P. 1
Une voix plus forte pour les communautés autochtones et locales dans le cadre des activités de l’OMPI dans le domaine des savoirs traditionnels, des expressions culturelles traditionnelles et des ressources génétiques : le fonds de contributions volontaires de l’OMPI

Une voix plus forte pour les communautés autochtones et locales dans le cadre des activités de l’OMPI dans le domaine des savoirs traditionnels, des expressions culturelles traditionnelles et des ressources génétiques : le fonds de contributions volontaires de l’OMPI

|Views: 37|Likes:
Brochure nº 3 sur les questions de propriété intellectuelle relatives aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et aux expressions culturelles traditionnelles ou expressions du folklore.
En 1998, l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) a lancé une nouvelle action de politique générale: un programme de travail global sur les savoirs traditionnels, les expressions culturelles traditionnelles ou expressions du folklore et les ressources génétiques. Dès le début, ce programme a relevé des défis inédits. Les activités à mener ont objectivement un caractère pleinement mondial au vu des réactions internationales aux préoccupations exprimées concernant la façon dont les savoirs traditionnels, les expressions culturelles traditionnelles et les ressources génétiques sont utilisés et diffusés dans le monde, mais elles ont aussi un caractère intrinsèquement local, reconnaissant les besoins,
les attentes et les perspectives culturelles et intellectuelles qui font partie intégrante de l’identité et de l’environnement propres aux communautés traditionnelles et locales.
Brochure nº 3 sur les questions de propriété intellectuelle relatives aux ressources génétiques, aux savoirs traditionnels et aux expressions culturelles traditionnelles ou expressions du folklore.
En 1998, l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) a lancé une nouvelle action de politique générale: un programme de travail global sur les savoirs traditionnels, les expressions culturelles traditionnelles ou expressions du folklore et les ressources génétiques. Dès le début, ce programme a relevé des défis inédits. Les activités à mener ont objectivement un caractère pleinement mondial au vu des réactions internationales aux préoccupations exprimées concernant la façon dont les savoirs traditionnels, les expressions culturelles traditionnelles et les ressources génétiques sont utilisés et diffusés dans le monde, mais elles ont aussi un caractère intrinsèquement local, reconnaissant les besoins,
les attentes et les perspectives culturelles et intellectuelles qui font partie intégrante de l’identité et de l’environnement propres aux communautés traditionnelles et locales.

More info:

Categories:Types, Business/Law
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/13/2014

pdf

text

original

Une série de mesures concrètes a permis de donner effet à ces décisions :

i)

Une procédure d’accréditation accélérée a été mise en place, depuis la première
session du comité intergouvernemental en avril 2001, pour toutes les organisations
non gouvernementales et intergouvernementales. Près de 200 observateurs ont pu
bénéficier d’une accréditation spéciale pour participer aux activités du comité
intergouvernemental, outre les nombreuses organisations titulaires d’une
accréditation générale auprès de l’OMPI. La majorité de ces observateurs ad hoc
auprès du comité intergouvernemental représentent des communautés
autochtones et locales ou d’autres détenteurs de savoirs traditionnels et
d’expressions culturelles traditionnelles.

ii)

Le comité a décidé en 2004 que ses sessions seraient précédées d’un débat
d’experts présidé par un représentant d’une communauté autochtone ou locale. Ce
type de débat, sur le thème des “préoccupations et expériences des communau-
tés autochtones et locales en matière de promotion, de maintien et de préservation
de leurs savoirs traditionnels, leurs expressions culturelles traditionnelles et leurs
ressources génétiques” a précédé les cinq dernières sessions du comité. Les
groupes d’experts comprennent sept membres de communautés autochtones et
locales des régions géoculturelles reconnues par l’Instance permanente des
Nations Unies sur les questions autochtones. La participation en qualité d’experts
est financée par l’OMPI.

0

20

40

60

80

100

120

140

160

180

IGC 1IGC 2IGC 3IGC 4IGC 5IGC 6IGC 7IGC 8IGC 9IGC 10IGC 11

Nombre total nouveau et cumulé d’accréditations ad hoc auprès du comité (à l’exclusion des
accréditations générales auprès de l’OMPI). Bon nombre de ces accréditations concernent des
communautés autochtones et locales.

5

iii)

L’Assemblée générale de l’OMPI a invité officiellement l’Instance permanente des
Nations Unies sur les questions autochtones à participer aux sessions du comité;
de nombreux participants se sont félicités du concours effectif de l’instance. Les
membres de l’instance ont présidé le débat d’experts précédant chaque session du
comité et le secrétariat de l’Instance permanente a apporté des contributions
directes aux documents de travail du comité.

iv)

Plusieurs États membres de l’OMPI ont adopté le principe consistant à financer la
participation des représentants des communautés autochtones et locales aux
sessions du comité, qui s’expriment souvent au nom de leurs communautés.

v)

Dans certains cas, des États membres en développement ont utilisé les fonds que
leur octroyait l’OMPI pour leur propre participation afin d’aider des responsables
des communautés autochtones et locales à participer également.

vi)

Des représentants de l’Instance permanente et des communautés autochtones et
locales ont régulièrement assisté, en tant qu’intervenants ou participants, à des
consultations et ateliers au niveau national et régional ainsi qu’à d’autres réunions
visant à développer l’apport des communautés aux travaux du comité.

vii)Le site Web de l’OMPI permet aux ONG accréditées de publier des contributions
écrites sur les questions dont est saisi le comité.

viii)Des séances d’information et de consultation spécialement destinées aux
représentants d’ONG, en particulier les représentants des communautés locales et
autochtones, sont organisées dans le cadre des réunions du comité et à d’autres
occasions.

6

ix)

Le Secrétariat a continué de consulter les représentants intéressés des
communautés locales et autochtones sur les projets de documents et autres
éléments élaborés par le comité, ainsi que sur des documents connexes sur le
renforcement des capacités, y compris une série de monographies et un cours
d’enseignement à distance dispensé par des experts autochtones. Des projets de
documents, en particulier les projets de dispositions sur la protection des
expressions culturelles traditionnelles et des savoirs traditionnels, ont repris des
propositions rédactionnelles et un grand nombre d’observations émanant de
communautés autochtones ou locales prenant part au processus.

x)

L’OMPI a demandé à des experts autochtones d’établir une série d’études de cas
sur des questions telles que la protection des expressions culturelles
traditionnelles et la reconnaissance du droit coutumier.

7

V. LE FONDS DE CONTRIBUTIONS VOLONTAIRES DE L’OMPI

You're Reading a Free Preview

Download
scribd