MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

REPUBLIQUE TOGOLAISE TRAVAIL- LIBERTE-PATRIE No d’ordre: IFTS/FI-DUT/2011/GE-10/09

OPTION : GENIE ELECTRIQUE

Automatisation d’une station de pompage d’assainissement à l’aide d’un automate programmable industriel API : cas de la lagune de Bè

PROJET DE FIN D’ETUDES POUR L’OBTENTION DU DIPLOME UNIVAIRSITAIRE DE TECHNOLOGIE (D.U.T)

Présenté et soutenu par : Bitadja DJATO JURY Président : Dr Adekumle Akim SALAMI Directeur : Dr Koffi Mawugno KODJO, Enseignant à l’ENSI/IFTS Membre : Mr Kwami Senam A. SEDZRO Membre : Mr Kossivi Kpadé AGBO

Octobre 2011

DEDICACES

Je dédie ce mémoire à :  Dieu sans qui tout ceci n’aurait pas lieu,  mes parents qui, malgré les difficultés de cette vie, n’ont arrêté de faire de grands sacrifices pour que je sois un jour un homme responsable,  mes tuteurs qui m’ont soutenu et éduqué durant ces deux dernières années comme leur propre enfant,  mes frères et sœurs et tous les autres membres de la famille : cousins, neveux, oncles ; qu’ils trouvent ici la sincère gratitude que j’ai à leur égard,  à tous mes camarades de classe avec qui j’ai passé des moments inoubliables,  à tous ceux qui liront ce mémoire, que ce document vous aide dans vos recherches sur les automates programmables,  à tous les miens.

Mémoire du DUT-GE/IFTS

i

Bitadja DJATO

REMERCIEMENTS Nos remerciements vont droit :  au Professeur Koffi-sa BEDJA : Ingénieur des

Télécommunications, Président du conseil scientifique, qui a toujours donné le meilleur de lui-même pour notre bonne formation,  à Monsieur Kossivi Kpadé AGBO, Ingénieur des

Télécommunications, Directeur Général de l’IFTS, pour tous ses conseils et la rigueur dans le travail,  au Professeur Sénah Ayité AJAVON Maitre de

Conférences, Directeur de la recherche et Formation l’IFTS, pour son soutien,  au Docteur Koffi Mawugno KODJO, Ingénieur

Automaticien, Enseignant-chercheur à l’ENSI et à l’IFTS, Directeur dudit mémoire pour sa disponibilité, sa bonne volonté et ses apports pour la mise en œuvre de ce document,  à tout le personnel de l’IFTS,  à mes camarades de promotion précisément BAGNIOU, HOUETOGNON, OURO-GNEGNI, N’WUITCHA, pour le soutien et l’aide apportée,  à tous ceux qui, de près ou de loin ont contribué à l’élaboration de ce document.

Mémoire du DUT-GE/IFTS

ii

Bitadja DJATO

.................................................... 6 I-2-1-2-5 Le convertisseur Flash (ou par comparaison directe) .................. 4 I-2-1-1-1 La quantification ........................... 6 I-2-1-2-3 Le convertisseur double rampe (ou par intégration) ............................................................................................... 8 Mémoire du DUT-GE/IFTS iii Bitadja DJATO ................................…………..................................................................................................................... 7 I-2-1-2-6 Le convertisseur semi-flash ......... i Remerciements……………………………………………..............................................xii INTRODUCTION GENERALE................................... iii Liste des figures ............................................................xi Bibliographie.....TABLE DES MATIERES TABLE DES MATIERES Pages Dédicaces…………………………………………………………………............................................. 5 I-2-1-2 Les types de convertisseurs analogiques/numériques...............………x Glossaire.......... 1 Chapitre I : Généralités sur la regulation de niveau I-1 INTRODUCTION ..................................... 6 I-2-1-2-4 Le convertisseur par pesée (approximations) successives .......................... ii Table des matières.................................................................................... 3 I-2-1 Quelques informations sur les capteurs...................................vii Liste des tableaux…………………………………………….................................... 3 I-2-1-1 Fonctionnement des convertisseurs analogique/numérique ..................... 5 I-2-1-2-1 Le convertisseur simple rampe ....…............................................................................................. 3 I-2 LES REGULATEURS DE NIVEAU .............................................................................................................................................................................................................................…............................... 5 I-2-1-2-2 Le convertisseur à rampe numérique ..............………........….......... 4 I-2-1-1-2 Le codage ...........

.... 21 I-2-3-3 Choix du capteur et caractéristiques ......................................................................................................................................... 24 Chapitre II:Généralités sur la conduite de processus par automate programmable II-1 INTRODUCTION .................................................................... 15 I-2-3-1-5 : Les capteurs de niveau par radar ........................................................................... 11 I-2-3-1Les capteurs numériques ...................... 32 Mémoire du DUT-GE/IFTS iv Bitadja DJATO .................................................. 12 I-2-3-1-2 : Les capteurs de niveau à sonde capacitive ............................................................................................................................................................ 22 I-3 CONCLUSION......................................O........... 19 I-2-3-2-2 : Les capteurs inductifs ......................................................................... 27 II-2-1-1-2 Automates de type modulaire................................................................................ 19 I-2-3-2-3 : Les capteurs capacitifs ...................TABLE DES MATIERES I-2-1-2-7 Le convertisseur Pipeline......... 26 II-2-1-1 Structure externe ....................................... 28 II-2-1-3 Fonctions réalisées .................................................... 9 I-2-1-3-2 les capteurs passifs................... 26 II-2 GENERALITES SUR LES API ... 8 I-2-1-3 Les différentes familles de capteurs.............................. 26 II-2-1 Architecture des API ............................................................................... 13 I-2-3-1-3 : Les capteurs de niveau à tube de torsion (exemple du 244LD) .......................................... 27 II-2-1-2 Structure interne. 12 I-2-3-1-1Les capteurs de niveau à pression différentielle .............................................................................................. 10 I-2-2 Les différents types de capteurs .................................................................................................. 9 I-2-1-3-1 les capteurs actifs ....R) ..................... 10 I-2-3 Les différents types de sorties des capteurs .............. 20 I-2-3-2-4 : Les cellules photoélectriques......................................................................................... 18 I-2-3-2-1 Les capteurs mécaniques ...................................................................................... 14 I-2-3-1-4 : Les capteurs de niveau à ultrasons (exemple du GEGASON 61) ..................................................................................... 27 II-2-1-1-1 Automate de type compact ............................................................................................................................................................. 16 I-2-3-2 Les capteurs Tout Ou Rien (T.........................................................

................. 49 III-3 IMPLEMENTATION ET SIMULATION DU PROGRAMME ...... 45 III-2 DESCRIPTION TECHNIQUE DE L’EXISTANT ........................... 42 Chapitre III: Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè III-1 INTRODUCTION ..................................... 39 II-3 LES SYSTEMS ASSERVIS ................................................................................. 34 II-2-4-1 Définition .... 45 III-2-2 Quelques données de la lagune de Bè ............. 51 III-3-1-1-1 Interface de l’application ........ 41 II-4 CONCLUSION .................. 54 III-3-1-2 Assistance à la programmation .................... 55 III-3-1-3 La configuration de l’automate ......................................... 56 III-3-2 Adressage des entrées/sorties de l’API................................... 36 II-2-5-2 Programmation à l’aide du GRAFCET ......................................................................................................TABLE DES MATIERES II-2-2 Présentation ...... 52 III-3-1-1-3 Interface de choix du type de langage de programmation ................................................................................................................................................................................................... 57 Mémoire du DUT-GE/IFTS v Bitadja DJATO ...................................................................................................................................................................................................................................................................................... 34 II-2-4 Traitement du programme des API ........................... 32 II-2-3 Nature des informations traitées par les API .................................. 50 III-3-1-1 Interface générale du logiciel ......................... 36 II-2-5-1 Les différents langages de programmation .................................................. 51 III-3-1-1-2 Interface de choix du module ................................................................................................................ 40 II-3-1 Commande en boucle ouverte......................................................................................................................................................................................................................................................... 35 II-2-5 La programmation des API ....................................................... 47 III-2-3 Démarrage des moteurs .................................. 50 III-3-1 Présentation de Zélio Soft 2................................................................ 45 II-2-1Presentation de la pompe à vis . 53 III-3-1-1-4 Interface de travail ....... 41 II-3-2 Commande en boucle Fermée ...............................................................

.. 58 III-3-2-2 Adressage des entrées/sorties de l’API ...................................................... 63 Mémoire du DUT-GE/IFTS vi Bitadja DJATO .... 62 III-4 CONCLUSION ............................................. 61 III-3-5 Facturation de la réalisation ............................................................ 58 III-3-3 Le programme de l’automate en langage blocs fonctions (FBD) ................................................................................................... 60 III-3-4 Etude économique ................................................................................................................... 62 CONCLUSION GENERALE ...............................TABLE DES MATIERES III-3-2-1 Principe de l’adressage des entrées/sorties des modules TOR des automates Zélio .....................................................................

9 Figure I-9 : capteur de niveau à pression différentielle. 5 Figure I-3 : Principe de convertisseur à simple rampe...........17 Figure I-14 : Capteur de niveau radar VEGAPULS WL 61.............................................................1 : Schéma illustratif d’un capteur..........18 Figure I-15 : Exemple de capteurs mécaniques.................................................. 6 Figure I-4 : Architecture d’un convertisseur double rampe....................................................................................20 Mémoire du DUT vii Bitadja DJATO ............................................................................7 Figure I-6 : Le convertisseur Flash.......................................14 Figure I-11 : capteur de niveau à tube de torsion (244LD)..................................................LISTE DES FIGURES LISTE DES FIGURES Pages Chapitre I Figure I............................ 4 Figure I-2 : Principe du convertisseur simple rampe...........................................14 Figure I-12 : Capteur à ultrasons pour la mesure de niveau continue.............................15 Figure I-13 : Mesure de niveau dans un bassin d’orge...............................................................................................................20 Figure I-17 : exemple de capteur capacitif...8 Figure I-8 : Exemple d’un convertisseur pipeline 12bits............6 Figure I-5 : Principe de la pesée successive......7 Figure I-7 : Le convertisseur semi-flash...........................19 Figure I-16 : Figure I-16 : Exemple d’un capteur inductif...............................................................................13 Figure I-10: Sonde capacitive destinée à la détection de niveau...................

......21 Figure I-19 : Principe de fonctionnement de la cellule photoélectrique reflex..38 Figure II-6 : Fraction d’un programme en langage à contact...................................................28 Figure II-4 : Traitement du programme automate............39 Figure II-7 : Fraction d’un programme en langage GRAFCET..........LISTE DES FIGURES Figure I-18 : Principe de fonctionnement d’une cellule photoélectrique en barrage..................40 Figure II-8 : schéma d’une boucle d’asservissement.................................................................................................46 Figure III-2 : Pompe à vis de type Archimède.........................28 FigureII-3 : Schéma synoptique d’un système automatisé........................................................................................................................................................... Système continu.........................................................................................42 Chapitre III Figure III-1 : Moteur ABB M2QA250M4A.46 Mémoire du DUT viii Bitadja DJATO .........................................................................................................................................................................23 Chapitre II Figure II-1 : Automate compact (Allen-Bradley)............41 Figure II-9 : commande en boucle fermée .....21 Figure I-20 : capteur de niveau TOR à flotteur LEITENBERGER de type SR11... schéma général d’une boucle de régulation (asservissement)...................................27 Figure II-2 : Automate modulaire (Modicon).......................35 Figure II-5 : Fraction d’un programme en langage blocs fonctionnels..........................................................................................

..................................................................................LISTE DES FIGURES Figure III-3 : Démarreur progressif Altistart48 de Télémécanique........................59 Figure III-11 : Moteur en marche lorsque le niveau haut est actionné........................................62 Mémoire du DUT ix Bitadja DJATO ...................................59 Figure III-10 : GRAFCET de niveau 2 illustrant le démarrage.......50 Figure III-4 : interface de Zélio........................................................................60 Figure III-12 : Moteur à l’arrêt lorsque niveau bas est actionné............53 Figure III-7 : sélection du type de langage de programmation............52 Figure III-6 : Type de module logique Zélio à programmer.......51 Figure III-5 : Choix du module logique..................................................................................54 Figure III-8 : Interface de travail..........55 Figure III-9 : GRAFCET de niveau 1 illustrant le démarrage...

..................62 Mémoire du DUT-GE/IFTS x Bitadja DJATO .............58 Tableau III-3 : coût total des équipements................61 Tableau III-4 : cout total du projet......................................LISTE DES TABLEAUX Liste des tableaux Pages Chapitre 2 Tableau II-1 : Tableau d’un programme en Langage liste d’instruction.47 Tableau III-2 : affectation des entrées/sorties de notre application.....................................................................36 Chapitre 3 Tableau III-1 : Distribution pluviométrique moyenne sur le littoral togolais....................................................................................................................................

A.M : (Random Access Memory) : mémoire vive ROM : (Read Only Memory) : mémoire à lecture unique SAP: Système Automatisé de Production T.R : Tout Ou Rien Mémoire du DUT-GE/IFTS xi Bitadja DJATO .O.C : Partie Commande ou Personnal Computer P.GLOSSAIRE GLOSSAIRE Adressage : c’est le processus par lequel on affecte les entres et les sorties d’un automate aux capteurs et pré-actionneurs intervenant dans le fonctionnement du système que pilote l’automate.A.I : Automate Programmable Industriel CPU: Central Processing Unit EEPROM: (Electrical Eraser Program Read Only Memory) : mémoire programme effaçable électriquement E/S : Entrées et sorties GRAFCET : Graphe Fonctionnel de Commande Etape/transition P.O : Partie Opérative PROM : (Program Read Only Memory) : mémoire programme à lecture uniquement R.P.

qui a pour rôle de drainer une partie de l’eau de la lagune vers la mer. il a été créé une station de pompage d’eau en 1976 par les hollandais. Pour mener à bien ce travail notre démarche sera la suivante :  généralités sur la régulation de niveau. La régulation de l’assainissement se fait à l’heure actuelle à la station de pompage de la lagune de Bè manuellement. Ceci se traduit par des inondations récurrentes chaque saison des pluies. L’un des bassins de retenue d’eau et de régulation de l’assainissement de la ville de Lomé est la lagune de Bè. Mémoire du DUT-GE/IFTS 1 Bitadja DJATO .  automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè. via des canalisations. Dans le but de contrôler le débordement de la lagune de Bè. C’est pourquoi dans ce travail nous nous attelons à l’automatisation de cette station de pompage et d’assainissement à l’aide d’un automate programmable industriel.  généralités sur la conduite de processus par automate programmable. Lomé est devenu une cité métropolitaine dont l’évolution en construction de maison d’habitation se fait de manière chaotique sans viabilisation préalable de terrain à construire. et est dans une logique câblée.INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Aujourd’hui le problème d’assainissement de la ville de Lomé se pose avec une acuité grave.

Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau CHAPITRE I GENERALITES SUR LA REGULATION DE NIVEAU Mémoire du DUT-GE/IFTS 2 Bitadja DJATO .

I-2 LES REGULATEURS DE NIVEAU Les régulateurs de niveau sont équipés de capteurs qui ont pour rôle de fournir des signaux analogiques qui seront ensuite convertis en numérique ou TOR. nous devons bien réguler nos systèmes. C’est ainsi qu’ont été mis au point des capteurs qui sont le meilleur moyen aujourd’hui de régulation des systèmes. I-2-1 Quelques informations sur les capteurs [3] Un capteur est un organe de prélèvement d’information qui élabore à partir d’une grandeur physique. Il s’impose donc de pouvoir connaitre le fonctionnement des capteurs. l’Homme s’est efforcé de moderniser cette régulation.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau I-1 INTRODUCTION La régulation est de nos jours un procédé que nous pratiquons quotidiennement. La figure I-1 illustre un capteur. Au fur et à mesure que le temps a évolué. Mémoire du DUT-GE/IFTS 3 Bitadja DJATO . C’est là qu’intervient les convertisseurs analogiques/numériques qui permettent d’interpréter les informations reçues des capteurs. une autre grandeur physique de nature différente (très souvent électrique). Cette grandeur représentative de la grandeur prélevée est utilisable à des fins de mesure ou de commande. pour un circuit. Notre travail sera le plus basé sur les régulateurs de niveau. Pour pouvoir être précis dans nos travaux.

Cette fonction de conversion de grandeurs électriques en signal numérique est rendue indispensable par l’usage généralisé des fonctions numériques de traitement de données. Les signaux analogiques d’entrée sont convertis en signal numérique représenté par une succession ordonnée de ‘’zéro’’ et de ‘’un’’ logique. L’opération de conversion analogique/ numérique se déroule en deux étapes :  la quantification. Mémoire du DUT-GE/IFTS 4 Bitadja DJATO . c'est-à-dire que le signal analogique sera réduit en un nombre fini de valeurs par une opération de prélèvement encore appelé ‘’échantillonnage’’. L’ordre de ces signaux logiques appelés bits est très important. I-2-1-1-1 La quantification Cette opération consiste à discrétiser la grandeur électrique d’entrée.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau Figure I.1 : Schéma illustratif d’un capteur I-2-1-1 Fonctionnement des convertisseurs analogique/numérique [6] Un convertisseur analogique/numérique et un circuit hybride qui transforme une grandeur analogique d’entrée (souvent une tension) en une valeur numérique exprimée sur n bits.  le codage.

I-2-1-2 Les types de convertisseurs analogiques/numériques IL existe différents types de convertisseurs qui se différencient par leur temps de conversion et leur coût (surface de silicium). Quelles sont donc leurs principes de fonctionnement? I-2-1-2-1 Le convertisseur simple rampe A la valeur de la tension d’entrée on fait correspondre une impulsion dont la largeur est proportionnelle à cette tension. on obtient alors 2 valeurs possibles en sortie. On obtient alors des grandeurs multiples d’une quantité élémentaire q appelée quantum. Avec un codage sur n bits. Figure I-2 : Principe du convertisseur à rampe numérique Mémoire du DUT-GE/IFTS 5 Bitadja DJATO . On génère ainsi le code binaire de sortie en comptant plus ou moins longtemps en fonction de l’amplitude du signal à convertir. cette opération fait correspondre suivant un certain protocole un mot binaire de sortie.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau Les valeurs du signal d’entrée issues de cet échantillonnage sont quantifiées. I-2-1-1-2 Le codage A chaque valeur de la grandeur électrique d’entrée. Cette impulsion vient contrôler l’autorisation à s’incrémenter d’un compteur. La figure I-2 illustre le principe de conversion simple rampe.

Cette conversion est illustrée par la figure I-4 Figure I-4 : Architecture d’un convertisseur double rampe.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau I-2-1-2-2 Le convertisseur à rampe numérique Dans ce cas. Mémoire du DUT-GE/IFTS 6 Bitadja DJATO . I-2-1-2-3 Le convertisseur double rampe (ou par intégration) On effectue une double intégration de manière à faire s’annuler les erreurs dues aux composants. on remplace l’intégrateur analogique par un convertisseur N/A. Le temps n’intervient plus comme variable. I-2-1-2-4 Le convertisseur par pesée (approximations) successives C’est une vieille approche qui est en phase d’être remplacée par les convertisseurs Pipeline. la rampe est ainsi réalisée de manière numérique. Figure I-3 : Principe de convertisseur à simple rampe. La figure I-3 illustre le principe de conversion à rampe numérique.

Mémoire du DUT-GE/IFTS 7 Bitadja DJATO . Un codage sur n bits nécessite comparateur et résistances. I-2-1-2-5 Le convertisseur Flash (ou par comparaison directe) C’est un réseau de comparateur mis en parallèle.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau On détermine les valeurs des différents bits l’un après l’autre en commencent par le MSB. un peu à la manière d’un marchande de marché. Figure I-6 : Le convertisseur Flash. illustré par la figure I-5 Figure I-5 : Principe de la pesée successive. La figure I-6 illustre le convertisseur flash.

on effectue n conversions en parallèle. A chaque coup d’horloge.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau I-2-1-2-6 Le convertisseur semi-flash La conversion se fait en deux étapes :  phase1 : on utilise un premier CAN Flash qui détermine les principaux bits de poids fort. Mémoire du DUT-GE/IFTS 8 Bitadja DJATO . Figure I-7 : Le convertisseur semi-flash. Chaque conversion étant dédiée à une partie du code. Ce type de convertisseur est illustré par la figure I-8. I-2-1-2-7 Le convertisseur Pipeline C’est un convertisseur qui se comporte comme un semi flash auquel on a ajouté un E/B entre chaque étage. En traversant le convertisseur (en n clocks).  phase2 : on soustrait la tension des bits de poids fort à la tension d’entrée pour ensuite déterminer les bits de poids faible. la tension d’entrée est convertie en commençant par les bits de poids fort et finissant par les bits de poids faibles. La figure I-7 illustre le convertisseur semi-flash.

I-2-1-3 Les différentes familles de capteurs Si l’on s’intéresse aux phénomènes physiques mis en jeux dans les capteurs. on peut classer ces derniers en deux catégories qui sont : les capteurs actifs et les capteurs passifs.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau Figure I-8 : Exemple d’un convertisseur pipeline 12 bits décomposés en 3 étages de 4 bits chacun. Les effets physiques les plus classiques sont :  effet thermo électrique : un circuit formé de deux conducteurs de nature chimique différente. I-2-1-3-1 les capteurs actifs Fonctionnant en générateur. dont les jonctions sont à des températures T1 et T2. mécanique ou de rayonnement.  effet piézo-électrique : l’application d’une contrainte mécanique à certains matériaux dits piézo-électriques(le quartz par exemple) entraîne Mémoire du DUT-GE/IFTS 9 Bitadja DJATO . énergie thermique. un capteur actif est généralement fondé dans son principe sur un effet physique qui assure la conversion en énergie électrique de la forme d’énergie propre à la grandeur physique à prélever. est le siège d’une force électromotrice d’origine thermique.

Nous pouvant citer entre autre :  les capteurs de distance.  effet d’induction électromagnétique : la variation du flux d’information magnétique dans un circuit électrique induit une tension électrique (détection de passage d’un objet métallique). pression accélération (armature de condensateur soumise à une différence de pression.  soit d’une déformation résultant de force ou de grandeur s’y ramenant.  effet photovoltaïque : des électrons et des trous libérés au voisinage d’une jonction PN illuminée.  effet Hall : un champ magnétique B et un courant électrique I créent dans le matériau une différence de potentiel . I-2-1-3-2 les capteurs passifs Il s’agit généralement d’impédance dont l’un des paramètres déterminants est sensible à la grandeur mesurée. I-2-2 Les différents types de capteurs Il existe une gamme variée de capteur. potentiomètre. leur déplacement modifie la tension à ses bornes. jauge d’extensomètre liée à une structure déformable).Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau l’apparition d’une déformation et d’une même charge électrique de signe différent sur les faces opposées. condensateur à armature mobile. La variation d’impédance résulte :  soit d’une variation de dimension du capteur. c’est le principe de fonctionnement d’un grand nombre de capteur de position. Mémoire du DUT-GE/IFTS 10 Bitadja DJATO . inductance à noyaux mobile.  effet photo-électrique : la libération de charges électriques dans la matière sous l’influence d’un rayonnement lumineux ou plus généralement d’une onde électromagnétique.

Mémoire du DUT-GE/IFTS 11 Bitadja DJATO . il convient de distinguer :  la détection de niveau : qui signale qu’une hauteur prédéterminée est atteinte . I-2-3 Les différents types de sorties des capteurs [2] Les capteurs et leurs conditionneurs peuvent aussi faire l’objet d’une classification par type de sortie.  les capteurs inertiels. En matière de régulation de niveau.  les capteurs de température.  les capteurs de niveau. il s’agit d’un résultat en « Tout Ou Rien » (T. c'est-à-dire que le transmetteur envoie un signal proportionnel à la hauteur mesurée.  les capteurs de contrainte.  les capteurs de débit.  les capteurs de courant.  les capteurs de sons. cette hauteur prédéterminée fixe la position du capteur.  les capteurs de pression.  la détection de niveau : qui mesure en continu le niveau au–dessus du plan de référence. Notre travail étant basé sur les capteurs de niveau.  les capteurs de position.O.R) . nous allons plus étendre notre étude sur ceux-ci.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau  les capteurs de lumière.

 capteur de niveau à sonde capacitive. Il existe également plusieurs types de capteur de niveau numériques dont :  capteur de niveau à pression différentielle.  capteur de niveau à ultrasons. Que devons-nous donc savoir sur ces types de capteur ? I-2-3-1-1 Les capteurs de niveau à pression différentielle (exemple du V VEGADIF 65) [9] Le capteur de pression différentielle VEGADIF 65 est utilisé pour de nombreuses tâches de mesure.  capteur de niveau par radar. Les mesures de niveau de liquides dans les réservoirs sous pression ainsi que des contrôles de pression au niveau de filtres et de pompes sont des applications typiques. Les avantages de ce capteur sont une haute pression de système allant jusqu’à 420 bar. par exemple pour des mesures de débit dans des gaz. Mémoire du DUT-GE/IFTS 12 Bitadja DJATO .  capteur de niveau à tube de torsion. vapeur et liquides avec organes déprimogènes.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau I-2-3-1 Les capteurs de niveau numériques Le capteur de niveau numérique est l’un des exemples les plus courants de capteurs actifs. Les membranes séparatrices sont déplacées par les pressions appliquées. une excellente stabilité à long terme et une très haute résistance aux surcharges unilatérales. La figure I-9 illustre un capteur de niveau à pression. L’huile de remplissage transmet la pression apparaissant un pont de résistance dont le signal de sortie dépendant de la pression différentielle est mesuré et exploité.

Le capteur et la cuve forment les deux électrodes d’un condensateur. Une variation du niveau entraine une variation de la capacité de ce condensateur. les colmatages au niveau de sonde de mesure sont compensés.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau Figure I-9 : capteur de niveau à pression différentielle (cas du VEGDIF 65) I-2-3-1-2 Les capteurs de niveau à sonde capacitive [9] Le VEGACAP 27 est un capteur de niveau ne présentant pas de risque de colmatage et destiné à la détection de niveau dans tous les secteurs industriels. Grâce à la structure mécanique particulière. Mémoire du DUT-GE/IFTS 13 Bitadja DJATO . qui est convertie en un signal de commutation dans l’électronique de traitement. Les sondes de mesure totalement isolées comme le VEGACAP 27 sont utilisées de préférence dans les liquides conducteurs fortement colmatant. La figure I-10 illustre un capteur de niveau à sonde capacitive.

Figure I-11 : capteur de niveau à tube de torsion (244LD) Mémoire du DUT-GE/IFTS 14 Bitadja DJATO . Le principe de mesure utilisé est celui de la poussée d’Archimède. La figure I-11 illustre un capteur de niveau à tube de torsion.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau Figure I-10: Sonde capacitive destinée à la détection de niveau (VEGZCAP 27) I-2-3-1-3 Les capteurs de niveau à tube de torsion (exemple du 244LD) Le transmetteur intelligent 244LD est conçu pour les mesures en continu de niveau. d’interface et de masse volumique de liquide.

De courtes impulsions ultrasoniques sont émises vers le produit à mesurer. Il est illustré par la figure I-12. La poussée d’Archimède est proportionnelle au niveau liquide et est convertie en un signal de mesure. Figure I-12 : Capteur à ultrasons pour la mesure de niveau continue (cas du VEGASON 61) Mémoire du DUT-GE/IFTS 15 Bitadja DJATO . réfléchies par la surface du produit puis réceptionnées à nouveau par le traducteur. Le temps de propagation entre l’émission et la réception des signaux est proportionnel au niveau de la cuve. Le capteur est tout aussi bien approprié à la mesure de solides en vrac. Les applications classiques sont les mesures de liquides dans des cuves de stockage ou dans bassins ouverts ainsi que les mesures de débit dans les canaux à ciel ouvert. les masses volumiques ou les interfaces de liquide en immergeant un plongeur avec un diamètre constant dans le liquide. Le plongeur est entièrement immergé pour les mesures de la masse volumique et d’interfaces.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau Tout corps plongé dans un liquide est soumis au principe de la poussée d’Archimède et est dépendant de la masse volumique du liquide. I-2-3-1-4 Les capteurs de niveau à ultrasons (exemple du GEGASON 61) Le VEGASON 61 est approprié à la mesure de niveau de liquides et à l’utilisation dans de petites cuves de solides en vrac. Ce principe est exploité pour déterminer les niveaux.

En effet. quelques millimètres de dérive sur la mesure peuvent entrainer d’importantes erreurs sur le débit calculé. Mémoire du DUT-GE/IFTS 16 Bitadja DJATO . En fonctionnement. Largement insensible à toutes les influences environnementales. le brouillard. ce capteur s’avère idéal pour les applications d’eau. Le VEGAPULS WL 61 mesure très précisément le niveau ou les débits en canaux ouverts dans toutes les conditions d’utilisation. dans le cas d’une mesure de débit en canal ouvert par exemple.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau I-2-3-1-5 Les capteurs de niveau par radar (exemple du VEGAPULS WL 61) [9] Le capteur radar VEGAPULS WL 61 a été spécialement conçu pour les applications de mesure de niveau et de débit en canal ouvert dans les domaines de l’eau potable et des eaux usées. la mesure n’est ni influencée par les variations de températures. Le principe de mesure de niveau par radar est illustré par la figure I-13. le VEGASPULS WL 61 émet de courtes impulsions hyperfréquences. la pluie ou la neige. ainsi que de multiples possibilités de montage et de raccordement. Offrant de nets avantages par rapport à la technologie ultrasonique. Comme ces signaux se propagent en toute indépendance par rapport aux conditions ambiantes. Sa précision de mesure est assurée en toute circonstance. ce qui est un avantage notoire lorsque la plus grande fiabilité est recherchée. la technologie radar nous offre une mesure de niveau des plus précises et fiables. ni par le vent.

le réglage reste très simple. En dépit de l’analyse poussée du signal dans le capteur. de puissants algorithmes de traitement issus de l’expérience acquise au travers des 250 000 capteurs radars en service. Le capteur de niveau radar est illustré sur la figure I-14. Puis. Mémoire du DUT-GE/IFTS 17 Bitadja DJATO . le niveau. le signal de mesure du VEGAPULS WL 61 peut être dévié facilement à l’aide d’une plaque métallique inclinée. réfléchies à la surface de l’eau et réceptionnées en retour par l’antenne. vont traiter le signal pour fournir la mesure de la distance par rapport à la surface de l’eau et par différence. La configuration très intuitive peut être réalisée en quelques étapes. Des impulsions hyperfréquences très courtes émises.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau Figure I-13 : Mesure de niveau dans un bassin (avec le VEGAPULS WL 61) Afin de permettre une utilisation optimale de la capacité du bassin.

une température… Mémoire du DUT-GE/IFTS 18 Bitadja DJATO .  la proximité d’objets métalliques ou non métalliques.  du vent. du gaz. de l’humidité. Chaque état possède une signification dans le contexte.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau Figure I-14 : Capteur de niveau radar VEGAPULS WL 61 I-2-3-2 Les capteurs Tout Ou Rien (T.O. Ces capteurs nous permettent de détecter :  la position ou l’approche d’un objet dans l’espace sui touche le capteur. une pression d’air. des fumées. de l’eau. Ainsi dit. Les capteurs Tout ou Rien (TOR) délivrent une information binaire à la partie commande : l’information adopte l’état 0 ou l’état 1.  la coupure ou l’établissement d’un rayon lumineux. du vide.R) Les capteurs sont des composants d’automatisme qui ont pour but de récolter une information sur la partie opérative et de le transmettre à la partie commande qui pourra ainsi la traiter. de la lumière. C’est donc un capteur intervenant dans la sécurité. les capteurs TOR permettent de détecter le niveau par rapport à une hauteur prédéfinie.

 les capteurs capacitifs. L’objet à détecter touche physiquement l’élément mobile du capteur. le contact ouvre ou ferme le circuit selon que l’élément mobile du capteur est dans sa position normale ou actionné. Ainsi. Figure I-15 : Exemple de capteurs mécaniques I-2-3-2-2 Les capteurs inductifs La détection se fait sans contact.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau IL est aussi à souligner que les capteurs TOR existent sous différentes catégories :  les capteurs mécaniques. Mémoire du DUT-GE/IFTS 19 Bitadja DJATO . Un contact est dit ‘’sec’’ s’il est libre de potentiel : le potentiel est donné par la partie opérative. Un circuit électronique à effet inductif transforme une perturbation magnétique due à la présence de l’objet en commande d’ouverture ou de fermeture statique (par transistor) du circuit d’information. I-2-3-2-1 Les capteurs mécaniques Ce sont des capteurs de fin de course.  les capteurs inductifs. La figure I-15 présente plusieurs capteurs mécaniques.  les cellules photoélectriques.

il provoque des oscillations en modifiant la capacité de couplage du condensateur.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau La face sensible crée un champ magnétique local. Lorsque l’objet pénètre dans le champ magnétique. Figure I-17 : exemple de capteur capacitif Mémoire du DUT-GE/IFTS 20 Bitadja DJATO . La figure I-17 illustre un capteur capacitif. Un exemple de capteur inductif est illustré à la figure I-16. Lorsqu’un objet entre dans le champ de détection des électrodes du capteur. Figure I-16 : Exemple d’un capteur inductif I-2-3-2-3 Les capteurs capacitifs Les capteurs capacitifs sont des capteurs de proximité qui permettent de détecter des objets métalliques ou isolants. l’oscillateur se met en route et la sortie est activée.

il convient d’utiliser un système reflex polarisé : le récepteur n’est pas sensible à la lumière renvoyée par l’objet.La cellule reflex Les cellules reflex sont composées d’un émetteur/récepteur (dans la même boite) et d’un catadioptre (réflecteur). Mémoire du DUT-GE/IFTS 21 Bitadja DJATO . L’émetteur envoie le faisceau qui revient vers le récepteur après s’être réfléchi sur le catadioptre.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau I-2-3-2-4 Les cellules photoélectriques Il existe divers cellules photoélectriques. Figure I-18 : Principe de fonctionnement d’une cellule photoélectrique en barrage b. La distance de détection est 2 à 3 fois inférieure au système en barrage. L’objet à détecter coupe le faisceau.Les cellules en barrage Les cellules en barrage sont composées d’un émetteur et d’un récepteur séparés. L’émetteur envoie le faisceau vers le récepteur. Le faisceau est coupé par l’objet à détecter. a. Il faut noter que la distance de détection peut atteindre 30m. Si l’objet à détecter est réfléchissant. Son principe est illustré par la figure I-8. Principe illustré par la figure I-19.

Il s’en suit donc que nous devrons disposer d’un capteur de niveau TOR qui se limitera de délivrer un signal exploitable par l’API. I-2-3-3 Choix du capteur et caractéristiques Notre travail ayant pour but de régulation du niveau d’eau de la lagune de Bè. La figure I-20 illustre ce capteur de niveau. Nous avons donc choisi le capteur SR12 de LEITENBERGER pour la régulation de notre niveau. Celui-ci se réfléchit directement sur l’objet à détecter lui-même avant de retourner au récepteur. L’objet doit être réfléchissant et guidé. C’est un capteur dont la longueur de mesure peut être facilement réglée en fonction de la hauteur du niveau à réguler. et d’une autre où le moteur devrait s’arrêter. Mémoire du DUT-GE/IFTS 22 Bitadja DJATO .La détection par proximité Les cellules à détection par proximité sont dotées d’un émetteur qui envoie le faisceau. nous disposeront donc d’une hauteur prédéfinie à laquelle le pompage devrait être déclenché.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau Figure I-19 : Principe de fonctionnement de la cellule photoélectrique reflex c.

Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau Schéma I-20 : capteur de niveau TOR à flotteur LEITENBERGER de type SR12 Mémoire du DUT-GE/IFTS 23 Bitadja DJATO .

il est nécessaire de contrôler. Il faut donc dire que la régulation est très indispensable de nos jours. 0. 1A AC 230V DC.Chapitre I : Généralités sur la régulation de niveau CARACTERISTIQUES  type de raccordement : câble (3fils)  course flotteur : max 6000mm  état ouvert ou état fermé : 230V AC . le niveau des fluides là où ils sont. 100VA . 0. tout comme dans chaque habitation. afin d’éviter le débordement conduisant souvent à des inondations. Mémoire du DUT-GE/IFTS 24 Bitadja DJATO . d’une façon ou d’une autre. et dans tous les domaines ayant trait au niveau.5A DC  commutateur : 230V AC . 50W . 1A AC 230V DC . 20W. 40VA . C’est de même que le contrôle de certains cours d’eau (la lagune de Bè par exemple) est très importante.5A DC  commutateur de fonction: état ouvert ou état fermé/ inverseur/ on présence de niveau -classe de protection : IP65 -température de service -30 à +150°C -pression de service : max 40bar I-3 CONCLUSION Dans les procédés industriels.

Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable CHAPITRE II GENERALITES SUR LA CONDUITE DE PROCESSUS PAR AUTOMATE PROGRAMMABLE Mémoire du DUT-GE/IFTS 25 Bitadja DJATO .

savoir comment il est constitué. Malgré les nombreux constructeurs et les spécificités fonctionnelles et architecturales. la même architecture de base. effectue un traitement de ces informations conformément à un programme pré chargé dans sa mémoire.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable II-1 INTRODUCTION L’automate programmable industriel est un appareil électronique qui reçoit des informations sur l’entrée. Que devons-nous donc savoir sur cette architecture ? II-2-1 Architecture des API [1] Malgré les tailles et les apparences très variées que ce soient des gros automates pour les industries d’automobiles ou des automates pour la régulation de niveau. mais aussi dans les services et dans la régulation des niveaux. les automates ont la même architecture de base. Mémoire du DUT-GE/IFTS 26 Bitadja DJATO . Les automates programmables industriels sont des appareils qui sont conçus par plusieurs fabricants. les automates actuels ont presque tous. Il envoie des ordres vers les pré-actionneurs (partie opérative ou PO côté actionneur) à partir de données d’entrées (capteurs) (partie commande ou PC coté capteur) de consignes et d’un programme informatique. On le trouve non seulement dans tous les secteurs de l’industrie. Il est aujourd’hui le constituant le plus répandu des automatismes. II-2 GENERALITES SUR LES API L’automate programmable industriel (API) est un dispositif électronique programmable destiné à la commande de processus industriels par un traitement séquentiel. Il faut donc pour mieux comprendre son fonctionnement.

l’alimentation et les interfaces d’entrées/ sortie résident dans les unités séparés (modules) et sont fixées sur un ou plusieurs racks contenant le ‘’fond de panier’’ (bus plus connecteurs). Ces automates. on distinguera les modules de programmation (LOGO de Siemens. Il intègre le processeur. le processeur. Selon les modèles et les fabricants.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable II-2-1-1 Structure externe Les Automates programmables existent sous deux types. Mémoire du DUT-GE/IFTS 27 Bitadja DJATO . il pourra réaliser certaines fonctions supplémentaires (comptage rapide. II-2-1-1-1 Automate de type compact De type compact. sont généralement destinés à la commande de petits automatismes. La figure II-1 illustre un automate compact. E/S analogiques…) et recevoir des extensions en nombre limité. Ils peuvent être soit de type compact ou de type modulaire. MILLENIUM de Crouzet. les entrées et les sorties. ZELIO de Schneider…) des microautomates. l’alimentation. de fonctionnement simple. Figure II-1 : Automate compact (Allen-Bradley) II-2-1-1-2 Automates de type modulaire De type modulaire.

analysons son schéma synoptique. FigureII-3 : Schéma synoptique d’un système automatisé Mémoire du DUT-GE/IFTS 28 Bitadja DJATO . Ce type d’automate est illustré par la figure II-2. Cette structure est illustrée par la figure II-3. capacité de traitement et flexibilité sont nécessaires. Figure II-2 : Automate modulaire (Modicon) II-2-1-2 Structure interne [4] Pour pouvoir comprendre la structure interne d’un automate.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable Ces automates sont intégrés dans les automatismes complexes ou puissance.

Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable Quels sont les fonctions de chaque partie d’un automate programmable industriel ? a-Module d’alimentation Il a pour rôle de fournir les tensions continues que nécessitent les composants (5V, 12V…) avec de bonnes performances, notamment face aux microcoupures du réseau. Sa source d’énergie est normalement le réseau électrique, parfois du 24V continu. Il ne faut pas oublier que les châssis d’extension et les entrées/sorties déportées doivent aussi disposer d’une alimentation. Il est parfois nécessaire, pour lutter contre les perturbations électriques, d’introduire un transformateur d’isolement. C’est notamment le cas pour les raccordements à un réseau électrique à « neutre flottant ». Un onduleur évite les risques de coupure si celles-ci risquent de dépasser les tolérances admises. b-Processeur Cœur de l’appareil, dans l’unité centrale, ce n’est sans doute pas, paradoxalement, le point le plus caractéristique, mais il conditionne tout de même largement les performances. Les premiers API étaient équipés de processeurs spécifiques, à cycle de scrutation unique : on exécutait en permanence un programme gérant essentiellement des variables binaires. On est passé ensuite à des processeurs plus performants, issus du monde de l’informatique. Cette évolution a permis de baisser les couts, d’accroitre les possibilités opérationnelles. Les processeurs « généralistes » étant toutefois ponctuellement moins efficaces que les spécialisés, on peut penser que c’est aussi une des raisons pour laquelle les progrès (en temps de calcul par exemple) sur un ensemble d’opérations de base ont été moins spectaculaires qu’en informatique générale, avec une conséquence

Mémoire du DUT-GE/IFTS

29

Bitadja DJATO

Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable heureuse pour les utilisateurs : une longévité supérieure du matériel. Des progrès importants ont été accomplis sur d’autres points, sur lesquels nous reviendrons. L’unité centrale UC est une carte électronique bâtie autour de la (ou des) « puce(s) » processeur(s), qui assure au moins les fonctions suivantes :  opérations logiques sur bits (le bit, contraction de « binary digit », étant l’information élémentaire à deux états) ou sur mots (ensemble de bits, le plus souvent 16 pour les API),  temporisation et comptage.

c- Le bus Il permet la communication de l’ensemble des blocs de l’automate et des éventuelles extensions d- Mémoire Le stockage des données et des programmes s’effectue dans des mémoires. La mémoire vive (RAM) est volatile mais secourue par batterie. La mémoire morte (ROM) dont l’utilisateur ne peut que lire le contenu, éventuellement programmable (PROM) à l’aide d’outils spéciaux, contient le système d’exploitation, tandis que les mémoires reprogrammables (EPROM), là encore avec un matériel spécifique. La mémoire de données contient elle-même plusieurs zones :  une zone de bits, dont certains peuvent être secourus en cas de défaillance de l’alimentation électrique,

Mémoire du DUT-GE/IFTS

30

Bitadja DJATO

Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable  une zone de mots, permettant de soumettre des données à un traitement plus large que le traitement booléen (traitement numérique ou alphanumérique). Elle est conçue pour revoir, gérer, stocker des informations issues des différents secteurs du système que sont le terminal de programme. Elle reçoit également des informations en provenance des capteurs. La capacité de stockage d’une mémoire s’exprime en kilooctets (ko) ( ). Il faut connaitre la capacité minimale utile de l’API, mais aussi la capacité maximale que l’on peut obtenir par diverses extensions. La mémoire des automates est très inférieure à celle des microordinateurs. e- Interface d’entrées/sortie Il assure le rôle d’interface de la partie commande qui distingue une partie opérative, où les actionneurs agissent physiquement sur le processus, et une partie commande récupérant les informations sur l’état de ce processus et coordonnant en conséquence les actions pour atteindre les objectifs prescrits. Pour ce faire, ils doivent : -regrouper des variables de même nature, pour diminuer complexité et cout, -assurer le dialogue avec l’UC, -traduire les signaux industriels en informations API et réciproquement, avec une protection de l’UC et un traitement adéquats. L’interface d’entrées comporte des adresses d’entrée, une pour chaque capteur relié. L’interface de sorties comporte des adresses de sorties, une pour chaque pré-actionneur. Le nombre d’E/S varie suivant le type d’automate. Les cartes d’E/S ont une modularité de 8, 16 ou 31 voies. Elles admettent ou délivrent des tensions continues 0-24 Vcc.
Mémoire du DUT-GE/IFTS 31 Bitadja DJATO

tels que démarreurs progressifs. dits modules Motion.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable II-2-1-3 Fonctions réalisées [4] Les automates compacts permettent de commander des sorties en TOR et génèrent parfois des fonctions de comptage et de traitement analogique. vannes.Output.  des modules de communication pour dialoguer avec d’autres automates. des entrées/sorties déportées. Les automates modulaires permettent de réaliser de nombreuses autres fonctions grâce à des modules intelligents que l’on dispose sur un ou plusieurs racks. Ces modules ont l’avantage de ne pas surcharger le travail de la CPU car ils disposent bien souvent de leur propre processeur. II-2-2 Présentation L’API est structurée autour d’une unité de calcul ou processeur (en anglais Central Processing Unit. I/O) numériques (Tout ou rien) ou analogiques : o cartes d’entrées pour brancher des capteurs o cartes de sorties pour brancher des actionneurs. d’une alimentation et. Mémoire du DUT-GE/IFTS 32 Bitadja DJATO . CPU). tel que :  des cartes d’entrées-sorties (en anglais Input. de modules suivant les besoins de l’application. des supervisions ou autres interfaces homme-machine (en anglais Human Machine Interface HMI). voyants.  des modules de dialogue (homme-machine) tel que le pupitre (tactile ou avec clavier) dialoguant avec l’automate par réseau industriel propriétaire ou non et affichant des messages ou une représentation du procédé.  des modules dédiés métiers tels que de comptage rapide de pesage…  des modules d’interface pour la commande de mouvement. ouverture des vannes d’eaux pour extinction de feu.

en ouvrant et en fermant une vanne. L’absence d’interface Homme-machine pour visualiser l’action et le fonctionnement du programme sur la partie opérative fait que les automates sont très souvent relie par une communication à un pupitre operateur. Les modules peuvent être changés très facilement et le redémarrage des API est très rapide. horloge) et de l’état précèdent. étaient constitués d’une simple mémoire dont l’adresse d’entrée était constituée d’une concaténation de données d’entrée (senseurs. lorsque cette dernière atteint le niveau maximal. Dans ce dernier cas. une interface graphique (écran d’affichage ou écran tactile). Un automate doté d’un programme simple peut maintenir in niveau de liquide dans un réservoir entre deux niveau (un mini et un maxi). ils se prêtaient en revanche mal à une organisation rapide du nombre d’états. Beaucoup moins onéreux. on parle de supervision. Le temps d’un cycle d’API varie selon la taille du programme. Les API se caractérisent par rapport aux ordinateurs par leur fiabilité et leur facilité de maintenance (bien que les ordinateurs industriels atteignent également un très bon degré de fiabilité). la complexité des calculs et la puissance de l’API.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable D’autre. plus anciens. Ils sont restés très utilises pour des automatisations simples du styles Antiblockiersystem (ABS) ou feux de signalisation deux carrefours. Le temps de cycle est généralement de l’ordre d’une vingtaine de millisecondes. Un arrangement un peu plus complexe peut nous permettre de démarrer automatiquement les moteurs à vis pour l’évacuation de l’eau de la lagune. Les programmes des API sont traités selon un cycle précis : acquisition de toutes les entrées (recopie dans une mémoire image) – traitement des données (calculs) mis à jour des sorties. Mémoire du DUT-GE/IFTS 33 Bitadja DJATO .

mise à jour des valeurs de l’horodateur…). c’est le type d’information délivrée par un détecteur. II-2-4 Traitement du programme des API Tous les API fonctionnent selon le mode opératoire :  traitement interne : l’automate effectue des opérations de contrôle et met à jours certains paramètres systèmes (détection des passages en RUN/STOP.  exécution du programme : l’automate exécute le programme instruction par instruction et écrit les sorties dans la mémoire image des sorties. Le traitement d’un programme automate est illustré par la figure II-4.  écriture des sorties : l’automate bascule les différentes sorties (de façon synchrone) aux positions définies dans la mémoire image des sorties. c’est le type d’information délivrée par un ordinateur ou un module intelligent.  lecture des entrées : l’automate lit les entrées (de façon synchrone) et les recopie dans la mémoire image des entrées.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable II-2-3 Nature des informations traitées par les API Les informations pouvant être traitées par les API sont de type :  tout ou rien (TOR) : l’information ne peut prendre que deux états (vrai/faux. Mémoire du DUT-GE/IFTS 34 Bitadja DJATO . c’est le type d’information délivrée par un capteur (pression. température). un bouton poussoir…  analogique : l’information est continue et peut prendre une valeur comprise dans une plage bien déterminée . 0 ou 1) .  numérique : l’information contenue dans des mots codés sous forme binaire ou bien hexadécimale .

a-Scrutation On appelle scrutation l’ensemble des quatre opérations réalisées par l’automate (voir figure II-4) b. Mémoire du DUT-GE/IFTS 35 Bitadja DJATO .Temps de scrutation Le temps de scrutation est le temps mis par l’automate pour traiter la même partie de programme.Le temps de réponse total (TRT) Le temps de réponse total est le temps qui s’écoule entre le changement d’état d’une entrée et le changement d’état de la sortie correspondante. d.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable Figure II-4 : Traitement du programme automate II-2-4-1 Définition Ces quatre opérations sont effectuées continuellement par l’automate (fonctionnement cyclique).

Un exemple de programme est illustré par le tableau II-1.  avec une console de programmation reliée par un câble spécifique de l’api.0 %M12 %TM4. Tableau II-1 : Tableau d’un programme en Langage liste d’instruction ETIQUETTE %LO : MNEMONIQUE LD ANDN OR( AND ) AND ST %I1. a-Liste d’instruction (IL : Instruction List) C’est un langage textuel de même nature que l’assembleur (programmation de microcontrôleur). Il est très peu utilisé par les automaticiens.  sur l’api lui-même à l’aide de touches. Chaque automate se programmant via une console de programmation propriétaire ou par un ordinateur équipé de logiciel constructeur spécifique.7 OPERANDE %I1.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable II-2-5 La programmation des API La programmation des API se fait de trois manières différentes :  avec un pc (personal computer) et un logiciel approprié. II-2-5-1 Les différents langages de programmation Il existe quatre langages de programmation des automates qui sont normalisés au plan mondial par la norme CEI 61131-3.Q %M17 Mémoire du DUT-GE/IFTS 36 Bitadja DJATO .

ELSE %M1:= FALSE.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable Tableau II-1 : Tableau d’un programme en Langage liste d’instruction(fin) %LS : LD ANDN ADNN IN LD AND AND [%MW1 S := %Q2.. END_IF.10 %Q2. Mémoire du DUT-GE/IFTS 37 Bitadja DJATO . END_IF.S %I1..(Si…alors…sinon…). END FOR.s %M27 %TMO %M2S %MWO : XS %MW18-S00] b-Langage littéral structuré (ST : Structured Text) C’est un langage informatique de même nature que le Pascal. Voici une fraction de programme en langage littéral structuré IF % MO THEN FOR % MW 99 := OTO S1 DO IF % MW100[%MW99]<> O THEN %MW10:= %MW100[%MW99] %MW11:= TRUE. EXIT. ELSE %M1:= FALSE. Il est peu utilisé par les automaticiens. il utilise les fonctions comme If…then…else.

La figure II-6 illustre ce type de programme. -aux formes et de raisonnement de l’automaticien. c’est le plus utilisé. Les blocs sont programmés (bibliothèque) ou programmables. et permet un gain de temps appréciable dans la phase étude et mise au point du programme. Mémoire du DUT-GE/IFTS 38 Bitadja DJATO . relais et blocs fonctionnels et s’organise en réseaux (labels) . Il utilise les symboles tels que : contacts. ce type de langage est orienté problèmes.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable c-Blocs Fonctionnels (FBD : Function Bloc Diagram) Langage graphique où des fonctions sont représentées par de rectangles avec les entrées à gauche et les sorties à droite. La figure II-5 illustre ce type de programme. Figure II-5 : Fraction d’un programme en langage blocs fonctionnels d-Langage à contact (LD : Ladder diagram) Comme tous les langages de programmation des API. C'est-à-dire qu’il est à la fois évolué et adapté : -à la nature des données du cahier de charge. Ce type de langage facilite l’apprentissage de la programmation qui en se simplifiant devient plus performante.

 des reprises de séquence. Parfois associé à un langage de programmation aisée des systèmes séquentiels tout en facilitant la mise au point des programmes ainsi que le dépannage des systèmes.  des séquences simultanées. Certains logiciels permettent une programmation totale en langage GRAFCET en permettent de s’adapter à la plupart des automates existants (logiciels CADEPA ou AUTOMGEN). Siemens) pour la programmation. est utilisé par certains constructeurs d’automate (Schneider. son traitement doit permettre la gestion :  des séquences uniques. Mémoire du DUT-GE/IFTS 39 Bitadja DJATO .  des sauts d’étapes. En fonction des règles d’écriture de ce diagramme fonctionnel. langage de spécification.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable Figure II-6 : Fraction d’un programme en langage à contact II-2-5-2 Programmation à l’aide du GRAFCET (SFC : Sequential Function Chart) Le GRAFCET.

La figure II-8 nous montre un aperçu de système à boucle asservie. Ce système est illustré par la figure II-8. Dans chacun de ces différents cas d’évolution du GRAFCET sont intégrés :  le traitement des conditions d’évolution. c'est-à-dire les expressions des réceptivités qui relèvent du langage booléen. La figure II-7 illustre ce programme Figure II-7 : Fraction d’un programme en langage GRAFCET II-3 LES SYSTEMS ASSERVIS [5] L’automatisation permet l’automatisation de taches par des machines fonctionnant sans intervention humaine. On parle alors de système asservi ou régulé.  l’affectation des états aux sorties.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable  des sélections de séquences. Mémoire du DUT-GE/IFTS 40 Bitadja DJATO .

est à utiliser avec précaution si le système et naturellement instable.  Si l’entrée est constante ou varie par paliers. II-3-1 Commande en boucle ouverte En régulation. Ce contrôle. L’ensemble du dispositif constitue un asservissement ou un système asservi. II-3-2 Commande en boucle Fermée On représente graphiquement un système asservi par l’utilisation de schémas bloc. Mémoire du DUT-GE/IFTS 41 Bitadja DJATO . Un système est dit en boucle fermée lorsque la sortie du procédé est prise en compte pour calculer l’entrée.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable Figure II-8 : schéma d’une boucle d’asservissement Nous avons deux types de contrôle en système bouclé : la commande en boucle ouverte et la commande en boucle fermée. simple en principe. Les performances de ce type de commande sont meilleures. un contrôle en boucle ouverte est une forme de contrôle d’un système qui ne prend pas en compte la réaction de ce system. on parle de régulation. La technique d’automatisation est le contrôle en boucle fermée.

Système continu. Figure II-9 : commande en boucle fermée . Il ne faut donc pas vouloir en faire une solution miracle. adapté aux conditions industrielles. Ce système est illustré sur la figure II-9. le prouvent. schéma général d’une boucle de régulation (asservissement). facile à programmer. Dans tous les cas :  une bonne analyse du problème à résoudre .Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable La régulation est liée à l’aptitude de la commande à atténuer ou à compenser l’influence de phénomènes indésirables.  Si l’entrée est variable. on parle d’asservissement. L’expansion considérable de ses possibilités. L’asservissement est lié à l’aptitude des grandeurs commandées à rejoindre leur valeur de consigne. II-4 CONCLUSION L’automate est un bon produit. à connecter. et celle corrélative de son marché. Mémoire du DUT-GE/IFTS 42 Bitadja DJATO .

Mémoire du DUT-GE/IFTS 43 Bitadja DJATO . dont l’API est pour partie issu.  un léger surdimensionnement pour préserver des marges de motivation. sont les conditions d’une implantation réussie. dont la durée de vie dépassera largement celles habituelles dans le monde informatique.Chapitre II : Généralités sur la conduite de processus par automate programmable  le respect des règles d’installation .

Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè CHAPITRE III Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè Mémoire du DUT-GE/IFTS 44 Bitadja DJATO .

87 avec une vitesse angulaire ω=1480r/min.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè III-1 INTRODUCTION Les problèmes d’inondation dans la ville de Lomé ont conduit à la construction de la station de pompage de la lagune de Bè. constitué de plusieurs engrenages. un système de poulies FLENDER. L’automatisation de cette station nous oblige à faire des recherches approfondies de la lagune elle-même. Ces données nous permettrons donc de bien réguler le niveau de la lagune de Bè. Avec un poids de 4200 kg. la vitesse de rotation de la vis est réduite par rapport à cette du moteur ABB. il a été installé en complément. Ainsi. III-2 DESCRIPTION TECHNIQUE DE L’EXISTANT La station de pompage de la lagune de Bè a été construite par les Hollandais en 1976. Etant donné que la vis ne peut pas tourner à la vitesse du moteur. Le système d’évacuation est composé de pompes à vis qui drainent l’eau vers la mer via des canalisations construites à cette occasion. Elles sont entrainées par un moteur ABB de type M2QA250M4A de puissance 55 kW. ces vis sont inclinées de 30° par rapport à l’horizontale. Elles font 8164 mm de longueur et 1834 mm de diamètre extérieur. Ces pompes ont été fabriquées en 2006 et ont pour débit unitaire 1010l/s chacune. Ce moteur à un cosφ=0. Il nous faut donc étudier le système mis en place. Elle a pour rôle la régulation du niveau de la lagune pour éviter l’inondation. II-2-1 Présentation de la pompe à vis Cette station dispose de deux grandes pompes à vis de type Archimède. Nous avons donc une conversion de la vitesse n1 vers n2 telle que :   Mémoire du DUT-GE/IFTS 45 Bitadja DJATO .

Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè Le moteur et les vis d’archimède sont représentés respectivement sur les figure III-1 et III-2. Figure III-1 : Moteur ABB M2QA250M4A Figure III-2 : Pompe à vis de type Archimède Mémoire du DUT-GE/IFTS 46 Bitadja DJATO .

2 26.4 81. 69.4 11. 9 2 5 1 Nous pouvons à partir de ce tableau déduire que le mois où le littoral togolais est le plus arrosé.8 10. 0 46.1 28.9 105. 7 112. 242. 8 12. 5 30. Mémoire du DUT-GE/IFTS 47 Bitadja DJATO . est celui de Juin. 88. a 2 3. 61. 15 3 87. 1 18. 1 6 1 6. 2 Aného 12.4 156. 4 27. 85. La lagune de Bè occupe une superficie de 88 ha. 69 5 3 8 Kpémé 0. 3 89. 9 7. Tableau III-1 : Distribution pluviométrique moyenne sur le littoral togolais J Loméville Loméaéropo rt LoméFDS Baguid 10. Pour connaitre la profondeur de cette lagune en question. 246. 5 8 2 84. 1 22. 8 99. 8 20. 4 35. 245. 2 45. 8 110. 6 54.3 76.7 16. 1 62. 4 92. 9 24. 7 M 53.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè III-2-2 Quelques données de la lagune de Bè La zone lagunaire dont bénéficie notre pays s’étant sur une superficie de 30 km². 165. 0 26. 5 73 8. 4 4 110. nous allons nous baser sur la pluviométrie moyenne de la ville de Lomé. 4 24. 208. 5 F 48. 1 9. 5 62 A M J J A 20.4 24. 151.2 140.0 95. 152. Nous allons nous basée sur la pluviométrie du moins de Juin pour déduire approximativement la quantité d’eau qui tombe sur la ville de Lomé. 4 0 5 6 48.2 30. 9 O N D 9. 92. 158. 5 54. 9 S 36. 3 12.1 34.1 154.6 95. 1 32.

d’eau Si nous supposons que toute cette eau est conduite vers les lagunes. nous allons donc essayer de déterminer la profondeur de la zone lagunaire.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè Nous allons déduire de cette pluviométrie moyenne. nous nous permettons de déduire donc que la profondeur de la zone lagunaire (en conséquence celle de la lagune Mémoire du DUT-GE/IFTS 48 Bitadja DJATO . la quantité approximative tombée sur la ville de Lomé dans le mois de juin. Nous savons que la zone lagunaire s’étend sur une superficie de 30km² Puisque les lagunes communiquent entre elles.

Mémoire du DUT-GE/IFTS 49 Bitadja DJATO . C’est dans cette optique que la station de pompage de la lagune de Bè a opté pour un démarrage à l’aide des démarreurs progressifs Altistart 48 de Télémécanique.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè de Bè). sans provoquer des pointes de couple et de courant inadmissible. Connaissance la profondeur de la lagune. est sensiblement égale à 2. Enfin. est l’utilisation de démarreur progressif. Le démarreur comporte des dispositifs de sécurité qui peuvent en cas de défauts commander l’arrêt du démarreur et par là-même l’arrêt du moteur. tout en alimentant le stator sous la pleine tension du réseau. et un niveau bas où ils devront s’arrêter. Il est à noter que l’Altistart 48 doit être considéré comme un composant. III-2-3 Démarrage des moteurs [7] Un moteur à bague ne peut démarrer en même temps. un ensemble de résistances qui seront ensuite court-circuitées progressivement. des variations de tension ou des coupures d’alimentation peuvent également être à l’origine d’arrêts. Une autre possibilité pour ce genre de démarrage. nous allons définir un niveau critique maximal où les moteurs devront démarrer automatiquement. d’insérer dans le circuit rotorique.34 m. ce n’est ni une machine ni un appareil prêt à l’utilisation selon les directives européennes (directive machine et directive compatibilité électromagnétique). en roulement rotorique court-circuité. Le niveau critique maximal est donc fixé à 2 m et le niveau bas à 1m. Ce démarreur est illustré à la figure III-3. Il est donc conseillé dans ce genre de démarrage. Ce moteur peut lui-même subir un arrêt par blocage mécanique. pendant les périodes de grandes pluies (le mois de juin). qui assure le démarrage sans pointe d’intensité.

III-3-1 Présentation de Zélio Soft 2 Le logiciel Zélio Soft permet de programmer. Mémoire du DUT-GE/IFTS 50 Bitadja DJATO . et faire sa simulation avec le logiciel Zélio Soft 2. mettre au point et monitorer les contrôleurs logiques Zélio logic. Comparativement à la majorité des autres logiciels. Cette possibilité de programmation graphique offre plusieurs avantages :  faciliter les modifications. son l’automate propre SR3B101FU logiciel de de la société Télémécanique possède programmation. Zélio Soft 2 fourni une interface graphique pour la programmation (FBD).Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè Figure III-3 : Démarreur progressif Altistart 48 de Télémécanique III-3 IMPLEMENTATION ET SIMULATION DU PROGRAMME Nous allons à présent écrire le programme de notre automate. Comme plusieurs automates.

il se présente comme suit (figure III-4). et la configuration de l’automate. Elle présente une barre de menus. une barre d’outils et une fenêtre de travail. l’assistance à la programmation. Figure III-4 : interface de Zélio Mémoire du DUT-GE/IFTS 51 Bitadja DJATO . Nous allons présenter l’interface générale du logiciel.  permettre la génération du programme pour l’automate concerné. III-3-1-1-1 Interface de l’application A l’ouverture de notre programme. III-3-1-1 Interface générale du logiciel Lors de son ouverture. Seules quelques options nous seront utiles au cours de la programmation. nous n’avons pas besoin de connaitre tous les détails de ces rubriques.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè  aider à l’exploitation (réglages et dépannage). le logiciel offre une interface semblable à celle de n’importe quel programme Windows. Pour atteindre nos objectifs.

le logiciel présente six menus essentiels qui sont :  créer un nouveau programme. Figure III-5 : Choix du module logique Cette page nous permet de sélectionner la catégorie du module correspondant à notre application.  ouvrir un programme utilisé récemment.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè Sur cette figure (figure III-4). Ces menus permettent de choisir un mode de travail.  télécharger un programme depuis un module.  ouvrir un programme existant.  mode monitoring. Mémoire du DUT-GE/IFTS 52 Bitadja DJATO . III-3-1-1-2 Interface de choix du module Après que l’on est sélectionné le menu ‘’créer un nouveau programme’’ montré à la figure III-4. nous accédons à une autre page que nous montre la figure III-5.  quitter.

Mémoire du DUT-GE/IFTS 53 Bitadja DJATO . la figure III-6 illustre le type de module Zélio à programmer.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè Après le choix du module. III-3-1-1-3 Interface de choix du type de langage de programmation Après que l’on ait choisi le module programmable. il faudra faire le choix du langage de programmation comme l’indique la figure III-7. Figure III-6 : Type de module logique Zélio à programmer Notre application nécessite 5 entrées/sorties ce qui nous amène à choisir un module comportant un nombre d’entrées/sorties pas trop supérieur à la demande.

III-3-1-1-4 Interface de travail Cette interface permet l’écriture du programme en LADDER .Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè Figure III-7 : sélection du type de langage de programmation Ainsi pour programmer les modules ZELIO. elle présente également d’autres barres de menu. Après avoir choisi le type de langage de programmation. Mémoire du DUT-GE/IFTS 54 Bitadja DJATO . nous accédons à l’interface de travail. nous disposons de deux langages :  le langage à contact (LADDER).  le bloc fonctionnel (FBD). Cela s’illustre par la figure III-8.

 les modes simulation et monitoring : testent en temps réel le programme avec ou sans module connecté au PC. Mémoire du DUT-GE/IFTS 55 Bitadja DJATO .Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè Figure III-8 : Interface de travail III-3-1-2 Assistance à la programmation L’assistance à la programmation comprend :  un test de cohérence : dès la moindre erreur de saisie.  l’aide en ligne.  une fenêtre de supervision : permet de visualiser l’état des E/S du module dans l’environnement de votre application (dessin ou image). Zélio Soft passe au rouge et localise précisément le problème.

Les langages de programmation dans leur ensemble sont des jeux d’instructions ou des symboles qui définissent la façon d’écrire un programme. du nombre de capteurs et de pré actionneurs devant être utilisés.Choix du langage de programmation Le langage de programmation est l’ensemble des codes qui permettent à tout utilisateur les possédant. Ils suivent une Mémoire du DUT-GE/IFTS 56 Bitadja DJATO .Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè III-3-1-3 La configuration de l’automate La configuration requise pour l’automate devant gérer le fonctionnement doit tenir compte :  du nombre d’entrées/sorties. de communiquer à un automate des informations relatives à la gestion d’un processus. Pour notre application une tension de 220-230 V disponible dans l’armoire électrique sera abaissée en 24 V pour les entrées de notre automate.  du module d’alimentation. L’armoire électrique contenant l’automate dispose d’un transformateur abaisseur 220/24 V. Nous pouvons ainsi facilement y utiliser notre automate qui est alimenté sous 24 VDC. c. a.Choix de l’alimentation Nous choisissons l’alimentation en fonction du réseau d’alimentation disponible. Pour avoir une alimentation filtrée et fiable Télémécanique propose une alimentation ABL7R.  du type de processeur. b.Choix du nombre d’entrées et de sorties Les entrées et sorties d’API sont choisis en tenant compte du type. Nous utilisons comme capteurs : les fins de course et des boutons poussoirs. La source d’alimentation rentre aussi en compte.

Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè syntaxe précise pour une logique donnée. Un minimum de connaissance en langage du point de vue visualisation des étapes actives et l’identification des actions associées. On y ajoute également des fonctions logiques et de sortie. Nous avons l’adressage géographique qui dépend de la position physique du module dans les bacs constituants la configuration. Contrairement au FBD. C’est le langage le mieux compréhensible et facile à utiliser pour les électriciens industriels habitué à lire les schémas électriques. Il intègre des fonctions d’entrées.le langage à contact ou LADDER Le LADDER est un langage totalement graphique. il utilise des symboles graphiques de contact à ouverture et à fermeture et des bobines. Notons que pour le deuxième type d’adressage. cette opportunité nous conduit à l’utiliser comme langage devant servir à programmer notre module programmable. III-3-2 Adressage des entrées/sorties de l’API L’adressage des entrées/sorties des automates diffère selon le type d’automate que l’on utilise. standard. Pour les TSX de Télémécanique deux types d’adressage sont courants. SFC (fonctions séquentielles pour des automates séquentiels). Le langage Blocs Fonctions (FBD) nous permet de suivre avec précision le déroulement du processus . En ce qui concerne notre module programmable Zélio. le concepteur de Mémoire du DUT-GE/IFTS 57 Bitadja DJATO . b. avec des fonctions prédéfinies. il intègre deux langages de programmation : a.le langage Blocs Fonctions (FBD) : C’est un langage qui permet une programmation graphique basée sur l’utilisation de blocs fonctionnels. Le second adressage symbolique où chaque entrée/sortie est adressé par un symbole de 08 caractères alphanumérique maximum.

Il est de même pour les sorties. III-3-2-2 Adressage des entrées/sorties de l’API Le tableau III-2 donne l’adressage de toutes les entrées/sorties de notre application. Pour identifier les entrées et sorties. Les sorties suivent aussi la même règle. 2 OØ.  Q=sortie. A chaque adresse correspond une mnémonique. La figure III-9 illustre le GRAFCET de niveau 1. III-3-2-1 Principe de l’adressage des entrées/sorties des modules TOR des automates Zélio L’adressage des entrées/sorties sur le modules Zélio reste très simple. Ø MNEMONIQUE DC CH CB DM COMMENTAIRE Départ cycle Capteur de niveau haut Capteur de niveau bas Moteur en marche Nous pouvons à partir de ces données établir notre GRAFCET de niveau 1 et le GRAFCET de niveau 2. Chaque entrée répond à une commande précise.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè l’automatisme doit au préalable définir les symboles dans une table établissant la correspondance entre l’entrée physique et le symbole. Mémoire du DUT-GE/IFTS 58 Bitadja DJATO . Tableau III-2 : affectation des entrées/sorties de notre application ADRESSE IØ. Le programmeur ajoute ensuite à l’entrée (I) un numéro d’ordre. 1 IØ. Ø IØ. l’on procède comme suit :  I =entrée.

IØ. La figure III-10 illustre le GRAFCET de niveau 2. Ø. Ø IØ.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè 0 Départ cycle. nous obtenons les GRAFCET de niveau 2 de notre programme. 1 ^ 1 QØ. Ø Figure III-10 : GRAFCET de niveau 2 illustrant le démarrage Mémoire du DUT-GE/IFTS 59 Bitadja DJATO . niveau haut ^ 1 Démarrage du moteur Niveau bas 2 Arrêt du moteur Figure III-9 : GRAFCET de niveau 1 illustrant démarrage En remplaçant les transitions. 2 2 QØ. étapes et actions par leurs adresses affectées respectivement. 0 IØ.

Les figures III-11 et III-12 nous montrent la simulation du programme en Zélio. dans cette optique la simulation sur PC nous est plus appropriée. Le programme une fois écrit. le moteur se met en marche. nous avons élaboré le programme qui pilotera l’automate. et ce. Le programme est écrit en Blocs Fonctionnel (FBD). Figure III-11 : Moteur en marche lorsque le niveau haut est actionné Lorsque le départ cycle et le capteur haut sont activés. il est transféré vers l’automate au moyen du câble de raccordement de l’automate au micro-ordinateur sur lequel se trouve le logiciel ayant servi à la programmation. La programmation s’est faite avec le logiciel de programmation Zélio Softs 2. Mémoire du DUT-GE/IFTS 60 Bitadja DJATO . Rappelons dès lors que c’est dû à l’absence d’automate que nous sommes penchés sur la simulation avec Zélio Soft 2 . jusqu’à ce que le capteur de niveau bas soit actionné. est simulé et une fois que la simulation est réussie.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè III-3-3 Le programme de l’automate en langage blocs fonctions (FBD) En se basant sur le GRAFCET de la figure III-8.

80 120 91. et le cout total à débourser est résumé dans le tableau III-4.60 (FCFA) 88.715 .292 unitaire Prix total TTC(FCFA) niveau TOR 2 3 SR3B101FU SR2SFT01SR2USB01SR2MEM02 Mémoire du DUT-GE/IFTS 61 Bitadja DJATO Automate Logiciel (CD-câble) 1 1 139.715 91.703 78. Le coût total des équipements figure dans le tableau III-3.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè Figure III-12 : Moteur à l’arrêt lorsque le de niveau bas est actionné III-3-4 Etude économique L’étude économique nous permet de faire une estimation des dépenses que pourrait occasionner ce projet.292 88. Tableau III-3 : coût total des équipements ordre référence Désignation quantité Prix TTC (€) 1 SR11 Capteur de 1 134.703 78.

059FCFA 1.059 1.049 III-3-5 Facturation de la réalisation Dans le cadre de la facturation de notre projet. le coût de notre réalisation s’élève donc à : 300.059+18%*1. et les imprévus.049=1. nous avons donc le coût total du projet qui est : (600. la durée des travaux et par conséquent le cout horaire de celui-ci.331. nous pouvons calculer.128. A savoir l’automaticien de réaliser notre projet.049)×20%+940.339 81. le cout de notre projet Notre travail s’étant effectué sur une période de 2mois. Le coût de la pompe elle-même n’est pas mentionné dans notre étude.049 1.110FCFA En définitif le cout total du projet est résumé dans le tableau III-4 : Tableau III-4 : Coût total du projet Désignation Coût total des équipements Coût de la réalisation Coût total du projet Prix estimatifs(FCFA) 340.110 IL est cependant à noter que l’étude économique que nous avons faite appartient seulement à l’automatisation.000FCFA×2=600.128.059=1.128.331.000+340. de façon estimative. un grand nombre de critères entrent en jeu.339 raccordement Total 340.128. Mémoire du DUT-GE/IFTS 62 Bitadja DJATO .Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè Tableau III-3 : coût total des équipements (fin) 4 Câble BSP 2" Câble de 100m 124 81. Par un calcul simple.000FCFA Si nous ajoutons maintenant la taxe sur la valeur ajouté qui est de 18% du coût de réalisation.

331.Chapitre III : Automatisation de la station de pompage de la lagune de Bè III-4 CONCLUSION L’analyse économique de l’étude et de la réalisation de notre projet nous a conduits à dégager de façon estimative.110 FCFA TTC. Mémoire du DUT-GE/IFTS 63 Bitadja DJATO . nous pouvons en déduire que notre travail dans l’ensemble répond parfaitement aux objectifs que nous nous sommes fixés. un cout total de l’étude et réalisation d’environ 1. Notre programme de simulation ayant réussi.

lorsque le système de commande sera efficace. celle de la Bè. Cette automatisation n’aura son importance que. n’a pas seulement été d’arriver à gérer un processus industriel. un GRAFCET de niveau 1. en se basant sur le fonctionnement de la pompe. ainsi que réalisé sa simulation dans le même logiciel. nous avons pu écrire le programme dans le logiciel Zélio Soft 2. Mémoire du DUT 63 Bitadja DJATO .CONCLUSION GENERALE CONCLUSION GENERALE Ce travail nous a permis de sous consacrer à un projet d’automatisation d’une station de pompage et d’assainissement. . C’est donc dans cette optique que nous avons conçu. nous prouve que le système de commande est efficace. Notre objectif bien qu’atteint. La simulation bien réussie du programme écrit. mais de dégager l’avantage de programmer un automate en utilisant des langages de programmation de type FBD (blocs fonctionnels). En traduisant ainsi ce GRAFCET de niveau 1 en GRAFCET de niveau 2.

[9] http://www. Les automates programmables industriels.free. [4] GONZAGA Alain. Université Aboubekr.I Automate Programmable Industriels. les différents types de capteur. Physique appliquée collection Analogique-Numérique.vega. Guide d’exploitation. ACQUISITION D’UNE GRANDEUR PHYSIQUE. A. Module de découverte en automatique. conversion Mémoire du DUT xii Bitadja DJATO . les capteurs. [6] WOSNIAK A.com/fr/Mesure_de_niveau. [5] MEGHEBBAR A. thème 1 : les capteurs. [7] Altistart48 Télémécanique. [3] BISSIERES Christian.berger2. Département de Mécanique Énergétique 2004-2005.P. POLYTECH’ Marseille.htm..fr/automatique/cours/cpt/les_capteurs.. Belkaid Tlemcen Faculté de Technologie Département de Génie Electrique et Electronique. [2] BIGOT Pascal. [8] http://philippe.. CIRA-1 les niveaux. A.BIBLIOGRAPHIE BIBLIOGRAPHIE [1] BERGOUGNOUX L. Mesure de niveau.Caplier.htm .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful