You are on page 1of 36
de symboles, Ne @isons paz que le cerveau est wn symbole, "3tre un symbole" nta pas de sens, Et bien, préesefmant, cotte série de symboles est 2*aspect métrique de quelque choso qui ntest pes ces sprboles. Et quiant-ce aus clest ce dont les smboles sont ltaspect métrique? Clest de Létoffe dtesprit, (NEP 27001) Le matérialiste identifie les symboles avec 1€ quelque chose dont iis sont ltaspect métrique, I] ne seit se passer de "quelque chose", et subrepticemenf 41 1!fdentifie aveo un symbole. Son eorveau est une entité avsurde, Habitusllenent, on se figure la pensée comme uns quelque chose, qui agit sur des atoms "choses". Et ton cherche un point de contact entre 1Yentité physique et ltesprit. Mais cola nla pas de sens. le symbole ntest pas quelque chose qui est on contact avec quelque chose. T1 nest pas quelque chose corraspondant avec quelque chose, Le symbole correspond avec quelque chose, 11 est un sspect de queloue chose. Lerriére-fond du symbole ntest pas autre "chose", Lterriéwe-fond est de 1'étoffe dtesrrit qui a un aspect nétrdque que nous repéésentons par un symbole, Clest pour cela qu'Eddington ntaine pas l'expression "concret", car habituellement elle rovient a une substantialisation d'un syubole exclusive. S41 1!0n veut gue les atomes pensent, ou qutile sofent des appendices conerets de quelque chose qui pense, les atomes non roins | que le pensée deviennent plus mystérteux que jamais. | Ne découpons pas un état montel eelon les coupures dans | nos symboles. "La matiére du cerveau est un.des aspects i do l'ensemble de l'état mental, mais 1’anelyse de cette natiére ne se fait pas du tout paralidlement a ltanalyse de lotat mental que fait 1’étude psychologique” (uP 200) 777 No parlons plus d'une interaction de corps et desprit, come de itintersction de deux choses. "Je ne pense pas que action de la watiére sur un certain point du cerveau stimile Ltactivité de itesprit: & mon avis llactivité ae o 4 natiéze est une deseription métrique de certuins aspects ee activité de ltesprit, cotiv activité est notre maniére Ge roconsaftrs une coubinsison des mesures de structure; Guant 2 ltoctivité de ltesprit, clost notre connaissance srofonde du complexe de reiations dont 1a capacité de 105 iP) ison constitue im base de ces mesures", (269-276 spar Sans cubre dtu doute, ce texte est choquant. Jiala qulest-il eutve qufune simple conclusion de oe que nous isious de l'objet de lo physique? ¥euteil céder a 1? inugination qui conerétise tous ses objets 7 Futsque ies atomes d'un certain ur X, sont un aspect nétrique de iui "étoffe dtesprit", fuuteii en canelure que toute 6toffe tesprit est consciente? “Cele pourradt Soulever quelque difficulté s1 nous postulions une Adentite compiste entre Létoffe de lesprit et le conscience, mois nous sevons bien qu'il y @ dens l'esprit des souvemnire qui no sont pas dans 1a conscience aur le moment sans que Reus sesens capanles de les y appeler; nous savons veguement aque certaines chosss dont nous ne pouvons pas nous souvenir Sty trouvent néanmoins et viendront dans notre consetence & quelque moment, la conscience nlest pas étrottement aélimitée, neds se perd un peu dans le subconseient et , au dela, nous (1) uP 280, Le derntére phrase ne so trouve pas dene 2e traduction frangatso, OP Io texte original, 1427920. le texte traduit ne correspond pas au texte original, et nous avons essay do lly adapter,