UNIVERSITE PARIS DAUPHINE MASTER FINANCE D·ENTREPRISE

L·Impact de Bâle 3 sur les Financements Bancaires à court terme pour les Entreprises Industrielles et Commerciales

Rédigé par :

Candidature pour l·Année Universitaire 2011-2012

Impact de Bâle 3 sur les financements bancaires à court terme pour les entreprises industrielles et commerciales «««««««««««««««««.. 9 III.. 4 A..Propositions du comité de Bâle intervenues en Août 2010 concernant le risque systémique ««««««««««««««««««««««««««.Proposition de solutions «««««««««««««««««««««««««...Ratio de solvabilité : Redéfinition des Fonds propres durs «««««« 4 B. 11 Conclusion ««««««««««««««««««««««««««««««««. 13 Bibliographie ««««««««««««««««««««««««««««««« 14 Page 1 .Pilier III : la titrisation «««««««««««««««««««««««««. 4 1.Ratio de liquidité ««««««««««««««««««««««««« 5 2. 8 4.Pilier II «««««««««««««««««««««««««««««««« 7 A.Coussin contra-cyclique «««««««««««««««««««««.. 2 I. 8 II.SOMMAIRE Introduction «««««««««««««««««««««««««««««««.Pilier I : Renforcer les exigences en capital ««««««««««««««. 7 B.Apports de Bâle 3 : Principales nouveautés «««««««««««««««. 7 3.Ratio de levier ««««««««««««««««««««««««««.

tels sont les ingrédients ayant conduit à la crise financière internationale. Aux premiers impayés et difficultés des ménages à hauts risques (subprime). Cette crise trouvant ses origines dans la spéculation montre les lacunes de la réglementation bancaire en matière de couverture des risques. Europe et Japon d¶ici 2015 » ou comme renchérisseur du coût du crédit selon la FBF (Fédération Banques Françaises) «la régulation Page 2 . le modèle construit par les financiers (hypothèques couvrant les biens immobiliers. Dès lors de sa publication.L¶excès de liquidité (engendré par un coefficient directeur bas) donnant lieu à un phénomène de sur consommation financé par le surendettement et garantit par un phénomène d¶hypothèque massive et soutenu par un appât de gain incommensurable de la part des financiers de la place financière . la réforme de Bale 3 à fait polémique auprès de plusieurs instituts bancaires et financiers. les poussant plus tard à devoir accepter des plans d¶austérités fort contraignants afin de pouvoir recevoir une partie des fonds nécessaires pour éviter les défauts de paiement. D¶où la publication d¶un consultative paper en Décembre 2009 par le comité de Bales réaménagé en Septembre 2010 et approuvé par le G20 en Novembre 2010. titrisation afin de distribuer plus de crédits et soi disant limiter les risques en les éclatant «) à rapidement été mis à mal apportant un réel coup de massue à l¶économie mondiale faisant disparaitre des institution de forte renommée et qualifiées de « TOO BIG TO FAIL » et forçant les états à se sur-endetter afin de subventionner d¶autres institutions pour éviter une plus grande catastrophe. Présentée comme réel frein à la croissance par l¶Institut International de la Finance « réforme couterait 3points du PIB à la croissance mondiale et la près de 10 millions d¶emplois aux USA. crise allant même jusqu'à mettre des pays en faillite.

il serait intéressant d¶aborder en premier lieu les apports de Bales 3. qu¶en est il de la réalité de ces propos ? La réforme Bale 3 est elle vraiment un handicap de la croissance ou est-ce un argument du gotha de la finance visant des assouplissements afin de maintenir le niveau de distribution de dividendes et d¶octroi de bonus ? Bales 3 aura-t-il pour impact la réduction du niveau de distribution de crédits asphyxiant par conséquent les petites entreprises ou permettra t¶il .pèsera inévitablement sur le financement de l¶économie et notamment le volume et le coût du crédit » . de mieux outiller les banques afin de leur permettre de mieux réagir face à une nouvelle crise ? Afin de mieux pouvoir répondre à ces questions et particulièrement à la problématique de l¶impact de Bales 3 sur le Financement à court terme des Entreprises Industrielles et Commerciales et de présenter des modestes propositions pour remédier à un éventuel impact. Page 3 . comme pensé .

» est composé des éléments suivants : *Actions ordinaires. *Bénéfice non distribuable. une modification tant au niveau du numérateur que du dénominateur a été opérée. Cet instrument sera supprimé des fonds propres dès le premier exercice du call. Avant de détailler ses apports il est important de signaler que le comité a décidé de donner plus de temps aux organismes bancaires ± en aménageant des périodes de transition. 1 Afin de permettre au secteur bancaire de mieux réagir en tant de crise et dans l¶optique d¶éviter un recours aux fonds publiques. 1.dans l¶optique d¶éviter toute recapitalisation couteuse qui pourrait nuire à la reprise économique. 1 Source de documentation de la partie : Etude publiée par le cabinet Mazars Intitulée : De Bâle 2 à Bâle 3. Page 4 .PILIER I : RENFORCER LES EXIGENCES EN CAPITAL A. Au niveau du Numérateur : Core Tier 1 » Tier 3 ». Même si ce ratio sera toujours égal à 8% . Bales 3 s¶inscrit dans la perspective du renforcement des exigences en fonds propres. * Primes et émissions . * Résultat global et Réserves. de lutte contre le risque systémique de même qu¶il offre la possibilité du suivi du risque de liquidité à travers l¶instauration de deux nouveaux ratios. - Elle consiste à amélioration de la qualité du capital au niveau du l¶apurant entièrement des produits hybrides ainsi que la suppression du Le Core Tier 1 ±CT1. * Intérêts minoritaires à condition que sa part dans le CT1 ne dépasse pas les 10%. Octobre 2010. Il est également prévu dès 2018 une suppression des instruments de dettes avec option d¶achat.I- APPORTS DE BALE 3 : PRINCIPALES NOUVEAUTES.RATIO DE SOLVABILITE : REDEFINITION DES FONDS PROPRES DURS.

fr : Bâle 3 : des Exigences de solvabilité non dénués d·incidence 20/09/2010. Au niveau du dénominateur : - L¶objectif est de renforcer la part des actifs moyens pondérés de marché et de contrepartie dans le total actifs pondérés et ce à travers l¶augmentation du risque sur titrisation 2 de 7à20% et la comptabilisation d¶une charge en capital spécifique sur les CVA (Credit Value Adjustments). Page 5 .. De même que l¶ajout d¶un matelas de sécurité Conservation Buffer » de 2.625% des risques pondérés Donc à eux seuls. le comité de Bâle à mis en place deux ratios de liquidité : Liquidity Ratio Coverage LRC » ou Ratio à un Mois. les fonds propres durs (y compris le matelas de sécurité) représenteront 7% du ratio de solvabilité bancaire.RATIO DE LIQUIDITE : Après avoir noté qu¶après que la crise des subprime eu éclaté une réelle crise de confiance entre banques engendra une crise de liquidité (dont on souffert des banques solvables) qui manqua de près à étouffer l¶économie et au vu de l¶importance de ce facteur ±liquidité. - 2 3 Voir Pilier III Globalix.Ce ratio du Core Tier 1 » devra être de 4.5% en 2015 du total des actifs pondérés en risques contre 2% sous l¶ère Bâle 2. A noter que sa première mise en application est prévue pour 2016 et le niveau sera à 0. A noter que les régulateurs ont abandonné le multiplicateur de 5 appliqué à la mesure des pertes calculées d¶un portefeuille de crédit selon la méthode des CVA.5% destiné à entrer en vigueur en 2019.3 B.

y Les actifs liquides de haute qualité pouvant être : Espèce. facilité accordée. fonds propres et passif à plus d¶un an maturité entre les ressources et les emplois. L¶application de ce ratio est programmée pour 2018. réserve des banques centrales. dette gouvernementale supérieure à un an) devra être financé par des ressources stables (Dépôts à ) .Ce ratio mesure le stock d¶actifs liquide de haute qualité dont la banque dispose (sans tenir compte des refinancements possibles en Banque Centrale) et qui lui permettra de faire face à une situation de crise sévère qui dure 30j. Net Stable Funding Ratio NSFR » ou Ratio à un An - Il s¶agit d¶un ratio qui s¶inscrit en réaction à la transformation massive des ressources opérée durant la crise. Donc le besoin en financement stable (dette d¶entreprise. titres de créances négociables de pays souverains ou banques centrales « La situation de crise pouvant être : y Une dégradation importante de la notation de l¶établissement. et ce afin qu¶il y ait équilibre de vue stables. une perte partielle des dépôts. une perte des garanties de financement« Ce ratio est destiné à rentrer en application en 2015. Page 6 .

RATIO DE LEVIER Afin d¶assurer un niveau de fonds propres plus compatible avec le degré de risques pris. Mise en application prévue en 2019 B. Ce ratio doit être publié sur la base d¶une moyenne trimestrielle et ce à compter du 1er Janvier 2015. et ce dans l¶objectif de se protéger contre les pertes potentielles futures.2. est destiné à être mis en place et sera imposé par les régulateurs nationaux de chaque pays et à leur propre initiative lors de l¶observation d¶une évolution macroéconomique.COUSSIN CONTRA-CYCLIQUE : Ce coussin pouvant atteindre jusqu'à 2. Ce coussin à été pensé de sorte à permettre une constitution d¶une sorte de Réserve de capital » en phase de croissance à libérer en temps de crise.PILIER II : A. Et ce afin de limiter la politique de distribution massive de dividende qui pourrait affaiblir le capital de la société ou sa capacité de résistance en temps de tension ou crise. les régulateurs ont décidé de la mise en place d¶un Leverage Ratio dont le total actifs de la banque représenterait 3% sur le Tier 1. notamment une évolution du ratio Endettement secteur privé résident /PNB » pouvant entrainer un risque systémique . en plus du matelas de sécurité cité précédemment . Page 7 . De même qu¶une migration vers le pilier 1 est prévue pour 2018.5% des exigences en fonds propres.

PILIER III : LA TITRISATION Comme précisé précédemment 5 et au vu du rôle joué par la titrisation au niveau de la crise financière. L¶idée étant que tous les éléments du capital soient capables d¶absorber des pertes et qu¶il y ait égalité entre les investisseurs en action et les investisseurs en titres hybrides. 4.A noter que ce ratio est présenté par les établissements bancaires 4 comme Un ratio sans grande utilité et générerait même des effets secondaires conséquents notamment pousser les banques à développer des activités risquées » Le mode de calcul de ce ratio avec entre autres l¶impossibilité de réduire les expositions avec le niveau des garanties. Le comité de Bâle propose que les instruments de capital Tier 1 et Tier 2 fassent l¶objet d¶une clause entrainant leur conversion en actions ordinaires de l¶établissement considéré » 6 4 5 6 Rapport Mazars Précité Voir Pilier I.PROPOSITIONS DU COMITE DE BALE INTERVENUES EN AOUT 2010 CONCERNANT LE RISQUE SYSTEMIQUE : Afin de mieux lutter contre le risque systémique et de limiter l¶impact des titres hybrides au niveau du capital dans le cas où une banque serait en mal de financement et que le secteur publique intervient pour la recapitaliser. la pondération de cet actif à été revue à la hausse. Page 8 . Rapport de Mazars précité. 3. de même que ces actifs titrisés doivent être publiés. ainsi que l¶inclusion brute des éléments hors bilan laisse entendre un besoin considérable de fonds propres additionnel ou la diminution de l¶offre de crédit en guise de rééquilibrage de la situation.

Depuis la publication du consultative paper » en fin 2009. + La survie d¶un établissement est menacée lors d¶une crise. A nos jours. Le rapport publié par la BRI8 permet de mieux apprécier l¶impact de Bâle 3 sur les financements des établissements à court terme et de le chiffrer. obligeant les fonds publics à le renflouer.Cette clause de conversion de la dette en capital sera mise en application au cas où : + L¶établissement serait mis devant un cas de non viabilité obligeant le recours à une recapitalisation. 7 De même pour les coussins contra-cycliques qui ne feront que stériliser le capital » alors que le ratio de liquidité à un an entravera la liquidité bancaire et l¶activité d¶intermédiation. les PME en particulier. IIImpact de Bâle 3 sur les financements bancaires en court terme des Entreprises Industrielles et Commerciales. Mémo publié par la FBF en mars 2010 : Ratios de solvabilité et de liquidité : positions de la FBF. 8 BRI Août 2010 : An assessment of the long term economic impact of the new regulatory framework » 7   Page 9 . la FBF (Fédération Banque Française) et l¶EBF (European Banking Federation) pense que le ratio de Levier certains ratios exigés par le comité Bâlois sans inadaptés et présentent un handicap pour le financement de l¶économie en général. la réforme Bâle 3 à beaucoup fait parler d¶elle au niveau des établissements bancaires donnant lieu à des révisions de la part du comité de Bâle.

Cette étude part du constat que le ratio du capital va varier à la hausse du fait de l¶effet conjoint de l¶augmentation des Exigences en Capital et de la réduction de l¶endettement à long terme .Vu que nous nous intéressons à l¶impact court terme de Bâle 3. Ainsi donc et pour maintenir un niveau de ROE de 10% (Niveau de ROE moyen de l¶échantillon de banques nationales pris pour l¶étude) toute variation à la hausse d¶un pourcent (1%) du ratio du capital (Core tiers 1/actifs pondérés) fera augmenter le taux d¶intérêt de 7PDB. il apparait que les entreprises pâtiront directement de l¶effet du renforcement des fonds propres en termes de valeur (coût de financement). d¶où un impact sur le ROE (Return on Equity ± Retour sur Investissement). l¶impact étant entièrement répercuté sur le taux d¶intérêt facturé. Et considérant ce qui à été précité . sera uniquement étudié l¶impact du renforcement des fonds propres . Il est estimé que toute variation à la hausse de 1% du ratio du capital aura comme impact une hausse du taux d¶intérêt facturé de 13 points de base (PDB). De même que le coût du capital ou le coût de la dette que la banque détient ne sera pas affecté par la baisse de son niveau de risque. le ratio de liquidité (court ou long terme) n¶étant pas pour le moment clairement défini et ne devant entrant en application qu¶en respectivement 2015 et 2018. Les banques pourraient aussi faire jouer le paramètre des actifs pondérés et avoir recours à des financements dont la pondération est moins importante risque Marché étant pondéré à Page 10 . la hausse des financements en fonds propres contre la baisse de l¶endettement à long terme fera moins jouer l¶effet de levier. Partant des résultats de l¶étude.

5% contre 85% pour le risque crédit ». je dirais plus que les banques vont mieux financer les entreprises conduisant à un effet de rationalisation contre une sorte de financement illimité dans la période d¶avant crise. impactant de facto la reprise économique. de Chiffre d¶affaires. sachant que certaines positions marché peuvent avoir une rentabilité fort intéressante dont l¶impact sur le ROE est plus que mesurable. et/ou des lignes de crédit moins risquées (impact pondération du risque). de la course de rentabilité. pénaliserait fortement les entreprises qui pâtiront du renchérissement du coût du crédit et/ou volume du crédit. IIIProposition de solutions Prenant en considération le rôle des établissements bancaires dans le financement de l¶économie. L¶échelonnement de certains ratios et exigences de Bâle 3 sont vus comme étant une volonté des régulateurs de ne pas pousser à une vague de financement de fonds propres par des levées couteuses limitant ainsi la répercussion sur l¶économie. il est envisageable que les banques commerciales essaient de limiter l¶impact du renforcement des fonds propres sur le taux d¶intérêt et encore plus sur le volume de financement (l¶octroi de lignes de crédits étant leur c ur de métier). PNB (Produit Net Brut) et Part de Marché. Cette configuration imaginée et à un certain point envisagée. Page 11 . A moins de penser que la majorité des banques vont réorienter leur business model (chose qui serait abusée). Cette rationalisation laisse penser que les banques vont privilégier pour le financement court terme les entreprises ayant un bon rating et présentant une situation financière stable dont la probabilité de défaut est faible. de la rude concurrence qui règne au niveau du secteur.

Ainsi donc on pourrait imaginer deux sortes de solutions : Impact PNB ou impact résultat d¶exploitation. 9 Raisonnement pensé sur la base d·un CPC d·une société de financement opérant sous le référentiel Marocain CGNC : Code Général de la Normalisation Comptable » ¡ Page 12 . impact budget.9 Concernant l¶impact PNB il est vrai que le renchérissement du cout du capital (dans le cas d¶une levée de fonds pour être en conformité avec les exigences) non répercutée ou faiblement répercutée sur le taux d¶intérêt facturé renverra à la baisse la Marge sur intérêts » néanmoins le PNB pourra être maintenu via la Marge sur produits » IE frais et commissions. Cette seconde configuration me parait plus bénéfique pour un établissement de crédit dans le sens où une certaine fidélisation de la clientèle sera possible et une meilleure situation financière sera assurée à l¶établissement permettant de renforcer la confiance. de même qu¶une meilleure gestion du risque crédit conduira à un taux de contentieux moins élevé augmentant par conséquent son encours sain de crédits distribués. Cette formule permettra aussi aux entreprises de diminuer ses charges financières et donc améliorer sa rentabilité. J¶entends par impact résultat d¶exploitation une meilleure gestion du coefficient d¶exploitation permettant ainsi à l¶établissement de diminuer la part des charges d¶exploitation dans le PNB. et de compenser la hausse du cout du financement. de consolider leur solvabilité et mieux gérer leurs délais afin de soulager les tensions de trésorerie principale cause d¶utilisation de facilité de caisse et autres crédits par décaissement. Dans un autre sens. et face à une volonté implicite du régulateur de rationaliser les financements. il appartient aussi aux entreprises d¶améliorer leur situation financière.

une quasi méprise des risques financement massif des ménages à haut risques ». Page 13 . Ces éléments ne sont pas sans impact sur le cout du financement. Cet impact qui pourra être constaté sur le volume et / ou le cout du financement pourra être limité. Néanmoins et au vu du calendrier étalé de l¶application des mesures décidées. notamment à court terme qui pénalisera en premier lieu les entreprises qui ont recours au lignes de financement court terme pour financer leur production ainsi que pour faire face aux décalages de trésorerie ou tout simplement pour leurs opérations d¶import export. l¶impact définitif ne pourra être clairement défini qu¶après la rentrée en application totale des mesures et la définition plus claire de certains ratios ainsi que de leur mode de calcul. d¶où un impact prévu sur la reprise de l¶économie. et des négociations entre régulateurs et associations de banque. Bâle 3 est destiné à mieux outiller les établissements bancaires afin de leur permettre une meilleure réaction à une future crise et ce notamment via un renforcement des fonds propres et l¶instauration de ratios de liquidité.Conclusion : Après une période de surconsommation alimentée par un faible cout d¶argent. une correction du marché via la crise économique.

¢ 3: des exigences de solvabilité non dénuées ¢ Page 14 .www. An assessment on the long term economic impact on the new regulatory framework ».Bibliographie 1. 3.globalix.Etude cabinet MAZARS De Bâle 2 à Bâle 3 ». Août 2 010. 20 Mars 2 010.BRI ¢ Ratio de solvabilité et de liquidité : position de la FBF ». Octobre 2 010.fr ¢ Bâle d·incidences ». Mars 2 010.FBF 4. 2.