P. 1
PROJET RECTIFIE 2

PROJET RECTIFIE 2

|Views: 2,581|Likes:

More info:

Published by: Patrick Fokou Fombasso on Feb 02, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOCX, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/24/2015

pdf

text

original

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

SOMMAIRE

DEDICACES..................................................................................................................I REMERCIEMENTS.........................................................................................................II RESUME.....................................................................................................................III SUMMARY..................................................................................................................IV LISTE DES ABREVIATIONS............................................................................................V LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES..............................................................................VI AVANT-PROPOS........................................................................................................VIII INTRDUCTION..............................................................................................................1 CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE..................................................................3 SECTION I : GENERALITE SUR LA CONSTRUCTION METALLIQUE..............................3 I. II. III. I. II. III. I. II. III. HISTORIQUE DE LA CONSTRUCTION METALLIQUE......................................3 AVANTAGES ET LIMITES DE LA CONSTRUCTION METALLIQUE....................4 FORMES DE STRUCTURES METALLIQUES.................................................5 HISTORIQUE, ORIGINE, OBTENTION..............................................................6 LES FAMILLES ET NUANCES D’ACIER............................................................6 LES ACIERS DE CONSTRUCTION.................................................................7 PRINCIPES ET METHODES DE DIMENSIONNEMENT.......................................13 REGLEMENTATION ET NORMES..................................................................15 DIMENSIONNEMENT SELON CM66............................................................17

SECTION II : LE MATERIAU ACIER...........................................................................6

SECTION III : PROCEDES DE CONSTRUCTION METALLIQUE....................................13

CHAPITRE II : PRESENTATION DU PROJET................................................................21 SECTION I : PRESCRIPTIONS GENRALES................................................................21 SECTION II : PRESENTATION DE LA STRUCTURE....................................................22 I. II. I. II. III. ASPECT GENERAL......................................................................................22 TYPE DE STRUCTURE.................................................................................23 GENERALITES...............................................................................................24 CALCUL DES PRESSIONS................................................................................24 CALCUL DES COEFFICIENTS DE PRESSION...................................................25

CHAPITRE III : ETUDE AU VENT...............................................................................24

CHAPITRE IV : ETUDE DU PONT ROULANT ET DIMENSIONNEMENT DE LA POUTRE DE ROULEMENT..........................................................................................................35 SECTION I : DIMENSIONNEMENT DE LA POUTRE DE ROULEMENT..........................35 [Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

SECTION II : DIMENSIONNEMENT DE LA CONSOLE D’APPUI...................................49 CHAPITRE V : ETUDE DU PORTIQUE SELON CM66.....................................................52 SECTION I : CALUL DE LA COUVERTURE...............................................................52 I. II. I. I. II. III. IV. V. SURFACE A COUVRIR ET NOMBRE DE TOLES...............................................53 CALCUL D’UNE PANNE COURANTE.............................................................54 ACTIONS ET SOLLICITATION SUR LE PORTIQUE...........................................58 SECTION DE LA TRAVERSE COURANTE.......................................................73 CALCUL DES POTEAUX..............................................................................75 CALCUL DES RENFORTS DE TRAVERSE....................................................78 VERIFICATION DES DEPLACEMENTS EN TETE DE POTEAU........................78 CALCUL DES PLATINES ET DES ENCRAGES EN PIEDS DE POTEAUX...............82

SECTION II : CALCUL DES ELEMENTS DU PORTIQUE..............................................58

SECTION III : CALCUL DE L’OSSATURE SECONDAIRE.............................................84 SECTION IV : VERIFICATION DE LA STABILITE D’ENSEMBLE..................................87 SECTION V : CONCLUSIONS DE L’ETUDE...............................................................93 I. II. METRE.......................................................................................................93 DEVIS ESTIMATIF POUR LA CONSTRUCTION METALLIQUE...........................93

CHAPITRE VI : OPTIMISATION DU PROJET................................................................95 CHAPITRE VII : ORGANISATION DU CHANTIER.......................................................101 SECTION I : POLITIQUE HSE................................................................................101 I. II. LA SECURITE...........................................................................................102 ENVIRONNEMENT....................................................................................104

SECTION II : PLANNING DES TRAVAUX...............................................................105 CONCLUSION GENERALE.........................................................................................107 BIBLIOGRAPHIE.......................................................................................................108 ANNEXES................................................................................................................109

ANNEXES

[Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

DEDICACES

A mes chers parents M. et Mme FOMBASSO

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

REMERCIEMENTS

Tout au long de notre formation, et particulièrement pendant la réalisation de travail, nous avons bénéficié à des degrés divers de l’appui et du soutien multiforme de plusieurs personnes à qui nous tenons à exprimer notre gratitude. Nous pensons à :
– – –

Pr. Robert NZENGWA, Doyen de la Faculté de Génie industriel, qui n’a ménage aucun effort pour nous offrir un cadre d’étude adéquat ; Dr. MOUSSA SALI qui malgré son temps chargé a pu nous fournir les réponses à nos questionnements pendants notre travail de recherche ; M. NGAYIHI qui a toujours été disponible et a su nous guider ; Dr. AMBA qui n’étant pas notre encadreur, nous a apporté les idées pour le développement du travail ; Ing. Claude KUETE pour nous avoir offert un cadre de stage agréable, ainsi que l’opportunité de démontrer notre savoir faire ;


[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

RESUME

L’objectif de notre travail était d’effectuer des calculs de dimensionnement de la structure principale d’un bâtiment industriel comportant un pont roulant, pour le compte de notre entreprise d’accueil. Ces calculs ont permis de déterminer les sections des profilés permettant de garantir la sécurité et la stabilité de l’ouvrage compte tenu des charges qui lui seront appliquées au cours de sa vie. Les calculs et vérifications ont étés conduits conformément aux règles CM66 et les charges climatiques selon les règles NV65. Nous avons suivis l’ordre chronologique de descente de charge (couverture, pannes, traverses, poteaux). Pour mener à bien notre travail, il nous a fallu définir au préalable les charges qui s’appliqueront sur notre ouvrage. C’est ainsi que nous avons effectué une étude au vent en prenant comme référence la vitesse maximale du vent au Cameroun, puis nous avons dimensionné notre poutre de roulement, le rail et les galets. Les autres charges (permanentes et d’exploitations) ont étés choisis conforment à la norme NF P06004. Nous avons défini un modèle de portique au quel nous avons appliqué la combinaison la plus défavorable des charges suscitées et nous avons terminé par une vérification de la stabilité d’ensemble.

Mots clés : dimensionnement, structure, métallique, pont roulant, sécurité, stabilité, NV65, cm66

SUMMARY

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

The objective of this study was to perform sizing calculations of the main structure of an industrial building with a crane, on behalf of our host company. These calculations have identified the sections of the profiles to ensure the security and stability of the structure given the charges that will be applied during his life. Calculations and audits conducted under the rules summers CM66 and climatic loads according to the rules NV65. We followed the chronological order of descending load (coverage, outages, ties, poles). To carry out our work, we had to define in advance the charges that will apply to our work. Thus we conducted a study in the wind, taking as reference the maximum wind speed in Cameroon, and then we have sized our beam rolling, rail and rollers. Other expenses (permanent and farms) are selected in compliance with the NF P06004. We defined a model of the gantry which we applied the combination of the worst charges raised and we ended with a check the overall stability.

Key-words: sizing, structure, security, stability, crane, CM66, NV65

LISTE DES ABREVIATIONS

1. CTICM : Centre Technique Industriel de la Construction Métallique 2. FEM : Fédération Européenne de la Manutention
[Tapez un texte] Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

3. ACMAD : African Centre of Meteorological Applications for Development
4. EPI: Equipment de Protection Individuelle 5. RDM: Résistance Des Matériaux

6. LMD : Licence-Mastère-Doctorat 7. LST : L’entreprise des Services et des Travaux 8. PME : Petite et Moyenne Entreprise

LISTE DES TABLEAUX ET FIGURES LISTE DES TABLEAUX
1. TABLEAU1 : les nuances d’acier courantes en construction métallique 2. TABLEAU 2: flèches verticales limites pour les éléments d’ouvrages [Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

3. TABLEAU 3 : flèches admissibles pour poutres de roulement 4. TABLEAU 4 : flèches horizontales des structures de bâtiment 5. TABLEAU 5: flèches horizontales pour structures comportant un pont roulant 6. TABLEAU 6: devis descriptif 7. TABLEAU 7 : récapitulatif des actions et sollicitations sur le portique 8. TABLEAU 8 : actions et sollicitations pondérées 9. TABLEAU 9 : quantité d’acier 10. TABLEAU 10 : devis estimatif pour la structure en acier 11. TABLEAU 11 : planning des travaux

LISTE DE FIGURES

1. Figure 1 : les poutrelles IPN et IPE 2. Figure 2 : les poutrelles HEA, HEB, HEM 3. Figure 3 : demi poutrelles IPE et HE 4. Figure 4 : tôle nervurée 5. Figure 5 : les profils creux 6. Figure 6 : illustration du vent sur la façade BC 7. Figure 7 : illustration du vent suivant pignon AB 8. Figure 8 : répartition des coefficients de pression extérieure pour un vent suivant pignon 9. Figure 9 : répartition des coefficients de pression extérieure pour un vent suivant façade 10. Figure 10 : décomposition de l’état initial en états intermédiaires 11. Figure 11 : décomposition de l’état intermédiaire « 1 » en états élémentaires 12. Figure 12 : décomposition de l’état intermédiaire « 2 » en états élémentaires 13. Figure 13 : répartition finale des coefficients de pression pour un vent suivant AB 14. Figure 14 : répartition finale des coefficients de pression pour un vent suivant BC 15. Figure 15 : répartition finale des coefficients de pression pour un vent suivant AD 16. Figure 15 : modélisation du pont roulant sur sa poutre de roulement 17. Figure 17 : moments maximaux dus aux charges permanentes 18. Figure 18: position du pont roulant donnant le moment maximal en travée de rive 19. Figure 19: position du pont roulant donnant le moment maximal en travée intermédiaire 20. Figure 20: position du pont roulant donnant le moment maximal en appui B 21. Figure 21 : position du pont roulant donnant le moment maximal en appui C 22. Figure 22 : schéma d’équilibre des actions roulantes transversales dans une section 23. Figure 23 : modélisation mécanique de la console [Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

24. Figure 24 : panne en flexion déviée 25. Figure 25 : façade au vent avec surpression intérieure 26. Figure 26: façade au vent avec dépression intérieure 27. Figure 27 : pignon au vent avec surpression intérieure 28. Figure 28 : traverse sous charge permanente 29. Figure 29 : jarret de renfort entre poteau et traverse 30. Figure 30: sollicitations d’un poteau 31. Figure 31: allures des déplacements horizontaux des portiques 32. Figure 32: réactions aux appuis et moment à un point quelconque 33. Figure 32 : introduction d’un effort fictif P 34. Figure 33 : comportement du portique sous les charges G+Wn+Qh 35. Figure 35: platine et tige d’ancrage 36. Figure 36 : sollicitations déstabilisantes sous vent en longpan

AVANT-PROPOS

La Faculté de Génie Industriel est un établissement d’enseignement supérieur rattaché à l’université de Douala. Elle a été crée par décret présidentiel, dans le but de produire par la formation scientifique et technique, des cadre aptes à satisfaire les besoins du secteur industriel Camerounais, et même mondial (à travers la mondialisation). Les étudiants y sont admis sur concours soit en première année du premier cycle (avec un Baccalauréat Scientifique ou

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Technique), soit en troisième année du premier cycle (avec une Licence en Mathématiques, Physiques ou Technologique). La formation à la Faculté de Génie Industriel est organisée au sein de sept (07) départements et trois (03) cycles sont prévus, conforment au système LMD (Licence-MastèreDoctorat). Le second cycle est sanctionné par l’obtention d’un Mastère et l’étudiant doit rédiger et présenter un mémoire portant sur un projet en entreprise ou sur un projet académique. C’est pour répondre à toutes ces exigences, nous avons effectués un stage en entreprise au cours duquel un projet nous a été soumis. Ce projet, présenté dans le présenté mémoire, a porté sur le dimensionnement d’un bâtiment industriel avec pont roulant. Il s’agira de calculer les éléments principaux de la structure du bâtiment de façon à répondre à la fois aux besoins de l’entreprise en termes de cout, de qualité et de sécurité .Ce projet nous permettra de mettre en pratique toutes les connaissances théoriques acquises au cours de notre formation académique.

[Tapez un texte]

Page 2

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

INTRDUCTION

Il ya quelques années l’économie camerounaise traversait une zone de turbulence due à la crise économique et à la mauvaise gestion. Il en a résulté la privatisation, voire la fermeture de plusieurs entreprises. Ce bouleversement a entrainé de profondes mutations dans le secteur industriel avec comme remarque frappante la prolifération des PME, soutenues d’ailleurs par l’Etat. Ces entreprises sont pour la plupart dans la sous-traitance et dans des domaines très variés de l’industrie. Le secteur de la construction est le secteur en pleine croissance au Cameroun, et dans le monde. En effet, pour relancer l’économie, l’Etat à choisi de développer le secteur industriel en lançant de grands projets structurants tels que la construction des centrales d’énergie et un port en eau profonde. Le secteur privé n’est pas en reste et on peut observer la construction de nouvelles usines et halles, ainsi que la rénovation et le développement des plus anciennes. La construction industrielle est donc en plein essor au Cameroun, mais la plupart de ces projets sont étudiés et suivis par les entreprises étrangères, tandis que les entreprises locales se limitent à l’exécution. Pour résoudre le problème, l’Etat à mi les moyens dans la formation des Camerounais dans ce domaine afin que ces derniers aident les entreprises locales à être compétitives. C’est dans cet ordre d’idée que l’entreprise LST, qui nous a accueilli pour le stage nous a confié l’étude d’une partie d’un projet de construction industrielle. En effet cette jeune entreprise dont l’activité principale est l’étude et la réalisation des travaux de génie civil a vu ses activités croitre ces deux dernière années et commence à accuser un problème local tant pour le personnel que pour le matériel. En outre elle a l’intention de diversifier son activité en s’attaquant à la construction métallique et aura donc besoin d’espace pour un atelier. Pour y parvenir, elle s’est proposé d’acquérir un nouveau site sur lequel elle construira un bâtiment lui permettant de résoudre ces trois principaux problèmes. Pour un départ l’entreprise s’est imaginé un espace de 2000 m² dont 600 m² seront dédiés au bâtiment en question. Pour rester cohérent avec ses objectifs, elle se propose de construire l’ossature principale en acier. Ce choix est stratégique pour l’entreprise car elle lui permettra de
[Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

se mettre dans le bain de la construction métallique, en même temps que la réalisation de ce bâtiment constituera un exemple de référence pour ses futurs projets dans le domaine. Le bâtiment que l’entreprise a l’intention de construire est encore en étude pour ce qui est de la distribution et l’architecture intérieure (bureaux principalement) et des matériaux. Seule la structure enveloppe en acier est connue. Pour apporter notre modeste contribution à la réalisation du rêve de cette entreprise, nous avons accepté de mener les études de la structure métallique enveloppe ainsi que du pont roulant de 5 tonnes qui l’équipera. Il sera principalement question de déterminer les sections des profilés constituant le bâtiment de façon à garantir sa fonctionnalité, sa stabilité et sa sécurité. Pour y parvenir nous proposerons d’abords des plans d’architecture qui sont la base de tout projet de construction. Puis nous évaluerons toutes les charges. Là, une étude au vent selon les règles NV65 sera menée et les composants de support du pont roulant seront dimensionnés après une étude de ce dernier. Apres les étapes ci-dessus, les calculs de structure proprement dits seront menés conformément aux réglés CM66, et selon l’ordre logique de descente des charges (couverture, pannes, traverses, poteaux, ancrage,…). Ce travail sera couronné par un devis estimatif de l’ensemble de la structure métallique. Pour finir nous penserons à la réalisation en proposant un planning des travaux ainsi qu’une politique HSE à appliquer lors des travaux du chantier.

[Tapez un texte]

Page 2

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE

SECTION I : GENERALITE SUR LA CONSTRUCTION METALLIQUE I. HISTORIQUE DE LA CONSTRUCTION METALLIQUE Le fer a commencé à faire son apparition comme élément de construction au XVIIIe siècle, alors que les matériaux usuels à cette époque étaient le bois et la pierre. Il s’agissait alors d’assurer des fonctions d’ornementation et de renforcement des ossatures (essentiellement de maintenir les pierres dans leur position initiale par agrafage). XIXe siècle: Avec l’introduction du fer comme élément de construction, les méthodes de conception furent bouleversées. Le concepteur ne travailla plus en effet avec des éléments singuliers, en fonte, moulés en atelier, mais avec des profilés standards en I, T, L, etc., dont l’assemblage permettait d’obtenir les solutions recherchées. Ce passage d’éléments uniques à des produits standardisés ne fut possible que grâce aux nombreux développements effectués dans le domaine des chemins de fer. Ce succès ne fut possible que grâce à l’introduction massive du rivet comme moyen d’assemblage, qui permettait une combinaison presque illimitée des produits de bases. Ces nouveaux moyens d’assemblage permirent une architecture révolutionnaire utilisant le fer, le bois et le verre. Les progrès techniques dans le domaine sidérurgique contribuèrent à l’apparition d’un nouveau matériau, l’acier, qui devait une nouvelle fois révolutionner le domaine de la construction métallique, avec l’apparition de la soudure et de profilés de plus grande longueur, supérieure à 6m. L’utilisation de l’acier devint ainsi de plus en plus massive en cette fin de XIXe siècle. Première moitié du XX° siècle: durant cette période l’acier subit la forte concurrence du béton. L’engouement pour ce nouveau matériau entraîna une baisse significative du nombre d’ouvrages en métal construits durant cette période, cependant que de nombreux concepteurs contribuèrent à faire évoluer la construction métallique et à sensibiliser la profession sur ses avantages et sa rationalité. La situation était toute inverse en Amérique du nord où l’acier répondait de manière tout à fait satisfaisante à la création d’immeubles de grandes hauteurs à coût modéré, et fût utilisé massivement.

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Deuxième moitié du XX° siècle: la fin de la guerre fût caractérisée par un besoin urgent de reconstruction. La rapidité d’exécution, l’économie de moyens et la rationalité étaient alors des contraintes à respecter. La construction métallique répondait parfaitement à ces exigences, et pouvait bénéficier d’une industrie métallurgique très forte, développée pour des besoins militaires. L’acier fût dés lors massivement utilisé. Les années 70 furent marquées par un nouveau type architectural basé sur la mise en valeur de la haute technologie (ex. centre Georges Pompidou). Cependant il fallut attendre les années 80 pour entrevoir les premiers signes d’une architecture inventive, caractère de la construction en acier d’aujourd’hui (carénage continu, forme d’ailes d’avion ou de bateau, utilisation de mâts et habillage de verre et d’acier).

II. AVANTAGES ET LIMITES DE LA CONSTRUCTION METALLIQUE Par rapport aux constructions en béton, armé ou précontraint, les structures métalliques présentent de nombreux avantages, et certains inconvénients. 1. Avantages • Industrialisation totale Il est possible de préfabriqué totalement des bâtiments en atelier, avec une grande précision et une grande rapidité (à partir des laminés). Le montage sur site, est d’une grande simplicité
• • • •

Transport aisé, en raison du poids peu élevé, qui permet de transporter loin, en particulier à l’exportation La grande résistance de l’acier à la traction permet de franchir de grandes portées La possibilité d’adaptation plastique offre une grande sécurité La tenue au séisme est bonne, du fait de la ductilité de l’acier, qui résiste grâce à la formation des rotules plastiques et grâce au fait que la résistance à la traction de l’acier est équivalente à sa résistance en compression, ce qui lui permet de reprendre des inversions de moments imprévues

Modification : Les transformations, adaptations, surélévations ultérieures d’un ouvrage sont aisément réalisables

• •

Possibilités architecturales, beaucoup plus étendues qu’en béton Grande modularité des constructions métalliques
Page 3

[Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

1. Limites • •

Resistance en compression moindre que le béton Susceptibilité aux phénomènes d’instabilité élastique, en raison de la minceur des profils Mauvaise tenue au feu, exigeant des mesures de protection onéreuses Nécessité d’entretien régulier des revêtements assurer la pérennité de l’ouvrage protecteurs contre la corrosion, pour


I. FORMES DE STRUCTURES METALLIQUES Les grandes qualités de l’acier ont fait de la construction métallique une solution prisées dans la construction civile et industrielle. En effet, que se soit les bâtiments (habitation, industriels, commerciaux) et les ouvrages d’art, cette solution basée sur une structure à ossature permet un gain en légèreté et autorise des architectures extraordinaires. Le système porteur d'une construction métallique est l'ossature. Celle-ci a uniquement une fonction porteuse, pas celle de séparation d'espaces. Cependant, elle permet la fixation d'éléments qui, eux, ont cette fonction de séparation. Le système le plus élémentaire utilisé pour un bâtiment industriel est composé de deux poteaux et d’une poutre, réalisés soit de profilés à âmes pleines, soit en treillis, soit par une combinaison des deux. Cette configuration peut varier en utilisant divers types d’assemblages entre les poutres et les poteaux ainsi que pour les pieds de poteaux. Les types de structures les plus couramment utilisés dans les bâtiments industriels sont des portiques articulés en pied, et des structures poteaux-poutres avec des pieds de poteaux encastrés ou articulés. Les portiques offrent une stabilité dans le plan suffisante, et ne nécessitent l’utilisation de contreventements que pour la stabilité hors du plan. Pour les bâtiments on a les éléments suivants :
• •

Eléments principaux : poteaux, poutres, traverses, couverture Eléments secondaires : lisses, contreventement, liernes

SECTION II : LE MATERIAU ACIER

I. HISTORIQUE, ORIGINE, OBTENTION

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

L’acier est un matériau issu de la réduction du minerai de fer ou du recyclage de ferrailles. Le fer est un élément très répandu dans l’écorce terrestre dont il représente 5 % mais on ne le trouve pas à l’état pur. Il est combiné avec d’autres éléments et mêlé à une gangue terreuse. La réduction de cet oxyde nécessite l’emploi d’un combustible : du charbon de bois jusqu’au XVIIIe siècle, puis du charbon de terre. Le métal ainsi obtenu est de la fonte qui contient 96 % de fer et 3 à 4 % de carbone et à partir de laquelle on produit de l’acier. L’utilisation de l’acier dans la construction remonte à la fin du XIX e siècle, bien que les métaux ferreux soient connus depuis environ quarante siècles. Auparavant on employait la fonte qui peut se mouler facilement mais se révèle cassante et impossible à forger. Il faut donc l’assembler à l’aide de boulons, de vis ou de clavettes. On est progressivement passé, à partir des années 1840, de l’usage de la fonte à celui du fer puddlé, la fonte étant affinée industriellement pour obtenir du fer pur, plus souple et plus facile à laminer, à percer et à forger. Le principe des rivets posés à chaud a permis de disposer d’un mode d’assemblage universel et facile à mettre en œuvre. C’est une cinquantaine d’années plus tard que l’acier a pu être produit de façon industrielle et s’imposer ainsi à partir des années 1890 comme le matériau de la construction métallique, avec des caractéristiques physiques bien supérieures au fer grâce à la présence de traces bien dosées de carbone et d’autres éléments chimiques. L’assemblage s’est d’abord fait avec des rivets, puis, à partir des années 1930, par la soudure ou le boulonnage. La sidérurgie n’a cessé de perfectionner les qualités de ses aciers. La masse volumique de l’acier est de 7850 kg/m3. Un mètre cube d’acier pèse donc près de 8 t.
II. LES FAMILLES ET NUANCES D’ACIER

On distingue les aciers dits aciers au carbone des aciers inoxydables. L’acier au carbone est aujourd’hui fabriqué par deux grandes filières d’importance à peu près égales : la filière fonte, où l’on réduit du minerai de fer dans un haut-fourneau avant passage au convertisseur pour transformer la fonte en acier, et la filière électrique, où l’on traite directement des ferrailles (voir « La fabrication de l’acier » en annexe). Dans les deux cas l’acier est « mis à nuance » dans une station d’affinage. L’acier inoxydable est quant à lui produit uniquement à partir de la filière électrique. Les aciers de construction contiennent en général de 0,1 à 1 % de carbone. Les additions sont variables : manganèse, silicium, molybdène, chrome, nickel, titane, tungstène... En fonction de ses composants lors de la « mise à nuance » et des traitements thermiques subis par les

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

alliages lors de leur élaboration, l’acier aura des résistances mécaniques variables. Il existe plus de 3 000 nuances d’acier. TABLEAU1 : les nuances d’acier courantes en construction métallique normes A 33 NF A 35-501 E 24 E 28 E 36 NF A 35-504 E 355 E 375 E 355 NF A 36-201 E 375 E 420 E 460 nuances Limites d’élasticité Re (N/mm²) 175 235 275 355 355 375 355 375 420 460 Tôles Poutrelles et profils Tôles, larges plats, poutrelles, lamines marchands Formes des produits

III. LES ACIERS DE CONSTRUCTION Parmi les nombreuses nuances d’acier crées par les forges, utilisables en construction métallique, on peut distinguer, les aciers d’usage général, les aciers patinables de meilleure résistance à la corrosion (CORTEN), les aciers inoxydables et les aciers spéciaux pour boulons à haute résistance (HR). Les caractéristiques chimiques et mécaniques des aciers d’usage général sont définis par la norme française NF A 35-501 de l’AFNOR (tôles fortes et moyennes, poutrelles laminées) et les normes NF A 36-101 (feuillards), NF A 35-075 (ronds pour rivets). 1. Les formes de produits Pour obtenir leur forme de finition et leurs caractéristiques mécaniques les aciers courants dans la construction sont :

laminés : ce sont les produits les plus couramment utilisés dans la construction métallique. Les demi-produits sont déformés successivement au travers des laminoirs

[Tapez un texte]

Page 2

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

constitués par des cylindres qui compriment et étirent la masse relativement malléable en raison de sa température encore élevée. L’étape ultérieure possible est le laminage à froid. Ce procédé est principalement utilisé pour façonner des tôles minces qui sont ensuite galvanisées et/ou pré-laquées ;

étirés ou tréfilés : par étirage ou tréfilage (à chaud ou à froid) on amène un produit déjà laminé à une section plus réduite et à une plus grande longueur pour former des barres ou des fils. On distingue dès lors :


les produits longs (poutrelles, palplanches, câbles, fils, ronds à béton...), obtenus par laminage à chaud, étirage ou tréfilage ; les produits plats (tôles, bardages, profils minces, profils creux...) qui subissent en général un laminage à froid supplémentaire, à l’exception des tôles de forte épaisseur. Il existe aussi d’autres procédés moins courants de fabrication de pièces telles que le

forgeage, le moulage... 1. classification des produits Étant donné la vaste gamme de produits en acier offerte aux concepteurs, la nécessité d’une réglementation des produits sidérurgiques apparaît évidente, concernant le produit (forme, dimensions, aspect et état de surface) mais aussi sa mise en œuvre. Actuellement, l’heure est à la transition des normes nationales aux normes européennes. La norme européenne comporte toujours les deux lettres EN (EuroNorme) précédées pour chaque pays par celles de son sigle national (par exemple : NF pour la France, DIN pour l’Allemagne, BS pour la Grande-Bretagne) ; viennent ensuite de un à cinq chiffres. La norme indique les exigences techniques, les procédés d’élaboration, l’état de livraison, la composition chimique, les caractéristiques mécaniques et technologiques, l’état de surface. Nous retiendrons deux types de normes : • • les normes définissant les nuances d’acier ; les normes spécifiques aux produits accompagnées de leur tolérance.

2.1 Les produits longs On distingue plusieurs sous-familles de produits longs. Certains sont directement fabriqués dans les usines sidérurgiques et sont disponibles en stock sur catalogue.
[Tapez un texte] Page 2

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

a) Les laminés marchands Ce sont les ronds, les carrés, les ronds à béton, les plats, les cornières (L), les fers en T, les petits U… Tous ces produits ont une section pleine. b) Les poutrelles Les poutrelles laminées peuvent avoir différentes sections, en I, en U, ou en H. Elles conviennent aussi bien pour les poteaux que pour les poutres et sont fabriquées en différentes nuances d’acier (en général 235 ou 355 MPa), y compris d’acier à haute limite d’élasticité (460 MPa). Les longueurs maximales varient de 18 à 33 m suivant le profilé. Il existe différentes gammes suivant les pays : européenne, britannique, américaine, japonaise... • Les poutrelles en I Les poutrelles en I sont de deux sortes :
✔ IPN : poutrelles en I normales. Les ailes sont d’épaisseur variable, ce qui entraîne des

petites difficultés pour les attaches ;
✔ IPE : poutrelles en I européennes. Les ailes présentent des bords parallèles, les extrémités

sont à angles vifs (seuls les angles rentrants sont arrondis). Les IPE sont un peu plus onéreux, mais plus commodes et sont d’usage courant.

Figure 1 : les poutrelles IPN et IPE • Les poutrelles en U Il existe aussi deux sortes de profilés, les UPN, les UAP et les UPE. De la même façon, les UPE présentent des ailes à bords parallèles et tendent à supplanter les UPN, moins commodes à mettre en œuvre. Les hauteurs vont de 80 à 400 mm. • Les poutrelles HE (gamme Européenne) Elles se décomposent en trois séries : HEA, HEB et HEM, suivant l’épaisseur relative de leur âme et de leurs ailes. Leur section s’inscrit approximativement dans un carré (la semelle a une largeur sensiblement égale à la hauteur du profil jusqu’à 300 mm de hauteur). Les ailes
[Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

présentent toujours des bords parallèles. Les hauteurs varient de 100 à 1100 mm (jumbos). Les profils HEA, les plus légers, présentent le meilleur rapport performance/poids en général et sont donc les plus utilisés. La progression des trois séries est intéressante techniquement et architecturalement pour des composants en prolongement : poteaux d’un bâtiment à étages dont la section peut varier progressivement en fonction des efforts. Du fait de l’utilisation des mêmes trains de laminage, les trois profils de même hauteur présentent la même dimension intérieure entre ailes. Les épaisseurs ne varient que vers l’extérieur. Il existe aussi des poutrelles HL (à très larges ailes), HD (poutrelles-colonnes) et HP (poutrelles-pieux).

Figure 2 : les poutrelles HEA, HEB, HEM • Les demi-poutrelles Le découpage des poutrelles I et H suivant l’axe longitudinal a de multiples utilisations : sections T, membrures de poutres...

Figure 3 : demi poutrelles IPE et HE • Les poutrelles dissymétriques Ce sont des poutres reconstituées composées soit d’un T et d’une large semelle inférieure soudée (dénommées IFB, pour Integrated Floor Beam), soit formées d’un H dont la semelle inférieure a été élargie par adjonction d’un plat (dénommé SFB, pour Slim Floor Beam). Grâce à leur aile inférieure élargie, elles sont particulièrement adaptées pour la pose de planchers préfabriqués, de coffrages en acier permettant d’incorporer la dalle dans la hauteur de la poutrelle, soit encore pour la pose de dalles alvéolaires en béton précontraint. a) Les palplanches

[Tapez un texte]

Page 2

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Ces produits sont réalisés directement au laminage ou à partir de tôles profilées. La section en U ouvert est la plus courante et les palplanches sont solidarisées les unes aux autres par un joint à double recouvrement. On utilise des parois en palplanches pour contenir la poussée de talus, pour la construction de murs de quais et de ports, la protection des berges, la mise en place de blindages de fouilles et de batardeaux, l’édification de culées de pont, des parois de parkings souterrains...
b) Câbles et fils machine

Le fil machine est obtenu par tréfilage et étirage. En construction, il sert à fabriquer des câbles. Les fils en inox peuvent aussi être tressés ou tissés pour fabriquer des mailles de dessins variées, employées comme parements, écrans, garde-corps, faux-plafond,... 2.1 Les produits plats a) Les tôles et les larges plats Les tôles sont fabriquées sous forme de bobines. Elles sont livrées en largeurs standards ou à la demande, mais les largeurs sont en général limitées à 1 800 mm. L’épaisseur ne dépasse pas 16 à 20 mm pour les tôles laminées à chaud et 3 mm pour les tôles laminées à froid. Celles-ci peuvent être mises en forme par profilage, pliage ou emboutissage. b) Les tôles nervurées Ce sont des tôles minces que l’on nervure par profilage à froid à l’aide d’une machine à galets. Les tôles nervurées sont issues de bobines galvanisées et souvent pré laquées. Les applications concernent les produits d’enveloppe (bardage), de couverture (bac, support d’étanchéité) et de plancher (bac pour plancher collaborant ou à coffrage perdu), ainsi que les panneaux sandwich incorporant des matériaux isolants.

Figure 4 : tôle nervurée c) Les profils creux Les tubes de construction sont appelés « profils creux ». Ils sont fabriqués en continu à partir de tôles minces ou moyennes repliées dans le sens de leur longueur. Les soudures sont
[Tapez un texte] Page 2

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

longitudinales pour les profils creux de petits et moyens diamètres (jusqu’à 400 mm), hélicoïdales pour les diamètres plus importants jusqu’à 1 000 mm environ. Ils sont dans ce cas toujours ronds. Après soudage, la surépaisseur est rabotée pour obtenir une surface extérieure lisse. Les profilés creux dits « de forme » sont en général formés à partir de tubes ronds : ils peuvent être carrés, rectangulaires, hexagonaux, elliptiques, voire demi-elliptiques. On fabrique aussi par extrusion des tubes sans soudure capables de plus fortes épaisseurs. Les longueurs standards sont de 6 à 15 m.

a : tube de section rectangulaire b : tube circulaire c : tube de section carrée d: tube de section hexagonale.

Figure 5 : les profils creux

d) Les plaques On parle de plaques lorsque l’épaisseur dépasse 20 mm. On peut obtenir des plaques jusqu’à 400 mm d’épaisseur et 5 200 mm de largeur. Les plaques sont principalement utilisées pour la grosse chaudronnerie ou pour les ouvrages d’art. Leur assemblage par soudure peut être complexe. Il existe aussi des plaques à épaisseur variable pour les ouvrages d’art. e) Les profils minces Les tôles minces galvanisées (d’épaisseur inférieure à 5 mm) peuvent être profilées à froid pour réaliser des profils minces. De sections très diverses, les profils minces sont utilisés en serrurerie, en menuiserie métallique et en ossatures légères : pannes de charpente, ossatures de murs ou de cloisons, de faux plafond... Légers et maniables, ils peuvent s’assembler par vis auto taraudeuses.

[Tapez un texte]

Page 2

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

SECTION III : PROCEDES DE CONSTRUCTION METALLIQUE

I.

PRINCIPES ET METHODES DE DIMENSIONNEMENT

1. Concept de dimensionnement Lors de chaque projet de construction, les buts à atteindre peuvent de façon générale se définir ainsi :
• •

Fournir au maitre d’ouvrage une construction qui réponde à ses attentes relatives à l’utilisation qu’il veut en faire ; Garantir aux utilisateurs de cette construction un niveau de sécurité adéquat. Pour atteindre ces deux buts, il est nécessaire de procéder par étape. Les normes en définissent les grandes lignes ci-dessous :

Un dialogue entre le maitre d’ouvrage, l’architecte et l’ingénieur doit avoir lieu afin de préciser l’utilisation souhaitée de la construction projetée. Les résultats de ce dialogue sont à consigner dans le plan d’utilisation. Ce document servira de base à l’application des mesures permettant d’atteindre le premier but cité ci-dessus (aptitude au service).

L’ingénieur est alors responsable, avec l’architecte, de définir un plan de sécurité, qui contiendra toute les mesures prises ainsi que les bases des calculs à effectuer pour atteindre le deuxième but (sécurité structurale) ;

Lors de la réception de la construction par le maitre d’ouvrage, un programme de surveillance et d’entretient lui sera remis, afin qu’il soit conscient des règles d’utilisation nécessaires pour respecter les plan d’utilisation et de sécurité préalablement définis. Il est donc particulièrement important de distinguer, lors du dimensionnement d’une

structure sur la base des plans d’utilisation et de sécurité, entre les vérifications :

De la sécurité structurale De l’aptitude au service.

1. Principe Le dimensionnement de toute structure doit reposer sur un concept clair, définissant les types de vérifications à effectuer pour garantir son aptitude au service et sa sécurité structurale. Ces bases de dimensionnement sont définies par des normes et consistent généralement aux vérifications suivantes :

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

a) Sécurité structurale

On doit vérifier pour une section donnée, que les sollicitations n’engendrent pas une contrainte supérieure à celle du matériau utilisé. Cette condition permet d’éviter l’effondrement ou la ruine de tout ou partie de la structure. b) Aptitude au service Aptitude au service permet de vérifier que la structure sera fonctionnelle et confortable. Il faut dans ce cas vérifier que les déformations des éléments de structure ou de la structure elle entière ne dépasse un seuil limite. En effet la flèche due aux sollicitations de service doit être inferieure à la flèche limite définie par une norme. Ceci permet d’éviter des désordres dans la structure et de perturber le confort des personnes. Ses conséquences sont moins importantes que celles de la sécurité structurale 1. Méthodologie de dimensionnement Le dimensionnement d’une structure métallique se déroule presque toujours dans l’ordre des étapes suivantes : a) dessin de l’ossature principale ;
b) définition des actions appliquées à la structure ; c) choix des barres de l’ossature sur la base d’un pré-dimensionnement ou de l’expérience ;

d) modélisation de la structure, analyse globale et détermination des sollicitations dans les barres ;
e) vérifications diverses des barres ; f) conception et vérification des assemblages.

À l’issue de l’étape « e », certaines barres peuvent avoir une résistance insuffisante ou être excessivement surdimensionnées ; un ajustement est alors effectué et la procédure est reprise à l’étape « d » par la mise à jour du modèle. Les calculs sont terminés lorsque tous les critères de résistance, de performance et d’économie sont satisfaits. La conception et le dimensionnement d’une structure métallique est une tâche ardue et étaient réalisés à la main. Aujourd’hui, grâce à l’évolution de la technologie informatique, l’on dispose de logiciels permettant outre la facilité, un gain en temps.

I.

REGLEMENTATION ET NORMES
Page 1

1. définition et rôle
[Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Peut-être plus que tout autre métier du BTP, la construction métallique opère sur la base de normes auxquelles se réfèrent systématiquement les documents contractuels du marché ; cet ensemble de normes se décompose schématiquement en quatre ensembles : • • • • les normes de produits ; les normes d’essai ; les normes de conception et calcul ; les normes d’exécution. Ces quatre ensembles, loin d’être indépendants, sont au contraire cohérents ou compatibles entre eux, bien qu’ils soient élaborés par des bureaux de normalisation différents, au plan mondial. On peut dire que cette cohérence est assurée au niveau des normes de calcul, puisque celles-ci tiennent compte des normes des deux autres ensembles et y renvoient. Dans l’exemple général d’une charpente soudée, les normes de calcul renvoient aux normes de produit acier pour le choix des aciers et leurs caractéristiques mécaniques (limite d’élasticité, fonction de l’épaisseur, par exemple), aux normes de produits de soudage, aux normes d’exécution concernant le soudage, etc. Il en est de même pour les assemblages boulonnés. 1. évolution des normes La profession de la construction métallique connait actuellement une transition en matière de règles de conception et de calcul des structures en acier. Ceci est du au besoin des professionnels de disposer d’un texte unique harmonisé et cohérent, applicable à tous les ouvrages, publics ou privés, bâtiments et ponts. Avant 1993, la conception et le calcul des constructions métalliques étaient régis par diverses réglementations :
• •

« les règles de calcul des constructions en acier », dites « règles CM66 », qui réglementaient tous les bâtiments en acier ; Le titre V du fascicule 61 du cahier des prescriptions communes, intitulé « conception et calcul des ponts et construction métalliques en acier », qui réglementait tous les ponts et ouvrages d’art ;

Les normes NF qui régissaient les calculs des assemblages et des éléments à parois minces ;

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

L’additif80, qui introduisait les notions de plasticité de l’acier et d’états-limites, ce qui permettait de tirer partie des propriétés élasto-plastiques de l’acier et d’alléger ainsi les structures.

Depuis 1993, une nouvelle réglementation européenne est entrée en vigueur et impose, en remplacement de ces divers et précédents textes, un code unique : l’EUROCODE 3. L’Eurocode 3 « calcul des structures en acier » a été adopté par le Comité Européen de la Normalisation (CEN) en 1992 et a été classé norme provisoire pour une durée de 3 ans (1993 à 1996). Pendant ces 3 années l’Eurocode 3 aura un statut expérimental et existera conjointement avec les règles antérieures, qui disparaitront à compter de 1996, lorsque l’Eurocode 3 deviendra une norme européenne homologuée (EN). Chaque pays de la communauté Européenne ajustera les modalités d’application de ce nouveau règlement sur son territoire, au moyen d’un document d’application nationale (DAN). Sur le plan pratique cependant, les cas d’application effective du document Européen reste encore très limité, pour diverses raisons qui tiennent à la résistance naturelle aux changements, à la complexité au moins apparente du nouveau texte et à l’absence de gain évident de matière voire aux pénalisations des dimensionnements qu’il est susceptible d’apporter. Les praticiens, dans leur très grande majorité, continuent ainsi à utiliser presque systématiquement les règles CM66.

I. DIMENSIONNEMENT SELON CM66
1. les règles cm66 : objet et domaine d’application

Les règles CM66 (règles Décembre 1966) sont des règles de calcul des constructions acier. Elles ont pour but de codifier les méthodes de calcul applicables à l’étude des projets construction en acier. Leur application doit conduire pour les différents éléments de construction à un degré de sécurité sensiblement homogène pour les différents modes sollicitations et de construction.

en de la de

2. actions et combinaisons d’action Les actions sont les forces et couples dus aux charges et aux déformations imposées à la construction. On distingue : • Les actions permanentes (G)
Page 1

[Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

– – • – –

Poids propre des éléments de la construction ; Poids des équipements et accrochages fixes (définies par la norme NF P.06004) Charges d’exploitation notées Q (définies par la norme NF P.06001) Charges climatiques (définies par la norme NF P.06002, DTU « Règles Neige et Vent ») qui sont notées
○ ○

Les actions variables

Wn pour le vent normal We pour le vent extrême

○ Sn pour la neige normale ○ Se pour la neige extrême Les règles CM66 proposent 18 combinaisons d’action possibles, affectées de coefficients de pondération. La plupart sont généralement superflues dans la pratique et on les réduit la plupart du temps à trois seulement, dites combinaisons enveloppes.
G+Se+Q 43G+32Sn+Q G+We avec We=Wn×1.75 1. Calculs

Les règles CM66 concerne essentiellement le domaine élastique de l’acier. Mais dans certains cas, pour tenir compte du domaine plastique, on peut appliquer l’additif 80. Les charges de neige et de vent quand à elles sont déterminées par les règles NV65. Elément par élément, un critère unique de ruine est utilisé : l’atteinte de la limite d’élasticité minimale garantie de l’acier sur la fibre la plus défavorisée de la section la plus sollicitée sous les effets de combinaisons pondérées des actions.
2. Vérifications de résistance

On doit vérifier que la plus défavorable des combinaisons ci-dessus ne conduit pas à la ruine de l’élément ou de la construction étudiés. Dans le cas du calcul en phase élastique, les formules s’appliquent aux contraintes calculées séparément, et l’on doit vérifier que la contrainte maximale, obtenue par l’application des 6 formules, dite contrainte caractéristique σc reste inférieure à la contrainte limite d’élasticité
σe=Re du matériau : σc≤σe.

3. Vérification de la déformation
[Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Les déformations sont calculées sur la base des efforts non pondérés avec le module d’élasticité E. ces déformations ne doivent pas avoir des flèches dépassant la limite normalisée. On a quelques limitations ci-dessous : a) Fleche verticale TABLEAU 2: flèches verticales limites pour les éléments d’ouvrages ELEMENTS D’OUVRAGE Toitures en général (accessible uniquement pour entretien) Toitures normalement accessibles Plancher en général (sans équipement particulier) FLECHE L/200 L/250 L/250

Planchers et toitures supportant des matériaux fragiles (cloisons L/250 en plâtre) Planchers supportant des poteaux (sauf si la flèche est incluse L/400 dans l’analyse) Critère d’aspect du bâtiment L/250

Pour les poutres de roulement, la norme NF P 22-615 donne les valeurs suivantes : TABLEAU 3 : flèches admissibles pour poutres de roulement GROUPE D’UTILISATION 1-2 3-4 5-6 FLECHE ADMISSIBLE L/500 L/750 L/1000

b) Fleche horizontale TABLEAU 4 : flèches horizontales des structures de bâtiment TYPE DE STRUCTURE Flèches principalement Autres combinaison dues au vent Structures simples à un seul niveau Autres structures à un seul niveau
[Tapez un texte]

d’action h/150 h/300

h/125 h/250
Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Structure des bâtiments à étages : • • Fleche différentielle entre étages

h/250

h/300

Fleche pour l’ensemble de la h/420 structure

h/500

Dans le cas ou la structure supporte un pont roulant, la norme NF P 22-615 prescrit, en tenant compte de l’intervention du vent caractéristique en remplacement du vent normal pris jusqu’ici : TABLEAU 5: flèches horizontales pour structures comportant un pont roulant FLECHE MAXIMALE HORIZONTALE GROUPE D’UTILISATION Avec vent 1-2 3-4 5-6 h/180 h/180 h/180 h/360 et ≤5cm Sans vent

1. Les données de base et notations Nous présentons ici toutes les informations nécessaires aux applications numériques que nous ferons dans notre étude. •
– – – – –

Pour l’acier Module d’élasticité longitudinale : E = 21000 daN/mm² Module d’élasticité transversale : G=8100 daN/mm² Coefficient de poisson : ν=0.3 pour la nuance E24 : σe=24 daN/mm² pour la nuance E28 : σe=28daN/mm²

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

CHAPITRE II : PRESENTATION DU PROJET

Le projet dont nous avons la responsabilité d’effectuer les calculs de structure est un projet de construction d’un bâtiment industriel pour le compte de notre entreprise d’accueil en stage. Ce bâtiment, dont la structure principale sera en acier, s’étend sur 600m² et comporte des bureaux et un pont roulant de 5 tonnes. Il convient, avant d’aborder notre étude, de présenter ses principales caractéristiques, ainsi que les exigences et contraintes auxquelles nous allons faire face. Nous présenterons succinctement, d’abord le cahier des charges, puis la structure elle-même.

SECTION I : PRESCRIPTIONS GENRALES

I. CAHIER DES CHARGES Notre cahier de charges est constitué principalement des exigences du maitre d’ouvrage. Nous ne présenterons ici que celles directement liées à notre travail. • Les calculs et vérifications serons menés conformément aux règles cm66
Page 2

[Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

• •

La structure porteuse doit être en acier La poutre de roulement devra faire l’objet d’un dimensionnement Les aciers seront du type S235 pour les profilés de la structure, et S235 pour la poutre de roulement Le bâtiment doit pouvoir supporter les effets du vent et du pont roulant Les calculs doivent intégrer au maximum les conditions du Cameroun L’aération devra être assez suffisante On négligera les effets thermiques Les effets sonores feront l’objet d’une autre étude Les bacs de couverture seront fournis par un constructeur du Cameroun L’intérieur devra offrir une hauteur sous toiture libre

• • • •

• •

I. DEVIS DESCRIPTIF TABLEAU 6 : devis descriptif ACTIVITES TERRASSEMENT PRESCRIPTION Fouilles en puits pour les semelles (massif) et en rigole pour mur de soubassement Fondations : parpaings de 20x20x40 bourrés MAÇONNERIE ET BETON ARME Murs extérieurs : parpaings de 15x20x40 Murs de refend : parpaings de 15x20x40 Béton dosé à 350 kg/m3 pour tous les ouvrages Pannes : pannes en acier IPE type S235 CHARPENTE Poteaux : les poteaux principaux seront en acier S235 COUVERTURE SOL AUTRE La couverture sera en tôle bac ALUZINC 6/10e Dallage en béton armé dosé à 350kg/m3, 18cm Poutres de roulement en acier S235

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

SECTION II : PRESENTATION DE LA STRUCTURE
I. ASPECT GENERAL

Notre bâtiment en structure métallique occupera une superficie de 600 m². Elle aura une forme de base rectangulaire et aura deux versants. Les plans d’architecture (en ANNEXES 1, 2, 3 et 4) en donnent les détails. L’espace intérieur du bâtiment sera réparti en trois grandes zones ci-après : • •

Un espace atelier d’une superficie S1 = 400 m² Un espace magasin de S2 = 100 m² Un espace bureaux en R+1 (mezzanine) de S3 = 100 m² Ses principales caractéristiques sont les suivantes :

• • • •

Longueur : 30 m Largeur : 20 m Hauteur au faitage : 7.2 m Pente de versants : 10.5% (α=6°)

I. TYPE DE STRUCTURE La structure de notre bâtiment sera de type portique. Notre choix est motivé ici par les points suivants : •

besoin d’avoir un espace sous toiture libre coût de réalisation faible par rapport à une structure poteau-ferme en treillis pour une portée de 20 m le portique reste plus économique Les portiques auront un espacement constant de 5 m et on va prévoir des dépassements de

toiture à chaque façade, et leur portée sera réduite à 18 m. Le modèle de portique sera le plus simple possible (moins hyperstatique possible). Nous travaillerons avec le modèle hyperstatique ci-dessous : • • articulé en pieds dans le plan du portique et encastré dans le plan du long pan encastré en tête.

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Figure : modèle de portique pour le calcul de structure

CHAPITRE III : ETUDE AU VENT

I. GENERALITES L’étude au vent est réalisée conformément aux règles NV65. La vitesse du vent considérée est celle du Cameroun dont la valeur maximale est 10m/s. [source ACMAD, bulletin no.2, Février 2009]. Dans cette section, nous déterminerons les situations de vent les plus défavorables pour notre bâtiment, en déterminant successivement les coefficients de pression extérieure et intérieure s’appliquant aux différentes parois. On considèrera pour les études que le vent a une direction moyenne horizontale et qu’il peut venir de n’importe quel coté.

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

L’action du vent sur un ouvrage et sur chacun de ses éléments dépend des caractéristiques suivantes. • • • •

La vitesse du vent ; Catégorie de la construction et ses proportions d’ensemble ; Configuration locale du terrain (nature du site) ; Position dans l’espace (construction reposant sur le sol ou éloignée du sol) ; Perméabilité des parois (pourcentage de surface des ouvertures dans la surface totale de la paroi).

I. CALCUL DES PRESSIONS 1. pression dynamique de base La pression dynamique de base est déterminée par la formule de Bernoulli :
q10=ρV²2=V216.3

2. pression de calcul du vent La pression de calcul du vent est la pression revenant à un élément particulier de la construction. Elle est obtenue par la relation ci-dessous :
P=qh×Ks×Km×Cr×δ qh est la pression dynamique à une hateur h donnée

Elle est obtenue par la relation suivante :
qh=2.5×h+18h+60 q10

Les règles NV65 distinguent la pression extrême de la pression normale. Le rapport de la pression extrême sur la pression normale est de 1.75.

I. CALCUL DES COEFFICIENTS DE PRESSION

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

On calculera les coefficients de pression extérieure et intérieure pour chaque paroi du bâtiment ainsi que des versants de la toiture. Ensuite on calculera les coefficients résultants à partir de la relation suivante :
Cr=Ce-Ci

1. nature du site Le site de construction est considéré normal et appartenant à la zone 1, ce qui nous permet de déduire :
• •

le coefficient de site : Ks=1 le coefficient de masque : Km=1

1. perméabilité du bâtiment Le bâtiment présente les caractéristiques suivantes : • • • longueur : 30m largeur : 20m hauteur au faitage : 7.2m Les ouvertures sont reparties ainsi qu’il suit (les détails sont donnés dans les plans des façades en annexe 3):
• •

PAROI AB : 01 porte de 2.04/1.26m PAROI BC :

02 portes d’entrée aux ateliers de 4 x 4 m Une grille d’aération pour les ateliers de 1x20m 01 porte d’accès aux bureaux de 1.26 x 2.04m 05 fenêtres de bureaux de 1.20 x 1.20m

– –
– • •

PAROI CD : 06 fenêtres de bureaux de 1.20 x 1.20m PAROI AD : Grille d’aération de 1x20m La perméabilité pour chaque paroi est calculée ainsi qu’il suit :

PAROI AB :
µ=2.04×1.266×18+18×1.22=2.57118.8=0.0216

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

µAB=2.16% •

PAROI BC :
µ=4×4+1.26×2.04+1×20+(0.95×1.4)6×30=0.2438 µBC=24.38%

PAROI CD :
µ=0.95×1.4×46×18+18×1.22=0.0447 ⇒ µCD=4.47% µBC=24.38%

PAROI AD :
µ=30×1×230×6=0.3333 ⇒ µAD=33.33%

µBC=33.33%

Nous avons donc :
µAB=2.16%<5% ⇒ paroi AB fermée µBC=24.38% ∊5% ;35% ⇒ paroi BC partiellement ouverte µCD=4.47%<5% ⇒ paroi CD fermée µAD=33.33% ∊ 5% ;35% ⇒ paroi AD partiellement ouverte

1. calcul des rapports de dimension λ
λa=ha=7.230=0.24<0.5 λb=hb=7.218=0.4<1 2. détermination du coefficient γ0 : voir annexe 6 [Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Vent normal à la grande face Sa : ( γ0a) On a λa<0.5 ⇒ on détermine γ0a par le cadran inferieur gauche en fonction deλb. Or λb=0.4
γ0a=0.9

4

A

D

B

C

Figure 6 : illustration du vent sur la façade BC

Vent normal à la petite face Sb : (γ0b)
λb<1 ⇒ On détermine γ0b par le cadran inférieur droit en fonction de λa.

Or λa=0.24
γ0b=0.85

vent
A

D

vent
B C

Figure 7 : illustration du vent suivant pignon AB
A. COEFFICIENT DE PRESSION EXTERIEURE : a) Vent suivant pignon (AB) : i.

parois verticales : Paroi AB « au vent » Ce= +0.8 quelque soit γ0b Parois BC, CD, AD « sous vent »
Ce=-1.3γ0b-0.8=-1.3×0.85-0.8=-0.31 ⇒ Ce=-0.31


[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

i.

les versants de toiture : Le vent est parallèle au génératrices ; Pour les versants, valeur de Ce est lue sur l’abaque en annexe 2B
α=0, et γ0b=0.85

Ce=-0.30

Ce=-0.30
A

-0.31
D

vent

+0.8
B C

-0.31 -0.31 parois verticales

-0.30

-0.30

versants

Figure 8 : répartition des coefficients de pression extérieure pour un vent suivant pignon

a) Vent suivant long pan

i. parois verticales •

Parois BC au vent Quelque soit γ0a Ce=+0.8 Parois AB, CD et AD sous vent
Ce=-1.3γ0a-0.8=-1.3×0.94-0.8=-0.42

i. versants de toiture Le vent est perpendiculaire aux génératrices ;
α=6° et γ0a=0.94

Versant EF au vent
Ce=-0.55

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Versant FG sous vent
Ce=-0.35

-0 2 .4
A D

-0 2 .4
B C

-0 2 .4 + .8 0 vent

-0 5 .5

-0 5 .5

ve nts rsa

pa rois v ertica s le

Figure 9 : répartition des coefficients de pression extérieure pour un vent suivant façade
A. COEFFICIENTS DE PRESSION INTERIEURE Ci

Le calcul de perméabilité de nos parois nous a permis de repérer 02 parois fermées et 02 parois semi-ouvertes opposées. Pour déterminer les coefficients de pression intérieure de nos parois, nous devrons les décomposer en états élémentaires et procéder à une double interpolation pour obtenir les états finaux. Les formules d’interpolation sont les suivantes : 1) decomposition1 (première interpolation)

µ<5
B A

µ<5 µ=24.38
D C B A D C B

cas 1

µ=33.33 µ<5

A

cas 2
D C

Figure 10 : décomposition de l’état initial en états intermédiaires

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

CAS 1 :
µ<5

B

A

état i µ=24.38
D C B A D C B C A

état ii
D

µ<5

Figure 11 : décomposition de l’état intermédiaire « 1 » en états élémentaires

a) Vent suivant AB i. Etat i Sur toutes les parois intérieures on appliquera simultanément :
• •

Soit une dépression, Ci=-0.61.3γ0b-0.8=-0.2 Soit une pressionCi=+0.61.8-1.3γ0b=+0.42,

i. Etat ii
• •

Paroi BC :
Ci=+0.61.8-1.3γ0b=+0.42

Paroi AB, AD, CD :
Ci=-1.3γ0b-0.8=-0.31

i. •

Interpolation Paroi BC :
Cif=+0.42 et Cio=+0.42


Page 3

Cip=+0.42

[Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Parois AB, CD, AD :
Cif=-0.2 et Cio=-0.31 Cip=-0.2+-0.31--0.2×24.38-535-5=-0.27

Cip=+0.27

En procédant de la même manière que ci-dessus, c’est-à-dire en déterminant les coefficients de pression pour les états intermédiaires, puis en faisant une interpolation, nous obtenons pour les autres directions du vent les valeurs ci-dessous :

a) Vent suivant BC

Paroi BC :
Cif=-0.26

et Cio=-0.26

Cip=-0.26

Parois AB, CD, AD :
Cif=+0.35 et Cio=+0.8

Cip=+0.65

a) Vent suivant AD

Paroi BC :
Cif=+0.35 et Cio=+0.35


Cip=+0.35

Parois AB, AD, CD :
Cif=-0.26 et Cio=-0.43

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Cip=-0.37

CAS 2

µ<5

B

A

état i
D C

µ=24.38
C

Figure 12 : décomposition de l’état intermédiaire « 2 » en états élémentaires A partir décomposition ci dessus, un calcul analogue au précédent (cas 1) nous donne les valeurs des coefficients de pression intérieure. Ensuite, une deuxième interpolation sur les résultats de deux cas nous donne les résultats finaux suivant : a) vent suivant AB

B

A

µ=35
D

B

A

état ii
D C

µ<5

-0.31
A D A

+0.38 D -0.31 -0.31 -0.27 B C B A +1.11 -0.04 -0.20 -0.04 C D

+0.8
B C

-0.31 -0.31

-0.30

-0.30 -0.31 -0.31

+0.01=+0.15

+0.01=+0.15

ce

ci

cr

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Figure 13 : répartition finale des coefficients de pression pour un vent suivant AB b) Vent suivant BC

-0.31
A D A

+0.38 D -0.31 -0.31 -0.27 B C B A -0.04 +1.11 -0.20 -0.04 C D

+0.8
B C

-0.31 -0.31

-0.30

-0.30 -0.31 -0.31

+0.01=+0.15

+0.01=+0.15

ce

ci

cr

Figure 14 : répartition finale des coefficients de pression pour un vent suivant BC

c) Vent suivant AD

-0.42 B
B B A A

-0.92
A

+ 0.5 -0 2 .4 + 0.8 -0 7 .2 + .5 0 + 0.5
D D D C C C

-0 2 .9

+ 7 1.0

-0 2 .4

-0 2 .9

-0.35 ce

-0.55 + 0.55 ci

-0.85 cr

+ 1.05

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Figure 15 : répartition finale des coefficients de pression pour un vent suivant AD

CHAPITRE IV : ETUDE DU PONT ROULANT ET DIMENSIONNEMENT DE LA POUTRE DE ROULEMENT

SECTION I : DIMENSIONNEMENT DE LA POUTRE DE ROULEMENT Le pont roulant que nous installerons sera fourni par le constructeur DEMAG. Il aura une capacité maximale de 5t et ses principales caractéristiques sont les suivantes (voir annexe 7A et 7B): • •
• • •

Portée : 18m Entraxe des galets : 2m Réaction max : 3410 daN/galet Poids propre du pont : 3440 daN Catégorie : FEM 2m
18

Rh max Rh max Rv max Rv max Rhl max F= 5t chariot Rv min Rv min poutre de roulement

Figure 16 : réactions dues au pont roulant La poutre de roulement sera choisie dans un profilé laminé et de type d’acier S235. L’on vérifiera la condition de résistance, la condition de flèche et la résistance au déversement. La vérification au voilement sera inutile car les normes nous assure des profilés avec des âmes adaptées (le voilement n’est nécessaire que pour les PRS).

I. DETERMINATION DES REACTIONS HORIZONTALES
1. Réaction horizontale longitudinale

Elle est obtenue en appliquant à la réaction verticale un coefficient d’adhérence du galet sur le rail dont la valeur est prise égale à 0.2.
[Tapez un texte] Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

RHL=cRV

AN
RHL=0.2×3410=682

RHL=682daN

2. Réaction horizontale transversale

Elle est obtenue en considérant selon l’usage courant qu’elle ne dépasse jamais 10% de la charge verticale. On aura donc :
RHT=0.1×RV

AN
RHT=0.1×3410=341

RHT=341daN

I.

CHOIX DU RAIL Les dimensions du rail sont fonction de celle du galet. Cette dernière est fournie par le

constructeur et présente les cotes suivantes (annexe 8A et 8B): • • Diamètre : Ø =112mm Largeur : b=47mm Ces cotes nous permettent de choisir dans un catalogue, un carré de roulement de dimensions 40x40mm. Ses principales caractéristiques sont : • • Profil : 40 Poids linéaire : 12.56kg/ml

I. CALCUL DES SOLLICITATIONS Nous allons calculer les sollicitations dues d’abord aux charges permanentes, ensuite celles dues aux charges d’exploitation. Nous vérifierons à la fois les contraintes en travée et en appuis et ce sur les semelles supérieures et inferieures de notre profil.

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

R e A travée 1
5

R B travée 2
5

C travée 3
5

D travée 4
5

E

Figure 17 : modélisation du pont roulant sur sa poutre de roulement

A. SOUS CHARGES PERMANENTES G:
• •

Poids propre du rail : 12.56 daN/ml Poids propre de la poutre (HEA 200) : 42.3 daN/ml Total=54.86 daN/ml

Les moments max en travée et aux appuis sont donnés par les formulaires de RDM, et pour quatre travées on a les résultats suivants :

0 0 Pl² .1 7

0 0 Pl² .1 7

0 7 Pl² .0 1 A + 0 7 Pl² .0 7 B + 0 3 Pl² .0 6 C + 0 3 Pl² .0 6 D + 0 7 Pl² .0 7 E

Figure 18 : moments maximaux dus aux charges permanentes 1) Moments max en travée : a) Travée de rive :
maxM1=Gl²12.9 [Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

AN
maxM1=54.86×5²12.9=106.31 maxM1=106.31daNm

b) Travée intermédiaire :
maxM2=Gl²28

AN
maxM2=54.86×5²28=48.98 maxM2=48.98daNm

1) Moments max en appuis : a) Appui B :
maxMB=-Gl²9.3

AN
maxMB=-54.86×259.3=-147.47 maxMB=-147.47daN

b) Appui C :
maxMC=-Gl²14

AN
maxMC=-54.86×2514=-97.96 maxMC=-97.96daNm

1) Contraintes max a) Travée de rive
σ1=M1Wx AN σ1=106.31389=0.27 [Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

σ1=0.27daN/mm²

b) Sur l’appui B
σB=MBWx AN σB=-147.47389=-0.37

σB=-0.37daN/mm²

Les sollicitations dans les autres travées et sur les autres appuis sont symétriques à ceux ci-dessus.

A. SOUS CHARGES D’EXPLOITATION :

Le formulaire de RDM (en annexe 9) nous donne, à défaut des lignes d’influence, les moments fléchissant maximaux en travée et en appuis en fonction du rapport e/l. les positions correspondantes du pont roulant sont données par le rapport x/l. Ainsi donc, nous aurons pour les efforts verticaux et horizontaux les sollicitations cidessous :

1. Charges verticales :

a) Travée de rive : Le moment maximal est obtenu lorsque le pont roulant est à la position x=0.361l et vaut :
maxM1=0.256QV×l×ψ

AN
maxM1=0.256×3410×5×1.1=4801.28

maxM1=4801.28 daNm

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

R
1,81

R e B C travée 2 travée 3 D travée 4 E

A travée 1

Figure 18 : position du pont roulant donnant le moment maximal en travée de rive b) Travée intermédiaire : Le moment maximal y est obtenu x=0.456l de l’appui B et vaut :
maxM2=0.2QV×l×ψ

AN
maxM2=0.2×3410×5×1.1=3751

maxM2=3751 daNm

R
2,28

R e C D travée 3 travée 4 E

A travée 1

B travée 2

Figure 19 : position du pont roulant donnant le moment maximal en travée intermédiaire
c) En appui B : x=0.342l maxMB=-0.17QV×l×ψ

AN
maxMB=-0.17×3410×5×1.1=-3188.35

maxMB=-3188.35 daNm

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

R 1,71 A travée 1 e

R B travée 2 C travée 3 D travée 4 E

Figure 20: position du pont roulant donnant le moment maximal en appui B

d) En appui C : x=0.365l maxMC=-0.139QV×l×ψ

AN
maxMC=-0.139×3410×5×1.1=-2606.94

maxMC=-2606.94 daNm

1,82 A

e B travée 1 travée 2 C travée 3 D travée 4 E

Figure 21 : position du pont roulant donnant le moment maximal en appui C

e) Les contraintes i. Travée de rive :
σ1=M1Wx AN σ1=4801.28389=12.34

σ1=12.34 daN/mm²

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ii. Appui B :
σB=MBWx AN σB=-3188.35389=-8.19 daNm

σB=-8.19 daN/mm²

Nous constatons que la travée la plus sollicitée est la travée de rive et que l’appui le plus sollicité est l’appui B. dans la suite du travail, nous ne nous intéresserons donc qu’à eux pour le dimensionnement de notre poutre de roulement.

1. Sous charges horizontales

L’effort horizontal transversal du au pont roulant se réparti sur les deux semelles de notre profilé. Dans notre cas, nous nous appuierons sur le modèle de réparation utilisé dans les Techniques de l’Ingénieur [ ] ci-dessous :

1.2R

0.2R
Figure 22 : schéma d’équilibre des actions roulantes transversales dans une section
– – QHS=1.20×341=409.2 daN QHi=0.20×341=68.2 daN

a) Semelle supérieure i. En travée La position du pont donnant le moment maximale est la même que celle pour les efforts verticaux. Ainsi on aura pour x=0.361l :
maxM1=0.256QHS×l

AN
maxM1=0.256×409.2×5=5523.77 daNm [Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

maxM1=523.77 daNm

La contrainte correspondante vaut :
σ1=523.77134=3.9

σ1=3.9 daN/mm²

ii. En appui

Pour x=0.342l nous aurons :
maxMB=-0.17QHS×l

AN
maxMB=-0.17×409.2×5=347.82 maxMB=-347.82 daNm

La contrainte correspondante vaut :
σB=-347.82134=-2.59

σB=-2.59 daN/mm²

a) Semelle inferieure i. En travée Pour x=0.361l nous aurons :
maxM1=0.256QHi×l

AN
maxM1=0.256×68.2×5=87.29 daNm maxM1=87.29 daNm [Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

La contrainte correspondante est :
σ1=87.29134=0.65 σ1=0.65 daN/mm²

ii. En appui Pour x=0.342l nous aurons
maxMB=-0.17QHi×l

AN
maxMB=-0.17×68.2×5=-57.97 maxMB=-57.97 daNm

La contrainte correspondante est
σB=-57.97134=-0.43 daN/mm²

σB=-0.43 daNm

I. LES VERIFICATIONS A. CONDITION DE RESISTANCE La vérification de la condition de résistance permet de nous rassurer que la section de notre poutre de roulement résistera aux sollicitations dont elle sera sujette. Pour cela on compare les contraintes totales après combinaisons à la contrainte limite de l’acier. Les contraintes totales sont obtenues par combinaison des contraintes élémentaires pondérées par les coefficients partiels et de sécurité adéquats. Les vérifications sont menées sur les semelles supérieures et inferieures, tant en travées qu’aux appuis. Les contraintes doivent rester inferieur à celle limite de l’acier choisi S275 1) En travée a) Sur la semelle supérieure
σs=1.35σG+1.5(σQV+σQHS)

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

AN σs=1.35×0.27+1.512.34+3.9=24.7da/mm²

σs=24.7da/mm²>σe

b) Sur la semelle inferieure
σi=1.35σG+1.5(σQV+σQHi)

AN
σi=1.35×0.27+1.512.34+0.65=19.84 da/mm²

σi=19.84 da/mm²

1) En appui a) Semelle supérieure
σs=1.35σG+1.5(σQV+σQHS) AN σs=1.35×-0.37+1.5-8.19-2.59=-16.66 da/mm² σs=-16.66 da/mm²

b) Semelle inferieure
σi=1.35σG+1.5(σQV+σQHi) AN: σi=1.35×-0.37+1.5-8.19-0.43= -12.13 da/mm² σi=-12.13 da/mm²

On prendra un HEA 220 et on verifie ci-dessous :

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

A. CONDITION DE FLECHE On vérifie la flèche en travée et on s’assure qu’elle ne dépasse pas la limite imposée par le constructeur qui est de 1/750. On vérifie la flèche verticale et la flèche horizontale pour la position la plus défavorable du pont roulant. 1) Flèche verticale a) Fleche sous le poids propre La flèche est obtenue par la relation ci-dessous :
f1=5384×Gl4EI

AN
f1=5384×Rl4EI=5384×54×63.062.1×106×5410=5.75×10-8 cm

f1=5.75×10-8cm

b) Fleche sous la charge roulante La position du pont roulant donnant la flèche maximale dans une travée est donnée par le théorème de Barré.
f1=Rl348EIx 2-154el2+74el3

AN
f2=3410×5348×2.1×106×5410 2-1540.42+740.43=3.2×10-7

f2=3.2×10-7cm f1+f2=3.77×10-7<1750

1) Flèche horizontale
[Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

La position du pont roulant sur la poutre donnant la flèche maximale est identique à celle de la flèche verticale ci-dessus. On en déduit :
f3=QHsl348EIy 2-154el2+74el3

AN
f3=409.2×5348×2.1×106×1955 2-1540.42+740.43=1.07×10-7

f3=1.07×10-7<1750

A. DEVERSEMENT Contrainte de non déversement :
σd=4000IyIx×h²l²D-1BC

Or :
B=1+(0.405βCD)²-0.405βCD=0.79 D=(l e1.09 b h)²=2.2 C=0.633

On aura donc
σd=400019555410×210²5000²×0.61=18.25 σd<σe

On n’a pas de risque de déversement

SECTION II : DIMENSIONNEMENT DE LA CONSOLE D’APPUI I. ACTIONS ET SOLLICITATIONS :
[Tapez un texte] Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

L’effort total sollicitant la console est obtenu par exploitation des valeurs déjà calculés cidessous. On aura ainsi :
Rt=312.7+5865.2=6177.8 daN

Une application des relations de la RDM nous donne :
C≤x≤B, M=0 et T=0 A≤x≤C, M=R(x-α) et T=R

On déduit le moment maximal qui vaut
MA=-Rα

AN :
MA=-6177.8×140=864892 daNmm² MA=864892 daNmm²

On sait que
Wx≥Mfσe⟹Wx≥86489224=36.03 cm3

Cette valeur nous conduit à adopter un profilé IPE 120 II. VERIFICATION DES DEFORMATIONS 1. Vérification de la flèche :
f=-R6EIα² (3l-α)

AN :
f=-6177.86×2.1×106×318×14 3×34-14=0.02 cm

En adoptant la limite du constructeur pour le pont roulant nous avons
0.02<34750=0.045

On conclu que la flèche est acceptable 2. Vérification du déversement :

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Les règles cm66 proposent des méthodes de vérification pour les consoles. En les appliquant, on doit calculer Kd et vérifier Kdσf<σe Nous avons pour l=2l0 :
Kd=0.1+2.2lhσe1000 C be×24

On ne doit pas descendre au dessous de Kd=1 Or l’effort étant appliqué sur la semelle supérieure, on remplace l par
l+0.375 C hbe

Donc
Kd=0.1+2.2l+0.375Chbehσe1000 Cbe×24

Pour les consoles, avec R à une distance c de l’encastrement, la valeur de C vaut :
C=lc+0.19l²c²

On calcule donc :
Kd=0.1+2.2195.28×1222656= 0.32

On voit directement que la condition Kdσf<σe est vérifiée, donc le profil IPE 120 est adopté
y

R

140

200

140
A a C

200
B b

z

Figure 23 : modélisation mécanique de la console

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

CHAPITRE V : ETUDE DU PORTIQUE SELON CM66

Ce chapitre constitue le cœur de notre travail. A l’issue de cette partie, on déterminera les sections des aciers entrant dans la constitution de notre bâtiment, ainsi que du support du pont roulant. Le calcul de structure se fera conformément aux règles CM66 ; Ainsi donc, nous resterons dans le domaine élastique. Nous procéderons aux vérifications de la condition de résistance et de la condition de flèche. Eventuellement pour certains éléments, nous vérifierons les instabilités de second ordre (flambement, déversement). Nous ne tiendrons pas compte du

[Tapez un texte]

Page 2

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

voilement, car les âmes des profilés laminés normalisés (IPE, HE,…) sont largement dimensionnées à cet égard. Les calculs de dimensionnement seront effectues élément par élément, successivement, et dans l’ordre logique de descente des charges (couverture, panne, traverse, poteaux). La méthodologie de calcul sera la suivante : • • • • • • détermination des actions possibles et calcul des combinaisons d’actions les plus défavorables ; calcul des sollicitations correspondantes (effort normaux, tranchant, moments, …) ; vérification de résistance des pièces (calcul des contraintes) ; vérification des stabilités de forme (flèche, déplacements, déformation) ; vérification des instabilités de second ordre (flambement, déversement) vérification de la stabilité d’ensemble

SECTION I : CALUL DE LA COUVERTURE Il est question ici de déterminer la quantité de tôle nécessaire pour couvrir l’ensemble de la toiture. C’est la première étape dans l’ordre de descente de charge et elle constituera une charge permanente dans la suite du projet. Notre bâtiment sera recouvert avec des tôles BAC ALUZINC de six (06) mètres de long produites au Cameroun par la Société TAC. Les caractéristiques principales d’une feuille de tôle sont les suivantes : • • • • Epaisseur : e=6/10 mm Longueur utile : L=0.8 m Poids : P=4.9 kg/m Portée : a=1 à 1.6 m

I. SURFACE A COUVRIR ET NOMBRE DE TOLES

La couverture de notre bâtiment a deux versants et chacun a les dimensions suivantes : • •

Pente de 10.5% (inclinaison de 6°) Longueur de 30 m Distance à mi-travée du portique de 10 m (donc largeur =10.05 m)
Page 2

[Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Ces données nous permettent de déterminer la surface à couvrir pour un versant qui est de :
Sc=L×l=30×10.05=301.5 m²

Sc=301.5 m²

La largeur d’une travée étant de 10.05m, il faudra, avec les tôles de 6m, deux rangs horizontaux de tôles. Soit n le nombre de tôles par rang horizontal, on aura
n=longueur du versantlargeur utile de la tole=300.8=37.5

Soit n=38 tôles par rang horizontal
1) disposition des pannes et des tôles En tenant compte de la longueur d’une tôle et de sa portée maximale définie par le constructeur, on a pu définir une distance entre panne (entraxe) de 1.43m, soit un total de 8 rangées de pannes par versant. Quand aux tôles, suivant les deux rangs horizontaux, nous auront la disposition suivante : • • 01 rang de 38 tôles de 6m, sur 5 appuis (pannes) 01 rang de 38 tôles de 5m, sur 4 appuis (pannes)

I. CALCUL D’UNE PANNE COURANTE Les pannes sont les éléments de la structure qui ont pour fonction de porter la couverture. Elles sont disposées parallèlement à la ligne de faitage, dans le plan des versants. Leur entraxe est déterminé par la portée admissible des bacs de couverture et est constant. Leur portée quand à elle est définie par l’espacement de portiques. Dans ce qui suit, nos pannes seront des profilés IPE et leur choix sera conditionné par les vérifications en flexion déviée (à cause de l’inclinaison de la toiture) et des flèches suivant les deux axes de la déformation.
[Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

1. Détermination des charges : Charges qui s’appliquent sur les pannes sont dues à la tôle de couverture, au vent et au poids propre de la panne elle-même. De ce fait on aura : • Charges permanentes G :

Couverture + accessoires de pose : 10 daN/m² Poids propre de la panne (IPE 80) : 6daN/m² Vent : 3.19 daN/m²

– •

Charges variables

On a les combinaisons d’actions ci-dessous :
G=16 daN/m² 43G=4316=21.33 daN/m² G-We=16-6.13=9.87 daN/m²

La combinaison la plus défavorable est la deuxième, c’est celle que nous utiliserons pour le calcul des pannes. La charge maximale sur les pannes, compte tenu de la continuité de bacs, vaut :
n=1.25×21.33×1.43=38.12 daN/ml

1. Calcul des sollicitations et vérifications

Condition de résistance

Figure 24 : panne en flexion déviée La panne étant en flexion déviée, il convient de décomposer la charge maximale n suivant les deux axes xx’ et yy’ et d’obtenir les composantes f et t. (fig…).
[Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

f=ncosα=38.12×cos6°=37.91 daN/ml t=nsinα=38.12×sin6°=3.98 daN/ml

On calcule les différents moments correspondant aux efforts ci-dessus : – AN :
Mx=37.91×528=118.46 daNm Mx=118.46 daNm

Suivant xx’
Mx=fl28

Suivant yy’
My=tl28

AN :
My=3.98×5²8=12.43 daNm My=12.43 daNm

Pour satisfaire la condition de résistance, on devra choisir un profilé tel que la somme des contraintes suivants les deux axes de la sollicitation soit inferieure a la contrainte limite de l’acier. Pour tenir compte de l’adaptation plastique, on pourra appliquer à cette dernière un coefficient =1.06. On doit donc avoir :
σx+σy≤ψσe ⟹ MxWx+MyWy≤ψσe Wx=IxVx et Wy=IVy

Soit un profilé IPE 80, on a :
Wx=IxVx=20 et Wy=IVy=3.69 ⟹ MxWx+MyWy= 118.4620+12.433.69=9.29 daN/mm²

On a
9.29<24, donc σx+σy≤σe [Tapez un texte] Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

LA CONDITION DE RESISTANCE EST VERIFIEE • Condition de flèche : La flèche des pannes ne doit pas dépasser l/200 sous l’application des charges maximales mais non pondérées. Les charges maximales à considérer sont :

f=1.25Gdcosα t=1.25Gdsinα

Avec d l’entraxe des pannes AN :
f=1.25×16×1.43×cos6°=28.44 daN/ml t=1.25×16×1.43×sin6°=02.98 daN/ml

Suivant les deux axes xx’ et yy’, nous avons les deux flèches suivantes :
fxl=5fl3384EIx fyl=5fl3384EIy

AN :
fxl=5×28.44×53384×21×103×80.1×10-2=2.75×10-3

fyl=5×2.98×53384×21×103×8.49×10-2=2.72×10-3

On a les comparaisons ci-dessous

fxl<1200 et fyl <1200

LA CONDITION DE FLECHE EST VERIFIEE

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

On conclu donc au vu des calculs et vérifications ci-dessus que le profil IPE 80 convient pour les pannes.

SECTION II : CALCUL DES ELEMENTS DU PORTIQUE I. ACTIONS ET SOLLICITATION SUR LE PORTIQUE Le dimensionnement de la traverse se fera à travers un modèle de portique que nous choisirons, nous y appliquerons les charges de vent, d’exploitation et permanentes. Les formules donnant les sollicitations sont présentées en annexe 10. 1. calcul des actions
a) Charges permanentes :

– – –

Tôles + accessoires de pose : 10daN/m² Poids propre de la panne (IPE80) : 6daN/m² Poids propre de la traverse estimé à 8.1daN/m² (IPE100)

Total des charges permanentes :
G=24.1daN/m² =120.5daN/ml a) Charges de vent :

Nous allons calculer en fonction de la direction du vent, la pression que ce dernier exerce sur chaque élément principal du portique (traverse, poteau au vent, poteau sous vent), on négligera le vent sur les versants. La pression utilisée sera la pression due au vent normal calculée plus haut et les coefficients de pression seront ceux résultants de l’étude au vent. La relation permettant de calculer l’action résultante unitaire et totale sur une paroi est la suivante :
Wn=3.5×KsKm×Cr×δ×S

S est la surface maitre couple au vent CAS 1 : façade au vent avec surpression intérieure

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

W3 vent I W1 W2 + 0.8

-0.55 + 0.5 -0.42

Figure 25 : façade au vent avec surpression intérieure Surface maitre couple au vent :
S=6×5m² et δ6=0.86 (voir abaque en annexe 11) • • •

Poteau au vent :
Wn1=3.50.8-0.5×0.86×5=4.51daN/ml

Poteau sous le vent :
Wn2=3.5-0.42-0.5×0.86×5=13.84daN/ml

Traverse :
Wn3=3.5-0.55-0.5×0.86×5=15.8daN/ml

CAS 2 : façade au vent avec dépression intérieure

-0.55 W1 vent II W2 +0.8 -0.33 -0.42

Figure 26 : façade au vent avec dépression intérieure
• • •

Poteau au vent :
Wn1=3.50.8+0.33×0.86×5=17daN/ml

Poteau sous le vent :
Wn2=3.5-0.42+0.33×0.86×5=1.35daN/ml

Traverse :
Wn3=3.5-0.55+0.33×0.86×5=3.31daN/ml

CAS 3 : pignon au vent avec surpression intérieure

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

W3 W1 vent III W2 -0.42

-0.55 + 0.5 -0.42

Figure 27 : pignon au vent avec surpression intérieure Surface maitre couple au vent
S=20.10×6m² et δ20.10=0.78 • •

Aux poteaux :
Wn1=Wn2=3.5-0.42-0.5×0.78×5=12.55daN/ml

Traverse :
Wn3=3.5-0.55-0.5×0.78×5=14.33daN/ml

a) Charges d’exploitation :

Les charges d’exploitation sont les charges dues au pont roulant et ses éléments. Ces charges sont déterminées dans la section étude et dimensionnement des éléments du pont roulant.

1. calcul des sollicitations D’après le modèle de portique choisi, les déformations dues aux charges sont représentées en annexe 9. Pour chaque cas de charge que nous avons sur notre portique, nous choisirons le modèle de déformation approprié pour déterminer les réactions aux appuis et les moments c’est- à dire :
• •

Les réactions HA, HE, VA, VE ; Les moments MB, MC, MD

1.1 . sous charges permanentes (cas de charge A)

Réactions aux appuis
VA=VE=ql2=120.5×182=1084.5 VA=VE=1084.5 daN

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

HA=HE=ql²32×8h+5fh2k+3+f(3h+f)

Or:
l=18m, f=1.2m, h=6m, k=hs=69=0.66, S=9m

AN:
HA=HE=120.5×18²32×8(6)+5(1.2)6²0.66+3+1.2(3×6+1.2)=432.64 daN

HA=HE=H=432.64 daN

Les moments
MB=MD= -Hh

AN:
MB=MD=-432.64×6=-2595.87

MB=MD=-2595.87 daNm

MC=ql²8-H(h+f)

AN :
MC=120.5×18²8-432.646-1.2=2803.58

MC=1765.24 daNm

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

1.1 . sous charges de vent

a) VENT 1

Pour Wn1 : q=4.51daN/ml (cas de charge C) Réactions aux appuis :
VE=VA=qh²2l

AN :
VE=-VA=4.51×6²2×18=4.51

VE=-VA=4.51 daN

HE=qh²16×5kh+6(2h+f)h2k+3+f(3h+f)

AN :
HE=4.51×6²16×(5×0.66×6)+6(2×6+1.2)620.66+3+1.2(18+1.2)=6.59

HE=6.59 daN

HA=HE-qh

AN :
HA=6.59-4.51×6=-20.47

HA=-20.47 daN

Les moments :
MB=qh²2-HEh

AN :
MB=4.51×6²2-6.59×6=41.64 [Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

MB=41.64 daNm

MC=qh²4-HE(h+f)

AN :
MC=4.51×6²4-6.597.2=-6.85 MC=-6.85 daNm

MD=-HEh

AN
MD=-6.59×6=-39.54

MD=-39.54 daNm

Pour Wn2 : q=13.84 daN/ml (cas de charge D) Les réactions aux appuis
VE=-VA=qh²2l

AN :
VE=-VA=13.84×3636=13.84

VE=-VA=13.84

HE=qh²16×5kh+6(2h+f)h2k+3+f(3h+f) AN: HE=13.84×6²16×(5×0.66×6)+6(2×6+1.2)620.66+3+1.2(18+1.2)=20.24

HE=20.24 daN

HA=HE-qh [Tapez un texte] Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

AN :
HA=20.24-13.84×6=-62.8 HA=-62.8 daN

Les moments
MB=HEh

AN :
MB=20.24×6=121.44 MB=121.44 daNm

MD=-qh²2+HEh

AN :
MD=--13.84×362+20.24×6=-127.68 MD=-127.68daNm

MC=-qh²4+HE(h+f) AN: MC=-13.84×364+20.247.2=21.16 MC=21.16 daNm

Pour Wn3 : q=15.8 daN/ml (cas de charge E) Les réactions aux appuis
VA=VE=-ql2

AN :
VA=VE=-15.8×182=-142.2

[Tapez un texte]

VA=VE=-142.2 daN Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

HA=HE=-ql²32×8h+5fh2k+3+f(3h+f)

AN :
HA=HE=-15.8×18²32×8(6)+5(1.2)6²0.66+3+1.2(3×6+1.2)=-56.72 daN HA=HE=-56.72 daN

Les moments
MB=MD=Hh

AN :
MB=MD=-56.72×6=-340.37 MB=MD=-340.37 daNm

MC=-ql²38+H(h+f) AN: MC=-15.8×18²38-56.727.2=-543.09

MC=-543.09daNm

a) Vent 2 Les cas de charges pour le vent 2 sont identiques à ceux du cas précédent. En appliquant les mêmes relations nous obtenons les résultats ci-dessous:

Pour Wn1 : q=17 daN
VE=17 daN HE=24.86 daN

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

HA=-77.14 daN

Les moments
MB=156.84 daNm

MC=-26 daNm MD=-149.16 daNm

Pour Wn2 : q= 1.35 daN Les réactions aux appuis
VE=-VA=1.35 daN

HE=1.97 daN

HA=-6.13 daN

Les moments
MB=11.82 daNm

MD=-12.48daNm

MC=2.69 daNm

Pour Wn3 : q=3.31daN/ml Les réactions aux appuis
[Tapez un texte] Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

VA=VE=-29.79 daNm

HA=HE=-11.88 daN

Les moments
MB=MD=-71.29 daNm

MC=-113.75 daNm

a) Vent 3 Pour Wn1 : q=12.55 daN (cas de charge E) Les réactions aux appuis
-VE=VA=12.55 daN

HE=-18.35 daN

HA=93.65 daN

Les moments
MB=-336 daNm

MC=-245.07 daNm

MD=-110.1 daNm

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Pour Wn2: q=12.55 Les réactions aux appuis
VE=-VA=12.55 HE=18.35 daN

daN

HA=-56.95 daN

Les moments

MD=-115.8 daNm

MC=19.17 daNm

Pour Wn3 : q=14.33 Les réactions aux appuis

VA=VE=-1.59 daN

HA=HE=-50.78 daN

Les moments
MB=MD=-304.69 daNm

MC=-487.79 daNm 1.3. sous charge d’exploitation [Tapez un texte] Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

a) Action verticale La figure illustrant les déformations dues à l’effort vertical du pont roulant est celle du cas de charge G (voir annexe). Dans cette figure, P est réaction à l’appui de la poutre de roulement et C le dégagement entre le poteau et l’axe longitudinal de la poutre de roulement. On a pour notre cas : •

C = 140 mm = 0.14 m (annexe) P =Pg+Pq Or l’action due au poids propre (Pg) vaut :
PG=1.14Gl=1.14×54.86×5=312.7 daN

Et l’action due au pont roulant (Pq) vaut
PQ=1.72R=1.72×3410=5865.2 daN

On a donc
P=PQ+PG=6177.8 daN

D’après le cas de charge E, on aura les action et sollicitations suivantes : • Les réactions aux appuis

VA=6129.75 daN VE=48.04 daN HA=HE=60.38daN

Les moments
MP1=-301.91 daNm

MP2=562.97 daNm

MB=502.61 daNm [Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

MC=-2.29 daNm

MD=-362.28 daNm

a) Action horizontale Dans cette configuration (cas de charge F) :
P=RHt=341 daN C=5 m hateur du sol au pont roulant

Les réactions aux appuis
VE=-VA=94.72 daN HE=132.13 daN

HA=208.87 daN

Les moments
MP=1044.35 daNm

MB=912.22 daNm

MC=-98.83 daNm

MD=-792.78 daNm

[Tapez un texte]

Page 1

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

L’ensemble des actions et sollicitations de notre portique est représenté dans le tableau cidessous. Les valeurs retenues pour les calculs sont en gras dans les cellules.

[Tapez un texte]

Page 3

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

TA BLEAU 7 : récapitulatif des actions et sollicitations sur le portique Cas char. A Q (daN) Réactions aux appuis (daN)
HA HE VA VE MB MC

Moments (daNm)
MD MP

ACTIONS Charges perm. G

120.5

432.64

432.64

1084.5 VENT 1

1084.5

-2595.87

1765.24

-2595.87

Wn1 Wn2 Wn3 TOTAL

C D B

4.51 13.84 15.8

-20.47 -62.8 -56.72 -139.99

6.59 20.24 -56.72 -29.89

-4.51 -13.84 -142.2 -160.55 VENT 2

4.51 13.84 -142.2 -123.85

41.64 121.44 340.37 503.53

-6.85 21.16 -543.09 -528.78

-39.54 -127.68 340.37 173.15

Wn1 Wn2 Wn3 TOTAL

C D B

17 1.35 3.31

-77.14 -6.13 -11.88 95.15

24.86 1.97 -11.88 14.95

-17 -1.35 -29.79 -48.14 VENT 3

17 1.35 -29.79 -11.44

156.84 11.82 71.29 239.95

-26 2.69 -113.75 -137.06

-149.16 -12.48 71.29 -90.35

Wn1 Wn2

E D

12.55 12.55

18.35 -56.95

-56.95 18.35

12.55 -12.55

-12.55 12.55

-115.8 110.1

19.57 19.57

110.1 -115.8

[Tapez un texte]

Page 4

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Wn3 TOTAL

B

14.33

-50.78 -89.38

-50.78 -89.38

-1.59 -1.59

-1.59 -1.59

304.69 298.99

-487.79 -448.65

304.69 298.99

PONT ROULANT Pont hor. Pont vert. TOTAL F G 341 6177.8 208.87 60.38 269.25 132.13 60.38 192.51 -94.72 6129.75 6035.03 94.72 48.04 142.76 912.22 502.61 1414.83 -780.83 -2.29 -783.12 -792.78 -362.28 -1155.06 1044.35 562.97 1607.32

[Tapez un texte]

Page 5

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Combinaisons d’actions : Les sollicitations résultantes sont obtenues par la plus défavorable des combinaisons suivantes :
• G+Se+Q

43G+32Sn+Q • G+We avec We=Wn×1.75

TABLEAU 8 : actions et sollicitations pondérées Réactions aux appuis
HA G+Q 43G+32 Q G+We HE VA VE MB

moments
MC MD

701.89 987.93 187.65

625.15 872.82 276.22

7119.53 10516.61 803.53

1227.27 1678.21 1301.23

-1181.04 -1361.44 -1381.87

982.12 1208.39 840.31

-3750.93 -5237.01 -2088.38

Il ressort de ce tableau que les moments maximaux sollicitant la traverse sont :
• •

Au faitage : MC=1208.39 daNm Aux appuis : MB=MD=-5237.01 daNm

I.

SECTION DE LA TRAVERSE COURANTE Les modules d’inertie nécessaires sont :

• AN :

Au faitage :
IVx=MC24 IVx=1208.39×223.5=102.84 cm3

D’ou une section au faitage : IPE 160 • Aux appuis :
Page 6

[Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

IVx=MC24

AN :
IVx=5237.01×223.5=445.7 cm3

D’ou une section aux appuis : IPE 300 NOUS ADOPTERONS LE PROFIL 300.

A. VERIFICATION DE LA FLECHE

B

x Va= ql/2
Figure 28 : traverse sous charge permanente Le calcul de la flèche est réalisé au faitage de la traverse, en C, sous l’action non pondérée da la charge permanente. Le moment dans une section (S) de la traverse vaut :
Mx=MB+Gl2x-G2x2

En intégrant l’équation de la déformée :
d2ydx2=-MEI

On obtient :
ymax=1384EI5ql4+48MBl2 E=2.1×106daN/cm² I=8356 cm4 IPE 300 G=120.5 daN/ml l=20.10 m

[Tapez un texte]

Page 7

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

MB=-2595.87 daNm

AN :
ymax=1384×2.1×106×83565×120.5×20.104+48×-2595.8720.102 ymax=4.51×10-5cm

ymaxl=1.3×10-8<1200

ON CONCLU QUE LA FLECHE EST ACCEPTABLE

B. VERIFICATION AU DEVERSEMENT Au point C de notre portique le plus grand moment est positif et est du aux charges permanentes sur la semelle supérieure. Or les traverses sont liées au complexe de couverture qui empêche de ce fait leur déversement. Nous n’avons donc aucun risque de déversement pour notre traverse.

I. CALCUL DES POTEAUX

Figure 29: sollicitations d’un poteau Les poteaux de portiques sont sollicités :
[Tapez un texte] Page 8

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

• •

A la flexion (sous MB) et à la compression simple (sous N), dans le plan des portiques (fig) ; A la compression simple (sous N), dans le plan des longs pans (fig) Il ya donc lieu de vérifier les poteaux, dans le premier cas au flambement flexion, et dans

le second cas au flambement simple. A. VERIFICATION DU FLAMBEMENT DANS LE PLAN DU PORTIQUE Nous avons trouvé une section de 300 pour la traverse à l’encastrement avec le poteau. Ce dernier va supporter, outre le moment MB, un effort N. on choisi à priori une section supérieure, soit par exemple un IPE 240. Poteau : IPE 300
Ip=8356 cm4 lp=h=6 m

Traverse : IPE 300
It=8356 cm4 lt=18 m •

Longueur de flambement du poteau :
lf=0.7l0=4.2 m

Elancement :

λx=lfix=42012.5=33.6 •

Contrainte de compression simple :

σ=NA=(10516.61×2)+19505380=4.27 daN/mm²

Contrainte critique d’Euler

σk=π2Eλ²x=3.14²×2100033.6²=183.4 daN/mm² •

Coefficient d’éloignement de l’état critique :

µ=σkσ=183.44.27=42.95 daN/mm²

Coefficient d’amplification
Page 9

[Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Kf=μ+0.25μ-1.3=43.241.65=1.03

Contrainte de flexion

σf=MB(IV)x = 5237×2557=18.97 daN/mm²

Coefficient d’amplification de la contrainte de compression

K1=μ-1μ-1.3=42.9541.65=1.00

Nous pouvons maintenant vérifier que :
K1σ+Kfσf≤σe,

Soit 19.72+4.66=24.38≥σe DONC NOUS PRENDRONS UN IPE 330 A. VERIFIONS LE FLAMBEMENT DANS LE PLAN DU LONG PAN La vérification du flambement dans ce plan est inutile en raison du système d’enveloppe qui va recouvrir le bâtiment (mur maçonné et sa poutre de chainage intermédiaire qui). Cette poutre se comporte comme une entretoise et réduit la longueur de flambement du poteau.

I.

CALCUL DES RENFORTS DE TRAVERSE Généralement, la section de la traverse est déterminée à partir du moment au faitage MC.

Cette section s’avère souvent insuffisante pour reprendre le moment MB à l’appui (MB> MC). La traverse est dans ce cas renforcée au niveau de l’encastrement avec le poteau au moyen d’un jarret. Pour notre cas, il n’est pas nécessaire de renforcer la traverse car sa résistance a été vérifiée successivement avec le moment au faitage et en appui. A l’issue de ces vérifications, nous avons adopté la section résistant au moment en appui, qui est le plus grand. De même, au faitage, la section choisie est largement supérieure à celle correspondant au moment en C (IPE 300 au lieu d’un IPE 160). De ce fait, il n’est pas nécessaire de prévoir des clés de faitage.

[Tapez un texte]

Page 10

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

traverse

MB B
d s

C Mc
j

x

poteau

jarret

A

Figure 30 : jarret de renfort entre poteau et traverse II. VERIFICATION DES DEPLACEMENTS EN TETE DE POTEAU Autant que la vérification de la condition de flèche pour la traverse, il est nécessaire de vérifier les déplacements en tête de poteaux, afin de se prémunir d’éventuels désordres dans les éléments secondaires (couverture, bardage, …). Les déplacements ∆ en tête de poteau sont à vérifier sous les deux cas de charges possibles non pondérés suivants :
• • G+QV G+Wn+QH

Wn

Figure 31 : allures des déplacements horizontaux des portiques Il revient ici à vérifier que
∆b<1400 •

Cas de charge 1 : G+QV

[Tapez un texte]

Page 11

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

B M x
Ha

C

D

He

Figure 32 : réactions aux appuis et moment à un point quelconque En un point M d’un poteau, situé à une ordonnée x, le moment vaut :
Mx=HAx

On introduit un effort fictif P, appliqué en B, horizontalement. Cet effort va générer deux réactions RA et RE, en A et E. (fig)

MD=Ph4×h22k+6+3hfh2k+2+hf+(h+f)²

P x

B M A

C

D h E

f

Figure 33 : introduction d’un effort fictif P Nous avons obtenus précédemment pour le poteau et la traverse les sections ci-dessous :
• •

Poteau : IPE 330 (Ix=3892cm4) Traverse : IPE 300 (Ix=2772 cm4)

On détermine le coefficient de raideur suivant :
K=ItIp×hs=8356×611770×18=0.23

Le calcul de MD nous donne :
MD=2.73P

Et on en déduit les réactions aux appuis suivantes :
[Tapez un texte] Page 12

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

RE=MDh=0.46P RA=P-RE=0.54P

Le moment en M vaut :
Mx=-0.54Px

Le moment résultant sous les deux cas de charge vaut :
Mx=HAx-0.54Px

En calculant l’énergie potentielle du poteau, nous avons :
W=12EI0hMx2dx W=12EI0h(HAx-0.54Px)²dx

W=12EI HA2+0.09P2-0.6HAP30 h

W=h36EIHA2+0.3P2-1.08HAP dWdPP→0=0.18h3HAEI ⟹∆=0.18h3HAEI or HA=G+QV=489.69 daN

AN :
∆=0.18×6003×489.692.1×106×3892=2.32 cm

On aura
∆h=2.32600<1180

DONC, LE DEPLACEMENT EN TETE DE POTEAU EST ADMISSIBLE

Cas de charge 2 :
G+Wn+Qh [Tapez un texte] Page 13

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

P

B M q ²/2 x x

C

D h E

f

H a

A

Figure 34 : comportement du portique sous les charges G+Wn+Qh En procédant de la même façon que ci-dessus, on obtient :
Mx=-HAx+qx²2-0.54Px

En passant par l’énergie potentielle du poteau on a :
∆=0.54EIHAh33+qh48

Or
HA=G+Wn1+QH=501.52 daN q=Wn1vent1=4.51daN/ml

AN :
∆=0.542.1×106×11770501.52×60033-4.5160048=1.44 cm

On a :
∆h=1.44600<1180⟹un deplacement admissible

ON ADOPTERA DONC DEFINITIVEMENT UN IPE 330 POUR LES POTEAUX

I. CALCUL DES PLATINES ET DES ENCRAGES EN PIEDS DE POTEAUX Les pieds de poteaux de notre portique sont articulés. Nous devons, sous charge de compression (G + Qv) et de soulèvement au vent (G+We), déterminer l’épaisseur de la platine et le diamètre des goujons de scellement. Nous effectuerons logiquement le calcul pour le poteau le plus chargé (point A du portique). Les valeurs des efforts sont obtenus à partir des réactions aux appuis du point A dues aux différentes combinaisons. Nous avons obtenu à l’issue des calculs précédents les données suivantes :
[Tapez un texte] Page 14

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

• • • •

Section du poteau : IPE 330 Effort de compression : N=G+QV=6966.13 daN Effort de soulèvement au vent : V=G+We=1365.46 daN Nous prendrons un béton dosé à 350 Kg/m3 de ciment (σb=80 daN/cm²) Soit une platine de dimension : 240 x 360 mm
σ=Nab=6966.1324×36=8.06 daN/cm2<σb

Epaisseur de la platine :
t≥U3σσe=603×8.062400=6.02

D’où t=8 mm • Diamètre des goujons L’effort de traction par goujon vaut :
V2=682.73 daN

L’effort admissible par un goujon vaut :
Na=0.11+7gc1000∅1+∅d12l1+6.4r+3.5l2≥682.73

AN
Na=0.11+7×3501000∅1+∅250220∅+19.2∅+7∅ Na=15.93∅²1+∅2502≥682.73

La résolution de cette inéquation nous donne la valeur de Ø
Ø≥6.84 mm . On adoptera le diamètre Ø=10 mm Ø=10 mm

0

o
18 24

l1

0

30

6

l2

6

36

r

d1

Figure 35 : platine et tige d’ancrage
[Tapez un texte] Page 15

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

SECTION III : CALCUL DE L’OSSATURE SECONDAIRE I. POUTRE DE CHAINAGE MUR MACONNE Pour un mur maçonné, G=1.3kN/m² La surface du mur est de 15m² ⇒ G=390 daN/m
MA=-Pl²12=-812.5 daNm W=MAσe=812.523.5=34.57 cm3

D’où un IPE 120 La flèche vaut :
ymax=-Pl4384EI=14×10-3 cm<l200

II. POUTRE DE LIAISON ENTRE PORTIQUE On la prend identique à la poutre du mur maçonné, soit IPE 120 III. POTELETS DE PIGNON Vent sur pignon avec surpression intérieure
Ce-Ci=-0.92 δ6.75=0.85

Soit P=Wn×δ×Ce-Ci=3.5×0.85×-0.92=-2.73 daN/m²
f=5Pl4384 EI≤l200 I≥1000Pl3384E=1041.17 cm4

D’où un IPE 180 (I=1317 cm4) VERIFICATION DES CONTRAINTES

Effort de flexion :
Page 16

[Tapez un texte]

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

We=1.75×3.5×0.85×6=31.23 Mf=31.23×6.75²8=177.9 daNm σf=177.9146=1.21 daN/mm² •

Effort de compression :

Mur +chainage :
130×18+1.5=2535daNm2=422.5 daN/m

G=Pl2=140.83 ○

Poids propre (IPE 80) :
G=18.8*6.75=126.9 daN

σ=GA=0.11 daN/mm²

○ Les élancements :
λx=6757.42=90.97 et λy=3502.05=170.73 Kx=Kλ=

On vérifie que :
98(Kσ+σf)≤σe

I. CONTREVENTEMENT 1. Calcul de la poutre au vent en pignon

Surface du pignon : S=7.2×18=129.6

δ=0.70

○ Effort en tête de potelet : Un potelet reprend deux moitiés des charges de vent (figure)
Sp=7.2×3=21.6 F=Weδ(Ce-Ci)Sp =1.753.5×0.70×-0.92×21.6 F=-85.20 daN [Tapez un texte] Page 17

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

○ Effort de traction dans les diagonales
Fd=Fcosα Fd=85.2cos31°=99.39 daN

On déduit la section diagonale :
A=Fdσe A=99.3923.5=4.22 mm²

D’où un fer L 20×20×3 1. Pannes montant de la poutre au vent : Elles sont sollicitées à la flexion déviée, comme les pannes courantes, et en outre à la compression (sous) F. on doit vérifier que
98(Kσ+σfx+σfy)≤σe

Les pannes sont des IPE 80 en flexion déviée.
σfx=5.92 daN/mm² et σfy=3.36 daN/mm² σ=FA=85.207640=0.01 daN/mm² λx=5003.24=154.32 et λy=3001.05=285.71 Ky=Kλ=

2. Calcul de la palée de stabilité en long pan
P=1.75 3.5×0.92×0.85×32.4=155.18 daN δ7.2=0.85 N=Pcosα=155.18cos40°=202.57 daN

Section diagonale :
A=Nσe=202.5723.5=8.62 mm²

D’où un fer L 20×20×3

[Tapez un texte]

Page 18

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

SECTION IV : VERIFICATION DE LA STABILITE D’ENSEMBLE

On doit vérifier que MR=UC+T1b+T2a≤MS=Gl2 • Calcul du coefficient de majoration dynamique :

β=θ(1+ξτ)

Or τ=0.36 et θ=1 Le paramètre ξ est fonction de T qu’on calcule ci-dessous :
T=2πPg×h33EI=1.33 s

On tire ξ par lecture sur abaque (annexe), ξ= 1.75 On a donc
β=1+1.75×0.36=1.63 ⟹β=1.63

VENT SUR LONGPAN

-0.55 + 0.37 + 0.8

0.52 L -0.35 T2 T1 -0.42 H-f/2

( H-f) /2 L

Figure 36 : sollicitations déstabilisantes sous vent en longpan 1. Le coefficient de réduction
[Tapez un texte] Page 19

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Pour la plus grande dimension offerte au vent, le coefficient de réduction vaut :
δ30=0.78 lecture sur abaque(annexe…) 2. Les trainées :

• AN :

Paroi verticale
T1=∑Ce×L(H-f)δ×We×β T1=1.22×30×6×0.78×6.13×1.63=1585.23

T1=1585.23 daN

• AN :

Toiture
T2=∑Ce×tan∝×L×l2×δ×We×β T2=0.2×0.1×270×0.78×6.13×1.63=42.08 T2=42.08 daN

1. La portance
U=∑Ce-Cil2×L×δ×We×β

AN :
U=0.85+1.05×182×30×0.78×6.13×1.63=3998.15 daN U=3998.15 daN

2. Moment de renversement • Bras de levier
a=H-f2=62=3 b=H-f2=7.2-0.6=6.6

La force de portance n’est pas centrée, elle est placée à la distance suivante :
c= 1.05×0.75+(0.8×0.25)0.85+1.05l=0.52l [Tapez un texte] Page 20

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Le moment de renversement vaut alors
MR=T1×a+T2×b+Uc

AN :
MR=1585.23×3+3998.15×15.63=67524.53 daNm MR=67524.53 daNm

1. Le moment stabilisateur : MS=Gl2

AN :
MS=291.2×30×18×182=1415232 daNm

MS=1415232 daNm

On obtient MS>MR, DONC NOTRE BATIMENT EST STABLE AR RAPPORT AU VENT SUR LONGPAN

VENT SUR PIGNON

-0.30

U -0.31 ( H-f) /2 T2 T1 H-f/2

+ 0.8

-0.31 + 0.38

Figure 37 : sollicitations déstabilisantes sous vent en pignon

1. surface offerte au vent
[Tapez un texte] Page 21

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

S=h×l+l×f2

AN :
S=6×18+18×1.22=118.8 S=118.8

2. coefficient de réduction Le coefficient de réduction par lecture sur abaque vaut :
δ18=0.8 (lecture sur abaque en annexe 10)

3. les trainées • paroi verticale
T1=∑Ce×S×δ×We×β

AN :
T1=0.8+0.31×118.8×0.8×6.13×1.63=1054.08 T1=1054.08

toiture
T2=Ct×L-4H×lcosα×δ×We×β

Or Ct=0.01 AN :
T2=0.01×30-28.8×18cos6°×0.8×6.13×1.63=1.74 daN T2=1.74 daN

1. la portance
U=-Ce-CiL×l×δ×We×β

AN :
U=--0.3-0.38×30×18×0.8×6.13×1.63=2935.22 daN

U=2935.22 daN [Tapez un texte] Page 22

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

2. le moment de renversement
MR=T2×H-f2+T1H-f2+Ul2

AN :
MR=1.74×7.2-1.22+1054.087.2-1.22+2935.22302=47202.02 MR=47202.02 daNm

3. le moment stabilisateur
MS=GL2

AN :
MS=291.2×30×18×15=2358720 daNm MS=2358720 daNm

On a MS>MR, donc la stabilité est aussi verifiée dans ce sens

SECTION V : CONCLUSIONS DE L’ETUDE I. METRE Les calculs effectués ci-dessus nous ont permis en fin de compte de déterminer les sections des profilés constituant l’ossature maitresse de notre bâtiment. Un récapitulatif de celles-ci est présenté dans le tableau ci-dessous : TABLEAU 6 : quantités d’acier MASSE DESIGNATION Tôles Pannes
[Tapez un texte]

TOTAL kg

SECTION LONGUEUR QUANTITE Kg/m 6/10 IPE 80 6m 12 m
Page 23

152 48 06 3456

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Traverse poteau Potelets de pignon Contreventement Poutre de liaison Poutre de chainage Poutre de roulement Consoles Carré de roulement

IPE 300 IPE 330 IPE 180 L 30x30x3 IPE 120 IPE 120 HEA 220 IPE 120 40x40

12m 12m 12m 12m 12m 12m 20 m 6m 20m

07 07 06 16+8 06 09 02 01 02

42.2 49.1 18.8 1.36 10.4 10.4 50.5 10.4 12.56

3544.8 4124.4 1353.6 391.68 748.8 1123.2 2020 62.4 502.4

MASSE TOTALE 17327.28

II. DEVIS ESTIMATIF POUR LA CONSTRUCTION METALLIQUE

Il est réalisé sur la base de la mercuriale de référence de 2009 qui prescrit les couts de certains biens et services au Cameroun. TABLEAU 10 : devis estimatif pour la structure en acier DESIGNATION U GROS OEUVRE A- TERRASSEMENT Fouilles manuelles en puits pour massifs de fondation sous total terrassement 4 375 m3 1.75 2500 4 375 QTE PU TOTAL

B- FONDATION (Béton Armé) Béton de propreté dosé à 150kg/m3 pour semelles et autres Béton armé dosé à 350kg/m3 pour massif Dallage 18cm, fer de 8 m3 m² 2.45 600 180000 20 000 441 000 12 000 000 m3 0.0125 63500 795

sous total fondation 12 441 795

[Tapez un texte]

Page 24

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

C- MONTAGE DE LA STRUCTURE PORTEUSE Usinage des pièces Montage des portiques Montage de la poutre de roulement et supports t t t 18 18 3.532 200 000 125 000 200 000 3 600 000 2 250 000 706 400

sous total structure porteuse 6 556 400

D- COUVERTURE Charpente métallique composée de pannes Fourniture et pose des tôles bac 6/10 m² m² 603 603 15 500 6 000 9 346 500 3 618 000

sous total charpente et toiture 12 964 500 TOTAL GENERAL 31 967 070

CHAPITRE VI : OPTIMISATION DU PROJET

L’optimisation du projet par du constat que dans la structure précédente on a identifié des points de pertes en matériaux.

Dans la distribution des portiques, espacer ces derniers de 5m nous fait perdre 1m de panne

Pour les sections des profilés, on prend généralement le profilé d’inertie directement supérieur à la valeur calculée, ce qui à pour effet de surdimensionner la structure

Les sections des portiques intermédiaires sont supérieures à celles des portiques de rive et c’est souvent elles qui sont retenues pour tous les portiques par souci d’uniformité. Ces trois paramètres engendrent des surcoûts à cause du surplus de matière et contribue

même à alourdir la structure. Pour résoudre ce problème, nous nous proposons :
[Tapez un texte] Page 25

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

De modifier la distribution des portiques en passant de 5m à 6m (on passera de 7 à 6 portiques) et on éliminera complètement les pertes dans les pannes. Cette solution entrainera bien évidemment le redimensionnement de la structure, avec la

poutre de roulement qui passera de 4 travées de 5m à 3 travées de 6m et une travée de 2m. • Au niveau des sections, lorsque ce sera possible, nous prendrons les profilés d’inertie inferieure que nous essaierons de renforcer : ✔ Par des semelles de renfort pour les pièces fléchies ✔ Des raidisseurs contre le voilement ✔ Des entretoises entre poteaux pour le flambement.

I. POUTRE DE ROULEMENT Considérons notre ancienne poutre de roulement (HEA 220) et vérifions là sous sa nouvelle configuration.
el=26=0.3

Les formulaires de RDM nous donnent les moments maximaux en travée et en appui pour des positions bien précises du pont roulant. Ainsi on a : A- SOUS CHARGE PERMANENTE 1. Moment max en travée Pour x=0.361l, M=157.99 daNm La contrainte correspondante est M=0.4 daN/mm² 2. A l’appui B
M=-197.47 daNm et σ=-0.5 daN/mm²

A- SOUS CHARGE D’EXPLOITATION 1. Charge verticale a) En travée
[Tapez un texte] Page 26

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

M=6099.62 daNm et σ=11.84 daN/mm²

b) En appui B
M=-4028.57 daNm et σ=-7.82 daN/mm²

1. Charge horizontale
QHS=409.2 daN et QHi=68.2 daN

a) Semelle supérieure i. En travée
M=665.35 daNm et σ=3.73 daN/mm²

VERIFICATIONS
σS=1.35σG+1.5(σQv+σQhs)

AN :
σS=1.3×0.3+1.511.84+3.73=23.55>σe

On pourrait, au vu de cette comparaison, choisir le profilé directement supérieur (HEA 240). Mais dans un souci d’optimisation, nous garderons le profilé HEA 220 auquel nous ajouterons des semelles de renfort. A. SEMELLES DE RENFORT Soit le moment maximal en travée :
M1=1.3×157.24+1.56076.62+662.9=10321.55 daNm M1≤Mel+Msem ⟹ Msem≥M1-Mel

Or Mel=σe+Wn=23.5×515×103=12102.5 daNm
Msem≥12231.25-12102.5=128.75 daNm

Soit
bsem=100 mm et tsem=7 mm Msem=Fsemh+tsem=σe×bsem×tsem(h+tsem) [Tapez un texte] Page 27

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

AN
Msem=24×100×7210+7=3569 daNm>128.75

Donc on choisira un fer plat de 100x10 Fe E 235 Vérification de l’effort tranchant
T=6164.06<18899 daN

I. STRUCTURE Avec la nouvelle poutre de roulement (HEA 220 + semelle de renfort), la charge sur poteau augmente légèrement, mais les sections restent identiques à la première configuration. En effet :
• •

Sous poids propre : P1=1.1Gl=1.1×68.56×6=488.79 daN Sous pont roulant : P2=1.76RV=1.76×3410=6001.6 daN La somme nous donne : P=6490.39 daN D’après le cas de charge G, les sollicitations sur le portique sont : Les réactions aux appuis
VA=6490.39×18-0.1418=6439.9 daN VE=6490.39×0.1418=50.48 daN HA=HE=3×6490.39×0.424×0.55=50.48 daN

Les moments
MP1=-312 daNm MP2=606.74 daNm MB=533.83 daNm MC=4.53 daNm MD=-374.82 daNm [Tapez un texte] Page 28

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

A. SECTION DES PROFILES

Apres combinaison d’actions, on a :
• •

Au faitage : MCmax=1218.62 daNm En appui : MD=-5255.32 daNm

Ces valeurs nous donnent les sections suivantes : • • Traverse : IPE 300 Poteau : IPE 330

A. OPTIMISATION DU PORTIQUE :

L’optimisation des sections des portiques peut se faire à deux niveaux :
• •

On distingue les portiques de rive des portiques courants et on prend deux gammes de section différentes On se propose de réduire la section du poteau pour qu’elle soit égale à celle de la traverse. La contrainte de compression étant très faible, le risque à vérifier est celui du flambement. En effet, on a : (σmax=NA=4.27 daN/mm² )

Dans la réalité, les portiques de rive sont deux fois moins chargés que les portiques courants. En effet ils ne reçoivent qu’une moitié des charges tandis que les autres, de part leur position, en reçoivent deux. Ainsi donc, pour notre cas, les moments pour les portiques de rive valent : • Pour la traverse :
Wx=MDσe=5237.012.35=222.85 cm3

D’où un IPE 220 •

Pour le poteau : Si on prend la même section que celle de la traverse on aura : Longueur de flambement du poteau : Les portiques de rive ne risquent pas de flamber, en raison de la poutre de chainage

intermédiaire à mi hauteur d’une part, et de la très faible valeur de N d’autre part.
[Tapez un texte] Page 29

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

lf=h2=3 m •

Elancement :

λx=lfix=3009.11=32.93 •

Contrainte de compression simple :

σ=NA=10516.61+19503340=3.73 daN/mm²

Nous pouvons maintenant vérifier que :
Kσ= ≤σe,

Soit ≥σe DONC NOUS PRENDRONS UN IPE 220

TABLEAU : métré après optimisation LONG . 6m 12 m 12m 12m 12m 12m 12m 12m 12m 12m 12m 20 m 20m 6m MASSE QTE Kg/m 152 40 02 04 02 02 02 06 16+8 05 08 02 02 01 06 42.2 26.2 49.1 30.7 26.2 18.8 1.36 10.4 10.4 50.5 4.71 10.4 2880 1012.8 1257.6 1178.4 736.8 628.8 1353.6 391.68 624 998.4 2020 188.4 62.4 TOTAL

DESIGNATION Tôles Pannes Traverse

SECTION 6/10 IPE 80 IPE 300 IPE 220 IPE 330

poteau

IPE 240 IPE 220

Potelets de pignon Contreventement Poutre de liaison Poutre de chainage Poutre de roulement Fer plat Consoles
[Tapez un texte]

IPE 180 L 30x30x3 IPE 120 IPE 120 HEA 220 100x6 IPE 120

Page 30

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Carré de roulement

40x40

20m

02

12.56

502.4 13835.2 8

MASSE TOTALE

I. BILAN Un bilan peut être dressé pour montrer les gains apportés par l’optimisation. En effet on peut noter : 1. Le gain en matière Pour la première configuration du projet, on avait une quantité d’acier de 15.97 tonnes, avec une perte de 729.6 kg au niveau des pannes, des poutres de liaison et de chainage. En effet, à cause de l’espacement des portiques (5m), on perd 2m d’acier pour une barre de 12m. La seconde solution nous donne une quantité de 12.48 tonnes totalement utilisable. On a la différence ci-dessous :
Q1-Q2=15.97-12.48=3.49 tonnes

On a un gain
G1=3.49 tonnes d'acier

2. En temps de mise en œuvre

Le temps de mise en œuvre dépend directement de la quantité de matériaux et de la complexité de la structure. Il est évident qu’en passant de 7 à 6 portiques, le temps d’exécution est réduit de 7 à 6 heures par exemple sur les points suivants : • • • Sur la location du matériel (grue, camion, …) La main d’œuvre Le délai de livraison L’application des quelques techniques de dimensionnement nous a permis de réaliser des gains dans notre projet à plusieurs niveaux (matière, temps, main d’ouvre). Ces gains contribuent à réduire le cout de la construction, au grand bonheur du maitre d’ouvrage. Si l’on répercute le gain en matière qui est de 22% sur le devis estimatif du projet, on a :
[Tapez un texte] Page 31

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

G2=3 967 070×22%=7 0327 55 G2=7 032 755 Fcfa

Soit un gain total de

CHAPITRE VII : ORGANISATION DU CHANTIER

SECTION I : POLITIQUE HSE

Il n’est plus à démonter aujourd’hui l’importance de sécurité au travail, et surtout de la protection de l’environnement, au regard de nombreux sommets et moyens mis en œuvre pour la sensibilisation du grand public. Aujourd’hui, dans la majorité des entreprises, la sécurité de l’employé au travail et de l’environnement occupe une place aussi importante que la production. Notre but dans cette partie est de présenter quelques moyens que nous devrons mettre en œuvre pour assurer la sécurité lors de l’exécution du chantier et en même temps préserver l’environnement. I. LA SECURITE Les chantiers de construction sont des sites potentiellement dangereux et la politique de sécurité doit avoir pour but de réduire les risques d’accident au plus bas niveau possible. En général ces accidents surviennent lors des situations suivantes : • • • manutention et levage ; travaux en hauteur ; travaux à chaud Ainsi donc, une attention particulière devra être accordée à ces travaux et des consignes strictes devront être données. Nous pouvons organiser la sécurité dans notre chantier autour des trois points suivants : 1. Organisation du travail
[Tapez un texte] Page 32

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

La clé du succès de tout travail est l’organisation. C’est à ce niveau que les taches sont reparties et les méthodes de travail étudiées. Il est important en effet, avant même d’accéder au site, que les différents intervenants maitrisent les taches qui leur sont confiées, ainsi que les risques liées à celles-ci. Cette étape peut se faire tous les matins lors d’un briefing avant le début des travaux. Le responsable de la sécurité devra analyser tous les risques liés aux travaux à exécuter et définir une méthodologie sûre. Il devra présenter les moyens à mettre en œuvre pour réduire ces risques et s’assurera, avant le début de toute tâche que toutes les conditions de sécurité sont réunies.
2. Accès au site

L’accès au site devra être contrôlé pour éviter toute intrusion. On adoptera de manière systématique les moyens suivants :
• • •

construction d’une barrière de chantier : elle a aussi pour avantage de limiter la propagation des risques au-delà du chantier interdiction d’accès à toute personne étrangère au chantier port des EPI obligatoire avant l’accès au site

D’autre part, la circulation dans le site devra être aisée. Il faudra pour ce faire :
• • •

dégager les voies de circulation et si possible les repérer par de panneaux directionnels ; ranger convenablement le matériel pour éviter les trébuchements ; baliser les zones de travail ou dangereuses pour en interdire l’accès.

1. Exécution des travaux Lors de l’exécution des travaux, outre les consignes de sécurité qui devront être respectées, la vigilance devra être prescrite à tous les intervenants. Une attention particulière devra être portée sur les travaux de manutention, les travaux en hauteur et les travaux à chaud. Le tableau ci-dessous présente de façon simple pour chaque activité, les risques, les conséquences et les mesure d’atténuations possibles. TABLEAU 11 : exemple d’évaluation de risques liés aux travaux ACTIVITES RISQUES CONSEQUENCES MESURES

[Tapez un texte]

Page 33

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

- Dégagement des voies - Choc entre matériel ; manutention et levage - Choc entre matériel- - Perte de matériel, personnel, - blessure, fracture, de circulation, et des zones en dessous de l’aire de levage, - port des gants de manutention d’EPI courants, - Utiliser un équipement adéquat pour accéder en haut (échelle, escarbot, nacelle) - Travailler si possible sur une plate forme - Chute de l’operateur travaux en hauteur - Chute du matériel Blessure, mort - Perte de matériel (échafaudage) en plus

- Chute de pleins pieds, mort - Chute du matériel

fracture, - Porter un harnais de sécurité accroché à un support solide en plus des EPI courants - Baliser la zone en dessous de l’espace de travail

- Contact électrique Travail à chaud (soudage, coupage) - Inhalation de fumées - Emission de chaleur - Eblouissement - Emission de bruits

En

plus

des

EPI

courants, port des gants - Irritation oculaire et et casque de soudure, des pulmonaire bouchons d’oreille et - Electrocution, - Incendie - Mort toucans - Contrôler l’état du matériel (poste à souder, gaz, …)

[Tapez un texte]

Page 34

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

Ce tableau n’est qu’à titre indicatif, des documents spécialisés permettent présenter en détail ce travail. Les mesures prises ci-dessus n’ont qu’un aspect préventif. On devra donc prévoir une stratégie d’intervention efficace en cas d’accident. Dans ce cas une pharmacie constituée des produits de premier soin devra être disponible sur le site.

I. ENVIRONNEMENT Les chantiers de construction produisent beaucoup de déchets qu’il faut pouvoir gérer pou garder un environnement sain. Les actions ci-dessous seront prescrites pour y parvenir :
• •

à la fin du travail, le site devra être nettoyé et le matériel bien rangé avant de quitter le chantier. Ceci à aussi pour avantage d’éviter la perte du matériel les déchets devront être disposés de façon à faciliter leur destruction ou leur recyclage : un tri sera systématique

Les principaux déchets de la construction seront traités comme suit :
• •

tous les déchets métalliques seront stockés dans un contenant et recyclés les terres et gravas de maçonnerie seront réutilisés comme matériaux de remblais

La gestion des ressources devra également être contrôlée (utilisation économique des équipements, de l’eau,…)

SECTION II : PLANNING DES TRAVAUX Tous les éléments entrant dans la constitution du bâtiment n’ont pas encore été définis à part la structure principale en acier. Néanmoins nous pouvons présenter le planning des travaux, du terrassement à la construction du bâtiment enveloppe. Le planning est élaboré en tenant compte des ressources de l’entreprise, qui souhaite ellemême réaliser les travaux. Pendant la deuxième semaine de préparation des pièces, une partie de l’équipe sera mise en congé. Ce congé permettra aussi de donner le temps au béton de fondation de prendre assez de résistance pour pouvoir supporter la construction.

[Tapez un texte]

Page 35

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

[Tapez un texte]

Page 36

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

TABLEAU 11 : planning prévisionnel des travaux

I D Tas k N am e 1 ins t allat ion du c hant ier 2 im plantat ion, t errass em ent 3 preparation des pièc es 4 f ouilles 5 m aas if / f ondat ions 6 m ont age des portiques 7 pos e de la c ouv er ture 9 dallage int erieur

D uration

09 J an '12 16 J an '12 23 J an '12 30 J an '12 M T W T F S S M T W T F S S M T W T F S S M T W T F S 5 day s Mon 09/ 01/12 F ri 13/ 01/12 1 day ? Tue 10/ 01/ 12Tue 10/ 01/ 12

St art

F inis h

10 day s ?Mon 09/ 01/12 F ri 20/ 01/12 1 day W ed 11/01/ 12 ed 11/01/ 12 W 1 day Thu 12/ 01/ 12Thu 12/ 01/ 12 2 day s ?Mon 23/ 01/12Tue 24/ 01/ 12 2 day s ?W ed 25/01/ 12 Thu 26/ 01/ 12 2 day s Thu 02/ 02/ 12 F ri 03/ 02/12

8 m ur env eloppe en m ac onnerie 3 day s Mon 30/ 01/12 ed 01/02/ 12 W

[Tapez un texte]

Page 37

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

CONCLUSION GENERALE

La construction d’un ouvrage en acier est une tache délicate qui nécessite, outre la maitrise des aciers, la maitrise des différentes méthodes de calcul et de vérifications prescrites par les normes. Elle est généralement répartie en trois phases : la conception, le dimensionnement et la réalisation. Notre travail a concerné principalement la deuxième phase, c’est-à-dire le dimensionnement de la structure métallique principale d’un bâtiment industriel avec pont roulant. Nous avons pu calculer les sections des pannes, poteaux et traverses des portiques constituant le bâtiment, et un quantitatif été ressorti. Le pont roulant a aussi fait l4objet d’une étude et ses éléments principaux de support ont été dimensionnés. Dans la suite de ce projet, l’on déterminera, à partir des efforts aux différentes liaisons des portiques, les différents assemblages permettant d’assurer la solidité et la sécurité de l’ouvrage. Par la suite les éléments d’ossature secondaire tels que le bardage pourrons être calculés.

[Tapez un texte]

Page 38

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

BIBLIOGRAPHIE

1. INSTITUT TECHNIQUE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLIQUES,

CENTRE TECHNIQUE INDUSTRIEL DE LA CONSTRUTION METALLIQUE, 1976. Règles de calcul des constructions en acier. Editions EYROLLES, 310p.
2. MANFRED

A. HIRT, ROLF BEZ, 1994. Construction métallique: notions

fondamentales et méthodes de dimensionnement, Vol 10. Ed presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne. 497 p.
3. Jean GOULET, Jean Pierre BOUTIN, 1996. Aide mémoire de résistance des matériaux.

DUNOD, Paris.263p.
4. Jean MOREL, 1989. Conception et calcul des structures métalliques. Editions

EYROLLES. 61, bd St-Germain, Paris.215 p.
5. Jean MOREL, 1989. Conception et calcul des structures métalliques. Editions

EYROLLES. 61, bd St-Germain, Paris. 331 p.
6. ERNEST GUSTIN, 181. Les charpentes métalliques. Editions EYROLLES. 61, Bd St-

Germain, Paris. 243p. 7. Pierre MAITRE, 1997. Formulaire de la construction métallique. Editions LE MONITEUR. Paris. 460p.
8. FEDERATION EUROPEENNE DE LA MANUTENTION, 1998. Appareils lourds de

levage et de manutention. Règles pour le calcul des appareils de levage, cahier 9, 9.19.39.
9. CENTRE TECHNIQUE INDUSTRIEL DE LA CONSTRUCTION METALLIQUE,

1967. Recommandations pour le calcul et l’exécution des chemins de roulement des ponts roulants. Charges à considérer et détermination des efforts. 1, 53-61
10. CENTRE AFRICAIN POUR L’APPLICATION DE LA METEOROLOGIE AU

DEVELOPPEMENT, 2009. Bulletin de veille climatique pour l’Afrique. No.2 févr. 2009, 1-6.

[Tapez un texte]

Page 39

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXES

ANNEXE 5A : abaque pour la détermination du coefficient γ0 pour les parois verticales

ANNEXE 5B : pour les versants
[Tapez un texte] Page 40

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXE 6A : vue du pont roulant et références

[Tapez un texte]

Page 41

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXE 6B : principales cotes

[Tapez un texte]

Page 42

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXE 7A : schéma de l’ensemble de translation avec cotes des galets
[Tapez un texte] Page 43

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXE 7B : différentes dimensions des galets
[Tapez un texte] Page 44

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

[Tapez un texte]

Page 45

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXE 8 : valeurs des moments maximaux dans une poutre de roulement à plusieurs travées en fonction de la position du pont roulant et de l’entraxe des galets

[Tapez un texte]

Page 46

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXE 9 : formulaire des sollicitations dans un portique articule en pied et encastré en tête

[Tapez un texte]

Page 47

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXE 9 : SUITE 1

[Tapez un texte]

Page 48

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXE 9 : SUITE 2

[Tapez un texte]

Page 49

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXE 9 : SUITE 3

[Tapez un texte]

Page 50

DIMENSIONNEMENT D’UN BATIMENT INDUSTRIEL AVEC PONT ROULANT, APPROCHE CM66

ANNEXE 10 : détermination de facteur dimension

[Tapez un texte]

Page 51

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->