2008 la mise à disposition de 46 auditeurs opérationnels au sein du groupe. 4.

Centre de formation de Ben Aknoun. 92 . Centre de formation de Ben Aknoun. salle des conférance Djediani Mohamed. ce qui a permis l’émission de 300 recommandations. salle des conférance Djediani Mohamed.4. il y été mené 27 missions en 12 mois au niveau de toutes les Directions Régionales. 71 1ére conférence sur « l’Audit interne de SONELGAZ » Direction Exécutive Audit de Gestion « L’audit interne au service de la performance. le 20 janvier 2009. dont les trois finalités avaient pour objet :  D’informer la Direction Générale  Conseiller les responsables opérationnels  Alerter le réseau de DR ainsi que diffuser les bonnes pratiques 4.2 Audit de la distribution : Concernant la distribution. Alger. le 20 janvier 2009.3 Répartition des recommandations et leurs impacts : La répartition des recommandations ont étés représentées au niveau du graphique70 suivant : Les impacts des recommandations on étés représentés suivant le graphique71 si dessous : 70 1ére conférence sur « l’Audit interne de SONELGAZ » Direction Exécutive Audit de Gestion « L’audit interne au service de la performance. Alger.

4. L’évaluation s’effectue à l’aide de fiches d’observation des auditeurs sur le terrain mais aussi grâce à des grilles d’évaluation des auditeurs et des chefs de missions. Perspectives : Les perspectives d’évolution de la fonction de la fonction au sein du groupe de SONELGAZ perçus par les responsables de ce service se traduisent au niveau des points suivants :  Elargissement des thèmes d’audit  Synthèse régulières avec les directions sur les opportunités d’amélioration  Mise en place d’une formation continue en interne  Mise en place d’outils de gestion informatisés   Documentation Suivi des plans d’actions  Mise en place d’une cartographie des risques  Mise en place d’assurance qualité  Evaluation externe de la direction tous les 5 ans 93 . 5.4 Processus de suivi des recommandations : Afin de suivre la réelle mise en application des recommandations. la fonction d’audit interne se charge de la définition des modalités de suivi a travers la mise en place d’outil de suivi qui sont sous forme de :    Base de données. ceci afin d’engager un certain nombre d’entre eux dans un programme de formation de remise en à niveau afin de répondre aux exigences requises par l’exercice de cette fonction. Format de rapport de suivi.5 Evaluation post mission des auditeurs : Après la réalisation des missions. Format de dossier de suivi. Ainsi depuis sa création. Ce processus permet la mise en place d’actions de formations des ressources humaines mais aussi favorise l’évolution des carrières de manière très significative des auditeurs ainsi que celles des chefs de missions. les auditeurs se voient évalués sur leurs compétences professionnelles ainsi que sur leurs points fort et points à développer. la fonction d’audit interne de SONELGAZ s’est vu chargée de la planification et de la réalisation des missions de suivi. après la réalisation des missions d’audit dirigées en 2007 et 2008 sur les sociétés de distribution et les autres sociétés. Ceci s’effectue après la finalisation de chaque mission mais aussi dans la cadre d’un programme d’évaluation annuelle.4.

insister sur la mise en place d’un système de contrôle interne performant et ceci en passant par une formalisation des procédures de contrôle interne. Responsable du service Audit de Gestion au sein de SONELGAZ. Ce qui pourrait expliquer les réticences que peuvent avoir certaines ressources face à ce type de fonctionnement. Cependant la création d’un service de contrôle interne n’a pu voir le jour. il existerait un réel environnement de contrôle interne au sein du groupe. et un déploiement assez large des missions d’audit sur toutes les activités du groupe. tout en répondant aux standards internationaux. Alors que la définition de l’IIA développée au niveau du chapitre 2 définit l’audit interne « Comme étant une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations … ». A titre d’exemple. Même si la culture de contrôle interne reste relativement controversée.6. tant bien que mal. Ceci illustre de manière significative la persistance des confusions entre le contrôle et l’audit interne. la direction a dû. 94 . malgré les efforts engagés en ce sens. Ainsi selon Madame ABIB. élément qui a favorisé l’intéressement du gouvernement d’entreprise en ce qui concerne l’initiation des opérationnels à l’importance de la création d’un environnement de contrôle favorable. et ceci même s’il existe encore quelques disparités en ce qui concerne la correspondance à ces types de standards. le contrôle et l’audit interne restent difficilement dissociables du concept « contrôle-vérification ». ceci compte tenu des quantités impressionnantes de transactions effectuées au niveau de chaque filiale. Les enseignements tirés du cas du groupe SONELGAZ : Pour conclure il est important de porter l’attention sur les enjeux de la direction d’audit de gestion. ainsi la définition de l’IIA met en avant l’argument d’assurance absolue et non raisonnable. qui elle fait plus tôt référence au contrôle interne. qui selon la direction de cette même fonction au sein du groupe. Même si l’initiation des ressources au contrôle et à l’audit interne a été difficile. qui recouvrent une démarche de bonne gouvernance et de renforcement du contrôle interne. la définition de l’audit interne. et qu’elle le reste. est « une activité indépendante et objective qui donne à SONELGAZ une assurance raisonnable sur le degré de maitrise de ses opérations … ». le système mis en application par la direction est plus celui d’un service d’inspection au niveau de chaque filiale. ce qui pourrait favoriser le manque de discernement en ce qui concerne le contrôle interne et l’inspection au quel le groupe fait référence. qui ont tout deux des missions complètement différentes.

Sachant que l’audit interne est sensée travailler de manière assez étroite avec le service gestion des risques. élaboré par direction de l’audit interne d’EDF France : Cependant il ne faut pas perdre de vue les efforts du gouvernement d’entreprise en ce qui concerne l’important investissement que constitue la création d’une cellule d’audit interne en termes de ressources humaines mais aussi en termes de ressources financières. est une cellule d’audit interne centrée risque ce qui implique l’absence du service de gestion des risques.La cellule d’audit interne. 95 . Cet investissement est amplement justifié de par l’utilité et l’importance que représente la création de ce service en ce qui concerne l’atteinte des objectifs stratégiques . Le lien entre l’audit interne ainsi que le management des risques peut être représentée par le schéma suivant. une opacité plane sur le système d’évaluation des risques au sein du groupe. toujours selon Madame ABIB. dit de « risk management ». et représentant ainsi un vivier de cadres de haut niveau pour le groupe. ainsi en l’absence de cartographie des risques comment juger de la réelle contribution de l’audit interne concernant la pertinence des contrôles face à chaque types de risque.

Conclusion : L’audit interne en Algérie présente un certain nombre de carences qui grèvent le développement de la fonction. les diagnostics de la profession mettent en exergue la difficulté de recrutement et de formation d’un personnel adéquat et le manque de profils dans ce domaine. même celle des commissaires aux comptes. à l’exception de celle assurée par l’AAICA. les entreprises algériennes ne sont pas dotées de comités d’audit. On peut retenir en particulier les facteurs suivants : L’insuffisance de la formation professionnelle de base. En Algérie. Sur plusieurs aspects. les normes d’audit applicables en Algérie ne sont définies ni par voie réglementaire. L’audit s’exerce dans une certaine confusion et surtout sans définition de diligences minimales. L’absence de contrôle implique que les professionnels qui ne respecteraient pas les règles et normes en vigueur ont peu de chance d’être sanctionnés. un système de contrôle de l’application des normes et de la qualité des travaux des professionnels jouerait à la fois un rôle dissuasif et permettrait en outre à l’Ordre de mieux appréhender les difficultés concrètes auxquelles se heurtent les professionnels et d’y apporter des solutions. Il n’ ya pas de formation institutionnalisée en audit. L’activité des cabinets d’audit et. et que 96 . le cadre réglementaire et l’environnement dans lequel sont exercées les missions d’audit ne favorisent pas une bonne application des normes professionnelles en vigueur. - - - Le mode de gouvernance des entreprises. dont le rôle consiste notamment à s’assurer que les auditeurs jouent pleinement leur rôle au sein de l’entreprise. En matière de formation. C’est la raison pour laquelle les experts auditeurs notamment ceux de l’association et des cabinets présents en Algérie. ne fait pas l’objet d’un contrôle rigoureux de la part de l’Ordre ou de toute autre autorité. Ainsi. A de rares exceptions près. L’absence de contrôle de l’exercice professionnel. C’est ce qui fait dire au président de l’AACIA que « des auditeurs peu soucieux du respect des normes ont quelque peu porté préjudice à la profession » Selon lui. ni par la profession. appellent les pouvoirs publics et les entreprises concernées à promouvoir cette profession et faire en sorte que cette activité puisse trouver son ancrage dans les entreprises algériennes.

Il est également vital de porter l’attention sur l’importance croissante du rôle du contrôle interne au sein des organisations au jour d’aujourd’hui. auprès de laquelle l’auditeur externe peut présenter les conclusions de ses travaux. Tel qu’il a été mentionné bon nombre de fois dans les chapitres précédents. indépendante de la direction générale. Du fait notamment de l’absence d’un marché boursier et de l’indisponibilité des comptes annuels des sociétés. Mai 2007. qu’elle induit. enquête menée par le cabinet d’audit Deloitte Algérie ainsi qu’avec la collaboration de l’Association des Auditeurs et Contrôleurs Internes Algériens. semblent à être à l’origine de cette évolution. Les mutations qui ont marqué l’économie algérienne ces dernières années. La privatisation des entreprises publiques économiques (EPE)72 et le besoin en contrôle interne renforcé sur la performance des entreprises. l’ouverture de l’Algérie au commerce international et aux investissements étrangers et la confrontation directe qu’elle provoque avec de grandes entreprises internationales qui mettent la performance au premier rang de leurs objectifs. Ce mouvement semble devoir être rejoint par toutes les entreprises qui veulent garantir leur pérennité. de fonctions d’audit se rapprochant dans leur organisation et dans leur fonctionnement des meilleures pratiques internationales. Une mauvaise perception de l’audit qui n’est conçu dans le meilleur de cas que comme processus de contrôle de conformité. 97 . Cette situation générale est toutefois contrebalancée par l’émergence au sein de grandes sociétés telles que Sonelgaz ou encore Sonatrach. Une demande locale d’information comptable et financière encore très faible. le contrôle interne représente ainsi l’une des plus importantes matières de travail de l’audit interne. ce qui peut amener à conclure à un avenir fort prometteur de la fonction d’audit. C’est pour cela que la formation et la 72 - - « L’audit interne en Algérie : vers une professionnalisation avancée ». à condition que le management des sociétés algériennes prenne la mesure des exigences d’excellence induite par l’ouverture du marché international.les réserves formulées ou les recommandations émises sont mises en œuvre. les obligations de performances qu’elles ont entrainées et les risques qu’elles font peser sur les entreprises algériennes. la demande d’information comptable et financière est encore relativement faible au sein du secteur privé. Une demande plus forte des agents économiques inciterait probablement les entreprises à fournir une information de meilleure qualité. Le comité d’audit est l’instance. et les auditeurs à exercer un contrôle accru sur cette information. poussent dans ce sens.

relevant principalement d’une volonté de déploiement plus efficace de la fonction d’audit interne. 98 .professionnalisation. de même que la promotion du contrôle interne auprès des opérationnels continuent à représenter une clé de l’avenir.

ivim.qualiteonline.  Support de cour « d’Audit et Certification des comptes » de Madame MAILLET Catherine  http://www. Document publié par PriceWaterhouseCooper sur le site www.com/rubriques/rub_7/access-1329.pwc.htm  www.Bibliographie  RENARDS Jaques.free. IFACI formation.asp?docid=1679&mcat=4&mrub=80  http://www.tn/fr/doc. Editions DUNOD.com/rubriques/rub_7/access-1329.asp . MAITRISE DES RISQUES.pdf  http://www. 6éme édition aux EYROLLES 2008.pdf 99 .sonelgaz.fr  « GOUVERNANCE.com.pwc.com.leconomiste.theiia. de monsieur DUBUIS Hervé. « Théorie et pratique de l’audit interne ». publiée dans l’Expert-comptable Suisse du mois de mai 2001 et disponible sur le site Internet du Contrôle fédéral des finances par le lien suivant :http://www.efk.html  http://209.tn/fr/doc.asp?docid=1679&mcat=4&mrub=80  www.132/search?q=cache:Ezn5Kv-uI_cJ:ias2005. A study.thiia. IFACI Formation  Extraits de la publication des travaux du groupe de place « AMF » relatifs au cadre de référence du dispositif de contrôle interne. 2007  Support de cour « Audit interne et évaluation des risques ».org/Publications  www.  « Mémento d’audit interne » Méthode de conduite d’une mission d’audit Par SHICK Pierre. support de cour de « Audit et certification des comptes » de Mr Dubuis HERVE.com/CodeEthique.oodoc.leconomiste.fr  « La fraude au sein de l’administration fédérale ». paris.admin.org/Guidance  http://www. étude examinant le futur de l’audit interne.dz  « Internal Audit 2012 ». Au service de l’amélioration de la performance de votre organisation.  http://www.fr/Actes/Doc/hadjouri.ch/franzoesisch/pdf/5795_f_huissoud_steinmann. CONTROLE INTERNE ET CONFORMITE ».85. http://www.fr/fr/services/maitrise-des-risques-et-gouvernance/audit-interne. Paris.kpmg.php  http://www.com/65311-controle-interne-audit-pratiques-fonctions.qualiteonline.axd?attaName=397r00_1046. And the potential decline of a controls-centric approach.html or www.treuhaender.ch/getAttachment. examining the future of internal auditing.doc+l%27audit+interne+et+l%27economie+alg%C3%A9rienne&cd=9&hl=fr&ct=cln k&gl=dz  http://www.229.

Marseille Ecole de Management  Revue n°83 « Partenaires » Mensuel de la chambre française de commerce et d’industrie en Algérie. étude développée par le cabinet d’audit PriceWaterhouseCoopers.  « Mettre en œuvre le contrôle interne dans un contexte réglementaire mouvant. où en sont les entreprises ? » Eric Dugley.20 janvier 2009. proposition concrètes pour un contrôle des risques amélioré.Laboratoire Gestion et Cognition (LGC) (EA 2043) IUT A Paul Sabatier.  Quotidien El Watan du 17 janvier 2009  1ére conférence sur « l’Audit interne de SONELGAZ » Direction Exécutive Audit de Gestion.C.fr/2008/11/18/audit-interne/  « L’audit interne au service de la mutation de la gouvernance ». entretien avec Mr KHALTAL Nouredine.A. interview de Mr Mohamed Meziane.I. Article posté le 18 novembre 2008 sur http://sboudjemaa. Centre de formation de Ben Aknoun.  « Résultats de l’enquête sur la pratique de l’audit interne en France en 2005 ».unblog. 13 décembre 2007. président d’honneur de l’Association des auditeurs Consultants Internes Algériens.  « Qui profite de l’approche d’audit orientée risques ? ». réalisé par S. Institut Français des Auditeurs et contrôleurs internes  « La gestion des risques dans les entreprises françaises : état des lieux et émergence d’une approche cognitive et organisationnelle ». entretien réalisé par REMANE Anis. « Initier des campagnes de sensibilisation autour des concepts de contrôle et d’audit internes ».  « Mise en place d’un système de contrôle interne » Contrôle fédéral des finances. Bamako 2006. Tax.  « Création et développement d’une fonction d’audit interne » une démarche en 10 étapes. Caroline Aubry Maître de conférences Université Toulouse III . Consulting et Corporate Finance.  « L’audit interne en Algérie : vers une professionnalisation avancée ». Mai 2007. septième conférence internationale de l’union francophone de l’audit interne. Revue n°1199 L’Expert-comptable suisse.  « Audit interne et gouvernance d’entreprise : lectures théorique et enjeux pratiques »Eustache EBONDO WAANDZILA Euromed. publiée par l’IFACI. Berne Décembre 2003. Département Techniques de Commercialisation. Président de l'Association des Auditeurs Consultants Internes Algériens (A. Présentation Deloitte Audit. page 23.A). 100 . enquête menée par le cabinet d’audit Deloitte Algérie ainsi qu’avec la collaboration de l’Association des Auditeurs et Contrôleurs Internes Algériens. Boudjemâa. « La survie de l’entreprise se marchande tous les jours».

 Loi n° 88-01 du 12 janvier 1988 portant loi d'orientation sur les entreprises publiques économiques. Alger. salle des conférence Djediani Mohamed. Centre de formation de Ben Aknoun. Spa ".  Décret présidentiel n° 02-195 du 1er juin 2002 portant statuts de la Société algérienne de l’électricité et du gaz dénommée " SONELGAZ. « L’audit interne au service de la performance. le 20 janvier 2009. 101 .JORADP n° 55 du 27/09/1995  Loi n° 02-01 du 5 février 2002 relative à l’électricité et à la distribution du gaz par canalisations. JORA n° 2 du 13/01/1988  Loi sur la gestion des capitaux marchands de l’Etat.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful