MERISE /2

D.E.S.S. SYSTEME D’INFORMATION AVANCE
P. COLIN
V97/2
1
1
Merise aujourd’hui
Les points forts :
La méthode s'appuie sur une approche systémique : C’est donc une approche globale.
Les concepts sont peu nombreux et simples.
Elle est dans le domaine public donc gratuite ( rare aux USA).
Elle est assez indépendante vis à vis de la technologie.
Elles est la plus utilisée en France dans les domaines de gestion.
Elle sert de référence aux enseignements sur les méthodes.
Les critiques :
La méthode s’arrête au niveau organisationnel pour les traitements et les données.
Elle ne s'occupe pas de l'interface utilisateur.
Elle est très adaptée à un contexte de création d'application mais pas forcément à un problème
de maintenance ou de seconde informatisation.
Elle ne permet pas réellement une validation rapide de la part des utilisateurs.
Elle est davantage destinée à des sites centraux plus qu'à des développements en temps réel, ou
sur micro.
Il est très difficile de valider les traitements par rapport aux données et cela au niveau
conceptuel ou organisationnel.
2
2
Les autres méthodes dérivées de Merise :
La méthode Mega
Yves Tabourier (départ 1997 - Méga se porte vers UML)
3 découpages sur 4 niveaux de description :
Communication Données Traitements
Conceptuel MCC MCD MCT
Organisationnel MOC MOD MOT
Logique MLC MLD MLT
Physique MPC MPD MPT
L'analyse de la composante communication à différents niveaux permet la prise en compte
d'une architecture client/serveur:
Le MCC permet de montrer l'analyse des besoins
Le MOC montre les flux entre les différents services avec leur support physique
ainsi que la répartition entre les différents sites géographiques
Le MLC permet de caractériser les types de lignes utilisées.
La méthode Axial
3 découpages sur 3 niveaux :
Données Données / traitements Traitements
D.O.G. D.B.A./ D.G.A. D.F.G.
S.R.N. S.T.U. / D.D.T. DUM
E.T.S. D.R.A.N. / D.E.M.T. M.T. ( I..P.T.)
Axial dans ces différents modèles met beaucoup l'accent sur le rapprochement des données et
des traitements.
3
3
Une nouvelle version de Merise doit être capable d'intégrer les nouvelles techniques
informatiques comme :
Les langages objets, la programmation objet, la conception objet.
Les applications coopératives de type Client/serveur.
Le développement des applications sur micro-ordinateurs couplées avec les sites centraux.
L'évolution des SGBD (prise en compte des contraintes au niveaux des données).
Ne pas jeter les modules Merise existants mais compléter la méthode.
Le problème est donc de faire évoluer Merise afin de s’appuyer sur les personnes déjà formées
à la méthode, plutôt que de proposer une nouvelle méthode trop longue à mettre en place.
4
4
Les nouveautés de Merise/2 :
A partir des 7 modèles de base (Diagramme des flux, MCd, MCt, MLd, MOt, MPd, MPt) :
Diagramme des flux
MCD MCT
MLD MOT
MPD MPT
La volonté de répartition par rapport aux sites géographiques et informatiques, conduit à un
modèle qui décrira la répartition aussi bien des données que des traitements.
Diagramme des flux
MCD MCT
MLD MOT
MLD R MLT R
MPD MPT
Une meilleure définition des niveaux amène à la séparation de l' organisationnel et du logique
en deux niveaux distincts ; ce qui amène le découpage suivant :
Merise Merise / 2
Concept Quoi
concept Quoi Orga Où Qui Quand macro organisation
O/L Comment Où Qui Quand Logi Comment micro orga poste travail
Phys Comment Phys
Le niveau organisation : c'est d'où utiliser, qui utilise, quand utiliser ?
Le niveau logique : Comment représenter comment stocker ?
Le niveau logique réparti : Où et comment stocker, comment communiquer ?
Les niveaux conceptuel et organisationnel
géreront les problèmes d'organisation et de
répartition de l'utilisation
Les niveaux logique et physique géreront les
problèmes de présentation et de répartition
des stockages
Le premier niveau est un niveau qualifié de système d'information organisationnel, il est donc
conçu avec la participation des utilisateurs finaux de l’application.
Le second niveau est le système d'information informatisé, il est du ressort de l’équipe
informatique uniquement.
5
5
La nouvelle approche doit également permettre une meilleure adéquation données/traitements
et aussi une validation entre les deux.
Une colonne a été créée entre les données et les traitements afin de mettre en place les
Modèles de traitements analytiques, ainsi que le cycle de vie des objets.
Les modèles analytiques essayent de rapprocher les données des traitements et permettent une
sorte de validation.
Données Données traitements Traitements
MCD CVO MCTA MCT
MOD CVO organisationnel
MOT A
MOT
MLD MLT
Le cycle de vie essaye d’introduire une vue dynamique sur un modèle de données
essentiellement statique.
Les flux doivent être appréhendés à différents niveaux ce qui conduit à faire de l'analyse des
flux une colonne à part entière pour chaque niveau.
Flux
MC MFC
MFO
MFL
Nouveauté dans la démarche :
La méthode propose une démarche de composition et de décomposition .
Décomposition pour analyser et spécifier.
Composition pour synthétiser, réaliser et intégrer.
exemple: Dans un Mct on se contente de l’événement Commande au niveau global, alors que
l’on retient l’événement « commande nouveau client » et « commande client référencé » dans
un niveau détaillé.
Les modèles doivent donc être vus à deux niveaux : un niveau global et un autre détaillé. On
utilisera comme un Zoom entre les deux. ( démarche utilisée pour les MCD MFC MCT MOT).
Dans le Mcd on ne conserve que les objets généraux dans un premier temps ; on spécialisera
dans la deuxième phase.
La méthode propose de ne plus bâtir les modèles de manière indépendante et séquentielle,
mais de mener l'ensemble des modèles conceptuels en même temps :
On fait rarement le MCT avec le MCT A.
6
6
v N

MFC +N
MCD +¬ MCT A +¬ MCT

CVO +7
On dira que Merise/2 contient :
• des modèles de communication ( ce sont ceux destinés vers l’utilisateur, le niveau
conceptuel)
• des modèles de conception (ceux qui prennent en compte la validation , les modèles
analytiques)
• des modèles de structure (ils définissent la structure de l’application, le niveau logique)
• des modèles de comportement (les cycles de vie par exemple)
7
7
MERISE / 2
Le schéma des flux :
On doit répondre à la question du quoi, il faut être indépendant de l'organisation.
On pourra dans cette partie élaborer deux modèles :
Le modèle de contexte
Pour la détermination du domaine en montrant les flux dans leur généralité.
Le modèle des flux conceptuels
Pour la détermination des activités (processus) du domaine avec un graphe des flux, détaillé.
8
8
Le modèle de contexte
Objectifs :
Illustrer les interactions entre le domaine et l'extérieur ( intervenants externes ou autres
domaines).
Définir le domaine d'étude.
Déterminer les échanges avec l'extérieur.
Concepts
Le domaine fonctionnel :
Il est orienté gestion de l'entreprise et recouvre une finalité majeure de celle-ci. C'est un
domaine pilotable, autonome, ayant une certaine organisation.
La vente, la gestion de production, le personnel.
Le domaine d'étude
Soit un domaine fonctionnel,
soit un sous-ensemble du domaine fonctionnel,
soir plusieurs domaines fonctionnels.
C'est un sous-ensemble cohérent ( grâce au modèle de contexte), bien délimité et formant le
contenu du sujet à étudier. C'est un projet de taille réaliste.
Le flux
C'est un message conceptuel.
Domaine connexe et acteur externe :
domaine connexe : extérieur au domaine d'étude,
acteur externe : extérieur à l'entreprise.
9
9
Le formalisme
Domaine connexe
Domaine d'étude
Acteur
Externe
Acteur
Externe
10
10
EXEMPLE :
Li vraison
Averti l ivre li bre
Prêt accordé
Livrai son Rappel
Dde de prêt
Dde réservati on
Adhérent
Gérer l es ouvrages
Gérer le
contenti eux
Editeur
Commande
LE MODELE DE CONTEXTE
11
11
Prêt non rendu
Le modèle de flux conceptuels
Objectifs
Décomposer le domaine d'étude en activités en utilisant les techniques de
composition/décomposition
Concept
Activité :
C'est un ensemble cohérent de traitements qui transforme ou manipule des données.
Caractéristiques d'une activité :
1. A une certaine autonomie.
2. Est pilotable.
3. Assure une finalité majeure du domaine d'étude.
On peut décomposer une activité jusqu’à quatre niveaux. Une sous-activité ne doit jamais être
redondante.
12
12
Exemples
Découpage de premier niveau
Contentieux
Editeur
Adhérent
Gérer les prêts
Gérer réservation
Enrichir la bib
Dde prêt
Prêt accepté
Rappel
Dde réservation
Avertissement
livre libre
Cde
Livraison
Disponibilité
New
De second niveau
Gérer les prêts
Gérer les sorties
Gérer les retours
Gérer relances
Avis retour d'ouvrage
Avis de retard
13
13
Rappel
Dde prêt
Prêt accepté
Retour
Règles de découpage en domaines/activités
Objectifs :
1. Permettre de répartir l'étude entre plusieurs équipes.
2. Permettre de limiter l'étude à un domaine particulier.
3. Aider à la définition d'objectifs mesurables.
4. Permettre de réfléchir aux états stables du système d'information.
5. Essayer de donner des objectifs à chaque niveau de décomposition. Ceux-ci
doivent être mesurables.
Les flux qui sont importants
Acteur externe Activité Domaine connexe
Acteur externe oui
Activité oui oui oui
Domaine connexe oui
Règles de découpage en domaine/activités
Le domaine doit être stable par rapport à l'organisation.
Le domaine doit être aussi autonome que possible.
Un domaine est décomposé en 8 activités au maximum.
Technique de décomposition
Identifier des critères d'arrêt. Si la sous-activité devient une action organisationnelle, on a trop
décomposé ( tamponner la carte de lecteur).
Décomposition jusqu'à 4 niveaux.
Ce découpage est très proche des objectifs.
On peut avoir des sous-activités sans lien avec l’extérieur, ce qui est rare au niveau de
l’activité.
L'activité est la notion de base de l'étude conceptuelle des traitements.
Exercice :
Elaborer le modèle de contexte du comaine Gestion des séminaires d'une société de formation.
Hypothèse,
les fonctions couvertes par le système sont :
• Gérer la planification des séminaires ( un lieu, une date, un matériel)
• Gérer les demandes de séminaires , les inscriptions, les convocations, les
feuilles de signatures
• Gérer la qualité
14
14
MERISE /2
LE MCD étendu
Prise en compte de nouvelles contraintes
Sous-type d’entités et d’associations
La notion d’agrégation
Le nouveau formalisme
Construction par spécialisation
15
15
MERISE / 2
Le Cycle de Vie d'un Objet
Objectifs :
Mettre en évidence l'ensemble des états remarquables d'un individu de gestion au cours de son
cycle de vie.
Identifier les événements qui transforment les états.
Illustrer les interactions des changements d'états.
Affiner les règles de gestion du MCD.
Préparer la construction du MCT A.
On parlera de :
Etat de l'objet
Evénement
Transition
L'état de l'objet permettra de mieux concevoir le MCD
Le MCT A permettra de prévoir les événements
Dans le CVO seuls les individus de gestion nous intéressent (pas les associations).
On ne doit traiter que les objets principaux du MCD.
Exemple :
enregistrée
en attente
Commande livrable
facturée
archivée
Ce sont des états stables ou remarquables ( ils ne peuvent évoluer sans événements )
Le MCD est donc un modèle purement statique
Le CVO est lui un modèle dynamique
Etat d'un individu
Un état est un stade transitoire par lequel passe un objet au cours de son cycle de vie.
C'est le coté transitoire qui permet de différencier un état d'un sous-type ( au sens de la
généralisation ou de la spécialisation).
Il correspond à des choix de gestion.
L’événement est le temps ou une action.
Une occurrence de l’individu ne peut être dans plusieurs états à la fois.
Dans le MCD on représentait le CVO par une propriété (code état) ou une entité (état).
Le CVO est le lien entre le MCD et le MCTA.Il permet d’affiner les règles de gestion.
L’étude du CVO permet de confirmer le découpage en domaines ou en activités.
Le CVO est une première tentative pour se dirriger vers l’Approche Objet
16
16
C
événement 1
u
O
Etat 1
u '
C C
Evénement 2 événement 4
^ ¯
O
Etat 2
Un événement peut être le temps ou un action.
On doit établir un cycle de vie par objet (entité) significatifs
17
17
Il est possible de montrer les interactions entre les différents objets par rapport au CVO
Objet 1
C
événement 1
u
O
Etat 1
u '
C C
Evénement 2 événement 4
^ ¯
O
Etat 2
^
C
événement 3
^
Objet 2
u
O
Etat 1
18
18
Exemple d'un CVO
19
19
Abonné
Abonné
Abonné
Reglt
cotisati
on
VALIDE
Suspendu
Radié
Avis
Radiation
Autorisation
Avis
Suspension
Exemple des cas complexes
20
20
Exemples de connexion entre cycle de vie
21
21
Exercice:
Cycle de vie d'un salarié
Un nouvel embauché, avant d'être titularisé, comme instructeur est mis à l'essai pour 3 mois
(renouvelable). Durant cette période, il peut quitter la société sans préavis.
L'embauché, devenu titulaire, ne peut quitter la société qua par une démission ou un
licenciement. Dans ces 2 cas il effectuera un préavis de 3 mois s'il y est cadre et d'1 mois s'il
est non cadre.
Durant sa vie professionnelle, il peut demander un congé de longue durée, il retrouvera son
poste de titulaire à son retour.
Construire le cycle de vie de l'individu employé.
22
22
MERISE / 2
Le Modèle Conceptuel des Traitements
Analytiques
Objectifs :
Décrire le fonctionnement du système indépendamment de l'organisation.
Préparer le passage à un niveau organisationnel.
Rapprocher les données et les traitements.
Le MCT A permet de :
Représenter les individus de gestion qui sont nécessaires au déroulement de l'activité.
Représenter les actions effectuées sur ces derniers.
Distinguer entre événements et ressources
Distinction entre MCT/ MCT A
MCTA est un modèle de conception.
MCT est un modèle de communication.
Points commun entre MCT/ MCT A
Le formalisme est identique.
Les concepts d'opération, d’événement, de résultat et de synchronisation sont identiques.
Les règles de construction reposent sur la non redondance, et la non interruptibilité.
23
23
Les Actions :
Une action sur un individu peut être de 4 types :
1. Consultation
2. Création
3. Mise à jour
4. Suppression
Une action occasionne un changement d'état
Opération Individu
Etat 2
Etat 1 ——————
Etat 3
L’état 1 est l’état de départ le 2 et 3 est celui d’arrivée.
Opération
Mise à jour Individu
Opération Création Individu
Opération
Consultation Individu
Opération
Suppression Individu
On peut également préciser les différents types d'actions, à savoir :
Les action itératives
Les actions suivant conditions
Les actions et les contraintes d'intégrité.
Les règles de gestion :
Une règle de gestion précise la façon dont s’effectue la transformation des propriétés
consultées en entrée, pour produire un individu modifié en sortie.
Elle s'exprime sous forme structurée en tenant compte du découpage en activités.
Exemple si un exemplaire de l'ouvrage est disponible, créer Prêt.
24
24
25
25
On peut également créer une matrice des traitements par rapport aux données où on indique
les différents types d'actions

Lecture
Ecriture
Suppression
Mise à jour
client produit compte opération devise gestionnaire signature
opération 1 L L L
opération 2 L L E E L
opération 3 E E L L
opération 4 E E E E E
26
26
Exemples de MCTA
27
27
MERISE /2
Le Modèle Organisationnel des Traitements
Analytiques
Objectifs du MOT :
Etudier et décrire le fonctionnement du système d'information.
Répartir l'utilisation des données et des traitements par type de site et type d'acteur.
Représenter la mise en oeuvre organisationnelle des activités.
Avant si les acteurs étaient sur des sites différents, il n'y avait pas de différences ; maintenant,
on parle de l'acteur sur son poste de travail, donc on peut faire apparaître des différences.
Dans l'ancien MOT on décrivait le poste de travail par rapport au métier. On ajoute
maintenant les notions :
type de site (géographique) Magasin vente
type d'acteur (le métier l’activité) Commercial
type de poste Le commercial du
magasin de Paris
Différences entre MOT et MOTA
Le MOT :
Des procédures fonctionnelles vers les actions élémentaires.
Son but : l’organisation du poste de travail.
Le MOTA :
Des opérations organisationnelles vers les fonctions.
Son but : la réutilisation des composants.
Objectifs du MOT A :
Localiser et valider les traitements par site.
Rapprocher les données et les traitements.
Définir la nature du traitement.
L'opération organisationnelle :
C'est l'équivalent de la tâche du MOT traditionnel.
C'est un traitement exécuté entièrement à partir d'un seul type de poste à la fois et d'une seule
nature (AIM) et qui laisse la structure des données dans un état cohérent.
28
28
Opération organisationnelle et base d'informations :
Elle sera exécutée sur un même type de poste.
A chaque fin d'opération correspond un état cohérent de la base.
La base d'information peut être dans un état incohérent pendant l’exécution de l'opération.
Les transformations effectuées par une tâche sur la base ne peuvent être effacées quand la
tâche s'est déroulée normalement et a été validée.
En cas d'interruption, il faut annuler tous les effets de l'opération.
Opération organisationnelle et la base d'informations :
déclenchée par un événement
un composant de l'événement
un résultat intermédiaire significatif
29
29
Le type de poste
Ensemble des moyens à la disposition d'un utilisateur dans le but de réaliser un ensemble de
tâches bien déterminées sur un type de site donné. C'est le rapprochement d'un type de site et
d'un type d'acteur.
Cela implique :
1. un espace de travail
2. un type d'acteur (type d’utilisateur)
3. des procédures opératoires
4. un type de site (il peut être géographique ou fonctionnel)
5. du temps d'utilisation
Le type de site
C'est un regroupement fonctionnel et/ou géographique de types d'acteurs dans une structure de
référence.
Le type d'acteur
C'est un regroupement d'acteurs exerçant des activités identiques et déterminées dans le cadre
d'une organisation de référence.
N type de poste pourront faire la même opération organisationnelle, il n’y a plus de différence
d'un site à l'autre.
La fonction
1. C'est le composant élémentaire de l'opération.
2. C'est un module de traitements réutilisable.
3. Elle est décrite dans le même formalisme que l'opération.
4. Elle est construite par décomposition de l'opération.
5. Elle sert de validation avec le MOD (et le CVO organisationnel), chaque
transition du CVO doit trouver une fonction qui l'assure.
Exemple
30
30
La démarche de construction du MOTA :
1. Choisir une opération conceptuelle.
2. Expliciter les événements déclencheurs.
3. Identifier les opérations organisationnelles en respectant les règles.
4. Analyser les actions sur les données.
5. Décomposer en fonctions élémentaires.
6. Pour chaque fonction :
identifier les flux de données entrant/sortant
expliciter le couplage avec le CVO/MOD
31
31
On peut construire la matrice utilisateurs / traitements pour synthétiser les échanges
interrogation opération change création compte
accueil 240
change 60 60 60
guichet 100 100
gestionnaire 20 10
On retiendra l'unité de fréquence : nombre d'opérations par jour et par agence
On peut faire une matrice plus détaillée par type de poste.
On peut également construire une matrice avec les types d'acteurs dans chaque site par rapport
aux opérations.
Type de
site
Opération
1
Opération 2 Opération
3
Opération 4 Opération
5
site A Acteur 1
site A Acteur 2
site A Acteur 3
site B Acteur 2
site C Acteur 3
32
32
MERISE/2
Le Cycle de Vie des Objets et les flux
organisationnels
Objectifs :
Mettre en évidence des états et transitions de nature organisationnelle
Aider à la découverte des fonctions du MOT A.
Une opération a été vue globalement au niveau fonctionnel
Par contre au niveau organisationnel, on peut mettre en évidence un état qui devra être ajouté
dans le CVO O.
Par exemple, dans une banque une procédure de saisie des chèques s'est arrêtée au milieu de la
transaction car à 17 h il y a eu l'arrêt des guichets de la banque. Il y a donc un nouvel état qui
est purement organisationnel.
Exemple :
33
33
Le modèle des Flux organisationnels
Objectifs :
Mettre en évidence des flux organisationnels entre les types de sites / les types d'acteurs, les
acteurs externes et les domaines connexes.
C'est équivalent à un graphe des flux organisationnels.
On mentionnera donc le support physique.
Exemple :
34
34
MERISE / 2
Le Modèle Organisationnel des Données
Objectifs :
Distinguer les données à informatiser.
Quantifier les volumes et définir la durée de vie des données.
Localiser les données par site.
Définir les niveaux de sécurité requis.
Définir des individus et des relations de type organisationnel.
On peut représenter le MOD de trois manières avec :
Le MOD général : c'est la structure organisationnelle. On s'attache à la nature des objets et des
relations, au système d'autorisation et on ajoute des objets ou relation organisationnelle.
La vue d'un type de site : on précise les accès aux données à partie d'un type de site ainsi que
les besoins locaux d'archivage.
La vue d'un type de poste : on précise les accès aux données par poste et la responsabilité des
personnes.
Le choix des informations à mémoriser et l'historique des informations.
Lors de l'étude du MCD il a été décidé de ne pas conserver les informations calculées.
En effet il était trop tôt pour connaître les durées de conservation des informations et pour être
capable de savoir si le calcul était techniquement envisageable et même possible pour des
problèmes d'historique de données ;
Pour le MOD on doit déterminer exactement quelles sont les informations exactes à conserver.
On va donc ajouter des entités ou des relations.
La typologie des groupes de données :
Privées :
Données mises à jour par le type de site et inaccessibles aux autres sites
Protégées :
Données mises à jour par le type de site et consultables par les autres sites.
Partagées :
Données mises à jour et consultables par les autres sites.
Consultables :
Données uniquement consultables par le type de site.
35
35
Exemple de présentation au niveau global et par site
36
36
Exemple de vue par type de site
Agence
gestionnaire Signature
Client Siège
Compte Opération Compte
Produit Devises
Il n'est pas nécessaire de montrer tout le détail des données, on peut procéder à des
regroupements.
37
37
Le choix des informations à mémoriser
Le problème de la mémoire immédiate et de la mémoire à long terme :
La mémoire immédiate doit être immédiatement accessible et optimisée en fonction des
besoins des différents traitements
La mémoire à long terme permet une recherche d'information en différé et doit être optimisée
afin de permettre une économie de coût.
La Durée de vie des informations
La durée de vie des entités :
Exemples :
1) On ne gardera pas en ligne les bons de commande, les bons de livraison, et les factures .
La durée de vie de ces trois entités est sans doute différente.
Le problème :
Si on a besoin, pour comprendre une facture, de retrouver l'information d'une commande, cela
posera un problème.
Par exemple le lien avec le client est sans doute fait au niveau de la commande et non de la
facture. La normalisation du MCD nous a conduit à ne pas dupliquer la relation dans les trois
entités (cde, bon de livraison, facture) on se trouve dans la nécessité d'imposer une redondance
de lien pour être capable de gérer correctement la facture lors du lettrage client ou des
opérations comptables futures.
2) On pensait calculer chaque fois le chiffre d'affaires en cours du client . En effet cette
propriété peut être obtenue par un calcul de sommation des T.T.C. des factures. Comme les
occurrences de l'entité facture ne sont gardées qu'un temps réduit, on ne sera donc plus capable
de la recalculer, on la conservera donc au titre d'une propriété situationnelle.
La durée de vie des propriétés

Exemple :
1) Lors de l'établissement de la facture, on a calculé le T.T.C. par la multiplication du H.T. et
de la TVA, on peut ne garder que le Hors Taxes, mais si plus tard la valeur de la TVA change
on ne pourra plus retrouver la TVA de l'époque.
Il y a deux manières pour conserver une telle information
historiser la TVA , on obtiendra alors une relation n° période + n° taux TVA qui donne le
taux ;
ou conserver à l'intérieur de la facture le taux de TVA de l'époque.
Par contre, si on dispose de plusieurs taux de TVA en fonction de l'article, on devra conserver
le taux dans l'article ou dans la famille d'articles.
2)
Conserver le prix des produits proposés lors de l'établissement d'un devis même si la
commande n'est enregistrée que plus tard .
38
38
Le MOD par type de site
Il est nécessaire de préciser :
- le sous ensemble du MOD global qui intéresse un site organisationnel
- les actions élémentaires que peut effectuer le site organisationnel sur ce sous ensemble
Les actions possibles :
I Interrogation lecture
M mise à jour
C création
S Suppression
par exemple sur le site secrétariat commercial

Commande
N° Cde
date cde
Date de livraison
Produit
Code produit
libellé
Qté en stocks
détail commande
Qté commandée
(1,N)
(0,N)
C
M
L C
M
L
L
sur le site magasin
Commande
N° Cde
date cde
Date de livraison
Produit
Code produit
libellé
Qté en stocks
détail commande
Qté commandée
(1,N)
(0,N)
L
M
L
L
sur le site direction
Commande
N° Cde
date cde
Date de livraison
Produit
Code produit
libellé
Qté en stocks
détail commande
Qté commandée
(1,N)
(0,N)
L
L
L
C
M
S
39
39
MERISE / 2
Le Modèle Logique des
Données Réparties
Les critères de répartition
Critères relatifs aux données :
1. ressources partagées ou non
2. niveau de sécurité
3. volume
4. niveau de fraîcheur des données
5. volume et format des flux d'informations entre sites
6. contraintes organisationnelles
La répartition des données doit autant que possible suivre l'organisation de l'entreprise.
Si l'organisation a un partage géographique, le réseau client serveur adoptera également une
répartition géographique.
Si l'organisation a un partage fonctionnel, le réseau client serveur adoptera également une
répartition fonctionnelle.
La répartition des données est fonction des types de données :
Données historiques
Données courantes
La répartition par site
Objectifs :
Partager les données par machine logique et type de site
Préciser l'implantation logique données permanentes
On pourra donc montrer des MLD par site et non plus de manière globale.
40
40
Exemples de partages et critères de décision
41
41
Table de décision pour le choix l'implantation physique des données par site.
Besoin de données à
jour et partagées
Partitionnement
horizontal possible
Volatilité
importante
Décision à prendre
OUI OUI Distribuer
OUI NON OUI Centraliser
OUI NON NON Centraliser ou Copies
multiples
NON Copies multiples
Partitionnement vertical
si nécessaire
42
42
Exemple de MLD réparti
43
43
Exemple de MLD réparti
44
44
MERISE / 2
Le Modèle Logique des traitements Global
et des traitements répartis
Objectifs :
Répartir par site et machine logique en tenant compte des contraintes du Client/Serveur.
Définir des serveurs logiques et choisir une architecture technique.
La gestion du dialogue se fait sur le poste de travail.
Les traitements se déroulent à l'endroit où se trouvent les données.
Dans une même transaction, réduire les échanges entre sites distants.
45
45
Exemple et formalisme
46
46
La localisation des traitements
47
47

Merise aujourd’hui
Les points forts : La méthode s'appuie sur une approche systémique : C’est donc une approche globale. Les concepts sont peu nombreux et simples. Elle est dans le domaine public donc gratuite ( rare aux USA). Elle est assez indépendante vis à vis de la technologie. Elles est la plus utilisée en France dans les domaines de gestion. Elle sert de référence aux enseignements sur les méthodes. Les critiques : La méthode s’arrête au niveau organisationnel pour les traitements et les données. Elle ne s'occupe pas de l'interface utilisateur. Elle est très adaptée à un contexte de création d'application mais pas forcément à un problème de maintenance ou de seconde informatisation. Elle ne permet pas réellement une validation rapide de la part des utilisateurs. Elle est davantage destinée à des sites centraux plus qu'à des développements en temps réel, ou sur micro. Il est très difficile de valider les traitements par rapport aux données et cela au niveau conceptuel ou organisationnel.

2

2

Les autres méthodes dérivées de Merise :

La méthode Mega Yves Tabourier (départ 1997 - Méga se porte vers UML) 3 découpages sur 4 niveaux de description : Communication MCC MOC MLC MPC Données MCD MOD MLD MPD Traitements MCT MOT MLT MPT

Conceptuel Organisationnel Logique Physique

L'analyse de la composante communication à différents niveaux permet la prise en compte d'une architecture client/serveur: Le MCC permet de montrer l'analyse des besoins Le MOC montre les flux entre les différents services avec leur support physique ainsi que la répartition entre les différents sites géographiques Le MLC permet de caractériser les types de lignes utilisées.

La méthode Axial 3 découpages sur 3 niveaux : Données D.O.G. S.R.N. E.T.S. Données / traitements D.B.A./ D.G.A. S.T.U. / D.D.T. DUM D.R.A.N. / D.E.M.T. Traitements D.F.G. M.T. ( I..P.T.)

Axial dans ces différents modèles met beaucoup l'accent sur le rapprochement des données et des traitements.

3

3

Une nouvelle version de Merise doit être capable d'intégrer les nouvelles techniques informatiques comme : Les langages objets, la programmation objet, la conception objet. Les applications coopératives de type Client/serveur. Le développement des applications sur micro-ordinateurs couplées avec les sites centraux. L'évolution des SGBD (prise en compte des contraintes au niveaux des données). Ne pas jeter les modules Merise existants mais compléter la méthode. Le problème est donc de faire évoluer Merise afin de s’appuyer sur les personnes déjà formées à la méthode, plutôt que de proposer une nouvelle méthode trop longue à mettre en place.

4

4

il est donc conçu avec la participation des utilisateurs finaux de l’application. MLd. MPd. MPt) : Diagramme des flux MCD MLD MPD MCT MOT MPT La volonté de répartition par rapport aux sites géographiques et informatiques. quand utiliser ? Le niveau logique : Comment représenter comment stocker ? Le niveau logique réparti : Où et comment stocker. MOt. comment communiquer ? Les niveaux conceptuel et organisationnel géreront les problèmes d'organisation et de répartition de l'utilisation Les niveaux logique et physique géreront les problèmes de présentation et de répartition des stockages Le premier niveau est un niveau qualifié de système d'information organisationnel. MCt. qui utilise. 5 5 . Le second niveau est le système d'information informatisé. il est du ressort de l’équipe informatique uniquement.Les nouveautés de Merise/2 : A partir des 7 modèles de base (Diagramme des flux. Diagramme des flux MCD MCT MLD MOT MLD R MLT R MPD MPT Une meilleure définition des niveaux amène à la séparation de l' organisationnel et du logique en deux niveaux distincts . ce qui amène le découpage suivant : Merise concept O/L Comment Phys Quoi Où Qui Quand Comment Merise / 2 Concept Quoi Orga Où Qui Quand macro organisation Logi Comment micro orga poste travail Phys Le niveau organisation : c'est d'où utiliser. MCd. conduit à un modèle qui décrira la répartition aussi bien des données que des traitements.

alors que l’on retient l’événement « commande nouveau client » et « commande client référencé » dans un niveau détaillé. mais de mener l'ensemble des modèles conceptuels en même temps : On fait rarement le MCT avec le MCT A. Les modèles analytiques essayent de rapprocher les données des traitements et permettent une sorte de validation. 6 6 . exemple: Dans un Mct on se contente de l’événement Commande au niveau global. on spécialisera dans la deuxième phase. ( démarche utilisée pour les MCD MFC MCT MOT). Flux MC MFC MFO MFL Nouveauté dans la démarche : La méthode propose une démarche de composition et de décomposition . Les modèles doivent donc être vus à deux niveaux : un niveau global et un autre détaillé. Données MCD MOD MLD Données traitements CVO MCTA CVO organisationnel MOT A Traitements MCT MOT MLT Le cycle de vie essaye d’introduire une vue dynamique sur un modèle de données essentiellement statique. réaliser et intégrer. On utilisera comme un Zoom entre les deux. Dans le Mcd on ne conserve que les objets généraux dans un premier temps .La nouvelle approche doit également permettre une meilleure adéquation données/traitements et aussi une validation entre les deux. Une colonne a été créée entre les données et les traitements afin de mettre en place les Modèles de traitements analytiques. Décomposition pour analyser et spécifier. Les flux doivent être appréhendés à différents niveaux ce qui conduit à faire de l'analyse des flux une colonne à part entière pour chaque niveau. Composition pour synthétiser. ainsi que le cycle de vie des objets. La méthode propose de ne plus bâtir les modèles de manière indépendante et séquentielle.

le niveau logique) • des modèles de comportement (les cycles de vie par exemple) 7 7 . le niveau conceptuel) • des modèles de conception (ceux qui prennent en compte la validation . les modèles analytiques) • des modèles de structure (ils définissent la structure de l’application.MCD      MFC MCT A CVO    MCT On dira que Merise/2 contient : • des modèles de communication ( ce sont ceux destinés vers l’utilisateur.

8 8 . détaillé. On pourra dans cette partie élaborer deux modèles : Le modèle de contexte Pour la détermination du domaine en montrant les flux dans leur généralité. Le modèle des flux conceptuels Pour la détermination des activités (processus) du domaine avec un graphe des flux. il faut être indépendant de l'organisation.MERISE / 2 Le schéma des flux : On doit répondre à la question du quoi.

ayant une certaine organisation. C'est un domaine pilotable. 9 9 . bien délimité et formant le contenu du sujet à étudier. Définir le domaine d'étude. soir plusieurs domaines fonctionnels. Le flux C'est un message conceptuel. Concepts Le domaine fonctionnel : Il est orienté gestion de l'entreprise et recouvre une finalité majeure de celle-ci. soit un sous-ensemble du domaine fonctionnel. Déterminer les échanges avec l'extérieur. Domaine connexe et acteur externe : domaine connexe : extérieur au domaine d'étude.Le modèle de contexte Objectifs : Illustrer les interactions entre le domaine et l'extérieur ( intervenants externes ou autres domaines). la gestion de production. autonome. C'est un projet de taille réaliste. Le domaine d'étude Soit un domaine fonctionnel. acteur externe : extérieur à l'entreprise. le personnel. C'est un sous-ensemble cohérent ( grâce au modèle de contexte). La vente.

Le formalisme Domaine connexe Domaine d'étude Acteur Externe Acteur Externe 10 10 .

EXEMPLE : Adhérent Dde réservation Livraison Rappel Averti livre libre Dde de prêt Prêt accordé Commande Gérer les ouvrages Editeur Livraison Prêt non rendu Gérer le contentieux LE MODELE DE CONTEXTE 11 11 .

Une sous-activité ne doit jamais être redondante. A une certaine autonomie. Assure une finalité majeure du domaine d'étude.Le modèle de flux conceptuels Objectifs Décomposer le domaine d'étude en activités en utilisant les techniques de composition/décomposition Concept Activité : C'est un ensemble cohérent de traitements qui transforme ou manipule des données. Caractéristiques d'une activité : 1. On peut décomposer une activité jusqu’à quatre niveaux. 3. Est pilotable. 12 12 . 2.

Exemples Découpage de premier niveau Pê a c pé rt cet G r r le p ês ée s r t Rp e a pl Ahr n d ée t D ep ê d rt D p n ilit is o ib é Aet s mn v r is e e t liv elib e r r D er s r a io d é ev t n C ne t u o t nie x G r r ré e v t n é e s r a io Nw e Ce d E it u der L r is n iv a o E r h la b n ic ir ib De second niveau Dde prêt Gérer les sorties Gérer les prêts Prêt accepté Avis retour d'ouvrage Retour Rappel Gérer les retours Avis de retard Gérer relances 13 13 .

Activité oui oui oui Domaine connexe oui Les flux qui sont importants Acteur externe Acteur externe Activité oui Domaine connexe Règles de découpage en domaine/activités Le domaine doit être stable par rapport à l'organisation. une date. Exercice : Elaborer le modèle de contexte du comaine Gestion des séminaires d'une société de formation. Essayer de donner des objectifs à chaque niveau de décomposition. On peut avoir des sous-activités sans lien avec l’extérieur. les fonctions couvertes par le système sont : • Gérer la planification des séminaires ( un lieu. Permettre de répartir l'étude entre plusieurs équipes. L'activité est la notion de base de l'étude conceptuelle des traitements.Règles de découpage en domaines/activités Objectifs : 1. Un domaine est décomposé en 8 activités au maximum. Si la sous-activité devient une action organisationnelle. Permettre de limiter l'étude à un domaine particulier. ce qui est rare au niveau de l’activité. 2. 4. Technique de décomposition Identifier des critères d'arrêt. les convocations. Le domaine doit être aussi autonome que possible. 5. Aider à la définition d'objectifs mesurables. Décomposition jusqu'à 4 niveaux. Ceux-ci doivent être mesurables. un matériel) • Gérer les demandes de séminaires . Permettre de réfléchir aux états stables du système d'information. Hypothèse. les inscriptions. les feuilles de signatures • Gérer la qualité 14 14 . 3. on a trop décomposé ( tamponner la carte de lecteur). Ce découpage est très proche des objectifs.

MERISE /2 LE MCD étendu Prise en compte de nouvelles contraintes Sous-type d’entités et d’associations La notion d’agrégation Le nouveau formalisme Construction par spécialisation 15 15 .

L’événement est le temps ou une action. Affiner les règles de gestion du MCD. Identifier les événements qui transforment les états. On ne doit traiter que les objets principaux du MCD.Il permet d’affiner les règles de gestion. Le CVO est le lien entre le MCD et le MCTA.MERISE / 2 Le Cycle de Vie d'un Objet Objectifs : Mettre en évidence l'ensemble des états remarquables d'un individu de gestion au cours de son cycle de vie. On parlera de : Etat de l'objet Evénement Transition L'état de l'objet permettra de mieux concevoir le MCD Le MCT A permettra de prévoir les événements Dans le CVO seuls les individus de gestion nous intéressent (pas les associations). L’étude du CVO permet de confirmer le découpage en domaines ou en activités. Il correspond à des choix de gestion. Une occurrence de l’individu ne peut être dans plusieurs états à la fois. C'est le coté transitoire qui permet de différencier un état d'un sous-type ( au sens de la généralisation ou de la spécialisation). Le CVO est une première tentative pour se dirriger vers l’Approche Objet 16 16 . Exemple : Commande enregistrée en attente livrable facturée archivée Ce sont des états stables ou remarquables ( ils ne peuvent évoluer sans événements ) Le MCD est donc un modèle purement statique Le CVO est lui un modèle dynamique Etat d'un individu Un état est un stade transitoire par lequel passe un objet au cours de son cycle de vie. Dans le MCD on représentait le CVO par une propriété (code état) ou une entité (état). Illustrer les interactions des changements d'états. Préparer la construction du MCT A.

On doit établir un cycle de vie par objet (entité) significatifs 17 17 . événement 1  Evénement 2     événement 4    Etat 1  Etat 2 Un événement peut être le temps ou un action.

Il est possible de montrer les interactions entre les différents objets par rapport au CVO Objet 1   Etat 1 Evénement 2  événement 1     Etat 2    événement 4   événement 3 Objet 2    Etat 1 18 18 .

Exemple d'un CVO Reglt cotisati on Abonné VALIDE Avis Suspension Autorisation Abonné Suspendu Avis Radiation Abonné Radié 19 19 .

Exemple des cas complexes 20 20 .

Exemples de connexion entre cycle de vie 21 21 .

Dans ces 2 cas il effectuera un préavis de 3 mois s'il y est cadre et d'1 mois s'il est non cadre. comme instructeur est mis à l'essai pour 3 mois (renouvelable). L'embauché. Durant cette période. Durant sa vie professionnelle. 22 22 .Exercice: Cycle de vie d'un salarié Un nouvel embauché. il retrouvera son poste de titulaire à son retour. il peut quitter la société sans préavis. Construire le cycle de vie de l'individu employé. avant d'être titularisé. ne peut quitter la société qua par une démission ou un licenciement. il peut demander un congé de longue durée. devenu titulaire.

MCT est un modèle de communication. d’événement. et la non interruptibilité. de résultat et de synchronisation sont identiques. Préparer le passage à un niveau organisationnel. Les règles de construction reposent sur la non redondance. 23 23 . Représenter les actions effectuées sur ces derniers. Distinguer entre événements et ressources Distinction entre MCT/ MCT A MCTA est un modèle de conception. Les concepts d'opération. Rapprocher les données et les traitements.MERISE / 2 Le Modèle Conceptuel des Traitements Analytiques Objectifs : Décrire le fonctionnement du système indépendamment de l'organisation. Points commun entre MCT/ MCT A Le formalisme est identique. Le MCT A permet de : Représenter les individus de gestion qui sont nécessaires au déroulement de l'activité.

Consultation Création Mise à jour Suppression Une action occasionne un changement d'état Opération Etat 1 L’état 1 est l’état de départ le 2 et 3 est celui d’arrivée. pour produire un individu modifié en sortie. Elle s'exprime sous forme structurée en tenant compte du découpage en activités. Mise à jour Opération Individu Etat 2 —————— Etat 3 Individu Opération Création Individu Opération Consultation Individu Opération Suppression Individu On peut également préciser les différents types d'actions. à savoir : Les action itératives Les actions suivant conditions Les actions et les contraintes d'intégrité. 2.Les Actions : Une action sur un individu peut être de 4 types : 1. créer Prêt. Les règles de gestion : Une règle de gestion précise la façon dont s’effectue la transformation des propriétés consultées en entrée. 3. Exemple si un exemplaire de l'ouvrage est disponible. 24 24 . 4.

25 25 .

On peut également créer une matrice des traitements par rapport aux données où on indique les différents types d'actions Lecture Ecriture Suppression Mise à jour client opération 1 opération 2 opération 3 opération 4 E L L L produit compte L E E E E E E L E opération devise gestionnaire L L L E signature 26 26 .

Exemples de MCTA 27 27 .

il n'y avait pas de différences . Son but : l’organisation du poste de travail. maintenant. Dans l'ancien MOT on décrivait le poste de travail par rapport au métier. donc on peut faire apparaître des différences. Répartir l'utilisation des données et des traitements par type de site et type d'acteur. Objectifs du MOT A : Localiser et valider les traitements par site. On ajoute maintenant les notions : type de site (géographique) type d'acteur (le métier l’activité) type de poste Différences entre MOT et MOTA Le MOT : Des procédures fonctionnelles vers les actions élémentaires. on parle de l'acteur sur son poste de travail. Magasin vente Commercial Le commercial du magasin de Paris 28 28 . Rapprocher les données et les traitements. Son but : la réutilisation des composants. Définir la nature du traitement. C'est un traitement exécuté entièrement à partir d'un seul type de poste à la fois et d'une seule nature (AIM) et qui laisse la structure des données dans un état cohérent. Avant si les acteurs étaient sur des sites différents. Représenter la mise en oeuvre organisationnelle des activités. L'opération organisationnelle : C'est l'équivalent de la tâche du MOT traditionnel.MERISE /2 Le Modèle Organisationnel des Traitements Analytiques Objectifs du MOT : Etudier et décrire le fonctionnement du système d'information. Le MOTA : Des opérations organisationnelles vers les fonctions.

Les transformations effectuées par une tâche sur la base ne peuvent être effacées quand la tâche s'est déroulée normalement et a été validée. En cas d'interruption. La base d'information peut être dans un état incohérent pendant l’exécution de l'opération. Opération organisationnelle et la base d'informations : déclenchée par un événement un composant de l'événement un résultat intermédiaire significatif 29 29 . A chaque fin d'opération correspond un état cohérent de la base.Opération organisationnelle et base d'informations : Elle sera exécutée sur un même type de poste. il faut annuler tous les effets de l'opération.

C'est un module de traitements réutilisable. un espace de travail un type d'acteur (type d’utilisateur) des procédures opératoires un type de site (il peut être géographique ou fonctionnel) du temps d'utilisation Le type de site C'est un regroupement fonctionnel et/ou géographique de types d'acteurs dans une structure de référence. 3. Elle est décrite dans le même formalisme que l'opération. La fonction 1. 5. Elle est construite par décomposition de l'opération. Exemple C'est le composant élémentaire de l'opération. 30 30 .Le type de poste Ensemble des moyens à la disposition d'un utilisateur dans le but de réaliser un ensemble de tâches bien déterminées sur un type de site donné. Cela implique : 1. 4. Elle sert de validation avec le MOD (et le CVO organisationnel). il n’y a plus de différence d'un site à l'autre. C'est le rapprochement d'un type de site et d'un type d'acteur. 3. chaque transition du CVO doit trouver une fonction qui l'assure. Le type d'acteur C'est un regroupement d'acteurs exerçant des activités identiques et déterminées dans le cadre d'une organisation de référence. 2. N type de poste pourront faire la même opération organisationnelle. 5. 4. 2.

6. Choisir une opération conceptuelle. Analyser les actions sur les données. 4. Pour chaque fonction : identifier les flux de données entrant/sortant expliciter le couplage avec le CVO/MOD 31 31 .La démarche de construction du MOTA : 1. Expliciter les événements déclencheurs. 5. 3. Décomposer en fonctions élémentaires. 2. Identifier les opérations organisationnelles en respectant les règles.

Type de site site A site A site A site B site C Opération 1 Acteur 1 Acteur 2 Acteur 3 Acteur 2 Acteur 3 Opération 2 Opération 3 Opération 4 Opération 5 32 32 . On peut également construire une matrice avec les types d'acteurs dans chaque site par rapport aux opérations.On peut construire la matrice utilisateurs / traitements pour synthétiser les échanges interrogation 240 60 100 20 opération 60 100 change 60 10 création compte accueil change guichet gestionnaire On retiendra l'unité de fréquence : nombre d'opérations par jour et par agence On peut faire une matrice plus détaillée par type de poste.

Il y a donc un nouvel état qui est purement organisationnel. on peut mettre en évidence un état qui devra être ajouté dans le CVO O. Une opération a été vue globalement au niveau fonctionnel Par contre au niveau organisationnel. dans une banque une procédure de saisie des chèques s'est arrêtée au milieu de la transaction car à 17 h il y a eu l'arrêt des guichets de la banque.MERISE/2 Le Cycle de Vie des Objets et les flux organisationnels Objectifs : Mettre en évidence des états et transitions de nature organisationnelle Aider à la découverte des fonctions du MOT A. Exemple : 33 33 . Par exemple.

les acteurs externes et les domaines connexes.Le modèle des Flux organisationnels Objectifs : Mettre en évidence des flux organisationnels entre les types de sites / les types d'acteurs. C'est équivalent à un graphe des flux organisationnels. On mentionnera donc le support physique. Exemple : 34 34 .

au système d'autorisation et on ajoute des objets ou relation organisationnelle. Le choix des informations à mémoriser et l'historique des informations. Pour le MOD on doit déterminer exactement quelles sont les informations exactes à conserver. Partagées : Données mises à jour et consultables par les autres sites. On peut représenter le MOD de trois manières avec : Le MOD général : c'est la structure organisationnelle. Quantifier les volumes et définir la durée de vie des données. Lors de l'étude du MCD il a été décidé de ne pas conserver les informations calculées. La vue d'un type de poste : on précise les accès aux données par poste et la responsabilité des personnes. Définir des individus et des relations de type organisationnel. On s'attache à la nature des objets et des relations. 35 35 . Localiser les données par site.MERISE / 2 Le Modèle Organisationnel des Données Objectifs : Distinguer les données à informatiser. La vue d'un type de site : on précise les accès aux données à partie d'un type de site ainsi que les besoins locaux d'archivage. Consultables : Données uniquement consultables par le type de site. Définir les niveaux de sécurité requis. On va donc ajouter des entités ou des relations. En effet il était trop tôt pour connaître les durées de conservation des informations et pour être capable de savoir si le calcul était techniquement envisageable et même possible pour des problèmes d'historique de données . La typologie des groupes de données : Privées : Données mises à jour par le type de site et inaccessibles aux autres sites Protégées : Données mises à jour par le type de site et consultables par les autres sites.

Exemple de présentation au niveau global et par site 36 36 .

on peut procéder à des regroupements.Exemple de vue par type de site Agence gestionnaire Client Compte Produit Opération Devises Compte Signature Siège Il n'est pas nécessaire de montrer tout le détail des données. 37 37 .

2) Conserver le prix des produits proposés lors de l'établissement d'un devis même si la commande n'est enregistrée que plus tard . on peut ne garder que le Hors Taxes. 38 38 . de retrouver l'information d'une commande. et les factures .T. pour comprendre une facture.T. et de la TVA.Le choix des informations à mémoriser Le problème de la mémoire immédiate et de la mémoire à long terme : La mémoire immédiate doit être immédiatement accessible et optimisée en fonction des besoins des différents traitements La mémoire à long terme permet une recherche d'information en différé et doit être optimisée afin de permettre une économie de coût. Comme les occurrences de l'entité facture ne sont gardées qu'un temps réduit. on obtiendra alors une relation n° période + n° taux TVA qui donne le taux . La normalisation du MCD nous a conduit à ne pas dupliquer la relation dans les trois entités (cde. Le problème : Si on a besoin. on a calculé le T. La durée de vie de ces trois entités est sans doute différente. par la multiplication du H. les bons de livraison. bon de livraison. En effet cette propriété peut être obtenue par un calcul de sommation des T. si on dispose de plusieurs taux de TVA en fonction de l'article. mais si plus tard la valeur de la TVA change on ne pourra plus retrouver la TVA de l'époque. on la conservera donc au titre d'une propriété situationnelle. Il y a deux manières pour conserver une telle information historiser la TVA . 2) On pensait calculer chaque fois le chiffre d'affaires en cours du client .C. on ne sera donc plus capable de la recalculer. cela posera un problème. facture) on se trouve dans la nécessité d'imposer une redondance de lien pour être capable de gérer correctement la facture lors du lettrage client ou des opérations comptables futures. Par exemple le lien avec le client est sans doute fait au niveau de la commande et non de la facture. des factures. La Durée de vie des informations La durée de vie des entités : Exemples : 1) On ne gardera pas en ligne les bons de commande. ou conserver à l'intérieur de la facture le taux de TVA de l'époque. on devra conserver le taux dans l'article ou dans la famille d'articles. Par contre.C. La durée de vie des propriétés Exemple : 1) Lors de l'établissement de la facture.T.

N) Produit détail commande C M Qté commandée L Code produit libellé L Qté en stocks (0.Le MOD par type de site Il est nécessaire de préciser : .les actions élémentaires que peut effectuer le site organisationnel sur ce sous ensemble Les actions possibles : I Interrogation lecture M mise à jour C création S Suppression par exemple sur le site secrétariat commercial Commande N° Cde date cde C M Date de livraison L (1.N) C S 39 39 .N) sur le site direction Commande N° Cde date cde Date de livraison L (1.N) Produit détail commande Qté commandée L M Code produit libellé L Qté en stocks (0.N) sur le site magasin Commande N° Cde date cde Date de livraison L (1.le sous ensemble du MOD global qui intéresse un site organisationnel .N) Produit détail commande M Qté commandée L Code produit libellé L Qté en stocks (0.

40 40 . 6. 2. 3. La répartition des données est fonction des types de données : Données historiques Données courantes La répartition par site Objectifs : Partager les données par machine logique et type de site Préciser l'implantation logique données permanentes On pourra donc montrer des MLD par site et non plus de manière globale. Si l'organisation a un partage géographique. 5. le réseau client serveur adoptera également une répartition fonctionnelle. Si l'organisation a un partage fonctionnel. le réseau client serveur adoptera également une répartition géographique. 4. ressources partagées ou non niveau de sécurité volume niveau de fraîcheur des données volume et format des flux d'informations entre sites contraintes organisationnelles La répartition des données doit autant que possible suivre l'organisation de l'entreprise.MERISE / 2 Le Modèle Logique des Données Réparties Les critères de répartition Critères relatifs aux données : 1.

Exemples de partages et critères de décision 41 41 .

Table de décision pour le choix l'implantation physique des données par site. Besoin de données à jour et partagées OUI OUI OUI NON Partitionnement horizontal possible OUI NON NON Volatilité importante OUI NON Décision à prendre Distribuer Centraliser Centraliser ou Copies multiples Copies multiples Partitionnement vertical si nécessaire 42 42 .

Exemple de MLD réparti 43 43 .

Exemple de MLD réparti 44 44 .

Les traitements se déroulent à l'endroit où se trouvent les données.MERISE / 2 Le Modèle Logique des traitements Global et des traitements répartis Objectifs : Répartir par site et machine logique en tenant compte des contraintes du Client/Serveur. La gestion du dialogue se fait sur le poste de travail. 45 45 . réduire les échanges entre sites distants. Dans une même transaction. Définir des serveurs logiques et choisir une architecture technique.

Exemple et formalisme 46 46 .

La localisation des traitements 47 47 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful