P. 1
01 03 Base Calcul

01 03 Base Calcul

|Views: 19|Likes:

More info:

Published by: Olivier Sidoine Biloa Nkolo on Jun 07, 2012
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

06/07/2012

pdf

text

original

25

2. DONNÉES DE BASE POUR LE
CALCUL

2.1. DONNÉES CONCERNANT LE BÉTON


Les Règles BAEL ne sont applicables que pour des bétons dont le dosage minimal en ciment est
de 300 kg/m
3
(art. A 1.1).


2.1,1. résistances caractéristiques

a) Compression

• Dans les cas courants, au point de vue mécanique un béton est défini par la valeur
caractéristique requise (ou spécifiée) de sa résistance à la compression à 28 jours d'âge, notée f
c28

(art. A2.1,1).
• Le fascicule 65A du Cahier des Clauses Techniques Générales [1.2] * fixe à l'article 77.2.3 les
critères de conformité. Dans le cas général où le nombre n de prélèvements par lot est égal à 3,
les conditions suivantes doivent être remplies :

f
c
- 2,7 ≥ f
c28
et f
c1
+ 3≥ f
c28
si f
c28
≥30 MPa
f
c
- 1, 5 ≥f
c 28
et f
c1
+ 3,5 ≥f
c28
si f
c28
< 30 MPa
avec f
c
moyenne arithmétique des résultats (en MPa)
f
c1
plus petit résultat (en MPa)
• Pour un âge j différent de 28 jours, on
peut admettre (fig. 1.2) :




et
28 c cj
f
j 95 , 0 40 , 1
j
f
+
=














* Les nombres entre crochets renvoient à la bibliographie à la fin du présent document.
cj cj
f
j 83 , 0 76 , 4
j
f
+
=
pour f
c28
≤ 40 MPa
pour f
c28
> 40 MPa
Si j > 28 jours, la valeur f
cj
est conventionnelle-
ment bornée supérieurement à f
c28.

Valeurs de f
cj
/ f
c28

Age du béton
en jours
3 7 14 21 28
f
c28
40 MPa 0,414 0,662 0,855 0,946 1,00
f
c28
> 40 MPa 0,706 0,870 0,952 0,984 1,00

Fig. 1.2

26

b) Traction
La résistance caractéristique à la traction d'un béton à j jours, notée f
tj
, est conventionnellement
définie par:
f
ti
= 0,6 + 0,06 f
ci

f
ti
et f
cj
en MPa
avec
MPa 60 f
cj


2.1,2. diagramme contraintes-déformations


• A l'état-limite de service, le béton comprimé est considéré comme un matériau élastique et
linéaire. La contrainte de compression du béton est limitée en service à :
cj bc
f 6 , 0 = σ (Art. A.4.5,2)
• A l'état-limite ultime de résistance, le béton est défini par un diagramme contraintes –
déformations relatives dit « Parabole-Rectangle », auquel il est possible de substituer un
diagramme rectangulaire équivalent (ayant sensiblement la même aire et le même centre de
gravité (fig. 1.3)).









avec : θ = 1 lorsque la durée probable d'application de la combinaison d'actions
considérée est supérieure à 24 h
θ = 0,9 si cette durée est comprise entre 1 h et 24h
θ = 0,85 si elle est au plus égale à 1 h.
γ
b
= 1,5 pour les sollicitations courantes
γ
b
= 1,15 pour les sollicitations accidentelles





27

2.1,3. déformations longitudinales du béton
• Module de déformation longitudinale instantanée (contraintes normales d'une durée
d'application inférieure à 24 heures)
E
ij
= 11 000 f
cj
1/3
(MPa)
• Module de déformation longitudinale différée (contraintes normales de longue durée
d'application)
E
vj
= 3 700 f
cj
1/3
(MPa)

f
cj
(MPa) 25 30 40 50 60
E
ij
(MPa) 32160 34180 37620 40520 43060
E
vj
(MPa) 10820 11500 12650 13630 14490

• Coefficient de Poisson
Pour le calcul des sollicitations, le coefficient de Poisson est pris égal à 0.
Pour le calcul des déformations, il est pris égal à 0,2.

2.1,4. résistances caractéristiques courantes


Les Règles BAEL (chapitre B1) donnent, pour des chantiers courants de bâtiment, les valeurs
des résistances caractéristiques des bétons, normalement escomptées, suivantes :

Dosage en kg/m
3
de ciment
Conditions
courantes de
fabrication du béton
Fabrication avec
autocontrôle
surveillé
Classes du Ciment Classes du Ciment
f
c28
(MPa)
f
t28
(MPa)
32,5 et 32,5 R 42,5 et 42,5 R 32,5 et 32,5 R 42,5 et 42,5 R
16 1,56 300
20 1,80 350 325 325 300
25 2,10 (1) 375 400 350
30 2,40 non admis (1) (1) (1)
(1) cas à justifier par une étude appropriée.


28

2.2. DONNÉES CONCERNANT LE TREILLIS
SOUDÉ

2.2,1. données concernant l'état-limite ultime (E.L.U.)

Dans le calcul par les Règles BAEL, le treillis soudé est défini par :

• sa limite d'élasticité garantie, notée f
e
.Celle-ci est égale à f
e
= 500 MPa.

• la forme simplifiée du diagramme contraintes-déformations (Art. A.2.2,2 et A.4.3,2 ; fig. 1.4).



γ
s
=1,15 - diagramme de calcul sous les combinaisons d'actions
fondamentales (fig. 1.5)
avec
γ
s
=1,00 - courbe théorique.
- diagramme de calcul sous les combinaisons d'actions
accidentelles (fig. 1.5)

Le module d'élasticité longitudinale de l'acier E
s
est pris égal à 200 000 MPa (Art. A.2.2,1).


{

29

2.2,2. données concernant les états-limites de service (E.L.S.)

Les Règles BAEL 91 définissent dans leur article B2,4 trois degrés de nocivité des ouvertures
de fissures en fonction des caractéristiques d'une construction par rapport à son
environnement et de la situation de l'élément considéré par rapport à l'enveloppe de celle-ci.

Exposition, selon B.2,4

Exigences, selon A.4.5.3

• Éléments situés dans des locaux
couverts et clos.

• Parements non visibles ou ne faisant
pas l'objet de conditions spécifiques
concernant l'ouverture des fissures.

• Éléments exceptionnellement soumis
à des condensations de courte durée.
F
I
S
S
U
R
A
T
I
O
N

P
E
U

P
R
É
J
U
D
I
C
I
A
B
L
E


— aucune vérification particulière n'est
demandée en dehors des prescriptions
générales et de la condition de non-
fragilité.

dans le cas de poutres de grande
hauteur (> 1 m), armatures de peau à
raison de 3 cm
2
par mèt re de
l ongueur de paroi, perpendiculairement
à leur direction ( ≥ST 35)
• Éléments exposés à des condensations.

• Éléments exposés aux intempéries.

• Éléments alternativement noyés et
émergés en eau douce.
F
I
S
S
U
R
A
T
I
O
N

P
R
É
J
U
D
I
C
I
A
B
L
E


∅ ≥ 6 mm pour les armatures les plus
proches des parois (seul le panneau ST
10 ne convient pas). La section S est à
placer au voisinage d'une paroi.

σ
S

s
σ donné par le tableau ci – après.


— Armatures de peau éventuelles, voir
ci-dessus.

Pour dalles et voiles
d'épaisseur h ≤ 40 cm, l'écartement
des armatures d'une même nappe doit
vérifier E ou e ≤ min (25 cm ; 2 h).

• Éléments exposés à un milieu agressif
(eau de mer ou atmosphère marine, eau
très pure, gaz ou sols corrosifs, etc..)

• Éléments devant assurer une étanchéité
(1).
F
I
S
S
U
R
A
T
I
O
N

T
R
È
S

P
R
É
J
U
D
I
C
I
A
B
L
E


∅ ≥ 8 mm pour les armatures les plus
proches des parois (seuls les panneaux,
ST 50, ST 50 C, ST 60, ST 65 C,
conviennent donc, la section S étant à
placer au voisinage d'une paroi)

σ
s

s
σ donné par le tableau ci – après


Section des « armatures de peau »
éventuelles (voir ci-dessus)
portée à 5 cm
2
/m.( ST 50 ou ST 50 C)

Pour dalles et voiles
d'épaisseur h ≤ 40 cm, l'écartement des
armatures d'une même nappe doit
vérifier E ou e ≤ min (20 cm ; 1,5 h).
(1) sauf ceux appartenant à des ouvrages pour lesquels des règles particulières sont
applicables : réservoirs [1.4], cuvelages [7.3 bis], etc..
30





CONTRAINTES LIMITES
s
σ DU TREILLIS SOUDE EN MPa
en cas de fissuration préjudiciable (F.P.) ou très préjudiciable (F.T.P.)





Béton


F.P.

F.T.P.

f
c28


f
t28

Ø5,5 Ø 6 Ø 5,5 Ø 6

20

25

30

35

40

45

50

55

60



1,8

2,1

2,4

2,7

3,0

3,3

3,6

3,9

4,2



250

250

250

250

250

250

250

250

257

250

250

250

250

250

253

264

275

285

200

200

200

200

200

200

200

200

206

200

200

200

200

200

202

211

220

228


Attention : Pour les fils du T.S. les plus proches des parois :
Ø 6 mm en cas de fissuration préjudiciable ( tous treillis sauf ST 10 )
Ø 8 mm en cas de fissuration très préjudiciable ( treillis ST 50 )








31

2.3. ASSOCIATION BÉTON-TREILLIS SOUDÉS



2.3,1. enrobage

a) Cas général (fig. 1.8):



L'enrobage de chaque fil est au moins égal à son diamètre.

De plus c doit être supérieur aux valeurs suivantes (BAEL, A.7.1) :

Ouvrages • à la mer ou exposés aux embruns ou aux brouillards salins.
• exposés à des atmosphères très agressives.
5 cm

Parois coffrées ou non, susceptibles d'être soumises à des actions agressives
(Exemple : extrados de pont), à des intempéries, à des condensations
ou encore en contact avec un liquide.
3 cm*

Parois dans des locaux couverts et clos non exposés aux condensations. 1cm
(minimum absolu)
* valeur pouvant être ramenée à 2 cm si f
c28
> 40 MPa.

b) Distances utiles minimales pour la résistance à l'incendie (fig. 1.9):
Le tableau suivant donne, par catégories d'ouvrages et d'après les règles simples (Chapitre VII
D.T.U. « Feu-Béton » [1.8]), les valeurs minimales des distances utiles u compatibles avec les durées
des critères d'exigence au feu :


32
F (heures)* 0,5 1 1,5 2 2,5 3 4

Tirants 2,5 4 5,5 6,5 8 9 •
u Murs
cas des aciers au
pourcentage
néant
(cm) porteurs
cas des aciers
pris en compte
dans le calcul
1 2 3 4 5 6 7

Poutres-voiles (pour aciers de
flexion seulement)
1 1.5 2 3 3,75 4,5 6

Dalles pleines et Prédalles 1 • • • • • • •

* F - durée des critères d'exigence coupe-feu ou stabilité au feu
• valeurs non données par les règles simples (à déterminer par le calcul).
• • 2 pour 0
M 2
M M
o
e w
=
+

1,5 pour 50 , 0
M 2
M M
0
e w

+


interpolation linéaire pour 50 , 0
M 2
M M
0
0
e w
<
+
<


Nota : Comportement à chaud de treillis soudés ADETS
• Le coefficient d'affaiblissement des caractères mécaniques de l'acier en fonction de la température,
ϕ
s,
est défini par un tableau à l'article 3.21 du DTU - Feu [1.8].
• Les valeurs pénalisantes affectées au treillis soudé ont amené l'ADETS à faire effectuer en 1981 une
campagne d'essais, selon la méthodologie employée pour les autres aciers, et au même laboratoire
c'est-à-dire l'IRSID (Institut de Recherche de la Sidérurgie Française).

Les résultats de ces essais sont reportés dans le tableau ci-dessous :

Treillis soudés ADETS (acier B500) ; essais effectués en 1981
Essai à 20 °C Essai à 300 °C Essai à 500 °C

R
e
R
m
R
e
r
e
R
m
r
m
R
e
r
e
R
m
r
m

6 632 713 550 0,87 678 0,95 340 0,54 412 0,58
8 592 667 558 0,94 625 0,94 290 0,49 353 0,53
10 512 595 445 0,87 595 1,00 310 0,61 372 0,63
12 604 645 530 0,88 637 0,99 341 0,56 384 0,60

moyenne 585 655 521 0,89 634 0,97 320 0,55 380 0,58

R
e
- limite d'élasticité à 0.2 % (en MPa) ; ) (
) C 20 ( R
) ( R
r
s
e
e
e
ϕ =
θ
=

; R
m
= résistance (en MPa) ;
) C 20 ( R
) ( R
r
m
m
m

θ
=

On constate que ces valeurs sont peu différentes de celles des aciers HA en barres (0,85 à 300°C, 0,54 à
500°C )
33



2.3,2. conditions générales de pliage
a) Diamètres minimaux des mandrins de cintrage
Sous réserve du respect de la condition de non-écrasement du béton et des dispositions relatives
aux nœuds de soudure indiquées ci-dessous, les diamètres minimaux des mandrins de cintrage
des TS sont ceux indiqués au tableau ci-après (voir [1.2], art. 62.3).

Diamètre nominal du fil (en mm) Diamètre minimal D
du mandrin de cintrage
(en mm) 5 - 5, 5 6 7 - 8 9 - 10 12 14 16
Etriers et cadres 30 30 40 50 60 90 100
Ancrages 50 70 70 100 100 150 150
Coudes (changement de direction du fil) 150 200 200 250
b) Cas rencontrés en pratique (voir [1.2], art. 62.4)
1) Aciers transversaux à l'intérieur (fig. 1.10)







2) Aciers transversaux à l'extérieur (fig. 1.11)








D selon le paragraphe a ci-dessus
E ≥ 0,65 D + 2 ∅
t






ou sinon, prévoir un mandrin échancré

Fig. 1.10

D selon le paragraphe a ci-dessus
E ≥ 0,50 D + 2 ∅






ou sinon, adopter D ≥ 20 ∅


Fig. 1.11
34

c) Condition de non-écrasement du béton (Art. A 6.1.252)
• Condition relative au pliage individuel d’un fil ou de fils superposés :
Dans ce qui suit, r désigne :
soit le rayon de courbure de l’axe d’un fil appartenant à un panneau unique,
soit le rayon de courbure du fil interne (le plus courbé), dans le cas de panneaux superposés,
supposés cintrés autour du même centre de courbure
r =
2
D ∅ +

où D est le diamètre du mandrin de cintrage du fil considéré et ∅ son diamètre.
La condition à satisfaire est :

cj
s
r
f 3
n 2 1
e
1 2 , 0
r σ
|
.
|

\
| +
|
|
.
|

\
| ∅
+ ≥


avec n nombre de panneaux de treillis soudés cintrés autour du même centre,
e
r
distance de ce centre à la paroi la plus voisine
σ
s
contrainte à l'origine de la courbure, sous sollicitation ultime (fig. 1.12); pour
les TS, dans le cas de l'ancrage défini à la figure 1.15 :
σ
s
= 500 - τ
SU
(1,6 k - 4

r
-2) (MPa)
avec : τ
SU
contrainte d'adhérence ultime (tableau en 2.3.4)
k rapport / ∅ (voir valeurs dans le même tableau)
Comme σ
s
dépend de r/∅ , il suffit de partir d'un mandrin de cintrage donné et de vérifier en
utilisant l'abaque ci-après que le second membre de l'inégalité ci-dessus conduit à une valeur
inférieure à celle dont on est parti (1),
Exemple : Cas de deux panneaux superposés, fils de 6 mm de diamètre cintrés avec le
même centre de courbure, le plus cintré, sur un mandrin de D = 70 mm.
On suppose que l’extrémité du fil perpendiculaire se trouve à 10 mm de la paroi la plus
voisine (enrobage minimal absolu), avec un about de 50 mm, ce qui positionne le centre de
courbure à :
e
r
= 10+ 50 +
2

= 66 mm de la paroi voisine
Dans ces conditions : r =
2
D ∅ +
=
2
6 70 +
= 38 mm d' où

r
= 6,33
091 , 0
66
6
e
r
= =


Par ailleurs, pour f
c28
= 25 MPa, le tableau de la page 37 donne τ
SU
= 2,84 MPa et k = 44. On en déduit
par la formule ci-avant :
σ
s
= 500 – 2,84 ( 1,6x 44 – 4 x 6,33 – 2 ) = 378 MPa
et 1 , 15
f
cj
s
=
σ
L’abaque de la fig 1.12 conduit à 45 , 5
r
=



La condition de non-écrasement du béton est donc vérifiée, puisque 5,45 < 6,33

(1) Il est facile de voir qu’en posant
|
.
|

\
| + ∅
+ = λ
3
n 2 1
)
e
1 ( 8 , 0
r

le rayon de courbure minimal a adopter est donné par :

su
cj
su
min
f
) 5 , 0 k 4 , 0 ( 125 r
τ −
λ
− τ −
= |
.
|

\
|

( contraintes en MPa)

Dans l'exemple choisi λ = 1,45 ; on trouve
min
r
|
.
|

\
|

= 5,33 soit r
min
= 32 mm et D
min
= 58 mm.
35






























ê
.
0
0
ê
.
2
5
ê
.
ê
2
Z
.
1
1
Z
.
ê
9
8
.
3
3
9
.
0
3
5 1 0 1 5 2 0 2 5 3 0
1 5 . 1
2
3
1
5
ê
ê . ê 0
Z
8
9
1 0
Z . 2 0
Z . 8 0
8 . 1 0
9 . ê 0
0
.
1
0
.
2
0
.
3
0
.
1
0
.
5
0
.
ê
0
e

=
2
/
3
r
r
0
1
5
ê
Z
8
1 0
9
1 1
1 2
1 3
1 1
1 5
1 ê
5 . 1 5
0
F
s
c j

Cas de deux fils appartenant à deux panneaux de treillis soudés pliés dans la même section
(autour d’un même centre)

Cas d’un fil appartenant à une seule nappe de treillis soudé pliée
cj
s
f
σ
36

• •• • Cintrage d'ensemble d'un panneau - Boucles
Dans les parties où un panneau entier de treillis soudé est courbe ou dans le cas d'une armature B500
façonnée en boucles, le rayon de courbure r doit satisfaire (fig. 1.13):

|
.
|

\
| +
|
.
|

\
| ∅
+ ≥
∅ 3
n 2 1
b
n
2 1
f
175 r
cj
( f
cj
en MPa )

n = nombre de fils du panneau,
b = largeur de l'élément en cause.
Si la contrainte de calcul de l'acier est nettement inférieure à 500 MPa, la valeur de

r
trouvée au
moyen de la formule ci-dessus ou de l’abaque ci-dessous doit être multipliée par σ
s
/500.





















Cas d’un seul panneau de treillis soudé
Cas de deux panneaux de treillis soudés pliés dans la même section
37

2.3,3. ancrage des panneaux standards ADETS
(BAEL, Art. A.6.2,1)


Les Règles BAEL stipulent que les fils constituant un treillis soudé à haute adhérence sont ancrés
individuellement ou par les soudures selon le cas le plus favorable. Le tableau au verso montre toutefois
que l’ancrage par scellement droit est plus économique que l’ancrage avec deux soudures pour les fils de
répartition( longueur nécessaire 2 E) ou trois soudures pour les fils porteurs ( longueur nécessaire 3 e)


a) Ancrages rectilignes
La «longueur de scellement droit» est donnée, en fonction de la résistance caractéristique spécifiée
du béton par le tableau suivant :

f
c28
(MPa) 25 30 40 50 60
τ
su
(MPa) 2,84 3,24 4,05 4,86 5,67

=
τ
=

k
125
su
s

44 39 31 26 22

*
la formule théorique est :
su
e
f
4
s
τ


=


Lorsque la section A prévue dans la section ou l’ancrage doit être assuré est plus grande que la
section calculée A
cal
, on peut prendre une longueur d'ancrage
prévu
A
cal
A
s a
⋅ =
sans descendre au-
dessous de 10 ∅ .

b) Ancrages par courbure
Pour les conditions générales de pliage, voir 2.3,2.

• Pour un crochet normal, à défaut de calcul plus précis, le fil est considéré comme totalement
ancré à partir de la section située à une distance
a
= 0,4
s
du plan tangent extérieur au crochet
(fig. 1.15), ce qui conduit aux valeurs suivantes :

f
c28
(MPa) 25 30 40 50 60
a
/∅ 18 15 12 10 10

• Un ancrage courbe est défini par :

- le diamètre D du mandrin de cintrage sur lequel le fil de diamètre ∅ est façonné (tableau du
titre 2.3,2a du présent chapitre)
- son angle au centre θ
- la longueur ∅ λ = de son retour droit

Le problème qui se pose généralement est le suivant : connaissant la longueur disponible
dis
pour
loger un ancrage courbe (l’ancrage total devant être assuré au-delà d’un point A, fig.1.14), quelle
longueur ∅ λ donner au retour droit pour que l’ancrage courbe soit équivalent à un ancrage par
crochet normal de longueur 0,4
s


s ,
longueur de

scellement droit, tableau du titre 2.3,3.a du présent chapitre )

38




La formule donnant λ est :

(
(
¸
(

¸


|
|
.
|

\
|
− = λ b 1 5 , 60 a
s
dis

Les coefficients a et b dépendent du type d’ancrage et du diamètre du fil, et sont donnés pour les
panneaux standards par le tableau suivant :

b pour ∅ mm =
Type d’ancrage a
5,5 6 7 8 9
Crochet normal θ= 180
Crochet «à 45°» θ= 135
Crochet «à 60°» θ = 120
Retour d’équerre θ = 90

0,28
0,39
0,43
0,53

26,7
14,1
11,1
9,0

33,6
17,9
14,1
7,1

29,1
15,5
12,2
6,1

25,8
13,6
10,7
5,4

32,1
17,1
13,4
6,8

Nota : Pour des barres HA traditionnelles, façonnées sur D=10 ∅, prendre les coefficients donnés
pour le ∅ 7.

Application à l’exemple 4.5,6 du chapitre 3 «Semelles» (page 147) :

Le ferraillage se compose de deux treillis ST 25 et ST 20, superposés parallèlement.

• Treillis soudé ST 25 : ∅ 7 dans chaque sens, longueur de scellement droit :


s
= 44∅ = 30,8 cm

- sens «b’» :
dis
= 0,26m = 26 cm. Pour un retour d’équerre : a = 0,53, b = 6,1 :
76 , 1 1 , 6
8 , 30
26
1 5 , 60 53 , 0 =
(
¸
(

¸

− |
.
|

\
|
− = λ

on ne retient pas de valeur inférieure à 5, d’où

= 5 ∅ = 35 mm

- sens «a’» :
dis
= 0,11m = 11 cm d’où pour un retour d’équerre :
4 , 17 1 , 6
8 , 30
11
1 5 , 60 53 , 0 =
(
¸
(

¸

− |
.
|

\
|
− = λ

d’où = 17,4x7=122 mm arrondi à 130 mm

• Treillis soudé ST 20 : ∅ 6 dans un sens :
s

= 44∅ = 26,4 cm, ∅ 7 dans l’autre.
F|g 1.15
d|ar 0
d|s
0
0
0

Fig 1.14
A
39

On trouve :
- sens «b’», avec
dis
= 26 cm et
s
= 26,4 cm : on peut conserver un ancrage droit des fils ∅ 6.
- sens «a’», avec
dis
= 11 cm et des ∅ 7 dans ce sens. Le calcul donne
mm 130 à arrondi mm 122 soit 4 , 17 = ∅ λ = λ






c) Recouvrements
La jonction de deux fils de même diamètre ∅, dont les axes sont distants de C
1
, est assurée s'ils se
chevauchent sur une longueur au moins égale à (fig. 1. 16):






•Les ancrages des extrémités
façonnées en cadres, épingles ou
étriers, sont assurés par courbure selon
le rayon minimal de pliage et si les
retours droits sont de longueur au moins
égale à :
- 5 ∅ pour un angle de 180°
- 10 ∅ pour un angle de 135°
- 15 ∅ pour un angle de 90°
1 a r
c + =
a r
=
si C
1
> 5 ∅
si C
1
≤ 5 ∅
avec
a

= longueur d'ancrage
(
s

en général pour un ancrage droit) 1
5
°

a

r

C
1



( Voir tableau page 33 )
Fig. 1.16
40

LONGUEURS DE RECOUVREMENT EN CM
Pour les panneaux standards
d’après la longueur de scellement droit donnée en fonction
de la résistance caractéristique du béton
Recouvrement
Fils longitudinaux (chaîne)

Recouvrement
Fils transversaux (trame)

f
c28
(MPa)





25


30


35


40


45


50


55


60


D
d
mm


44∅


39∅


34∅


31∅


28∅


26∅


24∅


22∅

PAF R
®


4,5
4,5

20
20

18
18

15
15

14
14

13
13

12
12

11
11

10
10

PAF C
®


4,5
4,5

20
20

18
18

15
15

14
14

13
13

12
12

11
11

10
10

ST 10
®


5,5
5,5

24
24

21
21

19
19

17
17

15
15

14
14

13
13

12
12

ST 20
®


6
7

27
31

23
27

20
24

19
22

17
20

16
18

14
17

13
15

ST 25
®


7
7

31
31

27
27

24
24

22
22

20
20

18
18

17
17

15
15

ST 30
®


6
7

27
31

23
27

20
24

19
22

17
20

16
18

14
17

13
15

ST 35
®


7
7

31
31

27
27

24
24

22
22

20
20

18
18

17
17

15
15

ST 50
®


8
8

35
35

31
31

27
27

25
25

22
22

21
21

19
19

18
18

ST 60
®


9
9

40
40

35
35

31
31

28
28

25
25

23
23

22
22

20
20

ST 15 C
®


6
6

27
27

23
23

20
20

19
19

17
17

16
16

14
14

13
13

ST 25 C
®


7
7

31
31

27
27

24
24

22
22

20
20

18
18

17
17

15
15

ST 25 CS
®


7
7

31
31

27
27

24
24

22
22

20
20

18
18

17
17

15
15

ST 40 C
®


7
7

31
31

27
27

24
24

22
22

20
20

18
18

17
17

15
15

ST 50 C
®


8
8

35
35

31
31

27
27

25
25

22
22

21
21

19
19

18
18

ST 65 C
®


9
9

40
40

35
35

31
31

28
28

25
25

23
23

22
22

20
20

1.9 si cette durée est comprise entre 1 h et 24h 0.15 pour les sollicitations accidentelles 1 26 . le béton comprimé est considéré comme un matériau élastique et linéaire.2.3)).5 pour les sollicitations courantes 1. le béton est défini par un diagramme contraintes – déformations relatives dit « Parabole-Rectangle ». diagramme contraintes-déformations • A l'état-limite de service. avec : θ = θ θ γb γb = = = = lorsque la durée probable d'application de la combinaison d'actions considérée est supérieure à 24 h 0. notée ftj.4.06 fci fti et fcj en MPa avec fcj ≤ 60MPa 2. La contrainte de compression du béton est limitée en service à : σbc = 0.6 fcj (Art.85 si elle est au plus égale à 1 h. A. auquel il est possible de substituer un diagramme rectangulaire équivalent (ayant sensiblement la même aire et le même centre de gravité (fig. 1. est conventionnellement définie par: fti = 0.2) • A l'état-limite ultime de résistance.6 + 0.5.b) Traction La résistance caractéristique à la traction d'un béton à j jours. 1.

1.5 R 42. le coefficient de Poisson est pris égal à 0.4. les valeurs des résistances caractéristiques des bétons.3. 27 .5 et 42. il est pris égal à 0.1. normalement escomptées. pour des chantiers courants de bâtiment. Pour le calcul des déformations. résistances caractéristiques courantes Les Règles BAEL (chapitre B1) donnent. déformations longitudinales du béton • Module de déformation longitudinale instantanée (contraintes normales d'une durée d'application inférieure à 24 heures) Eij = 11 000 fcj1/3(MPa) • Module de déformation longitudinale différée (contraintes normales de longue durée d'application) Evj = 3 700 fcj1/3 (MPa) fcj Eij Evj (MPa) (MPa) (MPa) 25 32160 10820 30 34180 11500 40 37620 12650 50 40520 13630 60 43060 14490 • Coefficient de Poisson Pour le calcul des sollicitations.10 2.5 R 16 20 25 30 1.5 et 32.5 et 32.5 R 42.56 1.5 R 32.5 et 42.80 2.2.2.40 300 350 (1) non admis 325 375 (1) 325 400 (1) 300 350 (1) (1) cas à justifier par une étude appropriée. suivantes : Dosage en kg/m3 de ciment fc28 (MPa) ft28 (MPa) Conditions courantes de fabrication du béton Classes du Ciment Fabrication avec autocontrôle surveillé Classes du Ciment 32. 2.

28 . A. DONNÉES CONCERNANT LE TREILLIS SOUDÉ 2.1).2. notée fe . données concernant l'état-limite ultime (E.00 .1. 1. • la forme simplifiée du diagramme contraintes-déformations (Art.2. . 1.5) { .3.15 avec γs =1.diagramme de calcul sous les combinaisons d'actions accidentelles (fig. le treillis soudé est défini par : • sa limite d'élasticité garantie.Celle-ci est égale à fe = 500 MPa.5) Le module d'élasticité longitudinale de l'acier Es est pris égal à 200 000 MPa (Art.4.2.2. A. γs =1.diagramme de calcul sous les combinaisons d'actions fondamentales (fig.U.2 et A.2.courbe théorique.2.2.4). fig.) Dans le calcul par les Règles BAEL. 1.2 .L.

l'écartement des armatures d'une même nappe doit vérifier E ou e ≤ min (25 cm . — Armatures de peau éventuelles. etc. Exigences. σS ≤ σ s donné par le tableau ci – après.4.2. l'écartement des armatures d'une même nappe doit vérifier E ou e ≤ min (20 cm . Exposition. FISSURATION PRÉJUDICIABLE FISSURATION TRÈS PRÉJUDICIABLE • Éléments exposés aux intempéries. 29 . • Éléments exposés à un milieu agressif (eau de mer ou atmosphère marine.2. • Éléments exceptionnellement soumis à des condensations de courte durée.3 bis]. etc. données concernant les états-limites de service (E.) Les Règles BAEL 91 définissent dans leur article B2. ST 60.2. dans le cas de poutres de grande hauteur (> 1 m). selon A. eau très pure.4 FISSURATION PEU PRÉJUDICIABLE • Éléments situés dans des locaux couverts et clos..4 trois degrés de nocivité des ouvertures de fissures en fonction des caractéristiques d'une construction par rapport à son environnement et de la situation de l'élément considéré par rapport à l'enveloppe de celle-ci. gaz ou sols corrosifs. • Éléments alternativement noyés et émergés en eau douce. la section S étant à placer au voisinage d'une paroi) σs ≤ σ s donné par le tableau ci – après Section des « armatures de peau » éventuelles (voir ci-dessus) portée à 5 cm2/m. conviennent donc. La section S est à placer au voisinage d'une paroi. ST 65 C.4]. Pour dalles et voiles d'épaisseur h ≤ 40 cm. voir ci-dessus.S. • Éléments exposés à des condensations.) • Éléments devant assurer une étanchéité (1). ST 50 C.5. selon B.. cuvelages [7. perpendiculairement à leur direction ( ≥ ST 35) ∅ ≥ 6 mm pour les armatures les plus proches des parois (seul le panneau ST 10 ne convient pas). (1) sauf ceux appartenant à des ouvrages pour lesquels des règles particulières sont applicables : réservoirs [1. • Parements non visibles ou ne faisant pas l'objet de conditions spécifiques concernant l'ouverture des fissures. ST 50.2.5 h). ∅ ≥ 8 mm pour les armatures les plus proches des parois (seuls les panneaux. armatures de peau à raison de 3 cm 2 par mètre de longueur de paroi.( ST 50 ou ST 50 C) Pour dalles et voiles d'épaisseur h ≤ 40 cm.3 — aucune vérification particulière n'est demandée en dehors des prescriptions générales et de la condition de nonfragilité. 1.L. 2 h).

6 3. Ø 250 250 250 250 250 253 264 275 285 6 Ø 5.8 2. les plus proches des parois : Ø 6 mm en cas de fissuration préjudiciable ( tous treillis sauf ST 10 ) Ø 8 mm en cas de fissuration très préjudiciable ( treillis ST 50 ) 30 .P.0 3.5 200 200 200 200 200 200 200 200 206 F. Ø 200 200 200 200 200 202 211 220 228 6 f t28 1.P.2 Attention : Pour les fils du T.3 3.7 3.T.) Béton f c28 20 25 30 35 40 45 50 55 60 Ø 5.4 2.1 2.9 4.S.P.CONTRAINTES LIMITES σ s DU TREILLIS SOUDE EN MPa en cas de fissuration préjudiciable (F.5 250 250 250 250 250 250 250 250 257 F.T.P.) ou très préjudiciable (F.

1. à des intempéries. ASSOCIATION BÉTON-TREILLIS SOUDÉS 2.3. 1.9): 1cm (minimum absolu) Le tableau suivant donne. A. « Feu-Béton » [1. par catégories d'ouvrages et d'après les règles simples (Chapitre VII D. De plus c doit être supérieur aux valeurs suivantes (BAEL. 5 cm 3 cm* Parois dans des locaux couverts et clos non exposés aux condensations. enrobage a) Cas général (fig.8]).3. susceptibles d'être soumises à des actions agressives (Exemple : extrados de pont). les valeurs minimales des distances utiles u compatibles avec les durées des critères d'exigence au feu : 31 . • exposés à des atmosphères très agressives. * valeur pouvant être ramenée à 2 cm si fc28 > 40 MPa. à des condensations ou encore en contact avec un liquide. b) Distances utiles minimales pour la résistance à l'incendie (fig.2.1) : Ouvrages • à la mer ou exposés aux embruns ou aux brouillards salins.7. Parois coffrées ou non.T.8): L'enrobage de chaque fil est au moins égal à son diamètre.U. 1.

500° ) C 32 .58 R e . et au même laboratoire c'est-à-dire l'IRSID (Institut de Recherche de la Sidérurgie Française).5 5. ϕs. Rm = résistance (en MPa) .5 • • 3 2 • 4 3 • 5 3.5 1 4 1.89 Rm 678 625 595 637 634 rm 0.87 0.F (heures)* Tirants u (cm) Murs porteurs cas des aciers au pourcentage cas des aciers pris en compte dans le calcul 0.5 • 7 6 • Poutres-voiles (pour aciers de flexion seulement) Dalles pleines et Prédalles * F .94 1.95 0.5 8 3 9 4 • 1 1 1 2 1.58 0.75 • 6 4.54 0.50 2M0 interpolation linéaire pour 0 < M w + Me < 0.56 0.49 0. • Les valeurs pénalisantes affectées au treillis soudé ont amené l'ADETS à faire effectuer en 1981 une campagne d'essais. rm = R m ( θ) R m (20 C) On constate que ces valeurs sont peu différentes de celles des aciers HA en barres (0.Feu [1.60 0.63 0.21 du DTU .5 néant 2.5 2. essais effectués en 1981 ∅ 6 8 10 12 moyenne Essai à 20 ° C Re 632 592 512 604 585 Rm 713 667 595 645 655 Re 550 558 445 530 521 Essai à 300 ° C re 0.99 0.2 % (en MPa) .50 2M0 Nota : Comportement à chaud de treillis soudés ADETS • Le coefficient d'affaiblissement des caractères mécaniques de l'acier en fonction de la température.94 0.85 à 300° 0.53 0.5 pour ≥ 0.87 0. selon la méthodologie employée pour les autres aciers.54 à C.5 2 6.61 0.97 Re 340 290 310 341 320 Essai à 500 ° C re 0. est défini par un tableau à l'article 3.55 Rm 412 353 372 384 380 rm 0.durée des critères d'exigence coupe-feu ou stabilité au feu • valeurs non données par les règles simples (à déterminer par le calcul). Les résultats de ces essais sont reportés dans le tableau ci-dessous : Treillis soudés ADETS (acier B500) .limite d'élasticité à 0. re = R e ( θ) R e (20 C) (= ϕ s ) .00 0. • • 2 pour M w + Me =0 2Mo M w + Me 1.88 0.8].

62.10 50 100 150 12 60 100 200 14 90 150 200 16 100 150 250 ou sinon.11) D selon le paragraphe a ci-dessus E ≥ 0.2.3). 1.65 D + 2 ∅ t Diamètre nominal du fil (en mm) 5 . les diamètres minimaux des mandrins de cintrage des TS sont ceux indiqués au tableau ci-après (voir [1.5 30 50 6 30 70 7-8 40 70 9 .2.2]. 1. conditions générales de pliage a) Diamètres minimaux des mandrins de cintrage Sous réserve du respect de la condition de non-écrasement du béton et des dispositions relatives aux nœuds de soudure indiquées ci-dessous. prévoir un mandrin échancré Fig. art. Diamètre minimal D du mandrin de cintrage (en mm) Etriers et cadres Ancrages Coudes (changement de direction du fil) b) Cas rencontrés en pratique (voir [1. art. 1. 1.50 D + 2 ∅ ou sinon. adopter D ≥ 20 ∅ Fig.5. 62.10 2) Aciers transversaux à l'extérieur (fig.10) D selon le paragraphe a ci-dessus E ≥ 0.11 33 .2].3.4) 1) Aciers transversaux à l'intérieur (fig.

091 e r 66 Par ailleurs. Exemple : Cas de deux panneaux superposés. ce qui positionne le centre de courbure à : ∅ e r = 10+ 50 + = 66 mm de la paroi voisine 2 D+∅ 70 + 6 r Dans ces conditions : r= = = 38 mm d'où = 6.45 < 6.84 MPa et k = 44. On suppose que l’extrémité du fil perpendiculaire se trouve à 10 mm de la paroi la plus voisine (enrobage minimal absolu).3.4) k rapport / ∅ (voir valeurs dans le même tableau) Comme σs dépend de r/∅ . le tableau de la page 37 donne τSU = 2.12).8 (1 + ∅ 1 + 2n ) er 3 le rayon de courbure minimal a adopter est donné par : r ∅ = min 125 − τ su (0.33 soit rmin = 32 mm et Dmin = 58 mm. dans le cas de panneaux superposés.1 L’abaque de la fig 1. r désigne : soit le rayon de courbure de l’axe d’un fil appartenant à un panneau unique.1. soit le rayon de courbure du fil interne (le plus courbé). 1. La condition à satisfaire est : r ∅ ≥ 0 .2 1 + ∅ er avec 1 + 2n 3 σs f cj n nombre de panneaux de treillis soudés cintrés autour du même centre. fils de 6 mm de diamètre cintrés avec le même centre de courbure. sous sollicitation ultime (fig.6x 44 – 4 x 6.6 k .4k − 0.33 – 2 ) = 378 MPa r σs et = 5.τ SU 1. er distance de ce centre à la paroi la plus voisine σs contrainte à l'origine de la courbure.12 conduit à ∅ fcj ( ) La condition de non-écrasement du béton est donc vérifiée. pour fc28 = 25 MPa.5) ( contraintes en MPa) f cj − τ su λ Dans l'exemple choisi λ = 1.15 : r σ s = 500 .33 2 2 ∅ ∅ 6 = = 0. pour les TS. avec un about de 50 mm.c) Condition de non-écrasement du béton (Art.45 . puisque 5. on trouve r ∅ = 5.4 -2 (MPa) ∅ avec : τ SU contrainte d'adhérence ultime (tableau en 2.33 (1) Il est facile de voir qu’en posant λ = 0.45 = 15. min 34 .84 ( 1. il suffit de partir d'un mandrin de cintrage donné et de vérifier en utilisant l'abaque ci-après que le second membre de l'inégalité ci-dessus conduit à une valeur inférieure à celle dont on est parti (1). dans le cas de l'ancrage défini à la figure 1. A 6. le plus cintré.252) • Condition relative au pliage individuel d’un fil ou de fils superposés : Dans ce qui suit. sur un mandrin de D = 70 mm. supposés cintrés autour du même centre de courbure D+∅ r= 2 où D est le diamètre du mandrin de cintrage du fil considéré et ∅ son diamètre. On en déduit par la formule ci-avant : σs = 500 – 2.

Cas de deux fils appartenant à deux panneaux de treillis soudés pliés dans la même section (autour d’un même centre) Cas d’un fil appartenant à une seule nappe de treillis soudé pliée σs f cj 35 .

13): r 175 n∅ ≥ 1+ 2 ∅ fcj b 1 + 2n ( fcj en MPa ) 3 n = nombre de fils du panneau. 1.Boucles Dans les parties où un panneau entier de treillis soudé est courbe ou dans le cas d'une armature B500 façonnée en boucles. b = largeur de l'élément en cause.• Cintrage d'ensemble d'un panneau . le rayon de courbure r doit satisfaire (fig. r trouvée au ∅ moyen de la formule ci-dessus ou de l’abaque ci-dessous doit être multipliée par σs /500. la valeur de Cas de deux panneaux de treillis soudés pliés dans la même section Cas d’un seul panneau de treillis soudé 36 . Si la contrainte de calcul de l'acier est nettement inférieure à 500 MPa.

86 26 60 5. le fil est considéré comme totalement ancré à partir de la section située à une distance a = 0. Art.15).2.la longueur = λ∅ de son retour droit Le problème qui se pose généralement est le suivant : connaissant la longueur disponible dis pour loger un ancrage courbe (l’ancrage total devant être assuré au-delà d’un point A. quelle longueur λ∅ donner au retour droit pour que l’ancrage courbe soit équivalent à un ancrage par crochet normal de longueur 0.son angle au centre θ . b) Ancrages par courbure Pour les conditions générales de pliage. longueur de scellement droit.le diamètre D du mandrin de cintrage sur lequel le fil de diamètre ∅ est façonné (tableau du titre 2.24 39 40 4.14). ce qui conduit aux valeurs suivantes : fc28 (MPa) a 25 18 30 15 40 12 50 10 60 10 /∅ • Un ancrage courbe est défini par : .1) Les Règles BAEL stipulent que les fils constituant un treillis soudé à haute adhérence sont ancrés individuellement ou par les soudures selon le cas le plus favorable. 1. A. fig.3. tableau du titre 2.1.3.2.3.84 44 30 3. à défaut de calcul plus précis.3.2a du présent chapitre) .67 22 ∅ * s = 125 = k∗ τ su f la formule théorique est : s = ∅ ⋅ e 4 τ su A cal sans descendre aua = s⋅ A prévu Lorsque la section A prévue dans la section ou l’ancrage doit être assuré est plus grande que la section calculée Acal. Le tableau au verso montre toutefois que l’ancrage par scellement droit est plus économique que l’ancrage avec deux soudures pour les fils de répartition( longueur nécessaire 2 E) ou trois soudures pour les fils porteurs ( longueur nécessaire 3 e) a) Ancrages rectilignes La «longueur de scellement droit» est donnée.3.a du présent chapitre ) 37 . en fonction de la résistance caractéristique spécifiée du béton par le tableau suivant : fc28 (MPa) τsu (MPa) 25 2. ancrage des panneaux standards ADETS (BAEL. • Pour un crochet normal.4 s du plan tangent extérieur au crochet (fig. on peut prendre une longueur d'ancrage dessous de 10 ∅ .2. voir 2.3.4 s s .6.05 31 50 4.

1 = 17.7 5. Application à l’exemple 4.26m = 26 cm.14 La formule donnant λ est : λ = a 60.39 0.4 30.28 0.5 1 − dis s −b A Les coefficients a et b dépendent du type d’ancrage et du diamètre du fil.1 : 26 λ = 0.4 9 32.8 = 5 ∅ = 35 mm on ne retient pas de valeur inférieure à 5.6 10.6 17. 38 . prendre les coefficients donnés pour le ∅ 7.4x7=122 mm arrondi à 130 mm • Treillis soudé ST 20 : ∅ 6 dans un sens : s = 44∅ = 26.53. superposés parallèlement. b = 6.5 26.7 14.8 13.4 6.9 14. façonnées sur D=10 ∅.53 60.1 15.5 12.1 11.1 8 25.11m = 11 cm d’où pour un retour d’équerre : 11 λ = 0.1 = 1.8 cm . longueur de scellement droit : s = 44∅ = 30.2 6.8 Type d’ancrage Crochet normal Crochet «à 45°» Crochet «à 60°» Retour d’équerre θ = 180 θ = 135 a 0.1 17.43 0. • Treillis soudé ST 25 : ∅ 7 dans chaque sens.6 du chapitre 3 «Semelles» (page 147) : Le ferraillage se compose de deux treillis ST 25 et ST 20.5 1 − − 6.1 13.1 7. Pour un retour d’équerre : a = 0.1 7 29.53 60.0 6 33.sens «b’» : dis = 0.53 θ = 120 θ = 90 Nota : Pour des barres HA traditionnelles.4 cm. et sont donnés pour les panneaux standards par le tableau suivant : b pour ∅ mm = 5. ∅ 7 dans l’autre.76 30.5. d’où .5 1 − − 6.1 9.8 d’où = 17.sens «a’» : dis = 0.Fig 1.

épingles ou étriers. est assurée s'ils se chevauchent sur une longueur au moins égale à (fig.16 39 . sont assurés par courbure selon le rayon minimal de pliage et si les retours droits sont de longueur au moins égale à : .4 soit λ∅ = 122 mm arrondi à 130 mm façonnées en cadres.5 ∅ pour un angle de 180° . 16): a r = a + c1 si C1 > 5 ∅ si C1 ≤ 5 ∅ ∅ r = a C1 avec a = longueur d'ancrage ( s en général pour un ancrage droit) ∅ r Fig.15 ∅ pour un angle de 90° c) Recouvrements • Les ancrages des extrémités ( Voir tableau page 33 ) La jonction de deux fils de même diamètre ∅.4 cm : on peut conserver un ancrage droit des fils ∅ 6. avec . = 11 cm et des ∅ 7 dans ce sens. dont les axes sont distants de C1. avec dis dis = 26 cm et s = 26.10 ∅ pour un angle de 135° . 1. Le calcul donne λ = 17. 1.sens «b’».sens «a’».On trouve : .

LONGUEURS DE RECOUVREMENT EN CM Recouvrement Fils longitudinaux (chaîne) Pour les panneaux standards d’après la longueur de scellement droit donnée en fonction de la résistance caractéristique du béton Recouvrement Fils transversaux (trame) fc28(MPa) 25 D d mm PAF R® PAF C® ST 10® ST 20® ST 25 ® 30 39∅ 18 18 21 23 27 23 27 31 35 23 27 27 27 31 35 35 34∅ 15 15 19 20 24 20 24 27 31 20 24 24 24 27 31 40 31∅ 14 14 17 19 22 19 22 25 28 19 22 22 22 25 28 45 28∅ 13 13 15 17 20 17 20 22 25 17 20 20 20 22 25 50 26∅ 12 12 14 16 18 16 18 21 23 16 18 18 18 21 23 55 24∅ 11 11 13 14 17 14 17 19 22 14 17 17 17 19 22 60 22∅ 10 10 12 13 15 13 15 18 20 13 15 15 15 18 20 44∅ 20 20 24 27 31 27 31 35 40 27 31 31 31 35 40 4.5 5.5 4.5 4.5 5.5 4.5 6 7 7 7 6 7 7 7 8 8 9 9 6 6 7 7 7 7 7 7 8 8 9 9 20 20 24 31 31 31 31 35 40 27 31 31 31 35 40 18 18 21 27 27 27 27 31 35 23 27 27 27 31 35 15 15 19 24 24 24 24 27 31 20 24 24 24 27 31 14 14 17 22 22 22 22 25 28 19 22 22 22 25 28 13 13 15 20 20 20 20 22 25 17 20 20 20 22 25 12 12 14 18 18 18 18 21 23 16 18 18 18 21 23 11 11 13 17 17 17 17 19 22 14 17 17 17 19 22 10 10 12 15 15 15 15 18 20 13 15 15 15 18 20 ST 30® ST 35® ST 50® ST 60 ® ST 15 C® ST 25 C® ST 25 CS® ST 40 C® ST 50 C® ST 65 C® 40 .

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->