ECOLE NATIONALE D’ADMINISTRATION ===== CYCLE DE PREPARATION AU CONCOURS D’ENTREE AU CYCLE NORMAL DE L’ENA

=====

FINANCES PUBLIQUES (Quelques éléments du Dossier Pédagogique)

Prof. Mostafa RHOMARI

SOMMAIRE

 Objectifs du dossier pédagogique  Introduction du cours  Plan détaillé du cours  Résumé du cours  Conseils méthodologiques

 Comment élaborer une dissertation en finances publiques ?  Comment faire un commentaire de texte ?  Comment présenter au mieux votre copie d’examen ?  Quelques sujets pour tester vos connaissances.  Sujets de dissertation avec propositions de plans détaillés
 Bibliographie

LES OBJECTIFS DU DOSSIER PEDAGOGIQUE : Ce dossier pédagogique* est destiné aux candidats au concours d’entrée à l’ENA (cycle préparatoire). Il a pour objectif de leur permettre :  D’acquérir les connaissances et de se familiariser avec les notions de base en matière de finances publiques ;  D’assimiler les règles de méthodologie des différents types d’épreuves : dissertation et commentaire de texte ;  De s’entraîner à tous les exercices avec des sujets accompagnés de leurs plans (donnés ici à titre d’illustration). L’intérêt de ce dossier pédagogique réside dans l’effort didactique tenté aussi bien sur le fond que sur la forme. Le fond : après avoir exposé le contenu de la loi de finances, ce dossier indique les principes de présentation et les différentes autorités intervenant dans le processus budgétaire. Celui-ci est ensuite analysé du double point de vue :  Des directions du Ministère des Finances qui en préparent et maîtrisent le déroulement ;  Du Parlement (2 chambres) qui contrôlent, amendent et votent le document budgétaire. La forme : des tableaux synoptiques résument clairement les procédures utilisées, et les pouvoirs des différents intervenants ainsi que leurs limites.
*

Ce document est inspiré de l’ouvrage de Mme Pascale Bertoni : « Finances Publiques », éd. Vuibert. 1998.

1

C’est ainsi une perspective globale qui est donnée de la préparation à l’exécution du budget en passant par la discussion parlementaire. Une démarche pragmatique et pédagogique.

2

PARTIE I : FINANCES PUBLIQUES ASPECTS THEORIQUES

3

Etant une des branches du Droit public, les Finances Publiques font appel au droit constitutionnel et droit administratif, à l’économie et aux sciences politiques. Les finances publiques regroupent :  Le droit budgétaire (règles d’exécution et de vote du budget) ;  Le droit de la comptabilité publique (les règles d’exécution des dépenses et recettes publiques) ;  Le droit fiscal (règle d’établissement, de recouvrement et de contrôle de l’impôt ; enfin  Le droit applicable à l’émission d’un emprunt.

4

INTRODUCTION Les finances publiques ont pour objet l’étude des problèmes financiers qui se posent aux personnes publiques (Etat.  L’approche politique des finances publiques. les techniques et les outils résultent notamment d’une quadruple approche : juridique.  L’approche sociologique des finances publiques . 5 . collectivités territoriales et établissements publics) ainsi que l’étude des règles juridiques qui leur sont appliquées. Les finances publiques est une discipline dont le contenu.  L’approche économique des finances publiques .  L’approche juridique des finances publiques . les procédures. sociologique et politique. économique.

6 .APPROCHE JURIDIQUE DES FINANCES PUBLIQUES : La science des finances consiste en « l’étude des moyens par lesquels l’Etat se procure les ressources nécessaires à la couverture des dépenses publiques et en repartit la charge entre tous le citoyens » ( G. Partant de cette définition. administratives. Dans ce sens. Ces règles et procédures concernent :  L’établissement du budget et l’exécution des dépenses et des recettes publiques  L’établissement et le recouvrement de l’impôt . ni problèmes économiques. la théorie financière fut essentiellement préoccupée par l’étude des règles juridiques. Jèze ). les besoins des administrations et l’utilisation des ressources. Il était l’occasion de recenser et de contrôler les dépenses. Cette approche uniquement juridique des problèmes financiers a t-elle réellement permis d ‘appréhender toute la réalité financière ? La réponse est certes négative mais d’aucuns pensent que cette critique ne paraît pas fondée car jusqu’à la première guerre mondiale . le budget permettait d’enregistrer les dépenses et les recettes de l’Etat. ou constitutionnelles auxquelles devraient se plier les activités financières de l’Etat. les finances publiques n’ont posé ni problèmes politiques. Les affinités entre les institutions financières et le régime parlementaire étaient évidentes et ne prêtaient pas à discussion.I.  La gestion de l’emprunt.

 tous les moyens de production étaient à la disposition du seul secteur privé . le budget doit se limiter à couvrir les dépenses non-productives de l’Etat. l’ordre économique ne doit pas être troublé par des initiatives étatiques.autrement dit. sécurité .  l’Etat était chargé d’exécuter les grandes fonctions d’ordre public (ordre..  du principe de la neutralité du budget. défense . La science des finances était ainsi condamnée à n’étudier que les seuls problèmes juridiques. Considéré comme improductif. Il s’agit :  du principe de la limitation des dépenses et des prélèvements publics. ils étaient pratiquement inexistants à une époque où :  les limites de l’action de l’Etat correspondaient aux doctrines libérales « rien ne devait venir troubler le libre jeu de la concurrence et les mécanismes du marché suffisaient pour ajuster l’offre à la demande » . 7 .) et les activités purement administratives.Quant aux effets économiques des finances publiques.. diplomatie. C’est la conception classique des finances publiques qui a trois principes à la base. ce dernier ne doit pas servir d’instrument d’intervention dans la vie économique ou sociale .

l’état ne doit pas dépenser ni prélever plus que le strict nécessaire. » (G. Les recettes fiscales avaient essentiellement pour objet de couvrir les dépenses. Jèze). Dès le lendemain de la première guerre mondiale. Des réactions viendront alors de deux directions le développement des idées et la succession d’une série d’événements**. La seconde guerre mondiale a donné lieu à un contexte (infrastructures détruites. Les deux sont condamnables. Elles ont fait prendre conscience du rôle que les faiblesses publiques étaient appelées à jouer dans l’économie moderne. ni excédent. La crise économique de 1929 mis en cause les conceptions économiques libérales et ses conséquences sociales (le chômage). insuffisance de capitaux privés pour reconstruire) favorable à l’intervention de l’Etat dans les domaines économiques et sociaux. l’Etat intervenant pour faire face aux difficultés économiques et monétaires. « Il y a des dépenses . Il ne doit y avoir ni déficit. En somme. Autrement dit. il faut les couvrir. du principe d’un équilibre budgétaire rigoureux entre les recettes et les dépenses. la prépondérance de l’élément juridique et l’oubli de l’élément économique ont fait la faiblesse de la conception classique des finances publiques. * Les deux guerres mondiales et la crise économique de 1929 ont accru le rôle économique de l’Etat. 8 .

Il s’est constitué une discipline nouvelle . Il s’est dégagé aussi des approches « fonctionnelles « qui définissent les finances publiques comme l’étude des « fonctions » des « activités » du « rôle ». des interventions dans le domaine économique et social ». 9 . Dalton.II.) Dès lors.. en même temps que la couverture des dépenses publiques par ressources publiques.L’APPROCHE ECONOMIQUE DES FINANCES PUBLIQUES : La conception économique des finances publiques aborde « l’étude des moyens par lesquels l’Etat cherche à réaliser. Partant de cette définition. d’un agent économique : l’Etat (Musgrave. que de nombreux auteurs considèrent comme autonome aussi bien à l’égard de la science des finances que de l’économie politique puisqu’elle étudie « l’activité économique issue des rapports de contrainte. à la conception classique s’est substituée une conception moderne des finances publiques articulée autour de l’utilisation volontaire des dépenses et des recettes publiques comme moyen d’intervention en matière économique et sociale. par contre de l’activité économique issue des rapports contractuels » (Cosciani). Cosciani Wagner. alors que l’économie politique s’occupe. l’économie financière.. Buchanan.  l’effet du prélèvement fiscal sur le comportement et l’activité des agents économiques.  l’utilisation du déficit budgétaire et rôle de l’équilibre budgétaire sur la conjoncture . les finances publiques s’intéressent alors à :  l’impact productif ou improductif des dépenses publiques .

on réduit les impôts ou l’on augmente les dépenses ou les deux simultanément . le déséquilibre ou le suréquilibre du budget sont les moyens d’une politique conjoncturelle. Les missions assignés au budget de l’Etat sont : 1. 3. De ce fait. C’est aussi le moyen de financer les activités industrielles et commerciales ( budgets annexes). La dépense publique se conçoit comme un acte d’investissement.Les caractéristiques du budget sont les suivantes :  un budget productif : les investissements réalisés pour l’Etat constituent un moteur de la croissance économique . L’Etat ne consomme pas inutile. la dépense publique ne s’analyse plus comme un simple acte de consommation c’est à dire dans une absorption de biens détruits pour satisfaire un besoin . De façon très schématique. c’est à dire une hausse excessive des prix. L’allocation des ressources : la dépense publique est le moyen pour l’Etat de prendre en charge le fonctionnement des services publics. 10 .  un déséquilibre du budget : dans un contexte économique donné. il redistribue.  s’il y a surchauffe. 2. l’Etat participe activement à l’expansion et oriente l’économie . La redistribution des revenus : par la dépense publique. La régulation de la vie économique : la dépense publique est alors utilisé comme un instrument conjoncturel. on peut dire que :  si les affaires tournent au ralenti. on fait la manœuvre contraire : des majorations fiscales et une austérité budgétaire.

11 . En considérant l’Etat uniquement comme un agent économique réduit à un simple mécanisme d’encaissements et décaissements . Cependant. En l’absence d’une conception sociologique et politique des finances publiques. cette approche des finances publiques a un pouvoir explicatif faible.L’approche des finances publiques présente l’avantage de donner un contenu économique homogène à la matière des finances publiques. défini autour de l’utilisation des deniers publics. cette approche donne une description incomplète de la réalité financière. cette approche se désintéresse des profondes transformations institutionnelles et ne prend pas en considération les faits politiques.

.

publiques sous les formes  Distribuer des revenus suivantes : aux particuliers  Les concours financiers à 13 .Limiter la pression fiscale . industriel et commercial…) Redistribution des revenus .Redistribuer une partie des revenus  Prélever des recettes à partir de quelques sources de revenus .Accorder des apports de par l’Etat (par l’acceptation d’un l’Etat aux entreprises déficit . des activités assurées par le secteur privé.Limiter les « troubles conjoncturels » par une action budgétaire  Favoriser la relance de l’économie pour contrer la récession  « Refroidir » la conjoncture pour contrer l’inflation.MISSIONS ASSIGNEES AU BUDGET DE L’ETAT Axes d’intervention Eléments de la mission Régulation de la vie économique . . Mission Objectifs visés  Affecter des dépenses à  Participer financièrement à des activités déterminées. Allocation des ressources .Assurer le perfectionnement des services publics de l’Etat  Allouer les recettes prélevées aux services publics (administratif.Distribuer par le moyen des recettes :  L’institution d’un impôt progressif sur le revenu assorti de techniques Moyens utilisés .

 L’institution d’un impôt particulier (impôt de solidarité). de surtaxation de façon plus directe vise à l’écrêtement des revenus élevés. * Subventions d’équipement pour la  Laisser les lois du marché réalisation d’opérations régler les déséquilibres déterminées. * Dotation en capital : augmentations de capital . exemples : * Subventions accordées aux organismes de sécurité sociale .Diminuer la part des réalisées par les sociétés dépenses publiques dans dont l’Etat est propriétaire l’économie afin de freiner ou actionnaire la consommation et la intégralement souscrites production pour limiter par le Trésor. mise à . allocations assistance. l’inflation et les importations. prêts) afin d’accroître la consommation et la production. déduction) redistribue les revenus des particuliers entre eux. .Limiter l’intervention de l’Etat . constatés (inflation.  Les concours financiers à titre remboursables : * Les prêts du Trésor 14 adaptées (quotient familial. titre définitif : * Subventions d’exploitation pour couvrir un déficit résultant d’une vente à prix inférieur au coût de production. .Distribuer par le moyen de la dépense :  Contribution de l’Etat pour assurer les revenus aux plus démunis.(prestations sociales) ou aux entreprises (subventions. * Pensions. dépression).

15 . * Les garanties de prêts consentis par une banque ou un établissement financier. disposition de certains services.* Les bonifications d’intérêt pour ramener le coût d’un prêt consenti par un intermédiaire financier à un coût inférieur à celui de la collecte des ressources.

EXTENSION DU ROLE DE L’ETAT & ACCROISSEMENT DE LA DEPENSE PUBLIQUE (Quelques facteurs explicatifs) Titre de la thèse ou source d’explication Facteurs d’explication La loi de Wagner (1880) En période d’industrialisation lorsque le revenu national par tête croît. la part des dépenses publiques dans le revenu croît également :  L’industrialisation et le développement économique entraînent une « complexification » de la société qui nécessitent l’accroissement de tâches d’administration générale et de protection des citoyens .  Le développement des actions dans le domaine éducatif et social : celui – ci est une résultante de l’industrialisation et un besoin d’une main – d’œuvre mieux formée…) La thèse de Peacock et  Les grands conflits et les vises Wiseman fournissent l’occasion d’augmenter les dépenses publiques (pour financer l’effort militaire) .  Après les guerres. il se produit un « effet de cliquet » qui fait que le niveau des dépenses atteint pendant la période de .

 La phase de transition (appropriations par l’Etat des moyens de production se traduit par une nouvelle extension. 17 .  Cette extension doit être suivie par un mouvement de dépérissement de l’Etat. doit être recherché par l’intervention des pouvoirs publics (au moyen du budget de l’Etat) . La thèse keynésienne  Le budget est un instrument essentiel de la politique conjoncturelle : il assure la régulation économique globale : * Dans un état d’équilibre économique caractérisé par le sous – emploi : le plein emploi. La thèse marxiste  La phase du capitalisme monopoliste est marquée par une extension des activités publiques (donc des dépenses publiques) .conflit ne redescend pas. ce dernier sera à son tour réintroduit dans le circuit économique sous forme d’investissements et de consommation . Le niveau des dépenses publiques serait en quelque sorte rentré dans les faits et accepté par les citoyens supportent une charge fiscale accrue. * L’acceptation d’un déséquilibre budgétaire revient à distribuer aux agents économiques un supplément de pouvoir d’achat .

. 18 . * L’économie se sera en définitive rapprochée de l’équilibre de plein – emploi. d’où une reprise globale de l’activité économique – et des rentrées fiscales supplémentaires pour l’Etat permettant de combler le déficit ouvert ou aggravé par la politique de relance.  L’Etat constatant une trop faible demande.L’Etat apparaissait capable de définir et d’impulser les stratégies de sorties de crise ou de maximisation des besoins et satisfactions collectifs.la croissance sera accrue et le sous – emploi diminuera . par une politique de redistribution des revenus peut agir en stimulant l’investissement par une baisse des taux d’intérêt ou par une réorientation des ressources fiscales.  Le mécanisme de multiplicateur d’investissement selon lequel l’augmentation de l’investissement entraîne accroissement des profits et des salaires d’où un accroissement des dépenses de consommation comme des recettes des producteurs lesquels voient leur production augmenter pour faire place aux nouvelles demandes. La thèse post– keynésienne (jusqu’aux années 80) (politiques de relance conjoncturelle par le moyen d’un accroissement de la dépense publique).

Von Hayck conduisant à la destruction de la liberté (1946) et de l’économie. ainsi que les dépenses publiques de  Théoriciens de l’offre façon à relancer l’investissement et et retour à une pleine l’activité économique. la libéralisation des changes et du crédit. recentrage du rôle de l’Etat. la rebudgétisation de dépenses.A.Suppression de l’impôt sur les grandes fortunes. .Application de la politique néo – marché.Diminution simultanée des impôts pesant sur les entreprises et les ménages . 19 .La thèse néo – libérale . libérale : désengagement.Condamnation de toutes les formes d’interventionnisme dont les raisons  F. et totale économie de . la liberté des prix. alignements fiscaux pour les ménages et les entreprises. la réduction du déficit. réduction des concours aux entreprises. privatisations des entreprises publiques .  Milton Friedman et économistes du « Welfare State » .

celle-ci doit devenir l’objet principal des recherches qui veulent aboutir à une compréhension des phénomènes financiers. du jeu politique des forces sociales ou administratives ainsi que du rôle économique réel ou supposé des moyens financiers utilisés..L’APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES FINANCES PUBLIQUES : La conception sociologique des finances publiques consiste en « l’étude des décisions et de leurs moyens d’exécution par lesquels des gouvernants assurent la répartition entre les groupes sociaux des charges publiques résultant de la gestion administrative et du développement économique et social de l’ensemble national ». l’expression et la résolution des conflits dans les prises de décisions...III. Partant de cette définition. Ainsi au lieu de s’intéresser uniquement à la fonction et au rôle des finances publiques. Cette conception permet d’abord la pleine réintégration du fait politique qui n’est pas dissociable du fait financier. A partir du moment où l’Etat assure une direction de l’économie qui met en cause les intérêts de tous les groupes sociaux. avec la conception sociologique. les tensions entre les groupes chargés de l’exécution ou du contrôle. on accordera plus d’importance à l’étude de l’essence de l’activité publique et des fins recherchés par cette activité 20 . les finances publiques ont essentiellement pour objet l’examen des « procédures de décision » ou d’exécution qui permettent de tenir compte à la fois des règles juridiques. on assiste à un passage d’une approche des finances publiques en termes de « fonctions » à une approche en terme de « dimensions ». En somme. Cette conception conduit à centrer les études sur l’élaboration des choix financiers.

Pour réaliser ces objectifs et de ce fait honorer ses engagements politiques. le budget est une transcription financière de la réalisation de son programme composé nécessairement d’objectifs politiques et sur lequel le parlement s’exprime et corrige l’affectation budgétaire lors du vote de la loi de finances. le gouvernement procède à une affectation des recettes à certaines dépenses. « les organiser en fonction de calculs et de raisonnements compatibles avec la conjoncture économique et sociale ». 21 . Cette conception sociologique provoque un renouvellement des méthodes d’étude des finances publiques. L’essence de cette démarche consiste à formuler les objectifs avec précision et procéder à une comparaison systématique de tous les moyens utilisables pour les atteindre. Cette essence des finances publiques est de nature sociale et de dimension collective spécifique. IV. l’action de groupes de pression à l’égard de décisions financières .L’APPROCHE POLITIQUE DES FINANCES PUBLIQUES : Il est convenu que tout choix budgétaire de l’Etat est d’abord un choix politique. Etant un outil d’action du gouvernement. citons à titre d’exemple. Il est appelé à « opérer des choix rationnels : « déterminer des priorités ». le rôle des idéologies économiques.publique. On est conduit ainsi à transposer dans le domaine financier des modèles d’études utilisés en sociologie politique . le comportement des administrations publiques . Cette démarche a donné lieu à la rationalisation des choix budgétaires.

les dépenses et les recettes d’une personne publique. ainsi que des recettes à recouvrer. Cette autorisation est donnée chaque année par le Parlement dans la loi des finances pour le budget de l’Etat. Notons que cette prévision budgétaire reste incertaine. Cette prévision est le préalable à toute possibilité d’autorisation. pour l’année à venir. VOTE. L’élaboration d’un budget va permettre de prévoir. EXECUTION ET CONTROLE DU BUDGET La notion du budget : Le budget est un document comptable traduisant un plan d’action dans le domaine financier.TITRE I : ETABLISSEMENT. élaboration et vote de la loi de finances Chapitre III : Exécution de la loi de finances Chapitre IV : Contrôle de l’exécution de la loi de finances 22 . Le caractère prévisionnel du budget : L’intérêt d’élaborer un budget est de permettre une évaluation préalable et aussi précise que possible de la nature et du montant des dépenses à effectuer. Le caractère d’autorisation du budget : Le régime financier des finances publiques est caractérisé par le principe de l’autorisation préalable. Chapitre I : Les grands principes budgétaires Chapitre II : Présentation.

23 .

l’intégralité des recettes et des dépenses doit figurer au budget.CHAPITRE I : LES PRINCIPES BUDGETAIRES Les finances publiques sont encadrées par des principes appelés « les grands principes budgétaires ». a) L’unité budgétaire : signifie qu’un seul document doit retracer les dépenses et les recettes. des budgets annexes et des comptes spéciaux du Trésor. L’objectif est de présenter une vue d’ensemble claire de la situation financière. Il en résulte deux règles importantes : la non-compensation et la non-affectation.  Ensuite. Cependant. ce qui interdit une compensation entre les recettes et les dépenses . cette règle comporte des exceptions. la spécialité. Cette règle a deux conséquences :  D’abord. l’annualité et l’équilibre. Ces principes sont : l’unité. cette règle interdit l’affectation d’une recette à une dépense particulière. Ces principes ont tous pour objectif de permettre au Parlement d’exercer un contrôle approfondi sur les finances publiques. l’universalité. b) L’universalité budgétaire : signifie que non seulement les dépenses et les recettes doivent figurer dans un seul document mais ce dernier doit contenir toutes les dépenses et toutes les recettes. 24 . Il existe en effet des budgets autonomes.

L’ensemble des impôts est destiné à financer l’ensemble des dépenses. L’autorisation d’un crédit ne porte pas seulement sur un montant mais également sur un objet. Les autorisations relatives aux dépenses sont spécialisées. les budgets annexes. 25 .  La non-affectation : il n’est pas possible d’affecter une recette particulière à telle dépense particulière. Cependant. des assouplissements ont été apportés. La non-compensation : on doit inscrire au budget toutes les recettes et toutes les dépenses pour leur montant intégral. c’est-à-dire que les crédits ne peuvent être utilisés que pour une catégorie précise de dépenses. Passé ce délai. Ce sont par exemple : les fonds de concours. Il n’est pas possible d’utiliser des crédits ou surplus de crédits pour un objet différent. c) La spécialité des crédits : Cette règle concerne la présentation. d) L’annualité budgétaire : Cette règle signifie que l’autorisation d’engager des dépenses et de percevoir des ressources humaines ne vaut que pour une année. il n’est plus possible d’engager aucune dépense ni de percevoir aucune recette si une nouvelle loi de finances ne vient donner une nouvelle autorisation. Ce principe de l’universalité budgétaire comporte des dérogations. mais surtout l’exécution des dépenses publiques. Cette règle permet la solidarité financière entre les différents services de l’Etat. Il est parfois possible au pouvoir réglementaire de virer (changer d’objet) ou de transférer des crédits (changer de destinataire). c’est la règle du produit brut.

Les assouplissements sont les autorisations de programme. il est nécessaire de prévoir une programmation budgétaire pluriannuelle. e) L’équilibre budgétaire :  Un budget est toujours en équilibre sinon cela signifierait que certaines dépenses ne seront pas payées. Dès lors que le budget est un outil d’intervention en matière économique. ce qui entamerait la confiance des créanciers de l’Etat.  Lorsqu’un budget est en déficit.  Il existe différents types d’équilibre : 26 .Le pouvoir exécutif doit en outre réaliser les autorisations budgétaires dans le cadre de l’année. cela signifie qu’il faudra recourir notamment à l’emprunt parce que les recettes fiscales ne suffisent pas. Cette division annuelle est artificielle. Cela implique en principe que les crédits non utilisés doivent être annulés. les lois de programmes et les reports de crédits. Certains équipements importants s’échelonnent sur plus d’une année. La règle de l’annualité présente cependant un certain nombre d’inconvénients. C’est pourquoi cette règle de l’annualité a été assouplie. Le problème du déficit ne s’analyse pas comme une absence de financement mais plutôt comme un problème de modalités de financement. Les cycles économiques ne sont pas annuels. cela veut simplement dire que le recours à d’autres ressources que les ressources ordinaires pour financer le déficit est nécessaire. En d’autres termes.

* L’équilibre prévisionnel (ou solde de prévision) correspond à l’équilibre ou au déficit présenté dans la loi de finances. est prise en charge par d’autres organismes. La débudgétisation est particulièrement gênante lorsqu’elle se fait au profit d’une personne publique. * L’équilibre d’exécution (ou solde d’exécution) est l’équilibre qui apparaît à la clôture de l’exercice. * L’équilibre réel et l’équilibre comptable : Pour pouvoir porter un jugement sur un budget et en particulier sur son équilibre. La pratique la plus courante et la plus inquiétante est la débudgétisation. 27 . En effet. il est nécessaire de s’assurer que les budgets que l’on compare ont le même contenu. puisqu’il ne s’agit pas vraiment d’un désengagement de l’Etat mais tout simplement d’une manipulation comptable. au lieu d’être inscrite au budget général. Cette dépense. les pouvoirs publics sont souvent tentés de masquer la réalité des déficits par manipulation comptable. Ce n’est qu’une prévision qui n’est pas toujours proche de la réalité . C’est l’équilibre d’exécution qui est important et non l’équilibre prévisionnel . Elle consiste non pas à supprimer réellement une dépense mais à en défier le mode de financement.

Reconduction de Crédits. .  C.  Politique : Facilite le contrôle parlementaire 28  Budgets autonomes. Exceptions  Report de crédits. Construction de budget : lois de finances rectificatives.  Crédits d’engagement.S. recettes de l’Etat met en vedette le doivent être volume des groupés dans un dépenses.LES PRINCIPES BUDGETAIRES Le principe L’ANNUALITE Significations Justifications Assouplissements  Retard du vote : crédits provisoires (12 mois). document unique.T.  L’autorisation et la  Technique : prévision prévision plus budgétaire sont proche de la établies pour une réalité. dépenses et des claire des finances. année.  Lois de programmes. L’UNITE  L’ensemble des  Technique : Vision  Budgets annexes.  Budgets extraordinaires.  Les autorisations de programmes.

S.S. Annexes.L’UNIVERSALIT  L’ensemble des recettes et des E recettes de l’Etat (Produit Brut.  Politique : Contrôle parlementaire.  Fonds de roulement. opérations  C.  Budgets autonomes. servent donne la priorité à spécialement à certaines dépenses couvrir toutes par rapport à dépenses. d’autres. que toutes recettes gouvernement  C. Eviter la dissimulation d’une dépense derrière une recette.  Technique : Clarté  Budgets annexes et sincérité des (coût – rendu).T. pas doivent être de contraction) intégrées dans le budget de l’Etat sans la moindre compensation.  Fonds de concours. LA SPECIALITE Règle de plus en  Le transfert de crédit d’un chapitre à un  Virement de crédit (changement de la nature de la .  Les crédits  Politique : budgétaires ne Contrôle sont pas accordées parlementaire.T. évite que le  B. budgétaires. Le 29  Fonds de concours. LA NONAFFECTATION DES RECETTES  Cette règle interdit  Fin.

30 . dépense). le vote par chapitre abandonné. ils sont spécialisés par chapitre. autre.plus abandonnée en bloc pour n’importe quel usage. Parlement examine les dépenses non par grande masse mais par des unités .

1 Les différentes catégories de lois de finances : Il existe trois catégories de loi de finances : la loi de finances de l’année. 31 .CHAPITRE II : PRESENTATION. I. C’est dans cette loi que l’on trouve les principales modifications apportées chaque année à la législation fiscale ainsi que les autorisations budgétaires accordées aux différents ministères pour l’année à venir. les lois de finances rectificatives et la loi de finances de règlement. STRUCTURE ET CONTENU DE LA LOI DE FINANCES : I. Le budget de l’Etat est l’aspect comptable de la loi de finances.  Les lois de finances rectificatives ont pour objet de modifier en cours d’année les prévisions et les autorisations effectuées dans la loi de finances initiale.  La loi de finances de l’année ou loi de finances initiale est la plus importantes. les budgets annexes et les comptes spéciaux du Trésor. ELABORATION ET VOTE DE LA LOI DE FINANCES Budget et Loi de Finances : La loi de finances détermine l’ensemble des charges et des ressources de l’Etat. Le budget de l’Etat comporte trois catégories de compte : le budget général. Il donne le détail des autorisations données globalement dans la Loi de Finances.

les perspectives et l’environnement international de l’économie nationale. Il s’agit notamment du rapport économique et financier. Elle s’inscrit dans un contexte macro-économique et sociale intégrant la situation. Celles-ci éclairent les choix gouvernementaux en matière budgétaire. II.  La seconde partie. intitulée « Moyens des services et dispositions spéciales » comporte principalement les autorisations relatives aux dépenses des différents ministères. fixe les conditions générales de l’équilibre financier. le projet de loi de finances autorise la perception des ressources publiques. 32 . Ce rapport retrace les résultats économiques connus et les perspectives à venir ainsi que l’exposé de la politique budgétaire. le Parlement évalue et vote les grandes masses de ressources et de dépenses. Dans cette première partie. La loi de finances comporte également des annexes explicatives.2 Structure de la loi de finances : La loi de finances comprend deux parties distinctes et des annexes explicatives qui détaillent les recettes et les dépenses. La loi de règlement a pour objet de constater et contrôler l’application qui a été faite de la loi de finances initiale et de ou des lois de finances rectificatives.  Dans la première partie. LA PREPARATION ECONOMIQUE DU BUDGET La préparation du budget est d’abord une préparation économique. et évalue le montant des ressources d’emprunt et de trésorerie. I.

de l’assiette imposable. campagne agricole.1.fiscales : La prévision des recettes non-fiscales tient compte des réalisations antérieures et des projets futurs de l’Etat en matière de transfert des entreprises publiques au secteur privé. taux d’inflation. échanges commerciaux. les participations de l’Etat dans différents secteurs de l’économie et les recettes d’emprunts en fonction des accords signés ou en perspective. de l’impact du prélèvement du taux de certains impôts par rapport à d’autres. II. les dividendes reçues des monopoles.1 La prévision budgétaire : La prévision budgétaire constitue donc la base d’élaboration du budget. de l’élasticité des impôts par rapport à l’activité . L’analyse porte aussi sur le niveau acceptable du déficit budgétaire et les moyens de le financer. Elle intègre également les retombées de la performance financière des entreprises publiques qui alimentent le budget de l’Etat. 33 .L’analyse de ce contexte se fait à l’aide de quelques indicateurs reflétant la situation du pays à court et moyen terme ( exemple taux de croissance . de la pression fiscale sur les entreprises. des possibilités et conditions de recouvrement. II. d’où l’intérêt de faire des évaluations aussi exactes que possible et opter pour des choix qui sont possibles à réaliser. niveau d’épargne et d’investissement. coûts du pétrole et des matières premières…). b) Les recettes non.1 La prévision des recettes publiques : a) Les recettes fiscales : La prévision des recettes fiscales tient compte de la conjoncture économique. la vente de terrain ou autres bien en capital.

des créations d’emplois et des avancements. d’électricité et de télécommunications).1. les opérations d’entretien et de maintenance. Ces projets font l’objet d’autorisation de programme qui déterminent le coût global et maximum des investissements prévus.  Pour les dépenses de personnel . il s’agit de la prévision des dépenses courantes des administrations (les consommables. les locations. a) Les dépenses de fonctionnement regroupent principalement les dépenses de personnel. Il s’agit aussi de la prévision des subventions accordées aux établissements publics ainsi qu’aux services d’Etat gérés de manière autonome et qui sont déterminées en fonction de leurs programmes d’activité et de leurs ressources propres b) Les dépenses d’investissement sont estimés en tenant compte des projets en cours de réalisation et des nouveaux projets proposés. les dépenses de matériel et dépenses diverses. les redevances d’eau.  Pour les dépenses de matériel et dépenses diverses . il s’agit de la détermination des effectifs et des crédits qui se fait à partir de la situation des postes budgétaires prévues et des paiements effectués et suivant une procédure d’actualisation qui tiennent compte des postes vacants.  Les dépenses concernant la dette publique intègrent les dépenses en intérêts et les commissions ainsi que les dépenses d’amortissement de la dette à moyen et long terme.2 La prévision des dépenses publiques : Cette prévision concernent à la fois les dépenses de fonctionnement et les dépenses d’investissement.2 L’élaboration du budget : 34 . II. des titularisations.II.

le taux d'inflation prévisible pour permettre ainsi une réévaluation du montant des dépenses et des recettes. Pour cela. Des conférences budgétaires entre les représentants des différents ministères et les membres de la direction du budget ont pour objet de parvenir.1 La détermination des perspectives Cette phase.2 La fixation des plafonds (les dépenses et arbitrages budgétaires) : Chaque ministère fait parvenir ses propositions au ministre chargé du Budget. en particulier les perspectives de croissance. La direction du budget. le Ministère des Finances se fonde sur les informations données par ses différents services. II. la fixation des plafonds de dépenses. a pour objet de dégager un budget de reconduction. Le Premier ministre adresse aux différents ministres une lettre de cadrage dans laquelle il leur expose les principes qu’ils doivent mettre en œuvre dans leur demande de crédit. en prenant en compte l'évolution spontanée des recettes et des dépenses. la mise au point définitive du projet avant présentation au Parlement. soit par le Ministre des Finances lui-même qui bénéficie de délégation de pouvoir. tout d’abord. II.2. les arbitrages sont rendus soit par le Premier ministre. fournit les informations économiques indispensables à l’élaboration du futur budget. 35 . et de définir la politique budgétaire pour l'année venir. À l'issue de ces conférences.Le travail de préparation budgétaire s'effectue en trois phases : la détermination des perspectives. à arrêter les grandes masses de dépenses pour chaque ministère. au terme d'une négociation. La direction de la prévision. élabore les grandes orientations du prochain budget.2. interne au Ministère des Finances. à partir de ces informations.

36 . leur fixant l'enveloppe globale de crédits accordés.Les arbitrages se traduisent par des lettres plafonds. adressées par le Premier ministre à chaque ministre.

plusieurs raisons :  Tout d'abord. tout particulièrement le Ministre des Finances. Ce sont ses services qui fournissent la totalité des informations nécessaires à l'élaboration du budget. au sein de l'exécutif. En outre. il joue un rôle tout aussi important au stade de l'exécution de la loi de finances. Il a. Celui-ci exerce une grand emprise lors de l'élaboration du budget. EXAMEN ET VOTE DU BUDGET : 37 . Au niveau des recettes.3 La mise au point définitive du projet de budget : La dernière phase consiste dans la mise au point définitive du projet. Il contrôle l'exécution de la loi de finances par l’intermédiaire de l'inspection de finances et les comptables publics sont tous des agents du Ministère des Finances. un personnel nombreux et compétent. L'analyse des différentes phases de l'élaboration du budget montre l'importance de l'exécutif en matière budgétaire. le Ministère des Finances se livre à une évaluation précise. à sa disposition. Il s'agit là de modifications de détail qui permettent d'effectuer des redéploiements de crédits au sein de chaque ministère. en particulier du Ministère de Finances. seul l'exécutif est suffisamment informé et dispose de techniciens compétents pour effectuer le délicat travail de prévision budgétaire. Il est donc légitime que celui-ci l'élabore.II. Le pouvoir exécutif a même l'exclusivité de la préparation budgétaire.  Ensuite.2. A cela. la loi de finances est la traduction financière de la politique du gouvernement. certains acteurs administratifs ont une position privilégiée. Cependant. III.

la présentation portera sur l’étendue des pouvoirs du Parlement en matière budgétaire (les données constitutionnelles. b) S’agissant de la portée du vote. l’analyse abordera le vote dans les délais impartis (délais relatifs au dépôt du projet de loi et délais relatifs au vote proprement dit.  Pour les recettes . est-il compétent pour l’ensemble des problèmes financiers de l’Etat ? Enfin. Notons de façon sommaire que la discussion et le vote du budget concerne tout aussi bien les recettes que les dépenses et le Parlement doit généralement se prononcer sur le projet de loi de finances avant le 31 décembre. 38 .Face à la prépondérance de l’exécutif exprimé pleinement au stade de l’élaboration des budgets . le parlement (deux chambres) peut-il modifier le budget déposé par le gouvernement ? Sa compétence matérielle est-elle limitée ? Autrement dit. est-il toujours contraint d’adopter le budget dans les délais très stricts ? Les réponses seront données à ces diverses questions à travers d’une part l’analyse du processus de vote de la loi de finances et d’autre part l’étude de la portée du vote : a) S’agissant de processus du vote. un vote d’ensemble est prévu pour le budget général et un vote par budget annexe et par compte spécial du Trésor . l’examen de la loi de finances en commission et le déroulement du débat en séance publique) et le vote hors délais. les limitations des pouvoirs effectifs du parlement…) ainsi que les limites tenant à la nécessité d’éviter des retards dans le vote du budget.

Les propositions et les amendements formulées par le parlement ne sont pas recevables lorsque leur adoption aurait pour conséquence soit une diminution des ressources soit l’augmentation des charges publiques. un vote est prévu par titre et à l’intérieur d’un même titre par Ministère pour le budget général. En conclusion. Pour les dépenses . Les dépenses des budgets annexes et des comptes spéciaux sont votés par budget annexe et par catégorie de compte spécial. notons que le pouvoir législatif reste toutefois limité dans l’examen du projet de loi finances. 39 .

LES AGENTS D'EXECUTION DE LA LOI DE FINANCES I.  Assurer la disponibilité des fonds nécessaires aux dépenses publiques. 40 .1 La séparation des ordonnateurs et des comptables : Le grand principe de la comptabilité publique qui domine l'exécution de la loi de finances est celui de la séparation des ordonnateurs et des comptables dont les fonctions et les statuts diffèrent. Cette mission est remplie par le Trésor et ses alliés.  Assurer l'exécution des autorisations budgétaires contenues dans la loi de finances. indépendants l’un de l’autre. L’exécution du budget repose sur un partage des tâches fondé sur le principe de la séparation des ordonnateurs et des comptables. I.CHAPITRE III : EXECUTION DE LA LOI DE FINANCES L’exécution de la loi de finances comporte deux catégories de tâches. confiées à deux cadres d’agents publics. Il s'agit d'un problème essentiellement juridique régi par les règles de la comptabilité publique. les ordonnateurs et les comptables. Les opérations figurant dans le budget voté par le parlement sont exécutées selon des règles précises dans le cadre de l’exercice financier ( année civile) en faisant appel à divers intervenants. Cette règle ne fait que traduire la répartition des missions nécessaires tant à l’exécution des dépenses qu’au recouvrement des recettes. c’est-à-dire trouver les moyens financiers nécessaires aux objectifs de la loi de finances. Les opérations d’exécution du budget sont ainsi divisés en deux phases distinctes.

ou décider d'une recette et la recouvrer.2 Les ordonnateurs : a) Statut et rôle des ordonnateurs : Les ordonnateurs ne constituent pas un corps d'administrateurs spécialement chargés d'assumer les décisions de dépenses et de recettes. C'est une compétence attachée à certaines fonctions. Les ordonnateurs qui sont normalement des administrateurs sont divisés en deux catégories : les ordonnateurs principaux et les sous-ordonnateurs. C’est à un ordonnateur que les autorisations budgétaires sont directement données. d'en déterminer le montant et d'en prescrire le paiement. Les malversations sont ainsi plus rares.Les ordonnateurs principaux ou ordonnateurs d’Etat sont normalement les ministres chacun pour son département. L'intérêt de cette règle est de faciliter les contrôles et par là même de lutter contre la fraude. a le pouvoir de faire naître la dépense. I. car l'ordonnateur et le comptable se contrôlent mutuellement. Ils peuvent déléguer leur pouvoir à des 41 .Autrement dit. L’ordonnateur est la personne qui. en interdisant que le même agent puisse engager une dépense et la payer. Les ordonnateurs principaux n'ont pas toujours la possibilité matérielle de se prononcer sur l'ensemble des recettes et des dépenses relevant de leurs attributions. à la tête de chaque service. Aucun des deux ne peut agir seul et il existe des possibilités de recoupement entre les comptes administratifs des ordonnateurs et ceux des comptables. le principe de séparation des ordonnateurs et des comptables implique que les fonctions d'ordonnateurs sont incompatibles avec celles de comptables. .

Les possibilités de sanctions sont différentes selon qu'il s'agit de politiques ou de fonctionnaires.Les sous-ordonnateurs sont ceux auxquels les autorisations budgétaires sont déléguées par les ordonnateurs. Les uns et les autres encourent une responsabilité soit politique. notamment pour les ordonnateurs principaux. 42 . Cette délégation constitue un transfert de compétence. . financière. b) Responsabilité des ordonnateurs : La responsabilité des ordonnateurs est délicate à mettre en œuvre. civile ou encore pénale. elle est quasiment inexistante dans la pratique. Si cette responsabilité existe en théorie.chefs de services extérieurs qui deviennent ainsi des sousordonnateurs.

 la tenue de la comptabilité du poste comptable qu’ils dirigent . Les comptables ne se contentent pas de manier les fonds publics.I.  La conservation des pièces justificatives des opérations et des documents de comptabilité. de dépenses ou de maniement de titres . organismes.  le paiement des dépenses de ces mêmes généralement sur ordre des ordonnateurs . soit au moyen de fonds et de valeurs dont il a la garde soit par virement interne d ‘écritures. conduit à confier exclusivement aux comptables les opérations ci-après assumées sous l’autorité du ministère des finances. a) Rôle des comptables : Le principe de séparation des ordonnateurs et des comptables et l’incompatibilité entre les deux fonctions qui en découle. ils exercent aussi toute une série de contrôles. À la différence des ordonnateurs.3 Les comptables : « Est comptable public de recettes et de dépenses. soit par l’entremise d’autres comptables publics ou de comptes externes de disponibilités dont il ordonne ou surveille les mouvements » (texte de 67 sur la comptabilité publique). Les comptables publics se répartissent en deux secteurs : 43 .  le maniement des fonds des organismes publics et des mouvements de comptes de disponibilités. toute personne ayant qualité pour exécuter au nom d’un organisme public des opérations de recettes .  Le recouvrement ou l'encaissement de toutes les recettes des organismes publics . il s'agit d'un corps particulier de fonctionnaires.

Agent Comptable Central des chanceliers diplomatiques et consulaires …) et. la responsabilité pécuniaire du comptable est engagée. La responsabilité du comptable ne peut être mise en jeu que par le ministre des Finances ou juge des Comptes. C'est une responsabilité objective. Les comptables de Trésor ont une compétence général (Trésorier Général du Royaume. préfectoraux ou provinciaux et receveurs des finances. sur ses deniers personnels. LA PROCEDURE D'EXECUTION DE LA LOI DE FINANCES II. II. les comptables sont tenus de constituer diverses garanties. b) Responsabilité des comptables : Les comptables sont responsables personnellement et pécuniairement d’opérations dont ils sont chargés. Il doit verser. il est en débet. Il a donc fallu garantir la responsabilité du comptable. percepteurs et receveurs communaux. Cette responsabilité très lourde est cependant insuffisante pour garantir le Trésor contre la dilapidation des deniers publics compte tenu du risque important d'insolvabilité. Trésoriers régionaux. une somme équivalente à celle qui manque dans la caisse.  Les autres comptables ont une compétence spéciale (exemple : les receveurs comptables des douanes et des impôts indirects…). Dans ce cas. la seule constatation d'une irrégularité la met en cause. Le comptable est responsable de sa caisse sans qu'il soit nécessaire qu'une faute ait été prouvée. Avant d'être installés dans leur poste. qu'elle soit imputable à un comptable ou à un subordonné. Dès lors qu'un défi ou un manquement en deniers est constaté ou qu'une dépense a été irrégulièrement payée.1 L’exécution des recettes : 44 .

 la mise en recouvrement : les créances publiques liquidées font l’objet d’ordre de recette émis aux ordonnateurs et rendus opposables aux débiteurs .1.1.  la liquidation de l’impôt consiste à rapporter les chiffres des revenus ou des affaires imposables aux barèmes prévues par les dispositions fiscales . les dispositions relatives à la comptabilité publique interdisent la perception de tout autre contribution qui ne soit autorisée par les lois. a) La procédure normale d’exécution des recettes comporte trois étapes la liquidation et la mise en recouvrement opérées par les ordonnateurs et le recouvrement effectuées par le comptable :  la liquidation des droits consiste à déterminer le montant des créances publiques par rapport au tarif prévu . En outre. Dans ce cadre la loi de finances de l’année autorise la perception des ressources publiques (de sorte que toute perception non–autorisée est interdite).II. II. 45 .1 Les conditions d’exécution des recettes : L’exécution des recettes suppose fournie au préalable une double condition : l’existence de créances publiques (condition de fond) et l’autorisation annuelle donnée par la loi de finances (condition de forme). les règlements et budgets des recettes.2 La procédure d’exécution des recettes : Cette procédure d’exécution des recettes peut être normale ou simplifiée.

2 La procédure d’exécution des dépenses : Deux procédures d’exécution des dépenses publiques sont possibles : l’une normale et l’autre simplifiée : a) La procédure normale de l’exécution des dépenses : comprend deux étapes administrative et comptable :  L’étape administrative consiste en trois l’engagement.2. la liquidation et l’ordonnancement. II.). IS.2.arrêt. 46 opérations : . sous le contrôle sur place et sur pièces des comptables assignataires.1 Les conditions d’exécution des dépenses : Deux conditions s’imposent au préalable à l’exécution régulière des dépenses publiques. Il s’agit de l’autorisation annuelle donnée par le budget (condition de forme) et l’existence de dettes publiques (condition de fond). le recouvrement : les ordres de recettes sont adressés aux comptables chargés d’en assurer le recouvrement.2 L’exécution des dépenses : II. etc. Ce recouvrement peut être fait à l’amiable ( envoi de simples avis ou avertissements) . b) La procédure simplifiée d’exécution des recettes . ou encore le recouvrement forcé en ayant recours aux moyens de droit (commandement. il s’agit de la perception des droits au comptant ( cas des recettes encaissées par versements au comptant pour certains impôts directs et indirects –IGR. saisie mobilière ou immobilière. TVA– et redevances perçues sans émission préalable de titres par les ordonnateurs) et les régies de recettes dont les fonctions se limitent aux encaissement (exécution matérielle des recettes des recettes. saisie. II.

Outre le respect de la procédure budgétaire. à cette occasion. un paiement ne peut intervenir qu’après que les prestations ont été fournies ou les services accomplis. En principe. 47 . il vérifie que les créances sur l’Etat ne sont pas atteintes par la prescription. Ce contrôle du comptable est très efficace et justifie à lui seul la règle de séparation des ordonnateurs et des comptables. Cette d'application souvent gênante comporte des aménagements (pour les marchés publics. L’engagement est fait générateur de la dépense.  La liquidation consiste à vérifier la réalité de la dette et à se livrer à une évaluation précise et concrète de la dépense. C'est l'acte qui va rendre l’Etat débiteur et non la loi de finances qui n’est qu'une autorisation de dépenser. sous peine de voir engagée sa responsabilité financière. Le comptable doit en effet.  L’ordonnancement est l’acte administratif donnant .  L’étape comptable de la dépense Le paiement est l'acte par lequel l'organisme public se libère de sa dette. conformément aux résultats de la liquidation. l’ordre de payer les dettes des organismes publics. Le paiement est opéré par le comptable qui non seulement est caissier et payeur. effectuer un contrôle de l'exécution avant tout paiement. il est possible aux administrations de verser des acomptes). L’engagement est l'acte par lequel un organisme public crée ou constate à son encontre une obligation de laquelle résultera une charge. Elle implique la vérification de la règle du service fait. mais aussi contrôleur de la régularité de la dépense.

les payeurs délégués comme les régisseurs assument la responsabilité pécuniaire des opérations de caisse qu’ils ont la charge d’exécuter. Les comptables effectuent le paiement de ces dépenses au vu des justifications fournies par les ordonnateurs ou les créanciers.  Pour les dépenses sans ordonnancement préalable. sur place et sur pièce.  Les payeurs délégués sont nommés pour recevoir des comptables publics certaines rémunérations revenant à des agents d’un même service. le paiement est autorisé pour les dépenses désignées par arrêté du ministère des finances. cette exécution peut être déléguée à des agents de l’administration qui sont au contact immédiat des créanciers sous le contrôle des comptables assignataires.b) La procédure simplifiée d’exécution des dépenses : Il s’agit des dépenses sans ordonnancement préalable. Notons que les payeurs délégués comme les régisseurs agissent sous la responsabilité et le contrôle. du comptable de rattachement et du comptable assignataire de la dépense.  Pour les régies de dépenses . Ce paiement fait l’objet d’une notification à l’ordonnateur dont les crédits ont été consommés mais aussi au contrôleur des engagements de dépenses. En outre. à charge pour eux d’en assurer le paiement entre les mains de leurs bénéficiaires. il s’agit des dépenses urgentes ou de faible montant. 48 . les régies de dépenses et les payeurs délégués (billeteurs).

Pour protéger les deniers de l'Etat. les contrôles peuvent se diviser entre contrôles internes et contrôles externes.  Le contrôle a posteriori intervient alors que la procédure de recette ou de dépense est déjà totalement réalisée. Tout le droit budgétaire repose sur l'idée d'autorisation. le plus souvent. les contrôles externes et internes. Il s'efforce de prévenir les irrégularités. Il constitue cependant un facteur de paralysie de l'action administrative. 49 . Le contrôle de l'exécution du budget consiste à s'assurer de la conformité de cette exécution aux autorisations données par le Parlement. Si l'on s'intéresse aux autorités chargées du contrôle. Son but est d'empêcher qu'une irrégularité soit commise. Il est préventif. il ne reste.  Le contrôle a priori repose sur une intervention préalable à tout acte engageant les finances publiques. en sanctionnant les irrégularités commises. En cas de dépenses engagées irrégulièrement. au Parlement qu'à couvrir ces irrégularités. car les conséquences d'une irrégularité budgétaire soit souvent difficilement réparables. Le contrôle en matière budgétaire tente d'instaurer un équilibre entre le contrôle a priori et le contrôle a posteriori. Il évite la paralysie générée par le contrôle a priori mais il est beaucoup moins protecteur des deniers publics. plusieurs formes de contrôles ont été mises en œuvre : le contrôle a priori et le contrôle a posteriori.CHAPITRE IV : LE CONTROLE DE L’EXECUTION DE LA LOI DE FINANCES La fonction de contrôle est essentielle pour la bonne exécution du budget.

 Le contrôle externe est exercé par des instances extérieures à l'administration chargée d'exécuter la loi de finances. 50 . Le contrôle interne est effectué par l'administration chargée d'exécuter la loi de finances.

Ce contrôle peut paraître inattendu car il est rare qu'un organe d'exécution soit en même temps un organe de contrôle.I. Cependant. I. les décisions d'engagement et d'ordonnancement supposent une appréciation d'opportunité qui ne doit pas être contrôlée. Le danger est beaucoup plus grand en ce qui concerne le nonprélèvement de taxes légalement dues ou le paiement de dépenses non autorisées car le bénéficiaire se garde bien de protester. C'est pourquoi il existe un contrôle des dépenses par le contrôleur financier auquel s'ajoute un contrôle du comptable sur l'ordonnateur. LES CONTROLES INTERNES Le contrôle interne est exercé par l'administration des finances. les administrateurs sont plus enclins à effectuer des dépenses au-delà des autorisations qu'à négliger des recettes. dont la fonction est de contrôler et de conseiller les ordonnateurs principaux. qui sont au sommet de la hiérarchie administrative. Par ailleurs.1 Le contrôle sur les ordonnateurs Le contrôle administratif sur les recettes est relativement simple car le contribuable est un allié efficace. Il intervient lors de l'engagement et de l'ordonnancement des dépenses. a) Le contrôleur financier est un agent du ministère des Finances. Il est cependant 51 . La résistance du contribuable à tout prélèvement irrégulier limite le prélèvement de taxes non autorisées. Les contrôleurs doivent se limiter à s'assurer que la dépense est conforme aux autorisations budgétaires sans apprécier son opportunité. Le contrôle diffère selon qu'il s'agit des ordonnateurs ou des comptables. Ce contrôle a été difficile à établir parce que les décisions d'engagement et d'ordonnancement sont normalement prises par des ministres. Ce type de contrôle risque d'aboutir à un déplacement du pouvoir de décision au profit de l'organe de contrôle.

Le contrôleur financier examine la régularité des opérations d'engagement qui sont effectuées par l'ordonnateur. . Le contrôleur financier vise également les ordonnancements avant signature du ministre.indispensable car il vaut mieux arrêter une dépense irrégulière à sa source.Le contrôle de l'engagement. Toute proposition d'engagement doit être soumise au contrôleur avec pièces justificatives sauf en cas d'engagement automatique pour les dépenses de personnel pour les effectifs existants.  demander des justifications complémentaires. de l'exactitude de l'évaluation de la dépense. généralement. L’opération est alors retardée jusqu'à ce que le contrôleur obtienne les justifications suffisantes .Le contrôle de l'ordonnancement. Cette dernière situation est très rare car. Il s'assure que la dépense a fait l'objet d'un engagement autorisé et que l'ordonnancement est conforme à l'engagement. . afin d'éviter le refus de visa. de la disponibilité des crédits. En cas d'irrégularité. La dépense est alors engagée . les avis du contrôleur financier ont été écoutés et le projet de dépense remanié. Il vérifie tous les actes qui se traduisent par une dépense immédiate ou future. le contrôleur financier peut :  accorder son visa. le contrôleur financier doit en référer au ministre des Finances. Il ne peut être passé outre au refus de visa que sur avis conforme du ministre des Finances. Le contrôleur financier intervient au stade de l'engagement puis de l'ordonnancement de la dépense. Celui-ci doit s'assurer de l'imputation de la dépense.  refuser son visa. En cas de désaccord. 52 . Une fois ces opérations de vérification opérées.

que les visas du contrôleur financier sont présents. il doit suspendre le paiement en informant l'ordonnateur. le comptable est exonéré de sa responsabilité qui est assumée par l'ordonnateur lui-même. Le comptable ne doit payer qu'après s'être assuré que l'ordonnateur était bien compétent. qu'il a produit les justificatifs nécessaires. que la créance présentée est valable. S'il constate des irrégularités. Le comptable doit cependant 53 . Il formule un avis sur tous les projets et actes préparés par le ministre. Le contrôleur financier est aussi conseiller du ministre qu'il contrôle. mais aussi du ministre des Finances et des commissions des finances du Parlement. Il est même quelquefois l'avocat du ministre auprès du ministre des Finances lors des demandes de crédits. Il s'agit d'un contrôle efficace qui est avant tout préventif. que la dépense a été correctement imputée dans les comptes. que le règlement est libératoire. de permettre le contrôle par le comptable de la régularité des opérations administratives de dépense. Dans ce cas. b) Le contrôle du comptable sur l'ordonnateur présente l'intérêt essentiel. Ainsi. Le comptable doit alors s'incliner et en informer le ministre des Finances. Il rédige un rapport annuel à l'intention du ministre contrôlé. Là encore. que les crédits étaient disponibles. le contrôle du comptable est un contrôle de régularité et non d'opportunité. Celui-ci a la possibilité de passer outre au refus du comptable par la procédure de réquisition. Le contrôle financier assure au ministre des Finances une prédominance qui n'existe pas dans les textes.le contrôleur vise avec observations et le comptable ne pourra procéder au paiement qu'avec l'autorisation du ministre des Finances. les dépassements de crédits sont relativement rares. grâce à la séparation des ordonnateurs et des comptables.

L'Inspection générale des finances relève directement du ministère des Finances. à l'égard des ordonnateurs secondaires ainsi que de tout organisme qui bénéficie de fonds publics (établissements publics). Ils signalent simplement au ministre des Finances toutes les irrégularités relevées au cours de ces tournées et c'est le ministre qui prend. il centralise tous les comptes des comptables publics du département.refuser d'obtempérer aux ordres de réquisitions si la suspension du paiement est motivée par l'indisponibilité des crédits. le Ministère des Finances dispose d'un corps de contrôle. les mesures nécessaires. Ce contrôle est facilité parce qu'étant comptable principal de droit commun.2 Le contrôle sur les comptables a) Le contrôle de l'Inspection générale des finances Comme les autres ministères. Les inspecteurs des finances exercent leur vérification sur pièce et sur place par des tournées inopinées. Le contrôle de l'Inspection des finances porte sur l'ensemble du secteur public. L’efficacité de ce contrôle tient à son caractère inopiné. 54 . l'absence de service fait. I. si besoin est. Elle a une compétence à l'égard de tous les agents du ministère des Finances y compris les comptables. b) Le trésorier-payeur général surveille tous les comptables publics de son département. l'absence de visa du contrôleur financier. Il ne s'agit pas d'un corps intégré dans la hiérarchie administrative et son autorité dépend uniquement du ministre des Finances. l'absence de caractère libératoire du règlement. Ils n'ont aucun pouvoir de décision.

II. Le programme des contrôles est arrêté par le premier président de la Cour des comptes. à l'exclusion de toute appréciation sur le comportement des comptables.1 Les contrôles juridictionnels Les attributions de la Cour des comptes sont très larges puisqu'elle connaît non seulement les comptes des comptables. LES CONTROLES EXTERNES II. La Cour des comptes est saisie d'office chaque année des comptes qu'elle doit juger. sans prendre en considération les circonstances extérieures. La Cour des comptes juge les comptes des comptables publics et non les comptables eux-mêmes. Cela dit. a) Le contrôle sur les comptables. Il est établi afin que toutes les institutions qui relèvent de la Cour soient contrôlées en moyenne tous les quatre ou cinq ans. Les comptables dont les comptes sont directement rendus par la Cour des comptes sont ceux des comptables principaux de l'Etat. mais la Cour connaît aussi des opérations des comptables secondaires de l'Etat au travers des écritures que ceux-ci fournissent aux comptables principaux. en appréciant la régularité d'une opération. La déclaration de gestion de fait entraîne pour son auteur les mêmes obligations et responsabilités que pour les comptables de droit. Elle ne doit fonder ses arrêts que sur des éléments matériels. La compétence de la Cour ne se limite pas aux comptables de droit mais s'étend aussi aux comptables de fait. La Cour doit statuer au vu des opérations qui lui sont soumises. mais aussi les comptes administratifs des ordonnateurs. 55 . elle en tire des conséquences quant à la responsabilité personnelle et pécuniaire des comptables.

La Cour rend des arrêts qui peuvent être :  des arrêts de décharge lorsque aucune charge n'a été retenue à l'encontre du comptable et que celui-ci a satisfait à l'ensemble de ses obligations . le vote d'une loi de finances rectificative peut être l'occasion de critiquer l'exécution du budget. b) Le contrôle sur les ordonnateurs. C'est tout d'abord grâce à ses pouvoirs généraux de contrôle que le Parlement pourrait exercer un contrôle de l'exécution du budget. 56 . comme par exemple le recours aux commissions d'enquête et de contrôle ou la mise en jeu de la responsabilité du gouvernement.2 Le contrôle parlementaire Théoriquement le contrôle parlementaire devrait être le principal contrôle en raison de la compétence de principe du Parlement en matière budgétaire. Elle se borne à donner son avis sur la gestion des ordonnateurs et à signaler les irrégularités révélées par l'examen des comptes des comptables. Par ailleurs. II. Le Parlement peut également utiliser la procédure des questions écrites. La Cour des comptes ne statue pas sur la gestion des ordonnateurs.  des arrêts de débet lorsque la Cour constate que des irrégularités ont été commises. Elle exerce cependant un contrôle de plus en plus important sur l'exécution administrative du budget.

Il ratifie en outre les ouvertures de crédits non autorisées par la loi de finances initiale ou une loi de finances rectificative. le contrôle du Parlement peut s'exercer à l'occasion du vote de la loi de règlement. 57 . Le projet annuel de loi de règlement constate le montant définitif des encaissements de recettes et des ordonnancements se rapportant à une même année.Enfin.

CONTROLE BUDGETAIRE CONTROLE D’INTERIEUR  Le contrôle des  L’engagement effectué engagements de dépenses par l’ordonnateur pour (CED) apposer son visa  Vérification : * Exacte imputation de la dépense * Disponibilité des crédits * Exacte évaluation de la dépense * Respect de la régularité 58 .

 L’Inspection Générale des  Vérification sur place. Finances (IGF) sanctionnée par un rapport contradictoire transmis au supérieur hiérarchique de l’agent contrôlé  Vérification des services de caisse et de comptabilité derniers et matières de comptables et de façon générale des agents de l’Etat et des collectivités locales (régularité-gestionorganisation) 59 .

du service fait ou le imputation service fait. et caractère libératoire du paiement)  Contrôle hiérarchique  Arrêtés de caisses  Contrôle sur pièces  Contrôle sur place CONTRO LE EXTERIE UR  La Trésorerie Général 60 . Le contrôle comptable  Action ou refus du visa  Régularité de la du comptable lors du perception et celle de la paiement. préinscription droit de réquisition. Si le refus n’est dépense (qualité de pas fondé sur l’absence l’ordonnateur. contrôle l’ordonnateur exerce son préalables. caractère non libératoire exactitude des calculs de du paiement de liquidation. de crédits ou du visa ou disponibilité de crédits.

elle se prononce par budgétaire et financière arrêt provisoire incitant le  Contrôle de gestion comptable à restituer les sommes qui manquent  Vote de la loi de règlement intervient à la fin de la 2ème année qui suit l’année d’exécution du budget  La loi de règlement a une portée politique. Si de la discipline non. elle constate le montant définitif des encaissements de recettes et des ordonnancements de dépenses se rapportant à une même année  La chambre des représentants 61 . La cour des comptes  Procédure écrite et  Jugement des comptes contradictoire. prononce par arrêt le quitus ou le débit définitif s’il n’existe  Appréciation du respect aucune irrégularité. la cour se sanctionné par l’avance.

62 .

relève de la compétence du Trésor public.TITRE II : LES RESSOURCES PUBLIQUES Pour exécuter le budget. Il est alors nécessaire de recourir à des ressources temporaires : l’emprunt. Il se peut cependant que ces ressources permanentes soient insuffisantes ou qu'elles entrent irrégulièrement dans les caisses de l'Etat. Chapitre I : Ressources définitives Chapitre II : Ressources temporaires 63 . il dispose principalement du produit de l'impôt. La recherche des ressources temporaires. l'exécutif doit posséder des ressources suffisantes. Pour cela. qui contrairement à l'impôt devront être remboursées.

b) La taxe fiscale : Elle se distingue de l’impôt car elle a une contrepartie directe. LES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES : Les prélèvements obligatoires peuvent être de nature fiscale et non fiscale I. du fait de l’utilisation de ce service. les collectivités territoriales et établissements publics administratifs.CHAPITRE I : LES RESSOURCES DEFINITIVES I. LES PRELEVEMENTS NON-OBLIGATOIRES : 64 . II. La taxe fiscale est un prélèvement opéré sur l’usager d’un service public. b) Les cotisations sociales sont des prélèvements effectués au profit des organismes sociaux et ne font pas partie de la parafiscalité. sans qu’il y ait ailleurs une équivalence exacte entre le montant du prélèvement et le coût du service.2 Les prélèvements non-fiscaux : a) Les taxes parafiscales sont perçues dans un intérêt économique ou social au profit d’une personne morale de droit privé ou public autre que l’Etat.1 Les prélèvements fiscaux : a) L’impôt : L’impôt est une prestation pécuniaire et unilatérale requise des personnes physiques ou morales par voie d’autorité à titre obligatoire et définitif sans contrepartie directe ayant pour objet la couverture des dépenses publiques. I.

Il s’agit également du produit des participations financières de l’Etat. 65 . la capital ou la dépense : Dans ce type de classification. C’est donc le critère de l’équivalence qui distingue la rémunération pour service rendu de la taxe fiscale. – Les impôts sur la dépense frappent le revenu au moment de son affectation à l’acquisition de biens ou de services (ex : TVA).1 Les impôts sur les revenus. c) Les revenus divers : (ex : le produit des amendes diverses) III.a) La rémunération pour services rendus ou redevances : La rémunération pour service rendu peut être défini comme un prélèvement demandé aux usagers d’un service public en vue de couvrir les charges du service ou les frais d’établissement ou d’entretien d’un ouvrage public. La rémunération pour service rendu a une contrepartie directe dans les prestations fournies par le service ou dans l’utilisation de l’ouvrage. LES DIFFERENTS TYPES D’IMPOTS : Les diverses classifications des impôts sont : III. occupation du domaine public.…). du produit d’éventuelles privatisations ou des bénéfices des entreprises publiques. b) Les revenus du domaine : L’Etat et les autres collectivités publiques tirent des ressources de l’exploitation de leur domaine (exploitation des forêts domaniales. les profits des entreprises. on prend en considération la matière imposable : le revenu. la dépense ou le capital. Il existe en principe une corrélation entre son montant et la valeur du service rendu. – Les impôts sur le revenu frappent le revenu du contribuable lors de son acquisition (ex : revenus du travail).

b) Le critère de la répercussion économique : Cette distinction permet de différencier celui qui paie l’impôt de celui qui supporte effectivement l’impôt.  L’impôt indirect. a) Le critère administratif :  L’impôt direct est en principe perçu en vertu d’un rôle nominatif (liste indiquant pour chaque contribuable la matière imposable et l’impôt à payer correspondant) par une administration des contributions directes.  L’impôt direct est celui qui est payé directement par le contribuable à l’agent chargé de le recevoir. Il est perçu par l’administration des contributions indirectes. III. à l’inverse.3 Les impôts réels / les impôts personnels : 66 . repose sur des objets de consommations ou des services rendus et n’est qu’indirectement payé par celui qui veut consommer les choses ou user des services frappés par l’impôt. est le consommateur.  L’impôt indirect. en matière de TVA. le contribuable.– Les impôts sur le capital atteignent les éléments du patrimoine du contribuable du fait de leur possession ou de leur acquisition à titre gratuit ou onéreux. le redevable qui paie l’impôt est le commerçant. III. quant à lui. Par exemple. c’est-à-dire celui qui supporte réellement l’impôt.2 L’impôt direct / l’impôt indirect : Cette distinction repose sur un critère administratif et un critère économique de la répercussion. n’est pas perçu par voie de rôle.

compte tenu des ressources attendues. – Les impôts de qualité : ce sont ceux qui mettent en œuvre l’application d’un taux sans qu’il soit possible par avance de prévoir exactement les ressources fiscales ainsi produites. III. – Les impôts réels : ce sont ceux qui visent à atteindre un élément économique sans considération de la situation personnelle de son détenteur. c’est-à-dire sans tenir compte des facultés contributives (ex : les droits d’enregistrement. sont répartis entre les contribuables potentiels selon la base imposable déterminée pour chacun d’entre eux.Cette distinction repose sur un critère administratif et un critère économique de la répercussion.…). 67 .4 Les impôts de répartition / impôts de qualité : – Les impôts de répartition : ce sont ceux qui. – Les impôts personnels : ils atteignent la fortune ou les revenus du contribuable en tenant compte de sa situation personnelle. c'est-àdire du niveau de son revenu ou de son patrimoine ou de sa situation familiale.

 Le principe d’égalité devant les charges publiques : ce principe étant plus large puisqu’il concerne aussi les dépenses. IV. comme l’égalité devant l’impôt mais aussi le principe d’égalité devant les charges publiques.e) Les impôts d’Etat / les impôts locaux : Cette classification tient compte du bénéficiaire de l’impôt selon qu’il s’agit de l’Etat ou d’une collectivité locale. les prestations et les prélèvements non-fiscaux et pas seulement l’impôt. b) Le principe de l’égalité fiscale : – L’égalité fiscale est intimement liée au principe de l’égalité. Par son caractère impersonnel. – En matière financière. le principe général d’égalité devant la loi prend la forme particulière de l’égalité devant la loi fiscale.  Le principe d’égalité devant la loi fiscale n’est qu’un sousprincipe du principe général d’égalité devant la loi. ce principe général d’égalité devant la loi coexiste avec d’autres principes spécifiques. LES FONDEMENTS JURIDIQUES DE L’IMPOT : Le droit fiscal est soumis à un certain nombre de principes fondamentaux qui s’imposent à l’ensemble des pouvoirs publics. la loi assure l’égalité entre les contribuables qui bénéficient des mêmes droits. Cette compétence législative découle du principe du consentement à l’impôt. a) Le principe de la légalité fiscale : Le régime juridique de l’impôt est aujourd’hui dominé par le principe de la légalité conçu au sens strict comme relevant de la loi. Le pouvoir d’imposer est en effet l’attribut de la souveraineté. – En matière fiscale. 68 .

Un resserrement des revenus peut. Cela suppose qu’il soit payé par le plus grand nombre possible. La fonction sociale de l’impôt est donc le corollaire de sa fonction économique. l’impôt doit être le plus productif possible. en assurant les grands équilibres économiques (consommation. permettre le plein emploi et la prospérité économique de la société dans son ensemble. b) La fonction sociale : Le rôle de l’impôt est aussi de corriger l’inégalité sociale grâce à la redistribution des richesses par le système fiscal. c) La fonction économique : 69 . Les théories keynésiennes donneront à ces politiques de redistribution une justification économique.Ce principe d’égalité devant l’impôt ou les charges publiques est très différent du principe d’égalité devant la loi fiscale. pour le rendre supportable et donc éviter la fraude. LES FONCTIONS DE L’IMPOT L’impôt moderne est à la fois un outil financier destiné à couvrir les dépenses communes mais également un outil de redistribution et d’intervention en matière économique et sociale. Le principe d’égalité devant les charges publiques a été considéré comme le corollaire de l’égalité devant la loi. V. car il pose le problème de la juste répartition du poids de l’impôt. a) La fonction financière : L’impôt sert à financier les services collectifs nécessaires à l’organisation de la vie en société. Pour remplir ce rôle. Il a une toute autre portée puisqu’il pose en fait le très délicat problème de la justice fiscale. épargne. Il s’agit d’un problème plus politique que juridique. tout en étant adapté aux capacités contributives des contribuables. production).

L’impôt est un moyen d’action visant la relance ou la stabilisation économique. notamment grâce à l’impôt. de réduire le niveau de la consommation et donc de faire baisser les prix. Il revêt une portée structurelle mais aussi conjoncturelle. (Exemple : l’augmentation du revenu disponible. Il est possible ainsi de relancer l’économie. etc…) 70 . mais également le niveau de la production. Il est possible. influencera la consommation. en période inflationniste. – Inversement. qui en résultera. de favoriser certains secteurs économiques (par exemple : des incitations fiscales sous forme d’exonération ou des réductions d’impôt pour encourager l’immobilier. – En faisant varier la pression fiscale. soit par une action globale sur l’économie. et ses effets ne sont pas toujours prévisibles. Les ménages peuvent très bien préférer épargner pour se prémunir d’un avenir incertain. l’augmentation du revenu disponible des ménages. L’utilisation conjoncturelle de l’impôt est très difficile à mettre en œuvre car beaucoup trop incertaine. il est possible. plutôt que de consommer). soit de façon sectorielle. en réduisant la pression fiscale globale. suite à une réduction de la pression fiscale. cette utilisation de la fiscalité à des fins de régulation conjoncturelle est très controversée car l’outil budgétaire est très lourd à manier. ne se traduit pas forcément par une hausse de la consommation. en ponctionnant le revenu disponible des ménages. – L’impôt peut plus facilement servir à des interventions structurelles. la création d’entreprises ou l’épargne. Cependant. il est possible de modifier les comportements des ménages ou des entreprises.

LE SYSTEME FISCAL MAROCAIN : Les recettes fiscales au Maroc se composent de quatre principales catégories d’impôts : les impôts directs.R) : L’IGR frappe les revenus salariaux. Il est nécessaire de trouver un équilibre entre ses différentes fonctions.S) : L’I. 71 . fonciers. professionnels et de capitaux mobiliers des personnes physiques et des sociétés de personnes. ou son caractère redistributif. Son rôle financier est souvent contrecarré par sa fonction économique ou sociale. VI. VI. b) Impôt général sur le revenu (I.Les différentes fonctions de l’impôt sont parfois contradictoires. les établissements publics et autres personnes morales qui entrent dans le champ d’application de l’impôt en question. La multiplication d’exonération et de réduction d’impôt à des fins d’intervention économique limite très largement son rendement. les impôts indirects.S.S.1 Les impôts directs : Les impôts directs regroupent les impôts assis sur le revenu soit sur les bénéfices des personnes physiques ou morales. les droits de douane et les droits d’enregistrement et de timbre. Ils se composent principalement de l’impôt sur les Sociétés (I. VI.2 Les impôts indirects : Les impôts indirects regroupent la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et les taxes intérieures de consommation (TIC).) et de l’impôt général sur le revenu (IGR). a) Impôts sur les Sociétés (I.G. locatifs. s’applique à l’ensemble des bénéfices et revenus acquis par les sociétés.

ainsi que sur les professions libérales et opérations d’importation. – Les droits de timbre se composent de trois catégories : les timbres de dimension.4 Droits de douane : Les droits de douane s’appliquent aux importations.a) La TVA porte sur les opérations de nature industrielle. 72 . Ce dernier peut être considéré comme un impôt indirect intéressant le capital. VI. VI. Ils visent à assurer un niveau de protection économique approprié et se composent en droits d’importation (DI) et en prélèvement fiscal à l’importation (PFI). b)Taxes intérieures de consommation : Les TIC concernent un certain nombre de produits qui sont de large consommation comme les produits énergétiques. artisanale de prestations de services. commerciale. Il est composé de droits fixes et de droits proportionnels. les timbres proportionnels et les timbres spéciaux.3 Droits d’Enregistrement et de Timbre : – L’Enregistrement est défini comme étant une formalité administrative donnant lieu à l’établissement d’une taxe qualifiée de droit d’enregistrement.

l’IS en 1987. elles visaient l’élimination de certains obstacles au commerce international. 1) Objectifs de la réforme fiscale :  Mettre en place un régime fiscal adhérent. l’IGR en 1990. de renforcement des droits de contribuables et la promulgation de la charte d’investissement.  Dynamiser l’investissement .  Consolider les recettes de l’Etat . Celle-ci a été suivie par une phase de baisse des taux. plusieurs réformes tarifaires ont vu le jour. neutre. Cette réduction des taux a été accompagnée d’un élargissement de la base imposable afin d’atténuer les répercussions que peut avoir une telle baisse sur le budget de l’Etat.  Encourager les flux de capitaux étrangers.VI. 3) Les compléments de la réforme :  La mise en place d’un processus progressif de baisse des taux d’imposition. 73 . Le manque à gagner dans les recettes publiques devait être compensé par l’intégration de certaines activités dans l’assiette fiscale.5 Réformes du système fiscal marocain Le système fiscal marocain a fait l’objet d’une profonde réforme depuis le milieu de la décennie 80. 2) Les principaux axes de la réforme : La mise en œuvre de : la TVA en 1986. transparent et équitable . En parallèle.

 La mise en place de mesures institutionnelles et d’organisation adoptées par les pouvoirs publics afin d’instaurer un climat de transparence et d’équité. 74 . lutter contre la fraude fiscale et pousser les contribuables à régulariser leur situation.

7% 28.4) La pression fiscale : « La pression fiscale est un indicateur mesurant le poids de l’impôt par rapport à la masse des richesses produites et permet ainsi de repérer la charge fiscale ».4% en 1999/2000.9% Après la réforme 1986–1999 46.2% 25. Il est passé de 18. Cet indicateur a enregistré une hausse au Maroc. Il est de 21.5% 5. Part des grandes catégories d’impôts dans les recettes fiscales et après la réforme Avant la réforme 1980–1985 Impôts indirects Impôts directs Droits de douane Droits d’Enregistrement et de Timbre 40.5% 19.9% entre 1980 et 1982 à 21.0% 24.9% 9.3% 75 .9 entre 1993 et 1998/1999.

Il s'agit d'un service de l'Etat qui a des fonctions de caissier et de banquier. il bénéficie de la règle de l’unité de caisse.1 Le Trésor est le caissier de l'Etat et des collectivités locales : Son rôle est d'assurer la distribution des fonds dans l'espace et dans le temps. Celui-ci n'a pas de personnalité juridique distincte de celle de l'Etat. Le Trésor a donc pour mission principale d'opérer l'exécution des encaissements et des décaissements et de veiller à l'existence de disponibilités suffisantes pour faire face aux engagements de l’Etat. un mouvement de fonds doit être organisé pour approvisionner les différentes caisses des comptables. Pour cela. Le problème de l'ajustement des encaissements et des décaissements dans le temps est plus délicat. 76 . Le problème de la trésorerie consiste à trouver le moyen de disposer à chaque instant des liquidités nécessaires pour faire face au paiement des dettes de l'Etat. LE TRESOR PUBLIC : Trouver les ressources nécessaires au fonctionnement régulier de l'Etat est l'une des fonctions du Trésor. mais il doit également assurer le maintien des grands équilibres monétaires et financiers. Ainsi.CHAPITRE II : LES RESSOURCES TEMPORAIRES I. Tous les fonds détenus par les comptables publics sont réunis sur un compte auprès de la Banque Al Maghreb et ce dernier sert à payer l'ensemble des dépenses de l'Etat. Il faut s'assurer qu'à chaque point du territoire et à chaque instant différents postes comptables sont en mesure de faire face aux paiements exigés par les créanciers de l'Etat. I.

celui-ci a la possibilité de les utiliser à d'autres fins que le paiement des dépenses publiques. Le Trésor agit comme un banquier en fournissant des capitaux ou en octroyant des avantages à des entreprises dont il veut assurer le développement. Mais il se révèle quelquefois insuffisant. l’émission d’emprunts à court terme. L'Etat se procure des ressources sans utiliser la 77 . Il faut donc recourir à l'emprunt pour assurer leur financement. Etant donné la masse des deniers collectés par le Trésor. a) L'emprunt se distingue de l'impôt en raison de son caractère contractuel et non obligatoire. Pour les recettes. en revanche. la régularité est beaucoup moins grande. comme par exemple en matière d'impôt sur le revenu ou d'impôt sur les sociétés.2 Les autres fonctions du Trésor public Le Trésor a par ailleurs une fonction bancaire très importante. les encaissements et les paiements sont fluctuants au cours de l'année.En effet. II. Les rentrées de certains impôts sont irrégulières. Les irrégularités dans le recouvrement des recettes n'ont cependant pas complètement disparu. C'est pour réduire ces irrégularités que la mensualisation de certains impôts a été instituée. on note une certaine régularité en raison principalement de l'importance des dépenses de personnel. Pour les dépenses.1 Problématique et forme de l'emprunt II. I. et le Trésor est amené à réaliser des ajustements par l’utilisation des fonds des correspondants du Trésor.1 Finalité de l'emprunt L’impôt est aujourd'hui le procédé normal de financement des dépenses publiques.1. L’EMPRUNT II.

car l'emprunt est beaucoup plus onéreux que l'impôt. Cependant. b) L'emprunt a surtout une finalité financière. II. l'emprunt présente beaucoup de points communs avec l'impôt.2 Régime juridique de l'emprunt 78 . l'Etat capte à son profit l'épargne disponible et utilise l'emprunt pour agir sur les structures économiques (financement d'investissements dans certains secteurs : infrastructures routières. L’emprunt est donc utilisé à titre accessoire lorsque le recours à l'impôt n'est plus possible. La pression fiscale ne peut dépasser une certaine limite sans susciter des réactions économiques et politiques graves. C'est le cas pour les investissements importants qui ne peuvent être financés que sur une longue période. Quelquefois. Ils peuvent tous deux avoir une finalité économique ou budgétaire.contrainte mais uniquement par l'engagement qu'il prend auprès des souscripteurs. Les ressources que l'impôt est susceptible de fournir sont limitées. Dans cette hypothèse. il ne s'agit en fait que d'un impôt différé. De plus. l'emprunt a une contrepartie directe et n'appauvrit pas le souscripteur qui reçoit en échange de son apport d'argent un titre ayant la même valeur. sa finalité le rapproche de l'impôt. c) L'emprunt peut être un instrument d'intervention en matière économique ou sociale. Il peut également être utilisé pour absorber le pouvoir d'achat excédentaire et réduire ainsi les tendances inflationnistes.  Ensuite. Son remboursement se fera en recourant à l'impôt.  Tout d'abord.1. à la condition toutefois que les sommes prélevées ne soient pas réinjectées dans l'économie. transports publics). à moins d'emprunter pour rembourser l'emprunt. la technique de l'emprunt est cependant mieux adaptée que celle de l'impôt. Il faudra rembourser le capital et les intérêts.

Le Parlement vote l'impôt. il est donc logique qu'il consente également à l'emprunt. le Parlement se prononce indirectement sur le montant de l'emprunt en adoptant le niveau du déficit budgétaire. Cependant. L'emprunt engage les finances de l'Etat et influence pour l'avenir le montant de l'impôt. Les émissions d’emprunt sont faites conformément aux autorisations générales données chaque année dans la loi de finances. C'est donc en réalité le gouvernement qui fixe le régime de l'emprunt. En réalité. 79 . Il faudra bien financer le remboursement et les intérêts par l'impôt.Le Parlement est compétent pour autoriser le recours à l'emprunt. toutes les lois de finances mentionnent que le ministre de l'Economie et des Finances est autorisé à procéder. à des emprunts à long terme ou à court terme.

TITRE III : LES FINANCES LOCALES Les finances locales sont abordées dans cette partie de manière très résumée. Le but de ce condensé est de mettre en relief les éléments de la problématique relative à l’autonomie financière des collectivités locales. La décentralisation a-t-elle suffisamment accru l'autonomie financière locale ? Telle est la question. La réponse passe par l'analyse d'un problème évident et perpétuel qui se retrouve partout et pour tous : celui de la rareté des ressources et de l'immensité des besoins. Compte tenu de ce problème, il est irréaliste de penser que toutes les collectivités locales puissent bénéficier d'une réelle autonomie alors même qu'il est difficile pour l'Etat de continuer à assurer le financement de tous les niveaux territoriaux (commune, wilaya, province-préfecture, région). C'est là une contrainte financière permanente qui est renouvelée avec acuité par la conjoncture actuelle. Dans cette situation conjonctuelle, le système financier local a des difficultés à soutenir les équipements collectifs ou les investissements locaux et à s'adapter aux comportements économiques des collectivités locales. Les possibilités de se doter de moyens financiers sont limitées en dépit d'un vaste redéploiement des différentes composantes des finances locales. L'analyse de la capacité financière des collectivités territoriales fait apparaître une marge de manœuvre effective étroite entre des recettes quasi-stagnantes et des dépenses encore croissantes.

80

On ne peut garantir pour l'avenir qu'il y ait une exacte adéquation entre l'évolution des dépenses qui sont mises à la charge des collectivités locales et les recettes qui sont transférées en compensation. En résumé, les recettes restent en deçà des besoins accrus des collectivités locales. Et le lancinant problème du financement des budgets locaux demeure entier. Comment procurer aux collectivités locales des ressources importantes et évolutives ? C'est là toute la question de la réforme des finances locales. Ses principaux instruments sont : la fiscalité, l'emprunt, la subvention, la tarification, etc. C'est évidemment à partir de ces ressources et de leur importance dans la structure du budget local que l'on peut affirmer si oui ou non les collectivités locales peuvent, au moins en principe, mener une véritable « politique financière » qui serait- l'illustration de leur autonomie. Chapitre I : Les budgets des collectivités locales Chapitre II : Les ressources des collectivités locales

81

CHAPITRE I : LES BUDGETS DES COLLECTIVITES LOCALES

82

des pâturages. Par ailleurs. environ 30 %. etc. Elle a connu une forte progression. Pour ne citer que quelques exemples de produits des domaines. D'aucuns parlent « d'une explosion des impôts locaux » permettant de couvrir principalement l'augmentation des charges incombant aux collectivités locales. la fiscalité locale a continuellement fait l'objet 83 . voire parfois la majorité des dépenses croissantes. on peut rappeler qu'ils comprennent les ressources suivantes : les ventes de coupes de bois. les gèrent comme telles. Elles couvrent. la fiscalité locale est connue pour ses problèmes classiques et ses multiples inconvénients. vétuste et inadaptée. acheter. L'ensemble de ces biens produit des revenus parfois non négligeables pour certaines communes. Elles peuvent vendre. louer.CHAPITRE II : LES RESSOURCES DES COLLECTIVITES LOCALES I) LES REVENUS DU DOMAINE DES COLLECTIVITES LOCALES : Ces revenus n'existent de manière importante que pour les communes possédant des immeubles. les taxes de pâturage. II. les locations d'immeubles et de matériel. Les communes qui en sont donc propriétaires. voire des titres d'emprunts. les droits de voirie ou de place de stationnement. suivant un ratio que l'on retrouve dans de nombreux pays. Jugée désuète. les locations de droits de chasse et de pêche. etc. la fiscalité locale demeure également la ressource de droit commun des collectivités locales. LES IMPOTS : Ressource naturelle en matière de finances publiques. décider des prix de vente et du montant des locations ou des redevances. voire anti-économique.

ces problèmes d'assiettes ne pourraient être résolus que par une diminution du taux d'imposition car il est souvent admis qu'il n'est pas de réforme fiscale possible sans un allégement. En fait.d'aménagements successifs. Son égalisation réduirait les différences de richesse entre communes.  S'agissant de l'assiette. l'on ne peut pas modifier l'assiette des impôts locaux (qui sont des impôts de répartition) en augmentant le poids de certains et en réduisant le poids des autres. celle du taux d'imposition et celle de l'inégalité de répartition des bases d'imposition. En outre.  S'agissant de l'inégalité intercommunale du potentiel fiscal : celle-ci résulte pour l'essentiel de l'inégalité de répartition des bases d'imposition des entreprises et des contribuables. Cette dernière détermine les modalités de calcul des différents éléments pris en compte pour déterminer l'assiette fiscale. la base commune de toutes les taxes. si dans le même temps on élève sensiblement le poids fiscal total . avec plus d'acuité lorsque le poids de l'impôt est croissant. ces bases d'imposition (valeurs locatives notamment) relèvent de la loi. Le vieillissement des valeurs locatives traduisent de moins en moins la réalité du marché locatif et présente un certain nombre d'inconvénients : complexité et lourdeur. les problèmes d'assiette. du poids total de l'impôt. Ces bases d'imposition sont périmées. les valeurs locatives constituent partout. pour tout ou pour partie. 84 .  S'agissant du taux d'imposition. En tout cas. s'expriment. dans une certaine proportion. Ces derniers ont abouti à un régime de fiscalité locale formé d'une superposition d'impôts frappant parfois lourdement la même base. Il en résulte que l'assiette reste. tout à fait réels. D'où les problématiques traditionnelles : celle de l'assiette. pour les collectivités. une donnée intangible fixée en dehors d'elles. personne alors ne connaît d'allégement et tous les contribuables subissent une augmentation.

l'attrait des prêts conduisait les responsables locaux à demander continuellement plus de fonds. l'emprunt auprès des institutions financières communales demeure l'instrument de financement préféré.V. Une première étape dans cette perspective a été accomplie déjà avec l'affectation aux budgets des collectivités locales de 30 % du produit de la T. Partout ailleurs. les infrastructures d'équipement). De ce fait. Ces aménagements doivent conduire à consolider l'autonomie financière et l'autofinancement à développer des ressources propres permettant de réaliser les équilibres financiers.A. notamment. L'EMPRUNT : C'est une source complémentaire des ressources propres des collectivités locales qui permet de financer les investissements (et. de sorte que le choix d'investissement était déterminé par un comportement de maximisation des financements par les emprunts. L'emprunt a toujours représenté la ressource stratégique dont les avantages procurés immédiatement (notamment la croissance des équipements) reléguaient au second plan les inconvénients futurs (le paiement des annuités). L’offre de prêts constitue le principal facteur de développement des investissements locaux. 85 . Mais ces recettes fiscales méritent assez souvent des aménagements successifs. III. il est impossible d'avoir des ressources suffisantes et encore moins d'en assurer la plus large spatialisation. notons que les impôts demeurent la ressource de droit commun des collectivités locales et couvrent en majorité leurs dépenses croissantes. coûteux pour l'Etat et à la mesure des capacités contributives des citoyens. En résumé.Force est donc de constater que. quelles que soient la composition et l'étendue d'un système fiscal.

.Cette attitude s'explique par plusieurs raisons : l'emprunt est perçu généralement comme une subvention.G. le fonds d’équipement communal (le F. les collectivités locales doivent compter davantage sur des subventions ou des transferts des autorités centrales pour assurer leur financement.C. des prêts ou des avances aux préfectures et provinces.C. Les ressources du F.E. Au Maroc. la dotation globale d'équipement. Ces transferts sont des versements automatiques de l'Etat.E. le fonds national de péréquation de la taxe professionnelle (cas de la France). a leurs syndicats ainsi qu'aux régies communales dotées de la personnalité civile et de l'autonomie financière ». l'autofinancement est souvent considéré comme contraignant et peu avantageux. proviennent des emprunts autorisés par l'état et bénéficiant de sa garantie. des dons et lègs et toutes autres ressources pouvant lui être attribuées. la contrepartie aux exonérations de l'impôt foncier. Tout effort d'autofinancement supporte souvent une pression fiscale en général très coûteuse. 86 . etc. la compensation fiscale des transferts de compétences. Il est parfois abondant et d'un coût souvent faible. En résumé. des subventions budgétaires. des intérêts et remboursements des prêts qu'il consent. ces versements réguliers de l'Etat se font au titre du produit des impôts votés ou au titre des différents autres concours.D. SUBVENTIONS ET TRANSFERTS : Dans de nombreux pays. Elles revêtent diverses formes : la dotation globale de fonctionnement. des avances de la C. aux communes urbaines. le fonds de compensation de la TVA.) a pour objet « d'accorder aux fins de financement de leurs travaux d'équipement. IV. la dotation aux régions pour la formation professionnelle et l'apprentissage. En revanche. et rurales.

Ce recours est destiné à remédier aux situations romancières des communes qui sont inéluctablement disparates faute de mécanismes de nivellement des déséquilibres. Le recours à ces transferts est destiné à compenser les minorations de recettes fiscales. l'espace communal est par excellence le modèle de l'hétérogénéité. « Partout. Il va de soi que ces subventions et ces transferts sont souvent octroyés aux budgets provinciaux et préfectoraux et restent supérieurs à ceux accordés aux budgets ruraux. etc. Les écarts sont très grands entre les collectivités. Les déséquilibres des richesses entre les communes sont souvent flagrantes. les transferts sont devenus importants et couvrent des charges accrues. Il est fondé sur des « manques à gagner » des collectivités locales liés à des mesures fiscales nationales qui sont justifiées par des considérations d'intérêt général (l'aide à l'investissement industriel.). L'autonomie des collectivités locales est donc ici inexistante. Ils sont destinés par excellence à assurer l'équilibre de leurs budgets. Aucune collectivité locale ne dispose de la même surface fiscale et par conséquent des mêmes recettes que les autres. Les statistiques varient certes d'une catégorie de pays à une autre mais décrivent toutes la même tendance : la part des transferts dans la couverture des dépenses de fonctionnement et d'équipement des collectivités locales atteint partout un pourcentage important.Etant une source de financement substantielle pour les collectivités locales. Elle représente plus d'un tiers du budget local. près d'un quart des recettes de fonctionnement et plus de la moitié des recettes d'investissement. ou la promotion de la construction neuve. Chaque commune est une 87 . soit plus de 50 % du total des finances locales.

véritable exception. il ne peut être que controversé. n'y a-t-il pas une nouvelle donnée qui constitue un facteur incitatif puissant pour le développement de politiques tarifaires ambitieuses ? Ou du moins. il est certain que le tarif peut être soit d'un usage assez modeste. son cadre comptable vieillissant fait mal ressortir les coûts. » V. son application est entravée par l'environnement réglementaire existant dans plusieurs pays. une forte tarification oppose de nombreux obstacles. soit totalement négligé. l'usage du tarif comme mode de financement des équipements collectifs et des services publics locaux est-il une voie à suivre dans le futur ? S’il l'est. Au peu d'avantages qu'elle présente. En effet. adaptée par nature à la diversité des situations locales et à la multiplicité des modes d'intervention des 88 . peut-on compter sur le tarif et développer son usage comme mode de financement des services publics locaux ? Ressource décentralisée et autonome. Sa conception reste dominée par le poids des habitudes. Les méthodes de gestion traditionnelles des collectivités locales ne se prêtent pas aisément à la démarche du tarif et hypothèquent les chances d'une tarification efficace. Dans ces conditions. LES TARIFS : La tarification est-elle un élément de réponse à la rareté des ressources financières locales ? Le financement par le tarif est-il tenu dans une relative indifférence malgré les difficultés rencontrées par les collectivités locales pour faire croître leurs ressources ? Ne trouve-t-on pas dans cette situation une nouvelle légitimité pour recourir de façon accrue à la participation des usagers ? Autrement dit. qui ne saurait s'accommoder d'un standard fiscal.

la légitimité de l'action des acteurs locaux.collectivités. recherche de la qualité. Notons qu'il existe une action de réciprocité entre les pratiques tarifaires et les nouvelles méthodes de gestion : application de la comptabilité analytique. l'application du tarif comme mode de financement parallèle à la fiscalité nécessite une réflexion de l'Etat et des collectivités locales sur ce qui fonde.  sur le plan social : le recours à la modulation sociale des tarifs ou leur sélectivité permet de faciliter l'accès au service aux catégories défavorisées et d'apporter ainsi quelques correctifs au système de la distribution des revenus. le tarif revêt incontestablement un triple intérêt financier. le tarif permet de dégager un apport non négligeable pour le service et cela même alors que le surcroît des recettes tarifaires à atteindre ne saurait faire face. l'Etat recherche plusieurs voies permettant d'obtenir des sources additionnelles et sûres de financement. Bien entendu toutes les voies recherchées ont des mérites et des limites. etc. Par ailleurs. CONCLUSION : Au regard des besoins futurs des collectivités locales en moyens financiers pour couvrir leurs charges . à lui seul. à la croissance des dépenses locales. technique et social :  sur le plan financier : étant une ressource d'un maniement souple et adapté à chaque service. au-delà des fonctions régaliennes.  sur le plan des techniques de gestion : l'utilisation du tarif à des fins financières s'accompagne nécessairement d'un resserrement de la gestion et de la connaissance des coûts et de la demande. contrôle de gestion. 89 .

Le recours à la subvention ou la dotation d'équilibre reste dans une certaine mesure une fausse voie.La voie de la fiscalité locale reste limitée malgré les aménagements que l'on s'évertue d'y apporter. Elle reste néanmoins une voie à privilégier parce qu'elle permet l'autofinancement des collectivités locales et d'équilibrer parfois les charges de fonctionnement et les fonds propres. son optimisation et son contrôle. En fin. Une solution consistant à développer l'usage du tarif comme mode de financement des équipements collectifs et des services publics locaux est-elle une voie à suivre dans le futur ? les obstacles à une forte tarification vont apparaître au grand jour et le tarif ne correspond pas aux données actuelles des collectivités principalement les communes rurales étant donné la modestie des activités économiques propres. Car en définitive quel que soit le concours en ressources que l'on peut apporter. une solution la seule durable et dont l'impact est considérable. il n'est pas toujours évident que ces excédents des collectivités les mieux pourvues viennent en addition aux recettes affectées à l'équipement. est la maîtrise de la dépense au niveau de sa gestion. nombreux sont les budgets des collectivités locales qui sont déficitaires. C'est là une évolution déjà amorcée qu'il convient de renforcer. son orientation. Et même si ces budgets sont excédentaires. La voie de l'emprunt auprès du fonds d'Equipement communal demeure une solution insuffisante . 90 .à la limite dépassée si elle n'est pas complétée par une ouverture sur le marché financier national et international. D'où la nécessité qu'il y a à se doter d'un système d'attribution des subventions fondés sur des normes objectives. sa rationalisation.

91 .

Finances Publiques. deux volumes. Droit public. 4è éd.. GAUDEMET P. 1995. MAGNET J.. 2ème édition. 1992. Finances publiques. Les stratégies financières des collectivités locales.. Eléments de la comptabilité publique. Finances publiques. tome 1 : Budget et Trésor. 5ème éd. Notions essentielles de finances publiques.. LGDJ. droit fiscal. MOLINIER J. 5ème éd. PHILIP L.. Armand Colin. trois volumes.. 1996. Sirey. MUZELLEC R.. Dictionnaire encyclopédique de finances publiques. Nathan. PAUL M. PAYSANT A. Nathan. Eska. Coll. tome 2 : Emprunt et impôt. (études coordonnées). PLAGNET B. 1995. Finances publiques.. SPINDLER J.. MAGNET J. LAURENT. 2è éd. 1997. 92 . 1997... 7ème éd. 1995. (sous la direction de).. Dalloz.-M. 1995. Economica. 1994. – BOYER B. 1995. droit public et sciences politiques. LGDJ. ISAIA H.. Les finances publiques de A à Z.. Dalloz. Les comptables publics.. COTTERET J.. TROTABAS L. éd. droit financier. Sirey. « Etapes Mémento ». Droit budgétaire et comptabilité publique. dictionnaire de droit budgétaire et comptabilité publique..-M. 1997. SAIDJ L. 1995.-P. LGDJ... 3ème éd.BIBLIOGRAPHIE 1. Economica. Ouvrages généraux CONAN M. Histoire du droit des finances publiques.

1994. Dalloz. 93 .MUZELLEC R. Finances locales.

FINANCES PUBLIQUES* Prof. : Mostafa RHOMARI Introduction Définition et caractères des Finances Publiques Domaine des Finances Publiques Grands Problèmes posés par les Finances Publiques Partie I : Les problèmes généraux des Finances Publiques Chapitre I : Evolution des Finances Publiques Section I : Période classique Section II : Période de l’interventionnisme étatique et crises des Finances Publiques Section III : Finances Publiques modernes Chapitre II : Aspects économiques des Finances Publiques Section I : Dépenses publiques et économie : Importances des dépenses publiques Diversification des dépenses publiques Influence économique des dépenses publiques 94 .

annualité Principe de l’équilibre Spécialité des crédits Chapitre II : Règles de la comptabilité publique Section I : Notion de comptabilité publique Section II : Règle de la séparation des ordonnateurs et des comptables Section III : Principe de l’unité de trésorerie 95 .Section II : Ressources publiques et économie : Importance des ressources Diversification des ressources de l’Etat Influence économique des ressources publiques Chapitre III : Insertion des Finances Publiques dans l’économie nationale Section I : Finances Publiques et comptes de la Nation Section II : Finances Publiques et politiques à court terme Section III : Finances Publiques et politique à moyen terme Section IV : Limites de la politique budgétaire Partie II : Droit budgétaire et financier Chapitre I : Principes généraux du Droit budgétaire et financier Section I : Domaine constitutionnel des Finances Publiques Section II : Grands principes du Droit budgétaire Section III : Grands principes du droit budgétaire : Unité. universalité.

loi de finances rectificatives.Partie III : Finances de l’Etat Chapitre I : Présentation des lois de finances Section I : Différentes catégories de lois de finances (loi de finances initiales. loi de règlement. …) Section II : Structure et contenu de la loi de finances Section III : Documents budgétaires Chapitre II : Préparation et vote de la loi des finances Section II : Préparation de la loi de finances Section II : Vote de la loi de finances Chapitre III : Exécution des lois de finances Section I : Exécution des dépenses Section II : Exécution des recettes Chapitre IV : Contrôle des Finances Publiques Section I : Différents types de contrôle : Contrôle à priori Contrôle en cours Contrôle à posteriori Section II : Sanctions des irrégularités : Responsabilités du comptable Responsabilité de l’ordonnateur 96 .

liquidations.Partie IV : Ressources publiques Chapitre I : Ressources définitives Section I : Prélèvements obligatoires : Impôts – Taxes – Redevances – Parafiscalité Section II : Prélèvements non obligatoires : Rémunérations pour services rendus Revenus des domaines Revenus divers Chapitre II : Ressources temporaires Section I : Trésor public : Notion de trésor public Ressources du trésor Rôle du trésor public Section II : Emprunt public : Notion d’emprunt Techniques de l’emprunt Rôle du trésor public Chapitre III : L’impôt Section I : Théorie générale de l’impôt : Fondements juridiques de l’impôt Fonctions de l’impôt Grandes catégories d’impôts Etablissement de l’impôt (assiettes. recouvrement) 97 .

produit du patrimoine) Section II : Ressources affectées Section III : Ressources d’emprunt (FEC) Chapitre III : Techniques d’analyse des finances locales Section I : Analyse des recettes Section II : Analyse des dépenses Section III : Projections budgétaires 98 . de vote et d’exécution du budget communal Chapitre II : Moyens de financement des budgets des collectivités locales Section I : Ressources locales (fiscalité.Section II : Le système fiscal : Imposition de la dépense (ex : TVA) Imposition des revenus (ex : IGR & I. contexture et méthodes de lecture Section III : Techniques d’élaboration.S) Imposition du capital Section III : Eléments de politique fiscale : Données de la psychologie fiscale Données de la justice fiscale Difficultés de la réforme fiscale Partie V : Les institutions financières de l’Etat Rôle du parlement Rôle du gouvernement – Ministère des Finances Rôle des juridictions : Cour des Comptes Partie VI : Les finances locales Introduction : Cadre institutionnel des finances locales Evolution des finances locales (période 60-76 – Période 77-86 – Période 87 à nos jours Chapitre I : Cadre budgétaire et comptable des collectivités locales Section I : Définition des principes budgétaires Section II : Documents budgétaires : présentation.

Section IV : Analyse de la capacité de financement (exemple d’une commune) Chapitre IV : Autonomie financière locale Section I : Déconcentration financière Déconcentration des investissements Déconcentration du contrôle Section II : Décentralisation financière Pouvoir financier communal Pouvoir financier régional Concours financier de l’Etat 99 .

Les pouvoirs budgétaires du parlement. Les relations financières entre l’Etat et les collectivités locales. L'ajustement des ressources de l'Etat aux dépenses (opérations de trésorerie de l’Etat – Emprunt public). L'autonomie financière des collectivités locales (mythe ou réalité ?) Le Trésor public. L'utilité du principe de la séparation des ordonnateurs et des comptables. Le contrôle de l’exécution du budget de l'Etat. Le rôle financier du parlement demeure-t-il important ? Le comptable public.SUJETS DE CONCOURS DE CATEGORIE A L'exécution des dépenses publiques. La préparation et le vote de la loi de finances. L’impôt indirect est-il un outil important de politique budgétaire ? Le contrôle de l'exécution de la loi de finances. Le Trésor : organisation et fonctions.D. 100 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful

Master Your Semester with Scribd & The New York Times

Special offer for students: Only $4.99/month.

Master Your Semester with a Special Offer from Scribd & The New York Times

Cancel anytime.