Vous y dansiez petite fille [vu zi dɑ̃ sje pətit(ə) fij(ə) Y danserez vous mère grand i dɑ̃ səre vu mɛr

(ə) grɑ̃ C'est la maclotte qui sautille sɛ la maklɔt(ə) ki sotij(ə) Toutes les cloches sonneront tut(ə) lɛ klɔʃ(ə) sɔnərõ Quand donc reviendrez vous Marie kɑ̃ dok rəvjɛ̃dre vu mari ̃ Les masques sont silencieux lɛ mɑsk(ə) sõ silɑ̃ sjø Et la musique est si lointaine e la myzik ɛ si lwɛ̃tɛn(ə) Qu'elle semble venir des cieux kɛl(ə) sɑ̃ bl(ə) vənir dɛ sjø Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine wi ʒə vø vu zeme mɛ vu zeme ra pɛn(ə) Et mon mal est délicieux e mõ mal ɛ delisjø Les brebis s'en vont dans la neige lɛ brəbi sɑ̃ võ dɑ̃ la nɛʒ(ə) Flocons de laine et ceux d'argent flɔkõ də lɛ ne sø darʒɑ̃ Des soldats passent et que n'ai je dɛ sɔlda pɑs(ə) te kə ne ʒə Un coeur à moi ce coeur changeant œ̃ kœr a mwa sə kœr ʃɑ̃ ʒɑ̃ Changeant et puis encor que sais je

ʃɑ̃ ʒɑ̃ te pɥi zɑ̃ kɔr kə se ʒə Sais je où s'en iront tes cheveux se ʒ u sɑ̃ nirõ tɛ ʃəvø Crépus comme mer qui moutonne krepy kɔm(ə) mɛr ki mutɔn(ə) Sais je où s'en iront tes cheveux se ʒ u sɑ̃ nirõ tɛ ʃəvø Et tes mains feuilles de l'automne e tɛ mɛ̃ føj(ə) də loton(ə) ̃ Que jonchent aussi nos aveux kə ʒõʃɑ̃ tosi no zavø Je passais au bord de la Seine ʒə pɑsɛ zo bɔr də la sɛn(ə) Un livre ancien sous le bras œ̃ livr ɑ̃ sjɛ̃ su lə brɑ Le fleuve est pareil à ma peine lə flœv ɛ parɛj a ma pɛn(ə) Il s'écoule et ne tarit pas il seku le nə tari pɑ Quand donc finira la semaine kɑ̃ dok finira la səmɛn(ə)] ̃

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful