LES MYCOBACTERIES ATYPIQUES

Présenté par Maxime TOUPANE

Introduction(1)
‡ Historique 1900-1950 : apparition chez l¶homme  1959 : classification de Runyon Anciens noms : paratuberculeux pseudotuberculeux opportunistes Actuellement : M. atypiques MOTT

Introduction(2)
‡ Définition : Bacilles Gram+,immobiles Coloration difficile par les méthodes usuelles, Acido-alcoolo résistants Aérobie strict Saprophytes responsables d¶infections opportunistes

Introduction(3)
‡ Intérêts - Médical : causes de pathologies spécifiques graves chez le sujet immunodéprimé - Epidémiologie : rares,fréquents chez l¶immunodéprimé - Thérapeutique : résistance aux antibiotiques

TAXONOMIE
‡ Ordre : Actinomycétales ‡ Famille : Mycobacteriaceae ‡ Genre : Mycobacterium (seul) ‡ Espèces : Plus de 50 espèces.

Classification de Runyon
Deux critères : ‡ vitesse de croissance - croissance rapide : colonies matures et
macroscopiquement visibles en moins de 7j - croissance lente : même observation en plus de 7j.

Classification de Runyon
‡ Pigmentations des colonies - Colonies photochromogènes : pigmentées
si exposition à la lumière - Colonies scotochromogènes : pigmentées en présence ou à l¶absence de lumière. - Colonies non pigmentées.

Classification de Runyon
Groupe I : croissance lente, photochromogènes
M. kansasii, marinum, simiae, asiaticum

Groupe II : croissance lente, scotochromogènes
M. scrofulaceum, gordanae, flavescens xenopi, szulgai.

Classification de Runyon
Groupe III : croissance lente,non chromogènes
M. avium-intracellare, malmoense, ulcerans, gastri«

Groupe IV : croissance rapide, pigmentées
ou non M. fortuitum, chelonae, phlei..

Intérêt : identification espèces isolées au labo

Caractères bactériologiques(1)
‡ Morphologie :
-bacilles fins(2 à 5 µm) rectilignes ou incurvés - gros bacilles (kansasii) - coccobacilles (avium) - bacilles de tailles moyennes. immobiles, asporulés, acido-alcoolo résistants - en culture : sous forme de cordes ou coccoides filamenteuses

Caractères bactériologiques(2)
‡ Culture : Conditions de culture :
- aérobie strict > présence d¶O2 - Température d¶incubation : 37°C (parfois 30°ou 42° C) 

Particularités culturales : milieux à base
d¶ uf, parfois des exigences suivant l¶espèce : GSC ou LJ avec citrate ferriammoniacal

Caractères bactériologiques(3)
‡ Culture Milieux de culture : spéciaux ( à l¶ uf)
-Solides : LJ, coletsos, - Liquides : Bio fm, middlebrook (idem pour le complexe tuberculosis)sauf Pour M. haemophilum exigeant de l¶hémine

Caractères bactériologiques(4)
‡ Caractères biochimiques De base : Acide nicotinique (niacin test)
Catalase : 22°C et 68°C. nitrate réductase, uréase, hydrolyse du tween 80, arylsulfatase«

Caractères bactériologiques(5)
‡ Caractères antigéniques : Identiques au complexe tuberculosis - Ag O : paroi Lipides , protides, glucides( Ag K)

Epidémiologie(1)
‡ Habitat ubiquitaires : eaux, terre, végétaux, animaux
domestiques et sauvages.

chez l¶homme : sujet immunodéprimé

Epidémiologie(2)
‡ Mode de transmission Direct : Homme à homme Indirect : eaux contaminé,lait
aérosols

Existence d¶infections nosocomiales :
seringues, fibroscopes,implantation de matériel étranger contaminé

Epidémiologie(3)
‡ Voies de transmission - Pulmonaire - digestive - transcutanée

Epidémiologie(4)
‡ Facteurs favorisants : - baisse de l¶immunité cellulaire
- déficit local de l¶immunité par diminution de l¶activité des macrophages alvéolaires - professionnels : éleveurs, agriculteurs - promiscuité

Epidémiologie(5)
‡ Répartition des mycobactérioses :
suivant les espèces :

- ulcerans : Afrique centrale, Australie,
Amérique centrale. (endémique dans les zones forrestières)

- kansasii : USA. - malmoense : Europe

Epidémiologie(6)
‡ Sujets réceptifs : les immunodéprimés : Ex sujets VIH+ Sujets des ages extrêmes

Pouvoir pathogène(1)
‡ Physiopathologie :
saprophytes habituels chez l¶homme. convergence d¶argument >>rôle pathogène pathogénicité due à la virulence de la bactérie, Existences d¶espèces toxinogènes

Pouvoir pathogène(2)
‡ Formes cliniques  Infections cutanées : ulcère de Buruli
M. ulcerans 

Infections ganglionnaire : surtout chez
l¶enfant. (M. scrofulaceum)

Pouvoir pathogène
‡ Formes cliniques : Infections pulmonaires : adultes aux voies
respiratoires lésées. ( M. kansasii, avium, xenopi«). 

Formes disséminées : foie, rate, peau,
ganglions, squelette, observées surtout au cours du sida

Diagnostic(1)
‡ Circonstances : 
Systématique chez les malades immunodéprimés (sida).  Au cours d¶une infection iatrogène.  Notion de séjour en zone d¶endémie.

Diagnostic(2)
‡ Prélèvement : - Expectorations :
technique : matin au réveil effort de toux volume : 2 à 5 ml Cas échéant : fibroscopie bronchique

Diagnostic(3)
‡ Autres prélèvements :
Tubage gastrique, urines,liquide de ponction, LCR, tissus, ganglions,selles.

Diagnostic(4)
‡ Mise en évidence du germe
Techniques identiques à celles utilisées pour les bacilles de la tuberculose. Différences par rapport à la sensibilité aux agents décontaminant.

Coloration de ZN et à l¶auramine. Milieux de culture : LJ, coletsos, Bio FM,
middlebrook, 7H9«

Diagnostic(5)
‡ Test d¶identification : 
Vérifier l¶acido-alcoolo résistance  Vérifier la pureté de la souche  Etudier la vitesse de croissance du germe (à 28, 37 et 42°C et sur culture isolée)

Diagnostic(6)
‡ Test d¶identification 
Observer l¶aspect des colonies : - rugueuses R ou eugoniques - lisses S - intermédiaires - pigmentation : photochromogènes, scotochromogènes, non pigmentées.

Diagnostic(7)
‡ Technique de la recherche de pigment photo inductible :
- dilution suspension de la souche - ensemencement sur trois tubes - envelopper deux des tubes d¶une feuille d¶aluminium - après apparition de colonie sur le tube non protégé, exposé un des tubes protégé après avoir desserré le capuchon pendant 5h à une lampe de 100w - remise à l¶étuve et apparition de pigment 24, 48 ou 72h après

Diagnostic(8)
‡ Test d¶identification :
Biochimiques : - Niacin test - Catalase à 68°, nitrate réductase Autres caractères : résistance à l¶acide para aminosalicylique, TCH, ethambutol, NaNO2, NaCl 5%

Diagnostic(9)
‡ Identification précise des espèces :
se base en plus des caractères biochimiques sur la classification de Runyon  Croissance lente, photochromogènes catalase thermostable.

Diagnostic(10)
‡ Identification précise des espèces : 
Croissance lente, scotochromogènes : - catalase thermostable - szulgai : photochromogène à 24° et scoto à 37°. - xenopi pousse plus vite à 42°

Diagnostic(11)
‡ Identification précise des espèces : 
Croissance lente, non pigmentées : malmoense résiste à l¶INH, streptomycine, rifampicine. haemophilum exige de l¶hémine.  Croissance rapide : apparition des colonies en 5-7j

Diagnostic(12)
‡ Identification précise des espèces : 
M. fortuitum-chelonae : non pigmentée croit sur Mac Conkey sans cristal violet  Espèces thermophiles +/- pigmentées : M plhei, thermoresistible, M.smegmatis. (stimulant non spécifique de l¶immunité en cancérologie)

Diagnostic(12)
‡ Identification par sondes nucléique :
Ex pour avium, kansasii, gordanae, - Avantages et inconvénients : résultats spécifiques, rapides et fiables. mais couteux.

Bases thérapeutiques(1)
‡ Antibiogramme :
- Technique : méthode des proportion de Canetti, RIST et Glosset. - Methode radiométrique non applicables pour les mycobactéries atypiques. - Methode des disques ou determination des CMI par bandelette Etest : possible si mycobactéries à croissance rapide.

Bases thérapeutiques(2)
‡ Antibiogramme :
- Résistance : PAS, INH. kansasii : résistant à la rifampicine. scrofulaceum, xenopi, zsulgai et simiae : mutirésistants

Bases thérapeutiques(3)
‡ Antibiogramme :
- Parfois sensible à la D- cyclosérine. NB : sensibilité in vitro pas toujours valable in vivo.

Bases thérapeutiques(4)
‡ Traitement :
utilise des associations. En cas de résistance d¶autres ATB utilisés - triméthoprime ± sulfaméthoxazole - cyclines. - clarithromycine, rifabutine ( varient suivant l¶espèce)

Bibliographie
‡ Référentiel en microbiologie médicale ( deuxième édition 2004) ‡ Bactériologie clinique (ellipses) (troisième édition)

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful