Module : TOPOLOGIE

Professeur : M.R. HILALI Semestre : 5
Filière : SMA 2009-2010
Topologie
Exercice 1
Soient (a
n
) et (/
n
) deux suites réelles croissantes de limite infinie.
On suppose que
|i:
n÷÷o
(a
n+1
÷a
n
) = 0. Soit 1 = ¦a
n
÷/
m
, (:, :) ¸ N
2
¦.
a) Prouver que 1 est dense dans R.
b) Application : montrer que la suite (cos(ln:))
n
est dense dans [÷1, 1].
Exercice 2
Soit · : R
2
÷÷R définie par:
·(r, j) = :nj
tÇR
[r +tj[
1 +t +t
2
a) Vérifier que · est bien définie.
b) · est-elle une norme ?
Exercice 3
Soit E le R-espace vectoriel 1 = C([0, 1], R) muni de la norme de la
convergence uniforme. Montrer que l’application de 1 dans 1 qui à )
associe c
f
est continue.
Exercice 4
Soit 1 un R-espace vectoriel normé et ) : 1 ÷÷ 1 vérifiant:
\(r, j) ¸ 1
2
, |)(r +j) ÷)(r) ÷)(j)| _ '.
(a) Montrer que, si ' = 0 et si ) est bornée sur un ouvert non vide,
alors ) est linéaire et continue.
(b) On suppose ) continue et 1 complet. En étudiant la suite q
n
(r) =
2
÷n
)(2
n
r), montrer que ) se décompose de manière
unique en somme d’une fonction linéaire et d’une fonction bornée.
Exercice 5
Soit 1
p
= ¦¹ ¸ '
n
(R) [ 1q(¹) _ j¦. 1
p
est-il
(i) ouvert, (ii) fermé, (iii) dense dans '
n
(R).
Exercice 6
1
2
Soit ¹ ¸ 1 où 1 est un espace vectoriel normé, on note n(¹) =
0
¹
et ·(¹) =
0
¹ .
(a) Montrer que n et · sont des applications de 1(1) dans lui même
qui respectent l’inclusion.
(b) Montrer aussi que n
2
= n et ·
2
= ·.
(c) En déduire que, à partir d’un ensemble ¹ ¸ 1, en prenant successivement
l’adhérence et l’intérieur (ou le contraire), on ne peut avoir au maximum
que 7 ensembles distincts.
Exercice 7
Soit 1 = C([0, 1], R) muni de la norme infinie ||
o
et (¡
n
)
n
une énumération
des rationnels de [0, 1]. On pose: 1()) =
o

n=0

1
2
)
n
)(¡
n
) pour ) ¸ 1.
(a) Prouver que 1 est une forme linéaire continue sur 1.
(b) Montrer que :nj
]f]¸1
[1())[ n’est pas atteint.
Exercice 8
Soit 1 = 1
o
le R÷espace vectoriel des suites réelles bornées muni
de la norme infinie |(n
n
)
n
|
o
= sup¦[n
n
[ , : ¸ N¦. On note 1 = 1
1
le sous-espace
vectoriel de E des suites de suites (n
n
)
n
vérifiant
o

n=0
[n
n
[ < · muni
de la norme 1 |(n
n
)
n
|
1
=
o

n=0
[n
n
[.
(a) Si (n
n
)
n
¸ 1 et (·
n
)
n
¸ 1, prouver que

n
n
·
n
est absolument
convergente.
(b) On définit )
v
: (n
n
)
n
¸ 1 ÷÷

n
n
·
n
¸ R(où · désigne la suite

n
)
n
de 1). Montrer que )
v
appartient au dual fort 1
t
de 1 (i.e. l’ensemble
des formes linéaires continues sur 1).
(c) Trouver , une isométrie bijective de 1 sur 1
t
Exercice 9
Soit 1 = 1
o
le R÷espace vectoriel des suites réelles bornées muni
de la norme infinie |(n
n
)
n
|
o
= sup¦[n
n
[ , : ¸ N¦. Déterminer si les sous-ensembles
suivants sont des fermés ou non:
« ¹ = ¦ suites croissantes ¦
« 1 = ¦ suites convergeant vers 0 ¦
« C = ¦ suites convergentes ¦
« 1 = ¦ suites admettant 0 pour valeur d’adhérence ¦
« 1 = ¦ suites (n
n
)
n
sommables:

n¸0
[n
n
[ < · ¦, (indication: considère
la suite (·
k;n
=
1
(: + 1)
/ + 2
/ + 1
)
(k;n)ÇN
2)
3
« G = ¦ suites (n
n
)
n
périodiques: ¬j 0, \: ¸ N, n
n+p
= n
n
¦
(indication: considère la suite (·
k;n
=
k

i=1
1
i
2
¸
¸
¸
¸
sin
2:¬
i
¸
¸
¸
¸
)
(k;n)ÇN

·N
)
Exercice 10
(a) Soit 1 un espace vectoriel normé sur R muni d’un produit scalaire.
Démontrer l’égalité du parallélogramme : |r +j|
2
+ |r ÷j|
2
= 2 |r|
2
+
2 |j|
2
.
(b) Soit 1 un espace vectoriel normé. || vérifie l’inégalité du parallélogramme:
(|r +j|
2
+ |r ÷j|
2
_ 2 |r|
2
+ 2 |j|
2
). Montrer que || vérifie l’égalité
du parallélogramme puis qu’il dérive d’un produit scalaire (Théorème de
Fréchet-Von Neumann-Jordan) .
(c) pour tout (r, j) ¸ 1
2
, 1(t) = |r +tj|
2
. Montrer que 1(t) est un
polynôme en t de degré inférieur ou égal à 2 si et seulement si || dérive
d’un produit scalaire.
Exercice 11
1) Montrer qu’une forme linéaire ) ¸ 1
t
= 1(1, |) ( | = R ou C )
sur un espace vectoriel normé 1 est continue si et seulement si H =
ker ) est fermé.
2) Soit 1 l’ensemble des suites complexes qui convergent vers 0 muni
de la norme infinie ||
o
, la forme linéaire définie sur 1 par:
((n
n
)
n
) =
o

n=0
n
n
2
n
On pose H = 1cr.
(a) Montrer que est continue et calculer sa norme induite.
(b) Existe-t-il (·
n
)
n
¸ 1 tel que |(·
n
)
n
|
o
_ 1 et [(·
n
)
n
[ = 2? En
déduire que la boule unité 1((0)
n
, 1) de 1 n’est pas compacte.
(c) Soit n = (n
n
=
1
: + 1
)
n
, calculer (n). Trouver la distance d(n, H)
de n à H.
(d) Construire j dans H tel que |n ÷j|
o
_ d(n, H).
3) Montrer qu’un endomorphisme n d’un espace vectoriel normé 1 est
continue si et seulement si l’ensemble 1 = ¦r ¸ 1¦, |n(r)| = 1¦ est
fermé.
Exercice 12
(1) On note 1 = R[A] et, si 1 ¸ 1, |1| = :nj
]x]¸1
[1(r)[
(a) Montrer que || est bien une norme.
(b) Soit l : 1 ¸ 1 ÷÷ 1(2) ¸ R. l est-elle continue ?
(c) Montrer que H = ¦1 ¸ 1[l(1) = 0¦ est dense dans 1.
(2) Soit 1 un e.v.n., ) ¸ 1
+
non continue. Montrer que 1cr) est
dense dans 1.
(3) Montrer l’équivalence H hyperplan == H noyau d’une forme linéaire.
Exercice 13
4
(1) Montrer que tout fermé 1 peut être obtenu comme intersection infinie
d’ouverts
(2) Montrer que si un sous-espace vectoriel 1 d’un espace vectoriel
normé 1 est d’intérieur non vide alors 1 = 1
(3) Montrer qu’un sous-espace vectoriel 1 de dimension finie d’un
espace vectoriel normé 1 est fermé.
(4) Montrer que l’adhérence 1 d’un sous-espace vectoriel 1 est un
sous-espace vectoriel.
Exercice 14
(1) Montrer que la fonction · définie sur R
2
par ·(r, j) = sup
0¸t¸1
[r +tj[
est une norme sur R
2
.
(1) Déterminer et déssiner la boule unité de centre 0.
Exercice 15
Montrer que:|r ÷t| +|j ÷.| _ |r ÷j| +|j ÷t| +|t ÷.| +|. ÷r|
Exercice 16
Soit 1 un espace vectoriel normé. Pour toutes parties ¹ et 1 de
1 on note:
¹+1 = ¦a +/; a ¸ ¹, / ¸ 1¦
1) Montrer que si ¹ et 1 sont compactes alors ¹+1 est compacte
2) Montrer que si ¹ est compacte et 1 est fermée alors ¹ + 1 est
fermée
3) Montrer que si ¹ est un ouvert alors ¹+1 est un ouvert(commencer
par le cas où 1 un singleton)
Exercice 17
Soit (1, ¸¸) un espace préhilbertien sur |, a ¸ 1
1) Montrer que la fonction r ÷÷ ¸r, a¸ est continue
2) Montrer que l’orthogonal de ¹, ¹
J
est fermé.
Exercice 18
Soit 1 = '
n
(|) l’espace vectoriel des matrices carées d’ordre :,
muni de l’une des trois normes usuelles, pour ¹ = (a
i;j
)
1¸i;j¸n
:
_
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
|¹|
o
= sup¦[a
ij
[ , 1 _ i, , _ :¦
|¹|
1
=

1¸i;j¸n
[a
ij
[
|¹|
2
=
_

1¸i;j¸n
[a
ij
[
2
Calculer pour chacun des trois normes ci-dessus la norme subordonnée
de la forme linéaire "Trace"
5
Exercice 19
Soit ) un automorphisme de 1. Montrer que : [[[)[[[
¸
¸
¸
¸
¸
¸
)
÷1
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_ 1.
Exercice 20 (F)
Soit 1 = '
n
(R) l’espace des matrices carrées d’ordre :, muni d’une
norme quelconque.
1) Montrer que le sous-espace G1
n
(R) des matrices inversibles est
un ouvert de 1.
2) Montrer que le sous-espace O(:) des matrices orthogonales est un
compact.
Exercice 21
Soit 1 un espace de Banach (c’est-à-dire un evn complet) muni d’une
norme [[ [[
E
.
Soit G un sous-espace vectoriel fermé de 1. Soit 1 la relation d’équivalence
suivante :
r1j == r ÷j ¸ G.
L’ensemble vectoriel quotient est noté 1 = 1,G, et la classe de
r est notée r.
On définit une norme [[ [[
F
sur 1 de la manière suivante :
[[r[[
F
= inf
yÇG
[[r ÷j[[
E
.
1) Vérifier que [[ [[
F
est bien une norme sur 1.
2) Montrer que (1, [[ [[
F
) est un Banach
Exercice 22
Soient 1 un espace vectoriel normé, 1 un fermé de 1 et r ¸ 1.
1) Montrer que la fonction définie sur 1 par: r ÷÷ d(r, 1) = inf
yÇF
[[r÷
j[[ est continue sur 1
2) Montrer que: d(r, 1) = inf
yÇF
[[r ÷j[[ = inf
yÇF
d(r, j) = 0 == r ¸ 1
3) Montrer que si r , ¸ 1 alors ils existent des voisinages ouverts
l et \ respectivement de r et 1 tels que: l ¨ \ = O
4) Montrer que si 1 et G sont deux fermés disjoints de 1, alors il
existe deux voisinages ouverts l et \ respectivement de 1 et G tels
que: l ¨ \ = O
Exercice 23
Montrer que l’espace des polynômes réels de degré : scindés à racines
simples est ouvert dans R
n
[A]
Exercice 24
Soient 1 un espace vectoriel normé, 1
1
, 1
2
deux fermés de 1 tels que
1 = 1
1
' 1
2
, et ) une application de 1 dans un espace vectoriel normé
H. Montrer que ) est continue sur 1 si et seulement si les restrictions
)
1
et )
2
de ) à 1
1
et à 1
2
sont continues.
6
Exercice 25
1) Montrer que l = ¦(r, j) ¸ R
2
/ r
2
+ j
2
< r
3
+ j
3
¦ est un ouvert de
R
2
.
2) Montrer que G1
n
(R) est un ouvert de '
n
(R)
3) Soit (1, ¸¸) un espace vectoriel euclidien, montrer que O = ¦¦c
1
, c
2
¦ ¸
1
2
, ¦c
1
, c
2
¦ libre¦ est un ouvert de 1.
Exercice 26
Soient les sous espaces vectoriels de l’espace des suites réelles:
H
1
= ¦(n
n
)
nÇN
/

:
2
n
2
n
< ·¦
H
0
= ¦(n
n
)
nÇN
/

n
2
n
< ·¦
H
÷1
= ¦(n
n
)
nÇN
/
1
:
2
n
2
n
< ·¦
1) Définir des produits scalaires sur les H
i
et montrer qu’ils sont
complets pour les normes associées.
2) Pour / = (/
n
) ¸ H
÷1
, montrer que la fonction , : H
1
÷÷R, ,(n
n
) =

/
n
n
n
est une forme linéaire continue, quelle est sa norme?
3) Montrer que la boule unité fermée de H
1
est une partie compacte
de H
0
.
Exercice 27
1) Soient (1, d) un espace métrique complet, C un sous-ensemble non
vide de 1 fermé et ) une application de C dans C / - contractante c’est
à dire:
\(r, j) ¸ C
2
, d()(r), )(j) _ /d(r, j), avec 0 _ / < 1
Montrer qu’il existe un unique a ¸ C tel que )(a) = a.
2) On suppose de plus que (1, ||) est un espace de Banach et C est
convexe et compact, et ) vérifiant:
\(r, j) ¸ C
2
, |)(r) ÷)(j)| = |r ÷j|
a) Montrer qu’on peut supposer que 0 ¸ C
b) Montrer que pour tout 0 < / < 1, l’application /) est définie
de C dans C et / - contractante, en déduire l’existence d’un unique
point a
k
¸ C tel que /)(a
k
) = a
k
..
c) En considérant la suite (r
n
)
n
= (a

1
n
)
n
, montrer qu’il existe a ¸
C tel que )(a) = a.
Exercice 28
Soit 1 = ¦(n
n
)
n
¸ R
N
, (n
n
)
n
bornée¦, on note |(n
n
)
n
|
o
= sup
n
[n
n
[
a) Montrer que ||
o
est une norme sur 1
b) Montrer que 1
c
= ¦(n
n
)
n
¸ R
N
, (n
n
)
n
converge¦ est un sous-espace
vectoriel fermé de 1
c) Montrer que 1
0
= ¦(n
n
)
n
¸ 1
c
, (n
n
)
n
converge vers 0¦ est un sous-espace
vectoriel fermé de 1
d) Montrer que (1, ||
o
) est complet
7
e) Etudier la complétude de (1
c
, ||
o
) et (1
0
, ||
o
)
Exercice 29
Soit 1
i
= C
i
([0, 1], R) (i = 0, 1), on pose pour ) ¸ 1
1
, |)| = [)(0)[ +|)
t
|
o
a) Montrer que:\) ¸ 1
1
: |)|
o
_ |)|
b) Montrer que || est une norme sur 1
1
.
c) Montrer que (1
0
, ||
o
) est complet
d) Montrer que (1
1
, ||) est complet
e) Montrer que ||
o
et || ne sont pas équivalentes
f ) Donner un exemple de suite qui converge dans (1
1
, ||
o
) mais ne converge
pas dans (1
1
, ||). (indication: )
n
(r) = rc
÷
n
2
x
2
)
Exercice 30
Soit 1 = ¦) ¸ C
1
([0, 1], R), )(0) = 0¦, on pose pour ) ¸ 1,
|)|
1
= |)|
o
+|)
t
|
o
et |)|
2
= |) +)
t
|
o
a) Montrer que ||
i
(i = 0, 1), sont des normes sur 1
b) Montrer que (1, ||
1
) est complet
c) Montrer que \) ¸ 1, \r ¸ [0, 1] : [()(r)c
x
)
t
[ _ |)|
2
c
x
d) En déduire que |)|
o
_ |)|
2
et |)
t
|
o
_ 2 |)|
2
e) Montrer que ||
1
et ||
2
sont équivalentes
f ) Montrer que (1, ||
2
) est complet
Exercice 31
Soit 1 = 1
2
([0, +·[, R), l’espace des fonctions telles que
_
o
0
)
2
(t)dt <
·. On pose:
|)|
2
=
_
_
o
0
)
2
(t)dt.
Soit , une fonction continue et bornée sur R
+
.
a) Montrer que l’application:
n : 1 ÷÷ 1
) ÷÷ ,)
est bien définie et un endomorphisme continue
b) Soit r
0
¸ R
+
on définie, pour tout : ¸ N, la fonction continue
)
n
sur R
+
par:
)
n
(r) =
_
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
0, si [r ÷r
0
[ _
1
:
1, si r = r
0
affine sur [r
0
÷
1
:
, r
0
] et [r
0
, r
0
+
1
:
]
« Déterminer l’expression de )
n
sur [r
0
÷
1
:
, r
0
] et [r
0
, r
0
+
1
:
]
8
« Pour une fonction continue q sur R
+
, montrer que:
lim
n÷÷o
_
o
0
)
2
n
(t)q(t)dt
_
o
0
)
2
n
(t)dt
= q(r
0
)
« Calculer la norme subordonnée [[[n[[[ de n.
Exercice 32
Soient 1 et 1 des evn et , ¸ /(1, 1) continue de norme subordonnée
[[[,[[[
a) Montrer que si 1 est de dimension finie, il existe r
0
, tel que |r
0
| =
1 et [[[,[[[ = |,(r
0
)|
b) On considère l’evn 1 = ¦(n
n
)
n
¸ R
N
/ lim
n÷÷o
n
n
= 0¦ muni de la norme
infinie |(n
n
)
n
|
o
= sup[n
n
[
Soit:
, : 1 ÷÷ R
(n
n
)
n
÷÷
o

n=0
n
n
2
n
« Montrer que , est bien définie et une forme linéaire continue
« Calculer la norme [[[,[[[
« Montrer que \(n
n
)
n
¸ 1 vérifiant |(n
n
)
n
|
o
= 1 on a [[[,[[[ , =
[,((n
n
)
n
)[
Exercice 33
a) Soient 1 un evn,n ¸ /(1) continue et ` une valeur propre complexe
de n, montrer que: [`[ _ [[[n[[[
b) On considère l’evn 1 = ¦(n
n
)
n
¸ R
N
/(n
n
)
n
bornée¦ muni de la norme
infinie |(n
n
)
n
|
o
= sup[n
n
[
Soient:
, : 1 ÷÷ 1
(n
n
)
n
÷÷ (·
n
= n
n+1
)
n
,
c : 1 ÷÷ 1
(n
n
)
n
÷÷ (n
n
= n
n+1
÷n
n
)
n
montrer que , et c sont des endomorphismes continues et déterminer
leurs normes subordonnées.
c) On considère les evn 1 = C
0
([0, 1], R) et 1 = C
1
([0, 1], R) muni
respectivement des normes:
|)|
E
= |)|
o
et |)|
F
= |)|
o
+|)
t
|
o
Soit:
, : 1 ÷÷ 1
) ÷÷ ,()) : (r ÷÷
_
x
0
)(t)dt)
montrer que , est bien définie et une application linéaire continue,
calculer [[[,[[[ .
Exercice 34 (Théorème de Heine)
Montrer par l’absurde que toute application continue sur une partie
compacte 1 d’un evn 1 dans un evn 1, est uniformément continue.
9
Solutions: Topologie
Exercice 1
a) Soit r ¸ R. Montrons que: \- 0, ¬n ¸ 1 / [r ÷n[ _ -
« ¬:
0
¸ N / \: _ :
0
, a
n+1
÷a
n
_ -
« ¬:
1
¸ N / \: _ :
1
, /
n
+r _ a
n0+1
« ¬· _ :
0
+ 1 / a
N
_ /
n1
+r _ a
N+1
L’élément de 1, n = a
N
÷/
n1
vérifie ce qu’on veut car:
0 _ r ÷(a
N
÷/
n1
) _ a
N+1
÷a
N
_ -
b) Pour: a
n
= ln: , /
n
= 2:¬, l’ensemble 1 = ¦ln: ÷ 2:¬, (:, :) ¸ N
2
¦
est dense dans R, et donc par continuité de la fonction cosinus l’ensemble
1
t
= ¦cos(ln: ÷2:¬) = cos(ln:), (:, :) ¸ N
2
¦ est dense dans [÷1, 1].
Exercice 2
a) Posons 1 = ¦
[r +tj[
1 +t +t
2
, t ¸ R¦.Considérons la fonction )(t) =
[r +tj[
1 +t +t
2
,
on a:
lim
t÷÷±o
)(t) = 0, et donc il existe ¹ 0 tel que: \[r[ _ ¹,
[r +tj[
1 +t +t
2
_
1. D’autre part puisque ) est continue sur le compact [÷¹, ¹], alors )
est bornée sur [÷¹, ¹] et donc 1 est majoré ce qui prouve que :nj
tÇR
[r +tj[
1 +t +t
2
existe, d’où · est bien définie.
b)
« Séparation:·(r, j) = 0 == r +tj = 0, \t ¸ R == r = j = 0
« Homogéinité: ·(`r, `j) = :nj
tÇR
[`r +t`j[
1 +t +t
2
= :nj [`[
tÇR
[r +tj[
1 +t +t
2
= [`[ :nj
tÇR
[r +tj[
1 +t +t
2
=
[`[ ·(r, j)
« Inégaloté triangulaire: ·(r + ., j + n) = :nj
tÇR
[r +. +tj +tn[
1 +t +t
2
_
:nj(
tÇR
[r +tj[
1 +t +t
2
+
[. +tn[
1 +t +t
2
) _ :nj
tÇR
[r +tj[
1 +t +t
2
+:nj
tÇR
[. +tn[
1 +t +t
2
) = ·(r, j)+
·(., n)
Exercice 3
Soit (), q) ¸ 1
2
,\r ¸ [0, 1] :
¸
¸
c
g(x)
÷c
f(x)
¸
¸
= c
f(x)
¸
¸
c
g(x)÷f(x)
÷1
¸
¸
_ c
]f]
¸
¸
c
g(x)÷f(x)
÷1
¸
¸
_ c
]f]
¸
¸
c
]g÷f]
÷1
¸
¸
Exercice 4
(a) Si ' = 0, alors )(r +j) = )(r) +)(j), \(r, j) ¸ 1
2
, on en déduit:
« )(0) = 0, et )(÷r) = ÷)(r)
« \: ¸ N, )(:r) = :)(r), puis )(÷:r) = ÷:)(r)
« \(j, ¡) ¸ ZN
+
, )(
j
¡
r) =
j
¡
)(r), car j)(r) = )(jr) = )(¡
j
¡
r) = ¡)(
j
¡
r)
10
« \c ¸ R, )(cr) = c)(r), car c = lim
n÷÷o
j
n
¡
n
et )(
j
n
¡
n
r) =
j
n
¡
n
)(r)
Soit l un ouvert sur lequel ) est bornée par : 0, il existe a ¸
l, r 0 tel que la boule fermée 1
f
(a, r) ¸ l, et comme |)((r ÷a)| _ |)(r)|+
|)(a)| , alors ) est bornée sur la boule fermée 1
f
(0, r) par un réel :
0, d’où : \n ¸ 1 ÷ ¦a¦,
_
_
_
_
)(r
n ÷a
|n ÷a|
_
_
_
_
_ : et donc |)((n ÷a)| _
:
r
|n ÷a|
ainsi \r ¸ 1, |)((r)| _
:
r
|r| ce qui prouve la continuité de ).
(b) On a
_
_
)(2
n÷1
+ 2
n÷1
) ÷)(2
n÷1
) ÷)(2
n÷1
)
_
_
=
_
_
)(2
n
) ÷2)(2
n÷1
)
_
_
_ ',
donc |q
n
(r) ÷q
n÷1
(r)| _
'
2
n
, d’où:|q
n+p
(r) ÷q
n
(r)| _
p

k=1
'
2
n+k
_
1
2
n
, ceci
prouve que la suite (q
n
) vérifie le critère de Cauchy uniforme donc converge
(1 complet)vers une fonction q. D’autre part on a: |)(2
n
r + 2
n
j) ÷)(2
n
r) ÷)(2
n
j)| _
', donc |q
n
(r +j) ÷q
n
(r) ÷q
n
(j)| _
'
2
n
d’où:|q(r +j) ÷q(r) ÷q(j)| _ 0
et d’après (a) q est linéaire et continue. On a aussi ) = q + () ÷q)
, de |q
n+p
(r) ÷q
n
(r)| _
1
2
n
on trouve |q(r) ÷q
0
(r)| _ 1, comme q
0
= )
alors ) ÷q est bornée.
Exercice 5
« 1
p
est un ouvert car la fonction ) définie sur '
n
(R) par: )(¹) =

(mineur de ¹ d’ordre _ j)
2
est continue et 1
p
= )
÷1
(]0, +·[)
« 1
p
n’est pas fermé car la suite dans 1
p

k
), donnée par ¹
k
=
_
1
/
1
p
0
0 0
_
où 1
p
la matrice identité d’ordre j, converge vers la
matrice nulle qui n’appartient pas à 1
p
.
« 1
p
est dense dans '
n
(R) car il contient l’espace des matrices
inversibles G1
n
(R)
Exercice 6
(a) Il est évident que: n(¹) =
0
¹¸ 1(1) et ·(¹) =
0
¹ ¸ 1(1). D’autre
part si ¹ ¸ 1 == n(¹) =
0
¹ ¸
0
1 = n(1) et ·(¹) =
0
¹ ¸
0
1 = ·(1)
(b)
0
¹ ¸ ¹ == n
2
(¹) = n(
0
¹) ¸ n(¹) =
0
¹ =
0
¹ = n(¹),
0
¹ ¸
0
¹ == n(¹) =
0
¹ ¸
0
0
¹ = n
2
(¹)
0
¹ ¸
0
¹ == ·(
0
¹) =
0
0
¹ =
0
¹ ¸ ·(
0
¹) = ·
2
(¹), ·(¹) =
0
¹ ¸
0
0
¹ ¸
0
0
¹ = ·
2
(¹)
(c) A partir de ¹ on obtient la suite: ¹, ¹,
0
¹, n(¹), ·(¹), n(¹),
0
[
·(¹)
11
Exercice 7
(a) Il est clair que 1 est lineaie de plus on a: [1())[ _ |)|
o
o

n=0
(
1
2
)
n
=
2 |)|
o
, donc 1 est continue
(b) On a |1| = 2, car soit la suite de fonction ()
n
)
n
affine par morceaux
définie par:
)
n

k
) =
_
_
_
(÷1)
k
, 0 _ / _ :
0, / _ : + 1
[1()
n
)[ =
n

K=0
(
1
2
)
k
=
1 ÷(
1
2
)
n+1
1 ÷
1
2
et |)
n
|
o
= 1
On a : lim
n÷÷o
[1()
n
)[ = 2. Suppposons par l’absurde qu’il existe )
(|)|
o
_ 1) telle que 1()) = 2, ceci exige que )(¡
n
) = (÷1)
n
. Posons 1
1
=
¦¡
2n
¦ et 1
2
= ¦¡
2n+1
¦, on a :
_
_
_
1
1
et 1
2
des fermés non vides
[0, 1] = 1
1
' 1
2
Comme [0, 1] est connexe, alors il existe r ¸ 1
1
¨ 1
2
, or
r ¸ 1
1
== )(r) = 1 et r ¸ 1
2
== )(r) = ÷1, ce qui est impossible.
Exercice 8
(a) On a:
n

k=0
[n
k
·
k
[ _ |(n
n
)
n
|
o
n

k=0

k
[ _ |(n
n
)
n
|
o
|(·
n
)
n
|
1
, ce qui prouve
l’absolue convergence de la série

n
n
·
n
(b) )
v
est évidemment linéaire d’une part, d’autre part on a:
[)
v
(n
n
)
n
[ =
¸
¸
¸
¸
o

n=0
n
n
·
n
¸
¸
¸
¸
_
o

n=0
[n
n
·
n
[
_ |(n
n
)
n
|
o
|(·
n
)
n
|
1
ceci prouve que )
v
est continue et [[[)
v
[[[ _ |(·
n
)
n
|
1
. Montrons que [[[)
v
[[[ =
|(·
n
)
n
|
1
. Pour ceci, considérons la suite (n
n
)
n
¸ 1 donnée par
n
n
=
_
¸
_
¸
_
·
n

n
[
, si ·
n
,= 0
0, si ·
n
= 0
12
On a : )
v
(n
n
)
n
=
o

n=0

n
[ = |(·
n
)
n
|
1
.
(c) L’homomorphisme , de 1 dans 1
t
défini par ,(·) = )
v
est une isométrie
car [[[,(·)[[[ = [[[)
v
[[[ = |·|
1
Exercice 9
On note A l’une des espaces de l’exercice, et soit (·
k
)
k
= (·
k;n
)
(k;n)ÇN
2
une suite dans A convergente vers n = (n
n
)
n
. On a: lim
k÷÷o

k
÷n|
o
=
lim
k÷÷o
(sup
nÇN

k;n
÷n
n
[) = 0, et donc: \: ¸ N, lim
k÷÷o

k;n
÷n
n
[ = 0
(a) A = ¹
La suite (·
k;n
)
(k;n)ÇN
2 est croissante pour tout / ¸ N, donc ·
k;n+1
÷
·
k;n
_ 0, par passage à la limite / ÷÷ ·, on aura n
n+1
÷ n
n
_ 0, par
conséquent (n
n
)
n
¸ ¹, ce qui prouve que ¹ est fermé.
(b) A = 1
La suite (·
k;n
)
(k;n)ÇN
2 converge vers 0 pour tout / ¸ N, on a: [n
n
[ _
[n
n
÷·
k;n
[ + [·
k;n
[ _ |·
k
÷n|
o
+ [·
k;n
[ , par conséquent (n
n
)
n
¸ 1, ce qui
prouve que 1 est fermé.
(c) A = C
La suite (·
k;n
)
(k;n)ÇN
2 converge vers |
k
pour tout / ¸ N, on a: \-
0, ¬1 ¸ N, \j _ 1, \¡ _ 1, \: ¸ N, [·
p;n
÷n
n
[ _
-
2
, [·
q;n
÷n
n
[ _
-
2
, d’où:

p;n
÷·
q;n
[ _ -, on en déduit quand : tend vers · : \j _ 1, \¡ _ 1, [|
p
÷|
q
[ _
-, par conséquent la suite (|
n
)
n
converge vers |, de plus [n
n
÷|[ _ [n
n
÷·
K;n
[+

K;n
÷|
K
[ +[|
K
÷|[ , ce qui prouve que C est fermé.
(d) A = 1
La suite (·
k;n
)
(k;n)ÇN
2 admet la valeur adhérente 0 pour tout / ¸ N,
c’est à dire pour tout / ¸ N, il existe une suite strictement croissante
(j
k
n
)
n
d’entiers telle que: lim
n÷÷o
·
k;p
k
n
= 0. Soient - 0 et : ¸ N , montrons
qu’il existe j
n
_ : tel que [n
pn
[ _ -, en effet on sait que [n
m
[ _ [·
k;m
÷n
m
[+

k;m
[ , or on sait qu’il existe / ¸ N tel que: \: ¸ N, [·
k;m
÷n
m
[ _
-
2
,
comme lim
m÷÷o
·
k;p
k
m
= 0, il existe j
n
= j
k
m
_ : tel que [·
k;pn
[ _
-
2
, ce qui
prouve que 1 est fermé.
(e) A = 1
13
La suite (·
k;n
=
1
(: + 1)
/ + 2
/ + 1
)
(k;n)ÇN
2 est sommable pour tout / ¸ N,
car c =
/ + 2
/ + 1
1. Posons: )(r) =
1
r + 1
÷
1
(r + 1)
/ + 2
/ + 1
, ) admet un maximum
en r
k
= (1 +
1
/ + 1
)
k+1
÷ 1 sur R
+
donc: )(:) _ )(r
k
) =
1
(1 +
1
/ + 1
)
k+1
÷
1
(1 +
1
/ + 1
)
k+2
=
1
(1 +
1
/ + 1
)
k+1
(1 ÷
1
1 +
1
/ + 1
) = (
1
/ + 2
)c
÷(k+1) ln(1+
1
/ + 1
)
,
donc lim
k÷÷o
)(r
k
) = 0, ce qui prouve que la suite (·
k
)
k
converge dans 1
vers la suite n = (
1
: + 1
) qui n’est pas sommable, d’où 1 non fermé.
(f ) A = G
La suite (·
k
)
kÇN
= (·
k;n
=
k

i=1
1
i
2
¸
¸
¸
¸
sin
2:¬
i
¸
¸
¸
¸
)
(k;n)ÇN

·N
) est périodique de
période /! qui converge dans 1 vers n = (n
n
=
o

i=1
1
i
2
¸
¸
¸
¸
sin
2:¬
i
¸
¸
¸
¸
)
n
car [·
k;n
÷n
n
[ =
o

i=k+1
1
i
2
¸
¸
¸
¸
sin
2:¬
i
¸
¸
¸
¸
_
o

i=k+1
1
i
2
(reste de la série de Riemenn convergente
o

i=1
1
i
2
).
De plus n n’est pas périodique car n
0
= 0 et \: 0, n
n
0 car sin
2:¬
i
=
0, \i ¸ N. Ainsi G n’est pas fermé.
Exercice 10
(a) Notons par ¸¸ le produit scalaire sur 1 on a:
|r +j|
2
= |r|
2
+ |j|
2
+ 2 ¸r, j¸ , |r ÷j|
2
= |r|
2
+ |j|
2
÷ 2 ¸r, j¸ , donc
|r +j|
2
+|r ÷j|
2
= 2 |r|
2
+ 2 |j|
2
.
(b) On pose a = r + j, / = r ÷ j, alors: |a|
2
+ |/|
2
_ 2
_
_
_
_
a +/
2
_
_
_
_
2
+
2
_
_
_
_
a ÷/
2
_
_
_
_
2
_
1
2
|a +/|
2
+
1
2
|a ÷/|
2
, ce qui montre l’égalité du parallélogramme.
On pose ¸r, j¸ =
1
4
(|r +j|
2
÷|r ÷j|
2
). Vérifions que ¸¸ est un produit
scalaire sur 1:
«
¸r, j¸ =
1
4
(|r +j|
2
÷|r ÷j|
2
)
=
1
4
(|j +r|
2
÷|j ÷r|
2
)
= ¸j, r¸
« ¸r +j, .¸ =
1
4
(|r +j +.|
2
÷|r +j ÷.|
2
)
|r +j +. +.|
2
+|r +j|
2
= 2(|r +j +.|
2
+|.|
2
)
14
|r +j ÷. ÷.|
2
+|r +j|
2
= 2(|r +j ÷.|
2
+|.|
2
), d’où
¸r +j, .¸ =
1
8
(|r +j + 2.|
2
÷|r +j ÷2.|
2
)
|r +j +. +.|
2
+|r ÷j|
2
= 2(|r +.|
2
+|j +.|
2
)
|r +j ÷. ÷.|
2
+|r ÷j|
2
= 2(|r ÷.|
2
+|j ÷.|
2
), d’où
¸r +j, .¸ =
1
4
(|r +.|
2
÷|r ÷.|
2
+|j +.|
2
÷|j ÷.|
2
)
= ¸r, .¸ +¸j, .¸
« D’après ci-dessus on a: \: ¸ N, ¸:r, j¸ = :¸r, j¸ et ¸÷r, j¸ =
÷¸r, j¸ , d’où
¸:r, j¸ = :¸r, j¸ , \: ¸ Z, par conséquent:\j ¸ Z, \¡ ¸ N
+
,
_
¡
j
¡
r, j
_
=
j ¸r, j¸ = ¡
_
j
¡
r, j
_
, donc: ¸rr, j¸ = r ¸r, j¸ , \r ¸ Q. D’après la
continuité de la norme et la densité de Q dans R on montre que
¸cr, j¸ = r ¸r, j¸ , \c ¸ R.
(c) Il est évident que si || dérive d’un produit scalaire alors 1(t)
est un polynôme en t de degré inférieur ou égal à 2. Réciproquement on
suppose que 1(t) = at
2
+/t +c. On a alors:
_
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
1(0) = c = |r|
2
1(1) = a +/ +c = |r +j|
2
1(÷1) = a ÷/ +c = |r ÷j|
2
lim
t÷÷o
1(t)
t
2
= a = |j|
2
D’après ces égalités on aura: 1(1) + 1(÷1) = |r +j|
2
+ |r ÷j|
2
=
2(a +c) = 2() |r|
2
+|j|
2
). On conclut le résultat d’après (a).
Exercice 11
1) Si ) est continue il est évident que ker ) est fermé. Réciproquement
on suppose que ) est non identiquement nulle,soit a ¸ 1 tel que )(a) =
1, posons 1 = |a, il est clair que 1 est un supplémentaire de H =
ker ) car:
« 1 ¨ H = ¦0¦
« \r ¸ 1, r = (r ÷)(r)a) +)(r)a, r ÷)(r)a ¸ H, )(r)a ¸ 1
L’ensemble a+H est fermé et ne contient pas 0, donc il existe r
0 tel que 1
f
(0, r) ¨ (a + H) = O (C
a+H
est ouvert), montrons que \r ¸
1
f
(0, r), [)(r)[ _ 1, supposons par l’absurde qu’il existe / ¸ 1
f
(0, r) tel
que [)(/)[ 1, alors )(
/
)(/)
) = 1 et donc
/
)(/)
¸ 1
f
(0, r) ¨ (a + H) ce qui
est absurde. Ainsi \r ¸ 1 ÷ ¦0¦,
¸
¸
¸
¸
)(
rr
|r|
)
¸
¸
¸
¸
_ 1 == \r ¸ 1, [)(r)[ _
1
r
|r| ,
ce qui prouve la continuité de ).
15
2) (a) On a: [((n
n
)
n
)[ _
o

n=0
[n
n
[
2
n
_ |(n
n
)
n
|
o
o

n=0
1
2
n
= 2 |(n
n
)
n
|
o
,
donc est continue et [[[[[[ _ 2.Définissons pour tout / ¸ N la suite
(n
k;n
)
n
par:
n
k;n
=
_
_
_
1, 0 _ : _ /
0, : _ / + 1
[((n
k;n
)
n
)[ =
k

n=0
1
2
n
= 2 ÷
1
2
k
, donc \/ ¸ N, [[[[[[ _ 2 ÷
1
2
k
== [[[[[[ _ 2.
Ainsi [[[[[[ = 2.
(b) Supposons qu’il existe (·
n
)
n
¸ 1 tel que |(·
n
)
n
|
o
_ 1 et [(·
n
)
n
[ =
2 puisque (·
n
)
n
tend vers 0, alors ¬· ¸ N, [·
n
[ _
1
2
, donc:[(·
n
)
n
[ <
o

n=0
1
2
n
=
2, absurde. Supposons que 1
f
((0)
n
, 1) est compacte donc (1
f
((0)
n
, 1)) est
aussi compact comme image d’un compact par une application comtinue, or
2 ¸ (1
f
((0)
n
, 1))÷(1
f
((0)
n
, 1)), ce qui contredit la compacité de (1
f
((0)
n
, 1)).
(c) On sait que : \[r[ < 1, ln
1
1 ÷r
=
o

n=0
r
n+1
: + 1
, on trouve: (n) =
o

n=0
1
(: + 1)
(
1
2
)
n
= 2
o

n=0
1
(: + 1)
(
1
2
)
n+1
= 2 ln2
d(n, H) = inf
hÇH
|n ÷/| =
[(n)[
[[[[[[
, en effet supposons que n , ¸ H donc
\r ¸ 1, ¬` ¸ |, ¬/ ¸ H : r = `n ÷`/, d’où:
¸
¸
¸
¸
(
r
|r|
)
¸
¸
¸
¸
=
[(n ÷/)[
|n ÷/|
=
[(n)[
|n ÷/|
,
On sait que:
[[[[[[ = sup
x,=0
¸
¸
¸
¸
(
r
|r|
)
¸
¸
¸
¸
= sup
hÇH
[(n ÷/)[
|n ÷/|
, ainsi \- 0, ¬/
"
¸ H : [[[[[[ ÷
- [[[[[[ <
[(n)[
|n ÷/
"
|
_ [[[[[[ , d’où:
[(n)[
[[[[[[
_ |n ÷/
"
| <
[(n)[
[[[[[[ (1 ÷-)
_
[(n)[
[[[[[[
+
[(n)[
[[[[[[
-, ceci prouve que d(n, H) =
[(n)[
[[[[[[
.
(d) on prend j
0
= 0, j
1
= a, j
2
= ÷2a, j
n
= 0 \: _ 3, |n ÷j|
o
=
max¦1,
¸
¸
¸
¸
1
2
÷a
¸
¸
¸
¸
,
¸
¸
¸
¸
1
3
+ 2a
¸
¸
¸
¸
¦ _ ln2, on prend a =
1
6
3) (==) , : r ÷÷ |n(r)| est continue sur 1, ¦1¦ est un fermé de 1
et 1 = ,
÷1
¦1¦, donc 1 est un fermé de 1.
( == ) 0 ¸ C
F
qui est ouvert donc ¬r 0, 1(0, r) ¸ C
F
, ainsi \r ¸
1(0, r), |n(r)| < 1, d’où \r ¸ 1 ÷ ¦0¦,
_
_
_
_
n(
rr
2 |r|
)
_
_
_
_
< 1 , par conséquent:
|n(r)| <
2
r
|r| , d’où la continuité de n.
Autre méthode: par l’absurde on suppose que n n’est pas continue
donc elle n’est pas bornée sur la sphère unité o = ¦r ¸ 1 , |r| = 1¦
16
, ainsi pour tout : ¸ N il existe r
n
¸ o telle que |n(r
n
)| _ :. Posons
j
n
=
1
|n(r
n
)|
r
n
¸ 1 et lim
n÷÷o
j
n
= 0 , ¸ 1, donc 1 n’est pas fermé.
Exercice 12
(a)
« |1| = 0 == \[r[ _ 1, 1(r) = 0 == \r ¸ R, 1(r) = 0 == 1 = 0
« |`1| = :nj
]x]¸1
[`1(r)[ = :nj
]x]¸1
[`[ [1(r)[ = [`[ :nj
]x]¸1
[1(r)[ = [`[ |1|
« |1 +Q| = :nj
]x]¸1
[1(r) +Q(r)[ _ :nj
]x]¸1
([1(r)[ +[Q(r)[) _ |1| +|Q|
(b) Non l n’est pas continue car la suite (1
n
(r) = (
r
2
)
n
tend vers
0, car |1
n
| = (
1
2
)
n
, mais l(1
n
) = 1 ne tend pas vers l(0) = 0
(c) Soit 1 un élément quelconque de 1, la suite (Q
n
) définie dans
H = ker l par: Q
n
(r) = 1(r) ÷1(2)(
r
2
)
n
tend vers 1.
(2) ) ¸ 1
+
est non continue et donc n’est pas continue en 0, d’où:
¬- 0, \: ¸ N, ¬r
n
, [r
n
[ _
1
: + 1
et [)(r
n
)[ _ -
Pour tout r ¸ 1, la suite (j
n
)
n
donnée par j
n
= r÷
)(r)
)(r
n
)
r
n
vérifie:
« \: ¸ )(j
n
) = 0
« |j
n
÷r| =
¸
¸
¸
¸
)(r)
)(r
n
)
r
n
¸
¸
¸
¸
_ - [)(r)r
n
[ _
- [)(r)[
: + 1
(3) Soit H un hyperplan et 1 = |a un supplémentaire de H dans 1,
considérons la forme linéaire sur 1 : ,(a) = 1 et ,(r) = 0, \r ¸ H. On a
évidemment 1cr) = H. Réciproquement soit c ¸ 1 tel que )(c) = 1, on
pose 1 = |c on a: \r ¸ 1 : r = (r ÷ )(r)c) + )(r)c ¸ H + 1, il est clair
que H ¨ 1 = ¦0¦, donc H est un hyperplan.
Exercice 13
(1) Soit 1 un fermé, alors C
F
est un ouvert, donc \r ¸ C
F
, ¬r
x
0
, 1(r, r
x
) ¸ C
F
, d’où C
F
= '
xÇC
F
1(r, r
x
), par conséquent: 1 = ¨
xÇC
F
C
B(x;rx)
,
il est évident que C
B(x;rx)
est fermé.
(2)
0
1 étant non vide alors il existe a ¸ 1, r 0 tels que 1(a, r) ¸
1. On remarque que: \r ¸ 1÷0, a+
r
2 |r|
r ¸ 1(a, r), donc r =
2 |r|
r
r
2 |r|
r ¸
1, ce qui montre que 1 ¸ 1, d’où 1 = 1.
(3) Soit (r
n
)
n
une suite dans 1 qui converge vers r, donc la suite
est bornée dans 1, donc dans 1, puisque 1 est de dimension finie, on
peut extraire une sous-suite (r
pn
)
n
qui converge dans 1, d’où r ¸ 1, ce
qui montre que mF est fermé.
17
(4) Il est clair que 1 ,= O. Soient (c, ,) ¸ |
2
, (r, j) ¸ 1
2
, ¬(r
n
)
n
¸
1
N
, ¬(j
n
)
n
¸ 1
N
telles que lim
n÷÷o
r
n
= r, lim
n÷÷o
j
n
= j, donc lim
n÷÷o
(cr
n
+
,j
n
) = cr +,j, ce qui montre que 1 est un sous-espace vectoriel
Exercice 14
(1) Montrons les 3 axiomes d’une norme:
« ·(r, j) = 0 == \t ¸ [0, 1], [r +tj[ = 0 == r = j = 0
« ·(`r, `j) = sup
0¸t¸1
[`r +t`j[ = [`[ sup
0¸t¸1
[r +tj[ = [`[ ·(r, j)
« ·(r +., j +n) = sup
0¸t¸1
r +. +tj +tn _ sup
0¸t¸1
[r +tj[ + sup
0¸t¸1
[. +tn[ _
·(r, j) +·(., n)
(2) 1((0, 0), 1) = ¦(r, j) ¸ R
2
, \t ¸ [0, 1], [r +tj[ _ 1¦
Posons pour r et j fixés ,(t) = r +tj, ,
t
(t) = j, donc , est monotone
ce qui prouve que [,[ atteint son maximum en 0 ou 1, d’où ·(r, j) = max{[r[ , [r +j[¦,
ainsi 1((0, 0), 1) = ¦(r, j) ¸ R
2
, [r[ _ 1, [r +j[ _ 1¦
Exercice 15
On a:
_
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
|r ÷t| _ |r ÷j| +|j ÷t|
|r ÷t| _ |r ÷.| +|. ÷t|
|j ÷.| _ |j ÷r| +|r ÷.|
|j ÷.| _ |j ÷t| +|t ÷.|
En sommant on aura: 2(|r ÷t|+|j ÷.|) _ 2(|r ÷j|+|j ÷t|+|r ÷.|+
|. ÷t|)
Exercice 16
1) soit (r
n
)
n
une suite dans ¹ + 1, r
n
= a
n
+ /
n
, où a
n
¸ ¹, /
n
¸ 1.
Comme ¹ est compacte il existe une sous-suite (a
pn
)
n
de (a
n
)
n
qui converge
vers a ¸ ¹, 1 étant compacte on peut extraire une sous-suite (/
qn
)
n
de
(/
pn
)
n
qui converge vers / ¸ 1, il est évident que (a
qn
)
n
est une sous-suite
de (a
pn
)
n
, ainsi la sous-suite (r
qn
)
n
est une sous-suite de (r
n
)
n
qui
converge vers a +/ ¸ ¹+1, ce qui montre la compacité de ¹+1.
2) Soit (r
n
)
n
une suite dans ¹+1 qui converge vers r, on pose r
n
=
a
n
+/
n
, où a
n
¸ ¹, /
n
¸ 1. Comme ¹ est compacte il existe une sous-suite
(a
pn
)
n
de (a
n
)
n
qui converge vers a ¸ ¹, donc la sous suite (/
pn
)
n
= (r
pn
÷
a
pn
)
n
converge vers r ÷ a, puisque 1 est fermé r ÷ a = / ¸ 1, d’où r ¸
¹+1, ce qui prouve la ferméture de ¹+1.
18
2) On a ¹+1 = '
bÇB
¹+¦/¦. Montrons que ¹+¦/¦ est ouvert, en effet
soit r ¸ ¹+¦/¦, posons a = r÷/ ¸ ¹, donc ¬r 0 tel que 1(a, r) ¸ ¹, d’où
1(r, r) ¸ ¹+¦/¦. Ce qui prouve que ¹+1 est ouvert.
Exercice 17
1) D’après l’inégalité de Cauchy-Schwarz: [¸r, a¸[ _ |a| |r| , ce qui
prouve la continuité de la forme linéaire r ÷÷ ¸r, a¸ est continue.
2) Soit (r
n
)
n
une suite dans ¹
J
qui converge vers r, on a: \a ¸
¹, ¸r
n
, a¸ = 0, donc ¸r, a¸ = 0 par la continuité de j ÷÷ ¸j, a¸, ce qui
montre la ferméture de ¹
J
.
Exercice 18
Notons Tr la fonction "Trace" on a:
tr(¹) =

1¸i¸n
[a
ii
[
_ |¹|
1
,
tr(¹) =

1¸i¸n
[a
ii
[
_
_
:|¹|
2
et
tr(¹) =

1¸i¸n
[a
ii
[
_ :|¹|
o
donc: [[[tr[[[
1
_ 1, [[[tr[[[
2
_ 1, et [[[tr[[[
o
_ :.
Posons ¹ = (a
ij
)
1¸i;j¸n
, a
11
= 1, a
ij
= 0((i, ,) ,= (1, 1)); 1 = (/
ij
)
1¸i;j¸n
, /
ii
=
_
:
:
./i, = 0(i ,= ,), C = 1
n
(matrice identité d’ordre :)
|¹|
1
= |1|
2
= |C|
o
= 1, et [tr(¹)[ = 1, [tr(1)[ =
_
:, [tr(C)[ = :, ceci
montre que [[[tr[[[
1
= [[[tr[[[
2
= 1 et [[[tr[[[
o
= :.
Exercice 19
On a:
_
_
)()
÷1
(r)
_
_
= |r|
_ [[[)[[[
_
_
)
÷1
(r)
_
_
_ [[[)[[[
¸
¸
¸
¸
¸
¸
)
÷1
¸
¸
¸
¸
¸
¸
|r|
d’où [[[)[[[
¸
¸
¸
¸
¸
¸
)
÷1
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_ 1
Exercice 20
1) On sait que G1
n
(R) = 1ct
÷1
(R
+
) d’une part, d’autre part la fonction
déterminant est continue et R
+
est ouvert, donc est ouvert.
2) ' ÷÷
t
'' est bilinéaire sur un espace de dimension finie,
donc continue, comme O(:) = ¦' ¸ 1 /
t
'' = 1
n
¦, alors O(:) est fermé.
Si on prend la norme infinie |(a
ij
)
1¸i;j¸n
|
o
= sup¦[a
ij
[ , 1 _ i, , _ :¦, alors
\' ¸ O(:) on a |'|
o
_ 1, ce qui montre que O(:) est borné, d’où la
compacité de O(:).
Exercice 21
1) On a: [d(r
1
, 1) ÷d(j, 1)[
2) [[ [[
F
est une norme car::
19
« [[r[[
F
= inf
yÇG
[[r ÷j[[
E
= 0, donc il existe une suite (j
n
)
n
dans G
telle que lim
n÷÷o
[[r ÷ j
n
[[
E
= 0, comme G est fermé alors r ¸ G,
donc r = 0.
« [[cr[[
F
= inf
yÇG
[[cr÷j[[
E
= inf
yÇG
[[cr÷cj[[
E
= inf
yÇG
[c[ [[r÷j[[
E
= [c[ [[r[[
F
«
[[r
1
+r
2
[[
F
= inf
yÇG
[[r
1
+r
2
÷j[[
E
= inf
yÇG
[[r
1
+r
2
÷j[[
E
= inf
yÇG
[[(r
1
÷
j
2
) + (r
2
÷
j
2
)[[
E
_ inf
yÇG
[[r
1
÷
j
2
[[
E
+ inf
yÇG
[[r
2
÷
j
2
[[
E
_ [[r
1
[[
F
+[[r
2
[[
F
3) Soit (r
n
)
n
une suite de Cauchy dans 1, montrons qu’elle converge
dans 1. On a:
\- 0, ¬· ¸ N, \: _ ·, \: _ · : [[r
m
÷r
n
[[
F
_ -
Donc on peut trouver une sous suite (r
pn
)
n
vérifiant: [[r
pn+1
÷r
pn
[[
F
_
1
2
n+1
\- 0, \: ¸ N, ¬j ¸ G : [[r
pn+1
÷r
pn
÷j[[
E
_ -
Ainsi: \: ¸ N, ¬.
n
¸ G : [[r
pn+1
÷r
pn
÷.
n+1
[[
E
_
1
2
n
En posant j
0
= 0, j
n
= .
1
+... +.
n
, on aura:
[[(r
pn+1
÷j
n+1
) ÷(r
pn
÷j
n
)[[
E
_
1
2
n
D’où:
[[(r
p
n+k
÷j
n+k
) ÷(r
pn
÷j
n
)[[
E
_
k

i=1
[[(r
pn+i
÷j
n+i
) ÷(r
pn+i1
÷j
n+i÷1
)[[
E
_
k

i=1
1
2
n+i÷1
_
1
2
n÷1
Ainsi la suite (r
pn
÷j
n
)
n
est de Cauchy dans 1 donc elle converge
vers r ¸ 1, or
[[r
pn
÷a[[
F
= [[r
pn
÷j
n
÷a[[
F
_ [[r
pn
÷j
n
÷a[[
F
Ce qui prouve que la sous-suite (r
pn
)
n
converge, donc (r
n
)
n
converge
car c’est une suite de Cauchy admettant une sous-suite convergente.
Exercice 22
1) La fonction est continue car: [d(r
1
, 1) ÷d(r
2
, 1)[ _ |r
1
÷r
2
| , en
effet
\j ¸ 1, d(r
1
, 1) _ |r
1
÷j| _ |r
1
÷r
2
| +|r
2
÷j| , d’où
\j ¸ 1, |r
2
÷j| _ d(r
1
, 1) ÷ |r
1
÷r
2
| == d(r
2
, 1) _ d(r
1
, 1) ÷ |r
1
÷r
2
|
== d(r
1
, 1) ÷d(r
2
, 1) _ |r
1
÷r
2
|
de même on a: d(r
2
, 1) ÷d(r
1
, 1) _ |r
1
÷r
2
|
2)
« (==) d(r, 1) = 0 == ¬(j
n
)
n
¸ 1
N
telle que: lim
n÷÷o
d(r, j
n
) = 0,
d’où lim
n÷÷o
j
n
= r, donc r ¸ 1 car est 1 fermé
20
« (==) r ¸ 1 == d(r, 1) = d(r, r) = 0
3) On pose d(r, 1) = c d’après 1) c 0. Soient les voisinages ouverts
l = 1(r,
c
3
) et \ = '
yÇF
1(j,
c
3
) respectivement de r et 1. On a l ¨ \ =
O car sinons soit a ¸ l ¨ \, alors: d(a, r) <
c
3
, ¬j ¸ 1, d(a, j) <
c
3
,
d’où d(r, j) _ d(a, r) + d(a, j) <
2c
3
< c, ceci contredit le fait que c =
d(r, 1) = inf
zÇF
d(r, .) _ d(r, j)
4) On pose l = ¦r ¸ 1 / d(r, 1) < d(r, G)¦, l est ouvert car: l =
,
÷1
]÷·, 0[ où , est la fonction continue définie sur 1 par ,(r) = d(r, 1)÷
d(r, G). De même \ = ¦r ¸ 1 / d(r, G) < d(r, 1)¦ est ouvert, on a évidemment:
_
_
_
1 ¸ l
G ¸ \
l ¨ \ = O
Exercice 23
Notons 1 l’espace des polynômes réels de degré : scindés à racines
simple. Soit 1 ¸ 1 , notons r
1
< ... < r
n
les n racines de 1. Considérons
les n+1 réels j
0
= r
1
÷ 1, j
i
=
r
i
+r
i+1
2
(1 _ i _ : ÷ 1), j
n
= r
n
+ 1.
Définissons l’application , sur R
n
[A] par: ,(Q) = (Q(j
0
), ..., Q(j
n
)) ¸
R
n+1
. Puisque 1(A) = (A ÷r
1
)...(A ÷r
n
) alors: 1(j
0
) ¸ (÷1)
n
R
++
,1(j
1
) ¸
(÷1)
n÷1
R
++
, ..., 1(j
n÷1
) ¸ (÷1)R
++
, 1(j
n
) ¸ R
++
. Ainsi ,
÷1
((÷1)
n
R
++
(÷1)
n÷1
R
++

...(÷1)R
++
R
++
) est un voisinage ouvert de 1 dont les éléments changent
de signes sur chaque intervalle [j
i
, j
i+1
] (0 _ i _ : ÷ 1), ce qui prouve
qu’ils admettent au moins n racines distincts, et donc ils sont scindée
et ont exactement n racines distincts car leur degré est _à n. Ainsi
1 est ouvert.
Exercice 24
(==) évident car |)
i
(r)| = |)(r)| _ ' |r| (i = 1, 2)
(==) )
1
et )
2
sont continues donc ¬'
i
0 (i = 1, 2) telles que:
|)
i
(r)| _ '
i
|r| , \r ¸ 1
i
. Posons ' = max¦'
1
, '
2
¦, alors \r ¸ 1, |)(r)| _
' |r| .
Exercice 25
1) l = )
÷1
(] ÷ ·, 0[) est ouvert car ) est la fonction polynômiale
continue définie sur R
2
par: )(r, j) = r
2
+j
2
÷r
3
÷j
3
2) G1
n
(R) = 1ct
÷1
(R
+
) est ouvert car la fonction 1ct déterminant
est continue sur '
n
(R)
3) On sait que ¸n, ·¸ < |n| |·| , \¦n, ·¦ libre, donc O = ,
÷1
(] ÷·, 0[)
est un ouvert car , est la fonction continue définie sur 1
2
par ,(n, ·) =
¸n, ·¸ ÷|n| |·|
Exercice 26
21
1) Les produits scalaires et la complétude:
« ¸(n
n
), (·
n

1
=

n¸1
:
2
n
n
·
n
, ce produit est bien défini car:
¸
¸
¸
¸
n

k=1
/
2
n
k
·
k
¸
¸
¸
¸
_
n

k=1
/
2
[n
k
·
k
[ _
_
n

k=1
/
2
n
2
k
_
n

k=1
/
2
·
2
k
_
_
o

k=1
/
2
n
2
k
_
o

k=1
/
2
·
2
k
Il est facile de vérifier que ¸¸
1
défini un produit scalaire
Soit (n
k
= (n
k;n
)
n
)
k
une suite de Cauchy dans H
1
, donc:
\- 0, ¬· _ 0 / \: _ ·, \j _ 1,
o

n=1
:
2
(n
k+p;n
÷n
k;n
)
2
_ - (+)
ceci entraîne qua \: _ 1, la suite numérique (n
k;n
)
k
est de
Cauchy dans R donc elle converge vers n
n
. En tendant dans (+)
j vers · on obtient:
\: _ ·, |(n
k;n
)
n
÷(n
n
)
n
|
2
1
=
o

n=1
:
2
(n
n
÷n
k;n
)
2
_ -
ce qui montre la complétude de H
1
.
« ¸(n
n
), (·
n

0
=

n¸1
n
n
·
n
, ce produit est bien défini car:
¸
¸
¸
¸
n

k=1
n
k
·
k
¸
¸
¸
¸
_
n

k=1
[n
k
·
k
[ _
_
n

k=1
n
2
k
_
n

k=1
·
2
k
_
_
o

k=1
n
2
k
_
o

k=1
·
2
k
Il est facile de vérifier que ¸¸
0
défini un produit scalaire
Soit (n
k
= (n
k;n
)
n
)
k
une suite de Cauchy dans H
0
, donc:
\- 0, ¬· _ 0 / \: _ ·, \j _ 1,
o

n=1
(n
k+p;n
÷n
k;n
)
2
_ - (+)
ceci entraîne qua \: _ 1, la suite numérique (n
k;n
)
k
est de
Cauchy dans R donc elle converge vers n
n
. En tendant dans (+)
j vers · on obtient:
\: _ ·, |(n
k;n
)
n
÷(n
n
)
n
|
2
1
=
o

n=1
(n
n
÷n
k;n
)
2
_ -
ce qui montre la complétude de H
0
.
« ¸(n
n
), (·
n

÷1
=

n¸1
1
:
2
n
n
·
n
, ce produit est bien défini car:
¸
¸
¸
¸
n

k=1
1
/
2
n
k
·
k
¸
¸
¸
¸
_
n

k=1
1
/
2
[n
k
·
k
[ _
_
n

k=1
1
/
2
n
2
k
_
n

k=1
1
/
2
·
2
k
_
_
o

k=1
1
/
2
n
2
k
_
o

k=1
1
/
2
·
2
k
Il est facile de vérifier que ¸¸
÷1
défini un produit scalaire
Soit (n
k
= (n
k;n
)
n
)
k
une suite de Cauchy dans H
÷1
, donc:
\- 0, ¬· _ 0 / \: _ ·, \j _ 1,
o

n=1
1
:
2
(n
k+p;n
÷n
k;n
)
2
_ - (+)
ceci entraîne qua \: _ 1, la suite numérique (n
k;n
)
k
est de
Cauchy dans R donc elle converge vers n
n
. En tendant dans (+)
j vers · on obtient:
\: _ ·, |(n
k;n
)
n
÷(n
n
)
n
|
2
1
=
o

n=1
1
:
2
(n
n
÷n
k;n
)
2
_ -
ce qui montre la complétude de H
÷1
.
2) On a:
22
[,((n
n
)
n
)[ =
¸
¸
¸
¸
o

n=1
/
n
n
n
¸
¸
¸
¸
=
¸
¸
¸
¸
o

n=1
(
1
:
/
n
)(:n
n
)
¸
¸
¸
¸
_
_
o

k=1
1
:
2
/
2
n
_
o

k=1
:
2
n
2
n
_ |(/
n
)
n
|
÷1
|(n
n
)
n
|
1
ceci prouve la continuité de la forme linéaire , et [[[,[[[ _ |(/
n
)
n
|
÷1
Définissons la suite numérique (n
k;n
)
k
par
n
k;n
=
_
¸
_
¸
_
1
:
2
/
n
, : _ /
0, : _ / + 1
[,(n
k;n
)[ =
k

n=1
1
:
2
/
2
n
et lim
k÷÷o
[,((n
k;n
)
n
)[ = |(/
n
)
n
|
÷1
, d’où [[[,[[[ = |(/
n
)
n
|
÷1
3) Soit (n
k
= (n
k;n
)
n
)
k
une suite dans la boule unité 1
1
((0), 1) dans
H
1
, donc:
\/ _ 1,
o

n=1
:
2
n
2
k;n
_ 1 ceci entraîne que:
\/ _ 1, \: _ 1, n
2
k;n
_
1
:
2
, ce qui implique la bornetude de la suite
(n
k;n
)
k
pour tout : _ 1, ainsi:
pour : = 1, il existe une sous-suite (n
'
1
(k);1
)
k
de la suite (n
k;1
)
k
qui
converge vers a
1
pour : = 2, il existe une sous-suite (n
'
1
·'
2
(k);2
)
k
de la suite (n
'
1
(k);2
)
k
qui converge vers a
2
et ainsi de suite par récurrence on construit une sous-suite (n
'
1
··'
n
(k);n
)
k
de la suite (n
'
1
··'
n1
(k);n
)
k
qui converge vers a
n
.
Posons ,(/) = ,
1
· · ,
k
(:), il est clair que pour tout : _ 1 la
suite (n
'(k);n
)
k¸n
est une sous-suite de la suite (n
'
1
··'
n
(k);n
)
k
, donc converge
vers a
n
.
Soit - 0, nous avons:
« \/ _ 1:
o

n=m
(n
k;n
÷a
n
)
2
_ 2
o

n=m
(n
2
k;n
+a
2
n
) _ 4
o

n=m
1
:
2
, donc puisque la
série

n¸1
1
:
2
converge:
¬· _ 1 / \/ _ 1:

n¸N+1
(n
k;n
÷a
n
)
2
_
-
2
« lim
k÷÷o
n
'(k);n
= a
n
, alors: \: _ 1, ¬1
n
_ 1 / \/ _ 1
n
: (n
'(k);n
÷
a
n
)
2
_
-

Prenons 1 = max¦1
n
, 1 _ : _ ·¦, alors:
23
o

n=1
(n
'(K);n
÷a
n
)
2
=
N

n=1
(n
'(K);n
÷a
n
)
2
+
o

n=N+1
(n
'(K);n
÷a
n
)
2
_
-
2
+
-
2
_ -
Exercice 27
1)
« unicité
on suppose qu’il existe a et / vérifiant: )(a) = a, )(/) =
/
or d(a, /) = d()(a), )(/)) _ /d(a, /) (1÷/)d(a, /) _ 0, d’où d(a, /) =
0 == a = /
« existence
Considérons la suite récurrente:
_
_
_
n
0
¸ C
n
n+1
= )(n
n
)
On a:
d(n
n+1
, n
n
) = d()(n
n
), )(n
n÷1
))
_ /d(n
n
, n
n÷1
)
_ /
2
d(n
n÷1
, n
n÷2
)
_ /
n
d(n
1
, n
0
)
donc:
d(n
n+p
, n
n
) _
p

k=1
d(n
n+k
, n
n+k÷1
)
_
p

k=1
/
n+k÷1
d(n
1
, n
0
)
_
/
n
1 ÷/
d(n
1
, n
0
)
ceci prouve que la suite (n
n
)
n
est de Cauchy dans 1 donc converge
vers a ¸ C car C est fermé. Comme n
n+1
= )(n
n
) et ) continue alors
)(a) = a
2) a) posons C
t
= C ÷c avec c ¸ C, il est évident que 0 ¸ C
t
, C
t
est
convexe et compact, de plus l’application q de C
t
dans C
t
définie par:
q(r) = )(r +c) ÷c , vérifie:
\(r, j) ¸ C
t2
, |)
1
(r) ÷)
1
(j)| = |)(r +c) ÷)(j +c)| = |r ÷j|
b) On a: |/)(r) ÷/)(j)| = / |r ÷j| , donc /) est / - contractante,
et d’après 1) admet un unique point fixe noté a
k
¸ C
c) Puisque C est compact on peut extraire une suite (r
pn
)
n
convergente
vers a ¸ C, de la suite (r
n
)
n
, donc:
a = lim
n÷÷o
r
pn
= lim
n÷÷o
(1 ÷
1
j
n
))(r
pn
) = )(a).
Exercice 28
24
a) Classique
b) 1
c
est un sous-espace vectoriel de 1 car:
« (n
n
= 0) ¸ 1
c
, car lim
n÷÷o
n
n
= 0
« Soient c ¸ R, ((n
n
)
n
, (·
n
)
n
) ¸ 1
2
c
, c(n
n
)
n
+(·
n
)
n
¸ 1
c
car: lim
n÷÷o
(cn
n
+
·
n
) = c lim
n÷÷o
n
n
+ lim
n÷÷o
·
n
« 1
c
est fermé, en effet considérons une suite (l
k
= (n
k;n
)
n
)
k
dans
1
c
qui converge vers l = (n
n
)
n
. Montrons que (n
n
)
n
converge.
Notons |
k
la limite de la suite (n
k;n
)
n
on a:
[n
k+p;n
÷n
k;n
[ _ |l
k+p
÷l
k
|
o
, en tendant : vers · on obtient
[|
k+p
÷|
k
[ _ |l
k+p
÷l
k
|
o
et donc la suite réelle (|
k
)
k
est de Cauchy,
soit | la limite de (|
k
)
k
on a:
[n
n
÷|[ _ [n
n
÷n
k;n
[ +[n
k;n
÷|
k
[ +[|
k
÷|[
_ |l
k
÷l|
o
+[n
k;n
÷|
k
[ +[|
k
÷|[
Soit - 0, alors
·: ¬1
1
¸ N tel que: \/ _ 1
1
, |l
k
÷l|
o
_
-
3
·: ¬1
2
¸ N tel que: \/ _ 1
2
, [|
k
÷|[ _
-
3
·: Soit 1 = max(1
1
, 1
2
), ¬· ¸ N tel que: \: _ ·, [n
K;n
÷|
K
[ _
-
3
Ainsi \: _ ·,
[n
n
÷|[ _ |l
K
÷l|
o
+[n
K;n
÷|
K
[ +[|
K
÷|[
_
-
3
+
-
3
+
-
3
_ -
c) 1
0
est un sous-espace vectoriel de 1
c
car:
« (n
n
= 0) ¸ 1
0
, car lim
n÷÷o
n
n
= 0
« Soient c ¸ R, ((n
n
)
n
, (·
n
)
n
) ¸ 1
2
0
, c(n
n
)
n
+(·
n
)
n
¸ 1
0
car: lim
n÷÷o
(cn
n
+
·
n
) = c lim
n÷÷o
n
n
+ lim
n÷÷o
·
n
= 0
« 1
0
est fermé, en effet considérons une suite (l
k
= (n
k;n
)
n
)
k
dans
1
0
qui converge vers l = (n
n
)
n
. Montrons que (n
n
)
n
converge vers
0. on a:
[n
n
[ _ [n
n
÷n
k;n
[ +[n
k;n
[
_ |l
k
÷l|
o
+[n
k;n
[
« Soit - 0, alors
·: ¬1 ¸ N tel que: \/ _ 1, |l
k
÷l|
o
_
-
2
·: ¬· ¸ N tel que: \: _ ·, [n
K;n
[ _
-
2
Ainsi \: _ ·,
[n
n
÷|[ _ |l
K
÷l|
o
+[n
K;n
[
_
-
2
+
-
2
_ -
25
d) 1 est un espace vectoriel complet car, considérons une suite de
Cauchy (l
k
= (n
k;n
)
n
)
k
dans 1, montrons qu’elle converge. Pour tout (:, /, j) ¸
N
3
, on a: [n
k+p;n
÷n
k;n
[ _ |l
k+p
÷l
k
|
o
, ce qui implique que pour tout
: ¸ N la suite numérique (n
k;n
)
k
est de Cauchy dans R, donc elle converge
vers un réel noté n
n
. Puisque (l
k
= (n
k;n
)
n
)
k
est de Cauchy dans 1, alors
\- 0, ¬1 ¸ N tel que: \/ _ 1, \j ¸ N, |l
k+p
÷l
k
|
o
_ -, d’où:
\: ¸ N, \/ _ 1, \j ¸ N, [n
k+p;n
÷n
k;n
[ _ |l
k+p
÷l
k
|
o
_ -
En tendant : vers · on aura:
\: ¸ N, \/ _ 1, [n
n
÷n
k;n
[ _ -, d’où:
\/ _ 1, |l
k
÷l|
o
_ - (l = (n
n
)
n
)
Ainsi la suite (l
k
)
k
converge vers l dans 1.
e) 1
c
et 1
0
sont complets car ils sont fermés.
Exercice 29
a) On a: \r ¸ [0, 1] )(r) = )(0) +
_
x
0
)
t
(t)dt, d’où
[)(r)[ _ [)(0)[ +
¸
¸
_
x
0
)
t
(t)dt
¸
¸
_ [)(0)[ +r|)
t
|
o
_ |)|
b) || est une norme: évident
c) Soit ()
n
)
n
une suite de Cauchy dans 1
0
, donc:
\- 0, ¬· ¸ N tel que: \: _ ·, \j ¸ N, [)
n+p
(r) ÷)
n
(r)[ _ |)
n+p
÷)
n
|
o
_
-, \r ¸ [0, 1]
Ainsi pour tout r ¸ [0, 1], la suite numérique de Cauchy ()
n
(r))
n
converge
dans R vers un point noté )(r). Montrons que ()
n
)
n
converge vers ) dans
1
0
.
« Soit - 0, tendons dans l’expression ci-dessus j vers · :
¬· ¸ N tel que: \: _ ·, [)(r) ÷)
n
(r)[ _ -, \r ¸ [0, 1] d’où:
¬· ¸ N tel que: \: _ ·, |)
n
÷)|
o
_ -
« Montrons que ) est continue en tout point r
0
¸ [0, 1]. Soit -
0, ¬· ¸ N tel que:
|)
N
÷)|
o
_
-
3
¬c 0 tel que: \r ¸ [0, 1], [r ÷r
0
[ _ c, [)
N
(r) ÷)
N
(r
0
)[ _
-
3
,
d’où:
[)(r) ÷)(r
0
)[ _ [)(r) ÷)
N
(r)[ +[)
N
(r) ÷)
N
(r
0
)[ +[)
N
(r
0
) ÷)(r
0
)[
_ 2 |)
N
÷)|
o
+[)
N
(r) ÷)
N
(r
0
)[
_ -
d) Soit ()
n
)
n
une suite de Cauchy dans 1
1
, donc:
\- 0, ¬· ¸ N tel que: \: _ ·, \j ¸ N, |)
n+p
÷)
n
| _ -
Ainsi pour tout r ¸ [0, 1], les suite numériques de Cauchy ()
n
(r))
n
(|)|
o
_
|)|) et ()
t
n
(r))
n
convergent dans R respectivement vers )(r) et q(r), . Montrons
que ()
n
)
n
converge vers ) dans 1
1
. D’abord montrons que )
t
= q. En effet
posons:
26
n
n
(t) =
_
¸
_
¸
_
)
n
(t) ÷)
n
(r)
t ÷r
, t ¸ [0, 1] ÷¦r¦
)
t
n
(r), t = r
et n(t) =
_
¸
_
¸
_
)(t) ÷)(r)
t ÷r
, t ¸ [0, 1] ÷¦r¦
q(r), t = r
Il est clair que pour tout t ¸ [0, 1], lim
n÷÷o
n
n
(t) = n(t).
Il suffit de montrer que la suite (n
n
)
n
est de Cauchy dans 1
0
, car
n sera continue en r et donc:
lim
t÷÷x
n(t) = lim
t÷÷x
)(t) ÷)(r)
t ÷r
= )
t
(r) = n(r) = q(r).
On a d’après le théorème des accroissements finis appliqué à )
n+p
÷
)
n
(: _ ·) sur l’intervalle fermé d’extrémités r et t ,= r:
[n
n+p
(t) ÷n
n
(t)[ =
¸
¸
¸
¸
[)
n+p
(t) ÷)
n
(t)] ÷[)
n+p
(r) ÷)
n
(r)]
t ÷r
¸
¸
¸
¸
_ -
et
[n
n+p
(r) ÷n
n
(r)[ =
¸
¸
)
t
n+p
(r) ÷)
t
n
(r)
¸
¸
_
_
_
)
t
n+p
÷)
t
n
_
_
o
_ -
d’où: \: _ ·, \j ¸ N, |n
n+p
÷n
n
|
o
_ -.
e) Prenons la suite dans 1
1
, de terme général )
n
(r) = r
n
, on a |)
n
|
o
=
1, mais |)
n
| = :, et donc ||
o
et || ne peuvent pas être équivalentes.
f ) Prenons la suite dans 1
1
, de terme général )
n
(r) = rc
÷
n
2
x
2
. On vérifie
facilement que lim
n÷÷o
)
n
(t) = 0, et )
t
n
(r) = (1 ÷ :r
2
)c
÷
n
2
x
2
donc |)
n
|
o
=
1
_
:
_
c, ce qui montre que ()
n
) converge dans (1
1
, ||
o
). Or si ()
n
) converge
dans (1
1
, ||), alors ()
t
n
) converge dans (1
0
, ||
o
) et donc q = lim
n÷÷o
)
t
n
sera
continue, mais ce n’est pas le cas.
Exercice 30
a) ||
1
et ||
2
sont bien des normes: évident
b) Soit ()
n
)
n
une suite de Cauchy dans (1, ||
1
), alors ()
n
)
n
et ()
t
n
)
n
sont des suites de Cauchy dans (1, ||
o
), donc d’après l’exercice ()
n
)
n
converge
vers une fonction ) ¸ 1 et ()
t
n
)
n
converge vers )
t
. On conclut que ()
n
)
n
converge vers ) dans (1, ||
1
), car: |)
n
÷)|
1
= |)
n
÷)|
o
+|)
t
n
÷)
t
|
o
c) Soit ) ¸ 1 on a: [()(r)c
x
)
t
[
[()(r)c
x
)
t
[ = [()
t
(r) +)(r))c
x
)[
_ |) +)
t
|
o
c
x
_ |)|
2
c
x
d) On a:
27
[)(r)c
x
[ =
¸
¸
_
x
0
()(t)c
t
)
t
dt
¸
¸
_
_
x
0
[()(t)c
t
)
t
[ dt
_ |)|
2
_
x
0
c
t
dt
_ (c
x
÷1) |)|
2
_ |)|
2
c
x
d’où [)(r)[ _ |)|
2
et donc |)|
o
_ |)|
2
. On a:
|)
t
|
o
_ |) +)
t
|
o
+|)|
o
_ 2 |)|
2
e) D’après ci-dessus:
1
3
|)|
1
_ |)|
2
_ |)|
1
f ) (1, |)|
2
) est complet car (1, |)|
1
) est complet et ||
1
et ||
2
sont
équivalentes.
Exercice 31
a) On a:
« n est bien définie car: ,
2
)
2
_ |,|
2
o
)
2
, ce qui implique que
,) ¸ 1
« n est un endomorphisme car:
n(c) +q) = ,(c) +q)
= c,) +,q
= cn()) +n(q)
« n est continue car:
|n())|
2
=
_
_
o
0
,
2
)
2
(t)dt
_ |,|
o
_
_
o
0
)
2
(t)dt
_ |,|
o
|)|
2
b) Calcul de la norme subordonnée de n :
« Expression de )
n
sur [r
0
÷
1
:
, r
0
] et [r
0
, r
0
+
1
:
]
D’une manière générale, l’équation cartésienne du segment [¹1]
avec ¹(a
0
, /
0
) et 1(a
1
, /
1
) est:
j ÷/
0
r ÷a
0
=
/
1
÷/
0
a
1
÷a
0
, a
0
_ r _ a
1
d’où:
)
n
(r) =
_
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
0, 0 _ r _ r
0
÷
1
:
:r ÷:r
0
+ 1, r
0
÷
1
:
_ r _ r
0
÷:r +:r
0
+ 1, r
0
_ r _ r
0
+
1
:
0, r _ r
0
+
1
:
« On a:
28
¸
¸
_
o
0
)
2
n
(t)q(t)dt ÷q(r
0
)
_
o
0
)
2
n
(t)dt
¸
¸
=
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
x0+
1
:
x0÷
1
:
)
2
n
(t)[q(t)dt ÷q(r
0
)]dt
¸
¸
¸
¸
¸
¸
¸
_
_
x0+
1
:
x0÷
1
:
)
2
n
(t) [q(t)dt ÷q(r
0
)[ dt
Soit - 0,
·: Par continuité de q en r
0
, ¬c 0 tel que: [r ÷r
0
[ _ c ==
[q(r)dt ÷q(r
0
)[ _ -
·: lim
n÷÷o
1
:
= 0, donc ¬· ¸ N
+
tel que: \: _ · ,
1
:
_ c
·: Ainsi \: _ ·
¸
¸
_
o
0
)
2
n
(t)q(t)dt ÷q(r
0
)
_
o
0
)
2
n
(t)dt
¸
¸
=
_
x0+
1
:
x0÷
1
:
)
2
n
(t) [q(t)dt ÷q(r
0
)[ dt
_ -
_
x0+
1
:
x0÷
1
:
)
2
n
(t)dt
_ -
_
x0+
1
:
x0÷
1
:
)
n
(t)dt
_
-
:
_ -
c) on a d’après a) [[[n[[[ _ |,|
o
, montrons que [[[n[[[ = |,|
o
Soit - 0, ¬r
"
¸ R
+
tel que: |,|
o
÷
-
2
< [,(r
"
)[ _ |,|
o
D’après b) pour r
0
= r
"
et q = ,
2
on aura:
lim
n÷÷o
|n()
n
)|
2
2
_
o
0
)
2
n
(t)dt
= lim
n÷÷o
_
o
0
)
2
n
(t),
2
(t)dt
_
o
0
)
2
n
(t)dt
= ,
2
(r
"
)
lim
n÷÷o
|n()
n
)|
2
_
_
o
0
)
2
n
(t)dt
= [,(r
"
)[
Donc ¬· ¸ N
+
tel que: \: _ ·, [,(r
"
)[÷
-
2
_
|n()
n
)|
2
_
_
o
0
)
2
n
(t)dt
=
|n()
n
)|
2
|)
n
|
2
_
[[[n[[[
D’où: |,|
o
÷- _ [,(r
"
)[ ÷
-
2
_ [[[n[[[
Exercice 32
a) [[[,[[[ = sup¦|,(r)| , |r| = 1¦, comme les sphères dans 1 (de dimension
finie) sont compactes, et n : r ÷÷ |,(r)| est continue, alors n atteint
ses bornes, en particulier il existe r
0
¸ 1 tel que |r
0
| = 1 et [[[,[[[ =
sup¦n(r), |r| = 1¦ = n(r
0
) = |,(r
0
)|
29
b)
« , est bien définie car: on pose o
n
=
n

k=0
n
k
2
k
[o
n+p
÷o
n
[ =
¸
¸
¸
¸
¸
n+p

k=n+1
n
k
2
k
¸
¸
¸
¸
¸
_
n+p

k=n+1
[n
k
[
2
k
_
|(n
m
)
m
|
o
2
n
Donc la suite (o
n
)
n
est une suite de Cauchy dans l’espace complet (1, ||
o
),
donc converge
« , est évidemment une forme linéaire
«
¸
¸
¸
¸
o

k=0
n
k
2
k
¸
¸
¸
¸
_
o

k=0
[n
k
[
2
k
_ 2 |(n
n
)
n
|
o
D’où , est continue et [[[,[[[ _ 2
c) Considérons la suite (l
k
= (r
k;n
)
n
)
k
dans 1 définie par:
r
k;n
=
_
_
_
1, : _ /
0, : _ / + 1
On a:
|l
k
|
o
= 1 et
,(l
k
) =
k

n=0
1
2
n
= 2 ÷
1
2
k
\/ ¸ N, [,(l
k
)[ = 2 ÷
1
2
k
_ [[[,[[[, d’où 2 _ [[[,[[[ , ainsi [[[,[[[ = 2
d) Soit (n
n
)
n
¸ 1 avec |(n
n
)
n
|
o
= 1, alors ¬· ¸ N tel que \: _ · :
[n
n
[ _
1
2
, d’où:
[,((n
n
)
n
)[ =
¸
¸
¸
¸
o

k=0
n
k
2
k
¸
¸
¸
¸
_
o

k=0
[n
k
[
2
k
<
o

k=0
1
2
k
< 2
donc [,((n
n
)
n
)[ , = [[[,[[[
Exercice 33
a) Soit · un vecteur propre associé à la valeur propre ` alors:
30
|n(·)| = |`·|
= [`[ |·|
_ [[[n[[[ |·|
donc [`[ _ [[[n[[[ car · ,= 0
b) Il est clair que , et c sont des endomorphismes et:
|,((n
n
)
n
)|
o
= |(n
n+1
)
n
|
o
_ |(n
n
)
n
|
o
,
|c((n
n
)
n
)|
o
= |(n
n+1
÷n
n
)
n
|
o
_ 2 |(n
n
)
n
|
o
donc [[[,[[[ _ 1 et [[[c[[[ _ 2
Prenons les suites (n
n
= 1)
n
et (·
n
= (÷1)
n
)
n
de normes 1 dans 1
on a:
|,((n
n
)
n
)|
o
= 1 _ [[[,[[[ et |c((·
n
)
n
)|
o
= 2 _ [[[c[[[ , d’où: [[[,[[[ = 1
et [[[c[[[ = 2
b) Il est clair que pour tout ) de classe C
0
, ,()) est de classe C
1
,
et linéaire. D’autre part on a:
|,())|
F
= |,())|
o
+|,())
t
|
o
= sup
xÇ[0;1]
(
¸
¸
_
x
0
)(t)dt
¸
¸
) +|)|
o
_ 2 |)|
o
ce qui implique que , est continue et [[[,[[[ _ 2
Considérons la fonction constante ) = 1, on a: |)|
E
= 1 et ,())(r) =
r, d’où: |,())|
F
= 2 _ [[[,[[[ , ainsi [[[,[[[ = 2.
Exercice 34
Supposons que ) n’est pas uniformément continue donc:
¬- 0 tel que: \: ¸ N
+
, ¬(r
n
, j
n
) ¸ 1
2
vérifiant |r
n
÷j
n
| _
1
:
,
|)(r
n
) ÷)(j
n
)| -. D’après la compacité de 1 on peut extraire une sous-suite
(r
'(n)
)
n
de (r
n
)
n
qui converge vers r ¸ 1, de même on peut extraire une
sous-suite (j
('(n))
)
n
de (j
'(n)
)
n
qui converge vers r ¸ 1, donc
_
_
)(r
('(n))
) ÷)(j
('(n))
)
_
_
_
- pour un certain : ce qui est impossible.
Montrons que la suite (r
n
)
n
converge vers a, en effet soit - 0
et notons N
"
= ¦: ¸ N / |r
n
÷a| _ -¦, si N
"
est infini alors on peut
construire une sous-suite (r
'(n)
)
n
de (r
n
)
nÇN"
qui converge vers / ¸ 1
, donc elle vérifie
_
_
r
'(n)
÷a
_
_
_ -, d’où |/ ÷a| _ - ce qui contredit le
fait que (r
n
)
n
a une seule valeur d’adhérence.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful