5e ÉDITION 2008-2009

TEST
DÉFINISSEZ VOTRE PROFIL

Le des et

GUIDE MÉTIERS COMPÉTENCES
17 secteurs professionnels décryptés

100 métiers d’aujourd’hui et de demain
1000 parcours conseils et adresses

15 €

Groupe

www.e-orientations.com

-:HSMJKH=Y^[X^V:

ÉDITO ::
Le GUIDE des MÉTIERS et COMPÉTENCES est une publication
9 bis, rue de Vézelay - 75008 Paris Tél. : 01 53 04 36 56 Fax : 01 53 04 36 57 Sites : • www.e-orientations.com • www.jpocampus.com

5e

ÉDITION

2008-2009

Directeur de la publication
Thierry Silvestre

Le GUIDE des MÉTIERS et COMPÉTENCES
orientation en fin de 3e ou post-bac est devenue un lieu de questionnements et de doutes qu’il s’agit aujourd’hui de dédramatiser pour mieux l’appréhender. Fini donc le temps où l’on se dirigeait vers une filière sans même connaître la finalité de son parcours. “Faire droit ou médecine” ne signifie rien en soi sinon l’incapacité de construire un projet professionnel cohérent. Une formation est avant tout un média menant à un objectif précis. L’expression de toute orientation ne s’opère donc plus en termes de filières mais de métiers.

Rédaction
Rédactrice en chef : Marie Perreux mperreux@groupeidecom.com

Ont collaboré à ce numéro : Magali Cressy, Christine Delerue, Hélène Dorey, Salomé Fabry, Christina Gierse, Aurélia Hermange, Lucile Hochdoerffer, Aurélie Lebreton, Lauren Marela, Danièle Michas, Alice Odin, Elise Pierre, Anne Prigent, Lou Steiner, Julie Tarnovski, Laure Vilar
Relectrice-correctrice : Marie-Claire Vitale

L’

Publicité
Pour joindre directement votre correspondant, composez le : 01 53 04 (...) suivi des 4 chiffres de son numéro. Directrice commerciale : Maud Béguigné (36 72) mbeguigne@groupeidecom.com Assistante commerciale : Isabelle Grech (36 51) igrech@groupeidecom.com Équipe commerciale Laurent Borget (36 77) lborget@groupeidecom.com Perrine Schulmeyer (36 71) pschulmeyer@groupeidecom.com Samuel Jaabag (36 58) sjaabag@groupeidecom.com • Région Rhône-Alpes Perrine Schulmeyer (36 71) pschulmeyer@groupeidecom.com Déléguée régionale Rhône-Alpes : Nathalie Serre

Mais voilà : comment choisir un ou des métiers à un moment de sa vie où tout repose sur un équilibre fragile ? En l’absence de vocation affirmée, mieux vaut être aidé dans sa démarche et multiplier les conseils pour ne pas s’orienter vers un métier “faute de mieux” ou “malgré soi”. Une erreur d’orientation ? Pas de panique. Il existe aujourd’hui une foule de solutions pour rebondir sur un nouveau secteur d’activité ou une nouvelle spécialisation. Les passerelles se multiplient et avec elles les chances de s’épanouir au fil de sa vie dans des fonctions diverses. Les études vous ennuient et vous ne vous reconnaissez pas dans un cursus de formation classique ? Cap alors sur l’alternance (apprentissage ou professionnalisation) pour vous préparer à un métier du niveau V à I. Le Guide des Métiers & Compétences fonde son originalité sur un choix volontairement restreint de métiers. Pourquoi cette restriction ? Uniquement pour vous laisser le temps d’entrer au coeur de chaque problématique de métier et vous délivrer une information complète en privilégiant le qualitatif sur le quantitatif. Chacun de nos chapitres commence donc par une présentation d’un secteur d’activité (marché de l’emploi, filières appréciées des recruteurs) auquel se rattachent différents métiers présentés sous forme de fiches (entretien avec un professionnel, itinéraires conseillés, perspectives de recrutement, compétences recherchées, adresses utiles). De quoi – nous l’espérons – forger ou conforter les bases de vos projets professionnels. Bonne lecture.

Conception graphique/maquette
Création graphique et mise en page : Gaëlle Amalir, Brice Poli studio@groupeidecom.com Impression : Printer Industria Grafica, Barcelone

Diffusion, distribution
NMPP - Gestion des ventes : Pagure Presse - Tél. : 01 44 69 82 82 ISSN : 1767 – 4794 ISBN : 978-2-907496-39-5 Dépôt légal : mai 2008 Toute reproduction, même partielle, est interdite sans l’accord écrit de la société IDECOM Crédits photos : droits réservés © IDECOM 2008

Marie Perreux Rédactrice en chef

SOMMAIRE ::
Chapitre 1 Trouver sa voie ..........................................................................................................................5 Dessine moi un projet... 6 Test 7
................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................ ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

Chapitre 2 Les secteurs ................................................................................................................................11
ADMINISTRATION DE L’ENTREPRISE, FONCTION PUBLIQUE ..............................................13
Assistant de direction ....................................................................................................................................................................................................................................................................14 Assistant de gestion PME PMI ......................................................................................................................................................................................................................................16 Documentaliste d’entreprise............................................................................................................................................................................................................................................18 Rédacteur territorial ......................................................................................................................................................................................................................................................................20

AGRICULTURE, AGROALIMENTAIRE, ENVIRONNEMENT ..............................................................23

Agriculteur biologique ................................................................................................................................................................................................................................................................24 Directeur d’un centre d’exploitation de traitement des déchets ..................................................................................................................26 Ingénieur agronome ......................................................................................................................................................................................................................................................................28 Viticulteur ..........................................................................................................................................................................................................................................................................................................30

ARTISANAT ......................................................................................................................................................................................33
Boulanger ..........................................................................................................................................................................................................................................................................................................34 Fleuriste ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................36 Luthier......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................38 Restaurateur d’oeuvres d’art ........................................................................................................................................................................................................................................40

ARTS & TECHNIQUES, MODE ......................................................................................................................................43
Danseur ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................44 Designer textile ......................................................................................................................................................................................................................................................................................46 Infographiste ................................................................................................................................................................................................................................................................................................48 Professeur d’arts plastiques ..........................................................................................................................................................................................................................................50

BANQUE, FINANCE, ASSURANCE............................................................................................................................53
Contrôleur de gestion ..................................................................................................................................................................................................................................................................54 Expert comptable ................................................................................................................................................................................................................................................................................56 Gestionnaire en contrats d’assurance ..........................................................................................................................................................................................................58 Trader ......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................60

BTP, ARCHITECTURE ............................................................................................................................................................63
Architecte ..........................................................................................................................................................................................................................................................................................................64 Conducteur de travaux ..............................................................................................................................................................................................................................................................66 Couvreur ..............................................................................................................................................................................................................................................................................................................68 Peintre en bâtiment ........................................................................................................................................................................................................................................................................70

COMMERCE, VENTE, DISTRIBUTION ....................................................................................................................73
Asset manager en immobilier......................................................................................................................................................................................................................................74 Chargé d’études marketing ..............................................................................................................................................................................................................................................76 Décorateur-étalagiste ................................................................................................................................................................................................................................................................78 Merchandiser ..............................................................................................................................................................................................................................................................................................80

DÉFENSE, SÉCURITÉ ............................................................................................................................................................83
Convoyeur de fonds ..........................................................................................................................................................................................................................................................................84 Fusilier marin ............................................................................................................................................................................................................................................................................................86 Motocycliste dans la gendarmerie ......................................................................................................................................................................................................................88 Sapeur pompier ......................................................................................................................................................................................................................................................................................90

DROIT, JURIDIQUE, RESSOURCES HUMAINES ......................................................................................93
Avocat ........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................94 Directeur des ressources humaines ..............................................................................................................................................................................................................96 Juriste d’entreprise ........................................................................................................................................................................................................................................................................98 Responsable de la gestion du personnel ............................................................................................................................................................................................100

Index ..................................187
Fédérations et syndicats professionnels 188 Index par métier 191 Index des annonceurs 192
........................................................................ ............................................................ ....................

ENSEIGNEMENT, SOCIAL ..............................................................................................................................................103

Asssistant maternel ..................................................................................................................................................................................................................................................................104 Conseiller d’orientation psychologue ........................................................................................................................................................................................................106 Médiateur familial ........................................................................................................................................................................................................................................................................108 Professeur des écoles..............................................................................................................................................................................................................................................................110

INFORMATION, COMMUNICATION, AUDIOVISUEL ..............................................................................113
Chef monteur ..........................................................................................................................................................................................................................................................................................114 Attaché de presse ............................................................................................................................................................................................................................................................................116 Journaliste ....................................................................................................................................................................................................................................................................................................118 Secrétaire de rédaction ........................................................................................................................................................................................................................................................120

INFORMATIQUE, MULTIMÉDIA, INTERNET ................................................................................................123
Administrateur de base de données ............................................................................................................................................................................................................124 Architecte en systèmes d’information......................................................................................................................................................................................................126 Chef de projet informatique ........................................................................................................................................................................................................................................128 Responsable du référencement ..........................................................................................................................................................................................................................130

SANTÉ ................................................................................................................................................................................................133
Infirmier libéral ................................................................................................................................................................................................................................................................................134 Médecin généraliste ..................................................................................................................................................................................................................................................................136 Ostéopathe ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................138 Secrétaire médical ......................................................................................................................................................................................................................................................................140 Technicien de laboratoire ................................................................................................................................................................................................................................................142 Visiteur médical ................................................................................................................................................................................................................................................................................144

SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES ........................................................................................147
Ascensoriste ............................................................................................................................................................................................................................................................................................148 Contrôleur technique automobile......................................................................................................................................................................................................................150 Métrologue ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................152 Technicien en optique de précision................................................................................................................................................................................................................154

SPORT, BEAUTÉ ......................................................................................................................................................................157
Coiffeur visagiste ............................................................................................................................................................................................................................................................................158 Diététicien ....................................................................................................................................................................................................................................................................................................160 Éducateur sportif ............................................................................................................................................................................................................................................................................162 Maître nageur-sauveteur ................................................................................................................................................................................................................................................164

TOURISME, HÔTELLERIE ..............................................................................................................................................167
Agent de voyage ................................................................................................................................................................................................................................................................................168 Chef de produit en tourisme d’affaires ....................................................................................................................................................................................................170 Concierge d’hôtel ............................................................................................................................................................................................................................................................................172 Sommelier ..................................................................................................................................................................................................................................................................................................174

TRANSPORT & LOGISTIQUE ......................................................................................................................................177
Conducteur de train ....................................................................................................................................................................................................................................................................178 Hôtesse de l’air ..................................................................................................................................................................................................................................................................................180 Logisticien ....................................................................................................................................................................................................................................................................................................182 Responsable d’exploitation ..........................................................................................................................................................................................................................................184

SOMMAIRE ::

TROUVER

SA VOIE

1

Dessine-moi un projet Test : 30 questions pour élaborer son projet professionnel Résultats du test : décryptez vos compétences !

p. 6 p. 7

p. 8

TROUVERSAVOIE ::

Dessine-moi un projet !
Il est bien loin le temps où l’on se sédentarisait au sein d’une unique entreprise avec un métier qui évoluait peu. Le XXIe siècle sera celui de la mobilité, de l’esprit d’entreprise et de la création de nouveaux métiers. Pour s’adapter, chacun d’entre vous doit d’ores et déjà se préparer et préconstruire son parcours. Choisir son orientation professionnelle implique de bien se connaître et de s’ouvrir au maximum le champ des possibles.
l n’y a pas d’âge pour s’orienter et se former. Quittons ces idées préconçues qui affirment que l’orientation doit se faire dès le collège. N’est-ce pas un peu tôt pour demander à un jeune de se déterminer précisément sur son avenir ? Certains d’entre eux, il est vrai, y sont prêts et les filières professionnelles accessibles à partir de seize ans sont là pour en témoigner. Mais ne nous voilons pas la face. Qui peut savoir à cet âge-là ce qu’il fera, ne serait-ce que dans dix ans ? Tous les petits garçons ont rêvé un jour d’être pompier, et pourtant, ils sont bien peu à se présenter pour intégrer ce corps d’armée ! La réalité est donc bien éloignée des rêves d’enfant.

I

classe ne se démoralisent pas : le bon parcours d’études n’est pas obligatoirement le plus long. Pas besoin de faire l’ENA pour devenir un grand chef étoilé… bien au contraire ! Le bon parcours, c’est celui qui vous donnera les outils nécessaires pour réussir à démarrer dans la vie professionnelle. Pour la suite, vous pouvez compter sur la formation tout au long de la vie.

votre rêve est de diriger un journal ! Chaque métier exige des qualités particulières, des compétences. Il vous faut les découvrir pour trouver les axes de recherche de vos futurs métiers. Le test que vous trouverez dans les pages suivantes est sans doute un premier pas vers cette quête de vos compétences.

3· Approfondissez vos recherches sur les métiers
Etes-vous sûr de tout savoir sur les métiers ? Derrière des énoncés de postes se cachent souvent des réalités très éloignées de votre imaginaire. Avant de vous lancer vers telle ou telle filière d’études, vérifiez les débouchés des métiers que vous visez, rencontrez des professionnels pour avoir une vision réaliste de ce qu’est l’entreprise. Les fiches métiers que vous pourrez lire tout au long de ce guide sont les reflets fidèles des réalités professionnelles. Espérons qu’elles vous aideront à vous déterminer dans vos choix.

Une vie professionnelle aux multiples métiers
Autant vous prévenir tout de suite : votre vie professionnelle sera faite de plusieurs métiers. Votre évolution naturelle, qui pourrait vous mener de simple commercial à directeur commercial, n’entre pas en ligne de compte. La vie professionnelle des futurs actifs sera ponctuée de profonds bouleversements. Le défi à relever est donc de savoir surfer sur la vague des opportunités qui se présenteront à vous.

4· Suivez votre instinct et croyez en vous
Enfin, pour bien choisir vos futurs métiers, n’oubliez jamais que votre meilleure boussole reste toujours votre instinct. On ne réussit bien que ce en quoi on croit le plus. Si vous avez la foi, vous trouverez l’énergie pour réussir. Les compétences techniques, les écoles et les centres de formation vous les apporteront. Pour le reste, tout est en vous ! Maintenant, le temps est venu de vous mettre en quête de votre avenir. ■ MG

2· Bien se connaître et faire ce qu’on aime
Réussir sa vie professionnelle, c’est sans aucun doute arriver heureux chaque matin au travail. Choisissez des métiers dans lesquels vous pensez vous épanouir. Ne devenez pas infirmière pour faire plaisir à Maman, surtout si

Alors comment choisir ?
1· Réussir sa formation initiale
Dans un premier temps, vous devez vous donner le meilleur bagage de formation possible. Et que tous ceux qui ne sont pas premiers de la

6

Le Guide des métiers et des compétences

30 questions pour élaborer
son projet professionnel
L’objectif de ce test est de vous aider à formuler un projet professionnel cohérent. Cette étape vous permettra de clarifier vos aspirations et de vous guider vers un choix de métiers correspondant à votre profil dominant. À vos crayons !

N
123-

ous vous proposons un test ludique* (extrait du livre Construire son projet professionnel), pour mettre en lumière vos "compétences". Il ne s’agit pas ici de mesurer votre quotient intellectuel (QI), mais de mieux comprendre la manière dont vous fonctionnez. *Test inspiré de la théorie des intelligences multiples à partir des

Mode d’emploi
Vous trouverez ci-dessous une série d’affirmations. Choisissez celles qui correspondent à votre personnalité, en entourant le symbole adéquat et ignorez celles qui ne vous ressemblent pas.

travaux du Dr Howard Gardner.

12 ▲ J’aime écrire. ■ Enfant, j’aimais les puzzles et/ou
les jeux de construction.

22 ◗ 23 ■ Je n’ai eu aucune difficulté à
apprendre le Code de la route. J’aime regarder des documentaires. (vitesse, danger).

J’aime les jeux de stratégie.

● J’aime les sensations fortes

▲ Je raisonne facilement dans l’abstrait. ■ J’ai une excellente mémoire visuelle. ■ J’aime représenter les objets
ou les paysages qui m’entourent.

Je me suis senti très tôt différent de mes camarades.

13 ▲ J’ai un vocabulaire riche et varié.

● J’aime travailler avec mes mains,

14 -

Je sais écouter et me taire lorsque mon interlocuteur a besoin de parler. J’aime me tenir informé des derniers progrès technologiques. J’aime la lecture, en particulier les écrits philosophiques.

4❋

produire des objets.


24 ◆

Dans une rencontre, je fais souvent le premier pas.

● J’apprends facilement les sports
nouveaux. J’ai tendance à pratiquer mes loisirs en solitaire.

● Je pratique régulièrement
une activité sportive.

15 ◆

5❋

Je sors beaucoup, essentiellement pour voir du monde. En groupe, je me sens comme un poisson dans l’eau. J’aime me retrouver seul avec moi-même.

▲ J’aime faire partager mes expériences
en les racontant. Je parais souvent réservé, voire froid.

25 -

▲ J’aime passer de longues heures
en bibliothèque.

16 -

▲ J’analyse par réflexe le langage
(slogans publicitaires…).

26 -

● J’ai un grand besoin de me dépenser.

67-


▲ J’aime la discussion et les débats. ■ J’ai toujours aimé dessiner.


Je ne crois pas au surnaturel. J’aime mes semblables, bien que je n’ignore pas leurs défauts.

17 ◗ 18 -

Les détails illogiques, si minimes soient-ils, me sautent aux yeux.

J’aime comprendre le fondement des choses.

J’aime résoudre des énigmes arithmétiques. ■ Je préfère la géométrie à l’algèbre.

27 ◆

■ Lors de mes promenades,

je m’intéresse souvent à l’architecture. J’aime contempler (la nature, les animaux,les êtres humains).

8-

● J’aime me dépenser. ■ La vue est le sens que j’utilise le plus.

■ Je suis sensible aux formes originales,
surtout pour les objets courants.

28 ❋

9◆

La parole est la faculté que j’utilise le plus.

19 -

● Je n’ai pas peur de me salir. ● Le toucher est le sens que j’utilise
en premier pour connaître.

▲ J’apprends et retiens facilement,
même par cœur. J’aime convaincre et rallier les autres à mes idées. J’aime émettre des hypothèses (et si… et si…). Je me pose beaucoup de questions (sur la vie, l’amour, la religion…).

● J’aime les grands espaces.

10 11 -

Je connais des endroits secrets, des cachettes, des refuges.

20 ❋

Ma première impression est souvent la bonne. Je préfère les distractions ou loisirs que je peux partager. Je suis d’un naturel très indépendant.

29 ◗

▲ Je réussis au Scrabble, au Taboo. ● Je suis un as du bricolage.

21 -

30 ◆

▲ Je rapporte volontiers les ▲ J’aime les livres. ■ Je préfère les B.D. ou les recueils
de photos aux livres non illustrés. informations entendues ou lues. Je rêve beaucoup de mon avenir et de mon destin.


Je suis attiré par les sciences. Je suis boulimique de nouvelles rencontres.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com

7

TROUVERSAVOIE ::

Résultats du test : décryptez vos compétences!
Totalisez vos points puis reportez-les dans le tableau ci-dessous. Découvrez ensuite votre ou vos deux profil(s) dominant(s).
Symbole Nombre de points Votre famille
▲ ............................................................................................................................................................................................................................................................................................les linguistes

❋ ............................................................................................................................................................................................................................................................................................les communicatifs
■ ............................................................................................................................................................................................................................................................................................les créatifs ● ............................................................................................................................................................................................................................................................................................les techniciens

◗..............................................................................................................................................................................................................................................................................................les rationnels
◆ ............................................................................................................................................................................................................................................................................................les entreprenants

Vous avez une majorité de ▲ vous êtes linguiste !
Vous avez le sens du langage, maîtrisez un vocabulaire étendu et riche. Vous savez jouer de ses nuances pour exprimer votre pensée, à l’écrit comme à l’oral. Vous n’avez aucune peine à retenir une multitude d’informations. Vous aimez collecter des informations sur des sujets qui vous passionnent. Vous êtes alors capable d’effectuer un véritable travail d’enquête. Il est également fréquent que vous diffusiez de manière spontanée l’information autour de vous, investi d’une mission de médiateur.

Vous avez une majorité de ❋ vous êtes communicatif !
Vous êtes un être de contact. Votre besoin fondamental : échanger, c’est-à-dire donner et recevoir. Selon votre capacité d’écoute, vous aurez tendance à rassurer ou à étourdir vos interlocuteurs. Un petit côté caméléon vous permet d’adapter vos propos à des interlocuteurs très différents. Vous tirerez parti de votre compétence à communiquer en vous consacrant à une activité à caractère social et humain ou en exploitant cet atout pour la négociation et le management.

Vous avez une majorité de ■ vous êtes créatif !
Vous aimez dessiner et vous représentez spontanément les objets qui vous entourent. Vous êtes dôté d’une inventivité foisonnante. Vous savez utiliser les ressources de votre imagination pour concevoir et produire des objets aussi esthétiques qu’utiles. Vous avez un goût prononcé pour la compréhension des mécanismes de fonctionnement des objets et des technologies modernes. Vous avez le souci d’adapter l’apparence à des exigences ergonomiques.

En résumé :
• enquêter, rechercher l’information ; • rédiger, écrire ; • classer, ordonner la documentation ; • diffuser l’information.

En résumé :
• communiquer, jouer les médiateurs ; • négocier, vendre, acheter ; • conseiller, aider, secourir ; • soigner, soulager.

En résumé :
• conception, mise au point (ingénierie) ; • représentation (graphisme) ; • travail sur les volumes et les formes ; • aménagement de l’espace.

Vos domaines de prédilection :
Presse, édition, droit, justice, police, secrétariat, enseignement, documentation, conservation (archives, bibliothèque), relations publiques (communication interne de l’entreprise), interprétariat, publicité, culture, théâtre.

Vos domaines de prédilection :
Relations publiques / agences de communication, publicité, radio / télévision, tourisme / hôtellerie, commerce, métier de la santé, social, enseignement, sociologie, anthropologie, ethnologie, politique, diplomatie, ressources humaines.

Vos domaines de prédilection :
Design, conception assistée par ordinateur (CAO), dessin industriel (DAO), publication assistée par ordinateur (PAO), imprimerie, industries graphiques, architecture, urbanisme, audiovisuel, photographie, cinéma, modélisme, décoration.

Vos idées-métiers :
Journaliste, grand reporter, documentaliste, éditeur, chargé de communication entreprise, secrétaire de rédaction, secrétaire trilingue, assistant en gestion des ressources humaines, assistant juridique, interprète, animateur du patrimoine.

Vos idées-métiers :
Responsable des ventes, chargé de promotion, chef de publicité en agence, relations publiques, commercial, acheteur, infirmier, assistante sociale, enseignant, ostéopathe, animateur de tourisme, chef de produit en tourisme d’affaires, ressources humaines.

Vos idées-métiers :
Ingénieur d’études / en recherche appliquée, architecte d’intérieur, créatif en agence de publicité / de communication, maquettiste, assistant en recherche et développement, responsable qualité, climaticien, électrotechnicien.

Les qualités à développer :
Autonomie, curiosité d’esprit, sens de l’analyse et connaissance de soi, esprit de synthèse, honnêteté intellectuelle (déontologie), ouverture sur le monde, disponibilité, sens de l’initiative, bon relationnel.

Les qualités à développer :
Grande facilité d’expression, finesse psychologique, sens de la répartie, diplomatie, dynamisme, enthousiasme, à l’écoute, altruisme, solidité psychologique, conviction, dons pour l’animation, charisme.

Les qualités à développer :
Rigueur, créativité, curiosité, esprit d’équipe, patience, polyvalence, être méthodique, ouverture d’esprit, sens de l’organisation, sensibilité, capacité d’anticipation, réactivité, flair.

8

Le Guide des métiers et des compétences

Vous avez une majorité de ● vous êtes technicien !
Votre dextérité s’exprime à travers l’action que vous exercez sur la matière : vous modelez, sculptez, montez, démontez... Une bonne connaissance des lois mécaniques vous permet d’agir de manière efficace sur des systèmes complexes. Généralement, vous avez les pieds sur terre, le goût de l’effort, le besoin de vous dépenser, voire de vous surpasser. D’ailleurs parfois votre corps devient votre outil de travail.

Vous avez une majorité de ◗ vous êtes rationnel !
Vous êtes capable d’exercer votre intelligence dans l’abstrait, des sons, des formes ou encore du langage. Vous vous montrez soucieux de comprendre le monde qui vous entoure. Investigation, esprit de déduction, rigueur et méthode caractérisent votre mode pensée. Votre intelligence procède essentiellement par étapes (principe de cause à effet). Ces qualités vous permettent souvent d’atteindre une vision globale des événements et des problèmes.

Vous avez une majorité de ◆ vous êtes entreprenant !
Vous avez une vision du monde originale, en tout cas très personnelle. Observateur, vous avez tendance à prendre du recul par rapport aux événements. Vous avez l’habitude d’analyser vos sentiments et vos expériences. Cela vous permet d’avoir les idées claires et facilite la réalisation de vos objectifs. Vous pourrez vous épanouir en optant pour un parcours qui vous plongera dans les profondeurs de la réflexion ou en développant votre propre activité.

En résumé :
• fabriquer, créer, bricoler, réparer ; • faire du sport, se dépenser ; • exercer une activité de plein air, bouger ; • utiliser sa force physique, mettre à l’épreuve sa résistance.

En résumé :
• investiguer, chercher ; • calculer, compter, jongler avec les chiffres ; • organiser, planifier ; • gérer, veiller au bon fonctionnement des systèmes

En résumé :
• faire de la recherche, explorer ; • méditer, s’engager ; • exercer une activité indépendante, être autonome ; • encadrer, diriger, manager une équipe.

Vos domaines de prédilection :
Restauration, artisanat, automobile, textile / habillement, agroalimentaire, électricité / électronique, entretien, kinésithérapie, arts plastiques, danse / cirque, agriculture, environnement, sport, défense / sécurité, BTP, tourisme, animation sociale.

Vos domaines de prédilection :
Statistiques, marketing, gestion d’entreprise, recherche scientifique, banque, organismes financiers (bourse, marchés financiers, trésorerie), administration, achats, démographie, notariat, programmation informatique.

Vos domaines de prédilection :
Direction d’entreprise, enseignement, création artistique, recherche, artisanat, magistrature, administration, management, politique, psychologie, psychanalyse, juridique, création d’entreprise et franchise…

Vos idées-métiers :
Chargé de la gestion de la production, responsable en maintenance industrielle, chef de chantier, conducteur de travaux, ingénieur, responsable du service après-vente, responsable en maintenance informatique, jardinier paysagiste.

Vos idées-métiers :
Comptable, auditeur financier, contrôleur de gestion, responsable administratif et financier, informaticien, chargé d’exploitation informatique, assistant de direction, chargé d’études marketing, chef de produit, biochimiste, notaire.

Vos idées-métiers :
Directeur administratif et financier, psychologue / psychanalyste, directeur de la communication, artisan, directeur commercial, juge d’instruction, attaché de presse, diplomate, politicien, manager, chercheur.

Les qualités à développer :
Endurance, résistance à la fatigue et au stress, dextérité, rapidité, volonté, discipline, courage, dépassement de soi, patience, prudence, bon équilibre psychologique, créativité, rigueur.

Les qualités à développer :
Curiosité, rigueur, faculté d’anticipation, logique, vision d’ensemble et à long terme, discrétion, loyauté, intégrité, patience, méthode, logique, esprit de déduction, capacité d’abstraction.

Les qualités à développer :
Force de caractère, sens de l’analyse, détermination, rigueur, honnêteté intellectuelle, autonomie, bon sens psychologique, charisme, vision d’ensemble et à long terme, capacité de planification.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com

9

LES SECTEURS

2

Admnistration de l'entreprise / Fonction publique Agriculture / Agroalimentaire / Environnement Artisanat Arts & Techniques / Mode Banque / Finance / Assurance BTP / Architecture Commerce / Vente / Distribution Défense / Sécurité Droit / Juridique / Ressources Humaines Enseignement / Formation / Social Information / Communication / Audiovisuel Informatique / Multimédia / Internet Santé Sciences et Techniques industrielles Sport / Beauté Tourisme / Hôtellerie Transport & logistique

p 13 p 23 p 33 p 43 p 53 p 63 p 73 p 83 p 93 p 103 p 113 p 123 p 133 p 147 p 157 p 167 p 177

SECTEUR ::

ADMINISTRATION DES ENTREPRISES FONCTION PUBLIQUE
écidément non, les cadres ne peuvent plus se passer des nouvelles technologies : ils rédigent eux-mêmes leurs mails, restent joignables à tout moment sur leur téléphone portable et gèrent leur emploi du temps grâce à leur agenda électronique. Cette nouvelle distribution des tâches, habituellement dévolues aux secrétaires, ne sonne pas pour autant le glas de la profession. Bien au contraire ! Délestés d’une partie des travaux purement administratifs, les secrétaires et assistants se consacrent désormais aux missions à plus forte valeur ajoutée. “Peu à peu les secrétaires traditionnelles s’effacent au profit de profils plus spécialisés, explique Grégoire Cusin-Berche, président du groupe Prométis, éditeur du site super-secretaire.com et du magazine Assistante plus. Ces nouveaux assistants, plus polyvalents, mais aussi plus spécialisés, évoluent au côté d’une équipe de cadres, dans un service juridique, commercial, marketing... Ils ne se contentent plus de taper des comptes rendus et des bilans à l’aveuglette mais prennent en charge des dossiers de A à Z et, de ce fait, deviennent de véritables supports pour leurs collaborateurs.” Ces profils à haut niveau de compétences risquent de se raréfier dans les années à venir. Pyramide des âges oblige, les recruteurs prévoient le départ en retraite de 20 % des effectifs actuels d’ici 2015. “Bien sûr, tous ne seront pas remplacés, reprend Grégoire Cusin-Berche. Mais le nombre insuffisant de jeunes formés à ce type de postes laisse présager de réelles tensions sur le marché de l’emploi.”

D

Assimilé(e)s auparavant aux “maîtres et maîtresses de maison” chargé(e)s de la bonne tenue de l’entreprise, les nouveaux secrétaires et assistants brisent les carcans. Ils affichent désormais des profils polyvalents et qualifiés déterminants dans leur projet de carrière.

Secrétaire un jour, secrétaire toujours ?
L’évolution du profil des secrétaires et assistantes se répercute sur le niveau de formation requis à l’embauche : minimum bac+2. Ainsi, le nouveau BTS Assistant manager (ex-Assistant de direction et Assistant secrétaire trilingue), Assistant de gestion PME-PMI ou le DUT Carrières juridiques restent des valeurs sûres pour s’insérer rapidement sur le marché de l’emploi. La mondialisation occasionne également des exigences particulières des , employeurs : les jeunes diplômés maîtrisant une, voire deux langues étrangères – ns les es à pourvoir da nombre de post ines années anglais, espagnol, et aujourd’hui chinois – s’ouvrent d’heureuses perspectives de dix procha carrière. %,

120 000 2

Enfin, la multiplication des expériences professionnelles – en missions intérimaires par exemple – reste un bon entraînement pour se confronter à , différentes structures, départements et secteurs. Les recruteurs testent eliers jeunes nombre de bach d’ailleurs souvent les candidats par ce biais avant d’envisager une collaboration bureau employés de plus durable. Pour l’avenir ? Les perspectives d’évolution devraient s’étendre au-delà du secrétariat. “La France reste le seul pays d’Europe où la fonction de secrétaire se perd dans le stéréotype, s’agace Grégoire Cusin-Berche. En Angleterre ou en Espagne, démarrer à un poste d’assistant constitue une voie naturelle pour d’accéder à une fonction de cadre. Nous travaillons donc à la revalorisation de la profession et à l’évolution des mentalités. Ainsi, peut-être verrons-nous les garçons revenir vers cette voie, qui, rappelons-le, n’est pas réservée aux filles. Après tout, avant guerre, la grande majorité des secrétaires était des hommes.”

res mmes secrétai proportion d’ho tants ou assis

3/4

A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 13

METIERSÀLALOUPE ::

Assistant de direction
i Anne Prigent
près une maîtrise d'histoire et une formation d'attachée de direction, Claire, 23 ans, a intégré le service des ressources humaines d'une importante société de services et d'ingénierie en informatique (SSII). Son poste ? Assistante de direction. "Nous sommes deux attachées de direction pour cinq chargés de recrutement et un responsable", explique-t-elle. "Moi-même, je suis l'assistante de trois chargés de recrutement." Au quotidien, Claire suit les candidatures qui arrivent par voie postale. D'abord, elle dépouille le courrier et le transmet dans les bannettes des chargés de recrutement. Ensuite, elle contacte les candidats présélectionnés pour les convoquer à un entretien. Elle actualise également la base de données en répertoriant les informations essentielles contenues dans les C.V. de chaque candidat rencontré. "Je synthétise les C.V. de base puis je dresse l'historique des candidatures. Ce travail essentiel reste fastidieux car nous travaillons pour plusieurs cabinets de recrutement." Il faut compter dix minutes par candidat pour intégrer toutes les données. C'est loin d'être évident quand les entretiens se succèdent et qu'on est sollicité par ailleurs pour réaliser diverses tâches en même temps. "Certains jours, le téléphone ne cesse de sonner. Les appels proviennent des cabinets partenaires ou des candidats soucieux de connaître l'avancée de leur candidature."

A

Organisation et efficacité
L'actualisation du budget appartient également aux nombreuses fonctions de Claire. Lorsque le service décide de passer une annonce dans la presse, c'est elle qui établit la demande d'achat en ayant soin de la faire valider par la direction avant de la transmettre au service “Comptabilité”. Par ailleurs, Claire suit les entrées et les sorties du personnel afin de déterminer si le service tient ses objectifs. Qui a démissionné de son poste au sein de l'entreprise ? Pour quelles raisons ? Qui est entré dans la société ? À elle de gérer le tableau d’informations en cochant les critères correspondants. Elle établit également la synthèse des différents reportings dressés par chaque chargé de consultant pour la transmettre à la direction générale (DG). Il y figure le nombre de personnes reçues en entretien, puis recrutées. Dernière attribution : la clôture d'exercice, à destination de la DG et des responsables des divisions de la SSII. "J’établis des statistiques sur l'activité de recrutement pendant l'année : combien avons-nous reçu de C.V. ? Combien d’entretiens avons-nous organisés ? Combien de propositions d'emploi pour nos candidats ? Combien ont été embauchés ? Récemment, j'ai géré le premier entretien de ma vie. Nous devions recruter un stagiaire. Ma responsable m'a dit : à toi de passer l'annonce et de le recruter, avec l'aide d'un chargé de recrutement". Un exercice que Claire a apprécié mais qu'elle ne se sent pas prête de pratiquer avec un candidat de quarante ans. "Je n'en ai que vingt-trois”, rappelle-t-elle.

14

Le Guide des métiers et des compétences

ADMINISTRATION DE L’ENTREPRISE FONCTION PUBLIQUE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Diplômes incontournables pour investir la fonction ? Le BTS (Brevet de technicien supérieur) et le DUT (Diplôme universitaire de technologie), tous deux de niveau bac+2. Une formation complémentaire en ressources humaines, en commerce ou en export reste toutefois vivement conseillée pour briguer directement un poste d'attachée de direction. Dès la rentrée 2008, le BTS Assistant de manager, produit de la fusion des BTS Assistant de direction et Assistant trilingue, entrera en vigueur pour former les professionnels de demain. Le référentiel, qui repose pour l’essentiel sur celui du BTS Assistant de direction, intègrera davantage de cours en langues vivantes (six heures hebdomadaires) pour répondre spécifiquement aux besoins des entreprises en matière d’international. Les BTS Assistant de gestion PME-PMI et le DUT Gestion des entreprises et des administrations, accessibles aux bacheliers de série STG (Sciences et technologies de la gestion), L et ES par la voie classique ou en alternance, se composent quant à eux de matières générales – droit, économie, informatique, langues vivantes, français – et de spécialisations propres à l’évolution des sociétés. Autre voie possible ? L'université qui développe des programmes DEUST en deux ans (Diplôme d'études universitaires scientifiques et techniques) inhérents à différentes spécialités : Assistant juridique, Assistant et secrétaire juridique, Assistant de gestion, Bureautique et communication électronique d'entreprise et Bureautique et communication multimédia.

Après le bac+2
Cap sur les spécialisations d’un an pour acquérir des compétences complémentaires. Pour ce faire, visez une licence professionnelle dans les domaines du juridique et de la communication ou une formation d’assistant de direction en école privée pour valoriser votre formation première par l’acquisition d'une qualification professionnelle reconnue.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
L’assistant de direction s’adapte aujourd’hui aux nouvelles technologies et fait preuve de curiosité à l'égard de l'actualité politique ou économique qui influe directement sur la vie de l'entreprise. Son sens des responsabilités et de l'initiative, sa conscience professionnelle, son organisation, sa rigueur, son aisance relationnelle en interne et en externe restent des compétences indispensables à sa fonction. Enfin, la disponibilité, l’autonomie, la discrétion, l’ouverture d'esprit et la présentation sont des qualités à ne pas négliger au même titre que les compétences rédactionnelles, la culture générale et la maîtrise de l’anglais (au minimum).

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Alors qu’on pensait qu'elles seraient supplantées par le développement des nouvelles technologies, les secrétaires et assistants de direction restent aujourd’hui des collaborateurs très recherchés. Mais le niveau de recrutement s'est élevé : bac+2 minimum requis.

ADRESSE UTILE
Le site des secrétaires et des assistants : www.super-secretaire.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 15

ASSISTANT DE DIRECTION

METIERSÀLALOUPE ::

Assistant de gestion PME-PMI
i Lou Steiner
ctif sur le plan commercial, administratif et comptable, l’assistant de gestion PME PMI se caractérise par sa polyvalence. Sur le plan administratif, ses fonctions couvrent un large éventail de compétences : communication, gestion des activités, organisation, traitement de l’information et planification (courrier, téléphone, classement, tenue des fichiers…). Sur le plan purement comptable, il maîtrise le calcul des coûts et suit les opérations courantes : cette facette de son activité l’oblige à maintenir des relations optimales avec les clients, les fournisseurs, les salariés, les administrateurs de services fiscaux et sociaux. Enfin, sur le plan commercial, l’assistant de gestion régit l’organisation des approvisionnements et des livraisons. Il accueille également le client, établit des devis ou des contrats, recherche des fournisseurs, suit les dossiers et enfin élabore les mailings indispensables à toute activité de prospect. “Ce métier s’inscrit véritablement dans la polyvalence”, explique Julien Dhainaut, étudiant en 2e année de BTS. “J’ai choisi cette formation après un bac pro Comptabilité en alternance et j’ai d’emblée été attiré par la diversité des tâches alliant commerce, comptabilité, secrétariat et relationnel.” Sa collègue de classe, Marianne Gobillon, a un parcours plus atypique : “Après avoir obtenu mon bac S, j’ai poursuivi un cursus d’études à l’université. Ce fut un échec ! J’ai donc commencé à travailler en tant

A

qu’assistante commerciale. Et là, j’ai eu le déclic en découvrant le milieu de l’entreprise. Je décidais alors de m’orienter vers un BTS Assistant de gestion PMEPMI.”

Acquérir une expérience professionnelle pour gagner en efficacité
L’alternance apparaît comme une manne providentielle pour allier expérience professionnelle et obtention d’un diplôme : “On intègre pleinement la vie de l’entreprise. Mais il faut s’armer de courage et de volonté pour réussir, car le rythme est très soutenu !” La motivation ? Marianne et Julien n’en manquent pas : “Il semble impossible d’exercer le métier d’assistant de gestion sans faire preuve de débrouillardise et d’initiative. Car on ne connaît pas à l’avance les objectifs de chaque journée. En définitive, le métier même d’assistant de gestion joue sur l’alternance : une part de création (mise en place de nouveaux programmes de gestion, élaboration de campagnes de communication…) et une part de bureautique traditionnelle (courrier, factures, téléphone). Ces deux fonctions professionnelles sont indispensables à l’équilibre d’une société.” Professionnel aux multiples facettes, l’assistant de gestion PME-PMI, contribue donc à l’organisation, l’efficacité, la rentabilité et l’amélioration de l’image de son entreprise. Pour réussir, il lui faut maîtriser les outils bureautiques et les divers moyens d’expression. En outre, un assistant de gestion compétent se distingue par sa discrétion, sa rigueur et son sens du relationnel.

16

Le Guide des métiers et des compétences

ADMINISTRATION DE L’ENTREPRISE FONCTION PUBLIQUE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Deux années d'études post-bac permettent de maîtriser les fonctions d'un assistant de gestion PMEPMI. Pour y accéder, de nombreux parcours de formation de niveau IV à III garantissent l’acquisition de savoir-faire professionnels sur le plan administratif, comptable et commercial.

Avant le bac ASSISTANT DE GESTION PME-PMI
Le BTS Assistant de gestion PME-PMI s’adresse à tous les profils de bacheliers : bacs généraux, bacs pros en comptabilité, secrétariat ou commerce, les portes sont grand ouvertes… Attention toutefois ! Si les titulaires d’un bac pro sont armés pour affronter certaines matières professionnelles, ils devront attester d’un excellent niveau dans les matières générales pour ne pas perdre pied dès leur arrivée dans le supérieur. La solution ? Privilégiez les bacs STG Communication et gestion des ressources humaines, Gestion des systèmes d’information ou Comptabilité et finance d’entreprise créés spécialement pour aborder un BTS Assistant de gestion PME-PMI en toute logique et sérénité.

Après le bac
Créé en 1994 par les chefs d'entreprises pour leurs futurs collaborateurs, modifié en 2005 puis prochainement fin 2008, le BTS Assistant de gestion PME-PMI se définit comme un label de qualités administratives, comptables et commerciales. Le programme de formation de deux ans comprend des matières générales — français, langues vivantes étrangères, droit, économie générale, économie d'entreprise... et professionnelles — ICO (information, communication, organisation administrative), ABI (applications bureaucratiques et informatiques), OAC (organisation et activités comptables), GRI (gestion des relations internes et externes), EAC (études et administration commerciales)… De quoi débuter dans la vie active bien assuré… par ses compétences !

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
L’entreprise se conjugue aujourd’hui sur le mode de l’international. La maîtrise de l’anglais s’impose donc. Celle du français également. Car un assistant de gestion s’exprime avec aisance et efficacité à l’écrit comme à l’oral. Il instaure également des relations de confiance et parfait ses compétences en actualisant en permanence ses connaissances informatiques, comptables et administratives. Enfin, la curiosité et le dynamisme restent des atouts essentiels dans un métier où il ne faut pas craindre d’endosser les responsabilités.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Recrutement rapide pour les titulaires du BTS Assistant de gestion PME-PMI qui s’ouvrent facilement les portes des entreprises même si, dans la réalité, leurs tâches se “limitent” généralement à deux domaines de formation sur trois. Notons que les exigences professionnelles actuelles poussent aujourd’hui les recruteurs à augmenter leurs critères de sélection en misant sur des jeunes professionnels titulaires d’une licence professionnelle en gestion des ressources humaines, assurance, gestion (…).

ADRESSE UTILE
Le site des secrétaires et des assistants : www.super-secretaire.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 17

METIERSÀLALOUPE ::

Documentaliste d’entreprise
i Christine Delerue
e rôle du documentaliste consiste à rechercher et sélectionner l’information utile à son entreprise. “À l’origine, je souhaitais m’orienter vers le métier de professeur de langues, explique Valérie Morin, documentaliste au sein d’un laboratoire pharmaceutique depuis dix-sept ans, mais j’étais lassée de la fac. J’avais besoin et envie de travailler. Je me suis donc informée sur les métiers environnants et j’ai trouvé celui de documentaliste en parfaite adéquation avec ce que je cherchais : le contact et le service en une fonction.” Valérie complète donc sa formation en langues par une année spéciale du DUT Informationdocumentation option “Documentation d’entreprise”. Son diplôme en poche, il ne lui restait plus qu’à trouver du travail ! “J’ai fait six mois d’intérim puis j’ai trouvé un poste dans un laboratoire pharmaceutique. Bien que je ne possède aucune formation scientifique, mon profil a plu car je parlais l’anglais et développais des compétences informatiques. Je me suis dit que ce serait intéressant de travailler sur les médicaments et les pathologies.” Depuis, Valérie a changé de laboratoire, mais la base de son travail demeure la même. dois répondre aux demandes de “Je documentation du personnel en interne, médecins et pharmaciens issus des départements ‘Recherche et développement’, ‘Marketing’ ou ‘Médical’, mais également aux demandes provenant des professionnels de santé extérieurs à l’entreprise. Il peut s’agir par exemple d’un généraliste qui veut s’informer sur un médicament que nous commercialisons. ”

L

Des bases de données comme source documentaire
Pour répondre à la demande, Valérie a recours à plusieurs outils, principalement informatiques. “Nous travaillons beaucoup avec les bases de données dont Medline, qui est la plus grande base de données scientifiques, et celle de la maison mère.” Mais l’informatique ne remplace pas pour autant toutes les bonnes vieilles méthodes de travail ! “Parallèlement nous conservons des archives papier. Ces dossiers requièrent une mise à jour régulière. Ils concernent essentiellement les demandes récurrentes et… qui remplissent tout de même quelques armoires ! Cette partie de mon travail n’est pas la plus passionnante mais elle reste nécessaire à une transmission actualisée des informations.” Autre léger point noir, la gestion du temps et des demandes. “Tout est toujours urgent ! À nous d’apprendre à gérer les priorités et de tempérer les ardeurs en fonction de l’utilisateur. En interne, on essaie de répondre aux demandes dans la journée ; ce délai est porté à une semaine, voire quinze jours, pour les professionnels extérieurs. On s’adapte à tout, et si possible sans stress !” Bien qu’elle travaille la majeure partie du temps dans son bureau, Valérie n’est pas pour autant une parfaite sédentaire. “Nous participons à tous les congrès scientifiques qui concernent notre domaine et nous nous rendons sur les Salons professionnels. C’est le meilleur moyen de se tenir informé de ce qui se fait, et c’est très important !”

18

Le Guide des métiers et des compétences

ADMINISTRATION DE L’ENTREPRISE FONCTION PUBLIQUE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Environ 70 % des documentalistes possèdent un bac+4, voire+5. Une formation littéraire de base n’est pas indispensable, au contraire.

Après le bac
Le plus court chemin à emprunter pour devenir documentaliste d’entreprise diplômé reste celui du DUT Information-communication option “Gestion de l’information et du document dans les organisations” (GIDO). Il se prépare dans plus d’une dizaine d’IUT. La sélection s’effectue sur dossier et entretien. Aucun prérequis n’est exigé mais des qualités en expression et un intérêt pour les nouvelles technologies sont appréciés. À noter : les titulaires d’un bac+2 peuvent se présenter pour une “année spéciale”.

Après le bac+2
À l’université, plusieurs licences professionnelles préparées en un an sont accessibles post-bac+2. Par exemple, la licence pro Ressources documentaires et bases de données spécialisation “Gestion de l’information et de la documentation pour les entreprises” ou la licence professionnelle Ressources documentaires et bases de données, mention “Documentation”, option Documentation d’entreprise, préparée à distance. L’école de bibliothécaires-documentalistes de l’Institut catholique de Paris prépare en deux ans, après un bac+2 minimum, au diplôme de bibliothécaire-documentaliste. L’accès s’effectue sur concours. Les sélections écrites comprennent une synthèse de texte, une épreuve d’anglais et un test de culture générale ; l’admission, un oral d’actualité et un entretien basé sur le projet professionnel des candidats.

Après le bac+3
Plusieurs masters professionnels sont accessibles à l’université, parmi lesquels le master pro Arts, lettres, langues, communication, mention “Sciences de l’information, de la communication et du document”, spécialisation Gestion de l’information de la documentation. L’INTD (Institut national des techniques de la documentation) accueille sur concours les titulaires d’un bac+4 pour un cursus de haut vol. Le diplôme de chef de projet en ingénierie documentaire valide la formation des professionnels de l'information-documentation capables d'administrer un centre de documentation ou d'information, d'élaborer des produits d'information et de communication, de créer des services et de concevoir des systèmes d'information.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Difficile, voire impossible, d’exercer ce métier sans passion de la communication ni curiosité intellectuelle. Un documentaliste d’entreprise développe par ailleurs un grand sens de l’analyse et de la synthèse. Rigueur, organisation et compétences rédactionnelles restent également indispensables au traitement de l’information. Enfin, le goût des relations humaines et de la pédagogie s’avère indispensable pour répondre aux demandes d’un public hétérogène.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Les recrutements des documentalistes d’entreprise continuent sur leur vitesse de croisière. Les profils recherchés ont cependant évolué : désormais la double compétence dans un secteur professionnel défini est un must plébiscité !

ADRESSE UTILE
Association des professionnels de l’information et de la documentation (ADBS) 25, rue Claude Tillier 75012 Paris Tél. : 01 43 72 25 25 Site : www.adbs.fr Infos études et métiers : www.e-orientations.com 19

DOCUMENTALISTE D’ENTREPRISE

METIERSÀLALOUPE ::

Rédacteur territorial
i Christine Delerue
e rédacteur territorial est protéiforme… Entendez par là qu’il existe plusieurs manières d’exercer le métier. Pour le comprendre, il suffit de regarder les annonces d’emploi destinées aux rédacteurs territoriaux qui, dès l’obtention de leur concours, ne sont pas affectés à un poste mais doivent eux-mêmes trouver un emploi en utilisant les voies de démarchage du secteur privé. Lorsqu’une commune cherche un rédacteur territorial “chargé d’opérations pour le relogement des gens du voyage”, une autre propose un poste de “chargé du développement des publics, relations publiques et médiation”, de “secrétaire du maire” ou encore de “coordinateur des activités périscolaires”. Manuela, elle, est secrétaire de jury de concours à la mairie de Paris. “De manière générale, explique-t-elle, le rédacteur territorial, quels que soient son poste et ses activités, assure l’interface entre les tâches administratives et des fonctions spécifiques. Il peut aussi bien remplir une mission d’accueil que remplacer un directeur de cabinet. Dans les petites communes, il est parfois en lien direct avec les politiques…”

L

répartir les copies à corriger. Je rédige également le procès verbal du concours, les courriers de réponse aux candidats, les lettres d’acceptation des dossiers, etc.” Parallèlement à ces tâches administratives, la jeune femme se doit, en période d’examens, d’être sur le terrain. “Un concours est toujours juridiquement périlleux. J’assiste donc à toutes les épreuves afin de contrôler la légalité de leur fonctionnement. Lorsqu’il s’agit d’oraux, je suis la représentante du personnel et je garantis la déontologie de tout le système.”

Le sens du service public
Entre les jurys du concours et les candidats, son poste est particulièrement axé sur le relationnel : “Si on n’aime pas le contact humain, constate-t-elle, il ne faut pas exercer cette fonction. Personnellement, je trouve mon rôle enrichissant car il me permet de rencontrer des candidats issus d’horizons variés et aux personnalités diverses. Chaque concours a un apport humain de nature différente.” Si les périodes entre deux concours peuvent être extrêmement calmes, “nous vivons aussi des moments denses au cours desquels nous pouvons ne plus avoir d’heures. Lorsqu’un concours commence à 6 h et finit à 17 h, on effectue alors des journées de neuf-dix heures.” Mais qu’à cela ne tienne, Manuela a choisi son métier en connaissance de cause : “C’est le principe même de la continuité du service public. Pour y travailler, il faut développer le sens du public et de la gratuité. Ce que l’on fait, on le fait pour le bien des gens et non pas dans une logique marchande.”

L’alliance de l’administratif et du terrain
Depuis deux ans, Manuela coordonne les concours de la fonction publique sur Paris. “Il existe toute une logistique autour des concours. Je suis chargée de réserver les salles pour les épreuves, d’organiser les réunions de jurys en fonction de règles spécifiques, de

20

Le Guide des métiers et des compétences

ADMINISTRATION DE L’ENTREPRISE FONCTION PUBLIQUE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Le métier de rédacteur territorial est accessible sur concours de catégorie B de la fonction publique territoriale. Le niveau d’études requis est le bac (général, professionnel ou technologique) ou équivalent et il n’existe pas de limite d’âge. Il est possible de se préparer au concours par l’intermédiaire du CNED (Centre national d’enseignement à distance). Les candidats s’inscrivent dans l’une des deux spécialités suivantes : “Administration générale” ou “Sanitaire et social”. Ceux qui optent pour la première assureront des tâches de gestion administrative et financière, de comptabilité et rédigeront des actes juridiques. Les seconds se verront confier des tâches de secrétariat médical auprès de médecins territoriaux ou dans des services médico-sociaux. Le concours s’organise en deux étapes : l’admissibilité et l’admission. Les épreuves d’admissibilité comprennent une composition sur un sujet d’ordre général relatif aux problèmes économiques, sociaux et culturels du monde contemporain à laquelle s’ajoute : - une note de synthèse à partir d’un dossier portant sur des notions générales relatives aux missions, compétences et moyens d’action des collectivités territoriales pour la spécialité “Administration générale“ ; - un questionnaire portant sur le secteur sanitaire et social, notamment sur les politiques de santé, la protection et l’action sociales et sur les domaines d’intervention des collectivités territoriales pour la spécialité “Sanitaire et social”. Les épreuves d’admission consistent en : - une conversation avec le jury à partir d’un texte tiré au sort ; - un entretien sur une question choisi par le candidat lors de son inscription relative aux finances, au droit public, au droit privé ou à l’action sociale des collectivités territoriales. Les candidats peuvent enfin choisir de passer une épreuve facultative en langue vivante étrangère ou en bureautique. Important : la Ville de Paris est une collectivité territoriale à statut particulier avec ses propres modalités de recrutement. Elle organise donc ses propres concours. L’équivalent de rédacteur territorial est secrétaire administratif.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
L’essentiel du métier reposant sur des bases administratives, on attend du rédacteur territorial une organisation sans faille dans son travail. Ensuite, les attentes varient selon la nature du poste. Certains nécessitent un esprit d’initiative ou d’autonomie, d’autres des qualités relationnelles, un sens de l’écoute et du dialogue ou encore un goût du travail en équipe.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le nombre de postes ouverts au concours varie en fonction des besoins de l’administration publique… plus ou moins nombreux et/ou plus ou moins fréquents. Les candidats doivent donc se préparer à batailler pour appartenir aux meilleurs. Et même lauréats, il leur faudra démarcher différentes collectivités territoriales avant de briguer un poste de rédacteur territorial et s’asseoir proprement dit dans leur “fauteuil”. La rémunération s’effectue ensuite en fonction du degré d’échelon et du grade du poste investi. Point positif : il est possible de travailler n’importe où en France.

ADRESSES UTILES
• www.fonction-publique.gouv.fr Pour tout savoir sur la fonction publique et le métier de fonctionnaire • www.cig929394.fr Le site emploi de la fonction publique territoriale de la petite couronne de la région Ile-de-France (généralités, concours, offres et demandes d’emploi). Infos études et métiers : www.e-orientations.com 21

RÉDACTEUR TERRITORIAL

SECTEUR ::

AGRICULTURE, AGROALIMENTAIRE, ENVIRONNEMENT
lacé au cœur des préoccupations actuelles, l’environnement suscite chaque année toujours plus de vocations. Alors que les candidats rêvent d’innovations techniques et d’élaboration de process, les recruteurs, eux, recherchent de la main-d’œuvre qualifiée pour gérer le traitement des ordures. “Les activités d’aménagement des espaces verts n’enthousiasment pas non plus beaucoup les jeunes, explique Anne-Claire Le Floch, chargée de mission pour l’Apecita. Ils sont rebutés par le travail en extérieur et les compétences annexes demandées (maçonnerie…). Pourtant, les entreprises du paysage connaissent une expansion importante et offrent de nombreuses opportunités durables. Les activités liées à l’environnement ‘pur’, quant à elles, restent encore marginales dans notre secteur. Les emplois progressent grâce aux réglementations et la prise de conscience collective mais les CDD sont légion.”

P

Côté agriculture-agroalimentaire, fin de l’ère chauviniste ! Les vins et fromages du terroir sont concurrencés par des entreprises étrangères mieux organisées et plus audacieuses. Pour défendre leurs fleurons, les producteurs se regroupent, les exploitations s’agrandissent, mais les effectifs, principalement saisonniers, stagnent voire s’amenuisent. Les industries du secteur se confrontent également aux nouvelles exigences du consommateur échaudé par certaines affaires douteuses (OGM, vache folle…). La reconquête de la confiance se joue donc à coup de labels, certificats qualité, et valeurs nutritionnelles.

Avec plus de 2,6 millions d’actifs, le secteur de l’agriculture, de l’agroalimentaire, de la forêt, de la pêche et du monde rural représente 10 % du marché de l’emploi. Toutefois, il existe un réel décalage entre l’image d’Épinal toujours véhiculée et la réalité du terrain. Les opportunités ne se trouvent pas toujours là où on le pense…

Du CAPA à l’école d’ingénieurs agronomes, la palette des formations couvre tous les niveaux. Les CAPA et BEPA, spécialisés dans le domaine agricole, sont accessibles dès la troisième et le plus souvent en alternance. Ils mènent à des %, postes d’ouvrier et autorisent les poursuites d’étude en bac professionnel. La s emplois pourcentage de majorité des offres d’emplois se concentre aujourd’hui au niveau bac et plus. consacrés onnementaux envir itement L’industrie agroalimentaire recherche ainsi des diplômés de niveau III et IV pour ation et au tra à l’élimin énagères gérer la production et la fabrication de ses produits. Les recruteurs tendent même à des ordures m imposer aujourd’hui la licence professionnelle comme nouveau passeport de référence (bac+3). Les bacs+5, issus des écoles d’ingénieurs ou de masters professionnels, décrochent, eux, des postes de responsables d’exploitation et de développement produit. Des places se libèrent également dans le domaine de la qualité pour satisfaire aux nouvelles réglementations et calmer les angoisses des consommateurs. Précisons enfin que les fonctions transversales tel le commerce et le marketing réalisent une percée remarquée. Alors misez sur les doubles formations.

s des en chiffre d’affaire ires en 2006 alimenta agro ans, agriculteurs âge moyen des ercice éleveurs en ex

milliards d’€,treprises

126

Enfin, la France mise aujourd’hui sur l’international et s’ouvre aux pays en voie de développement et aux nouvelles régions industrialisées. De nouveaux débouchés émergent donc, favorisés par l’adaptation des produits aux goûts des consommateurs locaux.

Visez le bac+…

45

60

A. L. Infos études et métiers : www.e-orientations.com 23

METIERSÀLALOUPE ::

Agriculteur biologique
i Anne Prigent
es parents lui ont inculqué le respect de l’environnement. Alors, lorsqu’il reprend les vignes de son grand-père à l’âge de dix-neuf ans après son bac professionnel Conduite et gestion de l’exploitation agricole, spécialité “Vigne et vin” (BTA à l’époque), Jean-Christophe Bourbon réduit aussitôt l’utilisation des produits chimiques. En 2000, il franchit une étape supplémentaire en se convertissant à l’agriculture biologique. Après trois ans de travail émérite, il obtiendra prochainement la labellisation "bio" pour la conformité et la qualité de sa production de beaujolais. Lorsque les vignes sont envahies par l’oïdium, Jean-Christophe les soigne avec du soufre. Une attaque par le mildiou ? Il les traite au cuivre. Et pour stimuler la croissance de la plante et la renforcer contre les maladies, il utilise des produits naturels comme le purin d’ortie.

S

Une agriculture à la pointe
Olivier Desmaret, 35 ans, coiffe également la casquette d’agriculteur biologique. Depuis janvier 2005, cet ingénieur formé à l’ENESAD (Établissement national d’enseignement supérieur agronomique de Dijon) exploite une ferme située en Picardie à 40 km d’Amiens. Il consacre l’essentiel de son activité à l’élevage de vaches allaitantes et à la polyculture : blé pour la production de farine et de pain ; céréales et protéagineux destinés à l’alimentation animale. Toute son exploitation est placée sous la bannière “agriculture biologique”. Concrètement, il n’utilise pas de produits chimiques : les animaux mangent donc bio. Les soins vétérinaires, 100 % naturels, reposent sur la médecine alternative comme la phytothérapie et l’aromathérapie. “Une telle agriculture se base sur l’utilisation de savoir-faire anciens et d’outils mécaniques. S’y ajoute l’agronomie, avec la rotation des cultures et un calendrier des semis spécifique : plus on sème le blé tard, plus on réduit le développement des maladies et des mauvaises herbes.” Comme tout agriculteur, Olivier travaille beaucoup. Ses journées sont longues : de 7 h 30 à 19 h. Il ne s’autorise qu’une semaine de vacances par an, mais engrange beaucoup moins de fatigue qu’auparavant, lorsqu’il était salarié en charge de la communication et de la promotion d’associations de développement de l’agriculture biologique. Seul le regard critique des autres agriculteurs et des coopératives lui crée aujourd’hui des soucis : “L’agriculteur biologique reste encore un marginal !” Mais pour combien de temps ?

Des vins qui reflètent le terroir
Aujourd’hui, Jean-Christophe ne se contente plus de cultiver sa vigne composée des cépages gamay et chardonnay. Il vinifie lui-même son vin. Fini donc le recours à la coopérative ! “J’ai ainsi réduit les rendements. Pour la fermentation, je travaille avec des levures indigènes, qui sont naturellement présentes sur le raisin, et non avec des levures sélectionnées commercialisées par les laboratoires. En conséquence, j’obtiens des vins qui, par leur différence chaque année, reflètent véritablement le terroir.” Jean-Christophe commercialise également sa production. Dès septembre prochain, il se lance dans l’exportation et la vente directe de vins vers l’Allemagne ou le Japon pour satisfaire une clientèle internationale toujours plus amatrice de beaujolais bio !

24

Le Guide des métiers et des compétences

AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Les formations agricoles sont accessibles à tout niveau d’études. Elles incluent aujourd’hui une initiation à l'agriculture biologique sous forme de modules d'agronomie, de technique et d'économie ou de modules optionnels spécifiques à l’agriculture biologique. Une liste des établissements concernés est disponible sur le site du Réseau agriculture biologique de l’enseignement agricole : www.chlorofil.fr

Après la 3e
Vous pouvez préparer en deux ans le BEPA Conduite de productions agricoles et choisir parmi trois spécialités : “Productions animales”, “Productions végétales”, “Vigne et vin”.

Après le BEPA
Vous avez accès au bac professionnel Conduite et gestion de l’exploitation agricole. Quatre options vous sont proposées : “Production du cheval”, “Productions animales”, “Productions végétales”, “Vigne et vin”. Cette formation, d’une durée de deux ans, ne débouche pas directement sur une poursuite d’études. Seuls les meilleurs des bacheliers sont invités à s’orienter vers un BTSA.

Après le bac
Du BTSA Analyse et conduite de systèmes d’exploitation, en deux ans, aux formations des écoles, les parcours ne manquent pas ! Certaines écoles recrutent d’ailleurs les bacheliers de séries scientifiques ou technologiques à partir du concours commun de la FÉSIA (Fédération des écoles supérieures d’ingénieurs en agriculture) qui regroupe l’ESA Angers, l’EI Purpan Toulouse, l’ISA Lille et l’ISARA Lyon. D’autres établissements comme l’ESITPA Val-de-Reuil (Eure) recrutent sur concours propre.

Après un bac+2
Les grandes écoles d’agronomie (ENSA, INA, ENESAD…) et d’ingénieurs des travaux agricoles (ENITA) sont ouvertes principalement aux élèves issus des classes préparatoires. Mais elles organisent aussi des concours spécifiques destinés aux autres titulaires d’un bac+2 (BTS, BTSA…).

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
L’agriculteur biologique sait observer les phénomènes naturels. Il sait également manager une exploitation, encadrer son personnel, suivre l'évolution des marchés et évaluer les perspectives commerciales de ses produits grâce à ses compétences en économie et en gestion. Enfin, il développe une réelle capacité d’adaptation et n’hésite pas à jouer de ses talents de négociateur pour optimiser ses ventes.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
L’agriculture bio, encore marginale en France, se hisse au 19e rang européen sur le plan de sa superficie (1,9 % de la surface agricole totale) et au 5e rang en nombre de fermes certifiées (11 377). Tout le secteur agricole a pourtant besoin de débutants pour assurer la relève et compenser les départs à la retraite. La majorité d’entre eux reprennent des terres familiales et tous – malheureusement – ne parviennent pas à vivre de cette seule activité principale.

ADRESSES UTILES
www.info.portea.fr le site d’information et d’orientation de l’enseignement agricole français www.agri-bio.fr le portail de l’agriculture biologique et de l’écologie www.agriculturebio.org le centre national de ressources en agriculture biologique

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 25

AGRICULTEUR BIOLOGIQUE

METIERSÀLALOUPE ::

Directeur d’exploitation d’un site de traitement des déchets
i Alice Odin

A

vec 434 kg de déchets ménagers par habitant et par an, la France est placée dans le peloton de tête des pays européens les plus producteurs de détritus. Pour faire face au tri et au recyclage des tonnes d’ordures collectées chaque jour, de nouveaux métiers sont nés, regroupés sous l’appellation générique de “techniciens de traitement des déchets”. En réalité, cette dénomination comprend aussi bien les agents de tri que les ingénieurs qualité chargés des prélèvements ou le directeur d’exploitation d’un site…

puisque le traitement des déchets est confié à des entreprises triées sur le volet auxquelles l’État impose un grand nombre de règles : “Nous effectuons les tris selon un cahier des charges très strict afin de garantir la pureté des produits car une partie d’entre eux part ensuite en centre de recyclage.”

Un communiquant doublé d’un gestionnaire
En dehors de ses fonctions “terrain”, le directeur d’exploitation a également un rôle de supervision et de coordination. “Parallèlement à mes missions opérationnelles, j’ai en effet des tâches administratives assez lourdes à remplir, confie Fabien Cambon. Je passe une partie de mon temps dans mon bureau où je rédige des rapports ou des notes de synthèse. Et comme je fais tourner l’établissement, j’ai une fonction RH très importante : je recrute, effectue les paies et assure la discipline sur le site.” Le tout en veillant à la gestion du budget annuel et en s’efforçant de dégager un maximum de rentabilité ! À cet égard, l’aspect relationnel entre aussi dans les attributions du directeur d’exploitation qui joue les commerciaux et représente son entreprise auprès de son client (pour Fabien Cambon le Sictom – Syndicat intercommunal de collecte et traitement des ordures ménagères – de l’agglomération parisienne). Il se trouve de surcroît en contact permanent avec les collectivités locales, les industriels et le grand public auprès desquels il doit réaliser un travail de communication. Bref, “l’avantage et l’inconvénient de ce métier riche en challenges et en responsabilités c’est qu’on n’y vit jamais deux journées semblables car il faut sans cesse se réadapter…”

Un chef d’entreprise polyvalent
Chargé des opérations de traitement des déchets collectés, le directeur d'exploitation met au point leur enfouissement, incinération, transformation ou compostage avec l’aide de son équipe de techniciens. “Je dois avoir une maîtrise globale des techniques de traitement employées car il faut trouver des solutions palliatives en cas de problème, explique Fabien Cambon, directeur d’exploitation du centre de tri Veolia de Nanterre. Nous avons en effet une obligation de continuité du service public : le centre doit être disponible en permanence aux déchets qu’il reçoit.” Pour faire en sorte que le flux de déchets soit toujours maîtrisé, le directeur définit les procédures de suivi et les améliorations à mettre en oeuvre pour optimiser le fonctionnement de son site. Mais il doit également veiller à respecter l’environnement et la sécurité du personnel : “Mon rôle consiste à superviser et à coordonner l’ensemble des acteurs qui composent le centre, confirme Fabien Cambon, il s’apparente à celui d’un gérant de SARL qui a toutes les casquettes !” La logistique et le support d’un grand groupe en plus

26

Le Guide des métiers et des compétences

AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ DIRECTEUR D’EXPLOITATION D’UN SITE DE TRAITEMENT DES DÉCHETS
Le profil idéal pour accéder à ce métier est celui d’un ingénieur en chimie ou en biochimie spécialisé dans l’environnement industriel. Toutefois les titulaires du master Gestion et traitement des déchets ou les diplômés d’un bac+2 (DUT-BTS-DEUST) en chimie ou biochimie s’assurent également une carrière de directeur d’exploitation après quelques années d’expérience sur site.

À partir d’un bac+2/+3
Les BTS et DUT comportant des enseignements en chimie et biochimie, mais aussi le DEUST Technicien en environnement et déchets de Lille 1, sont particulièrement adaptés aux bases du métier. Vous pourrez ainsi opter pour un BTS Chimiste, bioanalyses et contrôles ou un DUT Chimie option “Chimie”. Après un bac+2, il est possible de gagner en compétences en intégrant une licence professionnelle Protection de l'environnement option “Gestion et traitement des déchets” ou Protection de l'environnement option “Gestionnaire des déchets”.

Après un bac+4
Les jeunes ingénieurs issus d’une école spécialisée dans le secteur de l’environnement sont les plus prisés des centres de traitement, en particulier s’ils détiennent un diplôme option “Traitement des déchets”, “Développement durable et risques environnementaux” ou même “Biochimie”. Dans tous les cas, d’après le SNAD (Syndicat national des activités du déchet), “C’est un secteur où la possibilité de faire carrière existe, puisqu’un tiers des postes actuels d’encadrement sont détenus par d’anciens ouvriers.”

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Parmi les compétences techniques nécessaires à l’exercice de cette profession figurent de solides connaissances en chimie et une réelle capacité à évaluer les risques et les coûts. Le directeur d’exploitation doit en outre posséder un bon esprit d'équipe et des qualités de manager puisqu’il sera amené à diriger son équipe de techniciens et les ouvriers de l’usine. Des aptitudes commerciales, des qualités de gestionnaire et la pratique courante d'une langue étrangère (anglais ou allemand) sont également très appréciées, notamment par les groupes privés.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le métier de directeur d’exploitation tend actuellement à se développer : le domaine de la collecte, du traitement et du recyclage des déchets emploie aujourd’hui près de 112 000 personnes et un millier d'emplois se dégagent ainsi chaque année, notamment en usine de traitement. Les grands groupes privés à dimension internationale recherchent activement des directeurs d’exploitation bilingues et susceptibles d’accueillir favorablement une nomination à l’étranger.

ADRESSES UTILES
Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire 20, avenue de Ségur - 75007 Paris Tél. : 01 42 19 20 21 Site : www.developpement-durable.gouv.fr Fédération nationale des activités de la dépollution et de l’environnement Site : www.fnad.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 27

METIERSÀLALOUPE ::

Ingénieur agronome
i Christine Delerue

N

e cherchez pas : vous aurez du mal à trouver un ingénieur agronome qui ressemble à un autre ingénieur agronome ! Car derrière ce “titre” se cache en réalité mille et une façons d’exercer le métier. Un ingénieur agronome est un généraliste bénéficiant d’un enseignement équilibré entre sciences de l’ingénieur, sciences agronomiques et agroalimentaires, sciences économiques et sociales. Comme le précise l’UNIA (Union nationale des ingénieurs agronomes), ils réussissent aussi bien dans le management, le commercial, le marketing, la production, la logistique, la qualité, la recherche, le développement… “Ce métier permet d’allier les compétences techniques avec ses propres aspirations”, souligne Elisabeth Payeux. Elle en est d’ailleurs l’exemple vivant !

je me rends au centre de documentation interne et j’utilise la base de données documentaires.” Ce poste nécessite des compétences scientifiques, technologiques ET littéraires. “Si un chercheur m’explique qu’il travaille sur les micro-organismes thermorésistants et me demande d’effectuer des recherches sur ce sujet, je comprends tout de suite de quoi il parle car je connais les mots clés à utiliser, ce qui n’est pas le cas d’un documentaliste classique.” Et ce n’est pas tout : “Je suis également responsable de toutes les publications scientifiques destinées aux industriels : dans ce cas précis, les chercheurs rédigent leurs articles ou je les réalise moi-même à partir de leurs informations. Je dois alors être capable de traduire clairement une problématique scientifique.”

Lettres et sciences associées
J’exerce au CTCPA. Il s’agit d’un centre technique industriel dans l’agroalimentaire qui aide les industriels à mieux produire. Concrètement, ils nous paient pour élaborer des programmes de recherche : tester de nouvelles techniques de conservation, allonger la durée de vie d’un produit ou encore travailler sur la réduction de la teneur en sel dans le pain.” Ingénieur agronome de formation, la jeune femme est aujourd’hui directrice du service “Prospective et veille scientifique”. Sa mission : dénicher l’information ! “Je travaille étroitement avec les chercheurs. Je surveille l’information technologique et les travaux de recherche menés par les laboratoires. Pour ce faire,

La passion avant tout
Depuis sept ans qu’elle est à ce poste, Elisabeth ne compte pas ses heures. “Je suis bosseuse de nature, donc je ne suis pas dérangée par les longues journées. Par ailleurs, je me sens soutenue dans mon travail, ce qui est très motivant. Le plus contraignant ? S’informer perpétuellement des avancées relatives aux outils de veille. Je dois sans cesse être à l’affût !” Une chose est sûre : la jeune femme ne regrette pas d’avoir choisi cette voie. “J’aime rendre service aux autres en leur délivrant l’information dont ils ont besoin, car je fais alors appel à des compétences qu’ils ne possèdent pas vraiment.”

28

Le Guide des métiers et des compétences

AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT
-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ

Après un bac
Dans la majorité des cas, les agronomes sont titulaires d’un diplôme d’ingénieur (bac+5). Post-bac, des possibilités multiples existent pour pousser la porte des écoles spécialisées. La voie royale reste la prépa scientifique. Les bacheliers S optent pour une prépa BCPST-véto (Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre) tandis que les bacheliers STL spécialité “Biochimie-génie biologique” s’orientent vers une prépa TB (Technologie et biologie). Ceux qui souhaitent “zapper” la case prépa peuvent valider un BTS, un DUT ou une licence scientifique à l’université pour viser les admissions parallèles.

Après un bac+2
Parmi les écoles d’ingénieurs spécialisées dans l’agronomie, les quatre ENSA (Montpellier, Rennes, Toulouse, Nancy) et l’INA-PG appartiennent aux plus réputées. Toutes recrutent sur concours après un bac+2 selon les mêmes modalités :

f sur concours “A Bio” pour les élèves de prépas BCPST ; f sur concours “A TB” pour les élèves de prépas TB ; f sur concours “B ENSA” pour les étudiants inscrits en L2 et L3 de licence générale scientifique f
(quel que soit le domaine étudié) ou inscrits en année de préparation d’une licence pro dans les domaines des Sciences de la Vie, de la Terre ou de la Matière ; sur concours “C ENSA” pour les titulaires : • un BTSA, toutes filières • d’un BTS Agroéquipements, Analyses biologiques, Bioanalyses et contrôle, Biotechnologies, Chimiste, Contrôle industriel et régulation automatique, Diététique, Industries céréalières, Informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques, Maintenance industrielle, Mécanisme et automatismes industriels, Métiers de l’eau, Qualité dans les industries alimentaires et les bio-industries, Techniques physiques pour l’industrie et le laboratoire ; • d’un DUT Chimie, Génie du conditionnement et de l’emballage, Génie biologique, Génie chimique et génie des procédés, Génie thermique et énergie, Gestion logistique et transports, Hygiène-sécuritéenvironnement, Mesures physiques, Qualité, logistique industrielle et organisation, Science et génie des matériaux ; • d’un DTSM (Diplôme de technicien supérieur de la mer) ; • sur concours “C2 ENSA-ENITA” pour les titulaires de certains DUT obtenus l’année du concours.

BON À SAVOIR : Les candidats s’inscrivant au concours “A Bio” ne peuvent pas s’inscrire la même année au concours “B ENSA”.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
L’ingénieur agronome se définit par sa mobilité, ses capacités d’analyse, de synthèse et son sens de la communication indispensables pour résoudre les problèmes les plus complexes. Sa carrière, de plus en plus internationale, exige qu’il maîtrise au moins deux langues étrangères.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
L’industrie agroalimentaire, qui regroupe 25 % des ingénieurs agronomes, reste le premier secteur recruteur. Suivent ensuite l’agro-fourniture (15 % des agronomes), les organisations professionnelles agricoles et développement agricole (13 %) et l’informatique (9 %), le reste se répartissant dans l’environnement, l’enseignement et la recherche publique, la banque, le conseil, etc…

ADRESSE UTILE
Union des ingénieurs agronomes (UNIA) 5, quai Voltaire - 75007 Paris Tél. : 01 45 61 04 06 Site : www.uniagro.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 29

INGÉNIEUR AGRONOME

METIERSÀLALOUPE ::

Viticulteur
i Laure Vilar
e viticulteur peut être exploitant ou salarié d'un domaine. Il supervise les travaux de production de la vigne, participe au processus d'"élevage" du vin, pour ensuite le commercialiser. "Le vin a toujours été vecteur de mythes et de rêves. Le seul problème lorsqu'on est vigneron, c'est qu'il ne suffit pas de produire, il faut également vendre. Et si on ne sait pas commercialiser sa production, on est mort", explique Dominique Hauvette, viticultrice dans la région des Baux de Provence. C'est pour cette raison qu'elle n'a jamais hésité à prendre le volant de sa petite camionnette pour sillonner les foires-expositions et les salons vinicoles. "Pouvoir discuter avec un client des conditions d'exploitation et d'élevage a été déterminant pour la commercialisation de mes vins".

L

“Un travail d’artisan”
C'est un peu par hasard que Dominique est tombée dans le métier. Sa maîtrise de droit rural en poche, elle commence par travailler à la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles). Au cours d'un séjour en Provence, elle tombe sous le charme de la région. "Mes parents avaient pris leur retraite dans le Midi et en passant quelques jours chez eux, j'ai su qu'un de leurs voisins vendait son exploitation viticole. J'ai toujours apprécié le vin, mais je n'avais aucune connaissance du métier.

Pourtant, j'ai eu envie de me lancer dans l'aventure." Elle prend contact avec le propriétaire de l'exploitation, un anglais compétent et très coopératif. Grâce au soutien de ses parents – et de son banquier ! –, elle conclut l'affaire dans de bonnes conditions. Fin 1989, elle devient propriétaire de six hectares de vigne au pied des Alpilles, dans un site magnifique. "Un vrai bonheur de se réveiller chaque matin pour travailler". Parallèlement, Dominique s'inscrit à des cours d'oenologie à Montpellier et suit un 3e cycle en gestion. Elle prend également régulièrement conseil auprès de l'ancien propriétaire des lieux, ravi de voir une jeune femme reprendre le flambeau. "Dans mon inexpérience, j'ai bénéficié d'une grande chance, raconte Dominique, car les trois millésimes qui ont suivi mon acquisition ont été excellents et, très vite, ma production a acquis une petite renommée dans le milieu viticole." Aujourd'hui, elle travaille avec deux ouvriers agricoles sur quatorze hectares et continue à privilégier la qualité plutôt que le rendement. D'ailleurs, dès le départ, elle a opté pour une production biologique en n'utilisant aucun conservateur. "C'est un travail d'artisan qui revient très cher en main d'oeuvre. Mais après presque vingt ans d'exploitation, je sais que j'ai fait le bon choix et que je suis sur une pente ascendante, même si le marché reste très concurrentiel."

30

Le Guide des métiers et des compétences

AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Parallèlement aux diplômes de l'Éducation nationale, le ministère de l'Agriculture a mis en place une filière de formation spécifique pour les métiers du secteur. Tout parcours supérieur commence donc par la validation du bac pro Conduite et gestion de l'exploitation agricole, spécialité “Vigne et vin” qui se prépare après un CAPA (Certificat d'aptitude professionnelle agricole) “Vigne et vin” ou un BEPA (Brevet d'études professionnelles agricoles) Conduite de productions agricoles spécialité “Vigne et vin”.

Après le bac
Cap sur deux spécialités du BTSA (Brevet de technicien agricole supérieur) : Viticulture-oenologie et Technico-commercial “Boissons, vins et spiritueux”. Ce diplôme se prépare en 2 ans, dans un lycée d'enseignement général et technologique agricole.

Après un bac+2
Un certificat de spécialisation en un an apporte une double compétence : technico-commerciale, informatique ou de gestion. Il se prépare par la voie de l'apprentissage ou de la formation initiale dans un centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) ou un centre de formation d'apprentis (CFA)…

Après un bac+5
Plus de vingt écoles délivrent un diplôme d'ingénieur dans le domaine de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Certaines recrutent directement après le bac pour cinq années d'études, tandis que d’autres, notamment les écoles nationales supérieures d'agronomie (ENSA) et l'Institut national d'agronomie (INA) sont accessibles post bac+2 et proposent une scolarité en trois ans.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
La vigne réclame des soins constants, c'est pourquoi un bon viticulteur doit faire preuve de qualités d'observation, de solides compétences techniques et d'une endurance physique à toute épreuve. Car du suivi attentif de l'évolution de la vinification dépendra toute la qualité du vin. Un viticulteur doit également développer des compétences en gestion et en comptabilité pour maîtriser les coûts de production et prévoir ses investissements. Autre qualité indispensable : un bon sens de la vente et de la négociation commerciale pour écouler sa production...

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le revenu d'une exploitation agricole est tributaire de nombreux facteurs (intempéries, évolutions des politiques d'aides et de subventions, fluctuations du marché). Mais certains métiers, notamment la production viticole, ont progressé dans des proportions supérieures à la moyenne nationale. Pourtant, les débuts d'un jeune exploitant ne sont pas toujours faciles. Les mises de fonds sont importantes, la rentabilité loin d'être immédiate et les horaires de travail exigeants. En revanche, le monde agricole dispose d'un maillage très serré d'organisations qui proposent un soutien et des formations pour lui permettre d'évoluer dans sa pratique professionnelle.

ADRESSE UTILE
Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA) 14, rue de la Boétie - 75008 Paris Tél. : 01 42 65 17 51 Site : www.cnja.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 31

VITICULTEUR

SECTEUR ::

ARTISANAT
D’ici dix ans, un tiers des artisans partiront à la retraite, emportant avec eux connaissances et savoir-faire. Le secteur mise donc sur les jeunes pour reprendre le flambeau et à ce titre s’offre de nombreuses campagnes d’information. Quand on vous dit qu’il existe forcément un métier pour vous parmi les 250 recensés !

artisanat mérite sa qualification de première entreprise de France.Présent dans toutes les régions françaises, il s’enorgueillit d’un chiffre d’affaires de 300 milliards d’euros – plus que l’automobile –, et constitue une composante incontournable du tissu économique du pays. Pourtant, les entreprises sont confrontées aujourd’hui à un problème majeur : le recrutement. “En sept ans, les artisans ont créé 430 000 emplois, soit un quart du total des créations d’emploi en France durant cette période, annonce Pierre Martin, président de l’Union professionnelle artisanale. Ces chiffres pourraient être encore plus élevés si les entreprises n’éprouvaient pas des difficultés à recruter. Une enquête UPA/I+C de juillet 2006 a ainsi montré que 38 % des artisans ne parvenaient pas à embaucher. À certaines périodes, on comptait même jusqu’à 100 000 offres d’emploi non pourvues.” Bien sûr, ces chiffres masquent quelques disparités. Le secteur du bâtiment, porté par le dispositif de TVA réduite pour les travaux d’entretien et de réparation du logement, reste le plus gros demandeur en main-d’oeuvre qualifiée, juste derrière les services à la personne (taxi, coiffure,…) et la production (bois et ameublement notamment) qui connaissent une hausse significative de leur activité. Les métiers de bouche, quant à eux, rencontrent également des difficultés de recrutement générées principalement par un rythme de travail contraignant et par des salaires peu attractifs. Pour attirer les jeunes vocations, le secteur mise donc sur l’un de ses principaux atouts : la possibilité de devenir son propre patron. “La perspective de s’installer à son compte au bout de quelques années est réelle, assure Pierre Martin. 50 % des personnes formées aux métiers de l’artisanat deviennent chef d’entreprise dans les dix ans et un quart des repreneurs d’entreprises ont moins de… 30 ans. De surcroît, une majorité d’artisans peut prétendre à un niveau de vie équivalant à celui d’un cadre ou , r de certains professionnels libéraux.” prises du secteu nombre d’entre ions, mill

L’

nombre d’entre créées en 2007

950 000 3,1 s dans le secteur nombre d’actif 00 ar 60 prises0, tisanales 170 000,

Un éventail de formations impressionnant !
L’artisanat propose 750 formations professionnalisantes, tous niveaux confondus : CAP, BEP, bac pro mais également BTM, BM et autres titres de qualification. Premier niveau d’accès ?

aque entis formés ch nombre d’appr du secteur iers année aux mét
rtisanat.fr, (Source : www.a Mars 2008)

Fin de troisième. “À partir du moment où la personne a suivi une formation en alternance et a donc développé une expérience de l’entreprise, son employabilité est maximisée, quel que soit son niveau de qualification, insiste Pierre Martin. Pour le reste, je vous confirme que la quasi-totalité des branches de l’artisanat connaît un déficit d’embauche et ne demande qu’à recruter et fidéliser de nouveaux salariés.” Avis aux vocations ! A. L. Infos études et métiers : www.e-orientations.com 33

METIERSÀLALOUPE ::

Boulanger
i Alice Odin

L

evé tous les jours bien avant l’aube pour travailler à son pétrin, le boulanger perpétue une grande tradition hexagonale : le pain dans tous ses états ! D’ailleurs, il existe près de 34 000 boulangeries en France.

Du goût, des idées et un savoir-faire
C’est pourquoi Frédéric Lalos souligne la distinction entre le pain industriel “dont la surgélation nécessite l’ajout de levure car le pétrissage et la cuisson ne s’effectuent pas au même endroit, ce qui explique la fadeur du produit final…” et le pain frais “dont toutes les phases de fabrication sont réalisées dans le même lieu.” Car l’appellation de boulanger se mérite : la première fournée doit être prête pour l’ouverture de la boulangerie à 7 h 30 et lorsque la journée de travail s’achève, vers 13 h, l’artisan doit se consacrer à des tâches administratives. “Je gère alors les factures avec mon associé, confirme Frédéric Lalos, car je veux toujours garder un oeil sur les chiffres. Il faut aussi surveiller la progression de nos trois boutiques et les visiter régulièrement afin d’aider nos collaborateurs à élever leur niveau professionnel. Une bonne ambiance reste primordiale dans cette profession où les horaires sont contraignants.” L’originalité et la créativité jouent également un rôle prépondérant, notamment pour se démarquer des concurrents de la boulangerie industrielle : “Le Quartier du Pain propose un pain nouveau chaque mois, explique l’artisan, et tout à l’heure, j’avais rendez-vous avec un fournisseur du levain qui sera bientôt commercialisé sous mon nom.” Bref, le boulanger est à la fois un artisan passionné et un commerçant avisé !

Une tradition millénaire
Le boulanger est l’héritier d’un savoir-faire très ancien et considère souvent davantage son métier comme une véritable vocation. C’est notamment le cas de Frédéric Lalos, “meilleur ouvrier de France” en 1997 et co-fondateur de l’enseigne Quartier du Pain : “L’amour du produit est au coeur de notre profession, affirme le jeune chef d’entreprise. Il m’est souvent arrivé de refuser de grosses commandes car je savais que nous ne serions pas à même de garantir la meilleure qualité. Chaque fournée représente un nouveau challenge et une envie de se surpasser.” Et Frédéric sait de quoi il parle : pâtissier à l’Elysée pendant son service militaire, il intègre la prestigieuse maison Lenôtre en 1990 et parcourt le Japon, la Corée ou encore le Koweït pour former le personnel de la société. Le secteur reste en effet très attaché à des valeurs artisanales et traditionnelles, et même si les techniques de fabrication se sont modernisées (pétrin mécanique, four à commande numérique, armoire à fermentation contrôlée…), la pâte qui compose le pain réclame quant à elle le même soin depuis la nuit des temps. Elle repose sur des matières premières et des savoir-faire qui n'ont pas évolué depuis l'Antiquité.

34

Le Guide des métiers et des compétences

ARTISANAT

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ

Après la 3e
La majorité des futurs boulangers préparent un CAP Boulanger en deux ans par la voie de l’apprentissage car peu nombreux sont les lycées d'enseignement professionnel (LEP) et établissements privés sous contrat qui forment à ce diplôme de niveau V. Les candidats boulangers partagent leur temps entre l’un des 150 centres de formation d'apprentis (CFA) du territoire et le milieu professionnel. Au programme : les techniques de préparation d’une production (connaissance des matières premières, des équipements, du fonctionnement d’une entreprise, des règles d’hygiène…) et la fabrication proprement dite (fabrication de pains de tradition, de campagne, de viennoiseries…). Notons toutefois que les perspectives d’évolution sont plus vastes pour les titulaires du CAP Chocolatier, confiseur, du nouveau CAP Pâtissier, du BEP Alimentation option “Pâtissier, glacier, chocolatier, confiseur” ou d’une MC Pâtisserie-boulangerie. Les apprentis boulangers peuvent poursuivre leur formation par un BEP Alimentation option “Boulanger” puis par un bac pro Métiers de l'alimentation option “Boulangerie-pâtisserie” pour parfaire leurs compétences. Note : Certaines écoles proposent des cursus de cinq-six mois pour former des adultes en reconversion professionnelle ou des étudiants qui souhaitent entrer dans la profession après des études générales à l’université. C’est notamment le cas de l’Institut national de la boulangerie.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Levés tôt et couchés tard, les pros du fournil endurent de longues journées de travail debout. Le métier de boulanger requiert donc une énergie et une résistance physique à toute épreuve ! Cette activité, comme toutes celles liées à l’alimentation, nécessite également une hygiène rigoureuse et un excellent sens du contact car la fidélisation de la clientèle reste essentielle pour prospérer. Le boulanger use donc d’un dialogue efficace pour valoriser ses produits et ainsi optimiser les envies de consommation. Enfin, cet artisan-chef d’entreprise développe de réelles connaissances dans les domaines de la comptabilité et de la gestion, rentabilité et profits obligent !

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le travail du pain vous attire et vous avez la fibre artisanale ? Foncez ! Aujourd’hui, la demande d’apprentis boulangers est en hausse, et les candidats se font rares. Ces difficultés de recrutement s’expliquent aisément : si vous vous engagez dans cette voie, vous devrez travailler la nuit, les week-ends et parfois même les jours fériés ! En contrepartie, la boulangerie est l’un des rares secteurs où l’on peut devenir rapidement chef d’entreprise avec un niveau scolaire peu élevé… et faire le tour du monde ! La profession jouit en effet d’une excellente image de marque et les bons boulangers sont très sollicités, notamment aux États-Unis et au Japon.

ADRESSE UTILE
Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française 27, avenue d'Eylau - 75116 Paris Tél. : 01 53 70 16 25 Site : www.boulangerie.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 35

BOULANGER

METIERSÀLALOUPE ::

Fleuriste
i Lauren Marela
on, notre métier ne se cantonne pas à la fabrication de bouquets à longueur de journée !” commente Dominine Guingamp, fleuriste à Paris dans l’une des trois boutiques de fleurs Le Pélican. “Au début, je n’avais pas envisagé de m’orienter vers cette voie. J’étais une étudiante hésitante quant à la suite de mes études… j’ai alors décidé de travailler. Comme les fleurs m’attiraient depuis mon enfance, j’ai opté pour un CAP en alternance et me voilà ici depuis trois ans !”

N

Création et fleurs : la passion joue un grand rôle !
Julie, pour sa part, a étudié quatre ans pour devenir fleuriste, le temps nécessaire pour obtenir un CAP puis un BP. “Et j’ai immédiatement trouvé un emploi. C’est le problème de notre métier : il recrute, mais rebute les jeunes par son exigence en terme d’horaires. Oui, c’est vrai, on ne dispose pas de nos week-ends, encore moins de jours fériés, mais quand on aime…” Julie a débuté dans une boutique plus classique que Le Pélican. “L’inconvénient de ce type de structures réside dans la non création imposée ! Il faut contenter tout le monde et rester “traditionnel”. Ici, en revanche, la fantaisie est permise !” Et oui ! Les fleuristes ne se définissent pas comme de simples experts en fleurs mais comme de vrais créateurs ! “Nous marions les formes et les couleurs en cherchant toujours à créer quelque chose de nouveau et d’original. Lorsque certains clients entrent chez un fleuriste comme s’ils accomplissaient une corvée, on est forcément déçues ! Mais heureusement, la majorité est poussée par le plaisir. Et c’est toujours un bonheur de laisser libre cours à son imagination tout en sachant qu’on apporte un peu joie et de beauté à nos clients” confirme Dominique. "Le plus lassant ? Répondre aux questions toutes faites, relatives à l’entretien des fleurs, leur fraîcheur… Il faut alors trouver l’énergie de répondre positivement aux clients! Mais cette petite contrariété ne peut entacher l’amour de ce métier… sans cesse renouvelé !”

Un travail physique
Le métier de fleuriste requiert une grande résistance physique: “Le matin après avoir vérifié la fraîcheur des fleurs, il faut réceptionner les arrivages. C’est l’heure du réaménagement du magasin, du nettoyage…” Julie Verdelet, la collègue de Dominique, acquiesce : “Les clients n’envisagent pas la somme de travail en amont de la vente et de la conception de bouquets.” Le matin est ainsi monopolisé par les impératifs de commandes et de livraisons. “On veille également à la répartition des fleurs, des couleurs. Rien n’est fait au hasard ! L’espace doit être redistribué de façon à ne pas figer la boutique”, explique Dominique. La spécialité du fleuriste ? Le bouquet rond, une technique qui impressionne toujours les clients ! “Cela paraît difficile de prime abord, mais il suffit de maîtriser le geste pour parvenir à le réaliser les yeux fermés ! Le plus palpitant, pour un fleuriste, est la part créative insufflée dans chaque composition”.

36

Le Guide des métiers et des compétences

ARTISANAT

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Vous aimez les fleurs ? Ce n'est malheureusement pas suffisant pour devenir fleuriste… loin de là ! Car la création florale, la commercialisation et la gestion sont des savoirs et techniques qui s’acquièrent par une formation appropriée. Vous pouvez commencer dès la fin de la 3e par un CAP, mais bac en poche, d'autres formations s'ouvrent à vous. La plupart se réalisent en alternance car ce métier demande essentiellement de l'entraînement pratique.

Après la 3e
Une seule solution ici : préparer un CAP de fleuriste. En deux ans, il vous apportera toutes connaissances relatives aux fleurs : techniques de composition florale et de création, technologie botanique, dessin d'art appliqué, connaissance de l'environnement. Vous commencerez même à découvrir les techniques de vente et de commercialisation. Le CAP en poche vous pourrez d'ores et déjà intégrer le marché du travail en tant qu'ouvrier fleuriste. Si vous souhaitez valoriser votre savoir-faire personnel de création et de commercialisation, continuez par un BP (Brevet Professionnel). Au programme : gestion, commercialisation, gestion du personnel, achats. Il existe aussi, à ce même niveau le BTM (Brevet Technique des Métiers). Aucune différence – ou presque – entre ces deux diplômes relevant des chambres de métiers. Ils donnent tous deux le niveau bac à leur titulaire. L'obtention du BP ou du BTM prouve que vous êtes ouvrier qualifié, apte à ouvrir votre propre boutique de fleurs. Mais si c'est votre but, mieux vaut alors viser le diplôme ultime, le BM (Brevet de Maîtrise).

Avec le niveau bac
Le BM est le niveau le plus élevé dans le cursus menant au métier de fleuriste. Il s'adresse aux personnes ayant un réel projet de création d'entreprise ou aux fleuristes récemment installés qui souhaiteraient développer leurs compétences en management. Il se prépare en un ou deux ans et comprend six modules principaux : conduite d'entreprise, commercial, gestion économique et financière, maître d'apprentissage, gestion des ressources humaines et anglais.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Outre des connaissances poussées en botanique, un fleuriste doit avant tout aimer les fleurs et les manipuler avec délicatesse car elles sont fragiles. Créatif, il doit savoir marier les couleurs et les essences, avoir le sens de l'équilibre des formes et des volumes. Enfin, sa fonction de commerçant requiert de sa part de l'amabilité, un sens de l'accueil et du conseil.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le mot chômage n'existe pas chez les fleuristes ! Chaque année, des milliers de postes en CDI ne sont pas pourvus ! La consommation de fleurs en France n'a cessé d'augmenter ces dix dernières années. Conséquence : que ce soit en boutiques traditionnelles ou en jardineries libre-service, on recherche de la main-d'oeuvre à tous les niveaux. Les évolutions de carrière peuvent donc être très rapides. Un débutant peut ainsi vite accéder à des postes de responsable de boutique ou s’établir à son compte au terme de quelques années d’exercice.

ADRESSE UTILE
Chambre syndicale des fleuristes d’Ile-de-France École des fleuristes de Paris 3 rue Hassard - 75019 Paris Tél. Chambre : 01 53 38 60 53 Tél. École: 01 53 38 60 60 Site : www.lesfleuristes.com Infos études et métiers : www.e-orientations.com 37

FLEURISTE

METIERSÀLALOUPE ::

Luthier
i Christine Delerue
our Hubert Dufour, luthier aujourd'hui installé à Rians dans le Var, l'envie d'exercer ce métier s’est imposée progressivement… "Il s'agissait d'un rêve d’enfant. Dès l’obtention de mon bac, je me suis donc renseigné pour suivre une formation appropriée, mais j'ai vite déchanté : il fallait que je reparte à zéro en intégrant un lycée technique." Sans perdre son idée de vue, Hubert commence alors des études de biologie : "Parallèlement, j'ai découvert la musique folk, et de nouveaux instruments comme les épinettes des Vosges et les vielles à roue, plus simples et rudimentaires que le violon. C'est d’ailleurs sur ces instruments que je me suis formé tout seul…" Autodidacte, le luthier en devenir a un but : fabriquer des violoncelles. Mais, de découverte en découverte, c'est finalement de la viole de gambe et des instruments anciens comme la vièle médiévale qu'il fait ses spécialités. Parallèlement à la fabrication, Hubert a également découvert les joies de la restauration : "Lorsque l'on restaure un instrument, on a envie de redonner vie et allure à un objet de souvent plus d’un siècle tout en respectant le travail de son créateur. Il s’agit là d’une activité très humaine.”

P

de contreplaqué ou du bois neutre et on construit l'instrument autour. On cintre au fer chaud les éclisses de l'instrument après avoir fixé les tasseaux sur le moule. On applique le tout sur le fond et la table, on y trace la forme de l'instrument et on les découpe, puis on les travaille à la gouge et au rabot pour le mettre en forme. On creuse l'intérieur en respectant les épaisseurs. On découpe les ouïes et on retire le moule. Une fois la table collée, on s'attaque au manche. On colle le manche sur le coffre et prépare la touche, qui permet d'appliquer les doigts pour jouer. On peut alors vernir l'instrument. Quand le vernis est sec, on taille cordier et chevalet et l'âme est placée. Il reste à effectuer le réglage…" L'instrument est prêt, le client n'a plus qu'à venir le chercher… puis le faire vivre par sa musique.

Une passion plus qu'un métier
Temps de travail estimé : entre un et deux mois. “Il existe des variables, souligne Hubert, car on ne travaille pas en continu sur le même instrument. En réalité, on est plus proche de six à neuf mois sur commande, voire deux ans, selon la liste d'attente. Mais on n'a pas toujours deux ans de travail devant soi…" La profession connaît effectivement des hauts et des bas. Mais pour Hubert, seule la passion prime avant tout. "Être luthier, c'est le plaisir du travail manuel de haute qualité allié à l'amour de la musique. Pour faire corps avec ce qu’on fait, il faut y mettre son coeur, sentir l’objet et penser aux musiciens de l'époque qui ont composé pour l'instrument…"

Plusieurs étapes de fabrication
La fabrication d'un instrument, qu'il s'agisse d'un violon, d'un violoncelle ou d'une viole de gambe, répond à des règles bien établies. Pour que l'instrument soit réussi, le travail, réalisé en plusieurs étapes, doit être précis et minutieux : "Pour commencer, explique Hubert, on découpe le moule dans une grosse planche

38

Le Guide des métiers et des compétences

ARTISANAT

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
La lutherie fait appel à des savoir-faire précis qu’il est possible d’acquérir en multipliant les expériences professionnelles.

Après la 3e LUTHIER
Depuis l’arrêté du 29 juin 2007, le CAP Lutherie appartient à la catégorie des Métiers d’art. De ce fait, tout titulaire de ce diplôme peut désormais s’enorgueillir de la qualité d’artisan d’art dès lors qu’il en fait la demande auprès du président de la chambre de métiers et de l'artisanat concernée. Ce CAP forme les futurs ouvriers qualifiés à la réalisation d’instruments à cordes (violon par exemple).

Après le bac
Il n'y a aucune alternative possible. Si vous souhaitez devenir luthier, vous devrez forcément passer par l’École nationale de lutherie de Mirecourt, seul établissement préparant au DMA Lutherie. Objectif du diplôme ? Valider la formation d’artisans capables de fabriquer et d'entretenir les instruments du quatuor à cordes (violon, alto, violoncelle et contrebasse). L'établissement accueille les candidats titulaires d'un baccalauréat ou équivalent. Le recrutement s'effectue sur dossier scolaire, puis entretien devant un jury de professionnels. Sauf cas exceptionnel, les élèves passent, une fois reçus, par une année de mise à niveau au cours de laquelle sont enseignées plusieurs matières : français, anglais, mathématiques et technologies d'information et de communication, sciences physiques, expression plastique, musique, atelier de création et de réalisation et enfin technologie de spécialité. Les deux années de formation suivantes sont consacrées aux enseignements généraux (français, anglais, sciences physiques, économie et gestion), aux enseignements artistiques (arts appliqués ; représentation en dessin et volume ; arts, techniques et civilisation ; culture musicale et formation de l'oreille) ainsi qu'aux enseignements professionnels (atelier de création et de réalisation, technologie de spécialité). D'autres écoles renommées en Europe accueillent quelques Français pour des formations spécialisées en lutherie durant de deux à six ans. C'est le cas notamment de l'Institut de Crémone, en Italie, de l'École de Newark-on-Trent, en Grande-Bretagne et de Mittenwald en Allemagne.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Motivation, habileté manuelle et sens aigu de l'observation sont les qualités préalables requises pour envisager de se lancer dans le métier. Le futur luthier doit également avoir des connaissances musicales et de l'oreille pour pouvoir apprécier la juste sonorité d'un instrument et l'accorder. La pratique d'un instrument à cordes frottées est donc obligatoire. La passion et la patience doivent enfin être au rendez-vous, car l'apprentissage du métier est long et exige de passer dix à quinze années chez un artisan.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Tant qu'il y aura des musiciens, il existera des luthiers ! La profession ne souffre pas pour autant de pénurie mais certains besoins se font sentir au sein des ateliers. La majorité d'entre eux se situent dans les grandes villes (Paris surtout) et les plus importants comptent cinq ou six salariés à leur actif.

ADRESSE UTILE
Le portail de la lutherie Site : http://portail.lutherie.free.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 39

METIERSÀLALOUPE ::

Restaurateur d’oeuvres d’art
i Christina Gierse

C

ertains jours, Amélie se retrouve face à une pile d’une centaine de gravures à colorier. Pour ce type de mission, le Musée du Louvre, son principal client, lui laisse généralement un délai d’un mois. C’est peu, mais une telle commande ne se refuse pas… D’autres matins, le carnet de commandes est vide. Mais, malgré tous les aléas du statut de restaurateur-coloriste indépendante, Amélie ne changerait de métier pour rien au monde : “On ne fait pas ce métier très longtemps si l’on n’est pas passionné”. Et il est vrai que le métier de restaurateur d’oeuvres d’art ne s’improvise pas et nécessite souvent plusieurs années de formation. Certains professionnels, comme Amélie, doivent leur métier à un proche dont ils partagent vite la passion puis la profession : “Lorsqu’on débute, l’importance du réseau est déterminant. Le fait que ma mère évolue dans ce milieu m’a donc clairement aidée.” Le bouche-à-oreille, la confiance, puis la reconnaissance gagnées au fil des ans lui permettent de s’installer à son compte et de vivre aujourd’hui de son activité.

coloriste. Son travail se découpe en différentes étapes : “Lorsque je reçois une gravure, j’examine d’abord son état. Je vérifie si elle est 'piquée', c'est-à-dire imprégnée de taches de moisissure. Si tel est le cas, je lave la gravure dans un bain composé d’un peu d’eau de Javel, puis la rince au vinaigre blanc afin que la Javel n’attaque pas le papier. Ce travail de nettoyage terminé, le temps du séchage débute et dure une nuit entière. Il arrive que le papier se gondole : dans ce cas, je le mets sous presse durant la nuit. Le lendemain, je commence par passer un encollage (mélange constitué d’eau, de sel alun et de potassium), puis amorce enfin le recoloriage à base d’aquarelle ou de gouache.”

S’adapter aux goûts du client
Amélie quitte parfois son bureau pour effectuer des recherches à la Bibliothèque nationale : “C’est l’un des moments que je préfère, car il s’agit de retrouver certaines teintes du passé afin de les reconstituer.” Sauf que ces couleurs d’origine, aussi belles soient-elles, ne correspondent pas toujours aux vues de la clientèle ! “Je trouve que la principale difficulté de ce métier est de s’adapter aux goûts du client. Je me rappelle avoir opéré des recherches pour une gravure représentant des poissons multicolores. Le résultat était, à mon sens, très réussi… Sauf que le client ne voyait pas les choses de la même façon et ne voulait que des tons gris ! J’ai dû tout recommencer.” Des goûts et des couleurs…

Un travail de fourmi
Le restaurateur d’oeuvres d’art se caractérise également par son activité solitaire. Le bureau d’Amélie se trouve dans une pièce de son appartement de la banlieue parisienne, au milieu duquel trône sa planche de travail. L’essentiel de la journée se déroule entre ces quatre murs. “Il faut aimer rester seule toute la journée” avoue la jeune

40

Le Guide des métiers et des compétences

ARTISANAT

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
f L’INP (Institut national du patrimoine) dispense une formation menant au diplôme de restaurateur
de patrimoine de l'IFROA (Institut français de restauration des oeuvres d’art). Le concours d’admission est ouvert aux candidats âgés de plus de 20 ans et moins de 30 ans titulaires du bac ou d’un diplôme équivalent. Attention : depuis septembre 2005, la scolarité des élèves restaurateurs de l'INP se déroule sur cinq ans au lieu de quatre.

f L’École d’Art d’Avignon décerne un diplôme supérieur en conservation et restauration d'oeuvres
peintes en cinq ans. Admission sur bac et concours.

f L’École des Beaux-Arts de Tours forme en cinq ans des restaurateurs spécialisés en oeuvres
sculptées. Admission sur bac et concours (candidats âgés de 20 ans minimum).

f L’École de Condé à Paris et à Lyon est une école privée qui délivre des titres homologués par
l’État. La formation en restauration et conservation d’oeuvres d’art se déroule sur cinq ans (quatre ans d’études puis un an de stage).

f À Bruxelles, l’École nationale supérieure des arts visuels La Cambre propose une spécialisation
en restauration d’oeuvres d’art en cinq ans.

Après un bac+1
L’ex-MST (Maîtrise en sciences et techniques) Conservation-restauration de biens culturels de l’université Sorbonne-Paris 1 se transforme avec le LMD. Deux cursus se succèdent désormais : la licence Préservation des biens culturels (bac+3) et le Master Conservation et restauration des biens culturels (bac+5). La filière reste sélective et la licence ne compte qu’une vingtaine de places chaque année, accessibles après un bac+1 minimum (accès en 2e année / L2). Le Master professionnel Conservation préventive du patrimoine s’adresse, quant à lui, davantage à un public salarié dans le cadre de la formation continue.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le restaurateur d'art est à la fois historien de l'art et technicien. Il doit être capable de replacer les oeuvres dans leur contexte d'origine. Adroit, patient, méticuleux, il maîtrise les différentes techniques de restauration. Savoir peindre ou dessiner n’est pas une obligation.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Peu de places pour une poignée d’élus… Comme toute profession artistique, le métier de restaurateur d’art n’est pas une voie facile d’accès. À moins d’être fonctionnaire, certains professionnels sont contraints d'exercer une activité en parallèle pour gagner correctement leur vie. Il faut savoir que se spécialiser dans une technique ouvre davantage de portes et certains domaines comme les bijoux anciens offrent un peu plus de débouchés. Dans le secteur public (musées, etc.), le salaire de départ est d'environ 1 360 euros net mensuels. Dans le privé, un salarié employé par un atelier d’antiquaire ou de restauration avec une expérience professionnelle de trois à cinq ans perçoit une rémunération quasi identique.

ADRESSE UTILE
FFCR Fédération française des conservateurs-restaurateurs Siège social : 60, rue Greneta, 75002 Paris Secrétariat : 10 allée de Fontainebleau, 75019 Paris Tél. : 01 42 02 34 81 Site : www.ffcr-fr.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 41

RESTAURATEUR D’OEUVRES D’ART

SECTEUR ::

ARTS &TECHNIQUES, MODE
l’image de Zara ou de H&M, le petit monde de la mode vit dans une accélération permanente : le renouvellement des collections s’opère désormais plusieurs fois par saison pour distancer les importations à bas prix. Dans les ateliers, progiciels et CAO soutiennent la création et la découverte de techniques innovantes ouvre de nouvelles perspectives professionnelles. Ce milieu, toutefois, reste le royaume de la débrouillardise et du contact. Si les métiers qui s’y rattachent suscitent bien des rêves pailletés, peu d’élus parviennent à l’intégrer. Pour qui veut être remarqué, Internet se définit comme un vecteur efficace et bon marché. Les concours, organisés par des mécènes publics ou privés, permettent également aux jeunes talents d’être repérés et de révéler leur identité créatrice. Dans les arts et techniques, même combat. Le secteur se porte bien mais l’afflux de jeunes diplômés provoque une pénurie d’emplois. Les estimations démontrent ainsi qu’une offre génère quatre candidatures. “De toutes les nouvelles chaînes apparues sur nos écran dernièrement, seule une poignée produisant des émissions plateaux inédites, comme Direct 8, permettent aux techniciens de travailler, constate Arnaud Lesaunier, directeur des ressources humaines de la SSP. Les autres canaux rediffusent principalement des produits de réserve. Il n’y a pas de création, donc pas d’emploi. Les techniciens bien installés, peu épargnés par l’incertitude du lendemain, s’appuient sur une grande souplesse horaire et un réseau de connections béton. Mais, par-dessus tout, ils sont passionnés et savent qu’ils travaillent au service d’une oeuvre.” ,

À

Dilettants, passez votre chemin ! Les arts, les techniques et la mode imposent aux jeunes talents de combattre chaque instant pour maintenir leur réputation envers et contre les… autres. Au premier faux pas, des centaines de prétendants s’engouffreront dans la brèche. Rien n’est donc vraiment acquis dans ce monde où la créativité, les compétences techniques et l’importance du tissu relationnel font loi !

es travaillées nombre d’heur ur prétendre sur 10 mois po termittent exigées technicien in Paradoxe : d’un côté, un marché saturé, de l’autre, une multiplicité de formations. au statut de rmittents) les artistes inte (10,5 mois pour Bien choisir son cursus s’impose donc pour faciliter son intégration milliards d’€,s en 2006 professionnelle. Si vous visez le domaine des arts et techniques, privilégiez les textile portations montant des ex écoles reconnues et vérifiez les taux d’insertion des diplômés avant d’opter pour , une école précise. Autre piste : investissez les niches. “L’informatique occupe une prises textiles nombre d’entre 20 salariés place privilégiée aujourd’hui. L’avenir appartient donc à ceux qui sauront aises de plus de franç r l’année 2006 combiner des compétences techniques, de la créativité et des connaissances en répertoriées su

507

Règle n°1 : choisir la bonne formation !

8,4

947

/UIT - 2007) (Source : Sessi

animation ou en effets spéciaux par exemple”, précise Arnaud Lesaunier.

Dans la mode, quelques écoles très cotées tirent franchement leur épingle du jeu mais leur accès reste très sélectif. Les futures petites mains de la mode peuvent donc d’ores et déjà s’orienter vers certaines écoles spécialisées ou vers des CAP et BP déclinés sur plusieurs spécialités pour apprendre à maîtriser leur art !

A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 43

METIERSÀLALOUPE ::

Danseur
i Alice Odin

L

e danseur interprète une oeuvre chorégraphique destinée à être jouée en public. Il donne vie aux indications scéniques à travers deux principaux types de danse, la danse classique et la danse contemporaine.

danseur reste éphémère : difficile dans ces conditions de se conformer aux exigences de cet art passé quarante ans d’autant que le travail ne répond à aucun horaire défini. Notre artiste doit donc songer très tôt à sa reconversion et à entretenir son réseau…

Garder le rythme physique et mental
“J’ai commencé la danse à l’âge de douze ans après une première rencontre manquée six ans plus tôt : la rigueur, la discipline, la constance, c’était un peu trop demander à une si petite fille ! Trois ans après ces retrouvailles, j’ai avoué à ma prof que j’envisageais d’en faire mon métier et l’année suivante je passais la moitié de mes vacances scolaires dans des stages professionnels et des auditions”, raconte Julie PannierDesrivières, professeur de danse et co-fondatrice de la compagnie Lili Maline. Cette profession tient en effet davantage de la vocation que de l’inclinaison : entre le travail quotidien sur la technique, les répétitions, les auditions et les représentations, un danseur professionnel peut passer jusqu’à dix heures par jour sur les planches. La condition physique est donc au coeur de ce métier exigeant où la souplesse, la persévérance et la sensibilité musicale sont des impératifs absolus. “Pour devenir professeur, j’ai suivi les cours du studio Harmonic, une école de formation professionnelle parisienne”, explique Julie. Le cursus étant payant, on pourrait penser que tout le monde est accepté, mais, dans les faits, nous n’avons été que dix apprentis danseurs sur trente à être retenus et ma promotion ne comptait que vingt élèves… dont deux, seulement, sont allés jusqu’au diplôme d’État ! ” La carrière d’un

Pratique ou enseignement ?
Rien d’étonnant donc à ce que de nombreux pros exercent également une activité d’enseignant parallèlement à leur métier de danseur. “Mais attention, prévient Julie, ce sont là deux fibres extrêmement différentes et si donner des cours est uniquement alimentaire, on peut vite se gâcher le plaisir de danser et dégoûter ses élèves.” Un diplôme de professeur de danse est aujourd’hui obligatoire pour l’enseignement des danses classique, contemporaine et jazz mais un Certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de danse existe également pour ne pas pénaliser les danseurs qui justifient d’une expérience importante. “Beaucoup de diplômes sont cependant reconnus par la profession et non par l’État, tempère la danseuse. D’ailleurs, dans ce milieu, les choses se font davantage par le biais du bouche à oreille et des concours que sur annonce !” Pour percer, mieux vaut donc ne pas attendre que la chance frappe à la porte et démarcher les festivals, les corps de ballet ou monter sa propre compagnie pour faire directement ses preuves. Côté reconversion, l’enseignement n’est pas la seule option : un danseur peut aussi envisager de devenir chorégraphe ou d’assurer des fonctions d'organisation et de gestion pour des compagnies de danse, des théâtres ou des conservatoires.

44

Le Guide des métiers et des compétences

ARTS & TECHNIQUES MODE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Différents parcours existent pour devenir danseur, mais quelle que soit l'option choisie, les professionnels recommandent de commencer la pratique de cet art très jeune.

Avant le bac DANSEUR
Il est possible de concilier études secondaires et danse en suivant une 3e à horaires aménagés puis de préparer un bac technologique Musique et danse option “Danse” ou Techniques de la musique et de la danse option “Danse”. Les élèves y suivent une scolarité normale avec des programmes d'enseignement général identiques à ceux des cycles traditionnels. Parallèlement, la danse leur est enseignée dans les conservatoires de région. Un bon tremplin vers les écoles spécialisées mais sachez que cette filière est très demandée et fait l’objet d’une sélection rigoureuse.

Après le bac
Plusieurs possibilités s'offrent aux jeunes danseurs mais le diplôme de l'École de danse de l'Opéra de Paris est le plus prestigieux, même si on se destine au ballet contemporain. Autres écoles : le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, le Conservatoire national de Lyon, le Centre national de danse contemporaine d'Angers ou l’École nationale supérieure de Marseille. En dehors de ces références, il existe bien sûr de nombreuses écoles de danse susceptibles de délivrer un diplôme ou un titre, ce même si elles ne sont pas reconnues par l’État : la réputation du studio et la renommée des professeurs comptent souvent davantage dans le milieu.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Un danseur est avant tout un bourreau de travail. Les plus grands avouent d’ailleurs que le talent ne joue pas le rôle principal dans la carrière d’une étoile. Les répétitions, l’assiduité, la patience et la persévérance sont souvent plus importantes que les dispositions innées. Bien sûr, sans un bon sens du rythme, de la souplesse et une condition physique irréprochable, inutile de vous lancer dans cette carrière ! La maîtrise de l’anglais est également demandée car le métier entraîne des déplacements fréquents à l’étranger.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
De plus en plus d’appelés pour un nombre d’élus qui stagne : les émissions de téléréalité ont beau suggérer que devenir un artiste est à la portée de tous, la voie du succès est sérieusement embouteillée dans ce secteur. Le réseau et l’acharnement (On vous met à la porte ? Rentrez par la fenêtre !) seront vos principaux saluts dans cette carrière très aléatoire et particulièrement brève. “Le corps est fragile, explique Julie, c’est pourquoi les écoles sérieuses nous poussent aussi à nous cultiver pour nous prémunir contre un accident de parcours…”

ADRESSES UTILES
Fédération française de danse (FFD) 20, rue Saint-Lazare - 75009 Paris Tél. : 01 40 16 53 38 Site : www.ffdanse.com Centre national de la danse (CND) 9, rue Geoffroy-l’Asnier - 75004 Paris Tél. : 01 42 74 44 22 Site : www.cnd.fr Infos études et métiers : www.e-orientations.com 45

METIERSÀLALOUPE ::

Designer textile
i Anne Prigent
es fleurs stylisées sur une robe aux pois multicolores sur du papier peint ou aux dessins géométriques des assiettes jetables… le designer s’invite à toutes les fêtes ! Mais gare aux désillusions ! Ce métier reste difficile d’accès. Mathilde Alexandre, 26 ans, titulaire du BTS Design de mode, textile et environnements option “Textile-matériaux-surface”, l’exerce en freelance depuis trois ans : "La première année a été synonyme de galère. Aujourd’hui, j’ai fidélisé un gros client et je travaille de manière irrégulière avec d’autres. J’arrive à joindre les deux bouts, mais mon activité ne m’occupe pas encore tous les jours."

D

l’imprimeur. Le designer textile suit parfois la phase de production : il se rend alors dans l’imprimerie ou chez le fabricant pour modifier son dessin si le résultat ne correspond pas à ses attentes. Une discussion s’engage avec les techniciens qui connaissent bien leurs machines et s’avèrent de précieux conseils pour choisir la technique d’impression la plus adaptée au tissu.

Déterminer le motif, les couleurs…
Comme Mathilde, Laure Ancel, 27 ans, a débuté en freelance après avoir obtenu son DSAA (Diplôme supérieur d’arts appliqués) Mode et environnement. Aujourd’hui elle est salariée chez le grossiste d’accessoires pour mobiles MCA. Son travail créatif consiste à développer des housses pour téléphones portables, des étuis pour baladeurs MP3, des tours de cou pour clés USB… "Je dessine d’abord un schéma de réalisation du produit en déterminant le matériau (cuir, métal ou tissu…), le motif, le raccord, les couleurs et l’attache. Concernant le motif, je n’ai pas le temps de mener des recherches poussées. À la différence de l’école, l’entreprise n’offre pas les conditions nécessaires pour explorer un style et un univers personnel. Je soumets ensuite mon projet aux distributeurs (boutiques de téléphonie…) pour recueillir leur avis. Enfin nous validons systématiquement un prototype avant de lancer la production", précise Laure, qui assume d’autres missions au sein de la société : réactualisation du site Internet, création des emballages, mise en page des listes de produits… Bref son emploi est polyvalent… comme pour beaucoup de ses collègues. Car aujourd’hui, il n’existe plus de poste type de designer textile : chacun doit être capable de créer sa fonction s’il souhaite s’insérer durablement sur le marché du travail.

Apporter des idées
Le plus souvent, le client, un fabricant de linge de maison ou de maillots de bain par exemple, sait quel type d’imprimé il recherche. Le designer textile est alors cantonné à un rôle d’exécutant. Mais il arrive aussi qu’on le sollicite pour apporter ses propres idées en matière de motifs et de coloris. Le travail prend alors toute son ampleur créative. Le client désire un motif imitant la toile de Jouy ? Mathilde lui soumet plusieurs propositions avant de le conseiller sur le choix du tissu et du fil s’il s’agit de broderie. Puis place à l’étape technique avec la fabrication de la maquette de l’imprimé réalisée à partir des logiciels Illustrator et Photoshop. “Je réalise le graphisme et introduis les coloris en utilisant la palette des couleurs. Mon dessin tient dans un carré ou dans un rectangle de base. Grâce à la mise aux raccords, je le répète sur l’ensemble de la surface. Puis je nettoie les couleurs. C’est une opération indispensable car le dessin numérisé en comporte une infinité.” Objectif : éviter tout problème de nuance de couleurs lors de l’impression. La dernière étape revient à

46

Le Guide des métiers et des compétences

ARTS & TECHNIQUES MODE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Le BTS Design de mode, textile et environnements option “Textile-matériaux-surface” se définit comme le diplôme de base. Il est accessible directement aux bacheliers STI Arts appliqués et après une année de mise à niveau (MANAA) pour les autres séries. Une cinquantaine d’établissements publics et privés proposent cette mise à niveau après une sélection se déroulant en deux étapes : l’étude du dossier (bulletins de première et de terminale, échantillon des activités artistiques, lettre de motivation), puis l’épreuve écrite et graphique. Ensuite, cap sur un programme de formation adapté comprenant différentes matières : expression plastique et arts, maths, langue vivante, arts appliqués et technologie… Attention, le passage dans un même établissement entre la classe de mise à niveau et le BTS n’est pas automatique. Dès votre admission en BTS, vous suivrez un cursus de deux années d’études basées sur le français, la philosophie, une langue vivante, les sciences physiques, l’économie-gestion, l’expression plastique, la culture design, le laboratoire de création et de conception (atelier maille, atelier impression, atelier gravure…) et les technologies.

Après le BTS
Il est possible de préparer en un an la licence professionnelle Design de mode, que proposent l’université de Marne-la-Vallée et l’ESAA Duperré à Paris. Objectif : se former à la conception et la création de produits relevant du stylisme de mode et du design textile. Recrutement sur dossier et entretien. Le Diplôme supérieur d’arts appliqués (DSAA), quant à lui, est accessible en deux ans. Vous avez le choix entre deux spécialités : “Mode et environnement” ou “Concepteur-créateur textile”. La première spécialité porte sur le design, le textile, la communication, la scénographie, et met l’accent sur la théorie. Elle débouche, après quelques années d’expérience, sur un emploi de directeur artistique. La seconde forme des créateurs textile capables d’assumer une collection de sa conception jusqu’à sa diffusion en passant par sa production. Admission après examen du dossier scolaire et entretien.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Une très forte motivation est primordiale pour pallier les difficultés d’insertion liées à ce métier. En outre le designer développe un grand sens esthétique reposant sur une solide culture graphique et visuelle. Pour sentir l’air du temps, il visite les salons (“Première vision”, “Maison et objets”…), les expositions, assiste aux défilés de mode, se plonge dans la littérature contemporaine… Bref, il est curieux ! Bien connaître les circuits de création et de diffusion des produits, maîtriser des langues étrangères, au moins l’anglais, comptent parmi les nombreuses autres compétences requises pour percer dans le métier.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Peu, voire pas de débouchés dans le secteur de l’impression textile pour les jeunes designers ! L’industrie du textile n’existe plus en France, surtout dans l’habillement et l’ameublement. Après la fabrication, c’est au tour de la création d’être touchée par les délocalisations. En conséquence, les débutants n’ont souvent pas d’autre choix que de travailler en indépendant et à l’international, avec des clients indiens et chinois.

ADRESSE UTILE
Syndicat national des designers textiles 121, rue Vieille-du-Temple - 75003 Paris Tél. : 01 42 71 55 85

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 47

DESIGNERTEXTILE

METIERSÀLALOUPE ::

Infographiste
i Hélène Dorey
ette profession, née dans les années 90 du développement de l’informatique, des techniques de numérisation et de compression de l’image, n’en finit plus de créer des émules ! Le crayon, la paire de ciseaux et autre ruban adhésif ont cédé la place à l’écran d’ordinateur, au clavier et aux logiciels toujours plus performants. La France compte aujourd’hui environ 6 000 graphistes et infographistes. Alors, si vous souhaitez appartenir à cette grande famille de créatifs, lisez bien ce qui suit pour alimenter votre réflexion !

C

Vers une spécialisation des tâches
L’infographie couvre tous les secteurs de la création graphique et de l’image : cinéma, dessin animé, édition, jeux vidéo, publicité, télévision, mais aussi – on le sait peut-être moins – l’industrie (aéronautique, automobile...) et la recherche scientifique. Concrètement, l’infographiste participe à la création de dessins animés, de jeux vidéo, de cédéroms ou de films d'animation. Son travail ? Partir d’une idée – personnelle ou imposée par le client – pour concevoir la meilleure représentation visuelle possible. Il laisse donc libre cours à son imagination sans pour autant sombrer dans le délire artistique qu’il sait limité par les contraintes techniques et financières. Autre réalité, la spécialisation des tâches. L’infographiste tend

aujourd’hui à devenir un ou une professionnel(le) des effets spéciaux, des images de synthèse, du multimédia ou du jeu vidéo (gamedesigner). Julie Schuhmacher, free-lance dans le sud de la France, a, elle, préféré la spécialisation ‘Designer-graphique’. “Je travaille essentiellement à la création d’identités visuelles pour des sites Internet. Il m’arrive aussi de réaliser une affiche de théâtre, un flyer pour un salon de la beauté et même des faire-part de naissance. Quel que soit le support, il faut manier les textes et les images pour composer un message clair et surtout efficace. Car le but est de satisfaire le client. Notre rôle ? La conception artistique et non l’exécution de simples tâches techniques. Les qualités d’un bon infographiste ? La curiosité et l’ouverture. Notre travail nous conduit souvent à travailler avec un directeur artistique, un scénariste ou bien encore avec un informaticien. Et même si nous avons davantage de liberté en free-lance, nous devons malgré tout rendre des comptes, respecter le cahier des charges et les délais. Mon dernier conseil ? Il faut aujourd’hui tout maîtriser (certains affirment y parvenir) ou se spécialiser et développer son style graphique pour se faire un nom. Valider un diplôme bac+4/+5 me semble indispensable pour entrer immédiatement sur le marché du travail.” Persévérance et passion font donc loi dans ce métier !

48

Le Guide des métiers et des compétences

ARTS & TECHNIQUES MODE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Le temps des graphistes autodidactes n’est plus ! Seule une solide formation ouvre aujourd’hui les portes de la profession. Pour y accéder directement, optez pour le bac STI Arts appliqués ou le bac pro Dessin. Les autres séries de bacheliers passent, eux, par une année de mise à niveau en arts appliqués avant d’entreprendre leur cursus.

Le BTS Communication visuelle option “Multimédia” ou “Graphisme-édition-publicité” reste une excellente base pour acquérir ses premières compétences. Parmi les domaines abordés : l’expression plastique, les nouvelles technologies, les arts visuels et appliqués. Ilec, Studio M, ESMA, Estienne… les établissements ne manquent pas.

Après un bac+2
Après le BTS, cap sur la préparation d’un Diplôme supérieur des arts appliqués (DSAA) Créateur concepteur option “Communication visuelle” ou “Communication graphique” en deux ans. Autre possibilité : intégrer une école privée ou publique pour suivre une formation en quatre ou cinq ans. L’ENSAD, les Gobelins, Supinfocom, l’École des métiers de la création infographique d’Angoulême et l’École Émile-Cohl à Lyon possèdent une excellente réputation. À l'université, seule la licence professionnelle Création et développement numérique en ligne option “Design” intéresse actuellement les recruteurs.

Après un bac+3
Envie de spécialisation ? Orientez-vous alors vers un 3e Cycle et un master professionnel Infographiemultimédia ou bien encore Jeux vidéo média interactifs numériques.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Si les qualités développées diffèrent en fonction de la spécialisation choisie, des bases solides en informatique sont en revanche requises pour tous. Au programme : maîtrise des logiciels les plus pointus, veille technologique… Les compétences techniques seules ne définissent pas l’infographiste qui se reconnaît davantage dans un profil d’artiste à part entière. C’est pourquoi, il travaille son imagination, possède un excellent coup de crayon et développe une solide culture générale. Familiers du stress, sachez enfin qu’il vous faudra faire preuve de sérénité pour respecter les délais d’exécution – souvent très courts – et satisfaire des clients exigeants.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Les conditions d’exercice varient allègrement ! L’audiovisuel recrute souvent des intermittents le temps d’une mission. Les entreprises de presse, les agences de pub ou de communication emploient quant à elles des salariés mais font aussi appel aux free-lances. Développer ses premières compétences reste donc difficile sur un marché du travail proposant chaque année 300 postes pour 600 à 700 diplômés. La solution ? Démarcher les sociétés créatrices de cédéroms, de jeux vidéo et de sites Internet pour éprouver son talent et décrocher rapidement un emploi. Bonne nouvelle enfin : les progrès constants de l’informatique semblent se répercuter favorablement sur le marché. Pourvu que ça dure !

ADRESSE UTILE
Syndicat national des graphistes 8, rue Saint-Jean - 75017 Paris Tél. : 01 43 87 23 18 Site : www.sng.fr Infos études et métiers : www.e-orientations.com 49

INFOGRAPHISTE

Après le bac

METIERSÀLALOUPE ::

Professeur d’arts plastiques
i Lucile Hochdoerffer

F

aire de sa passion son métier, et l’enseigner : c’est le choix qu’ont fait les professeurs d’arts plastiques. Dès leur certification, ils sont recrutés par l’Éducation nationale et bénéficient du statut de fonctionnaire titulaire. Ils enseignent dans les collèges, les lycées, à l’université ou dans les écoles spécialisées. Leur mission ? Sensibiliser les élèves à l’histoire de l’art et à l’ensemble des arts plastiques (dessin, peinture, sculpture, photo, vidéo, infographie…). Mieux : ils apprennent aux élèves à s’exprimer, à développer leur esprit critique et leur créativité, à forger leur propre point de vue par des travaux divers. Leurs points communs ? Un recrutement sur concours, la garantie de l’emploi, une liberté d’initiative et l’envie de transmettre leur passion pour la matière qu’ils enseignent. Mais les professeurs d’arts plastiques doivent aussi faire face à un recrutement très sélectif, à des conditions d’exercice difficiles et à l’accumulation grandissante des responsabilités.

leur offrir ainsi un nouveau moyen d’expression : “Certains élèves développent ou se découvrent parfois un talent réel. Il m’arrive souvent d’être épaté par leurs travaux !” Autre challenge : susciter en permanence l’intérêt pour une matière plutôt considérée comme “périphérique”. “C’est presque une fierté personnelle d’apporter toujours aux élèves quelque chose de nouveau, de varier les techniques, les sujets, les supports…”

Priorité à la pratique
Au-delà de ses heures d’enseignement, le professeur travaille beaucoup en amont : “Il faut préparer les cours, mais aussi alimenter sa culture personnelle et sa connaissance de l’art et de son histoire”, résume de son côté Lionel L., enseignant en collège et à l’université en région parisienne. “J’aime l’idée de transmission, car avec des moyens simples et accessibles à tous, on participe à l’épanouissement individuel des élèves. Nous ne sommes pas là pour imposer des règles ni pour former des artistes, mais pour les aider à réfléchir autrement.” Les arts plastiques se distinguent par l’approche même de la matière : l’apprentissage passe d’abord par la pratique, pour évoluer vers un savoir et des acquis plus théoriques. “C’est une matière transversale qui valorise les capacités de chacun. Il n’est pas nécessaire de savoir dessiner pour exprimer sa propre personnalité artistique.” Une liberté qui favorise également la mise en place de projets d’envergure, comme la visite d’une expo ou d’un musée, la rencontre avec un artiste, ou la confrontation directe et physique, en classe, avec une oeuvre d’art.

Cultiver le regard
“Les arts plastiques offrent tellement de possibilités ! À nous de nous adapter, d’évoluer dans le bon sens, d’apprendre à maîtriser les nouvelles techniques, et de les mettre en pratique avec les élèves. J’essaye de leur apprendre à observer au lieu de “zapper”, explique Gilles Klein, professeur d’arts plastiques dans un collège alsacien. “Le but est de dépasser le stade du j’aime/j’aime pas, et d’étudier ce que l’artiste a voulu faire passer.” Le rôle du professeur d’arts plastiques consiste également à encourager les élèves dans leur propre démarche artistique et à

50

Le Guide des métiers et des compétences

ARTS & TECHNIQUES MODE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Les trois grandes écoles parisiennes – Beaux-Arts (ENSBA), Arts déco (ENSAD) ou les Ateliers (ENSCI) – restent très cotées, mais aussi très sélectives. Accessibles sur concours, elles dispensent un enseignement en cinq ou six années d’études. Les quarante-cinq écoles régionales et municipales d’art délivrent quant à elles des diplômes nationaux en trois ou cinq ans. Il existe également de nombreuses écoles spécialisées, ainsi que sept BTS en arts appliqués (design, photographie…) qui peuvent être prolongés par un DSAA (Diplôme supérieur d’art appliqués, de niveau bac+4) ou par une formation dans une école spécialisée. Les formations en arts plastiques à l’université, théoriques et généralistes, proposent enfin une bonne formation aux métiers de l’enseignement.

Après un bac+3
Deux concours sont organisés chaque année au niveau national : le CAPES (Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) d’arts plastiques, et le CAPET (Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement technique) d’arts appliqués. Ils sont ouverts aux titulaires d’une licence d’arts plastiques et aux candidats justifiant de cinq ans de pratique professionnelle, d’un titre ou d’un diplôme sanctionnant deux années d’études supérieures (BTS, DUT). Le concours de l’agrégation dans les options “Arts plastiques” et “Arts appliqués” exige, lui, un niveau Master.

Préparation aux concours
La formation aux concours est assurée par : les universités (arts plastiques, histoire de l’art) • les IUFM (Instituts universitaires de formation des maîtres) • les écoles d’art • les cours par correspondance, via le CNED (Centre national d’enseignement à distance). Les professeurs des écoles régionales et municipales d’art sont également recrutés par le biais des concours de la fonction publique territoriale. Les enseignants des écoles nationales d'art, quant à eux, passent par la case concours ouverts par le ministère de la culture.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Au-delà des connaissances théoriques, l’enseignement des arts plastiques nécessite une connaissance technique, par la pratique personnelle d’une discipline artistique. L’enseignant doit continuer à se former tout au long de sa carrière, mais surtout être capable d’adapter ses connaissances au niveau des élèves pour mieux les initier à sa matière. Le métier exige également de nombreuses qualités personnelles : pédagogie, disponibilité, imagination, rigueur, enthousiasme. Une facilité de contact, une clarté d’expression et une capacité d’adaptation sont également nécessaires. Enfin, il ne faut pas craindre de bouger, car le recrutement s’effectue toujours au niveau national.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Les enseignants ont le statut de fonctionnaire qui leur assure la sécurité d’emploi et de salaire. Mais les concours sont très sélectifs et, depuis deux ans, les postes à pourvoir ont sensiblement diminué, notamment en Arts plastiques. Le mieux annoncé, avec le départ massif à la retraite de la génération issue du baby-boom, tarde à se faire sentir dans cette discipline.

ADRESSES UTILES
CNED (Centre national d’enseignement à distance) 4, boulevard Léonard de Vinci, BP 200 86980 Futuroscope cedex Tél. : 05 49 49 94 94 Site : www.cned.fr Ministère de la Culture et de la Communication, Délégation aux arts plastiques (DAP) 3, rue de Valois - 75001 Paris Tél. : 01 40 15 80 00 Site : www.culture.gouv.fr Ministère de l’Éducation nationale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche 110, rue de Grenelle - 75357 Paris cedex 07 Tél. : 01 55 55 10 10 Site : www.education.gouv.fr Infos études et métiers : www.e-orientations.com 51

PROFESSEUR D’ARTS PLASTIQUES

SECTEUR ::

BANQUE, FINANCE, ASSURANCE
Les banques proposent des contrats d’assurance au moment même où les assurances offrent des services bancaires. Un monde sens dessus dessous ? Non, plutôt une petite révolution ! À mille lieux de leur image austère habituelle, ces secteurs réinventent leurs métiers et ouvrent de nouvelles passerelles entre les genres.

e terrible paby-boom, qui se profile à l’horizon, s’apprête à emporter près d’un tiers des effectifs des établissements bancaires et de l’assurance. “Une partie des postes vacants sera comblée par la promotion interne, explique Olivier Robert de Massy, directeur général du CFPB, le centre de formation de la profession bancaire. L’autre par des jeunes titulaires de diplômes spécialisés dans le secteur de la banque. Mais pour certaines fonctions, la pénurie sera telle que les établissements envisagent déjà de créer des passerelles pour accueillir du personnel initialement formé en droit, en gestion ou autres. Nos études prévoient 84 000 embauches d’ici 2010.” Le moment est donc venu pour la banque de réorganiser en profondeur son fonctionnement car les frontières avec le secteur de l’assurance s’amenuisent d’année en année. La priorité absolue se concentre ainsi en direction du client. Et pour le séduire, tous les moyens sont bons : produits attractifs, service optimal… L’avènement des nouvelles technologies entraîne quant à elle la disparition des métiers purement techniques et répétitifs au profit de nouvelles fonctions transversales spécialisées dans le marketing, la conception produits, le commercial… Côté gestion, la conjoncture reste favorable. La concurrence accrue incite plus que jamais les entreprises à maîtriser leurs coûts. D’où un besoin urgent en gestionnaires compétents et clairvoyants !

L

Un avenir dès bac+2
Les banques et assurances recherchent en priorité des collaborateurs dotés d’un savoir-faire, certes, mais aussi d’un savoir-être. Pour ce faire, le secteur s’appuie sur un réseau de formations initiales et sur des diplômes reconnus allant du bac+2 au bac+5 (CFA banque, le groupe École nationale d’assurances…). À l’université, plusieurs licences professionnelles et masters apportent une spécialisation après un cursus en économie, droit, gestion,… De même un mastère spécialisé, en complément d’un cursus en école de commerce ou , d’ingénieurs, ouvre les portes de fonctions spécialisées dans la conception de millions t riés travaillan produits, l’encadrement ou la finance. En gestion, misez sur un diplôme de nombre de sala s en Europe dans les banque niveau bac+2 minimum pour accéder à un poste d’assistant et bac+5 pour , devenir cadre. s bancaires ence

3

nombre d’ag Europe implantées en

212 000

oyen durée de vie m ance bancaire en Fr

s 11 anne, d’un compte

À noter : la formation continue et la culture d’entreprise font office d’institution dans ce secteur ! La promotion interne reste légion et les perspectives d’évolution fulgurantes ! A. L.

é ance montant estim s directes en Fr liées aux affaire de détail • Rapport Banque (Sources : BCE 06 • Lettre ion européenne 20 Commiss janvier 2008) Assurer, n°107, 23

illia 195demcotisrdiod’€,d’assurance at ns s

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 53

METIERSÀLALOUPE ::

En partenariat avec :

Contrôleur de gestion
i Alice Odin
galement appelé responsable de la planification et de la gestion, cet amoureux des chiffres est devenu un interlocuteur incontournable dans l’entreprise où il exerce un contrôle permanent sur les budgets. Il met ainsi en place les procédures de contrôle nécessaires et fournit une assistance à la direction générale afin de permettre l'utilisation optimale des ressources.

L’ École européenne de management opérationnel

É

au contrôleur de gestion de mettre en place des plans d’action pour retrouver la voie tracée lors des prévisions.

Au bureau, mais aussi sur le terrain
Les tâches du contrôleur de gestion varient selon la taille de l’entreprise dans laquelle il travaille. Dans une PME, il peut être amené à assurer des missions plus larges, telles que la comptabilité ou la gestion du personnel. Dans une grande entreprise, il sera en revanche spécialisé dans un domaine spécifique, comme la gestion des ventes ou du budget... Dans un cas comme dans l‘autre, ses fonctions sont principalement centrées sur l'exploitation de données chiffrées. Le contrôleur de gestion est d’ailleurs tenu d’informer de ces paramètres les responsables opérationnels de son entreprise. “Je suis ainsi chargé d’assister les directeurs et interlocuteurs de terrain concernant la mise en place des outils de gestion (comme, par exemple, le système de calcul des coûts de revient), ou la mise en oeuvre d’actions correctives. Mais je sers également de soutien moral quand la démotivation se profile…” Car en période de bilan comptable ou d'élaboration du budget, l’intensité de l’activité s’accroît considérablement. Et la plus grande rigueur reste de mise ! “À ce prix, le contrôleur de gestion jouit d’une vision transversale de toute l’activité de l’entreprise, et c’est cette perspective qui me séduit le plus dans l’exercice de mon métier.”

Prévision, contrôle et analyse
Aussi à l’aise pour jongler avec les colonnes de chiffres et les budgets prévisionnels que pour mettre au point les outils qui permettront à l’entreprise d’optimiser le suivi de ses résultats (et donc sa rentabilité !), le contrôleur de gestion tient un rôle hautement stratégique. C'est notamment lui qui élabore les prévisions annuelles de l'entreprise et fixe les objectifs à atteindre en fonction des budgets et des moyens, humains ou techniques. “Une partie de mon activité, confirme Christophe Legaie, contrôleur de gestion chez l’équipementier automobile Valeo, consiste à vérifier les informations comptables et financières indispensables au fonctionnement et au développement de l’entreprise. Je dois veiller à leur cohérence et au respect des procédures édictées par le groupe. D’autre part, je suis chargé de l’analyse de ces données. Concrètement, il s'agit de comparer les écarts entre prévisions et résultats et de rédiger un rapport de synthèse, assorti de mesures correctives, à l’attention de la direction générale.” Car dès que les résultats s’éloignent des objectifs, il incombe

54

Le Guide des métiers et des compétences

BANQUE FINANCE ASSURANCE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Filière courte (BTS-DUT) ou longue (bac+5), tout est possible pour évoluer dans le milieu de la gestion. Toutefois, seule la validation d’un master ou d’un titre de niveau bac+5 vous permettra de prétendre à des postes d’encadrement.

Les filières courtes CONTRÔLEURDEGESTION
En deux ans d’études après le bac, vous pouvez valider un DUT Gestion des entreprises et des administrations (GEA) ou un BTS Comptabilité et gestion des organisations par la voie traditionnelle ou l’apprentissage. Ces formations mènent à des postes d’assistant contrôleur de gestion.

Les filières longues
En école ou à l’université, une multitude de possibilités s’offrent à vous. En école de commerce et de gestion : le recrutement se déroule sur dossier, tests et entretien de motivation, après le bac ou une classe préparatoire de deux ans. Un conseil ? Misez sur l’éventail des formations en apprentissage dispensées par les écoles pour acquérir un diplôme et une expérience professionnelle significative. À l’université : optez dans un premier temps pour une licence Économie et gestion ou Administration économique et sociale (AES). Puis poursuivez votre cursus par un master : Sciences de gestion mention “Sciences comptable et financière”, Comptabilité, contrôle, audit option “Contrôle de gestion et audit opérationnel” ou encore Contrôle de gestion et aide à la décision. Autre piste, les IUP sciences de gestion recrutent à partir du bac+2 pour un cursus professionnalisant en trois ans. Les autres filières Il est également possible d’accéder à un poste de contrôleur de gestion avec un diplôme d’ingénieur complété d’un 3e cycle en gestion/finances, d’un diplôme d’Institut d’études politiques (IEP) en section économique et financière, ou d’un diplôme de la filière comptable.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Pas de contrôle de gestion sans connaissances approfondies en finance et en comptabilité ! Et pour les exploiter efficacement, impossible de faire l’impasse sur la maîtrise de l’outil informatique. De même, l’anglais courant devient incontournable dans les offres d’embauche. Mais la liste des exigences ne s’arrête pas là : on attendra également de vous rigueur, méthode et organisation, alliées à des facilités relationnelles permettant de naviguer entre vos nombreux interlocuteurs. Enfin, une grande disponibilité et une forte capacité de travail restent nécessaires pour évoluer dans ce milieu.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
On note un turn-over important concernant les postes de contrôleur de gestion. En effet, la fonction se répand progressivement, y compris dans les structures de moyenne importance. Le marché reste donc très demandeur, particulièrement dans le secteur industriel où le calcul des coûts est plus significatif que dans le tertiaire. Futurs contrôleurs, sachez cependant que 60 % des offres d'emploi se situent en région parisienne.

OÙ SE FORMER ?
ESAM (École supérieure d’administration et de management) Site : www.esamparis.com
ESAM Paris 12, rue Alexandre Parodi - 75010 Paris - Tél. : 01 40 03 15 69 ESAM Lyon 47, rue Sergent Michel Berthet - 69009 Lyon - Tél. : 04 72 85 71 86 ESAM Toulouse 186, route de Grenade - 31700 Blagnac - Tél. : 05 61 71 18 91

ADRESSE UTILE
Fondation nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises (FNEGE) 12, avenue Hoche - 75008 Paris Tél. : 01 44 29 93 60 Site : www.fnege.net

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 55

METIERSÀLALOUPE ::

Expert-comptable
i Anne Prigent
rédéric Humé a suivi les pas de son père. Il est expert-comptable et exerce ce métier depuis l'âge de 32 ans après avoir emprunté un parcours de formation atypique."Je voulais acquérir une culture générale avant de me spécialiser en comptabilité", raconte-t-il. "C'est pourquoi, j'ai intégré les classes préparatoires économiques et commerciales, puis l'Institut supérieur du commerce (ISC, à Paris). Ce n'est qu'ensuite que j'ai préparé le DECF* (Diplôme d'études comptables et financières) et le DESCF* (Diplôme d'études supérieures comptables et financières). En 1992, je terminais mon stage professionnel de trois ans et, en 1994, j'obtenais le DEC (diplôme d'expertise comptable.)" Très long est donc le chemin qui mène à cette profession.

F

L'analyse pour métier
Frédéric exerce dans un cabinet de six personnes comptant deux experts-comptables. Sa clientèle ? Des artisans et des commerçants. Sa mission principale ? Établir les comptes annuels de ses entreprises clientes. À lui de dresser leurs bilans (actif, créances, dettes) et leurs comptes de résultat (combien d'argent l'entreprise a-t-elle gagné ? Et comment ?). À lui également de récolter les informations complémentaires sur leur état financier (quelles ont été les méthodes comptables utilisées ?). Généralement, Frédéric assortit les comptes annuels d'analyses de gestion, permettant ainsi aux chefs d'entreprise d'accéder à un véritable outil d'aide à la gestion. "Je consacre une autre partie de mon temps à réviser les comptes des

entreprises de plus grande taille qui possèdent une structure comptable et des procédures administratives. J'émets une opinion sur les comptes annuels de mes clients en leur délivrant une attestation. Si une erreur est commise, c'est moi qui suis responsable. Autrement dit, c'est moi qui dois payer le dommage que subit l'entreprise. Dans notre société qui s'américanise, on assiste à un développement des litiges entre les experts-comptables et leurs clients", regrette-t-il. Le travail de Frédéric ne s'arrête pas là. Un directeur d'entreprise a un problème informatique, d'arbitrage patrimonial ou d'assurance ? Ou bien il ne sait pas quels choix fiscaux opérer ? Il se tourne vers l'expertcomptable qui, grâce à sa formation pluridisciplinaire et sa connaissance globale de l'entreprise, peut lui venir en aide, en collaborant avec des spécialistes (avocat, notaire, informatique). Les missions d'assistance qui lui reviennent relèvent des domaines suivants : administratif (établissement de bulletins de paye), fiscal (établissement des déclarations), social (préparation des déclarations de charges sociales), juridique (rédaction des procès-verbaux de réunions du conseil d'administration et des assemblées d'approbation des comptes), et patrimonial (transmission d'entreprise). Plus qu'un simple conseiller, l'expert-comptable est un confident du chef d'entreprise. "Certains de mes clients sont d’ailleurs devenus des amis", précise pour finir Frédéric.

W Note : reportez-vous à la rubrique “Itinéraire conseillé” pour tout savoir du nouveau schéma des études comptables.

56

Le Guide des métiers et des compétences

BANQUE FINANCE ASSURANCE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Réformer la filière comptable s’avérait plus qu’une nécessité si l’on tient compte de l’évolution des métiers de la comptabilité et de l’instauration de la LMD à l’université. Il est désormais possible de suivre un cursus complet (bac+3/+5/+8) dans ce champ de spécialités tout en bénéficiant d’un diplôme parfaitement identifié sur le plan européen. Attention toutefois : le parcours de formation menant à l’expertise comptable reste long et exigeant. Néanmoins, il dispose aujourd’hui d’un système de passerelles privilégié permettant de personnaliser son cursus en fonction de ses aspirations et de son projet professionnel. Depuis la rentrée 2007, la filière des études comptables de l’État se décline en trois grades. Elle comprend le nouveau Diplôme de comptabilité et de gestion (DCG), positionné à bac+3 et le Diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG), de niveau bac+5, dont les premières épreuves seront organisées en juin et en septembre 2008. Le Diplôme d’expert-comptable (DEC) de niveau bac+8 est conservé tel quel pour l’instant.

Après le bac
Le Diplôme de comptabilité et de gestion (DCG) : bac+3 La formation, ouverte aux bacheliers, se déroule en trois ans. Elle s’organise en treize unités d’enseignement (UE) obligatoires : introduction au droit, droit des sociétés, droit social, droit fiscal, économie, finance d’entreprise, management, système d’information de gestion, introduction à la comptabilité, comptabilité approfondie, contrôle de gestion, anglais appliqué aux affaires, relations professionnelles, langue vivante étrangère (UE facultative).

Après un bac+3
Le Diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG) : bac+5 Ouvert aux diplômés du DCG ou aux titulaires d’une licence en gestion, le DSCG se prépare en deux ans. Il comprend sept UE obligatoires : gestion juridique fiscale et sociale, finance, management et contrôle de gestion, comptabilité et audit, management des systèmes d’information, oral d’économie (en partie en anglais), relations professionnelles, langue vivante étrangère (UE facultative).

Après un bac+5
Le Diplôme d’expert-comptable (DEC) : bac+8 Après le DSCG, cap sur le DEC ! La réforme des études comptables ne modifie actuellement pas le référentiel ni les conditions d’obtention de ce diplôme. Les futurs professionnels de l’expertise comptable suivent donc un stage professionnel de trois ans dans un cabinet, avant de passer l’examen final et de valider leur DEC.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Outre une forte capacité de travail, l'expert-comptable doit faire preuve d'adaptabilité et de méthodologie. Le sens des relations humaines lui est également indispensable pour cerner la demande de ses clients et expliquer les process et résultats de ses expertises.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Actuellement, la profession ne connaît pas le chômage. Les jeunes diplômés peuvent opter pour l'exercice en entreprise ou en libéral. Dans ce dernier cas, ils sont très souvent experts-comptables et commissaires aux comptes. Un commissaire aux comptes intervient dans l'entreprise sur un fondement légal et ses missions sont en conséquence définies par la loi.

ADRESSES UTILES
Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables 153, rue de Courcelles - 75017 Paris Tél. : 01 44 15 60 00 Site : www.experts-comptables.fr Dunod expert-sup (tout sur la préparation des études comptables) Site : www.expert-sup.com Infos études et métiers : www.e-orientations.com 57

EXPERT-COMPTABLE

METIERSÀLALOUPE ::

Gestionnaire en contrats d’assurance
i Hélène Dorey
des professions libérales. Une spécialisation est possible avec de l’expérience. Je reçois principalement sur rendez-vous dans mon bureau, mais le gestionnaire peut être conduit à faire du porte-à-porte. Quoi qu’il en soit, il est soumis à la pression inhérente à tout métier commercial.”

E

nvironnement, santé, événements sportifs… L’assurance n’en finit plus de se décliner dans une multitude de domaines. Et pour cause : tout ce qui touche à la vie implique des risques. Parmi les professionnels du secteur, le gestionnaire en contrats d’assurance est un maillon déterminant de la chaîne. Pour fidéliser ses clients et en attirer de nouveaux, toute société d’assurances offre effectivement la meilleure qualité de service possible en recrutant des collaborateurs hors pair, son image en dépend. Daniel Bihl, 62 ans, est l’un d’entre eux. Nous l’avons rencontré dans son agence du CIC à Venelles (Bouches-du-Rhône), au sein de laquelle il exerce actuellement la fonction de responsable du secteur ‘Assurance’ et chargé du plan de développement, après avoir gravi tous les échelons professionnels.

Une carrière toute tracée
Daniel Bihl et ses confrères en ont assez de cette image vieillotte qui leur colle encore souvent à la peau, car ce métier est passionnant et les évolutions rapides. Les bases techniques acquises (le groupe destine 8 % de son budget à la formation en interne), il faut rester curieux. Le secteur évolue à vitesse grand V. Un bon esprit d’analyse est tout autant nécessaire. Car parfois un contrat se décortique dans la douleur. “Un goût prononcé pour le contact est primordial. Le contrat est une finalité, il ne faut pas oublier que nous rentrons dans l’intimité des gens, par exemple lors de l’établissement du contrat d’assurance habitation. Idem avec l’assurance santé. Le client attend un traitement personnalisé, sa situation est unique. Le groupe recrute généralement au niveau bac+3 des profils commerciaux affirmés, issus de la filière de formation assurance, mais pas uniquement. Le rendez-vous est crucial. Si vous avez un don pour le commerce, vous nous intéressez. À vous ensuite de faire vos preuves. Fin 2009 nous ouvrirons entre 75 et 80 agences dans le grand quart sud-est. C’est donc peut-être le moment de vous intéresser aux métiers de l’assurance.”

Évaluer les besoins et les risques
“Depuis 1998, le CIC forme avec le Crédit mutuel le 4e groupe de Bancassurance français, constitué de banques régionales. Une opportunité pour nous, précise Daniel Bihl, car elle nous permet de travailler sur une importante palette de produits et de contrats qui évoluent en fonction du marché et de la concurrence. Nous intervenons tout au long de la vie du contrat d’assurance, depuis sa mise en place jusqu’à l’indemnisation en cas de sinistre. À nous d’analyser les besoins, d’évaluer les risques, de comparer les tarifs… En ce qui me concerne, je vends des produits d’assurance (automobile, habitation…) à des entreprises individuelles, des particuliers et

58

Le Guide des métiers et des compétences

BANQUE FINANCE ASSURANCE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Dès l’obtention du bac STG, ES, S ou L, lancez-vous. Les recrutements s’effectuent essentiellement au niveau bac+2, parfait donc pour tous ceux qui envisagent la préparation d’un cycle court.

Après le bac GESTIONNAIRE DE CONTRATS D’ASSURANCE
Le BTS Assurance fait office de référence puisqu’il permet d’acquérir les indispensables connaissances en techniques commerciales des assurances, en droit, en économie et en communication. Pensez aussi au DUT Carrières juridiques option “Assurances” ou encore au DEUST Commercialisation des produits financiers option “Banque et assurance”. Les recruteurs recherchent également de jeunes diplômés au profil de techniciens commerciaux (BTS Management des unités commerciales, BTS Négociation relation client, notamment). Il est aussi possible et intéressant de poursuivre son cursus en optant pour la préparation d’une licence professionnelle en assurance (finalité bac+3). Au programme notamment : les techniques de réglementation de sinistres, le droit des contrats, la responsabilité civile ou bien encore les conventions professionnelles. Enfin, sachez que les organismes professionnels ont mis en place des cursus en alternance particulièrement appréciés des employeurs car en parfaite adéquation avec les besoins du marché. N’hésitez pas à vous informer du contenu des programmes dispensés réputés 100 % qualité ! À noter : En janvier 2008, l’AEA (Association pour l’enseignement de l’assurance), l’ADAP (Centre de formation qualifiante de l’assurance) et l’ENASS (École nationale d’assurances) se sont regroupés pour devenir l’Institut de formation de la profession de l’assurance. L’IFPASS devient ainsi l'organisme de référence de la profession en coordonnant l’activité des structures professionnelles de formation de la branche ‘Assurance’.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Comme tout métier de gestion, celui-ci requiert évidemment de l’organisation, de la rigueur et de solides connaissances en droit, en gestion et en fiscalité. Entre le travail d’équipe (avec les commerciaux…) et la relation avec le client avec lequel il est crucial de créer un rapport de confiance, le gestionnaire de contrats d’assurance se définit également comme un excellent communicant qui connaît sur le bout des doigts les produits que vend son entreprise.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Boom sur l’emploi dans le secteur de l’assurance, et ce dans toute la France. Les prévisions évoquent 30 000 recrutements par an dans les prochaines années grâce, notamment aux nombreux départs en retraite. Les banques comme les sociétés d’assurances sont concernées. La plupart des diplômés trouvent un emploi dès la fin de leurs études… parfois même avant l’obtention de leur diplôme. Toutefois, nous ne conseillerons jamais assez de ne pas arrêter votre cursus avant de valider votre examen final. Question de sécurité ! Autre bonne nouvelle ? La profession se féminise.

ADRESSE UTILE
Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) 26, bd Haussmann - 75009 Paris Tél. : 01 42 47 90 00 Site : ww.ffsa.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 59

METIERSÀLALOUPE ::

Trader
i Christine Delerue
ans l'imaginaire collectif, le trader est un homme jeune et survolté qui passe ses journées à jongler avec les millions. Mais que se cache-t-il vraiment derrière ce métier qui fait rêver ? “Abstraction faite de l'image qui est souvent associée, remarque Nicolas Knaroff, trader pour la Banque Populaire du Luxembourg, le mot "trader" est plutôt un terme générique qui englobe plusieurs métiers : market maker, arbitragiste ou même courtier, dealer, sales trader. Dans une assertion globale, on peut considérer qu'il s'agit d'une personne qui passe des ordres sur les marchés financiers dans un but lucratif. Toute la journée, j'essaye donc de gagner de l'argent en achetant et vendant des actions, des "warrants" pour le compte de la banque ou pour le compte des clients de la banque". Exerçant principalement dans les Bourses des valeurs, les sièges des grandes banques et les sociétés de Bourse, le trader est naturellement amené à travailler dans les capitales européennes et, en France, dans les grandes villes où sont implantées les Bourses (Bordeaux, Lille, etc.).

D

"Il n’existe pas vraiment de journée type …"
Après avoir exercé deux années durant en France, c'est dans un souci professionnel que Nicolas, comme de nombreux traders, a choisi de s'expatrier. "J'ai commencé à Paris dans une grande banque où les métiers sont très spécialisés et les passerelles parfois difficiles. En outre, je souhaitais travailler dans

un environnement international mélangeant différentes nationalités et cultures. J'ai évidemment regardé vers Londres, mais le problème de la spécialisation y est encore plus criant. J'ai donc finalement préféré le Luxembourg… C'est un excellent compromis entre le mélange ethnique et le métier plus "généraliste". Outre l'ouverture à l'international, l'une des caractéristiques du métier, qui est aussi son avantage principal, est qu'aucune journée ne ressemble à une autre. "Il n'existe pas vraiment de journée type", explique Nicolas. "La journée est rythmée par le flux de news (des chiffres macroéconomiques, résultats de sociétés, articles de presse) et de rumeurs. On cherche en permanence des idées d'investissement, on appelle quelques brokers avec lesquels on échange des infos et des rumeurs, puis on prend des positions. On travaille de gros ordres pour des clients, on fait attention à nos niveaux de risque, on stresse, et on essaye d'évacuer le stress"! Avec un marché en perpétuelle fluctuation, le trader doit donc être constamment sur le qui-vive. "Je me suis marié le 8 septembre 2001 et le 11 septembre, je venais à peine d'arriver dans les îles quand se sont produits les tragiques événements aux États-Unis. Du coup, les vacances n'ont pas eu la même saveur… Quand nous avons décidé de repartir en décembre, il y a eu une tentative d'attentat sur un vol Paris-Boston. Bref, le retour fut un peu galère. Le point positif, c'est que je n'avais pas de positions à ces moments-là, ce qui m'a évité beaucoup de stress et peut-être aussi des pertes. La chance fait partie du métier !”

60

Le Guide des métiers et des compétences

BANQUE FINANCE ASSURANCE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Le passage par une grande école de commerce ou d'ingénieurs étant plus ou moins obligé (ou du moins fortement conseillé), intégrer une prépa dès l’obtention du bac permet de mettre le maximum de chances de son côté. Cependant, il est également possible d'amorcer ses études avec un cursus court, comme le DUT Gestion des entreprises et administrations (GEA) option “Finance-comptabilité”, qui constitue un bon tremplin vers une formation complémentaire.

Après un bac+2
Plutôt généraliste et pas spécifiquement orientée vers le milieu financier et bancaire, la formation des écoles de commerce et d'ingénieurs demeure la plus appréciée des recruteurs. Mais il ne s'agit pas de choisir n'importe quelle école : les formations concernées sont celles dispensées par les plus grandes d’entre elles (type ESC ou HEC pour les écoles de commerce) qui recrutent post-bac+2/+3 après une prépa ou par la voie des admissions parallèles. La majorité des formations durent trois ans et comprennent plusieurs périodes de stage permettant aux étudiants de se frotter à la réalité du terrain. Côté université, misez sur des Masters performants comme le Master Gestion d’actifs pour vous former efficacement aux nombreuses exigences du métier. Autres possibilités ? Le Master pro Droit, économie, gestion mention “Banque, finance, assurance” spécialité Ingénierie financière et des marchés ; le Master pro Droit, économie, gestion mention “Finance” spécialité Finance de marché ; le Master pro Économie et gestion mention “Stratégies internationales économiques et financières” spécialité Management bancaire et finance internationale ; le Master pro Sciences et technologies mention “Mathématiques et applications” spécialité Probabilités et applications, etc.

Après un bac+5
Il semble aujourd’hui indispensable de valider un 3e cycle universitaire en droit, gestion, économie, mathématiques financières ou finance pour espérer “entrer dans la carrière”. Plusieurs écoles de commerce proposent également des mastères spécialisés qui complètent efficacement la formation initiale suivie : MS Ingénierie financière, MS Finance de marchés, MS Innovations et technologies, etc.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le métier de trader requiert en priorité une grande maîtrise de l’anglais, de l’informatique et un sens certain du marché doublé d’une capacité à sentir l’évolution des valeurs et à anticiper les risques des positions prises. Mieux vaut donc être doté d'une grande réactivité et d’un “feeling” quasi inné pour exercer cette activité ! Par ailleurs, ce métier, réputé stressant et usant en termes d’horaires, nécessite une bonne résistance physique et psychologique ainsi qu'une grande disponibilité.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le faste des années 90 s’est brutalement interrompu un certain 11 septembre 2001. Les traders ont alors vécu une période douloureuse. Aujourd’hui, Internet a bouleversé les mentalités en permettant à certains de s’installer à leur compte grâce au “jeu” du day trading. Les autres se partagent les grandes places financières mais se reconvertissent rapidement au terme de trois à six années de carrière dans l’analyse financière ou la gestion de portefeuilles. L’emploi est au rendez-vous pour les meilleurs… l’usure aussi ! Avis aux vocations.

ADRESSE UTILE
ASF (Association française des sociétés financières) 24, avenue de la Grande Armée - 75854 Paris Cedex 17 Tél. : 01 53 81 51 81 Site : www.asf-france.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 61

TRADER

SECTEUR ::

BTP, ARCHITECTURE
Il suffit de parcourir la France pour constater l’importance des ouvertures de chantiers de construction ou de rénovation. Cette situation, bénéfique économiquement, provoque toutefois des inquiétudes dans le secteur : le manque de main-d’oeuvre se fait cruellement sentir et engendre même des refus de commandes. Les entreprises cherchent donc de toute urgence des jeunes suffisamment qualifiés pour construire une carrière et – pourquoi pas ? – devenir à leur tour des entrepreneurs.

haque année, des milliers de logements neufs jaillissent de terre. Les entreprises se frottent les mains, d’autant plus que la tendance perdure. “La croissance de l’activité a permis un net développement de l’emploi dans le secteur, annonce fièrement la Fédération française du bâtiment sur son site Internet. Près de 35 000 nouveaux postes salariés permanents ont été créés, auxquels il faut adjoindre environ 4 000 postes d’intérim en équivalent temps plein. En huit années de croissance quasi continue, le bâtiment aura donc créé plus de 150 000 emplois salariés.” Malgré une vitalité économique débordante, le secteur se confronte toutefois à la pénurie de main-d’oeuvre qualifiée : les jeunes rechignent à choisir cette voie victime d’une image de pénibilité. Les clichés ont la vie dure ! Pourtant, le bâtiment ne se résume pas aux métiers manuels et physiques : les conducteurs de travaux, les chefs de chantier et les géomètres suscitent toutes les convoitises ! L’évolution des mentalités permet également aujourd’hui aux femmes d’investir le secteur et d’éprouver leurs qualités dans les métiers techniques et de finitions particulièrement. En amont de la construction, les urbanistes et architectes profitent de l’embellie de la croissance pour participer au mouvement. La mise en place des plans locaux d’urbanisme, la réhabilitation de quartiers vétustes ou les aménagements de voirie constituent autant d’opportunités à saisir. Qu’ils exercent en libéral ou comme salariés, ces inventeurs de nos cadres de vie affichent un professionnalisme de chaque instant car leur réputation dépend entièrement de la qualité de leurs réalisations.

C

Se former pour (se) construire
Le secteur se compose d’un maillage serré de petites entreprises gravitant autour de quelques poids lourds. Dans tous les cas, le , professionnalisme reste LA valeur fondamentale pour s’assurer une reconnaissance, prises du nombre d’entre mais aussi une carrière. C’est pourquoi vous ne devez pas hésiter à entrer par la petite bâtiment porte – CAP/BEP – pour vous former aux exigences de votre métier et intégrer ns le secteur du rapidement le monde du travail. mbre d’actifs da s, no larié

310 000

1 238 000

: • 947 000 sa bâtiment, dont 291 000 artisans

Après quelques années d’exercice, vous évoluerez vers des postes à responsabilité car le bâtiment et les travaux publics s’engagent dans une politique d’ascension sociale. Autre possibilité : devenir entrepreneur. Mais là encore, vos années nombre d’arch re inscrits à l’Ord d’expérience détermineront votre avenir. Le secteur recherche également des d’architecture 07 en 20 des architectes diplômés de niveau bac+2/+5 pour assumer des postes d’encadrement ou des fonctions d’études et de commerce. Dans tous les cas de figure, misez sur l’alternance pour vous former car la transmission du savoir-faire des anciens aux nouveaux est une tradition quasi ancestrale dans ce milieu.

417 29 itectes,et agréés

A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 63

METIERSÀLALOUPE ::

Architecte
i Laure Vilar
u coeur du Quartier latin, un passage pavé plein de charme conduit à un immeuble ancien. Le bureau de Luc Liogier est situé au dernier étage de cet immeuble, sous une très belle charpente apparente. Un décor qui convient parfaitement à ses fonctions. En effet, depuis près d’un an, Luc Liogier est architecte des Bâtiments de France. En trois lettres, il est ABF. À ce titre, il est responsable de trois arrondissements parisiens et des abords des quatre cents monuments historiques qu’ils comptent. “Mon rôle est d’effectuer les déclarations de travaux, de donner un avis sur tous les permis de construire ou de démolir et sur tous les projets situés sur le territoire de ces arrondissements, d’un point de vue historique et esthétique. Mais je peux également proposer des modifications en fonction du site, qu’il s’agisse de la façade d’un immeuble d’habitation ou de la devanture d’une boutique. C’est un énorme travail de dossier qui demande d’aller régulièrement sur le terrain pour décider des parties à conserver et donner des indications sur les matériaux à employer. J’ai toujours aimé la ville et j’ai choisi ce métier pour avoir la possibilité de la mettre en valeur en retrouvant les traces du passé. Par ailleurs, je suis chargé de la surveillance et des travaux sur les quatre cents monuments historiques de mon secteur.”

A

Une expérience sur le terrain très riche sur le plan professionnel mais qui lui confirme qu’il doit trouver une autre voie pour concilier ses connaissances techniques et son goût du patrimoine. “Au cours d’un long séjour à Barcelone, en dernière année d’école et dans le cadre du programme Erasmus, j’avais eu l’occasion de travailler sur la ville ancienne. J’avais pris beaucoup de plaisir à apprendre à la lire et à retrouver l’histoire d’un lieu, explique Luc Liogier. C’est donc tout naturellement que j’ai présenté le concours de l’École de Chaillot destinée aux architectes désireux de se spécialiser dans les travaux sur le patrimoine.”

Un rôle éducatif
Dans ses nouvelles fonctions, il apprécie de ne pas être prisonnier de contraintes matérielles, même s’il les connaît parfaitement. “En tant qu’ABF, nous représentons l’intérêt général face à l’intérêt particulier et notre rôle est de savoir convaincre nos interlocuteurs. Nous ne remplaçons pas l’architecte sur le chantier, nous sommes là pour le conseiller. Dans cette optique, je considère que nous avons un véritable rôle éducatif. Pourtant, n’allez pas croire que notre mission se limite aux bâtiments anciens. L’architecture contemporaine bien étudiée doit être encouragée dans un esprit de créativité, gage de notre patrimoine de demain.”

Le goût du patrimoine
Il est vrai qu’avant de se diriger vers la fonction publique, Luc Liogier avait pris le temps de se frotter à l’exercice libéral de ce métier aux mille facettes. Après un parcours sans faute à l’ENSAIS* , la seule école d’ingénieurs en France à délivrer un diplôme permettant d’exercer la profession d’architecte, il part à Tahiti travailler dans une grosse agence. Hôtels, logements sociaux, maisons particulières, piscines… pendant un an, il conçoit et suit la réalisation de nombreux projets.

Véritable maître d'oeuvre
L’architecte est un véritable maître d’oeuvre capable de concevoir un projet architectural et de le suivre jusqu’à la fin du chantier. Ses missions vont de la réalisation de bâtiments privés et publics (écoles, hôpitaux…) jusqu’aux interventions sur la ville (urbanisme, paysagisme). Ses responsabilités sont énormes et ses gains plutôt modestes, sauf pour les stars de la profession.
* (aujourd’hui INSA de Strasbourg)

64

Le Guide des métiers et des compétences

BTP ARCHICTECTURE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Le diplôme d’État d’architecte délivré dans l’une des vingt écoles publiques relevant du ministère de la Culture reste l’unique voie pour être reconnu apte à exercer. La sélection se déroule après le bac sur dossier, épreuves écrites, orales et entretien de motivation. Présenter un book de ses réalisations (dessins, projets..) reste un atout indéniable. Deux autres établissements délivrent un diplôme d'architecte reconnu : L’INSA de Strasbourg (Institut national des sciences appliquées) dont le recrutement s’effectue post-bac+1 et l'ESA (École spéciale d'architecture) accessible post-bac.

Après le bac
Le premier cycle d’études, en trois ans, se concentre sur l'acquisition des outils fondamentaux. Au programme : une introduction à l’architecture permet de s’initier aux techniques de construction et de développer une culture architecturale. Le diplôme d’études en architecture, conférant le grade licence, conclut ce premier cycle.

Après un bac+3
Ce premier cycle passé, les étudiants intègrent le second durant deux ans. Cette formation, de grade master, se définit alors comme un approfondissement des acquis et vise la maîtrise des outils, des méthodes et des concepts d’élaboration architecturale. La réalisation d’un projet de fin d’études assorti d’un mémoire mène enfin au diplôme d’État d’architecte.

Après un bac+5
Diplômé d’État d’architecte, l’heure de la spécialisation a sonné ! Plusieurs parcours sont alors envisageables : - valider une habilitation à exercer la maîtrise d’oeuvre en son nom propre, en un an, pour ouvrir son propre cabinet ; - décrocher un DPEA (diplôme propre aux écoles), un DSA (diplôme de spécialisation et d’approfondissement en architecture) ou un master spécialisé pour se qualifier dans des domaines particulièrement pointus (Architecture navale, Architecture et risques majeurs, Villes, Architecture et patrimoine, “Maghreb et Proche-Orient”...).

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Un architecte est à la fois un artiste qui sait dessiner et concevoir des projets et un ingénieur qui connaît le poids du béton. Il doit aussi développer un excellent sens commercial pour être capable de négocier des contrats et user de précision organisationnelle pour assurer le suivi des chantiers.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Comme dans tous les arts, l’architecture compte ses stars… et les autres. Se construire une renommée requiert du temps et beaucoup de travail. Ainsi, une grande partie des diplômés officient d’abord en tant que salarié en agence, en bureau d’études ou dans les grandes entreprises du bâtiment. L'Ile-de-France demeure le plus gros bassin d'emploi avec près de 37 % de la profession. Face à la concurrence internationale, les architectes sont progressivement amenés à travailler en réseau avec des équipes pluridisciplinaires réunissant ingénieurs, paysagistes, urbanistes et économistes.

ADRESSE UTILE
Conseil national de l'Ordre des Architectes (CNOA) Tour Maine Montparnasse 33, avenue du Maine - BP 154 - 75755 Paris cedex 15 Tél. : 01 56 58 67 00 Site : www.architectes.org Infos études et métiers : www.e-orientations.com 65

ARCHITECTE

METIERSÀLALOUPE ::

Conducteur de travaux
i Christine Delerue
lanifier, organiser et contrôler les travaux de construction, d’aménagement ou d’équipement des chantiers : telle est la principale mission du conducteur de travaux. C’est le métier choisi par Edith, jeune femme de 26 ans effectuant ses premières armes sur les chantiers. Si, de prime abord, sa présence dans ce milieu d’hommes peut sembler étonnante, il n’en est rien. “J’ai toujours aimé tout ce qui touchait à la construction. Ce métier était donc une évidence, confie-t-elle. C’est vrai que c’est un milieu masculin mais les femmes sont de plus de plus présentes et les mentalités ont beaucoup évolué.” Depuis un an maintenant, elle travaille pour GTM, une filiale du Groupe Vinci, qui s’occupe principalement d’ouvrages d’art (à savoir la construction de viaducs et de ponts, en opposition aux travaux publics, qui se concentrent davantage sur l’édification d’immeubles). Avec cinq autres conducteurs de travaux, elle est chargée de la construction d’une portion de passage du TGV Rhin-Rhône. “Nous avons deux ans pour construire cinquante ponts sur une distance de trente kilomètres…”

P

planning de réalisation des travaux.” De la logistique, oui, mais pas seulement… “Je dispose d’un budget que je dois gérer de la meilleure manière qui soit, poursuit-elle. De ce fait, je choisis les sous-traitants avec lesquels travailler. Il peut s’agir, par exemple, d’une entreprise en charge des fondations, de la charpente métallique ou encore des armatures. Même chose pour les fournisseurs. Je négocie puis choisis par exemple le fournisseur attitré pour le béton. En revanche, je ne définis pas les quantités à commander. Ce rôle incombe au chef de chantier avec lequel je suis en relation permanente.”

Tâter du terrain
“Notre présence sur le terrain représente 80 % de notre temps de travail, estime Edith. Cette constance est essentielle pour superviser l’avancement des travaux et pour gérer les soucis quotidiens qui varient du problème de main-d’oeuvre entre deux ouvriers au retard de livraison de fournitures en passant par l’incident technique. Dans ces cas-là, je dois être très réactive pour ne pas bloquer l’ensemble du chantier.” Respect des délais et du budget, gestion des ouvriers…, le métier n’est pas exempt de pressions. “Nos journées de travail sont bien remplies et souvent stressantes. Mais c’est à mon sens tout l’intérêt de ce métier. L’évolution d’un chantier permet d’aborder chaque jour différemment. La routine, on ne connaît pas !”

Gestionnaire, vous avez dit gestionnaire ?
Durant ces deux années, Edith gère son chantier afin que les travaux soient réalisés dans les délais imposés. “Dans un premier temps, j’ai dû définir la main-d’oeuvre nécessaire à la réalisation du chantier : combien d’ouvriers devraient être présents et surtout à quels moments. J’ai également dû mettre en place un

66

Le Guide des métiers et des compétences

BTP ARCHICTECTURE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Un diplôme de niveau bac+2 constitue le niveau minimum requis. Les formations courtes répondant le mieux aux attentes des employeurs sont le BTS Bâtiment, le BTS Travaux publics ou le DUT Génie civil option “Travaux publics et aménagement” ou “Bâtiment”. Pour intégrer l’une de ces quatre filières, il est préférable de posséder un bac STI option “Génie civil”, un bac S ou un bac professionnel. Certains établissements offrent la possibilité de préparer le diplôme en alternance. Également en deux ans après le bac, l’ESTP (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie) propose une formation de technicien spécialisé Conducteur de travaux. Ce cursus est accessible sur concours aux titulaires d’un bac S ou STI “Génie civil” et peut se préparer en alternance. De son côté, l’ISCO (Institut supérieur de la construction) à Grenoble forme des conducteurs de travaux en trois ans : la première année s’effectue à temps plein et les deux suivantes par apprentissage. L’entrée en formation est conditionnée par un examen de dossier, des tests et un entretien de motivation.

Après un bac+2
Les titulaires d’un bac+2 peuvent poursuivre leurs études à l’université par une licence professionnelle en un an. Il en existe moins d’une dizaine dans le domaine. Citons par exemple la licence pro Bâtiment et construction option “Conduite de projets de travaux publics” à l’IUT d’Isère, la licence pro Bâtiment et construction option “Conduite et gestion de projets BTP” à l’IUT du Havre et la toute nouvelle licence pro Conducteur de travaux en maison individuelle à Marne-la-Vallée. Enfin, il est possible de se former au sein d’une école d’ingénieurs. L’INSA (Institut national des sciences appliquées) de Rennes propose ainsi une spécialité “Génie civil et urbanisme”. Les études se déroulent en trois ans et sont accessibles en 1re année sur concours communs INSA pour les bacheliers S et STI. De son côté, l’ESTP dispense une formation en trois ans d’ingénieur en bâtiment ou en travaux publics accessible sur concours après deux années de classe préparatoire scientifique ou par la banque d’épreuves DUT/BTS.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le conducteur de travaux doit avoir le sens de l’organisation et aimer travailler en équipe car sa mission principale consiste à gérer un chantier, tant sur le plan financier qu’humain. On attend donc de lui de la motivation, du sang-froid et de la réactivité pour pallier toutes les situations imprévues.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Les campagnes de publicité parlent d’elles-mêmes : le secteur du bâtiment et des travaux publics manque cruellement de bonnes volontés, et à tous les niveaux ! C’est donc le moment ou jamais de s’engouffrer dans la brèche car les besoins sont réels. Les très importants départs à la retraite prévus dans les années à venir ne devraient pas changer la donne avant quelques années encore.

ADRESSE UTILE
Fédération nationale des travaux publics 3, rue de Berri - 75008 Paris Tél. : 01 44 13 31 44 Site : www.fntp.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 67

CONDUCTEUR DETRAVAUX

METIERSÀLALOUPE ::

Couvreur
i Aurélie Lebreton
pécialiste des toits, le couvreur intervient au moment de la construction d’un édifice lorsque les quatre murs et la charpente sont achevés. Sa première mission consiste à mettre hors d’eau le bâtiment en réalisant l’isolation pour que les électriciens, plombiers et autres peintres puissent entrer en action au sec. Ensuite vient le véritable travail de couverture. Selon les plans de l’architecte et les desiderata du propriétaire, le couvreur prépare son ouvrage. “Avant tout, je calcule les quantités de matériaux nécessaires, explique Alain Duparc, couvreur depuis trente-trois ans. Je tiens compte de la surface du toit, de l’inclinaison, du type de revêtement,…. Ce n’est jamais la même chose d’un chantier à un autre, il y a tellement de formes de toit différentes, à deux ou quatre pans, en coupole, en terrasse, en cône... Et la méthode de pose change aussi selon que l’on utilise la tuile, l’ardoise, le béton, le zinc. C’est comme pour la pose du système de récupération des eaux (gouttière, chéneaux), les velux et le raccord avec les conduits de cheminées. Il en existe de toutes les tailles et dans tous les matériaux. Je dois tout le temps m’adapter.” Pour obtenir un résultat harmonieux et résistant, la toiture doit être réalisée avec précision et minutie. Parfois le couvreur joue les artistes. Une disposition particulière, un graphisme, un jeu de couleurs apportent un cachet particulier à un toit. “Autrefois chaque couvreur s’identifiait par une fleur particulière. Elle était gravée sur la plaque cachant les chevrons.

S

C’est comme une signature, et on pouvait savoir qui était l’artisan juste en regardant le toit. Mais cela se fait de moins en moins… par manque de temps sans doute”, regrette Alain.

Travail au grand air toute l’année
le travail du couvreur – ne l’oublions pas – s’opère à plusieurs mètres au-dessus du sol. Au minimum six, mais souvent bien plus. “J’utilise une échelle plate pour circuler sur le toit mais il arrive que je joue les équilibristes, avoue Alain. En règle générale, j’ai un harnais de sécurité, mais pas toujours. C’est une prudence de tous les instants, je regarde toujours où je mets les pieds dès que je ne suis plus sur le plancher des vaches car si je fais une erreur, la marche est haute.” Vulnérable aux intempéries, le couvreur exerce toujours son activité en plein air. La pluie rend les toits très glissants et les rafales de vent déséquilibrent tous ceux qui se trouvent sur leur passage. Mais Alain sait prendre ces contraintes avec philosophie. “De toute façon, je ne suis jamais seul sur un toit. Et le matériel de sécurité a fait des progrès ; en cas de gros chantier, on monte un échafaudage. Et puis il faut aussi savoir profiter des bons côtés. En été, je peux bronzer en travaillant. Je suis au grand air toute l’année. Je ne pourrais pas être enfermé dans un bureau, entre quatre murs. Sur les toits, je me sens libre.”

68

Le Guide des métiers et des compétences

BTP ARCHICTECTURE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après la 5e
Le CAP Couvreur, accessible par la voie de l’apprentissage, reste le diplôme de base pour se lancer dans le métier. L’accès à la formation peut s’effectuer après une 5e, à condition d’être âgé de 16 ans, ou après une 3e sans condition d’âge. Les apprentis apprennent alors les différents procédés de couverture, mais aussi les méthodes de calcul et de dessin technique indispensables à tout travail préparatoire.

Après la 3e ou un CAP COUVREUR
Le BEP Technique du toit repose sur l’acquisition des techniques de couverture mais aussi sur des connaissances plus théoriques en thermique ou matériaux. Autre possibilité d’orientation ? La préparation d’une Mention complémentaire Zinguerie en un an.

Après un BEP
BEP en poche, cap sur les brevets professionnels Couvreur ou Étanchéité du bâtiment et des travaux publics. Ces diplômes, délivrés par les Chambre des Métiers, valident une formation professionnelle de haut niveau et des enseignements en gestion de l’entreprise. Indispensables pour s’installer à son compte, ils autorisent leurs titulaires à former eux-mêmes des apprentis ! La boucle est bouclée.

Après le bac
Les BTS Charpente-couverture et Enveloppe du bâtiment “Façade-étanchéité” sont ouverts principalement aux bacheliers STI Génie civil. Mais les titulaires d’une autre série (S, ES, bac pro Bâtiment option “Métal-alu-verre-matériaux de synthèse”, principalement la section menuiserie verre aluminium) ont aussi leur chance. Les cycles courts, très appréciés des employeurs, conduisent aux fonctions de conducteur de travaux ou de technicien de bureau d’études en charge de la conception et du commerce des produits de couverture et de revêtement.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le métier de couvreur s’inscrit dans la précision. Une excellente maîtrise du dessin technique et du calcul doublée d’un sens quasi inné de la minutie et de l’organisation restent les qualités de base pour assurer la parfaite étanchéité d’une toiture. Un couvreur doit aussi être résistant au froid, à la pluie et à la chaleur puisqu’il se confronte quotidiennement aux intempéries. Ses déplacements à des hauteurs parfois vertigineuses l’obligent à faire preuve de souplesse et d’équilibre. Enfin, sachez que les personnes souffrant de vertige, de troubles moteurs, de vision monoculaire et/ou de surdité se ferment d’emblée les portes de cette profession à hauts risques.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le bâtiment appartient aux secteurs prospères du moment. Les couvreurs ne subissent donc pas les affres du chômage. La majorité d’entre eux exercent en tant qu’artisans, les autres sont recrutés par les poids lourds du bâtiment ou les municipalités. Les profils les plus recherchés ? Les titulaires d’une double qualification “couverture-plomberie”, “couverture-zinguerie” ou “couverture-installations sanitaires” par exemple.

ADRESSES UTILES
Fédération française du bâtiment (FFB) 33, avenue Kleber - 75116 Paris Tél. : 01 40 69 51 00 Site : www.ffbatiment.fr Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) 2, rue Béranger - 75003 Paris Tél : 01 53 60 50 00 Sites : www.capeb.fr www.artisan-du-batiment.com Infos études et métiers : www.e-orientations.com 69

METIERSÀLALOUPE ::

Peintre en bâtiment
i Aurélie Lebreton
omme son nom ne l’indique pas, le peintre en bâtiment n’utilise pas uniquement la peinture. Polyvalent, il possède d’autres poils à son pinceau et manie également le papier peint, la moquette, les sols souples et même le verre simple. Bien sûr, l’emploi de chacun de ces matériaux exige une technique spécifique. Artisan de finition, le peintre en bâtiment intervient sur des constructions neuves ou anciennes pour (re)décorer sols et murs. Mais avant tout, il prépare les pièces à travailler. ”Pour commencer, je fais le ménage, explique William Lecoq, dirigeant d’une entreprise de peinture en bâtiment depuis seize ans. Je retire l’ancien revêtement, rebouche les trous et les fissures, ponce, brosse et enfin lessive. Quand la surface est propre, je peux commencer à travailler. C’est important de partir sur de bonnes bases pour rendre une pièce impeccable.” Le peintre en bâtiment peut aussi s’occuper du ravalement de façade. La procédure reste alors identique à celle du travail en intérieur. Le décapage s’effectue grâce à des jets d’eau à haute pression. La devanture est ensuite refaite à neuf. Selon les régions, les techniques changent. En Normandie par exemple, où officie William, les maisons à colombages sont légion. ”Je reviens aux méthodes d’autrefois pour les refaire, confie-t-il. Je n’utilise plus de lasure pour les boiseries mais de l’huile de lin, pour mieux respecter les couleurs. C’est amusant de travailler à l’ancienne.“

C

Décorateur et conseiller
Rénover une pièce, c’est aussi l’embellir. Les couleurs, la luminosité, l'agencement de l'espace participent à l'ambiance générale. En professionnel, le peintre en bâtiment connaît tous les trucs pour agrandir une salle, la rendre plus lumineuse, attirer l’attention sur certains détails (une cheminée, un meuble, un tableau…). Des teintes mal assorties peuvent tout gâcher. Un orange acidulé, par exemple, est jugé trop dynamique dans une chambre à coucher mais donne de la chaleur à une cuisine peu exposée au soleil. Pour les non-initiés cependant, il est difficile de se rendre compte de l’effet rendu par une peinture ou un papier peint sur des échantillons de dix centimètres carrés. En revanche, pour William, cet exercice ne pose aucun problème. “Avec l’expérience, je vois tout de suite la pièce finie, raconte-t-il. Les clients me demandent toujours ce que je pense de leur idée et je réponds avec franchise. Je les préviens des éventuels inconvénients (pièce sombre, couleur agressive, …) et leur indique les graves erreurs de tons. Mais chaque personne est libre de décider de sa décoration. Je ne me moque jamais des choix des gens. J’essaie de respecter au maximum leurs goûts, leur personnalité mais aussi leurs envies et leur budget.”

70

Le Guide des métiers et des compétences

BTP ARCHICTECTURE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Le métier de peintre en bâtiment requiert des savoirs techniques précis acquis grâce à la pratique.

Après la 3e PEITNRE EN BÂTIMENT
Le CAP Peintre-applicateur de revêtement reste le diplôme de base pour acquérir les techniques de pose de matériaux et de mise en peinture. La formation est accessible par la voie de l’apprentissage dès 16 ans.

Après le CAP
Vous pouvez opter pour le brevet professionnel Peinture revêtements en deux ans et/ou la mention complémentaire Peinture-décoration en une année. Autres possibilités ? Visez le nouveau bac pro Aménagement et finition du bâtiment (également ouvert aux titulaires d’un BEP Finitions) ou le BT (Brevet de technicien) Finitions et aménagements, de niveau IV. Accessible après un BEP ou une seconde, il forme en deux ans des ouvriers hautement qualifiés et permet de postuler à des postes de chef d’équipe.

Après le bac
Le BTS Aménagement et finition est principalement ouvert aux titulaires d’un BT Finitions, d’un bac STI “Génie civil”, ou d’un bac pro Aménagement et finition du bâtiment. Ce cursus permet d’accéder aux postes d’assistant du chef d’entreprise et de conducteur de travaux.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Sur un chantier intérieur, le peintre travaille souvent en autonomie. Il doit alors faire preuve de polyvalence et d’indépendance, mais aussi d’habileté manuelle et de soin pour exécuter parfaitement sa tâche. La réalisation d’une pièce requiert aussi du goût pour la décoration et le mélange des couleurs. À genoux près du sol ou en extension sur une échelle les bras levés, le peintre est souvent contraint à des postures assez inconfortables. Une bonne résistance physique est donc nécessaire. Quelques contre-indications médicales ne sont pas à négliger : les allergies aux produits utilisés (peinture, colle…) mais aussi le daltonisme et le vertige.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Dans le bâtiment, quand on connaît bien son travail, le chômage n’est pas au rendez-vous. Ce secteur peine actuellement à recruter de la main-d’oeuvre et les peintres ne font pas exception à la règle. Les titulaires d'un CAP trouvent donc sans difficulté une place dans une entreprise du bâtiment ou spécialisée en finitions, ou bien dans une collectivité.

ADRESSE UTILE
Fédération française du bâtiment (FFB) 33, avenue Kleber - 75116 Paris Tél. : 01 40 69 51 00 Site : www.ffbatiment.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 71

SECTEUR ::

COMMERCE, VENTE, DISTRIBUTION
L’augmentation des dépenses incontournables (logement, transports…) oblige les ménages à surveiller leur budget de près. Résultat : la part consacrée au superflu se réduit comme peau de chagrin. De quoi donner des migraines aux professionnels du secteur qui doivent aujourd’hui rivaliser d’ingéniosité pour inciter les portemonnaie à s’ouvrir.

ommerce, marketing, distribution… un seul impératif : vendre. La tâche s’avère toutefois plus ardue aujourd’hui qu’il y a une dizaine d’année : internet et la téléphonie multimédia ont changé la donne du marketing en utilisant de nouvelles armes pour atteindre des clients potentiels. Trop de sollicitation nuit, voire ruine toute stratégie publicitaire : les consommateurs saturent et ne prêtent plus aucune attention aux discours commerciaux. L’ère du matraquage de masse s’achève. Cap sur des campagnes ultra-ciblées créées à partir de bases de données particulièrement performantes. Côté commerce, “le e-commerce et l’ouverture sur l’international créent de belles perspectives, explique Fabrice Saada, responsable du site Internet www.e-recrut.com. Mais on observe surtout un retour à la relation client et donc une forte demande de commerciaux qui constituent le vrai nerf de la guerre. Pour débusquer les meilleurs, les recruteurs diversifient leurs canaux : sites d’emploi, salons, prospection dans les écoles… Plus surprenant, les centres d’appel fleurissent sur tout le territoire et représentent un vivier de commerciaux de terrain. Par leur fonctionnement, ils s’avèrent très formateurs et développent rapidement les aptitudes des futurs vendeurs.” Dans la distribution enfin, la bataille se joue sur les porte-monnaie. Confrontés au succès grandissant des discounters, les pontes du secteur misent sur la fidélisation de leurs clients et sur un service irréprochable. Autre répartie, les marques “maison” permettent aux distributeurs de proposer des produits à coût réduit tout en maîtrisant leur qualité. La guerre des prix n’en finit plus de commencer !

C

Devenir un pro du commerce ou du marketing ne s’improvise pas. Plus qu’ailleurs, votre valeur se mesure en résultats chiffrés. Le bagout et l’intuition ne suffisent plus : aujourd’hui, une solide formation conditionne votre avenir. Les BTS %, Management des unités commerciales, Négociation relation client ou le DUT dans distribution Techniques de commercialisation restent des valeurs sûres pour les adeptes des erce rt de la grande pa comm faires global du le chiffre d’af cycles courts. Accessibles après le bac, ils prennent toute leur valeur lorsqu’ils alimentaire sont préparés en alternance.
s de la vente chiffre d’affaire France distance en à

milliard

14s d’€,

Performance à tous les niveaux

75

s du co chiffre d’affaire la grande alimentaire de n distributio

milliards d’€,mmerce

170

Autre solution : les écoles de commerce, de gestion et de marketing. Quatre à cinq ans d’études conduisent directement vers des postes d’encadrement. Toutefois, assurez-vous que le programme d’enseignement dispensé tient compte des évolutions sectorielles avant d’opter définitivement pour un établissement : exploitation de bases de données, techniques d’e-mailing en marketing… Misez sur la qualité ! A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 73

METIERSÀLALOUPE ::

En partenariat avec :

Asset manager en immobilier
i Alice Odin
Asset manager ou gestionnaire d'actifs a pour mission d’optimiser les placements immobiliers appartenant à une personne physique ou morale. Il assure le suivi de ce portefeuille de biens tant sur le plan commercial qu’administratif et financier.

L’

sur la gestion locative, etc... “Dans le type de structure un peu atypique à laquelle j’appartiens, s’enthousiasme Sébastien, le gestionnaire d’actifs a au contraire un rôle très transversal qui implique une grande polyvalence.”

Un rôle de conseil…
Exerçant la plupart du temps ses compétences au sein de sociétés foncières, l’Asset manager se définit comme un bâtisseur de stratégies patrimoniales. Il établit avec sa direction ou son client des objectifs de valorisation du bien à rentabiliser avant de réfléchir aux schémas directeurs. Selon la société à laquelle il appartient, le gestionnaire d’actifs propose des acquisitions de terrains et de biens ou réfléchit, après l’achat, à la meilleure façon de les valoriser. C’est le cas de Sébastien Bourgeois, Asset manager pour le groupe Carlyle : “Mon métier consiste à donner la meilleure valeur possible à un immeuble, ce qui peut se faire par le biais de travaux d’amélioration ou de rénovation. Toute évaluation repose également sur un travail relatif au financement, à la gestion, aux actions marketing et enfin à la commercialisation du bien. Car, contrairement aux sociétés foncières, notre vocation n’est pas de pérenniser nos immeubles plus d’une dizaine d’années.” Autre différence : au sein des “foncières”, l'exercice du métier de gestionnaire d’actifs s'articule autour de différents pôles, chacun participant dans son domaine de compétences à la constitution des dossiers stratégiques : données financières, informations techniques, renseignements

… et de gestion
Car ici pas de journées types : après les réunions avec les architectes et les maîtres d’oeuvre pour déterminer l’avancée des travaux d’embellissement, arrive le suivi administratif et comptable (déclarations fiscales, étude des tableaux d'amortissement et des échéances d'emprunt, gestion des relations avec les banques...), la commercialisation locative et les visites. “Aujourd’hui, j’ai même rencontré des traiteurs pour choisir un menu en vue d’une inauguration”, confie Sébastien Bourgeois. Autre part importante du métier, la relation avec le Property manager, l’administrateur auquel l’Asset manager confie son bien en sous-traitance pour assurer quotidiennement sa gestion tant sur le plan du quittancement des loyers que de la maintenance technique. Au final, le gestionnaire d’actifs est parfois présent à toutes les étapes de rentabilisation du bien et il réfléchit d’ailleurs activement aux politiques de loyers et de maîtrise des charges. “Dès que l’état général du site a été amélioré et le rendement locatif augmenté, il est alors temps de songer à revendre l’immeuble”, explique l’Asset manager avant de récapituler ses trois missions principales : “acheter, optimiser sur le temps, puis revendre dans les meilleures conditions afin de maximaliser le retour sur investissement.”

74

Le Guide des métiers et des compétences

COMMERCE VENTE DISTRIBUTION

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Ce type de poste n'est pas ouvert aux débutants et une expérience de deux ans minimum est exigée même s’il existe quelques postes d'assistant Asset manager. On y accède généralement après trois types de formation :

l’université de Valenciennes ou Droit, administration, économie et gestion spécialité “Droit de l’immobilier et de l’habitat” à l’université de Brest ;

f une formation en école spécialisée. Ces cursus, d’ailleurs plébiscités par les recruteurs, reposent
en grande partie sur la professionnalisation et donc sur la pratique via de nombreux stages en entreprise. Certains établissements parient même sur l’acquisition de compétences juridique, financière, comptable et technique afin de permettre à leurs jeunes diplômés une insertion facilitée sur le marché de l’emploi. Un atout de taille dans une profession où tout va extrêmement vite…

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
L’Asset manager développe une large culture générale économique et financière doublée d’excellentes capacités d'analyse et de synthèse. Ce métier, extrêmement complet, nécessite également des compétences en management, en communication et en négociation : sens des affaires, bon relationnel et force de persuasion restent indispensables pour convaincre des clients du bien-fondé de ses propositions d’investissement. La maîtrise de l'anglais, enfin, s’avère aujourd’hui obligatoire dans un marché international intégrant majoritairement des sociétés d'investissement nord-américaines ou allemandes.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le secteur de l’immobilier, en pleine croissance ces cinq dernières années, recrute les profils les plus polyvalents pour endosser l’habit d’Asset manager. Les évolutions de carrière dépendent ensuite de la taille de la société et des motivations personnelles du salarié. Mais généralement cinq années d’expérience environ suffisent pour encadrer une équipe de gestionnaires, voire pour monter sa propre agence. Quel que soit votre plan de carrière, sachez que les jeunes diplômés trouvent souvent leur premier poste dans le mois suivant la fin de leur cursus, surtout ceux se prévalant de nombreux stages à leur actif.

OÙ SE FORMER ?
ESPI (École supérieure des professions immobilières) Site: www.espi.asso.fr Paris 22, rue du Théâtre - 75015 Paris Tél. : 01 45 67 20 82 Nantes 10, rue Charles Brunnellière - 44100 Nantes Tél. : 02 40 49 87 46

ADRESSES UTILES
La Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) 129, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris Tél. : 01 44 20 77 00 Site : www.fnaim.fr Le Syndicat national des professionnels immobiliers (SNPI) 26, avenue Victor Hugo - 75116 Paris Tél. : 01 53 64 91 91 Site : www.snpi.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 75

ASSET MANAGER

f un diplôme d’école de commerce ; e f un 3 cycle en immobilier tels que les Masters 2 Droit de l‘immobilier et de son financement à

METIERSÀLALOUPE ::

En partenariat avec :

Chargé d’études marketing
i Aurélie Lebreton

L

es consommateurs sont réputés instables, incertains et imprévisibles. Enfin presque ! Car le chargé d’études marketing sait heureusement percer tous leurs secrets. Sa mission : analyser les marchés pour répondre aux questions des clients en termes de lancement de produit, de taux de satisfaction et d’image publique.

enquête. Il est indispensable de l’adapter à la cible visée et d’utiliser les médias adéquats pour la “distribuer”. Pour interroger des personnes âgées, par exemple, je privilégie le téléphone ou l’entretien de vis-à-vis beaucoup plus intégrés aux moeurs qu’Internet ! En revanche, le web est largement utilisé pour toucher un public plus jeune.”

Collecter les informations sur un marché…
Que l’on évolue dans un milieu B to B (Business to Business) ou B to C (Business to Consumer), la démarche de base reste la même : cerner les besoins du client puis transformer son objectif marketing en objectif d’études. “Mon rôle consiste à apporter des réponses concrètes aux entreprises clientes et à les conseiller pour qu’elles adoptent la meilleure décision marketing, explique Aurélien Granic, chargé d’études pour Opinionway. La première demande d’un client est généralement floue : il a identifié un besoin, un potentiel sur un marché, mais manque d’informations précises et fiables. Je lui apporte donc tous les éléments nécessaires pour définir la meilleure stratégie marketing et réduire les risques.” Pour y parvenir, Aurélien dispose de plusieurs outils. Certains, qualitatifs, respectent des directives d’entretien précises – les tables rondes de consommateurs par exemple –, d’autres, quantitatifs, se présentent sous la forme de questionnaires d’études. “Cette étape est déterminante, insiste Aurélien, car poser les bonnes questions et choisir le meilleur mode de diffusion conditionnent la réussite d’une

… et les analyser
Lorsque toutes les données sont recueillies, place à l’épluchage ! Heureusement, les outils informatiques de gestion de bases de données et de traitement statistique s’avèrent des assistants précieux. “Il s’agit d’un travail d’analyse important qui prend du temps, confie Aurélien, mais reste indispensable pour optimiser l’exploitation des résultats. Dès que tout est décortiqué, je rédige mon rapport sous forme de synthèse, puis le présente directement au client. Je tiens beaucoup à exposer mes résultats oralement car ce moment est propice aux explications de chiffres, parfois hermétiques pour des non-initiés, et à l’accompagnement du client dans sa réflexion. Opinionway est une petite structure : je travaille sur des cibles et des produits fort hétérogènes. Chaque nouvelle demande correspond donc à une découverte inédite d’horizons.” Le chargé d’études marketing ne ménage pas sa peine, particulièrement dans les petites structures où “une enquête peut durer plusieurs mois et se mener simultanément avec d’autres études. Je jongle parfois avec plusieurs dossiers, conclut Aurélien, et, de ce fait, ne connais ni ennui ni lassitude !”

76

Le Guide des métiers et des compétences

COMMERCE VENTE DISTRIBUTION

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Post-bac, cap sur une école de commerce ou sur un cursus universitaire en économie ou en informatique qui vous orientera vers les études quantitatives. Les études qualitatives vous intéressent ? Dirigez-vous alors vers des parcours en psychologie ou sociologie. Enfin, sachez que les IEP proposent également des formations reconnues en marketing.

À bac+1, vous pouvez intégrer un IUP et obtenir un diplôme d’ingénieur-maître en trois ans. Les instituts de Lille et d’Annecy dispensent ainsi des programmes complets en marketing et vente. L’université de Grenoble, quant à elle, mise sur les nouvelles technologies et propose une formation spécifique en e-marketing.

Après un bac+2
De nombreuses écoles de commerce recrutent des étudiants attestant de deux années validées dans l’enseignement supérieur pour un cursus en trois ans.

Après un bac+3
Après une licence ou un diplôme équivalent dans le domaine de l’économie, l’informatique ou la sociologie principalement, vous pouvez entamer un master Marketing en deux ans. Ce diplôme, préparé à Paris-I, Valence ou Nice, forme les élèves à l’analyse des marchés, aux techniques marketing et à l’utilisation des outils informatiques.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Avant tout, le chargé d’études en marketing doit faire preuve d’aptitudes certaines en analyse et en synthèse pour réussir à traiter sans fausse note la masse importante d’informations qu’il gère régulièrement. Rigueur, clarté et maîtrise de l’expression écrite se révèlent également indispensables lors de la rédaction des rapports d’enquête. Enfin, une aisance relationnelle, un sens de la persuasion et des capacités d’écoute sont nécessaires pour échanger tant avec le client qu’avec les sondés.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Dans un monde où les habitudes de consommation tiennent plus du zapping que de la fidélité à une marque en particulier, où les produits ont une durée de vie de plus en plus éphémère, où l’image d’une entreprise est aussi importante que la qualité de ses produits ou de ses services, la mission du chargé d’études marketing prend toute sa consistance. Quasiment toutes les entreprises y ont recours... même les services publics. Les jeunes diplômés trouveront donc régulièrement des pistes auprès des prestataires spécialisés (Ipsos, Opinionway,…) ou des services internes "marketing" des plus grandes sociétés.

OÙ SE FORMER ?
ICD (Institut international de commerce et distribution) Paris 12, rue Alexandre Parodi - 75010 Paris Tél. : 01 40 03 15 52 Site : www.icdparis.com Toulouse 186, route de Grenade - 31700 Blagnac Tél. : 05 61 71 18 91 Site : www.icdtoulouse.com

ADRESSE UTILE
ADETEM - Association nationale du marketing Pôle universitaire Léonard de Vinci - 92400 Courbevoie Tél. : 01 41 16 76 50 Site : www.adetem.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 77

CHARGÉ D’ÉTUDES MARKETING

Après un bac+1

METIERSÀLALOUPE ::

Décorateur-étalagiste
i Louise Bardam

E

rik Huet. Ce nom ne vous dit rien. Et pourtant, vous avez peut-être déjà croisé l’une de ses oeuvres sans vous en apercevoir… au détour d’une rue. Erik appartient à une catégorie d’artistes un peu à part. Décorateur-étalagiste, il s’expose dans les vitrines des magasins.

plutôt sur les volumes, et je m’amuse à détourner des objets du quotidien : des cintres, des boîtes, des portemanteaux…”

Une dose de créativité et un soupçon d’audace
Ne se prétend pas décorateur-étalagiste qui veut. “Bien sûr, tout le monde est capable d’enfiler un pull et un jean sur un mannequin de résine mais… tout se joue dans les détails, affirme Erik. Il y a un réel travail de réflexion et de création à effectuer en amont.” Avant de se lancer, le décorateur-étalagiste s’entretient avec son commanditaire pour cerner ses besoins et ses attentes. Il réalise ensuite quelques croquis, sur papier ou sur ordinateur, pour présenter ses idées et étudier leur faisabilité en tenant compte de la sécurité. L’ensemble se doit d’être stable et de ne pas représenter un danger pour les clients. “Malheureusement, aujourd’hui, la créativité se trouve souvent reléguée au second plan, déplore Erik. Toutes les boutiques d’une même enseigne affichent exactement les mêmes produits, les mêmes agencements, dictés par des cahiers des charges précis. Au final, elles ne se distinguent plus les unes des autres et donc ne remplissent plus leur rôle : attirer l’attention. Je suis sûr que les clients se lasseront vite de ces vitrines standardisées. De mon côté, je revendique une totale liberté de création. J’aime bousculer les convenances et proposer des dispositions un peu décalées. C’est cette petite touche en plus qui provoque le déclic dans la tête du passant.”

Le puzzle de l’air du temps
“Mon objectif : donner envie d’acheter. Mes armes : les produits en vente et toute une collection d’accessoires pour les mettre en valeur. Ainsi, quand je compose une vitrine, j’essaie de donner vie aux choses pour que les passants s’identifient à ce qu’ils voient, qu’ils s’imaginent porter tel pantalon ou utiliser telle chaise. Ensuite ? La séduction opérant, ils poussent la porte du magasin.” De devantures de boutique en stands de foire d’exposition, le décorateur-étalagiste déploie tout son talent pour présenter de manière avantageuse un produit, un service, un rayon avec pour seul objectif d’attirer l’oeil du consommateur. Mais attention à la faute de goût. “L’organisation d’une vitrine dépend beaucoup de l’image de la marque à représenter. Par exemple, je ne composerai pas de la même façon pour Lacoste ou pour Bata. La cible visée et l’effet recherché sont totalement différents. Les tendances varient également selon la saison. Alors je profite de mes voyages pour observer les gens, leur look, leur mode de vie. J’hume l’air du temps. Je m’inspire de ces rencontres, de ces expériences… Et quand je crée, je rassemble les différentes pièces du puzzle. En ce moment par exemple, les décors en papier, trop plats, n’attirent plus l’oeil. Je travaille

78

Le Guide des métiers et des compétences

COMMERCE VENTE DISTRIBUTION

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Un bac STI ou un BT dans le domaine des arts appliqués se révèle une excellente base de départ. Les bacheliers issus d’autres filières devront, quant à eux, passer par une classe de Mise à niveau en arts appliqués (MANAA) avant d’intégrer toute formation supérieure. Au sortir des études, peaufinez votre book car la créativité et le sens artistique prévalent souvent sur le diplôme obtenu.

En deux ans, les BTS Communication visuelle “Design d’espace” ou “Design de produit” mais aussi les DSAA Architecture intérieure et création de modèles ou Arts et techniques de communication apportent des compétences techniques et des savoirs généralistes. Le DNAT Design d’espace délivré par les écoles d’art prévaut également dans la profession mais nécessite trois années d’études.

Les écoles privées
Plusieurs établissements privés proposent des formations “maison” dans le domaine de la décoration d’étalage. Elles recrutent à bac ou bac+2 pour des cursus en un à trois ans et s’avèrent souvent coûteuses. Alors, avant de vous engager, consultez la liste des enseignants, visitez les locaux, renseignez-vous sur les potentialités de recrutement post-formation des anciens élèves… Ces précautions vous aideront à choisir l’établissement le mieux adapté à votre projet professionnel. À NOTER : quelques chambres de commerce et d’industrie (Bordeaux, Lille…) proposent des formations spécifiques au sein de “leurs écoles”. Le cursus de deux ans se déroule en alternance ou à plein temps. Au programme : culture générale et artistique, culture commerciale, techniques du métier, sans oublier l’apprentissage de la PAO, obligatoire aujourd’hui !

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le décorateur-étalagiste est avant tout un artiste doublé d’un commercial. Pour remplir au mieux son office, il fait preuve de créativité et connaît sur le bout des doigts sa cible et les procédés marketing pour l’atteindre. Il maîtrise avec subtilité les couleurs, les styles, les matières et les harmonise au mieux. Habile de ses mains, il est également capable de travailler des matériaux divers (bois, carton, …) pour concevoir les décors dont il a besoin. Très disponible et doté de bonnes capacités relationnelles, il reste humble surtout en début de carrière, le temps de se constituer un book solide, avant de s’attaquer aux enseignes les plus prestigieuses.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Aucune législation officielle ne réglemente la profession. En fait, le talent et la sensibilité artistique comptent plus que le diplôme. Ainsi, le décorateur-étalagiste peut débuter comme salarié dans un grand magasin ou une chaîne. Il intervient sur plusieurs sites et les harmonise entre eux selon les directives du service marketing. Il peut également s’installer à son compte. Les boutiques font alors appel à ses services de manière ponctuelle. Dans ce cas de figure, les débuts sont souvent difficiles, le temps de démarcher les premiers clients et de se forger une réputation.

ADRESSE UTILE
Société d’encouragement aux métiers d’art (SEMA) Viaduc des arts 23, avenue Daumesnil - 75012 Paris Tél. : 01 55 78 85 85 Site : www.metiersdart-artisanat.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 79

DÉCORATEUR-ÉTALAGISTE

Après le bac

METIERSÀLALOUPE ::

Merchandiser
i Danièle Michas
tudier les comportements de consommateurs d’une grande surface… Présenter les produits dans un rayon afin qu’ils soient les plus rentables possible… voilà en quelques mots le rôle de tout merchandiser qui se respecte ! Séverine savait qu’en choisissant cette orientation, elle donnerait des ailes à sa carrière. Pari gagné pour cette jeune femme aujourd’hui en charge de la gestion de gammes dans une enseigne alimentaire. “Après ma formation à l’ICD (Institut international de commerce et distribution), j’ai travaillé pendant deux ans dans une PME en tant que chef de produit junior. Ce premier poste m’a permis d’accéder au merchandising.” Pour exercer cette activité, l’expérience du terrain reste incontournable, mais souvent insuffisante : “L'enseigne m’a formée à des logiciels assez pointus. Chaque merchandiser se voit attribuer une famille de produits : les pâtes, la lessive, les cosmétiques, etc. Dans un premier temps, on rencontre les industriels pour qu’ils nous présentent leurs études de marché. Je dois d’abord comprendre les habitudes d'achat des consommateurs et les divers facteurs qui interviennent dans leurs comportements avant de définir toute stratégie.” Cette première étape d’échanges – acheteurs, équipes marketing et commerciales – permet ainsi de s’imprégner des dossiers et d’ébaucher les contours des opérations à venir.

En partenariat avec :

É

"Mon rôle : susciter des réflexes d’achats"
“Cette période de terrain laisse rapidement place à une activité où l’on travaille essentiellement face

à son écran d’ordinateur.” Séverine débute ses investigations par la capture de photos de chaque produit. Le montage de cette base de données permet alors de calculer l’encombrement de chaque article en fonction de sa dimension. La construction d’une planche d’implantation exige souvent du temps, de deux à trois mois, mais il faut savoir faire preuve de patience pour favoriser les ventes en positionnant les produits au bon endroit et au bon moment. “L’organisation du rayon s’effectue toujours en fonction des attentes du consommateur. Les produits leaders sont bien visibles, comme les MDD, les marques de distributeurs, placées volontairement à hauteur des yeux ou des mains.” Certains professionnels évoluent également au sein de grands groupes industriels tels Nestlé ou Fleury-Michon. “Dans ce cas précis, le merchandiser possède une vision plus réduite du marché puisqu’il travaille sur une unique famille de produits. Néanmoins, il développe davantage de compétences dans sa spécialité et se fait plus présent sur le terrain.” Lorsque les implantations sont précisément définies, le merchandiser d'un supermarché contrôle le suivi et la réalisation des objectifs de son plan appliqué par la force de vente. “Les enseignes indépendantes ne suivent pas toujours nos préconisations”, tempère Séverine. Quel que soit pourtant son employeur, industriel ou distributeur, le merchandiser poursuit le même objectif : susciter nos réflexes d'achats et nous inciter à consommer davantage.

80

Le Guide des métiers et des compétences

COMMERCE VENTE DISTRIBUTION

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Ce métier est encore méconnu. On ne rêve donc pas de devenir merchandiser au lycée, mais… on le devient ! La majorité des professionnels occupe d’abord des fonctions dans la force de vente avant de s’orienter vers cette voie. Le merchandising reste le moyen idéal pour accélérer sa carrière ou évoluer vers le marketing et les achats : avis aux commerciaux en mal de projets !

Après un bac+1 MERCHANDISER
Une formation spécifique est dédiée au merchandisage à l'IUP (Institut universitaire professionnalisé) Commerce-vente de Lens. Elle accueille en alternance les titulaires d'un bac+1/+2 sur concours. Les études durent trois ans, avec un rythme de cinq semaines de cours suivies de cinq semaines en entreprise. Une fois leur diplôme d'ingénieur-maître en poche, les jeunes intègrent directement un service de merchandising.

Après un bac+2
Les titulaires d'un BTS NRC ou d'un DUT Techniques de commercialisation doivent gagner en expérience (circuits de distribution, relations fournisseurs-distributeurs, gestion des rayons et impératifs de rentabilité) avant d’accéder aux fonctions de merchandiser. Les bacs+2 impatients peuvent s’orienter vers la deuxième année de l'IUP de Lens pour éprouver leurs compétences rapidement.

Après un bac+2
Les diplômés d'écoles de commerce généralistes sont particulièrement courtisés sur le marché de l’emploi. L’explication réside certainement dans la performance de leurs programmes en trois ans visant à amener les élèves à développer leur expertise en management de la relation client par exemple. Ces hautes qualifications ne dispensent toutefois pas d’un passage (même bref !) par des fonctions de chef de rayon ou de responsable de secteur– avant d’embrasser pleinement la carrière !

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Ce métier s’inscrit dans la polyvalence. Il faut à la fois développer : un goût pour les contacts humains, une capacité à communiquer avec des interlocuteurs différents et hautement qualifiés, des connaissances en marketing, une parfaite maîtrise des circuits de distribution et des outils informatiques. Le merchandiser travaille de longues journées sur ordinateur pour élaborer ses planches d'implantation. Il doit donc faire preuve de rigueur et de sens de l'organisation pour actualiser une base de données pouvant contenir plus de mille produits. De bonnes capacités d'analyse et de synthèse sont enfin recommandées pour décoder puis étudier les informations provenant de sources multiples : études de marché, panels, ratios, etc.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
La guerre des marques a bien lieu. Et la concurrence fait rage ! Conséquence directe : le merchandising devient incontournable pour les industriels et distributeurs en quête constante d'une optimisation de leurs ventes. Le métier est en pleine expansion. Et les besoins sont permanents comme en témoigne la bonne santé de la grande distribution alimentaire et spécialisée.

OÙ SE FORMER ?
ICD (Institut international de commerce et distribution) Paris : 12, rue Alexandre Parodi - 75010 Paris Tél. : 01 40 03 15 52 Site : www.icdparis.com Toulouse : 186, route de Grenade - 31700 Blagnac Tél. : 05 61 71 18 91 Site : www.icdtoulouse.com

ADRESSE UTILE
Institut français de merchandising (IFM) La grande Arche - Pilier Nord 34e étage 92044 Paris-la-Défense Tel : 01.49.06.49.10/11 Site : www.ifm.asso.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 81

SECTEUR ::

DÉFENSE, SÉCURITÉ
e domaine de la sécurité ne cesse de développer ses champs d’intervention : “En plus des fonctions de surveillance des bâtiments administratifs ou de commerce, nos entreprises interviennent désormais sur des sites hautement sensibles : arsenaux militaires, centrales nucléaires... précise Jean-Pierre Malguy, délégué général du SNES (Syndicat national des entreprises de sécurité). Il s’agit de postes nécessitant un haut niveau de professionnalisme.” Toutefois, le secteur peine actuellement à répondre à la demande provoquée par le sentiment d’insécurité ambiant. “ Nous enregistrons une croissance de 5 % par an depuis deux ans, avec un pic lors des phases rouges du plan Vigipirate. Mais les embauches ont du mal à suivre car les entreprises sont victimes de leur image. Les femmes, principalement, hésitent à pousser nos portes. Pourtant, elles possèdent les qualités humaines adéquates pour dénouer les situations les plus tendues et éviter les débordements. Je pense sincèrement que cette voie de recrutement reste trop souvent inexploitée”, assure Jean-Pierre Malguy. De leurs côtés, les soldats du feu suscitent toujours bien des vocations, même si peu d’entre elles, en définitive, pourront se réaliser sur le terrain. La Brigade des sapeurs pompiers de la Ville de Paris, plus particulièrement, sélectionne activement ses candidats pour ne garder que les meilleurs. Casse-cous, passez votre chemin ! Ne sont acceptés ici que les jeunes responsables conscients de ce que recouvre précisément la notion de danger.

L

Réelle ou fantasmée, l’insécurité participe à la dynamique des entreprises de sécurité et de sûreté. Pour répondre aux nouvelles demandes sociétales, le secteur se structure et recherche de vrais professionnels… y compris des femmes prêtes à affronter un monde encore dominé par les hommes !

Professionnalisation à tout va !
Dans le domaine de la sécurité, le Certificat d’aptitude préalable Agent de prévention et de sécurité (CQP APS) est désormais obligatoire pour intégrer la profession, si, et , seulement si, les candidats attestent d’un casier judiciaire vierge et d’une moralité à es et de m nombre d’hom Brigade des toute épreuve. “Le niveau d’exigence est important pour les jeunes candidats qui tégrés dans la Paris femmes in ers de la Ville de débutent souvent à des salaires peu élevés, reconnaît Jean-Pierre Malguy. Pour sapeurs pompi , les fidéliser, nous misons sur le long terme. Les formations complémentaires ue isées chaq rventions réal (habilitation électrique, risques chimiques…) apportent ainsi une valeur ajoutée nombre d’inte s sapeurs igade de année par la Br Ville de Paris aux employés et leur permettent d’envisager une véritable évolution.” Signe des pompiers de la temps, une licence professionnelle Sécurité des biens et des personnes et un , master Ingénierie des risques forment les futurs cadres de la profession dans un à pourvoir mbre de postes sécurité no secteur où la majorité des entreprises sont l’oeuvre de self-made-men. Au menu : le secteur de la dans d’ici 2015 droit, nouvelles technologies, gestion de crise…

8 000

400 000 60 000

Les apprentis sapeurs pompiers de la Ville de Paris suivent quant à eux une formation complète de huit mois, soit 600 heures de cours au total, avant de porter le casque “argent” tant convoité ! Au programme : enseignement modulaire et progressif finalisé par une phase de spécialisation. A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 83

METIERSÀLALOUPE ::

Convoyeur de fonds
i Aurélie Lebreton
e ne suis ni une tête brûlée, ni un fou de la gâchette, prévient Marc Garel, convoyeur de fonds chez Proségur. Ma mission consiste à apporter des valeurs d’un point A à un point B. La seule différence avec les transporteurs normaux, c’est que mon chargement attire les convoitises.” Billets, monnaie, chèques, oeuvres d’art, bijoux et même titres originaux d’identité, voilà les colis quotidiens de ce livreur un peu à part. Les lieux de collecte et de remise de fonds sont multiples, les banques naturellement mais aussi les grandes surfaces ou les distributeurs automatiques, les musées… “Chaque matin, je prends connaissance de ma tournée, explique Marc, les points de livraison, les valeurs à transporter et les horaires à respecter. Mon itinéraire change tous les jours, cela permet de ne pas s’installer dans la routine. Dans mon métier, l’habitude tue. Si je prends régulièrement le même trajet, je deviens immédiatement une cible vulnérable.” La majorité des déplacements s’effectue en véhicule blindé. Le convoi est obligatoirement composé de trois membres, chacun avec un rôle précis. Le chauffeur conduit le camion et ne quitte jamais son volant, le garde reconnaît le terrain, ouvre la voie et escorte le chef de bord, ou messager, qui charge et décharge les valeurs. Minoritaires, les voitures banalisées sont utilisées uniquement pour le transport de valeurs sous forme de papier (chèques, billets, papiers d’identité vierge) car ils sont plus aisément destructibles en cas de problème.

J

Les risques du métier
Pour un convoyeur de fonds, le braquage constitue la menace principale pour les convoyeurs. Dans cette situation, la sécurité et la protection des agents de convoyage sont prioritaires. Néanmoins, face à la montée de la violence dans les attaques, les compagnies de transport de fonds privilégient de plus en plus les mesures préventives et dissuasives pour rendre l’éventuel butin inutilisable. Par exemple, des valises ou des sacs contenant les valeurs sont équipés de dispositifs spéciaux qui couvrent d’encre l’intégralité de leur contenu en cas d’ouverture forcée. D’autres, suivis par GPS, explosent littéralement en cas d’anomalie dans le trajet. Mais la meilleure protection reste la vigilance. “J’observe constamment ce qui m’entoure, reconnaît Marc. Il en va de ma propre sécurité, mais aussi de celle de mes collègues et de mon chargement, je dois avoir l’oeil partout, tout le temps. J’essaie de repérer les anomalies. Une personne qui attend le bus coiffée d’un passe-montagne en plein été me semble immédiatement suspecte par exemple (rires). Je n’ai jamais eu à me servir de mon arme pour l’instant et j’espère ne jamais être confronté à ce genre de situation, mais si cela doit arriver un jour, je sais que mon entraînement au tir me permettra de le faire rapidement et efficacement. Après tout, ce sont les risques du métier.”

84

Le Guide des métiers et des compétences

DÉFENSE SÉCURITÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Il n’existe pas de formation spécifique pour devenir convoyeur de fonds, néanmoins deux conditions sont à remplir obligatoirement avant d’entamer toute démarche :

f le permis de port d’arme requiert d’être âgé de plus de vingt et un ans ; f le candidat doit posséder un casier judiciaire vierge.
Les CAP Agent de prévention et de sécurité ou Agent de prévention et de médiation, accessibles par la voie de l’alternance, constituent une base intéressante pour devenir convoyeur. Les formations dans le domaine du transport, également appréciées des recruteurs, visent quant à elles les futurs chauffeurs. Ainsi, le CAP Conduite routière “marchandises” ou le BEP Conduite et service dans le transport routier, plus complet, valident des connaissances essentielles en matière de gestion de véhicule, de chargement et d’itinéraire, entre autres.

Après un CAP ou un BEP
Le brevet professionnel Agent technique de prévention et de sécurité est principalement destiné aux titulaires d’un CAP Agent de prévention et de sécurité . L’enseignement d’un an repose principalement sur la législation et l’organisation du travail en groupe. Les entreprises de transport de fonds recrutent également dans les rangs de la police et de l’armée (gendarmerie comprise). Le bac pro Sécurité prévention, formateur pour le métier de convoyeur, est ainsi ouvert aux candidats titulaires d'un BEP du secteur industriel ou du secteur tertiaire. Il ouvre sur l’exercice de différents métiers de la sécurité au sein de la fonction publique (police nationale, gendarmerie nationale, police municipale, sécurité civile…) ou des entreprises de sécurité et de prévention privées. Important Depuis le 1er janvier 2008 :

f les entreprises ont l’obligation de recruter des agents de sécurité justifiant une aptitude
professionnelle préalable (CAP, CQP…) ;

f le Certificat de qualification professionnelle Agent de prévention et de sécurité appartient à l’un
des titres validant l’aptitude professionnelle.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Du sang-froid et de la résistance au stress sont les principaux atouts du convoyeur de fonds. De la rigueur dans le respect des procédures de sécurité, une excellente acuité visuelle et le sens de l’observation sont également des qualités appréciées des employeurs. Au contact régulier des clients, le convoyeur doit aussi posséder le sens du relationnel et une présentation impeccable. Enfin, une bonne condition physique permet de porter plus aisément les sacs et valises contenant les valeurs.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
En France, une dizaine de sociétés emploient environ 7 000 convoyeurs. Le marché du transport de valeurs est plutôt stable et il n’est pas appelé à se développer beaucoup dans les années à venir. De ce fait, les perspectives d’embauche sont relativement faibles. Les femmes sont minoritaires dans le secteur. Néanmoins, elles sont très appréciées des recruteurs pour leur calme, leur sens de l’observation et leur capacité d’analyse de la situation.

ADRESSE UTILE
Union nationale des acteurs de formation en sécurité (UNAFOS) Les Carrières Noires - 17620 Echillais Tél. : 05 46 82 38 56 Site : www.unafos.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 85

CONVOYER DE FONDS

Après la 3e

METIERSÀLALOUPE ::

Fusilier marin
i Christina Gierse
réé par Richelieu en 1627, le premier “Régiment de la Marine” était une troupe capable de se battre à la fois sur terre et sur mer. Depuis, les appellations ont changé mais les fusiliers marins ont conservé leur réputation de troupe d’élite. Leur mission ? Participer à la surveillance et à la protection de sites militaires stratégiques. Lorient, Brest, Toulon, Nîmes, Cherbourg. Pour la plupart d’entre nous, ces villes et leurs plages environnantes évoquent les vacances estivales. Pour les fusiliers marins, il s’agit de lieux d’intervention hautement stratégiques. Affecté dans une compagnie, le fusilier veille à la préservation des sites militaires sensibles de la Marine nationale (navires, arsenaux, stations de transmissions, bases navales...) et peut également être affecté à bord des bâtiments de combat.

C

À Nîmes, je patrouillais tout en continuant à me former : sept jours par mois, j’effectuais mon service de 20 h à 8 h. Chaque journée de service est suivie par un jour de repos de douze heures, puis par une journée de formation théorique et pratique.”

De nombreux “fus” suivent un cours de maître-chien
Toute la complexité du métier de fusilier réside dans l’acquisition des techniques de combat qui requièrent une grande capacité de concentration. “Une situation dangereuse peut se présenter à tout instant. Et là, il faut savoir réagir ! note Alexandre. Heureusement, nous sommes bien encadrés et travaillons en équipe. En trois ans, j’ai été confronté à trois incidents, dont deux assez sérieux, mais l’apprentissage de certaines techniques nous permet de répondre à chaque situation. L’autre difficulté consiste à se réveiller la nuit toutes les deux heures pour patrouiller, même par grand froid. Il faut tenir le coup physiquement.” Des conditions rudes qui expliquent peut-être que de nombreux fusiliers marins choisissent de suivre le stage de “Fusilier maître-chien” proposé par l’armée. Le chien devient alors un moyen de tromper sa solitude, mais aussi une aide précieuse. “Travailler avec les chiens est vraiment passionnant”, souligne Alexandre. “Ils nous aident à retrouver des individus, des stupéfiants ou des munitions à l’étranger et nous assistent dans toutes nos missions pointues.” À quand un pompon rouge pour chiens de fusilier méritants ?

“Nous alternons patrouilles et formations”
Cette tradition, les “fus” y sont très attachés et le prouvent lors des cérémonies à l’occasion desquelles ils revêtent leur tenue bleue et blanche ornée du fameux béret à pompon rouge. Aujourd’hui Alexandre Boniface, 21 ans, n’est pas en uniforme d’apparat, mais en “vêtements spéciaux de combat” de tous les jours : une veste et un pantalon en tissu camouflage, des rangers. Moins élégant, mais plus fonctionnel ! “J’ai quitté l’école sans diplôme puis j’ai passé le CAT (Certificat d’aptitude technique) à l’École des fusiliers marins de Lorient. Ensuite, j’ai rejoint durant trois ans la compagnie de Nîmes avant de revenir à Lorient pour un stage commando.

86

Le Guide des métiers et des compétences

DÉFENSE SÉCURITÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
La spécialité de “Fusilier marin” est ouverte aux jeunes :

f âgés de 17 à moins de 25 ans ; f de nationalité française ; f titulaires d’un BEP ou attestant d’un niveau scolaire de niveau IV à III.
La formation se déroule à l’École des fusiliers marins de Lorient dont la mission est d’instruire l’ensemble des personnels “fusiliers marins” et “commandos”. Cette école s’organise en deux départements : l’un dédié à la formation initiale et l’autre dédié aux officiers de marine souhaitant se spécialiser. Le département des formations initiales instruit en vingt semaines les quartiers-maîtres fusiliers et prépare ainsi au CAT (Certificat d’aptitude technique). Les fusiliers qui le désirent suivent ensuite une spécialisation complémentaire pour devenir tireur d’élite ou maître-chien. Les plus courageux ont la possibilité d’intégrer un commando après un stage très difficile et sélectif (3 % d’admis environ).

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Une grande résistance physique et mentale doublée d’une excellente capacité d’adaptation restent indispensables pour entrer dans la carrière ! À l’École des fusiliers marins de Lorient, le stage d’évaluation fusilier de cinq jours permet d’apprécier les candidats sur le plan médical, physique et psychologique. “Nous recherchons des jeunes dotés de ce que nous appelons le ‘minimum fusilier’”, précise le lieutenant de vaisseau Rullier, directeur de la formation initiale à l’École des fusiliers marins de Lorient. “Cela implique un bon état de santé général, c'est-à-dire ni problèmes dorsaux ni dentaires, car une simple rage de dents peut faire échouer une mission ! Sur le plan physique, nous demandons aux futures recrues de réussir au moins quinze pompes, trente abdos, de monter 6 mètres de cordes, de nager sur 200 mètres et enfin de réaliser une course sur piste.” Dernier facteur pris en compte : le mental. “Il faut être équilibré et sans gros soucis familiaux car les fusiliers sont amenés à manier des armes chargées.”

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Chaque année, l’École de Lorient intègre environ 150 nouvelles recrues rémunérées sur la base de 1 200 € bruts par mois. Le fusilier marin est logé, nourri, sa formation est gratuite et il bénéficie d’une réduction de 75 % sur le réseau SNCF. Des primes diverses (embarquement, éloignement…) s’ajoutent à sa solde de base multipliée par deux au terme de dix années d’exercice. Le fusilier marin peut évoluer vers un poste de cadre (encadrement et instruction militaires du personnel), passer un brevet commando pour participer à des opérations spéciales, se reconvertir dans le secteur de la sécurité des biens et des personnes ou, enfin, s’orienter vers une carrière d’officier-marinier au terme de quatre à cinq ans de service.

ADRESSE UTILE
Ministère de la Défense Site : www.defense.gouv.fr/sites/marine Marine Nationale (Informations) Tél. : 0 810 501 501

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 87

FUSILIER MARIN

METIERSÀLALOUPE ::

Motocycliste dans la gendarmerie
i Hélène Dorey
a gendarmerie compte environ cinq mille motocyclistes servant au sein des quatre vingt-dix-sept Escadrons Départementaux de Sécurité Routière (EDSR). Chaque EDSR comprend vingt à deux cents militaires, dont 60 % sont des motocyclistes. Patrick Joubert, commandant de l’escadron départemental de la sécurité routière des Bouches-du-Rhône, nous guide dans cet univers

L

Les motocyclistes ont aussi pour mission d’escorter les transports exceptionnels (notamment nucléaires), les convois de personnalités, les courses cyclistes, ou encore de participer à l’éducation routière à l’occasion des journées spéciales organisées dans les établissements scolaires et les centres d’ambulances... “Le contact avec le public est bien plus important qu’on ne le croit,c’est d’ailleurs un des centres d’intérêt du métier.”

Des missions variées
“Si le recrutement s’opère parfois directement auprès des civils, il s’effectue dans sa grande majorité sur les bases du volontariat au sein de la gendarmerie, précise le commandant Patrick Joubert. Il faut donc tout d’abord être gendarme. Nous sommes en effet des militaires, qui avons choisi la spécificité motocycliste.” La formation, très sélective, s’explique par la variété des missions à accomplir. “Nous ne faisons pas de la répression pour la répression. Notre objectif principal est de sauver des vies. Il nous faut donc parfois sanctionner pour y parvenir. Certaines zones dépendent de la gendarmerie, d’autres de la police nationale. Malgré tout, nous intervenons partout où la situation l’exige, et particulièrement sur les lieux les plus meurtriers dits ‘accidentogènes’. Notre rôle nous conduit également à apporter notre soutien en cas d’accidents, dans le cadre de la surveillance et de la régulation du trafic routier, des contrôles des usagers de la route (vérification des papiers, de l’alcoolémie et de la vitesse, réglementation des poids lourds…).”

30 000 kilomètres par an
Nous passons parfois douze heures par jour sur notre moto, explique l’adjudant Laurent Zanetto, adjoint du commandant de la brigade, ce n’est donc pas toujours facile de concilier vie de famille et travail. Nous disposons de deux week-ends de repos par mois, sauf en été lors des départs et retours des vacanciers ou occasionnellement lors de journées spéciales telles la Saint Sylvestre… Mais ce n’est rien lorsqu’on est passionné.” Comme ses collègues, l’adjudant Zanetto, motocycliste depuis 1992, a choisi ce métier pour pouvoir associer passion de la moto et carrière militaire. Et la moto, il connaît, puisqu’il est aussi un pilote d’usine couronné de trophées : nombreux titres au championnat du monde de vitesse, aux Vingt-quatre heures du Mans ou encore au Bol d’or. Surentraînés, sportifs accomplis, aptes à affronter toutes les situations d’urgence, ces hommes et ces femmes ne sont pas à l’abri d’un accident même s’ils pilotent des grosses cylindrées avec dextérité. Mais, comme tout motard digne de ce nom, ils préfèrent ne pas y penser et remplir avec fierté leurs missions.

88

Le Guide des métiers et des compétences

DÉFENSE SÉCURITÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Motocycliste dans la gendarmerie
Les motocyclistes sont recrutés parmi les officiers et les sous-officiers volontaires servant déjà en gendarmerie. Ils doivent d’abord répondre à certains prérequis avant de se diriger dans cette voie : êtres reconnus physiquement aptes, mesurer au moins 1,70 m… Les candidats sont ensuite évalués à Fontainebleau dans le cadre d’un préstage d’une semaine au Centre national de formation à la sécurité routière (CNFSR). S’ils réussissent, ils intègrent alors un stage de formation de cinq semaines durant lequel ils suivent des cours théoriques sur la sécurité routière, s’entraînent lors de mises en situation, pratiquent le pilotage sur pistes et sur routes. Les sous-officiers suivent, eux, un stage de onze semaines pour acquérir une véritable “culture sécurité routière”, maîtriser le pilotage des motos de grosse cylindrée et développer les compétences professionnelles nécessaires à l’exécution des missions de police de la route. Tous les officiers et les sous-officiers servant en unités motocyclistes sont appelés en stage d’évaluation et de perfectionnement tous les cinq ans et ce, jusqu’à l’âge de cinquante ans. Si le niveau de l’un d’entre eux est jugé insuffisant, il peut se voir contraint d’abandonner son poste.

Motocycliste dans la Police nationale
Là encore il faut commencer par entrer dans la Police et devenir gardien de la paix avant de poser sa candidature au concours de motard. L’attente peut être de plusieurs années. La formation de motocycliste se déroule alors à Sens durant trois à quatre mois.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Rigueur, esprit d’équipe, sens de la hiérarchie, mais aussi aptitude au contact avec le public dans son aspect répression et prévention restent les compétences de base pour devenir motocycliste. Une excellente condition physique doublée d’une capacité d’évaluation des risques sont également indispensables à l’exercice de ce métier, décidément fort exigeant.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Actuellement, la police nationale comme la gendarmerie sont en manque de volontaires motocyclistes. Si la carrière vous tente, n’hésitez pas ! Les amoureux de grosses cylindrées sont accueillis à bras ouverts dès lorsqu’ils franchissent le cap des concours et développent un sens aigu des responsabilités.

ADRESSES UTILES
Ministère de la Défense Site : www.defense.gouv.fr Information sur les carrières dans la police nationale 0 800 22 08 00 (appel gratuit)

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 89

MOTOCYCLISTE DANS LA GENDARMERIE

METIERSÀLALOUPE ::

Sapeur pompier de la Ville de Paris
i Lauren Marela
ai toujours voulu monter dans un camion et sauver les gens !" explique le caporal Julien Ricapet pour qui devenir sapeur-pompier de Paris était une évidence : "Mon père était lui-même sapeur-pompier de Paris, j’ai donc toujours vécu dans une caserne et, pour moi, c’était logique.”

J’

Des journées bien remplies !
Tous les matins à la caserne s’opère le rassemblement pour l’appel et l’attribution des fonctions journalières. "On fonctionne sur un quota de quatorze gardes de vingt-quatre heures mensuelles. Il arrive qu’on fasse trois jours de garde de suite. Dans ce cas précis, nous demandons notre affectation à un autre poste sinon ce serait trop difficile… et répétitif !” Chaque personnel est également affecté à un poste interne au casernement : "Je suis responsable du foyer. Lorsque je dispose de temps libre, je vérifie les comptes, surveille les stocks et gère le réapprovisionnement.” La devise des sapeurs-pompiers de Paris est d’ailleurs depuis toujours "Sauver ou périr" : chaque pompier doit donc y être fidèle. "Mais quand on sait qu’un sauvetage, dans le sens où nous l’apprenons durant notre formation, est le fait de soustraire une personne à un danger immédiat auquel elle ne pourrait se soustraire elle-même, on comprend que c’est très rare au cours d’une carrière ! Pourtant, chacun d’entre nous en rêve…" Le métier de sapeur-pompier comprend des risques qu’il s’agit de mesurer pour ne pas sombrer dans l’opération kamikaze. D’où l’importance de la formation. Chaque année, au fil des mois et de l’actualité, des hommes et des femmes meurent pour avoir voulu sauver la vie de leurs concitoyens. Des drames qu’il s’agit de ne pas oublier en guise d’ultime hommage à ces héros de notre quotidien.

Un entraînement militaire et sportif intensif
Dès l’obtention de son bac, Julien a donc déposé son dossier de candidature au CIRAT."J’étais très étonné car j’ai suivi un entraînement purement militaire durant le premier mois : course, tir au fusil, etc." En effet à Paris (pour l’Armée de Terre) comme à Marseille (dans la Marine), les sapeurs-pompiers sont des militaires placés sous la tutelle du ministère de la Défense. "Ensuite j’ai été confronté aux mises en situation de sauvetage, et surtout à l’apprentissage des règlements. Contrairement à ce que pensent les gens, la majeure partie de notre savoir repose sur les livres. Nous sommes obligés d’apprendre continuellement, soit pour monter en grade, soit pour actualiser nos connaissances tout simplement.” Autre maître mot : le sport. "Aujourd’hui, quand nous sommes de garde, nous devons obligatoirement faire deux heures de sport matin et soir ! Mais bien évidemment, les interventions priment. Il nous arrive donc de ne pas pouvoir effectuer les quatre heures exigées.” Et oui : un sapeur-pompier doit toujours être prêt à "décaler", c’est-à-dire à partir en intervention.

90

Le Guide des métiers et des compétences

DÉFENSE SÉCURITÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Vous vous en doutez, le métier de sapeur-pompier de Paris demande un apprentissage concret, notamment pour savoir faire face aux différents cas de figure qui se présentent. Et ils sont variés ! Une seule solution pour se former : être recruté par le biais du CIRAT (Centre d’information et de recrutement de l’Armée de Terre). Le diplôme minimum requis ? Le BEPC.

Le recrutement SAPEUR POMPIER DE LA VILLE DE PARIS
Pour présenter votre dossier, vous devez remplir plusieurs conditions : être de nationalité de française, avoir au moins 18 ans, mesurer entre 1,60 et 1,96 m, attester d’une bonne vue, avoir effectué la Journée d’appel de préparation à la défense, ne pas avoir été condamné et être de condition robuste. Posséder un diplôme de secouriste sera toujours le bienvenu ! C’est le Centre de sélection orientation (CSO) qui se charge d’opérer un premier "tri" des candidats en se basant sur des tests médicaux et psychotechniques.

La formation au CIR de Villeneuve-Saint-Georges
Si vous êtes sélectionné, sachez qu’il existe deux contrats différents :

f engagé volontaire de l’armée de terre (EVAT) : le contrat est de cinq ans renouvelable cinq fois ; f volontaire de l’armée de terre (VDAT) : le contrat est d’un an, renouvelable.
Le site de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris précise en outre que :

f Le choix et la durée du primo contrat dépendent des résultats aux épreuves de sélection et
du souhait du candidat.

f Quel que soit le type de contrat (EVAT ou VDAT), la formation initiale et l’emploi opérationnel
ou technique sont identiques.

f En fonction de la manière de servir, un engagement de 5 ans est proposé aux VDAT après la re
1 année, sans concours ou examen d’entrée.

f Les anciens militaires (5 ans de services maximum) ont la possibilité de rejoindre la BSPP
en souscrivant un contrat VDAT dans un premier temps. Au CIR (Centre d'instruction des recrues) de Villeneuve-Saint-Georges, vous passerez deux mois dits de découverte et validerez votre Certificat de formation aux activités de premiers secours en équipe. S’ensuivront quatre mois d’apprentissage et deux mois de spécialisation. Au total : 600 heures de cours réparties sur huit mois.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Courage et bravoure sont les deux mots qui viennent le plus rapidement à l’esprit. Mais un sapeurpompier sait aussi faire preuve d’une excellente condition physique, de sang-froid, d’efficacité, d’esprit d’équipe et d’une grande disponibilité. Enfin l’envie d’aider son prochain doit être prédominante pour bien exercer son métier.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Tous les ans, mille hommes et femmes environ sont recrutés. Alors qu’avant, une vague de jeunes recrues rejoignait le CIR de Villeneuve-Saint-Georges tous les deux mois, aujourd’hui de nouveaux apprentis sapeurs-pompiers viennent se former chaque mois. Qu’il s’agisse de la filière sapeur-pompier ou de la filière spécialiste, la demande est bien réelle. Notons en outre que durant sa carrière, un sapeur-pompier peut passer différents tests écrits pour évoluer de grade supérieur en grade supérieur.

ADRESSE UTILE
Brigade de sapeurs-pompiers de Paris Site : www.pompiersparis.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 91

SECTEUR ::

DROIT, JURIDIQUE, RESSOURCES HUMAINES
haque automne, la loi de finance définit, entre autres, les règles fiscales de l’année à venir et provoque de ce fait un impressionnant bouillonnement dans les entreprises obligées de revoir leurs projets et leurs plans de développement en fonction de ces nouvelles données et… d’autres : textes de loi, codes et accords internationaux, jurisprudence… Les entrepreneurs ne peuvent plus se passer des expertises de leurs conseillers juridiques dans ce monde où les affaires se complexifient et requièrent des connaissances approfondies. L’heure est donc à la spécialisation, l’analyse, l’efficacité et la fiabilité dans un grand nombre de disciplines : fiscalité, droit social, du travail, international, fusions-acquisitions… Les RH, quant à elles, réorganisent leurs fonctions. “Le métier ne se cantonne plus à la simple gestion de personnel, remarque Thierry Teboul, directeur délégué à l’apprentissage et à l’alternance du groupe IGS. L’introduction des nouvelles technologies, les évolutions sociétales telles les 35 heures génèrent de nouveaux métiers. Le déséquilibre démographique qui se profile laisse également présager de réelles tensions sur le marché de l’emploi. Les RH doivent donc s’adapter et anticiper ces phénomènes. Relever ces défis consiste alors à élaborer de nouvelles relations avec les salariés pour les fidéliser et concilier leurs envies, leurs compétences avec les besoins de l’entreprise. Au bon moment.”

C

Les professionnels du secteur juridique et des ressources humaines faisaient figure de petits nouveaux dans les années 80. Aujourd’hui, ils sont indispensables aux entreprises qui les considèrent comme des business partners à part entière.

Un niveau de formation toujours plus haut
Exigences maximum pour les recruteurs des secteurs juridiques et ressources humaines qui recherchent aujourd’hui des professionnels susceptibles d’endosser de lourdes responsabilités et de répondre à des missions particulièrement complexes. Comptez donc un bac+4/5 minimum. À l’université, un cursus long en droit, voire en science économique ou gestion, reste K€, de la indispensable pour accéder à une profession relevant du secteur juridique ou ation médiane rémunér tementfonction “Recru s RH judiciaire et parajudiciaire. n” de

33

Administratio

6,519*

Côté ressources humaines, les formations généralistes en droit, psychologie, AES conservent leur attractivité à condition de les compléter par un troisième cycle milliards d’€, spécialisé. Les recruteurs misent également sur les diplômés des écoles de stice en 2008 budget de la ju métier dont le cursus professionnalisant répond parfaitement à leurs attentes. Les bacs+2, comme le DUT Carrières juridiques, restent de bons passeports pour , accéder à des postes d’assistant ou à des fonctions plus techniques même si avocats en 2006 nombre d’ e de la Justice) l’informatisation tend à provoquer la disparition de ces tâches au sein des *(Source : ministèr entreprises. Pour dépasser ce problème, misez sur une poursuite d’études en validant, par exemple, une licence professionnelle.

(Source : Apec)

47 749*

A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 93

METIERSÀLALOUPE ::

Avocat
i Christine Delerue
étier noble s’il en est, la profession d'avocat consiste à mettre sa compétence juridique et son éloquence au service de ceux qui ont besoin d'assistance pour défendre leur cause en justice. Pour Audrey Yayon-Dauvet, avocate dans le cabinet Bird and Bird et membre fondateur de la société Savoir Web, il n’y a pas un, mais plusieurs métiers d’avocat d’affaires. “Il y a d’un côté l’avocat qui a une activité contentieuse et qui gère les actions judiciaires survenant entre les personnes et, de l’autre, l’avocat qui conseille ses clients sur une stratégie juridique à adopter, que ce soit en matière de droit des affaires, droit fiscal ou propriété intellectuelle.” Deux métiers qui non seulement ne s’opposent pas mais sont souvent indissociables.

M

“Lorsque l’on travaille dans un cabinet, on ne gère pas tous les aspects organisationnels et d’intendance. Nous sommes ‘juste’ chargés d’intervenir sur les dossiers. De plus, travailler dans un gros cabinet permet d’avoir accès beaucoup plus facilement que dans une petite structure à des dossiers et à des clients de taille importante.” Autre point positif : bénéficiant comme la grande majorité des avocats du statut de profession libérale, Audrey Yayon-Dauvet se réserve le droit de développer sa propre clientèle. “Pour mon travail au cabinet, je touche une rétrocession d’honoraires qui peut être complétée par des honoraires sur des dossiers que je gère seule en assumant toute la responsabilité.”

Un métier accaparant Le choix de l’indépendance
Le jeune avocat a deux possibilités : s’installer à son compte ou travailler en cabinet. Brigitte Bogucki, fondatrice du site cyber-avocat.com, en exercice depuis quinze ans, a rapidement opté pour la première solution. “Je préfère l’indépendance car je ne suis pas très obéissante de nature… J’ai eu la chance d’avoir un copain de fac qui s’installait dans une profession qui avait besoin d’avocat. Cela m’a permis d’ouvrir mon cabinet tout en n’étant pas déficitaire.” S’installer à son compte n’est pas une décision à prendre à la légère. Cela implique non seulement de trouver des locaux, mais également d’avoir une clientèle suffisante pour pouvoir payer ses charges et se rémunérer. Audrey Yayon-Dauvet, quant à elle, a fait le choix de travailler en cabinet. Cependant, que l’on opte pour l’indépendance ou le cabinet d’avocat, le constat demeure le même : si le métier est passionnant, il exige une grande disponibilité ! “Nous avons des audiences dont nous ne choisissons ni les heures ni les jours, les rendez-vous avec les clients que nous fixons nous-mêmes et, dans les espaces libres qui restent, nous devons faire le travail de bureau”, explique Brigitte Bogucki. “Non seulement il faut savoir s’organiser, mais il ne faut pas faire ce métier si l’on décide de travailler 35 heures par semaine, car ce n’est pas faisable !” Une impression que partage Audrey Yayon-Dauvet. “C’est un métier qui prend beaucoup de temps et qui oblige parfois à empiéter sur ses soirées, ses week-ends, voire, dans les cas extrêmes, ses vacances… J’ai des journées de travail qui approchent fréquemment les douze heures…”

94

Le Guide des métiers et des compétences

DROIT, JURIDIQUE RESSOURCES HUMAINES

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Le minimum requis pour débuter son long cursus ? Une M1 en droit. Les titulaires d’un bac+5 issus d’autres domaines juridiques peuvent également s’engager dans cette voie tout en bénéficiant d’atouts supplémentaires : • le nombre croissant de diplômés arrivant sur le marché de l’emploi rend les employeurs exigeants ; • un troisième cycle en droit privé, droit des affaires, droit social ou en fiscalité permet de parfaire une première formation jugée encore trop généraliste.

Après un bac+4/+5
Cap ensuite sur la préparation du concours d’entrée - ultra sélectif*– en Centre régional de formation professionnelle d’avocats (CRFPA). Pour ce faire, une seule voie à suivre : intégrer un IEJ (Instituts d’études judiciaires), rattaché à la faculté. Notons que des organismes privés proposent également des sessions de préparation au concours. Attention toutefois : les prix élevés de ces programmes ne garantissent pas une réussite à 100 %.
* Seuls 30 % à 35 % des inscrits réussissent le concours d’entrée au CRFPA qu’il n’est possible de présenter que trois fois ; * Le concours d’accès au CRFPA est désormais ouvert aux étudiants de Sciences Po Paris titulaires d’un Master "Carrière judiciaires et juridiques” ou “Droit économique.”

Le CAPA, sésame indispensable
Les CRFPA accueillent ensuite les apprentis avocats pour une durée de 18 mois en alternance, les six derniers mois étant consacrés au stage professionnel chez un maître du barreau. La validation du CAPA met enfin un terme à cet éprouvant parcours de formation.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
L’ouverture d’esprit reste l’atout premier de l’avocat. Sa capacité à communiquer et à s’adapter à une clientèle hétérogène lui garantit également une publicité toujours intéressante. Compte tenu des emplois du temps souvent chargés, un avocat développe un réel sens de l’organisation et une réactivité maximale lors des audiences : rapidité d'action et vivacité sont de mise lors des plaidoiries.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Chaque année, environ 2 200 diplômés sortent des CRFPA. L’insertion des jeunes avocats sur le marché du travail reste difficile. Malgré tout, de légers frémissements dans l’activité des cabinets laissent aujourd’hui présager d’un retour vers des horizons meilleurs. Actuellement le droit des affaires représente sans aucun doute le secteur le plus porteur. Certaines spécialisations, comme le droit de la propriété intellectuelle et artistique, sont également particulièrement prisées.

ADRESSES UTILES
Conseil national des barreaux 22, rue de Londres 75009 Paris Tél. : 01 53 30 85 60 Site : www.cnb.avocat.fr Ministère de la Justice 13, place Vendôme 75001 Paris Tél. : 01 44 77 60 60 Site : www.justice.gouv.fr Infos études et métiers : www.e-orientations.com 95

AVOCAT

METIERSÀLALOUPE ::

En partenariat avec : En partenariat avec :

Directeur des ressources humaines
i Danièle Michas
a casquette de chef, ça se mérite. “La fonction de directeur des ressources humaines (DRH) est toujours confiée à des cadres confirmés”, prévient Stéphanie Roëls-Thomassin. à 27 ans, cette cadre diplômée bac+5 en psychologie du travail est aujourd’hui chargée de recrutement chez Conforama. “Ce poste est la principale porte d’entrée pour un jeune qui souhaite faire carrière dans les ressources humaines. Le métier de DRH étant un aboutissement, on y accède après avoir fait ses preuves car, dans les grandes entreprises comme Conforama, la fonction nécessite de manager soixante-dix personnes.” Dans les PME, le principe est le même. La plupart des petites sociétés n'ont pas de direction de ressources humaines. “C'est souvent un responsable du recrutement ou même un directeur administratif et financier qui se charge de la partie RH”, précise Stéphanie qui a fait ses premières armes professionnelles dans une PME. Après une première année de médecine, l'étudiante a un “coup de foudre” pour la psychologie, notamment celle liée au travail. “J'ai décroché mon premier emploi dans le secteur des services aux entreprises suite à un stage. Ensuite, j'ai rejoint le secteur bancaire. Et aujourd'hui, je travaille dans la distribution spécialisée.” Stéphanie recrute des responsables de rayon, de dépôt et des personnels administratifs. Mais quel que soit le secteur d'activité, les missions d’un recruteur ne changent pas.

L

“On ne se cantonne pas au recrutement “
Sa formation en psychologie du travail l'aide lorsqu'elle organise des entretiens. “Les compétences techniques sont davantage validées par des entretiens en magasin, avec les opérationnels. J'interviens au premier niveau de la sélection des candidats. Je vérifie leur parcours, l'adhésion aux valeurs de l'entreprise. Et je m'attache aussi à la personnalité. Je dois gérer une relation humaine en un temps court. Je ne suis pas là pour évaluer le candidat, mais pour vérifier si son profil correspond à nos besoins de personnel.” Attention, le métier ne se cantonne pas au tri des C.V. et aux entretiens d'embauche. Une autre partie de l'activité requiert des qualités en communication et un goût pour les relations publiques. Stéphanie anticipe les besoins de recrutement des magasins, rédige les offres d'emplois, reste en contact avec les institutionnels de la recherche d'emplois (ANPE, APEC), se rend dans des Salons pour présenter son entreprise à d'éventuels futurs candidats, met en place des tests de recrutement, … Un métier polyvalent qui sert de tremplin vers d'autres fonctions en ressources humaines comme la gestion de carrières, puis la direction des ressources humaines. Les responsabilités seront alors plus grandes : management, gestion de plans de formation et de promotions, détection de potentiels, application des 35 heures, départs à la retraite, gestion de la paie, … Une palette de missions s’offre à vous. À condition d’avoir de la “bouteille”.

96

Le Guide des métiers et des compétences

DROIT, JURIDIQUE RESSOURCES HUMAINES

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Il n'existe plus d'embauche de DRH sans expérience ni connaissance du fonctionnement de l'entreprise. Les employeurs exigent en moyenne sept années d’activité à un ou plusieurs postes de management avant d’opérer leur recrutement. Ainsi, le métier reste encore accessible aux non-diplômés RH par la voie de la promotion interne. Les diplômés en ressources humaines commencent généralement par des postes d'adjoint au DRH, de responsable de recrutement ou des ressources humaines. Dans les annonces, l'âge souhaité se situe entre 35 et 40 ans minimum.

Aucune formation spécifique n'est requise. La grande diversité des missions du DRH se traduit par un éclectisme des parcours de formation. Le métier est donc ouvert à tous les profils même si la voie classique reste privilégiée : droit, AES (Administration, économie et social), gestion, économie, psychologie, sociologie ou sciences-po.

Après un bac+3
Les entreprises plébiscitent les diplômés de l'enseignement supérieur titulaires d'un troisième cycle, notamment les spécialistes en ressources humaines et en psychologie du travail. Les masters professionnels ont donc particulièrement la cote ! Tant mieux, car les spécialisations ne manquent pas dans ce domaine: master Économie et gestion des ressources humaines, master Management des ressources humaines ou encore master Science du management, dominante “Gestion (stratégique) des ressources humaines”. Bon à savoir : le master professionnel Psychologie et Ingénierie des ressources humaines permet aux étudiants titulaires d’une licence dans le domaine de valider le titre de psychologue. Hors université enfin, les écoles de commerce et de gestion proposent des cursus ultra-spécialisés en ressources humaines qui satisferont les demandes les plus exigeantes sur le plan national ou international.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le DRH est un expert en matière de législation sociale et de droit du travail. Il connaît en outre les différents métiers et activités de l'entreprise, développe un goût du management et maîtrise les nouvelles technologies. Internationalisation oblige, la pratique de l'anglais lui est indispensable. Enfin, ce métier de communication requiert des qualités humaines indispensables : capacité d'écoute, goût des contacts, ouverture d'esprit, sens de la diplomatie et créativité.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Malgré les bonnes perspectives de recrutement des cadres en 2008 (Source APEC ), les fonctions “gestion administrative et ressources humaines” connaissent un léger ralentissement sur le plan des recrutements. Si plus de la moitié des postes recensés par l’APEC se situent en province, il est possible d’exercer son activité de DRH dans tous les secteurs professionnels. Les principaux recruteurs ? L’industrie (26 %), l’audit-conseil (19 %), le service aux entreprises et les services et assistance (11 %).

OÙ SE FORMER ?
IGS Paris 12, rue Alexandre Parodi 75010 Paris Tél. : 01 40 03 15 92 Site : www.igsparis.com IGS Toulouse 186, Route de Grenade 31 700 Blagnac Tél. : 05 61 71 18 91 Site : www.groupe-igs-toulouse.com IGS Lyon 47, rue Sergent Michel Berthet 69258 Lyon cedex 09 Tél. : 04 72 85 71 86 Site : www.igslyon.com

ADRESSE UTILE
ANDRH (Association nationale des directeurs des ressources humaines) 91, rue de Miromesnil Tél. : 01 56 88 18 28 Site : www.andrh.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 97

DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES

Après le bac

METIERSÀLALOUPE ::

En partenariat avec :

Juriste d’entreprise
i Christina Gierse
aire évoluer la législation française en s’inspirant de ce qui se pratique hors de nos frontières appartient au travail de certains juristes. C’est ainsi qu’après trois années de recherche vaine (“Je suis arrivée sur le marché du travail au pire moment, en septembre 2001 ”), Olivia Andine trouve l’emploi de ses rêves : elle est une femme, comme plus de la moitié des juristes, titulaire d’un bac+5 en droit européen, d’un bi-Deug en droit et en allemand (86 % des juristes valident un diplôme de niveau bac+5 et un tiers une double formation)*. Aujourd’hui employée par une grande organisation de consommateurs, cette grande brune à la trentaine affirmée ne peut que se féliciter de sa ténacité : “J’ai enchaîné des stages plus ou moins longs avant de tomber enfin sur l’annonce qui me correspondait.”

L’ École européenne de management opérationnel

F

déterminer dans quelle mesure elles peuvent être applicables en France. Je me déplace plusieurs fois par an à Bruxelles, en Allemagne et au Luxembourg pour assister à des forums et à des colloques. Le reste du temps, je suis au bureau et j’étudie attentivement des rapports juridiques (OCDE…). J’effectue également des recherches sur internet et téléphone à des confrères étrangers pour trouver des réponses à telle ou telle question jurisprudentielle. Mon travail est finalement proche de celui d’un enquêteur.” L’intérêt du job ? Sa diversité. Les questions posées à l’association portent sur tous les domaines : services (téléphonie mobile ou internet haut débit), produits de consommation courante, droit social…

“S’engager est motivant”
Le juriste règle l’ensemble des questions juridiques de l’entreprise ou de l’organisme qui le recrute. Il devient alors le “conseiller particulier” de son employeur et intervient à tous les moments décisifs : rédaction de contrats de travail, achats, partenariats, fusions et acquisitions… Il veille à ce que l'entreprise et ses différentes activités soient conformes au droit national et international. Lorsque comme Olivia il travaille pour un organisme, sa mission dépasse le cadre purement formel. “En apportant l’information juridique, je viens en aide aux consommateurs tout en favorisant l’avancée du droit national. Je ne peux pas entrer dans les détails car nos recherches en cours sont confidentielles. Mais je trouve que prendre parti et s’engager est très motivant !”
* Source : FNDE (Fédération nationale pour le droit de l’entreprise)

À chaque mission sa particularité
Le rôle du juriste diffère en fonction de son lieu d’exercice : entreprise, cabinet ou organisme. Il développe donc des compétences correspondant spécifiquement à sa spécialité – droit des affaires, droit social, droit international… – et à la nature de sa société. Mais, chaque fois, sa mission consiste à défendre les intérêts de son employeur et des personnes qu’il représente. Dans le cas d’Olivia, une spécialisation en droit européen et une aisance en anglais et en allemand ont su faire la différence : “Je m’informe des procédures judiciaires en cours dans d’autres pays, notamment européens, afin de

98

Le Guide des métiers et des compétences

DROIT, JURIDIQUE RESSOURCES HUMAINES
-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Aujourd’hui, les recrutements s’opèrent à bac+5 minimum. Le diplôme de référence reste le master professionnel, même si le master recherche poursuit son ascension ! Parmi les spécialités les plus appréciées figurent le droit des affaires (près de la moitié des juristes), le droit fiscal et le droit social. Les cursus à double compétence du type “droit + gestion/commerce” ou “droit + anglais” sont également très recherchés : 33 % des juristes attestent d’une double formation (Source : FNDE). Autres alternatives ? Les diplômes d’IEP (Sciences-Po) ou d’IAE (Instituts d’administration des entreprises) spécialisés en droit. Enfin le DJCE (Diplôme de juriste-conseil d'entreprise), préparé dans une dizaine d’universités, se décompose en un master professionnel Juriste d'affaires et un certificat spécialisé (droit des sociétés, droit du commerce international…). Ce diplôme “2 en 1”, spécialement dédié à la profession, est accessible sur dossier après une M1 en droit.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Dans ce métier où les doubles cursus sont appréciés, la maîtrise de l’anglais est quasi obligatoire. En effet, il n’existe plus d’entreprises qui travaillent en vase clos sur un marché franco-français… Parallèlement, le juriste doit être rigoureux, concret dans son approche des problèmes et avoir le goût du travail en équipe. Souvent sollicité pour des questions complexes, son sens de la communication et sa diplomatie le distinguent auprès de sa direction. Enfin, un juriste d’entreprise développe de réelles qualités rédactionnelles et une capacité à chercher l’information au bon endroit. Cet état de veille permanent lui permet d’être informé des évolutions juridiques comme des nouvelles lois européennes. À lui ensuite de faire preuve d’imagination pour trouver ailleurs la solution juridique appropriée !

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Des opportunités existent dans tous les secteurs d’activité : entreprises, cabinets et organismes professionnels. D’après l’APEC (Association pour l’emploi des cadres), la demande en juristes croît sensiblement depuis cinq ans. La fonction, qui a toujours existé au sein des grands groupes, se développe dans les PME. Une bonne nouvelle pour les jeunes diplômés même si la majorité des demandes se concentrent sur l’Ile-de-France ! Enfin, sachez que les salaires à l’embauche varient fortement en fonction du niveau d’expérience : de 23 à 35 K€ en moyenne pour un jeune diplômé : de 45 à 70 K€ en moyenne après quinze ans d’activité !

OÙ SE FORMER ?
ESAM (École supérieure d’administration et de management) Site : www.esamparis.com ESAM Paris 12, rue Alexandre Parodi 75010 Paris Tél. : 01 40 03 15 69 ESAM Lyon 47, rue Sergent Michel Berthet 69009 Lyon Tél. : 04 72 85 71 86 ESAM Toulouse 186, route de Grenade 31700 Blagnac Tél. : 05 61 71 18 91

ADRESSE UTILE
Fédération nationale pour le droit de l’entreprise (FNDE) 34 bis, rue Vignon 75009 Paris Tél. : 01 42 66 18 19 Site : www.fnde.asso.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 99

JURISTE D’ENTREPRISE

METIERSÀLALOUPE ::

En partenariat avec : En partenariat avec :

Responsable de la gestion du personnel
i Hélène Dorey
a première richesse d’une entreprise est son capital humain car tout salarié participe à son image et sa productivité. Pour Pierre Allary, PDG de la société marseillaise Multi Restauration Méditerranée (spécialisée dans la restauration collective), il s’agit de bien plus qu’un discours. Cette PME a effet reçu début 2008 le prix “Coup de Cœur” des Trophées Responsabilité sociale de l'entreprise (RSE) de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, grâce à son engagement social et environnemental exemplaire. Aux côtés du président, une femme, Marie Allary, occupe un poste phare, celui de responsable de la gestion du personnel.

L

une même journée. Au programme donc de nombreuses réunions durant lesquelles il faut argumenter, sans jamais perdre son calme. Entre les réglementations relatives à la sécurité au travail en constante mutation et les nouvelles lois qui fleurissent presque chaque jour, le travail d’un responsable s’inscrit définitivement dans la diversité.

… et beaucoup de relationnel
Avec un tel emploi du temps, il n’est donc pas toujours facile pour Marie Allary de se rendre dans les diverses structures (établissements scolaires, entreprises…) dans lesquelles exercent les employés de Multirestauration Méditerranée puisqu’elles se répartissent sur trois départements. Guère plus facile de s’isoler pour se concentrer sur des dossiers épineux. Son bureau, néanmoins, reste toujours ouvert à tous les collaborateurs. “ Marie est une personne centrale dans l’entreprise, souligne son PDG. Je ne dirige pas seul. La responsable de la gestion du personnel se définit comme un lien direct entre le personnel et la direction générale. Elle siège au comité de direction et a donc son mot à dire. Elle doit posséder un sens de l’initiative et savoir prendre des positions pour, s’il le faut, les défendre. Dans les PME comme la nôtre — 90 salariés —, le responsable emporte souvent des dossiers à son domicile : le repos dominical s’en voit parfois quelque peu écourté. Mais on ne choisit pas un emploi dans les ressources humaines si on ne développe pas soi-même une multitude de ressources.”

Une dose d’administration et de gestion…
“J’ai de nombreuses cordes à mon arc, explique Marie Allary. Ma fonction se divise en deux grandes branches. L’administratif (paye, juridique, contrat...) et la gestion des ressources humaines (carrière, formation, comité d’entreprise). J’interviens dans le recrutement, puis tout au long de la vie professionnelle de l’employé en l’informant, par exemple, de ses droits et de ses devoirs. En plaçant les bonnes personnes aux bons endroits, j’aide à l’optimisation du coût de la maind’œuvre. Je tiens enfin un rôle important dans la politique de rémunération et de formation du personnel.” La mise en action de la politique des ressources humaines définie par le dirigeant peut amener le responsable de la gestion du personnel à traiter les problèmes de prise de congés, les demandes de formation mais aussi les conflits avec les différents partenaires sociaux, notamment les syndicats, dans

100 Le Guide des métiers et des compétences

DROIT, JURIDIQUE RESSOURCES HUMAINES

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Tous les profils de bacheliers sont les bienvenus particulièrement ceux qui s’orientent vers une filière en droit, AES (Administration, économie et social), économie, psychologie, sociologie, pour s’ouvrir une carrière dans la gestion du personnel. La marge de manœuvre reste donc importante.

Après le bac+3 RESPONSABLE DE LA GESTION DU PERSONNEL
Les entreprises favorisent actuellement les Masters professionnels spécialisés dans les ressources humaines. Il en existe une multitude. Citons parmi eux le Master professionnel Ressources humaines mention “Économie-gestion-administration” ou mention “Science du management”. Les diplômés d’une école de commerce et de gestion, voire d’ingénieurs, sont également recherchés par les recruteurs surtout lorsqu’ils ont complété leur formation par une spécialisation en ressources humaines. Ces diplômes ouvrent les portes de grands groupes tant sur le plan national qu’international. Voilà qui mérite réflexion. Certaines écoles spécialisées proposent, quant à elles, des programmes généralistes couvrant les différents domaines propres aux ressources humaines. Enfin, les Instituts d’études politiques (IEP), présents partout en France, offrent la possibilité d’étudier toutes les sciences sociales et ouvrent sur de larges débouchés. Le CFA Épure Méditerranée a par exemple mis en place un Master professionnel Économie et gestion des entreprises, mention “Gestion des ressources humaines” particulièrement coté. Cerise sur le gâteau ? Il se prépare par la voie de l’alternance.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Patience et écoute restent les pré-requis de base pour entrer dans cette profession où les discussions avec les partenaires sociaux et les employés virent parfois au mécontentement. Voilà qui explique sans doute pourquoi ce type de poste est majoritairement féminin ! Le responsable de la gestion du personnel se définit également comme un négociateur hors pair et un fin organisateur : mieux vaut effectivement faire preuve de méthode quand on sait la lourdeur du volet administratif et la complexité de certains dossiers à traiter. Il développe enfin de solides compétences dans le domaine juridique (droit administratif et droit du travail), actualise régulièrement ses connaissances et maîtrise parfaitement les logiciels spécifiques aux ressources humaines.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Toutes les sociétés, à partir d'une certaine taille, emploient un responsable de la gestion du personnel. Ce poste constitue aujourd’hui un enjeu stratégique pour l’entreprise. Une bonne nouvelle donc pour les futurs responsables qui ont tout intérêt à viser le secteur des services aux entreprises et des services aux particuliers pour optimiser leur insertion professionnelle. Ces deux secteurs recrutent effectivement à eux seuls plus de la moitié des jeunes diplômés. Viennent ensuite l’industrie, le commerce et l’hôtellerie.

OÙ SE FORMER ?
IGS Paris 12, rue Alexandre Parodi 75010 Paris Tél. : 01 40 03 15 92 Site : www.igsparis.com IGS Toulouse 186, Route de Grenade 31 700 Blagnac Tél. : 05 61 71 18 91 Site : www.groupe-igs-toulouse.com IGS Lyon 47, rue Sergent Michel Berthet 69258 Lyon cedex 09 Tél. : 04 72 85 71 86 Site : www.igslyon.com

ADRESSE UTILE
Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) 91, rue de Miromesnil Tél. : 01 56 88 18 28 Site : www.andrh.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 101

SECTEUR ::

ENSEIGNEMENT, SOCIAL
Les métiers du social recrutent. Une nouvelle imputable aux effets du papy-boom mais aussi à l’amplification des phénomènes d’exclusion. Travailleurs sociaux et formateurs agissent alors pour faciliter toute réinsertion sur le marché du travail et de la vie. Mais face aux détresses rencontrées, mieux vaut avoir les nerfs solides.

ne vie, un métier : c’est fini. Aujourd’hui, précarité de l’emploi oblige, le nouveau mot d’ordre est “modularité”. Les actifs n’hésitent plus à élargir leur champ de compétences, voire à se réorienter pour se positionner sur le marché du travail. Des dispositifs tels le DIF (Droit individuel à la formation) ou le CIF (Congé individuel de formation) encouragent les salariés à sauter le pas et à s’investir dans la formation professionnelle. Pour répondre à ces nouvelles demandes, les organismes de formation recherchent… des formateurs. Et, dans ce secteur comme partout, les domaines les plus courus se calquent sur le marché de l’emploi. En tête de liste figurent donc les métiers du bâtiment et le service aux personnes. Les pouvoirs publics, eux, laissent à leurs 320 organismes privés le soin d’organiser la formation professionnelle pour mieux traiter le volet social. “Traditionnellement, de nombreux emplois du secteur relèvent des collectivités territoriales (conseils généraux, hôpitaux…), explique Olivier Cany, le directeur de l’AFORTS, l’Association française des organismes de formation et de recherche en travail social. Les associations et certains organismes privés à but non lucratif interviennent également dans des secteurs peu supervisés par l’État comme la réinsertion. Dans les années à venir, les départs en retraite et l’augmentation des phénomènes d’exclusion engendreront des recrutements importants à tous les niveaux. L’essentiel des besoins se concentrera sur les postes de terrain, l’aide médico-psychologique ou le soutien aux personnes âgées. On comptera également des postes à pouvoir dans l’administration, particulièrement dans la direction d’établissement.”

U

La formation pour adultes reste un domaine particulier et peu ouvert aux débutants. Après cinq années d’expérience professionnelle minimum, les formateurs acquièrent les compléments théoriques, méthodologiques et pratiques de formateur d’adultes par la voie de… la formation. Dans le domaine du social, quid €, milliard d’ r les de l’expérience professionnelle ? On recherche surtout l’expérience humaine. “Le ires cumulé pa P chiffre d’affa rents de la FF secteur a besoin de bras certes, confirme Olivier Cany, mais de bras compétents es privés adhé organism et de têtes solides psychologiquement. Les travailleurs sociaux se retrouvent ans, rs e des formateu quotidiennement confrontés à des situations de grande détresse. Nous moyenne d’âg (Source : BCE demandons donc aux candidats de bien mûrir leur projet.” Avis aux amateurs on détail – Commissi Rapport Banque de d’études courtes, les CAP et BEP axés sur les services à la personne ont le vent en enne 2006) europé poupe. Pour accéder aux postes à plus forte valeur ajoutée, cap sur les concours administratifs, les diplômes de niveau bac+2/+3 (DUT Carrières sanitaires et sociales, le nouveau BTS SMS, licences professionnelles).
nombre d’ aire, secondaire nationale (prim t supérieur) et enseignemen

0 0 l’Édu 1 29plois de00,cation em 1

Expérience exigée

42

A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 103

METIERSÀLALOUPE ::

Assistant maternel
i Aurélie Lebreton
haque matin, vers 7 h 30, Fabienne Beaudouin accueille ses “petits”, comme elle les appelle. Les yeux encore lourds de sommeil, les trois enfants quittent les bras de leurs parents pour rejoindre ceux de leur assistante maternelle. “En ce moment, les petits dont je m’occupe ont à peu près le même âge et le même rythme. Donc le déroulement de la journée est simplifié, explique Fabienne. Le matin, j’organise des activités d’éveil : des rondes, des comptines, des puzzles, des jeux de constructions… Après le repas, aux alentours de 11 h 30, je profite de la sieste pour souffler un peu. Quand les écarts d’âges sont plus importants, la situation se complique un peu mais je compose avec les besoins de chacun.” Ainsi, les jeunes enfants restent souvent près de dix heures par jour chez leur assistant maternel. Il occupe donc une place primordiale dans leur bon développement physique et psychologique. “Je tiens quotidiennement un cahier de transmission, précise Fabienne. J’y note les petits problèmes que je remarque, les progrès de chacun… Et j’en discute, beaucoup, avec les parents. Je les rassure, les conseille… J’aborde également les préceptes d’éducation qu’ils désirent me voir appliquer. Sur ces sujets, je ne vais pas à leur encontre mais parfois je modère leurs ardeurs. La propreté par exemple suscite une véritable obsession. ”

C

Un vrai réseau de solidarité
Selon les horaires des parents, il n’est pas rare qu’une assistante maternelle connaisse des journées de travail à rallonge, de 7 h 30 le matin à 19 h 30 le soir. Toute la journée avec les enfants, les ass. mat., comme on les nomme familièrement, jouent de tous les stratagèmes pour ne pas se laisser enfermer dans cette solitude annoncée. Ils forment même un véritable réseau de rencontre et d’entraide. “Une fois par semaine, je me rends au jardin des petits, raconte Fabienne. Il s’agit d’une structure municipale où nous nous retrouvons pourorganiser des activités collectives avec les enfants qu’elles gardent. Et le reste de la semaine, on s’arrange toujours pour sortir à deux ou trois lors des promenades, ou on se rencontre au parc. On profite de ces moments pour discuter, échanger sur les difficultés que l’on rencontre et se conseiller. Et si l’une d’entre nous tombe malade, les autres s’arrangent toujours pour la dépanner et prennent se partagent “ses” petits le temps qu’elle se remette. Il existe une vraie solidarité entre nous“, se félicite Fabienne. Toutefois, les assistants maternels ont depuis peu d’autres occasions de se rencontrer, à travers les formations, de plus en plus courantes. “Le métier a beaucoup évolué en treize ans, explique Fabienne. Aujourd’hui, la tendance veut qu’on verbalise pour aider les enfants à développer leur langage par exemple. J’ai également suivi des stages portant sur l’éveil de l’enfant ou la lecture pour savoir quels livres choisir pour tel âge ou telle situation. Je mets un point d’honneur à me tenir au courant car les enfants évoluent et les “ass. mat.” doivent évoluer aussi.”

104 Le Guide des métiers et des compétences

ENSEIGNEMENT SOCIAL

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
L'exercice de la profession d'assistant maternel est soumis à agrément délivré par le président du conseil général de chaque département. Dès lors, tout assistant maternel peut accueillir un à trois enfants chez lui, à condition, toutefois, de renouveler la demande d’agrément tous les cinq ans.

Formation spécialisée obligatoire
Après des années d’approximation, la nouvelle législation impose désormais une formation spécialisée pour devenir assistant maternel. Selon le ministère du Travail, des Relations sociales, de la famille et de la Solidarité, “la formation est mise en œuvre directement par le conseil général, ou par un établissement de formation avec lequel le conseil général passe convention, ou selon ces deux modalités. Pour la formation suivie après l'embauche, la rémunération reste due par l'employeur, tandis que le conseil général organise et finance la prise en charge des enfants habituellement gardés par la personne en formation.” Les objectifs de ce programme obligatoire ? “• Identifier les besoins des enfants; • installer et sécuriser des espaces de vie des enfants; • assurer les soins d'hygiène corporelle et le confort des enfants; • contribuer au développement et à la socialisation des enfants; • organiser les activités des enfants; • établir des relations professionnelles; • s'adapter à une situation non prévue.” La validation de la formation s’opère depuis le 1er janvier 2007 par la présentation de l’épreuve “Prise en charge de l’enfant au domicile” intégrée à l’examen du CAP Petite enfance. Cette évaluation s’effectue par la voie du contrôle continu ou terminal selon la nature de l’établissement préparationnaire. Notons en outre que depuis le 1er janvier 2005, la rémunération des assistants maternels est encadrée par une convention collective nationale des assistants maternels des particuliers employeurs. Les professionnels bénéficient également d’un véritable statut revalorisant l’image de leur métier et obligeant les employeurs – décret du 29 mai 2006 – à établir des contrats de travail écrits.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
L’assistant maternel constitue un véritable relais pour les parents sans pour autant prendre leur place. Il sait faire preuve de diplomatie, de psychologie et, bien sûr, aimer les enfants. Au quotidien, l’ass. mat. témoigne d’une grande patience et d’une certaine aisance relationnelle. Pendant la période d’adaptation, il rassure mamans et bébés face l’angoisse de la séparation ; au quotidien, il gère jusqu’à trois petites tornades d’une main de maître. En cas de désaccord, il tempère les exigences des parents en se basant sur ses connaissances et son expérience du bon développement de l’enfant.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Avec un taux de fécondité de 2 enfants par femme (Source INSEE 2007), la France caracole en tête du palmarès européen, juste derrière l’Irlande. Mais trouver un mode de garde pour sa progéniture au moment de reprendre le travail relève souvent du casse-tête… surtout dans les métropoles. Les places en crèche augmentent progressivement, mais malheureusement trop lentement. D’où l’urgence de former des assistants maternels plébiscités pour l’accueil personnalisé qu’ils offrent. D’ailleurs, les coordonnées des plus compétents passent si vite de bouche-à-oreille qu’il est très difficile d’y trouver une place.

ADRESSE UTILE
Syndicat professionnel des assistants maternels et des assistants familiaux Bât. Cévennes 19 bis, rue Blaise Pascal 78800 Houilles Site : www.assistante-maternelle.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 105

ASSISTANT MATERNEL

METIERSÀLALOUPE ::

Conseiller d’orientation psychologue
i Hélène Dorey
elon le décret 91-291 du 20 mars 1991 : “Les conseillers d’orientation psychologue (COP) assurent l’information des élèves et de leurs familles. Ils contribuent à l’observation continue des élèves, ainsi qu’à la mise en œuvre de leur réussite scolaire. Ils participent à l’élaboration ainsi qu’à la réalisation des projets scolaires, universitaires et professionnels des élèves et des étudiants en formation initiale, afin de satisfaire au droit des intéressés au conseil et à l’information sur les enseignements et les professions…". Quelque 4 400 conseillers d’orientation psychologues (COP) officient donc un peu partout en France pour tenter de mener à bien des missions aussi vastes et complexes, ce, malgré des années de critiques fondées ou non…

S

Des publics divers et variés
On rencontre généralement le COP dans les CIO (Centres d'information et d'orientation) mais aussi dans les collèges et lycées où le travail s’effectue alors en étroite collaboration avec l'équipe pédagogique et le chef d'établissement. Son rôle ? Familiariser dès la 6e les élèves avec l’orientation puis participer aux conseils de classe et aux conseils d'orientation pour assurer un suivi individualisé. “Que nous rencontrions des jeunes scolarisés ou des adultes en échec scolaire, au chômage, en réinsertion (…), l’entretien doit s’effectuer dans la confiance, souligne Giselle Manchevelle, conseillère d’orientation psychologue à la Cité des métiers à Paris. Nous devons aider notre interlocuteur à élaborer un projet précis. Qu’il ait raté son bac ou qu’il rencontre des difficultés pour trouver un apprentissage, à nous de le guider vers la forma-

tion correspondant le mieux à ses capacités, son parcours et ses désirs. Nous devons donc prendre le temps d’écouter pour évaluer l’ensemble les besoins et pour déterminer où la personne en est de ses projets en fonction de sa personnalité. Chaque permanence se définit comme un lieu de parole spontanée. C’est pourquoi le COP doit se mettre à la portée de chaque interlocuteur pour faciliter l’échange et gagner en efficacité.” L’orientation est un processus complexe. Un simple balayage de documentations (“papier” ou “virtuel” via Internet) ne suffit pas pour élaborer un projet professionnel individualisé et/ou envisager des possibilités de réorientation. Les COP composent donc une sphère indispensable à la construction des élèves, des chômeurs et des salariés. Pourtant leur vie n’est pas un long fleuve tranquille. Comment par exemple travailler pour trois établissements scolaires en même temps en assurant le suivi de chaque interlocuteur ? Un COP passe en effet 50 % de son temps en établissement scolaire et 50 % dans une structure spécialisée (CIO…). Comment résister également aux critiques incessantes formulées de toute part quand l’orientation cristallise toutes les insuffisances du système scolaire (manque de places, de personnels, de moyens…) ? Peut-être en se fiant aux dernières enquêtes comme celle réalisée par la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (PEEP) stipulant que 72 % des parents sont satisfaits ou très satisfaits du contact avec le COP dans l’établissement scolaire de leur enfant et 67 % de leur visite au CIO. Non tout n’est pas noir, il y a de l’espoir !

106 Le Guide des métiers et des compétences

ENSEIGNEMENT SOCIAL

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Une seule voie possible pour devenir COP : décrocher le Diplôme d’État de conseiller d’orientation psychologue (Decop). Les conseillers d’orientation psychologues appartiennent effectivement au corps des fonctionnaires du ministère de l’Éducation nationale recrutés sur concours. Les pré-requis pour se porter candidat ? Valider une licence de psychologie (bac+3) ou un diplôme sanctionnant au moins trois années d’études universitaires en psychologie. Le concours s’organise en épreuves d’admissibilité (psychologie, questions relatives à l’économie, au travail à l’emploi...) et d’admission (questions d’éducation et de formation sur les structures pédagogiques actuelles, l’orientation, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes…). Les candidats admis deviennent ensuite conseillers d’orientation psychologue stagiaires et reçoivent une formation rémunérée de deux ans les préparant au diplôme d’État de conseiller d’orientation psychologue (Decop). La formation est dispensée dans trois universités (Aix-Marseille-I, Lille-III, Rennes-II) et à l'INETOP (Institut national d'étude du travail et d'orientation professionnelle) de Paris.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Un COP doit actualiser en permanence ses connaissances : formations tout au long de la vie, parcours scolaires, cycles courts, grandes écoles, cursus universitaires… Curiosité, réactivité et patience sont donc de rigueur… surtout s’il exerce dans un pôle d’accueil grand public. Plus encore : un COP doit faire preuve d’impartialité et d’objectivité car son aide à la décision s’avère déterminante pour l’avenir de ses interlocuteurs. Quant à l’organisation des horaires de travail, liberté absolue ! Le conseiller gère ses journées comme il l'entend ou plutôt comme il le peut car les déplacements sont fréquents entre les différentes structures d’activité.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Les COP sont affectés dans les divers services des ministères de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, des Sports, de la Jeunesse et de la Vie associative. Concrètement, ils œuvrent donc quotidiennement au sein des CIO, des SCUIO (Services communs universitaires d’information et d’orientation), des délégations régionales de l’ONISEP (Office national d’information sur les enseignements et les professions), des SAIO (Services académiques d’information et d’orientation)… Si les besoins existent, depuis 1991 les places (aucune région ne fait exception) sont rares. La réduction drastique des postes prévue par le ministère dès cette année, ne devrait pas épargner la profession.

ADRESSE UTILE
Association des conseillers d’orientation psychologues France (ACOP France) 41, rue Gay-Lussac 75005 Paris Site : www.acop.asso.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 107

CONSEILLER D’ORIENTATION PSYCHOLOGUE

METIERSÀLALOUPE ::

Médiateur familial
i Magali Cressy
uand le dialogue ne passe plus, quand prendre la moindre décision commune s’avère impossible, quand les enfants deviennent des otages affectifs, le médiateur familial entre en action ! Ni magicien ni juge, il aide les couples en cours de séparation à se parler. Il donne également la parole aux grands-parents privés de leurs petits-enfants et aux adolescents en rupture avec la cellule familiale. “L’absence de communication favorise les fantasmes sur l’autre et attise les rancoeurs et les frustrations, constate Véronique Hwong, médiatrice familiale au sein de l’association Trialogue. En médiation, j’essaie de renouer le dialogue et d’apaiser le conflit. J’écoute et je soutiens les deux parties sans distinction. Cette attitude permet à chacun de se rendre compte que la situation n’est pas toujours facile à vivre pour l’autre non plus et qu’il faut sortir du schéma victimecoupable.” Le dialogue rétabli, les parties en présence commencent à chercher des réponses à leurs problèmes. Le médiateur familial se contente de les guider. “Les couples doivent régler leurs désaccords eux-mêmes, prévient Véronique. Je ne propose pas de solutions toutes faites. Je dispose juste d’outils pour crever les abcès et aider à avancer. Je dessine le schéma familial sur un tableau pour y voir plus clair par exemple. J’invite également les adultes à reformuler leurs reproches de façon positive et à les transformer en souhaits. À la fin de

Q

chaque séance, les parties rédigent un protocole d’accord. Ils retranscrivent avec leurs propres mots les décisions qu’ils viennent de prendre ensemble. Cette démarche les responsabilise et ouvre sur une possible entente… même minimale. Et de petite victoire en petite victoire, on progresse doucement vers la paix.”

Un travail sur l’humain
Le médiateur familial intervient parfois à la demande du juge des affaires familiales mais la démarche demeure toujours volontaire et le facteur humain, prédominant, engrange toujours une grande part d’incertitude. “Après dix ans de métier, j’ai encore le trac, confie Véronique. Je sais que je ne suis pas à l’abri de surprises, bonnes ou mauvaises. Parfois, des gens qui ne pouvaient plus se voir sans s’insulter parviennent à rester ensemble deux heures dans la même pièce, d’autres fois, une rencontre que l’on pensait sans complications tourne au vinaigre. Dans ces cas-là, je me remets en question surtout si la médiation a échoué. Je me demande si je suis intervenue au bon moment, de la bonne manière…” Confronté à des situations parfois éprouvantes, le médiateur familial ne reste pas seul avec ses questions. “Une fois par mois, j’organise une réunion avec mes collègues où chacun vide son sac. Ensuite, nous échangeons sur nos expériences et nous cherchons ensemble des solutions aux difficultés rencontrées. Cette soupape de sécurité s’avère indispensable pour prendre du recul et recharger nos batteries.”

108 Le Guide des métiers et des compétences

ENSEIGNEMENT SOCIAL

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Le nouveau diplôme d’État de médiateur familial se compose de 490 heures d’enseignement et de 70 heures de stage. Il est principalement accessible par la voie de la formation continue, mais quelques établissements le proposent en formation initiale sur une période de deux ans.

Admissibilité MÉDIATEUR FAMILIAL
La formation accueille les titulaires d’un bac+2 dans le domaine du social (DE d’assistant de service social, de conseiller en économie sociale et familiale, de puéricultrice…) ou de la santé (DE d’infirmier, de masseur kinésithérapeute….). À l’université, les titulaires d’une licence dans les disciplines juridiques, psychologiques ou sociologiques peuvent également déposer un dossier. Enfin, quelques places sont ouvertes aux diplômés d’un bac+2 justifiant de trois ans d’expérience professionnelle dans le secteur sanitaire et social mais aussi dans l’accompagnement familial, le juridique, l’éducation ou la psychologie. Dans tous les cas, la sélection s’opère sur dossier et entretien de motivation.

Programme
Le programme s’articule autour de quatre thèmes fondamentaux. Le processus de médiation reste l’unité la plus importante. Elle présente les champs d’intervention des médiateurs et les techniques pour nouer le dialogue (études de cas concrets, mises en situation). Les trois autres modules – droit, psychologie et sociologie – apportent les outils nécessaires à l’appréhension de différentes situations : impératifs juridiques, fonctionnement d’un couple, évolution de la famille… Pour ces trois unités, il est possible d’obtenir une dispense en fonction des diplômes ou de l’expérience acquise.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Neutralité, confidentialité, impartialité. Ces trois principes figurent dans la charte déontologique de la médiation familiale. Le métier exige donc une grande discrétion, de l’empathie, une absence de préjugés mais aussi de la lucidité. Au quotidien, le médiateur pénètre profondément dans l’intimité de ses interlocuteurs. C’est pourquoi il doit faire preuve d’humilité et poser la distance nécessaire pour ne pas se laisser envahir par des problèmes qui ne sont pas les siens.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le métier de médiateur familial requiert de la maturité et une connaissance de soi-même et des autres. Il constitue donc rarement un premier métier. Aujourd’hui, un grand nombre de médiateurs exercent à titre bénévole parallèlement à une autre activité professionnelle. Les rares emplois se situent en effet au sein des associations à caractère social ou médico-social, les organismes publics et les collectivités territoriales. Mais il s’agit souvent de postes à temps partiels faute de budget.

ADRESSE UTILE
Fenamef (Fédération nationale de la médiation familiale) 11, rue Guyon-de-Guercheville 14204 Hérouville-Saint-Clair cedex Tél. : 02 31 46 87 87 Site : www.fenamef.asso.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 109

METIERSÀLALOUPE ::

Professeur des écoles
i Anne prigent
ultiplier les expériences dans des écoles primaires et des classes, de la petite section de maternelle au CM2, tel était le souhait de Séverine Gabier en 2003 lorsqu’elle décroche le Certificat d’aptitude au professorat des écoles (CAPE). Voeu exaucé : la voilà qui devient aussitôt remplaçante auprès de collègues partis en congé de maladie ou de maternité. Son champ d’intervention : le département du Rhône. "Je peux enseigner toute l’année dans la même classe, changer d’école au bout d’un trimestre, remplacer un enseignant pendant une seule journée. Toutes les formules existent !", raconte ce professeur des écoles de vingt-huit ans, après cinq ans d’exercice.

M

Varier les activités pédagogiques
Depuis septembre dernier, Séverine enseigne à des enfants de petite section âgés de deux ans et demi. Une grande première pour elle ! Ces petits ne connaissent pas forcément la vie en collectivité et doivent se séparer de leurs parents. "Je redoutais que la rentrée se passe mal, se souvient-elle. Il y a eu effectivement beaucoup de pleurs. Il a fallu que je leur apprenne à s’asseoir, à se mettre en rang et à chanter une seule comptine pour créer leurs premiers repères. Heureusement, au bout d’un mois, la classe est devenue calme et j’ai pu multiplier les activités pédagogiques. Je leur apprends désormais à faire des traits verticaux, à associer deux images identiques, à connaître le nom des couleurs et à réaliser des parcours de motricité : ramper sur un banc à mon signal et dans le bon sens… J’ai enfin l’impression de leur apporter des connaissances.” Pas si facile d’enseigner en maternelle. Certes, le ministère de l’Éducation nationale a bien élaboré un

programme, mais il manque de précision, d’après Séverine. Et il n’existe pas de manuels comme à l’école élémentaire (CP à CM2). "Je ne savais pas dans quel sens aller. Alors, j’ai beaucoup utilisé les ressources pédagogiques diffusées sur Internet." Pas simple, non plus, de travailler avec des tout-petits qui ne maîtrisent pas encore toutes les bases du langage ou ne parlent pas le français… Ses classes préférées ? La grande section (GS) de maternelle, le CP et le CE1, qui forment le cycle 2, celui des apprentissages fondamentaux. "Le programme y est très diversifié avec la pré-lecture dès la GS, les maths, la découverte du monde, l’informatique… De plus, les enfants sont suffisamment grands pour échanger avec l’enseignant, sans avoir encore atteint l’âge de la pré-adolescence."

Échanger avec les parents
Quel plaisir pour Séverine quand des élèves expriment leur joie de la revoir à nouveau dans leur école ! Même émotion lorsque ce sentiment émane de parents. "À l’école maternelle, la relation avec les parents est singulière puisqu’ils ont le droit d’entrer dans la classe, alors qu’à l’école élémentaire, ils restent devant le portail de l’établissement, ajoute-t-elle. Une occasion pour eux de constater qu’une petite section de maternelle ne ressemble pas à une garderie." Outre les 26 heures de cours en moyenne par semaine, il faut compter les préparations à la maison. "Quand je me retrouve à enseigner à un niveau (CP par exemple) pour la première fois, je travaille huit heures le week-end, trois heures le mercredi et un petit peu chaque jour. Tout débutant a un emploi du temps chargé. Et encore plus s’il choisit de ne pas se reposer sur les manuels !"

110 Le Guide des métiers et des compétences

ENSEIGNEMENT SOCIAL

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après un bac+3
Le professeur des écoles est titulaire du Certificat d’aptitude au professorat des écoles (CAPE). Il a franchi différentes étapes avant de l’obtenir. 1) Intégrer l’IUFM pour préparer le CERPE (1ère année d’IUFM) Il est conseillé de préparer le concours externe de recrutement des professeurs des écoles (CERPE) dans un institut de formation des maîtres (IUFM). Ceux qui se présentent au CERPE en candidats libres obtiennent un taux de réussite moindre. Pour entrer à l’IUFM, il faut posséder une licence, idéalement dans une discipline enseignée à l’école primaire : mathématiques, lettres, sciences, histoire-géographie, arts, EPS. Attention, l’accès à l’IUFM est sélectif : vous serez admis sur dossier, entretien ou tests écrits. Les critères varient d’un établissement à l’autre : formation universitaire, diplômes avec mention, BAFA… Vous pouvez vous présenter à l’entrée de plusieurs IUFM, mais une fois admis dans l’un d’entre eux, vous serez obligé de passer le CERPE dans l’académie siège de l’IUFM. 2) Réussir le CERPE (fin de première année d’IUFM) Le CERPE comporte trois épreuves d’admissibilité : français, maths, histoire-géographie et sciences expérimentales/technologie, en mineure ou en majeure, au choix. Les épreuves d’admission comprennent un entretien en deux parties, l’une portant sur une étude de dossier, l’autre portant au choix sur les arts visuels, la musique ou la littérature jeunesse. S’ajoutent une épreuve orale de langue vivante étrangère et une épreuve d’éducation physique et sportive. Le CERPE est un concours de recrutement académique. Cela signifie que vous serez affecté comme stagiaire dans l’un des départements de l’académie où vous avez été reçu. 3) Préparer le CAPE (seconde année d’IUFM) Le CERPE en poche, vous suivrez une formation professionnelle (avec stages) rémunérée en IUFM. Cette seconde année est validée par le CAPE et se conclut par votre titularisation dans le département où vous avez été affecté comme stagiaire.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Rigueur, patience, sens de l’écoute, autorité sont autant de qualités nécessaires pour exercer ce métier. Le professeur des écoles possède aussi une solide culture générale doublée d’une bonne résistance physique et nerveuse. Il entretient de bonnes relations avec les élèves mais aussi les autres enseignants et les parents. Enfin, il sait adapter ses méthodes d’enseignement à son public.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Chaque année, le ministère de l’Éducation nationale recrute plus de 10 000 professeurs des écoles dans l’enseignement www.education.gouv.fr public. Mais la concurrence est rude : le nombre de candidats (rubrique Concours, emploi et carrières) : présents les jours des épreuves du CERPE s’élève à plus de 50 000. Des débouchés existent également dans l’enseignement le site du ministère de l’Éducation nationale. catholique où le nombre de postes ouverts avoisinait les 1 400 www.iufm.fr : le site des IUFM. en 2007. Là, la formation se déroule dans un centre de formation www.cfp-France.org : pédagogique (CFP). Après quelques années d’expérience, un le site des centres de formation pédagogique. concours ou un examen, le professeur des écoles peut devenir www.sitecoles.com : enseignant spécialisé, psychologue scolaire ou directeur le site des professionnels de l’enseignement d’école. catholique du premier degré.

ADRESSES UTILES

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 111

PROFESSEUR DES ÉCOLES

SECTEUR ::

INFORMATION, COMMUNICATION, AUDIOVISUEL
a communication s’invite partout : dans les stations de métro, les journaux, à la télévision et même dans nos frigos ! La com’ – pour les intimes – renaît donc de ses cendres et se réinvente après une période creuse provoquée par une conjoncture économique néfaste : “On note un éclatement de la fonction et l’apparition de nouvelles activités, remarque MariePierre Bordet, déléguée générale de l’AACC. La communication de crise, financière ou institutionnelle, s’inscrit par exemple dans cette évolution. Le secteur progresse également dans les campagnes d’utilité publique : vaccination, prévention du cancer, tabagisme passif… Cette tendance, additionnée à l’explosion d’internet et aux nouvelles technologies numériques, crée de réels débouchés. La preuve : de petites agences spécialisées, récemment créées, décrochent rapidement de beaux budgets.” Le journalisme, à l’inverse, affiche un visage maussade. La crise des quotidiens engendre des licenciements massifs. Ainsi, dans la presse écrite, seuls les magazines tirent leur épingle du jeu mais les postes fixes se raréfient. La tendance est aux gratuits et à l’information via internet. Le secteur, particulièrement segmenté, recourt donc aux pigistes, flexibles certes, placés sous un statut précaire. La télévision et la radio, quant à elles, cristallisent la majorité des vocations tout en ne représentant qu’un quart des emplois du secteur. La concurrence est rude et les opportunités se débusquent souvent par le bouche-à-oreille. Derrière la caméra, les techniciens de l’audiovisuel subissent la même loi douloureuse : le statut d’intermittent se normalise. Mieux vaut donc faire preuve de ténacité et disposer d’un bon carnet d’adresses pour aligner les 507 heures de travail requises pour conserver son statut.

L

Les métiers du journalisme, de la communication et de l’audiovisuel suscitent toujours autant de vocations. Conséquence : les offres d’emplois ne suffisent pas à absorber le flot de prétendants. Le tri, ultrasélectif, s’effectue donc en fonction du diplôme validé et… de l’importance du carnet d’adresses.

s de nombre de carte nt : rées en 2007 do déliv , mensualisés ; journalistes , es. nalistes-pigi)st jour IPJ

37 301, presse

La formation pour starter
Dans un milieu qui n’est pas réputé pour ses largesses, mieux vaut partir sur de bonnes bases. La concurrence entre les candidats s’accroît provoquant des exigences toujours plus fortes des recruteurs : le bac+5 (master pro et grandes écoles) devient la norme.

Parallèlement aux formations classiques, les cursus plus atypiques (école de commerce, fac de lettres, sciences politiques) constituent une option parfois (Source : CC payante : “Ces profils sont appréciés car ils apportent des idées et une vision %, différentes. Un souffle novateur en quelque sorte,” confirme Marie-Pierre Bordet. dres dans les ca pourcentage de Dans ce contexte, le contenu du BTS Communication des entreprises est jugé trop mmunication agences de co AACC) (Source théorique. Il s’avère donc indispensable de le compléter par des stages significatifs en agence ou en entreprise, voire par une licence professionnelle, pour optimiser son insertion professionnelle.

• 26 145 • 5 601 75

En audiovisuel, même combat. Les formations sont pléthore, mais leur qualité diffère. Privilégiez les cursus professionnalisants pour acquérir une expérience professionnelle significative et lier de nombreux contacts dans le milieu. A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 113

METIERSÀLALOUPE ::

Chef monteur
i Christine Delerue
epuis dix ans qu’il exerce le métier de chef monteur, Rémi Leru, 31 ans, ne compte plus les documentaires qui ont défilé sous ses yeux… “Je suis le dernier maillon dans la chaîne de production d’un film, qu’il s’agisse d’un documentaire, d’un film institutionnel ou d’une fiction. C’est dans mes mains que le film prend sa forme définitive. La responsabilité n’est donc pas des moindres !” Après avoir tourné ses plans, le réalisateur procède au dérushage (visionnage de l’ensemble de ses séquences) et effectue un premier tri dans ses images. Puis il apporte ses rushes, organisés en séquences et lieux de tournage, au monteur. “On dispose d’environ dix heures de rushes pour monter un film de 52 minutes, explique Rémi. Je dois d’abord les rentrer dans la machine puis les numériser. Il faut compter environ deux jours de travail pour la numérisation car elle se fait en temps réel. Je profite de ces moments pour visionner les images afin de déterminer la matière mise à ma disposition et repérer les plans que je supprimerai.” Ensuite Rémi, en collaboration avec le réalisateur, choisit ses plans et place les séquences bout à bout afin de raconter une histoire et donner vie au film. “Il faut veiller à la cohérence du film, à l’enchaînement des plans et au rythme de l’ensemble. Si le film n’est pas assez rythmé ou s’il n’existe pas assez de diversité dans les plans, le spectateur risque de vite décrocher…”.

D

Place à la liberté artistique
Avec l’avènement du virtuel, la part laissée à la créativité est encore plus importante. “Il est loin le temps du banc de montage linéaire où l’on travaillait avec deux magnétoscopes. À l’époque, on était obligé de monter les séquences dans l’ordre du film. Aujourd’hui, il est tout à fait possible de monter l’introduction en dernier. Et puis on peut faire plus d’essais d’assemblage de plans. Auparavant, c’était beaucoup plus contraignant… Grâce au virtuel, on développe plus grande liberté artistique.” Technicien, le chef monteur est également un créatif. “Mon rôle ne se résume heureusement pas à actionner des boutons. Néanmoins, ma part de créativité dépend beaucoup des relations entretenues avec le réalisateur. Certains ont une idée bien précise de ce qu’ils veulent ; d’autres me laissent davantage de liberté d’action. L’important de mon travail réside également à initier une distance entre les réalisateurs et leurs documentaires : lorsqu’ils insistent pour utiliser un plan, alors que la “magie” au montage n’opère pas, je leur soumets de nouvelles propositions pour les ouvrir sur un autre regard. Il ne faut pas se laisser étouffer par le réalisateur, sinon, on n’apporte rien au film.” Comme la plupart des chefs monteurs, Rémi travaille sur un genre bien particulier : le documentaire. “C’est un milieu assez cloisonné : ceux qui montent de la pub ne montent généralement pas de fictions ou de longs métrages. Après dix ans de documentaires, j’ai très envie de m’aventurer dans le cinéma pour changer un peu de genre ! ”

114 Le Guide des métiers et des compétences

INFORMATION COMMUNICATION AUDIOVISUEL

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après un bac
Le BTS Métiers de l’audiovisuel comporte une option “Montage et post-production”. Mais ce BTS, proposé dans moins de vingt établissements, n’intègre pas forcément l’option “Montage et post-production”. Notons en outre que les effectifs y sont restreints (moins de 15 élèves par classes). Conséquence : l’entrée est très sélective. L’admission s’effectue sur dossier, à partir des notes et appréciations de première et de terminale. Certains établissements prévoient également un entretien avant l’admission définitive pour les candidats présélectionnés sur dossier. Situé à Bruxelles, l’INSAS (Institut national supérieur des arts du spectacle et techniques de diffusion), qui jouit d’une excellente réputation sur le plan international, accueille chaque année des étudiants français. Aucun diplôme de l’enseignement supérieur n’est exigé, mais le concours d’entrée est très sélectif. Il faut compter trois années d’études pour valider le bac “Montage/scripte”. Enfin, certaines écoles privées, comme le CLCF (Conservatoire libre du cinéma français), l’IIIS (Institut international de l’image et du son) ou l’ESRA dispensent une formation spécifique au montage et recrutent les bacheliers sur concours.

Après un bac +2/+3
Plus connue sous la dénomination de “FEMIS”, l’ENSMIS (École nationale des métiers de l’image et du son), dispense l’une des plus prestigieuses formations dans ce domaine. Les études se déroulent sur 39 mois. Pour se présenter au concours d’entrée, il faut être titulaire d’un bac +2 minimum et âgé de moins de 27 ans. Il est impossible de se présenter plus de trois fois au concours. Vous devez choisir l’option montage dès votre inscription au concours qui se déroule en trois étapes : la pré-admissibilité en mars-avril, l’admissibilité en juin et l’admission en juillet. Une fois encore, l’accès est très difficile : Restez motivé !

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Métier de l’ombre par excellence, le monteur doit allier connaissances techniques et sensibilité artistique. Son sens de l’observation, sa mémoire visuelle et auditive, son souci du détail et son organisation en font un excellent professionnel. Humainement, il doit souvent savoir faire preuve de diplomatie et de patience avec ses partenaires réalisateurs.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le secteur de l’audiovisuel n’est pas réputé pour être pourvoyeur d’emploi, ce quelles que soient les époques. Et ce ne sont pas les années à venir qui changeront la donne ! Les monteurs sont très rarement salariés (excepté dans certaines chaînes de télévision publiques, comme France 3). Comme tous les intermittents du spectacle, ils courent d’un contrat à l’autre. Tout se fait par relations. Il est donc essentiel de se constituer un bon carnet d’adresses afin de s’assurer une activité raisonnable.

ADRESSE UTILE
INA (Institut national de l’audiovisuel) 4, avenue de l’Europe 94366 Bry-sur-Marne cedex Tél.: 01.49. 83.20.00 Site : www.ina.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 115

CHEF MONTEUR

METIERSÀLALOUPE ::

i Christine Delerue

Attaché de presse
nterlocuteur privilégié des journalistes, l'attaché(e) de presse est partout et dans tous les domaines ! Un métier subtil désormais indispensable, qui exige un bon niveau d'études et un goût prononcé pour le contact. “Le métier d'attaché de presse est assez diversifié et polyvalent.” Pour Nathalie Dauphin, attachée de presse depuis huit ans chez PFC Vidéo, l’évolution de la profession ne fait aucun doute ! Après avoir longtemps renvoyé l'image superficielle de "mondains" nourris de strass et de paillettes, les attachés de presse repositionnent leur métier et en revendiquent la variété. Car aujourd'hui, être attaché de presse ne se limite plus seulement à faire des relations presse, le champ d'action s'étant considérablement élargi… “À chaque sortie de film, c'est une nouvelle aventure qui commence ! Six mois avant, je dois commencer à réfléchir au budget nécessaire à la communication (dossiers de presse, organisation de soirées…) et aux médias que je souhaite toucher. Mais parallèlement, je dois travailler sur d'éventuels partenariats et jeux-concours avec les médias, voir si je peux disposer de costumes et contacter les points de vente pour organiser des expositions, me tenir informée des disponibilités des équipes de tournage afin d’organiser des séances de dédicaces et des interviews, etc… C'est l'extrême variété de ces tâches qui crée la richesse et l'intérêt de ce métier.”

I

intégrés en société, nous avons la chance, en bureau de presse, de gérer plusieurs marques. Naturellement, chacune a sa philosophie, ce qui nous permet d'avoir à chaque fois des idées différentes. C'est très stimulant !” Cependant, même si le métier fait l'objet de mutations, il n'en reste pas moins que l'enjeu consiste toujours à instaurer une relation de confiance avec les médias. Relation qui se paie au prix d'informations justes et précises. “Mon objectif principal est l'efficacité. Si je veux instaurer une relation de confiance avec les journalistes, je dois pouvoir répondre à leurs questions et à leurs attentes le plus justement et le plus rapidement possible !”

"Dans les relations presse, les résultats sont impalpables"
Commercial, le métier est loin de l'être, même si le but premier de l'attaché de presse est de faire parler le plus possible de son produit dans les médias, sans qu'aucun objectif quantitatif ou qualitatif n'entre en jeu. C'est une règle d'or que Nicole Hollington, attachée de presse freelance spécialisée dans la chanson, le théâtre et l'humour, se targue de respecter. “Après avoir travaillé au sein de la maison de disques Pathé-Marconi et m'être occupée de stars comme Tina Turner, Manu Dibango ou Céline Dion, j'ai choisi l'indépendance. Ce statut, même s'il n'est pas des plus évidents, me permet aujourd'hui de sélectionner les budgets sur lesquels j'ai vraiment envie de travailler. Je m'arroge donc le droit de refuser certains artistes, tout comme je refuse qu’on me fixe des objectifs. Si d'entrée de jeu, on me demande de décrocher une page dans Le Monde ou dans Libération, cela ne m'intéresse pas ! Je m'engage à faire le maximum, mais je ne maîtrise pas le résultat !”

“Bonnes relations = bons papiers !”
Pour Ludmilla, attachée de presse dans le bureau de presse Virginie de Kernavanois, c'est la diversité des marques sur lesquelles elle travaille qui procure le sel de son métier. “Contrairement aux attachés de presse

116 Le Guide des métiers et des compétences

INFORMATION COMMUNICATION AUDIOVISUEL

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Le DUT Information-Communication option “Communication d‘entreprise” et le BTS Communication des entreprises sont les diplômes de niveau bac+2 qui mènent aux métiers de la communication. Ouvertes à tous les bacheliers, ces formations recrutent sur dossier scolaire. Bien qu'à finalité professionnelle, elles peuvent cependant servir de tremplin pour poursuivre des études à l'université ou en école spécialisée. L'EFAP (École française des attachés de presse), véritable référence en matière de communication, accueille les bacheliers de série S pour un parcours de quatre ans. L'admission s’effectue sur concours.

Après un bac+2
À l'université, les licences ou M1 consacrées à l’information-communication sont légion. L'objectif de ces formations est avant tout d'étoffer la culture générale et de permettre l’acquisition de méthodes de travail et de réflexion. Les IUP (Instituts universitaires professionnalisés) ouvrent également leurs portes aux titulaires d'un bac+2 pour un parcours en trois ans largement axé sur la pratique. De leur côté, la plupart des écoles spécialisées recrutent à bac+2 sur dossier ou sur concours (EFAP). Dispensées à l'université, les formations du Celsa sont de sérieuses références pour les employeurs en matière de communication. Mais pour décrocher le diplôme, mieux vaut être tenace et travailleur, l'admission s’effectue sur concours à partir d’un bac+2.

Après un bac+3
En deux ans, le master professionnel offre aux diplômés une spécialisation en communication. L’EFAP, par exemple, propose un master européen Communication et management d’événements aux titulaires d’un diplôme de 1er cycle. Le Celsa n’est pas en reste, avec les masters professionnels Communication des entreprises et des organisations internationales ou Communication des institutions publiques.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Véritable relais entre l'entreprise et le journaliste, l'attaché de presse joue un rôle clé dans la diffusion de l'information. Impossible donc d'imaginer embrasser la profession sans une certaine aisance, de solides qualités relationnelles (sens de l'écoute, disponibilité, rapidité et réactivité) mais également rédactionnelles (esprit de synthèse, d'analyse, bonne culture générale). Ces compétences sont essentielles pour élaborer les dossiers de presse et autres communiqués qui serviront à relayer l'information auprès des médias.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Après avoir connu un passage à vide au début des années 90, le secteur se porte plutôt mieux. Une étude récente nous informe des recrutements des entreprises pour leur service de presse et de l’optimisme des agences. Le développement d'Internet et des chaînes câblées n'est pas étranger à cette tendance.

ADRESSES UTILES
Syndicat national des attachés de presse professionnels et des conseillers en relations publiques (SYNAP) 56, rue Poussin - 75016 Paris Tél. : 01 47 43 00 44 Site : www.synap.org Information Presse et Communication 9, rue Duras, - 75008 Paris Tél. : 01 42 65 08 03

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 117

ATTACHÉ DE PRESSE

METIERSÀLALOUPE ::

En partenariat avec :

Journaliste
i Christine Delerue
resse écrite, radio, télévision, internet… le journaliste évolue aujourd’hui entre différents médias. Toutefois sa mission demeure la même : recueillir des informations, les vérifier, les trier puis les rendre accessibles au public. Le journaliste peut exercer sous deux statuts distincts : salarié au sein d’une rédaction ou pigiste. Dans ce deuxième cas, il est indépendant, travaille généralement à son domicile et collabore avec plusieurs supports qui le rémunèrent à la “pige” (une sorte de forfait établi pour une somme de travail donnée). Un statut qui offre plus de liberté, mais expose aussi davantage à l’insécurité financière. Cependant, qu’il exerce comme salarié ou comme pigiste, les méthodes de travail du journaliste ne diffèrent pas.

P

les dossiers de presse, qui m’informent régulièrement de leur actualité.” Les journalistes sont également conviés aux conférences de presse organisées par les sociétés ou institutions qui souhaitent présenter un produit ou un événement, “J’en ai environ trois par semaine. C’est l’occasion de rencontrer d’autres journalistes et d’avoir une idée des informations qu’eux-mêmes traitent. En beauté, les conférences de presse donnent généralement la parole à un intervenant extérieur de type médecin, dermatologue ou encore parfumeur, qui apporte des informations non fournies par le dossier de presse. Ce moment est aussi celui de bien des interviews.”

Opération brainstorming
Selon la périodicité du support (quotidien, hebdomadaire, mensuel…), les journalistes et rédacteur en chef se réunissent pour une conférence de rédaction afin de définir les sujets à traiter. “Je me rends à la rédaction une fois par mois pour une réunion avec ma chef de rubrique et ma rédactrice en chef. J’expose mes idées, elles les leurs et nous décidons ensemble des futurs sujets traités.” Dès, lors, Pauline peut entrer en phase de rédaction. “Je vérifie mes infos, organise mes idées et la structure de mon papier, prends des contacts et réalise des interviews. Dès que tous les éléments nécessaires sont rassemblés, je rédige mes articles...” dans l’unique souci d’informer le grand public.

Aller chercher l’information
Pauline Castellani est depuis deux ans pigiste régulière pour la rubrique beauté du mensuel Modes et travaux. “J’ai mes pages attitrées tous les mois. Entre les news et l’enquête, je sais que j’aurai au total entre six et huit pages à ma charge.” À elle d’aller chercher l’information la plus pertinente et de proposer des sujets à sa hiérarchie. Pour ce faire, elle s’est constitué un solide réseau d’information. “À mes débuts, je ne bénéficiais d’aucun contact. J’ai donc téléphoné à toutes les marques que je connaissais pour apparaître sur leurs fichiers. Depuis, je reçois

118 Le Guide des métiers et des compétences

INFORMATION COMMUNICATION AUDIOVISUEL

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Actuellement douze écoles sont reconnues par les professionnels du journalisme. L’accès reste difficile puisque chacune n’intègre qu’une quarantaine de nouveaux étudiants chaque année.

Après un bac
Après le bac ou un bac+1, vous pouvez tenter d’intégrer l’IUT de Tours, Bordeaux ou Lannion qui dispensent tous trois un DUT de journalisme reconnu par la profession. Pour maintenir leur excellente réputation, ils se montrent à l’entrée très exigeants, sélectionnant les candidats sur dossier (notes, lettre de motivation, expérience) et épreuves. L’enseignement se répartit pour moitié en cours théoriques, pour moitié en travaux pratiques. Les élèves doivent réaliser un premier stage pendant l’été suivant leur première année d’études en presse écrite locale ou en secrétariat de rédaction, et un second de décembre à avril au cours de la seconde année, dans le média de leur choix. Il existe également quelques formations privées que vous pouvez intégrer post-bac. C’est le cas, par exemple, de l’EFJ, de l’Institut des médias, ou encore de l’ITAIM.

Après un bac+2
L’IUT de Tours propose une Licence professionnelle d’un an Activités et techniques de communication spécialité “Journalisme” et l’IUT de Lannion une Licence professionnelle dédiée à l’animation et la gestion d’une équipe rédactionnelle. C’est également à ce niveau d’études que les concours des grandes écoles réputées sont désormais accessibles : CFJ (Centre de formation et de perfectionnement des journalistes), ESJ (École supérieure de journalisme), l'IPJ (Institut pratique de journalisme), l'ESJ de Lille, l’EJT (École de journalisme de Toulouse)…

Après un bac+3
Deux formations reconnues par la profession sont accessibles aux bacs+3 : le master professionnel Information, communication et nouvelles technologies option “Journalisme” de l’EJCM (École de journalisme et de communication de Marseille) et le master professionnel de journalisme de l’IFP (Institut français de presse). Les grandes écoles, telles – entre autres – le CELSA (École des hautes études en sciences de l’information et de la communication) ou le CUEJ (Centre universitaire d’enseignement du journalisme) ouvrent également les portes de leur concours à ce niveau d’études. Avis aux amateurs de sélections… ultra sélectives !

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Pour devenir journaliste, une bonne culture générale de base s'impose. Il faut également développer des qualités d'expression écrite et orale, un esprit créatif, une curiosité intellectuelle (toujours en éveil) ainsi qu’un esprit d'analyse et de synthèse. La rigueur et l'exactitude doivent aller de pair avec beaucoup de dynamisme.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
De manière générale, le journalisme n’est pas le secteur le plus porteur d’emplois. Cela est d’autant plus vrai que depuis quelques années les annonces de licenciements se multiplient. Les postes salariés sont rares, et il faut généralement en passer par des années de piges pour trouver un poste stable, ce quel que soit le média. Inutile de chercher des petites annonces, elles sont quasi inexistantes. Tout se fait par relation !

OÙ SE FORMER ?
ISCPA Institut des médias (Institut supérieur de la communication, de la presse et de l’audiovisuel) 12, rue Alexandre Parodi 75010 Paris Tél. : 01 40 03 15 56 Site : www.iscpa-paris.com

ADRESSES UTILES
Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels 221, rue La Fayette - 75010 Paris Tél. : 01 40 34 17 17 Site : www.ccijp.net Syndicat national des journalistes 33, rue du Louvre - 75002 Paris Tél. : 01 42 36 84 23 Site : www.snj.fr Infos études et métiers : www.e-orientations.com 119

JOURNALISTE

METIERSÀLALOUPE ::

En partenariat avec :

Secrétaire de rédaction
i Alice Odin
lacé sous l'autorité directe du rédacteur en chef, le secrétaire de rédaction, plus communément appelé “SR”, est responsable de la réalisation d'un journal, de la préparation des documents rédactionnels jusqu'à la correction des épreuves.

P

Minutie et diplomatie de rigueur
Ce métier se caractérise par sa diversité et sa complexité. "Le rôle du SR est d'assurer la cohérence rédactionnelle du magazine, explique Liliane Laurent, secrétaire de rédaction du magazine féminin “Bien dans ma vie”. “En période de réalisation, je commence par établir un chemin de fer (plan d'ensemble d'une publication indiquant page par page l'emplacement et la taille des articles et des publicités, NDLR). Cette opération s’avère souvent délicate : il faut concilier les impératifs du service publicité et ceux de la rédaction avec un maximum de diplomatie (rires). Il m’arrive ainsi de construire neuf à dix versions d'un même chemin de fer durant le mois de fabrication du magazine car les pages de publicité sont achetées au fur et à mesure par les annonceurs.” Cette patience et cette minutie s’appliquent ensuite à la relecture et à la correction des épreuves transmises par le rédacteur en chef après validation de l'angle et du contenu de l'article. "Ma fonction consiste alors à éradiquer les fautes d'orthographe, à calibrer le texte en fonction de la future maquette, mais également à vérifier les informations. Par exemple, lorsqu'un rédacteur évoque un voyage, je vérifie auprès du tour operator que

celui-ci aura bien lieu de telle à telle date au prix indiqué. De même pour les adresses et les numéros de téléphone. Sur le plan purement rédactionnel, Liliane procède souvent à un rewriting systématique des textes mal rédigés : “ Mais attention : le SR n'a rien d'un rédacteur frustré qui prend plaisir à ajouter son grain de sel dans les articles des journalistes ! D’ailleurs nos lecteurs n’hésitent pas à nous faire part de leur mécontentement lorsqu’ils décèlent une erreur dans le magazine.”

Un travail d'équipe !
Correcteur, rewriter (…), le secrétaire de rédaction organise également le travail de toute l'équipe technique. En effet, à l'activité de relecture succède celle de la mise en page du texte définitif. “Je transmets les articles aux maquettistes pour qu’ils effectuent le montage. Ensuite, je récupère les épreuves pour couper l'excédent de texte ou au contraire l’“épaissir”. Dans ce dernier cas de figure, j’effectue un travail de recherche pour ajouter des informations cohérentes.” Il faut ensuite vérifier l’adéquation des photos avec le texte et l’exactitude des intitulés. Ce parcours du combattant nécessite une disponibilité totale en période de bouclage (on appelle ainsi la date de rendu des textes). Ajoutons qu’un SR employé par un quotidien travaille forcément en horaires décalés : sa journée commence alors vers 16 heures pour s'achever aux alentours de minuit. Si cette profession vous séduit, mieux vaut toutefois vous préparer à ne pas compter votre temps car les heures supplémentaires s’accumulent vite et le stress y est omniprésent…

120 Le Guide des métiers et des compétences

INFORMATION COMMUNICATION AUDIOVISUEL

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Il n'existe pas de formation spécifique au métier de secrétaire de rédaction. Cap donc sur les écoles de journalisme ou les études universitaires (littéraires, juridiques, en sciences humaines, communication ou sciences de l'information) complétées par une spécialisation. Seules douze écoles de journalisme sont actuellement reconnues par la convention collective de la profession (l’IFP, le CFJ, l'IPJ et le CELSA à Paris; l'ESJ de Lille; le CUEJ à Strasbourg; l'EJCM à Marseille; l'EJT à Toulouse; l’IJBA à Bordeaux, l’ICM à Grenoble et les IUT de Lannion, Tours). Mais attention : leur accès est réputé difficile. On vous aura prévenu ! La plupart des établissements recrutent, en théorie, à partir de la L2. Mais, dans les faits, les bac+4 (et plus) sont à l’honneur ! Les épreuves d'admissibilité portent sur la connaissance de l'actualité, la culture générale, la maîtrise de la langue française mais également des langues étrangères. L‘admission, quant à elle, dépend des résultats obtenus à l’épreuve de réflexion basée sur un thème d'actualité et à l’oral professionnel réalisé en présence de journalistes. Notons également que quelques écoles de communication proposent des cursus professionnalisants particulièrement adaptés aux exigences du métier de secrétaire de rédaction. Ces formations en trois ans post-bac assurent aux étudiants une opérationnalité immédiate dès la validation de leur diplôme ou de leur titre. Autre piste ? Si vous disposez d’un bagage culturel suffisant et d'une excellente maîtrise de la langue française, commencez par postuler pour des stages au sein des rédactions. Ce métier s'apprend en effet souvent sur le tas.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Première qualité : développer une parfaite maîtrise de la langue française (grammaire-orthographe) ainsi qu'une solide culture générale. Le secrétaire de rédaction est en effet amené à revoir des textes portant sur des sujets très variés. Seconde qualité : s’assurer un bon relationnel dans une profession où le travail en équipe conduit à endosser une position d'intermédiaire parfois inconfortable. Plus encore : le SR passe aujourd’hui ès maître en techniques de mise en pages, d'imprimerie, de typographie, voire de graphisme (maîtrise conseillée de Photoshop et d'Xpress). Il sait enfin faire preuve de rigueur, de réactivité et d’organisation pour pallier les nombreux impondérables quotidiens.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
La presse écrite connaît actuellement des difficultés provoquées par des restructurations importantes, mais, bonne nouvelle, les postes de secrétaire de rédaction représentent environ 15 % des offres d'emploi de journaliste proposées chaque année. Il s’agit aujourd’hui du métier le plus porteur de la presse écrite. Les débuts sont toujours laborieux, mais un bon SR s’assure rapidement un CDI dans un monde réputé d’ordinaire pour la précarité de ses contrats.

OÙ SE FORMER ?
ISCPA Institut des médias (Institut supérieur de la communication, de la presse et de l’audiovisuel) 12, rue Alexandre Parodi 75010 Paris Tél. : 01 40 03 15 56 Site : www.iscpa-paris.com

ADRESSES UTILES
FNPF (Fédération nationale de la presse française) 13, rue La Fayette 75009 Paris Tél. : 01 53 20 90 50 Site : www.portail-presse.com SNJ (Syndicat national des journalistes) 33, rue du Louvre - 75002 Paris Tél. : 01 42 36 84 23 Site : www.snj.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 121

SECRÉTAIRE DE RÉDACTION

SECTEUR ::

INFORMATIQUE, MULTIMÉDIA, INTERNET
ujourd’hui, impossible de communiquer ou de vendre sans dispositif technologique : Internet conquiert la planète, la téléphonie mobile offrent toujours plus de services, le e-commerce connaît une croissance à deux chiffres dans les pays industrialisés et les TIC deviennent des outils incontournables pour les entreprises. Les informaticiens relèvent donc tous les défis : structuration de réseaux, veille des transactions, interopérabilité des systèmes à assurer… Signe de la bonne santé du secteur, les recrutements progressent et certains profils deviennent même des denrées rares. “Depuis 2004-2005, la croissance a repris et touche tous les secteurs, confirme Anne Vaisbroit, déléguée aux affaires sociales chez Syntec-informatique. Le conseil, l’ingénierie, l’infogérance, les logiciels affichent une progression constante. Et les emplois suivent. Les créations de postes se multiplient et les entreprises prévoient encore d’intensifier leurs recrutements en 2008.” Actuellement, 65 % des entrepreneurs déclarent rencontrer des difficultés de recrutement. La demande explose et se concentre particulièrement sur les développeurs produits, les commerciaux, mais aussi sur les consultants de SSII. Pour résoudre ce problème, les entreprises misent sur des politiques d’attraction et de fidélisation des compétences. Cibles visées : les jeunes diplômés, les talents étrangers et les... femmes, encore minoritaires dans le secteur, mais toujours plus appréciées pour leurs qualités d’organisation, leur diplomatie et leur sens commercial.

A

On embauche dans l’informatique ! Mais rien de comparable avec le vent de folie soufflant sur le début du millénaire. Échaudés par l’éclatement de la bulle Internet, les recruteurs avancent désormais avec prudence et appuient leur développement sur des bases solides.

… cherche bac+5 désespérément…
Pas de secret : les informaticiens de demain évoluent aujourd’hui dans les écoles d’ingénieurs. Les recruteurs l’ont bien compris et n’hésitent pas à draguer les élèves %, avant même la validation de leur titre ! Attention donc au chant des sirènes : un du secteur parcours bien mené reste le seul atout pour accéder aux meilleures places. de croissance taux 07

+ 6,7 70

20 informatique en %, giciels et issement en lo part de l’invest , le secteur par l’industrie services généré secteur public financier et le

L’ouverture sur l’international débouche également sur des perspectives de carrière impressionnantes. Les étudiants et les élèves des écoles spécialisées doivent donc cumuler les stages à l’étranger ou suivre une année de formation hors de nos frontières pour valider une expérience significative susceptible de %, retenir l’attention des recruteurs les plus exigeants ! De même, une double dans le PME installées formation constitue une spécificité très appréciée chez les jeunes diplômés : pourcentage de informatique paysage finance, commerce, marketing… vous n’aurez que l’embarras du choix ! Enfin, dans : BCE (Source un secteur où 50 % des embauches concernent les bac+5, choisir une filière courte ue de détail – Rapport Banq européenne Commission ) s’avère souvent judicieux : “Certaines sociétés préfèrent engager des bac+2. Ensuite, 2006 elles les forment elles-mêmes à la technique et à leur culture d’entreprise. Une manière de pallier la pénurie de talents,…” conclut Anne Vaisbroit.

80

A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 123

METIERSÀLALOUPE ::

Administrateur de base de données
i Alice Odin
dresses clients, tarifs, statistiques, fonds documentaires… Les entreprises gèrent aujourd’hui des volumes importants d’information nécessaires à leur exploitation quotidienne. Les bases, lieux de gestion informatisée des données, favorisent le travail de chaque collaborateur. Au coeur du process, l’administrateur se définit donc comme le garant du bon fonctionnement des informations de l’entreprise. Directeur informatique chez Scancoupon, société spécialisée dans le traitement des coupons de réduction, Yves Dejean maîtrise parfaitement la base de données Oracle. Et pour cause : il en a réalisé l’audit. Aujourd’hui encore, il intervient régulièrement en cas de… petites crises. “Chez Scancoupon, la base de données héberge tous les bons de réduction traités. Je suis capable de vous dire à quelle heure tel bon fut scanné, par qui, à quel industriel il appartient, quel est son jour de référencement… Toutes ces informations représentent un volume impressionnant de données puisque 150 millions de bons de réduction sont en ligne dans notre base “vieille”, déjà de plus de cinq ans.”

A

donc s’opérer dans les plus brefs délais. Deux, trois secondes… c’est déjà trop ! Il existe des modes d’optimisation qui nous aident à paramétrer la base de données pour qu’elle réagisse plus vite : il faut définir sa taille pour limiter sa fragmentation sur le disque et surtout déterminer précisément les index qui permettront d’effectuer les recherches. Le résultat s’avère parfois catastrophique lorsque le travail est mal réalisé. Pensez qu’une requête peut nécessiter quatre heures d’attente si l’index reste introuvable !”

De lourdes responsabilités
Au quotidien, l’administrateur n’accumule pas les heures supplémentaires de travail. Néanmoins, il sacrifie parfois quelques week-ends lorsque certaines manipulations l’exigent. “Lors des mises à jour, il faut migrer l’ensemble du logiciel. Le volume des données est tellement important qu’on doit limiter au maximum les risques et exécuter cette tâche en une semaine. Comment ? En définissant un plan d’action précis, rigueur oblige ! Le lundi matin à 8 heures, tout doit être opérationnel. Il ne s’agit pas de rater la sauvegarde !” L’opération, extrêmement délicate, fait peser de lourdes responsabilités sur les épaules de l’administrateur de base de données : “Si vos sauvegardes sont incorrectes et que vous provoquez la moindre faille dans les données, vous perdez tout. J’ai connu des sociétés qui ont mis la clé sous la porte à cause de cette erreur…” En toute logique, l’administrateur appartient à ces “hommes qui comptent”. Et Yves Dejean de confirmer : “Les entreprises sont aujourd’hui conscientes de notre rôle dans le bon fonctionnement de leur activité. Elles n’hésitent donc plus à nous choyer ! C’est une attention à laquelle je ne reste pas insensible !” (rires).

Une vigilance quotidienne
Gérer autant d’informations requiert une grande rigueur. “La centralisation des données dans une base permet d’éviter toute perte d’informations. L’une de mes missions consiste donc à les sauvegarder au moment même où la base poursuit son évolution. En cas de problème, il faut pouvoir récupérer toutes les données antérieures au bug.” Le rôle de l’administrateur s’inscrit également dans la performance : “La production à flux tendu repose sur la maximisation des rendements et doit

124 Le Guide des métiers et des compétences

INFORMATIQUE MULTIMÉDIA INTERNET

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Le métier requiert des connaissances et un niveau de formation élevés. Une formation courte ne peut donc s’envisager que si elle est complétée par un diplôme spécialisé. Pourquoi ? Uniquement parce que les recruteurs misent aujourd’hui sur des profils de niveau bac+4/+5 particulièrement expérimentés en matière d’environnement informatique d’application.

Après le bac ADMINISTRATEUR DE BASES DE DONNÉES
Vous souhaitez vous orienter vers une formation professionnalisante ? Cap donc sur le BTS Informatique de gestion ou le DUT Informatique. Autre possibilité : le DEUST Informatique d'organisation et systèmes d'information. Les amateurs de cycles de trois ans se dirigent, quant à eux, naturellement vers la licence Sciences et technologies mention “Modalisation mathématique, informatique et application” ou toute licence spécialisée dans les mathématiques et/ou l’informatique. Certaines écoles d’ingénieurs spécialisées en informatique ouvrent également leurs portes aux bacheliers et proposent des programmes complets reposant sur une adéquation parfaite entre enseignement et besoins des entreprises.

Après un bac+2
Compléter sa formation en suivant une spécialisation d’un an en L3 ou en licence professionnelle ? Pourquoi pas ! Surtout lorsqu’elles permettent d’acquérir de réelles compétences en matière d’informatique et de logiciel. Certaines écoles délivrent également des certificats spécialisés, notamment en administration de base de données Oracle. Durée de la formation : un an. Votre projet professionnel vous oriente vers des études plus longues ? Intégrez alors une école d’ingénieurs spécialisée en informatique pour valider un cursus de niveau bac+4/+5. Les admissions parallèles vous tendent les bras !

Après un bac+3
Masters, Mastère spécialisé… Bien des diplômes se positionnent sur la filière “Administration de base de données”. Quelques exemples ? Les Mastères spécialisés Base de données et intégration des systèmes, Management des systèmes d’information et des technologies, Stratégie et management des systèmes d’information…

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Sur le plan technique, l’administrateur de base de données maîtrise parfaitement le système de gestion, son langage spécifique et les autres logiciels annexes à son activité. Comme tout informaticien, il actualise régulièrement ses connaissances pour évoluer au rythme du progrès informatique. Sur un plan plus personnel, l’administrateur développe une multitude de qualités : rigueur, esprit de synthèse, méthode, sens de l’analyse, réactivité, capacités d’écoute et de communication… Vous avez dit “multicompétent” ?

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Rares sont aujourd’hui les entreprises utilisant des logiciels informatiques qui ne s’appuient pas sur des bases de données. Les jeunes diplômés s’ouvrent donc un avenir radieux. Un conseil ? Les offres d’emploi se dénichent principalement au cœur des pages de la presse informatique, dans les salons de recrutement ou les sites spécialisés. Notons enfin qu’une grande partie d’entre elles se concentrent dans le secteur des services (sociétés de services, banques, assurances, commerces, administrations…).

ADRESSE UTILE
Syntec Informatique 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tél. : 01 44 30 49 70 Site : www.syntec-informatique.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 125

METIERSÀLALOUPE ::

Architecte des systèmes d’information
i Alice Odin

À

l’instar des villes, qui font couramment appel à des architectes pour étudier le plan d’occupation des sols et construire de nouveaux logements ou des bâtiments publics, la direction informatique des entreprises a recours à l’architecte des systèmes d’information (ASI) pour renouveler ses technologies et ses applications...

architecte dans le bâtiment, il s’enquiert des technologies disponibles auprès d’experts et de fournisseurs et il détermine ensuite un plan de développement et d’intégration. Enfin, il assure le suivi de la réalisation, apporte des modifications au besoin, et vérifie la cohésion de l’ensemble du système.

L’homme clé du système d’information
Son rôle consiste en effet à garantir l’évolution cohérente du système d’information (c’est-à-dire de l’ensemble des ressources, données, procédures, matériels ou logiciels qui permettent d'acquérir, de stocker et de communiquer les informations), dans le respect des objectifs définis par chaque société en fonction de son domaine d’activité. “Concrètement, explique François Daumesnil, ASI chez Siemens, j’ai pour fonction de centraliser les discussions techniques entre les différents départements : électronique, mécanique et logiciels, pour aboutir à un système complet. Pour prendre l’exemple des GPS sur lesquels je travaille actuellement, je dois faire la liaison entre les techniciens qui s’occupent de la mécanique et donc de l’intégration du module dans la voiture, les informaticiens qui développent les logiciels qui seront utilisés par les futurs usagers et les ingénieurs responsables de la partie électronique. Tous ces secteurs ont des besoins spécifiques et différents et il m’incombe de déterminer quelles concessions accorder et quelles orientations donner tout en respectant les contraintes du client”. Pour ce faire, l’architecte des systèmes d’information commence par identifier les systèmes d’exploitation, le matériel et les applications déjà existants. Comme un

Un gardien du temple soumis à la pression
L'analogie avec son homologue bâtisseur ne s'arrête pas là : l’ASI doit lui aussi savoir traduire en termes simples les contraintes techniques et financières qu'impliquent les demandes de ses interlocuteurs : “En début de projet, j’essaie surtout de comprendre et de répondre aux besoins du client, confirme François Daumesnil, puis, au fil de son évolution, j’affine ma première analyse en m’adaptant aux difficultés imprévues qui peuvent survenir ou aux changements demandés. Quand ils sont envisageables…” Ce métier comporte en effet une dimension humaine non négligeable. En raison des enjeux, de lourdes responsabilités pèsent sur les épaules de l'ASI, qui fait souvent partie des premières personnes incriminées en cas d'échec : “Mieux vaut avoir une bonne résistance au stress car la pression est assez forte en cas de problème ou de corrections rapides à apporter. Et comme l’ASI sert d’intermédiaire, il est forcément en première ligne en cas de mécontentement de part ou d’autre !” Ce qui explique également qu’un jeune diplômé ne puisse accéder immédiatement à ce poste, qui nécessite une formation sur le terrain et une expérience poussée du management et des différentes technologies de l’entreprise.

126 Le Guide des métiers et des compétences

INFORMATIQUE MULTIMÉDIA INTERNET

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Une formation de haut niveau est requise pour exercer ce métier et les architectes des systèmes d’information sont généralement titulaires d’un bac+5 ou d’un diplôme d’ingénieur. Cependant, n’espérez pas devenir ASI dès votre formation achevée, il vous faudra encore compléter votre parcours par quelques années d’expérience, notamment en tant que chef de projet, pour peaufiner votre expertise technique.

À l’université ARCHITECTE DES SYSTÈMES D’INFORMATION
Les masters prolifèrent actuellement dans cette spécialité : citons notamment l’excellent master MIAGE, spécialité “Systèmes d'information multimédia et internet” de l’université de Picardie, celui en “Architecture des systèmes d’information et de communication” (ASIC) des universités de Toulouse-I et III ou encore le master “Architecture des systèmes d'information en réseau” (ASIR) de l’université de Bretagne-Sud.

En école
Les écoles recrutent principalement leurs candidats sur dossier, épreuve QCM et entretien directement après un bac S ou STI. Ensuite ? Cap sur cinq années d’études avant de valider votre titre d’ingénieur. D’autres proposent des spécialisations en M2 en architecture des systèmes ou en informatique et réseaux pour former des professionnels capables de concevoir et gérer les systèmes d’information.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Attention : ouverture d’esprit de rigueur ! Certes l’ASI doit avoir une excellente connaissance du fonctionnement de l'entreprise, des métiers et des flux mais sa qualité d’écoute est primordiale, il doit savoir accepter des propositions qui ne vont pas toujours dans son sens et doubler ce pragmatisme d’un esprit rigoureux et synthétique. Il lui faut aussi bénéficier de facilités à se former pour s'adapter rapidement aux évolutions technologiques. Sachez également qu’un bon niveau à la fois en informatique et en électronique constitue un plus.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Les systèmes d'information se complexifient chaque jour davantage. D'où l'importance des ASI dont la vision structurée de l'ensemble permet d'éviter des dérapages en termes d'architectures et de technologies. Bref, la construction de l'architecture du système débouche aujourd’hui sur des postes clefs dont les profils sont actuellement très recherchés.

ADRESSE UTILE
Club Urba-EA c/ORESYS 48, rue de Londres 75008 Paris Tél. : 01 42 93 40 38 Site : www.urba-ea.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 127

METIERSÀLALOUPE ::

Chef de projet informatique
i Christine Delerue
éclencheur et moteur de tout le processus de conception d’un projet, ce spécialiste de l’informatique s’inscrit dans la plus haute polyvalence : encadrement d’équipes, modélisation de solutions, relations client… Un métier multiple que Gwendal Daron, chef de projet informatique chez Unilog, nous dévoile : “J’ai débuté dans cette entreprise en tant qu’ingénieur d’étude et développement avant d’accéder au poste d’analyste puis de chef de projet. Cette expérience professionnelle progressive est essentielle car elle ouvre sur différents domaines de compétences inhérents à l’entreprise. Ces étapes successives permettent ainsi de mieux analyser les problèmes et les envies que peuvent rencontrer les clients. Un chef de projet sait donc écouter et proposer les solutions les plus adaptées aux besoins de la clientèle.” Les demandes sont souvent multiples : “Il peut s’agir d’entreprises souhaitant adopter une nouvelle application informatique, ou désireuses de former un certain nombre de ses salariés à un outil informatique précis.”

D

variations du projet. Car le processus de formalisation génère souvent de nouvelles idées : il faut ainsi savoir évoluer au rythme des besoins progressifs de la clientèle.” Gwendal occupe une position centrale en terme relationnel : en contact permanent avec son équipe, il entretient également d’étroites relations avec ses clients afin de les informer régulièrement de l’avancement du projet. “Notre métier évolue progressivement… Auparavant, je me déplaçais souvent chez le client pour m’entretenir avec lui. Aujourd’hui, les outils multimédia et les plateformes collaboratrices optimisent l’échange des documents. Les distances s’abolissent pour ouvrir sur de nouvelles possibilités opérationnelles inexistantes auparavant.”

De la disponibilité avant tout
Gwendal, comme tout chef de projet informatique, n’est jamais assigné à une tâche précise : son aptitude à globaliser un processus de réalisation est essentiel à son niveau. “Sur le planning, mes fonctions se définissent sous la terminologie unique de ‘pilotage’. Un chef de projet peut donc organiser son travail en fonction de ses affinités et de ses motivations. Certains préfèrent le relationnel, d’autres la gestion ou les technologies.” Seul mot d’ordre : la disponibilité ! “Il arrive souvent que je gère plusieurs impératifs simultanément. Dans ces cas précis, il faut opérer des choix rapides pour maintenir le process. Savoir s’adapter à toute situation - intellectuelle, relationnelle, manageuriale ou technologique reste déterminant pour réussir dans ce métier riche en rebondissements ! ”

Respecter les délais
Lorsqu’un projet est enfin défini, Gwendal doit en assurer le suivi : respect des coûts, du planning, des délais, du cahier des charges et des contraintes techniques. Plus encore : “Le chef de projet est responsable de sa mission et de l’équipe participante. Il encadre les intervenants, leur assigne un certain nombre de tâches et s’assure de leur réalisation. Il doit également respecter les budgets impartis et faire preuve d’adaptation aux différentes

128 Le Guide des métiers et des compétences

INFORMATIQUE MULTIMÉDIA INTERNET

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Devenir chef de projet suppose de s’acquitter au préalable d’un cursus en école ou en université de niveau bac+4/5 puis d’éprouver ses compétences professionnelles dans les départements “développement” des entreprises durant cinq ans en moyenne. Un cursus long, mais particulièrement formateur !

Après le bac CHEF DE PROJET INFORMATIQUE
Le BTS Informatique de gestion option “développeur d’application” reste une excellente base pour qui souhaite intégrer une formation professionnalisante de niveau bac+2. À l’université, la licence Sciences et technologies, mention “Mathématiques, informatique et applications, parcours informatique” ouvre naturellement les portes des masters professionnels et des écoles spécialisées.

Après un bac+2
Vous pouvez compléter votre formation en un an en intégrant une L3 ou une licence professionnelle spécialisée en informatique de gestion par exemple. Il est également possible d’intégrer un IUP MIAGE (Méthodes informatiques appliquées à la gestion d’entreprise), dont la formation, très prisée des entreprises, est dispensée dans une vingtaine d’universités. Enfin, les écoles d’ingénieurs et les écoles spécialisées dans l’informatique constituent un excellent tremplin vers les plus hautes fonctions en entreprise. Il est ainsi possible de valider un titre de Manager en ingénierie de l’informatique, des réseaux et des télécoms (certifié de niveau I) après trois ans d’études en apprentissage.

Après un bac+4
Outre les nouveaux masters accessibles en université (Architectures logicielles, à Nantes, MIAGE à ParisV, Qualité et sûreté de fonctionnement des systèmes informatiques à Angers…), les écoles spécialisées dans l’informatique proposent également des programmes professionnalisants de niveau bac+5 parfaitement rôdés aux exigences des entreprises.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Souvent employé par une SSII (société de services et d’ingénierie informatique), le chef de projet doit avoir la notion de service et donc rester disponible pour ses clients. Son rôle d’interface exige de sa part d’avoir d’indispensables capacités d’écoute et de communication ainsi qu’une grande rigueur. Souplesse et ouverture d’esprit viennent compléter ses qualités humaines. Sur le plan technique, il doit être au fait des dernières évolutions informatiques afin de proposer ce qu’il y a de mieux à son client.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Après avoir traversé une période noire de trois ans, l’informatique rebondit de façon spectaculaire depuis quatre ans. Les entreprises investissent dans les technologies, relancent les projets laissés de côté faute de budget et multiplient les recrutements. L’avenir s’annonce donc sous les meilleurs augures pour les jeunes diplômés qui trouveront majoritairement leur bonheur dans les sociétés de services. Attention toutefois : les postes de chef de projet en informatique ne sont pas accessibles directement aux débutants mais au terme de quelques années d’expérience professionnelle.

ADRESSE UTILE
Syntec Informatique 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tél. : 01 44 30 49 70 Site : www.syntec-informatique.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 129

METIERSÀLALOUPE ::

Responsable du référencement
i Christine Delerue

D

es centaines de sites Internet sont créés chaque jour. Mais posséder un site ne suffit pas pour devenir performant en s’assurant un nombre de visiteurs suffisant. Un bon positionnement sur des moteurs de recherche comme Google ou Yahoo et une présence dans un maximum d’annuaires sont indispensables pour exister sur la toile. Actuellement, 95 % des internautes utilisent des moteurs de recherche. D’où la nécessité d’être parfaitement positionné pour générer du trafic et pour trouver de nouveaux clients. Le responsable du référencement endosse donc de lourdes responsabilités puisqu’il doit placer les sites de ses clients au top des premières réponses des moteurs de recherche.

Curieux et réactif
À 34 ans, Franck Chapaveire, cofondateur de la société Brioude Internet Référencement vit à cent à l’heure. “J’ai toujours eu un ordinateur à la maison. Lorsque j’ai découvert Internet en 1995, j’ai lancé un site perso sur la pêche. Je me suis intéressé en 1996 aux moteurs de recherche pour enregistrer mon site et, dès l’année suivante, j’ai évolué en freelance. L’activité de référencement démarrait tout juste. Il faudra attendre 2000 pour qu’elle atteigne un statut professionnel et reconnu.” Chaque projet débute par

un rendez-vous avec le client (souvent avec un consultant commercial) pour recenser ses besoins et définir les axes stratégiques nécessaires à la création d’une proposition commerciale. Vient ensuite une phase d’audit technique et d'analyse du contenu pour appréhender le potentiel de réactivité et de positionnement du site Internet sur les outils de recherche. Cette phase permet d’identifier la cible et l’environnement concurrentiel, d’établir la liste des mots clés qui généreront la création des éléments d’optimisation. Ce travail préparatoire se poursuit par la définition d'une stratégie comprenant la liste des outils de recherche (annuaires et moteurs de recherche) sur lesquels le site sera indexé. Enfin Franck opère tout le suivi de positionnement et de trafic pour analyser les retours et donc améliorer constamment le référencement. C’est le travail de veille. “Nous sommes constamment sur la brèche car nous évoluons dans un monde en perpétuel mouvement. Internet est sûrement l’univers qui est passé de l’émergence à la consolidation en un temps record, ce qui implique une remise en question permanente. De ce fait, nous devons perfectionner nos compétences et les technologies que nous mettons à disposition de nos clients, afin d’assurer des prestations toujours en adéquation avec l’évolution du marché Internet.” En 2006 Brioude Internet comptait trente-deux collaborateurs. Ils étaient une cinquantaine fin 2007. Le référencement n’a donc rien de virtuel.

130 Le Guide des métiers et des compétences

INFORMATIQUE MULTIMÉDIA INTERNET

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Si progressivement les autodidactes du web cèdent effectivement leur place aux professionnels qualifiés, il n’existe pas (encore) de formation propre au responsable référencement.

Après le bac
Après un bac scientifique de préférence, les cycles courts sont toujours aussi nombreux et appréciés. C’est le cas du BTS Informatique de gestion et des DUT Informatique et STID (Statistiques et traitement informatique des données). Diplôme en poche, les jeunes peuvent poursuivre leur cursus dans une école d’ingénieurs — trois années d’études — ou à l’université en validant une licence professionnelle — Marketing et commerce sur internet Option “E-commerce”, Commerce électronique (LPCE), par exemple — puis un master professionnel spécialisé dans le secteur de l’informatique. Les webmasters arrivent en tête des profils les plus recherchés pour des missions de référencement. Mais là encore, pas de parcours type même s’il est indispensable de se forger une solide expérience dans la gestion de site et le référencement. Les formations restent extrêmement variées : écoles d’ingénieurs, de commerce, diplômes universitaires — licence professionnelle Activités et techniques de communication webmestre, entre autres — ou d’écoles spécialisées. Bon à savoir : Les recruteurs utilisent largement Internet pour sélectionner les candidats spécialisés dans le référencement. Mettre son C.V. en ligne est donc un passage obligé pour s’ouvrir les portes du secteur et consulter les annonces diffusées directement sur le site des entreprises. Alors, prêt pour le grand surf ?

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Outre une parfaite maîtrise des outils de recherche et de référencement, notre responsable connaît sur le bout des doigts le comportement des internautes grâce à son sens aigu de l’analyse. Curieux et réactif, il sait, avant ses concurrents, la nature de l’évolution du monde virtuel et devient de ce fait une force de proposition essentielle aux clients comme aux entreprises. Autonome mais également apte au travail en équipe, il développe aujourd’hui des compétences en marketing et sait gérer la pression imposée par les clients les plus exigeants.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le responsable référencement travaille dans les agences de marketing global online, les agences dédiées exclusivement au métier du référencement et aussi les sociétés non spécialisées en informatique souhaitant traiter cette compétence en interne. Les entreprises recherchent aujourd’hui du personnel spécialisé doté d’une solide expérience professionnelle. Notons qu’après une période de crise, le secteur informatique recrute de nouveau, et surtout dans les domaines porteurs comme le référencement.

ADRESSE UTILE
Pour en savoir plus sur les métiers et les formations des métiers de l’informatique, visitez le site : www.passinformatique.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 131

RESPONSABLE RÉFÉRENCEMENT

SECTEUR ::

SANTÉ
Dans les établissements de soins, les infirmiers et les aides-soignants manquent déjà à l’appel. Pire : selon la Dares*, le problème s’amplifie et les besoins en personnel doubleront d’ici 2015. Les professions médicales représentent donc un vivier d’emplois impressionnant à la seule condition que la passion vous anime !

’application des 35 heures dans les hôpitaux a provoqué une pénurie de personnel. Faute de moyens et de candidatures, les structures hospitalières se confrontent à une situation toujours plus critique : le personnel soignant et médical devient une denrée rare et convoitée sur le marché du travail. On recherche donc, dans le désordre, des masseurskinésithérapeutes, des préparateurs en pharmacie, des pédicures-podologues, des psychomotriciens, des ergothérapeutes, des orthoptistes…. La liste est longue. Le taux de natalité record – deux enfants par femme – occasionne par exemple un besoin à court terme de puéricultrices et d’auxiliaires. Plus discrets, les fabricants de prothèses en tout genre manquent progressivement à l’appel. “Les plus demandés restent toutefois les infirmiers et les aides-soignants, explique Grégoire Coutant, infirmier anesthésiste et éditeur du site www.infirmiers.com. Ces professions sont indispensables pour soutenir la politique du maintien des populations vieillissantes à domicile par exemple. Mais que les jeunes ne se laissent pas aveugler par la simple perspective d’un emploi : les fonctions médicales et paramédicales nécessitent un engagement personnel important. À l’hôpital, les jours fériés et les weekends n’existent plus. Il faut donc être animé d’une vraie passion.” Le problème s’annonce sensible également chez les médecins. Certaines spécialités n’attirent plus les foules (anesthésie- réanimation, chirurgie, gynécologie- obstétrique…) et les observateurs s’inquiètent des importants délais d’attente imposés aux patients pour obtenir un rendez-vous. En médecine générale, même combat. Certaines régions, frappées par la désertification médicale, engagent déjà des actions d’aide à l’installation pour attirer les jeunes diplômés en zones rurales.

L

Bonne nouvelle ! Pas besoin d’aligner dix ans d’études après le bac pour intégrer les professions paramédicales. Certaines formations sont en effet accessibles après un BEP ou un CAP du secteur sanitaire et social : auxiliaire de puériculture, aide-soignant… Toutefois, la majorité des cursus recrutent après le bac, scientifique de , s en préférence, pour une à quatre années d’études. La sélection s’effectue sur udiants inscrit proportion d’ét les ns paramédica concours ou dossier. À noter : plusieurs formations rares, et victimes de leur formatio plôme préparant le di succès, s’avèrent très difficiles d’accès et nécessitent parfois une année de prépa. d’infirmier En faculté de médecine, le fameux numerus clausus conditionne toujours le nombre d’étudiants acceptés en seconde année. Et même si ce chiffre augmente pour anticiper les départs en retraite des médecins du papy-boom, la première année de médecine laisse toujours derrière elle un grand nombre d’espoirs déçus qui… alimentent les concours des formations paramédicales.

nombre de po q ans italier d’ici cin le secteur hosp , s vigueur dans le erus clausus en e en 2008 num in ec facultés de méd

200 es000,oir dans st à pouv 7 300 2/3

Une vocation, un emploi !

A. L.

* DARES : Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 133

METIERSÀLALOUPE ::

Infirmier libéral
i Anne Prigent

I

mpossible de devenir infirmier libéral dès la sortie de ses études ! "Depuis 2007, il faut attester de deux années d’expérience professionnelle avant de pourvoir s’installer, et ce dans tous les départements français”, précise Nadine Hesnart, présidente de la Fédération nationale des infirmiers.

L’union fait la force !
Mais pas question d’ouvrir un cabinet seul ! Un infirmier solitaire, chaque jour sur le pont, éprouverait vite des difficultés à trouver des remplaçants et rencontrerait des problèmes financiers faute d’appels suffisants. La solution ? Intégrer un cabinet déjà constitué. Car là où il existe des regroupements d’infirmiers, les demandes sont satisfaites. Et plus la satisfaction est grande, plus la clientèle augmente ! "L’achat du véhicule est l’investissement le plus lourd", précise Nadine Hesnart, car les autres outils de travail sont mis à la disposition du nouvel arrivant : secrétaire, ordinateur, matériel de stérilisation... La création à plusieurs d’un cabinet est également une autre possibilité, mais engendre davantage de frais. Le cabinet est indispensable pour exercer, même si 85 % des infirmiers libéraux réalisent des soins à domicile. Les patients sont reçus pendant les permanences – lorsqu’elles existent –, ou bien sur rendez-vous. "Dans la petite ville où je travaille, il n’existe pas de laboratoire. Du coup, les prélèvements sanguins sont effectués dans le cabinet du groupe auquel j’appartiens. D’autres soins y sont dispensés : injections d’anti-

inflammatoires ou d’anticoagulants, administrées après une intervention chirurgicale ; vaccinations ; pansements d’épaules, de hanches, ou d’ulcères… Chaque semaine, nous nous occupons ainsi de plus de cent-vingt personnes…" Mais cette expérience est loin d’être partagée par tous les infirmiers libéraux : certains cabinets sont désertés par les patients pourtant capables de se déplacer.

Gestionnaire malgré lui...
L’infirmier libéral développe également des compétences en gestion indispensables à son activité : il tient à jour les fiches de soins, règle les factures, comptabilise les chèques, gère les commandes et les stocks… "Il faut s’y adonner un peu chaque jour, sinon on se retrouve vite débordés", souligne Nadine Hesnart. Lorsqu’il ne travaille pas au cabinet, l’infirmier se rend au domicile des personnes âgées, des diabétiques, des adultes ou des enfants qui sortent de l’hôpital… "Je fais ainsi une cinquantaine de kilomètres par jour", raconte Charlotte, 23 ans. Habillage, toilette, pansements post-opératoires, injections, prises de sang, cures de chimiothérapie (…) : telle est la variété des soins prodigués. Le métier exercé en libéral présente des avantages. " Les patients, évoluant dans leur environnement, sont plus accueillants. Le travail est beaucoup moins stressant car il n’y a pas d’urgence. J’assume mes responsabilités en toute autonomie, et cette liberté d’action n’a pas de prix ! "

134 Le Guide des métiers et des compétences

SANTÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Le diplôme d’État d’infirmier, indispensable pour exercer, se prépare en trois ans après le bac dans les Instituts de formation en soins infirmiers (IFSI). L’intégration s’effectue sur concours et se décline en plusieurs épreuves d’admissibilité : l’épreuve de culture générale (deux heures) comprend cinq questions relatives à cinq textes ; elle repose majoritairement sur le domaine sanitaire et social. Objectif ? Évaluer les capacités d'analyse et de jugement du candidat. L’épreuve de tests psychotechniques (une heure trente minutes), quant à elle, sert à tester les qualités suivantes : observation et attention ; aptitude numérique ; aptitude verbale ; organisation ; créativité ; raisonnement logique. Une note inférieure à 7 sur 20 à l'une de ces épreuves est éliminatoire. Le candidat qui a obtenu au moins 20 sur 40 aux deux épreuves est sélectionné pour l’épreuve d’admission. Il s’agit d’un entretien (trente minutes) avec trois personnes : un formateur en IFSI, un cadre infirmier et un responsable de formation ou psychologue. Cet entretien, relatif à un thème sanitaire et social, est destiné à : • apprécier l'aptitude du candidat à suivre la formation ; • évaluer la nature de ses motivations et la qualité de son projet professionnel. Au final, un classement est établi dans chaque IFSI en fonction des notes obtenues par les candidats. Il est conseillé de s'inscrire dans plusieurs IFSI pour multiplier ses chances de réussite. Chaque Institut organise un concours par an, en avril/mai, pour la rentrée de septembre. Un second concours, en octobre/novembre, est possible dans certains IFSI proposant une rentrée en février. Un conseil : il faut bien se renseigner sur les dates d'inscription qui varient selon les écoles. À noter : certains établissements se réunissent autour d’un concours commun. Ainsi l'Assistance publiqueHôpitaux de Paris fait passer un même concours pour l'entrée dans l'un de ses dix-neuf IFSI.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
L’infirmier aime la relation avec les patients. Ses qualités humaines sont multiples : patience, écoute et volonté d’aider autrui. Sa résistance physique est forte et son sens des responsabilités quasi inné. Ce métier requiert enfin équilibre, force de caractère et maturité, car il est parfois difficile d’être confronté quotidiennement à la maladie et à la mort.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Les débouchés sont variables selon les régions. Certains coins de France comptent déjà trop d’infirmiers libéraux, alors que d’autres souffrent d’une pénurie de professionnels. Par exemple, à Nîmes, on dénombre quelque 300 infirmiers pour plus de 130 000 habitants, alors qu’à Evreux le rapport est de 25 pour 54 000 habitants. Une étude de marché s’impose donc avant d’ouvrir un cabinet avec des associés. Le mieux pour débuter reste de rejoindre un cabinet d’infirmiers déjà constitué.

ADRESSES UTILES
Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (SNIIL) 111 bis, bd Ménilmontant 75011 Paris Tél.: 01 55 28 35 85 Site : www.sniil.fr Organisation nationale des syndicats d’infirmiers libéraux (ONSIL) 3, bd de Strasbourg 31000 Toulouse Tél. : 05 62 30 00 78 Site : www.onsil.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 135

INFIRMIER LIBÉRAL

METIERSÀLALOUPE ::

Médecin généraliste
i Lauren Marela

L

e docteur Gérald Flutsch exerce depuis plus de vingt-cinq ans dans un cabinet médical parisien. “et ce n’est pas parce que je travaille dans une grande ville et que je reçois des dizaines de patients par jour que je n’établis pas des relations durables avec eux. Je suis aussi médecin de famille !”, se défend-il.

le referai pas : on est encore plus sollicité ! ”

“Être médecin, c’est avant tout véhiculer un sentiment de sérénité”
“J’ai toujours souhaité exercer ce métier : soigner, aider et tenter d’aller au-delà de la demande. Pourquoi m’être orienté vers la médecine généraliste ? Pour me confronter à tous les âges et toutes les pathologies”, explique Bruno Oguez, actuellement médecin de campagne dans l’Oise. Tout a commencé à Beauvais, mais très vite la ville lui est apparue trop grande et froide : “J’avais l’impression d’être un plombier venant dépanner : tout était anonyme. Je préfère parcourir la campagne et être très proche de mes patients !” Il est alors retourné dans sa région et y a établi son cabinet. Le plus difficile pour lui ? “Tout concilier ! Parallèlement aux rendez-vous extérieurs et aux consultations en cabinet, il nous faut aussi gérer les papiers administratifs et autres fichiers informatisés. C’est une réelle perte de temps.” Malgré des semaines très denses, Bruno relativise : “J’avoue que ce n’est pas toujours simple, mais il faut aussi voir les bons côtés de mon métier : j’apporte une véritable aide à certaines personnes et je fais parfois rire des enfants malades ! ” La principale peur des médecins : la pénurie de généralistes. “Nous ne sommes déjà pas assez nombreux aujourd’hui, surtout en province, alors qu’en sera-t-il plus tard ? Le numerus clausus stagne alors que la démographie et l’espérance de vie augmentent.” Espérons que les futurs médecins ne perdent pas foi en leur vocation...

Beaucoup de travail, voire trop !
Gérald s’est orienté vers la médecine un peu par hasard : “À l’époque, nous n’avions pas le choix entre beaucoup de filières. Alors j’ai opté pour médecine plutôt que pour une école de commerce.” Mais il n’a aucun regret pour autant : “C’est l’un des plus beaux métiers. Quand on parvient vraiment à aider quelqu’un, on en tire évidemment une grande satisfaction.” Quant à l’idée reçue selon laquelle les médecins gagnent très bien leur vie, Gérald y met un bémol : “C’est justement parce que nous travaillons énormément que nous menons des vies confortables ! Si nous ne faisions que 35 heures, chose impossible car les patients ont besoin de nous, ce ne serait pas le cas. Quand on évalue les études nécessaires, les heures de travail et les charges salariales auxquelles nous sommes soumis, je peux vous dire que nous ne sommes pas aussi gagnants que certains se plaisent à le croire.” En effet, les médecins libéraux, même s’ils sont leur propre patron, frôlent en moyenne les 55 heures de travail par semaine ! “C’est encore raisonnable par rapport aux médecins de campagne ! J’ai effectué des remplacements en province et je ne

136 Le Guide des métiers et des compétences

SANTÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Médecin, un métier qui aujourd’hui comme hier prête au rêve, et ce malgré les neuf années d’études minimum requises ! Un apprentissage long qui réserve souvent aux étudiants des périodes de travail et de stress intenses. Le prix à payer avant de s’engager à respecter le serment d’Hippocrate. Ici, on ne passe pas par quatre chemins : le bac est obligatoire pour commencer des études exclusivement universitaires ponctuées par de nombreuses périodes de stage.

Après le bac
La filière médecine est ouverte à tous, conformément à la loi de l’université. Toutefois, les bacheliers de série S restent les plus à même d’affronter les nombreux obstacles jonchant ce long parcours. Premier cap difficile ? Le concours de passage de fin de 1re année de premier cycle (plus communément dénommée PCEM1) régulé par un numerus clausus (7 300 places ouvertes en 2008 contre 7 100 en 2007). Ensuite ? Les étudiants se dirigent naturellement vers une PCEM2 durant laquelle ils suivent un stage d’initiation aux soins d’un mois. Le deuxième cycle, également appelé “externat”, fait quant à lui la part belle à la pratique médicale : il s’agit de partager le temps de formation entre l’hôpital le matin et la faculté l’après-midi. Le DCEM de quatre ans s’achève sur des épreuves classantes nationales déterminantes dans le choix de la spécialité. Enfin, sonne l’heure de l’internat (3e cycle) durant lequel les étudiants deviennent des praticiens en formation. Ces trois années supplémentaires rémunérées leur permettent d’éprouver leurs compétences sur le terrain (hôpitaux, cabinets de médecins libéraux) avant la soutenance de leur thèse de doctorat.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Impossible de dénombrer le nombre de qualités scientifiques et humaines développées par les médecins généralistes : conscience professionnelle, respect du secret médical, disponibilité, écoute du patient, actualisation des connaissances en médecine, gestion du stress… Plus encore : le médecin est aujourd’hui un gestionnaire hors pair à la tête d’une véritable entreprise lorsqu’il exerce en libéral et un rouage administratif important lorsqu’il évolue dans les hôpitaux.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Point de chômage pour les médecins généralistes, bien au contraire ! On manque de professionnels sur le territoire, particulièrement en zones rurales. Pour tenter d’enrayer cette crise des vocations, le ministère mise progressivement sur un élargissement du numerus clausus. Cette mesure suffira-t-elle à motiver les étudiants qui délaissent aujourd’hui ce long parcours universitaire pour s’orienter vers les professions paramédicales ? L’avenir nous le dira.

ADRESSE UTILE
Conseil national de l’Ordre des médecins 180, boulevard Haussmann 75008 Paris Tél.: 01 53 89 32 00 Site : www.conseil-national.medecin.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 137

MÉDECIN GÉNÉRALISTE

METIERSÀLALOUPE ::

Ostéopathe
i Hélène Dorey
hilippe Sterlingot, ostéopathe en région nantaise, appartient à ces rares personnes qui ont toujours su ce qu’elles voulaient faire : soigner les hommes. Un problème de santé durant sa jeunesse lui permit de découvrir l’ostéopathie. Ainsi naquit sa vocation... “Le concept de soigner par les mains m’a d’emblée séduit, j’ai donc entrepris des études pour devenir ostéopathe.” “L’ostéopathie est l’art de diagnostiquer et de traiter, par la main, les dysfonctions de la micromobilité des tissus du corps, qui entraînent des troubles fonctionnels pouvant perturber l’état de santé.” (Référentiel Profession Ostéopathe©). Une discipline manuelle et globale qui a considérablement évolué ces quarante dernières années. Elle s’adressait surtout au départ au système ostéoarticulaire, puis s’est également intéressée dans les années 1945-1950 à la sphère crânienne et dans les années soixante au domaine des viscères. Les motifs de consultation les plus fréquents sont les affections douloureuses de la colonne vertébrale et des articulations. L’ostéopathie est aussi efficace dans la plupart des cas de maux de tête, torticolis, dans les affections congestives telles que les otites, rhinopharyngites, sinusites, les troubles circulatoires, digestifs, gynécologiques et ceux du sommeil. “Aujourd’hui, peu de tissus du corps humain échappent à nos investigations, mais l’ostéopathie ne prétend pas tout soigner. Elle intervient en complément de la médecine allopathique et ne

P

propose pas de traiter les maladies cancéreuses, dégénératives, génétiques, infectieuses ou mentales, ni les fractures et luxations orthopédiques.”

Des qualités de cœur
Philippe Sterlingot a de l’énergie à revendre, pas toujours facile d’arriver à le suivre. Il exerce dans deux cabinets, l’un en milieu rural, l’autre en milieu urbain, avec deux confrères. La journée débute à 8 h et les rendez-vous s’enchaînent sans interruption jusqu’à 13 h 30 pour un repas bien mérité, mais rapide : rarement plus de trente minutes. L’après-midi, le rythme ne faiblit pas et il est 20 h quand les consultations se terminent. En moyenne, une quinzaine de patients passe entre ses mains chaque jour. La consultation individuelle dure entre trente-cinq et quarante-cinq minutes. “Ma principale qualité ? L’humanité. Il est indispensable de porter un regard bienveillant sur son prochain, de s’y intéresser, pour être un bon soignant avec ses mains, car n’oublions pas que l’ostéopathe est en corps à corps permanent avec son patient et que cette intimité ne peut exister sans un un réel intérêt pour l’autre. L’humilité est également indispensable pour progresser sur le parcours parfois initiatique. Elle autorise la remise en question constante que nous impose le patient à travers les échecs de traitement, bien plus profitables pour le praticien que les succès. Pour celui qui accepte cette remise en cause, le métier d’ostéopathe confère une éternelle jeunesse intellectuelle.”

138 Le Guide des métiers et des compétences

SANTÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Depuis 2002, l'exercice de la profession d'ostéopathe est enfin légalisé en France. Un diplôme national spécifique, le diplôme d’ostéopathie, est délivré au terme de six années d’études après le bac. À savoir : seuls les étudiants ayant obtenu le diplôme d'ostéopathie (DO) sont habilités à exercer leur activité. Notons également que depuis 2007, certaines écoles en ostéopathie bénéficient de l’agrément du ministère de la Santé.

Les écoles d’ostéopathie sont accessibles aux titulaires du baccalauréat ou d'une équivalence universitaire, sur dossier ou sur concours.

Le premier cycle
Les trois premières années sont principalement consacrées à l’acquisition des connaissances fondamentales de la découverte du corps humain (anatomie, physiologie, pathologie ...) et des techniques de base de palpation. Le cursus comprend également des enseignements en sciences humaines. Notons que la 3e année est également le lieu de la mise en pratique des acquis théoriques des deux premières années.

Le deuxième cycle
Il s'étend sur deux ans. Son accès est réservé aux étudiants titulaires des unités d'enseignement de fin de premier cycle. Le cursus repose sur l’acquisition de connaissances en médecine et en sciences humaines (anatomie, pathologie, psychologie…), ainsi qu'en sciences ostéopathiques. Les étudiants pourront également mettre en application leurs connaissances sur de vrais patients lors de stages obligatoires réalisés sous la tutelle d’un ostéopathe diplômé. À l’issue de ce cycle, les étudiants se présentent au clinicat, examen sanctionnant les cinq premières années d’études, pour accéder au troisième cycle.

Le troisième cycle
Cette dernière année d’étude permet d’approfondir son savoir dans un domaine précis (pédiatrie, occlusodontie, ostéopathie canine et équine, …). La rédaction d’un mémoire de fin d’études, soutenu à l'échelon national devant un jury d'enseignants et de professionnels, permet d’obtenir le diplôme d’ostéopathe.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Cette profession requiert une extrême polyvalence, car les pathologies à traiter sont aussi nombreuses et variées que les patients ! Un investissement humain important et un bon équilibre psychologique restent également indispensables car l’ostéopathe doit être capable de soigner la souffrance tant physique que morale, sans se mettre soi-même en danger.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
L’ostéopathie occupe aujourd'hui une place importante en France. Avec plus de onze millions de consultations et quatre millions de personnes soignées, elle traite 300 000 nouveaux … patients par an. Les besoins en recrutement s’élèvent donc à dix ou douze mille ostéopathes.

OÙ SE FORMER ?
ESO (École supérieure d’ostéopathie) Paris Marne-la-Vallée 50, avenue de l'Europe 77184 Emerainville-Marne-la-Vallée Tél. : 01 64 61 66 21 Site : www.eso-suposteo.fr

ADRESSE UTILE
Union fédérale des ostéopathes de France Rue des Trois Capitaines 26400 Crest Tél. : 04 75 25 79 04 Site : www.osteofrance.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 139

OSTÉOPATHE

Après le bac

METIERSÀLALOUPE ::

En partenariat avec :

Secrétaire médical
i Lucile Hochdoerffer
ôpitaux, cliniques, maisons de retraite, centres de cure, de rééducation, établissements médico-sociaux, cabinets médicaux… le secrétaire médical vise l’omniscience dans le secteur ! Toutefois, la profession, qui réunit plus de 60 000 personnes en France (dont à peine 2 % d’hommes), souffre encore et toujours d’un mal de reconnaissance malgré une évolution réelle. Les secrétaires médicaux ont néanmoins gagné en responsabilité en accédant à davantage d’autonomie, de polyvalence, de qualification et de connaissances informatiques.

H

comptabilité (facturation et encaissement), saisie des comptes rendus de consultation, constitution, suivi et archivage du dossier médical de chaque patient. Bref, le secrétaire gère l’ensemble de l’administration du cabinet ou du service. “Il faut avoir un excellent sens de l’organisation, être vive, réactive et efficace. Le métier requiert aussi une grande autonomie et un esprit d’initiative.”

Maîtrise de l’outil informatique
Le secrétaire médical a progressivement vu son champ de compétences s’élargir. Il peut ainsi assister le médecin dans certaines de ses interventions (préparation des appareils et de la salle de soins, stérilisation du matériel…) s’il développe une bonne connaissance de la fonction médicale, de la réglementation des soins et des termes techniques de base. “Je suis là pour soulager le médecin et répondre à ses attentes comme à celles des patients le plus efficacement possible.” D’où l’importance d’appréhender l’urgence d’une situation. “J’ai une formation de secrétaire. Ce n’est que plus tard que je me suis spécialisée pour m’orienter vers la branche médicale. J’aime ce milieu, même s’il est parfois difficile. Il faut vraiment le choisir et surtout aimer le contact avec le patient.” Depuis quelques années, le secrétaire médical a largement bénéficié du développement de la bureautique pour passer du statut de simple exécutant à celui de membre à part entière d’une équipe dont il est le pivot. Désormais la maîtrise des outils informatiques, mais aussi l’organisation d’un voyage à l’étranger, d’un congrès, la recherche d’une information ou la constitution d’un dossier de présentation définissent le travail quotidien – et ô combien multiple – de ce professionnel.

Des qualités humaines et d’organisation
Le secrétaire occupe un poste clé dans le fonctionnement de tout environnement médical. Il gère le secrétariat d’un ou plusieurs médecins au sein d’un cabinet ou d’un service hospitalier. Sa double fonction de gestion administrative et d’accueil des patients contribue également à personnaliser l’image de la structure à laquelle il appartient. Son rôle : assurer le lien entre le médecin et le malade. De ce fait, le secrétaire médical informe, rassure et accompagne dans leurs démarches les patients dont il devient un interlocuteur privilégié : “J’apprécie surtout le contact avec les patientes et le suivi des femmes enceintes avant, pendant et après leur grossesse. Des liens se tissent au fil du temps et des consultations…”, explique Nathalie D., secrétaire médicale d’un cabinet de gynécologie à Mulhouse, dans le Haut-Rhin. Les responsabilités sont multiples : prise de rendez-vous pour les consultations, organisation quotidienne du planning, gestion du courrier, des appels téléphoniques, des stocks de médicaments et d’une partie de la

140 Le Guide des métiers et des compétences

SANTÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après la 3e
Le bac technologique ST2S (Sciences et technologies de la santé et du social) se prépare en deux ans, après une classe de seconde générale ou technologique. Il est également accessible après un BEP Carrières sanitaires et sociales et une classe d'adaptation. Autre possibilité : le baccalauréat professionnel Secrétariat.

Une formation spécialisée en secrétariat médical s’impose pour s’ouvrir les portes du métier ! Certaines écoles proposent de valider un titre certifié de niveau IV en suivant une préparation d’un an post-bac. Les enseignements s’organisent alors en différentes matières relatives au vocabulaire médical, aux sciences médicales, à la comptabilité, au secrétariat professionnel, à l’économie de la santé, au droit… Notons que les huit écoles de la Croix-Rouge Française préparent en un ou deux ans aux exigences du métier via un programme particulièrement éprouvé. Pour entrer dans la fonction hospitalière, il existe un concours de niveau bac (informations auprès du centre de gestion de la fonction publique territoriale de chaque département). Cette formation est également ouverte aux titulaires d’un BEP Métiers du secrétariat et Carrières sanitaires et sociales après une classe d’adaptation.

Après un bac+2/+3/+4
Sont particulièrement recherchés par les recruteurs : - les titulaires du BTS Assistant manager (ex Assistant de direction et Assistant secrétaire trilingue) et Assistant de gestion de PME-PMI), en formation initiale ou continue ; - les titulaires d’une formation bac+2 dans les filières comptables, juridiques, commerciales ou linguistiques, complétées par une formation aux techniques bureautiques ; - les diplômés de niveau bac+3 ou bac+4, à condition qu’ils justifient d’un bon niveau en langues, et d’une bonne maîtrise des logiciels de bureautique (Word, Excel…).

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le secrétaire médical joue un rôle essentiel d’interface dans la relation entre le médecin, le patient et l’institution. Il est attentif aux demandes de chacun et développe donc un grand sens de la diplomatie et du relationnel. Il doit également faire preuve d’initiative, de discrétion (la profession est soumise au secret professionnel), de patience et d’organisation. Le métier a évolué, et une double compétence est souvent exigée : la maîtrise des techniques de secrétariat et la connaissance des procédures spécifiques au domaine médical. Il est donc essentiel d’aimer le monde médical, le rapport avec les patients, mais aussi de connaître les termes médicaux.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Avec la multiplication des structures médicales, les jeunes diplômés trouvent un emploi sans grande difficulté. Les besoins croissants de la population en termes de santé et de bien-être promettent un bel avenir à la profession. Enfin, la pénurie annoncée pour 2010 en raison des nombreux départs en retraite devrait pousser la profession à recruter toujours plus en ouvrant sur des perspectives de carrière intéressantes.

OÙ SE FORMER ?
Culture et Formation 97, bd Saly 59315 Valenciennes cedex 9 Tél.: 0800 11 41 83 Site : www.culture-formation.fr

ADRESSE UTILE
Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la vie associative Site : www.sante.gouv.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 141

SECRÉTAIRE MÉDICAL

Après le bac

METIERSÀLALOUPE ::

Technicien de laboratoire
i Hélène Dorey

D

éjà 7h 30 : le laboratoire d’analyses médicales que dirige Valérie Busso-Destriez, à Venelles (Bouches-du-Rhône) ouvre ses portes et ne désemplira pas, ou presque, jusqu’à la fermeture à 18 h 30. Et c’est tous les jours ainsi pour les quatre techniciennes évoluant en ce lieu. Qui, en effet, ne s’est jamais vu prescrire une prise de sang de toute sa vie ? Personne, petit comme grand. Rencontre avec des femmes (mais où sont les hommes dans cette profession ?) en blouse blanche qui œuvrent dans l’ombre au milieu de tubes à essai, de seringues et de microscopes.

contrôles journaliers des matériels. Les formations sont donc régulières, voire parfois obligatoires. Seul maître mot pour ces professionnels de l’analyse ? La responsabilité. “Si personne n’est parfait, précise Valérie Busso-Destriez, le technicien n’a bien entendu que peu le droit à l’erreur.”

L’exemple de Sylvie
Comme tous les passionnés de biologie, Sylvie Pellegrin a pensé poursuivre dans le secteur de la recherche après son BTS Analyses biologiques. Si les aléas de la vie en ont décidé autrement, après vingt ans de carrière, elle n’a aucun regret. “Ici nous sommes vraiment en contact avec le patient et nous effectuons le plus souvent des analyses de routine. Par exemple la vérification du taux de cholestérol. Nous annonçons aussi de bonnes nouvelles, comme la confirmation d’une grossesse. Notre activité nous conduit à entrer dans l’intimité des gens mais sans le stress généré en milieu hospitalier. J’ai exercé dans ce secteur pendant plus de dix ans. Certes le travail y est plus varié mais également plus éprouvant. À un moment, j’en ai eu assez d’entendre parler de chimiothérapie, de décès et de travailler de nuit. Dans un laboratoire comme le nôtre, un lien se crée. Et lorsque nous proposons à certains de nos patients d’opérer leur prise de sang à domicile, ils refusent. Beaucoup nous font la bise et amènent les croissants ! Public, privé, recherche et développement… Il y en a pour tous les goûts. C’est une grande chance, sachons en profiter.”

En 2008, les piqûres s’apparentent encore pour beaucoup à une épreuve. “Nous avons tout ce qu’il faut pour remettre sur pied les grands gaillards qui tournent de l’œil, précise en riant Valérie BussoDestriez. Le contact, ça nous connaît. Nous devons aussi rassurer les petits. C’est pourquoi nous arborons une jolie collection de peluches pour nous y aider.” Concrètement, un technicien de laboratoire effectue, à partir d'une prescription médicale, des analyses de sang, d'urine ou de tissus (peau, gorge…). Chaque échantillon est soigneusement étiqueté avant de passer dans des appareils perfectionnés. Le technicien suit scrupuleusement tous les protocoles, rédige des comptes-rendus d'analyses et de conclusions qu’il transmet ensuite à un médecin, un pharmacien... Plus encore : il assure la maintenance des appareils, le respect des procédures, les

142 Le Guide des métiers et des compétences

SANTÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Afin de mettre toutes les chances de votre côté, optez pour les bacs S ou STL spécialité “Biochimie-génie biologique” avant de commencer vos études supérieures.

Après le bac TECHNICIEN DE LABORATOIRE
Pour exercer le métier de technicien de laboratoire, il faut être titulaire d'un BTS Analyses biologiques. La première année, la formation est essentiellement théorique. La seconde année, en revanche, laisse la part belle aux travaux pratiques. Au programme des festivités donc, biochimie, microbiologie, hématologie, immunologie… mais aussi connaissance du milieu professionnel. Ce BTS peut évidemment se dérouler par la voie de l’alternance. Le BTS Biotechnologies et le DUT Génie biologique option “Analyses biologiques et biochimiques” ouvrent également des portes. Note : Dans le service public, les techniciens de laboratoire sont recrutés sur concours. Les candidats doivent être titulaires d'un baccalauréat, d'un titre ou d’un diplôme de niveau IV minimum ou encore d'une qualification reconnue comme équivalente à l'un de ces titres ou diplômes. Sachez également que le droit d’effectuer des prélèvements sanguins n’est délivré qu’aux titulaires du Certificat de capacité en prélèvements sanguins. Il s’obtient dans le cadre de sessions de formation spécifiques gérées par des organismes agréés. Au programme : un examen écrit, quarante prélèvements en milieu hospitalier et un examen pratique. Précisons enfin que certains établissements scolaires préparent à cet examen.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
La rigueur et la précision appartiennent au domaine de l’évidence pour ce professionnel qui, au quotidien, se conforme à des processus méthodologiques stricts et à des règles d’hygiène draconiennes. Curiosité, réactivité et goût pour les évolutions technologiques restent également requis pour exercer cette activité qui ne souffre aucun amateurisme. Enfin tout technicien de laboratoire rencontre durant sa carrière des pathologies lourdes, notamment en milieu hospitalier. Mieux vaut donc savoir préserver son équilibre psychologique.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
La majorité des techniciens exerce dans des laboratoires privés médicaux ou pharmaceutiques, des hôpitaux, des cliniques et des centres de recherche. Le secteur de la cosmétique offre également des opportunités. S’il est avéré que nous aurons toujours besoin de tels professionnels, la demande reste pourtant actuellement supérieure à l’offre. Toutefois, un nouveau souffle devrait profiter aux techniciens de laboratoire. Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, annonce effectivement la création de 200 000 emplois dans le secteur hospitalier dans les années à venir. Une manne à saisir !

ADRESSE UTILE
Fédération française de la santé, de la médecine et de l’action sociale (FFASS) 39, rue Victor Massé 75009 Paris Tél.: 01 48 78 49 49 Site : www.ffass-cfecgs.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 143

METIERSÀLALOUPE ::

Visiteur médical
i Danièle Michas
arce qu’Emmanuelle passe une grande partie de son temps dans les embouteillages, elle a décidé de transformer sa voiture en bureau. Ses outils de travail ? Un ordinateur portable et un téléphone mobile. Sa mission ? Défendre les produits de son laboratoire pharmaceutique en développant un argumentaire commercial auprès de médecins généralistes et de pneumologues situés dans son périmètre d'activité, du 17e arrondissement parisien au quartier de Pigalle jusqu’au nord du département de la Seine-Saint-Denis. Des tâches similaires à celles d'un commercial. Mais Emmanuelle préfère parler d'information et de promotion des médicaments. “Je ne vends pas des médicaments. J'incite seulement les médecins à les prescrire à leurs patients. Ils sont cinq cents dans ma liste. Et tous les jours, je dois en rencontrer au moins six. Il faut savoir s'organiser : caler des rendez-vous et penser à faire des relations publiques en invitant les médecins à déjeuner.” Direction Saint-Ouen pour une visite. “Mes collègues m'ont prévenue que cette généraliste n'est pas courtoise”, dit-elle en consultant son ordinateur portable. “Après chaque rendez-vous, le visiteur médical indique sur notre base de données commune ses commentaires sur chaque médecin rencontré.” La salle d'attente est pleine. Il va falloir patienter et attendre son tour. Emmanuelle en profite pour faire connaissance avec d'autres visiteurs médicaux travaillant dans d'autres laboratoires pharmaceutiques. “La concurrence, on ne la joue qu'une fois passée la porte du cabinet.”

P

Une fibre commerciale
Une porte s'ouvre, le médecin reçoit Emmanuelle. La présentation des produits est plus ou moins longue selon la disponibilité des interlocuteurs. “Nous abordons la posologie, les conditions thérapeutiques, mais nous avons rarement le temps de parler des effets secondaires.” Pour ce rendez-vous, Emmanuelle a eu deux minutes. Malgré la froideur et le manque de sympathie du médecin, notre visiteur médical ne se démonte pas. Elle présente son hypertenseur et son corticoïde. Puis laisse un échantillon. “Il faut toujours être diplomate et garder le sourire vis-à-vis des médecins, pas toujours prêts à nous recevoir. Et surtout avoir la fibre commerciale”, lance-t-elle. “Celleci n'était pas aimable. Mais j'ai vu pire…” Reste maintenant à rédiger un petit compte-rendu sur cette visite avant de l'envoyer sur Intranet. “À la fin du mois, on nous communique le nombre de médicaments prescrits par les médecins. Si les chiffres sont mauvais, le directeur régional tourne avec nous. Sinon, il nous accompagne une fois par mois. Mais je n'ai pas la pression du commercial qui doit ramener des bons de commande. Comme nous sommes plusieurs visiteurs médicaux à travailler dans le même secteur, on ne sait jamais qui a convaincu les médecins.” Ce métier convient parfaitement à Emmanuelle, qui ne voulait pas travailler dans un bureau et supporter une hiérarchie à longueur de journée. “Je ne me rends pas au siège du labo. Je suis autonome. Je peux terminer mon travail à 15h, voire à 17h, si j'ai effectué mes six visites quotidiennes.”

144 Le Guide des métiers et des compétences

SANTÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
En 2006, la France comptait 22 702 visiteurs médicaux. On les appelle aussi délégués médicaux. À ne pas confondre avec le délégué hospitalier qui, comme son nom l'indique, assure de l'information médicale auprès des hôpitaux. Cette profession d'itinérant attire surtout des femmes (71 %) et des jeunes : 72 % ont moins de quarante-cinq ans. Depuis 1993, la formation, reconnue par le Comité professionnel national de la visite médicale (CPNVM), est obligatoire et, depuis l’Accord du 1er juillet 2005 relatif à la formation professionnelle des visiteurs médicaux, davantage encadrée.

Après un bac+2 validé
La discipline suivie après le bac importe peu. Mais pour pouvoir préparer le diplôme national de visiteur médical, vous devez être titulaire d'un bac+2 validé : L2, DUT, BTS, DEUST… Dans les faits, les écoles privées reconnues par le CPNVM accueillent en majorité des titulaires d'un bac+2 scientifique ou commercial. La formation dure de neuf à douze mois (soit 850 heures de formation théorique validée par le contrôle continu des épreuves écrites). Elle comprend un enseignement scientifique, médical et professionnel doublé d’un stage rémunéré de 3 à 6 mois qui valide la formation (soutenance orale obligatoire !). Parmi les disciplines enseignées, vous trouverez des cours de biologie, de pharmacologie, d'industrie pharmaceutique, de législation du travail, ainsi que des matières médicales et spécialisées.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Ce métier requiert une capacité d'autonomie et une maîtrise de l'outil informatique et des nouvelles technologies (Internet). Pour l'exercer, il faut aimer la solitude, les déplacements et les contacts humains. Les recruteurs recherchent de plus en plus des qualités commerciales : une capacité d'écoute, une force de conviction et d'argumentation, le sens de l'organisation. Sans oublier la mobilité géographique et une bonne présentation.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Après l'obtention du diplôme, l'accès à l'emploi est rapide. À condition d'accepter d'être mobile. Tous les laboratoires pharmaceutiques (petits et grands) et les prestataires de visite médicale recrutent. Dans chaque secteur géographique, ils ont désormais besoin de plusieurs visiteurs médicaux. Après quelques mois d’expérience, le diplômé en visite médicale se voit remettre – à la demande de son employeur – par le CPNVM (Comité professionnel national de la visite médicale) une carte professionnelle à renouveler chaque année.

ADRESSE UTILE
Les entreprises du médicament (Leem) 88, rue de la Faisanderie 75116 Paris Tél. : 01 45 03 88 88 Site : www.leem.org Le Comité professionnel national de la visite médicale (CPNVM) Site : www.cpnvm.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 145

VISITEUR MÉDICAL

SECTEUR ::

SCIENCES & TECHNIQUES INDUSTRIELLES
Fermeture d’usines, délocalisations… l’industrie française a mauvaise presse. Derrière les clichés, le secteur affiche des résultats pourtant honorables en occupant le cinquième rang mondial des pays exportateurs de produits industriels. Aussi, pour conserver une longueur d’avance face à la concurrence, les industriels misent aujourd’hui sur l’innovation et les jeunes diplômés.

es vingt dernières années n’ont pas été de tout repos pour l’industrie française victime de l’arrivée de pays émergeants – Chine, Inde et Taïwan en tête – tirant sans cesse les prix vers le bas. Conséquences : coupes budgétaires, licenciements économiques et des milliers d’employés sur le carreau. Pour tenter de stopper l’hémorragie, les entreprises se recentrent sur le progrès scientifique en créant de véritables pôles de recherche-développement spécialisés dans l’innovation technologique. Emmené par des entreprises de pointe (aéronautique, pharmacie, automobile…), le secteur se compose à 90 % de PME de moins de vingt salariés. “L’industrie reste essentielle à l’économie du pays. Malheureusement, les jeunes en ont une image tronquée et hésitent à s’engager dans cette voie, déplore Martine Crusilleau, chef du bureau des politiques de formation de la Direction générale des entreprises. Pourtant, les conditions de travail ont beaucoup évolué avec la robotisation. Ainsi, les emplois pénibles et non qualifiés cèdent progressivement la place à ceux d’ouvriers qualifiés, de techniciens ou d’agents de maîtrise. D’ici 2015, on prévoit un million de recrutements dans les industries de process, la mécanique, la maintenance, la métallurgie… Autant de domaines qui offrent des perspectives d’évolution à moyen et long terme grâce à la formation continue notamment.” L’horizon se dégage partiellement pour les futurs chercheurs qui voient des opportunités à saisir dans les départs en retraite d’une partie des professeurs d’université et des maîtres de conférence. Mais cette légère embellie ne doit pas occulter la polémique concernant la fuite des diplômés vers les établissements privés ou les pays étrangers.

C

vestiss montant de l’in strielles s sociétés indu de %, portations entation des ex augm uits industriels de prod %, + ”recruiers et de “bac part de bachel cteur tés par le se de l’industrie

milliards d’€, ement

38,7

Les doubles formations pour passeport

+ 5,3 60

Si les filières techniques s’assurent toujours les bonnes grâces des employeurs, le niveau des diplômés en revanche augmente pour mieux répondre aux attentes des entreprises. La moitié des recrutements s’opèrent à un niveau inférieur au bac dans les domaines de la mécanique et du travail des métaux ; cette proportion descend toutefois à un tiers dans les industries de process. De même, les employeurs exigent le niveau bac+5 pour tous les candidats au poste de cadre qui augmenteront leurs chances d’insertion en validant une double formation (technique et commerciale ou marketing par exemple). “Nous attendons toujours les filles, s’insurge Martine Crusilleau. Elle sont encore trop peu nombreuses. Il faut tordre le cou aux idées reçues : aucun métier ne leur est refusé. D’ailleurs, sur le site Internet www.industrie-jeunes.fr, nous présentons des jeunes femmes qui évoluent dans l’aéronautique, la métallurgie, la plasturgie, la chimie, l’électronique… Alors avis aux amatrices !” A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 147

METIERSÀLALOUPE ::

Ascensoriste
i Magali Cressy
uel est le dénominateur commun entre un immeuble, une station de métro, un centre commercial, un hôpital, un entrepôt et une école ? Réponse : l’ascenseur et tous ses dérivés, à savoir le monte-charge et autres escaliers roulants. Devenus objets du quotidien, ils appartiennent désormais au paysage urbain. Preuve en est : cent millions de personnes les empruntent chaque jour et le parc ne cesse de s’agrandir. Heureusement l’ascensoriste veille.

Q

ordinateur qui, ensuite, discute tout seul avec l’appareil. Pratique !, s’amuse-t-il. Mais j’éprouve également une certaine nostalgie pour les modèles plus anciens et rudimentaires. Avec eux, le problème ne réside pas vraiment dans la panne mais dans les pièces de rechange… introuvables.”

Solitaires mais solidaires
D’ordinaire, l’ascensoriste évolue en solo. “Mais face à une intervention complexe ou dangereuse – changer une pièce suspendu à plusieurs mètres du sol par exemple –, je peux compter sur mes collègues pour me prêter main-forte et me soutenir, se réjouit Rodolphe. De même, je participe régulièrement à des réunions et des formations axées sur la technique et la sécurité. Je m’informe des dernières réglementations en vigueur, je partage mes expériences et écoute celles des autres. Ces échanges m’apportent des connaissances et m’aident à mieux appréhender les situations que je rencontre sur le terrain, les risques encourus notamment. Parce que mon métier reste dangereux et nécessite une vigilance de tous les instants.” Et plus encore lors des urgences. Pour évacuer une personne coincée entre deux étages par exemple. Dans ce cas précis, la procédure à suivre est stricte : “Tout d’abord, je sécurise la situation en coupant le courant avant de hisser la cabine jusqu’à l’étage supérieur pour ouvrir les portes, commente Rodolphe. Durant tout le temps du sauvetage, je discute avec les utilisateurs prisonniers pour les rassurer. Le plus important ? Éviter la panique pour garder les idées claires !”

40 ans d’évolution
Rodolphe Aubert, technicien de maintenance chez Thyssenkrupp, gère une centaine d’appareils. “Selon le planning, j’organise des visites de contrôle mensuelles. Elles peuvent être générales ou cibler des points sensibles comme les portes ou les gaines des câbles… À chaque intervention, j’essaie de discuter avec le responsable du lieu, le gardien ou les utilisateurs réguliers. Ils me transmettent des informations précieuses pour détecter un dysfonctionnement invisible au premier coup d’œil.” Et pour cause. Au quotidien, l’ascensoriste rencontre autant de vieilles cabines en fer des années 60 que de modèles dernier cri à parois transparentes. Et quelle que soit l’époque, un ascenseur concentre une large palette de technologies que le technicien se doit de maîtriser : électricité, électronique, électrotechnique, hydraulique, mécanique… “Je ne dois pas tout apprendre par coeur, confie Rodolphe. En fait, je dispose de dossiers et de schémas spécifiques. Les modèles les plus récents nécessitent simplement le branchement d’un petit

148 Le Guide des métiers et des compétences

SCIENCES & TECHNIQUES INDUSTRIELLES

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Un ascenseur rassemble, en un seul appareil, plusieurs domaines de compétences : la mécanique, l’électricité, l’hydraulique, l’électronique, les automatismes … Polyvalence exigée

Après la 3e
Les BEP Métiers de l'électrotechnique ou Maintenance des équipements industriels constituent une bonne base de départ. Néanmoins, ils ne se suffisent pas à eux-mêmes. Alors cap sur le bac pro !

Après un BEP
Parmi la multitude de bacs pros, deux sont particulièrement recommandés : le très recherché Électrotechnique énergie équipements communicants, mais aussi Maintenance des équipements industriels. Ces formations en deux ans ouvrent les portes de la nouvelle Mention complémentaire Technicien ascensoriste.

Après le bac
Nouvellement créée, la première session de la Mention complémentaire (MC) Technicien ascensoriste “Service et modernisation” s’est ouverte en 2007. La formation d’un an se déroule en alternance et s’articule autour de la maintenance, de la réparation et de la modernisation. Actuellement dispensée dans quelques lycées professionnels, cette formation devrait se diffuser plus largement pour devenir une référence dans le métier !

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Sujet au vertige ou claustrophobe ? Passez votre chemin. Le quotidien des ascensoristes est ponctué d’interventions à réaliser suspendu par un harnais à plusieurs mètres du sol et dans un espace confiné. Œuvrant souvent en duo, ces techniciens de haut vol font preuve de rigueur et d’un grand sens de la sécurité. Organisés et autonomes, ils planifient des interventions préventives et effectuent alors les réparations nécessaires. Face à une panne, ils rassemblent leurs capacités d’analyse et leurs compétences techniques pour en définir l’origine et y remédier le plus rapidement possible. En cas d’urgence ? Une grande maîtrise de soi reste particulièrement recommandée. Avis aux stressés !

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le parc national compte plus de 475 000 ascenseurs en service. Plus de la moitié sont obsolètes et doivent être remplacés ou modernisés pour répondre à la loi de 2003 relative à la sécurité des ascenseurs existants. En parallèle, le développement vertical des villes, compensant le manque de place au sol, donne à l’ascenseur une place incontournable dans les constructions d’aujourd’hui et de demain. Chaque année, plus de 10 000 appareils trouvent leur place dans des immeubles toujours plus hauts. Ajoutés aux départs en retraite, ces facteurs entraînent le recrutement programmé de 1 500 techniciens ascensoristes par an sur les dix ans à venir, dont la moitié en île-de-France, selon la fédération nationale du secteur.

ADRESSES UTILES
Fédération des ascenseurs 48, bd. Malesherbes 75008 Paris Tél. : 01 40 08 04 23 Site : www.ascenseurs.fr Association française des ingénieurs et responsables de maintenance (AFIM) 10, rue Louis Vicat 75015 Paris Tél. : 01 56 56 29 29 Site : www.afim.asso.fr Infos études et métiers : www.e-orientations.com 149

ASCENSORISTE

METIERSÀLALOUPE ::

Contrôleur technique automobile
i Christine Delerue
u bout de quatre ans d’existence, aucune voiture n’échappe légalement à un check-up complet. Le contrôle technique automobile, obligatoire depuis 1992, concerne les voitures, fourgons et camionnettes de moins de 3,5 tonnes âgés de quatre ans et plus. Il s’effectue dans l’un des 4 900 centres agréés, indépendants ou affiliés à l’un des six réseaux nationaux. M. Gramont, 34 ans, contrôleur technique automobile depuis treize ans, possède deux centres situés, l’un à Toulouse, l’autre à Beauzelle. “Après mon BEP, ma mention complémentaire et mon bac professionnel dans le secteur de l’automobile, je ne m’imaginais pas travailler toute ma vie dans un garage… Le contrôle technique automobile m’a séduit car il se rapproche de l’expertise.” Chaque jour, vingt voitures minimum subissent une vérification au centre de Toulouse. “Il s’agit surtout d’un contrôle de sécurité. Une voiture compte cent trente-trois points de vérification. Pneumatiques, éclairage, carrosserie… tous les organes de sécurité y passent !” Après un rapide état des lieux établi avec le propriétaire de la voiture, le contrôleur technique entre en scène. Il ne lui faut pas plus de trente minutes pour opérer la vérification à l’aide d’appareils spécifiques tels que les régloscopes, les bancs de freinage ou les analyseurs de gaz. Aujourd’hui, plus besoin de papier ni de crayon pour pointer les failles : “Chaque professionnel dispose d’un petit appareil portable dans lequel il entre les renseignements relatifs à la carte grise et aux différentes caractéristiques du véhicule, précise

A

M. Gramont. En fin de contrôle, il transfère les informations sur l’ordinateur et édite un rapport destiné au client.” Enfin, le contrôleur technique rencontre le propriétaire du véhicule pour dresser un bilan de la vérification et lui expliquer – si besoin est ! – quelles sont les pièces défectueuses et pourquoi les changer.

De lourdes responsabilités
Le contrôle technique se caractérise par une réglementation stricte : chaque entreprise dispose d’un agrément préfectoral et le contrôleur d’une autorisation délivrée sous condition d’attester d’un casier judiciaire vierge. Et M. Gramont de souligner : “L’arrêté du contrôle technique fait quatre-vingt-dixsept pages et le lexique des points de contrôle plus de deux cents ! Naturellement, pas question de faire l’impasse dessus !” Le métier n’est donc pas dénué de responsabilités. “Il requiert une grande concentration. Aucune distraction ne peut être tolérée car les vérifications sont garantes de la sécurité du conducteur. Récemment, l’un de mes contrôleurs n’a pas pointé une ceinture déchirée. Le conducteur est revenu : j’ai donc pris les frais de réparation à ma charge et ai averti le salarié. C’est un métier où l’on n’a pas droit à l’erreur. En cas de faute, le contrôleur peut être radié et perdre définitivement son agrément.” Et M. Gramont de conclure : “Il s’agit d’une profession exigeante qui requiert un grand sens des responsabilités. Mieux vaut donc commencer jeune !”

150 Le Guide des métiers et des compétences

SCIENCES & TECHNIQUES INDUSTRIELLES

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Pour exercer le métier de contrôleur technique automobile, il est obligatoire de passer un Certificat de qualification professionnelle (CQP). Le diplôme minimum requis pour pouvoir s’y inscrire reste le CAP. Cependant, un BEP, une mention complémentaire, un bac technologique ou un bac pro peuvent également faire l’affaire.

Après la 3e
Côté CAP, vous pouvez opter pour l’une des spécialités suivantes :

Préparés en deux ans après la troisième ou en un an après un CAP, les futurs contrôleurs techniques poursuivent généralement leur cursus en intégrant l’un des BEP suivants : f Carrosserie, dominante “Réparation” ou “Construction” ; f Maintenance des véhicules et des matériels dominante “ Voitures particulières, véhicules industriels, motocycles”. Autre possibilité : s’orienter vers la préparation d’un bac technologique STI Génie mécanique “Systèmes motorisés”.

Après le BEP ou le CAP
Il est possible de compléter sa formation par une mention complémentaire (un an d’études) spécialité Aménagement et rénovation des véhicules spécifiques ou Maintenance des moteurs diesels et de leurs équipements. Les titulaires d’un BEP peuvent également opter pour un bac pro Carrosserie option “Réparation” ou Maintenance de véhicules automobiles option “Voitures particulières” pour “aboutir” leur formation.

Le CQP de contrôleur technique
Ce certificat, créé par les professionnels de la branche des services de l’automobile, se prépare principalement sous contrat de professionnalisation. Il concerne les jeunes de 16 à 25 ans titulaires au moins d’un CAP spécialisé dans l’automobile. La formation dure douze mois et compte huit cent dix heures de formation théorique et quatre-vingt-dix heures de formation pratique au sein d’un centre de contrôle technique agréé. Son obtention facilite l’accès à l’emploi et prépare à un métier et une qualification reconnus par les professionnels et la convention collective.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Chargé de vérifier des points susceptibles de mettre en péril la sécurité de l’automobiliste, le contrôleur technique doit faire preuve d’une grande rigueur. Même si sa fonction ne le conduit pas à réparer des véhicules, il doit néanmoins connaître tous les problèmes liés à la mécanique automobile. Au-delà des compétences techniques, les relations directes avec la clientèle exigent d’avoir le contact facile et d’user de pédagogie pour expliquer de manière simple et claire le rapport des contrôles.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le parc automobile s’était considérablement assaini ces dernières années. Moralité : il existait trop de centres de contrôle technique automobile par rapport au nombre de voitures à contrôler. Le marché de l’emploi s’était donc progressivement figé. La nouvelle réglementation imposée en matière de contrôle technique depuis le 1er janvier 2008 relance la donne puisque les obligations de réparation s’appliquent sur davantage d’éléments. Les contre-visites augmenteront donc en toute logique. Prochain cap ? 2010 ! “On dit” déjà qu’à cette date le contrôle technique deviendrait obligatoire chaque année pour les véhicules de plus de sept ans et qu’il viserait également les deux-roues. Affaire à suivre !

ADRESSE UTILE
ANFA (Association nationale pour la formation automobile) 41-49, rue de la Garenne - 92310 Sèvres Tél. : 01 41 14 16 18 Site : www.anfa-auto.fr Infos études et métiers : www.e-orientations.com 151

CONTRÔLEUR TECHNIQUE AUTOMOBILE

f Réparation des carrosseries ; f Maintenance des véhicules automobiles option A “Véhicules particuliers” ; f Équipements électriques et électroniques de l’automobile.

METIERSÀLALOUPE ::

Métrologue
i Hélène Dorey
’il existe un métier exigeant en précision et méticulosité, c’est bien celui de métrologue. Son rôle ? Contrôler la qualité de pièces avant leur fabrication et trouver les solutions pour corriger toute anomalie. Sa mission consiste ainsi à travailler en étroite relation avec les metteurs au point pour les informer des corrections à apporter à leur outillage servant à la production. Alors, la métrologie, c’est quoi ? Dans l’industrie, elle définit toutes les techniques de mesure utilisées pour produire et fabriquer une pièce. Et comme toute mesure comprend son lot d’erreurs, on comprend mieux la difficulté d’une telle fonction. Marc Priel, directeur adjoint du Centre de métrologie scientifique et industrielle basé à Paris, a embrassé la profession par hasard comme la plupart de ses confrères. “Le métier de métrologue reste méconnu car il n’est pas répertorié dans les conventions collectives. Pourtant son rôle s’avère primordial dans bon nombre d’entreprises. La métrologie offre de multiples facettes et devient rapidement passionnante pour qui aime la biologie, les mathématiques ou bien encore les statistiques. Pour schématiser, mon activité me conduit à organiser les mesures et à veiller à leur qualité.” Ce travail passe par l'étalonnage*, la vérification des instruments de mesure, l’analyse des besoins, la définition de nouvelles méthodes susceptibles de répondre aux besoins des entreprises dans les plus brefs délais. Le métrologue sait donc choisir les instruments, acheter

S

du matériel et s’occuper de la mise en service. Il travaille généralement au sein d’une pièce climatisée et régulée en hygrométrie dans les laboratoires, les appareils de mesure devant être extrêmement précis. Dans certains cas (pièces de taille importante), il peut être amené à pratiquer ses mesures directement sur le terrain..

Savoir chiffrer le doute
Les métrologues évoluent dans les laboratoires pharmaceutiques, l’industrie automobile, les structures médicales ou l’agroalimentaire. Pression assurée pour ces professionnels surtout lorsqu’ils sont responsables de l’étalonnage d’instruments dans les hôpitaux et que leurs mesures peuvent sans cesse être remises en cause. “Il faut toujours être en capacité de douter car on ne peut jamais être certain de ses résultats. C’est ce que j’appelle ‘chiffrer le doute’.” Les outils dépendent bien sûr des domaines d’intervention : générateurs, instruments de mesure (multimètre, oscilloscope, machine 3D…) et, évidemment, logiciels de gestion de parcs d’instruments, logiciels de bureautique et logiciels de calculs. Comme pour tout métier technique, le métrologue suit des formations régulières pour actualiser ses connaissances et se maintenir à la pointe de la technologie.
* L’étalonnage consiste à comparer les valeurs trouvées par le métrologue avec des valeurs faisant office de référence. Chaque mesure est donc évaluée en fonction d’étalons, c’est-à-dire de “valeurs sources”.

152 Le Guide des métiers et des compétences

SCIENCES & TECHNIQUES INDUSTRIELLES

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
DUT et BTS restent les diplômes de base pour devenir métrologue. Les passionnés de la mesure peuvent, eux, s’orienter vers l’École supérieure de métrologie (ESM) pour valider un diplôme d’ingénieur spécialisé (niveau bac+6) ou l’École des mines de Douai pour décrocher un Master Systèmes de mesures de métrologie et se prévaloir d’un excellent niveau d’expertise.

Après le bac MÉTROLOGUE
Le DUT Techniques physiques (qui comprend de nombreuses spécialisations) est accessible aux bacheliers S, STI options “Génie électronique”, “Génie électrotechnique”, “Génie énergétique”, “Génie des matériaux”, “Génie mécanique”, “Génie optique” et STL options “Physique de laboratoire et de procédés industriels” ou “Chimie de laboratoire et de procédés industriels”. La formation se base sur de solides connaissances scientifiques en physique. Au menu donc, chimie et matériaux, mathématiques et statistiques, électronique et électrotechnique. Le BTS Techniques physiques pour l'industrie et le laboratoire est quant à lui ouvert aux bacheliers S et STL option “Physique de laboratoire et de procédés industriels”. ?

Après un bac+2
Et si vous poursuiviez votre cursus par une licence professionnelle pour accéder à un domaine de spécialisation ? Il en existe plusieurs dont la licence professionnelle Gestion de la production industrielle, spécialisation “Capteurs, instrumentation et technologie”, la licence Métiers de la santé et de l’environnement, la licence Gestion de la production industrielle option “Métrologie, qualité et sûreté industrielle”… Certaines licences pros se préparent par la voie de l’apprentissage en deux ans. C’est le cas de la licence professionnelle Gestion de la production industrielle métrologie et contrôle commande au CFA Epure Méditerranée.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le métier de métrologue requiert des connaissances pointues en chimie, biologie et statistiques. Non “matheux” s’abstenir. Au quotidien, le métrologue fait preuve de méthode et d’organisation. Il sait également endosser de lourdes responsabilités et développer un réel esprit critique.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
La métrologie se développe sous l’impulsion de la démarche qualité adoptée par les entreprises. Profitez de l’opportunité. Les secteurs porteurs – car récents et réactifs – sont la santé (hôpitaux mais aussi depuis peu les laboratoires d’analyse alimentaire), l’environnement, l’agroalimentaire. La chimie, la pharmacie, l’automobile et l'aéronautique offrent encore des possibilités. Sachez enfin que la métrologie s’exporte facilement à l’étranger, les formations hexagonales ayant fait leurs preuves.

ADRESSE UTILE
Laboratoire national de métrologie et d’essais 1, rue Gaston Boissier 75015 Paris Tél.: 01 40 43 37 00 Site : www.lne.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 153

METIERSÀLALOUPE ::

Technicien en optique de précision
i Hélène Dorey
e technicien émérite réalise des composants optiques en s’appuyant sur des procédures et de plans de fabrication rigoureux. Ces éléments sont ensuite intégrés à des instruments indispensables à de nombreux secteurs : astronomie (miroirs de télescopes), transport (capteurs optiques), militaire (caméras infrarouges), spatial, industriel, recherche (microscopes), communication et télécommunications (fibre optique, disques numériques, imprimantes à laser). La création de ces petits bijoux technologiques nécessite trois phases de mise en œuvre : l’ébauchage, le doucissage et le polissage assisté par des machines perfectionnées. Vient ensuite l’assemblage des éléments réalisé grâce à des techniques spécifiques de collage. Le technicien en optique de précision peut également être amené à monter et régler lui-même des composants qu’il fabriqués. Un métier à hautes qualifications !

C

Manuel et cérébral
Née voilà plus de 165 ans, l’entreprise Nachet basée à Dijon, fait référence en la matière. Son slogan “Un seul métier, une seule politique : la microscopie de qualité”. Petite parenthèse (un peu de culture générale ne fait jamais de mal) : Pasteur a lui-même utilisé un microscope Nachet pour isoler le virus de la rage. Aujourd’hui les grandes administrations françaises, à l’image de la police judiciaire, emploient ses stéréomicroscopes, ses microscopes et ses comparateurs

en écriture balistique. Tout comme Interpol, la police scientifique Mexicaine, Colombienne… “Je pense qu’aucun jeune ne rêve de devenir technicien en optique de précision, par simple ignorance. Qui connaît aujourd’hui ce métier, alors qu’il est crucial notamment dans la recherche, notre créneau de prédilection. Ma vocation est née, pour ma part du contexte familial. Je suis arrivé chez Nachet en culottes courtes… ou presque. Explique Gérard Biot, technicien en optique de précision dans cette entreprise. Ma mission consiste à créer et façonner des lentilles qu’elles soient planes, concaves, convexes ou encore biconvexes, à partir d’un bloc de matières trépané, tronçonné, calibré, poli (avec par exemple de la poudre de diamant pour son pouvoir abrasif)… Pour ce faire, je dois tenir compte de différents paramètres définis en fonction de l’utilisation finale (matériel d’endoscopie…). Il s’agit donc d’un travail complet à la fois manuel (préparation des supports, réglage et utilisation de tours, de machine outils…) et technique. Il faut être patient, minutieux, méticuleux et savoir résister à la chaleur parfois dégagée par l’ouvrage de certaines pièces. Le stress, en revanche, demeure constant ! Car si la perfection n’est pas de ce monde, nous devons toujours nous en approcher.” Selon Gérard Biot, dix ans d’expérience restent requis pour devenir un excellent professionnel. Mais quelques mois suffisent néanmoins pour réaliser une pièce ultraperformante.

154 Le Guide des métiers et des compétences

SCIENCES & TECHNIQUES INDUSTRIELLES

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Depuis la suppression du BEP Optique de précision en 1999, il n’existe plus de formation spécifique à ce métier même si deux BTS et une licence professionnelle sont reconnus par la profession.

Après le bac TECHNICIEN EN OPTIQUE DE PRÉCISION
Après un bac S, STI Génie optique et Génie optique mécanique option “Microtechniques”, STL Physique de laboratoire et des procédés industriels, deux voies s’ouvrent à vous. Attention toutefois, leur accès reste très sélectif. Le BTS Génie optique option “Optique instrumentale” n’est préparé que dans peu d’établissements en France : lycée polyvalent Victor Bérard à Morez, Tours, Saint-Étienne, Levallois-Perret… et Paris au lycée Fresnel, établissement de référence. Le BTS Génie optique option “Optique photonique”, quant à lui, peut se valider à Lannion, Armentières… Mais là encore peu de possibilités. Au programme : français, anglais, maths, physique appliquée/optique, études des constructions, analyse et mise en œuvre des systèmes. Vous allez devoir vous accrocher. Citons enfin, la licence professionnelle IMOE (Ingénierie en micro-opto-électronique) créée à l’IUT de Marseille à la rentrée 2006. Niveau d’entrée : bac+2 (priorité donnée aux titulaires de l’un des BTS cités précédemment).

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
L’évolution technologique conduit le technicien à réaliser moins de tâches qu’il y a encore dix ans. Toutefois, son adresse, sa méthode, sa patience et sa rigueur restent toujours indispensables pour réussir dans cette branche. Ce professionnel est également doté de solides compétences scientifiques (physique, chimie, informatique de traitement des données) et technologiques (mécanique, électronique). Plus encore : il maîtrise l’anglais (écrit, oral) et sait en permanence actualiser ses connaissances en fonction de l’émergence de nouvelles technologies et matériaux.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Les PME-PMI recrutent rarement. Les grandes entreprises comme Thalès, Alcatel, la Sagem, l’Aérospatiale, n’emploient quant à elles ces techniciens que dans le cadre de projets spécifiques et ponctuels. Du côté de la recherche, le CNRS, le CEA, n’offrent guère plus de possibilités. Moralité : mieux vaut être mobile pour obtenir un poste… ou une mission ! Le secteur de l’optique de précision connaît en effet une progression limitée due principalement aux déplacements massifs des lieux de production vers l’Asie. La fabrication des prototypes s’effectue toujours en France, mais pour combien de temps encore ? La question reste posée à l’heure où notre pays a besoin de cette technologie de pointe pour se maintenir dans le peloton de tête de la recherche. Seule solution ? Redéfinir le métier – à venir cette année –, en tenant compte des évolutions technologiques et scientifiques. Un peu de patience encore !

ADRESSES UTILES
Groupement des industries françaises de l'optique 185, rue de Bercy 75012 Paris Tél. : 01 43 46 27 50 Site : www.gifo.org Société française d'optique Site : www.sfoptique.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 155

SECTEUR ::

SPORT, BEAUTÉ
n quelques années, le spa s’est imposé sur le marché du bien-être. Désormais, les centres de relaxation par l’eau affichent pignon sur rue à côté des classiques coiffeurs, instituts de beauté ou salons de bronzage. Cette réussite fulgurante illustre parfaitement le dynamisme du secteur. “En amont, l’industrie cosmétique assure la mise au point de nouvelles molécules et technologies, explique Patrick Chedville, président de la société SERIV et éditeur du site Internet www.beaute-job.com. En aval, les points dédiés au bien-être se multiplient. Les hôtels et les salles de sport s’équipent et diversifient ainsi leur offre de service. Ils répondent à une réelle demande pour la remise en forme. Le vieillissement de la population crée également un nouvel engouement pour le service à domicile.” Mais les machines dernier cri coûtent chers et restent l’apanage des grandes enseignes. Elles représentent un investissement trop important pour les instituts indépendants qui préfèrent se concentrer sur le service et les gammes cosmétiques en tube. Les opportunités d’emploi suivent le dynamisme du secteur et se concentrent principalement sur Paris, la région PACA et les côtes, bien sûr ! Les métiers du sport de haut niveau, quant à eux, concernent peu d’élus, même s’ils suscitent toujours autant de rêves ! Toutefois, tout n’est pas perdu car une véritable industrie du sport se développe en annexe des stars du stade. Générée par la mode du culte du corps, elle surfe aujourd’hui sur les préoccupations de santé des Français. Ainsi, les chaînes de magasins, salles d’entraînement ou clubs associatifs forment à eux seuls un secteur économique porteur d’emplois.

E

Les motivations se multiplient pour justifier le fait de passer la porte d’une salle de sport ou d’un institut de beauté : garder la ligne, rester en forme, se relaxer… Les Français en redemandent tant et si bien que prendre soin de soi est devenu un véritable phénomène de mode !

Des formations labellisées “exigeantes” !
%, Près de 300 centres de formation publics ou privés préparent aux métiers de l’esthétique et de Français la beauté. CAP, bac pro, BP, BTS… les voies se multiplient. Toutefois, la qualité des pourcentage de tivité nnant à une ac s’ado programmes diffère selon les établissements. “Les innovations dans le secteur des soins de tive spor beauté provoquent de nouvelles exigences des recruteurs. Ils recherchent désormais des milliards d’€, r professionnels dotés de connaissances dans les marques et les produits mais aussi dans le s du secteu chiffre d’affaire but 2007 maniement des machines, commente Patrick Chedville. De fait, pour s’insérer aisément, les ure dé de la coiff jeunes diplômés doivent posséder ces compétences.” Lors du choix de ) (Source : FNCF votre école, veillez à ce que ces enseignements soient intégrés à votre formation. milliards d’€, De leur côté, les nombreux métiers du sport se professionnalisent sous l’influence de s des ventes de chiffre d’affaire l’économie. Plusieurs écoles de commerce ou de gestion proposent ainsi des s en France et cosmétique parfums spécialisations de niveau bac+5 en management du sport ou en marketing du loisir 2006 en permettant aux diplômés de s’insérer dans l’industrie ou les réseaux de distribution. iards d’€ mill portations Les amateurs de terrain, enfin, parient majoritairement sur la filière STAPS pour faire affaires des ex chiffre d’ aise smétique franç carrière dans le professorat. de l’industrie co

61

5,1

6,543

8,686

en 2006

s on des industrie (Source : Fédérati erie) de la parfum

A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 157

METIERSÀLALOUPE ::

Coiffeur-visagiste
i Magali Cressy
e domaine de la coiffure comprend plusieurs spécialités, dont celle de visagiste. Son rôle ? Conseiller son client sur la coupe à adopter en fonction de la forme de son visage et de sa personnalité. Toutefois cette appellation n’est pas réglementée : tout coiffeur peut donc y prétendre. Francine Forest, meilleure ouvrière de France en 1983 et coiffeusevisagiste depuis vingt ans, met en garde contre les dérapages possibles. “Un vrai visagiste ne travaille pas sur catalogue. Quand je reçois une cliente, je l’installe devant un miroir sans peignoir pour bien saisir son style et sa morphologie, je discute avec elle de ses envies et nous définissons ensemble la coupe à adopter. J’étudie aussi sa nature de cheveux. C’est important pour que la coupe soit facile à retrouver chez soi pendant au moins trois mois. De toutes façons, les fibres capillaires reprennent toujours leur mouvement naturel, donc autant ne pas les contrarier.” Le coiffeur visagiste travaille aussi les teintures. Le client choisit sa couleur sur une palette de démonstration. Ensuite, l’artisan, grâce à un savant mélange de plusieurs teintes, s’emploie à la reconstituer. “Je dois doser, être très précise, explique Francine Forest. Je compose aussi avec la qualité de la chevelure, plus les cheveux sont secs, plus ils prennent foncé. C’est un tour de main à prendre. Comme pour la coupe d’ailleurs ! Il faut beaucoup d’entraînement pour arriver à obtenir une boucle, un volume, un effet du premier coup.”

L

Le salon de coiffure, un lieu de détente propice aux confidences
La visite au salon est aussi pour beaucoup un moment où l’on prend du temps pour soi dans un espace de détente. Bien souvent, les clients désirent changer de tête, mais aussi se vider l’esprit. C’est alors que le coiffeur se transforme en confident. “Parfois, je vois arriver des femmes massacrées par ce que j’appelle un "fast-food de la coiffure", et elles n’ont pas le moral. Je les accueille avec un café, un mot gentil, on discute. Pour les détendre, je leur propose des soins personnalisés tels les masques aux huiles essentielles, un massage du cuir chevelu ou mon traitement à l’ozone. Et pour leurs cheveux, j’applique un principe simple : couper n’est pas raccourcir, c’est donner une forme. Il suffit parfois d’enlever quelques millimètres pour créer quelque chose de simple à reproduire et agréable à l’oeil. Quand le visage de ma cliente se décrispe et qu’elle retrouve sa bonne humeur, je me dis que j’ai gagné,” se réjouit Francine. En spécialiste de la fibre capillaire, le coiffeur dispense enfin des conseils sur l’hygiène, l’utilisation des shampooings ou des masques spécifiques. D’ailleurs, une majorité de coiffeurs s’adjoint aujourd’hui des services annexes et vend sa propre ligne de produits d’entretien, de soins esthétiques et d’articles divers (bijoux, accessoires décoratifs).

158 Le Guide des métiers et des compétences

SPORT BEAUTÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
La coiffure requiert une grande technicité et son enseignement ne se cantonne pas à une salle de classe. Ainsi, toutes les formations du secteur sont réalisables par la voie de l’alternance dans les CFA, les écoles privées et les lycées professionnels.

Après la 3e
En un ou deux ans, le CAP Coiffure dispense les techniques de base à l’exercice du métier : hygiène, préparation, application et rinçage des produits. Les élèves s’initient également à l’art de la coupe, de la mise en forme et au maniement des appareils de coiffage avant de valider leur diplôme.

Après un CAP
La mention complémentaire, en un an, offre la possibilité d’améliorer sa technique. Deux mentions possibles : la MC Styliste-visagiste se concentre sur l’étude de la morphologie, le coiffage mixte et le travail sur cheveux longs. La MC Coloriste-permanentiste mise sur la réalisation d’effets de couleurs, de formes (permanente, défrisage) et la maîtrise des produits professionnels. Le brevet professionnel Coiffure (en un ou deux ans) mention “Styliste-visagiste” ou “Coloriste-permanentiste” constitue également une excellente opportunité pour qui souhaite obtenir une qualification technique plus importante et un enseignement pluridisciplinaire en matière de gestion et de législation du travail. Ce diplôme, délivré par la chambre des métiers, reste le minimum requis pour s'installer à son compte et ouvrir son propre salon.

Après un BP
Le brevet de maîtrise permet de se perfectionner dans les domaines de la commercialisation, de la gestion économique/financière et des ressources humaines. Délivré par la chambre de métiers, ce titre hautement qualifiant habilite à la formation des apprentis.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le coiffeur visagiste doit avant tout faire preuve de goût et d’un habile coup de ciseaux pour définir et réaliser la coupe et la couleur adaptées à chaque visage. Un bon sens du contact, de l’écoute et une excellente présentation s’avèrent également utiles pour instaurer une ambiance décontractée dans le salon et mettre le client à l’aise. La station debout prolongée et les bras en tension à l’horizontale requièrent enfin une certaine résistance physique.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
La coiffure constitue le second secteur artisanal en France. Les débouchés sont donc nombreux pour les diplômés. Les recrutements, en hausse régulière, s’effectuent à tous les niveaux de formation. Le BM ou le BP vous permettent de diriger votre propre salon en tant que franchisé ou coiffeur à domicile. Ne négligez pas pour autant les autres secteurs recourant régulièrement au service des coiffeurs : les établissements de soins (maison de retraite, de convalescence, thalassothérapie…) ou l’audiovisuel (publicité, cinéma, spectacle) par exemple.

ADRESSE UTILE
Fédération nationale de la coiffure française (FNCF) 36, rue du Sentier - 075002 Paris Tél. : 01 42 61 53 24 Site : www.fnc.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 159

COIFFEUR-VISAGISTE

METIERSÀLALOUPE ::

Diététicien
i Aurélie Lebreton
a bible ? Les Apports nutritionnels conseillés du CNERNA (Centre national des études et recherches sur la nutrition et l’alimentation)”, proclame Olivier Arnaudet, diététicien. “En effet, chaque individu a des besoins spécifiques déterminés par son âge, son sexe et sa situation physiologique. Mon travail consiste à définir pour chacun quel sera le meilleur régime à suivre.” Véritable éducateur alimentaire, le diététicien nous apprend à manger mieux. Il peut intervenir dans les collectivités (écoles, résidences pour personnes âgées…) où il assure un rôle préventif en équilibrant les menus de populations en bonne santé. À l’hôpital, il rencontre des malades devant surveiller leur alimentation : sans sucre, sans sel ou sans graisse, les contre-indications du médecin sont respectées à la lettre. “Chaque jour, je passe dans les chambres pour décider avec chaque patient de la composition de ses repas, explique Olivier. Je lui donne le choix entre plusieurs plats compatibles avec son programme alimentaire. Je n’impose pas le menu car si le patient n’aime pas ce qu’on lui sert, il ne mangera pas. Cela entraîne des carences et c’est l’inverse de l’effet recherché.” Attentif à l’équilibre des repas distribués, le diététicien veille aussi à l’hygiène. Dans un service de restauration collective, il peut à tout moment envoyer un échantillon des plats servis au laboratoire pour vérifier l’absence de germes. Ces analyses lui permettent de savoir si la chaîne du froid ou du chaud a bien été respectée et si la nourriture est propre à la consommation. Les règles,

“M

très strictes, de température et de conditionnement sont répertoriées dans le HACCP (le système des points de contrôle critiques pour l’analyse des risques).

Mieux vaut prévenir que guérir
En spécialiste de la nutrition, le diététicien remplit également un rôle préventif et informatif. “Quand je rencontre un patient, je discute avec lui de ses habitudes, raconte Olivier. Je repère ses erreurs et procède au rééquilibrage de son alimentation. Je ne parle pas de régime, ce mot à une connotation trop restrictive. D’ailleurs, le plus souvent, les gens ont l’impression de manger autant, voire plus, qu’avant. En fait, ils se nourrissent de façon plus complète, cela évite les frustrations.” De nombreuses maladies sont dues à une mauvaise alimentation. Le diabète, l’obésité, les problèmes cardiovasculaires sont les plus connues, mais les excès et les déséquilibres nutritionnels sont également en cause dans les cancers du système digestif. “Toutes ces affections sont bien traitées quand elles sont prises à temps, mais il est quand même préférable de les éviter. Je ne me substitue pas au médecin, rappelle Olivier, mais j’apporte une aide. Au cours de mes rencontres, je constate que la population s’alimente de plus en plus mal, et avec des aliments préfabriqués. J’essaie donc d’inciter les gens à consommer des produits naturels en prenant le temps de cuisiner. C’est toujours meilleur.”

160 Le Guide des métiers et des compétences

SPORT BEAUTÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Pour devenir diététicien, il existe deux diplômes fondamentaux : le BTS Diététique et le DUT Génie biologique option “Diététique”, plus théorique, qui facilite la poursuite des études. Ces formations sont accessibles dans moins d’une quarantaine d’établissements et la sélection est très sévère. Ces filières recrutent majoritairement les titulaires d’un bac S, STL (Sciences et techniques de laboratoire) spécialité “Biochimie”. Les bacheliers issus d’un bac ST2S (ex-SMS) ont également leur chance mais rencontrent plus de difficultés durant leur cursus.

Après un bac+2
Après votre BTS ou votre DUT, vous pouvez vous orienter vers une formation complémentaire ou un diplôme universitaire en un an pour vous perfectionner dans un domaine précis. Vous pouvez opter pour un cursus axé sur le conseil en qualité et en gestion nutritionnelle, le management de la qualité et de la sécurité alimentaire, le sport et la nutrition ou l’éducation de la santé entre autres. Les licences professionnelles offrent également un large choix de spécialisations : alimentation et santé, sécurité alimentaire, par exemple. Notons que les LP Management des produits frais et Gestion de la qualité des produits apportent des connaissances très utiles pour travailler dans le domaine de l’agroalimentaire.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le diététicien préconise un programme alimentaire pour préserver ou améliorer la santé de ses patients, sains ou malades. Ce régime comporte parfois des restrictions ou des interdits (sel, sucre, …). Le diététicien doit donc faire preuve de pédagogie et de tact pour changer les habitudes en douceur. Il travaille souvent en équipe (personnels soignants ou de service, médecins...) ; son sens de la communication lui est donc indispensable pour assurer une excellente transmission des informations à tous.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
“Une bonne santé commence dans notre assiette”. Cette idée se propage d’année en année dans notre société et n'en finit plus d'engendrer de nouveaux besoins en matière d’équilibre alimentaire. La profession, qui intègre 98 % de femmes, bénéficie donc actuellement d'un développement réel. Toutefois, il reste difficile pour les jeunes diplômés de s’insérer sur le marché de l’emploi car la diététique ne fait qu’entrer dans les moeurs familiales et sociales. Les hôpitaux, la restauration collective et l’industrie agroalimentaire offrent ainsi peu de postes salariés. L’exercice en libéral, quant à lui, nécessite une mise de fonds préalable importante. C’est pourquoi bon nombre de débutants vivent difficilement leurs trois premières années d’exercice et n’hésitent pas à recourir aux remplacements pour arrondir leurs fins de mois.

ADRESSES UTILES
Association des diététiciens de langue française 35, allée Vivaldi - 75012 Paris Tél. : 01 40 02 03 02 Site : www.adlf.org Association des diététiciens libéraux 14, bd Jeanne d’Arc - 95100 Agenteuil Tél. : 06 30 75 80 70

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 161

DIÉTÉTICIEN

METIERSÀLALOUPE ::

Éducateur sportif
i Danièle Michas
runo Brechler explore les fonds marins depuis son adolescence. D’abord en apnée avec son père qui l’entraîne. Puis, avec une bouteille “pour rester plus longtemps sous l’eau”. Dans son club de plongée, en région parisienne, il passe successivement tous les niveaux. Mais aujourd’hui, ce simple loisir est devenu son métier. Titulaire d’un BEP Mécanique , il débute sa vie professionnelle en exerçant des métiers variés comme la direction d’une agence de transport puis d’une société de production. Un jour, il décide de s’installer dans le sud de la France : “pour la qualité de vie et surtout, pour me reconvertir en moniteur de plongée”. Bruno décroche alors un contrat en alternance trois ans dans un centre d’où il prépare son brevet d’État d’éducateur sportif et son permis de marine marchande l’autorisant à piloter des bateaux. “Je suis titulaire du premier degré du BEES. Maintenant, je veux décrocher le second afin de pouvoir former des cadres sportifs, et recevoir une augmentation.” En effet, les salaires d'un moniteur dépendent du niveau de diplôme, de la spécialité sportive et du club employeur. Il existe aussi un BEES de troisième degré, dédié à l'expertise et à la recherche, notamment pour des postes d'entraîneur ou de directeur technique.

B

En plongée, l'expatriation est incontournable
La mobilité géographique est indispensable pour gagner sa vie. Ainsi, Bruno a préparé une partie de sa formation sur l’île de La Réunion. “En France, la saison est courte. Les petits centres ouvrent seulement de juin à septembre. Donc hormis les clubs qui travaillent avec les écoles, le moniteur de plongée connaît entre trois et six mois d’activité par an. Pour compléter l’année, je suis récemment parti

six mois en Egypte en tant que directeur d'un centre de plongée.” L'expatriation semble être la solution pour vivre de ce métier. “Mais comme les places restent chères dans ma discipline, pour trouver du travail régulièrement, il faut être polyvalent : des connaissances en mécanique permettent d'intervenir sur les moteurs des bateaux par exemple, mais je participe également à l’entretien du matériel, je bricole. Les employeurs apprécient aussi les compétences en informatique.” Un contrat de travail se décroche grâce au bouche à oreille ou en consultant les annonces lors des Salons de plongée. “L'adhésion à une association comme l'ANMP (Association nationale des moniteurs de plongée) me permet d'avoir accès à une Bourse d'emplois.” Quelle que soit sa discipline (football, athlétisme, ski, etc.), l'éducateur sportif forme des publics variés : des enfants, des jeunes, des adultes et même des personnes âgées. “Pendant trois ans, j'ai même encadré des handicapés en mettant en place des objectifs pédagogiques. Certes, l'organisation des sorties en mer ne change pas : gonflage des bouteilles, préparation du matériel, accueil des clients, départ du bateau, formation ou encadrement du public, retour au club, rangement, etc. Mais la diversité des gens rend l'approche pédagogique toujours différente.” L’enseignement d’une discipline sportive nécessite l’obtention du BEES (Brevet d’État d’éducateur sportif). Ce diplôme professionnel est délivré par le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la vie associative. Pour s'y présenter, il faut avoir dix-huit ans. Actuellement le ministère rénove ses diplômes afin de les harmoniser avec les formations européennes. Il a ainsi mis en place le brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (BPJEPS). D’autres réformes sont en cours.

162 Le Guide des métiers et des compétences

SPORT BEAUTÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Dès 16 ans
Le Brevet d'aptitude professionnelle d'assistant animateur technicien, de niveau V, se prépare dans les centres de formation agréés par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Il comprend trois dominantes au choix : loisirs jeunes enfants, tout public ou pleine nature. Le BAPAAT permet d'exercer comme aide-animateur.

Dès 18 ans
Pour devenir éducateur sportif, pas de diplôme exigé, mais tout de même quelques prérequis : les candidats doivent notamment présenter leur attestation de formation aux premiers secours (AFPS) et se prévaloir d’un niveau bac. Côté sport, on compte une soixantaine de disciplines disponibles : des activités de la natation au volley-ball en passant par le hockey sur gazon ou le squash, il y en existe pour tous les goûts. BEES ou BPJEPS : Une réforme récente oblige désormais de présenter un brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) au lieu du traditionnel brevet d’État d’éducateur sportif (BEES). Toutefois, ce changement ne s’applique pas à toutes les disciplines. Avant d’entamer les démarches, commencez donc par vérifier auprès de votre Direction générale de la Jeunesse et des Sports, quelle formation, du BEES ou du BPJEPS, convient pour votre cas. Ces formations se déroulent chacune sur une année et souvent en alternance. Le premier degré du BEES, correspondant à un niveau bac, se prépare au sein des centres agréés par le ministère de la Jeunesse et des Sports. La formation comprend deux parties : le tronc commun traite d’anatomie, de physiologie, de psychopédagogie, de réglementation ; L’autre partie se consacre à la spécialité sportive choisie. Le BPJEPS pour sa part, se compose de dix unités capitalisables : quatre sont transversales et correspondent à peu près au tronc commun du BEES. Cinq se concentrent sur la discipline sportive de spécialisation. La dernière enfin apporte une aide dans l’adaptation à l’emploi.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
En plus d’un bon niveau en sport, l’éducateur sportif doit faire preuve d’une grande résistance physique. Il possède également les qualités communes à tout enseignant : une capacité d’écoute, de la patience, l’esprit d'initiative et le goût du contact, de la disponibilité… Enfin, ne pas oublier que l’éducateur sportif travaille lorsque les autres se reposent : soirée, week-ends, jours fériés, périodes de vacances…

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Selon la discipline enseignée, les perspectives d’emploi et les salaires sont variables. L'éducateur sportif peut exercer son activité en tant que salarié ou comme travailleur indépendant. Les employeurs sont les clubs sportifs, les mairies (afin d’enseigner dans une école ou un club), les centres de vacances ou de loisirs, les maisons de jeunes, les établissements pour handicapés… De nombreux éducateurs sportifs cumulent l’enseignement de deux sports : l’un en hiver, l'autre en été. Certains exercent même en parallèle un autre métier dans les secteurs du tourisme, du commerce ou d'autres domaines d’activité. En effet, les conditions de travail dépendent beaucoup du sport enseigné. En ski, le moniteur ne pratique son métier qu’une partie de l’année. Contrairement au football par exemple.

ADRESSE UTILE
Les directions régionales de la Jeunesse et des Sports Pour obtenir l’adresse la plus proche de votre domicile : www.jeunesse-sports.gouv.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 163

ÉDUCATEUR SPORTIF

METIERSÀLALOUPE ::

Maître nageur-sauveteur
i Hélène Dorey
u bord du bassin, sifflet autour du cou, le maître nageur sauveteur entraîne les champions de demain, distribue le matériel et réprimande les garnements indisciplinés. Au bord de la mer, bronzé et souriant, il scrute l’horizon, prêt à intervenir au moindre incident. Tous ces clichés font sourire Estelle Neveu, 25 ans, maître nageur sauveteur dans le Var depuis cinq ans. Cette jolie jeune femme blonde, qui pourrait sans complexe endosser le fameux maillot de bain rouge des sirènes d’une célèbre série américaine, tient à rétablir quelques vérités. “Ce métier est bien plus riche, passionnant, mais aussi difficile.”

A

Allez, encore un petit effort !
Le maître nageur sauveteur adapte son message et son savoir-faire à chaque public. Dans le cadre de l’école de nage, pour les 5/10 ans, il transmet un savoir purement technique, l’apprentissage codifié des nages s’effectuant de manière ludique. “Je dois préparer un avenir sportif à ceux qui poursuivent la natation : développement de l’esprit de compétition et entraînement intensif. Personnellement je préfère des pratiques plus enrichissantes basées sur le partage telles les bébés-nageurs.” Une eau à 32°, des rires qui fusent çà et là… Et pourtant cette activité exige aussi concentration et rigueur. “Notre but est l’acquisition de l’autonomie par le jeu au moyen d’ateliers. Le travail s’effectue au départ essentiellement avec les parents. Il faut instaurer un dialogue, se renseigner sur l’évolution psychomotrice

de l’enfant chez lui, en collectivité… Pour y parvenir nous devons en quelque sorte éduquer les parents. S’ils sont angoissés, ils transmettront cette émotion à leur enfant. À nous de débloquer la situation en douceur. Il suffit le plus souvent de quelques mots et de gestes appropriés.” Autre secteur porteur, l’aquagym, qui n’est plus réservée aux mamies, précise d’emblée Estelle. “Là encore, outre l’aspect technique, je dois prodiguer des conseils de santé basiques. Pourquoi s’entretenir physiquement ? Quel effort peut-on faire selon son âge ? Comment bien se nourrir ?... J’adore évidemment les séances destinées aux futures mamans, car elles requièrent un grand sens psychologique. Tout comme les séances d’aquaphobie réservées aux personnes qui ont peur de l’eau. De nouvelles pratiques empruntées aux salles de gym apparaissent aussi régulièrement : l’aquabiking (vélo immergé dans l’eau), l’aquacardio, l’aquastep... Il faut donc se former en permanence pour actualiser ses compétences car ces activités font fureur dans la plupart des établissements.” Comme la plupart de ses confrères, Estelle Neveu navigue d’une structure à une autre et parcourt des milliers de kilomètres chaque année, pour parvenir à se construire un emploi du temps homogène. Entre ses cours la journée, les entraînements le soir et les compétitions le week-end nécessitant des déplacements fréquents, elle n’a guère le loisir de se prélasser sur les plages. Mais peu lui importe : son bonheur n’est pas là, mais vous l’aurez compris.

164 Le Guide des métiers et des compétences

SPORT BEAUTÉ

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Pour assurer la surveillance et le sauvetage, un diplôme suffit : le Brevet national de sécurité et sauvetage aquatique (BNSSA). En revanche, le Brevet d'État d'éducateur sportif activités de la natation (BEESAN) 1er degré reste indispensable pour exercer la profession de maître nageur-sauveteur.

Niveau bac MAÎTRE-NAGEURSAUVETEUR
Pour entrer en formation BEESAN, il faut au préalable être titulaire de l’Attestation de formation aux premiers secours (AFPS) délivrée après la validation de huit modules (la protection, l'alerte, la victime s'étouffe, saigne abondamment…). Seconde étape, réussir les tests de sélection. Le candidat (âgé de 18 ans minimum) doit d’abord passer des épreuves physiques chronométrées dont un 200 mètres quatre nages et un sauvetage. Place ensuite à l’épreuve écrite et à l’entretien particulièrement sélectifs. Même si aucun niveau d'études n'est exigé à la base, mieux vaut avoir validé le bac pour optimiser ses chances de réussite. Troisième et ultime étape : réussir la partie commune inhérente à tout brevet d’État. La formation, en contrôle continu des connaissances, se déroule en un an, (160 à 200 heures minimum) dans un Centre régional d'éducation populaire et de sport (CREPS). Au programme, des sciences humaines (physiologie, anatomie), de la biologie (principes et lois de l’entraînement) mais aussi de la gestion. Il est évidemment possible de s’inscrire en candidat libre. Mais les échecs sont plus nombreux car il faut travailler seul. Rien n’est toutefois impossible. La délivrance d’une attestation de réussite permet l’inscription à la spécialité sportive choisie, en l’occurrence la natation. La formation spécifique dure en moyenne un an en formation continue et jusqu’à trois ans en modulaire. Au programme : technique, pédagogie (enseignement en milieu scolaire, en classes spécifiques destinées aux personnes handicapées), entraînement (comment entraîner un groupe selon les différents niveaux), anatomie, administration ou encore réglementation. Pendant cette formation, le candidat est considéré comme breveté d’État : il peut donc être rémunéré durant ses périodes de stage.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Constamment au contact du public, le maître nageur-sauveteur doit aimer le relationnel et la polyvalence. Il enseigne à des bébés comme à des seniors. En bon pédagogue, il est patient, à l’écoute et près à encourager ses élèves. Parallèlement, il doit être capable d'intervenir en cas de problème (personne en détresse, accident...) et de donner les premiers secours. C’est un homme ou une femme de sang-froid. Responsable et consciencieux, il doit toujours être en excellente condition physique. Tous les cinq ans, il a obligation de participer à des sessions de recyclage et de perfectionnement.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
80 % des maîtres nageurs sauveteurs exercent dans les piscines municipales en tant que fonctionnaires territoriaux, contractuels ou vacataires. Il devient difficile d'obtenir un emploi permanent auprès des municipalités, car les constructions de piscine se raréfient. Les 20 % restants se répartissent donc entre les clubs affiliés à la Fédération française de natation, les centres de remise en forme, les centres de rééducation ou les structures privées comme les hôtels, les campings, les parcs d’attractions... De nouveaux secteurs comme la thalassothérapie ou la balnéothérapie offrent de réelles perspectives mais les places sont limitées. Le marché reste toutefois favorable dans le cadre d’emplois saisonniers.

ADRESSES UTILES
Fédération française de natation (FFN) 148, avenue Gambetta - 75020 Paris Tél. : 01 40 31 17 70 Site : www.ffnatation.fr Fédération nationale des métiers de la natation et du sport (FNMNS) 13, rue Jean Moulin - 54510 Tomblaine Tél. : 03 83 18 87 57 Site : www.fnmns.org Fédération des maîtres nageurs-sauveteurs 11, rue Henri Barbusse - 33110 Le Bouscat Tél. : 05 57 19 18 60 Infos études et métiers : www.e-orientations.com 165

SECTEUR ::

TOURISME, HÔTELLERIE
a France se positionne à la première place des destinations touristiques mondiales. Toutefois, cette situation cache des disparités importantes tant sur le plan territorial que saisonnier. La fréquentation se concentre en effet essentiellement sur la capitale et la Côte d’Azur malgré les efforts des autres Régions pour mettre en valeur leur patrimoine. Résultat : les déséquilibres tendent à s’amenuiser, mais rien n’est encore gagné. Pour attirer les touristes toute l’année, les grandes enseignes proposent des packages (logement-restaurationtransports…) visant à simplifier toute vie oisive. Ces offres commerciales génèrent des emplois pour les cadres qui savent élaborer ou vendre ce type de produit. Côté restauration traditionnelle, les indépendants restent majoritaires. Mais comme toutes les entreprises du secteur, ils rencontrent aujourd’hui des difficultés pour recruter. “Les jeunes véhiculent une image négative de nos activités car nous ne comptons pas nos heures et travaillons quand les autres s’amusent, se désole Thierry Sancey, responsable du site www.emploitourisme.com. Il est urgent de promouvoir notre large palette de métiers à la fois complexes, techniques et tournés vers la satisfaction du client. Chacun peut y trouver le moyen d’exprimer sa créativité, de communiquer et de s’ouvrir à l’international où le savoir-faire français est une référence.”

L

Venus d’Europe, des États-Unis, du Japon, du Proche et Moyen-Orient, plus de 80 millions de visiteurs étrangers ont découvert la France en 2007. La fréquentation affiche donc une nouvelle hausse cette année encore. Les professionnels retrouvent le sourire et recherchent des collaborateurs passionnés pour perpétuer un savoir-faire reconnu dans le monde entier.

nombre de rants , cafés et restau dans les hôtels nçais fra montant rangers des visiteurs ét , B généré urcentage du PI po isme secteur du tour par le

848 la800,censés sa riés re

Des formations à la carte !
Le secteur s’ouvre à tous les niveaux d’études. Il est ainsi possible de s’insérer rapidement dans la vie active en validant un CAP ou un BEP deux ans après sa sortie de 4e ou 3e. Les BP ou MC permettent, quant à eux, l’acquisition de qualifications plus pointues : sommelier, réceptionniste ou barman pour ne citer qu’eux. Les perspectives d’évolution s’avèrent ensuite fulgurantes pour qui sait mener son projet professionnel car gagner en responsabilités, monter sa propre affaire ou s’expatrier à l’étranger restent de mise dans ce secteur.

€, millia 36,9s dépensrdsend’France es de

6,3

Ceux qui envisagent des études longues se dirigent naturellement vers un BTS, une licence pro et enfin un master en tourisme ou en management hôtelier pour accéder à des postes d’encadrement ou de conception de produits. Que vous vous orientiez vers l’université, des établissements spécialisés ou une école de commerce, sachez que l’ouverture sur l’international et la maîtrise des langues étrangères sont aujourd’hui indispensables pour construire une carrière. Dans tous les cas, multipliez les stages, et si vous en avez la possibilité, privilégiez les formations en alternance pour acquérir une expérience professionnelle significative. Les métiers de ce secteur s’inscrivent dans la passion et l’investissement personnel : autant s’immerger rapidement dans une réalité de terrain pour évaluer précisément la nature de vos fonctions à venir.
me, es-clés du touris (Source : Chiffr l’Économie, des ministère de de l’Emploi, Finances et édition 2007)

A. L. Infos études et métiers : www.e-orientations.com 167

METIERSÀLALOUPE ::

En partenariat avec :

Agent de voyage
i Lou Steiner

D

ans les agences distributrices ou les associations de tourisme, l'agent de voyage accueille, conseille et vend des voyages sur catalogue. Il oriente le client dans ses choix, puis lui propose le produit adapté à ses goûts et son budget. Il assume également les formalités administratives et commerciales inhérentes à sa fonction : réservation auprès des voyagistes, vérification des vols, suivi de dossiers, recherche de documentation, gestion du courrier. Professionnel du sourire, l'agent de voyage vit au rythme – intense ! – des saisons touristiques, week-ends et jours fériés inclus ! Il se définit avant tout comme un organisateur réactif, méticuleux, structuré et observateur.

d'établir une tarification. Aujourd'hui, l'avalanche des propositions oblige l'agent de voyage à s'informer en permanence des prix pratiqués par la concurrence. Tout va très vite !” C’est pourquoi bien choisir sa formation s’avère aujourd’hui indispensable pour construire un projet professionnel fiable : Mention complémentaire (bac+1), BTS Vente et productions touristiques (bac+2) et Titre professionnel spécialisé (bac+2) préparent les jeunes aux exigences du métier d’agent de voyage pour mieux les aider à affronter un secteur en perpétuelle évolution.

Un tremplin vers la réussite
Le métier d'agent de voyage est souvent une première étape décisive pour tous ceux qui souhaitent accéder aux fonctions de chef de comptoir ou de directeur d'agence : “Il faut savoir être disponible et provoquer les opportunités dès qu'on maîtrise suffisamment les rouages du métier.” Pour ce faire, rien ne vaut les rencontres avec les professionnels du secteur : “Il faut des appuis sérieux pour ‘grimper’ vite ! Je ne conseillerai donc jamais assez aux actuels agents de voyage de se rendre aux salons ou cocktails professionnels pour tisser un important réseau relationnel. À eux ensuite de prouver leur motivation et leur sens du contact pour évoluer !” Message reçu !

Le tourbillon de la concurrence
Actuellement directeur commercial dans la société de croisières rochelaise “Inter-Iles”, M. Bourguignon, 48 ans, débute dans le tourisme comme agent de voyage à Paris. Formé sur le tas, il se perfectionne en suivant les stages organisés par la SNCF ou les compagnies aériennes : “À l'époque, les contacts étaient plus personnels : on créait des affinités avec les professionnels des aéroports. Aujourd'hui, l'informatique occasionne une forme de déshumanisation dommageable.” Et la guerre des prix n'arrange rien : “Il y a quinze ans, on ne subissait pas la concurrence. Il était facile

168 Le Guide des métiers et des compétences

TOURISME HÔTELLERIE
-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
La Mention complémentaire Télébilletterie et service voyages (MC) Envie d'études courtes et de qualifications professionnelles ? La MC Télébilletterie et service voyages se prépare en un an après le bac. La formation alterne les périodes d'enseignement théorique avec les cycles de stage en entreprise (10 à 15 semaines). Le programme dispensé permet ainsi de maîtriser deux langues étrangères, de développer ses savoir-faire commerciaux et d'acquérir les compétences nécessaires au service.

Titre Professionnel Certifié de Vendeur Conseil en Voyages d'Affaires et de Tourisme (niveau III – Bac+2) L'École Pratique du Tourisme (EPT), appartenant au groupe AFT-IFTIM, prépare les bacheliers (minimum) de 18 à 25 ans aux fonctions de vendeur conseil en voyages d'affaires et de tourisme. Les différents enseignements, dispensés par des professionnels du secteur, s’organisent en vingt-huit semaines de cours au centre et six semaines de stage. Au final ? 95 % à 99 % des jeunes “titrés” bac+2 trouvent un emploi à l’issue de leur formation.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Avant toute entrée en formation, les futurs agents de voyage doivent vérifier si leur profil correspond aux exigences (nombreuses !) d'une telle profession : présentation soignée, aisance dans la communication, sourire et courtoisie, maîtrise de soi, organisation et rigueur, autonomie, capacité d'adaptation, sens de l'écoute et du conseil, disponibilité, résistance physique et nerveuse. L'examen est positif ? Alors, vous avez toutes les aptitudes requises pour faire carrière dans le tourisme !

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Depuis le boom des années 1990, le secteur du tourisme subit une stagnation en matière de recrutement. Les raisons de ce ralentissement ? L'explosion d'Internet limitant les intermédiaires, et l’installation des billetteries automatiques. Bilan des courses ? La technologie supplante désormais les compétences humaines. C’est pourquoi toujours plus de candidats “agents de voyage”, s’orientent vers de grandes enseignes telles que Carrefour, la SNCF ou la FNAC pour intégrer les départements “Voyages”.

OÙ SE FORMER ?
École Pratique du Tourisme (EPT) Site : www.aft-iftim.com/ept.htm Région parisienne : AFT-IFTIM / École Pratique du Tourisme 43, rue du Général de Gaulle - BP 51 78490 Le Tremblay-sur-Mauldre Tél. : 01 34 94 27 24 Région Rhône-Alpes : AFT-IFTIM / École Pratique du Tourisme Rue des Saphirs - BP 7 38280 Villette-d'Anthon Tél. : 04 72 02 58 60

ADRESSE UTILE
Syndicat national des agences de voyages (SNAV) 15, place du Général-Catroux - 75017 Paris Tél. : 01 44 01 99 90 Site : www.snav.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 169

AGENT DE VOYAGE

Le Brevet de technicien supérieur Vente et productions touristiques (BTS) Le BTS Vente et productions touristiques conduit directement aux fonctions d’agent de comptoir ou d’agent de voyage. Il se prépare en deux ans après un bac L, ES, S et STG. Notons que l’accent est aujourd’hui mis sur l’informatique, le multimédia, les langues vivantes et l’expression écrite pour satisfaire les besoins professionnels.

METIERSÀLALOUPE ::

Chef de produit en tourisme d’affaires
i Julie Tarnowski

“T

ous les salariés de l'entreprise sont invités à participer à un séminaire de quatre jours". Voilà une note de service qui fait toujours plaisir à lire ! Le rôle d'un chef de produit en tourisme d'affaires est alors de "construire" ce voyage selon les volontés de l'organisateur. Appelé dans le métier "incitive", et plus communément voyages de récompense ou de stimulation, ces déplacements commandés par les entreprises sont aujourd'hui fréquents et représentent un marché de l'emploi non négligeable.

pour obtenir les meilleurs prix." Outre des connaissances techniques, posséder une grande fibre commerciale est donc essentiel pour les négociations. "C'est grâce à mon DUT en techniques de commercialisation que je possède les compétences nécessaires en commerce, et c'est le côté qui me plaît le plus dans mon métier."

Un travail de terrain important
"Une fois le dossier constitué, on le soumet à l'avis du client… Et s'il l'accepte, on passe à l'action", explique Caroline. Et oui : ne pensez pas que le travail du chargé de projet en tourisme d'affaires se résume à passer des coups de téléphone et à rédiger un dossier ! Car dès que le client approuve le produit, il s'agit de passer à la production en elle-même. "On accompagne alors le client sur place afin de faire le repérage des infrastructures et vérifier s’il est comblé", poursuit Caroline. "Il s'agit donc d'un véritable suivi personnalisé, non de tour-opérating puisque chaque produit est différent." Un métier qui mélange donc les compétences et les plaisirs, mais qui peut avoir un prix : "C'est tout simplement passionnant, mais le volume de travail demande qu'on prenne sur son temps personnel, et ça il faut vouloir l'accepter." Enfin, le chef de produit crée et doit donc être à même d'anticiper les tendances du moment pour être le meilleur dans le prêt-àvoyager : "C'est ce qui en fait un métier complexe mais complet.”

Une approche commerciale indispensable
Alors que l'agent de voyages est là pour conseiller et que le forfaitiste vend des séjours, le chef de projet concocte, lui, la totalité du voyage. "Les entreprises ont des desiderata précis quant au genre de voyage qu'elles souhaitent pour leurs salariés. La plupart ont déjà des destinations en tête quand elles viennent nous consulter, mais certaines nous laissent parfois le libre-arbitre." Il revient alors au chef de produit de répondre à toutes une séries de questions : "En fonction du budget alloué, c'est à moi de faire des propositions au client", un travail qui suppose une charge de travail importante. Les différentes étapes ? "On commence par étudier minutieusement le cahier des charges. À partir de là, il me faut choisir et contacter tous les prestataires : train, avion ou bus comme moyen de locomotion ? Hôtel ou club pour l'hébergement ? Il s'agit aussi de mettre les prestataires en concurrence

170 Le Guide des métiers et des compétences

TOURISME HÔTELLERIE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Ce métier particulier, spécialisé dans le tourisme d'affaires, ne possède encore aucune formation "type" à proprement parler. Toutefois les professionnels semblent unanimes sur le sujet : un bac+2 est trop léger, même après quelques années d'expérience, car ce poste requiert des compétences précises qu'il faut maîtriser à la perfection. Cependant, aujourd'hui quelques écoles commencent à faire leurs preuves auprès des recruteurs. Pour autant, c'est par un BTS spécialisé dans le tourisme que le voyage commencera !

Après le bac
Malgré l’existence de certains DUT ou DEUST orientés vers le tourisme, ces diplômes ne rivalisent pas, professionnellement parlant, avec le BTS Vente et production touristique spécialement institué pour répondre à la formation des futurs chefs de produit en tourisme d’affaires. Grâce à ce cursus de base quasi-indispensable, le commerce et la production des produits touristiques n’auront plus de secret pour vous. Notons néanmoins, que le DUT Technique de commercialisation est également apprécié par les professionnels pour débuter dans le métier.

Après un bac+2/+3
Compléter son BTS ou DUT par une licence professionnelle s’avère aujourd’hui indispensable pour poursuivre ces études au niveau bac+5 ou parfaire un cycle court par une spécialisation toujours bienvenue sur le marché de l’emploi. Outre les cursus des ESC (ou Écoles de management) fort appréciés des recruteurs, les écoles spécialisées proposent également des formations de haut niveau en un à trois ans. Ainsi, l’Escaet (École supérieure de commerce et d’administration des entreprises de tourisme) – entre autres – dispense un programme en management du voyage particulièrement performant. Les écoles du groupe EMC, quant à elles, misent sur l’international en proposant des Bachelors et MBA particulièrement adaptés au marché du secteur.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le métier de chef de produit en tourisme d'affaires nécessite plusieurs compétences importantes : des connaissances techniques, commerciales, une organisation sans faille et beaucoup de rigueur. Un grand sens du relationnel s’avère enfin indispensable pour exercer cette activité nécessitant un contact permanent avec les clients et les acteurs du secteur.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le tourisme se situe au premier rang des industries françaises et représente un million d'emplois directs et presque autant d'indirects. Parmi les différentes formes de tourisme existantes, le tourisme d'affaires n'est pas en reste. Pour autant, le métier de chef de produit n'est pas le plus accessible. Il vous faudra probablement d’abord faire vos preuves à des postes d'agent de voyage pendant quelques années avant de vous voir confier cette responsabilité.

ADRESSE UTILE
Syndicat national des agences de voyages (SNAV) 15, place du Général Catroux 75017 Paris Tél. : 01 44 01 99 90 Site : www.snav.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 171

CHEF DE PRODUIT EN TOURISME D’AFFAIRES

METIERSÀLALOUPE ::

Concierge d’hôtel
i Christina Gierse
homme aux clefs d’or brodées sur le revers de la boutonnière est un peu l’âme des grands palaces. Un métier difficile, mais humainement passionnant. De jour comme de nuit, le concierge est la première personne que l’on croise lorsqu’on franchit la porte d’un palace. Son sourire et son accueil suscitent toujours une impression cruciale pour l’image de l’établissement. Employé par un grand hôtel (quatre étoiles minimum), le concierge accueille, informe et conseille une clientèle forcément exigeante car habituée au service haut de gamme. Les clefs d'or qui ornent sa boutonnière permettent de le reconnaître. Sefa Durmaz, 27 ans, occupe ce poste depuis cinq ans à l’Hôtel Ritz (Paris). Ce jeune homme souriant aime son métier par-dessus tout : “On ne peut pas être concierge sans vocation ! Ceux qui choisissent cette profession pour les pourboires ne tiennent pas le coup longtemps.” Titulaire d’un bac technologique puis d’un BTS en hôtellerie, Sefa travaille dans les hôtels depuis l’âge de 15 ans comme aide-groom, bagagiste, chasseur, réceptionniste, assistantconcierge… C’est dire s’il connaît bien l’univers des palaces !

L’

ne se ressemblent pas. À chaque client ses exigences, voire ses petites manies. Secret professionnel oblige, Sefa ne nous dira rien sur les coups de tête ou maniaqueries des stars internationales côtoyées au Ritz. “Mon travail consiste à accueillir les clients puis à répondre à leurs demandes : réservations de billets d’avion, de places de concert ou de théâtre, conseils pour sortir, pour dîner, pour ‘shopper’, pour trouver un tailleur susceptible de réaliser un costume sur mesure... Même si internet nous aide beaucoup, il est nécessaire d’avoir un carnet d’adresses bien fourni pour contacter rapidement les professionnels que nous savons disponibles immédiatement.”

Vive le système D !
Véritable chef d’équipe, Sefa est secondé dans sa tâche par le groom qui porte les bagages, le chasseur qui fait les courses en ville à la demande du client et le personnel d’étages qui livre dans les chambres. Une aide plutôt bienvenue : “Dans les palaces comme le Ritz, les demandes des clients sont nombreuses. Il faut savoir les satisfaire rapidement et trouver des solutions lorsque la réponse ne s’impose pas immédiatement. C’est pourquoi le système D est roi dans ce métier !” Sefa avoue quelques rares moments de découragement, notamment lorsqu’il ne parvient pas à répondre aux attentes. Mais il garde aussi en tête des instants d’exception, comme cette amitié nouée avec une vedette mondialement connue : “Malgré sa notoriété, cette personne est restée simple et se déplaçait dans Paris sans escorte, en moto. En partant, elle m’a laissé un petit souvenir. Travailler pour des personnalités comme elle reste un vrai plaisir.”

À chaque client ses manies...
“Il est impossible de devenir concierge du jour au lendemain. Ce poste requiert une connaissance du milieu des grands hôtels – un univers un peu à part –, de la maturité, une bonne dose de tact et d’altruisme. Car il faut manifester l’envie d’aider l’autre, de rendre service... C’est vraiment un métier que l’on apprend sur le tas, même si les études restent une base intéressante.” Les journées de Sefa se suivent mais

172 Le Guide des métiers et des compétences

TOURISME HÔTELLERIE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Métier de terrain et de proximité oblige, on ne devient pas concierge d’un palace en quelques mois ! Traditionnellement, la profession accorde une large place à la promotion interne. Encore aujourd’hui, la formation “sur le tas” est monnaie courante, même si le métier tend à se professionnaliser. Cap donc sur le bac technologique Hôtellerie puis sur le BTS Responsable d’hébergement pour acquérir de solides bases. Ensuite ? L’ICI (Institut de conciergerie international) accueille les étudiants après un bac+2, ou un bac suivi d’une expérience professionnelle, pour suivre une formation de trente semaines entièrement dédiée au métier de concierge. Selon son responsable, “les débouchés sont nombreux, en France mais aussi à l’étranger. La profession se féminise également : plus de la moitié de nos promotions actuelles sont des jeunes filles. Cette mixité ne pose aucun problème, sauf parfois pour les gardes de nuit, question de sécurité…”

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
La clientèle prestigieuse et fortunée des grands hôtels ne badine pas avec le service, qui doit être im-pec-ca-ble ! Discrétion, sens de la relation client, efficacité, autonomie, ouverture d’esprit et tact s’imposent donc pour la satisfaire. Outre ces qualités humaines, le concierge développe également des compétences linguistiques (anglais minimum) et une autorité naturelle pour contenter des clients parfois difficiles. Enfin, dans un univers ultraconcurrentiel, il sait, par son accueil chaleureux, fidéliser la clientèle et, donc, tenir un vrai rôle commercial.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
L’hôtellerie recrute et manque de bras ! Des postes sont à pourvoir en France, mais aussi à l’étranger et plus particulièrement dans les pays frontaliers (Suisse, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne) où le savoir-faire français dans ce secteur reste fort apprécié. Le salaire minimum d’un concierge de grand hôtel débutant équivaut au Smic auquel s’ajoutent primes et pourboires. Cette rémunération s’accompagne également d’avantages en nature : repas, voire logement.

ADRESSE UTILE
Union des métiers et des industries de l’hôtellerie 22, rue d'Anjou - 75008 Paris Tél. : 01 44 94 19 94 Site : www.umih.fr

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 173

CONCIERGE D’HÔTEL

METIERSÀLALOUPE ::

Sommelier
i Hélène Dorey
i la noble profession de sommelier a failli disparaître dans les années 70, elle est aujourd’hui en plein essor. Un métier passionnant et exigeant, que connaît parfaitement Brigitte Leloup, sommelier pendant vingt-cinq ans dans un établissement de renom de la Côte d’Azur. Son expérience et sa passion, Brigitte Leloup, présidente de l’Union de la sommellerie française PACA-Corse, les transmet aux jeunes sommeliers en formation.

S

Un gestionnaire averti
Attention aux idées reçues, le sommelier ne se contente pas de satisfaire au service du vin ; il a aussi en charge celui des eaux minérales, des apéritifs et cocktails, des digestifs, des thés et cafés. Avant que ces divins breuvages ne parviennent aux papilles des clients, un important travail en amont est indispensable. Le sommelier, responsable de sa cave, commence ainsi par sélectionner les vins qu’il apposera sur la carte en accord avec sa hiérarchie. Il recherche ses fournisseurs et procède, si besoin est, à des dégustations chez des viticulteurs avant de réceptionner puis contrôler les livraisons. En véritable gestionnaire, il n’a pas le droit à l’erreur, car de tous les salariés appartenant au monde de la restauration, il est celui qui rapporte le plus de bénéfices à l’entreprise.

Proposer sans imposer
“C'est la règle de base", explique Brigitte Leloup. “Avec un flegme à toute épreuve, le sommelier doit

être prêt à satisfaire toutes les volontés du client, même si certaines semblent saugrenues. Il peut, bien entendu, suggérer un autre choix mais ne surtout pas l’imposer. Le client est toujours roi.” L'imagination et la rapidité d'analyse doivent être une seconde nature : “Nous serons huit à dîner, c'est l'anniversaire de ma femme, étonnez-moi !” Quelques secondes seulement doivent suffire pour trouver comment ravir tous les palais. Si la prestation en salle ne dure que quelques minutes, le client s'en souviendra toute sa vie, qu'elle ait été excellente ou non. Surprendre n’est pas toujours aisé, mais oblige à se surpasser et à se remettre sans cesse en question. Avec l’arrivée des cuisines du monde et des vins étrangers, le sommelier doit constamment s’adapter, actualiser ses connaissances et ne pas compter ses heures s’il souhaite rester performant. Aujourd’hui, des structures très diversifiées font appel à ces professionnels : les établissements sans étoile soucieux de la qualité de leur service, les bistrots à vin, les épiceries fines, les caves, la grande distribution… En outre, les globe-trotters s’ouvrent également des possibilités intéressantes. Le sommelier français jouit en effet à l’étranger d’une excellente réputation. "La profession se féminise", précise Brigitte Leloup. "Les jeunes filles sont encore trop peu nombreuses sur les bancs des écoles, c'est dommage car elles sont généralement plus douées que les garçons et aussi performantes sur le marché du travail. Mais le métier évolue : exclusivement masculin il n'y a pas encore si longtemps, il s'ouvre désormais pleinement aux femmes. Qui s'en plaindra ?"

174 Le Guide des métiers et des compétences

TOURISME HÔTELLERIE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Pour devenir sommelier, une seule voie possible : la mention complémentaire Sommellerie, assortie si possible d’un brevet professionnel Sommelier. Ces formations qualifiantes ont été mises en place par l'Éducation nationale, en collaboration avec l'Union de la sommellerie française (UDSF).

La mention complémentaire Sommellerie
Les titulaires d’un diplôme de l'hôtellerie ou de la restauration, type CAP, BEP, bac pro, éventuellement bac techno ou BTS, sont recrutés sur dossier. Les études se déroulent sur un an en apprentissage et comprennent plusieurs stages en entreprise (deux semaines en vinification, cinq à huit semaines en sommellerie…). Le futur commis sommelier, pour devenir un professionnel de la restauration et de la commercialisation des boissons, aura acquis, outre ses connaissances théoriques, le sens de l'accueil, intégré les règles de savoir-vivre, les notions de respect des matières premières et… la sobriété en toute situation. Une cinquantaine d’établissements préparent ce diplôme en France. La sélection est rude, la formation stricte, mais ils affichent souvent 80 % de réussite à l'examen final.

Le brevet professionnel Sommelier
Ce brevet constitue un plus, une reconnaissance officielle de la profession. Il permet de postuler à des emplois de sommelier, assistant sommelier ou chef sommelier, dans des restaurants à vocation gastronomique. La formation, environ 24 mois en alternance, accueille les titulaires d'un diplôme de niveau V des métiers de la restauration justifiant de deux années d'expérience professionnelle. L’enseignement se révèle très complet : gestion, économie d'entreprise, oenologie, informatique, connaissances des régions viticoles, législation… Sans oublier un perfectionnement en langue française et anglaise pour recevoir au mieux la clientèle nationale et étrangère. Le taux de réussite à l'examen final est d'environ 60 %.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Le sommelier apprend tout au long de sa carrière. Il doit donc faire preuve de curiosité et d'imagination. La pratique d'une langue étrangère est obligatoire. De plus, diriger une équipe et contenter une clientèle très exigeante implique un réel sens des relations humaines. En bref, ce métier allie savoir-faire et savoir être car le sommelier représente l'image de marque d'une maison.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Immenses. De nombreux élèves reçoivent même des promesses d'embauche avant même d'avoir passé leur examen final. Les concours de “Meilleur ouvrier de France”, “Meilleur sommelier de France”, “Meilleur sommelier du monde”… ouvrent également la voie à des carrières nationales et internationales. Le sommelier n'exerce plus uniquement dans les restaurants à étoiles : ses compétences sont recherchées dans bien d'autres types d'entreprises (commerces, conseils…) et cette tendance s’accentue d’année en année.

ADRESSE UTILE
UDSF (Union de la sommellerie française) Tient un rôle consultatif au ministère de l'Éducation nationale.
Elle participe activement à l’élaboration des référentiels. Ses adhérents interviennent souvent comme jurés d’examen et en tant que conseillers dans l'enseignement technique.

Site : www.sommelier-france.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 175

SOMMELIER

SECTEUR ::

TRANSPORT & LOGISTIQUE
ID, EDI, ECR… Non, il ne s’agit pas du nom des futures consoles de jeux à la mode mais des TIC (Technologies de l’information et de la communication) adoptées quotidiennement par tous les professionnels de la logistique et des transports. Grâce à ces outils, les colis sont suivis à la trace, les stocks gérés en direct et les commandes passées en un clic. Une révolution, oui, mais surtout une assistance précieuse face à un marché qui s’organise autour de flux toujours plus tendus. “Les entreprises ont pris conscience de l’importance d’une organisation logistique efficace et fiable, explique Bernard Prolongeau, président du groupe AFTIFTIM, l’un des principaux organismes de formation dans ce domaine. Mais en même temps, les contraintes, liées à la sécurité, aux réglementations et même au prix de l’essence les poussent à externaliser cette activité. Les prestataires spécialisés représentent la moitié des emplois du secteur, à savoir près de 600 000 personnes. Leurs effectifs en hausse depuis dix ans devraient progressivement se stabiliser. Les recrutements opérés dans les années à venir contribueront donc à remplacer les départs en retraite massifs occasionnés par le papy-boom.” Les embauches se pratiqueront ainsi à tous les niveaux de formation et dans une large palette de métiers : conducteurs de véhicules, ouvriers de manutention, préparateurs commandes, gestionnaires de plate-forme et, nouveauté remarquable, cadres chargés de la mise en place des stratégies logistiques de demain.

F

À la pointe de la technologie, le secteur du transport et de la logistique s’inscrit dans la rapidité et la stratégie. Pour maintenir cette cadence effrénée malgré les nombreux départs en retraite, les entreprises misent désormais sur les jeunes diplômés. Attention : embauches maximum !

Des formations spécialisées
Du CAP au mastère spécialisé, de nombreuses filières répondent aux besoins des entreprises. Les formations qualifiantes telles le TP Cariste d’entrepôt ou Préparateur de commande, le CAP Agent d’entreposage et de messagerie, le BEP Logistique et commercialisation et le Bac pro Logistique permettent d’accéder facilement aux postes de magasinier ou de préparateur de commande. Les techniciens et les agents de maîtrise sont, eux, recrutés au niveau bac+2 : BTS Transports, DUT Logistique et transports et autres TSMEL (Technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique). Enfin, les écoles d’ingénieurs, écoles spécialisées et universités forment les cadres de niveau bac+5. “Devant les besoins du secteur, la logistique devient une notion à la mode, précise Bernard Prolongeau. Avant de choisir son cursus, je conseille vivement milliards, aux jeunes de s’assurer que la filière visée n’est pas trop théorique. Les recruteurs urs au ge nombre de voya emble attachent beaucoup d’importance à la professionnalisation des formations. Un diplômé re sur l’ens kilomèt 2006 du trafic SNCF qui valide des stages, voire un programme préparé en alternance, détient de précieux , atouts en main.” La maîtrise des langues et des nouvelles technologies reste prises nombre d’entrer également une condition sine qua non pour se lancer dans un métier du secteur car du secteu andises la formation continue et la promotion sociale ouvrent de réelles perspectives utier de march ro d’évolution sur le plan international. ,

78,8

37 200

nombre

000 267 conducteurs de
salariés

A. L.

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 177

METIERSÀLALOUPE ::

Conducteur de train
i Aurélie Lebreton
ous sommes les seuls à pouvoir rouler à 340 km/h avec les pilotes de formule 1 !” Et oui ! Le TGV fait toujours rêver Ali Boukherrouba, conducteur de train de 27 ans en Ile-de-France sur la ligne D du RER, entre Creil et Melun ou Malesherbes. En 2003, cet amoureux du rail saisit l’opportunité d’entrer à la SNCF par un contrat de professionnalisation (contrat de qualification à l’époque). Une année de formation en alternance, puis une année en école de conduite, avant de décrocher un emploi stable qu’Ali apprécie grandement : “Mon salaire de base augmente grâce à la prime ‘traction’ qui évolue en fonction du nombre de kilomètres parcourus : je perçois donc 2 500 euros net par mois. Je dispose également d’une très grande autonomie, et pas une journée ne ressemble à l’autre. La routine, je ne connais pas !”

“N

essais-là. Le train est déjà prêt à partir ! Ensuite, je roule en respectant les arrêts et les horaires. Le feu est rouge ? Je dois impérativement m’arrêter sans tergiverser. Un passager tire le signal d’alarme pour m’alerter qu’un incendie se propage dans un wagon ? J’enjoins les voyageurs de s’éloigner le plus possible du feu avant d’engager toute autre démarche. La priorité est toujours donnée à la sécurité et au respect du règlement : aucun geste n’est à improviser ! Seul dans ma cabine, je suis néanmoins relié par téléphone portable avec la cellule d’aide qui peut me guider dans les moments délicats.”

Dormir à l’extérieur un jour sur deux
Un jour sur deux, Ali dort en dehors de chez lui, à Corbeil-Essonnes, Melun, Montereau, ou LarocheMigennes… C’est le “découché”. Il se retrouve ainsi dans un foyer SNCF avec quelques collègues. L’ambiance y est sympathique. Mais pas question de boire de l’alcool avec déraison ni de se coucher tard ! Le réveil sonne à quatre heures pour une prise de fonction dès potron-minet. La vie d’un conducteur de train, c’est aussi savoir gérer les horaires décalés et accepter de travailler certains dimanches et jours fériés. De retour à Paris, Ali remet le bulletin de service qui détaille tous les trajets effectués. S’il a commis un excès de vitesse, une discussion, pouvant déboucher sur une interdiction de conduire pendant un mois, s’engage avec son supérieur, le dirigeant de proximité. On ne joue pas avec la sécurité ! C’est pourquoi toute infraction au règlement est communiquée aux autres conducteurs pour limiter les erreurs. Ce bulletin constitue une trace écrite et une preuve juridique. En cas d’accident, le conducteur de train peut en effet être mis en cause et condamné pénalement.

Préparer ses trajets avant de conduire
Comme son expérience en qualité de conducteur est inférieure à deux ans (c’est le grade TB1), Ali ne dispose pas d’un planning défini plusieurs mois à l’avance comme les professionnels expérimentés. C’est un appel téléphonique au bureau des commandes en fin de journée qui lui permet de savoir quels trajets il assurera le lendemain. “Lorsque je prends mon service, j’étudie d’abord pendant trente minutes les documents de sécurité, leurs mises à jour et la conformité du programme avec les prévisions. Puis je monte dans le train situé à quai ou au garage. S’il est à l’arrêt, je vérifie pendant une quinzaine de minutes le bon fonctionnement des freins et des appareils de sécurité. Lorsque je remplace un conducteur (on parle de relève), je ne réalise pas ces

178 Le Guide des métiers et des compétences

TRANSPORT LOGISTIQUE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Le métier de conducteur de train s’adresse en priorité à des jeunes de tout profil très motivés. Les femmes, actuellement minoritaires, ne doivent pas hésiter à postuler car le rail se décline également sur le mode féminin. Bienvenue donc aux futures conductrices !

Après le BEP ou le bac
Le recrutement préalable à l’entrée en formation s’effectue généralement au niveau IV : bac généraliste, bac professionnel Maintenance des systèmes mécaniques automatisés option C “Systèmes ferroviaires” ou Électrotechnique, énergie, équipements communicants… Mais les élèves de terminale et les titulaires d’un BEP spécialisé dans l’électricité ou l’électronique peuvent également déposer leur candidature sur le site de la SNCF : www.recrutement-sncf.com recense en effet les offres d’emplois de conducteur de train (rubrique “Rejoignez-nous”). Il n’existe pas de concours d’entrée à la SNCF puisque cet établissement public industriel et commercial fonctionne comme une entreprise et non comme une administration. La sélection se déroule en plusieurs étapes. D’abord l’examen du C.V., de la lettre de motivation et du dossier de candidature. Ensuite, le passage par une épreuve de culture générale (maths, électricité…), puis des tests psychotechniques qui, sous forme de QCM (Questionnaire à choix multiples), visent à mesurer la capacité à gérer le stress. Cette seconde phase inclut d’ailleurs des entretiens avec un psychologue et un cadre recruteur. Enfin, une batterie de tests médicaux, comprenant un examen général, des examens approfondis de la vision et de l'audition, une radiographie du thorax et la recherche dans les urines de produits stupéfiants capables d'altérer la vigilance, parachève cette sélection. Dès leur recrutement, les jeunes suivent une formation alternée rémunérée d’un an, sanctionnée par une évaluation professionnelle (taux d’échec élevé), qui mène à la conduite de trains de voyageurs ou de fret. BON À SAVOIR : la SNCF organise une formation préparatoire au métier de conducteur de trains dans le cadre du contrat de professionnalisation. Elle s’adresse aux titulaires d’un CAP, d’un BEP ou à ceux qui en ont le niveau. Autre prérequis : être âgé de moins de 26 ans (25 ans révolus) au 1er septembre de l'année d'admission.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Rigueur, ponctualité mais aussi attention et capacité d’anticipation sont indispensables à l’exercice de ce métier. La maîtrise de soi, le sens des responsabilités sont également requis pour travailler efficacement en toute autonomie. Enfin, une aisance orale est toujours appréciée dans cette entreprise où la communication avec la clientèle fait loi. Le conducteur de train doit donc informer systématiquement les passagers lorsque le train est arrêté sur la voie ou en retard… sécurité oblige !

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Dans les trois années à venir, la SNCF envisage de recruter un millier de conducteurs par an. Les postes sont essentiellement pourvus en Ile-de-France. Le plus souvent, les jeunes débutent donc dans cette région où ils restent entre cinq à dix ans au minimum. Leur fonction : conduire des trains Transilien. Une expérience professionnelle de neuf ans environ reste requise pour accéder à la conduite des TGV.

ADRESSE UTILE
Le site de recrutement de la SNCF www.recrutement-sncf.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 179

CONDUCTEUR DE TRAIN

METIERSÀLALOUPE ::

Hôtesse de l’air
i Lauren Marela
our beaucoup, devenir hôtesse de l’air est un rêve de petite fille. Ce le fut aussi pour Tania Boureau… qui aujourd’hui l’a réalisé ! Tania travaille pour la compagnie régulière Corsair pour laquelle elle endosse également l’habit d’instructrice. “J’étais très décidée. Après avoir passé mon bac, nécessaire pour pouvoir exercer, j’ai validé un DEUG (L2) d’anglais pour maîtriser cette langue et je me suis lancée !”

P

temps loin de notre famille.” Une fascination qui découle aussi peut-être du fait qu’à une époque – aujourd’hui révolue ! – les recruteurs les souhaitaient célibataires et sans enfants. Désormais, elles gèrent leur vie de famille et professionnelle de main de maître, question d’équilibre. Seul réel souci ? L’adaptation et la résistance aux nombreux décalages horaires.

Autant d’avantages que d’inconvénients
La question est souvent posée : les hôtesses profitent-elles réellement de leur métier pour visiter des pays étrangers ou sont-elles essentiellement cantonnées dans les aéroports ? “Tout dépend des saisons, mais nous avons souvent l’occasion de visiter le pays de destination du vol. Parfois, nous séjournons une semaine sur place avant de repartir. Le temps nécessaire pour jouer les touristes !” Et la vie de famille dans tout cela ? “Cette activité requiert une grande organisation. Pour ma part, j’éprouve toujours autant de difficulté à laisser mes deux enfants.” Mais Tania aime tellement son métier qu’elle a décidé de devenir instructrice. Elle partage donc sa vie professionnelle entre les vols et les cours au sol. “J’ai envie de transmettre mon amour du métier à de jeunes hôtesses et stewards pour qu’ils en saisissent toute l’importance.” Quant aux avantages financiers permettant de payer à prix préférentiels les billets d’avion ? “Les gens pensent qu’il s’agit là d’un grand privilège, mais ce n’est pas précisément pour cette raison que j’ai choisi ce métier ! Je passe tellement de temps dans les avions que lorsque je suis en vacances, je reste en France, chez moi, pour profiter de ma maison et de ma famille !”

Un métier difficile
Un premier pied posé dans l’avion et le travail commence ! L’hôtesse de l’air, placée sous les ordres du commandant de bord, accueille et accompagne les passagers tout au long du vol. “Nous exerçons un métier de service. Notre rôle est de rendre le vol le plus agréable possible à tous les passagers en anticipant leurs besoins.” Un objectif parfois difficile à atteindre surtout lorsqu’on connaît le caractère quelque peu désagréable de certains d’entre eux ! “Bien souvent, les clients déplaisants ont peur de l’altitude mais n’osent pas l’avouer. Il faut alors les rassurer et surtout les écouter. Beaucoup de passagers se confient à nous.” Savoir écouter s’avère donc l’une des qualités indispensables de l’hôtesse, après l’élégance de la présentation évidemment : “Notre coiffure et nos vêtements doivent toujours être impeccables. Notre costume est un peu notre habit de lumière puisque c’est lui qui nous représente.” Tirée à quatre épingles, souriantes, agréables et disponibles… les hôtesses restent l’objet de bien des clichés. “Nous sommes victimes de nombreux a priori qui tiennent au fait que nous passons beaucoup de

180 Le Guide des métiers et des compétences

TRANSPORT LOGISTIQUE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Les postulants à un poste d’hôtesse de l’air ou de steward en France doivent remplir plusieurs critères. Avant tout, être âgé de 21 minimum, de nationalité française ou ressortissant de la Communauté économique européenne. Ensuite, mesdemoiselles, le physique d’un mannequin ou des cheveux blonds ne constituent pas des impératifs incontournables ! Votre silhouette doit tout de même présenter une certaine harmonie. La taille requise se situe entre 1,60 m et 1,78 m pour les femmes et entre 1,70 m et 1,90 m pour les hommes. Derniers prérequis ?

f parler couramment l’anglais et si possible deux autres langues étrangères ; f être bachelier ; f satisfaire à l’aptitude médicale opérée dans un Centre d’expertise médical du personnel naviguant
militaire. Au programme, check up complet : acuité visuelle et auditive, capacité pulmonaire, électrocardiogramme, … Vous remplissez ces conditions ? Cap sur la validation de votre Certificat de sécurité et de sauvetage, appelé plus communément le CSS.

Le certificat de sécurité et de sauvetage
Ce certificat se prépare généralement en trois semaines à temps plein. La formation se déroule en deux temps. La partie théorique vous initie à la réglementation aéronautique, le matériel de sécurité et les notions de secourisme à bord d’un avion. Cette première étape passée, place à la pratique ! Diverses épreuves vous attendent : maîtriser un feu dans une cabine enfumée, effectuer un amerrissage, réanimer un passager et savoir utiliser l’ensemble du matériel de sécurité présent à bord de l’appareil. Enfin, 60 heures de vol en équipage parachèvent la validation du précieux CSS.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Les hôtesses de l’air et les stewards développent de multiples compétences, à commencer par une excellente résistance à la fatigue. Sur le plan physique toujours, l’acuité visuelle et des capacités – prouvées et éprouvées – en natation restent primordiales. Patience, sang-froid, autorité, écoute et sens des responsabilités… sont également indispensables. La maîtrise de l’anglais reste bien entendu importante, mais la pratique d’autres langues est toujours bienvenue. Enfin la présentation constitue un critère de premier ordre dans un métier où sourire et courtoisie sont toujours de rigueur.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le transport aérien, aujourd’hui démocratisé, se place sous le signe de la concurrence. Les compagnies aériennes se livrent une guerre des prix sans merci pour rester compétitives et se confronter aux nouvelles compagnies discount en augmentation constantes. Les recrutements s’opèrent donc autant dans les compagnies nationales (Air France) que dans les compagnies privées (Corsair). Détenir le CSS ne vous assure en aucun cas un emploi immédiat. Vous devrez probablement passer par des contrats à durée déterminée ou saisonniers avant de signer un CDI.

ADRESSE UTILE
Espace Orientation AIREMPLOI Roissypôle - Le Dôme 5, rue de La Haye - BP 18904 95731 Roissy Charles de Gaulle cedex Tél. : 01 48 16 71 71 Site : www.airemploi.org Infos études et métiers : www.e-orientations.com 181

HÔTESSE DE L’AIR

METIERSÀLALOUPE ::

Logisticien
i Christine Delerue
pparue en France dans les années 70, la logistique est devenue une composante essentielle du bon fonctionnement de nombre d’entreprises. Son principe ? Concevoir des méthodes et des politiques assurant le mouvement des flux le plus efficace possible tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des entreprises. Son objectif ? Réduire les stocks et les coûts de fonctionnement, offrir flexibilité et réactivité afin de satisfaire au mieux la demande du client. Un objectif qui nécessite de prendre en compte l’ensemble des acteurs depuis les fournisseurs jusqu’aux clients. Dans un tel contexte, l’homme de la situation se trouve tout naturellement être le logisticien. Un terme générique qui englobe en réalité plusieurs dénominations de métiers variant en fonction des entreprises. Hervé, 33 ans, est logisticien depuis déjà une dizaine d’années. À l’heure actuelle, il occupe le poste de responsable de site en tant que prestataire de services dans une société d’aéronautique. “J’ai pour mission d’apporter toute ma connaissance logistique pour améliorer les flux et donc occasionner davantage de productivité.” Des flux qui, dans l’aéronautique, sont bien spécifiques. “Le flux, c’est le traitement d’une pièce de l’entrée du magasin jusqu’à une affectation qui est soit un stock, soit une expédition. Au cours de l’affectation, il y a un certain nombre de règles à respecter, comme par exemple le contrôle et la validation de l’équipement, dont je dois surveiller le bon fonctionnement.”

A

“Il faut être dans un souci constant d’amélioration”
La tâche étant relativement importante, il n’est pas rare que le logisticien soit entouré de personnel pour l’aider dans sa réalisation. C’est d’ailleurs le cas d’Hervé, aujourd’hui à la tête d’une équipe de trente personnes. “Ensemble, nous gérons des flux de mise en réparation de pièces aéronautiques, de retours de réparation, d’achats, etc. Or, tout cela nécessite une bonne organisation !” Assisté par une équipe rodée, le logisticien s’appuie également sur un certain nombre d’outils, pour la plupart informatiques, qui lui permettent de centraliser un grand nombre d’informations afin de “piloter” la “marchandise”. Véritable chef d’orchestre et homme de contact, le logisticien dispose d’atouts considérables. “Nous sommes formés sur une base assez générale, donc nous connaissons bien l’environnement logistique, qui est très large. Cela nous permet d’avoir une ouverture sur tous les métiers… et donc un avis sur tout !” Pour autant, le métier n’est pas dépourvu de contraintes. “C’est une fonction qui exige de pouvoir aisément se remettre en question, d’avoir l’esprit large afin de proposer plusieurs solutions à un problème avant de trouver la bonne, et d’être dans un souci constant d’amélioration ! Mais c’est ce qui fait toute la dynamique de ce métier !”

182 Le Guide des métiers et des compétences

TRANSPORT LOGISTIQUE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ Après le bac
Après le bac, deux cycles courts s’ouvrent à vous : le BTS Transport axé sur la gestion des moyens de transports aérien, maritime, ferroviaire et routier, et le DUT Gestion logistique et transports, plus complet dans son contenu (communication, gestion de l’entreprise, organisation des transports et de la logistique…). Le DUT Qualité logistique industrielle et organisation option “Organisation et gestion des flux”, nouvellement créé, concentre son enseignement sur l’optimisation des flux au sein même de l’entreprise. Plusieurs écoles spécialisées, dont quelques écoles d’ingénieurs et de commerce, proposent également des formations dans le domaine de la logistique. Les cursus varient de deux à cinq ans et la sélection s’effectue sur dossier, épreuves écrites et orales.

Après un bac+2
Pour répondre à la demande, des licences pro Logistique ont rapidement émergé dans les universités et les IUT. Plusieurs mentions sont possibles : “Gestion des flux, des systèmes d’information et des stocks”, “Management de la chaîne logistique” ou encore “Système d’information logistique”. Les écoles de commerce et d’ingénieurs intègrent également la majorité de leurs élèves au niveau bac+2. Le cursus s’étend alors sur trois ans. Le choix d’une spécialisation intervient généralement en dernière année : “Management de la chaîne logistique”, “Logistique et management de la supply-chain”, “Logistique achats et échanges internationaux”…

Après un bac+3
Les titulaires d’une licence ou d’un diplôme équivalent, de préférence dans le domaine technique, scientifique ou commercial, peuvent compléter leur cursus par un master en logistique. L’offre est large : à chacun de choisir entre les différents masters recherche qui permettent une poursuite d’études vers le doctorat (Transports, espace, réseaux ; Logistique et système; Transports et mobilités…) et les masters professionnels qui ouvrent les portes de la vie active (Logistique ; Transports et logistique industrielle et commerciale ; Ingénierie logistique…).

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Quel que soit son niveau, le logisticien possède de bonnes connaissances techniques. Il doit être méthodique et, du fait de son contact permanent avec ses clients et collaborateurs, avoir le sens du dialogue et de la communication. Enfin, il sait encadrer une équipe et assumer les diverses tâches inhérentes aux fonctions de manager.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le secteur est au beau fixe. Devenue une fonction importante et reconnue dans l'entreprise, la logistique est en pleine mutation et en plein boom du fait de l'internationalisation et de l'externalisation des services. Le nombre de spécialistes de la logistique ne devrait donc pas cesser de croître dans les prochaines années.

ADRESSE UTILE
Association française pour la logistique (ASLOG) 23, bd Berthier - 75017 Paris Tél. : 01 40 53 85 59 Site : www.aslog.org

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 183

LOGISTICIEN

METIERSÀLALOUPE ::

Responsable d’exploitation
i Lauren Marela
i vous avez peur de répondre à deux interlocuteurs au téléphone en même temps, vous n'êtes peut-être pas fait pour vous orienter vers ce métier !”, prévient Frédéric Possien, responsable d'exploitation de transport de marchandises générales chez Giraud International. Son rôle ? Planifier, organiser et assurer le suivi du transport de marchandises.

“S

camion afin qu’il opère un arrêt à Lyon avant de reprendre sa route vers Marseille.” Un responsable d’exploitation veille également à la disponibilité et au bon fonctionnement des camions. Frédéric dirige ainsi une dizaine de personnes (affréteurs, service après-vente, service technique…) et une cinquantaine de conducteurs : "Nous sommes parfois contraints de recourir aux intérimaires pour ne pas dépasser les quotas d'horaires."

Le maître mot : la rentabilité
Prendre une marchandise à un point A et la livrer à un point B, une opération apparemment simple. Pourtant les besoins actuels des entreprises requièrent parfois d’user de tours de passe-passe : "Les volumes de marchandises sont de plus en plus petits et rapprochés car les entreprises fonctionnent en flux tendus, la demande des clients étant extrêmement variable. Mon travail consiste donc à satisfaire les exigences de chacun. Pour ce faire, j’utilise un planning qui évolue au fil des minutes et des commandes. J'optimise les diverses ressources pour répondre au mieux aux attentes des clients et, ce, tout en respectant la législation et la réglementation sociale !" Ces dernières représentent des difficultés de taille : les conducteurs ne sont autorisés à rouler qu’un nombre défini d'heures quotidiennes, hebdomadaires et mensuelles. Au responsable d'exploitation de calculer au plus juste ! Une palette à livrer à Lyon alors qu'un camion à moitié chargé part vers Marseille ? "Je m'arrange alors pour embarquer’ les différentes cargaisons dans le même

Un travail qui s'apprend sur le terrain
Frédéric a d’abord suivi une formation de manager transport et logistique (bac+4) avant d’achever son parcours par un DESS (actuel Master professionnel). "J'ai commencé par travailler comme chargé d'études dans le service commercial d'une entreprise de transport. Je répondais à des appels d'offres. C'est là que j'ai appris à calculer le meilleur coût de revient !" Il a ensuite travaillé comme exploitant affréteur, chez Giraud International où il jouait le rôle d'interface entre un gros client et les différentes agences de l'entreprise. "Ces différentes expériences, en bureau et sur le terrain, m'ont permis d'acquérir une grande pratique. Soyons francs : aucune formation ne vous inculquera l'art d'être sur tous les fronts ou de gérer un problème à plusieurs centaines de kilomètres par téléphone". De même que la logique, la réactivité, la mémoire et le sang-froid, indispensables ici, ne s'enseignent pas à l'école. "Alors oui : c'est un métier difficile, mais on apprend des choses tous les jours !"

184 Le Guide des métiers et des compétences

TRANSPORT LOGISTIQUE

-

ITINÉRAIRE CONSEILLÉ
Le secteur du transport logistique constitue aujourd'hui un acteur essentiel de la vie économique par la puissance de mobilité – organisation, gestion et circulation des biens et des personnes – qu'il permet. Les entreprises de ce secteur ont acquis une véritable rigueur en s'adaptant aux nouveaux enjeux sociaux, environnementaux, économiques et surtout professionnels. Travailler dans ce domaine requiert donc des compétences et des connaissances précises.

Avant le bac
CAP ou BEP, la palette des possibles reste large. Si vous souhaitez vous former aux différents métiers du transport et de la logistique dès la 3e, vous pouvez vous orienter vers un BEP Conduite et services dans le transport routier pour acquérir les bases de la conduite et les connaissances nécessaires en matière de matériel, de réglementation et de sécurité. Suite logique de ce BEP ? Le bac pro Exploitation des transports.

Après le bac
Le BTS Transport et le DUT Gestion logistique et transport restent les deux diplômes de niveau bac+2 accessibles post-bac. En BTS, l'enseignement repose sur la gestion des transports (au programme : économie, droit, techniques quantitatives de gestion…). Le DUT, quant à lui, est davantage axé sur la gestion de l'entreprise, la communication et les techniques d'exploitation logistique. Même si les programmes diffèrent un peu, ces deux diplômes mènent aux mêmes poursuites d’études (année complémentaire, IUP, école spécialisée) et aux mêmes débouchés.

Après un bac+2
Pourquoi ne pas poursuivre votre parcours en suivant une licence professionnelle spécialisée dans le transport et la logistique ou en validant une formation complémentaire : l'ISTELI (Institut supérieur du transport et de la logistique internationale propose ainsi d'obtenir un titre de responsable production transport logistique en neuf mois.

-

COMPÉTENCES RECHERCHÉES
Tout responsable d’exploitation fait preuve de rigueur et d’organisation. Il développe en outre un grand sens de l’initiative ainsi qu’une adaptabilité et une réactivité à toute épreuve. Enfin, il maîtrise parfaitement l’art de la communication et suit constamment l’évolution des techniques inhérentes à son activité.

-

PERSPECTIVES DE RECRUTEMENT
Le secteur du transport et de la logistique recrute ! Et dans le domaine du transport de marchandises, la route a pris un sérieux ascendant sur le ferroviaire ou le fluvial. Les entreprises ont donc un grand besoin de compétences dans les fonctions commerciales et d'exploitation. En conclusion : trouver un poste d'agent ou de responsable d'exploitation reste chose aisée pour qui valide un diplôme ou une qualification reconnue par les professionnels.

ADRESSE UTILE
Fédération des entreprises de transport et logistique de France 71, rue Desnouettes - 75724 Paris cedex 15 Tél. : 01 53 68 40 40 Site : www.e-tlf.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 185

RESPONSABLE D’EXPLOITATION

INDEX
Fédérations et syndicats professionnels Index alphabétique des métiers Index des annonceurs p 188 p 191 p 192

INDEX ::

Fédérations et syndicats professionnels
Pour plus d’informations sur le baromètre de l’emploi et les métiers par secteur, contactez les fédérations, confédérations et syndicats professionnels....
Aéronautique, automobile
Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) 50, rue Rouget de Lisle 92150 Suresnes Tél. : 01 40 99 55 00 www.cnpa.fr Fédération française aéronautique 155, avenue de Wagram - 75017 Paris Tél. : 01 44 29 92 00 www.fna.asso.fr Fédération Nationale du commerce et de l'artisanat de l'automobile (FNCAA) 9, avenue Michelet - 93400 Saint-Ouen Tél. : 01 40 11 12 96 www.fna.fr Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS) 8, rue Galilée - 75016 Paris Tél. : 01 44 43 17 00 www.gifas.asso.fr Association nationale des industries agroalimentaires (ANIA) 21, rue Leblanc - 75015 Paris Tél. : 01 53 83 86 00 www.ania.net Ministère de l’Agriculture et de la Pêche 78, rue de Varenne - 75007 Paris Tél. : 01 49 55 49 55 www.agriculture.gouv.fr Confédération générale de l'alimentation en détail (CGAD) 15, rue de Rome - 75008 Paris Tél. : 01 45 22 64 12 www.cgad.fr Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française 27, avenue d'Eylau 75782 Paris cedex 16 Tél : 01 53 70 16 25 www.boulangerie.org

Art
Fédération nationale Fédération des industries du cinéma, de l’audiovisuel et du multimédia (FICAM) 11, rue de l’Amiral Hamelin 75016 Paris Tél. : 01 45 05 72 55 www.ficam.fr A.N.P.E Agence Spectacles 50, rue de Malte - 75011 Paris Tél. : 01 53 36 28 28 de la coiffure française (FNC) 36, rue du Sentier - 75002 Paris Tél. : 01 40 15 06 40 www.fnc.fr Fédération nationale du bois 6, rue François Ier - 75008 Paris Tél. : 01 56 69 52 00 www.fnbois.com Union nationale de l’artisanat des métiers d’ameublement (UNAMA) 28 bis, avenue Daumesnil - 75012 Paris Tél : 01 44 68 18 79 Assemblée permanente des chambres de métiers (APCM) 12, avenue Marceau - 75008 Paris www.unama.org Union professionnelle artisanale (UPA) 53, rue Ampère - 75017 Paris Tél. : 01 47 63 31 31 www.upa.fr

Artisanat

Agriculture, agroalimentaire
Association pour l'emploi des cadres, ingénieurs et techniciens de l'agriculture et de l'agroalimentaire (APECITA) 1, rue du Cardinal Mercier -75009 Paris Tél. : 01 44 53 20 20 www.apecita.com

Tél. : 01 44 43 10 00 www.artisanat.fr Confédération française de la boucherie, boucherie-charcuterie, traiteurs (CFBCT) 98, bd Pereire - 75017 Paris Tél. : 01 43 80 02 00 www.boucherie-france.org

Arts graphiques, arts appliqués, design
Syndicat national des artistes plasticiens (SNAP) 14, rue des Lilas - 75019 Paris Tél. : 01 42 49 60 13

188 Le Guide des métiers et des compétences

Réseau français du design 13, rue Montauzier - 16000 Angoulême Tél. : 05 45 36 30 25 www.designfrance.tm.fr

Chimie
Union des industries chimiques (UIC) 14, rue de la République 92800 Puteaux

Communication - Presse
Association des agences conseils en communication (AACC) 40, bd Malesherbes - 75008 Paris Tél. : 01 42 66 59 00 www.aacc.fr Syndicat national des attachés

Assurances
Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) 26, bd Haussmann - 75009 Paris Tél. : 01 42 47 90 00 www.ffsa.fr

Tél. : 01 46 53 11 80 www.uic.fr

Commerce, distribution, vente, marketing…
Association nationale du marketing (ADETEM)

de presse professionnels 56, rue Poussin - 75016 Paris Tél. : 01 47 43 00 44 www.synap.org Syndicat national des journalistes (SNJ)

Banque
Fédération bancaire française (FBF) 18, rue Lafayette - 75009 Paris Tél. : 01 48 00 52 52 www.fbf.fr

Pôle Universitaire Léonard de Vinci 12, avenue Léonard de Vinci 92400 Courbevoie Tél. : 01 41 16 76 50 www.adetem.org Conseil national des forces de vente (CNV) 2, rue d’Hauteville - 75010 Paris Tél. : 01 48 24 97 59 www.csn.fr Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD)

33, rue du Louvre - 75002 Paris Tél. : 01 42 36 84 23 www.snj.fr

Bâtiment et travaux publics
Fédération française du bâtiment (FFB) 33, avenue Kléber - 75784 Paris cedex 16 Tél. : 01 40 69 51 00 www.ffbatiment.fr Fédération nationale des travaux publics (FNTP) 3, rue de Berri - 75008 Paris Tél. : 01 44 13 31 44 www.fntp.fr

Electricité-Electronique
Fédération des industries électriques et électroniques et des communications (FIEEC) 11, rue Amiral Hamelin 75116 Paris Tél. : 01 45 05 70 70 www.fieec.fr Fédération Française des Installateurs

12, rue Euler - 75008 Paris Tél. : 01 44 43 99 00 www.fcd.asso.fr

Electriciens (FFIE) 5, rue Amiral Hamelin 75116 Paris Tél. : 01 45 53 12 86 www.ffie.fr

Centres d'appels, télé-services
Fédération syndicale des activités postales 114, avenue de Fontainebleau 94270 Le Kremlin Bicêtre Tél. : 01 45 15 07 60 Syndicat du marketing téléphonique et des médias électroniques (SMT) 26, rue des Rigoles 75020 Paris Tél. : 08 92 68 68 72

Fédération nationale des agents commerciaux (FNAC) 30, avenue de l’Opéra 75002 Paris Tél. : 01 44 94 05 00 www.comagent.com Fédération des entreprises de vente à distance (FEVAD) 60, rue La Boétie 75008 Paris Tél. : 01 42 56 38 86 www.fevad.com

Environnement, aménagement de l'espace, des eaux
Fédération nationale des activités de la dépollution et de l'environnement (FNADE) 33, rue de Naples 75008 Paris Tél. : 01 53 04 32 90 www.fnade.com

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 189

INDEX ::

Fédérations et syndicats professionnels
Formation
Fédération de la formation professionnelle (FFP) 6, rue Galilée - 75016 Paris Tél. : 01 44 30 49 49 www.ffp.org

Métallurgie
Union des industries métallurgiques et minières (UIMM) 56, av. de Wagram 75854 Paris cedex 17 Tél. : 01 40 54 20 20 www.uimm.fr Groupe des industries métallurgiques de la région parisienne (GIM) 34, avenue Charles de Gaulle 92200 Neuilly sur Seine Tél. : 01 41 92 35 00 www.gimrp.org

Spectacles
Fédération française des fêtes et spectacles historiques 12, rue Callot 54500 Vandoeuvre lès Nancy Tél. : 03 83 54 50 33 www.fffsh.com/default1.htm

Immobilier
Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM) 129, rue du Fbg Saint-Honoré 75008 Paris Tél. : 01 44 20 77 00 www.fnaim.fr

Tourisme, hôtellerie-restauration
Syndicat national des agences de voyages (SNAV) 15, place Général Catroux 75017 Paris Tél. : 01 44 01 99 90 www.snav.org Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs (SYNHORCAT) 4, rue de Gramont 75002 Paris Tél. : 01 42 96 60 75 www.synhorcat.com www.desmetiersavivre.com Union des métiers de l'industrie hôtelière (UMIH) 22, rue d'Anjou 75008 Paris Tél. : 01 44 94 19 94 www.umih.fr

Industrie pharmaceutique
Les entreprises du médicament (LEEM) 88, rue de la Faisanderie 75116 Paris Tél. : 01 45 03 88 88 www.leem.org

Mode, stylisme
Fédération française de la couture, du prêt à porter des couturiers et des créateurs de mode 100, rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris Tél. : 01 42 66 64 44 www.modeaparis.com

Informatique, télécommunications
Union nationale des entreprises de télécommunications (UNETEL) 6, rue Créveaux - 75116 Paris Tél. : 01 56 26 58 01 www.unetel.fr Syntec informatique 3, rue Léon Bonnat - 75016 Paris Tél. : 08 92 68 49 70 www.syntec-informatique.fr

Multimédia
Fédération des métiers du cinéma de l'audiovisuel et du multimédia 11, rue de l'Amiral Hamelin 75016 Paris Tél. : 01 45 05 72 55 www.ficam.fr

Transport, logistique
Fédération des entreprises de transport et logistique de France (TLF) 71, rue Desnouettes 75015 Paris Tél. : 01 53 68 40 40 www.e-tlf.com Fédération nationale des transports routiers (FNTR) 6, rue Ampère 75017 Paris Tél. : 01 44 29 04 29 www.fntr.fr

Maintenance industrielle
Syndicat national des entreprises du froid, d’équipements de cuisine professionnels et du conditionnement de l’air (SNEFCCA) 6, rue de Montenotte 75017 Paris Tél. : 01 58 05 11 00 www.snefcca.fr

Plasturgie
Fédération de la plasturgie 65, rue de Prony 75017 Paris Tél. : 01 44 01 16 16 www.laplasturgie.fr

190 Le Guide des métiers et des compétences

INDEX ALPHABÉTIQUE DES MÉTIERS ::

A-B
Administrateur de base de données .......... p. 124 Agent de voyage .......................................... p. 168 Agriculteur biologique ................................ p. 24 Architecte .................................................... p. 64 Architecte en systèmes d'information ........ p. 126 Ascensoriste ................................................ p. 148 Asset manager en immobilier .................... p. 74 Assistant de direction .................................. p. 14 Assistant de gestion PME-PMI .................... p. 16 Assistant maternel ...................................... p. 104 Attaché de presse ........................................ p. 116 Avocat .......................................................... p. 94 Boulanger .................................................... p. 34

H-I-J
Hôtesse de l'air .......................................... p. Infirmier libéral .......................................... p. Infographiste .............................................. p. Ingénieur agronome.................................... p. Journaliste .................................................. p. Juriste d'entreprise .................................... p. 180 134 48 28 118 98

L-M-O-P
Logisticien .................................................. p. Luthier ........................................................ p. Maître nageur-sauveteur ............................ p. Médecin généraliste .................................... p. Médiateur familial ...................................... p. Merchandiser .............................................. p. Métrologue .................................................. p. Motocycliste dans la gendarmerie.............. p. Ostéopathe .................................................. p. Peintre en bâtiment .................................... p. Professeur d'arts plastiques ...................... p. Professeur des écoles ................................ p. 182 38 164 136 108 80 152 88 138 70 50 110

C
Chargé d'études marketing ........................ p. 76 Chef de produit en tourisme d'affaires ...... p. 170 Chef de projet informatique ........................ p. 128 Chef monteur .............................................. p. 114 Coiffeur-visagiste ........................................ p. 158 Concierge d'hôtel ........................................ p. 172 Conducteur de train .................................... p. 178 Conseiller d’orientation psychologue.......... p. 106 Conducteur de travaux ................................ p. 66 Contrôleur de gestion .................................. p. 54 Contrôleur technique automobile................ p. 150 Convoyeur de fonds .................................... p. 84 Couvreur ...................................................... p. 68

R
Rédacteur territorial .................................. p. Responsable de la gestion du personnel ........ p. Responsable d’exploitation .............................. p. Responsable du référencement .................. p. Restaurateur d'œuvres d'art ...................... p. 20 100 184 130 40

D-E-F-G
Danseur ...................................................... p. 44 Décorateur-étalagiste.................................. p. 78 Designer textile............................................ p. 46 Dietéticien .................................................... p. 160 Directeur des ressources humaines .......... p. 96 Directeur d'un centre d'exploitation de traitement des déchets .......................... p. 26 Documentaliste d'entreprise ...................... p. 18 Educateur sportif ........................................ p. 162 Expert-comptable ........................................ p. 56 Fleuriste ...................................................... p. 36 Fusilier marin .............................................. p. 86 Gestionnaire en contrats d'assurance ........ p. 58

S-T
Sapeur pompier .......................................... p. Secrétaire de rédaction .............................. p. Secrétaire médical ...................................... p. Sommelier .................................................. p. Technicien de laboratoire............................ p. Technicien en optique de précision ............ p. Trader .......................................................... p. 90 120 140 174 142 154 60

V
Visiteur médical .......................................... p. 144 Viticulteur .................................................. p. 30

Infos études et métiers : www.e-orientations.com 191

INDEX DES ANNONCEURS ::

AFT-EPT CNEAP CULTURE ET FORMATION ESAM ESO ESPI ICD IGS ISCPA CONFÉDÉRATION DE LA BOULANGERIE

Page Page Page Page Page Page Page

168, 169 22 140, 141 52, 54, 55, 98, 99 132 74, 75 72, 76, 77, 80, 81

Page 92, 96, 97, 100, 101 Page 112, 118, 119, 120, 121 Page 32

192 Le Guide des métiers et des compétences

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful