P. 1
le management de la sécurité

le management de la sécurité

|Views: 68|Likes:
Published by Hoshos Maz

More info:

Published by: Hoshos Maz on May 19, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/27/2013

pdf

text

original

NATHALIE Perriolat

Date de création : 01.06.2006
Date de dépôt : 30.06.2006
Niveau : BAC + 4
Le management de la sécurité


Le Management de la Securite- Page 1
SOMMAIRE

Introduction ........................................................................................................2

I- Sécurité et santé dans Ies entreprises de BTP.............................................4

A) La sécurité au travaiI ....................................................................................4
1) Définition .........................................................................................................4
2) les risques professionnels ...............................................................................4
2-1. Risques physiques .......................................................................................5
2-2. Risques psychosociaux (stress mal être harcèlement.) ..............................5
3) Les conséquences ..........................................................................................6
3-1. Accidents du travail ......................................................................................6
3-2. Maladies Professionnelles ............................................................................8
3-3. Incapacités de travail ....................................................................................9
B) De I'importance de Ia sécurité au travaiI .....................................................11
1) Du côté de l'entreprise .....................................................................................11
1-1. Les enjeux ....................................................................................................11
1-2. Evaluation des risques : les obligations.........................................................13
2) Du point de vue des salariés ...........................................................................15
2-1. Sécurité individuelle et sécurité collective .....................................................15
2-2. Rôle et responsabilité au sein d'une organisation .........................................16
3) L'accompagnement des entreprises ................................................................17
3-1. La médecine du travail et l'assurance sociale ...............................................18
3-2. Les organismes publics et privés ..................................................................19


II- De Ia notion de sécurité et santé au travaiI au Management
de Ia sécurité ......................................................................................................21

A) Mise en æuvre d'un Système de Management de Ia Sécurité ..................21
1) Des enjeux et objectifs supplémentaires .........................................................21
2) Planification et mise en ouvre ........................................................................22
2-1. Intégration et harmonisation .........................................................................22
2-2. Evaluation des risques .................................................................................24
3) Evaluation du Système de Management de la Sécurité ..................................25
3-1. Remise en cause continue au sein de l'organisation ....................................25
3-2. La filière construction et les certifications : une profession en mouvement ...26
B) Les actions préventives ...............................................................................27
1) Communication au sein de l'organisation ........................................................27
1-1. Mise en place de l'information ......................................................................27
1-2. Communication interne..................................................................................28
2) Les actions de formations à la sécurité ........................................................... 29
2-1. Les Formations sécurité individuelle et collective .........................................29
2-2. Les formations sécurité spécifiques à la conduite d'engins...........................30

ConcIusion .........................................................................................................31

Lexique (pour les mots avec des numéros indiqués) ................................................32

BibIiographie ......................................................................................................34
TabIe des annexes .............................................................................................35


Le Management de la Securite- Page 2
Introduction

Prise en compte de la vie humaine, bien-être, hygiene, securite et sante, sont des notions
apparues recemment dans l`univers du travail en France. En eIIet au Iil du siecle dernier et
jusqu'a aujourd`hui, on peut constater des evolutions en ce qui concerne la gestion des
entreprises.

La periode des Trente Glorieuses s`inscrit dans un contexte de Iorte croissance economique,
l`objectiI premier pour les entreprises est la production intensive. Elles concentrent leurs eIIorts
sur la production sans prendre en compte la qualite et la gestion du capital humain. Durant cette
periode, les ouvriers sont consideres comme de simples executants sans aucun pouvoir
d`expression ni de decision.
Le choc petrolier des annees 70 modiIie la strategie de gestion des entreprises. On assiste a des
periodes de reduction de croissance. Il s`agit alors pour les entreprises de maîtriser les coûts de
revient aIin de conserver les marges. Les entreprises s`inscrivent dans un contexte de qualite
totale toujours dans l`objectiI de repondre aux attentes et aux besoins des clients. Les entreprises
passent du regne de la quantite au regne de la qualite. La notion de processus apparaît avec la
mise en place de normes Iso (Iso 9000 Iso 9001).
Aujourd`hui, les proIondes mutations qui se sont operees concernant la qualite, se poursuivent
dans d`autres domaines. La demarche HSE, hygiene Securite et Environnement, en est la preuve.
Elle possede son reIerentiel universel Iso 14001. L`objectiI des entreprises est de repondre au
concept de developpement durable ce qui leur permettra d`assumer leurs responsabilites
economique, environnementale et sociale.

En matiere de securite et sante au travail aucune norme universelle n`a ete mise en place.
Cependant, la securite au travail est regie par le droit Irançais. Cette notion a pris toute son
importance seulement depuis une dizaine d`annee. Du contexte d`hygiene et securite au travail,
les entreprises sont passees a la notion de securite et sante au travail, pour tendre vers un
management de la securite. L`evolution du concept de securite en entreprise est due a la prise en
compte de nombreux Iacteurs. On ne parle plus seulement du risque physique auquel les salaries
sont soumis sur leur lieu et pendant leur temps de travail. D`autres Iacteurs rentrent en compte
tels que l`amelioration perpetuelle des conditions de travail, la prise en compte des risques dits
psychosociaux (stress, harcelement, mal être..). La notion de securite integre la notion de sante
des travailleurs. Depuis 1948, l`Organisation Mondiale de la Sante (instance specialisee de
l`Organisation des nations Unies) deIinit la sante comme un etat de complet bien être physique,


Le Management de la Securite- Page 3
mental, et social, et ne constite pas seulement en une absence de maladie ou d`inIirmite. Alors
que la securite peut se deIinir comme l`absence de risque de dommage inacceptable.

Le present memoire analyse le concept de sante et securite au travail et celui du management de
la securite a travers le secteur d`activite du Bâtiment et des Travaux Publics. Le secteur de la
construction est l`un des plus importants de l`activite economique Irançaise mais il detient un
nombre eleve d`accidents par rapport aux autres secteurs du regime general. La multiplicite des
entreprises et des corps d`etat sur un même marche, la mobilisation d`un nombre important
d`intervenants sur un chantier, les conditions climatiques changeantes, les materiaux et materiels
utilises, les contraintes de temps, les contraintes economiques., toutes ces caracteristiques
multiplient les dangers et Iont de ce secteur un secteur a haut risque. La participation de tous les
intervenants a l`acte de construire est primordiale et indispensable aux actions de prevention des
risques proIessionnels visant a l`amelioration de la securite sur les chantiers.
La Securite et la sante au travail pour les entreprises de BTP sont devenues un axe majeur dans
leur mode de gestion. Elles tendent pour certaines d`entre elles, en particulier les grandes
entreprises, vers une approche globale et gestionnaire de la prevention des risques
proIessionnels : le management de la securite et de la sante au travail. En conIormite avec le
droit Irançais en matiere de securite et sante au travail, les entreprises souhaitent aller au-dela de
la contrainte qui leur est imposee. La question se pose alors : Au-dela des obligations legales
pourquoi les entreprises du BTP s`inscrivent- elles dans une reelle politique de sante et securite
au travail ?


Le Management de la Securite- Page 4
Ì) SECURITE ET SANTE DANS LES ENTREPRISES DE BTP


Le secteur du bâtiment et des travaux publics n`echappe pas a la problematique de sante et
securite au travail dans la mesure ou le Ionctionnement et la gestion des chantiers sont
complexes. Sur un chantier les interIaces sont multipliees, d`une part avec un nombre important
d`intervenants, et d`autre part avec des corps d`etat diIIerents mais complementaires. De plus, les
cheIs d`entreprises doivent Iaire Iace a des aleas permanents, que se soient des conditions
climatiques, environnementales, geologiques. L`ensemble de ces caracteristiques concourt a
des dangers permanents et donc a une source de risques.


A) La sécurité et Ia santé au travaiI

1) Définition

Il convient tout d`abord de deIinir la notion de securite. Selon le Petit Larousse, la securite est
une situation ou l`on n`a aucun danger
1
a craindre. On parle alors du principe de risque zero.
Cependant cette deIinition n`est pas adaptee a l`environnement de l`entreprise, ou le risque zero
n`existe pas. On parlera plutôt de risques acceptables voire tolerables. Le niveau acceptable ou
tolerable du risque s`evalue au cas par cas suivant deux parametres, la probabilité et la gravité
des dommages potentiels, qui elles mêmes se deIinissent au sein de chaque organisation.

Le concept de sante au travail apparaît sous diIIerentes acceptations, la plus courante etant les
atteintes physiques aux salaries de type accidents du travail et maladies proIessionnelles. Les
annees 2000 ont Iait apparaître la notion de bien-être au travail mettant en avant la sante mentale
des salaries au sein de l`entreprise qui peut se deIinir comme suit : «un etat de bien-être dans
lequel la personne peut se realiser, surmonter les tensions normales de la vie, accomplir un
travail productif et fructueux et contribuer a la vie de sa communaute » (selon lOMS).

2) Les risques professionnels

AIin d`approIondir la notion de securite et sante au travail, il est necessaire de developper les
risques proIessionnels. Le risque est la probabilite d'occurrence d'un dommage resultant d'une
exposition a un danger. C'est la composante de deux parametres : probabilite et gravite. Plus la
probabilite et la gravite sont elevees, plus le risque l'est aussi.

Travailler n`est pas dangereux mais ce sont les situations auxquelles peuvent être conIrontes les
salaries qui le sont, plus particulierement les personnes travaillant dans le BTP. Il existe


Le Management de la Securite- Page 5
plusieurs categories de risques proIessionnels : comme enonce precedemment, on constate des
risques physiques du travail et des risques psychosociaux du travail.


2-1. Risques physiques

Les types de risques sont communs a tous les secteurs d`activites. Il s`agit de l`ensemble des
risques et des dangers d`une situation de travail classes selon leur nature. Par risques physiques
on entend tout ce qui peut porter atteinte a la sante physique des travailleurs. L`INRS, l`Institut
National de Recherche et de Securite pour la prevention des accidents du travail et des maladies
proIessionnelles, a classe les risques physiques comme suit. Le « risque biologique » represente
les risques encourus en cas d`exposition a des agents pathogenes. Le « risque chimique »
concerne les substances chimiques rencontrees ou utilisees en milieu proIessionnel. Le « risque
mecanique » comprend les risques lies aux machines et aux equipements. Le « risque physique »
comprend le bruit, les vibrations, les rayonnements ionisants ou non ionisants et thermiques. Le
« risque electrique » est en rapport avec l`electricite et toute installation electrique. Le « risque
incendies/explosions » previent des incendies et explosions en milieu proIessionnel. EnIin le
« risque routier » est en lien avec les accidents routiers, de trajet et de mission, survenant lors des
deplacements dans le cadre du travail.

Cependant, chaque entreprise et chaque chantier est diIIerent, et comporte ses propres risques et
dangers. Une classiIication par nature est insuIIisante. L`objectiI est de tous les determiner. La
prevention passe par l`analyse et l`evaluation de chaque risque et danger present sur le chantier.


2-2. Risques psychosociaux (stress mal être harcèlement.)

Depuis une dizaine d`annees on voit apparaître de nouvelles preoccupations dans l`exercice
d`une activite proIessionnelle. Stress, epuisement proIessionnel, mal être, souIIrance au travail,
autant de nouveaux risques auxquels les entreprises vont ou doivent deja Iaire Iace.

Les constats realises sur ces atteintes psychosociales concernent l`ensemble des activites
proIessionnelles mais il n`existe pas de constats par secteur activites. De ce Iait, l`analyse de ces
nouveaux risques sera generale.

Le stress survient lorsqu`il y a desequilibre entre la perception qu`une personne a des contraintes
que lui impose son environnement et la perception qu`elle a de ses propres ressources pour y
Iaire Iace (d`apres l`agence Europeenne pour la Securite et la sante au travail). TouteIois, même


Le Management de la Securite- Page 6
si l`evaluation de ce risque est d`ordre psychologique, le stress peut avoir des eIIets sur la sante
physique du salarie, sur son bien être et donc sur l`eIIicacite de son travail. Cependant, en France
il n`existe pas de statistiques nationales sur le stress au travail. Le stress au travail est diIIicile a
evaluer, cependant, les sources de celui-ci sont diverses et variees : surcharge de travail, tensions
avec ses collaborateurs, des responsabilites grandissantes, manque de personnel, exigences
quantitatives et qualitatives.

Dans le cadre de la sante et la securite au travail, outre les obligations legales concernant les
Iormes de harcelement et de violence au travail, les risques psychosociaux ne seront pas
developpes car les enjeux des entreprises de BTP concernent principalement les risques
physiques. Cependant il convient d`en parler brievement car les risques psychosociaux, en
particulier harcelement moral et sexuel, Iont partie de l`evaluation obligatoire des risques en
entreprise. Le harcelement moral et le harcelement sexuel sont reglementes par l`article L.122-49
du Code du Travail et toute entreprise doit inclure ces risques par des actions de prevention dans
son evaluation.


3) Les conséquences

L`ensemble des risques vus precedemment, notamment les risques physiques, a une importance
capitale dans la mesure ou ils sont la cause de nombreux accidents du travail, de maladies
proIessionnelles donnant suite a des incapacites du travail.


3-1. Accidents du travail
2
(cf. annexe 1)

Le code de la Securite Sociale (Art. L 411-1) considere comme accident du travail, quelle quen
soit la cause, laccident survenu par le fait ou a loccasion du travail a toute personne salariee
ou non, travaillant a quelque titre que ce soit pour un ou plusieurs emploveurs ou chefs
dentreprise.

Trois criteres distinguent l`accident de travail de tout autre accident :
- un fait accidentel doit avoir provoqué une lésion de l`organisme, soudaine, et due
à une cause extérieure.
- Ce fait doit s`être produit pendant le temps de travail. Celui-ci integre les pauses,
les trajets aller et retour pour le domicile ou le lieu de repas. Ces trajets doivent avoir
ete eIIectues immediatement avant et apres le travail, et dans une duree raisonnable.


Le Management de la Securite- Page 7
- Le fait accidentel doit être intervenu sur le lieu de travail ou des trajets pour s`y
rendre. Le lieu de travail comprend tout endroit ou le salarie est amene a se trouver
dans le cadre de son exercice proIessionnel.

L`accident du travail avec arrêt entraîne une incapacite temporaire donnant lieu a une
indemnisation d'au moins une journee.

En 2004, le secteur du BTP atteint un taux d`accident du travail de 17°, l`un des plus eleves des
neuIs branches d`activites, alors que ce secteur ne represente que 7,5° de l`ensemble des
salaries. Avec 118 913 accidents avec arrêt de travail ; le BTP reste un secteur a haut risque.
Malgre des accidents de travail encore trop nombreux, ou les accidents sont les plus graves et les
plus meurtriers (172 deces pour une moyenne nationale de 626), les chiIIres sont en recul. Le
secteur enregistre une tres legere diminution de 0,6° (2003 : 119 681 AT).

Les statistiques nationales, donnees par la Caisse nationale d`Assurance Maladie des
Travailleurs Salaries, Iont l`objet d`une repartition selon plusieurs criteres (cI. annexes).
Concernant les accidents avec arrêt de travail, l`analyse des chiIIres peut se Iaire suivant :
-l`âge de la victime,
-la nationalite : on peut remarquer que les Français sont les plus touches (96 191 sur
118 913 AT), ce qui montre bien qu`en France la securite en entreprise n`est encore pas integree
par tout le monde.
- le sexe de la victime qui n`est pas une analyse opportune etant donne que même si se
secteur d`activite s`est ouvert aux Iemmes et qu`il y en a de plus en plus, les hommes restent les
plus nombreux donc proportionnellement, les victimes les plus nombreuses sont des hommes.
- la qualiIication proIessionnelle, les ouvriers qualiIies (79 303 AT) et les ouvriers non
qualiIies (23 263 AT), viennent ensuite les apprentis avec 8 419 AT. Ce sont ces categories qui
sont en permanence operationnelles sur chantier et qui sont conIrontees aux situations les plus
dangereuses. De plus, c`est le rôle du cheI de chantier, conducteur de travaux, .., ou tout
superieur hierarchique de sensibiliser ces equipes de chantier.
- la nature des lesions : plaies, douleurs- lumbago, contusions, entorses arrivent en tête de
liste. A noter que les accidents concernant le dos, ou certains muscles, sont le resultat de
mauvaises postures.
- le lieu de l`accident : la majorite des accidents de travail arrivent sur le lieu de travail
habituel (116 300).


Le Management de la Securite- Page 8
- l`element materiel : les accidents les plus nombreux sont les accidents de plain pied, les
chutes en hauteur et ensuite les objets en cours de manipulation (manutentions manuelles).

La caracteristique de secteur a haut risque est conIirmee lorsqu`on observe la gravite et la
Irequence des accidents du travail dans le secteur du BTP. Les taux de Irequence et de gravite
3

des accidents du travail sont largement superieurs a ceux de l`ensemble des grandes branches
d`activites. En 2004, même si ces taux sont en baisse dans le secteur du BTP, il n`en reste pas
moins qu`ils atteignent un taux de Irequence de 55,29 ° et un taux de gravite de 3,14°, alors
que pour l`ensemble des grandes branches d`activites, ils atteignent seulement respectivement
26,13° et 1,33 °.


3-2.Maladies Professionnelles
4


Une maladie proIessionnelle est la consequence de l`exposition plus ou moins prolongee a un
risque lie a l`exercice habituel de l`activite proIessionnelle.


Cependant, contrairement aux accidents du travail, il est diIIicile voire souvent impossible de
determiner avec precision la date de depart de la maladie proIessionnelle, d`autant plus qu`elles
se declarent souvent des annees apres. De plus, la cause de la maladie proIessionnelle n`est pas
evidente a prouver. De ce Iait, la legislation de la securite sociale a etablit un certain nombre de
conditions medicales, techniques et administratives aIin qu`une maladie puisse être reconnue et
indemnisee comme telle.

Le code de la securite sociale repertorie les maladies proIessionnelles sous Iorme de tableaux. Il
en existe 112 (cf. annexe 2) au sein du regime general et peuvent être modiIiees par decret en
Ionction de l`evolution des techniques et des progres de connaissances medicales (Loi du 25
octobre 1919). Ces tableaux comportent les symptômes ou lesions pathologiques, le delai de
prise en charge et les travaux susceptibles de provoquer l`aIIection.

Le nombre de maladies proIessionnelles au sein du secteur BTP n`a cesse d`augmenter jusqu`en
2002 (comme au sein du regime general) atteignant 3435 maladies reconnues comme
proIessionnelles (cf. annexe 3). L`explication tient du Iait qu`elles sont plus largement reconnues
et prises en charge. En eIIet, de nouveaux tableaux dans le repertoire des maladies
proIessionnelles ont ete introduits : le tableau n°57 concernant les aIIections peri articulaires (la
cause de 2159 maladies proIessionnelles provoquant des arrêts) ainsi que les tableaux n°97 et


Le Management de la Securite- Page 9
n°98 concernant les aIIections chroniques du rachis lombaire dues aux charges lourdes. (480). Il
s`agit des TMS (troubles musculo squelettiques). Cf. annexe 4

Les principales maladies proIessionnelles dans le BTP sont les TMS. En eIIet on voit apparaître
le syndrome du canal carpien, l`epaule douloureuse, l`epicondylite et l`hygroma aigu du genou.
Ces diIIerentes appellations correspondent aux pathologies qui aIIectent les tissus mous
(tendons, nerIs) qui se trouvent en peripherie des articulations. L`ensemble de ces aIIections est
provoque par certains gestes et postures au travail, notamment par des travaux comportant des
mouvements repetes et la manutention de charges lourdes. La Iorce, la posture et la repetitivite
sont les Iacteurs qui expliquent ces pathologies.
Les maladies du dos
5
viennent ensuite. Elles sont causees par de vibrations de basses et
moyennes Irequences transmises au corps entiers ainsi qu`a la manutention de charges lourdes.
Les maladies du dos, les maladies de la colonne vertebrale provoquent des sciatiques, des
lumbagos, qui sont benins au debut mais peuvent devenir plus gênants par la suite.

Beaucoup de maux ne sont pas reconnus comme maladies proIessionnelles au titre du code de la
securite sociale, ainsi beaucoup de cas seront reconnus plus tard avec l`evolution des techniques
et des connaissances medicales. Le reIlet des maladies proIessionnelles deja existantes que nous
connaissons par les chiIIres n`est pas le reIlet de la realite car des personnes ont les symptômes
mais ne remplissent pas Iorcement tous les criteres de reconnaissance pour une maladie
proIessionnelle.


3- 3. Les incapacités du travail

L`analyse precedente des accidents du travail et des maladies proIessionnelles concerne les
incapacites de travail temporaires, c'est-a-dire avec arrêt de travail. Malheureusement, Ils
peuvent entraîner des incapacites permanentes. L`incapacite permanente peut se deIinir comme
une diminution du potentielle physique ou psychique d`une personne (perte d`un doigt, de la vue,
perte de memoire..) alterant de Iaçon absolue l`exercice de son activite.
Selon la caisse Nationale d`Assurance maladie des travailleurs salaries, l`incapacite permanente
est consecutive a un accident du travail, de trajet ou a une maladie proIessionnelle et entraîne
l'attribution d'une indemnite en capital (si IP · 10 °) ou d'une rente (si IP ~÷ 10 °).

Alors que les accidents du travail sont en baisse, en 2004, le nombre d`accidents avec incapacite
permanente dans le BTP est passe a 10 394 alors qu`en 2003 il etait de 9797. Concernant les


Le Management de la Securite- Page 10
maladies proIessionnelles, les chiIIres sont en constante augmentation. En 2002, les incapacites
permanentes etaient au nombre de 1517, elles sont passees a 1669 en 2003.

Les donnees statistiques concernant accidents du travail et maladies proIessionnelles excluent les
deces dans les incapacites permanentes de travail. Cependant, il convient d`en parler. Depuis les
15 dernieres annees, les accidents mortels dans le BTP ont ete divises par deux mais il n`en
demeure pas moins que c`est dans ce secteur d`activite qu`il y a le plus de deces. En 2004, 172
deces ont eu lieu suite a des accidents de travail contre 181 recenses en 2003. Les principales
causes sont les chutes en hauteur provoquant 48 deces (cf. annexe 1). Les maladies
proIessionnelles quant a elle provoquent aussi des deces qui sont chaque annee en augmentation
dans le BTP. En 2003, il y a eu 19 deces suite aux maladies proIessionnelles (7 en 2000, 13 en
2001, 16 en 2002), et c`est l`amiante qui en provoque le plus (7 deces). (Cf. annexe 3)

Les statistiques concernant les incapacites permanentes et les deces, accidents du travail et
maladies proIessionnelles cumules, sont inquietantes. La reconnaissance de nouvelles maladies
proIessionnelles ainsi que la gravite des accidents du travail en sont la cause.









Le Management de la Securite- Page 11
B) De I'importance de Ia sécurité au travaiI

Cette premiere analyse de la securite et la sante au travail a mis en avant des statistiques
concernant des accidents du travail, des maladies proIessionnelles, des incapacites permanentes
et aussi des deces. Ces statistiques ont pu montrer que le secteur du BTP reste un secteur a haut
risque. Le contexte du chantier en est la cause. De plus la sante et la securite au travail dans le
BTP concernent les acteurs de l`entreprise d`une part, et d`autre part toutes les instances qui
gravitent autour d`elle, que ce soit des instances medicales, des instances publiques ou des
instances privees.
Une analyse complete de la sante et la securite au travail ne peut se Iaire sans analyser le
systeme dans son ensemble ainsi que tous les acteurs qui le composent. Il s`agit d`une analyse
systemique du concept de sante et securite au travail ou les acteurs et le systeme ne vont pas l`un
sans l`autre : « Lacteur nexiste pas en dehors du svsteme qui definit la liberte qui est la sienne
et la rationalite quil peut utiliser dans son action. Mais le svsteme nexiste que par lacteur qui
seul peut le porter et lui donner vie, et qui seul peut le changer. » (Citation L`acteur et le
systeme- Michel Crozier et Erhard Friedberg).


1) Du côté de l'entreprise

L`entreprise est au cour des problemes relatiIs a la sante et a la securite au travail. Un chantier
est diIIerent d`un bureau ou encore d`un atelier d`usine. Il est sans cesse en evolution. Le projet
naît dans un bureau d`etudes, il debute sur un site donne, il prend Iorme plus ou moins vite selon
l`echeance donnee par le client et connaît de multiples intervenants. La coactivite des
intervenants sur un chantier, suivant les corps d`etat, ou la hierarchie, permet l`entraide ainsi
qu`une rapidite dans l`execution du chantier mais elle peut aussi engendrer des gênes.


1-1. Les enjeux

La prise en compte de la prevention des risques en entreprise est d`une importance majeure et il
ne Iaut pas occulter ses enjeux aussi bien economiques, humains et juridiques.

Concernant les enjeux economiques, nous ne sommes pas sans savoir que les accidents du travail
et les maladies proIessionnelles entraînent des coûts supportes par l`entreprise. La demarche de
prevention diminue les coûts directs supportes au travers des cotisations de securite sociale, c`est
a dire le versement d`indemnites journalieres, de rentes, de Irais medicaux... Les taux de
cotisations se calculent sur les trois dernieres annees. En 2003, accidents du travail et maladies
proIessionnelles conIondus, les entreprises de BTP ont perdu pres de 8 millions de journees de


Le Management de la Securite- Page 12
travail. AIin d`avoir un aperçu, dans le secteur du BTP, le coût moyen d`un accident avec arrêt
s`eleve a 2000t, celui d`un accident provoquant une incapacite permanente superieure a 9 ° est
de 65 000 t et enIin celui d`un accident mortel s`eleve a 380 000 t (source : OPPBTP 2002). Si
on multiplie ces chiIIres par le nombre d`accidents sur une annee, les montants seraient
exorbitants si aucune prevention ni même evaluation des risques n`etait realisee. Bien sûr, ce ne
sont que des chiIIres qui sont de moindre importance par rapport a la vie humaine.

En plus des cotisations a la securite sociale, les entreprises supportent d`autres coûts qu`on peut
qualiIier d`indirects. Le temps passe a secourir la personne, le temps perdu par l`ensemble des
salaries apres l`accident, le materiel endommage, le temps passe pour les Iormalites, autant
d`exemples qui viennent perturber la productivite des salaries. La demarche de prevention
permet de reduire ainsi l`absenteisme aIin d`accroître la disponibilite des equipes.
Cette demarche inIlue sur l`organisation du travail. L`evaluation des risques permet de souligner
les deIauts de l`organisation. L`analyse des causes de l`accident permet la connaissance du
travail reel et ainsi des besoins aIIerents a chaque poste. L`objectiI est d`optimiser le
Ionctionnement de l`organisation au travail aIin d`ameliorer la productivite de l`entreprise, sa
perIormance mais aussi de repondre aux exigences des donneurs d`ordre. L`image de l`entreprise
en depend. L`adoption d`une demarche de prevention des risques montre aux donneurs d`ordre
que les chantiers sont realises conIormement aux exigences de securite et sante des travailleurs.

La demarche de prevention des risques garantit la sante des travailleurs et ameliore leurs
conditions de travail. Les enjeux humains d`une telle demarche sont de plusieurs ordres. Assurer
la securite et la sante des travailleurs c`est anticiper l`usure proIessionnelle, diminuer la
penibilite physique et morale de la main d`ouvre de l`entreprise. La sante des travailleurs est
egalement un element de perIormance. Travailler dans de bonnes conditions et en bon etat de
sante permet aux salaries d`augmenter leur eIIicacite au service de l`entreprise. Celle-ci integre
sa main d`ouvre dans la demarche de prevention des risques, les salaries sont a la Iois acteurs et
beneIiciaires de cette demarche. Chacun a un rôle majeur dans ce projet, l`implication des
salaries dans la demarche de prevention conduit a la reussite de celle ci.

EnIin la demarche de prevention des risques s`inscrit dans le respect de la legislation en matiere
de sante et securite au travail. En cas de non respect de cette legislation, l`employeur risque
plusieurs sanctions tant en matiere Iinanciere que penale. Il engage ses propres responsabilites.
Tout d`abord, « l´emploveur est tenu, en matiere de securite, a une obligation de securite de
resultat. Tout accident ou maladie d´origine professionnelle constitue un manquement a cette


Le Management de la Securite- Page 13
obligation, avant le caractere de la faute inexcusable, lorsque l´emploveur avait ou aurait du
avoir conscience du danger auquel etait expose le salarie et qu´il n´a pas pris les mesures de
prevention ou de protection necessaires pour len preserver » (arrêt de la Cour de Cassation 28/02/2002). Il
s`agit de la Iaute inexcusable de l`employeur qui peut entraîner des consequences pecuniaires
importantes pour l`entreprise, a savoir une majoration de la rente versee ainsi que le versement
d`indemnites que le salarie est en droit de demander a son employeur au titre des prejudices
personnels subis (souIIrances physiques, morales, esthetiques, perte ou diminution des
possibilites de promotion proIessionnelles).
Ensuite, en matiere penale, le Nouveau Code Penal de 1994 retient deux types d`inIractions. La
mise en danger d`autrui, c'est-a-dire « exposer directement autrui a un risque immediat de mort
ou de blessure de nature a entrainer une mutilation ou une infirmite permanente par la violation
manifestement deliberee d´une obligation particuliere de securite ou de prudence imposee par la
loi ou le reglement » (art. 223-1 et 223-2 du NCP). Elle est punie de 1 an d`emprisonnement et 15 000 t
d`amende. L`atteinte involontaire a l'integrite physique d'autrui, « causer a autrui, par
maladresse, imprudence, inattention, negligence ou manquement a une obligation de securite ou
de prudence imposees par la loi ou les reglements, une interruption temporaire de travail
pendant plus de 3 mois », est punie de 1 an de prison et de 15 000 t d`amende (art. 221-6 et du NCP).
En ce qui concerne l`homicide involontaire, « causer, par maladresse, imprudence, inattention,
negligence ou manquement a une obligation de securite ou de prudence imposees par la loi ou
les reglements, la mort d´autrui », il est passible de 3 ans de prison et 45 000t d`amende.


1-2. Evaluation des risques : les obligations

Face a tous ces enjeux mis en avant auparavant, l`entreprise a tout interêt a s`inscrire dans une
demarche de prevention. Elle est tenue par des obligations legales qui ne sont pas une Iin en soi
mais qui sont le point de depart d`une prevention accrue des risques proIessionnels. Du point de
vue de l`entreprise, plusieurs acteurs sont missionnes aIin de veiller a la sante et a la securite des
travailleurs. Cette pluralite d`acteurs met en avant la prise de conscience des enjeux de la
securite et le rôle primordial de l`entreprise dans cette action. Elle est le vecteur du message de
prevention des risques envers ses salaries.

Au sein de l'Union Europeenne, le cadre legislatiI est etabli par la Commission Europeenne au
moyen d'une serie de directives europeennes. L`UE Iixe les principes generaux pour une securite
et une sante eIIicaces sur le lieu de travail. En France, le cadre legislatiI est Iixe selon le code du
travail qui instaure des obligations aux entreprises en matiere de sante et securite au travail.



Le Management de la Securite- Page 14
La premiere personne concernee dans le cadre de la sante et la securite au travail est le cheI
d`entreprise. Celui-ci a une obligation d`assurer la securite et de proteger la sante physique et
mentale des travailleurs de l`etablissement, y compris les interimaires (selon art. L230-2 du
Code du Travail). Il doit ainsi mettre en ouvre des principes generaux de prevention des risques
proIessionnels mais aussi mettre en place des actions d`inIormation et de Iormation. La premiere
obligation de l`employeur en matiere de sante et securite au travail releve du domaine de la
medecine du travail. L`entreprise doit se soumettre a l`obligation des visites medicales
d`embauche, de reprise, de surveillance medicale particuliere, pour l`ensemble de son personnel
(salaries et interimaires). Ces examens ont pour but de rechercher si le salarie n`est pas atteint
d`une aIIection dangereuse pour les autres travailleurs et de s`assurer qu`il est medicalement apte
au poste de travail propose.
Depuis le 05 Novembre 2001, (art R230-1 et R263-1-1), l`employeur a l`obligation de creer, de
conserver et de mettre a jour un document unique dans lequel apparaît tout ce qui concerne
l`evaluation des risques. Outre le respect de cette reglementation, renIorcee le 08 novembre 2002
par des sanctions penales (1500 a 3000 t d`amende en cas de non presentation du document
unique), l`evaluation des risques est l`un des principaux leviers de progres economique de
l`entreprise. La connaissance de tous les risques aIIerents au chantier permet de supprimer les
dangers et donc de reduire inconsiderablement les accidents du travail et les maladies
proIessionnelles. La perIormance de l`entreprise n`en sera que meilleure.

De plus, le cheI d`entreprise continue d`exercer sa mission en tant que president du Comite
d`Hygiene de Securite et des Conditions de Travail (CHSCT) lorsqu`il y en a un. Ce comite est
reglemente par le code du travail et plusieurs missions en terme de sante et securite des
travailleurs lui sont allouees. Le CHSCT a pour mission de contribuer a la protection de la sante
physique et mentale et de la securite de tous les salaries de l`etablissement et de ceux mis a
disposition par une entreprise exterieure et temporaire. Il doit aussi proceder a l`analyse des
risques proIessionnels auxquels sont soumis les salaries. C`est lui qui assure la promotion de la
prevention et propose ainsi des actions aIin de repondre aux risques existants. En outre, le
CHSCT a un rôle de conseil avant tout amenagement important modiIiant les conditions de
securite et de travail, ainsi que sur les mesures Iacilitant notamment le maintien au travail des
accidentes. Chaque annee un bilan de la situation hygiene securite et conditions de travail de
l`annee precedente est realise par le CHSCT. Il emet aussi un avis sur le bilan et le programme
de l`annee suivante ainsi que sur l`organisation des actions de Iormation a la securite des
travailleurs de l`entreprise. L`ensemble des missions du CHSCT couvre un aspect global de la
securite au travail. Cependant, Iace a la multitude de risques existants sur un chantier, la


Le Management de la Securite- Page 15
necessite d`avoir un acteur sur le terrain aIin de reduire ces risques et d`ameliorer les conditions
de travail des salaries, a conduit a une amelioration de la loi dans ce sens.

Sur un chantier, nous avons vu que l`organisation est complexe. La coactivite des intervenants a
conduit la legislation a renIorcer la securite sur les chantiers. Le decret n°94-1159 du 26
decembre 1994 oblige le Maître d'Ouvrage a avoir recours a un coordonnateur Securite
Protection de la Sante
6
(SPS) pour tout chantier de bâtiment ou genie civil ou plusieurs
entreprises sont appelees a intervenir. Des la phase de conception du projet, le maître d`ouvrage
doit Iaire etablir par le coordonnateur un plan general de coordination mentionnant les principes
generaux de prevention (art. L230-2 code du travail), aIin de prevenir les risques decoulant de
l`interIerence des activites. De plus, le coordonnateur SPS tient a jour un dossier, le Dossier
d`Intervention Ulterieures, qui rassemble tous les documents qui permettront de Iaciliter les
interventions ulterieures de maintenance et d`entretien des ouvrages. Le dispositiI de
coordination SPS ne soustrait en aucun cas le cheI d`entreprise de son obligation de resultat
envers son salarie concernant la securite. Le coordonnateur SPS est un acteur supplementaire
dans le cadre de cette mission de securite, un acteur sur le terrain qui met en place des moyens
d`actions aussi bien pendant la phase de conception que dans la phase de realisation, aIin de
repondre aux exigences de la sante et la securite sur le chantier. La coordination SPS est une
valeur ajoutee dans la demarche de prevention des risques en entreprise. L`interêt est de depasser
la vision legale aIin de l`integrer entierement dans la strategie de l`entreprise en matiere de sante
et securite au travail.


2) Du point de vue des salariés

En entreprise, les personnes qui Iont Iace quotidiennement aux dangers sont les salaries, ce qui
Iont d`eux les acteurs premiers de leur propre securite. Le travail de prevention realise en amont,
comme vu precedemment, par le cheI d`entreprise, le CHSCT, le coordonnateur SPS ou encore
les superieurs hierarchiques directs des salaries tels que le cheI de chantier, le conducteur de
travaux, est la principale ligne de conduite que vont suivre les salaries.


2-1. Sécurité individuelle et sécurité collective

La securite sur le lieu de travail n`est pas seulement une aIIaire individuelle. La coactivite
d`intervenants sur un chantier implique, pour la securite de tous et de chacun, une prise de
conscience collective des risques presents. L`espace de travail individuel Iait parti d`un espace
collectiI organise, de ce Iait les salaries se doivent d`être vigilants pour eux même mais aussi


Le Management de la Securite- Page 16
pour les autres. Nettoyer et ranger leur lieu de travail Iait partie integrante de leur mission de
securite au quotidien. Les risques de chutes, surtout en hauteur, pourront être evites pour eux
même et les personnes qui gravitent autour d`eux.

De plus, chacun des salaries doit être vigilant concernant les situations de dangers. Ils doivent
signaler toute situation qui selon eux represente un risque grave et imminent. Quand cette
decision est correctement justiIiee, ils peuvent exercer leur droit de retrait et prevenir un
responsable. Le droit de retrait permet au salarie de cesser son travail en presence d'un danger
grave et imminent pour sa vie ou sa sante (art. L. 231-8-1 du Code du travail). La loi ne Iixant
aucune Iormalite en la matiere, le salarie doit seulement inIormer, même oralement, l'employeur
du danger constate. A sa charge egalement de s'assurer que l'arrêt de son travail n'entraînera pas
un autre danger pour ses collegues. Peu importe que celui-ci ait constate a tort un danger grave et
imminent, l'essentiel est qu'il ait eu de bons motiIs de craindre son existence.

Quant a la securite individuelle, elle se traduit par le port des equipements de protection
individuels (EPI). Chaussures de securite, casque, gants, lunettes de protection, ., chaque
salarie est dans l`obligation de les porter en Ionction du poste qu`il occupe. En cas de non port de
ces EPI, l`incapacite temporaire pourrait devenir une incapacite permanente. Il en est de même
pour la conduite d`engins de chantier. Seuls les salaries Iormes a ses tâches, reconnus aptes par
la medecine du travail et titulaires d`une autorisation de conduite (recommandation de la
CNAMTS) sont habilites a conduire les engins de chantier. Dans le cas contraire ils s`engagent
penalement, eux-mêmes ainsi que l`entreprise, en cas d`incident ou d`accident.


2-2. Rôle et responsabilité au sein d'une organisation

L`implication des salaries en matiere de securite et sante au travail implique des responsabilites
supplementaires pour eux même. Ils deviennent acteurs de leur propre securite et participent a
l`amelioration des conditions de travail auxquelles ils sont conIrontes chaque jour. Chaque
individu se doit de prendre conscience qu`il a un rôle a jouer dans la mission de securite qui
entoure l`entreprise et que l`interêt individuel concoure a l`interêt collectiI. L`adhesion du
personnel est une condition cle dans le domaine de la sante et securite au travail. En creant les
conditions de participation de son personnel, le cheI d`entreprise met en avant la valeur de la
personne. La notion de sante et securite au travail est une veritable culture d`entreprise avec ses
valeurs, et pour qu`elle soit partagee par ses salaries, l`entreprise doit les impliquer dans des
actions concretes, de la detection des risques lies a leur metier, a la participation des choix
retenus en passant par des propositions d`amelioration des situations de travail.


Le Management de la Securite- Page 17
Le changement doit s`inscrire dans une volonte de reduire rapidement les accidents de travail et
les maladies proIessionnelles aIin que le personnel puisse se rendre compte que ses eIIorts
Iournis conduisent a un resultat et qu`il a concouru par son implication a ce resultat. Cependant,
le changement doit s`operer dans le comportement des salaries aIin que la demarche de
prevention soit durable. La sante et la securite au travail, l`amelioration des conditions de travail
doivent devenir un reIlexe pour chacun. A partir du moment ou le cheI d`entreprise et
l`encadrement aIIectent les moyens necessaires (materiel, Iormation.), la securite devient
l`aIIaire de tous.


3) L'accompagnement des entreprises

Entreprises et salaries sont loin d`être laisses pour compte en ce qui concerne leurs
preoccupations en matiere de sante et securite au travail. Des organisations internationales, en
passant par les organismes nationaux jusqu`aux instances locales, la securite et la sante des
travailleurs Iont l`objet de beaucoup d`attentions. La multiplication des acteurs montre l`ampleur
et l`importance grandissante de la securite sur les chantiers dans le cadre d`un secteur d`activite a
haut risque, celui du BTP.

Schéma simpIifié de I'organisation de Ia prévention des risques professionneIs
en France (source . INRS)







Le Management de la Securite- Page 18

3-1. Le médecin du travail et l'assurance sociale

La CNAMTS a un rôle majeur dans la promotion de la prevention des risques proIessionnels
dans les entreprises. Elle deIinit les mesures et les moyens a mettre en ouvre dans les entreprises
qui relevent du regime general de la securite sociale. Son action est relayee au niveau regional
par 16 caisses regionales d'assurance maladie (CRAM) et, pour les departements d`Outre-mer,
par 4 caisses generales de securite sociale (CGSS). Elles adaptent les orientations generales de la
CNAMTS aux realites regionales. Les agents des CRAM et CGSS, en plus de leur mission de
contrôle, appuient et conseillent les entreprises sur les moyens techniques a mettre en ouvre pour
prevenir les accidents du travail et les maladies proIessionnelles.

Au niveau local, le medecin du travail assure la continuite de l`action de prevention des risques
au sein des entreprises. La medecine du travail est une medecine exclusivement preventive et qui
a pour objet d`eviter toute alteration de la sante des travailleurs du Iait de leur travail. Le
medecin du travail agit sur le milieu du travail et pratique des examens medicaux. Ses actions
s`appuient sur les missions suivantes :
- determiner l`aptitude des salaries a leur poste de travail,
- l`amelioration des conditions de vie et de travail dans l`entreprise,
- l`hygiene generale de l`entreprise,
- l`adaptation des postes, des techniques, des rythmes de travail aux capacites des
salaries,
- la protection des salaries contre l`ensemble des nuisances,
- l`education sanitaire dans le cadre de l`entreprise.

Trop souvent reduites aux obligations legales, les relations entre employeurs et services
medicaux doivent être largement developpees si l`on veut donner un sens a la prevention des
risques proIessionnels et a celle de l`amelioration des conditions de travail. En eIIet le medecin
du travail est en mesure d`apporter une contribution importante a l`entreprise dans le domaine
de la prevention. La connaissance de l`entreprise et de son environnement et la participation aux
reunions a la sante et a la securite des travailleurs par le medecin du travail, lui permettra d`agir
eIIicacement. L`employeur doit considerer le medecin du travail comme un acteur privilegie au
sein de l`entreprise dans la politique de prevention des risques proIessionnels, l`amelioration des
conditions de travail et la promotion de la sante sur les lieux de travail. L`eIIicacite des actions
menees par l`un et l`autre se transcrit par la reciprocite de leurs relations.




Le Management de la Securite- Page 19
3-2. Organismes publics et entreprises privées


L`entreprise de BTP qui n`a pas de politique de securite mise en place, peut Iaire appel a de
nombreux organismes aIin de gerer les risques auxquels ses salaries doivent Iaire Iace.
L`entreprise ne peut rester dans l`ignorance et dans l`inaction en terme de securite au travail sauI
s`il s`agit de son propre Iait. Elle a acces a de nombreux outils, inIormations et conseils tant par
les organismes publics que par des entreprises privees.

Plusieurs organismes assurent une aide aux entreprises de BTP dans la demarche de prevention
des risques, le but etant d`inscrire la demarche de prevention des entreprises dans une demarche
active et operationnelle.

Parmi ces instances publiques on retrouve l`INRS, l`institut national de recherche et de securite,
un maillon important du systeme Irançais de prevention des risques proIessionnels. Il met a
disposition des entreprises et des salaries de nombreux produits d`inIormation tels que revues,
brochures, aIIiches, cd-rom, site Internet , ou des dossiers et des solutions relatiIs a la sante et a
la securite au travail sont proposes et explicites. Du risque toxique au bien-être physique et
psychologique, l'INRS conduit des programmes d'etudes et de recherches pour ameliorer la sante
et la securite de l'homme au travail. Il propose une assistance technique aIin de repondre aux
besoins des animateurs de la prevention en entreprise par le biais de Iormation ou encore dans le
cadre de l`etablissement du document unique en matiere d`evaluation des risques. Plus
particulierement pour le secteur du BTP, sous le contrôle du ministere du travail, l`OPPBTP,
Organisme ProIessionnel de Prevention du Bâtiment et des Travaux Publics, contribue a la
prevention dans toutes les entreprises du secteur du BTP.

L`OPPBTP vise 3 objectiIs : la securite, l`hygiene et l`amelioration des conditions de travail. Il
est charge de contribuer a la prevention des accidents du travail et des maladies proIessionnelles.
Cet organisme exerce trois missions principales : le conseil- la Iormation- l`inIormation. Il est un
support d`aide aux entreprises dans la maîtrise de prevention de la securite au travail et presente
un eventail d`outils dans l`organisation d`un chantier. L`outil MAPC, methode d`aide a la
preparation de chantier, met a disposition un support ecrit pour la preparation des chantiers. Il
permet aux entreprises de mettre en place un suivi global de l`avancement du chantier du debut a
la Iin (cf. annexes 5 et 6). Des Iiches reIerence sur les sources des risques ont ete etablies dans le
cadre de cet outil avec pour chacune la deIinition du risque, son impact au travail, les
consequences ainsi que les objectiIs pour reduire voire supprimer le risque. Parmi les risques sur
un chantier l`OPPBTP a etabli quatorze Iiches mettant en avant les risques communs a chaque


Le Management de la Securite- Page 20
chantier : le bruit, l`eclairage, les conditions climatiques, les produits dangereux et les risques
physiques, les encombrements, le port manuel des charges, les eIIorts physiques, les postures, les
deplacements avec ou sans charges, les activites de contrôle et incidents, la coactivite et enIin
l`autonomie (cf. annexe 7). Ces outils d`aide ont pour objectiI d`amener les entreprises a prendre
en compte la securite dans la gestion des chantiers en particulier pour les PME- PMI qui n`ont
pas de politique de securite au sein de leur organisation.
De plus l`OPPBTP organise des stages de prevention en entreprise par le biais de ses agents,
techniciens et ingenieurs delegues a la securite. EnIin cet organisme est en veille constante sur
les techniques, l`aspect juridique et l`aspect medical concernant la prevention des risques et des
maladies proIessionnelles. Le site Internet (oppbtp.Ir) la revue mensuelle Prevention BTP, et les
diIIerentes campagnes de communication permettent aux entreprises d`être sans cesse inIormees
de toutes les evolutions en matiere de securite, hygiene et conditions de travail. De plus, le 29
mars dernier, une convention de partenariat entre l`Etat et l`OPPBTP sur la prevention des
risques proIessionnels, a augmente le pouvoir d`investigation de l`OPPBTP cI annexe). Ce
partenariat, visant a elever le niveau de prevention dans les entreprises de BTP, s`inscrit dans le
plan sante au travail 2005- 2009 qui a pour objectiI la coordination de tous les acteurs publics et
prives, la reaIIirmation du rôle central des services de sante au travail, et l`accompagnement des
entreprises dans leur demarche d`evaluation des risques.
Cette collaboration vise a encrer la culture de la securite dans toutes les entreprises de BTP aIin
que la maîtrise des risques devienne un axe incontournable dans le mode de gestion et de
Ionctionnement d`un chantier.

L`accompagnement des entreprises de BTP concernant la sante et la securite au travail peut aussi
passer par des entreprises privees. En eIIet, Iace a l`importance de la sante et la securite au
travail avec toutes les problematiques liees aux accidents de travail et maladies proIessionnelles
donc aux risques proIessionnels, des entreprises privees en ont Iait leur domaine de predilection.
Des entreprises ont developpe leur activite de conseil aIin d`apporter des solutions
supplementaires a la gestion des risques proIessionnels en entreprise, notamment pour les PME.
Elles apportent un accompagnement sur la mise en pace de l`evaluation des risques en entreprise
(document unique) mais proposent aussi des solutions par la mise en place de Iormations liees a
la securite au travail a destination des salaries.



Le Management de la Securite- Page 21

ÌÌ) DE LA NOTION DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL AU MANAGEMENT DE
LA SECURITE


Outre les obligations legales auxquelles sont soumises les entreprises de BTP en terme de sante
et securite au travail, avec plus particulierement la prevention des risques, aujourd`hui elles ont
un reel interêt a instaurer un politique de securite au sein de leur entreprise.

Le systeme de management de la securite au travail est une partie d'un systeme de management
global de l`entreprise. Il permet la gestion des risques associes aux activites de l'organisme
relatiIs a la sante et a la securite au travail. Ceci comprend l'organisation, les activites de
planiIication, les responsabilites, les pratiques, les procedures, les processus et les moyens
necessaires pour developper, mettre en oeuvre, realiser, revoir et tenir a jour la politique de
l'organisme en matiere de sante et de securite au travail. (OHSAS 18001 : CertiIication de systemes de
management de la sante et de la securite au travail)


A) Mise en æuvre d'un Système de Management de Ia Sécurité (SMS)


Les enjeux tant economiques qu`humains poussent les entreprises a gerer leur organisation en
integrant la prevention des risques dans leur strategie globale. Il s`agit d`une progression
continue de l`entreprise ou les objectiIs de rentabilite et de productivite ne pourront que
s`ameliorer si le systeme de management de la securite est une demarche volontaire avec une
coherence globale avec les autres demarches de management. L`eIIicacite de mettre en place une
gestion de la sante et securite au travail se traduira par l`utilisation d`outils appropries ainsi qu`a
l`investissement de chaque Ionction dans l`entreprise. Le Management de la securite ne doit pas
être un Iormalisme, un processus supplementaire mais il doit s`inscrire dans un veritable projet
de changement de l`entreprise.


1) Des enjeux et objectifs supplémentaires

Outre les enjeux vus precedemment concernant les coûts lies aux risques proIessionnels
(accidents du travail et maladies proIessionnelles), les sanctions penales ainsi que les enjeux
humains (anticiper l`usure proIessionnelle et diminuer la penibilite physique et morale de la main
d`ouvre), les entreprises de BTP sont aujourd`hui conIrontees a une penurie de main d`ouvre
qualiIiee et proIessionnelle. Pres de 40 000 postes sont actuellement non pourvus et les departs
en retraite Iuturs risquent d`accentuer encore cette tendance.


Le Management de la Securite- Page 22
AIin de Iaire Iace a leurs besoins en ressources humaines, les entreprises devraient maintenir
davantage au travail les salaries durant leurs annees precedant leurs 60 ans. Cependant, a
l`heure actuelle, c`est dans cette tranche d`âge que les alterations physiques deviennent plus
critiques : mal de dos, problemes d`articulations (les TMS), problemes respiratoires, cutanes
mais aussi des maladies graves tels que des cancers dus a des expositions a des produits
chimiques ou encore a l`amiante,.. Les mesures de prevention n`ont pas ete assez soutenues et
observees auparavant, et l`âge de la retraite etant en recul, si l`entreprise souhaite garder ses
ressources et pallier a la penurie de main d`ouvre qualiIiee, il est de son devoir et de sa
responsabilite d`ameliorer les conditions de travail, de sante et de securite au travail, aIin que les
salaries puissent rester plus longtemps qu`auparavant en activite sans observer des alterations
corporelles trop importantes.

Autre enjeu majeur, celui de renIorcer l`attractivite et l`image du secteur aIin de donner des
perspectives a des jeunes desireux d`entrer, et surtout de rester, dans les entreprises de BTP. Il
s`agit la d`un enjeu economique primordial pour le secteur, en concurrence avec d`autres
activites, pour pallier au manque de main d`ouvre. Cela implique de garantir aux jeunes de
bonnes conditions de sante au travail tout au long de leur carriere, ainsi que des conditions de
securite optimum. Le BTP se doit d`être attractiI pour les jeunes et de ce Iait il doit prendre en
compte la penibilite du travail. L`amelioration continue de ces Iacteurs est necessaire aIin de
sauvegarder les ressources du secteur.


2) Planification et mise en oeuvre de la politique de Sécurité et Santé au travail

La mise en place d`un systeme de management est un projet de changement au sein d`une
entreprise. A ce titre, un tel systeme doit être gerer comme un projet, tant au niveau de
l`identiIication de chaque acteur qu`au niveau de la deIinition de leurs responsabilites et tâches
precises. La politique de sante et securite au travail doit s`inscrire sur une volonte reelle du cheI
d`entreprise de s`engager dans la demarche et de Iaire progresser l`entreprise dans ce domaine de
Iaçon reguliere.


2-1. Intégration et harmonisation

Tout d`abord, il s`agit d`integrer la gestion de la sante et de la securite au travail dans toutes les
Ionctions de l`entreprise pour une mise en place d`une politique pertinente. Dans l`entreprise,
tous les services sont concernes et doivent gerer cette thematique comme une composante a part
entiere du management de leur unite. Le management de la securite lorsqu`il est mis en place est


Le Management de la Securite- Page 23
une composante a part entiere du mode de gestion de l`entreprise. Il doit être perçu comme tel
pour être eIIicace. L`objectiI est dans un premier temps de le communiquer aux salaries de Iaçon
claire et precise. Les objectiIs et la marche a suivre doivent être les mêmes pour tous et pour tous
les services. De plus, une veritable politique de maîtrise des risques repose sur la prise en compte
des conditions reelles de realisation du travail eIIectue. En eIIet, il ne suIIit pas de se contenter
de la description du poste, de sa deIinition, mais il s`agit au contraire d`analyser le travail realise.
Le lieu du chantier, les conditions climatiques, l`exposition ou non a des produis dangereux, le
travail en hauteur, les exigences de coûts, de delais, le materiel utilise, sont autant de Iacteurs
inIluençant les conditions reelles de realisation du travail a eIIectuer.

La diIIiculte sur un chantier reside dans l`interactivite de plusieurs entreprises sur un même
chantier. Dans ce cas, des concertations entre l`encadrement de chaque entreprise seront
necessaires, les risques ne devant pas être occultes par une entreprise ou une autre, par un corps
d`etat ou un autre. La maîtrise des coûts pour les uns, les objectiIs de productions pour les autres,
la gestion des delais, sont autant des contraintes auxquelles doivent Iaire Iace les entreprises en
complement de la gestion de la prevention des risques. Celle-ci doit apparaître a tous les
niveaux, a toutes les etapes d`un chantier. Une politique pertinente de sante et securite au travail
se traduira par une reelle integration des exigences a tous les niveaux de l`entreprise dans le
domaine des conditions de travail, de sante et de securite.
L`interaction de tous les acteurs dans la politique de sante et securite au travail, est inevitable.
On a pu voir dans une premiere partie l`ensemble de ces acteurs, que ce soit du côte de
l`entreprise, des salaries, des instances medicales ou encore des organismes publics, mais tous
dissocier les uns des autres. Le systeme de management met en avant la complementarite de
chacun d`eux. Le rôle des diIIerents acteurs doit être precise (missions, responsabilites,
obligations,..) pour chacun d`entre eux. Le personnel doit s`approprier la demarche et doit se
rendre compte de son interêt. L`entreprise met en place une politique generale de sante et
securite au travail avec les moyens necessaires, c'est-a-dire les outils permettant un suivi et la
mesure des progres realises. De plus, par des actions de Iormation regulieres et reactualisees, elle
developpe ses competences en matiere de sante et securite au travail. Ces Iormations sont
adaptees en Ionction de la place des salaries dans l`entreprise, ainsi que de leur activite. Quand
aux salaries, avec les moyens mis a disposition par l`entreprise, ils doivent mettre en ouvre des
processus coherents et integres au niveau de leur activite, de leur metier.

EnIin, pour assurer la pertinence de la politique de sante et securite au travail, celle-ci doit être
en harmonie avec les autres politiques de l`entreprise. Il ne s`agit pas de deIinir et d`appliquer


Le Management de la Securite- Page 24
une politique de sante et securite qui impose des contraintes contradictoires aux salaries parce
qu`elle n`aura pas ete deIinie en accord avec les autres politiques de l`entreprise. L`approche
pluridisciplinaire (techniques, humaines, organisationnelles) mise en evidence par l`ensemble
des politiques de l`entreprise (sante et securite gestion Iinanciere, gestion Iinanciere,
environnement, qualite, .) necessite un travail de concertation important. Concilier toutes les
contraintes auxquelles sont soumis l`entreprise et l`ensemble de son environnement est
complexe. La gestion de la sante et la securite est au carreIour de celles-ci et doit tout prendre en
compte aIin de mettre en evidence les risques et trouver des solutions.


2-2. Evaluation des risques

L`identiIication et l`evaluation des risques se trouvent au cour de la politique de sante et securite
au travail. Un management de la securite pertinent s`inscrit dans une recherche d`amelioration
continue de la sante et la securite au travail, de ce Iait l`evaluation des risques doit être realisee
en amont de toute autre action corrective ou preventive. Cette evaluation part de la realite des
travaux eIIectues, de l`observation de tous les acteurs ainsi que de leur perception, et s`appuie
sur les connaissances de l`entreprise a un moment donne. Une evaluation pertinente c`est
apprecier les dangers et les risques auxquels sont exposes les travailleurs durant leur activite,
mais c`est aussi les anticiper. L`evaluation Iait l`objet d`une analyse aIin d`identiIier les
accidents potentiels et les situations d`urgence. Pour tout type de risques, il est indispensable de
se poser la question : qu`est-ce qui se passerait au cas ou ? Comme vu precedemment, les risques
sont divers, il s`agit donc de les hierarchiser. En Ionction de la dangerosite des risques, les
objectiIs vont diIIerer et il s`agit eux aussi de les hierarchiser. Ils doivent tenir compte des
impacts signiIicatiIs en matiere de securite, des exigences legales et doivent être precis a tous les
niveaux et Ionctions concernes.

L`analyse des accidents du travail et des maladies proIessionnelles s`integre dans l`etape
d`evaluation des risques car elle permet d`en comprendre les causes et donc de pouvoir adopter
des mesures correctives voire preventives pour que cela ne se reproduise pas a nouveau. Face a
un accident ou a une maladie proIessionnelle, la tentation de se limiter a la recherche des Iaits
generateurs et des causes immediates directement perceptibles, peut être grande. La demarche du
management de la securite s`eIIorce de rechercher les causes en amont. L`objectiI est de
demarrer l`analyse a partir du moment ou il y a un incident car lorsqu`il y a accident, il est deja
trop tard. De même pour les maladies proIessionnelles, il est inutile d`attendre sa reconnaissance
pour etudier les niveaux d`exposition a un danger.


Le Management de la Securite- Page 25
Le suivi de la mis en ouvre de l`evaluation des risques est un element important dans la reussite
d`un systeme de maîtrise des risques proIessionnels.

3) Evaluation du Système de Management de la Sécurité

Comme tout systeme si l`on veut qu`il reste pertinent et utile, le systeme de management de la
securite doit être sans cesse remis en cause. Il ne s`agit pas d`appliquer le même processus a
chaque Iois, surtout dans le domaine du BTP, ou chaque chantier est diIIerent de part la
technique, les conditions climatiques, l`interaction des intervenants, les travaux a realiser,.


3-1. Remise en cause continue au sein de l'organisation

Evaluer et mesurer sa politique maîtrise des risques permet a l`entreprise de s`interroger sur les
strategies d`actions et sur leur coherence. Elle Iait ressortir les dysIonctionnements qu`il y a pu
avoir sur l`organisation globale du systeme ou encore sur sa conception. L`auto evaluation du
systeme permet a l`entreprise de s`interroger sur la pertinence des strategies qu`elle a mise en
place en matiere de sante et securite au travail. Elle tire un enseignement de ses erreurs, c`est ce
qui lui permet de s`ameliorer. Rappelons que le systeme de management est base sur
l`amelioration continue des conditions de travail, de sante et de securite. Cette remise en cause
perpetuelle participe au projet de changement que le systeme de management de la securite
implique.
L`evaluation de la politique de securite passe bien sûr par un suivi et une comparaison
d`indicateurs (taux de Irequence et de gravite des accidents, integration de la prevention,
implication..).
AIin d`ameliorer le systeme et de Iaire evoluer la politique, les entreprises ont a disposition les
revues de direction ainsi que des audits internes. Les revues de direction servent a elaborer de
nouveaux programmes d`actions en Ionction de l`evolution des indicateurs observes. Il s`agit
d`evaluations Iormalisees, eIIectuees par la direction au plus haut niveau, de l'etat et de
l'adequation du systeme de management de la securite par rapport a la politique securite et a ses
objectiIs. Dans le secteur du BTP, il existe des techniciens prevention en hygiene et securite. Ils
sont la en tant que conseillers en hygiene et securite et aussi en tant qu`animateurs dans ce
domaine. Ils ont une mission supplementaire qui consiste a visiter les chantiers aIin d`auditer la
securite et les conditions de travail sur les chantiers.




Le Management de la Securite- Page 26
3-2. la filière construction et les certifications : une profession en
mouvement

A ce jour, en matiere de securite et sante au travail, il n`existe aucune norme ni aucun projet de
normalisation internationale. Apres la qualite (norme iso 9001) et l`environnement (norme iso
14 001), un projet concernant la normalisation de la sante et securite au travail a ete rejete par
certains pays membres, dont la France. Chaque entreprise doit pouvoir adapter son systeme de
management de la securite par rapport a sa taille. En eIIet, la majorite des entreprises Irançaises
sont des PME. Les risques ne sont pas les même pour chaque secteur d`activite, pour chaque
entreprise. Un manque de souplesse peut restreindre une certaine liberte d`actions aux
entreprises, ce qui pourrait avoir un neIaste sur l`evaluation, la prevention des risques et sur
l`anticipation des changements.

En matiere de certiIication, il revient a l`entreprise de decider si une certiIication lui est utile et
dans quelles conditions elle doit la mener. La recherche de certiIication n`est pas une Iin en soi.
La Iinalite premiere de l`entreprise doit être l`amelioration de la sante et de la securite de son
personnel. Il doit s`agir d`un travail de Iond visant a mettre en place une organisation. L`objectiI
est de Iaire vivre le systeme et de l`ameliorer. Dans cette Iinalite, la certiIication peut être une
Iaçon de reconnaître le travail Iourni et être un gage de proIessionnalisme par rapport aux clients
et Iournisseurs. Cependant, lorsque la demarche de certiIication est imposee par un donneur
d`ordre, la demarche va rester Iormelle et superIicielle. Cette demarche n`integrera pas le progres
ni même le changement au sein de l`entreprise. Il n`y aura pas de veritable culture d`entreprise
et l`adhesion du personnel n`en sera que moindre.

Il existe cependant des reIerentiels pour aider les entreprises a prendre des dispositions
d`organisation et de gestion en matiere de sante et securite au travail, et a s`inscrire dans une
recherche d`amelioration continue des perIormances dans ce domaine. AIin de ne pas s`enIermer
dans un Iormalisme et de conduire a des dispositiIs non adaptes, cette derniere a tout interêt a
etablir son propre reIerentiel en le personnalisant en Ionction de criteres qui lui sont propres : sa
taille, son activite, ses propres objectiIs securite et sante au travail, sa culture securite, l`existence
de systemes semblables (qualite, environnement). L`entreprise a la possibilite de s`appuyer sur
plusieurs documents de reIerence et combiner les caracteristiques de ceux-ci.

Les principaux reIerentiels existants dans le domaine de la sante et la securite au travail se
regroupent en trois categories :


Le Management de la Securite- Page 27
- des guides generaux de bonnes pratiques : ILO/OHS 2001 (elabore par l'Organisation
internationale du travail), BS 8800 (norme britannique).
- des reIerentiels generaux certiIiables tel l`OHSAS 18001 (elabore par des organismes
de normalisation nationaux et des organismes prives, mais sans statut de norme
internationale).
- des reIerentiels orientes vers les relations entreprises exterieures / entreprises
utilisatrices : Manuel d`amelioration securite des entreprises (Mase).

Le succes des demarches de management de la securite ne depend pas du reIerentiel utilise mais
plutôt de l`utilisation qui en est Iaite, c'est-a-dire la mise en ouvre du systeme et donc du
resultat.

B) Les actions préventives

La reussite d`un systeme de management de la securite prend Iorme dans ses actions de
prevention. En eIIet, une Iois l`evaluation eIIectuee de l`ensemble des risques, la prevention est
la aIin que les salaries ne soient pas les victimes de ces risques et ainsi que ceux-ci ne se
transIorment pas en accidents de travail ou incapacites permanentes. Pour que le personnel
adhere, il est primordial qu`une communication en interne soit eIIectuee regulierement a ce sujet
et que des actions de Iormation relatives a la sante et a la securite au travail soient realisees de
maniere recurrentes.


1) Communication au sein de l'organisation

La comprehension et l`adhesion par le personnel de la politique de sante et securite au travail
dependent de la politique de communication instauree par l`entreprise. Il est necessaire que
l`inIormation soit connue de tous et accessible par tous, des salaries a l`encadrement, en passant
par le personnel interimaire.


1-1. Mise en place de l'information

Tout d`abord, la politique de sante et securite au travail doit être clairement aIIichee ou du moins
visible et accessible par tous. Une documentation du systeme de gestion de la sante et de la
securite au travail doit être etablie et tenue a jour. L`objectiI est d`indiquer la politique securite et
les objectiIs Iixes, les principaux dangers et risques qui decoulent du secteur d`activite du BTP et
en particulier des activites de chaque poste dans l`organisation ; ainsi que les procedures mises
en place au sein de l`entreprise dans le cadre du systeme de management de la securite. Ces


Le Management de la Securite- Page 28
donnees peuvent être consignees dans un registre de securite consultable a tout moment. Il
pourrait comprendre :
- des donnees relatives aux accidents du travail, maladies proIessionnelles, incidents,
- des donnees qui concernant la legislation et reglementation nationale en matiere de
sante et securite au travail,
- des donnees relatives a l`exposition des travailleurs et a la surveillance du travail et a
la sante des travailleurs,
- des resultats de la surveillance,
- des donnees concernant toutes les evolutions en matiere de condition de travail, de
sante et securite.
La politique de communication sera d`autant plus credible qu`elle s`appuiera sur des resultats
visibles et directement perceptibles par les salaries. Chacun doit être inIorme, du rôle qu`il joue
dans ce systeme et des progres realises.


1-2. Communication interne

Une politique de communication perenne en matiere de sante et securite au travail, se realise au
travers du parcours de l`inIormation. En eIIet, l`entreprise doit garantir la communication
interne, a tous les niveaux de la hierarchie et a toutes les Ionctions de l`organisation. De la
Iormation securite, en passant par des sensibilisations regulierement renouvelees, l`acces a
l`inIormation en matiere de sante et securite au travail commence au moment de l`embauche. En
eIIet cela Iait partie de l`integration du salarie ou du personnel interimaire. Il s`agit de leur
inculquer les valeurs de l`entreprise et sa politique securite et de les impliquer des le debut. Le
systeme de management de la securite ne sera pas viable si les salaries ne s`impliquent pas dans
la mise en ouvre de celui-ci.
Le champ de la sante et securite au travail constitue un lieu privilegie du dialogue social et
l`occasion pour l`entreprise de renIorcer le dialogue avec son personnel. Elle doit être a l`ecoute
de leurs propositions d`amelioration sur les conditions de travail, et veiller a ce que leurs
preoccupations et suggestions ou celles de leurs representants soient entendues, examinees et
qu`une reponse soit apportee. La demarche doit privilegier le dialogue social aIin que
l`entreprise obtienne l`implication de son personnel. Les mesures d`amelioration de la sante et la
securite au travail seront plus eIIicaces car elles auront ete elaborees sur la base d`un consensus
entre toutes les personnes concernees.




Le Management de la Securite- Page 29
2) Les actions de formation à la sécurité

La prevention des risques passe par des actions de Iormations a la securite. Certaines d`entre
elles sont obligatoires dans le secteur du BTP et seules les personnes ayant ete Iorme pourront
realiser les travaux necessitant une Iormation.


2-1. Les formations sécurité individuelle et collective

Parmi les Iormations relatives a la securite individuelle et collective, des Iormations sont
regulierement mises en place. Les salaries sont soumis a la Iormation initiale, et par la suite ils
beneIicient de Iormation de recyclage.

La Iormation gestes et postures, maintenant nommee PRAPE, "Prevention des Risques lies a
l'Activite Physique", propose un reIerentiel de techniques gestuelles. En eIIet, les maladies
proIessionnelles du dos tendant a se developper, il est important que les salaries apprennent les
principes applicables concernant le port de charges lourdes, la manutention manuelle et la
position du corps pendant l`exercice de leur activite. Ces principes sont bien sûr applicables
dans l`enceinte proIessionnelle. Cependant, etant donne qu`il est diIIicile de mesurer le
commencement d`une maladie proIessionnelle ou d`un simple mal de dos, l`enjeu pour les
entreprises est de modiIier le comportement de ses salaries dans leur vie extra proIessionnelle.
Ainsi les techniques gestuelles applicables dans la vie proIessionnelle le sont dans la vie
domestique, et ces Iormations ont pour but la prise de conscience des salaries.

Les Iormations Sauvetage Secouriste du Travail, SST, permettent de Iormer des volontaires pour
intervenir, rapidement et eIIicacement, en cas d'accident dans un milieu de travail, en attendant
les equipes medicales d'intervention. Dans chaque chantier, occupant 20 personnes au moins
pendant plus de 15 jours ou sont eIIectues des travaux dangereux, un membre du personnel doit
avoir reçu obligatoirement l'instruction necessaire pour donner les premiers secours en cas
d'urgence. Du Iait de sa Iormation, il sera acteur de sa propre securite et de celle des autres. Le
SST permet au salarie d`être capable d`intervenir lors d`un accident sur le lieu de travail aIin de
donner les premiers secours a la victime, de la proteger et de l`examiner. Il doit être capable de
reconnaître les risques persistants eventuels qui menacent la victime, sans s`exposer lui-même et
il doit alerter ou Iaire alerter en interne et les services de secours externes.

En ce qui concerne les Iormations a la securite individuelle et collective, il existe un eventail de
Iormations liees aux risques incendie, electrique ainsi qu`aux equipements de protection
individuelle. L`objectiI de ces Iormations est de changer les comportements des salaries et de les


Le Management de la Securite- Page 30
responsabiliser Iace aux risques qu`ils encourent. Pour qu`elles aient un impact des recyclages
sont necessaires et doivent être organises regulierement. La problematique reside dans le Iait que
les listes d`attentes sont longues car les organismes doivent être habilites a dispenser celles-ci.



2-2. Les formations sécurité spécifiques à la conduite d'engins

Dans le secteur du BTP, les engins de chantier ou les equipements de levage, tels que les grues,
les plates-Iormes elevatrices mobiles de personnel, sont a l`origine de nombreux accidents du
travail. La conduite de ces engins necessite la possession d`un CACES, certiIicat d`aptitude a la
conduite en securite, delivre par l`employeur (cI. annexe 8). Ce dernier doit contrôler les
connaissances et le savoir Iaire du conducteur pour la conduite en securite, sa connaissance des
lieux et des instructions a respecter sur le ou les chantiers. Cependant l`examen d`aptitude
medicale est la premiere etape a valider. Ensuite l`employeur delivre au salarie, qui a passe les
tests realises par un organisme testeur, une carte d`autorisation de conduite selon le CACES
obtenu (cI. annexe 9).

La CNAMTS a etabli des recommandations d`utilisation qui deIinissent les conditions
d`obtentions des CACES (cI. annexe 10).

Équipements concernés par le dispositif CACES / Autorisation de conduite

Engins de chantier Recommandation n° 372 modifiée
Grues à tour Recommandation n° 377 modifiée
Grues mobiles Recommandation n° 383 modifiée
Plates-formes élévatrices mobiles de personnes
(PEMP)
Recommandation n° 386
Chariots automoteurs de manutention à conducteur
porté
Recommandation n° 389
Grues auxiliaires de chargement de véhicules Recommandation n° 390

Le CACES valide seulement les connaissances et le savoir Iaire a la conduite en securite et
chaque CACES est speciIique a une categorie d`engins. Ces Iormations Iont l`objet de Iormation
initiale mais elles sont renouvelees tous les cinq a dix ans selon le type d`engins. Le simple
respect de regles elementaires de securite et une Iormation a la conduite permettent de reduire le
risque d`accidents lies a ce type d`engins. Il est alors indispensable de renouveler ces Iormations
a chaque Iois que necessaire.



Le Management de la Securite- Page 31
ConcIusion :




Etant donne l`importance des preoccupations de sante et securite au travail, les entreprises de
BTP ont plus que jamais interêt a s`inscrire dans un systeme de Management de la securite. La
multiplicite des enjeux, les coût importants que la non securite entraîne, le nombre important de
victimes d`accidents, sont autant d`elements qui poussent les entreprises a aller au-dela des
obligations qui leur sont donner en matiere de conditions de travail, de securite et sante.
Les entreprises « precurseurs » dans la gestion de la securite au travail sont les grandes
entreprises. Elles integrent totalement la sante et la securite dans leur mode de gestion et les
resultats sont encourageants. Cependant, les PME voire les TPE n`ont encore pas toutes pris
conscience des enjeux de la securite au travail en terme d`employabilite, d`attractivite du metier,
de coûts supportes par la non securite. Les obligations legales sont un point de depart a cette
prise de conscience et l`ensemble des acteurs de l`entreprise doit y prendre part. Même si les
PME sont en retard en matiere de management par la securite, les eIIets et les resultats observes
dans les grandes entreprises, seront les même pour elles. L`interêt reste le même.






























Le Management de la Securite- Page 32
Lexique

1- Danger : une propriete intrinseque d'une substance, d'un equipement, d'une situation, d'un
systeme a causer des dommages aux personnes, aux biens ou a l'environnement ;
Exemple :
Danger : l`electricite
Le risque : l`electrocution
Le dommage : l`accident par electrocution

2- Statistiques annuelles Accidents du Travail 2004 de la CNAMTS (dernieres statistiques
actualisees). Les statistiques prises en compte pour les AT sont les accidents avec arrêt de travail
seulement. Sont diIIerencies les incapacites permanentes et les deces.

3- Taux de fréquence et taux de gravité :

Taux de fréquence : il prend en compte un nombre d`accident rapporte a un million d`heures
travaillees. Un million d`heures c`est la vie de travail de 15 salaries, donc un taux de Irequence
de 30 indique que 15 personnes peuvent subir 30 accidents dans leur vie de travail.

TF1 : taux de Irequence oIIiciel. La statistique nationale est calculee avec ce dernier.
Nbre d`accidents avec arrêt de travail*1 000 000
Nbre d`heures travaillees.
TF2 : toute declaration a la securite sociale suite a toutes blessures survenues a l`occasion
du travail.
Nbre d`accidents declares a la securite sociale * 1 000 000
Nbre d`heures travaillees

TF3 : ensemble des accidents recenses * 1 000 000
Nbre d`heures travaillees

Le taux de gravité : il prend en compte le nombre de jour d`arrêt
TG ÷ nombre de journee indemnisees X 1.000
nombre d'heures travaillees


4- Statistiques annuelles Maladies Professionnelles avec arrêt 2003 de la CNAMTS
(dernieres statistiques actualisees). Sont diIIerencies les incapacites permanentes et les deces.


5- Maladies professionnelles du dos :
- Lumbago : AIIection brutale survenant a l'occasion d'un eIIort, d'un Iaux mouvement ou même
spontanement, au lever par exemple. Il dure une semaine environ et peut se reproduire.

- Lombo-sciatique : AIIection aigue compliquee cette Iois de douleurs dans les jambes. Elle
dure plus longtemps : habituellement quelques semaines.
Le lumbago et la lombo-sciatique sont dus en general a un deplacement ou a une rupture du
disque intervertebral, ce coussinet elastique qui transmet les pressions a la maniere d'un
amortisseur entre les vertebres et dont l'elasticite permet les mouvements vertebraux.


- Lombalgie chronique : Elle peut succeder aux deux aIIections precedemment citees ou
survenir d'emblee. Elle peut durer plusieurs mois et gêner les mouvements du dos qui deviennent
douloureux, surtout pour certaines activites. Leur cause la plus Irequente est l'arthrose vertebrale


Le Management de la Securite- Page 33
qui, outre le disque intervertebral, peut toucher aussi les autres elements articulaires de la
colonne.

- Rachialgies bénignes : Elles ne sont pas dues a des maladies vertebrales proprement dites, ne
doivent pas être conIondues avec les precedentes douleurs du dos dont sont responsables
d'authentiques aIIections de la colonne bien que ces douleurs soient localisees a la même region
du dos. A l'origine de ces douleurs, on invoque le plus souvent une tension nerveuse, un
surmenage, des phenomenes neuro-musculaires. Les mesures a prendre ne sont pas les mêmes
que pour les trois cas precedents.


6- PPSPS : Plan particulier de securite et de protection de la sante. Sur les chantiers soumis a
l`obligation d`etablissement par le coordonnateur de securite d`un plan general de coordination,
les entreprises doivent etablir un PPSPS qui remplace le P H S (plan d`hygiene et de securite).



Licences Creative Commons
Quelle est la qualification juridique des documents-type Creative Commons ?
Les documents Creative Commons sont des contrats-type qui permettent à l’auteur de
communiquer au public les conditions d’utilisation de son œuvre.
Ce sont des offres ou pollicitations, l’offre étant définie comme la « manifestation de volonté
(…) par laquelle une personne propose à une ou plusieurs autres (déterminées ou
indéterminées) la conclusion d’un contrat à certaines conditions » (1).
On peut qualifier ces offres de contrats à exécution successive et de concession de droit
d’usage. Elles sont fournies à titre d’information gratuitement par Creative Commons et
n’impliquent aucun transfert des droits de propriété intellectuelle (2). Elles ne peuvent donc
pas être qualifiées de vente ou de cession.
La qualification de prêt à usage ou de commodat adresse les biens qui doivent être restitués,
ce qui n’a guère de sens dans le cas de biens immatériels.
Le louage de chose incorporelle ou licence (location d’un meuble incorporel en droit de la
propriété intellectuelle) est défini à l’article 1709 du Code Civil comme «un contrat par
lequel l'une des parties s'oblige à faire jouir l'autre d'une chose pendant un certain temps, et
moyennant un certain prix que celle-ci s'oblige de lui payer ». Le prix à payer n’entraîne ici
aucune rémunération, mais les obligations qui pèsent sur l’Acceptant laissent à penser que la
personne qui offre une œuvre sous de telles conditions en retire des avantages.
Le respect de la destination et l’usage de la chose louée en bon père de famille fait partie des
règles communes aux baux des maisons et des biens ruraux.
La qualification de licence, sous-catégorie de contrats, est traditionnellement réservée à la
propriété industrielle (licence de brevet ou de marque) et aux logiciels, et n’est pas employée
en propriété littéraire et artistique. Cependant, ce terme est communément utilisé pour
nommer les Creative Commons licenses, sous l'influence du terme américain et du concept de
"licences libres" : licence GNU GPL, Licence Art Libre...
La nouveauté de ce type d’offre peut enfin amener à la qualification de contrat innommé.

Quelle est la validité des licences Creative Commons au regard du formalisme
français des contrats de droit d’auteur ?

Le formalisme des contrats de cession de droits de propriété littéraire et artistique (CPI L.
131-3) peut s’appliquer aux licences ou autorisations d’utilisation (3). Celles-ci doivent
décrire de manière précise le domaine d'exploitation, soit l’étendue, la destination, le lieu et la
durée des droits concédés.
L’article 3 des licences Creative Commons énumère l’étendue des droits proposés :
« la reproduction de l’œuvre seule ou incorporée dans une œuvre dite collective, comme une
publication périodique, une anthologie ou une encyclopédie », au sens de l’article L. 121.8 du
CPI, voire modifiée en vue de former certaines « œuvres dites dérivées : traductions, les
arrangements musicaux, les adaptations théâtrales, littéraires ou cinématographiques, les
enregistrements sonores, les reproductions par un art ou un procédé quelconque, les résumés,
la distribution d’exemplaires ou d’enregistrements » desdites œuvres, au sens du CPI, article
L. 122-4, seconde phrase.
La durée (toute la durée légale de protection de l’Œuvre, telle qu’elle est définie aux articles
L. 123, L. 132-19, L. 211-4…) et l’étendue (le monde entier) sont également identifiées.
Quant à la destination, elle est clairement repérable dans l’intention de l’auteur de contribuer
à un fonds commun en autorisant certaines utilisations gratuites de son œuvre.
La cession des droits de reproduction et de représentation à titre gratuit est permise à l’article
L. 122-7 du CPI.
On précisera que les sous-licences sont explicitement interdites dans les documents Creative
Commons, être titulaire d’un droit d’usage ne confère pas au bénéficiaire d’une licence
Creative Commons le droit de céder ces droits. Le bénéficiaire ne pourra distribuer l'oeuvre
ou la communiquer au public que sous les mêmes conditions sous lesquelles il l'a reçue.
Le terme « bénéficiaire » et non pas le terme « licencié » a été retenu pour désigner dans la
traduction française la personne qui accepte l’offre. Ce choix marque une volonté de
confirmer cette interdiction et peut ainsi favoriser ainsi le consentement éclairé de l’acceptant.
L’article 3 de la version originale prévoit que « Les droits mentionnés ci-dessus peuvent être
exercés sur tous les supports, médias, procédés techniques et formats, qu’ils soient connus
aujourd’hui ou mis au point dans le futur. »
L’article L. 131-6 accepte « la clause d'une cession qui tend à conférer le droit d'exploiter
l'oeuvre sous une forme non prévisible ou non prévue à la date du contrat. ». Elle « doit être
expresse », ce qui est le cas dans la version originale des licences. Mais étant donné qu’elle
doit également « stipuler une participation corrélative aux profits d'exploitation », la phrase a
été écartée de la version française, à l’instar de la solution retenue par les traducteurs
allemands conformément à l’article 31.4 de la loi allemande sur le droit d’auteur de 1965, plus
stricte, qui interdit l’exploitation sous une forme non prévisible.
Si les cessions peuvent être consenties à titre gratuit, l’article L131-3 du CPI prévoit que les
adaptations audiovisuelles doivent prévoir une rémunération.
Cependant, la jurisprudence (4) a admis la validité d’une cession des droits d’adaptation
audiovisuelle même si aucune rémunération n’était stipulée, la contrepartie étant fournie par
la publicité faite à l’ouvrage, œuvre préexistante. L’intention de l’auteur d’obtenir une
diffusion et une distribution de son oeuvre sous Creative Commons plus large peut être
interprétée comme le souhait d'une plus grande notoriété grâce aux copies et aux diffusions
qu'effectueront les Acceptants, sans exiger une exploitation conforme aux règles spécifiques
d’un contrat d’édition, ni être lié par un contrat d'exclusivité avec un producteur.

L’autorisation d’adaptation audiovisuelle ne doit-elle pas figurer dans un contrat écrit distinct
de celui qui autorise les autres actes ?
D’après l’article L113-4, « l’œuvre composite est la propriété de l’auteur qui l’a réalisée,
sous réserve des droits de l’auteur de l’œuvre préexistante ».
L’article L131-4 alinéa 3 stipule que « les cessions portant sur les droits d’adaptation
audiovisuelle doivent faire l’objet d’un contrat écrit sur un document distinct du contrat
relatif à l’édition proprement dite de l’œuvre imprimée ». On peut se demander si le choix de
l’option qui autorise les modifications ne contraindrait pas à recourir à deux contrats Creative
Commons séparées, de manière à respecter cette disposition qui vise à protéger l’auteur en lui
faisant prendre conscience du fait qu’il s’agit de deux actes de cession bien différents.
La réponse est non car les licences Creative Commons ne sont pas assimilables à des contrats
d’édition au sens de l’article L132-1 du CPI : elles ne prévoient pas d’obligation pour le
bénéficiaire correspondant à la charge pour l’éditeur d’assurer la publication et la diffusion
des exemplaires dont la fabrication est autorisée.

Quelle est la validité des offres Creative Commons vis-à-vis du droit général des
obligations ?

L’absence de signature n’est pas le signe d’une absence de consentement ou d’information sur
l’objet et la nature de l’engagement contractuel. Il est en effet obligatoire d’accompagner
toute reproduction ou communication de l’œuvre d’une copie ou d’un lien vers le texte
Creative Commons qui la gouverne. Il est précisé dans l’objet du contrat que l’exercice sur
l’œuvre de tout droit proposé dans ladite offre vaut acceptation tacite de celle-ci, à l’image
des licences d’utilisation de logiciels qui prennent effet à l’ouverture de l’emballage du disque
d’installation. On peut inférer de l’article 1985 du Code Civil relatif au mandat que le
commencement de l’exécution du contrat proposé par le destinataire de l’offre « révèle » son
acceptation (5).
La personne qui propose de contracter, l’auteur au sens de l’article 113 du CPI, garantit dans
l’article 5a qu’elle a bien obtenu tous les droits nécessaires sur l’œuvre pour être en mesure
d’autoriser l’exercice des droits conférés par l’offre. Elle s’engage à ne pas transmettre une
œuvre constitutive de contrefaçon ou d’atteinte à tout autre droit de tiers (autres titulaires de
droits ou sociétés de gestion collective qui auraient pu être mandatées, ou tout autre tiers), et à
permettre une jouissance paisible à ceux qui en accepteront les termes.
Cependant, la version originale 2.0 des textes Creative Commons (notre travail de traduction
et d’adaptation portait jusqu’en mai 2004 sur la version originale 1.0) prévoit que cette clause
de garantie deviendra optionnelle. Une telle exclusion de garantie pourrait être jugée sans
valeur en cas de dommage. La responsabilité délictuelle étant d’ordre public, elle aura
vocation à s’appliquer par défaut, même sans mention explicite : la responsabilité de l’offrant
est alors définie par la législation applicable.
Enfin, proposer des textes en langue française n’est pas seulement plus commode pour les
utilisateurs français, mais répond également à l’impératif d’utiliser la langue française dans le
cadre de relations avec des salariés ou des consommateurs (6) dans un contexte professionnel
privé ou public.

Les contrats Creative Commons sont-ils compatibles avec le droit moral, norme
impérative ?


Droit à la paternité

N’est-il pas obligatoire de choisir l’option Paternité ? (On notera que l’option Paternité
devient obligatoire à partir de la version 2.0.)
On pourrait en effet penser que l’option Non Attribution, qui n’imposait pas d’indiquer la
paternité de l’œuvre, ne pouvait pas être choisie en droit français car le droit à la paternité,
prérogative de droit moral, est inaliénable. La même question est soulevée par l’article 4.a qui
permet à l’Offrant de demander à l’Acceptant de retirer de l’Œuvre dite Collective ou Dérivée
toute référence au dit Offrant.
Effectivement, un contrat qui imposerait à l’auteur de renoncer définitivement à son droit au
nom, en échange d’une contrepartie financière ou non, serait nul. La jurisprudence relative
aux contrats dits de « nègre » où l’auteur réel écrit un ouvrage pour autrui, et s’engage à
renoncer à être identifié comme auteur auprès du public, est stable : l’auteur réel pourra
toujours se faire reconnaître comme auteur (7).
Les documents Creative Commons n’imposent pas une renonciation définitive, mais
permettent une renonciation provisoire et une clarification (8). L’auteur pourra toujours faire
reconnaître sa paternité.
En revanche, ce droit à l’anonymat ne doit pas donner lieu à de fausses attributions de
paternité, notamment dans le cas où l’utilisateur-auteur indiquerait un autre nom que le sien,
ou s’approprierait indûment la paternité d’une œuvre. Le principe général étant la
présomption de titularité au bénéfice de celui sous le nom duquel est divulguée l’œuvre, le
système Creative Commons ne permet pas plus que le cas général d’authentifier la paternité
des œuvres. La paternité indiquée dans une offre Creative Commons reste soumise à la bonne
foi des utilisateurs.


Droit au respect

Autoriser à l’avance les modifications n’équivaut pas à aliéner le droit au respect. Le droit
d’adaptation, traditionnellement cédé à l’avance, n’implique pas d’autoriser les modifications
qui porteraient atteinte à l’intégrité de l’œuvre ou à l’honneur et la réputation de son auteur.
L’auteur qui aurait mis à disposition son œuvre sous une offre Creative Commons autorisant
les modifications et la création d’œuvres dites dérivées, se réserve toujours la possibilité d’un
recours fondé sur droit au respect, en cas d’utilisation ou de dénaturation de son œuvre telle
qu’elles lui porteraient préjudice.


Droit de retrait

Le droit de retrait, lui aussi d’ordre public, pourra toujours être exercé, même si le parcours de
l’œuvre rend son application encore plus difficile sur les réseaux. Celui qui propose l’offre de
mise à disposition se réserve à tout moment le droit de proposer l’œuvre à des conditions
différentes ou d’en cesser la diffusion (article 7.b), dans le respect des offres précédemment
consenties. L’auteur qui met fin au contrat Creative Commons devra respecter la bonne foi (9)
des personnes qui auront dans l’intervalle appliqué le contrat qu’il proposait.


Droit de divulgation

Le titulaire des droits sur l’œuvre conserve le contrôle du moment et des conditions de sa
divulgation et de sa communication au public, non pour s’assurer de la réservation des droits
exclusifs, mais pour rendre l’œuvre libre de certains droits.
Certains pourraient se demander si la condition de Partage à l’Identique des Conditions
Initiales ou ShareAlike ne constitue pas une atteinte au droit de divulgation de la personne
qui, ayant accepté une œuvre sous de telles conditions contractuelles, la modifie en apportant
une contribution originale, et acquiert elle-même le statut d’auteur de la nouvelle œuvre dite
dérivée.
Le nouvel auteur conserve ses prérogatives et décide du moment de la divulgation de la
nouvelle œuvre. Il ne lui est pas interdit de la divulguer sous des conditions différentes, mais
c’est à la condition d’obtenir une autorisation écrite de la part de l’auteur de l’œuvre
préexistante, comme dans le système juridique classique, hors Creative Commons.
Le contrôle de l’utilisation après divulgation en vertu des options Partage des Conditions
Initiales à l’Identique (Share Alike) et Pas d’Utilisation Commerciale (Non Commercial)
n’est-il pas incompatible avec le principe d’épuisement des droits ?
L’épuisement du droit de distribution prévu en droit communautaire établit qu’une fois
l’original de l’œuvre ou sa copie mise en circulation sur le territoire communautaire avec le
consentement du titulaire de ce droit, par exemple après la première vente, il ne peut plus
exercer ledit droit. Le titulaire ne peut donc exercer ce droit de propriété intellectuelle qu’une
seule fois, il ne peut pas l’exercer à nouveau dans un autre Etat-membre. L’épuisement ne
concerne que la distribution physique d’exemplaires matériels, de supports, à l’exclusion des
services en ligne et des copies licites en découlant (Directive 2001/29/CE sur l’harmonisation
de certains aspects du droit d’auteur et des droits voisins dans la société de l’information,
article 4.2 et considérant 29). Le titulaire conserve ses autres droits patrimoniaux.
L’article 2 des contrats Creative Commons stipule bien qu’ils s’appliquent sans préjudice du
droit applicable, et ne visent donc en aucun cas à restreindre ce type de prérogatives. On peut
toutefois se demander si le fait de restreindre les conditions d’utilisation après la première
mise à disposition respecte l’épuisement.
Tout d’abord, les options Partage des Conditions Initiales à l’Identique (Share Alike) et Pas
d’Utilisation Commerciale (Non Commercial) ne conduisent pas à interdire formellement
toute modification qui ne serait pas proposée aux mêmes conditions ou toute utilisation
commerciale, ce qui reviendrait à imposer des conditions de distribution. Elles se contentent
simplement de réserver les droits non proposés, qui continuent à requérir l’autorisation du
titulaire des droits, à l’instar du droit d’auteur classique.
Enfin, on peut rappeler que la notion d’épuisement est utilisée en droit communautaire à des
fins de régulation économique. Elle est utile dans les situations où un ayant-droit abuse de son
monopole pour affecter le commerce et la concurrence en interdisant la commercialisation ou
en imposant des restrictions quantitatives à l’importation ou des mesures d’effet équivalent.
Les objectifs du Traité de Rome sont de lutter contre le cloisonnement du marché intérieur et
les abus de position dominante. Sont visées d’un côté les entraves à la libre circulation des
marchandises constitutives d’obstacles à la commercialisation sur le territoire national de
produits régulièrement mis en circulation sur le territoire d’un autre Etat membre, et de l’autre
la faculté de contrôler les actes ultérieurs de commercialisation et d’interdire les
réimportations. Certaines restrictions ont d’ailleurs été admises par la Cour de Justice des
Communautés Européennes ; ainsi, l’arrêt Cinéthèque (10) valide comme conforme au droit
communautaire la loi française sur la chronologie des médias (11) qui impose un délai entre
l’exploitation des films en salle et la vente ou la location de supports.

Quelle sera la loi applicable en cas de conflit ?
Il n’y a pas de clause déterminant la loi applicable et la juridiction compétente dans les
contrats Creative Commons. Les règles de droit international privé prévalent, et, pour choisir
la loi applicable, le juge saisi déterminera le lieu d’exécution de la prestation caractéristique
du contrat, ou le lieu du dommage ou du dépôt de la plainte.
Les contrats Creative Commons prévoient à l’article 8c que si un article s’avère invalide ou
inapplicable au regard de la loi en vigueur, cela n’entraîne pas l’inapplicabilité ou la nullité
des autres dispositions, l’article en question devant être interprété de manière à le rendre
valide et applicable.
Les clauses abusives sont réputées non écrites si le contrat conduit à établir des rapports
déséquilibrés entre les droits et obligations entre un professionnel et un consommateur (12).
Un raisonnement a fortiori permet de déduire que les offres Creative Commons satisfont ces
exigences, ainsi que les exigences de prudence et d’information.
Un auteur peut se retourner contre la personne qui utilise son œuvre sans respecter les
conditions qui lui sont attachées. L’auteur qui estimerait qu’il y a eu atteinte à ses
prérogatives patrimoniales pourrait toujours demander au juge une révision du contrat.
Le bénéficiaire du contrat pourrait également se retourner contre le donneur de contrat qui a
transmis une œuvre contrefaisante.

Notes
1. Dir. Gérard Cornu, Vocabulaire Juridique Association Henri Capitant, PUF Quadrige 4ème
éd. 2003.
2. Voir Christophe Caron, Les licences de logiciels dites « libres » à l’épreuve du droit
d’auteur français, Dalloz 2003, n° 23, p. 1556 et Melanie Clément-Fontaine, La licence GPL,
mémoire de DEA, Université de Montpellier, 1999. http://crao.net/gpl/
Contra en faveur de la qualification de cession, Cyril Rojinsky et Vincent Grynbaum, Les
licences libres et le droit français, Propriétés Intellectuelles, juillet 2002/4, p. 28.
3. Cass.1ère civ. 23/01/2001, Communication Commerce Electronique avril 2001 & A. et H.-
J. Lucas, Traité de la Propriété Littéraire et Artistique, Litec, 2ème éd. 2001, n° 482.
4. CA Paris, 1re ch. B, 21-09-1990 : Jurisdata n. 023403, in Lucas, Traité de la Propriété
Littéraire et Artistique, note 280.
5. Dir. Michel Vivant, Lamy Droit de l’Informatique et des réseaux, par. 875.
6. Loi n° 94-665 du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française dite loi Toubon.
7. Cour de cassation, Civ.1, 4 avril 1991, affaire Béart, Revue Internationale du Droit
d'Auteur, octobre 1991, p. 125 (cassation de l’arrêt d’appel ayant admis que l’auteur de
thèmes musicaux renonce, par contrat, à être identifié comme tel auprès du public).
8. Hubert Guillaud, http://lists.ibiblio.org/pipermail/cc-fr/2004-January/000039.html
9. Comportement loyal que requiert notamment l’exécution d’une obligation (Vocabulaire
Capitant, op cit)
10. Arrêt de la CJCE du 11 juillet 1985, Cinéthèque SA et autres contre Fédération nationale
des cinémas français, Aff. jointes 60/84 et 61/84, Rec. 1985 p. 2605.
11. Loi n°82-652 du 29/07/1982 sur la communication audiovisuelle, JORF du 20/07/1982, p.
2431, article 89.
12. L132-1 Code de la Consommation

! $ ! & ( ,% & & '

" # %

) % * % ! " ! % + . * %

*+ % .

+ #

%

" !

# $ % ' $ %+ ( ) & # . !! ! /

$ %! &$ ! ! (

" !

*+ ,!

-

"! # " .+ )

* # # # #

.# ! / / "

0 0 & '( ) " )

1 ! !

2

3

!

!

* '

!! "# $ % " #

!

& " !

'

(

)

!

# !!

# ) ) & +, ! . ! " " ! # . 4 " ! & ! 1. 2, ,. , # 56 . # # 7, & , 6 " ! & ) # 2, 3 , # & ) / -

*

% 0 ) #

& /

8 : % & )! *

!

9 )

8

% # * ! # # #

# )1 * 27; = 3 ! 3 & < 6 1

#

! # ! #

4

& % ?@ ' # ) ) ! 9 & &

# # ! % # & 6 ! % ?' % A # & )

) #

)

"

# ! ! 9 # # C ?' & # B4 % # B ! %

>

) D ! . ! ) / # / !! ! & ! B ! " #$ 4! # ) ! % ! & 8$ # # $ ) $ ) # ?' ! . ) B $ $ ' # ) 7 .4 &+ @ . D 8 ) # # ! ! % % E # ) ! - 6 & # D & # : : # & # . % # & ) 6 ! !! * # A & # # % ! # ! ! % # % . .. .

# # # G ! # # # J # H 6 # ) % # & .# # # ! # B ) & # # % . # % & I # & I ! # # J # & I # # # # J & # ! J ) ) # & I I # K) # J J ) " ! # & I I # J 8 = # ! # !! # !! & # " ! # & * : ! ) # 6 ) # / ! "! % ! !! ) & ! ) # ) * ! & # ! ! 1 # # # 6 # 3 ' F ! .GH6 .

# # ) # # !! & B # 8 !! !! % ) # * ! # A # " ) # 8 ) & 8 ' ! ) # ?' # ) # ) # & 72 & # D ! % ) # # % $ ! & '' ' # ( ! ) ! ! * ! $ ' 0 0 " !! B 8 8 " L .

4'3 & ' 8 @ # 6 ! " 8 4 < 1 ! ) 3 B !! ! B . 4'3 > # ) ) 1 > L> 4'3 # * # B 4 # E # ! .0 & ) ! D % & $ " / % . ! 4 < 1 + ?' # . 2 > 4'3 # # # # 9 12L 2 ) # )! # # ) # # ! ! ! # ! 1+2 >.7 . 7 2 4' 8 ! B 1 L >. ?' +M + FM % # !! & 2 L. " + .2 > ) # N ) D L L3 .LM 1 . 3 . > B .

& ) #$ ?' >7>F ! ) B O F+ # 3 # ) !! # "# !! ! F2 ! 1 ) O 2+ . . 1 . # # L >M >> M ) ) ! # FF 2 M ) ?' > 7M ! = # % ) ! " # # ! $ ) % 8 ) !! ! * ! # % * ! # ! # & ) ! 2 23 8 ) ) # $ + # ! ! ! ).7 . ! $ ! 3 . # E !! # 1& F & .B " ) 1 3 & ! # # % # ! ?' & % ) # ) ! # > .

.>27 # . '< 6 1 !! # # # 3 -$ & ) 17. P . 3 & ! ?' '< 6 !! / 8 1 # !! !3# ) # & !! !! ) & ! ! & ! # & # # ) # F # % # # ? ) ! # & !! ! ! ! ! " ) % # E ! % & & ! $ % < & # # ) 1 ! .> . 2+2+ 8 2 .M3 % $ ! 1 .M3 R / 4 # ?' % . / A 3 6 G % $ $ 4 ! 9 " 1 .7 . ..O 2. Q .

# . . .> .. .> . # . . > . & # ! ! # # & .7 . & # 8 ! ) * F # % # ! ?' . 7. 3 .! !! F + % LL2 . ' # + & # 1+ . # ! 1+ 3 -$ $ ) . L . .> & . % # 2 # ) # ?' # .

% = & ! " / & # ) % & ! ' # " ) # " # " 8 " ) ! 0 # / 0 # & % " .> . ! ! ?' ! ) & ) .! 8 ! 8 # ?' # # & ) # * # # ?' % # = # # B ! ! ! * $ # D )( )( * < 8 : 3 ! $ ! . ! 18 & & !! / S ! % . " .

) . ..4! % .T 1 . 3 6 .T LF .. B?' . .. # % ? 0 % # ! & % ! ) # ! 8 ! ! & !! ! ! & # ! ) ) ) ) # ! & ) # & " ! / & # & # 0 # & & " ) # 4 ! # ! ) S ! 8 % E ' !! # " " % 8 ! S & ! # # ! # ( . ! !! ) # !! # 9 # ?' 0 %2M % >. .T . ' $/ I . .

. # $ I % $ ( .T .K K. I # 3 8 # " % / # # " # 227 ) ! & ( 2-3#$ ( & $ + . . > 7F . 3 . .T . ! 1 8 ) 0 8 .' + .+ + + F . . 1 L G8 3 ( . . ! ) % # 1 !! ! G $ % 1 .T ( % " ) ) * + % # ! ! % % " ) * # ! 8 E # # 4 $ $ = ! &= !) 8 ) ! !) !! # ) > .) ( . # F . . . .

1 F. # & 8 ! % 856 8' # ) ! ! . H L> # 3 # ! / . . T . # ! & % 1 !! 3 8 ) # * . % >. 1 . S ! ) ! & # & >. # 3 & # # !! ) # ! & ! # * 5 ! 6 8 ) ' 1856 8'3 # # 8 8 & 856 8' # ) # ! ) # ! 856 8' E # 8 # 856 8' .& 8 1 8 ! ' 3 . 8 ) # # % ) % % ) ! % 7 . . . . G F . % " # - H >. # .

= 1 & >.& & & & & !! & # # ! ! F & ! ) . * # 3 ! 66 * $ % @ ) & & % D " / O 27 F2 6 L # % " # & ! ! * 66 & ! 66 # # ! & # & 66 ) ) " ! # ! ) ! ! # & ) # ! # ) # 856 8' # ! 66 .! % # 6 % 227 6 L # ! < / 16 6 3 % ! ) ! .

@ 1 8G4< '6 3 ) % # * & ) . U $ !) $ / U % 1 . ! $ % $ 8 3 & ) ) # . * & .G # & # # ) ! ) * # " ! & 1 ! 4 $ # $ # $ ! ) # & > . 6 ! % # # # A # .3 8 ! . + # % ) # # # E %" % ! # " 8 # # ! & ! & # # % % # ) L .

! - ?' " 45 # 26 ( - + .& ! ! % ! # ! & ! ) !! !! 4 1 ! D A3 ! # % # # 8 !! ! " ! # * )" # ) & % ! " # * ! .

. # % 6 S ! # L 7 8G4< '6 E ! ) & $ 18H4< 3 18(6 3 6 8H4< 8(6 6 # % - S 4 & " # B 0 0 0 0 # ) % ) ) ! )6 # # & 0 0 ' ) # ! % ) % !! % & % % & # # ) ! & !! ) !! .% & 8G4< '6 E & " ! .

/ + * & & ) & ?' # ! # # ) # ! ! % ! ! ! # % ) ! ) # ?' # ! 9 . .GH6 # ) ! ! % * $ .GH6 $ - ! &- ?' > " ! B % ! B / & % <4 8 % ! ! . 8 ) ) . % ) ! $ 7 8 * # ! ! ! # # # - # ?' " ! # : ! 2 # # # % # . ) D # $ . ! # ?' E ?@ ?' ' ) # ?' % # ! ) # )# # ! # % . % !! .

!! .2# . 1 !3 ) * # ! ?' ?' ?' . E # 8 # ! / % # ) ?' ! " ! ! )3 8 ! # ?' ! 2 & ?' !! # ) # ! ! ) ! ! % # ! # < % ! * 1 # 3 % ! % . .F .B # # !! E $ 9 8 #$ ) # # ! % < <. # " ! # * ?' % # ! !! " & # .

B 8 .4 4 .. .. 1 " ! # & !! # % # ! ! & < " $ % 1 1 S # ! ! 3 ! # ! ?' " ) &$ ! 0 ) # # # " ! % S ! " ) ! 3 7. ! # # & " ) # # # D $ %! " ! % . . &+ . 0 . . . &+ + / + . ! % ! % # 8 # $ $ ) $ % " $ 3 1-56 46 . - ) # # % # ?' " & .

4! ! ! % L. @ # 1 # '< 6 3 % ) % : # 8 % # B # % @ % A & S # ! ! # # 4 " % % " " " # # ! ) ! ?' . S 8 # # )" & ?' & ! " ! ! ! ' & 4 ! & # # ! " * * " # ! @ ! ! ! 9 0 &+ ' ! # # & # * % .

% !! & * & " ! " ! # !! ! & ) ! 9 0 % !! # ) % / # !! . # ) 9 ! 9 !! % ! ) & !! * # & / 0 ) # # )% = ) # % ) 8 " ! ! ! / % # & - # # E & ) & A 3 & $ % * ! 8 ! ) % # S ! U E !! )& # 1 ! # # . ! # > .

% DC 8 # # ! ! # = # # S # & # # % ! ! % % & ! % !! % * ) ) % D ! # & " ! " % 7 .# # 1 # # ) # ) & ! A3 ! # # # 3 1 ! 8 ) & ! ! # ( & ! = ! 8 ) !! % # & ) # ! ) " # # B# # ! " ! ! ) ! !! ! ) ) .

$ % # % .& S / >3 ) # *+ . # # ! # ?' ! - # "! * 8 # D # !! )% A % . # # ?' ) !! ! ! ) # ! # # 0 # & % % . # % ! F . + # / # ! % ! & % # # # H # 8 " # & 1 A 3 4! # ) ! $ # " ! * % .! # .

3 .# # ) # 4 " 4 # 1 ) 2. 1 " 8 # % < = # & # ! # # !! # " ! " 7. ! ! 9 ! / 8 ! ! # % & ! ! ! ! * % ! ! ! ! . 8 ! & " ! ) # . 3 . ) ! % % ! 4! ! ! " ! # ) 3A & # ) B ! % ! ! % 1# ! & ) ! ) B L . " 9 # ) ! # & ! .

.. !! & # ! " # . 1 . $ - 0 ! ) ) 3 ! 0 ! B< ) 1< 3 K & E # ! $ % S ! & !! % ! ! # # ! % % !! # ! !! # ! # # # % " ) .&-K -56 . % # ! ' # = .. 1 . # B . # !! %" " ! !) ) # # & # " ! # # ?' N # 8 + .0 ) 3 ?6 . 1 . # 3A -56 46 .

% B 0 0 # ) ! . . 0 % ) % % 0 0 & # 8 # ! E # " 1 = # ! % ! ! !! # ! # # # S & ! % ) # & & !! ! # % # . & ) !! % ! * % .

) & ! ) .! & # / ! ?' % 8 ! ) ! % ! # % & & & ! % ! ! & ! $ 4 ! ! H4 # V % ! # # V !! H # % ) ! 8 ! ! 4 # & ! 6 # ! 6 !! # F" 9 $ 6' 6 % / ! # ! & ) " ! ! # ! % # # # * ! ! $ D $ !! * ' 6' 6 $ # ) 8 # !! 0 " ) ! ! ! . ) ) ) # ) # 2 .

8 ) % ! ! % ! " ! & ! >. + # ) 848 6 1 ! ! ) . . 3 ! $ ! " # % ' & & ( & 848 6 # 848 6 !# % # % ! # % # ! # % .3 8 ! E % ) % % 8 ) # 848 6 1 ! & 8G4< '6 ) 23 # 848 6 1 ! ) .! ) # # # & # % ! # % * ! & ?' # & & & # # % 2 .

& 2 ?' # " " ) 0 % # # < / % % & # & I J 8 " ) 0 & < ' % < < & !! > .

. F ( B 4!! ) & # B 4!! B # ... . . .. .'( B % ) B * B & # B & ! 3 & 6 0# # >. . ) & ) ) !! # ! # > $ . ) % $ $ !! $ ! ) Y # # # ! % % % " # $ # $ ) $ ) . % W .. % # !! ) % ) ! # # ) $ ) $ # % $ $ N $ B " # $% %& 4' '"( #! 1 # W . ' G G ' G G ' >B G ) #* R $ 7 ! 1 ( # 3 6 + !! $% %. . . . B % % = # # B ) ) F F ! # !! >. & # W . . . '"( #! " X " . . .

# # -/ . ! $ # !! 4 $ ) # % % # & % # L ++! ) +! 6 6# 5 61 6 3 % >> .

. au sens de l’article L. Celles-ci doivent décrire de manière précise le domaine d'exploitation. l’offre étant définie comme la « manifestation de volonté (…) par laquelle une personne propose à une ou plusieurs autres (déterminées ou indéterminées) la conclusion d’un contrat à certaines conditions » (1). soit l’étendue. La qualification de licence. Elles ne peuvent donc pas être qualifiées de vente ou de cession. La qualification de prêt à usage ou de commodat adresse les biens qui doivent être restitués. Elles sont fournies à titre d’information gratuitement par Creative Commons et n’impliquent aucun transfert des droits de propriété intellectuelle (2). est traditionnellement réservée à la propriété industrielle (licence de brevet ou de marque) et aux logiciels. les arrangements musicaux. sous l'influence du terme américain et du concept de "licences libres" : licence GNU GPL. les adaptations théâtrales. Cependant. sous-catégorie de contrats. comme une publication périodique. Le prix à payer n’entraîne ici aucune rémunération. Le respect de la destination et l’usage de la chose louée en bon père de famille fait partie des règles communes aux baux des maisons et des biens ruraux. et moyennant un certain prix que celle-ci s'oblige de lui payer ». Le louage de chose incorporelle ou licence (location d’un meuble incorporel en droit de la propriété intellectuelle) est défini à l’article 1709 du Code Civil comme «un contrat par lequel l'une des parties s'oblige à faire jouir l'autre d'une chose pendant un certain temps. Quelle est la validité des licences Creative Commons au regard du formalisme français des contrats de droit d’auteur ? Le formalisme des contrats de cession de droits de propriété littéraire et artistique (CPI L. la distribution d’exemplaires ou d’enregistrements » desdites œuvres. une anthologie ou une encyclopédie ». le lieu et la durée des droits concédés. La nouveauté de ce type d’offre peut enfin amener à la qualification de contrat innommé. 121. article L.Licences Creative Commons Quelle est la qualification juridique des documents-type Creative Commons ? Les documents Creative Commons sont des contrats-type qui permettent à l’auteur de communiquer au public les conditions d’utilisation de son œuvre. ce terme est communément utilisé pour nommer les Creative Commons licenses. la destination. les résumés. littéraires ou cinématographiques. seconde phrase. L’article 3 des licences Creative Commons énumère l’étendue des droits proposés : « la reproduction de l’œuvre seule ou incorporée dans une œuvre dite collective. voire modifiée en vue de former certaines « œuvres dites dérivées : traductions. 131-3) peut s’appliquer aux licences ou autorisations d’utilisation (3). mais les obligations qui pèsent sur l’Acceptant laissent à penser que la personne qui offre une œuvre sous de telles conditions en retire des avantages. Licence Art Libre. les reproductions par un art ou un procédé quelconque. les enregistrements sonores.8 du CPI. et n’est pas employée en propriété littéraire et artistique. ce qui n’a guère de sens dans le cas de biens immatériels. au sens du CPI.. . On peut qualifier ces offres de contrats à exécution successive et de concession de droit d’usage. 122-4. Ce sont des offres ou pollicitations.

La réponse est non car les licences Creative Commons ne sont pas assimilables à des contrats d’édition au sens de l’article L132-1 du CPI : elles ne prévoient pas d’obligation pour le . L. ». médias. la contrepartie étant fournie par la publicité faite à l’ouvrage. L. la jurisprudence (4) a admis la validité d’une cession des droits d’adaptation audiovisuelle même si aucune rémunération n’était stipulée. L’autorisation d’adaptation audiovisuelle ne doit-elle pas figurer dans un contrat écrit distinct de celui qui autorise les autres actes ? D’après l’article L113-4. la phrase a été écartée de la version française. qui interdit l’exploitation sous une forme non prévisible. Cependant.La durée (toute la durée légale de protection de l’Œuvre. procédés techniques et formats. qu’ils soient connus aujourd’hui ou mis au point dans le futur. Elle « doit être expresse ». de manière à respecter cette disposition qui vise à protéger l’auteur en lui faisant prendre conscience du fait qu’il s’agit de deux actes de cession bien différents. Quant à la destination. L’intention de l’auteur d’obtenir une diffusion et une distribution de son oeuvre sous Creative Commons plus large peut être interprétée comme le souhait d'une plus grande notoriété grâce aux copies et aux diffusions qu'effectueront les Acceptants. 132-19. 122-7 du CPI. elle est clairement repérable dans l’intention de l’auteur de contribuer à un fonds commun en autorisant certaines utilisations gratuites de son œuvre. être titulaire d’un droit d’usage ne confère pas au bénéficiaire d’une licence Creative Commons le droit de céder ces droits. Ce choix marque une volonté de confirmer cette interdiction et peut ainsi favoriser ainsi le consentement éclairé de l’acceptant. La cession des droits de reproduction et de représentation à titre gratuit est permise à l’article L. l’article L131-3 du CPI prévoit que les adaptations audiovisuelles doivent prévoir une rémunération. « l’œuvre composite est la propriété de l’auteur qui l’a réalisée. L’article L131-4 alinéa 3 stipule que « les cessions portant sur les droits d’adaptation audiovisuelle doivent faire l’objet d’un contrat écrit sur un document distinct du contrat relatif à l’édition proprement dite de l’œuvre imprimée ». sans exiger une exploitation conforme aux règles spécifiques d’un contrat d’édition. œuvre préexistante. On peut se demander si le choix de l’option qui autorise les modifications ne contraindrait pas à recourir à deux contrats Creative Commons séparées. 211-4…) et l’étendue (le monde entier) sont également identifiées. Le bénéficiaire ne pourra distribuer l'oeuvre ou la communiquer au public que sous les mêmes conditions sous lesquelles il l'a reçue. Mais étant donné qu’elle doit également « stipuler une participation corrélative aux profits d'exploitation ». 123. Le terme « bénéficiaire » et non pas le terme « licencié » a été retenu pour désigner dans la traduction française la personne qui accepte l’offre. » L’article L. 131-6 accepte « la clause d'une cession qui tend à conférer le droit d'exploiter l'oeuvre sous une forme non prévisible ou non prévue à la date du contrat. plus stricte. Si les cessions peuvent être consenties à titre gratuit. ni être lié par un contrat d'exclusivité avec un producteur. telle qu’elle est définie aux articles L. L’article 3 de la version originale prévoit que « Les droits mentionnés ci-dessus peuvent être exercés sur tous les supports. à l’instar de la solution retenue par les traducteurs allemands conformément à l’article 31. sous réserve des droits de l’auteur de l’œuvre préexistante ». On précisera que les sous-licences sont explicitement interdites dans les documents Creative Commons. ce qui est le cas dans la version originale des licences.4 de la loi allemande sur le droit d’auteur de 1965.

ne pouvait pas être choisie en droit français car le droit à la paternité. elle aura vocation à s’appliquer par défaut. La même question est soulevée par l’article 4. mais répond également à l’impératif d’utiliser la langue française dans le cadre de relations avec des salariés ou des consommateurs (6) dans un contexte professionnel privé ou public. et à permettre une jouissance paisible à ceux qui en accepteront les termes. garantit dans l’article 5a qu’elle a bien obtenu tous les droits nécessaires sur l’œuvre pour être en mesure d’autoriser l’exercice des droits conférés par l’offre. On peut inférer de l’article 1985 du Code Civil relatif au mandat que le commencement de l’exécution du contrat proposé par le destinataire de l’offre « révèle » son acceptation (5).bénéficiaire correspondant à la charge pour l’éditeur d’assurer la publication et la diffusion des exemplaires dont la fabrication est autorisée. même sans mention explicite : la responsabilité de l’offrant est alors définie par la législation applicable. Quelle est la validité des offres Creative Commons vis-à-vis du droit général des obligations ? L’absence de signature n’est pas le signe d’une absence de consentement ou d’information sur l’objet et la nature de l’engagement contractuel. la version originale 2. est inaliénable. Il est précisé dans l’objet du contrat que l’exercice sur l’œuvre de tout droit proposé dans ladite offre vaut acceptation tacite de celle-ci. La responsabilité délictuelle étant d’ordre public. Les contrats Creative Commons sont-ils compatibles avec le droit moral. La personne qui propose de contracter.0) prévoit que cette clause de garantie deviendra optionnelle. Une telle exclusion de garantie pourrait être jugée sans valeur en cas de dommage. qui n’imposait pas d’indiquer la paternité de l’œuvre. Elle s’engage à ne pas transmettre une œuvre constitutive de contrefaçon ou d’atteinte à tout autre droit de tiers (autres titulaires de droits ou sociétés de gestion collective qui auraient pu être mandatées.0. proposer des textes en langue française n’est pas seulement plus commode pour les utilisateurs français.0 des textes Creative Commons (notre travail de traduction et d’adaptation portait jusqu’en mai 2004 sur la version originale 1. Cependant. à l’image des licences d’utilisation de logiciels qui prennent effet à l’ouverture de l’emballage du disque d’installation. norme impérative ? Droit à la paternité N’est-il pas obligatoire de choisir l’option Paternité ? (On notera que l’option Paternité devient obligatoire à partir de la version 2. Il est en effet obligatoire d’accompagner toute reproduction ou communication de l’œuvre d’une copie ou d’un lien vers le texte Creative Commons qui la gouverne. ou tout autre tiers). l’auteur au sens de l’article 113 du CPI. prérogative de droit moral. Enfin.a qui permet à l’Offrant de demander à l’Acceptant de retirer de l’Œuvre dite Collective ou Dérivée .) On pourrait en effet penser que l’option Non Attribution.

L’auteur pourra toujours faire reconnaître sa paternité. dans le respect des offres précédemment consenties. Les documents Creative Commons n’imposent pas une renonciation définitive. Celui qui propose l’offre de mise à disposition se réserve à tout moment le droit de proposer l’œuvre à des conditions différentes ou d’en cesser la diffusion (article 7. même si le parcours de l’œuvre rend son application encore plus difficile sur les réseaux. ou s’approprierait indûment la paternité d’une œuvre. lui aussi d’ordre public. L’auteur qui aurait mis à disposition son œuvre sous une offre Creative Commons autorisant les modifications et la création d’œuvres dites dérivées. Effectivement. La jurisprudence relative aux contrats dits de « nègre » où l’auteur réel écrit un ouvrage pour autrui. La paternité indiquée dans une offre Creative Commons reste soumise à la bonne foi des utilisateurs. et s’engage à renoncer à être identifié comme auteur auprès du public. Le principe général étant la présomption de titularité au bénéfice de celui sous le nom duquel est divulguée l’œuvre. est stable : l’auteur réel pourra toujours se faire reconnaître comme auteur (7). serait nul. ce droit à l’anonymat ne doit pas donner lieu à de fausses attributions de paternité. en cas d’utilisation ou de dénaturation de son œuvre telle qu’elles lui porteraient préjudice. Droit de retrait Le droit de retrait. notamment dans le cas où l’utilisateur-auteur indiquerait un autre nom que le sien. En revanche.toute référence au dit Offrant. L’auteur qui met fin au contrat Creative Commons devra respecter la bonne foi (9) des personnes qui auront dans l’intervalle appliqué le contrat qu’il proposait. Droit au respect Autoriser à l’avance les modifications n’équivaut pas à aliéner le droit au respect. n’implique pas d’autoriser les modifications qui porteraient atteinte à l’intégrité de l’œuvre ou à l’honneur et la réputation de son auteur. se réserve toujours la possibilité d’un recours fondé sur droit au respect. en échange d’une contrepartie financière ou non. Le droit d’adaptation. traditionnellement cédé à l’avance. le système Creative Commons ne permet pas plus que le cas général d’authentifier la paternité des œuvres. Droit de divulgation . pourra toujours être exercé. un contrat qui imposerait à l’auteur de renoncer définitivement à son droit au nom. mais permettent une renonciation provisoire et une clarification (8).b).

On peut toutefois se demander si le fait de restreindre les conditions d’utilisation après la première mise à disposition respecte l’épuisement.Le titulaire des droits sur l’œuvre conserve le contrôle du moment et des conditions de sa divulgation et de sa communication au public. il ne peut plus exercer ledit droit. . qui continuent à requérir l’autorisation du titulaire des droits. Certaines restrictions ont d’ailleurs été admises par la Cour de Justice des Communautés Européennes .2 et considérant 29). Le nouvel auteur conserve ses prérogatives et décide du moment de la divulgation de la nouvelle œuvre. les options Partage des Conditions Initiales à l’Identique (Share Alike) et Pas d’Utilisation Commerciale (Non Commercial) ne conduisent pas à interdire formellement toute modification qui ne serait pas proposée aux mêmes conditions ou toute utilisation commerciale. comme dans le système juridique classique. L’article 2 des contrats Creative Commons stipule bien qu’ils s’appliquent sans préjudice du droit applicable. ainsi. Le contrôle de l’utilisation après divulgation en vertu des options Partage des Conditions Initiales à l’Identique (Share Alike) et Pas d’Utilisation Commerciale (Non Commercial) n’est-il pas incompatible avec le principe d’épuisement des droits ? L’épuisement du droit de distribution prévu en droit communautaire établit qu’une fois l’original de l’œuvre ou sa copie mise en circulation sur le territoire communautaire avec le consentement du titulaire de ce droit. et ne visent donc en aucun cas à restreindre ce type de prérogatives. Elle est utile dans les situations où un ayant-droit abuse de son monopole pour affecter le commerce et la concurrence en interdisant la commercialisation ou en imposant des restrictions quantitatives à l’importation ou des mesures d’effet équivalent. article 4. la modifie en apportant une contribution originale. à l’exclusion des services en ligne et des copies licites en découlant (Directive 2001/29/CE sur l’harmonisation de certains aspects du droit d’auteur et des droits voisins dans la société de l’information. et acquiert elle-même le statut d’auteur de la nouvelle œuvre dite dérivée. Elles se contentent simplement de réserver les droits non proposés. Sont visées d’un côté les entraves à la libre circulation des marchandises constitutives d’obstacles à la commercialisation sur le territoire national de produits régulièrement mis en circulation sur le territoire d’un autre Etat membre. Il ne lui est pas interdit de la divulguer sous des conditions différentes. il ne peut pas l’exercer à nouveau dans un autre Etat-membre. mais pour rendre l’œuvre libre de certains droits. Certains pourraient se demander si la condition de Partage à l’Identique des Conditions Initiales ou ShareAlike ne constitue pas une atteinte au droit de divulgation de la personne qui. par exemple après la première vente. de supports. on peut rappeler que la notion d’épuisement est utilisée en droit communautaire à des fins de régulation économique. mais c’est à la condition d’obtenir une autorisation écrite de la part de l’auteur de l’œuvre préexistante. Tout d’abord. ce qui reviendrait à imposer des conditions de distribution. non pour s’assurer de la réservation des droits exclusifs. l’arrêt Cinéthèque (10) valide comme conforme au droit communautaire la loi française sur la chronologie des médias (11) qui impose un délai entre l’exploitation des films en salle et la vente ou la location de supports. L’épuisement ne concerne que la distribution physique d’exemplaires matériels. et de l’autre la faculté de contrôler les actes ultérieurs de commercialisation et d’interdire les réimportations. Le titulaire ne peut donc exercer ce droit de propriété intellectuelle qu’une seule fois. à l’instar du droit d’auteur classique. Les objectifs du Traité de Rome sont de lutter contre le cloisonnement du marché intérieur et les abus de position dominante. Le titulaire conserve ses autres droits patrimoniaux. hors Creative Commons. ayant accepté une œuvre sous de telles conditions contractuelles. Enfin.

1re ch. CA Paris. Propriétés Intellectuelles. Communication Commerce Electronique avril 2001 & A. 2001. Les licences de logiciels dites « libres » à l’épreuve du droit d’auteur français. mémoire de DEA.1ère civ. Gérard Cornu. Civ. affaire Béart. note 280. in Lucas. Loi n° 94-665 du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française dite loi Toubon. Revue Internationale du Droit d'Auteur. n° 482. pour choisir la loi applicable. 4 avril 1991. 21-09-1990 : Jurisdata n. Lamy Droit de l’Informatique et des réseaux. cela n’entraîne pas l’inapplicabilité ou la nullité des autres dispositions. Cyril Rojinsky et Vincent Grynbaum. Cass.org/pipermail/cc-fr/2004-January/000039. p. B. 5. Michel Vivant.net/gpl/ Contra en faveur de la qualification de cession.J. p. 2003. et. 23/01/2001. à être identifié comme tel auprès du public). Dalloz 2003. Traité de la Propriété Littéraire et Artistique.Quelle sera la loi applicable en cas de conflit ? Il n’y a pas de clause déterminant la loi applicable et la juridiction compétente dans les contrats Creative Commons. Les contrats Creative Commons prévoient à l’article 8c que si un article s’avère invalide ou inapplicable au regard de la loi en vigueur. et H. 6. Vocabulaire Juridique Association Henri Capitant. ainsi que les exigences de prudence et d’information. Hubert Guillaud. 023403. PUF Quadrige 4ème éd. par. Dir.html . Notes 1. Un auteur peut se retourner contre la personne qui utilise son œuvre sans respecter les conditions qui lui sont attachées.ibiblio. http://lists. La licence GPL. 1999. Université de Montpellier. 4. par contrat. 3. n° 23. le juge saisi déterminera le lieu d’exécution de la prestation caractéristique du contrat. 2. l’article en question devant être interprété de manière à le rendre valide et applicable. juillet 2002/4. Les clauses abusives sont réputées non écrites si le contrat conduit à établir des rapports déséquilibrés entre les droits et obligations entre un professionnel et un consommateur (12). Les licences libres et le droit français. p. ou le lieu du dommage ou du dépôt de la plainte. Cour de cassation. 875. 1556 et Melanie Clément-Fontaine. 125 (cassation de l’arrêt d’appel ayant admis que l’auteur de thèmes musicaux renonce. octobre 1991.1. 2ème éd. Traité de la Propriété Littéraire et Artistique. 7. 8. Voir Christophe Caron. Lucas. 28. L’auteur qui estimerait qu’il y a eu atteinte à ses prérogatives patrimoniales pourrait toujours demander au juge une révision du contrat. Les règles de droit international privé prévalent. Dir. Un raisonnement a fortiori permet de déduire que les offres Creative Commons satisfont ces exigences. Le bénéficiaire du contrat pourrait également se retourner contre le donneur de contrat qui a transmis une œuvre contrefaisante. Litec. http://crao.

jointes 60/84 et 61/84. p. 2605. article 89. L132-1 Code de la Consommation . op cit) 10. Cinéthèque SA et autres contre Fédération nationale des cinémas français. JORF du 20/07/1982. Aff. Rec. Arrêt de la CJCE du 11 juillet 1985. Comportement loyal que requiert notamment l’exécution d’une obligation (Vocabulaire Capitant. Loi n°82-652 du 29/07/1982 sur la communication audiovisuelle. 1985 p. 12. 11.9. 2431.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->