P. 1
Madgearu Mort Et Renaissance

Madgearu Mort Et Renaissance

|Views: 30|Likes:
Published by amadgearu

More info:

Published by: amadgearu on Feb 03, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/15/2013

pdf

text

original

, Alexandru Madgearu

Institut d'études de défense et d'histoire militaire, Bucarest
MORT ET RENAISSANCE DE LA VIE URBAINE
À LA FRONTIÈRE BYZANTINE DU DANUBE (VIe-XIIe SIÈCLES)
L
es VIle et VIne siècles ont été une période de déclin pour l'Empire byzantin. Des
villes ont disparu, tandis que d'autres devenaient plus petites et plus pauvres.
La construction, lorsqu'elle continuait, concernait l'édification ou la réparation de
fortifications et d'églises 1. Le déclin économique et démographique a commencé
vers 580, même dans des endroits pas encore affectés par les invasions, en raison
de diverses épidémies d ~ - - E ..:ste et de la détérioration du climat. La diminution
démographique qui s'ensuivit fut beaucoup plus conséquente que les pertes de
guerre. Ce fut la fin d'une longue évolution de la ville classique vers la ville médié-
vale, commencé au IV" siècle, que l'on pourrait définir, par exemple, comme le
remplacement des structures de pouvoir aristocratiques par de nouvelles formes
de pouvoir exercées par les évêques 2. Les évêques devinrent les dirigeants des
villes et furent même chargés de l'organisation de la défense 3. En 595, à Asamur
(aujourd'hui Cerkovica), l'évêque d' Oescus muté dans cette petite ville souleva la
milice locale contre le général Petrus qui avait essayé de mettre ces hommes sous
es ordres 4. Comme ra souligné Timothy Gregory, ceci montre que « même là
où une garnison existait dans une ville, les troupes en étaient arrivées à s'identifier
avec la localité et réagissaient plus comme des résidents que comme des sol-
J. ]. Haldon} TheIdea of the Town in the Byzantine Empire} in G. P. Brogiolo} B. Ward-Perkins (ed.),
The Idea and Ideal ofthe Town between Late Antiquity and the Early Middle Ages (The Transforma-
tionofthe Roman World} 4)} Leiden, 1999} p. 4.
H. Saradi-Mendelovici, The demise ofthe ancient city and the emergence of the medieval city in the Eas-
tern Roman Empire, "Échos du monde classique/Classical Views", NS, 7, 1988} p. 365-401; W.
Brandes, Byzantine Cities in the Seventh and Eighth Centuries-Different Sources} Different Histories ?,
in G. P. Brogiolo} B. Ward-Perkins (ed.)} The Idea ... , p. 32-41; A. E. Laiou, C. Morrisson, The
Byzantine Economy, Cambridge, 2007, p. 38-42.
3. A. Holùweg, Bischofund Stadtherr imjrühen Byzanz, "Jahrbuch der Osterreichischen Byzantinis-
tik", 20, 1971, p. 51-72; H. Saradi-Mendelovici, The demise ... , p. 374-375; W.]. H. G. Liebe-
schuetz} The Decline and Fall ofthe Roman City} Oxford, 2001, p. 145-155.
Theophylact Simocatta, VII.3.6.
5. T. E. Gregory, Kastron and Diateichisma as a response to early Byzantinefrontier collapse, "Byzanti
62,1992, l, p. 251-252.
6. G. I. Briitianu, Privilèges etfranchises municipales dans l'Empire byzantin, Bucarest-Paris, 1936, p. 43---
7. P. Schreiner, Stiidte und Wegenetz in Moesien, Dakien und Thrakien nach dem Zeugnis des Th
laktos Simokattes, in Spiitantike undfrühbyzantinische Kultur Bulgariens zwischen Orient und 0
dent, hrsg. von R Pillinger (Schriften der Balkankommission, Ant. Abt., 16), Wien, 1986, p. 28-_-
8. C. Scorpan, Limes Scythiae. Topographical and Stratigraphical Research on the Late Roman Fo ·r
tions on the Lower Danube, Oxford, 1980 (British Archaeological Reports, International Series,
p. Il j A. G. Poulter, L'avenir du passé. Recherches sur la transition entre la période romaine et le
proto-byzantin dans la région du Bas-Danube, "Antiquité tardive", 6, 1998, p. 331.
9. Em. Popescu, Inscriptii/e latine din secolele N-XIII descoperite în România, Bucarest, 19"'-
p.184 (nr.170).
10. M. Zahariade, The civitas and the castra on the Ripa Danubii in the 4th-6th centuries AD, inA B.
naclci, P. Pawlak (ed.), Late Roman andEarly Byzantine Cities on the LowerDanubefrom the 4th ta-
6th century AD (International Conference, Poznan,' 15-17 November 1995), Poznan, 1997, p. 9-
Idem, Scythia Minnr. A History ofaLater Roman Province (284-681), Amsterdam, 2006, p. 66-67.
Il. J. Haldon, TheIdea ... , p. 6.
dats »5. Mais il y a beaucoup plus à en apprendre. Gheorghe Bratianu 6 et Pet
Schreiner 7 ont fait remarquer que les villes danubiennes capables de se défendre
elles-mêmes avaient entamé leur évolution vers une autonomie urbaine spécifiqœ
de l'Ouest, malheureusement interrompue par les invasions.
Le déclin de la vie urbaine a été plus rapide et plus complet le long du limes da-
nubien, à cause des invasions slaves et avares, et en raison de leur localisation
périphérie. Outre les forteresses le long du Danube il existait une ligne de défense
interne, que l'on peut considérer comme faisant partie du limes 8 (Ibida) Ulmetum
Tropaeum, Zaldapa) Abrittus) Nicopolis ad Istrum) Montana) Sadovetz) CastraMar-
tis, et HorreumMargi). L'inscription de fondation de Tropacum (317) précise qu'
a été restaurée pour renforcer le limes 9. L'urbanisme n'était pas aussi développé dam
cette région frontalière que dans les provinces intérieures, car il était plutôt le œ-
sultat permanent de la militarisation entreprise au 1
er
siècle, que d'activités écono-
miques. Les castra de la légion Singidunum) Viminacium, Bononia, Oescus) No-
vae) Durostorum) Troesmis et Noviodunum devinrent des coloniae et des mun- -
pia et accueillirent une population civile du IV' au VIe siècle 10. Des forts plus pe .
devinrent eux aussi des villes (comme par exemple Halmyris) Capidava) ou Iatrus
alors que d'autres restèrent des garnisons) comme HajduckaVodenica. Au VIe .' è-
cle) beaucoup de cités le long du Danube et àl'intérieur de la ligne de défense étai
aussi des épiscopats (Singidunum, Aquae, Horreum Margi, Cast::L
Martis) Bononia, Ratiaria, Oescus) Nonvae) Nicopolis ad Istrum) Appiaria) Abri
Durostorum, Tropaenum, Sucidava,Axiopolis, Troesmis) Noviodunum, HaInr.--
ris) Ibida). Les reliques de saints relevaient le prestige des cités où elles étaient COIlStY-
vées 11 (Halmyris) Tropaeum) Durostorum et peut-être Capidava).
262 Alexandru Madgean.
Ion et renaissance de la vie urbaine à lafrontière byzantine du Danube 263
La position stratégique et l'importance religieuse sont plus importantes que
- zone pour classer un fort comme cité 12. Par exemple} Halmyris n'avait que 2}5
ectares} mais c'était une ville} parce qu'elle avait un épiscopat avec des reliques}
e activité économique notable à cause de sa position près du delta du Danube}
5 hectares de faubourgs 13.
Quand l'Empire ne fut plus en mesure d'approvisionner les garnisons} ou
rsque les locaux ne furent plus réparés après des attaques, ces établissements per-
-- ent leur rôle inilitaire. La frontière avait déjà subi de grands dommages lors de
vasion des Cotragues en 559 1\ mais la déréliction fut le résultat des invasions
rrare et slave entre 576 et 614
15
• Entre-temps, pour la ou les deux dernières traces
- occupation datées d'après 580, la vie urbaine avait déjà été remplacée par la "vie
ville" comme on dit 16, définie par des caractères ruraux comme la moindre cir-
;:n1ation de la monnaie, l'abandon ou la transformation en lieux d'habitation des
•. ents publics, la disparition du réseau de voies, des logements pauvres à demi
terrés 17. Ce type d'habitat est attesté par exemple à Capidava 18, Sacidava, Tro-
_ cum 19, Halmyris 20, Virninacium21. La fin de la vie urbaine a été suivie, soit d'une
V. Dintchev, Classification of the lateantique cities in th'iawceses of Thracia and Dacia, "Archaeolo-
gia Bulgarica", 3, 1999,3, p. 39-73 les cités sont classées en trois groupes selon la zone.
M. Zahariade, M. K Phelps, Halmyris, a settlement andfort near the mouth of the Danube: interim
report, "Journal ofRoman Archaeology", 15,2002, p. 230-245.
T. M. Zahariade, Scythia Minor ... , p. 33.
- A Madgearu, The Downfall of the Lower Danubian Late Roman Frontier, "Revue roumaine d'his-
toire", 36,1997,3-4, p. 315-336 iF. Curta, The Making ofthe Siavs. History andArchaeology of the
Lower Danube Region c. 500-700, Cambridge, 2001, p. 90-106.
Voir la plus récente discussion de cette expression dans O. Bounegru, M. Adumitroaei, Life (after
town) in town in Scythia Minorr. Interpretari stratigrafice, "Peuce", SN, 3-4 (16-17), 2005-2006
(2007), p. 259-282.
- A Madgearu, The End of Townlife in Scythia Minor, "OxfordJournal ofArchaeology", 20, 200l, 2,
p.207-208.
C. Matei, Capidava. Sectorul l, in Cronica cercetarilor arheologice. Campania 2001, Buzia§, 2002,
p. 81-82 i Idem, in Cronica cercetarilor arheologice din România. Campania 2002, Sfântu. Gheorghe,
2003, p. 71.
C. Scorpan, Date arheologice referitoare la secolde VI §i VII pe teritoriul Dobrogei (Rezultate inedite de
la Tropaeum §i Sacidava), "Pontica", 5,1972, p. 349-365 i Idem, Limes Scythiae ... , p. 65-67.
M. Zahariade, A Suceveanu, A Opait, C. Opait, F. Topoleanu, The Early and Late Roman Fortifi-
cation at Independenta, Tulcea County, "Dada", NS, 31, 1987, p. 104i M. Zahariade et alii, Murighiol,
in Cronica cercetarilor arheologice. Campania 2000, Suceava, 200 l, p. 154i A Madgearu, T. Dvorski,
Murighiol. Sector Poarta de Nord, in Cronica cercetarilor arheologice. Campania 2001, Buzia§, 2002,
p. 212-213 i T. Dvorski, A Madgearu, Murighiol. Sector Domus Nord, in Cronica cercetarilor arheo-
logice din România. Campania 2003, Cluj-Napoca, 2004, p. 210-212.
M. Popovié, Svetinja, novi podaci 0 ranonvizantijskom Viminacijumu (Svetinja - Contribution to the
Study ofthe Early Byzantine Viminacium), "Starinar", NS, 38,1987 (1988), p. 37.
264 Alexandru Madgea
destruction complète, soit par cette sorte de vie rurale. Après la première vague
d'invasions slaves et avares (576-586), la vie urbaine prit fin à Viminacium, Ratia-
ria, Oescus, Capidava, Tropaeum, Nicopolis ad Istrum22. Après la seconde va
(593-598), la vie urbaine disparut d'Ulmetum23, Ibida 24 et Troesmis 25. En 60:
des forteresses de la zone directement concernée par la rébellion de Phobs
(Iatrus, Sacidava 26) furent endommagées mais subsistèrent pendant quelq
temps. En 614 et les années suivantes, la péninsule balkanique tout entière
envahie par les Avars et les Slaves 27, et ce fut la fin des derniers vestiges des villes
de la frontière danubienne.
Pendant les invasions, les réfugiés de la région cherchaient abri dans les cités
restantes i des bâtiments publics (surtout les églises) et les rues les hébergeaient.
Par exemple, une rue de Tropaeum fut fermée par deux murs pour construire une
petite pièce 28. Ce besoin d'espace explique pourquoi des maisons furent installées
même dans les portes de villes et les tours. Des endroits aussi importants pour -
défense n'étaient quelquefois pas réparés après des destructions, ou acquéraie
des fonctions civiles: on a retrouvé des habitations pauvres dans les portes
22. M. Popovié, Svetinja ... , p. 37';R, Ivanov, T. Kovaceva, Ulpia Oescus, in R. Ivanov (ed.), Roman
Early Byzantine Cities in Bulgaria. Studies in Memory ofProf TeofilIvanov, l, Sofia, 2002, p. 56 j p._
Madgearu, The Downfall ... , p. 317-320 i A G. Pou1ter, Nicopolis ad Istrum. A Roman, Late Ro
and Early Byzantine City. Excavations 1985-1992, Londres, 1995, p. 45.
23. Gh. Papuc et alii, Pantelimonu de Sus, in Cronica cercetiirilor arheologice din România. Camp
2008, Târgovi§te, 2009, p. 164 (une pièce de 595/596 a été trouvée au niveau incendié).
24. M. lacob, Le trésor de solidi romano-byzantins découvert à Ibida (Scythie mineure), in Simpozion
numismaticii dedicat centenarului Societiitii Numismatice Române (1903-2003), 26-
noiembrie 2003, Bucarest, 2005, p. 77, 79 (pièces de 592 au niveau incendié).
25. E. OberHinder-Târnoveanu, Monede antice bizantine descoperite la Troesmis, "Peuce", 8,19
p. 253 (pièces dates jusqu'à 592).
26. A Madgearu, The Downfall ... p. 322-323.
27. V. Popovié, La descente des Koutrigours, des Slaves et des Avars vers laMer Égée: Le témoignage de r -
chéologie, "Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Comptes Rendus des séances de l'arm -
1978",3 (juillet-octobre), p. 627-630.
28. A. Barnea, SectorulA Via Principalis B-C, in I. Barnea (ed.), Tropaeum Traiani, vol. l, Cetata.
Bucarest, 1979, p. 81, 88.
29. M. Zahariade et alii, Murighiol, in Cronica cercetiirilor arheologice. Campania 1995, Braila, 199c
p.80.
30. Gh. Papuc, Consideratii asupra perioadei de a cetiitii Tropaeum Traiani, "Pontica", 10, 191
p.358-359.
31. V. Pârvan, Cetatea Ulmetum. II. Descoperirile campaniei a doua a treia de siipiituri din anii 191 :-
1913, "Analele Academiei Române. Memoriile Seqiunii Istorice", seria II, tom 36, 1913-191-
p.293.
32. M. Margineanu-Cârstoiu, A Barnea, Aspecte ale urbanismului în cetatea Tropaeum Traiani, in T
paeum Traiani, vol. l, Cetatea, Bucarest, 1979, p. 127.
_ ri et renaissance de la vie urbaine à lafrontière byzantine du Danube 265
de Halmyris 29, Tropaeum30 et Ulmetum31, et dans des tours àTropaeum32n
-ialmyris 33 et Novodunum34. Des maisons ont été construites sur une partie
=.ffi:tantelée de l'enceinte de Halmyris, le dernier niveau datant d'après 614
35
.
s la même forteresse, la partie méridionale de la clôture de la basilique épi-
pale a été utilisée comme habitat. Dans d'autres cas, une défense efficace exi-
= . une concentration des forces dans une zone plus petite. Pour cette raison la
e fortifiée de Capidava fut réduite à un fort plus petit construit après l'invasion
-' 596, le faubourg étant transféré dans la grande forteresse 36. On peut observer
- _ ad Istrum une semblable réduction à 1,1 ha 37.La réduction de l'espace
i::rt:ifié est typique des anciennes cités tardives et reflète, selon certaines interpré-
'ons, des mesures préventives pour assurer la défense avec moins de ressources
aines 38. Même réparée l'enceinte n'était pas toujours assez solide: à Tro-
_ "um, elle était faite de briques crues après 586
39
. Ces mesures d'auto-défense
nt sans effet quand l'effondrement qui suivit la nouvelle vague d'invasions
es et slaves commencées en 614 laissa les cités rescapées sans le support supé-
donné par l'armée. La population fut parfois évacuée d'une façon ordonnée,
'enfuit vers des endroits mieux défendus 40. Nicopolis ad Istrum fut démante-
\
- M. Zahariade et alii, Murighiol, in Cronica cercetiirilor arheologice din România. Campania 2008, Târ-
2009, p. 154-156.
V. H. Baumann et alii, Isaccea, in Cronica cercetiirilor arheologice. Campania 2001, 2002,
p.159.
- A. Suceveanu, M. Zahariade, F. Topoleanu, Gh. Poenaru-Bordea, Halmyris I. Monograjie arheolo-
gicii, Cluj-Napoca, 2003, 40-41, 114.
- Sur le petit fort voir Z. Covacef, Capidava în secolul VI e.n. Câteva observatii pe baza cercetiirilor din
sectorul Val cetiitii, "Pontica", 21-22, 1988-1989, p. 195-196 il. C. Capidava. Sectoarele III
VI, in Cronica cercetiirilor arheologice. Campania 2000, Suceava, 2001, p. 54-55. La preuve numis-
matique de cette date dans A Gândila, Early Byzantine Capidava: the Numismatic Evidence, "Cer-
cetari numismatice", 12-13, 2006-2007, p. 114.
A. G. Poulter, Town and Country in Moesia Inferior, in Ancient Bulgaria. Papers presented to the Inter-
national Symposium on the Ancient History andArchaeology ofBulgaria, ed. A G. Poulter, Part 2, Not-
tïngham, 1983, p. 97.
é. Kirilov, The reduction of thefortified city area in late antiquity : sorne reflections on the end of the
'antique city' in the lands ofthe Eastern Roman Empire, in]. Henning (ed.), Post-Roman Towns, Trade
and Settlement in Europe andByzantium, vol. 2. Byzantium, Pliska and the Balkans (Millennium-Stu-
dien zu Kultur und Geschichte des erstenJahrtausends n. Chr., Volume 5/2), Berlin-NewYork,
2007, p. 3-24.
- l. Bogdan-Cataniciu, M. Margineanu-Cârstoiu, Consideratii asupra caracterului ultimei locuiri în
Civitas Tropaeum (sec. VI-VII e.n.), "Revista Muzeelor Monumentelor-seria muzee", 12, 1975, 2,
p.6l.
W.]. H. G. Liebeschuetz, The Decline ... ,p. 288-290.
Alexandru Madg 266
41. AG. Poulter, Nicopolis ad Istrum., p. 44-45.
42. V. Dintchev, Zikideva - an example ofEarly Byzantine urbanism in the Balkans, "Archaeologia
garica", l, 1997,3, p. 54-77.
43. A Madgearu, TheEnd ... ,p.210-214.
44. J. D. Howard-]ohnston, Urban Continuity in the Balkans in the Early Middle Ages, in Ancient B
ria ... , p. 250.
45. S. Angelova, Die Ausgrabungen imjrühmittelalterlichen Erzbischofssitz von Drastar (Kirche nr._
1993-1998, in]J. D. Howard-]ohnston, Urban Continuity in the Balkans in the Early Middle Ages.
AncientBulgaria ... , p. 250. Henning (ed.), ZwischenByzanz undAbendland. Pliska und der 0 -
Balkanraum im Spiegel der Frühmittelalterarchaologie (Internationales Kolloquium aufder Ebem ,:,
15 bis 18. November 1999), Bonn 2000, p. 47-52; S. Angelova, R Koleva, Derfrühmittelalter - •
Drastar (Si/istra), in G. Fusek (ed.), Zborm1 na pocest' Dariny Bialekovej, Nitra, 2004, p. 19--
lée intentionnellement avant d'être évacuée en 586
41
et la population fut ré'
lée dans un endroit mieux défendu, à Tzarevetz (Zikideva) 42.
Des éléments de vie urbaine coexistèrent avec la ruralisation pendant
période de transition, avant ou après la fin de l'utilisation militaire. La dissoluti
de la vie urbaine ne se fit pas de façon uniforme. Q!.Ielques lieux ont gardé pen
un certain temps les attributs de la vie urbaine (une garnison, des contacts co
merciaux, des ateliers), mais, finalement, les relations avec les autres provin
furent rompues et ces villes devinrent étape par étape des installations rurales, ~ _
survécurent pendant un temps indéterminé pendant le VIle siècle. Des .
comme Halmyris, Ulmetum, Capidava) ou Tropaeum, moururent sans violen
par le départ progressif de la population. Les monnaies les plus récentes retr
vées dans ces lieux en voie de disparition datent de 613-616, lorsque les contac
avec l'Empire byzantin furent interrompus, mais il n'est pas possible de déte
ner combien de temps elles perdurèrent après cette interruption43. Leur mort
la conséquence ultime de la fin de l'utilisation militaire, et de l'interruption
relations économiques avec le reste de l'Empire et avec la campagne. On sup
sait que les cités pouvaient survivre en symbiose économique avec les Slaves-
mais, à la différence de la Grèce, une telle situation n'est pas observée le long
Danube.
Après cette destruction générale, la vie urbaine se ranima d'abord à Duro -
rucl., où des nouveaux éléments de fortification et des églises furent érigés du \ ~
au xe siècle, après la conquête bulgare de 680, mais en un endroit différent de
fortification romaine 45. Singidunumréapparut après un certain temps avec le n
veau nom de Belgrade. Elle fut conquise par la Bulgarie en 824 parce qu'elle é -
si importante que les évêques bulgares (ceci est attesté en 878) et les comm -
dants y résidaient. La nouvelle ville de Moravon fondée à l'emplacement -
J..fort et renaissance de la vie urbaine à lafrontière byzantine du Danube 267
fargum près de Viminacium fut déclarée également évêché en 879
46
• Une autre
cité ancienne qui revécut après l'expansion bulgare vers l'Ouest fut Bononia-
idin 47. Quant à Nicopolis ad Istrum, avec le nouveau nom de Nikjup, on suppo-
sait qu'elle avait été habitée de façon continue jusqu'au XIIe siècle 48, mais des
:recherches ultérieures ont montré que l'endroit fut abandonné après 586
49
et que
vie continue pendant encore un siècle dans la cité voisine de Zikideva (l'endroit
pelé Tzarevetz) 50. Novodunum fut par moments sous le contrôle de la marine
'}'Zantine comme port d'escale 51, mais rien ne montre qu'il y ait eu là une vie
urbaine avant l'installation de l'administration byzantine. Donc, après une période
.:le discontinuité, des éléments de vie urbaine ne réapparurent sur le Danube pen-
tcette période sombre que dans le cadre de la Bulgarie, État qui hérita de
3yzance la ville de Durosorum et les cités développées des rives de la mer Noire 52.
Entre le VIle et le IX
e
siècle, la plupart des cités provinciales de l'Empire otto-
:nans'étant maintenues évoluèrent, passant de poleis à kastra, des colonies sur un
placement plus petit et mieux: défendu, ayant un caractère surtout militaire 53.
_-ous avons déjà vu que cette réduction de l'espace fit son apparition dans la
:égion du Danube à la fin du VIe siècle, à Capidava et à Nicopolis ad Istrum. La vie
:rrbaine continua dans des kastra, avec une population réduite, la déréliction des
'timents publics et des aménagements, la stagnation économique 54. Tel était le
.?nre de petite colonie fortifiée dans la région du Danube quand elle a été redé-
M. Popovié, v. Ivanisevié, Grad Branicevo usrednjem veku (BraniCevo, cité médiévale), "Starinar",
NS, 39, 1988, p. 177 j A. Kuzev, Bemerkungen über einige Bistümer in Bulgarien wahrend der ersten
Jahrzehnte nach 870, in Symposium Methodianum. Beitrage der Internationalen Tagung in Regensburg
(J 7. bis 24. April 1985) zum Gedenken an den 1100. Todestag des hl. Method, ed. by K. Trost, E.
Volkl,E.Wedel,Neuried, 1988,p. 187-192.
- A. Kuzev, Prinosi kam istoriata na srednovekovnite kreposti po Dolnija Dunav, III. Gigen, Orjachovo,
Lom, Vidin i Florentin (Contribution à l'histoire des forteresses médiévales sur le Bas-Danube. III. Gui-
guène, Oriahovo, Lom, Vidine et Florentine), "Izvestija na Narodnija Muzej Varna", 4 (19),1968,
p.53-55.
V. Besevliev, Les cités antiques en Mésie et en Thrace et leur sort à l'époque du Haut Moyen Âge, "Études
Balkaniques", 2, 1966,5, p. 214.
A. G. Poulter, Nicopolis ad Istrum., p. 45.
V. Dintchev, Zikideva ... ,p. 54-69.
A. Madgearu, Organizarea militara bizantina la Dunare in secolele X-XII, 2007, p. 16.
V. Gjuzelev, Die Spatantike und Frühmittelalterliche Stadt aufbulgarischem Territorium (6. bis 10.
Jahrhundert), in Spatantike undfrühbyzantinische Kultur ... ,p. 21-24.
J. Haldon, TheIdea ... , p. 12-16.
W. Müller-Wiener, Von der Polis zum Kastron. Wandlungen der Stadt im Agaischen Raum von der
Antike zum Mittelalter, "Gymnasium", 93, 1986,5, p. 435-475; T. E. Gregory, Archaeology and Theo-
retical Considerations on the Transitionfrom Antiquity to the Middle Ages in the Aegean Area, in N. P.
Kardulias. (ed.), Beyond the Site. Regional Studies in the Aegean Area, Lanham, 1994, p. 137-159.
55. M. Angold, The shaping ofthe medieval Byzantine city, "Byzantinische Forschungen", 10, 1985, p. Il-
18i J. Ferluga, Die byzantinischen Provinzstadte im 11. Jahrhundert, inJ. )arnut, P. )ohanek (hrsg.),
Die Frühgeschichte der europaischen Stadt im 11. Jahrhundert (Veroffentlichungen des Instituts fi.U
vergleichende Stadtgeschichte in Münster, 43), KoIn, 1998, p. 363-367.
56. S. Baraschi, Despre civilizafia urbanii din Dobrogea în secolele XI-XN, "Studii cercetiiri de istorie
veche arheologie", 42,1991,3-4, p. 139.
57. Ibidem, p. 139-141 i O. Damian, Repere arheologice privind ora§ele medievale ale diferitelor zone.
Duniirea de Jos, "Historia Urbana", 13,2005,1-2, p. 144-145. Tout en reconnaissant ce niveau
modeste d'urbanisme, O. Damian soutient que les établissements étaient de type urbain et avaient
les traits caractéristiques des cités.
58. Gh. 1. Barnea, M. E. Dinongetia 1. A§ezareafeudalii timpurie de la Bisericufa-
Garviin, Bucarest, 1967, p. 359-356.
couverte après 971) deux ou trois siècles plus tard que les régions restées sous
administration byzantine ou que celles redécouvertes auparavant.
Bien des vieilles cités (comme Ratiaria) Oescus, Novae) SexagintaPrista ou
Halmyris) n'ont pas été restaurées après 971) ou ont été remplacées par des vil-
lages sans importance. Quelquefois la zone ancienne enclose n'était pas en usage
(à Belgrade) par exemple). Aucune forteresse de la ligne de défense intérieure
comme Ulmetum ou Tropaeum n'a été peuplée pendant cette période. Ceci met
en évidence une stratégie différente) se concentrant sur quelques points clé le long
du fleuve) qui incluent de nouvelles fortifications à Nufaru (Presthlavitza) et
Pkuiullui Soare (toutes deux fondées comme des bases navales) et s'étant trans-
formées en cités). Les forts du Danube du milieu de la période byzantine n'étaient
pas seulement en périphérie) il était également en retard sur les provinces inté-
rieures) où des villes furent à nouveau prospères auxXIe et XIIe siècles. La cité byzan-
tine typique de cette époque dépendait plus de l'agriculture) et était plus assujettie
au pouvoir politique central que dans l'Ouest. Elles étaient sous le contrôle de pro-
priétaires terriens locaux) mais enmême temps opprimées par une administration
centrale sévère et corrompue 55. Y avait-il les mêmes caractéristiques le long du
Danube? il Yen avait) mais à une échelle différente.
Le retard de développement était considéré comme la conséquence d'inva-
sions répétées 56. Des fouilles archéologiques de grande envergure dans des sites
comme Garvan) Capidava) Oltina ou Pkuiullui Soare n'ont rien mis à
jour d'autre que des enceintes et de pauvres habitations faites de bois et d'argile,
enterrées pour la plupart. Les différents métiers et les activités commerciales attes-
tés sont spécifiques de l'économie de vie urbaine) mais ce n'est pas suffisant pour
définir la vie urbaine) parce que les bâtiments et espaces publics) le réseau de rues
et les système d'adduction d'eau manquent 57. Par bâtiments publics) nous enten-
dons surtout les églises. Il est surprenant qu'une seule petite église ait été trouvée
dans ces sites) à Garvan 58) bien que l'organisation ecclésiale ait existé depuis 971
268
Alexandru Madgearu
_Vion et renaissance de la vie urbaine à lafrontière byzantine du Danube 269
dans les provinces du Danube. En comparaison avec le grand nombre d'églises du
VIe siècle} ceci révèle la véritable nature des forteresses du XIe siècle: ce n'étaient
as de vraies cités} mais des espèces de colonies semi-urbaines. Les caractères de
l'habitat ressemblent à ceux des villages contemporains des provinces intérieures}
par exemple au sud de l'Haemus (Djadovo) Kovacevo) 59} sauf que ces villages
n'étaient pas protégés par des murs. Il y a un fort contraste entre ce pauvre niveau
d'urbanisme et le haut degré de circulation de la monnaie destinée à soutenir la
défense et le commerce avec les Petchénègues et les Coumans. Pour cette raison}
une appellation plus appropriée de ces colonies} pour refléter leur rôle principal}
e commerce frontalier} est emporia 60. Définir les cités seulement par leurs activi-
és commerciales et artisanales 61 revient à ignorer ce qui fait la différence entre
une place de marché et une cité: les bâtiments publics et privés en pierre.
Une vie urbaine développée n'a existé aux XIe et XIIe siècles le long du Danube
qu'à Belgrade} Branicevo} Vidin} Dristra} Piicuiullui Soare} Nufaru et Isaccea} et
as pendant toute la période. Belgrade et Branicevo le sont devenues au XIIe siècle}
grâce à l'interaction de la guerre et de la paix entre Byzance et la Hongrie 62. Dris-
ITa} Vidin} Belgrade et Branicevo étaient des évêchés 63. Ceci est un critère impor-
tant pour les définir comme des cités} même si d'autres traits de la vie urbaine sont
:nanquants (par exemple) Branicevo ressemble à une colonie semi-rurale
64
). A
_ ufaru} il n'est pas possible de savoir s'il y a eu des édifices publics} car la zone n'a
pu être entièrement fouillée} mais nous pouvons la considérer comme une cité
arce qu'elle était la résidence du stratègos de Presthlavitza. Quant à Isaccea et
Pacuiullui Soare} la grande quantité de monnaies et d'autres trouvailles montre
qu'elles étaient toutes deux de riches cités (leur situation était déterminante pour
7]. R. Rasev, V. Dincev, B. Borissov, Le village byzantin sur le territoire de la Bulgarie contemporaine, in
J. Lefort, C. Morrisson, J. P. Sodini (ed.), Les villages dans l'Empire byzantin (We-XVe siècle) (Réa-
lités byzantines, Il), Paris, 2005, p. 357-358.
Comme l'écrit P. Stephenson, Byzantium's Balkan Frontier: A Political Study of the Nonrthern Bal-
kans, 900-1204, Cambridge, 2000, p. 87, 88, 93, 97.
'1. De l'avis de P. Diaconu, Considerafii generale asupra cu caracter urban de la Duniirea de Jos
(sec. X-XI), "Cultura §i civilizatie la Dunarea deJos", 2, 1986, p. 223-226.
M. Popovié, Lesforteresses du système difensifbyzantin en Serbie au XIe-XIIe siècle, "Starinar", NS, 42,
1991, p. 169-175 i P. Stephenson, Byzantium's Balkan Frontier ... , p. 242-245.
V. Popovié, Episkopiska u Srbiji od IXdo XI veko (Les évêchés médiévaux sur le territoire de la
Serbie (IXe-XIe siècles), "Godisnjak Grada Beograda", 25, 1978, p. 33-40 i P. Diaconu, Sur l'organi-
sation ecclésiastique dans la région du Bas-Danube (dernier tiers du Xe siècle-XIIe siècle), in Études byzan-
tines et post-byzantines, II, Bucarest, 1991, p. 82-89 i A. Madgearu, The Church Organization at the
Lower Danube, between 971 and 1020, in Études byzantines et post-byzantines, N, Ia§i, 2001, p. 76-
80.
M. Popovié, V. Ivanisèvié, Grad Branicevo ... ,p. 179.
65. E. Popescu, Notes on the History ofDobroudja in the 11th Century: the Bishopric ofAxiopolis, "Vyzzr
. tina", Thessaloniki, 15, 1989, p. 237-267 i A Madgeam, Organizarea ... , p. 116-117.
66. P. Diaconu, Sur l'organisation ecclésiastique ... , p. 86-87 j Gh. Nufiiru C
Tulcea) - bizantinfortificat, la Duniirea de Jos (sec. X-XIII), "Arheologia Medievalii", 2, 1995.
p. 84 j P. Stephenson, Byzantium's Balkan Frontier ... ,p. 97.
67. A Madgearu, Organizarea ... ,p. 120.
68. ]. Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae (Géographie ecclésiastique
l'Empire byzantin, 1), Paris, 1981, p. 375 (Notitia 14 de Nil Doxopatris,45).
69. P. Stephenson, Byzantium's Balkan Frontier ... ,p. 98-103 i A Madgearu, Organizarea ... , p. 63-69_
70. A Madgearu, Organizarea ... , p. 102-116, 119-120, 124-126.
71. G. Parthey, Hieroclis Synecdemus et Nontitiae Graecae Episcopatuum accedunt Nili Doxopatrii NOIr-
titia Patriarchatum ( ... ), Amsterdam, 1967, p. 297.
72. A Madgearu, Organizarea ... , p. 120.
qu'elles acquièrent un caractère urbain)} mais} même là} il manque certains élé-
ments d'urbanisme comme les édifices en pierre. Axiopolis fut un évêché jusqu'
sa destruction causée par l'invasion coumane en 109S 65} ce fait étant le seul témoi-
gnage qu'Axiopolis était une cité au XIe siècle} faute de fouilles archéologiqu
L'existence d'autres évêchés à Garvan et Nufaru 66 ou Isaccea 67 est seulement sup-
posée} mais il est avéré que le siège métropolite de Dristra avait cinq évêchés
1143
68
.
Le développement urbain s'exprimait aussi par une tendance à l'autonomi
quelque chose de courant dans les cités byzantines aux XIe et XIIe siècles. La pres-
sion fiscale exercée par le centre provoqua une rébellion en 1072. Dristra eut un
pouvoir indépendant en 1091. Cette séparation d'une pàrtie du Paristrio
(Paradounavon) mettait en évidence le désir d'indépendance des propriétaire>
locaux} étant un mouvement urbain soutenu par la force militaire des Petch
nègues 69. Le succès de ce mouvement tenait à la situation périphérique} et c'
seulement la victoire contre les Petchénègues qui permit à Alexis 1
er
Comnène ;>.
reprendre autorité sur les cités rebelles.
Dans d'autres circonstances les mêmes Petchénègues et Coumans furent d
agents de destruction pour la vie urbaine (invasions de 1032-1036) 1047} 106:-
1086} 109S} 1122 et 1148) mais pas la cause d'une annihilation comme au déb
du VIle siècle. Des petits forts comme Capidava ou Krivina furent vite abandonn
(en 1047)} mais d'autres furent réparés (Garvan) Isaccea} Nufaru} etc.) 70. De fai::
la vie en ville s'améliorait encore au XIIe siècle. La source qui fait état de l'existen -
de cinq évêchés} Nil Doxopatris} par des Paristrioi poleis} mais sans préciser le
noms 71. Après 1122 Nufaru déclina} mais Isaccea resta florissante à ce momen""-
là 72. Dristra resta une cité bien développée jusqu'à la fin de la domination byzan-
tine. Al-Idrisi} qui visita la région vers IIS0} nota pour Belgrade et Dristra d
270 Alexandru Madge
~ \ 1 o r t et renaissance de la vie urbaine à lafrontière byzantine du Danube 271
marques de vie urbaine comme une activité commerciale développée, ou des rues
larges. Linoncastro
J
que l'on identifie à Hâ r§ova 73, était également un important
centre commercial 74.
Les villes restaurées après 971 furent moins nombreuses qu'au VIe siècle, et
leur développement urbain inférieur à celui des provinces intérieures. La fin de
l'administration byzantine le long du Danube dans les dernières années du XIIe
siècle marqua un nouveau tournant. La pénétration des marchands génois a
amené des évolutions nouvelles et différentes dans la région, désormais partie du
nouvel État bulgaro-roumain. Le fait le plus important est l'essor de Vicina. Mais
• s'arrête notre enquête.
Tableau 1. Comparaison entre les cités romaines antiques:
Cités Zone Destruc- Fin du Vie après Monnaie
(ha) tions rôle mili- la fin du la plus
taire rôlemili- récente
taire trouvée
Singidunum (Belgrade) 18 584 601 OUI ?
Viminacium ca.30 584,593 601 NON 592/593
:Bononnia (Vidin) 23 586,593 593 NON ?
Ratiaria ca. 30 586 586 NON 565-578
Oescus 28 586 586 NON 565-578
)Jonvae (Svishtov) 26 614 614 NON 611/612
1atrus (Krivina) 3 602 602 OUI 577/578
Transmarisca (Tutrakan) ca. 6 593 (?) 593 (?) OUI 603/604
:>urostorum (Silistra) 19 586,680 680 OUI 680
Sacidava 1,6 559,602, 602 OUI ·615/616
614
Capidava 1,3 559,576, 614 NON 612/613
596
Carsium (Hâr§ova) ca.22559, 586 (?) 586 (?) OUI 629/630
Troesmis 36 576,593 593 NON 591/592
Dinongetia (Garvan) 1,2559, 593 559 OUI 591/592
;"3. C. Chiriac, Despre "Linonkastro" (Cetatea Lânii) din "Geografia" lui Edrisi, ,,Analele Brâilei", l, 1993,
1,447-454.
-.f. P.A.Jaubert, Géographie d'Edrisi traduite de l'arabe enfrançais, vol. II ("Recueil de voyages et de
mémoires publié par la Société de Géographie", 6), Paris, 1840, p. 376, 386, 388.
272 Alexandru Madgearu
Noviodunum (Isaccea) 11,5(?) 559,593 (?)614 (?) OUI 605/606
(?)
Halmyris (Murighiol) 2,5559, 576-586 586 OUI 613/614
Ibida (Slava Rusa) 24,9586, 593,614 593 OUI 613/614
Ulmetum 1,5 576-586, 596 OUI 614/615
596,614
Tropaeum (Adamclisi) 11,7 559,586, 586 OUI 608/609
593
Nicopolis ad Istrum 5,74 586 586 OUI 578-582
Zaldapa (Abrit) 25 586,593 593 NON ?
Abrittus (Razgrad) ca.l2 586 586 NON 582-586
BIBLIOGRAPHIE POUR LES MONNAIES DU TABLEAU 1
Viminacium: V. IvaniSevié, Katalog novra sa lokaliteta Svetinja uKostolcu (Le cata-
logue des monnaies provenant du site Svetinja a Kostolac), "Starinar", NS, 38,
1987 (1988), p. 62, nr. 63.
Ratiaria: B. Boskova, Coinsfrom the excavations ofthe antique town Ratiaria, "Ratia-
rensia. Studi e Materiali Mesici e Danubiani", 2, 1984, p. 110.
Oescus: R. lvanov, T. Kovaceva, Ulpia Oescus, inR. lvanov (ed.), Roman and Barly
Byzantine Cities in Bulgaria. Studies in Memory ofProf Teofil Ivanov, l, Sofia,
2002, p.48.
Novae: K. Dimitrov, P6znorzymskie i wczesnobizantyjskie monety z odcinka IVw
Novae z lat 294-612, "Novensia. Badania Ekspedycji Archeologicznej Uni-
wersytetu Warszawskiego w Novae", Il, 1998, p. 111, nr. 178.
Transmarisca: 1. Vagalinski, Die spiitromische nordliche Festungsmauer von Trans-
marisca, in G. von Bülow, A Milcheva (hrsg.), Der Limes an der unteren Donau
von Diokletian bis Heraklios. Vortriige der internationalen Konferenz Svishtov, Bul-
garien (l.-5. September 1998), Sofia, 1999, p. 235.
Sacidava: G. Custurea, G. Talmatchi, A Vertan, Descoperiri monetare în Dobrogea
(XIII), "Pontica", 32,1999, p. 355, nr. 2077.
G. Custurea, Unele aspecte privindpenetratia monedei bizantine în Dobro-
gea în secolele VII-X, "Pontica", 19, 1986, p. 277, nr. 6.
Capidava: A Gândila, Barly Byzantine Capidava: the NumismaticBvidence, "Cer-
cetari numismatice", 12-13, 2006-2007, p. 114.
Troesmis: G. Custurea, Noi descoperiri monetare bizantine din Dobrogea (sec. V-
VII), "Pontica", 41, 2008, p. 545, nr. 207, 208.
Dinogetia : B. Mitrea, Monedele Dinogetiei la secolului al VI-Ica,
"Pontica",7, 1974, p. 69, nr. 74.
Mort et renaissance de la vie urbaine à lafrontière byzantine du Danube 273
oviodunum: Gh. Poenaru-Bordea} E. Nicolae) A Popescu) Contributions numis-
matiques à l'histoire de Noviodunum aux VIe-VIle siècles) "Studii cercetari de
numismatica") 11) 1995 (1997))p.138)nr. 70.
Halmyris : A Suceveanu) M. Zahariade) FI. Topoleanu) Gh. Poenaru Bordea) Hal-
myris 1. Monografie arheologiâi} Cluj-Napoca) 2003} p. 156) nr. 246) 247.
U1metum: Gh. Papuc et alii) Pante1imonu de Sus} in Cronica cercetarilor arheologice
din România. Campania 2008} 2009} p. 164.
Ibida: M. lacob) Le trésor de solidi romano-byzantins découvert à Ibida (Scythie Mi-
neure)) in Simpozion de numismatica dedicat centenarului Societatii Numismatice
Române (1903-2003)) 26-28 noiembrie 2003) 2005) p. 79.
icopolis ad Istrum: A G. Poulter) Nicopolis ad Istrum. A Roman) Late Roman and
Early Byzantine City. Excavations 1985-1992) London) 1995) p. 45.
Abrittus: T. Ivanov) S. Stoianov) Abritus. Its History and Archaeology) Razgrad)
1985) p. 10-16.
Tableau 2. Comparaison entre les cités au milieu de la période Byzantine
Précé- Fortih-
Nou-
Date de foundation
demment cation
velle Fin d'acti-
Cité
ou de restauration
utilisée romaine
fortihca-
Destructions
vité
par la restau-
tion
Bulgarie? rée
Belgrade après 1018 et après our our 1059,1071 NON
1155
:Brani- Après 1018 et après our our 1127 NON
cevo 1155
Vidin Après 1004 our our ? NON
Dristra Après 1001 our OUI 1036} 1087 NON
Pacuiul Après 971 our 1122 1122
lui Soare
Capidava Après 971 our 1036,1047 1047
Garvan our 1036, 1047, 1122
1065,1086}
1122
,Isaccea Après 971 our 1036,1095 NON
Sufaru Après 971 our 1122 NON
(traduit de l'anglais)

Recherches sur la transition entre la période romaine et le proto-byzantin dans la région du Bas-Danube. p. Ant.-ris) Ibida). 6. Il j A. que d'activités économiques. 10. Schreiner. 1936. I. p. 251-252. Poznan. Les reliques de saints relevaient le prestige des cités où elles étaient COIlStYvées 11 (Halmyris) Tropaeum) Axi~polis. Scythia Minnr. . devinrent eux aussi des villes (comme par exemple Halmyris) Capidava) ou Iatrus alors que d'autres restèrent des garnisons) comme Hajducka Vodenica.262 Alexandru Madgean. Late Roman and Early Byzantine Cities on the Lower Danubefrom the 4th ta6th century AD (International Conference. Privilèges etfranchises municipales dans l'Empire byzantin. Bononia. Stiidte und Wegenetz in Moesien. HaInr. G. Au VIe . Cast::L Martis) Bononia. Topographical and Stratigraphical Research on the Late Roman Fo ·r tions on the Lower Danube. 1986. p. Il. Kastron and Diateichisma as a response to early Byzantinefrontier collapse. et Horreum Margi). 43--P. 19"'- p. Le déclin de la vie urbaine a été plus rapide et plus complet le long du limes danubien. ~ naclci. Gregory. Tropaenum. Outre les forteresses le long du Danube il existait une ligne de défense interne. 5. T.Axiopolis. L'avenir du passé.170). M. laktos Simokattes. Haldon. p. 9. P. Poznan. Horreum Margi. p. Oxford. A History ofa Later Roman Province (284-681). l. car il était plutôt le œsultat permanent de la militarisation entreprise au 1er siècle. Des forts plus pe . V~nacium) Aquae. . International Series. 66-67.. "Antiquité tardive". Bucarest-Paris. in A B. 6. Zahariade. Durostorum et peut-être Capidava). Amsterdam. 2006. "Byzanti 62. Gheorghe Bratianu 6 et Pet Schreiner 7 ont fait remarquer que les villes danubiennes capables de se défendre elles-mêmes avaient entamé leur évolution vers une autonomie urbaine spécifiqœ de l'Ouest. hrsg. à cause des invasions slaves et avares. p. in Spiitantike undfrühbyzantinische Kultur Bulgariens zwischen Orient und 0 dent. Troesmis) Noviodunum. Popescu. p. 1980 (British Archaeological Reports. G. L'urbanisme n'était pas aussi développé dam cette région frontalière que dans les provinces intérieures.' ècle) beaucoup de cités le long du Danube et à l'intérieur de la ligne de défense étai aussi des épiscopats (Singidunum. Sucidava. que l'on peut considérer comme faisant partie du limes 8 (Ibida) Ulmetum Tropaeum. Poulter. E. Limes Scythiae.184 (nr. Mais il y a beaucoup plus à en apprendre. Em.). Inscriptii/e grece~ti ~i latine din secolele N-XIII descoperite în România. 1997. et en raison de leur localisation périphérie. Dakien und Thrakien nach dem Zeugnis des Th 8.. TheIdea . 6. Abt. Zaldapa) Abrittus) Nicopolis ad Istrum) Montana) Sadovetz) Castra Martis. Oescus) Nonvae) Nicopolis ad Istrum) Appiaria) Abri Durostorum.' 15-17 November 1995).1992. dats »5. 1998. p. Scorpan. 9Idem. Ratiaria. Pawlak (ed. malheureusement interrompue par les invasions. Bucarest. Les castra de la légion Singidunum) Viminacium. 331. L'inscription de fondation de Tropacum (317) précise qu' a été restaurée pour renforcer le limes 9. 28-_C. von R Pillinger (Schriften der Balkankommission.. The civitas and the castra on the Ripa Danubii in the 4th-6th centuries AD. Briitianu.pia et accueillirent une population civile du IV' au VIe siècle 10. Oescus) Novae) Durostorum) Troesmis et Noviodunum devinrent des coloniae et des mun . 7. Wien. J. 16).

Suceava. Zahariade. 315-336 iF. novi podaci 0 ranonvizantijskom Viminacijumu (Svetinja . "Dada". p. . "Journal ofRoman Archaeology". Quand l'Empire ne fut plus en mesure d'approvisionner les garnisons} ou rsque les locaux ne furent plus réparés après des attaques. p. Halmyris 20. "Pontica". soit d'une V. Sfântu. T. "Revue roumaine d'histoire". 349-365 i Idem. Sectorul l. in Cronica cercetarilor arheologice din România. "Starinar". C. in Cronica cercetarilor arheologice. Life (after town) in town in Scythia Minorr. The Downfall ofthe Lower Danubian Late Roman Frontier. 3.207-208. 259-282.Ion et renaissance de la vie urbaine à lafrontière byzantine du Danube 263 La position stratégique et l'importance religieuse sont plus importantes que . Campania 2001. p.. 2002. Campania 2001. The End of Townlife in Scythia Minor. 65-67. Murighiol. Curta. Opait. . M. 71. Voir la plus récente discussion de cette expression dans O. 2001. Ce type d'habitat est attesté par exemple à Capidava 18. ents publics.A Madgearu. 200 l. a settlement andfort near the mouth ofthe Danube: interim report.1972. in Cronica cercetarilor arheologice din România. in Cronica cercetarilor arheologice. La frontière avait déjà subi de grands dommages lors de vasion des Cotragues en 559 1\ mais la déréliction fut le résultat des invasions rrare et slave entre 576 et 614 15 • Entre-temps. A Opait.3-4. Scorpan. 104 i M. Zahariade. p. Tulcea County. p. Topoleanu. SN. 39-73 les cités sont classées en trois groupes selon la zone. Buzia§. 81-82 i Idem. 20. NS. Campania 2000. Popovié. Halmyris.zone pour classer un fort comme cité 12. M.1997. 5.. l'abandon ou la transformation en lieux d'habitation des •. in Cronica cercetarilor arheologice. M. 154 i A Madgearu.Contribution to the Study ofthe Early Byzantine Viminacium). 2005-2006 (2007). 500-700. M. 2003. Limes Scythiae . p. La fin de la vie urbaine a été suivie. K Phelps. 38. Bounegru. F.occupation datées d'après 580. Virninacium 21. Murighiol. 2.2002. Classification ofthe lateantique cities in th'iawceses of Thracia and Dacia. p. p. définie par des caractères ruraux comme la moindre cir. Sacidava. Tro_ cum 19. p. A Madgearu. C. 2002. A Suceveanu. Matei.A Madgearu.1987 (1988). . M. Buzia§. Scythia Minor . Murighiol. Dvorski. "Archaeologia Bulgarica". 37. 1987. Campania 2002. la disparition du réseau de voies.. T. Zahariade et alii. Interpretari stratigrafice. 3-4 (16-17). Date arheologice referitoare la secolde VI §i VII pe teritoriul Dobrogei (Rezultate inedite de la Tropaeum §i Sacidava).ent leur rôle inilitaire. ces établissements per-. Svetinja. 1999. 33. 200 l. Campania 2003. NS. p. 230-245..3. 212-213 i T. Cambridge. M. 15. 31. . Adumitroaei. The Early and Late Roman Fortification at Independenta. p. Sector Poarta de Nord. Capidava. "Peuce". 36. des logements pauvres à demi terrés 17. The Making ofthe Siavs. Zahariade. p. p. Gheorghe. p. 2004. Dintchev. History andArchaeology ofthe Lower Danube Region c. pour la ou les deux dernières traces . Par exemple} Halmyris n'avait que 2}5 ectares} mais c'était une ville} parce qu'elle avait un épiscopat avec des reliques} e activité économique notable à cause de sa position près du delta du Danube} 5 hectares de faubourgs 13. p. 90-106. C. Sector Domus Nord. . Dvorski. Cluj-Napoca. "OxfordJournal ofArchaeology".:n1ation de la monnaie. 210-212. p. la vie urbaine avait déjà été remplacée par la "vie ville" comme on dit 16.

La descente des Koutrigours.3 (juillet-octobre). seria II. "Analele Academiei Române.19 p. 77. 79 (pièces de 592 au niveau incendié). p. p. Murighiol. Svetinja . The Downfall . M. Barnea (ed. Ratiaria. 56 j p. 1913-191p. 8. 164 (une pièce de 595/596 a été trouvée au niveau incendié). r- . II. Comptes Rendus des séances de l'arm 1978". 191 p. 10. Papuc et alii.358-359. in Cronica cercetiirilor arheologice. Roman Early Byzantine Cities in Bulgaria. A Barnea. 2009. Bucarest. Après la seconde va (593-598). Camp 2008. V. . Monede antice ~i bizantine descoperite la Troesmis. Zahariade et alii. p. la péninsule balkanique tout entière envahie par les Avars et les Slaves 27. Campania 1995. Braila. in Simpozion numismaticii dedicat centenarului Societiitii Numismatice Române (1903-2003). 45. The Downfall .. Memoriile Seqiunii Istorice". soit par cette sorte de vie rurale.. Oescus. "Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Ivanov (ed. 317-320 i A G. in I. M. lacob. Chi~iniiu. Après la première vague d'invasions slaves et avares (576-586). 2005. Barnea. Aspecte ale urbanismului în cetatea Tropaeum Traiani. la vie urbaine disparut d'Ulmetum 23.. Le trésor de solidi romano-byzantins découvert à Ibida (Scythie mineure). "Peuce". Pârvan. 1995.). 253 (pièces dates jusqu'à 592). 322-323. Pou1ter. Ibida 24 et Troesmis 25. p. Excavations 1985-1992. Cetata. 32. tom 36. Londres. 2002. Gh. M. A Roman. SectorulA ~i Via Principalis B-C. Gh. p. la vie urbaine prit fin à Viminacium.. 31. M. Nicopolis ad Istrum 22. 627-630. Descoperirile campaniei a doua ~i a treia de siipiituri din anii 191 :1913. Sacidava 26) furent endommagées mais subsistèrent pendant quelq temps. in T paeum Traiani. 199c p. 26. T. Margineanu-Cârstoiu. des Slaves et des Avars vers laMer Égée: Le témoignage de chéologie.R. Ivanov. 1979. A Madgearu. et ce fut la fin des derniers vestiges des villes de la frontière danubienne. p. V. in Cronica cercetiirilor arheologice din România. Tropaeum Traiani. l. Ulpia Oescus. 29. Studies in Memory ofProf TeofilIvanov. Cetatea. vol. vol. En 60: des forteresses de la zone directement concernée par la rébellion de Phobs (Iatrus. Papuc. les réfugiés de la région cherchaient abri dans les cités restantes i des bâtiments publics (surtout les églises) et les rues les hébergeaient. Popovié. p. Nicopolis ad Istrum. ou acquéraie des fonctions civiles: on a retrouvé des habitations pauvres dans les portes dém~ 22. . Cetatea Ulmetum.293. A. 23.80. 1979. 37'.. 81. E. En 614 et les années suivantes. Late Ro and Early Byzantine City. p. l. une rue de Tropaeum fut fermée par deux murs pour construire une petite pièce 28. 25.). p. Tropaeum. Pantelimonu de Sus. 88. Ce besoin d'espace explique pourquoi des maisons furent installées même dans les portes de villes et les tours. 28.264 Alexandru Madgea destruction complète. "Pontica". 30._ Madgearu. Popovié. p. Bucarest. Târgovi§te. Consideratii asupra perioadei de sfâr~it a cetiitii Tropaeum Traiani. 26noiembrie 2003.. 127. 27. Capidava. Sofia. 24. Par exemple. OberHinder-Târnoveanu. l. Kovaceva. in R. Pendant les invasions. Bucarest. Des endroits aussi importants pour défense n'étaient quelquefois pas réparés après des destructions.

Campania 2000. Berlin-New York.). p. Pour cette raison la e fortifiée de Capidava fut réduite à un fort plus petit construit après l'invasion -' 596.159. 97. ed.n. . Capidava în secolul VI e. 1975._ ri et renaissance de la vie urbaine à la frontière byzantine du Danube 265 de Halmyris 29.1 ha 37. On peut observer . Byzantium. 2009.l. Suceava.n. p. . VI-VII e. Sectoarele III ~i VI. . in Cronica cercetiirilor arheologice. Poulter. le dernier niveau datant d'après 614 35 . Câteva observatii pe baza cercetiirilor din sectorul Val cetiitii. 195-196 il. Isaccea. vol. Volume 5/2). Tropaeum 30 et Ulmetum 31. Monograjie arheologicii. "Cercetari numismatice". Liebeschuetz.. Nottïngham. une défense efficace exi= . 154-156. 1983.La réduction de l'espace i::rt:ifié est typique des anciennes cités tardives et reflète. "Pontica". G. Gh. C. 1988-1989. Halmyris I. Trade and Settlement in Europe and Byzantium. 2006-2007. Margineanu-Cârstoiu. The reduction of the fortified city area in late antiquity : sorne reflections on the end of the 'antique city' in the lands ofthe Eastern Roman Empire. le faubourg étant transféré dans la grande forteresse 36._~icopolis ad Istrum une semblable réduction à 1. Bogdan-Cataniciu. Cluj-Napoca. Zahariade. s la même forteresse. des mesures préventives pour assurer la défense avec moins de ressources aines 38. p. Town and Country in Moesia Inferior.p. Opri~. Poenaru-Bordea. 2.6l. La population fut parfois évacuée d'une façon ordonnée. Campania 2008. 3-24. Baumann et alii. 114. é.. 12-13. Des maisons ont été construites sur une partie =. 54-55. Zahariade et alii. 288-290. V. p. 2. 114. "Revista Muzeelor ~i Monumentelor-seria muzee". W. Même réparée l'enceinte n'était pas toujours assez solide: à Tro_ "um. 2002. in Cronica cercetiirilor arheologice din România. M.Sur le petit fort voir Z. H. . p. 'enfuit vers des endroits mieux défendus 40. Ces mesures d'auto-défense nt sans effet quand l'effondrement qui suivit la nouvelle vague d'invasions es et slaves commencées en 614 laissa les cités rescapées sans le support supédonné par l'armée. 40-41. . Capidava. Târgovi~te. Topoleanu. A.A. Poulter. p. Henning (ed. Post-Roman Towns. 2001. une concentration des forces dans une zone plus petite. A G. Part 2. 2003. selon certaines interpré'ons.. La preuve numismatique de cette date dans A Gândila. p.ffi:tantelée de l'enceinte de Halmyris. H. Chr. elle était faite de briques crues après 586 39 . M.]. Consideratii asupra caracterului ultimei locuiri în Civitas Tropaeum (sec. Early Byzantine Capidava: the Numismatic Evidence. in Cronica cercetiirilor arheologice. F. Papers presented to the International Symposium on the AncientHistory and Archaeology ofBulgaria. Campania 2001.). Pliska and the Balkans (Millennium-Studien zu Kultur und Geschichte des ersten Jahrtausends n. Murighiol. G. Buzia~. Covacef. Kirilov. The Decline . Nicopolis ad Istrum fut démante- \ M. in Ancient Bulgaria. 21-22. in]. la partie méridionale de la clôture de la basilique épipale a été utilisée comme habitat. et dans des tours à Tropaeum 32n -ialmyris 33 et N ovodunum 34. 12. Suceveanu. 2007. p. Dans d'autres cas.

avant ou après la fin de l'utilisation militaire. Ulmetum. Zborm1 na pocest' Dariny Bialekovej. R Koleva. Nitra. 45. les relations avec les autres provin furent rompues et ces villes devinrent étape par étape des installations rurales. Singidunum réapparut après un certain temps avec le n veau nom de Belgrade.. 250. Derfrühmittelalter . Angelova. AncientBulgaria .. S. p. . une telle situation n'est pas observée le long Danube. Angelova. ~_ survécurent pendant un temps indéterminé pendant le VIle siècle. Dintchev. S. 19-- . mais il n'est pas possible de déte ner combien de temps elles perdurèrent après cette interruption 43. A Madgearu. où des nouveaux éléments de fortification et des églises furent érigés du \ ~ au xe siècle. . p. Pliska und der 0 Balkanraum im Spiegel der Frühmittelalterarchaologie (Internationales Kolloquium aufder Ebem . l. 54-77. ZwischenByzanz undAbendland. finalement.Ielques lieux ont gardé pen un certain temps les attributs de la vie urbaine (une garnison.210-214.. après la conquête bulgare de 680. Des . D. Howard-]ohnston. la vie urbaine se ranima d'abord à Duro rucl.• Drastar (Si/istra). AG. Bonn 2000. 44-45. moururent sans violen par le départ progressif de la population. 1997. 42. D. Die Ausgrabungen im jrühmittelalterlichen Erzbischofssitz von Drastar (Kirche nr. V. 44.266 Alexandru Madg lée intentionnellement avant d'être évacuée en 586 41 et la population fut ré' lée dans un endroit mieux défendu. des ateliers). à la différence de la Grèce. La nouvelle ville de Moravon fondée à l'emplacement - 41. des contacts co merciaux.). in Ancient B ria . La dissoluti de la vie urbaine ne se fit pas de façon uniforme.an example ofEarly Byzantine urbanism in the Balkans. 15 bis 18. Capidava) ou Tropaeum. 2004. Après cette destruction générale. Fusek (ed. mais en un endroit différent de fortification romaine 45.. Leur mort la conséquence ultime de la fin de l'utilisation militaire. . 47-52. TheEnd .. Poulter. et de l'interruption relations économiques avec le reste de l'Empire et avec la campagne. p.3. mais. p. Henning (ed. lorsque les contac avec l'Empire byzantin furent interrompus. November 1999). Urban Continuity in the Balkans in the Early Middle Ages. p.. Elle fut conquise par la Bulgarie en 824 parce qu'elle é si importante que les évêques bulgares (ceci est attesté en 878) et les comm dants y résidaient. 43.)._ 1993-1998.. Q!.:. à Tzarevetz (Zikideva) 42.. 250. Zikideva .p. Nicopolis ad Istrum. in G. J. Les monnaies les plus récentes retr vées dans ces lieux en voie de disparition datent de 613-616. comme Halmyris. in] J. Des éléments de vie urbaine coexistèrent avec la ruralisation pendant période de transition. "Archaeologia garica". Urban Continuity in the Balkans in the Early Middle Ages. Howard-]ohnston. On sup sait que les cités pouvaient survivre en symbiose économique avec les Slavesmais. p.

La vie :rrbaine continua dans des kastra. Bemerkungen über einige Bistümer in Bulgarien wahrend der ersten Jahrzehnte nach 870. Gjuzelev. A. Müller-Wiener. la déréliction des 'timents publics et des aménagements. des colonies sur un placement plus petit et mieux: défendu. by K. p.. Orjachovo. G. "Izvestija na Narodnija Muzej Varna". Trost. "Starinar". A. État qui hérita de 3yzance la ville de Durosorum et les cités développées des rives de la mer Noire 52. Regional Studies in the Aegean Area. Donc. Novodunum fut par moments sous le contrôle de la marine '}'Zantine comme port d'escale 51.E. p. mais des :recherches ultérieures ont montré que l'endroit fut abandonné après 586 49 et que vie continue pendant encore un siècle dans la cité voisine de Zikideva (l'endroit pelé Tzarevetz) 50. Lanham. Madgearu. 177 j A. Vidine et Florentine). Quant à Nicopolis ad Istrum. Beyond the Site. Nicopolis ad Istrum. Poulter. ayant un caractère surtout militaire 53. mais rien ne montre qu'il y ait eu là une vie urbaine avant l'installation de l'administration byzantine.).1968. Tel était le .?nre de petite colonie fortifiée dans la région du Danube quand elle a été redé- M. . bis 10. la plupart des cités provinciales de l'Empire otto:nans'étant maintenues évoluèrent. ~.p. Popovié. Organizarea militara bizantina la Dunare in secolele X-XII. Gregory. 39.5. p. Haldon. III. 2. III. 187-192.. 1988. Von der Polis zum Kastron. 54-69.5. Kardulias. Volkl. Method. p. J. 1966. Grad Branicevo u srednjem veku (BraniCevo. A. passant de poleis à kastra. Vidin i Florentin (Contribution à l'histoire des forteresses médiévales sur le Bas-Danube. Kuzev. V. Dintchev. . bis 24. "Études Balkaniques".. ed. V.Wedel. . P.Neuried. p. 45. Oriahovo. Lom. 137-159. _-ous avons déjà vu que cette réduction de l'espace fit son apparition dans la :égion du Danube à la fin du VIe siècle. Beitrage der Internationalen Tagung in Regensburg (J 7. avec le nouveau nom de Nikjup. TheIdea .. 435-475. 2007. Archaeology and Theoretical Considerations on the Transition from Antiquity to the Middle Ages in the Aegean Area. NS. 16. Kuzev. Wandlungen der Stadt im Agaischen Raum von der Antike zum Mittelalter. 1988.J. Lom.. V. E. in Symposium Methodianum. E. p. Guiguène. T.. la stagnation économique 54. on supposait qu'elle avait été habitée de façon continue jusqu'au XIIe siècle 48. avec une population réduite.:le discontinuité. in N. p. (ed. in Spatantike undfrühbyzantinische Kultur . Todestag des hl. Gigen. 93. des éléments de vie urbaine ne réapparurent sur le Danube pentcette période sombre que dans le cadre de la Bulgarie. Les cités antiques en Mésie et en Thrace et leur sort à l'époque du Haut Moyen Âge. après une période . "Gymnasium".fort et renaissance de la vie urbaine à la frontière byzantine du Danube 267 ~ fargum près de Viminacium fut déclarée également évêché en 879 46 • Une autre cité ancienne qui revécut après l'expansion bulgare vers l'Ouest fut Bononiaidin 47. 1994. Târgovi~te. Ivanisevié. Die Spatantike und Frühmittelalterliche Stadt aufbulgarischem Territorium (6. April 1985) zum Gedenken an den 1100. 1986. Jahrhundert).. p.p. v. Prinosi kam istoriata na srednovekovnite kreposti po Dolnija Dunav. 21 -24. - . à Capidava et à Nicopolis ad Istrum. Entre le VIle et le IXe siècle.. 4 (19). Zikideva . 214. Besevliev.p.53-55. W. 12-16. cité médiévale).

E. ~tefan. 1967. 363-367. Die byzantinischen Provinzstadte im 11. Angold. 43). "Studii ~i cercetiiri de istorie veche ~i arheologie". M. Y avait-il les mêmes caractéristiques le long du Danube? il Y en avait) mais à une échelle différente. "Historia Urbana". 359-356. Bien des vieilles cités (comme Ratiaria) Oescus. Despre civilizafia urbanii din Dobrogea în secolele XI-XN. p. p.). Damian. Aucune forteresse de la ligne de défense intérieure comme Ulmetum ou Tropaeum n'a été peuplée pendant cette période. 139-141 i O. 56. Ferluga. 139. Elles étaient sous le contrôle de propriétaires terriens locaux) mais enmême temps opprimées par une administration centrale sévère et corrompue 55. Com~a. p. 1. La cité byzantine typique de cette époque dépendait plus de l'agriculture) et était plus assujettie au pouvoir politique central que dans l'Ouest. 144-145. 58. Des fouilles archéologiques de grande envergure dans des sites comme Garvan) Capidava) Hâr~ova) Oltina ou Pkuiullui Soare n'ont rien mis à jour d'autre que des enceintes et de pauvres habitations faites de bois et d'argile. P. Les forts du Danube du milieu de la période byzantine n'étaient pas seulement en périphérie) il était également en retard sur les provinces intérieures) où des villes furent à nouveau prospères aux XIe et XIIe siècles. Damian soutient que les établissements étaient de type urbain et avaient les traits caractéristiques des cités. KoIn.1-2.268 Alexandru Madgearu couverte après 971) deux ou trois siècles plus tard que les régions restées sous administration byzantine ou que celles redécouvertes auparavant. Dinongetia 1. 10.U vergleichende Stadtgeschichte in Münster.2005. 13. )ohanek (hrsg. O. in J. A§ezareafeudalii timpurie de la BisericufaGarviin. Jahrhundert (Veroffentlichungen des Instituts fi. Jahrhundert. Par bâtiments publics) nous entendons surtout les églises. Baraschi. Tout en reconnaissant ce niveau modeste d'urbanisme.1991. 1998. )arnut. Com~a. Quelquefois la zone ancienne enclose n'était pas en usage (à Belgrade) par exemple). Il18 i J. Novae) SexagintaPrista ou Halmyris) n'ont pas été restaurées après 971) ou ont été remplacées par des villages sans importance. The shaping ofthe medieval Byzantine city. Ceci met en évidence une stratégie différente) se concentrant sur quelques points clé le long du fleuve) qui incluent de nouvelles fortifications à Nufaru (Presthlavitza) et Pkuiullui Soare (toutes deux fondées comme des bases navales) et s'étant transformées en cités). p.3-4. 42. p. Ibidem. M. Die Frühgeschichte der europaischen Stadt im 11. "Byzantinische Forschungen". Les différents métiers et les activités commerciales attestés sont spécifiques de l'économie de vie urbaine) mais ce n'est pas suffisant pour définir la vie urbaine) parce que les bâtiments et espaces publics) le réseau de rues et les système d'adduction d'eau manquent 57. 57. S. Repere arheologice privind ora§ele medievale ale diferitelor zone. 1985. Le retard de développement était considéré comme la conséquence d'invasions répétées 56. enterrées pour la plupart. Bucarest. Barnea. Il est surprenant qu'une seule petite église ait été trouvée dans ces sites) à Garvan 58) bien que l'organisation ecclésiale ait existé depuis 971 55. . Gh. p. Duniirea de Jos.

p. . A _ ufaru} il n'est pas possible de savoir s'il y a eu des édifices publics} car la zone n'a pu être entièrement fouillée} mais nous pouvons la considérer comme une cité ~ arce qu'elle était la résidence du stratègos de Presthlavitza. M. Morrisson.. En comparaison avec le grand nombre d'églises du VIe siècle} ceci révèle la véritable nature des forteresses du XIe siècle: ce n'étaient as de vraies cités} mais des espèces de colonies semi-urbaines. Popovié. Lesforteresses du système difensifbyzantin en Serbie au XIe-XIIe siècle. C. Le village byzantin sur le territoire de la Bulgarie contemporaine. in Études byzantines et post-byzantines. X-XI). 2. J. 357-358. 87. Pour cette raison} une appellation plus appropriée de ces colonies} pour refléter leur rôle principal} e commerce frontalier} est emporia 60. p. 900-1204. "Godisnjak Grada Beograda". M. Il y a un fort contraste entre ce pauvre niveau d'urbanisme et le haut degré de circulation de la monnaie destinée à soutenir la défense et le commerce avec les Petchénègues et les Coumans. DrisITa} Vidin} Belgrade et Branicevo étaient des évêchés 63. Paris.). Stephenson. Cambridge. "Cultura §i civilizatie la Dunarea de Jos". 7680. 223-226. Belgrade et Branicevo le sont devenues au XIIe siècle} grâce à l'interaction de la guerre et de la paix entre Byzance et la Hongrie 62. . p. 42. Borissov. Popovié. 25. 82-89 i A. Considerafii generale asupra a~eziirilor cu caracter urban de la Duniirea de Jos (sec. p. Comme l'écrit P. Ia§i. 179.. Définir les cités seulement par leurs activiés commerciales et artisanales 61 revient à ignorer ce qui fait la différence entre une place de marché et une cité: les bâtiments publics et privés en pierre. . in Études byzantines et post-byzantines. Sodini (ed. 1991. V. '1. 2000. Episkopiska sedi~ta u Srbiji od IX do XI veko (Les évêchés médiévaux sur le territoire de la Serbie (IXe-XIe siècles). Une vie urbaine développée n'a existé aux XIe et XIIe siècles le long du Danube qu'à Belgrade} Branicevo} Vidin} Dristra} Piicuiullui Soare} Nufaru et Isaccea} et ~ as pendant toute la période. p. Grad Branicevo . Diaconu. V. NS. Byzantium's Balkan Frontier: A Political Study ofthe Nonrthern Balkans. p. Les caractères de l'habitat ressemblent à ceux des villages contemporains des provinces intérieures} par exemple au sud de l'Haemus (Djadovo) Kovacevo) 59} sauf que ces villages n'étaient pas protégés par des murs.. Rasev. Lefort. V. P. 2005. Sur l'organisation ecclésiastique dans la région du Bas-Danube (dernier tiers du Xe siècle-XIIe siècle). p. R. Stephenson._Vion et renaissance de la vie urbaine à la frontière byzantine du Danube 269 dans les provinces du Danube. Quant à Isaccea et Pacuiullui Soare} la grande quantité de monnaies et d'autres trouvailles montre qu'elles étaient toutes deux de riches cités (leur situation était déterminante pour 7]. 1978. 88. 1991.. Les villages dans l'Empire byzantin (We-XVe siècle) (Réalités byzantines. Dincev. p. Il).p. 1986. II. 97. Bucarest. B. 242-245. Popovié. between 971 and 1020. 93. De l'avis de P. Ceci est un critère important pour les définir comme des cités} même si d'autres traits de la vie urbaine sont :nanquants (par exemple) Branicevo ressemble à une colonie semi-rurale 64). 33-40 i P. "Starinar". Ivanisèvié. N. in J. 169-175 i P. 2001. Byzantium's Balkan Frontier . Diaconu. Madgearu. The Church Organization at the Lower Danube.

Axiopolis fut un évêché jusqu' sa destruction causée par l'invasion coumane en 109S 65} ce fait étant le seul témoignage qu'Axiopolis était une cité au XIe siècle} faute de fouilles archéologiqu L'existence d'autres évêchés à Garvan et Nufaru 66 ou Isaccea 67 est seulement supposée} mais il est avéré que le siège métropolite de Dristra avait cinq évêchés 1143 68 . 63-69_ 70. Byzantium's Balkan Frontier . . Stephenson. 97. Dristra resta une cité bien développée jusqu'à la fin de la domination byzantine.. Darrouzès. la Duniirea de Jos (sec. 102-116. 2... A Madgearu. 66. Organizarea . Mànucu-Adame~teanu.. 237-267 i A Madgeam. .. Sur l'organisation ecclésiastique . 1989. Parthey.270 Alexandru Madge qu'elles acquièrent un caractère urbain)} mais} même là} il manque certains éléments d'urbanisme comme les édifices en pierre. . 1995. p. Le succès de ce mouvement tenait à la situation périphérique} et c' seulement la victoire contre les Petchénègues qui permit à Alexis 1er Comnène reprendre autorité sur les cités rebelles. X-XIII). Byzantium's Balkan Frontier . 120. . 71. Le développement urbain s'exprimait aussi par une tendance à l'autonomi quelque chose de courant dans les cités byzantines aux XIe et XIIe siècles.. 116-117. . Organizarea . )..p. 1). . tina". De fai:: la vie en ville s'améliorait encore au XIIe siècle. Al-Idrisi} qui visita la région vers IIS0} nota pour Belgrade et Dristra d .. . La source qui fait état de l'existen de cinq évêchés} Nil Doxopatris} par des Paristrioi poleis} mais sans préciser le noms 71. G. Stephenson. Organizarea . p. 119-120. Paris. 67.. Organizarea . E. Dristra eut un pouvoir indépendant jus~u'en 1091. Notes on the History ofDobroudja in the 11 th Century: the Bishopric ofAxiopolis. Des petits forts comme Capidava ou Krivina furent vite abandonn (en 1047)} mais d'autres furent réparés (Garvan) Isaccea} Nufaru} etc. "Arheologia Medievalii". P. Amsterdam. 124-126.. Thessaloniki. P. 98-103 i A Madgearu.. 15. 86-87 j Gh. A Madgearu. 65. Popescu. p..) 70.>. p..p. La pression fiscale exercée par le centre provoqua une rébellion en 1072. Dans d'autres circonstances les mêmes Petchénègues et Coumans furent d agents de destruction pour la vie urbaine (invasions de 1032-1036) 1047} 106:1086} 109S} 1122 et 1148) mais pas la cause d'une annihilation comme au déb du VIle siècle. p.p. p. p. 375 (Notitia 14 de Nil Doxopatris. Après 1122 Nufaru déclina} mais Isaccea resta florissante à ce momen""là 72. Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae (Géographie ecclésiastique l'Empire byzantin.45).. Organizarea . p. "Vyzzr .ora~ bizantin fortificat. 68. 120.. ]. Diaconu. 84 j P. 297.. . 1981. 69. .. 1967.. p. Nufiiru C Tulcea) . A Madgearu. Hieroclis Synecdemus et Nontitiae Graecae Episcopatuum accedunt Nili Doxopatrii NOIrtitia Patriarchatum ( . Cette séparation d'une pàrtie du Paristrio (Paradounavon) mettait en évidence le désir d'indépendance des propriétaire> locaux} étant un mouvement urbain soutenu par la force militaire des Petch nègues 69. 72.

6).A. 388. -. C.680 559. . 614 559. II ("Recueil de voyages et de mémoires publié par la Société de Géographie".la fin du la plus taire rôlemili. Les villes restaurées après 971 furent moins nombreuses qu'au VIe siècle. . était également un important centre commercial 74. 1993. Despre "Linonkastro" (Cetatea Lânii) din "Geografia" lui Edrisi. 6 19 1. .22559."3. Tableau 1. Comparaison entre les cités romaines antiques: Cités Zone (ha) Destruc. Le fait le plus important est l'essor de Vicina. 1840.593 593 601 601 593 586 586 614 602 593 (?) 680 602 614 586 (?) 593 559 Singidunum (Belgrade) Viminacium :Bononnia (Vidin) Ratiaria Oescus )Jonvae (Svishtov) 1atrus (Krivina) Transmarisca (Tutrakan) :>urostorum (Silistra) Sacidava Capidava Carsium (Hâr§ova) Troesmis Dinongetia (Garvan) 18 ca. P.Fin du Vie après Monnaie tions rôle mili. La pénétration des marchands génois a amené des évolutions nouvelles et différentes dans la région. 596 576. p.~\1ort et renaissance de la vie urbaine à la frontière byzantine du Danube 271 marques de vie urbaine comme une activité commerciale développée.576.récente taire trouvée 584 584. 376.3 OUI NON NON NON NON NON OUI OUI OUI OUI NON OUI NON OUI ? 592/593 ? 565-578 565-578 611/612 577/578 603/604 680 ·615/616 612/613 629/630 591/592 591/592 ca.Jaubert. désormais partie du nouvel État bulgaro-roumain.. LinoncastroJ que l'on identifie à Hâ r§ova 73.30 23 ca.f. La fin de l'administration byzantine le long du Danube dans les dernières années du XIIe siècle marqua un nouveau tournant. 1.2559. 586 (?) 36 1.602.593 586 586 614 602 593 (?) 586.593 586. Géographie d'Edrisi traduite de l'arabe enfrançais. 30 28 26 3 ca.6 1. et leur développement urbain inférieur à celui des provinces intérieures. l. vol.447-454.Analele Brâilei". Paris. Mais • s'arrête notre enquête. 386. Chiriac. ou des rues larges.

Custurea. NS. 62. Coins from the excavations ofthe antique town Ratiaria. Vagalinski. Novae: K. Custurea. Die spiitromische nordliche Festungsmauer von Transmarisca. nr. Oescus: R. 1974. 2002. T.-5. 178.593 576-586 593. Roman and Barly Byzantine Cities in Bulgaria. Capidava: A Gândila. nr. Vortriige der internationalen Konferenz Svishtov. p. Noi descoperiri monetare bizantine din Dobrogea (sec. Monedele ~i prabu~irea Dinogetiei la sfâr~itul secolului al VI-Ica. "Pontica". 24.). 2008. Hâr~ova: G. Kovaceva. "Novensia.5(?) 2. Sofia.593 586 (?)614 586 593 596 586 586 593 586 Alexandru Madgearu (?) OUI OUI OUI OUI OUI OUI NON NON 1 605/606 (?) 613/614 613/614 614/615 608/609 578-582 ? 582-586 BIBLIOGRAPHIE POUR LES MONNAIES DU TABLEAU Viminacium : V. 1999. lvanov.5 11. 235. Descoperiri monetare în Dobrogea (XIII). 41. 277. Sacidava: G. "Pontica". 74. 111. Dinogetia : B. nr. Der Limes an der unteren Donau von Diokletian bis Heraklios. "Starinar". p. "Pontica". von Bülow. Badania Ekspedycji Archeologicznej Uniwersytetu Warszawskiego w Novae". p. 69. 110. 19. September 1998). 1. "Pontica". 355.614 559. Bulgarien (l. 1984. p. lvanov (ed.614 576-586. 2006-2007. 1987 (1988). 63. Talmatchi.). Il. p.9586.7. Studi e Materiali Mesici e Danubiani".5559. Ratiaria: B. nr. p. 12-13. p. A Milcheva (hrsg.l2 559. 545. 593 586 586. 2077. nr. p. A Vertan. inR. "Cer- cetari numismatice". 6.272 Noviodunum (Isaccea) Halmyris (Murighiol) Ibida (Slava Rusa) Ulmetum Tropaeum (Adamclisi) Nicopolis ad Istrum Zaldapa (Abrit) Abrittus (Razgrad) 11. Transmarisca: 1. nr. P6znorzymskie i wczesnobizantyjskie monety z odcinka IV w Novae z lat 294-612. . Sofia. 207. 1986. p. Unele aspecte privind penetratia monedei bizantine în Dobrogea în secolele VII-X. in G.586. 596. Troesmis: G. 1998. 208. Barly Byzantine Capidava: the NumismaticBvidence. VVII). Studies in Memory ofProf Teofil Ivanov. "Ratiarensia. Custurea.7 5. IvaniSevié.1999. 114. Dimitrov. 2. G. l. Boskova.48.74 25 ca. Katalog novra sa lokaliteta Svetinja u Kostolcu (Le catalogue des monnaies provenant du site Svetinja a Kostolac). Mitrea. 38. Ulpia Oescus. 32. p.

164. 1122 1065.138)nr. Halmyris : A Suceveanu) M. Monografie arheologiâi} Cluj-Napoca) 2003} p. 70. Papuc et alii) Pante1imonu de Sus} in Cronica cercetarilor arheologice din România. Zahariade) FI. 10-16. 156) nr. icopolis ad Istrum : A G. A Roman) Late Roman and Early Byzantine City.1086} 1122 1036.1047 1036. Its History and Archaeology) Razgrad) 1985) p. 79. Ivanov) S. 45. Comparaison entre les cités au milieu de la période Byzantine PrécéFortihNoudemment cation Fin d'actiDate de foundation velle utilisée romaine Destructions fortihcaou de restauration vité restaupar la tion Bulgarie? rée Cité Belgrade après 1018 et après 1155 :Branicevo Vidin Dristra Après 1018 et après 1155 Après 1004 Après 1001 our our our our our our our OUI 1059. 246) 247. Nicolae) A Popescu) Contributions numismatiques à l'histoire de Noviodunum aux VIe-VIle siècles) "Studii ~i cercetari de numismatica") 11) 1995 (1997))p. Stoianov) Abritus. Abrittus: T. Topoleanu) Gh.1095 NON NON . 1047. Tableau 2. Poenaru Bordea) Halmyris 1. Ibida: M. Poenaru-Bordea} E. Campania 2008} Târgovi~te) 2009} p.Mort et renaissance de la vie urbaine à la frontière byzantine du Danube 273 oviodunum: Gh. lacob) Le trésor de solidi romano-byzantins découvert à Ibida (Scythie Mineure)) in Simpozion de numismatica dedicat centenarului Societatii Numismatice Române (1903-2003)) Chi~inau) 26-28 noiembrie 2003) Bucure~ti) 2005) p. U1metum: Gh. Excavations 1985-1992) London) 1995) p.Isaccea Sufaru Après 971 Après 971 our our 1122 (traduit de l'anglais) . Poulter) Nicopolis ad Istrum.1071 1127 ? 1036} 1087 NON NON NON NON 1122 1047 Pacuiul Après 971 lui Soare Capidava Après 971 Garvan our our our 1122 1036.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->