RAPPORT DE PROJET DE FIN D’ETUDES

Filière

Ingénieurs en Télécommunications

Option

Ingénierie des Réseaux

Planification radio d’une solution de couverture indoor GSM
Elaboré par :

Imen DAYA
Encadré par :

M. Taieb MASMOUDI M. Mohamed Tahar MISSAWI

Année universitaire : 2004/2005

Table des matières
Introduction générale .....................................................................................................1 Chapitre 1 : Le concept GSM ......................................................................................3
Introduction ......................................................................................................................3 I. Le concept cellulaire......................................................................................................4 I.1 La division cellulaire ...................................................................................................4 I.2 Techniques de densification .......................................................................................5 I.2.1 Cell splitting .......................................................................................................5 I.2.2 La sectorisation...................................................................................................6 I.2.3 Le déploiement d’une couche pico cellulaire.......................................................6 I.3 La réutilisation de fréquences ....................................................................................6 II. La structure du réseau.................................................................................................8 III. Architecture................................................................................................................9 III.1 Architecture générale ..............................................................................................9 III.2 Le sous système radio BSS (Base Station System) ................................................10 III.2.1 Le mobile .......................................................................................................10 III.2.2 La station de base BTS (Base Tranceiver Station)...........................................10 III.2.3 Le contrôleur de station de base BSC (Base Station Controller)......................10 III.3 Le sous système réseau NSS (Network Sub System) .............................................11 III.3.1 Le centre de commutation mobile MSC (Mobile Switching Center) ...............11 III.3.2 L’enregistreur de localisation HLR (Home Location Register)........................11 III.3.3 L’enregistreur de localisation des visiteurs VLR (Visitor Location Register) ..12 III.3.4 L’enregistreur de l’identité des équipements EIR (Equipment Identity Register) .................................................................................................................................12 III.4 Le centre d’opération et de maintenance OMC (Operation and Maintenance Center) .....................................................................................................................................12 IV. Les services du GSM ................................................................................................12 IV.1 Les services support..............................................................................................13 IV.2 Les téléservices.....................................................................................................13

IV.3 Les services Supplémentaires................................................................................13 V. L évolution de la couverture en GSM .......................................................................14

Chapitre 2 : La propagation radio en environnement indoor ..........................16
Introduction ....................................................................................................................16 I. Caractéristiques des environnements indoor .............................................................16 I.1 La propagation extérieur - intérieur..........................................................................17 I.2 La propagation intérieur- intérieur ...........................................................................18 II. Les phénomènes de propagation ...............................................................................18 II.1 La diffraction..........................................................................................................18 II.2 La réflexion............................................................................................................19 II.3 La diffusion............................................................................................................19 II.4 Les multi trajets......................................................................................................20 III. Paramétrage des équipements indoor .....................................................................20 IV. Prédiction de la propagation radio indoor ..............................................................21 IV.1 La propagation en espace libre : ............................................................................22 IV.2 Les modèles de propagation indoor .......................................................................22 IV.2.1 Les modèles empiriques .................................................................................22 IV.2.2 Les modèles déterministes..............................................................................25 IV.2.3 Les modèles hybrides ou semi déterministes...................................................25 Conclusion.......................................................................................................................26

Chapitre 3 : Principes de planification d une solution indoor .........................27
Introduction ........................................................................................................................27 I. Les techniques de couverture indoor..........................................................................27 II. Techniques de câblage indoor ...................................................................................28 III. Appréciation de la qualité de la couverture ............................................................29 IV. Le processus de planification ...................................................................................30 IV.1 Les étapes du processus de planification indoor ....................................................30 IV.1.1 Description du bâtiment .................................................................................30 IV.1.2 Estimation et dimensionnement du trafic ........................................................31 IV. 1.3 La méthode Drive Test ..................................................................................31 IV.1.4 Prédiction de la couverture.............................................................................34 IV.1.5 Choix des équipements :.................................................................................34 IV.1.6 Le plan de fréquence ......................................................................................37

...61 .......55 IV..............43 II..1 Mesures des simulations ..............................................................................47 IV..............1..................................................................57 Conclusion...............................................48 IV.................................................... L étude du trafic.....41 I...........................................................................................................................................................................................43 II............................................................................................................................................3 Choix des antennes ................................................................ La couverture.........................42 II..48 IV........3...................................................................................................................................................41 Introduction .............56 V.......................................................................................................................1 Mesures sur terrain ..1 Caractéristiques des antennes Kathrein 742 149 [10]................................................ Le plan de fréquence............................................................2 Configuration des BTS...................3.....................................54 IV.......................................52 IV..................................................................................................................2 Le bilan de puissance.................2 Caractéristiques des antennes DB770TB5NPXS [11] ...............................................................................58 Conclusion générale ................................................................44 III......................................40 Chapitre 4 : Proposition d une solution de couverture indoor ....................................................................................IV................... Le design .....37 Conclusion.....................59 Bibliographie ................................................................................ Plan de la foire.......7 Optimisation ........................................................

........................................................................................................................36 Figure 12:Processus de planification indoor.............................55 Figure 25:Diagramme de rayonnement d’une antenne Kathrein 742 149.............................................................................................................................................7 Figure 3: Modèle d'un réseau hiérarchique..........................................................8 Figure 4: Architecture générale d’un réseau GSM............................................54 Figure 24:Antenne Kathrein 742 149 .........19 Figure 7: Principe de La diffusion.....................................................20 Figure 8: Solution de câblage pour un bâtiment à 5 étages .....................................................................................................39 Figure 13:Schéma de la foire du Kram......................................................................................................................50 Figure 18:Niveau de champ induit par la position à 65°de l’antenne au niveau du Hall 3 .............................................................................9 Figure 5: Principe de la diffraction...............50 Figure 17:Niveau de champ induit par la position à 65°de l’antenne au niveau du Hall 2 ......................................19 Figure 6: Principe de la réflexion ..........49 Figure 16:Niveau de champ induit par la position à 65°de l’antenne au niveau du Hall 1 .........................................................................................................................................................................................42 Figure 14:Mesure du niveau de champ dans la foire...................................................................................................Table des figures Figure 1: Division cellulaire 1:3...............................................53 Figure 22 : Configuration combinant les BTS GSM et DCS ..............................................................56 .................................................51 Figure 20:Configuration des BTS GSM..53 Figure 21: Configuration des BTS DCS.........................................................43 Figure 15:Positions des différentes antennes ......................35 Figure 11: Exemple d’antenne respectivement omnidirectionnelle et directionnelle ................................................................................................33 Figure 10: Azimuth et Elévation ....28 Figure 9: Système de mesure .....6 Figure 2: Interférence co-canal .....................................................................................................................51 Figure 19: Niveau de champ induit par la position verticale de l’antenne au niveau du Hall 3 .................................................56 Figure 26:Antenne DB770TB5NPXS .......................................................................................................

....................................32 Tableau 3:Correspondance entre niveaux de qualité et taux d’erreurs binaires ........48 Tableau 10:Caractéristiques d’une antenne Kathrein 742 149 ..............................................................................................................57 Tableau 12:Stratégie du plan de fréquences pour les sites de la foire.............................................................32 Tableau 4:Caractéristiques des câbles coaxiaux .......................................48 Tableau 9:Dimensionnement du trafic généré dans la foire .36 Tableau 5:Liste des équipements utilisés .........17 Tableau 2:Données sur les différents niveaux de champ reçus ...............47 Tableau 8:Correspondance entre trafic écoulé et configuration choisie................................................................................58 ................................Liste des tableaux Tableau 1:Pertes apportées par les différents matériaux de construction....................................................................................................55 Tableau 11:Principales caractéristique de l’antenne DB770TB5NPXS ...........45 Tableau 6:Calcul de PIRE pour la bande 900 ...........................................46 Tableau 7:Calcul de PIRE pour la bande 1800 .............................................

Introduction générale

Introduction générale
Après sa commercialisation en 1992, le réseau GSM ne cesse d’évoluer, le nombre d’abonnés ne cesse d’augmenter pour atteindre 1392,9 millions [1] en 2003 et continue à croître de façon considérable. La couverture est quasi mondiale et les services de plus en plus nombreux, utiles et conformes aux désirs des abonnés qui ne cessent d’évoluer et de se diversifier. La téléphonie mobile est basée sur la radiotéléphonie c'est-à-dire la transmission de la voix sous forme d’une onde radio entre la station mobile et une base couvrant un rayon de plusieurs kilomètres. Un tel service permet d’assurer une mobilité en cours de communication avec une certaine qualité de service requise. Le souci principal des opérateurs était d’assurer une couverture outdoor au niveau des axes routiers, des avenues, des parcs,…, à fin de maintenir la communication en cours de déplacement des abonnés. La planification de telles solutions repose sur l’utilisation de modèles efficaces de prédiction de couverture qui permettent de définir les paramètres principaux : puissance d’émission, sensibilité de réception, type d’antenne à utiliser, emplacement des antennes, etc. De tels modèles permettent d’estimer les affaiblissements causés par différents facteurs à savoir les trous de fading, les trajets multiples et ce pour assurer une certaine qualité du signal reçu selon les exigences et éviter une éventuelle dégradation de qualité ou même une coupure de la communication. De nos jours, la planification en outdoor est devenue une tâche assez maîtrisée et la couverture est quasi-totale que se soit en milieu urbain ou rural. Le défi pour les opérateurs réside à assurer la couverture en indoor surtout pour les Hots spots. En effet, les Hots spots constituent des zones de densité de trafic tel que les centres commerciaux, les foires, les musées, etc. La planification de telles solutions est une tâche assez difficile car il faudra d’une part tenir compte des atténuations supplémentaires apportées par les bâtiments et les matériaux qui les constituent. D’autre part, il faut dimensionner et gérer une capacité importante tout en essayant de trouver un compromis entre couverture, capacité et interférence. Il est possible d’utiliser des modèles de prédiction de propagation qu’il faudra valider par des mesures. En effet, la propagation en indoor dépend du câblage, des atténuations apportées par les constructions et de l’influence des sites outdoor. Par ailleurs, la planification

PFE 2004-2005

1

Introduction générale doit tenir compte des sites outdoor qui ne doivent pas interférer avec les sites intérieurs et s’assurer qu’un terminal en indoor doit être rattaché au site indoor. Parmi les défis qui se posent aussi en indoor nous trouvons le problème de disponibilité des fréquences et comment les attribuer. Faudra-t- il réserver une sous bande pour les pico cellules ou bien utiliser la technique de scan de fréquences via des logiciels appropriés ? Le processus de planification en indoor est donc assez complexe. Plusieurs facteurs entrent en jeu et il est nécessaire de bien définir et ajuster les différents paramètres pour assurer le déploiement d’une solution efficace qui tient en compte à la fois de l’importance du trafic, l’efficacité de la couverture et la qualité de service convenue. Dans ce contexte se situe le présent projet dans le cadre du mémoire de fin d’étude au sein de l’opérateur Tunisie Télécom qui s’intéresse à proposer une solution de planification radio pour la couverture de la foire du Kram destinée à accueillir un nombre assez important d’invités. Nous espèrons assurer une couverture indoor à la surface des différents sites avec une bonne qualité de service. Ce mémoire sera divisé en quatre principaux chapitres : le premier sera dédié au concept du réseau GSM, le second s’intéresse à la propagation radio dans les environnements indoor, le troisième présente les règles d’ingénierie pour les solutions de planification indoor et enfin le dernier chapitre traite un cas pratique de planification radio pour un Hot spot.

PFE 2004-2005

2

Le Concept GSM

Chapitre 1 : Le concept GSM

Introduction
Le GSM est le premier service de téléphonie mobile universel, efficace et satisfaisant les exigences d’interconnexion et de mobilité tout en divisant le terrain en zones de couverture dites cellules. Le réseau GSM possède certaines caractéristiques qui lui sont propres. A commencer, il faut garantir une qualité suffisante de la liaison radio entre le terminal mobile et le réseau. Pour ce faire, des stations de base sont placées sur les zones de couverture pour que le terminal soit toujours à moins de quelques kilomètres de l’une d’elles. Pour assurer la mobilité, les terminaux ne doivent pas être physiquement reliés au réseau. L’interface radio permet la connexion sans fil entre la station mobile et le réseau. Elle est constituée de mécanismes permettant l’émission et la réception de signaux de radiofréquence de manière sure et efficace, quelles que soient les conditions de propagation [2]. Cette couche physique englobe tous les moyens pour transmettre et recevoir des signaux radio. Pour éviter la collision entre les signaux radio issus des différents abonnés, plusieurs techniques d’accès sont possibles. La technique d’accès au support utilisée en GSM est l’AMRT (Accès Multiple à répartition dans le Temps) connu en anglais sous le nom TDMA (Time Division Multiple Access) qui constitue à répartir les communications dans le temps selon des intervalles dits Time slot. Un canal est identifié par un numéro de time slot dans une fréquence. Les voies montantes et descendantes sont séparées en fréquence d’un écart duplex de 45 MHz pour la bande 900 MHz et de 75 MHz pour la bande 1800 MHz. Chaque trame TDMA est divisée en huit time slots numérotés de zéro à sept. La durée d’un slot est de 0,577ms et celle de la trame est de 4 ,615 ms. Les fréquences centrales des slots sont positionnées à des intervalles de 200 KHz. Le débit binaire sur cette trame est de 270 Kbit /s assuré par une modulation non linéaire : GMSK (Gaussian Minimum Shift Keying). Au cours de son déplacement, l’abonné peut normalement appeler et être appelé sans qu’il y ait des problèmes. Nous devons donc assurer la gestion de l’itinérance. De plus, il est PFE 2004-2005 3

etc. tours). montagne). ce sont des cellules de très petites tailles de quelques centaines de mètres de rayon. il y a une station de base. § Les pico cellules : de rayon de quelques dizaines de mètre et adaptées à la propagation à l’intérieur des bâtiments. Il est donc important de gérer les différents types de Hand over. Un groupe de fréquences radio définissant les canaux de communication est dédié à une cellule. la nature des constructions (maisons. La gestion du Handover et de l’itinérance nécessite de nouveaux équipements qui ne sont pas présents au niveau du RTCP (Réseau Téléphonique Commuté Publique). c'est un émetteur récepteur qui constitue le point d’accès au réseau. la densité d'abonnés.1 La division cellulaire Le concept de base d'un réseau cellulaire est d'une part la division du territoire en un ensemble d'espaces appelés cellules et d'autre part le partage des canaux radio entre les cellules à fin d’éviter les interférences. Dans chaque cellule d'un réseau de seconde génération. la localisation (urbaine. Ces équipements ainsi que les stations de base ont été regroupé dans un réseau dit PLMN (Public Land Mobile Network) qui assure un accès radio au réseau téléphonique général. Elles permettent d’écouler un trafic important par unité de surface . § Les micro cellules : adaptées aux zones urbaines denses. rurale. I. suburbaine). La taille d'une cellule varie en fonction d'un ensemble de contraintes parmi lesquelles nous trouvons : le relief de territoire (plaine. pavillons. Vu leur taille les émetteurs doivent fournir de puissances très grandes . PFE 2004-2005 4 .Le Concept GSM préférable d’assurer la continuation du service avec la qualité requise tout au long de la communication et en cours de déplacement sans qu’il y ait de coupure ou de dégradation de la qualité. Le concept cellulaire I. Pour protéger une cellule des interférences de co-canal. Nous pouvons ainsi distinguer plusieurs types de cellules : § Les macro cellules : Ce sont des cellules de taille importantes allant jusqu'à 35 Km. adaptées aux zones rurales faiblement peuplées. une distance minimale de deux cellules sépare deux cellules utilisant les canaux de communication. Deux cellules adjacentes n'ont pas de canaux de communication communs.

I. elle. la communication doit être maintenue en cours de déplacement du mobile. PFE 2004-2005 5 . il doit savoir quand il peut réutiliser un canal.Garantir la mobilité : par des procédures automatiques dite de transfert ou de hand over. La division cellulaire a pour but : . Cependant. Le planificateur réseau doit tenir compte de la contrainte qu'est le nombre limité de canaux radio disponibles.C’est ce qu’on appelle : gestion d’itinérance ou roaming.Le Concept GSM La cellule est l'unité géographique d'un réseau.Garantir l’itinérance : le réseau GSM doit reconnaître à tout instant la localisation de l’abonné . la dimension cellulaire est diminuée pour satisfaire aux nouvelles exigences (figure 1).1 Cell splitting L’utilisation d'une cellule de petite dimension fait augmenter la capacité de trafic. Ce qui est demandé c’est une méthode qui réalise un compromis entre les dimensions cellulaires et les exigences de la capacité.2 Techniques de densification Les réseaux cellulaires sont en plein essor et évolution. quand la capacité augmente. .2. une cellule de plus petite dimension veut dire plus de sites et un coût plus élevé pour l'infrastructure. le cluster. Il est donc préférable de ne pas travailler inutilement avec une cellule de plus petite dimension. les opérateurs ont recours à des techniques de densification parmi lesquelles on cite : I. Le numéro du terminal devient du point de vue réseau fixe et il correspond à une adresse physique qui. L'unité d'utilisation des fréquences radio définissant les canaux de communication. Ensuite. Pour cela. est un motif de sept cellules. varie. Le système commence par utiliser une grande dimension cellulaire.

I.Le Concept GSM Figure 1: Division cellulaire 1:3 La division cellulaire (Cell Split) un à trois exige trois fois beaucoup plus de cellules.3 Le déploiement d une couche pico cellulaire Cette solution est adaptée aux environnements indoor. la capacité est trois fois par unité plus haut. et la région est trois fois plus petite. pour un nombre donné de cellules. Après la division. PFE 2004-2005 6 . Le coût d’exploitation d’un réseau est essentiellement lié au nombre de sites installés. Plus le motif est grand. Elle tient compte des performances de ces zones en y augmentant la capacité tout en assurant la qualité de service requise. Pour minimiser le nombre de sites.2.2. Au lieu d’une antenne omnidirectionnelle. les opérateurs utilisent la sectorisation.2 La sectorisation Nous appelons site le lieu physique où sont installées une ou plusieurs stations de base. La distance minimale entre deux émetteurs utilisant la même fréquence est dite distance de réutilisation. Elles sont adaptées aux conditions de propagation indoor où l’affaiblissement est assez important. I. Ce motif est répété sur la totalité de la surface à couvrir. nous utilisons un ensemble d’antennes dont le diagramme de rayonnement couvre un secteur angulaire restreint. plus la distance de réutilisation est grande.3 La réutilisation de fréquences Nous appelons motif cellulaire ou motif de réutilisation le plus petit groupe de cellules contenant l’ensemble des canaux une seule fois. I.

Le contrôle de puissance : le principe du contrôle de puissance consiste à ajuster la puissance d’un émetteur radio à fin de minimiser la puissance nécessaire tout en assurant la qualité de parole requise essentiellement pour diminuer les interférences co-canal. PFE 2004-2005 7 .Le saut de fréquence : Cette technologie permet un lissage du signal de réception sur un réseau de téléphonie mobile. Ceci a pour effet d'éliminer les effets d'évanouissement dus à la propagation et à l'utilisation de fréquences fixes. Plus ce seuil est bas. . Cela permet aussi de répartir les interférences afin d'en annuler les effets néfastes. plus la distance de réutilisation est faible. Le seuil C/ (I+N) au-delà duquel la réception est correcte est une des caractéristiques essentielles d’une interface radio. Ce résultat est atteint en changeant rapidement la fréquence de transmission au cours de la conversation.Le Concept GSM Pour déterminer le motif minimal à utiliser pour un système donné. nous étudions le rapport entre la puissance du signal utile et la puissance des perturbations qui sont de deux types : interférences soit des interférences co-canal soit des interférences dues aux canaux adjacents et le bruit essentiellement le bruit de fond du récepteur. Ceci est acceptable tant que le rapport C/I entre la puissance du signal de B et la puissance du signal de A enregistrée au sein de la cellule B dépasse la valeur minimale que le système peut tolérer. Figure 2: Interférence co-canal Cette figure [2] montre que les cellules A et B utilisent la même fréquence f1. Ce rapport peut être amélioré par plusieurs procédés à savoir : .

Le nombre élevé de demandes de handover et les caractéristiques de propagation des signaux peuvent aider à détecter sa vitesse de déplacement. Un abonné traversant de très petites cellules engendre un nombre important de handover. partant. En effet. Quand la vitesse du mobile est très élevée. En outre. seulement avec des microcellules. Les couches hautes sont utilisées pour les cellules larges et les couches basses pour les cellules de taille réduite. L’opérateur garde une couverture avec des cellules classiques (antennes au dessus des toits) et place des microcellules aux seuls endroits nécessaires. La structure du réseau Il serait extrêmement coûteux pour un opérateur d’assurer une couverture continue d’une ville. Afin de résoudre ce problème. Le réseau comporte alors deux couches (microcellulaire et macrocellulaire) . Pour ce faire la puissance dans la cellule parapluie est plus élevée et les fréquences utilisées différentes de celles des microcellules couvertes. le trafic interne du réseau. Les cellules larges fonctionnent comme parapluies pour les cellules de taille moyenne. La cellule parapluie couvre plusieurs autres. Cela réduira le nombre de handover et. La figure 3 illustre le principe de cette structure cellulaire hiérarchique : Figure 3: Modèle d'un réseau hiérarchique PFE 2004-2005 8 . les microcellules peuvent être ajoutées dans le réseau cellulaire afin d’avoir une bonne capacité de couverture.Le Concept GSM II. le concept de cellules parapluies a été introduit. il est appelé réseau hiérarchique : Hierarchical Cell Structures (HCS). le mobile est transféré sur la cellule parapluie pour y rester le plus longtemps possible.

1 Architecture générale Pour gérer les spécificités des communications avec les mobiles.Le Concept GSM III. Architecture III. de nouveaux équipements ont été introduits par rapport au RTCP et sont regroupés au niveau du PLMN comme l’indique la figure 4. HLR Um BTS BSC A BTS OMC MSC VLR Abis GMSC BSC BTS BTS RTC Sous système BSS Sous système NSS Circuit de parole Signalisation Figure 4: Architecture générale d’un réseau GSM PFE 2004-2005 9 .

démodulation.2. III.2. Il comprend les parties suivantes : III. Elles diffusent les informations générales concernant la cellule et qui sont utiles aux mobiles et remontent les mesures sur la qualité de transmission dans la cellule au BSC.2 Le sous système radio BSS (Base Station System) Le sous système radio gère la transmission radio. le BSC remplit le rôle de relais pour les différents signaux d'alarme destinés au centre d'exploitation et de maintenance.1 Le mobile Le téléphone et la carte SIM (Subscriber Identity Module) sont les deux seuls éléments auxquels un utilisateur a directement accès. Enfin. codage correcteur d’erreur et estimation du canal.Le Concept GSM III. Ces deux éléments suffisent à réaliser l'ensemble des fonctionnalités nécessaires à la transmission et à la gestion des déplacements. Elles prennent en charge l’accès radio des mobiles dans la zone de couverture ce qui englobe les opérations de modulation.2. une dernière fonctionnalité importante est la gestion des ressources radio pour la zone couverte par les différentes stations de base qui y sont connectées. Dans le même temps.3 Le contrôleur de station de base BSC (Base Station Controller) Le contrôleur de station de base gère une ou plusieurs stations de base et communique avec elles par le biais de l'interface Abis. III. Ce contrôleur remplit différentes fonctions au niveau de la communication et au niveau de l'exploitation.2 La station de base BTS (Base Tranceiver Station) Les BTS sont des points d’accès au réseau GSM des abonnés. le contrôleur gère les transferts intercellulaires des utilisateurs dans sa PFE 2004-2005 10 . le BSC agit comme un concentrateur puisqu'il transfère les communications provenant des différentes stations de base vers une sortie unique. En effet. Pour les fonctions des communications des signaux en provenance des stations de base. Ce sont des antennes situées en haut des immeubles ou sur les bords de routes. Il alimente aussi la base de données des stations de base. le contrôleur commute les données en les dirigeant vers la bonne station de base. Dans l'autre sens.

III.Le Concept GSM zone de couverture. Les commutateurs MSC d'un opérateur sont reliés entre eux pour la commutation interne des informations via l’interface E.1 Le centre d authentification AuC (Authentication Center) Lorsqu'un abonné passe une communication. etc. Alors que le sous réseau radio gère l'accès radio. Son rôle principal est d'assurer la commutation entre les abonnés du réseau mobile et ceux du réseau commuté public (RTC) ou de son équivalent numérique. le réseau RNIS. le numéro de l'abonné (IMSI). III. Le centre d'authentification remplit cette fonction de protection des communications. 3.2 L enregistreur de localisation HLR (Home Location Register) Le HLR est une base de données contenant toutes les informations relatives aux abonnés d’un PLMN: le type d'abonnement.1 Le centre de commutation mobile MSC (Mobile Switching Center) Le centre de commutation mobile est relié au sous-système radio via l'interface A. l'opérateur doit pouvoir s'assurer qu'il ne s'agit pas d'un intrus. Il doit alors communiquer avec la station de base qui va prendre en charge l'abonné et lui communiquer les informations nécessaires tout en avertissant la base de données locale VLR de la nouvelle localisation de l'abonné. les éléments du NSS prennent en charge toutes les fonctions de contrôle et d'analyse d'informations contenues dans des bases de données nécessaires à l'établissement de connexions. les services souscrits.3 Le sous système réseau NSS (Network Sub System) Le sous-système réseau joue un rôle essentiel dans un réseau mobile. Le NSS comprend les parties suivantes : III. III. PFE 2004-2005 11 . GMSC) sont placées en périphérie du réseau d'un opérateur de manière à assurer une interopérabilité entre réseaux d'opérateurs. Des MSC servant de passerelle (Gateway Mobile Switching Center.3. la clé d'authentification Ki (cette clé est connue d'un seul HLR et d'une seule carte SIM).2. L’AuC mémorise pour chaque abonné une clé secrète utilisée pour authentifier les demandes de services et chiffrer les communications.3. c'est-à-dire quand une station mobile passe d'une cellule dans une autre.

Ce réseau s'appuie sur un réseau de transfert de données. Le réseau de maintenance technique s'intéresse au fonctionnement des éléments du réseau. le téléphone mobile doit potentiellement pouvoir accueillir n'importe quelle carte SIM de n'importe quel réseau.3. la sécurité. IV.3.4 L enregistreur de l identité des équipements EIR (Equipment Identity Register) Malgré les mécanismes introduits pour sécuriser l'accès au réseau et le contenu des communications.4 Le centre d opération et de maintenance OMC (Operation and Maintenance Center) Cette partie du réseau regroupe trois activités principales de gestion: la gestion administrative.Le Concept GSM III. etc. Les services du GSM Les services en GSM sont de trois types : les services support. Nous y trouvons les mêmes informations que dans le HLR avec en plus l’identité temporaire de l’utilisateur TMSI (Temporary Mobile Subscriber Identity) et sa zone de localisation (ensemble de cellules où se trouve l’abonné). chaque terminal reçoit un identifiant unique IMEI (International Mobile station Equipment Identity) qui ne peut pas être modifié sans altérer le terminal. les pannes. totalement dissocié du réseau de communication GSM. PFE 2004-2005 12 . III. les téléservices et les services supplémentaires. En pratique. Il est donc imaginable qu'un terminal puisse être utilisé par un voleur sans qu'il ne puisse être repéré. la gestion commerciale et la gestion technique. III. le VLR est souvent associé au MSC. Il permet d’alléger le trafic de signalisation en cas d’un appel sortant où il n’est pas nécessaire de consulter le HLR contrairement au cas d’un appel entrant.3 L enregistreur de localisation des visiteurs VLR (Visitor Location Register) Le VLR est une base de données où sont stockées les informations relatives à une région particulière. Pour combattre ce risque. Il gère notamment les alarmes.

§ Les attributs généraux : ces attributs concernent l'ensemble des services supplémentaires (Qualité de service. § Les attributs d'accès : ces attributs définissent les moyens d'accéder aux fonctions et aux services supplémentaires d'un réseau (Canal et débit d'accès. Un service support particulier s'identifie par ses attributs.2 Les téléservices Les téléservices sont les applications opérationnelles offertes par le réseau à ses abonnés. pour la signalisation) . La norme définit trois catégories d'attributs : § Les attributs de transfert d'information : Ces attributs caractérisent les possibilités de transferts d'informations d'un réseau depuis un point d'origine vers un ou plusieurs destinataires . Elle permet les types de communications suivants : § communications entre deux postes mobiles.3 Les services Supplémentaires Les services supplémentaires permettent une amélioration des téléservices et des services support. Ces derniers utilisent les possibilités offertes par les services supports. IV. la restriction d’appels. § communications entre un poste mobile et un poste fixe. La téléphonie est le service le plus important des télé-services. PFE 2004-2005 13 . Protocole d'accès (pour l'information. Ils sont de deux types : essentiels (ceux nécessaires et doivent êtres présents dans tous les PLMN) et additionnels tel que le double appel. lesquels permettent les transferts de données de bout en bout à travers le réseau.Le Concept GSM IV. etc. IV. l’appel en conférence. tels qu'un usager les voit depuis un point d'accès au réseau. Ils permettent la transmission d'informations d'usager à usager.1 Les services support Le GSM offre à ses abonnés des services supports. dans le cadre d'une application. à travers un nombre quelconque de réseaux. Possibilité d'interfonctionnement). Les attributs techniques définissent les services.

L évolution de la couverture en GSM Le réseau GSM n’a cessé d’évoluer depuis sa commercialisation et ce sur différents plans parmi lesquels nous citons la couverture. la planification des solutions indoor nécessite des règles d’ingénierie et un processus différent de celle en outdoor..…. les opérateurs sont parvenus à maîtriser la couverture outdoor qui est actuellement quasi totale. comme nous pouvons le constater. Actuellement. Conclusion Le concept GSM n’est pas compliqué mais il est nécessaire de comprendre tous les éléments le constituant. En effet. En effet. etc. hôtels. précisément pour les Hots spots est le nouveau souci des opérateurs qui tendent à réaliser un compromis entre couverture. les Hots spots sont des zones très fréquentées donc à forte densité de trafic (foire. Réussir à assurer une couverture indoor avec une qualité de service convenable pour un Hot spot est une tâche assez complexe qui préoccupe les opérateurs. La mise en uvre de solutions de couverture en indoor. PFE 2004-2005 14 .Le Concept GSM V. Cette marge de pénétration est très difficile à estimer car elle dépend de plusieurs paramètres (fréquence. Ses mesures permettent de bien choisir les emplacements des antennes et à assurer un niveau de champ suffisant à l’intérieur. la réussite d’un opérateur dépend étroitement de la qualité de couverture qu’il propose à ses abonnés. Le souci principal était d’offrir une couverture quasi-totale en milieu outdoor pour maintenir les communications en cours de déplacement des abonnés. angle d'incidence du trajet du signal. Il est calculé en soustrayant à la sensibilité du mobile différentes marges dont la marge de pénétration qui correspond à l'affaiblissement moyen du signal radio dû à la traversée des murs. nous devons estimer le signal radio minimum reçu à l'extérieur du bâtiment permettant d'assurer une couverture à l'intérieur du bâtiment. architecture du bâtiment. centres commerciaux. gare. l’évolution se fait en faveur des solutions indoor qui constituent le nouvel défi des opérateurs. En s’aidant de modèles de prédiction de la propagation à grande échelle d’observation et en utilisant des équations permettant de définir les affaiblissements dus aux différentes diffractions. réfractions. De plus. Dans ce chapitre.effets de trajets multiples.) et nécessite la réalisation de plusieurs mesures. matériel de construction des murs et meubles traversés.) ce qui nécessite un effort supplémentaire de dimensionnement. nous avons présenté le concept GSM dans sa totalité à commencer par son architecture générale et l’interaction entre ses différents composants jusqu’à présenter les différents services offerts par le réseau. . Ainsi. profondeur du bâtiment..

PFE 2004-2005 15 .Le Concept GSM capacité et interférence et ce en utilisant des règles d’ingénierie de planification autres que celles utilisées en outdoor.

La propagation radio en environnement indoor Chapitre 2 : La propagation radio en environnement indoor Introduction L’ingénierie radio constitue l’un des aspects les plus importants lors du déploiement d’un réseau cellulaire dans la mesure ou elle est responsable du niveau de la qualité de service offerte aux abonnés. Les solutions indoor sont basées sur des règles d’ingénierie différentes qui s’intéressent à la puisse émise par les antennes indoor et l’ajustement de la puissance reçue par calcul de PIRE. la taille des fenêtres.sols.… En effet. à titre d’exemple elle est généralement bonne au niveau des halls si nous savons maîtriser les interférences. De plus la couverture change. type de terminaux. au niveau des sous-sols et des caves des PFE 2004-2005 16 . etc. nombre d’abonnés. halls. I.…) pour une bonne planification. La propagation en indoor dépend de plusieurs caractéristiques à savoir les données architecturales des bâtiments c'est-à-dire les types des matériaux de constructions utilisés.. sous.). Le canal de propagation en indoor induit une marge critique d’affaiblissement du signal. les différents seuils d’ingénierie. Il doit effectuer un bilan de liaison pour pouvoir définir les paramètres généraux tel que le type d’antenne. L’opérateur doit bien définir ses objectifs (type de couverture. de musées. Contrairement. l’emplacement des antennes et la puissance émise diffèrent selon la position dans laquelle nous nous trouvons. de bureaux rapprochés. les puissances. le type des bâtiments eux-mêmes : est ce qu’il s’agit d’espaces larges (salles d’aéroports. l’emplacement des antennes et le paramétrage des cellules de couverture outdoor/indoor. Caractéristiques des environnements indoor En indoor le signal subit des affaiblissements supplémentaires qui peuvent aller jusqu’à 30 dB. En effet.. à quelle niveau nous nous situons : étages supérieurs. matériel.

de l'angle d'incidence.5 23 Tableau 1:Pertes apportées par les différents matériaux de construction I. Tous ces facteurs sont importants et à tenir en compte pour réaliser une bonne planification.5 9.intérieur est caractérisée par le fait que l'émetteur est constitué d'une antenne utilisée pour les communications extérieures et le récepteur est situé à l'intérieur du bâtiment. du type de façade et de l'environnement PFE 2004-2005 17 . de la distance.intérieur La propagation extérieur . l'atténuation est la somme d'un terme d'affaiblissement du signal provenant de l'environnement extérieur auquel s'ajoute un terme représentant les pertes subies par le signal lors de sa pénétration dans le bâtiment. L'estimation de ces pertes de pénétration est rendue très difficile car elle dépend à la fois de la fréquence.5 2. Matériaux Béton poreux Béton (30 cm) Pertes (dB) 6. Dans ce cas.5 Mur de béton épais (25 cm) sans vitres 13 Mur de béton épais avec grandes vitres 11 Mur de béton peu épais (10 cm) Mur double de béton (2*20 cm) Mur très peu épais (brique < 14 cm) Vitre Vitre renforcée Bois Plaque en plâtre Brique Dalle 6 17 2. le nombre diffère selon la position à l’intérieur des bâtiments. Idem.La propagation radio en environnement indoor affaiblissements importants ont lieu. Le tableau 1[4] illustre les différentes pertes apportées par les matériaux de construction.5 2 8 1.5 1.1 La propagation extérieur .

La propagation radio en environnement indoor et de l'architecture intérieure. PFE 2004-2005 18 .2 La propagation intérieur. II. Celles-ci ont pour principal objectif de trouver des valeurs d'ingénierie permettant d'effectuer le dimensionnement du réseau de manière à permettre la communication pour un mobile se trouvant à l'intérieur d'un bâtiment.intérieur. Pour ce faire. l'émetteur et le récepteur sont tous deux situés dans le bâtiment. Une solution efficace se base sur un ensemble de mesures. Nous en citons la diffraction. Les phénomènes de propagation Le canal de propagation est un élément important duquel dépend la qualité du signal qui subit le long de son trajet des distorsions et des affaiblissements. la réfraction et la diffusion qui sont plus accentuées en indoor. La hauteur de l'étage où se situe le récepteur influence également ces pertes: les pertes de pénétration diminuent approximativement de 1.le deep indoor. II.intérieur Pour la propagation intérieur .le soft indoor. I. nous parlons de pico cellule. L'environnement étant impossible à caractériser analytiquement ou empiriquement de manière précise. Plusieurs phénomènes sont à l’origine de la dégradation du signal. nous définissons deux types de valeurs: . la réflexion. Des valeurs typiques sont de 10 dB pour le soft indoor et de 20 dB pour le deep indoor à 900 MHz. représentant l'atténuation en façade. 5 dB par étage. et . représentant l'atténuation dans des endroits reculés du bâtiment.1 La diffraction La diffraction apparaît lorsque le trajet d'une onde électromagnétique entre un émetteur et un récepteur est perturbé par la présence d'obstacles qui présentent des formes irrégulières (arête d'un immeuble par exemple). Ces valeurs interviendront lors de l'établissement du bilan de puissance.

Ainsi. l'onde est partiellement réfléchie et partiellement réfractée.2 La réflexion La réflexion d'une onde électromagnétique apparaît lorsque cette dernière heurte un objet dont les dimensions sont importantes comparées à sa longueur d'onde. C'est-à-dire que l'énergie incidente est rayonnée dans toutes les directions. la réflexion devient diffuse.3 La diffusion Quand une réflexion se produit sur un objet dont la surface présente des rugosités dont les dimensions sont comparables ou supérieures à la longueur d'onde. PFE 2004-2005 19 . si une onde se propageant dans un milieu se heurte à un autre milieu ayant des propriétés électriques différentes. Figure 6: Principe de la réflexion II.La propagation radio en environnement indoor Figure 5: Principe de la diffraction II.

le nombre et le positionnement des antennes dépend de la zone dans laquelle nous désirons assurer la couverture.Les étages supérieurs : ces étages sont en visibilité directe avec les sites macro. Ceci crée une dispersion temporelle dans le canal. .4 Les multi trajets Les divers phénomènes évoqués précédemment sont tous présents dans un cas réel de propagation. Dans ce cas. Paramétrage des équipements indoor L’emplacement des antennes dans un milieu indoor est très important pour l’obtention d’un signal de qualité requise. En effet. les antennes émettent avec un niveau de puissance assez élevé . les interférences causées sur le lien montant par les terminaux outdoor et la puissance avec laquelle émettent les terminaux indoor. ce mode de propagation III. plus ou moins décalées dans le temps selon les différences de trajets parcourus et plus ou moins atténuées selon la distance parcourue et les phénomènes rencontrés. en Tunisie. nous pouvons diviser les bâtiments en quatre parties : les étages supérieurs.La propagation radio en environnement indoor Figure 7: Principe de La diffusion II. Il s'ensuit que l'onde incidente sur l'antenne de réception est une combinaison d'un grand nombre de répliques de l'onde émise. les halls au niveau de rez-de-chaussée et les sous-sol. PFE 2004-2005 20 . les étages inférieurs. Généralement. Nous qualifions de "multi trajet". donc le niveau d’interférence est assez élevé. Nous essayons de tenir en compte l’effet des sites macro outdoor. Le mobile indoor doit émettre avec le minimum de puissance pour éviter les interférences.

Prédiction de la propagation radio indoor La propagation des ondes radio est similaire à celle de la lumière et s’effectue à vue et en ligne droite. Des études à 1800 MHz font apparaître des pertes de 12 à 17 dB avec une valeur typique de 15 dB pour les bâtiments en béton [3]. il est impératif de bien connaître le profil du terrain pour pouvoir définir les caractéristiques du matériel à utiliser. PFE 2004-2005 21 . les atténuations de propagation deviennent vite très importantes et il convient d’en tenir compte lors d’une étude de faisabilité. en utilisant des modes de propagations particuliers : Réflexions. Cependant. etc. L’augmentation de la puissance émise par les antennes indoor induit une interférence sur le lien montant avec les mobiles outdoor. portes ouvertes.…). Des transmissions peuvent toutefois êtres réalisées sans être dans ce cas idéal. En effet. etc. Des modèles efficaces permettent de définir les paramètres principaux : puissance d’émission. Par conséquent. IV. la puissance émise doit être limitée au maximum au sein de l’immeuble . type d’antenne à utiliser. . diffusion. bétons.Les étages inférieurs : dans ces étages la couverture est influencée par les sites micro. Des études à 900 MHz font apparaître une perte supplémentaire de 12 dB à moins de 1 mètre d’une fenêtre et une perte moyenne de 18 dB à l’intérieur des bâtiments avec des variations allant de -8 dB à 37 dB. l’emplacement des antennes ne devrait pas causer des problèmes d’interférences.La propagation radio en environnement indoor . diffraction.…) permet d’avoir une bonne couverture.Les halls : l’architecture de ces zones (espaces grands. Ce qui nous intéresse dans cette partie c’est les modèles indoor. Pour cela. emplacement des antennes. sensibilité de réception. Plusieurs modèles de prédiction de propagation ont été mis en uvre : des modèles macrocellulaires comme le modèle Okumura-Hata élaboré au Japon. grandes fenêtres. Quelque soit la distance entre sites. la traversée des bâtiments induits des atténuations supplémentaires qui dépendent de la nature des murs (briques.Les sous-sols : ces zones présentent un affaiblissement important de l’ordre de 30 dB entre l’indoor et l’outdoor. il faut bien répartir les fréquences outdoor et indoor pour éviter les interférences. des modèles microcellulaies et des modèles adaptés aux milieux indoor. Mais dans ces cas. . Nous déduisons que les phénomènes d’évanouissement sont plus sévères en indoor.

Après une analyse statistique de ces données on extrapole les équations donnant une moyenne d'affaiblissement à une distance donnée.1 Les modèles empiriques De tels modèles reposent sur la collection d’un nombre assez important de données. (2. L’affaiblissement est donné par la formule suivante [3] : L = 32. Trois types de modèles sont disponibles à savoir les modèles empiriques.La propagation radio en environnement indoor IV. Cette imprécision relative est la raison pour laquelle nous les utilisons pour des cellules de grandes tailles. Leur principal avantage est que nous n'avons pas besoin d'une représentation précise de la zone à couvrir. de diagrammes et d’algorithmes employés pour donner une représentation des conditions de propagation d’une onde électromagnétique dans un site ou environnement donné [5]. Elles sont donc faciles à mettre en uvre et rapides à implémenter dans un programme. les autres modèles prédisent l’affaiblissement par l’ajout de coefficients correctifs. Les équations qui en sont déduites comportent généralement moins d'une dizaine de paramètres.1 La propagation en espace libre : Nous parlons de propagation en espace libre quand il y a visibilité directe entre les antennes d'émission et de réception et qu'aucun obstacle ne se trouve sur le trajet des ondes dans un volume donné.2 Les modèles de propagation indoor Un modèle de propagation est un ensemble d’expressions mathématiques. il s’agit de l’environnement indoor. Dans le cas de notre étude.1) IV. De tels modèles induisent une imprécision de calcul car ils ne prennent pas en compte la zone à couvrir.2. PFE 2004-2005 22 .4 + 20 log (f) + 20 log (d) Avec f : la fréquence exprimée en MHz d : la distance entre l’émetteur et le récepteur exprimée en Km En s’inspirant de ce modèle. les modèles déterministes et les modèles semi déterministes IV.

L’affaiblissement en dB est estimé à partir de l’équation suivante [6] : L (d) [dB] = L (d0) [dB] + 10 nsf log (d/d0) + FAF [dB] (2. n : facteur d’atténuation qui dépend du milieu de propagation. L (d0) : généralement calculé par des mesures ou en appliquant les conditions de l’espace libre. nsf : c fficient appliqué pour les mesures faites au sein du même étage.2. d : distance entre l’émetteur et le récepteur. ce type de modèles a pour principaux PFE 2004-2005 23 .2 Modèle d affaiblissement des étages C’est un modèle qui a été décrit par Seidel pour estimer l’affaiblissement dans un environnement indoor formé par plusieurs étages. FAF : coefficient qui peut être remplacé par un facteur qui tient en compte l’effet de la séparation des planchers multiples.La propagation radio en environnement indoor Ces modèles présentent également le danger de pouvoir s'appliquer dans toutes les situations .1 Modèle d affaiblissement Log-distance L’affaiblissement dans un milieu indoor peut est une fonction directe de la distance séparant l’émetteur du récepteur.1. d : distance entre l’émetteur et le récepteur. la pertinence des résultats est fonction de la bonne application du modèle.1.3) Avec: d0 : distance de référence généralement prise 1m.2. IV. Parmi ces modèles nous citons : IV. L’efficacité de ces modèles est souvent jugée moins performante que celle des modèles déterministes mais reste satisfaisante [6].2) - d0 : distance de référence généralement prise 1m. L’affaiblissement en dB est défini par [6] : L (d) [dB] = L (d0) [dB] + 10 * n log10 (d/d0) + X Avec : (2. En fait. X : représente une variable aléatoire de variation standard dB et suivant une loi normale de moyenne nulle et d’écart type . Il faut que la zone traitée corresponde bien à celle qui a servi à la modélisation.

Dans la majorité des cas.4 Modèle de Keenan.Grm : gain du aux réflexions multiples .7 Log (d) + 7. .3 Modèle de La Fortune : C’est un modèle empirique basé sur la simulation des phénomènes de propagation.3. IV. . En plus de la fréquence et de la distance.d’ : distance entre l’émetteur et le premier mur en mètre.5) .1.La propagation radio en environnement indoor avantages sa simplicité et sa généralité.3. L’algorithme permettant d’évaluer l’affaiblissement aboutit à [7]: L = L0 +Lob + Grm Tel que : L0 = 32.4) IV.5 Log (d) dans le couloir principal (2.2.4 + 20 Log (d) + 20 Log (f) Lob = (2.3 Log (d’) (2.7 + 1.8 – 15.2 – 1.L0 : affaiblissement en espace libre .5 n + 10. il est facilement possible d’analyser les performances d’une solution sans fil.7 + 1.n : nombre de murs séparants l’émetteur du récepteur .0.Motley C'est un modèle exclusivement indoor. les modèles empiriques pour les milieux confinés peuvent être exprimés par la formule générique suivante : L (d) [dB] = L (d0) [dB] + 10 * n log10 (d/d0) + X (2.5 n + 10. Ainsi. par exemple.7 Log (d) si d > 4 m .f : fréquence en GHz . . pour une classe de sites de propagation. . il tient compte de l'architecture du bâtiment modélisé : nombre de murs ou de plafonds traversés.2. .d : distance qui sépare l’émetteur du récepteur . PFE 2004-2005 24 .1.8) Avec : .Lob : affaiblissement du aux obstacles .7) 0 Grm = dans le cas général .6) (2. .

Deux cas sont alors possibles:aucun objet n'intercepte le rayon et dans ce cas la couleur est celle du fond ou bien des objets interceptent le rayon. Dans le cas où cet argument ne serait pas avéré. la teinte du pixel est calculée à partir des composantes de lumière diffusée.3 Les modèles hybrides ou semi déterministes L’idée principale de ce type de modèles est de combiner les avantages de chacun des deux types précédents. Ils sont généralement réservés à des lieux particuliers où les autres modèles ne peuvent être utilisés. De plus ils demandent beaucoup de temps de calcul. C'est un bon compromis complexité et précision par rapport aux modèles précédents. nous traversons l'écran depuis l' il de l'observateur de manière à déterminer de quels objets les rayons proviennent..2..2 Les modèles déterministes Les modèles déterministes donnent des résultats beaucoup plus précis mais requièrent une quantité importante d'informations sur la zone où il vont être appliqués. Il intègre également un coefficient stochastique déterminé de façon empirique et propre à chaque "type" de bâtiment. réfléchie et transmise par l'objet au point d'intersection. IV. Ils prennent en compte la topologie de la zone à couvrir. sa grande taille la rend difficilement exploitable. Nous traitons le rayon primaire passant par l’observateur et chaque pixel de l'écran de manière à déterminer si ce rayon intercepte un objet de la scène. Il s’agit d’effectuer en sens inverse de la réalité le parcours des rayons lumineux. Ainsi. et ainsi. IV. à déterminer leurs caractéristiques chromatiques. Ce modèle ne prend pas en compte l'influence des rayons sortants qui reviennent par réflexion sur un autre immeuble. Nous devons alors trouver l'objet le plus proche de l'observateur. En fonction des caractéristiques de cet objet vis à vis de la lumière. Ils reposent sur des calculs d'optique géométrique (réflexion.) : c'est la méthode des rayons. Ils allient à la fois des aspects théoriques et des mesures.La propagation radio en environnement indoor atténuation du matériau.2. L’utilisation d’un tel modèle requiert l’élaboration d’une base de données ce qui est souvent un handicap puisqu’elle est généralement difficile à constituer. diffraction. Ces types de modèles se révèlent généralement plus légers en terme de calcul que les modèles théoriques et plus performants en terme d’estimation de l’atténuation de puissance PFE 2004-2005 25 .

les opérateurs ont recours à des modèles de prédiction de propagation qui permettent de prédire la puissance reçue en indoor. nous allons étudier les règles de planification nécessaires au déploiement d’une solution de couverture indoor. reste relativement peu fréquent en raison de son degré de complexité. ainsi que l’effet des sites macro et ce dans le but d’en tirer le meilleur emplacement des antennes et ce pour avoir la meilleure qualité du signal. Nous avons aussi analysé les caractéristiques de la propagation extérieur – intérieur. PFE 2004-2005 26 .La propagation radio en environnement indoor induit par un site de propagation. Leur usage pour la validation d’une solution sans fil pour un site de propagation tel qu’en indoor. Dans le chapitre suivant. Conclusion Dans ce chapitre. Pour améliorer ces positions. Nous pouvons toutefois procéder à des mesures sur terrain pour valider les résultats obtenus par simulation. intérieur – intérieur. Ces modèles dépendent des caractéristiques des zones à simuler et les résultats qu’ils fournissent présentent des incertitudes. nous avons présenté les caractéristiques des évènements indoor et les principaux phénomènes de propagation qu’on peut y rencontrer.

La planification s’intéresse non seulement à l’état actuel mais aussi se préoccupe de l’état futur en permettant une évolutivité du réseau en terme de débit. I.La couverture peut être assurée à partir des sites internes. diminuer les interférences et assurer une couverture adéquate. L’emplacement d’une BTS avec des antennes directives sur l’un des bâtiments voisins permet d’améliorer le niveau de signal. PFE 2004-2005 27 . il ne s’agit pas d’écouler un trafic important. capacité. . Il s’agit d’une collecte des informations utiles et nécessaires à la mise en uvre du réseau tout en garantissant une optimisation des ressources utilisées et en maintenant une qualité de service acceptable. Cette solution est adéquate pour les Host spots : elle permet d’augmenter la capacité et d’améliorer la qualité du signal reçu à l’intérieur. Généralement. Elle conditionne de façon très importante la qualité de service offerte aux utilisateurs.La couverture peut être assurée à partir des sites extérieurs. Dans ce cas.Principes de planification d’une solution indoor Chapitre 3 : Principes de planification une solution indoor Introduction La planification constitue l’une des étapes les plus importantes pour le déploiement d’un réseau GSM. l’affaiblissement pour ce cas de figure n’est important mais cette solution n’est pas adéquate pour les grands bâtiments. Dans le cas de la planification d’un Hot spot il est nécessaire de trouver un compromis entre augmenter la capacité. Il est nécessaire de confiner le signal à l’intérieur à fin d’éviter les interférences avec les sites outdoor. etc. Les techniques de couverture indoor La couverture à l’intérieur des bâtiments peut être assurée de deux manières : . L’opérateur doit assurer une couverture selon ses objectifs et doit effectuer un bilan de liaison pour ajuster tous les paramètres entrant en jeu.

En effet. les coupleurs. plusieurs antennes sont interconnectées à une station de base. L’atténuation du signal portée par un Combiner est de 3-5 dB (selon la technologie utilisée) Le diplexeur est un bloc permettant de séparer l’émission de la réception => il permet d’utiliser le même feeder comme TX/RX. L’atténuation apportée par un diplexeur est de l’ordre de 0. les diviseurs de tension (splitter). les diplexeurs. Le combineur empêche les signaux sortant d’un TRX de retourner sur un autre TRX. En effet. les fibres optiques engendrent des pertes minimes par rapport aux autres types de câbles PFE 2004-2005 28 .5 dB. il est nécessaire de tenir compte des pertes apportées par ces équipements lors de l’élaboration du bilan de puissance. Techniques de câblage indoor Plusieurs techniques de câblage sont possibles à l’intérieur d’un bâtiment.5 dB (1800). En effet. en indoor. nous citons les solutions optiques.Principes de planification d’une solution indoor II. Figure 8: Solution de câblage pour un bâtiment à 5 étages Parmi les solutions de câblage utilisées en indoor. le choix de feeder est en fonction de la longueur nécessaire de façon à ce que l’atténuation totale portée par le feeder est < 3 dB (900) et < 4. La figure 8 [8] illustre un exemple de solution de câblage pour un bâtiment composé de cinq étages et mettant en uvre les éléments pré cités.…Toutefois. Le combiner permet de combiner les signaux délivrés par deux ou plusieurs TRX pour être acheminés vers l’antenne dans un seul câble feeder. Cette connexion peut se faire à travers des équipements passifs tels que les feeders.

Le taux d’efficacité permet de déterminer le pourcentage des appels ayant réussi par rapport aux tentatives ayant été entamées. etc. il se produit quand l’abonné se connecte au réseau mais ne trouve pas un canal de trafic TCH disponible pour écouler la communication. numéros occupés. Cette solution est surtout efficace pour des bâtiments comportant un nombre assez important d’étages. Un appel est réussi quand il n’est pas bloqué qu’il trouve un canal de signalisation pour l’établissement de la communication et un canal de trafic pour écouler la communication. En effet. l’opérateur utilise les chaînes de mesures indoor dans le but de remédier aux problèmes de couverture et d’interférence.La congestion représente le pourcentage des appels qui ne sont pas satisfaits. etc. Le blocage SDCCH se passe lorsque le mobile veut entrer en communication mais n’arrive pas à le faire à cause de l’absence d’un canal SDCCH disponible à cet instant. Pour le blocage TCH. . Deux types de blocage peuvent être détectés dans le réseau à savoir sur le canal SDCCH et sur le canal TCH. le taux de coupure. L’usager du réseau s’intéresse à des aspects tel que le taux de réussite des appels. le Handover. Il ne tient pas compte des cas de faux numéros. perçue par l’utilisateur. la qualité de la communication. fournie par l’opérateur et se manifeste par un ensemble de paramètres pouvant prendre des valeurs qualitatives ou quantitatives.Principes de planification d’une solution indoor et elles offrent une transmission sécurisée. etc. Appréciation de la qualité de la couverture La qualité de service est un ensemble de caractéristiques de performance de service. Un opérateur s’intéresse essentiellement à des indicateurs concernant la congestion. l’interférence.Le Handover Plusieurs cas peuvent avoir lieu à savoir : PFE 2004-2005 29 . .Le taux de coupure : il est certainement gênant pour un abonné d’être interrompu en pleine communication c’est pourquoi l’opérateur doit connaître les origines de ce phénomène pour pouvoir y remédier et ce à travers des indicateurs pouvant non seulement évaluer le taux de coupure mais aussi distinguer les différentes causes. III. . .

Le processus de planification comporte plusieurs étapes. § Handover sur interférence : les indicateurs donnent le pourcentage des Handover qui se sont produits à cause des interférences. Ces emplacements seront validés avant l’installation par une série de mesures. Il s’agit soit de densifier un réseau déjà existant soit de planifier un nouveau réseau. nous nous intéressons au processus de planification indoor. Le processus de planification Le processus de planification commence par une étude de la couverture et du trafic. la nature : centre commercial.1 Les étapes du processus de planification indoor IV. En effet.1. bord d’autoroute.1 Description du bâtiment La collection des informations relatives au bâtiment à couvrir constitue une étape très importante qui permet de dégager les caractéristiques utiles à notre étude. Déterminer les emplacements potentiels des antennes pour pouvoir estimer les pertes dues aux câbles de connexions entre les antennes et les stations de base. brique. § Handover sur niveau : les indicateurs donnent le pourcentage des Handover qui se sont produits lorsque le niveau du signal émis ou reçu dans une cellule voisine est supérieur à celui de la cellule serveuse. IV. Il peut être dans le sens montant ou descendant de la liaison. Il peut être dans le sens montant ou descendant de la liaison. PFE 2004-2005 30 . plâtre. une équipe doit se rendre au bâtiment et faire un survey consiste à : étudier la localisation du bâtiment : centre ville. Ceci est utile pour prédire la propagation et calculer la PIRE . foire.…. hôtel. La planification et le dimensionnement nécessitent de prévoir l’évolution du trafic et l’affectation des cellules en fonction du motif retenu.Principes de planification d’une solution indoor § Handover sur qualité : il se produit lorsque la qualité du signal émis ou reçu dans une cellule voisine est meilleure à celle de la cellule en cours.…). …et ce à fin d’estimer la charge de trafic potentielle . Dans ce qui suit. IV. étudier la structure des matériaux de construction et dégager leurs caractéristiques (béton.

1. L’unité de trafic est l’Erlang.1. effectuée par le mobile du niveau de champ reçu sur un canal. l’étape suivante est le dimensionnement du trafic. Le RXLEV ne donne pas une valeur absolue. PFE 2004-2005 31 . Dans les systèmes de transmission en mode circuit. En pratique généralement. nous devons choisir à partir de tables bien définies la configuration convenable et le nombre de TRX tout en respectant la proportion calculée précédemment. Le tableau suivant permet de donner une idée sur les différents niveaux de champ.3 La méthode Drive Test Ø Paramètres à mesurer Pour évaluer effectivement le niveau de champ et la qualité du signal reçu sur terrain. la période d’observation est considérée une heure. Pour la planification. le trafic est mesuré par le taux d’occupation des circuits par rapport à une période d’observation bien déterminée. . plus le risque de congestion est grand. Le trafic total dans une cellule GSM est la somme de trafic moyen des abonnés a l’écoute de son canal de diffusion BCCH. l’heure d’observation est l’heure de pointe (Busy Hour). Plus le trafic est important. le trafic de signalisation As est calculé à partir statistiques. mais une mesure entre deux valeurs. Une demande de communication est bloquée quand il n’y a pas de ressources libres. Pour les canaux TCH. Dans un système de transmission en mode circuit la qualité de service peut être mesurée par le taux de blocage.Principes de planification d’une solution indoor IV. Après avoir calculé la proportion SDCCH / TCH. Typiquement As=25% A (cette valeur dépend des caractéristiques des réseaux). IV. nous introduisons deux paramètres essentiels à savoir : § RXLEV: Mesure quantitative d'1/2 seconde.2 Estimation et dimensionnement du trafic Ayant estimé la capacité à gérer. La mesure est codée sur 64 niveaux par pas de 1 dBm : 0 à 63 (>-110 à -48 dBm). Généralement. Quand nous dimensionnons les canaux SDCCH le facteur principal est d’avoir une estimation de la charge de trafic des deux canaux SDCCH et TCH pour pouvoir calculer la proportion SDCCH/ TCH. la probabilité de blocage est de 2%.

PFE 2004-2005 32 .8[ >12.7] : mauvaise qualité selon le tableau suivant : Niveau de Qualité 0 1 2 3 4 5 6 7 BER (%) <0.4.6...1.4..Principes de planification d’une solution indoor Distribution RxLev>=-60dBm RxLev>=-71dBm RxLev>=-77dBm RxLev>=-88dBm RxLev>=-99dBm RxLev>=-100dBm Couverture Deep indoor Indoor Incar Bonne couvertue dans la rue Faible couverture Faible couverture Tableau 2:Données sur les différents niveaux de champ reçus Nous remarquons que pour les environnements indoor.2[ [3.2 [0.8 Tableau 3:Correspondance entre niveaux de qualité et taux d’erreurs binaires Ø Composition et principes de la chaîne de mesure Une chaîne de mesure est composée essentiellement d’un ordinateur portable sur lequel nous installons un logiciel spécifique (Test Mobile Software) et qui peut être connecté à deux mobiles via son interface série.0. [4. le niveau de champ se situe aux alentours de -70 dB..3] : bonne qualité. § RXQUAL : il permet d’apprécier la qualité du signal reçu en quantifiant le taux d’erreur binaire sur huit niveau : [0....0..8[ [0.6.4[ [6.5] : qualité moyenne et [6..8.12.2.3.2.4[ [0.6[ [1.

Les mesures sont communiquées au BSC par le mobile dans un message appelé « Measurment Report » via son canal SACCH montant au rythme du bloc SACCH c’est à dire toutes les 480 ms. Elles seront moyennées par le BSC et utilisées dans la mise en de puissance et de Handover. L’évaluation du niveau de signal et de sa qualité constitue une étape importante pour le déploiement d’un réseau efficace où nous essayons de minimiser au maximum les coupures. Ainsi. Ainsi. en cours de communication ou d’établissement de communication. le mobile réalise des mesures via sa cellule serveuse ainsi que sur les cellules voisines prises dans la liste qui lui est communiquée sur son canal SACCH descendant. la dégradation de la qualité et tous les aspects indésirables en cours de communication. à travers la chaîne de mesure et en utilisant les paramètres RXQUAL et RXLEV nous pouvons déterminer le niveau de champ et la qualité du signal indoor et les ajuster selon nos besoins.Principes de planification d’une solution indoor Cette même chaîne peut être raccordée à un équipement de localisation par satellite de type GPS. une connexion est établie. Il est à noter que les mesures sont seulement effectuées sur les six meilleures cellules voisines et qu’elles seront communiquées au BSC. uvre des algorithmes de contrôle PFE 2004-2005 33 . Figure 9: Système de mesure Après avoir sélectionné le type de mobile à contrôler. Les mesures permettent d’évaluer les paramètres de type RXLEV et RXQUAL.

1. la configuration des sites et l'organisation des antennes et ce pour s’approcher des conditions r réelles. § Les prédictions sur l'interférence du canal adjacent.1. § Les prédictions sur l’interférence co-canal . Ø Choix des antennes Les antennes indoor sont caractérisées par leur taille réduite relativement à celle des antennes outdoor. Il aide l'opérateur dans un nombre de tâches complexes tel que le dimensionnement du réseau. Le choix d’une antenne dépend de plusieurs facteurs à savoir : § Le diagramme de rayonnement : il est défini comme étant une représentation graphique des propriétés de rayonnement de l’antenne à l’aide d’une fonction d’espace à l’aide des coordonnées polaires classiques et . Cependant. IV.5 Choix des équipements : Dans cette partie. IV. Parmi ces outils nous pouvons citer le TEMS’ Light. TEMS’ Light est un logiciel graphique conçu par Ericsson. Les différentes étapes de panification nécessitent l’adoption de techniques de mesure ainsi que des logiciels d’analyse de la propagation des ondes radios. nous nous intéressons au choix des équipements de déploiement des solutions indoor.Principes de planification d’une solution indoor La méthode de Drive Test permet de nous donner une idée sur la couverture actuelle avant la mise en place de la solution de planification. inclut un module de prédiction qui fournit: § Les prédictions de la couverture . l’allocation et l'organisation des fréquences. Elles sont sensées améliorer les performances des réseaux cellulaires indoor. Ces angles sont couramment appelés PFE 2004-2005 34 . PLANET et Best Server (permet d’indiquer la meilleure serveuse).4 Prédiction de la couverture Les opérateurs utilisent des outils de prédiction pour avoir une idée sur la couverture et l’état des interférences. L’outil de planification TEMS’. ces outils ne prennent pas en considération les reliefs et les typologies des constructions. facile à utiliser.

la valeur du champ. c'est le gain par rapport à une antenne dipôle (rayonnement dans l'axe du dipôle). Le gain d'une antenne est le même à la réception qu'à l'émission . réception) aient la même polarisation.14 dB pour avoir son gain isotropique (dBi). . c'est en fait le gain de puissance par rapport à une antenne isotrope (antenne rayonnant avec la même puissance dans toutes les directions). il faut dans ce cas ajouter 2. § La bande passante d’une antenne : c’est l’intervalle de fréquence dans lequel la performance de l’antenne respecte les normes spécifiées dès le début. § La polarisation : Rectiligne (Horizontale. Les propriétés de rayonnement renferment : l’intensité de rayonnement. Figure 10: Azimuth et Elévation § Le gain : Le gain d'une antenne est généralement donné en décibels isotrope (dBi). la phase ou la polarisation . Elles PFE 2004-2005 35 . Pour une bonne qualité de transmission il faut que les antennes (émission. etc. Verticale. Les antennes directionnelles qui sont caractérisées par un rayonnement directif qui permet d’améliorer la couverture d’une zone bien définies. Certains constructeurs donnent le gain en dBd.Principes de planification d’une solution indoor azimut et élévation comme l’indique la figure 10. Les antennes GSM utilisées pour les solutions de couverture indoor sont de deux types : Les antennes omnidirectionnelles qui sont généralement placées sur les faux plafonds et qui rayonnent dans toutes les directions .) ou circulaire (Droite ou Gauche).

etc.Principes de planification d’une solution indoor peuvent être placées au niveau des façades des murs. Les caractéristiques de certains types de câbles sont données par le tableau suivant [9] : Diamètre des câbles 7/8 Pertes (dB) Prix 4. Figure 11: Exemple d’antenne respectivement omnidirectionnelle et directionnelle Ø Choix des câbles coaxiaux Le choix des câbles coaxiaux dépend de leurs performances : malléabilité.2 3/8 11.3 5/8 2.1 1/2 7. longueur. coût. etc.5 cher moyen moyen moyen Tableau 4:Caractéristiques des câbles coaxiaux PFE 2004-2005 36 . des cages d’escaliers.

Principes de planification d’une solution indoor IV. En GSM. L’utilisation d’un scan de fréquences permet de dégager les ressources libres. l’opérateur dispose d’une bande de fréquences partagée en deux sous bandes : l’une pour la voie montante et l’autre pour la voie descendante. IV. Chacune est partagée en un certain nombre de porteuses qui peuvent écouler une ou plusieurs communications en même temps. Nous devons ainsi. Le nombre des fréquences à allouer n’est donc pas limité.1.Les fréquences [25. Le nombre des fréquences à allouer est donc limité. . A chaque cellule nous attribuons un certain nombre de porteuses en fonction du trafic prévu. C’est une technique efficace puisqu’il n’est pas rentable de monopoliser une bande dédiée à la couche micro dont la surface est généralement réduite.1. La bande de fréquence occupée par Tunisie Télécom est répartie comme suit : .les fréquences [1. en raison de son exploitation massive par des systèmes de communication de toutes sortes.7 Optimisation Cette partie du processus de planification a lieu après l’implantation de la solution de couverture et a pour objectif de vérifier et ajuster les différents paramètres entrant en jeu et les optimiser pour assurer le bon fonctionnement du réseau au meilleur des coûts. s’assurer qu’il n’interfère pas avec l’indoor. Il s’agit de PFE 2004-2005 37 . L’opérateur peut utiliser les fréquences libres dans la bande qui lui est dédié en veillant à ce qu’elles n’interférent pas sur le mobile à l’intérieur du bâtiment puisque certaines fréquences sont utilisées par la couche macro.6 Le plan de fréquence Le spectre radioélectrique est devenu une ressource extrêmement précieuse. Deux techniques peuvent être utilisées pour l’allocation des fréquences.23] sont allouées aux fréquences BCCH . avec le déploiement de chaque site. L’opérateur peut garder une bande de fréquences qu’il dédie pour la couche micro cellulaire.62] sont allouées aux fréquences TCH. Ceci facilite la tâche de planification et minimise les risques d’interférences.

Ø Validation et réglage par RNO Le RNO est un serveur conçu pour la Validation et le réglage du réseau GSM. Ses principaux buts sont les suivants : § § § La fédération des données de mesure du paramètre QoS . Il est situé au niveau du centre RNE (Radio Network Engineering). Cela est appelé le réglage du système. les problèmes de handover. c’est-à-dire entre l’ OMC (réseau d’exploitation et de maintenance) et le RNP (réseau de planification radio). Il implique les conditions suivantes : § Vérifier que le plan cellulaire définitif a été rendu effectif avec succès. § § L’anticipation des problèmes de qualité. Le système est évalué continuellement pour anticiper d’éventuels problèmes. Finalement. Vérifier que la performance du réseau est acceptable . le processus de planification peut être repris par le schéma suivant : PFE 2004-2005 38 . L’amélioration facile et rapide de la performance du réseau . de capacité ou de couverture. L’assurance du bon usage de l’équipement GSM. § § § Évaluer les réclamations des clients . La découverte des régions du réseau ayant une pauvre qualité de service (les cellules congestionnées. Changer les paramètres et prendre d'autres mesures (si nous avons besoin). Le système a besoin d'une révision permanente à cause de l’augmentation continuelle du nombre des abonnées et pour éviter d’éventuelles congestions.Principes de planification d’une solution indoor faire les différents tests et mesures afin de valider les modèles de planification et les adapter à la réalité. les cellules ayant un haut taux d’appel. les cellules ayant un pauvre taux de réussite des appels) .

) Dimensionnement du trafic Détection des problèmes (interférence.…) Emplacement potentiel des antennes Calcul de PIRE Validation des résultats et implantation de la solution Optimisation Figure 12:Processus de planification indoor PFE 2004-2005 39 . briques.. affaiblissement.Principes de planification d’une solution indoor Description détaillée du trafic Estimation du trafic Réalisation des séries de mesures Etudier le type de matériaux de construction utilisés (Béton..

PFE 2004-2005 40 .Principes de planification d’une solution indoor Conclusion La planification d’un réseau GSM indoor est une étape nécessaire à la mise en place d’un réseau fonctionnel et efficace. les fréquences allouées. Nous nous intéressons dans le chapitre suivant à présenter une solution de planification indoor où nous essaierons de mettre en uvre les règles d’ingénierie que nous avons cité. etc. Planifier en indoor est une tâche plus difficile vu les différentes atténuations apportées par les immeubles et les matériaux qui les forment. La solution préliminaire obtenue suite au processus de planification doit être ajustée et optimisée pour s’adapter à la situation réelle. les équipements. Il est nécessaire de tenir compte de tous les éléments entrant en jeu : la localisation géographique. le trafic.

En effet. etc.Assurer une couverture indoor 100% de la surface des différents sites .Proposition d’une solution de couverture indoor Chapitre 4 : Proposition d une solution de couverture indoor Introduction La couverture indoor est une tâche assez difficile et constitue un défi pour les opérateurs surtout pour les Hots spots où il faut gérer une capacité de trafic assez importante. Proposer donc une solution de planification de couverture radio indoor est une tâche délicate mais primordiale pour le déploiement d’u réseau performant. Tout ceci a suscité notre intérêt pour les solutions de planification radio indoor pour un Hot spot. PFE 2004-2005 41 . matériel utilisé. . Les parties auxquelles s’intéressent notre projet sont : la collecte des informations relatives à la foire (plan. il est nécessaire de tenir compte de tous les aspects du terrain à couvrir à savoir la morphologie. Il s’agit en fait de trouver un compromis entre proposer une solution de couverture efficace qui permet de gérer une certaine capacité de trafic tout en essayant de minimiser le facteur d’interférence. la nature des matériaux de construction et les différents affaiblissements qu’ils induisent. efficace et satisfaisant à la qualité de service requise. calcul de PIRE). étude de la couverture (mesures du niveau de champ.Une bonne qualité de service avec : § Un taux de blocage <= 2% . Le but de ce présent projet est donc d’étudier la planification radio de la foire Kram prévue pour accueillir 35000 invités. design et motivation des choix des antennes et élaboration du plan de fréquence. étude et dimensionnement du trafic. Il sera demandé dans le cahier de charge de : .…). § Un rapport signal à bruit > 9 dB.

Proposition d’une solution de couverture indoor I. Via trois passages. La foire est munie aussi d’un parking extérieur comme indiqué dans la figure 13. Figure 13:Schéma de la foire du Kram PFE 2004-2005 42 . des salles d’administration et un local technique. Plan de la foire La foire est composée d’un hall d’entrée qui héberge une coupole dans laquelle nous trouvons deux salles VIP. nous pouvons accéder à trois autres halls qui hébergent les salles d’exposition et où le trafic est très dense. une salle de conférence.

Figure 14:Mesure du niveau de champ dans la foire PFE 2004-2005 43 . il est nécessaire de mesurer le niveau de champ reçu sur terrain II. nous avons effectué des mesures pour vérifier le niveau de champ reçu à l’intérieur de la Foire. La couverture Notre but est d’offrir une couverture radio indoor de 100%. La figure15 présente les résultats des mesures numériques effectuées dans les différentes salles.Proposition d’une solution de couverture indoor II. Pour ceci.1 Mesures sur terrain Avec l’outil TEMS’ Light d’Ericsson. Il est nécessaire de tenir compte du facteur d’interférence qui influe sur le niveau et la qualité du signal reçu.

2 Le bilan de puissance La couverture est déterminée à partir des modèles de propagation qui permettent de prévoir les atténuations possibles . Le bilan de puissance permet d’ajuster la puissance reçue à fin d’assurer une bonne couverture. la liste des équipements suivants sera utilisée : PFE 2004-2005 44 . Les câbles utilisés sont malléables. elle tient aussi compte des différentes pertes dues aux câbles et aux connecteurs.Proposition d’une solution de couverture indoor Nous remarquons que le niveau de champ moyen reçu dans les quatre salles est aux alentours de -60 dBm et -80 dBm provenant d’un site extérieur. nous espérons avoir un niveau de champ de -70 dBm à l’intérieur de la foire. Pour assurer la couverture de la foire. En tenant compte de la marge d’interférence. non rigides et dont les longueurs sont assez importantes. II. Ce site sera complètement enlevé et la couverture sera assurée par les sites indoor et ce pour éviter les interférences avec ces derniers. Les antennes choisies permettent d’offrir simultanément un gain de 5 et 7 dBi pour la bande 900 MHz et 7 et 8 dBi pour la bande 1800 (une étude du choix de ces antennes sera présentée ultérieurement).

Puissance de sortie : GSM 900 : 35 W ou 45. (+ou-) 5dB.4 dB chaque 100 mètres pour la bande 900 et d’environ 6.1 dB chaque 100 mètres pour la bande 1800.Proposition d’une solution de couverture indoor Description Antenne Supplier Kathrein Référence K742149 Quantité 4 Antenne Décibel products DB770TB5NPXS 7 Câble coaxial 7/8 RFS LCF78 523m (Hall 1) +453m (Hall 2) +730m (Hall 3) + 94m Jumper 2m 7/16 Male/N-Male Jumper 2m 7/16-Male/ 7/16-Male Connector N Female 7/8 Diplexer Combiner GSM Combiner DCS RFS 7MNMS120200PM 10 RFS 7M7MS120200PM 20 RFS NF-LCF78 20 Kathrein Kathrein Kathrein 793532 K637067 K793006 10 10 10 Tableau 5:Liste des équipements utilisés Les stations de base utilisées par Tunisie Télécom sont de type Evolium 9100 [9] ayant les caractéristiques radio suivantes : - Sensibilité de réception : -110 dBm .44dBm. nous notons que les atténuations apportées par les câbles de diamètre 7/8 sont de 4. Pour effectuer le calcul.44dBm. Les tableaux suivants permettent le calcul de PIRE (Puissance Isotrope Rayonnée Equivalente) pour chaque bande au niveau de chaque secteur (ultérieurement. Les diplexeurs induisent une perte de 0. (+ou-) 5dB.5 dB et les pertes apportées par les splitter sont négligeables. DCS : 35 W ou 45. nous PFE 2004-2005 45 .

4 0.5 0.4 0.4 0.271 31.551 Pertes (dB) 0.5 0.58 33.4 0.4 33.42 7.4 33.5 0.4 0.045 32.949 28.455 8.451 9.451 Gain Antenne dBi 7 7 5 5 7 5 5 5 5 5 Puissance Reçue (BTS) 37 33.949 28.4 33.4 33.4 0.355 6.229 5.5 0.5 0.451 9.4 PIRE 0 1 1 1 2 2 2 3 3 3 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 0.455 5.271 31.4 33.4 0.4 33.4 0.4 33.949 Tableau 6:Calcul de PIRE pour la bande 900 PFE 2004-2005 46 .271 34.52 6.129 7.129 6. Il est à noter que : PIRE = Puissance rayonnée + gain d’antennes – pertes dues aux câbles (4.5 0.4 39.355 6.455 5.5 Unité Pertes (dB) Perte totale (dB) 4.129 7.Proposition d’une solution de couverture indoor présenterons la configuration et le nombre de secteurs dans chaque zone de la foire).355 9.1) Diplexeur Câbles Connecteurs Hall Numéro du secteur 1 1 2 3 1 2 3 1 2 3 7/8 (m) 80 150 150 150 130 130 130 210 210 210 Pertes (dB) 3.045 28.229 6.551 8.4 33.4 0.551 8.229 6.5 0.5 0.045 32.5 0.

4 0. Le taux de pénétration est considéré 100%.4 33.847 27.215 8. Nous remarquons que la capacité à gérer est très importante ce qui nous fais penser à utiliser les configurations maximales disponibles pour les bandes de fréquences utilisées pour dimensionner le trafic à savoir S6 (GSM) et S8 (DCS).969 13.5 0.4 0.896 30.4 0.5 0.5 0.5 Unité Loss (dB) Total Loss (dB) 6.4 33.4 0.069 12.4 33. Nous dimensionnons en full rate avec un taux de blocage de 2%. La moyenne de trafic pour chaque invité est de 25 mErlang .204 9.115 10.4 33.4 PIRE 0 1 1 1 2 2 2 3 3 3 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 0.215 9.215 9.5 0.5 0.653 Loss (dB) 0.4 0.4 37.069 8.969 8.104 10.5 0.069 8. Au niveau de la coupole.431 32. L étude du trafic Nous considérons comme hypothèses de dimensionnement que la foire permet d’accueillir environ 35 000 invités.4 0.5 0.285 31.115 10.431 27.847 27. Nous supposons aussi que le trafic au niveau du hall d’entrée (hall 0) est moins dense que celui dans les trois autres halls.653 12. Nous supposons que pour chacun des halls 1.4 33.4 0. 2 et 3 nous avons une capacité approximative de 10 000 invités.553 13. nous estimons avoir une capacité de 2000 invités.285 31.285 31.431 32.553 13.4 33. nous aurons donc comme trafic global écoulé 875 Erlang. Nous notons que pour chaque configuration correspond un trafic bien déterminé comme indiqué dans le tableau 8 : PFE 2004-2005 47 .847 Tableau 7:Calcul de PIRE pour la bande 1800 III.553 Gain Antenne dBi 7 7 8 8 7 8 8 8 8 8 Puissance Reçue (BTS) 37 33.4 0.5 0.653 12.4 33.5 0.4 0.115 8.Proposition d’une solution de couverture indoor Câbles Diplexeur Connecteurs Hall Numéro du secteur 1 1 2 3 1 2 3 1 2 3 7/8 (m) 80 150 150 150 130 130 130 210 210 210 Loss (dB) 5.4 33.969 8.

FR) 2*21.7)=250. Il a une qualité honnête mais se dégrade vite si les conditions radio sont mauvaises.68+48. Pour ce faire. Pour assurer la couverture du parking.04 34.68+48. PFE 2004-2005 48 . un pylône monopole sera utilisé.5 Erlang ce qui correspond à un nombre d’invités de 31 700.1 Mesures des simulations Pour assurer une bonne couverture.68 48.7)=250.14 Hall 3 3 secteurs dual band S6 GSM+ S8 DCS 3*(34. La figure 15 montre les emplacements potentiels susceptibles d’héberger les antennes. Zone Hall 0 Nombre de secteurs 1 secteur dual band Configuration S4 GSM+ S4 DCS Trafic (Erlang.04=42. il est nécessaire de bien choisir l’emplacement adéquat des antennes.08 Hall 1 3 secteurs dual band S6 GSM+ S8 DCS 3*(34.5 Tableau 9:Dimensionnement du trafic généré dans la foire Le FR (Full Rate ou codage plein débit) est le codage standard des mobiles.Proposition d’une solution de couverture indoor Configuration Trafic écoulé (Erlang.7)=250. nous procèdons à un « site survey » qui consiste à choisir les positions candidates pour y placer les antennes et ce conformément aux conditions du terrain. FR) S4 S6 S8 21.14 Hall 2 3 secteurs dual band S6 GSM+ S8 DCS 3*(34. IV. Le design IV. Si nous choisissons de travailler en FR nous aurons pour la configuration choisie un trafic global de 792.7 Tableau 8:Correspondance entre trafic écoulé et configuration choisie Le tableau 9 propose une solution de dimensionnement du trafic pour chacune des zones de la foire. Nous procèdons ensuite à des mesures de simulation avec l’outil TEMS’ Light pour valider ses positions et retenir les meilleurs emplacements qui assurent qu’un mobile indoor peut être connecté au site indoor sans être interféré.14 Total 10 secteurs 792.68+48.

Les résultats des simulations sont reportés par les figures suivantes. Chaque fois. PFE 2004-2005 49 . nous choisissons une position bien déterminée d’antenne et nous essayons de vérifier le niveau de champ reçu dans chacune des zones à couvrir. il est nécessaire de procéder à des mesures.Proposition d’une solution de couverture indoor Figure 15:Positions des différentes antennes Pour valider ces positions.

Proposition d’une solution de couverture indoor Figure 16:Niveau de champ induit par la position à 65°de l’antenne au niveau du Hall 1 Figure 17:Niveau de champ induit par la position à 65°de l’antenne au niveau du Hall 2 PFE 2004-2005 50 .

Proposition d’une solution de couverture indoor Figure 18:Niveau de champ induit par la position à 65°de l’antenne au niveau du Hall 3 Figure 19: Niveau de champ induit par la position verticale de l’antenne au niveau du Hall 3 Nous remarquons d’après les mesures et les niveaux de champ enregistrés qu’il n’y a à priori aucun problème de couverture et que le nombre d’antennes indoor est suffisant pour assurer la couverture demandée qui consiste en : PFE 2004-2005 51 .

Les azimuts des antennes seront ajustés comme dans la figure ci-dessus.1BTS 2 secteurs (1*6. PFE 2004-2005 52 . Les azimuts des antennes seront ajustés comme dans la figure ci-dessus . Les azimuts des antennes seront ajustés comme dans la figure ci-dessus . .8TRX DCS et un secteur à l’entrée de la foire 4 TRX GSM et 4 TRX DCS.2 Configuration des BTS Comme nous l’avons déjà indiqué. chacun connecté à une antenne dualband directive pour couvrir le hall en question et les passages vers hall2 et hall 3. nous utilisons 4 BTS avec la configuration suivante : -Pour GSM : . IV. Nous notons que les BTS seront raccordées aux 2 BSC de la Marsa et du Kram. § 3 secteurs dans Hall 3 chacun connecté à une antenne dualband directive pour couvrir le hall en question et le passage vers le hall d’entrée. § 3 secteurs dans hall 1. Les configurations des BTS utilisées sont données par les figures suivantes. § 3 secteurs dans hall 2 chacun connecté à une antenne dualband directive pour couvrir le hall en question et le passage vers le hall d’entrée. -1 DCS (1*4).Proposition d’une solution de couverture indoor § Le secteur dans le hall d’entrée sera connecté à une antenne dualband directive pour couvrir le hall et les salles de VIP . -Pour DCS : 2 BTS (3*4) avec cell split. § Dans chacun des trois autres Hall. 1*6) . la configuration finale est de 9 secteurs 6 TRX GSM .1 BTS un seul secteur (1*6). Les BTS seront utilisées de la façon suivante : § Dans le hall d’entrée (Hall 0) : une BTS 2 secteurs : -1 GSM (1*4) .

Proposition d’une solution de couverture indoor Figure 20:Configuration des BTS GSM Figure 21: Configuration des BTS DCS PFE 2004-2005 53 .

elles doivent être directives et polarisées verticalement comme nous l’avons l’a déjà indiqué dans les schémas précédents. nous devons tenir compte de plusieurs facteurs à savoir les dimensions des salles. Ce qui a motivé notre choix pour les modèles Kathrein 742149 et DB770TB5NPXS de Décibel Products est qu’elles tiennent compte de tous les éléments précités.… et trouver un compromis entre tout ceci et le coût à dépenser. En effet. Les antennes doivent avoir un tilt assez grand pour garder le signal à l’intérieur de la zone à couvrir et ne pas causer des interférences. Dans notre cas. les antennes doivent pouvoir fonctionner dans les deux bandes. elles sont performantes en indoor. IV. le diagramme de rayonnement. PFE 2004-2005 54 . faciles à installer et relativement moins chères. les zones à couvrir.Proposition d’une solution de couverture indoor Figure 22 : Configuration combinant les BTS GSM et DCS Il est à noter que ANC et ANY sont des systèmes de couplage. le gain. avoir un gain aux alentours de 7dBi.3 Choix des antennes Le choix des antennes est une tâche très importante.

1 Caractéristiques des antennes Kathrein 742 149 [10] Figure 23:Antenne Kathrein 742 149 Ce modèle d’antennes est adéquat pour les solutions indoor et dont les principales caractéristiques sont reprises dans le tableau suivant : Référence Bande de fréquence Polarisation Rayonnement Gain Impédance Puissance maximale Poids VSWR 742 149 824-960 MHz/ 1710-2170 MHz Verticale Horizontal 7dBi 50 50 W (à température ambiante 50°) 500 g 870-960 MHz et 1710-1900 MHz < 1.6 824.960 MHz et 1710.3.Proposition d’une solution de couverture indoor IV.2170 MHz <2 90° Hauteur Largeur Profondeur 205 mm 155 mm 42 mm Tableau 10:Caractéristiques d’une antenne Kathrein 742 149 PFE 2004-2005 55 .

2 Caractéristiques des antennes DB770TB5NPXS [11] Les antennes DB770TB5NPXS permettent d’assurer une couverture pour de multiples applications. Elles sont faciles à installer et relativement pas chères. Figure 25:Antenne DB770TB5NPXS PFE 2004-2005 56 .Proposition d’une solution de couverture indoor Le diagramme de rayonnement dans le plan horizontal de cette antenne est donné par la figure 25 : Figure 24:Diagramme de rayonnement d’une antenne Kathrein 742 149 IV. Elles sont très adaptées pour la couverture indoor.3.

3 dBd (8. il est nécessaire d’utiliser le saut de fréquence. En effet le saut de fréquence synthétisé repose sur deux paramètres à savoir : § Hopping Sequence Number (HSN) : nombre entier (0 à 63) servant à la définition du saut de fréquence lent. Vu la capacité importante à gérer à l’intérieur de la foire. Cette technologie permet un lissage du signal de réception sur un réseau de téléphonie mobile.6 dBi) 6.4 dBi) 8. Ceci a pour effet d'éliminer les effets d'évanouissement dus à la propagation et à l'utilisation de fréquences fixes. Dans le cas contraire. Cela permet aussi de répartir les interférences afin d'en annuler les effets néfastes.5 dBd (4. Le plan de fréquence Les fréquences radioélectriques sont des ressources rares. PFE 2004-2005 57 .68 Kg Tableau 11:Principales caractéristique de l’antenne DB770TB5NPXS V. notamment des services de communications mobiles. L'expansion rapide.6 1.3 dBd (10.6 Polarisation Vertical Max input power 50 W Impedance 50 Weight 0. Cette méthode ne doit pas dépasser le seuil de charge radio qui correspond au rapport du nombre de TRX par Le nombre de fréquences.8 1.4 dBi) Horizontal Beamwidth 65° ± 10° 70° ± 10° 61° ± 3° Vertical Beamwidth 70° ± 7° 36° ± 5° 36° ± 3° VSWR 1. nous utilisons le saut de fréquence synthétisé. nous verrons les interférences augmenter. Chaque opérateur dispose d’un certain nombre de porteuses pour les bandes qu’il utilise pour déployer son réseau. Tunisie Télécom dispose de 62 porteuses pour la bande 900 MHz à savoir 38 canaux TCH et 23 canaux BCCH (ce qui correspond à 5 TRX) et de 75 porteuses pour la bande 1800 MHz partagées en 60 canaux TCH et 15 canaux BCCH (ce qui correspond à 8 TRX). rend plus difficile la gestion du spectre radioélectrique. Plus précisément. Ce résultat est atteint en changeant rapidement la fréquence de transmission au cours de la conversation.Proposition d’une solution de couverture indoor Les principales caractéristiques de cette antenne sont résumées dans ce tableau : 806-960 MHz 1710-1990 MHz 2000-2200 MHz Gain 2.

nous avons essayé de présenter les règles d’ingénierie relatives à la solution de couverture radio indoor de la foire du Kram à savoir la prédiction de la couverture. PFE 2004-2005 58 . Tableau 12:Stratégie du plan de fréquences pour les sites de la foire Conclusion Tout au long de ce chapitre. Il est à noter que les paramètres trouvés feront l’objet d’une étude d’optimisation concernant les tilts électriques et mécaniques. Pour les cellules DCS. sur les fréquences BCCH GSM (1 à 23). trois fréquences fixes seront utilisées 1 BCCH et 2 TCH dans la bande dédiée aux fréquences BCCH DCS et les cinq TRX restant feront du hopping sur une séquence de 50 fréquences DCS. -5 TRX sauteront sur 50 fréquences DCS. il entre dans la définition du Saut de fréquence en indiquant au mobile la valeur de décalage pour effectuer le saut. nous utilisons une fréquence BCCH dans la bande dédiée aux fréquences BCCH GSM et les cinq TRX restant feront du hopping sur la bande de 38 fréquences GSM. En conclusion notre plan de fréquence sera comme suit : Sites DCS à 8 TRX Sites GSM à 6 TRX Sites à 4 TRX (salles VIP) -1 BCCH dans la bande -1 BCCH dans la bande -1 BCCH dans la bande BCCH 900 BCCH . le plan de fréquence et les paramètres de type RNO. la solution n’a pas été complètement mise au point (antennes non installées.Proposition d’une solution de couverture indoor § Mobile Allocation Index Offset (MAIO) : tout comme le HSN. -2 fréquences TCH fixes -5 TRX sauteront sur 38 -Les TRX restant feront du Hopping dans la bande BCCH . Cependant. (1à 23) . fréquences (25 à 62). Concernant la bande GSM. etc. le dimensionnement du trafic. à ce stade de l’étude. 900 (1à 23) . le plan de fréquence. Nous notons que nous n’utilisons pas de saut de fréquence pour les canaux BCCH.…) ce qui ne nous permet pas malheureusement de réaliser cette étude.

l’emplacement des antennes et les techniques d’allocation des fréquences. les trajets multiples. Cette partie pratique nous a permis de mettre en évidence les règles d’ingénierie citées au niveau du chapitre précédent. Nous nous sommes densification des réseaux cellulaires. Dans une troisième partie. Nous avons présenté les atténuations apportées par les différents matériaux de construction (béton. Nous y avons montré le choix des équipements. etc. Par une série de mesure. la structure du réseau son architecture canonique et les différentes parties qui le composent. La première partie de ce rapport était dédiée au concept GSM. En effet cet environnement se caractérise par divers phénomènes de propagation et d’atténuations supplémentaires apportées par la nature différente des matériaux de construction.Conclusion générale Conclusion générale Le but de ce mémoire est de recenser les caractéristiques des solutions de couverture indoor. vitre. des mesures doivent être réalisées après l’implantation de la solution pour ajuster et raffiner les paramètres réseaux. nous nous sommes assurés du déploiement d’une bonne couverture. Le chapitre suivant était dédié aux principes de planification des solutions indoor. Nous y avons présenté les techniques de couverture et de câblage indoor et ainsi que les étapes du processus de planification. aussi intéressés brièvement aux techniques de PFE 2004-2005 59 .…) et les différents modes de propagation indoor à savoir la diffraction. Au niveau du second chapitre. nous avons proposé les différentes étapes du processus de planification radio indoor réalisé au niveau de la foire du Kram au sein de l’opérateur Tunisie Télécom. Ainsi. nous avons présenté les différents modèles de prédiction propagation à savoir les modèles empiriques. nous nous sommes intéressés à la propagation radio indoor. Au niveau du dernier chapitre. Ceci rend la tâche de planification plus difficile et nécessitant une connaissance approfondie des ces environnements et des règles d’ingénierie qui les gouvernent. Nous y a présenté le concept cellulaire. Seule la partie optimisation des paramètres n’a pas été effectuée vu que les antennes n’ont pas été installé à ce stade de l’étude. les modèles déterministes et les modèles hybrides ainsi que des exemples de chacun de ces modèles.

L’évolution du réseau GSM vers les réseaux 2. de la politique de l’opérateur et de l’importance de la solution. d’augmenter la capacité et de réduire les interférences. PFE 2004-2005 60 . Le choix d’une solution au lieu d’une autre dépend des conditions de planification.5 G et 3 G incitent les opérateurs à adapter leurs solutions de planification pour permettre le déploiement de ces réseaux selon les règles d’ingénierie précitées. l’objectif essentiel de l’opérateur est de réaliser une bonne couverture. La réalisation de ce compromis dépend étroitement des règles d’ingénieries utilisées et de la validation des résultas obtenus par des mesures réelles. En conclusion.Conclusion générale Nous notons aussi que les solutions indoor ne sont pas des solutions standard applicables dans tous les cas.

comsoc. "Réseaux GSM". "State of the art". Ed: Prentice Hall. M. "Modern Approaches in Modelling of Mobile Radio Systems Propagation Environment".ericsson. [9] : Manuel d’utilisation des produits Alcatel.Smulders. Martijin.kathrein. M Herben.journaldunet. Paris 2000.com. [10] : www. " Wireless Communications: principles and practice". [5]: Neskovic A. [2]: Xavier Lagrange..com [4]: Xavier Lagrange. Jevrosimovic. Hermes Sciece Europe Ltd. TUE. Paunovic G. 2000. [8]: Mohamed Taher Missawi. Third Quarter 2000. http://www.com. S. Philippe Godlewski.Channel Models. [6]: Theodore S Rappaport. E. Savov. [11] : Manuel d’utilisation des produits Decibel Products.WP2-PUB-01. [3]: www. "Les réseaux radio mobiles". PFE 2004-2005 61 . 2002. Support de cours. Hermes Science Publications.Bibliographie Bibliographie [1]: www.org/pubs/surveys. [7]: P. "Planification Radio". IEEE Communications Surveys.. Sami Tabbane.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful