You are on page 1of 3
CONTES VRAIS UN RATE D’ot: venait-il? Quelle avait été sa famille? On ne savait. Il se montrait d’ailleurs tres peu prodigue d’anecdotes et de souvenirs sur son enfance et sa jeunesse. Parfois il disait: « Quand j’étais clerc de notaire » ou bien « Quand je travaillais chez un agent de change »!. C étaient les seuls et vagues renseignements qui lui échappassent dans ses causeries. On soupgonnait aussi qu'il avaic di voyager, car il parlait de la Russie comme s'il y edt séjourné longtemps, et I'Italie, l'Espagne semblaient ne pas avoir de secrets pour lui. Une chose paraissait 4 peu prés certaine, c'est qu'il s'appelait Jacques Sorel. D’aucuns prétendent qu’autrefois il ajoutait volontiers la particule & son nom et que ses cartes de visite portaient une couronne de comte ; mais il ne s’était servi de l'une et n’avait lancé les autres que dans les restaurants, chez les demoiselles, en voyage. Le plus singulier personnage qui fit au monde, ce Jacques Sorel. Vous |’avez certainement sinon connu, au moins coudoyé. Joli homme, de manitres agréables, d’un esprit élégant et délicat, d'un trés réel talent méme. Il possédait cout ce qu'il faut pour réussir et pour arriver. Mais jusqu’alors il n’était arrivé qu’a gaspiller sa vie, on ne savait comment ; il n’avait réussi, on ignorait pourquoi, qu’a rouler 1, Mirbeau a lui aussi travaillé comme clerc de notaire et chez un agent de change. D'ailleurs, tout ce texte est une confession voilée. 423 de amis on gars, de dings dings, dns de iteeta nie | Tea pit de vis cramigues & ence, pout, et ses tes fat and elo see bene ippéte. Ls ferns ete fu — co pau bane asd dquels cine es fry ts be dn Fach some, ps cay as ~ ane pout hd pies dase eee deals press ds beset ces gs drovenens Aenemes ragibndes Jaqus Soel elie besa ppt ane eae rene, cht der digo ben pre Pent ds Spiers rene eros Soe tlie se @ plea 2 psa flrs aac cava es po ties, fasat oa oo Kensal ti wont Pc Usa ‘ts e alter veut uit re wow de pce tlle pat On foie demande wnt an ls bases Se Conia lige, un dour o ue bechre onan pique ie ciome don ibe, dun lnm, dune ont ov keds sens we sac fn il art ars le meade ob 6a fat des ros 't ener den lin put 4s Bone, of corasiae Is burgues; span dan ky fpumauc, ob pase po svor an pai ter de plane. frome, utes res cub et, en gui ws, scgus de a rguaton, do sympathies et Ia lore, Jags Se sar as eg Toba, rm Ile des dees, Dos aswel A qos caps pees sciureus ete bn en bgene eng? Du ais sb one stort id deae pager? futsal oe ftfondat ps cen put cs tas iagacas. ee nee Ponbie pry sds is * dan renee, Ean leis aces de ik, pe ele uw aia dekh oni 4 ts 1 Warren, fs ds on Ne gis fu, abt preg Fee te fan, le ve eI pose vd, ene boda! Os, parla! Cee pide ie! Jo nen qu cr mon Ma 4 ss po fin, psp tne sa he owe mon ectewe usenet.» sl peo «snes, je von aspartns erent Sen F Yous {Gers Maio ves on ho etm pub sou em Xi" oe mots cee comede ot ten” On marae ee fo oan veer ‘es Bs de aie vo je dan us Ks ise sci fone dung mes hubs et ms dative, Part Ja ‘ccm I utes eee Yous ats oa a aN cot dun omiue dbulueex ou stb gue main ‘Sees fen pe par purr scab lif ‘cu fs mani, gcse, ie thon ott "en espa on var Ce ue a heh ean poet pevcete! St , $9 tibet cM Dis, Oui! x hore Badge ps deme commander mee taps on dacus osu sat magic, comes pres cher sn cfg, vile 4 ioe si a Meet de tbl: Moe fig ts ie de dae comme vou wore Je ge | el de septs pomesey diene ane hue sept pi ss ne papa ne fue ten a ew eee nay tes eg corms ef. Orta, pt es nests eA, Spica un gard bret dere eit dapper I torment pac test els ues gut ops no ic demoyer une dipche eae Jere ue dec ns Pret tue fran, dm ka qe Fans conse no te, des fa ga eve ar he gue te pope pl ys St 6 a dour — a t Gespoirs fous ob il se bikssac des formanes, des Soacs @ de a hoe —, vasa dévlé des ceins de sa ve. I ke wip, cores bs nO vt oer sn, Voto et Fan, Ke pos! Voyo, nine un tbo cu an cimeel? Co few Jene Ie comp purane Je wi se mde ee wk {ohare je vac mie gee kr antes pour? E> ce gron tt! Japan suc de mel dae ees ns de tatu pape: le por ee tI kero cs ‘Oneahpusce ent querer? Non A Base, mes cars fen ve prem ax upc pos toma hs rds Trent Snes mieux sev mo pa ra, ese, lest omasancs spcao, us reebes? Non Sony ftyogune Alas pry emery gol eh} So tien lore meng Mies ope oe eet ‘te tpn ee, f 7 Boer ater vi an se fon eer h le Bowne Hoe flrs! on ret ene Tone eae 1 se “Tree, av chew, qn fa ot te re — ob! non Di ene ebro, me pe aor dale sis de es eats. eas des cles, Fs. Vr i oe Ske age Pilar que vous corms jes che de emit we. un fc dead a ae em, Tae aa temple pour we deniqa,pour fas jal ft des ema, (Gide thea de ce, al ple dey comes Os ‘ares. J dee, 8 voli, ij Ceti, de fe ane, deve, magn Nene paso rs ‘Gunes dec endian, me me ase ine ps Tne es jes un ue Eh bi a pent dee fan, Fel pn deur he wal gure con pa ge F te dea pas dance Ue pn i rd a i in sn PRE ie Fa pe ede un oder ‘ex. ee done chee prope oan rman coveae, Vous te saver pas ce qe de bs eon at pe de bens “Yoyereus, mon cher ani, me mone pes a cere des bouts de tie fe, a a dha enn de vengeance me seble que a Crane en fat pe san bl cen rl fa ae gare das es mes ues tous a te pet eae ee atk ar Tales ot THe de Vike Mise ies fe reate vei ten yee en eee ge a de fom scene Bee ede nen mabe cee Uy 3x is, Jags Srl bes de os plas des Aerotech eee wt ae Pt si “Sie ans auc meme dt pm de 1 ee tet. ail sat pu ee on inperan see on cetie fee erand Un des har cme I en at tex co te ech de ce ic ms ae a ene ee tua eres os I mates Vt ve ul as ‘oe Weide, Ce ore os ee ser fre! ou, ce, tI age pene on ee le a ts deve Peto Kin do ‘tow de mpage, ts dune pe vive bor de kee peupliers, avec un gros chien pour compagnon. II dormirait des journées entitres au soleil, dans I'herbe grasse, loin de tout, loin des hommes, ne pensant 2 rien, heureux et libre, ayant son pain assuré pour le reste de sa vie. Je lui souhaitai bonne chance. Tous les matins, le pauvre diable alla chez le banquier allemand, mélé dans J'antichambre, a la foule des remisiers qui le regardaient d'un ceil louche. Le financier ne parut pas le reconnaitre. Jacques subit toutes les rebuffades, tous les mépris, toutes les hontes que quelques-uns de ces heureux prodiguent parfois aux humbles et aux souffrants. Il ne se décourageait point. L'échine courbée, le visage aimable, il venait trois fois par jour présenter sa cote, attendant la chance et guettant la fortune. Un matin, le banquier leva vers lui ses yeux ternes et froids comme une pitce d'argent. — Qui donc étes-vous, monsieur ? lui demanda-t-il. — Jacques Sorel, monsieur. Vous savez bien, Jacques Sorel qui... — Ah! oui!... Eh bien, monsieur, il est inutile de revenir. Nous n’avons pas d'affaires. Jacques Sorel est mort l'autre jour a I'hépital. Personne n'a suivi Son pauvre convoi. I] s’en est allé, comme un chien, dormir, au hasard, dans Ja terre. Pas une larme, pas une fleur, pas une croix! Paris Journal, 19 juin 1882