Réalisé par : BAHHAJ SARRA DRIDRI KAOUTAR MAHTAJ LAMYAA

Élevage de lapins de “chair”

Rapport

Sommaire :
Identification du projet…………………………………….. Etude de marché……………………………………… ……… Etude technique…………………………………… ………….

I.

II.

III.

2

Rapport

IV.

V.

VI.

VII.

Etude économique………………………………… ……….. Etude financière…………………………………… …………. Conclusion………………………………… ……………………. Bibliographie……………………………… ……………………

3

• Dominance d'un secteur traditionnel qui contribue avec 96. • La négligence du lapin dans les projets de développement vu l’ignorance de sa véritable contribution à la couverture des besoins en protéines animales des populations. les engraisser (pour atteindre un poids de sortie de la ferme d’ environ 1KG à 1. • La demande est supérieure à l’offre.Identification du projet : • Intitulé du projet : Création d’une ferme d’élevage de lapins de « chair » (cuniculture).5% de la production nationale qui est estimée de 20000 tonnes/an (d’après des statistiques faites par l’IAV). • Sa richesse en protéines et sa faible teneur en cholestérol. • La prolificité de l'espèce qui rend son élevage bénéfique.750 KG. 4 . • Descriptif du projet : Le projet consiste à acheter les lapereaux destinés à l’engraissement sur le marché.Rapport 1. le lapereau d’un jour a besoin de 3 à 5 mois d’élevage) puis les revendre. • Critères du choix du projet : L'élevage du lapin au Maroc est un secteur très promoteur vu plusieurs raisons : • La qualité diététique et nutritionnelle de la viande lapine.

La commercialisation du lapin se fait 5 . Elle est riche en protéine et pauvre en lipides et en cholestérol. elle est bien pourvue en minéraux mais pas en sodium. et apporte des Oméga 3. Introduction : La viande de lapin présente des caractéristiques intéressantes pour l’alimentation humaine.Etude de marché : 1. Par ailleurs.Rapport • Statut de l’entreprise : 1.1.

et notamment la France. L’environnement géographique : Notre entreprise sera implémentée à la sortie de Meknès.Les principaux producteurs sont les pays d’Europe.2. 1. En tout. En effet.La consommation marocaine de viande de lapin est estimée à 0. à proximité de la route nationale N°13. éviscérés La production de lapins est marginale par rapport à celle d’autres animaux d’élevage. peu de population savent cuisiner et consommer de la viande de lapins . Cette emplacement stratégique lui permettra de bénéficier à la fois de : ✔ Coût du terrain assez abordable ✔ Nappe phréatique assez riche et reconnue pour sa qualité ✔ Climat favorable à l’activité ✔ Proximité des fournisseurs d’aliments qui se trouvent en Atlas ✔ Accès routiers faciles pour les clients qui s’approvisionneront chez nous 6 . Le Maroc et l’Algérie sont les deux principaux producteurs de lapin de chair avec 30000 tonnes en 1995. 225000 tonnes de viande sont produites chaque année dans le monde. L’élevage du lapin est très ancien au Maghreb où il a été introduit par les Romains.Rapport soit en pièce dans les souks ou abattus et dans les boucheries des grands centres urbains.779 kg/hab/an (COLIN et LEBAS 1995). l’Espagne et l’Allemagne qui produisent chair et poils. premier producteur mondial pour la viande et les poils et très important exportateur. la Chine.

cartes de visite. On remarque que le mode de commercialisation le plus répandu est l'unité.55 DH le kilo carcasse (d’après Magazine CUNICULTURE Magazine. Notre clientèle est en général constituée par les grossistes.33 (2006)).25 DH le kilo vif et de 39. Les prix moyens sont respectivement de 42.22 DH l'unité.7% des élevages. distribution d'affichettes. Pour élargir notre part de marché et chercher plus de clients potentiels.4% des cas. au kilo vif dans 8.47% des élevages. description de la clientèle Notre projet vise principalement le marché national. 7 .1. les boucheries. Prix : Le lapin est vendu à l'unité (la pièce) dans 67. les supermarchés et les particuliers qui préfèrent s'approvisionner directement chez nous. les restaurants. vol. panneaux publicitaires…) 1.2. fléchage publicitaire. on va chercher à se faire connaître et à faire connaître nos produits par tous les moyens possibles (bouche à oreille. les hôtels. ou encore en carcasse dans le cas de 1.Rapport Zone d’implémenta tion 1. de 24. foire.

en milieu aride. L’élevage rationnel : L’installation des exploitations de colons a favorisé le développement de l’élevage rationnel du lapin. utilisant de nouvelles races plus performantes et conduit dans des clapiers grillagés (en bois ou en dur). respectivement à Ouarzazate en 1986 et Errachidia en 1990. on a décidé de prendre 25DH comme prix de vente pour le kilo vif. la vente des produits leur assurent des revenus réguliers. 1. à savoir l’élevage traditionnel et rationnel. On trouve l’élevage du lapin dans pratiquement toutes les régions du Maroc avec une concentration marquée dans les régions déshéritées.3. L’élevage traditionnel : L‘élevage du lapin est essentiellement une activité féminine. Ainsi fut créée une unité d’élevage de lapins de “chair” à la Station Avicole de Skikima à Témara suivie de deux autres au sud du pays. La concurrence : Le Maroc connait deux méthodes d’élevage de lapins. saharien (vallées du Draâ et du Ziz) de même que dans les zones périphériques des petits centres urbains.De plus. certaines entreprises se sont spécialisées dans le domaine de la cuniculture et la vente de matériel d’élevage tel que Cunimaroc… 8 .Rapport Ainsi.

administration et comptabilité de notre entreprise. Sur ce.Rapport 2.Etude technique : 2. et afin de réduire les frais. Et comme notre projet est au stade de démarrage. Nous assurerons donc la direction. l’organigramme se présentera comme suit : Les frais du personnel mensuels seront répartis comme suit : ➢ ➢ ➢ ➢ ➢ 2 ouvriers = 1200*2=2400DH Gardien=700DH Comptable=2000DH Directeur=2000DH Gestionnaire=2000DH Total : 9100 DH ➢ Frais Vétérinaire = 250DH 9 .1. gestion. nous avons décidé de nous impliquer activement dans notre entreprise. nous avons pensé à investir dans le côté des ressources humaines en recrutant des ouvriers qualifiés issus de centre de qualification agricole. Nos études d’ingénierie dans le domaine industriel nous ont dotées de compétences nécessaires à la gestion de projet.Ressources humaines : Afin d’assurer un élevage de qualité à nos lapins durant leur séjour.

On note qu’on a 100 cages dont la dimension de chacune est de 0. donc une superficie totale de 120 m2 . d’une salle d'engraissement.80mx0.Moyens de production : Présentation générale du bâtiment : Le bâtiment comprend un local de 200 m² (20x10m) bien orienté et bien aéré (3m3 d'air/kg/vif/h). aura les mêmes caractéristiques que celui de la maternité.E/S. d'un couloir d'accès et d'un sas d’entrée : 1 salle de maternité à 1 rangée et 1 salle d'engraissement à 1 rangée dans le sens de la longueur du bâtiment.50mx0.Rapport 1. Elle comprendra également un magasin pour le stockage des aliments et un bureau le tout en 20 m2. ● Les mures doivent être nettoyables. Le bâtiment se compose d’une salle de maternité. Maternité : La salle de maternité qui regroupe les femelles et les males en reproduction aura une superficie de 100 m2 (10x10m) et sera bien orientée (N.62mx0.50mx0. 10 . Il est équipé d'un système d'éclairement d'appoint (16h/jour d'éclairement total).1.33m et que les cages sont en flat-deck. Les normes d’aménagement de bâtiment : ● Un sol de béton avec une ponte pour faciliter l’évacuation des déjections. On louera le terrain à 10000DH et les frais de construction s’élevant à 80000DH . avec l'entrée et sas central.O)et bien aérée.33m et que les cages sont en flat-deck. Engraissement : Le local d’engraissement qui abritera les lapereaux après leur sevrage jusqu'à la commercialisation. avec une superficie de 80 m² On note qu’on a 100 cages dont la dimension de chacune est de 0.

● Cage d'attente. 11 . air extrait bas avec reprise sous le plancher au niveau des fosses d'évacuation des déjections. mais elle viendra y allaiter ses lapereaux pendant au moins les 3 premières semaines. La boîte à nid doit être amovible pour qu'il soit facile de la nettoyer à l'extérieur du local d'élevage. C'est aussi la cage dans laquelle seront effectuées les saillies. ● La ventilation est du type "dynamique" : Air pulsé haut et diffusé par une gaine ou par un plafond diffuseur. ● Une ventilation efficace permettant d’assurer une température et une humidité optimales. Les lapereaux y sont élevés en groupe de leur sevrage jusqu'à l'âge de vente. ● La possibilité d’évacuation de fumier. ● Cage de mâle : C'est la cage où vit un mâle. Mais on a choisi d’utiliser les mêmes dimensions que celles des femelles. en particulier les mâles doivent être logés dans des cages individuelles. Équipements : ● Cage de reproduction = cage mère ou cage de maternité ou cage de femelle La cage de reproduction est la cage dans laquelle une femelle met bas et élève ses lapereaux jusqu'au moment du sevrage. La cage du mâle peut avoir des dimensions un peu plus réduites que celle des mères. ce qui facilite l'évolution ultérieure de l'installation. Elle doit être équipée d'une boite à nid (BN) ou au minimum d'une zone aménagée où la lapine pourra construire le nid où elle mettra bas. ● Cage d'engraissement: Les cages d'engraissement sont destinées à l'élevage des lapereaux sevrés.Rapport ● La possibilité d’appliquer un programme lumineux pour les reproducteurs. en attendant qu'on les place définitivement dans une cage de reproduction (de mâle ou de femelle selon le sexe). Non seulement la lapine y mettra bas. de futurs reproducteurs ou de gestation: A partir de l'âge de 2½ mois à 3 mois les futurs reproducteurs. ● Une aire de travail aérée pour faciliter les déplacements.

dans de bonne conditions d’environnement. Elle doit être prolifique. du fourrage vert ou sec de manière hygiénique tout en évitant le gaspillage.Rapport Cela évite les bagarres et les blessures. Toutes les cages sont équipées d'une mangeoire de 3. Le renouvellement du cheptel reproducteur est estimé à 10% par mois. ● Les mangeoires : Une mangeoire est toujours nécessaire dans une cage pour assurer la distribution de l'aliment.5 kg pour le pré cheptel. Chez les jeunes femelles cela évite aussi de voir certaines d'entre elle devenir pseudo-gestantes si on les garde en groupe.00 DH. Les reproducteurs reçus auront un âge de puberté : 12 . Les abreuvoirs: Réservoir en plastique avec remplissage par le haut.00 DH. ● Les râteliers à fourrage : Le râtelier sert à mettre à la disposition du lapin. Soit : 100 cages mère x 360.00 DH = 36 000.00 DH = 3200.00 DH = 32 000. bonne laitière et avoir de bonnes qualités maternelles. une bonne ardeur sexuelle et issu d’une lignée à croissance rapide. (Pour les mâles) Total Matériel : 71 200.00 DH Mode d’élevage : 1-Achat de reproducteurs: Le choix de reproducteurs est d’une très grande importance pour la rentabilité de l’élevage . Les remplacements se feront à partir des meilleures femelles issues de l'élevage. Le male doit avoir les mêmes qualités sanitaires que la femelle.00 DH 10 cages x 320.une femelle doit présenter le maximum de garantie sanitaire. ● ● Les Boites à Nid : La boîte à nid permet la mise bas et l’élevage des lapereaux jusqu’à sevrage. ils seront achetés de l'extérieur. Pour les mâles. 100 cages d’engraissement x 320.6 kg pour l'engraissement et de 2.

Pour éviter la consanguinité on va changer les males tous les 2ans Pour contrôler la gestation.00 = 2000.00DH. TOTAL : 17 000. • Le nombre de lapereaux mort-nés Le nid devra toujours être propre et sec. pour la première présentation au mâle. Chaque animal aura une fiche comportant son identité et son carnet de travail.00 DH = 15 000. Les femelles choisies seront alors présentées au mâle à raison d’une saillie par mâle tous les 2 jours. 3.La mise bas: La boîte à nid garnie de paille de bonne qualité sera accessible à la lapine dès le 28e jour de gestation pour permettre de compléter la préparation du nid avant la mise bas.Rapport ✔ ✔ 100 lapines âgées de 3 mois 10 mâles âgés de 4 mois Tous les reproducteurs doivent être identifies par un tatouage à l’oreille.00DH 10 mâles âgés de 4 mois 200. 13 . Il faut compter : • Le nombre de lapereaux vivants. une palpation des femelles sera effectuée 10 jours après la saillie. soit 80 % du poids adulte de la souche. L'observation des boîtes à nid a lieu le matin et les mises bas observées seront immédiatement inscrites sur la fiche de la mère. Soit : 100 lapines âgées de 3 mois x 150. Les femelles jugées non gestantes seront alors représentées aux mâles.00 DH 2. La gestation dure 31 jours en moyenne.2 kg.Premières saillies : Un premier tri sera effectué parmi les jeunes lapines ayant 16 à 17 semaines. Ces animaux devront atteindre un poids d'environ 3. Les cages doivent être numérotées pour faciliter le suivi.

● Nettoyage des sols une fois par semaine. plusieurs aliments sont disponibles sur le marché : ● Aliments pour les reproducteurs. La consommation en eau est très importante. Une surveillance rigoureuse des nids est indispensable pendant les 6 à 7 jours qui suivent la mise bas (litière changée. inspection des oreilles pour détecter la gale). enlève ment des lapereaux morts). l'élevage de lapins doit adapter ses résultats à un équilibre sanitaire animaux -milieux qui est fragile. des mesures d'hygiène devront être respectées : ● Nettoyage et désinfection des cages de mères après chaque sevrage. d'un point de vue vétérinaire. 5-L’alimentation : Pour ce type d'élevage. 14 .Le plan de prophylaxie : Comme tout élevage hors sol.Rapport Si la portée est trop nombreuse (10-12 lapereaux). ● Nettoyage et désinfection des cages d'engraissement après chaque départ d'animaux. on doit suivre rigoureuse ment le programme de prévention des maladies (traitement coccidiose. 4.5litre /jour. on pourra recourir à l'adoption par une autre mère des lapereaux "en surnombre". Consommation d'aliment par an par toute l'unité. ● Nettoyage et désinfection des boîtes à nid au moins une fois par portée. ● Aliments mixtes reproducteurs engraissement. Par ailleurs. une lapine et sa portée consomme en moyenne 2. ● Aliments pour l'engraissement. Pour maintenir un élevage sain. ● Brûlage des poils dès que cela semble nécessaire (1fois/mois) ● Pédiluve en état de fonctionnement à l'entrée de l'élevage. vaccination myxomatose.

05 1.7 DH = 141525.97 17 .5kg d'aliment = 38250kg.38 3.2 0.32 0.79 7.6 0.09 2.5 kg est de : 4500 x 8.00 DH Coût total d’aliment = 179834. eau .Rapport Femelles pendant le cycle 100x350g/jx195j= 6825 kg Femelles hors du cycle 100x120g/jx170j = 2040kg Mâles et cheptel de remplacement : 34 x120g/j x365j = 1489kg Le bâtiment d'engraissement recevra annuellement 4500 lapereaux à raison de 45 lapereaux par lapine.47 0.00 DH ○ ○ ○ ○ Estimation du prix de revient pour un Kg vif : Charges Amortissement du bâtiment Amortissement du matériel Emprunt sur 10 ans(12%) Frais divers Chauffage. ○ Coût de l'alimentation des lapereaux : 38250 x 3. ○ La quantité d'aliment nécessaire à l'engraissement d'un lot de 4500 lapereaux pour un poids à la vente de 2.23 0.energie Frais vétérinaire Main d’œuvre Aliments Lapins Prix de revient CHARGES COUT KG VIF EN DH 1.Etude financière : Amortissements : Il faudra calculer les amortissements que subissent les différents éléments du patrimoine de l’entreprise (voir tableau ci après) : 1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 15 .

5%=1501.428 1.428 6 0 0 0 0 Calcul des frais préliminaires : Droits d’enregistrement=capital propre*0.428 1.428 1.428 1.5%= 1501. Actif Exercice Ex.32DH Total : 3032 DH Nom Bilan actif .32DH Droits de timbre: 30 DH Taxe notariale= capital propre*0.428 1.428 1.préc édent 16 .Rapport Terrain Bâtiment 0 0 0 0 0 0 Matériel industriel Matériel de bureau 1000 1000 1000 1000 1000 0 0 0 0 0 Matériel de 2400 2400 2400 2400 2400 transport 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Frais préliminair es 3032 0 0 0 0 0 0 0 0 0 Amortisse 4620 4317 4317 4317 4317 1817 1817 ment 2.428 1.428 1.428 80 80 80 annuel 6 6 6 6 6 6 6 00 00 00 8000 8000 8000 8000 8000 8000 1017 1017 1017 1017 1017 1017 1.428 6 6 6 6 6 6 0 0 0 80 80 80 8000 00 00 00 1017 1.428 1.428 1.428 1.

marques.Rapport A c t i f i m m o b i l i s é Brut Amortiss ements et provision s Immobilisation s en non valeur (A) : • Frais Préliminair es • Charges à répartir sur plusieurs exercices • Primes de rembourse ment des obligations Immobilisation s incorporelles (B) : • Immobilisat ions en recherche et développe ment • Brevets. droits et valeurs similaires 303 2 3032 Net Net 17 .

matériel et outillage.Rapport • Fond commercial • Autres immobilisat ions incorporelle s Immobilisation s corporelles (C) : 100 00 • Terrains • Constructio 800 ns 00 • Installation 712 s 00 techniques.5 6 714 24000 96000 1000 4000 18 . • Matériel de transport • Mobilier.428 61028. matériel de 120 000 bureau et aménagem ents divers 500 • Autres immobilisat 0 ions corporelles • Immobilisat ions corporelles en cours 0 8000 10000 72000 10171.

428 243028.Rapport Immobilisation s Financières (D ): • Prêts immobilisé s • Autres créances financières • Titres de participatio n • Autres titres immobilisé s Ecarts de conversion – Actif (E): • Diminution des créances immobilisé es • Augmentati on des dettes de financemen t TOTALI(A +B+C+D+E) 289 232 46203. 6 5714 19 .

avances et acomptes • Clients et comptes rattachés • Personnel 109 • Etat 200 • Comptes d’associés • Autres débiteurs 20 .Rapport A Stocks (F): c • Marchandis t es i 196 • Matières et f 834 fournisseur c s i consomma r bles c • Produits en u cours l • Produits a intermédiai n res et t produits résiduels • Produits finis Créances de l’actif circulant (G): • Fournisseur s débiteurs.

Rapport • Comptes de régularis. régies d’avances et accréditifs Total III Total général I+II+III 500 0 500 0 600 266 43173. • Caisses.P. et C. Actif Titres et valeurs de placement (H) Ecarts de conversion – Actif (I) Total II 306 (F+G+H+I) 034 Trésorerie Actif • Chèques et valeurs à encaisser • Banques T.428 557092. 6 5714 21 .C.G.

Capital souscrit non n appelé c • Primes d’émission.Rapport Bilan passif : Passif Exercice Exercice préceden t F Capitaux propres i • Capital social ou 300264 n personnel a • Moins : actionnaires. de e fusion et d’apport m • Ecarts de réévaluation e • Réserves légales n • Autres réserves • Report à nouveau t • Résultats nets en p instance d’affection e • Résultat net de l’exercice r m a n Total des capitaux propres (A) e n Capitaux propres assimilés t (B) • Subventions d’investissement • Provisions réglementées Dettes de financement (C) • Emprunts obligataires 300000 22 .

Rapport • Autres dettes de financement Provisions durables pour risques et charges(D) • Provisions pour risques • Provisions pour charges Ecarts de conversion passif (E) Augmentation des créances immobilisées • Diminution des dettes de financement • Total I (A+B+C+D+E) 600264 Pa ss if cir cu la nt Dettes du passif circulant (F) • Fournisseurs et comptes rattachés • Clients créditeurs. avances et acomptes • Personnel • Organismes sociaux • Etat • Comptes d’associés • Autres créanciers • Comptes de régularisation-passif Autres provisions pour risque et charge (G) Ecarts de conversion passif (circulant) (H) 23 .

Rapport Total II(F+G+H) 0 Tr és or eri e Trésorerie – Passif • Crédits d’escompte • Crédits de trésorerie • Banques (soldes créditeurs) Total III 0 Total général I+II+III 600264 Compte de produits et charges (hors taxes) Nature E x p l o i t a t i I o n Opérations Propres à l’Exercice 1 Conce rnant les exerci ces précé dents 2 Produits d’exploitation • Ventes de marchandises (en l’état) • Ventes de biens et services Totaux Totaux de de l’exerci l’exerci ce ce précéd ent 3=2+1 4 281250 24 .

transferts de charges Total I 281250 II Charges d’exploitation • Achats revendus de marchandises • Achats 189834 consommés de matières et fournitures • Autres charges externes 29700 • Impôts et 25 .Rapport produits Chiffres d’affaires 281250 • Variation des stocks de produits • Immobilisation s produites par l’entreprise pour ellemême • Subventions d’exploitation • Autres produits d’exploitation • Reprises d’exploitation.

428 6 F IV Produits i financiers n • Produits de a titres n participations c et autres titres i immobilisés e • Gains de r change • Intérêts et autres produits financiers • Reprises financières . transferts de charges Total IV V Charges financières 26 .42 86 III Résultat d’exploitation (III) 90657.Rapport taxes • Charges de personnel • Dotations d’exploitation 109200 43173.428 6 Total II 371907.

Rapport • Charges 36000 d’intérêt • Pertes de change • Autres charges financières • Dotations 17095.67 79 27 .249 25 VI Résultat Financier (Iv .V) VI Résultat courant I (III + VI) N VI Produits non o II courants n • Produits des cessions c d’immobilisatio o ns u • Subventions r d’équilibre a • Reprises sur n subventions t d’investisseme nt • Autres produits non courants • Reprises non courants . transferts de 53095.249 financières 25 Total V 53095.249 25 143750.

Rapport charges Total VII IX Charges non courants • Valeurs nettes d’amortisseme nts des immobilisation s cédées • Subventions accordées • Autres charges non courantes • Dotations non courantes aux amortissement s et aux provisions Total IX X Résultat non courant (VIII-IX) XI Résultat avant impôts (VII + X) XI Impôts sur les I résultats XI Résultat net (XI – II XII) XI Total des V produits (I+IV+VIII) 281250 28 .

2585 15303.990 78 37792.5789 19352.2493 53095.2493 53095.670 34 33742.0416 53095.67 79 143752.07 16 242313.5436 22967.Rapport X V Total des charges (II+V+IX+XII) 425002.6549 26195.2493 53095.0996 10768.207 63 29 .2493 53095.594 34 26899.5701 31650.2493 53095.82 98 89733.679 16 21444. L’emprunt sera remboursé sur une durée de 10 ans de la façon de la suivante : Dettes en début de période Amortisseme nt Année Intérêts Annuité 1 2 3 4 5 6 7 8 9 300000 282904.75 08 263758.249 25 19146.19 66 191396. et d’autre part de l’emprunt auprès d’un organisme de crédit d’un montant de 300000DH.2493 53095.2493 53095.67 79 X Résultat net VI (total des produits-total de charges) Ressources financières : Les ressources financières se composent d’une part de l’apport des actionnaires 300264DH.49 09 161268.149 67 42327.2493 17095.280 66 24017.680 15 36000 33948.9686 29077.82 06 127525.79 09 218296.705 66 30127.2493 53095.

dettes aux fournisseurs TTC BFG=196834 Plan de financement : Le plan de financement est un tableau de synthèse qui récapitule d’une part l’ensemble des ressources financières dont l’entreprise pourra disposer et d’autre part.472 55 Le montant total du crédit est de 300000DH avec un taux d’interet de 12%. l’ensemble des emplois durables prévus. Calcul du besoin de financement global (BFG) Le BFG compote trois composants principaux : Element Stocks Composition Aliments d’engraissement et reproducteurs Monta nt 19683 4 Créances Clients Crédit fournisseur (CA annuel TTC) x (nbre de jours accordés)/365 (Achat annuel TTC) x (nbre de jours obtenus)/365 0 0 BFG = stocks + créances clients TTC .2493 47406.Rapport 47406.472 10 51 5688.7767 53095. 30 .

Rapport Frais d'établissement Acquisition fonds de commerce. machines Véhicules Autres biens immobilisés Total Immobilisations (investissements) Variation du Besoin en Fonds de roulement Année 1 3030 90000 71200 120000 5000 289230 196834 Année 2 Année 3 10000 10000 10000 0 10000 0 TOTAL DES EMPLOIS Apports en capital Apports en comptes courants d'associés Subventions obtenues Capacité d'autofinancement Emprunts à moyen et long terme sollicités 486064 300264 10000 10000 300000 TOTAL DES RESSOURCES SOLDE ANNUEL (total des ressources . travaux Matériels.chauffage Frais de transport 31 109200 10000 12000 Charges fixes 10000 179834 Charges variables 4700 5000 . terrains.total des emplois) 600264 114200 0 -10000 0 -10000 Seuil de rentabilité : Charges Location du terrain Matières premières et autres approvisionnement Assurance Fourniture de bureau Salaires Eau.droit au bail Immeubles.énergie. constructions Aménagements.

9.3221 Pourcentages 100% 10.2493 3600 43171.4286 Compte résultat différentiel : Elements Chiffre d’affaire -charges variables =marge sur coût variable -charges fixes =résultat Montants 281250 30600 250650 241098.3534 Point mort = (seuil de rentabilité/chiffre d’affaire)*360j Point mort = 351 .% 89.17j = 1 ans 32 .67 79 9551.Rapport Frais vétérinaires Remboursement de l’emprunt Intérêt financier Dotations aux amortissements 3000 53095.1% Seuil de rentabilité =charges fixes/taux de marge sur coût variable Seuil de rentabilité = 270593.

Avec: . Conclusion : La marge à réaliser à la vente est de 7. et que le projet peut atteindre des gains considérables avec une bonne gestion : ➢ An niveau de l’approvisionnement : . Tout cela laisse à dire que le secteur est très prometteur.Ce secteur bénéficie de l’encouragement de l’état . -Sa richesse en protéines et sa faible teneur en cholestérol.Les prix des aliments sont appelés à baisser .Il faudra s’assurer de la bonne qualité de la souche proposée 33 .Rapport D’après le seuil de rentabilité calculé. -La rentabilité du projet au bout de 1 an. il s’avère que notre projet sera rentable après 1 an.95DH sur le KG vif.La qualité diététique et nutritionnelle de la viande lapine.

fr.gd 34 .Cunimaroc. -On va essayer de coopérer avec les autres entreprises du même secteur d’activité afin de promouvoir la consommation de la viande du lapin. ➢ Au niveau de la commercialisation : -On prévoit la construction d’un abattoir respectant les normes sanitaires afin d’élargir notre part de marché. Bibliographie : Documents internes de Cunimaroc donnés par Mr Zakaria Lamraoui www. ➢ Au niveau de la distribution : -On prévoit la création d’un réseau de vente dans les villes de MEKNES FES RABAT et CASABLANCA afin de renforcer notre présence dans ces villes.Rapport -Bénéficier de l’emplacement de l’entreprise qui est au carrefour des principaux acteurs dans le secteur.

TEMARA. MAROC 35 .33 (2006) RAPPORT NATIONAL SUR L’ETAT DES RESSOURCES GENETIQUES ANIMALES INSTITUT AGRONOMIQUE ET VETERINAIRE HASSANII DEPARTEMENT DSES SCIENCES HUMAINES : Projet de cuniculture Quelques aspects de l’élevage du lapin au Maroc.Rapport CUNICULTURE Magazine. STATION AVICOLE DE SKIKIMA. BARKOK.A. vol.