Programme Régional de lutte intégrée contre les organismes nuisibles (Integrated Pest Management) au Proche Orient (Projet GTFS

/REM/070/ITA)

ETUDE DE BASE SUR LA CULTURE DE LA TOMATE AU MAROC

JUILLET 2010

ETUDE DE BASE SUR LA CULTURE DE LA TOMATE AU MAROC

Abdellatif El Fadl et Noureddine Chtaina.

Table des matières
Liste des figures ........................................................................................................................................ i Liste des tableaux .....................................................................................................................................ii Illustrations .............................................................................................................................................. iv Cadre de l’étude : .................................................................................................................................... 1 Remerciements ....................................................................................................................................... 2 Liste des acronymes .................................................................................................................................... 3 CHAPITRE1: Introduction Générale............................................................................................................. 4 1.1. Importance de la culture de la tomate ____________________................................................ 4 Cycles de production : ..................................................................................................... 4 Secteur des exportations : ............................................................................................... 4 Superficies emblavées : ................................................................................................... 5 Tomate industrielle : ....................................................................................................... 5

1.1.1. 1.1.2. 1.1.3. 1.1.4. 1.2.

Aire de l’étude _________________________________ ........................................................ 8

CHAPITRE 2: Aperçu sur la connaissance de la tomate ................................................................................... 10 2.1. 2.2. 2.3. 2.4. 2.5. Historique de la plante ......................................................................................................... 10 Travaux d’amélioration génétique _____ .......................................................................... 10 Valeur nutritive de la tomate _____ ................................................................................... 12 Types variétaux actuellement cultivés ................................................................................ 15 Conclusion ............................................................................................................................. 17

CHAPITRE 3: Production de plants de tomate en pépinière .......................................................................... 18 3.1. 3.2. 3.3. Introduction ____________________ ................................................................................... 18 Conditions optimales de semis Conditions d’élevage de plants ____________________................................................. 18 ____________________ .................................................. 21

CHAPITRE 4: Installation et entretien de la culture de la tomate .................................................................. 29 4.1. 4.2. 4.3. 4.4. 4.5. 4.6. 4.7. Introduction ............................................................................................................................. 29 Types d’abris utilisés pour la tomate .......................................................................................... 29 Travaux de préparation à l’installation de la culture .................................................................... 31 Opération de plantation ........................................................................................................... 32 Travaux routiniers d’entretien ................................................................................................... 34 Problèmes physiologiques de la conduite la tomate en contre-saison .......................................... 37 Description des principaux problèmes d’ordre physiologique ............................................. 38

CHAPITRE 5: Irrigation de la culture de tomate ............................................................................................. 41 5.1. Introduction _______________ ............................................................................................. 41

5.2. 5.3.

Détermination des besoins en eau de la tomate _______________ .......................................... 45 Efficience de l’utilisation de l’eau par la plan____________ ...................................................... 51

CHAPITRE 6: Fertilisation et Fertigation de la culture de tomate ..................................................................... 53 6.1. 6.2. 6.3. Introduction _______________ _____ .......................................................... 53

Rôle des éléments minéraux majeurs ........................................................................................ 53 Redressement de l’état de fertlité du sol _______________ ...................................................... 53

Apport de l’engrais de couverture _______________................................................................... 55 CHAPITRE 7: Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mises en œuvre ............................... 62 7.1 Introduction _______________ ................................................................................................. 62

7.2 Principaux problèmes phytosanitaires dans les régions étudiées, importance et méthode de lutte mise en œuvre par les producteurs .......................................................................................... 62 7.2.1 Maladies ............................................................................................................................... 62 a. Mildiou................................................................................................................................... 62 a.1 Caractéristiques : ............................................................................................................. 62 a.2 Importance du mildiou sur tomate dans les zones étudiées......................................... 63 a.3 Méthodes mises en œuvre par les producteurs pour lutter contre le mildiou: ............. 63 b. Oïdium ................................................................................................................................... 69 b.1 Importance de l’oïdium dans les régions étudiées ........................................................ 69 b.2 Méthodes mises en œuvre par les producteurs pour lutter contre l’oïdium : ............... 69 c. Pourriture Grise ..................................................................................................................... 71 c.1 Importance de la pourriture grise dans les régions étudiées ....................................... 71 c.2 Méthodes mises en œuvre par les producteurs pour lutter contre la pourriture grise . 71 7.2.2 Ravageurs ............................................................................................................................. 74 a. Noctuelles défoliatrices et des fruits de la tomate ............................................................... 74 a.1 Espèces de noctuelles de tomate rencontrées dans les régions étudiées ...................... 74 a.2 Méthodes mises en œuvre par les producteurs pour lutter contre les noctuelles ........ 75 b. Mineuse : Tuta absoluta ........................................................................................................ 79 b.1 Symptômes et dégâts ...................................................................................................... 79 b.2 Description et biologie .................................................................................................... 80 b.3 Dégâts causés par tuta absoluta sur tomate dans la région du Gharb en 2009 (Morchid/ORMVAG, 2010) : .................................................................................................. 80 b.4 Dégâts causés par tuta absoluta sur tomate dans la région du Doukkala Abda en 2008 2009 ....................................................................................................................................... 81 b.5 Actions entreprises par le Ministère d’Agriculture et la Pèche Maritime ...................... 81 b.6 Méthodes de lutte mise en œuvre contre Tuta absoluta .............................................. 81

b.6.1 Piégeage de tuta absoluta ........................................................................................ 81 b.7 Situation de Tuta absoluta durant la campagne 2009-2010 .......................................... 87 c. Autres mineuses : Liriomyza spp. .......................................................................................... 87 d. Acariens ................................................................................................................................. 90 d.1 Acariose bronzée : Aculops lycopersici ........................................................................... 90 d.2 Acarien rouge : Tetranychus sp ....................................................................................... 90 d.2.1 Caractéristiques ....................................................................................................... 90 d.2.2 Méthodes de lutte mise en œuvre par les producteurs .......................................... 91 e. Pucerons : Myzus persicae et Macrosiphum euphorbiae (sekkat, 2007) ............................. 95 CHAPITRE 8 : Recommandations d’ordre pratique pour la lutte intégrée ....................................................... 103 8.1 La limite et les problèmes liés à la lutte chimique aveugle ....................................................... 103 8.2 Recommandations pratiques .................................................................................................... 103 8.2.1 Utilisation de plants sains ................................................................................................... 103 8.2.2 Utilisation de variétés résistantes ou de plants greffés ..................................................... 103 8.2.3 Désinfection du sol ............................................................................................................. 103 8.2.4 Nettoyage des parcelles ..................................................................................................... 103 8.2.5 Création de barrière physique pour empêcher l’intrusion des insectes ............................ 103 8.2.6 Gestion phytosanitaire ....................................................................................................... 104 a Bonne Identification des maladies et ravageurs et leurs ennemis naturels ........................ 104 b. Adoption d’un système de surveillance efficace ................................................................. 104 8.2.6 Possibilité de lutte biologique sur tomate ......................................................................... 104 a. b. c. Contre les aleurodes........................................................................................................ 105 Contre la mouche mineuse ............................................................................................. 105 Contre Tétranychus urticae ............................................................................................. 106

8.2.8 Directives pour une utilisation raisonnée des pesticides .............................................................. 107 8.2.9 Limites des bonnes pratiques phytosanitaires ................................................................... 108

Figure 1. Evolution des cultures maraichères (Ha) dans le Souss Massa __________________________ 6 Figure 2 : Répartition entre cultures de serre et en plein air des spéculations maraichères (Ha) dans le Souss Massa ______________________________________________________________________________ 7 Figure 3 :.Place de la tomate (Ha) au sein des cultures maraichères de primeur dans le Souss Massa 7 Figure 4 : Classes de couleur de la tomate en relation avec le degré de maturation. ______________________ 12 Figure 5 : Différentes formes de tomate cultivée _______________________________________________ 15 Figure 6 : Evolution des valeurs moyennes quotidiennes du rayonnement global, au cours de l’année, entre 2001 et 2005, dans la région du Massa ________________________________________________________________ 43 Figure 7 : Evolution des valeurs moyennes quotidiennes du rayonnement global (Rg) et de ETo (ou ETP) sous abri-serre, au cours de l’année 2005-2006, dans la région du Massa. __________________________________ 44 Figure 8. Présentation d’un exemple-type de profil hydrique du sol, pour déterminer la répartition spatiale de l’eau en fonction des valeurs repères de l’humidité à la capacité au champ (HCC) et l’humidité au point de flétrissement permanent (HPFP) ________________________________________ 49 Figure 9 : Sonde capacitive (à gauche) et exemple d’enregistrement (à droite) de l’évolution de l’eau dans le sol, à différentes profondeurs de mesure. Noter les lignes repères de HCC (en bleu) et de HPFP (en jaune) ainsi que les doses apportées (barres verticales). ____________________________________________________________ 50 Figure 10 : Efficience de l’utilisation de l’eau (EUE) d’irrigation par la tomate dans la région d’Agadir (Ben Abdellah, 2005) ______________________________________________________________________ 51 Figure 11 : Efficience de l’utilisation de l’eau (EUE) d’irrigation par la tomate dans la région d’Agadir (Hebbari, 2006). __________________________________________________________________________ 52

Liste des figures

i

appliquées pour la culture sous abri dans la région du Souss Massa. 2010) ___________ 85 Tableau 27 : mode d’action biochimique et classification selon l’IRAC insecticides homologuées sur tomate pour lutter contre Tuta absoluta ______________________________________________________ 86 Tableau 28 Produits homologués contre la mineuse ( index phytosanitaire Maroc. en fonction du système d’irrigation ________________________________________________________________________ 56 Tableau 15 : Rythme d’absorption (en %) des éléments nutritifs par la tomate. variété ‘Daniela’ conduite en hors sol sur 16 bouquets. en fonction de la température moyenne quotidienne (en °C). 2010) ________________________________________________________________ 76 Tableau 24 : mode d’action et classification de matières actives insecticides homologuées sur tomate pour lutter contre les noctuelles _____________________________________________________________ 78 Tableau 25 : Niveaux de risque selon les captures de Tuta absoluta _____________________________ 83 Tableau 26 : spécialités homologuées sur tomate contre Tuta absoluta ( ONSSA. 1995) ______ 57 Tableau 16 : Equilibres ioniques de la tomate conduite en hors sol selon les différents stades de croissances de la culture. Exportations marocaines (en tonnes) en différents types de tomates. 1981). 1981). __________________________________________________________________ 59 Tableau 17 : Relations ioniques d’inhibition de certains éléments ioniques en excès _______________ 61 Tableau 18 : Caractéristiques des fongicides antimildious homologués sur tomate (Index phytosanitaire Maroc. 2010) _______ 70 Tableau 21 : Caractéristiques des produits anti botrytis homologués sur tomate au Maroc __________ 72 Tableau 22 : Caractéristiques des produits anti botrytis homologués sur tomate au Maroc __________ 73 Tableau 23 : produits insecticides homologués sur tomate pour lutter contre les noctuelles (Index phytosanitaire Maroc. en 8 mois. utilisée pour la détermination de ETo en plein air. et donnant un rendement de 42 kg/m² (CTIFL. 2010) __ 96 Liste des tableaux ii .Tableau 1. ___________________________________ 49 Tableau 13 : Composition moyenne en éléments minéraux majeurs de différents types de fumier ____ 54 Tableau 14 : Coefficient d’efficience d’absorption des éléments nutritifs par les plantes. 2010) _____________________________________________________________________________ 64 Tableau 19 : Mode d’action biochimique des anti-mildiou homologués sur tomate au Maroc _________ 66 Tableau 20 : Produits anti-oïdium homologués sur tomate (index phytosanitaire Maroc. 2010) __________________________________ 89 Tableau 30 : Acaricides homologués sur tomate au Maroc (index phytosanitaire Maroc. 2010) ______ 92 Tableau 31 : mode d’action biochimique des acaricides homologués sur tomate et leur et classification selon l’IRAC ______________________________________________________________________________ 94 Tableau 32 : produits homologués sur tomate contre pucerons (index phytosanitaire Maroc. ______________________________ 14 Tableau 5 : Teneur en vitamines d’un fruit mûr de tomate (David et Hobson. _______________________ 14 Tableau 6 : Classes de calibres appliquées pour la commercialisation de la tomate conventionnelle __________ 16 Tableau 7 : Classes de calibre appliquées dans la commercialisation de la tomate cerise ___________________ 16 Tableau 8 : Valeurs du coefficient t de la formule de Jensen-haise. 2010) __________ 88 Tableau 29 : Mode d’action biochimique des produits homologués contre la mineuse et leur classification selon IRAC (index phytosanitaire Maroc. Composition d’un fruit mûr de tomate (David et Hobson. ____________________ 44 Tableau 9 : Valeurs du coefficient cultural de la tomate. ___________________________________________________________________ 46 Tableau 10 : Doses d’apport d’eau à une culture précoce de tomate conduite sous abri-serre dans la région du Souss Massa ____________________________________________________________________ 47 Tableau 11 : Doses d’apport d’eau à une culture tardive de tomate conduite sous abri-serre dans la région du Souss Massa ____________________________________________________________________ 47 Tableau 12 : Valeurs seuils de la tension de l’eau dans le sol. entre 2004 et 2010 __ 6 Tableau 2 : Superficies des cultures maraîchères dans la zone d’action de l’ORMVA du Doukkala au titre de la saison 2009-2010 ____________________________________________________________________________ 8 Tableau 3 : Superficie de la tomate (ha) dans le Gharb par province et par arrondissement de développement agricole (ADA) ______________________________________________________________ 9 Tableau 4.

plantation homologués sur tomate et leurs caractéristiques (Index phytosanitaire Maroc.Tableau 33 : Mode d’action des produits homologués sur tomate contre pucerons _________________ 96 Tableau 34 : Nématicides de pré. 2010) ________________________________________________________________ 99 Tableau 35 : Produits nematicide de post plantation homologués sur tomate _____________________ 101 iii .

________________________________________________________________ 24 Photo 6 : Bassin d’alimentation hydroponique des plants de tomate industrielle.Photo 1 : Illustration d’une pépinière traditionnelle dans la région de Oualidia _____________________ 22 Photo 2 : Vue de l’intérieur de la pépinière traditionnelle dans la région de Oualidia ________________ 22 Photo 3 : Opération mécanisée de semis dans une pépinière industrielle de production de plants de tomate dans le Loukkos. B : fruit pointu .____________________________________________________________ 39 Photo 19. A : fruit à facettes . dus à des problèmes d’ordre physiologiques. F : collet vert. sur feuilles de tomate ____________________________ 88 Illustrations iv . utilisé pour le pilotage de l’irrigation des cultures sous abris dans la région du Massa. E : éclaircissage des fruits . D : fruit creux . Illustration du tableau d’affichage contenant la valeur quotidienne du rayonnement global. à l’intérieur de la pépinière moderne de production de plants de tomate _______________________________________ 26 Photo 9 : Clips utilisé pour la ligature _________________________________________________________ 27 Photo 10 : Combinaison greffon. C : échasse utilisé pour les travaux de couchage . E : pourriture apicale . B : palissage vertical . D : effeuillage . ____________________________________________ 33 Photo 16 : Parcelle de tomate industrielle cultivée à plat dans la région du Gharb __________________ 33 Photo 17 : Illustration de quelques travaux d’entretien de la culture de tomate (A : pollinisation des fleurs par les bourdons . __________________________________________________________________________________ 32 Photo 15 : Système de palissage appliquée à la tomate cultivée en plein air et destinée à la consommation en frais dans la région de Oualidia. ___________________________________________________________________ 23 Photo 4 : Plateaux empilés au cours de la phase de germination des graines de tomate industrielle. au moyen de crochets (disposés au plafond de l’abri) et autour desquels le fil de palissage est enroulé. F : ébourgeonnage ____________________________________ 35 Photo 18 : Illustration de quelques symptômes sur fruits de tomate. ___________________ 24 Photo 7 : Pépinière maraîchère formée d’un ensemble de grands tunnels installés à l’intérieur d’une grande serre multi-chapelles. _ 23 Photo 5 : Plants de tomate en phase d’élevage dans une pépinière industrielle de production de plants de tomate dans le Loukkos. C : coloration inégale . _______________________________________________________________ 25 Photo 8 : Tunnel-germoir chauffé à l’air chaud pulsé et couvert de film plastique opaque.porte greffe de tomate ________________________________________ 27 Photo 11 : Conduite d’un plant greffé de tomate sur deux bras___________________________________ 27 Photo 12 : Abri canarien à armature en bois. utilisé dans la région d’Agadir pour la production de tomate ___________________________________________________________________________________ 30 Photo 13 : Tunnels Delta 9 utilisés pour la production de la tomate dans la région côtière de Oualidia 30 Photo 14 : Système de palissage vertical de la tomate cultivée sous abri canarien à armature en bois. _________________________________ 43 Photo 20 : Illustration d’une station météorologique compacte pour la détermination automatique de la demande climatique d’un lieu donné (ETo) _______________________________________________________________ 45 Photo 21 : Tensiomètres à blocs résistifs de type Watermatk et boitier de mesure de l’état de liaison de l’eau dans le sol___________________________________________________________________________ 48 Photo 22 : attaque de mildiou sur tige feuilles et fruits __________________________________________ 62 Photo 23 : symptômes d’oïdium sur tomate industrielle au Gharb ________________________________ 69 Photo 24 : chancre sur tige du à Botrytis cinerea ______________________________________________ 71 Photo 25 : dégâts d’Heliothis armigera sur fruits_______________________________________________ 74 Photo 26 : dégâts de tuta absoluta sur feuilles ( à gauche) et de liriomysa spp ( à droite) __________ 79 Photo 27 : Piège à eau à phéromone fournie par la société Aicha aux producteurs contractants de tomate ___________________________________________________________________________________ 82 Photo 28 : réseau de piège delta à phéromone ( capsule au centre de la plaque) pour suivre l’activité de Tuta absoluta __________________________________________________________________________ 83 Photo 29 : dégâts de mineuse liriomyzera spp.

be) ____________________________________________ 106 Photo 36 : Vue à la loupe binoculaire montrant l’adulte du Phytoseiulus persimilis sur (chtaina.3 Dichloropropène + chloropicrine ___________________________________________________________________________ 102 Photo 33 : plaques jaunes engluées pour le piégeage d’insectes ____________________________________ 104 Photo 34 : Cartes des deux parasites Eretmocerus eremicus et Encarsia formo _________________ 105 Photo 35 : Duglyphus isaea (www. 2008) ________________________________________________________________________________________ 107 v .Photo 30 : Acariose bronzée sur feuilles de tomate qui prennent une coloration argentée sur les parties inférieures _________________________________________________________________________ 90 Photo 31 : Galles sur racines de tomate causées par Meloidogyne spp.biobestmaroc. __________________________ 97 Photo 32 : Désinfection généralisée d’une serre par un produit fumigant à base de 1.

Pour atteindre l‟objectif visé.  Amélioration des compétences des producteurs en matière de gestion phytosanitaire et de lutte intégrée à travers l‟approche participative « Farmer Field School » ou école au champ des agriculteurs en culture de de tomate. Palestine et Syrie). Tunisie et Algérie). il a été décidé d‟étendre le programme au niveau des pays du Maghreb (Maroc. Faire un diagnostic et une analyse de la situation actuelle sur les problèmes phytosanitaires rencontrés en culture de tomate (Ravageurs. à savoir les régions de Doukkala Abda. plein champ et tomate industrielle) notamment les pratiques agricoles et la gestion phytosanitaire contre les organismes nuisibles de cette culture. En Juin 2009. GFTS/ REM/070/ITA. le programme concentre ses activités dans les domaines d‟intervention suivants :  Renforcement des capacités nationales pour promouvoir la protection intégrée IPM et les Bonnes Pratiques Agricoles en tenant compte des spécificités des pays. Iran. Gharb et Loukkos . o o o o 1 . L‟objectif de ce programme régional est d‟améliorer la sécurité alimentaire au niveau des pays ciblés à travers la mise en place de la protection intégrée contre les organismes nuisibles en réduisant les risques liés aux pesticides sur la santé humaine et l‟environnement et en favorisant l‟accès aux marches. maladies et autres ennemis) et évaluation de l'état actuel en matière de gestion phytosanitaire et les méthodes alternatives pratiquées par les agriculteurs et l‟adoption de l‟approche lutte intégrée. Identifier les différents intervenants en matière de conseil et de vulgarisation dans les régions retenues et qui contribuent à la décision d'achat et d'utilisation des pesticides en culture de tomate. Liban. Faire un diagnostic et une analyse de la situation actuelle sur les pratiques agricoles en culture de tomate . Faire des propositions pour promouvoir la lutte intégrée et les bonnes pratiques agricoles en culture de tomate . La réussite de cette mission a été tributaire des actions suivantes : o Collecter des informations générales sur la filière tomate au Maroc en général et au niveau des régions concernées par le programme en particulier. L‟objectif principal de l‟étude proposée est d‟évaluer la situation actuelle de la culture de tomate (sous serre.Cadre de l’étude : Le programme régional de lutte intégrée contre les organismes nuisibles des cultures. notamment les cultures consommant plus de pesticides. Jordanie. a été initié en 2004 dans Six pays du Moyen-Orient (Egypte.

chapoté par l‟Organisation des Nations Unies pour l‟Alimentation et l‟Agriculture (FAO). exerçant à l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II. en l‟occurrence. dans le cadre du Projet GTFS/REM/070/ITA.Remerciements L‟étude de base concernant la culture de la tomate est une initiative des responsables de l‟Office National de la de la Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA). La réalisation de cette étude a été confiée à Abdellatif El Fadl et à Noureddine Chtaina. Les auteurs saisissent cette occasion pour remercier tout le personnel de l‟ONSSA ayant mis à leur disposition les informations disponibles. 2 . Le financement de cette étude revient à la coopération italienne. et contribué dans les investigations de terrain dans les deux régions-cibles. Abda-Doukkala et Chaouia-Ouardigha. Professeurs de l‟Enseignement Supérieur.

Liste des acronymes ONSSA Office National de la Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires ORMVA Office Régional de Mise en Valeur Agricole DPA Direction Provinciale de l‟Agriculture ADA HCC HPFP DNM EC ESP ET Eto ETM Kc Rg Arrondissement de Développement Agricole Humidité à la Capacité au champ Humidité au Point de Flétrissement Permanent Dose Nette Maximale Conductivité électrique Pourcentage de sodium échangeable Évapotranspiration Évapotranspiration de référence Evapotranspiration Maximale Coefficient cultural L IRAC FRAC DAR Rayonnement global Chaleur Latente de vaporisation Insecticide resistance action committee fungicide resistance action committee Delai d‟avant récolte 3 .

en fonction du degré d‟intensification de la culture. dans les provinces sahariennes. la tomate et l‟oignon occupent une superficie moyenne annuelle d‟environ 110 000 hectares (42% du total) et une production d‟environ 3400000 tonnes (51% de la production nationale). aussi bien pour le marché en frais que pour la transformation industrielle. près de 130 millions de tonnes. entre la ville de Berkane dans la région de l‟Oriental. vient l‟Italie (6 à 7 millions de tonnes). que pour la tomate en particulier. Cette infrastructure inclut également les installations d‟abris serres. malgré un handicap majeur et qui risque de compromettre la 1. avec un total produit de 12. Pour toutes ces raisons.1. Les rendements sont aux alentours de 40 à 60 tonnes à l‟hectare.1. il s‟est développé d‟une façon spectaculaire. la Hollande avec une production annuelle de 750000 tonnes. Les producteurs utilisent des variétés à croissance indéterminée et très productives. Concernant la tomate. de près de 20000 ha. L‟installation de ce type de culture coïncide généralement avec la sortie de l‟hiver et dure 4 à 5 mois. de la destination de la production et des types variétaux cultivés. A l‟échelle de l‟Europe. Le cycle commence généralement au mois juillet-août. une entrée en production dès la mi-octobre et une fin de cycle vers mai-juin. et enfin. un port et un aéroport international. c‟est la Turquie qui arrive au premier rang avec une production qui frôle 14 millions de tonnes. La plus forte concentration de ce type de culture est localisée dans la région du Souss-Massa (Agadir).2. Il a drainé beaucoup de capitaux nationaux et étrangers. on peut distinguer deux grands types de cultures : Culture de primeur : encore appelée culture de contre-saison ou culture d‟automne-hiver. Ainsi. des dizaines de stations de conditionnement. une main d‟œuvre qualifiée. est également favorable à la production précoce.1. en 2008.8 millions de tonnes. Les conditions climatiques sont particulièrement clémentes en hiver et le sol sablonneux se réchauffant rapidement dans la région du Massa. elle occupe une superficie moyenne. la pomme de terre. Mais de grandes disparités existent quant à la productivité de la tomate. aussi bien pour les primeurs en général. Culture de saison : elle est pratiquée généralement en plein air. Les rendements dépassent généralement les 200 tonnes à l‟hectare . une infrastructure florissante s‟est installée dans la région d‟Agadir. En effet. Cycles de production : 1.1. encouragée par des conditions environnementales favorables. elle est pratiquée essentiellement le long du littoral. C‟est l‟une des trois espèces maraîchères les plus cultivées dans le Royaume.Chapitre 1 : Introduction Générale CHAPITRE1: Introduction Générale 1. Les variétés utilisées sont à croissance déterminée pour la transformation industrielle. du degré d‟intensification appliqué et de la destination du produit récolté. la tomate est une culture légumière très ancrée dans les habitudes agricoles des producteurs marocains. et à croissance indéterminée pour le marché en frais. la région d‟Agadir est devenue la première région horticole du pays. La culture est pratiquée essentiellement sous abris mais elle peut se pratiquer en plein air. puis l‟Espagne et la Grèce (1 à 2 millions de tonnes).6 millions de tonnes. et la ville de Dakhla. suivie par les USA. La production est naturellement orientée vers le marché extérieur en frais. calculée entre 2003 et 2007. Ensuite. Importance de la culture de la tomate ____________________ La production mondiale en tomate a atteint. La production annuelle moyenne estimée pour la même période est de 1179000 tonnes. La Chine se classe en premier avec une production de 33. A l‟échelle du Maroc. En fonction de la place du cycle de sa production. Secteur des exportations : 4 .

un hectare de tomate mené sous abri nécessite. entre 3000 et 4000 ha. d‟autres spéculations sont en progression significative.000 t).875.000 t). Elle doit être saine sans nécrose. Au niveau national. passant de 15000 ha environ en 2001 à plus de 25000 ha en 2007 (figure 1). notamment dans l‟offre d‟emploi. mais aux cultures sous abri-serres (figure 2). qui est à croissance indéterminée nécessitant un palissage vertical. dans le Souss-Massa.1. C‟est dire combien cette culture est importante de point vue socio-économique. la Tunisie (730. Les rendements sont encore faibles. entre 2004 et en 2009 (tableau 1).130. Les fruits écrasés doivent être 1. de 236000 tonnes à 421000 tonnes.3. Seule la poudre de tomate est exportée. Pour un cycle d‟environ 9 mois. l‟Amérique latine (1. 2000).642. Alors que la superficie de la culture du poivron affiche une certaine stagnation. Elle occupe annuellement. contrairement à la tomate d‟exportation. les USA (11. Sur le plan national. situant cette superficie autour de 6000 ha. affichant plus de 10000 ha en 2007.000 t). Parmi toutes les cultures de primeur. cela demande donc quelques 1100 à 1350 journées de travail. environ 4 à 5 ouvriers en permanence.700. La variété de tomate qui domine est la variété fixée Rio Grande.000 t) (AMITOM. Mais l‟introduction de variétés hybrides a contribué à l‟amélioration significative des rendements. L‟accroissement observé dans les superficies des cultures de primeurs est dû. Leur particularité est que. C‟est le cas notamment du haricot vert.000 t). Les cultures de primeur représentent environ 1.1. Ce mode de conduite a eu donc un effet d‟entrainement vers l‟élargissement des superficies des cultures protégées. tomate pelée) mais en quantités très faibles. Les fruits de couleur vert ou jaune par coup de soleil ne doivent pas dépasser 10% de la livraison. respectivement en 2004-2005 et en 2008-2009. et depuis 2004. Au Maroc. respectivement. La tendance d‟évolution des superficies réservées aux cultures maraîchères dans le Souss-Massa enregistre une allure linéaire croissante. L‟effort de diversification des exportateurs s‟observe par la percée significative de la tomate cerise dont les résultats à l‟export affichent des valeurs de 11000 tonnes en 2004-2005 à pratiquement 50000 tonnes en 2009-2010. On rencontre d‟autres préparations (jus de tomate. L‟usine exige une tomate de bonne qualité. Tomate industrielle : 5 . la tomate déterminée est conduite sans palissage et sans tuteurage et sa production est moins échelonnée que la tomate indéterminée. Cette hausse est due essentiellement aux résultats de la tomate conventionnelle qui a connu un accroissement de 200000 tonnes à 330000 tonnes. et à part un pic des superficies noté en 1996 et qui a atteint 9000 ha. la tomate industrielle est transformée surtout en poudre de tomate et en tomate concentrée. la tomate se place toujours au premier rang des cultures pratiquées sous abris (figure 3). La tomate cocktail a présenté une tendance analogue alors que la tomate grappe a affiché une certaine stagnation des chiffres à l‟export. Pour démontrer le rôle social joué par la culture de tomate. la superficie de tomate industrielle et la production traitée annuellement par les usines au Maroc sont respectivement de 5000 ha et 120 000 tonnes. un recul très apparent a été observé après cette date et une certaine stagnation des cultures maraîchères de plein champ est observée.Chapitre 1 : Introduction Générale durabilité de la production agricole : la raréfaction de l‟eau. Superficies emblavées : 1. Le niveau de production reste faible par rapport à l‟Algérie (400.4. la tomate industrielle est cultivée en grande majorité dans les régions du Gharb et du Loukkos. non pas aux cultures de plein air.000 t) et le reste du monde (5.5 fois la superficie des cultures de saison. Les exportations marocaines en tomates ont connu une tendance croissante. Quant aux cultures de plein air. l‟Europe (9. Elle fait appel à des variétés dites « à croissance déterminée ». Les 4000 hectares de tomates cultivés annuellement dans la région de Souss-Massa demandent entre 440 000 et 540 000 journées de travail.

Evolution des cultures maraichères (Ha) dans le Souss Massa 6 . C‟est dire combien les contraintes auxquelles les producteurs de tomate industrielle font face sont importantes. Cela porte préjudice à la rentabilité de cette culture.5% de la livraison. Tableau 1. Les fruits parasités ne doivent pas dépasser 1% de la livraison. Les corps étrangers (cailloux. Les fruits avec autres défauts doivent représentés moins de 2% de la livraison. entre 2004 et 2010 Produit 2004 -2005 Tomate bio Tomate cerise Tomate cocktail Tomate d‟automne Tomate d‟hiver Tomate Grappe Tomate Kiwat Tomate conventionnelle Tomate Beef TOTAL 1 727 11 528 3 529 71 2005 -2006 1 841 16 059 4 996 161 2006 -2007 2 136 22 487 7 700 203 2007 -2008 442 33 783 11 899 1 524 2008 -2009 987 48 524 17 852 0 2009 -2010 822 49 050 23 588 0 0 20 217 1 308 198 401 14 22 268 1 570 192 429 0 23 904 2 926 236 895 0 20 887 3 292 271 763 0 19 138 4 094 330 496 0 11 642 2 291 226 313 99 236 879 85 239 422 98 296 349 92 343 681 54 421 145 63 313 769 Figure 1. La tomate doit avoir un Degré Brix supérieur à 5. herbes. pédoncules ou autres) doivent être inférieurs à 0.Chapitre 1 : Introduction Générale inférieurs à 5% de la livraison. Exportations marocaines (en tonnes) en différents types de tomates.

Chapitre 1 : Introduction Générale Figure 2 : Répartition entre cultures de serre et en plein air des spéculations maraichères (Ha) dans le Souss Massa Figure 3 :.Place de la tomate (Ha) au sein des cultures maraichères de primeur dans le Souss Massa 7 .

.6 100 1.8 9. 8 .4 2. au profit de cultures relativement faciles à mener de type carotte et navet.2 6. très contraignante.la région de Abda-Doukkala.5 4. la tomate en représente à peine 5 % du total (579 ha). -la région du Souss Massa où la culture moderne de tomate est orientée en priorité vers le marché extérieur. Aire de l’étude _________________________________ L‟aire choisie pour faire l‟objet de l‟étude de la tomate est : . essentiellement pour analyser la situation de la tomate cultivée en plein air et sous grand tunnel .9 1.2. elle occupe. La tomate industrielle au Gharb : Dans la zone d‟action de l‟ORMVA du Gharb. Elle se classe loin derrière la pomme de terre. Les points de vue des agriculteurs recueillis sur le terrain ont montré que beaucoup de producteurs ont effectivement abandonné la culture de la tomate. Le tableau 2 présente la situation des superficies réservées aux cultures maraîchères dans la zone d‟action de l‟ORMVA du Doukkala. Province de Kénitra. Ce tableau montre que cette superficie est estimée à 11474 ha . le petit pois et la pastèque. en occupe 77%. en 2009-2010.la région du Gharb qui abrite une grande superficie de tomate industrielle . une superficie estimée à 3375 ha.6 13. répartie entre les Provinces de Kénitra et de Sidi Kacem (tableau 3).8 1.4 5. l‟oignon.9 5 11.2 2.Chapitre 1 : Introduction Générale Tableau 2 : Superficies des cultures maraîchères dans la zone d’action de l’ORMVA du Doukkala au titre de la saison 2009-2010 Cultures Oignon Fève Petit pois Calebasse Courgette Melon Pastèque Tomate Pomme de terre Navet Carotte Menthe Autres Total Superficie (en ha) 2160 1916 1568 510 627 321 1140 579 1301 712 326 223 191 11574 % par rapport au total 18.7 16. pour la saison 2009-2010. la fève. L‟arrondissement de développement agricole de Sidi Allal Tazi.

Chapitre 1 : Introduction Générale Tableau 3 : Superficie de la tomate (ha) dans le Gharb par province et par arrondissement de développement agricole (ADA) Province Arrondissement de développement agricole (ADA) Sidi Allal Tazi Ben Slimane Souk Larbaa Gharb Sidi Kacem Sid Kacem Belksiri Total Tomate fraîche (ha) 450 345 109 50 0 954 Tomate industrielle (ha) 2600 340 0 305 130 3375 Kénitra 9 .

. pimpinnellifolium Mill. Le mot « tomate » dérive de l‟appellation indienne du Mexique: « tomatl ». Les travaux d‟amélioration génétique appliqués à la tomate ont été intenses depuis la moitié du siècle dernier. esculentum Mill.CHAPITRE 2 : Aperçu sur la connaissance de la tomate CHAPITRE 2: Aperçu sur la connaissance de la tomate 2. le Chili et l‟Equateur. C‟est Philip Miller (1754) qui distingua. notons les suivants :  Lycopersicon.. Elle a été introduite en Europe après la découverte des Amériques par les européens. Historique de la plante La tomate est originaire de l‟Amérique du sud. dans son dictionnaire. et L.  Pour le genre Lycopersicon.  Solanum pennellii: tolérance à la sècheresse car rencontré dans les sites très arides où la seule source en 10 .hirsutum: résistance aux insectes (cette espèce contient un insecticide naturel (2tridecanone) . dans ses livres « Species Plantarum » (1753) et « Genera Plantarum » (1754). L. Travaux d’amélioration génétique _____ A cause de la forte variabilité génétique existant entre les espèces sauvages de tomate.  Eriopersicon (fruits blanc-verdatres) dont les espèces les plus connues sont L. aujourd‟hui partagée entre Pérou. le genre Lycpersicon du genre Solanum. Le mot esculentum signifie ″ comestible″. aujourd‟hui introduits dans les variétés cultivées. la déhiscence des anthères se fait par le sommet et les feuilles sont souvent simples. Linné l‟avait classée.  Pour le genre Solanum. du sel et du poivre ″ La tomate appartient à la famille des solanacées. hirsutum Actuellement. la déhiscence des anthères est latérale et les feuilles sont souvent pinnées Une autre distinction parmi le genre Lycopersicon a été faite sur la base de la couleur des fruits. Elle a été longtemps cultivée en tant que plante ornementale parce qu‟elle était entourée de réputation d‟être toxique. le nom scientifique de la tomate cultivée est Lycopersicon esculentum. L‟une des distinctions les plus apparentes repose sur la morphologie des pièces florales et des feuilles.1.chilense et L. 2.2. dans le genre Solanum en tant que Solanum lycoprsicum. la cordillère des Andes constitue la zone de différenciation primaire de la tomate et abrite un potentiel considérable de stock de gènes de résistance. précisément de la cordillère des Andes. On distingue ainsi :  Eulycopersicon (fruits colorés en rouge) dont les espèces les plus représentatives sont: L. Son utilisation ornementale lui a valu le nom de pomme dorée ou golden apple (du latin Mala aurea) ou pomme d‟amour ou love apple (Poma amoris). Le mot Lycopersicon dérive du grec et du latin signifiant ″Wolfpeach″ (abricot du loup). Parmi les caractères les plus recherchés chez les variétés sauvages. Le premier écrit relatant la comestibilité de la tomate reviendrait à l‟italien Matthioli (1544) qui avait rapporté que″ la tomate est mangée avec de l‟huile. peruvianum. Il existe une grande complexité botanique pour distinguer le Genre Solanum du genre Lycopescicon.

Il présente un pic de la respiration en post récolte et perd rapidement sa consistance. ovale. en Californie. • Teneur élevée en matière sèche. pH. Mis à part l‟objectif universel de l‟améliorateur et qui l‟accroissement de la productivité (rendement par unité de surface). – Mise à fleur et à fruit sous des conditions défavorables. il existe une série de caractères recherchés chez les variétés cultivées. Une grande nuance de couleurs : rouge. En effet.  Lycopersicon chilense: système racinaire extrêmement développé. Ce caractère est particulièrement recherché chez les porte-greffes de tomate.  Taille du fruit: une grande diversité existe (< 0. viscosité ou consistance. Les plus importants sont : – Résistance aux maladies et aux ravageurs. la tomate est initialement un fruit très climactérique. donc résistant à la sècheresse. appelées également "long shelf life". aplatie. • Critères spécifiques de qualité : couleur. • Concentration de la floraison dans le temps. globuleuse. Pseudomonas. 1 à 2 cm pour « la tomate cerise » et jusqu‟à plus de 10 cm pour les « beefsteak » . acidité totale. dorée. blanche  Forme du fruit : ronde. un caractère prioritaire pour la commercialisation. goût.  Fermeté du fruit : c‟est un caractère essentiel qui a beaucoup contribué à faciliter la manutention des fruits et surtout.  Uniformité du calibre  Poids du fruit : de quelques grammes à plus de 300 g par fruit . – Précocité de la production . jaune. La percée technologique la plus significative est probablement l‟obtention de variétés à longue conservation. vert. “noire”. flaveur. pourpre. striée.CHAPITRE 2 : Aperçu sur la connaissance de la tomate eau est le brouillard!  Lycopersicon chesmanii: forte tolérance à la salinité car rencontrée dans les abords des Iles Galapagos (survie à 70% de la salinité de l‟eau de mer). Fusarium.… . basés sur la localisation des gènes qui contrôlent le caractère de maturation du fruit : – Nr : (sur chromosome 9) : never ripe (maturation très graduelle) – Nor : (sur chromosome 10) : nonripening (aucune crise climactérique) – Rin: ripening inhibitor (aucune crise climactérique) 11 . les travaux d‟amélioration génétique ont débuté dès les années 70. Objectifs spécifiques à la culture de tomate destinée au marché du frais :  Couleur : il fait l‟attractivité du consommateur et constitue de ce fait. cordée. le transport sur de longues distances . violette.  Lycopersicon peruvianum : le plus utilisé comme source de résistances à de nombreuses maladies (Alternaria. – Résistance des fruits à l‟éclatement . • Séparation aisée des fruits à partir de la végétation. effilée. Objectifs spécifiques à la culture de tomate industrielle : • Cultivars avec des plants compacts.5 cm . • Mise à fruit rapide pour une récolte groupée (mécanisation). rose.  Texture. Clasporium. allongée. Pour remédier à cette situation. – Adaptation aux différents sites de culture. • Récolte groupée . en forme de poire. la taille la plus commune est de 5 à 6 cm . solides solubles.…). Ces travaux ont abouti à l‟obtention de trois types de mutants. – Fermeté du fruit – Qualités gustatives Il existe aussi une grande distinction entre les caractères recherchés chez la tomate destinée au marché du frais et la tomate industrielle.

CHAPITRE 2 : Aperçu sur la connaissance de la tomate Les trois mutants montrent une faible activité de la polygalacturonase. Synthèse de pigments tels que β-carotène et lycopène. La couleur verte tend vers le clair Pointé : début de changement de la coloration (10% ou moins devient jaune à rose). Accroissement des pectines solubles provenant de la dégradation des parois cellulaires Accroissement de l‟acide citrique et malique Accroissement de l‟acide glutamique Dégradation des alcaloïdes toxiques (α. Par ailleurs. Résultat : les variétés commerciales produisent des fruits fermes. il est connu que le fruit de tomate est très riche en eau. les améliorateurs de la tomate ont tenté d‟accroitre le pourcentage de matière sèche. à maturation très lente. enzyme responsable de l‟amollissement des fruits.tomatine). encore appelée « solides totaux ». Vert mûr: le fruit est physiologiquement prêt au mûrissement. Sa teneur peut dépasser 96%. Un fruit présentant une forte teneur en sucre est un fruit qui présente un meilleur goût et une meilleure flaveur. Ces travaux ont été très exploités industriellement. Toutes les variétés actuelles contiennent ces gènes à l‟état hétérozygotes (puisque les homozygotes donnent des fruits qui ne murissent jamais). De tous les temps. La figure 4 définit les classes de couleur du fruit. Tournant : entre 10 à 30% de la surface devient rose ou rouge Rose : cette coloration concerne 30% à 90% de la surface du fruit Rouge léger : Rouge-rose à rouge sur plus de 60% de la surface Rouge : Couleur rouge sur plus de 90% de la surface du fruit Figure 4 : Classes de couleur de la tomate en relation avec le degré de maturation. 2. L‟évolution de la coloration du fruit de tomate est étroitement liée au stade de sa maturation. traduisant ainsi son degré de maturation. L‟attention reste donc focalisée sur le pourcentage et la composition de la teneur en matière sèche. Valeur nutritive de la tomate _____ Les changements opérés dans le fruit de la tomate en vue de sa maturation sont les suivants : • • • • • • • Dégradation de l‟amidon et production de glucose et de fructose Perte de chlorophylle. Ce caractère est particulièrement recherché par les industriels qui s‟intéressent aux produits transformés de la tomate.3. et de durée de vie prolongée. 12 .

et pâte sont influencés donc par la viscosité du produit. hémicellulose. Parmi les pigments responsables de la couleur. du colon) et des maladies cardiaques. Les améliorateurs se sont retournés vers les variétés sauvages telles que Lycopersicon pimpinellifolium. La tomate fraîche est une source majeure de lycopène. les vitamines. soupe. Résultats : la teneur moyenne des solides solubles dans les variétés commerciales actuelles destinés :   au marché en frais est de 4. 13 . on trouve les caroténoïdes et la chlorophylle. de la bouche. pectines.3 % du poids frais Les composantes de la qualité des fruits de tomate peuvent être résumées comme suit :   Solides solubles: essentiellement sucres réducteurs (glucose et fructose). qui présentent des concentrations normales de la matière sèche allant de 9 à15%. Fraction insoluble: cellulose.6 % du poids frais à la transformation industrielle : 6. Lycopersicon chmielewskii et Lycopersicon cheesmanii. expliquant les différentes qualités des cultivars. Les sucres représentent 48% de l‟ensemble de la matière sèche. C‟est un antioxydant naturel dont l‟effet a été établi sur la diminution du risque de cancer (de la prostate. Les paramètres de qualité les plus communément mesurés concernent le pH. le fructose. C‟est la vitamine C qui en est le constituant principal. du poumon. l‟acidité titrable. sauce. Le tableau 4 présente les constituants de la matière sèche d‟un fruit mûr de tomate. le glucose. minéraux et pigments .CHAPITRE 2 : Aperçu sur la connaissance de la tomate Par ailleurs. l‟acide malique. l‟accroissement de 1% de la teneur en matière sèche donne un accroissement correspondant de la valeur des produits transformé d‟environ 20%. en plus de la fermeté du fruit. qui déterminent la viscosité du fruit : la qualité du jus de tomate. Deux gènes ont été identifiés comme accroissant le niveau de caroténoïdes: hp1 (high pigment 1). l‟acide citrique. Les teneurs en vitamines montrent que le fruit de tomate est riche en vitamines variées (tableau 5) et la marge de variation est parfois importante. et polysaccharides. ketchup. et hp2. lipides. mais aussi acides organiques.

Mg.4 à 20 µg/100 1.CHAPITRE 2 : Aperçu sur la connaissance de la tomate Tableau 4.Ca. 1981).4 0.5 0. Substances Sucres Glucose Fructose Sucrose Solides insolubles Protéines Substances pectiques Hémicellulose Cellulose Acides organiques Acide citrique Acide malique Minéraux Essentiellement K. Composition d’un fruit mûr de tomate (David et Hobson.P Autres Lipides Acide amino dicaboxyliques Pigments Acide ascorbique Substances volatiles Autres acides aminés.1 1 Tableau 5 : Teneur en vitamines d’un fruit mûr de tomate (David et Hobson. 1981).2 à 4 µg/100 15000 à 23000 µg/100 40 à 1200 µg/100 14 . vitamines et polyphénols % de matière sèche 22 25 1 8 7 4 6 9 4 8 2 2 0. Vitamine A (β-carotène) Vitamine B1(thiamine) Vitamine B2 (Riboflavine) Vitamine B3 (acide pentothénique) Complexe de Vitamine B6 Acide nicotinique (niacine) Acide folique Biotine Vitamine C Vitamine E (α-tocophférol) 900 à 1271 unités internationales 50 à 60 µg/100 20 à 50 µg/100 50 à 750 µg/100 80 à 110 µg/100 500 à 700 µg/100 6.

car les critères utilisés intègrent aussi bien. Dans l‟ensemble. Les formes les plus représentées sont illustrées à la figure 5. Ce critère a été bien apprécié car il permet à la ménagère de faire ses courses seulement une fois par semaine ! En définitive. l‟achat des tomates se détermine avant tout sur des critères visuels et de fraîcheur. la maturation au niveau des bouquets est naturellement progressive. le mode de croissance variétale. Pour la majorité des consommateurs. (6) : cylindrique . Les classes de calibre de tomate conventionnelle sont définies dans le tableau 6. Les préférences des clients sont toujours prises en compte pour le choix des variétés mises en culture. Types variétaux actuellement cultivés Les critères commerciaux sont généralement les plus déterminants pour la production de la tomate. la forme. le rouge-vif est la couleur synonyme de la pleine maturité. Néanmoins. (5) : cordée . (8) : très allongée C‟est la couleur qui exerce sans doute et en premier.(4) : allongée .(7) : piriforme . les différentes variétés de tomate présentes sur le marché sont assez bien identifiées. les nuances de couleurs ont fait leur apparition ces cinq dernières années. le poids. les grands types variétaux sont assez complexes à définir. Ce qui donne des fruits de différents calibres et dont la maturation est échelonnée dans le temps.4. plus grande pour le premier type par rapport au second.CHAPITRE 2 : Aperçu sur la connaissance de la tomate 2. La tentative de classification présentée ci-dessous définit 6 grandes familles de tomate : Tomate ronde conventionnelle : c‟est la tomate la plus commune. Fruit de variétés à croissances déterminée ou indéterminée. Elle est de couleur rouge unie. mais le prix ou le parfum sont également pris en compte par certaines catégories de consommateurs. 15 . 1 2 3 4 5 6 7 8 Figure 5 : Différentes formes de tomate cultivée (1) : aplatie . la destination du produit et les qualités gustatives. Cependant. Les chiffres à la production et à l‟exportation confirment cette tendance. La forme ronde est la plus commune. Mais le consommateur est séduit par les variétés « long life » ou « longue conservation ».(2) : ronde . l‟attractivité du consommateur vis-à-vis d‟une telle ou telle variété. les autres formes actuellement cultivées gagnent progressivement des parts significatives du marché extérieur. pour la facilité d‟épluchage. Le consommateur exprime également sa préférence entre tomate lisse et tomate côtelée. En effet. la couleur. (3) globuleuse .

Ceux-ci présentent un calibre généralement moyen mais homogène à l‟intérieur d‟un même bouquet. en général. Généralement. Le poids des fruits individuels varie d‟environ 50 à 120 g. Tomate grappe : ce type variétal tire son nom du mode de récolte et de commercialisation. Les formes de la tomate cerise sont variables : elles peuvent être rondes. La récolte peut se faire aussi bien grappe qu‟en fruits individuels. Tableau 7 : Classes de calibre appliquées dans la commercialisation de la tomate cerise Classe de calibre petit moyen gros Hors calibre Diamètre (en mm) 20 à 25 25 à 30 30 à 35 Très petit 16 . ferme et bien colorée. C‟est ce qui explique son prix sensiblement égal au double de la tomate conventionnelle. Les critères de choix de la part du consommateur se résument à une tomate juteuse. Ce type variétal se distingue donc par l‟absence d‟un gradient prononcé de maturation entre les fruits. entre 10 et 20 g. Ce type de tomate est consommé aussi bien crue que cuite. La culture de la tomate grappe impose d‟ailleurs une bonne maîtrise des techniques de production. concentré entre les classes 4 et 5 (40 à 60 mm de diamètre). en fonction des variétés. en mm) ø ≥ 102 82 ≤ø<102 67 ≤ ø< 82 57 ≤ ø< 67 47 ≤ ø< 57 40 ≤ ø< 47 35≤ ø< 40 30 ≤ ø< 35 Le poids de la tomate conventionnelle peut varier de 100 à 300 g par fruit. Une grappe de tomate cerise compte. Le poids individuel des fruits varie. Tomate cerise: Cette tomate se caractérise par la taille de ses fruits. ayant un taux élevé en sucres. charnue. Mais la grande distinction par rapport à la première catégorie provient du mode de maturation groupée de tous les fruits qui composent la grappe. 4 classes de calibres sont appliquées (tableau 7). entre 20 et 60 fruits. Les producteurs de tomate grappe dans la région d‟Agadir assurent un tonnage en tomate grappe variant entre 5 et 10% par rapport aux exportations totales de la tomate. Le conditionnement appliqué à la tomate cerise est basé sur le calibre. savoureux.CHAPITRE 2 : Aperçu sur la connaissance de la tomate Tableau 6 : Classes de calibres appliquées pour la commercialisation de la tomate conventionnelle Calibre 0 1 2 3 4 5 6 7 Diamètre du fruit (ø. souvent en grappe de 6 à 16 fruits environ. Le fruit est pulpeux. très parfumé. allongées pointues ou allongées plates. de qualité constante et se prête à plusieurs utilisations. Le parfum n‟est pas recherché dans ce type de tomate. Un plant de tomate cerise peut produite jusqu‟à 25 grappes.

mais surtout la texture du fruit. il existe un marché apparemment intéressant pour ce produit. soit 15% environ du total de tomate exportée. Leur développement commercial s‟est heurté à leur moindre longévité après récolte. 2. Cette nouvelle orientation est à la base du regain d‟attention vis-à-vis des anciennes variétés aux valeurs gustatives affirmées. Le besoin de diversifier l‟offre a poussé les producteurs à adopter une large panoplie de variétés. sa saveur et également les résidus de pesticides. Le choix du consommateur sera partagé entre le côté sucré d‟une tomate cocktail. Plus d‟une vingtaine de variétés sont cultivées dans la région d‟Agadir. les producteurs de semences suivent ce mouvement. en général. Tomate Cocktail : elle est sensiblement plus grosse que la tomate cerise. Tomate allongée ou kiwat : elle se présente sous une forme oblongue caractéristique. il semble que peu de variétés répondent parfaitement aux exigences des producteurs et des consommateurs. son arôme. Les fruits sont caractérisés par une teneur en matière sèche élevée et un brix d‟environ 5 à 6. ou le fondant d‟une tomate ronde.CHAPITRE 2 : Aperçu sur la connaissance de la tomate Le marché extérieur a été initiateur de l‟introduction et de l‟expansion des superficies allouées à la culture de la tomate cerise. incompatible avec le contexte d‟intensification de la culture de la tomate. Elle est très parfumée et juteuse. Près de 50000 tonnes de tomate cerise ont été exportées en 2009-2010. La qualité totale de la tomate est un mélange subtil entre le sucré et l‟acidulé. type‟ Roma‟ et la tomate „noire charbonneuse‟. L‟exemple type est celui de la variété „Daniela‟ qui a réussi bans tout le bassin méditerranéen . en référence à des variétés ayant réussi commercialement. La lutte contre les maladies et ravageurs de la tomate a permis de mettre sur le marché des génotypes résistants ou tolérants. Mais. les variétés qui lui ont succédé se font appeler « type Daniela ». Commercialement. La forme des fruits peut être ronde ou allongée. qualité et productivité sont largement exploités. Ce sont les variétés de tomate « longue conservation » qui ont fortement contribué au développement du commerce international de la tomate. La consommation est presque exclusivement en cru. g. „Cœur de bœuf‟. Ce n‟est plus l‟aspect externe de la tomate ou la façon de la conditionner qui prime. Les consommateurs français sont gros utilisateurs de ce type de tomate. Encore faut-il noter que ces variétés ne présentent pas les mêmes performances agronomiques des hybrides actuels. Conclusion 17 . Le caractère « séparation aisée des fruits de la partie végétative » est très recherché pour ce type de variétés. L‟implication de la composante « environnement » dans les habitudes alimentaires a conduit les consommateurs à formuler des exigences nouvelles de type traçabilité. en créant annuellement de nouvelles variétés aux performances améliorées. Elle est pulpeuse et peu juteuse. pour sa fermeté. de type ‟Marmande‟. elle est cultivée en réponse à des créneaux commerciaux bien définis. entre 20 et 30 g. Il existe des variétés dont la récolte est réalisée en une seule intervention. et évidemment pour son goût sucré. Le poids moyen des fruits approche …. Les réalisations à l‟export montrent que 2000 à 4000 tonnes de tomate kiwat sont expédiées annuellement à partir de la zone d‟Agadir. Les récoltes sont groupées et on compte généralement 3 passages pour la récolte. en réponse aux exigences de plus en plus grandes des consommateurs. commerce équitable et autres. Comme la tomate cerise.5. De leur côté. le fruité d‟une tomate grappe. Ces variétés appartiennent à des « types variétaux » définis. Les critères de type présentation. Elle est appréciée pour son parfum en bouche. Le poids moyen du fruit se situe. Tomate industrielle : C‟est une tomate à croissance déterminée formant un plant de type buisson.

culture purement biologique. La région d‟Agadir est leader national dans ce domaine. dont 6 sont commerciales et les 7 autres produisent des plants pour couvrir les besoins de leurs propres propriétaires. fertigation. 3. Le producteur se doit de savoir bon nombre d‟aspects qui concernent la qualité de la semence : 18 . Introduction ____________________ 3. L‟élevage de ces espèces en période froide nécessite des infrastructures de serre et des artifices de chauffage et de climatisation que seul le pépiniériste est en mesure d‟assurer. protection phytosanitaire raisonnée. de primeur. les cultures destinées à la production sous abri font souvent appel aux plants greffés. En effet. L‟objectif du semis en pépinière est double : obtenir des plants vigoureux et sains.…) .00 dh la graine..  Le degré de technicité qui accompagne le processus de production (culture sous abri ou en plein air. de contre-saison) .1. Les questions posées sont nombreuses et peuvent concerner :  Le potentiel de production escompté .CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière CHAPITRE 3: Production de plants de tomate en pépinière En horticulture intensive et en culture de tomate en particulier.  Le cycle de production (culture de saison. La production de plants greffés est du seul ressort d‟organismes spécialisés. C‟est le cas du melon et de la pastèque. paillage plastique. les semences sont commercialisées à des prix élevés. Celle-ci se chiffre à environ 40 millions de plants de tomate pour la seule région d‟Agadir. Le semis de précision est imposé à cause du prix élevé des semences. Les prix peuvent atteindre 3 . les performances de ces pépinières sont exprimées en termes de capacité de production. donnant des plantes productives et aux génotypes résistants à nombre de maladies et parasites. Enfin. Celle-ci compte. Fusarium. C‟est une raison supplémentaire pour confier cette tâche à des pépiniéristes reconnus. dans lequel le producteur s‟apprête à entamer un processus plus ou moins contraignant.  La destination de la production : marché en frais ou pour la transformation industrielle . la pépinière revêt une importance capitale. encadrement technique. Conditions optimales de semis ____________________ Questions préalables : c‟est pour définir le contexte général de la culture. Par ailleurs. il faut rappeler que les pépinières produisent des plants de différentes espèces maraîchères. . Les graines sont emballées dans des sachets en nombre déterminé. Cette technique est devenue un artifice de production et de protection efficace pour éviter les problèmes phytosanitaires d‟origine tellurique (nématodes. Verticillium.  Le marché visé (local ou extérieur) .  Application d‟un cahier de charge relatif à un processus de certification ou autre. dont certaines sont produites en pleine période hivernale. Pour toutes ces considérations. Choix de la semence : c‟est une étape importante puisqu‟elle détermine. aux fruits de longue conservation.). En absence de chiffres officiels relatifs au nombre de plants produits annuellement.2. et depuis l‟apparition des graines des variétés hybrides. le producteur de tomate gagne à déléguer la phase de semis et d‟élevage de plants à une pépinière maraîchère spécialisée. en grande partie la réussite de l‟opération de production de plants. C‟est la première étape qui renseigne sur la réussite ou non de la culture. Cette situation a conduit à la professionnalisation du métier de producteur de plants. en 2010 quelque 13 grandes pépinières maraîchères modernes agréées. pour pouvoir rentabiliser les investissements consentis.

D‟autres critères peuvent avoir de l‟importance (résistance à la salinité. cocktail. et autres.  Plant greffé ou franc de pied : un choix crucial qui détermine le degré de protection de la plante vis-à-vis de plusieurs pathogènes issus du sol. Le sachet d‟emballage porte normalement plusieurs indications que le producteur est sensé vérifier : 19 . le mode de conduite de la plante (sur un seul bras ou sur deux bras) et.  Type variétal : il s‟agit de connaitre au préalable si la variété en question est de type ronde conventionnelle. Les semences sont emballées hermétiquement. fermeté. cerise.  Vigueur de la plante : cet aspect est important car il permettra d‟ajuster la densité de plantation en vue de réussir une production quantitative et. régularité de calibre). qualitative optimale (calibre des fruits) . TYLC V. développement d‟arôme.  Type de croissance : les variétés à croissance indéterminée se prêtent à la culture sous serre car elles sont palissées . cœur de bœuf ou autre . les variées à croissance déterminée sont conseillées pour les conditions de plein air.CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière  Génétique : il y a lieu de savoir si la semence choisie est une variété population. Oidium. enfin. lignée pure. fixée. Il ne faut pas omettre aussi le coût élevé des plants greffés . texture du fruit. « long life » (longue conservation des fruits après récolte) . avec un taux d‟humidité ne dépassant pas 5%. Le caractère de nouaison en conditions froides est l‟un des plus importants. saveur. persistance du collet vert après récolte. On peut cultiver une variété déterminée sous abri comme on peut cultivée une variété indéterminée en plein air. Fusarium F1. kiwat.…) .  Résistances aux maladies et ravageurs : ce sont des paramètres à connaitre pour évaluer les risques potentiels de problèmes biotiques et se prémunir de certains de ces problèmes pour lesquelles la variété en question ainsi que le porte-greffe développe des résistances (Nématodes. acidité. Il conditionne également la densité de plantation (divisée généralement par deux pour les plants greffés par rapport aux plants francs). ou hybride F1. Verticillium. surtout. résistance à la sécheresse. Les deux conditions de culture ne sont pas exclusives. Mildiou…).…  Critères agronomiques et commerciaux : productivité. pour préserver la viabilité des embryons. Le prix est un bon indicateur de la qualité génétique de la graine . mais ces conditions ne seront pas optimisées .  Résistances aux désordres physiologiques : résistance à l‟éclatement.  Qualités gustatives: teneur en matière sèche. teneur en sucre (indice Brix).  Adaptations climatiques et aux problèmes abiotiques : surtout importantes à connaitre si on envisage une culture en conditions hivernales. Emballage des graines : c‟est un gage de qualité. la durée même de la culture (presque un an pour les plants greffés). calibre (proportions de divers calibres.

C‟est un facteur essentiel pour la réalisation du programme prévisionnel de plantation et. alors que si le volume est petit. L‟opération de semis proprement dite consiste à déposer la graine. Cette phase est atteinte une semaine environ après l‟opération de semis. Dates de récolte et d‟emballage des graines : Ces deux dates doivent être aussi proches que possibles. Numéro du lot : c‟est une indication essentielle pour la traçabilité . l‟une par rapport à l‟autre. ou plateaux alvéolés. Il présente en outre des conditions physiques et chimiques très favorables à la germination et à la croissance de la jeune plantule. le substrat utilisé est un terreau de tourbe. le plant devra être placé dans le sol en un temps relativement court (2 à 3 semaines au maximum). Nom de la variété : un critère à connaître en premier et qui résume les conditions de préparation de la conduite de la culture . caractéristiques variétales : surtout en ce concerne le caractère hybride ou pas. Le terreau de tourbe est un substrat pratiquement idéal pour la pépinière. Au sens du physiologiste. ainsi que le type de croissance déterminée ou indéterminée de la plante . pourvu que les conditions de germination soient réunies (25 à 30 °C de température et 70 à 75 % d‟humidité dans le substrat). Cette graine sera ensuite recouverte par une fine couche de substrat sec. Celui utilisé pour les terrines alvéolées est composé de 50% de tourbe noire et de 50% de tourbe brune. A ce sujet. Le premier offre un volume plus grand que le second. 20 . l‟opération de germination est considérée comme atteinte lorsque l‟hypocotyle perce les téguments et que la radicelle apparaît. Taux de germination garanti et parfois énergie germinative : la combinaison de ces deux critères définit le temps nécessaire pour arriver au taux maximal de germination. Résistances aux maladies et ravageurs Produit de traitement des semences : surtout pour éviter les problèmes de fonte de semis. on distingue le plateau à 49 trous et le plateau à 425 trous.CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière        Nom de la maison grainière : c‟est une évidence pour reconnaitre l‟obtenteur de la variété . En cultures maraîchères intensives et pour la tomate en particulier. Substrat de pépinière : c‟est un élément clé pour réussir la production de plants. dont le l‟élément de base est le volume mis à la disposition à la plantule pour la croissance de son jeune système racinaire. L‟avantage de mettre à la disposition des plants d‟un volume relativement grand pour la croissance des racines est que le séjour en pépinière peut être prolongé jusqu‟à 4 semaines environ. Cette phase dure 2 à 3 jours maximum. la germination est finie après le déploiement des cotylédons. La profondeur de semis ne devra pas dépasser 2 à 3 mm. Au sens de l‟agronome. ensuite. C‟est un substrat importé de l‟Europe dans des zones appelées « tourbières » et qui correspondent à d‟anciens marécages.   Opérations de semis: l‟opération de semis fait appel souvent à des terrines alvéolées. en matière plastique. Pureté spécifique : pour rappeler que le producteur envisage de produire la tomate et non pas une autre espèce végétale . au dessus du substrat préalablement humecté. pour entrer en production .

Aucune précaution d‟isolation par rapport au milieu extérieur n‟est appliquée . Elle est couverte également de roseaux dans l‟objectif d‟assurer un certain pourcentage d‟ombre. l‟élevage des plants dans les conditions traditionnelles. Propriétés physiques du terreau maraîcher :       Une bonne porosité (porosité totale de 85%) pour assurer le développement des racines et la circulation de l‟air. Une vitesse de percolation > 152 cm/h. il faut distinguer les différentes situations rencontrées sur le terrain. 21 . Ces caractéristiques sont suffisantes pour offrir au jeune plant les conditions favorables à la croissance pendant les premières semaines de sa vie.22 g/cm . les plateaux alvéolés sont déposés sur le sol tapissé avec du film plastique (photo 1).5 et 6. la pépinière est installée dans des conditions très sommaires. on retiendra sa forte teneur en matière organique. sous une hutte (photo 1) construite avec les matériaux disponibles (bois et roseaux). 3 Une densité apparente de 0. la production de plants de tomate industrielle et la production de plants de tomate dans les pépinières modernes Production traditionnelle de plants de tomate : Dans la majorité des situations observées dans la région de Doukkala. sa forte porosité et sa faible teneur en sels solubles. 3.3. Une faible teneur en sels solubles et un conductivité électrique comprise entre 0. Une rétention en eau (% volume) de 65%. à savoir. Une teneur en air (% en volume) de 20 à 30 %. Une faible vitesse de dessèchement du substrat De toutes ces propriétés chimiques et physiques du substrat. Une grande richesse en acides humiques et en acides fulviques . Une teneur suffisante en éléments nutritifs pouvant assurer une alimentation minérale de la plantule pendant la phase d‟élevage.4 dS/m) Une bonne richesse en matière organique (> 80% sur la base du poids sec).CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière Propriétés chimiques du terreau maraîcher :       Un pH compris entre 5.2 et 0. Conditions d’élevage de plants ____________________ A ce sujet. Une capacité d‟échange cationique de 10 à 30 méq/100 g de poids sec.5 . Elle est aménagée dans un coin de l‟exploitation. Les parois verticales de la hutte sont couvertes de filet brise-vent.

en général. leur humectation.CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière Photo 1 : Illustration d’une pépinière traditionnelle dans la région de Oualidia Photo 2 : Vue de l’intérieur de la pépinière traditionnelle dans la région de Oualidia Ce type de pépinière est associé aux exploitations pratiquant la culture de tomate de saison. les producteurs reçoivent les plants produits par une pépinière de production industrielle. sur des superficies ne dépassant pas. installée en plein champ. Chez les exploitants de la même région pratiquant la tomate sous abri. S‟agissant de cultures sous contrat. Ces conditions ne protègent pas les jeunes plants contre les agressions extérieures (contamination par le virus du TYLC. un hectare et destinée au marché local en frais. la pépinière est installée sous tunnel Delta 9. et autres pathogènes). le remplissage des plateaux et la réalisation de l‟opération de semis se font de façon mécanique (photo 3). Le mélange de substrats. Le nombre de manquants avoisine 10%. attaque par les mineuses ou par Tuta Absoluta. La durée de séjour des plants en pépinière est de l‟ordre de 3 à 4 semaines. Celle-ci dispose d‟infrastructures considérables adaptées à la production de plants en masse. 22 . Elle offre de meilleures conditions thermiques. Production de plants de tomate industrielle: C‟est le cas de la région du Loukkos et de la région du Gharb.

les plateaux sont empilés et enveloppés par un film plastique (photo 4). Elle est réalisée en moins de 3 jours. Une fois le semis effectué. Photo 4 : Plateaux empilés au cours de la phase de germination des graines de tomate industrielle. . puis entreposés dans un germoir (local à température fixée vers 25°C).CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière Photo 3 : Opération mécanisée de semis dans une pépinière industrielle de production de plants de tomate dans le Loukkos. L‟objectif est de favoriser l‟enclenchement de germination vraie (apparition de l‟hypocotyle et de la radicelle). 23 . C‟est la phase autotrophe de la germination.

CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière

Photo 5 : Plants de tomate en phase d’élevage dans une pépinière industrielle de production de plants de
tomate dans le Loukkos.

Photo 6 : Bassin d’alimentation hydroponique des plants de tomate industrielle. Une fois la germination obtenue, les plateaux contenant les plants au stade cotylédonaire sont installés sur des tablettes surélevées, dans des serres à multi-tunnels (photo 4) pour la phase d‟élevage. Dans ces conditions, les plants bénéficient de soins très appropriés : arrosage automatisé par pulvérisateurs disposés sur un axe à déplacement frontal robotisé, traitements phytosanitaires préventifs, fertilisation par remontée capillaire de solution nutritive (photo 5). Après la phase d‟élevage qui dure 2 à 3 semaines, les plants sont installés à l‟extérieur de la serre pour la phase d‟acclimatation, en attente d‟être livrés aux clients, lorsque ces plants sont au stade 3 à 4 feuilles. Pépinière moderne de production de plants en frais : Ce type de pépinière est le plus sollicité pour fournir en plants les exploitations dont la production est orientée en partie à l‟export, dans la région d‟Agadir. Il s‟agit de véritables entreprises fonctionnant à la demande de la clientèle. En effet, le producteur fournit les semences de la variété à cultiver et la pépinière maraichère propose, à la demande du client, de fournir des plants greffés ou francs, selon des délais fixés par avance.

24

CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière
La pépinière est en général étendue sur plusieurs hectares et en totalité protégée. Elle est constituée d‟un ensemble de serres multi-chapelles, à l‟intérieur desquelles sont installés des tunnels hémicylindriques (photo 7). Un système de brumisation installé sur le plafond de la serre multi-chapelles est déclenché en cas de forte chaleur. Tout le pourtour de la pépinière est isolé de l‟extérieur par une double paroi de film plastique et de filet anti-insecte, pour prévenir l‟intrusion de vecteurs de virus. Les issues de la pépinière sont organisées sous forme de porte-SAS. Un couloir de protection disposé le long des quatre côtés de la pépinière renforce l‟isolation de l‟intérieur de la pépinière. Le sol est couvert en totalité de paillage pour éviter les éclaboussures de poussière. Le bassin d‟alimentation en eau est également couvert. Tout est donc fait pour maîtriser la production de plants sains. En effet, c‟est un préalable aux mesures prophylactiques imposées, pour produire des plants certifiés sains des principales maladies virales et des infections microbiennes. Ce type de pépinière est normalement contrôlé par les services de Protection des Végétaux, qui contrôlent l‟état phytosanitaire des plants produits, par des visites inopinées et des contrôles réguliers. Les opérations de production de plants sont identiques celles décrites pour la production de tomate industrielle. Le semis de précision sur des plateaux alvéolés en polystyrène est suivi d‟un séjour dans un germoir dont la température est maintenue dans des marges acceptables (25 à 30 °C). Le germoir est en fait un tunnel chauffé au besoin, généralement à l‟aide de l‟air chaud pulsé (photo 8). Pour ce faire, une chaudière installée à l‟extérieur de ce tunnel sert à chauffer l‟air, qui est ensuite envoyé par des gaines vers l‟intérieur du tunnel, via des ventilateurs. Un thermostat installé au milieu du tunnel permet l‟enclenchement du chauffage à partir d‟une valeur de consigne pré-determinée. Le tunnel-germoir est couvert en plastique opaque, l‟objectif étant de favoriser les premières phases de la germination. Après la germination, les plants sont repiqués et transférés dans d‟autres tunnels couverts de film plastique translucides, pour la phase d‟élevage qui peut être interrompue par la technique de greffage.

Photo 7 : Pépinière maraîchère formée d’un ensemble de grands tunnels installés à l’intérieur d’une
grande serre multi-chapelles.

25

CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière

Photo 8 : Tunnel-germoir chauffé à l’air chaud pulsé et couvert de film plastique opaque, à l’intérieur de la
pépinière moderne de production de plants de tomate

Greffage de la tomate : c‟est une technique qui a été introduite dans la région d‟Agadir vers 1996 par des hollandais. C‟est un moyen de lutte biologique, utilisé pour lutter essentiellement contre les nématodes. En effet, ce ravageur est dévastateur en présence de variétés sensibles et lorsqu‟il évolue dans des sols légers comme c‟est le cas dans le périmètre du Massa. Le greffage s‟est imposé comme une alternative très prometteuse à l‟utilisation du bromure de méthyle, utilisé pendant de longues années pour la stérilisation du sol avant plantation. A cause du succès de cette technique chez la tomate, elle a été appliquée pour d‟autres espèces végétales, en particulier la pastèque et le poivron. Aujourd‟hui, la grande majorité de la tomate produite dans la région d‟Agadir est issue de plants greffés. Cette technique s‟est révélée très efficace surtout que la pratique de la monoculture (tomate) est très répandue. Elle permet d‟éviter :  Les problèmes de nématodes  Les problèmes de flétrissement bactérien  Les problèmes de flétrissement fongique. Par ailleurs, le porte-greffe de la tomate est pourvu d‟un système racinaire bien développé qui permet d‟allonger très sensiblement le cycle de la culture, et d‟accroitre ainsi la production. La technique de greffage la plus utilisée pour la tomate est la méthode japonaise, encore appelée « greffage en tube ». Elle présente l‟avantage d‟être pratiquée sur des sujets relativement jeunes, ce qui permet de réduire considérablement le temps nécessaire à la soudure et à l‟élevage des combinaisons greffon-porte greffe. Pratiquement, le porte greffe est semé quelques jours avant le greffon (variété) et l‟opération de greffage est effectuée au stade 2 à 3 feuilles. Les deux symbiotes sont coupés juste au dessus des feuilles cotylédonaires à l‟aide d‟une lame de rasoir désinfectée avec une solution d‟eau de javel. La coupure est oblique et se fait selon un angle d‟environ 45° pour permettre une surface de contact la plus large possible. La ligature au niveau du point de greffe se fait à l‟aide d‟un tube élastique appelé « clips » (photo 9). o Greffon et porte-greffe sont coupés selon le même angle; o Le tube élastique est introduit en premier dans le bout coupé du porte-greffe ; ensuite, c‟est au tour du greffon d‟être introduit dans le tube; o Les deux surfaces coupées sont intimement collées l‟une à l‟autre; Les problèmes à craindre juste après l‟opération de greffage sont les suivants :

26

la reprise est atteinte en une dizaine de jours. les plants greffés (photo 10) sont placés dans un lieu de reprise dont les conditions de lumière. Pour éviter tous ces problèmes.  Température maintenue entre 18 et 25°C le jour et entre 15 et 18°C la nuit .  Humidité relative comprise entre 70 et 90% Dans des conditions optimales. suite à une aération insuffisante . la conduite des plants est faite généralement sur deux bras ((Photo 11). Apparition de maladies cryptogamiques si l‟humidité relative est élevée. Photo 9 : Clips utilisé pour la ligature Photo 10 : Combinaison greffon. période qui correspond sensiblement à la soudure de la plaie. Ouverture des lèvres du porte-greffe si il est trop en sève (vigueur excessive). L‟aération du lieu de reprise doit être progressive et débute dès le 4ème ou le 5ème jour.CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière     Pourriture du point de greffe si la température est trop élevée. Eclatement des cellules épidermiques et installation de Botrytis. Pour valoriser l‟opération de greffage et amortir le coût des plants greffés.porte greffe de tomate Photo 11 : Conduite d’un plant greffé de tomate sur deux bras 27 . de température et d‟humidité relative sont contrôlées :  Luminosité maximale de 3000 à 5000 lux .

au Fusarium.‟Spirit‟. au Verticillium. Ils sont des hybrides F1 pour la plupart et sont issus de croisements interspécifiques. „Maxifort‟. au Virus de la Mosaïque de la tomate. „Brigéor‟. 28 . citons „HeMan‟. son uniformité lors de la germination et à ses résistances aux nématodes.CHAPITRE 3 : Production de plants de tomate en pépinière Les caractères mis en exergue par les obtenteurs de porte-greffes sont relatifs à la grande vigueur de celui-ci. Parmi les porte-greffes les plus utilisés pour la tomate dans la région d‟Agadir. „Beaufort‟. King Kong‟ et autres. son enracinement profond.

2. Introduction La culture de la tomate est l‟une des spéculations horticoles des plus exigeantes en main d‟œuvre. le mode de conduite de cette culture se fait sans recourir au palissage. Le grand avantage est le volume offert qui est de l‟ordre 3 de 50 000 m à l‟hectare. Le cas soulevé dans ce paragraphe est celui des petits agriculteurs pratiquant la culture sur des parcelles de quelques milliers de m². les 4000 ha de serres de tomate que compte la région du Souss Massa offre 5 260 000 journées de travail environ. la culture protégée de tomate est celle qui demande le plus de soins. Il faut cependant distinguer entre culture de plein air et culture sous abri. Ce chiffre est révélateur quant à l‟importance sociale que revêt la culture de la tomate dans cette région. Tomate de plein air : la main d‟œuvre nécessaire à l‟installation et à l‟entretien de la culture de plein air peut être considérable. demande. la conduite de la tomate sous tunnel hémicylindrique exige 400 à 500 journées de travail à l‟hectare. entre culture pour le marché en frais et culture industrielle. Puisque le cycle de la culture dure environ 9 mois. La durée du cycle est de l‟ordre d‟une centaine de jours. Il donne la possibilité d‟adopter une grande hauteur faîtière. cela se traduit par 1280 à 1350 journées de travail. A l‟échelle régionale.1. C‟est une enceinte multi-chapelles à armature en bois ou métallique.CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate CHAPITRE 4: Installation et entretien de la culture de la tomate 4. sauf que dans ce cas-ci. Le cycle de culture demande 300 à 400 journées de travail à l‟hectare. mené sous grand abri multi-chapelles dans la région d‟Agadir. La hauteur au niveau du pourtour est de l‟ordre de 5 m. 4 à 5 ouvriers permanents par jour. surtout pour les producteurs ayant adopté le même type de palissage que celui utilisé sous serre. Tomate industrielle : du fait de son type de croissance déterminée. Dans la région de Oualidia. Cette relative stabilité des conditions climatiques à l‟intérieur de l‟abri permet à la plante de végéter et de produire dans des conditions meilleures que celles offertes par un tunnel hémicylindriques. Culture sous abri : A cause de la longueur du cycle et des contraintes imposées par la mise en place et l‟entretien sous abri. 4. Ces dimensions sont actuellement très rencontrées dans les exploitations pratiquant la culture de tomate. ni de couverture plastique. 29 . Les passages pour la récolte sont au nombre de trois. il n‟y a pas d‟armature de serre. Il est admis qu‟un hectare de tomate. en moyenne. Types d’abris utilisés pour la tomate Abri canarien (photo 12): On parle d‟abri en l‟absence d‟artifices de régulation des paramètres climatiques. la durée du cycle étant sensiblement inférieure à son homologue des grands abris de la région d‟Agadir. Ce grand volume constitue un vrai amortisseur vis-à-vis des changements brusques de température et d‟humidité relative. qui peut atteindre 6 m. pour un cycle de 4 à 5 mois. Le nombre de journées de travail pour mener cette culture à termes est d‟environ 150 à l‟hectare.

De ce fait.CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate Photo 12 : Abri canarien à armature en bois. les maraîchers ferment cette ouverture de peur de l‟intrusion d‟insectes dont la mouche blanche. Photo 13 : Tunnels Delta 9 utilisés pour la production de la tomate dans la région côtière de Oualidia 30 . pour une hauteur moyenne de 2. La différence de densité entre l‟air chaud (ascendant) et de l‟air frais (descendant) provoque une évacuation rapide de la chaleur par le toit. Tunnel hémicylindrique : le type le plus rencontré dans les régions de Doukkala est la Delta 9. La hauteur faîtière est de 3 m. Les performances de ce type de tunnel sont remarquables pour sa stabilité vis-à-vis du vent et surtout pour son mode d‟aération. Cet abri est constitué d‟arceaux cintrés larges de 9 m. Cette unité offre un volume de 3 37500 m lorsque la hauteur moyenne de l‟abri est de 5. Au-delà de ¾ ha. Or. utilisé dans la région d’Agadir pour la production de tomate L‟expérience des maraîchers de la région d‟Agadir a conclu qu‟une unité d‟abri canarien d‟environ 7500 m² constitue la superficie optimale pour la production de tomate.5 m. les performances du tunnel sont fortement réduites.2 m. Un tunnel de 56 m 3 de long offre une superficie couverte de 500 m² et un volume de 1110 m . une insuffisance de circulation d‟air peut surgir et entrainer des problèmes cryptogamiques. pour autant que la toiture soit ouverte. basé sur le soulèvement du film plastique sur les bords et l‟ouverture longitudinale continue au niveau du toit.

vu les torts infligés à l‟environnement par ce produit très toxique. La nécessité de respecter un calendrier de production programmé à l‟avance amène les producteurs à diminuer au maximum. dans le but d‟ameublir le sol.) ou à disques (charrue à disques). le travail du sol peut aboutir à : Un simple ameublissement du lit de plantation lorsque celle-ci est faite à plat. et avant l‟injection du produit de désinfection. Il a pour but de travailler le sol sur une profondeur pouvant atteindre 40 à 50 cm. un travail du sol en profondeur est généralement réalisé à l‟aide d‟outils à dents (chisel. Les agriculteurs sont conscients de la succession culturale et la tomate vient souvent après une culture de haricot. les plants situés sur la bordure immédiate sont exposés à bon nombre de problèmes phytosanitaires (acariose bronzée de la tomate) en plus du risque de brulure par excès de chaleur. l‟usage au bromure de méthyle est en train d‟être banni. notamment la rotation des cultures.CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate En conclusion. La désinfection concerne également l‟armature de la serre et ses pourtours extérieurs. la conduite traditionnelle de la tomate est plus respectueuses des pratiques culturales. Celui-ci contient des zones dites « mortes » à proximité de la base des arceaux car cette zone ne peut être exploitée en culture. Pour se fixer les idées. Travaux de préparation à l’installation de la culture La conduite intensive de la monoculture de tomate sous abri impose une contrainte majeure : la sédentarisation de la culture. Pour contrecarrer cette situation. Travaux du sol : dans tous les cas. de carotte ou de navet. couverte par le tunnel Delta 9 (soit 15 tunnels) offre un 3 volume total de 16650 m . Dans la région côtière de Oualidia. En fonction du mode d‟installation prévue. 4. de diminuer les pertes d‟eau par évaporation et de diminuer les pertes radiatives du sol. Le tunnel dispose de moins d‟inertie par rapport aux variations climatiques (chaleur du jour et froid de la nuit). Ce qui engendre une pullulation des agents pathogènes dans le sol. C‟est le cas d‟une grande partie des parcelles de tomate industrielle.  Arrangements de la parcelle de culture : ces aspects sont relatifs à des travaux divers de type : ► Paillage plastique du sol : pratiqué aussi bien pour les cultures protégées que pour les cultures de plein air. C‟est le cas des cultures menées sous abris. le délai séparant l‟arrachage des plants de la saison écoulée de la plantation de la saison suivante.  La confection de planches ou d‟ados larges d‟environ 80 cm et hauts d‟environ 20 cm. cette technique a pour but d‟éviter le développement des mauvaises herbes (plastique noir). La dose de 90 à 120 g/m² a été utilisée en fonction du degré d‟infestation par les populations de nématodes.  Le traçage de billons lorsque l‟irrigation se fait à la raie. ce qui entraine le réchauffement de celui-ci. lorsque la plantation prévue doit se faire sur planches. l‟abri canarien offre de meilleures conditions de croissance que le tunnel. Il est ensuite parachevé par un travail superficiel sur 10 à 20 cm de profondeur (généralement au cover crop). De plus. Le recours systématique au bromure de méthyle a été largement exploité en tant que désinfectant total du sol. La tomate n‟est installée sur une même parcelle qu‟après un cycle de 4 à 5 ans. Les rendements obtenus sous tunnel ne peuvent pas rivaliser avec les rendements obtenus sous abri canarien (100 à 140 tonnes /ha contre 200 à 250 tonnes /ha). soit moins de la moitié du volume offert par une surface couverte identique par l‟abri canarien.. 31 .3. la désinfection préalable du sol est devenue une technique culturale parfaitement intégrée au mode de conduite. une superficie de ¾ ha. charrue à socs.. le paillage plastique est réalisé après le déploiement des rampes d‟irrigation localisée. Ce cas de figure intéresse les plantations de plein air . Aujourd‟hui. Il est remplacé par des produits moins toxiques et plus spécifiques de type métham sodium. Pour les cultures intensives qui font appel au traitement préalable du sol.

Juste avant l‟installation de la culture. dans certains cas. soit un total de 8 à 10 m de long. le palissage horizontal n‟est pas indispensable à mettre en place avant l‟installation de la culture . Le travail consiste à enrouler une dizaine de mètres de fil en matière plastique. à une hauteur variant entre 2. riches en matière organique. Cette procédure est importante car elle détermine à l‟avance. égal à 25 à 30 kg/m². celui-ci est suspendu au niveau du fil de fer horizontal et sera déroulé jusqu‟au niveau du sol. Opération de plantation Elle est précédée par les opérations d‟amendement organique ou minéral et une irrigation copieuse. les trous de plantation sont confectionnés en respectant les écartements préalablement définis. Parfois. 32 . autour d‟un crochet en fer en forme de « w ». dues au Pythium ou autre. Des cas isolés font état de trempage des plants dans des solutions contenant des produits connus sous la dénomination de « enracineurs ». La grande longueur de fil enroulée (10 m environ) est expliquée par la longueur totale atteinte par le plant en fin de cycle : 3 à 4 m verticalement et jusqu‟à 6 m de tige couchée sur le sol. au moyen de crochets (disposés au plafond de l’abri) et autour desquels le fil de palissage est enroulé. Pour les cultures de tomate de plein air. Il y aura autant de crochets qu‟il y a de bras (1 crochet par plant si celui-ci est conduit sur un seul bras et 2 crochets par plant si il est conduit sur deux bras). Le fongicide utilisé est généralement à large spectre. C‟est pour cette raison que certains maraîchers n‟hésitent pas à confectionner une charpente supplémentaire par rapport à celle de l‟abri serre. ► Installation du système de palissage vertical (photo 14) : le but est d‟offrir aux plantes un tuteur autour duquel la plante sera menée à croître le long du cycle.4.5 m pour les tunnels hémicylindriques et jusqu‟à 4 m de hauteur pour certains abris multi-chapelles. on trempe les plants également dans une solution contenant un insecticide. Les plateaux contenant les plants en motte sont d‟abord trempés pendant plusieurs minutes dans une solution fongique afin de prévenir les fontes de semis. en oligo-éléments et en bactéries déclarées promouvoir la croissance des racines. pour le besoin propre du palissage des plants.CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate ► Installation du système de palissage horizontal : il s‟agit de tendre des fils de fer le long des abris. il consiste à confectionner des « étages » de roseaux. la hauteur maximale que les plantes atteindront à l‟âge adulte. La fixation de ces fils de fer doit être suffisamment solide car ces fils de fer auront à supporter le poids des récoltes qui sera. Le Prévicur est très utilisé. 4. Photo 14 : Système de palissage vertical de la tomate cultivée sous abri canarien à armature en bois. au fur et à mesure du développement du plant.

CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate
Les densités résultant de la plantation dépendent du mode de conduite : En culture sous abri canarien et pour des plants francs, la plantation est faite généralement en lignes simples, selon des écartements d‟environ 40 cm sur la ligne et 1,2 à 1,6 m entre les lignes, soit une densité variant entre 15000 et 20000 pieds/ha ; Les lignes jumelées sont parfois utilisées dans certaines exploitations, pour des plants francs, sous abri. Alors, les plants sont écartés de 40 cm sur la ligne ; Deux lignes jumelées sont écartées d‟environ 50 cm ; la distance séparant deux groupes de lignes jumelées voisines est d‟environ 1,80 m. Dans ce cas, la densité est de l‟ordre de 27500 pieds/ha ; Lorsque les plants sont greffés, la densité ne dépasse guère les 10000 pieds/ha, selon des écartements de 70 à 80 cm sur la ligne et 1,6 à 1,8 m entre les lignes simples. Dans ce cas précis, les plants sont conduits sur deux bras ; Dans les petites exploitations pratiquant la culture de tomate en plein air (photo 15) et en présence de système d‟irrigation gravitaire, les plants sont disposés de part et d‟autre du sillon d‟irrigation. Ils sont écartés de 70 à 80 cm sur la ligne car ils sont conduits sur deux bras ; la distance séparant deux sillons voisins est d‟environ 1,5 m. La densité varie d‟environ 15000 à 20000 pieds/ha ;

Photo 15 : Système de palissage appliquée à la tomate cultivée en plein air et destinée à la consommation
en frais dans la région de Oualidia.

Photo 16 : Parcelle de tomate industrielle cultivée à plat dans la région du Gharb

33

CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate

Pour la tomate industrielle, la conduite se fait à plat (photo 16) ou sur des banquettes. Il n‟y pas de contrainte de palissage vertical. La densité varie de 28000 à 33000 pieds/ha, avec des écartements de 40 cm sur la ligne, avec deux lignes de plantation placées de part et d‟autre de la rampe d‟irrigation au goutte-à-goutte et 60 à 80 cm séparant les rampes. En définitive, les densités adoptées par les producteurs de tomate sous abri tournent autour de 15000 à 18000 pieds /ha pour les plants conduits sur un seul bras, et de 9000 à 10000 pieds/ha pour les plants conduits sur deux bras. La plantation proprement dite consiste à placer la plante en motte dans le trou de plantation, en tassant légèrement le sol autour du plant pour favoriser le contact de celui-ci avec la motte. Pour les plants greffés, il faut éviter d‟enfouir la ligne de greffe. La plantation en quinconce permet d‟optimiser l‟espace. Le fil de palissage vertical placé auparavant doit être enterré juste à côté de la motte ou en dessous de celle-ci, en évitant absolument de le maintenir par un nœud autour du collet de la plante. Enfin, il faut prévoir environ 10% de plants en plus pour le remplacement éventuel des manquants.

4.5.

Travaux routiniers d’entretien

Pollinisation : Bien que la fleur de tomate soit hermaphrodite (organes mâles et femelles portés par la même fleur), l‟androcée et le gynécée ne sont pas mûrs au même moment. Il faut faire appel à des techniques artificielles pour libérer le pollen et favoriser la fécondation. Ce n‟est pas une technique superflue mais bien un moyen d‟intensification de la production. En effet, c‟est la présence des graines (donc, des ovules fécondées) qui provoquent le grossissement du fruit (en l‟occurrence, l‟ovaire). Il existe une corrélation positive directe entre le nombre de graines par fruit et la taille finale de celui-ci. Les premiers instruments utilisés consistaient à donner des coups de bâton au fil de palissage horizontal pour secouer les fleurs et libérer le pollen. C‟est un moyen peu efficace. La technique de vibration a été par la suite améliorée par l‟utilisation de vibreurs mécaniques, soit en petit format à usage manuel, soit par des moteurs portés sur le dos. Ensuite, apparaissent les atomiseurs qui insufflent l‟air pour avoir le même effet décrit ci-dessus. Les abeilles ont été introduites sous abri pour leur rôle de pollinisation. Elles se sont avérées peu efficaces, à cause de la répulsion des abeilles par l‟odeur de la solanine. Le moyen le plus largement utilisé actuellement est le bourdon (photo 17-A). Des ruchettes de 300 à 400 individus (appelées ouvrières) sont installées dans l‟abri-serre dès ème l‟apparition du 3 ou 4ème bouquet de fleurs. Il faut compter 3 à 6 ruchettes à l‟hectare. La durée d‟efficacité des bourdons dure environ 2 mois. D‟où la nécessité de remplacer les ruchettes deux fois par cycle de culture. Le travail des bourdons est moins dépendant des conditions météorologiques. La pollinisation est qualitativement améliorée, pour autant que des précautions élémentaires soient prises (contrôle régulier des fleurs visitées par les bourdons qui laissent des traces caractéristiques, fermeture des ruchettes et leur déplacement hors de la serre la veille des traitements phytosanitaires, choix judicieux des produits qui doivent être peu toxiques pour les bourdons). Palissage : il faut rappeler que le plant de tomate n‟est pas une liane qui s‟enroule d‟elle-même autour d‟un support. Pour soutenir le plant et le maintenir dans une position verticale, il faut intervenir pour enrouler la tige autour d‟un tuteur (photo 17-B). Cette opération doit être réalisée très régulièrement et concerner chaque entre-nœud. Si on saute un entre-nœud, il risque de casser lorsqu‟on passe directement au suivant. Il faut aussi éviter de passer le fil directement sous le bouquet de fruits.

34

CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate
A B

C

D

E

F

Photo 17 : Illustration de quelques travaux d‟entretien de la culture de tomate (A : pollinisation des fleurs par les bourdons ; B : palissage vertical ; C : échasse utilisé pour les travaux de couchage ; D : effeuillage ; E : éclaircissage des fruits ; F : ébourgeonnage Couchage : C‟est une technique qui permet, tout en couchant le plant, de maintenir sa hauteur à un niveau déterminé par la hauteur fixée au départ (niveau auquel le fil de fer de palissage horizontal a été fixé, environ 2,5 m pour le tunnel hémicylindrique, ou 3 à 4 m pour l‟abri canarien). Pratiquement, le couchage est réalisé par des ouvriers montés sur des échasses (photo 17-C) lorsque l‟apex du plant tend à dépasser la hauteur du fil de fer tendu horizontalement pour le palissage. La longueur retranchée en hauteur correspond à la longueur couchée par terre du plant concerné. Le tronçon couché par terre est généralement déjà débarrassé des feuilles et les fruits qu‟il porte sont déjà récoltés. A la fin du cycle de la culture, le plant sera couché sur environ 5 à 6 m de longueur. Effeuillage : c‟est l‟opération d‟éliminer les feuilles basales, souvent sénescentes, pour améliorer la circulation de l‟air, diminuer l‟impact des maladies cryptogamiques et accélérer la maturation des fruits

35

à chaque récolte. Dans tous les cas. cela risque de ralentir la croissance apicale et diminuer la vitesse de grossissement des fruits. Ebourgeonnage : cette opération consiste à éliminer les bourgeons axillaires (photo 17-F) qui prennent naissance à l‟aisselle des feuilles. pour laquelle les bouquets sont éclaircis à 5 ou 7 fruits. répondant aux normes demandées par le marché. les fruits en stade « tournant rouge » à l‟intérieur de chaque bouquet. cela signifie qu‟on laisse deux bourgeons se développer à la base de la plante. palissées traditionnellement par la ligature de la tige au roseau de palissage. Cette technique concerne aussi bien les mauvaises herbes poussant à proximité de la culture que celles installées aux alentours. l‟éclaircissage est une technique courante pour améliorer le calibre des fruits. L‟opération doit se faire précocement. cette hauteur peut être à peine de 1. C‟est le cas très précis de la tomate grappe. le pincement de l‟apex est retardé par l‟opération de couchage des plats. Pour la tomate indéterminée. surtout si les conditions climatiques ne permettent pas d‟accéder à la parcelle (sols engorgés d‟eau à cause des pluies). l‟élimination des mauvaises herbes peut être retardé de plusieurs jours. Si on le laisse se développer davantage. dans l‟optique d‟améliorer l‟homogénéité de présentation des fruits. En général. la tomate destinée à la transformation industrielle est récoltée en trois passages. mouche blanche. 36 . Désherbage : il vise l‟élimination de toutes les mauvaises herbes qui peuvent parasiter la culture et peuvent constituer un foyer pour certains ennemis (acariens. cela constitue un problème majeur. les risques de développement de mauvaises herbes est minime à cause de la présence de paillage. Pour les cultures pratiquées sous grand tunnel. voire de plusieurs semaines.5 m. Mais dans la majorité des cas. Dans ce cas. Tuta absoluta…) et aussi qui présentent une concurrence vis-à-vis à la culture. Lorsqu‟on choisit de conduire le plant sur deux bras. il faut distinguer entre les types variétaux décrits précédemment. La culture de tomate industrielle n‟est pas pincée. Les récoltes sont donc également progressives et concernent. La conduite sur deux ou plusieurs bras est associée généralement aux plants greffés et pour les variétés de tomate qui donnent naturellement de gros fruits.2 à 1. Il a été démontré que les feuilles âgées de plus de 30 jours deviennent peu efficientes pour la photosynthèse. Cette conclusion est à mettre en relation avec la diminution exponentielle de la lumière entre le sommet et la base de la plante. Etêtage : c‟est l‟opération de pincer l‟apex de la plante. aussi bien en calibre qu‟en couleur. se traduit avec l‟obtention de fruits de calibre moyen. En culture de plein air. Dans la pratique. Le calibre des fruits diminue lorsque le nombre de tiges (ou bras) augmente. la diminution du calibre des fruits. Récoltes : La récolte de la tomate en un seul passage est possible pour certaines variétés de tomate industrielle à fructification groupée. suite à la conduite sur plusieurs bras. lorsque celui-ci atteint le haut du système de palissage. Les cultures conduites sous abri multi-chapelles ne sont pas étêtées. La tomate ronde conventionnelle produit des bouquets de fruits dont le grossissement et la maturation sont graduels. lorsque le bourgeon est à peine de long de 1 à 2 cm. Ce type variétal est le plus rencontré car il constitue une certaine adaptation des producteurs à la disponibilité des facteurs de production (dépense pour la main d‟œuvre). Cette opération ne peut se faire pour les cultures de plein air. Mais pour les cultures de plein air. L‟avantage de la récolte échelonnée est aussi une sorte d‟adaptation vis-à-vis des fluctuations du marché.CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate (photo 17-D). Dans ce cas.5 m. surtout pour les exploitations tournées vers l‟exportation. les feuilles touchant le sol sont enlevées de façon systématique. Mais en production intensive. Sous abri. à l‟aide de morceaux de raphia. la hauteur est d‟environ 2. Ce nombre de récoltes est limité dans le cas de la tomate à croissance déterminée. vis-à-vis de la lumière et de la nutrition hydrique et minérale. l‟ébourgeonnage permet de diminuer la compétition entre les pousses. Il en est de même pour les feuilles qui se trouvent à la base des bouquets. Eclaircissage des fruits : Les fruits malformés ou présentant des symptômes quelconques sont naturellement éliminés du bouquet (photo 17-E).

Pour les cultures de primeurs conduites sous abri-serre. Les derniers 45 jours marquent une diminution significative de la qualité et de la quantité des récoltes. Une culture de tomate conduite sur un seul bras sur environ 10 bouquets. le grossissement et la maturation des fruits sont homogènes à l‟intérieur d‟un même bouquet. 37 . l‟installation de la plantation vers la mi-août. comme son nom l‟indique. du fait qu‟une grande partie du cycle de cette culture se déroule en période froide. ème Le maximum de production est obtenu vers le 3 mois après la plantation. d‟automne-hiver. Un ouvrier est capable de récolter 20 à 25 caisses par jour (600 à 750 kg/jour). Une culture conduite sur 20 bouquets. avec 1 à 2 tonnes/ha par récolte. avec une densité de 18000 pieds/ha demande environ 30 à 40 récoltes (12 semaines de récoltes x 2 récoltes par semaine) et donne un rendement de 60 à 80 tonnes/ha. les récoltes sont généralement programmées à raison de 3 récoltes/semaine et durent environ 7 à 8 mois (jusqu‟au mois de mai). Une récolte peut être programmée une fois tous les deux à trois jours. Le maximum de production est obtenu entre les les mois de janvier et de mars. sur deux bras.CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate Pour la culture de saison en plein air. soit 300 tonnes/ha si la densité est de 10000 pieds/ha.6. En principe. soit 30 kg/plant. des conditions climatiques et de l‟entretien phytosanitaire. avec un total récolté d‟environ 5 à 6 tonnes/ha et par récolte.août – septembre. entraine une entrée en production vers la fin du mois d‟octobre. L‟entrée en production a lieu 70 à 80 jours après la plantation. produit environ 15 kg de tomates par bras. L‟installation de la culture est suivie rapidement d‟un bon départ en végétation et un bon développement du système racinaire. C‟est le même principe appliqué à la tomate cerise ou la tomate cocktail. 4. Le tonnage export est d‟environ 60 à 70 % du rendement brut. La tomate grappe est récoltée. Ce sont des ordres de grandeur qui peuvent varier en fonction des variétés. avec 3 tonnes/ha et par récolte pour des variétés productives. – Des jours longs (> 12 heures) et forte intensité lumineuse (> 1600 joules/cm²/Jour) . en grappes. Pour une culture bien entretenue. favorisés par : – Une forte luminosité à l‟intérieur de la serre en relation avec le faible taux de couverture végétale .juin  Durée du cycle: environ 9 mois  Nombre total de bouquets produits par plante : 20 à 30 La plante passe par trois périodes aux caractéristiques très contrastées : Période 1: elle coïncide avec les mois de juillet. en fonction de l‟offre de prix sur le marché et des mouvements à l‟export. Situation de la plante entre l’été et l’hiver Rappelons le cycle de tomate de primeur dans la région d‟Agadir :  Semis en juin-juillet  Plantation en juillet – août  Entrée en production vers la mi – octobre  Pleine production entre décembre et mars  Fin de la culture: mai . la récolte est échelonnée sur environ 3 mois. Un bouquet produit en moyenne 750 g. avec des plants greffés et une densité de 10000 pieds/ha. Problèmes physiologiques de la conduite la tomate en contre-saison La culture de la tomate de primeur rencontre des problèmes particuliers. Le conditionnement et la commercialisation de ce type variétal peuvent se faire en grappe comme ils peuvent se faire en tomates individuelles. avec 2 tonnes/ha pendant les 3 à 4 interventions de la première semaine des récoltes.

sur une plante haute d‟environ 2 m . 4. – Forte baisse du métabolisme de la plante (faible demande climatique) . le gel et les graines présente une forme ronde. une nouaison défectueuse. ce sont souvent les derniers fruits apparus au niveau du bouquet qui sont déformés. des malformations de fruits suite à des problèmes de pollinisation et des symptômes parfois graves de carences (absolues et/ou induite). ème ème – Plante en pleine production: 8 ou 9 bouquet de fruits. – Une entrée en production au niveau des 4 premiers bouquets . et ayant bénéficié d‟un apport important en azote et en phosphore. avec des températures basses.CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate – – Des températures estivales favorables. Description des principaux problèmes d’ordre physiologique 38 . il prend un aspect côtelé (photo 18-A). mais avec un faible régime en potassium. ensoleillement suffisant malgré la diminution progressive de la durée du jour – Un système racinaire bien développé et une plante dépassant 1m de hauteur. forte humidité (pluie!) . avec des apports copieux d’eau d’irrigation et une faible conductivité électrique. Ces symptômes sont associées aux variétés vigoureuses. Les défauts de pollinisation et les excès de l‟humidité relative. – Un plein régime d‟irrigation (dose quotidienne environ 1 l/plant) et de fertigation (EC solution nutritive ≈ 2dS/m). Fruits pointus : il est caractérisé par une forme conique dont la pointe se situe au niveau de l‟attache pistillaire (phot 18-B) Cette malformation est due à un développement inégal des cavités loculaires. C’est une phase à la fois végétative et générative caractérisées par : – Des conditions climatiques intermédiaires (températures clémentes. et surtout en présence de variétés à forte végétation (surtout si l’effeuillage est insuffisant). ensoleillement insuffisant (< 800 j/cm²/j) et durée du jour < 12 heures. Fruit à facettes : bien que le fruit soit initialement lisse. une pourriture des racines. Période 3: la phase végétative et générative se passe au cours des mois les plus frais de l’année à Agadir (novembre – décembre) : – Des conditions climatiques défavorables (températures minimales faibles (<12°C). A l’intérieur du fruit. Ce sont des symptômes caractéristiques qui apparaissent en période d’alternance de temps couvert et de temps ensoleillé. auxquels s‟ajoutent les températures basses pendant la nuit seraient à l‟origine de ce phénomène. Les facettes ainsi délimitées correspondent en fait aux différentes cavités loculaires. Coloration inégale ou ″tâches immatures″ ou ″Blochy ripening″ (photo 18-C): ce sont des défauts de coloration du fruit qui présente des zones vertes ou jaunes et qui peuvent se maintenir à maturité et rendre le fruit impropre à la commercialisation.7. – Plein régime d‟irrigation (dose >1 l/plant) et fertigation (EC solution nutritive ≈ 3 dS/m). Les conséquences de cette évolution sont bien connues des maraîchers pratiquant la culture de la tomate dans la région du Souss Massa : un étiolement des plants. sans éclaircissage des fruits. ce qui entraîne l‟apparition d‟un côté plat alors que le côté opposé dont les cavités sont remplies par le placenta. Lorsque le déséquilibre nutritionnel se conjugue avec la période de faible ensoleillement (hiver) et un excès d‟humidité relative. on peut également observer le brunissement des vaisseaux dans le péricarpe. Une humidité abondante par irrigation localisée Période 2: elle correspond aux mois d’octobre-novembre.

Pourriture apicale : appelée aussi ″nécrose apicale″ ou ″Blossom-end-rot″ (photo 18-E). A : fruit à facettes . avec peu de gel et peu de graines. D : fruit creux . C : coloration inégale . et bien que l’eau et le sol soient riches en calcium dans les conditions de production au Maroc. L‟examen d‟une coupe transversale du fruit (photo 18-D) montre que celui-ci est partiellement vide. Fruits creux : c‟est le symptôme-type d‟un défaut de pollinisation par période froide. Le flux de sève diminue et il s’en suit une carence en calcium. En conditions hivernales. E : pourriture apicale . F : collet vert. Le fruit est déformé à cause d‟un déséquilibre de croissance du fruit après la nouaison. l’excès de l’humidité relative dans les abris-serres. il s’agit d’un déséquilibre de nutrition minérale due à une carence induite en calcium et en présence d’un excès de potassium. il y a un ralentissement du métabolisme de la plante. le calcium ne parvient pas à être absorbé par les racines car celui-ci est naturellement absorbé en phase passive (avec l’eau d’irrigation).CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate A B C D E F Photo 18 : Illustration de quelques symptômes sur fruits de tomate. Les températures basses et les excès d‟humidité gênent la libération du pollen et le déroulement de la fécondation des ovules. Utilisé en grande majorité dans le maintien 39 . B : fruit pointu . en plus des températures basses et de la faible intensité d’ensoleillement en période de jours courts. dus à des problèmes d‟ordre physiologiques. En effet.

Cependant. Certaines variétés laissent apparaître un léger collet vert au stade vert mais qui disparaît complètement à maturité. Persistance du collet vert à maturité (photo 18-F): la zone pédonculaire du fruit présente au stade vert une coloration verte très soutenue liée à une teneur plus élevée en chlorophylle. Les à-coups de l’irrigation aboutissent au même résultat. fruits non protégés par l’ombre du feuillage). La cause serait un flux rapide de l’eau et des solutés à l’intérieur du fruit. la carence induite en calcium provoque une rupture de cette membrane. les températures ambiantes élevées.CHAPITRE 4 : Installation et entretien de la culture de la tomate de l’intégrité membranaire des fruits. Ce problème est également lié à une forte teneur en ammonium par rapport aux nitrates (minéralisation insuffisante en période froide). faible épaisseur du péricarpe. Nombreuses variétés sont sensibles à ces accidents (fruits à peau fine. variétés à gros fruits. Pendant la phase de maturation. particulièrement en périodes chaudes et humides. d’où la nécrose apicale. les travaux de sélection ont permis aujourd’hui d’obtenir des variétés avec des fruits « uniformcolor » indemnes de collet vert. cette zone reste plus ferme et présente une coloration qui peut aller du vert au jaune dans les cas les plus sévères. certaines variétés et en particulier celles de type « longue conservation » ont tendance à présenter ce défaut et certains facteurs peuvent favoriser l’apparition du collet vert. 40 . Les craquelures peuvent prendre l’aspect de cercles concentriques autour du pédoncule ou atour du fruit. nombre faible de fruits par plant. alors que le fruit devient plus mou et se colore en rouge. parallèlement à la maturation qui provoque une diminution de l’élasticité de la paroi. en particulier. Eclatement des fruits : la peau des fruits craque au début de la maturation des fruits. les rayonnements solaires importants qui accroissent la température du fruit et les fruits touchés sont ceux qui sont directement exposés aux rayons lumineux. La sensibilité au collet vert étant contrôlée par des gènes dominants.

la première étape visant la gestion rationnelle de l‟irrigation exige d‟abord l‟évaluation de la demande climatique. notée ETo. ETo correspond à la consommation de couvert de gazon.C‟est une méthode laborieuse et comme le premier cas. Ces conditions ne sont généralement remplies que dans des stations expérimentales impliquées dans la gestion de l‟eau d‟irrigation. on est obligé de multiplier Ev par un facteur Kb appelé coefficient du bac. en plus des eaux de surface (oued. soit calculée. Pour obtenir ETo. soit mesurée. en bon état phytosanitaire. Encore fautil que les précipitations soient profitables en intensité et en fréquence. celle définie par Penman (1945) et rectifiées par la suite par la FAO (Formule de Penaman-Montheit) est la plus largement utilisée dans le monde. barrage ou lac) quand elles existent. le recours à l‟irrigation est inéluctable. étendu pour éviter l‟effet d‟oasis. Calcul de ETo : parmi toutes les formules définies par les différents auteurs pour déterminer le pouvoir d‟évaporation du climat (ETo). les conditions de mesure du taux d‟évaporation quotidienne et la précision des valeurs obtenues soient réunies chez un exploitant. Un terme aérodynamique qui inclut le vent et l‟humidité relative du lieu 41 . les cultures de plein air peuvent profiter des précipitations.1. Dans ce cas. Elle contient deux termes :   Un terme énergétique qui fait appel au rayonnement solaire . Il faut donc équiper l‟exploitation de système d‟irrigation (gravitaire. C‟est pour ces raisons que le calcul de ETo est plus commode à obtenir et à exploiter. Les doses et les fréquences de l‟irrigation sont décidées selon l‟expérience propre du producteur. court et dense pour éviter la formation d‟un microclimat ainsi que des turbulences aériennes. Cette donnée fondamentale est quantifiée par ce qui est appelé « Evapotranspiration de référence ». ne manquant pas d‟eau. Introduction _______________ L‟irrigation de la tomate est une technique essentielle à la conduite de cette culture. Cette grandeur est. Ainsi. Selon la position du cycle cultural dans l‟année. Mais en conditions de culture sous abri. Dans les zones connues pour la conduite intensive de la tomate et exposées au risque de raréfaction des ressources en eau. en croissance active. Dans les régions productrices de tomate. aspersion ou en localisé). beaucoup d‟efforts sont déployés pour optimiser les apports d‟eau à cette culture. par exemple. connecté à un mode de mobilisation approprié selon les régions. Mesure de ETo : l‟une des méthodes qui ont été longtemps utilisées pour quantifier le pouvoir d‟évaporation d‟une région donnée est la lysimétrie.CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate CHAPITRE 5: Irrigation de la culture de tomate 5. A ce sujet. le pilotage de l‟irrigation se fait le plus souvent de façon empirique. et enfin. Une seconde façon de mesurer ETo fait appel au taux d‟évaporation (Ev) de l‟eau mesuré dans un bac évaporant de type « Classe A ». il est rare que l‟emplacement du bac évaporant. La nappe phréatique est souvent la plus sollicitée. ETo est définie comme étant l‟évapotranspiration potentielle (ETP) d‟un couvert de gazon.

7 / 251) x Rg = 0. 0. mais simplement le rayonnement global mesuré par une pile solarimétrique. le terme aérodynamique de la formule de Penman devient nul. 0.67 x 0.CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate ETo sous abri-serre : En fonction du contexte de culture.67 𝑥 𝐾𝑝 𝑥 𝑅𝑔 𝐿 42 . non pas le rayonnement net (difficile à obtenir). L‟évapotranspiration est fonction du seul rayonnement solaire. En fonction de l‟âge du film plastique de couverture et du mode de pose de ce film (simple paroi ou double paroi). Par ailleurs. de nombreuses simplifications ont été opérées à la formule de départ pour la rendre facilement exploitable. La formule de De Villèle a eu un grand succès pour les cultures sous abris. la formule de De Villèle utilise.00187 x Rg En mémorisant la valeur de 0 . dans la région du Souss Massa. la seule grandeur qui manque au producteur pour connaître ETo est celle du rayonnement global. le producteur calcule facilement le taux d‟évapotranspiration de référence ETo sous abri-serre. L‟idée est relativement simple : puisque les conditions de turbulence sont pratiquement nulles sous abri. la valeur de ETo est calculée comme suit : EToserre = (0. si le film de couverture est neuf et posé en simple paroi (Kp = 0. Cette formule prend l‟aspect suivant : 𝐸𝑇𝑜 𝑠𝑒𝑟𝑟𝑒 = Avec: Rg : rayonnement global mesuré à l‟extérieur (Joules/cm²/jour) L : chaleur latente de vaporisation de l‟eau (251 Joules/cm²): Kp : Coefficient de transmission lumineuse de la paroi de l‟abri-serre (en % : 0.00187 .7).7 pour un film de 1 an en simple paroi .6 pour un film de 2 ans). A titre d‟exemple.8 pour un film polyéthylène neuf. 0.

00187 = 3.CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate Photo 19. le rayonnement global est de 1868 Joules/cm²/jour. par exemple. et puis un mouvement ascendant pour atteindre la valeur maximale d‟environ 3 mm/jour en juin-juillet. entre 2001 et 2005. soit par envoi par SMS aux exploitants qui désirent connaître cette valeur. Les mesures effectuées entre 2001 et 2005 prouvent que l‟énergie solaire évolue pratiquement de la même façon (figure 6). de la valeur du rayonnement global. L‟Office Régional de Mise en Valeur Agricole du Souss Massa (ORMVA/S-M) a contribué depuis une dizaine d‟années. Il en découle que la valeur de ETo calculé sous abri dans la région du Massa. 43 . L‟intérêt de la méthode est parce qu‟elle se réfère à une grandeur qui présente chaque année la même tendance.5 mm. à la vulgarisation de la méthode dite du rayonnement global. En plus des expérimentations qu‟il abrite chaque année en relation avec le pilotage de l‟irrigation. en affichant une valeur minimale vers les mois de janvier et de février (600 à 800 Joules/cm²/jour) et des valeurs maximales vers les mois de juin et de juillet (1600 à 1800 Joules/cm²/jour). suit la même évolution (Figure 7). utilisé pour le pilotage de l’irrigation des cultures sous abris dans la région du Massa. au cours de l’année. Une baisse progressive à partir du mois de septembre pour atteindre la valeur minimale de l‟ordre de 1 mm/jour en décembre-janvier. dans le périmètre du Massa. dans la région du Massa Si. la valeur de ETo sous abri serre est de 1868 x 0. Illustration du tableau d’affichage contenant la valeur quotidienne du rayonnement global. Figure 6 : Evolution des valeurs moyennes quotidiennes du rayonnement global. ce centre a été leader dans la mise à la disposition aux producteurs. à travers son centre de vulgarisation situé à Ait Amira. soit par affichage sur un tableau électronique installé à l‟entrée de ce centre (photo 19).

ETo en plein air : Il existe plusieurs formules de calcul dont celle de Jensen-Haise a obtenu un certain succès dans la région du Souss Massa. Rôle des stations météorologiques : C‟est le moyen le plus aisé aujourd‟hui d‟obtenir directement les valeurs de ETo d‟une région donnée. dans la région du Massa. Elle utilise la valeur moyenne de la température quotidienne.0398 ∗ Rg ∗ t et 𝑡 = 0. en plus du rayonnement solaire global. température.44 mm/j Tm = 35 °C.08 Avec : Rg : rayonnement global exprimé en équivalent d‟évaporabilité (mm/j) Tm : température moyenne quotidienne (en °C) Le tableau 8 présenté ci-après aide à déduire directement le facteur t de la formule de Jensen-Haise. utilisée pour la détermination de ETo en plein air.95 ETo en plein air = 7. en connaissant la température moyenne. Exemple : jour j Rg = 1868 Joules/cm²/j = 1868/251= 7. en fonction de la température moyenne quotidienne (en °C).025 𝑇𝑚 + 0.95 = 7. En effet. au cours de l’année 2005-2006.CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate Figure 7 : Evolution des valeurs moyennes quotidiennes du rayonnement global (Rg) et de ETo (ou ETP) sous abri-serre. sans se soucier de la détermination des différents termes qui composent cette grandeur. 44 . Elle prend la forme de : 𝑬𝑻𝒐 = 0.1 mm/j Tableau 8 : Valeurs du coefficient t de la formule de Jensen-haise.44 x 0. donc: t= 0. les stations météorologiques compactes sont munies de senseurs (photo 20) qui mesurent les différentes composantes climatiques (rayonnement solaire..

1 ou 1.6 à 0. L‟évolution-type du coefficient cultural est comme suit : 0. Kc est donc une donnée de la culture dont la valeur dépend de : • • • • l‟espèce végétale. précipitations) et les intègrent.0 en période de croissance active 1. humidité relative.2.2. L‟utilisation de ces stations est de plus en plus répandue dans la zone du Souss Massa.8 en fin de culture 45 .CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate direction et vitesse du vent. Ces données sont transférées en temps réel et à distance par GPRS.0 à 1. dans la formule de Penman.2 en période de pleine récolte 0.2 à 0. par la formule: ETM = Kc x ETo Dans laquelle ETM est l‟évapotranspiration maximale de la culture.5 à 1.5 en période d‟installation de la culture 0. Détermination des besoins en eau de la tomate _______________ Le passage de Eto vers le calcul des besoins en de la tomate s‟opère en utilisant le coefficient cultural Kc de la tomate. Mais il arrive que ces valeurs dépassent la valeur maximale pour atteindre 1. via un logiciel de calcul intégré. voire même le type variétal les dates de semis ou de plantation la longueur du cycle de la culture les stades de croissance de la plante Les valeurs de Kc varient généralement entre 0 et 1. Photo 20 : Illustration d’une station météorologique compacte pour la détermination automatique de la demande climatique d’un lieu donné (ETo) 5. aussi bien pour les cultures maraîchères sous serre qu‟en arboriculture fruitière (agrumes).

écartés sur la rampe de 40 cm et des rampes écartées de 1.00187 = 3.75 = 54 minutes.5 x 0.45 x 60 /2.45 mm. Si la densité de plantation est de 25000 pieds/ha.45 mm/jour Si cette culture est équipée en système d‟irrigation en goutte-à-goutte. 46 . cela revient à apporter : 24500 litres/25000 plantes ≈ 1 litre/plant Les travaux de recherche-développement réalisés dans le centre de vulgarisation de l‟ORMVA/S-M.9 1.75 mm/heure Pour apporter une dose de 2.5 mm les besoins en eau (ETM) de la culture de tomate au stade de floraison du 2ème bouquet serait de : ETM = 3. Tableau 9 : Valeurs du coefficient cultural de la tomate. a permis de déterminer les besoins en eau de plusieurs cultures horticoles. et la valeur de ETo sous abri serre étant de 1868 x 0. Ces travaux ont permis de dresser des tableaux comprenant les doses à apporter.CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate Culture sous abri-serre : Pour la culture de tomate ronde conventionnelle pratiquée sous abri-serre. aussi bien en culture de tomate précoce (tableau 10) qu‟en culture de tomate tardive (tableau 11). les valeurs appliquées pour Kc sont résumées au tableau 9.0 0. à Ait Amira.8 m la pluviométrie horaire fictive du système est de : (250 goutteurs/ rampe x 55 rampes/ha x 2 l/heure/goutteur) / 10000 = 2.7 0.9 Floraison du 2 à Floraison ème du 3 bouquet Floraison du 4 à Floraison ème du 6 bouquet Floraison du 6 ème 2 bouquet Récolte du 2 ème 9 bouquet Récolte du 9 récoltes ème ème à Récolte du ème à Récolte du à Fin des ème Dans l‟exemple précédent. appliquées pour la culture sous abri dans la région du Souss Massa.6 0. Stades de croissance de la tomate Plantation à floraison du 2 bouquet ème ème Valeurs de Kc 0.7 = 2. en collaboration avec l‟Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II. le rayonnement solaire global étant de 1868 Joules/cm²/jour. il faut irriguer pendant : 2. avec des goutteurs de 2 l/heure.8 0.

une culture de tomate tardive. et pour une culture précoce de tomate pratiquée sous abri serre. lorsque les plants atteignent 1 à 2 m de hauteur: o 1 à 2 l/plant/jour. avec plantation en juillet et arrachage en fin mars. 47 . lorsque les plants dépassent 2 m de hauteur. En pratique.CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate Tableau 10 : Doses d’apport d’eau à une culture précoce de tomate conduite sous abri-serre dans la région du Souss Massa Tableau 11 : Doses d’apport d’eau à une culture tardive de tomate conduite sous abri-serre dans la région du Souss Massa En termes d‟apports d‟eau. les producteurs de tomate de la région du Souss Massa adoptent un programme d‟apport d‟eau estimé à : o environ 250 ml/plant/jour dès l‟installation de la culture : o 250 à 500 ml/plant/jour. lorsque la hauteur des plants est de 50 cm à 1 m . conduite pendant un cycle de 242 jours (de septembre à mai) demande une hauteur d‟eau globale d‟environ 630 mm. o 500 ml à 1000 ml/plant/jour. l‟apport d‟eau globale se chiffre à près de 400 mm. De la même façon. conduite sur un cycle de 280 jours.

le tableau 12 présente les valeurs seuils de la tension de l‟eau dans le sol. dans une fourchette allant de 0 à 200 cbars. 48 . Parmi les outils dont dispose le producteur. il faut citer la forme et la dimension des rigoles utilisées pour l‟irrigation . Pour une culture de tomate de saison conduite pendant 4 mois dans la région du Tadla.CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate Culture de plein air : Les données disponibles sont peu précises à ce propos. de plus. . citons la tension de l‟eau dans le sol. le producteur raisonne toujours en termes de durée d‟irrigation.  Le deuxième est à 60 cm : il est situé normalement à la limite du volume mouillé . Les tensiomètres sont toujours installés par paire (photo 20). un contrôle régulier de l‟eau dans le sol est obligatoire pour éviter les situations critiques. dans une parcelle à sol homogène :  Le premier est à 30 cm : il sera situé dans une zone de forte activité racinaire et les valeurs obtenues de la tension devront aider au déclenchement des irrigations . Parmi les sources d‟erreur possible. Ces appareils sont très simples à utiliser et ne demandent pas d‟entretien particulier. Photo 21 : Tensiomètres à blocs résistifs de type Watermatk et boitier de mesure de l’état de liaison de l’eau dans le sol Pour aider à l‟interprétation des valeurs enregistrées. Suivi de la tension de l’eau : il se fait au moyen d‟appareil mesurant l‟état de liaison de l‟eau dans le sol (photo 21). la sonde tensiométrique devrait aider à vérifier le maintien de ce volume et de régler la durée et la dose de l‟eau apportée. de stress comme de l‟excès d‟eau. Les tensiomètres à blocs résistifs présentent l‟avantage de mesurer l‟énergie (ou tension) avec laquelle l‟eau est retenue. Belabbès établit les apports en eau (en mm) comme suit : Mars 47 Avril 86 Mai 167 Juin 185 Total 485 Contrôle de l’eau dans le sol _______________ Quelle que soit la méthode adoptée pour satisfaire les besoins en eau de la culture. surtout en système d‟‟irrigation gravitaire. les profils hydriques du sol et les enregistrements automatiques de la teneur volumique de l‟eau dans le sol. dans cette zone. Ils sont sensés aider au pilotage de l‟irrigation.

et obtenues par différence de pesées entre poids frais et poids sec. Etablissement de profils hydriques : ils sont tracés au moyen de valeurs de la teneur en eau volumique. pour déterminer la répartition spatiale de l‟eau en fonction des valeurs repères de l‟humidité à la capacité au champ (HCC) et l‟humidité au point de flétrissement permanent (HPFP) dans lequel sont insérés les repères concernant la rétention en du sol en question. sa capacité de rétention (appelée Humidité à la Capacité au Champ. extraites à partir d‟échantillons de sol prélevés à différentes profondeurs. et entre 30 et 40 cbars dans les 60 cm de profondeur. Un sol ne souffrant pas de manque d‟eau devra présenter une tension comprise entre 20 et 30 cabrs dans les 30 premiers centimètres de profondeur. HCC) et l‟Humidité au Point de Flétrissement Permanent (HPFP). et à considérer la tendance d‟évolution de ces valeurs. le sol est complètement saturé La macroporosité n‟est pas totalement drainée Eau très abondante même en substrat grossier Très variable selon le type de sol Humidité proche de la capacité au champ L‟eau est retenue par des forces de plus en plus fortes Le producteur sera amené à enregistrer régulièrement la tension de l‟eau dans le sol.CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate Tableau 12 : Valeurs seuils de la tension de l’eau dans le sol. Ces deux notions sont déterminées au laboratoire et caractérisent le sol en place. Présentation d‟un exemple-type de profil hydrique du sol. c‟est-à-dire. 49 . selon la formule classique : 𝛉 % = 𝜽𝒇𝒓𝒂𝒊𝒔− 𝜽𝒔𝒆𝒄 𝜽 𝒔𝒆𝒄 x 100 Dans laquelle : θ est la teneur en eau du sol Les résultats sont présentés sous forme de tableau ou de graphique (figure 8) Figure 8. Valeur de la tension (ψ) en cbars ψ=0 0<ψ<7 7 < ψ < 15 15 < ψ < 30 ψ = 30 ψ > 30 Phénomène correspondant dans le sol La macroporosité des sols est pleine d‟eau .

TDR) soit en fonction de la fréquence (Réflectométrie dans le Domaine Fréquentiel. Mesure automatique de l’eau dans le sol : elle se fait au moyen d‟une nouvelle génération d‟appareils impliquant l‟usage des sondes capacitives (Figure 9). à différentes profondeurs de mesure. L‟utilisation des sondes capacitives est actuellement en expansion dans la région du Souss Massa. Ils permettent d‟évaluer qualitativement et quantitativement le programme d‟irrigation appliqué. • Quantifier le volume d‟eau emmagasinée (à un instant t) et comparer avec les points repères du sol. Cet instrument est équipé de sondes de mesure disposées à différentes profondeurs du sol. Le signal électrique est traduit. aux profondeurs fixées et pendant une période donnée. FDR). comprise entre la limite supérieure (HCC) et la limite inférieure (HPFP). Figure 9 : Sonde capacitive (à gauche) et exemple d’enregistrement (à droite) de l’évolution de l’eau dans le sol. via une courbe d‟étalonnage intégrée à l‟appareil. • mettre en évidence les problèmes potentiels d‟infiltration et/ou de compacité du sol (densité apparente). soit en fonction du temps (Réflectométrie dans le Domaine Temporel. L‟irrigant s‟efforce de maintenir la teneur en eau du sol. en volume d‟eau. Le signal réfléchi est mesuré.CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate . leur adaptation aux 50 . qui émettent des ondes électromagnétiques capables de réagir vis-à-vis des molécules d‟eau. • déterminer la répartition horizontale et verticale de l‟eau dans le sol. Elles équipent plus de 4000 ha d‟agrumes en 2009 et plusieurs dizaines d‟hectares de cultures maraîchères sous abris-serres. Lorsque ces profils sont tracés de façon régulière au cours du cycle de la culture (au moins une fois par stade de croissance). Les résultats d‟enregistrement sont visualisés sur un écran d‟ordinateur. en étudiant l‟évolution de la teneur en eau dans le sol. pour surmonter les problèmes techniques liés à l‟emplacement exacte des appareils. ils sont d‟une grande utilité pour : • diagnostiquer un régime d‟irrigation et juger la qualité des arrosages (combinaison: dose x fréquence). en relation avec les doses d‟irrigation et les fréquences d‟apport d‟eau. Leur usage est en phase de familiarisation avec les producteurs. Noter les lignes repères de HCC (en bleu) et de HPFP (en jaune) ainsi que les doses apportées (barres verticales). Les valeurs sont transférées instantanément par GPRS à l‟utilisateur.

5.17 Figure 10 : Efficience de l‟utilisation de l‟eau (EUE) d‟irrigation par la tomate dans la région d‟Agadir (Ben Abdellah.31 43. Lorsque le volume d‟eau apportée dépasse le seuil de 100% ETM. les rendements correspondants sont donc de 228 à 230 tonnes/ha. Pour une culture menée sur plants francs et pour une densité de 24000 pieds/ha. l‟entretien général et.5 et 9.CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate types de sol et au mode de conduite des cultures.65 66. surtout. Efficience de l’utilisation de l’eau par la plan____________ Ce chapitre donne un aperçu sur le programme de recherche-développement réalisé dans la région d‟Agadir à propos de l‟utilisation de l‟eau par la tomate. pour un régime d‟irrigation optimisé à 100% de l‟évapotranspiration maximale (ETM). Le volume 3 d‟eau apporté par cycle de culture se chiffre entre 4000 et 4300 m /ha et le rendement obtenu est compris entre 9. N° d’ordre Régimes Apports d’eau (m3/ha) 1 50% ETM 2157 2 75% ETM 3236 3 100% ETM 4314 4 125%ETM 5393 5 150% ETM 6471 EUE (Kg/m3) 101.15 33. conduite sous abri.3. 2005) 51 . la formation de personnel qualifié pour l‟interprétation des données. ont démontré que l‟efficience d‟utilisation de l‟eau par la 3 tomate est de 53 à 55 kg de fruits/m d‟eau apporté.6 kg/plante. et calculé selon la méthode du rayonnement global. durant deux années successives (Ben Abdellah en 2005 et Hebbari en 2006).72 53. Cette conclusion est très significative pour le régime de 150% ETM. Les travaux accomplis pour la culture de tomate de primeur (Figures 10 et 11). l‟explication des disfonctionnements observés de temps à autre. l‟efficience de l‟utilisation de l‟eau diminue fortement et le rendement chute également.

2006).CHAPITRE 5 : Irrigation de la culture de tomate 10 9 8 7 Rendement brut Rendement commercialisable Ecart de triage Rendement (kg / plant) 6 5 4 3 2 1 Régimes 0 50% ETM 50% ETM 75% ETM 3045 74 75% ETM 100% ETM 125%ET M 100% ETM 150% ETM 125% ETM Apports d‟eau (m3/ha) EUE (Kg/m3) 2030 110 4060 5075 Régime d'irrigation 55 44 6100 37 150% ETM Figure 11 : Efficience de l‟utilisation de l‟eau (EUE) d‟irrigation par la tomate dans la région d‟Agadir (Hebbari. 52 .

il faut d‟abord disposer de résultats d‟analyse du sol et. Introduction L’azote : une carence en azote se traduit par un feuillage vert-clair. ensuite.1. Dans les zones visitées de production de tomate.3. une connaissance préalable des propriétés physisco-chimiques du sol et de son état de fertilité. en particulier. la fructification et la précocité de la production. de la qualité de l‟eau d‟irrigation. et pour une région donnée. et. L‟optimisation de cette technique nécessite. enfin. de la part du producteur. un sol maraîcher devrait afficher une teneur moyenne en N comprise entre 40 et 60 mg/kg de terre. ce raisonnement est pratiquement inexistant et la fertilisation se fait dans la majorité des cas. des défauts de coloration sont observés sur fruits. La valeur recherchée du rapport K2O/MgO set aux alentours de 1. Le phosphore : bien que moins consommé par rapport à l‟azote et au potassium. 6.CHAPITRE 6 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre CHAPITRE 6: Fertilisation et Fertigation de la culture de tomate La fertilisation est une technique permettant de satisfaire les besoins en éléments nutritifs de la culture. de façon empirique. une teneur en P comprise entre 10 et 20 mg/kg de terre. A ce sujet. la région de Doukkala et la région du Gharb. Généralement. Le potassium : C‟est un facteur de qualité. Lorsque cet excès s‟accompagne d‟une déficience en phosphore et en potassium. Pour ce faire. Rôle des éléments minéraux majeurs C‟est l‟expression utilisée pour relever le niveau de fertilité d‟un sol juste avant la plantation. Les besoins s„accroissent dès le début des récoltes. alors qu‟un excès provoque une végétation abondante et un retard de maturation des fruits. 6. 1985). pour un sol de texture moyenne et pauvre en matière organique(< 2%). les normes locales sont d‟une grande utilité pour les producteurs. connaitre le niveau souhaité pour un élément donné. Un excès de potassium porte préjudice à l‟absorption du magnésium. son importance est primordiale l‟enracinement. Elle consiste en un apport simultané d‟eau et d‟éléments minéraux. Dans la zone de production de tomate en primeur (région d'Agadir). Nous allons nous inspirer de cette technologie pour présenter un raisonnement correct de la fertilisation de la tomate. la technique de fertigation est bien développée. une teneur en Mg comprise entre 40 et 80 mg/kg de terre (CTIFL.2. des quantités globales d‟engrais à apporter et du mode de fractionnement de ces apports. La quantité à apporter en un élément nutritif particulier sous forme d‟engrais de fond peut être raisonnée selon la formule suivante: FF= Z x Da x Cv x N − TS Dans laquelle : FF= Fumure de Fond Z = Profondeur à amender dans le sol Da = Densité apparente du sol Cv = coefficient tenant compte de la superficie exploitée par la culture N = Norme de l‟élément considéré TS = Teneur du sol en cet élément 6. Les fruits creux sont obtenus lorsqu‟il y a excès d‟azote par rapport au potassium (N/K > 1). une teneur en K comprise entre 80 et 125 mg/kg de terre. pour qu‟elle exprime pleinement son potentiel de production. Redressement de l’état de fertlité du sol 53 .

donc indisponible pour la plante.30 m x 1. Tableau 13 : Composition moyenne en éléments minéraux majeurs de différents types de fumier Type de fumier Azote en % Fumier de cheval Fumier de bovins Fumier d‟ovins Fiente de poule Fumier mixte 6.3 1.1 8.CHAPITRE 6 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Exemple chiffré : Cas de l‟azote: teneur initiale = 15 ppm Teneur finale souhaitée (norme) = 50 ppm -3 Quantité d‟azote à apporter: 50 – 15 = 35 ppm =35 mg/kg= 35 10 g/kg de terre Profondeur du sol à amender : 30 cm Superficie unitaire = 1 ha 3 3 Sol sablonneux.125 A – 0. dosant 50% de matière sèche. De plus. plus le sol est calcaire.0001 A² Dans laquelle A = teneur en argile en ‰ et PF= % de K2O apporté en majoration des besoins calculés.58 + 0.7 3. Dans le cas du potassium.5 103 Kg/m3 x 0. l‟enrichissement du sol en matière organique est primordial pour réussir la culture. il y a risque de rétrogradation du phosphore sous forme calcique. se traduit par l‟apport de l‟équivalent de 500 kg d‟azote. Lorsque la teneur du sol en calcaire est élevée. L‟apport de 30 tonnes/ha de fumier bovin brut. ce qui est rare dans nos conditions de culture.8 Potassium en % 7. La plus grande source de perte est due au Pouvoir Fixateur (PF) du sol que les chercheurs ont estimé par la formule : PF = 1. de 200 kg de phosphore et de 75 kg de potassium. améliorer la structure du sol et préserver son niveau de fertilité.0 3.5 10 kg/m Pourcentage de la superficie exploitée = 40% Application numérique: 0.5 8. En réalité.3 g/m² = 63 Kg d’azote /ha Par ailleurs.4 8.4 4.0 4. et contrairement à l‟azote.5 Certaines composantes du sol telles que sa teneur en calcaire ou en argile sont importantes à prendre en considération pour corriger les niveaux de certains éléments minéraux.0 1. Un sol maraîcher devrait contenir au moins 2% de matière organique. L‟apport des oligo-éléments par cette quantité de fumier est également considérable.9 Phosphore en % 2. densité apparente = 1. plus l‟absorption du fer et du manganèse est inhibée.2 10. L‟apport de fumier en engrais organique de fond est une technique bien connue de nos producteurs.40 x 35 x 10-3 g/kg = 6.2 0. on considère que le sol est calcaire à partir de 10% de 54 .3 2. les pertes par lessivage sont assez négligeables. La composition moyenne d‟un fumier bien décomposé est présentée au tableau 13.

la présence du calcaire dans le sol provoque chez celui-ci une réaction de basicité.90 pour le goutte-à-goutte) F2 = facteur d‟insolubilisation de Mg.5 = 270 Kg/ha 3 Cette quantité serait largement suffisante pour les besoins du cycle de la tomate en magnésium. enfin.CHAPITRE 6 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre CaCO3. par volatilisation et. Celui-ci dépasse la valeur de 7 dans la majorité des sols marocains. Lorsque ce seuil est dépassé. car la production de CO2 aboutit à la formation d‟acide organique. par les exportations par la culture.66/10 ] x 0. par l‟eau d‟irrigation et.4 à 0. Les travaux du CTIFL (1995).36 x 6000 x 1. La définition d‟un programme de fertilisation reste tributaire des conditions locales de production./l. il faut déterminer avec le maximum de précision. car un sol saturé en calcium entraine la formation de la chaux. l‟eau d‟irrigation peut être une source importante d‟apport de certains éléments minéraux. Dan ces eaux. les pertes (par lessivage. l‟apport de phosphore est généralement majoré de 20 à 40 % par rapport aux besoins si le taux de calcaire dans le sol est compris entre 10 et 30%. bénéfique pour l‟acidification localisée du sol. des types variétaux utilisés et des niveaux de production visés. Les travaux réalisés sur la culture de tomate conduite en hors sol ont permis de quantifier la majeure partie des éléments du bilan nutritif. la teneur en magnésium peut dépasser la valeur de 10 méq.36 mg/l = 60.03 x (24/2) = 60. En résumé. Toute technique culturale (apport de matière organique) qui pourrait améliorer la vie microbienne du sol tend à acidifier légèrement le sol. tiges et feuilles).9 et F2 = 0. ont évalué la consommation en éléments minéraux de cette culture.6) Exemple chiffré :  Concentration de Mg dans l‟eau : ++ 3 o [Mg ] = 5. d‟une part. L‟exemple du magnésium est très fréquent dans les eaux de la nappe phréatique dans la vallée du Souss.36 ppm 3  Vr = volume d‟eau apportée à la culture de tomate = 6000 m /ha  F1= 0. Les éléments nutritifs pourront se présenter sous forme assimilable par la plante. qui est une base faible. il faut déterminer le taux de calcaire actif. et l‟apport sera majoré de 40 à 60% si le taux de calcaire est supérieur à 30%. les différents éléments du bilan qui correspondent. aux apports (par les engrais minéraux et organiques. par la richesse naturelle du sol) et. Dans de tels cas. fonction du type de sol (0.9 x 0.03 méq. enfin. en utilisant la formule suivante: Avec:     MgO (en Kg/ha) = [Mg ++ ++ x Vr x 1. menés sur la variété „Daniela‟. d‟autre part. sur la base de la 3 teneur de la solution absorbée par la culture (7140 m /ha). Le producteur sera amené à estimer la quantité de magnésium apportée par l‟eau d‟irrigation. aux valeurs suivantes (en kg/tonne de fruit) : Apport de l’engrais de couverture _______________ 55 . Raisonnement des besoins totaux en éléments minéraux : Pour satisfaire les besoins en éléments nutritifs de la tomate. D‟un autre côté. par immobilisation.36 g/m = 60. y compris fruits. conduite sur laine de roche et produisant 420 tonnes/ha./l= 5.66/10 ] x F1 x F2 3 Mg = Concentration en Mg dans l‟eau en ppm 3 Vr = volume total d‟eau apportée en m /ha pendant tout le cycle F1 = efficience du système d‟irrigatiojn (0.5  MgO = [60. Le taux de calcaire dans le sol est en étroite relation avec le pH.

85 K2O 6.11 K 3.32 H2PO4 2. en fonction des systèmes d‟irrigation.0 Ca0 2.8 P2O5 0.86 SO4 0.40 Dans nos conditions de culture et pour un rendement de l‟ordre de 250 tonnes/ha. la consommation globale en éléments nutritifs serait de : N 527 K 760 Ca 437 Mg 80 H2PO4 715 SO4 100 Exprimées sous forme d‟oxydes. ces valeurs deviennent : N 527 K2O 912 Ca0 612 MgO 133 P2O5 523 SO4 100 Ces chiffres sont souvent corrigés par un coefficient d‟efficience d‟absorption des différents éléments nutritifs. 30% pour P et 85% pour K). Compte tenu de cette rectification (80% pour N. la deuxième étape consiste à définir le rythme d‟apport de ces éléments.5 Soit pour un rendement de 250 tonnes/ha : N 700 P2O5 212 K2O 1500 Ca0 700 MgO 375 Quelle que soit la méthode appliquée pour définir les besoins globaux en éléments nutritifs pour tout le cycle de la culture. Tableau 14 : Coefficient d’efficience d’absorption des éléments nutritifs par les plantes. Papadoupolos (1999) préconise les coefficients présentés au tableau 14. Il semble que la formule la plus utilisée est celle qui tient compte des exportations en éléments minéraux. les programmes de fertigation varient significativement d‟une exploitation à une autre.8 MgO 1.75 Mg 0. en fonction du système d’irrigation Système Gravitaire Aspersion Goutte-àgoutte N 40 à 60% 60 à 70% 75 à 85% P 10 à 20% 15 à 25% 25 à 35% K 60 à 75% 70 à 80% 80 à 90% Il est évident que le système d‟irrigation en goutte-à-goutte offre les meilleures efficiences pour l‟absorption des éléments minéraux. Elle définit ces valeurs comme suit (en kg/tonne de fruits): N 2.04 Ca 1.CHAPITRE 6 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre N 2. aussi bien par les fruits que par l‟appareil végétatif. la consommation de la culture de tomate en éléments majeurs est traduite en apports en éléments minéraux (en kg/ha): N 632 P2O5 889 K2O 1050 Dans les exploitations de tomate de primeur. 56 .

sous peine de provoquer un lessivage des engrais (dose en excès) ou de forcer la concentration (faible dose). la plante aura absorbé moins de 10% de l‟ensemble de ses besoins en éléments minéraux pendant les 30 premiers jours qui suivent la plantation. sauf pour le calcium et le magnésium. Les ¾ des besoins en phosphore sont absorbés pendant les 4 premiers mois du cycle de la culture. et donnant un rendement de 42 kg/m² (CTIFL. voire même à l‟échelle de la journée. Selon la superficie de l‟exploitation et selon la durée pour laquelle la fertigation est programmée. Application des règles de la fertigation : Dans un premier temps. variété ‘Daniela’ conduite en hors sol sur 16 bouquets. A titre d‟exemple. C‟est le système d‟irrigation localisé qui offre le plus de garantie pour définir la dose optimale. en 8 mois. depuis la nouaison et jusqu‟à la récolte du 4 majeurs seront de : N 55 P2O5 63 K2O 57 Ca0 47 ème bouquet. le producteur tente de raisonner le rythme des apports à l‟échelle de la semaine. pour une variété de tomate à fort potentiel de production. La dose de la solution nutritive sera raisonnée de façon à ne pas dépasser la concentration de 2 g/l pour la solution-fille. les apports en éléments MgO 39 Cette quantité est à répartir en 90 jours. des bacs de contenances diverses seront utilisés pour la 3 préparation de la solution-mère. Une des expressions de cette dose s‟appelle la Dose Nette Maximale (DNM) dont l‟expression est la suivante : DNM = f x (HCC – HPFP) x Z x PHS% 57 . Tableau 15 : Rythme d’absorption (en %) des éléments nutritifs par la tomate. En analysant le rythme d‟absorption des éléments nutritifs par la plante. La concentration de celle-ci ne devrait pas dépasser 150 à 200 kg/m . il faut appliquer un raisonnement correct de calcul de la dose d‟irrigation. Les deux derniers mois du cycle montrent un net fléchissement des besoins. 1995) stade P à DN1 DN1 à DR4 DR4 à DR9 DR9 à R16 total Légende : P= plantation DN1 : début nouaison du 1er bouquet DR4 : début récolte du 4ème bouquet DR9 : début récolte du 9ème bouquet R16 : récolte du 16ème bouquet Durée en jours 30 90 60 60 240 N 8 55 28 9 100 % P2O5 12 63 17 8 100 % K2O 8 57 26 9 100 % CaO 8 47 26 19 100 % MgO 7 39 32 22 100% Dans les conditions de production qui ont abouti aux résultats présentés au tableau 15.CHAPITRE 6 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Rythme des apports nutritifs : Ce rythme a été défini en fonction de la cinétique d‟absorption des éléments minéraux par la plante. La fréquence quotidienne des apports est la plus utilisée. 3 bien que des concentrations allant jusqu‟à 250 kg/m sont possibles avec les engrais très solubles. Les données du tableau 15 est un exemple d‟illustration de cette cinétique.

ou encore 204 mm d‟eau dans un profil de sol de 1 m de profondeur . La réserve utile (RU) du sol est de (204 – 88) = 116 mm par 1 m de profondeur.46 g/ cm3 Dans ces conditions.4 mm/ 10 cm de profondeur. De même.8 mm/10 cm de profondeur. Avec:       Application numérique :         Cas d‟un sol de type limoneux . HCC = 14 x 1. PHS : ce pourcentage résulte des propriétés du système d‟irrigation . les éléments sont représentés selon les mêmes proportions.CHAPITRE 6 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre DNM = dose nette maximale (mm) . Les paramètres de cette formule forment un ensemble constitué de plusieurs composantes :     (HCC – HPFP) : réserve utile donc fonction des propriétés du sol .5= 4. Si l‟on considère que l‟irrigation devrait intervenir lorsque 15 % environ de la RU sont entamés (f= 0. on définit la dose nette maximum (DNM) comme suit : DNM = f x (HCC – HPFP) x Z x PHS% Soit : DNM= 0. f : ce coefficient traduit la volonté du gestionnaire de l‟irrigation. La culture de tomate en hors sol a été à la base de détermination des équilibres ioniques de la solution nutritive (tableau 16). c‟est-à-dire.33. 8.5 x 0. soit 88 mm d‟eau dans un profil de sol de 1 m de profondeur . Par ailleurs et sur la base des proportions des éléments nutritifs absorbés naturellement par la plante.15). Humidité à la capacité au champ (HCC) : 14 % en poids Humidité au point de flétrissement permanent (HPFP): 6 % en poids Densité apparente (Da) du sol : 1.15 x (204 – 88) x 0.25 est compatible avec la gestion du goutte-à-goutte: cela signifie que l‟irrigation est déclenchée lorsque 25% à peine de la réserve en eau utile du sol sont entamés. HCC = humidité à la capacité au champ du sol (mm/m de profondeur) HPF P= humidité au point du flétrissement permanent (mm/m de profondeur) Z = profondeur d‟enracinement du sol (m) PHS= pourcentage effectivement humidifié du sol Les valeurs de f dépendent du gestionnaire.46 = 8. La valeur de 0.5 m). elles doivent être. 58 .4 % en volume. Z : la profondeur est une propriété de la plante . que le maximum des racines est concentré dans les premiers 50 cm de profondeur (Z= 0.8 % en volume. On parle alors d‟équilibre entre éléments. la dose d‟irrigation sera apportée de façon à réserver les 10 à 15 dernières minutes de la durée totale d‟irrigation. pour rincer les canalisations. impérativement inférieures à 0. En présence de fertigation.46 = 20. le producteur tente de mettre à la disposition de cette plante une solution du sol dans laquelle. et que le pourcentage humidifié du sol est de 50 % (PHS%). soit 20. sous peine de gaspiller l‟eau par percolation profonde et d‟humidifier jusqu‟à 50 cm de profondeur. HPFP= 6 x 1.5 mm Cette hauteur d‟eau représente la dose maximale à ne pas dépasser.

35 0. Stades P à F2 F2 à F6 F6 à DR DR à FR N (mg/l) 200 220 170 190 140 150 à à à Equilibres N 1 1 1 P2O5 0. L‟utilisation de ces engrais ne peut se concevoir sans la connaissance de leur composition en éléments nutritifs.65 0.2 1.65 0. Les principaux engrais utilisés sont au nombre d‟une dizaine. le taux d‟injection à appliquer sera de : 1. Il comprend : • Des pompes doseuses hydrauliques • Des pompes doseuses électriques proportionnelles • Des injecteurs de type Venturi • De simples dilueurs fonctionnant en « by pass » Le rapport entre la solution-mère et la solution-fille s‟appelle taux d‟injection ®. les autres éléments sont déduits automatiquement. de leur degré de solubilité. DR= début des récoltes . le taux de dilution est l‟inverse du taux d‟injection. le nitrate de potassium. Par définition. de leur compatibilité à être mélangés ou non entre eux. soit en termes de volumes : 𝑟 = Concetration solution − fille Volume solution − fille = Concentration solution − mère Volume solution − mère Si. Connaissant la concentration de l‟azote. le nitrate de chaux et le sulfate de magnésium.6 2. il sera de : 𝑟 = 59 . le phosphate mono-ammonique (MAP).2 0.25 0.65 K2O 1.20 100 à 1 0.25 150 Légende : P= plantation . en plus des oligo-éléments. La solution nutritive est confectionnée par une série de règles de trois.65 1. soit en termes de concentrations.8 1. Le matériel d‟injection rencontré est varié. Les engrais sont d‟abord solubilisés dans un ou plusieurs bacs.2 1.CHAPITRE 6 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 16 : Equilibres ioniques de la tomate conduite en hors sol selon les différents stades de croissances de la culture. Dans ce cas-ci.7 g/l.0 CaO 1. par exemple.4 1. moyennant la connaissance de la proportion de chaque élément par rapport à l‟azote. l‟urée. le calcul nous donne une concentration de solution mère de 180 g/l et que la concentration de la solution-fille étant fixée à 1. Les solutions d‟acide nitrique ou phosphorique sont également utilisées. F2= floraison du second bouquet . pour être débitée au niveau du goutteur sous forme de solution-fille. celui-ci étant pris arbitrairement égal à 1. de leur degré de salinisation (les engrais sont dans leur majorité des sels). Celle-ci sera ensuite diluée après son injection dans le réseau d‟irrigation.009 = 9 ‰ 180 Un volume de 9 l de la solution concentrée (solution-mère) sera injectée dans 1000 l d‟eau d‟irrigation. FR= fin des récoltes. Mise en œuvre de la technique de fertigation : Cette étape suppose un bon maniement des engrais et des instruments utilisés en fertigation.0 MgO 0. simples tels que le fer chélaté ou en solutions commerciales contenant plusieurs micro-éléments. F6= floraison du sixième bouquet . sous forme de solution-mère. parmi lesquels on trouve l‟ammonitrate. le sulfate de potassium.7 = 0. et enfin.

825 g/l Concentration solution −fille +(0.85 3 Alors : 𝐸𝐶 𝑓𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒 𝑑é𝑠𝑖𝑟é𝑒 = 𝐸𝐶 𝑓𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒 𝑑é𝑠𝑖𝑟é𝑒 = 0. afin d‟atteindre l‟EC désirée. la concentration de la solution-fille sera égale à : (2.07 mS/cm 0. Les valeurs-seuils les plus communément contrôlées au cours du cycle de culture de la tomate sont : ► o o o ► EC solution-fille: Début de culture : EC =1. Exemple chiffré : o o o Concentration Solution-mère = 165 kg/m = 165 g/l Taux d‟injection = 5 ‰ et EC initiale = 1. si la conductivité électrique désirée au niveau du goutteur est mmhos/cm et que la conductivité électrique initiale de l‟eau d‟irrigation est EC mmhos/cm.935 = 2.8 mS/cm.02 g/l EC désirée eau d‟irrigation = 2. la concentration de la solution-fille a été déjà déduite à partir du calcul de la concentration de la solution-mère et du taux d‟injection. Si 3 le débit dans le réseau est de 25 m /heure. au contraire. le débit injecté sera de : 𝑑é𝑏𝑖𝑡 𝑖𝑛𝑗𝑒𝑐𝑡é = 25000 × 0.5 à 1.5 à 3 mS/cm Fin de culture: EC = 2.  Observer l‟évolution des rapports remarquables des éléments nutritifs dans le sol et dans la plante.825 + 0. L‟objectif est de :  Pouvoir contrôler à tout moment le bon déroulement de la technique. l‟on se demande quelle sera la conductivité électrique finale (solution-fille) à mesurer au niveau du goutteur.85 EC initiale ) 0.7 g/l.CHAPITRE 6 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre 𝑡𝑎𝑢𝑥 𝑑𝑒 𝑑𝑖𝑙𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛 = 1000 = 111 9 Les engrais devront être dilués 111 fois pour que la concentration de la solution –fille soit de 1.3 C‟est en fait la concentration procurée par l‟ajout d‟engrais à l‟eau.009 = 225 𝑙/𝑕𝑒𝑢𝑟𝑒 Contrôle de la fertigation : il s‟agit de faire le suivi régulier de la technique.85 A titre d‟exemple.5 = 1. Pleine croissance et production: EC = 2.005 = 0.5 à 1.8 mS/cm EC drainat: 2 à 5 mS/cm La relation moyenne liant la masse des engrais (g/l) à la conductivité électrique (EC) résultante est la suivante : Concentration Solution-fille = (EC finale désirée – EC initiale eau ) x 0.3) x 0.  Disposer de références pour pouvoir comparer et ajuster si nécessaire. Si.85 = 1.85 60 .5 – 1.1 mS/cm Donc : Concentration Solution-fille = 165 x 0. par des mesures ponctuelles de la conductivité électrique (EC) de la solution-fille et des solutions drainées.

imperméabilité et manque d‟aération) . Mg Cu . Tableau 17 : Relations ioniques d’inhibition de certains éléments ioniques en excès Eléments en excès Eléments inhibés N NH4 K Ca . Suivi des rapports ioniques remarquables : Le suivi rigoureux de l‟alimentation de plante impose le contrôle des rapports entre certains ions et qui sont de nature antagoniste ou synergique. 61 . B Mg Na Mn Fe Zn Ca Ca . le seuil de 1% dans les feuilles est considéré comme toxique . Fe Cu Mn . Fe . Cu K P Ca N . Fe : Mo Les principales tendances observées chez la tomate sont synthétisées comme suit :  L‟excès de chlore provoque l‟inhibition de l‟absorption de l‟azote . Il favorise de ce fait la carence induite en calcium et provoque l‟apparition de la ″ Pourriture apicale ″ sur les fruits de tomate . Mg Fe .  L‟excès de Mg diminue le prélèvement de Ca et provoque l‟apparition de symptômes identiques à un déficit de Ca causé par un excès de SO 4 (pourriture apicale) .  L‟excès de Na peut causer une déficience en Ca et provoquer des conditions physiques défavorables dans le sol (défloculation des argiles.  Une salinité croissante due à NaCl de 20 à 100 méq. surtout lorsqu‟ils sont en excès.  Le rendement de tomate décroit de 10 % pour chaque accroissement de 1. moyennant une marge acceptable d‟erreur.00 ppm .  L‟excès de SO4 favorise l‟absorption de Na et diminue celle de Ca.5 mmhos/cm de la salinité./l accroit l‟absorption de fer et de zinc mais diminue la production de matière sèche totale. Le tableau 17 résume l‟effet de certains ions sur d‟autres. Mo Mn Mn . la tomate est moyennement tolérants au bore dans l‟eau d‟irrigation au seuil de 2.CHAPITRE 6 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre C‟est la conductivité électrique que le gérant devrait obtenir au niveau du goutteur. à partir de 2. Ca .0 mmhos/cm dans l‟extrait saturé du sol.  Le bore peut être toxique à des concentrations juste supérieures par rapport à l‟optimum.  La tomate est moyennement tolérante au pourcentage de sodium échangeable (ESP) à des valeurs comprises entre 20 et 40% . - Pour l‟ion sulfate (SO4 ). K . B Mg .

importance et méthode de lutte mise en œuvre par les producteurs 7.1 Caractéristiques : Cette maladie cryptogamique à caractère épidémique est causée par Phytophthora infestans. pourrait également perturber les relations prédateur-proie qui. normalement. Elle s‟attaque aussi bien aux feuilles. les inondations. qui est l’un des 10 pays qui seront les plus touchés par les conséquences du réchauffement climatique. Toute augmentation de la fréquence ou la gravité des événements météorologiques extrêmes.1 Maladies a. tiges et fruits engendrant ainsi sur feuilles taches brunes se desséchant en son centre.1 Introduction Les changements climatiques que connait le Maroc. irrégulièrement bosselées en surface (photo 22).2 Principaux problèmes phytosanitaires dans les régions étudiées. les vagues de chaleur. tels que la sécheresse. 7. Photo 22 : attaque de mildiou sur tige feuilles et fruits 62 . les orages. auront sans doute un effet sur les parasites et maladies des plantes de la même façon qu'elle affecte des agents de maladies infectieuses de l‟homme. En d'autres termes. Elle se conserve dans le sol et se dissémine par le vent et la pluie.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre CHAPITRE 7: Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mises en œuvre 7. régulent les populations de ravageurs. l‟éventail de maladies et de ravageurs attachés à la culture de tomate peut s‟élargir et de nouvelles combinaisons de ravageurs et de maladies peuvent apparaître de manière non prévisible à certaines époques de l‟année face à des températures et des profils de précipitations inhabituels. L'effet du climat sur les maladies et ravageurs peut s‟ajouter à l'effet d'autres facteurs tels que l'usage intensif des pesticides et la perte de biodiversité peuvent contribuer déjà à la résurgence de certaines épidémies de maladies et de ravageurs. huileuse et livide à sa périphérie alors que sur fruits il y‟a formation de taches brunes marbrées. Mildiou a. La contamination a lieu en présence d‟eau libre et des températures comprises entre 18 et 22 °C.2.

La lutte repose essentiellement sur l‟usage des pesticides. Alors qu‟on note une absence de stratégie basée sur la prise en considération du mode d‟action biochimique des produits (tableau 19) sachant que ce champignon développe facilement une résistance 63 . une cinquantaine de spécialités commerciales de produits fongicides anti mildiou sont homologuée sur tomate (tableau 18). Concernant le type de produits utilisés. A ce propos on distingue deux catégories de producteurs. Donc le développement ou l‟explosion de la maladie reste tributaires des conditions climatiques qui y règnent. les producteurs font bien la différence entre les produits anti mildiou de contact et les produits systémiques .D‟ailleurs cette caractéristique du produit est bien mentionnée sur l‟emballage. Et puis une deuxième catégorie qui n‟intervient qu‟une fois que la maladie a été repérée sur la parcelle et l‟intervention se fait par des produits systémiques. la pomme de terre est conduite selon deux cycles dans l‟année . on suppose que l‟inoculum primaire de la maladie ne connaisse pas une régression hivernale. C‟est ainsi que dans le Gharb et le loukkos . la coexistence des deux systèmes de culture de tomate de plein champ et sous abri serre suppose l‟existence en permanence d‟une source de contamination (tomate sur pieds ou débris de culture). Ceci montre que l‟inoculum primaire peut être important à l‟installation de tomate de plein champ dans ces régions. on commence à assister à la percée de cette maladie à des périodes inhabituelles cas de cette campagne ci de 2010 ou de forte attaques de mildiou ont été enregistrées dans la région de Si Alla Tazi . Une première catégorie qui lutte préventivement et à intervalle régulier (une fois tous les 15 jours) contre le mildiou depuis l‟installation de la culture par des produits de contact à base de cuivre ou de mancozèbe et à l‟apparition des premiers foyers de la maladie on intervient par des produits systémiques.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre a. plusieurs milliers d‟hectare sont emblavés chaque année en pomme de terre . Alors que le choix des produits contenant au moins une matière active systémique repose essentiellement sur le cout et la performance du produit selon les observations fortuites effectuées par le producteur après usage du produit. De même la notion de délai d‟avant récolte est présent dans l‟esprit des producteurs. sablo-limoneux ou argileux .2 Importance du mildiou sur tomate dans les zones étudiées A coté de son caractère épidémique et son aptitude à attaquer aussi la pomme de terre. Seulement depuis avec les changements climatiques que connait le Maroc et avec ces vagues de chaleurs et d‟orages . selon qu‟il s‟agit d‟un sol sableux.3 Méthodes mises en œuvre par les producteurs pour lutter contre le mildiou: Il faut noter que les producteurs n‟accordent que très peu d‟intérêt aux soins culturaux (élimination des premières plantes malades. Cette stratégie est largement adoptée à Doukkala Abda pour la tomate palissée de plein champ ce qui justifie le contrôle quasi-totale de la maladie. Eliminer les débris des végétaux en cours de culture et à la fin de saison…etc. En effet dans la région du Gharb et Loukkos . Aussi dans ce cas l‟infection reste tributaire essentiellement des conditions climatiques surtout pour la tomate de plein champs. Si slimane et Sidi Kacem ( Région Gharb) et Laouara ( Loukkos) Dans la région de Doukkala Abda (particulièrement Oualidia). Mais souvent on assiste dans ces deux régions à la résurgence d‟attaque forte de maladie de manière inattendue surtout en dehors de la période à risque qui coïncide normalement avec la période des plantations précoces (Mars-Avril) Au Maroc. Comme elle peut être pratiqué sur les sols « Tirs » de Mars à juillet. Il y‟a quelques années on parlait dans ces régions de période à risque pour le mildiou et qui coïncidait avec la période des premières plantations entre mars et avril et qui peuvent coïncider avec des périodes pluvieuses. Un premier cycle du mois d‟Aout à fin octobre ou du début décembre à mi janvier. a. Cette façon d‟opérer est de pratique courante chez les producteurs de tomate industrielle dans le Gharb et le loukkos qui tendent à minimiser les couts de production.).

Cuprene 50. Agroneb 80 . Nespore 80 PM. Copernico 50 WP. bouillie de bordelaise . Mancofil. Bouillie de Bordelaise Valles Bleue. Nemispray. Parcos. . Cuprenox 50 Bleu. Cobox. Cristo Mz 80 . Dithane M45 . Helcozeb. Coprolux Bleu. Revus Mz 85 WG. Mosum 75 WDG.3 7 64 . Manefol. Agrezate . Oxycure. Uthane méthiram de zinc Propinebe Cuivre + mancozebe cuivre + manebe Chlorothalonil Méfenoxam + Chlorothalonil Polyram DF Antracol 70 WP Cupertine M. Fongicuivre.4 L/hl 450 g/hl 200 cc/hl 200 cc/hl 3-15 15 7 15 3 7 -3. .2 Kg /hl 250 à 300 g /hl 20 15 15 15 15 3 Dose recommandée 250 g/hl 300 g/hl Délai d’avant récolte (DAR) 7 jours 30 15 Mancozebe 200 g/hl Contact Contact Contact Contact Contact Contact Systémique + contact 2 Kg /hl 200 g/hl 250 g/hl O.Bleue Cuprofix Banko 500. Manfill. Nemispor 80 . Maneb 80. Cuivrol 50%. 2010) Matière active Folpel captane Hydroxyde de cuivre spécialités commerciales Foltax 50 WP Merjan Blue Shield WP. Pasta Caffaro Oxychlorure tetracuivrique Oxyde de cuivre sulfate de cuivre Alfacuivre Chem copp 50 Bordeaux de Caffaro. triziman. champion. Suprcoloss Covax M. Straman 80. Helmoxy 50 WP. Cuprenox Flox 52.5 L/hl 600 g/hl 500 g/hl 1. Turbo ZM. chlortosip.5 SC Mode de transport dans la plante Contact Contact Contact 500 g/hl Contact Contact Contact Contact Contact Contact 0. Unizeb.. Oxypar 50.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 18 : Caractéristiques des fongicides antimildious homologués sur tomate (Index phytosanitaire Maroc. Oxycuivre. Mandane. Basaneb. Trimangol 80 % 80.Managri. Coprantol bleu . Superoxyde FLO. Copas. Oxycupron. Mancothane 80 . . Daconil 720 SC Folio Gold 537.. Hidrocob 77.

Macc.8 Kg /hl 1. Curzate. Milsan. Fungomil 72 WP.Al Fénamidone + mancozebe Iprovalicarbe + cuivre Propamocarbe hydrochloride + chlorothalonil Propamocarbe hydrochloride + Fluopicolide Zoxamide + Mancozebe Cupertine Super.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 18 : Caractéristiques des fongicides anti-mildious homologués sur tomate (suite) Mode de transport dans la plante Délai d’avant récolte ( DAR) jours Matière active spécialités commerciales Dose recommandée cymoxanil + cuivre cymoxanil + famoxadone cymoxanil + Mancozebe cymoxanil + Propinèbe Famoxadone + mancozebe Fénamidone + foséthyl . 30 15 3 0.Cymal Equation pro Drago.15 .5 kg/hl 14 7 7 14 2. Antracol combi Clip Verita Flash Sereno Melody Compact 49 WG Systémique + contact 15 5 à 6 Kg/hl 400 g /hl 15 3 .5 L/hl Systémique + contact Systémique + contact Systémique + contact 300g/hl 200 g/hl Systémique + contact Systémique + contact Systémique + contact Systémique +systémique 1 Kg/hl 250 g/hl Tatoo C 3 150 CC/hl Volare Electis 75 WG Systémique + contact 150 g/hl 3 65 .

Al phosphonate oxazolidine diones Fénamidone +mancozebe +dithicarbamates A1: RNA polymeraseI inconnu+multisite inconnu (1)+ C3: complexe III: cytochrome bc1 ( ubiquinol oxydase)au site Qo ( (cyb gene) inconnu (1)+ multisite inconnu (1)+ multisite C3: complexe III: cytochrome bc1( ubiquinol oxydase)au site Qo ( (cyb gene) + multisite C3: complexe III: cytochrome bc1( ubiquinol oxydase)au site Qo ( (cyb gene) + inconnu C3: complexe III: cytochrome bc1( ubiquinol oxydase)au site Qo ( (cyb gene)(1)+ multisite (2) 4 27+M1 27+11 27+M3 27+M3 11+M3 11+33 11+M3 66 .CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 19 : Mode d‟action biochimique des anti-mildiou homologués sur tomate au Maroc Matière active captane Hydroxyde de cuivre Oxychlorure tetracuivrique Oxyde de cuivre sulfate de cuivre Cuivre + mancozebe cuivre + manebe Chlorothalonil Chlorothalonil +Méfenoxam ( MetalaxylM) groupe chimique phtalmides inorganiques inorganiques inorganiques inorganiques inorganiques + dithicarbamates inorganiques + dithicarbamates chloronitriles mode d'action biochimique multisite multisite multisite multisite multisite multisite multisite multisite inhibition de la synthèse des acides nucleiques inconnu (1)+multisite (2) inconnu (1)+ C: respiration (2) inconnu (1)+ multisite inconnu (1)+ multisite C: respiration (2)+multisite C: respiration (2)+ inconnu C: respiration (1)+multisite (2) Site cible et code multisite multisite multisite multisite multisite multisite multisite multisite FRAC code M4 M1 M1 M1 M1 M1+M3 M1+M3 M5 chloronitriles + acylalanines Cyanoacetamide-oxime + cymoxanil (1) + cuivre (2) inorganique cymoxanil (1) + cyanoacetamide-oxime (1) + famoxadone (2) oxazolidine diones (2) cyanoacetamide-oxime cymoxanil + Mancozebe +dithiocarbamates cyanoacetamide-oxime cymoxanil + Propinèbe +dithicarbamates oxazolidine diones Famoxadone + mancozebe +dithicarbamates oxazolidine diones + Fénamidone +foséthyl .

CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Folpel phtalmides multisite multisite M4 Tableau 19 : Mode d’action biochimique des anti mildiou homologués sur tomate au Maroc ( suite) Matière active Iprovalicarbe(1) + cuivre (2) Mancozebe méthiram de zinc Propamocarbe hydrochloride +chlorothalonil Propinebe Zoxamide(1) + Mancozebe(2) groupe chimique valinamide carbamate (1)+inorganique (2) dithicarbamates dithicarbamates mode d'action biochimique F:Synthèse des lipides et membrane(1) + multisite (2) multisite multisite Site cible et code F5: biosynthse des phospholipides et depot dans les menbranes + multisite multisite multisite FRAC code 40+M1 M3 M3 F: biosynthese des lipides et carbamate(1)+chloronitriles (2) membrane(1) + multisite(2° dithicarbamates multisite B: mitose et division cellulaire+ toluamides (1)+chloronitriles(2) multisite F4: permeabilité de la membrane cellulaire multisite 28+M5 M3 22+M3 IRAC : fungicide resistance action committee 67 .

CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre 68 .

Dans les trois régions prospectées (Doukkala Abda .1 Importance de l’oïdium dans les régions étudiées Il semble que en plus des conditions climatiques. Photo 23 : symptômes d‟oïdium sur tomate industrielle au Gharb 69 . Elle donne naissance à des taches jaunes sur la face supérieure des feuilles et un duvet blanc à la face inférieure.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre b. cette maladie est liée à des conditions de stress hydrique des plantes. Le recours à des produits anti oïdium spécifiques (Tableau 20) peut avoir lieu surtout pour la tomate tardive qui coïncide avec la période de forte chaleur juillet Aout ou les conditions de stress hydriques peuvent avoir lieu.2 Méthodes mises en œuvre par les producteurs pour lutter contre l’oïdium : Dans tous les cas les interventions sont chimiques et à titre préventif. Cette opération qu‟on recommandait aux producteurs depuis des années semble avoir un bon effet dépressif sur la pullulation d‟acariens (tetranhyques) et permet un bon contrôle de l‟oïdium. Oïdium Cette maladie cryptogamique est causée par Leveillula taurica. Dans la région de Doukkala Abda . la quasi-totalité des producteurs de tomate effectuent des pulvérisations foliaires de soufre ( sous forme de suspension concentré à diluer dans l‟eau avant utilisation) de manière systématique tous les 15 jours ce qui explique que cette maladie n‟est pas répertoriée parmi les principales problèmes phytosanitaires de la tomate dans la région. b. Gharb et Loukkos) de la façon dont on mène la lutte qui est essentiellement préventive la maladie ne présente guère un problème . Dans la région du Gharb et le Loukkos les producteurs de tomate industrielle ont l‟habitude d‟effectuer un soufrage (Soufre sous forme de poudre à poudrer) des plantes au moment de la floraison . b. Les vielles feuilles basales sont les premières attaquées ( photo les conditions optimales de développement pour cette maladie sont une humidité relative de 50 à 70 % et une température de 20 à 25°C.

microthiol sepécial. Drexel SULFA 80W. Thiogri Bayfidan 250 EC. Sulfamu. Bayfidan 312 SC 75 cc/hl 30 cc/hl 100 cc/hl 50 cc/hl 50 à 60 cc/hl 30 cc/hl 50 cc/hl 50 cc/hl 55 cc/hl 50 cc/hl 15 0 25 cc /hl 200 g/hl 7 3 15 plein champ 3 sous serre 5 15 3 14 3 3 3 7 5 15 500g/hl 20 à 30 Kg/ha 6 Kg/ha 120g/hl 35 cc/hl 100g/hl 200g/hl 50 cc/hl 30 cc/hl 3 3 5 5 5 3 14 Matère active Azoxystrobine Bromuconazole Bupirimate carbendazime fénarimol Iminoctadine Tris Krésoxim méthyl Méptydinocap Myclobutanil Penconazole Soufre Azoxystrobine +Difeconazole 70 .Elosal .5 suffrite 80 WP Tiosol 800 Tetraconazole thiophanate methyl Triadimenol Emerald 125 Pelt 44 .Kumulus DF. Sofa 80. 2010) Délai d’avant récolte (DAR) Spécialités commerciales Dose recommandée en jours 3 Ortiva 50 cc/hl Priori top Vectra 10 SC Nimrod 25 EC Cropzim Laskor 50 Rubigan 12 EC Bellkute XP Stroby WG Agrikar Star Systhane 12 E Topas 100 EC Cosavet 200g/hl Microlus super .CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 20 : Produits anti-oïdium homologués sur tomate (index phytosanitaire Maroc. redesul 98. microthiol. Sulforon.Thiovit jet. Soufrano.

La maladie se caractérisée par des tâches brunâtres accompagnées d'un duvet grisâtre sur tige. Photo 24 : chancre sur tige du à Botrytis cinerea 71 . c.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre c. Le développement de la maladie est favorisé par une humidité relative supérieure à 90 %. Aussi l‟aération des abris serre est une pratique courante pour limiter le développement de la maladie. Ce choix est guidé. Le champignon est très polyphage . Concernant le choix des produits. Les conidies sont disséminées par l‟eau. Pourriture Grise Cette maladie est causée par Botrytis cinerea. La pourriture grise n‟a jamais été rapportée sur tomate de plein champ au Gharb et Loukkos sachant qu‟elle est l‟un des problèmes phytosanitaires majeurs du fraisier qui est largement pratiqué dans ces deux régions. il attaque de nombreuses plantes et colonise rapidement les tissus sénescents ou les organes blessés. tiges et fruits.1 Importance de la pourriture grise dans les régions étudiées La pourriture grise est répertoriée parmi les maladies les plus redoutables en culture de tomate sous serre dans la région de Doukkala Abda ou ce mode culture de tomate est relativement développé (70 ha). Le champignon peut attaquer toutes les parties de la plante. c. Plusieurs spécialités sont homologuées à cette fin sur tomate au Maroc (Tableau 21). le vent et les outils de taille … etc. Il se conserve sur les débris de végétaux malades et dans le sol sous forme de mycélium. comme dans la plupart des cas par les conseils des revendeurs ou des technico-commerciaux des différentes sociétés ou de leur représentation dans la région. des températures comprises entre 17 et 23°C et une mauvaise aération des serres. les producteurs recourent surtout à des produits spécifiques récents et qui demeurent jusqu‟ici très efficace c‟est le cas du teldor à base du fenhexamide et le switch à base cyprodinyl et Fludioxinil. par des sur nécrose des feuilles et par la pourriture molle grise sur fruit (photo 24). de l‟ébourgeonnage. Les symptômes débutent souvent à partir des blessures causées lors de l‟effeuillage. L‟interet de ces deux spécialités antibotrytis réside dans leur mode d‟action différent des produits anciennement utilisés cas des dicarboximides et carbmates (benzimidazoles et thiophanates) (Tableau22).2 Méthodes mises en œuvre par les producteurs pour lutter contre la pourriture grise La lutte contre la pourriture grise sur tomate est essentiellement chimique. feuilles.

5 WG Indar 5 EC Teldor 50 WG Nectec Aerosol Ippon 500 SC Eupareen M 50 WP mode de transport plante systémique translaminaire + contact systémique pénétrant systémique translaminaire contact Doses recommandées 50 à 60 g/hl 60 g/hl 150 cc/hl 75g/hl Pulvérisation sur chancre de la tige 80cc/hl 200g/hl Délai d’avant récolte ( DAR) en jours 15 3 20 3 3 3 72 .CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 21 : Caractéristiques des produits anti botrytis homologués sur tomate au Maroc Matière active carbendazime Cyprodinil + Fludioxinil Fenbuconazole Fenhexamide Imazalil +azaconazole Iprodione Tolyfluanide Spécialités commerciales Laskor 50 Switch 62.

CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 22 : Caractéristiques des produits anti botrytis homologués sur tomate au Maroc Matière active carbendazime Cyprodinil + Fludioxinil Fenbuconazole Fenhexamide Imazalil +azaconazole Iprodione thiophanate méthyl Tolyfluanide Trifloxystrobine groupe chimique benzimidazoles Anilinopyrimidine +Phénylpyrroles Triazole Hydroxianilides imidazoles + triazole dicarboximides thiophanates sulfamides oximino acetates mode d'action biochimique B1: assemblage de β tubiline lors de la mitose Anilinopyrimidine. la synthèse d'ADN et ARN et le métabolisme B1: assemblage de β tubuline lors de la mitose multisite C3: complexe III: cytochrome bc1( ubiquinol oxydase)au site Qo ( (cyb gene) FRAC code 1 9+12 3 17 3+3 2 1 M6 11 FRAC : fungicide resistance action committee 73 . inhibition de la synthèse d'acides aminés G1: inhibe la biosynthèse des stérols des membranes G3: inhibe la biosynthèse des stérols des mebranes G1: inhibe la biosynthèse des stérols des mebranes Effet sur les divisions cellulaire.

jaunâtre ou brune. mesure 0. les chenilles passent par 6 stades. de couleur verte. qui a fait résurgence au Loukkos. Noctuelles défoliatrices et des fruits de la tomate a. 2001) Photo 25 : dégâts d’Heliothis armigera sur fruits Aussi une autre espèce. Dans la région du Gharb. Elle est verdâtre. elles s‟alimentent des feuilles et des fruits sur lesquels on peut observer les trous d‟enter des chenilles. elle peut atteindre 4 centimètres. L‟espèce peut effectuer des déplacements importants et hiverner à l‟état de nymphes en diapause induite par les photopériodes courtes et surtout les températures inférieures à 20˚C. Les jeunes chenilles attaquent le parenchyme inférieur de feuilles. Les œufs sont striés et mesurent 0. Les vols sont essentiellement nocturnes. Cette espèce est facilement reconnaissable. 2001). Ces trous sont généralement plus larges que ceux causés par les larves de Tuta absoluta mineuse de la tomate (photo 25) . Au cours de leur développement.2 Ravageurs a.L‟adulte s‟alimente s‟accouple. les ailes antérieures présentent 2 taches blanches ovoïdes très visibles.5 mm de diamètre. Gharb et Doukkala Abda.1 Espèces de noctuelles de tomate rencontrées dans les régions étudiées L‟espèce qui est considérée comme nuisible c‟est Helicoverpa (Heliothis) armigera. Mais au terme de son développement. Les ailes de l'adulte sont brun jaunâtre chez la femelle. ornée de deux minces bandes dorsales plus sombres et flanquée de deux bandes latérales claires et sinueuses caractéristiques. plusieurs centaines à 4000 œufs durant la phase nocturne. La chenille.6 mm de diamètre. les premiers vols sont détectés à partir du moi de Mai (Chtaina et al. légèrement aplati en son sommet. à faible profondeur Il y a 5 générations annuelles chevauchantes au Maroc. gris verdâtre chez le mâle et lui confèrent une envergure d'environ 4 centimètres. et pond généralement. elle mesure 45 mm en fin de 74 . est sphérique. et c'est surtout le stade larvaire (la chenille) qu‟on peut observer. Les larves de dernier stade quittent la plante et se réfugient sous les débris végétaux ou dans le sol à 4 ou 5 cm de profondeur pour se nymphoser et qui rentre .2. Elle est peu visible à son premier stade car translucide. c‟est Chrysodeixis chalcites ou Noctuelle arpenteuse de la tomate. Le papillon a une envergure de 32 à 37 mm.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre 7. de couleur blanc crème très pâle à hyalin. Lanymphose a lieu dans le sol. L‟œuf. L‟espèce est cosmopolite et très polyphage attaquant surtout les organes fructifères des plantes mais aussi le feuillage. de mai à novembre. et ne dépasse guère 2 à 3 centimètres. qui dure 9 à 40 jours selon la température (de 35°C à 15°C). les plus âgées dévorent le feuillage (Sekkat et Ezzahiri. possède des poils rigides et seulement 3 paires des fausses pattes abdominales lui conférant cette démarche arpenteuse.

En général 4 à 5 traitements sont effectués entre avril et mi juillet mais ca peut être plus en cas de forte pression de noctuelles ou d‟échec de traitement aux yeux du producteur qui contrôle d‟habitude l‟efficacité du traitement un jour après par l‟examen de la viabilité des larves . on note qu‟ il y‟a toute une série d‟insecticides de nature et de mode d‟action biologique et biochimique divers qu‟on peut utiliser (tableau 23 et tableau 24) sauf que les producteurs n‟ont pas été préparé ou initié pour faire le bon choix par exemple selon le stade prépondérant de l‟insecte ou lors des chevauchements des générations…etc. est verdâtre. mesurant 15 mm de long. varie de 5 à 9 semaines. 2001). s‟attendent à la résurgence des noctuelles au stade floraison des plantes vers début mai pour les plantations précoces de fin mars – début avril et le choix des produits insecticides se fait selon la coexistence du problème des pucerons ou non . Les femelles ont une fécondité très élevée. déposés isolément à la face inférieure des feuilles de diverses plantes cultivées. Au point que toute l‟attention des producteurs est dirigée vers ce dernier ravageur à partir d‟avril. Dans les deux cas. enfermée dans un cocon blanc tissé et très lâche. Cette espèce est migrante dont les adultes sont à mœurs nocturnes fréquentant surtout les lieux abrités. Les dégâts sont occasionnés par les chenilles qui se nourrissent dès leur éclosion des feuilles provoquant des perforations dans les folioles. les traitements ne sont déclenchés que lorsque les premiers dégâts de noctuelles sont observés surtout sur fruits . occasionnant ainsi des galeries et des maturations prématurées des fruits. Elles poursuivent leur développement dans les fruits. les producteurs de tomate dans les trois régions étudiées ne recourent à aucune technique pour déceler les premiers vols d‟insectes ni pour suivre la fluctuation des population. Concernant la gamme de produits utilisables sur tomate. Dans la région de loukkos et le Gharb. L‟espèce évolue en plusieurs générations annuelles chevauchantes (Sekkat et ezzaahiri. Le cycle. La nymphose a lieu dans un réseau de fils souvent à l‟intérieur d‟une feuille pliée. Concernant le choix des spécialités commerciales pesticides. Aussi aucune stratégie de lutte pour éviter ou surmonter le problème de la résistance aux insecticides n‟est adopté. de l‟œuf à l‟adulte. la plupart des producteurs ont accumulés un soi disant expérience de production de tomate industrielle et par suite de tomate de plein champ (variété à croissance déterminée).CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre développement La chrysalide.2 Méthodes mises en œuvre par les producteurs pour lutter contre les noctuelles Contrairement à ce qui se passe par exemple à Souss Massa Daraa qui est la première région de production de tomate destinée à l‟exportation. il semble que la lutte contre les noctuelles a été perturbée par la résurgence d‟un ravageur plus agressif qui est la mineuse Tuta absoluta. les producteurs se référent tout d‟abord à leur expérience de la campagne précédente mais ils manifestent à chaque occasion le besoin en matières de conseils techniques sur la fertilisation et le choix des produits phytosanitaires . ou la lutte contre les noctuelles repose sur le suivi du niveau des populations d‟insectes par des techniques de piégeage. 75 . Donc la décision de déclencher un premier traitement est surtout basée sur l‟observation des dégâts sur feuilles et par la suite sur fruits. Dans la région du Doukkala Abda . de l‟ordre de 3000 à 4000 œufs. a. Une même chenille visite généralement plusieurs fruits d‟un même bouquet.

2010) Délai d’avant récolte ( DAR) en jours matière active Spécialités commerciales Dose recommandée 3 Cypermethrine Afrisect 10 .15 EW Delta 2. Xentari. . BT Gor.5 Kg/hl 1. Dipel PM. Deltaplan 25 EC.5 cc/hl 100 cc/hl 250 cc/hl 5O cc/hl 40 cc/hl 35 cc/hl 30 cc/hl 100 cc/hl 75 cc/hl 0. Bactospeine HPWP BatiK 300 cc/hl 20 cc/hl 0. Halt 5% WP. Megacyper.Deltrin 25 EC. Terak 25 EC Sherpa 10 EC Supermethrine 10 USTAAD Alpha cypermethrine Doktor K50.5 EC Lamda cyhalothrine Karate 5 EC Osmoze Warrior 10 CS Pulsar Bacillus thuringiensis MVP II.5 L/hl 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 7 3 3 3 3 ? ? ? 0-3 - 76 . .5 l/hl 600 cc /hl 40 cc/hl 20 cc/hl 12. Tarique 25 EC. Nurelle 100 EC 30 cc/hl Arrivo 25 EC Azitec 25 EC. Shardelta Decis Fluxx. Forward EC Tractor Betacypermethrine Betacylfuthrine Zeta cypermethrine Bifenthrine Déltaméthrine Akito 10 EC Bulldock 025 Fury 100 EW Sinss 100EC Del it.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 23 : produits insecticides homologués sur tomate pour lutter contre les noctuelles (Index phytosanitaire Maroc.5 L/hl 400 cc/hl 250 cc/hl 25 cc/hl 75 cc/hl 500 cc/hl 1 L/hl 1 Kg/hl 0. Fastac. Decis expert Dextra 110 Decis Protech 0.

Ultraphos Dursban 75 WG Jive Reldan 40 EC Cyperdrim 220 EC Dipterex 80 SP endosulfan 35 Prosulfan. Pyrical 480. Spendos 35 EC. Thionex 35 EC . Exocide 48 EC. Salvador 25 WP Methoxyfenozide Novaluron Spinosade Runner 240 SC Rimon 10 EC Tracer 480 SC Dose recommandée 150 cc/hl 80 g/hl 150 cc/hl 150 cc/hl 125 cc/hl 150 cc/hl 75 cc/hl 175 cc/hl 250g/hl 25 cc/hl 40 cc/hl 150 g/hl 150 à 250 cc/hl 180 à 200 cc/hl 40 cc/hl 50 cc/hl 30 cc/hl 7 3 7 3 3 serre -7 plein champ 3 3 15 3 Délai d’avant récolte ( DAR) en jours 21 21 21 15 21 7 15 15 Enamectine benzoate Indoxacarb Lufénuron Méthomyl 77 . Thiordax 35 EC Proclaim 05 SG Avaunt 150 SC Match 50 EC Jadarme 25 WP Lannate 20 L . Thiodan 35 EC.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 23 : produits insecticides homologués sur tomate pour lutter contre les noctuelles ( suite) matière active Chlorpyriphos ethyl chlorpyriphos + cypermethrine chlorpyriphos méthyl Dimethoate +cypermethrine Trichlorfon Endosulfan Spécialités commerciales Dursban 4.Vitnam 20 Lannate 25 WP.

agit au niveau du système nerveux central des insectes en perturbant les échanges sodiques ( modulateurs) 3. GABA. inhibiteurs de l'acetylcholinesterase 2. inhibiteurs de l'acetylcholinesterase 1. agit au niveau du système nerveux central des insectes en perturbant les échanges sodiques ( modulateurs) 3.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 24 : mode d‟action et classification de matières actives insecticides homologuées sur tomate pour lutter contre les noctuelles matière active Cypermethrine Alpha cypermethrine Betacypermethrine Betacylfuthrine Zeta cypermethrine Bifenthrine Déltaméthrine Lamda cyhalothrine Bacillus thuringiensis Chlorpyriphos ethyl Trichlorfon Endosulfan Enamectine benzoate Indoxacarb Lufénuron Méthomyl Methoxyfenozide Novaluron Spinosade groupe chimique Pyrethrinoides Pyrethrinoides Pyrethrinoides Pyrethrinoides Pyrethrinoides Pyrethrinoides Pyrethrinoides Pyrethrinoides microbiologique organophosphorés organophosphorés Organochlorés avermectines Indoxacarb benzoyurées carbamates diacykhydrazines benzoyurées spynosines mode d'action biochimique 3. agit au niveau du système nerveux central des insectes en perturbant les échanges sodiques ( modulateurs) 3.lyse des cellules épithéliales des intestins de l'insecte par l'insertion dans la membrane cible et la formantion de des pores 1. agit au niveau du système nerveux central des insectes en perturbant les échanges sodiques ( modulateurs) 11. inhibiteurs de l'acetylcholinesterase 18: agonistes des récepteurs ecdysone 15: inhibiteurs de la biosynthèse de la chitine 5: Activateurs au niveau des recepteurs Nicotinique Acethylcholine 15 5 IRAC code 3A 3A 3A 3A 3A 3A 3A 3A 11 1B 1B 2A 6 22A 15 1A 78 . agit au niveau du système nerveux central des insectes en perturbant les échanges sodiques ( modulateurs) 3. agit au niveau du système nerveux central des insectes en perturbant les échanges sodiques ( modulateurs) 3. agit au niveau du système nerveux central des insectes en perturbant les échanges sodiques ( modulateurs) 3. agit au niveau du système nerveux central des insectes en perturbant les échanges sodiques ( modulateurs) 3.cannal sodiul (antagoniste) Double site d'action au niveau des synapses ( Activateurs des canaux de chlorure (GABA agonistes)) paralysie rapide 22: Bloqueur au niveau du cannal sodium 15: inhibiteurs de la biosynthèse de la chitine 1.

la mineuse de la tomate. cet insecte a été signalé pour la 1 Valence) en 2006. Gharb. D'après le ministère. avant de se disséminer vers les autres régions maraîchères : Moulouya. Sa gravité réside dans son grand potentiel de dissémination et d‟infestation. "Tuta absoluta" est signalée pour la première fois en avril 2008 dans la région de Bouareg (Nador). Les dégâts dans les jeunes fruits sont sous la forme de petits trous situés sous le calice. Les galeries pourraient être confondu avec une attaque des mineuses (Liriomyza sp. sa faculté de développer une résistance aux insecticides ainsi que les dégâts provoqués sur fruits les rendant invendables et impropres à la consommation et à la transformation. Loukkos et Sous-Massa en 2008 et 2009. b. ce qui provoque la naissance et facilite l'entrée d'autres agents pathogènes. les fleurs et les fruits ( photo 26) . Doukkala-Abda. la rapidité de sa multiplication (10 à 12 générations par an). Il se développe également sur d‟autres espèces cultivées entre autres l‟aubergine. Photo 26 : dégâts de tuta absoluta sur feuilles ( à gauche) et de liriomysa spp ( à droite) 79 . Présent en Amérique du Sud depuis 1964. La larve préfère les feuilles et la formation de l'inflorescence. ère fois en Europe (Espagne. tige et fruits particulièrement sur tomate. Mineuse : Tuta absoluta Tuta absoluta est un micro lépidoptère de la famille Gelechiidae (6 à 7 mm) dont la larve provoque d‟importants dégâts sur feuilles. sont également attaqués les fruits mures. qui initialement passent inaperçues. la pomme de terre.1 Symptômes et dégâts Les principaux symptômes sont identifiés par la présence des galeries dans les feuilles et des couloirs dans les tiges. le poivron ainsi que d‟autres solanacées adventices. Il est apparu au Maroc.) Ce ravageur peut générer sur tomate des pertes en rendement pouvant aller jusqu‟à 80 à 100%.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre b. en Algérie et en Corse en 2008.

Lorsque le stade larvaire sera changé.2 Description et biologie C‟est un micro lépidoptère qui passe par quatre stades de développement.000 ha). les larves. sont de couleur gris avec des taches noires sur les ailes antérieures. de préférence à l'avers des jeunes feuilles dans les jeunes et tendres tiges et des sépales de fruits immatures. La durée de vie moyenne des femelles est de 10 à 15 jours. la réduction du rendement variait de 60 à 80% pour des plantations réalisées en Mai. La larve du quatrième stade se distingue par la tache rouge qui s'étend des ocelles jusqu‟à la marge postérieure et ils peuvent atteindre 7.   80 . La ponte des oeufs se fait dans l‟isolement. pénètre entre les deux épidermes et en consomme le contenu.7 mm de longueur.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre b. Les œufs sont ovales. et 6 à 7 jours celles des mâles. Les adultes. Les plantations précoces ont relativement échappé à la forte pullulation du ravageur enregistrée suite à la vague de chaleur de la deuxième moitié du mois de Juillet 2009.4 mm de long et 0. de couleur blanc jaunâtre et mesurent 0.2 mm de diamètre. tout en continuant avec son alimentation. Passe par quatre étapes larvaires distinctes. Lors de l'éclosion. laissant la caractéristique galerie translucide. L‟arrêt des traitements sur tomate précoce imposé par le respect du délai avant récolte de la tomate industrielle. se verra changé sa couleur du blanc au vert. d‟environ 10 mm de longueur. alors qu‟elle a atteint jusqu‟à 100% pour les plantations du mois de Juin 2009. b. en restant caché dans les feuilles. Il y a lieu de signaler que la deuxième vague de chaleur enregistrée à partir du 16 Aout 2009 a rendu la situation non maitrisable. la chenille quitte la galerie et se positionne sur une autre feuille pour trouver plus de nourriture disponible. Les femelles peuvent atteindre 40 ou plus de 200 œufs au cours de leurs vies. en particulier dans les troisième et quatrième phases. ce qui a poussé les agriculteurs à arrêter la lutte chimique devenue pratiquement inefficace. C'est au cours de ces deux dernières phases qu‟ils acquièrent une plus grande capacité de mouvement et c‟est la période pendant laquelle peuvent causer des dommages économiques considérables pour la récolte. cherche un point d'entrée dans la feuille. 2010) : Les prospections effectuées sur terrain ont permis de constater l‟importance des dégâts engendrés par ce ravageur. blanche ayant la tête de couleur obscure. pendant le jour les vols sont très réduits. d'environ 1. Les adultes sont plus actifs tôt le matin et le soir. la réduction du rendement a été légère ne dépassant pas 5%.300 ha environ). Sur tomate tardive plantée en Mai –Juin 2010 (2. La chenille.7 mm de long.3 Dégâts causés par tuta absoluta sur tomate dans la région du Gharb en 2009 (Morchid/ORMVAG. Des cas de destruction totale de la culture ont été observés chez certains agriculteurs ce qui a obligé ces derniers à abandonner complètement la culture. Cette différence d‟importance des dégâts selon la date de plantation trouvait son explication principalement par : L‟effet de la température sur la vitesse de multiplication du ravageur. Ces dégâts variaient en fonction de la date de plantation et se présentaient comme suit :   Sur tomate précoce plantée en Mars-Avril 2009 (2.

ORMVAL Profession de la tomate industrielle (Aicha et Lukkus )  Dans le cas de Doukkala Abda ONSSA. Par ailleurs. b. Aussi des procédures administratives nécessaires ont été mises en place pour l'acquisition par le producteur des outils de piégeage. Centres des Travaux d‟Ouledh‟cein et Azemmour Promulgation d'arrêtés gubernatoriaux au niveau des provinces touchées rendant obligatoire la lutte contre ce ravageur Renforcement du contrôle des pépinières de plants maraîchers. sachant que le taux subvention accordé aux capsules à phéromone est de 60% avec un plafond de 4800 dhs par unité de production.  Dans le cas du Gharb et Loukkos .2009 La moyenne d‟attaque enregistrée variait de 5 à 70% pour la tomate de plein champ.5 Actions entreprises par le Ministère d’Agriculture et la Pèche Maritime Face à l'ampleur des dégâts causés par "Tuta Absoluta". Organisation de journées de sensibilisation et d'information au profit des agriculteurs et des pépiniéristes Organisation des réunions de concertation avec les différents partenaires concernés. le département de l'Agriculture a entrepris un certain nombre d‟action pour faire face à ce fléau à savoir :    Réalisation des prospections et surveillance du ravageur par l'installation d'un réseau de piégeage (pièges à phéromones). ORMVAG.6 Méthodes de lutte mise en œuvre contre Tuta absoluta Dans le but de mettre en place une stratégie nationale efficace et durable pour la lutte contre la mineuse de la tomate Tuta absoluta.6. Loukkos et Doukkala Abda et avait pour objectif d‟inciter les producteurs à mettre en place des mesures prophylactiques en éliminant les restes des cultures qui constituent un réservoir potentiel de l'insecte. les producteurs contractants de tomate industrielle (plein champ) reçoivent sur leur demande de 25 à 40 pièges à phéromone par ha pour le piégeage en masse de tuta absoluta . ORMVAD . Engagement des sociétés industrielles Aïcha et Lukkus dans l‟encadrement des agriculteurs dans la région du Ghrab et Loukkos    b.4 Dégâts causés par tuta absoluta sur tomate dans la région du Doukkala Abda en 2008 . des mesures de lutte ont été entreprises par les services du Ministère d‟Agriculture pour limiter les dégâts. à la production nationale en tomate. ONSSA. Une campagne de sensibilisation et d'information a été lancée au niveau de toutes les régions touchées par cet insecte entre autres Gharb.1 Piégeage de tuta absoluta Dans la région du Ghrab et le loukkos là ou la majeur partie du programme de tomate de la société de Lukkus et Aicha est réalisée. Cette grande variabilité était due à la variabilité des dates de plantations. en plus d‟une avance de 10 000 dhs pour subvenir en partie aux besoins en matière de produits phytosanitaires et fertilisants. Deux types de pièges sont utilisés : . Ce sont des bassines de 30 cm de diamètre 81 . b.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre b. réduire les risques de résidus et aider les producteurs à faire face à ce ravageur. Les papillons mâles ainsi attirés se noient.pièges à eau : ce sont des récipients contenant de l‟eau au dessus desquels sont fixées des capsules de phéromones. un réseau de piégeage a été mis place en vue de suivre la dynamique de population de ce ravageur.

pièges de type Delta : ces pièges contiennent une capsule de phéromone plus une plaque engluée sur laquelle se collent les mâles ( photo 28) Ils sont positionnés à environ 1 m du sol. Les autres producteurs cultivant la tomate pour leur compte ne pratiquent pas de piégeage en masse et les plus avertis se procurent 1 à 2 pièges par parcelle juste pour déceler la présence ou l‟absence du ravageur. Ce type piège est utilisé exclusivement par les services de protection des végétaux de l‟ ONSSA au Gharb. c‟est ce type de piège qui est fourni aux producteurs contractants de tomate industrielle au Gharb et Loukkos .CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre environ remplie d‟eau + huile ou savon ou seulement d‟huile. L‟huile limite l‟évaporation et le développement d‟algues (photo 27). loukkos et Doukkala abda pour suivre la dynamique des populations de tuta absoluta par des comptages hebdomadaires des individus capturés et par des notations effectuées sur les plantes (% feuille et de fruits attaqués). Les capsules de phéromones ont une durée de vie de 4 semaines. Photo 27 : Piège à eau à phéromone fournie par la société Aicha aux producteurs contractants de tomate . Ce type de pièges est quasi absent au Doukkala Abda. La plaque engluée est remplacée dès qu‟elle commence à perdre de l‟adhérence. Voici à titre indicatif des normes se référant au nombre de captures par semaine pour évaluer le risque d‟attaque et proposer sur cette base la stratégie à adopter (Tableau 25) 82 . Il faut positionner le piège dans le sens du rang pour avoir un courant d‟air qui traverse et la capsule ne doit pas être posée verticalement (la diffusion des phéromones est meilleure si la capsule est placée à plat).

Avaunt (Indoxacarb) et dans une moindre mesure le Proclaim (Enamectine benzoate).Piégeage massif ( 25 à 40 pièges/ha) . En effet 9 matières actives ont été homologuées pour cette fin (Tableau 26). la lutte contre tuta absoluta repose essentiellement sur l‟usage d‟insecticides. L‟encadrement de proximité exercé par les techniciens de la société Lukkus et Aicha au Gharb et Loukkos explique l‟usage varié de tous les produits disponibles et plus particulièrement les produits à base de bacillus thuringiensis .Mise en place un piégeage massif (25 à 40 pièges) Risque modéré d‟attaque De 3 à 30 captures / semaine : .Envisager la nécessité de prendre des mesures plus fortes Risque élevé d‟attaque Photo 28 : réseau de piège delta à phéromone ( capsule au centre de la plaque) pour suivre l‟activité de Tuta absoluta Lutte chimique contre Tuta Absoluta Au Maroc.Un traitement tous les 10 jours Plus de 30 captures / semaine . En tout cas on utilise des produits qui n‟ont 83 .CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 25 : Niveaux de risque selon les captures de Tuta absoluta Niveaux de risque selon les captures Pas de risque d‟attaque Risque faible d‟attaque 0 captures / semaine Moins de 10 individus capturés dans le mois ou moins de 3 captures dans la semaine .Un traitement tous les 10 jours .

le seul produit qui connait la vogue c‟est l‟Avaunt (indoxacarb) . Cette stratégie permettra au moins de retarder l‟apparition de la résistance à l‟un ou l‟autre insecticide surtout que ce ravageur peut développer jusqu‟à 10 générations par an. 84 . d‟après les prospections effectuées dans la région et suite aux discussions avec certains revendeurs à Ouled Ghanem.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre pas le meme mode d‟action biochimique ( tableau 27). D‟ailleurs le cas le plus exemplatif est celui d‟un agriculteur ( enquêté en juillet 2010) qui utilise exclusivement l‟ Avaunt pour lutter contre Tuta absoluta aussi bien au niveau de la pépinière qu‟ après la transplantation à raison de 1 fois par semaine ( transplantation en mars 2010) . Au Doukkala Abda .

2010) Délai d’avant récolte ( DAR) En jours 3 3 3 3 3 7 3 3 3 Matière active Indoxacarb Bacillus thuringiensis 32 000 Ui/mg Chlorantraniliprole +abamectine ( (45+18)g/l Chlorantraniliprole Chlorfenapyr Enamectine benzoate Flubendiamide Metaflumizone 4% Allyl isocyanate + 0.42 capsacinoids Azadiractine Spécialités commerciales Avaunt 150 EC Bactospeine HPWP Voliam targo 063 SC Coragen Pirate 24 SC Proclaim 05 SG Takumi 20 WG Alverde 240 SC Dazitol Oikos Dose recommandée 25 cc/hl 1.5 kg/hl 0.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 26 : spécialités homologuées sur tomate contre Tuta absoluta ( ONSSA.5 L/ha 15 cc/hl 40 cc/hl 250g /hl 50 cc/hl 1L/hl 300 cc/hl 100cc/hl 85 .

CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 27 : mode d‟action biochimique et classification selon l‟IRAC insecticides homologuées sur tomate pour lutter contre Tuta absoluta matière active Bacillus thuringiensis 32 000 Ui/mg Chlorantraniliprole (1) +abamectine (2) ( (45+18)g/l Chlorantraniliprole Chlorfenapyr Enamectine benzoate Flubendiamide Metaflumizone 4% Allyl isocyanate + 0.42 capsacinoids Azadiractine indoxacab : groupe chimique microbiologique Diamides +avermectines Diamides mode d'action biochimique 11.lyse des cellules épithéliales des intestins de l'insecte par l'insertion dans la membrane cible et la formation de des pores modulateur des récepteurs ryanodine ( action nerf muscle) (1) + Double site d'action au niveau des synapses ( Activateurs des canaux de chlorure (GABA agonistes)) paralysie rapide (2) modulateur des récepteurs ryanodine ( action nerf muscle) Double site d'action au niveau des synapses ( Activateurs des canaux de chlorure (GABA agonistes)) paralysie rapide modulateur des récepteurs ryanodine ( action nerf muscle) 22: Bloqueur au niveau du canal sodium inconnu 22: Bloqueur au niveau du canal sodium IRAC code 11 28+6 28 Avermectines Diamides Metaflumizone Azadiractine indoxacab 6 28 22 B 22 A 86 .

il est particulièrement grave sur les petites plantes en pépinière ou à peine transplantées. ce qui entraîne le ralentissement du développement des fleurs et des fruits. (L’espèce dominant est Liriomyza trifolii) L‟ordre des Diptères renferme un ensemble de familles dont celle des Agromyzideae présente un intérêt agronomique. Les plantes âgées tolèrent mieux les attaques de ce ravageur.7 Situation de Tuta absoluta durant la campagne 2009-2010 Au Gharb. Beni mellal et Guercif dans le but d‟avoir une production précoce et échapper peut être à la pression de Tuta absoluta. Ceci a poussé la société Aicha à chercher d‟autres sites de production de tomate à Chichaoua. le niveau d‟attaque était considérable dans certaines parcelles parfois délaissées à cause des prix bas de tomate sur le marché ce qui ne justifie pas aux yeux des producteurs l‟usage d‟insecticides. La ponte s‟échelonne tout au long de la vie de la femelle. Cependant. il s‟agit de Liriomyza trifolii Kaltenbach et L. 87 . c. Autres mineuses : Liriomyza spp. la capacité de photosynthèse est réduite. qui peuvent en mourir.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre b.. Peut être aussi les conditions climatiques sont la cause de cette recrudescence de ce ravageur Au Doukkala –Abda. Ce sont des petits insectes jaunes et noirs possédant des ailes discrètes. soit 2 à 3 semaines. l‟œuf éclot au bout de 2 à 3 jours et donne naissance à une larve qui passe par 3 stades de développement. 2000). On peut observer sur la larve le tracé du tube digestif de couleur vert-noir. La durée totale de développement et d‟environ 2 semaines à 25°C et 4 semaines à 20°C. elle mesure 2 à 3 mm. les plantations de tomate ont accusées un certain retard cette année à cause des inondations qu‟à connu cette région. C‟est ainsi que 60 ha ont replantés. on a assisté à de très peu d‟attaques de ce ravageur et même il était introuvable dans certaines exploitations isolées. Cette famille renferme 2550 espèces dont les plus importants sont lyriomyza et Phytomyza en tant que ravageurs des cultures protégées. les adultes s‟accouplent. si l'infestation est forte. Elles constituent par leur polyphagie et leur potentiel biotique de redoutables ravageurs des cultures de tomate. Peu après leur émergence. En effet les premières plantations du 25 mars au 10 avril 2010 ont été toutes détruites par la grêle qui a frappé la région. Le principal dégât est dû aux larves qui minent les feuilles ( photo 29) . généralement peu visible car elles tombent au sol. Les larves sont des asticots transparents. Effectivement du moins pour ces premières plantations d‟avril et avec une utilisation intensive des pesticides. A 25°C. du haricot et de l‟aubergine (Amazouz et al. 7 à 10 jours plus tard. Deux espèces de mineuses s‟attaquent aux cultures maraichères au Maroc. perfore l‟épiderme foliaire et tombe sur le sol. Liriomyza spp. En fin de développement. bryoniae burgess. (photo 29) Méthodes de lutte mise en œuvre par les producteurs Les producteurs de tomate estiment que c‟est un ravageur relativement facile à maitriser par les traitements insecticides (Tableau 28 et tableau 29) . Elle s‟enterre à la surface et se transforme en pupe. Elles se transforment en pupes de couleur jaune à brun. puis jaunes. visibles à la face supérieure des feuilles.

Fleche. sur feuilles de tomate Tableau 28 Produits homologués contre la mineuse ( index phytosanitaire Maroc. 2010) Spécialités commerciales Délai d’avant récolte ( DAR) En jours Matière active Dose recommandée abamectine acetamipride Etofenprox Spinosade Thiocyclam hydrogène oxalate cyromezine vertimec 018 EC. Romectine.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Photo 29 : dégâts de mineuse liriomyzera spp. Valmec mospilan trebon 20 EC Tracer 480 SC Evisect S Trigard 100 SL 25 cc/hl 50g/hl 25 cc/hl 75 cc/hl 50g/hl 1 l/hl 3 3 3 3 3 3 88 .

2010) Matière active Groupe chimique Cible biochimique Double site d'action au niveau des synapses (Activateurs des canaux de chlorure (GABA agonistes)) paralysie rapide Agonistes des récepteurs de l‟acetylcholine Code IRAC abamectine acetamipride Avermectines neonicotinoides 6 4A 3.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 29 : Mode d‟action biochimique des produits homologués contre la mineuse et leur classification selon IRAC (index phytosanitaire Maroc. agit au niveau du système nerveux central des insectes en perturbant les échanges sodiques (modulateurs) Etofenprox Spinosade Thiocyclam hydrogène oxalate cyromazine Pyréthrinoides Spynocynes Analogues de nerelstoxine cyromazine Activateur allostérique du récepteur nicotinique d‟ acétnereylcholine Bloqueurs du canal du recepteur nicotinique d‟acetylcholine Perturbateur de la mue chez les diptères 3A 5 14 17 89 .

Photo 30 : Acariose bronzée sur feuilles de tomate qui prennent une coloration argentée sur les parties inférieures L‟adulte d‟ Aculops lycopersici ne mesure que 0. tiges et fruits en commençant par le bas des plantes. Méthode de lutte : L‟expérience a montré que l‟intervention chimique par des produits à base de dicofol à l‟apparition des premiers symptômes arrête la pullulation du ravageur. Leur couleur varie de jaune pale à orange. la deutochrysalide et la téléiochrysalide .et la deutonymphe.2. De l‟œuf à l‟adulte. 2003). Une température élevée et à une humidité relative basse constituent les conditions optimales de développement de cet acarien.2 Acarien rouge : Tetranychus sp d. puis se dessèchent Les fruits sont de petit calibre. 90 . d. On distingue également 3 stades de développement immobiles correspondant à des stades de mue.. la larve. les stades adultes apparaissent et la sex-ratio est approximativement de 75% de femelles et 25% de mâles (GARCIN et al. Ce ravageur . souvent négligé au début car il peut provenir de la pépinière peut prendre des proportions très larges lorsque les conditions sèches et de température élevées sévissent pendant un certain temps au point que dans certaines au Gharb on a assisté à un desséchement totale des feuilles laissant à découvert les fruits qui présentent des symptômes de coup de soleil.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre d. Les parties atteintes présentent une coloration bronzée.15 à 0. 3 stades de développement immatures mobiles. La femelle vit une vingtaine de jours en moyenne et pond 40 à 50 œufs. liégeux et craquelés en cas de forte attaque. Les feuilles jaunissent. la protochrysalide.1 Acariose bronzée : Aculops lycopersici Le ravageur s‟attaque à tous les organes de la plante : feuilles. Acariens d. (Photo 30).1 Caractéristiques On distingue pour toutes les espèces de Tetranychidae. Après ce dernier stade de mue.18 mm de long. Il se distingue des acariens tétaniques par son corps vermiforme et la présence de deux paires de pattes seulement. le cycle dure environ 7 jours à 22°C. la proto.

certains sont actifs sur les formes mobiles. La protonymphe est octapode de couleur plus foncée et plus grosse que la larve. La deutonymphe octapode plus grosse que la protonymphe. ils ont une couleur blanche ou rose hyaline.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Les œufs sont généralement pondus sur la face inférieure des feuilles. il est important de connaître les stades les plus prépondérants et d‟appliquer en conséquence la matière active ou l‟association de matières actives qui conviennent les deux types de produits (Tableau 30)..2. d.1 mm . d‟autres sur les œufs . 2001). une forme sphérique et un diamètre inférieur à 0. Aussi dans ce cas le choix doit prendre en considération le mode d‟action biochimique des produits (tableau 31) sachant que dans la pratique le phénomène de résistance a été démontré pour beaucoup de matière actives ( Chtaina . 91 . Les larves hexapodes sont transparentes puis deviennent jaunâtres avec deux taches foncées sur leur corps. A ce stade les mâles peuvent être différenciés des femelles (EL Akel et al. Après l‟éclosion.2 Méthodes de lutte mise en œuvre par les producteurs Il existe de nombreux acaricides homologués sur tomate au Maroc.En conséquence. 2007) .

adulte Stades controlés Dose recommandée 25 cc/hl 25 cc/hl 25 cc/hl 100 cc/hl 40 cc/hl 100 g/hl 100 g/hl 40 g/hl 40 cc/hl 100 g/hl 100 cc/hl 100 cc/hl 200 cc/hl 100 cc/hl 100 cc/hl 100 cc/hl 200 g/hl DAR En jour 3 3 3 30 3 21 21 21 21 21 15 15 15 15 15 15 15 Bromopropylate Cloféntézine cyhexatin Neoron 500 EC Appolo 50 SC Akabar PM 25 Pennstyl 25 WP Pennstyl 600 SC Triran Fa Triran WP Callifol Dicholtane 50 Dicolthane WP Profol Kelthane MF Rtilafol KT 22 Œufs larve adulte Acaricide agissant par contact sur les œufs et les larves . 2010) matière active abamectine Spécialités commerciales vertimec 018 EC arcatin 1. adulte Dicofol + tétradifon Larve adulte Œuf. larve 92 . adulte Larve.8 EC Romectine Larve. adulte Larve.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 30 : Acaricides homologués sur tomate au Maroc (index phytosanitaire Maroc. action translaminaire Acaricide spécifique agissant par contact sur les formes mobiles d'acariens (larves et adultes) Dicofol Larve.

larve 93 . adulte et oeuf Œuf.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tetrafol Tableau 30 : Acaricides homologués sur tomate au Maroc (suite) 200 cc/hl 15 matière active Etoxazole Fenazaquin Fenbutatin oxyde Huile de pétrole Huile de coton + Essence de girofle Propargil Propylene glycol Spiromesifen Tébufenpyrad Tétradifon Spécialités commerciales Baroque 10 SC Pride 200 SC Torque S SAF-T-SIDE Gc Mite Omite 30 WP Acaritouch Oberon 240 EC Masai Tedion Stades contrôlés Larve Formes mobiles Formes mobiles Dose recommandée 25 cc/hl 75 cc/hl 90 cc/hl 2 L/hl 1 L/hl 250 g/hl 100 cc/hl 60 cc/hl 50 g /hl 150 cc/hl DAR En jour 3 3 3 21 3 7 15 Larve et adulte Larve.

action de contact Inhibiteur de la phosphorylation oxydative ( Découplant) Inhibiteur de la phosphorylation oxydative inhibiteur de l'ATP synthase Inhibiteurs de la synthèse des lipides inhibiteur de l‟ ATP synthase mitochondrial Groupe IRAC 6 UNc 3A inconnu 10 12B UNc UNc+12d 10B 21 12B 12 C 23 12D IRAC : Insecticide Résistance Action Comittee 94 . activation dans l'organisme des tetranhyques faction inhibée par les organophosphorés et carbamates agit au niveau du système nerveux central des insectes en perturbant les échanges sodiques non systémique et à effet résiduel Action de contact avec longue activité résiduelle inhibiteur de la croissance embryonnaire inhibiteur de l' ATP synthase mitochondrial mode d'action indéterminé non systémique et action de contact Inhibiteur du transport des électrons dans les mitochondries .CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 31 : mode d‟action biochimique des acaricides homologués sur tomate et leur et classification selon l‟IRAC matière active abamectine Bifenazate Bifenthrine Bromopropylate Clofentézine cyhexatin Dicofol Dicofol + tétradifon Etoxazole Fenazaquin Fenbutatin oxyde Propargite Spiromesifen Tétradifon Groupe chimique Avermectines carbazates Pyrethrinoides de synthèse Carbinols ( Tétrazines Carbinols carbinols Carbinols + sulfone Oxazolines Quinazolines Organo-stanniques sulfites Tetronic acid sulfones mode d'action biochimique Double site d'action au niveau des synapses ( Activateurs des canaux de chlorure (GABA agonistes)) paralysie rapide Inconnu.

Méthodes mises en œuvre pour lutter contre les pucerons  Pour la tomate sous abri-serre. Macrosiphum euphorbiae ou puceron vert et rose de la pomme de terre. l‟envahissement de la culture par M. Sur tomate de plein champ. dans la région de Souss Massa les pucerons figurent parmi les principaux ravageurs et sont en grande partie responsables de l'usage inconsidéré et répété d'insecticides. la solution biologique semble être le procédé de lutte le plus approprié à envisager contre les pucerons Pour la tomate de plein champ Dans la région du Gharb et loukkos. L‟intervention se fait de plus en plus par des produits spécifiques (tableau 32) autres que les organophosphorés et carbamates car de plus en plus on assiste à des pullulations de pucerons à cause du phénomène de résistance Notons aussi que souvent des traitements insecticides dirigés contre les mouches blanches en culture de tomate de sous serre contrôlent aussi les pucerons c‟est le cas par exemple de l‟imidaclopride.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre e. ils interviennent chimiquement. carbamates et pyréthrinoïdes. L‟espèce pullule sur tomate de plein champ et se rencontre sur pomme de terre. sur tomate de plein champ et qui infeste également l‟aubergine et la pomme de terre. 1993). Cette stratégie de lutte a conduit à l'apparition de souches de résistantes aux insecticides actuellement commercialisés particulièrement les neurotoxiques. Par fortes infestations. (Sekkat et Boutaleb. En effet Myzus persicae est connue pour être capable de développer rapidement des résistances aux produits insecticides organophosphorés. les nombreuses piqûres affaiblissent considérablement les organes attaqués et peuvent causer le dépérissement de la plante entière. persicae se traduit par le flétrissement des jeunes plants. les pucerons constituent les vecteurs les plus importants des maladies à virus des plantes . Les dégâts indirects : ils sont de 2 types * Miellat et fumagine ce qui entrave les fonctions physiologiques de la plante : Respiration et assimilation chlorophyllienne. 95 . Devant de telle situation.Les dégâts directs Les pucerons sont des insectes piqueurs suceurs. 2007) Les dégâts causés par les pucerons sur tomate sont de deux types : . * Transmission de virus Parmi les insectes. les producteurs ont acquis l‟habitude d‟observer les plantes de tomate et une fois qu‟ils remarquent la présence des ailés. ils se nourrissent en prélevant d'importantes quantités de sève de leurs plantes hôtes. Deux principales espèces colonisent régulièrement les solanacées euphorbiae  Myzus persicae et Macrosiphum - Myzus persicae ou puceron vert du pêcher une espèce qui pullule principalement sur poivron (Serre et plein champ). Pucerons : Myzus persicae et Macrosiphum euphorbiae (sekkat.

Le nématode doit s'alimenter à partir de ces cellules géantes pour se développer et se reproduire. Les œufs sont déposés par les femelles adultes. 180 à 200g/hl . Ces nématodes appartenant au genre Meloidogyne.150 à 250 g/hl 75g/hl 20g/hl 20g/hl 3 15 7 3-7 3 3 3 Tableau 33 : Mode d‟action des produits homologués sur tomate contre pucerons Matière active Groupe chimique Cible biochimique Code de l’IRAC Deltamethrine Endosulfan Malathion Méthomyl Pyrimicarb pymetrozine Thiaméthoxam pyrethrinoides 2. Le juvénile migre dans la racine jusqu'à la stèle où il provoque la formation d'un site nutritionnel composé de quatre à cinq cellules modifiées appelées cellules géantes. juste au-dessus de l'extrémité. Le nombre de galles sur les racines peut être grand lorsque la densité du nématode est très élevée dans le sol (photo 31). inhibiteurs de l'acétylcholinestérase 9. Salvador 24 SL. dans une matière gélatineuse. sont des endoparasites sédentaires.150 à 250g/hl . 180 à 200 g/hl . Agonistes des récepteurs de l‟acétylcholine 2A 1B 1A 1A 9B 4A f. Salvador 25 WP. GABA. Ils sont ainsi nommés à cause des galles formées sur les racines des plantes de tomate infectées Le juvénile de deuxième stade (le stade infectieux) de cette espèce de nématodes sort de l'œuf.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 32 : produits homologués sur tomate contre pucerons (index phytosanitaire Maroc. à la surface des galles. Il repère le bout des racines où il pénètre. inhibiteurs de l'acétylcholinestérase 1. Nématodes à galles : Meloidogyne spp. Lannate 20 L. 2010) Délai d’avant récolte (DAR) en jours Matière active Spécialités commerciales Dose recommandée Deltamethrine Endosulfan Malathion Del IT Endosulfan 35 Malathion 50 Jadarme 25 WP. Pirimor 50 DG Chess 50 WG Actara 25 WG Méthomyl Pyrimicarb pymetrozine Thiaméthoxam 30 cc/hl 175 cc/hl 200 cc/hl 150g/hl . 150 à 250 g/hl . inhibiteurs de l'acétylcholinestérase 1. bloqueur sélectif de la nutrition des homoptères 4. Lannate 25 WP.canal sodium (antagoniste) organochlorés Organophosphorés carbamates carbamates pymetrozine neonecotinoides 1. 96 . Vitnam 20.

ou d‟utilisation de nematicides fumigants en pré-plantation ou nématicides non fumigants de post plantation. Lycopersici et Pseudomonas syringue pv tomato. dans les conditions de champs. Les nématodes à galle se développent surtout dans les sols légers (sableux) et sont actifs à des températures élevées se situant entre 18 et 27 °C. Cela laisse penser que l'utilisation de ces variétés peut être limitée à des plantations de printemps lorsque les températures plus basses du sol l‟emportent. 97 . d‟autres non c‟est le cas du Graziella. des recherches antérieures ont démontré qu‟à partir d‟un certain seuil de température (>26°C) on assiste à des réductions supplémentaires dans la résistance aux nématodes à chaque augmentation de température d‟un degré au-dessus de 26°C . se faisait presque quasi totalement avec le Bromure de méthyle. Cet échec est du à la sensibilité à la température apparente du gène de résistance Mi Par exemple. la résistance a souvent échoué en raison de l'instabilité des amplitudes thermiques dans le sol.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Photo 31 : Galles sur racines de tomate causées par Meloidogyne spp. En effet ce produit est très performant et a un spectre d‟action large (nematicide. possèdent une résistance aux nématodes en plus du Fusarium oxysporum Fsp. Méthodes de lutte mise en œuvre par les producteurs pour lutter contre les nématodes La lutte contre les nématodes à galles sur tomate se fait conventionnellement au moyen de variétés résistantes ou de portes greffes résistantes. certaines possèdent une résistance contre les nématodes cas Gabriella et Madrilla . de telle sorte qu'à 33 °C les plants de tomate sont totalement vulnérables. Résistance variétale Les variétés de tomate industrielle cas de l‟ Ercole . Quant aux variétés palissées cultivées sous serre ou en plein champ. Lutte chimique contre les nematodes  Désinfection du sol Autrefois la désinfection du sol avant plantation pour beaucoup de cultures au Maroc essentiellement les « cash crops » entre autres la tomate destinée à l‟exportation. Seulement.

herbicide et insecticide) . Les matières actives différent par leur mode de transport dans la plante. Ces traitements sont dirigés essentiellement contre les nématodes qui posent problème dans les sols légers Traitements nematicides de post plantation (nematicides non-fumigant) Ces nématicides de post plantations (tableau 35) se présentent soit de granulés destinés à être épandus sur le sol ou sous forme de suspensions concentrées ( liquide) appliquées via le système d‟irrigation localisé de goutte à goutte . bananier et fleur coupée ont été éliminées. ont été mis en œuvre en vue d‟anticiper l‟élimination du bromure de méthyle dans le secteur du fraisier. Depuis. financés par l‟ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le développement Industriel). Au Maroc trois projets. Dans la région de Oualidia les producteurs utilisent soit le metam sodium soit le 1. bananier. . le traité international mis en œuvre pour protéger la couche d‟ozone.( région de souss) . 98 . l‟utilisation du bromure de méthyle est régi par le Protocole de Montréal. En plus il est caractérisé par un délai de plantation de 3 à 7 jours ce qui offre beaucoup de flexibilité aux producteurs en matière de planification des travaux de préparation du sol avant plantation. les producteurs de tomate palissée cultivée sous tunnel plastique ou en plein champ recourent d‟une part la résistante variétale (plants francs ou plants greffés) et à la désinfection du sol par l‟un des produits figurant dans le tableau. Mais depuis 1992. Ceci consistait à mettre au point des méthodes alternatives au bromure de méthyle techniquement et économiquement viables. Ces produits qui sont à l‟origine des insecticides appartiennent aux groupes des organophosphorés et carbamates qui sont tous des inhibiteurs de l‟acetylcholinestérases. fleur coupée et tomate . déjà en 2008 au lieu de la date prévue ( 2015). le bromure de méthyle a été officiellement catégorisé comme substance nuisant à la couche d‟ozone et son élimination progressive a été planifiée. Le projet tomate est en cours.3 Dichloropropène par injection via le système d‟irrigation de goutte à goutte . Seulement il faut noter depuis quelques années.3 Dichloropropène plus chloropicrine. Mais particulièrement avec les produits à base de 1.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre fongicide. Du moins jusqu‟à maintenant la totalité des quantités autrefois consommées dans le secteur du fraisier.

fongicide Nematicide : Via système d‟irrigation 50 l/ha avant goutte à goutte plantation 10l/ha après plantation Et traitement en cours de culture ? 99 .3 Dichloropropène Spécialtés commerciales Condor F Dorlone EC DD90 EC Surtout nematicide Dose recommandée 95-150l /ha 95-150l /ha 150 l/ha Mode d’application Via système d‟irrigation goutte à goutte Situation en Européenne (directive 91/414/CE a été exclu de l‟annexe1 mais sujet d‟une nouvelle soumission Situation aux USA EPA Enregistré Nematicide et fongicide 1.3 Dichloropropène + chloropicrine metam sodium telopic C35 telodrip Metham NA 51 Nemaprop Nemasol. Raison. herbicide. à coté d‟une activité insecticide et nematicide (formes libres de nématodes) nematicide Chloropicrine a été Chloropicrine exclu de l‟annexe1 mais enregistré sujet d‟une nouvelle soumission Chloropicrine a été exclu Enregistré de l‟annexe1 mais sujet d‟une nouvelle soumission a été exclu de l‟annexe1 mais sujet d‟une nouvelle soumission ? enregistré enregistré Via système d‟irrigation goutte à goutte metam potassium Tétrathiocarbonate de sodium Allyl isocyanate +capsaicinoids Nematicide . herbicide.CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 34 : Nématicides de pré.plantation homologués sur tomate et leurs caractéristiques (Index phytosanitaire Maroc. 2010) Spectre d’action Matière active 1. à coté d‟une activité insecticide et nematicide (formes libres de nématodes) Surtout fongicide. Treatsoil 51 nemaprop Duo 500 nemaprop Duo 690 Enzone Dazitol 500 kg/ha 500Kg/ha Via système d‟irrigation goutte à goutte Via système d‟irrigation goutte à goutte Surtout fongicide.

CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre 100 .

CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Tableau 35 : Produits nematicide de post plantation homologués sur tomate Matière active Spécialtés commerciales Groupe chimique Dose recommandée Mode d’application Situation en Européenne (directive 91/414/CE Situation aux USA EPA cadusafos Rugby 10 G Rugby 200 CS Organophosphorés 40kg/ha 20l/ha puis 10l/ha Epandage Injection avec l‟eau d‟irrigation goutte à goutte Injection avec l‟ eau Traitement généralisé Retiré du marché Décision 2007/416/CE enregistré Ehtoprophos Mocap 20 EC Nematostop 10 G Organophosphorés 25 +25 L/ha 80 à 200 kg /ha Inscrit dans l‟annexe 1 Décision 2007/52/EC enregistré Oxamyl Vydate 10 G vydate L Nemacur 10 G Nemacur 240 CS Carbamate Organophosphorés 50 kg/ha 50kg/ha 20l/ha Incorporation avant repiquage des plants Epandage Injection avec l‟eau Inscrit dans l‟annexe 1 Décision 2006/16/CE Inscrit dans l‟annexe 1 Décision 2006/85/CE enregistré enregistré Phenamiphos 101 .

CHAPITRE 7 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Photo 32 : Désinfection généralisée d’une serre par un produit fumigant à base de 1.3 Dichloropropène + chloropicrine 102 .

la resistance de tetranhycus urticae à certains acaricides ( Dicofol . entre autre l‟apparition du phénomène de résistance aux pesticides.( porte SAS) 103 .) 8. ‟acariose bronzée.1 Utilisation de plants sains Éliminer les plants : Souvent les plants issus des pépinières présentent déjà des attaques diverses . alternaria sp. Ces différentes variétés résistent à des degrés divers aux nematodes . fusarium sp et verticillium sp . On cite à titre d‟exemple la résistance de botrytis cinerea aux benzimidazoles et aux dicarboximides .2. 1993). les parcelles de plein champ pour supprimer les plantes refuges (tetranhyques. Cette situation qui ne date pas d‟hier a donné naissance à beaucoup de problèmes dans la pratique.2 Recommandations pratiques 8.) Cette opération est en principe dirigé vers les nematodes mais tout effet secondaire contre les insectes ou champignon sera profitable surtout par exemple pour des insectes qui passent une durée de leur vie dans le sol.3 Désinfection du sol La désinfection du sol n‟est justifiée que dans le cas ou on cultive des variétés indéterminées productives (Daniella. les producteurs se trouvent souvent dans des situations de panique surtout pour des maladies à caractère épidémique comme le mildiou ou des insectes très nuisibles tel que tuta absoluta au point qu‟on assiste à une utilisation intensive et anarchique des pesticides.2 Utilisation de variétés résistantes ou de plants greffés Utilisation de variétés résistantes : Ceci est d‟une grande importance pour la tomate de saison (plantée en Avril) ou pour la tomate industrielle car d‟une part à cette période de l‟année on ne peut s‟attendre à une cassure de la résistance variétale puisque les températures du sol sont relativement basses.) (chtaina.CHAPITRE 8 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre CHAPITRE 8 : Recommandations d’ordre pratique pour la lutte intégrée Comme la culture de tomate est sujette à des attaques de ravageurs et de maladies. 8.2.Etc. tuta absoluta …etc.5 Création de barrière physique pour empêcher l’intrusion des insectes Pour la culture de tomate sous serre : Il faut protéger les ouvertures des serres avec des filets insectproof qui empêchent l‟entrée des insectes (maille minimale : 9*6 fils/cm2).60 dirhams /kg). la résistance de Myzus persicae aux organophosphorés et carbamates (Sekkat et Boutaleb. Donc Il est fortement recommandé de bien soigner les plants à la pépinière par des traitements systématiques fongicides et insecticide/acaricide. Gabriella.).2. Graziella…etc. mineuse. tetradifon…etc.4 Nettoyage des parcelles 8. . 8. etc. Généralement comme traitement d‟assurance on recommande un trempage de plants avant transplantation.2. 2007) . Donc lorsque les conditions sont remplies la lutte biologique doit être encouragée et en plus il est recommandé d‟essayer de faire usage des produits sélectifs non nocifs pour les auxiliaires et l‟environnement.. Aussi pour la tomate industrielle on ne peut envisager de faire un traitement nematicide qui dans tous les cas n‟est pas justifié sur le plan économique aux regards des prix fixés d‟avance dans les contrats avec les producteurs (0. Désherber l‟intérieur et les alentours des serres. 8. Il est important d‟aménager un système de double porte pour que les serres soient bien isolées.2. Il va sans dire que d‟autres problèmes qui certainement passent inaperçus en l‟absence d‟un système de contrôle c‟est le cas du problème de résidus de pesticides sur les fruits de tomate destinée au locale sans parler du risque que peuvent présenter certains pesticides et pratiques phytosanitaires en matière de pollution de l‟environnement.1 La limite et les problèmes liés à la lutte chimique aveugle 8.

Photo 33 : plaques jaunes engluées pour le piégeage d’insectes Pour avoir par exemple des informations sur l‟activité des aleurodes. 8. précise et répétée pour évaluer la population des ravageurs et leurs ennemis naturels. la mineuse et quelques auxiliaires. dans certain cas.2.CHAPITRE 8 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Pour la tomate de plein champ : Il semble que le système de haies (sorgho…etc. rapide. Donc pour du moins la tomate de plein champ il faut voir tout d‟abord la faisabilité technique et tenir aussi compte de l‟aspect économique. résulte dans le fait d‟adopter une méthode de surveillance efficace. d‟éviter des traitements tout à fait inutiles. vecteur de la maladie des feuilles jaunes en cuillère de la tomate (TYLC).2. il est urgent de déclencher les traitements dés l‟observation des premières adultes. Par exemple pour la tomate sous serre à titre d‟exemple. a Bonne Identification des maladies et ravageurs et leurs ennemis naturels Il y’a lieu aussi d’initier les producteurs à connaitre les maladies et les ravageurs pour qu’ils puissent eux même évaluer le risque et prendre la décision qui s’impose. Exemple : le piégeage. Adoption d’un système de surveillance efficace Le point le plus important dans un programme de lutte intégrée utilisé à grande échelle. 8.6 Gestion phytosanitaire Une bonne identification des ravageurs et leurs auxiliaires permettra de bien choisir la stratégie d‟intervention à adopter et permettra aussi.6 Possibilité de lutte biologique sur tomate Il faut noter que la plupart de ces méthodes de lutte biologique ont été développées dans les conditions de sous serre à Agadir. s‟il s‟agit de l‟espèce Bemisia tabaci. 104 . b. on utilise les pièges jaunes qu‟on place à hauteur des plantes On peut utiliser ces pièges en grand nombre comme moyen de lutte contre la mineuse et les aleurodes.) peut limiter les infestations par tuta absoluta . en cas d‟infestation de la culture de tomate par les aleurodes.

à l'issue du développement. a raison de 76 carte / ha /semaine . Photo 34 : Cartes des deux parasites Eretmocerus eremicus et Encarsia formo Les avantages de ces deux parasites : les pupes parasitées sont bien visibles méthode d‟introduction très pratique donne de bons résultats lors des températures élevées longue durée de vie sont résistants aux pesticides meilleur parasitisme sur Bemisia tabaci donne une longue protection L'auxiliaire utilisé est Diglyphus isaea à une dose de 1000 individus par ha (0. des adultes qui iront pondre dans les œufs de la mouche blanche qui seront alors détruits.1 individu/m2) b. quelques temps après éclosent et donnent. Ces œufs. Contre la mouche mineuse 105 . au-dessous de la tête de la plante) de petites plaquettes contenant des œufs d' Encarsia formosa et Eretmocerus eremicus . Contre les aleurodes Deux parasitismes utilisé : Eretmocerus eremicus et Encarsia formo Le principe consiste à accrocher aux plants de tomates (à environ 60-90 cm.CHAPITRE 8 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre a.

Il est légèrement plus grand que sa proie (HOFFMANN et FRODSHAM. et ont en plus un trait jaune sur la patte antérieure. Quand l'infestation de mouches mineuses est faible. Phytoseiidae) Phytoseiulus persimilis est facilement reconnaissable et distinguable des autres phytoséiides car il présente un corps globuleux.. La guêpe parasite adulte vit de 10 jours (à 25°C) à 32 jours (à 20°C) et pond entre 200 et 300 œufs pendant sa vie.biobestmaroc.biobestmaroc. La population de Diglyphus isaea se développe donc plus vite qu'une population de mouches mineuses à partir de 15°C. rouge à orangé assez caractéristique (GARCIN et al. Dans le dernier stade. Phytoseiulus persimilis ( photo 36) a de longues pattes et se déplace rapidement. On reconnaît une larve prédatrice lorsque la galerie reste fine et courte et s'arrête. Quand la plupart se sont échappés.À 20°C elle tue environ 70 larves pour la consommation. 2001). Ensuite. L‟œuf ovale. La larve de Diglyphus isaea passe par trois stades larvaires. la larve se retire de la galerie pour se transformer en pupe. En piquant une larve de mouche mineuse du 2ième ou 3ième stade. c. Le premier est transparent.be) Diglyphus isaea est une guêpe parasite noire d'une taille de 2-3 mm. de couleur translucide au départ puis vire au jaune ou à l‟orange (EL AKEL et al. le deuxième jaunâtre et le dernier bleu vert.be) Mode d’application On ouvre le capuchon du tube.) peuvent etre particulièrement controlés par certaines races de phytoseillus persimilis adaptées à la pilosité marquant les plants de tomate. La Diglyphus isaea femelle cherche les larves de la mouche mineuse en tâtant une feuille ayant des galeries. Les acariens tetraniques ( tetanychus sp. 1993). la guêpe femelle la paralyse. elle a plus de difficulté à trouver les larves. La durée totale du développement est de 13 jours (à 25°C) à 33 jours (à 16°C). (www. 2003) Il évolue en cinq stades de développement. Les femelles sont un peu plus grandes que les mâles. on mette le tube quelque part verticalement de sorte que les derniers individus puissent voler dans la culture. elle pond un œuf ovale à côté de la larve de la mouche mineuse. Pour sa nourriture la femelle pique les larves du premier ou du deuxième stade larvaire et les sucent . puis on se promène dans la culture avec le tube ouvert pour laisser échapper les auxiliaires. Contre Tétranychus urticae 106 . Phytoseiulus persimilis Athias-Herniot (Acarina..CHAPITRE 8 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Photo 35 : Duglyphus isaea (www.

les nymphes et les adultes se nourrissent de tous les stades de la proie Concernant la capacité de prédation. Ceci consiste essentiellement à :  Respecter les doses et les fréquences d‟utilisation et les conditions d‟application (stades du ravageur. 2003). le développement rapide de T.. persimilis est une espèce prédatrice spécialisée qui est capable de s'alimenter quasi exclusivement sur des espèces de Tetranychus et qui est donc fortement dépendante de la présence et de la qualité des proies . la larve ne se nourrit pas. à raison d‟un prédateur pour 10 tétranyques comptés.  Le second lâcher (contrairement au premier lâcher qui est localisé) est généralisé à toute la culture. persimilis se fassent suffisamment tôt. persimilis doit être effectué sur les foyers primaires dés qu‟on repère 5 formes mobiles de tétranyques par foliole.. est activé par la température allant jusqu'à 25°C. Du fait de ses fortes relations avec ses proies. persimilis ne peut pas survivre dans les cultures en l‟absence de T. 2008) P. etc.CHAPITRE 8 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre Photo 36 : Vue à la loupe binoculaire montrant l’adulte du Phytoseiulus persimilis sur (chtaina.  8. Il sera effectué 8 à 15 jours plus tard à raison d‟un dépôt toutes les 4 à 6 plantes (HENNION et VESCHAMBRE. 2001). Il a un cycle de développement larvaire deux fois plus rapide que celui de sa proie (EL AKEL et al. urticae impose à ce que les lâchers de P. Au delà de cette valeur les mouvements sont trés limités (GARCIN et al. traitement préventif ou curatif. persimilis. P. 107 . Le P. P.2. 1997).8 Directives pour une utilisation raisonnée des pesticides L‟usage de produits chimiques doit se faire de manière raisonnée et selon de bonnes pratiques phytosanitaires. urticae) par jour . persimilis n‟entre pas en diapause.C‟est une espèce très vorace. P. délai avant récolte. persimilis présente un taux de développement très élevé pour la famille des phytoséiides et son cycle de développement dure 4 jours à des conditions des températures favorables allant de 24 à 26°C (GARCIN et al. l‟adulte peut consommer de 5 à 20 proies (un mélange de stades de T. 2003). 2003). Le déplacement de P.. 2003). Cependant. C'est la raison pour laquelle cette espèce ne peut être introduite que d‟une façon curative lorsque les proies sont présentes dans la parcelle. Les applications de P.).. persimilis Les recommandations concernant les lâchers sont : Un premier lâcher de P. persimilis exige une hygrométrie minimale de 60% pour son développement (MAZOLLIER. urticae.. (GARCIN et al.

CHAPITRE 8 Protection phytosanitaire de la tomate et méthodes de lutte mise en œuvre  Tenir compte du mode d‟action biochimique des produits ( IRAC. 108 .) surtout que la tomate occupe une très grande superficie dans ces zones.9 Limites des bonnes pratiques phytosanitaires      Niveau d‟instruction des agriculteurs pour : L‟identification des maladies et ravageurs évaluer le risque et décider d‟intervenir ou pas respecter les seuils d‟intervention le choix des pesticides et leur préparation Manque de conseillers agricoles spécialisés pouvant faire le suivi de l‟évolution des maladies et la dynamique des ravageurs dans les exploitations agricoles pour mettre en place un système d‟avertissement régional Budget limité des producteurs pour l‟achat des pièges et d‟autres moyens utilisés en lutte intégrée. Rareté de sessions d‟encadrement pour les agriculteurs leur assurant un encadrement suffisant en matière de connaissance des ravageurs. les capsules à phéromones. et d‟évolution des seuils utilisés. Mener une étude approfondie sur l‟impact de l‟usage des pesticides sur l‟environnent (eaux souterraines …etc. Présence d‟un nombre limité de sociétés commercialisant les pièges. Donc le système de subventions mis en place pour les pièges à phéromone de tuta absoluta doit s‟étendre utils de la lutta intégrée. etc.FRAC) pour éviter ou surmonter l‟apparition du phénomène de résistance des ennemis de culture aux pesticides et qui souvent poussent les agriculteurs à surdoser. Suivre l‟effet certaines matières actives insecticides sur la faune auxiliaires car souvent on assiste à la pullulation d‟un certain nombre de ravageurs reconnus comme secondaires.2. à augmenter les fréquences d‟utilisation et à utiliser des produits très toxiques aggravant ainsi la situation.. ce qui est néfaste aussi bien pour l‟environnement que pour le budget de l‟agriculteur.   8.

Personnes ressources Personnes ressources Nom et prénom El Maghraoui Abdelaziz. Benida OMAR Chouibani Mekki Akel Meryem Wadjini jamila Laftah mustapha Mouftakir meryem Bendaif Bousselham Haddioui ahmed Maicha simohamed Naji mohamed Organismes FAO Rabat FAO rabat ONSSA Rabat ONSSA Rabat ONSSA Kenitra ONSSA El Jadida ONSSA El Jadida Revendeur intrants Souk Had Mnasra Ghrab Sygenta Gharb – Loukkos Société Lukkus tomate industrielle Gharb Société univers horticole Gharb 109 .

2001. Stratégies de lutte contre tuta absoluta Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires – Rabat SIAM 2010: Journée sécurité sanitaire des produits alimentaires Meknes. . Maladies et Ravageurs de l‟arachide Identification et moyens de lutte.30 avril 2010 110 . Chouibani M.Sources Bibliographiques Sources bibliographiques  Akel M.  Sekkat et Ezzahiri B. BULLETIN MENSUEL D‟INFORMATION ET DE LIAISON DU PNTT. Novembre 2001  Stratégie de lutte contre Tuta absoluta  Mme Khadija OUARDI . .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful