DROIT INTERNATIONAL PRIVE SPECIAL PARTIE I : LES PERSONNES

Le « statut personnel » regroupe l’ensemble des problèmes dans lesquels la personne se trouve directement mise en cause. Nom, capacité, divorce, autorité parentale, mariage… En matière de conflit de lois de façon traditionnelle, on dit que la loi applicable c'est la loi personnelle, c'est à dire la loi qui entretient avec la personne un lien direct. Parmi la loi du domicile, de la résidence, ou la nationale quelle est celle applicable ? En 1804, le code civil a pris la nationalité comme élément de rattachement : art 3 al 3 « les lois concernant l’état et la capacité régissent les français même résidants en pays étranger. » Cet article a été bilatéralisé : l’état et la capacité des personnes sont régis par la loi nationale de ces personnes. = CA Paris BUSQUETTA 13 juin 1814 Cette solution qui consiste à appliquer lak loi nationale comme loi personnelle est une solution très répandue en droit comparé mais surtout dans les pays dits de droit continental, contrairement aux pays anglo saxons qui retiennent le critère du domicile. Toutefois, une partie de la doctrine souhaite remplacer ce critère de la nationalité par celui du domicile ou résidence habituelle, et surtout, il y a en droit positif, des conventions de La Haye qui ont adopté en matière de statut personnel le critère de la résidence habituelle comme critère de rattachement de principe. Loi du domicile permet de consacrer une coïncidence entre l’élément de rattachement et le critère de la compétence judiciaire internationale. Le critère de la nationalité joue en conflit de loi mais peu en matière de compétence. Coïncidence = juge compétent appliquera la loi du for Mais le domicile est un élément instable et adopter ce critère implique qu’on aura une loi nouvelle si on change de domicile. La nationalité, souvent défendue pour son caractère de permanence, par rapport au domicile, considéré comme élément instable. Droit positif opte pour la nationalité mais avec une entaille importante. S’agissant de la compétence judiciaire la nationalité a moins de place que le critère du domicile.

TITRE I : L’INDIVIDU Chapitre 1 : L’état civil de l’individu
§1 Les actes de l’état civil
Remarques : • C'est un service public qui va fonctionner selon les dispositions de la loi qui l’a institué. • « Les lois de police et de sureté obligent tous ceux qui habitent le territoire » = art 3 al 1er code civil. Les étrangers devront donc agir comme les français. C'est une compétence exclusive de toute autre compétence ; la loi française va s’appliquer à titre de loi de police. • S’agissant des évènements qui affectent l’état civil d’une personne et qui interviendraient à l’étranger : art 47 code civil : « tout acte de l’état civil des français et des étrangers faits en pays étranger et rédigé dans les formes usitées dans ce pays fait foi sauf si d’autres actes ou pièces détenus des données extérieurs ou des éléments tirés de l’acte lui même établissent que cet acte est irrégulier, falsifié ou que les faits déclarés ne correspondent pas à la réalité. C'est une règle de preuve et une règle de compétence des autorités étrangères qui ont dicté l’acte. • Art 48 al 1er : extension du domaine de la loi française en matière d’acte d’état civil en territoire étranger : « tout acte de l’état civil des français en pays étranger sera valable si a été reçu conformément aux lois française par les agents diplomatiques ou consulaires.

§2 Le nom de famille
Quelle est la loi applicable au nom de famille ? La question est discutée en doctrine et la jurisprudence n’est pas claire. Commission internationale de l’Etat civil doit émettre une convention internationale sur ce sujet. La tendance est de rattacher le nom à la loi qui régit l’institution familiale : ex : souvent c'était la loi applicable à la filiation légitime qui s’appliquait : le nom était considéré comme un effet de la filiation. Même chose pour l’attribution du nom de la femme mariée : était un effet du mariage, devant donc être soumis à la loi des effets du mariage. Mais tendance actuelle : la jurisprudence a parfois tranché en rattachant le nom non pas à l’institution qui en est la cause, mais à la loi individuelle, personnelle, de la personne concernée. Il faut noter enfin que le droit communautaire a pu exercer une influence : la CJCE arrêt GARCIA AVELLO 2 octobre 2003 : = question de l’attribution du nom de famille d’enfants espagnols et belges qui résidaient en Belgique. Les parents saisissent les autorités belges et demandent à ce qu’ils portent le nom espagnol accolé à celui de la mère.

1

Autorités belges : la loi nationale doit s’appliquer au nom, pour le juge belge on fait primer la nationalité du for donc loi belge, donc porteront le nom belge.La CJCE retient un raisonnement autre que celui de DIP : dit que ce qu’ils ont fait c'est une entrave à la libre circulation donc vs devez leur permettre de s’appeler comme ils veulent. Le droit communautaire n’a pas légiféré en matière de nom de famille : la CJCE se permet, d’intervenir dans un domaine où y a pas de législation communautaire.

Chapitre 2 : La capacité des individus
§1 Loi applicable à l’incapacité
A- Le domaine de la loi applicable Il varie selon le type d’incapacité en cause Il faut distinguer entre les incapacités générales d’exercice qui atteignent la personne pour l’ensemble de ses actes, des incapacités spéciales d’exercice. Incapacités générales sont soumises à la loi nationale de l’individu  idée de permanence du statut : le statut d’incapable ne change pas selon le pays où on se trouve. Incapacités spéciales sont régies pas la loi de l’acte en cause. BLa mise en œuvre de la loi nationale

Solution pratique pour garantir la sécurité juridique du cocontractant de l’incapable : LIZARDI Ch Req 16 janvier 1861 : on s’est rendu compte que l’annulation d’un acte juridique du fait d’incapacité du cocontractant peut constituer un inconvénient assez grave, sur le plan de la sécurité juridiques, de la stabilité des conventions, dès lors que le cocontractant de l’incapable est de BF. La RDC détermine que la personne a moins de 25 donc mineure  donc je devrais annuler le contrat car conclu avec une personne incapable mais intervention de la règle de DIP matérielle : quand il s’agit de protéger le cocontractant qui est de BF, qui pouvait légitimement ignorer que son cocontractant était incapable alors on refuse d’annuler le contrat.

§2 Mise en place d’une protection organique de l’incapable
A- La protection des mineurs En matière de protection des mineurs, il existe un règlement communautaire et une convention de La Haye. 1) question de la compétence judiciaire

Elle repose sur : ale règlement de B2Bis

Dans le préambule, il fait référence à la protection des enfants tant de leur personne que de leurs biens. Est applicable dans l’UE sauf dans le Danemark. Ce texte doit être appliqué par les autorités françaises à chaque fois que la situation qui entre dans son domaine matériel, est affectée d’un élément d’extranéité. Si aucune règle du R ne permet de fonder la compétence du juge français on n’appliquera pas. Ce texte ne concerne que la compétence judiciaire, à l’exclusion du conflit de loi. La R de principe de B2bis, figure à l’art 8 du règlement et permet d’attribuer compétence aux juridictions de l’Etat membre de la résidence habituelle de l’enfant. Si un enfant réside en France, le juge sera compétent sur le terrain de l’art 8 Si enfant est en Italie, le juge saisi devra vérifier sa compétence, se dessaisir et renvoyer les parties à saisir le juge italien Art 14 et 15 exclus du règlement. Si enfant est dans un Etat tiers, juge français aura la possibilité de vérifier d’après ses règles de DIP commun s’il peut se déclarer compétent pour statuer à l’égard de cet enfant. Il existe un critère de substitution à l’art 8 : on a recours à un critère de substitution en cas de défaillance de la résidence habituelle. Art 13  critère de la présence de l’enfant. L’enfant ne réside pas en France mais comma a besoin de protection, le juge français sera compétent. Cet article pallie l’absence totale de résidence habituelle. Le critère de la résidence se cumule avec le critère de l’urgence. Idée qu’il faut assouplir le critère de compétence de principe. On a voulu assouplir l’idée de la résidence en proposant des rattachements différents  2nde dérogation : D’abord, l’art 12 §2 organise une prorogation de compétence au profit du juge du divorce en matière de protection des enfants. L’art 12 §2 précise que pour que la prorogation ait lieu il faut que cette mesure soit quand même liée à la procédure de divorce. Autant en matière d’autorité parentale ce sera systématique, qu’en matière de protection des enfants ce n’est pas évident.

Conditions :

2

- Il faut que l’un des titulaires de la responsabilité parentale réside dans l’Etat du juge du divorce = condition de proximité. Idée que l’on va déroger à la compétence de principe - Il faut que les personnes concernées soient d’accord pour accorder la compétence au juge du divorce. Tous les titulaires de la responsabilité parentale doivent être ok pour accorder et confier cette compétence : ex : si un grand parent est titulaire d’une partie de la responsabilité parentale il doit donner son accord. Très discuté mais garantie supplémentaire nécessaire. - Il faut que cette compétence soit attribuée et réalisée dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Le juge du divorce qui serait aussi saisi de la protection du mineur, il pourrait dire que c'est pas dans l’intérêt de l’enfant et que c'est serait à un autre juge de statuer. 3ème dérogation : Art 12 §3 organise une prorogation de compétence au profit du juge d’un Etat membre qui a été choisi par les parties à la procédure, juge qui a un lien étroit avec l’enfant et la situation juridique. Là on est allé plus loin dans les mécanismes novateurs : on donne la possibilité aux parties de saisir un juge autre que celui de la résidence habituelle. Qu’entend t on par « lien étroit » ? On le trouve par exemple quand l’enfant a la nationalité de cet Etat. Mais appréciation portée par le juge saisi. Va voir si c'est un lien étroit dans l’espèce et est ce que c'est dans l’intérêt de l’enfant ? 4ème dérogation : Repose sur l’article 15 du règlement : on met en place un mécanisme nouveau dans le droit international privé positif. Il permet aux autorités compétentes de la résidence habituelle de « renvoyer l’affaire à une juridiction mieux placée pour en connaître. » Ce renvoi doit être distingué du renvoi pour le conflit de loi. Pour cet article on va plutôt parler de « transfert de compétence ». Le juge va bien se dessaisir, surseoir à statuer et faire en sorte que l’affaire soit jugée par un autre juge. Ce transfert est uniquement fondé sur la proximité. Y a toute une série de garanties procédurales qui permettent d’éviter le déni de justice et qui permettent d’aller assez vite, obligations de célérité sont posées pour savoir si le juge soit disant mieux placé accepte d’exercer cette compétence qui lui est transférée. On exige quand même que le juge mieux placé ait un lien particulier avec l’enfant. Dans l’article 15 il y a une liste exhaustive des Etats qui peuvent entretenir un lien particulier avec l’enfant : très encadré Ex : l’enfant vivent de déménager dans l’Etat donc on peut penser que le juge sera mieux placé, ou alors des biens lui appartenant s’y trouvent. Mécanisme de forum non conveniens ou forum conveniens : mécanismes qui dans les pays de common law permettent au juge saisi d’apprécier sa compétence et peut dire, selon les situations s’il exerce sa compétence ou non. A revoir !!! Dans l ’article 15 on a parlé du transfert de compétence mais ça peut venir aussi des juridictions qui se savent mieux placées mais qui sursoient à statuer, demandent au juge saisi si transfert de compétence et enfin statuent. Dans la conférence de La Haye, on a une convention mondiale en matière de compétence judiciaire qui intégreraient les mécanismes inspirés du forum conveniens. Mais convention a échoué. bles règles de compétence du DIP commun

Le juge français est saisi et n’est pas compétent sur l’un des critères de B2bis. Que doit-il faire ? Les règles de compétence judiciaire de DIP commun sont d’application subsidiaire par rapport au règlement. Mais, l’art 14 du R prévoit la possibilité pour un juge d’un Etat membre, incompétent sur le fondement du règlement de rechercher sa compétence d’après ses règles nationales c'est à dire ses règles de compétence judiciaire d’origine nationale. Il ne faut bien sur, qu’aucun juge d’un autre Etat membre soit compétent. Le juge saisi, n’est pas compétent mais aucun juge n’est compétent sur le R, B2bis ne donne compétence à aucun juge d’un Etat membre, alors il va vérifier s’il peut être compétent sur le fondement de ses règles nationales. Quelles sont ces règles ? En vertu du principe de l’extension le juge doit regarder ce qu’il se passe en interne  art 1070 CC mais ne va être d’aucune secours car utilise quasiment les mêmes chefs de compétence que B2bis. Si aucun chef de compétence communautaire ne permet de donner compétence au juge français ou autre état membre on pourra alors utiliser l’art 14 et 15. 1) question de la loi applicable

Pas de droit communautaire mais une convention internationale qui est censée s’appliquer.

a-

la convention de La Haye du 5 octobre 1961

Cette convention est relative à la compétence des autorités et à la loi applicable en matière de protection des mineurs. Jusqu’avant que B2bis s’applique on appliquait cette convention à la fois pour la compétence et pour le conflit de loi. Aujourd'hui, à cause de l’application de B2bis qui a happé la question de la compétence judiciaire, on doit découpe la convention pour ne l’appliquer qu’en matière de conflit de lois. Ça signifie que pour raisonner en termes de compétence judiciaire je vais appliquer B2bis et subsidiairement le droit commun et pour le conflit de loi ce sera alors la convention.

Mais cette convention est fabriquée sur un principe de coïncidence des compétences législatives et judiciaires = elle aligne le conflit de loi sur la compétence judiciaire  c'est la compétence judiciaire qui commande le conflit de loi.  le juge compétent applique sa propre loi.

3

Est compétent sur B2bis. soit l’inverse. la sécurité sociale. On exclue tout ce qui concerne le droit pénal. Convention de 61 aligne les règles de conflit de loi sur celles de la compétence. Champ d’application de la convention : Elle a été ratifiée dans une petite quinzaine d’Etats. Soit je respecte le principe de coïncidence et non les rattachements. Elle devrait être en vigueur dans les Etats membres en 2010. En France elle est en vigueur depuis 1973. Pas de solution clairement affirmée. c'est une convention qui ressemble au R de B2bisd et qui sur le terrain du conflit de loi s’articule très bien. il réside en Italie qui est un Etat contractant de la convention. on a prévu une compétence concurrente des autorités nationales de l’enfant = dont il a la nationalité. La loi qui est applicable en DIP c'est l’art 3 al 3 Code civil.La protection des majeurs 1) convention de La Haye du 13 janvier 2000 Cette convention porte sur la protection internationale des adultes.  donc ce sont 2 règles concurrentes. Certes elle est destinée à être remplacée par la convention de 1996. Le principe est que ce sont les autorités de la résidence habituelle de l’enfant qui sont compétentes donc elles vont appliquer leur propre loi. censée améliorer celle de 61. l’obligation alimentaire. Quelle loi applique t il ? Comme l’enfant réside habituellement en Belgique la convention de la Haye de 61 n’est pas applicable. on dit que la convention est inopérante et on revient aux règles de conflit de loi du DIP commun. la filiation… Economie générale de la convention : Elle repose sur un principe de coïncidence des compétences judiciaires et législatives = permet d’aligner la loi applicable sur la compétence judiciaire. Cette convention concerne aussi bien la compétence judiciaire que la loi applicable. l’adoption. Unifie les règles de DIP en matière de protection des adultes. Elle est en vigueur au Maroc et à Monaco.Oui mais le jour où on décide de ne plus appliquer la partie règle de compétence ça complique les choses. Mais aujourd'hui. Il faut que le juge français soit compétent mais pas sur le fondement de la résidence habituelle de l’enfant. Il existe une nouvelle convention de 1996 destinée à remplacer la convention de 61. Les parents se mettent ok pour attribuer également compétence au juge du divorce a propos d’une mesure de protection nécessité d’après biens de l’enfant  prorogation de compétence Mais juge du divorce n’est pas le juge de la résidence habituelle et ni le juge de sa nationalité. slovène. Donc on va appliquer la RDC de DIP commun.  ex lege Qu’entend t on par là ? c'est le fait qu’il n’y ait pas besoin d’une intervention nécessaire d’une autorité. ni portugais. A. gérera la compétence. Juge sera compétent sur B2bis pour prononcer le divorce et sur l’autorité parentale (protection de l’enfant) dans le cadre du divorce. bhors cas d’application de 61 : cas de DIP commun Pour qu’un juge recours à une règle de DIP commun il faut un certain type de configuration : qu’on ne soit pas dans un cas d’application de 61. comme cette convention de 96 a été élaborée quasi en même temps que celle de B2bis. Quelle loi va-t-il appliquer pour al mesure de protection ? Convention de 61 est elle applicable ? oui. Pour que le juge français puisse avoir à appliquer la règle de conflit de loi de DIP il ne sera pas compétent sur le critère de la résidence habituelle. Est compétent sur les articles 14 et 15. ressortissant de la Bosnie Herzégovine. (la qualité de mineur doit s’apprécier en fonction de sa loi nationale et de la loi de la résidence habituelle  = 2 critères cumulatifs pour déterminer s’il est mineur). a- champ d’application 4 . entrée en vigueur au 1er janvier 2009. Ratione loci la convention de la Haye s’applique aux mineurs qui résident habituellement dans un Etat contractant de la convention. Mais. Ex : un enfant belge résidant en Belgique dont les parents divorcent en France. Donc sauf exception la convention de 96 est censée pour le conflit de loi s’articuler très bien avec le règlement communautaire qui lui. Dans B2bis y a des hypo où le juge de la résidence habituelle ne sera pas compétent : ex : le juge français a été saisi pour statuer sur le divorce et l’enfant réside en Italie. La convention de La Haye avait mis en place un système qui disait que si l’enfant n’a pas besoin de mesure et que la loi nationale de l’enfant met en place un rapport d’autorité découlant de plein droit de la loi il faut respecter ce rapport d’autorité. on se retrouve encore avec la convention de 61. Articulation convention de La Haye avec B2bis : On applique le R à la compétence judiciaire et on est censé appliquer la convention pour le conflit de loi. Pour que DIP commun s’applique il ne faut pas que l’enfant soit polonais. Juge fr est compétent pour statuer sur le divorce. Quelle loi appliquer ? ça n’est ni le juge de la résidence ni le juge national. Le champ d’application rationae personae : la convention est applicable quand l’enfant est mineur. Dernière solution : on peut dire que quand ça coince.

On protège aussi bien la personne que les biens. Section 1 : les partenariats enregistrés Doit on rattacher les partenariats enregistrés à la catégorie des contrats ? si. TITRE 2 : LE COUPLE Chapitre 1 : l’union Les partenariats enregistrés concernent les statuts qui ne sont pas du mariage mais qui y ressemblent. Il y a aussi une compétence concurrente octroyée au juge du lieu de situation des biens du majeur. Rationae loci. Concernant les effets on se demande si on doit traiter différemment les effets et la validité : La doctrine est défavorable à un traitement différent de la validité et des effets. La méthode de la reconnaissance concurrence la méthode du conflit de loi. La doctrine a hésité à propos des rattachements : on peut proposer l’application de la loi nationale des intéressés commune. Cela signifie qu’un partenariat qui est prévu par une loi X ne pourra forcément qu’être enregistré devant les autorités de ce pays qui a édité cette loi X. Cette compétence concurrente est octroyée à titre subsidiaire : conditions : – devront informer les autorités de la résidence habituelle qu’elles vont exercer leur compétence et – cette compétence ne pourra pas être exercée si les autorité de la résidence habituelle sont intervenues et ont déjà pris les mesures nécessaires. qui.Rationae personae elle s’applique aux adultes. on peut imaginer de les appliquer cumulativement (partenariat se invalidé dès lors que l’un des lois ne l’autorise pas) On peut penser à la loi de la résidence habituelle commune des membres du partenariat au moment où ils ont conclu ce partenariat. a- s’agissant de la loi applicable C’est le mécanisme de la coïncidence des compétences législative et judiciaire on va aligner le conflit de loi sur la compétence judiciaire. L’autorité publique qui est compétente pour enregistrer le partenariat va agir dans les conditions de la loi qu’il a institué. Ou au statut personnel ? Unanimement la doctrine a répondu que c'est du statut personnel (droit de la famille). Donc c'est une catégorie propre avec des règles propres. Pourquoi ? car les lois qui instituent ce type de partenariat sont très différentes les unes des autres et il paraitrait peu logique de dissocier la validité de ses effets. Toutefois il faut que le pacs est censé être enregistré en France auprès des greffes du TI de la résidence commune des pacsés  ça pose une condition de DIP : il faut habiter en France. pas de dispositions particulières. Question est de savoir si un pacs va être limité aux ressortissants français ? en pratique ça n’est pas du tout le cas. donc certains proposent de ne pas soumettre la question de la validité au conflit de loi. Le pacs du droit français ne peut être qu’enregistré en France. Le juge compétent va appliquer sa propre loi. Autre proposition : certains proposent d’appliquer la loi locale c'est à dire la lex auctoris c'est à dire la loi sous l’empire de laquelle a été conclu le partenariat. De nombreux pacs ont été enregistrés en France à l’égard de personnes de nationalité étrangère dont la loi nationale n’autorisait pas nécessairement ce type de partenariat enregistré. 1ere exception au principe : y a une clause d’exception dans la convention de 200 qui permet de prendre en compte la loi d’un autre Etat avec lequel la situation entretient un lien étroit. Section 2 : la formation du mariage 5 . oui alors les « parties » auraient du choisir la loi applicable. Pour que cette loi s’applique n’exige t on pas un lien personnel avec l’ordre judiciaire français (du for ) ? la réponse n’est pas claire. Partenariat enregistré à l’étranger : on s’interroge sur sa validité et sur ses effets : Si j’utilise la méthode classique du conflit de loi il faut rechercher la loi applicable au partenariat pour vérifier si selon cette loi applicable le partenariat est applicable. La logique du conflit de loi va être concurrencée par la logique du conflit d’autorité. Mais si nationalités différentes. J’utilise la clause d’exception parce que c'est dans l’intérêt de protection de l’adulte. en raison d’une altération ou insuffisance de leurs facultés personnelles ne sont pas en l’état de pourvoir à leurs intérêts. Sont des adultes les personnes qui ont plus de 18 ans. bla compétence judiciaire Autorités compétentes sont celles de la résidence habituelle de l’adulte en principe mais on a introduit de la souplesse : la convention prévoit la compétence des autorités nationales de l’adulte : c'est une compétence concurrente. le juge du for ne va pas regarder si la convention s’applique si l’Etat auquel il appartient n’est pas partie à la convention. le partenariat doit il nécessairement entrer dans la catégorie mariage ? La doctrine exclut de qualifier le partenariat de mariage. mais simplement d’utiliser la méthode de la reconnaissance c'est à dire consistant à reconnaître la situation qui a été créée à l’étranger  vérifier que la situation entretenait un lien suffisant avec autorité étrangère (comme en matière de décision étrangère). 1) le DIP commun Le DIP commun est d’application subsidiaire : la convention de la Haye laisse très peu de place au DIP commun. Au sein du statut personnel.

Certaines conditions de fond vont être des « empêchements bilatéraux » : sont considérés comme indivisibles c'est à dire comme étant le lien du mariage : on va appliquer les lois nationales cumulativement. Ce certificat est important car il conditionne la transcription de ce mariage sur les registres d’état civil. Quels sont ces empêchements ? Il s’agit des empêchements d’inceste et de polygamie. Il lui faudrait aussi une autorisation parentale. un certain nombre de formalités françaises vont être exigées et son de pus en plus nombreuses. De façon générale l’exception d’OP va jouer à l’encontre de la loi étrangère. Art 171-1 du code civil reprend la solution de l’art 3 : un mariage contracté par un français à l’étranger est nul s’il ne correspond pas aux conditions de fond de la loi française. Si les époux sont de nationalité commune on applique la loi de leur nationalité commune. la présence effective des époux.§1 Les conditions de fond du mariage A- La compétence de la loi personnelle des époux = loi nationale Art 3 al 3 du code civil : la validité du mariage en ce qui concerne les conditions de fond du mariage est régie par la loi nationale des époux. Il ne faut pas oublier que l’OP va s’opposer à un certain nombre de mariages qui seraient célébrés en France. aux français qui se marient à l’étranger. le principe c'est de procéder à une application distributive des lois nationales en présence = on va appliquer à chacun.  arrêt BAAZIS : admet la validité du mariage polygamique mais en réduit les effets à l’égard de la 1ère épouse. S’agissant des autorités diplomatiques et/ou consulaires il a toujours été admis qu’elles pouvaient célébrer le mariage de français à l’étranger : art 171-1 al 2. Il n’intervient pas à propos de l’exigence de l’autorisation parentale pour les mineurs  si on a 2 mineurs qui se marient selon leur loi nationale et qu’elle n’exige pas de consentement parentale. pour les conditions qui le concernent. L’âge légal pour se marier en France est de 18 ans pour garçons et filles Mais possibilités d’obtenir une dispense du procureur de la république pour l’âge physiologique c'est à dire avant 18 ans. pour celui incestueux.  la loi locale est largement concurrencée par la loi française A. sa loi nationale. Un mariage polygamique ne peut pas produire d’effets au détriment de la première épouse si elle est française. OP interne matrimonial a de plus en plus une incidence sur le conflit de droit en DIP en ce sens que finalement de plus en plus de dispositions matérielles du droit français vont s’imposer alors qu’elles concernent les conditions de forme.le mariage des français à l’étranger Loi du 14 novembre 2006 a modifié les conditions de mariage des français à l’étranger ou un français et un étranger : art 171-1 du code civil rappelle le principe selon lequel le mariage contracté à l’étranger entre français si il a été célébré en la forme locale. RIVIERE a distingue selon que la situation est créée en France ou à l’étranger. le mariage sera valable pour le juge français. Si le couple est mixte ce sera possible mais uniquement dans certains pays Il faut savoir qu’en plus de la forme locale. 6 . OPI intervient pour le mariage polygamique. B- La mise en œuvre de la RDC En matière de droit de la famille l’OP va jouer. où il faudra faire figurer les conditions de l’art 63 du code civil (audition des futurs époux. l’OPI va écarter une loi étrangère qui est plus libérale que la notre : l’OPI français est prohibitif. empêchements de bigamie ou d’inceste La RDC est la loi nationale. L’OP semble plutôt intervenir pour évincer des lois étrangères qui seraient plus libérales que les nôtres. L’OP s’opposerait à la célébration en France d’un mariage homosexuel. pour celui célébré avant l’âge légal. Quelles sont les conditions de fond ? Elles figurent aux articles 144 à 164 du code civil : l’âge légal. Dans certaines hypothèses ou la loi étrangère serait restrictive de la liberté matrimoniale §2 Les conditions de forme du mariage En principe parce que le mariage est un acte juridique il obéit à la règle qui permet de désigner la loi locale : loi du lieu de sa célébration/ locus regit actum Implique toujours l’intervention d’une autorité publique : donc en réalité il est plus exact de parler du principe de la compétence de l’autorité locale. Si pas remplies les conditions c'est pas pour autant mariage annulé mais on a protégé les tiers : produira des effets mais sera inopposable aux tiers. publication des bans…). pourvu que les conditions de fonds de la loi française soient respectées. Les formalités françaises exigées sont : D’après l’art 171-2 il faudra produire un certificat de capacité de mariage qui va être établi par l’autorité consulaire ou diplomatique. parce que cette loi étrangère est trop sévère et qu’elle heurte les conceptions fondamentales de la société française : on dit que l’OPI français est permissif car permet une situation . Mais si sont de nationalité différente.

Des étrangers qui se marient en France doivent le faire devant l’officier de l’état civil car avec caraslanis on a vu qu’il s’agit d’une condition de forme. §3 La sanction de ces conditions En droit interne. Officiers doit vérifier que les conditions de fond et de forme du mariage sont remplies Si les conditions ne sont pas remplies. Celle-ci n’a pas eu lieu en principe donc mariage non valable. Sera valable en la forme car respectant la loi locale. Le juge fr a validé ce mariage. On peut hésiter sur la loi applicable à la nullité du mariage. elle exige une cérémonie civile. Or.B- le mariage des étrangers en France Art 171-1 peut être bilatéralisé : des étrangers se marient en France : sont soumis pour la forme du mariage par la loi française. La loi locale italienne exige une cérémonie civile. réalisé en la forme syrienne de la loi nationale des poux alors qu’ils étaient mariés en Italie. on dit que l’annulation du mariage ne vaut que pour l’avenir. les français pourront se marier seulement à l’église. Ça ne sera possible que pour le étrangers qui sont ressortissant de pays où on autorise que des français puissent se marier dvt une autorité consulaire ou diplomatique. Arrêt ZAGHA 15 juin 1982 cour de cassation : mariage religieux célébré en Italie d’après la loi nationale syrienne des époux. s’il constate qu’au regard d’un vice sérieux ou de l’audition. est la loi italienne. 7 . Pour le juge : la question est de savoir quelle est la loi applicable à la nullité du mariage ? La loi de la condition violée détermine la sanction de cette condition violée et donc détermine la nullité du mariage. Bien que le code civil soit silencieux su les mariages diplomatique consulaire des étrangers en France on admet toutefois que des étrangers puissent se marier en France devant leur consul. à l’effet de la sanction L’effet du mariage nul va être soumis à la loi de l’effet et non loi de la condition violé ? Le mariage nul comme n’est que putatif il faudra liquider le mariage mat et à cela c'est la loi de l’effet qui va régir A propos de la filiation la jurisprudence a donné des solutions : Le mariage annulé va-t-il avoir des effets sur la filiation des enfants et notamment la filiation légitime : question des statuts des enfants nés dans le cadre de ce mariage par la suite annulé. Mais renvoi : la loi italienne permettait de prendre en considération la loi nationale commune des époux pour la forme du mariage. C'est un renvoi ad validitatem. Arrêt veuve MOREAU 6 mars 1956 Effets de la nullité : Ya une question délicate qui s’est posée à propos des effets de la nullité : question de la putativité du mariage : pour atténuer la rigueur de la rétroactivité en droit du mariage on a une institution particulière : le mariage putatif est un mariage dont l’annulation n’est pas rétroactif : le mariage est annulé mais pour éviter que cette annulation soit préjudiciable. depuis 2006 du 4 avril il pourra saisir le procureur de la république qui dans les 15 jours est tenu de laisser célébré le mariage ou de former opposition à mariage. Art 202 : ne seront pas réputés légitimes même si le mariage est annulé. ls délais de prescription de la sanction et les titulaires de l’action. y a 2 catégories qui sont appelées à constater la non validité d’un mariage : ls officiers d’état civil ou les juges saisi a posteriori de la validité du mariage. Deux français qui se marient à l’étranger où on peut se marier civilement ou que religieusement. La loi locale pour les conditions de forme. Cette loi de la condition violée est importante (loi nationale par exemple qui exige que le consentement soit réel et sérieux) car détermine la nature de la sanction.

Donc l’obligation alimentaire et la filiation ont été retirés des effets du mariage. Ici c'est la loi allemande qui régissait la nullité du mariage. mais venant de l’état la jurisprudence est différente : on refuse en général ts les droits sociaux même réclamés par les épouses. Le divorce en 1975 n’était plus soumis à la RDC de RIVIERE mais à l’art 309 du code civil. En l’occurrence le juge a décidé d’appliquer la loi des effets du mariage. Donc ils sont susceptibles de donner lieu à un conflit mobile.le conflit mobile pour al formation du mariage c'est la nationalité du mariage quand il a été célébré qui doit être prise en compte. Des obligations non réciproques entre époux méconnaitraient le principe de l’&égalité des époux. §2 La mise en œuvre de la loi des effets du mariage Comme tous les rattachements qui sont fondés sur la nationalité ou le domicile. Question de l’autonomie de la filiation par rapport à la putativité et à la nullité du mariage. 2 époux qui étaient tunisiens au moment de leur mariage. A. Comme on refuse de prendre en compte les nationales des 1ère épouse l’OP de proximité a pris le relai : quand la 1ère épouse est française : BAAZIZ 6 juillet 1988 a considéré que le mariage polygamique ne peut pas produire d’effet au détriment de al 1ère épouse si elle est française. puis les conventions de laye ont soustrait du domaine des effets du mariage les aspects qu’elles réglementaient. Il ‘agissait de savoir quelle loi régissait l’obligation alimentaire. le conflit mobile est résolu en faveur du moment de la célébration du mariage . 8 . Arrêt CHEMOUNI 19 février 1963 : il s’agissait de statuer sur l’obligation alimentaire qui était réclamée par l’épouse . La loi applicable au divorce a changé car en 1975 le législateur a introduit dans le code civil une règle spécifique au divorce.  on fait pareil en DIP Mais arrêt ZVORISTEANU 16 juillet 1998 a adopté une position radicalement différente. Logiquement si les effets du mariage sont soumis à la loi française parce que époux domiciliés en France . Il faut alors trouver un rattachement de remplacement quand les époux n’ont pas de nationalité commune. enfermée dans une relation polygamique avec un statut personnel qui ne l’autorise pas. Il est impossible de faire primer une loi nationale sur une autre et l’application de la méthode distributive pas applicable. La solution est tirée du droit interne car l’art 202 dissocie. pécuniaires. alors on comprend que cette 1 ère épouse se retrouve mariée. Pour tt de qui est effets patrimonial. Le législateur en 72 a inséré des règles de conflit : la filiation n’est plus soumise à la loi des effets du mariage mais soumise à l’art 311-14 du code civil. on s’est référé au domicile commun. D’après le droit allemand le mariage a été considéré comme inexistant et la cour de cassation a déduit de ce mariage inexistant d’après le droit allemand que finalement il ne pouvait produire aucun effet y compris à l’égard des enfants et donc cour de cassation a refusé de faire appliquer la loi française donc d’appliquer art 202 en raisonnant en termes de putativité. A REPRENDRE !! Autre exemple d’adaptation : affaire BENDDEDOUCHE : les épouses demandent à venir à la succession et demandent leur part. Adaptation non pas dans la suppression de l’effet mais dans la manière de partager la part du conjoint survivant en autant qu’il y a d’épouses. Mais les lois nouvelles qui ont posé les règles de conflit de loi en matière de filiation et en matière de divorce. Cette jurisprudence a été complétée par l’arrêt TARWID du 15 mai 1961 pour préciser ce qu’on entend par domicile commun. Bl’ordre public international Est exigeant car notamment pour les rapports personnels des époux. mais mari naturalisé français après le mariage. Mais pour les effets du mariage on prend en compte les éléments de rattachement au moment ou le juge statue. Section 3 : Les effets du mariage §1 Détermination de la loi applicable aux effets mariage C'est la jurisprudence qui a déterminé la loi applicable aux effets du mariage et par rapport au divorce Art 3 al 3 : considère que le statut personnel en France des personnes est rattaché à leur loi nationale. Le juge détermine si d’abord y a une nationalité commune : à défaut de nat commune il se réfère à la loi du domicile commun.Aucune condition de BF de la part des époux MAKHLOUF 3juin 1998 : la question a été posée en termes d’effets du mariage nul. tous les effets du mariage étaient soumise à cette RDC. Le mariage est nul d’après la loi française mais la filiation est régie par la loi algérienne. Domicile commun et le domicile dans un même pays. ils sont susceptibles d’être modifiés. Si le statut personnel de la 1ère épouse est monogamique. et à défaut de domicile commun la loi applicable u divorce et aux effets du mariage est la loi du for. §3 Le domaine de la loi applicable aux effets du mariage Qu’est ce qui entre dans les effets du mariage ? A partir de l’arrêt RIVIERE de 53 et hormis le régime matrimonial. mais « actuel » donc au moment où le juge a été saisi. Ainsi comme on est en matière de mariage donc 2 époux. on peut avoir des problèmes pour faire produire des effets d’près la loi française à un mariage que la loi française ne valide pas. On ne peut pas appliquer l’OP pour écarter la loi française. A défaut de nationalité commune c'est la loi du domicile commun . la question de la différence de nationalité des époux se pose.

pas les effets même. pas de critère géographique généraux d’application. Résidence habituelle du demandeur sil ya résidé depuis au moins 6 moins immédiatement à compter de l’introduction de la demande et si il a la nationalité de cet Etat membre. Le R pose un système de compétence résiduelle. §1 Champ d’application En la matière c'est le R de B2Bis qui s’applique. mais ça n’a pas duré car cette solution a disparu par l’entrée en vigueur de la convention de la Haye du 2 octobre 1973 relative à la loi applicable aux obligations alimentaires. 9 . a cru nécessaire de donner une définition de la résidence habituelle en reprenant une définition qui avait été retenue par la CJCE mais dans d’autres domaines que celui de la famille : cette définition était la suivante : la résidence habituelle doit être une notion autonome du droit communautaire (les E membres ne doivent pas définir la résidence habituelle comme ils feraient en droit interne ou DIP commun. Donc quand un juge est saisi d’une demande de divorce. à la loi du for. résidence habituelle du défendeur.). Cela met mal à l’aise tous les interprètes et les praticiens. Il s’agit de favoriser les plaideurs communautaires. Entrée en vigueur le 1er octobre 1977. B2Bis ne s’appliquera que pour le divorce et non l’obligation alimentaire. Dans R. Le R va s’appliquer à ces éléments. A- La multiplicité des chefs de compétence en matière matrimoniale L’art 3 dit que les juridictions compétentes sont celles sur le territoire duquel se trouvent la résidence habituelle des époux ou al dernière résidence habituelle des époux si l’un d’eux y réside encore. il existe un système à 3 étapes : si on est en présence d’un défendeur intégré à l’UE les règles de comp de DIP commun des juges des Etats membres seront exclues. Chapitre 2 : La désunion Section 1 : la détermination du juge compétent en matière de désunion. convention de 71 Les effets du mariage sont réduit à peau de chagrin  ils vont régir les effets personnels du mariage : droit et obligations des époux respectifs. En cas de demande conjointe. prévoit 8 chefs de compétence parmi lesquels l’un ou l’autre époux peut choisir pour obtenir un divorce devant le juge d’un Etat membre. Le critère de la résidence habituelle occupe une place très importante. La désunion matrimoniale c'est le divorce. Donc quand un juge fr est saisi d’une demande de divorce te que y a un élément d’extranéité il doit vérifier sa compétence d’après le règlement. la loi successorale. Les conséquences de l’annulation du mariage ne seront pas soumises au règlement. §2 Les règles de compétence de B2BIS en matière de désunion Art 3 de B2BIS. En principe en matière familiale le juge est le juge national mais là la nationalité n’a été utilisée que peu et c'est surtout la résidence habituelle qui a été utilisée. Résidence habituelle du demandeur qui existe depuis 1 an au moment de la demande. En réalité le juge saisi ne pourra recourir à ses règles de compétence nationale que si aucune juge d’aucun état membre n’est compétent d’après le RB2BIS. Il ne fait l’objet d’aucune définition. Mais si cette loi de la résidence habituelle ne permet pas d’obtenir satisfaction. = a choisi la loi des effets du mariage. ou la loi contractuelle. Si le défenseur est intégré à l’UE au sens de l’art 6 de B2Bis (nationalité et réside dans un autre Etat que celui de la nat) alors pas soumis aux règles de DIP commun du juge saisi. En réalité tt ce qui relève du R mat de base est loi de police. On s’aperçoit qu’il y a une règle matérielle. La RDC est al suivante désormais : la loi applicable à l’obligation alimentaire dans la convention est la loi de la résidence habituelle du créancier d’aliment. La matière matrimoniale ne concerne que la désunion matrimoniale. il s’agit du lieu où l’intéressé a fixé avec la volonté de lui conférer un caractère stable. Par ailleurs on a considéré qu’en multipliant les chefs de compétence d’après la résidence habituelle on cherchait à favoriser une certaine conception du divorce dans le sens où tt est mis en œuvre pour que l’on puisse divorcer facilement. la question est de savoir si le régime matrimonial primaire va être soumis à la loi du régime matrimonial ou à la loi des effets du mariage. Certains auteurs ont vu dans la consécration de la résidence habituelle un démantèlement de la conception du juge naturel de la famille. S’agissant des donations entre époux. Ne pas la définir c'est une vraie volonté permettant aux magistrats de s’adapter ensuite aux situations. S’agissant des rapports patrimoniaux. à propos de Bruxelles 2 (ancêtre de B2BIS). alors on soumet la demande d’aliment à la loi nationale commune et à défaut de nationalité commune. le centre permanent ou habituelle de ces intéressés. La cour de cassation dans un arrêt du 14 décembre 2005. ya eu des hésitations entre al loi des effets du mariage. En réalité. Ce qui compte c'est qu’on saisisse le juge d’un Etat membre qi va vérifier si la matière est concernée par le règlement sil est compétent sur le règlement. c'est la résidence de l’un ou l’autre. Arrêt 15 février 1966 Campbell Johnston. Il s’agit d’une technique législative de laisser volontairement « mou » ce critère de la résidence habituelle. l’annulation du mariage et les demandes de séparation de corps.Pour les obligations alimentaires c'est al convention de la haye qui s’applique. Le demandeur a le choix de saisir le tribunal qui lui convient. mais doivent le faire au regard de l’économie du texte dans lequel il se trouve. Ces règles vont s’appliquer aux époux quelle que soit la loi applicable Pour les obligations alimentaires la jurisprudence s’était prononcée en faveur de la loi des effets du mariage.

C'est une compétence classique en matière de mesures provisoires et conservatoires fondées sur l’urgence. Que ce soit le juge fr ou anglais. proposition de règlement mais est au point mort : on l’appelle la proposition de Rome 3. Corrélatifs : l’allongement de procédure La multiplicité des chefs de compétence va favoriser le forum shopping l’opportunité pour les plaideurs de choisir leur juge. – Il faut que la mesure provisoire soit justifiée par l’urgence. Ils sont totalement à la disposition des plaideurs. les juridictions de cet EM ne sont pas compétentes en vertu de l’art 3. L’inconvénient majeur réside dans la litispendance internationale. si ne sont pas français on passe à l’al 2 : Al 2 : si les 2 époux ne sont pas français. C. il désignera la même loi. Cette définition ne satisfait pas car elle se rapproche plutôt du domicile. L’art 309 du code civil dit que le divorce et la séparation de corps sont régis par la loi française quand l’un et l’autre époux ont la nationalité française. remplacée par la loi du 11 juillet 1975 qui a introduit en droit interne le divorce par consentement mutuel. quand ils ont l’un et l’autre leur domicile sur le territoire français et quand aucune loi étrangère ne se reconnaît compétence alors que les tribunaux sont compétents pour connaitre le divorce et la séparation de corps §1 Le contenu de la RDC Rédaction unilatérale de l’article. et surtout qu’ils ne sont pas hiérarchisés. la loi française s’applique au divorce si les 2 sont domiciliés en France. Section 2 : la loi applicable au divorce et à la séparation de corps Le divorce ou la séparation vont être soumis à la loi nationale. Cette RDC a été remise en cause. En général. Le texte a été transformé 2 fois. les mesures d’urgence sont prises en vertu de la loi du for. La cour de cassation donne une définition qui ressemble plus à celle du domicile. le R de B2Bis autorise le juge qui a prononcé a séparation. que tous les instruments tentent d’écarter par cette résidence. L’art 5 prévoit d’accorder également compétence aux juridictions d’un EM pour la conversion d’une décision de séparation de corps en divorce alors même que. La litispendance va résulter du fait que y a plusieurs chefs de compétence. quid quand l’un des époux ou les deux ont une double nationalité franco kkechose ?? 10 . La 1ère RDC qui a donné la solution au conflit de nationalités c'était l’arrêt RIVIERE : on a soumis le divorce des époux à la loi nationale commune et à défaut de nationalité commune on soumet le divorce à la loi du domicile commun. notamment avec la notion de la volonté. Mais puisque l’on est en matière de couple il se peut que les membres du couple soit de nationalité différente. que chacun retrouve une compétence en fonction d’un chef de compétence Mais l’idée n’est pas que de faire du compromis. 1er alinéa : les 2 sont français  loi française applicable . C'est l’art 20 qui le prévoit. La voie empruntée consiste à maintenir la multiplicité et possibilité de choisir le juge maos d’un commun accord : clause attributive de juridiction appliquée. En matière de désunion ça ne pose pas de difficultés particulières. Ce qui fonde la solution c'est la prévisibilité des parties. Conditions pour que puissent être prises les mesures provisoires – il faut que la personne ou le bien à protéger soit présent dans l’Etat membre en question. En plus des chefs de compétence de l’art 3 on peut saisir un autre juge d’un Etat membre. Dans Rome 3 on essaie de modifier B2Bis et les rédacteurs disent que c'est d’unifier les règles de conflit de lois des états membres en matière de divorce. mais même si aujourd'hui elle n’est plus compétente.remèdes et propositions du règlement Rome 3 Y un texte qui est en chantier aujourd'hui . à la convertir en divorce alors qu’aujourd'hui elle n’est plus compétente pour le faire. a peut être été travaillé trop vite . Comment règle t on la litispendance ?  Règle priori tempore : on va permettre à la juridiction première saisie de connaître du litige et on va demander à la juridiction saisie en 2nd de se dessaisir au profit de la 1ère. BLes inconvénients de la multiplicité des chefs de compétence On voulait en réalité satisfaire chaque Etat membre. En réalité la juridiction en question est celle qui a à prononcer la séparation. pour pallier à la multiplicité. On prévoit d’insérer dans le futur texte de Rome 3 des règles de conflit de lois. Résidence habituelle est censée être quelque chose de plus concret que le domicile. Mais sur le plan de la commodité procédurale ce sera plus facile pour un français d’aller plaider en France plutôt qu’à l’étranger. trop de litispendance et de chefs de compétence sur le divorce .Cette solution ne satisfait pas à 2 égards : il aurait été plus judicieux que la cour de cassation profit e du fait qu’elle soit saisie pour demander à la CJCE de donner elle même la définition de la résidence habituelle.Les compétences concurrentes Sont concurrentes à l’art 3. Donc le texte va contenir aussi biens des règles de compétence que des règles de conflits de loi D. L’art 20 de B2Bis prévoit un for concurrente aux règles de l’art 3 générales et qui permet aux juridictions d’un EM de prendre des mesures provisoires et conservatoires alors même qu’elles ne seraient pas compétentes au fond en vertu de l’art 3 Sont provisoires parce que temporaires.

Le contenu ne doit pas préjuger du résultat. donc principe de primauté de la nationalité du for donc loi sénégalais pas compétent. Arrêt PATINO 15 mars 1963 a exigé au minimum qu’il fallait au moins un relâchement Assous 8 novembre 1977 Ces arrêts combinés donnent bien la solution en vertu de laquelle l’OP n’exige pas que les époux puisses divorcer mais puissent relâcher leur lien conjugal. Si la loi étrangère dont o ne sait pas si elle est applicable prohibe le divorce. elle ne doit pas pour autant être écartée. Loi sénégalaise. en allant chercher un divorce à l’étranger et en invoquant les effets en France on empêche que l’OP se déclenche. loi étrangère jugée applicable d’après notre système de règlement de conflit de loi. résolu par l’al 3 car dit que quand aucune loi étrangère ne se veut compétente on applique loi française subsidiairement A l’inverse l’hypothèse d’un conflit positif de loi étrangère n’est pas résolu par l’al 3 Autre difficulté dans le cadre de l’alinéa 3 : l question de la double nationalité a posé des problèmes : L’idée du problème c'est l’hypothèse où on a un franco kke chose et que dans la recherche de l’applicabilité de la loi étrangère le juge fr en voyant que y avait un franco sénégalais. alors que la loi sénégalais e se reconnaissait compétente mais est franco kkchose. Pas d’autres arrêts depuis. A. Plutôt que de fraude à a compétence du juge français on a souvent parlé de fraude à l’intensité de l’OP car en réalité. 11 . Aujourd'hui c'est un OP permissif qui joue la plupart du temps car finalement il va permettre plus que ce qu’offre la loi étrangère. Bla fraude à la loi L’idée c'est que y a toujours possibilité de créer le conflit mobile. est contraire à l’OP la loi étrangère qui interdit tout relâchement du lien conjugal. l’OP plein s’oppose à ce qu’une répudiation soit prononcée en France en vertu de la loi étrangère. ce n’est qu’en 75 que le divorce par consentement mutuel a été admis. §3 Le domaine de la loi applicable Idée est de savoir ce qui est soumis à l’art 309. Arrêt CAMARA 1992. Permissif car est moins sévère que les lois étrangères qui l’écartent. les reconnaissait compétence car les 2 époux étaient sénégalais. Cour de cassation en l’espèce. Cla question de l’OP Dissolution du lien patrimonial est régie par une loi étrangère . Le divorce était interdit jusqu’en 1884 avec une exception pour le divorce pour faute jusqu’en 75 . §2 La mise en œuvre de la RDC A. 2) le jeu de l’OP en matière de répudiation qui serait prononcé en France Le juge fr va faire jouer l’OP car c'est l’OP plein qui joue et non plus l’OP atténué . Fraudes à la compétence du juge français : par exemple l’épouse intente devant le juge français une action en divorce ou en contribution aux charges du mariage et pour faire échec à cette action l’époux va opposer une décision de divorce obtenue à l’étranger Souvent c'est plutôt l’OP qui est concerné que la fraude à la compétence judiciaire. a utilisé l’al 3. Si aucune loi étrangère ne se veut compétente on est en présence d’un conflit négatif de lois étrangères qui. On devrait comprend que ce n’est pas logique. RDC sénégalaise disait que le divorce est régi par la loi nationale commune des époux. si ne se reconnaît pas compétente on applique loi française subsidiairement. Arrêt DE PEDRO a précisé ce point.loi applicable à la procédure du divorce et à la procédure de séparation de corps Loi du divorce régit le fond du divorce Loi du divorce va être concurrencée par la loi de la procédure (loi du juge saisi).le conflit mobile ce sont les éléments de rattachement qui changent on applique l’élément de rattachement en vigueur au jour de l’introduction de l’instance en matière de divorce. Ce qui est contraire à l’OP c'est une loi qui ne permet pas de relâcher au moins le lien matrimonial : n’est pas contraire à l’OP la loi qui interdit le divorce . L’OP est loi pour évincer Une loi étrangère applicable. 1) le jeu de l’OP en matière de divorce et de séparation de corps Le cas de figure c'est celui ou le juge est saisi dans une instance directe d’une demande de divorce qu’il soumet à la loi étrangère. On a changé de nationalité volontairement. Dernière difficulté : ce n’est pas parce qu’on est dans le cadre de l’unilatéralisme et qu’on vérifie la compétence de la loi étrangère qu’on doit s’affranchir de vérifier si la loi est compétente.On applique la nationalité française : c'est le principe de primauté de la nationalité du for Al 3 : si aucun n’est français ni domiciliés en France : on doit regarder si une loi étrangère se reconnaît compétence (c'est à dire regarder si la règle de DIP étrangère donne compétence à sa propre loi). Est critiqué par tous car pas cohérent avec la démarche unilatéraliste. frauduleusement.

La loi applicable au RM peut être choisie par les époux. En général. Mais solutions pas stables. 1) les effets pécuniaires du divorce. on n’a plus à faire usage de l’article 309 du code civil. notamment celles dues ente époux. bquestion de l’autorité parentale pour garde des enfants S’agissant de la garde des enfants après divorce la question est floue. Effets personnels = effets qui concernent les 2 époux c'est à dire possibilité de se remarier ou non. La logique est différente.Le divorce nécessite un procès et une intervention judiciaire or cela relève de la loi française. Cette solution a été initiée par l’arrêt du 3 novembre 1983 RHOBI et solution identique SHAFA 1986 On a fiat joué l’OP de proximité dès 1986 quand la répudiation concernait une épouse française = arrêt 22 avril 1986 A propos des droits d la défense et des garantis pécuniaires. soit la loi de résidence de l’un ou de l’autre ou la loi de la 1 ère résidence après le mariage. Il y a la question du régime matrimonial : il n’est as soumis à la loi du divorce : l’art 309 n’englobe pas le régime matrimonial. en vertu de la loi française. §1 La conformité à l’OP des répudiations prononcées à l’étranger Il s’agit d’une décision unilatérale de divorcer. Arrêt 11 mars 1997 la cour de cassation en se fondant sur la CEDH. Convention prévoit une dérogation à la règle de conflit principale : la convention permet d’appliquer à l’obligation due pour cause de divorce. Soit c'est le DIP commun qui s’applique soi c'est le droit communautaire si la décision a été rendue dans le cadre d’un Etat membre et qu’on en demande la reconnaissance en France. Arrêt 7 janvier 1999 s’est fondé sur les droits de la défense pour refuser de produire effets aux répudiations. Bloi applicable aux effets du divorce et de la séparation de corps Loi du divorce englobe t elle les effets du divorce ou de la séparation de corps ? 1) ales effets personnels du divorce principe de la compétence de la loi du divorce. Mais ce choix est limité : soit loi nationale de l’un ou d l’autre. Section 3 : les effets du divorce prononcé à l’étranger Que ce soit en droit communautaire ou en droit commun quand c'est un juge étranger qui a prononcé le divorce. La cour de cassation ne donne pas effet à l’argumentation du pourvoi qui donnait accord. RM est soumis à une loi propre qui résulte d’une règle de conflit émanant d’une convention de la Haye qui date de 1978. Selon que la décision a été rendue hors ou dans UE on a un système différent. Série d’arrêts des années 80 ou al jurisprudence était la plus laxiste : faisait jouer l’effet atténué : la répudiation prononcée à l’étranger n’était pas contraire à l’OP. Obligations alimentaires : la question de la prestation compensatoire est qualifiée d’obligation alimentaire en DIP. la jurisprudence a durci sa position car a écarté des répudiations musulmanes comme étant contraires à la convention européenne des droits de l’homme parce que prononcées de manière non contradictoires La jurisprudence va aussi utiliser la fraude à l’intensité de l’OP en sanctionnant des situations de prononciation de répudiation à l’étranger. la loi du divorce. Mais l’OP pouvait intervenir malgré le lieu du prononcé de la décision. En général on considère que les tribunaux ont compétence pour prononcer les mesures provisoires. On revient à l’arrêt RHOBI 12 . Certains décisions se sont juste contentées de a possibilité pour l’épouse de faire valoir son refus en défense à la répudiation. a écarté lé répudiation en se fondant sur l égalité au fond des époux. et on disait que la répudiation devait être reconnue si elle était intervenue du consentement des 2 époux ou si l’épouse avait acquis à cette répudiation. dans une procédure de divorce. en attendant que le divorce soit prononcé on fixe des mesures provisoires. La reconnaissance est un système qui s’affranchit du conflit de loi. On considère en général que les effets qui concernent les deux époux sont soumis à la loi du divorce et que les effets qui concerne les époux sont soumis à la loi personnelle de l’époux. L’art 309 n’a plus vocation à être appliqué. C'est t pas contraire à l’Op dès lors que l’épouse avait une satisfaction pécuniaire suffisante. Certaines décisions vérifiaient que bien que répudiée l’épouse puise bénéficier d’un certain nombre de garantie pour ne pas la laisser dans le besoin matériel. Quelques juridictions du fond semblent s’être orientées vers l’application de la loi nationale de l’enfant. Pdt longtemps al jurisprudence a soumis la garde des enfants après divorce à la loi du divorce. Arrêt 3 juillet 2001 : on ne cite plus la convention européenne des droits de l’homme : a CA avait reconnu la répudiation. Mais revirement en 1999. Le domaine de cette convention : englobe toutes les obligations alimentaires. Il y a application de la convention de la haye de 1961 qui s’applique en matière de protection des mineurs. Les divorces qui seraient prononcés à l’étranger sans intervention judiciaire : quid ? on peut se poser la question de savoir si c'est une situation différente ou si on raisonne par analogie. réservée au mari. sur 2 terrains. Effets procéduraux vont restés régis par la loi de procédure. Question de l’opposabilité du divorce au tiers relève de la loi de procédure. Convention de la haye du 2 octobre 1973 sur la loi applicable aux obligations alimentaires. On le faisait avant la jurisprudence CORNELIESSEN. Soit on a recours au conflit de loi et donc on soumet la situation créée à l’étranger à la règle de 309 ou bien on raisonne en termes de reconnaissance de la situation créée à l’étranger. Cette jurisprudence vérifiait que lak répudiation prononcée à l’étranger était respectueuse du droit de la défense.

dit que c'est contraire à l’OP dès lors que il y a le domicile d’au moins 1 des époux en France. Donc il faudra se tourner vers les règles de compétence judiciaire de droit commun.La détermination de la loi applicable à l’établissement de la filiation Avant 72 on avait une règle de conflit unique pour les effets et l’établissement de la filiation et à l’intérieur on avait 2 sous catégories : filiation naturelle et filiation légitime. On disait que l’enfant légitime nait dans une famille donc il faut soumettre la filiation la loi du lien. Par ailleurs. Réforme de la filiation en droit interne du 4 juillet 2005 : a aligné le statut des enfants nés dans ou hors mariage .5 arrêts du 17 février 2004 : il semblerait que la cour de cassation ait tranché la question de la reconnaissance des répudiations étrangères et ce qui est intéressant c'est que dans ces arrêts la cour de cassation est pédagogique : explique que les répudiations sont contraires au principe d’égalité des époux entendus comme principe d’égalité au fond des époux . Par cette modification. §2 la loi applicable La matière a été réformée par la loi de 1972 A l’occasion de la réforme de droit interne le législateur a instauré de nouvelles règles de conflit de loi en matière de filiation. Certains auteurs disent que B2Bis ne s’applique pas aux décisions négatives de désunion = décision qui refuse de prononcer le divorce. A l’intérieur de ces règles on utilise en principe les règles de compétence territoriale interne qu’on a étendu à la matière internationale. pas de souci. Rattachement principal à la loi personnelle de la mère. pour la détermination de la compétence judiciaire. La filiation naturelle était soumise à la loi nationale de l’enfant. La filiation légitime était soumise à la loi des effets du mariage posée par l’arrêt RIVIERE. §2 conformité à l’OP des décisions qui refusent le divorce Au sein de l’UE une telle situation est la loi maltaise (elle ne resonait pas le divorce). Donc loi nationale commune Sinon loi du domicile commun. La spécificité de la loi de 72 est d’avoir dissocié l’établissement de la filiation et les effets. L’ordonnance a aussi supprimé la légitimation qui avait pour but de rendre légitime un enfant qui ne l’était pas. Mais cette ordonnance a supprimé l’art 311-16. Comme la différence être enfant naturel et légitime a été nommé. Effets de la filiation est le nom de l’enfant. Sur les 5 textes qu’elle avait mi en place 311-14 à -18. 1) la règle générale = 311-14 La filiation est régie par la loi personnelle de la mère au jour de la naissance de l’enfant. la séparation de corps. Le tribunal compétent sera le TGI. 311-14 permet de se référer à la loi nationale de la mère. par la loi personnelle de l’enfant. l’autorité parentale… Jusqu’alors les règles jurisprudentielles de conflit de loi reposaient sur une catégorie unique. on a créé une incidence sur le DIP. Si la mère n’est pas connue. il faut que la décision soit manifestement contraire à l’OP. conformément à l’art 42 du code civil. Pour écarter une décision euro en raison de l’OP. qui était une règle de DIP concernant la légitimation et la loi applicable à la légitimation. TITRE III : L’ENFANT Chapitre 1 : l’établissement de la filiation Section 1 : l’établissement de la filiation charnelle §1 La compétence judiciaire en matière de l’établissement Pas de convention internationale. y en a un qui n’a pas été supprimé mais est caduque : 311-18 Il n’en reste plus que 3 aujourd'hui. Jusqu’alors les règles de conflit étaient d’origine jurisprudentielle mais là ont pris la forme de règles écrites. Prof dit que décisions négatives sont incluses dans B2Bis. a supprimé le vocabulaire d’enfant légitime et naturel. plus récemment le législateur a aussi instauré des règles relatives à l’adoption internationale. Ces règles rompent avec la jurisprudence antérieure. pas de règlement communautaire en ce qui concerne la filiation. Si on en demande la reconnaissance en France on doit appliquer B2Bis. sinon loi du for. alors que l’enfant naturel est par essence dépourvu de famille. A défaut de règles spéciales il faudra porter le litige devant le tribunal du domicile du défendeur. A. ne distingue plus a priori ente filiation légitime et naturelle. l’annulation du mariage. 13 . Elles figurent aux articles 311-14 à 311-18 du code civil. En 72 le législateur a voulu totalement abandonner ce système et pour l’établissement des filiations.

il paraissait logique de procéder à des modifications de coordination. A- Difficultés d‘application de la RDC 14 . Cette convention est la convention de Rome du 10 septembre 1970. On renverse l ‘art 311-17. L’ordonnance du 4 juillet 2005 a supprimé purement et simplement l’article 311-16 Elle avait été habilitée par une loi de 2004 de simplification du droit et cette loi d’habilitation permettait que l’ordonnance réforme le droit de la filiation et le champ de cette réforme ne devait pas s’étendre au DIP Pour autant. Elle peut être contestée soit parce qu’elle est fausse ou mensongère. Pierre Mayer a proposé un système qui consisterait à voir dans 311-17 non pas une dérogation à 14 mais un complément. comment se fait il qu’elle ne s’appliquait pas à la place de 311-16 ? Elle ne s’appliquait pas parce que l’une de ces dispositions réservait l’application des règles nationales plus favorables que celles de la convention. La suppression de 311-16 e peut pas être considérée come une simple modification de coordination. On a voulu que la possession ‘état à laquelle a loi française donnait un rôle considérable. On a aussi justifié ce rattachement par le fait que le recours à la loi nationale de l’enfant donnerait lieu à un cercle vicieux quand la nationalité de l’enfant dépend de sa filiation. Rattachement à la loi personnelle de l’enfant quand la mère n’est pas connue. 1) les exceptions art 311-15 A CHERCHER !! C'est une règle d’application immédiate qui fait produire aux règles matérielles française relatives ç la possession d’état tous leurs effets dès lors que les parents et l’enfant résident en France. Convention sur la légitimation par mariage. La loi de 72 avait prévu un texte qui résidait dans l’art 311-16 : à reprendre ! C'est une règle à coloration matérielle. Cette convention est en vigueur en France depuis le 8 février 1976. Ça sous entend que 311-14 pourrait s’applique à la reconnaissance volontaire s’enfant et ça ne serait que si la loi désignée par l’art 311-14 ne valide pas al reconnaissance qu’on aurait recours à 311-17. civ 1ère 11 juin 1996 IMHOOS 2) arègles particulières la légitimation C’était une institution qui permet à un enfant qui ne remplissait pas les conditions de naissance pour être considéré comme légitime. soit de la loi personnelle de l’enfant. Etablissement de filiation paternelle va être rattaché à la loi de la mère. Les rattachements vont permettre que plusieurs reconnaissances émanant de plusieurs personnes soient valables en même temps. Cet article 311-16 était plus favorable. puissent produire ses effets quand bien même elle serait régie par une loi étrangère. de devenir légitime. qui reconnaît tel enfant comme étant le sien. Quand il s’agira de contester la reconnaissance d’un enfant. Doctrine et jurisprudence disent que 311-17 dérogent à la règle générale de 311-14. Sil ne s’agit pas d’appliquer systématiquement les règles internes relatives à la possession d’état. Cet article dit que la reconnaissance est valable si elle a été faite en conformité soit de la loi personnelle de son auteur. Art 1er de la convention de Rome : Quand selon les dispositions de droit interne de la loi nationale du père ou de la mère le mariage de ceux-ci a pour conséquence la légitimation d’un enfant naturel. cette légitimation est valable dans les Etats contractants. Identité de lak mère étant certaine ça permet un rattachement certain. Qu’est ce que « non connue » ? Quid quand l’enfant intente une action en recherche de maternité ? Est-ce qu’on considère que la mère prétendue est connue en fait ou implique t elle une notion de mère connue en droit (celle qui n’a pas de lien de filiation juridiquement établie donc on soumettra l’action à la loi nationale de l’enfant) ? En jurisprudence il faut prendre la loi de la prétendue mère donc on prend la conception de fait et non de droit. La logique voudrait qu’on se tourne vers la règle générale donc soumettre l’enfant à 311-14 Mais il existait une convention internationale à laquelle la France établi partie et qui concernait la légitimation. Est moins favorable que 311-16 bla question de la reconnaissance d’enfant naturel Art 311-17 concerne la reconnaissance d’enfant naturel : acte volontaire réalisé par le père. pour qu’on puisse établir que la reconnaissance n’est pas valable.Le conflit mobile est résolu dans la règle de conflit de loi car on fixe la nationalité de la mère au jour de la naissance de l’enfant. Is ’agit d’appliquer les règles interne relatives à la possession d’état quand les règles française font produire un effet à cette possession d’état sur la filiation. Dès lors qu’il s’agit d’apprécier la validité d’une reconnaissance d’enfant naturel il faut appliquer 311-17 à l’exclusion de 311-14. On a aussi appliqué 311-17 aux actions en contestation de reconnaissance d’enfant naturel. il faudra dire qui elle n’est pas valable selon les 2 lois.

Donc la loi de l’adoptant n’est pas la seule à être prise en compte. Mise en œuvre de l’OP de proximité. S’assure du consentement des parents par le sang.1) le renvoi S’agissant de 311-14 c'est une règle de conflit classique donc le renvoi devrait être admis mais la jurisprudence l’a exclu en disant que 311-14 contenait une désignation direct et impérative de la loi applicable.  art 370-3 et suivants. Arrêt 10 mai 2006 : pas de contrariété à l’OP si enfant est ni fr ni résidant en France. Al 2 : l’adoption d’un mineur étranger ne peut être prononcée si sa loi personnelle prohibe cette institution. Quand la loi étrangère empêchant l’établissement de a loi naturelle a pour effet de priver un enfant fr ou résidant habituellement an France d’établir sa filiation alors l’Op se déclenche = solution de civ 1ère 10 février 1993. L’OP va plutôt intervenir à l’égard de lois plus restrictives. et qui engage une part une action en recherche de maternité contre la femme qui a donné naissance. Al 3 : 15 . 2) le conflit mobile 311-14 assorti l’élément de rattachement d’un critère temporel. Art 1ER de la convention de Rome exclut le renvoi. Ce que l’OP condamne c'est que la maternité ait été octroyée à une autre femme. entendue comme loi nationale. L’adoption ne peut être prononcée si la loi nationale de l’un ou l’autre la prohibe Il faut que les 2 lois nationales autorisent l’adoption. Pour 311-15 règle d’application immédiate 3) l’OP Les modifications législatives internes ont influencé la conception de l’OP international français. Mais exception : sauf si ce mineur est né et réside habituellement en France. Elle avait élaboré tout un système par la combinaison de 2 arrêts TORLET et PISTRE. Pour les autres articles : 311-17 est une règle à coloration matérielle. §1 Les conditions de l’adoptant On se place sous l’angle de la loi applicable. Femme a renoncé à ses droits. Les conditions de fond de l’adoption doivent relever de la loi personnelle des intéressés. Pour des lois plus libérales que la notre. Chaque Etat partie a une autorité centrale. il faut savoir à partir de quand l’OPI français va se déclencher. Section 2 : l’adoption Convention de La Haye de 1993 relative à l’adoption internationale. Elle ne contient pas de règles de conflit de loi. Loi français en 2001 a réglementé l’adoption internationale dans le code civil. Art 1166 du CPC prévoit que le TGI est compétent et donne compétence au tribunal français du domicile du requérant. Depuis 1972 le droit interne de la filiation s’est assoupli quant à l’établissement de la filiation naturelle. une loi étrangère qui n’admet pas. on peut se demander en matière de maternité de substitution : On a un enfant qui est l’objet d’une gestation pour autrui. Pour 311-17 on a aucune précision mais la jurisprudence l’admet et c'est logique. Quelles lois appliquer quand adoptant et adopté seraient de nationalités différentes ? Y a des difficultés qui sont récurrentes en matière d’adoption internationale. figurant dans le code de procédure civile. La prohibition de l’adoption par la loi personnelle ne concerne que le principe même de l’adoption et non le type de l’adoption. A l’égard des lois étrangères qui sont plus restrictives que la notre. Al 1 er : Les conditions de l’adoption sont soumises à la loi qui régit les effets de leur union. Elle confie un grand rôle aux autorités centrales des divers Etats partie à la convention. L’enfant a ensuite été adopté par la femme qui n’a pas donné naissance à l’enfant. On se réfère au DIP commun qui est tiré en principe depuis l’arrêt SCHEFFEL de l’extension des règles de compétence territoriale interne . à rattachement alternatif : on rechigne à appliquer le renvoi car le but de faveur est clairement affirmé. que ce soit la filiation naturelle simple ou adultérine. Si le requérant demeure à l’étranger et que l’adopté se trouve en France alors c'est le tribunal français de l’adopté qui sera compétent. Pour la cour de cassation. Si la forme de l’adoption n’est pas celle du droit français le juge pourra néanmoins prononcer l’adoption par exemple. de 84. La jurisprudence a essayé de contrer ces difficultés en mettant en place des solutions qui ménagent la loi de l’adopté. Aujourd'hui la tendance s’est inversée. La maternité de substitution est contraire à l’OP français. Avant ces modifications l’OP intervenait pour faire échec à des lois plus libérales que la notre. le jour de la reconnaissance. Fréquent que la loi nationale de l’adopté ne connaisse pas l’adoption. ou très difficilement l’établissement de la filiation hors mariage n’est pas contraire à l’OP. Certains auteurs proposent d’admettre le renvoi que quand celui-ci permet de valider une filiation qui autrement ne l’aurait pas été. Cet article résout le conflit mobile en désignant la loi nationale au jour de la naissance de l’enfant. L’idée c'est que l’enfant va pouvoir finalement rechercher sa filiation maternelle à l’égard de la femme qui l’a portée et cette action est admise. Instaure un système de coopération important entre les autorités des Etats parties à la convention.

En ce qui concerne les conditions du recueil du consentement c'est la loi nationale de l’adopté qui doit s’appliquer. Come la loi de 1972 a réglementé l’établissement de la filiation. c'est l’art 370-4 du code civil qui s’applique : « Les effets de l’adoption prononcés en France sont ceux de la loi française. est conditionnée par l’accord des parties à la procédure. A peu de choses près. Dans B2bis les autorités en principe compétentes ce sont le juge de l’Etat membre de la résidence habituelle de l’enfant. Si l’enfant a déménagé d’un Etat vers un autre. Chapitre 2 : les effets de la filiation Avant 1972. Concernent aussi bien la compétence que l’exécution. Autorités de la résidence d’origine resteront compétentes jusqu’à ce que la nouvelle résidence habituelle ne soit plus illicite. obtenu sans aucune contrepartie. §2 Les effets de l’adoption Avant la loi de 2001 la jurisprudence soumettait les effets de l’adoption à la loi de l’adoptant. La lo ide 2001 a aouté une règle matérielle de DIP : dans l’art 370-5 du code civil : l’adoption régulièrement prononcée à l’étranger produit en France les effets de l’adoption plénière si elle rompt de manière complète et irrévocable le lien de filiation préexistant. En principe les conditions de régularité internationale sont les mêmes pour n’importe quelle décision prononce à l’étranger.Le consentement doit être libre. les parties à la procédure se mettent ok pour saisir un juge en matière de responsabilité parentale alors que le juge n’est pas le juge de la résidence de l’enfant. les règles sont les mêmes que celles de la protection des enfants car B2bis s’applique à la matière matrimoniale et à la responsabilité parentale. de transférer al compétence à un juge qui normalement est incompétent : un juge considéré comme mieux placé pour statuer à l’égard de l’autorité parentale. après la naissance de l’enfant. sans l’accord de l’autre parent : donc déplacé en violation du droit de garde de l’autre parent) les autorités de la nouvelle résidence ne sont pas compétentes. Est applicable aussi si l’enfant est mineur. Si ts en sot aps ok le juge français pourra tt de même statuer sur le divorce et la garde. le refus d’exequatur opposé par les juridictions lux constitue une atteinte disproportionnée au droit à la vie familiale de la mère et de l’enfant. La CEDH a condamné le Luxembourg et a considéré qu’au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant. » A l’étranger. Autrement dit. Rat 20 permet de donner compétence à n’importe quel juge d’un Etat membre dès lors qu’il s’agit de prendre une mesure provisoire en cas d’urgence pour prendre une mesure provisoire Si pas de prorogation de compétence au juge du divorce. On donne le contentieux relatif à la responsabilité parentale pour le juge du divorce. la décision étrangère d’adoption est censée produire ses effets en France de plein droit sous réserve de sa régularité internationale. Arrêt WAGNER 28 juin 2007 CEDH : le Luxembourg avait refusé de faire produire effet à une décision étrangère d’adoption au motif qu’en droit luxembourgeois le recours à l’adoption est réservé à des couples mariés. on s’est posé la question de savoir si les nouvelles dispositions relatives à l’établissement de la filiation devaient aussi s’appliquer aux effets . et le consentement doit être éclairé sur les conséquences de l’adoption en particulier si c'est une adoption plénière…. Conditions : ts les titulaires de la responsabilité parentale doivent accepter la compétence du juge du divorce. et en cas de pluralité d’adoptant. Est applicable quand le mineur réside habituellement dans un Etat contractant. Si l’adoption a été prononcée en France par un juge française. Autre dérogation 12 §3 autorise à donner compétence à un juge qui a un lien étroit avec l’enfant . lis destinée à etre remplacée par conv de la haye de 96 . pour 3 mois. Si le changement de résidence est illicite (enlèvement. L’utilité de la règle est d’autant pus importante qu’on a autorisé que la loi personnelle de l’adopté ne soit pas consultée sur tout. Section 1 : question de l’autorité parentale §1 La compétence judiciaire en matière d’autorité parentale On va appliquer le règlement B2Bis. que celui de la résidence habituelle de l’enfant = art 15 Ça se fait sous le contrôle du juge de la résidence habituelle.. s’agissant de la loi applicable les effets de la filiation étaient régis par la même loi que l’établissement de la filiation. Renvoi de compétence : mécanisme qui permet de renvoyer l’affaire. celle notamment de la haye de 1961. Autre condition : que ce soit dans l’intérêt de l’enfant. Le principe est bien le transfert de compétence aux autorités de la résidence habituelle en cas de changement licite de la résidence mais l’art 9 prévoit une exception permettant de maintenir la compétence de l’autorité de l’ancienne résidence pour hypothèses de droit de visite. Tempéraments : Art 12 §1 du règlement permet de proroger la compétence du juge du divorce en matière d’autorité parentale. 16 . l’idée est que ce sont les autorités de la nouvelle résidence habituelle qui vont être compétentes. Si le critère est défaillant (résidence n’existe pas ou plus) alors critère substitution qui permet de donner compétence au juge de l’Etat de présence de l’enfant.la convention de la haye de 1961 c'est celle qui est en vigueur aujourd'hui . La loi de 2001 a profondément modifié les solutions et distingue selon que l’adoptant a été prononcée en France ou à l’étranger. à la loi des effets de la filiation légitime. ou doit on maintenir pour les effets de la filiation les solutions antérieures ? Mais importance aussi des conventions internationales. alors le juge frc ne pourra prendre aucune mesure provisoire à l’égard de l’enfant car art 20 exige pour cela qu’il y ait urgence et présence de l’enfant sur le territoire de l’Etat membre §2 La loi applicable à l’autorité parentale A.

on a donc une règle : art 3 a l3 : le statut personnel est soumis à la loi nationale. N’applique t il pas la loi française au titre de la loi du for ? C’est ce que fait le droit conventionnel avec convention de 61. Finalement il serait totalement justifié de faire régir l’autorité parentale sur les enfants par leur loi nationale. Certains disaient qu’ils devaient être maintenus sous le règne des RDC anciennes. indépendamment du statut matrimonial de leurs parents. on trouve des décisions qui attirent clairement l’attention car elles appliquent systématiquement al loi française à l’autorité parentale sans pour autant trancher préalablement le conflit de loi. ça n’en est pas. bdu coté des parties On pourrait imaginer que finalement les parties n’ont pas d’intérêt à faire trancher le conflit de loi et veulent que ce soit la loi française qui s’applique . En l’état du droit positif. bloi du 11 juillet 1975 A participé au démantèlement de la loi applicable pour l’autorité parentale. Loi de 72 a posé de règles de conflit de loi Loi du 11 juillet 1975 a inséré dans le code civil l’article 309 aloi du 3 janvier 1972 Avant cette loi. Ces décisions ont appliqué la loi nationale de l’enfant. Ce sont les hypothèses où la loi nationale met en place un système d’autorité parentale sans qu’il soit besoin de recourir à un juge. Il existait en matière de filiation 2 règles de conflit de loi. Donc RDC anciennes ne devaient plus s’appliquer. Avant 75 le divorce était soumis à la même loi qui régissait la filiation légitime et ses effets. Elle intrigue d’autant plus qu’en théorie générale des conflits de loi le juge est obligé de trancher le conflit de loi dès lors que les droits sont indisponibles. Certains ont proposé de profiter de cette réforme pour de nouvelles règles de conflit. adu coté du juge On peut parler de pratique judiciaire. D’autres ont proposé d’étendre les règles de conflit nouvelles qui régissent l’établissement de la filiation aux effets. On pourrait imaginer que le juge raisonne en termes de lois de police. finalement.  CA paris ou TGI Dunkerque. Loi de 72. mais de juges du fond : Des décisions du juges du fond semblent avoir procédé à la détermination d’une loi nouvelle et ne semblent pas s’être référé à la RDC ancienne. en insérant les règles relatives à l’établissement de la filiation a posé des questions car en réglementant l’établissement de la filiation et en laissant de coté les effets on s’est demandé ce que ces effets devenaient. Cette loi a posé une RDC spécifique en matière de divorce.Art 3 parle d’un rapport d’autorité découlant de peiun droit de la loi nationale des mineurs. La seule solution plausible ce srait que le juge applique la loi française mais encore faut il qu’il le dise. dans les années 80. En 64 la jurisprudence a affirmé que toutes les règles françaises relatives à l’assistance éducative sont des lois de police. Hormis les décisions citées qui ont pris parti soit pour le système de l’extension ou 310 ou loi nationale de l’enfant. 1) les errements jurisprudentiels Du fait de l’existence de la convention de la Haye de 61 y a peu de décisions de jurisprudence qui interviennent en dehors du champ d’application de la convention. les choses étaient simples. il ne le dit pas. Quelques décisions ont procédé à l’extension : ont appliqué à l’autorité parentale les art 311-14 et suivants. 17 . ç a pourrait expliquer l’absence de décision de la cour de cassation. Une régissait la filiation légitime (établissement et effets) et une règle de conflit de loi pour la filiation naturelle (établissement et effet). il faut savoir quel rattachement retenir. Si le juge part du principe que les partis le lient par un accord procédural il faudrait qu’il le dise. On pourrait penser qu’il faudrait mieux trouver un rattachement fondé sur l’enfant lui-même. Ce ne sont pas des décisions de cour de cassation . Mais en réalité si le juge le fait. Toutes les règles relatives à l’autorité parentale sont elles des lois de police ? Non. Irrésistiblement le juge se sent poussé à appliquer la loi française certainement pare que c'est la loi du for. A RATTRAPER !!! B1) le droit commun l’évolution législative 2 grandes réformes ont marqué directement ou indirectement le conflit de loi en matière d’autorité parentale. Quand les droits sont indisponibles. on devrait dire que l’autorité parental c'est du statut personnel . Cette RDC va-t-elle aussi régir l’autorité parentale ? Quelques décisions ont appliqué l’article 310 (à l’époque) à l’autorité parentale après divorce. même dans le silence des parties le juge est obligé de trancher le conflit de loi. 1) reconstruction de la RDC ? À supposer qu’on retienne une RDC unique pour tous les enfants. Si on retient un rattachement du lien familial ce qui est compliqué c'est que la question de l’autorité parentale se pose au moment de la désunion donc c'est difficile de trouver une loi du lien au moment où la famille se dissout. D’abord il faut voir si on souhaite ou non recourir à un rattachement qui ne concernerait que l’enfant lui même ou recourir à un rattachement qui concernerait le lien familial.

La loi applicable en revanche est bien celle du lieu de situation du bien. Si règlement pas applicable alors art 14 et 15. Un juge fr compétent sur la nationalité commune des époux. Donc en principe distorsion. Si parents vivent séparément. Section 1 : la compétence juridictionnelle en matière de biens corporels. L’art 5-2 n’est applicable que si le défendeur est domicilié dans un Etat membre. La conférence de la haye et la convention de Bruxelles de 68. Même jour on a établit un protocole sur la loi applicable. art 5 autorise le créance de se prévaloir de la loi nationale commune. Quand B2Bi a été élaboré y a eu une version du texte qui avait intégré l’obligation alimentaire. quel que soit son statut. L’art 3 permet de désigner la loi nationale de l’enfant. Les textes de la haye : Convention du 23 novembre 2007 de la haye concerne le recouvrement international des aliments destiné aux enfants et à d’autres membres de la famille. l’obligation alimentaire ente parents et enfants n’est plus régie par loi des effets du mariage. Ces textes sont de droit positif mais ont fait l’objet d’une réforme. Action a fin de subsides a développer !! Art 318 prévoit une règle de conflit de loi particulière à ‘action a fin de subsides. Elle figure encore dans le code civil mais est caduque du fait de l’entrée en vigueur de la convention de la haye de 73. Si le créancier ne peut pas obtenir d’aliment vertu de la loi nationale commun art 6 lui permet de recourir à la loi de l’autorité saisie : loi du for. B1 repose sur une règle de compétence générale qui réside à l’art 2 et qui donne compétence aux tribunaux de l’Etat membre du domicile du défendeur.Règlement B1 Contrairement à ce qu’on pourrait penser les obligations alimentaires rentrent dans le champ de B1. parce que est compt sur le divorce et que aliments accessoire. la coopération d’autorité. pourra connaître de la demande d’aliments. Mais ça n’a pas été fait. La caractéristique des droits réels immobiliers est de reposer sr a coïncidence des compétences législatives et judiciaires : la compétence judiciaire et la loi applicable reposent sur le même critère de rattachement qui est le lieu de situation du bien. 18 . Réforme règlement n°4 2009 du 18 décembre 2008 porte sur la compétence. §2 La loi applicable à l’obligation alimentaire La convention de la haye du 2 octobre 1973 relative à la loi applicable aux obligations alimentaires s’applique. la loi applicable. Depuis l’entrée en vigueur de ce texte. La règle qui ns intéresse est à l’art 5 §2 de B1. le juge français compétent sera celui du leu de résidence du parent avec lequel vivent les enfants. Il faut se tourner en principe vers les articles 1070 du CPC qui concerne le divorce. Cet article est un texte qui va offrir une option de compétence au demandeur. Obligation alimentaire = art 4 de la convention : est régi par la loi de la résidence habituelle du créancier d’aliment mais si l créancier d’aliment en peut pas obtenir d’aliment en vertu de cette loi. Entre en vigueur le 18 juin 2011. Cet article dit que y a double compétence : pourra saisir les juridictions du domicile ou résidence habituelle du créancier d’aliment. Bla règle de compétence de DIP commun Cette question se pose dans l’hypothèse où le défendeur est domicilié dans un Etat tiers. En principe en matière mobilière la compétence judiciaire repose sur le critère général et ordinaire qu’est le lieu du domicile du défendeur. 2ème partie : Les biens Chapitre 1 : les biens corporels Les biens considérés individuellement sont en principe soumis à la loi du lieu de leur situation. Une telle coïncidence en matière de droits et biens mobiliers n’existe pas. §1 La compétence judiciaire en matière d’obligation alimentaire A. B1 prévoit extension de 14 et 15 quand le défendeur est domicilié dans un Etat tiers. la reconnaissance et l’exécution. Revoir art 4§2 du R. soit de la loi du lieu de situation.Le problème c'est que le critère de la résidence habituelle a forte vocation à intervenir. Les droits réels immobiliers subissent la puissance d’attraction soit du for du lieu de situation. en droit conventionnel on a vu que la résidence habituelle prenait du poids. On offre au demandeur le choix de saisir parmi plusieurs tribunaux. Aujourd'hui on continue B1 pour la compétence et convention de la Haye de 73 pour la loi applicable. Autre option : quand la demande d’aliment est accessoire à une demande relative à l’état des personnes. la juridiction compétente pour connaître de l’action relative à l’état des personnes peut connaître de la demande d’aliment. en matière d’obligations alimentaires. Donne compétence au juge du lieu où se trouve la famille. En droit positif actuel. Section 2 : l’obligation alimentaire Difficulté particulière en DIP : question du recouvrement des aliments à l’étranger.

en matière de contrôle de la compétence internationale du juge étranger. les tribunaux français se sont considérés comme compétents sur le fondement de la situation en France de l’immeuble et ce. Dans ce texte les immeubles même ceux possédés par des étrangers. le lieu de situation de l’immeuble en France a été considéré comme un critère de compétence exclusif. par le biais de l’extension de l’article 44 du code de procédure civile. En matière immobilière dans le cadre de B1.3 édictent des règles spéciales en matière contractuelle et délictuelle . indépendant du lieu du domicile du défendeur. à condition que le locataire soit une personne physique et que le propriétaire et le locataire soient domiciliés dans le même Etat membre. A l’inverse. Il y a aussi des règles spéciales en matière contractuelle et délictuelle. La loi réelle s’applique à la nature et au contenu des droits réels et en réalité son application à l’acquisition des droits réels eux même va poser plus de difficultés. Cette règle dans le cadre de B1 a reçu un aménagement depuis 1989 pour les baux d’immeubles conclus pour un usage personnel temporaire et pour une période maximale de 6mois consécutifs … sont également compétents les tribunaux de l’Etat membre dans lequel le défendeur est domicilié. ne s’appliquent que d le défendeur est domicilié dans un Etat membre . Pourquoi appliquer aux biens la loi du lieu de leur situation ? Pour des questions de publicité foncière. En matière immobilière le rattachement à la lex rei sitae est très répandu et figure à l’article 3 al 2 du code civil. L’intervention de la loi de situation du bien s’explique par la tradition territorialiste. sont régis par la loi française. En matière mobilière le lieu de situation des biens est inopérant pour déterminer la compétence du juge. La règle va concerner alors aussi les biens meubles ou immeubles situées à l’étranger. Règle de l’article 22 §1 de B1 : ce texte rappelle qu’en matière de droits réels immobiliers et de baux d’immeubles. les tribunaux de l’Etat membre où l’immeuble est situé. Mais 22 §1 pose une règle de compétence exclusive : sont seuls compétents sans considération de domicile les tribunaux de l’Etat dans lequel est situé l’immeuble. On a exclu les donations immobilières entre époux . La jurisprudence a bilatéralisé le texte comme elle l’avait fait à propos de l’alinéa 3 de l’article 3. La jurisprudence a étendu le domaine de cette règle de conflit de lois aux biens mobiliers qui étaient traditionnellement soumis à la loi personnelle de leur propriétaire. A partir du miment où les tribunaux français ne sont pas exclusivement compétents le juge étranger sera considéré comme compétent quand le litige se rattache à ce juge étranger de manière caractérisé. à l’exclusion de l’aptitude à partager amiablement un bien appartenant à un incapable. Donc compétence de l’art 42. On parle de loi réelle. On justifie l’exclusivité de cette compétence par l’idée d’une bonne administration de la justice car le tribunal du lieu de situation de l’immeuble est considéré comme le mieux placé pour avoir une bonne connaissance des situations de fait. offrent au demandeur une option de compétence. sont seuls compétents sans considération de domicile. Après la jurisprudence SIMITCH. Art 2 du R donne compétence aux tribunaux des Etats membres dans lesquels est domicile le défendeur. Cela permet de paralyser les effets de n’importe quel jugement rendu à l’étranger en matière réelle à propos d’un immeuble situé en France. règles d’urbanisation et d’expropriation… ….Il n’existe pas de grande différence entre le DIP commun et le DIP communautaire. Section 2 : la loi applicable en matière réelle Le critère de rattachement c'est le lieu de situation du bien. la compétence judiciaire va constituer un chef de compétence exclusive.1 et 5. Dans B1 on a des règles fondées sur le lieu du domicile du défendeur = art 2 et 5. A REVOIR !! La CCJE a procédé à une analyse économique du contrat. Ce fondement textuel n’a plus lieu de jouer en droit positif en raison du règlement Bruxelles 1. Mais il existe des exceptions notables. §2 Le domaine de la lex rei sitae Le domaine de la loi de situation du bien s’est progressivement centré sur le droit réel lui-même..la nature et le contenu des droits réels 19 . A. Cette incompétence était constatée aussi quand étaient invoqués les privilèges de juridiction des articles 14 et 15. §1 Le DIP commun En matière immobilière les tribunaux français très stot se sot considérés comme incompétents pour connaître d’un litige réel immobilier portant sur un immeuble situé à l’étranger. §2 Compétence juridictionnelle dans le cadre de B1 B1 s’applique en matière civile et commerciale et édicte en principe des règles de compétence qui vont s’appliquer quand le défendeur est domicilié dans un Etat membre. de façon impérative. Les droits réels immobiliers constituent une exception au domaine d’application des articles 14 et 15 Arrêt WEISS a défini le domaine d’application des art 14 et 15. L’une concerne les clauses attributives de juridiction et autres règles de compétence exclusive. En matière mobilière les choses suivent les gens donc choses mobilières doivent être soumises au même régime que les droits personnels. Art 5. La CJCE a récemment dans un arrêt du 13 octobre 2005 tranché la question à propos de 22 en disant que le droit à utilisation à temps partiel d’un appartement ne peut pas être qualifié de droit réel immobilier entrant de le champ de l’art 22§1.

Bl’acquisition des droits réels De façon traditionnelle on dit que la loi réelle s’applique à tous les modes d’acquisition propres de droit réel . Au moment où l’acquisition a lieu. et es caractères du droit de propriété. que la loi applicable soit la loi réelle ou la loi de la source. Tous les effets obligationels du contrat vont donc relever de la loi du contrat. Ex : le droit du locataire qui s’exerce à propos de la chose louée va relever non pas de la loi réelle mais de la loi du contrat. On exclue alors le système du renvoi. La loi réelle va aussi s’appliquer aux droits qui portent sur la chose . peu importe aussi leur résidence habituelle et peu importe que ces éléments ne désignent pas un Etat contactant à la convention de La Haye. Dans ce système il s’agit de considérer que les époux ont implicitement adopté le régime légal de la loi du lieu de leur 1er domicile conjugal. La loi réelles est censée être rétablie quand la protection des tiers du pays ou se trouve situé le bien rend nécessaire l’application de la loi locale. Dans la convention de la Haye de 1978 : est entrée en vigueur le 1er septembre 1992 et s’applique donc aux époux mariés après cette date. les droits qui s’exercent à propos de la chose échappent à la loi réelle. Convention de Rome de 1980 englobe les contrats qui ont p objet u droit réel immobilier ou un droit d’utilisation d’un immeuble. S’agissant du contenu des droits réels le contenu est en principe soumis à la loi du lieu de situation actuelle du bien. le régime matrimonial est soumis à la loi choisie et la position de Dumoulin a perduré : quand pas de choix on le soumet à l loi du 1er domicile conjugal. Sorte d’attraction par la loi de la source. Implique que l’on recherche dans les règles de compétence territoriale interne. On ne se réfère qu’à la loi matérielle. Art 3 prévoit que le régime matrimonial est soumis à la loi interne désigné par les époux avant le mariage.la détermination de la loi applicable au régime matrimonial 1) la loi est choisie par les époux cette autonomie de la volonté signifie que même si on est en DIP et qu’oni parle pas du droit matériel. En droit commun. Peu importe la nationalité des époux. Quelle loi appliquer quand le bien meuble régi en principe par la loi du lieu de sa situation a été déplacée ? En principe l’acquisition des droits réels relève de la loi applicable au moment où elle est intervenue. On a une consécration partielle de l’autonomie de la volonté car il s’agit de faire une place à la volonté implicite. Depuis. la cour de cassation a retenu le principe de l’autonomie de la volonté des époux pour déterminer la loi applicable au régime matrimonial. en tout ca que le for considère comme propre au droit réel. Elle va définir les choses susceptibles d’appropriation. Cette convention s’applique dès lors qu’elle est en vigueur dans l’Etat du for. La loi réelle va subir une féroce concurrence de la loi de la source c'est à dire loi qui régit l’acte ou fait source de l’acquisition. déterminer les prérogatives du titulaires du droit de propriété. à l’art 1070 du CPC . B2bis ne s’applique pas aux régimes matrimoniaux car ne s’applique qu’aux principes de la désunion. juge fr est compétent si l’époux défendeur réside en France. La vente immobilière sera régie soit par la loi choisie par les parties et c'est à défaut de choix de la loi par les parties que la loi de l’immeuble interviendra d’après la RDC de la convention de Rome. Cette règle va recevoir une exception quand il s’agit de protéger les tiers qui traitent avec l’actuel détenteur du bien. La règle c'est que l’acquisition des droits réels relève de la loi applicable au moment ou l’acquisition est intervenue. Le DIP commun va s’appliquer subsidiairement. convention de la Haye du 14 mars 1978. Cette loi non choisie pourra même être écartée par le juge par une clause d’exception quo permet au juge d’appliquer une loi qui entretiendrait des liens plus étroits que celle du lieu de situation de l’immeuble. entrée en vigueur en 1992 et loi du 28 octobre 1997 a inséré dans le code civil des dispositions issues de la convention de la Haye. §3 Le conflit mobile Le lieu de situation de l’immeuble est immobile donc pas de conflit. 20 . la question de la qualification du bien en bien meuble ou immeuble. Dans ce système.La loi réelle va s’appliquer au régime des biens. L’autonomie de la volonté a connu un franc succès au 19 ème s et cette solution de 1525 a perduré depuis au 19ème s et la cour de cassation a consacré cette solution mais les solutions de DIP commun ne sont plus les seules en matière de régimes matrimoniaux. §2 La loi applicable au régime matrimonial La solution de la loi applicable remonte au 16ème s par le juriste Dumoulin. Quand le juge français sera compétent pour trancher un divorce sur B2bis il devra aussi chercher à fonder sa compétence pour le règlement des régimes matrimoniaux. Va définir les droits réels accessoires et les conditions d’opposabilité aux tiers des suretés et leur condition. si la famille réside en France. A. Chapitre 2 : le droit patrimonial de la famille Section 1 : les régimes matrimoniaux §1 compétence internationale Compétence judiciaire relève du DIP commun. la volonté des parties va avoir une influence sur la détermination de la loi applicable. ou bien qu’ils choisissent la loi applicable après cette même date. Ils vont relever plutôt de la loi de leur source c'est à dire de la loi du fait ou de l’acte juridique qui leur a donné naissance. les démembrements de ce droit de propriété. qui dans une consultation faite aux époux DE GANE 1525 a proposé un système qui a depuis été largement repris.

Dans le code civil. b- Changement automatique Dans l’hypothèse ou les époux ont choisi la loi applicable ou établi un contrat de mariage si ils changent de nationalité ou de résidence habituelle la loi qui était initialement applicable reste la même. La convention prévoit 3 cas de mutabilité automatique de loi applicable : art 7 : – la loi de la nouvelle résidence va s’appliquer quand elle coïncide avec la loi nationale commune des époux. Convention de la Haye de 1978 : en l’absence de choix de loi par les époux elle ne recherche aucune volonté implicite. Ils ne pourront choisir que parmi certaines lois. Mais y a une précision : à l’occasion de la désignation de la oi applicable avant le mariage les époux peuvent désigner la nature du régime matrimonial choisi par eux. C. Cette solution permet que les biens des époux soient soumis à une loi unique quel que soit le moment de l’acquisition. B. Dans l’hypothèse où es époux n’ont pas choisi de loi applicable on en l’absence de choix la convention prévoit un rattachement objectif. Art 4 : on va appliquer la loi de la 1ère résidence habituelle commune après le mariage. la détermination de la composition des patrimoines (actif et passif) et la question des pouvoirs des époux et de leurs obligations l’un envers l’autre. – S’applique aussi quand la résidence habituelle des époux a duré plus de 10 ans depuis le mariage – Quand les époux qui étaient de nationalité commune n’avaient pas de résidence habituelle commune mais en acquièrent une. On a ajouté une règle matérielle de DIP : on exige que le contrat de mariage soit toujours un écrit daté et signé des deux époux. Les époux peuvent à tout moment choisir une loi applicable unique pour régir l’ensemble de leurs biens. Forme du choix de la loi : il doit être exprès ou résulter indubitablement des dispositions du contrat de mariage. Lois qui sont présumées entretenir des liens étroits avec la situation des époux. 2) loi applicable à défaut de choix des époux En DIP commun la cour de cassation recherche une volonté implicite des époux par le biais de tous les indices jugés probants. Pour les tiers la solution est plus compliquée. La loi nouvelle va s’appliquer aux bines acquis après le changement de loi mais aussi aux biens acquis avant. 21 . ou alors loi de la résidence habituelle de l’un ou l’autre au moment de la désignation et loi de la 1ère résidence habituelle de l’un ou l’autre après le mariage. Quels sont ces choix ? Les époux pourront choisir la loi nationale de l’un d’eux au moment du choix. Le changement de loi applicable va emporter un effet rétroactif au moment du mariage. Mais il prévoit toutefois l’application de la loi nationale dans 3 cas : – quand après le mariage il n’y a pas de résidence commune des époux – si l’Etat de la nationalité des époux partie à la convention de la Haye a fait une déclaration en ce sens – quand les époux ont la nationalité d’un Etat tiers c'est à dire non contractant à la convention de la Haye qui reconnaît la compétence à la loi nationale commune des époux en cette matière et les époux se sont établis dans un Etat tiers dont la règle de conflit désigne aussi la loi nationale commune. A la différence du changement volontaire ce changement automatique n’est pas rétroactif. Changement est limité : les époux ne peuvent choisir que la loi nationale de l’un d’eux ou la loi de la résidence habituelle de l’un d’entre eux au moment de la désignation. Forme du contrat de mariage va être soumise à une règle alternative : le contrat de mariage est valable ne la forme si celle-ci répond soit à la loi interne applicable au régime matrimonial (loi du fond)soit à la loi du lieu où le contrat a été passé. A défaut de nationalité commune et de résidence habituelle commune la loi applicable d’après la convention est la loi qui présente les liens les plus étroits avec le régime matrimonial. La loi de 1997 a adapté la convention de 1978 et a essayé de trouver une solution particulière : art 1397-4 : quand la désignation de la loi applicable est faite au cours du mariage cette désignation prend effet entre les parties à compter de l’établissement de l’acte et à l’égard des tiers 3 mois après que les formalités ont été accomplies.Les possibilités de changer la loi applicable Autorisée par la convention de la Haye de 1978 Il y a dans cette convention 2 possibilités de changement : achangement volontaire = art 6 de la convention : peuvent en cours de mariage décider de soumettre leur régime matrimonial à une loi autre que celle jusqu’alors applicable L’article 1397-3 précise qu’ils peuvent choisir la nature de leur régime matrimonial. Dans cette hypothèse. La loi de 97 a précisé que ce choix devrait être inscrit en marge de l’acte de mariage.le domaine de la loi applicable Loi applicable va concerner l’organisation du régime. La cour de cassation énonce que la détermination de la loi applicable au régime matrimonial d’époux mariés sans contrat doit être faite principalement en considération de la fixation de leur 1er domicile conjugal. On aura bien 2 séries de règles qui vont s’appliquer : loi française avant le changement de loi applicable puis l’autre loi après. art 1397-3 : y ale même principe que celui de l’art 3 de la convention. Autonomie de la volonté donc encadrée. en cas de conflit mobile (modification du rattachement) la loi nouvelle peut s’appliquer mais seulement quand c'est la loi de la résidence habituelle. le fonctionnement du régime. Elle détermine aussi la question de savoir si les époux ont ou non la possibilité de changer de régime sans changer de loi. Que peuvent choisir les époux ? Le choix de la loi va être limité.

de la résidence habituelle. de 1961 qui a la même date que celle de la Haye concernant la protection des mineurs.la concurrence d’autres lois La loi nationale des intéressés va s’appliquer à la question préalable de la détermination du lien familial qui postule la qualité d’héritier. Ce sont des règles internes avec un champ d’application territoriale telle que ces règles vont s’applique à des situations internationales. du domicile. B1) la mise en œuvre de la loi successorale le renvoi En matière de succession la question du renvoi a été discutée en doctrine mais c'est bien en matière de succession que le renvoi a été admis par la jurisprudence la 1ère fois. La difficulté de ce rattachement est que malgré sa simplicité il conduit à morceler la succession si plusieurs immeubles se trouvent disséminés entre plusieurs Etats. il existe des lois de police en matière de régimes matrimoniaux. Art 14 et 15 peuvent intervenir mais jouent subsidiairement. Mais le DIP français n’a pas adopté cette solution.De plus. bPour les successions mobilières on a une coïncidence car la loi applicable aux successions mobilières est celle du dernier domicile du défunt LABEDAN 1939. Il se peut que la protection des tiers requiert que la loi réelle s’applique. Un arrêt disait que le renvoi devait être obligatoire hors exception : 21 mars 2000 Ballestiro 22 . Pour les conditions de forme il faut se référer à la convention de la Haye sur les conflits de loi en matière de forme des dispositions testamentaires. Il existe 2 règles : pour les successions mobilières on étend la règles de l’at45 / pour les successions immobilières. Section 2 : les successions §1 La compétence judiciaire Les successions et les testaments ne sont pas compris dans le champ d’application des règlements communautaires. la capacité de conclure un contrat de mariage ne sera pas régie par la loi du régime matrimonial. Chaque loi successorale va déterminer les causes d’ouverture de la succession les qualités pour succéder. Une disposition testamentaire est valable en la forme si elle obéit aux conditions de la loi interne du pays de la nationalité. C'est la loi de la capacité qui va déterminer cette question là c'est à dire la loi nationale de l’intéressé. En matière immobilière la question du renvoi se pose très rarement car quand le juge français est compétent en matière de succession immobilière c'est parce que l’immeuble est situé en France. Dans certains cas ça lui donne la possibilité de faire jouer le renvoi. §2 La loi applicable aux successions A1) a- La détermination de la loi successorale les successions ab intestat successions immobilières On peut se référer à l’article 3 al 2 du code civil qui n’a pas vocation à régir spécifiquement les successions mais qui pourtant dit que les immeubles sont en principe soumis à la loi du lieu de leur situation. question de la répartition des parts… 1) les successions testamentaires Ici il existe une convention de la Haye. Distinction entre conditions de fond et de forme : S’agissant des conditions de fond comme testament est un acte de volonté on pourrait laisser à son auteur le choix de la loi applicable. La loi du régime matrimonial va subir la concurrence d’autres lois : d’abord. A. Art 45 CPC donne compétence au tribunal du lieu du dernier domicile du défunt. Donc testament se soumis à la même loi qui régit les successions ab intestat c'est à dire la loi successorale. Application de l’art 3 al 2 aux successions date de l’arrêt STEWART de 1837. On n’a que les règles de compétence de droit commun qui en principe sont fabriquées à partir des règles de compétence territoriale internes qui sont dans le CPC mais attention : en matière de succession on n’a pas étendu la règles interne de compétence territoriale mais on l’a adaptée pour faire une règle propre spécifique aux successions. Dans certaines décisions récentes le principe tend à être ébréché. Cette difficulté est d’autant plus accentuée qu’en principe les tribunaux français ne pourront connaître que de la succession de l’immeuble qui serait dans l’Etat du for. Mais cette règle a été adaptée aux successions internationales. Les questions liées à la séparation judiciaire vont relever de la loi du for. La loi personnelle va aussi régir la capacité d’exercice de l’option de l’héritier si une option st prévue par la loi successorale et si cet héritier est mineur. Les lois de police sont représentées par les règles relatives au régime primaire. La loi successorale va être écartée au profit de la loi réelle alors qu’en principe c'est une question qui soit être soumise à la loi du dernier domicile du défunt. du lieu de rédaction ou du lieu de situation des immeubles. Tout ce qui concerne l’exécution et les formalités des actes de liquidation vont relever de la loi du for. en principe. Juge français se dit compétent alors même que l’immeuble est situé à l’étranger. le juge français n’est compétent que si l’immeuble se trouve en France.

elles sont exclusives : tribunaux désignés par cet article sont les seuls compétents. En l’absence de désignation du tribunal compétent. C'est une énumération limitative. De plus. D’abord. soit sur les articles 15 et suivants (règles de protection de la partie faible). Section 1 : la compétence exclusive des tribunaux des Etats membres Art 22 énumère plusieurs cas de compétence exclusive. la propriété. Si décision devait être rendue par un juge d’un Etat membre en violation de al règle de compétence exclusive cette décision qui serait appelée à circuler ne pourrait pas bénéficier devant le juge requis des règles de reconnaissance et d’exécution posée par le droit communautaire. la consistance.2) l’ordre public loi ki instaure des discriminations entre successibles serait écartée au nom de l’OP 3) droit de prélèvement Loi 1819 instaure au profit des français un droit de prélèvement dans l’hypothèse d’un partage d’une même succession entre héritiers français et étrangers : les français prélèveront sur les biens situées en France une portion égale à la valeur des biens situés en pays étrangers dont ils seraient exclus en vertu des lois locales. Art 22-1 n’englobe pas l’ensemble des actions qui concernent les droits réels immobiliers mais seulement celles qui toutes à la fois entrent dans le champ d’application du règlement. Question de l’effet réflexe : L’art 22 ne vise que les cas où les critères de compétence exclusive se réalisent dans des Etats membres. §2 La compétence en matière immobilière Art 22-1 A. Soit les juges des Etats membres sont compétents en vertu d’une compétence exclusive quel que soit le lieu du domicile du défendeur soit les juges des Etats membres sont compétents en vertu d’une clause attributive de juridiction. alors règles de compétence du DIP commun. §1 Force obligatoire des règles de compétence exclusive Règles de 22 sont dotées d’une FO très contraignante. sous réserve de celles concernant les baux d’immeubles échappent au domaine de cet article. = art 23 de B1 intervient quel que soit le lieu du domicile du défendeur. de clause exclusive et si défendeur est domicilié dans un Etat tiers. A l’inverse. va relever de cet article. Règle matérielle qui corrige l’application de al loi matérielle désigné par la RDC. elles ont une force particulière à l’égard du juge qui doit d’office se déclarer incompétent s’il est saisi alors qu’un autre juge d’un Etat membre est compétent sur fondement de l’art 22. ces règles sont impératives : elles s’imposent aux parties de sorte qu’elles ne peuvent y déroger par une clause attributive de juridiction. soit sur l’art 5§1 du règlement. les juridictions d’un Etat membre pourront être compétentes en matière contractuelle soit sur le fondement de l’art 2 du règlement. principal. Ex : si un litige s’élève à propos de la validité d’un brevet déposé dans un Etat tiers il paraitrait logique que le juge de l’Etat membre saisi de la question de la validité se déclare incompétent car le brevet a été déposé dans un Etat tiers. En l’absence de clause attributive de juridiction et de clause exclusive. Enfin. 23 .Principe de la compétence exclusive du lieu de situation de l’immeuble 1) les droits réels immobiliers Tt ce qui concerne des actions fondées sur un droit réel immobilier. des actions personnelles. A chaque fois que le critère compétence visé par l’une des règles de l’art 22 se réalise sur le territoire d’un Etat membre il y a compétence exclusive des tribunaux de cet Etat. 3ème PARTIE : LES OBLIGATIONS Titre 1 : les obligations contractuelles Chapitre 1 : la compétence judiciaire en matière contractuelle RB1 peut s’appliquer en la matière car ce règlement règle la question de la compétence judiciaire dans les matières civiles et commerciales. Mais on peut penser que ce texte devrait avoir un effet réflexe c'est à dire jouer également si le critère devait se réaliser dans un Etat tiers. et sont au nombre de celles qui tendent à déterminer l’étendue. la possession d’un bien immobilier ou l’existence d’autres droits réels sur ces biens et a assurer au titulaire de ces droits réels la protection des prérogatives attachées à ce droit réel 2) les baux d’immeubles On soumet à la compétence exclusive du lieu de situation de l’immeuble les baux d’immeuble. Action en réparation d’un dommage causé par un immeuble ne relève pas de 22 : c'est une action personnelle Les actions mixtes par exemple action en annulation d’une vente immobilière va aussi échapper à cet article 22 Donc notion de droit réel immobilier de 22 est interprété strictement dans REICHERT 1 du 10 janvier 1990 CJCE a considéré qu’une action paulienne intentée par les créanciers à propos d’une action immobilière qui lui avait été consentie par son débiteur ne relève pas de l’art 22-1. accessoire. On a proposé cela même si défendeur est domicilié dans un Etat membre. Art 46 donne une option au demandeur et art 14 te 15 qui s’appliquent en matière contractuelle.

3) situation internationale Faut il que la relation juridique en cause soit elle même internationale pour qu’ l’art 23 s’applique ? Il y a une tendance à appliquer l’art 23 que si la situation est en elle même internationale mais cette internationalité peut résulter de la simple différence de domicile entre les parties. On permet de donner effet alors même qu’une règle de compétence donne compétence au tb d’un Etat membre.exception en matière de location saisonnière Affaire ROSLER 15 janvier 1985 CJCE : contrat de bail de 3 semaines passés entre 2 allemands domiciliés en Allemagne portant sur une maison de vacances en Italie. CJCE dit que les tribunaux de chaque Etat sont exclusivement compétents pour statuer respectivement sur les biens situés sur leur territoire. la convention qui attribue compétence ne doit pas être une convention générale elle doit être spéciale : viser les différents nés ou à naitre à l’occasion d’un rapport de droit déterminé. » 24 . la clause attributive de juridiction est valable si c'est une convention écrite ou si c'est une convention verbale confirmée par écrit . pour statuer sur les contestations relatives à l’existence du bail… En revanche. La clause ne peut pas porter atteinte aux compétences exclusives de l’art 22. A. Su le fond. Les tribunaux des autres Etats membres ne peuvent pas connaitre du litige tant que le tribunal désigné par la clause n’a pas désigné sa compétence. Mais quid quand location de vacances réalisée par une agence de voyage ? En réalité de ce cas on ne sait plus si on est en présence d’un contrat de bail ou d’un contrat complexe de prestations de services. Si cette clause est valable d’après le DIP commun et que le demandeur saisit néanmoins un tribunal d’un Etat membre au motif que le domicile du défendeur y est. le paiement de dommages causés par le locataire. une convention qui serait juste conforme aux habitudes des parties. Si elle désigne un tribunal d’un Etat tiers en dérogeant à la compétence des tribunaux d’un Etat membre alors ça intéresse le système du règlement. 2) désignation d’un tribunal d’un Etat tiers La clause doit désigner un tribunal d’un Etat membre. Mais dans un arrêt du 27 janvier 2000 DANSOMMER la CJCE a décidé le contraire. La CJCE dit que ce n’est pas un contrat de bail mais un contrat d’entreprise. L’exception est la suivante : dans 22-1 al 2 on ouvre une option de compétence au profit des tribunaux de l’Etat du domicile du défendeur permettant de revenir à la règle du tribunal du domicile du défendeur a certaines conditions : – bail est conclu en vue d’un usage personnel temporaire pour une durée maximale de 6 mois consécutifs – le locataire et le propriétaire doivent être domiciliés dans le même Etat membre. Art 22 s’applique pour des actions concernant le paiement des loyers. Mais dans l’hypothèse où on a un bien situé à cheval sur la frontière qu’on ne peut pas partager on aurait du mal à exercer la scission. y a une sorte de priorité accordée. alors le domicile de l’Etat membre devra invoquer l’exception d’incompétence soulevée par le défendeur. donc allemands ont du plaidé en Italie. ou encore conforme aux usages du commerce international. Il pose des conditions pour s’appliquer : le domicile des parties : pour que ce texte joue et puisse dire si a clause est valable il faut que l’un des parties au moins ait son domicile sur le territoire d’un Etat membre. souhaitable qu’il y ait une coïncidence des compétences lég et judiciaires. De même que ya un lien étroit entre régime juridique de la propriété immobilier et les législations sur les loyers. peu important que ce soit le défendeur ou le demandeur. C'est un bail d’immeuble . Si aucune des parties n’est domiciliée dans un Etat membre mais que la clause désigne les tribunaux d‘un Etat membre. La clause ne va pas relever de l’art 23 mais du droit international privé commun. La cour a dit oui.  arrêt CJCE HACKER contre EURORELAIS 26 février 1992 : organisateur de voyage et le client étaient domiciliés en Allemagne et l’organisateur s’est engagé à céder au client l’usage d’une maison de vacances dont il n’est pas propriétaire et située aux PB. De même. c'est le cas aussi pour le fonds de commerce Y a 22-1 quand l’immeuble est transfrontière Dans arrêt SCHERRENS 6 juillet 1988 CJCE s’est prononcée sur cette hypothèse : le bail portait sur une propriété agricole située pour partie au PB et pour partie en Belgique. Question était de savoir si l’art 16 de la convention de Bruxelles devenu art 22 s’appliquait à ce litige né de ce contrat.Cette solution est justifiée car il existe un lien étroit entre les baux et le régime juridique de la propriété immobilière. Mais cette scission de compétence était concevable. §2 La prorogation tacite de compétence  art 24 « En principe la comparution du défendeur entraine prorogation de compétence. A. Lors de la convention de 89 on a ouvert une exception à la compétence exclusive des lieux de situation de l’immeuble.conditions de validité de la clause attributive de juridiction de l’art 23 Sur le plan de la forme. On recherche quel est e territoire dominant et confier la compétence exclusive à cet Etat. Section 2 : la question des choix du tribunal compétent §1 Clause attributive de juridiction A1) Critères d’application de l’art 23 du R Cette disposition est un système à lui seul. les litiges qui ne se rapportent qu’indirectement à l’usage de la propriété louée ne donnera pas application 22-1.

Cette prorogation tacite est elle subordonnée à la condition que le défendeur soit domicilié dans le territoire d’un Etat membre. L’action du sous acquéreur contre le fabricant relève de 5§3 c'est à dire de la responsabilité délictuelle. Ce même arrêt précise qu’on ne doit pas distinguer l’obligation de sa sanction. Intégré dans texte de al convention en 1978 et on continue aujourd'hui à utiliser la notion de l’obligation qui sert de base à la demande. La faute commise lors de la rupture en période précontractuelle est exclue de 5§1. elle dit que ce n’est pas non plus l’obligation caractéristique du contrat. En 1978 on a précisé sous l’influence de la jurisprudence de la CJCE. l’obligation litigieuse était une obligation de ne pas faire de sorte qu’elle n’était pas susceptible de localisation : CJCE a considéré que comme 5 inapplicable il faut revenir à l’art 2 = arrêt BESIX 19 février 2002. l’art 5§1 doit être entendu comme désignant le lieu de l’obligation non exécutée pour laquelle on demande des DI et non pas le lieu où doivent être versés les DI. En 1968 date à laquelle la convention de Bruxelles a été rédigée. B1) L’obligation qui sert de base à la demande la solution générale pour tous les contrats En 1968 le texte disait que le demandeur pouvait choisir le tribunal du lieu où l’obligation a été ou doit être exécutée. 5§1 est donc inopérant. Un arrêt JAKOB HANDTE du 17 juin 1992 CJCE : considère qu’il ne peut y avoir situation contractuelle quand il n’existe aucun engagement librement assumé d’une partie envers une autre. On considère que le tribunal est compétent par prorogation tacite de compétence. qui est en principe incompétent d’après les règles de B1 . si on forme une demande en DI mais que cette demande est formée pour inexécution de l’obligation. Art 5 de façon générale énumère 7 options de compétence pour plusieurs matières : – matière contractuelle – obligation alimentaire – Matière délictuelle … Ce texte a subi une évolution. bl’obligation principale parmi les obligations litigieuses 25 . Le juge ne pourra plus relever d’office son incompétence.Si le demandeur saisit un tribunal d’un Etat membre. le défendeur comparait néanmoins et ne conteste pas cette compétence. Dans B2bis on n’a pas le même système de comparution. Il y a des difficultés en cas d’annulation du contrat. la jurisprudence de CJCE antérieure à 2000 vaut encore. alors dans cette hypothèse. A. si une indemnité est réclamée mais sans qu’elle soit la sanction de l’inexécution de l’obligation litigieuse. Section 3 : le tribunal compétent en matière contractuelle en l’absence de compétence exclusive et de choix par les parties B1 pose une règle de compétence spéciale à l’art 5§1 §1 Règle de compétence spéciale en matière contractuelle Est spéciale par rapport à la règle de l’article 2.La matière contractuelle Depuis arrêt 22 mars 1983 Martin Peters CJCE : la matière contractuelle de l’art 5§1 est une notion autonome c'est à dire qu’elle exclut le renvoi au droit interne de l’un ou l’autre des Etats membres concernés. On doit se tourner vers le lieu d’exécution des obligations du contrat qui ne sont pas litigieuses. Cet article 5§1 ne s’applique pas si litige oppose sous acquéreur d’une chose et un fabricant. Elle dit que c'est l’obligation qui sert de base à l’action en justice qu’il faut prendre en compte. le demandeur pouvait choisir en matière contractuelle le tribunal du lieu où l’obligation a été ou doit être exécutée. Par exemple. doit bénéficier d’un for distinct c'est à dire ne pas être rattachée au lieu d’exécution de l’obligation litigieuse. CJCE KALFELIS 27 septembre 1988 : CJCE dit qu’un tribunal qui est compétent sur l’action délictuelle ne peut pas connaitre de l’action contractuelle. A l’occasion de la transformation de la convention de Bruxelles en règlement communautaire on a modifié l’art 5§1. Montre limites de la jurisprudence DE BLOOS. L’indemnité de préavis n’est pas une indemnité autonome car c'est une indemnité de sanction. qu’il s’agissait de l’obligation qui sert de base à la demande. En 1989on a ajouté dans le texte de la convention des dispositions propres au contrat de travail. Mais de quelle obligation s’agissait-il ? al’obligation qui sert de base à la demande L’arrêt DE BLOOS de la CJCE 6 octobre 1976 qui a dégagé cette solution. L’obligation à retenir ce n’est pas l’une quelle conque des obligations nées du contrat . En revanche. mais une indemnité autonome d’après le droit applicable au contrat alors cette obligation. dit l’arrêt . Ex : litige qui oppose acheteur et vendeur. On peut admettre que c'est préférable de subordonner cette compétence si défendeur est domicilié dans un Etat membre pour éviter de rattacher à la communauté des litiges qui n’auraient pas de lien avec elle. Acheteur se prévaut d’une livraison de marchandises défectueuse et le vendeur du non paiement du prix. Dans une espèce. Il y a2 obligations litigieuses qui devraient être portée chacune devant un tribunal différent. Art 5§1 permet au demandeur d’avoir une option de compétence qui va pouvoir. C'est à dire c'est l’obligation litigieuse. en plus du tribunal offert par l’art 2 de choisir un autre tribunal. Si le défendeur contestait la compétence du juge saisi alors le juge serait obligé de vérifier sa compétence et de statuer sur cette compétence.

Si y a unification du droit matériel on va voir détermination unique du lieu d’exécution de telle ou telle obligation et le juge pour déterminer sa propre compétence judiciaire va se contenter d’appliquer la règle de la convention qui unifie le droit matériel et détermine le lieu de l’exécution. La compétence 26 . Le problème est que pour appliquer cette règle matérielle. Par ailleurs les parties ont la possibilité de choisir le juge par le biais d’une clause attributive de juridiction. Shenavai ne vaut que pour les obligations contractuelles. Cette solution st intéressante car elle va en principe permettre un alignement de la compétence Y a certaines difficultés. CJCE groupe Concorde du 28 septembre 1999 : identification de l’obligation principale. Si la règle de conflit de loi est identique quel que soit le juge saisi la loi applicable ne se raps différent. le tribunal du lieu ou les marchandises ont été ou auraient du être livrées. cette recherche peut être difficilement réalisée sans le recourt à la loi applicable. La CJCE a donné une méthode pour déterminer le lieu d’exécution : arrêt TESSILI du 6 octobre 1976 cette méthode vaut pour tous les contrats qui ne sont pas des contrats de vente ou de fournitures de services. qui réalisait des prestations pour une société allemande. Ce paiement selon le droit des Etats membres est tantôt portable (c'est à dire est censé s’exécuter au lieu du domicile du créancier) ou quérable (on va le chercher chez le débiteur). Rédacteurs ont choisi des rattachements fixes. Si dans un Etat tiers on propose de rechercher la compétence du trib d’un Etat membre en vertu du lieu de l’exécution d’une obligation litigieuse = on revient à la règle générale de 5§1a Il se peut qu’il y ait des lieux d’exécutions multiples : il peut y avoir plusieurs lieux de livraison possible.Dans un arrêt SHENAVAI du 15 janvier1987 CJCE reconnaît que la compétence du juge du lieu de l’exécution de l’obligation qui sert de base à la demande ne donne pas de solution quand le litige porte sur plusieurs obligations litigieuses qui découlent d’un même contrat. Aure difficulté : il se peut que le lieu d’exécution soit impossible à déterminer. Pour les fournitures. Inconvénients de cette jurisprudence sont atténués quand il existe des conventions internationales qui unifient les règles de conflit de loi ou le droit matériel. Pour savoir si la convention de Vienne s’applique ça ne dispense pas le juge saisi de déterminer la loi applicable à l’obligation litigieuse. Quand les parties ont désigné dans le contrat le lieu d’exécution de l’obligation litigeuse la jurisprudence TESSILI ne s’applique pas. La formule retenue laisse à désirer. Il se peut aussi que des marchandises soient livrées dans un pays A alors qu’elles devraient l’être dans un pays B. 2) solutions particulières pour les contrats de vente et de fournitures de service Les rédacteurs du règlement ont voulu rompre avec la jurisprudence traditionnelle donc TESSILI et ont prévu que l’option de compétence serait ouverte à l’égard du tribunal du lieu de livraison de marchandise ou du lieu de fourniture des services. On pourrait retenir aussi le lieu d’exécution de l’obligation principale si plusieurs livraisons ou revenir à 5a. 1) les solutions particulières à certains contrats Auteurs du règlement se sont dit qu’il fallait limiter les conséquences malheureuses de 5§1. On peut penser que le demandeur aura le choix parmi les différents lieux de marchandises. La CJCE a indiqué que le juge devra se tourner dans ce cas vers l’obligation principale pour déterminer sa compétence avec pour effet que cette solution va assurer la concentration des compétences devant un juge unique. pour savoir si la convention d’unification s’applique il faut savoir quelle est al loi applicable. Mais cet exemple n’est plus applicable. Les contrats d’application conclus entre le concédant et les concessionnaires ou entre le distributeur et les revendeurs doivent ils être analysés en des contrats de vente ? Quid du crédit bail ? Sera une fourniture de services ou d’objet ? A. si est inclus dans un ensemble plus complexe. Art 2 ou tribunal du lieu ou les servies ont été fournis ou auraient dus être fournis.le lieu d’exécution de l’obligation qui sert de base à la demande La difficulté est grande quand l’obligation litigieuse est une obligation de paiement. Ex : convention d’unification du droit matériel qui unifie le droit de la vente : convention de Vienne du 11 avril 1980. Pourtant la jurisprudence a confirmé la solution de TESSILI dans Group Concorde. La jurisprudence récente a été réticente à appliquer l’arrêt TESSILI car souvent on se rend compte que l’obligation litigieuse est localisée sans qu’on le dise vraiment selon telle loi. Si par exemple les parties décident que le remboursement d’un parte doit avoir lieu à Munich ce sont les tribunaux allemands qui seront considérés comme les tribunaux de l’exécution de l’obligation litigieuse. Quand ct de vente est conclu dans le cadre d’un réseau de distribution on se demande si c'est un contrat de vente autonome. Pour les contrats de vente et de fourniture de services le nouveau texte décide qu’en principe l’option va être ouverte pour le demander entre tribunal du domicile du défendeur (Art 2) et pour le contrat de vente. Dans cette convention y a une règle qui dit que dans la vente internationale de marchandises le prix est payé au domicile du vendeur. 1) la solution générale de l’arrêt TESSILI Dans cet arrêt la CJCE dit que lieu ou l’obligation doit être exécutée est déterminée conformément à la loi qui régit les obligations litigieuses d’après les règles de conflit de la juridiction saisie. Civ 1ère 14 novembre 2007 : il s’agissait d’une société française qui était spécialisée dans la conception d’emballage. C'est une manière de dire qu’on a choisi le lieu de l’exécution caractéristique du contrat. ils ont traité à part 2 catégories de contrat : les contrats de vente et ceux de fourniture de services. ça ne dispense pas le juge de déterminer la loi applicable . Elle saisit le TCom de Pairs pour obtenir le paiement. Problème à propos du paiement.

Les dispositions vont assurer une option de compétence à la partie faible demanderesse alors que si elle est défenderesse elle va être assignée devant les juridictions de son domicile.pourra aussi saisir le for de al succursale de 2 façons différents :sur le fondement de l’art 5-5 si l’assureur défendeur est domicilié dans un Etat membre ou si le défendeur est domicilié dans un Etat tiers et qu’il a une succursale dans un Etat membre alors les juridictions de cet Etat membre pourront être compétentes : art 9-2. une demande reconventionnelle ou un appel en garantie il est logique de donner la possibilité au demandeur partie faible de regrouper les différentes actions devant un seul juge. en principe les règles de compétence communautaire ne s’appliquent pas sauf celles qui reposent sur l’art 22 et celles qui entrent dans le cadre de l’art 23. A. il s’agit de conférer une protection maximale à la partie faible sur le terrain de la compétence judiciaire. Aujourd'hui dans B1 les dispositions sont les suivantes : 8 à 14 = assuré. Ce peut être le for du domicile de la partie faible. On interprète restrictivement el domaine des textes spéciaux Quand défendeur est domicilié dans un Etat tiers. Il saisit la juridiction française et réclame la condamnation de la société mère et de la filiale. Une question préjudicielle a été posée à la CJCE : art 6 s’applique t il au contrat individuel de travail ? CJCE dit non. La cour de cassation casse car elle considère quel les services ont été fournis en Allemagne. Il utilise l’art 6 pour attraire la société anglaise devant les juridictions françaises. §2 Les formes de protection de la partie faible En 68. Donc pour tous ces contrats il faudra avoir recours à 51 a. Une règle donne compétence générale aux tribunaux du domicile du défendeur et on a ensuite une règle qui va fixer des exceptions à cette règle générale. emprunteur à tempérament En 1978 la protection a été étendue au consommateur à certaines conditions (donc pas seulement à l’acheteur à tempérament) et en 89 on a intégré des dispositions relatives aux salariés. protégée. le preneur. Art 6 est un texte qui concerne la pluralité de défendeurs et qui permet d’attraire un défendeur domicilié dans un Etat membre devant le tribunal du domicile d’un autre défendeur. Art 5-5 : on peut donner compétence à une juridiction autre que celle du lieu d’établissement de la société tant que le défendeur est domicilié dans un Etat membre et s’il s’agit d’une gare principale. art 6 ne s’applique pas à un litige relevant des règles spéciales au contrat de travail. que le défendeur soit le bénéficiaire. sous réserve des articles 22 et 23. Question est de savoir si l’art 6 est exclu ou non. La simplification voulue n’est pas réalisée. Est licencié. Art 6 ne figurent pas dans les systèmes des articles 18 à 21. Autre exemple : arrêt Civ 1ère 23 janvier 2007. une agence ou tout autre établissement dans un Etat membre alors il est considéré pour les contestations relatives à l’exploitation de cette successorale. ou l’assuré. ils ne sont pas soumis aux articles 2 à 5. Si l’assureur est défendeur le principe reste celui de la compétence des tribunaux du domicile du défendeur (art 8) mais le demandeur va bénéficier d’une option c'est à dire va se voir reconnaître plusieurs possibilités pour diriger son action. La structure de chaque règle de protection de la partie faible est identique. et 5 mars 2008  cour de cassation considère a propos d’un contrat de concession ou de distribution exclusive que ce contrat n’est ni une vente de marchandises ni une fourniture de services. On revient au jeu normal des règles de compétence de droit commun c'est à dire celles qui ne sont pas communautaires. Les personnes concernées étaient l’assuré. comme ayant son domicile sur le territoire de cet Etat. A rattrpaer !! Conclusion sur 5§1 : très compliqué et certains auteurs ont carrément proposé de le supprimer. 26 septembre 2007. 15 à 17 consommateur et 18 à 21 le travailleur. Règles protectrices de la partie faible dans B1 constituent des systèmes indépendants par rapport à l’art 2 Pour les contrats soumis à l’art 8 à 21 . Par la suite son contrat est repris par la société mère anglaise dans un nouveau contrat qui spécifie le maintien des droits acquis dans le contrat initial. Pas d’option de compétence pour la partie forte demanderesse. Ces options ne sont ouvertes que si le for se trouve à l’intérieur d’un Etat membre. 27 . S’agissant des compétences dérivées quand y a des coassureurs défendeurs. Le tribunal saisi peut aussi correspondre au tribunal du lieu du fait dommageable dans 3 cas : – assurance de responsabilité – assurance qui porte sur des immeubles – assurance qui porte à la foi sur des immeubles et des meubles couverts par la même police et atteints par le même sinistre le demandeur partie faible . La position de la cour de cassation semble s’expliquer par le fait que la localisation de la fourniture de services doit être détachée de la seule dimension matérielle.règles de compétence en matière d’assurance = art 8 à 14 du règlement Si l’assureur est demandeur alors art 12 attribue compétence aux tribunaux de l’Etat du domicile du défendeur. Ex : salarié embauché par la filiale française d’une société anglaise et placé en Afrique pour son travail.du TCom est contestée. La CA considère que les services en question ont consisté en la réalisation de maquette en France peu important qu’elles soient ensuite destinées à l’Allemagne. Les textes réciproques de la parties s’appliquent sous réserve des articles 4 et 5-5 Art 4 = dit que les règles sont applicables si le défendeur est domicilié dans un Etat tiers. acheteur. Mais il ressort des textes spécifiques à la protection de la partie faible que quand le cocontractant de la partie faible n’est pas domicilié sur le territoire d’un Etat membre mais possède une succursale.

On a voulu viser le commerce électronique et le seul consommateur « passif » par opposition à actif. 22 ne devrait pas s’appliquer à des contrats conclus par des consommateurs. Ne concerne que les contrats de time share. d’un Etat tiers si le consommateur a son domicile ou sa résidnece habituelle en France ou si le bien est situé sur le territoire de l’Etat membre ou partie à la convention de Lugano. convention de Rome a été remplacée par le règlement communautaire de Rome 1. 1) les règles de compétence Le consommateur et défendeur : il ne peut être attrait que devant les juridictions de son domicile. On pense qu’il faut que le site invite le consommateur à la conclusion de contrat sà distance.S’agissant des clauses attributives de juridiction : des clauses attributives de juridictions qui sont moins favorables à la partie faible que les règls des articles 8 à 14 ne peuvent être conclues que postérieurement à la naissance du différent. Le consommateur est demandeur : il va avoir une option : soit saisir le tribunal du domicile du professionnel ou bien le tribunal du lieu de la succursale. puis se sont ajoutées des conventions d’unification du DIP : convention de La haye de 1955 qui porter sur la loi applicable aux ventes à caractère international d’objets mobiliers corporels . l’art 22 vise les baux d’immeubles mais aussi les locations de courte durée à usage personnel et donc a priori cet article semble viser le consommateur. Elles ont été maintenues dans B1 mais B1 a mis ces règles protectrices du travailleur au même plan que les règles protectrices de la partie faible. on va viser le tribunal du lieu de l’établissement d’embauche. puis remplacée par la convention de Rome du 19 juin 1980 sur la loi applicable aux obligations contractuelles . Question concernant le contrat de consommateur conclu à propos d’un immeuble : faut-il réserver le jeu de l’art 22 ? Non comme l’art 15 ne réserve pas le jeu de l’art 22. Donc faudra recourir au DIP Ensuite. Directive sur le détachement des travailleurs effectué dans le cadre d’une prestation de service du 16 décembre 1996 transposée par le décret du 29 mai 2000 à l’art R517-1-1 On a ajouté une règle de compétence particulière qui vise le tribunal du lieu où le travailleur est détaché. Règles concernent les contrats de travail individuels et vont permettre la saisine des tribunaux du lieu d’établissement d’une succursale qui serait dans un Etat membre alors que le défendeur est domicilié dans un autre Etat membre ou dans un Etat membre. Si l’employeur est demandeur il ne peut saisir que les juridictions du domicile du travailleur. Cocontractant doit avoir agi en tant que professionnel ce qui exclut les contrats de consommation entre particuliers. Ensuite. Le travailleur est demandeur alors option en faveur de la partie faible entre tbx du domicile du défendeur partie forte (employeur). il pourra saisir le tribunal de son propre domicile. Clause attributive de juridiction sont possibles si sont postérieurs à la naissance du différent et sont plus favorables au salarié. Si accomplit son travail sur plusieurs endroits différents donc plusieurs pays.les contrats de travail la convention de 1989 a commencé à insérer des règles protégeant le travailleur. Il semble que le simple fait que le site internet soit accessible au consommateur ne suffisae pas à faire jouer l’art 15 car l’activité doit etre dirigée vers le consommateur. Convention de vienne du 11 avril l980 sur la vente internationale de marchandises Y a des questions qui ne sont pas réglées par la convention unifiant. Il existe des conventions de droit uniforme ou portant loi uniforme. Art 15 énumère les contrats pour lesquels le consommateur pourra bénéficier des règles protectrices : – ventes à tempéraments d’objets mobiliers corporels – prêts à tempérament et autres opérations de crédit liées à cette vente dans ts les autres cas la protection des art 1( et suivants ne jouera que dès lors que le professionnel exerce son activité sur le territoire de l’Etat membre du domicile du consommateur ou si le professionnel « dirige » son activité vers cet Etat membre. Sauf quand le contrat concerne la grande assurance (grands risques industriels ou commerciaux) ou le grand risque. A. Mais exceptions en cas de demande reconventionnelle qui pourra être portée devant le tribunal saisi de la demande originaire. tribunal du lieu d’accomplissement habituel du travail ou du dernier lieu où le travailleur a accompli son travail. Vise des conventions d’unification des règles de droit matériel. A. Règlement Rome 1 date du 17 juin 2008 et entrera en vigueur le 17 décembre 2009. il peut y avoir un problème d’interprétation de la règle matérielle unifiée. Chapitre 2 : la loi applicable aux obligations contractuelles Droit commun façonné par la jurisprudence . Certains contrats vont être exclus de l’art 15 come le contrat de transport de marchandises car on va conserver ceux qui combinent voyage et hébergement. que le défendeur soit domicilié dans un Etat membre (art 5-5) ou qu’il soit dans un Etat tiers (art 15-2) Enfin. Le droit français répute nulle toute clause attribuant compétence à un tribunal. Conv de Vienne règle son applicabilité par le recours au DIP Section 1 : détermination de la loi applicable au contrat en droit commun §1 Autonomie de la volonté en DIP concernant la loi applicable (Rattraper sur Guillaume) 28 .les règles de compétence pour les contrats conclus par les consommateurs 1) contrats concernés art 15 de B1 définit le consommateur comme une personne ayant agi pour un usage pouvant etre considéré comme étra nger à son activité professionnelle. 3) les clauses attributives de juridiction Elles ne sont valables que si elles sont postérieurs à la naissance du différent et si plus favorable au consommateur que l’art 15.

Ble champ d’application matériel des textes Est réglementé par l’art 1 er de la convention et du règlement. §3 La jurisprudence française Cette théorie de la localisation a inspiré la jurisprudence française mais la jurisprudence distingue très nettement les cas où les parties ont expressément choisi la loi applicable au contrat et les cas dans lesquels ils n’ont pas choisi expressément de loi applicable. transformée en règlement communautaire Rome 1 qui a modifié de façon importante le contenu de la convention de Rome. soit elles ne l’ont pas choisi et alors dans cette hypothèse le juge sera amené à rechercher d’après l’économie de la convention les circonstances de la cause. §1 Le domaine d’application des textes (convention et Rome 1) A. A. Le rôle de ces éléments subjectifs n’est pas absolu car ils sont quand même corroborés. C'est donc un système dualiste qui est présent dans les 2 textes. confirmés par des éléments objectifs. quelle est la loi qui doit régir les rapports contractuels. Arrêt 6 juillet 1959 FOURRURES RENEL : soit les parties ont choisi expressément la loi applicable. Autre remarque : le texte exclut certaines matières comme n’étant pas dans Rome 1 ou la convention. les conventions d’élections de for.le champ d’application temporel des textes Convention de Rome s’applique à tous les contrats conclus après le 1er avril 1991. Dans cette théorie de la localisation les éléments subjectifs ne sont retenus que dans la mesure où ils contribuent à créer une réalité objective c'est à dire à la localisation du contrat. révélé par les termes du contrat A défaut de choix le juge appliquera la loi de conclusion du lieu du contrat. Mais le droit positif n’y accorde pas de faveur Section 2 : La convention de Rome et le Règlement Rome 1 Convention de Rome du 19 juin 1980 porte sur la loi applicable aux contrats entrée en vigueur le 1 er avril 1991 . les obligations nées d’instruments négociables. HEUZE a proposé de supprimer le recours à l’(autonomie de la volonté comme rattachement. La volonté des parties en elle même ne porte pas directement sur la détermination de la loi applicable mais sur la localisation du contrat. Ces deux textes vont être appelés à coexister. On est revenu à un système dualiste. Ils disent que la convention ou le R s’appliquent aux situations comportant un conflit de loi et aux obligations contractuelles. 1) les difficultés relatives à la loi choisie 29 . Hypothèses de choix applicables sont régis par l’art 3 des deux textes et à défaut de choix c'est l’art 4 de ces textes. On exclut notamment de ces textes l’état et la capacité des personnes physiques. les trusts. A compléter avec « contrat interne ».le chois de la loi par les parties l’article 3 §1 prévoit que le contrat est régi par la loi choisie par les parties.  La théorie de la localisation est donc cantonnée uniquement aux hypothèses de défaut de choix de la loi applicable. Critiques : cette théorie entraine une imprévisibilité et donc des risques d’arbitraire car le juge a dans cette théorie un rôle important car doit rechercher les éléments objectifs et subjectifs et en déduire la localisation du contrat. Rome 1 s’applique à partir du 17 décembre 2009 aux contrats conclus après cette même date. Les juges prenaient simultanément en compte des éléments subjectifs qui étaient donc plus ou moins révélateurs d’une volonté des parties et des éléments objectifs comme le lieu d’exécution du contrat. les contrats d’assurance… §2 Les règles générales de conflit de loi Les 2 textes séparent nettement les hypothèses de choix de la loi applicable des hypothèses d’absence de choix de la loi applicable. Ce procédé a été théorisé et on a donc la théorie de la localisation. Le règlement ajoute « en matière civile et commerciale ». Soit la volonté permet de désigner la loi applicable soit c'est pas choisi et on passe à un critère objectif = système dualiste. De plus les textes ne définissent pas ce qu’on entend par obligation contractuelle. mais le choix peut être tacite. Règlement entre en vigueur le 1è décembre 2009. Les délits sont exclus des 2 textes. VENDREDI 15 mai 15h30 16h30 Amphi 1 §2 La théorie de la localisation La jurisprudence a évolué vers un système moniste tout en maintenant l’autonomie de la volonté.En 1910 la cour de cassation a consacré expressément la loi d’autonomie au droit français : american trading company 5 décembre : dans ce système jurisprudentiel le choix de la loi peut être express par e biais d’une clause . les obligations nées du droit des sociétés. Batifol prévoyait que les solutions de jurisprudence pouvaient être systématisées par le biais de présomptions hiérarchisées permettant d’offrir au juge des directives.

Mais limite à l’art 3 §3 des textes : si le contrat est purement interne rattaché donc à un seul pays les partie peuvent choisir n’import quelle autre loi mais ce choix ne pourra pas permettre de déroger aux règles impératives de ce pays auquel est rattaché le contrat Que peuvent organiser.44 directive concernant al garantie dans la vente ou 94-47 sur les produits défectueux. Mais y a 2 limites : Le choix tardif (après la conclusion du contrat) de la loi applicable ne peut pas remettre en cause la validité formelle du contrat ety ce choix tardif ne peut pas porter atteinte aux tiers au contrat. L’art 3§2 reconnaît aux parties la faculté de convenir à tout moment de faire régir le contrat par une loi autre que celle qui le régissait auparavant. Il signe un contrat et le dénonce quelques jours plus tard et tente de récupérer les sommes verées au titre de ce contrat de courtage. Il retient que le contrat a été rédigé en allemand et que la fixation du prix avait été faite en marck. Une clause attributive de juridiction est elle suffisante pour laisser penser que les parties ont soumis à la loi des juridictions désignées apr la clause ? Les rapporteurs de la convention n’étaient pas ok pour que la clause attributive de juridiction emporte désignation de al loi applicable. La CA française a appliqué la loi belge La cour de cassation a dit que pour les contrats de distribution. Aucune déicsison jurisprudentielle ne tranche  débats doctrinaux. Il n’est exigé par aucun texte que les articles choisissent une loi qui ait un lien qelquconque avec le contrat.. La prestation caractéristique est celle pour laquelle le paiement est du. Art 4 §2 pose une présomption générale qui complète le principe : il est présumé que le contrat présente les liens les plus étroits avec le pays où la partie qui doit fournir la prestation caractéristique a. Ce qu’on rejette c'est le contrat sans loi. Peut-on dépecer le contrat pour le soumettre à plusieurs lois différentes ? selon les textes. 30 . Contrat résilié et la société belge a demandé es intérêts car préavis de 1an pas respecté. Cela signifie que les parties ne peuvent pas choisir pour régir leur contrat des principes généraux du droit. Le principe est à l’art 4§1 : à défaut de choix le contrat est régi par la loi du pays avec lequel le contrat présente les liens les plus étroits. au moment de la conclusion du contrat.la loi objectivement applicable au contrat 1) la convention de Rome Dans cette convention l’art 4 pose une règle générale qui comporte 3 éléments : un principe une présomption générale et une clause d’exception. Mais il est n’est pas exceptionnel que les parties décident tardivement de choisir la loi applicable à leu contra ou désirent modifier la loi qu’ils avaient choisi au moment de la conclusion du contrat. Chaque directive un mode d’application un peu différente Directive 94 de Time share : le droit ……. En revanche les parties peuvent incorporer dans leur contrat des dispositions issues des principes unidroit. Elles peuvent désigner une loi complètement neutre. Ex : un contrat qui vise systématiquement des articles du code espagnol mais n’a pas de clause de choix : le contrat est soumis à la loi espagnole de façon certaine. Donc le contrat devait être régi par la loi objectivement applicable (art 4). 3) la limitation de l’autonomie de la volonté par les règles impératives communautaires Dans l’art 3-4 Rome 1 : quand le contrat est localisé dans un Etat membre ou plusieurs et qu’il est soumis à la loi d’un Etat tiers le texte impose les dispositions impératives communautaires c'est à dire les dispositions issues des directives par exemple.l question est celle de savoir si la convention ou Rome 1 autorise que les parties peuvent choisir n’importe quelle loi ou si on exige un minimum de lien entre la loi choisie par les parties et le contrat. Quand le contrat ou y a pas de clause expresse de loi applicable est lié à un contrat antérieur pour lequel les parties avaient expressément choisi la loi applicable alors les parties ont également soumis le contrat accessoire à la loi désignée dans le contrat antérieure. sa résidence habituelle. la fourniture du produit est la prestation caractéristique. Le moment du choix : Le choix de la loi applicable se fait en général au moment de la conclusion du contrat. Civ 1ère 12 juillet 2005 : un célibataire résidait en France et était démarché par une personne qui exerçait une activité d’entremise matrimoniale en Allemagne. La jurisprudence de la civ 1ère s’est fixée par un arrêt du 25 novembre 2003 : pose la solution en matière de contrats de distribution. La loi ainsi choisie va régir le contrat rétroactivement depuis sa conclusion. En réalité dans cette affaire la convention de Rime a été appliquée mais n’était pas applicable. selon la convention et Rome 1.même pas tacite parce que aps certain. Censure du jugement car d’après la cour de cassation le choix n’était pas explicite. Fabricant français charge une société belge de la distribution exclusive de ses produits en Belgique. la lex mercatoria ou les principes unidroit. A. 2) les difficultés realtives à l’opératoinde choix de la loi applicable remarque sur la forme : le choix doit etre express ou résulter de façon ceryaine des dipsitions du cvontrrat ou des circonstances de la cause. Les tribunaux français sont saisis : quelle est la loi applicable à ce contrat ? Le trbil raisonne en termes de choix implicite de la loi allemande pour régir le contrat et déboute le célibtaire de ses demandes. On élimine donc l’idée d’un choix implicite mais d’autres auteurs considèrent qu’une volonté implicite pourrait etre priise en compte. choisir les parties comme règle régissant leur contrat ? il s’agit d’une loi étatique. l’art 3 dit que les parties peuvent désigner la loi applicable à la totalité ou à une partie seulement de leur contrat. 99. C'est une disposition tout à fait nouvelle.droit français a transposé cette directive en 98 dans le code de la consommation à l’art L121-74 : quand le bien est situé sur le territoire d’un Etat membre et lorsque lak loi qui régit e contrat ne comporte pas de règles conformes à celle de la directive il sera fait impérativement application des dispositions de transposition de cette directive.

2) le règlement Rome 1 L’art 4 change complètement de physionomie. l’autonomie de la volonté est maintenue dans son principe mais elle est limitée. L’art 8 du R prévoit un système de clause d’exception en faveur de la loi des liens les plus étroits  arrêt Soc 12 novembre 2002 : prof de langue allemande travaille à paris pour l’institut culturel autrichien l’institut lui propose fe choisir entre un contrat de droit autrichien et un contrat de droit français. A. Si la loi choisie est moins protectrice pour les consommateurs que les dispositions impératives on appliquera ces dernières. Plus tard elle est licenciée pour motif 31 . Certaines règles vont tendre à protéger la partie faible alors que d’autres vont simplement rechercher à adopter un rattachement plus approprié. le professionnel par tout moyen dirige son activité vers le pays de la résidence habituelle du consommateur. Ça n’est que quand le contrat concerné ne fait pas partie de ceux listés que l’art 4 désigne la loi de la résidence habituelle du débiteur de la prestation caractéristique. le contrat de travail est soumis à la loi du pays dans lequel le travailleur accomplit habituellement son travail même si le travail est temporairement accompli à l’étranger. Les parties peuvent choisir la loi applicable mais : Le choix ne peut pas avoir pour effet de priver le consommateur de la protection que lui assure les dispositions impératives e la loi du pays dans lequel il a sa résidence habituelle. + P335 !! Art 6 R1 devrait s’appliquer aux contrats time share La particularité de Grande Canarie est que l’acheteur allemand avait été attiré mais pas hors d’Allemagne donc il n’entrait pas dans le cadre d’application spatiale de l’art 5 de la convention. Attention : tous les consommateurs ne sont pas visés. Cette disposition qui ne figurait pas dans la convention de Rome est destinée à inclure dans le cadre de la règle de protection les contrats conclus par internet. Dans ces textes. Le simple fait qu’un site internet soit accessible dans le pays de résidence habituelle du consommateur ne suffit pas pour rendre l’art 6 applicable : encore faut il que ce site invite à la conclusion de contrats à distance et qu’un contrat ait été effectivement conclu. 2) les contrats de travail A défaut de choix. Dans la convention c'est l’art 5 et dans le règlement c'est l’article 6. des règles de conflit de lois spécifiques. La convention de Rime s’intéresse aux contrats conclus par les consommateurs et les travailleurs mais Rome 1 va plus loin car étend la protection aux contrats conclus par les assurés et à ceux conclus par les usagers des transports. la loi applicable est al loi de la résidence habituelle du consommateur. Comparer avec R B 1 !! Les parties au contrat de travail vont pouvoir choisir la loi applicable à leur contrat donc maintien du principe d’autonomie de la volonté mais cette loi choisie ne pourra pas priver le travailleur de la protection que lui assurent les dispositions impératives internes de la loi du lieu d’exécution de son travail. L’esprit change mais ce texte change t il vrmt les pratiques des juridictions des Etats membres ? Bien souvent les rattachements sont ceux de la résidence habituelle de la prestation caractéristique. Les actifs vont être soumis non pas au texte spécifique mais aux articles 3 et 4. En l’absence de choix. Ce sont les articles 6 de la convention et 8 du règlement. Quand le rattachement est impossible à déterminer alors on se réfère à la loi des liens les plus étroits. Le règlement ne maintient pas cette distinction ce qui fait que le règlement a une portée beaucoup plus large que la convention. 1) les contrats de consommation La convention ne visait que les contrats qui ont pour objet la fourniture d’objets mobiliers corporels ou la fourniture de service. Si le travail n’est pas accompli habituellement la loi applicable est celle du lieu de l’établissement d’embauche. §3 Les règles spéciales de rattachement Ça sous entend que les textes vont prévoir pour des contrats spécifiques. Choisit le contrat de droit autrichien. Le R élargit la protection : il s’applique aux contrats conclus avec un professionnel qui exerce son activité dans le pays de la résidence habituelle du consommateur. L’art 4§5 dit que le rattachement à la résidence habituelle du débiteur de la prestation caractéristique est écarté lorsqu’il résulte de l’ensemble des circonstances de la cause que le contrat entretient des liens plus étroits avec un autre pays. La règle ne s’applique que pour les consommateurs dits passifs c'est à dire ceux qui ont été sollicités pour conclure un contrat d’une certaine manière.Cette jurisprudence ne pourra plus être utilisée sous l’empire du R Rome 1. Clause d’exception a été maintenue avec l’ajout de l’adverbe « manifestement ». Les rattachements de la RDC vont être choisis en fonction de cette protection.les règles de conflit spécifiques à la protection de la partie faible Elles obéissent à une méthode particulière  on laisse de coté 3 et 4. et n’entrait pas non plus dans le cadre de l’art 6. Donc ce n’est pas parce que on est un consommateur qu’on a une protection. Le système de présomption est abandonné L’art 4§1 pose une série de rattachements objectifs pour plusieurs contrats.

Cette définition doctrinale est intéressante mais Art 9 R A. Finalement il revient au même que le rattachement retenu par la convention de Rome. la loi nationale du preneur pour les assurances vies. La cour de cassation a dit que la li applicable à ce contrat est la loi autrichienne. Si conditions pas satisfaites al loi objectivement applicable sera celle du pays dans lequel se situe le lieu de livraison. ou la loi du lieu de survenance du risque . choisie par les parties. 32 . l’art 7 va déterminer la loi objectivement applicable : c'est la loi de la résidence habituelle de l’assureur. Avait obtenu des indemnités équivalentes à 9 mois de salaire mais connaissant le droit français elle réclame des indemnités pour non respect de la procédure de licenciement et pour licenciement injustifié. à défaut de choix. A défaut d’une telle coïncidence la loi applicable au contrat de transport de passager sera celle de la résidence habituelle du transporteur. Pour ces contrats. La loi applicable à défaut de choix pour la vente de bien c'est la résidence habituelle du vendeur. 1) le contrat d’assurance Règles en matière d’assurance sont exclusives des règles générales de protection. 2) les contrats de transport Dans convention on avait prévu une présomption spéciale pour les contrats de transport de marchandise : art 4§4. Art 7 distingue 3 séries de contrats : il vise les contrats de réassurance (seront soumis aux articles 3 et 4). la loi de la résidence habituelle du preneur de l’assurance. Cours de lundi 4 mai Contrat de transport de passagers : Dans Rome 1 y a des nouveautés : le transport de passagers fait l’objet non seulement d’un rattachement objectif spécial mais aussi d’un encadrement de l’autonomie de la volonté. Le règlement va plus loin : parle du transport de marchandises et de passagers. Contrat de franchise : loi de al résidnece franchisée. Ce contrat de transport de marchandises va être soumis à l’art 3 mais à défaut de choix la loi objectivement applicable sera la loi du pays de la résidence habituelle du transporteur pourvu que ce lieu coïncide avec le lieu du chargement. Clause d’exception prévue en faveur de la loi des liens les plus étroits. de la livraison ou avec le lieu de la résidence habituelle de l’expéditeur. Le choix ne peut porter que sur certaines lois : – loi de la résidence habituelle du passager – la loi de la résidence du transporteur – loi du lieu de départ ou celle du lieu de destination A défaut de choix les parties verront leur contrat soumis à la loi de la résidence habituelle du passager si ce lieu coïncide avec le lieu de départ ou le lieu de destination. Contrat de distribution : loi de la résidece habituelle du duistributeur selon la convetion de Rome.. la loi objectivement applicable est celle du lieu où le risque est situé au moment de la conclusion du contrat. Mais ce cois ne peut pas priver le travailleur des dispositions impératives que lui assure la loi française.les lois de police étrangère Art 7 §1 de la convention de Rome et 9§3 du règlement.économique.règles spéciales liées à l’objet du contrat En plus des contrats de grande assurance et de transport de marchandises le R prévoit d’autres rattachement spéciaux qui s’appliqueront à défaut de choix applicable. Là le choix de la loi va être limité : on va encadrer le choix de la loi on peut choisir la loi de l’Etat membre ou se situe le risque de l’Etat membre assuré. Pour les contrats d’assurance où le preneur n’est pas professionnel la protection de l’art 7 ne concerne que les risques couverts situés dans un Etat membre. convenu par les parties. marchandises. = ARBLADE de 1999 . B. Pour les contrats de grande assurance s’agissant du choix de la loi applicable y a un renvoi à l’art 3 c'est à dire que le principe de l’autonomie de al volonté n’est pas limité. B. Transport de marchandises ne fait pas dans R1 l’objet d’une règle protectrice de la partie faible mais l’objet d’un rattachement spécial. §4 Les lois de police a reprendre §§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§ Règles dont l’observation est nécessaire pour la sauvegarde de l’organisation politique sociale et économique. les contrats de « grande assurance » que le risque couvert soit situé dans u Etat membre ou non. foi être justifiée par des raisons impérieuses d’intérêt général PROPORTIONN2E à ses objectifs et donc parfaitement nécessaires. Obtient gain de cause en France. Pour les contrats qui ont pour objet un droit réel imobilier ou un bai ls’rimmeuble on vise lka loi du lieu de sitaution d el’immeuble .les lois de police du for Pour appliquer une loi de police il ne faut pas qu’elle constitue une entrave injustifiée à a libre circulation des personnes.

Illustrations des lois de police étrangères : Affaire du GAZ AU DUC SYBERIEN 1982 Disposition américaine s’opposait à la livraison par des filiales européennes de sociétés américaines de matériel destiné à la construction du gazoduc sybérien. le contrat intermédiaire est soumis à la loi de l’établissement professionnel de l’intermédiaire.Lois de police étrangère ne sont pas obligatoires pour le juge du for à l’inverse des lois de police du for Dans les 2 textes y a des directives pour savoir quand il peut ou non appliquer la loi de police étrangère 1ère condition de l’application de la loi de police étrangère : Dans convention de Romme elle peut être invoquée dès lors qu’elle provient d’un pays avec lequel le contrat entretient un ou plusieurs liens étroits. La cour de cassation avait censuré ce jugement sur le fondement de la convention de Rome mais à cause de l’histoire du choix qui n’était qu’implicite. Arrêt civ 12 juillet 2005 cf plus haut dans cette affaire le tribunal avait raisonné sur la convention de Rome et avait considéré que les parties avaient implicitement choisi la loi allemande et avait donc débouté el célibataire. est assuré donc saisi en Allemagne le juge et adresse une demande d’indemnité dirigée contre son assureur. Les 2 textes que ns allons voir devraient être appliqués à la place de R et convention. Il n’existe pas de clause d’exception. Contrat d’assurance soumis à la loi allemande. Règlement B1 : comme en matière contractuelle il contient une disposition spécifique à la matière délictuelle  art 5§3 : offre une option de compétence qui ne s’appliquerait que si le défendeur est domicilié dans un Etat membre. <on se rend compte qu’en réalité la cour de cassation aurait aussi pu censurer le jugement pour ne pas avoir fait application de dispositions impératives de la loi française plus protectrices de la loi allemande. Pour R : autre condition : seules les lois de police étrangère du pays dans lequel le contrat a été ou doit être exécuté peuvent être invoqués devant le juge du for . Mais quand y a une coïncidence entre le pays de l’exercice principal de l’activité convenue et celui de l’établissement professionnel du représenté c'est la loi de ce pays qui s’applique. §1 La convention de la haye du 15 juin 1955 Concerne les contrats de vente d’objets mobiliers corporels. Si elle avait été appliquée la convention de la haye de 78 a défaut de choix ça aurait conduit à appliquer la loi allemande de l’établissement de l’intermédiaire. Affaire de la cour fédérale allemande : affaire d’importations de statuettes nigérienne en Allemagne. la loi du pays où est situé cet établissement Si la commande a été reçue dans le pays où l’acheteur a sa résidence habituelle ou son établissement c'est cette loi qui s’applique. Mis disposition dans le droit nigérien qui interdisait l’export d’œuvres d’art. En vigueur depuis 1964 et retient comme facteur de rattachement le lieu de résidence habituelle du vendeur et quand la commande a été reçue par un établissement du vendeur. Numéro 1058 La notion du fait dommageable s’entend généralement à la fois du fait générateur du dommage et du dommage lui-même. A REPRENRE §§§§§§§§§§§§§ Section 3 Les conventions internationales et les contrats spéciaux On quitte le domaine de la convention et de Rome 1. Loi de police étrangère (niger) dit que c’était interdit donc assureur n’assure par le contenu transporté qui était illicite . Entrée en vigueur le 1er mai 1992 Soumet en l’absence de choix exprès ou résultant avec certitude raisonnable des dispositions du contrat ou des circonstances de la cause. Rattachements objectifs qui interviennent à défaut de choix exprès ou indubitable de loi applicable. Titre 2 : les obligations délictuelles P523 Chapitre 1 : la compétence judiciaire en matière délictuelle Section 1 : la compétence du tribunal du lieu du fait dommageable. En plus la convention de 78 aurait pu être appliquée car elle s’applique aux contrats intermédiaires. §2 convention du 14 mars 1978 Concerne les contrats intermédiaires. CAMION de transport volé. B1 ne définit pas la matière délictuelle mais la jurisprudence de la CJCE est intervenue KALFELIS 27 septembre 1988 CJCE dit qu’est de nature délictuelle toute demande qui vise à mettre en jeu la responsabilité du défendeur et qui ne se rattache pas à la matière contractuelle Cf p 537 33 . La convention de la haye de 55 ne met d’obstacle à l’application par les parties de règles particulières au contrat de vente au consommateur. En DIP la règle est issue du CPC à l’art 46 : option de compétence de saisir outre le tribunal du domicile du défendeur le tribunal français du lieu du fait dommageable ou du lieu où le dommage a été subi.

Schématiquement le Règlement Rome 2 recouvre les obligations contractuelles qui relèvent de la matière civile ou commerciale dans le cadre de situations comportant un conflit de loi. Le règlement concerne non seulement les cas où les dommages sont réalisés mais aussi ceux qui sont susceptibles de se produire. La CJCE n’a donné encore aucune solution. en droit interne c'est délictuel 34 . Pour les obligations non contractuelles le texte n’a pas vu le jour : il a fallu attendre le 11 juillet 2007 pour que la 12ère proposition voit le jour sous une forme aboutie qui est le règlement communautaire. Il suffit que le juge d’un Etat membre soit saisi et compétent sur 5§1 ou 46. La victime peut décider de saisir les tribunaux de chacun des pays où le dommage a eu lieu à hauteur de chaque dommage. La cour de cassation en a donné une à propos de l’art 46 du CPC  com 7 mars 2000 : option au demandeur : en cas de fragmentation du fait générateur d’un dommage unique le demandeur peut choisir de saisir le tribunal du lieu du dommage. §2 La fragmentation du fait générateur ou du dommage = plurilocalisation du dommage numéro 1061 Le dommage va être localisé dans plusieurs pays. Hypothèse d’une fragmentation du fait générateur en plusieurs lieux donnant lieu à un dommage unique. Ces délits plurilocalisés concernent le plus souvent des délits de presse. Qu’advient-il de ces conventions internationales ? Romme II va-t-il aussi remplacer ? Rome 2 à l’art 28 dit qu’il n’affecte pas l’application des conventions internationales en vigueur. si ce préjudice doit être localisé au lieu où il est subi ou alors si il doit être rattaché au préjudice direct subi par la victime initiale. Chapitre 2 : la loi applicable aux obligations délictuelles Les Etats membres de l’UE sauf le Danemark disposent depuis le 11 janvier 2009 de règles communes de conflit de loi dans le domaine des obligations extracontractuelles. Rome 2 comme convention de Rome et Rome 1 ont une vocation universelle car s’appliquent même si la loi qu’ils désignent est la loi d’un Etat non membre de l’UE. Mais il a été décidé de ne travailler que sur les obligations contractuelles. Section1 : la loi applicable aux obligations extra contractuelles dans le règlement Rome 2. La victime peut agir soit dans le pays du lieu du fait générateur ou lieu d’établissement de l’éditeur pour obtenir la réparation de l’intégralité de son dommage. Cham d’application matériel : règles de conflit de Rome 2 s’appliquent dès lors qu’on est dans le champ d’application matériel du règlement. Finalement le droit international communautaire et le DIP commun se rejoignent. Quelle est la loi du fait dommageable pour la question du préjudice par ricochet ? réponse de la cour de cassation en matière de droit commun à propos de l’art 46 ou que ce soit la jurisprudence de la Cjce a propos de l’article 5§3 la réponse est identique. Obligations non contractuelles découlent d’un fait dommageable. 7 mars 1995 FIONA SHEVILL : CJCE solution particulière pour des délits commis par voie de presse dans l’hypothèse d’un fait générateur unique mais avec fragmentation du dommage. Pas nécessaire que le litige soit « communautaire » pour que règle de Rome 2 s’applique.champ d’application Champ d’application temporel : s’applique aux faits générateurs de dommage survenus après le 11 janvier 2009. Avant la rédaction du Règlement Romme I la France était partie à des conventions internationales multilatérales.Cours de mardi 5 mai 09 S’agissant des délits complexes. Il s’agit du règlement du 11 juillet 2007 864-2007 sur la loi applicable aux obligations contractuelles. Section 2 : difficultés de mise en œuvre du critère de compétence §1 Le préjudice indirect Qu’il soit économique. Y a eu un avant projet en 1972 sur la loi applicable aux obligations extracontractuelles et aux obligations contractuelles. 5§3 vise le tribunal du lieu où le fait dommageable s’est produit. (numéro 1010) Arrêt 30 novembre 1976 : la CJCE a considéré que si le dommage et l’évènement qui a causé le dommage sont survenus dans des lieux distincts il y a un choix pour le demandeur. On va exclure les obligations non contractuelles découlant des relations de famille ou de relations assimilées aux relations de famille Ex : une action en DI pour rupture abusive de fiançailles. d’un fait qui constitue un quasi contrat mais cette terminologie du quasi contrat n’a pas été reprise par les rédacteurs. le préjudice de la victime par ricochet. ou de toute autre nature. §1 Les champs d’application liés au règlement I) les champs d’application liés au règlement A. initial et donc le lieu à prendre en compte est le lieu du fait dommageable concernant le dommage initial. Le dommage à prendre en compte pour déterminer la compétence judiciaire est le dommage direct.

La cour de cassation dans l’hypothèse d’un délit complexe avait affirmé l’application de la loi du lieu de survenance du dommage. celles relatives aux atteintes à la vie privée et aux atteintes à la personnalité. mais aussi à la détermination des personnes susceptibles d’être déclarées responsables des actes qu’elles commettent. On écarte la loi du lieu du fait générateur. §2 Règles générales de conflit de loi L’art 4 du règlement Rome 2 va poser des règles de confit de loi dites générales parce qu’elles vont s’appliquer à toutes les matières qui ne font pas l’objet de règles spéciales. détermine les questions liées à la responsabilité du fait d’autrui et le mode d’extinction des obligations. Puis la Civ 1ère semblait par la suite laisser au juge du fond le choix entre la loi du lieu du fait générateur et la loi du lieu du dommage. L’art 4§1 : sauf disposition contraire du présent règlement la loi applicable…………… Retient la compétence de la loi du pays où le dommage survient. On réserve l4application des lois de police du for. Le terme convenable est l’applicabilité. c'est la loi qui régit l’obligation de ce tiers qui s’applique. de choisir entre ces deux lois la loi qui présente les liens les plus étroits avec le dommage. nature et évaluation des dommages ou de la réparation demandée aussi.On exclut les obligations délictuelles qui découleraient du fait nucléaire. La loi concerne aussi les mesures qu’un tribunal peut prendre pour assurer la prévention dans les limites que le droit procédural de cet Etat peut apporter. tout comme les règles de prescription et de déchéance. On règle la question du délit complexe et du délit par ricochet. Quand on rattache la règle des rattachements les plus appropriées c'est qu’on recherche une loi qui entretient des liens suffisamment forts avec la situation juridique. Le règlement reprend des techniques classiques : le jeu de l’OP est prévu mais doit rester exceptionnel. la responsabilité du fait des produits. Dans un souci de sécurité juridique le texte institue des rattachements fixes.. A. Existence. Le règlement Rome 2 écarte ces hésitations car on retient le principe de la loi du lieu de survenance du dommage. A récupérer sur cindy avec action sur l’assureur Pour savoir si le tiers qui a versé des prestations dispose d’un recours contre le débiteur et dans quelle proportion..= Rome 2 Ble domaine d’applicable de la loi applicable a quoi va s’appliquer la loi désignée par la RDC ? le texte précise le domaine d’application de la loi désignée la loi applicable va s’appliquer aux conditions de la responsabilité et à son étendue. le lieu où le dommage menace de survenir qui est prévu à l’art 2. Règles spéciales concernent la responsabilité quasi délictuelle. 35 . On consacre dans Rome 2 la loi du lieu du dommage : lex loci dammni. Les 2 éléments de rattachement en sont plus du tout placés sur un pied d’égalité. Détermine aussi la transmissibilité du droit à réparation . A vous le juge. Ce choix s’exerçait en vertu du principe de proximité. Mais il faudra penser à ajouter à ce lieu du pays où le dommage survient. L’art 4 affine la règle en tranchant la règle ………. En revanche la loi de l’obligation délictuelle va retrouver son emprise pour déterminer les droits que le solvens peut exercer contre le débiteur. Si l’application de la RDC à rattachement fixe débouche sur la désignation d’une loi qui n’a que peu de liens avec la situation alors une clause d’exception va venir apporter un correctif à cette règle. Depuis 1948 arrêt Lautour du 25 mai avait énoncé la lex loci delecti : visait la loi du lieu du délit pour régir les questions de responsabilité civile. correctif fondé sur le principe de proximité. Dans la majorité des cas le lieu de commission est souvent le lieu de survenance du délit. de limitation de la responsabilité. atteinte ou responsabilité du fait de grève. de partage. atteinte au droit de propriété intellectuelle.le principe de la compétence de la loi du pays où le dommage survient. les atteintes à l’environnement. la concurrence déloyale. Concerne aussi les causes d’exonération. 2) hypothèse des délits commis dans plusieurs délits A récupérer : cours de lundi 11 mai §3 Règles spéciales à certains délits. 1) scission entre le fait générateur du dommage et le dommage En ce domaine la cour de cassation avait donné des réponses diverses et même souvent ambigües.

Quid de la notion de véhicule concerné ? on ne recherche pas d’intervention causale du véhicule dans l’accident. La convention s’efforce de délilmtier ces hypothsè.Loi applicable 1) principe de la compétence de la loi du lieu de l’accident La convention dit que la loi applicable est loi interne du lieu de l’accident Donc on exclut le renvoi Rattachement simple et facile à mettre en œuvre. ferroviaire. Rédacteurs de la convention ont cherché à définir avec précision les hypothèses où les facteurs de rattavhemetns dérogataoires pourrainet internvenir. On exclue les re ours et subrogations qui concernent les assureurs. 36 . La loi du lieu d’immatriuclation s’applique quand u nseul véhicule est impliqué et qu’il est immatriculé dans un Etat diférent de clui du lieu de l’accident. Donc peu importe que le véhicule ait un rôle actif ou passif. maritime. est en vigueur dans 17 pays. Chaque Etat doit se débrouiller pour opérer ses propres qualifications. Cela signifie que chaque système juridique devra mettre en œuvre sa propre méthode de conflit de loi pour déterminer si tel ou tel aspect relève de la responsabilité contractuelle ou délictuelle. a. Elle ne régit pas les questions de compétence juf u ded reconnaissance et d’exécution des jugements. seuls ls délits et quasi délit sont compris dans le champs de cette convention mais la qualification n’est pas abordée plus précisément. 3) matières exclues l’art 2 énumère des questions exclues du domaine de la convention. rennforcer un des crtières précédenrts. A.Cours de mardi 12 mai §1 la convention de la Haye du 4 mai 1971 sur les accidents de la circulation routirère Entrée en vigueur en le 3 juin 1975. 2) le typê d’accident la convention de la Haye de 1971 vise les accidents de la circulation routière. On exclut donc les accidents de circulation pluviale. L’al 2 de l’art 1er donne une définition de l’accident de la circulation routière : tt accident concernant un ou des véhicules auto moteurs ou non et qui est lié à la circulation sur la voie publique. Le lieu de l’accident : art 1er al 2 : se déroule sur al voie publique.facteurs de rattacheemtn dérogatoaires convention de 71 a tetenu le lieu d’immatriulation du véhicule ou des véhicuelsimpliqués car est réalistye. un terrain ouvert au public ou non public mais ouvert à des personnes ayant le droit de le fréquenter. Cette convention a un champ d’application universel ce qui signifie que lak loi qu’elle désigne est applicable bien que ce soit la loi d’un Etat non partie à la convention ou membre de l’UE pour Rome I Rome II 1) nature de la responsabilité Pour que la convention s’applique la responsabilité mise en jeu doit être extracontractuelle. On a une différence avec la loi du 5 juillet 85 qui ne concerne que les véhicules à moteurs. On exclut la responsabilité des fabricants de véhicules. mais pour compélter. 2) exceptions Compétence du lieu de la loi de l’Etat du lieu d’immatriculation ou de stationnement. la responsabilité de la voie sur laquelle a eu lieu l’accident. qu’il ait été à l’arrêt ou en stationnement. Pour lak responsabilité extra contractuelle. C'est une solution qui facilite les règlements amiables. la responsabilité des vendeurs et réparateurs de véhicules.Champs d’application Cette convention porte exclusivement sur les conflits de loi. responsabilité du fait d’autrui. bCombinaisons prévues par la convention Le rattachemdnt de principe est exclu s’il est fortuit. qu’il ait subi des dommages. A. L’art 1er al 1er parle de la responsabilité civile pour exclure la responsabilité pénale Quand l’action civile est exercée accessoirement à une action publique la juridiction pénale saisie doit appliquer la règle de conflit de loi de la convention. Certaines auraient pu entrer dans la convention mais on a préféré les écarter. Peu importe qu’il y ait un ou plusieurs véhicules Auto moteurs ou non signifie que le véhicule soit à moteur ou non la convention s’applique. aérienne. Et correspond souven tau lieu de résidnece du conductruer ou propriétiare duvéhicuel. MAIS AUSSI LIEU DE L4assurance du véhicule Lieu du stationnement habituel du ou des véhiculds Résidencu du propriétiare du véhciule ou du conducteur : initervient non pas pour remplacer le critère d’imamtricualtion défaillabt.

Donc on inclkut dans le doaine d’appmlication de lacovention toutes les actions directe.la loi applicable l’idéee maitresse de cette convetion c'est qu’aucun facteur de rattachement n’est à lui seul suffisament significatif. qu’ils soient bruts ou manufacturés. 4) nature de la responsabilité elle ne s’applqiue qu’à la responsabilité civile extracontractuelle on exclut al responsabilité contractuelle mais cette exclusio nconcner précisément les seuls rapprots entre la victime et la personne qui lui a transféré la propriété ou la jouissance du roduit qui lui a causé lle dommage. On exclut de la convetion les dommages causés au produit lui même ainsi uqe les pertes éconoqmiues qui s’ensuivent 3) les personnes responsables art 3 vise les favribarnts de produitsr finis.champ d’application de la convntion cette convention porte exclksuivement sur les confluits de loi etest d’application universelle. 2 séries de combinaison : ‘lune est fabroiquée à partir du lieu du fait dmmageable Combinaisons de l’art 4 : Lieu du délit + résidence de la victime Lieu du délit + étalbissement du responsalbe Lieu du délit + lieu d’acquisition du produt par la victime Si aucune des combinaison ne se ralise il faudra avoir recours aux combinaisons de l’art 5 : Lieu de résidne ce de la vicitme + établissment principal du responsable Lieu de résidence de la victime + lieu d’acuqistion Cet article va aussi s’applique si y a un conflit avec les conbianisaon de l’art 4 Dans u ncas ewxceptinnnel la convention offer une option à la victime : dans le cas exceptionnel où auxune des cobinaisons ni de ‘art 4 ni de 5 ne se retrouve. de parties cosntitutives du produit.La loi du lieu d’immatriculation s’applqiue aussi si la victime est le conducteur le propriétaire. 37 . A. ainsi que la perte économqiue. 1) produits visés par la convetion comprenent les produits naturels et industriels. Restruction relativb à la prévisiiblité : art 7 : la loi du lieu du délit et la loi de la rsidnece habituelle de la victime ne s’applquent pas si le responsable étalbit qu’il ne piuvait pas raisonnablement prévoir que le roduit serait mis dans le commerce dans l’état considéré. Si c'est pas le cas la loi du lieu du délit retrouve son empire. immeubles ou meubles les produtis agrocioles ne sont pas exlcus mais y a u nsyst-èle de réserve qui autorise les Etat contratants à cette convention à réserver les roduits aggrocioles c'est à dire faire qu’ils ne soient pas soumis à la convention. aux biens. La loi applicable selon l’at 6 EST LA loi interne de l’état du principal étalbisemtnde a ersonne dont la res pest invoquée à moisnq ue le demndeur se fonde sir la. mais aussoi les fournisseursmais aussi autres personnes y comrpis les réaprateurs. §2 La convention de La haye du 2 octobre 1973 sur la responsabilité du fait des produits défectueux A. peu important sa résidence habituelel ou si la vicitm est le apssager qui a sa résidence habtiuelle ailleurs que dans l’EEtat où a eu lieu l’accident ou si la victime s’est trouvée sur le lieu de l’acident hors du véhicule et si elle a sa résidence habitulle dans l’Etat d’immatribution. le déteneur du véhicule. Quand plusiuers véhicules sont engagés dans l’accident les solutions précédentes s’eapliquent mais il faut que touss les vhicules soient immatriculés dans le même Etat. constituant la chaine de prépration et de distribution commerciale des priduits. 2) le dommage art 2 le dommage comprend tout dommage aux personnes. le sproducteurs de produit naturel.loi du lieu dui délit.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful