P. 1
Une mise au point concernant l’Eglise Gnostique Chaote

Une mise au point concernant l’Eglise Gnostique Chaote

|Views: 1,585|Likes:
Published by Spartakus FreeMann
Une forme de "règle conventuelle de l'église gnostique chaote".
Une forme de "règle conventuelle de l'église gnostique chaote".

More info:

Published by: Spartakus FreeMann on Jan 15, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial Share Alike

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF or read online from Scribd
See more
See less

10/28/2015

pdf

 

Une  mise  au  point  concernant  l’Eglise  Gnostique  Chaote   1  

  L’E.G.C.  est  née  d’une  idée  et  est  l’expression  d’un  profond  désir  de  constituer  un  cadre   fraternel  et  opératif  pour  ceux  et  celles  qui  ont  un  désir  sincère  de  travailler  dans  la  Voie   gnostique.     Elle   représente   l’un   des   derniers   surgeons   des   églises   gnostiques   et   apostoliques   dérivant   de   Monseigneur   Vilatte   en   passant   par   les   lignages   Ambelain   –   Mauer   –   Jirousek   –   Duez   (un   bref   historique   est   donné   en   annexe   ou   peut   être   consulté   sur   internet).   En   ce   sens,   elle   se   pose   comme   héritière   d’une   filiation   qu’elle   respecte   fraternellement  dans  l’unité  de  l’église  –  le  terme  «  église  »  devant  être  compris  dans  son   sens  premier  de  communauté  des  fidèles.     L’E.G.C.   est   triple   en   nature  :   gnostique   par   sa   profonde   conviction   en   la   doctrine   spirituelle   de   la   Gnose  ;   apostolique   car   dans   la   lignée   ininterrompue   des   apôtres  ;   chaote  car  rejetant  toute  hiérarchie,  toute  soumission  à  une  autorité  autre  que  celle  de   l’Esprit  Saint.    

    Si,  par  le  passé,  l’Église  Gnostique  Chaote  a  diffusé  plusieurs  manifestes  définissant  les   bases   de   sa   mission   et   de   son   mode   de   fonctionnement,   afin   d’offrir   un   fil   directeur   à   celles  et  ceux  qui  exprimeraient  le  désir  de  nous  rejoindre,  aujourd’hui,  il  nous  semble   plus  que  nécessaire  d’exprimer  plus  explicitement  certaines  «  vérités  »  que  nous  n’avons   pas  formulées  ailleurs.    

   

Une  mise  au  point  concernant  l’Église   Gnostique  Chaote.  
«  Vous  n’ajouterez  rien  à  ce  que  je  vous  prescris   et  vous  n’en  retrancherez  rien  »  (Deut.  4.2).  

Qu’est-­‐ce  que  l’Église  Gnostique  Chaote  ?  

  L’E.G.C.   fonctionne   sur   un   principe   simple  :   la   liberté   et   l’indépendance   absolue   de   ses   membres.     L’E.G.C.   n’est   en   effet   dirigée   par   aucun   patriarche,   aucune   matriarche,   aucun   synode   exécutif,  aucun  collectif  empourpré.  L’E.G.C.  est  une  communauté  ne  possédant  aucune   structure  administrative,  financière,  dogmatique  ni  hiérarchique.     Dans   le   sens   donné   par   Tau   Jean   Huss   et   Tau   Simon   Pierre   II  :   il   y   a   «  abrogation   des   ordres   mineurs   et   majeurs   qui   sont   fondus   en   un   seul   ordre,   celui   d’évêque   gnostique.  

Quelle  est  sa  structure  ?  

2   Une  mise  au  point  concernant  l’Eglise  Gnostique  Chaote     Jugeant   inutile   et   perverse   la   multiplication   des   ordres   et   désirant   revenir   à   la   simplicité   des  Évangiles  primitifs,  nous  instituons  donc  l’épiscopat  comme  seul  et  unique  médium  de   l’Esprit   Saint   avec   toutes   les   charges   apostoliques   qui   s’y   rapportent  :   l’exorcisme,   les   soins   aux  malades,  la  propagation  de  la  Gnose,  l’enseignement  et  la  garde  des  Saintes  Écritures   gnostiques  ».  Bien  que  l’ensemble  des  ordres  puisse  être  conféré  individuellement,  chose   laissée  à  l’appréciation  de  chacun,  nous  privilégions  la  transmission  de  l’Esprit  Saint  de   manière  simple  et  cardiaque.     En   entrant   dans   l’E.G.C.,   les   nouveaux   évêques   sont   dotés   des   mêmes   prérogatives,   droits   et   obligations.   Tous   les   «  pouvoirs  »   apostoliques   sont   transmis   dans   l’intention   de   laisser   l’Esprit   Saint   souffler   au   travers   de   nous.   Les   droits   sont   ceux   offerts   par   la   transmission   apostolique.   Les   devoirs   sont   ceux   prescrits   par   la   mission   apostolique   confiée  aux  nouveaux  membres.     Nous  le  répétons  :  tous  les  évêques  sont  libres,  indépendants.  Ils  ne  relèvent  que  d’eux-­‐ mêmes   et   de   leur   relation   avec   l’Esprit   Saint.   Nul   ne   peut   se   prévaloir   d’une   quelconque   autorité   morale,   spirituelle,   hiérarchique   ou   dogmatique   sur   ses   sœurs   et   ses   frères   évêques   de   l’E.G.C.   Il   n’y   a   pas,   répétons-­‐le,   de   patriarche,   mais   nous   respectons   les   patriarches   des   églises   dont   nous   dérivons,   ainsi   que   ceux   des   autres   églises   gnostiques,   mais   nous   refusons   de   leur   reconnaître   une   autre   qualité   que   celle   de   véhicule   de   l’Esprit   Saint.   Un   évêque   issu   de   nos   rangs   ou   se   revendiquant   de   l’E.G.C.   et   qui   imposerait   son   autorité   à   d’autres   personnes   reçues   par   lui  ou   par   d’autres   serait   ipso  facto,  par  lui-­‐même  et  ses  actes,  exclus  de  l’E.G.C.     Après  sa  résurrection  le  Christ  dit  à  ses  disciples  présents  dans  la  chambre  haute  :  «  La   paix   soit   avec   vous  !   Comme   le   Père   m’a   envoyé,   moi   aussi   je   vous   envoie  ».   Il   est   encore   écrit  :  «  Après  ces  paroles,  il  souffla  sur  eux,  et  leur  dit  :  Recevez  le  Saint-­‐Esprit.  Ceux  à  qui   vous  pardonnerez  les  péchés,  ils  leur  seront  pardonnés  ;  et  ceux  à  qui  vous  les  retiendrez,  ils   leur  seront  retenus  »  (Jean  20.21-­‐23).     Le  jour  de  Pentecôte,  le  Saint-­‐Esprit  descendit  avec  un  bruit  puissant  accompagné  de  feu   divin  qui  enflamma  la  langue  de  tous  ceux  qui  étaient  présents.  Ils  furent  alors  purifiés   par  le  feu  divin  et  ils  purent  ainsi  exprimer  le  Verbe  dans  la  puissance  du  Saint-­‐Esprit.       Enfin,  l’E.G.C.  pourrait  être  plus  clairement  définie  comme  une  confédération  d’évêques   libres  et  indépendants  associés  pour  une  durée  indéterminée,  mais  ne  se  reconnaissant   aucune  obligation  conventuelle  autre  que  celle  que  leur  cœur  leur  dicte.         En  exprimant  le  souhait  de  nous  rejoindre.       L’E.G.C.   n’est   ni   élitiste   ni  sectaire.   Ses   évêques   sont   libres   de   conférer   le   sacre   épiscopal   à   ceux   qui   en   expriment   le   désir,   le   reste   ne   dépend   que   de   l’Esprit   qui   souffle   là   et   quand  Il  le  veut.     Nous   ne   sommes   pas   prosélytes.   Nous   ne   cherchons   pas   à   convaincre   qui   que   ce   soit.   Le   désir  de  se  voir  conférer  la  dignité  épiscopale  relève  d’un  cheminement  individuel  qu’il   ne  nous  appartient  pas  de  juger.  

Comment  devenir  membre  ?  

  La   cérémonie   de   consécration   épiscopale   est   réalisée   dans   l’esprit   de   l’Evangile   selon   Mathieu  :  «  Vraiment  je  vous  le  dis  :  tout  ce  que  vous  aurez  lié  sur  la  terre  sera  lié  dans  le   ciel,   et   tout   ce   que   vous   aurez   délié   sur   la   terre   sera   délié   dans   le   ciel.   Oui   vraiment   je   vous   le   dis  :   si   deux   d'entre   vous   sur   la   terre   s'entendent   pour   demander   quelque   chose,   ils   l'obtiendront  de  mon  Père  qui  est  aux  cieux.  Quand  deux  ou  trois  sont  réunis  en  mon  nom,   je  suis  là,  au  milieu  d'eux  »  (Mathieu,  18,  20).       L’intention   et   le   cœur   seuls   importent   dans   le   cadre   d’une   cérémonie   qui   est   réalisée   dans  l’esprit  de  ce  qui  nous  fut  transmis.      

    Cela   dit,   que   les   choses   soient   claires,   nous   n’acceptons   pas   toutes   les   demandes   simplement   parce   qu’elles   sont   exprimées.   Une   consécration   ne   pourra   jamais   se   faire   qu’après  un   minimum   de   rencontres  de  personne  à  personne  ;  il  est  important  que  nous   apprenions  à  nous  connaître  afin  d’éviter  toute  déconvenue  future.     L’E.G.C.   accepte   pleinement   le   principe   exposé   par   la   déclaration   apostolique   et   gnostique  :   «  Tout   homme   et   toute   femme   de   désir   peuvent   se   voir   conférer   la   charge   épiscopale.   Le   but   étant   de   transmettre   l’Esprit   Saint   à   tous   les   enfants   du   Plérome   perdus   en   ce   monde,   nous   entendons,   nous   les   dépositaires   de   la   succession   de   l’Esprit-­‐Saint,   ne   jamais  refuser  la  consécration  à  qui  que  ce  soit.  »     Cependant,   en   tant   que   corps   apostolique   indépendant   nous   demandons   au   minimum   deux  prérequis  aux  futurs  membres  :     -­‐ avoir  18  ans  accomplis  ;   -­‐ être  en  syntonie  avec  notre  cadre  tel  qu’il  est  défini  ici.     L’E.G.C.   accepte   donc   toute   personne   sans   distinction   de   sexe,   de   race,   de   préférence  sexuelle,  d’origine  sociale  et  de   fortune.  Nous  acceptons  également  les   personnes   ayant   un   casier   judiciaire   ou   considérées   comme   de   «  mœurs   douteuses  ».         Enfin,   l’E.G.C.   ne   requiert   aucuns   frais,   aucune   indemnité,   aucune   cotisation.   Nous   transmettons   gratuitement   ce   qui   nous   a   été   confié   gratuitement.   Un   évêque   issu   de   nos   rangs,   ou   se   revendiquant   de   l’E.G.C.,   qui   pratiquerait   la   simonie   serait   ipso   facto,  par  lui-­‐même  et  ses  actes,  exclu  du  corps  de  notre  église.       Quitter   l’église   est   facile   puisqu’aucune   structure   légale   ou   administrative   ne   lie   ses   membres.   Si   les   liens   du   cœur   et   de   l’esprit,   de   la   fraternité   et   de   l’amitié   sont   indissolubles,   un   membre   qui   ne   se   sentirait   plus   en   syntonie   avec   ses   sœurs   et   ses   frères  de  l’E.G.C.  est  libre  de  s’en  détacher  quand  il  le  veut.       Nous   ne   rejetons   jamais   aucune   sœur   ou   frère   de   l’E.G.C.   sauf   dans   les   cas   de   manquement   grave   aux   principes   exposé   ici.   Ceux-­‐là,   cependant,   ne   sont   ni   exécrés   ni   excommuniés,  ils  partent  naturellement  et  il  leur  est  simplement  demandé  de  ne  plus  se   référer  à  l’E.G.C.  ni  de  s’en  réclamer.     Une  mise  au  point  concernant  l’Eglise  Gnostique  Chaote   3  

Les  rituels  de  l’E.G.C.  sont-­‐ils  secrets  ?  

4   Une  mise  au  point  concernant  l’Eglise  Gnostique  Chaote     Rien  n’est  secret,  tout  est  disponible  sur  nos  sites,  dans  nos  écrits  et  dans  ceux  de  ceux   qui  nous  ont  précédés  (voir  http://www.heliogabale.org/).     L’E.G.C.  n’est  pas,  et  ne  se  veut  pas,  conventicule  para-­‐maçonnique  ;  il  n’y  a  ni  secret,  ni   progression  initiatique,  ni  test  ;  tout  y  est  exprimé  clairement  et  sans  malice.         Enfin,  tout  membre  reçu  au  sein  de  l’E.G.C.  ou  s’en  réclamant  et  vendant  nos  rites   et   cérémonies   comme   choses   secrètes   monnayables   est   ipso   facto   exclu,   par   lui-­‐ même  et  ses  actes,  de  l’église.       Nous  n’offrons  aucun  cours,  aucun  cursus,  aucune  formation.  Bien  sûr,  nous  partageons   notre   humble   savoir,   mais   en   aucun   nous   n’avons   de   corpus   doctrinal   spécifique   à   enseigner.   Nous   avons   émis   un   Cérémonial   reprenant   les   divers   rites   et   prières   usuels,   il   appartient  à  tous  –  qu’ils  soient  membres  ou  non  –  de  les  étudier,  de  les  méditer,  de  les   adapter  à  leurs  propres  pratiques.       À  ceux  qui  demandent  à  nous  rejoindre,  nous  conseillerons  certaines  lectures,  mais  nous   ne  demandons  aucune  connaissance  spécifique  –  nul  besoin  de  parler  le  latin,  l’hébreu   biblique,   l’énochien  ;   nulle   preuve   d’une   maîtrise   dans   un   domaine   particulier   n’est   nécessaire.       Nous   invitons   nos   membres   à   étudier   et   à   approfondir   leurs   connaissances   des   Écritures,   des   textes   gnostiques   et   de   tous   les   mouvements   mystiques   ayant   une   influence  sur  notre  propre  communauté.  

Quels  sont  les  enseignements  de  l’E.G.C.  ?  

  Nous  paraphraserons  ici  la  déclaration  apostolique  et  gnostique  de  nos  Frères  Tau  Jean   Huss  et  Tau  Pierre  II  :     «  Institution   des   trois   cérémonies   originelles  :   le   baptême,   la   fraction   du   pain   et   la   transmission  de  l’Esprit  Saint.       Le  baptême  :  le  baptême  est  donné  par  immersion  dans  l’eau,  soit  froide  soit  chaude  soit   tempérée.  S’il  n’y  a  pas  de  quantité  suffisante,  une  simple  aspersion  suffit.  Le  baptême  est   donné  exclusivement  “Au  Nom  du  Père,  du  Fils  et  de  l’Esprit  Saint”.  Le  baptême  fait  entrer   définitivement  l’homme  ou  la  femme  au  sein  de  la  Communauté.  Nulle  confirmation  n’est   nécessaire.   Le   baptême   ne   lave   d’aucun   péché   puisqu’aucun   péché   originel   n’existe   à   nos   yeux.     La  Fraction  du  Pain  :  elle  se  fera  selon  l’usage  par  la  bénédiction  préalable  du  pain  et  du   vin   et   leur   distribution,   sans   autre   forme   cérémonielle,   lors   d’agapes   fraternelles   le   dimanche  après  récitation  du  Notre  Père.     La  transmission  de  l’Esprit  Saint  est  la  consécration  épiscopale  proprement  dite  ».    

Quelles  sont  les  cérémonies  de  l’E.G.C.  ?  

  Certains   pourraient   enfin   se   demander   pourquoi   cette   mise   au   point   est   publiée,   si   les   membres   de   l’E.G.C.   sont   libres,   indépendants   et   ne   relèvent   que   de   leur   propre   autorité   morale.     L’Église   Gnostique   Chaote   est   une   communauté   d’évêques   libres   certes,   mais   elle   n’en   demeure  pas  moins  une  communauté  ;  il  faut  donc  suivre  un  minimum  de  principes  afin   d’y   entrer   et   d’y   œuvrer   —   ce   que   l’on   pourrait   appeler   la   «  règle   conventuelle   de   l’église  ».  Libre  à  chacun  de  l’accepter,  libre  à  chacun  de  la  refuser  et  de  continuer  son   chemin  ailleurs.       Tau  Héliogabale,  oratoire  d’Ara  Lunae,  15  janvier  2012  e.v.      

  La  consécration  s’opère  en  une  seule  cérémonie.     Nous   n’ajouterons   ni   ne   retrancherons   quoi   que   ce   soit,   nos   membres   étant   libres   d’organiser   leurs   cérémonies   comme   ils   l’entendent   dans   ce   seul   cadre   précis.   Le   Cérémonial  est  disponible  comme  aide-­‐mémoire  et  base  du  travail  épiscopal.   Une  mise  au  point  concernant  l’Eglise  Gnostique  Chaote   5  

Pourquoi  cette  mise  au  point  ?  

6    

Une  mise  au  point  concernant  l’Eglise  Gnostique  Chaote  

    Après  avoir  assumé  le  Patriarcat  de  l'Église  Gnostique  Universelle,  Bricaud  devint  l'ami   de   l'évêque   Louis-­‐Marie-­‐François   Giraud   (Mgr.   François,   mort   en   1951),   un   ancien   moine   trappiste   qui   faisait   remonter   sa   filiation   épiscopale   à   Joseph   René   Vilatte   (Mar   Timotheos,   1854-­‐1929).   Vilatte   était   un   parisien   qui   avait   dans   sa   jeunesse   émigré   en   Amérique.  Il   obtint   la   consécration   épiscopale  en  1892  des  mains  de  l'évêque  Francisco-­‐ Xavier   Alvarez   (Mar   Julius   I),   évêque   de   l'Église   syrienne   Jacobite   Orthodoxe   et   Métropolitain   de   l'Église   Catholique   Indépendante   de   Ceylan,   Goa   et   des   Indes,   qui   avait   à   son   tour   reçu   la   consécration   des   mains   d'Ignatius   Pierre   III,   «  Pierre   l'Humble  »,   Patriarche  Jacobite  Orthodoxe  d'Antioche.       Vilatte   consacra   Paolo   Miraglia-­‐Gulotti   en   1900  ;   Gulotti   consacra   Jules   Houssaye   (ou   Hussay,   1844-­‐1912),   Houssaye   consacra   Louis-­‐Marie-­‐François   Giraud   en   1911  ;   et   Giraud  consacra  Jean  Bricaud  le  21  juillet  1913.     Cette   consécration   est   importante   pour   l'Église,   car   elle   fournit   une   succession   apostolique   et   épiscopale   valide   et   documentée,   qui   avait   été   reconnue   par   l'Église   Catholique  Romaine  comme  valide,  mais  illicite  (spirituellement  efficace,  mais  contraire   à  la  politique  de  l'Église  et  non  sanctionnée  par  elle).  Rome,  conformément  à  ses  propres   règles  et  lois  concernant  la  transmission  épiscopale,  n'a  jamais  remis  en  cause  la  validité   de   Mgr   Vilatte.   Ainsi,   dans   une   lettre   de   Mgr   Ceretti,   Nonce   apostolique   («  Courrier   de   Bavière  »,  de  Munich,  et  datée  du  6  juillet  1925),  il  est  dit  ceci  :  «  Mgr  Vilatte  a  reçu  les   ordres  mineurs  et  le  sous-­‐diaconat  le  5  juin  1885,  le  diaconat  le  6  juin  de  la  même  année,  et   la  prêtrise  le  7  juin  1885…  Quant  à  sa  consécration  épiscopale,  elle  eut  lieu  le  25  mai  1892.   Mgr   Vilatte   fut   consacré   par   trois   évêques   Jacobites   dans   la   Cathédrale   de   l'archevêque   Alvarez   (Julius   Ier),   c'est-­‐à-­‐dire   en   l'église   Notre   Dame   de   la   Bonne   Mort,   à   Colombo,   île   de   Ceylan.   Mgr   Vilatte   est   en   possession   d'une   bulle   de   consécration   signée   par   ces   trois   évêques,  et  par  le  consul  américain  qui  assistait  à  la  cérémonie  ».     Après   la   mort   d'Encausse   en   1916,   l'Ordre   Martiniste   et   la   section   française   des   Rites   de   Memphis-­‐Misraim   et   de   l'Ordo   Templi   Orientis   furent   chapeautés   brièvement   par   Charles  Henri  Détré  (Teder).  Détré  mourut  en  1918  et  Bricaud  lui  succéda.     Blanchard   consacra   au   moins   cinq   autres   évêques   gnostiques   sous   sa   propre   autorité,   dont   Charles   Arthur   Horwath,   qui   consacra,   à   nouveau,   plus   tard,  sub  conditione,   Patrice   Genty  (Tau  Basilide),  le  dernier  patriarche  de  l'Église  Gnostique  de  France  qui  avait  été   consacré  auparavant  dans  la  succession  spirituelle  de  Doinel  par  Fabre  des  Essarts  ;  et   Roger  Ménard  (Tau  Éon  II),  qui  consacra  alors  Robert  Ambelain  (Tau  Robert)  en  1946.   Ambelain  constitua  sa  propre  Église  gnostique,  l'Église  Gnostique  Apostolique,  en  1953,   l'année   de   la   mort   de   Blanchard.   Ambelain   consacra   au   moins   10   évêques   gnostiques   au   sein  de  son  Église  :  dont  Pedro  Freire  (Tau  Pierre),  Primat  du  Brésil,  André  Mauer  (Tau   Andreas),   Primat   de   Franche-­‐Comté   et   Roger   Pommery   (Tau   Jean),   évêque   titulaire   de   Macheronte.     L'E.G.U.  fut  ravivée  après  la  guerre  ;  et  en  1945,  Tau  Renatus  fut  élu  comme  successeur   du   martyr   Chevillon.   À   Renatus   succédera   Charles-­‐Henry   Dupont   (Tau   Charles-­‐Henry)   en  1948  qui  l'abandonna  en  1960  en  faveur  de  Robert  Ambelain  (Tau  Jean  III)  qui  avait  

Bref  historique  de  l’Église  Gnostique  Chaote.  

  acquis  une  grande  proéminence  du  fait  de  ses  écrits.  L'E.G.U.  fut  alors  mise  en  sommeil   par  Ambelain  au  profit  de  sa  propre  Église,  l'E.G.A.     En   1969,   Tau   Jean   III   aura   comme   successeur   à   la   tête   de   l'E.G.A.,   André   Mauer   (Tau   Andreas),   à   qui   succédera   Pedro   Freire   (Tau   Pierre),   primat   de   l'Amérique   du   Sud,   en   1970.  La  même  année,  Freire  avait  été  reconsacré  sous  le  nom  de  Mar  Petrus-­‐Johannes   XIII,   patriarche   de   l'Église   Gnostique   Catholique   Apostolique   par   Dom   Antidio   Vargas   de   l'Église   Catholique   Apostolique   brésilienne.   À   sa   mort   en   1978,   Freire   aura   comme   successeur   Edmond   Fieschi   (Tau   Sialul   I)   qui   abdiqua   en   faveur   de   son   coadjuteur   Fermin  Vale-­‐Amesti  (Tau  Valentius  III)  qui  refusa  de  reprendre  sa  charge  ;  mettant  ainsi   l'Église   Gnostique   Apostolique   ainsi   que   l'Église   Gnostique   Catholique   Apostolique   en   repos  en  tant  qu'organisation  internationale.       Les   différentes   filiations,   par   jeu   de   consécration   et   de   re-­‐consécration   sub-­‐conditione,   passa  ensuite  jusqu’à  Mgr.  Joël  Duez.     En  mai  2004,  trois  évêques  —  Sophia  Éris,  Tau  Sebek  et  Tau  Héliogabale  —  de  la  filiation   gnostique   de   Robert   Ambelain   se   réunirent   physiquement   en   l'Oratoire   gnostique   de   Marseille   et   convoquèrent   un   Concile  gnostique   afin   de   constituer   une   nouvelle   branche   de  l'arbre  de  la  Gnose  :  l'Église  Gnostique  Chaotico-­‐Apostolique.  Ils  élisent  alors  Sophia   Éris  comme  Matriarche  de  la  nouvelle  Église  afin  de  marquer  le  passage  dans  le  Nouvel   Éon   Chaotique.   Cette   même   année   verra   la   consécration   de   plusieurs   nouveaux   évêques   et  de  nouvelles  sophias  en  France,  Suisse  et  Belgique.  Patentes  sont  données  aux  USA  à   Tau   Xi   afin   de   fonder   en   Amérique   du   Nord   diverses   communautés   gnostiques.   En   décembre,  Sophia  Irouael  devient  Légat  Gnostique  de  l'Église  pour  l'Angleterre.       En   2005,   cette   Église   changera   de   nom   en   Église   Gnostique   Chaote   et   publiera   une   première   version   de   Cérémonial   à   l'usage   des   fidèles,   des   clercs   et   des   évêques.   La   nouvelle  Église  entend  jeter  un  Pont  mystique  et  spirituel  entre  les  diverses  traditions   en   rejetant   les   dogmes   monolithiques   du   passé   issus   de   la   seule   psyché   torturée   des   hommes  et  non  de  la  Divinité  Inconnaissable.  Le  rituel  de  la  messe  ainsi  que  celui  de  la   consécration   des   nouveaux   évêques   sont   revus   dans   un   sens   plus   spirituel   et   détaché   des  pompes  catholiques  des  vieilles  églises  gnostiques  apostoliques.       Aujourd’hui,   en   2012,   l’E.G.C.   compte   une   grosse   dizaine   de   membres   plus   ou   moins   actifs.             Une  mise  au  point  concernant  l’Eglise  Gnostique  Chaote   7  

  L’E.G.C.   est   dépositaire   de   différentes   filiations   qui   lui   ont   été   léguées   par   ses   prédécesseurs.     La   succession   apostolique   est   fille   de   l’Église   Jacobite   d’Antioche  :   ainsi,   Joseph   René   Vilatte  fut  consacré  le  25  mai  1892  à  Colombus  à  Ceylan  à  la  Cathédrale  de  Notre-­‐Dame   de  la  Bonne  Mort  par  Mar  Julius  I.  Sous  l’autorité  d’une  Bulle  de  Mar  Ignatius  Pierre  III   datée   du   29   décembre   1891,   il   fut   désigné   afin   de   servir   comme   archevêque   en   Amérique  du  Nord.       Dans   cette   succession   nous   retrouvons  :   Jean   Bricaud   (Tau   Jean   II)  ;   Victor   Blanchard   (Tau  Targelius)  ;  Roger  Menard  (Tau  Eon  III)  ;  Robert  Ambelain  (Tau  Jean  III).  De  Robert   Ambelain  :   Marcel   Jirousek   (Tau   Frederic)  ;   Joël   Duez   (Tau   Jacobus   Jean   de   la   Croix)  ;   Philippe  Pissier  (Tau  Sebek)  ;  Sophia  Éris  et  Tau  Héliogabale.     Les  autres  églises  étant  dans  notre  dépôt  :     —  Succession  Vieille  Romaine  Catholique  :     Geradus   Gul   (1892)  ;   Michel   Kowalski   (1909)   archevêque   Mariavite   de   Felicinov   (Pologne)  ;   Marc   Fatome,   évêque   Mariavite   de   Nantes   (1938)  ;   Maas,   Évêque   régional   d’Allemagne  (9  octobre  1949)  ;  Jean  Prévost,  évêque  régional  de  France  (9  août  1953)  ;   Robert   Bonnet   (1956)   évêque   de   l’Église   Vieille   Catholique   américaine  ;   Patrick   Truchemotte,  Patriarche  de  l’Église  Gallicane  française  (4  juillet  1970)  ;  Jacques  Bersez   (26   février   1985)  ;   Joël   Duez   (1   avril   1985)  ;   Philippe   Pissier   (20   octobre   1993)  ;   Sophia   Éris  (21  avril  2004)  et  Tau  Héliogabale  (9  mai  2004).             —  Succession  Vieille  Catholique  Hollandaise  (Utrecht)  :     Van   Steenhoven  ;   Johannes   Van   Stipout   (11   juillet   1745)  ;   Gaultherus   Michael   Van   Niewenhuizen   (7   février   1768)  ;   Adrien   Brockman   (21   juin   1778)  ;   Johannes   Jacobus   Van  Rhijin  (5  juillet  1787)  ;  Gilbertus  de  Jong  (7  décembre  1805)  ;  Wilibrod  Van  Os  (24   avril  1814)  ;   Johannes  Bon   (12  avril  1819)  ;   Johannes  Van  Santen   (13   novembre   1825)  ;   Hermann   Heykamp   (17   juillet   1864)  ;   Casparus   Johannes   Rinkel   (11   août   1873)  ;   Geradus  Gul  (11  mai  1892)  archevêque  d’Utrecht  ;  Michel  Kowalski  (1909)  archevêque   Mariavite   de   Felicinov   (Pologne)  ;   Marc   Fatome,   évêque   Mariavite   de   Nantes   (1938)  ;   Monsignor  Maas,   évêque  régional  d’Allemagne  (9  octobre  1949)  ;  Jean  Prévost,  évêque   régional   de   France   (9   août   1953)  ;   Robert   Bonnet   (1956)   évêque   de   l’Église   Vieille   Catholique  américaine  ;  Patrick  Truchemotte  (4  juillet  1970)  Primat  de  l’Église  Gallicane   française  ;  Jaques  Bersez  (26  février  1985)  ;  Joël  Duez  (1er  avril  1985)  ;  Philippe  Pissier   (20  octobre  1993)  ;  Sophia  Éris  (21  avril  2004)  et  Tau  Héliogabale  (9  mai  2004).     —  Succession  Catholique  Gallicane  :     Patrick   Truchemotte  ;   Jacques   Bersez  ;   Joël   Duez  ;   Philippe   Pisser  ;   Sophia   Éris   et   Tau   Héliogabale.         —  Succession  Carmélite  Vintrassienne  :    

8    

Une  mise  au  point  concernant  l’Eglise  Gnostique  Chaote  

Les  filiations  de  l’Église  Gnostique  Chaote.  

  Eugène  Vintras  ;  Marius  Breton  ;  Jean  Bricaud  ;  Victor  Blanchard  ;  Roger  Menard  ;  Robert   Ambelain  ;  Roger  Deschamps  ;  Armand  Toussaint  ;  Marcel  Jirousek  ;  Joël  Duez  ;  Philippe   Pissier  ;  Sophia  Éris  et  Tau  Héliogabale.     —  Succession  Gnostique  Albigeoise  :     Jules  Doinel  —  Fabre  des  Essarts  &  Gérard  Encausse  —  Jean  Bricaud  -­‐Victor  Blanchard   —   Roger   Menard   —   Robert   Ambelain   —   Roger   Deschamps   —   Armand   Toussaint   —   Marcel  Jirousek  —  Joël  Duez  —  Philippe  Pissier  –  Sophia  Éris  –  Tau  Héliogabale.     —  Église  Gnostique  Apostolique  :     Jean   Bricaud   —   Victor   Blancard   —   Roger   Menard   —   Robert   Ambelain   —   Roger   Deschamps  —  Armand  Toussaint  —  Marcel  Jirousek   —  Joël  Duez  —  Philippe  Pissier  –   Sophia  Éris  –  Tau  Héliogabale.     —   Templière   Gnostique   et   Johannite  :   de   la   lignée   de   «  l’Église   Constitutionnelle   française  »  qui  remonte  au  Pape  Bénédicte  XIII.       Benedictus   PP   XIII   (1726)   —   De   Polignac   (1735)   —   De   Grammont   II   (1744)   —   Von   Baldenstein  (1759)  —  De  Montenach  (1772)  —  Gobel  (1791)  —  Lamourette  (1791)  —   Royer  (1800)  —  Bernard  Raymond  Fabre-­‐Palaprat  (29  July  1810)  —  Bernard  Clément   —   Jean   Bricaud   —   Victor   Blanchard   —   Roger   Menard   —   Robert   Ambelain   —   Roger   Deschamps  —  Armand  Toussaint  —  Marcel  Jirousek   —  Joël  Duez  —  Philippe  Pissier  –   Sophia  Éris  –  Tau  Héliogabale.       Une  mise  au  point  concernant  l’Eglise  Gnostique  Chaote   9  

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->