NOUVELLE

COLLECTION

A

L ’U S A G E

DES

CLASSES

--------------------------------------- X X X IX ---------------------------------------

André DELOTTE
Agrégé de grammaire, Professeur au Lycée Henri-IV.

LE VERBE GREC
expliqué par la gram m aire historique avec un

TABLEAU DES VERBES IRRÉGULIERS

PARIS LIBRAIRIE C. KLINCKSIECK
11, EUE DE LILLE, 11

1953

Tous droits de reproduction, traduction et adaptation réservés, Copyright by Librairie C. Klincksieqk, 1953.

............................................................................... aoristes sigm atiques sans s i g m a ................................ aoristes sigm atiques avec s ig m a ............................................................ Indicatif passif è-TÙ7r-Y)-\............................... D eu x ièm e partie L ’A o r is t e .......... T roisièm e partie L e P a r f a i t ................................................................................................................................ 38 38 39 39 39 39 40 40 41 42 45 48 50 ®3 66 06 M ......................................................................................... I n f in itif ........... P a rtic ip e ...................................................................................................................................................................................................... 19 19 2ft 27 29 32 34 35 35 37 37 37 aoristes sigm atiques avec s ig m a .......................................................................................................................... ........................................................................................................................................ ................................. Indicatif m oyen : aoristes 2 £-Xuu-6-pi7)v...............................................................................................................................propos ......................................................................................................................................... I ntroduction L a conjugaison g re c q u e .............................................................• Im pératif ................. O ptatif ............................................................................................................................................................................................................................................................................................ I n f in itif..................................................................................................................................................................... Subjonctif ... Xé-Xour-a.................................................................... Indicatif oIS a........................................................................................................................... ....................................... Xe-Xu-xa....................... Indicatif actif : aoriste 2 g-Xirc-o-v................................................................ ................. i -0é-[X7]V ................................................................................................................................................................ e-07)-xa.........TABLE DES MATIÈRES PLAN DE L’OUVRAGE A vant ........................................................................... S u b jo n c tif......................9 Les sons du g r e c ....................................... è-Xu-07)-v ....................................................................................................... aoristes sigm atiques sans sigma .............................. Im pératif .................. 7ré-7rojjt<p-a........................................................................................................................................................................................................................................ Im pératif ..................................................................................... é-Tueta-è'/j-v [et è-(jiv7)-a07)-v].................................... 12 Lois phonétiques g re c q u es.................. e-êrj-v .......................................................<................... G é n é ra lité s............... O p ta tif........................................... P a r tic ip e ........... I n d i c a ti f ............................... 14 P rem ièr e partie L e P résent (et l’im parfait de l’in d icatif)................................................................................................................................ *............................................. [et è-xXà-7i-7)-v] .................................................................................... ................................................................................................................................................................................................................................................................................................

............................................................................... 63 Q u a t r iè m e p a r t ie L e F u t u r .......................... .......... 69 ................................................................................................................................................................................................................................................................................................... ....................65 nio[ioci.................. .................................................................................................... 65 (xevco.......................................................... ............................................................... .......................... ... 60 Optatif............ 61 Infinitif............................................................................................................................................6 TABLE DES MATIÈRES Subjonctif .......................................................................... ....... 65 TpC^6)...................................................... 62 Participe............................................................................................................. 65 xaXô)............. ...................................65 Xàaco................................................................................................................................65 Appen L d ic e e s p r i n c i p a u x v e r b e s i r r é g u l i e r s ........

Delotte présente le remarquable avantage d'être un tableau expliqué. en ce qui concerne les verbes. Il a su aussi. Vaoriste ou le parfait : ainsi cpépco. J'ignore si ce petit ouvrage qui a rendu tant de services existe encore.A VANT-PBOPOS L'étude des formes du verbe grec est une des difficultés à laquelle risquent d'achopper les bonnes volontés des apprentis hellénistes. telle autre. les verbes en -jju). et d'autres constituent. pour ainsi dire. entre autres. Le grec présente ainsi un système original dont certaines parties sont nouvelles. le mérite d'être court et heureusement disposé. ont su établir clairement. par exemple les verbes aihématiques en -|xi qui jouissent auprès de nos élèves d'une mauvaise réputation assez justifiée . mais £9 7 ]va). et son mérite n'est pas mince. le tableau de M. L'entreprise n'était pas des plus aisées. soit par des lois phonétiques (è'Xuaa. aoriste. XsXoi7ia. des matériaux remployés. ekiizov. telle racine convenant pour exprimer le présent. rassemble les verbes irréguliers. à la fin du volume. enfin par suite de ce que Von appelle le supplétisme. Je crois que Von peut faire confiance à la curiosité des jeunes hellénistes et à Vétonnante souplesse de leur mémoire pour assimiler dès la quatrième ce système compliqué. grâce surtout aux nombreux tableaux que l'auteur. les quatre thèmes temporels {présent. et après lui l'imprimeur. soit parce qu'il s'agit d'archaïsmes conservés en grec (les alternances vocaliques comme dans Xsitüco. I l est ainsi possible d'éclairer la confusion apparente de la morphologie verbale au moyen de quelques principes assez simples qui permettent d'observer que cette confusion s'explique et n'est pas due au hasard. ensuite à cause du maintien en attique de nombreux traits anciens qui viennent de Vindo-européen. Delotte qui est un grammairien bien informé et un professeur expérimenté a tenté de le faire dans ce petit livre qui a. soit par la structure de la langue. futur. les divers modes (et notamment la coexistence de Voptatif et du subjonctif. M ais ensuite ils oublient les formes et répugnent à les rapprendre. D'abord en raison de la complexité du système avec les trois voix. Les élèves de Première. toute différente pour le futur. parfait). d'assez nombreux verbes étant constitués sur plusieurs racines. et ^veyxov ou vjvsyxa. surtout s'ils se proposent de continuer des études de Lettres. se placer franchement au point de vue du grec qu'il entend décrire. sans vain étalage d'érudition. Mais. Je me souviens d'avoir appris autrefois les « temps primitifs » dans les Mots Grecs de Bréal et Bailly. M. ensuite ceux de Première Supérieure et les étudiants qui entrent dans l'enseignement supérieur doivent au contraire trouver profit à ce qu'on leur montre que les anomalies s'expliquent. Parmi ces tableaux. mais ol'aco. J'attire . dans l'ensemble de l'ouvrage. et le sens même des mots : ècrOuo duratif. ce qui est un archaïsme rare) . j'attacherais un prix particulier à celui qui. mais ecpayov ponctuel.

A bien des égards cet opuscule peut constituer une première initiation à l'étude linguistique du grec. enfin. A. Je prie toutes ces éminentes personnalités universitaires de croire à ma respectueuse reconnaissance.8 AVANT-PROPOS notamment Vattention sur la note qu'il a insérée au début de rintroduction. MM. Cayrou et Bizos m’ont encouragé à publier cet opuscule . où il définit commodément les notions difficiles à distinguer de radical et de racine. du moins en inspirer le goût. La­ croix et Chantraine m’ont aidé de leurs conseils et m’ont permis d’éviter bien des erreurs . a bien voulu présenter l’ouvrage. M. Chantraine. MM. P. ou. D e l o t t e . C h a n tr a in e . .

Xoy-tÇo^ai.. souvent. Gocrov : sacrifie . A l ’origine. b) Le radical est la partie du mot à laquelle s'ajoutent les désinences casuelles et person­ nelles. dans le présent ou dans le passé . Remarques : 1 ° Le plus-que-parfait est l’im parfait du parfait. b) ëOucrs : il sacrifia . 1. a) La racine est un groupe de lettres caractéristique des mots d'une même famille. Xoy-icmxoç. On se gardera de confondre le radical et la racine. qui présente l’action pure et simple.. ( § 5).) — des adjectifs (Xoy-ioç. Le radical de ces trois séries de tem ps peut être em prunté à des racine différentes.INTRODU CTIO N NOTIONS GÉNÉRALES SUR LA CONJUGAISON GRECQUE § 1 . Xoy-iaTY)piov. § 3. Xoy-tonnqç. en train de s'accomplir. est le résu ltat d ’une longue évolution. et notamment sur l’aoriste marquant le passé. qui indique une action inachevée. voir § 33 à 37 inclus . Elle sert à former : — des noms (Xoy-oç. réduite à ellemême. Xoy. un verbe grec comprend 3 séries de temps : a) la série du présent et de Vimparfait. E x : èaOuo : je mange . Celui de ouXXéyco est auXXsy . Pour plus de détails. c) tsOuxs : il a sacrifié (=f le sacrifice est m aintenant accompli). stsOuxsi : il avait sacrifié ( = le sacrifice é ta it alors accompli). è'0us : il était en train de sacri­ fier . celui de XoyCÇo^ai : XoyiÇ. C’est un ancien « désidératif ». De l’idée de : « je désire venir » on est passé à l’idée voisine : « je viendrai ». Le radical de Xéyco est Xey. telle qu’elle se présente à l ’époque clas­ sique. § 2. 2° Le futur est une création secondaire. sans aucune considération de durée 1 . On peut la comprendre — e t l ’apprendre — facilement. Soit la racine Xsy. qui m arque le résultat présent d ’une action passée* E x : a) Oust. les désinences « moyennes ». De là. c) la série du parfait. La conjugaison grecque. b) la série de Yaoriste. à-Xoy-oç) — des verbes (Xsyco. On a alors affaire à un verbe véritablement irrégulier. Xoy-icrreucù) tous mots dans lesquels le sens général de la racine est précisé par différents préfixes et suffixes. : il est en tra in de sacrifier . è^ayov : je mangeai. si on possède sur cette évolution quelques connaissances précises.

celle du parfait sont identiques. Xwr. çà-oç). v. Toutefois. la racine du présent. Cette variation de l ’élém ent voyelle à l ’intérieur d’une même racine s ’ap­ pelle « alternance vocalique ». pà-mç). : XeiTTco.10 NOTIONS GÉNÉRALES Le radical est donc la racine augmentée. le radical se confond. telles que nous les défi­ nirons. Nous appellerons élargissement la ouïes lettres qui s’ajoutent à la racine pour former le radical de tous les temps. Ex. a) E n grec ancien. Remarque 1 : Souvent. Il en résulte qu’en Vabsence de préfixe et de suffixe. Par commodité. celle de Vaoriste.) c) La racine peut être pourvue d’une voyelle prothétique a. sont des suffixes. n’apparaissant qu’à certains temps. (Racine 7rsi0. le degré o au parfait. Dans oqjLéX l ’a est prothétique (cf. § 4. une même racine peut se présenter sous 3 formes. (C’est le cas. Le plus souvent. au degré « é ». latin mulgeo ). des préfixes et suffixes. la racine d ’un verbe grec présente : le degré é au présent et à l ’imparfait. Elle est : au degré « zéro ». mais sur la quantité. vco apparaissant à tous les temps.avec la racine. d’un suffixe. Le suffixe. nous nous placerons toujours au point de vue grec et qu’en conséquence les racines. 10° d) la racine est pa (Cf. Yélargissement. : t [-07]-[xi. ne coïncideront pas toujours avec les racines indo-européennes. d’un élar­ gissement. 3 « degrés » différents. yco. 7toi0). cette identité peut être dissimulée aux yeux des débutants : > a) par Y « alternance vocalique » . s. t £-0s-[xsv . 7U0. La «voyelle de liaison » ( § 2 0 . b) par l ’application des « lois phonétiques ». il nous arrivera d’appeler racine du verbe. tantôt sous la forme brève : l’alternance porte non plus sur le timbre. § 5. d) Qu’il soit bien entendu. le degré zéro à l ’aoriste. est un élargissement. Xoi7r). dans la forme Xéy-o). que. comme disent les grammairiens. parlant de « racines ». o. ou. Dans «paÊ (de <pa-v-y-co)la racine est ça (Cf. 7ret0o(xat. Comme son nom l’indique. v et y. enfin. si elle apparaît sans voyelle é ou o. x '“ vrr? Remarque 2 : Dans les racines qui nous apparaissent terminées par une voyelle. cette voyelle se présente tantôt sous la forme longue. Nous appellerons suffixe la ou les lettres qui s’ajoutent à la racine pour former le radical de certains temps. Dans pa£v<o (de pa-v-y-co § 12. la voyelle prothétique précède la racine. Ex. la racine « élargie ». IXircov . par exemple. 1°) est un suffixe. si elle renferme une voyelle é (brève ou longue). stc£L06|jiy]V . èm06(JiY]V . au degré « o » si elle renferme une voyelle o (brève ou longue). XéXouua (Racine Xsitc. le cas échéant. è'Aeurov . s'ajoutent à la racine. tzztzoiQc.

une occlusive dentale placée devant un sigma disparaît. : le m ot latin câmera aboutit au français chambre. en effet. parfaitem ent régulier en latin : lévo. s’exerce sans égard au sens. b) Une langue parlée ne cesse de se transform er. très lente et comme insensible dans les périodes de civilisation disciplinée. — sont. aimer en français. L ’action des lois phonétiques. Elle finit par créer les conjugaisons « régulières » sur lesquelles s’alignent un nombre toujours croissant de verbes. § 7. Exemple de loi phonétique : en grec ancien. le génitif Xa[X7rà 8 oç). qui présentent un nombre restreint de formes . tandis que le vâmus. qui sont isolés. pour une période déter­ minée. avec une constance remarquable. son nouveau. ils obéissent. d'autres disparaissent. am âre en latin. à ce qu'on a appelé les lois phonétiques (du grec epeavr) : son). relativem ent récentes. Deux radicaux au lieu d ’un : désordre ! L ’analogie rétablit l’unité en généralisant un radical : le verbe redevient « régulier ». pour une langue déterminée. et. ca s'est modifié en cha (avec a « nasal ») et le a final en e sourd . accentué sur le a final du radical > (nous) levons. le e latin a disparu . Là. De telles conjugaisons — Xusiv en grec. une force intervient pour rétablir l ’ordre : c’est l'analogie (pu ressemblance) qui tend à rapprocher la forme des mots de sens voisin et satisfait ainsi l’esprit to u t en soulageant la mémoire. accentué sur le e initial > (je) lief. à l’intérieur de chaque langue. On voit par cet exemple que les lois phonétiques apportent le trouble en dis­ simulant les rapports qui existent entre les mots : dans le nom inatif X ocfjtTO le xç. Dans le passage du latin au français. mécaniques. il ne l’est guère dans les conjugaisons. n ’est plus reconnaissable. et même dans les déclinaisons. radical. Ex. d’autres apparaissent. mais encore la structure sonore de la langue : des sons se modifient. L ’évolution s’effeotuo à une allure et avec une ampleur variables suivant les époques : très profonde e t très rapide dans les périodes de troubles. . due à des causes purem ent physiques. Ces changements ne s’accomplissent pas au hasard. un b. Le désordre qu’elles créent est tolérable dans les m ots invariables. U n exemple aidera à bien comprendre les considérations qui précèdent. altéré. Elle affecte non seulement le sens des mots et la syntaxe. dans chaque langue. s’est intercalé entre le m et le r. .NOTIONS GÉNÉRALES 11 § 6. Au contraire. surtout. Ainsi le nom inatif Xa[X7iàç provient d ’un ancien *Xa(X7ra 8 < (Cf. le jeu des lois phonétiques bouleverse le verbe levàre.

— La langue se creuse en gouttière .12 LES SONS Les sons du grec § 8 . — orales (lat. § 9. aux consonnes-voyelles. venant des poumons avec une certaine force. — nasales. produit une explo­ sion : on a affaire à une occlusive. 4° Le grec connaît des consonnes aspirées dont l’émission s’accompagne d ’une expiration violente. l’air passe par ce conduit étroit dont il frotte les parois : on a affaire à une continue. — L ’air est ébranlé par le mouvement de va-et-vient d ’un organe (pointe de la langue dans le cas du r. : os. lorsque l’air s’échappe à la fois par la bouche et p ar le nez. si le voile du palais est abaissé. traverse le larynx et passe entre deux petits muscles. il y a production d ’une labiale . L ’air. oris : bouche) lorsque l’air venu des poumons s’échappe uniquement par la bouche . il convient de donner quelques notions succinctes sur les sons du langage. les cordes vocales . A vant d ’énum érer les lois phonétiques qu’il est nécessaire de connaître pour comprendre la conjugaison grecque. 3° Ces différentes consonnes sont appelées : — sonores. (On représente. cette expiration par h. les dents. On peut les classer de différentes façons : 1° D'après leur point d'articulation : Si l ’air est arrêté : — par les lèvres s’appliquant l ’une contre l ’autre. Cette succession d ’un arrêt et d ’une détente de l ’air donne naissance aux consonnes. — Les consonnes sont des bruits. 2° D'après la nature des consonnes : — L ’air fortem ent arrêté. Mais av an t de s’échapper. — par la langue qui se relève et s ’applique derrière les dents supérieures. — p ar la langue qui se relève e t s’applique contre le palais. il a été arrêté plus ou moins complètem ent p ar la langue. côtés de la langue dans le cas du 1 ) : on a affaire à une vibrante. il y a produc­ tion d ’une palatale. s’il est relevé l’air sort seulement par la bouche.) . en grammaire. ]’air sort à la fois par le nez e t par la bouche. lorsque leur émission s’accompagne de la vibration des cordes vocales . dans le cas contraire . — sourdes. puis brusquem ent relâché. il y a production d ’une dentale . les lèvres. C o n s o n n e s . aux voyelles.

.. elles apparaissent à l ’oreille comme des consonnes... bruits instantanés.. qui ne figurent pas sur le tableau suivant........). Elles peuvent être brèves ou longues....... Remarque importante : ou et et. TABLEAU DES CONSONNES GRECQUES OCCLUSIVES C ONTINUES v rne ib a t s sourdes sonores sourdes aspirées a b ia l e s nasales ( sonores) sonore sourde sonores M * v ç1 < 7 X P D P e n t a l e s . nou-er).....LES SONS 13 Il est très im portant de rem arquer qu’en grec classique 9 ne représentait pas le son du f français.... peuvent noter deux sons bien différents : a) une véritable diphtongue ( § 1 1 .... S’ils sont prononcés en deux syllabes (du-el. — Les consonnes-voyelles jouent tantôt le rôle de consonnes. S Y T X 1. Remarque : Une diphtongue est la combinaison d ’une voyelle et d ’une con­ sonne-voyelle... elles peuvent se prolonger. u.. La prononciation de ce phonème est douteuse : dz ou zz ? § 10.. sons périodiques. prononcées en une seule émission de voix... S’ils sont prononcés en une seule syl­ labe. Douées du caractère musical des voyelles. P 7T x = *h I I a S* 3 f I I O . V o y e l l e s . a l a t a l e s ... On s’expliquera ainsi facilement que 9 + ç > ^ ( . §11. ^ et Ç. En grec. ou sont des voyelles.....v o y e l l e s . rem. deux sons différents. tantôt le rôle de voyelles. un son é.... au w des Anglais..= n + ç)5° Les consonnes doubles.. comme l’enseigne la prononciation érasmienne...... L e s c o n s o n n e s . : Soient les m ots duel et nouer...... en un seul signe.. elles s’opposent ainsi nettem ent aux consonnes.. interm édiaire entre l’epsilonn et l ’êta. comme dans le français pied. il y eut primitivement 2 consonnes-voyelles : i (appelée yod et notée y par les grammairiens) et p (digamma) semblable au u consonne des Latins (prononcée ou). ou sont des consonnes. par sa durée entre l ’om icronn e t l ’oméga .. c’est-à-dire capables de se reproduire à intervalles réguliers...... — Les voyelles ont un caractère musical . intermédiaire. mais la combinaison iz h..... -e L ... Ex........ u. durer . représentent... b) un son o.. si leur pronon­ ciation est brusquem ent interrompue...

14 LOIS PHONÉTIQUES 25 Lois phonétiques grecques à connaître pour comprendre la conjugaison des verbes Consonnes § 12. Stcoxco) > SsStcoyfJiat. u n t a d isp a ru . b) Lorsque deux syllabes consécutives commencent par une consonne aspirée. 3° Lorsqu'une consonne — c’est le plus souvent un a — a disparu au début d'un moty elle a été remplacée par une « aspiration » ( § 9. en tê te du m ot. : *XsXsi7r(i. Xsi7rco) > XéXeijxfxou — ou prendre simplement le caractère sourd. l ’une des aspirées est remplacée par la sourde correspondante : Ex. un o allongé par ou ( § 10. 6 ° b). : *Ss8 iox(Jiou (cf.ai (cf. un s allongé se tra n s­ crit par ei. la désinence de 3e personne du pluriel . sonore. ou aspiré. XuOsvtoç) > Xu0siç (st m arquant 1’ « allongement compensatoire » de e après la disparition des dentales devant ç ( § 12. Ex. sous forme d ’esprit rude : Ex. 1. — 1° Lorsque 2 consonnes se suivent. il y a alors assimila­ tion. : *Xu07]0t > XiS0y)Ti — *<ps<piXY)xa > TCcpLX-yjxa.1. u n (jl p r im itif s ’e s t ch a n g é e n v .4°) m arquée p ar ’esprit rude. Ex. 2° A la fin d'un mot. *ê(jvu(XL > eïvu[JLi (forme ionienne) (§ 12. le m prim itif s’est conservé) . Ex. : *Xu0evTç (cf. Rem. l ’une d ’entre elles (ordinaire­ m ent la première) peut devenir semblable à l’autre . : *GlGXï][ll > Ï(7T7)(JU 4° a) Lorsqu'une consonne perd son aspiration. (En latin le groupe n t s’est conservé). de cette autre . 5 ° a) La disparition d'une ou de plusieurs consonnes peut être compensée par l'allongement de la voyelle qui précède. et 2£co. il y a alors accommodation.6 ° b). ou. Ex.) Ex. apparaît en grec sous la forme v : è'XsiTOV (En latin. : la désinence (Xde l re personne du singulier. C’est par accommodation qu’une nasale devient y devant une palatale : *tu-v-x< £vü> > T u y x ^ ^ * . E n ce cas. ♦èqjii > eîfJii (§ 1 2 . : cf.v t apparaît en grec sous la forme v : è'XeiTOv. cette aspiration se reporte sur une autre consonne du même m ot. 7° a).

Remarque : Le sigma a été parfois rétabli par analogie (§ 7) : ècr^ev après èaxe. E x. Le sigma a disparu derrière une « liquide ». v suivies d'un sigma disparaissent : (cf. l’existence. mais en général l’attique allonge la voyelle au lieu de doubler la liquide. (cf. : le d egré « zéro » ( § 5) d e la r a c in e 7rsv0. et les voyelles se sont contractées (§ 12. et la voyelle précédente s ’est allongée (voir infra. Cette disparition a été suivie d ’un « allongement compensatoire » (voir supra . . b) En grec très ancien.g (ù t. b) Elles se changent en g devant une autre dentale. 0. d’apparence paradoxale d’ « aoristes sigmatiques sans sigma » (§ 41. *è<TTeX<joc > eciTsiXa. n d Q o ï ) > Treiaco.LOIS PHONÉTIQUES 15 b) La disparition d ’une consonne peut être aussi compensée par le double­ ment de la consonne suivante : E x. 8° Si) Un g entre deux consonnes disparaît : E x. E x. E x. b) Un g entre deux voyelles a presque toujours disparu . 6° b).la liquide ayant disparu. et un i : E x. Remarque : Ainsi s’explique. 11° a). *T10Y)TC > Tt0Y)(K. v.. : * t z s i Q . E x. p) : a) peut développer. Il peut arriver ensuite que cette voyelle subsiste seule. La forme gvvu^. 2). : *TSTpi<pa0£ (deTpiêco) > TÉTptcpOe. 1. : *ècrTeX<ya (de crréXXcù) > IcrreiXa. dans son voisinage immédiat. il a p p a ra ît so u s la fo r m e 7coc0 (stoxOov). 7rov0 d e v r a it ê tr e tcv0 . Ex. 7° a) Les occlusives dentales S. : * sct(ju > stfju. en attique. celui-ci a disparu. l ’apparition à!un a. : *è(7vu(ju > ëvvt)[JU (forme a ttiq u e )1. pi.i est la seule employée en attique . lorsqu’une liquide était précédée ou suivie d 'un sigma . 6 ° Une « liquide » (X. 7rsi0co) > ê7retcr0y)V. 5° a et b). : *eXüe<70 > *sXueo > éXiiou. Rem. : *£7r£L00Y)V.

: £9 àvv)v) > *9 0 sp-yo) (cf. Ex. 9 uXaxY]) > 9 uXàacrca (att.g g a pu se simplifier en . < (3) Une occlusive dentale sourde. : *èXapvca > èXocuvco. c^ay/j) > c^àÇco. notam m ent dans les participes féminins actifs (Tableau X) : Ex.16 LOIS PHONÉTIQUES Consonnes-voyelles 9° a) Un f devant consonne s’est vocalisé en i> : Ex. c) X + y > XX. que (J9 àÇ<o et Gcpôcttcd existent également en attique. . supra 5° a) > Xuoucra. Remarque : De fréquentes confusions se sont produites entre les deux caté­ gories a) et (3). 9 0 spco) > 90C C. : * 7 9 ay-yco (Cf. : *9 ocv-yo) (cf. : Gcpoikycù (cf. : *(3 a 9 -yG) (Cf. êo^àXyjv)) > G9 aXX<o. : *9 i)Xocx-ycù (Cf. E x. b) a) Une occlusive dentale sonore. b) Un f entre deux voyelles a disparu. C’est ainsi que *7rpocy-yco > 7rpaTT<o. une occlusive palatale sourde + y > g g (attique t t ) : Ex. Le groupe . passe devant ce v ou ce p : Ex. d) Un yodyaprès v ou p. : 9 uX<xttg>). : *àxY]Xopa > àxïjxoa (de àxouo)) 10° a) Une labiale + y (§ 11) > 7üt. une occlusive palatale sonore + y > Ç: Ex. IV Ü 90 sÊpco.g et subsister sous cette forme en attique. Les voyelles ont pu alors subsister côte à côte : Ex. : *XoovTya > *Xuovaar<2 > *Xi>ou<jca (cf. (3a9 7 ]) > poamo.

on aboutit finalement à la forme attique teOsÊç. une voyelle brève disparaît devant une voyelle longue et devant si. b) En attique. a + o > co. Xiiy). De plus : e + a > 7 ) . Y + a > Y ) ). 5° a) . on ajoute à la racine : la caractéristique -0Y) d ’aoriste passif. et la désinence casuelle ç . )O t ç PaaiX9)oç > paaiXécoç. : *Xuscai > *Xu£ai (§ 12. d) Abrégement des voyelles. D e plus. 4° b) . que ce phénomène explique. 2 . un anciena long est devenu Y sauf après un p ou une voyelle.. toute voyelle longue s9 abrège devant un groupe de consonnes dont la première est une consonne voyelle (§ 11) ou une liquide (X. E x. D ans la plupart des cas. TC l Y L c) La métathèse (ou transposition) de quantité. 7° a) et l ’s s’allonge en ei (allongement compensatoire § 12. 0 1 . entre autres choses. E x. o + o > ou. : ÎG Ô [A > t(7T ][X . 8° b) > Xuyji. Telles sont les principales règles de contraction. fx. devant une autre voyelle longue. chez Homère. on dit qu’il y a « m étathèse de quantité ». Vr\ s'abrège en s devant le groupe v t . ou. o + e. c’est-à-dire fondues en une voyelle unique. 8 + o. v. ce groupe disparaît devant le ç ( § 12. : (7TY)-o-[X£v (Homère) devient gt£c (X£V (Cette forme se trouve aussi o . la 2e déclinaison « attique » : vâoç d ’où vy)6ç > v£<oç et le génitif en ç de certains noms de la 3e déclinaison : 7t6Xy ç > 7 6X£g> . s ’est souvent abrégée : T£0vyjcoç > T£0v£coç. deux voyelles en contact se sont contractées. le suffixe vt du participe. en passant. Enfin un i placé à droite d ’une voyelle longue se « souscrit ». £ -J.£ ^ St. Le 1er 0 > t ( § 12. Lorsque 2 voyelles consécutives échangent leur caractère bref ou long. E x. p) et dont la seconde est une occlusive ( § 9.) On remarquera. soit : *0£-0y)-vt-ç. 2°) ou une. ). Pour former le participe passé passif de ce verbe (au nom inatif masculin singulier).LOIS PHONÉTIQUES 17 Voyelles 11° a) D ’une manière générale (car il y a des exceptions). Une voyelle longue. Soit la racine 0y) du verbe ti0y](xi placer.

.

c. Une nasale ([i. Le redoublement consiste à faire précéder la racine de la consonne initiale de cette racine que l ’on fait suivre d ’une voyelle. : Rac. — un suffixe. : yvca connaître — yL-yvco-oxco : je connais. § 14. § 17. : Rac.PR EM IÈRE P A R T IE LE PRÉSENT (ET LIMPARFAIT DE LINDICATIF) CHAPITRE I LE PRÉSENT ET L’IMPARFAIT DE L ’INDICATIF § 13. v) peu s’insérer. Les principaux suffixes sont : yod (y § 1 1 ) qui a disparu à l’époque historique. — une nasale infixée . Ce radical est formé de la racine du verbe à laquelle peuvent s’ajou­ te r un ou plusieurs des éléments de renforcement suivants : — un redoublem ent . b. : tuy : hasard (Cf. § 18. se fixer dans une racine dont elle ne fait pas partie. note). Tiivin). § 1 2 . è'Aaëov). 1°. 1 0 ° a. Le présent et l’im parfait d ’un verbe grec — à quelque catégorie qu’il appartienne — présentent le même radical. : Xaê : prendre (Cf. Malgré les apparences. Rac. la voyelle du redoublement est t. § 15. 1° . après s’être combiné de façons variées avec la consonne finale de la racine (§ 1 2 . les différences qui les séparent sont peu im portantes. § 16. On distingue en grec deux grandes catégories de verbes: les verbes en (ù et les verbes en [ju. Ex. An présent et à Vimparfait. et avant la dernière consonne de cette racine : on l ’appelle nasale infixée. Verbe: Ti>-y-y-àvco: j ’obtiens par le sort (Cf. Verbe : Xa-fx-6 -àvco : je prends. Ex. d).

yy]pà-ax-ca : je vieillis (fut : yTjoàcroptaL). § 19. ix (Cf. qu'on ne doit jamais perdre de vue. 2. 2° Dans les verbes en -(xt. suffixes ne font pas partie de la racine . eSaxov). : je m ontre (futur : SeiÇco). Ex. . la « voyelle de liaison » n ’existant pas aux autres temps . Remarque 2 ). 1 0 °) : — qu’à un présent en tctcù correspond une racine terminée par une labiale. Les désinences personnelles s’ajoutent au radical pour former les diffé­ rentes personnes du présent et de l’im parfait de l’indicatif. Remarque. 0 à la l re et à la 3e pers. Bien savoir notam m ent : ( § 1 2 . : Rac.. substituent. : Rac. dans les verbes se conjuguant sur Ttjxav et cpiAeïv. Verbe aia0-àv-ofxai. et 1. : Rac. une racine term inée par un seul X. — à un présent en -aivco'ou -et pco. eup-£<yx-<o : je trouve (aor. du plur. On trouvera les règles des contractions et les formes contractées dans les gram ­ maires. une palatale . par contre. Il faut donc bien se pénétrer de cette idée que : Redoublementy nasale infixée. ai<70 (Cf. 7° vu Ex. Verbe Sox-é-co : je parais. 8 ox (Cf. . la voyelle de la racine 2 apparaît sous la forme longue aux 3 per­ sonnes du singulier de l'actif . : e5p-ov). Ixofxvjv).xi. : $e£x-vu-fxt. f)cr06(XY)v). une racine terminée par -av 1 ou -ep . : je sens. — à un présent en -Ç<o ou . Verbe Sàx-v -co je mords.t t c o (-acrco). une alternance également claire. une racine terminée par une dentale ou. du sing. une voyelle de liaison -o à la l re pers. On se bornera à rem arquer ici : 1 ° que les contractions ne se produisent qu’au présent et à l’im parfait. il faut les éliminer pour retrouver celle-ci. Ou a (§ 3. à l ’alternance o/e de Xuoo. sous la forme brève partout ailleurs ( § 5. Verbe [Ex-vé-o-(xai] ixvoïï[xai : je viens. Les désinences personnelles sont presque toutes communes aux verbes en -c*> et en -[xt.20 2° c 3° v 4° ve 5° av 6 ° ax E x. celle-ci se contracte avec la voyelle de liaison. c). — à un présent en -XAca . Ex. § 2 0 . 2° que les contractions. les désinences se joignent directement au radical . Ou la voyelle du suffixe vu dans les verbes du type 8slxvu. (après voyelle) iox (après consonne). Voici m aintenant les deux principales différences entre les verbes en et les verbes en -(xi : 1° Dans les verbes en < -. : LE PRÉSENT Ex. SoÇco). e aux autres personnes — s'insère entre le radical et la désinence. Sax (Cf. : Rac. Ex. Il résulte de ce qui précède que si le radical d ’un verbe en -co se termine par une voyelle.

7° a). : tijjkxcd > TifJico. Le plus souvent inusitée et remplacée par la désinence secondaire correspon­ dantes. 3e p . 7°-b) T ai |xe0 a o 0e V Tai C0OV âai 3 TOV D É S I N E N C E S S E C O N D A IR E S ACTIVES MOYENNES . Ie p. Verbes en MI (U (cri) 1 (commîmes) (JUXl aai 3e p . e a i > e i a i . 20) (JISV TS ( v t) T7)V > |xe0a c 0s v (verbes en co) . 22. lorsque 2 voyelles. E x. ? ? ? fJL V E TS VTI 2 TOV (ti) piev TE > ai ( § 12. 3° que l ’accentuation permet souvent de remarquer les contractions.LE PRÉSENT DE L’iNDICATIF 21 qu’il y a intérêt à connaître : alternance co/a pour Ttfxàv et ou /et pour cptXetv (Exception : cpiXco) . c o t > o u a i.PA SSIV E» Verbes en 0 Sing. Quelquefois v t i (Tableau II. 2e p . arav (verbes en ( § 12. La voyelle qui précède s’allonge ( § 12. les désinences secondaires : — ce sont celles de l ’imparfait. la voyelle contractée prend l ’accent circonflexe. 2 o) jjii) VTO a0T)v Duel 2e et 3e p. 2e p. dans Homère èaoi tu es. dont la première porte l’accent aigu.PASSIVES (communes) Sing. TABLEAU I TABLEAU DES DÉSINENCES PERSONNELLES D É SIN EN C ES PRIM AIRES ACTIVES MOYENNES . l re p. 1. Toutefois. 2. 2e p. p. se contractent . l re p. Duel 2e et 3e p. Il y en a de deux sortes : les désinences prim aires : — ce sont celles du présent . fo) > v(§ 12. En effet. Remarque 7). 7° b) puis c i (12. 3e p . v t i > v g i ( § 12. Les désinences personnelles § 21. 3e p . 2e p . cf. 3. (communes) oo T0 Plur. 5° a) : ocai > ccat. Plur. . (piXéco > cpiXco. 2°) S (T) (§ 12. Ie p.

.. la désinence -ç.... expliquée au début de cette remarque. le redoublement de l’aspirée se fait...... Duel 2 P.. la désinence s’ajoute directement au radical.... ___ __ l é â<yi > loiai f •^emarcluer * accentuation (§ 20. Plur.. Q .. b) . Dans i7)p le redoublement est aussi réduit à t sur­ u> monté de l’esprit rude.v ü .... 11°.. est la désinence secon­ daire.. comme il est normal. 2 P. 3 P.v u ... de Seixvu. i-axa-âcri > ig t c l g i ( _ . du sirtg.... 3 P.. note 1). et sous la forme brève au pluriel et au duel.. L’accentuation est analogique de celle d’tcrracn.... au lieu de la désinence primaire attendue (voir tableau I.. Mais la voyelle de la racine ou (dans les verbes en -vu. 4° Dans tl07) xt. à la 2e pers.. note 2 )... cr dans les verbes en pu. 3°)...... (de *tÊ-0s-vti ) présentent la désinence -vti.. 2° Dans les verbes en -pu.. cette voyelle de liaison se contracte d’une façon obscure avec des désinences elles-mêmes peu claires. Au X u-<o Xù-si£ Xù-si X -O Ù -piSV (JT j/< T Y T 0t 07]/0E Tl-07) -pU T -07] -Ç C j TL-0y I J-G Tl-0£-pJ..) la voyelle du suffixe apparaît sous la forme longue aux 3 personnes du singulier... ï) Ssixvü. 2 P..... Sa) ... 4° b)... ... Mais aux 3 personnes du singulier.. 6° Avouai provient de Au-o-vti (Tableau I. 1 P...v u . ....EV Tt-0£-T£ Ti-0é-aai TC -T V -0E O TI-0e-T V O rje Sco /8o $elx (suffixe vu) 8£tX Ü -V >pU Seix-vü-ç Seix-vü-gi §£tX-VÛ-pt£V Seix. de 8 o... du pluriel du présent de l’indicatif est ôat. Rem.. 3 P. de Os.it....... 7° En attique. la désinence de la 3e pers...... Mais de plus la consonne de la racine — d’ailleurs inconnue — a elle-même disparu.'-G O -T V u TC O t-V )-pU 8l-8cù-[ll t -JQ -C 8i-8cû-ç L J-G Si-Scù-Gi -Y l L-£-pt£V 8i-8o-[jLsv l -£-T Si-So-re E l-OC-GL 8i-8o-oc<ji l'-E O 8l-8o-tov -T V l'-E O 8i-8o-tov -T V Seix-vu-tov Remarques : 1° Dans les verbes en -co... La consonne du redoublement a disparu et a été rem placée par l’esprit rude ( § 12.t é S e c x ... La forme longue : de gtoc est gty) en attique (§ 12.. et la racine se trouve réduite à une voyelle.. 3° l'arrçuu est pour ctkityjuu.. 5° Dans les verbes en -pu.to v ?-O Y -(J T) U t -C Y -Ç fT ] j £-<JT7]-(7l l'-C T C tëV T O -p Xu -e -t e l'-C T C E T O -T Au-O tfl l-G O -<1 U TC7 X -T V l-G O -T V lJ-E O TC O X -e-tov Î..22 LE PRÉSENT TABLEAU II LE PRÉSENT DE L’INDICATIF ACTIF RACINES Sing.. au moyen de la sourde correspondante (§ 12. 1 P....ocgi S e s x . 1°).... 3°). une voyelle de liaison o /e s’intercale entre le radical et la désinence (§ 20. Les formes homériques Ieigi (de *tf-e-vri) $180001 (de *8ê-8o-vti) tiOeTgi.

8£-$o-pt.ou : Redouble­ ment (complet ou réduit. Sax-vu-xai SeCx-vu-ptsOa S£lX U T0£ -V -C SeÊ -vu-vxou x 8£Éx-vu-g0ov SeC -vu G0OV x tE-0£-{xai x£-0s-aai X -O O L s-X U £ T -0£-pL 0 a L xi -0£ -a0£ xi -0£-vrat X -0£-C 0O i T V xC-0£-a0 ov î-s-^at. a subsisté dans les verbes en -jit. suffixe. dans la série du présent et de Vimparfait des verbes en -[jll. Seix-vu-ptm : Racine. ï-e-\Lca. Xu-6 -pt. 22). Setx-vu-aat. racine à voyelle brève ( § 20 . 11° a). On aura d'autres occasions de constater.LE PRÉSENT DE L’iNDICATIF 23 TABLEAU III LE PRÉSENT DE L’INDICATIF MOYEN-PASSIF S 1 2 3 P 1 2 3 D 2 3 S 1 2 Xu-o-pLai X -st ou X 7) 6 Ù Xu-s-rat. E-axa-arai ï -erra -rat l-aTa-pi£0a £-axa «70e i-axa-vxat t-cxa-a0ov ï-axa-a0ov SsEx-vu-piat. i-s-crat Ï-E-X U O ?-é-pt£0 a 1-E-G E 0 ï-S-V O l XC ï-s-aOov 2-s-a0 ov 3 P 1 2 8£-8o-aat 8 C-So~rai St-So -[xe0 a 3 D 2 3 St-So-aOs v St-So-VTai 8i-8 o-a0ov 8£-8 o-cr0ov • Remarques : 1° Vj-o-^oa : Racine + voyelle de liaison o /s + désinence primaire moyenne passive (Tableau I. Le sigma entre voyelles a disparu dans les ur) verbes en -co. Tt-0e-|xat. p. le maintien d'un < entre voyelles. désinence. y . 2° X provient de Xu-s-aoci (§ 12. désinence. 2°).sO a Xà-s*a0£ X -o-v o l ij tc Xu-s-crOov X -S-C 0O Ù T V i-çjTa-[xat. X -cTa-ptai.

24

LE PRÉSENT

TABLEAU IV L’IMPARFAIT DE L’INDICATIF ACTIF

S

1

2

3 P
1

2

3 D 2 3 S 1
2

e-X -o-v u &-Xu-s< e-Xu-s £-Xu-0 -p £ LV e-Xj -s -te \ ë-Xu-o-v £-Xu-é-T7)V è-Xu-é-r/jv

ï -CJT7) -V t' -CT7) -£ Ï - g t r\ ï

I - t £-07]v

l'-7)-V (OU ΣIV)

-axa -jxev

Ï--G T0L-TZ

-erra -crav i-(7Tà-TY)V i-OTà-TTjv
ï è- 8 e £x -v ü -v

è-rt-Osiç (ou 07}Ç ) S-tÊ eL( o u 07]) -O è -T t -0£-(JL £V è-T-C0£-T£ £-TC-0£-<jaV è-TL-0£-T7)V
è-TL-0é-T7]V

l'-Sl£ (ou ?-7)-<;) ï - e i (ou ï- 7))
ï -£ -[JtEV ï -£ -TE

ï-s-aav l-é-T7]V l-é-T7]V

3 P 1
2

3 D 2 3

è-81-Souv è-Sl-Sovç ê -81-Sou è-SÊ-8o-£A V E è-86-80-te è-8£-8 o-aav s-8i.-86-T7]v è-81-80 -tt]v

è-8s£x-vô -ç è-8£Ex-vû è-8£Êx-vü-(xsv
è -8 e £x -vu -TS

è-8££x-vu-aav è-8£lX Ü Y -V T )V
è - 8 e ix -vü ttjv

Remarques : 1° e -X u -o -v = augment (préfixe marquant le passé), voyelle de liaison o/s, désinence personnelle secondaire active. e-t1-0t)-v = augment, redoublement, racine à voyelle longue (aux 3 pers. sing. § 20, 2°,) désinence personnelle. è-8eta-vü-v : augment, racine, suffixe (voyelle longue aux 3 pers. sing. § 20, 2° note), désinence personnelle. 2° Dans l'cm fyv, le radical (§3, note) commençant par une voyelle, l’augment se rçv, réduit à l’allongement de cette voyelle. 3° è-TÉ-O er.ç, è-Ti-ôst. sont analogiques des imparfaits actifs des verbes contractes en

éco
è8i$ouv, èSÊSoyç, èSiSou sont analogiques des verbes contractés en 6co. (Sur l’ana­ logie, voir § 7.) 4° On remarquera que la désinence de 3e pers. plur. est -v dans les verbes en -co, -aocv dans les verbes en -ju.

LE PRÉSENT DE L’iNDICATIF

25

TABLEAU V L’IMPARFAIT DE L’INDICATIF MOYEN-PASSIF

S 1
2

3 P 1
2

3 D 2 3 S 1
2

è-Xu 6 -[jt//)v è-XiS-ou S-Xti-S-TO è-Xu-o-fjieOa è-Xù~s-aOs è-X\S-o-VTo è-Xu-é-o0y)v è-Xo-é-aO-rçv è Ssix-vu-jlq j tv è-Seta-vu-ao è Seix-vu-to è 8six-vù-[xe0 a s- 8eix-vu-ct0£ S-Seix-VU'VTO £-S£t,X-VU-a07]V è-XEtxvù-aO^v

L 7T -C à-pt7]V t-<rra-co i-aTa-TO l-aTa-(X£0a i-ara-a0£ l'-CT C T J O -V O l-aTà-aOyjv t-cTa*c0Y]V

è-Tl-0É-|JL7)V è-at-0£-(7O I-tI-Oe-to £-T l-0£-[JL C £0O £-Tt-0£-CT0£ è-Tt-0£-VTO £-Tt,-0é-a0r)v E-Ti,-0£-a0r)V

l-£-pL ]V Y ï-£-ao Ï-Z-TO t-é-jx£0a ï-£-C0£ L -V O -E T l-é-a0 Y ]v t-é-C 0Y T ]V

è-8i-86 -[X £v è-8 t.-8 o-ao è-8£-$0-T0 s- 8£-8 o-pis0a è-8£-8o-a0£ s-8 ê-8 o-vto T )v è-8t-86-C0 Y è-8 L86-o0 r)v -

3 P 1
2

3 D 2 3

Remarques : 1° èX\jou provient de *èX 0 . Le a a disparu entre voyelles dans le tj£<J verbes en -co ; il s’est maintenu, au 'présent et à Vimparfait, dans les verbes en -(/, (Tableau III, Rem. 2, p. 23). 2° Dans les verbes en -(jli, les désinences s’ajoutent directement au radical à voyelle brève ( § 20, 2 ° ) . Dans les verbes en -co, la voyelle de liaison o / e s’intercale entre le radical et la désinence ( § 20 , 1°). 3° Dans icjTàpnrjv, tépiTjv, t représente à la fois un redoublement réduit (Tableau II, Rem. 3, p. 22) et l’augment (Tableau IV, Rem. 2, p. 24).

CHAPITRE II
LE PRÉSENT DE L’IM PÉRATIF
TABLEAU VI LE PRÉSENT DE L’IMPÉRATIF ACTIF S 2 P 2 S 2 P 2 S 2 P 2 S 2 P 2 S 2 P 2 Xu-£ Xu-£-T£ l'-G T T) i-<rra-T£ xi-dei- t-£t
T t-0 £ -T £ , 't-£-T £

Racine, voyelle de liaison, pas de désinence. Racine, voyelle de liaison, désinence. Redoublement, racine à Voyelle longue (§ 12, 11° b et
§ 20, 2o).

Redoublement, racine à voyelle brève ( § 20,2°), désinence. Redoublement ; désinence analogique (§ 7) des verbes contractés en -éco (Tableau IV, Rem. 3, p. 25). Redoublement, racine à voyelle brève, désinence. ; Redoublement, forme analogique des verbes contractés en -6co (Tableau IV, Rem. 3, p. 25). Redoublement, racine à voyelle brève, désinence. Racine, suffixe à voyelle longue (§ 20, 2e, note), pas de désinence. Racine, suffixe à voyelle brève, désinence.

8 Ê-Sou

Si-S 0 -T £
S e Ê -VÜ x &£LX-VU-T£

TABLEAU VII LE PRÉSENT DE L’IMPÉRATIF MOYEN-PASSIF S 2 P 2 A -O U U Xù-s-aOs t-G O -aO TC t-axa-aOe T 0S-G i O Tt-0£-a0S t'-£-CO ï-£-a0£ H 8o CO T Si So-aQs Seix-vu-cro §£t>c-vu-a0£

Remarques : 1° Toutes ces formes sont analogues et présentent les mêmes désinence suivant la voyelle de liaison o /s (dans les verbes en -co) ou s’ajoutant directement au radical du présent (dans les verbes en -pii). 2° Dans les verbes en -jjli, la racine présente une voyelle brève. Dans les verbes en -vufX , c’est la voyelle du suffixe qui est brève ( § 20, 2° et note). L 3° Xuou provient de *Xù-e-cto. On a ici un nouvel exemple du fait qu’aw présent et à Vimparfait de Vindicatif et au présent de Vimpératif le a disparaît entre 2 voyelles dans les verbes en -co, mais se maintient dans les verbes en -(ju (Tableau III, Rem. 2, p. 23, Tableau V, Rem. 1, p. 25).

*Xu^at § 12. en nous souvenant que pour les 3 personnes du singulier. Ainsi la combinaison de la voyelle de liaison sous la forme longue et des désinences personnelles primaires (Tableau I. X -C -< u O 7L Xu-7]-TOV Xu-7)-TOV co est un allongement ds ou ( § 10. donne. p. On a vu ( § 2 0 ) que. (Pour *Xu-7)-aai.CH A PITRE I I I LE PRÉSENT D U SUBJONCTIF § 22. p.O ÜO U X ] u-Y Xu-Y)Tat Xu-copi£0a Xu-7)(J0E X -covtou u X T V u-7]C 0O X -7)G V U 0O Remarque : On a souligné la voyelle d liaison co/rj. Rem. partout où elle est distincte d 3 la désinence personnelle. Rem. 2 1 ).) § 23. à cela près que la voyelle de liaison y est longue. les term inaisons suivantes : A L ’ACTIF AU M O YEN -PA SSIF S 1 2 Xu-co X -7)Ç Ù X iS-j) X -C J E Ù OA V X \J-7)T£ X-C CL u OF X -ï)tov 6 X u-7)TO V X -C [i. IN D IC A T IF S U B JO N C T IF R EM A R Q U ES S 1 2 3 P 1 2 3 D 2 3 XC ÙO X ueiç Xusi X -plEV u-O X -s-te u X -0U U <71 Xu-£-TOV Xu-£-TOV Xuco XY u) Xu C -p V O t. 11° a.£ X u-7)-T £ \ Y est rallongement de £ . dans la conjugaison du présent de l’indicatif des verbes en -co. 8°-b et ll°-a). 1 ). de 2 traits. C’est du verbe Âtio) qu’il faut p artir pour expliquer le subjonctif greo. Comparons ces deux temps. fin). i se ) \ souscrit (§ 12. au subjonctif présent des verbes en -o). une voyelle de liaison brève s’intercale entre le radical et la désinence. Le présent du subjonctif est identique au présent de l ’indicatif. nous sommes incapables de distinguer nettem ent voyelle de liaison et désinence (Tableau II. 3 P 1 2 3 D 2 3 . 2 2 .

On trouve chez Homère. hom. com m e a + co > co et o + Y > a une alternance c ) co/ôcse substitue à l ’alternance co/ï) (§ 20. le subjonctif de ces verbes comprenait. cpl cofxoct . 2 . tl0co Ti0&(Jiai . voir § 26 bis]. o5. après le radical du présent. ces subjonctifs primitifs se sont conjugués comme ceux des verbes en -co. Icrrco. absolument semblables. § 5 ). L ’co est généralisé à toutes les personnes puisque oy) > co. § 26 bis. X\ico(Jiat. <piXc5. l l ° c ) . — A l ’origine. Rem . EcmofJiai . de eï(JU aller). : aTY)-o-fxsv (Homère) . éco co (Rac. 2°) . § 25. Pour les verbes contractés 2. la « voyelle de liaison » o/e puis les désinences personnelles. On trouve un certain nombre de formes de subjonctif prim itif dans Homère et dans les dialectes. cpiXé-co > <ptA Pour les verbes en (jli. par exemple. E x. SeixvtScofxou se conjuguent comme Xico. LE PRÉSENT § 24. — Rac. N o t e h i s t o r i q u e s u r l e s u b j o n c t i f p r i m i t i f d e s v e r b e s a u t r e s q u e l e s v e r b e s e n f2. l ’accentuation garde le souvenir de cette contraction (§ 20. le présent de l ’indicatif et le présent du subjonctif sont. Rem. . 3°). § 26. à toutes les voix. : ei/i. et 1 au degré « zéro ». § 5). les 2 formes crrY)-o-fJiev et crrécojAev > aTc5(xev. Sauf exceptions ( § 25). On se bornera à remarquer ici que : Dans les verbes en -occo. 1. consulter les grammaires. en partie sous Vinfluence de la « métathèse de quantité » ( § 12. ï-o-(xev (subj. On notera que l’esprit et l’accent permettent de distinguer loi de réduite : e) et Ïg> de aller (Rac. tco1 i&fjiai et aussi SsixX . ce sont là les terminaisons des subjonctifs [On remarquera que la voyelle finale du radical du présent s’étant con­ tractée avec la voyelle longue du subjonctif. comme oco. employé comme futur en attique. est un ancien subjonctif présent). D ans le verbe SêScojju. vico.28 présents de tous les verbes grecs. Sauf ceux du type <ptX — «piX ( § 24). : ei au degré e. En dehors de quelques survivances (ëS-o-(xai. l ’alternance co/t) a disparu.

). § 28. b) dans les verbes en (sauf 8 s£ [ai) : xvo 1 ° du radical du présent de l’indicatif . Remarque : A la 3e personne du sing. Le suffixe caractéristique de l ’optatif est : -t. p. verbes contractés) et dans le verbe Setxvujju : 1 ° du radical du présent de l’indicatif . du sing. 4° des désinences personnelles secondaires (Tableau I. 2 o). à la l re pers.aux personnes du singulier de l ’ac tif . 2 ° d ’un. 3 ° d ’un suffixe caractéristique de l’optatif . suffixe caractéristique de l’o ptatif .CHAPITRE IV LE PR ÉSEN T DE L’OPTATIF § 27. 2 ° d ’une voyelle de liaison qui est toujours o . l’ancienne désinence t a disparu ( § 12. L ’optatif présent est formé : a) dans les verbes en -<o (À iSo>.. pour Xug). . 2 1 ) (sauf. -u p arto u t ailleurs.pour X et Sstxvufjit. tSco Dans les verbes contractés et dans les verbes en -(ju (sauf Ssfocvufu )t il a la forme : -17]. 3° des désinences personnelles secondaires.

0 S .p CT Ttpia-o-t-pL£0a > Tip'co.X JL 0a £-O -p C o^ £ 8 y )X o -o -£ -p i£ 0 a > Sv]XoÊpL£0a 9 iXé-o-t. de * t( 0 e w j o .[A dc-0-t. (sauf Sstxvu[il) : PAS D E VOYELLE D E L IAISON ---.v 1. de ♦laraïao 1. l. .X6tù : verbes en -fjtt (sauf Ssbtvufiij : LIAISON ---. 8 °-b) ocot.o .v to > 8 t)X o c v to 8t]Xo-O-£-G0Y]V > 8y)Xofa07)V 9 iX£-o-t-a0 Y > 9 iXoia0 Y ]v ]V 8y)Xo-O-£-(J07)V > §7]XolCT0Y)V 9t.o ..ji£0oc Xu-o-C-pi£0a X -L-G U-O 0E Ttpià-O -L-CT0£ > TlptCpaO s Tl[xà-0 -t.a 0 y jv 3 D 2 3 t-E-t-VTO OU 1-E-C-CT0YJV l-£-£-CT07]V 1'OIVTO 1.i.t ï j v > 8 t]X o £ t» jv Remarques : riadcco diphtongue ot.i.TABLEAU VIII LE PRÉSENT DE L’OPTATIF ACTIF Verbes en -co (et 8sbtvu[u) DE LIAISON o y e lle d e lia is o n et s u ffix e CONTRACTÉS) Xuco et SeLxvuya.é .£ -£ t] .S U F F IX E l s 1. de îeico St-So-ï-vro St-So-C-a0 r4 v 8t-8o-É-a07.. de *Tipt.pi(pV O T X -O -V O Ù -L T Ttpia-O -t-CJ07]V > T p707)V l£JU X -Ê T ]V u-O -C 0Y Ttpia-o-Ê-a07)v > Tcpi(j)cy07)v X -O -C u -E 707)V 1. Sr. 1. S 1 2 3 P 1 2 D 2 3 3 1 ^U -C J.21). de *Xuoicto(§12.Ç TI-0S -17) Tt-0£-ï-{JL£V T I-0E -1-T S TL-0S-Ï-EV Tl-0£-6-T7)V T t -0 £-£-TT jV l-£ -l7 ) i-£-ï-fJISV l-S -ï-T S t-E -l-S V l-£-£-T7)V TABLEAU IX LE PRÉSENT DE L’OPTATIF MOYEN-PASSIF a) Verbes en -co (et Ssixvu[xij : V OYELLE D E L IA ISO N e t SU F F IX E t S 1 2 3 P 1 2 3 D 2 3 TLpia-O-Ê-pnQV > T l[Jl$üL 7)V X u-o-C -pt/rçv XlS-O -l-O 1 Ttpià-o-t-o 1 > T ipicjSo XÙ-O-l-TO Tt.-0 £ -l-O 1 OU TÊ0OIO T I-0 E -I-T O OU TL-0£-C-pLE0a TI-0E-C-CT0E TL-0E-Ï-VTO T l-0£-C -a07)V TL-0E-Ê-(T07)V i-£-i-{JL7)V jv T 0O O Ê IT l-E-L-0 1 OU Ï010 l-S-ï-TO OU ÏO O IT l* s-t-[jL £ 0 a L-E--L-G0E 81-80 -1-0 1 8 t. ll°-b).-V 0 > T T t.£ .S U F F IX E 17] A U SIN G U LIER . 8°-b) la 1.X -t-C £-O T07)V > 9lX ot(70TQ V 6 1.o . la diphtongue ot.-o 1 > 91X010 9 lXé-0 -l-T0 > C tX C 0 p0 T 8 t]X 6 . 8°-b)| voyelle £ disparaît devant la voyelle brève o disparaîtj devant la diphtongue oi. T L -02-ly)-V T L . > (ù (§ 12.-T0 > T L p O t."Cr0£ > <ptXo?a0£ 8y)XO-O-L-CJ0£ > S7)XOLa0£ ÇLXe-O TO > 91X L T -I-V OVO 8 y ) X o . 1.-8 o -ï-T O SL-So-C-[X£0a 8 i -8 o -T-ct0 s l-CJTa-t-C70£ t-C T a-t-V T O t-CTa-t-CT07]V t-c T a -C . de *8 y]X oigo (§ 12.Ê y )-< .X -pi7]V > 9 lX [X )V s-o-C oC 7 S iq X o -o -t-o 1 > 875X010 9 iXé-o-t. 2 3 P 1 2 L-GTa-t-pnqv ï-ara-T-o 1 t-O C TO -l-TO t-CTTOC C-[AE0a TL-0£-C-pL7]V T t. L PRÉSENT E D L’OPTATIF E b) Verbes en -fju. de *9iX£0i<70 (§ 12.t o > 8 t) X o c to <pt.t7 ) ‘V 1 .X -Ê i£0O > 9 t. 8°-b et tableau I. 87]X0-0-6-[JL7)V > 8 y)XoCX7]V j <pt. P.a0L(70 (§ 12. -O -U Xu-O-l-Ç XO-o-t X -o-i-ptsv 6 XÙ-O -t-TE X -o-i-£v 1 6 X6-0-1-T7JV X lJ-0-L 7]V -T $ 7]X o-o-É t)-v > SïjXoi-rjV S>)Xo-o-£rj-ç > St)X<% S^o-o-t-j) > Sï)Xo£j) Sr)X6 -o-i-(xev > SrjXoïyLev o7jX6-o-i-re > StjXoîts ot)X6 -o-[-ev > S>jXotev SïjXo-o-E-t^v > S r 1 Xo£Ty)v o ï j X o . de 8( 8oiao Bien noter les formes soulignées.

1 °) TABLEAU X LE PRÉSENT DE L’INFINITIF ACTIF : X : tSto ♦Xu-e-ev > Xûeiv (§12. ?-e-a0ou 8t-So-çy0at . ll°-a) verbes contractés : *Tipux-ev > tjl c lj ô v ] £ ( § ll0-a) J *7roie-ev > 7roi. Tt-0é vatj St-86-vai. -a 0 ai (e) est la « voyelle de liaison» (§ 2 0 .CHAPITRE V LE PRÉSENT DE L’INFINITIF § 29. MOYEN-PASSIF : verbes en -co : X6-e-a0ai Ttjxà-s-cyOai > TiptaaOat epiXé-e-aOai. Scix-vù-vaL. On obtient l ’infinitif présent en ajo u tan t au radical du présent les désinences suivantes : vebbe Xiico VERBES CONTRACTÉS -£V VERBES EN -fit -vou à VActif : (e) ev (s) est la « voyelle pas de « voyelle de de liaison» (§2 0 1 °) liaison » au Moyen-Passif : (e)a 0 ai (s)a 0 at. > <piXeï(T0at Sy)X6-s-a0ai > 8T)Xoua0ai verbes en -[li : 8sCx-vu-a0at ï-GTOL-aQca TÊ-0s-cr0ai.eïv *8y)Xo-ev > SyXoov j Verbes en -jzi : (Remarquer l’accentuation) t-crrà-vai.

dans les verbes en -co. D ’où les formes : 2 Xu-o-jasvoç. la terminaison -(xevoç s’ajoute directement au radical du présent dans les verbes en mais y est rattachée. le nominatif féminin sing. — dans les verbes en [U.[il. Dans tous les verbes. Pour les verbes contractés. Le rappel de quelques lois phonétiques rendra facilement compte de toutes les formes. § 31. 2. §32. Le participe actif suit la 3e déclinaison. £-cn:à-(Jisvoç. Ces participes se déclinent sur àyaOoç.CHAPITRE VI LE PRÉSENT DU PARTICIPE § 30. dans les verbes en -co.v t . S . le participe présent se forme au moyen du suffixe -vt 1 qui s’ajoute directement au radical du présent dans les verbes en. est constitué par le radical du participe masculin. A Vactif. par l’allongement de la voyelle finale du radical (qui n’est autre que la « voyelle de liaison ») . par une désinence -ç qui s ’ajoute directement au suffixe . Son nominatif masculin sin­ gulier est caractérisé : — dans les verbes en -co. voir dans les grammaires les règles de contraction et les formes qui en résultent. par une voyelle de liaison -o. le nominatif neutre sing. î-s-(jisvoç Si-8 o-[ievoç. se forme à l ’aide du suffixe ya (y = yod § 11) qui s’ajoute au suffixe -vt . Au moyen-passif. Ssix-viS-fxevoç. ). 1. y ov. par une voyelle de liaison o. mais y est rattaché. Se retrouve en latin et en français. ti-0£-(jlsvoç. sans désinence.

lévxoç .X-Vl>-VT-£ > S s i x v ù ç Génitifs .ç *l-e-VT-ç > tête. Génitifs . Neutre : Nominatif sg : ♦Xu-o-vt > Xuov.-0 s . * 8 lS o vt< *T t-0e-V T -<. laTacnqç.v T . S s ix v u v t o ç . (3). g é n i t i f îaTaV TO Ç . Tt-0é-VTOÇ. On a d e m ê m e : Ti0év. > TiOeÊç . > tiO . Féminin : Nominatif sg : *Xu-o-VT-yoc > *Xuovaaa (§ 12. S e ix v à v . vtoç. lév. 7 ° -a e t 5 °-a . Génitif sg : Xoct ç u u t q . . . 8 i $ 6 v t o ç .e . Ti0£ta7)Ç. > Igt6. S i . ll°-b. 10°-b.34 LE PRÉSENT TABLEAU X I LE PARTICIPE PRÉSENT ACTIF Xùco (Pour les verbes contractés.v t o ç . l-é-V TO £. 1 0 °-b .8 6 . Verbes en -fju : Nominatifs masculin singulier : *l-(rra-vT-<. c h u te d u t fin a l (§ 1 2 . Nominatifs neutre singulier : * t-< rra -V T > s ’e x p l i q u a n t p a r l a SiSoÛGt)Ç SsixvùarTqÇ. X\joucra (§ 12. 5° a ) .y a > > te ia a . 5°-a). p) > Xuouaaa (§ 12. / — ^ > S i& o u ç ( § 12. ItfT a v .ic to c .. 1 $£t. De même : * T t. 8i86v. 2 °). Masculin : Nominatif sg : *Xucûvt (allongement de Xu-o-vr) > Xûcov (§12. ( § 1 2 .v T -y a > S iS o o a a . 7 °-a ) > lc ra c a a (§ 12. i-crrà-vToç. Génitif sg : Xû-o-vt-oç. l R e m a rq u e r 1 a c c e n tu a tio n . Sl-So- VT-ya *Sax-vuvT-ya Seixvüaa. voir les règles de contraction et les formes dans les grammaires). * l. Ti0évTO£ . Seix-vù- Nominatifs féminin singulier : ♦ l-c rra -V T -y a > * la T a v a r ( i a . 2°). (3) > la T c c a a ( § 12. Génitif sg : XtS-o-vr-oç.

§ 35. pour le sens. c’està-dire valable pour toutes les époques (aoriste gnomique). . Le parfait ( §2) m arque le résultat pré­ sent d ’une action passée. « instantanée » . à la fois au présent et au parfait. on l ’a vu ( § 2 ) l’action inachevée. exprimer une opinion indépendante du temps. Remarque : Il en résulte que le présent et l’im parfait peuvent m arquer Y effort et aussi l’action répétée ou habituelle. en cours de réa­ lisation. U aoriste désigne Vaction pure et simple. 2 ° dans les sentences. Le présent — aux différents modes — et l ’im parfait désignent. Toutefois la réflexion perm ettra souvent de découvrir la nuance de sens im portante qui sépare. un im pératif présent d ’un im pératif aoriste ou un infinitif présent d ’un infinitif aoriste. L ’aoriste s’oppose.D E U X IÈ M E P A R T IE L’AORISTE CHAPITRE I GÉNÉRALITÉS § 33. Il nous est souvent impossible de savoir pourquoi un auteur grec a employé un aoriste au lieu d ’un im parfait. § 34. pour ainsi dire. ou inversement. jU aoriste s’oppose au parfait. L ’aoriste s'oppose au présent. à ce titre : 1 ° dans les récits. abstraction faite de toute consi­ dération de durée : Remarque : I l peut donc. L ’aoriste désigne parfois le commencement de Vaction : èêaortXsuaev . présenter l’action comme rapide et. il devint roi. p ar exemple.

Remarque : Le participe aoriste avec ocv est. 3° à l ’infinitif dans les propositions intuitives .36 l ’a o r i s t e § 36. U aoriste n’a le sens passé qu’à Vindicatif (c’est l ’augm ent qui le lui donne). Toutefois. St>vv)0siç ocv peut signifier : « alors qu’il pourrait » ou : « alors qu’il aurait pu *. l’aoriste marque l’antériorité d’une action par rapport à une autre : 1 ° au subjonctif avec av : "Otocv eX07]. suivant les cas. § 37. auTov èpYjcrofjLai : Lorsqu’il sera venu. pour indiquer un fait passé antérieur à un autre fait passé : Kopov (A < 7ré(Ji7r£T0tt in b ttjç àpx^jç ST x auxov aocTpà7T jv èTOÊ7)< S : il fait Y 7 venir Cyrus du gouvernement dont ü l ’avait fait satrape. un potentiel ou un irréel passé. Remarque : Le grec emploie l ’aoriste. 2 ° à l’optatif « oblique » : E ïrav otl è'X0otç : il disait que tu étais venu . . et non le plus-que-parfait. 4° au participé. je l ’interrogerai .

2°)] è'-êiq-v1 . (Sur les « élargissements » de racine. : Xé-Xoc0-o-v (de Xy)0<o) 7ts-7U0 -£Ïv (de 7T£l0 co). La racine pré­ sente souvent le « degré zéro » ( § 5). 24). [A la 3e pers. fyfjtt. La racine d© palvw est fa . La racine «o term ine p ar une voyelle.ë-8 u-v . a) La racine est terminée par une consonne : Une « voyelle de liaison » o/s s’intercale entre la racine précédée de l’augm ent et les désinences secondaires actives (Tableau I. a 7r-é-Spa-v.. voir §3.CHAPITRE II L’AORISTE DE L’INDICATIF A. 2 1 ). La racine présente à toutes les personnes une voyelle longue.c). longue aux 3 personnes du singulier. § 40. la racine est à initiale vocalique : àp-ocp-eïv. ë-cmq-v : je me plaçai. 11° a). . Remarque : Certains aoristes (surtout chez Homère) sont à redoublement (§16). § 39. è'-yvoû-v . StScofxi. : ijt c) . § 38. . à-ya-yeiv. sing. Les aoristes « 2 ». E x. S 1 2 3 P 1 2 3 D 2 3 &-07)-xa £-07)-xaç ë-07)-X£ ê-0£-JJL £V £ 0£-T£ £-©£-crav è-0é-T7]V è-0é-T7]v £-7)-Xa > ^xoc £-Y 0C > ^xaç )-X Ç £-7]-X£ > ^X£ £-£-pi£V > £Ï[A £V ë-£-T£ > £lT£ ê-£-aav > eIg c ov é-é-T7)V > £L 7]V T £-é-T7]V > £IT ]V Y ë-Soa-xa ë-8<o-xa< £-$6)-XC ^-$0-|JL£V ë-&0-TE ë-5o-o-av è-56-T7)V è-86-TTjv 1. «ont les résultats de contractions (§ 12. La forme longue de (3a est pr] (§ 12. pas de désinence : le t final est tom bé (§ 12. p. L a désinence de 3e personne du pluriel est -aav. Les aoristes de cette catégorie se conju­ guent comme l’im parfait actif de Xiico (Tableau IV. c) Les 3 aoristes en -xa des verbes tl0y]{jli. L ’a o r i s t e 1° de l ’i n d i c a t i f a c t i f . brève aux 3 personnes du pluriel. b) La racine est terminée par une voyelle : Les désinences secondaires actives s’ajoutent directem ent à la racine précédée de l ’augm ent. 11° b). p. Les formes de l’aoriste de (Rac. Dans quelques-uns.

1°) I-Xu-co — ë-SsL^a — ë-cmq-aoc je plaçai. Remarque : La voyelle finale du radical du présent des verbes contractés s ’allonge à l’aoriste : è7T0Ê7)<ra. : cpocv § 12. p. : cttsX § 12. [x.). 10° c] > ëorrsiXa *s-<pav-aoc [de cpotfoco Rac. . § 41. èTÊ. v. 10° d] > ë<py)voc .vco. èSï)X<ocra.Xco. 5° b et Rem. -pco. -(xco.j. les désinences secondaires actives (exception : la 3e pers. sing. tc La l re personne constitue le radical du temps. 2° Les aoristes sigmatiques sans sigma (Verbes en . : cpOsp § 1 2 .Y)<ra. 10° d] > ëcp0£ipoc *ê-<rreX-cra [de areXXco Rac. : ëXuae).) Le sigma a phonétiquem ent disparu devant la liquide X.38 l ’a o r is t e 2° Les aoristes « sigmatiques » . auquel on ajoute. *è-<p0ep-croc [de 9 0 s£pco Rac. en allon­ g ea n t la voyelle précédente ( § 12. pour former les autres personnes.

§ 44. due à la chute de la consonne initiale do la racine ( § 12. L ’a o r i s t e 1° d e l ’i n d i c a t i f m o y e n . Remarque: Quelques aoristes de cette catégorie sont à redoublement ( § 1 0 ): s-xe-xX-s-to (de xéXofxou). 8 ° b) è-Xoora-cro > è-XiS-crco. 3) s ’est reportée sur l ’augment] et est le résu ltat de la contraction de ces 2 s. 2 ° Les aoristes sigmatiques sans sigma (§ 41. 2 ° s?[A ]V vient de *è-ê-(i. a) La racine est terminée par une consonne : une «voyelle de liaison » o/c s ’intercale entre la racine et les désinences secondaires moyennes (Tableau I. page 21). sic o (de *è-s-ao). 22. Les aoristes « 2 » § 42. . Remarques: 1° La 2 e pers. sing. la racine est à initiale vocalique : yjY-aY-o-(JiY)v. de l’aoriste do l ’indicatif actif (§ 41) les désinences personnelles secondaires moyennes : è-Xi)-aà-(X7]V è-aTY]-aà-{X7]V è-SsiÇà-fryjv. p. Rem. 25) : £-Xitc-6 -[xt]v. II .3° et Tabl.). Ils s’obtiennent en ajoutant à la l re personne du sing. 5° b et Rem. est en -aco[de <ra-ao] ( § 12.7)v. Le 1 er s représente l’augm ent . résultant de la contraction dos voyelles en contact après la chute du sigma ( § 1 2 . Rem. du sing. 8 ° b) : I 0 ou (de *£-0 s-ao). La conjugaison est la même que celle de l ’im parfait moyen de Xico (Tableau V. 2 2° Les aoristes sigmatiques. e£-[ry]V. è'Sou (de *ê-8 o-cro). § 43. p. b) La racine est terminée par une voyelle : Les désinences secondaires moyennes s’ajoutent directem ent à la racine pourvue d ’une voyelle brève : ê-0é-fXY)V.l ’a o r is t e de l ’i n d i c a t i f B. . e-So-fiv Remarquas : 1 ° On notera les 2 e pers. . La disparition du sigma est phonétique ( § 1 2 . le second. 2°). *è-orTsX-(7à-(JiY)v > e< T£& à(JiY 7 X )v *£-9 av-crà-|i/y)V > ê97]và[x7]v. Dans quelques-uns. la Y racine du verbe [dont l’aspiration.

2° Les aoristes en -07)-. est -cav x. le grec a tiré de là une form ation nouvelle à valeur passive. Ex. les Grecs ont formé une nouvelle caractéristique -07) d ’aoriste passif. § 45. < poc£v< [Rac. 21]. par opposition aux formes actives de valeur transitive. Ex. par analogie. La désinence de 3e pers. Un certain nombre de verbes possèdent à la fois Vaoriste en -tj. § 47. p. Remarque : Les verbes contractés allongent la voyelle finale du radical verbal : £Tifi7)07]v. l’aoriste en -tj. £cptX7]0 Y . racine. Attique : èjjuyfyjav. voir § 12. chez Homère. 2. par exemple. l ’aoriste en -7j. Historique. suffixe -y)-.40 C. de *Xo P_y co § 12. des aoristes comme ê6ouXï)07)V (de po^Xojiai où le premier semble dû au désir d’éviter la succession de 2 consonnes). 10° b et Remarque)] : TjXXàyTjv e t 7)XXàx07)v (§ 1 2 .irfy T (Tableau I. 1 °). £(at)v c : je rendis furieux). désinences secondaires actives (voir § 45) . 10° d)] £ 9 dcv7jv et £9 <xv0 t)v. : àXXaTTco [Rac.10° d). : TU7T ) frapper [Rac. La caractéristique -r\.ayant été senti comme passif. De là Vemploi des désinences secondaires actives. E n la faisant précéder d ’un 0. ]V § 48. très claire. avec une valeur intransitive. Quelquefois. et qui s’est étendue à la p lu p art des verbes : è-X\i-07]-v. désinence y.manque de netteté après une voyelle. 10° a)]. o Mais. aXXay ( § 12. — Augment. — (Sur cet )V abrégement de l’y). avec abréviation de Vr^ qui précède en s : sfxiyev [de *è. 1°). — A l’origine. 1 °) Les aoristes en -tj-. § 46. Formation. : tutc (§ 12.avait une valeur active et exprim ait Yétat. . c [xav-ïj-voci : être furieux (Cf. 10 a)] : è6 Xà67 )v ou£êXa 9 0 7 )v (§ 12. 9 0 C (§ 1 2 . pXa7TTco [Rac. De là. Cet aoriste se trouve encore. d V 1. (3Xa6 (§ 12. à côté de nombreux présents : ^ap-^-vai : être joyeux (Cf. Aoriste de l’indicatif TO passif : è-Turc-Tj-v. £8t)Xoo07]v 2. l ’a o r i s t e L ’a o r i s t e d e l ’i n d i c a t i f p a s s i f .et Vaoriste en -Q73-. plur. 11° d).

un 7) s’insère entre la racine et la désinence : èêouX-7]-07]V. : cp0sp (§ 12. Ex. l ’ï) qui. § 53. a été renforcé de diverses manières. : T7)Xco liquéfier : STaxTjv . : a tsX (§ 12. à l ’aoriste. § 51. ou l ’a vu ( § 1 2 . Parfois. soit à la suite d ’un accident phonétique étendu par analogie ( § 52). 7° b). dans les racines contenant une liquide (X. l-fX Y [Au présent. p) le degré zéro.devant ces désinences. D ’où les deux aoristes d ’un verbe comme xXÊvco par exem ple : è-xXÊv-7)V et è-xXt-0Yj-v. E x. l ’aoriste en -vj.qui s’est étendu. c’est un o : . Les aoristes de plusieurs verbes « déponents » ont la forme passive : ôpéyo(xai souhaiter : à p éx 0 v]v. caractérisait le temps ( § 45) et qui. celle-ci se change normalement en sigma devant la dentale initiale du suf­ fixe -07]. caractéristique de l ’aoriste passif (§ 1 2 .9 0 ap-Y)v Par analogie ( § 7) un certain nombre d ’aoristes passifs présentent le voca­ lisme a de la racine. Remarque) une racine dont il ne faisait pas partie à l ’origine. fx. Lorsque la racine d ’un verbe se termine par une occlusive dentale. : *é-7r£L0-07]V (de tüsÊO cü) > ê7rsia07)v. 3° Les aoristes en -a07). Prim itivem ent. tous i deux distincts de la racine]. à des verbes dont la racine ne se term inait ni par un sigma. c’est un o : èàX-co-v.présentait le degré zéro de la raoino (§ 5). Parfois. prim itivement. E x.l ’a o r i s t e de l ’i n d i c a t i f 41 § 49. plus tard. [A est le redoublement ( § 16) et -cjx. E x. Ainsi est né l ’aoriste en -c07]. 10° c)] : è-aTaX-yj-v 9 0 sipco [Rac. : S-fJlV7)-G07j-V (de (X V ]-<7 X6 >). : xXs7m o [Rac. Remarque : On constatera que tous les aoristes passifs. : xXstc (§ 12.un suffixe ( § 18. ni par une autre dentale. offrent les mêmes désinences secondaires actives ( § 45) et un -7). gy]7tg) : putréfier : êaà 7U)v. 6 ° a) provoque l ’apparition d ’un a. § 52. soit pour rendre la conjugaison plus claire (§ 47). Or. v. 10u d)] : è. par analogie. 6 °). A propos des verbes « irréguliers » Souvent. Souvent un «v» (emprunté au présent) élargit (§18. 7 § 50. à quelque catégorie qu’ils appartiennent. 10° a)] : s-xXa 7T 7)-v (TTsXXco [Rac.

p. 26) S 2 Xta-e : Racine. Xo-aov Xù. se maintient à tous les modes.aa. une désinence de 2e pers. § 55. Su-Te (Suco) < Y JT j-0L < Y e 7T J-T (?C T T 7)pu) Les 3 verbes t£ 6 y)[ju. (Tableau. voyelle de liaison. 2. Les aoristes « 2 ». S 2 P 2 On retrouve dans toutes ces formes la caractéristique de l ’aoriste sigma1. désinence. l’aoriste particulier (aoristes en -xoc § 40) ont.) se conjuguent de même. le redoublement. Ct Les aoristes à redoublement (§ 38.Te Seï-^ov SetÇa-Te (T Y T V T j-C O onf). b) La racine est terminée par une voyelle : Les désinences s’ajoutent directem ent à la racine : S 2 P 2 (3y -Te ) (pafoco) yvci-Oi. dbré-Spa-Te (à7ro-8(. pas de désinence.Spàaxco) $u-0i. Voir la note du § 39. yvô-Te (Yiyvtocjko)) à7r6-Spa-0î. de è'oxov* . P 2 X t -e-tc : Racine. StScofxi dont on a déjà vu. Cf. voyelle de liaison. a) La racine est terminée par une consonne : La conjugaison est la même que celle de l ’im pératif présent actif de Xtlco.CHAPITRE III L’AORISTE DE L ’IMPÉRATIF A. On notera seulement que si l ’augment n ’existe qu’à l ’indicatif. § 54. L ’a o r i s t e 1° d e l ’i m p é r a t i f a c t i f . qui leur est propre : S 2 P 2 0é-ça 0é-Te 1 ë-Te 2e Les aoristes sigmatiques. Rem. à l’impératif. à l’indicatif. croc-Te M -ï * $6 -Te § 56. lui.

qui se contractent). du sing. cpTjvai. à l ’absence de g près. 2 ° La racine est terminée par une voyelle: Mêmes désinences que dans Io cas précédent. Rem. 26). se conjuguent comme Xuco (§41. . pw). au contraire. § 58. gcl ) que l ’on ne peut distinguer de la désinonuo Remarque: Les aoristes « sigmatiques sans sigma » (verbes en Xco. cpTjvov. mais qui s’ajoutent directem ent à la racine. Remarque : Les aoristes « sigmatiques sans sigma » (verbes en X . Rem. après la chute du sigma. mai» qui lui est intim em ent liée. du singulier. cpOsïpat. ta n tô t à la 2 e pers. pco) au sigma près. (xo>. On retrouve dans toutes ces formes la caractéristique de l ’aoristo sigmatique. désinense) > Xitcou (le ct disparaît en tro les deux voyelles. c*> vco. vco . 9 0 sÊpa-G0 s . g tsïX o v . 2°). nettem ent distincte de la désinence à la 2 e pers. 2 °) : çp0sïpov . cnrsÊXa-crOs . (jlc*). p. § 57. L ’A o r i s t e de l ’i m p é r a t i f m o y e n 1° Les aoristes « 2 ». se conjuguent comme Xüco ( § 44. voyelle de liaison. S 2 *Xi7 t-£-cto (Rac. voyelle de liaison. P 2 XÊ7r-£-a0s (Racine. des 2 voyelles qu’il séparait : S 2 P 2 t t *8é-cro (de tCOtjjxi) > 0ou *I-c o (de i'rjju) > oS *So-c o (de Stèwju > 0é-CT0£ g-C T0£ 8 6 -< 0 e T 2° Les aoristes sigmatiques. désinence). cnrsiXai. <pv)va-ar0e. à la 2 e pers. B.. du pluriel.l ’a o r i s t e de l ’i m p é r a t i f 4H tique (tantôt <7 simple. X -C O l Ü TC X -C O -C 0E Ü TC T CT T U T ïj-C O CT T T T 7)-C a-C 02 SeïÇai SeCÇa-oOe § 59. Contraction. 1° La racine est terminée par une consonne : L a conjugaison est la même que celle de l’im pératif présent moyen de Xtico (Tableau V II.

44 C. § 60. Pour le former. quel que soit le verbe. vto. (x<o. ou <pàv07)-Tl aTaXrj-01 (sur l ’a § 48) P 2 9àvï)-T£ ou 9av0Y)-T£ ( § 48) aTaXy)-T£ (S u r Tt au lie u de 0i. 4°-b) £ 0 7 )-T l 207)-T£ 8 6 0 7 )-Tl 8 6 0 t)~t £ Verbes en fit S 2 P 2 O T à0 Y ]-T t' C T à 0 7 )-T £ Té07)-TL Té07)-TE Se^07j-T£ . pco P 2 cp0àp7)-T e TiptY)07)-TL 91Xy )07)-TL S7)Xa>07}-Tl Tl{JLT)0Y)-T£ (ptXT)0YJ-T£ 8 t)X<û07)-T£ xXUï]-0l ou xXU07)-t t ( § 48) xX 7)-TE O xX£v0Y)-T£ ÊV U S 2 cpàv7)-0t. 4°-b) ij )P 2 X60Y)-T£ S 2 cpOàpï)-0t (surl’a. § 49) Verbes en Xto. X6co et verbes contractés S 2 X 0Y ti (pour 0i § 12. on ajoute les désinences au radical de l’indicatif aoriste passif diminué de l’augm ent. § 12. l ’a o r i s t e L ’a o r i s t e d e l ’i m p é r a t i f p a s s i f . Les désinences sont des désinences actives (§ 45 et 55).

XlTCG)... iSa) . E àîroSpaTOV àjuoSpàTov 1 yvûxov yvcoTov (cf...L a voyelle longue du sub­ jonctif se contracte en général avec la voyelle finale de la racine (Remarquez l’accentuation § 20. 1.... d ro q b Sp l a7T oSpco. XlTUYJTS.) 2...... § 61. Xfoüfl. redoublement en t.... L ’a o r i s t e du s u b jo n c t if a c t if . Remarque : On ne sera pas surpris que les subjonctifs aoristes des verbes en jju cités ci-dessus ne diffèrent des subjonctifs présents que par Vabsence du .. a) La racine est terminée par une consonne : L a conjugaison est la même que celle du subjonctif présent actif de Xuo> <§23). . X et § 11).. 19 et 24). & ^ . § 26) On a de même. I ne pas confondre > et pour l’explication dit . XÊ7UY)TOV Xt7T7)TOV. dans les verbes en fil (sauf 8s£ >ju) .o-o ô et pour les mêmes raisons. On sait que ce dernier existe seulement au présent et à l’imparfait (§ 16.u ) gubj.. b ) La racine est terminée par une voyelle... 0ô 0yj£. 8 v ? . Rem arque 3°). S 1 2 3 P 1 2 3 D 2 3 [àrcoStSpaoxo] aT oSp C ê) àrcoSpqcÇ [Paivco] (36) Prie PÂ pü.CHAPITRE IV L’AORISTE DU SUBJONCTIF A.jiev pT S JT p OT CCL P^TO V p JT V Y O [&W] $U6) Sun<. § 62. Xl7U6)[i.. ).jL SV Siicojxev SÙ 7)T£ Siicoai S )T V lî)Y O SuT O 2 JT V a7 ToSpaTe a7 i:oSp6)(T. r Remarques l’esprit ) ° a relira le § 26 bi* Sü.SV. j c ). XtTTCOffl.. XÊ7T7)Ç... ST Û) [y^yveoaxo)] yv& > yvt5 yvûjxev yvÔTs yveoat. xvi ( ar&.. Lavec le subj. Se conjugue comme le subjonctif présent de tl..g~ (cf yvS>) le § 20. arijç. Pas de contraction entre l’u et la voyelle qui suit (Cf.... de ti. 1° Les aoristes «2 ».

Racine + caractéristique cr d ’aoriste + terminaisons du subjonctif présent de X ( § 23). § 56. SqÎTai. XtTC-7]. Y r-C SsiÇco. on se souviendra qu’il n’existe pas en grec de subjonctif futur . se conjuguent comme X\Sco. Remarques: 1° Les aoristes « sigmatiques sans sigma » (verbes en -Xco. du subjonctif aoriste de Xuco et la l re pers.Ï ctty){ l et Ssixvu[xi ont un aoriste sigmatique. (ico. sing. 24 et 62). sing. à p a rt l’absence de redoublem ent ( § 16... Rem... Xt7 -7)-Tai. Rem. : cprjvco. (co partout. B.co et 8 ebcvu|Ai). XiS-<7-7jç. vco.46 2° l ’a o r is t e Les aoristes sigmatiques ( Verbes en. § 44. jl ... 0Y)Toct.. et 59. du futur de l ’indicatif du même verbe . Pour les comprendre.. § 64. <7TY)-(7-7)Ç. 3° On trouve chez Homère des subjonctifs aoristes sigmatiques à voyelle brève Py)(io(xsv. pas plus d ’ailleurs qu’en latin ou en français. <7T )-C 0.. bu-C -fX C T § 65. 1° Les aoristes « 2 ».. [ÏYjpu] &fAou. à p art l’absence de sigma : E x. : Ind.. : è'cpyjva (de <podvco) Subj. on se reportera au § 26 bis. opyjvflç. pco) § 41.. Rem. 0yj. Rem. 2 ° On se gardera de confondre la l re pers. D ’où les formes : iSco XtS-ar-co.. [t i 0 y)(ju] 0 c o(Jia&. § 63. § 26 et 62). Remarques : 1° Même conjugaison qu’au subjonctif présent. aor. L ’a o r i s t e du s u b jo n c t if m o y e n .. Aux autres personnes.. aor. 3)Tai. Cf. 2 . 2. b) La racine est terminée par une voyelle : cette voyelle se contracte avec la voyelle longue caractéristique du subjonctif [Remarquez l’accen­ tuation]. [StSco(Ju] S&txai. fj.19. les deux formes sont absolument semblables : Xuctco. 2° Au m oyen. a) La racine est terminée par une consonne : La conjugaison est la même que celle du subjonctif présent moyen de X\ico ( § 23) : X O O l. Sco.

X6 -< -y)-t<xi. En partie sous l ’influence de la m étathèse de quantité.) Cf. XtSflç. § 6 6 . 0&[asv. et aussi à cause de la grande clarté de cette formation. Rem. Sei^-7]. Remarques : 1 ° Les aoristes sigmatiques sans sigma (verbes en -Xco. 1 °). T£-0co (pour 0£-0co § 12. les anciens subjonctifs à voyelle brève se sont alignés sur les subjonctifs à voyelle longue (type X\Sco.ev (forme ionienne) aboutit à Xu06>(xsv en attique. -[xco. 2 °). D ’où : XuO-co. 0y)tov.0 o).l ’a o r is t e d u s u b jo n c t if 47 2° Les aoristes sigmatiques. <pY]V-7)-Tai.. I l se forme de la même façon pour tous les verbes : on ajoute à la racine présentant une voyelle brève. Ssil-cù-fioci. 7 C 7]-(T O U err/j-G rT -C -fJlO .. Se^-Oco (de §six. § 26 bis) et les désinences personnelles actives (§ 45). 4° b) c. *Xu-0Y)-o-fJi£V > Xu0£co(X£V (Métathèse de quantité § 12. <7Ta-0ô.0 co § 1 2 . Le subjonctif aoriste passif comprenait primitivem ent la racine... la caractéristique -0Y). Remarque : 0co (voyez l ’accentuation § 20. XtS-cr-7}. 07]tov. -vco... .. § 26 bis. L ’a o r i s t e du s u b jo n c t if p a s s if . Ôoocrt. 3°) résulte d’une contrac­ tion. 0f)ç. 1 °). § 67. Racine + cr caractéristique de l ’aoriste + terminaisons du subj.de l ’aoriste passif. présent m oyen de Xuco ( § 23) : XiS-a-co-[iai. -pco) suivent la même conjugaison ( § 63. 2° Rem. $o-0 &. § 63. les terminaisons 0co. 11° c) Xu0éco(i. <pY)V-fl. GTY)-(J-7)-Tai. Rem. C. N e pas oublier qu'il n'existe pas en grec de subjonctif futur (Cf. T-Y). <pï]V-CO-fJiai. une voyelle de liaison o/z brève (Cf.. 07)Te. 0fj.

30). Rem . X\i-aoc-i-[xi. yvo-ï-(i. 63.. gtoc-ï-(ji£V (d’ï<JT7j(Ju) . Pa-ï-fxev (de fiocEvco) . § 56.CHAPITRE V L’AORISTE DE L’OPTATIF A . du pluriel qui sont inexpliquées. § 27-28 et Tableau V III. du sing. 2 2° ° Les aoristes sigmatiques (Verbes en co et 8 £lxvi>(ju). §£c£a-t-(Ai. crra-t^-v. So-t-(X£V (de 8 t§co(Jii). £-£y)-v. Rem. a) La racine est terminée par une consonne : La conjugaison est la même que celle du présent de l ’optatif actif du verbe Xuco : § 69.£v (de ytyvcoCTxco) . 2 . 0£-tyj-v.-(xco. § 70. So-cy)-v. e-c-(I£v (de ty)(ju) . Remarques : 1 ° On notera les formes attiques des l re et 2 e pers.. Le suffixe caractéristique de l ’optatif présente une alternance it) /t.. 0£-t-(ji£v (de t£0yj[ju) .. c . à 7ro-§pa-c-(Ji£V (de a 7uoStSpàaxco) yvo-tï)-v. § 6 8 . et de la 3e pers. 3° Les verbes en -[ju ont naturellement perdu à l ’aoriste le redoublement du présent : c’est l ’absence ou la présence du redoublement qui indique à quel tem ps on a à faire. Rem. Rem. 59. 1 °. b) La racine est terminée par une voyelle : La conjugaison est la môme que celle de l ’optatif présent actif des verbes en -[il (sauf §£Êxvu(ju). 1 °). pco présentent un « aoriste sigmatique sans sigma » (§ 41. Ils se forment à l ’aide du suffixe -croc caractéristique de l’aoriste sigmatique. Les aoristes « 2 » (Cf. à 7ro-$pa-ty)-v. inséré entre la racine du verbe et les terminaisons de l ’op tatif présent actif de Xùco. L ’a o r i s t e 1° de l ’o p t a t i f a c t i f . çpY )vai(JC de (cpodvcô). Remarques : 1 ° La racine présente toujours une voyelle brève. Rem. 44. Poc-£y)-v.. Rem. C lS 7 X\Stf£iaÇ---Xu(7£ £ ----X < £iaV 2 ° Les verbes en -Xco.vco. 6 6 . p. 2.

Rem. e-Ê-(ry)v (de fryjfu) . GTa-0 s-ï-(ji£v de 7 ts-Os-£y)-v. § 73. § 71. ][ (de SiScofu). oïto qui appartiennent respectivement aux verbes Tl07jfJLl et 2° Les aoristes sigmatiques. 1. Tableau IV b. L ’a o r i s t e d e l ’o p t a t i f p a s s i f . Xu-0s-i-fX£v de XiSco oToc-0 8 . qui . t£-0£-ï-(jl£V de Ti0t)(JU £-0£-l7)-V. La racine du verbe. de SsÊxvufAî. naturellement. C. -vco. l ’absence de la « voyelle de liaison » o : (de t10y xi) . Les aoristes « 2 ». la caractéristique -croc d ’aoriste sigmatique. § 74. a) La racine se termine par une consonne : La conjugaison est la même que celle du présent de l ’optatif moyeu deXuco : Xitc-o. résulte d’une « loi phonétique » (§ 6) énoncée au § 12. Xu-aa-i-fXYjv.i-(jiyv. GTsX-a-L-(X7jV . 2 °).. L ’A o r i s t e 1° de l ’o p t a t i f m o y e n . 1 1 ° d) \ le suffixe vyj/ï à ’optatif et les désinences personnelles secondaires actives ( § 45) : Xu-0£-tY)-v. Remarque : Les verbes en -Xco. aTTj-aa-t-fxyjv. ) § 72. 2 ° On notera (Cf. -pco présentent un « aoriste sig­ matique sans sigma » ( § 70. 24) les formes : Oolo. la caractéristique i d ’optatif.l ’a o r is t e d e l ’o p t a t i f B.. Remarques : 1° Les formes ne se distinguent que par l ’absence du redou­ blement des formes d ’optatif présent correspondantes. les désinences personnelles secondaires moyennes.0 s-w)-v. p. -(juo. £-0£-ï-[X£V de So-0 £-i7)-v. Tendance renforcée ici par l’abrègement de -0Y) en 0 e au participe aoriste passif. 0 oïto et olo. La conjugaison est la même que celle des verbes de la catégorie précédente à part. 8si£a4-(ry)v.L]-v. 11° d. Même formation pour tous les verbes : à la racine du verbe on ajouto la caractéristique 07) d ’aoriste passif abrégée en 0 s en vertu de la tendance du grec d ’abréger une voyelle longue devant une autre voyelle longue (§ 1 2 . b) La racine se termine par une voyelle. So-0£-l-{jl£v de SlScOfXt 8 £ix.

vtç (d e L'croqfju) > GTYjaâç. § 77. c xvu Remarque : Les verbes en -Xco. gtsiXocvtoç de gtsXXco . Au nom inatif masculin singulier. La caractéristique . êv to ç * § o -v t-ç (d e 8i8co(ju) > 8o\Sç. § 76. G T C T Ç TOÇ O V O . 0ÉV Ç TO *è-vT -ç (d e ÏYjfXt) > s ïç . Sùvtoç *GTa-V-T-Ç ( d ’tCTT7][Xl) > C T C .vt.v t de participe. et 31 et Tableau X . Même déclinaison que celle du participe présent a c tif : Xirc-ci-v. la dési­ nence ç entraîne la chute du groupe v t et l ’allongement compensatoire de la voyelle qui précède ( § 12. § 76). aTroSpàvToç.CHAPITRE VI L ’AORISTE DU PARTICIPE A. page 34).oç ( § 30.croc d ’aoriste sigmatique s’intercale entre la racine et le suffixe .(de yiyvo ùgxcù) > yvou ç. 2° Les aoristes sigmatiques. § 75. la désinence ç fait disparaître le suffixe v t en allongeant la voyelle précédente (Cf. -pco présentent un aoriste « sigmatique sans sigma » : GTsiXaç. 1° Les aoristes « 2 ». pàvToç *yvo-VT. -vco. *0£-VT-Ç (d e Tl07](Jll) > 0£LÇ. 7° a et 5° a) : *(3oc-vt-ç (de poctvco) > p aç. * § u -v t-ç (de Suco) > SÛç. L ’a o r i s t e d u p a r t i c i p e a c t i f . ( d e 8 s C (ju) SsiÇôcç. Au nom inatif masculin singulier.o-§poc-VT-ç. Xuctocvtoç * gty). Xitc.goc. *Xu-arà-VT-ç > XiSaôcç. -[xco. GTyjaavTOç *§£ i £ o . S ovtoç. (de a 7ro§L8 pàaxco) > a 7io 8 pàç. a) La racine est terminée par une consonne. . yvovToç *a 7i. b) La racine est terminée par une voyelle : on ajoute directement à la racine le suffixe v t du participe.o. S s i ^ ocvtoç.vt -<.

de tfTéXXco. Xi7ü-6 .. § 80.l ’a o r is t b du p a r t ic ip e 51 B. -fiivT). a) La racine est terminée par une consonne : L a désinence -{xevoç. 2° Les aoristes sigmatiques. GT£iXà|ji£Vo<. . b) La racine est terminée par une voyelle : L a désinence -[xevoç. La désinence . § 79...jji£Voç. L ’a o r i s t e du p a r t ic ip e m oyen. -v<o. se joint directem ent à la racine : 0é-jxevoç (de ti0y]{jli) I-(jl£voç (de ÏYjfii) §6 .(jlsvoç est jointe à la racine p ar la caractéristiqu# -<ja d ’aoriste sigmatique. -pisvov est jointe à la racine par la « voyello de liaison » o. 1° Les aoristes « 2 ».(jlsvoç (de SiSopit).. (-fico. Ce participe aoriste est formé comme le participe présent m oyen de Xuco. Xu-crà-(Ji£Voç (de XtSco) GT7}-aà-(X£Voç (de ïaT7)(Jii) SsiÇdc-fJievoç (de Sdxvufxi) Remarque : Les verbes en -Xco. -p<o présentent un «aoriste sig­ matique sans sigma ». § 78.

le s u ffix e p a r t ic ip ia l v x e t le s d é s in e n c e s c a s u e lle s .ç ( d e Ïy)(ju) > s .ç ( d e St8co(xi) > 8 o . Ainsi *Xu-<ra-vT-ya > Xuaavcraa > Xuaavora.p a r t ic ip e s N ote su r les f é m in in s des a o r is t e s a c t if s et p a s s if s .ç p u is SoO siç )S s l x .v t ( § 1 2 .0 s . vaa puis <ra avec allongement de la voyelle précédente.v t . le g r o u p e v t d is p a r a ît lu i. a u n o m i n a t i f m a s c u lin s in g u lie r . 10° d) puis TsOsvaaoc. Xugolgou *Ts-0Y)-vT-ya > Ts-Os-VT-yoc (§ 12. -0 tj s ’a b r è g e e n 6 e d e v a n t . . § 81.ç ( d e S sixvu fxi > Ssi^-O e-V T-ç p u is SeiyQzLç.0 y v t . Pour une explication plus complète du participe féminin (et aussi du p arti­ cipe neutre) et pour les références aux lois phonétiques qui perm ettent de les comprendre.52 C.v t . on se reportera aux § 30 et 31 et au tableau X I page 34.ç p u is s 0 s iç * 8 o .0 y ) . l ’a o r is t e L ’a o r i s t e d u p a r t i c i p e p a s s i f .^ . 7 ° a e t 5 ° a ) *Xu-07j-VT-ç(ds Xuco) > Xu-0s-VT-çpuisXu0s[ç *<7TOC-07]-VT-Ç ( d ’ï(JTYj(Ju) > aTOC-0S-VT-Ç p u is (JTOcOsLÇ *TS-07)-VT-Ç ( d e TL07)(JLs) > TS-0S-VT-Ç p u is TS0SIÇ * s .m ê m e e n s u it e d e v a n t la d é s in e n c e ç e t a llo n g e l ’e d u g r o u p e 0 s q u i p r é c è d e e n s i ( § 12. TsOstaa.0 s . 1 1 ° d ) .v t . TsOsvaa. M ê m e f o r m a t io n p o u r t o u s le s v e r b e s : à la r a c in e d u v e r b e o n a j o u t e la c a r a c té r is tiq u e -07) d ’a o r is te p a s s if . § 82.v t . Ces féminins se forment à l’aide du suffixe ya qui s’ajoute au suffixe participial vt vT-ya > vaaa.

Désinence -£vai et contraction des voyelles en contact (§ 1 2 . a) La racine est terminée par une consonne : L ’infinitif est semblable alors à l’infinitif présent actif de X (Cf. § 84. eivai (de *£-evoci : remarquez l ’esprit rude pour éviter la confusion avec le présent de . § 83. § 8 6 . -(Jico.CHAPITRE VII L ’AORISTE DE L ’INFINITIF A . § 29 et \Sco Tableau X . yvco-vai (de ytyvco-axco) . . Désinence -aai dans laquelle on reconnaît la caractéristique -<*xd ’aoriste sigmatique.). aTyj-(7ai. 32). <pyj-vat (de 9 <x£vco). X -cjou. -vco. 1 1 ° a) : Geivou (de *0 £-£vai) . 2° Les aoristes sigmatiques.aTY)-vou (de cjtt){jli). c) La racine est terminée par une voyelle brève: (3 verbes dont l’indi­ catif aoriste actif est term iné en -xa) ( § 40). a7ro-8pa-vai (de aTO-Si-Spà-axco) . §o-vou(de§uco) . *Xl7T-£-£V > Xt7T£ÏV. Souvai (de *8 o-svai). p. b) La racine est terminée par une voyelle longue : La désinence -vat s’ajoute directem ent à la racine pyj-vat (de patvco) . 1°). u Remarque : Les verbes en -Xco. -pco présentent un «aoriste sig­ m atique sans sigma » ( § 70. 2° etc. < § 85. Les verbes contractes allongent la voyelle finale de la racine : Tijirjcrai (§41. L ’a o r i s t e d e l ’i n f i n i t i f a c t i f . Rem. 1° Les aoristes « 2 ». Rem.

0 yj-voct (deX£tTcco) (cf. § 1 2 . -(jlco. 1 < ).g0o i (det/](ju) . b) La racine est terminée par une voyelle : La désinence -gOoci s ’ajoute directement à la racine : 0£-g0 o i (de tl07][xi) . 1° Les aoristes « 2 ». Xu. L ’a o r i s t e d e l ’i n f i n i t i f m o y e n . (deàyy£XXco) X£t9 . § 8 8 .0 Y}-vou (de Ïy)[ju) So-Ovj-vocô (de Sl co(jli) S àYyEX-0Y)-vat. 1 °) Xu-09]-vott (d e Xtico) Ti(JL7)-07)-vai (de Ti(iàco-co) . § 87. -pco présentent un « aoriste sigm a­ tique sans sigma » ( § 7 0 . o- Remarque : Les verbes en -Xco. L ’a o r i s t e de l ’i n f i n i t i f p a s s i f . Xl7T-£-G0OCt. Rem. a) La racine est terminée par une consonne : L ’infinitif e 3 t alors semblable à l ’infinitif présent moyen ds Xuco (§ 29 et Tableau X . p. 2 ° etc. Même formation pour tous les verbes : racine + suffixe d’aoriste pas­ sif -07] -f.). s’ajoute à la caractéristique -gx Jd’aoriste sig­ m atique : GT^-Goc-G0ai.54 l ’a o r is t b B. Les verbes contractes allongent la voyelle finale de la racine : gtoc-Ot . § 89.v c (de Ïgtt](j l j oi l) Te-0Y)-vai (de tl0y][xl) è. Lee verbes contractes allongent la voyelle finale de la racine : Tt{x^-Goc-G0at (§ 4 1 . Rem. 32).désinence active -voci (§ 45). : <py)voc-G0ou de cpoctvco. So-gO c (de SiSco[ju) c c oi 2° Les aoristes sigmatiques. > C. S£i^aG0at. -vco. £.g c g0 ou. E x. La désinence -g0ou.

§ 90.TROISIÈM E P A R T IE LE PARFAIT CH A PITR E I LE PARFAIT DE L ’INDICATIF A. 1 2 X oL7T-<X é-X Xé-Xoi7 c-a< 1 2 Plur. degré « zéro « au pluriel et au duel). § 91. oTS-a *oi8-0a > olo0a oI8-£~~ Plur. Alternance vocalique ( § 5) de la racine (degré « o » au singulier. Le plus souvent. XE-Xot7T-a(Jl£V X£-XoÊtc-oct£ Duel X -XoC octov e tc 3 Xé-Xoi7r-£ 3 X o& C £-X T -a<n .7° b) et aussi aux l re et 3e personnes du pluriel. La racine se présente donc sous les formes 0 1 8 et iS . certains verbes présentent un vocalisme différent (Tuécpsuya de 9 suyco). mais le S s’est changé en cr devant une autre dentale ( § 12. le vocalisme « o » de la racine a été généralisé . caractérisaient le parfait. D ’où la conjugaison : Sing. Parfaits de XaïucD : Sing. Le redoublement (§ 16) en s carac­ térise bien le temps. Un parfait très ancien : oï 8 a. p artout ailleurs.£V > ï(T t (Jl£V (homérique) 1 Duel et 2 *i8 -tov > Ïcttov 2*l$-T£ > Ï< £ JT foa-ai Remarque : On a souligné les désinences qui. L e 1° p a r f a it d e l ’i n d i c a t i f a c t i f . Seules la l re et la 3e personnes du singulier rappellent ta parfait p rim itif . Simplification du type précédent. Pas de redoublement. toutefois. les désinences primaires actives (Tableau I. ’ô-[Jt. par analogie ( § 7 ) avec les formes où cette transform ation s’accomplit en vertu de la loi phoné­ tique précédente. 2° Les parfaits en a (sans x). à l’origine. page 2 1 ) s’ajoutent à la l re personne du singulier jouant le rôle de radical.

. Remarque : La voyelle finale de la racine s’allonge au parfait des verbes contractes : TeTLfxyjxa. sans risque d ’erreur. Cette richesse n ’est pas une gêne pour qui connaît bien les différents types de form ation2— en nombre d ’ailleurs très limité — et peut ainsi prévoir. limité au singulier de l ’indicatif. : ëOpetpa (Pour le 0. cette aspirée disparaît au futur en -aco et à l ’aoriste en -<ra (une consonne « double » § 9. Homère présente les formes : pé-êvj-xa (de (3a[vco Cf. § 39. De là les « parfaits aspirés » dans des verbes dont la racine se term ine par une consonne non aspirée. plusieurs séries de formes (Cf.56 LE PARFAIT 3° Les parfaits aspirés. L a p l u r a l i t é d e s f o r m e s . § 12. On sait qu’une dentale disparaît devant o ( § 12. £(jl Ts-xpocp-a de Tpé7cco. H i s t o r i q u e . ils sont évidemment nés du désir de caractériser nettem ent le parfait des verbes dont la racine se term ine par une voyelle : Ex. slxa (analogique du passif eï(Jiai) § 20'b et 97). Té-0Y)-xa. 1. 7° a). Ex. § 92. § 48 et 50). 4° a). pour un même tem ps. § 94. Cette connaissance permet aussi de se retrouver facilement dans l’apparente fan­ taisie des verbes irréguliers (voir Appendice). 4 °). Puis le x s’est étendu à to u t l ’indicatif et aux autres modes. : Xé-Xu-xa (de Xtico) [Se conjugue comme XéXotTOx] S-aT7]-xa. 2. aor. 4° Les parfaits en xa § 93. c a r a c t é r i s t i q u e s d u g r e c . les formes qu’il est susceptible de rencontrer. : Tpécpco fut : 0pé^co. L ’aspirée réapparaissant au parfait (-ré-xpocp-a) a été prise comme caractéristique de ce temps. — On a déjà eu l ’occasion de constater qu’un verbe grec peut présenter. à l’origine. Remarques : 1 ° Le parfait aspiré est de règle en attique dans les verbes dont le radical est term iné par une labiale ou une gutturale. : 7ré-7ro[jup-a de 7T 7üco. Plus récents que lés précédents. 5°) transcrit alors la combinaison labiale ou gutturale aspirée + a ) 1 Ex. — Le parfait en -xa a été évidemment créé sur le modèle des aoristes en -xa ( § 40) : aussi était-il. § 95. Lorsque la racine d ’un verbe se term ine par une aspirée ( § 9 . 2° Les parfaits aspirés se conjuguent comme XéXoi7ra. note 1 ) (3é-6a-(jLsv.

b) ou bien on substitue au redoublem ent un £ : ë-cp0 op-a. èairaai. 3° Si la racine commence par une voyelle a. devant cette voyelle initiale allongée. signifie : je me tiens. l ’un en -a. B. e. quand la racine commence par une voyelle ou un p» l ’augm ent remplace le redoublement. l ’autre ou -xa. 7T 7roi0 a : [je me suis persuadé]. 1 ° La voyelle du redoublem ent. — Redoublem ent en £. je suis persuadé £ 7T 7ü£(. est normalement £ (elle est i au présent. de ftqfju (Racine £) pour o *£-£-[xai (tab. § 96. 7°). cf. (§ 1 2 .at. au parfait. . ndOco : je persuade. 3°). Lorsque la racine se term ine par une labiale. une palatale ou uno dentale. L e p a r f a i t d e l ’i n d i c a t i f m o y e n . C’est le « redoublement attique » .xa : j ’ai persuadé. II. § 98. Aucune difficulté. 1 °) *T£Tpi6 -crai > T£Tpt^ai *T£Tpiê-rai > T£Tpi7urat (§12. 2 ° Si la racine commence par un groupe de consonnes : a) ou bien on redouble la première consonne : yé-ypacp-a. on répète les deux premières lettres de la racine. vEx<a j© tiens. lorsqu’il n’est pas accompagné d’un accusatif.LE PARFAIT DE L’iNDICATIF 57 Un même verbe grec peut posséder deux parfaits. 22. 1 2 V erbes a l a b ia l e — Ex. N ote sur le redoublem ent. Le premier est alors intransitif.p a s s i f . § 16). £ Remarque : De l’ancien p arfait d ’ïcrnqfjii (Racine axa) survivent en attiquo les formes du parfait êcrra(Ji£V. : 8 p-cop-a (de 8 p-vu-[ju § 18. o : parfois. 4° Normalement. désinences person­ nelles primaires moyennes-passives (Tableau I. p. le second transitif. p. 1°) 1. 3 *TETpi6 -fxat > T£Tpi(JL(i. § 97. ê<7TaTE. racine. On remarquera qu’un verbe grec employé intransitivement correspond souvent à un pronominal français. Rem . Ex. 2 1 ) : Sé-So-fxai (de § ê& ù[ju) Xé-Xu-(xat (de XtSco) £Ï(xai. le heurt entre la consonne finale de la racine et la consonne initiale de la désinence aboutit aux résultats suivants : À § 99. : TptS-co Sing.

8° a) > 7T£7rpax0£ (§ E 3 *7C 7rpaY(xévoi e I g i (forme périphrastique) £ "^U6^ 2 ® ) | ^7upa x0°v (cf. 1°) 2 *T£Tplë-CT0S > T£Tpt60£ (§ 12. TzénpGnyQe) a dentale § 101. 7° b ) (§ 12. c.0-C70CI. du sg. S ing.) E C 2 *TC£-7ü£L0-<70£ > *7T£7û£{. 8 ° a) > T£TpiCp0£ (§ 12. A p r o p o s d e s v e r b e s « i r r é g u l i e r s ». [ . 8 ° a) > 7T 7C E £t.paY-piai *7i£-7upaY-crai > TOTUpa^ai * T C £ -7 T p a Y -T a i > 7T£7UpOCXTXl ( § 3 12 1°) 12.^ v e r b e s Sing.58 LE PARFAIT Plur. 7U £7C O V £Tü£LC 0£) 2 Co n s e il im p o r t a n t On fera bien de revoir attentivem ent les § 1 1 . 1 2 V erbes a palatale — Ex. 7® b ) 3 7T£7T cr|jL 0 L slai (forme périphrastique) £L £V Duel 1 7C £L 0O (cf. 12 10° a. 1 *T£Tpt6-(XE0OC > T£Tp£(JLfA£0OC (§ 12. ©t 2 3 *7U£-7T£10-Tai > 7C£7r£l<7T0CL puis m n t l G O L l (§ 12. — Souvent. inclus.<70£ (§ 12. 1°) £icri [forme périphrastique — Cf. 7° b) Plur. 1°) 3 *T£Tpt. : 7rpdcTTco (cf.(X{ji£Vot (pour *TETpt6 [X£voi § 12. b. c’est un o : o[x-(o{x-o-xa (de Ôavo(ju). 10° b et remarque) *7i£-7i. d et 13 à 19 § 1 0 2 . c’est un co : èàX-co-xoc (de àXtaxo^ai). 1 Plur. du pluriel) *TC£-TU£t. > 7T£7T£IG'<7ÛCI et 3 e p. ] Parfois. Parfois.00£ (§ 12. 1 *7C -7C£l0 -fJl£0 O > 7T£7T£ia[i. § 1 2 .£0 a (cf. un Y s’insère entre la racine et la désinence : ^ a 0 -Y]-[xat (de aia 0 àvo[xai). l re pers. au parfait. TéTpl<p0s) 2 § 100. en latin am ati sunt] Duel 1 T£Tpl(p0OV (cf. 1 *7r£-7rpàY-(A£0 a ^ 2 *7T£-7rpaY-o0 £ > *7U 7nuaY0 £ (§ 1 2 . 1 — E x : rafcOco 2e *7T£-7U 0 -[JLai > 7T 7T£L(T[xat (analogique des £i £ de la I e p.

7T£7rpax0s TOTCSiaO. désinences . sing. à dentale s’expliquent faci­ lem ent si on se reporte aux § 98 à 101. TSTpl^O. TSTpLCp0S •Trercpa^o. etc.p a s s i f . L ’impératif parfait actif de olSa § 103. Remarque : A l ’ancien parfait de £otty)(ju se rattachent les formes S-axoc-Bt ^ t S-ottoc-ts (Cf. Xé-Xu-(70s . (2 e pers. Les formes des verbes à labiale.) et . sïaOe. B. sing. 7US7CSK70S. plur. .7o b). Le 1° p a r f a it d e l ’i m p é r a t i f a c t i f . Xs-Xu-go.) -o0s (2 e pers. Forme périphrastique (participe parfait + im pératif de et pu) XsXuxox. Remarque). plur.) > Ï_q0 l (§ 12. Racine. Le p a r f a it d e l ’i m p é r a t i f m o y e n . Ï g0 i : aie fini de délier.cto (2 e pers. slao (de iyjjju) pour *s-s-cro.CH A PITRE I I LE PARFAIT DE L ’IM PÉRA TIF A. Redoublement. Racine au degré zéro + désinence -0e. § 95. *iS^rs > Kore.).t s (2e perg. à palatale. 2° L'impératif parfait actif des autres verbes. § 104.

Formé sur le radical de l ’indicatif parfait. x£xXco(xai que je m ’appelle (de xaXco)*. L e p a r f a it du s u b j o n c t if m o y e n -p a s s i f . il se conjugue sur le subjonctif présent de Xuo> : ê< T7]X6 > (de tcriQfxi) T£0Y)X6) (de 7 SsScoxco (de SlScojjll) XeXiSxco (d a X\ico. am atus Remarque : Exceptions : les subjonctifs parfaits moyens-passifs X£XTco|Jiat que je possède (de xt&(aou : j ’acquiers). B... XeX [aÉ u voç fjç. .CHAPITRE III LE PA R FA IT D U SUBJONCTIF A.) se rattache la l re personne du pluriel de subjonctif èarcofjlev. Rem. (Cf. § 105. Rem. § 106. fji£{xv(ofxai que je me souvienne (de fjufxvyjaxo) faire souvenir).. 2 ° A l’ancien p arfait *£CFTaa de ïarrçfxi > (§95. Formes périphrastiques : XeX [A oç u £V sim). 7r£7rpàyco (de repocTTco : indicatif parfait 7T 7Tpaya) etc. £ Remarques : 1 ) Le subjonctif de oISa présente le vocalisme £ de la racine : eISco.. § 103.. L e p a r f a it d u s u b jo n c t if a c t if .

B..fxvfjaxco). Dans ces formes le iota souscrit représente le iota caractéristique de l ’o p tatif (Cf.. 3e p. U optatif parfait de oïSa. Se conjugue comme l’o p tatif présent de Xuco : êomqxocpu. Remarque : L ’op tatif parfait de Ïï)fu est inusité. § 106. Remarque) se rattache l’optatif è-oxa-v.) à p artir du radical de l’indicatif parfait. remarque). .. 2e p. voyelle de liaison s.. § 109. D ’où la conjugaison : Sing : l re p. 2° L'optatif parfait des autres verbes § 108.CHAPITRE IV LE PARFAIT DE L’OPTATIF A. § 106). note 1. XeXufiivoç s Ï yjv etc. é-OTa-Cyj-ç etc. page 30). ei8-e-Ê7)-v etô-s-£v)< elS-e-Cï) Plur. XeXixoi(Ai etc.s{xv^(JL7)v (de (ju. : siS-e-ï-jxev Duel : elS-e-t-xe etS-s-t-ev | etô-s-C-ty)v Remarque : A l’ancien parfait de Ïgt7)ii (§ 95. Remarque: Exceptions: les optatifs parfaits m oyens xsxTfl(iY)v (de xtco|xat) xsxXy)[jiy)v (dexocXco) et [i. Degré e de la racine. Tableau V III a. Se forme à l’aide d ’une périphrase (Cf. § 107. Le 1° p a r f a it de l ’o p t a t i f a c t if . L e p a r f a it de l ’o p t a t i f m o y e n -p a s s i f . suffixe iyj/i d ’optatif (§ 28) et désinences secondaires actives. la désinence de 3 e personne du plu­ riel étan t sv (Cf.

s’ajoute au radical du parfait de l’in d icatif moyen-passif : Ss-So-aOai (de §i8 co(ju) eloOou pour s-e-aOat (de fyfn). t£-ti(jiy)-g0ou (de ti{xc5). Tp(êco : 8 sêxvu{ ji 9 12’ 10«pouvoo : 7us<pàv0ou crcipco : èa7ràp0at 8o 12* !Srl el xvi § ue te o r . p a r f a it de § 1 1 0 . la désinence -G0ai se réduit à 0ou (§ a). remarque) se rattache l’infinitif è-GTdc-vai. Le p a s s if de l ’i n f i n i t i f m o y e n . Remarque : Derrière consonne. L ’infinitif de oISa présente le vocalisme s de la racine : eîS-é-vai. B. (de K)(u ). Xe-Xux-é-vai. 2 .CHAPITRE V LE PARFAIT DE L’INFINITIF A. t Remarques : 1 .p a s s i f . L a désinence -crOat. Le l ’i n f i n i t i f a c t i f . dépourvu de voyelle de liaison entre le radical et la désinence. Xs-Xi5<j0ai (de Xico). sîx-é-vai. § 1 1 1 . La désinence d ’infinitif -vou est reliée au radical du parfait par la royelle de liaison e ê-GTYjx-é-vai. A l ’ancien parfait de ( § 95.

8 sS0 {iiv0 Ç £T Y £V Ç OY £ O . § 1 1 2 . X X e uxuloc. -oç (génitif -otoç. B. 1 °) de 7i£t0co est 7ü£7rsicrfJiivoç (§ 12‘ 7° b) de (patvco est TC9 <xcrfJisvoç (§ 12. T l(JL )(JL O . d e T p i6 c o e s tT £ T p i[ x p tiv o ç (§ 1 2 . remarque) se rattache le participe ecrroiç dont le féminin est ècjTcoaa et le neutre èciToç ou serra) ç. 7° b). -utaç. XeXoxoç. § 113. 7r£7T L ][JL V Ç SeSouXcOfJlSVOÇ.CHAPITRE VI LE PARFAIT D U PARTICIPE A. . SlfJlivOÇ. L e p a r f a it d u p a r t ic ip e a c t if . . -uia. .. -otoç) s’ajoute au radical de l ’indicatif parfait XeX uxoùç. Remarque : A l ’ancien parfait de tffTyjfXi (§ 95. -y). 1 °) de S£ix-vi>-[ju est SeSeiyfiivoç ( § 1 2 . Le suffixe -[Jiiv o ç. p. Remarque : Accidents phonétiques : Le p. X X s uxotoç . Le suffixe -coç. XsXuxoiaç .ov s’ajoute au radical de l’indicatif parfait XsXu|iivOÇ. L e p a r f a it du p a r t ic ip e m o y e n -p a s s i f . X X s üxotoç. p.

■ .' t * \V V'Â X.1.-C : . • . VV / .

gco § 115.. e) Le plus souvent. 8 o b). Le futur n o r m a l e n .). Rem. Aucune surprise : le futur de Tptêco est Tpiÿa) (^ = 6 + ç) et celui de $eixvt>(ju. Verbe xocXé-o. a) Son origine. chez Homère et. èXco (attique: se conjugue comme nfxco). Do tels futurs se conjuguent comme le présent 7roico de toisco. xaXca j ’appelle : F u tu r xaX-é-<7 C > xaXéco (Homère) xaXcâ (attique). 7riofxat § 26 bis) B. o Verbe èXa-ii-vo) : je chasse (pour èX-a-pv-co (§ 12. b) Verbes à racine terminée par une nasale ou une vibrante. ayyeXo) (attique). F u tu r *àyyeX-£G-o) > àyysXéco (ionien). Tableau. Certains futurs sont d ’anciens présents de l’indicatif (elfxi : aller) ou d ’anciens présents du subjonctif (ISofxat. C’est un ancien désidératif (§ 2 . -cr. 3°). F u tu r êXà-G-co > èXàco (Homère). p) [Cf.Q U A TR IÈ M E P A R T IE LE FUTUR A. P résent fxevco futur *(xev-ea-<o > (xsvéco (ionien) fxevû (att. Or le suffixe désidératif présentait deux formes : -sa. F uturs e x c e p t io n n e l s ( s u r v i v a n c e s ). 9° a).derrière « nasales » ([x. Vanalogie ( § 7) a rétabli le sigma : Ex. SsiÇco (£ = x + O* d) Verbes à racine terminée par une voyelle. dans les verbes dont la racine de structure particulière apparaît terminée par une voyelle brève jouant le rôle de suffixe ou d’élargissement ( § 3). p. Présent àyyéXXo (pour àyyeX-yco § 12. c) Verbes à racine terminée par une autre consonne. La voyelle finale de la racine s’allonge dans les rerb©« contractés : TroiYjao). 19]. C’est en effet ce qui arrive. & . v) ou « vibrantes » (X. 10° C). : Xu-g-63 .dans les autres cas. Le g du suffixe devrait norm alement disparaître entre deux voyelles ( § 1 2 . Rem arque 2 °). en attique. § 114. Remarque : On notera soigneusement l ’accentuation (§ 2 0 .

b). en -ccû si elle se term ine par une dentale (cette dentale disparaissant devant le g § 1 2 . mais que de fré­ quentes confusions se sont produites entre ces deux combinaisons. . illogique puisqu’il n ’y a pas contraction (§ 20. ^ 7)<p£Ç fut : ^yjcptaco et vJ/qqHco. SixàÇco fut : Stxàcrco. est évidemment analogique (§ 7) de (Jtsvcô (voir supra. palatale ou dentale sourde + y > . IXtciS-oç) est èXmaco. Or le suffixe y n ’apparaissant qu’au présent et à l ’im parfait. On a vu ( § 1 2 . co L ’accentuation de cette dernière forme. Pour àp 7ràÇco. Remarques : 1 . Le futur des verbes en est tan tô t en -tcjco. Le verbe àpmicÇco offre les aoristes YjpTtaÇa et -^p^acra. Les mîmes remarques auraient pu être présentées à propos deVaoriste sigma­ tique ( § 41).t t en attique). § 115. R em arque 3 ° ). ap 7rocy cf. ce dernier usuel en attique. 7rpay-(xoc et 7upay-oç ) présente le fu tu r 7rpàÇco. 7° a) Tcpàrrco (Racine 7upocy.g g ( . àpTcayy)) deux futurs sont attestés : àp 7ràÇo (normalement attendu) et àpTràaoo (courant en attique). 2 . cf. par exemple. ta n tô t (surtout en attique) en -tco. (rac. comme au présent.LE FUTUR N o te su r l e s v e r b e s a pa la tale ou dentale § 116. Le futur de èXmÇco (verbe formé à l’aide du suffixe y sur le radical du nom èX7r£ç. il en résulte que le futur devrait être en lorsque la racine se term ine par une palatale. des flottem ents se sont produits. Mais. 1 0 ° b et Remarque) qu’en principe : palatale ou dentale sonore + « yod » (§ 1 1 ) > Ç. Le futur des verbes en -dcÇco est d ’ordinaire en -à<ra>.

5°) fut: Xy) ^ 0 ^ 1 . 9jX0s XuaéfJievoç 0uyocxpoc (Homère) : il vint avec le désir de délivrer sa filin 2 ° Le vocalisme s de la racine. Celles-ci exprimant.pàvco(Racine Xaê § 16 et 18. Ces deux derniers caractères se retrouvent fréquemment réunis : Xa[i. A propos des verbes « irréguliers ». à l’origine. c e r t a in Ca r a c t è r e s nom bre de c o m m u n s a l ’a n c i e n futurs. Parfois. Parfois. en -07jv. au futur. § 119. un 73 s’insère entre la racine et la désinence : cda0-Y)-GO-(JLai. c’est un 0 : *o(JU)-oro^at > o(Jioo{Aai. N o t a . et -or0Y)<ro{Jiai )Q to bâtis sur les aoristes en -Y]v. 47 et 52) n ’appellent. . -07)< [xou. Y intérêt parti­ culier que le sujet prend à l faction9 leur emploi est normal dans une formo « désidérative ». ô(Jtou(xai. et en -g0t)v (§45. Tuy^àvco (rarino ti>x) fut : T£\iÇo(Jiai etc. 3° Les désinences moyennes. § 118. c’est un co : àvàX-co-crco. — Les futurs passifs en -Y ro(Jtoct. Souvent. » et a un 1 ° Le sens (surtout au participe ).LE FUTUR 07 « d é s id é r a t if § 117. aucune remarque particulière.

> ■ 1 I * y .' ■. ■. .'. '■ / '.:/i:V:f‘.i ' v ..V Ç . ..::..•-. m ^ iW k . t' V • V '.> V •%•• A ..:-rtVy : 5 V / .V . . .

40 et 103) àvaX TC -co-C » (§ H») auy (cf.7 ) -o a (§ 53) TjtfÇ-Tj-xa (§ 103) a ô ^ -^ -o c û (§11») .) fa-a (§ 92.aigu j’écoute oôç : l ’oreille (cf. 30 12.30) paX s-àX-co-v (de Yj-pàX-cov. (§ 18. note 1. a u g -ë o ) ^ u ^ . jxp d ’o ù {X C QP je me trompe a prothétique J élargissement > § 3. 3° et 91) à x o ^ a o jjta t (§ 117. axop àxo6o> de ax. ll°-c) s-àX-co-xa (de pepaXcoxa) àX-A-ao^ai (§ 103 et (§ 119 et 117. (§ 93. 0) alaO-•/) aojAai (§ H9) aia0 7 ) 0 0 -0 -fJL7]V (§ 103) axouç. la t . P ) eIXov flpTjxoc (de eaeXov.A PPEN D IC E : PRINCIPAUX VERBES IR R ÉG U LIER S RACINE PR ÉSENT AORISTE P A R FA IT Furuit ftÇtt aY Plusieurs racines ayco je conduis alpé-ô je prends ala0-àv-o-(jia[. Rem. « dresser (de axoua-y-co) l’oreille ») àX-tax-0-jj. 6°) à-[xap-T-àv-C i> ■î^xouaa àx-Tjxo-a (de axvjxofa) (§ 96. note 1. sâXcov) (§ 53 et 12. 9o b) R. àXiaTOj/m) (§ 18. c ) •fyjiapT -o-v (§ 38) 7)jxàpT-y)-xa (§ 103) à ^ a p T ^ o o jz a t (§ 119 et 117. 3° àv-ocX tcx co faX (àvà et àXiaxco) (cf. jjlsp. 4o) $cO*7)[JUXt a lp fja * * (§ 115. 6o) je dépense aoÇàvo j’augmente (auy-a-av-co : ar e s t un élargis­ sement) (§3. (§ 38) 96. c) àv-^)X-co-oa (§ 53) àv-Y)X-cD-xa (§96. Rem.ai je su^s pris (§ 18. Rem. 50) je sens ^y-ay-o-v (§ 38. et e-eX-ov).

3°) 8*/)Ço[xat (§117. 10° c) (§ 3. 4o) j’arrive aTT-coXe-cia aTT-oX-coXs-xa (§ 96. b) {J O LX (xX > t^px.70 RACINE PRÉSENT VERBES IRRÉGULIERS AORISTE PARFAIT FUTUR O7 X uJ l Cr-6 -X ^ L (de aTC-oX-vu-pii) oX oXs je détruis (cf. (xpXcoaxco) je marche Po6XopiaL je veux yi-yv-o-jxat je deviens (§ 16) yt-yva>-ax-co je connais (§ 16 et 18. c) pàXXw je jette (de paX-yco) (§ 12.g x ( o ( d e 8 i . 4o) jxoX-oufAai (§115bet 117. 3°) dtaroX cü (§ 115. yov. 30) p* Paivco 3t arec élargis­ (de pav-y-co) sement Pav (§ 12. di-dc-sco) . 3o) P xX < ë-êaX-ov (§38) pé-êX-7)-xa (§ 103) paXû (§115. l° e t 18. 10 c) pXcoaxco (de jxX-co-axco. disco pour s’étend irrégulièrement à tous les temps). 6°) 8 6 cx-v-co (§ 18.3°) PouX-Y)-aopLat (§ 119) yev-7j-ao^at (§ H9) yev. yv yvo) l-yvco-v (§39) ë -8 a x -o v yvco-aopuxt (§117. 3°) Sotx (§38) è S lS a ^ a 1 S e S iS o c x o c 8 i8 â fa 8otx (Le redoublement du présent j ’enseigne (cf. 3o) 8 l -8<x .8 ax-arxco) s -6y v ]- (§ 39) pé-07)-xa PY)-aro[xat (§ H7. 7°) àqj-tx-vé-o-piat -vou^at (§ 18. b) IX àqp-ixo-^Yjv (§ 42) àç-ïy-jxaL (§ 12. abolëre) (§ 12. px PouX ^-[XoX-ov (§18) è-6ouX-y) 07]v (§53 et 51) ê-yev-6-jjLY)v (§42) [xe-^6Xo-xa (§ 103) pe-6o\jX-7)-(jiai (§ 103) ye-yév-y)-(xat (§ 103) ou yé-yov-a (§ 5 et 91) è'-yva)-xa (§ 96. 1°) à<p-ÊÇo[iai (§117. lat.

60) tr o u v e Y)5p-0-V (§ TjÛp-T). 8 6 fa Suva. 117 èXr)Xôu0a) 2° et 3°) (§ Plusieurs racines eqO cû C Rac.) (§ 1 2 7ob) SÙp-iGX-Cù ë-cpocy-o-v (§ 38) è8 -7 )8 -o -x o c (§ 96. èX qcc^. 4o b) j’ai ) Attention l-CTX-O-V (§ ë . 3 ° ) ^ pX O ^at je vais ^X0ov 38) (Homère : (§ 7]XU0ÔV) £ Îk . 7oa. 3°) S7U0pLat. Suvrj è-8uVY)-0Y]V 8 u v ^ -o o fx a i Su s-8u-v (§39) Sé-8u-xa Su-ao^ou (§117. 3°) é-a7T-6-[JLY)V (§ 12.sX0 (§ 4 2 ) mie u x : èp .l J èX-ifjXuO-a ou èX£Ùao(xat 96. cf.«L'l ' gU PARFAIT FU T U R R ACINE PR ÉSEN T AORISTE 8ox S0X -£-ùi-C 0 (§ 18.VERBES IRRÉGULIERS 71 1•1 ■ ■'.y j.eXu6. ë-8oÇoc $é-8oy-[Aou (Forme moyenne) S£-8uv7)-{xat.. èXaù-v-co (§ 12. lat.a o ^ a i ( § 119 et 117. 3°) (pour £X£U0ao(xai (Homère : § 12. îs e q u o r ) ï)Xoc-aa èX-ir)Xa-xa (§ 96. edere — Refait sur l ’impératif ea0t (Hom. 90 1 8 et 18..x a (§ 5 et 38) 96.X C O (§ 38) 103) aeX (le x 6mpêche l’esprit rude § 12.lat. d) eXap eXau eXa <£ T J7 (cf. : e8. (§ 115. 4o e t 103) U l ’e a p r it OU CY-'A-CTO (§ 119) . 3° et 103) gSopiat (ancien s u b j .7)V -W T-) 7 pù)T7JXa } j’inteiroge Plusieurs racines epx ©t eXeuO. sXouO. § H 4) eu p (§ je 18. 20 Sùva-jxai je peux Sü-o-^ai je m’enfonce.G x . 30) èXco. 40 a) je suis (d9 C £-a71J-0-(Jl7)V ) (§ 5 et 42) èpCùTYJCTCO SP èp-ü)T-àci>*a> Y]pCOTY)CTa (élargissement mieux : Y )p-6-^. je me revêts.

d) Xst^co (§ (§ . 9oa) (§ xé-xau -xa 12. 3°) je tr a v a ille è-xàXe-a a x ocX co (§ 115. 5o) je prends Xa-v-0-àv-co 17 e t 18. xXa (§ £-xXau aa ( § 12. X T stT . 9° a et 117.co) ô v d ’o ù 0 a v (§ je S-0OCV-O-V (§ 18. b) xajxou[jiai 115. xa ♦xapycù > xaCco et xàco ( § 12. 3° et 4ob et 92) Xé-XïjO-a (§ 91). d) x^ d’où j l xapi l-xapi-o-v (§ 38) (§ xajp.y). 30) XaÔ (§ (§ e-Xa0-o-v 5 et 38) (d s (§ X/j-CC ’ TO XtjO -ctco) 12. 6o) m e u rs 38) Té-0v-7)-xa (§103) xé-xX-7)-xa (§103. 9oa) (§ xXaiS-cro[jLai 12. £Ïp-7)-xa (§ 103) Xé-Xot. 9ob) je brûle xXàco 12. 9o a ) (§ xaÙ T C eo 12.70 a) Plusieurs racines X T Xoi7T. 5 e) je m e t i e n s caché s-Xa6-o-v ( § 5 et 38) (§ 117. 3°) (d e xpay (§ £-xpay-o-v (§ 38) xé-xpay-a (§ 91) xE-xp adoptai (forme de futur antérieur) Xa* Xa-y-x-àv-w 17 e t 18. b) xX d’où xaX et xaXe xaXéco-cü j’appelle xoqx-v-o (§ 18. 9o a) xXap. 3°) oXaê (§ Xa-[A 6àv-co 17. et 18. ô 0) j ’o b t i e n s p a r le (§ so rt s Xax-o-v (§ 5 et 38) eiXrjxa (Analogique du pft de Xapiêàvco) etXiQça (de CTe-aX7)9-a) (§ 12. 9ob) je pleure xpàÇco xpay-yco) 12.icfx .v (§38) e-XiTT-o-v 5 et 38) XéÇ ou èpô> co (§ 115.7r-a 5 et 91) (§ X jÇ Y o{jtat 117.106et 109) xé-x(x-Y)-xa (§ 103) (§ Oavoü^at 115.72 R A C IN E PRÉSEN T VERBES IRRÉGULIERS A O R IS T E P A R F A IT FUTUR 0VY]CXOi ( d e 0 v .o . U Xéyco je dï’s Xetruco je la is s e e I tc. 10° c ) je c rie (§ e-xau-aa 12.

7TOV0 et (7TV0) ë-7ra0-ov (§ 5 et 30) 7üé-7TO 0-a V (§ 5 et 91) 7T O at. c -f *va.3o. 30) © «psX d>9£ÊX-Y)-aa < p£Ê -7)-X î>C X a ôcpeiX-7)-crca 1 (§103) (§ 5 3 ) (§ H9) ôcpetXco (da ocpsXyco) Le y. 4o et 103) ôçX-^-crcd (§119) ocpX ôq>X-iax-àv-co (même racine je suis débiteur que le (§ 18. 3o et 103) analogiquement sur xaXw) ( § 117. d) ÎXV7) 16 et 18. 6o) je me souviens (§ è-[i. 7oa et 117 3°) . 3") p ia x ©* je combats è-^axe-adqA7)V tié -fA à x -w a t (§ 1 0 3) ^axoO(Aou (do piaxéaojjLat) (§ 115.50) j’apprends (xàxojJL at ë-[xa0-o-v (§ 3 8 ) (i.t (§ 18.e-[xà0-7]-xa (§ 103) (§ [xaO-^-oofxat 119et 117. 70) je jure ôSfjL-o-aa ( § 53) (de ojx-o-ao(xaO o[L-&[L-o -xa (mais se conjugue (§ 96. t ÔCY L -V -V )-(J I (§ 16) je suis utile ôpàco-co je vois <ftvY]-aa O^ T O V-C C e-fô-o-v (§ 3 8 ) é-6pa-xa ou 6T -C -a C 07T (§ 96. suffixe de présent.{xepLVoSpiat Opt. 30 et 91) (§117.V*/)-G07]V (§ 5 2 ) (Subj. vt) Plusieurs racines ôpa. 119) o prothétique 5 3. jie p v fifiT jv ) ^.VERBES IRRÉGULIERS 73 P A R F A IT FUTUR RACINE PRÉSEN T A O R IS T E (jiaO (§ (xa-v-0-àv-co 17. l ô c S. 6o et 5e) précédent) 7rà<rx6> (de 7ra0-ax-o) > 7TCC0i (§ 12. c(cT fX (de *7Tev0-aojjLat) (§ 12. 7° a et 4 0 ) je souffre TCCV0. s’éten<d irrégulièrement s j& tous les temp> (forme ionienne) ou <ft<peX-o-v je dois (§ 3 8 ) &9 X-0 -V (§ 30) <3ScpX j-xa -Y (§96.VY)-O0ï]CTO[Xat Ô[JLOÎ)JJLaL Ô[X-VU-pt. et 18.

(§ 103) TüT-Y)-ao(xai (§ 1 1 9 ) je v o le 7iY )y-vu-jxat 7U7)Y.7 r p a Y . p u je c o u le (§ 1 2 . TZT ITECT. 30) g -m -o v (§ 3 8 ) 7T£-TCC0-Xa 7 rt-o -jx a t (§ H 4 ) TUEaoO^Lai TUL-7TT-0) 7TST.ai (§ 1 2 . 3 0 ) .74 B AGI N E PRÉSEN T VERBES IRRÉGULIERS A O R IS T E P A R F A IT T z é -n e i-x a . 9 ° b ) je n a v ig u e Tcvéco 7TV£p d ’o ù 7TVEU e t 7 TV£ S-TCVEU-CTOC (§ 1 2 . 3 ° e t 9 o b ) E-TüU0-6-[JLTQV (§ 5 e t 4 2 ) è p p ù . 71010.) je fa is 7lé-7UV£U-X(X ( § 1 2 .a (§ 91 e t 95) 7îé-7 ru a -[x a i (§ 1 2 . m (§ 1 8 30) je b o is £-7ràY-Y)-v (§ 4 5 e t 4 6 ) 7ré-TC7)Y-a (§ 91) 7 ra Y -^ -c ro [i. 7o a ) FUTUR 7TE10. 7U0T. d ) 7rXéco tcXe F £-7rX £U -aa (§ 1 2 . 7 o a e t 101) 7T£U-00[J. 7 0 a e t 1 1 7 2 ° e t 3 °) 7rpàÇco 7Tpay 7 u u -v -0 -à v -o -{ x a i 7T£l)0. 9 0 a e t 117.a t (§ 1 1 9 1 1 7 . mO je p e rsu a d e 7TET. 90 b ) j e s o u ffle TTpdtTTCi) ( d e 7u paY -yco) (§ 1 2 . 7 o a ) (A n a lo g iq u e d e l ’a o r i s t e e t d u fu tu r) P f t 2 : 7T£-7TOt0-a j ’a i c o n f i a n c e £ 7TT-0-[XTQV 7réT 0[xat TU£t(JCù ( § 1 2 . 5o) je m ’i n f o r m e péw Cp£f d ’o ù p£U . 9 o a ) 7té-7cX£i>-xa (§ 1 2 . 9o a ) TüXEÙ-OOJJLat (§ 1 2 . 1 0 o b e t R e m . a) 7iV £u -ao(xat (§ 1 2 . 9 o a ) ( § 1 2 . 7CSL0-CD £-7T£L-<T0C (§ 1 2 . 7 r a y je ( § 1 8 . 7o) s u is e n fo n c é 7TÊ-V-0l > 7TCt>. 9o a e t 1 1 . 90 a ) 7 ré-7 rp ax -a (§ 9 2 e t 91) £-7upaÇa o u 7 té . 7TT (5 4 2 ) OU E-7TT-TQ-V (§ 3 9 ) 7ie-n6x~y]-[L<xi.r j. p £ .v (§ 5 3 ) èp p iS -7 j-x a (§ 1 0 3 ) pSU -GOyLCLl (§ 117. 7TU0 ( § 1 7 e t § 1 8 . 30) d ’oÙ7rX£U et7rX £ (§ 1 2 . 7T£<JE (§ 1 6 ) je to m b e ë-7T£CT-0-V (a o b s c u r ) (§ 3 8 ) 7ré-7rT-co-xa (§ 103) (ar o b s c u r ) ( d e 7T£<jé-0(xat io n ie n ) (§ 1 1 5 .

10° b. 2°) j’envoie ^-GTpecp-a axpéçüi £-aT<xX-xa (§ ctteX-û (§ 12. 3°) TV G [tv] > xav (de Tev-y-o) § 12. 2 o e t 3o) TpS7T. arpoq» et (arpq)) > arpacp Passif : s-aTpàç-rj-v (§ je tourne l-GTpo9 -a (§ 5. 6o a) TEV O C (§ 115b) t sjx (§ 18. 4o C T écp O Tp C Passif : CTTpa9 -ir)-aopLat. Tp07T (xpTc) d ’où T O T p CC Tpeç. 7° a et 5° a) (Analogique de l ’aoriste et du futur) an elacù (§12.) (§ 45 et 46) j ’égorge T C EIV D G9aXo> (§ 115 b) açocy cK pàÇco Passif : C T9ay-Y)-cFO [xai (§ 119et 117. 96.C 115b) TSX$ TOX. 4° a) . 10° c) (§ 41. 91 et 92) ^-Ôpe^a Tpé^w je nourris (§ 12. 2o) Té-xoc-xa (§ 12. 6o a et 38) (§ 5. Tpo<p. (Tp<p) d ’oÙTpacp Tpérco ETps^a OU ë-TpOC7 T-0V Té-Tpo9 -a je tourne Tpétpco (§ 12. 4o a) Té-Tpo9 -a (§ 5 et 91) 0pé4>* c> (§ 12. (§ H 9 ) 12. ^Rem. 3o) j e coupe TtXTCD (pour TL-TX-û) ë-T -O SjJL V (§38) Té-TJX-Y)-xa ( § 10 3 ) (§ T 0 EJJ. 7° a et 5°a) gte X (cttX) d ’oùcrraX CT X T éX co e-GTstX-a (de (TTeX-yco : § 12. 6o a) 115 b) arpeq). 10° d) je tends T é[JL-V O C g-reiv-a (§ 41.VERBES IRRÉGULIERS RACINE PRÉSENT AORISTE PARFAIT £-<T7 T£&-Xa £-anei-G<x (§ FUTUR 75 arrcevS ajrévSai je fais une libation 12.1Rem. TX g-TEX-O-V (§ avecmétathèse) (§ 1 2 .6°aet 45-46) et 2° b) acpaX acpàXXo> laçyjX-a (de oçaXyco § 12. è-açocy-Yj-v Rem. H ° c) 38) (§ Té-Tox-a 5 et 91) Té£o(xai (§ 1 1 7 . Rem. 2°) je fais tomber (T p C T ÇOT O £ar9a$a (de’ c^pay-y co Passif : 8 12. 10° c) (§ 41.

3 o ) (§ 1 8 . 1 °) fa v c ù Û7r-e-crx-6-[X7îv (§ 5 e e t 42) Ù T u -é -a x -T )lia i (§ 1 0 3 ) UTTO-ax-^-aofjLaL (§ 1 1 9 e t 1 1 7 . lO o d ) je d é tru is X a ip o i ë . TUX j ’o b t i e n s p a r le s o r t &-TUX-0-V (§ 5 et 38) T£-T6x-?)-Xa (§ 103) TEuÇojAOCl (§ 1 1 7 . 2 °) n é-c p a y -x o c ( § 1 2 . 2 °) ë-cp O o tp -xa ( § 1 2 . 2 o e t 30) U 7T-L-CTX-vé-0-[JLaL aeX (v 0 ^r <*x ^X 05) -o u jjia i (§ 1 6 e t 1 8 .S p a jx . R e m . 3 ( e t 5) R ac.. 30) o ïa c ù ë -9 7 jv -a (§ 4 1 .3 ° ) èv -Y )v o x -a (§ 9 6 . 9i>Y je f u is 9 6 0 C-V-CD 9 6 a .76 R A C IN E P lu s ie u rs ra c in e s PRÉSENT VERBES IRREGULIERS A O R IS T E e .o . 60) j ’o u v r e l a bouche e t x aÊ v co (d e x °c-v -y -o ) § 1 2 . 5°) T£l>X. 1 0 ° d) je m o n tre •^ v -e y x -o -v (§ 3 8 .v (S >38) P A R T A IT 8 c -8 p à [x -7 )-x a (§ 1 0 3 ) FUTUR S p a (i. 1 0 o b) je m e ré jo u is X a-ax -o i ( f i s .9 0 £Lp-OC (§ 4 1 . : enk ë -9 u y -o -v (§ 3 8 ) ë-cpO a-ooc OU ^*907)-V (§ 3 9 ) ë-c p Q a x c c ç O ^ -a o jx a i (§ 1 1 7 . R e m . 60) Ç 0 £pâ> ( § 1 1 5 b) Xa P (d e x a p -y -w § 1 2 . 3 °) (S H 5 b) P lu s ie u r s ra c in e s 9 épo> je p o r te 9euyo> çsoy. 2°) je d e v a n c e 90eipco 90ep ( ç 0 p) d ’o ù 9 0 a p ( d e 90 £p-y-o> § 1 2 . 4o) je p r o m e ts 9 aCvco 9a ( é l a r g i e e n 9 0 CV) (d e 9 av -y -(o § 1 2 . 9 O7] ( § 5 .o u [x a i (§ 1 1 5 b ) Tpéxoj je c o u rs TU-y-xàv-co (§ 1 7 e t 1 8 . R em . lO o d ) m êm e sens J s-XÔp-rj-v (§ 4 5 e t 4 6 ) x e -x ^ p -7 )-x a ( § 103) X a ip -^ )-o c o ITii») X« (é la rg ie e n x av ) e-X a v -o -v (f3 8 ) x é -X T )v -a (§ 91) Xav-oO[xoii {§ H 5 b) . 5 e t 3 8 ) R ac. r enok 7 u é -9 c u y -a (§ 91) ç e û Ç o jx a i (J 1 1 7 .

d ) ù v y ). — Dépôt légal : 2* trimestre 1953. lat.VERBES IRREGULIERS 77 PARFAIT FUTUR xéü> (comme au présent) (§ 115.52. T a f f i n . .L e f o r t . 64. Fo« élargie par ve > p oave.toijl< i < x RACINE PRÉSENT yitù iy e x AORISTE XSF d’où Xe. § 12. cove (cf.Xu Xe ï£ . à L ille (France). 40 ) (§T l7. 3») Im p rim é p ar A. ven-do) covéofxai de *e Xe-p-m (Tableau I. xéojxev je verse Feor.10. 6° a et 9o b) Emprunté à un autre verbe è-7rpià-[jnQV x é-xu-xa è-a>VTQ-[JLai -ouptat j'achète (§"96. Imprimé en France.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful