1

Cours de Mathématiques
Financières
2
Objectif du cours
Ce cours vise à présenter les différents éléments du calcul
financier et d’expliquer la notion de la valeur temporelle de
l’argent. Il fait apparaître principalement cinq
préoccupations :
 La différence entre les différents types d’intérêts (intérêt
simple, intérêt composé).
 La différence entre les situations d’actualisation et de
capitalisation.
 La méthode de calcul de la valeur future et la valeur
présente d’une somme ou d’une suite d’annuités.
 Les grands domaines d’application du calcul financier.
 Les tableaux d’amortissement des emprunts.

3
Contenu du cours
 Pour atteindre les objectifs d’apprentissage, le contenu du
cours est structuré en cinq chapitres :
 Chapitre 1 : Intérêt, Capitalisation et Actualisation.
 Chapitre 2 : Les annuités.
 Chapitre 3 : Les emprunts indivis
 Chapitre 4 : Les emprunts obligataires
 Chapitre 5 : Les crédits de Court Terme.
 Chacun des chapitres comporte des applications
permettant à l’étudiant de bien assimiler le contenu du
cours. Des exercices et des problèmes à la fin de chaque
chapitre permettront à l’étudiant de tester ses
connaissances.
4
Référence bibliographique
 ANSION G. et HOUBEN T., Mathématiques financières, Armand
Colin, 1989.
 BOISSONADE M., Mathématiques financières, Armand Colin, 1998.
 BONNEAU P. et WISZNIAK M., Mathématiques financières
approfondies, Dunod, 1998.
 CHOYAKH M., Mathématiques financières, CLE, 1998.
 DEFFAINS-CRAPSKY C., Mathématiques financières, Bréal, 2003.
 ELLOUZE A., Mathématiques financières, CLE, 2000.
 HELLARA S., Mathématiques financières, Ets. Ben abdellah, 1997.
 JUSTENS D. et ROSOUX J., Introduction à la mathématique
financière, De Boeck University, 1995.
 MASEIRI W., Mathématiques financières, Sirey, 1997.
 PIERMAY M., LAZIMI A. et HEREIL O., Mathématiques financières,
Economica, 1998.
 QUITTARD-PINON F., Mathématiques financières, ems, 2002.
 SRAIRI S., Manuel de mathématiques financières, CLE, 1997.
5
Premier chapitre


Intérêt, Capitalisation et Actualisation
6
1. Définition et justification de l’intérêt

1.1 Définition de l’intérêt

7
L’intérêt peut être défini comme la rémunération d’un prêt
d’argent.
C’est le prix à payer par l’emprunteur au prêteur, pour
rémunérer le service rendu par la mise à disposition d’une
somme d’argent pendant une période de temps.
L’intérêt simple concerne essentiellement les opérations à
court terme.
Trois facteurs essentiels déterminent le coût de l’intérêt :
 la somme prêtée,
 la durée du prêt,
 et le taux auquel cette somme est prêtée.
Il y a deux types d’intérêt : l’intérêt simple et l’intérêt
composé
8
1.2 Justification de l’intérêt

9


►La privation de consommation: Lorsqu’une
personne (le prêteur) prête une somme d’argent à
une autre (l’emprunteur), elle se prive d’une
consommation immédiate. Il est ainsi normal
qu’elle reçoive en contrepartie une rémunération
de la part de l’emprunteur pour se dédommager de
cette privation provisoire.
10


►La prise en compte du risque: Une personne qui
prête de l’argent, le fait pour une durée étalée
dans le temps. Elle court, dès lors, un risque
inhérent au futur. La réalisation de ce risque
résulte au moins des éléments suivants :
11
♣ L’insolvabilité de l’emprunteur : dans le cas où
l’emprunteur se trouve incapable de rembourser sa
dette, lorsque celle-ci vient à échéance, le prêteur
risque de perdre l’argent qu’il a déjà prêté. Il est
alors normal qu’il exige une rémunération pour
couvrir le risque encouru et dont l’importance sera
appréciée en fonction de la probabilité de non
remboursement.
♣ L’inflation : entre la date de prêt et la date de
remboursement, la valeur du prêt peut diminuer à
la suite d’une érosion monétaire connue
également sous le nom d’inflation. Le prêteur peut
donc exiger une rémunération pour compenser cet
effet.
12
2. Capitalisation et Actualisation



13
2.1 Principe

D’après ce qui précède, le taux d’intérêt apparaît
comme le taux de transformation de l’argent dans
le temps. Cette relation entre temps et taux
d’intérêt signifie que deux sommes d’argent ne
sont équivalentes que si elles sont égales à la
même date.
Dès lors, pour pouvoir comparer deux ou des
sommes disponibles à différentes dates le
passage par les techniques de calcul actuariel
(capitalisation et actualisation) devient nécessaire.
14

2.2 L’actualisation

L’actualisation est une technique qui consiste à faire
reculer dans le temps une valeur future pour
calculer sa valeur présente appelée Valeur
Actuelle.
La valeur actuelle C
0
d’une somme d’argent C
1

disponible dans une année et placée au taux i, est
donnée par la formule suivante:
15
n
n
i c c
÷
+ = ) 1 (
0

n
t
0
t
?
0
= c
n
c
n
n
i c c
÷
+ = ) 1 (
0

16
2.3 Capitalisation

Contrairement à l’actualisation, la capitalisation
consiste à faire avancer dans le temps une valeur
présente pour calculer sa valeur future appelée
aussi Valeur Acquise.
La valeur acquise C
1
d’une somme d’argent présente
C
0
capitalisée au taux i pendant une année est
égale à :
C
1
= C
0
(1 + i)
17
Dès lors, la valeur future C
n
d’une somme d’argent
présente C
0
disponible après n années et placée au taux
i est égale à :

n
n
i c c
÷
+ = ) 1 (
0
0
t
0
C
? =
n
C
n
n
i c c
÷
+ = ) 1 (
0
18
3. L’intérêt simple

19
3.1 Principe et champ d’application

L’intérêt simple se calcule toujours sur le principal. Il
ne s’ajoute pas au capital pour porter lui même
intérêt. L’intérêt simple est proportionnel au capital
prêté ou emprunté. Il est d’autant plus élevé que le
montant prêté ou emprunté est important et que
l’argent est prêté ou emprunté pour longtemps. Il
est versé en une seule fois au début de l’opération,
c'est-à-dire lors de la remise du prêt, ou à la fin de
l’opération c’est à dire lors du remboursement.
L’intérêt simple concerne essentiellement les
opérations à court terme (inférieures à un an).
20
3.2 Calcul pratique

Soit,
 C : le montant du capital prêté ou emprunté (valeur
nominale)
 i : le taux d’intérêt annuel (en pourcentage )
 n : la durée de placement (en année )
 I : le montant de l’intérêt à calculer
 C
n
: la valeur acquise par le capital en Dhs (valeur
future)
21


On a : I = C. i. n
Et Cn= C+ I

100
. . n i C
C C
n
+ =
)
100
.
1 (
n i
C C
n
+ =
22
Remarques
- Si la durée du placement est exprimé en mois, on aura :
12
.
100
.
n i
C I =
1200
. . n i C
I =
)
1200
.
1 (
n i
C C
n
+ =
et
23
- Si la durée du placement est exprimée en jours, on aura :

360
.
100
.
n i
C I =

Et
)
36000
.
1 (
36000
. .
n i
C C
n i C
I
n
+ =
=

24
Pour une durée de placement exprimée en jours,
l’usage fait que l’intérêt est calculé sur la base de
l’année financière ou commerciale comptant 360
jours et non pas l’année civile comptant 365 jours
ou 366 jours.
L’exception est faite pour les comptes à terme et les
bons de caisse dont l’intérêt servi est calculé sur la
base de l’année civile, c’est à dire 365 jours.
Par ailleurs, il faut aussi signaler que lorsque la
durée est exprimée en jours, les mois sont
comptés à leur nombre exact de jours, et on ne
tient compte que de l’une des deux dates
extrêmes.
25
Exemple:
Une somme de 10000 dirhams est placée sur un
compte du 23 Avril au 9 Août au taux simple de
7%
1/ Calculer le montant de l’intérêt produit à
l’échéance.
2/ Calculer la valeur acquise par ce capital.
3/ Chercher la date de remboursement pour un
intérêt produit égal à 315 dirhams.
26
Solutions :
1. On a :
36000
. . n i C
I =
, C= 10000, i= 7, calculons alors le nombre de jours de
placement.
¦
¦
¦
)
¦
¦
¦
`
¹
=
=
=
=
=
9
31
30
31
7
Août
Juillet
Juin
Mai
Avril
108 jours
dirhams I 210
36000
108 . 7 . 10000
= =
2. La valeur acquise par ce capital est égale à
n
C
,
n
C
= C+ I= 10000+210= 10210 dirhams
27
3 Date de remboursement correspondant à un intérêt de 315 dirhams
36000
. . n i C
I =
donc
i C
I
n
.
. 36000
= jours n 162
7 . 10000
315 . 36000
= = ¬
30
31
31
30
31
7
=
=
=
=
=
=
Septembre
Août
Juillet
Juin
Mai
Avril


160
2 = Octobre

162
28
4. Taux proportionnel et taux équivalent

29
Les taux d’intérêt sont généralement exprimés en
taux annuels. Mais, on peut considérer une
période plus courte que l’année, par exemple, le
semestre, le trimestre le mois ou le jour. De même,
les intérêts peuvent être capitalisés chaque
semestre, chaque trimestre, chaque mois ou
chaque jour. Ainsi, lorsque le taux d’intérêt est
annuel et l’on considère une période inférieure à
l’année, le taux d’intérêt prévalant pour cette
période devra être calculé. Pour ce faire, on
emploie l’un des deux taux suivants:
 le taux proportionnel
ou
 le taux équivalent

30
4.1. Taux proportionnel
Deux taux correspondants à des périodes différentes
sont dits proportionnels, lorsque leur rapport est
égal au rapport de leurs périodes de capitalisation
respectives.
soit ,
 i : taux annuel
 k : le nombre de périodes dans l’année
 i
k
: taux proportionnel par période
31
On a alors
k
i
i
k
=
Ainsi si :
♣ =
s
i taux semestriel, alors
2
i
i
s
=
♣ =
t
i taux trimestriel, alors
4
i
i
t
=
♣ =
m
i taux mensuel, alors
12
i
i
m
=
32
 4.2. Taux équivalent
Deux taux correspondants à des périodes de
capitalisation différentes, sont dits équivalents
lorsqu’ils produisent la même valeur acquise
quand ils sont appliqués au même capital.
Soit,
 i : taux annuel équivalent
 k : nombre de périodes de l’année
 i
k
: taux équivalent par période
33
On alors :
( ) 1 1 ÷ + =
k
k
i i

♣ =
s
i taux semestriel, alors
( ) 1 1
2
1
÷ + = i i
s
♣ =
t
i taux trimestriel, alors
( ) 1 1
4
1
÷ + = i i
t

♣ =
m
i taux mensuel, alors
( ) 1 1
4
1
÷ + = i i
m
34
Exemple
Calculer le taux semestriel proportionnel et le taux semestriel
équivalent pour i = 9 %.
Taux semestriel proportionnel % 5 , 4 045 , 0
2
09 , 0
= = = =
s
i
Taux semestriel équivalent ( ) % 4 , 4 044 , 0 1 09 , 0 1
2
1
= = ÷ + = =
s
i
35
5. Intérêt composé
36
5.1. Principe et champ d’application

Un capital est dit placé à intérêt composé, lorsqu’à
l’issue de chaque période de placement, les
intérêts sont ajoutés au capital pour porter eux
même intérêts à la période suivante au taux
convenu.
On parle alors d’une capitalisation des intérêts. Cette
dernière opération est généralement appliquée
lorsque la durée de placement dépasse un an.
37
5.2 Calcul pratique

Soit,
 C
0
: le capital initial
 i : le taux d’intérêt par période pour une durée d’un
an
 n : nombre de périodes de placement
 C
n
: Valeur acquise par le capital C
0
pendant n
périodes
Le tableau qui suit présente la méthode de calcul
des intérêts et de valeur acquise à la fin de chaque
année :
38
Péride
(année)
Capital début
de la période
L’intérêt de
l’année
Valeur acquise par le capital en fin de période
après prise en considération des intérêts
1
0
C i C
0
) 1 ( .
0 0 0
i C i C C + = +
2
) 1 (
0
i C + i i C ) 1 (
0
+
2
0 0 0
) 1 ( ). 1 ( ) 1 ( i C i i C i C + = + + +
3
2
0
) 1 ( i C + i i C
2
0
) 1 ( +
3
0
2
0
2
0
) 1 ( . ) 1 ( ) 1 ( i C i i C i C + = + + +
:


n-1
2
0
) 1 (
÷
+
n
i C i i C
n 2
0
) 1 (
÷
+
1
0
2
0
2
0
) 1 ( . ) 1 ( ) 1 (
÷ ÷ ÷
+ = + + +
n n n
i C i i C i C
N
1
0
) 1 (
÷
+
n
i C i i C
n 1
0
) 1 (
÷
+
n n n
i C i i C i C ) 1 ( . ) 1 ( ) 1 (
0
1
0
1
0
+ = + + +
÷ ÷


39
La valeur acquise par le capital C
0
à la fin de n périodes au taux i est donc donnée par la
formule suivante :
n
n
i C C ) 1 (
0
+ =
40
Remarques
La formule
n’est applicable que si le taux d’intérêt i et la durée n sont
homogènes, c’est à dire exprimés dans la même unité de
temps que la période de capitalisation . Si par exemple, il
est convenu entre le prêteur et l’emprunteur que les
intérêts doivent être capitalisés à la fin de chaque mois, la
formule ne sera applicable que si le taux d’intérêt est
mensuel et que la durée de placement est exprimée en
mois.
n
n
i C C ) 1 (
0
+ =
41
Exemple:
Une somme de 10000 dirhams est placée pendant 5
ans au taux annuel de 10%.
1/ Quelle somme obtient-on à l’issue de ce
placement ?
2/ Si au bout de cette période de placement on
souhaite obtenir 20000 dirhams, quelle somme
doit-on placer aujourd’hui ?
3/ Si la somme placée aujourd’hui est de 10000
dirhams, après combien de temps disposera-t-on
d’une somme égale à 23580 dirhams ?
4/ Si au bout de 5 ans la valeur acquise du
placement est de 17821 dirhams à quel taux le
placement a été effectué ?
42
Solution :
1/ Valeur acquise :
Cn = C
0
(1 + i)
n
C
5
= 10000 (1 + 0,1)
5
= 16105,100 dirhams
2/ Valeur actuelle correspondante à une valeur acquise de 20000 dirhams.
Cn = C
5
(1 + i)
n
¬ C
0
= Cn (1 + i)
-n
C
0
= 20000 (1 + 0,1)
-5
= 12418,426 dirhams.
3/ Durée de placement
( ) ( )
( )
( )
ans n n
i
C C
n i n C C i C C
n
n
n
n
9
1 , 0 1 log
10000 log 23580 log
1 log
log log
1 log . log log 1
0
0 0
= ¬
+
÷
=
+
÷
= ¬ + + = ¬ + =

4/ Taux de placement
( ) ( )
%. 25 , 12
1225 , 0 1
10000
17821
1 1 1
5
1
1
0 0
0
=
= ÷
|
.
|

\
|
= ¬ ÷
|
|
.
|

\
|
= ¬ = + ¬ + =
i
i
C
C
i
C
C
i i C C
n
n n
n n
n

43
Exercices

44
Intérêt simple
1. Un individu place 82 500 dh pendant 7 mois, à partir du
13 novembre 1992 au taux annuel de 11%. Combien
récupère-t-il à la fin de son placement ?

2. Une personne a placé un capital de 25 200 dh pour une
durée allant du 27 mai 1992 au 8 août de la même
année au taux annuel de 12%. Combien a-t-elle
récupéré à la fin de son placement ?

3. Deux capitaux sont placés à intérêts simples pendant 2
ans. Le plus petit à 11%, l’autre à 9%. Trouver les deux
capitaux sachant que le plus petit a rapporté 280 dh de
plus que l’autre et que la différence entre les deux
capitaux est de 1000 dh.

45
4. Soient les trois placement suivants :
 Placement A : 17 500 dh du 01/07/91 au 05/11/91, à 9% ;
 Placement B : 12000 dh du 12/11/91 au 29/12/91, à 10,5% ;
 Placement C : 27 500 dh du 04/04/91 au 12/10/91, à 8,5%.
Calculer le taux moyen de placement de ces trois capitaux.

5. Deux capitaux sont placés à intérêts simples pour une
année. Leurs revenus sont respectivement 1760 dh et
2750 dh. Le second capital est placé à un taux supérieur
de 3% par rapport au premier et lui est supérieur de
3000 dh. Trouver les deux capitaux et les deux taux
d’intérêt (taux d’intérêt à retenir : i≤11%).

46
Intérêt composé
1. On place un capital de 15 000 dh pendant 4 ans
au taux annuel de 9%. Calculer sa valeur acquise
si la période de capitalisation est :
 Le semestre
 Le trimestre
a) En utilisant les taux proportionnels
b) En utilisant les taux équivalents.

2.Donner la valeur acquise par un capital de 160 000
dh au bout de 3 ans et 4 mois, à un taux annuel
de 9,25% ?
 Utiliser la solution rationnelle.
 Utiliser la solution commerciale.

47
3. Calculer les valeurs actuelles des placements
suivants :
 22 000 dh payables dans 5 ans et 5 mois, taux 11%
 15 000 dh payables dans 6 ans, taux 9,25%
 18 000 dh payables dans 13 ans 2 semestres et 2
mois, taux 9%.
4. Une personne place un capital de 300 000 dh au
taux semestriel (i). deux ans après, elle retire 100
000 dh. Deux ans après ce retrait, elle dispose
d’un solde qui s’élève à 293 584,86 dh.
 Calculer le taux semestriel ?
 Donner également le aux annuel de ce placement ?

48
5. Un investisseur place 5000 dh pendant 5 ans à
intérêt composé, au taux annuel de 4,5%.
1) Calculer l’intérêt produit par ce placement à la fin
de la première année.
2) Calculer la valeur acquise par ce capital au bout
des cinq ans de placement.
3) Calculer l’intérêt total produit par ce placement au
bout des cinq années.
49
Deuxième chapitre

Les annuités

50
1. Définition et caractéristiques

On appelle annuités une suite de flux monétaires
perçus ou réglés à intervalles de temps égaux. Le
terme « annuité » est habituellement réservé à
des périodicités annuelles. Lorsque la période est
différente de l’année, il est préférable de remplacer
le terme « annuité » par « semestrialité »,
«trimestrialité » ou « mensualité ».
51
L’étude des annuités consiste à déterminer la valeur actuelle
ou la valeur acquise, à une date donnée, d’une suite de
flux. Elle prend en considération la date du premier flux, la
périodicité des flux, le nombre des flux et le montant de
chaque flux.
Lorsque les annuités sont égales, on parle d’annuités
constantes, alors que lorsque leur montant varie d’une
période à une autre, on parle d’annuités variables.
Les annuités peuvent être perçues ou versées en début de
période ou en fin de période.
Les annuités peuvent être certaines lorsque leur nombre est
connu à l’avance, aléatoires ou viagères, lorsque leur
nombre est inconnu au moment du contrat ou enfin
perpétuelles lorsque leur nombre est illimité.
52
2. Les annuités constantes
2.1 Les annuités constantes de fin
de période

2.1.1 La valeur acquise

On appelle valeur acquise par une suite d’annuités
constantes de fin de période, la somme des annuités
exprimée immédiatement après le versement de la
dernière annuité.
(
n
C )
53
0
1 2 1 ÷ n
n
A A A
A
( )
2
1
÷
+
n
i A
¿
=
n
C
A
( ) i A + 1
( )
1
1
÷
+
n
i A
54
Si on note par:
n
C : la valeur acquise par la suite des annuités
a : l’annuité constante de fin de période
n : le nombre de périodes (d’annuités)
i : le taux d’intérêt par période de capitalisation
On a alors:
( ) ( ) ( ) ( )
( ) ( ) ( ) ( ) | |
1 2 2
1 2 2
1 1 ...... 1 1 1
1 1 ..... 1 1
÷ ÷
÷ ÷
+ + + + + + + + + =
+ + + + + + + + + =
n n
n
n n
n
i i i i A C
i A i A i A i A A C

Il s’agit d’une suite géométrique de premier terme 1, de raison géométrique q = (1+i) et
comprenant n termes. La formule devient donc:
55
( )
( )
( )
( ) | | 1 1
1 1
1 1
1 1
÷ +
=
÷ +
=
÷ +
÷ +
=
n
n
n
n
n
n
i
i C
A
i
i
A C
i
i
A C
56
2.1.2 La valeur actuelle

On appelle valeur actuelle d’une suite d’annuités constantes de fin de période, la somme des
annuités actualisées (
n
C ) exprimée à la date origine.
57
0
A
2 1 ÷ n
n
( )
1
1
÷
+ i A
( )
2
1
÷
+ i A
( )
1
1
+ ÷
+
n
i A
( )
n
i A
÷
+ 1
¿
=
0
C
A A A
58
Si on note par:
C
0
= la valeur actuelle par la suite des annuités
a = l’annuité constante de fin de période
n = le nombre de périodes (d’annuités)
i = le taux d’intérêt par période de capitalisation
( )
i
i
A C
n ÷
+ ÷
=
1 1
0


59
2.2. Les annuités constantes de début de
période
2.2.1. La valeur acquise

Si on considère que les flux sont versés en début de
période, on obtient le graphique suivant :
60
0
1 2 1 ÷ n
n
A A A
( )
2
1
÷
+
n
i A( )
2
1
÷
+
n
i A
¿
=
n
C
A
( ) i A + 1
( )
1
1
÷
+
n
i A
( )
n
i A + 1
61
( )
( )
i
i
i A C
n
n
1 1
1
÷ +
+ =
62
2.2.2. La valeur actuelle

0
A
2 1 ÷ n
n
( )
1
1
÷
+ i A
( )
2
1
÷
+ i A
( )
1
1
+ ÷
+
n
i A
¿
=
0
C
A A A
1
A
63
( )
( )
i
i
i A C
n ÷
+ ÷
+ =
1 1
1
0
64
3. Les annuités variables
3.1 Les annuités quelconques
3.1.1 Les annuités quelconques
de fin de période
3.1.1.1 La valeur acquise
65
Si on note :
=
n
C la valeur acquise par la suite des annuités.
=
p
A L’annuité à la date p.
= n Le nombre de périodes (d’annuités)
= i Le taux d’intérêt par période de capitalisation
Alors:

( ) ( ) ( )
( )
¿
=
÷
÷ ÷
÷
+ =
+ + + + + + + =
n
p
p n
p n
n n
n n n
i A C
i A i A i A A C
1
1
1
2
2 1
1
1 1 ...... 1

66
3.1.1.2 La valeur actuelle
( ) ( ) ( ) ( )
( )
¿
=
÷
÷ + ÷
÷
÷ ÷
+ =
+ + + + + + + + =
n
p
p
p n
n
n
n
n
i A C
i A i A i A i A C
1
1
1
2
2
1
1 0
1
1 1 ...... 1 1
67
3.1.2 Les annuités quelconques de
début de période
3.1.2.1 La valeur acquise
( ) ( ) ( ) ( )
( )
¿
=
+ ÷
÷
÷
+ =
+ + + + + + + + =
n
p
p n
p n
n n
n n n
i A C
i A i A i A i A C
1
1
1
1
2
2
1
1
1 1 ...... 1 1
68
3.1.2.2 La valeur actuelle
( ) ( ) ( )
( )
¿
=
+ ÷
+ ÷ + ÷
÷
÷
+ =
+ + + + + + + =
n
p
p
p n
n
n
n
n n
i A C
i A i A i A A C
1
1
1 2
1
1
2 1
1
1 1 ...... 1
69

3.2 Les annuités en progression
géométrique

3.2.1 Les annuités de fin de période en
progression arithmétique

3.2.1.1 La valeur acquise
70
Soit une progression d’annuités
géométrique de fin de période de
raison 1+π représentée par le
graphique suivant : avec 1+π = q
71
72
( )
( )
(
¸
(

¸

+ ÷
+ ÷
=
i q
i q
C
n
n
n
1
1
( ) ( )
( ) ( )
(
(
¸
(

¸

+ ÷ +
+ ÷ +
=
n
n
n
i
i
A C
1 1
1 1
t
t
73
3.2.1.2 La valeur actuelle
On sait que : ( )
n
n
i C C
÷
+ = 1
0

Alors :
( )
( ) ( )
( ) ( )
(
¸
(

¸

+ ÷ +
+ ÷ +
×
+
=
i
i
i
A
C
n n
n
n
1 1
1 1
1
t
t
74
3.3.2 Les annuités de début de
période en progression géométrique
3..3.2.1 La valeur acquise

( )
( ) ( )
( ) ( )
(
¸
(

¸

+ ÷ +
+ ÷ +
+ =
i
i
i A C
n n
n
1 1
1 1
1
t
t
75
3.3.2.2 La valeur actuelle

( )
( ) ( )
( ) ( )
n
n
n
i
i
i
A
C
+ ÷ +
+ ÷ +
×
+
=
÷
1 1
1 1
1
1
0
t
t
76
Exercices

 Calculer la valeur acquise, au moment du dernier versement, par une
suite de 15 annuités de 35 000 dh. Taux : 10% l’an.

 Combien faut –il verser à la fin de chaque semestre pendant 8 ans,
pour constituer, au moment du dernier versement, un capital de 450
000 dh. Taux semestriel : 4,5%.

 Par le versement de 10 annuités, de 18 000 dh chacune on constitue,
au moment du versement du 10ième terme, un capital de 300 000 dh.
Trouver le taux de capitalisation.

 Par le versement de n annuités de 32 000 dh chacune on constitue un
capital de 384 000 dh. Taux : 9% l’an. Trouver n.

 On place 8 annuités constantes de 17500 dh chacune ; au moment du
dernier versement le capital constitué s’élève à 190 00 dh. Trouver le
taux

 Combien d’annuités de 20 000 dh chacune, faut-il placer, pour
disposer au moment du dernier versement d’une valeur acquise de
300 000 dh ? Taux : 9,5% l’an.

77
Chapitre trois


Les emprunts indivis
78
1. Définition

Un emprunt indivis est un emprunt ordinaire faisant
l’objet d’un contrat entre un prêteur et un
emprunteur. Il n’y a qu’un seul prêteur, il est donc
indivisible, d’où le qualificatif indivis.
Le remboursement de cet emprunt s’effectue
généralement, par annuités de fin de période.
Chaque annuité est composée de deux éléments :
► Un remboursement d’une partie du capital
emprunté, appelé l’amortissement.
► Une partie intérêt calculée sur la base du taux
d’intérêt convenu entre les deux parties et du
capital restant dû dépendant.
79
2 Remboursement d’un emprunt
Le remboursement d’un emprunt dépend du mode
d’amortissement utilisé (in fine, par annuités
constantes ou par amortissement constant). D’une
façon générale le tableau d’amortissement se
présente comme suit :
80
Période Capital restant dû
Début de période
Intérêt de la
période
Amortissement Annuités de fin
de période
1
0
C
i C I .
0 1
=

1 1
m AC =
1 1 1
m I A + =
2
1 0 1
m C C ÷ = i C I .
1 2
=
2
m
2 2 2
m I A + =

P
1 2 1 ÷ ÷ ÷
÷ =
p p p
m C C i C I
p p
.
1 ÷
=
p
m
p p p
m I A + =

n
1 2 1 ÷ ÷ ÷
÷ =
n n n
m C C i C I
n n
.
1 ÷
=
n
m
n n n
m I A + =

81
 Avec:
 C0 : capital restant dû au début de la première année soit
le montant de l’emprunt.
 Ip: intérêt de la pème période.
 Mp: amortissement de la pème période.
 Ap: annuité de la pème période.
 Cp-1: capital restant dû au début de la pème période.
Les amortissements servent à rembourser la dette donc leur
somme est égale au capital emprunté:

0
1
C m
n
p
p
=
¿
=
82
Après le paiement du n
ème
amortissement m
n
, le capital restant dû est égal à zéro donc la dette
non remboursée avant le paiement de m
n
est égale à m
n
c’est à dire C
n-1
= m
n

83
Relation entre deux annuités
successives :
¦
¹
¦
´
¦
× + = + =
× + = + =
+ + +
÷
i C m I m A
i C m I m A
p p p p
p p p p
1 1 1
1

( ) i m m A A
i C i C m m A A
p p p p
p p p p p p
+ ÷ = ÷
× ÷ × + ÷ = ÷
+ +
÷ + +
1
1 1
1 1 1

84
2.1. Remboursement in fine
Le remboursement du capital d’un emprunt s’effectue en une seule fois, à la fin du contrat. Le
montant de l’intérêt (I) versé à chaque échéance, prévue par le contrat, est égal au montant
emprunté multiplié par le taux d’intérêt.



0 1 2 1 ÷ n
n
0
EmpruntC
0
Re tC mboursemen
I I I I
85
Tableau d’amortissement
Période Capital restant

Début de
période
Intérêt de la
période
Amortissement Annuités de fin de
période
1
0
C
i C I I .
0 1
= =


I I A = =
1 1

2
0
C i C I I .
0 2
= =

I I A = =
2 2


P
0
C i C I I
p
.
0
= =

I I A
p p
= =

n
0
C i C I I
n
.
0
= =
0
C
0 0
C I C I A
n n
+ = + =

86
2.2 Remboursement par annuités
constantes

Période Capital restant dû
Début de période
Intérêt de la
période
Amortissement Annuités de fin
de période
1
0
C
i C I .
0 1
=

1 1
m AC =
1 1 1
m I A + =
2
1 0 1
m C C ÷ = i C I .
1 2
=
2
m
2 2 2
m I A + =

P
1 2 1 ÷ ÷ ÷
÷ =
p p p
m C C i C I
p p
.
1 ÷
=
p
m
p p p
m I A + =

N
1 2 1 ÷ ÷ ÷
÷ =
n n n
m C C i C I
n n
.
1 ÷
=
n
m
n n n
m I A + =

87
On a,
( ) i m A
i m m A i C m A I m A et
A A A A A
n
n n n n n n
n p
+ =
+ = · + = · + =
= = = = = =
÷
1
. . ,
.... .....
1
2 1

88
Loi de succession des
amortissements
( )
( )
n
p p
i m A
i m m
+ =
+ =
+
1
1
1
1
89
Relation entre
0
C et le premier amortissement
1
m
( )
( )
(
¸
(

¸

÷ +
=
(
¸
(

¸

÷ +
=
1 1
1 1
0 1
1 0
n
n
i
i
C m
i
i
m C
90
Relation entre
0
C et l’annuité constante A
( )
( )
(
¸
(

¸

+ ÷
=
(
¸
(

¸

+ ÷
=
÷
÷
n
n
i
i
C A
i
i
A C
1 1
1 1
0
0
91
Exemple :
Le tableau d’amortissement d’un emprunt remboursable par annuités constantes indique que
les intérêts payés l’avant dernière année s’élèvent à 12300 dirhams et les intérêts payés la
dernière année sont égaux à 6300 dirhams. Enfin, la différence entre les intérêts de la 1
ère

année et ceux de la 2ème année s’élève à 4061,040 dirhams.
Déterminer i, A,
1
m puis
0
C .
92
Solution
On a :

( )
( ) i m i C C i C i C dirhams I I
i m i C dirhams I
i m m i C dirhams I
n n n
n n n n
. . . . 040 , 4061
. . 6300
. . 12300
1 1 0 1 0 2 1
1
1 2 1
= ÷ = ÷ = = ÷
= = =
+ = = =
÷
÷ ÷ ÷
( )
( ) | | ( )
( )
% 5
05 , 0
2
12300
6300
1
1
) 1 ( 1
1
1
12300
6300
12300
6300
1 1
1
12300 1 1
6300
1 . :
1
1
=
= ·
= ÷
÷
·
+ +
÷ = ¬
=
+ +
+
¬
¹
´
¦
= × + +
= ×
+ =
÷
÷
i
i
i
i
i
i
i i m
i m
i m m que onsait
n
n
n n
93
( ) ( )
( )
( )
dirhams
i
I I
m
i m i C C i C i C I I
dirhams A i m A
dirhams m i m
n
n n
800 , 81220
05 , 0
040 , 4061
. . . . 040 , 4061
132300 05 , 0 1 126000 1 .
126000 6300 .
2 1
1
1 1 0 1 0 2 1
= =
÷
= ¬
= ÷ = ÷ = = ÷
= · + = + =
= · =
( ) ( )
dirhams C
i
m A
C i C m A
1021584
05 , 0
800 , 81220 132300
0
1
0 0 1
=
÷
=
÷
= · × + =
94
2.3. Remboursement d’un emprunt par
amortissements constants

Soit:
C0: le montant de l’emprunt
n : le nombre d ’annuités
m : amortissement constant
¬
¦
)
¦
`
¹
× =
=
÷
i C I
n
C
m
p p 1
0
Donc, les annuités ne sont pas constantes
95
Période Capital restant dû
Début de période
Intérêt de la
période
Amortissement Annuités de fin
de période
1
0
C
i C I .
0 1
=

m
m I A + =
1 1

2
1 0 1
m C C ÷ = i C I .
1 2
=
m
m I A + =
2 2


P
1 2 1 ÷ ÷ ÷
÷ =
p p p
m C C i C I
p p
.
1 ÷
=
m
m I A
p p
+ =

n
1 2 1 ÷ ÷ ÷
÷ =
n n n
m C C i C I
n n
.
1 ÷
=
m
m I A
n n
+ =

96
Loi de succession des annuités
On a :
( )
i
n
C
A A
n
C
m m
i m m A A
p p
p p
p p p p
× ÷ =
= =
+ ÷ = ÷
+
+
+ +
0
1
0
1
1 1
1

On remarque que les annuités sont en progression arithmétique de raison
|
.
|

\
|
× ÷ i
n
C
0

97
Exemple :
Un emprunt indivis contracté au taux annuel i est remboursable par 5 annuités: A
1
, A
2
, A
3
, A
4
,
A
5
.
Les amortissements successifs m
1
, m
2
, m
3
, m
4
et m
5
forment une progression géométrique de
raison (1+k), k étant différent de i.
1) Sachant que:
- Les intérêts de la
2ème
année I
2
= 102102 dirhams
- Les intérêts de la
4ème
année I
4
= 55902 dirhams.
- Le
2ème
amortissement m
2
= 440000 dirhams.
Calculer i
2) Déterminer le montant de l’emprunt et dresser le tableau d’amortissement.
98
Solution
On a :

( ) ( )
( )
( ) | |
( ) ( )
( ) ( )
( ) ( ) 2 55902 .
1 102102 . '
. .
. .
.
. . .
440000
. 55902
. 102102
5 4 4
5 4 3 2 2
5 4 3 2 1 5 4 3 2 1
3 2 1 0 3 4
5 4 3 2
1 5 4 3 2 1 1 0 1 2
2
3 4
1 2
= + =
= + + + =
+ = ÷ ÷ ÷ + + + + =
+ + ÷ = =
+ + + =
÷ + + + + = ÷ = =
=
= =
= =
i m m I
i m m m m I ou D
i m m i m m m m m m m m
i m m m C i C I
i m m m m
i m m m m m m i m C i C I
m
i C I
i C I
99
( ) ( ) ( ) ( )
( ) ( )
( )
( )
( ) | |
| |
% 10
) 1 , 1 ( 21 , 1 ) 1 ( 21 , 1
) 1 ( 1
) 1 ( 1
21 , 1
) 1 (
1
21 , 1
46200
55902
3 / 2
3 46200 55902 102102 . 2 1
2 2
2
4
2 2
4 4
3 2
5 4
3 2
= ¬
= = + · =
+ +
+ +
· =
+ +
+ +
= =
× +
× +
¬
= ÷ = + ¬ ÷
k
k
k m
k m
k m m
k m m
i m m
i m m
i m m
( )
% 5
05 , 0
) 1 , 1 ( 440000 440000
46200
46200
46200 : ), 3 (
3 2
3 2
=
=
+
= ·
+
= · = × +
i Donc
i
m m
i i m m a on de partir A
100
dirhams C C
k
m
m or
k
k
m C
k m k m k m k m m m C
n
i
i
2442040 2442040
1 , 0
1 ) 1 , 1 (
400000
1 , 1
440000
1
1 ) 1 (
) 1 ( ) 1 ( ) 1 ( ) 1 ( ) 2
0
5
0
2
1
5
1 0
4
1
3
1
2
1 1
1
1 0
= · =
÷
= ·
=
+
= =
÷ +
= ·
+ + + + + + + + = =
¿
=
Le tableau d’amortissement de cet emprunt se présente comme suit :
période Capital restant

Amortissement Annuité Intérêt
1
2
3
4
5
2442040
2042040
1602040
1118040
585640
400000
440000
484000
532400
585640
122102
102102
80102
55902
29282
522102
542102
564102
588302
614929

101
Chapitre quatre


Les emprunts obligataires

102
1. Définition

Lorsque le montant de l’emprunt est très élevé, l’emprunteur est obligé de s’adresser à
plusieurs prêteurs appelés « obligataires » ou « souscripteurs ». En effet, le montant de
l’emprunt est divisé en parts égales négociables appelées obligations.
En dehors de certains cas particuliers, l’obligation donne à son détenteur le droit de percevoir
un intérêt annuel (coupon) et d’être remboursé de son titre à l’échéance.
Les principes mathématiques sont identiques à ceux des emprunts indivis sauf que le capital
emprunté est remboursé à différents prêteurs. Donc, pour constituer un capital de nominal D
0
,
l’emprunteur émet N obligations égales d’un montant C
On aura:

N C× =
0
D
103
2. Les principales caractéristiques
d’une obligation

Les obligations sont caractérisées par les éléments suivants:
► La valeur nominale (C): C’est la valeur faciale de l’obligation. Elle est
unique pour toutes les obligations d’un même emprunt. Elle constitue le
montant à partir duquel est établi le tableau d’amortissement et la base
de calcul des intérêts.
►La valeur d’émission (E): C’est la somme effectivement payée par
l’obligataire pour l’achat d’une obligation. Ce prix peut être différent du
nominal. Lorsqu’il est égal au nominal, on dit que l’obligation est émise «
au pair », s’il en est inférieur, on dit que l’obligation est « au dessous du
pair » alors que s’il en est supérieur, on dit que l’émission est « au
dessus du pair ». La différence entre la valeur d’émission et la valeur
nominale est appelée prime d’émission.
►La valeur de remboursement (R): C’est la somme versée par
l’emprunteur au moment du remboursement de l’obligation. Cette
somme peut être égale à la valeur nominale, on parle dans ce cas d’un
remboursement « au pair », ou supérieure à la valeur nominale et on
parle alors d’un remboursement « au dessus du pair ». La différence
entre la valeur de remboursement et la valeur d’émission est appelée
prime de remboursement.
104
Le mode de remboursement peut être:
♣ En bloc ou in fine: tous les titres sont remboursés en une seule fois à
l’échéance.
♣ Par amortissement constant: un même nombre d’obligations tirées au
sort est remboursé chaque année.
♣ Par annuités sensiblement constantes: les obligations à amortir
chaque année sont également tirées au sort. Les annuités ne sont pas
strictement constantes parce que l’amortissement doit concerner un
nombre entier d’obligations.
♦ Le taux nominal (i) : C’est la rémunération de l’obligation. On l’appelle
aussi taux facial. Appliqué à la valeur nominale, il permet de calculer le
montant des intérêts (coupon).
♦ La date de souscription : C’est la date de règlement de l’achat de
l’obligation par le souscripteur.
♦ La date de jouissance : C’est la date à partir de laquelle les intérêts
commencent à courir.
♦ Le coupon (c): c’est le montant des intérêts servis à chaque échéance,
pour chaque obligation. On a : c = C * i.

Objectif du cours
Ce cours vise à présenter les différents éléments du calcul financier et d’expliquer la notion de la valeur temporelle de l’argent. Il fait apparaître principalement cinq préoccupations :  La différence entre les différents types d’intérêts (intérêt simple, intérêt composé).  La différence entre les situations d’actualisation et de capitalisation.  La méthode de calcul de la valeur future et la valeur présente d’une somme ou d’une suite d’annuités.  Les grands domaines d’application du calcul financier.  Les tableaux d’amortissement des emprunts.
2


 


 

Pour atteindre les objectifs d’apprentissage, le contenu du cours est structuré en cinq chapitres : Chapitre 1 : Intérêt, Capitalisation et Actualisation. Chapitre 2 : Les annuités. Chapitre 3 : Les emprunts indivis Chapitre 4 : Les emprunts obligataires Chapitre 5 : Les crédits de Court Terme. Chacun des chapitres comporte des applications permettant à l’étudiant de bien assimiler le contenu du cours. Des exercices et des problèmes à la fin de chaque chapitre permettront à l’étudiant de tester ses connaissances.
3

Contenu du cours

QUITTARD-PINON F. 2003. Sirey. et WISZNIAK M. CLE. Mathématiques financières approfondies.. BONNEAU P. et ROSOUX J... Bréal. Introduction à la mathématique financière.. Mathématiques financières.. 1997. 4 SRAIRI S. PIERMAY M. CLE. Mathématiques financières. Dunod. 2000. . Mathématiques financières. De Boeck University. ems. Mathématiques financières.. Mathématiques financières. 1997. Ets. Mathématiques financières. MASEIRI W.. JUSTENS D. 1998. DEFFAINS-CRAPSKY C.. CLE. Mathématiques financières. Mathématiques financières. Manuel de mathématiques financières. BOISSONADE M. et HEREIL O.. Economica... Armand Colin. LAZIMI A. et HOUBEN T. CHOYAKH M. HELLARA S. 1998. 1997.. Mathématiques financières. Ben abdellah.. 1989. ELLOUZE A.Référence bibliographique             ANSION G. 1998. 2002. Armand Colin. 1998. 1995.

Premier chapitre Intérêt. Capitalisation et Actualisation 5 .

1 Définition de l’intérêt 6 . Définition et justification de l’intérêt 1.1.

L’intérêt peut être défini comme la rémunération d’un prêt d’argent. Trois facteurs essentiels déterminent le coût de l’intérêt :  la somme prêtée. L’intérêt simple concerne essentiellement les opérations à court terme. Il y a deux types d’intérêt : l’intérêt simple et l’intérêt composé 7 . C’est le prix à payer par l’emprunteur au prêteur. pour rémunérer le service rendu par la mise à disposition d’une somme d’argent pendant une période de temps.  la durée du prêt.  et le taux auquel cette somme est prêtée.

1.2 Justification de l’intérêt 8 .

elle se prive d’une consommation immédiate.►La privation de consommation: Lorsqu’une personne (le prêteur) prête une somme d’argent à une autre (l’emprunteur). Il est ainsi normal qu’elle reçoive en contrepartie une rémunération de la part de l’emprunteur pour se dédommager de cette privation provisoire. 9 .

dès lors.►La prise en compte du risque: Une personne qui prête de l’argent. Elle court. le fait pour une durée étalée dans le temps. La réalisation de ce risque résulte au moins des éléments suivants : 10 . un risque inhérent au futur.

♣ L’insolvabilité de l’emprunteur : dans le cas où l’emprunteur se trouve incapable de rembourser sa dette. Le prêteur peut donc exiger une rémunération pour compenser cet effet. 11 . ♣ L’inflation : entre la date de prêt et la date de remboursement. la valeur du prêt peut diminuer à la suite d’une érosion monétaire connue également sous le nom d’inflation. lorsque celle-ci vient à échéance. le prêteur risque de perdre l’argent qu’il a déjà prêté. Il est alors normal qu’il exige une rémunération pour couvrir le risque encouru et dont l’importance sera appréciée en fonction de la probabilité de non remboursement.

Capitalisation et Actualisation 12 .2.

Cette relation entre temps et taux d’intérêt signifie que deux sommes d’argent ne sont équivalentes que si elles sont égales à la même date. pour pouvoir comparer deux ou des sommes disponibles à différentes dates le passage par les techniques de calcul actuariel (capitalisation et actualisation) devient nécessaire. Dès lors. le taux d’intérêt apparaît comme le taux de transformation de l’argent dans le temps.2.1 Principe D’après ce qui précède. 13 .

est donnée par la formule suivante: 14 .2. La valeur actuelle C0 d’une somme d’argent C1 disponible dans une année et placée au taux i.2 L’actualisation L’actualisation est une technique qui consiste à faire reculer dans le temps une valeur future pour calculer sa valeur présente appelée Valeur Actuelle.

c0  cn (1  i ) t0 n tn c0  ? cn n c0  cn (1  i) 15 .

3 Capitalisation Contrairement à l’actualisation. la capitalisation consiste à faire avancer dans le temps une valeur présente pour calculer sa valeur future appelée aussi Valeur Acquise. La valeur acquise C1 d’une somme d’argent présente C0 capitalisée au taux i pendant une année est égale à : C1 = C0 (1 + i) 16 .2.

Dès lors. la valeur future Cn d’une somme d’argent présente C0 disponible après n années et placée au taux i est égale à : cn  c0 (1  i ) t0 C0 n Cn  ? cn  c0 (1  i )  n 17 .

3. L’intérêt simple 18 .

19 .1 Principe et champ d’application L’intérêt simple se calcule toujours sur le principal. Il ne s’ajoute pas au capital pour porter lui même intérêt. Il est versé en une seule fois au début de l’opération.3. L’intérêt simple concerne essentiellement les opérations à court terme (inférieures à un an). L’intérêt simple est proportionnel au capital prêté ou emprunté. Il est d’autant plus élevé que le montant prêté ou emprunté est important et que l’argent est prêté ou emprunté pour longtemps. ou à la fin de l’opération c’est à dire lors du remboursement. c'est-à-dire lors de la remise du prêt.

 C : le montant du capital prêté ou emprunté (valeur nominale)  i : le taux d’intérêt annuel (en pourcentage )  n : la durée de placement (en année )  I : le montant de l’intérêt à calculer  Cn : la valeur acquise par le capital en Dhs (valeur future) 20 .2 Calcul pratique Soit.3.

n C n  C (1  ) 100 21 . n Cn= C+ I C.i.On a : Et I = C. i.n Cn  C  100 i.

100 12 et C.i. .Remarques  Si la durée du placement est exprimé en mois.n C n  C (1  ) 1200 22 .n I  1200 i. on aura : i n I  C.

on aura : i n I  C.i.n C n  C (1  ) 36000 23 . . Si la durée du placement est exprimée en jours. 100 360 C.n I 36000 Et i.

L’exception est faite pour les comptes à terme et les bons de caisse dont l’intérêt servi est calculé sur la base de l’année civile. les mois sont comptés à leur nombre exact de jours. et on ne tient compte que de l’une des deux dates extrêmes. il faut aussi signaler que lorsque la durée est exprimée en jours. l’usage fait que l’intérêt est calculé sur la base de l’année financière ou commerciale comptant 360 jours et non pas l’année civile comptant 365 jours ou 366 jours. 24 .Pour une durée de placement exprimée en jours. Par ailleurs. c’est à dire 365 jours.

25 .Exemple: Une somme de 10000 dirhams est placée sur un compte du 23 Avril au 9 Août au taux simple de 7% 1/ Calculer le montant de l’intérêt produit à l’échéance. 3/ Chercher la date de remboursement pour un intérêt produit égal à 315 dirhams. 2/ Calculer la valeur acquise par ce capital.

7.Solutions : 1. La valeur acquise par ce capital est égale à Cn . calculons alors le nombre de jours de placement.i. i= 7. 36000 C= 10000. Avril  7  Mai  31    Juin  30  108 jours Juillet  31  Août  9   10000. On a : C. C n = C+ I= 10000+210= 10210 dirhams 26 .108 I  210dirhams 36000 2.n I .

i.n I  36000 Avril  7 Mai  31 Juin  30 Juillet  31 Août  31 Septembre  30 160 donc n  36000.I 36000.315 n  162 jours C.3 Date de remboursement correspondant à un intérêt de 315 dirhams C.i 10000.7 Octobre  2 162 27 .

4. Taux proportionnel et taux équivalent 28 .

Ainsi. le taux d’intérêt prévalant pour cette période devra être calculé. le semestre. De même. les intérêts peuvent être capitalisés chaque semestre. chaque trimestre. le trimestre le mois ou le jour. on peut considérer une période plus courte que l’année. chaque mois ou chaque jour.Les taux d’intérêt sont généralement exprimés en taux annuels. Pour ce faire. lorsque le taux d’intérêt est annuel et l’on considère une période inférieure à l’année. Mais. on emploie l’un des deux taux suivants:  le taux proportionnel ou  le taux équivalent 29 . par exemple.

Taux proportionnel Deux taux correspondants à des périodes différentes sont dits proportionnels. soit .1.  i : taux annuel  k : le nombre de périodes dans l’année  ik : taux proportionnel par période 30 . lorsque leur rapport est égal au rapport de leurs périodes de capitalisation respectives.4.

alors it  4 ♣ im  taux mensuel.On a alors Ainsi si : i ik  k i ♣ i s  taux semestriel. alors i m i  12 31 . alors i s  2 i ♣ it  taux trimestriel.

sont dits équivalents lorsqu’ils produisent la même valeur acquise quand ils sont appliqués au même capital. Taux équivalent Deux taux correspondants à des périodes de capitalisation différentes.  i : taux annuel équivalent  k : nombre de périodes de l’année  ik : taux équivalent par période  32 . Soit.4.2.

alors ♣ it  taux trimestriel. alors im  1  i   1 1 4 33 . alors is  1  i   1 1 2 it  1  i   1 1 4 ♣ im  taux mensuel.On alors : ik  k 1  i   1 ♣ i s  taux semestriel.

5% Taux semestriel proportionnel  is  2 Taux semestriel équivalent  is  1  0.09  0.09   1  0.Exemple Calculer le taux semestriel proportionnel et le taux semestriel équivalent pour i = 9 %. 0.4% 1 2 34 .044  4.045  4.

Intérêt composé 35 .5.

On parle alors d’une capitalisation des intérêts. Cette dernière opération est généralement appliquée lorsque la durée de placement dépasse un an. 36 .5.1. les intérêts sont ajoutés au capital pour porter eux même intérêts à la période suivante au taux convenu. lorsqu’à l’issue de chaque période de placement. Principe et champ d’application Un capital est dit placé à intérêt composé.

5.  C0 : le capital initial  i : le taux d’intérêt par période pour une durée d’un an  n : nombre de périodes de placement  Cn : Valeur acquise par le capital C0 pendant n périodes Le tableau qui suit présente la méthode de calcul des intérêts et de valeur acquise à la fin de chaque année : 37 .2 Calcul pratique Soit.

i  C0 (1  i) 3 C 0 (1  i) n2 i C0 (1  i) n2  C0 (1  i) n2 .i  C0 (1  i) n1 C0 (1  i) n1  C0 (1  i) n1 .Péride Capital début L’intérêt de l’année C0i C0 (1  i)i C 0 (1  i) i 2 Valeur acquise par le capital en fin de période après prise en considération des intérêts C0  C0 .i  C0 (1  i) 2 2 2 (année) de la période 1 2 3 : n-1 N C0 (1  i) n2 C0 (1  i) n1 C0 C 0 (1  i) C0 (1  i) 2 C0 (1  i)  C0 (1  i) .i  C0 (1  i) C0 (1  i)  C0 (1  i).i  C0 (1  i) n 38 C 0 (1  i) n1 i .

La valeur acquise par le capital C0 à la fin de n périodes au taux i est donc donnée par la formule suivante : C n  C0 (1  i) n 39 .

Remarques La formule C n  C 0 (1  i ) n n’est applicable que si le taux d’intérêt i et la durée n sont homogènes. c’est à dire exprimés dans la même unité de temps que la période de capitalisation . il est convenu entre le prêteur et l’emprunteur que les intérêts doivent être capitalisés à la fin de chaque mois. la formule ne sera applicable que si le taux d’intérêt est mensuel et que la durée de placement est exprimée en mois. Si par exemple. 40 .

après combien de temps disposera-t-on d’une somme égale à 23580 dirhams ? 4/ Si au bout de 5 ans la valeur acquise du placement est de 17821 dirhams à quel taux le placement a été effectué ? 41 . 1/ Quelle somme obtient-on à l’issue de ce placement ? 2/ Si au bout de cette période de placement on souhaite obtenir 20000 dirhams. quelle somme doit-on placer aujourd’hui ? 3/ Si la somme placée aujourd’hui est de 10000 dirhams.Exemple: Une somme de 10000 dirhams est placée pendant 5 ans au taux annuel de 10%.

.1 4/ Taux de placement C n  C 0 1  i   1  i   n n C Cn i n C C0  0  17821   1  i      1  0. 3/ Durée de placement C n  C 0 1  i   log C n  log C 0  n.1)-5 = 12418.Solution : 1/ Valeur acquise : Cn = C0 (1 + i)n C5 = 10000 (1 + 0.1225   10000   42 1 n 1 5 i  12.426 dirhams.100 dirhams 2/ Valeur actuelle correspondante à une valeur acquise de 20000 dirhams. log 1  i   n  n log C n  log C 0 log 1  i  n log 23580  log 10000  n  9ans log 1  0.25%. Cn = C5 (1 + i)n  C0 = Cn (1 + i)-n C0 = 20000 (1 + 0.1)5 = 16105.

Exercices 43 .

Le plus petit à 11%. l’autre à 9%. Combien a-t-elle récupéré à la fin de son placement ? Deux capitaux sont placés à intérêts simples pendant 2 ans. à partir du 13 novembre 1992 au taux annuel de 11%. 44 3.Intérêt simple 1. . Une personne a placé un capital de 25 200 dh pour une durée allant du 27 mai 1992 au 8 août de la même année au taux annuel de 12%. Combien récupère-t-il à la fin de son placement ? 2. Trouver les deux capitaux sachant que le plus petit a rapporté 280 dh de plus que l’autre et que la différence entre les deux capitaux est de 1000 dh. Un individu place 82 500 dh pendant 7 mois.

5% . 5. à 8. Le second capital est placé à un taux supérieur de 3% par rapport au premier et lui est supérieur de 3000 dh. à 9% . à 10. Placement C : 27 500 dh du 04/04/91 au 12/10/91. Soient les trois placement suivants :    Placement A : 17 500 dh du 01/07/91 au 05/11/91. Leurs revenus sont respectivement 1760 dh et 2750 dh.5%. Placement B : 12000 dh du 12/11/91 au 29/12/91.4. Trouver les deux capitaux et les deux taux d’intérêt (taux d’intérêt à retenir : i≤11%). Calculer le taux moyen de placement de ces trois capitaux. Deux capitaux sont placés à intérêts simples pour une année. 45 .

Intérêt composé 1. 46 . à un taux annuel de 9. On place un capital de 15 000 dh pendant 4 ans au taux annuel de 9%. Utiliser la solution commerciale. 2.Donner la valeur acquise par un capital de 160 000 dh au bout de 3 ans et 4 mois.25% ?   Utiliser la solution rationnelle. Calculer sa valeur acquise si la période de capitalisation est :   Le semestre Le trimestre a) En utilisant les taux proportionnels b) En utilisant les taux équivalents.

4. taux 9.86 dh.3. taux 9%. Calculer les valeurs actuelles des placements suivants :    22 000 dh payables dans 5 ans et 5 mois. Deux ans après ce retrait. deux ans après. elle dispose d’un solde qui s’élève à 293 584. taux 11% 15 000 dh payables dans 6 ans.   Calculer le taux semestriel ? Donner également le aux annuel de ce placement ? 47 .25% 18 000 dh payables dans 13 ans 2 semestres et 2 mois. elle retire 100 000 dh. Une personne place un capital de 300 000 dh au taux semestriel (i).

1) Calculer l’intérêt produit par ce placement à la fin de la première année. 48 . Un investisseur place 5000 dh pendant 5 ans à intérêt composé. 3) Calculer l’intérêt total produit par ce placement au bout des cinq années. 2) Calculer la valeur acquise par ce capital au bout des cinq ans de placement. au taux annuel de 4.5.5%.

Deuxième chapitre Les annuités 49 .

50 . Lorsque la période est différente de l’année. «trimestrialité » ou « mensualité ».1. Le terme « annuité » est habituellement réservé à des périodicités annuelles. il est préférable de remplacer le terme « annuité » par « semestrialité ». Définition et caractéristiques On appelle annuités une suite de flux monétaires perçus ou réglés à intervalles de temps égaux.

Les annuités peuvent être perçues ou versées en début de période ou en fin de période. aléatoires ou viagères. alors que lorsque leur montant varie d’une période à une autre. Elle prend en considération la date du premier flux. lorsque leur nombre est inconnu au moment du contrat ou enfin perpétuelles lorsque leur nombre est illimité. à une date donnée. le nombre des flux et le montant de chaque flux. on parle d’annuités variables. la périodicité des flux. on parle d’annuités constantes. 51 . Les annuités peuvent être certaines lorsque leur nombre est connu à l’avance. Lorsque les annuités sont égales.L’étude des annuités consiste à déterminer la valeur actuelle ou la valeur acquise. d’une suite de flux.

2. 52 . la somme des annuités exprimée immédiatement après le versement de la dernière annuité.1 La valeur acquise ( Cn ) On appelle valeur acquise par une suite d’annuités constantes de fin de période.1 Les annuités constantes de fin de période 2. Les annuités constantes 2.1.

A A 2 A n 1 A 0 1 n A A1  i  A1  i  A1  i  n2 n 1 Cn   53 .

Si on note par: C n : la valeur acquise par la suite des annuités a : l’annuité constante de fin de période n : le nombre de périodes (d’annuités) i : le taux d’intérêt par période de capitalisation On a alors: Cn  A  A1  i   A1  i   ..... de raison géométrique q = (1+i) et comprenant n termes.... A1  i   A1  i  2 n2 n 1 Cn  A 1  1  i   1  i   .. La formule devient donc: 54 . 1  i   1  i  2 n2  n 1  Il s’agit d’une suite géométrique de premier terme 1..

  i  1 1 C n A   i  1 1 n   i  1 1 C  A n n i A  1  i  Cni n 1  55 .

56 . la somme des annuités actualisées ( C n ) exprimée à la date origine.1.2.2 La valeur actuelle On appelle valeur actuelle d’une suite d’annuités constantes de fin de période.

A A A A n 0 A1  i  1 2 n 1 A1  i  2 A1  i  A1  i   n 1 n C0   57 .

Si on note par: C0 = la valeur actuelle par la suite des annuités a = l’annuité constante de fin de période n = le nombre de périodes (d’annuités) i = le taux d’intérêt par période de capitalisation 1  1  i  C0  A i n 58 .

on obtient le graphique suivant : 59 .2.2. La valeur acquise Si on considère que les flux sont versés en début de période.1.2. Les annuités constantes de début de période 2.

A A 2 A n 1 A 0 1 n A1  i  A1  i  A1  i  n2 n 1 A1  i  n Cn   60 .

Cn 1  i   A1  i  i n 1 61 .

La valeur actuelle A 0 A A1  i  A1  i  1 A A A 1 2 n 1 n 2 A1  i   n 1 C0   62 .2.2.2.

1  1  i  C 0  A1  i  i n 63 .

1.1 La valeur acquise 64 . Les annuités variables 3.1 Les annuités quelconques 3.3.1.1.1 Les annuités quelconques de fin de période 3.

Si on note : C n  la valeur acquise par la suite des annuités.. n  Le nombre de périodes (d’annuités) i  Le taux d’intérêt par période de capitalisation Alors: C n  An  An1 1  i   . A2 1  i  C n   Ap 1  i  p 1 n n p n2  A1 1  i  n 1 65 ... A p  L’annuité à la date p...

. An1 1  i   An 1  i  1 2  n1 n Cn   Ap 1  i  p 1 n p 66 ...1...1.3.2 La valeur actuelle C0  A1 1  i   A2 1  i   .

.2...3. A2 1  i   A1 1  i  2 n 1 n Cn   Ap 1  i  p 1 n n  p 1 67 ..1.2 Les annuités quelconques de début de période 3.1.1 La valeur acquise Cn  An 1  i   An 1 1  i   ..

...2... An1 1  i  1  n2  An 1  i   n1 Cn   Ap 1  i  p 1 n  p 1 68 .3.1.2 La valeur actuelle Cn  A1  A2 1  i   .

3.2 Les annuités en progression géométrique 3.2.1 Les annuités de fin de période en progression arithmétique 3.2.1.1 La valeur acquise

69

Soit une progression d’annuités géométrique de fin de période de raison 1+π représentée par le graphique suivant : avec 1+π = q

70

71

 q  1  i   Cn     q  1  i   n n  1     1  i  C n  A  1     1  i   n n     72 .

3.2.1.2 La valeur actuelle

On sait que : C0  Cn 1  i Alors :

n

 1   n  1  i n  A Cn    n  1  i   1     1  i  
73

3.3.2 Les annuités de début de période en progression géométrique 3..3.2.1 La valeur acquise

 1   n  1  i n  C n  A1  i    1     1  i  

74

3.3.2.2 La valeur actuelle

1     1  i C0   n 1 1  i 1     1  i
A
n

n

75

par une suite de 15 annuités de 35 000 dh. pour disposer au moment du dernier versement d’une valeur acquise de 76 300 000 dh ? Taux : 9. Taux : 9% l’an. au moment du versement du 10ième terme. Par le versement de 10 annuités.5%. au moment du dernier versement. au moment du dernier versement le capital constitué s’élève à 190 00 dh. Trouver le taux de capitalisation. On place 8 annuités constantes de 17500 dh chacune . un capital de 300 000 dh. Combien faut –il verser à la fin de chaque semestre pendant 8 ans. un capital de 450 000 dh.5% l’an. au moment du dernier versement. de 18 000 dh chacune on constitue. Taux : 10% l’an. faut-il placer. Taux semestriel : 4.      . Trouver le taux Combien d’annuités de 20 000 dh chacune. pour constituer. Par le versement de n annuités de 32 000 dh chacune on constitue un capital de 384 000 dh. Trouver n.Exercices  Calculer la valeur acquise.

Chapitre trois Les emprunts indivis 77 .

► Une partie intérêt calculée sur la base du taux d’intérêt convenu entre les deux parties et du capital restant dû dépendant. Le remboursement de cet emprunt s’effectue généralement. appelé l’amortissement. d’où le qualificatif indivis.1. Définition Un emprunt indivis est un emprunt ordinaire faisant l’objet d’un contrat entre un prêteur et un emprunteur. Chaque annuité est composée de deux éléments : ► Un remboursement d’une partie du capital emprunté. 78 . il est donc indivisible. Il n’y a qu’un seul prêteur. par annuités de fin de période.

par annuités constantes ou par amortissement constant). D’une façon générale le tableau d’amortissement se présente comme suit : 79 .2 Remboursement d’un emprunt Le remboursement d’un emprunt dépend du mode d’amortissement utilisé (in fine.

i Cn1  Cn2  mn1 I n  C n1 .i m2 mp C p1  C p2  m p1 I p  C p1 .i AC1  m1 C0 C1  C0  m1 Annuités de fin de période A1  I1  m1 A2  I 2  m2 Ap  I p  m p I 2  C1 .Période 1 2 P n Capital restant dû Intérêt de la Amortissement Début de période période I 1  C 0 .i mn An  I n  mn 80 .

 Cp-1: capital restant dû au début de la pème période.  Ip: intérêt de la pème période.Avec:  C0 : capital restant dû au début de la première année soit le montant de l’emprunt.  Mp: amortissement de la pème période.  Ap: annuité de la pème période. Les amortissements servent à rembourser la dette donc leur somme est égale au capital emprunté:  n m p 1 p  C0 81 .

Après le paiement du n amortissement mn. le capital restant dû est égal à zéro donc la dette non remboursée avant le paiement de mn est égale à mn c’est à dire Cn-1 = mn ème 82 .

Relation entre deux annuités successives : Ap1  Ap  m p1  m p  C p  i  C p1  i Ap1  Ap  m p1  m p 1  i   A  m p  I p  m p  C p 1  i    A  m p 1  I p 1  m p 1  C p  i  83 .

1. 0 1 I 2 I I n 1 n I Re mboursemen tC0 EmpruntC0 84 . est égal au montant emprunté multiplié par le taux d’intérêt.2. Remboursement in fine Le remboursement du capital d’un emprunt s’effectue en une seule fois. prévue par le contrat. Le montant de l’intérêt (I) versé à chaque échéance. à la fin du contrat.

i C0 A1  I1  I C0 C0 C0 I 2  I  C0 .i C0 An  I n  C0  I  C0 85 .Tableau d’amortissement Période Capital restant Intérêt de la Amortissement Annuités de fin de dû période période Début de période I1  I  C0 .i I p  I  C0 .i 1 2 P n A2  I 2  I Ap  I p  I I n  I  C0 .

i AC1  m1 I 2  C1 .2.i mn An  I n  mn 86 .2 Remboursement par annuités constantes Période 1 2 P N Capital restant dû Début de période C0 C1  C0  m1 Intérêt de la Amortissement période I 1  C 0 .i m2 mp Annuités de fin de période A1  I1  m1 A2  I 2  m2 Ap  I p  m p C p 1  C p 2  m p 1 I p  C p 1 .i Cn1  Cn2  mn1 I n  C n1 .

. Ap  .  An  A et...i A  mn 1  i  87 .On a. A  mn  I n  A  mn  Cn1 ..i  A  mn  mn .. A1  A2  ...

Loi de succession des amortissements m p 1  m p 1  i  A  m1 1  i  n 88 .

Relation entre C 0 et le premier amortissement m1 C0  1  i n  1   m1   i     i m1  C 0   n  1  i   1  89 .

Relation entre C 0 et l’annuité constante A C0 1  1  i  n   A  i     i A  C0  n  1  1  i   90 .

A. la différence entre les intérêts de la 1ère année et ceux de la 2ème année s’élève à 4061. Enfin. 91 .040 dirhams. m1 puis C 0 . Déterminer i.Exemple : Le tableau d’amortissement d’un emprunt remboursable par annuités constantes indique que les intérêts payés l’avant dernière année s’élèvent à 12300 dirhams et les intérêts payés la dernière année sont égaux à 6300 dirhams.

Solution On a : I n1  12300 dirhams  C n 2 .i  C1 .i I 1  I 2  4061.i I n  6300 dirhams  C n1 .i  mn1  mn .040 dirhams  C0 .05 i  5% 92 .i  mn .i  m1 .i onsait que : mn  mn 1.i  C 0  C1 .1  i  mn  i  6300 1 i 6300    mn 1 1  1  i  i  12300 1  1  i  12300 6300 1 1   1  2i 6300 12300 1  (1  i ) 1 12300  i  0.

i  m1 .mn .05 A  mn .i  C1 .05 C0  1021584 dirhams 93 .800   i 0.i  m1  i 0.05  A  132300 dirhams I 1  I 2   4061.040  81220.040  C 0 .800 dirhams A  m1  C0  i  C0  A  m1  132300  81220.1  i   1260001  0.i  6300  mn  126000dirhams I 1  I 2  4061.i  C 0  C1 .

les annuités ne sont pas constantes I p  C p 1  i   94 . Remboursement d’un emprunt par amortissements constants Soit: C0: le montant de l’emprunt n : le nombre d ’annuités m : amortissement constant C0  m  n   Donc.2.3.

i m m m Annuités de fin de période A1  I1  m A2  I 2  m Ap  I p  m C p 1  C p 2  m p 1 I p  C p 1 .i m I 2  C1 .Période 1 2 P n Capital restant dû Début de période C0 C1  C0  m1 Intérêt de la Amortissement période I 1  C 0 .i Cn1  Cn2  mn1 I n  C n1 .i An  I n  m 95 .

Loi de succession des annuités On a : A p 1  A p  m p 1  m p 1  i  m p 1  m p  A p 1 C0 n C  Ap  0  i n  C0  On remarque que les annuités sont en progression arithmétique de raison    i   n  96 .

97 .Le 2ème amortissement m2 = 440000 dirhams.Les intérêts de la 4ème année I4 = 55902 dirhams. 1) Sachant que: . k étant différent de i. m2.Exemple : Un emprunt indivis contracté au taux annuel i est remboursable par 5 annuités: A1. A3. A4. m4et m5 forment une progression géométrique de raison (1+k). Calculer i 2) Déterminer le montant de l’emprunt et dresser le tableau d’amortissement. m3. . A5 .Les intérêts de la 2ème année I2 = 102102 dirhams . A2. Les amortissements successifs m1.

i  m1  m2  m3  m4  m5  m1 .i  m4  m5 .i D' ou I 2  m2  m3  m4  m5 .i 1 2 98 .i  55902  m1  m2  m3  m4  m5  m1  m2  m3 .i  102102 I 4  m4  m5 .i I 4  55902  C 3 .i  C 0  m1  m2  m3 .Solution On a : I 2  102102  C1 .i I 4  C 3 .i  m2  m3  m4  m5 .i  C 0  m1 .i m2  440000 I 2  C1 .

21  m 2  m 2 (1  k ) m 2 1  (1  k )  k  10% 3 (1  k ) 2  1.21   1. on a : m2  m3   i  46200  i  m 2  m3 46200 i  0.21 m 2  m 3   i 46200 m 4  m 4 1  k  m 4 1  (1  k )  1.i  102102  55902  46200 m 4  m 5   i 55902 2 / 3    1.1  2  m 2  m 3 .1) Donc i  5% 99 .05 440000  440000(1.21  (1.1) 2 46200 A partir de(3).

2) C 0   mi  m1 m1 (1  k )  m1 (1  k ) 2  m1 (1  k ) 3  m1 (1  k ) 4 i 1 n m (1  k ) 5  1 440000  C 0  m1  or m1  2  k 1 k 1.1) 5  1  C 0  400000  2442040  C 0  2442040dirhams 0.1 (1.1 Le tableau d’amortissement de cet emprunt se présente comme suit : période Capital restant Amortissement Annuité dû 1 2442040 400000 122102 2 2042040 440000 102102 3 1602040 484000 80102 4 1118040 532400 55902 5 585640 585640 29282 Intérêt 522102 542102 564102 588302 614929 100 .

Chapitre quatre Les emprunts obligataires 101 .

En effet. Définition Lorsque le montant de l’emprunt est très élevé. Donc.1. pour constituer un capital de nominal D0. En dehors de certains cas particuliers. le montant de l’emprunt est divisé en parts égales négociables appelées obligations. l’obligation donne à son détenteur le droit de percevoir un intérêt annuel (coupon) et d’être remboursé de son titre à l’échéance. l’emprunteur est obligé de s’adresser à plusieurs prêteurs appelés « obligataires » ou « souscripteurs ». l’emprunteur émet N obligations égales d’un montant C On aura: D0  C  N 102 . Les principes mathématiques sont identiques à ceux des emprunts indivis sauf que le capital emprunté est remboursé à différents prêteurs.

. La différence entre la valeur d’émission et la valeur nominale est appelée prime d’émission. Ce prix peut être différent du nominal. s’il en est inférieur. on dit que l’obligation est émise « au pair ». Elle constitue le montant à partir duquel est établi le tableau d’amortissement et la base de calcul des intérêts. on dit que l’émission est « au dessus du pair ». ►La valeur d’émission (E): C’est la somme effectivement payée par l’obligataire pour l’achat d’une obligation. ou supérieure à la valeur nominale et on parle alors d’un remboursement « au dessus du pair ». on parle dans ce cas d’un remboursement « au pair ».2. Elle est unique pour toutes les obligations d’un même emprunt. Les principales caractéristiques d’une obligation Les obligations sont caractérisées par les éléments suivants: ► La valeur nominale (C): C’est la valeur faciale de l’obligation. Cette somme peut être égale à la valeur nominale. ►La valeur de remboursement (R): C’est la somme versée par l’emprunteur au moment du remboursement de l’obligation. La différence entre la valeur de remboursement et la valeur d’émission est appelée 103 prime de remboursement. on dit que l’obligation est « au dessous du pair » alors que s’il en est supérieur. Lorsqu’il est égal au nominal.

♦ La date de jouissance : C’est la date à partir de laquelle les intérêts commencent à courir. ♦ Le taux nominal (i) : C’est la rémunération de l’obligation. Les annuités ne sont pas strictement constantes parce que l’amortissement doit concerner un nombre entier d’obligations. pour chaque obligation. On a : c = C * i. ♦ La date de souscription : C’est la date de règlement de l’achat de l’obligation par le souscripteur. Appliqué à la valeur nominale. On l’appelle aussi taux facial. ♦ Le coupon (c): c’est le montant des intérêts servis à chaque échéance. ♣ Par amortissement constant: un même nombre d’obligations tirées au sort est remboursé chaque année. il permet de calculer le montant des intérêts (coupon).Le mode de remboursement peut être: ♣ En bloc ou in fine: tous les titres sont remboursés en une seule fois à l’échéance. ♣ Par annuités sensiblement constantes: les obligations à amortir chaque année sont également tirées au sort. 104 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful