UNIVERSITE DE LIEGE

Faculté des Sciences Appliquées
SYST 016
ANALYSE EXERGETIQUE
DES SYSTEMES INDUSTRIELS
Georges HEYEN
Maître de conférence
Edition 2000
Contact : G. Heyen
L.A.S.S.C.
Institut de Chimie
Sart Tilman B6
Tél : 04 3663521
Fax : 04 3663525
Email : G.Heyen@ulg.ac.be
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.1
INTRODUCTION
Le cours "Analyse exergétique des systèmes industriels" s'adresse aux étudiants électro
mécaniciens de l'orientation Energétique. Il vise à familiariser les étudiants avec le concept d'exergie,
à proposer une méthode d'élaboration de bilans exergétique et à illustrer l'impact de diverse
technologies sur le rendement exergétique des systèmes de transformation d'énergie.
Même si la plupart des exemples sont tirés des systèmes de transformation d'énergie liés à la
production de chaleur et de travail, le cours s'applique également aux systèmes sujet à des réactions
chimiques (réacteurs, et en particulier combustion) ou à des changements de composition
(distillation).
A titre d'exemples, on illustrera l'application de l'analyse exergétique aux cycles de
réfrigération complexes (liquéfaction d'azote), à la préparation de gaz de synthèse pour la fabrication
d'ammoniac et à un cycle de centrale TGV (turbines à gaz couplées à un cycle à vapeur à deux
niveaux de pression).
Les présentes notes de cours sont basées sur une édition précédente qui reprenait les matières
enseignées par M. E. Buchet, Chargé de cours à la Faculté des Sciences Appliquées. Nous tenons à
remercier M. Buchet pour l'aide qu'il nous a fournie lorsque le présent cours nous a été confié en
suppléance, et pour son aimable autorisation à réutiliser une partie de ses textes. Nous avons pu, en
tant qu'étudiant, apprécier les talents pédagogiques et le dévouement de M. Buchet, qui a consacré
une part importante de sa carrière scientifique au développement et à la promotion de l'analyse
exergétique des systèmes thermiques. Nous espérons pouvoir, par ce cours, continuer à éveiller
l'intérêt de nos étudiants pour une matière quelquefois ingrate à maîtriser, mais riche par ses
possibilités de progrès qu'elle met en évidences.
Georges Heyen, avril 1996
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.2
BILANS ET RENDEMENTS
L'art de l'ingénieur vise à améliorer le rendement des procédés qu'il met en oeuvre, c'est à dire
à tirer un maximum de profits d'un minimum de ressources.
L'application de ce postulat implique que l'ingénieur dispose de critère lui permettant de
comparer les qualités respectives de différentes solutions technologiques, ce qui implique l'analyse du
fonctionnement de divers schémas opératoires et la comparaison quantitative de leurs produits et de
leurs consommations.
Les procédés peuvent se comparer sous divers aspects, qui nécessitent l'établissement de
divers types de bilans mettant en balances les ressources et produits, les consommations et les
productions de divers types.
C'est ainsi que l'on peut dresser des bilans de matière, et dire d'une centrale thermo-électrique
qu'elle consomme 495 kg/s d'air et 15 kg/s de gaz naturel, et qu'elle rejette à l'atmosphère 510 kg/s
de fumées contenant 75,9 % de N
2
, 13,9 % de O
2
, 3,2 % de CO
2
et 7 % de H
2
O. Comme on
n'observe aucune perte de matière, on peut dire que le rendement de conversion matérielle est de
100 %.
Pour la même centrale, le bilan d'énergie basé sur la première loi de la thermodynamique nous
indiquera que le combustible apporte 812 MW, dont 1,1 % se retrouvent dans les fumées, 41 %
vont réchauffer les eaux du condenseur et 53,9 % sont convertis en électricité et 4 % correspondent
à diverses pertes de transformation. Considérant que le produit utile de la transformation est
l'électricité, on pourra alors affirmer que le rendement énergétique de l'opération est de 53,9 %,
alors que l'application de la première loi de la thermodynamique nous indique que l'énergie totale est
conservée, puisque toute l'énergie mise en oeuvre dans le combustible se retrouve dans les effluents
de la centrale et sous forme d'électricité.
L'économiste s'intéressera à un compte d'exploitation, faisant intervenir les recettes provenant
de la vente de l'électricité produite, et les coûts des matières premières (combustible principalement),
de la main d'oeuvre, des frais d'entretien, des frais généraux associés à la gestion du site de
production, et enfin de l'amortissement du capital investi.
Enfin il peut être opportun de dresser un bilan écologique, qui relève les nuisances associées à
une activité, ainsi que les moyens mis en oeuvre pour les réduire (rejets thermiques, émissions de
CO
2
, NO
x
, hydrocarbures imbrûlés, résidus solides (suies, cendres), bruit, ...), ou un bilan social,
qui prend en compte les emplois créés.
La plupart des bilans évoqués ci-dessus permettent d'appréhender la réalité d'une activité
industrielle, ou tout au moins une de ses facettes. Il présentent toutefois l'inconvénient de se limiter à
un état des lieux, à une analyse de la situation. S'il permettent la comparaison relative de plusieurs
sites de production, ils ne permettent pas de classement absolu, de comparaison à une norme de
qualité correspondant à un système idéal.
L'analyse exergétique propose ce référentiel, et permet de comparer des système de
transformation d'énergie entre eux, et par rapport à des systèmes idéalisés, permettant de
transformer l'énergique thermique en travail de manière réversible, et sans production d'entropie. Par
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.3
évaluation du rendement exergétique d'un procédé, on peut alors le comparer au meilleur des cycles
bithermes : le cycle de Carnot.
En effet, le calcul du rendement thermique basé sur la première loi de la thermodynamique
(η=W/Q
1
, rendement = travail moteur divisé par la quantité de chaleur fournie par la source
chaude) présente deux inconvénients. Il privilégie arbitrairement le travail moteur, et ignore toute
valorisation éventuelle de la chaleur disponible à la source froide. Il n'exprime pas un écart par
rapport à un idéal (on sait qu'un rendement de 100% est impossible à atteindre, et que le maximum
théorique dépend du rapport des températures des sources chaudes et froides, comme on le
démontrera par après).
L'EXERGIE ET SON EVALUATION
Définitions
L’exergie d’un système est une fonction thermodynamique qui exprime la capacité de ce
système à produire du travail en raison de son déséquilibre avec l’ambiance dans laquelle il se
trouve.
On peut définir l’exergie d’une source d’énergie comme la quantité maximale de travail qu’il
serait possible d’en retirer au moyen d’un cycle thermodynamique moteur, l’autre source étant en
équilibre avec l’ambiance (état de référence à définir). On assimile l’ambiance à une source infinie,
monotherme et isobare.
Les énergies cinétique,

potentielle, voire électrique, sont de l'exergie pure, car elles sont
entièrement transformables en travail.
Rappel sur les cycles thermodynamiques moteurs
Les transformations réalisées dans les machines motrices appartiennent à des cycles
thermodynamiques que le système évoluant décrit indéfiniment sous l’influence d’actions calorifiques.
En raison de l’importance pratique du problème de production de travail moteur, nous examinerons
de quelle manière ils peuvent être réalisés. Les cycles parcourus en sens inverse seront bien entendus
des récepteurs.
Cycles monothermes
On dit qu’un système décrit un cycle monotherme lorsqu’il n’échange de la chaleur qu’avec
des corps extérieurs (sources de chaleur) maintenus tous à une même température constante. On
peut se représenter ces sources de chaleur isothermes comme des milieux constitués d’une très
grande masse dont la température n’est pas influencée significativement par les échanges de chaleur
envisagés (par exemple, l’air atmosphérique ou l’eau de la mer).
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.4
Représentons un tel cycle que nous
admettons monotherme dans le diagramme
(T,S). Les états a et b du système évoluant
correspondent respectivement au minimum Sa
et au maximum Sb de l’entropie. Ils partagent
le cycle en deux transformations 1 et 2, et
nous désignons par Q1 et Q2 les échanges
calorifiques du milieu extérieur avec le
système.
Si Q1>0, l’évolution 1 se fait de a vers
b, et le signe positif de Q1 implique que la
température du milieu extérieur Te soit
supérieure à toute température prise par le
système au cours de la transformation 1. Il est
dès lors impossible de revenir de l’état b vers l’état a. En effet, ou bien on laisse le système échanger
de la chaleur avec le milieu à Te, et l’action calorifique reste positive, ou bien le retour de b vers a se
déroule de manière adiabatique : dans les deux cas, l’entropie du système ne peut diminuer. On en
déduit qu’un cycle monotherme direct avec Q1>0 n’est pas réalisable.
Si Q2<0, l’évolution 2 peut s’effectuer de b vers a. Le signe négatif de Q2 implique que la
température Te du milieu extérieur soit inférieure à toute température prise par le système au cours
de la transformation 2. Il est possible de revenir de a vers b, soit par une transformation adiabatique
(et la surface comprise entre la courbe (a,1,b), et sa projection sur l’axe OS représente alors W
f1
le
travail effectué par les forces de frottement), soit en laissant le système échanger de la chaleur avec
l’extérieur (et alors Te restant constant implique Q1 <0, tout en vérifiant Q1+ W
f1
>0).
Il est donc possible de concevoir un cycle monotherme direct avec Q2<0 et Q1=0. Ceci
implique toutefois que W soit lui aussi négatif. Il n’est pas possible qu’une machine motrice puisse
fonctionner en utilisant un fluide évoluant de façon cyclique, et qui ne subirait que la seule action
calorifique d’un système extérieure à température constante.
Cycles à deux sources
Toutefois, si le système décrit un cycle en étant soumis à l’action calorifique d’au moins deux
sources maintenues à des températures différentes, ce cycle peut être direct, et on peut avoir :
Q1 > 0 et Q2 < 0
et Q = Q1+Q2 = Q1 - |Q2| >0 (I.1)
d’où aussi W >0.
Dans un tel cycle, le système peut être soumis lors de la transformation (a,1,b) à un tranfert de
chaleur positif Q1 provenant d’un source à température plus élevée que le système, et l’on a :
Q
1
+W
f1
= TdS
a
a
1 (I.2)
Pendant la transformation (b,2,a) l’échange peut se faire avec une deuxième source à
température plus basse que celle du système; Q2 est donc négatif, tel que :
Q
2
+W
f2
=- Q
2
+W
f2
= TdS
b
a
2 (I.3)
T
S
Sb
Sa
a
b
M
1
2
a(T,S)
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.5
Sur le diagramme (T,S), Q
1
+W
f1
et Q
2
+W
f2
sont représentés par les aires comprises entre les
courbes (a,1,b) et (b,2,a), l’axe OS et les verticales abaissées de a et b. La somme de ces aires vaut
a(T,S).
En posant W
f
=W
f1
+W
f2
on en déduit le travail moteur :
W
m
= Q
1
+ Q
2
= Q
1
- |Q
2
| = a(T,S) - W
f
(I.4)
Ce travail peut être positif, si on a Q
1
> |Q
2
| ou a(T,S) > W
f
Dans les cycles moteurs réalisés en pratique, la production de l’action calorifique Q1 à
température élevée entraîne une dépense énergétique, par exemple lors d’une combustion. Le
transfert Q2 à basse température est généralement réalisé au contact de corps à la température
ambiante (air ou eau de refroidissement) et l’énergie résiduelle n’est donc pas utilisée. C’est
pourquoi on appelle rendement thermique du cycle le rapport :
η =
W
m
Q
1
=
a(T,S) - W
f
Q
1
=
Q
1
- Q
2
Q
1 (I.5)
En l’absence de frottement (W
f
=0), Q
1
et Q
2
seraient représentés par l’aire comprise entre
les lignes de transformation 1 et 2, l’axe OS et les verticales S
a
et S
b
.
On aurait alors :
η =
a(T,S)
Q
1
=
Q
1
- Q
2
T dS
a
a
1 (I.6)
Le cycle de Carnot
Ce cycle est parcouru de manière réversible (absence de frottement et transfert de chaleur
sans gradient de température).
L’étude des cycles thermodynamiques nous démontre que, parmi tous les cycles basés sur
deux sources, il est celui qui présente le rendement de transformation le plus élevé.
Le cycle de Carnot se compose :
• d’une transformation isotherme réversible où le fluide moteur reçoit de la source chaude à
T1 une quantité de chaleur Q1 = T1 (S2-S1);
• d’une transformation adiabatique réversible (détente) où le fluide moteur produit une
quantité de travail W2;
• d’une transformation isotherme réversible où le fluide moteur cède à la source froide à T2
une quantité de chaleur Q2 = T2 (S2-S1);
• d’une transformation adiabatique réversible (compression) où le fluide moteur reçoit une
quantité de travail W1.
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.6
Le travail net produit par le
cycle correspond à la différence entre
l’énergie thermique reçue et celle qui a
été cédée, soit :
W = W2-W1
= (S2-S1) (T1-T2)
(I.7)
ou encore :
W =
Q1
T1
(T1-T2)
(I.8)
Le rendement η, défini comme
le rapport entre le travail net et
l’énergie thermique cédée par la
source chaude, est donc :
η
=
W
Q1
=
( )
1-
T2
T1
(I.9)
Exergie d’une quantité de chaleur
En application de ces expressions, l'exergie d'une quantité de chaleur Q disponible à une
température absolue T, a pour expression :
E = Q
T - T
o
T
= Q T
o
T - T
o
T T
o

= T
o
( )
Q
T
o
-
Q
T
(I.10)
le facteur (T - T
0
)/T représentant le rendement du cycle de Carnot correspondant.
Cette expression découle de la définition de l’exergie, et des propriétés du cycle de Carnot,
qui, rappelons le, est le cycle réversible échangeant de la chaleur avec deux sources isothermes, et
échangeant du travail avec l’environnement le long de deux transformations adiabatiques (et
réversibles, donc isentropiques). Le cycle idéal de Carnot est celui qui permet la transformation
maximale de chaleur en travail, pour des températures fixées des deux sources.
Il s'ensuit que la chaleur disponible à la température ambiante T
0
est de l'anergie pure. Il n’est
pas possible de produire du travail avec un cycle monotherme (qui n’échangerait de la chaleur
qu’avec une source isotherme de température T
0
).
T
T1
T2
S1 S2
Q1
Q2
W1
Figure 1.1 Cycle de Carnot
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.7
L'état de référence correspond la plupart du temps à la source froide, et est fixée par les
conditions de l’ambiance.
Exergie d’un fluide chimiquement inerte
Considérons un système (1 kg de vapeur par exemple) évoluant dans une machine en régime
entre un état initial 1 et un état final 2, lequel est en équilibre avec l'état de référence. Dans la mesure
où, comme c'est généralement le cas dans les applications que nous avons en vue, l'énergie cinétique
et l'énergie gravifique ne jouent aucun rôle important, la variation d'énergie E du système entre son
état initial et l’état final, s'écrit :
E = H
1
- H
2
(I.11)
où H représente l'enthalpie.
La fraction de l'énergie E qui est transformable en travail est déterminée par le théorème de
Gouy. Elle a pour expression :
E = H
1
- H
2
- T
0
(S
1
- S
2
) (I.12)
où S représente l'entropie et où T
0
est la température absolue de l'état de référence. Par
définition, E est l'exergie du système considéré.
La fraction de l'énergie qui n'est pas transformable en travail s'obtient par différence; elle a
pour expression :
B = E - E = T
0
(S
1
- S
2
) (I.13)
C'est par définition l'anergie du système considéré. On a évidemment :
E = E+B (I.14)
Remarquons que l’exergie n’est pas une propriété intrinsèque de la matière : elle se définit
toujours par rapport à un état de référence qui peut être choisi arbitrairement, mais qui, en pratique,
correspond aux conditions courantes de l’ambiance. Dans nos régions, il est courant de choisir T
0
=
15°C (température moyenne des eaux de refroidissement), quoique des valeurs de 0°C ou 25°C
soient quelquefois adoptées. Il est donc conseillé de rappeler l’état de référence choisi dans toute
analyse exergétique.
Expression exergétique du travail moteur des machines
Pour une transformation infinitésimale effectuée dans une machine, on peut écrire :
±dW
m
= dQ -d(K+gZ) -d H (I.15)
où est W
m
est le travail moteur, Q l’action calorifique externe, H l’enthalpie du fluide, K son
énergie cinétique, Z son altitude et g l’accélération de la pesanteur.
Ceci se réécrit :
d H = + dW
m
- d(K+gZ) + dQ (I.16)
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.8
ou le signe supérieur du terme + dW
m
correspond à la machine matrice. Cette équation
indique que la variation d’enthalpie du fluide provient du travail effectué sur le fluide, corrigé des
variations d’énergie cinétique et potentielle, et enfin de l’action calorifique externe.
Recherchons quelle est la fraction dH
r
de dH qu’il est possible de récupérer sous forme de
travail mécanique. On peut retrouver l’énergie mécanique communiquée au fluide : + dW
m
-
d(K+gZ), ainsi qu’une partie de dQ. Le travail maximum récupérable dépend de la température du
fluide subissant l’action calorifique dQ et de la température de l’ambiance To, comme indiqué par
l’équation (I.10). On en déduit que la récupération maximale de dH sous forme de travail mécanique
sera :
d H
r
= + dW
m
- d(K+gZ) + dQ
T - T
o
T

= d H -
T
o
T
dQ
(I.17)
Cette expression est valable, que la transformation soit réversible ou irréversible. Dans le cas
le plus général, si on représente par W
f
l’énergie dégradée à cause des irréversibilités (par exemple
le travail des forces de frottement), on peut écrire :
dQ + dW
f
= T dS ou dQ = T dS - dW
f (I.18)
Introduisant cette valeur de dQ dans l’équation précédente, on obtient :
dH
r
= d H - T
0
dS +
T
o
T
dW
f
(I.19)
Si on définit la fonction E = H - T
o
S , et donc dE = dH - T
o
dS
on peut écrire :
dH
r
= d E +
T
o
T
dW
f
(I.20)
Rappelons que l’exergie se définit à partir d’un état de référence :
e = E - E
o
= (H-H
o
) - T
o
(S-S
o
) (I.21)
Comme d e = d E, on aussi écrire :
dH
r
= d e +
T
o
T
dW
f
(I.22)
En identifiant avec l’équation (I.17) établie précédemment, on obtient :
±dW
m
= d(K+gZ) + d e -
T - T
o
T
dQ +
T
o
T
dW
f
(I.24)
On en déduit par intégration l’expression exergétique du travail moteur d’une machine motrice
:
W
m
=
T - T
o
T
dQ
1
2
- ∆(K+gZ) - ∆ e -
T
o
T
dW
f
1
2
(I.25)
Un expression similaire peut être écrite pour une machine réceptrice.
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.9
L’intégrale en dW
f
représente la perte due aux irréversibilités et en particulier aux frottements.
Elle s’exprime comme suit :
T
o
T
dW
f
1
2
= T
0
dS
i
1
2
= T
0
∆S
i
(I.26)
où on définit l’accroissement d’entropie correspondant aux irréversibilités :
dS
i
=
dW
f
T (I.27)
Ces relations montrent que les frottements se produisant alors que la température du fluide est
élevée sont moins nuisibles que ceux qui se présentent à basse température.
Propriétés thermodynamiques d’un fluide
Comme le montre l’équation (7), l’évaluation de l’exergie se ramène au calcul de l’enthalpie et
de l’entropie des fluides.
Pour certains fluides communs, comme l’eau ou certains réfrigérants, des tables ou des
diagrammes sont disponibles. L’évaluation des grandeurs thermodynamiques et de l’exergie se
ramène alors à un problème d’interpolation. Toutefois, pour de nombreux fluides industriels, aucune
table n’est disponible. C’est particulièrement vrai lorsqu’ils se présentent sous la forme de mélanges.
Il est alors nécessaire d’évaluer les fonctions thermodynamiques à partir d’information plus
fondamentales.
L’énergie d’un milieu matériel se décompose en plusieurs contributions :
1 • énergie nucléaire, qui représente les interactions entre les particules élémentaires
composant les atomes;
2 • énergie de liaison chimique, qui représente les interactions entre les atomes composant
les molécules;
3 • énergie correspondant aux vibrations des atomes composant les molécules;
4 • énergie correspondant à la rotation des molécules;
5 • énergie correspondant à la translation des molécules à l’échelle microscopique (agitation
thermique);
6 • énergie due aux interactions entre les molécules (attraction électrostatique, forces de Van
der Waals, etc);
7 • énergie potentielle de la matière placée dans un champ de pesanteur;
8 • énergie cinétique de la matière à l’échelle macroscopique;
9 • énergie potentielle de la matière placée dans un champ magnétique ou électrique.
Lors de l’analyse d’un procédé, l’ingénieur s’intéresse aux variations d’énergie. Il peut donc
négliger toute contribution qui reste constante. C’est ainsi que dans l’étude des procédés thermiques
basés sur la combustion, les contributions nucléaires (1) peuvent être ignorées. De même, les
contributions (7,8,9) seront négligées si les variations d’altitude, de vitesse ou les contributions
magnétiques ou électrostatiques ne sont pas importantes.
La contribution (2) n’intervient que si le procédé étudié met en oeuvre des réactions
chimiques; c’est le cas par exemple des phénomènes de combustion. On tiendra compte dans
l’évaluation des fonctions thermodynamique d’une contribution spécifique aux réactions chimiques
(enthalpie et entropie standard de formation).
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.10
Les contributions (3,4,5) dépendent principalement de la température. Leur influence sur
l’énergie interne U de la matière est couramment exprimée sous la forme d’une “chaleur spécifique”
C
v
=δU/δT.
La contribution (6) dépend des interactions entre molécules, et donc de leur distance
moyenne. Elle est ainsi influencée par la densité du milieu, et donc par la pression. La variation des
fonctions thermodynamiques avec la densité peut se déduire d’une équation d’état, c’est-à-dire
d’une relation entre le volume spécifique, la pression et la température du milieu matériel.
Les relations générales qui permettent de calculer l’enthalpie et l’entropie d’un fluide à partir
de l’équation d’état sont :
ŽH
ŽP
T
= 1 -
1
β
P
V
(I.28)
où on introduit le facteur :

β
P
=
V
Τ
ŽT
ŽV
P (I.29)
ŽH
ŽT
P
= C
P
(I.30)
ŽS
ŽP
T
= -
ŽV
ŽT
P (I.31)
ŽS
ŽT
P
=
C
P
T
(I.32)
On imagine aisément que ces calculs peuvent devenir fastidieux s’il est souhaitable de tenir
compte de toutes les corrections utiles, et de répéter les évaluations dans un grand nombre de cas.
C’est pourquoi l’usage de logiciels d’évaluation des propriétés se généralise. On les trouve soit sous
la forme de systèmes indépendants, soit liés à une banque de données répertoriant les
caractéristiques d’un grand nombre de substances, soit intégrés à des logiciels de simulation de
procédés.
Dans le cadre de ce cours, les étudiants auront notamment accès au système EPIC
(Estimation de Propriétés pour l’Ingénieur Chimiste) développé à l’Université de Liège. Si
nécessaire, ils pourront faire appel au logiciel de simulation BELSIM.
Evaluation pratique de l’exergie d’un gaz parfait
Par définition, le gaz parfait est un fluide dépourvu de toute interaction entre molécules. Les
gaz réels à faible pression ont un comportement qui se rapproche de celui des gaz parfaits : à faible
densité, les molécules sont en moyenne plus éloignées les unes des autres, et les possibilités
d’interactions (attraction ou répulsion) ont de moins en moins d’importance. Il est raisonnable
d’estimer les propriétés d’un fluide par les lois des gaz parfaits lorsque la pression est modérée
(maximum 1 MPa, pour fixer les idées) ou lorsque la température est nettement supérieure à la
température critique du fluide.
Pour une mole d’un gaz parfait, on peut écrire :
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.11
H
1
-H
o
=

C
p
(T) dT
T
o
T
1
(I.33)
S
1
-S
o
=

C
p
(T)
T
dT
T
o
T
1
- R ln
P
1
P
o
(I.34)
où R est la constante d’état des gaz parfaits
R = 8,31432 J/mol/K
Si la chaleur spécifique à pression constante est représentée par un polynôme d’ordre 3,
comme dans la table fournie en annexe :
C
p
= A+ B T + C T
2
+ D T
3
(I.35)
on peut écrire :
H
1
-H
o
= A
( ) T
1
-T
o
+
B
2
( ) T
1
2
-T
o
2
+
C
3
( ) T
1
3
-T
o
3
+
D
4
( ) T
1
4
-T
o
4
(I.36)
S
1
-S
o
=
A ln
T
1
T
o
+ B
( ) T
1
-T
o
+
C
2
( )
T
1
2
-T
o
2
+
D
3
( )
T
1
3
-T
o
3
- R ln
P
1
P
o (I.37)
En appliquant l’équation (I.12), on obtient pour expression de l’exergie d’un gaz parfait à T
1
,
P
1
:
E
1
(T
1
, P
1
) = H
1
-H
o
-T
o
(S
1
-S
o
) (I.38)
expression dans laquelle il suffit de substituer (I.36) et (I.37).
Dans un diagramme (T,S), tous les états d’exergie nulle sont représentés par une droite ayant
pour équation :
H-H
o
-T
o
(S-S
o
) = 0 (I.39)
Si on considère un écart de température suffisamment faible pour que la chaleur spécifique
puisse être considérée constante :
T-T
o
= T
o
(S-S
o
) / c
p
(I.40)
Cette droite est tangente en (T
o
, P
o
) à l’isobare P
o
d’équation :
S-S
o
= c
p
ln(T / T
o
) (I.41)
Tous les états dont l’exergie est positive sont représentés par le demi plan au dessus de cette
droite. En se rappelant que dans le diagramme (T, S), l’enthalpie d’un fluide dans l’état M est
représentée par la surface comprise entre l’isobare P
M
, l’isentropique S
M
et l’axe S (hachures
droites sur la figure suivante), et que pour un gaz parfait l’enthalpie est indépendante de la pression, il
est aisé de représenter l’exergie par une surface sur ce même diagramme. La construction se déduit
de l’équation (I.39). L’enthalpie dans l’état de référence Ho(To, Po) est égale pour un gaz parfait à
l’enthalpie à (T
M
, P
M
) (hachures horizontales), si bien que H-Ho est représenté par les hachures
entrecroisées. Le terme To(S-So) est représenté par l’aire du rectangle délimité par les
isentropiques S
M
et S
0
, l’isotherme To et l’axe horizontal (hachures obliques). L’exergie est donc
égale représentée par le a somme des aires à hachures obliques et à hachures entrecroisées.
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.12
TM
T0
SM
S0
M
m
PM
Pm
P0
T
S
On établira aisément les diagrammes correspondants dans les cas où P
M
< P
0
où lorsque où
T
M
< T
0
Evaluation pratique de l’exergie d’un mélange de gaz parfaits
L’enthalpie d’un mélange de gaz parfaits s’obtient en ajoutant les enthalpies partielles de
chacun des constituants, calculées comme pour une substance pure au moyen de (I.33). Si le
mélange étudié se compose de m substances, et la grandeur N
i
représente le nombre de moles de la
substance i dans le mélange, on a :
H
1
-H
o
=
m

i=1
N
i
H
i,1
- H
i,o
(I.42)
Par contre pour l’entropie, il faut introduire une correction due à la dilution des substances
dans le mélange :
S
1
-S
o
=
m

i=1
N
i
S
i,1
- S
i,o
- R ln
N
i
m

k=1
N
k
(I.43)
L’exergie du mélange de gaz parfaits se calculera à partir de l’enthalpie et de l’entropie au
moyen de la relation (I.33).
Evaluation pratique de l’exergie d’un liquide incompressible
Les propriétés thermodynamiques d’un fluide incompressible dépendent peu de la pression.
On peut pratiquement utiliser la relation (10) pour estimer l’enthalpie, et utiliser la relation suivante
pour l’entropie :
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.13
S
1
- S
0
=
c
p
(T) dT
T
T0
T 1
(I.44)
L’exergie d’un liquide incompressible se calculera à partir de l’enthalpie et de l’entropie au
moyen de la relation (I.38).
Evaluation pratique de l’exergie d’un mélange de liquides incompressibles
L’enthalpie d’un mélange de liquides incompressibles s’obtient en ajoutant les enthalpies
partielles de chacun des constituants, en appliquant la relation (I.42).
Pour l’entropie, il faut introduire une correction due à la dilution des substances dans le
mélange, en appliquant la relation (I.43).
L’exergie du mélange de liquides incompressibles se calculera à partir de l’enthalpie et de
l’entropie au moyen de la relation (I.38).
Effet d’un changement de phase
L’enthalpie et l’entropie sont des fonctions d’état. On peut donc évaluer leur variation entre
deux états en suivant un chemin arbitraire conduisant de l’état initial à l’état final. En pratique, on
adoptera généralement une séquence de transformations isothermes ou isobares.
Si un changement de phase se produit au cours de ces transformations, il faudra tenir compte
de l’effet thermique de ce changement de phase, tant pour l’enthalpie que pour l’entropie. Par
exemple, lors de la vaporisation d’un corps pur, l’enthalpie s’accroît de la chaleur latente de
vaporisation L
LV
. Quant à l’entropie de vaporisation, elle est égale au rapport de la chaleur latente
de vaporisation L
LV
à la température de changement de phase T
LV
.

H
LV
·
L
LV (I.45)

S
LV
·
L
LV
T
LV (I.46)
Par exemple, pour évaluer la variation d’exergie de l’eau entre (200°C, 2 bar) et (40°C, 0.5
bar), nous pouvons faire les approximations suivantes :
• vapeur d’eau assimilée à un gaz parfait de C
p
= 1.93 kJ/kg
• eau liquide supposée incompressible, C
p
= 4.22 kJ/kg
• chaleur latente de vaporisation L
LV
.= 2258 kJ/kg à 100°C
La variation d’enthalpie sera :
∆H
L
= 4.22 (100-40) = 253 kJ/kg pour le liquide de 40 à 100°C
∆H
LV
= 2258 kJ/kg pour la vaporisation
∆H
V
= 1.93 (200-100) = 193 kJ/kg pour l’eau vapeur de 100 à 200°C
soit un total de 2704 kJ/kg
La variation d’entropie sera :
∆S
L
= 4.22 ln((100+273)/(40+273)) = 0.740 kJ/kg/K pour le liquide de 40 à 100°C
∆S
LV
= 2258/(100+273) = 6.054 kJ/kg pour la vaporisation
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.14
∆S
V
= 1.93 ln((200+273)/(100+273))- 8.314/18.01 ln(2/1.013) = 0.144 kJ/kg/K pour
l’eau vapeur de 100 à 200°C
soit un total de 6.938 kJ/kg/K
La variation d’exergie sera donc (en fixant T
o
=288.15K) :
∆E = 2704 - T
o
. 6.938 = 704.8 kJ/kg/K
Si nous répétons ces calculs avec précision en utilisant une table des fonctions
thermodynamiques (modèle NBS), on obtient :
∆H
L
= 251.5 kJ/kg ∆H
LV
= 2256.6 kJ/kg ∆H
V
= 194.3 kJ/kg
soit un total de 2702.4 kJ/kg
La variation d’entropie sera :
∆S
L
= 0.7346 kJ/kg/K ∆S
LV
= 6.0474 kJ/kg ∆S
V
= 0.1514 kJ/kg/K
soit un total de 6.9334 kJ/kg/K
La variation d’exergie sera alors :
∆E = 2702.4 - T
o
. 6.9334 = 704.54 kJ/kg/K
Evaluation pratique de l’exergie d’un fluide réel
Les propriétés thermodynamiques d’un fluide réel s’évaluent au moyen d’une équation d’état.
Il s’agit d’un processus complexe, qui justifie l’emploi de l’informatique. A titre d’exemple, voyons
les relations permettant d’évaluer les propriétés d’un fluide au moyen de l’équation de Peng et
Robinson, couramment utilisée pour évaluer les propriétés de fluides non polaires, comme les
hydrocarbures. La précision de cette méthode est raisonnable. Si une grande précision est exigée,
on fait appel à des équations d’état comportant un grand nombre de paramètres ajustables (jusqu’à
une centaine).
L’équation d’état s’écrit, pour une mole de fluide :
P =
R T
V - b
-
a(T)
V
2
+ 2 b V - b
2
(I.47)
Pour un mélange de m constituants, dont la composition est définie par les fractions molaires :
x
i
=
N
i
Σ
N
k (I.48)
on calcule les coefficients a et b par les règles de mélange :
a =
m

i = 1
m

j=1
a
i
a
j
b =
m

i = 1
b
i
(I.49)
Les coefficients a
i
et b
i
caractérisant les substances pures se calculent à partir de leur
température critique T
ci
et de leur pression critique P
ci
et de leur facteur acentrique ω
i
, et de la
température :
SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re I RAPPELS - DEFINITION DE L’EXERGIE I.15
a
i
= a
c
1 + k 1-
T
T
c i
2
a
c
=
0.45724 R
2
T
ci
2
P
ci
k = 0.37464 + 1.54226
ω
- 0.26992
ω
2
b
i
=
R T
ci
P
ci (I.50)
Connaissant la température, la pression et la composition du mélange, on peut utiliser
l’équation d’état pour évaluer le volume molaire V (on peut montrer que dans ce cas, le problème
peut se ramener à la résolution d’une équation cubique). Habituellement, une méthode numérique
itérative est utilisée.
On utilisera l’équation d’état pour évaluer la l’écart entre les fonctions thermodynamiques de
fluide réel à (T, P) et celles du gaz parfait à (T, P°=1.013 bar, pour lequel V°=R T/P°).
Pour l’équation de Peng- Robinson, on a :
S-S° = R ln
Z-B*
Z
+ R ln
V

-
1
b 8
Ža
ŽT
ln
2Z+B*(2- 8)
2Z+B*(2+ 8)
Z =
P V
R T
B* =
b P
R T (I.51)
Pour évaluer l’enthalpie, il est plus simple de passer par la correction d’énergie libre de
Helmholtz :
A-A° = -RT ln
Z-B*
Z
- RT ln
V

+
a
b 8
ln
2Z+B*(2- 8)
2Z+B*(2+ 8)
(I.52)
pour en déduire la correction d’enthalpie :
H-H° = (A-A°) + T (S-S°) + RT (Z-1)
(I.53)
Il est inutile de préciser que l’usage de logiciels de calcul facilite grandement l’application de
telles méthodes de calcul.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.1
EXERGIE ET REACTION CHIMIQUE
Variation d’exergie des systèmes de composition variable
Dans les applications précédentes, nous avons considéré que des systèmes dont la
composition restait fixe : il s’agissait de substances pures ou de mélanges de composition définie.
Nous conserverons la définition de l’exergie qui a été introduite précédemment, c’est à dire le
travail maximum qu’il est possible de retirer d’un système au moyen d’un cycle thermodynamique
moteur dont une des source est le système en question et l’autre est en équilibre avec un
environnement de référence. Toutefois, nous prendrons en compte des mécanismes qui permettent
d’obtenir du travail en mettant en oeuvre des modifications de composition du système.
La séparation des constituants d’un mélange nécessite une consommation d’énergie : par
exemple, pour séparer un mélange de méthanol et d’eau, on peut procéder par distillation. Il faudra
apporter de la chaleur au rebouilleur de la colonne de distillation, et on récupérera éventuellement de
la chaleur au condenseur, mais à une température moindre. On pourra également séparer les
constituants d’un gaz par perméation sélective au travers d’une membrane : il faudra alors mettre en
oeuvre une différence de pression entre les deux côtés de la membrane, afin de créer une différence
de potentiel chimique incitant certaines molécules à diffuser au travers de la paroi.
Réciproquement, on doit pouvoir mettre en oeuvre des procédés qui exploitent une différence
de composition pour produire du travail. Il existe peu d’exemple en dehors des systèmes basés sur
des réactions chimiques. On pourrait par exemple imaginer un moteur exploitant la différence de
concentration entre deux solutions : si un piston semi-perméable sépare deux chambres remplies de
solutions de concentrations différentes (eau douce et eau salée, par exemple), le système va tendre
vers une égalisation des potentiels chimiques, et donc une uniformisation des concentrations : l’eau
douce va diffuser au travers de la paroi et diluer l’eau salée, ce qui exercera une pression sur le
piston, et permettra donc le production de travail mécanique. On peut imaginer qu’en inversant
périodiquement les concentrations de part et d’autre du piston, il soit possible d’obtenir un
mouvement alternatif. Toutefois la vitesse de diffusion au travers de la paroi est trop faible pour
qu’un tel processus soit utilisable en pratique à grande échelle.
Signalons encore que la plupart des procédés de séparation sont loin d’être réversibles. Alors
que des rendements exergétiques de 40 à 50% peuvent être atteints dans les cycles des moteurs
thermiques les plus performants, les rendements des processus de séparation dépassent rarement
quelques pour cents. Il s’agit là d’un défi majeur pour l’industrie chimique, dont les procédés de
purification (distillation notamment) contribuent pour une part significative à sa consommation
énergétique.
Pour les systèmes de composition variable ne faisant pas intervenir de réaction chimique (c’est
à dire lorsque le nombre total de moles de chacune des espèces reste constant dans le système), on
peut faire appel à la relation A.xx pour chacun des sous systèmes.
Par exemple, si nous considérons le système suivant :
Sous système 1 Sous système 2
Etat initial 1 kg eau à 15°C 1 kg eau + 35 g sel (NaCl)
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.2
à 15°C
Etat final 0,5 kg eau à 15°C 1,5 kg eau + 35 g sel
à 15°C
En admettant que la solution est idéale et en choisissant l’état de référence à 15°C, les seules
contributions à l’exergie proviennent des effets de dilution sur l’entropie des sous systèmes. On a,
pour les solutions liquides idéales à T=T
0
:
S = - R
n

i =1
N
i
ln
N
i
n

k=1
N
k
(II.1)
où N
i
représente le nombre de moles de la substance i.
Compte tenu des masses molaire (18 pour H2O et 58,5 pour le sel), on calcule
successivement :
Sous système 1 - initial :
N
eau
= 55.56 N
sel
= 0.598 x
eau
= 0.989 x
sel
= 0.011
S1 = - 8.319 (55.56 ln(0.989) + 0.598 ln(0.011) ) = 27.556 J/K
Sous système 2 - initial :
N
eau
= 55.56 N
sel
= 0 x
eau
= 1 x
sel
= 0
S2 = - 8.319 (55.56 ln(1) + 0) = 0 J/K
d’où une entropie totale S= 27.556 J/K
Sous système 1 - final :
N
eau
= 83.33 N
sel
= 0.598 x
eau
= 0.993 x
sel
= 0.007
S1’ = - 8.319 (83.33ln(0.993) + 0.598 ln(0.007) ) = 29.565 J/K
Sous système 2 - final :
N
eau
= 27.78 N
sel
= 0 x
eau
= 1 x
sel
= 0
S1’ = - 8.319 (27.78 ln(1) + 0) = 0 J/K
d’où une entropie totale S’=29.565 J/K
L’enthalpie du système ne change pas (hypothèse d’idéalité des mélanges). La variation
d’exergi et donc le travail maximum récupérable est de :
∆e = - T
0
(S’-S) = -288,15 (29,565-27,556) = -579 J.
Thermodynamique et réaction chimique
Il est évident que la valeur énergétique de la matière ne dépend pas exclusivement de sa
température. Nous avons vu précédemment que l’énergie totale pouvait se décomposer en plusieurs
contributions. Jusqu’à présent, nous avons supposé que la matière ne subissait aucune
transformation chimique. Il était commode de choisir un état de référence commun pour toutes les
substances, et généralement, on choisit comme état de référence 0°C, la pression atmosphérique et
les substances pures dans leur état d’aggrégation stable dans ces conditions.
Pour traduire dans les fonctions thermodynamique le potentiel énergétique mis en oeuvre par
les réactions chimiques, un autre référentiel est nécessaire. La convention couramment adoptée en
thermochimie est de fixer arbitrairement l’enthalpie et l’entropie des éléments dans un état de
référence, par exemple 25°C, pression atmosphérique, molécule élémentaire état d’aggrégation le
plus stable. C’est ainsi qu’on peut admettre que l’enthalpie molaire et l’entropie molaire sont nulles à
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.3
25 °C = 298,15 K et 101325 Pa pour les corps simples, pris à l’état pur, tels que :
Oxygène O
2
Hydrogène H
2
Carbone (graphite) C
Azote N
2
Argon Ar
Hydrogène H
2
etc ...
Pour les autres substances, on choisira comme valeur de référence leur enthalpie standard de
formation à partir des éléments à 25 °C = 298,15 K et 101325 Pa, c’est à dire l’enthalpie libérée
par la réaction chimique en faisant réagir les éléments dans les proportions exactes permettant
d’obtenir une mole de la substance désirée. On convient donc que l’enthalpie standard de formation
des éléments est nulle.
Par exemple, pour former une mole de H
2
O, on fera réagir :
H
2
+ 0.5 O
2
-> H
2
O + Q
les réactifs étant initialement à dans l’état de référence, Q=241800 J étant la quantité de
chaleur libérée par la réaction et récupérée en ramenant le produit de la réaction dans l’état de
référence. On attribuera à la mole d’eau une enthalpie de référence ou enthalpie standard de
formation H

égale à -241800 J/mole.
De la même manière, en étudiant la combustion du graphite :
C + O
2
-> CO
2
+ 393500 kJ
on fixe l’état de référence pour le dioxyde de carbone, dont l’enthalpie standard de formation
sera égale à H

= -393500 J/mole.
On utilisera la propriété d’additivité des enthalpies de réaction, découlant du théorème de
Nernst. C’est ainsi qu’en étudiant la réaction :
CH
4
+ 2 O
2
-> CO
2
+ 2 H
2
O + 802000 J
on en déduira l’enthalpie de formation du méthane :
H

CH4
= H

CO2
+ 2 H

H2O
- 2 H

O2
+ 802000 J
= -393500 + 2 . (-241800) - 2 (0) + 802200
= -74900 kJ/kmole
C’est ainsi que de proche en proche, on sera en mesure de déterminer l’enthalpie standard de
formation de chaque substance chimique, en mesurant l’effet thermique d’une réaction dans laquelle
elle est impliquée avec d’autres substances dont l’enthalpie standard est déjà connue.
On peut, de la même manière, évaluer les autres grandeurs thermodynamiques associées aux
réactions chimiques, telles que l’entropie S ou l’enthalpie libre G.
On trouvera dans les tables en annexe les valeurs d’enthalpie standard de formation H

,
d’enthalpie libre standard de formation G
f
° et d’enthalpie standard de formation S
f
° permettant
l’évaluation des grandeurs thermodynamiques et en particulier de l’exergie des systèmes de
composition variable.
En choisissant comme état de référence pour toutes les substances leur enthalpie et entropie
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.4
standard de formation on peut donner une portée plus générales aux relations présentées au chapitre
I. Par exemple, pour évaluer les grandeurs H et S au moyen des tables en annexe, on utilisera :
H
1
-H
fo
= A
T
1
-T
o
+
B
2
T
1
2
-T
o
2
+
C
3
T
1
3
-T
o
3
+
D
4
T
1
4
-T
o
4
(II.2)
S
1
-S
fo
=
A ln
T
1
T
o
+ B
T
1
-T
o
+
C
2
T
1
2
-T
o
2
+
D
3
T
1
3
-T
o
3
- R ln
P
1
P
o (II.3)
où (T
o
, P
o
) sont les température et pression de référence des grandeurs de formation, soit
298,15 K et 101325 Pa.
Remarquons que nous avons désigné l’enthalpie de référence par H
f
° et non par H
o
pour
indiquer que l’état de référence n’est plus arbitraire, mais est l’état standard thermochimique.
Contribution chimique à l’exergie
En appliquant les relations développées précédemment, nous sommes en mesure d’évaluer
l’enthalpie et l’entropie de tout mélange pour lequel une équation d’état est disponible, en prenant en
compte la contribution chimique à ces grandeurs thermodynamiques. Nous serons alors en mesure
d’évaluer les variations de la fonction E = H - T
o
S. Afin de complètement définir la fonction exergie
e = E - E
o
, nous devons toutefois définir un état de référence correspondant au niveau zéro de la
contribution chimique à l’exergie.
Pour ce faire, il est habituel de choisir pour
chaque élément une substance dans un état dont le
potentiel énergétique peut être considéré comme nul,
soit parce qu’elle est disponible en grandes quantités et
à très faible coût sous cette forme, soit parce qu’elle est
formée spontanément et se présente comme un résidu
lors de réactions chimiques ayant un intérêt énergétique.
On choisira donc pour chaque élément une substance
chimique composée exclusivement de cet élément et
éventuellement d’autres éléments déjà pris en
considération antérieurement.
Un état de référence convenable serait celui de
l’atmosphère, dont la composition moyenne au niveau
de la mer est donnée dans la table suivante.
Pour l’air humide saturé, on peut calculer les
compositions moyennes suivantes en fonction de la température.
Table II.1 :
Composition moyenne de l’atmosphère
Air sec incertitude
vol % +-
N2 78.084 0.004
O2 20.946 0.002
CO2 0.033 0.001
Ar 0.934 0.001
ppm
Ne 18.18 0.04
He 5.24 0.004
Kr 1.14 0.01
Xe 0.087 0.001
H2 0.5 ?
CH4 2 ?
N2O 0.5 0.1
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.5
Par exemple, si nous souhaitons définir l’état de référence pour l’oxygène, le choix de la
molécule O
2
à une fraction molaire de 0.20946 dans l’air sec à T
o
=288.15°C,

P
o
=101325 Pa
correspond bien à la définition : l’oxygène sous cette forme est disponible en grande quantité, et il est
impossible d’en tirer spontanément de l’énergie.
Nous allons calculer H
o
et S
o
pour O
2
dans cet état, ce qui conduit à :
H
o
· H
fo
+ c
p
dT
298.15
288.15

= -295 J/mol (II.4)
S
o
· S
fo
+
c
p
T
− R ln( 0.20946)
298.15
288.15

= 11.991 J/mol/K (II.5)
Tout calcul fait, on trouve pour l’oxygène E
o
= H
o
- T
o
S
o
= -3750 J/mol O
2
Nous pourrons donc calculer l’exergie de l’oxygène par rapport à l’état de référence choisi
par la relation :
e = H - T
o
S +3750 J/mol
Le choix de l’état de référence pour l’oxygène doit se répercuter sur l’évaluation de l’exergie
de chaque substance contenant de l’oxygène, au prorata du nombre d’atomes d’oxygène présent
dans chaque molécule. Nous en tiendrons compte en ajoutant une contribution ∆E
O
= 1875 J/atgr
oxygène à la fonction H - T
o
S pour tenir compte de la contribution chimique à l’exergie des
substances contenant de l’oxygène.
De même, pour l’azote, on choisira comme état de référence la molécule N
2
à une fraction
molaire de 0.78084 dans l’air sec à T
o
=288.15°C,

P
o
=101325 Pa
En suivant le même raisonnement que pour l’oxygène, on calculera pour l’azote E
o
= -597
J/mol N
2
On calculera donc l’exergie de l’azote par la relation :
e = H - T
o
S + 597 J/ mol N
2
Le choix de l’état de référence pour l’azote doit se répercuter sur l’évaluation de l’exergie de
chaque substance. Pour tenir compte de l’état de référence choisi pour l’azote, on ajoutera une
contribution ∆E
N
= 298.5 J/atgr azote à la fonction H - T
o
S pour tenir compte de la contribution
chimique à l’exergie des substances contenant de l’azote.
Table II.2 : composition de l’air saturé en humidité
Air sec air saturé à
vol % O°C 10°C 15°C 20°C 25°C
N2 78.084 77.614 77.138 76.770 76.282 75.643
O2 20.946 20.820 20.692 20.594 20.463 20.291
CO2 0.033 0.033 0.033 0.032 0.032 0.032
Ar 0.934 0.928 0.923 0.918 0.912 0.905
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.6
En ce qui concerne l’hydrogène, le choix de l’eau comme substance de référence s’impose.
Son état de référence sera l’eau, soit sous forme liquide à 15°C, soit sous forme vapeur à 15°C à
une pression telle qu’elle soit en équilibre avec l’eau liquide (soit 1705 Pa). Ces deux états étant en
équilibre thermodynamique, il ne serait pas possible d’en obtenir du travail en les utilisant comme
sources d’un cycle moteur.
On évaluera

H
o
et S
o
pour l’eau vapeur dans l’état de référence au moyen de (II.4) et (II.5).
On trouve ainsi :
H
o
= -242328 J/mol
S
o
= -11.432 J/mol/K
L’exergie de l’eau doit être nulle dans cet état. Ceci permet de fixer

∆E
H
la contribution
chimique à l’exergie par atome gramme d’hydrogène, en posant :
e = H
o
- T
o
S
o
+ ∆E
O
+ 2 ∆E
H
= 0
On fixe ainsi ∆E
H
= 118580 J/atgr hydrogène.
Pour évaluer ∆E
C
la contribution chimique à l’exergie par atome gramme de carbone, il est
raisonnable de choisir le dioxyde de carbone comme substance de référence. Toutefois plusieurs
états de référence ont été proposés pour définir son niveau d’exergie nulle. Certains auteurs on
proposé de la considérer à une pression partielle de 0.12 bar, ce qui correspond à sa concentration
dans dans fumées “moyennes”. Toutefois la teneur des fumées en CO
2
dépend du combustible
choisi et de la technologie de combustion (excès d’air). D’autres auteurs ont proposé de prendre
comme référence sa teneur moyenne dans l’atmosphère, soit 0.033%. Nous suivrons cette
approche, tout en étant conscients qu’il s’agit là d’une valeur arbitraire, car la composition de
l’atmosphère varie dans le temps et l’espace.
On évaluera

H
o
et S
o
pour le dioxyde de carbone dans l’état de référence au moyen de (II.4)
et (II.5). On trouve ainsi :
H
o
= -394177 J/mol
S
o
= 68.045 J/mol/K
Son exergie doit être nulle. Ceci permet de fixer

∆E
C
la contribution chimique à l’exergie par
atome gramme de carbone, en posant :
e = H
o
- T
o
S
o
+ 2 ∆E
O
+ ∆E
C
= 0
On fixe ainsi ∆E
C
= 410034 J/atgr carbone.
On peut procéder de même pour chacun des éléments, en choisissant une substance et une
concentration de référence pour chacun d’eux. C’est ainsi que l’on peut trouver pour l’argon
(0.934% dans l’air sec) une contribution à l’exergie ∆E
Ar
= 11200 J/atgr argon.
Pour le calcium, on peut choisir comme référence le carbonate de calcium CaCO
3
(craie),
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.7
puisque nous avons déjà déterminé les contributions de C et de O : on trouve ainsi ∆E
Ca
= 717081
J/atgr calcium.
Pour le soufre, on peut choisir comme référence le sulfate de calcium CaSO
4
(platre), puisque
nous avons déjà déterminé les contributions de Ca et de O : on trouve ainsi ∆E
S
= 600446 J/atgr
soufre.
Les autres éléments interviennent rarement dans les bilans d’exergie de systèmes énergétiques,
et ne seront pas considérés ici.
Remarquons que le choix de T
o
et P
o
intervient dans l’évaluation des contributions
élémentaires ∆E. Elles doivent être réévaluées si on décide d’une référence différent de 15°C,
pression atmosphérique.
Connaissant ces contributions élémentaires à l’exergie chimique, il est aisé de déterminer
l’exergie de toute substance ou mélange constitué à partir de ces éléments. Par exemple, pour le
carbone (graphite) à 25°C, on a H=0, S=0, et donc
e = ∆E
C
= 409782 J/atgr graphite.
Pour le méthane CH
4
à 25°C, pression atmosphérique,
on a :
e = H
f
° - T
o
S
f
° + 4 ∆E
H
+ ∆E
C
= 0
= -74900 - 288.15 x (-80.597) + 4 x 118459 +
409782
= 831942 J/mol méthane.
Table II.3 :
Contributions élémentaires à
l’exergie chimique
Elément ∆E (J/atgr)
C 410034
H 118580
O 1875
N 298.5
S 600446
Ar 11200
Ca 717081
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.8
Exergie d’un combustible solide : le carbone
Les réactions de combustion sont parmi les plus importantes pour l’étude des systèmes de
transformation d’énergie. Nous allons déterminer l’exergie intrinsèque des combustibles.
Par définition, l'exergie du combustible est la partie de son énergie qui est transformable en
travail par suite de son oxydation.
Si le combustible et le comburant sont en équilibre de température et de pression avec
l'ambiance, l'exergie du combustible se confond avec l'exergie de son énergie chimique. Dans ces
conditions, l'exergie du combustible est le travail mécanique qui est produit par une oxydation
réversible dont les produits de réaction sont amenés en équilibre de température, de pression et de
composition avec l’ambiance, et ont alors une exergie nulle.
Considérons d'abord le cas où le combustible et l'oxygène qui se trouvent à la température T
o
,
sont admis dans l'espace de réaction, séparés et tous deux à la pression P
o
de l'ambiance. Nous
admettrons, en outre, que les produits de la réaction quittent cet espace à la température ambiante,
non mélangés, et chacun à la pression de l'ambiance. Comme la réaction est supposée réversible, le
travail produit par cette réaction est égal à la variation entre l'exergie des réactifs et celle des
produits de la réaction ramenés en équilibre avec l'ambiance.
Lorsqu'on considère, par exemple, de l'oxygène à la température et à la pression de
l'ambiance, ce gaz possède, en fait, une exergie non nulle car si l'on veut produire de l'oxygène pur à
partir de l'air ambiant, il faut au moins dépenser le travail de séparation réversible de ce constituant.
Inversement, par l'opération réversible de mélange de l'oxygène avec l'air ambiant, on peut produire
un certain travail. Il s'ensuit que l'oxygène fourni par l'air de même que les produits gazeux de la
combustion, ont une exergie propre dont il convient de tenir compte dans le calcul de l'exergie du
combustible.
Pour illustrer notre propos, considérons la réaction d'oxydation du carbone (graphite) dont
nous nous proposons de calculer le travail produit par la réaction réversible :
C + O
2
-> CO
2
+ 393500 kJ/atgr de C à 25°C
Les calculs sont effectués dans le tableau ci-après.
La réaction chimique de combustion du carbone est d’abord rappelée. Dans un premier
temps, nous examinerons la combustion réversible utilisant l’oxygène pur. Par la suite, nous
examinerons la combustion irréversible en présence d’un excès d’air, et envisagerons l’influence de
la préchauffe des réactifs.
Les lignes 9-14 du tableau rappellent les propriété fondamentales des substances chimiques
considérées : enthalpie, énergie libre et entropie standard de formation, coefficients des polynômes
permettant d’estimer les chaleurs spécifiques à pression constante. Les lignes 20-22 rappellent l’état
standard de référence pour les grandeurs de formation, et l’état définissant l’ambiance (niveau zero
de l’exergie).
Les lignes 24-27 donnent successivement, pour chaque substance, sa teneur dans les
conditions de l’ambiance (on considérera toutefois le combustible pur). Les colonnes C à F
contiennent les termes permettant de calculer les enthalpies dans l’état de référence exergétique H
i
,
en utilisant la formule rappelée à la ligne 17. Les colonnes G-J font de même pour les entropies, en
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.9
utilisant la formule rappelée à la ligne 18.
Dans les lignes 32-35, on combine ces enthalpies et entropies avec les coefficients
stoechiométriques. La somme des termes relatifs aux produits de la réaction, moins la somme des
termes relatifs aux réactifs nous permet d’estimer l’enthalpie de combustion à 15°, ainsi que
l’entropie de combustion. La variation d’exergie due à la combustion est obtenue à la cellule F37.
Cette grandeur correspond à l’exergie du combustible. Si on la rapporte la variation d’enthalpie
(c’est à dire au pouvoir calorifique) on obtient un rapport de 1.0412 (cellule J37). L’exergie du
combustible est donc du même ordre de grandeur que son pouvoir calorifique. Remarquons que,
par un raisonnement différent, nous avons retrouvé la valeur du coefficient ∆E
C
défini
antérieurement. En effet, l’exergie intrinsèque du graphite C aurait pu être évaluée également comme
:
e = H
o
- T
o
S
o
+ ∆E
C
= -85 + 288.15 (-0.292) + 410034 = 410033 J/atgr carbone.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.10
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.11
Perte d’exergie : combustion irréversible du carbone
Considérons, à présent, le cas où le carbone (graphite) est soumis à une combustion vive
isobare en présence d'un excès d'air de 50%. L'équation chimique de cette combustion rapportée à
un atome gramme de carbone s'écrit :
C + 1,5 O
2
+ 5,64 N
2
= CO
2
+ 0,5 O
2
+ 5,64 N
2
+ 395,5 kJ
En l'absence d'échange calorifique pendant la combustion, la totalité de la chaleur dégagée par
celle-ci, se retrouve sous la forme d'enthalpie des produits de la réaction. On en déduit comme suit
la température adiabatique de combustion.
La suite du tableau examine l’effet d’une combustion irréversible, où le comburant est de l’air
(assimilé à 79% N2 et 21% O2) éventuellement en excès. L’air de combustion est éventuellement
préchauffé. La cellule C44 définit le rapport air/air nécessaire. En F44, on donne la température de
préchauffe. En F45 on donne une estimation de la température de combustion adiabatique.
A la ligne 48, on calcule H et S pur le graphite dans les conditions de l’ambiance (référence
de l’exergie).
Les lignes 50-51 permettent le calcul du nombre de moles de O2 et N2 en fonction de la
quantité de C et de l’excès d’air spécifié. On en déduit les fractions molaires et les enthalpies et
entropies molaires à la température de combustion estimée. A la ligne 52, on lit l’enthalpie et
l’entropie de l’air préchauffé, ainsi que la valeur de la fonction E=H-To S.
On calcule les mêmes fonctions dans les conditions de référence de l’exergie aux lignes 54-
56. L’exergie disponible dans l’air préchauffé est obtenu par différence entre les cellules K52 et
K56.
Les lignes 60-64 reprennent les propriétés des fumées à la température de combustion
estimée. La colonne C évalue les débits des différentes substances dans les fumées. Les fractions
molaires sont évaluées à la colonne E. Les enthalpies et entropies aux colonnes I et J, et les chaleurs
spécifiques en L. On calcule les fonctions H, S et E des fumées à la ligne 64, ainsi que la capacité
calorifique des fumées (somme des N
i
c
pi
= dérivée de l’enthalpie totale par rapport à la
température).
Aux lignes 66 à 70, on évalue de même les propriétés des fumées dans l’état de référence
exergétique. L’exergie des fumées s’obtient par différence entre les cellules K64 et K70.
La ligne 76 permet de vérifier le bilan thermique. L’enthalpie des réactifs est indiquée en H76 :
c’est la somme de H pour le combustible (cellule I48) et de H pour l’air (cellule I52). L’enthalpie
des produits est en I76 (c’est le report de la cellule I64). Si la température de combustion est bien
estimée, le bilan entrée-sortie doit être vérifié, et l’écart J76 doit être nul. Sinon, il faut corriger
l’estimation de la température de combustion. On remarque que le terme “entrée” est indépendant
de cette température, et que la dérivée du terme “sortie” par rapport à la température a été évalué
en L64. Il suffit donc d’ajouter à la température estimée le quotient J76/L64 pour obtenir une
meilleure estimation. Comme les Cp dépendent peu de la température, ce processus itératif
converge en 2 ou 3 itérations (en fait, nous utilisons l’algorithme de Newton pour résoudre une
équation non linéaire).
La perte par irréversibilité de la combustion s'obtient par différence entre l'exergie du
combustible et de l’air et celle des gaz brûlés. Le bilan exergétique est repris dans les lignes 79-81.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.12
Pour l’actif, l’exergie intrinsèque du combustible a été évaluée à la ligne 37, celle de l’air en 57. Pour
le passif, on inscrit l’exergie des fumées (report de la ligne 71) et les pertes. Le rendement est le
rapport de l’exergie disponible dans les fumées à l’exergie mise à l’actif. On constate que la
combustion vive, c'est-à-dire la libération brutale sous forme calorifique de l'énergie chimique du
combustible entraîne une perte par irréversibilité égale à 26 % de l'exergie du combustible.
Les tables suivantes indiquent comment évolue la température adiabatique de combustion et la
perte d’exergie due aux irréversibilité de la combustion en fonction des deux paramètres opératoires
principaux : l’excès d’air et la température de préchauffage de l’air. On constate que le préchauffage
du comburant diminue l'irréversibilité de la combustion; cette conclusion était du reste prévisible dans
la mesure où la température adiabatique de combustion avait été augmentée.
Le calcul de la perte d'exergie relative à la combustion du carbone a été repris en faisant
varier d'une part l'excès d'air, de l'autre la température de préchauffage. Les principaux résultats de
ces calculs sont indiqués dans les tabeaux suivants.
T adiabatique de combustion (°C)
air/air nécessaire
T préch.(°C) 1 1.5 2 2.5 3
15 2178 1560 1223 1009 860
100 2237 1623 1289 1078 931
200 2308 1699 1368 1159 1014
300 2380 1776 1449 1242 1099
400 2454 1854 1530 1326 1185
T adiabatique
0
500
1000
1500
2000
2500
0 1 2 3
Rapport d'air
15
100
200
300
400
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.13
Perte exergie %
0.00%
10.00%
20.00%
30.00%
40.00%
50.00%
0 1 2 3
Rapport d'air
15
100
200
300
400
Perte d’exergie
T préch.(°C) air/air nécessaire
1 1.5 2 2.5 3
15 29.91% 35.79% 40.54% 44.52% 47.92%
100 27.72% 32.64% 36.56% 39.77% 42.47%
200 25.74% 29.89% 33.08% 35.65% 37.77%
300 24.17% 27.72% 30.38% 32.49% 34.20%
400 22.89% 25.96% 28.20% 29.98% 31.44%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.14
1
1.5
2
2.5
3
1
5
1
0
0
2
0
0
3
0
0
4
0
0
20.00%
25.00%
30.00%
35.00%
40.00%
45.00%
50.00%
rapport air
Préchauffe (°C)
perte exergie
On a représenté sur le diagramme la variation de la perte d'exergie due à l'irréversibilité de la
combustion, en fonction de l'excès d'air. La première courbe correspond à l'absence de
préchauffage (t
p
= 15°C); les courbes suivantes se rapportent à un préchauffage de l'air jusqu'à une
température de 100, 200, 300 ou 400°C respectivement.
Comme l'indique le graphique, la perte par irréversibilité de la combustion augmente lorsque
l'excès d'air croît, mais cette croissance s'atténue progressivement. Pour un excès d'air de 200%,
cette perte est de près de 50%.
La croissance avec l'excès d'air de la perte par irréversibilité de la combustion, résulte de ce
que la dilution par l'air des produits de la combustion, détermine une diminution de la température
adiabatique de combustion.
La comparaison des courbes montre qu'à excès d'air égal, le préchauffage entraîne une
réduction de l'irréversibilité de la combustion, mais cette amélioration croît de moins en moins vite au
fur et à mesure que s'élève la température du préchauffage.
Dans le cas d'un important préchauffage, l'augmentation de l'excès d'air n'affecte que
faiblement l'irréversibilité de la combustion alors que cette influence était très sensible en l'absence de
préchauffage.
En fin de compte, une diminution de l'irréversibilité relative à la combustion doit être attendue
d'une diminution de l'excès d'air et/ou d'une augmentation du préchauffage.
Exergie d’un combustible gazeux : le méthane
Une analyse comparable à la précédente est présentée pour le méthane. Le tableau suivant
développe les calculs basés sur la réaction :
CH
4
+ 2 O
2
-> CO
2
+ 2 H
2
O
La démarche conduisant à l’évaluation de l’exergie intrinsèque du combustible est identique à
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.15
celle qui a été adoptée pour le graphite.
Les lignes 9-14 du tableau rappellent les propriété fondamentales des substancés chimiques
considérées : enthalpie, énergie libre et entropie standard de formation, coefficients des polynômes
permettant d’estimer les chaleurs spécifiques à pression constante. Les lignes 20-22 rappellent l’état
standard de référence pour les grandeurs de formation, et l’état définissant l’ambiance (niveau zero
de l’exergie).
Les lignes 24-27 donnent successivement, pour chaque substance, sa teneur dans les
conditions de l’ambiance (on considèrera toutefois le combustible pur). Les colonnes C à F
contiennent les termes permettant de calculer les enthalpies dans l’état de référence exergétique H
i
,
en utilisant la formule rappelée à la ligne 17. Les colonnes G-J font de même pour les entropies, en
utilisant la formule rappelée à la ligne 18.
Dans les lignes 32-35, on combine ces enthalpies et entropies avec les coefficients
stoechiométriques. La somme des termes relatifs aux produits de la réaction, moins la somme des
termes relatifs aux réactifs nous permet d’estimer l’enthalpie de combustion à 15°, ainsi que
l’entropie de combustion. La variation d’exergie due à la combustion est obtenue à la cellule F37.
Cette grandeur correspond à l’exergie du méthane, soit 832670 J/mol. Si on la rapporte la variation
d’enthalpie (c’est à dire au pouvoir calorifique) on obtient un rapport de 1.037 (cellule J37).
L’exergie du combustible est donc du même ordre de grandeur que son pouvoir calorifique.
Remarquons que l’exergie intrinsèque du méthane CH
4
aurait pu être évaluée également à
partie de H, S et des contributions élémentaires :
e = H
o
- T
o
S
o
+ ∆E
C
+ 4 ∆E
H
= -75252 - 288.15 (-81.799) + 410034 + 4 (118580)= 832672 J/mole méthane, ce qui
correspond au résultat précédent, aux écarts d’arrondi près.
L’étude de la combustion irréversible, en présence d’un excès d’air éventuellement préchauffé
est présentée dans le deuxième partie de la feuille de calcul. Elle conduit aux mêmes conclusions que
pour le carbone.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.16
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.17
Influence de la dissociation du CO2
La recherche d'une diminution de l'irréversibilité relative à la combustion conduit, comme on
l'a vu, à augmenter la température de combustion. Mais, dès que cette température atteint un certain
seuil, apparaît le phénomène de dissociation qui engendre une régression de la combustion. La prise
en considération de la dissociation des gaz de combustion est examinée ci-dessous.
En effet, à très haute température, la réaction d’oxydation spontanée du carbone en CO
2
cesse d’être complète : une partie du carbone ne s’oxyde qu’en CO.
Pour étudier ce phénomène, nous devons examiner les conditions d’équilibre chimique de la
réaction d'oxydation de l'oxyde de carbone :
CO + 0,5 O
2
= CO
2
L'équilibre chimique de cette réaction dépend de la température de telle manière qu'il tend à
se déplacer dans le sens de droite à gauche lorsque la température augmente.
Recherchons tout d’abord l’exergie du CO, en suivant une démarche similaire à celle adoptée
pour CH
4
. On obtient la feuille de calcul suivante :
Les lignes 9-14 du tableau rappellent les propriété fondamentales des substancés chimiques
considérées : enthalpie, énergie libre et entropie standard de formation, coefficients des polynômes
permettant d’estimer les chaleurs spécifiques à pression constante. Les lignes 20-22 rappellent l’état
standard de référence pour les grandeurs de formation, et l’état définissant l’ambiance (niveau zero
de l’exergie).
Les lignes 24-27 donnent successivement, pour chaque substance, sa teneur dans les
conditions de l’ambiance (on considèrera toutefois le combustible pur). Les colonnes C à F
contiennent les termes permettant de calculer les enthalpies dans l’état de référence exergétique H
i
,
en utilisant la formule rappelée à la ligne 17. Les colonnes G-J font de même pour les entropies, en
utilisant la formule rappelée à la ligne 18.
Dans les lignes 32-35, on combine ces enthalpies et entropies avec les coefficients
stoechiométriques. La somme des termes relatifs aux produits de la réaction, moins la somme des
termes relatifs aux réactifs nous permet d’estimer l’enthalpie de combustion à 15°, ainsi que
l’entropie de combustion. La variation d’exergie due à la combustion est obtenue à la cellule F37.
Cette grandeur correspond à l’exergie du monoxyde de carbone, soit 275403 J/mol. Si on la
rapporte la variation d’enthalpie (c’est à dire au pouvoir calorifique) on obtient un rapport de
0.9727 (cellule J37). L’exergie du combustible est donc du même ordre de grandeur que son
pouvoir calorifique.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.18
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.19
Remarquons que l’exergie intrinsèque du CO aurait pu être évaluée également à partie de H,
S et des contributions élémentaires :
e = H
o
- T
o
S
o
+ ∆E
C
+ ∆E
O
= -110888 - 288.15 (-88.906) + 410034 + 1875 = 275403 J/mole méthane, ce qui
correspond au résultat précédent.
Afin d’étudier l’influence de l’oxydation incomplète de CO en CO2, nous nous fixerons la
température de combustion et l’excès d’air par rapport aux conditions stoechiométriques, et nous
rechercherons la température de préchauffe qu’il faut atteindre pour réaliser les conditions de
réactions spécifiées. Nous considèrerons que tous les réactifs (air et CO) sont préchauffés isolément
à la même température, avant d’être admis dans la chambre de combustion.
Le rapport d’air est indiqué à la cellule C44, la température de combustion en F45 et une
valeur estimée de la température de préchauffe des réactifs (CO + air) en F44.
Les fonctions thermodynamique du combustible préchauffé sont calculées à la ligne 48. La
ligne 49 correspond à l’évaluation des mêmes fonctions pour les conditions de référence de
l’exergie. On en déduit l’exergie disponible par la préchauffe du combustible en K50.
Les fonctions thermodynamique de l’air préchauffé sont calculées aux lignes 53-55. Les lignes
57-59 correspondent à l’évaluation des mêmes fonctions pour les conditions de référence de
l’exergie. On en déduit l’exergie disponible par la préchauffe de l’air en K60.
La conversion de CO en CO2 ne sera pas totale. La thermodynamique chimique démontre
que, pour la réaction considérée, la composition d’équilibre vérifie la relation :
K
P
·
P
CO2
P
CO
P
O2
où la variables P
i
représentent la pression partielle de la substance i, c’est à dire la pression
totale multipliée par la fraction molaire de cette substance I, et où K
p
est la “constante d’équilibre”
de la réaction à la température du système. K
p
s’évalue aisément en fonction des grandeurs
thermodynamique H
st
et S
st
des réactifs et des produits calculées dans les conditions standard
(c’est-à-dire à la température de réaction et à la pression de référence).
On calculera, à partir des grandeurs standard, la variation d’enthalpie, d’entropie et d’énergie
libre standard de réaction, c’est à dire :
∆H
r
= ∆H
st
CO2

- ∆H
st
CO

- 0.5 ∆H
st
O2
∆S
r
= ∆S
st
CO2

- ∆S
st
CO

- 0.5 ∆S
st
O2
∆G
r
= ∆H
r
- T ∆s
r
K
p
est lié à cette dernière grandeur par la relation :
ln Kp · −
∆G
r
RT
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.20
Les H
st
et S
st sont
calculés en I63:I65 et K71:K73 respectivement. Les G
st
sont en L71:73
et on en déduit immédiatement ∆G
r
en L75 et Kp en L76.
On désigne par x le nombre de moles de CO restant dans les fumées (cellule C62). En
fonction de cette valeur, on peut calculer les débits partiels de toutes les substances dans les fumées
en C63:C66. Les fractions molaires (E63:E66) et les pressions partielles (F63:F66) s’en déduisent
aisément. Ces dernières permettent de calculer le membre de droite de la relation d’équilibre, qui à
solution doit être égal au Kp déterminé par ailleurs. Il faut jouer sur la variable x pour vérifier cette
égalité (la fonction de résolution du tableur peut être utilisée). Dans le cas illustré, pour une
température adiabatique de combustion de 2500°C, on trouve x=0.3759.
Connaissant la compostion des fumées à l’équilibre, il est possible d’évaluer leur exergie, en
estimant H, S et E tant à la température de combustion (cellules I63:K67) que dans les conditions de
référence (cellules I78:K82). On en déduit l’exergie disponible dans les fumées en K83.
Il reste à vérifier que la température de préchauffe supposée permet de boucler le bilan
thermique. On calcule à la ligne 88 l’enthalpie “entrée” (air et CO) et “sortie” (fumées) ainsi que leur
écart, qui doit s’annuler à la solution. On peut calculer une valeur corrigée de la température de
préchauffe par l’algorithme de Newton, la correction à la valeur supposée étant égale au défaut
d’enthalpie divisé par la capacité calorifique des réactifs (C
p
calculés en L50 et L55). Dans
l’exemple présenté ici, la solution est atteinte pour une température de préchauffe de 1109°C.
On dresse aisément le bilan exergétique de la combustion. A l’actif, on porte l’exergie du
combustible ayant réagi, évaluée dans les conditions de référence (cellule F37, multipliée par la
cellule C64, nombre de moles de CO
2
obtenues par réaction). On porte également à l’actif l’exergie
résultant de la préchauffe du CO et de l’air. Au passif, on trouve l’exergie disponible dans les
fumées et les pertes.
Dans les conditions de l’exemple, les irréversibilités dues à la combustion représentent 43.4%
de l’exergie mise en oeuvre.
On peut faire varier les conditions opératoires pour évaluer la sensibilité des résultats. Le
tableau suivant montre comment évoluent les variables principales en fonction de la température de
combustion désirée, pour un mélange stoechiométrique de CO et d’air. On remarque que Kp est
une fonction qui décroit rapidement avec la température. entre 2200 et 3000°C, la proportion de
CO non converti passe de 17 à 73%. Le rendement, exprimé comme l’exergie disponible rapportée
à l’exergie mise en oeuvre, s’améliore lorsque la température de combustion s’élève. Comme la
conversion du CO diminue rapidement avec l’élévation de température, il en est de même de la
chaleur libérée par la réaction chimique. C’est pourquoi toute augmentation de la température de
réaction exige un accroissement beaucoup plus important de la température de préchauffe, la
diminution de la chaleur de réaction devant être compensée par un apport supplémentaire de chaleur
sensible.
Influence de la dissociation du CO2
Il ressort de l’étude précédente que la combustion à très haute température présente les
particularités suivantes :
• La dissociation qui apparaît vers 1600°C augmente avec la température pour devenir
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.21
presque totale vers 3000°C.
• La dissociation entraîne une régression de la combustion et par conséquent de la chaleur
dégagée par celle-ci.
• Pour atteindre les fortes enthalpies des gaz liées aux températures élevées, il faut recourir à
un très important préchauffage des gaz frais; cette obligation est encore renforcée par la régression
de la combustion, donc aussi de la chaleur dégagée, observée à haute température.
• La perte par irréversibilité globale de la combustion qui est importante en l'absence de
préchauffage se réduit fortement lorsqu'on s'est imposé une température adiabatique de combustion
supérieure à 2400°C.
Un calcul analogue au précédent a été répété pour différentes températures comprises entre
2200°C et 3000°C, c'est-à-dire dans tout le domaine de température dans lequel se développe la
dissociation. Les principaux résultats en sont repris au tableau II.3. A la figure 4, on a représenté les
courbes qui traduisent les variations en fonction de la température, des grandeurs suivantes :
Remarquons qu’une température inférieure à 2100°C ne peut être atteinte : la température
adiabatique de combustion en l’absence de préchauffage est de 2110°C. Une température inférieure
peut être obtenu soit avec un excès d’air, soit si le comburant est apauvri en oxygène.
Table II.3 : variation de l’équilibre CO/CO2 avec la température
T (°C) Kp x rendement T préch(°C)
2110 47.5 0.1259 0.406 7.3
2200 28.6 0.1709 0.456 247.4
2400 10.5 0.3001 0.536 815.6
2600 4.43 0.4547 0.592 1400.2
2800 2.102 0.6064 0.633 1949.3
3000 1.0968 0.731 0.665 2425.3
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.22
Kp
1
10
100
1500 2000 2500 3000
x = f(T)
0
0.1
0.2
0.3
0.4
0.5
0.6
0.7
0.8
0.9
1
1500 2000 2500 3000
Tpréchauffe = f(T)
0
500
1000
1500
2000
2500
1500 2000 2500 3000
rendement = f(T)
0
0.2
0.4
0.6
0.8
1
1500 2000 2500 3000
A la température de 2200°C, pour laquelle la dissociation est encore pratiquement inexistante, la
perte d'exergie globale due à la combustion s'élève à près de 60% de l'exergie mise en oeuvre
(préchauffe et combustible). Mais, au fur et à mesure que la température de combustion s'élève,
cette perte d'exergie diminue. Remarquons que si le rendement était exprimé en prenant l’exergie du
combustible comme dénominateur, les valeurs de rendement seraient plus élevées. Les rendements
tels qu’ils sont exprimés dans les diagrammes présentés ci-dessus utilisent au dénominateur l’exergie
mise en oeuvre par la réaction; or comme la fraction (1-x) de CO qui réagit diminue avec l’élévation
de T, ceci exerce un effet négatif sur la valeur calculée du rendement.
La perte d'exergie due à la combustion résulte de l'irréversibilité qui affecte celle-ci. En effet,
dans une combustion classique, les réactifs mélangés s'enflamment lorsque leur réaction est amorcée;
ils dégagent alors brusquement, sous forme de chaleur, l'énergie chimique que le combustible
contenait à l'état latent : c'est le processus de "combustion vive ". Cependant, au fur et à mesure que
la combustion régresse par suite de la dissociation liée à la température de combustion qui s'accroît,
la chaleur dégagée par la combustion vive devient de plus en plus faible cependant que l'énergie
chimique qui reste attachée à la fraction du combustible qui n'a pas encore réagi, pourra se libérer
progressivement, selon un processus réversible lié au déplacement de l'équilibre chimique, pendant le
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.23
refroidissement des gaz brûlés qui accompagnera leur utilisation.
Pour une température au delà de 3000
°
C, la dissociation devient très importante et, dès lors,
la mise en présence du combustible et du comburant préchauffés se traduit par un simple mélange,
sans que de la chaleur soit dégagée par une quelconque réaction. Il n'y a donc plus de combustion
vive avec dégagement instantané de chaleur et, dès lors, l'irréversibilité inhérente à la réaction a
disparu. De nouveau et totalement, cette fois, la chaleur latente du combustible pourra se dégager
selon un processus réversible au cours du refroidissement des gaz qui déterminera un déplacement
progressif de l'équilibre chimique jusqu'à l'achèvement de la combustion. Au cours de cette
combustion réversible, l'absence d'un dégagement instantané de chaleur au moment du mélange des
réactifs, implique que les gaz frais doivent être préchauffés jusqu'à la température maximale qu'on
s'était fixée. Cette température maximale est évidemment aussi celle des gaz brûlés si tant est qu'on
puisse parler de gaz frais et de gaz brûlés alors que les compositions respectives sont identiques.
dans ces conditions, la perte par irréversibilité de la réaction est alors nulle. Cependant,
l'augmentation de la température de combustion ne modifie en rien l'irréversibilité due aux variations
de la composition, les produits gazeux de combustion se retrouvant notamment dilués dans
l'atmosphère en fin de la combustion. C'est pourquoi, pour obtenir la perte par irréversibilité totale
de la combustion, il a fallu ajouter à la perte par irréversibilité de la réaction un terme constant qui
représente précisément la perte par irréversibilité du mélange. En particulier, à très haute
température, la perte par irréversibilité totale se réduit à la seule perte par irréversibilité du mélange.
Il résulte de ce qui précède que, sous réserve d'un faible résidu d'irréversibilité imputable au
processus de mélange, on peut concevoir le processus de combustion réversible comme constitué
des transformations suivantes .
• Le combustible et le comburant sont échauffés séparément jusqu'à la température pour
laquelle la dissociation des produits de la réaction est complète
• Les gaz frais sont mis en contact; ils se mélangent alors mais ils ne donnent lieu à aucune
réaction, donc à aucun dégagement de chaleur.
• Les gaz sont ensuite refroidis progressivement. Au cours de cette transformation, d'une
part ils cèdent réversiblement la chaleur sensible qu'ils ont reçue et qui servira d'ailleurs à
compenser Cet emprunt de chaleur à une source extérieure (par exemple en préchauffant
une nouvelle charge de gaz frais) . D'autre part, ils dégagent la chaleur engendrée par le
processus de combustion qui progresse au fur et à mesure du refroidissement
conformément au déplacement de l'équilibre chimique. En général, la combustion atteint
son achèvement pour une température de l'ordre de l600°C et, dès lors, la totalité du
pouvoir calorifique (ou de la chaleur de réaction) a été libérée.
• Finalement, les gaz brûlés se retrouvent à la température ambiante; à ce moment, la chaleur
qui avait été fournie durant le préchauffage, a été intégralement restituée; en outre, la
chaleur dégagée par la combustion complète a été entièrement utilisée.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.1
ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR
TRANSMISSION CALORIFIQUE ET REVERSIBILITE
Echange calorifique
Considérons une source chaude à la température T
1
et une source froide à la température T
2
.
Si l'on admet que la source chaude cède une quantité de chaleur Q
1
à un cycle de Carnot, ce cycle
fournira :
- le travail : W = Q
1
(1 - T
2
/ T
1
)
- la chaleur rejetée à la source froide : Q
0
= Q
1
(T
2
/T
1
)
Le travail fourni de cette manière, qui correspond d'ailleurs à l'exergie de la quantité de
chaleur Q
1
, peut être utilisé pour faire fonctionner en sens inverse le même cycle de Carnot. On
réalise ainsi une pompe à chaleur et il est possible de reprendre la chaleur Q
2
à la source froide et de
la restituer à la source chaude, accrue de l'équivalent calorifique du travail W. A la fin, le système est
revenu à l'état initial et aucune modification n'a été apportée au monde extérieur, ce qui est bien
conforme au caractère réversible du processus.
La réversibilité du cycle entraîne, non seulement la réversibilité de la transformation d'une
fraction de la chaleur Q
1
en travail, mais encore celle de la transmission d'une autre fraction de Q
1
à
la source froide. On a ainsi réalisé entre deux sources à températures différentes, un échange
thermoénergétique réversible.
Dans le cas de l'échange calorifique irréversible, la chaleur cédée par la source chaude est
transférée intégralement à la source froide. Mais ceci n'est pas le cas de l'échange thermoénergétique
réversible, puisque le travail qui est alors produit, l'est aux dépens de la chaleur apportée à haute
température. Pour réaliser un échange calorifique irréversible, il suffit de réunir les deux sources par
un milieu matériel. Si ce milieu est solide, le transfert se fera par conduction. Si ce milieu est constitué
par un fluide, le transfert se fera également par convection. D'une manière générale, nous dirons que
l'échange est réalisé sous la forme d'un échange conducto-convectif.
Echange radiatif
Considérons un cylindre (figure 3.1) dont le fond est constitué par un corps noir à la
température T1, la paroi du cylindre étant parfaitement réflectrice ainsi que celle du piston. Lorsque
le piston se déplace vers la droite avec une vitesse v, on peut écrire en désignant par c la vitesse de
la lumière, que l'énergie effectivement émise est égale à l'énergie rayonnée multipliée par v/c. A la
limite, si la vitesse est nulle, on a un état stationnaire, et la totalité de l'énergie rayonnée est
réabsorbée par le corps noir.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.2
Selon le principe d'équivalence, la chaleur
rayonnée à T
1
vaut :
Q
1
· U
1
+ P
1
V
1
· u
1
V
1
+
1
3
u
1
V
1
·
4
3
u
1
V
1
où P
1
·
1
3
u
1
est la pression de radiation et u
1
la densité d'énergie ou énergie interne spécifique.
Par unité de temps, l'unité de surface du corps
noir rayonne une énergie σ.T
1
4
qui va emplir un
volume de section de base unitaire et de hauteur
égale à la longueur parcourue par le rayonnement
dans le même temps. La densité d'énergie vaut alors
dans ce volume:
u
1
·
σ T
1
4
c
Lorsque le piston s'est déplacé et qu'il a
engendré le volume V
1
, l'énergie rayonnante apparue dans ce volume vaut :
U
1
= u
1
V
1
·
σ T
1
4
c
V
1
d'où:
Q
1
·
4
3
u
1
V
1
·
4
3
σ T
1
4
c
V
1
Après que V
1
a été engendré, on substitue une paroi réflectrice au corps noir et l'énergie
rayonnante subira alors une détente adiabatique réversible, décrite par l’équation V T
3
= constante;
on aura ainsi :

V
1
T
1
3
T
3
et dV· −3
V
1
T
1
3
T
4
dT
Comme P ·
1
3
u ·
σT
4
3c
Le travail de détente peut s'écrire :
PdV
1
2

·
1
2

σT
4
3c
( −3V
1
T
1
3
T
−4
)dT ·
σ
c
V
1
T
1
4
(1−
T
2
T
1
) · u
1
V
1
(1−
T
2
T
1
)
On substitue ensuite un corps noir à T
2
(en équilibre avec l'énergie rayonnante) au fond du
cylindre réflecteur, puis on ramène le piston à son point de départ. Au cours de cette opération, le
corps noir à T
2
absorbe réversiblement la quantité de chaleur :
Q
2
= U
2
+ P
2
V
2
= u
2
.V
2
+ 1/3 u
2
.V
2
= 4/3 u
2
.V
2
L'énergie rayonnante contenue dans V
2
vaut :
V1
V2
T1
T2
Refl.
Figure 3.1 : échange radiatif
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.3
U
2
· u
2
V
2
·
σ
c
T
2
4
V
2
·
σ
c
(V
2
T
2
3
)T
2
Or, pour la détente adiabatique réversible :
V
2
T
2
3
· V
1
T
1
3
On en déduit alors :
U
2
·
σ
c
(V
1
T
1
3
) T
2
·
σ
c
(T
1
4
V
1
)
T
2
T
1
· u
1
V
1
T
2
T
1
et, finalement :
Q
2
·
4
3
u
2
V
2
·
4
3
u
1
V
1
T
2
T
1
Le travail total vaut :
W · P
1
V
1
+ PdV
1
2

− P
2
V
2
W ·
1
3
u
1
V
1
+ u
1
V
1
(1 −
T
2
T
1
) −
1
3
u
1
V
1
T
2
T
1
·
4
3
u
1
V
1
(1−
T
2
T
1
)
La chaleur Q
1
rayonnée à T
1
est donc transformée d'une part en un travail :
4
3
U
1
(1−
T
2
T
1
)
et, d'autre part, en une énergie
4
3
U
2
·
4
3
U
1
T
2
T
1
qui sera absorbée par le corps noir à T
2
.
L'expression du travail montre que celui-ci est égal à l'exergie de la chaleur rayonnée par la
source chaude tandis que la chaleur absorbée par la source froide est égale à son anergie.
Au cours du processus, aucune énergie n'a été transmise de la source froide à T
2
à la source
chaude à T
1
, car dans l'hypothèse adoptée de la réversibilité, cet échange ne serait possible que
moyennant l'apport d'un travail permettant le parcours en sens inverse du cycle primitif. D'ailleurs, en
raison de la conversion d'une fraction de l'énergie rayonnée à T
1
, la quantité d’énergie absorbée à T
2
est inférieure à la première.
Si deux surfaces “noires” sont mises en regard l'une de l'autre, il s'établit spontanément entre
elles un échange radiatif irréversible. Le volume occupé par l'énergie rayonnante n'effectue aucun
travail, et par suite l'énergie émise par la surface chaude vaut σT
1
4
tandis que la surface froide émet
σT
2
4
. On obtient globalement l'échange : σ(T
1
4
− T
2
4
)
Dans ce cas irréversible, il n'y a aucune production de travail et par suite l'énergie émise par
l'une des sources est intégralement absorbée par l'autre. D'autre part, la chute d'exergie associée à
l'échange de chaleur considéré, constitue ici une perte. D'ailleurs, les absorptions des énergies
respectivement émises par les deux sources, se soldent par un transfert de chaleur dans le sens des
températures décroissantes.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.4
Echange calorifique par mélange
Considérons une kilomole de gaz parfait diatomique à la température T
1
=600°C (873K) et
une kilomole du même gaz à la température T
2
=200°C (473K). Si l'on met en communication les
enceintes occupées par ces deux quantités de gaz, on obtient après homogénéisation du mélange
sous l'effet de la diffusion, une température uniforme T
n
, dont la valeur se déduit du bilan thermique
de l'opération, soit dans l'hypothèse d'un mélange isobare :
C
p
(T
1
-T
0
) + C
p
(T
2
-T
0
) = 2 C
p
(T
n
-T
0
)
d'où :
T
n
= (T
1
+ T
2
)/2 = 673 K ou 400°C
On a, d'autre part, en vertu de l'équation d'état :
-pour 1 kmol à T
1
: V
1
= R T
1
/ P
0
-pour 1 kmol à T
2
: V
2
= R T
2
/ P
0
-pour 1 kmol du mélange à T
n
:
V
n
= R T
n
/ P
0
=
R
P
0
T
1
+ T
2
2
·
1
2
RT
1
P
0
+
RT
2
P
0
¸
¸

_
,

·
1
2
( V
1
+ V
2
)
Par suite, le volume occupé par le mélange est égal à la somme des volumes occupés
initialement par ses composants.
Calculons les exergies :
- de 1 kmol de gaz à 200°C :
E
1
= (H
1
- H
0
) - T
0
(S
1
- S
0
) = C
p
(T
1
- T
0
) - T
0
C
p
ln(T
1
/T
0
)
=29,1 x (473-273) - 273 x 29,1 x ln(473/273) = 1454 kJ
- de 1 kmol de gaz à 600°C :
E
2
=29,1 x (873-273) - 273 x 29,1 x ln(873/273) = 8225 kJ
- de 1 kmol de mélange à 400°C :
E
n
=29,1 x (673-273) - 273 x 29,1 x ln(673/273) = 4472 kJ
D'où la perte d'exergie par irréversibilité du mélange :
(E
1
+E
2
)-2 E
n
=(1454-8225) - 2x4472 = 735 kJ
On peut concevoir de la manière suivante la réalisation du mélange par voie réversible (fig.
3.2). La kilomole de gaz à la température T est d'abord détendue isentropiquement suivant 11'
jusqu'à la température finale du mélange; elle est ensuite comprimée isothermiquement suivant 1'M
jusqu'à la pression finale de celui-ci.
D'autre part, la kilomole de gaz à la température T
2
est d'abord comprimée isentropiquement
suivant 22' jusqu'à la température finale du mélange; elle est ensuite détendue isothermiquement
suivant 2'M jusqu'à la pression finale de celui-ci.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.5
L'enthalpie des deux kilomoles de gaz
initialement à 600°C et à 200°C se retrouve
d'une part sous la forme d'un travail égal à la
somme algébrique des quatre travaux de
compression ou de détente, d'autre part sous la
forme d'enthalpie du mélange. Le travail peut
être réutilisé lors des transformations inverses
qui permettent de ramener les deux kilomoles
du mélange à l'état 1 et à l'état 2
respectivement, assurant ainsi la réversibilité de
l'opération.
Dans le cas du mélange réversible, il
importe de remarquer que l'enthalpie du
mélange est inférieure à la somme des
enthalpies de ses deux composants car,
comme on vient de le voir, une fraction des
enthalpies initiales s'est transformée en travail. Il s'ensuit que la température du mélange sera ici
inférieure à ce qu'elle était dans le cas du mélange irréversible et ceci entraînera, par ailleurs, une
modification du volume spécifique dans la mesure où l'on s'est imposé une pression finale égale à la
pression initiale P
0
. Par conséquent, l'état final du mélange, qui était en N dans le cas irréversible, est
donc passé en M dans le cas réversible. Comme la température finale a diminué, il s'ensuit que
l'exergie du mélange réalisé réversiblement sera nécessairement inférieure à ce qu'elle était dans le
cas irréversible. Enfin, la variation d'exergie correspond au travail produit par l'ensemble des
transformations réversibles.
Pour résoudre numériquement le problème de l'échange thermo-énergétique réversible par
mélange, il faut procéder à un calcul par approximations successives estimant a priori la valeur du
travail résultant produit par les transformations. En adoptant ainsi la valeur initiale W = 1750 kJ pour
le travail, l'enthalpie du mélange s'obtiendra en soustrayant cette valeur de la somme des enthalpies
des deux composantes :
H
m
= C
p
T
1
+ C
p
T
2
- W = 29,1 x 600 + 29,1 x 200 - 1750 = 21530 kJ
D'où la température du mélange :
T
m
= H
m
/(2 C
p
) = 21530 /2 / 29,1 = 370°C ou 643 K
Calculons le volume molaire du mélange pour la pression atmosphérique de référence :
P
m
= P
1
= P
2
= 98100 Pa
V
m
= R T
m
/ P
m
= 8314 x 643 / 98100 = 54,5 m
3
/kmol
Calculons les travaux relatifs aux diverses transformations :
- pour la détente isentropique 11' :
W'
ad
= C
p
(T
1
- T
1
') = 29,1 x (873 - 643) = 6693 kJ
avec P
1
' = P
1
T'
1
T
1
¸
¸

_
,

γ −1
γ
· 98100
643
873
¸
¸
_
,
0,286
· 89885Pa
-pour la compression isotherme 1'M :
T°C
S
600°C
400°C
200°C
M
N
2
1
1’
2’
figure 3.2
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.6
W'
is
· P
m
V
m
ln
P'
1
P
m
¸
¸

_
,

·
98100
1000
x54, 5xln
89885
98100
· − 468 kJ
-pour la compression isentropique 22' :
W”
ad
= C
p
(T
2
- T
2
') = 29,1 x (473 - 643) = -4947 kJ
-pour la détente isotherme 2'M :
W"
is
· P
m
V
m
ln
P'
2
P
m
¸
¸

_
,

·
98100
1000
x54, 5xln
107104
98100
· 468 kJ
D'où le travail résultant :
W = 6693 - 468 - 4947 + 468 = 1746 kJ
Ce travail est pratiquement égal à la valeur qu'on s'était donnée a priori, il est donc inutile de
procéder à une nouvelle itération.
Calculons ensuite l'exergie d'une kilomole du mélange obtenu, an notant que P
m
=P
0
:
E
m
· C
p
T
m
− T
0
( ) − T
0
C
p
ln
T
m
T
0
− R ln
P
m
P
0

¸

1
]
1
=29,1 (643-273) - 273 x 29,1 ln(643/273) = 3961 kJ/kmol
D'où la variation d'exergie entre les états initial et final :
E
1
- E
2
- 2 E
m
= 1454 + 8225 - 2 x 3961 = 1757 kJ
On retrouve évidemment ici, dans les limites de précision du calcul, la valeur du travail
résultant.
Pour les diverses phases de l'évolution du gaz, on a implicitement supposé que les
transformations étaient réalisées dans des machines en régime, donc dans des systèmes ouverts. Il a
donc fallu chaque fois tenir compte des travaux de "transvasement". C'est pourquoi, on a estimé le
travail par la formule v.dp et non p.dv, et utilisé comme fonction d’état l'enthalpie plutôt que l'énergie
interne.
Au cours des deux transformations isothermes, de la chaleur a été échangée à la température
du mélange final. Toutefois, il s'agit là d'un échange calorifique réversible et purement interne au
processus de mélange réversible.
MODALITES DE L'ECHANGE CALORIFIQUE
Echanges conducto-convectifs et radiatifs
On considère deux parois planes et parallèles se trouvant respectivement aux températures T
1
et T
2
. En désignant par T la moyenne de ces températures, on peut écrire :
T
1
= T +∆T et T
2
= T - ∆T
Si l'espace délimité par les parois est occupé par un milieu solide (fig. 3.3A), il s'établit à
travers celui-ci un transfert conductif. La densité du flux calorifique s'écrit en vertu de la loi de
Fourier :
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.7
q"
c
·
λ
e
T
1
− T
2
( )·
λ
e
2∆T ( )
Si l'espace délimité par les deux parois est occupé par un fluide (fig. 3.3B), il s'établit à travers
celui-ci un transfert convectif La densité du flux convectif s'écrit en vertu de la loi de Newton :∆
q"
v
·
1
1
α
+
1
α
T
1
− T
2
( )·
α
2
2∆T ( )
Enfin, dans le cas classique d'un échange calorifique de fluide à fluide à travers une paroi (fig.
3.3C), le flux de chaleur s'écrit :
q" ·
1
1
α
1
+
e
λ
+
1
α
2
T
1
− T
2
( )· k 2∆T ( )
Dans les trois cas relatifs à l'échange conducto-convectif, on observe que :
• l'échange est proportionnel à l 'écart (2 ∆T);
• l'échange est indépendant du niveau de température (si λ et α sont constants);
Ce dernier point justifie l'emploi habituel de l'échelle Celsius.
Supposons que les deux plans parallèles soient assimilables à des corps noirs (fig. 3.3D). La
densité du flux calorifique qu'il s'échangent par rayonnement a pour expression :
q"
r
= σ [ (T + ∆T)
4
- (T - ∆T)
4
]
ou encore en appliquant la formule du binôme :
q"
r
= σ [ (T + ∆T)
2
- (T - ∆T)
2
] [ (T + ∆T)
2
+ (T - ∆T)
2
]
= 4 σ Τ ∆T [ 2T
2
+ 2 ∆T
2
]
≈ 4 σ Τ
3
(2 ∆T)
Cette dernière approximation est obtenue en supposant que ∆T est petit devant T. Par suite :
• pour un niveau de température donné, q"
r
est approx. proportionnel à (2 ∆T) et pour (2
∆T) donné, q"
r
est approx.proportionnel à T
3
• lorsque T croît, q"
r
augmente très rapidement;
• l'intervention de la température absolue est liée à la dépendance vis-à-vis du niveau de
température.
T1
T2
A
B C
T1
T2
T1
T2
D
T1
T2
Figure 3.3
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.8
Les deux parois peuvent être assimilées à deux sources de chaleur respectivement à T
1
et T
2
,
entre lesquelles il est possible d'effectuer un cycle de Carnot. Le travail produit par ce cycle peut
être considéré comme l'exergie de la chaleur disponible Q, rapportée à la température T
2
, ou encore
le travail maximum récupérable en réalisant un cycle réversible entre ces deux sources; cette exergie
relative s'écrit :
E' · Q 1 −
T − ∆T
T + ∆T
¸
¸
_
,
· Q
2∆T
T + ∆T
≈ Q
2∆T
T
par suite :
• pour une valeur donnée de T, E' est approximativement proportionnel à l'écart (2 ∆T);
• pour une valeur donnée de (2 ∆T), E' est approximativement inversement proportionnel à
T;
• lorsque T augmente, E' décroît de plus en plus lentement.
On vérifierait aisément que la perte d'exergie proprement dite est égale à la perte d'exergie
relative multipliée par le rapport de la température absolue de l'ambiance à celle de la source froide
considérée.
On a représenté à la figure 3.4 les variations en fonction de la température de l'échange
conducto-convectif (q"
c
), de l'échange radiatif (q"
r
) et de l'exergie relative E' (travail maximum
récupérable entre les deux sources).
En considérant un écart de
température ∆T donné, situé soit dans le
domaine des faibles températures, soit dans
celui des températures elevées, on tire les
conclusions suivantes :
• au domaine des températures
modérées (en L) correspond une
faible efficacité du rayonnement
et une grande irréversibilité de
l'échange (E' grand);
• au domaine des températures
élevées (en N) correspond une
grande efficacité du rayonnement
et une irréversibilité réduite (E'
petit);
• l'efficacité de l'échange conducto-
convectif est indépendante du
niveau de température.
L'échange conducto-convectif est un
phénomène de nature calorifique qui
implique l'existence d'un support matériel. Il en résulte notamment que le profil des températures y
est continu (fig. 3.3 A et B). L'échange radiatif est un phénomène de nature énergétique et le
rayonnement se propage au mieux dans le vide. Le profil de température relatif à l'échange radiatif
est discontinu (fig. 3.3 D).
∆T
∆T
E’
q”r
q”c
L
N
1000
400 600 800
T(K)
Figure 3.4
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.9
L'exergie relative E' représente le travail qui pourrait être produit par un cycle de Carnot
fonctionnant entre deux sources aux températures T1 et T2. Cette conception est susceptible de
déboucher sur une application pratique. En effet, lorsque dans un processus industriel, on doit
transférer un important flux calorifique entre deux fluides qui se trouvent à des niveaux de
température relativement éloignés l'un de l'autre, on peut alors envisager de valoriser la perte
d'exergie relative à l'échange en insérant un cycle moteur entre les deux sources que constituent les
deux fluides. Cependant, ainsi qu'il résulte de la figure 3.4, l'énergie mécanique ainsi récupérable est,
toutes autres choses égales, d'autant plus grande que le niveau de température moyen entre les deux
sources, est plus faible. Le domaine d'application le plus classique de cette conception est celui de la
production combinée de chaleur et d'électricité : on dispose d’énergie à haute température dans es
fumées de combustion, et on doit satisfaire des besoins thermique à relativement basse température
(production d’eau chaude ou de vapeur à basse pression, par exemple) On peut envisager d’insérer
un cycle de Rankine intermédiaire, et de produire de la vapeur à haute pression, qui sera détendue
jusqu’à une pression intermédiaire dans une turbine pour produire un travail moteur, alors que la
vapeur de contrepression sera utilisée pour le chauffage.
Amélioration de l’échange convectif au moyen d’ailettes
Si l'on compare un échangeur "liquide-liquide" à un échangeur "liquide-gaz", on constate que
pour réaliser la même densité de flux calorifique, il faut utiliser un plus grand écart de température
dans le second cas, en raison du faible coefficient de convection qui caractérise les gaz. Mais
l'accroissement de l'écart de température entraîne une augmentation de l'irréversibilité et donc une
perte d'exergie.
Il est possible d'atténuer cette majoration en recourant à une extension de la surface d'échange
la moins favorisée, c'est-a-dire en utilisant des ailettes. Les ailettes permettent ainsi de ramener
grosso modo la densité de flux à l'ordre de grandeur du cas le plus favorable (liquide-liquide), sans
pour autant devoir consentir à une augmentation de l'irréversibilité.
Isolation thermique
Lors d'un échange calorifique par convection au travers d’une paroi, la densité de flux s'écrit :
q” = k (T
1
- T
2
)
avec
1
k
·
1
α
1
+
e
λ
+
1
α
2
où les coefficients de transmission α
1
et α
2
peuvent être considérés comme fixés a priori.
Dans le cas d'un échangeur de chaleur où l'on cherche à réaliser une grande densité du flux, on
s'efforce de donner au terme e/λ une valeur très faible. Dans le cas de l'isolation thermique où l'on
désire réduire l'échange, on s'attache au contraire à donner une valeur élevée à ce terme. Cette
condition est satisfaite en employant, pour réaliser la paroi (ou en lui associant), un matériau à faible
conductivité utilisé sous forte épaisseur.
En pratique, dans les échangeurs, on s'impose généralement une densité de flux jugée
satisfaisante et l'on s'efforce de réduire l'écart de température nécessaire à l'échange calorifique soit
en augmentant le coefficient k, soit en ayant recours aux ailettes, comme discuté au paragraphe
précédent. En réduisant ainsi l'écart de température, on atténue l'irréversibilité de l'échange, c'est-à-
dire la perte d'exergie.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.10
En ce qui concerne l'isolation thermique, l'écart de température est fixé a priori; par suite, la
réduction de l'échange calorifique sera atteinte en augmentant la résistance thermique de la paroi. Ici
donc, contrairement au cas de l'échangeur, c'est l'échange calorifique qu'on essaie de réduire, mais
en ce faisant, on diminue aussi la perte d'exergie, qui est proportionnelle à la chaleur échangée dans
la mesure où les températures T1 et T2 sont imposées.
Il s'ensuit que les deux cas, à première vue opposés, de l'échangeur et de l'isolation thermique,
présentent cette finalité commune qui est de tendre à réduire la perte d'exergie associée à l'échange.
ECHANGEURS DE CHALEUR
Comparaison des échangeurs théoriques
Considérons un échangeur à courants parallèles et de sens contraires (fig. 3.5). Pour l'élément
de surface dS, on peut écrire, en désignant par G le débit et par c la chaleur spécifique :
-pour le fluide chauffant : dT
1
·
dQ
G
1
c
1
- pour le fluide chauffé: dT2 ·
dQ
G
2
c
2
d'où : d( T
1
− T
2
) ·
1
G
1
c
1

1
G
2
c
2
¸
¸

_
,

dQ
Lorsqu'on a G
1
c
1
= G
2
c
2
, il vient :
d (T
1
-T
2
) = 0
Par suite, on obtient : T
1
-T
2
= constante. Par conséquent, si l'on réduit l'écart de température
entre les deux fluides, cette réduction est uniforme sur toute l'étendue de la surface d'échange. A la
limite, on tend vers l’annulation de l'écart de température et il en résulte la superposition des deux
courbes de refroidissement et d'échauffement des deux fluides. L'échange est alors réversible et la
perte d'exergie afférente s'annule.
Lorsque G
1
c
1
≠ G
2
c
2
, les courbes de refroidissement et d'échauffement divergent (fig. 3.6 A
et B). En tout autre point que celui-ci, l'écart de température entre les deux fluides est différent de
zéro et il en résulte une irréversibilité inévitable de l'échange.
dQ
dS
T2”
T2’
T1” T1’ G1c1
G2c2
dT1
dT2
S
Figure 3.5
0.00
25.00
50.00
75.00
100.00
0.00 0.50 1.00
S
T
G1 c1 > G2 c2
T2
T1
0.00
25.00
50.00
75.00
100.00
0.00 0.50 1.00
S
T
G1 c1 < G2 c2
T2
T1
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.11
Figures 3.6 : profils de température, échange à contre-courant
Si l'on considère ensuite un échangeur à courants parallèles et de même sens, on constate
qu'en ce cas, les températures des deux fluides se rapprochent progressivement vers une commune
limite (fig. 3.7) .
Si l'on compare les échangeurs à courants inversés et de même sens, on constate (fig. 3.6 et
3.7) que, dans le premier cas, l'écart de température maximal est égal à la différence des variations
de température subies par chacun des fluide, alors que, dans le second cas, l'écart maximal est égal
à leur somme. Il en résulte que, toutes autres choses égales, l'écart maximal sera toujours plus grand
dans le cas des courants de même sens que dans celui des courants opposés.
On remarque également que
lorsque l'écart de température maximal
s’accroît, il en est de même de l'écart
entre les températures moyennes des
deux fluides : ceci entraîne une
augmentation de la perte d'exergie
afférente. Par conséquent, l'échangeur à
courants de même sens présentera
toujours une irréversibilité supérieure à
celle de l'échangeur à courants inversés.
On conclut ainsi à la supériorité de la
circulation méthodique, cette supériorité
était, du reste, déjà bien connue quant à
l'aspect calorifique (efficacité de
l'échangeur) .
Echangeurs dans les conditions réelles
En pratique, il doit exister entre le fluide chauffant et le fluide chauffé, un écart de température
suffisant, de manière à limiter l'étendue de la surface d'échange. Pour fixer les idées, nous
adopterons un écart de température minimal de 100°C et nous étudierons l'irréversibilité qui en
résulte.
Dans ces conditions, on a par exemple dans le
cas de deux gaz parfaits diatomiques (C
p
= 29,1
kJ/kmol.K) (fig. 3.8) :
-pour le fluide chauffant, on prend T’
1
=
400°C et T”
1
= 300°C
en fixant T
0
= 273 K, l'exergie cédée est :
E
1
= C
p
(T’
1
- T”
1
) - T
0
C
p
ln (T’
1
/T”
1
) =
1632 kJ/kmol
0.00
25.00
50.00
75.00
100.00
0.00 0.50 1.00
S
T
Figures 3.7 : profil de température,
échange à co-courant
q
T
T1’
T1”
T2’
T2”
Figure 3.8
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.12
-pour le fluide chauffé, on prend T’
2
= 200°C et T”
2
= 300°C
l'exergie reçue est :
E
2
= C
p
(T”
2
- T’
2
) - T
0
C
p
ln (T”
2
/T’
2
) = 1386 kJ/kmol
La perte d'exergie due à l'irréversibilité de l'échange s'en déduit :
∆E = E
1
- E
2
= 246 kJ ou 15,1 % de E
1
Le calcul a été repris dans les mêmes conditions pour plusieurs niveaux de température (T
1
" =
T
2
"). On a ainsi obtenu les pertes d'exergie relatives ( qui sont indiquées au tableau 3.1. On constate
que la perte d'exergie qui est importante lorsque le niveau de température est proche de la
température ambiante, qu’il diminue rapidement pour tomber à 7 % lorsque T atteint 500°C. Ce
résultat est à rapprocher des conclusions établies au début de ce chapitre.
Tableau 3.1 : perte d’exergie par échange de chaleur entre 2 gaz
T"1=T"2 (°C) ∆E/E1 T'1 T'2 E1 E2 ∆Ε
100 0.579 200 0 1050.8 442.2 608.7
200 0.262 300 100 1424.1 1050.8 373.2
300 0.151 400 200 1676.5 1424.1 252.5
400 0.098 500 300 1858.8 1676.5 182.3
500 0.069 600 400 1996.6 1858.8 137.8
600 0.051 700 500 2104.4 1996.6 107.8
700 0.040 800 600 2191.1 2104.4 86.7
Etudions ensuite le cas d'un échangeur dont le fluide chauffant est encore la même quantité (1
kmol) de gaz qui se refroidit de 400°C à 300°C, mais dont le fluide chauffé est de l'eau saturée à
200°C (température de saturation pour 16 bar) qui sera vaporisée et ensuite surchauffée à t =
300°C. On conserve ainsi la même différence de température entre les conditions extrêmes. Si h et s
sont évalués au moyen des tables thermodynamiques de l'eau liquide et vapeur, l'exergie reçue par la
vapeur surchauffée se calcule comme suit :
E
v
· h − h' −T
0
(S − S' )
[ ]
C
p
(T'
1
−T"
1
)
h − h'
· 1260 kJ
L'exergie de la vapeur ainsi calculée est rapportée à une kilomole du fluide chauffant ainsi qu'il
résulte du dernier facteur, lequel représente le rapport de la chaleur cédée par une kilomole de gaz à
la chaleur reçue par un kilogramme de vapeur.
D'où la perte d'exergie due à l'irréversibilité de l'échange calorifique gaz-vapeur :
∆E* =E
1
- E
v
= 372 kJ
et la perte relative : ∆E* / E
1
= 0,23
L'échange gaz-vapeur se caractérise par une
irréversibilité beaucoup plus grande que l'échange du type
gaz-gaz (tableau 3.2). Ceci résulte de l'existence du palier
de vaporisation. Lorsque la température moyenne
augmente, on observe comme précédemment une
diminution de la perte par irréversibilité. Mais, cette
diminution est ici plus importante car il s'ajoute à l'effet
propre à l'élévation du niveau de température, celui dû au
rétrécissement du palier de vaporisation qui accompagne
l'élévation de la température de saturation. En outre,
Tableau 3.2 :
Perte d’exergie par échange de chaleur
entre gaz et liquide en ébullition
T"1=T"2
(°C)
DE*/E1
100 0.90
200 0.42
300 0.23
400 0.15
500 0.07
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.13
lorsque la température devient supérieure à la température critique de la vapeur, le palier de
vaporisation a disparu et l'on retrouve des conditions fort voisines de celles relatives à l'échange gaz-
gaz. (On notera que pour t = 500°C), on a adopté arbitrairement une pression de vapeur égale à
100 bar).
Lorsqu'il s'agit de produire de la vapeur, à
partir d'eau se trouvant à la température ambiante,
l'irréversibilité de l'échange gaz-vapeur, peut être
réduite en effectuant la vaporisation sous pressions
multiples. Ainsi, en considérant que le gaz se refroidit
de 300°C à 200°C selon ST (fig. 3.9) tout en
transformant de l'eau à 0°C en vapeur saturée à 2
bar selon OMN - ce qui correspond à un écart de
température minimal de 100°C - on peut calculer
que la perte d'exergie relative est de 41,4 %. Si dans
les mêmes conditions on vaporise une fraction
judicieusement choisie de l'eau sous la pression de 8
bar selon PM'N', la perte d'exergie relative est
réduite à 36,2 %. Un troisième échelon de
vaporisation sous la pression intermédiaire de 4 bar
selon QM"N", conduit à une perte d'exergie relative
réduite à 33,9 %.
Pratiquement, le bénéfice qu'on peut attendre d'une diminution de la perte d'exergie relative à
l'échange calorifique, se traduit,soi par une capacité plus grande de produire du travail, soit par une
capacité accrue de participer à des échanges calorifiques. La vaporisation sous pressions multiplés a
donne lieu à des applications, notamment dans les centrales nucléaires utilisant un fluide caloporteur
gazeux, ou bien encore dans les centrales à cycles combinés gaz-vapeur. Nous reviendrons
ultérieurement sur ces applications
Conception de l'échangeur
Nous avons vu, en étudiant la transmission calorifique au début de ce chapitre que, pour un
écart de température donné (fig. 3.4) :
• au domaine des faibles températures (zone L) correspond une efficacité médiocre du
rayonnement;
• au domaine des températures élevées (zone N) correspond une grande efficacité du
rayonnement.
En ce qui concerne la convection, la valeur de l'échange calorifique est indépendante de la
température dans la mesure où l'on a supposé constant le coefficient de transmission par convection.
Mais, en fait, si l'on calcule ce coefficient dans quelques cas typiques tels que l'écoulement de l'air
dans un tube ou bien encore l'écoulement d'un gaz de combustion transversalement à un faisceau
tubulaire, on constate que ce coefficient diminue faiblement lorsque la température croît.
D'une manière générale, le coefficient de convection a une valeur beaucoup plus faible dans le
cas d'un gaz que dans celui d'un liquide. C’est pourquoi le coefficient global d’échange est
généralement médiocre en cas d’échange convectif avec un gaz. Pour améliorer l'échange calorifique
entre le gaz et la surface de la paroi, on peut recourir aux moyens suivants :
q
T
S
T
O
M
N
M’
M”
N’
N”
Q P
u
v
w
Figure 3.9
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.14
• augmenter la vitesse des gaz,mais on est rapidement limité dans cette voie par
l'accroissement excessif des pertes de charge;
• pour un écoulement extérieur à un faisceau tubulaire, faire circuler le gaz transversalement
aux tubes, ce qui favorise l'échange calorifique par une intensification de la turbulence;
• munir la surface d'ailettes multiples et convenablement espacées, de manière à accroître la
surface de la paroi en contact avec le gaz, ce qui constitue assurément le moyen le plus
efficace pour améliorer l'échange calorifique.
Considérons les quelques types classiques d'échangeur suivants:
Type I : échangeurs liquide-liquide
La seule convection est à prendre en considération car le rayonnement thermique ne pénètre
pratiquement pas dans les liquides. Pour un écart de température donné entre les deux fluides,
l'échange calorifique ne dépend donc que faiblement du niveau de température moyen (exemple :
réfrigérant d'huilé d'une turbine).
Type II : échangeur liquide-gaz diathermane
Un gaz diathermane, l'air sec par exemple, est perméable au rayonnement thermique; il ne
donne donc lieu à aucun échange radiatif entre ce gaz et la surface d'échange. D'ailleurs, si
l'échangeur est bien calorifugé, cette surface ne donne lieu à aucun échange radiatif avec l'enveloppe
de l'échangeur. Par suite, le seul échange convectif avec le gaz est alors à prendre en considération
de sorte qu'on est ramené au type I.
Les valeurs du coefficient de convection sont cependant beaucoup plus faibles avec les gaz
qu'avec les liquides. il s'ensuit qu'on aura intérêt à munir d'ailettes la surface d'échange en contact
avec le gaz (exemple : aérotherme).
Type IlI : échangeur gaz diathermane-gaz diathermane
Ceci est l'extension du type II de sorte qu'il suffit, ici encore, de prendre en considération la
convection. Par ailleurs, les deux faces de la surface d'échange devraient être munies d'ailettes ou
d’aiguilles. Toutefois, si la pression d'un des deux gaz est élevée, celui-ci présente un meilleur
coefficient de convection ce qui nous ramène au type II (exemple : réfrigérant d'air d'un compresseur
biétagé) .
Type IV : échangeur liquide-gaz non diathermane
Un gaz non diathermane absorbe le rayonnement thermique et il en émet lui-même; cependant
cet effet ne se manifeste pleinement que si la couche du gaz considéré présente une épaisseur
suffisante. L'échange calorifique entre le gaz et la surface d'échange résulte alors à la fois de la
convection et du rayonnement, mais l'importance relative de ces deux composantes dépend du
niveau de température; on est ainsi amené à distinguer les deux cas suivants :
a) Le gaz se trouve dans le domaine des faibles températures :
On ne peut guère compter sur le rayonnement, mais bien sur la convection. Il y aura lieu de
compenser la faible efficacité de l'échange convectif relatif au gaz, en utilisant des ailettes
(exemple : l'économiseur d'un générateur de vapeur) .
b) Le gaz se trouve dans le domaine des températures élevées :
On peut ici compter sur une contribution très importante du rayonnement. Les ailettes
multiples n'étant généralement d'aucune utilité en ce qui concerne l'échange radiatif,
l'amélioration de l'échange qu'on peut en attendre est trop faible pour qu'il soit utile d'y
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.15
recourir; il suffira donc d'utiliser des tubes lisses (exemple : faisceau de tubes vaporisateurs)
.
Type V : échangeur gaz non diathermane-gaz non diathermane
C'est l'extension du type IV pour lequel on doit encore considérer les deux cas suivants :
a) Les gaz se trouvent dans le domaine des faibles températures :
On ne peut guère compter sur le rayonnement, c'est pourquoi on s'efforcera de tirer le
meilleur parti de la convection en utilisant des ailettes sur les deux faces de la surface
d'échange, comme pour le type III (exemple : les tubes à aiguilles en fonte dans les
réchauffeurs d'air).
b) Les gaz se trouvent dans le domaine des températures élevées :
La composante radiative étant nettement dominante, le recours aux ailettes multiples n'a
plus guère de raison d'être, encore faut-il que la géométrie de l'échangeur soit telle que
chacun des gaz présente une couche d'épaisseur suffisante (exemple : le réchauffeur à haute
température d'une turbine à gaz en circuit fermé, du moins en ce qui concerne l'échange
avec les gaz de combustion à l'extérieur des tubes).
Lorsque l'échange calorifique s’accompagne du changement d’état d’un et/ou l'autre fluide, le
coefficient de convection est plus élevé que dans le cas d'un échange entre phases homogènes. C’est
notamment le cas de la vaporisation de l'eau ou la condensation de sa vapeur. Ce qui a été dit plus
haut à propos du liquide reste valable a fortiori pour la convection avec changement d'état.
Si l'on cherche à exploiter au mieux les échanges convectifs et radiatifs, c'est pour obtenir une
valeur élevée du coefficient de transmission résultant k. En effet, on peut, de cette manière, réaliser
une densité de flux satisfaisante sans devoir donner une valeur excessive à la différence de
températures entre les deux fluides qui, on le sait, est cause d'irréversibilité. Cependant, la perte
d'exergie correspondant à une différence de températures donnée est d'autant plus grande que le
niveau de température moyen est bas. Ceci explique incidemment pourquoi, dans les cycles
thermodynamiques à vapeur, une faible diminution de l'écart séparant la température de
condensation de la température ambiante conduit à une amélioration sensible du rendement
thermique.
Irréversibilités thermiques et mécaniques
Pour simplifier, nous nous bornerons à considérer le cas particulier d'un échangeur tubulaire
donné, dans lequel chacun des deux fluides échange de la chaleur sous température constante. Ainsi,
pour fixer les idées, nous supposons que le fluide chauffant est une vapeur qui se condense à la
température T1 et que le fluide chauffé est un liquide qui se vaporise à la température T2. En outre,
nous désignerons par Q la quantité de chaleur échangée.
La circulation des deux fluides engendre des pertes de charge qui déterminent la dégradation
d'une énergie mécanique W1 pour la vapeur et W2 pour le liquide
L'exergie de la chaleur échangée sous température constante s’écrit :
- pour le fluide chauffant : E
1
= Q (1 - T
0
/T
1
)
- pour le fluide chauffé: E
2
= Q (1 - T
0
/T
2
)
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.16
La perte d'exergie relative à l'irréversibilité thermique est donc :
E
1
− E
2
· Q T
0

1
T
2

1
T
1
¸
¸

_
,

L'énergie mécanique dégradée par les résistances passives dont l’écoulement est le siège, se
retrouve sous forme de chaleur à la température du fluide considéré. Il en résulte que la perte
d'exergie correspondante est égale à l'énergie mécanique dégradée, diminuée de l’exergie que
possède encore la chaleur ainsi engendrée. On obtient alors les pertes d'exergie :
-pour le fluide chauffant: W
1
− W
1
1 −
T
0
T
1
¸
¸

_
,

·
T
0
T
1
W
1
-pour le fluide chauffé: W
2
− W
2
1 −
T
0
T
2
¸
¸

_
,

·
T
0
T
2
W
2
L'ensemble des pertes d'exergie imputables aux résistances passives est donc égal à la somme
des deux pertes d'exergie précitées, soit :
T
0

W
1
T
1
+
W
2
T
2
¸
¸

_
,

La perte d'exergie totale qui résulte à la fois des irréversibilités thermiques et mécaniques
s'écrit donc :
T
0

Q
T
2

Q
T
1
¸
¸

_
,

+
W
1
T
1
+
W
2
T
2
¸
¸

_
,


¸

1
]
1
Si, pour un flux de chaleur donné, on fait croître la surface d'échange en augmentant la
longueur des tubes de l'échangeur considéré, la température du fluide chauffé peut être rapprochée
de celle du fluide chauffant; dans ces conditions, on constate que la perte d'exergie "thermique"
diminue. En revanche, la perte d'exergie "mécanique" croit en raison de l'augmentation des deux
termes W1 et W2 représentant l'énergie dégradée par les pertes de charge, l'augmentation de T2
n’intervenant manifestement ici que de façon secondaire.
En résumé, lorsqu'on augmente la longueur des tubes de l'échangeur considéré, la perte
d'exergie "thermique" diminue tandis que la perte d'exergie "mécanique" augmente; il en résulte alors
l'existence d'une valeur optimale de la surface d'échange pour laquelle la perte d'exergie globale est
minimale.
CONCLUSIONS GENERALES
Nous avons étudié l'échange termoénergétique réversible et nous avons vu qu'en ce cas, la
quantité de chaleur Q
1
fournie par la source chaude était transformée, d'une part en un travail W, de
l'autre en une quantité de chaleur Q
0
cédée à la source froide, laquelle correspond généralement à
l'ambiance. Le premier principe de la thermodynamique établit que la somme de ces deux derniers
termes est équivalente à la chaleur dépensée Q
1
. Lorsque l'échange calorifique est réalisé d'une
manière irréversible, la quantité de chaleur Q
1
est transmise intégralement à la source froide, mais il
n'y a aucun travail produit. Les choses se passent donc comme si après avoir réalisé l'échange
thermoénergétique réversible, le travail produit était dégradé en chaleur cédée à l'ambiance, dans un
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.17
frein par exemple, la chaleur ainsi engendrée venant s'ajouter à Q
0
pour reconstituer une quantité de
chaleur égale à Q
1
.
Pour illustrer ce fait, considérons par exemple le laminage d'un gaz depuis un état 1 jusqu'à
une pression finale p. Le principe d'équivalence appliqué au laminage, montre que cette
transformation est isenthalpique, d'où il vient en désignant l'état final par le point 3 (fig. 3.10) : H1 -
H3 = 0
Si l'on considère la détente isentropique l-2 issue
du point 1 et délimitée par l'isobare de pression p
passant par le point 3, on peut écrire:
(H1- H2) - (H3 - H2) = 0
ou H1 - H2 = H3 - H2
Or, (H1 - H2) est équivalent au travail produit
par la machine qui réalise la détente isentropique tandis
que (H3 - H2) est égale à la quantité de chaleur cédée
au fluide préalablement détendu, au cours d'un
échauffement isobare. On peut ainsi substituer au
laminage une détente isentropique 1-2 (réalisée par
exemple dans une tuyère) dans laquelle l'énergie thermoélastique du gaz est transformée en énergie
cinétique. Le jet de gaz sortant de la tuyère est ensuite freiné sous l'effet des résistances passives
auxquelles l'écoulement considéré est soumis. Ainsi qu'il résulte de l'égalité qui précède, lorsque la
totalité de l'énergie cinétique a été dissipée, le gaz se retrouve à l'état 3 qui correspond également à
l'état final du laminage étudié ci-dessus.
Un second exemple est donné par une résistance qui, parcourue par un courant électrique,
dégage de la chaleur par effet Joule. Ce processus est essentiellement irréversible puisque pour le
réaliser on a utilisé de l'énergie électrique (qui est de l'exergie pure) pour la transformer en chaleur,
laquelle est finalement dissipée dans l'ambiance. Le même résultat peut cependant être atteint de la
manière suivante : l’énergie électrique est tout d'abord utilisée pour alimenter un moteur que l’on peut
supposer exempt de pertes, et elle est ainsi transformée intégralement en travail mécanique. Ce
travail est ensuite utilisé dans un frein qui en effectue la dégradation en chaleur, cette chaleur étant
finalement dissipée dans l'ambiance.
Dans les différents exemples qui précèdent, on observe qu’à tout processus irréversible on
peut faire correspondre un processus réversible produisant de l'énergie noble; si cette dernière est
ensuite dégradée par les résistances passives, l'état final du fluide évoluant est identique à celui
résultant du processus irréversible correspondant.
Toute irréversibilité affectant un processus quelconque entraîne une chute d’exergie qui
constitue une perte dans le processus considéré. Cependant, on peut toujours remplacer ce
processus par une ou plusieurs transformations réversibles équivalentes, et faire en sorte que la chute
d'exergie soit utilisée intégralement pour produire du travail (ou une autre forme noble de l'énergie.
La réalisation d'un quelconque processus réversible implique cependant deux conditions
essentielles : d'une part la réversibilité de chacune des transformations est de rigueur, d'autre part, la
conception du processus requiert une organisation plus ou moins complexe de ces transformations.
L'exemple qui est, à cet égard, le plus probant est celui de l'échange calorifique par mélange illustré
au début de ce chapitre. La réalisation d'un processus réversible est difficile à concevoir et, de plus,
S
H
1
2
3
p
Figure 3.10
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.18
elle ne peut pas être obtenue pratiquement en raison de l'impossibilité fondamentale d'atteindre à la
parfaite réversibilité d'une quelconque transformation.
Si le processus irréversible est pénalisé par une dégradation de l'énergie qui aurait pu être
transformée en travail, il possède en compensation l'avantage d'une grande facilité de réalisation
(parfois spontanément) ainsi qu'en témoignent les exemples suivants :
• pour réaliser un laminage, il suffit de disposer un simple étranglement (au moyen d'une
vanne par exemple) dans l'écoulement du fluide;
• une fois amorcée, la combustion d'un mélange de combustible gazeux et d'air, se propage
rapidement et indéfiniment, pourvu que les conditions propices à la combustion restent
réalisées;
• le dégagement de chaleur par effet Joule s'effectue par simple passage du courant à travers
un conducteur électrique;
• lorsqu'on réunit deux corps se trouvant à des températures différentes par un milieu
matériel (solide ou fluide), il s'y établit spontanément un transfert de chaleur dans le sens
des températures décroissantes;
• deux parois exposées l'une à l'autre et se trouvant à des températures différentes,
échangent spontanément de la chaleur sous l'effet du rayonnement;
• si deux gaz se trouvant à des températures différentes, sont mis en contact, la diffusion
détermine une uniformisation rapide de la température du mélange.
Le processus irréversible s'effectue d'une manière spontanée et souvent rapide. Ainsi, dans la
combustion par exemple, la propagation du front de flamme se fait avec une vitesse élevée dans le
cas de la déflagration, et qui peut l'être encore bien davantage dans celui de la détonation. D'ailleurs,
l'expression de "combustion vive" souligne à suffisance le caractère quasi instantané du processus.
En ce qui concerne l'échange calorifique, l'intensité de celui-ci varie avec les conditions particulières
auxquelles il est soumis, le flux conductif dépend notamment de la conductivité du matériau. Mais, ici
encore, l'impossibilité de réaliser une isolation thermique parfaite témoigne du caractère spontané de
l'échange calorifique irréversible. Enfin, s'il est aisé de réaliser une détente par laminage, il est, en
revanche, d'autant plus difficile de produire du travail par détente d'un gaz (ou d'une vapeur), qu'on
désire atteindre un rendement élevé de la turbine, c’est-à-dire une détente proche de la réversibilité.
Les exemples qui précèdent révèlent les caractères propres à toute transformation irréversible,
à savoir :
• la simplicité de l'appareillage utilisé;
• l'absence d'organisation complexe d'une succession bien définie de transformations;
• la spontanéité du processus;
• l'unicité du sens dans lequel se déroule le processus .
L'étude de la transmission calorifique a révélé la dualité qui existe entre l'échange conducto-
convectif qui est essentiellement matériel, c'est-à-dire lié à la propagation dans un milieu solide ou
fluide, et l'échange radiatif qui est de nature énergétique. Il n'est, dès lors, pas surprenant qu'une
correspondance soit apparue entre l'échange radiatif et l'exergie; en revanche, l'échange conducto-
convectif est indépendant du niveau de température moyen.
La chaleur possède une exergie E = Q (1 - T
0
/T) qui est liée au niveau de température sous
lequel elle est disponible. Il en résulte qu'à température suffisamment élevée (> 5000 K), la chaleur
est pratiquement de l'exergie pure. A l'opposé, de la chaleur en équilibre de température avec
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.19
l'ambiance est totalement dépourvue de valeur énergétique, elle consiste alors en anergie pure. Par
conséquent, lorsqu'on transforme une énergie noble, de l'électricité par exemple, en chaleur,
l'importance de la dégradation qui en résulte sera d'autant plus grande que cette chaleur est produite
sous une température plus basse, et la dégradation ne sera complète que si cette chaleur se retrouve
finalement à la température ambiante.
L'échange calorifique entre deux fluides nécessite une chute de température. L'irréversibilité de
l'échange calorifique qui en résulte est plus ou moins importante suivant la grandeur de cette chute.
Vue sous cet angle, la conception d'un échangeur n'est plus seulement un problème calorifique, mais
elle relève également de l' analyse énergétique.
Les processus thermiques sont généralement alimentés en chaleur par une combustion qui est
le siège d'une importante perte d'exergie primaire. Cette perte initiale est suivie d'autant de pertes
d'exergie secondaires qu'il y a d'échanges calorifiques successifs dans le processus industriel étudié.
par ailleurs, la chaleur utile finira, elle-même, après son utilisation, par être dissipée dans l'ambiance.
A ce stade, la dégradation complète de l'énergie sera consommée ou, si l'on préfère, l'exergie
disponible au départ aura disparu pour être remplacée par de l'anergie.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.1
APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR
CONCEPTION DE L'APPAREILLAGE
Rappels
Nous avons vu précédemment, que pour un écart de température donné 2 ∆T (fig. 3.4) :
- au domaine des faibles températures (zone L) correspond une faible efficacité du
rayonnement et une grande irréversibilité de l'échange calorifique;
- au domaine des températures élevées (zone N) correspond une grande efficacité du
rayonnement et une irréversibilité réduite;
- en ce qui concerne la convection, la valeur de l'échange calorifique est indépendante du
niveau de température dans la mesure où l'on peut considérer comme invariable le coefficient
de convection.
Si, au lieu de maintenir constant l'écart
de température T
1
- T
2
= 2 ∆T, on fait croître
T
1
tout en maintenant T
2
constant, on constate
que (fig. 4.1) :
- la densité du flux radiatif croit de plus en
plus rapidement avec T
1
;
- la densité du flux convectif est
simplement proportionnelle à (T
1
- T
2
)
= t;
- l'exergie rapportée à la quantité de
chaleur échangée, soit
∆E
Q
T
T
2
1
· −
¸
¸

_
,
1 ,
croit avec T
1
, mais de moins en moins
vite au fur et à mesure que cette
température augmente.
Applications au chauffage
Considérons successivement trois modes de chauffage couramment utilisés, soit le radiateur
électrique, le poêle, le "radiateur" à eau chaude.
Le radiateur électrique consomme de l'électricité qui est de l'exergie pure. On sait qu'une
quantité de chaleur dégagée sous haute température comporte un pourcentage très élevé d'exergie
(fig. 4.1, état Z) ; réciproquement, une énergie qui est constituée d'exergie pure est transformable en
chaleur à très haute température. D'autre part, et ceci est également illustré par la figure 4.1, la
chaleur dégagée à très haute température se prête particulièrement bien à l'échange radiatif. Cette
conclusion est vérifiée par les radiateurs infrarouges qui se caractérisent par une grande simplicité de
T
Z
Y
X
q”c
q”r
∆E
Q
Figure 4.1 : efficacité des modes de transfert
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.2
réalisation et une remarquable compacité : dans une lampe infrarouge, l'émetteur se réduit à un
simple filament.
Dans un poêle, la combustion engendre une perte d'exergie voisine de 35 % (table page
II.13), de sorte qu'après celle-ci, les gaz possèdent une exergie de 65 % de l'exergie du
combustible. Il y correspond une température de ces gaz qui permet encore d'échauffer assez
fortement la paroi du poêle. Dans ces conditions (fig. 4.1, état Y), on se trouve dans le domaine où
l'échange radiatif est encore important mais, sans pour autant rendre négligeable la participation de
l'échange convectif. C'est bien ce qui se vérifie en pratique puisqu'on sait que le poêle traditionnel
utilise, à la fois, le rayonnement et la convection.
Dans une installation de chauffage central, les corps de chauffe sont alimentés par de l'eau
chaude dont la température est tout au plus de 90°C. On peut alors prévoir que l'échange radiatif
sera peu efficace en regard de la convection (fig. 4.1, état X). C'est bien ce que confirme la pratique
puisque la part du rayonnement est toujours inférieure à 20 % de l'émission des corps de chauffe.
Cette conclusion est encore renforcée par le développement des convecteurs dont l'échange
calorifique s'effectue uniquement par convection.
Séchage
Il existe des séchoirs de deux types : à convection et à rayonnement. Les séchoirs à
convection utilisent comme source calorifique, soit de la vapeur à basse pression, soit un fluide
thermique. Dans ces deux cas, la chaleur est fournie à une température voisine de 200°C; il est alors
évident que l'échange radiatif perd beaucoup de son efficacité et qu'il y a lieu, dès lors, de faire appel
à la convection. Ce mode de transmission est d'ailleurs encore favorisé par l'utilisation des tubes à
ailettes et par la circulation forcée de l'air. En revanche, lorsque la source calorifique est à
température plus élevée, le rayonnement retrouve l'avantage. C'est ainsi que certains séchoirs sont
équipés de panneaux radiants chauffés au moyen d'un combustible gazeux; ils sont notamment
utilisés pour le séchage des peintures et leur cuisson.
Même à température modérée, l'effet du rayonnement n'est toutefois pas totalement
négligeable. Par exemple, lors du séchage de plaques de plâtre dans un séchoir tunnel, la chaleur
nécessaire à l'évaporation de l'eau est apportée par un courant d'air chaud. On constate que
l'efficacité de l'opération est meilleure si l'air est relativement humide : on effet, l'air sec a une
émissivité nettement plus faible que la vapeur d'eau. On explique ainsi un paradoxe apparent, qui
veut que l'air humide sèche mieux que l'air sec.
Générateur de vapeur
Evolution des générateurs de vapeur
La recherche d'un meilleur rendement thermique du moteur à combustion externe (centrale à
vapeur) a suscité l'évolution suivante des caractéristiques de son cycle thermodynamique :
- augmentation de la température de surchauffe:
- augmentation de la pression de la vapeur vive;
- réchauffage de l'eau d'alimentation par les soutirages;
- resurchauffe de la vapeur;
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.3
- augmentation de la puissance unitaire.
Cette évolution du cycle a déterminé, ainsi que nous allons le voir, la structure actuelle de la
centrale et, plus particulièrement, pour ce qui nous concerne actuellement, celle du générateur de
vapeur.
L'enthalpie de la vapeur saturée diminue lorsque la pression de vaporisation augmente au delà
de 29 bar. Cet effet, conjugué à l'augmentation de la température de surchauffe, a entraîné une
augmentation de l'importance de la chaleur nécessaire à la surchauffe. il en est résulté une extension
considérable de la surface d'échange du surchauffeur .
L'utilisation de pressions de vapeur élevées a été de pair avec l'adoption de la resurchauffe,
celle-ci étant notamment requise pour éviter d'atteindre une humidité excessive de la vapeur en fin de
détente. Il s'ensuit l'adjonction au surchauffeur, déjà fort étendu a priori, d'un important
resurchauffeur.
La chaleur latente de vaporisation diminue lorsque la pression augmente : il en résulte une
diminution de l'importance relative du vaporisateur.
Le renforcement du réchauffage de l'eau d'alimentation par les soutirages devrait conduire à
une diminution de l'importance de l'économiseur, cependant cette tendance est contrariée par
l'accroissement de la pression qui a pour conséquence de relever l'enthalpie de l'eau saturée
alimentant le vaporisateur.
Le réchauffage poussé de l'eau d'alimentation par les soutirages a favorisé le réchauffage de
l'air; il s'en est suivi un développement important du rôle joué par le réchauffeur d'air.
En conclusion, les générateurs de vapeur des grandes unités actuelles, se caractérisent par :
- une surface d'échange relativement limitée au vaporisateur;
- une grande extension des surchauffeur et resurchauffeur;
- un développement modéré de l'économiseur;
- un important échange calorifique au réchauffeur d'air.
Conception du générateur de vapeur
Rappelons tout d'abord quelques notions fondamentales qui apparaissent comme étant à la
base de la conception des générateurs de vapeur.
n L'écart de température entre le fluide chauffant et le fluide chauffé doit, en principe, être aussi
petit que possible, afin de réduire l'irréversibilité de l'échange calorifique.
n L'efficacité de l'échange radiatif entre un gaz non diathermane et une paroi croit rapidement
lorsque le niveau de température augmente.
n L'efficacité. de l'échange calorifique entre un gaz et une paroi est faible et elle ne dépend guère
du niveau de température.
n Pour améliorer l'échange convectif, à défaut de pouvoir augmenter le coefficient de transmission
par convection, on peut jouer sur l'extension de la surface d'échange, notamment en utilisant des
ailettes.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.4
n Lorsque les coefficients de transmission des deux fluides ont des valeurs très différentes, c'est
en augmentant le plus petit d'entre eux qu'on peut améliorer le coefficient de transmission
résultant de la façon la plus efficace.
n Compte tenu de la grande efficacité de l'échange convectif entre d'une part l'eau, l'eau à
l'ébullition et, dans une moindre mesure, la vapeur, d'autre part la paroi, on peut admettre que la
température de paroi est fort proche de celle du fluide moteur
Dans le foyer d'un générateur de vapeur, la température des gaz est généralement au moins
égale à 1300°C. Les gaz qui possèdent une émissivité élevée du fait de la présence de molécules
triatomiques (CO
2
et H
2
O) et de la grande épaisseur de la masse gazeuse, émettent, dès lors, une
grande énergie rayonnante qui pourrait, opportunément être mise à profit pour assurer l'échange
calorifique avec le fluide moteur. Dans les chaudières de conception ancienne, par exemple les
chaudières "sectionnelles", cette propriété n'était exploitée que modérément, par crainte de voir la
température devenir insuffisante pour assurer une bonne combustion. En revanche, dans les
générateurs de vapeur actuels, l'apport calorifique supplémentaire dû au fort réchauffage de l'air
comburant, d'ailleurs allié au faible excès d'air, autorise une exploitation intensive de l'échange
radiatif, tout en maintenant une température de combustion suffisante. On en arrive ainsi à la
conception de la chaudière à rayonnement où les parois du foyer sont entièrement tapissées d'écrans
vaporisateurs. Comme, par ailleurs, ainsi qu'on l'a vu plus haut, la part de l'échange thermique
afférent à la vaporisation est relativement moins importante dans le cas des pressions élevées,
l'échange radiatif au foyer suffit à assurer la totalité de la vaporisation, en sorte que les faisceaux de
tubes vaporisateurs ont complètement disparu.
A la sortie du foyer, les gaz traversent les surfaces d'échange du surchauffeur et du
resurchauffeur. En cet endroit, ces gaz ont une température voisine de 1000°C pour laquelle
l'efficacité du rayonnement est encore bonne sans toutefois être dominante. il n'est dès lors pas
étonnant que dans les surchauffeurs, il soit fait appel à la fois au rayonnement et à la convection,
combinaison qui favorise d'ailleurs la stabilité de la température de surchauffe lors des variations de
charge du générateur de vapeur.
Dans l'économiseur où les gaz pénètrent ensuite, l'échange radiatif est devenu très faible; on a
alors avantage à exploiter au mieux la convection. C'est bien ce qu'on réalise en pratique puisque
l'économiseur est généralement constitué de tubes à ailettes.
Dans le réchauffeur d'air où le niveau de température est très modeste, l'échange calorifique
est essentiellement basé sur la convection. En outre, les deux fluides chauffant (gaz) et chauffé (air)
sont gazeux, de telle sorte que le problème posé par la faiblesse du coefficient de convection
concerne, à la fois, les deux faces de la surface d'échange. Une première solution à ce problème a
consisté à garnir d'ailettes les deux faces de la paroi; c'est ce qui a été réalisé dans les réchauffeurs
d'air de conception ancienne constitués par des tubes en fonte, munis d' "aiguilles" sur les deux faces,
les aiguilles améliorant encore l'effet d'ailette en faisant obstacle à un épaississement excessif de la
couche limite. Une solution plus récente a été apportée par les réchauffeurs d'air du type
régénérateur où la surface de contact constituée par des tôles ondulées très rapprochées, présente
un très grand développement par unité de volume.
Dans le générateur de vapeur à rayonnement, le vaporisateur qui est essentiellement formé par
les écrans de la chambre de combustion, précède le surchauffeur, disposition qui contrevient à la
règle de circulation méthodique. Cette anomalie est tout d'abord justifiée par une raison d'ordre
technologique, à savoir que les tubes vaporisateurs qui sont portés à une température beaucoup plus
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.5
basse que ne le seraient les tubes du surchauffeur placés dans les mêmes conditions. Mais, de plus,
sachant que la température de surchauffe est, a priori, limitée par des contraintes technologiques et
que, par ailleurs, les gaz sont obtenus à une température très élevée, il n'y a plus de raison de
chercher à réduire l'écart de température, tout au moins en ce qui concerne cette partie qui est la
plus chaude du circuit des gaz.
Une disposition analogue se retrouve d'ailleurs dans le surchauffeur lui-même. En effet, la mise
en contact à travers la surface d'échange, des gaz sortant de la chambre de combustion avec la
vapeur achevant sa surchauffe, porterait les tubes à une température excessive. C'est la raison pour
laquelle, ici encore, il est fait exception à la règle de circulation méthodique. On divise, en effet le
surchauffeur à haute température en deux surfaces d'échange distinctes dont celle qui est traversée
par la vapeur qui entre, est située dans la zone où les gaz sont les plus chauds, c'est-à-dire
directement après la chambre de combustion.
Four à réverbère
Lorsque des lingots doivent être portés à très haute température, on utilise à cet effet un four à
réverbère. Dans ce type de four, les gaz de combustion dégagés par le foyer, sont envoyés dans le
laboratoire du four où se trouve la charge à échauffer. Les gaz chauds s'écoulent le long de la voûte
du laboratoire et cette voûte ainsi échauffée, rayonne à son tour la chaleur vers la charge.
La conception du four à réverbère est justifiée par les considérations que nous avons
développées à propos de l'échange radiatif. En effet, l'échange calorifique se situe dans le domaine
des hautes températures, il s'ensuit que l'échange radiatif y sera beaucoup plus efficace que l'échange
convectif. Comme, par ailleurs, le facteur d'émission des gaz est faible, notamment lorsque
l'épaisseur de la couche qu'ils forment est réduite, il est évident que l'échange radiatif sera loin
d'atteindre l'efficacité qu'on pouvait en attendre dans les conditions de température envisagées.
D'autre part, la forme très massive de la charge offre une surface d'échange trop réduite pour que la
convection puisse suffire et ce d'autant plus que le coefficient de convection relatif aux gaz est très
faible. C'est pourquoi on a recours à l'artifice qui consiste à utiliser la voûte du four, au contact des
gaz les plus chauds, comme source rayonnante pour assurer un échange satisfaisant.
RENDEMENT EXERGETIQUE DES PROCESSUS THERMIQUES:
Nous nous proposons d'étudier le rendement exergétique des appareillages qui, à partir d'une
combustion, assurent la production de chaleur en vue de la transférer à un fluide ou à une charge.
Dans ce but, nous étudierons successivement les trois exemples typiques qui suivent : la chaudière à
eau chaude, le générateur de vapeur et le four métallurgique
Chaudière à eau chaude
Considérons un combustible constitué par du carbone pur (graphite) dont le pouvoir
calorifique est de 393,5 kJ/atgr et dont l'exergie est de 410 kJ/atgr (voir page II.10).
Dans la chaudière, nous supposons que la chaleur dégagée par la combustion est utilisée pour
échauffer de l'eau de 0°C (température ambiante) jusqu'à 100°C, ce cas simple étant à bien
distinguer de celui du chauffage central où l'eau est généralement réintroduite dans la chaudière sous
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.6
une température pouvant aller jusqu'à 70°C. Dans ces conditions et pour une chaudière supposée
parfaite, nous admettrons que les gaz sont rejetés à l'ambiance après un refroidissement complet,
c'est-à-dire à 0°C.
La chaleur utile étant alors égale au pouvoir calorifique, la masse m d'eau échauffée de 0°C à
100°C s'en déduit et l'on peut calculer l'exergie transférée à cette eau, rapportée à l'atome-gramme
de carbone brûlé :
( ) ( )
[ ]
( ) ( )
[ ]
E == m h h T s s
=
Q
h h
h h T s s kJ
e 1 0 1
1
1 0 1
− − −

− − − ·
0 0
0
0 0
58 5 ,
Par définition, le rendement exergétigue ρ de la chaudière est égal au quotient de l'exergie
fournie à l'eau, par l'exergie du combustible. Tous calculs faits, on trouve ρ=14,3 %.
D'autre part, la combustion étant complète et en l'absence de perte, notamment à la cheminée,
le rendement thermique vaut nécessairement η = 100 %.
Générateur de vapeur
Dans les mêmes conditions de combustion du carbone, nous considérons que le générateur de
vapeur produit de la vapeur à la pression p
a
= 100 bar et à la température de 500
°
C, l'eau
d'alimentation se trouvant à 0°C.
En supposant le générateur de vapeur parfait, les gaz de combustion sont refroidis jusqu'à
0°C; par suite, la chaleur utile est égale au pouvoir calorifique et l'on en déduit la masse m de vapeur
produite. L'exergie de la vapeur rapportée à l'atome-gramme de carbone s'en déduit :
( ) ( )
[ ]
E == m h h T s s kJ
v a 0
'
0 a 0
'
− − − · 1835 ,
Le rendement exergétique est égal au quotient de l'exergie fournie à la vapeur, par l'exergie du
combustible; on trouve ainsi ρ = 44,7 %. D'autre part, le rendement thermique vaut η = 100 %
Four métallurgique
Les conditions de la combustion étant les mêmes que précédemment, le four utilise la chaleur
dégagée pour chauffer de t
o
= 0°C à t
a
= 1000°C, une charge constituée de lingots d'acier.
Si l'on suppose que le four ne donne lieu à aucune perte de chaleur, la chaleur utile est égale
au pouvoir calorifique et l'on en déduit la masse m de la charge qui est échauffée par chaque atome-
gramme de carbone. On calcule ensuite l'exergie de la charge
( ) E == m c T T T c ln
T
T
kJ
a a 0 0
a
0
− −

¸

1
]
1
· 229 1 ,
ou c = 0,477 kJ/kg.K est la chaleur massique de l'acier.
Le rendement exergétique du four est égal au quotient de l'exergie transmise à la charge, par
l'exergie du combustible; il vaut ρ = 55,7 %. D'autre part, le rendement thermique vaut η = 100 %.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.7
Conclusions
Le rendement calorifique permet d'évaluer l'efficacité de l'utilisation de la chaleur, il nous
indique dans quelle mesure la chaleur disponible a effectivement été utilisée.
Le rendement exergétique permet d'évaluer la qualité de la chaleur utilisée. Il nous renseigne
sur la valeur énergétique de cette chaleur, laquelle est liée au niveau thermique de celle-ci.
La production de chaleur à faible température, notamment le chauffage des bâtiments,
apparaît à la lumière du rendement exergétique comme responsable d'un gaspillage énergétique
considérable. Nous reviendrons plus loin sur ce problème et nous étudierons alors le moyen de
valoriser la grande perte d'exergie associée à un tel processus.
La vapeur produite à haute température et à pression élevée, possède une grande exergie.
Cette exergie pourra être convertie en travail, sous réserve des pertes par irréversibilité, au cours
d'une détente adiabatique effectuée dans la turbine, suivie d'une condensation isotherme dans le
condenseur. Le rendement exergétique du moteur thermique correspondant sera d'autant plus
proche du rendement exergétique du générateur de vapeur que l'importance des irréversibilités
propres à la détente (irréversibilité mécanique) et à la condensation (irréversibilité thermique) seront
plus faibles.
Lorsqu'il s'agit de fournir de la chaleur à température très élevée, dans un four métallurgique
par exemple, la valeur énergétique de la chaleur utile est encore accrue et il en résulte un rendement
exergétique particulièrement élevé.
A la chaleur dégagée sous une température élevée est associée une grande valeur de l'exergie
correspondante. Comme l'énergie électrique est de l'exergie pure et directement utilisable, on
conçoit dès lors qu'elle soit particulièrement bien adaptée au chauffage à haute température. Ainsi,
le chauffage électrique qui. comme nous le verrons plus loin constitue une solution hétérodoxe
lorsqu'il s'agit de produire de la chaleur à basse température, se justifie beaucoup mieux quand la
chaleur doit être produite à température élevée. Cette observation explique l'existence de fours
électriques dans l'industrie métallurgique, même dans les régions où l'énergie est principalement
d'origine thermique.
Lorsqu'on passe de la chaudière à eau chaude au générateur de vapeur, puis au four
métallurgique, le niveau thermique sous lequel la chaleur est utilisée, s'accroît ; le rendement
exergétique augmente conjointement. Cette conclusion résulte de ce que l'exergie associée à la
quantité de chaleur disponible à une température absolue T, est égale à cette quantité de chaleur
multipliée par le rendement du cycle de Carnot correspondant. Ainsi, la part d'exergie associée à la
quantité de chaleur croit avec la température sous laquelle celle-ci se trouve, ce qui explique
l'augmentation concomitante du rendement exergétique.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.8
BILAN EXERGETIQUE DU GENERATEUR DE VAPEUR
Généralités
Nous nous proposons d'établir le bilan
exergétique d'un générateur de vapeur que nous
réduirons à l'essentiel dans un but de
simplification. Dans la même perspective, nous
assimilerons encore le combustible solide à du
carbone pur (graphite)
L'échange calorifique avec le fluide moteur
se décompose en trois parties qui correspondent
d'ailleurs à trois surfaces d'échange distinctes, à
savoir : l'économiseur, le vaporisateur, le
surchauffeur.
Selon la conception classique du
générateur de vapeur, le vaporisateur V se
trouve en tête. Vient ensuite le surchauffeur S et
puis, finalement, l'économiseur E (fig. 4.2).
Irréversibilité de la combustion
Pour dissocier l'échange calorifique de la combustion, nous supposons que la combustion
s'effectue adiabatiquement dans un foyer complètement isolé; une telle conception se retrouve
d'ailleurs approximativement dans l'avant-foyer d'une chaudière à cendres fondues. En outre, nous
adopterons un excès d'air de 50 %, cette valeur élevée étant choisie pour éviter toute dissociation
des gaz brûlés.
Dans ces conditions, nous savons que le combustible qui a un pouvoir calorifique de 393500
kJ par atome-kilogramme, possède une exergie de 410030 kJ/atkg (page II.10). Par ailleurs, nous
avons calculé précédemment que la température adiabatique de combustion est de 1560°C (en
supposant que le combustible et l'air de combustion sont disponibles à 15°C, qui est la température
que nous prenons comme référence pour les calculs d'exergie). L'exergie correspondante des gaz
brûlés est alors E
2
= 263320 kJ (page II.11). Il en résulte que la perte d'exergie par irréversibilité
de la combustion s'élève a :
E
1
- E
2
= 410030 - 263320 = 146710 kJ
ce qui représente 35,8 % de l'exergie du combustible E
1
.
Irréversibilité de la transmission
Ayant adopté une température de 120°C à la cheminée, calculons l'exergie correspondante
des gaz, lesquels comportent par atome-kilogramme de carbone brûlé : 1 kmol de C0
2
; 0,5 kmol
de O
2
; 5,64 kmol de N
2
.
V
S
E
Tv
Ts
Te
h’
o
h’
h”
h
a
Figure 4.2 : générateur de vapeur
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.9
A partir de cette composition, on calcule pour des températures variant de 100 en 100°C, les
accroissements d'enthalpie et d'entropie dont les valeurs sont indiquées au tableau suvant. On utilise
pour ce faire les coefficients disponibles en annexe, qui permettent de construire une feuille de calcul
dans un tableur. On prnd ici comme références des fonctions H et S 0 à 0°C et pression
atmosphérique.
Tableau 4.1 : propriétés thermodynamiques des gaz de combustion et de l'eau
Fumées kg eau/vapeur
T(°C) H (MJ) S (kJ/K) Ex (MJ) F.Carnot état t(°C) H(kJ/kg) S(kJ/K/kg) Ex
15 3,21 11,453 0,00 0,000 L 0,00 0,00 0,000 0,00
100 21,74 67,768 2,30 0,228 50,00 207,27 0,697 16,98
rejet 120 26,18 79,348 3,40 0,267 100,00 415,43 1,296 61,54
200 44,20 121,056 9,40 0,391 150,00 626,64 1,827 127,71
300 67,32 165,363 19,76 0,497 200,00 843,57 2,311 212,34
400 91,05 203,512 32,49 0,572 250,00 1071,50 2,769 315,24
500 115,34 237,149 47,09 0,627 300,00 1324,17 3,229 442,07
600 140,15 267,318 63,21 0,670 326,85 1485,32 3,504 528,21
700 165,43 294,726 80,59 0,704 Lsat 336,70 1556,31 3,621 567,15
800 191,14 319,874 99,06 0,731 Vsat 336,70 2623,00 5,370 1156,09
900 217,25 343,131 118,46 0,754 346,85 2714,19 5,519 1206,75
1000 243,71 364,777 138,69 0,774 360,00 2800,90 5,657 1255,63
1100 270,50 385,030 159,64 0,790 380,00 2903,09 5,816 1314,39
1200 297,58 404,065 181,23 0,804 400,00 2987,15 5,943 1363,81
1300 324,92 422,023 203,40 0,817 420,00 3060,99 6,051 1408,11
1400 352,50 439,019 226,09 0,828 440,00 3128,34 6,147 1449,29
1500 380,30 455,152 249,23 0,837 460,00 3191,29 6,234 1488,46
Tadiab 1560 397,07 464,453 263,32 0,843 480,00 3251,07 6,314 1526,27
1600 408,28 470,505 272,79 0,846 500,00 3308,52 6,390 1563,17
520,00 3364,20 6,461 1599,41
540,00 3418,54 6,529 1635,27
De la même manière, on calcule l'enthalpie des gaz à 120°C, d'où il vient :
H
120
= 26179 kJ = (H
120
- H
o
)
Et en procédant d'une manière analogue, on obtient pour l'entropie :
S
120
- S
o
= 79,348 kJ/K
On en déduit la perte d'exergie relative au rejet des gaz à la cheminée :
E
5
= (H
120
- H
o
) - T
o
(S
120
-S
o
)
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.10
=26179 - 288,15 x 79,348 = 3401 kJ ou 0,8% de E
1
la température ambiante étant prise comme référence des exergies T
o
= 15°C.
La chaleur dégagée par la combustion est utilisée dans la chaudière pour produire de la
vapeur à la pression de 140 bar, surchauffée à 540°C (état A). Dans l'hypothèse d'une
condensation sous la température de 0°C, calculons la production de vapeur rapportée à 1 atkg de
carbone consommé, en utilisant les fonctions thermodynamiques de l'eau et de la vapeur disponibles
dans la table 4.1 :
n = (P
c
- H
120
) / (h
a
- h'
o)
= (397066 - 26179) : (3418,5 - 0) =108,5 kg vapeur
où pour 140 bar et 540°C, on a : h
a
= 3418,5 kJ/kg et s
a
= 6,529 kJ/kg.K
La chaudière comporte successivement et dans l'ordre des températures décroissantes des
gaz : le vaporisateur, le surchauffeur, l'économiseur. proposons-nous d'étudier l'irréversibilité des
échanges calorifiques afférents en déterminant les pertes d'exergie propres à chacun d'eux (fig. 4.2)
La chaleur fournie au vaporisateur est égale à :
Q
v
= (h" - h').n = (2623 - 1556,3) x 108,5 = 115728 kJ
d'où l'enthalpie des gaz de combustion à la sortie du vaporisateur :
H
v
= P
c
- Qv = 397066 - 115728 = 281338 kJ (= H
v
- H
o
)
D'où en interpolant entre les enthalpies des gaz calculées pour 1100°C et 1200°C (tableau
4.1), on obtient la température des gaz a la sortie du vaporisateur, soit t
s
= 1140°C. En utilisant le
même tableau, on calcule pour cette température la valeur de la différence d'entropie, soit :
S
v
- S
o
= 392,81 kJ/K
D'où finalement l'exergie des gaz à la sortie du vaporisateur :
E
3
= H
v
- H
o
- T
o
(S
v
- S
o
)
= 281338 - 288,15 X 392,81 = 168235 kJ
L'exergie reçue par la vapeur dans le vaporisateur vaut :
n . e
v
= n [(h" - h') - T
o
(s" - s ' )]
= 108,5 x [(2623 - 1556,3) - 288,15 x (5,370 - 3,621)] = 61049 kJ
La perte par irréversibilité de l'échange calorifique au vaporisateur est égale à la différence
entre l'exergie perdue par les gaz à la traversée de cet échangeur et l'exergie reçue lors de la
vaporisation :
∆E
v
= (E
2
- E
3
) - n.e
v
= (263320 - 168235) - 61049 = 34035 kJ
soit 8,3 % de E
1
.
La chaleur transmise au surchauffeur est égale à :
Qs = (h
a
- h"). n = (3418,5 - 2623) x 108,5 = 86310 kJ
D'où l'enthalpie des gaz à la sortie du surchauffeur :
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.11
H
s
= H
v
- Q
s
= 281338 - 86310 = 195028 kJ (= H
s
- H
o
)
D'où, en interpolant entre les enthalpies des gaz calculées pour 700°C et 800°C, on obtient la
température des gaz à la sortie du surchauffeur, soit t
s
= 815°C. Du même tableau 4.1, on tire pour
cette température, la valeur de la différence d'entropie, soit :
S
s
- S
o
= 323,47 kJ/K
D'où finalement, l'exergie des gaz à la sortie du surchauffeur :
E
4
= H
s
- H
o
- T
o
(S
s
- S
o
) = 195028 - 288,15 X 323,47 = 101905 kJ
L'éxergie reçue au surchauffeur par la vapeur vaut :
n.e
s
= n [(h
a
- h") - T
o
(s
a
- s")]
= 108,5 x [(3418,5 - 2623) - 288,15 x (6,529 - 5,370)] = 50103 kJ
La perte par irréversibilité de la transmission au surchauffeur est égale à la différence entre
l'exergie perdue par les gaz à la traversée de cet échangeur et l'exergie reçue lors de la surchauffe :
∆E
s
= (E
3
- E
4
) - n.e
s
= (168235 - 101905) - 50103 = 16228 kJ
soit 4,0 % de E
1
La chaleur transmise à l'économiseur est égale à :
Q
e
= (h' - h'
o
).n = (1556,3 - 0) x 108,5 = 168849 kJ
Par ailleurs, on avait déjà déterminé précédemment pour la température de 120°C qui règne à
la sortie de l'économiseur :
H
e
= 26179 kJ S
e
= 79,348 kJ/K E
5
= 3401 kJ
L'exergie reçue par l'eau dans l'économiseur vaut :
n.e
e
= n [(h' - h'
o
) - T
o
(s' - s'
o
)]
= 108,5 X [(1556,3 - 0) - 288,15 X (3,621 - 0)] = 55639 kJ
La perte par irréversibilité de la transmission à l'économiseur est égale à la différence entre
l'exergie perdue par les gaz à la traversée de cet échangeur et l'exergie reçue par l'eau :
∆E
e
= (E
4
- E
5
) - n . e
e
= (101905 - 3401) - 55639 = 42865 kJ
soit 10,5 % de E
1
En résumé, le générateur de vapeur présente à haute température une perte d'exergie qui se
décompose en deux termes : le premier qui résulte de l'irréversibilité de la combustion, s'élève à
146713 kJ ou 35,8 % de E
1
; le second qui est dû à l'irréversibilité de la transmission calorifique,
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.12
s'élève à Σ∆E = 93128 kJ ou 22,7 % de E
1
; ce qui correspond à un total de 58,5 % pour la perte
d'exergie à haute température
A basse température, la chaudière présente une perte d'exergie due au rejet des gaz se
trouvant à la température de la cheminée, cette perte étant de 3401 kJ ou 0,8 % de E
1
.
Le restant de l'exergie apportée par le combustible représente l'exergie de la vapeur, soit
Σ.n.e = 166791 kJ ou 40,7 % de E
1
. Cette exergie peut théoriquement être convertie en travail
mécanique, pour autant que la détente de la vapeur s'effectue d'une manière isentropique, et jusqu'à
la température ambiante.
Cas de la circulation méthodique
On a vu précédemment que lorsque
le fluide chauffant et le fluide chauffé se
déplacent parallèlement l'un à l'autre, il est
plus avantageux de faire circuler ces deux
fluides en sens inverses, réalisant ainsi la
circulation méthodique. En ce qui concerne
l'échange calorifique dans le générateur de
vapeur, cette directive n'est pas respectée
pour des raisons d'ordre technologique qui
ont été indiquées plus haut. C'est ainsi qu'en
pratique, le vaporisateur précède le
surchauffeur dans le circuit des gaz.
Cependant, il est intéressant d'étudier
la répartition des irréversibilités thermiques
dans le cas où les différentes surfaces
d'échange se succèdent dans l'ordre logique
suivant : le surchauffeur, le vaporisateur,
enfin l'économiseur (fig. 4.3).
La partie de l'étude ayant trait à la
combustion reste inchangée; il en est de
même en ce qui concerne le cycle.
Par suite, les résultats antérieurs
suivants peuvent être repris :
- exergie du combustible : E
1
= 411030 kJ/atkg
- température adiabatique de combustion : 1560°C
- exergie des gaz de combustion à 1560°C : E
2
= 263320 kJ
- perte d'exergie par irréversibilité de la combustion : 146710 kJ
- quantités de chaleur reçues par l'eau ou la vapeur :
- au surchauffeur : 86310 kJ
E
T’v
T’s
T’e
S
V
Figure 4.3 : circulation méthodique
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.13
- au vaporisateur : 115728 kJ soit un total de 370887 kJ
- à I'économiseur : 169849 kJ
- quantités d'exergie reçues par l'eau ou sa vapeur :
- au surchauffeur : 50103 k J
- au vaporisateur : 61049 k J soit un total de 166791 kJ
- à l'économiseur : 55639 kJ
La quantité de chaleur échangée au surchauffeur étant de 86310 kJ, l'enthalpie des gaz de
combustion sortant du surchauffeur est égale à l'enthalpie initiale des gaz (égale au pouvoir
calorifique) diminuée de cette quantité de chaleur, c'est à dire :
H
s
= P
c
- Q
s
= 397066 - 86310 = 310756 kJ
D'où en interpolant entre les enthalpies des gaz calculées respectivement pour 1200
°
C et
1300°C (tableau 4.1), on obtient la température des gaz à la sortie du surchauffeur, soit t'
s
=
1248°C. En utilisant le même tableau, on tire pour cette température la différence d'entropie, soit :
S
s
- S
o
= 412,86 kJ/K
D'où finalement l'exergie des gaz à la sortie du surchauffeur :
E
3
= (H
s
-H
o
) -T
o
(S
s
-S
o
) = 310756 - 288,15 x 412,86 = 191875 kJ
L'exergie reçue par la vapeur au surchauffeur étant de 50103 kJ, on obtient la perte par
irréversibilité de la transmission au surchauffeur en soustrayant cette valeur de l'exergie que les gaz y
ont cédée :
∆E
s
= (E
2
- E
3
) - n . e
s
= (263320 - 191875) - 50103 = 21342 kJ s
soit 5,2 % de E
1
La quantité de chaleur échangée au vaporisateur étant de 115728 kJ, l'enthalpie des gaz
sortant du vaporisateur est égale à l'enthalpie relative à la sortie du surchauffeur diminuée de cette
quantité, d'où :
H
v
= 310756 - 115728 = 195028 kJ (= H
v
- H
o
)
D'où, en interpolant entre les enthalpies des gaz calculées pour 800 et 900°C, on obtient la
température des gaz à la sortie du vaporisateur, soit t'
v
= 815°C. En utilisant le même tableau, on
tire pour cette température la valeur de la différence d'entropie, soit :
S
v
- S
o
= 323,47 kJ/K
D'où, finalement l'exergie des gaz à la sortie du vaporisateur :
E
4
= H
v
- H
o
- T
o
( S
v
- S
o
) = 195028 - 288,15 x 323,47 = 101905 kJ
L'exergie reçue par la vapeur au vaporisateur étant de 61049 kJ, on obtient la perte d'exergie
par irréversibilité de la transmission correspondante en soustrayant cette valeur de l'exergie que les
gaz y ont cédée :
∆E
v
= (E
3
- E
4
) - n.e
v
= (191875 - 101905) - 61049 = 28921 kJ
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.14
soit 7,1% de E
1
Les conditions de l'échange calorifique n'ayant pas été modifiées en ce qui concerne
l'économiseur, on trouve comme au paragraphe précédent la perte d'exergie correspondante :
∆E
e
=42865 kJ soit 10,5 % de E
1
La figure 4.4 compare les profils de températures des gaz de combustion et de l'eau se
vaporisant dans les deux cas envisagés. En abscisse, on a reporté l'enthalpie des fluides, ramenée à
un at.kg de combustible, alors que les températures des fluides sont reportées en ordonnée. La
courbe relative aux gaz de combustion est proche d'une droite, car la chaleur spécifique des fumées
varie peu avec la température. L'échauffement de l'eau dans le cas de la circulation méthodique est
représenté par la courbe marquée de carrés. Le cas classique est illustré par la courbe marquée de
carrés sur pointe. Pour cette courbe, le palier de vaporisation est reporté à l'extrême droite.
L'écart de température est important, ce qui explique les irréversibilités et la perte d'exergie
lors des transferts.
Un autre diagramme (figure 4.5) permet de visualiser les pertes d'exergie dues au transfert de
chaleur. Il est obtenu en portant en abscisse l'enthalpie des fluides, et en ordonnée le facteur de
Carnot η = 1-
T
T
0
. Lors du transfert d'une quantité de chaleur infinitésimale δQ, l'exergie du fluide
varie de η.δQ, en application de la relation I.10. On en déduit que l'aire comprise entre la courbe
représentant l'évolution d'un fluide transférant de la chaleur et l'axe des abscisses est proportionnelle
à la variation de l'exergie de ce fluide. Si l'on reporte sur un même diagramme les courbes relatives à
deux fluides échangeant de la chaleur, l'aire comprise entre les deux courbes sera donc
proportionnelle à la perte d'exergie due aux irréversibilités du transfert.

0
200
400
600
800
1000
1200
1400
1600
0 50 100 150 200 250 300 350 400 450
Gaz de combustion
Economiseur
Surchauffeur
classique méthodique
T °C
MJ
Figure 4.4 : Evolution des températures dans un générateur de vapeur
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.15
L'examen de ce diagramme montre bien que le rendement exergétique global est identique
pour les deux modes de circulation : les pertes à haute température sont moindres dans le cas de la
circulation méthodique, mais ce fait est contrebalancé par des pertes plus importantes à température
moyenne : on ne fait que déplacer la zone triangulaire délimitée par le palier de vaporisation et la
courbe relative à la surchauffe de la vapeur, sans changer l'aire totale.
Conclusions
Le rendement thermique du générateur de vapeur est égal au rapport de la chaleur utile (Q
s
+
Q
v
+ Q
e
), à la chaleur fournie par le combustible (P
c
); pour l'exemple étudié, ce rendement est de
93,4 %. Comme la seule perte qui ait été prise en considération est la perte à la cheminée, la valeur
relative de cette perte s'en déduit, elle s'élève à 6,6 %
Le tableau 4.2 présente les bilans d'exergie du générateur de vapeur dans le cas classique et
dans celui de la circulation méthodique. Ce tableau montre que la perte d'exergie relative à l'échange
calorifique entre les gaz et le fluide chauffé, est globalement identique dans les deux cas; en
revanche, la répartition des pertes d'exergie partielles est différente.
La répartition des pertes d'exergie partielles entre les différentes surfaces d'échange est
analysée au tableau 4.3. On y trouve pour chacune de celles-ci, d'une part la chaleur échangée
exprimée en pourcentage de l'ensemble (A), d'autre part la perte d'exergie correspondante
également exprimée en pour cents (B): On trouve ensuite le rapport de ces deux grandeurs (B/A) .
Les colonnes A, C et C/A ont une signification analogue, mais elles concernent le cas de la
circulation méthodique.
0
0,1
0,2
0,3
0,4
0,5
0,6
0,7
0,8
0,9
0 50 100 150 200 250 300 350 400 450
Gaz de combustion
Economiseur
Surchauffeur
méthodique
classique
MJ
Facteur de Carnot
Figure 4.5 : visualisation des irréversibilités dues au transfert de chaleur dans un
générateur de vapeur
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.16
Le coefficient B/A (ou C/A) représente, pour la surface d'échange considérée, le rapport du
pourcentage de perte exergétique, au pourcentage de chaleur échangée pour l'ensemble de la
chaudière L'examen de la colonne (B/A) montre que ce coefficient varie très sensiblement lorsqu'on
passe d'une surface d'échange à l'autre, les écarts allant de +19% à -24%. En revanche, il est
remarquable de constater, à l'examen de la colonne (C/A), que dans le cas de la circulation
méthodique, ce coefficient est, à très peu près, uniformément égal à l'unité. On constate ainsi que
dans le cas de la circulation méthodique, l'irréversibilité est uniformément répartie; elle peut, dès lors
être réduite. en tout point du circuit des gaz, au minimum compatible avec les exigences du
processus d'échange calorifique. Enfin, cette constatation corrobore une conclusion tirée
précédemment, à savoir la supériorité de la circulation méthodique.
En ce qui concerne les générateurs de vapeur classiques où la température du foyer est
toujours très élevée, la perte d'exergie à haute température est inévitablement très grande en raison
des limitations d'ordre technologique qui affectent la température maximale de la vapeur; il s'ensuit
Tableau 4.2 : Bilans exergétiques des générateurs de vapeur
Circulation
classique
Circulation
méthodique
ACTIF Exergie du combustible 100% 100%
PASSIF Irréversibilité de la combustion 35,8% 35,8%
Irréversibilité de la transmission au vaporiseur 8,3% 7,1%
Irréversibilité de la transmission au surchauffeur 4,0% 5,2%
Irréversibilité de la transmission au économiseur 10,5% 10,5%
Total irréversibilité de transmission 22,7% 22,7%
Exergie de la vapeur produite 40,7% 40,7%
Perte à la cheminée 0,8% 0,8%
Tableau 4.3 : Irréversibilité des échanges dans les générateurs de vapeur
Circulation classique Circulation méthodique
A
chaleur
échangée
B
Perte
d'exergie
B/A
Perte
relative
C
Perte
d'exergie
C/A
Perte
relative
Echange au vaporisateur 31,2% 36,5% 1,171 31,1% 0,995
Echangeur au surchauffeur 23,3% 17,4% 0,749 22,9% 0,985
Echange à l'économiseur 45,5% 46,0% 1,011 46,0% 1,011
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.17
que l'on peut, sans inconvénient, transgresser la règle de circulation méthodique, du moins dans le
domaine des hautes températures. Par ailleurs, dans ce domaine qui intéresse principalement le
foyer, la haute température est favorable à l'échange radiatif, comme discuté au chapitre précédent.
Cette grande efficacité de l'échange calorifique peut être mise à profit pour renforcer le coefficient de
transmission relatif à la paroi externe de la surface d'échange. On sait qu'un tel renforcement ne
permettra d'améliorer le coefficient de transmission calorifique résultant que dans la mesure où le
coefficient de transmission interne est lui-même élevé. C'est pourquoi on aura intérêt à substituer, en
tête du circuit des gaz, le vaporisateur au surchauffeur; en effet, le coefficient de convection relatif à
la vaporisation est beaucoup plus élevé que celui afférent à la surchauffe de la vapeur. Il résulte, en
outre, de ces considérations, que dans le premier cas, la température du métal sera beaucoup plus
faible que dans le second, et ceci est éminemment favorable à la bonne tenue des tubes
vaporisateurs exposés au rayonnement intense du foyer.
Nous avons, par ailleurs, montré tout le parti qu'on pouvait tirer du préchauffage de l'air
comburant pour améliorer l'échange radiatif. C'est ainsi que dans la chaudière à rayonnement, on
substitue aux faisceaux vaporisateurs dont la conception est favorable à l'échange convectif, des
écrans disposés à la surface des parois du foyer et qui sont essentiellement destinés à absorber le
rayonnement.
Dans le bilan exergétique du générateur de vapeur, on a fait la distinction entre la perte
d'exergie due à la combustion et celle due à la transmission. Ceci suppose que la combustion
s'effectue d'une manière adiabatique et qu'ensuite les gaz qui en résultent, sont amenés à participer à
l'échange calorifique. Une telle conception est, comme déjà signalé, assez bien réalisée dans le
générateur de vapeur à cendres fondues dans lequel la combustion a lieu sous très haute température
dans un avant-foyer. En revanche, dans le générateur de vapeur classique, la combustion s'effectue
dans une vaste chambre de combustion dont les parois sont revêtues d'écrans vaporisateurs de sorte
qu'on y exploite directement le rayonnement de la flamme. Dans ces conditions, le bilan d'exergie
que nous avons établi n'a plus qu'une valeur conventionnelle. Si l'on veut respecter la réalité, il y a
lieu de calculer l'exergie des gaz de combustion à la température effectivement obtenue à la sortie de
la chambre de combustion. La différence entre l'exergie du combustible et cette exergie des gaz
représente alors la somme des deux termes suivants : un terme commun associant les pertes par
irréversibilité de la combustion et par irréversibilité de l'échange calorifique avec les écrans
vaporisateurs, un second terme représentant l'exergie transférée à l'eau en ébullition dans le
vaporisateur. On peut encore analyser ce processus de la manière suivante : du fait de l'échange
radiatif dans le foyer, la température de combustion devient inférieure à la température adiabatique
correspondante, il s'ensuit une augmentation de la perte par irréversibilité; mais cette perte inclut
alors une certaine part de la perte d'exergie due à l'irréversibilité de la transmission, celle qui
précisément concerne l'échange calorifique avec les écrans vaporisateurs.
L'étude qui précède est basée sur une conception du générateur de vapeur simplifiée à
l'extrême. Une telle idéalisation de l'installation se justifie par le souci de clarté d'une analyse qui,
dans le cas réel, deviendrait singulièrement complexe. Il est cependant judicieux de compléter cette
première approche par l'établissement du bilan exergétique détaillé et complet d'un générateur de
vapeur industriel, c'est pourquoi nous avons présenté in fine (annexe 1) un tel bilan exergétique.
Dans les chaudières de récupération (fig. 4.3), les gaz sont généralement amenés sous une
température peu élevée, ce qui confère à ces gaz une exergie initiale relativement faible. Par
conséquent, Si l'on veut éviter de devoir accepter une réduction de l'exergie de la vapeur, il faut
s'efforcer de rendre l'échange calorifique entre gaz et vapeur aussi proche que possible de la
réversibilité. En pareil cas, il sera, dès lors, souhaitable de recourir à la circulation méthodique.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.18
D'ailleurs, en raison de la température peu élevée sous laquelle les gaz sont disponibles, il est évident
que l'échange radiatif est ici fortement réduit, c'est pourquoi les chaudières de récupération utilisent
largement les tubes à ailettes qui permettent d'exploiter au mieux l'échange convectif avec les gaz.
Dans le domaine de l'énergétique, les chaudières de récupération connaissent deux champs
d'application remarquables qui sont d'une part les centrales à cycle combiné gaz-vapeur, d'autre part
les centrales nucléaires à fluide caloporteur gazeux. Nous appliquerons d'ailleurs, dans des prochains
chapitres, notre analyse énergétique à de tels cycles thermodynamiques.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.1
UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE DES COMBUSTIBLES
Introduction
Les combustibles sont utilisés pour produire de la chaleur, de l'énergie mécanique (ou
électrique), ou bien encore les deux combinées. Nous nous proposons de comparer les différents
processus correspondants, tant sous l'aspect calorifique (première loi de la thermodynamique)
qu'énergétique (deuxième loi de la thermodynamique). Cette comparaison est basée principalement
sur l'établissement, d'une part du rendement calorifique (rapport de la chaleur et/ou du travail utiles
au pouvoir calorifique du combustible), d'autre part du rendement exergétique (rapport de l'exergie
utile à l'exergie du combustible).
Pour la clarté et la simplicité de l'exposé, nous supposerons à nouveau que le combustible est
du carbone pur (graphite) et que l'ambiance se trouve à la température de 15°C. Cette température
sera donc également choisie comme référence pour les évaluations d'exergie. Nous admettrons
encore que dans tous les cas (chauffage et/ou production d'énergie électromécanique) l'excès d'air
est de 50 % et que la température des gaz rejetés à la cheminée est de 200
°
C. Nous supposerons
en outre que tant pour la chaudière à eau chaude que pour le générateur de vapeur, les pertes autres
que la perte à la cheminée, peuvent être négligées.
Les caractéristiques de ce type de combustion ont été examinées au chapitre II.
CHAUFFAGE CLASSIQUE
Dans la chaudière, la chaleur dégagée par la combustion est transmise à de l'eau qui s'échauffe
sous la pression de 5 bar depuis la température ambiante de 15°C (état 0) jusqu'à 100°C (état
E).
La combustion envisagée s'effectue selon la réaction chimique :
C + 1,5 O
2
+ 5,64 N
2
→ CO
2
+ 0,5 O
2
+ 5,64 N
2
+ P
où P représente le pouvoir calorifique du carbone auquel correspond la chaleur effectivement
dégagée.
Nous avons étudié précédemment une telle combustion (pages II.10 et suivantes); nous
reprendrons donc dans cette étude les données ainsi que les résultats suivants :
- pouvoir calorifique du carbone : P = 393800 kJ/atkg
- exergie de ce combustible : E
1
= 411030 kJ/atkg
- température adiabatique de combustion : 1560°C
- enthalpie des gaz de combustion à 1560°C : H
2
= 397066 kJ
- exergie des gaz de combustion à 1560°C : E
2
= 263320 kJ
- perte d'exergie par irréversibilité de la combustion :
E
1
- E
2
= 146710 kJ (35,9 % de E
1
)
Pour une température de 200°C à la cheminée, les gaz sont rejetés à l'atmosphère avec
l'enthalpie H' = 44200 kJ et l'entropie ∆S'= 121,06 kJ/K, donc avec l'exergie E' = 9404 kJ (2,3 %
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.2
de E
1
). Dans ces conditions, la chaleur utile, donc effectivement transmise à l'eau, est égale à :
Q = H
2
- H' = 352866 kJ
Les propriétés de l'eau sont, pour l'état de référence de 15°C (état 0) :
h
o
= 62,8 kJ/kg et s
o
= 0,224 kJ/kg.K
et pour l'état final 100°C (état E) :
h
e
= 419 kJ/kg et s
e
= 1,307 kJ/kg.K
L'exergie de l'eau à 100°C est alors :
e
e
= (419-62,8) - 288,15 (1,307-0,224) = 44,1 kJ/kg
Le débit d'eau réchauffée est obtenu par bilan thermique :
m =
Q
h h
e o

= 990,6 kg
L'exergie de l'eau échauffée à 100°C est alors :
E
e
= m e
e
= 43685 kJ, soit 10,6% de E
1
D'où la perte par irréversibilité de l'échange calorifique :
E
2
- E' - E
e
= 210231 kJ (51,1 % de E
1
)
On en déduit les valeurs des rendements thermique et exergétique :
η
th
· ·
Q
P
89 6% , η
ex
· ·
E
E
e
1
10 6% ,
CENTRALE THERMIQUE
Le paragraphe précédent a mis en
évidence les pertes d'exergie qui
affectent le processus de chauffage de
l'eau. Analysons à présent les pertes
d'exergie qui accompagnent la
transformation en travail de l'énergie du
combustible. Nous supposerons que la
chaleur utile Q sert ici à produire de la
vapeur à 140 bar, surchauffée à 540°C
(état A), qui sera détendue de manière
réversible pour atteindre l'état du
condenseur en équilibre avec l'ambiance
(T=15°C, P=0,017 bar), pour lequel les
propriétés du liquide saturé sont :
h'
0
= 62,8 kJ/kg , s'
0
= 0,224 kJ/kg/K
Pour la vapeur à l'état A, on a :
0
100
200
300
400
500
600
0 2 4 6 8 10
S(J/kg/K)
T°C
140bar
540°C
15°C
A
0
Figure 5.1 : Cycle de centrale thermique
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.3
h
a
= 3432,7 kJ/kg ,s
a
= 6,529 kJ/kg/K
L'irréversibilité de la combustion engendre une perte d'exergie qui est encore de 146713 kJ
(35,8 % de E1). Le débit de vapeur s'obtient par bilan thermique.
m =
Q
h h'
a o

= 104,7 kg
L'exergie de la vapeur à 540°C est alors :
E
e
= m e
e
= 162628 kJ, soit 39,6% de E
1
D'où la perte par irréversibilité de l'échange calorifique :
E
2
- E' - E
a
= 91288 kJ (22,2 % de E
1
)
La turbine étant supposée parfaite et le travail de compression de l'eau négligeable, le travail
utile est égal à l'exergie de la vapeur E
e
. On en déduit les valeurs des rendements thermique et
exergétique :
η
th
· ·
E
P
a
413% , η
ex
· ·
E
E
a
1
39 6% ,
PRODUCTION COMBINEE
Cas de l'échange monoétagé
Lorsqu'on utilise la chaleur
dégagée par la combustion pour
produire du travail, on valorise 39,6 %
de l'exergie du combustible; lorsqu'il
s'agit de produire de l'eau chaude, on
n'en valorise que 10,6 %. Dans ce
dernier cas, la plus grande partie de la
perte d'exergie résulte de la
transmission gaz-eau (51,1 % de E
1
).
Mais l'exergie ainsi perdue peut, en
principe, être valorisée en insérant un
cycle à vapeur entre le foyer et
l'échangeur produisant l'eau chaude :
on réalise ainsi, sous sa forme la plus
classique, la production combinée de
chaleur et de travail.
Le bilan exergétique du
processus de production combinée se
déduit de la figure 5.2. Les gaz de
combustion cèdent leur chaleur à de
l'eau sous pression, qui est vaporisée
0
100
200
300
400
500
600
0 2 4 6 8 10
S(J/kg/K)
T°C
100°C
140bar
540°C
15°C
A
B
C
C”
Figure 5.2 : Production combinée
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.4
et surchauffée comme dans le cas précédent. La vapeur produite est détendue pour fournir du
travail, mais la détente est limitée à une pression telle que la vapeur puisse, en se condensant, céder
sa chaleur à l'eau qui doit être réchauffée. Nous supposerons que cet échange est réversible; dans
ces conditions, la détente se poursuit jusqu'à l'état B (100°C, 1,013 bar, voir figure 5.1).
La perte d'exergie due à la combustion est comme précédemment de 147710 kJ (35,9% de
E
1
).
La perte d'exergie par irréversibilité de la transmission gaz-vapeur est encore de 91288 kJ
(22,2 %). La perte d'exergie à la cheminée reste elle-même égale à 9404 kJ (2,3 % de E
1
).
Le débit de vapeur sera, comme précédemment, obtenu par bilan thermique :
m
v
=
Q
h h'
a o

= 104,7 kg
La vapeur vive se détend adiabatiquement de l'état A jusqu'à l'état B, en fournissant un travail
égal à la variation d'exergie entre ces deux états E
A
- E
B
. Par la suite, la vapeur se condense suivant
l'isotherme BC, en cédant une quantité de chaleur égale à:
T
B
(s
B
-s
C
) = T
C
(s
A
-s
C
)
Elle continue à se refroidir suivant C C" en réchauffant l'eau. Le travail moteur se déduit de la
première loi de la thermodynamique :
W = E
A
- E
B
= m
v
( h
A
- h
c
- T
C
(s
A
-s
C
))
qui correspond au travail réversible que peut fournir la vapeur de l'état A en utilisant la source
froide à T
C
.
Pour la température de condensation T
c
= 100°C (h'
c
= 419,1 kJ/kg et s'
c
= 1,307 kJ/K.kg),
le travail vaut :
W = 104,7 (3432,7- 419,1 - 373,15 (6,529-1,307) )
= 111518 kJ, soit 27,1% de E
1
.
La chaleur fournie à l'eau s 'exprime comme suit :
Q'
e
= (P-H')-W

=241348 kJ
L'exergie de la vapeur détendue vaut :
E
B
= E
A
- W = 162628 - 111518 = 51110 kJ
On obtient par bilan thermique le débit d'eau qu'il est possible de réchauffer par condensation
de la vapeur :
m
e
=
Q'
h h'
e
e o

·

241348
3432 7 62 8 , ,
= 677,6 kg
L'exergie de l'eau vaut :
E'
e
= m
e
e
e
= 29903 kJ (7,3 % de E
1
)
D'où la perte d'exergie de la transmission vapeur-eau :
E
B
- E'
e
= 21206 kJ (5,2 % de E
1
)
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.5
On obtient donc les rendements thermique et exergétique :
η
th
· ·
W+ Q'
P
e
89 6% , η
ex
· ·
W+ E'
E
e
1
34 4% ,
Cas de l'échange biétagé
Le bilan exergétique du processus de production combinée fait apparaître une irréversibilité
nouvelle, laquelle résulte de l'échange calorifique entre la vapeur détendue qui se condense, et l'eau
qui s'échauffe. La perte d'exergie correspondante est relativement grande en raison de l'existence
d'un important palier de vaporisation; mais elle peut être réduite en ayant recours à un échange
calorifique biétagé.
Dans ce cas biétagé (voir figure
5.3), l'eau est d'abord échauffée de
15°C à 57,5°C par condensation d'une
fraction (1-y) du débit de vapeur dont la
détente est prolongée jusqu'à 57,5°C
(état B'). Puis l'eau est échauffée de
57,5 à 100°C par condensation de la
fraction complémentaire y du débit de
vapeur dont la détente est limitée à
100°C (état B). La chaleur massique de
l'eau étant pratiquement constante, il
s'ensuit que ces deux échauffements
successifs nécessitent chacun une même
quantité de chaleur, d'ailleurs égale à la
moitié de la quantité de chaleur fournie à
l'eau.
Les données générales du
problème étant inchangées, les calculs
se basent sur une approche similaire aux
cas précédents. On obtient :
- l'enthalpie de la vapeur en fin de la
détente isentropique AB jusqu'à
100°C : h
b
= 2367,8 kJ/kg (titre
0,8635)
- l'enthalpie de la vapeur en fin de la détente isentropique AB' jusqu'à 57,5°C : h
b'
= 2135,2 kJ/kg
(titre 0,8015)
- le débit de vapeur est identique à celui trouvé précédemment : m
v
=104,7 kg
Pour évaluer la fraction y, on exprime le bilan thermique du système. D'une part, on évalue la
chaleur cédée par la condensation BC et le refroidissement consécutif CC' de 100°C (h
c
= 419,1
kJ/kg) à 57,5°C (h
c
' = 240,7 kJ/kg) de la fraction y du débit de vapeur m
v
:
y m
v
(h
b
-h
c
') = 222731 y
D'autre part, on évalue la chaleur cédée par la fraction (1-y) lors de la condensation B'C' et
par le refroidissement C'C" jusqu'à 15°C de la totalité du condensat :
0
100
200
300
400
500
600
0 2 4 6 8 10
S(J/kg/K)
T°C
140bar
540°C
57°C
15°C
A
B
B’
C
C’
C”
T°C
100°C 100°C
y
1-y
Figure 5.3 : Production combinée, échange biétagé
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.6
(1-y) m
v
(h
b'
-h
c
') + m
v
(h
c'
-h
c
") = (1-y) 198375 + 18628
Ces deux quantités de chaleur sont chacune égales à la moitié de la quantité de chaleur fournie
à l'eau, elles sont donc égales entre elles. En égalant les expressions, on peut en déduire y :
222731 y = 198375 + 18628- 198375 y
soit y = 0,5153
La chaleur fournie à la vapeur vaut :
Q = H
2
- H' = 352866 kJ
Calculons ensuite le travail de détente réversible pour chacune des fractions de vapeur,
rapportées aux températures de condensation respectives :
- pour la détente AB, avec t
c
= 100°C
W
1
= y (E
A
- E
B
) = y m
v
( h
A
- h
c
- T
C
(s
A
-s
C
))
= 57467 kJ
- pour la détente AB', avec T
c' =
57,5°C (h
c'
=240,7 kJ/kg et s
c' =
0,800 kJ/K.kg) :
W
2
= (1-y) (E
A
- E
B'
) = (1-y) m
v
( h
A
- h
c'
- T
C'
(s
A
-s
C'
))
= 68041 kJ
Au total, on a ainsi le travail moteur global :
W
1
+ W
2
= 125508 kJ (30,5 % de E
1
)
Par bilan, on estime que la chaleur fournie à l'eau vaut :
Q
'
e = (P - H') - (W
1
+ W
2
) = 227357 kJ
On en déduit la masse d'eau réchauffée : m
e
=
Q'
h h'
227357
e
e o

·
− 419 62 8 ,
= 638,3 kg
L'exergie de l'eau à 5 bar et 100°C (état E) vaut :
E'
e
= m'
e
e
e
= 28169 kJ (6,8 % de E
1
)
La perte d'exergie de l'échange vapeur-eau est égale à l'exergie de la vapeur du cycle à
condensation classique diminuée du travail produit W et de l'exergie de l'eau:
E
a
- (W
1
+ W
2
) - E'
e
= 8950 kJ (2,2 % de E
1
).
On obtient donc les rendements thermique et exergétique :
η
th
· ·
W+ Q'
P
e
89 6% , η
ex
· ·
W + W + E'
E
1 2 e
1
37 4% ,
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.7
Le tableau 5.1 résume pour les deux cas monoétagé et biétagé, le bilan exergétique de la
production combinée.
A l'examen de ce tableau, on peut tirer les conclusions suivantes :
- Dans le cas biétagé, la perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique vapeur-
eau, est sensiblement diminuée au bénéfice du travail de détente de la vapeur, d'où
l'amélioration appréciable du rendement exergétique
- Dans le cas biétagé, l'augmentation du travail produit, entraîne une légère diminution de la
chaleur fournie à l'eau; ceci explique une légère diminution de l'exergie de l'eau.
- La réduction de moitié de l'écart de température, conduit à réduire approximativement de
moitié la perte par irréversibilité de l'échange calorifique vapeur-eau; cette observation est
bien conforme aux conclusions du paragraphe du chapitre 3.
- Le rendement thermique est évidemment le même dans les deux cas, mais le rendement
exergétique est meilleur dans le second, par suite de la diminution de l'irréversibilité de
l'échange calorifique vapeur-eau. Le passage à un échange multiétagé améliorerait encore
cette conclusion; c'est ainsi que pour un nombre d'étages infini, on retrouverait à la limite le
rendement exergétique de la centrale à vapeur, soit η
ex
= 39,6 %. En effet, on aurait
alors affaire à un échange calorifique réversible.
Dans l'étude des échangeurs, nous avons vu comment l'irréversibilité de l'échange calorifique
entre un gaz chaud et de l'eau qui est transformée en vapeur, peut être réduite en recourant à la
vaporisation sous pressions multiples (page III.14). L'étude de la production combinée avec échange
calorifique multiétagé, constitue un aspect complémentaire du même procédé
Une remarquable illustration de l'avantage offert par l'échange multiétagé est donnée par la
centrale nucléaire de Gundremmingen en Bavière. Lors de la réalisation d'une unité nouvelle de cette
centrale, il a été envisagé de faire de la production combinée afin d'alimenter en chaleur des réseaux
de chauffage urbain à établir dans plusieurs localités voisines. L'étude de ce projet a conduit à la
conclusion suivante : la rentabilité du projet était assurée si l'on avait recours à un échange calorifique
Tableau 5.1 : Bilans exergétiques de la production combinée
En % de l'exergie du combustible Cas
monoétagé
Cas biétagé
Irréversibilité de la combustion 35,9% 35,9%
Irréversibilité de la transmission gaz-vapeur 22,2% 22,2%
Travail récupérable 27,1% 30,5%
Irréversibilité de la transmission vapeur-eau 5,2% 2,2%
Exergie de l'eau chaude 7,3% 6,8%
Perte à la cheminée 2,3% 2,3%
Rendement thermique 89,6% 89,6%
Rendement exergétique 34,4% 37,4%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.8
triétagé pour réchauffer l'eau de chauffage; en revanche, ce projet n'était plus rentable si l'on devait
se limiter à un échange calorifique monoétagé. Malheureusement, l'état d'avancement des travaux
était tel que la seule possibilité restante était de prélever la totalité de la vapeur destinée au chauffage,
entre les corps HP et BP de la turbine, ce qui excluait par conséquent le recours à un échange
calorifique multiétagé.
CHAUFFAGE ELECTRIQUE
Le chauffage par résistance convertit l'électricité en chaleur. En se plaçant dans les conditions
idéales, l'énergie électrique produite par le cycle thermodynamique de la centrale examinée au début
de ce chapitre est W = 162628 kJ. Cette énergie électrique est de l'exergie pure; elle sera
transformée intégralement en chaleur qui sera utilisée pour chauffer de l'eau de 0 à 100°C. Le débit
d'eau est :
m
e
=
W
h h'
162628
e o

·
− 3432 7 62 8 , ,
= 456,6 kg
L'exergie de l'eau vaut :
E"
e
= m
e
e
e
= 20150 kJ
Par suite, on évalue les rendements thermique et exergétique :
η
th
· ·
W
P
39 6% , η
ex
· ·
E"
E
e
1
4 9% ,
ces rendements étant rapportés au combustible brûlé en centrale.
Les rendements tant thermique qu'exergétique sont très inférieurs à ceux du chauffage
classique. Le chauffage électrique constitue donc un procédé peu efficace, du moins en ce qui
concerne le chauffage à basse température qui est le seul à être considérée ici.
CHAUFFAGE THERMODYNAMIQUE
Pompe à chaleur monoétagée
Considérons le cycle de Carnot ABCD
(figure 5.4) qui reçoit de la source chaude la
chaleur Q
1
. Cette chaleur est transformée par
celui-ci en un travail W et en une chaleur Q
0
rejetée à l'ambiance.
Le rendement du cycle s'écrit : η =
W
Q
1
Par le premier principe, on a le bilan :
W = Q
1
- Q
0
L'étude du cycle de Carnot a conduit à :
S
T
T1
A B
Q1
K
Q
N
Q’o
Qo
M C D
T
To
Figure 5.4 : pompe à chaleur (cycle de Carnot)
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.9
Q
Q
T
T
o
1
o
1
·
D'où : η =
T T
T
1 0
1

Considérons ensuite le cycle de Carnot inversé KDMN. Supposons que ce cycle prélève à
l'ambiance la chaleur Q'
0
et qu'il reçoive le travail W, il fournira alors la chaleur utile Q à la
température imposée T.
Le coefficient de performance s 'écrit
ε =
Q
W
Par le premier principe, on a le bilan :
W = Q - Q'
0
Les propriétés du cycle de Carnot sont telles que :
Q
Q
T
T
o 0
· d'où
Q
Q- Q'
T
T T
o o
·

et par suite : ε =
T
T T
0

On réalise ainsi la pompe à chaleur qui produit la chaleur Q à la température absolue T, en
associant W et Q'
0
; c'est le principe du chauffage thermodynamique.
La chaleur Q
1
fournie par la source chaude est utilisée pour effectuer un cycle de Carnot. Le
travail produit vaut :
W = Q
1

T T
T
1 0
1

et la chaleur rejetée à l'ambiance: Q
0
= Q
1
.
T
T
o
1
Le travail W est utilisé à son tour pour actionner un cycle de Carnot inversé qui fournira à la
température T la chaleur:
Q = W . ε = W .
T
T T
0

ou encore, en combinant les relations précédentes :
Q = Q
T
T
T T
T T
1
1
1 0
0
.


Si l'on a par hypothèse : T
1
> T > T
0
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.10
on démontre que :
T
T
T T
T T
1
1 0
0
.


> 1
ce qui conduit à : Q > Q
1
Pour ce faire, on pose T
1
= α T
0
et T = β T
0
avec α > β >1
La relation à vérifier devient
β α
α β
( )
( )


>
1
1
1 soit βα − β > α β −α,
ce qui est toujours vrai, puisque nous avons posé β>α.
Comme en pratique, on satisfait généralement à la double inégalité (T
1
> T > T
0
), la chaleur
utile est donc supérieure à la chaleur reçue de la source chaude par le cycle moteur. Le surcroît de
chaleur ainsi résulte de la chaleur enlevée à l'ambiance par la pompe a chaleur.
L'égalité du travail produit par le cycle ABCD ou consommé par le cycle KDMN, entraîne
l'égalité des aires délimitées par ces cycles réversibles (fig: 5.4) , c'est à dire :
(S
M
- S
D
).(T- T
0
) = (S
C
- S
D
).(T
1
- T
0
)
Par ailleurs, on a :
Q'
0
= T
0
(S
M
- S
D
) et Q
0
= T
0
(S
C
- S
D
)
On en déduit :
Q'
Q
T T
T T
0
0
1 0
0
·


et enfin :
Q
Q
T
T
T T
T T
T
T
Q'
Q
1 1
1 0
0 1
0
0
·


·
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.11
Définition de la température moyenne intégrée
La relation précédente peut se généraliser
au cas où le cycle moteur n'est pas un cycle de
Carnot. Pour ce faire, il faut introduire le
concept de température moyenne intégrée.
Considérons la transformation réversible
1-2 (figure 5.5) au cours de laquelle le fluide
reçoit une quantité de chaleur q
12
. Par
application du principe de Carnot à cette
transformation, nous avons :
q T ds
12
1
2
·

Par définition de la moyenne d'une fonction,
nous pouvons écrire :
T
T ds
S S
12
1
2
2 1
·


et donc T
q
S S
12
12
2 1
·

Nous appellerons température moyenne intégrée (en abrégé t.m.i.) relative à une
transformation réversible, le rapport de la quantité de chaleur échangée au cours de cette
transformation à la variation d'entropie correspondante.
La t.m.i. est représentée sur le diagramme entropique (f ig.5.5) par la hauteur du rectangle
lLNn ayant même aire que la surface l12n située sous la polytropique.
En vertu du théorème de la moyenne, la t.m.i. envisagée correspond à un certain point M de la
courbe 1-2, compris entre les points 1 et 2 qui délimitent cette transformation.
Nous verrons par la suite que pour la transformation polytropique 1-2 caractérisée par une
valeur constante de la chaleur massique c, on peut écrire pour une masse unitaire :
q c (T T
12 2
· −
1
)
et S S
c dT
T
c ln
T
T
2
1
2
2
− · ·
∫ 1
1
On obtient l'expression de la t.m.i. relative à la transformation polytropique 1-2 en substituant
ces deux relations dans la définition de la polytropique, ce qui donne :
T
T T
ln
T
T

12
2
2
·

1
1
S
T
M
N L
1
2
l n
Figure 5.5 :
Définition de la température moyenne intégrée
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.12
En particulier, dans le cas des gaz parfaits dont les chaleurs massiques sont réputées
constantes, la t.m.i. relative à une isochore ou à une isobare, est donnée cette dernière expression,
d'ailleurs indépendante de la valeur particulière de c
v
ou de c
p
.
Appliquons le concept de t.m.i. au cycle
de pompe à chaleur étudié précédemment, en
remplaçant comme cycle moteur le cycle de
Carnot par le cycle de Rankine-Hirn OAB (fig.
5.6), qui reçoit la chaleur: q
1

= h
a
- h'
0
et cède au condenseur : q
0

= T
0

(s
a
- s'
0
)
Le principe d'équivalence donne :
W = q
1
- q
0
d'où il vient :
η · · − · −


W
q
q
q
T
s s'
h h'
1
0
1
a 0
a 0
1 1
0
En appliquant le principe de Carnot à
l'échange réversible OA, on obtient l'expression
de la température moyenne intégrée :
T
h h'
s s'
m
a 0
a 0
·


En substituant cette valeur dans la relation précédente, on obtient :
η · − 1
T
T
0
m
Le cycle de Rankine-Hirn est donc équivalent à un cycle de Carnot effectué entre deux
sources respectivement aux températures T et T
0
(une exploitation systématique de la notion de
t.m.i sera développée au chapitre 8).
Comme par ailleurs le cycle théorique de la pompe à chaleur est un cycle de Carnot inversé,
il s'ensuit que la présente analyse du chauffage thermodynamique est générale, et notamment
applicable lorsque la machine motrice utilise un cycle à vapeur.
Pour le cycle de Rankine-Hirn que nous avons choisi comme exemple dans ce chapitre, les
caractéristiques sont :
T
0
=15°C P
0
=140 bar h'
0
= 62,8 kJ/kg s'
0
= 0,224 kJ/kg/K
T
a
=540°C P
a
=140 bar h
a
= 3432,7 kJ/kg s
a
= 6,529 kJ/kg/K
d'où on calcule
T
h h'
s s'
m
a 0
a 0
·


= 534,5 K = 261 °C
d'où on déduit le rendement du cycle de Carnot équivalent (avec T
0
=288,15 K) :
T
Tb
A
B
S
q1
q0
Figure 5.6 : cycle de Rankine-Hirn
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.13
η
C
· − · 1
T
T
0
m
46,1%
et, compte tenu de la perte à la cheminée au générateur de vapeur :
η η · ·
H - H'
H
2
2
C
40 9% ,
Comme nous avons pour objectif de chauffer de l'eau de 15°C à 100°C, la chaleur utile doit
être produite par la pompe à chaleur à la température constante de 100°C, on a alors :
ε · ·
373
373- 288
4 39 ,
D'où la chaleur utile : Q' =ε.W = ε.η.Q
1
= 1,795 Q
Le débit d'eau réchauffée est :
m
e
=
Q'
h h'
1,795 352866
e o

·
− 3432 7 62 8 , ,
= 1778 kg
L'exergie de l'eau vaut :
E"
e
= m
e
e
e
= 78478 kJ
On calcule finalement les rendements thermique et exergétique rapportés au combustible brûlé
en centrale :
η
th
= Q' : P = 160,8% η
ex
= E"
e
: E
1
= 19,1 %
On notera que le "Vocabulaire de Thermodynamique" publié par la SFT, admet qu'on puisse
encore parler de rendement quand la valeur de celui-ci est supérieure à l'unité.
Pompe à chaleur biétagée
Considérons à présent le cas d'une pompe à chaleur biétagée. L'eau devant être chauffée de
15°C à 100°C, une première PAC fournira sa chaleur utile à 57,5°C, tandis qu'une seconde PAC
fournira la sienne à 100°C
Pour les mêmes raisons que pour la production combinée avec échangeur biétagé, l'eau reçoit
la chaleur utile Q' par moitié de la PAC fonctionnant à basse température (57,5°C), et par moitié de
la PAC fonctionnant à haute température (100°C) .
Exprimons les quantités de chaleur produites :
- par la PAC à haute température (100°C) :
Q' W W W
2 2 2 2
· ·

· ε
2
373
373 288
4 39 . ,
- par la PAC à basse température (57,5°C) :
Q' W W W
1 1 1 1
· ·

· ε
1
330 6
330 6 288
7 78 .
,
,
,
Les quantités de chaleur fournies par les deux pompes à chaleur étant égales à la moitié de la
chaleur totale fournie à l'eau, nous pouvons égaler leurs expressions, ce qui donne :
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.14
4,39 W
2
= 7,78 W
1
d'où W
2
= 1,772 W
1
D'autre part, le travail consommé par l'ensemble des deux PAC est supposé égal au travail
produit par le cycle moteur, il vient ainsi
(H
2
-H').η = W
1
+ W
2
= W
1
+ 1,772 W
1
= 2,772 W
1
D'où les travaux consommés par les deux PAC :
W
H H'
1
2
·

η
2 772 ,
= 51046 kJ et W
2
=1,772 W
1
=90453 kJ
La chaleur fournie à l'eau s'obtient en cumulant les effets thermiques des deux pompes à
chaleur :
Q' = Q'
1
+ Q'
2
= 7,78 W
1
+ 4,39 W
2
= 794227 kJ
Le débit d'eau réchauffée est :
m
e
=
Q'
h h'
794227
e o

·
− 3432 7 62 8 , ,
= 2230 kg
L'exergie de l'eau vaut :
E"
e
= m
e
e
e
= 98418 kJ
On calcule finalement les rendements thermique et exergétique rapportés au combustible brûlé
en centrale :
η
th
= Q' : P = 202 % η
ex
= E' : E
1
= 28,7 %
La comparaison des rendements thermique et exergétique des PAC mono ou biétagée, montre
que la seconde est plus avantageuse que la première; cette conclusion résulte d'une réduction de la
perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique avec l'eau, consécutive à une diminution de
l'écart de température correspondant. L'utilisation d'étages de plus en plus nombreux conduirait à
une diminution progressive de cette irréversibilité, en sorte qu'à la limite, pour un nombre d'étages
infini, on atteindrait la réversibilité de l'échange calorifique considéré. Le rendement exergétique
deviendrait alors égal à celui de la centrale (η
ex
=39,6%). Cependant, l'amélioration la plus
directement perceptible, résulte de l'augmentation au rendement thermique qui accompagne
l'augmentation du nombre des étages.
Il convient encore de remarquer que dans le cas idéal ou l'échange calorifique avec l'eau est
réversible, le rendement exergétique est invariable quelle que soit la température à laquelle ce fluide
est échauffé; en revanche, le rendement thermique ou, plus usuellement, le coefficient de
performance, diminue lorsque cette température augmente.
Un exemple remarquable d'utilisation d'une pompe à chaleur triétagée est donné par
l'installation de chauffage géothermique réalisé à Creil dans le bassin parisien. Dans cette installation,
trois pompes à chaleur associées en série assurent le réchauffage progressif de l'eau d'un premier
circuit de chauffage urbain à haute température (radiateurs classiques) de 40°C à 60°C, en
refroidissant de 30°C à 5°C l'eau de retour d'un second circuit de chauffage urbain à basse
température (planchers chauffants). On notera que dans cette application, la source froide qui est
distincte de l'ambiance, est elle-même à température variable, ce qui permet, grâce au système multi-
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.15
étagé, de réduire l'irréversibilité thermique non seulement de l'échange avec la source chaude, mais
également de l'échange avec la source froide.
PRODUCTION COMBINEE ET CHAUFFAGE
THERMODYNAMIQUE
Soient T
1
, T, T
0
les températures de la source chaude, de chauffage, de l'ambiance
respectivement. Pour couvrir rationnellement les besoins en chauffage, on a le choix entre les deux
solutions suivantes :
1.- On utilise la chaleur Q
1
disponible à T
1
, dans un cycle purement moteur, pour produire le
travail :
W =
T T
T
Q
1 0
1
1

.
Ce travail est utilisé par une pompe à chaleur pour produire la chaleur utile calculée comme
précédemment :
Q =
T
T

T T
T - T
Q
2
1
1 0
0
1

.
2.- On utilise la chaleur Q
1
dans un processus de production combinée pour produire :
- le travail : W' =
T T
T
Q
1
1
1

.
- la chaleur utile : Q' =
T
T
Q
2
1
1
.
Le travail W' est ensuite utilisé dans une pompe à chaleur qui produira la chaleur utile :
Q" = W'
T
T- T
=
T T
T
Q
T
T- T
T
T
T T
T- T
Q
2
0
1
1
1
0 1
1
0
1
− ¸
¸

_
,
·

. . .
On obtiendra globalement la chaleur utile :
Q' +Q" =
T
T
Q
T
T
T T
T- T
Q
T
T
T T
T- T
Q
2 2
1
1
1
1
0
1
1
1 0
0
1
. . . +

·

La comparaison des expressions précédentes montre que la production combinée et le
chauffage thermodynamique sont, d'un point de vue théorique, strictement équivalents. Toutefois,
alors que la production combinée nécessite une distribution de la chaleur, le chauffage
thermodynamique ne requiert qu'une distribution d'électricité. La première solution sera donc
applicable lorsque les utilisateurs de la chaleur sont géographiquement concentrés; en revanche, la
seconde s'imposera lorsqu'ils sont dispersés.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.16
CONCLUSIONS GENERALES
On tire du tableau 5.2 les conclusions suivantes :
n Le chauffage électrique est le moins efficace tant thermiquement qu'énergétiquement.
n Le chauffage classique est thermiquement efficace, beaucoup moins énergétiquement.
n Le cycle de centrale donne le maximum de travail, mais il engendre une grande perte
calorifique.
n La production combinée et le chauffage classique sont thermiquement équivalents; la
production combinée est cependant énergétiquement plus favorable puisqu'une fraction de
l'énergie a été convertie en travail.
n Si l'échauffement de l'eau s'effectue réversiblement, la production combinée et le chauffage
thermodynamique ont des rendements exergétiques (η
x
ex
) égaux à celui du cycle purement
moteur. Le chauffage thermodynamique ne produit aucun travail, en compensation il présente
un rendement thermique très élevé et, en tout cas, supérieur à l'unité.
n La production combinée et le chauffage thermodynamique apparaissent, d'après ce qui
précède, comme les procédés de chauffage les plus rationnels .
L'exergie cédée par les gaz dans la chaudière ou dans le générateur de vapeur (exergie
disponible) est égale à l'exergie du combustible diminuée de la perte par irréversibilité de la
combustion et de la perte d'exergie à la cheminée; elle représente donc dans tous les cas 64% de
l'exergie du combustible. Proposons-nous d'analyser, en nous référant au tableau 5.3, comment se
répartit cette exergie disponible, ceci pour chacun des trois cas d'utilisation directe de l'exergie du
Tableau 5.2 : comparaison des différents processus
Rendement
thermique
Rendement
exergétique
Chauffage direct 89,6% 10,6%
Centrale électrique 41,3% 39,6%
Production combinée 89,6% 34,4%
Production combinée (2 niveaux) 89,6% 37,4%
Chauffage électrique 39,6% 4,9%
Chauffage thermodynamique 160% 19,1%
Chauffage thermodynamique (2 niveaux) 202% 28,7%
Tableau 5.3 : Répartition de l'exergie disponible dans les gaz de combustion
Chauffage
direct
Centrale
électrique
Production
combinée
Irréversibilité de transfert primaire
(gaz vers vapeur)
51,1% 22,2% 22,2%
Travail maximum récupérable - 39,6% 27,1%
Irréversibilité de transfert secondaire
(vapeur vers eau)
- - 5,2%
Exergie de l'eau 10,6% - 7,3%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.17
combustible.
n Dans le cas du chauffage, l'exergie disponible se retrouve, pour une faible part, dans l'exergie
utile communiquée à l'eau (10,6%) En revanche, la part de loin la plus importante de l'exergie
disponible, est perdue par irréversibilité de la transmission calorifique gaz-eau (51,1 %) , ceci
en raison de la très grande différence de température qui existe entre le gaz et l'eau.
n Dans le cas de la centrale, l'exergie utile (39,6 %) est beaucoup plus grande que
précédemment, car la vapeur est produite sous une pression et une température très élevées.
La perte par irréversibilité de la transmission gaz-vapeur est, dès lors, considérablement
réduite (22,2 % au lieu de 51,1 %)
n Dans le cas de la production combinée, on retrouve la même perte par irréversibilité de la
transmission primaire (gaz-vapeur) de 22,2 % que dans le cas de la centrale, mais l'exergie de
la vapeur est réduite par suite du relèvement de la température de condensation. Toutefois,
l'exergie ainsi soustraite à la vapeur, se retrouve d'une part sous la forme de l'exergie de l'eau
chaude (7,3%), d'autre part sous la forme d'une perte d'exergie par irréversibilité de la
transmission secondaire (vapeur-eau) (5,2% pour le cas monoétagé).
L'étude qui précède, présente un caractère essentiellement théorique et elle repose sur de
multiples hypothèses simplificatrices. Ses conclusions ne peuvent par conséquent être étendues aux
cas réels qu'avec prudence. Néanmoins, elle nous paraît constituer un cadre de réflexion utile qui doit
notamment permettre d'apprécier la qualité du point de vue énergétique de chacun des processus qui
ont été considérés.
D'un point de vue plus général, le problème de l'utilisation rationnelle des combustibles se
présente sous les trois aspects suivants :
n Si l'on cherche à tirer le meilleur parti des réserves de combustibles que la nature a mis à la
disposition de l'humanité, il faut tout d'abord s'efforcer de réduire les pertes de chaleur dans
les divers processus d'utilisation (aspect calorifique); c'est la démarche qui est généralement à
la base des efforts déployés actuellement en vue de promouvoir les économies d'énergie Mais,
il faut en outre utiliser l a chaleur disponible en valorisant au maximum leur capacité de
produire de l'énergie noble, notamment de l'énergie électromécanique et/ou de participer à une
cascade d'échanges calorifiques aussi complète que possible dont l'évaporateur à multiples
effets donne un excellent exemple (aspect énergétique). Ce second aspect qui est moins
évident que le premier, correspond précisément à l'objectif que nous poursuivons dans notre
analyse.
n Si l'on se place au point de vue de l'utilisateur, l'important est que celui-ci obtienne au meilleur
prix la chaleur ainsi que l'énergie électrique ou mécanique (transports) qu'il consomme.
Comme nous l'avons vu précédemment, plus le processus thermique ou thermodynamique est
proche de la réversibilité, plus il est difficile à réaliser et donc coûteux à installer. C'est
pourquoi le coût minimal de la chaleur ou de l'énergie ne concorde généralement pas avec la
solution technique qui tire le meilleur parti de l'énergie disponible dans le combustible utilisé. La
solution optimale résulte alors de la prise en considération d'un ensemble de facteurs
économiques liés à la consommation du combustible, au coût de l'installation, enfin aux frais de
fonctionnement et d'entretien de celle-ci. Cet optimum est d'ailleurs susceptible de varier selon
les fluctuations locales et temporelles des facteurs économiques, notamment le prix du
combustible, celui de la main d'oeuvre, ou bien encore le loyer de l'argent nécessaire aux
investissements.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE V.18
n Au plan national, le problème de l'utilisation optimale de l 'énergie se pose d'une manière
encore différente car il s'agit ici d'équilibrer au mieux la balance du commerce extérieur en
réduisant au minimum le montant des achats de combustible à l'étranger. C'est ainsi qu'on en
arrive parfois à promouvoir l'utilisation d'une énergie plus coûteuse mais donnant lieu à une
moindre sortie de devises. L'exemple d'une telle politique est donné par certains pays qui
favorisent le développement du chauffage électrique des habitations. Cette solution qui est
thermodynamiquement hétérodoxe et lourde en frais de production, d'exploitation et de
distribution, a dans certains cas le mérite de réduire la dépense afférente aux importations de
combustible (énergie nucléaire), voire de l'annuler (énergie hydraulique) .
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.1
ETUDE DES CYCLES DE CENTRALES A VAPEUR
CYCLES THEORIQUES A VAPEUR
Le cycle de Hirn
Réduite à ses éléments essentiels, la
centrale à vapeur comprend les quatre
composants suivants : le générateur de vapeur,
la turbine, le condenseur, la pompe alimentaire.
Son cycle de référence est le cycle de
Hirn qui se compose des quatre transformations
réversibles correspondantes à savoir (fig. 6.1) :
- la transformation isobare de l'eau en
vapeur surchauffée (OA);
- la détente adiabatique de la vapeur (AB);
- la condensation isobare de la vapeur
détendue (BO');
- la compression adiabatique du condensat
(O'O) .
Le travail de compression du liquide étant
relativement très faible, on conviendra de le négliger vis-à-vis du travail de détente; ceci revient
d'ailleurs à confondre les points O et O'.
Hypothèses simplificatrices
Afin d'assurer la rigueur du calcul, la commodité de l'exposé et la clarté des conclusions, nous
adopterons dans un premier temps les hypothèses simplificatrices suivantes :
1) Le combustible brûlé dans le foyer est du carbone pur.
2) Le générateur de vapeur ne donne lieu à aucune perte de chaleur
3) L'écart de température relatif à la condensation est négligeable.
4) L'ambiance se trouve à la température de 15°C.
Irréversibilite de la combustion
Comme pour l'analyse effectuée dans le chapitre précédent, la combustion s'effectue selon la
réaction chimique :
C + 1,5 O
2
+ 5,64 N
2
= CO
2
+ 0,5 O
2
+ 5,64 N
2
+ P
où P représente le pouvoir calorifique du carbone auquel correspond la chaleur effectivement
dégagée. Les calculs suivant seront basés sur la combustion de 1 atkg de carbone, soit 12 kg.
S
B
O
O’
T
A
Figure 6.1 : cycle de Hirn
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.2
Comme précédemment, nous avons encore :
- pouvoir calorifique du carbone : P = 393800 kJ/atkg
- exergie de ce combustible : E
1
= 410030 kJ/atkg
- température adiabatique de combustion : 1560°C
- enthalpie des gaz de combustion à 1560°C : H
2
= 397066 kJ
- exergie des gaz de combustion à 1560°C : E
2
= 263320 kJ
- perte d'exergie par irréversibilité de la combustion :
E
1
- E
2
= 146710 kJ (35,9 % de E
1
)
Irréversibilité de la transmission calorifique
Les caractéristiques du cycle de Hirn sont :
P
a
=140 bar ; T
a
= 540°C ; condensation à 15°C
Pour la vapeur vive, on calcule :
h
a
=3432,7 kJ/kg ; s
a
= 6,529 kJ/K/kg
Pour e condensat (et l'état de référence) :
h
o
=63 kJ/kg ; s
o
= 0,224 kJ/K/kg
En l'absence de pertes au générateur de vapeur, les gaz sont supposés refroidis jusqu'à 15°C.
Leur enthalpie est alors H' = 3214 kJ. La chaleur utile vaut donc :
Q = H
2
-H' = 397066-3214 = 393852 kJ
Chaque kilogramme d'eau reçoit dans le générateur de vapeur :
q = h
a
- h'
o
= 3432,7 - 63 = 3369,7 kJ/kg
D'où la production spécifique (c-à-d par atkg de carbone consommé) de vapeur :
n = Q / q = 393852 / 3369,7 = 116,9 kg/atkg de C
La turbine étant supposée parfaite, et la détente étant poursuivie jusqu'à la température
ambiante (15°C, 0,017 bar), le travail effectué W sera égal à l'exergie de la vapeur vive E
v
:
W = E
v
= n [(h
a
- h'
o
) - T (s
a
- s'
o
)]
= 116,9 [(3432,7 - 63) - 288,15 (6,529 - 0,224)] = 181507 kJ/atkg C
La perte par irréversibilité de la transmission calorifique est égale à la différence entre l'exergie
des gaz et l'exergie de la vapeur :
E
2
- E
v
= 263320 - 181507 = 81813 kJ/atkg de C
Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6.1
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.3
Cycle à resurchauffe
Ce cycle est illustré par le
diagramme T-S de la figure 6.2.
Le cycle de base est identique au
précédent. La détente est toutefois
interrompue à 30 bar, et la vapeur
partiellement détendue est alors
resurchauffée jusqu'à 540°C.
Le processus de combustion est
resté le même que précédemment on a
donc encore :
- exergie du combustible :
E
1
= 410030 kJ
- exergie des gaz à 1560°C :
E
2
= 263320 kJ
- irréversibilité de la combustion :
E
1
- E
2
= 146710 kJ
Irréversibilité de la transmission calorifique
On détermine à l'aide des tables, du diagramme de Mollier ou d'un programme de calcul
thermodynamiques, les états de vapeur relatifs aux points caractéristiques du cycle. On en déduit les
enthalpies, entropies et exergies spécifiques suivantes :
- état A : h
a
= 3432,7 kJ/kg; s
a
= 6,529 kJ/K.kg; e
a
= 1553 kJ/kg
- état I : h
i
= 2987,9 kJ/kg; s
i
= 6,529 kJ/K.kg; e
i
= 1108,2 kJ/kg
- état L : h
l
= 3546,6 kJ/kg; s
l
= 7,348 kJ/K.kg; e
l
= 1431,1 kJ/kg
- état B : h
b
= 2115,5 kJ/kg; s
b
= 7,348 kJ/K.kg; e
b
= 0,0 kJ/kg (titre 0,8326)
On estime la production spécifique de vapeur, par atkg de combustible :
Tableau 6.1 : Bilan exergétique
ACTIF : exergie du combustible 410030 kJ 100%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 146710 kJ 35,9%
irréversibilité de la transmission 81813 kJ 20,0%
travail utile 181507 kJ 44,3%
Rendement exergétique W / E1 44,3%
Rendement thermique W / P 46,1%
0
100
200
300
400
500
600
0 2 4 6 8 10
S(J/kg/K)
T°C
0.017 bar, 15°C
30 bar
140 bar
P
O
A L
B
I
Figure 6.2 : cycle à resurchauffe
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.4
n' = Q : [(h
a
- h'
o
) + (h
1
- h
i
)]
= 393852 / [(3432,7 - 63) +(3546,6 - 2987,9)] = 100,3 kg/atkg de C
L'exergie de la vapeur aux différents points du cycle est donc :
E
a
= n' . e
a
= 100,3 . 1553 = 155693 kJ
E
i
= 111099 kJ E
l
= 143476 kJ E
b
= 0 kJ
Les détentes étant réversibles, le travail produit W est égal à la somme des chutes d'exergie
relatives aux détentes isentropiques AI et LB :
W = (E
a
-E
i
) + (E
l
- E
b
) = 44594 + 143477 = 188071 kJ/atkg de C
La perte par irréversibilité de la transmission calorifique est égale à la différence entre l'exergie
des gaz et le travail produit :
E
2
- W = 263320 - 188071 = 75249 kJ/atkg de C
Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6.2
Cycle à soutirage continu
Ce cycle permet le préchauffage
de l 'eau d'alimentation en récupérant la
chaleur de condensation d'une partie de
la vapeur.
Le cycle comporte une première
détente AJ, puis une seconde détente
JB à laquelle est associé un soutirage de
vapeur utilisé pour le réchauffage de
l'eau d'alimentation (fig. 6.3).
Nous considérons que l'eau est
réchauffée de la température de
condensation à la température de l'état
K au moyen de ce soutirage. Il ne sera
donc pas possible de refroidir les gaz de
combustion en dessous de la
Tableau 6.2 : Bilan exergétique du cycle à resurchauffe
ACTIF : exergie du combustible 410030 kJ 100%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 146710 kJ 35,9%
irréversibilité de la transmission 75249 kJ 18,4%
travail utile 188071 kJ 45,9%
Rendement exergétique W / E1 45,9%
Rendement thermique W / P 47,7%
0
100
200
300
400
500
600
0 2 4 6 8 10
S(J/kg/K)
T°C
0.017 bar, 15°C
11,7 bar
140 bar
P
O
A
B
J
K
Figure 6.3 : cycle à soutirage
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.5
température du point K en échangeant de la chaleur avec l'eau. Pour pouvoir poursuivre le
refroidissement des gaz en deçà de la température d'entrée de l'eau dans la chaudière, il est donc
nécessaire de trouver une autre source froide, et par exemple d'utiliser un réchauffeur d'air.
Par détente isentropique à partir de l'état K, on entre dans la zone de vapeur humide à une
pression de 11,77 bar, pour une température de saturation de 187°C.
Nous considérons donc que l'eau d'alimentation entre à cette même température de 187°C. Il
s'ensuit que dans le cas d'un réchauffeur d'air présentant une efficacité de 100

%, les gaz se
refroidissent de 187°C à 15°C, en admettant que la chaleur spécifique de l'air est identique à celle
des fumées.
Les méthodes de calcul exposées aux chapitres 1 et 2 et les données thermodynamiques
disponibles en annexe permettent de dresser le tableau 6.3, où sont évaluées les fonctions
thermodynamiques des gaz obtenus par combustion d'un atome gramme de C avec un excès d'air de
50%.
Tableau 6.3 : propriétés thermodynamiques des gaz de combustion
On y trouve en particulier l'état des gaz à 187°C, et en particulier leur exergie :
E
f
= 8272 kJ
L'efficacité du réchauffeur d'air étant, par hypothèse, de 100 %, on peut considérer que
l'échange calorifique entre les gaz et l'air permet d'élever la température de l'air de combustion à la
température de 187°C. Cet échange ne peut être parfaitement réversible : la capacité calorifique de
l'air est inférieure à celle des fumées, ce qui implique que les fumées sont rejetées à une température
supérieure à celle de l'ambiance, et donc qu'il existe un écart de température entre les deux fluides.
Base 1 atkg C T°=288,15K
T °C H S H-H° S-S° E (kJ) T °C H S H-H° S-S° E (kJ)
0 -399166 22,348 0 0,000 86 900 -181917 365,479 217249 343,131 118462
15 -395952 33,801 3214 11,453 0 1000 -155454 387,125 243712 364,777 138688
100 -377423 90,116 21743 67,768 2302 1100 -128666 407,378 270500 385,030 159640
120 -372987 101,696 26179 79,348 3401 1200 -101586 426,413 297580 404,065 181235
187 -357924 137,065 41242 114,717 8272 1300 -74243 444,371 324923 422,023 203404
200 -354966 143,404 44200 121,056 9404 1400 -46663 461,367 352503 439,019 226086
250 -343486 166.466 55680 144.118 14239 1500 -18869 477,500 380297 455,152 249231
300 -331847 187,711 67319 165,363 19755 1560 -2100 486,801 397066 464,453 263320
400 -308118 225,860 91048 203,512 32492 1600 9115 492,853 408281 470,505 272791
500 -283826 259,497 115340 237,149 47091 1665 27345 502,421 426511 480,073 288265
600 -259018 289,666 140148 267,318 63206 1700 37272 507,497 436438 485,149 296728
700 -233737 317,074 165429 294,726 80590 1800 65585 521,494 464751 499,146 321008
800 -208024 342,222 191142 319,874 99056 1900 94038 534.898 493204 512.550 345599
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.6
On calcule aisément les grandeurs thermodynamiques relatives à l'air, tant dans l'état de
référence qu'à 187°C :
T °C H S H-H° S-S° E (kJ)
15 -2070 23,461 0 0,000 0
187 34201 122,015 36270 98,550 7872
La perte d'exergie par transmission et rejet à la cheminée sera donc égale à la différence entre
l'exergie des fumées à 187°C et celle de l'air préchauffé à cette même température, soit :
E
c
= 8272 - 7872 = 400 kJ/atkg de C
L'enthalpie transférée étant de 36270 kJ, on calcule aisément l'enthalpie des fumées rejetées,
et leur température :
H
c
= -357924 - 36270 = -394194 kJ/atkg de C
ce qui correspond à T=23°C.
Irréversibilité de la combustion
La chaleur dégagée dans le foyer est égale à la chaleur produite par la combustion augmentée
de la chaleur cédée par les gaz au réchauffeur d'air. La chaleur dégagée dans le foyer se retrouve
finalement sous la forme d'enthalpie des gaz de combustion. La température adiabatique de
combustion qui en résulte est alors déduite des enthalpies données au tableau 6.3, elle est de
1689°C. La procédure de calcul a été détaillée au chapitre II (page II.11). L'exergie
correspondante des gaz de combustion se déduit du même tableau, elle vaut :
E2 = 294030 kJ/atkg de C
La perte par irréversibilité de la combustion est égale à la somme de l'exergie du combustible et de
l'exergie de l'air comburant, diminuée de l'exergie des gaz de combustion E2 :
(E
1
+ E
a
) - E
2
= (410030 + 7872) - 294030 = 123872 kJ/atkg de C.
Soutirage continu
Considérons un kilogramme de
vapeur se trouvant à l'état J (saturé)
caractérisé par la pression P
k
ou la
température T
k
, qui va subir une détente
isentropique jusqu'à la pression du
condenseur (fig. 6.4) .
Au cours de cette détente, seront
effectués des soutirages successifs en
nombre infini. Le deuxième soutirage
s'effectue sous une pression inférieure à
P
k
mais ne différant de celle-ci que d'une
quantité infiniment petite. La quantité de
chaleur élémentaire pour réchauffer l'eau
de K
1
à K, est fournie par la
condensation de la vapeur prélevée au
premier soutirage (en J) . De même, la
quantité de chaleur élémentaire nécessaire
0
100
200
300
400
500
600
0 2 4 6 8 10
S(J/kg/K)
T°C
0.017 bar, 15°C
11,7 bar
140 bar
P
O
A
B
J
K
K
1
K
2
J
1
J
2
Figure 6.4 : cycle à soutirage continu
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.7
pour réchauffer l'eau de K
2
à K
1
est fournie par la condensation de la vapeur prélevée au deuxième
soutirage (en J
1
) , et ainsi de suite.
L'étude du cycle comportant une infinité de soutirages successifs, c'est-à-dire un soutirage
continu, montre que le rendement d'un tel cycle est égal à celui d'un cycle de Carnot fonctionnant
entre les températures T
k
et T
o
(comme nous le verrons au chapitre 8) , soit :
η
c
= 1 - T
o
/ T
k
Par conséquent, le cycle OKJBO dans lequel le réchauffage OK est assuré par un soutirage
continu, est équivalent au cycle de Carnot PKJBP, auquel la source chaude fournit en KJ la chaleur
nécessaire à la vaporisation.
La production spécifique de vapeur est :
n = Q : (h
a
- h'
k
) = 393852 : (3432,7 - 794,8) = 149,3 kg/atkg de C
On a pour l'état initial A :
h
a
= 3432,7 kJ/kg ; s
a
= 6,529 kJ/K:kg ; E
a
= n. e
a
= 231867 kJ/atkg de C
En considérant la détente isentropique AJ, on obtient facilement, en considérant que le point J
correspond à l'état de vapeur saturée au terme d'une détente isentropique (soit 187,1°C, 11,77 bar)
:
s
j
= 6,529 kJ/K.kg ; h
j
= 2783,7 kJ/kg ; E
j
= n.e
j
= 134966 kJ/atkg de C
Le travail effectué lors de la détente AJ vaut :
W' = E
a
- E
j
= 231867 - 134966 = 96900 kJ/atkg de C
Le travail effectué lors de la détente JB vaut, en prenant en considération le cycle de Carnot
équivalent au cycle avec soutirage continu :
W"= n (h h'
T T
T

111046 kJ / atgr C
j k
k o
k


· −

·
)
, ( , , )
, ,
,
149 3 2783 7 794 8
460 27 288 15
460 27
On obtient finalement le travail produit globalement :
W = W' + W" = 96900 + 111046 = 207947 kJ/atkg de C
La perte par irréversibilité de l'échange calorifique est égale à l'exergie des gaz E
2
diminuée du
travail produit W et de l'exergie des gaz E
f
à l'entrée du réchauffeur d'air :
E
2
- W - E
f
= 294030 - 207947 - 8272 = 77811 kJ/atkg de C
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.8
Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6.3
Cycle à soutirage unique
Irréversibilité relative au soutirage
Le cycle comporte un soutirage unique de vapeur saturée obtenue au terme d'une détente
isentropique (soit 187,1°C, 11,77 bar). Les caractéristiques du cycle étant inchangées, on peut
reprendre certains résultats obtenus précédemment (fig. 6.3) :
- production spécifique de vapeur: n = 149,3 kg/atkg de C
h
a
= 3432,7 kJ/kg ; s
a
= 6,529 kJ/K:kg ; E
a
= n. e
a
= 231867 kJ/atkg de C
h
j
= 2783,7 kJ/kg ; s
j
= 6,529 kJ/K.kg ; E
j
= n.e
j
= 134966 kJ/atkg de C
h
k
= 794,8 kJ/kg ; s
k
= 2,208 kJ/K.kg ; E
k
= n.e
k
= 23917 kJ/atkg de C
h
b
= 2115,5 kJ/kg; s
b
= 7,348 kJ/K.kg; E
b
= n.e
b
= 0,0 kJ/atkg de C
h
o
= 63,0 kJ/kg; s
o
= 0,224 kJ/K.kg; E
o
= n.e
o
= 0,0 kJ/atkg de C
Si l
'
on désigne par α la fraction du débit de vapeur qui poursuit sa détente jusqu'à la pression
du condenseur, on écrit le bilan calorifique du soutirage, en égalant l’enthalpie cédée par la
condensation de la fraction soutirée 1-α avec l’enthalpie nécessaire pour réchauffer les condensats
de l’état 0 jusqu’à l’état K :
(1−α) (h
j
- h’
o)
= h’
k
- h’
o
d’où on calcule :
α =
hj − h'
k
hj − h'
o
·
2783, 7− 794, 8
2783, 7− 63,0
· 0, 731
Tableau 6.3 : Bilan exergétique du cycle à soutirage continu
ACTIF : exergie du combustible 410030 kJ 98,1%
exergie du comburant 7872 kJ 1,9%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 123872 kJ 29,6%
irréversibilité de la transmission gaz-vapeur 77811 kJ 18,6%
irréversibilité du préch. air et rejet cheminée 400 kJ 0,1%
exergie cédée au comburant 7872 kJ 1,9%
travail utile 207947 kJ 49,8%
Rendement thermique W / Q 52,8%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.9
La détente étant isentropique, le travail peut se calculer comme suit :
W
*
= (Ea - E
j
) + α (E
j
- E
b
)
= (231867 - 134966) + 0,731 (134966 - 0)
= 195561 kJ/atkg de C
Par comparaison avec le travail produit dans le cas du soutirage continu, on obtient la perte
d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique, qui affecte le soutirage unique, soit :
W - W
*
= 207947 - 195561 = 12386 kJ/atkg de C
Irréversibilités de la combustion et de la transmission
Comme dans le cas précédent, la perte par irréversibilité de la combustion s'élève à 123872
kJ/atkg de C.
La perte par irréversibilité de l'échange calorifique gaz-vapeur est égale à l'exergie des gaz E
2
diminuée des trois termes suivants :
- le travail produit (W
*
)
- la perte par irréversibilité au soutirage (W - W
*
)
- l'exergie des gaz à l'entrée du réchauffeur d'air (E
f
)
On constate aisément que la perte par irréversibilité calorifique gaz-vapeur est identique à
celle qui a été calculée dans le cas du soutirage continu; elle vaut donc 77811 kJ/atkg de C.
Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6.4
Tableau 6.4 : Bilan exergétique du cycle à soutirage unique
ACTIF : exergie du combustible 410030 kJ 98,1%
exergie du comburant 7872 kJ 1,9%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 123872 kJ 29,6%
irréversibilité de la transmission gaz-vapeur 77811 kJ 18,6%
irréversibilité au soutirage 12386 kJ 3,0%
irréversibilité du préchauffage d'air et rejet à
la cheminée
400 kJ 0,1%
exergie cédée au comburant 7872 kJ 1,9%
travail utile 195561 kJ 46,8%
Rendement thermique W / Q 49,7%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.10
Comparaison des bilans exergétiques
La récapitulation des bilans exergétiques est présentée au tableau 6.5. Le cas du cycle à
resurchauffe et soutirage unique n'a pas été développé dans ce texte, on en trouvera néanmoins les
résultats dans la colonne E du tableau précité. Pour ce cas E, on a conservé les conditions de la
resurchauffe du cas B mais la pression de soutirage est ici de 6 bar.
Tableau 6.5 : Comparaison des bilans exergétiques
Valeurs en % du total de l’actif
Cycle de
Hirn
Cycle avec
resurchauffe
Soutirage
continu
Soutirage
unique
Resurchauffe +
soutirage
Irréversibilité de la combustion 35,9 35,9 29,6 29,6 29,6
Irrév. de l’échange gaz-vapeur 20,0 18,4 18,6 18,6 17,9
Travail produit 44,3 45,9 49,8 46,8 47,6
Irrév. de l’échange au soutirage - - - 3,0 2,9
Exergie transférée au comburant - - 1,9 1,9 1,9
Rendement exergétique W/E1
44,3 45,9 50,7 47,7 48,5
Rendement thermique hth=W/Q 46,1 47,7 52,8 49,7 50,5
L'analyse des bilans exergétiques présentés au tableau 6.5 conduit à tirer les conclusions
suivantes :
1) Compte tenu des hypothèses simplificatrices adaptées, le bilan thermique du cycle de Hirn
fait apparaître une perte calorifique unique représentée par la chaleur rejetée à l'ambiance par
l'intermédiaire du condenseur, soit :
Q
o
= 1 - η
th
= 1 - 46,1 = 53,9 %
En revanche, du point de vue exergétique, il n'y a aucune perte au condenseur, mais bien au
cours de la combustion et de l'échange calorifique gaz-vapeur. Ces deux processus sont en effet le
siège d'irréversibilités importantes .
2) La resurchauffe réduit l'irréversibilité de l'échange gaz-vapeur; en effet, la température
moyenne intégrée de la vapeur est augmentée, comme nous le discuterons au chapitre 8.
3) Le soutirage réduit l'irréversibilité de la combustion parce que la température adiabatique
de combustion est augmentée sous l'effet du réchauffage de l'air. Quant à l'irréversibilité de la
transmission calorifique, elle est influencée par deux effets contraires : d’une part, le relèvement de la
température de combustion tend à accroître l'irréversibilité de le transmission, mais d’autre part, la
suppression de l'échange calorifique à basse température qui résulte de l'intervention du soutirage,
entraîne une augmentation de la température moyenne intégrée de la vapeur, ce qui conduit à une
réduction compensatoire des irréversibilités. L'effet global de ces influences en sens contraires, se
traduit par une diminution appréciable de l'irréversibilité de la combustion, associée à une légère
diminution de la perte par irréversibilité de la transmission.
4) Le soutirage unique introduit une irréversibilité due au mélange de fluides à températures
différentes.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.11
5) Cette dernière forme d'irréversibilité disparaît dans le cas du soutirage continu; en pratique,
on se rapproche de ce cas idéal par l'utilisation de soutirages multiples étagés.
6) Le soutirage diminue la partie de l'échange calorifique gaz-vapeur à basse température. Par
ailleurs, la resurchauffe renforce l’échange à température élevée. Ces deux procédés apparaissent,
dès lors, comme deux moyens complémentaires de réduire l'irréversibilité de l'échange avec la
source chaude. Il s'ensuit que leurs effets présentent un caractère cumulatif, ce qui explique l'intérêt
de leur combinaison.
7) Le cas du cycle à resurchauffe et
à soutirage unique appelle une remarque
importante. En effet, le point J (fig. 6.5) se
trouve dans le domaine de la vapeur
surchauffée, ce qui entraîne une double
conséquence. La première conséquence est
l'existence d'une désurchauffe de la vapeur
soutirée avant sa condensation, ce qui
augmente la perte par irréversibilité de
l'échange calorifique au soutirage. La
seconde conséquence est que le travail du
cycle de Carnot correspondant au
soutirage continu pris comme référence,
doit être calculé en se basant non plus sur
la température de saturation de la vapeur
soutirée, mais bien sur la température
moyenne intégrée relative au
refroidissement JK (désurchauffe et
condensation) .
CYCLES REELS A VAPEUR
Cycle simple
La réalisation du cycle impose un certain nombre de contraintes et de limitations qui sont à
l'origine de pertes d'exergie nouvelles.
Le cycle simple illustré à la figure 6.6 dérive directement du cycle de Hirn étudié au début de
ce chapitre. Par rapport au cas idéal, nous sommes amenés à prendre en considération les
modifications suivantes :
1) Le refroidissement des gaz est limité à 120
°
C, ce qui représente la température des gaz à
la cheminée du générateur de vapeur.
2) La température de condensation est supérieure à la température de l'ambiance. La pression
de condensation est en effet fixée à 0,04 bar, ce qui correspond à une température de saturation de
29,0°C.
S
T
0.017 bar, 15°C
30 bar
140 bar
O
A
L
B
I
K
K
Figure 6.5 : soutirage et resurchauffe
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.12
3) Les résistances passives qui affectent
principalement l'écoulement de la vapeur dans
la turbine, engendrent une irréversibilité de la
détente. Le rendement isentropique de la
détente, qui tient compte de ces pertes, sera
fixé à 85 %.
Exergie des gaz à la cheminée
Ayant adopté une température de
120
°
C à la cheminée, nous nous proposons
de déterminer l'enthalpie correspondante des
gaz. Comme la nature du combustible et la
valeur de l'excès d'air sont identiques à celles
des cas théoriques analysés précédemment,
nous pouvons encore utiliser le tableau 6.3 qui
nous donne pour les gaz de combustion,
l'enthalpie, l'entropie et l'exergie, calculées de
100
°
C en 100°C ainsi que pour quelques
températures intermédiaires utiles pour
l'exposé. C'est ainsi que nous obtenons pour
la température de 120
°
C précitée, l'enthalpie
des gaz qui correspond à la perte calorifique à la cheminée :
H
120
- H
0
= 26179 kJ/atkg de C
En procédant d'une manière analogue, nous obtenons par ailleurs la perte d'exergie des gaz à
la cheminée :
E
f
= (H
120
- H
amb
) - T
0
(S
120
- S
amb
) = 3401 kJ/atkg de C
Irréversibilité de la combustion
L'exergie du combustible est comme dans les cas précédents E
1
= 410030 kJ/atkg de C. La
température adiabatique de combustion est de 1560
°
C (combustion obtenue ‡ partir des rÈactifs ‡
158C), l'exergie correspondante des gaz est E
2
= 263320 kJ. D'où encore la perte d'exergie par
irréversibilité de la combustion :
E
1
- E
2
= 146710 kJ/atkg de C.
Irréversibilité de la transmission calorifique
La chaleur utile des gaz est égale leur variation d'enthalpie entre la température adiabatique de
combustion et la température de rejet à la cheminée :
Q = H
1560
- H
120
= 397066-26179 = 370887 kJ/atkg de C.
S
B
O
T
A
B’
C
Figure 6.6 : cycle simple, cas réel
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.13
La chaleur fournie à l'eau pour ramener le condensat, liquide saturé à 29,0
°
C (h'
c
= 121,5
kJ/kg et s'
c
= 0,423 kJ/K.kg), à l'état A de vapeur surchauffée (140 bar et 540
°
C) est égale à :
q = h
a
- h'
c
= 3432,7 - 121,5 = 3311,2 kJ/kg
D'où la production spécifique de vapeur :
n = Q : q = 112 kg/atkg de C
L'exergie de la vapeur s 'écrit :
E
v
= n [(h
a
- h'
amb
) - T
o
(s
a
-s'
amb)]
= 112 [(3432,7 - 63) - 288,15 (6,529 - 0,224)] = 173947 kJ/atkg de C
L'exergie E
2
des gaz de combustion à 1558
°
C, se décompose en trois termes, à savoir :
l'exergie de la vapeur vive, l'exergie des gaz à la température de rejet à la cheminée et la perte
d'exergie due à l'irréversibilité de l'échange calorifique gaz-vapeur, laquelle s'obtient par différence :
(E
2
- E
f
) - E
v
= (263320 - 3401) - 173947 = 85972 kJ
Irréversibilité de la détente et perte d'exergie au condenseur
Comme on peut le vérifier sur le diagramme de Mollier, ou le calculer au moyen d'un logiciel
reproduisant les propriétés thermodynamiques de l'eau, les propriétés de l'état B situé en fin de
détente isentropique sont :
h
b
= 1966,4 kJ/kg (titre x
b
=0,7586, 29°C, 0,04 bar)
Compte tenu du rendement isentropique de la turbine (η
is
= 85 %), on obtient en fin de la
détente réelle :
h
b'
= 2186,3 kJ/kg ; x
b'
= 0,8531 ; s
b'
= 7,290 kJ/K.kg
D'où le travail produit par la turbine :
W = n (h
a
- h
b'
) = 112 (3432,7 - 2186,3) = 139605 kJ/atkg de C
En fin de détente, la vapeur possède encore l'exergie :
E
c
= n [(h
b'
-h'
o
)-T
o
(s
b'
-s'
o
)]
= 112 [(2186,3 - 63) - 288,15 (7,290 - 0,224)] = 9783 kJ/atkg de C
Cette exergie que possède encore la vapeur à l'échappement de la turbine, représente la perte
d'exergie au condenseur.
Par ailleurs, la perte d'exergie par irréversibilité de la détente est égale à la différence entre l'
exergie initiale et finale de la vapeur, diminuée du travail produit :
(E
v
- E
c
) - W = (173947 - 9783) -139605 = 24559 kJ/atkg de C
Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6.6
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.14
Cycle à soutirage et à resurchauffe
Le cycle que nous considérons à présent conserve les caractéristiques du cycle étudié au
paragraphe précédent. Il comporte cependant en plus une resurchauffe effectuée sous la pression de
30 bar jusqu'à la température de 540
°
C; en outre, il possède un soutirage à la pression de 6 bar.
D'ailleurs, le réchauffage de l'eau d'alimentation jusqu'à t
k
= 158,8°C (température de saturation
pour 6 bar), oblige à relever la température atteinte par les gaz à la sortie de la chaudière. Compte
tenu des exigences de l'échange calorifique, nous admettrons que les gaz quittent l'économiseur à la
température de 250°C. Toutefois, grâce à l'emploi d'un réchauffeur d'air, on conservera une
température de 120
°
C à la cheminée.
En nous référant au cycle étudié au paragraphe précédent, nous pouvons y reprendre les
résultats suivants qui restent valables ici;
- exergie du combustible : E
1
= 410030 kJ/atkg de C
- enthalpie des gaz à 120
°
C : H
f
= 26179 kJ/atkg de C
- exergie des gaz à 120
°
C (cheminée) : E
f
= 3401 kJ/atkg de C
Préchauffage de l'air
On a calculé précédemment que l'enthalpie des gaz était H
120
= 26179 kJ à la température
de 120°C. On obtient d'ailleurs par interpolation dans le tableau 6.3, une enthalpie H
250
= 55620 kJ
à 250°C. La différence entre ces deux enthalpies, soit 29501 kJ représente la chaleur cédée à l'air
comburant lors du préchauffage à partir de la température ambiance (15°C).
A partir des propriétés thermodynamique des gaz de l'air (disponibles en annexe), on calcule
aisément l'enthalpie des 7,14 kmol d'air comburant à toute température. En particulier, pour 15°C,
on trouve :
H = -2070 kJ
Tableau 6.6 : Bilan exergétique du cycle simple non idéal
ACTIF : exergie du combustible 410030 kJ 100%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 146710 kJ 35,8%
irréversibilité de la transmission 85972 kJ 21,0%
travail utile 139605 kJ 34,0%
irréversibilité de la détente 24559 kJ 6,0%
perte d'exergie au condenseur 9783 kJ 2,4%
perte d'exergie à la cheminée 3401 kJ 0,8%
Rendement exergétique W / E1 34,0%
Rendement thermique W / P 35,5%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.15
Par approximation successives, on recherche la température de l'air préchauffé, pour laquelle
l'enthalpie est égale à 29501-2070 = 27431 kJ
On en déduit que la température de l'air préchauffé est de 155,4 °C
On calcule aisément les grandeurs thermodynamiques relatives à l'air, tant dans l'état de
référence qu'à 155,4°C (pour 7,14 kmol d'air). On en déduit aussi l'exergie de l'air préchauffé:
T °C H S H-H° S-S° E (kJ)
15 -2070 23,461 0 0,000 0
155,4 27431 106,777 29501 83,316 5494
En se référant au tableau 6.3, on obtient l'exergie des gaz de combustion à 250°C et à 120°C,
on en déduit l'exergie cédée par les gaz au réchauffeur d'air :
∆E
gaz
= 14239 - 3401 = 10838 kJ/atkg de C
En fin de compte, on obtient la perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique au
réchauffeur d'air, en soustrayant l'exergie de l'air préchauffé de l'exergie que les gaz y ont cédée, soit
:
∆E
gaz -
E
air
= 10838 - 5494 = 5344 kJ/atkg de C
Irréversibilité de la combustion
L'enthalpie de l'air préchauffé à 155,4°C vient s'ajouter au pouvoir calorifique du combustible.
Comme cette énergie a exclusivement servi à échauffer les gaz de combustion, ceux-ci sont portés à
la température adiabatique de combustion. La valeur de cette température se calcule comme exposé
au chapitre 2. Elle s'élève à 1665°C. L'exergie correspondante des gaz de combustion s'obtient de
la même manière, elle vaut pour 1665°C : E
2
= 288265 kJ/atkg de C.
La perte par irréversibilité de la combustion est égale à la somme des exergies du combustible
et de l'air préchauffé, diminuée de l'exergie des gaz à 1665°C, soit :
E
1
+ E
air
- E
2
= 410030 + 5494 - 288265= 127259 kJ/atkg C
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.16
Etude de la détente
Le cycle étudié est représenté
sur le diagramme entropique à la
figure 6.7. Nous adopterons, pour
chacune des trois détentes partielles
AI', LJ' et J'B' un rendement
isentropique égal à 85 %.
Dans ces conditions, on peut
calculer en utilisant les tables
thermodynamiques de la vapeur
d'eau, ou plus simplement à l'aide du
diagramme de Mollier, les enthalpies,
les entropies et partant les exergies
de la vapeur aux différents points
caractéristiques du cycle.
On trouve :
Etat point T
°C
P
(bar)
X
(-)
H
(kJ/kg)
S
kJ/K/kg)
Ex
(kJ/kg)
Ambiance (référence) O 15,0 0,017 0,000 62,96 0,224 0,0
Vapeur ex chaudière A 540,0 140 1,000 3432,68 6,529 1552,8
Isentropique 1 I 298,2 30 1,000 2987,93 6,529 1108,1
Détente réelle 1 I' 324,9 30 1,000 3054,64 6,644 1141,9
Resurchauffe L 540,0 30 1,000 3546,65 7,348 1431,0
Isentropique 2 J 293,4 6,0 1,000 3047,44 7,348 931,8
Détente réelle 2 J' 329,3 6,0 1,000 3122,32 7,476 969,8
Vap sat 6 bar V 158,9 6,0 1,000 2756,73 6,760 810,4
Liq sat 6 bar K 158,9 6,0 0,000 670,75 1,932 115,7
Isentropique 3 B 29,0 0,040 0,876 2252,31 7,476 99,8
Détente réelle 3 B' 29,0 0,040 0,930 2382,81 7,908 105,8
Vap sat condenseur 29,0 0,040 1,000 2553,51 8,473 113,7
Liq sat condenseur C 29,0 0,040 0,000 121,39 0,422 1,3
Déterminons. tout d'abord la production spécifique de vapeur n, c'est-à-dire le nombre de kg
de vapeur produite par la combustion de 1 atkg de carbone :
- chaleur cédée par les gaz de combustion à la vapeur (entre 1665 et 250°C)
Q = 426511-55680 = 370831 kJ/atkg C
- chaleur fournie à 1 kg de vapeur :
q = (h
a
- h'
k
)+(h
1
-h
i'
) = (3432 - 670,7) + (3546,6 - 3054,6) = 3254 kJ/kg
d'où n = Q : q = 114 kg/atkg de C
600
S(J/kg/K)
0
100
200
300
400
500
0 2 4 6 8
T°C
0.017 bar, 15°C
140 bar
C
A L
B
K
I
I’
J
J’
V
B’
P
Figure 6.7 : cycle réel avec resurchauffe et soutirage
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.17
Déterminons ensuite la fraction a du débit de vapeur qui continue la détente après le soutirage;
par le bilan calorifique de ce soutirage, on obtient :
a =
h h
h h
J' K
J' C


·


·
3122 670 7
3122 121 4
0 817
,
,
,
On obtient finalement le travail effectué par la turbine :
- pour la détente AI' : W' = n (h
a
- h
i'
) = 114 (3432 - 3055) = 43083 kJ
- pour la détente LJ' : W" = n (h
1
- h
j'
) = 114 (3546 - 3122) = 48358 kJ
- pour la détente J'B' : W"' = α.n (h
j'
- h
b'
) = 0,8169 x 114 (3122 - 2383) = 68849 kJ
d'où, au total : W = W' + W" + W" ' = 160290 kJ/atkg de C
(soit 39,1 % de l'exergie du combustible E1).
On obtient, d'autre part, la perte d'exergie par irréversibilité de la détente :
- pour la détente AI' =∆E' = n (ea - ei') - W'
= 114 (1552,8 - 1141,9) - 43083 = 3747 kJ/atkg de C
(soit 8% de la chute d'exergie disponible)
- pour la détente LJ' : ∆E" = n (e
1
- ej) - W"
= 114 (1431-969,8) - 48358 = 4208 kJ/atkg de C
(soit 8% de la chute d'exergie disponible)
- pour la détente J'B': ∆E"' = α . n (e
j'
- e
b'
) - W"'
= 0,8169 x 114 (969,8 - 105,8) - 68849 = 11588 kJ/atkg de C
(soit 14,4% de la chute d'exergie disponible
d'où, au total : ∆E = ∆E' + ∆E" + ∆E"' = 19542 kJ/atkg de C ou 10,9 % de la somme des
chutes d'exergie disponible. (soit 4,8 % de l'exergie du combustible E1).
La condensation de la vapeur ayant lieu sous une température supérieure à celle de
l'ambiance. il en résulte la perte d'exergie au condenseur, soit :
E
cond
= α . n. e
b'
= 0,8169 x 114 x 105,8 = 9851 kJ
(soit 2,4 % de l'exergie du combustible E1).
La perte par irréversibilité de l'échange calorifique au soutirage est égale à l'exergie de la
vapeur en fin de détente LJ', diminuée des termes suivants :
- le travail produit lors de la détente J'B', soit W"'
- la perte par irréversibilité correspondante, soit ∆E"'
- la perte d'exergie au condenseur, soit E
cond
- l'exergie de l'eau d'alimentation préchauffée, soit n.e'
k
On obtient ainsi la perte par
irréversibilité au soutirage :
∆E
sout
= n.e
j'
- W"' - ∆E"' - E
cond
- n.e'
k
= 114 x 969,8 - 68449 - 11588 - 9851 - 114 x 115,7 = 7043 kJ/atkg de C
(soit 1,7 % de l'exergie du combustible E1).
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.18
La perte par irréversibilité de la transmission calorifique au soutirage peut encore être
déterminée par une autre voie, d'ailleurs d'une portée plus générale. Il s'agit en effet d'un échange
calorifique dont la perte d'exergie est égale à la différence entre l'exergie cédée par la condensation
de la vapeur saturée et l'exergie reçue par l'eau réchauffée, soit :
∆E
*
sout

= n [(1 - α) . (e
j'
- e'
k
) - α (e'k - e'c)]
= 114 [ 0,1831 (969,8-115,7) - 0,8169 (115,7-1,3)] = 7162 kJ/atkg de C
Il convient de signaler que le résultat obtenu de cette manière présente, pour le problème
traité, un petit écart par rapport au résultat obtenu par la première méthode. Cet écart est imputable
à certaines hypothèses simplificatrices, essentiellement l'assimilation de la courbe d'échauffement
isobare de l'eau, à la courbe de saturation. L'application de cette seconde méthode conduit
finalement à faire passer dans le bilan exergétique, la perte d'exergie au soutirage de 1,72 % à 1,75
%.
Irréversibilité de la transmission
La perte par irréversibilité de la transmission s'obtient en soustrayant de l'exergie E
2
des gaz
de combustion à 1665
°
C, les termes suivants :
- le travail produit,
- la perte par irréversibilité de la détente,
- la perte par irréversibilité au soutirage,
- la perte d'exergie au condenseur,
- l'exergie des gaz sortant de l'économiseur (à 250°C) ;
d'où il vient :
∆E
tr
= 288265 - 1160290 - 19542 - 7043 - 9851 - 14239 = 77298 kJ/atkg de C
(soit 18,8 % de l'exergie du combustible E1).
On peut présenter une synthèse de ces résultats dans le tableau 6.7 :
Tableau 6.7 : Bilan exergétique du cycle non idéal avec soutirage et resurchauffe
ACTIF : exergie du combustible 410030 kJ 98,7%%
exergie du comburant 5494 kJ 1,3%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 127259 kJ 30,6%
irréversibilité de la transmission 77298 kJ 18,6%
travail utile 160290 kJ 38,6%
irréversibilité de la détente 19542 kJ 4,7%
irréversibilité au soutirage 7043 kJ 1,7%
perte d'exergie au condenseur 9852 kJ 2,4%
exergie fournie au comburant 5494 kJ 1,3%
irréversibilité au réchauffeur d'air 5344 kJ 1,3%
perte d'exergie à la cheminée 3401 kJ 0,8%
Rendement exergétique W / E1 39,1%
Rendement thermique W / P 40,7%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.19
Conclusions
L'étude du cycle théorique a fait apparaître deux irréversibilités fondamentales dont l'une
affecte la combustion et dont l'autre affecte l'échange calorifique à la chaudière. Lorsqu'on passe à
l'analyse du cycle réel, on doit prendre en considération de nouvelles irréversibilités qui concernent
notamment la détente, le soutirage éventuel, le condenseur et enfin le rejet des fumées dans
l'atmosphère.
La détente de la vapeur dans la turbine est accompagnée de pertes d'exergie qui résultent du
frottement de ce fluide contre les organes de la machine et de la turbulence qui règne au sein de
l'écoulement. C'est la raison pour laquelle le travail produit par la turbine est inférieur à la chute
d'exergie de la vapeur se détendant entre l'admission et l'échappement. Cet écart représente du reste
la perte d'exergie associée à la transformation.
La perte d'exergie au condenseur provient de la chute de température existant entre la
température de condensation et la température du réfrigérant, égale à l' ambiante. On constate que
cette perte d'exergie est faible et quasiment négligeable.
A moins de disposer d'un générateur de vapeur d'une surface d'échange infinie, ce qui est
évidemment exclu en pratique, on ne peut espérer épuiser toute la chaleur disponible dans les gaz de
combustion. D'ailleurs, le danger de corrosion par les produits d'oxydation du soufre en présence
d'eau condensée, fait renoncer à la recherche de températures très basses à la cheminée. Ceci
justifie le choix d'une température de 120
°
C en cet endroit. En cas de chauffe au gaz naturel, il est
possible d'abaisser la température de rejet à 90-95°C sans risque de corrosion. Pour l'exemple
étudié, la perte d'enthalpie à la cheminée s'élève à 5,4 % de la variation d'enthalpie entre la
température adiabatique de combustion et la température ambiante. Cependant le faible niveau de
température en cause explique que la perte exergétique correspondante n'est que de 0,8 % (table
6.7).
Pour atteindre une température relativement basse à la cheminée, il est nécessaire de disposer
d'une source suffisamment froide pour valoriser la chaleur à bas potentiel. Ceci n'est généralement
possible qu'en ayant recours à un réchauffeur d'air, particulièrement si l'eau est préchauffée par des
soutirages et ne peut donc échanger avec les fumées à basse température. Pour limiter
l'encombrement de cet échangeur du type gaz-gaz, on est obligé d'adopter un écart relativement
grand entre les températures moyennes des deux fluides. Il en résulte une perte par irréversibilité de
1,3 %.
L'impossibilité de réaliser pratiquement un soutirage continu oblige à recourir au soutirage
classique. Il en résulte une perte d'exergie due à l'irréversibilité de l'échange calorifique entre la
vapeur soutirée qui se condense à température constante et le condensat qui est progressivement
réchauffé. Cette irréversibilité thermique avait déjà été analysée dans l'étude du cycle théorique et
nous en avions déjà conclu que cette irréversibilité pouvait être réduite par l'augmentation du nombre
des soutirages.
La resurchauffe est au même titre que les soutirages, un procédé d'amélioration du rendement
thermique de l'installation; il passe ainsi de 35,5 % à 40,7 % entre les deux exemples d'application
précédents. Cependant, la resurchauffe permet en outre de profiter de l'avantage d'une pression de
vapeur vive élevée, tout en limitant les inconvénients résultant d'une humidité excessive en fin de
détente de la vapeur. Ceci permet de conserver un bon rendement de la turbine en fin de détente, et
donc limite les irréversibilités associées à la transformation en travail.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.20
Dans l'analyse qui précède, nous avons supposé que la combustion s'effectuait d'une manière
adiabatique et que les gaz étaient ensuite soumis à l'échange calorifique avec le fluide moteur. Cette
démarche essentiellement théorique, présente les avantages suivants :
1) La température du foyer est définie sans ambiguïté.
2) La conception du générateur de vapeur n'influence en rien le bilan exergétique.
3) Les irréversibilités de la combustion et de la transmission sont traitées séparément.
4) Les influences des resurchauffe et soutirage sur les irréversibilités précitées peuvent être
clairement analysées.
Cependant, la réalité est, selon les cas, plus ou moins éloignée de cette situation théorique,
particulièrement dans les chaudières à rayonnement où la chaleur rayonnée par la flamme est
absorbée par les écrans vaporisateurs du foyer. Il s'ensuit une redistribution de la perte d'exergie
entre la combustion et la transmission calorifique, mais il reste que l'ensemble de ces deux
composantes, c'est-à-dire en définitive la perte d'exergie à haute température, reste inchangée.
L'analyse détaillée de cette perte d'exergie globale doit alors être traitée, cas par cas, en suivant
notamment les évolutions de la température des gaz et de celle du fluide moteur, telles qu'elles
résultent de la conception particulière du générateur de vapeur.
En résumé, dans ce qui précède, nous nous sommes limités, pour des raisons de clarté et de
concision, à analyser un cycle fortement simplifié, le nombre de soutirage étant notamment réduit à
l'unité. Au cours des travaux pratiques, on aura l'occasion d'analyser des exemples de procédés
réels, où ces approximations ne seront pas réalisées.
CYCLES BINAIRES
Généralités
Sur le diagramme représenté à la figure 6.8, on a porté en abscisse la quantité de chaleur
échangée, et en ordonnée la température. L'oblique SO y représente le refroidissement des gaz de
combustion au cours de l'échange calorifique tandis que la ligne OWVA représente l'échauffement
de l'eau, sa vaporisation ainsi que la surchauffe de la vapeur. L'irréversibilité de cet échange étant
une fonction croissante de la différence d'ordonnées entre les deux courbes, il apparaît que le palier
de vaporisation joue un rôle néfaste en ce qui concerne cette irréversibilité. Ce point avait du reste
déjà été mis en évidence dans un précédent chapitre . On peut chercher à réduire la perte d'exergie
correspondante en ayant recours à un cycle binaire qui, dans la version la plus ancienne, associe au
cycle à vapeur d'eau, un cycle à vapeur de mercure : la chaleur libérée par la condensation du
mercure produit la vaporisation de l'eau. L'échauffement du mercure et sa vaporisation étant
représentés par le tracé WXY sur le diagramme de la figure 6.9, la combinaison de ce tracé avec
celui qui correspond à l'échauffement de l'eau (OW) et à la surchauffe de la vapeur d'eau (VA),
annonce une réduction de l
'
irréversibilité relative à la transmission calorifique entre le gaz et les deux
fluides moteurs; c'est ce que nous nous proposons de vérifier quantitativement.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.21
Etude du cycle binaire
Calcul du travail
Le cycle de Hirn effectué par la vapeur d'eau est représenté par le tracé OWVABO (fig. 6.9);
le cycle de Rankine à vapeur de mercure qui lui est associé, correspond au tracé WXYZW.
Comme précédemment, nous supposons pour l'eau que la condensation s'effectue à la
température de 15
°
C et que la vapeur vive est surchauffée à 540°C. En revanche, le procédé n'étant
pleinement efficace que dans le cas d'un palier de vaporisation étendu, nous limiterons la pression de
vaporisation de l'eau à 40 bar. Dans ces conditions, la température de saturation sera de 250
°
C, ce
qui fixe, dans l'hypothèse d'un échange calorifique réversible, la température de condensation de la
vapeur de mercure à cette même valeur, il en résulte alors une pression de condensation de 0,98 bar
pour ce fluide.
La pression de vaporisation du mercure est fixée par la condition selon laquelle le point X qui
caractérise l'état de liquide saturé (mercure) se trouve sur la courbe de refroidissement des gaz, car
la courbe d'échauffement ne peut évidemment recouper cette courbe. Comme on le vérifiera, la
pression de 7,85 bar satisfait à cette condition.
On recherche les propriétés du mercure pour les points limites du cycle, tant pour le mercure
que pour l'eau :
1 kg Hg T °C P(bar) X(-) H(kJ) S(kJ/K) Ex(kJ)
ref 0 15 1 0,000 2,07 0,0074 0,00
liq 7,85 bar X 496 7,85 0,000 69,46 0,1440 28,02
vap 7,85 bar Y 496 7,85 1,000 360,90 0,5230 210,26
liq 0,98 bar W 250 0,98 0,000 34,54 0,0892 8,90
Q
T
S
X Y
Z
A
V
W
O
Figure 6.8 : illustration d'un cycle binaire
0
100
200
300
400
500
600
0 2 4 6 8 10
S(J/kg/K)
T°C
O
A
B
V
Y
Z
X
W
Figure 6.9 : cycle eau-mercure
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.22
vap 0,98 bar 250 0,98 1,000 333,70 0,6615 143,15
fin dét. is. Z 250 0,98 0,758 261,30 0,5230 110,66
1 kg H2O T °C P(bar) X(-) H(kJ) S(kJ/K) Ex(kJ)
liq cond 0 15, 0,017 0,000 63,0 0,2244 -0,1
liq 40 b W 250, 40 0,000 1087,3 2,7964 283,1
vap 40 b V 250, 40 1,000 2800,7 6,0691 1053,5
surch A 540, 40 1,000 3536,9 7,2057 1462,2
fin det is B 15 0,017 0,816 2074,3 7,2057 -0,5
Pour la détente isentropique YZ du mercure, connaissant les propriétés du liquide et de la vapeur à
saturation, on calcule facilement la valeur de l'enthalpie finale, soit h
z
= 261,3 kJ/kg.
La chaleur cédée par la condensation du mercure est :
h
z
- h'
w
= 261,3 - 34,54 = 226,8 kJ/kg
Par suite, la vaporisation d'un kilogramme d'eau requiert l'utilisation dans le second cycle d'une
masse de mercure égale à :
1 = (h"
v
- h'
w
)
H20
: (h
z
- h'
w
)Hg = 7,556 kgHg/kgH20
Déterminons les quantités de chaleur cédées par les gaz au cours des différentes phases, en les
rapportant au kg d'eau :
- échauffement de l'eau : (h'
w
- h'
o
)
H20
= 1087 - 63 = 1024 kJ/kgH20
- surchauffe de la vapeur : (h
a
- h"
v
)
H20
= 3536 - 2800 = 736 kJ/kgH2
- échauffement et vaporisation du mercure :
1 (h"
y
- h'
w
)
Hg
= 7,555 x (360,9 - 34,54) = 2465 kJ/kgH2O
D'où pour l'ensemble des deux cycles :
q = 1024 + 736 + 2465 = 4226 kJ/kgH20
Le quotient de la chaleur disponible dans le combustible, par cette chaleur q, donne la
production spécifique de vapeur d'eau (en supposant que les gaz de combustion sont rejetées à une
température égale à celle de l'ambiance, soit 15°). Comme la variation d'enthalpie des fumées entre
la température adiabatique de combustion et 15°C est de 393800 kJ/kg C, on en déduit le débit
d'eau vaporisé par kg de combustible :
m = 393800 : 4226 = 93,17 kg/atkg de C
D'après ce qui précède, le pourcentage de la chaleur disponible q, consacré à l'échauffement
de l'eau, est égal à :
(h'
w
- h'
o
)
H20
: q = 1024 : 4226 = 24,2 %
ce qui fixe l'abscisse du point W sur le diagramme (fig. 6.8), son ordonnée étant donnée par la
température de saturation de l'eau à la pression de 40 bar, soit 250°C
Le pourcentage de la chaleur disponible, utilisé par l'échauffement de l'eau et celui du mercure
est égal à :
[(h'
w
- h'
o
)H20 + (h'
x
- h'
w
)
Hg
. 1] : q
= [(1087 - 63) + (69,46 - 34,54) x 7,556] : 4226 = 30,5 %
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.23
ce qui fixe l'abscisse du point X dont l'ordonnée est donnée par la température de saturation
du mercure pour la pression de 7,85 bar, soit 496°C
L'ordonnée du point S étant égale à 1560
°
C (température adiabatique de combustion) et son
abscisse égale à q, on vérifie aisément que le point X se situe pratiquement sur la courbe OS,
représentant le refroidissement des gaz de combustion, tandis que le point W lui est inférieur. La
condition de non recoupement de la courbe de refroidissement des gaz par les courbes
d'échauffement des fluides moteurs est donc vérifiée avec une approximation satisfaisante.
Le travail du cycle de Rankine effectué par le mercure est égal à l'enthalpie reçue de la source
chaude (W-Y) diminuée de l'enthalpie cédée à la source froide (Z-W) :
W
Hg
= m.l [(h"
y
- h'
w
) - T
w
(s"
y
- s'
w
)]
Hg
= 93,17 x 7,556 [(360,9 - 34,54) - 523,2 (0,5230 - 0,0892)] = 70119 kJ
Le travail du cycle de Hirn effectué par l'eau vaut
W
H20
= m [(h
a
- h'
o
) - T
o
(s
a
- s'
o
)]
H20
= 93,17 [(3537 - 63) - 288,15 (7,2057 - 0,2244)] = 136279 kJ
Le travail de détente total vaut :
W=W
Hg
+W
H20 =
70119+136279 = 206398 kJ/atkg de C
Irréversibilité de l'échange calorifique
Comme dans les cas précédents, l'exergie des gaz de combustion est de 263320 kJ pour la
température adiabatique de combustion de 1560°C. La perte d'exergie par irréversibilité de la
combustion est encore égale à 146710 kJ/atkg de C.
La perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique entre d'une part les gaz, d'autre
part l'eau et le mercure, s'obtiendra en soustrayant le travail de détente total, de l'exergie des gaz,
soit :
E
2
- W = 263320 - 206398 = 56922 kJ/atkg de C
Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6.8
Tableau 6.8 : Bilan exergétique du cycle binaire eau-mercure
ACTIF : exergie du combustible 410030 kJ 100%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 146710 kJ 35,8%
irréversibilité de la transmission 56922 kJ 13,9%
travail de détente (eau) 136279 kJ 33,2%
travail de détente (mercure) 70119 kJ 17,1%
Rendement exergétique W / E1 50,3%
Rendement thermique W / P 52,4%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.24
Conclusions
Nous avons étudié au début de ce chapitre (tableau 6.1) le cycle de Hirn à vapeur d'eau
utilisant les mêmes conditions de combustion et de condensation que le cycle binaire étudié ci-
dessus. Nous constatons ainsi que lorsqu'on passe du cycle de Hirn au cycle binaire, les rendements
tant thermique qu'exergétique augmentent de façon remarquable, à savoir de 46,1 % à 52,4 % pour
le premier et de 44,3 à 50,3 % pour le second.
Une telle amélioration résulte essentiellement de la diminution (de 20 à 13,9 %) de la perte par
irréversibilité de la transmission. En effet, dans le cas du cycle binaire, la présence d'un palier de
vaporisation à haute température entraîne un relèvement important de la température moyenne
intégrée relative à l'ensemble des deux fluides moteurs. Le cycle binaire apparaît ainsi, au même titre
que les soutirages et les resurchauffes, comme constituant un procédé permettant de réduire
l'irréversibilité de la transmission.
On notera que le travail produit par la vapeur d'eau dans le cycle binaire est sensiblement
réduit parce qu'on a adopté pour le cycle à vapeur d'eau correspondant une pression de
vaporisation peu élevée. Cependant, cette diminution est très largement compensée par l'important
travail produit par la vapeur de mercure.
Si le cycle binaire mercure-eau a été abandonné après quelques rares applications aux Etats-
Unis, c'est en raison des progrès remarquables qui ont permis aux cycles à vapeur d'eau classiques
d'atteindre des rendements nets qui sont actuellement de l'ordre de 40 % (sur PCI) et qui, pour les
pressions de vapeur vive actuellement utilisées, conduisent à des paliers de vaporisation trop peu
étendus pour s'adapter efficacement à la combinaison des deux cycle
Le meilleur cycle serait celui pour lequel l'échange calorifique avec la source chaude se ferait à
une température constante et très élevée. En fin de compte, on en reviendrait ainsi au cycle de
Carnot.
En conséquence, il faudrait disposer d'un fluide moteur possédant un large palier de
vaporisation pour une température maximale du cycle. Un tel fluide existe sous l'espèce du soufre
dont la température de saturation est, par exemple de 750
°
C pour la pression de 24 bar.
Cependant, comme ce fluide est inutilisable aux faibles températures, le cycle à vapeur de soufre
constituerait alors un cycle à haute température auquel serait associé un cycle à basse température
fonctionnant à la vapeur d'eau. Bien que le cycle soufre-eau n'ait encore jamais été réalisé, il a fait
l'objet de recherches et selon ses promoteurs, il pourrait atteindre un rendement de 55 % .
Lorsque dans des conditions climatiques particulières
,
on dispose d'eau de refroidissement
très froide, il est avantageux pour le rendement de prolonger la détente de la vapeur aussi loin que
possible. Toutefois, eu égard aux très grands volumes massiques de la vapeur détendue, on se
heurte à la limitation de la section d'échappement de la turbine. Cette difficulté pourrait être éludée
par l'utilisation d'un "cycle de queue" effectué par un fluide bien adapté aux températures voisines de
la température ambiante, tel que notamment l'ammoniac. Dans ces conditions, la chaleur nécessaire à
l'échauffement et principalement à la vaporisation de l'ammoniac, est fournie par la condensation de
la vapeur d'eau dans le "cycle de tête" associé, la température de cette condensation ayant par
ailleurs été relevée à une valeur judicieusement choisie. Toutefois, la réduction de la perte d'exergie
au condenseur, rendue possible par l'adjonction du cycle à vapeur d'ammoniac, se fait au prix d'un
échange calorifique intermédiaire qui constitue lui-même une source d'irréversibilité thermique.
Cependant, la perte d'exergie correspondant à cet échange est peu importante en raison des
conditions très favorables à l'échange calorifique, à savoir deux fluides à température constante et
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.25
d'excellents coefficients de transmission par convection (condensation et vaporisation), ce qui
permet en fin de compte d'utiliser une très faible différence de températures.
On peut se demander si le choix de la température de coupure t
c
, c'est-à-dire le niveau de
température auquel correspond l'échange calorifique entre les deux fluides moteurs, est indifférent.
Pour répondre à cette question, il faut se reporter au chapitre 3, où l'on a montré que pour une
valeur donnée de la différence de températures correspondant à l'échange conducto-convectif, la
chute d'exergie est approximativement inversement proportionnelle à T
c
(où T
c
= t
c
+ 273). Il
s'ensuit que lorsque la température de coupure s'élève, il y a diminution de la perte d'exergie relative
à l'échange calorifique mercure-eau.
Dans le cas idéal où l'écart de température de l'échange calorifique mercure-eau tend vers
zéro, c'est-à-dire dans le cas de la réversibilité, le cycle binaire est équivalent au cycle unique
OWXYZABO parcouru par un seul et même fluide; la détente serait alors divisée en deux parties
séparées par une surchauffe intermédiaire.
CYCLE AVEC DOUBLE PRESSION DE VAPEUR VIVE
Généralités
Pour étudier le cycle avec double pression de vapeur vive, nous considérons une application
classique de ce procédé, à savoir celle qui concerne les centrales nucléaires dont le réacteur est
refroidi par un fluide caloporteur gazeux (telle que la filière Magnox, qui fut développée en Grande-
Bretagne) .
Nous avons étudié dans la première partie de ce chapitre le cycle réel d'une centrale
thermique à vapeur, toutefois fortement simplifié de manière à assurer la clarté ainsi que la concision
de l'exposé. C'est dans la même perspective que nous développerons ci-après, l'étude du cycle réel
mais simplifié de la centrale d'Oldbury appartenant à la filière précitée.
Etude du cycle simple
Le réacteur nucléaire est refroidi par du
dioxyde de carbone sous pression. Sachant
que la température de l'uranium métallique
utilisé ne peut dépasser 660
°
C (point de
transformation du métal), on est conduit à
limiter la température de ce gaz caloporteur à
412
°
C, compte tenu des exigences de
l'échange calorifique. Par ailleurs, pour le débit
optimal de gaz, la température inférieure de
celui-ci a été fixée à 245°C.
La figure 6.10 illustre les profils de
température des deux fluides dans le procédé.
Q
T
O
245
412
T
M
D
Figure 6.10 : Température des cycles CO2 et
vapeur
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.26
On calcule aisément les grandeurs thermodynamiques relatives au CO
2
au moyen des données
de l'annexe 1. Les points caractéristiques du
cycle sont représentés dans le tableau ci-
contre.
La chaleur fournie par le réacteur à
chaque kilomole de CO
2
est :
Q = H
412
- H
245
= 17359 - 9511 = 7848 kJ
La fission nucléaire permet d'atteindre des températures extrêmement élevées, en cas
d'explosion nucléaire par exemple; on peut en conclure que l'exergie du combustible nucléaire est
pratiquement égale à la quantité de chaleur qu'il dégage, soit ici :
E 1 = 7848 kJ
Lors de son échauffement de 245°C à 412°C, le dioxyde de carbone a reçu l'exergie :
E
2
= (H
412
- H
245
) - T
0
(S
412
- S
245
)
=(17359 - 9511) - 288,15 (37,158 - 24,055) = 4073 kJ
La perte d'exergie au réacteur est égale à l'exergie du combustible nucléaire, diminuée de
l'exergie reçue par le gaz :
E
1
- E
2
= 7848 - 4073 = 3775 kJ
La pression de vapeur vive est limitée par
la condition de réaliser un échange calorifique
suffisamment efficace entre le gaz caloporteur et
le fluide moteur. Nous vérifierons par après que
pour une pression de vapeur égale à 50 bar, le
"pincement de température" TM (fig. 6.10) qui
se situe au début du palier de vaporisation, est
de l'ordre d'une cinquantaine de degrés.
Précisons tout d'abord que la vapeur vive
est saturée à la pression de 50 bar et que la
condensation s'effectue sous la pression de 0,04
bar. La figure 6.11 identifie les points
représentatifs du cycle, pour lesquels les
propriétés de la vapeur sont :
On en déduit la production spécifique de vapeur :
T °C 15 245 412 311,3
H 9143 18653 26502 21687
S 156,47 180,52 193,62 186,03
H-H° 9511,0 17359 12544
S-S° 24,055 37,158 29,561
Ex 2579 6652 4026
S
B
T
B’
M
A
C
Figure 6.11 : cycle simple
T °C P(bar) X(-) H(kJ) S(kJ/K) Ex(kJ)
référence 15,0 1,013 0,0000 63,1 0,2244 0,0
condensat 29,0 0,040 0,0000 121,5 0,4229 1,3
vap sat condenseur 29,0 0,040 1,0000 2553,6 8,4720 114,0
50 bar Vsat 264,0 50,000 1,0000 2793,8 5,9727 1074,4
50 bar Lsat 264,0 50,000 0,0000 1154,2 2,9203 314,4
fin détente isentropique 29,0 0,040 0,6895 1798,2 5,9727 78,8
fin détente réelle 29,0 0,040 0,7509 1947,6 6,4670 85,7
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.27
n =
Q
h" h'
2,94 kg / kmol CO
a c
2

·

·
7848
2794 121 5 ,
Le bilan calorifique de l'échange relatif à la vaporisation permet de calculer l'enthalpie du CO
2
au point T :
H
t
= H
d
- n (h"
a
- h'
m
) = 17359 - 2,94 (2794 - 1154) = 12544 kJ
On en déduit, par interpolation dans la table des enthalpies du CO
2
ou par résolution
numérique de l'équation H
CO2
(t
T
)= 12544, la température t
T
= 311,3°C, valeur qui dépasse de
47,3°C la température de saturation de la vapeur vive et qui est donc acceptable.
Pour le cycle à vapeur considéré (fig. 6.11) et pour un rendement isentropique de détente égal
à 85 %, on calcule facilement l'état de la vapeur à la sortie de la turbine, soit :
h
b'
= 1947 kJ/kg et s
b'
= 6,467 kJ/K.kg
Le travail produit par la turbine s'écrit :
W = n (h"
a
- h
b'
) = 2,94 x (2794 - 1947) = 2486 kJ
L'exergie de la vapeur vive vaut :
E
v
= n [(h"
a
- h'
o
) - T
o
(s"
a
- s'
o
) ]
= 2,94 [(2794 - 63) - 288,2 ( 5,973 - 0,2244)] = 3155 kJ
La perte d'exergie au condenseur est égale à l'exergie de la vapeur détendue, soit :
E
cond
= n [(h
b'
- h'
o
) - T
o
(s
b'
- s'
o
)]
= 2,94 [(1947 - 63) - 288,2 (6,467 - 0,2244)] = 251,7 kJ
La perte d'exergie par irréversibilité de la détente est égale à la différence entre les exergies
initiale et finale de la détente, diminuée du travail de la turbine :
(E
v
- E
cond
) - W = (3155 - 251,7) - 2486 = 418,3 kJ
La perte d'exergie par irréversibilité de l'échange gaz-vapeur, est égale à l'exergie reçue par le
gaz caloporteur diminuée des trois termes suivants : le travail de la turbine, l'irréversibilitê de la
détente, la perte d'exergie au condenseur, c'est-à-dire :
4073 - (2485 + 418,3 + 251,7) = 917,5 kJ
En collectant ces résultats, on dresse le bilan exergétique du tableau 6.9
Tableau 6.9 : Bilan exergétique du cycle simple CO2-eau
ACTIF : exergie du combustible nucléaire 7848 kJ 100%
PASSIF : irréversibilité au réacteur 3775,6 kJ 48,1%
irréversibilité de la transmission 917,6 kJ 11,7%
travail de la turbine 2485,4 kJ 31,7%
irréversibilité de la détente 418,3 kJ 5,3
perte d'exergie au condenseur 251,7 kJ 3,2%
Rendement exergétique W / E1 31,7%
Rendement thermique W / P 31,7%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.28
Cycle à double pression de vapeur vive
On a vu précédemment que la nécessité d'assurer un écart de température suffisant entre le
gaz et la vapeur, entraînait une limitation de la pression de vapeur vive, préjudiciable au rendement
du cycle. L'effet néfaste de cette contrainte peut être atténué, comme nous allons le vérifier, par le
recours au cycle à double pression de vapeur vive.
En nous inspirant des caractéristiques de la centrale nucléaire d'Oldbury, nous adoptons pour
la partie à basse pression (BP) une pression de vapeur vive de 50 bar, et pour la partie à haute
pression (HP) une pression de vapeur vive de 100 bar, la pression de condensation étant de 0,04
bar. Pour simplifier, nous supposons encore qu'il n'y a pas de surchauffe.
Le cycle ayant seul été modifié, nous aurons encore comme au paragraphe précédent, pour 1
kmol de CO
2
:
- la chaleur dégagée par le réacteur : Q = 7848 kJ
- l'exergie du combustible nucléaire : E
1
= 7848 kJ
- l'exergie fournie au gaz caloporteur : E
2
= 4073 kJ
- la perte d'exergie au réacteur : E
1
- E
2
= 3575,6 kJ
Le cycle BP est identique au cycle unique étudié au paragraphe précédent. En ce qui
concerne le cycle HP, on dispose des propriétés thermodynamiques suivantes :
Q
T
O
245
412
T
M
D
S
M’
Figure 6.11 : profil de T, cycle à 2 pressions
0
100
200
300
400
0 2 4 6 8 S(J/kg/K)
T°C
50 bar
0.04 bar
E
A
F F’ B B’
C
M
M’
1-y
Figure 6.12 : diagramme T-S, cycle à 2 pressions
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.29
Imposons-nous encore entre les points T et M (fig. 6.11) une différence de températures
d'une cinquantaine de degrés et déterminons la fraction y du débit total qui parcourra le cycle HP, en
adoptant entre les points S et M' un écart de température du même ordre de grandeur. On obtient
ainsi la production spécifique de vapeur (fig. 6.12) :
( ) ( )
n =
Q
h" h' y + h" h' (1- y)
e c a c
− −
On adopte y = 0,6278 en première approximation, ce qui donne :
( ) ( )
n =
7848
0,6278 + (1- 0,6278)
= 2,9856
2724 1215 2794 1215 − − , ,
Le bilan calorifique de l'échange correspondant au refroidissement du gaz entre les points D
(t
d
= 412°C) et S s'écrit, si l'on se fixe en S une température égale à la température de saturation
(HP) augmentée de 50
°
C, soit t
s
= 311 + 50 = 361°C :
H
d
- H
s
= n . y . (h" - h')
HP
On en déduit une valeur corrigée de y :
( )
y =
H - H
n h" h'
= 0,6278
d s
HP HP

·


17359 14890
2 9856 2724 1407 , ( )
ce qui confirme la valeur y initialement choisie. On vérifiera sans peine qu'une itération par
substitution simple convergerait très rapidement vers la valeur correcte, si une autre valeur initiale
avait été choisie.
Le bilan calorifique de l'échange correspondant au refroidissement du gaz entre les points S et
T s'écrit :
H
s
- H
t
= n . [(l-y) . (h"-h')
BP
+ y . (h'
HP
-h'
BP
)]
d'où H
t
= 14890 - 2,9856 [(1-0,6278)X(2794-1154)+0,6278

(1407-1154)] = 12594 kJ
D'où par interpolation de la fonction enthalpie du dioxyde de carbone, on trouve t
t
=
312,4°C, ce qui correspond à un écart de température par rapport à la vaporisation de l'eau à 50
bar de :
Etat T °C P(bar) X(-) H(kJ) S(kJ/K) Ex(kJ)
Référence 15 1,01 0,000 63,1 0,2244 0,0
Condensat 29 0,04 0,000 121,5 0,4229 1,3
V condenseur 29 0,04 1,000 2553,6 8,4720 114,0
100 bar Liq.sat 311,03 100,00 0,000 1407,3 3,3593 440,9
100 bar Vap.sat 311,03 100,00 1,000 2724,5 5,6141 1108,4
Fin détente isentr 28,966 0,04 0,645 1689,9 5,6141 73,8
Fin détente réelle 28,966 0,04 0,709 1845,1 6,1278 81,0
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.30
∆t = 312,4 - 264 = 48,4°C
Nous admettrons que cet écart de température satisfait à la condition imposée, soit 50°C.
En adoptant pour les détentes un rendement isentropique de 85 %, on calcule aisément les
enthalpies et entropies finales :
h
f'
= 1845 kJ/kg et s
f'
= 6,128 kj/K.kg
h
b'
= 1947 kJ/kg et s
b'
= 6,467 kJ/K.kg
Le travail produit est égal à :
W
HP
= n. y.(h"
e
-h
f'
) = 2,9856 0,6278 (2728-1845) = 1449 kJ
W
MP
= n. (1-y). (h"
a
-h
b'
) = 2,9856 (1-0,6278) (2794-1947) = 940 kJ
W = 1449 + 940 = 2589 kJ
Calculons ensuite les exergies de la vapeur en début et en fin de chacune des deux détentes :
E
e
= n.y.[(h"
e
-h'
o
)-T
o
(s"
e
-s'
o
)] = 2078 kJ
E
f'
= n.y.[(h
f'
-h'
o
)-T
o
(s
f'
-s'
o
)] = 138 kJ
La chute d'exergie associée à la détente est : 2078-138 = 1940 kJ
La perte due aux irréversibilités est donc 1940-1449=291 kJ (15% de la chute d'exergie)
E
a'
= n. (1-y). [(h"
a
-h'
o
)-T
o
(s"
a
-s'
o
) ] = 1194 kJ
E
b'
= n. (1-y). [ (h
b'
-h'
o
)-T
o
(s
b'
- s'
o
)] = 95 kJ
La chute d'exergie associée à la détente est : 1194 - 95 = 1098 kJ
La perte due aux irréversibilités est donc 1098 - 940 = 158 kJ (14,4% de la chute d'exergie)
La perte au condenseur est égale à la somme des exergies en fin des deux détentes :
E
cond
= E
f'
+ E
b'
- = 138 + 95 = 233 kJ
La perte par irréversibilité des détentes, est égale à la somme des exergies de vapeur vive HP
et BP, diminuée du travail produit globalement et de la perte au condenseur :
E
e
+ E
a
- W - E
cond
= 2078 + 1194 - 2589 - 233 = 450 kJ
La perte par irréversibilité de la transmission calorifique gaz-vapeur, est égale à l'exergie des
gaz E2 diminuée des trois termes suivants : le travail produit, la perte par irréversibilité des détentes,
la perte d'exergie au condenseur :
4073 - (2589 + 450 + 233) = 801 kJ
En collectant ces résultats, on dresse le bilan exergétique du tableau 6.10
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.31
Conclusions
La comparaison du cycle simple et du cycle à double pression de vapeur vive, montre que le
rendement thermique (ou exergétique) passe de 31,7 % dans le premier cas, à 33,0 % dans le
second. Cette amélioration résulte essentiellement d'une réduction de l'irréversibilité de la
transmission gaz-vapeur qui passe, dans les mêmes conditions, de 11,7% à 10,2 %. En effet, le
recours à la vaporisation biétagée conduit à une augmentation de la température moyenne intégrée
relative à la vapeur, ce qui va évidemment dans le sens d'une réduction de l'irréversibilité thermique
correspondante. Par ailleurs, on retrouve ici une application typique du procédé de réduction de
l'irréversibilité de l'échange avec vaporisation sous pressions multiples qui avait été étudié au chapitre
3.
Le cycle à double (ou multiple) pression de vapeur vive constitue un procédé d'amélioration
du rendement du cycle, au même titre que les resurchauffes et les soutirages. Mais, le recours à ce
procédé ne se justifie que lorsque la ligne de refroidissement du gaz chaud est à la fois limitée en
température initiale et assez inclinée. Nous rencontrerons d'ailleurs au chapitre suivant une autre
application typique de ce procédé à propos des cycles combinés gaz-vapeur.
Dans l'étude qui précède, on a supposé, pour simplifier, que la vapeur vive était saturée. Cette
étude pourrait être étendue au cas de la surchauffe, ce qui réduirait quelque peu l'irréversibilité de
l'échange thermique gaz-vapeur, mais sans modifier sensiblement la comparaison des deux cas.
Tableau 6.10 : Bilan exergétique du cycle bi pression CO2-eau
ACTIF : exergie du combustible nucléaire 7848 kJ 100%
PASSIF : irréversibilité au réacteur 3775,6 kJ 48,1%
irréversibilité de la transmission 800,6 kJ 10,2%
travail des turbines 2588,8 kJ 33,0%
irréversibilité des détentes 449,2 kJ 5,7%
perte d'exergie au condenseur 233,5 kJ 3,0%
Rendement exergétique W / E1 33,0%
Rendement thermique W / P 33,0%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.32
La réalisation pratique du cycle à
double pression de vapeur vive implique une
modification par rapport à l'étude du cycle
simplifié qui précède (fig. 6.13). En effet, la
vapeur produite à 100 bar est d'abord
détendue dans le corps HP de la turbine, puis
après une élimination de la phase liquide, la
vapeur ainsi obtenue vient s'ajouter à la vapeur
vive produite à 50 bar de sorte que c'est la
totalité du débit de vapeur qui poursuit la
détente dans le corps BP de la turbine. Cette
conception présente un double avantage :
d'une part elle permet l'utilisation d'une turbine
unique, de l'autre, elle évite une humidité
excessive de la vapeur en fin de la détente de
la vapeur produite à 100 bar, moyennant
l'interposition d'un sécheur de vapeur entre les
corps HP et BP.
Signalons que les centrales de la filière PWR, aujourd'hui largement répandue, présentent
certaines particularités intéressantes qui pourraient conduire à une analyse analogue ‡ celle du cycle
biÈtagÈ CO2-vapeur.
Considérations générales sur les centrales nucléaires
Dans l'état actuel de la technique, les réacteurs nucléaires sont soumis à une très stricte
limitation de température, et ce pour des raisons diverses selon les filières classiques considérées.
On a en effet pour les deux principales d'entre elles :
Pour la filière Magnox (UK), la température de l'uranium métallique doit rester inférieure à
660°C. Par ailleurs, l'utilisation d'un fluide caloporteur gazeux (CO
2
) requiert des écarts de
température assez importants pour assurer un échange calorifique satisfaisant. En effet, il faut ainsi
compenser d'une part la faible efficacité de l'échange convectif avec le gaz, d'autre part la faible
capacité calorifique de ce fluide caloporteur dont le débit doit par ailleurs être assez limité pour ne
pas donner lieu à une puissance de pompage excessive. En fin de compte, la pression de
vaporisation sera modeste, sous réserve du recours au cycle à double pression de vapeur vive, et la
température de surchauffe ne dépassera guère 400°C.
Pour la filière PWR, la température maximale du fluide caloporteur qui est ici de l'eau, doit
être maintenue en dessous de la température de saturation correspondant à la pression sous laquelle
cette eau circule dans le circuit primaire. Pour une "pressurisation" à 120 bar, la température du
fluide caloporteur ne peut dès lors atteindre 325°C. Cependant, on est ici favorisé par les bonnes
propriétés thermiques de l'eau, lesquelles confèrent à ce fluide un coefficient de transmission par
convection élevé ainsi qu'une grande capacité thermique. Dans ces conditions, la vapeur vive est
produite à l'état saturé sous une pression proche de 60 bar, soit une température correspondante de
275°C
R
GV
C
V
P
1
BP
HP
P
2
Figure 6.13 : réalisation pratique du cycle biétagé
CO2-eau
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 6 CENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.33
Si l'on considère spécialement le cas de la filière PWR qui est actuellement la plus
développée, le réacteur constitue une source de chaleur à température constante, la température de
la matière fissile pouvant être estimée grosso modo à 350°C.
En revanche, les gaz dégagés dans le foyer d'une chaudière classique constituent une source
de chaleur à température variable; ces gaz cèdent en effet leur chaleur en se refroidissant a 1300°C
à 15°C dans le cas idéal, ce qui correspond à une la température moyenne intégrée de 757 K (ou
484°C) .
Pour comparer ces deux sources de chaleur quant à leur valeur énergétique, on peut imaginer
d'utiliser la chaleur produite par chacune d'elles dans un cycle de Carnot, la source froide étant à la
température t
0
= 15°C (pour plus de détails sur ce point, voir le chapitre 8): On obtient ainsi les
rendements :
- pour le réacteur nucléaire (t=350°C) : η · − · − · 1
T
T
0
1
288
623
54%
- pour la chaudière classique (tm=484°C) : η · − · − · 1
T
T
0
1
288
757
62%
On constate ainsi que le rapport des températures entre les deux sources chaudes envisagées
prend la valeur 623/757 = 0,82. Cette valeur ramène à ses véritables proportions la comparaison
des deux sources car ceci est bien différent de ce qui est suggéré par la simple considération des
températures en degrés Celsius du foyer (1300°C) et du combustible nucléaire (350°C). De plus,
les rendements des deux cycles de Carnot correspondants s'élèvent respectivement à 54 % et 62 %,
ce qui atténue encore la disparité des deux sources chaudes.
Ainsi se justifie l'écart relativement faible qui existe entre les rendements thermiques nets des
deux types de centrale, soit 33% pour la centrale nucléaire et 38 % (sur PCS) pour la centrale
thermique.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.1
ETUDE DES CYCLES DE TURBINES A GAZ
CYCLES REVERSIBLES
Irréversibilité de la combustion
Nous adoptons le méthane pur comme combustible de la turbine à gaz. Ce choix se justifie par
le fait que de nombreuses turbines à gaz utilisées pour le production d'électricité ou en production
combinée utilisent le gaz naturel comme combustible, gaz naturel dont le CH
4
est le constituant
principal.
L'équation chimique de la combustion théorique du méthane dans l'air (assimilié à un mélange
0,21 O
2
+ 0,79 N
2
) s'écrit :
CH
4
+ 2 O
2
+ 7,524 N
2
= CO
2

+ 2 H
2
O + 7,524 N
2
La chaleur dégagée par cette réaction est de 803000 kJ/kmol CH
4
à 15°C; c'est le pouvoir
calorifique (inférieur) du combustible considéré. Nous avons par ailleurs déterminé (chapitre 2)
l'exergie de ce combustible, laquelle est égale à 832670 kJ/kmol CH
4.
La température maximale du cycle de la turbine à gaz est limitée pour des raisons d'ordre
technologique. Cette limitation de température implique la dilution des gaz de combustion par un
important excès d'air. C'est ainsi que pour la température maximale T que nous choisirons égale à
900
°
C, on calcule aisément que l'excès d'air s'élève à 252 % (soit 3,52 fois l'air
stoechiométriquement nécessaire).
Une telle dilution des gaz de combustion par l'air nous autorise à admettre, par simplification,
que le fluide qui évolue dans la turbine à gaz est assimilable à de l'air, la combustion étant alors
fictivement remplacée par un apport de chaleur équivalent. Nous en arrivons ainsi à introduire la
théorie cyclique selon laquelle le cycle de la turbine à gaz est parcouru par un gaz qui ne subit aucune
modification chimique et où non seulement la
combustion mais encore le rejet de chaleur à
l'ambiance, sont remplacés par des échanges
calorifiques avec deux sources, respectivement
à haute et à basse températures.
Nous compléterons encore ce modèle
par l'hypothèse du obéissant à l'équation d'état
des gaz parfaits, et dont la chaleur spécifique
varie avec la température .
Le cycle de la turbine à gaz (fig. 7.1)
comporte une compression AB, que nous
supposerons isentropique. En adoptant un
rapport de pression :
n = P
2
/P
0
= 6
(valeur modeste mais qui sera conservée dans le
cas du cycle à récupération), nous calculons la
température T
b
en écrivant que les entropies
S
T
C
B
A
D
D’
P
1
P
0
P
2
Figure 7.1 : cycle de base de la turbine à gaz
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.2
initiale et finale de l'air auquel on a assimilé le fluide moteur sont égales :
S S
0 0
+ − · + −
∫ ∫
C dT
T
R
p
p
C dT
T
R
p
p
p
T
T
p
T
T
a b
0 0
0
0
2
0
ln ln
la pression ambiante étant ici égale à la pression de référence p
0
=1 bar et la
température
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.3
ambiante étant égale à la température de référence T
0
= 15°C. Il vient ainsi :
C dT
T
R
p
p
p
T
T
a
b

·
· ·
ln
2
0
8,314 ln6 14,9 kJ / kmol
En utilisant les données thermodynamiques de l'air disponibles à l'annexe 1, on calcule, pour
T
a
=15°C, la valeur de T
b
= 204,1°C.
On procède au calcul des autres propriétés thermodynamiques relatives à l'état B, puis à l'état
C dont on a fixé T
c
=900°C. Ces valeurs sont reprises au tableau ci-dessous, ainsi que des valeurs
qui seront nécessaires pour d'autres développements ultérieurs dans ce chapitre :
Table 7.1 : propriétés de l'air
On en déduit le travail de compression (isentropique) :
W
comp
= H
b
-H
a
= 5595 kJ/kmol air
Comme la compression isentropique est réversible, le travail du compresseur donne lieu à un
apport d'exergie équivalent, au profit de l'air évoluant.
L'enthalpie que doit fournir la source chaude (chaleur de combustion) est :
q
1
= H
c
- H
b
= 22383 kJ/kmol air
Sachant que 1 kmol de méthane libère 803000 kJ, on obtient le nombre m de kmol d'air qui
parcourt le cycle, par kmol de méthane utilisé :
m = 803000 : 22383 = 35,87 kmol air/kmol CH
4
L'exergie du combustible rapportée à 1 kmol d'air s'en déduit :
E
comb
= 832670 : 35,87 = 23210 kJ/kmol
L'exergie apportée par le combustible et la compression s'élève donc à :
E
1
= 23210 + 5595 = 28805 kJ/kmol
Par ailleurs, on calcule l'exergie de l'air au point C, soit à 900°C et 6 bar
S - S kJ
c 0
· − ·

C dT
T
R
p
p
kmol K
p
T
T
c
0
2
1
28 683 ln , / /
H
c
- H
o
= 27979 kJ/kmol
T
°C
P
bar
H
kJ/kmol
S
kJ/kmol/K
Ex
kJ/kmol
0 15 1,01325 -290 3,286 0
A 15 1,01325 -290 3,286 0
B 204,09 6,0795 5305 3,286 5595
C 900,00 6,0795 27689 31,969 19714
D 471,64 1,01325 13604 31,969 5629
D' 15,00 0,0322 -290 31,969 -8265
N 471.64 6.0795 13604 17.066 9924
M 204.09 1.01325 5305 18.189 1301
Q 237,5 1.01325 6318 20.240 1723
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.4
d'où E
2
= H
c
- H
o
- T
o
(S
c
- S
o
) = 27979 - 288,15 . 28,683 = 19714 kJ/kmol air
On obtient finalement la perte d'exergie due à l'irréversibilité de la combustion; elle est égale à
la différence entre l'exergie apportée par le combustible et la compression d'une part, l'exergie de
l'air au point C de l'autre :
E
1
- E
2
= 28805 - 19714 = 9091 kJ/kmol
Cycle idéal
Pour produire le travail maximum, la détente isentropique du fluide moteur doit être poursuivie
jusqu'à atteindre la température T
o
de l'ambiance, en D' (fig. 7.1). Le cycle sera alors bouclé par une
compression isotherme D'A. On réalise ainsi le cycle idéal ABCD'A.
Pour la détente isentropique CD', on peut écrire :
C dT
T
R
p
p
C dT
T
R
p
p
p
T
T
p
T
T
c d
0 0
2
0
1
0
∫ ∫
− + · − + ln ln
'
S S
0 0
Pour une pression initiale p
o
= 1,01325 bar, un rapport p
2
/p
0
=6 et en fixant T
d'
= 15°C et
T
c
=900°C, la seule inconnue dans cette équation est p
1
. On en déduit p
1
= 3221 Pa (0,03221 bar)
Par l'équation d'état, on obtient le volume au point D' :
V
R T
p
m kmol
d'
.
, / · · ·
0
1
3
743 7
8314 .288,15
3221

On en tire le travail consommé lors de la compression isotherme D'A :
W
isoth
= p
1
.V
d'

ln (p
0
/p
1
) = 3221 x 743,7 x ln (101325/3221)
= 8261 kJ/kmol air
On obtient finalement le travail utile qui est égal au travail de détente diminué des travaux
relatifs aux compressions isentropique et isotherme :
W
u
= (H
c
- H
o
)- W
comp
- W
isoth
= 27979 - 5595 - 8261 = 14123 kJ/kmol air
On peut dresser la tableau suivant :
ACTIF : exergie du combustible 23211 kJ 80,6%
travail de compression isentropique 5595 kJ 19,4%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 9092 kJ 31,6%
travail de détente (27979 kJ)
- travail de compression isotherme (-8261 kJ) 19718 kJ 68,4%
Rendement exergétique W utile/E1 60,8%
Rendement énergétique W utile/PCI 63,1%
On notera que le travail de compression isotherme a été conventionnellement porté au passif
pour faciliter la comparaison avec le bilan exergétique du cycle théorique traité ci-après.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.5
Cycle théorique
Le cycle idéal ne se prête pas à la réalisation pratique. C'est pourquoi la turbine à gaz est en
réalité conçue selon le cycle théorique dans lequel la détente est limitée à la pression p
o
de
l'ambiance, le fluide moteur étant en principe ramené à son état initial par un refroidissement isobare
DA. Le cycle théorique est alors représenté en ABCDA sur le diagramme entropique (fig. 7.1).
La température T
d
en fin de détente se calcule en exprimant la constance de l'entropie au
cours de cette transformation :
C dT
T
R
p
p
C dT
T
R
p
p
p
T
T
p
T
T
c d
0 0
2
0
0
0
∫ ∫
− + · − + ln ln S S
0 0
d'où :
C dT
T
C dT
T
R
p
p
p
T
T
p
T
T
d c
0 0
2
0
∫ ∫
· − ln
La seule inconnue de cette équation est T
d
.
En utilisant les données thermodynamiques de l'air disponibles à l'annexe 1, on calcule : T
d
=
471,6°C, et l'enthalpie de l'état D, H
d
= 13604 kJ/kmol (voir tableau page VII.2).
On obtient finalement le travail produit au cours de la détente CD :
W
dét
= H
c
- H
d
= 27689 - 13604 = 14084 kJ/kmol.
L'exergie E
3
en fin de la détente isentropique, est égale à l'exergie en fin de combustion E
2
calculée au paragraphe précédent diminuée du travail de détente :
E
3 =
E
2
- W
dét
= 19714 - 14084 = 5630 kJ/kmol.
Elle représente la perte d'exergie à l'ambiance.
Le travail utile est égal à la différence entre les travaux de détente et de compression :
W
u
=W
dét
- W
comp
= 14084 - 5595 = 8489 kJ/kmol
On peut dresser le bilan du cycle théorique :
ACTIF : exergie du combustible 23211 kJ 80,6%
travail de compression isentropique 5595 kJ 19,4%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 9092 kJ 31,6%
travail de détente 14084 kJ 48,9%
perte à l'ambiance 5630 kJ 19,5%
Rendement exergétique W utile/E1 36,6%
Rendement énergétique W utile/PCI 37,9%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.6
Cycle à récupération
Dans le cycle théorique, la totalité de la chaleur fournie, soit H
c
- H
b
, provenait de la
combustion. Il est cependant possible de réduire cette dépense de chaleur en récupérant la chaleur
sensible disponible en fin de détente; on peut ainsi
porter l'air comprimé de la température t
b
à la
température t
n
(fig. 7.2), en refroidissant l'air
détendu de t
d
à t
m
.
Le refroidissement étant poussé au
maximum, on atteint l'égalité T
m
= T
b
, ce qui
entraîne l'égalité T
d
= T
n
puisque la chaleur
massique du gaz ne dépend pas de la pression
(hypothèse du gaz parfait).
Dans ces conditions, le cycle à
récupération comporte successivement :
- la compression isentropique AB
- l'échauffement isobare par récupération BN
- l'échauffement isobare par combustion NC
- la détente isentropique jusque p
o
, CD
- le refroidissement isobare dans le récupérateur DM
- le refroidissement isobare dans l'ambiance MA
En reprenant les mêmes conditions opératoires que dans le cas, on peut écrire pour le cycle à
récupération correspondant :
t
b
= t
m
= 204.1
°
C ; t
n
= t
d
= 471, 6
°
C
H
b
= H
m
= 5305 kJ/kmol ; H
n
= H
d
= 13604 kJ/kmol
Par suite, on obtient :
- la chaleur récupérée :
H
d
- H
m
= H
n
- H
b
= 13604 - 5305 = 8299
- la chaleur fournie par la combustion
H
c
- H
n
= 27689 - 13604 = 14084 kJ/kmol
- la chaleur rejetée à l'ambiance :
H
m
- H
a
= 5305 - (-290) = 5595 kJ/kmol
Le nombre des kilomoles d'air qui parcourt le cycle devient :
m' = Q : (H
c-
H
n
) = 802992 : 14084 = 57,01 kmol/kmol CH
4
d'où l'exergie fournie par le combustible à la kilomole d air
E'
c
= 832670: 57,01 = 14605 kJ/kmol
On calcule aisément les propriétés de l'air aux points M et N (table 7.1), et on obtient l'exergie
apportée à l'air comprimé par la récupération :
∆E
réc
= H
n
- H
b
- T
o
(S
n
- S
b
)
= 13604 - 5305 - 288,15 x (17,066 - 3,286) = 4328 kJ/kmol
D'ailleurs, comme la chaleur massique du gaz ne dépend pas de la pression, l'exergie cédée
entre D et M vaut aussi 4328 kJ/kmol.
T
S
C
B
A
D
D’
P
1
P
0
P
2
N
M
Figure 7.2 : cycle à récupération
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.7
L'exergie qui est fournie globalement, est égale à la somme des exergies fournies par la
compression, par la récupération, et enfin par le combustible, soit :
E'
1
= 5595 + 4328 + 14605 = 24528 kJ/kmol
En soustrayant de E'
1
l'exergie du gaz en début de détente calculée précédemment (état C),
on obtient

la perte par irréversibilité de la combustion :
E'
1
- E
2
= 24528 - 19714 = 4815 kJ/kmol
D'ailleurs, en soustrayant de l'exergie au point C le travail de détente calculé précédemment et
l'exergie transférée lors de la récupération, on trouve la perte d'exergie à l'ambiance :
19714 - 14084 - 4328 = 1301 kJ/kmol
Enfin le travail utile reste identique à celui calculé précédemment, soit
W
u
= 8489 kJ/kmol
Ceci permet de dresser le bilan du cycle à récupération :
ACTIF : exergie du combustible 14084 kJ 58,7%
travail de compression isentropique 5595 kJ 23,3%
exergie fournie par la récupération 4328 kJ 18,0%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 4815 kJ 20,1%
travail de détente 14084 kJ 58,7%
exergie cédée par la récupération 4328 kJ 18,0%
perte à l'ambiance 1301 kJ 5,4%
Rendement exergétique W utile/E'c 58,1%
Rendement thermique W utile/(Hc-Hn) 60,3%
Cycle combiné gaz-vapeur
Généralités
Nous avons vu qu'en pratique, on devait renoncer à prolonger la détente du gaz jusqu'à la
température ambiante. En revenant alors au cycle ABCDA (fig. 7.3), on perd un travail équivalent à
l'aire DD'A, ce qui se traduit par la perte d'exergie à l'ambiance. Cependant cette perte peut être
valorisée par l'association d'un cycle à vapeur d'eau au cycle à gaz.
Dans le cycle combiné gaz-vapeur, la chaleur rejetée lors du refroidissement des gaz DA est
utilisée pour échauffer, vaporiser l'eau et finalement surchauffer sa vapeur, selon la transformation
isobare LMNR. La vapeur, dont la température maximale est inférieure à t
d
est détendue
isentropiquement selon RD' jusqu'à la pression de condensation qui correspond à une température
de saturation en principe égale à la température ambiante t
o
(=t
a
). La vapeur détendue est ensuite
condensée isothermiquement suivant D'L. Enfin le condensat est recomprimé jusqu'à la pression de
la chaudière selon la transformation LL'.
Mais comme le travail de compression de l'eau est très faible, nous le négligerons comme
précédemment, ce qui revient à confondre les points L et L'.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.8
La combinaison des deux cycles sur le diagramme entropique montre qu'en dépit de quelques
différences notables, on retrouve globalement l'allure du cycle à gaz idéal. La détente est toutefois
scindée en deux parties, détente CD pour le gaz, détente RD' pour la vapeur. D'autre part, la
compression isotherme du cycle idéal à gaz est ici remplacée par la condensation isotherme de la
vapeur, associée à la compression du condensat
Etude du cycle combiné
On a représenté sur le diagramme t - h, (fig. 7.4) la courbe de refroidissement des gaz
détendus. Cette courbe, qui serait d'ailleurs une droite si la chaleur massique du gaz était constante,
passe par l'origine (l'accroissement d'enthalpie étant nul pour 0
°
C); elle passe en outre par le point D
d'enthalpie H
d
= 13604 kJ/kmol pour la température de 471,6°C.
Pour éviter de devoir vaporiser l'eau sous une pression trop faible, on limitera le
refroidissement du gaz par l'eau à la température minimale tq = 100
°
C, ce qui fixe le point L.
Pour réduire l'irréversibilité de l'échange calorifique entre le gaz et l'eau, on s'efforce de
rapprocher la courbe d'échauffement et de vaporisation de l'eau, de la courbe de refroidissement du
gaz.
Cependant, les contraintes imposées par la transmission calorifique interdisent le recoupement
de la courbe de refroidissement par la courbe d'échauffement. On pourra donc admettre, en
considérant le cas limite, que le point anguleux marquant le début de la vaporisation, se trouve sur la
courbe de refroidissement.
En considérant, pour simplifier, le cas où il n'y a pas de surchauffe de la vapeur, nous
déterminerons la pression maximale de la vapeur vive en posant la condition suivante. Pour que le
début du palier de vaporisation (point M) se trouve sur la courbe de refroidissement, il faut que la
chaleur nécessaire à la vaporisation de l'eau soit égale à la chaleur cédée par le gaz par son
refroidissement de D en M.
Calculons d'abord la masse d'eau p vaporisée par kilomole d'air évoluant, pour la pression de
26 bar choisie a priori, pour laquelle la température de saturation est de 226,1 °C.
S
T
C
B
A
D
D’
R
M N
L
Figure 7.3 : cycle combiné
N
h
T
A
M
Q
D
L m n
Figure 7.4 : diagramme T-H
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.9
Les propriétés thermodynamiques relatives au points D et Q sont disponibles dans la table
7.2.
Table 7.2 : propriétés de l'air (cycle combiné)
Table 7.3 : propriétés de l'eau (cycle combiné)
On en déduit la chaleur disponible :
H
d
- H
q
= 13604 - 2196 = 11408 kJ/kmol
et la chaleur nécessaire à l'eau :
h"
n
- h'
o
= 2802,6 - 62,9 = 2739,7 kJ/kg
d'où : p = 11408 : 2739,7 = 4,164 kg d'eau par kmol d'air
Exprimons ensuite la condition précédente :
p. (h"
n
-h'
m
) = H
d
- H
m
d'où H
m
= H
d
- p (h"
n -
h'
m
) = 13604 - 4,164 x (2802,6 - 971,7) = 5980,4 kJ/kmol
Par la table des enthalpies de l'air, on trouve pour cette enthalpie H
m'
une température du gaz
égale à 226,4°C, ce qui est à peine supérieur à la température de saturation de 226,1°C; la pression
de vaporisation de 26 bar a donc été bien choisie (on obtient l'égalité entre la température des gaz et
celle de la vapeur saturée pour une pression d'environ 26,4 bar).
Calculons l'exergie de la vapeur en la rapportant à la masse d'eau p vaporisée par kmol d'air
évoluant :
E
v
= p [(h"
n
- h'
o
) - T
o
(s"
n
- s'
o
) = 4,164 x 1005,8 = 4188 kJ/kmol
Puisque la détente isentropique de la vapeur se prolonge jusqu'à la température ambiante T
0
,
l'exergie E
v
traduit le travail récupéré au cours de la détente, soit :
W
vap
= 4188 kJ/kmol
La température du gaz ayant été fixée à t
q
= 100
°
C en fin de son refroidissement, il en résulte
une perte d'exergie à l'ambiance; cette perte est égale à l'exergie de l'air à cette température :
T
°C
P
bar
H
kJ/kmol
S
kJ/kmol/K
Ex
kJ/kmol
0 15 1,01325 -290 3,286 0
A 15 1,01325 -290 3,286 0
B 204,09 6,0795 5305 3,286 5595
C 900,00 6,0795 27689 31,969 19714
D 471,64 1,01325 13604 31,969 5629
M 237,5 1.01325 6318 20.240 1723
Q 100 1.01325 2196 10,842 309
T
°C
P
bar
H
kJ/kg
S
kJ/kg/K
Ex
kJ/kg
L 15 0,017 62,9 0,224 0
M 226,1 26 971,7 2,574 231,7
N 226,1 26 2802,6 6,241 1005,8
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.10
E
q
= (H
q
- H
o
) - T
o
( S
q
- S
o
) = 309 kJ/kmol
En soustrayant de l' exergie E
3
du gaz en fin de détente (voir précédemment, l'étude du cycle
théorique), le travail W
vap
effectué par la vapeur ainsi que la perte d'exergie à l'ambiance, on obtient
la perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique gaz-vapeur:
E
3
- W
vap
- E
q
= 5630 - 4188 - 309 = 1133 kJ/kmol
Le travail utile du cycle combiné est égal à la somme des deux travaux de détente, diminuée du
travail de compression du gaz :
W
u
= W
dét
+ W
vap
- W
camp
= 14084 + 4188 - 5595 = 12677 kJ/kmol
On peut dresser le bilan du cycle combiné :
ACTIF : exergie du combustible 23211 kJ 80,6%
travail de compression isentropique 5595 kJ 19,4%
PASSIF : irréversibilité de la combustion 9092 kJ 31,6%
travail de détente du gaz 14084 kJ 48,9%
irréversibilité de la transmission 1133 kJ 2,9 %
travail de détente de la vapeur 4188 kJ 14,5%
perte à l'ambiance 309 kJ 1,1 %
Rendement exergétique W utile/E1 12677 / 23211 54,6%
Rendement énergétique W utile/PCI 12677 / 22283 56,6%
CYCLES REELS
Çycle simple
Les cycles réels se distinguent des cycles réversibles, principalement par la prise en
considération de l'irréversibilité qui affecte l'évolution
du fluide dans les turbomachines, ainsi que de
l'irréversibilité qui affecte les échanges de chaleur en
raison de l'écart de température nécessaire à la
réalisation du transfert thermique.
Le cycle simple de la turbine à gaz se compose
des quatre transformations suivantes (fig. 7.5) :
- la compression adiabatique réelle AB'
- l'échauffement isobare B'C
- la détente adiabatique réelle CD'
- le refroidissement isobare D'A
Le cycle considéré est caractérisé par :
T
a
= 15°C et T
c
= 900° C (1173 K)
p
o
= 1 bar p
2
= 6 bar
S
B
A
D
P
0
P
2
D’
B’
T
C
Figure 7.5 : cycle simple
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.11
taux de compression n = p
2
/ p
0
= 6
Les rendements isentropiques du compresseur et de la turbine de détente sont η
d
= 0,85.
On peut réutiliser certains résultats antérieurs (tables 7.1), ainsi que les caractéristiques du
combustible CH
4
(P
c
=803000 kJ/kmol, E
c
= 832670 kJ/kmol).
En fin de compression réelle, on a :
H
b
' = H
a
+ (H
b
- H
a
) / η
ad
= -290 + (5305 + 290) / 0,85 = 6292 kJ/kmol d'où,
en interpolant dans la table des enthalpies : t
b'
=236,7°C puis par la table des entropies,
l'accroissement d'entropie isobare égal à 16,94 kJ/kmol.K
Il vient ainsi : Sb' = 5,287 kJ/kmol/K
d'où finalement :
E
b'
= (H
b'
-H
o
) -T
o
(S
b'
- S
o
) = (6292 +290) - 288,15 x (5,287-3,286) = 6006 kJ/kmol
En fin de la détente réelle, on a :
H
d'
= H
c
- (H
c
-H
d
) η
ad
= 27689 - (27689 - 13604) x 0,85 = 15717 kJ/kmol
d'où par interpolation : t
d'
= 537,7°C
On en déduit l'entropie : S
d'
= 34,686 kJ/K.kmol
d'où finalement : E
d'
= (15717 +290) - 288,15 x (34,686 -3,286) = 6959 kJ/kmol
Le travail du compresseur est :
W
comp
= H
b'
- H
a
= 6324 - 0 = 6582 kJ/kmol
La perte par irréversibilité au compresseur vaut :
W
comp
- (E
b'
- E
a
) = 6582 - (6006 - 0) = 576 kJ/kmol
Le travail de la turbine de détente est :
W
dét
= H
c
- H
d'
= 11972 kJ/kmol
La perte par irréversibilité de la détente vaut :
(Ec - E
d'
) - W
dét
= (19714 - 6959) - 11972 = 783 kJ/kmol.
Le nombre m de kmol d'air effectuant le cycle, rapporté à 1 kmol de CH
4
consommé, est
égal au pouvoir calorifique p
c
divisé par la quantité de chaleur reçue par chaque kmol d'air, soit :
m = P
c
: (H
c
- H
b'
) = 803000 : (27689-6293) = 37,53 kmol/kmol CH
4
D'où l'exergie du combustible rapportée à 1 kmol d'air :
E
1
=E
comb
: m = 832670 : 37,53= 22187 kJ/kmol
La perte par irréversibilité de la combustion est égale à la somme des exergies apportées par
la compression (E
b'
) et la combustion (E
1
), diminuée de l'exergie de l'air en début de détente (E
c
) :
(E
b'
+ E
1
) - E
c
= (6006 + 22187) - 19714 = 8479 kJ/kmol
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.12
La perte d'exergie à l'ambiance est égale à l'exergie de l'air en fin de détente, soit E
d'
= 6959
kJ/kmol.
Le bilan exergétique s'établit comme suit :
ACTIF : exergie du combustible 22187 kJ/kmol 77,1%
travail du compresseur 6582 kJ/kmol 22,9%
PASSIF : irréversibilité de la compression 576 kJ/kmol 2,0%
irréversibilité de la combustion 8479 kJ/kmol 29,5%
travail de détente 11972 kJ/kmol 41,6%
irréversibilité de la détente 783 kJ/kmol 2,7%
perte d'exergie à l'ambiance 6959 kJ/kmol 24,2%
Rendement exergétique W utile/E1 24,3%
Rendement énergétique W utile/PCI 25,2%
Cycle à récupération
Le cycle à récupération est représenté à la
figure 7.6. Les caractéristiques du cycle sont
les mêmes qu'au paragraphe précédent,
cependant le cycle comporte ici une
récupération dont l'efficacité de l'échangeur
est r = 0,80 (la quantité de chaleur transférée
est de 80% du maximum transférable avec
un échangeur de taille infinie, qui porte le
fluide de plus faible capacité thermique à la
température d'entrée du fluide de plus forte
capacité thermique.
Dans notre exemple, comme nous
supposons que les fluides sont des gaz
parfaits de même capacité calorifique, on en
déduit l'enthalpie de l'air en fin de
refroidissement au récupérateur :
H
q
= H
d'
- r (H
d'
- H
b'
)
= 15717 - 0,80 x (15717-6293) = 8178 kJ/kmol.
On en déduit successivement :
- la température : t
q
= 298,2
°
C
- l'entropie de l'air à l'état Q : S
q
= 23,680 kJ/K.kmol
- l'exergie de l'air : E
q
= ( 8178 – -290) - 288,15 x (23,680 - 3,286) = 2591 kJ/kmol
Du bilan calorifique du récupérateur, on tire l'enthalpie de l'air comprimé à la sortie de celui-ci :
H
p
= H
b'
+ (H
d'
- H
q
) = 6293 + (15717 - 8178) = 13832 kJ/kmol
On en déduit successivement :

S
B
A
D
P
0
P
2
D’
B’
Q
P
Figure 7.6
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.13
- la température : t
p
= 478,8
°
C
- l'entropie de l'air à l'état P : S
p
= 17,370 kJ/K . kmol
- l'exergie de l'air : E
p
= (12832 – -290) - 288,15 x (17,370-3,286) = 10064 kJ/kmol
La perte d'exergie par irréversibilité de la compression vaut :
W
comp
- (E
b'
- E
o
) = 6583 - (6006 - 0) = 577 kJ/kmol
L'exergie fournie à l'air comprimé par la récupération vaut :
E
p
- E
b'
= 10064 - 6006 = 4058 kJ/kmol
Le nombre de kmol d'air effectuant le cycle, rapporté à 1 kmol de CH
4
consommé, est égal au
pouvoir calorifique divisé par la quantité de chaleur reçue lors de la combustion par chaque kmol
d'air, soit :
m' = P
c
: (H
c
- H
p
) = 803000 / (27689-13832) = 57,95 kmol/kmol CH
4
D'où l'exergie du combustible rapporté à 1 kmol d'air :
E'
1
= E
comb
/ m' = 832670 / 57,95 = 14369 kJ/kmol
Le travail de la turbine de détente est :
W
dét
= H
c
- H
d'
= 27689 - 15717 = 11972 kJ/kmol
L'irréversibilité de la détente vaut :
(E
c
- E
d'
) - W
dét
= (19714-6959) - 11972 = 783 kJ/kmol
La perte d'exergie au récupérateur vaut :
(E
d'
- E
q
)l - (E
p
- E
b '
)
= (6959-2591) - (10064-6006) =310 kJ/kmol
La perte d'exergie à l'ambiance est égale à l'exergie de l'air à l'état Q, soit 2591 kJ/kmol.
La perte d'exergie par irréversibilité de la combustion est égale à la somme des exergies
apportées à l'air par la combustion. la compression et la récupération, diminuée de l'exergie en début
de détente (ou encore la différence entre l'exergie apportée par le combustible, et la variation
d'exergie de l'air entre les états P et C) :
E'
1
+ (E
b'
- E
o
) + (E
p
- E
b'
) - E
c
= 4719 kJ/kmol
On peut donc dresser le bilan exergétique suivant :
ACTIF : exergie du combustible 14369 kJ/kmol 57,5%
travail du compresseur 6583 kJ/kmol 26,3%
exergie fournie par la récupération 4058 kJ/kmol 16,2%
PASSIF : irréversibilité de la compression 577 kJ/kmol 2,3%
irréversibilité de la combustion 4719 kJ/kmol 18,9%
travail de détente 11972 kJ/kmol 47,9%
irréversibilité de la détente 783 kJ/kmol 3,1%
exergie fournie par la récupération 4058 kJ/kmol 16,2%
irréversibilité de la récupération 310 kJ/kmol 1,2%
perte d'exergie à l'ambiance 2591 kJ/kmol 10,4%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.14
Rendement exergétique W utile/E1 37,5%
Rendement énergétique W utile/PCI 38,9%
Cycle combiné
La turbine à gaz fonctionne suivant le cycle simple réel étudié précédemment; on s'y
rapportera pour obtenir les reprendra les données correspondantes :
- chaleur apportée par le combustible : Q
1
= H
c
- H
b'
= 21866 kJ/kmol
- exergie du combustible : E
1
= 21345 -
- travail du compresseur : W
comp
= 6582 kJ/kmol
- irréversibilité de la compression : 576 kJ/kmol
- irréversibilité de la combustion : 8479 kJ/kmol
- exergie de l'air en début de détente (t
c
= 900
°
C) : E
c
=19714 kJ/kmol
- travail de la turbine de détente : Wdét = 11972 kJ/kmol
- irréversibilité de la détente : 783 kJ/kmol
- exergie de l'air en fin de détente
(t
d'
= 537,7
°
C ; H
d'
= 15717 kJ/kmol; E
d'
= 6959 kJ/kmol)
Pour le cycle à vapeur associé, nous
adoptons (fig.7.7) :
- vapeur vive : 50 bar et 500
°
C (<t
d'
)
- condensation : 0,04 bar.
Par ailleurs, nous adoptons une température
à la cheminée de 200°C.
On calcule aisément les fonctions
thermodynamiques relatives aux différents
points des cycles (air et eau/vapeur), soit au
moyen de tables, soit au moyen des valeurs
numériques disponibles en annexe, ou encore
en se servant d'un logiciel adéquat. Ces
valeurs sont disponibles dans les tables 7.4
et 7.5.
Vérifions tout d'abord que la pression
de la vapeur choisie (50 bar) est compatible
avec les exigences de l'échange calorifique :
- production de vapeur par kmol d'air :
p =
H H
H H
d' q
r o'


·


15717 5182
3434 121 4 ,
=
3,18 kg vapeur/kmol air
- enthalpie de l'air au début du palier de vaporisation (point S) :
H
s
=H
d'
- p (h
r
- h
'm
) = 15717 - 3,18 x (3434 - 1154) = 8467 kJ/kmol
- d'où par interpolation : t
s
= 307,6°C
S
T C
B
A
D
R
M
N
D’
E E’ O
Q
S
B’
Figure 7.7
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.15
Compte tenu de la température de saturation de la vapeur (264°C), on vérifie ainsi que le
"pincement de température" est de 43,6°C, ce qui est très largement suffisant.
L'exergie de la vapeur vaut :
E
v
= p [(h
r
- h'
o
) - T
o
(s
r
- s'
o
)]= 4533 kJ/kmol air
La perte d 'exergie à l'ambiance (cheminée) est égale à l'exergie de l'air à 200°C, soit :
E
q
= H
q
- H
o
- T
o
(S
q
- S
o
) = 1252 kJ/kmol
La perte par irréversibilité de la transmission gaz-vapeur est égale à la différence entre l'exergie
perdue par l'air (D'-Q) et l'exergie reçue par la vapeur (R-O) soit :
6959-1252 - 3,18 x (1425,4-1,3) = 1178 kJ/kmol air
Etudions ensuite la détente de la vapeur :
-pour la détente isentropique RE, on calcule le titre final :
x =
s s'
s"-s'
e
r

·


·
6 9762 0 4214
8 475 0 4214
0 8141
, ,
, ,
,
- d'où : h
e
= h' + x
e
(h" - h') = 121,4 + 0,8140 x (2433) = 2102 kJ/kg
- et, compte tenu du rendement adiabatique :
h
e'
= h
r
- (h
r
- h
e
) . η
ad
= 3434 - (3434 - 102) x 0,85 = 2301 kJ/kg
- d'où : x =
h h'
h"-h'
e'
e'

·


·
2302 121
2554 121
0 8963 ,
Table 7.4 : propriétés de l'air (cycle combiné réel)
T
°C
P
bar
H
kJ/kmol
S
kJ/kmol/K
Ex
kJ/kmol
0 15 1,01325 -290 3,286 0
A 15 1,01325 -290 3,286 0
B' 236,66 6,0795 6293 5,287 6006
C 900,00 6,0795 27689 31,969 19714
D' 537,72 1,01325 15717 34,686 6959
S 307,6 1.01325 8467 24,182 2735
Q 200 1.01325 5182 17,929 1252
Table 7.5 : propriétés de l'eau (cycle combiné réel)
Etat T°C P(bar) titre H(kJ) S(kJ/K) Ex(kJ)
ref 15 0,017 0,0000 63,0 0,2244 0,0
O 29 0,04 0,0000 121,4 0,4224 1,3
M 264 50,00 0,0000 1154,2 2,9203 314,4
N 264 50,00 1,0000 2793,8 5,9727 1074,4
R 500 50,00 1,0000 3434,0 6,9762 1425,4
E 29 0,04 0,8141 2101,4 6,9762 92,8
E' 29 0,04 0,8963 2301,3 7,6378 102,0
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.16
- et partant : se' = s' + x
e'
(s" - s') = 0,4225 + 0,8963 x (8,475 - 0,4225) = 7,637kJ/kg
On déduit finalement de ce qui précède :
- le travail produit par la turbine à vapeur :
W
vap
= p (h
r
- h
e'
) = 3,18 x (3434 - 2301) = 3602 kJ/kmol
- la perte d'exergie au condenseur :
E
cond
= p [(h
e'
- h'
o
) - To ( s
e'
- s'
o
)]
= 3,18 x [(2301 - 63) - 288,15 x (7,634 - 0,224)] =320 kJ/kmol air
- la perte par irréversibilité de la détente :
(E
v
- E
cond
) - W
vap
= (4533 - 320) - 3602 = 610 kJ/kmol
Le travail utile produit par le cycle combiné s'écrit :
W
u
= W
dét
- W
comp
+ W
vap
= 11972 - 6583 + 3602 = 8991 kJ/kmol
On peut alors dresser le bilan du cycle combiné réel :
ACTIF : exergie du combustible 22187 kJ/kmol 77,1%
travail du compresseur 6583 kJ/kmol 22,9%
PASSIF : irréversibilité de la compression 577 kJ/kmol 2,0%
irréversibilité de la combustion 8479 kJ/kmol 29,5%
travail de détente du gaz 11972 kJ/kmol 41,6%
irréversibilité de la détente du gaz 783 kJ/kmol 2,7%
irréversibilité de la transmission 1178 kJ/kmol 4,1 %
perte d'exergie à l'ambiance 1252 kJ/kmol 4,4 %
travail de détente de la vapeur 3602 kJ/kmol 12,5 %
irréversibilité de la détente vapeur 606 kJ/kmol 2,1 %
perte au condenseur 321kJ/kmol 1,1 %
Rendement exergétique W utile/E1 8991 / 22187 40,5%
Rendement énergétique W utile/PCI 8991 / 21396 42,0%
Conclusions
Les bilans exergétiques des cycles réversibles sont résumés au tableau 7.6.
Le cycle idéal ne comporte qu'une seule perte d'exergie, laquelle résulte exclusivement de la
combustion. Le cycle théorique sur lequel se fonde le cycle réel de la turbine à gaz, comporte en
outre une perte d'exergie à basse température, laquelle correspond à l'échange calorifique avec
l'ambiance du gaz détendu ; il en résulte une diminution considérable du rendement (thermique ou
exergétique) du cycle.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.17
La récupération permet notamment d'éliminer en grande partie la perte d'exergie à basse
température. On remarquerait que si l'on faisait tendre vers l'unité le rapport de pression du cycle,
cette perte d'exergie serait entièrement éliminée et l'on retrouverait le rendement du cycle idéal.
Le cycle combiné permet de valoriser la perte d'exergie à basse température à l'aide d'un
cycle à vapeur associé au cycle à gaz ; le rendement est ainsi grandement amélioré.
De plus, l'irréversibilité de l'échange calorifique entre gaz et vapeur peut être réduite en utilisant
un cycle à multiples pressions de vapeur vive, comme exposé au chapitre 6; c' est ainsi qu'à la limite,
pour un nombre d'étages infini, on retrouverait le rendement du cycle idéal.
Les bilans d'exergie des cycles réels sont également présentés au tableau 7.6, ils se distinguent
essentiellement des cycles réversibles par l'apparition de pertes d'exergie nouvelles. Ces pertes
proviennent d'une part des irréversibilités mécaniques (compresseur et turbine(s) ) , d'autre part, des
pertes d'exergie engendrées par l'écart de température nécessaire à l'échange calorifique (récupé-
rateur ou chaudière de récupération et condenseur).
Dans la turbine à gaz où le travail consommé par le compresseur est loin d'être négligeable, les
pertes internes qui affectent à la fois le compresseur et la turbine, ne sont manifestement pas
proportionnelles au travail utile, contrairement au cas du cycle à vapeur Mais, on peut montrer que
pour une température maximale donnée, les pertes internes sont à peu près inversement
proportionnelles au facteur de puissance défini par :
Tableau 7.6 - Récapitulation des bilans exergétiques.
Cycles réversibles Cycles réels
Idéal Théorique Récupér. Combiné Simple Récupér. Combiné
ACTIF : exergie du combustible 80,6% 80,6% 58,7% 80,6% 77,1% 57,5% 77,1%
travail du compresseur 19,4% 19,4% 23,3% 19,4% 22,9% 26,3% 22,9%
exergie fournie par la récupération 18,0% 16,2%
PASSIF : irréversibilité de la
compression
2,0% 2,3% 2,0%
irréversibilité de la combustion 31,6% 31,6% 20,1% 31,6% 29,5% 18,9% 29,5%
travail de détente du gaz 68,4% 48,9 58,7% 48,9% 41,6% 47,9% 41,6%
irréversibilité de la détente du gaz 2,7% 3,1% 2,7%
exergie fournie par la récupération 18,0% 16,2%
irréversibilité de la récupération 1,2%
irréversibilité de la transmission 2,9% 4,1%
perte d'exergie à l'ambiance 19,5% 5,4% 1,1% 24,2% 10,4% 4,4%
travail de détente de la vapeur 14,5% 12,5%
irréversibilité de la détente vapeur 2,1%
perte au condenseur 1,1%
Rendement exergétique 60,8% 36,6% 58,1% 54,6% 24,3% 37,5% 40,5%
Rendement thermique 63,1% 37,9% 60,3% 56,6% 25,2% 38,9% 42,0%
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.18
ρ ·

· −
W W
W
W
W
dét comp
dét
comp
dét
1
Or, il se fait que lorsque le rapport de pression croît, on constate une augmentation du
rendement du cycle théorique associée à une diminution concomitante du facteur de puissance, c'est-
à-dire une augmentation des pertes internes. Ceci explique, compte tenu des taux de croissance
respectifs du rendement théorique et des pertes internes, l'existence d'une valeur optimale du rapport
de pression pour laquelle le rendement du cycle réel est maximal.
L'expression ci-dessus du facteur de puissance justifie que, pour un rapport de pression donné
(W
comp
= const.), l'élévation de la température maximale entraîne une augmentation de ce facteur,
car W
dét
est alors majoré. On peut en conclure qu'on obtiendra dans ces conditions une réduction
de l'importance relative des pertes internes et que, par suite, le rendement du cycle réel se
rapprochera du rendement du cycle théorique, lequel est par ailleurs constant pour un rapport de
pression donné (voir chapitre 9). Il s'explique ainsi que, contrairement au cas théorique, le rendement
du cycle réel s'améliore lorsqu'on en élève la température maximale.
Dans une turbine à gaz équipée d'un récupérateur dont l'efficacité est toujours inférieure à
l'unité, la perte calorifique par récupération imparfaite est évidemment proportionnelle à la chaleur
récupérable (pour une efficacité donnée!). Comme cette chaleur récupérée est d'autant plus grande
que le rapport de pression se rapproche de l'unité, la perte de chaleur correspondante augmente à
mesure que celui-ci diminue. Ceci explique que, contrairement au cas théorique, le rendement de la
turbine à gaz avec récupérateur n'augmente pas continûment au fur et à mesure que le rapport de
pression décroît, mais qu'il finit par diminuer après être passé par un maximum.
En comparant le cycle idéal au cycle théorique, on constate que si le travail de la turbine de
détente est plus grand dans le premier, il s'ajoute au travail du compresseur adiabatique, le travail
d'un compresseur isotherme. On peut alors montrer qu'il en résulte une valeur très faible du facteur
de puissance, ce qui annonce des pertes internes particulièrement importantes. Le rendement qu'on
peut finalement attendre d'une turbine à gaz qui réaliserait le cycle idéal serait par conséquent très
mauvais. A cette raison fondamentale s'en ajoutent d'ailleurs d'autres d'ordre technologique , pour
expliquer que le cycle idéal ne donne lieu, tel quel, à aucune application pratique.
En conclusion, si pour les raisons évoquées ci-dessus, il n'est pas possible de réaliser le cycle
idéal, il est néanmoins possible de réaliser soit le cycle à récupération, soit le cycle combiné, lesquels
permettent d'approcher le cycle idéal d'une manière indirecte et avec des perspectives plus
favorables.
Revenant au tableau 7.6, il convient de remarquer que les valeurs des rendements obtenus
pour les cycles réels, sont quelque peu optimistes en raison de certaines hypothèses simplificatrices
implicites, notamment en ce qui concerne la non prise en considération des pertes de charge. En
revanche, la valeur modeste du rapport de pression uniformément adopté, conduit pour le cycle
simple, à un rendement manifestement inférieur à la normale.
La turbine à gaz se caractérise par une perte d'exergie modérée à haute température, mais elle
est pénalisée par une grande perte d'exergie à basse température. En revanche, le cycle à vapeur qui
est affecté d'une très grande perte d'exergie à haute température
,
présente une perte d'exergie à
basse température qui est quasi nulle. On conçoit dès lors que la combinaison des cycles à gaz et à
vapeur, puisse conduire à une réduction simultanée des pertes d'exergie à haute et à basse
températures, et ainsi à l'obtention d'un rendement global élevé. C'est ainsi que les cycles combinés
à double pression de vapeur vive actuellement en opération fonctionnent avec un rendement net de
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.19
l'ordre de 52%. Des cycles à trois pressions sont en construction, avec des rendements annoncés
approchant les 55 %.
Au terme de cette analyse, il apparaît que, grâce à l'application du cycle combiné, il est devenu
possible de réduire d'une manière satisfaisante les irréversibilités affectant les échanges thermiques.
Mais il reste qu'environ un tiers de l'exergie du combustible est perdue par l'irréversibilité de la
combustion. Cette irréversibilité pourrait cependant être réduite, du moins en principe, en alimentant
le cycle combiné au moyen d'un générateur magnétohydrodynamique, lequel assurerait une
production directe d'électricité par détente des gaz de combustion produits à très haute température.
Cependant, en dépit des efforts qui ont été faits pour maîtriser cette technologie nouvelle, il semble
bien que les difficultés engendrées par les très hautes températures en cause, ne puissent être
résolues, du moins actuellement.
Enfin, des études prometteuses sont actuellement en cours, en vue de substituer, notamment
dans les cycles combinés, le charbon aux combustibles plus coûteux, principalement le gaz naturel et
le fuel léger, qui sont généralement utilisés pour l'alimentation des turbines à gaz. Parmi les voies
explorées, il convient surtout de citer l'alimentation par gazogène et la combustion sous pression en lit
fluidisé.
Chaudière de récupération
La chaudière de récupération qui assure la liaison entre le cycle à gaz et le cycle à vapeur, est
le siège d'une irréversibilité de l'échange calorifique ; celle-ci est a priori assez importante en raison
de l'existence d'un palier de vaporisation d'autant plus étendu que la pression de vapeur est limitée
par le niveau de température modeste. Mais, comme on l'a vu à la fin du chapitre 6, cette
irréversibilité peut être atténuée par le recours à un cycle à deux pressions de vapeur vive.
La chaudiêre de récupération consiste en une succession d'échangeurs dans lesquels le fluide
chauffant est constitué par les gaz d
'
échappement de la turbine à gaz tandis que le fluide chauffé est
de l'eau, sa vapeur, ou bien un mélange saturé des deux. On se trouve dès lors dans la situation où
l'on a affaire à un médiocre coefficient de convection du côté des gaz, cependant que ce coefficient
est nettement plus élevé du côté de l'eau ou de sa vapeur à haute pression. Or on sait que pour
améliorer l'échange calorifique, il faut s'efforcer d'améliorer celui des deux échanges convectifs qui
est le plus défavorable.
Une telle amélioration peut être obtenue indirectement en garnissant d'ailettes la surface
extérieure des tubes, laquelle est directement en contact avec les gaz.
Enfin la conception même de la chaudière de récupération doit favoriser la réduction de
l'irréversibilité thermique, cette exigence étant au mieux satisfaite par la circulation méthodique des
deux fluides, comme discuté au chapitre 4.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 1
CYCLES THERMODYNAMIQUES DES MACHINES MOTRICES
GENERALITES
Transformation polytropique
La polytropique désigne une transformation thermodynamique effectuée par un gaz parfait,
laquelle est caractérisée par une valeur constante du rapport ψ de la variation d'énergie interne à la
quantité de chaleur échangée q. On a ainsi :
∆u = ψ . q et w = (1 - ψ) . q (1)
où w représente le travail effectué.
Sous forme différentielle, les relations (1) s'écrivent :
du = ψ . δq et δw = (1 - ψ ) . δq (2)
et, par suite :
c dT = c dT
v
δ
ψ ψ
q
du
d
· ·
1
(3)
Le rapport c
v
/ψ que nous désignons par c, représente la chaleur massique (apparente) du
processus polytropique.
En introduisant dans le principe d'équivalence l'expression du travail il vient:
δq = du + p . dv = c
v
. dT + p . dv (4)
or par (3) :
δq = c . dT
d'où (c - c
v
) . dT = p . dv (5)
De même, le premier principe peut encore s'écrire :
δq = c
p .
dT - v . dp
et par (3) : δq = c . dT
d 'où (c - c
p) . dT = -v . dp (6)
En divisant membre à membre les relations (6) et (5) , il vient
c
c
- c
- c
= -
v
p

dp
dv
= k
p
v
(7)
en posant : k
c
c
·
- c
- c
p
v
La relation (7) peut encore s 'écrire : k
dv
v
dp
p
+ · 0
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 2
ou encore après intégration et en passant du logarithme au nombre :
p . v
k
= constante (8)
Dans l'équation (8) de la polytropique, l'exposant k prend pour chaque cas particulier une
valeur numérique déterminée. il convient de distinguer plus spécialement les transformations suivantes
:
- isobare : k = 0
(l'équation se réduit à p=constante)
- adiabatique : k = γ (=c
p
/c
v
)
(l'équation se réduit à p . v
γ
= constante
- isotherme : k = 1
(l'équation se réduit à pv =constante, qui est l'équation de l'isotherme d'un gaz
parfait)
- isochore : k = ∞
(l'équation se réduit à p
1/k
. v=constante, soit v= constante)
Les transformations que nous avons considérées étant réversibles, il en résulte notamment que
l'adiabatique est aussi une isentropique.
Température moyenne intégrée (t.m.i.)
Conformément à la définition qui en a été donnée au chapitre 5, nous appelons t.m.i. relative à
la transformation réversible 12, le rapport de la quantité de chaleur q
12
échangée au cours de celle-
ci, à la variation d'entropie correspondante, soit :
T
q
S S
12
12
2 1
·

(9)
Comme on l'a vu au chapitre 5, la t.m.i. est représentée sur le diagramme entropique par la
hauteur du rectangle lLNn ayant même aire que la surface l12n située sous la courbe 12
représentative de la transformation considérée (fig. 5.5).
Pour une transformation polytropique 12 caractérisée par la constance de sa chaleur massique
c, on peut écrire :
q
12
= c . (T
2
- T
1
) (10)
et s s
c dT
T
T
T
2 1
2
1
− · ·

1
2
c.ln (11)
On obtient alors l'expression de la t.m.i. relative à la transformation polytropique 12 en
remplaçant dans la relation (9), la quantité de chaleur q
12
et la variation d'entropie (s
2
- s
1
) par
leurs expressions respectives (10) et (11) , soit :
T =
T T
T
T
12
2 1
2
1

ln
(12)
En particulier, la t.m.i. relative à une isochore ou à une isobare, est donnée par l'expression
(12), d'ailleurs indépendante de la valeur particulière de c
v
ou de c
p
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 3
Considérons un fluide qui subit successivement deux transformations réversibles 12 et 23, par
exemple une isochore suivie d'une isobare. Par définition de la t.m.i., on a :
- pour la transformation 12 : T
q
S S
12
12
2 1
·

(13)
- pour la transformation 23 :T
q
S S
23
23
3 2
·

(14)
De même, on a pour la transformation totale 13 :
( ) ( )
T
q
S S
q q
S S S S
13
13
3 1
12 23
2 1 3 2
·

·
+
− + −
(15)
et en remplaçant q
12
et q
23
par leurs expressions tirées de (13) et (14), on a :
( ) ( )
( ) ( )
T
T S S T S S
S S S S
13
12 2 1 23 3 2
2 1 3 2
·
− + −
− + −
(16)
Il s'ensuit que la t.m.i. résultante T
13
est une moyenne pondérée des t.m.i. relatives aux
transformations partielles.
Cycle de Carnot
Considérons une source chaude et une source froide se trouvant toutes deux à température
constante. Supposons qu'un gaz effectue un cycle de transformations réversibles en échangeant de la
chaleur avec ces deux sources. Un tel cycle se composera nécessairement des quatre
transformations suivantes :
- La source chaude fournit de la chaleur au gaz d'une manière réversible, ce qui ne peut se
faire que par une détente isotherme de celui-ci, puisque la source est à température
constante T
1
.
- Le gaz est ensuite amené à la température de la source froide au moyen d'une détente
adiabatique et réversible; il est en effet exclu d'envisager un échange calorifique avec l'une
ou l'autre des deux sources puisqu'un tel échange se ferait avec un écart de température
non nul, ce qui est incompatible avec la réversibilité qui a été postulée.
- Ayant préalablement atteint la température de la source froide, le gaz cède à celle-ci de la
chaleur selon une transformation qui ne peut être qu'une compression isotherme à T
o
.
- Enfin le gaz est ramené à la température de la source chaude par une transformation
réversible qui exclut tout échange calorifique et qui sera, dès lors, une compression
adiabatique.
La conception de ce cycle de transformations nous conduit inéluctablement au cycle de
Carnot qui apparaît ainsi comme, sinon le seul, du moins le processus le plus simple permettant
d'effectuer la conversion de la chaleur en travail dans les conditions envisagées, à savoir en ayant
recours aux deux seules sources à température constante, en supposant les transformations
réversibles et en utilisant un gaz comme fluide moteur.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 4
Tel qu'il vient d'être décrit, le cycle de Carnot n'a aucune portée pratique directe puisqu'il ne
constitue le cycle théorique d'aucune des machines motrices thermiques actuellement utilisées. il
présente néanmoins un grand intérêt; en effet, il fournit un moyen d'investigation efficace pour étudier
la conversion de la chaleur en travail. A ce propos, il convient de rappeler le théorème de Carnot qui
s'énonce comme suit : Tous les cycles réversibles fonctionnant à l'aide de deux mêmes sources de
chaleur, ont même rendement. On sait d'ailleurs que le rendement du cycle de Carnot s'écrit :
η · − 1
T
T
0
1
Extension du théorème de Carnot
Considérons le cycle réversible
12341 (fig. 8.1) échangeant de la chaleur
avec deux sources à température variable,
selon les deux polytropiques 23 et 41 de
même espèce c'est-à-dire caractérisées
par une même chaleur massique c et
partant un même exposant k.
Les transformations 12 et 34 qui
réunissent les deux polytropiques sont
nécessairement adiabatiques puisqu'elles
ne peuvent échanger réversiblement de la
chaleur avec les sources précitées.
Le cycle 12341 se compose, dès
lors, des transformations réversibles
suivantes:
- compression adiabatique 12
- échauffement selon la
polytropique 23
- détente adiabatique 34
- refroidissement selon la polytropique 41.
Le rendement du cycle s'écrit : η · − 1
q
q
41
23
(18)
Par définition de la t.m.i. on a :
q
41
= T
41
(s
4
- s
1
)
et q
23
= T
23
(s
3
- s
2
) (19)
d'où il vient, sachant que les deux variations d'entropie sont égales :
η · − 1
T
T
41
23
(20)
La t.m.i. relative à une transformation polytropique est donnée par l'expression (12), d'où il
vient :
S
T
2
1
3
4
3”
4”
Figure 8.1
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 5
T =
T T
T
T
T
T
T
T
T
41
4 1
4
1
1
4
1
4
1

·

ln ln
1
et T = T
T
T
T
T
23 2
3
2
3
2
−1
ln
(21)
En combinant l'expression de la polytropique et l'équation d'état, on a :
T
pv
R
·
d'où
T
T
p v
p v
4
1
4 4
1 1
·
p v
k
= constante d'où
p
p
v
v
4
1
1
k
4
k
·
et en combinant ces deux relations
T
4
T
1
=
v
1
v
4
k-1
de même

T
3
T
2
=
v
2
v
3
k-1
(22)
D'autre part, démontrons l'égalité :
v
v
v
v
1
4
2
3
· (23)
En effet. on a pour les polytropiques :
p
p
v
v
2
3
3
k
2
k
·
et
p
p
v
v
4
1
1
k
4
k
·
d'où
p
p
p
p
v
v
v
v
2
3
4
1
3
2
1
4
·
¸
¸

_
,

k
(24)
et pour les adiabatiques :
p
p
v
v
4
3
3
4
·
γ
γ
et
p
p
v
v
2
1
1
2
·
γ
γ
d'où
p
p
p
p
v
v
v
v
2
1
4
3
3
4
1
2
·
¸
¸

_
,

γ
(24)
En égalant les seconds membres de (24) et (25), il vient :
v
v
v
v
v
v
v
v
3
2
1
4
3
2
1
4
¸
¸

_
,
·
¸
¸

_
,

k γ
En passant au logarithme, on montre que si k ≠ γ, ce qui est évident, cette égalité ne peut être
vérifiée que pour :
v
v
v
v
3
2
1
4
·1
ce qui conduit bien à prouver que :
v
v
v
v
1
4
2
3
·
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 6
Par suite, les seconds membres des relations (22) sont égaux, et on en déduit que :
T
T
T
T
4
1
3
2
· (26)
et partant, le rapport des t.m.i. dont les expressions sont données en (21), peut s'écrire :
T
T
T
T
41
23
1
2
· (27)
Dès lors, l'expression (20) du rendement prend la forme :
η· − 1
T
T
1
2
(28)
Nous pouvons ainsi tirer les conclusions suivantes :
1) Tous les cycles réversibles échangeant de la chaleur selon deux polytropiques données de
même espèce (même c et partant même k) ont le même rendement; ainsi par exemple, les
cycles 12341 et 123'4'1 (figure 8.1) sont équivalents.
2) Ce rendement est égal à celui d
'
un cycle de Carnot effectué entre deux sources
respectivement à T
2
et T
1
, ces deux températures étant déterminées par les intersections
des deux polytropiques données avec une isentropique arbitrairement choisie.
3) Dans le cas particulier où les deux polytropiques sont des isothermes (k = 1) , on retrouve
évidemment le cycle de Carnot évoluant entre les températures T
2
et T
1
, c'est-à-dire le
cycle 123"4"1 (figure 8.1).
4) Nous avons ainsi étendu le théorème de Carnot au cas des cycles réversibles effectués
entre deux sources à température variable, dans la mesure où les échanges calorifiques
correspondants sont régis par une même loi polytropique.
Cas de deux polytropiques d'espèces différentes
Considérons le cycle réversible 12341 (fig. 8.2)
échangeant de la chaleur avec deux sources à
température variable, selon deux polytropiques
d'espèces différentes, caractérisées par les chaleurs
massiques C' pour 23 et C" pour 41. Les
transformations 12 et 34 sont encore nécessairement
des adiabatiques.
En faisant encore appel aux t.m.i., le rendement
du cycle 12341 peut s'écrire comme précédemment :
η· − 1
T
T
41
23
(29)
On a pour les deux polytropiques :
S S
T
T
3 2
3
2
− · C' ln
S
T
2
1
3
4
C’
C”
Figure 8.2 :
Polytropiques d'espèces différentes
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 7
et
S S
T
T
4 1
4
1
− · C" ln
(30)
Comme les variations d'entropie sont égales, il vient en égalant les seconds membres de (30) :
ln
ln
"
'
T
T
T
T
3
2
4
1
· ·
C
C n
1
(31)
en posant n
C
C
·
'
"
D'autre part, (31) peut encore s 'écrire :
n ln ln
T
T

T
T
3
2
4
1
·
d'où
T
T
T
T
4
1
3
2
·
¸
¸

_
,
·
n
n
θ (32)
en posant θ ·
T
T
3
2
Par suite, sachant par (32) que : T
4
= T
1
. θ
n
et T
3
= T
2
. θ, il vient :
T T
T - T
T
T

4 1
3 2
1
2
n

·


θ
θ
1
1
(33)
Multipliant (31) et (33) membre à membre, on trouve :
1 1
1 n
θ
θ
n
1
2
4 1
3 2
3
2
4
1
41
23
T
T
T T
T - T
T
T
T
T
T
T


·

·
ln
ln
(34)
D'où finalement en introduisant l'expression (34) du rapport des t.m.i. dans celle du rendement
(29), il vient :
η
θ
θ
· −


1
1 1
1 n
n
1
2
T
T
(35)
Les températures T
1
et T
2
qui déterminent les deux polytropiques étant fixées a priori,
proposons nous d'étudier la variation du rendement en fonction de θ.
Pour ce faire, calculons la dérivée :
( )
( )
( )
d
d
N
D θ
θ
θ
θ θ θ
θ
n
n-1 n
n -


¸
¸

_
,

·
− −

·
1
1
1 1
1
2
(36)
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 8
Le dénominateur D étant essentiellement positif, la dérivée aura même signe que son
numérateur N; il s'agit de discuter le signe de la fonction :
( )
( )
N n ( ) ( ) θ θ θ θ θ θ · − − · − − + 1 1 1 1 n - n
n-1 n n n-1
où θ = T
3
/T
2
est toujours supérieur à l'unité dans un cycle moteur.
Or, on a : N(1) = 0, et d'ailleurs la dérivée de N par rapport à θ s'écrit :
N' (θ) = n. (n - 1) . θ
n - 2
. (θ - 1)
Le signe de cette dérivée est constant. La fonction N(θ) est donc monotone et elle possède
pour θ > l le signe de sa dérivée (puisque N(1) = 0) qui n'est autre que celui de (n - 1), car l et θ
sont tous deux positifs; il vient ainsi :
N > 0 pour n > 1
N < 0 pour n < 1
Cette discussion conduit finalement aux résultats suivants relatifs à deux cas classiques :
Premier cas : C' = C
p
; C" = C
v
; d'où n = γ > 1
La fonction N(θ) et par suite la dérivée
d

θ
θ
n


¸
¸

_
,

1
1
, ont le signe de (n - 1) qui est ici positif.
il s'ensuit que le second terme du rendement est une fonction croissante de θ et qu'en fin de compte,
le rendement est une fonction décroissante de cette variable. Par suite, le rendement décroît
lorsqu'on augmente la chaleur apportée à haute température au cycle.
Deuxième cas : C' = C
v
; C" = C
p
; d'où n = γ
−1
< 1
La fonction N(θ) et par suite la dérivée
d

θ
θ
n


¸
¸

_
,

1
1
, ont le signe de (n - 1) qui est ici négatif
Il s'ensuit que le second terme du rendement est une fonction décroissante de cette variable. Par
conséquent, le rendement croît lorsqu'on la chaleur apportée à haute température au cycle.
Nous pouvons ainsi tirer les conclusions suivantes :
1) Les cycles réversibles effectués entre deux polytropiques données mais d'espèces
différentes (C' ≠ C") ont des rendements qui dépendent du rapport des températures
délimitant l'échauffement, donc aussi de l'importance de cet apport de chaleur.
2) Lorsque la chaleur spécifique C' (relative à l'échauffement) est supérieure à la chaleur
spécifique C" (relative au refroidissement ) le rendement est une fonction décroissante de
θ.
3) Lorsque la chaleur massique C' est inférieure à C", le rendement est une fonction croissante
de θ.
4) Toutes autres choses égales, notamment θ et n, le rendement est une fonction croissante du
rapport T
2
/T
1
.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 9
MOTEUR A COMBUSTION INTERNE
Cycle de Beau de Rochas
L'étude du moteur à combustion interne est basée sur la théorie cyclique; nous ferons
l'hypothèse complémentaire que le fluide est un gaz parfait.
Le cycle de Beau de Rochas, cycle de référence du moteur à explosion, se compose des
transformations réversibles suivantes (fig. 8.3 et 8.4) :
- compression adiabatique 12
- échauffement isochore 23
- détente adiabatique 34
- refroidissement isochore 41
Le cycle de Beau de Rochas est caractérisé par deux paramètres : le rapport volumétrique de
compression ε = v
1
/v
2
et le rapport de pression λ = p
3
/p
2
. Ce cycle réversible échange de la
chaleur avec deux sources à température variable selon deux isochores, c'est-à-dire deux
polytropiques de même espèce. Il est donc justiciable de l'extension du théorème de Carnot
développée au début de ce chapitre, dont nous tirons l'expression générale de son rendement :
η· − 1
T
T
1
2
(37)
En combinant l'équation d'état et celle de l'adiabatique, il vient :
T
T
v
v
2
1
1
2
·
¸
¸

_
,
·


γ
γ
ε
1
1
(38)
D'où finalement l'expression classique du rendement :
v
p
1
2
3
4
O
Figure 8.3 : diagramme PV
Cycle de Beau de Rochas
S
T
2
1
3
4
Figure 8.4 : diagramme TS
Cycle de Beau de Rochas
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 10
η
ε
γ
· −

1
1
1
(39)
On déduit les conclusions suivantes de l'extension du théorème de Carnot et de l'expression
(39) du rendement qui en découle :
1) Le cycle étudié est équivalent à un cycle de Carnot effectué entre les températures T
2
et
T
1
.
2) Le rendement du cycle étudié est une fonction croissante du rapport volumétrique de
compression ε.
3) Le rendement est indépendant du rapport de température T
3
/T
2
(ou du rapport de
pression p
3
/p
2
= λ); il est dès lors indépendant de la charge de moteur.
4) Dans la mesure où l'on se fixe une valeur maximale de T
3
, le rendement tend, pour des
valeurs croissantes de ε, vers une limite qui correspond au rendement du cycle de Carnot
entre les températures T
3
et T
1
.
Par ailleurs, le rapport T
3
/T
2
(et partant λ) dépend de la quantité de chaleur fournie au gaz
par cycle. Si son accroissement augmente la puissance spécifique du moteur, sa valeur ne peut
toutefois dépasser une certaine limite qui est fixée par la quantité de combustible pouvant être brûlé
complètement dans l'air qui a subi la compression. Enfin, il existe une limite pratique au rapport ε;
cette limite est imposée par l'apparition du phénomène de détonation.
Cycle de Diesel
Le cycle de Diesel, cycle de référence du moteur portant le même nom, se compose des
transformations réversibles suivantes (fig.8.5 et 8.6) :
- compression adiabatique 12
- échauffement isobare 23
- détente adiabatique 34
- refroidissement isochore 41
Le cycle de Diesel est caractérisé par deux paramètres : le rapport volumétrique de
compression ε = v
2
/v
1
et le rapport de volume ρ = v
3
/v
2
. Ce cycle échange de la chaleur avec
deux sources à température variable selon l'isobare 23 et l'isochore 41 respectivement, c'est-à-dire
selon deux polytropiques d'espèces différentes. L'expression du rendement est dès lors donnée par
la formule (35).
Il vient ainsi, en substituant γ à n puisque C' = C
p
et C" = C
v
et en considérant qu'en vertu de
l'équation d'état appliquée à la transformation isobare 23, le rapport de température θ= T
3
/T
2
est
égal au rapport de volume ρ :
η
γ
ρ
ρ
γ
· −


1
1 1
1
T
T
1
2
(40)
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 11
D'ailleurs, pour la compression adiabatique 12, on a, comme pour le cycle de Beau de
Rochas (equation 38) :
T T
2 1
·

ε
γ 1
(41)
On obtient finalement l'expression du rendement :
η
γ
ρ
ρ
ε
γ
γ
· −



1
1 1
1
1
1
(42)
Les propriétés suivantes du cycle de Diesel se déduisent du paragraphe relatif au cycle
effectué entre deux polytropiques d'espèces différentes, ainsi que de l'expression (42) qui en
découle:
1) Le rendement est fonction du rapport de température T
2
/T
1
et partant du rapport
volumétrique de compression ε; l'expression (42) indique qu'il croît avec ce paramètre.
2) La chaleur massique C
p
relative à l'échange calorifique à haute température selon 23, étant
supérieure à la chaleur massique Cv relative à l'échange à basse température selon 41, le
rendement est une fonction décroissante du rapport de température θ=T
3
/T
2
; par
conséquent, il est aussi une fonction décroissante du rapport de volume ρ. Ainsi, le
rendement du moteur décroît lorsque sa charge augmente.
3) Lorsque le rapport ρ diminue en tendant vers l'unité, on peut montrer que la valeur du
rendement tend vers celle d'un cycle de Carnot effectué entre T
2
et T
1
.
La diminution du rapport ρ est, comme nous l'avons vu, bénéfique au rendement; elle présente
cependant l'inconvénient de réduire la quantité de chaleur reçue par cycle, ce qui entraîne une
diminution concomitante de la puissance spécifique du moteur. D'ailleurs, le rapport ρ ne peut
dépasser une certaine valeur imposée par la quantité de combustible qui peut être brûlé
complètement dans l'air disponible.
v
p
1
2 3
4
O
Figure 8.5 : diagramme PV
Cycle de Diesel
S
T
2
1
3
4
p=const
v=const
Figure 8.6 : diagramme TS
Cycle de Diesel
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 12
Le cycle de Sabathé qui comporte un échauffement isochore suivi d'un échauffement isobare,
pourrait faire l'objet d'une étude basée sur la méthode développée précédemment. L'apport de
chaleur à haute température étant alors constitué de deux polytropiques successives mais d'espèces
différentes, on serait notamment amené à considérer ici la moyenne pondérée des t.m.i. relatives à
l'isochore et à l' isobare correspondantes, comme indiqué dans la sectin précédente consacrée à la
t.m.i..
TURBINE A GAZ
Cycle de Joule
En adoptant encore la théorie cyclique
,
le
cycle de Joule constitue le cycle théorique de la
turbine à gaz. Ce cycle se compose des
transformations réversibles suivantes (fig. 8.7) :
- compression adiabatique AB
- échauffement isobare BC
- détente adiabatique CD
- refroidissement isobare DA
Le cycle de Joule échange de la chaleur avec
deux sources à température variable, selon deux
isobares, c'est-à-dire deux polytropiques de même
espèce. L'extension du théorème de Carnot est donc
applicable et nous en déduisons que le rendement du cycle de Joule s'écrit :
η · − 1
T
T
A
B
(43)
En appliquant pour un gaz parfait l'équation d'état et l'expression de l'adiabatique, nous
obtenons pour la compression AB :
T
T
B
A
·

β
γ
γ
1
(44)
où le rapport de pression β ·
P
P
B
A
représente un paramètre du cycle.
D'où l'expression du rendement du cycle de Joule :
η β
γ
γ
· −

1
1
(45)
Il résulte de l'extension du théorème de Carnot et plus spécialement de l'expression (45) qui
s'en déduit, les conclusions suivantes :
1) Le cycle de Joule ABCDA est équivalent à un cycle de Carnot effectué entre les
températures T
b
et T
a
.
S
T
B
A
C
D
B’
C’
D’
P
2
P
1
Figure 8.7 : cycle de Joule
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 13
2) Son rendement augmente avec le rapport T
b
/T
a
; il est dès lors comme le montre la relation
(44) , une fonction croissante du rapport de pression β.
3) Le rendement du cycle de Joule est indépendant de la température T
c
, donc aussi de la
quantité de chaleur apportée à haute température.
On constate que le rendement croît, mais de moins en moins vite, au fur et à mesure que β
augmente; ainsi le rendement du cycle AB'C'D'A est supérieur à celui du cycle ABCDA. D'ailleurs,
il tend asymptotiquement vers une limite égale au rendement du cycle de Carnot effectué entre les
températures extrêmes T
c
et T
a
Cycle à régénération
Si l'on considère le cycle théorique de la
turbine à gaz (fig. 8.8) , on constate que la
température T
d
atteinte en fin de détente peut
être supérieure à la température T
b
atteinte en
fin de compression. Il apparaît ainsi la possibilité
d'une récupération de chaleur par
refroidissement du gaz détendu, au profit du gaz
comprimé. On en arrive ainsi à concevoir le
cycle à régénération qui se compose des
transformations réversibles suivantes :
- compression adiabatique AB
- échauffement par récupération selon
l'isobare BM
- apport de chaleur externe selon
l'isobare MC
- détente adiabatique CD
- refroidissement dû à la récupération selon l'isobare DN
- rejet de chaleur à l'ambiance selon l'isobare NA.
Les différentes isobares étant, pour un gaz parfait, des courbes identiques simplement
décalées parallèlement à l'axe des entropies, il s'ensuit que le cycle à régénération AB (M) CD (N)
A et le cycle de Joule AB'C'NA comportent des échanges calorifiques avec des sources identiques.
Ces échanges correspondent en effet à des transformations analogues effectuées entre les mêmes
températures extrêmes - ce qui implique notamment les mêmes t.m.i - tant en ce qui concerne
l'échange avec la source chaude, soit MC ou B'C' respectivement, que l'échange avec l'ambiance
soit NA dans les deux cas.
La récupération de chaleur est d'autant plus efficace que l'écart entre les températures des
points D et N (ou B et M) est plus grand, donc que le rapport de pression n est plus faible. Cette
constatation est du reste corroborée par le fait que, quand le rapport de pression du cycle à
régénération diminue, le relèvement de T
m
= T
d
entraîne celui de T
b
, en sorte que le rapport de
pression du cycle de Joule équivalent augmente, ce qui accroît son rendement et finalement celui du
cycle à régénération associé.
A la limite, le rapport de pression du cycle à régénération diminue en tendant vers l'unité tandis
que le rapport du cycle de Joule équivalent devient égal à celui du cycle de Carnot effectué entre les
S
T
A
C
D
C’
N
M
B
B’
Figure 8.8 : cycle à régénération
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 14
températures extrêmes T
c
et T
a
. D'autre part, la récupération n'est possible que dans la mesure où
T
d
n'est pas inférieure à T
b
, ce qui fixe une limite supérieure au rapport de pression du cycle à
régénération.
D'une manière plus générale, la présente
étude peut être étendue au cycle dit "hexagonal"
(figure 8.10), lequel comporte notamment une
compression isotherme puis adiabatique, ainsi
qu'une détente isotherme puis adiabatique.
En pareil cas, il y aurait lieu de considérer
la t.m.i. de l'échange à haute température
(échauffement isobare et détente isotherme),
ainsi que la t.m.i. de l'échange à basse
température (refroidissement isobare et
compression isotherme), ces t.m.i. pouvant
s'exprimer par des moyennes pondérées (voir
section sur la t.m.i. en début de ce chapitre).
L'échauffement isobare pourraît d'ailleurs
être partiellement effectué par récupération, ce
qui aurait pour effet de réduire le rapport inverse
des deux t.m.i., donc d'améliorer le rendement.
MOTEUR A COMBUSTION EXTERNE
Cycle de Rankine
Le cycle de Rankine constitue le cycle
théorique des centrales nucléaires à vapeur. En
effet, les réacteurs nucléaires actuels réalisent
des sources de chaleur à température peu
élevée, ce qui explique le recours à un cycle à
vapeur sans surchauffe.
Le cycle de Rankine se compose des
transformations réversibles suivantes (fig. 8.11) :
- échauffement de l'eau et vaporisation
isobares OMN
- détente adiabatique NB
- condensation isobare (et isotherme) BO
- compression adiabatique de l'eau OO'
Comme le travail de compression OO' du
liquide est généralement négligeable vis-à-vis du travail produit par la détente, nous confondrons les
points O et O'.
Le rendement du cycle OMNBO peut s'écrire :
S
T
2
1
3
4
P2
P1
5
6
Figure 8.10 : cycle mixte
S
B
O
T
M N
B
Figure 8.11 : cycle de Rankine
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 15
η· − 1
q
q
bo
on
(46)
Bien que la notion de polytropique ne
puisse s'appliquer à un fluide qui subit un
changement d'état, on peut toutefois appliquer
le concept de la t.m.i. aux échanges
calorifiques réversibles intervenant dans le
cycle à vapeur. On a en effet :
- pour l'échange à haute température

: q
on
= T
on
. (s
n
- s
o
) (47)
- pour l'échange à basse température: q
bo
= T
bo .
(s
b
- s
o
) (48)
En remplaçant dans (46) q
on
et q
bo
par
leurs expressions (47) et (48) , il vient, sachant
que s
b
= s
n
:
η· − 1
T
T
bo
on
(49)
où l'on a : T
bo
= T
o et
T
h - h
s - s
on
n o
n o
· (50)
La relation (49) montre que le cycle de Rankine possède le même rendement qu'un cycle de
Carnot effectué entre les t.m.i. relatives aux sources à haute et à basse températures.
Pour l'échange à haute température qui comporte deux transformations successives, la t.m.i.
correspondante est égale à la moyenne pondérée des t.m.i. relatives à chacune d'elles, d'où :
( ) ( )
T
T s - s T s - s
s - s
on
om m o mn n m
n o
·
+
(51)
L'augmentation de la pression de vapeur vive p
n
(ou de sa température de saturation T
n
)
entraîne deux effets distincts
- en ce qui concerne l'échauffement OM de l'eau, la t.m.i. T
om
augmente ainsi que le "poids"
de cette t.m.i. dans la moyenne pondérée (51) qui détermine la t.m.i. globale T
on
;
- en ce qui concerne le palier de vaporisation, la température de saturation augmente tandis
que diminue le "poids" de cette température dans l'expression (51) de T
on
.
En fin de compte, l'augmentation de la pression supérieure du cycle est toujours favorable
dans le domaine de l'échauffement de l'eau, mais elle peut être défavorable dans celui du palier de
vaporisation. L'action conjuguée de ces deux effets contradictoires, explique l'existence d'une
pression optimale de vapeur vive qui confère au cycle de Rankine son rendement maximal.
Les variations de la température de condensation étant très limitées, on peut négliger leur
influence sur la t.m.i. à haute température car elles n'affectent, faiblement d'ailleurs, que le domaine
de l'échauffement de l'eau. Par contre, une modification de la température de condensation agit
directement sur la valeur du rendement du cycle de Carnot équivalent. Il en résulte qu'une diminution
de la température (ou de la pression) de condensation, entraîne une augmentation appréciable du
rendement du cycle de Rankine.
S
O
T
K J
B P
K
1
K
2
J
1
J
2
Figure 8.12 : cycle à régénération
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 16
Cycle à régénération
De la vapeur saturée se trouvant à l'état J (fig. 8.12) est détendue isentropiquement jusqu'à la
pression de condensation. Au cours de cette détente, on effectue des soutirages successifs en
nombre infini (soutirage continu). Le premier soutirage à lieu sous une pression inférieure à p
k
mais
ne différant de celle-ci que d'une quantité infiniment petite. La quantité de chaleur élémentaire
nécessaire pour échauffer de l'eau de K
1
à K, doit être fournie par la condensation de la vapeur
prélevée au premier soutirage (en J). De même, la quantité de chaleur élémentaire nécessaire pour
échauffer de l'eau K
2
à K
1
doit être fournie par la condensation de la vapeur prélevée au deuxième
soutirage (en J
1
) , et ainsi de suite.
Dans le cycle envisagé, l'échauffement de l'eau est intégralement assuré par un échange
calorifique interne au cycle et réversible de surcroît, c'est-à-dire par régénération de la chaleur
fournie par la vapeur prélevée en cours de détente. il s'ensuit que ce cycle ne comporte que des
transformations réversibles et que les deux seuls échanges avec l'extérieur mettent à contribution
deux sources (chaude et froide) à température constante. Ce cycle est donc équivalent à un cycle de
Carnot fonctionnant entre les deux températures correspondantes, ceci en vertu du théorème de
Carnot.
Comme la seule chaleur reçue de la source chaude correspond au palier de vaporisation KJ,
on peut substituer au cycle à régénération OKJBO, le cycle de Carnot équivalent PKJBP. Il s'ensuit
que le rendement du cycle à régénération ne dépend que des seules températures de vaporisation et
de condensation (ou des pressions de saturation correspondantes) . Comme pour le cycle de Carnot
équivalent, le rendement du cycle à régénération sera toujours amélioré si la température de
vaporisation est augmentée et/ou si la température de condensation est diminuée.
Cycle de Hirn
Le cycle de Hirn se distingue du cycle de Rankine proprement dit par l'adjonction d'une
surchauffe NA de la vapeur (fig. 8.12); il est à la base des cycles réalisés dans les centrales
thermiques pour lesquelles la température élevée que possèdent les gaz de combustion, permet le
recours à une surchauffe importante.
Par définition de la t.m.i., on peut écrire :
( ) q T s - s
oa oa a o
· avec
T
h - h
s - s
oa
a o
a o
· (52)
et l'on a :
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 17
( ) q T s - s
bo o b o
· (53)
D'où il vient par la substitution habituelle
et en tenant compte de l'égalité des variations
d'entropie :
η· − 1
T
T
o
oa
(54)
Le cycle de Hirn est donc équivalent à
un cycle de Carnot effectué entre les
températures T
oa
et T
o
. Dans ce paragraphe,
nous avons exclu pour simplifier le cas très
exceptionnel où le point B serait situé en zone
de surchauffe
La t.m.i. relative à échange à haute
température peut s 'écrire (cfr relation 51) :
( ) ( )
T
T s - s T s - s
s - s
oa
on n o na a n
a o
·
+
(55)
Il est manifeste que la t.m.i. T
on
intervenant dans cette moyenne pondérée est inférieure à la
température de saturation de la vapeur tandis que la t.m.i. T
na
lui est supérieure. Il s'ensuit que la
t.m.i. de l'échange à haute température relative au cycle de Hirn sera, pour une pression de vapeur
donnée, supérieure à la t.m.i. correspondante relative au cycle de Rankine, en sorte que dans les
mêmes conditions de pression, le rendement du cycle de Hirn l'emportera toujours sur celui du cycle
de Rankine. D'ailleurs, l'accroissement de la température de surchauffe entraînera non seulement
l'augmentation de la t.m.i. relative a la surchauffe mais encore de son "poids",

dans la moyenne
pondérée (55); il en résulte que le rendement du cycle de Hirn est une fonction croissante de la
température de surchauffe.
Considérons ensuite le cas où, pour une valeur donnée de la température T
a
, on fait varier la
pression de la vapeur vive. Dans la mesure où la t.m.i. T
on
croît avec la pression comme le fait
d'ailleurs nécessairement T
na
, la t.m.i. T
oa
croît également avec cette pression et il s'ensuit une
amélioration concomitante du rendement. Il existe cependant un domaine pour lequel la régie de
croissance du rendement avec la pression est prise en défaut. En effet, si une augmentation de la
pression entraîne toujours un accroissement de la t.m.i. T
na
, il n'en est pas de même de T
on
qui,
comme on l'a vu (étude du cycle de Rankine), passe par un maximum pour une certaine valeur de la
pression. Ainsi, dans la mesure où l'influence d'un accroissement de T
na
est trop faible pour
compenser celle de la diminution de T
on
qui se manifeste aux pressions élevées, on observe alors
une légère diminution du rendement en dépit d'une augmentation de la pression.
L'expression (54) indique clairement qu'une diminution de la température de condensation T
o
entraîne toujours une amélioration du rendement.
S
O
T
B
A
N
M
Figure 8.12 : cycle de Hirn
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 18
Cycle à resurchauffe
La comparaison des cycles de Hirn et de Rankine a montré l'intérêt qu'il y a, pour les cycles à
vapeur, de poursuivre l'échauffement isobare du fluide moteur jusqu'à une température aussi élevée
que possible. L'avantage ainsi obtenu de la surchauffe peut être augmenté en réalisant la détente
réversible de la vapeur d'abord selon l'isotherme AL, ensuite selon l'adiabatique LB (fig. 8.13); on
effectue ainsi le cvcle à resurchauffe isotherme OMNALBO.
La t.m.i. relative à l'échange à haute température peut s'écrire :
( ) ( )
T
T s - s T s - s
s - s
ol
oa a o al l a
l o
·
+
(56)
Comme la t.m.i. T
al
se confond avec la
température maximale atteinte par la vapeur, il
s'ensuit que T
al
(=T
a
) est supérieure à la t.m.i.
T
oa
.
Par suite, la t.m.i. T
ol
relative à l'échange
a haute température sera accrue par
l'adjonction de la détente isotherme initiale, et
ceci d'autant plus que le "poids" de la t.m.i. T
al
sera élevé dans la moyenne pondérée (56).
On vérifie aisément que le rendement du
cycle étudié a pour expression :
η· − 1
T
T
o
ol
(57)
avec T
h - h
s - s
ol
l o
l o
·
Il résulte de l'expression (57) et de la discussion relative à la t.m.i. T
ol
ci-dessus, que le
rendement est amélioré par la resurchauffe isotherme.
Toutefois, si l'allongement de l'isotherme AL entraîne une augmentation de la t.m.i. T
ol
, on ne
peut pas en conclure que le rendement du cycle en sera pour autant toujours amélioré. En effet, dès
que, par suite de cet allongement, le point B situé à l'intersection de l'adiabatique LB avec l'isobare
relative au condenseur, pénètre en zone de surchauffe, la température T
o
qui intervient en (57) doit
être remplacée par la t.m.i. T
bo
dont

la valeur est d'autant plus supérieure à T
o
que l'adiabatique LB
a été déplacée davantage dans le sens des entropies croissantes. C'est pourquoi, lorsqu'on augmente
l'importance de la resurchauffe isotherme, le rendement du cycle croit d'abord, passe ensuite par un
maximum, puis finit par diminuer. Le maximum est atteint pour une valeur optimale de la pression
intermédiaire qui caractérise le point L.
Il n'est pas possible de réaliser pratiquement la détente isotherme de la vapeur, mais on peut
approcher cette transformation idéale en effectuant après une détente adiabatique partielle AI, une
resurchauffe isobare IL. La t.m.i. relative à l'échange à haute température peut alors s 'écrire :
S
O
T
B
A
N
M
L
Figure 8.13 : cycle avec resurchauffe
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 19
( ) ( )
T'
T s - s T s - s
s - s
ol
oa a o il l i
l o
·
+
(58)
Il est manifeste que la t.m.i. T
il
est inférieure à la t.m.i. T
al
(=T
a
); par suite, la t.m.i. relative à
l'échange à haute température sera inférieure à celle du cas idéal correspondant à la détente
isotherme. La t.m.i. T
il
sera d'ailleurs d'autant plus basse que la pression intermédiaire p
i
sera plus
faible. C'est ainsi qu'en dessous d'un certain seuil de cette pression, T
il
deviendra inférieure à T
oa
et
que dans ces conditions, la t.m.i. à haute température du cycle à resurchauffe deviendra inférieure à
celle du cycle de Hirn correspondant. Il en résulte que pour une valeur optimale de la pression
intermédiaire p
i
, le rendement du cycle à resurchauffe sera maximal et qu'en dessous d'une certaine
valeur de cette pression, ce rendement sera inférieur à celui du cycle de Hirn correspondant.
Les cycles idéal OALBO et théorique OAILBO sont équivalents aux cycles de Carnot
effectués entre les t.m.i. T
ol
ou T'
ol
respectivement, et la température T
o
. Dans le cas du cycle à
resurchauffe OAILBO, la t.m.i. relative à l'échange à haute température, est donnée par la relation
58.
CONCLUSIONS
Les cycles théoriques à gaz sont composés d'une succession de transformations
polytropiques. Si l'on excepte le cas de l'adiabatique, la polytropique donne lieu à un échange
calorifique dont le niveau de température peut être caractérisé par la t.m.i. qui représente la
température constante d'une source énergétiquement équivalente. Quant à l'adiabatique, elle joue un
rôle particulier; en effet, elle seule permet de faire passer réversiblement le fluide d'un état d'équilibre
avec la source chaude, à un état d'équilibre avec la source froide. En principe, tout cycle comporte
deux transformations adiabatiques, encore que l'une d'elles puisse éventuellement disparaître (cycle
de Lenoir). On peut même concevoir des cycles dépourvus d'adiabatique, mais il faut alors faire
intervenir des échanges calorifiques internes (cycle de Stirling).
Le théorème de Carnot a été étendu aux cycles réversibles effectués entre deux polytropiques
de même espèce. Mais, lorsque les deux polytropiques ne sont pas de même espèce, le rendement
n'est plus indépendant de la quantité de chaleur apportée au cycle.
Le rendement d'un cycle est égal au complément à l'unité du rapport des quantités de chaleur
échangées respectivement à basse et à haute température. Pour tous les cycles théoriques, le rapport
de ces quantités de chaleur peut être remplacé par le rapport des t.m.i. correspondantes;
l'expression analytique du rendement s'en déduit aisément.
L'influence des paramètres du cycle sur son rendement s'étudie habituellement à partir de
l'expression analytique de celui-ci. Cependant, cette influence se révèle d'une manière plus directe et
plus intuitive en se basant sur l'extension du théorème de Carnot et sur ses prolongements. D'ailleurs,
le calcul du rendement à partir des t.m.i. ajoute à celui-ci un complément d'information intéressant;
en effet, les t.m.i. relatives aux échanges calorifiques à haute et à basse températures, permettent
d'apprécier l'importance des irréversibilités thermiques affectant chacun d'eux.
Dans le cas d'une vapeur à laquelle la notion de polytropique n'est pas applicable, la t.m.i. ne
se traduit plus par une fonction analytique simple. Cette t.m.i. est cependant déterminée par le
rapport de la variation d'enthalpie à la variation d'entropie correspondante pour la transformation
généralement isobare envisagée. Le rapport des quantités de chaleur échangées par un cycle à
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 8 CYCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 20
vapeur avec les deux sources chaude et froide, pouvant encore être remplacé par le rapport des
t.m.i. correspondantes, le rendement s'en déduit directement.
La transformation isobare de l'eau en vapeur surchauffée implique trois transformations
successives. La comparaison des t.m.i. relatives à ces transformations partielles et de leurs
importances relatives, permet d'étudier lorsqu'on modifie les paramètres du cycle, l'influence de
chacune d'elles sur la t.m.i. relative à l'ensemble de l
'
échange à haute température, et partant sur le
rendement. Les cycles à vapeur sont améliorés par certains procédés (soutirage, resurchauffe et
même cycles binaires ou combinés) dont l'influence favorable s'explique aisément lorsqu'on raisonne
sur les t.m.i. relatives aux échanges calorifiques. En outre, l'optimisation de certains paramètres (p.
ex. la pression de resurchauffe) peut être justifiée par la même démarche.
D'une manière générale, tous les cycles théoriques des machines motrices thermiques peuvent
être ramenés à des cycles de Carnot équivalents. Dès lors, si le rôle fondamental du cycle de Carnot
est notoirement reconnu en thermodynamique théorique, son importance s'affirme également par ce
qui précède en thermodynamique appliquée.
La transposition des conclusions relatives à l'étude d'un théorique, à celles relatives au cycle
réel correspondant, nécessite la prise en considération des irréversibilités mécaniques et thermiques
internes au cycle. On a ainsi vu comment dans certains cas (cf. § 6.3), ces conclusions pouvaient
être considérablement modifiées sous l'effet de ces irréversibilités.
Le principe d'équivalence et le principe de Carnot constituent les fondements de la présente
étude. En effet, le premier principe conduit à l'expression du rendement en fonction des quantités de
chaleur échangées avec les sources chaude et froide, tandis que le second principe sur lequel repose
la définition de la t.m.i., permet ensuite d'exprimer ce rendement en fonction des t.m.i. relatives aux
deux échanges. La t.m.i. constitue donc, au même titre que l'exergie, une conséquence directe des
premier et second principes de la thermodynamique.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.1
CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR
CYCLES THEORIQUES
Machine frigorifique
Le cycle de référence de la machine frigorifique est le cycle de Carnot inversé, effectué par
une vapeur. Son coefficient de performance (COP) se calcule au moyen de la formule classique (fig.
9.1) :
ε ·

·

·

·
Q
Q Q
T
T T
qr
sp qr
qr
sp qr
25315
28815 25315
7 233
,
, ,
,
où : T
sp
est la température de la source chaude
(ambiance =15
°
C)
et T
qr
est la température de la source froide,
avec t
qr
= - 20
°
C
Dans le cycle PQRS, on a supposé que les
échanges thermiques avec les deux sources
s'effectuaient sans écart de température; on réalise
ainsi le cycle idéal.
En pratique, il y a lieu de tenir compte des
écarts de température nécessaires aux échanges
thermiques externes, c'est-à-dire avec les deux
sources. On obtient ainsi le cycle théorique ABCD
pour lequel le COP s'écrit :
ε ·

·

·
T
T T
bc
da bc
24315
30315 24315
4 052
,
, ,
,
où : Tda est la température de condensation (t
da
= 30
°
C)
et Tbc est la température d'évaporation (t
bc
= - 30°C).
15°C
10°C
T
S
A
P
Q
B
D
S
R
C
15°C
-20°C
Figure 9.1
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.2
Dans le cas du régime sec, la
compression isentropique s'effectue dans la
zone de vapeur surchauffée, en sorte que la
température finale correspondante est
supérieure à la température de condensation.
Le rejet de chaleur à l'ambiance s'effectue dès
lors suivant le tracé D'DA appartenant à une
isobare (fig. 9.2).
Dans tous les exemples qui suivent, nous
supposerons que le fluide frigorifique est le
Freon 12 (CCl
2
F
2
), dont les propriétés thermodynamiques sont disponibles à la table 9.1 pour les
points caractéristiques des cycles examinés ci-après.
Comme développé au chapitre 8, l'échange de chaleur sous température variable suivant
D'DA, peut être assimilée à un échange thermique isotherme, énergétiquement équivalent, caractérisé
par sa température moyenne intégrée (t.m.i.).
La t.m.i. est déterminée comme suit, le fluide étant le Freon 12, et ses propriétés étant fournies
au tableau 9.1 :
T
h - h
s - s
K
d'a
d' a
d' a
· ·


·
373 40 228 54
15751 10979
303 56
, ,
, ,
,
Dans ces conditions, le COP se calcule comme pour le cycle de Carnot inversé, soit :
ε ·

·
T
T T
bc
d a bc
'
' '
, 4 025
avec T
bc'
= 243,15 K
T
S
D’
D A
B C’
Figure 9.2
Table 9.1 : propriétés du Freon 12
(dichloro difluoro methane CCl
2
F
2)
état h(kJ/kg) s(kJ/kg/K) e(kJ/kg)
A 228,54 1,0979 0,552
A' 218,32 1,0658 0,094
B 222,12 1,0979 -5,866
B' 214,31 1,0658 -4,433
C 330,43 1,5433 -25,900
C' 338,14 1,5751 -27,327
C" 343,92 1,5984 -28,269
D 363,57 1,5433 7,239
D' 373,4 1,5751 7,934
D" 380,92 1,5984 8,726
F 390,17 1,6262 9,963
L 228,54 1,1243 -7,041
L' 218,82 1,0844 -5,254
V 366,98 1,5545 7,491
N.B. : les exergies sont calculées pour la
température de référence de 15°C
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.3
Lorsqu'on prend en considération un sous-refroidissement AA' de 10
°
C (fig. 9.3), la t.m.i.
relative à l'échange considéré se modifie encore et l'on a :
T
h - h
s - s
K
d'a'
d' a'
d' a'
· ·


·
373 40 218 82
15751 10658
30351
, ,
, ,
,
On a par ailleurs :
T
b'c'
= 243,15 K
D'où il vient :
ε ·

·
T
T T
b c
d a b c
' '
' ' ' '
, 4 028
Dans le cas où une surchauffe initiale C' C" de 10
°
C affecte la vapeur aspirée par le
compresseur, l'échange avec la source froide n
'
est plus isotherme; il s'effectue alors suivant B C' C"
(fig. 9.4). Il est alors nécessaire de calculer les t.m.i. relatives aux deux échanges à haute et à basse
températures du cycle.
Il vient ainsi :
T
d a "
, ,
, ,
, · ·


·
h - h
s - s
K
d" a
d" a
380 92 228 54
15964 10979
304 46
T
bc"
, ,
, ,
, · ·


·
h - h
s - s
K
c" b
c" b
343 92 222 12
15984 1 0979
243 36
ε ·

·
T
T T
bc
d a bc
"
" "
, 3 983
T
S
10°C
D’
D A
A’
B’ C’
Figure 9.3
T
S
D’
D A
B
C’
C”
10°C
Figure 9.4
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.4
Lorsque le cycle comporte à la fois le sous-refroidissement et la surchauffe initiale, les t.m.i.
des deux échanges à haute et à basse températures
doivent respectivement tenir compte de l'une et l'autre de
ces modifications (fig. 9.5).
On a alors :
T
d a " '
, ,
, ,
, · ·


·
h - h
s - s
K
d" a'
d" a'
380 92 218 82
15964 1 0658
304 36
T
b c ' "
, ,
, ,
, · ·


·
h - h
s - s
K
c" b'
c" b'
343 92 214 31
15984 1 0658
243 35
ε ·

·
T
T T
b c
d a b c
' "
" ' ' "
, 3 989
Enfin, dans le cas d'une compression biétagée
avec refroidissement intermédiaire réversible par prélèvement continu de fluide frigorigène en cours
de détente (fig. 9.6), on obtient en l'absence de sous-refroidissement et de surchauffe initiale :
T
va
· ·


·
h - h
s - s
K
v a
v a
366 98 228 54
15545 10979
303 20
, ,
, ,
,
T
bc'
, · 24315 K
ε ·

·
T
T T
bc
va bc
'
'
, 4 049
On peut montrer, par un calcul classique du cycle, que dans le cas, plus conforme à la réalité,
où le refroidissement intermédiaire se fait irréversiblement, le COP prend les valeurs suivantes :
- pour un refroidissement intermédiaire monoétagé MN : ε = 4,036
- pour un refroidissement intermédiaire biétagé (MS et SN) : ε = 4,043
Le tableau 9.2 indique, pour les différents cycles étudiés ci-dessus, les valeurs des COP ainsi
que celles des températures (température constante ou t.m.i.) relatives aux échanges thermiques avec
les sources chaudes (T
ch
) et froide (
Tfr
), utilisées dans le calcul.
T
S
D”
D
A
B’
C’
C”
10°C
10°C
A’
Figure 9.5
T
S
V
D A
B
C’
30°C
30°C
M
N
Figure 9.6
Table 9.1 : synthèse des résultats
Machine frigorifique Pompe à chaleur
Tch (K) Tfr (K) e Tch (K) Tfr (K) e
Cycle idéal 288,15 253,15 7,233 323,15 288,15 9,233
Cycle théorique 303,15 243,15 4,053 338,15 278,15 5,636
Régime sec 303,56 243,15 4,025 338,32 278,15 5,623
Sous-refroidissement 303,51 243,15 4,028 338,06 278,15 5,643
Surchauffe initiale 304,46 243,36 3,983 339,08 278,52 5,599
Sous-refr. et surchauffe 304,36 243,35 3,989 338,60 278,50 5,634
Refroid. intermédiaire 303,20 243,15 4,049
Refroid. monoétagé 4,036
Refroid. biétagé 4,043
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.5
Conclusions
1° Tous les cycles théoriques, c'est-à-dire non affectés par des irréversibilités internes au cycle,
sont assimilables à des cycles de Carnot inversés équivalents.
2° La comparaison des t.m.i., pour chacun des deux échanges thermiques externes, explique
l'influence des modifications apportées au C.O.P. par les différentes variantes du cycle. On
constate en effet les correspondances suivantes :
- le régime sec implique une augmentation de la t.m.i. relative à l'échange à haute
température, il en résulte une diminution du C.O.P.;
- le sous-refroidissement détermine une diminution de la t.m.i., relative à l'échange
thermique à haute température. Il en résulte une amélioration du C.O.P.;
- d'ailleurs la surchauffe initiale de la vapeur aspirée entraîne une augmentation de la t.m.i.
relative à l'échange à basse température. Par suite du relèvement correspondant de la
température finale de compression, elle entraîne aussi une augmentation de la t.m.i. de
l'échange à haute température. il s'ensuit une certaine compensation de ces deux effets
opposés, mais globalement, le C.O.P. est diminué.
3° La compression biétagée associée à un refroidissement intermédiaire (réversible !) et interne au
cycle, détermine une amélioration du C.O.P. Ceci résulte de l'abaissement de la température
finale de compression, d'où finalement une diminution de la t.m.i. relative à l'échange thermique
à haute température. Une multiplication des étages de compression conduirait donc, par suite
de l'abaissement consécutif de la température finale de compression, à une amélioration plus
importante du C.O.P. Ainsi, à la limite, pour un nombre d'étages de compression croissant
indéfiniment, le C.O.P. tendrait vers celui du régime humide correspondant.
4° Dans le cas d'un refroidissement intermédiaire irréversible, c'est-à-dire avec un écart de
température non infiniment petit, l'amélioration du C.O.P. apportée par la compression étagée,
est réduite. Cependant, quand le nombre des étages augmente, on se rapproche
progressivement du cas théorique de l'échange réversible. Les résultats des deux dernières
lignes du tableau 12 qui prennent cette irréversibilité en considération, en témoignent.
Pompe à chaleur
Le cycle de référence de la pompe à chaleur est encore le cycle de Carnot inversé, mais ici la
température de la source froide est identique à celle de l'ambiance. En ce qui concerne la pompe à
chaleur, les résultats du calcul des t.m.i. et des COP sont indiqués, pour les différentes variantes, au
tableau 9.1. Ils ont été obtenus pour des températures des sources chaude et froide respectivement
égales à 50
°
C et 15°C.
D'une manière générale, les conclusions élaborées pour la machine frigorifique peuvent
s'étendre à la pompe à chaleur. En particulier, les cycles théoriques peuvent ici encore être assimilés
à des cycles de Carnot inversés qui leur sont équivalents. Cependant, on peut y ajouter les
conclusions complémentaires qui suivent :
1° Entre deux niveaux de température donnés, le COP d'une pompe à chaleur est d'une unité
supérieur à celui de la machine frigorifique correspondante. On a en effet :
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.6
ε ε
PC
ch fr ch
MF
Q
W
Q W
W
Q
W
· ·
+
· + · + 1 1
2° Pour un même niveau moyen de température (T), le COP diminue lorsque l'écart (2∆T) entre
les températures extrêmes (éventuellement les t.m.i.) s'accroît. On a en effet :
ε
PC
ch
ch fr
T
T T
T T
T
T
T
·

·
+
· +

∆ ∆ 2 2
1
2
avec T = 0,5 (T
ch
+ T
fr
) , on a T
ch
= T + ∆T et T
fr
= T - ∆T
On aboutit d'ailleurs à une conclusion analogue en ce qui concerne la machine frigorifique pour
laquelle on obtiendrait :
ε
MF
T
T
· −
2
1
2 ∆
3° Le tableau 9.3 permet de comparer les valeurs que prennent les COP, pour la machine
frigorifique ou la pompe à chaleur, lorsque pour un écart de température donné (60°C), on fait
varier le niveau de température moyen (t) du cycle. On constate ainsi que dans ces conditions,
le COP augmente avec le niveau de température moyen.
4° Les différentes variantes du cycle (MF ou PC) sont caractérisées par des COP qui diffèrent
très peu l'un de l'autre. Ceci résulte de ce que pour chacun des deux échanges thermiques
considérés séparément, les valeurs des t.m.i. varient très peu d'un cas à l'autre. En effet, la
part largement prépondérante de ces échanges, revient à des changements d'état isothermes
(évaporation ou condensation) . Il s'ensuit que les influences des sous-refroidissement,
surchauffe initiale et/ou refroidissement intermédiaire, n'affectent que faiblement la t.m.i. en
cause, de même que finalement le COP.
Table 9.3 :
Evolution du coefficient de performance avec la température moyenne
BILANS EXERGETIQUES
Machine frigorifique
Le cycle idéal PQRS (fig. 9.1) n'est affecté par aucune irréversibilité. Dans ces conditions,
l'exergie enlevée à la source froide, augmentée du travail globalement dépensé, se retrouve
intégralement dans l'exergie cédée à la source chaude. Cependant, la source chaude étant ici
l'ambiance, il s'ensuit que l'exergie de la chaleur qui lui est cédée, ne peut avoir qu'une valeur nulle.
Dès lors, le bilan exergétique se réduit à un seul terme non nul pour le passif, à savoir l'exergie
prélevée à la source froide. En ce cas, le rendement exergétique, c'est-à-dire le rapport de l' exergie
enlevée à la source froide au travail dépensée, est égal à l'unité.
T (°C)
ε MF ε PC
-40°C à +20°C -10 3,89 4,89
-20°C à +40°C 10 4,22 5,22
0°C à +60°C 30 4,55 5,55
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.7
Le cycle théorique ABCD (fig. 9.1) prend en considération les écarts de température
nécessaires aux échanges thermiques avec les deux sources (t
sp
= 15°C; t
gr
= -20°C); il en résulte
deux irréversibilités thermiques externes au cycle. Le bilan exergétique s'établit alors comme suit, les
valeurs des enthalpies, entropies et exergies étant données au tableau 14 :
- travail dépensé :
W = (h
d
- h
c
) - (h
a
- h
b
) = 26,72 kJ
- exergie enlevée à - 20°C :
E = (h
b
- h
c
) h
c
= 14,97 kJ (56% de W)
avec h
c
= 1 - T
sp
/T
qr
- perte d'exergie à l' évaporateur :
(e
b
- e
c
) - E = 5,06 kJ (19,0%)
- perte d'exergie au condenseur :
(e
d
- e
a
) - E' = 6,69 kJ (25,0%)
avec E' = 0 à la température ambiante.
- rendement exergétique :
ρ = E / w = 56,0%
- coefficient de performance :
ε = (h
c
- h
b
) / W = 4,05
En régime sec (fig. 9.2), le bilan ex. devient :
- travail dépensé :
W = (hd' - hc') - (ha - hb) = 28,84 kJ
- exergie enlevée à -20°C :
E = (hb - hc')hc = 16,04 kJ (55,6%)
- perte d'exergie à l' évaporateur:
(eb - ec') - E = 5,42 kJ (18,8%)
- perte d'exergie au condenseur :
(ed' - ea) - E' = 7,38 kJ (25,6%) avec E' = 0
- rendement exergétique :
ρ = E / W = 55,6%
- coefficient de performance :
ε = (hc' - hb) / W = 4,02
La substitution dans le cycle d'une détente par laminage à l'isentropique (fig. 9.7), introduit une
irréversibilité mécanique à laquelle correspond l'absence de travail récupéré au cours de cette
transformation.
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.8
Le bilan exergétique s'établit alors comme suit :
- travail dépensé :
W = h
d'
- h
c'
= 35,26 kJ
- perte ex. laminage :
e
a
- e
l
= 7,59 kJ (21,5%)
- exergie enlevée à -20°C :
E = (h
1
- h
c '
)h
c
= 15,15 kJ (43,0%)
- perte d'exergie à l' évaporateur:
(e
l
- e
c'
) - E = 5,14 kJ (14,6%)
- perte d'exergie au condenseur :
(e
d'
- e
a
) - E' = 7,38 kJ (20,9%)
- rendement exergétique :
ρ = E / W = 43,0 %
- coefficient de performance :
ε = (h
c'
- h
l
) / W = 3,11
Lorsque le laminage est précédé par un sous-
refroidissement (fig. 9.8), le bilan exergétique
devient :
- travail dépensé :
W = h
d'
- h
c'
= 35,26 kJ
- perte ex. laminage :
e
a'
- e
l'
= 5,35 kJ (15,2%)
- exergie enlevée à -20°C
E = (h
l'
- h
c'
)h
c
= 16,50 kJ (46,8%)
- perte d'exergie à l' évaporateur:
(e
l'
- e
c'
) - E = 5,57 kJ (15,8%)
- perte d'exergie au condenseur :
(e
d'
- e
a'
) - E' = 7,84 kJ (22,2%)
- rendement exergétique :
ρ = E / W = 46,8%
- coefficient de performance :
ε = (h
c'
- h
l'
) / W = 3,38
T
S
D’
D A
L C’
Figure 9.7
T
S
10°C
D’
D A
A’
L’
C’
Figure 9.8
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.9
Pour le cycle avec une détente par laminage, une
surchauffe initiale et en régime sec (fig. 9.9), on a :
- travail dépensé :
W = h
d"
- h
c"
= 37,00 kJ
- perte ex. laminage :
e
a
-e
l
= 7,59 kJ (20,5%)
- exergie enlevée à -20
°
C :
E = (h
c"
- h
l
)h
c
= 15,95 kJ (43,1%)
- perte d'exergie à l' évaporateur:
(e
l
- e
c"
) - E = 5,28 kJ (14,3%)
- perte d'exergie au condenseur :
(e
d"
- e
a
) - E' = 8,17 kJ (22,1%)
- rendement exergétique :
ρ = E / W = 43,1%
- coefficient de la performance :
ε = (h
c"
- h
l
) / W = 3,12
Pour le cycle avec un sous-refroidissement, une détente par laminage, une surchauffe initiale et
en régime sec, on a le bilan exergétique (fig. 9.10) :
- travail dépensé :
W = h
d"
- h
c"
= 37,00 kJ
- perte ex. laminage :
e
a'
- e
l'
= 5,35 kJ (14,5%)
- exergie enlevée à -20°C :
E = (h
c"
- h
l'
) hc = 17,30 kJ (46,7%)
- perte d'exergie à l' évaporateur:
(e
l'
- e
c"
) - E' = 5,72 kJ (15,5%)
- perte d'exergie au condenseur :
(e
d"
- e
a'
) - E' = 8,63 kJ (23,3%)
- rendement exergétique :
ρ = E / W = 46,7%
- coefficient de performance :
ε = (h
c"
- h
l'
) / W = 3,38
Dans le cas particulier où la machine frigorifique comporte un turbocompresseur, la
compression adiabatique réelle s'effectue suivant C"F (fig. 9.10). L'état F est alors déterminé en
prenant en considération le rendement isentropique du compresseur ici égal à 80%. Dans ces
conditions, le bilan exergétique s'établit comme suit :
- travail dépensé :
W = h
f
- h
c"
= 46,25 kJ
- perte d'exergie au compresseur :
W - (e
f
- e
c"
) = 8,02 kJ (17,3%)
- perte ex. laminage :
ea' - el' = 5,35 kJ (11,6%)
T
S
D”
D A
L
C’
C”
10°C
Figure 9.9
T
S
D”
D
A
L’ C’
C”
10°C
10°C
A’
F
Figure 9.10
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.10
- exergie enlevée à -20°C :
E = (h
c"
- h
l'
)h
c
= 17,30 kJ (37,4%)
- perte d'exergie à l' évaporateur:
(e
l'
- e
c"
) - E = 5,72 kJ (12,4%)
- perte d'exergie au condenseur :
(e
f
- e
a'
) - E' = 9,87 kJ (21,3%)
- rendement exergétique :
ρ = E / W = 37,4%
- coefficient de performance :
ε = (h
c"
- h
l'
) / W = 2,70
Conclusions
Alors que la notion de température moyenne intégrée ne s'applique qu'aux cycles
théoriques, c'est-à-dire qui ne comportent aucune irréversibilité interne, l'analyse exergétique
s'applique indifféremment à tous les cycles, qu'ils soient théoriques ou réels.
Contrairement au bilan thermique qui ne tient compte que du seul principe d'équivalence, le
bilan exergétique prend également en considération le principe de Carnot. Il conduit ainsi, comme
c'était déjà le cas des machines thermiques motrices, à mettre en évidence les différentes
irréversibilités qui affectent l'installation, et aussi à en faire l'évaluation.
Le tableau 9.4 permet de comparer les performances des différents cycles que nous avons
analysés. De son examen, on peut tirer les conclusions suivantes :
1° Le cycle idéal ne comporte aucune irréversibilité, ni interne ni externe, d'où ρ=100%.
2° Le cycle théorique prend en considération les irréversibilités externes relatives aux
échanges avec les sources chaude et froide, d'où une importante diminution de ρ.
3° Les modifications dues au régime sec, au sous-refroidissement, à la surchauffe initiale,
n'affectent que faiblement ρ.
4° Les irréversibilités mécaniques internes au cycle, qui sont dues au laminage et au
turbocompresseur, engendrent d'importantes et nouvelles pertes d'exergie, lesquelles
réduisent encore sensiblement ρ.
En ce qui concerne les irréversibilités thermiques, la perte d'exergie peut être calculée en
utilisant la notion de t.m.i. En effet, d'une manière générale, la perte d'exergie relative à un échange
thermique peut s'exprimer comme suit :
Q
T
T
Q
T
T
Q
T T
T 1 1
1 1
0 0
2 2 1
0

¸
¸

_
,
− −
¸
¸

_
,
· −
¸
¸

_
,

où T
2
, T
l
et T
o
sont respectivement les températures, ou les t.m.i. du fluide chauffé, du fluide
chauffant et de l'ambiance. Ainsi, on a par exemple pour la troisième variante (fig. 9.2), où T
2
= T
o
= 288,15 K et T
l
= T
d'a
= 303,56 K
( ) h h
T T
d a '
, − −
¸
¸

_
,
·
1 1
7 35
2 1
0
T kJ
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.11
Table 9.4 : comparaison des irréversibilités dans les différents cycles.
Cycle
idéal
Cycle
théorique
Régime
sec
Laminage Sous-
refroidis.
Surch.init. Sous-refr.
+Surchauffe
Turbo-
compresseur
Exergie enlevée à -20°C MF 100,0 56,0 55,6 43,0 46,8 43,1 46,7 37,4
Exergie cédée à 50°C PC 100,0 61,0 60,9 45,7 50,0 46,3 50,4 42,5
Perte ex. évaporateur MF x 19,0 18,8 14,6 15,8 14,3 15,5 12,4
PC x 16,6 16,6 11,5 13,0 11,3 12,7 10,2
Perte exergie condenseur MF x 25,0 25,6 20,9 22,2 22,1 23,3 21,3
PC x 22,4 22,5 16,9 18,9 17,9 19,8 17,6
Perte exergie laminage MF x 21,5 15,2 20,5 14,5 11,6
PC x 25,9 18,1 24,6 17,1 13,7
Perte exergie compresseur MF x 17,3
PC x 16,1
Rend. exergétique ρ
MF 100,0 56,0 55,6 43,0 46,8 43,1 46,7 37,4
PC 100,0 61,0 60,9 45,7 50,0 46,3 50,4 42,5
Coef. de performance ε
MF 7,23 4,05 4,02 3,11 3,38 3,12 3,38 2,70
PC 9,23 5,64 5,62 4,22 4,62 4,27 4,65 3,92
SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00
Chapi t re 9 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.12
Pompe à chaleur
Les données générales concernant la pompe à chaleur sont analogues à celles indiquées au
paragraphe précédent, relatif aux machines frigorifiques, mais avec la différence essentielle que les
températures des sources chaude et froide sont ici respectivement égales à 50°C et 15°C. En
particulier, les figures où sont représentées les différentes variantes du cycle frigorifique, restent
valables pour les variantes correspondantes de la pompe à chaleur. Le tableau 9.4 présente les
différents bilans exergétiques de celle-ci; il appelle les observations suivantes :
1° D'une manière générale, les conclusions élaborées pour la machine frigorifique restent valables
pour la pompe à chaleur.
2° Par définition, on peut écrire les expressions suivantes du coefficient de performance et du
rendement exergétique :
ρ · · −
¸
¸

_
,

exergie cédée à la source chaude
exergie dépensée
Q
E
T
T
amb
1
ε =
chaleur cédée à la source chaude
travail dépensé
·
Q
W
avec W=E
d'où :
ρ
ε
· − 1
T
T
amb
On en conclut que le rapport du rendement exergétique au coefficient de performance est égal
au rendement d'un cycle de Carnot effectué entre la température de la source chaude et celle
de l'ambiance. Cette conclusion, qui peut d'ailleurs s 'étendre à la machine frigorifique, se
confirme aisément en calculant la valeur du rapport ρ/ε pour les différents cas du tableau 9.4.
3° Le rendement exergétique (et aussi le coefficient de performance) est plus élevé pour la
pompe à chaleur que pour la machine frigorifique. Ceci résulte d'une part, de ce que dans le
premier cas, le travail dépensé participe à la production de chaleur utile, d'autre part, de ce
que l'élévation du niveau moyen de température, réduit, pour chacun des deux échanges
thermiques considérés, l'irréversibilité thermique lorsque la température augmente.
SYST016 Propriétés des corps purs
Constantes themodynami ques de quel ques substances courantes
293.15
Formula Name MolWt Tb Cp(20°C) DelHf DelGf DelSf CpVap A CpVap B CpVap C CpVap D
K J/mol/K J/mol J/mol J/mol/K J/mol/K J/mol/K2 J/mol/K3 J/mol/K4
N2 nitrogen 28.013 77.4 28.843 0 0 0.000 2.693E+01 6.845E-03 -1.115E-06 0.000E+00
O2 oxygen 31.999 90.2 29.471 0 0 0.000 2.626E+01 1.219E-02 -4.369E-06 6.021E-10
Ar argon 39.948 87.3 20.781 0 0 0.000 2.078E+01
H2 hydrogen 2.016 20.3 28.739 0 0 0.000 2.851E+01 1.773E-04 2.177E-06 -4.341E-10
H2O water 18.015 373.2 32.830 -242000 -228800 -44.273 2.919E+01 1.247E-02 0.000E+00 -4.525E-10
CO carbon monoxide 28.010 81.7 28.777 -110600 -137400 89.888 2.658E+01 7.956E-03 -1.521E-06 0.000E+00
CO2 carbon dioxide 44.010 37.707 -393800 -394600 2.683 2.533E+01 4.869E-02 -2.324E-05 3.747E-09
CH4 methane 16.043 111.6 35.246 -74900 -50870 -80.597 1.923E+01 5.208E-02 1.196E-05 -1.131E-08
C2H6 ethane 30.070 184.6 51.876 -84740 -32950 -173.705 5.409E+00 1.781E-01 -6.938E-05 8.713E-09
C3H8 propane 44.094 231.1 72.748 -103900 -23490 -269.696 -4.224E+00 3.063E-01 -1.586E-04 3.215E-08
C4H10 n-butane 58.124 272.7 97.015 -126200 -16100 -369.277 9.487E+00 3.313E-01 -1.108E-04 -2.822E-09
C4H10 isobutane 58.124 261.4 96.250 -134600 -20900 -381.352 -1.390E+00 3.847E-01 -1.846E-04 2.895E-08
C8H18 n-octane 114.232 398.8 186.162 -208600 16400 -754.654 -6.096E+00 7.712E-01 -4.195E-04 8.855E-08
C10H22 n-decane 142.286 447.3 231.181 -249800 33240 -949.321 -7.913E+00 9.609E-01 -5.288E-04 1.131E-07
C12H26 dodecane 170.340 489.5 276.381 -291100 50070 -1144.290 -9.328E+00 1.149E+00 -6.347E-04 1.359E-07
H3N ammonia 17.031 239.8 35.464 -45720 -16160 -99.145 2.731E+01 2.383E-02 1.707E-05 -1.185E-08
N2O nitrous oxide 44.013 184.7 38.460 81600 103700 -74.124 2.162E+01 7.281E-02 -5.778E-05 1.830E-08
NO nitric oxide 30.006 121.4 29.807 90430 86750 12.343 2.935E+01 -9.378E-04 9.747E-06 -4.187E-09
NO2 nitrogen dioxide 46.006 294.3 36.626 33870 52000 -60.808 2.423E+01 4.836E-02 -2.081E-05 2.930E-10
CH4O methanol 32.042 337.7 43.445 -201300 -162600 -129.800 2.115E+01 7.092E-02 2.587E-05 -2.852E-08
C2H6O ethanol 46.069 351.4 64.602 -235000 -168400 -223.377 9.014E+00 2.141E-01 -8.390E-05 1.373E-09
H2S hydrogen sulfide 34.080 213.5 34.155 -20180 -33080 43.267 3.194E+01 1.436E-03 2.432E-05 -1.176E-08
O2S sulfur dioxide 64.063 263.2 39.559 -297100 -300400 11.068 2.385E+01 6.699E-02 -4.961E-05 1.328E-08
O3 ozone 47.998 181.2 39.081 142800 162900 -67.416 2.054E+01 8.009E-02 -6.243E-05 1.697E-08
C carbon (graphite) 12.011 4827.0 8.549 0 0 0.000 8.549
S sulfur (rhb) 32.060 444.7 23.491 0 0 0.000 23.491
SYST016 Annexe 1 Page 1
SYST016 Propriétés des corps purs
Chal eur spéci fi que (état de gaz parfai t)
Cp t °C 0 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800
T (K) 273.15 473.15 673.15 873.15 1073.15 1273.15 1473.15 1673.15 1873.15 2073.15
N2 nitrogen 28.72 29.92 31.03 32.06 32.99 33.84 34.60 35.26 35.84 36.33
O2 oxygen 29.27 31.11 32.67 33.97 35.05 35.94 36.66 37.24 37.71 38.11
Ar argon 20.78 20.78 20.78 20.78 20.78 20.78 20.78 20.78 20.78 20.78
H2 hydrogen 28.71 29.04 29.48 30.04 30.67 31.37 32.11 32.87 33.63 34.37
H2O water 32.58 35.04 37.44 39.77 42.01 44.12 46.10 47.93 49.56 51.00
CO carbon monoxide 28.63 30.00 31.24 32.36 33.36 34.24 34.99 35.63 36.14 36.53
CO2 carbon dioxide 36.98 43.57 48.73 52.63 55.46 57.39 58.61 59.30 59.63 59.79
CH4 methane 34.12 45.36 56.27 66.30 74.93 81.60 85.77 86.91 84.45 77.88
C2H6 ethane 49.06 75.07 96.52 113.82 127.40 137.68 145.07 149.98 152.85 154.08
C3H8 propane 68.26 108.60 139.90 163.71 181.56 195.01 205.60 214.86 224.34 235.59
C4H10 n-butane 91.66 141.14 181.43 212.41 233.93 245.86 248.06 240.41 222.75 194.96
C4H10 isobutane 90.51 142.37 182.75 213.04 234.64 248.91 257.27 261.09 261.77 260.70
C8H18 n-octane 175.06 274.26 349.96 406.40 447.84 478.52 502.70 524.63 548.56 578.73
C10H22 n-decane 217.41 340.33 433.80 503.23 554.06 591.72 621.63 649.22 679.93 719.17
C12H26 dodecane 259.94 406.63 517.97 600.50 660.73 705.18 740.38 772.86 809.13 855.72
H3N ammonia 34.85 41.15 47.47 53.24 57.90 60.86 61.58 59.46 53.96 44.49
N2O nitrous oxide 37.57 45.07 50.03 53.33 55.83 58.43 61.99 67.41 75.55 87.29
NO nitric oxide 29.74 30.64 31.86 33.17 34.39 35.31 35.74 35.46 34.27 31.99
NO2 nitrogen dioxide 35.89 42.48 47.44 50.79 52.52 52.67 51.25 48.26 43.73 37.66
CH4O methanol 41.87 57.48 71.91 83.81 91.80 94.52 90.59 78.65 57.32 25.24
C2H6O ethanol 61.26 91.68 115.54 132.90 143.85 148.43 146.73 138.79 124.70 104.51
H2S hydrogen sulfide 33.91 36.82 40.34 43.91 46.96 48.92 49.24 47.34 42.67 34.66
O2S sulfur dioxide 38.72 45.85 50.52 53.36 55.02 56.13 57.33 59.26 62.55 67.84
O3 ozone 38.10 46.26 51.34 54.17 55.56 56.33 57.29 59.26 63.05 69.47
C carbon (graphite) 8.55 8.55 8.55 8.55 8.55 8.55 8.55 8.55 8.55 8.55
S sulfur (rhb) 23.49 23.49 23.49 23.49 23.49 23.49 23.49 23.49 23.49 23.49
SYST016 Annexe 1 Page 2
SYST016 Propriétés des corps purs
Enthal pi e (état de gaz parfai t)
h(T)-h°
0 15 100 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800
273.15 288.15 373.15 473.15 673.15 873.15 1073.15 1273.15 1473.15 1673.15 1873.15 2073.15
N2 -719.9 -288.4 2182.8 5145.6 11242.6 17553.5 24060.2 30745.0 37590.0 44577.4 51689.4 58908.1
O2 -734.9 -294.7 2240.8 5308.4 11690.4 18357.9 25263.3 32364.8 39626.4 47017.9 54514.8 62098.6
Ar -519.5 -207.8 1558.5 3636.6 7792.7 11948.8 16104.9 20261.0 24417.1 28573.2 32729.3 36885.4
H2 -718.2 -287.4 2160.0 5054.4 10904.5 16854.9 22924.4 29127.5 35474.7 41972.0 48621.6 55421.4
H2O -818.4 -328.3 2501.5 5944.2 13193.0 20915.5 29094.9 37710.0 46735.4 56141.3 65893.4 75953.3
CO -718.1 -287.8 2180.5 5147.3 11273.3 17635.7 24209.9 30971.8 37896.9 44960.9 52139.6 59408.4
CO2 -935.9 -377.1 2939.5 7144.3 16396.1 26551.0 37376.1 48674.6 60285.7 72084.5 83982.2 95925.7
CH4 -870.6 -352.5 2822.8 7078.4 17250.8 29526.9 43678.5 59368.7 76152.4 93475.6 110675.9 126982.4
C2H6 -1270.5 -518.8 4325.5 11221.5 28452.5 49551.9 73733.2 100293.0 128612.2 158154.8 188468.6 219185.3
C3H8 -1776.8 -727.5 6140.6 16073.2 41061.3 71534.3 106147.9 143866.1 183961.8 226016.4 269920.0 315871.3
C4H10 -2375.3 -970.1 8103.4 21056.2 53467.6 93008.4 137801.2 185941.4 235497.2 284509.9 330993.5 372935.0
C4H10 -2352.6 -962.5 8096.9 21138.2 53830.3 93566.8 138468.2 186933.4 237638.9 289539.2 341866.9 394132.2
C8H18 -4550.3 -1861.6 15651.7 40809.4 103587.9 179509.3 265147.8 357927.7 456123.3 558859.0 666109.4 778699.2
C10H22 -5650.8 -2311.8 19434.0 50659.6 128518.7 222577.2 328571.7 443324.3 564743.1 691821.8 824639.8 964362.6
C12H26 -6755.9 -2763.8 23230.0 60543.6 153538.1 265811.1 392250.8 529050.1 673706.5 825022.0 983103.6 1149362.5
H3N -880.9 -354.6 2758.9 6714.3 15581.1 25666.4 36803.7 48712.6 60998.8 73154.6 84558.1 94473.9
N2O -953.2 -384.6 3016.7 7360.8 16906.5 27262.6 38184.0 49600.9 61619.4 74521.1 88763.4 104979.4
NO -744.5 -298.1 2248.3 5286.8 11533.7 18037.0 24797.2 31774.7 38889.7 46022.1 53011.8 59658.4
NO2 -908.8 -366.3 2858.9 6956.2 15976.0 25825.7 36183.2 46729.2 57147.4 67123.9 76348.1 84511.9
CH4O -1071.4 -434.4 3509.2 8871.4 21841.3 37467.4 55105.4 73837.0 92470.1 109538.8 123303.4 131750.6
C2H6O -1583.8 -646.0 5357.8 13820.1 34650.3 59602.1 87384.0 116717.7 146338.2 174993.6 201445.2 224467.3
H2S -851.5 -341.5 2604.2 6206.1 13916.5 22345.1 31444.6 41054.9 50902.8 60602.4 69654.7 77448.0
O2S -981.1 -395.6 3092.3 7521.6 17193.5 27606.2 38458.6 49577.4 60916.7 72557.9 84710.1 97709.9
O3 -967.9 -390.8 3075.7 7526.0 17329.9 27911.8 38902.5 50095.9 61448.6 73080.4 85273.7 98474.0
C -213.7 -85.5 641.2 1496.1 3206.0 4915.9 6625.7 8335.6 10045.4 11755.3 13465.2 15175.0
S -587.3 -234.9 1761.8 4111.0 8809.2 13507.4 18205.7 22903.9 27602.1 32300.3 36998.6 41696.8
SYST016 Annexe 1 Page 3
SYST016 Propriétés des corps purs
Entropi e (état de gaz parfai t)
s(T)-s° 0 15 100 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800
273.15 288.15 373.15 473.15 673.15 873.15 1073.15 1273.15 1473.15 1673.15 1873.15 2073.15
N2 -2.522 -0.984 6.528 13.560 24.297 32.499 39.206 44.916 49.908 54.355 58.370 62.031
O2 -2.574 -1.005 6.701 13.980 25.214 33.879 40.997 47.063 52.359 57.063 61.295 65.141
Ar -1.820 -0.709 4.663 9.597 16.923 22.329 26.615 30.166 33.198 35.844 38.190 40.298
H2 -2.516 -0.980 6.462 13.333 23.641 31.377 37.634 42.933 47.562 51.697 55.450 58.899
H2O -2.867 -1.120 7.480 15.648 28.402 38.433 46.860 54.216 60.797 66.782 72.286 77.387
CO -2.515 -0.982 6.521 13.562 24.348 32.618 39.394 45.169 50.220 54.716 58.768 62.455
CO2 -3.278 -1.286 8.784 18.752 35.008 48.194 59.348 68.997 77.466 84.975 91.692 97.750
CH4 -3.049 -1.202 8.427 18.505 36.324 52.235 66.798 80.189 92.426 103.451 113.164 121.441
C2H6 -4.449 -1.770 12.899 29.214 59.366 86.712 111.601 134.270 154.917 173.715 190.826 206.406
C3H8 -6.221 -2.482 18.305 41.799 85.523 125.025 160.657 192.853 222.086 248.842 273.619 296.918
C4H10 -8.316 -3.309 24.163 54.806 111.523 162.778 208.894 249.999 286.148 317.357 343.618 364.916
C4H10 -8.237 -3.283 24.139 54.989 112.199 163.713 209.940 251.318 288.295 321.326 350.868 377.380
C8H18 -15.931 -6.350 46.663 106.177 216.058 314.490 402.656 481.860 553.455 618.820 679.345 736.429
C10H22 -19.784 -7.886 57.940 131.809 268.089 390.039 499.164 597.126 685.653 766.505 841.457 912.297
C12H26 -23.653 -9.428 69.257 157.530 320.305 465.872 596.047 712.832 818.302 914.575 1003.784 1088.077
H3N -3.085 -1.210 8.244 17.621 33.185 46.271 57.739 67.908 76.870 84.610 91.054 96.092
N2O -3.338 -1.312 9.013 19.311 36.087 49.538 60.792 70.541 79.303 87.508 95.540 103.755
NO -2.608 -1.017 6.725 13.937 24.937 33.388 40.355 46.315 51.505 56.045 59.992 63.366
NO2 -3.183 -1.249 8.542 18.256 34.105 46.897 57.572 66.583 74.186 80.540 85.753 89.899
CH4O -3.752 -1.482 10.474 23.169 45.883 66.140 84.301 100.300 113.900 124.781 132.574 136.887
C2H6O -5.546 -2.204 15.980 36.004 72.476 104.832 133.443 158.497 180.109 198.360 213.309 225.004
H2S -2.983 -1.165 7.787 16.332 29.887 40.830 50.203 58.410 65.593 71.770 76.886 80.846
O2S -3.436 -1.350 9.240 19.741 36.742 50.270 61.455 70.953 79.224 86.631 93.488 100.078
O3 -3.390 -1.333 9.188 19.737 36.967 50.715 62.044 71.606 79.887 87.288 94.168 100.858
C -0.749 -0.292 1.918 3.948 6.962 9.186 10.950 12.411 13.658 14.746 15.712 16.579
S -2.057 -0.801 5.271 10.849 19.131 25.242 30.086 34.101 37.529 40.519 43.172 45.555
SYST016 Annexe 1 Page 4
SYST016 Propriétés des corps purs
Cp moyen
CpAv = (h(T)-h0)/(T-T°)
0 15 100 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800
273.15 288.15 373.15 473.15 673.15 873.15 1073.15 1273.15 1473.15 1673.15 1873.15 2073.15
N2 28.796 28.843 29.104 29.403 29.980 30.528 31.045 31.533 31.991 32.420 32.819 33.188
O2 29.397 29.471 29.878 30.334 31.175 31.927 32.598 33.195 33.725 34.195 34.613 34.985
Ar 20.781 20.780 20.781 20.781 20.781 20.781 20.781 20.781 20.781 20.781 20.781 20.781
H2 28.729 28.739 28.800 28.882 29.079 29.313 29.580 29.874 30.191 30.525 30.871 31.223
H2O 32.737 32.830 33.354 33.967 35.181 36.375 37.542 38.677 39.775 40.830 41.837 42.791
CO 28.724 28.777 29.073 29.413 30.062 30.671 31.239 31.766 32.253 32.699 33.104 33.470
CO2 37.435 37.707 39.194 40.824 43.723 46.176 48.227 49.923 51.307 52.425 53.322 54.043
CH4 34.825 35.246 37.637 40.448 46.002 51.351 56.359 60.891 64.811 67.982 70.270 71.539
C2H6 50.822 51.876 57.673 64.123 75.873 86.177 95.140 102.865 109.457 115.022 119.663 123.485
C3H8 71.072 72.747 81.874 91.847 109.497 124.408 136.965 147.555 156.563 164.376 171.378 177.956
C4H10 95.010 97.014 108.045 120.321 142.580 161.754 177.808 190.709 200.423 206.916 210.155 210.104
C4H10 94.103 96.249 107.959 120.790 143.548 162.725 178.669 191.727 202.246 210.574 217.058 222.046
C8H18 182.014 186.159 208.690 233.196 276.234 312.190 342.126 367.105 388.190 406.443 422.927 438.704
C10H22 226.034 231.177 259.120 289.483 342.716 387.091 423.963 454.692 480.632 503.143 523.581 543.303
C12H26 270.235 276.377 309.734 345.964 409.435 462.280 506.130 542.615 573.367 600.016 624.193 647.528
H3N 35.234 35.464 36.786 38.368 41.549 44.637 47.489 49.962 51.914 53.203 53.688 53.225
N2O 38.128 38.459 40.223 42.062 45.084 47.413 49.270 50.873 52.442 54.197 56.358 59.143
NO 29.780 29.807 29.978 30.210 30.757 31.369 31.996 32.589 33.098 33.471 33.658 33.610
NO2 36.352 36.626 38.119 39.750 42.603 44.914 46.688 47.927 48.636 48.817 48.475 47.612
CH4O 42.855 43.445 46.789 50.694 58.243 65.161 71.104 75.730 78.698 79.665 78.288 74.226
C2H6O 63.353 64.601 71.438 78.972 92.401 103.656 112.753 119.710 124.543 127.268 127.902 126.460
H2S 34.061 34.155 34.723 35.464 37.111 38.861 40.574 42.108 43.322 44.074 44.225 43.633
O2S 39.245 39.559 41.231 42.981 45.849 48.011 49.624 50.849 51.844 52.769 53.784 55.048
O3 38.717 39.080 41.009 43.006 46.213 48.542 50.197 51.380 52.297 53.149 54.142 55.478
C 8.549 8.549 8.549 8.549 8.549 8.549 8.549 8.549 8.549 8.549 8.549 8.549
S 23.491 23.491 23.491 23.491 23.491 23.491 23.491 23.491 23.491 23.491 23.491 23.491
SYST016 Annexe 1 Page 5
SYST016 Propriétés des corps purs
Exergie T°= 288.15 K
Ex-Ex0 0 15 100 200 400 600 800 1000 1200 1400 1600 1800
273.15 288.15 373.15 473.15 673.15 873.15 1073.15 1273.15 1473.15 1673.15 1873.15 2073.15
N2 11.6 0.0 306.5 1243.1 4246.5 8193.7 12767.9 17807.4 23213.8 28919.9 34875.1 41038.8
O2 11.9 0.0 314.9 1285.0 4429.9 8600.6 13455.2 18808.8 24544.2 30580.2 36857.7 43333.1
Ar 8.4 0.0 218.5 874.8 2919.8 5518.2 8439.4 11572.2 14854.6 18248.4 21728.4 25277.0
H2 11.6 0.0 302.9 1217.3 4097.2 7818.3 12084.9 16761.2 21774.5 27080.4 32648.5 38454.6
H2O 13.2 0.0 351.7 1440.7 5014.7 9846.6 15597.7 22093.2 29222.3 36903.7 45069.8 53659.7
CO 11.6 0.0 306.2 1244.2 4262.2 8241.8 12863.5 17961.1 23430.9 29199.5 35210.4 41417.0
CO2 15.0 0.0 414.9 1747.2 6315.0 12670.2 20281.5 28799.5 37970.4 47605.4 57567.6 67765.5
CH4 13.9 0.0 400.4 1752.1 6790.0 14481.4 24436.7 36268.4 49526.0 63672.3 78073.7 91995.2
C2H6 20.1 0.0 617.6 2812.4 11355.0 24574.6 41584.3 61611.9 83981.6 108107.5 133490.8 159718.2
C3H8 28.1 0.0 878.4 4041.2 16430.1 35520.7 59867.1 88307.8 119980.1 154324.8 191089.1 230326.9
C4H10 37.6 0.0 1157.3 5280.3 21348.8 46120.4 77625.1 113920.7 153060.1 193080.1 231996.4 267800.9
C4H10 37.2 0.0 1157.6 5309.6 21516.6 46409.2 77990.3 114532.5 154583.0 196965.6 240780.8 285406.7
C8H18 71.9 0.0 2237.5 10246.1 41362.6 88920.7 149154.1 219111.4 296676.8 380577.8 470388.0 566529.0
C10H22 89.3 0.0 2778.1 12718.1 51308.2 110226.9 184777.1 271301.9 367211.5 470992.7 582213.3 701523.8
C12H26 106.8 0.0 3320.6 15198.5 61289.4 131617.1 220546.9 323694.8 437959.7 561534.4 693910.2 835880.1
H3N 14.2 0.0 389.4 1642.9 6024.7 12339.5 20172.1 29150.9 38854.8 48780.1 58326.9 66791.1
N2O 15.3 0.0 426.2 1802.9 6514.6 12994.7 20673.3 29281.0 38774.8 49312.2 61240.1 75088.8
NO 12.0 0.0 315.5 1275.9 4353.3 8421.3 13174.0 18434.2 24053.7 29877.8 35730.1 41404.6
NO2 14.6 0.0 403.6 1701.9 6155.0 12318.5 19600.0 27549.6 35776.9 43922.5 51644.7 58613.7
CH4O 17.1 0.0 498.5 2202.6 8627.6 18416.5 30821.6 44943.1 59657.2 73590.6 85109.5 92314.1
C2H6O 25.1 0.0 764.3 3456.5 13777.4 29405.6 48943.3 71057.8 94450.7 117847.2 139991.3 159643.5
H2S 13.7 0.0 366.2 1506.0 5310.4 10585.8 16984.5 24230.0 32007.8 39927.6 47505.9 54158.1
O2S 15.7 0.0 436.7 1840.0 6613.0 13127.7 20757.0 29139.0 38095.1 47601.9 57778.2 68879.2
O3 15.5 0.0 434.8 1845.3 6684.6 13305.0 21031.3 29469.2 38435.8 47934.9 58145.8 69418.3
C 3.5 0.0 89.9 359.9 1201.3 2270.3 3472.0 4760.9 6111.3 7507.6 8939.3 10399.2
S 9.5 0.0 247.0 988.9 3300.7 6238.1 9540.2 13081.7 16792.2 20628.7 24562.7 28574.2
SYST016 Annexe 1 Page 6
SYST016 Propriétés des corps purs
Pression de saturation de l' eau Composition moyenne de l' atmosphère
t (°C) P (mmHg) y (mol%) Air sec saturé à
0 4.579 0.603 vol % +- O°C 10°C 15°C 20°C 25°C
5 6.543 0.861 N2 78.084 0.004 77.614 77.138 76.770 76.282 75.643
10 9.209 1.212 O2 20.946 0.002 20.820 20.692 20.594 20.463 20.291
15 12.788 1.683 CO2 0.033 0.001 0.033 0.033 0.032 0.032 0.032
20 17.535 2.307 Ar 0.934 0.001 0.928 0.923 0.918 0.912 0.905
25 23.756 3.126 ppm
30 31.824 4.187 Ne 18.18 0.04
35 42.175 5.549 He 5.24 0.004
40 55.324 7.279 Kr 1.14 0.01
Xe 0.087 0.001
H2 0.5 ?
CH4 2 ?
N2O 0.5 0.1
SYST016 Annexe 1 Page 1

SYST016

ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS

13/10/00

INTRODUCTION
Le cours "Analyse exergétique des systèmes industriels" s'adresse aux étudiants électro mécaniciens de l'orientation Energétique. Il vise à familiariser les étudiants avec le concept d'exergie, à proposer une méthode d'élaboration de bilans exergétique et à illustrer l'impact de diverse technologies sur le rendement exergétique des systèmes de transformation d'énergie. Même si la plupart des exemples sont tirés des systèmes de transformation d'énergie liés à la production de chaleur et de travail, le cours s'applique également aux systèmes sujet à des réactions chimiques (réacteurs, et en particulier combustion) ou à des changements de composition (distillation). A titre d'exemples, on illustrera l'application de l'analyse exergétique aux cycles de réfrigération complexes (liquéfaction d'azote), à la préparation de gaz de synthèse pour la fabrication d'ammoniac et à un cycle de centrale TGV (turbines à gaz couplées à un cycle à vapeur à deux niveaux de pression). Les présentes notes de cours sont basées sur une édition précédente qui reprenait les matières enseignées par M. E. Buchet, Chargé de cours à la Faculté des Sciences Appliquées. Nous tenons à remercier M. Buchet pour l'aide qu'il nous a fournie lorsque le présent cours nous a été confié en suppléance, et pour son aimable autorisation à réutiliser une partie de ses textes. Nous avons pu, en tant qu'étudiant, apprécier les talents pédagogiques et le dévouement de M. Buchet, qui a consacré une part importante de sa carrière scientifique au développement et à la promotion de l'analyse exergétique des systèmes thermiques. Nous espérons pouvoir, par ce cours, continuer à éveiller l'intérêt de nos étudiants pour une matière quelquefois ingrate à maîtriser, mais riche par ses possibilités de progrès qu'elle met en évidences.

Georges Heyen, avril 1996

Chapitre I

RAPPELS - D EFINITION DE L’ EXERGIE

I.1

SYST016

ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS

13/10/00

BILANS ET RENDEMENTS

L'art de l'ingénieur vise à améliorer le rendement des procédés qu'il met en oeuvre, c'est à dire à tirer un maximum de profits d'un minimum de ressources. L'application de ce postulat implique que l'ingénieur dispose de critère lui permettant de comparer les qualités respectives de différentes solutions technologiques, ce qui implique l'analyse du fonctionnement de divers schémas opératoires et la comparaison quantitative de leurs produits et de leurs consommations. Les procédés peuvent se comparer sous divers aspects, qui nécessitent l'établissement de divers types de bilans mettant en balances les ressources et produits, les consommations et les productions de divers types. C'est ainsi que l'on peut dresser des bilans de matière, et dire d'une centrale thermo-électrique qu'elle consomme 495 kg/s d'air et 15 kg/s de gaz naturel, et qu'elle rejette à l'atmosphère 510 kg/s de fumées contenant 75,9 % de N2, 13,9 % de O2, 3,2 % de CO2 et 7 % de H2O. Comme on n'observe aucune perte de matière, on peut dire que le rendement de conversion matérielle est de 100 %. Pour la même centrale, le bilan d'énergie basé sur la première loi de la thermodynamique nous indiquera que le combustible apporte 812 MW, dont 1,1 % se retrouvent dans les fumées, 41 % vont réchauffer les eaux du condenseur et 53,9 % sont convertis en électricité et 4 % correspondent à diverses pertes de transformation. Considérant que le produit utile de la transformation est l'électricité, on pourra alors affirmer que le rendement énergétique de l'opération est de 53,9 %, alors que l'application de la première loi de la thermodynamique nous indique que l'énergie totale est conservée, puisque toute l'énergie mise en oeuvre dans le combustible se retrouve dans les effluents de la centrale et sous forme d'électricité. L'économiste s'intéressera à un compte d'exploitation, faisant intervenir les recettes provenant de la vente de l'électricité produite, et les coûts des matières premières (combustible principalement), de la main d'oeuvre, des frais d'entretien, des frais généraux associés à la gestion du site de production, et enfin de l'amortissement du capital investi. Enfin il peut être opportun de dresser un bilan écologique, qui relève les nuisances associées à une activité, ainsi que les moyens mis en oeuvre pour les réduire (rejets thermiques, émissions de CO2, NOx, hydrocarbures imbrûlés, résidus solides (suies, cendres), bruit, ...), ou un bilan social, qui prend en compte les emplois créés. La plupart des bilans évoqués ci-dessus permettent d'appréhender la réalité d'une activité industrielle, ou tout au moins une de ses facettes. Il présentent toutefois l'inconvénient de se limiter à un état des lieux, à une analyse de la situation. S'il permettent la comparaison relative de plusieurs sites de production, ils ne permettent pas de classement absolu, de comparaison à une norme de qualité correspondant à un système idéal. L'analyse exergétique propose ce référentiel, et permet de comparer des système de transformation d'énergie entre eux, et par rapport à des systèmes idéalisés, permettant de transformer l'énergique thermique en travail de manière réversible, et sans production d'entropie. Par
Chapitre I

RAPPELS - D EFINITION DE L’ EXERGIE

I.2

SYST016

ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS

13/10/00

évaluation du rendement exergétique d'un procédé, on peut alors le comparer au meilleur des cycles bithermes : le cycle de Carnot. En effet, le calcul du rendement thermique basé sur la première loi de la thermodynamique (η=W/Q 1 , rendement = travail moteur divisé par la quantité de chaleur fournie par la source chaude) présente deux inconvénients. Il privilégie arbitrairement le travail moteur, et ignore toute valorisation éventuelle de la chaleur disponible à la source froide. Il n'exprime pas un écart par rapport à un idéal (on sait qu'un rendement de 100% est impossible à atteindre, et que le maximum théorique dépend du rapport des températures des sources chaudes et froides, comme on le démontrera par après).

L'EXERGIE ET SON EVALUATION Définitions
L’exergie d’un système est une fonction thermodynamique qui exprime la capacité de ce système à produire du travail en raison de son déséquilibre avec l’ambiance dans laquelle il se trouve. On peut définir l’exergie d’une source d’énergie comme la quantité maximale de travail qu’il serait possible d’en retirer au moyen d’un cycle thermodynamique moteur, l’autre source étant en équilibre avec l’ambiance (état de référence à définir). On assimile l’ambiance à une source infinie, monotherme et isobare. Les énergies cinétique, potentielle, voire électrique, sont de l'exergie pure, car elles sont entièrement transformables en travail.

Rappel sur les cycles thermodynamiques moteurs
Les transformations réalisées dans les machines motrices appartiennent à des cycles thermodynamiques que le système évoluant décrit indéfiniment sous l’influence d’actions calorifiques. En raison de l’importance pratique du problème de production de travail moteur, nous examinerons de quelle manière ils peuvent être réalisés. Les cycles parcourus en sens inverse seront bien entendus des récepteurs.

Cycles monothermes
On dit qu’un système décrit un cycle monotherme lorsqu’il n’échange de la chaleur qu’avec des corps extérieurs (sources de chaleur) maintenus tous à une même température constante. On peut se représenter ces sources de chaleur isothermes comme des milieux constitués d’une très grande masse dont la température n’est pas influencée significativement par les échanges de chaleur envisagés (par exemple, l’air atmosphérique ou l’eau de la mer).

Chapitre I

RAPPELS - D EFINITION DE L’ EXERGIE

I.3

SYST016

ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS

13/10/00

T 1

M b

a(T,S) a 2

Représentons un tel cycle que nous admettons monotherme dans le diagramme (T,S). Les états a et b du système évoluant correspondent respectivement au minimum Sa et au maximum Sb de l’entropie. Ils partagent le cycle en deux transformations 1 et 2, et nous désignons par Q1 et Q2 les échanges calorifiques du milieu extérieur avec le système. S

Si Q1>0, l’évolution 1 se fait de a vers b, et le signe positif de Q1 implique que la température du milieu extérieur Te soit Sa Sb supérieure à toute température prise par le système au cours de la transformation 1. Il est dès lors impossible de revenir de l’état b vers l’état a. En effet, ou bien on laisse le système échanger de la chaleur avec le milieu à Te, et l’action calorifique reste positive, ou bien le retour de b vers a se déroule de manière adiabatique : dans les deux cas, l’entropie du système ne peut diminuer. On en déduit qu’un cycle monotherme direct avec Q1>0 n’est pas réalisable. Si Q2<0, l’évolution 2 peut s’effectuer de b vers a. Le signe négatif de Q2 implique que la température Te du milieu extérieur soit inférieure à toute température prise par le système au cours de la transformation 2. Il est possible de revenir de a vers b, soit par une transformation adiabatique (et la surface comprise entre la courbe (a,1,b), et sa projection sur l’axe OS représente alors Wf1 le travail effectué par les forces de frottement), soit en laissant le système échanger de la chaleur avec l’extérieur (et alors Te restant constant implique Q1 <0, tout en vérifiant Q1+ Wf1 >0). Il est donc possible de concevoir un cycle monotherme direct avec Q2<0 et Q1=0. Ceci implique toutefois que W soit lui aussi négatif. Il n’est pas possible qu’une machine motrice puisse fonctionner en utilisant un fluide évoluant de façon cyclique, et qui ne subirait que la seule action calorifique d’un système extérieure à température constante.

Cycles à deux sources
Toutefois, si le système décrit un cycle en étant soumis à l’action calorifique d’au moins deux sources maintenues à des températures différentes, ce cycle peut être direct, et on peut avoir : Q1 > 0 et Q2 < 0 et Q = Q1+Q2 = Q1 - |Q2| >0 d’où aussi W >0. Dans un tel cycle, le système peut être soumis lors de la transformation (a,1,b) à un tranfert de chaleur positif Q1 provenant d’un source à température plus élevée que le système, et l’on a :
Q 1 +W f1 =
a a

(I.1)

TdS

1

(I.2)

Pendant la transformation (b,2,a) l’échange peut se faire avec une deuxième source à température plus basse que celle du système; Q2 est donc négatif, tel que :

Q2 +W f2 =- Q2 +W f2 =

a b

TdS

2

(I.3)
I.4

Chapitre I

RAPPELS - D EFINITION DE L’ EXERGIE

SYST016

ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS

13/10/00

Sur le diagramme (T,S), Q1+Wf1 et Q2 +Wf2 sont représentés par les aires comprises entre les courbes (a,1,b) et (b,2,a), l’axe OS et les verticales abaissées de a et b. La somme de ces aires vaut a(T,S). En posant Wf =Wf1+Wf2 on en déduit le travail moteur : Wm = Q1+ Q2 = Q1- |Q 2| = a(T,S) - Wf Ce travail peut être positif, si on a Q1> |Q 2| ou a(T,S) > Wf Dans les cycles moteurs réalisés en pratique, la production de l’action calorifique Q1 à température élevée entraîne une dépense énergétique, par exemple lors d’une combustion. Le transfert Q2 à basse température est généralement réalisé au contact de corps à la température ambiante (air ou eau de refroidissement) et l’énergie résiduelle n’est donc pas utilisée. C’est pourquoi on appelle rendement thermique du cycle le rapport : η= W m a(T,S) - W f Q1 - Q2 = = Q1 Q1 Q1 (I.4)

(I.5)

En l’absence de frottement (Wf =0), Q1 et Q2 seraient représentés par l’aire comprise entre les lignes de transformation 1 et 2, l’axe OS et les verticales Sa et Sb. On aurait alors : η= a(T,S) Q1 - Q2 = a Q1 T dS 1 a

(I.6)

Le cycle de Carnot
Ce cycle est parcouru de manière réversible (absence de frottement et transfert de chaleur sans gradient de température). L’étude des cycles thermodynamiques nous démontre que, parmi tous les cycles basés sur deux sources, il est celui qui présente le rendement de transformation le plus élevé. Le cycle de Carnot se compose : • d’une transformation isotherme réversible où le fluide moteur reçoit de la source chaude à T1 une quantité de chaleur Q1 = T1 (S2-S1); • d’une transformation adiabatique réversible (détente) où le fluide moteur produit une quantité de travail W2; • d’une transformation isotherme réversible où le fluide moteur cède à la source froide à T2 une quantité de chaleur Q2 = T2 (S2-S1); • d’une transformation adiabatique réversible (compression) où le fluide moteur reçoit une quantité de travail W1.

Chapitre I

RAPPELS - D EFINITION DE L’ EXERGIE

I.5

pour des températures fixées des deux sources.1 Cycle de Carnot W= (I. donc isentropiques). est le cycle réversible échangeant de la chaleur avec deux sources isothermes. est donc : η = W = 1-T2 Q1 T1 ( ) (I. a pour expression : T .To T T . Chapitre I RAPPELS .T0 )/T représentant le rendement du cycle de Carnot correspondant. et échangeant du travail avec l’environnement le long de deux transformations adiabatiques (et réversibles. qui.6 .To = Q To T To E= Q = To ( ) Q Q To T (I.SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00 T Q1 T1 Le travail net produit par le cycle correspond à la différence entre l’énergie thermique reçue et celle qui a été cédée. soit : W = W2-W1 = (S2-S1) (T1-T2) (I. Cette expression découle de la définition de l’exergie. Il s'ensuit que la chaleur disponible à la température ambiante T0 est de l'anergie pure. rappelons le. et des propriétés du cycle de Carnot. Le cycle idéal de Carnot est celui qui permet la transformation maximale de chaleur en travail.9) Exergie d’une quantité de chaleur En application de ces expressions.D EFINITION DE L’ EXERGIE I.8) Q1 (T1-T2) T1 Le rendement η.10) le facteur (T . l'exergie d'une quantité de chaleur Q disponible à une température absolue T.7) ou encore : W1 T2 Q2 S1 S2 Figure 1. défini comme le rapport entre le travail net et l’énergie thermique cédée par la source chaude. Il n’est pas possible de produire du travail avec un cycle monotherme (qui n’échangerait de la chaleur qu’avec une source isotherme de température T0 ).

(I. Q l’action calorifique externe. en pratique.13) E = E+B (I. Elle a pour expression : E = H1 . elle a pour expression : B = E . K son énergie cinétique. la variation d'énergie E du système entre son état initial et l’état final.14) Remarquons que l’exergie n’est pas une propriété intrinsèque de la matière : elle se définit toujours par rapport à un état de référence qui peut être choisi arbitrairement. on peut écrire : ±dWm = dQ -d(K+gZ) -d H (I.15) où est Wm est le travail moteur.S2) (I.H2 où H représente l'enthalpie.d(K+gZ) + dQ (I. lequel est en équilibre avec l'état de référence. H l’enthalpie du fluide.7 . mais qui.H2 .E = T0 (S1 .D EFINITION DE L’ EXERGIE I. Dans la mesure où. quoique des valeurs de 0°C ou 25°C soient quelquefois adoptées. comme c'est généralement le cas dans les applications que nous avons en vue. E est l'exergie du système considéré. correspond aux conditions courantes de l’ambiance.S2) C'est par définition l'anergie du système considéré. l'énergie cinétique et l'énergie gravifique ne jouent aucun rôle important.12) où S représente l'entropie et où T est la température absolue de l'état de référence. Expression exergétique du travail moteur des machines Pour une transformation infinitésimale effectuée dans une machine. il est courant de choisir T0 = 15°C (température moyenne des eaux de refroidissement).T0 (S1 . Par 0 définition. et est fixée par les conditions de l’ambiance. s'écrit : E = H1 .SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00 L'état de référence correspond la plupart du temps à la source froide. Il est donc conseillé de rappeler l’état de référence choisi dans toute analyse exergétique.16) Chapitre I RAPPELS . La fraction de l'énergie qui n'est pas transformable en travail s'obtient par différence. Z son altitude et g l’accélération de la pesanteur.11) La fraction de l'énergie E qui est transformable en travail est déterminée par le théorème de Gouy. Exergie d’un fluide chimiquement inerte Considérons un système (1 kg de vapeur par exemple) évoluant dans une machine en régime entre un état initial 1 et un état final 2. Ceci se réécrit : d H = + dWm . Dans nos régions. On a évidemment : (I.

Cette équation indique que la variation d’enthalpie du fluide provient du travail effectué sur le fluide.Eo = (H-Ho) .To dS on peut écrire : T dH r= d E + o dW f T Rappelons que l’exergie se définit à partir d’un état de référence : e = E . On peut retrouver l’énergie mécanique communiquée au fluide : + dWm d(K+gZ). si on représente par Wf l’énergie dégradée à cause des irréversibilités (par exemple le travail des forces de frottement).21) (I.17) Cette expression est valable. on peut écrire : dQ + dWf = T dS ou dQ = T dS . que la transformation soit réversible ou irréversible. ainsi qu’une partie de dQ.∆ e T 1 2 Wm = 1 To dW f T (I. On en déduit que la récupération maximale de dH sous forme de travail mécanique sera : T .SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00 ou le signe supérieur du terme + dWm correspond à la machine matrice.17) établie précédemment. on obtient : T .To dQ .8 . on obtient : T dH r= d H . corrigé des variations d’énergie cinétique et potentielle. Recherchons quelle est la fraction dHr de dH qu’il est possible de récupérer sous forme de travail mécanique. on aussi écrire : T dH r= d e + o dW f T En identifiant avec l’équation (I.10).22) (I.d(K+gZ) + dQ T T = d H .25) Un expression similaire peut être écrite pour une machine réceptrice. Le travail maximum récupérable dépend de la température du fluide subissant l’action calorifique dQ et de la température de l’ambiance To.D EFINITION DE L’ EXERGIE I.dWf (I. comme indiqué par l’équation (I.o dQ T (I.18) Introduisant cette valeur de dQ dans l’équation précédente. et donc dE = dH .To S .24) On en déduit par intégration l’expression exergétique du travail moteur d’une machine motrice T .T0 dS + o dW f T Si on définit la fonction E = H .19) (I. Dans le cas le plus général.To d H r = + dW m . et enfin de l’action calorifique externe.20) (I.To T ±dW m = d(K+gZ) + d e dQ + o dW f T T : 2 (I.To (S-So) Comme d e = d E.∆(K+gZ) . Chapitre I RAPPELS .

L’évaluation des grandeurs thermodynamiques et de l’exergie se ramène alors à un problème d’interpolation. de vitesse ou les contributions magnétiques ou électrostatiques ne sont pas importantes. 6 • énergie due aux interactions entre les molécules (attraction électrostatique. 9 • énergie potentielle de la matière placée dans un champ magnétique ou électrique. 8 • énergie cinétique de la matière à l’échelle macroscopique. La contribution (2) n’intervient que si le procédé étudié met en oeuvre des réactions chimiques. Toutefois. 7 • énergie potentielle de la matière placée dans un champ de pesanteur. l’ingénieur s’intéresse aux variations d’énergie. qui représente les interactions entre les atomes composant les molécules. Il peut donc négliger toute contribution qui reste constante. aucune table n’est disponible. pour de nombreux fluides industriels. 2 • énergie de liaison chimique. des tables ou des diagrammes sont disponibles.27) Ces relations montrent que les frottements se produisant alors que la température du fluide est élevée sont moins nuisibles que ceux qui se présentent à basse température. Pour certains fluides communs. qui représente les interactions entre les particules élémentaires composant les atomes.9) seront négligées si les variations d’altitude. forces de Van der Waals.SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00 L’intégrale en dWf représente la perte due aux irréversibilités et en particulier aux frottements.26) où on définit l’accroissement d’entropie correspondant aux irréversibilités : dW f dS i = T (I. Lors de l’analyse d’un procédé. De même. C’est ainsi que dans l’étude des procédés thermiques basés sur la combustion. les contributions nucléaires (1) peuvent être ignorées. Elle s’exprime comme suit : 2 To dW f = T 2 1 T 0 dS i = T 0 ∆S i 1 (I. les contributions (7.9 . L’énergie d’un milieu matériel se décompose en plusieurs contributions : 1 • énergie nucléaire. 3 • énergie correspondant aux vibrations des atomes composant les molécules. 4 • énergie correspondant à la rotation des molécules. Propriétés thermodynamiques d’un fluide Comme le montre l’équation (7). c’est le cas par exemple des phénomènes de combustion.D EFINITION DE L’ EXERGIE I. l’évaluation de l’exergie se ramène au calcul de l’enthalpie et de l’entropie des fluides. On tiendra compte dans l’évaluation des fonctions thermodynamique d’une contribution spécifique aux réactions chimiques (enthalpie et entropie standard de formation). comme l’eau ou certains réfrigérants. Chapitre I RAPPELS . C’est particulièrement vrai lorsqu’ils se présentent sous la forme de mélanges.8. Il est alors nécessaire d’évaluer les fonctions thermodynamiques à partir d’information plus fondamentales. etc). 5 • énergie correspondant à la translation des molécules à l’échelle microscopique (agitation thermique).

et les possibilités d’interactions (attraction ou répulsion) ont de moins en moins d’importance. Il est raisonnable d’estimer les propriétés d’un fluide par les lois des gaz parfaits lorsque la pression est modérée (maximum 1 MPa. la pression et la température du milieu matériel.4. soit liés à une banque de données répertoriant les caractéristiques d’un grand nombre de substances. Dans le cadre de ce cours. On les trouve soit sous la forme de systèmes indépendants. Leur influence sur l’énergie interne U de la matière est couramment exprimée sous la forme d’une “chaleur spécifique” Cv=δU/δT. et de répéter les évaluations dans un grand nombre de cas. Evaluation pratique de l’exergie d’un gaz parfait Par définition. et donc par la pression. Les gaz réels à faible pression ont un comportement qui se rapproche de celui des gaz parfaits : à faible densité. ils pourront faire appel au logiciel de simulation BELSIM. Elle est ainsi influencée par la densité du milieu.32) On imagine aisément que ces calculs peuvent devenir fastidieux s’il est souhaitable de tenir compte de toutes les corrections utiles. les étudiants auront notamment accès au système EPIC (Estimation de Propriétés pour l’Ingénieur Chimiste) développé à l’Université de Liège.31) = P CP T (I. C’est pourquoi l’usage de logiciels d’évaluation des propriétés se généralise. le gaz parfait est un fluide dépourvu de toute interaction entre molécules.30) =T ŽV ŽT P (I. La variation des fonctions thermodynamiques avec la densité peut se déduire d’une équation d’état. les molécules sont en moyenne plus éloignées les unes des autres. c’est-à-dire d’une relation entre le volume spécifique.29) ŽH = CP ŽT P ŽS ŽP ŽS ŽT (I.10 .5) dépendent principalement de la température. Pour une mole d’un gaz parfait. on peut écrire : Chapitre I RAPPELS . et donc de leur distance moyenne. Les relations générales qui permettent de calculer l’enthalpie et l’entropie d’un fluide à partir de l’équation d’état sont : ŽH 1 = 1-β V ŽP T P où on introduit le facteur : (I. La contribution (6) dépend des interactions entre molécules. Si nécessaire.28) βP = V Τ ŽT ŽV P (I. soit intégrés à des logiciels de simulation de procédés.D EFINITION DE L’ EXERGIE I. pour fixer les idées) ou lorsque la température est nettement supérieure à la température critique du fluide.SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00 Les contributions (3.

Dans un diagramme (T. l’isentropique S et l’axe S (hachures M M droites sur la figure suivante). si bien que H-Ho est représenté par les hachures entrecroisées. et que pour un gaz parfait l’enthalpie est indépendante de la pression.R ln T Po (I. S).S). l’isotherme To et l’axe horizontal (hachures obliques). Po) à l’isobare Po d’équation : S-So = cp ln(T / To) (I.31432 J/mol/K Si la chaleur spécifique à pression constante est représentée par un polynôme d’ordre 3.39). L’enthalpie dans l’état de référence Ho(To. comme dans la table fournie en annexe : Cp = A + B T + C T2 + D T3 (I. l’enthalpie d’un fluide dans l’état M est représentée par la surface comprise entre l’isobare P .34) où R est la constante d’état des gaz parfaits R = 8.39) Si on considère un écart de température suffisamment faible pour que la chaleur spécifique puisse être considérée constante : T-To = To (S-So) / cp Cette droite est tangente en (To.R ln T T P 1 o 1 o 1 o o (I.36) P C 2 2 D 3 3 -T )+ 2 ( -T )+ 3 ( -T ).36) et (I.38) Chapitre I RAPPELS .SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00 H1 -Ho = ∫ C (T) dT T1 To p (I.12). il est aisé de représenter l’exergie par une surface sur ce même diagramme.37) En appliquant l’équation (I. P1) = H1-Ho -To (S1-So ) expression dans laquelle il suffit de substituer (I.D EFINITION DE L’ EXERGIE I.33) S 1 -S o = ∫ T1 To C p(T) P1 dT .40) (I. En se rappelant que dans le diagramme (T. Le terme To(S-So) est représenté par l’aire du rectangle délimité par les isentropiques SM et S0 .35) on peut écrire : 2 2 3 3 H1 -Ho = A ( 1 -T o)+ B T 1 -T o + C T 1 -T o + D T 4 -T 4 T o 2 3 4 1 ( S1 -So = A ln P1: T1 +B( 1 T To ) ( ) ( ) (I.11 . E1(T1. tous les états d’exergie nulle sont représentés par une droite ayant pour équation : H-Ho -To (S-So) = 0 (I.41) Tous les états dont l’exergie est positive sont représentés par le demi plan au dessus de cette droite.37). Po) est égale pour un gaz parfait à l’enthalpie à (TM. on obtient pour expression de l’exergie d’un gaz parfait à T1. (I. PM) (hachures horizontales). L’exergie est donc égale représentée par le a somme des aires à hachures obliques et à hachures entrecroisées. La construction se déduit de l’équation (I.

D EFINITION DE L’ EXERGIE I.1. on a : m H1-H o = •N i i=1 Hi.Si.1.H i.R ln i=1 Ni m • Nk k=1 (I.o . Si le mélange étudié se compose de m substances.12 .43) L’exergie du mélange de gaz parfaits se calculera à partir de l’enthalpie et de l’entropie au moyen de la relation (I.SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00 T M PM Pm P0 T0 m TM S SM S0 On établira aisément les diagrammes correspondants dans les cas où PM< P0 où lorsque où TM< T0 Evaluation pratique de l’exergie d’un mélange de gaz parfaits L’enthalpie d’un mélange de gaz parfaits s’obtient en ajoutant les enthalpies partielles de chacun des constituants. et la grandeur Ni représente le nombre de moles de la substance i dans le mélange.33).42) Par contre pour l’entropie. Evaluation pratique de l’exergie d’un liquide incompressible Les propriétés thermodynamiques d’un fluide incompressible dépendent peu de la pression.o (I. et utiliser la relation suivante pour l’entropie : Chapitre I RAPPELS . On peut pratiquement utiliser la relation (10) pour estimer l’enthalpie.33). calculées comme pour une substance pure au moyen de (I. il faut introduire une correction due à la dilution des substances dans le mélange : m S 1-So = • N i S i.

44) L’exergie d’un liquide incompressible se calculera à partir de l’enthalpie et de l’entropie au moyen de la relation (I. ∆ HLV = L LV (I.054 kJ/kg pour la vaporisation Chapitre I RAPPELS . L’exergie du mélange de liquides incompressibles se calculera à partir de l’enthalpie et de l’entropie au moyen de la relation (I.D EFINITION DE L’ EXERGIE I. En pratique. en appliquant la relation (I. On peut donc évaluer leur variation entre deux états en suivant un chemin arbitraire conduisant de l’état initial à l’état final.= 2258 kJ/kg à 100°C La variation d’enthalpie sera : ∆HL = 4.SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS T1 13/10/00 S1 . 2 bar) et (40°C. il faudra tenir compte de l’effet thermique de ce changement de phase. pour évaluer la variation d’exergie de l’eau entre (200°C. Pour l’entropie.38). Par exemple. Evaluation pratique de l’exergie d’un mélange de liquides incompressibles L’enthalpie d’un mélange de liquides incompressibles s’obtient en ajoutant les enthalpies partielles de chacun des constituants.38). nous pouvons faire les approximations suivantes : • vapeur d’eau assimilée à un gaz parfait de Cp = 1.43). l’enthalpie s’accroît de la chaleur latente de vaporisation LLV.22 ln((100+273)/(40+273)) = 0. en appliquant la relation (I. tant pour l’enthalpie que pour l’entropie.5 bar).22 (100-40) = 253 kJ/kg pour le liquide de 40 à 100°C ∆HLV = 2258 kJ/kg pour la vaporisation ∆HV = 1.93 kJ/kg • eau liquide supposée incompressible. on adoptera généralement une séquence de transformations isothermes ou isobares. il faut introduire une correction due à la dilution des substances dans le mélange.22 kJ/kg • chaleur latente de vaporisation LLV. Si un changement de phase se produit au cours de ces transformations. elle est égale au rapport de la chaleur latente de vaporisation LLV à la température de changement de phase TLV.46) Par exemple.42).93 (200-100) = 193 kJ/kg pour l’eau vapeur de 100 à 200°C soit un total de 2704 kJ/kg La variation d’entropie sera : ∆SL = 4. 0.S0 = T0 c p(T) dT T (I.13 .45) ∆SLV = L LV T LV (I. Cp = 4. Quant à l’entropie de vaporisation. Effet d’un changement de phase L’enthalpie et l’entropie sont des fonctions d’état. lors de la vaporisation d’un corps pur.740 kJ/kg/K pour le liquide de 40 à 100°C ∆SLV = 2258/(100+273) = 6.

01 ln(2/1. et de la ci température : Chapitre I RAPPELS . pour une mole de fluide : a(T) P= RT . Si une grande précision est exigée. on obtient : ∆HL = 251.49) Les coefficients ai et bi caractérisant les substances pures se calculent à partir de leur température critique T et de leur pression critique Pci et de leur facteur acentrique ωi.48) a = •• a ia j i = 1 j=1 m b= •bi i=1 (I.54 kJ/kg/K ∆SV = 0.b V + 2 b V .144 kJ/kg/K pour l’eau vapeur de 100 à 200°C soit un total de 6.D EFINITION DE L’ EXERGIE I.To .013) = 0. 6. La précision de cette méthode est raisonnable.47) Pour un mélange de m constituants.938 kJ/kg/K La variation d’exergie sera donc (en fixant To=288.9334 = 704.938 = 704.5 kJ/kg ∆HLV = 2256.b2 (I. on fait appel à des équations d’état comportant un grand nombre de paramètres ajustables (jusqu’à une centaine). couramment utilisée pour évaluer les propriétés de fluides non polaires.3 kJ/kg soit un total de 2702.2 V . Il s’agit d’un processus complexe.9334 kJ/kg/K La variation d’exergie sera alors : ∆E = 2702.8 kJ/kg/K Si nous répétons ces calculs avec précision en utilisant une table des fonctions thermodynamiques (modèle NBS). voyons les relations permettant d’évaluer les propriétés d’un fluide au moyen de l’équation de Peng et Robinson.4 kJ/kg La variation d’entropie sera : ∆SL = 0.To .7346 kJ/kg/K ∆SLV = 6.14 . comme les hydrocarbures.1514 kJ/kg/K Evaluation pratique de l’exergie d’un fluide réel Les propriétés thermodynamiques d’un fluide réel s’évaluent au moyen d’une équation d’état.314/18. qui justifie l’emploi de l’informatique.SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 13/10/00 ∆SV = 1.0474 kJ/kg soit un total de 6. 6.8. L’équation d’état s’écrit.4 . dont la composition est définie par les fractions molaires : Ni xi = Σ Nk on calcule les coefficients a et b par les règles de mélange : m m (I.15K) : ∆E = 2704 . A titre d’exemple.6 kJ/kg ∆HV = 194.93 ln((200+273)/(100+273)).

52) H-H° = (A-A°) + T (S-S°) + RT (Z-1) (I. P) et celles du gaz parfait à (T.53) Il est inutile de préciser que l’usage de logiciels de calcul facilite grandement l’application de telles méthodes de calcul.50) Connaissant la température.013 bar. on a : 2Z+B*(2.26992 ω 2 R T ci bi = P ci (I.D EFINITION DE L’ EXERGIE I. Habituellement.RT ln + ln Z V° b 8 2Z+B*(2+ 8) pour en déduire la correction d’enthalpie : (I. on peut utiliser l’équation d’état pour évaluer le volume molaire V (on peut montrer que dans ce cas. la pression et la composition du mélange.15 . une méthode numérique itérative est utilisée.8) Z-B* V a A-A° = -RT ln .0. pour lequel V°=R T/P°).SYST016 ANALYSE EXERGÉTIQUE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS 2 13/10/00 a i = a c 1 + k 10. P°=1. il est plus simple de passer par la correction d’énergie libre de Helmholtz : 2Z+B*(2.54226 ω . Chapitre I RAPPELS .37464 + 1. Pour l’équation de Peng.45724 R T ci ac = P ci 2 2 T Tc i k = 0. le problème peut se ramener à la résolution d’une équation cubique).51) Pour évaluer l’enthalpie.8) Z-B* V 1 Ža S-S° = R ln + R ln ln Z V° b 8 ŽT 2Z+B*(2+ 8) Z=PV RT B* = b P RT (I. On utilisera l’équation d’état pour évaluer la l’écart entre les fonctions thermodynamiques de fluide réel à (T.Robinson.

on peut procéder par distillation. Réciproquement. c’est à dire le travail maximum qu’il est possible de retirer d’un système au moyen d’un cycle thermodynamique moteur dont une des source est le système en question et l’autre est en équilibre avec un environnement de référence.xx pour chacun des sous systèmes. nous prendrons en compte des mécanismes qui permettent d’obtenir du travail en mettant en oeuvre des modifications de composition du système.1 1 kg eau à 15°C EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES . ce qui exercera une pression sur le piston. afin de créer une différence de potentiel chimique incitant certaines molécules à diffuser au travers de la paroi. Toutefois la vitesse de diffusion au travers de la paroi est trop faible pour qu’un tel processus soit utilisable en pratique à grande échelle. nous avons considéré que des systèmes dont la composition restait fixe : il s’agissait de substances pures ou de mélanges de composition définie. mais à une température moindre. On pourrait par exemple imaginer un moteur exploitant la différence de concentration entre deux solutions : si un piston semi-perméable sépare deux chambres remplies de solutions de concentrations différentes (eau douce et eau salée. Il existe peu d’exemple en dehors des systèmes basés sur des réactions chimiques. les rendements des processus de séparation dépassent rarement quelques pour cents. Pour les systèmes de composition variable ne faisant pas intervenir de réaction chimique (c’est à dire lorsque le nombre total de moles de chacune des espèces reste constant dans le système). et permettra donc le production de travail mécanique. et donc une uniformisation des concentrations : l’eau douce va diffuser au travers de la paroi et diluer l’eau salée. Alors que des rendements exergétiques de 40 à 50% peuvent être atteints dans les cycles des moteurs thermiques les plus performants. et on récupérera éventuellement de la chaleur au condenseur. Par exemple. Il faudra apporter de la chaleur au rebouilleur de la colonne de distillation. il soit possible d’obtenir un mouvement alternatif. le système va tendre vers une égalisation des potentiels chimiques. Signalons encore que la plupart des procédés de séparation sont loin d’être réversibles. Nous conserverons la définition de l’exergie qui a été introduite précédemment. pour séparer un mélange de méthanol et d’eau. Toutefois. si nous considérons le système suivant : Sous système 1 Etat initial Chapitre II Sous système 2 1 kg eau + 35 g sel (NaCl) II. On pourra également séparer les constituants d’un gaz par perméation sélective au travers d’une membrane : il faudra alors mettre en oeuvre une différence de pression entre les deux côtés de la membrane. Il s’agit là d’un défi majeur pour l’industrie chimique. dont les procédés de purification (distillation notamment) contribuent pour une part significative à sa consommation énergétique. on peut faire appel à la relation A. On peut imaginer qu’en inversant périodiquement les concentrations de part et d’autre du piston. La séparation des constituants d’un mélange nécessite une consommation d’énergie : par exemple.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 EXERGIE ET REACTION CHIMIQUE Variation d’exergie des systèmes de composition variable Dans les applications précédentes. on doit pouvoir mettre en oeuvre des procédés qui exploitent une différence de composition pour produire du travail. par exemple).

Nous avons vu précédemment que l’énergie totale pouvait se décomposer en plusieurs contributions.final : Neau = 83. pour les solutions liquides idéales à T=T0 : n S = . et généralement.565 J/K Sous système 2 .319 (55.556 J/K Sous système 2 . molécule élémentaire état d’aggrégation le plus stable.5 kg eau à 15°C 1.initial : Neau = 55.final : Neau = 27.78 Nsel = 0 xeau = 1 xsel = 0 S1’ = .993 xsel = 0.556 J/K Sous système 1 .989) + 0.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 à 15°C Etat final 0.565 J/K L’enthalpie du système ne change pas (hypothèse d’idéalité des mélanges).011) ) = 27. la pression atmosphérique et les substances pures dans leur état d’aggrégation stable dans ces conditions.R •N i ln i=1 Ni n •N k k=1 (II.011 S1 = .initial : Neau = 55. C’est ainsi qu’on peut admettre que l’enthalpie molaire et l’entropie molaire sont nulles à Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.5 pour le sel).8. par exemple 25°C.1) où Ni représente le nombre de moles de la substance i.5 kg eau + 35 g sel à 15°C En admettant que la solution est idéale et en choisissant l’état de référence à 15°C.8.56 Nsel = 0 xeau = 1 xsel = 0 S2 = . on calcule successivement : Sous système 1 . Il était commode de choisir un état de référence commun pour toutes les substances. On a.56 ln(0. Compte tenu des masses molaire (18 pour H2O et 58.007 S1’ = . Thermodynamique et réaction chimique Il est évident que la valeur énergétique de la matière ne dépend pas exclusivement de sa température.319 (55.598 ln(0. Jusqu’à présent.989 xsel = 0.598 ln(0. on choisit comme état de référence 0°C.8.319 (83.556) = -579 J.007) ) = 29.993) + 0. nous avons supposé que la matière ne subissait aucune transformation chimique.319 (27. La convention couramment adoptée en thermochimie est de fixer arbitrairement l’enthalpie et l’entropie des éléments dans un état de référence. un autre référentiel est nécessaire. Pour traduire dans les fonctions thermodynamique le potentiel énergétique mis en oeuvre par les réactions chimiques.565-27.33ln(0. pression atmosphérique.T0 (S’-S) = -288.15 (29. La variation d’exergi et donc le travail maximum récupérable est de : ∆e = .56 ln(1) + 0) = 0 J/K d’où une entropie totale S= 27.2 .598 xeau = 0.33 Nsel = 0.78 ln(1) + 0) = 0 J/K d’où une entropie totale S’=29. les seules contributions à l’exergie proviennent des effets de dilution sur l’entropie des sous systèmes.56 Nsel = 0.8.598 xeau = 0.

tels que : Oxygène O2 Hydrogène H2 Carbone (graphite) C Azote N2 Argon Ar Hydrogène H2 etc . on sera en mesure de déterminer l’enthalpie standard de formation de chaque substance chimique. (-241800) . On attribuera à la mole d’eau une enthalpie de référence ou enthalpie standard de formation Hf° égale à -241800 J/mole.2 Hf° O2 + 802000 J = -393500 + 2 .15 K et 101325 Pa.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 25 °C = 298.3 . Par exemple. On convient donc que l’enthalpie standard de formation des éléments est nulle. f f d’enthalpie libre standard de formation G° et d’enthalpie standard de formation S ° permettant l’évaluation des grandeurs thermodynamiques et en particulier de l’exergie des systèmes de composition variable. C’est ainsi qu’en étudiant la réaction : CH4 + 2 O2 -> CO2 + 2 H2O + 802000 J on en déduira l’enthalpie de formation du méthane : Hf° CH4 = Hf° CO2 + 2 Hf° H2O . de la même manière. en mesurant l’effet thermique d’une réaction dans laquelle elle est impliquée avec d’autres substances dont l’enthalpie standard est déjà connue.15 K et 101325 Pa pour les corps simples. découlant du théorème de Nernst.5 O2 -> H2O + Q les réactifs étant initialement à dans l’état de référence. telles que l’entropie S ou l’enthalpie libre G. dont l’enthalpie standard de formation sera égale à Hf° = -393500 J/mole. f° On trouvera dans les tables en annexe les valeurs d’enthalpie standard de formation H ..2 (0) + 802200 = -74900 kJ/kmole C’est ainsi que de proche en proche. en étudiant la combustion du graphite : C + O2 -> CO2 + 393500 kJ on fixe l’état de référence pour le dioxyde de carbone. c’est à dire l’enthalpie libérée par la réaction chimique en faisant réagir les éléments dans les proportions exactes permettant d’obtenir une mole de la substance désirée. pour former une mole de H2O. Q=241800 J étant la quantité de chaleur libérée par la réaction et récupérée en ramenant le produit de la réaction dans l’état de référence. Pour les autres substances. évaluer les autres grandeurs thermodynamiques associées aux réactions chimiques. pris à l’état pur. En choisissant comme état de référence pour toutes les substances leur enthalpie et entropie Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. De la même manière. on choisira comme valeur de référence leur enthalpie standard de formation à partir des éléments à 25 °C = 298. On utilisera la propriété d’additivité des enthalpies de réaction. On peut.. on fera réagir : H2 + 0.

f Remarquons que nous avons désigné l’enthalpie de référence par H° et non par H pour o indiquer que l’état de référence n’est plus arbitraire. Contribution chimique à l’exergie En appliquant les relations développées précédemment.946 0.1 N2 O2 CO2 Ar Ne He Kr Xe H2 CH4 N2O Pour l’air humide saturé.033 0.004 0.4 .04 0.3) où (To.001 0.Eo.934 ppm 18. Par exemple. il est habituel de choisir pour chaque élément une substance dans un état dont le potentiel énergétique peut être considéré comme nul. nous sommes en mesure d’évaluer l’enthalpie et l’entropie de tout mélange pour lequel une équation d’état est disponible.01 0.R ln 1 o 2 3 1 To P o (II. on peut calculer les compositions moyennes suivantes en fonction de la température.2) T1 P 2 2 + B T 1 -T o + C T 1 -T o + D T 3 -T 3 .004 0.5 2 0. mais est l’état standard thermochimique. Un état de référence convenable serait celui de l’atmosphère.15 K et 101325 Pa.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 standard de formation on peut donner une portée plus générales aux relations présentées au chapitre I.14 0. Po) sont les température et pression de référence des grandeurs de formation.1 : Composition moyenne de l’atmosphère Air sec vol % 78. on utilisera : 2 2 3 3 fo H1 -H = A T 1 -T o + B T 1 -T o + C T 1 -T o + D T 4 -T 4 o 2 3 4 1 fo S1 -S = A ln (II.084 20. Pour ce faire.002 0. nous devons toutefois définir un état de référence correspondant au niveau zéro de la contribution chimique à l’exergie. Afin de complètement définir la fonction exergie e = E .001 ? ? 0.001 0. dont la composition moyenne au niveau de la mer est donnée dans la table suivante.To S.087 0. soit parce qu’elle est disponible en grandes quantités et à très faible coût sous cette forme. en prenant en compte la contribution chimique à ces grandeurs thermodynamiques. soit parce qu’elle est formée spontanément et se présente comme un résidu lors de réactions chimiques ayant un intérêt énergétique.18 5. Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. Nous serons alors en mesure d’évaluer les variations de la fonction E = H .24 1. On choisira donc pour chaque élément une substance chimique composée exclusivement de cet élément et éventuellement d’autres éléments déjà pris en considération antérieurement. Table II. pour évaluer les grandeurs H et S au moyen des tables en annexe.5 incertitude +0. soit 298.

20946 dans l’air sec à T =288.032 0.T S pour tenir compte de la contribution chimique à l’exergie des o substances contenant de l’oxygène.291 0.692 0.991 J/mol/K (II. on trouve pour l’oxygène Eo= Ho . le choix de la molécule O2 à une fraction molaire de 0.463 0.934 air saturé à O°C 10°C 77. Nous en tiendrons compte en ajoutant une contribution ∆EO = 1875 J/atgr oxygène à la fonction H . on choisira comme état de référence la molécule N2 à une fraction molaire de 0. De même.15 288.To So = -3750 J/mol O2 Nous pourrons donc calculer l’exergie de l’oxygène par rapport à l’état de référence choisi par la relation : e = H .928 0.033 0. on ajoutera une contribution ∆EN = 298.15 ∫ c dT = -295 J/mol p (II. Pour tenir compte de l’état de référence choisi pour l’azote.138 20.15 ∫ cp T − R ln( 0.15°C.084 20.4) So = S + fo 298.2 : composition de l’air saturé en humidité Air sec vol % 78. Nous allons calculer Ho et So pour O2 dans cet état.905 N2 O2 CO2 Ar Par exemple. Po=101325 Pa En suivant le même raisonnement que pour l’oxygène.78084 dans l’air sec à To=288.032 0.820 20.20946) = 11.5) Tout calcul fait.033 0. Po=101325 Pa o correspond bien à la définition : l’oxygène sous cette forme est disponible en grande quantité. Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.To S + 597 J/ mol N2 Le choix de l’état de référence pour l’azote doit se répercuter sur l’évaluation de l’exergie de chaque substance. on calculera pour l’azote Eo = -597 J/mol N2 On calculera donc l’exergie de l’azote par la relation : e = H .To S +3750 J/mol Le choix de l’état de référence pour l’oxygène doit se répercuter sur l’évaluation de l’exergie de chaque substance contenant de l’oxygène.15°C.912 25°C 75.594 0. et il est impossible d’en tirer spontanément de l’énergie.15 Ho = H + fo 298.032 0. si nous souhaitons définir l’état de référence pour l’oxygène.5 J/atgr azote à la fonction H .643 20.614 77.5 . au prorata du nombre d’atomes d’oxygène présent dans chaque molécule. ce qui conduit à : 288.923 15°C 76.033 0.282 20.946 0.770 20.918 20°C 76. pour l’azote.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Table II.To S pour tenir compte de la contribution chimique à l’exergie des substances contenant de l’azote.

C’est ainsi que l’on peut trouver pour l’argon (0.934% dans l’air sec) une contribution à l’exergie ∆EAr = 11200 J/atgr argon. en posant : e = Ho . On évaluera Ho et So pour l’eau vapeur dans l’état de référence au moyen de (II. soit sous forme vapeur à 15°C à une pression telle qu’elle soit en équilibre avec l’eau liquide (soit 1705 Pa). on peut choisir comme référence le carbonate de calcium CaCO3 (craie). Son état de référence sera l’eau.432 J/mol/K L’exergie de l’eau doit être nulle dans cet état. il est raisonnable de choisir le dioxyde de carbone comme substance de référence. ce qui correspond à sa concentration dans dans fumées “moyennes”. Ces deux états étant en équilibre thermodynamique. en posant : e = Ho .5).12 bar.6 . Toutefois la teneur des fumées en CO2 dépend du combustible choisi et de la technologie de combustion (excès d’air). On trouve ainsi : Ho = -242328 J/mol So = -11.To So + 2 ∆EO + ∆EC = 0 On fixe ainsi ∆EC = 410034 J/atgr carbone. soit 0. Toutefois plusieurs états de référence ont été proposés pour définir son niveau d’exergie nulle.4) et (II.033%.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 En ce qui concerne l’hydrogène. EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES Chapitre II II. Pour évaluer ∆EC la contribution chimique à l’exergie par atome gramme de carbone. il ne serait pas possible d’en obtenir du travail en les utilisant comme sources d’un cycle moteur.To So + ∆EO + 2 ∆EH = 0 On fixe ainsi ∆EH = 118580 J/atgr hydrogène. On trouve ainsi : Ho = -394177 J/mol So = 68. car la composition de l’atmosphère varie dans le temps et l’espace. le choix de l’eau comme substance de référence s’impose.045 J/mol/K Son exergie doit être nulle. On peut procéder de même pour chacun des éléments. Nous suivrons cette approche. On évaluera Ho et So pour le dioxyde de carbone dans l’état de référence au moyen de (II.4) et (II. Pour le calcium. en choisissant une substance et une concentration de référence pour chacun d’eux. Certains auteurs on proposé de la considérer à une pression partielle de 0. Ceci permet de fixer ∆EH la contribution chimique à l’exergie par atome gramme d’hydrogène. D’autres auteurs ont proposé de prendre comme référence sa teneur moyenne dans l’atmosphère. tout en étant conscients qu’il s’agit là d’une valeur arbitraire. Ceci permet de fixer ∆EC la contribution chimique à l’exergie par atome gramme de carbone. soit sous forme liquide à 15°C.5).

15 x (-80. Pour le soufre. Elles doivent être réévaluées si on décide d’une référence différent de 15°C.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 puisque nous avons déjà déterminé les contributions de C et de O : on trouve ainsi ∆ECa = 717081 J/atgr calcium. Connaissant ces contributions élémentaires à l’exergie chimique. pression atmosphérique. puisque nous avons déjà déterminé les contributions de Ca et de O : on trouve ainsi ∆ES = 600446 J/atgr soufre. Remarquons que le choix de To et Po intervient dans l’évaluation des contributions élémentaires ∆E. Par exemple. Elément ∆E (J/atgr) on a : C 410034 H 118580 e = Hf° . Ca 717081 Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. il est aisé de déterminer l’exergie de toute substance ou mélange constitué à partir de ces éléments. et ne seront pas considérés ici.597) + 4 x 118459 + N 298. pour le carbone (graphite) à 25°C.To Sf° + 4 ∆EH + ∆EC = 0 O 1875 = -74900 . on peut choisir comme référence le sulfate de calcium CaSO4 (platre). Les autres éléments interviennent rarement dans les bilans d’exergie de systèmes énergétiques. pression atmosphérique. S=0. on a H=0. Contributions élémentaires à l’exergie chimique Pour le méthane CH4 à 25°C.288. et donc Table II.7 .5 409782 S 600446 Ar 11200 = 831942 J/mol méthane.3 : e = ∆EC = 409782 J/atgr graphite.

et envisagerons l’influence de la préchauffe des réactifs. Les lignes 9-14 du tableau rappellent les propriété fondamentales des substances chimiques considérées : enthalpie. Dans un premier temps. de l'oxygène à la température et à la pression de l'ambiance. le travail produit par cette réaction est égal à la variation entre l'exergie des réactifs et celle des produits de la réaction ramenés en équilibre avec l'ambiance. considérons la réaction d'oxydation du carbone (graphite) dont nous nous proposons de calculer le travail produit par la réaction réversible : C + O2 -> CO2 + 393500 kJ/atgr de C à 25°C Les calculs sont effectués dans le tableau ci-après. sont admis dans l'espace de réaction. séparés et tous deux à la pression Po de l'ambiance. Considérons d'abord le cas où le combustible et l'oxygène qui se trouvent à la température To. nous examinerons la combustion réversible utilisant l’oxygène pur. en fait. Les colonnes G-J font de même pour les entropies. Pour illustrer notre propos. La réaction chimique de combustion du carbone est d’abord rappelée. l'exergie du combustible est la partie de son énergie qui est transformable en travail par suite de son oxydation. et l’état définissant l’ambiance (niveau zero de l’exergie). l'exergie du combustible est le travail mécanique qui est produit par une oxydation réversible dont les produits de réaction sont amenés en équilibre de température. on peut produire un certain travail. par l'opération réversible de mélange de l'oxygène avec l'air ambiant. Nous admettrons. non mélangés. l'exergie du combustible se confond avec l'exergie de son énergie chimique. Par la suite. Nous allons déterminer l’exergie intrinsèque des combustibles. Dans ces conditions. Lorsqu'on considère. Il s'ensuit que l'oxygène fourni par l'air de même que les produits gazeux de la combustion. coefficients des polynômes permettant d’estimer les chaleurs spécifiques à pression constante. nous examinerons la combustion irréversible en présence d’un excès d’air. et ont alors une exergie nulle. il faut au moins dépenser le travail de séparation réversible de ce constituant. sa teneur dans les conditions de l’ambiance (on considérera toutefois le combustible pur). en Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. ce gaz possède.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Exergie d’un combustible solide : le carbone Les réactions de combustion sont parmi les plus importantes pour l’étude des systèmes de transformation d’énergie. en utilisant la formule rappelée à la ligne 17. Les lignes 24-27 donnent successivement. Par définition.8 . Les lignes 20-22 rappellent l’état standard de référence pour les grandeurs de formation. Comme la réaction est supposée réversible. pour chaque substance. Les colonnes C à F contiennent les termes permettant de calculer les enthalpies dans l’état de référence exergétique Hi. une exergie non nulle car si l'on veut produire de l'oxygène pur à partir de l'air ambiant. ont une exergie propre dont il convient de tenir compte dans le calcul de l'exergie du combustible. Si le combustible et le comburant sont en équilibre de température et de pression avec l'ambiance. que les produits de la réaction quittent cet espace à la température ambiante. énergie libre et entropie standard de formation. Inversement. en outre. par exemple. de pression et de composition avec l’ambiance. et chacun à la pression de l'ambiance.

To So + ∆EC = -85 + 288. Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.15 (-0. La somme des termes relatifs aux produits de la réaction. on combine ces enthalpies et entropies avec les coefficients stoechiométriques. l’exergie intrinsèque du graphite C aurait pu être évaluée également comme : e = Ho .292) + 410034 = 410033 J/atgr carbone.0412 (cellule J37). La variation d’exergie due à la combustion est obtenue à la cellule F37. Cette grandeur correspond à l’exergie du combustible. En effet. Si on la rapporte la variation d’enthalpie (c’est à dire au pouvoir calorifique) on obtient un rapport de 1. Remarquons que. ainsi que l’entropie de combustion. par un raisonnement différent. nous avons retrouvé la valeur du coefficient ∆EC défini antérieurement.9 . Dans les lignes 32-35. L’exergie du combustible est donc du même ordre de grandeur que son pouvoir calorifique. moins la somme des termes relatifs aux réactifs nous permet d’estimer l’enthalpie de combustion à 15°.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 utilisant la formule rappelée à la ligne 18.

10 .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.

ainsi que la valeur de la fonction E=H-To S. ce processus itératif converge en 2 ou 3 itérations (en fait. L'équation chimique de cette combustion rapportée à un atome gramme de carbone s'écrit : C + 1. il faut corriger l’estimation de la température de combustion. Les fractions molaires sont évaluées à la colonne E. ainsi que la capacité calorifique des fumées (somme des Ni cpi = dérivée de l’enthalpie totale par rapport à la température). L’air de combustion est éventuellement préchauffé. La suite du tableau examine l’effet d’une combustion irréversible. on lit l’enthalpie et l’entropie de l’air préchauffé. Si la température de combustion est bien estimée. Les lignes 50-51 permettent le calcul du nombre de moles de O2 et N2 en fonction de la quantité de C et de l’excès d’air spécifié.64 N2 + 395. En F44. On en déduit comme suit la température adiabatique de combustion. et l’écart J76 doit être nul. où le comburant est de l’air (assimilé à 79% N2 et 21% O2) éventuellement en excès. La cellule C44 définit le rapport air/air nécessaire.64 N2 = CO2 + 0. L’exergie des fumées s’obtient par différence entre les cellules K64 et K70.5 kJ En l'absence d'échange calorifique pendant la combustion. L’exergie disponible dans l’air préchauffé est obtenu par différence entre les cellules K52 et K56. Aux lignes 66 à 70. on donne la température de préchauffe. A la ligne 48.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Perte d’exergie : combustion irréversible du carbone Considérons. le cas où le carbone (graphite) est soumis à une combustion vive isobare en présence d'un excès d'air de 50%. A la ligne 52. On calcule les mêmes fonctions dans les conditions de référence de l’exergie aux lignes 5456. nous utilisons l’algorithme de Newton pour résoudre une équation non linéaire). La ligne 76 permet de vérifier le bilan thermique.5 O2 + 5. L’enthalpie des produits est en I76 (c’est le report de la cellule I64). Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. et que la dérivée du terme “sortie” par rapport à la température a été évalué en L64. S et E des fumées à la ligne 64. Il suffit donc d’ajouter à la température estimée le quotient J76/L64 pour obtenir une meilleure estimation. La perte par irréversibilité de la combustion s'obtient par différence entre l'exergie du combustible et de l’air et celle des gaz brûlés. On remarque que le terme “entrée” est indépendant de cette température.11 . Le bilan exergétique est repris dans les lignes 79-81. le bilan entrée-sortie doit être vérifié. la totalité de la chaleur dégagée par celle-ci. Comme les Cp dépendent peu de la température. à présent. L’enthalpie des réactifs est indiquée en H76 : c’est la somme de H pour le combustible (cellule I48) et de H pour l’air (cellule I52). On en déduit les fractions molaires et les enthalpies et entropies molaires à la température de combustion estimée. Sinon. La colonne C évalue les débits des différentes substances dans les fumées. En F45 on donne une estimation de la température de combustion adiabatique. on évalue de même les propriétés des fumées dans l’état de référence exergétique. On calcule les fonctions H. se retrouve sous la forme d'enthalpie des produits de la réaction. et les chaleurs spécifiques en L. Les lignes 60-64 reprennent les propriétés des fumées à la température de combustion estimée. Les enthalpies et entropies aux colonnes I et J. on calcule H et S pur le graphite dans les conditions de l’ambiance (référence de l’exergie).5 O2 + 5.

12 .5 1009 1078 1159 1242 1326 3 860 931 1014 1099 1185 T adiabatique 2500 2000 1500 1000 500 0 0 1 Rapport d'air 2 3 15 100 200 300 400 Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. On constate que le préchauffage du comburant diminue l'irréversibilité de la combustion. T adiabatique de combustion (°C) T préch. Les principaux résultats de ces calculs sont indiqués dans les tabeaux suivants.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Pour l’actif. de l'autre la température de préchauffage.5 1560 1623 1699 1776 1854 air/air nécessaire 2 1223 1289 1368 1449 1530 2. c'est-à-dire la libération brutale sous forme calorifique de l'énergie chimique du combustible entraîne une perte par irréversibilité égale à 26 % de l'exergie du combustible.(°C) 15 100 200 300 400 1 2178 2237 2308 2380 2454 1. Les tables suivantes indiquent comment évolue la température adiabatique de combustion et la perte d’exergie due aux irréversibilité de la combustion en fonction des deux paramètres opératoires principaux : l’excès d’air et la température de préchauffage de l’air. On constate que la combustion vive. on inscrit l’exergie des fumées (report de la ligne 71) et les pertes. Le calcul de la perte d'exergie relative à la combustion du carbone a été repris en faisant varier d'une part l'excès d'air. cette conclusion était du reste prévisible dans la mesure où la température adiabatique de combustion avait été augmentée. Le rendement est le rapport de l’exergie disponible dans les fumées à l’exergie mise à l’actif. l’exergie intrinsèque du combustible a été évaluée à la ligne 37. Pour le passif. celle de l’air en 57.

20% 31.52% 39.49% 29.91% 27.79% 32.47% 37.92% 42.56% 33.00% 0 1 Rapport d'air 2 3 Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.5 44.13 .38% 28.98% 3 47.00% 40.64% 29.44% Perte exergie % 50.00% 20.65% 32.(°C) 15 100 200 300 400 1 29.72% 25.00% 100 200 300 400 10.08% 30.17% 22.00% 15 30.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Perte d’exergie T préch.89% 1.77% 35.89% 27.77% 34.74% 24.54% 36.20% 2.5 35.00% 0.96% air/air nécessaire 2 40.72% 25.

Le tableau suivant développe les calculs basés sur la réaction : CH4 + 2 O2 -> CO2 + 2 H2O La démarche conduisant à l’évaluation de l’exergie intrinsèque du combustible est identique à Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.00% 15 2 2. résulte de ce que la dilution par l'air des produits de la combustion.5 3 Préchauffe (°C) 1. Dans le cas d'un important préchauffage. détermine une diminution de la température adiabatique de combustion. Exergie d’un combustible gazeux : le méthane Une analyse comparable à la précédente est présentée pour le méthane. les courbes suivantes se rapportent à un préchauffage de l'air jusqu'à une température de 100.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 perte exergie 50. Pour un excès d'air de 200%.00% 40.14 .00% 400 35. mais cette croissance s'atténue progressivement.5 1 rapport air On a représenté sur le diagramme la variation de la perte d'exergie due à l'irréversibilité de la combustion. La croissance avec l'excès d'air de la perte par irréversibilité de la combustion. en fonction de l'excès d'air. le préchauffage entraîne une réduction de l'irréversibilité de la combustion. la perte par irréversibilité de la combustion augmente lorsque l'excès d'air croît. 300 ou 400°C respectivement. En fin de compte.00% 100 20.00% 200 25. La comparaison des courbes montre qu'à excès d'air égal. Comme l'indique le graphique. 200. mais cette amélioration croît de moins en moins vite au fur et à mesure que s'élève la température du préchauffage. l'augmentation de l'excès d'air n'affecte que faiblement l'irréversibilité de la combustion alors que cette influence était très sensible en l'absence de préchauffage.00% 45. cette perte est de près de 50%.00% 300 30. La première courbe correspond à l'absence de préchauffage (tp= 15°C). une diminution de l'irréversibilité relative à la combustion doit être attendue d'une diminution de l'excès d'air et/ou d'une augmentation du préchauffage.

L’exergie du combustible est donc du même ordre de grandeur que son pouvoir calorifique. énergie libre et entropie standard de formation. Les lignes 24-27 donnent successivement.037 (cellule J37).799) + 410034 + 4 (118580)= 832672 J/mole méthane. Les lignes 20-22 rappellent l’état standard de référence pour les grandeurs de formation. ce qui correspond au résultat précédent. Les colonnes G-J font de même pour les entropies. Dans les lignes 32-35. Cette grandeur correspond à l’exergie du méthane. Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. en utilisant la formule rappelée à la ligne 18. moins la somme des termes relatifs aux réactifs nous permet d’estimer l’enthalpie de combustion à 15°. en utilisant la formule rappelée à la ligne 17.To So + ∆EC + 4 ∆EH = -75252 . Remarquons que l’exergie intrinsèque du méthane CH4 aurait pu être évaluée également à partie de H. L’étude de la combustion irréversible. soit 832670 J/mol. Elle conduit aux mêmes conclusions que pour le carbone. ainsi que l’entropie de combustion. sa teneur dans les conditions de l’ambiance (on considèrera toutefois le combustible pur). S et des contributions élémentaires : e = Ho . coefficients des polynômes permettant d’estimer les chaleurs spécifiques à pression constante. en présence d’un excès d’air éventuellement préchauffé est présentée dans le deuxième partie de la feuille de calcul.15 .15 (-81.288. Si on la rapporte la variation d’enthalpie (c’est à dire au pouvoir calorifique) on obtient un rapport de 1. aux écarts d’arrondi près. on combine ces enthalpies et entropies avec les coefficients stoechiométriques. La variation d’exergie due à la combustion est obtenue à la cellule F37. Les colonnes C à F contiennent les termes permettant de calculer les enthalpies dans l’état de référence exergétique Hi. pour chaque substance. La somme des termes relatifs aux produits de la réaction. et l’état définissant l’ambiance (niveau zero de l’exergie). Les lignes 9-14 du tableau rappellent les propriété fondamentales des substancés chimiques considérées : enthalpie.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 celle qui a été adoptée pour le graphite.

SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.16 .

sa teneur dans les conditions de l’ambiance (on considèrera toutefois le combustible pur). énergie libre et entropie standard de formation. En effet. Les colonnes G-J font de même pour les entropies. on combine ces enthalpies et entropies avec les coefficients stoechiométriques. ainsi que l’entropie de combustion. soit 275403 J/mol. Mais. en utilisant la formule rappelée à la ligne 18. Les lignes 24-27 donnent successivement. Pour étudier ce phénomène. en utilisant la formule rappelée à la ligne 17. On obtient la feuille de calcul suivante : Les lignes 9-14 du tableau rappellent les propriété fondamentales des substancés chimiques considérées : enthalpie. La somme des termes relatifs aux produits de la réaction. et l’état définissant l’ambiance (niveau zero de l’exergie). la réaction d’oxydation spontanée du carbone en CO2 cesse d’être complète : une partie du carbone ne s’oxyde qu’en CO. La variation d’exergie due à la combustion est obtenue à la cellule F37. apparaît le phénomène de dissociation qui engendre une régression de la combustion.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Influence de la dissociation du CO2 La recherche d'une diminution de l'irréversibilité relative à la combustion conduit. coefficients des polynômes permettant d’estimer les chaleurs spécifiques à pression constante. Les lignes 20-22 rappellent l’état standard de référence pour les grandeurs de formation. Les colonnes C à F contiennent les termes permettant de calculer les enthalpies dans l’état de référence exergétique Hi.17 . à augmenter la température de combustion. moins la somme des termes relatifs aux réactifs nous permet d’estimer l’enthalpie de combustion à 15°. Dans les lignes 32-35. Si on la rapporte la variation d’enthalpie (c’est à dire au pouvoir calorifique) on obtient un rapport de 0.9727 (cellule J37). dès que cette température atteint un certain seuil. Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. Recherchons tout d’abord l’exergie du CO. comme on l'a vu. L’exergie du combustible est donc du même ordre de grandeur que son pouvoir calorifique. La prise en considération de la dissociation des gaz de combustion est examinée ci-dessous. en suivant une démarche similaire à celle adoptée pour CH4. à très haute température. Cette grandeur correspond à l’exergie du monoxyde de carbone.5 O2 = CO2 L'équilibre chimique de cette réaction dépend de la température de telle manière qu'il tend à se déplacer dans le sens de droite à gauche lorsque la température augmente. pour chaque substance. nous devons examiner les conditions d’équilibre chimique de la réaction d'oxydation de l'oxyde de carbone : CO + 0.

18 .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II.

SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Remarquons que l’exergie intrinsèque du CO aurait pu être évaluée également à partie de H.∆HstCO . pour la réaction considérée.∆SstCO .19 . et où Kp est la “constante d’équilibre” de la réaction à la température du système. Les lignes 57-59 correspondent à l’évaluation des mêmes fonctions pour les conditions de référence de l’exergie.0. nous nous fixerons la température de combustion et l’excès d’air par rapport aux conditions stoechiométriques. On en déduit l’exergie disponible par la préchauffe du combustible en K50. avant d’être admis dans la chambre de combustion. Kp s’évalue aisément en fonction des grandeurs st thermodynamique H et Sst des réactifs et des produits calculées dans les conditions standard (c’est-à-dire à la température de réaction et à la pression de référence). la température de combustion en F45 et une valeur estimée de la température de préchauffe des réactifs (CO + air) en F44. On en déduit l’exergie disponible par la préchauffe de l’air en K60.5 ∆HstO2 ∆Sr = ∆SstCO2 . On calculera.15 (-88.T ∆sr Kp est lié à cette dernière grandeur par la relation : ∆G r ln Kp = − RT Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. ce qui correspond au résultat précédent. d’entropie et d’énergie libre standard de réaction.288. S et des contributions élémentaires : e = Ho . Le rapport d’air est indiqué à la cellule C44. c’est à dire : ∆Hr = ∆HstCO2 . La conversion de CO en CO2 ne sera pas totale. Nous considèrerons que tous les réactifs (air et CO) sont préchauffés isolément à la même température. la variation d’enthalpie.906) + 410034 + 1875 = 275403 J/mole méthane. Afin d’étudier l’influence de l’oxydation incomplète de CO en CO2. et nous rechercherons la température de préchauffe qu’il faut atteindre pour réaliser les conditions de réactions spécifiées. c’est à dire la pression totale multipliée par la fraction molaire de cette substance I. Les fonctions thermodynamique du combustible préchauffé sont calculées à la ligne 48. La ligne 49 correspond à l’évaluation des mêmes fonctions pour les conditions de référence de l’exergie. la composition d’équilibre vérifie la relation : PCO 2 KP = PCO PO2 où la variables Pi représentent la pression partielle de la substance i.5 ∆SstO2 ∆Gr = ∆Hr . La thermodynamique chimique démontre que. Les fonctions thermodynamique de l’air préchauffé sont calculées aux lignes 53-55. à partir des grandeurs standard.0.To So + ∆EC + ∆EO = -110888 .

la diminution de la chaleur de réaction devant être compensée par un apport supplémentaire de chaleur sensible. On peut faire varier les conditions opératoires pour évaluer la sensibilité des résultats. on porte l’exergie du combustible ayant réagi. On peut calculer une valeur corrigée de la température de préchauffe par l’algorithme de Newton.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Les Hst et Sst sont calculés en I63:I65 et K71:K73 respectivement. On désigne par x le nombre de moles de CO restant dans les fumées (cellule C62). En fonction de cette valeur. C’est pourquoi toute augmentation de la température de réaction exige un accroissement beaucoup plus important de la température de préchauffe. exprimé comme l’exergie disponible rapportée à l’exergie mise en oeuvre. multipliée par la cellule C64. s’améliore lorsque la température de combustion s’élève.3759. On remarque que Kp est une fonction qui décroit rapidement avec la température. Les fractions molaires (E63:E66) et les pressions partielles (F63:F66) s’en déduisent aisément. qui doit s’annuler à la solution. Comme la conversion du CO diminue rapidement avec l’élévation de température. S et E tant à la température de combustion (cellules I63:K67) que dans les conditions de référence (cellules I78:K82). Dans le cas illustré.20 . la solution est atteinte pour une température de préchauffe de 1109°C. nombre de moles de CO2 obtenues par réaction). Ces dernières permettent de calculer le membre de droite de la relation d’équilibre. Il reste à vérifier que la température de préchauffe supposée permet de boucler le bilan thermique. Dans l’exemple présenté ici. entre 2200 et 3000°C. Au passif. il en est de même de la chaleur libérée par la réaction chimique. pour une température adiabatique de combustion de 2500°C. Le tableau suivant montre comment évoluent les variables principales en fonction de la température de combustion désirée. A l’actif. on trouve l’exergie disponible dans les fumées et les pertes. Influence de la dissociation du CO2 Il ressort de l’étude précédente que la combustion à très haute température présente les particularités suivantes : • La dissociation qui apparaît vers 1600°C augmente avec la température pour devenir Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. On dresse aisément le bilan exergétique de la combustion. la proportion de CO non converti passe de 17 à 73%. Le rendement. les irréversibilités dues à la combustion représentent 43. Dans les conditions de l’exemple. Il faut jouer sur la variable x pour vérifier cette égalité (la fonction de résolution du tableur peut être utilisée). il est possible d’évaluer leur exergie. Connaissant la compostion des fumées à l’équilibre. on trouve x=0. pour un mélange stoechiométrique de CO et d’air. On en déduit l’exergie disponible dans les fumées en K83. Les Gst sont en L71:73 et on en déduit immédiatement ∆Gr en L75 et Kp en L76. on peut calculer les débits partiels de toutes les substances dans les fumées en C63:C66. On calcule à la ligne 88 l’enthalpie “entrée” (air et CO) et “sortie” (fumées) ainsi que leur écart.4% de l’exergie mise en oeuvre. la correction à la valeur supposée étant égale au défaut d’enthalpie divisé par la capacité calorifique des réactifs (C p calculés en L50 et L55). qui à solution doit être égal au Kp déterminé par ailleurs. On porte également à l’actif l’exergie résultant de la préchauffe du CO et de l’air. en estimant H. évaluée dans les conditions de référence (cellule F37.

2 1949. cette obligation est encore renforcée par la régression de la combustion.731 rendement 0. Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. observée à haute température. on a représenté les courbes qui traduisent les variations en fonction de la température.406 0. • La perte par irréversibilité globale de la combustion qui est importante en l'absence de préchauffage se réduit fortement lorsqu'on s'est imposé une température adiabatique de combustion supérieure à 2400°C.6 10. • Pour atteindre les fortes enthalpies des gaz liées aux températures élevées. A la figure 4.3 : variation de l’équilibre CO/CO2 avec la température T (°C) 2110 2200 2400 2600 2800 3000 Kp 47. c'est-à-dire dans tout le domaine de température dans lequel se développe la dissociation.665 T préch(°C) 7.3001 0.5 4. Une température inférieure peut être obtenu soit avec un excès d’air.6 1400. soit si le comburant est apauvri en oxygène.3.456 0.3 Remarquons qu’une température inférieure à 2100°C ne peut être atteinte : la température adiabatique de combustion en l’absence de préchauffage est de 2110°C.1709 0.4547 0.102 1.1259 0. il faut recourir à un très important préchauffage des gaz frais. des grandeurs suivantes : Table II. Les principaux résultats en sont repris au tableau II.4 815.3 247.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 presque totale vers 3000°C.592 0.633 0.6064 0.5 28. Un calcul analogue au précédent a été répété pour différentes températures comprises entre 2200°C et 3000°C.3 2425.536 0.0968 x 0.21 .43 2. • La dissociation entraîne une régression de la combustion et par conséquent de la chaleur dégagée par celle-ci. donc aussi de la chaleur dégagée.

8 0.6 0.2 0.9 0.6 13/10/00 100 10 0.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS Kp x = f(T) 1 0. Mais. sous forme de chaleur. dans une combustion classique. ceci exerce un effet négatif sur la valeur calculée du rendement. les réactifs mélangés s'enflamment lorsque leur réaction est amorcée.8 0. la chaleur dégagée par la combustion vive devient de plus en plus faible cependant que l'énergie chimique qui reste attachée à la fraction du combustible qui n'a pas encore réagi.7 0. ils dégagent alors brusquement. selon un processus réversible lié au déplacement de l'équilibre chimique. l'énergie chimique que le combustible contenait à l'état latent : c'est le processus de "combustion vive ".3 0. pourra se libérer progressivement. la perte d'exergie globale due à la combustion s'élève à près de 60% de l'exergie mise en oeuvre (préchauffe et combustible).5 0. or comme la fraction (1-x) de CO qui réagit diminue avec l’élévation de T.4 0.1 1 1500 2000 2500 3000 0 1500 2000 2500 3000 Tpréchauffe = f(T) 2500 2000 1500 1000 500 0 1500 2000 2500 3000 1 0. au fur et à mesure que la combustion régresse par suite de la dissociation liée à la température de combustion qui s'accroît. Remarquons que si le rendement était exprimé en prenant l’exergie du combustible comme dénominateur. En effet.2 0 1500 rendement = f(T) 2000 2500 3000 A la température de 2200°C. les valeurs de rendement seraient plus élevées. pour laquelle la dissociation est encore pratiquement inexistante. La perte d'exergie due à la combustion résulte de l'irréversibilité qui affecte celle-ci.22 . Cependant. pendant le Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. cette perte d'exergie diminue. Les rendements tels qu’ils sont exprimés dans les diagrammes présentés ci-dessus utilisent au dénominateur l’exergie mise en oeuvre par la réaction.4 0. au fur et à mesure que la température de combustion s'élève.

d'une part ils cèdent réversiblement la chaleur sensible qu'ils ont reçue et qui servira d'ailleurs à compenser Cet emprunt de chaleur à une source extérieure (par exemple en préchauffant une nouvelle charge de gaz frais) . Pour une température au delà de 3000°C. sous réserve d'un faible résidu d'irréversibilité imputable au processus de mélange. les produits gazeux de combustion se retrouvant notamment dilués dans l'atmosphère en fin de la combustion. • Le combustible et le comburant sont échauffés séparément jusqu'à la température pour laquelle la dissociation des produits de la réaction est complète • Les gaz frais sont mis en contact. ils dégagent la chaleur engendrée par le processus de combustion qui progresse au fur et à mesure du refroidissement conformément au déplacement de l'équilibre chimique.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 refroidissement des gaz brûlés qui accompagnera leur utilisation. à ce moment. la perte par irréversibilité de la réaction est alors nulle. ils se mélangent alors mais ils ne donnent lieu à aucune réaction. • Finalement. la perte par irréversibilité totale se réduit à la seule perte par irréversibilité du mélange. pour obtenir la perte par irréversibilité totale de la combustion. C'est pourquoi. l'absence d'un dégagement instantané de chaleur au moment du mélange des réactifs. D'autre part. la chaleur dégagée par la combustion complète a été entièrement utilisée. implique que les gaz frais doivent être préchauffés jusqu'à la température maximale qu'on s'était fixée. on peut concevoir le processus de combustion réversible comme constitué des transformations suivantes . Cependant. Il résulte de ce qui précède que. la dissociation devient très importante et. • Les gaz sont ensuite refroidis progressivement. sans que de la chaleur soit dégagée par une quelconque réaction. la chaleur latente du combustible pourra se dégager selon un processus réversible au cours du refroidissement des gaz qui déterminera un déplacement progressif de l'équilibre chimique jusqu'à l'achèvement de la combustion. cette fois. a été intégralement restituée. il a fallu ajouter à la perte par irréversibilité de la réaction un terme constant qui représente précisément la perte par irréversibilité du mélange. En général. Au cours de cette combustion réversible. la combustion atteint son achèvement pour une température de l'ordre de l600°C et. Cette température maximale est évidemment aussi celle des gaz brûlés si tant est qu'on puisse parler de gaz frais et de gaz brûlés alors que les compositions respectives sont identiques. la mise en présence du combustible et du comburant préchauffés se traduit par un simple mélange. dès lors. Il n'y a donc plus de combustion vive avec dégagement instantané de chaleur et. la chaleur qui avait été fournie durant le préchauffage. l'augmentation de la température de combustion ne modifie en rien l'irréversibilité due aux variations de la composition. la totalité du pouvoir calorifique (ou de la chaleur de réaction) a été libérée. l'irréversibilité inhérente à la réaction a disparu. dès lors. De nouveau et totalement. Au cours de cette transformation.23 . à très haute température. dès lors. Chapitre II EXERGIE ET REACTIONS CHIMIQUES II. les gaz brûlés se retrouvent à la température ambiante. en outre. donc à aucun dégagement de chaleur. dans ces conditions. En particulier.

Si ce milieu est solide. On a ainsi réalisé entre deux sources à températures différentes. le système est revenu à l'état initial et aucune modification n'a été apportée au monde extérieur. puisque le travail qui est alors produit. mais encore celle de la transmission d'une autre fraction de Q1 à la source froide. Mais ceci n'est pas le cas de l'échange thermoénergétique réversible. si la vitesse est nulle. le transfert se fera par conduction. A la fin. ce qui est bien conforme au caractère réversible du processus.le travail : W = Q1 (1 . accrue de l'équivalent calorifique du travail W. Si l'on admet que la source chaude cède une quantité de chaleur Q1 à un cycle de Carnot. Lorsque le piston se déplace vers la droite avec une vitesse v.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR TRANSMISSION CALORIFIQUE ET REVERSIBILITE Echange calorifique Considérons une source chaude à la température T1 et une source froide à la température T2.1 . Dans le cas de l'échange calorifique irréversible.1) dont le fond est constitué par un corps noir à la température T1. nous dirons que l'échange est réalisé sous la forme d'un échange conducto-convectif. il suffit de réunir les deux sources par un milieu matériel. le transfert se fera également par convection. l'est aux dépens de la chaleur apportée à haute température. la chaleur cédée par la source chaude est transférée intégralement à la source froide. Si ce milieu est constitué par un fluide. Pour réaliser un échange calorifique irréversible. un échange thermoénergétique réversible. ce cycle fournira : . A la limite. On réalise ainsi une pompe à chaleur et il est possible de reprendre la chaleur Q2 à la source froide et de la restituer à la source chaude.T2 / T1) . que l'énergie effectivement émise est égale à l'énergie rayonnée multipliée par v/c. et la totalité de l'énergie rayonnée est réabsorbée par le corps noir. Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. La réversibilité du cycle entraîne. Echange radiatif Considérons un cylindre (figure 3. D'une manière générale. on a un état stationnaire. on peut écrire en désignant par c la vitesse de la lumière. la paroi du cylindre étant parfaitement réflectrice ainsi que celle du piston. qui correspond d'ailleurs à l'exergie de la quantité de chaleur Q1. non seulement la réversibilité de la transformation d'une fraction de la chaleur Q1 en travail.la chaleur rejetée à la source froide : Q0 = Q1 (T2/T1) Le travail fourni de cette manière. peut être utilisé pour faire fonctionner en sens inverse le même cycle de Carnot.

on aura ainsi : V1 T13 V= T3 et 3 V1 T1 dV= −3 4 dT T σT4 1 Comme P = u = 3 3c Le travail de détente peut s'écrire : ∫ PdV = ∫ 1 1 2 2 σT 4 3c ( −3V1T13 T −4 )dT = T T σ V1 T14 (1− 2 ) = u1V1 (1 − 2 ) c T1 T1 On substitue ensuite un corps noir à T (en équilibre avec l'énergie rayonnante) au fond du 2 cylindre réflecteur. l'unité de surface du corps noir rayonne une énergie σ. on substitue une paroi réflectrice au corps noir et l'énergie rayonnante subira alors une détente adiabatique réversible.V2 L'énergie rayonnante contenue dans V2 vaut : Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.1 : échange radiatif Lorsque le piston s'est déplacé et qu'il a engendré le volume V1. La densité d'énergie vaut alors dans ce volume: σ T14 u1 = c T1 V1 Refl.2 . Au cours de cette opération. Par unité de temps. la chaleur rayonnée à T1 vaut : Q1 = U1 + P1 V1 1 4 = u1V1 + u1V1 = u1V1 3 3 1 où P1 = u1 est la pression de radiation et u1 3 la densité d'énergie ou énergie interne spécifique. l'énergie rayonnante apparue dans ce volume vaut : σ T14 U 1 = u1 V1 = V1 c d'où: Q1 = 4 4 σ T1 u1V1 = V1 3 3 c 4 Après que V1 a été engendré.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Selon le principe d'équivalence. T2 V2 Figure 3.T14 qui va emplir un volume de section de base unitaire et de hauteur égale à la longueur parcourue par le rayonnement dans le même temps. puis on ramène le piston à son point de départ. décrite par l’équation V T3 = constante.V2 + 1/3 u2.V2 = 4/3 u2. le corps noir à T2 absorbe réversiblement la quantité de chaleur : Q2 = U2 + P2V2 = u2.

les absorptions des énergies respectivement émises par les deux sources. et par suite l'énergie émise par la surface chaude vaut σT14 tandis que la surface froide émet 4 4 4 σT2 . en une énergie T 4 4 U 2 = U1 2 3 3 T1 qui sera absorbée par le corps noir à T2. il s'établit spontanément entre elles un échange radiatif irréversible. d'autre part. Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. Si deux surfaces “noires” sont mises en regard l'une de l'autre. aucune énergie n'a été transmise de la source froide à T2 à la source chaude à T1. en raison de la conversion d'une fraction de l'énergie rayonnée à T1. la quantité d’énergie absorbée à T2 est inférieure à la première. la chute d'exergie associée à l'échange de chaleur considéré.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 U 2 = u 2 V2 = σ 4 σ T2 V2 = (V 2T23 )T2 c c Or. car dans l'hypothèse adoptée de la réversibilité. D'ailleurs. D'autre part. cet échange ne serait possible que moyennant l'apport d'un travail permettant le parcours en sens inverse du cycle primitif. pour la détente adiabatique réversible : V 2 T2 = V1 T1 3 3 On en déduit alors : U2 = T T σ σ (V1T13 ) T2 = (T14 V1 ) 2 = u1V1 2 c c T1 T1 T 4 4 u 2V2 = u1V1 2 3 3 T1 2 et. On obtient globalement l'échange : σ(T1 − T2 ) Dans ce cas irréversible. Au cours du processus. D'ailleurs. se soldent par un transfert de chaleur dans le sens des températures décroissantes. Le volume occupé par l'énergie rayonnante n'effectue aucun travail. L'expression du travail montre que celui-ci est égal à l'exergie de la chaleur rayonnée par la source chaude tandis que la chaleur absorbée par la source froide est égale à son anergie. il n'y a aucune production de travail et par suite l'énergie émise par l'une des sources est intégralement absorbée par l'autre. constitue ici une perte. finalement : Q2 = Le travail total vaut : W = P1 V1 + ∫ PdV − P2 V2 1 W= 1 T 1 T 4 T u1V1 + u1V1 (1 − 2 ) − u 1 V1 2 = u 1 V1 (1 − 2 ) 3 T1 3 T1 3 T1 La chaleur Q1 rayonnée à T1 est donc transformée d'une part en un travail : T 4 U1 (1 − 2 ) 3 T1 et.3 .

Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. Calculons les exergies : . elle est ensuite détendue isothermiquement suivant 2'M jusqu'à la pression finale de celui-ci.T0) .1 x (873-273) . 3.273 x 29.H0) .273 x 29. en vertu de l'équation d'état : -pour 1 kmol à T1 : V1 = R T1 / P0 -pour 1 kmol à T2 : V2 = R T2 / P0 -pour 1 kmol du mélange à Tn : Vn = R Tn / P0 = R T1 + T2 1  RT1 RT2  1  = ( V + V2 ) =  + P0 2 2  P0 P0  2 1 Par suite.T0 (S1 .de 1 kmol de gaz à 600°C : E2=29. on obtient après homogénéisation du mélange sous l'effet de la diffusion.1 x ln(673/273) = 4472 kJ D'où la perte d'exergie par irréversibilité du mélange : (E1+E2)-2 En =(1454-8225) .S0) = Cp (T1 .273 x 29.T0 Cp ln(T1/T0) =29.2x4472 = 735 kJ On peut concevoir de la manière suivante la réalisation du mélange par voie réversible (fig.de 1 kmol de gaz à 200°C : E1 = (H1 .1 x ln(473/273) = 1454 kJ . dont la valeur se déduit du bilan thermique de l'opération.de 1 kmol de mélange à 400°C : En =29. soit dans l'hypothèse d'un mélange isobare : Cp (T1 -T0) + Cp (T2 -T0) = 2 Cp (Tn -T0) d'où : Tn = (T1 + T2)/2 = 673 K ou 400°C On a. D'autre part.1 x (473-273) . La kilomole de gaz à la température T est d'abord détendue isentropiquement suivant 11' jusqu'à la température finale du mélange.4 . Si l'on met en communication les enceintes occupées par ces deux quantités de gaz. la kilomole de gaz à la température T2 est d'abord comprimée isentropiquement suivant 22' jusqu'à la température finale du mélange.1 x (673-273) . le volume occupé par le mélange est égal à la somme des volumes occupés initialement par ses composants.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Echange calorifique par mélange Considérons une kilomole de gaz parfait diatomique à la température T =600°C (873K) et 1 une kilomole du même gaz à la température T2=200°C (473K). elle est ensuite comprimée isothermiquement suivant 1'M jusqu'à la pression finale de celui-ci. d'autre part.1 x ln(873/273) = 8225 kJ . une température uniforme Tn .2).

une modification du volume spécifique dans la mesure où l'on s'est imposé une pression finale égale à la pression initiale P0. Enfin.1 = 370°C ou 643 K Calculons le volume molaire du mélange pour la pression atmosphérique de référence : Pm = P1 = P2 = 98100 Pa Vm = R Tm / Pm = 8314 x 643 / 98100 = 54. Le travail peut être réutilisé lors des transformations inverses qui permettent de ramener les deux kilomoles du mélange à l'état 1 et à l'état 2 respectivement. Comme la température finale a diminué.1 x 600 + 29.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 T°C 600°C 1 400°C 2’ 200°C N M 1’ L'enthalpie des deux kilomoles de gaz initialement à 600°C et à 200°C se retrouve d'une part sous la forme d'un travail égal à la somme algébrique des quatre travaux de compression ou de détente.pour la détente isentropique 11' : W'ad = Cp (T1 . Il s'ensuit que la température du mélange sera ici inférieure à ce qu'elle était dans le cas du mélange irréversible et ceci entraînera. l'enthalpie du mélange s'obtiendra en soustrayant cette valeur de la somme des enthalpies des deux composantes : Hm = Cp T1 + Cp T2 . la variation d'exergie correspond au travail produit par l'ensemble des transformations réversibles. assurant ainsi la réversibilité de l'opération.1 x 200 . 2 Pour résoudre numériquement le problème de l'échange thermo-énergétique réversible par mélange. il s'ensuit que l'exergie du mélange réalisé réversiblement sera nécessairement inférieure à ce qu'elle était dans le cas irréversible. figure 3.5 . Dans le cas du mélange réversible.1 x (873 .T1') = 29. En adoptant ainsi la valeur initiale W = 1750 kJ pour le travail. est donc passé en M dans le cas réversible. d'autre part sous la forme d'enthalpie du mélange.643) = 6693 kJ  T'  avec P1' = P1  1   T1  γ −1 γ  643 = 98100 873 0.W = 29. par ailleurs. il S importe de remarquer que l'enthalpie du mélange est inférieure à la somme des enthalpies de ses deux composants car. une fraction des enthalpies initiales s'est transformée en travail.286 = 89885Pa -pour la compression isotherme 1'M : Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. il faut procéder à un calcul par approximations successives estimant a priori la valeur du travail résultant produit par les transformations.5 m3/kmol Calculons les travaux relatifs aux diverses transformations : .2 comme on vient de le voir. l'état final du mélange. qui était en N dans le cas irréversible. Par conséquent.1750 = 21530 kJ D'où la température du mélange : Tm = Hm /(2 Cp) = 21530 /2 / 29.

3. il s'agit là d'un échange calorifique réversible et purement interne au processus de mélange réversible. il s'établit à travers celui-ci un transfert conductif.273 x 29. Il a donc fallu chaque fois tenir compte des travaux de "transvasement".1 x (473 .2 Em = 1454 + 8225 .643) = -4947 kJ -pour la détente isotherme 2'M :  P'  98100 107104 W"is = Pm Vm ln  2  = x54. Pour les diverses phases de l'évolution du gaz. Au cours des deux transformations isothermes. on a implicitement supposé que les transformations étaient réalisées dans des machines en régime.1 ln(643/273) = 3961 kJ/kmol D'où la variation d'exergie entre les états initial et final : E1 .dp et non p. on a estimé le travail par la formule v. 5x ln = 468 kJ  Pm  1000 98100 D'où le travail résultant : W = 6693 . et utilisé comme fonction d’état l'enthalpie plutôt que l'énergie interne. la valeur du travail résultant. La densité du flux calorifique s'écrit en vertu de la loi de Fourier : Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. an notant que Pm=P0 :  T P  E m = C p (T m − T0 ) − T0 C p ln m − R ln m  T0 P0   =29. 5x ln = − 468 kJ  Pm  1000 98100 -pour la compression isentropique 22' : W”ad = Cp (T2 . on peut écrire : T1 = T +∆T et T2 = T . Calculons ensuite l'exergie d'une kilomole du mélange obtenu.dv. donc dans des systèmes ouverts.T2') = 29.468 . de la chaleur a été échangée à la température du mélange final. MODALITES DE L'ECHANGE CALORIFIQUE Echanges conducto-convectifs et radiatifs On considère deux parois planes et parallèles se trouvant respectivement aux températures T1 et T2.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00  P'  98100 89885 W' is = Pm Vm ln  1  = x54.E2 . En désignant par T la moyenne de ces températures. il est donc inutile de procéder à une nouvelle itération. dans les limites de précision du calcul.6 .∆T Si l'espace délimité par les parois est occupé par un milieu solide (fig.1 (643-273) .2 x 3961 = 1757 kJ On retrouve évidemment ici.4947 + 468 = 1746 kJ Ce travail est pratiquement égal à la valeur qu'on s'était donnée a priori.3A). Toutefois. C'est pourquoi.

∆T)4] ou encore en appliquant la formule du binôme : q"r = σ [ (T + ∆T)2 . 3. Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.3 Enfin. proportionnel à (2 ∆T) et pour (2 ∆T) donné. Par suite : • pour un niveau de température donné.proportionnel à T3 • lorsque T croît. • l'échange est indépendant du niveau de température (si λ et α sont constants). on observe que : • l'échange est proportionnel à l 'écart (2 ∆T). il s'établit à travers celui-ci un transfert convectif La densité du flux convectif s'écrit en vertu de la loi de Newton :∆ 1 α q" v = (T1 − T2 ) = (2∆T) 1 1 2 + α α T1 T1 T1 T1 T2 T2 T2 T2 A B C D Figure 3.3D). le flux de chaleur s'écrit : 1 q" = (T1 − T2 ) = k (2∆T) 1 e 1 + + α 1 λ α2 Dans les trois cas relatifs à l'échange conducto-convectif. q"r augmente très rapidement. 3.∆T)2] = 4 σ Τ ∆T [ 2T2 + 2 ∆T2] ≈ 4 σ Τ3 (2 ∆T) Cette dernière approximation est obtenue en supposant que ∆T est petit devant T. q"r est approx.7 .3C).SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 q" c = λ λ (T1 − T2 ) = (2∆T) e e Si l'espace délimité par les deux parois est occupé par un fluide (fig. Ce dernier point justifie l'emploi habituel de l'échelle Celsius.(T . • l'intervention de la température absolue est liée à la dépendance vis-à-vis du niveau de température.3B).(T . Supposons que les deux plans parallèles soient assimilables à des corps noirs (fig. q"r est approx.∆T)2] [ (T + ∆T)2 + (T . 3. La densité du flux calorifique qu'il s'échangent par rayonnement a pour expression : q"r = σ [ (T + ∆T)4 . dans le cas classique d'un échange calorifique de fluide à fluide à travers une paroi (fig.

de l'échange radiatif ( r) et de l'exergie relative E' (travail maximum q" q" récupérable entre les deux sources). ∆T ∆T q”r E’ q”c L N 400 600 800 1000 T(K) Figure 3. E' est approximativement proportionnel à l'écart (2 ∆T).4 L'échange conducto-convectif est un phénomène de nature calorifique qui implique l'existence d'un support matériel. L'échange radiatif est un phénomène de nature énergétique et le rayonnement se propage au mieux dans le vide. Le profil de température relatif à l'échange radiatif est discontinu (fig. on tire les conclusions suivantes : • au domaine des températures modérées (en L) correspond une faible efficacité du rayonnement et une grande irréversibilité de l'échange (E' grand). E' est approximativement inversement proportionnel à T.3 A et B).4 les variations en fonction de la température de l'échange conducto-convectif ( c). soit dans celui des températures elevées. ou encore le travail maximum récupérable en réalisant un cycle réversible entre ces deux sources. • pour une valeur donnée de (2 ∆T). situé soit dans le domaine des faibles températures. entre lesquelles il est possible d'effectuer un cycle de Carnot. On a représenté à la figure 3. Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. 3. • lorsque T augmente.8 . rapportée à la température T2. • au domaine des températures élevées (en N) correspond une grande efficacité du rayonnement et une irréversibilité réduite (E' petit). Il en résulte notamment que le profil des températures y est continu (fig.3 D). 3.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Les deux parois peuvent être assimilées à deux sources de chaleur respectivement à T1 et T2. E' décroît de plus en plus lentement. cette exergie relative s'écrit : 2∆T 2∆T  T − ∆T  E' = Q1 −  = Q T + ∆T ≈ Q T T + ∆T par suite : • pour une valeur donnée de T. On vérifierait aisément que la perte d'exergie proprement dite est égale à la perte d'exergie relative multipliée par le rapport de la température absolue de l'ambiance à celle de la source froide considérée. Le travail produit par ce cycle peut être considéré comme l'exergie de la chaleur disponible Q. En considérant un écart de température ∆T donné. • l'efficacité de l'échange conductoconvectif est indépendante du niveau de température.

Amélioration de l’échange convectif au moyen d’ailettes Si l'on compare un échangeur " liquide-liquide" à un échangeur " liquide-gaz". Isolation thermique Lors d'un échange calorifique par convection au travers d’une paroi. En effet.9 . c'est-àdire la perte d'exergie. et on doit satisfaire des besoins thermique à relativement basse température (production d’eau chaude ou de vapeur à basse pression. Dans le cas de l'isolation thermique où l'on désire réduire l'échange. on atténue l'irréversibilité de l'échange. Le domaine d'application le plus classique de cette conception est celui de la production combinée de chaleur et d'électricité : on dispose d’énergie à haute température dans es fumées de combustion. soit en ayant recours aux ailettes. Dans le cas d'un échangeur de chaleur où l'on cherche à réaliser une grande densité du flux. par exemple) On peut envisager d’insérer un cycle de Rankine intermédiaire.T2) avec 1 1 e 1 = + + k α1 λ α 2 où les coefficients de transmission α 1 et α 2 peuvent être considérés comme fixés a priori. ainsi qu'il résulte de la figure 3. c'est-a-dire en utilisant des ailettes. l'énergie mécanique ainsi récupérable est. Cependant. Cette condition est satisfaite en employant. En pratique. il faut utiliser un plus grand écart de température dans le second cas.4. qui sera détendue jusqu’à une pression intermédiaire dans une turbine pour produire un travail moteur. on s'impose généralement une densité de flux jugée satisfaisante et l'on s'efforce de réduire l'écart de température nécessaire à l'échange calorifique soit en augmentant le coefficient k. dans les échangeurs. on constate que pour réaliser la même densité de flux calorifique. en raison du faible coefficient de convection qui caractérise les gaz. on s'attache au contraire à donner une valeur élevée à ce terme. on doit transférer un important flux calorifique entre deux fluides qui se trouvent à des niveaux de température relativement éloignés l'un de l'autre. Mais l'accroissement de l'écart de température entraîne une augmentation de l'irréversibilité et donc une perte d'exergie. Cette conception est susceptible de déboucher sur une application pratique. Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. Les ailettes permettent ainsi de ramener grosso modo la densité de flux à l'ordre de grandeur du cas le plus favorable (liquide-liquide). Il est possible d'atténuer cette majoration en recourant à une extension de la surface d'échange la moins favorisée.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 L'exergie relative E' représente le travail qui pourrait être produit par un cycle de Carnot fonctionnant entre deux sources aux températures T1 et T2. lorsque dans un processus industriel. la densité de flux s'écrit : q” = k (T1 . et de produire de la vapeur à haute pression. on s'efforce de donner au terme e/λ une valeur très faible. sans pour autant devoir consentir à une augmentation de l'irréversibilité. pour réaliser la paroi (ou en lui associant). alors que la vapeur de contrepression sera utilisée pour le chauffage. d'autant plus grande que le niveau de température moyen entre les deux sources. un matériau à faible conductivité utilisé sous forte épaisseur. En réduisant ainsi l'écart de température. est plus faible. comme discuté au paragraphe précédent. toutes autres choses égales. on peut alors envisager de valoriser la perte d'exergie relative à l'échange en insérant un cycle moteur entre les deux sources que constituent les deux fluides.

00 0.00 T T T1 75.6 A et B). qui est proportionnelle à la chaleur échangée dans la mesure où les températures T1 et T2 sont imposées.5 Par suite. contrairement au cas de l'échangeur.00 S G1 c1 > G2 c2 G1 c1 < G2 c2 Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. Lorsque G1c1 ≠ G2c2. on peut écrire.00 100. Pour l'élément de surface dS. mais en ce faisant. on obtient : T1-T2= constante.50 1.5). si l'on réduit l'écart de température entre les deux fluides. L'échange est alors réversible et la perte d'exergie afférente s'annule. Ici donc. A la limite.00 S 0.00 0. on tend vers l’annulation de l'écart de température et il en résulte la superposition des deux courbes de refroidissement et d'échauffement des deux fluides.pour le fluide chauffé: dT2 = dQ G2 c 2 T1’ dT2 G2c2 G1c1 dT1 S dS T2’ T1”  1 1   dQ d'où : d( T1 − T2 ) =  −  G1c1 G2 c 2  Lorsqu'on a G1c1 = G2c2. En tout autre point que celui-ci.50 1. Par conséquent.00 50. ECHANGEURS DE CHALEUR Comparaison des échangeurs théoriques Considérons un échangeur à courants parallèles et de sens contraires (fig.00 T2 75.00 T1 25.10 .00 25. par suite. 3.00 T2 0. la réduction de l'échange calorifique sera atteinte en augmentant la résistance thermique de la paroi. il vient : d (T1-T2) = 0 Figure 3. les courbes de refroidissement et d'échauffement divergent (fig.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 En ce qui concerne l'isolation thermique. l'écart de température entre les deux fluides est différent de zéro et il en résulte une irréversibilité inévitable de l'échange. en désignant par G le débit et par c la chaleur spécifique : dQ -pour le fluide chauffant : dT1 = T2” G 1c1 dQ . présentent cette finalité commune qui est de tendre à réduire la perte d'exergie associée à l'échange.00 0. l'écart de température est fixé a priori.00 50. c'est l'échange calorifique qu'on essaie de réduire. on diminue aussi la perte d'exergie. 100. de l'échangeur et de l'isolation thermique. Il s'ensuit que les deux cas. cette réduction est uniforme sur toute l'étendue de la surface d'échange.00 0. 3. à première vue opposés.

il doit exister entre le fluide chauffant et le fluide chauffé. on constate (fig.00 75. on constate qu'en ce cas. l'exergie cédée est : E1 = Cp (T’1. l'écart maximal sera toujours plus grand dans le cas des courants de même sens que dans celui des courants opposés.1 kJ/kmol. échange à contre-courant Si l'on considère ensuite un échangeur à courants parallèles et de même sens. 3. Pour fixer les idées.6 : profils de température. T 100.00 0.8) : -pour le fluide chauffant.00 0. On remarque également que lorsque l'écart de température maximal s’accroît. il en est de même de l'écart entre les températures moyennes des deux fluides : ceci entraîne une augmentation de la perte d'exergie afférente.6 et 3.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Figures 3. de manière à limiter l'étendue de la surface d'échange. alors que. 3.00 25.7 : profil de température. l'écart de température maximal est égal à la différence des variations de température subies par chacun des fluide. 3.T0 Cp ln (T’1/T”1) = 1632 kJ/kmol T T1’ T1” T2” T2’ q Figure 3. échange à co-courant Echangeurs dans les conditions réelles En pratique.50 1. les températures des deux fluides se rapprochent progressivement vers une commune limite (fig.11 . dans le second cas.00 S Figures 3.7) que. du reste. Dans ces conditions. l'écart maximal est égal à leur somme. On conclut ainsi à la supériorité de la circulation méthodique. toutes autres choses égales. nous adopterons un écart de température minimal de 100°C et nous étudierons l'irréversibilité qui en résulte. on a par exemple dans le cas de deux gaz parfaits diatomiques (C p = 29. cette supériorité était.00 50.K) (fig. dans le premier cas. on prend T’1 = 400°C et T”1 = 300°C en fixant T0 = 273 K.00 0. déjà bien connue quant à l'aspect calorifique (efficacité de l'échangeur) .T”1) .8 Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. Si l'on compare les échangeurs à courants inversés et de même sens. un écart de température suffisant. l'échangeur à courants de même sens présentera toujours une irréversibilité supérieure à celle de l'échangeur à courants inversés. Il en résulte que. Par conséquent.7) .

5 1858. Tableau 3. Lorsque la température moyenne (°C) augmente.098 0.2).1 E2 442.8 1996. En outre. on prend T’2 = 200°C et T”2 = 300°C l'exergie reçue est : E2 = Cp (T”2. qu’il diminue rapidement pour tomber à 7 % lorsque T atteint 500°C. Mais.579 0.8 1424.4 2191. D'où la perte d'exergie due à l'irréversibilité de l'échange calorifique gaz-vapeur : ∆E* =E1 .151 0.1 : perte d’exergie par échange de chaleur entre 2 gaz T"1=T"2 (°C) 100 200 300 400 500 600 700 ∆E/E1 0.1 % de E1 Le calcul a été repris dans les mêmes conditions pour plusieurs niveaux de température (T1" = T2"). on observe comme précédemment une 100 0.3 137.8 107. lequel représente le rapport de la chaleur cédée par une kilomole de gaz à la chaleur reçue par un kilogramme de vapeur.5 182.6 2104.T’2) .2 252.7 Etudions ensuite le cas d'un échangeur dont le fluide chauffant est encore la même quantité (1 kmol) de gaz qui se refroidit de 400°C à 300°C.Ev = 372 kJ Tableau 3.T0 Cp ln (T”2/T’2) = 1386 kJ/kmol La perte d'exergie due à l'irréversibilité de l'échange s'en déduit : ∆E = E1 .2 : L'échange gaz-vapeur se caractérise par une Perte d’exergie par échange de chaleur irréversibilité beaucoup plus grande que l'échange du type entre gaz et liquide en ébullition gaz-gaz (tableau 3.23 propre à l'élévation du niveau de température. On constate que la perte d'exergie qui est importante lorsque le niveau de température est proche de la température ambiante. cette 200 0. celui dû au 400 0.90 diminution de la perte par irréversibilité.1 1676. Ce résultat est à rapprocher des conclusions établies au début de ce chapitre.8 1424. mais dont le fluide chauffé est de l'eau saturée à 200°C (température de saturation pour 16 bar) qui sera vaporisée et ensuite surchauffée à t = 300°C. On conserve ainsi la même différence de température entre les conditions extrêmes.1 1676.E2 = 246 kJ ou 15.8 1996.5 1858.051 0.15 rétrécissement du palier de vaporisation qui accompagne 500 0. Si h et s sont évalués au moyen des tables thermodynamiques de l'eau liquide et vapeur.069 0.6 2104.42 diminution est ici plus importante car il s'ajoute à l'effet 300 0. On a ainsi obtenu les pertes d'exergie relatives ( qui sont indiquées au tableau 3. l'exergie reçue par la vapeur surchauffée se calcule comme suit : Cp (T' 1 −T"1 ) E v = [h − h' −T0 (S − S' )] = 1260 kJ h − h' L'exergie de la vapeur ainsi calculée est rapportée à une kilomole du fluide chauffant ainsi qu'il résulte du dernier facteur.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 -pour le fluide chauffé.040 T'1 200 300 400 500 600 700 800 T'2 0 100 200 300 400 500 600 E1 1050.262 0.4 ∆Ε 608.07 l'élévation de la température de saturation.12 . Ceci résulte de l'existence du palier T"1=T"2 DE*/E1 de vaporisation. Chapitre 3 et la perte relative : ∆E* / E1 = 0.1.23 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.8 86.7 373.2 1050.

• au domaine des températures élevées (zone N) correspond une grande efficacité du rayonnement. se traduit. 3. conduit à une perte d'exergie relative réduite à 33. l'irréversibilité de l'échange gaz-vapeur. le bénéfice qu'on peut attendre d'une diminution de la perte d'exergie relative à l'échange calorifique. Ainsi. 3.4 %.4) : • au domaine des faibles températures (zone L) correspond une efficacité médiocre du rayonnement. le palier de vaporisation a disparu et l'on retrouve des conditions fort voisines de celles relatives à l'échange gazgaz.ce qui correspond à un écart de température minimal de 100°C .9 %. pour un écart de température donné (fig.9 Pratiquement. En ce qui concerne la convection. on constate que ce coefficient diminue faiblement lorsque la température croît. en étudiant la transmission calorifique au début de ce chapitre que. C’est pourquoi le coefficient global d’échange est généralement médiocre en cas d’échange convectif avec un gaz. on peut recourir aux moyens suivants : Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. ou bien encore dans les centrales à cycles combinés gaz-vapeur. si l'on calcule ce coefficient dans quelques cas typiques tels que l'écoulement de l'air dans un tube ou bien encore l'écoulement d'un gaz de combustion transversalement à un faisceau tubulaire. Pour améliorer l'échange calorifique entre le gaz et la surface de la paroi. la valeur de l'échange calorifique est indépendante de la température dans la mesure où l'on a supposé constant le coefficient de transmission par convection.on peut calculer que la perte d'exergie relative est de 41.soi par une capacité plus grande de produire du travail.13 . le coefficient de convection a une valeur beaucoup plus faible dans le cas d'un gaz que dans celui d'un liquide. La vaporisation sous pressions multiplés a donne lieu à des applications.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 lorsque la température devient supérieure à la température critique de la vapeur. on a adopté arbitrairement une pression de vapeur égale à 100 bar). (On notera que pour t = 500°C).2 %. en fait.9) tout en transformant de l'eau à 0°C en vapeur saturée à 2 bar selon OMN . Lorsqu'il s'agit de produire de la vapeur. en considérant que le gaz se refroidit de 300°C à 200°C selon ST (fig. Si dans les mêmes conditions on vaporise une fraction judicieusement choisie de l'eau sous la pression de 8 bar selon PM'N'. Un troisième échelon de vaporisation sous la pression intermédiaire de 4 bar selon QM"N". D'une manière générale. Nous reviendrons ultérieurement sur ces applications Conception de l'échangeur Nous avons vu. soit par une capacité accrue de participer à des échanges calorifiques. à partir d'eau se trouvant à la température ambiante. peut être réduite en effectuant la vaporisation sous pressions multiples. notamment dans les centrales nucléaires utilisant un fluide caloporteur gazeux. Mais. T S T M M’ M” u Q v P w N’ N” N O q Figure 3. la perte d'exergie relative est réduite à 36.

l'amélioration de l'échange qu'on peut en attendre est trop faible pour qu'il soit utile d'y Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. de manière à accroître la surface de la paroi en contact avec le gaz.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 • augmenter la vitesse des gaz. Les valeurs du coefficient de convection sont cependant beaucoup plus faibles avec les gaz qu'avec les liquides.14 . mais l'importance relative de ces deux composantes dépend du niveau de température. Il y aura lieu de compenser la faible efficacité de l'échange convectif relatif au gaz. Considérons les quelques types classiques d'échangeur suivants: Type I : échangeurs liquide-liquide La seule convection est à prendre en considération car le rayonnement thermique ne pénètre pratiquement pas dans les liquides. de prendre en considération la convection. Type IlI : échangeur gaz diathermane-gaz diathermane Ceci est l'extension du type II de sorte qu'il suffit. cependant cet effet ne se manifeste pleinement que si la couche du gaz considéré présente une épaisseur suffisante. l'air sec par exemple. ce qui favorise l'échange calorifique par une intensification de la turbulence. cette surface ne donne lieu à aucun échange radiatif avec l'enveloppe de l'échangeur. L'échange calorifique entre le gaz et la surface d'échange résulte alors à la fois de la convection et du rayonnement. Les ailettes multiples n'étant généralement d'aucune utilité en ce qui concerne l'échange radiatif. il s'ensuit qu'on aura intérêt à munir d'ailettes la surface d'échange en contact avec le gaz (exemple : aérotherme). ce qui constitue assurément le moyen le plus efficace pour améliorer l'échange calorifique. mais bien sur la convection. b) Le gaz se trouve dans le domaine des températures élevées : On peut ici compter sur une contribution très importante du rayonnement. Type II : échangeur liquide-gaz diathermane Un gaz diathermane. si l'échangeur est bien calorifugé. est perméable au rayonnement thermique. • pour un écoulement extérieur à un faisceau tubulaire. Par suite. si la pression d'un des deux gaz est élevée. D'ailleurs. en utilisant des ailettes (exemple : l'économiseur d'un générateur de vapeur) . celui-ci présente un meilleur coefficient de convection ce qui nous ramène au type II (exemple : réfrigérant d'air d'un compresseur biétagé) . il ne donne donc lieu à aucun échange radiatif entre ce gaz et la surface d'échange. le seul échange convectif avec le gaz est alors à prendre en considération de sorte qu'on est ramené au type I. Toutefois. faire circuler le gaz transversalement aux tubes.mais on est rapidement limité dans cette voie par l'accroissement excessif des pertes de charge. • munir la surface d'ailettes multiples et convenablement espacées. on est ainsi amené à distinguer les deux cas suivants : a) Le gaz se trouve dans le domaine des faibles températures : On ne peut guère compter sur le rayonnement. Par ailleurs. Type IV : échangeur liquide-gaz non diathermane Un gaz non diathermane absorbe le rayonnement thermique et il en émet lui-même. l'échange calorifique ne dépend donc que faiblement du niveau de température moyen (exemple : réfrigérant d'huilé d'une turbine). les deux faces de la surface d'échange devraient être munies d'ailettes ou d’aiguilles. ici encore. Pour un écart de température donné entre les deux fluides.

réaliser une densité de flux satisfaisante sans devoir donner une valeur excessive à la différence de températures entre les deux fluides qui. Lorsque l'échange calorifique s’accompagne du changement d’état d’un et/ou l'autre fluide.T0/T1) E2 = Q (1 . nous désignerons par Q la quantité de chaleur échangée.pour le fluide chauffé: E1 = Q (1 . le recours aux ailettes multiples n'a plus guère de raison d'être. c'est pour obtenir une valeur élevée du coefficient de transmission résultant k. En outre. pour fixer les idées. il suffira donc d'utiliser des tubes lisses (exemple : faisceau de tubes vaporisateurs) . on peut.pour le fluide chauffant : . c'est pourquoi on s'efforcera de tirer le meilleur parti de la convection en utilisant des ailettes sur les deux faces de la surface d'échange.15 . dans les cycles thermodynamiques à vapeur.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 recourir. Ainsi. du moins en ce qui concerne l'échange avec les gaz de combustion à l'extérieur des tubes). la perte d'exergie correspondant à une différence de températures donnée est d'autant plus grande que le niveau de température moyen est bas. nous nous bornerons à considérer le cas particulier d'un échangeur tubulaire donné. Cependant. le coefficient de convection est plus élevé que dans le cas d'un échange entre phases homogènes. de cette manière. b) Les gaz se trouvent dans le domaine des températures élevées : La composante radiative étant nettement dominante.T0/T2) Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. Ceci explique incidemment pourquoi. est cause d'irréversibilité. encore faut-il que la géométrie de l'échangeur soit telle que chacun des gaz présente une couche d'épaisseur suffisante (exemple : le réchauffeur à haute température d'une turbine à gaz en circuit fermé. Irréversibilités thermiques et mécaniques Pour simplifier. La circulation des deux fluides engendre des pertes de charge qui déterminent la dégradation d'une énergie mécanique W1 pour la vapeur et W2 pour le liquide L'exergie de la chaleur échangée sous température constante s’écrit : . on le sait. Type V : échangeur gaz non diathermane-gaz non diathermane C'est l'extension du type IV pour lequel on doit encore considérer les deux cas suivants : a) Les gaz se trouvent dans le domaine des faibles températures : On ne peut guère compter sur le rayonnement. nous supposons que le fluide chauffant est une vapeur qui se condense à la température T1 et que le fluide chauffé est un liquide qui se vaporise à la température T2. C’est notamment le cas de la vaporisation de l'eau ou la condensation de sa vapeur. comme pour le type III (exemple : les tubes à aiguilles en fonte dans les réchauffeurs d'air). Si l'on cherche à exploiter au mieux les échanges convectifs et radiatifs. une faible diminution de l'écart séparant la température de condensation de la température ambiante conduit à une amélioration sensible du rendement thermique. dans lequel chacun des deux fluides échange de la chaleur sous température constante. Ce qui a été dit plus haut à propos du liquide reste valable a fortiori pour la convection avec changement d'état. En effet.

pour un flux de chaleur donné.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 La perte d'exergie relative à l'irréversibilité thermique est donc :  1 1  E 1 − E 2 = Q T0  −  T2 T1  L'énergie mécanique dégradée par les résistances passives dont l’écoulement est le siège. la température du fluide chauffé peut être rapprochée de celle du fluide chauffant.16 . On obtient alors les pertes d'exergie : -pour le fluide chauffant:  T T W1 − W1  1 − 0  = 0 W1  T1  T1  T T W2 − W2  1 − 0  = 0 W2  T2  T2 -pour le fluide chauffé: L'ensemble des pertes d'exergie imputables aux résistances passives est donc égal à la somme des deux pertes d'exergie précitées. on constate que la perte d'exergie "thermique" diminue. dans ces conditions. la perte d'exergie "mécanique" croit en raison de l'augmentation des deux termes W1 et W2 représentant l'énergie dégradée par les pertes de charge. mais il n'y a aucun travail produit. Lorsque l'échange calorifique est réalisé d'une manière irréversible. soit : W W2   T0  1 +  T1 T2  La perte d'exergie totale qui résulte à la fois des irréversibilités thermiques et mécaniques s'écrit donc :  Q Q     +  W1 + W2   T0   − T1   T1 T2     T2  Si. diminuée de l’exergie que possède encore la chaleur ainsi engendrée. se retrouve sous forme de chaleur à la température du fluide considéré. d'une part en un travail W. Les choses se passent donc comme si après avoir réalisé l'échange thermoénergétique réversible. Il en résulte que la perte d'exergie correspondante est égale à l'énergie mécanique dégradée. de l'autre en une quantité de chaleur Q0 cédée à la source froide. la quantité de chaleur Q1 est transmise intégralement à la source froide. lorsqu'on augmente la longueur des tubes de l'échangeur considéré. la quantité de chaleur Q1 fournie par la source chaude était transformée. il en résulte alors l'existence d'une valeur optimale de la surface d'échange pour laquelle la perte d'exergie globale est minimale. la perte d'exergie "thermique" diminue tandis que la perte d'exergie "mécanique" augmente. En revanche. Le premier principe de la thermodynamique établit que la somme de ces deux derniers termes est équivalente à la chaleur dépensée Q1. CONCLUSIONS GENERALES Nous avons étudié l'échange termoénergétique réversible et nous avons vu qu'en ce cas. dans un Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. En résumé. l'augmentation de T2 n’intervenant manifestement ici que de façon secondaire. le travail produit était dégradé en chaleur cédée à l'ambiance. laquelle correspond généralement à l'ambiance. on fait croître la surface d'échange en augmentant la longueur des tubes de l'échangeur considéré.

La réalisation d'un processus réversible est difficile à concevoir et. Le jet de gaz sortant de la tuyère est ensuite freiné sous l'effet des résistances passives auxquelles l'écoulement considéré est soumis.H2) est égale à la quantité de chaleur cédée S au fluide préalablement détendu. d'où il vient en désignant l'état final par le point 3 (fig. Un second exemple est donné par une résistance qui. laquelle est finalement dissipée dans l'ambiance. L'exemple qui est. lorsque la totalité de l'énergie cinétique a été dissipée. si cette dernière est ensuite dégradée par les résistances passives. cette chaleur étant finalement dissipée dans l'ambiance.H2 = H3 . Cependant. Le principe d'équivalence appliqué au laminage.17 .H2 p H 1 3 Or.H2) = 0 ou H1 . et elle est ainsi transformée intégralement en travail mécanique. au cours d'un échauffement isobare. l'état final du fluide évoluant est identique à celui résultant du processus irréversible correspondant. on peut écrire: (H1. on observe qu’à tout processus irréversible on peut faire correspondre un processus réversible produisant de l'énergie noble. d'autre part.10 laminage une détente isentropique 1-2 (réalisée par exemple dans une tuyère) dans laquelle l'énergie thermoélastique du gaz est transformée en énergie cinétique. Ce travail est ensuite utilisé dans un frein qui en effectue la dégradation en chaleur.H2) . la conception du processus requiert une organisation plus ou moins complexe de ces transformations. montre que cette transformation est isenthalpique.(H3 . et faire en sorte que la chute d'exergie soit utilisée intégralement pour produire du travail (ou une autre forme noble de l'énergie. parcourue par un courant électrique.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 frein par exemple. On peut ainsi substituer au Figure 3. le plus probant est celui de l'échange calorifique par mélange illustré au début de ce chapitre. dégage de la chaleur par effet Joule. Dans les différents exemples qui précèdent. Toute irréversibilité affectant un processus quelconque entraîne une chute d’exergie qui constitue une perte dans le processus considéré. Pour illustrer ce fait. Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III.H2) est équivalent au travail produit par la machine qui réalise la détente isentropique tandis 2 que (H3 . Ce processus est essentiellement irréversible puisque pour le réaliser on a utilisé de l'énergie électrique (qui est de l'exergie pure) pour la transformer en chaleur. la chaleur ainsi engendrée venant s'ajouter à Q0 pour reconstituer une quantité de chaleur égale à Q1. 3. à cet égard. le gaz se retrouve à l'état 3 qui correspond également à l'état final du laminage étudié ci-dessus.10) : H1 H3 = 0 Si l'on considère la détente isentropique l-2 issue du point 1 et délimitée par l'isobare de pression p passant par le point 3. on peut toujours remplacer ce processus par une ou plusieurs transformations réversibles équivalentes. (H1 . Le même résultat peut cependant être atteint de la manière suivante : l’énergie électrique est tout d'abord utilisée pour alimenter un moteur que l’on peut supposer exempt de pertes. de plus. Ainsi qu'il résulte de l'égalité qui précède. La réalisation d'un quelconque processus réversible implique cependant deux conditions essentielles : d'une part la réversibilité de chacune des transformations est de rigueur. considérons par exemple le laminage d'un gaz depuis un état 1 jusqu'à une pression finale p.

dès lors. l'intensité de celui-ci varie avec les conditions particulières auxquelles il est soumis. se propage rapidement et indéfiniment. A l'opposé. en revanche. le flux conductif dépend notamment de la conductivité du matériau. il possède en compensation l'avantage d'une grande facilité de réalisation (parfois spontanément) ainsi qu'en témoignent les exemples suivants : • pour réaliser un laminage. la chaleur est pratiquement de l'exergie pure. l'expression de "combustion vive" souligne à suffisance le caractère quasi instantané du processus. en revanche. qu'on désire atteindre un rendement élevé de la turbine.18 . il s'y établit spontanément un transfert de chaleur dans le sens des températures décroissantes. c'est-à-dire lié à la propagation dans un milieu solide ou fluide. pourvu que les conditions propices à la combustion restent réalisées. En ce qui concerne l'échange calorifique. pas surprenant qu'une correspondance soit apparue entre l'échange radiatif et l'exergie. • l'unicité du sens dans lequel se déroule le processus . de la chaleur en équilibre de température avec Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. Si le processus irréversible est pénalisé par une dégradation de l'énergie qui aurait pu être transformée en travail. il suffit de disposer un simple étranglement (au moyen d'une vanne par exemple) dans l'écoulement du fluide. l'échange conductoconvectif est indépendant du niveau de température moyen. Il n'est. d'autant plus difficile de produire du travail par détente d'un gaz (ou d'une vapeur). L'étude de la transmission calorifique a révélé la dualité qui existe entre l'échange conductoconvectif qui est essentiellement matériel. et qui peut l'être encore bien davantage dans celui de la détonation. Enfin. sont mis en contact. et l'échange radiatif qui est de nature énergétique. • une fois amorcée. • si deux gaz se trouvant à des températures différentes. à savoir : • la simplicité de l'appareillage utilisé. • lorsqu'on réunit deux corps se trouvant à des températures différentes par un milieu matériel (solide ou fluide). s'il est aisé de réaliser une détente par laminage. dans la combustion par exemple. • l'absence d'organisation complexe d'une succession bien définie de transformations. Mais. Il en résulte qu'à température suffisamment élevée (> 5000 K). l'impossibilité de réaliser une isolation thermique parfaite témoigne du caractère spontané de l'échange calorifique irréversible. La chaleur possède une exergie E = Q (1 . Le processus irréversible s'effectue d'une manière spontanée et souvent rapide. D'ailleurs. • la spontanéité du processus.T0/T) qui est liée au niveau de température sous lequel elle est disponible. c’est-à-dire une détente proche de la réversibilité. • le dégagement de chaleur par effet Joule s'effectue par simple passage du courant à travers un conducteur électrique. échangent spontanément de la chaleur sous l'effet du rayonnement.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 elle ne peut pas être obtenue pratiquement en raison de l'impossibilité fondamentale d'atteindre à la parfaite réversibilité d'une quelconque transformation. la combustion d'un mélange de combustible gazeux et d'air. Les exemples qui précèdent révèlent les caractères propres à toute transformation irréversible. la propagation du front de flamme se fait avec une vitesse élevée dans le cas de la déflagration. • deux parois exposées l'une à l'autre et se trouvant à des températures différentes. la diffusion détermine une uniformisation rapide de la température du mélange. Ainsi. ici encore. il est.

Chapitre 3 ANALYSE EXERGETIQUE DU TRANSFERT DE CHALEUR III. A ce stade. mais elle relève également de l' analyse énergétique. et la dégradation ne sera complète que si cette chaleur se retrouve finalement à la température ambiante.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 l'ambiance est totalement dépourvue de valeur énergétique. la dégradation complète de l'énergie sera consommée ou. si l'on préfère. de l'électricité par exemple. par être dissipée dans l'ambiance. Par conséquent. Cette perte initiale est suivie d'autant de pertes d'exergie secondaires qu'il y a d'échanges calorifiques successifs dans le processus industriel étudié. L'irréversibilité de l'échange calorifique qui en résulte est plus ou moins importante suivant la grandeur de cette chute. en chaleur. l'importance de la dégradation qui en résulte sera d'autant plus grande que cette chaleur est produite sous une température plus basse. après son utilisation. l'exergie disponible au départ aura disparu pour être remplacée par de l'anergie. Les processus thermiques sont généralement alimentés en chaleur par une combustion qui est le siège d'une importante perte d'exergie primaire. L'échange calorifique entre deux fluides nécessite une chute de température. la chaleur utile finira. elle consiste alors en anergie pure.19 . lorsqu'on transforme une énergie noble. elle-même. la conception d'un échangeur n'est plus seulement un problème calorifique. Vue sous cet angle. par ailleurs.

D'autre part. soit = 1 −  . On sait qu'une quantité de chaleur dégagée sous haute température comporte un pourcentage très élevé d'exergie (fig. la valeur de l'échange calorifique est indépendante du niveau de température dans la mesure où l'on peut considérer comme invariable le coefficient de convection.l'exergie rapportée à la quantité de ∆E  T2  chaleur échangée. .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR CONCEPTION DE L'APPAREILLAGE Rappels Nous avons vu précédemment. état Z) .la densité du flux convectif est simplement proportionnelle à (T1 . on constate que (fig. au lieu de maintenir constant l'écart de température T1 . le "radiateur" à eau chaude.la densité du flux radiatif croit de plus en plus rapidement avec T1. 3. mais de moins en moins vite au fur et à mesure que cette température augmente. on fait croître T1 tout en maintenant T2 constant.1 . une énergie qui est constituée d'exergie pure est transformable en chaleur à très haute température.1. soit le radiateur électrique. et ceci est également illustré par la figure 4.T2) = t. .1. Le radiateur électrique consomme de l'électricité qui est de l'exergie pure. réciproquement. .4) : .1) : . le poêle. Z Y X ∆E Q q”r q”c T Figure 4.au domaine des températures élevées (zone N) correspond une grande efficacité du rayonnement et une irréversibilité réduite.T2 = 2 ∆T. .1 : efficacité des modes de transfert Applications au chauffage Considérons successivement trois modes de chauffage couramment utilisés. 4. la chaleur dégagée à très haute température se prête particulièrement bien à l'échange radiatif. 4.au domaine des faibles températures (zone L) correspond une faible efficacité du rayonnement et une grande irréversibilité de l'échange calorifique. Cette conclusion est vérifiée par les radiateurs infrarouges qui se caractérisent par une grande simplicité de Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.en ce qui concerne la convection. que pour un écart de température donné 2 ∆T (fig. Q  T1  croit avec T1. Si.

il est alors évident que l'échange radiatif perd beaucoup de son efficacité et qu'il y a lieu. Par exemple. Ce mode de transmission est d'ailleurs encore favorisé par l'utilisation des tubes à ailettes et par la circulation forcée de l'air.augmentation de la pression de la vapeur vive. On explique ainsi un paradoxe apparent. qui veut que l'air humide sèche mieux que l'air sec.augmentation de la température de surchauffe: .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 réalisation et une remarquable compacité : dans une lampe infrarouge. le rayonnement et la convection. ils sont notamment utilisés pour le séchage des peintures et leur cuisson. à la fois. On constate que l'efficacité de l'opération est meilleure si l'air est relativement humide : on effet. I y correspond une température de ces gaz qui permet encore d'échauffer assez l fortement la paroi du poêle. soit de la vapeur à basse pression. soit un fluide thermique. Générateur de vapeur Evolution des générateurs de vapeur La recherche d'un meilleur rendement thermique du moteur à combustion externe (centrale à vapeur) a suscité l'évolution suivante des caractéristiques de son cycle thermodynamique : . 4. état X). on se trouve dans le domaine où l'échange radiatif est encore important mais. l'émetteur se réduit à un simple filament.1.1. Dans ces conditions (fig. Les séchoirs à convection utilisent comme source calorifique. 4. C'est ainsi que certains séchoirs sont équipés de panneaux radiants chauffés au moyen d'un combustible gazeux. le rayonnement retrouve l'avantage. Dans ces deux cas. la chaleur est fournie à une température voisine de 200°C. état Y). les gaz possèdent une exergie de 65 % de l'exergie du combustible. Séchage Il existe des séchoirs de deux types : à convection et à rayonnement. Dans un poêle. lors du séchage de plaques de plâtre dans un séchoir tunnel.13). Même à température modérée.réchauffage de l'eau d'alimentation par les soutirages. de sorte qu'après celle-ci. la chaleur nécessaire à l'évaporation de l'eau est apportée par un courant d'air chaud. On peut alors prévoir que l'échange radiatif sera peu efficace en regard de la convection (fig. C'est bien ce que confirme la pratique puisque la part du rayonnement est toujours inférieure à 20 % de l'émission des corps de chauffe. Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV. . Cette conclusion est encore renforcée par le développement des convecteurs dont l'échange calorifique s'effectue uniquement par convection.2 . C'est bien ce qui se vérifie en pratique puisqu'on sait que le poêle traditionnel utilise. En revanche. dès lors.resurchauffe de la vapeur. sans pour autant rendre négligeable la participation de l'échange convectif. l'air sec a une émissivité nettement plus faible que la vapeur d'eau. de faire appel à la convection. Dans une installation de chauffage central. la combustion engendre une perte d'exergie voisine de 35 % (table page II. les corps de chauffe sont alimentés par de l'eau chaude dont la température est tout au plus de 90°C. lorsque la source calorifique est à température plus élevée. l'effet du rayonnement n'est toutefois pas totalement négligeable. .

il en est résulté une extension considérable de la surface d'échange du surchauffeur . En conclusion. Conception du générateur de vapeur Rappelons tout d'abord quelques notions fondamentales qui apparaissent comme étant à la base de la conception des générateurs de vapeur. déjà fort étendu a priori. celle-ci étant notamment requise pour éviter d'atteindre une humidité excessive de la vapeur en fin de détente.un important échange calorifique au réchauffeur d'air. . en principe. La chaleur latente de vaporisation diminue lorsque la pression augmente : il en résulte une diminution de l'importance relative du vaporisateur. se caractérisent par : .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 . notamment en utilisant des ailettes. pour ce qui nous concerne actuellement. de l'échange calorifique entre un gaz et une paroi est faible et elle ne dépend guère du niveau de température. ainsi que nous allons le voir. Cet effet. il s'en est suivi un développement important du rôle joué par le réchauffeur d'air. .augmentation de la puissance unitaire.une grande extension des surchauffeur et resurchauffeur. a entraîné une ' augmentation de l'importance de la chaleur nécessaire à la surchauffe. n L'écart de température entre le fluide chauffant et le fluide chauffé doit. on peut jouer sur l'extension de la surface d'échange.une surface d'échange relativement limitée au vaporisateur. L'efficacité. L'utilisation de pressions de vapeur élevées a été de pair avec l'adoption de la resurchauffe. Le réchauffage poussé de l'eau d'alimentation par les soutirages a favorisé le réchauffage de l'air. Pour améliorer l'échange convectif. la structure actuelle de la centrale et. L'enthalpie de la vapeur saturée diminue lorsque la pression de vaporisation augmente au delà de 29 bar.3 . Le renforcement du réchauffage de l'eau d'alimentation par les soutirages devrait conduire à une diminution de l'importance de l'économiseur. Cette évolution du cycle a déterminé. n n n Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV. .un développement modéré de l'économiseur. cependant cette tendance est contrariée par l'accroissement de la pression qui a pour conséquence de relever l'enthalpie de l'eau saturée alimentant le vaporisateur. être aussi petit que possible. celle du générateur de vapeur. afin de réduire l'irréversibilité de l'échange calorifique. plus particulièrement. les générateurs de vapeur des grandes unités actuelles. conjugué à laugmentation de la température de surchauffe. L'efficacité de l'échange radiatif entre un gaz non diathermane et une paroi croit rapidement lorsque le niveau de température augmente. d'un important resurchauffeur. à défaut de pouvoir augmenter le coefficient de transmission par convection. Il s'ensuit l'adjonction au surchauffeur.

émettent. Compte tenu de la grande efficacité de l'échange convectif entre d'une part l'eau.4 . Cette anomalie est tout d'abord justifiée par une raison d'ordre technologique. l'eau à l'ébullition et. le vaporisateur qui est essentiellement formé par les écrans de la chambre de combustion. c'est en augmentant le plus petit d'entre eux qu'on peut améliorer le coefficient de transmission résultant de la façon la plus efficace. disposition qui contrevient à la règle de circulation méthodique. c'est ce qui a été réalisé dans les réchauffeurs d'air de conception ancienne constitués par des tubes en fonte. les deux fluides chauffant (gaz) et chauffé (air) sont gazeux. d'autre part la paroi. l'apport calorifique supplémentaire dû au fort réchauffage de l'air comburant. dans les générateurs de vapeur actuels. on peut admettre que la température de paroi est fort proche de celle du fluide moteur n Dans le foyer d'un générateur de vapeur. il soit fait appel à la fois au rayonnement et à la convection. autorise une exploitation intensive de l'échange radiatif. En cet endroit. la part de l'échange thermique afférent à la vaporisation est relativement moins importante dans le cas des pressions élevées. Dans l'économiseur où les gaz pénètrent ensuite. dès lors. l'échange radiatif au foyer suffit à assurer la totalité de la vaporisation. Une solution plus récente a été apportée par les réchauffeurs d'air du type régénérateur où la surface de contact constituée par des tôles ondulées très rapprochées. En revanche. précède le surchauffeur. les gaz traversent les surfaces d'échange du surchauffeur et du resurchauffeur. l'échange calorifique est essentiellement basé sur la convection. Une première solution à ce problème a consisté à garnir d'ailettes les deux faces de la paroi. par crainte de voir la température devenir insuffisante pour assurer une bonne combustion. cette propriété n'était exploitée que modérément. à la fois. Dans le réchauffeur d'air où le niveau de température est très modeste. la vapeur. l'échange radiatif est devenu très faible.SYST016 n ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Lorsque les coefficients de transmission des deux fluides ont des valeurs très différentes. ainsi qu'on l'a vu plus haut. Comme. tout en maintenant une température de combustion suffisante. C'est bien ce qu'on réalise en pratique puisque l'économiseur est généralement constitué de tubes à ailettes. la température des gaz est généralement au moins égale à 1300°C. présente un très grand développement par unité de volume. combinaison qui favorise d'ailleurs la stabilité de la température de surchauffe lors des variations de charge du générateur de vapeur. par ailleurs. dans une moindre mesure. Dans le générateur de vapeur à rayonnement. d'ailleurs allié au faible excès d'air. A la sortie du foyer. ces gaz ont une température voisine de 1000°C pour laquelle l'efficacité du rayonnement est encore bonne sans toutefois être dominante. les aiguilles améliorant encore l'effet d'ailette en faisant obstacle à un épaississement excessif de la couche limite. En outre. les deux faces de la surface d'échange. Dans les chaudières de conception ancienne. Les gaz qui possèdent une émissivité élevée du fait de la présence de molécules triatomiques (CO2 et H2O) et de la grande épaisseur de la masse gazeuse. opportunément être mise à profit pour assurer l'échange calorifique avec le fluide moteur. une grande énergie rayonnante qui pourrait. On en arrive ainsi à la conception de la chaudière à rayonnement où les parois du foyer sont entièrement tapissées d'écrans vaporisateurs. il n'est dès lors pas étonnant que dans les surchauffeurs. en sorte que les faisceaux de tubes vaporisateurs ont complètement disparu. à savoir que les tubes vaporisateurs qui sont portés à une température beaucoup plus Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV. par exemple les chaudières " sectionnelles". on a alors avantage à exploiter au mieux la convection. munis d' "aiguilles" sur les deux faces. de telle sorte que le problème posé par la faiblesse du coefficient de convection concerne.

c'est-à-dire directement après la chambre de combustion. Une disposition analogue se retrouve d'ailleurs dans le surchauffeur lui-même. Dans ce type de four. Mais. La conception du four à réverbère est justifiée par les considérations que nous avons développées à propos de l'échange radiatif.5 kJ/atgr et dont l'exergie est de 410 kJ/atgr (voir page II. Les gaz chauds s'écoulent le long de la voûte du laboratoire et cette voûte ainsi échauffée. D'autre part. Dans la chaudière. les gaz de combustion dégagés par le foyer. comme source rayonnante pour assurer un échange satisfaisant. par ailleurs. la mise en contact à travers la surface d'échange. par ailleurs. a priori. la forme très massive de la charge offre une surface d'échange trop réduite pour que la convection puisse suffire et ce d'autant plus que le coefficient de convection relatif aux gaz est très faible.5 . il est évident que l'échange radiatif sera loin d'atteindre l'efficacité qu'on pouvait en attendre dans les conditions de température envisagées. le générateur de vapeur et le four métallurgique Chaudière à eau chaude Considérons un combustible constitué par du carbone pur (graphite) dont le pouvoir calorifique est de 393. porterait les tubes à une température excessive. est située dans la zone où les gaz sont les plus chauds. Four à réverbère Lorsque des lingots doivent être portés à très haute température. Dans ce but. assurent la production de chaleur en vue de la transférer à un fluide ou à une charge. des gaz sortant de la chambre de combustion avec la vapeur achevant sa surchauffe. on utilise à cet effet un four à réverbère. nous étudierons successivement les trois exemples typiques qui suivent : la chaudière à eau chaude. En effet. au contact des gaz les plus chauds. de plus. il est fait exception à la règle de circulation méthodique. les gaz sont obtenus à une température très élevée. Comme. C'est pourquoi on a recours à l'artifice qui consiste à utiliser la voûte du four.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 basse que ne le seraient les tubes du surchauffeur placés dans les mêmes conditions. tout au moins en ce qui concerne cette partie qui est la plus chaude du circuit des gaz. notamment lorsque l'épaisseur de la couche qu'ils forment est réduite. On divise. limitée par des contraintes technologiques et que. ici encore. sont envoyés dans le laboratoire du four où se trouve la charge à échauffer. le facteur d'émission des gaz est faible. ce cas simple étant à bien °C distinguer de celui du chauffage central où l'eau est généralement réintroduite dans la chaudière sous Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV. RENDEMENT EXERGETIQUE DES PROCESSUS THERMIQUES: Nous nous proposons d'étudier le rendement exergétique des appareillages qui. à partir d'une combustion.10). rayonne à son tour la chaleur vers la charge. il s'ensuit que l'échange radiatif y sera beaucoup plus efficace que l'échange convectif. En effet. sachant que la température de surchauffe est. l'échange calorifique se situe dans le domaine des hautes températures. en effet le surchauffeur à haute température en deux surfaces d'échange distinctes dont celle qui est traversée par la vapeur qui entre. C'est la raison pour laquelle. il n'y a plus de raison de chercher à réduire l'écart de température. nous supposons que la chaleur dégagée par la combustion est utilisée pour échauffer de l'eau de 0 (température ambiante) jusqu'à 100°C.

5 kJ Le rendement exergétique est égal au quotient de l'exergie fournie à la vapeur.7 %.7 %. D'autre part. on trouve ainsi ρ = 44. l'eau a d'alimentation se trouvant à 0°C. On calcule ensuite l'exergie de la charge  T  E a == m c ( Ta − T0 ) − T0 c ln a  = 229 . D'autre part. une charge constituée de lingots d'acier. Dans ces conditions et pour une chaudière supposée parfaite. le rendement thermique vaut nécessairement η = 100 %.6 . c'est-à-dire à 0°C.5 kJ h1 − h 0 1 [ ] ] Par définition. le rendement thermique vaut η = 100 % [ ] Four métallurgique Les conditions de la combustion étant les mêmes que précédemment.3 %. on trouve ρ=14. nous admettrons que les gaz sont rejetés à l'ambiance après un refroidissement complet. le rendement exergétigue ρ de la chaudière est égal au quotient de l'exergie fournie à l'eau.1 kJ T0   ou c = 0. Tous calculs faits. La chaleur utile étant alors égale au pouvoir calorifique. D'autre part. la chaleur utile est égale au pouvoir calorifique et l'on en déduit la masse m de vapeur produite. par l'exergie du combustible. les gaz de combustion sont refroidis jusqu'à 0°C. il vaut ρ = 55. la masse m d'eau échauffée de 0°C à 100°C s'en déduit et l'on peut calculer l'exergie transférée à cette eau. par suite. Si l'on suppose que le four ne donne lieu à aucune perte de chaleur. Générateur de vapeur Dans les mêmes conditions de combustion du carbone. le rendement thermique vaut η = 100 %. par l'exergie du combustible. En supposant le générateur de vapeur parfait. nous considérons que le générateur de vapeur produit de la vapeur à la pression p = 100 bar et à la température de 500°C.477 kJ/kg. rapportée à l'atome-gramme de carbone brûlé : E e == m ( h 1 − h 0 ) − T0 ( s1 − s 0 ) = [ Q (h − h 0 ) − T0 (s 1 − s 0 ) = 58. par l'exergie du combustible. la chaleur utile est égale au pouvoir calorifique et l'on en déduit la masse m de la charge qui est échauffée par chaque atomegramme de carbone.K est la chaleur massique de l'acier. Le rendement exergétique du four est égal au quotient de l'exergie transmise à la charge.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 une température pouvant aller jusqu'à 70°C. le four utilise la chaleur dégagée pour chauffer de to = 0°C à ta = 1000°C. L'exergie de la vapeur rapportée à l'atome-gramme de carbone s'en déduit : E v == m ( h a − h '0 ) − T0 (s a − s '0 ) = 183. la combustion étant complète et en l'absence de perte. Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV. notamment à la cheminée.

sous réserve des pertes par irréversibilité. le niveau thermique sous lequel la chaleur est utilisée. la valeur énergétique de la chaleur utile est encore accrue et il en résulte un rendement exergétique particulièrement élevé. possède une grande exergie. au cours d'une détente adiabatique effectuée dans la turbine. la part d'exergie associée à la quantité de chaleur croit avec la température sous laquelle celle-ci se trouve. ce qui explique l'augmentation concomitante du rendement exergétique. Comme l'énergie électrique est de l'exergie pure et directement utilisable.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Conclusions Le rendement calorifique permet d'évaluer l'efficacité de l'utilisation de la chaleur. Ainsi. Cette observation explique l'existence de fours électriques dans l'industrie métallurgique. Le rendement exergétique du moteur thermique correspondant sera d'autant plus proche du rendement exergétique du générateur de vapeur que l'importance des irréversibilités propres à la détente (irréversibilité mécanique) et à la condensation (irréversibilité thermique) seront plus faibles. La vapeur produite à haute température et à pression élevée. comme nous le verrons plus loin constitue une solution hétérodoxe lorsqu'il s'agit de produire de la chaleur à basse température. s'accroît . le chauffage électrique qui. Cette conclusion résulte de ce que l'exergie associée à la quantité de chaleur disponible à une température absolue T. La production de chaleur à faible température. le rendement exergétique augmente conjointement. est égale à cette quantité de chaleur multipliée par le rendement du cycle de Carnot correspondant. apparaît à la lumière du rendement exergétique comme responsable d'un gaspillage énergétique considérable. il nous indique dans quelle mesure la chaleur disponible a effectivement été utilisée. Lorsqu'on passe de la chaudière à eau chaude au générateur de vapeur. dans un four métallurgique par exemple. on conçoit dès lors qu'elle soit particulièrement bien adaptée au chauffage à haute température. laquelle est liée au niveau thermique de celle-ci. Cette exergie pourra être convertie en travail. se justifie beaucoup mieux quand la chaleur doit être produite à température élevée. même dans les régions où l'énergie est principalement d'origine thermique. suivie d'une condensation isotherme dans le condenseur. Nous reviendrons plus loin sur ce problème et nous étudierons alors le moyen de valoriser la grande perte d'exergie associée à un tel processus. Le rendement exergétique permet d'évaluer la qualité de la chaleur utilisée. puis au four métallurgique. Il nous renseigne sur la valeur énergétique de cette chaleur. notamment le chauffage des bâtiments.7 . Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV. Ainsi. Lorsqu'il s'agit de fournir de la chaleur à température très élevée. A la chaleur dégagée sous une température élevée est associée une grande valeur de l'exergie correspondante.

Vient ensuite le surchauffeur S et puis. nous supposons que la combustion s'effectue adiabatiquement dans un foyer complètement isolé. Dans la même perspective.2). Par ailleurs. Figure 4. 0. nous assimilerons encore le combustible solide à du carbone pur (graphite) L'échange calorifique avec le fluide moteur se décompose en trois parties qui correspondent d'ailleurs à trois surfaces d'échange distinctes.8 % de l'exergie du combustible E1. nous avons calculé précédemment que la température adiabatique de combustion est de 1560°C (en supposant que le combustible et l'air de combustion sont disponibles à 15°C. lesquels comportent par atome-kilogramme de carbone brûlé : 1 kmol de C02 . Il en résulte que la perte d'exergie par irréversibilité de la combustion s'élève a : E1 . qui est la température que nous prenons comme référence pour les calculs d'exergie). En outre. nous adopterons un excès d'air de 50 %.11).64 kmol de N2. finalement. 5. calculons l'exergie correspondante des gaz. Dans ces conditions. Selon la conception classique du générateur de vapeur. Irréversibilité de la transmission Ayant adopté une température de 120°C à la cheminée. le vaporisateur. cette valeur élevée étant choisie pour éviter toute dissociation des gaz brûlés. une telle conception se retrouve d'ailleurs approximativement dans l'avant-foyer d'une chaudière à cendres fondues. possède une exergie de 410030 kJ/atkg (page II. L 'exergie correspondante des gaz brûlés est alors E2 = 263320 kJ (page II.E2 = 410030 . nous savons que le combustible qui a un pouvoir calorifique de 393500 kJ par atome-kilogramme.2 : générateur de vapeur h” ha h’ Tv S Ts V E Te h’ o Irréversibilité de la combustion Pour dissocier l'échange calorifique de la combustion.263320 = 146710 kJ ce qui représente 35. 4. l'économiseur E (fig. à savoir : l'économiseur. le vaporisateur V se trouve en tête.10). le surchauffeur. APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR Chapitre 4 IV.5 kmol de O2 .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 BILAN EXERGETIQUE DU GENERATEUR DE VAPEUR Généralités Nous nous proposons d'établir le bilan exergétique d'un générateur de vapeur que nous réduirons à l'essentiel dans un but de simplification.8 .

30 455.019 380.90 380.59 99.81 6.00 50.370 1156.000 0.00 1324.46 6.15 267.874 217.621 Ex 0.152 397.40 226.34 237.572 0.18 S (kJ/K) Ex (MJ) F.50 300.19 360.453 408.76 32.Ho ) Et en procédant d'une manière analogue.00 16.71 212.54 127.296 1.348 kJ/K On en déduit la perte d'exergie relative au rejet des gaz à la cheminée : E5 = (H120.704 0.70 1556.27 415.00 346.00 2903.05 203.754 0.768 79. on calcule l'enthalpie des gaz à 120°C.804 0.43 294.34 315.769 3.25 343.505 250.697 1.63 5.15 44.00 3364.17 326.32 336.497 0.09 400.40 9.943 1363.23 203.774 0.00 3308.228 0.71 364.32 165.85 1485.27 De la même manière.64 843.314 1526.21 567.311 2.09 63.149 140.29 6.529 1635.00 2800.30 3.00 200.31 336. qui permettent de construire une feuille de calcul dans un tableur.07 464.504 3.519 1206.000 0. On utilise pour ce faire les coefficients disponibles en annexe.00 207.74 26.99 440.98 61. On prnd ici comme références des fonctions H et S 0 à 0°C et pression atmosphérique.051 1408.726 191.790 0.816 1314.14 319.11 6.828 0.731 0.21 21.41 6.461 1599.23 263.79 0.512 115.00 3251.00 kg eau/vapeur H(kJ/kg) S(kJ/K/kg) 0.318 165.32 272.00 3418.234 1488.131 243.17 6.54 5.07 528.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 A partir de cette composition.39 5.57 0.229 3.34 460.670 0.07 500. les accroissements d'enthalpie et d'entropie dont les valeurs sont indiquées au tableau suvant.92 422.453 67.00 2. on obtient pour l'entropie : S120 .43 626. d'où il vient : H120 = 26179 kJ = (H120 .28 470.023 352.49 47.267 0.627 0.27 6.657 1255.21 80.843 0.9 .15 420.06 118.056 67. on calcule pour des températures variant de 100 en 100°C.40 19.24 442.09 5.69 159.391 0.64 181.To (S120-So) Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.00 3191.Carnot 11.58 404.348 0.147 1449.065 324.50 439.75 5.00 1071.85 2714.00 100.52 520.20 540.846 Lsat Vsat état L t(°C) 0.777 270.390 1563.46 138.50 385.827 2.030 297.09 249.363 91.1 : propriétés thermodynamiques des gaz de combustion et de l'eau Fumées T(°C) 15 100 rejet 120 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 Tadiab 1560 1600 H (MJ) 3.00 3060.Ho) .20 121.00 150.00 2987.837 0.29 480. Tableau 4.817 0.00 3128.70 2623.So = 79.

81 kJ/K D'où finalement l'exergie des gaz à la sortie du vaporisateur : E3 = Hv . La chaleur dégagée par la combustion est utilisée dans la chaudière pour produire de la vapeur à la pression de 140 bar.621)] = 61049 kJ La perte par irréversibilité de l'échange calorifique au vaporisateur est égale à la différence entre l'exergie perdue par les gaz à la traversée de cet échangeur et l'exergie reçue lors de la vaporisation : ∆Ev = (E2 .1).ev = (263320 .n. e v = n [(h" . 4.288. le surchauffeur.Ho .1556.5 .1 : n = (Pc .To (Sv .15 X 392.168235) .5 = 115728 kJ d'où l'enthalpie des gaz de combustion à la sortie du vaporisateur : Hv = Pc . La chaleur transmise au surchauffeur est égale à : Qs = (ha .3) x 108.26179) : (3418.3) .s ' )] = 108. on calcule pour cette température la valeur de la différence d'entropie. calculons la production de vapeur rapportée à 1 atkg de carbone consommé.348 = 3401 kJ ou 0.115728 = 281338 kJ (= Hv . surchauffée à 540°C (état A).5 = 86310 kJ D'où l'enthalpie des gaz à la sortie du surchauffeur : Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.h' o) = (397066 . n = (3418.15 x 79.E3) .3 % de E1 .8% de E1 la température ambiante étant prise comme référence des exergies To = 15°C.2) La chaleur fournie au vaporisateur est égale à : Qv = (h" . on obtient la température des gaz a la sortie du vaporisateur.K La chaudière comporte successivement et dans l'ordre des températures décroissantes des gaz : le vaporisateur.15 x (5.81 = 168235 kJ L'exergie reçue par la vapeur dans le vaporisateur vaut : n .529 kJ/kg.Ho ) D'où en interpolant entre les enthalpies des gaz calculées pour 1100°C et 1200°C (tableau 4. soit ts = 1140°C.2623) x 108.3. en utilisant les fonctions thermodynamiques de l'eau et de la vapeur disponibles dans la table 4.1556.n = (2623 .So ) = 281338 .5 x [(2623 .H120) / (ha .5 kJ/kg et sa = 6. En utilisant le même tableau. soit : Sv .10 .288.Qv = 397066 .h").61049 = 34035 kJ soit 8.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 =26179 . proposons-nous d'étudier l'irréversibilité des échanges calorifiques afférents en déterminant les pertes d'exergie propres à chacun d'eux (fig.5 kg vapeur où pour 140 bar et 540°C.288.h') .5 . l'économiseur.0) =108.h'). Dans l'hypothèse d'une condensation sous la température de 0°C.370 .So = 392. on a : ha = 3418.To (s" .

SYST016

ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS

13/10/00

Hs = Hv - Q s = 281338 - 86310 = 195028 kJ (= Hs - Ho )

D'où, en interpolant entre les enthalpies des gaz calculées pour 700°C et 800°C, on obtient la température des gaz à la sortie du surchauffeur, soit ts = 815°C. Du même tableau 4.1, on tire pour cette température, la valeur de la différence d'entropie, soit : Ss - So = 323,47 kJ/K D'où finalement, l'exergie des gaz à la sortie du surchauffeur : E4 = Hs - Ho - To (Ss - So) = 195028 - 288,15 X 323,47 = 101905 kJ L'éxergie reçue au surchauffeur par la vapeur vaut : n.es = n [(ha - h") - To (sa - s")] = 108,5 x [(3418,5 - 2623) - 288,15 x (6,529 - 5,370)] = 50103 kJ La perte par irréversibilité de la transmission au surchauffeur est égale à la différence entre l'exergie perdue par les gaz à la traversée de cet échangeur et l'exergie reçue lors de la surchauffe : ∆Es = (E3 - E4) - n.es = (168235 - 101905) - 50103 = 16228 kJ soit 4,0 % de E1 La chaleur transmise à l'économiseur est égale à : Qe = (h' - h' o).n = (1556,3 - 0) x 108,5 = 168849 kJ Par ailleurs, on avait déjà déterminé précédemment pour la température de 120°C qui règne à la sortie de l'économiseur : He = 26179 kJ Se = 79,348 kJ/K E5 = 3401 kJ

L'exergie reçue par l'eau dans l'économiseur vaut : n.ee = n [(h' - h' o) - To (s' - s'o)] = 108,5 X [(1556,3 - 0) - 288,15 X (3,621 - 0)] = 55639 kJ La perte par irréversibilité de la transmission à l'économiseur est égale à la différence entre l'exergie perdue par les gaz à la traversée de cet échangeur et l'exergie reçue par l'eau : ∆Ee = (E4 - E5) - n . ee = (101905 - 3401) - 55639 = 42865 kJ soit 10,5 % de E1 En résumé, le générateur de vapeur présente à haute température une perte d'exergie qui se décompose en deux termes : le premier qui résulte de l'irréversibilité de la combustion, s'élève à 146713 kJ ou 35,8 % de E1; le second qui est dû à l'irréversibilité de la transmission calorifique,

Chapitre 4

APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR

IV.11

SYST016

ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS

13/10/00

s'élève à Σ∆E = 93128 kJ ou 22,7 % de E1; ce qui correspond à un total de 58,5 % pour la perte d'exergie à haute température A basse température, la chaudière présente une perte d'exergie due au rejet des gaz se trouvant à la température de la cheminée, cette perte étant de 3401 kJ ou 0,8 % de E1. Le restant de l'exergie apportée par le combustible représente l'exergie de la vapeur, soit Σ.n.e = 166791 kJ ou 40,7 % de E1. Cette exergie peut théoriquement être convertie en travail mécanique, pour autant que la détente de la vapeur s'effectue d'une manière isentropique, et jusqu'à la température ambiante.

Cas de la circulation méthodique
On a vu précédemment que lorsque le fluide chauffant et le fluide chauffé se déplacent parallèlement l'un à l'autre, il est plus avantageux de faire circuler ces deux fluides en sens inverses, réalisant ainsi la circulation méthodique. En ce qui concerne l'échange calorifique dans le générateur de vapeur, cette directive n'est pas respectée pour des raisons d'ordre technologique qui ont été indiquées plus haut. C'est ainsi qu'en pratique, le vaporisateur précède le surchauffeur dans le circuit des gaz. Cependant, il est intéressant d'étudier la répartition des irréversibilités thermiques dans le cas où les différentes surfaces d'échange se succèdent dans l'ordre logique suivant : le surchauffeur, le vaporisateur, enfin l'économiseur (fig. 4.3). La partie de l'étude ayant trait à la combustion reste inchangée; il en est de même en ce qui concerne le cycle.

T’e

E
T’v

V
T’s

S

Figure 4.3 : circulation méthodique Par suite, les résultats antérieurs suivants peuvent être repris : - exergie du combustible : E1 = 411030 kJ/atkg - température adiabatique de combustion : 1560°C - exergie des gaz de combustion à 1560°C : E2 = 263320 kJ - perte d'exergie par irréversibilité de la combustion : 146710 kJ - quantités de chaleur reçues par l'eau ou la vapeur : - au surchauffeur : 86310 kJ
Chapitre 4

APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR

IV.12

SYST016

ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS

13/10/00

- au vaporisateur : 115728 kJ - à I'économiseur : 169849 kJ

soit un total de 370887 kJ

- quantités d'exergie reçues par l'eau ou sa vapeur : - au surchauffeur : 50103 k J - au vaporisateur : 61049 k J soit un total de 166791 kJ - à l'économiseur : 55639 kJ La quantité de chaleur échangée au surchauffeur étant de 86310 kJ, l'enthalpie des gaz de combustion sortant du surchauffeur est égale à l'enthalpie initiale des gaz (égale au pouvoir calorifique) diminuée de cette quantité de chaleur, c'est à dire : Hs = Pc - Q s = 397066 - 86310 = 310756 kJ D'où en interpolant entre les enthalpies des gaz calculées respectivement pour 1200°C et 1300°C (tableau 4.1), on obtient la température des gaz à la sortie du surchauffeur, soit t's = 1248°C. En utilisant le même tableau, on tire pour cette température la différence d'entropie, soit : Ss - So = 412,86 kJ/K D'où finalement l'exergie des gaz à la sortie du surchauffeur : E3 = (Hs-Ho) -To (Ss-So) = 310756 - 288,15 x 412,86 = 191875 kJ L'exergie reçue par la vapeur au surchauffeur étant de 50103 kJ, on obtient la perte par irréversibilité de la transmission au surchauffeur en soustrayant cette valeur de l'exergie que les gaz y ont cédée : ∆Es = (E2 - E3) - n . es = (263320 - 191875) - 50103 = 21342 kJ s soit 5,2 % de E1 La quantité de chaleur échangée au vaporisateur étant de 115728 kJ, l'enthalpie des gaz sortant du vaporisateur est égale à l'enthalpie relative à la sortie du surchauffeur diminuée de cette quantité, d'où : Hv = 310756 - 115728 = 195028 kJ (= Hv - Ho)

D'où, en interpolant entre les enthalpies des gaz calculées pour 800 et 900°C, on obtient la température des gaz à la sortie du vaporisateur, soit t'v = 815°C. En utilisant le même tableau, on tire pour cette température la valeur de la différence d'entropie, soit : Sv - So = 323,47 kJ/K D'où, finalement l'exergie des gaz à la sortie du vaporisateur : E4 = Hv - Ho - To ( Sv - So) = 195028 - 288,15 x 323,47 = 101905 kJ L'exergie reçue par la vapeur au vaporisateur étant de 61049 kJ, on obtient la perte d'exergie par irréversibilité de la transmission correspondante en soustrayant cette valeur de l'exergie que les gaz y ont cédée : ∆Ev = (E3 - E4) - n.ev = (191875 - 101905) - 61049 = 28921 kJ

Chapitre 4

APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR

IV.13

Le cas classique est illustré par la courbe marquée de carrés sur pointe.1% de E1 Les conditions de l'échange calorifique n'ayant pas été modifiées en ce qui concerne l'économiseur.δQ.5) permet de visualiser les pertes d'exergie dues au transfert de chaleur. On en déduit que l'aire comprise entre la courbe représentant l'évolution d'un fluide transférant de la chaleur et l'axe des abscisses est proportionnelle à la variation de l'exergie de ce fluide. alors que les températures des fluides sont reportées en ordonnée. L'échauffement de l'eau dans le cas de la circulation méthodique est représenté par la courbe marquée de carrés. l'exergie du fluide T varie de η. Pour cette courbe. T °C 1600 1400 1200 1000 800 600 400 200 Gaz de combustion Surchauffeur classique méthodique Economiseur 0 0 50 100 150 200 250 300 350 400 MJ 450 Figure 4. le palier de vaporisation est reporté à l'extrême droite. L'écart de température est important. Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV. ce qui explique les irréversibilités et la perte d'exergie lors des transferts.5 % de E1 La figure 4. Il est obtenu en portant en abscisse l'enthalpie des fluides.kg de combustible. car la chaleur spécifique des fumées varie peu avec la température. en application de la relation I. et en ordonnée le facteur de T Carnot η = 1 . Si l'on reporte sur un même diagramme les courbes relatives à deux fluides échangeant de la chaleur.4 compare les profils de températures des gaz de combustion et de l'eau se vaporisant dans les deux cas envisagés.4 : Evolution des températures dans un générateur de vapeur Un autre diagramme (figure 4. l'aire comprise entre les deux courbes sera donc proportionnelle à la perte d'exergie due aux irréversibilités du transfert. En abscisse.0 . ramenée à un at.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 soit 7. on trouve comme au paragraphe précédent la perte d'exergie correspondante : ∆Ee =42865 kJ soit 10. Lors du transfert d'une quantité de chaleur infinitésimale δQ.10. on a reporté l'enthalpie des fluides.14 . La courbe relative aux gaz de combustion est proche d'une droite.

la valeur relative de cette perte s'en déduit.2 0.6 % Le tableau 4. Ce tableau montre que la perte d'exergie relative à l'échange calorifique entre les gaz et le fluide chauffé. est globalement identique dans les deux cas.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 L'examen de ce diagramme montre bien que le rendement exergétique global est identique pour les deux modes de circulation : les pertes à haute température sont moindres dans le cas de la circulation méthodique. sans changer l'aire totale. Facteur de Carnot 0. en revanche.7 0. elle s'élève à 6. d'autre part la perte d'exergie correspondante également exprimée en pour cents (B): On trouve ensuite le rapport de ces deux grandeurs (B/A) .15 . la répartition des pertes d'exergie partielles est différente.6 0. mais ce fait est contrebalancé par des pertes plus importantes à température moyenne : on ne fait que déplacer la zone triangulaire délimitée par le palier de vaporisation et la courbe relative à la surchauffe de la vapeur.9 0. d'une part la chaleur échangée exprimée en pourcentage de l'ensemble (A). ce rendement est de 93. Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.2 présente les bilans d'exergie du générateur de vapeur dans le cas classique et dans celui de la circulation méthodique. Les colonnes A. C et C/A ont une signification analogue.1 MJ 0 0 50 100 150 200 250 300 350 400 450 Economiseur Gaz de combustion Surchauffeur méthodique classique Figure 4. pour l'exemple étudié. à la chaleur fournie par le combustible (Pc). mais elles concernent le cas de la circulation méthodique. Comme la seule perte qui ait été prise en considération est la perte à la cheminée.3.8 0.4 %. On y trouve pour chacune de celles-ci.5 : visualisation des irréversibilités dues au transfert de chaleur dans un générateur de vapeur Conclusions Le rendement thermique du générateur de vapeur est égal au rapport de la chaleur utile (Q s + Qv + Qe).3 0.5 0. La répartition des pertes d'exergie partielles entre les différentes surfaces d'échange est analysée au tableau 4.4 0.

à très peu près.0% B/A Perte relative 1.5% 17.011 En ce qui concerne les générateurs de vapeur classiques où la température du foyer est toujours très élevée. il est remarquable de constater. il s'ensuit Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV.16 .1% 5. que dans le cas de la circulation méthodique.8% 8.5% 22. Tableau 4.3% 4. la perte d'exergie à haute température est inévitablement très grande en raison des limitations d'ordre technologique qui affectent la température maximale de la vapeur.011 Circulation méthodique C Perte d'exergie 31.0% 10.7% 0.2% 23.7% 40.3% 45.2 : Bilans exergétiques des générateurs de vapeur Circulation classique ACTIF PASSIF Exergie du combustible Irréversibilité de la combustion Irréversibilité de la transmission au vaporiseur Irréversibilité de la transmission au surchauffeur Irréversibilité de la transmission au économiseur Total irréversibilité de transmission Exergie de la vapeur produite Perte à la cheminée 100% 35. pour la surface d'échange considérée. dès lors être réduite.2% 10. On constate ainsi que dans le cas de la circulation méthodique.7% 40.9% 46.1% 22. elle peut. le rapport du pourcentage de perte exergétique. En revanche.995 0.8% 7.0% C/A Perte relative 0.5% B Perte d'exergie 36. à savoir la supériorité de la circulation méthodique. au pourcentage de chaleur échangée pour l'ensemble de la chaudière L'examen de la colonne (B/A) montre que ce coefficient varie très sensiblement lorsqu'on passe d'une surface d'échange à l'autre.171 0. au minimum compatible avec les exigences du processus d'échange calorifique. l'irréversibilité est uniformément répartie.8% Circulation méthodique 100% 35.5% 22. en tout point du circuit des gaz.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Tableau 4.749 1.7% 0.8% Le coefficient B/A (ou C/A) représente. à l'examen de la colonne (C/A). uniformément égal à l'unité.985 1. cette constatation corrobore une conclusion tirée précédemment. Enfin. les écarts allant de +19% à -24%.4% 46.3 : Irréversibilité des échanges dans les générateurs de vapeur Circulation classique A chaleur échangée Echange au vaporisateur Echangeur au surchauffeur Echange à l'économiseur 31. ce coefficient est.

Il résulte. de ces considérations. le bilan d'exergie que nous avons établi n'a plus qu'une valeur conventionnelle. la température de combustion devient inférieure à la température adiabatique correspondante. ce qui confère à ces gaz une exergie initiale relativement faible. et ceci est éminemment favorable à la bonne tenue des tubes vaporisateurs exposés au rayonnement intense du foyer. souhaitable de recourir à la circulation méthodique. montré tout le parti qu'on pouvait tirer du préchauffage de l'air comburant pour améliorer l'échange radiatif. c'est pourquoi nous avons présenté in fine (annexe 1) un tel bilan exergétique. celle qui précisément concerne l'échange calorifique avec les écrans vaporisateurs. dès lors. le coefficient de convection relatif à la vaporisation est beaucoup plus élevé que celui afférent à la surchauffe de la vapeur. La différence entre l'exergie du combustible et cette exergie des gaz représente alors la somme des deux termes suivants : un terme commun associant les pertes par irréversibilité de la combustion et par irréversibilité de l'échange calorifique avec les écrans vaporisateurs. Une telle conception est. Dans les chaudières de récupération (fig. En pareil cas. il sera. Une telle idéalisation de l'installation se justifie par le souci de clarté d'une analyse qui. en outre. sans inconvénient. Dans ces conditions. On sait qu'un tel renforcement ne permettra d'améliorer le coefficient de transmission calorifique résultant que dans la mesure où le coefficient de transmission interne est lui-même élevé. on a fait la distinction entre la perte d'exergie due à la combustion et celle due à la transmission.17 . Ceci suppose que la combustion s'effectue d'une manière adiabatique et qu'ensuite les gaz qui en résultent. il faut s'efforcer de rendre l'échange calorifique entre gaz et vapeur aussi proche que possible de la réversibilité. deviendrait singulièrement complexe. la haute température est favorable à l'échange radiatif. la température du métal sera beaucoup plus faible que dans le second. assez bien réalisée dans le générateur de vapeur à cendres fondues dans lequel la combustion a lieu sous très haute température dans un avant-foyer. un second terme représentant l'exergie transférée à l'eau en ébullition dans le vaporisateur. il s'ensuit une augmentation de la perte par irréversibilité.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 que l'on peut. il y a lieu de calculer l'exergie des gaz de combustion à la température effectivement obtenue à la sortie de la chambre de combustion. Cette grande efficacité de l'échange calorifique peut être mise à profit pour renforcer le coefficient de transmission relatif à la paroi externe de la surface d'échange. transgresser la règle de circulation méthodique. sont amenés à participer à l'échange calorifique. mais cette perte inclut alors une certaine part de la perte d'exergie due à l'irréversibilité de la transmission. que dans le premier cas. la combustion s'effectue dans une vaste chambre de combustion dont les parois sont revêtues d'écrans vaporisateurs de sorte qu'on y exploite directement le rayonnement de la flamme. 4. du moins dans le domaine des hautes températures. Si l'on veut éviter de devoir accepter une réduction de l'exergie de la vapeur. dans le générateur de vapeur classique. Il est cependant judicieux de compléter cette première approche par l'établissement du bilan exergétique détaillé et complet d'un générateur de vapeur industriel. C'est pourquoi on aura intérêt à substituer. dans ce domaine qui intéresse principalement le foyer. Si l'on veut respecter la réalité. Nous avons. les gaz sont généralement amenés sous une température peu élevée. On peut encore analyser ce processus de la manière suivante : du fait de l'échange radiatif dans le foyer.3). Par ailleurs. par ailleurs. Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV. dans le cas réel. Dans le bilan exergétique du générateur de vapeur. C'est ainsi que dans la chaudière à rayonnement. En revanche. en effet. en tête du circuit des gaz. comme discuté au chapitre précédent. L'étude qui précède est basée sur une conception du générateur de vapeur simplifiée à l'extrême. Par conséquent. comme déjà signalé. on substitue aux faisceaux vaporisateurs dont la conception est favorable à l'échange convectif. le vaporisateur au surchauffeur. des écrans disposés à la surface des parois du foyer et qui sont essentiellement destinés à absorber le rayonnement.

18 .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 D'ailleurs. Nous appliquerons d'ailleurs. il est évident que l'échange radiatif est ici fortement réduit. dans des prochains chapitres. notre analyse énergétique à de tels cycles thermodynamiques. Dans le domaine de l'énergétique. c'est pourquoi les chaudières de récupération utilisent largement les tubes à ailettes qui permettent d'exploiter au mieux l'échange convectif avec les gaz. Chapitre 4 APPLICATIONS DU TRANSFERT DE CHALEUR IV. d'autre part les centrales nucléaires à fluide caloporteur gazeux. les chaudières de récupération connaissent deux champs d'application remarquables qui sont d'une part les centrales à cycle combiné gaz-vapeur. en raison de la température peu élevée sous laquelle les gaz sont disponibles.

5 O2 + 5. d'une part du rendement calorifique (rapport de la chaleur et/ou du travail utiles au pouvoir calorifique du combustible).SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ENERGIE DES COMBUSTIBLES Introduction Les combustibles sont utilisés pour produire de la chaleur.06 kJ/K. nous reprendrons donc dans cette étude les données ainsi que les résultats suivants : .3 % Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V. Cette température sera donc également choisie comme référence pour les évaluations d'exergie. Nous admettrons encore que dans tous les cas (chauffage et/ou production d'énergie électromécanique) l'excès d'air est de 50 % et que la température des gaz rejetés à la cheminée est de 200°C. Cette comparaison est basée principalement sur l'établissement. les gaz sont rejetés à l'atmosphère avec l'enthalpie H' = 44200 kJ et l'entropie ∆S'= 121.pouvoir calorifique du carbone : P = 393800 kJ/atkg . peuvent être négligées. La combustion envisagée s'effectue selon la réaction chimique : C + 1.1 . CHAUFFAGE CLASSIQUE Dans la chaudière.température adiabatique de combustion : 1560°C .5 O2 + 5. tant sous l'aspect calorifique (première loi de la thermodynamique) qu'énergétique (deuxième loi de la thermodynamique).enthalpie des gaz de combustion à 1560°C : H2 = 397066 kJ . de l'énergie mécanique (ou électrique).perte d'exergie par irréversibilité de la combustion : E1 .64 N2 + P où P représente le pouvoir calorifique du carbone auquel correspond la chaleur effectivement dégagée. les pertes autres que la perte à la cheminée. ou bien encore les deux combinées. Les caractéristiques de ce type de combustion ont été examinées au chapitre II. Nous avons étudié précédemment une telle combustion (pages II.exergie des gaz de combustion à 1560°C : E2 = 263320 kJ . Pour la clarté et la simplicité de l'exposé. nous supposerons à nouveau que le combustible est du carbone pur (graphite) et que l'ambiance se trouve à la température de 15°C.9 % de E1) Pour une température de 200°C à la cheminée.64 N2 → CO2 + 0. d'autre part du rendement exergétique (rapport de l'exergie utile à l'exergie du combustible). Nous supposerons en outre que tant pour la chaudière à eau chaude que pour le générateur de vapeur. Nous nous proposons de comparer les différents processus correspondants. donc avec l'exergie E' = 9404 kJ (2.E2 = 146710 kJ (35.exergie de ce combustible : E1 = 411030 kJ/atkg .10 et suivantes). la chaleur dégagée par la combustion est transmise à de l'eau qui s'échauffe sous la pression de 5 bar depuis la température ambiante de 15°C (état 0) jusqu'à 100°C (état E).

8) . soit 10.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 de E1).1 : Cycle de centrale thermique UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V. pour lequel les propriétés du liquide saturé sont : h'0 = 62.017 bar). Nous supposerons que la chaleur utile Q sert ici à produire de la vapeur à 140 bar. la chaleur utile.1 kJ/kg Le débit d'eau réchauffée est obtenu par bilan thermique : m= Q = 990.E' .H' = 352866 kJ Les propriétés de l'eau sont. Analysons à présent les pertes d'exergie qui accompagnent la transformation en travail de l'énergie du combustible. Dans ces conditions.6% de E1 D'où la perte par irréversibilité de l'échange calorifique : E2 .224) = 44.6% E1 On en déduit les valeurs des rendements thermique et exergétique : ηth = ηex = CENTRALE THERMIQUE Le paragraphe précédent a mis en évidence les pertes d'exergie qui affectent le processus de chauffage de l'eau.2 . pour l'état de référence de 15°C (état 0) : ho = 62. P=0. qui sera détendue de manière réversible pour atteindre l'état du condenseur en équilibre avec l'ambiance (T=15°C. on a : Chapitre 5 600 T°C A 500 540°C 400 140bar 300 200 100 0 0 0 2 15°C 4 6 8 10 S(J/kg/K) Figure 5. s'0 = 0.Ee = 210231 kJ Q = 89.K et pour l'état final 100°C (état E) : he = 419 kJ/kg et se = 1.307-0.224 kJ/kg.224 kJ/kg/K Pour la vapeur à l'état A.K L'exergie de l'eau à 100°C est alors : ee = (419-62.6% P (51.288.1 % de E1) Ee = 10. est égale à : Q = H2 .307 kJ/kg. donc effectivement transmise à l'eau.15 (1.8 kJ/kg .8 kJ/kg et so = 0.6 kg he − h o L'exergie de l'eau échauffée à 100°C est alors : Ee= m ee= 43685 kJ. surchauffée à 540°C (état A).

sa = 6.6 % de l'exergie du combustible.Ea = 91288 kJ (22. le travail utile est égal à l'exergie de la vapeur Ee.529 kJ/kg/K L'irréversibilité de la combustion engendre une perte d'exergie qui est encore de 146713 kJ (35.6% de E1 D'où la perte par irréversibilité de l'échange calorifique : E2 .3 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE . la production combinée de chaleur et de travail. On en déduit les valeurs des rendements thermique et exergétique : ηth = Ea = 41. soit 39. Le bilan exergétique du processus de production combinée se déduit de la figure 5.6 %. sous sa forme la plus classique.2. Les gaz de combustion cèdent leur chaleur à de l'eau sous pression.2 : Production combinée V.3% P ηex = Ea = 39 .7 kg h a − h' o L'exergie de la vapeur à 540°C est alors : Ee= m ee= 162628 kJ.6% E1 PRODUCTION COMBINEE Cas de l'échange monoétagé Lorsqu'on utilise la chaleur dégagée par la combustion pour produire du travail.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ha = 3432. Le débit de vapeur s'obtient par bilan thermique. être valorisée en insérant un cycle à vapeur entre le foyer et l'échangeur produisant l'eau chaude : on réalise ainsi. m= Q = 104. en principe. Mais l'exergie ainsi perdue peut. lorsqu'il s'agit de produire de l'eau chaude. la plus grande partie de la perte d'exergie résulte de la transmission gaz-eau (51.E' .1 % de E1). on valorise 39. Dans ce dernier cas.7 kJ/kg . qui est vaporisée Chapitre 5 600 T°C A 540°C 500 400 140bar 300 200 100 C 100°C B C” 0 0 2 15°C 4 6 8 10 S(J/kg/K) Figure 5.8 % de E1).2 % de E1) La turbine étant supposée parfaite et le travail de compression de l'eau négligeable. on n'en valorise que 10.

1% de E1. le travail vaut : W = 104. La perte d'exergie à la cheminée reste elle-même égale à 9404 kJ (2.9% de E1).TC (sA-sC)) qui correspond au travail réversible que peut fournir la vapeur de l'état A en utilisant la source froide à TC.373.kg). dans ces conditions.7 − 62 . Le débit de vapeur sera. La chaleur fournie à l'eau s 'exprime comme suit : Q'e = (P-H')-W =241348 kJ L'exergie de la vapeur détendue vaut : EB = EA .1).6 kg = h e − h' o 3432. La vapeur produite est détendue pour fournir du travail. en fournissant un travail égal à la variation d'exergie entre ces deux états EA.1 kJ/kg et s'c = 1.EB = mv ( hA. voir figure 5. mais la détente est limitée à une pression telle que la vapeur puisse. en se condensant.1 .hc . 1. La perte d'exergie due à la combustion est comme précédemment de 147710 kJ (35.7 (3432.7. Par la suite. céder sa chaleur à l'eau qui doit être réchauffée.307) ) = 111518 kJ. soit 27.W = 162628 . la vapeur se condense suivant l'isotherme BC. comme précédemment.529-1.3 % de E1). Nous supposerons que cet échange est réversible.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 et surchauffée comme dans le cas précédent.8 L'exergie de l'eau vaut : E'e = me ee = 29903 kJ (7.307 kJ/K.EB. La perte d'exergie par irréversibilité de la transmission gaz-vapeur est encore de 91288 kJ (22. en cédant une quantité de chaleur égale à: TB (sB-sC) = TC (sA-sC) Elle continue à se refroidir suivant C C" en réchauffant l'eau. Pour la température de condensation Tc = 100°C (h' c = 419.013 bar.7 kg h a − h' o La vapeur vive se détend adiabatiquement de l'état A jusqu'à l'état B.E'e = 21206 kJ (5.4 .15 (6.3 % de E1) D'où la perte d'exergie de la transmission vapeur-eau : EB .419.2 % de E1) Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V.2 %). Le travail moteur se déduit de la première loi de la thermodynamique : W = EA.111518 = 51110 kJ On obtient par bilan thermique le débit d'eau qu'il est possible de réchauffer par condensation de la vapeur : me = Q' e 241348 = 677. la détente se poursuit jusqu'à l'état B (100°C. obtenu par bilan thermique : mv = Q = 104.

D'une part. On obtient : .l'enthalpie de la vapeur en fin de la détente isentropique AB' jusqu'à 57.8015) .le débit de vapeur est identique à celui trouvé précédemment : mv =104.1 kJ/kg) à 57. on évalue la chaleur cédée par la condensation BC et le refroidissement consécutif CC' de 100°C (hc = 419. il s'ensuit que ces deux échauffements successifs nécessitent chacun une même quantité de chaleur. Puis l'eau est échauffée de 57.5 . La perte d'exergie correspondante est relativement grande en raison de l'existence d'un important palier de vaporisation. Dans ce cas biétagé (voir figure 5.5 à 100°C par condensation de la fraction complémentaire y du débit de vapeur dont la détente est limitée à 100°C (état B).5°C : hb' = 2135.3 : Production combinée.5°C (état B').4% E1 Cas de l'échange biétagé Le bilan exergétique du processus de production combinée fait apparaître une irréversibilité nouvelle.7 kg Pour évaluer la fraction y. l'eau est d'abord échauffée de 15°C à 57. 600 T°C A 540°C 500 400 140bar 300 200 y 100 C 100°C 57°C B 1-y B’ C’ Les données générales du 15°C C” problème étant inchangées.3). mais elle peut être réduite en ayant recours à un échange calorifique biétagé. échange biétagé 100°C : hb = 2367. on évalue la chaleur cédée par la fraction (1-y) lors de la condensation B'C' et par le refroidissement C'C" jusqu'à 15°C de la totalité du condensat : Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V. La chaleur massique de l'eau étant pratiquement constante.7 kJ/kg) de la fraction y du débit de vapeur mv : y mv (hb -hc') = 222731 y D'autre part.6% P ηex = W + E'e = 34. les calculs 0 se basent sur une approche similaire aux 0 2 4 6 8 10 S(J/kg/K) cas précédents.8 kJ/kg (titre 0.2 kJ/kg (titre 0. laquelle résulte de l'échange calorifique entre la vapeur détendue qui se condense. et l'eau qui s'échauffe.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 On obtient donc les rendements thermique et exergétique : ηth = W + Q' e = 89. d'ailleurs égale à la moitié de la quantité de chaleur fournie à l'eau.5°C (hc' = 240.5°C par condensation d'une fraction (1-y) du débit de vapeur dont la détente est prolongée jusqu'à 57. on exprime le bilan thermique du système.l'enthalpie de la vapeur en fin de la détente isentropique AB jusqu'à Figure 5.8635) .

8 % de E1) La perte d'exergie de l'échange vapeur-eau est égale à l'exergie de la vapeur du cycle à condensation classique diminuée du travail produit W et de l'exergie de l'eau: Ea.800 kJ/K.3 kg = h e − h' o 419 − 62 . on peut en déduire y : 222731 y = 198375 + 18628.7 kJ/kg et sc' = 0. on a ainsi le travail moteur global : W1 + W2 = 125508 kJ (30.TC' (sA-sC')) = 68041 kJ Au total.4% E1 Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V.5 % de E1) Par bilan. En égalant les expressions.TC (sA-sC)) = 57467 kJ .5°C (hc'=240.pour la détente AB'.H' = 352866 kJ Calculons ensuite le travail de détente réversible pour chacune des fractions de vapeur. rapportées aux températures de condensation respectives : .(W1 + W2) = 227357 kJ On en déduit la masse d'eau réchauffée : me = Q' e 227357 = 638. avec tc = 100°C W1 = y (EA. on estime que la chaleur fournie à l'eau vaut : Q'e = (P .pour la détente AB.EB' ) = (1-y) mv ( hA.8 L'exergie de l'eau à 5 bar et 100°C (état E) vaut : E'e = m'e ee = 28169 kJ (6.E' e = 8950 kJ (2.6% P ηex = W1 + W2 + E'e = 37 .H') .(W1+ W2) .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 (1-y) mv (hb' -hc') + mv (hc' -hc") = (1-y) 198375 + 18628 Ces deux quantités de chaleur sont chacune égales à la moitié de la quantité de chaleur fournie à l'eau.hc . On obtient donc les rendements thermique et exergétique : ηth = W + Q' e = 89.2 % de E1).6 .kg) : W2 = (1-y) (EA. avec Tc' = 57.198375 y soit y = 0.hc' .5153 La chaleur fournie à la vapeur vaut : Q = H2 .EB) = y mv ( hA. elles sont donc égales entre elles.

peut être réduite en recourant à la vaporisation sous pressions multiples (page III. l'augmentation du travail produit. on peut tirer les conclusions suivantes : . ceci explique une légère diminution de l'exergie de l'eau. nous avons vu comment l'irréversibilité de l'échange calorifique entre un gaz chaud et de l'eau qui est transformée en vapeur.6% 37.9% 22.5% 2. d'où l'amélioration appréciable du rendement exergétique .3% 89.1 : Bilans exergétiques de la production combinée En % de l'exergie du combustible Irréversibilité de la combustion Irréversibilité de la transmission gaz-vapeur Travail récupérable Irréversibilité de la transmission vapeur-eau Exergie de l'eau chaude Perte à la cheminée Rendement thermique Rendement exergétique Cas monoétagé 35. soit ηex = 39. il a été envisagé de faire de la production combinée afin d'alimenter en chaleur des réseaux de chauffage urbain à établir dans plusieurs localités voisines. Tableau 5.3% 89.1 résume pour les deux cas monoétagé et biétagé. c'est ainsi que pour un nombre d'étages infini. est sensiblement diminuée au bénéfice du travail de détente de la vapeur.6% 34.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Le tableau 5. .Dans le cas biétagé. mais le rendement exergétique est meilleur dans le second. entraîne une légère diminution de la chaleur fournie à l'eau. le bilan exergétique de la production combinée.2% 6.4% A l'examen de ce tableau. Dans l'étude des échangeurs. Le passage à un échange multiétagé améliorerait encore cette conclusion.3% 2. la perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique vapeureau.7 . conduit à réduire approximativement de moitié la perte par irréversibilité de l'échange calorifique vapeur-eau. constitue un aspect complémentaire du même procédé Une remarquable illustration de l'avantage offert par l'échange multiétagé est donnée par la centrale nucléaire de Gundremmingen en Bavière. on aurait alors affaire à un échange calorifique réversible.Dans le cas biétagé.14).2% 7. Lors de la réalisation d'une unité nouvelle de cette centrale. L'étude de la production combinée avec échange calorifique multiétagé.Le rendement thermique est évidemment le même dans les deux cas. cette observation est bien conforme aux conclusions du paragraphe du chapitre 3. on retrouverait à la limite le rendement exergétique de la centrale à vapeur.6 %.9% 22.2% 30.2% 27.1% 5. .8% 2.4% Cas biétagé 35.La réduction de moitié de l'écart de température. L'étude de ce projet a conduit à la conclusion suivante : la rentabilité du projet était assurée si l'on avait recours à un échange calorifique Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V. En effet. par suite de la diminution de l'irréversibilité de l'échange calorifique vapeur-eau.

ce qui excluait par conséquent le recours à un échange calorifique multiétagé. en revanche.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 triétagé pour réchauffer l'eau de chauffage.7 − 62 . CHAUFFAGE THERMODYNAMIQUE Pompe à chaleur monoétagée Considérons le cycle de Carnot ABCD (figure 5. Cette chaleur est transformée par celui-ci en un travail W et en une chaleur Q0 rejetée à l'ambiance. ce projet n'était plus rentable si l'on devait se limiter à un échange calorifique monoétagé. Le débit d'eau est : me = W 162628 = 456.4) qui reçoit de la source chaude la chaleur Q1. Le chauffage électrique constitue donc un procédé peu efficace.8 .9% E1 ces rendements étant rapportés au combustible brûlé en centrale. elle sera transformée intégralement en chaleur qui sera utilisée pour chauffer de l'eau de 0 à 100°C. l'état d'avancement des travaux était tel que la seule possibilité restante était de prélever la totalité de la vapeur destinée au chauffage. on a le bilan : W = Q1 . entre les corps HP et BP de la turbine.6% P ηex = E"e = 4. Malheureusement. En se plaçant dans les conditions idéales. Cette énergie électrique est de l'exergie pure.6 kg = h e − h' o 3432.Q 0 L'étude du cycle de Carnot a conduit à : To D Qo C Q’o M S Figure 5. l'énergie électrique produite par le cycle thermodynamique de la centrale examinée au début de ce chapitre est W = 162628 kJ. CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage par résistance convertit l'électricité en chaleur.4 : pompe à chaleur (cycle de Carnot) Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V. on évalue les rendements thermique et exergétique : ηth = W = 39.8 L'exergie de l'eau vaut : E"e = me ee = 20150 kJ Par suite. Les rendements tant thermique qu'exergétique sont très inférieurs à ceux du chauffage classique. du moins en ce qui concerne le chauffage à basse température qui est le seul à être considérée ici. W Le rendement du cycle s'écrit : η = Q1 T Q1 T1 A B Q T K N Par le premier principe.

en associant W et Q'0. Le travail W est utilisé à son tour pour actionner un cycle de Carnot inversé qui fournira à la température T la chaleur: Q=W.Q' o T − To d'où et par suite : ε = T T − T0 On réalise ainsi la pompe à chaleur qui produit la chaleur Q à la température absolue T. Supposons que ce cycle prélève à l'ambiance la chaleur Q'0 et qu'il reçoive le travail W.9 . on a le bilan : W = Q . T1 T − T0 Si l'on a par hypothèse : T1 > T > T0 Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V.ε=W.Q'0 Les propriétés du cycle de Carnot sont telles que : Q T = Q o T0 Q T = Q .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Q o To = Q 1 T1 D'où : η = T1 − T0 T1 Considérons ensuite le cycle de Carnot inversé KDMN. Le coefficient de performance s 'écrit ε= Q W Par le premier principe. il fournira alors la chaleur utile Q à la température imposée T. en combinant les relations précédentes : Q = Q1 T T1 − T0 . Le travail produit vaut : W = Q1 T1 − T0 T1 To T1 et la chaleur rejetée à l'ambiance: Q0 = Q1 . La chaleur Q1 fournie par la source chaude est utilisée pour effectuer un cycle de Carnot. c'est le principe du chauffage thermodynamique. T T − T0 ou encore.

(T1 .T0) Par ailleurs. Comme en pratique. entraîne l'égalité des aires délimitées par ces cycles réversibles (fig: 5. >1 T1 T − T0 ce qui conduit à : Q > Q1 Pour ce faire. la chaleur utile est donc supérieure à la chaleur reçue de la source chaude par le cycle moteur.4) .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 on démontre que : T T1 − T0 .(T. puisque nous avons posé β>α.SD).10 . Le surcroît de chaleur ainsi résulte de la chaleur enlevée à l'ambiance par la pompe a chaleur.SD) On en déduit : Q' 0 T1 − T0 = Q0 T − T0 et enfin : Q T T1 − T0 T Q' 0 = = Q1 T1 T − T0 T1 Q 0 Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V.SD) et Q0 = T0 (SC .SD). on pose T1 = α T0 et T = β T0 avec α > β >1 La relation à vérifier devient β (α − 1) > 1 soit βα − β > α β −α. α ( β − 1) ce qui est toujours vrai. on satisfait généralement à la double inégalité (T1 > T > T0).T0) = (SC . L'égalité du travail produit par le cycle ABCD ou consommé par le cycle KDMN. on a : Q'0 = T0 (SM . c'est à dire : (SM .

i.) relative à une transformation réversible. envisagée correspond à un certain point M de la courbe 1-2.m.5 : Définition de la température moyenne intégrée T12 = Nous appellerons température moyenne intégrée (en abrégé t. est représentée sur le diagramme entropique (f ig. il faut introduire le concept de température moyenne intégrée. on peut écrire pour une masse unitaire : q 12 = c (T2 − T1 ) et S2 − S1 = ∫ 2 1 c dT T2 = c ln T T1 On obtient l'expression de la t. ce qui donne : T12 = T2 − T1 T2 ln T1 Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V. Considérons la transformation réversible 1-2 (figure 5. compris entre les points 1 et 2 qui délimitent cette transformation.11 .m.5) par la hauteur du rectangle lLNn ayant même aire que la surface l12n située sous la polytropique.i.5) au cours de laquelle le fluide reçoit une quantité de chaleur q12. En vertu du théorème de la moyenne.i. nous pouvons écrire : T12 = et donc S 2 − S1 q 12 S 2 − S1 ∫ T ds 2 1 l n S Figure 5.5. relative à la transformation polytropique 1-2 en substituant ces deux relations dans la définition de la polytropique. Par application du principe de Carnot à cette transformation.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Définition de la température moyenne intégrée La relation précédente peut se généraliser au cas où le cycle moteur n'est pas un cycle de Carnot. Nous verrons par la suite que pour la transformation polytropique 1-2 caractérisée par une valeur constante de la chaleur massique c.i. le rapport de la quantité de chaleur échangée au cours de cette transformation à la variation d'entropie correspondante. Pour ce faire. La t.m. nous avons : T 2 L M 1 N q 12 = ∫1Tds 2 Par définition de la moyenne d'une fonction.m. la t.

SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 En particulier.m. 5. et notamment applicable lorsque la machine motrice utilise un cycle à vapeur.6 : cycle de Rankine-Hirn En substituant cette valeur dans la relation précédente. Comme par ailleurs le cycle théorique de la pompe à chaleur est un cycle de Carnot inversé.q0 d'où il vient : η= W q0 sa − s' 0 = 1− = 1 − T0 q1 q1 h a − h' 0 Tb T A q1 B q0 S En appliquant le principe de Carnot à l'échange réversible OA.i.h' 0 et cède au condenseur : q0 = T0 (sa. relative à une isochore ou à une isobare.m. les caractéristiques sont : T0=15°C Ta=540°C d'où on calcule Tm = h a − h' 0 = 534. dans le cas des gaz parfaits dont les chaleurs massiques sont réputées constantes.12 . on obtient l'expression de la température moyenne intégrée : Tm = h a − h' 0 sa − s' 0 Figure 5.529 kJ/kg/K d'où on déduit le rendement du cycle de Carnot équivalent (avec T0=288.i.m. Appliquons le concept de t. on obtient : η = 1− T0 Tm Le cycle de Rankine-Hirn est donc équivalent à un cycle de Carnot effectué entre deux sources respectivement aux températures T et T (une exploitation systématique de la notion de 0 t. en remplaçant comme cycle moteur le cycle de Carnot par le cycle de Rankine-Hirn OAB (fig.224 kJ/kg/K sa = 6. est donnée cette dernière expression. la t. au cycle de pompe à chaleur étudié précédemment. Pour le cycle de Rankine-Hirn que nous avons choisi comme exemple dans ce chapitre. il s'ensuit que la présente analyse du chauffage thermodynamique est générale.6). qui reçoit la chaleur: q1 = ha.7 kJ/kg s'0 = 0.8 kJ/kg ha = 3432. d'ailleurs indépendante de la valeur particulière de cv ou de cp .s'0) Le principe d'équivalence donne : W = q1 .5 K = 261 °C sa − s' 0 P0=140 bar Pa=140 bar h'0 = 62.i sera développée au chapitre 8).15 K) : Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V.

la chaleur utile doit être produite par la pompe à chaleur à la température constante de 100°C. L'eau devant être chauffée de 15°C à 100°C. tandis qu'une seconde PAC fournira la sienne à 100°C Pour les mêmes raisons que pour la production combinée avec échangeur biétagé.6 − 288 1 Les quantités de chaleur fournies par les deux pompes à chaleur étant égales à la moitié de la chaleur totale fournie à l'eau.Q1 = 1. admet qu'on puisse encore parler de rendement quand la valeur de celui-ci est supérieure à l'unité. W1 = 330.W = ε.78 W1 330.39 W2 373 − 288 2 .H' ηC = 40.795 352866 = 1778 kg = h e − h' o 3432.13 .1% Tm et. compte tenu de la perte à la cheminée au générateur de vapeur : η = H 2 .795 Q Le débit d'eau réchauffée est : me = Q' 1.8 L'exergie de l'eau vaut : E"e = me ee = 78478 kJ On calcule finalement les rendements thermique et exergétique rapportés au combustible brûlé en centrale : ηth = Q' : P = 160. nous pouvons égaler leurs expressions.η. une première PAC fournira sa chaleur utile à 57.9% H2 Comme nous avons pour objectif de chauffer de l'eau de 15°C à 100°C.5°C) : Q'1 = ε1 .par la PAC à basse température (57. W2 = 373 W = 4 .39 373 .par la PAC à haute température (100°C) : Q'2 = ε 2 .5°C).SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ηC = 1 − T0 = 46.5°C. on a alors : ε= 373 = 4. Pompe à chaleur biétagée Considérons à présent le cas d'une pompe à chaleur biétagée. l'eau reçoit la chaleur utile Q' par moitié de la PAC fonctionnant à basse température (57.7 − 62.288 D'où la chaleur utile : Q' =ε.1 % On notera que le "Vocabulaire de Thermodynamique" publié par la SFT. et par moitié de la PAC fonctionnant à haute température (100°C) . Exprimons les quantités de chaleur produites : . ce qui donne : Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V.8% ηex = E"e : E1 = 19.6 W = 7 .

6%).14 . On notera que dans cette application.7 − 62 .772 W1 D'où les travaux consommés par les deux PAC : W1 = η H 2 − H' = 51046 kJ 2.η = W1 + W2 = W1 + 1.7 % La comparaison des rendements thermique et exergétique des PAC mono ou biétagée. Dans cette installation. trois pompes à chaleur associées en série assurent le réchauffage progressif de l'eau d'un premier circuit de chauffage urbain à haute température (radiateurs classiques) de 40°C à 60°C. le coefficient de performance. l'amélioration la plus directement perceptible. diminue lorsque cette température augmente. Un exemple remarquable d'utilisation d'une pompe à chaleur triétagée est donné par l'installation de chauffage géothermique réalisé à Creil dans le bassin parisien. le rendement exergétique est invariable quelle que soit la température à laquelle ce fluide est échauffé. pour un nombre d'étages infini.39 W2 = 7. il vient ainsi (H2-H'). le rendement thermique ou. en sorte qu'à la limite.78 W1 d'où W2 = 1. le travail consommé par l'ensemble des deux PAC est supposé égal au travail produit par le cycle moteur.78 W1 + 4. cette conclusion résulte d'une réduction de la perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique avec l'eau.772 W1 = 2. Cependant. montre que la seconde est plus avantageuse que la première.772 et W2 =1.772 W1 D'autre part. Il convient encore de remarquer que dans le cas idéal ou l'échange calorifique avec l'eau est réversible. ce qui permet.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 4. en refroidissant de 30°C à 5°C l'eau de retour d'un second circuit de chauffage urbain à basse température (planchers chauffants). en revanche.39 W2 = 794227 kJ Le débit d'eau réchauffée est : me = Q' 794227 = 2230 kg = h e − h' o 3432.8 L'exergie de l'eau vaut : E"e = me ee = 98418 kJ On calcule finalement les rendements thermique et exergétique rapportés au combustible brûlé en centrale : ηth = Q' : P = 202 % ηex = E' : E1 = 28. on atteindrait la réversibilité de l'échange calorifique considéré. consécutive à une diminution de l'écart de température correspondant. grâce au système multi- Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V. L'utilisation d'étages de plus en plus nombreux conduirait à une diminution progressive de cette irréversibilité.772 W1 =90453 kJ La chaleur fournie à l'eau s'obtient en cumulant les effets thermiques des deux pompes à chaleur : Q' = Q'1 + Q'2 = 7. résulte de l'augmentation au rendement thermique qui accompagne l'augmentation du nombre des étages. la source froide qui est distincte de l'ambiance. Le rendement exergétique deviendrait alors égal à celui de la centrale (ηex=39. plus usuellement. est elle-même à température variable.

On utilise la chaleur Q1 dans un processus de production combinée pour produire : . de réduire l'irréversibilité thermique non seulement de l'échange avec la source chaude.On utilise la chaleur Q1 disponible à T1 .Q 1 T1 Le travail W' est ensuite utilisé dans une pompe à chaleur qui produira la chaleur utile : Q"2 = W'  T −T  T T T T1 − T = 1 .la chaleur utile : Q'2 = T .15 ..T0 1 T T T1 − T T T1 − T0 .Q T . Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V. La première solution sera donc applicable lorsque les utilisateurs de la chaleur sont géographiquement concentrés. Q1 + . strictement équivalents. alors que la production combinée nécessite une distribution de la chaleur. dans un cycle purement moteur.T0 On obtiendra globalement la chaleur utile : Q'2 +Q"2 = La comparaison des expressions précédentes montre que la production combinée et le chauffage thermodynamique sont. en revanche.T0 T1 T . T. T0 les températures de la source chaude.le travail : W' = . Pour couvrir rationnellement les besoins en chauffage.T0 T1 T .Q 1 . le chauffage thermodynamique ne requiert qu'une distribution d'électricité. Q1  . de chauffage. la seconde s'imposera lorsqu'ils sont dispersés. Q1 T1 Ce travail est utilisé par une pompe à chaleur pour produire la chaleur utile calculée comme précédemment : Q2 = T T1 − T0 .. pour produire le travail : W = T1 − T0 . d'un point de vue théorique. Q1 T1 T . = . Toutefois. de l'ambiance respectivement. mais également de l'échange avec la source froide. Q1 T1 T1 T .T0 T1 − T T1 2. Q1 = .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 étagé. PRODUCTION COMBINEE THERMODYNAMIQUE ET CHAUFFAGE Soient T1. on a le choix entre les deux solutions suivantes : 1.T0  T1  T .

ceci pour chacun des trois cas d'utilisation directe de l'exergie du Tableau 5.9% 19. elle représente donc dans tous les cas 64% de l'exergie du combustible. supérieur à l'unité. La production combinée et le chauffage thermodynamique apparaissent.6% 39. en tout cas. Le chauffage classique est thermiquement efficace.2 les conclusions suivantes : n n n Le chauffage électrique est le moins efficace tant thermiquement qu'énergétiquement. Proposons-nous d'analyser.2% (vapeur vers eau) Exergie de l'eau 10. comment se répartit cette exergie disponible.6% 41.6% 89.2 : comparaison des différents processus Rendement thermique Chauffage direct Centrale électrique Production combinée Production combinée (2 niveaux) Chauffage électrique Chauffage thermodynamique Chauffage thermodynamique (2 niveaux) 89.3. Le chauffage thermodynamique ne produit aucun travail. mais il engendre une grande perte calorifique.6% 160% 202% Rendement exergétique 10.6% 34.4% 37.16 Irréversibilité de transfert secondaire 5.6% 27.7% CONCLUSIONS GENERALES On tire du tableau 5. en nous référant au tableau 5. d'après ce qui précède.6% 7. en compensation il présente un rendement thermique très élevé et.4% 4. Si l'échauffement de l'eau s'effectue réversiblement.1% 28.3 : Répartition de l'exergie disponible dans les gaz de combustion Chauffage Centrale Production direct électrique combinée Irréversibilité de transfert primaire 51.3% . la production combinée et le chauffage thermodynamique ont des rendements exergétiques (ηxex ) égaux à celui du cycle purement moteur.1% 22. n n n L'exergie cédée par les gaz dans la chaudière ou dans le générateur de vapeur (exergie disponible) est égale à l'exergie du combustible diminuée de la perte par irréversibilité de la combustion et de la perte d'exergie à la cheminée.3% 89.2% (gaz vers vapeur) Chapitre 5 U Travail maximum récupérable TILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE 39.2% 22. La production combinée et le chauffage classique sont thermiquement équivalents. Le cycle de centrale donne le maximum de travail.1% V. beaucoup moins énergétiquement.6% 39.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Tableau 5. comme les procédés de chauffage les plus rationnels . la production combinée est cependant énergétiquement plus favorable puisqu'une fraction de l'énergie a été convertie en travail.

1 %) .2% pour le cas monoétagé). pour une faible part.6%) En revanche. l'exergie disponible se retrouve. c'est la démarche qui est généralement à la base des efforts déployés actuellement en vue de promouvoir les économies d'énergie Mais. plus il est difficile à réaliser et donc coûteux à installer. dans l'exergie utile communiquée à l'eau (10. C'est pourquoi le coût minimal de la chaleur ou de l'énergie ne concorde généralement pas avec la solution technique qui tire le meilleur parti de l'énergie disponible dans le combustible utilisé. enfin aux frais de fonctionnement et d'entretien de celle-ci. est perdue par irréversibilité de la transmission calorifique gaz-eau (51. Ce second aspect qui est moins évident que le premier. ceci en raison de la très grande différence de température qui existe entre le gaz et l'eau. notamment de l'énergie électromécanique et/ou de participer à une cascade d'échanges calorifiques aussi complète que possible dont l'évaporateur à multiples effets donne un excellent exemple (aspect énergétique). Si l'on se place au point de vue de l'utilisateur. l'exergie utile (39.3%). notamment le prix du combustible. au coût de l'installation. Cet optimum est d'ailleurs susceptible de varier selon les fluctuations locales et temporelles des facteurs économiques. présente un caractère essentiellement théorique et elle repose sur de multiples hypothèses simplificatrices. se retrouve d'une part sous la forme de l'exergie de l'eau chaude (7. car la vapeur est produite sous une pression et une température très élevées. on retrouve la même perte par irréversibilité de la transmission primaire (gaz-vapeur) de 22. le problème de l'utilisation rationnelle des combustibles se présente sous les trois aspects suivants : n Si l'on cherche à tirer le meilleur parti des réserves de combustibles que la nature a mis à la disposition de l'humanité. n n L'étude qui précède.17 . dès lors. elle nous paraît constituer un cadre de réflexion utile qui doit notamment permettre d'apprécier la qualité du point de vue énergétique de chacun des processus qui ont été considérés. la part de loin la plus importante de l'exergie disponible.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 combustible. Néanmoins. n Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V. d'autre part sous la forme d'une perte d'exergie par irréversibilité de la transmission secondaire (vapeur-eau) (5. Ses conclusions ne peuvent par conséquent être étendues aux cas réels qu'avec prudence. n Dans le cas du chauffage. Dans le cas de la centrale.6 %) est beaucoup plus grande que précédemment.2 % au lieu de 51. considérablement réduite (22. ou bien encore le loyer de l'argent nécessaire aux investissements. mais l'exergie de la vapeur est réduite par suite du relèvement de la température de condensation. La solution optimale résulte alors de la prise en considération d'un ensemble de facteurs économiques liés à la consommation du combustible. celui de la main d'oeuvre. La perte par irréversibilité de la transmission gaz-vapeur est. plus le processus thermique ou thermodynamique est proche de la réversibilité. il faut en outre utiliser a chaleur disponible en valorisant au maximum leur capacité de l produire de l'énergie noble. il faut tout d'abord s'efforcer de réduire les pertes de chaleur dans les divers processus d'utilisation (aspect calorifique). D'un point de vue plus général. l'exergie ainsi soustraite à la vapeur. l'important est que celui-ci obtienne au meilleur prix la chaleur ainsi que l'énergie électrique ou mécanique (transports) qu'il consomme.1 %) Dans le cas de la production combinée. Comme nous l'avons vu précédemment. Toutefois.2 % que dans le cas de la centrale. correspond précisément à l'objectif que nous poursuivons dans notre analyse.

SYST016 n ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Au plan national. a dans certains cas le mérite de réduire la dépense afférente aux importations de combustible (énergie nucléaire). Chapitre 5 UTILISATION RATIONNELLE DE L’ ENERGIE V. voire de l'annuler (énergie hydraulique) . C'est ainsi qu'on en arrive parfois à promouvoir l'utilisation d'une énergie plus coûteuse mais donnant lieu à une moindre sortie de devises. L'exemple d'une telle politique est donné par certains pays qui favorisent le développement du chauffage électrique des habitations. le problème de l'utilisation optimale de l 'énergie se pose d'une manière encore différente car il s'agit ici d'équilibrer au mieux la balance du commerce extérieur en réduisant au minimum le montant des achats de combustible à l'étranger.18 . Cette solution qui est thermodynamiquement hétérodoxe et lourde en frais de production. d'exploitation et de distribution.

4) L'ambiance se trouve à la température de 15°C. .64 N2 + P où P représente le pouvoir calorifique du carbone auquel correspond la chaleur effectivement dégagée. soit 12 kg.1 : cycle de Hirn Le travail de compression du liquide étant relativement très faible.la transformation isobare de l'eau en vapeur surchauffée (OA). la centrale à vapeur comprend les quatre composants suivants : le générateur de vapeur. 6. nous adopterons dans un premier temps les hypothèses simplificatrices suivantes : 1) Le combustible brûlé dans le foyer est du carbone pur. . Figure 6.la compression adiabatique du condensat (O'O) .5 O2 + 5. Irréversibilite de la combustion Comme pour l'analyse effectuée dans le chapitre précédent. la combustion s'effectue selon la réaction chimique : C + 1. on conviendra de le négliger vis-à-vis du travail de détente. Les calculs suivant seront basés sur la combustion de 1 atkg de carbone. le condenseur.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ETUDE DES CYCLES DE CENTRALES A VAPEUR CYCLES THEORIQUES A VAPEUR Le cycle de Hirn Réduite à ses éléments essentiels. Hypothèses simplificatrices Afin d'assurer la rigueur du calcul. .5 O2 + 5. la commodité de l'exposé et la clarté des conclusions.1 . Chapitre 6 T A O O’ B S C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.64 N2 = CO2 + 0. la pompe alimentaire. Son cycle de référence est le cycle de Hirn qui se compose des quatre transformations réversibles correspondantes à savoir (fig.la détente adiabatique de la vapeur (AB). la turbine. ceci revient d'ailleurs à confondre les points O et O'. 2) Le générateur de vapeur ne donne lieu à aucune perte de chaleur 3) L'écart de température relatif à la condensation est négligeable.1) : .la condensation isobare de la vapeur détendue (BO').

0. so = 0. et la détente étant poursuivie jusqu'à la température ambiante (15°C.7 .perte d'exergie par irréversibilité de la combustion : E1 . La chaleur utile vaut donc : Q = H2 -H' = 397066-3214 = 393852 kJ Chaque kilogramme d'eau reçoit dans le générateur de vapeur : q = ha .017 bar).2 .529 kJ/K/kg Pour e condensat (et l'état de référence) : ho=63 kJ/kg .E2 = 146710 kJ (35.529 . Ta = 540°C .7 kJ/kg .s'o)] = 116.9 [(3432.enthalpie des gaz de combustion à 1560°C : H2 = 397066 kJ .9 % de E1) Irréversibilité de la transmission calorifique Les caractéristiques du cycle de Hirn sont : Pa=140 bar .7 .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Comme précédemment. les gaz sont supposés refroidis jusqu'à 15°C. on calcule : ha=3432.7 kJ/kg D'où la production spécifique (c-à-d par atkg de carbone consommé) de vapeur : n = Q / q = 393852 / 3369.224)] = 181507 kJ/atkg C La perte par irréversibilité de la transmission calorifique est égale à la différence entre l'exergie des gaz et l'exergie de la vapeur : E2 .15 (6.7 = 116. nous avons encore : .Ev = 263320 . Leur enthalpie est alors H' = 3214 kJ.pouvoir calorifique du carbone : P = 393800 kJ/atkg .181507 = 81813 kJ/atkg de C Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6.T (sa .9 kg/atkg de C La turbine étant supposée parfaite.1 Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.exergie de ce combustible : E1 = 410030 kJ/atkg .63) .h' o) .288.63 = 3369.température adiabatique de combustion : 1560°C .h' o = 3432.224 kJ/K/kg En l'absence de pertes au générateur de vapeur. le travail effectué W sera égal à l'exergie de la vapeur vive Ev : W = Ev = n [(ha .0. condensation à 15°C Pour la vapeur vive.exergie des gaz de combustion à 1560°C : E2 = 263320 kJ . sa = 6.

état I : hi = 2987.2 : cycle à resurchauffe Irréversibilité de la transmission calorifique On détermine à l'aide des tables. ei = 1108.0 kJ/kg (titre 0.exergie du combustible : E1 = 410030 kJ . el = 1431. sb = 7.E2 = 146710 kJ 600 T°C A L 500 400 140 bar 300 I P 30 bar 200 100 O 0 0 0.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Tableau 6.2 kJ/kg . La détente est toutefois interrompue à 30 bar.kg.0% 44.3% 46.529 kJ/K. du diagramme de Mollier ou d'un programme de calcul thermodynamiques.017 bar. sa = 6. Le processus de combustion est resté le même que précédemment on a donc encore : .état A : ha = 3432.état L : hl = 3546. eb = 0. Le cycle de base est identique au précédent.kg.kg. On en déduit les enthalpies.irréversibilité de la combustion : E1 . sl = 7. si = 6.3% 44.529 kJ/K.3 .1 : Bilan exergétique ACTIF : exergie du combustible PASSIF : irréversibilité de la combustion irréversibilité de la transmission travail utile Rendement exergétique Rendement thermique 410030 kJ 146710 kJ 81813 kJ 181507 kJ W / E1 W/P 100% 35.9% 20.exergie des gaz à 1560°C : E2 = 263320 kJ . et la vapeur partiellement détendue est alors resurchauffée jusqu'à 540°C.état B : hb = 2115. ea = 1553 kJ/kg . les états de vapeur relatifs aux points caractéristiques du cycle. par atkg de combustible : Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.1% Cycle à resurchauffe Ce cycle est illustré par le diagramme T-S de la figure 6.2.7 kJ/kg.1 kJ/kg .kg.8326) On estime la production spécifique de vapeur.9 kJ/kg. 15°C 2 4 6 B 8 S(J/kg/K) 10 Figure 6.5 kJ/kg.348 kJ/K. entropies et exergies spécifiques suivantes : .348 kJ/K.6 kJ/kg.

SYST016

ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS

13/10/00

n' = Q : [(ha - h' o ) + (h1 - hi )] = 393852 / [(3432,7 - 63) +(3546,6 - 2987,9)] = 100,3 kg/atkg de C L'exergie de la vapeur aux différents points du cycle est donc : Ea = n' . ea = 100,3 . 1553 = 155693 kJ Ei = 111099 kJ El = 143476 kJ Eb = 0 kJ

Les détentes étant réversibles, le travail produit W est égal à la somme des chutes d'exergie relatives aux détentes isentropiques AI et LB : W = (Ea -Ei) + (El - Eb) = 44594 + 143477 = 188071 kJ/atkg de C La perte par irréversibilité de la transmission calorifique est égale à la différence entre l'exergie des gaz et le travail produit : E2 - W = 263320 - 188071 = 75249 kJ/atkg de C Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6.2 Tableau 6.2 : Bilan exergétique du cycle à resurchauffe ACTIF : exergie du combustible PASSIF : irréversibilité de la combustion irréversibilité de la transmission travail utile Rendement exergétique Rendement thermique
600

410030 kJ 146710 kJ 75249 kJ 188071 kJ W / E1 W/P
T°C
A

100% 35,9% 18,4% 45,9% 45,9% 47,7%

Cycle à soutirage continu
500

Ce cycle permet le préchauffage de l 'eau d'alimentation en récupérant la chaleur de condensation d'une partie de la vapeur. Le cycle comporte une première détente AJ, puis une seconde détente JB à laquelle est associé un soutirage de vapeur utilisé pour le réchauffage de l'eau d'alimentation (fig. 6.3). Nous considérons que l'eau est réchauffée de la température de condensation à la température de l'état K au moyen de ce soutirage. Il ne sera donc pas possible de refroidir les gaz de combustion en dessous de la
Chapitre 6

400 140 bar 300

200

K

11,7 bar

J

100

O
0 0

P
2

0.017 bar, 15°C 4 6

B
8

S(J/kg/K)

10

Figure 6.3 : cycle à soutirage
VI.4

C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES

SYST016

ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS

13/10/00

température du point K en échangeant de la chaleur avec l'eau. Pour pouvoir poursuivre le refroidissement des gaz en deçà de la température d'entrée de l'eau dans la chaudière, il est donc nécessaire de trouver une autre source froide, et par exemple d'utiliser un réchauffeur d'air. Par détente isentropique à partir de l'état K, on entre dans la zone de vapeur humide à une pression de 11,77 bar, pour une température de saturation de 187°C. Nous considérons donc que l'eau d'alimentation entre à cette même température de 187°C. Il s'ensuit que dans le cas d'un réchauffeur d'air présentant une efficacité de 100 %, les gaz se refroidissent de 187°C à 15°C, en admettant que la chaleur spécifique de l'air est identique à celle des fumées. Les méthodes de calcul exposées aux chapitres 1 et 2 et les données thermodynamiques disponibles en annexe permettent de dresser le tableau 6.3, où sont évaluées les fonctions thermodynamiques des gaz obtenus par combustion d'un atome gramme de C avec un excès d'air de 50%. Tableau 6.3 : propriétés thermodynamiques des gaz de combustion
Base 1 atkg C T °C H S 0 3214 21743 T°=288,15K H-H° S-S° 0,000 11,453 67,768 79,348 E (kJ) 86 0 2302 3401 T °C H S H-H° S-S° E (kJ)

0 -399166 22,348 15 -395952 33,801 100 -377423 90,116

900 -181917 365,479 217249 343,131 118462 1000 -155454 387,125 243712 364,777 138688 1100 -128666 407,378 270500 385,030 159640 1200 -101586 426,413 297580 404,065 181235 1300 -74243 1400 -46663 1500 -18869 1560 -2100 1600 9115 1665 27345 1700 37272 1800 65585 1900 94038 444,371 324923 422,023 203404 461,367 352503 439,019 226086 477,500 380297 455,152 249231 486,801 397066 464,453 263320 492,853 408281 470,505 272791 502,421 426511 480,073 288265 507,497 436438 485,149 296728 521,494 464751 499,146 321008 534.898 493204 512.550 345599

120 -372987 101,696 26179 187 -357924 137,065 41242 200 -354966 143,404 44200 250 -343486 166.466 55680 300 -331847 187,711 67319 400 -308118 225,860 91048 500 -283826 259,497 115340 600 -259018 289,666 140148 700 -233737 317,074 165429 800 -208024 342,222 191142

114,717 8272 121,056 9404 144.118 14239 165,363 19755 203,512 32492 237,149 47091 267,318 63206 294,726 80590 319,874 99056

On y trouve en particulier l'état des gaz à 187°C, et en particulier leur exergie : Ef = 8272 kJ L'efficacité du réchauffeur d'air étant, par hypothèse, de 100 %, on peut considérer que l'échange calorifique entre les gaz et l'air permet d'élever la température de l'air de combustion à la température de 187°C. Cet échange ne peut être parfaitement réversible : la capacité calorifique de l'air est inférieure à celle des fumées, ce qui implique que les fumées sont rejetées à une température supérieure à celle de l'ambiance, et donc qu'il existe un écart de température entre les deux fluides.

Chapitre 6

C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES

VI.5

SYST016

ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS

13/10/00

On calcule aisément les grandeurs thermodynamiques relatives à l'air, tant dans l'état de référence qu'à 187°C :
T °C H S 23,461 0 H-H° S-S° 0,000 98,550 0 7872 E (kJ) 15 -2070 187 34201

122,015 36270

La perte d'exergie par transmission et rejet à la cheminée sera donc égale à la différence entre l'exergie des fumées à 187°C et celle de l'air préchauffé à cette même température, soit : Ec = 8272 - 7872 = 400 kJ/atkg de C L'enthalpie transférée étant de 36270 kJ, on calcule aisément l'enthalpie des fumées rejetées, et leur température : Hc = -357924 - 36270 = -394194 kJ/atkg de C ce qui correspond à T=23°C. Irréversibilité de la combustion La chaleur dégagée dans le foyer est égale à la chaleur produite par la combustion augmentée de la chaleur cédée par les gaz au réchauffeur d'air. La chaleur dégagée dans le foyer se retrouve finalement sous la forme d'enthalpie des gaz de combustion. La température adiabatique de combustion qui en résulte est alors déduite des enthalpies données au tableau 6.3, elle est de 1689°C. La procédure de calcul a été détaillée au chapitre II (page II.11). L'exergie correspondante des gaz de combustion se déduit du même tableau, elle vaut : E2 = 294030 kJ/atkg de C La perte par irréversibilité de la combustion est égale à la somme de l'exergie du combustible et de l'exergie de l'air comburant, diminuée de l'exergie des gaz de combustion E2 : (E1 + Ea) - E2 = (410030 + 7872) - 294030 = 123872 kJ/atkg de C. Soutirage continu Considérons un kilogramme de vapeur se trouvant à l'état J (saturé) caractérisé par la pression Pk ou la température Tk, qui va subir une détente isentropique jusqu'à la pression du condenseur (fig. 6.4) . Au cours de cette détente, seront effectués des soutirages successifs en nombre infini. Le deuxième soutirage s'effectue sous une pression inférieure à Pk mais ne différant de celle-ci que d'une quantité infiniment petite. La quantité de chaleur élémentaire pour r échauffer l'eau de K1 à K, est fournie par la condensation de la vapeur prélevée au premier soutirage (en J) . De même, la quantité de chaleur élémentaire nécessaire
Chapitre 6
600

T°C
A

500

400 140 bar 300

200

K K1 K2

11,7 bar

J J1 J2

100

O
0 0

P
2

0.017 bar, 15°C 4 6

B
8

S(J/kg/K)

10

Figure 6.4 : cycle à soutirage continu
VI.6

C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES

Ea = n.8) = 149.Ef = 294030 .1°C.7 kJ/kg .27 = 149. auquel la source chaude fournit en KJ la chaleur nécessaire à la vaporisation.15 460. est équivalent au cycle de Carnot PKJBP. en considérant que le point J correspond à l'état de vapeur saturée au terme d'une détente isentropique (soit 187.W .ej = 134966 kJ/atkg de C Le travail effectué lors de la détente AJ vaut : W' = Ea . Ej = n. le cycle OKJBO dans lequel le réchauffage OK est assuré par un soutirage continu.7 .7 . 11.207947 .77 bar) : sj = 6. sa = 6. montre que le rendement d'un tel cycle est égal à celui d'un cycle de Carnot fonctionnant entre les températures Tk et To (comme nous le verrons au chapitre 8) .3 (2783.27 − 288. L'étude du cycle comportant une infinité de soutirages successifs.kg .529 kJ/K:kg . ea = 231867 kJ/atkg de C En considérant la détente isentropique AJ. et ainsi de suite.Ej = 231867 . La production spécifique de vapeur est : n = Q : (ha .8) = 111046 kJ / atgr C On obtient finalement le travail produit globalement : W = W' + W" = 96900 + 111046 = 207947 kJ/atkg de C La perte par irréversibilité de l'échange calorifique est égale à l'exergie des gaz E2 diminuée du travail produit W et de l'exergie des gaz Ef à l'entrée du réchauffeur d'air : E2 . en prenant en considération le cycle de Carnot équivalent au cycle avec soutirage continu : W" = n (h j − h' k ) Tk − To Tk 460.134966 = 96900 kJ/atkg de C Le travail effectué lors de la détente JB vaut.h' k) = 393852 : (3432. on obtient facilement.3 kg/atkg de C On a pour l'état initial A : ha = 3432. hj = 2783.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 pour réchauffer l'eau de K2 à K1 est fournie par la condensation de la vapeur prélevée au deuxième soutirage (en J1) .529 kJ/K.7 kJ/kg .794.To / Tk Par conséquent. soit : ηc = 1 .7 − 794.8272 = 77811 kJ/atkg de C Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI. c'est-à-dire un soutirage continu.

Eb = n. 11.224 kJ/K.77 bar).kg .0 Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.9% 49.h’o d’où on calcule : hj − h' k 2783.1% 1.ek = 23917 kJ/atkg de C hb = 2115.529 kJ/K:kg .8 . Eo = n. sb = 7. 6.eo = 0. air et rejet cheminée exergie cédée au comburant travail utile Rendement thermique 410030 kJ 7872 kJ 123872 kJ 77811 kJ 400 kJ 7872 kJ 207947 kJ W/Q 98.3 Tableau 6. ea = 231867 kJ/atkg de C hj = 2783.6% 0.kg .eb = 0.kg. sj = 6.0 kJ/atkg de C Si l'on désigne par α la fraction du débit de vapeur qui poursuit sa détente jusqu'à la pression du condenseur. so = 0.3) : . Ea = n.3 : Bilan exergétique du cycle à soutirage continu ACTIF : exergie du combustible exergie du comburant PASSIF : irréversibilité de la combustion irréversibilité de la transmission gaz-vapeur irréversibilité du préch.348 kJ/K.6% 18.8% 52.1% 1.208 kJ/K.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6. on écrit le bilan calorifique du soutirage.7 kJ/kg .529 kJ/K. sa = 6. sk= 2.h’o) = h’k .7 kJ/kg . 7 − 794. 7 − 63.5 kJ/kg.9% 29.8% Cycle à soutirage unique Irréversibilité relative au soutirage Le cycle comporte un soutirage unique de vapeur saturée obtenue au terme d'une détente isentropique (soit 187.0 kJ/kg.production spécifique de vapeur: n = 149. 8 α = = = 0.1°C.kg.3 kg/atkg de C ha = 3432. 731 hj − h' o 2783. Ek = n. Ej = n. en égalant l’enthalpie cédée par la condensation de la fraction soutirée 1-α avec l’enthalpie nécessaire pour réchauffer les condensats de l’état 0 jusqu’à l’état K : (1−α) (hj .0 kJ/atkg de C ho = 63.8 kJ/kg .ej = 134966 kJ/atkg de C hk = 794. Les caractéristiques du cycle étant inchangées. on peut reprendre certains résultats obtenus précédemment (fig.

Eb) = (231867 .1% 1.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 La détente étant isentropique. Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6. qui affecte le soutirage unique.4 Tableau 6.W* = 207947 .Ej) + α (Ej .7% Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.9 . on obtient la perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique.731 (134966 .0% 0.4 : Bilan exergétique du cycle à soutirage unique ACTIF : exergie du combustible exergie du comburant PASSIF : irréversibilité de la combustion irréversibilité de la transmission gaz-vapeur irréversibilité au soutirage irréversibilité du préchauffage d'air et rejet à la cheminée exergie cédée au comburant travail utile Rendement thermique 410030 kJ 7872 kJ 123872 kJ 77811 kJ 12386 kJ 400 kJ 7872 kJ 195561 kJ W/Q 98. soit : W .W*) .le travail produit (W*) . le travail peut se calculer comme suit : W* = (Ea .8% 49.l'exergie des gaz à l'entrée du réchauffeur d'air (Ef) On constate aisément que la perte par irréversibilité calorifique gaz-vapeur est identique à celle qui a été calculée dans le cas du soutirage continu.la perte par irréversibilité au soutirage (W .9% 46.1% 1.195561 = 12386 kJ/atkg de C Irréversibilités de la combustion et de la transmission Comme dans le cas précédent. La perte par irréversibilité de l'échange calorifique gaz-vapeur est égale à l'exergie des gaz E2 diminuée des trois termes suivants : .6% 3. la perte par irréversibilité de la combustion s'élève à 123872 kJ/atkg de C.0) = 195561 kJ/atkg de C Par comparaison avec le travail produit dans le cas du soutirage continu.134966) + 0. elle vaut donc 77811 kJ/atkg de C.6% 18.9% 29.

1 35.9 20.5 conduit à tirer les conclusions suivantes : 1) Compte tenu des hypothèses simplificatrices adaptées.9 18. la suppression de l'échange calorifique à basse température qui résulte de l'intervention du soutirage.0 1.5. entraîne une augmentation de la température moyenne intégrée de la vapeur.3 44.7 49. 4) Le soutirage unique introduit une irréversibilité due au mélange de fluides à températures différentes. 2) La resurchauffe réduit l'irréversibilité de l'échange gaz-vapeur. Tableau 6.6 46. elle est influencée par deux effets contraires : d’une part.6 17.6 18. la température moyenne intégrée de la vapeur est augmentée. soit : Qo = 1 .3 46.9 % En revanche. Ces deux processus sont en effet le siège d'irréversibilités importantes .6 49.8 3. 3) Le soutirage réduit l'irréversibilité de la combustion parce que la température adiabatique de combustion est augmentée sous l'effet du réchauffage de l'air.8 1.8 29. en effet.9 50.0 44.7 29. de l’échange gaz-vapeur Travail produit Irrév.5 50. ce qui conduit à une réduction compensatoire des irréversibilités. mais d’autre part. se traduit par une diminution appréciable de l'irréversibilité de la combustion.9 47. il n'y a aucune perte au condenseur. L'effet global de ces influences en sens contraires. Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.9 47.6 2. on a conservé les conditions de la resurchauffe du cas B mais la pression de soutirage est ici de 6 bar.7 29.9 45.4 45. associée à une légère diminution de la perte par irréversibilité de la transmission. Pour ce cas E.9 1.10 .5 L'analyse des bilans exergétiques présentés au tableau 6.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Comparaison des bilans exergétiques La récapitulation des bilans exergétiques est présentée au tableau 6. comme nous le discuterons au chapitre 8.9 47. le bilan thermique du cycle de Hirn fait apparaître une perte calorifique unique représentée par la chaleur rejetée à l'ambiance par l'intermédiaire du condenseur.5 : Comparaison des bilans exergétiques Cycle de Cycle avec Soutirage Soutirage Valeurs en % du total de l’actif Hirn resurchauffe continu unique Resurchauffe + soutirage Irréversibilité de la combustion Irrév. on en trouvera néanmoins les résultats dans la colonne E du tableau précité.46.7 52.1 = 53.9 48. le relèvement de la température de combustion tend à accroître l'irréversibilité de le transmission. Le cas du cycle à resurchauffe et soutirage unique n'a pas été développé dans ce texte.6 18. mais bien au cours de la combustion et de l'échange calorifique gaz-vapeur. de l’échange au soutirage Exergie transférée au comburant Rendement exergétique W/E1 Rendement thermique hth =W/Q 35. du point de vue exergétique. Quant à l'irréversibilité de la transmission calorifique.ηth = 1 .

5 : soutirage et resurchauffe CYCLES REELS A VAPEUR Cycle simple La réalisation du cycle impose un certain nombre de contraintes et de limitations qui sont à l'origine de pertes d'exergie nouvelles. T A L 140 bar 30 bar I K K O 0. Il s'ensuit que leurs effets présentent un caractère cumulatif. ce qui augmente la perte par irréversibilité de l'échange calorifique au soutirage. Par ailleurs. La pression de condensation est en effet fixée à 0. dès lors. Le cycle simple illustré à la figure 6. Par rapport au cas idéal. on se rapproche de ce cas idéal par l'utilisation de soutirages multiples étagés. nous sommes amenés à prendre en considération les modifications suivantes : 1) Le refroidissement des gaz est limité à 120°C. ce qui représente la température des gaz à la cheminée du générateur de vapeur. doit être calculé en se basant non plus sur la température de saturation de la vapeur soutirée. le point J (fig. Ces deux procédés apparaissent. comme deux moyens complémentaires de réduire l'irréversibilité de l'échange avec la source chaude.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 5) Cette dernière forme d'irréversibilité disparaît dans le cas du soutirage continu. La seconde conséquence est que le travail du cycle de Carnot correspondant au soutirage continu pris comme référence. 6.5) se trouve dans le domaine de la vapeur surchauffée. en pratique. En effet. 15°C B S Figure 6.11 . mais bien sur la température moyenne intégrée relative au refroidissement JK (désurchauffe et condensation) .0°C. 2) La température de condensation est supérieure à la température de l'ambiance.04 bar. ce qui correspond à une température de saturation de 29.017 bar. La première conséquence est l'existence d'une désurchauffe de la vapeur soutirée avant sa condensation. ce qui entraîne une double conséquence. la resurchauffe renforce l’échange à température élevée.6 dérive directement du cycle de Hirn étudié au début de ce chapitre. 6) Le soutirage diminue la partie de l'échange calorifique gaz-vapeur à basse température. Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI. ce qui explique l'intérêt de leur combinaison. 7) Le cas du cycle à resurchauffe et à soutirage unique appelle une remarque importante.

sera fixé à 85 %.12 . l'exergie correspondante des gaz est E2 = 263320 kJ. Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.Hamb) . Le rendement isentropique de la détente. engendrent une irréversibilité de la détente.T0 (S120 . l'enthalpie la température de 120 des gaz qui correspond à la perte calorifique à la cheminée : H120 .H120 = 397066-26179 = 370887 kJ/atkg de C. qui tient compte de ces pertes. nous nous proposons 120 de déterminer l'enthalpie correspondante des gaz.H0 = 26179 kJ/atkg de C En procédant d'une manière analogue.E2 = 146710 kJ/atkg de C. La température adiabatique de combustion est de 1560°C (combustion obtenue ‡ partir des rÈactifs ‡ 158C).6 : cycle simple. D'où encore la perte d'exergie par irréversibilité de la combustion : E1 . C'est ainsi que nous obtenons pour Figure 6. C nous pouvons encore utiliser le tableau 6. Comme la nature du combustible et la valeur de l'excès d'air sont identiques à celles des cas théoriques analysés précédemment.Samb) = 3401 kJ/atkg de C S Irréversibilité de la combustion L'exergie du combustible est comme dans les cas précédents E1 = 410030 kJ/atkg de C. calculées de 100°C en 100°C ainsi que pour quelques températures intermédiaires utiles pour l'exposé. cas réel °C précitée. Irréversibilité de la transmission calorifique La chaleur utile des gaz est égale leur variation d'enthalpie entre la température adiabatique de combustion et la température de rejet à la cheminée : Q = H1560 . l'entropie et l'exergie.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 3) Les résistances passives qui affectent principalement l'écoulement de la vapeur dans la turbine.3 qui B’ B nous donne pour les gaz de combustion. Exergie des gaz à la cheminée T A Ayant adopté une température de °C à la cheminée. O l'enthalpie. nous obtenons par ailleurs la perte d'exergie des gaz à la cheminée : Ef = (H120 .

529 . Par ailleurs.173947 = 85972 kJ Irréversibilité de la détente et perte d'exergie au condenseur Comme on peut le vérifier sur le diagramme de Mollier.3 .2186.224)] = 173947 kJ/atkg de C L'exergie E des gaz de combustion à 1558°C.6 Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.7 .224)] = 9783 kJ/atkg de C Cette exergie que possède encore la vapeur à l'échappement de la turbine. se décompose en trois termes. laquelle s'obtient par différence : (E2 .63) . l'exergie des gaz à la température de rejet à la cheminée et la perte d'exergie due à l'irréversibilité de l'échange calorifique gaz-vapeur.7586. à savoir : 2 l'exergie de la vapeur vive.3 kJ/kg .7 .h' c = 3432. 29°C. ou le calculer au moyen d'un logiciel reproduisant les propriétés thermodynamiques de l'eau.288.0°C (h' c = 121.290 kJ/K. les propriétés de l'état B situé en fin de détente isentropique sont : hb = 1966.2 kJ/kg D'où la production spécifique de vapeur : n = Q : q = 112 kg/atkg de C L'exergie de la vapeur s 'écrit : Ev = n [(ha .423 kJ/K.Ef) .7 .13 . représente la perte d'exergie au condenseur. liquide saturé à 29.290 .hb') = 112 (3432. 0.8531 . xb'= 0.0.3) = 139605 kJ/atkg de C En fin de détente.121.15 (7.288. sb' = 7. la perte d'exergie par irréversibilité de la détente est égale à la différence entre l' exergie initiale et finale de la vapeur.0.W = (173947 .9783) -139605 = 24559 kJ/atkg de C Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6.kg).04 bar) Compte tenu du rendement isentropique de la turbine (ηis = 85 %).Ev = (263320 . diminuée du travail produit : (Ev .5 kJ/kg et s'c = 0.kg D'où le travail produit par la turbine : W = n (ha.To (sa-s'amb)] = 112 [(3432.4 kJ/kg (titre xb=0.15 (6.5 = 3311.63) .Ec ) . la vapeur possède encore l'exergie : Ec = n [(hb'-h' o)-To (sb'-s'o)] = 112 [(2186.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 La chaleur fournie à l'eau pour ramener le condensat. à l'état A de vapeur surchauffée (140 bar et 540°C) est égale à : q = ha .h' amb) .3401) . on obtient en fin de la détente réelle : hb' = 2186.

0% 35.14 kmol d'air comburant à toute température.3. Il comporte cependant en plus une resurchauffe effectuée sous la pression de 30 bar jusqu'à la température de 540°C. il possède un soutirage à la pression de 6 bar.8% 21. oblige à relever la température atteinte par les gaz à la sortie de la chaudière. on trouve : H = -2070 kJ Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.exergie du combustible : E1 = 410030 kJ/atkg de C .8% 34. le réchauffage de l'eau d'alimentation jusqu'à tk = 158.enthalpie des gaz à 120°C : Hf = 26179 kJ/atkg de C .8°C (température de saturation pour 6 bar).exergie des gaz à 120°C (cheminée) : Ef = 3401 kJ/atkg de C Préchauffage de l'air On a calculé précédemment que l'enthalpie des gaz était H120 = 26179 kJ à la température de 120°C. pour 15°C. En particulier. on calcule aisément l'enthalpie des 7. en outre. nous pouvons y reprendre les résultats suivants qui restent valables ici. A partir des propriétés thermodynamique des gaz de l'air (disponibles en annexe).SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Tableau 6. soit 29501 kJ représente la chaleur cédée à l'air comburant lors du préchauffage à partir de la température ambiance (15°C). on conservera une température de 120°C à la cheminée.4% 0.6 : Bilan exergétique du cycle simple non idéal ACTIF : exergie du combustible PASSIF : irréversibilité de la combustion irréversibilité de la transmission travail utile irréversibilité de la détente perte d'exergie au condenseur perte d'exergie à la cheminée Rendement exergétique Rendement thermique 410030 kJ 146710 kJ 85972 kJ 139605 kJ 24559 kJ 9783 kJ 3401 kJ W / E1 W/P 100% 35.0% 34.14 . En nous référant au cycle étudié au paragraphe précédent.5% Cycle à soutirage et à resurchauffe Le cycle que nous considérons à présent conserve les caractéristiques du cycle étudié au paragraphe précédent. Toutefois. grâce à l'emploi d'un réchauffeur d'air. une enthalpie H250 = 55620 kJ à 250°C. La différence entre ces deux enthalpies. . nous admettrons que les gaz quittent l'économiseur à la température de 250°C. On obtient d'ailleurs par interpolation dans le tableau 6. D'ailleurs. Compte tenu des exigences de l'échange calorifique.0% 6.0% 2.

en soustrayant l'exergie de l'air préchauffé de l'exergie que les gaz y ont cédée. on en déduit l'exergie cédée par les gaz au réchauffeur d'air : ∆Egaz = 14239 .777 29501 En se référant au tableau 6. L'exergie correspondante des gaz de combustion s'obtient de la même manière. On en déduit aussi l'exergie de l'air préchauffé: T °C H S 23.5494 = 5344 kJ/atkg de C Irréversibilité de la combustion L'enthalpie de l'air préchauffé à 155. tant dans l'état de référence qu'à 155. diminuée de l'exergie des gaz à 1665°C. pour laquelle l'enthalpie est égale à 29501-2070 = 27431 kJ On en déduit que la température de l'air préchauffé est de 155.14 kmol d'air).E2 = 410030 + 5494 . on recherche la température de l'air préchauffé.3401 = 10838 kJ/atkg de C En fin de compte.15 . on obtient la perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique au réchauffeur d'air. elle vaut pour 1665°C : E2 = 288265 kJ/atkg de C. La valeur de cette température se calcule comme exposé au chapitre 2.4 °C On calcule aisément les grandeurs thermodynamiques relatives à l'air.316 0 5494 E (kJ) 15 -2070 155. Elle s'élève à 1665°C.288265= 127259 kJ/atkg C Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.4°C vient s'ajouter au pouvoir calorifique du combustible. soit : ∆Egaz .Eair = 10838 .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Par approximation successives.4 27431 106.3.000 83. on obtient l'exergie des gaz de combustion à 250°C et à 120°C.461 0 H-H° S-S° 0.4°C (pour 7. Comme cette énergie a exclusivement servi à échauffer les gaz de combustion. soit : E1 + Eair . La perte par irréversibilité de la combustion est égale à la somme des exergies du combustible et de l'air préchauffé. ceux-ci sont portés à la température adiabatique de combustion.

chaleur fournie à 1 kg de vapeur : q = (ha .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 600 13/10/00 Etude de la détente Le cycle étudié est représenté sur le diagramme entropique à la figure 6. pour chacune des trois détentes partielles AI'.8 3122.0 298.0 0.31 7.93 6.81 7.0 3432.h' k)+(h1-hi') = (3432 .000 1.7 : cycle réel avec resurchauffe et soutirage Etat Ambiance (référence) Vapeur ex chaudière Isentropique 1 Détente réelle 1 Resurchauffe Isentropique 2 Détente réelle 2 Vap sat 6 bar Liq sat 6 bar Isentropique 3 Détente réelle 3 Vap sat condenseur Liq sat condenseur point O A I I' L J J' V K B B' C T °C 15.7) + (3546.68 6.930 1.000 1. les enthalpies.3 Déterminons.75 1.876 0.64 6. 15°C 2 4 6 B 8 B’ S(J/kg/K) Figure 6.chaleur cédée par les gaz de combustion à la vapeur (entre 1665 et 250°C) Q = 426511-55680 = 370831 kJ/atkg C .932 115.476 969. les entropies et partant les exergies de la vapeur aux différents points caractéristiques du cycle.040 X (-) 0.422 1. Dans ces conditions.44 7. On trouve : T°C A L 500 400 140 bar 300 I’ I J J’ P 200 K V 100 C 0 0 0.0 29.0 293.000 0.3054.000 0.644 1141.7 2252.6 .65 7.8 2987.9 540.73 6.529 1552.000 1.000 0.908 105.476 99.000 H S Ex (kJ/kg) kJ/K/kg) (kJ/kg) 62. tout d'abord la production spécifique de vapeur n. ou plus simplement à l'aide du diagramme de Mollier. LJ' et J'B' un rendement isentropique égal à 85 %.9 3546.1 3054.8 2756.0 540. Nous adopterons.8 2382.000 1.0 29.96 0.4 670.32 7.0 29.473 113.2 324. c'est-à-dire le nombre de kg de vapeur produite par la combustion de 1 atkg de carbone : .017 bar.670.16 .529 1108.6) = 3254 kJ/kg d'où n = Q : q = 114 kg/atkg de C Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.040 0.7 121.51 8.0 6.8 2553.000 1.7.0 3047.040 0.000 1.0 6.000 1.348 1431.3 158.0 P (bar) 0.040 0. on peut calculer en utilisant les tables thermodynamiques de la vapeur d'eau.39 0.224 0.4 329.760 810.9 158.017 140 30 30 30 6.348 931.0 6.9 29.

soit ∆E"' .17 . diminuée des termes suivants : .∆E"' . (soit 4.48358 = 4208 kJ/atkg de C (soit 8% de la chute d'exergie disponible) .11588 . on obtient : a= hJ' − h K 3122 − 670. soit : Econd = α .43083 = 3747 kJ/atkg de C (soit 8% de la chute d'exergie disponible) .n. soit n. par le bilan calorifique de ce soutirage.4 % de l'exergie du combustible E1).8169 x 114 x 105.9 % de la somme des chutes d'exergie disponible.la perte par irréversibilité correspondante. la perte d'exergie par irréversibilité de la détente : .hb' ) = 0. n (ej' . On obtient.1141.8) .W" = 114 (1431-969.7 % de l'exergie du combustible E1).114 x 115.8 % de l'exergie du combustible E1).8 .9851 .817 h J' − h C 3122 − 121.pour la détente AI' : W' = n (ha .W"' .68849 = 11588 kJ/atkg de C (soit 14.pour la détente J'B': ∆E"' = α .3055) = 43083 kJ .le travail produit lors de la détente J'B'.2383) = 68849 kJ d'où. il en résulte la perte d'exergie au condenseur.Econd .8 .7 = = 0. au total : W = W' + W" + W" ' = 160290 kJ/atkg de C (soit 39.4% de la chute d'exergie disponible d'où.la perte d'exergie au condenseur.1 % de l'exergie du combustible E1).W"' = 0.n (hj' . La condensation de la vapeur ayant lieu sous une température supérieure à celle de l'ambiance.l'exergie de l'eau d'alimentation préchauffée.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Déterminons ensuite la fraction a du débit de vapeur qui continue la détente après le soutirage.W' = 114 (1552.pour la détente J'B' : W"' = α.8 = 9851 kJ (soit 2.hj') = 114 (3546 .eb') .8169 x 114 (3122 . La perte par irréversibilité de l'échange calorifique au soutirage est égale à l'exergie de la vapeur en fin de détente LJ'.ei') .4 On obtient finalement le travail effectué par la turbine : . d'autre part. soit W"' .3122) = 48358 kJ .pour la détente AI' =∆E' = n (ea .68449 . eb' = 0. n. Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.hi') = 114 (3432 .9) .8169 x 114 (969.8) .e'k = 114 x 969.pour la détente LJ' : W" = n (h1 .ej) . au total : ∆E = ∆E' + ∆E" + ∆E"' = 19542 kJ/atkg de C ou 10.e'k On obtient ainsi la perte par irréversibilité au soutirage : ∆Esout = n.7 = 7043 kJ/atkg de C (soit 1.8 .105. soit Econd .pour la détente LJ' : ∆E" = n (e1 .ej'.

3% PASSIF : irréversibilité de la combustion 127259 kJ 30. .l'exergie des gaz sortant de l'économiseur (à 250°C) . (ej' .7 : Tableau 6.la perte par irréversibilité au soutirage.6% travail utile 160290 kJ 38.1160290 .7) .4% exergie fournie au comburant 5494 kJ 1.la perte d'exergie au condenseur. Irréversibilité de la transmission La perte par irréversibilité de la transmission s'obtient en soustrayant de l'exergie E2 des gaz de combustion à 1665°C.1831 (969. .7 : Bilan exergétique du cycle non idéal avec soutirage et resurchauffe ACTIF : exergie du combustible 410030 kJ 98.72 % à 1. essentiellement l'assimilation de la courbe d'échauffement isobare de l'eau.la perte par irréversibilité de la détente.7043 .6% irréversibilité de la détente 19542 kJ 4. la perte d'exergie au soutirage de 1.75 %.3)] = 7162 kJ/atkg de C Il convient de signaler que le résultat obtenu de cette manière présente.0.7% Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI. un petit écart par rapport au résultat obtenu par la première méthode.9851 .α (e'k .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 La perte par irréversibilité de la transmission calorifique au soutirage peut encore être déterminée par une autre voie. soit : ∆E*sout = n [(1 .e'c)] = 114 [ 0. On peut présenter une synthèse de ces résultats dans le tableau 6. d'ailleurs d'une portée plus générale.3% irréversibilité au réchauffeur d'air 5344 kJ 1. L'application de cette seconde méthode conduit finalement à faire passer dans le bilan exergétique.α) . à la courbe de saturation.e'k) .14239 = 77298 kJ/atkg de C (soit 18. les termes suivants : .18 .7-1.8 % de l'exergie du combustible E1). Cet écart est imputable à certaines hypothèses simplificatrices.7%% exergie du comburant 5494 kJ 1.1% Rendement thermique W/P 40. . Il s'agit en effet d'un échange calorifique dont la perte d'exergie est égale à la différence entre l'exergie cédée par la condensation de la vapeur saturée et l'exergie reçue par l'eau réchauffée. pour le problème traité.8-115.le travail produit.19542 .6% irréversibilité de la transmission 77298 kJ 18.8% Rendement exergétique W / E1 39.7% perte d'exergie au condenseur 9852 kJ 2.3% perte d'exergie à la cheminée 3401 kJ 0.7% irréversibilité au soutirage 7043 kJ 1. . d'où il vient : ∆Etr = 288265 .8169 (115.

Cependant. fait renoncer à la recherche de températures très basses à la cheminée.3 %. Il en résulte une perte d'exergie due à l'irréversibilité de l'échange calorifique entre la vapeur soutirée qui se condense à température constante et le condensat qui est progressivement réchauffé. La détente de la vapeur dans la turbine est accompagnée de pertes d'exergie qui résultent du frottement de ce fluide contre les organes de la machine et de la turbulence qui règne au sein de l'écoulement. le condenseur et enfin le rejet des fumées dans l'atmosphère. En cas de chauffe au gaz naturel. Il en résulte une perte par irréversibilité de 1. Ceci n'est généralement possible qu'en ayant recours à un réchauffeur d'air. la perte d'enthalpie à la cheminée s'élève à 5.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Conclusions L'étude du cycle théorique a fait apparaître deux irréversibilités fondamentales dont l'une affecte la combustion et dont l'autre affecte l'échange calorifique à la chaudière.4 % de la variation d'enthalpie entre la température adiabatique de combustion et la température ambiante.19 . il est possible d'abaisser la température de rejet à 90-95°C sans risque de corrosion. égale à l'ambiante. et donc limite les irréversibilités associées à la transformation en travail. Pour limiter l'encombrement de cet échangeur du type gaz-gaz.8 % (table 6. le danger de corrosion par les produits d'oxydation du soufre en présence d'eau condensée. La perte d'exergie au condenseur provient de la chute de température existant entre la température de condensation et la température du réfrigérant. on est obligé d'adopter un écart relativement grand entre les températures moyennes des deux fluides. D'ailleurs. Ceci justifie le choix d'une température de 120°C en cet endroit. Pour l'exemple étudié. Lorsqu'on passe à l'analyse du cycle réel. On constate que cette perte d'exergie est faible et quasiment négligeable. tout en limitant les inconvénients résultant d'une humidité excessive en fin de détente de la vapeur. ce qui est évidemment exclu en pratique. Cette irréversibilité thermique avait déjà été analysée dans l'étude du cycle théorique et nous en avions déjà conclu que cette irréversibilité pouvait être réduite par l'augmentation du nombre des soutirages. Ceci permet de conserver un bon rendement de la turbine en fin de détente. particulièrement si l'eau est préchauffée par des soutirages et ne peut donc échanger avec les fumées à basse température.7). Cependant le faible niveau de température en cause explique que la perte exergétique correspondante n'est que de 0. il est nécessaire de disposer d'une source suffisamment froide pour valoriser la chaleur à bas potentiel. Cet écart représente du reste la perte d'exergie associée à la transformation. Pour atteindre une température relativement basse à la cheminée. on doit prendre en considération de nouvelles irréversibilités qui concernent notamment la détente. L'impossibilité de réaliser pratiquement un soutirage continu oblige à recourir au soutirage classique. la resurchauffe permet en outre de profiter de l'avantage d'une pression de vapeur vive élevée. le soutirage éventuel.5 % à 40. C'est la raison pour laquelle le travail produit par la turbine est inférieur à la chute d'exergie de la vapeur se détendant entre l'admission et l'échappement. on ne peut espérer épuiser toute la chaleur disponible dans les gaz de combustion. A moins de disposer d'un générateur de vapeur d'une surface d'échange infinie. un procédé d'amélioration du rendement thermique de l'installation. Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI. La resurchauffe est au même titre que les soutirages.7 % entre les deux exemples d'application précédents. il passe ainsi de 35.

L'irréversibilité de cet échange étant une fonction croissante de la différence d'ordonnées entre les deux courbes. L'échauffement du mercure et sa vaporisation étant représentés par le tracé WXY sur le diagramme de la figure 6. Cependant. Cette démarche essentiellement théorique. 2) La conception du générateur de vapeur n'influence en rien le bilan exergétique.8. la combinaison de ce tracé avec celui qui correspond à l'échauffement de l'eau (OW) et à la surchauffe de la vapeur d'eau (VA). 3) Les irréversibilités de la combustion et de la transmission sont traitées séparément. Au cours des travaux pratiques. associe au cycle à vapeur d'eau. c'est-à-dire en définitive la perte d'exergie à haute température.9. c'est ce que nous nous proposons de vérifier quantitativement. particulièrement dans les chaudières à rayonnement où la chaleur rayonnée par la flamme est absorbée par les écrans vaporisateurs du foyer. et en ordonnée la température. Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI. L'oblique SO y représente le refroidissement des gaz de combustion au cours de l'échange calorifique tandis que la ligne OWVA représente l'échauffement de l'eau. sa vaporisation ainsi que la surchauffe de la vapeur. la réalité est. En résumé. annonce une réduction de l'irréversibilité relative à la transmission calorifique entre le gaz et les deux fluides moteurs. mais il reste que l'ensemble de ces deux composantes. on a porté en abscisse la quantité de chaleur échangée. à analyser un cycle fortement simplifié. nous nous sommes limités. selon les cas. présente les avantages suivants : 1) La température du foyer est définie sans ambiguïté. on aura l'occasion d'analyser des exemples de procédés réels. telles qu'elles résultent de la conception particulière du générateur de vapeur. 4) Les influences des resurchauffe et soutirage sur les irréversibilités précitées peuvent être clairement analysées. dans ce qui précède. le nombre de soutirage étant notamment réduit à l'unité. Ce point avait du reste déjà été mis en évidence dans un précédent chapitre . plus ou moins éloignée de cette situation théorique. CYCLES BINAIRES Généralités Sur le diagramme représenté à la figure 6. dans la version la plus ancienne.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Dans l'analyse qui précède. On peut chercher à réduire la perte d'exergie correspondante en ayant recours à un cycle binaire qui. reste inchangée. en suivant notamment les évolutions de la température des gaz et de celle du fluide moteur. L'analyse détaillée de cette perte d'exergie globale doit alors être traitée. cas par cas. un cycle à vapeur de mercure : la chaleur libérée par la condensation du mercure produit la vaporisation de l'eau. Il s'ensuit une redistribution de la perte d'exergie entre la combustion et la transmission calorifique.20 . nous avons supposé que la combustion s'effectuait d'une manière adiabatique et que les gaz étaient ensuite soumis à l'échange calorifique avec le fluide moteur. où ces approximations ne seront pas réalisées. pour des raisons de clarté et de concision. il apparaît que le palier de vaporisation joue un rôle néfaste en ce qui concerne cette irréversibilité.

85 bar vap 7.000 0.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 S T 600 T°C A X Y 500 400 300 W Z V X Y A Z 200 W O V 100 O 0 B 2 4 6 8 Q 0 S(J/kg/K) 10 Figure 6.9 : cycle eau-mercure Etude du cycle binaire Calcul du travail Le cycle de Hirn effectué par la vapeur d'eau est représenté par le tracé OWVABO (fig. ce qui fixe. le cycle de Rankine à vapeur de mercure qui lui est associé.0074 0. Dans ces conditions.46 0.85 496 7. la température de condensation de la vapeur de mercure à cette même valeur.000 H(kJ) S(kJ/K) Ex(kJ) 2. car la courbe d'échauffement ne peut évidemment recouper cette courbe. nous limiterons la pression de vaporisation de l'eau à 40 bar. le procédé n'étant pleinement efficace que dans le cas d'un palier de vaporisation étendu.5230 210. Comme on le vérifiera. il en résulte alors une pression de condensation de 0.02 360. Comme précédemment.000 0.90 0. la pression de 7. nous supposons pour l'eau que la condensation s'effectue à la température de 15°C et que la vapeur vive est surchauffée à 540°C.8 : illustration d'un cycle binaire Figure 6.07 0.98 X(-) 0.85 250 0.0892 8. tant pour le mercure que pour l'eau : 1 kg Hg ref liq 7. dans l'hypothèse d'un échange calorifique réversible.90 Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.85 bar liq 0. 6.54 0.98 bar pour ce fluide. En revanche.85 bar satisfait à cette condition.98 bar 0 X Y W T °C P(bar) 15 1 496 7. La pression de vaporisation du mercure est fixée par la condition selon laquelle le point X qui caractérise l'état de liquide saturé (mercure) se trouve sur la courbe de refroidissement des gaz.21 .000 1. la température de saturation sera de 250°C.26 34.1440 28.00 69. correspond au tracé WXYZW. On recherche les propriétés du mercure pour les points limites du cycle.9).

1 kg H2O liq cond liq 40 b vap 40 b surch fin det is ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS Z 250 250 0.15 110.1 2800.000 1. on en déduit le débit d'eau vaporisé par kg de combustible : m = 393800 : 4226 = 93.66 13/10/00 0 W V A B T °C P(bar) 15.h' o)H20 + (h' x .017 250.17 kg/atkg de C D'après ce qui précède.3 2.2 % ce qui fixe l'abscisse du point W sur le diagramme (fig.2057 1462. soit 15°).3 kJ/kg.34.34.h' o)H20 : q = 1024 : 4226 = 24.7964 283.63 = 1024 kJ/kgH20 .000 0.54) = 2465 kJ/kgH2O D'où pour l'ensemble des deux cycles : q = 1024 + 736 + 2465 = 4226 kJ/kgH20 Le quotient de la chaleur disponible dans le combustible. 40 250.h"v)H20 = 3536 .h' w) H20: (hz .556] : 4226 = 30.9 .2057 -0.000 0.70 261.7 6. 6.98 bar fin dét. son ordonnée étant donnée par la température de saturation de l'eau à la pression de 40 bar.556 kgHg/kgH20 Déterminons les quantités de chaleur cédées par les gaz au cours des différentes phases.758 X(-) 0.9 7. la vaporisation d'un kilogramme d'eau requiert l'utilisation dans le second cycle d'une masse de mercure égale à : 1 = (h"v . 40 540.30 0.6615 0.h' w)Hg = 7.5230 143.0 0.h' w)Hg .98 0. le pourcentage de la chaleur disponible q.échauffement de l'eau : (h'w .8). utilisé par l'échauffement de l'eau et celui du mercure est égal à : [(h'w .017 H(kJ) S(kJ/K) Ex(kJ) 63.000 1.98 1.2 2074.SYST016 vap 0.h' w = 261. soit 250°C Le pourcentage de la chaleur disponible.3 .54 = 226. is.54) x 7.2244 -0.5 3536.h' w)Hg = 7. consacré à l'échauffement de l'eau.816 333.46 .3 7.000 0.8 kJ/kg Par suite.34.0691 1053.5 % Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.22 . soit hz = 261.2800 = 736 kJ/kgH2 .surchauffe de la vapeur : (ha .63) + (69. 0.1 1087.échauffement et vaporisation du mercure : 1 (h"y . on calcule facilement la valeur de l'enthalpie finale. 40 15 0. en les rapportant au kg d'eau : . connaissant les propriétés du liquide et de la vapeur à saturation. est égal à : (h'w .5 Pour la détente isentropique YZ du mercure.555 x (360.h' o)H20 = 1087 . La chaleur cédée par la condensation du mercure est : hz . 1] : q = [(1087 . Comme la variation d'enthalpie des fumées entre la température adiabatique de combustion et 15°C est de 393800 kJ/kg C. par cette chaleur q. donne la production spécifique de vapeur d'eau (en supposant que les gaz de combustion sont rejetées à une température égale à celle de l'ambiance.

La perte d'exergie par irréversibilité de la combustion est encore égale à 146710 kJ/atkg de C.9 .s'w)]Hg = 93.0892)] = 70119 kJ Le travail du cycle de Hirn effectué par l'eau vaut WH20= m [(ha .5230 .17 [(3537 .288.8 : Bilan exergétique du cycle binaire eau-mercure ACTIF : exergie du combustible 410030 kJ 100% PASSIF : irréversibilité de la combustion 146710 kJ 35.8 Tableau 6.0.8% irréversibilité de la transmission 56922 kJ 13.4% Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI. La condition de non recoupement de la courbe de refroidissement des gaz par les courbes d'échauffement des fluides moteurs est donc vérifiée avec une approximation satisfaisante.To (sa . soit : E2 .h' o) . de l'exergie des gaz.3% Rendement thermique W/P 52.17 x 7. l'exergie des gaz de combustion est de 263320 kJ pour la température adiabatique de combustion de 1560°C.2 (0.1% Rendement exergétique W / E1 50. Le travail du cycle de Rankine effectué par le mercure est égal à l'enthalpie reçue de la source chaude (W-Y) diminuée de l'enthalpie cédée à la source froide (Z-W) : WHg = m.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ce qui fixe l'abscisse du point X dont l'ordonnée est donnée par la température de saturation du mercure pour la pression de 7.2244)] = 136279 kJ Le travail de détente total vaut : W=WHg+WH20 = 70119+136279 = 206398 kJ/atkg de C Irréversibilité de l'échange calorifique Comme dans les cas précédents.s'o)]H20 = 93.63) . soit 496°C L'ordonnée du point S étant égale à 1560°C (température adiabatique de combustion) et son abscisse égale à q.523.23 .9% travail de détente (eau) 136279 kJ 33. tandis que le point W lui est inférieur.0.556 [(360.2% travail de détente (mercure) 70119 kJ 17.85 bar. s'obtiendra en soustrayant le travail de détente total.206398 = 56922 kJ/atkg de C Ceci permet de dresser le bilan exergétique du tableau 6.h' w) .34.2057 . La perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique entre d'une part les gaz.15 (7.W = 263320 .54) . on vérifie aisément que le point X se situe pratiquement sur la courbe OS. représentant le refroidissement des gaz de combustion. d'autre part l'eau et le mercure.l [(h"y .Tw (s"y .

cette diminution est très largement compensée par l'important travail produit par la vapeur de mercure.1 % à 52. Toutefois. Cependant. comme constituant un procédé permettant de réduire l'irréversibilité de la transmission. on en reviendrait ainsi au cycle de Carnot.1) le cycle de Hirn à vapeur d'eau utilisant les mêmes conditions de combustion et de condensation que le cycle binaire étudié cidessus. au même titre que les soutirages et les resurchauffes. comme ce fluide est inutilisable aux faibles températures. eu égard aux très grands volumes massiques de la vapeur détendue. Cependant.24 . Cependant. En conséquence. En effet.9 %) de la perte par irréversibilité de la transmission. le cycle à vapeur de soufre constituerait alors un cycle à haute température auquel serait associé un cycle à basse température fonctionnant à la vapeur d'eau. on dispose d'eau de refroidissement très froide. c'est en raison des progrès remarquables qui ont permis aux cycles à vapeur d'eau classiques d'atteindre des rendements nets qui sont actuellement de l'ordre de 40 % (sur PCI) et qui. tel que notamment l'ammoniac. il est avantageux pour le rendement de prolonger la détente de la vapeur aussi loin que possible.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Conclusions Nous avons étudié au début de ce chapitre (tableau 6. il pourrait atteindre un rendement de 55 % . les rendements tant thermique qu'exergétique augmentent de façon remarquable.3 % pour le second.3 à 50. Dans ces conditions. Nous constatons ainsi que lorsqu'on passe du cycle de Hirn au cycle binaire. Bien que le cycle soufre-eau n'ait encore jamais été réalisé. pour les pressions de vapeur vive actuellement utilisées. à savoir deux fluides à température constante et Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI. la présence d'un palier de vaporisation à haute température entraîne un relèvement important de la température moyenne intégrée relative à l'ensemble des deux fluides moteurs. En fin de compte. est fournie par la condensation de la vapeur d'eau dans le "cycle de tête" associé. il a fait l'objet de recherches et selon ses promoteurs. il faudrait disposer d'un fluide moteur possédant un large palier de vaporisation pour une température maximale du cycle. Lorsque dans des conditions climatiques particulières. Si le cycle binaire mercure-eau a été abandonné après quelques rares applications aux EtatsUnis. la perte d'exergie correspondant à cet échange est peu importante en raison des conditions très favorables à l'échange calorifique. Une telle amélioration résulte essentiellement de la diminution (de 20 à 13. Le cycle binaire apparaît ainsi. à savoir de 46. rendue possible par l'adjonction du cycle à vapeur d'ammoniac. la chaleur nécessaire à l'échauffement et principalement à la vaporisation de l'ammoniac. Toutefois. par exemple de 750°C pour la pression de 24 bar. la réduction de la perte d'exergie au condenseur. conduisent à des paliers de vaporisation trop peu étendus pour s'adapter efficacement à la combinaison des deux cycle Le meilleur cycle serait celui pour lequel l'échange calorifique avec la source chaude se ferait à une température constante et très élevée. Cette difficulté pourrait être éludée par l'utilisation d'un "cycle de queue" effectué par un fluide bien adapté aux températures voisines de la température ambiante. on se heurte à la limitation de la section d'échappement de la turbine. la température de cette condensation ayant par ailleurs été relevée à une valeur judicieusement choisie. dans le cas du cycle binaire.4 % pour le premier et de 44. Un tel fluide existe sous l'espèce du soufre dont la température de saturation est. On notera que le travail produit par la vapeur d'eau dans le cycle binaire est sensiblement réduit parce qu'on a adopté pour le cycle à vapeur d'eau correspondant une pression de vaporisation peu élevée. se fait au prix d'un échange calorifique intermédiaire qui constitue lui-même une source d'irréversibilité thermique.

La figure 6. Sachant que la température de l'uranium métallique utilisé ne peut dépasser 660°C (point de transformation du métal). T Etude du cycle simple Le réacteur nucléaire est refroidi par du dioxyde de carbone sous pression. 412 D T 245 M O Q Chapitre 6 Figure 6.10 : Température des cycles CO2 et vapeur C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI. pour le débit optimal de gaz. est indifférent.25 . C'est dans la même perspective que nous développerons ci-après. compte tenu des exigences de l'échange calorifique. toutefois fortement simplifié de manière à assurer la clarté ainsi que la concision de l'exposé. nous considérons une application classique de ce procédé. la température inférieure de celui-ci a été fixée à 245°C. le cycle binaire est équivalent au cycle unique OWXYZABO parcouru par un seul et même fluide. ce qui permet en fin de compte d'utiliser une très faible différence de températures. c'est-à-dire le niveau de température auquel correspond l'échange calorifique entre les deux fluides moteurs. la chute d'exergie est approximativement inversement proportionnelle à T (où T = tc + 273). qui fut développée en GrandeBretagne) . Il c c s'ensuit que lorsque la température de coupure s'élève. à savoir celle qui concerne les centrales nucléaires dont le réacteur est refroidi par un fluide caloporteur gazeux (telle que la filière Magnox.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 d'excellents coefficients de transmission par convection (condensation et vaporisation). la détente serait alors divisée en deux parties séparées par une surchauffe intermédiaire. Dans le cas idéal où l'écart de température de l'échange calorifique mercure-eau tend vers zéro. il y a diminution de la perte d'exergie relative à l'échange calorifique mercure-eau. on est conduit à limiter la température de ce gaz caloporteur à 412°C. Par ailleurs. Nous avons étudié dans la première partie de ce chapitre le cycle réel d'une centrale thermique à vapeur. l'étude du cycle réel mais simplifié de la centrale d'Oldbury appartenant à la filière précitée. CYCLE AVEC DOUBLE PRESSION DE VAPEUR VIVE Généralités Pour étudier le cycle avec double pression de vapeur vive. On peut se demander si le choix de la température de coupure tc. il faut se reporter au chapitre 3. où l'on a montré que pour une valeur donnée de la différence de températures correspondant à l'échange conducto-convectif. c'est-à-dire dans le cas de la réversibilité.10 illustre les profils de température des deux fluides dans le procédé. Pour répondre à cette question.

158 .10) qui se situe au début du palier de vaporisation.2 5.5 0. est de l'ordre d'une cinquantaine de degrés. Nous vérifierons par après que pour une pression de vapeur égale à 50 bar.561 4026 M A B B’ S Figure 6.040 29.03 12544 29.013 29. La figure 6. le dioxyde de carbone a reçu l'exergie : E2 = (H412 .4 1154.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 On calcule aisément les grandeurs thermodynamiques relatives au CO2 au moyen des données de l'annexe 1.0000 1.158 6652 186.H245) .040 C T S H-H° S-S° Ex 156.4 1798.9727 78.0 0.055) = 4073 kJ La perte d'exergie au réacteur est égale à l'exergie du combustible nucléaire. en cas d'explosion nucléaire par exemple.0000 0.3 2553.0000 0.8 5.0 2793.0 50.6895 0.47 180.11 : cycle simple X(-) 0.0 0. 6.S245) =(17359 .0 0.6 6.8 1947. soit ici : E 1 = 7848 kJ Lors de son échauffement de 245°C à 412°C.4720 114. La chaleur fournie par le réacteur à chaque kilomole de CO2 est : Q = H412 .0000 0.6 8.E2 = 7848 .2244 0. pour lesquels les propriétés de la vapeur sont : référence condensat vap sat condenseur 50 bar Vsat 50 bar Lsat fin détente isentropique fin détente réelle T °C P(bar) 15.26 .0 1.62 17359 37.000 29.0 24.11 identifie les points représentatifs du cycle.9727 1074.04 bar.0 121.0000 1.1 0.4229 1. diminuée de l'exergie reçue par le gaz : E1 .0 0.3 cycle sont représentés dans le tableau ciH 9143 18653 26502 21687 contre.9511 = 7848 kJ La fission nucléaire permet d'atteindre des températures extrêmement élevées.52 9511. Précisons tout d'abord que la vapeur vive est saturée à la pression de 50 bar et que la condensation s'effectue sous la pression de 0.15 (37.7509 H(kJ) S(kJ/K) Ex(kJ) 63.7 On en déduit la production spécifique de vapeur : Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI. le "pincement de température" TM (fig.T0 (S412 . Les points caractéristiques du T °C 15 245 412 311.4073 = 3775 kJ La pression de vapeur vive est limitée par la condition de réaliser un échange calorifique suffisamment efficace entre le gaz caloporteur et le fluide moteur.9203 314.9511) . on peut en conclure que l'exergie du combustible nucléaire est pratiquement égale à la quantité de chaleur qu'il dégage.H245 = 17359 .000 264.288.040 264.040 29.4670 85.0 50.055 2579 193.2 2.24.

9 : Bilan exergétique du cycle simple CO2-eau ACTIF : exergie du combustible nucléaire 7848 kJ 100% PASSIF : irréversibilité au réacteur 3775.7 kJ 3.973 .2.0.94 x (2794 .251. l'irréversibilitê de la détente.Econd) .6 kJ 11.94 [(2794 . on calcule facilement l'état de la vapeur à la sortie de la turbine.7) .94 kg / kmol CO2 h"a − h'c 2794 − 121.3 kJ 5.1% irréversibilité de la transmission 917.3 kJ La perte d'exergie par irréversibilité de l'échange gaz-vapeur.n (h"a .3°C. est égale à l'exergie reçue par le gaz caloporteur diminuée des trois termes suivants : le travail de la turbine.2% Rendement exergétique W / E1 31. soit : Econd = n [(hb' .9 Tableau 6. diminuée du travail de la turbine : (Ev .5 Le bilan calorifique de l'échange relatif à la vaporisation permet de calculer l'enthalpie du CO2 au point T : Ht = Hd .7% irréversibilité de la détente 418.2 ( 5.2 (6.467 kJ/K. soit : hb' = 1947 kJ/kg et sb' = 6.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 n = Q 7848 = = 2.6 kJ 48.7% Rendement thermique W/P 31.1947) = 2486 kJ L'exergie de la vapeur vive vaut : Ev = n [(h"a .467 .3°C la température de saturation de la vapeur vive et qui est donc acceptable.11) et pour un rendement isentropique de détente égal à 85 %.7 kJ La perte d'exergie par irréversibilité de la détente est égale à la différence entre les exergies initiale et finale de la détente. la perte d'exergie au condenseur.h' o ) . valeur qui dépasse de CO2 47.W = (3155 . par interpolation dans la table des enthalpies du CO2 ou par résolution numérique de l'équation H (tT)= 12544.2244)] = 3155 kJ La perte d'exergie au condenseur est égale à l'exergie de la vapeur détendue. on dresse le bilan exergétique du tableau 6.2486 = 418.s'o) ] = 2. 6.94 (2794 .3 perte d'exergie au condenseur 251.0.(2485 + 418.7% Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.63) .To (s"a . Pour le cycle à vapeur considéré (fig. c'est-à-dire : 4073 .3 + 251.h' o) .4 kJ 31.2244)] = 251.288.7% travail de la turbine 2485.To (sb' .94 [(1947 . la température tT = 311.7) = 917.27 .h' m) = 17359 .s'o)] = 2.63) .5 kJ En collectant ces résultats.hb') = 2.288.kg Le travail produit par la turbine s'écrit : W = n (h"a .1154) = 12544 kJ On en déduit.

L'effet néfaste de cette contrainte peut être atténué. entraînait une limitation de la pression de vapeur vive.11 : profil de T. comme nous allons le vérifier. cycle à 2 pressions Figure 6. préjudiciable au rendement du cycle.04 bar.l'exergie du combustible nucléaire : E1 = 7848 kJ . par le recours au cycle à double pression de vapeur vive. et pour la partie à haute pression (HP) une pression de vapeur vive de 100 bar.l'exergie fournie au gaz caloporteur : E2 = 4073 kJ .6 kJ T 412 S T M’ 245 M 200 300 D T°C 400 M’ E M 1-y 50 bar A 100 C O Q 0 0 0. nous supposons encore qu'il n'y a pas de surchauffe.la perte d'exergie au réacteur : E1 .12 : diagramme T-S.28 .la chaleur dégagée par le réacteur : Q = 7848 kJ . Le cycle ayant seul été modifié. pour 1 kmol de CO2 : . En ce qui concerne le cycle HP.04 bar F 4 F’ 6 B B’ 8 2 S(J/kg/K) Figure 6. cycle à 2 pressions Le cycle BP est identique au cycle unique étudié au paragraphe précédent. la pression de condensation étant de 0. En nous inspirant des caractéristiques de la centrale nucléaire d'Oldbury. on dispose des propriétés thermodynamiques suivantes : Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.E2 = 3575. nous aurons encore comme au paragraphe précédent. Pour simplifier. nous adoptons pour la partie à basse pression (BP) une pression de vapeur vive de 50 bar.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Cycle à double pression de vapeur vive On a vu précédemment que la nécessité d'assurer un écart de température suffisant entre le gaz et la vapeur.

On vérifiera sans peine qu'une itération par substitution simple convergerait très rapidement vers la valeur correcte.000 1.6 1407.04 0.01 0.9856 [(1-0.966 P(bar) 1.h')HP On en déduit une valeur corrigée de y : y = Hd .3 114.y) On adopte y = 0.04 100.9 1108.6278 en première approximation.00 0. ce qui correspond à un écart de température par rapport à la vaporisation de l'eau à 50 bar de : Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI. On obtient ainsi la production spécifique de vapeur (fig. ce qui donne : n = 7848 (2724 − 121.00 100.sat 100 bar Vap. soit ts = 311 + 50 = 361°C : Hd . on trouve tt = 312.11) une différence de températures d'une cinquantaine de degrés et déterminons la fraction y du débit total qui parcourra le cycle HP.645 0. 6.Ht = n .3593 5. (h" . Le bilan calorifique de l'échange correspondant au refroidissement du gaz entre les points S et T s'écrit : Hs .1278 Ex(kJ) 0.6278 (1407-1154)] = 12594 kJ D'où par interpolation de la fonction enthalpie du dioxyde de carbone.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS Etat Référence Condensat V condenseur 100 bar Liq.6278 n ( h"HP −h' HP ) 2.709 H(kJ) 63.2244 0. y .4229 8.1 S(kJ/K) 0.4 73.6141 6.000 0.4720 3. si une autre valeur initiale avait été choisie.12) : n = Q (h"e − h'c ) y + (h"a − h'c ) (1.04 X(-) 0.9856 Le bilan calorifique de l'échange correspondant au refroidissement du gaz entre les points D (td= 412°C) et S s'écrit.5) 0.03 311.2.000 0.03 28.966 28.sat Fin détente isentr Fin détente réelle T °C 15 29 29 311.1 121.0 1.9 1845.3 2724.5 1689.Hs 17359 − 14890 = = 0.6278) = 2. 6.9856 ( 2724 − 1407) ce qui confirme la valeur y initialement choisie.0.6278 + ( 2794 − 121.000 0.Hs = n . (h'HP-h' BP)] d'où Ht = 14890 .8 81.0 13/10/00 Imposons-nous encore entre les points T et M (fig.29 .4°C. [(l-y) .5) (1.000 1. si l'on se fixe en S une température égale à la température de saturation (HP) augmentée de 50°C.04 0.0 440. en adoptant entre les points S et M' un écart de température du même ordre de grandeur.5 2553. (h"-h')BP + y .6141 5.6278)X(2794-1154)+0.

kg hb' = 1947 kJ/kg et sb' = 6.[(h"e -h' o)-To (s"e -s'o )] = 2078 kJ Ef' = n.Econd = 2078 + 1194 . (1-y). la perte par irréversibilité des détentes. [ (hb'-h' o)-To (sb' . y.[(hf'-h' o)-To(sf'-s'o)] = 138 kJ La chute d'exergie associée à la détente est : 2078-138 = 1940 kJ La perte due aux irréversibilités est donc 1940-1449=291 kJ (15% de la chute d'exergie) Ea' = n.128 kj/K. soit 50°C.= 138 + 95 = 233 kJ La perte par irréversibilité des détentes. En adoptant pour les détentes un rendement isentropique de 85 %.233 = 450 kJ La perte par irréversibilité de la transmission calorifique gaz-vapeur. est égale à la somme des exergies de vapeur vive HP et BP.2589 .y.4% de la chute d'exergie) La perte au condenseur est égale à la somme des exergies en fin des deux détentes : Econd = Ef' + Eb'. (h"a-hb') = 2.940 = 158 kJ (14. est égale à l'exergie des gaz E2 diminuée des trois termes suivants : le travail produit.(2589 + 450 + 233) = 801 kJ En collectant ces résultats.264 = 48.(h"e-hf') = 2.kg Le travail produit est égal à : WHP = n.95 = 1098 kJ La perte due aux irréversibilités est donc 1098 . on calcule aisément les enthalpies et entropies finales : hf' = 1845 kJ/kg et sf' = 6.4°C Nous admettrons que cet écart de température satisfait à la condition imposée.30 .9856 (1-0. (1-y). [(h"a -h' o)-To (s"a -s'o ) ] = 1194 kJ Eb' = n.s'o)] = 95 kJ La chute d'exergie associée à la détente est : 1194 .9856 0.4 . on dresse le bilan exergétique du tableau 6.y. diminuée du travail produit globalement et de la perte au condenseur : Ee + Ea . la perte d'exergie au condenseur : 4073 .6278) (2794-1947) = 940 kJ W = 1449 + 940 = 2589 kJ Calculons ensuite les exergies de la vapeur en début et en fin de chacune des deux détentes : Ee = n.6278 (2728-1845) = 1449 kJ WMP = n.10 Chapitre 6 C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES VI.W . (1-y).467 kJ/K.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ∆t = 312.

SYST016

ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS

13/10/00

Tableau 6.10 : Bilan exergétique du cycle bi pression CO2-eau ACTIF : exergie du combustible nucléaire 7848 kJ PASSIF : irréversibilité au réacteur 3775,6 kJ irréversibilité de la transmission 800,6 kJ travail des turbines 2588,8 kJ irréversibilité des détentes 449,2 kJ perte d'exergie au condenseur 233,5 kJ Rendement exergétique W / E1 Rendement thermique W/P

100% 48,1% 10,2% 33,0% 5,7% 3,0% 33,0% 33,0%

Conclusions
La comparaison du cycle simple et du cycle à double pression de vapeur vive, montre que le rendement thermique (ou exergétique) passe de 31,7 % dans le premier cas, à 33,0 % dans le second. Cette amélioration résulte essentiellement d'une réduction de l'irréversibilité de la transmission gaz-vapeur qui passe, dans les mêmes conditions, de 11,7% à 10,2 %. En effet, le recours à la vaporisation biétagée conduit à une augmentation de la température moyenne intégrée relative à la vapeur, ce qui va évidemment dans le sens d'une réduction de l'irréversibilité thermique correspondante. Par ailleurs, on retrouve ici une application typique du procédé de réduction de l'irréversibilité de l'échange avec vaporisation sous pressions multiples qui avait été étudié au chapitre 3. Le cycle à double (ou multiple) pression de vapeur vive constitue un procédé d'amélioration du rendement du cycle, au même titre que les resurchauffes et les soutirages. Mais, le recours à ce procédé ne se justifie que lorsque la ligne de refroidissement du gaz chaud est à la fois limitée en température initiale et assez inclinée. Nous rencontrerons d'ailleurs au chapitre suivant une autre application typique de ce procédé à propos des cycles combinés gaz-vapeur. Dans l'étude qui précède, on a supposé, pour simplifier, que la vapeur vive était saturée. Cette étude pourrait être étendue au cas de la surchauffe, ce qui réduirait quelque peu l'irréversibilité de l'échange thermique gaz-vapeur, mais sans modifier sensiblement la comparaison des deux cas.

Chapitre 6

C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES

VI.31

SYST016

ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS
GV

13/10/00

La réalisation pratique du cycle à double pression de vapeur vive implique une modification par rapport à l'étude du cycle simplifié qui précède (fig. 6.13). En effet, la vapeur produite à 100 bar est d'abord détendue dans le corps HP de la turbine, puis après une élimination de la phase liquide, la vapeur ainsi obtenue vient s'ajouter à la vapeur vive produite à 50 bar de sorte que c'est la totalité du débit de vapeur qui poursuit la détente dans le corps BP de la turbine. Cette conception présente un double avantage : d'une part elle permet l'utilisation d'une turbine unique, de l'autre, elle évite une humidité excessive de la vapeur en fin de la détente de la vapeur produite à 100 bar, moyennant l'interposition d'un sécheur de vapeur entre les corps HP et BP.

R P2

HP

BP

C

V

P1

Figure 6.13 : réalisation pratique du cycle biétagé CO2-eau

Signalons que les centrales de la filière PWR, aujourd'hui largement répandue, présentent certaines particularités intéressantes qui pourraient conduire à une analyse analogue ‡ celle du cycle biÈtagÈ CO2-vapeur.

Considérations générales sur les centrales nucléaires
Dans l'état actuel de la technique, les réacteurs nucléaires sont soumis à une très stricte limitation de température, et ce pour des raisons diverses selon les filières classiques considérées. On a en effet pour les deux principales d'entre elles : Pour la filière Magnox (UK), la température de l'uranium métallique doit rester inférieure à 660°C. Par ailleurs, l'utilisation d'un fluide caloporteur gazeux (CO2) requiert des écarts de température assez importants pour assurer un échange calorifique satisfaisant. En effet, il faut ainsi compenser d'une part la faible efficacité de l'échange convectif avec le gaz, d'autre part la faible capacité calorifique de ce fluide caloporteur dont le débit doit par ailleurs être assez limité pour ne pas donner lieu à une puissance de pompage excessive. En fin de compte, la pression de vaporisation sera modeste, sous réserve du recours au cycle à double pression de vapeur vive, et la température de surchauffe ne dépassera guère 400°C. Pour la filière PWR, la température maximale du fluide caloporteur qui est ici de l'eau, doit être maintenue en dessous de la température de saturation correspondant à la pression sous laquelle cette eau circule dans le circuit primaire. Pour une "pressurisation" à 120 bar, la température du fluide caloporteur ne peut dès lors atteindre 325°C. Cependant, on est ici favorisé par les bonnes propriétés thermiques de l'eau, lesquelles confèrent à ce fluide un coefficient de transmission par convection élevé ainsi qu'une grande capacité thermique. Dans ces conditions, la vapeur vive est produite à l'état saturé sous une pression proche de 60 bar, soit une température correspondante de 275°C C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES
VI.32

Chapitre 6

SYST016

ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS

13/10/00

Si l'on considère spécialement le cas de la filière PWR qui est actuellement la plus développée, le réacteur constitue une source de chaleur à température constante, la température de la matière fissile pouvant être estimée grosso modo à 350°C. En revanche, les gaz dégagés dans le foyer d'une chaudière classique constituent une source de chaleur à température variable; ces gaz cèdent en effet leur chaleur en se refroidissant a 1300°C à 15°C dans le cas idéal, ce qui correspond à une la température moyenne intégrée de 757 K (ou 484°C) . Pour comparer ces deux sources de chaleur quant à leur valeur énergétique, on peut imaginer d'utiliser la chaleur produite par chacune d'elles dans un cycle de Carnot, la source froide étant à la température t0 = 15°C (pour plus de détails sur ce point, voir le chapitre 8): On obtient ainsi les rendements : - pour le réacteur nucléaire (t=350°C) : η = 1 −
T0 288 = 1− = 54% T 623 T0 288 = 1− = 62% T 757

- pour la chaudière classique (tm=484°C) : η = 1 −

On constate ainsi que le rapport des températures entre les deux sources chaudes envisagées prend la valeur 623/757 = 0,82. Cette valeur ramène à ses véritables proportions la comparaison des deux sources car ceci est bien différent de ce qui est suggéré par la simple considération des températures en degrés Celsius du foyer (1300°C) et du combustible nucléaire (350°C). De plus, les rendements des deux cycles de Carnot correspondants s'élèvent respectivement à 54 % et 62 %, ce qui atténue encore la disparité des deux sources chaudes. Ainsi se justifie l'écart relativement faible qui existe entre les rendements thermiques nets des deux types de centrale, soit 33% pour la centrale nucléaire et 38 % (sur PCS) pour la centrale thermique.

Chapitre 6

C ENTRALES A VAPEUR : ETUDE DES CYCLES

VI.33

Une telle dilution des gaz de combustion par l'air nous autorise à admettre.524 N2 = CO2 + 2 H2O + 7. Nous compléterons encore ce modèle par l'hypothèse du obéissant à l'équation d'état des gaz parfaits.79 N2) s'écrit : CH4 + 2 O2 + 7. sont remplacés par des échanges C calorifiques avec deux sources.524 N2 La chaleur dégagée par cette réaction est de 803000 kJ/kmol CH4 à 15°C. En adoptant un rapport de pression : n = P2/P0= 6 (valeur modeste mais qui sera conservée dans le cas du cycle à récupération). C'est ainsi que pour la température maximale T que nous choisirons égale à 900°C. nous calculons la température T en écrivant que les entropies b Chapitre 7 P2 P0 B D P1 D’ S A Figure 7. que nous supposerons isentropique. gaz naturel dont le CH4 est le constituant principal.1 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES . la combustion étant alors fictivement remplacée par un apport de chaleur équivalent. par simplification. on calcule aisément que l'excès d'air s'élève à 252 % (soit 3. Cette limitation de température implique la dilution des gaz de combustion par un important excès d'air. L'équation chimique de la combustion théorique du méthane dans l'air (assimilié à un mélange 0. 7. respectivement à haute et à basse températures.21 O2 + 0. Ce choix se justifie par le fait que de nombreuses turbines à gaz utilisées pour le production d'électricité ou en production combinée utilisent le gaz naturel comme combustible. Nous avons par ailleurs déterminé ( chapitre 2) l'exergie de ce combustible. Le cycle de la turbine à gaz (fig. Nous en arrivons ainsi à introduire la théorie cyclique selon laquelle le cycle de la turbine à gaz est parcouru par un gaz qui ne subit aucune modification chimique et où non seulement la combustion mais encore le rejet de chaleur à T l'ambiance. laquelle est égale à 832670 kJ/kmol CH4.1) comporte une compression AB. c'est le pouvoir calorifique (inférieur) du combustible considéré. que le fluide qui évolue dans la turbine à gaz est assimilable à de l'air. et dont la chaleur spécifique varie avec la température .52 fois l'air stoechiométriquement nécessaire).SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ETUDE DES CYCLES DE TURBINES A GAZ CYCLES REVERSIBLES Irréversibilité de la combustion Nous adoptons le méthane pur comme combustible de la turbine à gaz. La température maximale du cycle de la turbine à gaz est limitée pour des raisons d'ordre technologique.1 : cycle de base de la turbine à gaz VII.

SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 initiale et finale de l'air auquel on a assimilé le fluide moteur sont égales : Ta Tb C pdT C pdT p0 p2 S0 + ∫ − R ln = S 0 + ∫ − R ln T p0 T p0 T0 T0 la pression ambiante étant ici égale à la pression de référence p0=1 bar et la température Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.2 .

09 900.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ambiante étant égale à la température de référence T0 = 15°C. pour Ta=15°C. par kmol de méthane utilisé : m = 803000 : 22383 = 35.1 : propriétés de l'air T °C 0 A B C D D' N M Q 15 15 204.01325 -290 3.01325 -290 3.00 471.3 . soit à 900°C et 6 bar Tc Sc . ainsi que des valeurs qui seront nécessaires pour d'autres développements ultérieurs dans ce chapitre : Table 7.683 kJ / kmol / K p1 Hc . puis à l'état C dont on a fixé Tc=900°C. Ces valeurs sont reprises au tableau ci-dessous.0322 -290 31.189 1301 1.969 5629 0. le travail du compresseur donne lieu à un apport d'exergie équivalent.314 ln6 = 14.01325 5305 18.S0 = T0 ∫ Cp dT T − R ln p2 = 28. L'enthalpie que doit fournir la source chaude (chaleur de combustion) est : q1 = Hc . on calcule l'exergie de l'air au point C.0795 13604 17.87 = 23210 kJ/kmol L'exergie apportée par le combustible et la compression s'élève donc à : E1 = 23210 + 5595 = 28805 kJ/kmol Par ailleurs.01325 6318 20.5 P H S Ex bar kJ/kmol kJ/kmol/K kJ/kmol 1.1°C.969 19714 1.01325 13604 31.Ho = 27979 kJ/kmol Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.240 1723 On en déduit le travail de compression (isentropique) : Wcomp = Hb-Ha = 5595 kJ/kmol air Comme la compression isentropique est réversible. on obtient le nombre m de kmol d'air qui parcourt le cycle.Hb = 22383 kJ/kmol air Sachant que 1 kmol de méthane libère 803000 kJ. on calcule. On procède au calcul des autres propriétés thermodynamiques relatives à l'état B.969 -8265 6.286 0 1.09 237. la valeur de Tb = 204.64 15.00 471.87 kmol air/kmol CH4 L'exergie du combustible rapportée à 1 kmol d'air s'en déduit : Ecomb = 832670 : 35. au profit de l'air évoluant.64 204.0795 27689 31.066 9924 1.286 0 6.0795 5305 3.286 5595 6. Il vient ainsi : Tb Ta ∫ C pdT T = R ln p2 p0 = 8.9 kJ / kmol En utilisant les données thermodynamiques de l'air disponibles à l'annexe 1.

T0 8314 . 28.4 .288.683 = 19714 kJ/kmol air On obtient finalement la perte d'exergie due à l'irréversibilité de la combustion.Vd' ln (p0/p1) = 3221 x 743. Pour la détente isentropique CD'. en D' (fig.15 3 = = 743. on peut écrire : Tc T0 ∫ C pdT T − R ln p2 + S0 = p0 Td ' T0 ∫ C pdT T − R ln p1 + S0 p0 Pour une pression initiale po= 1.8261 = 14123 kJ/kmol air On peut dresser la tableau suivant : ACTIF : exergie du combustible travail de compression isentropique PASSIF : irréversibilité de la combustion travail de détente (27979 kJ) .1% 23211 kJ 5595 kJ 9092 kJ 80.5595 .Wcomp .Wisoth = 27979 . On en déduit p1 = 3221 Pa (0.Ho ).03221 bar) Par l'équation d'état.Ho . la seule inconnue dans cette équation est p1.01325 bar.6% On notera que le travail de compression isotherme a été conventionnellement porté au passif pour faciliter la comparaison avec le bilan exergétique du cycle théorique traité ci-après. 7.So) = 27979 .288.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 d'où E2 = Hc . Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.To (Sc .19714 = 9091 kJ/kmol Cycle idéal Pour produire le travail maximum.15 .travail de compression isotherme (-8261 kJ) Rendement exergétique Rendement énergétique 19718 kJ W utile/E1 W utile/PCI 68. On réalise ainsi le cycle idéal ABCD'A. elle est égale à la différence entre l'exergie apportée par le combustible et la compression d'une part. on obtient le volume au point D' : Vd ' = R.4% 60.1). la détente isentropique du fluide moteur doit être poursuivie jusqu'à atteindre la température To de l'ambiance. un rapport p2/p0=6 et en fixant T = 15°C et d' Tc=900°C.E2 = 28805 .4% 31.6% 19. Le cycle sera alors bouclé par une compression isotherme D'A.7 m / kmol p1 3221 On en tire le travail consommé lors de la compression isotherme D'A : Wisoth = p1.7 x ln (101325/3221) = 8261 kJ/kmol air On obtient finalement le travail utile qui est égal au travail de détente diminué des travaux relatifs aux compressions isentropique et isotherme : Wu = (Hc . l'exergie de l'air au point C de l'autre : E1 .8% 63.

La température Td en fin de détente se calcule en exprimant la constance de l'entropie au cours de cette transformation : Tc T0 ∫ C p dT T p − R ln 2 + S 0 = p0 Td T0 ∫ C pdT T − R ln p0 + S0 p0 d'où : Td T0 ∫ C pdT T Tc = T0 ∫ C pdT T − R ln p2 p0 La seule inconnue de cette équation est Td. L'exergie E3 en fin de la détente isentropique.6°C. Hd = 13604 kJ/kmol (voir tableau page VII.9% Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.6% 48.Hd = 27689 .14084 = 5630 kJ/kmol.5% 36. le fluide moteur étant en principe ramené à son état initial par un refroidissement isobare DA. Le cycle théorique est alors représenté en ABCDA sur le diagramme entropique (fig.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Cycle théorique Le cycle idéal ne se prête pas à la réalisation pratique.6% 19.9% 19. on calcule : Td = 471. est égale à l'exergie en fin de combustion E 2 calculée au paragraphe précédent diminuée du travail de détente : E3 = E2 . C'est pourquoi la turbine à gaz est en réalité conçue selon le cycle théorique dans lequel la détente est limitée à la pression po de l'ambiance.4% 31.Wcomp = 14084 .13604 = 14084 kJ/kmol. On obtient finalement le travail produit au cours de la détente CD : Wdét = Hc . En utilisant les données thermodynamiques de l'air disponibles à l'annexe 1. Elle représente la perte d'exergie à l'ambiance.2). Le travail utile est égal à la différence entre les travaux de détente et de compression : Wu =Wdét . 7.5 .Wdét = 19714 .6% 37. et l'enthalpie de l'état D.1).5595 = 8489 kJ/kmol On peut dresser le bilan du cycle théorique : ACTIF : exergie du combustible travail de compression isentropique PASSIF : irréversibilité de la combustion travail de détente perte à l'ambiance Rendement exergétique Rendement énergétique 23211 kJ 5595 kJ 9092 kJ 14084 kJ 5630 kJ W utile/E1 W utile/PCI 80.

Il est cependant possible de réduire cette dépense de chaleur en récupérant la chaleur sensible disponible en fin de détente.l'échauffement isobare par récupération BN . Dans ces conditions.2 : cycle à récupération En reprenant les mêmes conditions opératoires que dans le cas. comme la chaleur massique du gaz ne dépend pas de la pression. 7.l'échauffement isobare par combustion NC .Hb .Sb) = 13604 .(-290) = 5595 kJ/kmol Le nombre des kilomoles d'air qui parcourt le cycle devient : m' = Q : (Hc.13604 = 14084 kJ/kmol . CD . on atteint l'égalité Tm = Tb.2).To (Sn . tn = td = 471.3. Hn = Hd = 13604 kJ/kmol Par suite.6 . on peut ainsi T C porter l'air comprimé de la température tb à la température tn (fig.Hm = Hn . on peut écrire pour le cycle à récupération correspondant : tb = tm = 204.01 kmol/kmol CH4 d'où l'exergie fournie par le combustible à la kilomole d air E'c = 832670: 57.la chaleur rejetée à l'ambiance : Hm .la compression isentropique AB A . la totalité de la chaleur fournie.la chaleur récupérée : Hd .01 = 14605 kJ/kmol On calcule aisément les propriétés de l'air aux points M et N (table 7.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Cycle à récupération Dans le cycle théorique.la chaleur fournie par la combustion Hc .5305 .Hb = 13604 . on obtient : . en refroidissant l'air détendu de td à tm.15 x (17.1°C .la détente isentropique jusque po .5305 = 8299 . provenait de la c combustion.286) = 4328 kJ/kmol D'ailleurs. Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII. Le refroidissement étant poussé au maximum.066 .Hn) = 802992 : 14084 = 57. ce qui entraîne l'égalité Td = Tn puisque la chaleur massique du gaz ne dépend pas de la pression (hypothèse du gaz parfait). 6°C Hb = Hm = 5305 kJ/kmol . et on obtient l'exergie apportée à l'air comprimé par la récupération : ∆Eréc = Hn .le refroidissement isobare dans l'ambiance MA P2 N D P0 M D’ S P1 Figure 7.288.Hn = 27689 .Hb . le cycle à B récupération comporte successivement : .1). soit H .le refroidissement isobare dans le récupérateur DM . l'exergie cédée entre D et M vaut aussi 4328 kJ/kmol.Ha = 5305 .

vaporiser l'eau et finalement surchauffer sa vapeur.7 .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 L'exergie qui est fournie globalement.4% 58.4328 = 1301 kJ/kmol Enfin le travail utile reste identique à celui calculé précédemment. Enfin le condensat est recomprimé jusqu'à la pression de la chaudière selon la transformation LL'. Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII. Cependant cette perte peut être valorisée par l'association d'un cycle à vapeur d'eau au cycle à gaz.19714 = 4815 kJ/kmol D'ailleurs. En revenant alors au cycle ABCDA (fig. Mais comme le travail de compression de l'eau est très faible. on obtient la perte par irréversibilité de la combustion : E'1 . soit : E'1 = 5595 + 4328 + 14605 = 24528 kJ/kmol En soustrayant de E' 1 l'exergie du gaz en début de détente calculée précédemment (état C).1% 58. dont la température maximale est inférieure à td est détendue isentropiquement selon RD' jusqu'à la pression de condensation qui correspond à une température de saturation en principe égale à la température ambiante to (=ta). est égale à la somme des exergies fournies par la compression.3% 18.7% 23. et enfin par le combustible. ce qui revient à confondre les points L et L'. nous le négligerons comme précédemment.0% 20.7% 18. par la récupération. La vapeur détendue est ensuite condensée isothermiquement suivant D'L.3).E2 = 24528 .0% 5.14084 . la chaleur rejetée lors du refroidissement des gaz DA est utilisée pour échauffer. en soustrayant de l'exergie au point C le travail de détente calculé précédemment et l'exergie transférée lors de la récupération. La vapeur. on perd un travail équivalent à l'aire DD'A.1% 60. soit Wu = 8489 kJ/kmol Ceci permet de dresser le bilan du cycle à récupération : ACTIF : exergie du combustible travail de compression isentropique exergie fournie par la récupération PASSIF : irréversibilité de la combustion travail de détente exergie cédée par la récupération perte à l'ambiance Rendement exergétique Rendement thermique 14084 kJ 5595 kJ 4328 kJ 4815 kJ 14084 kJ 4328 kJ 1301 kJ W utile/E'c W utile/(Hc-Hn) 58.3% Cycle combiné gaz-vapeur Généralités Nous avons vu qu'en pratique. on trouve la perte d'exergie à l'ambiance : 19714 . selon la transformation isobare LMNR. on devait renoncer à prolonger la détente du gaz jusqu'à la température ambiante. 7. ce qui se traduit par la perte d'exergie à l'ambiance. Dans le cycle combiné gaz-vapeur.

Pour que le début du palier de vaporisation (point M) se trouve sur la courbe de refroidissement. il faut que la chaleur nécessaire à la vaporisation de l'eau soit égale à la chaleur cédée par le gaz par son refroidissement de D en M. (fig. pour la pression de 26 bar choisie a priori. se trouve sur la courbe de refroidissement.SYST016 T ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS C T 13/10/00 D M N D Q R B M A L N D’ S A L m h n Figure 7. pour simplifier.6°C. qui serait d'ailleurs une droite si la chaleur massique du gaz était constante. détente CD pour le gaz. associée à la compression du condensat Etude du cycle combiné On a représenté sur le diagramme t . ce qui fixe le point L. On pourra donc admettre. on limitera le refroidissement du gaz par l'eau à la température minimale tq = 100°C. 7. elle passe en outre par le point D d'enthalpie Hd = 13604 kJ/kmol pour la température de 471. on s'efforce de rapprocher la courbe d'échauffement et de vaporisation de l'eau. de la courbe de refroidissement du gaz. que le point anguleux marquant le début de la vaporisation. Calculons d'abord la masse d'eau p vaporisée par kilomole d'air évoluant. Pour éviter de devoir vaporiser l'eau sous une pression trop faible. le cas où il n'y a pas de surchauffe de la vapeur.8 . en considérant le cas limite. les contraintes imposées par la transmission calorifique interdisent le recoupement de la courbe de refroidissement par la courbe d'échauffement. D'autre part.4 : diagramme T-H La combinaison des deux cycles sur le diagramme entropique montre qu'en dépit de quelques différences notables. La détente est toutefois scindée en deux parties. En considérant. pour laquelle la température de saturation est de 226. Pour réduire l'irréversibilité de l'échange calorifique entre le gaz et l'eau. passe par l'origine (l'accroissement d'enthalpie étant nul pour 0°C). la compression isotherme du cycle idéal à gaz est ici remplacée par la condensation isotherme de la vapeur. Cependant.3 : cycle combiné Figure 7.4) la courbe de refroidissement des gaz détendus. détente RD' pour la vapeur.h. nous déterminerons la pression maximale de la vapeur vive en posant la condition suivante. on retrouve globalement l'allure du cycle à gaz idéal. Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.1 °C. Cette courbe.

4 bar). Calculons l'exergie de la vapeur en la rapportant à la masse d'eau p vaporisée par kmol d'air évoluant : Ev = p [(h"n .017 26 26 H S kJ/kg kJ/kg/K 62.240 1723 1. (h"n -h' m) = Hd .7) = 5980.p (h"n -h'm) = 13604 .64 237. l'exergie Ev traduit le travail récupéré au cours de la détente.6 .4.241 Ex kJ/kg 0 231.0795 27689 31.h' o = 2802.4 kJ/kmol Par la table des enthalpies de l'air.286 5595 6.s'o) = 4.1°C.969 19714 1.842 309 Table 7.01325 13604 31.2196 = 11408 kJ/kmol et la chaleur nécessaire à l'eau : h"n .2.6 .4°C. la pression de vaporisation de 26 bar a donc été bien choisie (on obtient l'égalité entre la température des gaz et celle de la vapeur saturée pour une pression d'environ 26.01325 -290 3.7 2.1 P bar 0.01325 -290 3.h' o) .7 kJ/kg d'où : p = 11408 : 2739.286 0 1.Hq = 13604 .5 100 P H S Ex bar kJ/kmol kJ/kmol/K kJ/kmol 1. on trouve pour cette enthalpie Hm' une température du gaz égale à 226.7 = 4.8 = 4188 kJ/kmol Puisque la détente isentropique de la vapeur se prolonge jusqu'à la température ambiante T0.9 0.To (s"n .2 : propriétés de l'air (cycle combiné) T °C 0 A B C D M Q 15 15 204.9 = 2739.62.7 1005.09 900.969 5629 1.6 6.8 On en déduit la chaleur disponible : Hd .164 kg d'eau par kmol d'air Exprimons ensuite la condition précédente : p. cette perte est égale à l'exergie de l'air à cette température : TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES Chapitre 7 VII.971.164 x (2802.0795 5305 3.574 2802.164 x 1005. il en résulte une perte d'exergie à l'ambiance.224 971. ce qui est à peine supérieur à la température de saturation de 226.00 471.9 . soit : Wvap = 4188 kJ/kmol La température du gaz ayant été fixée à tq = 100°C en fin de son refroidissement.3 : propriétés de l'eau (cycle combiné) T °C L M N 15 226. Table 7.01325 2196 10.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Les propriétés thermodynamiques relatives au points D et Q sont disponibles dans la table 7.Hm d'où Hm = Hd .286 0 6.01325 6318 20.1 226.

5 : cycle simple VII.6% 19. on obtient la perte d'exergie par irréversibilité de l'échange calorifique gaz-vapeur: E3 .9% 2.5595 = 12677 kJ/kmol On peut dresser le bilan du cycle combiné : ACTIF : exergie du combustible travail de compression isentropique PASSIF : irréversibilité de la combustion travail de détente du gaz irréversibilité de la transmission travail de détente de la vapeur perte à l'ambiance Rendement exergétique Rendement énergétique W utile/E1 W utile/PCI 23211 kJ 5595 kJ 9092 kJ 14084 kJ 1133 kJ 4188 kJ 309 kJ 12677 / 23211 12677 / 22283 80.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Eq = (H q .Ho) . l'étude du cycle théorique).la détente adiabatique réelle CD' .6% 48. ainsi que de T l'irréversibilité qui affecte les échanges de chaleur en raison de l'écart de température nécessaire à la réalisation du transfert thermique.To ( Sq .l'échauffement isobare B'C .1 % 54.la compression adiabatique réelle AB' .le refroidissement isobare D'A Le cycle considéré est caractérisé par : Ta = 15°C et Tc = 900° C (1173 K) po = 1 bar Chapitre 7 P2 D’ D B’ B P0 A S p2 = 6 bar Figure 7. le travail Wvap effectué par la vapeur ainsi que la perte d'exergie à l'ambiance.5% 1.9 % 14.6% CYCLES REELS Çycle simple Les cycles réels se distinguent des cycles réversibles. Le cycle simple de la turbine à gaz se compose des quatre transformations suivantes (fig.10 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES .5) : .Wcamp = 14084 + 4188 .So ) = 309 kJ/kmol En soustrayant de l'exergie E3 du gaz en fin de détente (voir précédemment.Eq = 5630 .4188 .4% 31. principalement par la prise en considération de l'irréversibilité qui affecte l'évolution C du fluide dans les turbomachines. 7.6% 56. diminuée du travail de compression du gaz : Wu = Wdét + Wvap .309 = 1133 kJ/kmol Le travail utile du cycle combiné est égal à la somme des deux travaux de détente.Wvap .

53= 22187 kJ/kmol La perte par irréversibilité de la combustion est égale à la somme des exergies apportées par la compression (Eb') et la combustion (E1). Le nombre m de kmol d'air effectuant le cycle. soit : m = Pc : (Hc .287 kJ/kmol/K d'où finalement : Eb' = (Hb' -Ho) -To (Sb'.686 -3.Hd' = 11972 kJ/kmol La perte par irréversibilité de la détente vaut : (Ec .15 x (34.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 taux de compression n = p2 / p0 = 6 Les rendements isentropiques du compresseur et de la turbine de détente sont ηd = 0.286) = 6959 kJ/kmol Le travail du compresseur est : Wcomp = Hb' . diminuée de l'exergie de l'air en début de détente (Ec) : (Eb' + E1) .686 kJ/K.Hb') = 803000 : (27689-6293) = 37.Ha) / ηad = -290 + (5305 + 290) / 0.53 kmol/kmol CH4 D'où l'exergie du combustible rapportée à 1 kmol d'air : E1 =Ecomb : m = 832670 : 37. b l'accroissement d'entropie isobare égal à 16.7°C puis par la table des entropies.1).85 = 6292 kJ/kmol d'où. Ec = 832670 kJ/kmol).(Hc -Hd) ηad = 27689 .Wdét = (19714 .So) = (6292 +290) .286) = 6006 kJ/kmol En fin de la détente réelle. En fin de compression réelle. rapporté à 1 kmol de CH4 consommé. en interpolant dans la table des enthalpies : t '=236.(6006 . ainsi que les caractéristiques du combustible CH4 (Pc=803000 kJ/kmol.Ea) = 6582 .(Eb' .85.0) = 576 kJ/kmol Le travail de la turbine de détente est : Wdét = Hc .288.Ed') .Ha = 6324 . On peut réutiliser certains résultats antérieurs (tables 7.288.0 = 6582 kJ/kmol La perte par irréversibilité au compresseur vaut : Wcomp .11972 = 783 kJ/kmol.11 .(27689 .85 = 15717 kJ/kmol d'où par interpolation : td' = 537. on a : Hd' = Hc .287-3.kmol d'où finalement : Ed' = (15717 +290) .15 x (5. est égal au pouvoir calorifique pc divisé par la quantité de chaleur reçue par chaque kmol d'air.7°C On en déduit l'entropie : Sd' = 34.6959) .Ec = (6006 + 22187) .13604) x 0.K Il vient ainsi : Sb' = 5.94 kJ/kmol.19714 = 8479 kJ/kmol Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII. on a : Hb' = Ha + (Hb .

5% 41.680 kJ/K.12 . comme nous supposons que les fluides sont des gaz parfaits de même capacité calorifique. Dans notre exemple.l'entropie de l'air à l'état Q : Sq = 23.9% 2.l'exergie de l'air : Eq = ( 8178 – -290) .kmol .2°C .80 (la quantité de chaleur transférée est de 80% du maximum transférable avec un échangeur de taille infinie.3% 25. on en déduit l'enthalpie de l'air en fin de refroidissement au récupérateur : Hq = Hd' .15 x (23.2% 24. on tire l'enthalpie de l'air comprimé à la sortie de celui-ci : Hp = Hb' + (Hd' . Le bilan exergétique s'établit comme suit : ACTIF : exergie du combustible travail du compresseur PASSIF : irréversibilité de la compression irréversibilité de la combustion travail de détente irréversibilité de la détente perte d'exergie à l'ambiance Rendement exergétique Rendement énergétique 22187 kJ/kmol 6582 kJ/kmol 576 kJ/kmol 8479 kJ/kmol 11972 kJ/kmol 783 kJ/kmol 6959 kJ/kmol W utile/E1 W utile/PCI 77.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 La perte d'exergie à l'ambiance est égale à l'exergie de l'air en fin de détente.288. qui porte le fluide de plus faible capacité thermique à la température d'entrée du fluide de plus forte capacité thermique. On en déduit successivement : .6% 2.la température : tq = 298.8178) = 13832 kJ/kmol On en déduit successivement : Chapitre 7 B P2 P0 P D B’ Q D’ A S Figure 7.6.0.6 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.1% 22.2% Cycle à récupération Le cycle à récupération est représenté à la figure 7.r (Hd' .680 .Hb') = 15717 .80 x (15717-6293) = 8178 kJ/kmol. cependant le cycle comporte ici une récupération dont l'efficacité de l'échangeur est r = 0.0% 29.7% 24.Hq) = 6293 + (15717 . Les caractéristiques du cycle sont les mêmes qu'au paragraphe précédent. soit Ed' = 6959 kJ/kmol.286) = 2591 kJ/kmol Du bilan calorifique du récupérateur.3.

Eq)l .3% 16.11972 = 783 kJ/kmol La perte d'exergie au récupérateur vaut : (Ed' .6006 = 4058 kJ/kmol Le nombre de kmol d'air effectuant le cycle.9% 47. soit 2591 kJ/kmol. et la variation d'exergie de l'air entre les états P et C) : E'1 + (Eb' .370-3.Wdét = (19714-6959) . diminuée de l'exergie en début de détente (ou encore la différence entre l'exergie apportée par le combustible.Hd' = 27689 .4% VII.288.Eb') .Eb' = 10064 .2% 1.95 = 14369 kJ/kmol Le travail de la turbine de détente est : Wdét = Hc.0) = 577 kJ/kmol L'exergie fournie à l'air comprimé par la récupération vaut : Ep .13 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES . est égal au pouvoir calorifique divisé par la quantité de chaleur reçue lors de la combustion par chaque kmol d'air.15717 = 11972 kJ/kmol L'irréversibilité de la détente vaut : (Ec .3% 18.Eb ') = (6959-2591) .1% 16.(Eb' .2% 10. la compression et la récupération.9% 3. rapporté à 1 kmol de CH4 consommé.la température : tp = 478. soit : m' = Pc : (Hc .15 x (17.(6006 . La perte d'exergie par irréversibilité de la combustion est égale à la somme des exergies apportées à l'air par la combustion.95 kmol/kmol CH4 D'où l'exergie du combustible rapporté à 1 kmol d'air : E'1 = Ecomb / m' = 832670 / 57.370 kJ/K .Eo) + (Ep .Eo) = 6583 .(Ep .Ed') .5% 26.Hp) = 803000 / (27689-13832) = 57. kmol .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 .Ec = 4719 kJ/kmol On peut donc dresser le bilan exergétique suivant : ACTIF : exergie du combustible travail du compresseur exergie fournie par la récupération PASSIF : irréversibilité de la compression irréversibilité de la combustion travail de détente irréversibilité de la détente exergie fournie par la récupération irréversibilité de la récupération perte d'exergie à l'ambiance Chapitre 7 14369 kJ/kmol 6583 kJ/kmol 4058 kJ/kmol 577 kJ/kmol 4719 kJ/kmol 11972 kJ/kmol 783 kJ/kmol 4058 kJ/kmol 310 kJ/kmol 2591 kJ/kmol 57.286) = 10064 kJ/kmol La perte d'exergie par irréversibilité de la compression vaut : Wcomp .l'entropie de l'air à l'état P : Sp = 17.l'exergie de l'air : Ep = (12832 – -290) .(10064-6006) =310 kJ/kmol La perte d'exergie à l'ambiance est égale à l'exergie de l'air à l'état Q.2% 2.8°C .

7°C . Hd' = 15717 kJ/kmol.Hb' = 21866 kJ/kmol .7.chaleur apportée par le combustible : Q1 = Hc .irréversibilité de la détente : 783 kJ/kmol .d'où par interpolation : ts = 307.04 bar.6°C E E’ S Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.4 et 7.14 . nous adoptons une température à la cheminée de 200°C.5% 38.h'm) = 15717 .condensation : 0. T C D’ R D B’ B Q S M N Vérifions tout d'abord que la pression A O de la vapeur choisie (50 bar) est compatible avec les exigences de l'échange calorifique : Figure 7.irréversibilité de la compression : 576 kJ/kmol . soit au moyen des valeurs numériques disponibles en annexe.3.18 kg vapeur/kmol air . Ces valeurs sont disponibles dans les tables 7.p (hr . soit au moyen de tables.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS W utile/E1 W utile/PCI 37. ou encore en se servant d'un logiciel adéquat.exergie du combustible : E1 = 21345 . Ed' = 6959 kJ/kmol) Pour le cycle à vapeur associé. On calcule aisément les fonctions thermodynamiques relatives aux différents points des cycles (air et eau/vapeur).7) : .vapeur vive : 50 bar et 500°C (<td') .5.9% 13/10/00 Rendement exergétique Rendement énergétique Cycle combiné La turbine à gaz fonctionne suivant le cycle simple réel étudié précédemment.travail de la turbine de détente : Wdét = 11972 kJ/kmol .exergie de l'air en fin de détente (td' = 537.4 3.enthalpie de l'air au début du palier de vaporisation (point S) : Hs =Hd' .7 . nous adoptons (fig. Par ailleurs. on s'y rapportera pour obtenir les reprendra les données correspondantes : .exergie de l'air en début de détente (tc= 900°C) : Ec =19714 kJ/kmol .irréversibilité de la combustion : 8479 kJ/kmol .production de vapeur par kmol d'air : Hd' − H q 15717 − 5182 p= = = H r − H o' 3434 − 121.1154) = 8467 kJ/kmol .travail du compresseur : Wcomp = 6582 kJ/kmol .18 x (3434 .

04 0.286 0 1.4-1. L'exergie de la vapeur vaut : Ev = p [(hr .0 2101.01325 -290 3.6378 Ex(kJ) 0.0 La perte d 'exergie à l'ambiance (cheminée) est égale à l'exergie de l'air à 200°C.4 1074.01325 15717 34.287 6006 6.72 307.5 : propriétés de l'eau (cycle combiné réel) Etat ref O M N R E E' T°C 15 29 264 264 500 29 29 P(bar) 0.he) .d'où : xe' = Chapitre 7 h e' − h' 2302 − 121 = = 0.9762 7.8141 0.0 121.00 50.15 .4 1154.8140 x (2433) = 2102 kJ/kg .04 titre 0.0 1.0000 0.4214 .01325 8467 24.2 2793. on vérifie ainsi que le "pincement de température" est de 43.s'o)]= 4533 kJ/kmol air Table 7.6 200 P H S Ex bar kJ/kmol kJ/kmol/K kJ/kmol 1.182 2735 1.0795 6293 5.00 50.66 900.d'où : he = h' + xe (h" .18 x (1425.4 + 0.01325 5182 17. compte tenu du rendement adiabatique : he' = hr .3) = 1178 kJ/kmol air Etudions ensuite la détente de la vapeur : -pour la détente isentropique RE.9203 5.0000 0. on calcule le titre final : xe = sr − s' s"-s' = 6.8141 8.969 19714 1.8 3434.00 0.h') = 121. soit : Eq = Hq .017 0.4 : propriétés de l'air (cycle combiné réel) T °C 0 A B' C D' S Q 15 15 236.3 S(kJ/K) 0.04 50.0000 0.9762 6.4214 = 0.102) x 0.0000 1.9762 − 0.(3434 .00 537.8963 h"-h' 2554 − 121 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.To (Sq .475 − 0.So) = 1252 kJ/kmol La perte par irréversibilité de la transmission gaz-vapeur est égale à la différence entre l'exergie perdue par l'air (D'-Q) et l'exergie reçue par la vapeur (R-O) soit : 6959-1252 .3.To (sr .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Compte tenu de la température de saturation de la vapeur (264°C).4 2301.4 92.6°C.9727 6.0795 27689 31. ce qui est très largement suffisant.286 0 6.Ho .4 1425.(hr .4224 2.8 102.85 = 2301 kJ/kg . ηad = 3434 .et.0000 1.686 6959 1.929 1252 Table 7.h' o) .3 314.8963 H(kJ) 63.2244 0.01325 -290 3.

4225) = 7.Wvap = (4533 .To ( se' .0% 29.18 x (3434 .Wcomp + Wvap= 11972 .h' o) . il en résulte une diminution considérable du rendement (thermique ou exergétique) du cycle.5 % 2.634 .Econd) .4225 + 0.1 % 1. Le cycle théorique sur lequel se fonde le cycle réel de la turbine à gaz.6.4 % 12.475 .3602 = 610 kJ/kmol Le travail utile produit par le cycle combiné s'écrit : Wu = Wdét .18 x [(2301 .he') = 3.224)] =320 kJ/kmol air .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 .et partant : se' = s' + xe' (s" .la perte par irréversibilité de la détente : (Ev .6583 + 3602 = 8991 kJ/kmol On peut alors dresser le bilan du cycle combiné réel : ACTIF : exergie du combustible travail du compresseur PASSIF : irréversibilité de la compression irréversibilité de la combustion travail de détente du gaz irréversibilité de la détente du gaz irréversibilité de la transmission perte d'exergie à l'ambiance travail de détente de la vapeur irréversibilité de la détente vapeur perte au condenseur Rendement exergétique Rendement énergétique W utile/E1 W utile/PCI 22187 kJ/kmol 6583 kJ/kmol 577 kJ/kmol 8479 kJ/kmol 11972 kJ/kmol 783 kJ/kmol 1178 kJ/kmol 1252 kJ/kmol 3602 kJ/kmol 606 kJ/kmol 321kJ/kmol 8991 / 22187 8991 / 21396 77.6% 2.637kJ/kg On déduit finalement de ce qui précède : .7% 4.5% 41.1 % 4.63) . comporte en outre une perte d'exergie à basse température.0. laquelle correspond à l'échange calorifique avec l'ambiance du gaz détendu .2301) = 3602 kJ/kmol .1 % 40.s') = 0.s'o)] = 3.5% 42. Le cycle idéal ne comporte qu'une seule perte d'exergie.320) .0% Conclusions Les bilans exergétiques des cycles réversibles sont résumés au tableau 7.le travail produit par la turbine à vapeur : Wvap = p (hr . Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.9% 2.16 .1% 22.8963 x (8. laquelle résulte exclusivement de la combustion.15 x (7.288.la perte d'exergie au condenseur : Econd = p [(he' .0.

9% 1.6% 19.3% 18.7% 80. les pertes internes sont à peu près inversement proportionnelles au facteur de puissance défini par : Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII.2% 10. le rendement est ainsi grandement amélioré.4% Théorique Récupér.9% 58.1% 60.5% 42.1% 16.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 La récupération permet notamment d'éliminer en grande partie la perte d'exergie à basse température.6% 48.3% 18.4% 58.6% 2. cette perte d'exergie serait entièrement éliminée et l'on retrouverait le rendement du cycle idéal. Ces pertes proviennent d'une part des irréversibilités mécaniques (compresseur et turbine(s) ) . ils se distinguent essentiellement des cycles réversibles par l'apparition de pertes d'exergie nouvelles.1% 4.9% Cycles réels Récupér.1% 22.6% 2.7% 77.6% 56. l'irréversibilité de l'échange calorifique entre gaz et vapeur peut être réduite en utilisant un cycle à multiples pressions de vapeur vive.2% 1.Récapitulation des bilans exergétiques.4% 12. Combiné 57.1% 1. d'autre part. pour un nombre d'étages infini.9% Les bilans d'exergie des cycles réels sont également présentés au tableau 7. des pertes d'exergie engendrées par l'écart de température nécessaire à l'échange calorifique (récupérateur ou chaudière de récupération et condenseur).8% 63. ne sont manifestement pas proportionnelles au travail utile.2% 37.0% 29.4% 77. On remarquerait que si l'on faisait tendre vers l'unité le rapport de pression du cycle.4% 18.4% 2.5% 41.9% 47.5% 5.2% 2.2% 4. Cycles réversibles Idéal ACTIF : exergie du combustible travail du compresseur exergie fournie par la récupération PASSIF : irréversibilité de la compression irréversibilité de la combustion travail de détente du gaz irréversibilité de la détente du gaz exergie fournie par la récupération irréversibilité de la récupération irréversibilité de la transmission perte d'exergie à l'ambiance travail de détente de la vapeur irréversibilité de la détente vapeur perte au condenseur Rendement exergétique Rendement thermique 60. c' est ainsi qu'à la limite.3% 25.5% 41.17 . Le cycle combiné permet de valoriser la perte d'exergie à basse température à l'aide d'un cycle à vapeur associé au cycle à gaz .9% 80.6 .9 20.6.6% 19.5% 26.0% 29.6% 24. De plus.3% 16. contrairement au cas du cycle à vapeur Mais.6% 37.6% 68.1% 36. Dans la turbine à gaz où le travail consommé par le compresseur est loin d'être négligeable.1% 40.7% 31. Combiné Simple 80.6% 48.0% 2.3% 54.1% 22.5% 24.9% 19.5% 2. les pertes internes qui affectent à la fois le compresseur et la turbine.9% 3. on peut montrer que pour une température maximale donnée.0% 2.4% 31.6% 19.1% 14.7% 23. on retrouverait le rendement du cycle idéal.1% 58. Tableau 7. comme exposé au chapitre 6.0% 31.5% 38.

SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ρ= Wdét − Wcomp Wcomp = 1− Wdét Wdét Or. On conçoit dès lors que la combinaison des cycles à gaz et à vapeur. A cette raison fondamentale s'en ajoutent d'ailleurs d'autres d'ordre technologique . il n'est pas possible de réaliser le cycle idéal. la perte calorifique par récupération imparfaite est évidemment proportionnelle à la chaleur récupérable (pour une efficacité donnée!).18 . il convient de remarquer que les valeurs des rendements obtenus pour les cycles réels. Il s'explique ainsi que. contrairement au cas théorique. compte tenu des taux de croissance respectifs du rendement théorique et des pertes internes. la perte de chaleur correspondante augmente à mesure que celui-ci diminue. c'està-dire une augmentation des pertes internes.6. le cycle à vapeur qui est affecté d'une très grande perte d'exergie à haute température. pour expliquer que le cycle idéal ne donne lieu. Dans une turbine à gaz équipée d'un récupérateur dont l'efficacité est toujours inférieure à l'unité. on constate que si le travail de la turbine de détente est plus grand dans le premier. présente une perte d'exergie à basse température qui est quasi nulle. En conclusion. si pour les raisons évoquées ci-dessus. L'expression ci-dessus du facteur de puissance justifie que. mais qu'il finit par diminuer après être passé par un maximum. le travail d'un compresseur isotherme. Revenant au tableau 7. C'est ainsi que les cycles combinés à double pression de vapeur vive actuellement en opération fonctionnent avec un rendement net de Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII. tel quel.). En revanche. Ceci explique. contrairement au cas théorique. à aucune application pratique. conduit pour le cycle simple. Ceci explique que. lesquels permettent d'approcher le cycle idéal d'une manière indirecte et avec des perspectives plus favorables. lequel est par ailleurs constant pour un rapport de pression donné (voir chapitre 9). Comme cette chaleur récupérée est d'autant plus grande que le rapport de pression se rapproche de l'unité. il se fait que lorsque le rapport de pression croît. il est néanmoins possible de réaliser soit le cycle à récupération. sont quelque peu optimistes en raison de certaines hypothèses simplificatrices implicites. notamment en ce qui concerne la non prise en considération des pertes de charge. par suite. La turbine à gaz se caractérise par une perte d'exergie modérée à haute température. En revanche. le rendement du cycle réel s'améliore lorsqu'on en élève la température maximale. mais elle est pénalisée par une grande perte d'exergie à basse température. la valeur modeste du rapport de pression uniformément adopté. et ainsi à l'obtention d'un rendement global élevé. Le rendement qu'on peut finalement attendre d'une turbine à gaz qui réaliserait le cycle idéal serait par conséquent très mauvais. pour un rapport de pression donné (Wcomp = const. En comparant le cycle idéal au cycle théorique. soit le cycle combiné. l'existence d'une valeur optimale du rapport de pression pour laquelle le rendement du cycle réel est maximal. l'élévation de la température maximale entraîne une augmentation de ce facteur. ce qui annonce des pertes internes particulièrement importantes. on constate une augmentation du rendement du cycle théorique associée à une diminution concomitante du facteur de puissance. il s'ajoute au travail du compresseur adiabatique. à un rendement manifestement inférieur à la normale. car Wdét est alors majoré. On peut en conclure qu'on obtiendra dans ces conditions une réduction de l'importance relative des pertes internes et que. On peut alors montrer qu'il en résulte une valeur très faible du facteur de puissance. le rendement de la turbine à gaz avec récupérateur n'augmente pas continûment au fur et à mesure que le rapport de pression décroît. le rendement du cycle réel se rapprochera du rendement du cycle théorique. puisse conduire à une réduction simultanée des pertes d'exergie à haute et à basse températures.

sa vapeur. Parmi les voies explorées. il apparaît que. La chaudiêre de récupération consiste en une succession d'échangeurs dans lesquels le fluide chauffant est constitué par les gaz d'échappement de la turbine à gaz tandis que le fluide chauffé est de l'eau. notamment dans les cycles combinés. en vue de substituer. Cette irréversibilité pourrait cependant être réduite. Chapitre 7 TURBINES A GAZ : ETUDE DES CYCLES VII. qui sont généralement utilisés pour l'alimentation des turbines à gaz. du moins actuellement. des études prometteuses sont actuellement en cours. cette exigence étant au mieux satisfaite par la circulation méthodique des deux fluides. Mais il reste qu'environ un tiers de l'exergie du combustible est perdue par l'irréversibilité de la combustion. avec des rendements annoncés approchant les 55 %. il convient surtout de citer l'alimentation par gazogène et la combustion sous pression en lit fluidisé. en dépit des efforts qui ont été faits pour maîtriser cette technologie nouvelle. cependant que ce coefficient est nettement plus élevé du côté de l'eau ou de sa vapeur à haute pression. Enfin la conception même de la chaudière de récupération doit favoriser la réduction de l'irréversibilité thermique. comme on l'a vu à la fin du chapitre 6. il faut s'efforcer d'améliorer celui des deux échanges convectifs qui est le plus défavorable. ou bien un mélange saturé des deux. est le siège d'une irréversibilité de l'échange calorifique .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 l'ordre de 52%. en alimentant le cycle combiné au moyen d'un générateur magnétohydrodynamique. Une telle amélioration peut être obtenue indirectement en garnissant d'ailettes la surface extérieure des tubes. Au terme de cette analyse. celle-ci est a priori assez importante en raison de l'existence d'un palier de vaporisation d'autant plus étendu que la pression de vapeur est limitée par le niveau de température modeste. ne puissent être résolues. du moins en principe.19 . il semble bien que les difficultés engendrées par les très hautes températures en cause. Chaudière de récupération La chaudière de récupération qui assure la liaison entre le cycle à gaz et le cycle à vapeur. Mais. principalement le gaz naturel et le fuel léger. le charbon aux combustibles plus coûteux. cette irréversibilité peut être atténuée par le recours à un cycle à deux pressions de vapeur vive. Des cycles à trois pressions sont en construction. laquelle est directement en contact avec les gaz. Or on sait que pour améliorer l'échange calorifique. Enfin. il est devenu possible de réduire d'une manière satisfaisante les irréversibilités affectant les échanges thermiques. grâce à l'application du cycle combiné. On se trouve dès lors dans la situation où l'on a affaire à un médiocre coefficient de convection du côté des gaz. Cependant. comme discuté au chapitre 4. lequel assurerait une production directe d'électricité par détente des gaz de combustion produits à très haute température.

On a ainsi : ∆u = ψ . Sous forme différentielle. dT + p . dT = -v . dT . dv δq = cp . dT d'où (c . δq et. il vient = c .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 CYCLES THERMODYNAMIQUES DES MACHINES MOTRICES GENERALITES Transformation polytropique La polytropique désigne une transformation thermodynamique effectuée par un gaz parfait.cp c . par suite : δq = du 1 = c dT = c dT dψ ψ v (3) et δw = (1 . laquelle est caractérisée par une valeur constante du rapport ψ de la variation d'énergie interne à la quantité de chaleur échangée q. En introduisant dans le principe d'équivalence l'expression du travail il vient: δq = du + p .cv) . dv = cv . les relations (1) s'écrivent : du = ψ . q et w = (1 . le premier principe peut encore s'écrire : En divisant membre à membre les relations (6) et (5) . dT = p .ψ ) .v . dp et par (3) : δq = c . dv or par (3) : δq = c . δq (2) Le rapport cv/ψ que nous désignons par c. dT d 'où (c .cv dv dp + =0 v p VIII. représente la chaleur massique (apparente) du processus polytropique.ψ) .cp c . q (1) où w représente le travail effectué.1 v dp = k p dv (7) La relation (7) peut encore s 'écrire : k Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES .cv en posant : k = (6) (5) (4) De même. dp c .cp) .

est donnée par l'expression (12). la t. (T2 .i. d'ailleurs indépendante de la valeur particulière de cv ou de cp Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. l'exposant k prend pour chaque cas particulier une valeur numérique déterminée.T1) et s2 − s1 = ∫ 2 c dT 1 (10) T2 T1 T = c. la t. soit : T12 = q 12 S 2 − S1 γ (9) Comme on l'a vu au chapitre 5. relative à la transformation réversible 12. qui est l'équation de l'isotherme d'un gaz parfait) . Température moyenne intégrée (t. le rapport de la quantité de chaleur q12 échangée au cours de celleci. est représentée sur le diagramme entropique par la hauteur du rectangle lLNn ayant même aire que la surface l12n située sous la courbe 12 représentative de la transformation considérée (fig.) Conformément à la définition qui en a été donnée au chapitre 5.m.i.m. à la variation d'entropie correspondante. relative à une isochore ou à une isobare.2 .isobare : k = 0 (l'équation se réduit à p=constante) .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ou encore après intégration et en passant du logarithme au nombre : p .i. on peut écrire : q12 = c . la quantité de chaleur q12 et la variation d'entropie (s2 .i. nous appelons t.m. 5. v = constante .isotherme : k = 1 (l'équation se réduit à pv =constante. relative à la transformation polytropique 12 en remplaçant dans la relation (9). v=constante. Pour une transformation polytropique 12 caractérisée par la constance de sa chaleur massique c. vk = constante (8) Dans l'équation (8) de la polytropique. il en résulte notamment que l'adiabatique est aussi une isentropique. il convient de distinguer plus spécialement les transformations suivantes : .adiabatique : k = γ (=cp /cv) (l'équation se réduit à p .isochore : k = ∞ (l'équation se réduit à p1/k. soit : T12 = T2 − T1 T2 ln T1 (12) En particulier.ln (11) On obtient alors l'expression de la t.s1) par leurs expressions respectives (10) et (11) .5). soit v= constante) Les transformations que nous avons considérées étant réversibles.m.m.i.

Un tel cycle se composera nécessairement des quatre transformations suivantes : . en supposant les transformations réversibles et en utilisant un gaz comme fluide moteur.Ayant préalablement atteint la température de la source froide. Cycle de Carnot Considérons une source chaude et une source froide se trouvant toutes deux à température constante.m. dès lors. puisque la source est à température constante T1. par exemple une isochore suivie d'une isobare.m. il est en effet exclu d'envisager un échange calorifique avec l'une ou l'autre des deux sources puisqu'un tel échange se ferait avec un écart de température non nul. relatives aux 13 transformations partielles. ce qui est incompatible avec la réversibilité qui a été postulée. Par définition de la t..Le gaz est ensuite amené à la température de la source froide au moyen d'une détente adiabatique et réversible. . on a : T13 = T12 (S 2 − S1 ) + T23(S 3 − S2 ) (S 2 − S1 ) + (S 3 − S 2 ) (16) Il s'ensuit que la t.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Considérons un fluide qui subit successivement deux transformations réversibles 12 et 23.i. on a : . ce qui ne peut se faire que par une détente isotherme de celui-ci. La conception de ce cycle de transformations nous conduit inéluctablement au cycle de Carnot qui apparaît ainsi comme.m. Supposons qu'un gaz effectue un cycle de transformations réversibles en échangeant de la chaleur avec ces deux sources.Enfin le gaz est ramené à la température de la source chaude par u transformation ne réversible qui exclut tout échange calorifique et qui sera. une compression adiabatique. Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII.La source chaude fournit de la chaleur au gaz d'une manière réversible.pour la transformation 23 : T23 = q 12 S 2 − S1 q 23 S3 − S 2 (13) (14) De même. .i. on a pour la transformation totale 13 : T13 = q13 q12 + q 23 = S3 − S1 (S2 − S1) + (S3 − S2 ) (15) et en remplaçant q12 et q23 par leurs expressions tirées de (13) et (14).pour la transformation 12 : T12 = . à savoir en ayant recours aux deux seules sources à température constante. . le gaz cède à celle-ci de la chaleur selon une transformation qui ne peut être qu'une compression isotherme à To. résultante T est une moyenne pondérée des t.i.3 . sinon le seul. du moins le processus le plus simple permettant d'effectuer la conversion de la chaleur en travail dans les conditions envisagées.

il convient de rappeler le théorème de Carnot qui s'énonce comme suit : Tous les cycles réversibles fonctionnant à l'aide de deux mêmes sources de chaleur. A ce propos. On sait d'ailleurs que le rendement du cycle de Carnot s'écrit : T0 η = 1− T1 Extension du théorème de Carnot Considérons le cycle réversible 12341 (fig. Le cycle 12341 se compose. ont même rendement. dès lors. des transformations réversibles suivantes: . on a : q41 = T41 (s4 .s1) et q23 = T23 (s3 .i.détente adiabatique 34 . relative à une transformation polytropique est donnée par l'expression (12). Les transformations 12 et 34 qui réunissent les deux polytropiques sont nécessairement adiabatiques puisqu'elles ne peuvent échanger réversiblement de la chaleur avec les sources précitées.4 . sachant que les deux variations d'entropie sont égales : T41 (20) η = 1− T23 La t.échauffement selon la polytropique 23 . il fournit un moyen d'investigation efficace pour étudier la conversion de la chaleur en travail.1) échangeant de la chaleur avec deux sources à température variable.i. le cycle de Carnot n'a aucune portée pratique directe puisqu'il ne constitue le cycle théorique d'aucune des machines motrices thermiques actuellement utilisées. il présente néanmoins un grand intérêt.s2) (19) d'où il vient.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Tel qu'il vient d'être décrit. en effet.m.refroidissement selon la polytropique 41. selon les deux polytropiques 23 et 41 de même espèce c'est-à-dire caractérisées par une même chaleur massique c et partant un même exposant k. q Le rendement du cycle s'écrit : η = 1 − 41 q 23 T 3 4 2 3” 1 4” S Figure 8.compression adiabatique 12 . d'où il vient : Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII.m.1 (18) Par définition de la t. 8.

il vient :  v3   v2 k v v1   = 3 v4   v2 γ v1   v4  En passant au logarithme. on a pour les polytropiques : k p2 v3 = k p3 v2 et k v1   v4  k p 4 v1 = k p1 v4 d'où p2 p3 p4  v3 = p1  v2 γ (24) et pour les adiabatiques : p4 v3 = p3 vγ 4 p 2 v1 = p1 v γ 2 γ et γ v1   v2  d'où p2 p1 p4  v3 = p3  v4 (24) En égalant les seconds membres de (24) et (25). cette égalité ne peut être vérifiée que pour : v3 v2 v1 =1 v4 v1 v 2 = v 4 v3 VIII. ce qui est évident. on a : T= k pv R d'où d'où p v = constante et en combinant ces deux relations T4 v1 = T1 v4 k-1 de même v1 v 2 = v 4 v3 T3 v2 = T2 v3 k-1 (22) (23) D'autre part. démontrons l'égalité : En effet. on montre que si k ≠ γ.5 ce qui conduit bien à prouver que : Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 T −T T41 = 4 T 1 ln 4 T1 T4 −1 T1 = T1 T ln 4 T1 et T3 −1 T2 T23 = T2 T ln 3 T2 T4 p 4 v4 = T1 p1v1 k p 4 v1 = k p1 v4 (21) En combinant l'expression de la polytropique et l'équation d'état.

le rendement du cycle 12341 peut s'écrire comme précédemment : η = 1− T41 T23 T 3 C’ 4 2 (29) 1 C” On a pour les deux polytropiques : S3 − S2 = C' ln T3 T2 S Figure 8. En faisant encore appel aux t.m.1). l'expression (20) du rendement prend la forme : η = 1− T1 T2 (28) Nous pouvons ainsi tirer les conclusions suivantes : 1) Tous les cycles réversibles échangeant de la chaleur selon deux polytropiques données de même espèce (même c et partant même k) ont le même rendement. Les transformations 12 et 34 sont encore nécessairement des adiabatiques.m. peut s'écrire : T41 T1 = T23 T2 (27) Dès lors. caractérisées par les chaleurs massiques C' pour 23 et C" pour 41.6 Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES . ces deux températures étant déterminées par les intersections des deux polytropiques données avec une isentropique arbitrairement choisie. selon deux polytropiques d'espèces différentes. les cycles 12341 et 123'4'1 (figure 8.i.2) échangeant de la chaleur avec deux sources à température variable. dans la mesure où les échanges calorifiques correspondants sont régis par une même loi polytropique. ainsi par exemple. 4) Nous avons ainsi étendu le théorème de Carnot au cas des cycles réversibles effectués entre deux sources à température variable. 8. dont les expressions sont données en (21). 2) Ce rendement est égal à celui d'un cycle de Carnot effectué entre deux sources respectivement à T2 et T1.. on retrouve évidemment le cycle de Carnot évoluant entre les températures T et T1. c'est-à-dire le 2 cycle 123"4"1 (figure 8.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Par suite. 3) Dans le cas particulier où les deux polytropiques sont des isothermes (k = 1) .2 : Polytropiques d'espèces différentes VIII. et on en déduit que : T4 T3 = T1 T2 (26) et partant. les seconds membres des relations (22) sont égaux.i. le rapport des t. Cas de deux polytropiques d'espèces différentes Considérons le cycle réversible 12341 (fig.1) sont équivalents.

calculons la dérivée : n-1 . il vient en égalant les seconds membres de (30) : T ln 3 T2 C" 1 T4 = C' = n ln T1 en posant n= C' C" (31) D'autre part. (31) peut encore s 'écrire : n ln T3 T4 = ln T2 T1 d'où n T4  T3  =   = θn T1  T2  (32) en posant θ= T3 T2 Par suite. on trouve : 1 θ − 1 T1 T4 − T1 = n θ − 1 T2 T3 .7 .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 et S4 − S1 = C" ln T4 T1 (30) Comme les variations d'entropie sont égales. sachant par (32) que : T4 = T1.m. il vient : T4 − T1 T1 θ n − 1 = T3 . 1 proposons nous d'étudier la variation du rendement en fonction de θ. θ. θn et T3 = T2. Pour ce faire.i.T2 n (33) T3 T2 T41 = T4 T23 ln T1 ln (34) D'où finalement en introduisant l'expression (34) du rapport des t.θn − 1 d  θ n − 1 ( θ − 1) n θ N  =  θ −1  =  2 dθ  D ( θ − 1)  Chapitre 8 ( ) (36) C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. il vient : 1 θ n − 1 T1 η = 1− n θ − 1 T2 (35) Les températures T et T2 qui déterminent les deux polytropiques étant fixées a priori. dans celle du rendement (29).T2 T2 θ − 1 Multipliant (31) et (33) membre à membre.

le rendement croît lorsqu'on la chaleur apportée à haute température au cycle.1) Le signe de cette dérivée est constant. il vient ainsi : N>0 pour n>1 N<0 pour n< 1 Cette discussion conduit finalement aux résultats suivants relatifs à deux cas classiques : Premier cas : C' = Cp . La fonction N(θ) est donc monotone et elle possède pour θ > l le signe de sa dérivée (puisque N(1) = 0) qui n'est autre que celui de (n .1) . Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 2) Lorsque la chaleur spécifique C' (relative à l'échauffement) est supérieure à la chaleur spécifique C" (relative au refroidissement ) le rendement est une fonction décroissante de θ. et d'ailleurs la dérivée de N par rapport à θ s'écrit : N' (θ) = n. le rendement est une fonction croissante de θ.1) qui est ici négatif dθ  θ − 1    Il s'ensuit que le second terme du rendement est une fonction décroissante de cette variable. il s'agit de discuter le signe de la fonction : N( θ) = ( θ − 1) n θ n-1 . car l et θ sont tous deux positifs. Par suite. le rendement est une fonction décroissante de cette variable. ont le signe de (n . θn . Nous pouvons ainsi tirer les conclusions suivantes : 1) Les cycles réversibles effectués entre deux polytropiques données mais d'espèces différentes (C' ≠ C") ont des rendements qui dépendent du rapport des températures délimitant l'échauffement.2 .8 . 4) Toutes autres choses égales. ont le signe de (n .θ n − 1 = ( n − 1) θ n − n θ n-1 + 1 où θ = T3/T2 est toujours supérieur à l'unité dans un cycle moteur.1) qui est ici positif. le rendement est une fonction croissante du rapport T2/T1. C" = Cp . Deuxième cas : C' = Cv . dθ  θ − 1    ( ) il s'ensuit que le second terme du rendement est une fonction croissante de θ et qu'en fin de compte. d'où n = γ > 1 La fonction N(θ) et par suite la dérivée d  θ n − 1   . Or. donc aussi de l'importance de cet apport de chaleur. notamment θ et n.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Le dénominateur D étant essentiellement positif. la dérivée aura même signe que son numérateur N. on a : N(1) = 0. Par conséquent. le rendement décroît lorsqu'on augmente la chaleur apportée à haute température au cycle. (θ . C" = Cv . d'où n = γ−1 < 1 La fonction N(θ) et par suite la dérivée d  θ n − 1   . 3) Lorsque la chaleur massique C' est inférieure à C".1). (n .

cycle de référence du moteur à explosion.4 : diagramme TS Cycle de Beau de Rochas Le cycle de Beau de Rochas est caractérisé par deux paramètres : le rapport volumétrique de compression ε = v1/v2 et le rapport de pression λ = p3/p2.3 et 8.détente adiabatique 34 . Le cycle de Beau de Rochas.échauffement isochore 23 . nous ferons l'hypothèse complémentaire que le fluide est un gaz parfait.9 . Il est donc justiciable de l'extension du théorème de Carnot développée au début de ce chapitre. 8. dont nous tirons l'expression générale de son rendement : η = 1− T1 T2 (37) En combinant l'équation d'état et celle de l'adiabatique. Ce cycle réversible échange de la chaleur avec deux sources à température variable selon deux isochores.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 MOTEUR A COMBUSTION INTERNE Cycle de Beau de Rochas L'étude du moteur à combustion interne est basée sur la théorie cyclique.3 : diagramme PV Cycle de Beau de Rochas Figure 8.refroidissement isochore 41 p 3 T 3 2 2 4 4 O 1 1 v S Figure 8.compression adiabatique 12 .4) : . c'est-à-dire deux polytropiques de même espèce. il vient : γ −1 T2  v1  =  = ε γ −1 T1  v 2  (38) D'où finalement l'expression classique du rendement : Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. se compose des transformations réversibles suivantes (fig.

le rapport de température θ= T3/T2 est égal au rapport de volume ρ : η = 1− 1 ργ − 1 T1 γ ρ − 1 T2 (40) Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. 4) Dans la mesure où l'on se fixe une valeur maximale de T .10 . Si son accroissement augmente la puissance spécifique du moteur. Enfin.échauffement isobare 23 . c'est-à-dire selon deux polytropiques d'espèces différentes. en substituant γ à n puisque C' = Cp et C" = Cv et en considérant qu'en vertu de l'équation d'état appliquée à la transformation isobare 23. Ce cycle échange de la chaleur avec deux sources à température variable selon l'isobare 23 et l'isochore 41 respectivement.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 1 η = 1 − γ −1 ε (39) On déduit les conclusions suivantes de l'extension du théorème de Carnot et de l'expression (39) du rendement qui en découle : 1) Le cycle étudié est équivalent à un cycle de Carnot effectué entre les températures T et 2 T1.8.refroidissement isochore 41 Le cycle de Diesel est caractérisé par deux paramètres : le rapport volumétrique de compression ε = v2/v1 et le rapport de volume ρ = v3/v2.compression adiabatique 12 . vers une limite qui correspond au rendement du cycle de Carnot entre les températures T3 et T1. 3) Le rendement est indépendant du rapport de température T3/T2 (ou du rapport de pression p3/p2 = λ). sa valeur ne peut toutefois dépasser une certaine limite qui est fixée par la quantité de combustible pouvant être brûlé complètement dans l'air qui a subi la compression.détente adiabatique 34 . se compose des transformations réversibles suivantes (fig. Il vient ainsi. le rendement tend. le rapport T3/T2 (et partant λ) dépend de la quantité de chaleur fournie au gaz par cycle. il existe une limite pratique au rapport ε. cycle de référence du moteur portant le même nom. 2) Le rendement du cycle étudié est une fonction croissante du rapport volumétrique de compression ε. cette limite est imposée par l'apparition du phénomène de détonation.5 et 8. L'expression du rendement est dès lors donnée par la formule (35). Cycle de Diesel Le cycle de Diesel. il est dès lors indépendant de la charge de moteur. Par ailleurs.6) : . pour des 3 valeurs croissantes de ε.

La diminution du rapport ρ est. le rapport ρ ne peut dépasser une certaine valeur imposée par la quantité de combustible qui peut être brûlé complètement dans l'air disponible.6 : diagramme TS Cycle de Diesel D'ailleurs. l'expression (42) indique qu'il croît avec ce paramètre.11 . pour la compression adiabatique 12. on peut montrer que la valeur du rendement tend vers celle d'un cycle de Carnot effectué entre T2 et T1. comme pour le cycle de Beau de Rochas (equation 38) : T2 = T1 ε γ −1 On obtient finalement l'expression du rendement : 1 ργ − 1 1 η = 1− γ ρ − 1 ε γ −1 (41) (42) Les propriétés suivantes du cycle de Diesel se déduisent du paragraphe relatif au cycle effectué entre deux polytropiques d'espèces différentes. il est aussi une fonction décroissante du rapport de volume ρ. Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. le rendement du moteur décroît lorsque sa charge augmente. ce qui entraîne une diminution concomitante de la puissance spécifique du moteur. étant supérieure à la chaleur massique Cv relative à l'échange à basse température selon 41. bénéfique au rendement. elle présente cependant l'inconvénient de réduire la quantité de chaleur reçue par cycle. le rendement est une fonction décroissante du rapport de température θ=T3/T2. comme nous l'avons vu.5 : diagramme PV Cycle de Diesel Figure 8. Ainsi. 3) Lorsque le rapport ρ diminue en tendant vers l'unité.SYST016 p 2 3 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS T 13/10/00 3 p=const 2 v=const 4 O 1 4 1 v S Figure 8. par conséquent. on a. D'ailleurs. 2) La chaleur massique Cp relative à l'échange calorifique à haute température selon 23. ainsi que de l'expression (42) qui en découle: 1) Le rendement est fonction du rapport de température T2/T1 et partant du rapport volumétrique de compression ε.

c'est-à-dire deux polytropiques de même espèce. 8.m.7) : ..12 .m. Ce cycle se compose des transformations réversibles suivantes (fig.compression adiabatique AB . nous obtenons pour la compression AB : TB =β γ TA γ −1 (44) P où le rapport de pression β = B représente un paramètre du cycle.détente adiabatique CD . L'apport de chaleur à haute température étant alors constitué de deux polytropiques successives mais d'espèces différentes.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Le cycle de Sabathé qui comporte un échauffement isochore suivi d'un échauffement isobare. T TURBINE A GAZ Cycle de Joule B’ C’ P2 C En adoptant encore la théorie cyclique .i. selon deux Figure 8.échauffement isobare BC . relatives à l'isochore et à l'isobare correspondantes. L'extension du théorème de Carnot est donc applicable et nous en déduisons que le rendement du cycle de Joule s'écrit : η = 1− TA TB S (43) En appliquant pour un gaz parfait l'équation d'état et l'expression de l'adiabatique. on serait notamment amené à considérer ici la moyenne pondérée des t. Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII.i. les conclusions suivantes : 1) Le cycle de Joule ABCDA est équivalent à un cycle de Carnot effectué entre les températures Tb et Ta.refroidissement isobare DA B D P1 A D’ Le cycle de Joule échange de la chaleur avec deux sources à température variable. le cycle de Joule constitue le cycle théorique de la turbine à gaz. comme indiqué dans la sectin précédente consacrée à la t. PA D'où l'expression du rendement du cycle de Joule : 1− γ η =1−β γ (45) Il résulte de l'extension du théorème de Carnot et plus spécialement de l'expression (45) qui s'en déduit.7 : cycle de Joule isobares. pourrait faire l'objet d'une étude basée sur la méthode développée précédemment.

que l'échange avec l'ambiance soit NA dans les deux cas.échauffement par récupération selon l'isobare BM . le relèvement de Tm = Td entraîne celui de T . mais de moins en moins vite. il est dès lors comme le montre la relation (44) . A la limite.m. une fonction croissante du rapport de pression β. Ces échanges correspondent en effet à des transformations analogues effectuées entre les mêmes températures extrêmes . il tend asymptotiquement vers une limite égale au rendement du cycle de Carnot effectué entre les températures extrêmes Tc et Ta T Cycle à régénération C’ C Si l'on considère le cycle théorique de la turbine à gaz (fig.refroidissement dû à la récupération selon l'isobare DN . au profit du gaz comprimé. Il apparaît ainsi la possibilité B d'une récupération de chaleur par N refroidissement du gaz détendu. il s'ensuit que le cycle à régénération AB (M) CD (N) A et le cycle de Joule AB'C'NA comportent des échanges calorifiques avec des sources identiques. au fur et à mesure que β augmente. en sorte que le rapport de b pression du cycle de Joule équivalent augmente.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 2) Son rendement augmente avec le rapport Tb/Ta. On en arrive ainsi à concevoir le cycle à régénération qui se compose des A transformations réversibles suivantes : . donc que le rapport de pression n est plus faible.compression adiabatique AB .rejet de chaleur à l'ambiance selon l'isobare NA.apport de chaleur externe selon Figure 8. quand le rapport de pression du cycle à régénération diminue. D S Les différentes isobares étant.détente adiabatique CD . 3) Le rendement du cycle de Joule est indépendant de la température Tc. Cette constatation est du reste corroborée par le fait que. D'ailleurs.tant en ce qui concerne l'échange avec la source chaude. des courbes identiques simplement décalées parallèlement à l'axe des entropies. soit MC ou B'C' respectivement. 8.8 : cycle à régénération l'isobare MC .13 . ainsi le rendement du cycle AB'C'D'A est supérieur à celui du cycle ABCDA. ce qui accroît son rendement et finalement celui du cycle à régénération associé.ce qui implique notamment les mêmes t.8) . on constate que la température Td atteinte en fin de détente peut être supérieure à la température T atteinte en b M B’ fin de compression. La récupération de chaleur est d'autant plus efficace que l'écart entre les températures des points D et N (ou B et M) est plus grand. On constate que le rendement croît. pour un gaz parfait. le rapport de pression du cycle à régénération diminue en tendant vers l'unité tandis que le rapport du cycle de Joule équivalent devient égal à celui du cycle de Carnot effectué entre les Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. donc aussi de la quantité de chaleur apportée à haute température.i .

lequel comporte notamment une compression isotherme puis adiabatique.10 : cycle mixte MOTEUR A COMBUSTION EXTERNE Cycle de Rankine Le cycle de Rankine constitue le cycle théorique des centrales nucléaires à vapeur. ainsi qu'une détente isotherme puis adiabatique.i.m.détente adiabatique NB .11) : .i.11 : cycle de Rankine Comme le travail de compression OO' du liquide est généralement négligeable vis-à-vis du travail produit par la détente. en début de ce chapitre). nous confondrons les points O et O'. En effet.10).échauffement de l'eau et vaporisation isobares OMN . 8.i.compression adiabatique de l'eau OO' T M N O B B S Figure 8. ce qui fixe une limite supérieure au rapport de pression du cycle à b régénération. de l'échange à basse température (refroidissement isobare et compression isotherme).m.i. ainsi que la t.i..14 . donc d'améliorer le rendement. il y aurait lieu de considérer la t. de l'échange à haute température (échauffement isobare et détente isotherme). En pareil cas. D'une manière plus générale. pouvant s'exprimer par des moyennes pondérées (voir section sur la t. la récupération n'est possible que dans la mesure où Td n'est pas inférieure à T . Le rendement du cycle OMNBO peut s'écrire : Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. Le cycle de Rankine se compose des transformations réversibles suivantes (fig. les réacteurs nucléaires actuels réalisent des sources de chaleur à température peu élevée. 1 6 S T 3 4 P2 2 5 P1 Figure 8. ce qui aurait pour effet de réduire le rapport inverse des deux t.m. ce qui explique le recours à un cycle à vapeur sans surchauffe.m. L'échauffement isobare pourraît d'ailleurs être partiellement effectué par récupération. ces t.m. la présente étude peut être étendue au cycle dit "hexagonal" (figure 8. D'autre part.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 températures extrêmes Tc et Ta.condensation isobare (et isotherme) BO .

L'action conjuguée de ces deux effets contradictoires. une modification de la température de condensation agit directement sur la valeur du rendement du cycle de Carnot équivalent.m.m.i. Par contre.i. Il en résulte qu'une diminution de la température (ou de la pression) de condensation. En fin de compte.i.15 .m. globale Ton .m. relatives aux sources à haute et à basse températures. à haute température car elles n'affectent.12 : cycle à régénération (49) Ton = h n . la température de saturation augmente tandis que diminue le "poids" de cette température dans l'expression (51) de Ton. On a en effet : .so) P (47) (48) S Figure 8. dans la moyenne pondérée (51) qui détermine la t. sachant que sb = sn : Tbo η = 1− Ton O K K1 K2 q = J J1 J2 B on Ton . faiblement d'ailleurs.so (51) L'augmentation de la pression de vapeur vive pn (ou de sa température de saturation T ) n entraîne deux effets distincts . on peut négliger leur influence sur la t. .i. (sn . il vient.i. Pour l'échange à haute température qui comporte deux transformations successives.i. explique l'existence d'une pression optimale de vapeur vive qui confère au cycle de Rankine son rendement maximal.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 η = 1− q bo q on T (46) Bien que la notion de polytropique ne puisse s'appliquer à un fluide qui subit un changement d'état. mais elle peut être défavorable dans celui du palier de vaporisation. Les variations de la température de condensation étant très limitées.m.en ce qui concerne le palier de vaporisation.so ) + Tmn ( s n . on peut toutefois appliquer le concept de la t. d'où : Ton = Tom( sm .i. aux échanges calorifiques réversibles intervenant dans le cycle à vapeur. que le domaine de l'échauffement de l'eau.sm ) s n .en ce qui concerne l'échauffement OM de l'eau. la t.so) qbo = Tbo . (sb .m.so où l'on a : Tbo = To et (50) La relation (49) montre que le cycle de Rankine possède le même rendement qu'un cycle de Carnot effectué entre les t.m. correspondante est égale à la moyenne pondérée des t. Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. relatives à chacune d'elles.i. entraîne une augmentation appréciable du rendement du cycle de Rankine. la t.m. l'augmentation de la pression supérieure du cycle est toujours favorable dans le domaine de l'échauffement de l'eau. Tom augmente ainsi que le "poids" de cette t.ho sn .pour l'échange à basse température: En remplaçant dans (46) qon et qbo par leurs expressions (47) et (48) .pour l'échange à haute température : .

8. le cycle de Carnot équivalent PKJBP.ho Toa = sa . le rendement du cycle à régénération sera toujours amélioré si la température de vaporisation est augmentée et/ou si la température de condensation est diminuée.so et l'on a : avec (52) Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII.so ) ha . La quantité de chaleur élémentaire nécessaire pour échauffer de l'eau de K1 à K. et ainsi de suite. l'échauffement de l'eau est intégralement assuré par un échange calorifique interne au cycle et réversible de surcroît. on effectue des soutirages successifs en nombre infini (soutirage continu). 8. on peut substituer au cycle à régénération OKJBO. on peut écrire : q oa = Toa ( sa . Comme pour le cycle de Carnot équivalent. il est à la base des cycles réalisés dans les centrales thermiques pour lesquelles la température élevée que possèdent les gaz de combustion.i.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Cycle à régénération De la vapeur saturée se trouvant à l'état J (fig.12) est détendue isentropiquement jusqu'à la pression de condensation.m. Comme la seule chaleur reçue de la source chaude correspond au palier de vaporisation KJ. Par définition de la t. Il s'ensuit que le rendement du cycle à régénération ne dépend que des seules températures de vaporisation et de condensation (ou des pressions de saturation correspondantes) .16 . permet le recours à une surchauffe importante.12). ceci en vertu du théorème de Carnot. Au cours de cette détente.. Cycle de Hirn Le cycle de Hirn se distingue du cycle de Rankine proprement dit par l'adjonction d'une surchauffe NA de la vapeur (fig. De même. Ce cycle est donc équivalent à un cycle de Carnot fonctionnant entre les deux températures correspondantes. la quantité de chaleur élémentaire nécessaire pour échauffer de l'eau K2 à K1 doit être fournie par la condensation de la vapeur prélevée au deuxième soutirage (en J1) . c'est-à-dire par régénération de la chaleur fournie par la vapeur prélevée en cours de détente. il s'ensuit que ce cycle ne comporte que des transformations réversibles et que les deux seuls échanges avec l'extérieur mettent à contribution deux sources (chaude et froide) à température constante. Dans le cycle envisagé. Le premier soutirage à lieu sous une pression inférieure à pk mais ne différant de celle-ci que d'une quantité infiniment petite. doit être fournie par la condensation de la vapeur prélevée au premier soutirage (en J).

L'expression (54) indique clairement qu'une diminution de la température de condensation To entraîne toujours une amélioration du rendement.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 q bo = To (s b .i. dans la mesure où l'influence d'un accroissement de Tna est trop faible pour compenser celle de la diminution de Ton qui se manifeste aux pressions élevées. relative à échange à haute température peut s 'écrire (cfr relation 51) : O B S Figure 8. Tna . nous avons exclu pour simplifier le cas très exceptionnel où le point B serait situé en zone de surchauffe La t.i.m. pour une valeur donnée de la température Ta.12 : cycle de Hirn Toa = Ton (s n . Toa croît également avec cette pression et il s'ensuit une na amélioration concomitante du rendement. Il s'ensuit que la t. le rendement du cycle de Hirn l'emportera toujours sur celui du cycle de Rankine. pour une pression de vapeur donnée. dans la moyenne pondérée (55).m. Il existe cependant un domaine pour lequel la régie de croissance du rendement avec la pression est prise en défaut. Ton croît avec la pression comme le fait d'ailleurs nécessairement T . on comme on l'a vu (étude du cycle de Rankine).i. Considérons ensuite le cas où.i.m. de l'échange à haute température relative au cycle de Hirn sera. on fait varier la pression de la vapeur vive. D'ailleurs. Dans la mesure où la t. correspondante relative au cycle de Rankine.17 .i. Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. Ton intervenant dans cette moyenne pondérée est inférieure à la température de saturation de la vapeur tandis que la t.so ) (53) T A D'où il vient par la substitution habituelle et en tenant compte de l'égalité des variations d'entropie : η = 1− To Toa (54) M N Le cycle de Hirn est donc équivalent à un cycle de Carnot effectué entre les températures Toa et To.i.i.m. l'accroissement de la température de surchauffe entraînera non seulement l'augmentation de la t.m. il en résulte que le rendement du cycle de Hirn est une fonction croissante de la température de surchauffe. Dans ce paragraphe. on observe alors une légère diminution du rendement en dépit d'une augmentation de la pression.s n ) sa .m.m. la t.m. En effet. Ainsi. en sorte que dans les mêmes conditions de pression.so ) + Tna (s a .i. passe par un maximum pour une certaine valeur de la pression. si une augmentation de la pression entraîne toujours un accroissement de la t.so (55) Il est manifeste que la t.i. relative a la surchauffe mais encore de son "poids". Tna lui est supérieure.m. il n'en est pas de même de T qui. supérieure à la t.

L'avantage ainsi obtenu de la surchauffe peut être augmenté en réalisant la détente réversible de la vapeur d'abord selon l'isotherme AL. il s'ensuit que Tal (=Ta) est supérieure à la t. par suite de cet allongement.i.i. Tol relative à l'échange a haute température sera accrue par l'adjonction de la détente isotherme initiale. la t. lorsqu'on augmente l'importance de la resurchauffe isotherme. dès que.so (56) T A L Comme la t. de poursuivre l'échauffement isobare du fluide moteur jusqu'à une température aussi élevée que possible. si l'allongement de l'isotherme AL entraîne une augmentation de la t. En effet. pour les cycles à vapeur.i.i.m.i. Toutefois.m. on ne peut pas en conclure que le rendement du cycle en sera pour autant toujours amélioré. La t. Tal sera élevé dans la moyenne pondérée (56). ensuite selon l'adiabatique LB (fig. la température To qui intervient en (57) doit être remplacée par la t.m. une resurchauffe isobare IL. T ci-dessus.m. le point B situé à l'intersection de l'adiabatique LB avec l'isobare relative au condenseur. puis finit par diminuer. passe ensuite par un maximum.m. et ceci d'autant plus que le "poids" de la t. relative à l'échange à haute température peut s'écrire : Tol = Toa (sa . Tal se confond avec la température maximale atteinte par la vapeur. Il n'est pas possible de réaliser pratiquement la détente isotherme de la vapeur.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Cycle à resurchauffe La comparaison des cycles de Hirn et de Rankine a montré l'intérêt qu'il y a. pénètre en zone de surchauffe. que le ol rendement est amélioré par la resurchauffe isotherme.13). mais on peut approcher cette transformation idéale en effectuant après une détente adiabatique partielle AI. Tbo dont la valeur est d'autant plus supérieure à To que l'adiabatique LB a été déplacée davantage dans le sens des entropies croissantes. Par suite.m.i. Toa . Tol.sa ) sl .i. C'est pourquoi.i. Le maximum est atteint pour une valeur optimale de la pression intermédiaire qui caractérise le point L. La t. on effectue ainsi le cvcle à resurchauffe isotherme OMNALBO.18 .so Il résulte de l'expression (57) et de la discussion relative à la t.i.so ) + Tal ( sl . 8.13 : cycle avec resurchauffe (57) h -h avec Tol = l o sl .m.m. relative à l'échange à haute température peut alors s 'écrire : Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII.m. le rendement du cycle croit d'abord. On vérifie aisément que le rendement du cycle étudié a pour expression : η = 1− To Tol O M N B S Figure 8.

Til sera d'ailleurs d'autant plus basse que la pression intermédiaire pi sera plus faible.m.m. Le rendement d'un cycle est égal au complément à l'unité du rapport des quantités de chaleur échangées respectivement à basse et à haute température. les t. la t.m. encore que l'une d'elles puisse éventuellement disparaître (cycle de Lenoir). On peut même concevoir des cycles dépourvus d'adiabatique. est donnée par la relation 58. par suite. Dans le cas du cycle à o resurchauffe OAILBO. Cette t.m.i. relative à l'échange à haute température sera inférieure à celle du cas idéal correspondant à la détente isotherme.i. à un état d'équilibre avec la source froide.i. permettent d'apprécier l'importance des irréversibilités thermiques affectant chacun d'eux. en effet. la t. tout cycle comporte deux transformations adiabatiques.i. La t. Dans le cas d'une vapeur à laquelle la notion de polytropique n'est pas applicable. la t. Si l'on excepte le cas de l'adiabatique.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 T'ol = Toa (sa .si ) sl .m. Til deviendra inférieure à Toa et que dans ces conditions. relatives aux échanges calorifiques à haute et à basse températures.i.i. L'influence des paramètres du cycle sur son rendement s'étudie habituellement à partir de l'expression analytique de celui-ci.i. elle joue un rôle particulier.so ) + Til ( sl .so (58) Il est manifeste que la t.m.i. ce rendement sera inférieur à celui du cycle de Hirn correspondant. D'ailleurs. cette influence se révèle d'une manière plus directe et plus intuitive en se basant sur l'extension du théorème de Carnot et sur ses prolongements.m.m. En principe. Tol ou T'ol respectivement. Quant à l'adiabatique. la polytropique donne lieu à un échange calorifique dont le niveau de température peut être caractérisé par la t. CONCLUSIONS Les cycles théoriques à gaz sont composés d'une succession de transformations polytropiques. le rendement n'est plus indépendant de la quantité de chaleur apportée au cycle. Il en résulte que pour une valeur optimale de la pression intermédiaire pi. l'expression analytique du rendement s'en déduit aisément. le rapport de ces quantités de chaleur peut être remplacé par le rapport des t.m. ajoute à celui-ci un complément d'information intéressant. relative à l'échange à haute température. ne se traduit plus par une fonction analytique simple. Les cycles idéal OALBO et théorique OAILBO sont équivalents aux cycles de Carnot effectués entre les t. et la température T . elle seule permet de faire passer réversiblement le fluide d'un état d'équilibre avec la source chaude.i.i. est cependant déterminée par le rapport de la variation d'enthalpie à la variation d'entropie correspondante pour la transformation généralement isobare envisagée. Pour tous les cycles théoriques. Mais. qui représente la température constante d'une source énergétiquement équivalente. le rendement du cycle à resurchauffe sera maximal et qu'en dessous d'une certaine valeur de cette pression.m.19 . lorsque les deux polytropiques ne sont pas de même espèce. la t. en effet. Le rapport des quantités de chaleur échangées par un cycle à Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. à haute température du cycle à resurchauffe deviendra inférieure à celle du cycle de Hirn correspondant.i. Le théorème de Carnot a été étendu aux cycles réversibles effectués entre deux polytropiques de même espèce. Tal (=Ta).m. Cependant. mais il faut alors faire intervenir des échanges calorifiques internes (cycle de Stirling).m.i. correspondantes.m. Til est inférieure à la t. le calcul du rendement à partir des t. C'est ainsi qu'en dessous d'un certain seuil de cette pression.i.

m. tous les cycles théoriques des machines motrices thermiques peuvent être ramenés à des cycles de Carnot équivalents. relatives aux échanges calorifiques. relatives à ces transformations partielles et de leurs importances relatives. nécessite la prise en considération des irréversibilités mécaniques et thermiques internes au cycle. correspondantes. La transformation isobare de l'eau en vapeur surchauffée implique trois transformations successives. La t. ex.i.i. constitue donc. En outre.i. permet ensuite d'exprimer ce rendement en fonction des t.m. Dès lors.m. si le rôle fondamental du cycle de Carnot est notoirement reconnu en thermodynamique théorique.i.3). la pression de resurchauffe) peut être justifiée par la même démarche. Les cycles à vapeur sont améliorés par certains procédés (soutirage. En effet. On a ainsi vu comment dans certains cas (cf. La transposition des conclusions relatives à l'étude d'un théorique.. le premier principe conduit à l'expression du rendement en fonction des quantités de chaleur échangées avec les sources chaude et froide. ces conclusions pouvaient être considérablement modifiées sous l'effet de ces irréversibilités.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 vapeur avec les deux sources chaude et froide.i. permet d'étudier lorsqu'on modifie les paramètres du cycle. § 6. l'influence de chacune d'elles sur la t. à celles relatives au cycle réel correspondant. relative à l'ensemble de l'échange à haute température. D'une manière générale. une conséquence directe des premier et second principes de la thermodynamique. l'optimisation de certains paramètres (p. Le principe d'équivalence et le principe de Carnot constituent les fondements de la présente étude.m. son importance s'affirme également par ce qui précède en thermodynamique appliquée. relatives aux deux échanges. Chapitre 8 C YCLES DE MACHINES MOTRICES VIII. La comparaison des t.m.i. tandis que le second principe sur lequel repose la définition de la t.m. pouvant encore être remplacé par le rapport des t. le rendement s'en déduit directement.20 . au même titre que l'exergie. resurchauffe et même cycles binaires ou combinés) dont l'influence favorable s'explique aisément lorsqu'on raisonne sur les t. et partant sur le rendement.m.i.

15 = 7.15 -20°C Q 10°C B R C S Figure 9. Son coefficient de performance (COP) se calcule au moyen de la formule classique (fig.1 . c'est-à-dire avec les deux sources.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 CYCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR CYCLES THEORIQUES Machine frigorifique Le cycle de référence de la machine frigorifique est le cycle de Carnot inversé. avec tqr = .20°C ε= Q qr Q sp − Q qr = Tqr = 253. on a supposé que les échanges thermiques avec les deux sources s'effectuaient sans écart de température.15 = = 4 . il y a lieu de tenir compte des écarts de température nécessaires aux échanges thermiques externes.233 288.15 T A 15°C P 15°C D S Dans le cycle PQRS. On obtient ainsi le cycle théorique ABCD pour lequel le COP s'écrit : ε= Tbc 243.15 − 253.1 où : Tda est la température de condensation (tda = 30°C) et Tbc est la température d'évaporation (tbc = .052 Tda − Tbc 303. on réalise ainsi le cycle idéal.1) : Tsp − Tqr où : Tsp est la température de la source chaude (ambiance =15°C) et Tqr est la température de la source froide. Chapitre 9 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.15 − 243. En pratique. effectué par une vapeur. 9.30°C).

nous supposerons que le fluide frigorifique est le Freon 12 (CCl2F2).491 D’ A D B C’ S Figure 9. est déterminée comme suit.54 218.5433 1.17 228.40 − 228. caractérisé par sa température moyenne intégrée (t. peut être assimilée à un échange thermique isotherme.2 . N.1243 1.2). le fluide étant le Freon 12. : les exergies sont calculées pour la température de référence de 15°C Dans tous les exemples qui suivent.57 373.900 -27. et ses propriétés étant fournies au tableau 9.327 -28.15 K Chapitre 9 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.).5751 1.5751 1.82 366.B. 9. la compression isentropique s'effectue dans la zone de vapeur surchauffée.32 222.552 0.92 390.31 330.14 343. dont les propriétés thermodynamiques sont disponibles à la table 9. l'échange de chaleur sous température variable suivant D'DA. énergétiquement équivalent.54 = = 303.0658 1.i.239 7.963 -7. Le rejet de chaleur à l'ambiance s'effectue dès lors suivant le tracé D'DA appartenant à une isobare (fig.5433 1.1 : propriétés du Freon 12 (dichloro difluoro methane CCl2F2) état A A' B B' C C' C" D D' D" F L L' V h(kJ/kg) 228. le COP se calcule comme pour le cycle de Carnot inversé.12 214.1 pour les points caractéristiques des cycles examinés ci-après.5984 1.726 9.934 8.6262 1.5545 e(kJ/kg) 0.254 7.0844 1.0979 1.269 7.m.041 -5.866 -4.43 338.0979 1.i.92 363.4 380.98 s(kJ/kg/K) 1. Comme développé au chapitre 8.m. La t.sa 1.433 -25.2 Dans le cas du régime sec.5751 − 1.0658 1. soit : ε= Tbc' = 4.56 K sd' .094 -5.54 218.1 : Td'a = hd' .025 Td ' a − Tbc' avec Tbc' = 243. en sorte que la température finale correspondante est supérieure à la température de condensation.0979 Dans ces conditions.5984 1.h a 373.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS T 13/10/00 Table 9.

0658 On a par ailleurs : Tb'c' = 243.5751 − 1.15 K D'où il vient : ε= Tb'c ' = 4. il s'effectue alors suivant B C' C" (fig.028 Td' a ' − Tb' c' Dans le cas où une surchauffe initiale C' C" de 10°C affecte la vapeur aspirée par le compresseur.0979 C” 10°C B C’ T D’ A S D 10°C A’ Figure 9.h b 343.m.3).m. relatives aux deux échanges à haute et à basse températures du cycle.s a' 1.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Lorsqu'on prend en considération un sous-refroidissement AA' de 10°C (fig.12 = = 243.3 Chapitre 9 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.3 . l'échange avec la source froide n'est plus isotherme.5964 − 1.54 = = 304. la t.4 h c" .92 − 228.s b 1.82 = = 303.h a' 373.46 K sd" . 9.5984 − 1. T Il vient ainsi : D’ A D Td" a = h d" .92 − 222 .i. Il est alors nécessaire de calculer les t.983 Td "a − Tbc" Figure 9.4).51 K sd' .sa 1.40 − 218.i.0979 Tbc" = B’ C’ S Tbc" ε= = 3. 9.36 K sc" . relative à l'échange considéré se modifie encore et l'on a : Td'a' = hd' .ha 380.

les t.06 339.31 Tb' c" = = = 243.15 278.82 = = 304. des deux échanges à haute et à basse températures doivent respectivement tenir compte de l'une et l'autre de T ces modifications (fig. intermédiaire Figure 9. 9.) relatives aux échanges thermiques avec les sources chaudes (Tch) et froide (Tfr).15 278.50 e 9.043 IX.08 338.15 278.599 5.i.5 Enfin. on obtient en l'absence de sous-refroidissement et de surchauffe initiale : Tva = h v .15 243.54 = = 303. 9.6).32 338.s b' 1.025 4.15 243.15 e 7.h a' 380. où le refroidissement intermédiaire se fait irréversiblement.989 4.pour un refroidissement intermédiaire biétagé (MS et SN) : ε = 4.36 243.15 243.643 5.92 − 218.049 Tva − Tbc' On peut montrer.053 4.0658 Tb' c" ε= = 3.92 − 214.5). biétagé 4. le COP prend les valeurs suivantes : .0979 Tbc' = 243.0658 h c" .233 5. que dans le cas.15 338.5984 − 1.35 K sc" .036 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR 4. monoétagé Chapitre 9 Refroid.043 Le tableau 9.56 N 303.15 K ε= Tbc ' = 4.36 K sd" .36 303.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Lorsque le cycle comporte à la fois le sous-refroidissement et la surchauffe initiale.20 S Sous-refr.036 . et surchauffe Refroid.20 K s v . plus conforme à la réalité.989 Td"a ' − Tb'c" Td" a ' = A’ A 10°C D C” 10°C B’ C’ S Figure 9. dans le cas d'une compression biétagée avec refroidissement intermédiaire réversible par prélèvement continu de fluide frigorigène en cours de détente (fig.6 Refroid. pour les différents cycles étudiés ci-dessus.1 : synthèse des résultats Machine frigorifique A D V Tch (K) Pompe à chaleur Tch (K) 323.h b' 343.623 5.15 278.5964 − 1.634 Tfr (K) 253.15 338.983 3.233 4.4 .2 indique.35 243.52 278. T Table 9.m.pour un refroidissement intermédiaire monoétagé MN : ε = 4. utilisées dans le calcul.636 5.028 3.15 303.sa' 1.5545 − 1. les valeurs des COP ainsi que celles des températures (température constante ou t.15 M 303.m.51 304.46 C’ 304.i. D” On a alors : hd" .h a 366. par un calcul classique du cycle.049 Cycle idéal Cycle théorique 30°C Régime sec Sous-refroidissement Surchauffe initiale B 30°C 288.sa 1.98 − 228.60 Tfr (K) 288.15 243.

tendrait vers celui du régime humide correspondant. En particulier.le régime sec implique une augmentation de la t. Ils ont été obtenus pour des températures des sources chaude et froide respectivement égales à 50°C et 15°C.i.i.O. est diminué.m. . 3° La compression biétagée associée à un refroidissement intermédiaire (réversible !) et interne au cycle. les conclusions élaborées pour la machine frigorifique peuvent s'étendre à la pompe à chaleur. Ceci résulte de l'abaissement de la température finale de compression.i.i. les résultats du calcul des t. Il en résulte une amélioration du C. relative à l'échange à basse température.. et des COP sont indiqués. . 4° Dans le cas d'un refroidissement intermédiaire irréversible.P.1.P.O. de l'échange à haute température. on peut y ajouter les conclusions complémentaires qui suivent : 1° Entre deux niveaux de température donnés. En ce qui concerne la pompe à chaleur.m. les cycles théoriques peuvent ici encore être assimilés à des cycles de Carnot inversés qui leur sont équivalents.P. en témoignent.O. 2° La comparaison des t.P. On constate en effet les correspondances suivantes : . le C.m.. Cependant.le sous-refroidissement détermine une diminution de la t.m. le C. relative à l'échange à haute température. on se rapproche progressivement du cas théorique de l'échange réversible.P.O. sont assimilables à des cycles de Carnot inversés équivalents.O..i. Par suite du relèvement correspondant de la température finale de compression. Les résultats des deux dernières lignes du tableau 12 qui prennent cette irréversibilité en considération. pour chacun des deux échanges thermiques externes.P. par suite de l'abaissement consécutif de la température finale de compression.P. d'où finalement une diminution de la t. relative à l'échange thermique à haute température. pour un nombre d'étages de compression croissant indéfiniment. au tableau 9.i.i.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Conclusions 1° Tous les cycles théoriques.m. mais globalement. Une multiplication des étages de compression conduirait donc.d'ailleurs la surchauffe initiale de la vapeur aspirée entraîne une augmentation de la t. apportée par la compression étagée. elle entraîne aussi une augmentation de la t. le COP d'une pompe à chaleur est d'une unité supérieur à celui de la machine frigorifique correspondante.O. c'est-à-dire avec un écart de température non infiniment petit. quand le nombre des étages augmente. mais ici la température de la source froide est identique à celle de l'ambiance. à la limite. c'est-à-dire non affectés par des irréversibilités internes au cycle. pour les différentes variantes.O.. par les différentes variantes du cycle. D'une manière générale. Cependant. On a en effet : Chapitre 9 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.5 . à une amélioration plus importante du C. détermine une amélioration du C. relative à l'échange thermique à haute température. explique l'influence des modifications apportées au C. est réduite. il en résulte une diminution du C.O. Ainsi. l'amélioration du C. il s'ensuit une certaine compensation de ces deux effets opposés.m.P.m. Pompe à chaleur Le cycle de référence de la pompe à chaleur est encore le cycle de Carnot inversé.

revient à des changements d'état isothermes (évaporation ou condensation) . Il s'ensuit que les influences des sous-refroidissement. l'exergie enlevée à la source froide.∆T On aboutit d'ailleurs à une conclusion analogue en ce qui concerne la machine frigorifique pour laquelle on obtiendrait : ε MF = T 1 − 2∆ T 2 3° Le tableau 9. le bilan exergétique se réduit à un seul terme non nul pour le passif. lorsque pour un écart de température donné (60°C). se retrouve intégralement dans l'exergie cédée à la source chaude. est égal à l'unité. n'affectent que faiblement la t. En effet. on a Tch = T + ∆T et Tfr = T . Cependant. augmentée du travail globalement dépensé.m.m. 4° Les différentes variantes du cycle (MF ou PC) sont caractérisées par des COP qui diffèrent très peu l'un de l'autre. On constate ainsi que dans ces conditions.3 permet de comparer les valeurs que prennent les COP.55 ε PC 4. En ce cas. c'est-à-dire le rapport de l' exergie enlevée à la source froide au travail dépensée. ne peut avoir qu'une valeur nulle. pour la machine frigorifique ou la pompe à chaleur. le COP augmente avec le niveau de température moyen.i. de même que finalement le COP.89 4.55 BILANS EXERGETIQUES Machine frigorifique Le cycle idéal PQRS (fig.3 : Evolution du coefficient de performance avec la température moyenne T (°C) -40°C à +20°C -20°C à +40°C 0°C à +60°C -10 10 30 ε MF 3. Dans ces conditions.22 4. les valeurs des t.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 ε PC = Q ch Q fr + W Q ch = = + 1 = ε MF + 1 W W W 2° Pour un même niveau moyen de température (T).89 5. Table 9.m. Ceci résulte de ce que pour chacun des deux échanges thermiques considérés séparément.i.i. il s'ensuit que l'exergie de la chaleur qui lui est cédée.) s'accroît. 9.6 .22 5.1) n'est affecté par aucune irréversibilité. le rendement exergétique. on fait varier le niveau de température moyen (t) du cycle. surchauffe initiale et/ou refroidissement intermédiaire. à savoir l'exergie prélevée à la source froide. en cause. la part largement prépondérante de ces échanges. Dès lors. varient très peu d'un cas à l'autre. la source chaude étant ici l'ambiance. le COP diminue lorsque l'écart (2∆T) entre les températures extrêmes (éventuellement les t. Chapitre 9 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX. On a en effet : ε PC = Tch T + ∆T T 1 = = + Tch − Tfr 2 ∆T 2∆ T 2 avec T = 0.5 (Tch + Tfr) .

E' = 6.38 kJ (25.2).6%) avec E' = 0 .hc) .hb) = 28. 9.perte d'exergie à l'évaporateur: (eb . devient : .ec) .perte d'exergie au condenseur : (ed .97 kJ (56% de W) avec hc = 1 .hb) = 26.hc')hc = 16.42 kJ (18.06 kJ (19.6%) . 9.exergie enlevée à -20°C : E = (hb .69 kJ (25.ea) .hb) / W = 4.20°C : E = (hb . entropies et exergies étant données au tableau 14 : .travail dépensé : W = (hd . tgr = -20°C).exergie enlevée à .ea) .perte d'exergie à l'évaporateur : (eb .0%) avec E' = 0 à la température ambiante.84 kJ .E = 5.hb) / W = 4. 9.perte d'exergie au condenseur : (ed' .05 En régime sec (fig.6% . . introduit une irréversibilité mécanique à laquelle correspond l'absence de travail récupéré au cours de cette transformation.rendement exergétique : ρ = E / w = 56. les valeurs des enthalpies.72 kJ .hc) hc = 14. Chapitre 9 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.1) prend en considération les écarts de température nécessaires aux échanges thermiques avec les deux sources (tsp = 15°C.0% .ec') .coefficient de performance : ε = (hc' . il en résulte deux irréversibilités thermiques externes au cycle.8%) .Tsp/Tqr .7 .04 kJ (55.02 La substitution dans le cycle d'une détente par laminage à l'isentropique (fig.travail dépensé : W = (hd' . le bilan ex.hc') .rendement exergétique : ρ = E / W = 55.(ha .E' = 7. Le bilan exergétique s'établit alors comme suit.E = 5.coefficient de performance : ε = (hc .SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Le cycle théorique ABCD (fig.7).(ha .0%) .

11 T D’ A D L C’ S Figure 9.6%) .perte d'exergie au condenseur : (ed' .8%) .8).hl) / W = 3.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS T 13/10/00 Le bilan exergétique s'établit alors comme suit : .ec') .0 % . laminage : ea .perte d'exergie à l'évaporateur: (el .E' = 7.0%) .travail dépensé : W = hd' .57 kJ (15.E' = 7.14 kJ (14.35 kJ (15.8% .2%) .ea) .ec') .38 Chapitre 9 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX. le bilan exergétique devient : .E = 5.hc ')hc = 15.9%) .perte d'exergie au condenseur : (ed' .exergie enlevée à -20°C E = (hl' .8%) . laminage : ea' .el' = 5.E = 5.38 kJ (20.50 kJ (46.coefficient de performance : D’ A A’ 10°C D L’ C’ S Figure 9.el = 7.26 kJ .hl') / W = 3.hc' = 35.8 ε = (hc' .8 .rendement exergétique : ρ = E / W = 43.84 kJ (22.perte ex.rendement exergétique : ρ = E / W = 46. 9.hc' = 35.travail dépensé : W = hd' .26 kJ .perte d'exergie à l'évaporateur: (el' .59 kJ (21.coefficient de performance : ε = (hc' .2%) .ea') .hc')hc = 16.perte ex.7 Lorsque le laminage est précédé par un sousrefroidissement (fig.5%) .15 kJ (43.exergie enlevée à -20°C : E = (h1 .

le bilan exergétique s'établit comme suit : .59 kJ (20.38 Figure 9.perte d'exergie à l'évaporateur: (el' .5%) D A . Dans ces conditions.rendement exergétique : ρ = E / W = 43.E' = 8.35 kJ (14.ec") .1% .coefficient de la performance : ε = (hc" .hl) / W = 3.00 kJ T F .30 kJ (46.12 T D” A D C” 10°C L C’ S Figure 9. L'état F est alors déterminé en prenant en considération le rendement isentropique du compresseur ici égal à 80%. une détente par laminage.E' = 8.E' = 5. on a : .rendement exergétique : ρ = E / W = 46. on a le bilan exergétique (fig.63 kJ (23.perte d'exergie au condenseur : 10°C (ed" .5%) .10) : .6%) Chapitre 9 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX. 9. laminage : ea' .perte ex.72 kJ (15.7%) A’ .hl )hc = 15.travail dépensé : W = hd" .ea') .1%) .3%) . 9.perte d'exergie au compresseur : W .exergie enlevée à -20°C : E = (hc" . une surchauffe initiale et en régime sec. une surchauffe initiale et en régime sec (fig.10).SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Pour le cycle avec une détente par laminage.perte d'exergie à l'évaporateur: (el .9 .10 Dans le cas particulier où la machine frigorifique comporte un turbocompresseur.1%) .travail dépensé : W = hd" .02 kJ (17.35 kJ (11.hc" = 46.3%) .el' = 5.exergie enlevée à -20°C : 10°C E = (hc" .hc" = 37.00 kJ .ec") .9 Pour le cycle avec un sous-refroidissement. la compression adiabatique réelle s'effectue suivant C"F (fig.25 kJ .perte ex.9).95 kJ (43.perte d'exergie au condenseur : (ed" . 9.ea) . laminage : D” ea' .(ef .travail dépensé : W = hf .ec") = 8.17 kJ (22.E = 5.hc" = 37.perte ex.hl') / W = 3.coefficient de performance : ε = (hc" .5%) C” . laminage : ea -el = 7.el' = 5.3%) L’ C’ .7% S .hl') hc = 17.28 kJ (14.

d'où une importante diminution de ρ. En ce qui concerne les irréversibilités thermiques. 9. De son examen. n'affectent que faiblement ρ.exergie enlevée à -20°C : E = (hc" .72 kJ (12. la perte d'exergie peut être calculée en utilisant la notion de t. qui sont dues au laminage et au turbocompresseur. au sous-refroidissement.i.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 . Ainsi. c'est-à-dire qui ne comportent aucune irréversibilité interne.10 . En effet.4 permet de comparer les performances des différents cycles que nous avons analysés.4% . lesquelles réduisent encore sensiblement ρ.m.E = 5. l'analyse exergétique s'applique indifféremment à tous les cycles. la perte d'exergie relative à un échange thermique peut s'exprimer comme suit :  T  1 1  T Q 1 − 0  − Q 1 − 0  = Q −  T0  T  T2   T2 T1  où T2. ou les t. Contrairement au bilan thermique qui ne tient compte que du seul principe d'équivalence. d'une manière générale. ni interne ni externe.perte d'exergie à l'évaporateur: (el' . Il conduit ainsi.87 kJ (21.4%) .3%) . à la surchauffe initiale.ec") .m.15 K et Tl = Td'a = 303.hl')hc = 17. d'où ρ=100%. du fluide chauffé.rendement exergétique : ρ = E / W = 37. à mettre en évidence les différentes irréversibilités qui affectent l'installation.coefficient de performance : ε = (hc" . 2° Le cycle théorique prend en considération les irréversibilités externes relatives aux échanges avec les sources chaude et froide.35 kJ  T2 T1  C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.4%) . engendrent d'importantes et nouvelles pertes d'exergie. du fluide chauffant et de l'ambiance.perte d'exergie au condenseur : (ef .i. comme c'était déjà le cas des machines thermiques motrices. 4° Les irréversibilités mécaniques internes au cycle.70 Conclusions Alors que la notion de température moyenne intégrée ne s'applique qu'aux cycles théoriques. on a par exemple pour la troisième variante (fig.E' = 9.hl') / W = 2. qu'ils soient théoriques ou réels.30 kJ (37. Le tableau 9. et aussi à en faire l'évaluation. où T2 = To = 288.2).56 K (h Chapitre 9 d'  1 1 − h a ) −  T0 = 7. on peut tirer les conclusions suivantes : 1° Le cycle idéal ne comporte aucune irréversibilité. le bilan exergétique prend également en considération le principe de Carnot. Tl et To sont respectivement les températures.ea') . 3° Les modifications dues au régime sec.

1 46.2 21.2 18.3 17.init. 43.4 15.0 61.0 100.1 37.23 9.6 11.9 18.7 3.1 17.4 10.9 20.11 .9 15.0 61.22 46.38 4.7 14.5 12.3 16. Cycle idéal Exergie enlevée à -20°C Exergie cédée à 50°C Perte ex.8 50.6 22.8 13.0 45.0 x x x x x x x x 100.7 23.4 42.7 17.0 19.6 25.9 Sousrefroidis.6 25.4 3.38 4.5 Laminage 43.8 14.8 16.9 16.6 60.3 11.12 4.9 4.64 55.0 7.1 37.23 56.5 20.0 15.3 19. exergétique 100.5 17.7 50.5 2.3 22. 46.0 22.2 18.5 25.6 11.65 Cycle Régime théorique sec 56. évaporateur MF PC MF PC Perte exergie condenseur MF PC Perte exergie laminage MF PC Perte exergie compresseur MF PC Rend.11 4.7 50.4 : comparaison des irréversibilités dans les différents cycles.4 55.62 43.1 Surch.92 ρ ε MF PC Coef.3 14.9 21.70 3.5 12.6 60.5 24.0 45.8 50.4 42.0 4.02 5.62 43.6 Sous-refr.3 3.27 46.0 16.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Table 9.0 22.05 5. de performance MF PC Chapitre 9 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX.0 3.6 13.0 100.1 46. Turbo+Surchauffe compresseur 46.

Le tableau 9.SYST016 ANALYSE EXERGETIQUE DES SYSTEMES INDUSTRIELS 13/10/00 Pompe à chaleur Les données générales concernant la pompe à chaleur sont analogues à celles indiquées au paragraphe précédent. qui peut d'ailleurs s 'étendre à la machine frigorifique. En particulier. d'autre part.4. de ce que dans le premier cas. restent valables pour les variantes correspondantes de la pompe à chaleur.4 présente les différents bilans exergétiques de celle-ci. réduit. de ce que l'élévation du niveau moyen de température. Chapitre 9 C YCLES FRIGORIFIQUES ET POMPES A CHALEUR IX. relatif aux machines frigorifiques. 3° Le rendement exergétique (et aussi le coefficient de performance) est plus élevé pour la pompe à chaleur que pour la machine frigorifique. mais avec la différence essentielle que les températures des sources chaude et froide sont ici respectivement égales à 50°C et 15°C. le travail dépensé participe à la production de chaleur utile. les figures où sont représentées les différentes variantes du cycle frigorifique. les conclusions élaborées pour la machine frigorifique restent valables pour la pompe à chaleur. pour chacun des deux échanges thermiques considérés. on peut écrire les expressions suivantes du coefficient de performance et du rendement exergétique : ρ= exergie cédée à la source chaude Q  Tamb  = 1 −  exergie dépensée E T  ε= d'où : chaleur cédée à la source chaude Q = travail dépensé W avec W=E ρ T = 1 − amb ε T On en conclut que le rapport du rendement exergétique au coefficient de performance est égal au rendement d'un cycle de Carnot effectué entre la température de la source chaude et celle de l'ambiance. Ceci résulte d'une part. Cette conclusion.12 . 2° Par définition. il appelle les observations suivantes : 1° D'une manière générale. se confirme aisément en calculant la valeur du rapport ρ/ε pour les différents cas du tableau 9. l'irréversibilité thermique lorsque la température augmente.

2 32.3 28.876 -84740 -32950 C3H8 propane 44.006 294.778E-05 1.092E-02 2.658E+01 7.7 97.559 -297100 -300400 O3 ozone 47.602 -235000 -168400 H2S hydrogen sulfide 34.5 34.895E-08 -6.845E-03 -1.961E-05 1.141E-01 -8.748 -103900 -23490 C4H10 n-butane 58.2 39.808 -129.491 SYST016 Annexe 1 Page 1 .078E+01 2.586E-04 3.377 43.080 213.328E-08 2.063E-01 -1.162 -208600 16400 C10H22 n-decane 142.000 0.124 261.998 181.4 28.847E-01 -1.015 373.011 4827.713E-09 -4.009E-02 -6.697E-08 8.830 -242000 -228800 CO carbon monoxide 28.705 -269.013 184.836E-02 -2.7 43.063 263.290 -99.000E+00 2.247E-02 0.232 398.4 64.321 -1144.913E+00 9.699E-02 -4.409E+00 1.267 11.149E+00 -6.846E-04 2.464 -45720 -16160 N2O nitrous oxide 44.369E-06 6.521E-06 0.6 35.246 -74900 -50870 C2H6 ethane 30.731E+01 2.081 142800 162900 C carbon (graphite) 12.2 29.15 Formula Name MolWt Tb Cp(20°C) DelHf DelGf K J/mol/K J/mol J/mol N2 nitrogen 28.7 23.162E+01 7.2 39.340 489.195E-04 8.124 272.096E+00 7.460 81600 103700 NO nitric oxide 30.131E-08 5.654 -949.533E+01 4.194E+01 1.807 90430 86750 NO2 nitrogen dioxide 46.288E-04 1.000E+00 2.626 33870 52000 CH4O methanol 32.693E+01 6.243E-05 1.281E-02 -5.313E-01 -1.115E+01 7.250 -134600 -20900 C8H18 n-octane 114.739 0 0 H2O water 18.145 -74.4 96.131E-07 -9.006 121.010 81.919E+01 1.830E-08 2.000 -44.423E+01 4.196E-05 -1.707E-05 -1.176E-08 2.385E+01 6.747E-09 1.747E-06 -4.432E-05 -1.219E-02 -4.956E-03 -1.525E-10 2.SYST016 Constantes themodynamiques de quelques substances courantes 293.224E+00 3.016 20.416 0.042 337.3 36.491 0 0 Propriétés des corps purs DelSf J/mol/K 0.597 -173.6 51.378E-04 9.609E-01 -5.181 -249800 33240 C12H26 dodecane 170.712E-01 -4.000 0.781 0 0 H2 hydrogen 2.777 -110600 -137400 CO2 carbon dioxide 44.436E-03 2.070 184.471 0 0 Ar argon 39.108E-04 -2.3 20.445 -201300 -162600 C2H6O ethanol 46.359E-07 2.081E-05 2.115E-06 0.869E-02 -2.390E+00 3.347E-04 1.587E-05 -2.010 37.060 444.938E-05 8.923E+01 5.4 29.015 -126200 -16100 C4H10 isobutane 58.0 8.930E-10 2.013 77.341E-10 2.124 12.707 -393800 -394600 CH4 methane 16.800 -223.626E+01 1.187E-09 2.068 -67.069 351.8 35.054E+01 8.935E+01 -9.549 0 0 S sulfur (rhb) 32.000 0.822E-09 -1.273 89.352 -754.773E-04 2.855E-08 -7.948 87.373E-09 3.328E+00 1.383E-02 1.286 447.000 0.324E-05 3.021E-10 2.155 -20180 -33080 O2S sulfur dioxide 64.277 -381.014E+00 2.5 276.549 23.8 186.343 -60.781E-01 -6.000 CpVap A CpVap B CpVap C CpVap D J/mol/K J/mol/K2 J/mol/K3 J/mol/K4 2.683 -80.852E-08 9.843 0 0 O2 oxygen 31.390E-05 1.094 231.043 111.888 2.3 231.381 -291100 50070 H3N ammonia 17.7 38.215E-08 9.696 -369.185E-08 2.000E+00 -4.031 239.208E-02 1.999 90.487E+00 3.177E-06 -4.851E+01 1.1 72.7 28.

45 152.36 55.15 35.26 78.99 58.34 59.49 23.26 8.41 261.78 34.63 59.91 478.91 36.26 C10H22 n-decane 217.22 772.39 81.24 57.59 194.99 35.12 34.25 90.71 29.44 31.92 56.71 20.40 503.84 37.34 8.60 36.78 30.10 34.70 42.73 719.63 740.90 43.73 57.02 55.78 20.78 32.74 30.17 50.24 48.49 1800 2073.98 43.37 44.82 O2S sulfur dioxide 38.86 59.49 1000 1273.81 132.29 8.49 1600 1873.SYST016 Chaleur spécifique (état de gaz parfait) Cp t °C 0 200 T (K) 273.51 142.56 679.85 41.33 C12H26 dodecane 259.67 20.56 8.14 C4H10 isobutane 90.55 23.58 61.91 115.27 43.78 33.46 67.37 51.79 47.72 44.15 32.73 56.80 517.41 213.32 124.09 524.08 235.36 52.06 257.55 23.84 69.73 57.55 23.15 N2O nitrous oxide 37.86 58.78 29.61 85.68 H2S hydrogen sulfide 33.54 40.60 248.15 473.88 154.38 61.52 51.44 71.59 146.30 113.29 31.73 49.51 34.78 31.55 23.84 554.14 59.30 86.71 212.34 222.74 51.64 447.86 47.56 36.66 25.13 56.91 149.33 38.67 62.31 52.37 C8H18 n-octane 175.55 23.63 H3N ammonia 34.85 46.78 30.90 55.60 137.75 349.49 1200 1473.49 1400 1673.49 400 673.34 50.07 C3H8 propane 68.78 32.04 H2O water 32.15 N2 nitrogen 28.77 145.56 233.01 33.04 406.65 138.85 O3 ozone 38.41 35.53 59.92 O2 oxygen 29.70 621.17 8.33 8.97 20.75 261.05 8.91 53.83 34.46 48.72 45.15 32.48 37.57 45.50 53.55 63.90 181.24 53.40 181.47 8.96 55.63 84.79 77.93 35.77 548.87 57.11 20.55 23.63 649.41 340.24 57.15 31.43 182.63 49.57 CH4 methane 34.04 39.33 57.93 809.86 240.63 66.12 45.43 48.49 600 873.06 660.96 433.11 46.79 83.24 104.67 42.06 274.26 37.46 74.48 C2H6O ethanol 61.01 245.26 59.48 CH4O methanol 41.70 578.15 35.52 148.67 94.00 CO2 carbon dioxide 36.04 CO carbon monoxide 28.85 224.00 36.98 214.72 705.66 20.52 91.63 30.43 35.07 NO nitric oxide 29.49 Propriétés des corps purs SYST016 Annexe 1 Page 2 .27 31.15 34.11 Ar argon 20.17 855.55 23.05 20.77 32.80 143.66 67.78 H2 hydrogen 28.06 75.55 8.60 C4H10 n-butane 91.33 33.97 47.55 23.07 205.93 234.15 36.15 33.99 35.94 406.27 96.26 108.03 31.99 37.26 C carbon (graphite) 8.36 C2H6 ethane 49.26 91.36 54.68 195.27 502.18 60.89 42.03 32.87 47.93 127.86 248.84 35.39 52.96 260.82 163.66 141.06 33.58 35.64 NO2 nitrogen dioxide 35.72 29.23 600.94 20.52 139.49 800 1073.49 87.52 591.47 50.96 75.13 53.10 46.55 S sulfur (rhb) 23.24 20.55 34.

5 27606.2 100293.0 17329.8 235497.5 6140.9 7521.5 94473.8 357927.8 2604.3 16396.3 106147.8 C -213.2 13193.9 28573.9 143866.9 131750.5 93475.5 2180.8 825022.6 1149362.3 CO -718.4 18357.9 6625.8 -2311.2 31774.5 341866.9 -288.4 O2 -734.1 25666.4 7526.2 964362.5 -518.2 183961.5 O2S -981.7 76152.6 C10H22 -5650.15 N2 -719.7 13465.0 394132.9 22924.3 315871.7 222577.7 36183.5 5944.4 H2O -818.9 104979.0 691821.7 11221.8 983103.1 35474.15 873.2 110675.2 -384.7 6206.5 2939.0 330993.0 24797.4 84511.6 224467.9 5286.5 27262.1 123303.9 1496.4 21841.9 109538.7 19434.2 46729.6 -352.2 13507.2 -287.9 15651.SYST016 Enthalpie (état de gaz parfait) h(T)-h° 0 15 273.5 S -587.5 C2H6 -1270.3 1600 1873.8 7144.6 11242.1 88763.1 -395.6 84558.7 22903.9 -377.7 Ar -519.6 41054.6 17193.7 641.2 778699.7 126982.9 73733.8 226016.8 1558.8 29526.9 -354.9 43678.1 21056.0 5054.3 60543.7 84710.4 824639.3 93566.5 -207.15 1073.2 558859.8 200 400 600 800 1000 473.9 72084.6 10045.7 50659.4 47017.1 3206.0 73154.8 -727.4 55105.8 -366.7 443324.3 59602.3 265147.5 49551.5 50095.5 60998.8 11533.5 28452.6 269920.2 36998.3 3075.3 77448.6 158154.0 116717.9 179509.8 4325.1 392250.2 38458.0 5308.3 11273.9 Propriétés des corps purs 100 373.1 85273.3 32300.5 24060.8 C12H26 -6755.0 5147.9 188468.8 32729.8 60916.7 48712.6 153538.8 38902.6 74521.9 20261.8 CO2 -935.1 CH4 -870.7 8335.0 15175.4 92470.1 26551.1 6714.4 53011.2 41061.7 -85.4 73837.9 289539.1 67123.6 7078.4 37896.2 30745.5 29094.8 138468.7 46735.3 CH4O -1071.0 2758.1 1400 1673.9 456123.8 61619.2 5357.7 61448.8 16104.3 59408.3 37467.8 2240.0 56141.7 2248.3 17635.3 564743.3 71534.8 C3H8 -1776.6 N2O -953.3 2858.9 -390.6 1800 2073.6 65893.6 38184.2 185941.2 328571.8 76348.15 2182.0 4915.3 -234.8 H3N -880.4 55421.2 3092.4 17250.1 -287.5 2822.5 C4H10 -2375.15 673.2 8871.6 128518.8 H2 -718.2 1761.0 2501.2 186933.6 83982.5 -341.0 37376.9 30971.9 25263.6 -962.9 60285.6 O3 -967.4 29127.0 20915.3 44960.8 SYST016 Annexe 1 Page 3 .15 58908.1 NO2 -908.0 23230.4 219185.3 -970.15 288.0 8809.6 4111.4 11690.8 174993.4 -434.15 37590.2 15976.0 16073.3 15581.1 87384.9 1200 1473.6 7360.2 69654.4 18205.3 32364.7 24209.1 62098.0 H2S -851.4 284509.4 54514.4 59658.9 27911.4 11755.8 -646.1 673706.7 11948.4 72557.7 57147.6 36885.8 529050.0 41696.2 53830.0 25825.4 10904.4 75953.6 49577.6 7792.0 97709.4 40809.4 52139.8 16906.4 C2H6O -1583.5 C8H18 -4550.15 1273.2 237638.4 -328.4 24417.3 372935.9 3016.9 -294.4 38889.1 46022.6 17553.1 C4H10 -2352.2 53467.5 16854.9 666109.5 -298.4 103587.0 13820.7 18037.4 36803.1 31444.3 48621.1 48674.6 8103.6 60602.9 -2763.4 95925.7 6956.6 93008.2 41972.0 49600.15 5145.4 21138.6 NO -744.4 128612.4 201445.5 59368.5 22345.9 3509.8 3636.2 50902.1 146338.9 73080.1 265811.3 -1861.15 51689.1 34650.0 39626.4 137801.5 2160.4 8096.9 98474.4 27602.15 44577.1 13916.9 37710.

411 13.278 -1.271 57.653 -9.860 54.017 NO2 -3.715 62.078 50.801 100 373.429 390.387 32.597 13.737 3.244 9.937 34.826 206.047 712.302 914.008 36.288 94.931 -6.797 66.216 60.820 -0.529 40.451 113.530 17.15 1473.436 -1.899 18.619 296.120 CO -2.457 912.357 343.615 30.750 52.186 10.141 22.593 71.148 317.579 25.039 499.466 84.092 49.933 47.139 46.505 841.508 95.488 100.631 93.715 190.295 65.768 62.522 -0.380 314.918 162.784 1088.063 61.220 54.574 136.057 -0.872 596.967 6.394 45.562 51.455 48.166 33.044 71.528 6.237 -3.15 1873.641 28.204 H2S -2.887 104.164 121.950 12.992 63.844 38.189 92.575 1003.333 C -0.521 8.482 C2H6O -5.499 39.608 -1.443 158.297 25.164 597.257 8.742 36.316 -3.214 41.402 24.787 9.476 29.426 103.15 1073.15 1673.482 C4H10 -8.842 273.830 50.540 103.792 70.049 -1.206 44.709 H2 -2.658 14.329 26.004 40.086 248.338 -1.542 10.860 553.063 52.298 31.295 321.242 30.770 76.360 213.546 -2.560 13.746 15.899 66.15 24.749 -0.15 N2 -2.333 15.784 -7.940 251.406 125.953 79.692 97.210 N2O -3.505 29.377 37.755 33.663 6.240 9.203 58.697 55.782 72.798 80.326 350.235 66.318 288.256 23.283 C8H18 -15.350 C10H22 -19.455 618.286 77.15 6.781 132.809 157.450 58.332 19.820 679.725 8.634 42.984 O2 -2.937 18.713 209.868 377.784 8.370 62.309 C4H10 -8.221 -2.449 -1.621 19.194 59.778 208.741 19.004 16.324 59.355 58.15 288.916 163.983 -1.131 600 800 1000 1200 1400 1600 1800 873.433 46.305 33.202 C2H6 -4.618 39.923 23.980 7.867 -1.270 61.997 77.574 -1.656 481.SYST016 Entropie (état de gaz parfait) s(T)-s° 0 15 273.109 198.126 685.716 58.188 1.523 111.516 -0.752 18.388 40.297 465.315 51.883 72.441 86.663 57.832 818.997 47.989 106.474 15.350 O3 -3.799 54.832 133.15 13.390 -1.348 68.168 100.618 364.562 18.428 H3N -3.948 10.15 1273.169 36.058 268.975 91.916 49.303 87.359 57.005 Ar -1.653 766.140 84.540 85.172 45.214 16.169 50.077 46.899 38.085 -1.806 54.497 180.348 35.054 96.572 66.712 16.940 69.309 225.224 86.311 13.270 154.515 -0.031 33.999 286.165 O2S -3.648 13.286 CH4 -3.523 112.908 76.752 -1.366 46.853 222.312 NO -2.610 91.918 5.887 36.198 35.025 160.271 200 473.712 111.305 24.753 89.886 80.410 65.870 84.15 2073.249 CH4O -3.538 60.887 87.849 400 673.301 100.505 56.601 134.183 -1.087 24.101 37.555 Propriétés des corps purs SYST016 Annexe 1 Page 4 .980 H2O -2.292 S -2.105 45.897 57.917 173.519 43.086 34.455 70.701 4.163 24.657 192.199 216.739 67.013 6.982 CO2 -3.962 19.846 50.427 12.490 402.345 736.177 131.190 40.355 46.300 113.583 74.908 54.462 7.480 6.541 79.894 249.980 9.900 124.879 40.15 32.045 59.089 320.606 79.858 9.770 C3H8 -6.185 36.366 85.186 80.886 C12H26 -23.

375 37.435 41.777 CO2 37.967 29.694 78.981 43.549 23.351 56.322 54.637 47.195 33.707 CH4 34.825 35.747 C4H10 95.149 54.923 51.246 210.549 8.243 92.413 40.376 171.239 31.367 600.574 217.103 96.491 600 800 1000 1200 1400 1600 1800 873.780 H2 28.677 39.322 44.104 33.769 53.478 8.874 30.159 C10H22 226.128 38.155 O2S 39.177 95.737 32.790 233.491 23.105 388.656 112.046 312.464 42.725 34.730 78.034 231.491 23.658 33.15 29.045 107.15 29.811 67.491 Propriétés des corps purs 100 373.009 8.061 34.876 C3H8 71.460 38.435 37.249 C8H18 182.871 31.425 53.996 32.766 32.542 38.549 23.878 20.671 31.445 C2H6O 63.710 124.483 345.964 38.725 178.673 81.704 387.598 33.849 46.006 8.690 259.191 30.861 40.874 108.485 124.491 SYST016 Annexe 1 Page 5 .288 74.119 46.084 30.956 161.397 29.914 46.663 123.408 136.548 276.543 127.15 288.781 20.754 177.471 33.234 35.781 20.268 127.717 39.368 42.563 164.079 35.491 400 673.048 48.213 8.533 31.193 647.724 28.891 64.175 20.303 462.669 191.195 34.014 186.104 29.781 28.491 23.15 1873.775 40.15 1073.729 28.123 91.549 S 23.196 289.624 50.549 8.873 109.377 H3N 35.497 142.615 573.549 23.972 35.525 30.177 C12H26 270.181 30.781 20.062 30.882 33.358 59.475 47.359 60.688 47.688 53.014 C4H10 94.143 31.699 33.223 36.354 29.637 57.539 86.985 20.380 52.442 54.716 409.613 34.142 55.549 45.753 119.022 119.781 20.443 422.270 50.321 120.601 H2S 34.781 20.307 52.830 41.781 28.140 102.843 O2 29.709 200.378 177.197 51.847 120.580 29.002 75.369 31.963 454.491 23.235 276.403 30.542 50.423 206.636 48.104 162.043 51.549 8.808 190.297 53.855 43.15 1273.959 208.581 543.194 37.280 506.528 31.15 1473.632 503.822 51.633 48.580 143.470 46.058 222.203 53.739 H2O 32.626 CH4O 42.780 29.SYST016 Cp moyen CpAv = (h(T)-h0)/(T-T°) 0 15 273.980 31.781 20.612 65.549 8.15 2073.574 42.491 23.965 147.246 C2H6 50.190 406.011 49.245 39.800 33.15 29.549 8.098 33.457 115.464 N2O 38.111 45.438 34.784 55.549 8.665 78.819 33.225 43.830 CO 28.231 41.270 71.15 N2 28.072 72.555 156.781 29.817 48.807 NO2 36.353 64.045 31.489 49.161 71.091 423.010 97.225 47.190 342.491 23.865 109.227 49.978 38.589 33.791 30.176 48.313 29.610 44.927 32.126 367.420 32.692 480.471 Ar 20.016 624.352 36.120 309.982 70.757 42.873 52.491 200 473.108 43.253 32.223 29.824 40.603 58.786 40.559 O3 38.528 44.727 202.837 42.104 75.962 51.796 28.781 29.197 56.234 342.226 103.549 8.401 37.991 32.143 523.188 31.750 50.549 23.15 30.448 64.789 71.927 438.062 43.413 49.155 210.781 20.844 52.902 126.734 36.074 44.849 51.723 46.916 210.927 48.130 542.073 39.334 20.459 NO 29.491 23.723 41.698 79.914 53.210 39.080 C 8.15 1673.

8 113920.3 8421.0 83981.6 17.8 11572.1 25277.4 32648.15 11.9 59657.0 296676.9 8.2 69418.1 196965.6 878.0 0.2 315.9 1285.3 1157.8 16984.0 6613.9 351.7 1244.9 1440.4 240780.1 3320.7 38854.9 20.0 14.5 8193.1 6790.2 6315.0 0.1 1802.5 73590.2 27549.5 13777.6 117847.7 20673.7 92314.2 17961.7 29199.1 66791.0 0.7 561534.8 835880.7 6238.4 617.5 2778.6 380577.9 8600.1 28799.2 16430.8 367211.7 2812.8 8939.3 21348.8 46120.6 389.9 88307.0 0.6 44943.1 75088.0 13127.3 47505.1 4246.2 4262.8 470388.15 306.0 0.5 19600.2 874.5 30821.4 57567.8 12863.0 0.8 2919.3 10399.8 24230.0 1701.1 9540.6 12994.4 36903.3 1506.7 149154.0 38454.4 48780.1 28.1 231996.1 35730.8 43333.1 154583.2 77990.9 247.9 218.1 5309.2 7818.4 10585.6 15597.0 0.0 0.2 4760.0 0.4 61611.7 12339.6 47601.6 13455.1 25.1 51644.0 0.8 24544.3 16792.4 11355.4 1157.6 11.0 0.1 153060.0 0.6 53659.1 37.0 0.3 10246.4 24436.6 41584.3 4097.1 49312.7 434.6 48943.7 566529.7 133490.7 9846.9 6155.1 36857.0 14481.5 91995.0 18434.15 873.2 1000 1273.8 14.7 114532.0 0.6 13305.6 8627.6 18416.3 6684.7 1600 1873.3 108107.0 0.0 29139.6 3456.5 219111.5 61289.8 38095.0 21031.4 131617.2 11.2 39927.5 139991.4 27080.8 35210.15 23213.9 400.7 59867.15 17807.5 154324.5 764.9 30580.9 89.2 22093.6 20628.2 230326.5 47605.0 0.2 16761.5 302.3 13174.9 3300.2 8439.0 0.5 1840.0 0.0 T°= 100 373.8 6111.7 21728.9 267800.4 426.3 693910.9 4353.5 54158.7 35776.7 41417.5 314.2 14854.15 28919.9 1642.3 24562.0 12318.0 4429.0 5310.1 51308.1 35520.4 271301.3 2270.2 15.7 1800 2073.2 58145.8 193080.9 13081.7 1200 1473.2 Propriétés des corps purs SYST016 Annexe 1 Page 6 .5 9.0 0.0 13.15 0.9 6514.3 23430.15 673.9 7507.1 220546.3 12084.2 8241.9 6024.6 2237.2 414.7 15.2 110226.4 63672.1 71057.3 1275.2 29877.8 43922.3 106.7 85109.3 3472.5 1747.1 159643.15 1243.15 1073.9 57778.8 191089.9 61240.6 88920.7 12767.8 89.6 21774.1 68879.5 403.6 13.7 32007.1 5280.9 323694.1 15198.9 1201.9 184777.7 306.4 77625.8 470992.5 29222.6 21516.3 12.2 18248.5 437959.6 37.7 5014.0 988.0 288.6 15.1 38435.4 29405.3 4041.3 359.0 29469.5 3.2 28574.0 701523.0 1845.9 47934.0 0.8 24053.2 436.0 0.0 0.9 37970.2 20281.4 11.5 20172.5 1752.15 K 200 400 600 800 473.8 5518.2 159718.7 20757.1 13.9 29281.2 94450.9 285406.1 12718.2 71.8 29150.0 24574.4 18808.8 41404.2 1400 1673.SYST016 Exergie Ex-Ex0 N2 O2 Ar H2 H2O CO CO2 CH4 C2H6 C3H8 C4H10 C4H10 C8H18 C10H22 C12H26 H3N N2O NO NO2 CH4O C2H6O H2S O2S O3 C S 0 273.6 498.3 366.0 2202.0 0.0 582213.0 67765.4 49526.0 0.6 58613.6 119980.6 46409.6 78073.0 0.5 45069.5 15 288.0 12670.4 1217.15 34875.5 36268.8 38774.7 15.2 58326.15 41038.1 41362.

912 0.5 ? CH4 2 ? N2O 0.282 75.1 Propriétés des corps purs SYST016 Annexe 1 Page 1 .175 5.549 40 55.543 0.187 35 42.683 20 17.004 Kr 1.032 Ar 0.603 5 6.905 ppm Ne 18.614 77.820 20.692 20.24 0.946 0.001 H2 0.01 Xe 0.5 0.04 He 5.087 0.14 0.138 76.002 20.279 Composition moyenne de l'atmosphère Air sec saturé à vol % +O°C 10°C 15°C 20°C 25°C N2 78.291 CO2 0.209 1.033 0.535 2.934 0.032 0.756 3.824 4.923 0.032 0.579 0.643 O2 20.212 15 12.307 25 23.126 30 31.033 0.SYST016 Pression de saturation de l'eau t (°C) P (mmHg) y (mol%) 0 4.084 0.18 0.001 0.788 1.001 0.861 10 9.918 0.594 20.463 20.770 76.324 7.033 0.004 77.928 0.