Albert Camus – L’Etranger (1942

)
Biographie de l’auteur : Albert Camus né le 7 novembre 1913 à Mondovi en Algérie et décédé le 4 janvier 1960 à Villeblevin (Yonne) est un écrivain et philosophe français. Il a développé dans son œuvre très diverse un humanisme fondé sur la prise de conscience de l’absurde de la condition humaine. Albert Camus, journaliste et résistant impose dès son premier roman, L’Etranger (1942), le sentiment de l’absurde et l’angoisse de l’homme moderne. Avec La Peste (1947) et ses essais, il développe une réflexion sur la condition humaine entre solidarité, action et responsabilité. Il a reçu le prix Nobel de la littérature en 1957. Biographie de l’œuvre : L’Étranger est un roman d’Albert Camus, paru en 1942. Il fait partie du « cycle de l'absurde », trilogie composée d’un roman (L’Étranger), d’un essai (Le Mythe de Sisyphe) et d’une pièce de théâtre (Caligula) décrivant les fondements de la philosophie camusienne : l’absurde. Le roman a été traduit en quarante langues. De son vivant, Albert Camus a toujours refusé de voir porter à l’écran L’Étranger mais une adaptation cinématographique a été réalisée par Luchino Visconti en 1967. Le fait divers et sa mise en abyme dans le roman : L’Etranger s’ouvre sur l’enterrement de la mère de Meursault, petit employé qui vit sans avoir réfléchi à la présence de la mort dans tout ce qui est vivant. Au cours du roman, il tue, sur la plage, un Arabe sans même prendre conscience de la gravité de son geste. Il sera condamné à mort. (+) Ce roman met en scène un narrateur-personnage, Meursault, vivant en Algérie à l'époque où celle-ci est encore française. Emprisonné, il attend un an avant d'être jugé. Au cours du procès, on lui reproche surtout son absence d'émotion à la mort de sa mère et sa vie insouciante après le deuil. On comprend alors qu'il est condamné à mort pour ne pas s’être conformé aux mœurs de sa société. Analyse et commentaires : Il s'agit d'un roman (Camus a un jour écrit "Si tu veux être philosophe, écris des romans") dont le personnage principal, mystérieux, ne se conforme pas aux canons de la morale sociale, et semble étranger au monde et à lui-même. Meursault se borne, dans une narration proche de celle du journal intime (l'analyse en moins), à faire l'inventaire de ses actes, ses envies et son ennui. Il est représentatif de l'homme absurde peint dans Le Mythe de Sisyphe, l'absurde naissant "de cette confrontation entre l'appel humain et le silence déraisonnable du monde". La seconde partie du roman (qui débute aussitôt après le meurtre) voit toutefois le narrateur renaître au monde et à lui-même, comme si la mort approchant lui avait fait sentir combien il avait été heureux. Meursault y est plus prolixe dans l'expression de ses sentiments et de sa révolte. Le tragique de l’absurde : Son histoire illustre la prise de conscience de l’absurde de toute vie vouée inéluctablement à la mort. Dans sa cellule, durant son procès , Meursault s’ennuie et relit, pour passer le temps, un vieil article de journal. Celui-ci expose une affaire dont la trame servira de base au Malentendu (1944), une pièce de théâtre que Camus écrira ensuite. Le Malentendu s’inscrit donc au sein de L’Etranger, instaurant entre le roman et théâtre un système d’échos illustrant le tragique de l’absurde. Une question, l’absurde : « L’absurde naît de cette confrontation entre l’appel humain et le silence déraisonnable du monde ». Dans cette phrase est concentrée la puissance d’un conflit, d’une confrontation qui supporte et emporte l’œuvre de Camus. Deux forces sui s’opposent : l’appel humain à connaître sa raison d’être et l’absence de réponse du milieu où il se trouve. L’homme vivant dans un monde dont il ne comprend pas le sens, dont il ignore tout, jusqu'à sa raison d’être. L’absurde n’est pas un savoir, c’est un état acquis par la confrontation consciente de deux forces. Maintenir cet état demande une lucidité et nécessite un travail, l’absurde c’est la conscience toujours maintenue d’une « fracture entre le monde et mon esprit » écrit Camus dans Le Mythe de Sisyphe (1942). Ainsi l’homme absurde doit s’obstiner à ne pas écouter les prophètes, à ne pas avoir assez d’imagination pour se représenter l’enfer, à ne faire intervenir que ce qui est certain, et si rien ne l’est, « ceci du moins est une certitude ». Une autre manière de trouve du sens serait d’en injecter : faire des projets en établir des buts et par là même croire que la vie puisse se diriger. Mais à nouveau « tout cela se trouve démenti d’une façon vertigineuse par l’absurdité d’une mort possible ». En effet, pour l’homme absurde il n’y a pas de futur seul compte l’ici et le maintenant. La première des deux forces contradictoires, à savoir le silence déraisonnable du monde ne peut donc être niée. Quant à l’autre force contradictoire permettant cette confrontation dont naît l’absurde, qui est l’appel humain, la seule

et la réconciliation avec le monde et soi-même. roi légendaire de Corinthe. » "Alors." Meursault reflète sur sa vie : "Pour que tout soit consommé. célèbre pour ses crimes. la relation du meurtre prend une dimension quasi mythique. qui fait de Sisyphe le héros absurde. « La solidarité des hommes se fonde sur le mouvement de révolte et celui-ci. » « Il voulait encore me parler de Dieu. Tout mon être s'est tendu. et l'influence sur Meursault : "C'était le même soleil que le jour où j'avais enterré maman et. Mais ce dernier est exclu car sa manière « la suicide résout l’absurde ». la longue complicité des hommes aux prises avec leur destin ». Naissent alors la révolte devant l'injustice. j'ai tiré encore quatre fois sur un corps inerte où les balles s'enfonçaient sans qu'il y parût. et agissent même concrètement sur les actes du narrateurpersonnage. que tout a commencé. La mer a charrié un souffle épais et ardent. En effet Sisyphe. Citations La mort de la mère de Meursault : « Aujourd'hui. J'ai reçu un télégramme de l'asile : “Mère décédée. on constate également que Meursault devient l'homme révolté que l'auteur évoquera plus tard. la révolte : Oui. L’absurde est générateur d’une énergie. Il commençait à peser sur la terre et la chaleur augmentait rapidement. dans le bruit à la fois sec et assourdissant. ne pas tenter de le résoudre.0. » © TAVERNIER Xavier – 03/01/2007 – http://DreamCorporation2. Il fut condamné a rouler sur la pente d’une montagne un rocher qui retombait sans cesse avant d’avoir atteint le sommet. Si on perçoit assez clairement la répugnance de Camus face à l'injustice et la peine de mort. L’homme absurde habite une monde dans lequel il doit accepter que « tout l’être s’emploie à ne rien achever ». Et ce refus du suicide. comme alors. il faut maintenir l’absurde. Et à Camus. La seconde partie du roman voit un Meursault emprisonné. Tout n’est pas permis dans la révolte. d’écrire : « Il faut imaginer Sisyphe heureux.googlepages. pour que je me sente moins seul. Sentiments distingués. écrit Camus dans Le Mythe de Sisyphe. d'autant que ce soleil et cette lumière sont omniprésents dans le roman. En ce sens. c’est l’exaltation de la vie. Il m'a semblé que le ciel s'ouvrait sur toute son étendue pour laisser pleuvoir du feu. Meursault ne répond donc pas à un instinct meurtrier. Ce dernier n’abdique pas. à son tour. C'était peut-être hier. je ne sais pas. Or l’absurde ne doit pas se résoudre. mais je me suis avancé vers lui et j’ai tenté du lui expliquer une dernière fois qu’il me restait peu de temps. et j'ai crispé ma main sur le revolver.manière de la faire taire serait le suicide. Une réponse. j'ai touché le ventre poli de la crosse et c'est là. mais ce monde dont il est le maître. maman est morte.” Cela ne veut rien dire. sa révolte n’en est pas pour autant amorale. ne trouve de justification que dans cette complicité ». la passion de l’homme absurde. les hommes se révoltent contre la mort." "Autour de moi. Point de vue philosophique En tuant l’Arabe. Bien que Camus n’accorde aucune importance au futur : « il n’y a pas de lendemain ». c'était toujours la même campagne lumineuse gorgée de soleil. Je ne voulais pas le perdre avec Dieu. la révolte contre une mort qui survient trop tôt. Ou peut-être hier. n’avait jamais pensé de son vivant à la religion. » (ce sont les premières lignes du roman L'Etranger) Meursault tue l'Arabe: « C'est alors que tout a vacillé. "Le contraire du suicidé." "Le ciel était déjà plein de soleil. sans être athée. et obligé de réfléchir sur sa vie et son sens. contre l’injustice et tentent de « se retrouver dans la seule valeur qui puisse les sauver du nihilisme. La gâchette a cédé. il me restait à souhaiter qu'il y ait beaucoup de spectateurs le jour de mon exécution et qu'ils m'accueillent avec des cris de haine" Le soleil. il se révolte. Et c'était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur. contemplant sa mort en sursis. Enterrement demain. la pensée de Camus est humaniste. le front surtout me faisait mal et toutes ses veines battaient ensemble sous la peau." La Religion : « Maman. Tout se passe comme s'il avait été le jouet du soleil et de la lumière. Ce mythe est considéré comme le symbole de la condition humaine. ». car l’absurde génère une puissance qui se réalise dans la révolte.com .