P. 1
Projet 2012

Projet 2012

|Views: 74,287|Likes:
Published by edouard3923

More info:

Published by: edouard3923 on Dec 05, 2011
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/29/2014

pdf

text

original

La logique actuelle privilégie les cliniques privées à but lucratif et augmente le “reste à charge” des
usagers. De plus en plus nombreux sont ceux qui renoncent à se soigner, des territoires entiers se
désertifient.
Les composantes d'une autre politique de soins sont les suivantes :
Assurer à tous et toutes l'accès aux soins : augmenter le niveau de prise en charge des soins par
l’assurance maladie, supprimer les franchises.
Assurer la couverture du territoire par les soins de premier recours. Définir une véritable
“mission de service public” de la médecine générale afin de coordonner les soins. Établir avec la
profession les nouvelles missions : suivi et synthèse du dossier médical ainsi que des avis
spécialisés, coordination avec les intervenants sanitaires et sociaux, participation à des actions de
prévention et d'éducation. Expérimenter un nouveau mode d’exercice et la rémunération à la fonction,
en commençant par les territoires déficitaires. Créer des Maisons de Santé (ou pôles de santé) et de
l’autonomie qui comprendront également les autres professionnels de santé et un poste spécialisé en
éducation pour la santé et santé environnementale. Déléguer certains actes et certaines
responsabilités aux sages-femmes et aux infirmières.
Soutenir et moderniser l'hôpital public, faire cesser la concurrence déloyale avec les cliniques
privées. Maintenir le personnel soignant en nombre suffisant, rompre avec la notion d’“hôpital
entreprise”, qui n’a pas de sens et mener un bilan approfondi de la T2A.
Sortir de l’impérialisme de l’industrie du médicament. Promouvoir les médicaments génériques.
Assurer aux médecines non conventionnelles l’application des mêmes règles que celles de la
médecine officielle, ce qui implique leur appliquer les mêmes exigences.
Abroger la loi du 5 juillet 2011 instaurant des soins sans consentement à domicile, assimilant
psychiatrie et répression, et développer la prévention non stigmatisante, les alternatives à
l’hospitalisation et la politique de secteur.

vivre mieux vers la société écologique

21

D. PREVENIR LES DEPENDANCES

En sus des soins et des accompagnements adaptés, il s’agit de mettre en place une politique de
prévention des dépendances, pragmatique et efficace, reposant sur l’éducation pour la santé et la
création d’environnements sociaux, économiques et commerciaux favorables à la santé.

S'agissant des drogues, les écologistes préconisent de dépénaliser pour mener une vraie
politique de réduction des risques et de tranquillité publique. La guerre à la drogue sous forme
de répression systématique des usagers a échoué partout où elle a été menée, particulièrement dans
le domaine sanitaire.
En plus du renforcement des trafics qui gangrènent l’économie et de la constitution d’organisations
criminelles qui régentent des territoires et menacent la démocratie, on enregistre en France une des
consommations les plus élevées d'Europe, malgré une des législations les plus sévères.
L'usager de drogues n'est pas un délinquant. L'arsenal répressif doit être réorganisé en privilégiant la
protection de la population, y compris les usagers. Si nous voulons mener une vraie politique
d'accompagnement et des soins des usagers de drogue, la première condition est la dépénalisation de
l'usage de toutes les drogues.

Les écologistes proposent :

l‰ Pour le cannabis et ses dérivés, la dépénalisation de la consommation, de la

détention et du transport en quantité limitée, et de la production individuelle ou collective à
but non lucratif. Nous lancerons une réflexion pour déterminer les modalités d'une légalisation de la
production, de la distribution et de la consommation, conformément à la recommandation de
nombreux rapports internationaux. La prescription de cannabis thérapeutique sous toutes ses formes
sera évaluée.

l‰ Pour les autres stupéfiants (cocaïne, héroïne, crack, speed, etc.), de multiplier les
dispositifs de consommation à moindre risque, et de mettre un terme à la politique injuste et contre-
productive qui conduit à l'incarcération des usagers de ces substances.

l‰ Plus généralement, nous renforcerons la prévention des addictions, y compris

celles liées à la consommation de jeux, et surtout de tabac et d'alcool – responsables
de plus de 100 000 morts par an. Nous lancerons également un programme d'accompagnement
spécifiquement dédié à l'entourage des usagers problématiques.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->