ARENA_fr

Le Dôm€ C, un site d'observation prometteu r

Localisation: hautPlateau Antarctique Altitude :3233 mètres

pour I'astrophysique
Lesastronomesrêvent pour leurs observationsd'un site idéal, stableet transparent, parfaitement éloignéde toute source de pollution Sur humaine. le haut Plateau site du Dôme C iouit de Antarctique,le conditionsatmosphériques qui exceptionnelles le rendent particulièrementprometteur pour intermédiaire entre I'astronomie, I'espace et les meilleurs observatoires terrestres en exploitation. Pour certaines la applications, station franco-italienne pourrait rivaliseravec Concordia tout en autorisantà moindre I'espace d'instruments coût le déploiement C'est pourquoi plusgrands. beaucoup un programmede qualification du astronomique site y est menédepuis équipes 2000 par plusieurs internationales.

Peude perturbotions et duesô l'otmosphère pollution à l'écort de lo lumineuseet chimique d'originehumoineou volconique

Température minimale observée: - 81.9'C Très faible quantité d'absorbants (aérosols, eau,vapeur) dans I'atmosphère Faible vent au sol

tu

Aanosphèrefroide, à sècheet stoble:occès longueurs de nouvelles d'ondeet posslbiliæ d'obtenirdes imoges d' objetsostrophysigues ovec une meilleure résolutiononguloire Opportunæ unique en d'enregistrer continu des voriotrons ou spectrométriques photométriquesdu Soleil nocturnes, et des ostr.es plusieurs mois duront

Latitude:75' Sud Ciel clair : plusde 85% du temps Couche turbulente d'une trentaine de mètres de hauteur

Absence rayonnement de parositeprovoquépar les ouroreslors des observations

Un projet ambitieux pour la prochainedécennie
bilotéroleentre les ogences Lo stotionConcordioest le fruit d'une colloborotion en (PNM). Depuisle premier hivernoge (IPEV)et îtolienne poloiresfronçoise permonentessituées à I'intérieur du 2005, c'est l'une des trois stotions continentAntoraique.

Les22 Dartenaires
University of Exeter Belgique . Université de Liège . AMOS, Liège Allemagne . MPIA"Heidelberg . AstroplrysikalischesInstitut Potsdam . DLR, Berlin

Australie . University New SouthWales, of
France . CNRS (coordinator), Nice . lnstitut Paul EmileVictorl Brest . Observatoire de Paris . 6g1r Saclay . SESO,Aix en Provence . ThalesAlenia Space,Toulouse . SHAKTIWARE, Marseille

Portugal . Centro deAstrofisica Universidade do da
Espagne . Universidad de Granada . CSIC, Barcelona . lnstituto de Astrofisica de Canarias, La laguna

pour par la CommissionEuropéenne Financé une période de 4 annéesà compter de 2006, ARENA est un consortium européen et australien de 22 partenaires rassemblant polaires, instituts de rechercheet agences Le entreprisesindustrielles. Laboratoire H. d'astrophysique Fizeaudu CNRS,à assurela I'Universitéde Nice SophiaAntipolis, Son principal coordination de ce réseau. objectif est d'élaborer un programme d'un ambitieuxde développement observatoireastronomiqueinternational comPrenant: . La caractérisation du Dôme C Pour I'astronomie et la diffusiondes donnéesde qualification site par lnterneq du . Uidentification des programmes clés des en astrophysique qui bénéficieraient conditionsoptimalesdu site en synergieavec les autres grands observatôires au sol et les missionsspatiales, . La caractérisation et les études préliminaires de grandsinstrumentssoumis aux contraintesd'un environnement polaire âpre et fragile.

}} ô
z
I

? : =
i

,8 0
Y

.6
I

=
E

!

o

5
z
f I

k A

i
t

f"e Dôme C pwr répdre ri des guestions æûrqptryrunryes fonfuffientsbl
Percerles secretsde Ia formotion de I'Univers
La plus ancienne lumière observable de I'Univers, émise quelgue 380 000 ans après le Big Bang est le Rayonnement de Fond Cosmologique ou CMB (CosmrcMicrowoveBockground). Elle constitue I'empreinte dg I'Univers primordial et contient des déails (inhomogénéités,polarisation) utiles à la description de sa formation et de son évolution. Grâce à la transparence unique et à la stabilité de I'atmosphère du Dôme C, les instruments BRAIN, COCHISE etAST vont rendre possible une analysetrès fine de ce rayonnement,répondant ainsi à deux problématiques majeures de la cosmologie contemporaine: Ljinflation : durant les premières fractions de seconde de son existence, I'Univers s'est étendu de façon Les cosmologistes cherchent à détecter I'empreinte de ces instants dans les fluctuations infimes

Fluataionsdu Cl{iB lénergie noire : desmesunes récentes montrentque I'expansion I'Univers en accélération, poussée de << r> est
par une énergie opposée à la gravité. Pour connaître l'évolution de cette énergie au cours du temps, les cosmologistes étudient les effets produits sur le CMB par les amas de galaxiesqui se sont formés à différentes époques.

Comprendre lo formation des étoiles et des goloxies
Au Dôme C, I'accès à de nouvelles fenêtres spectrales d'obsenration dans I'infrarouge et les ondes submillimétriques âcilite l'étude des premiers stades de la vie des étoiles, encore cachéesdans les nuagesde gaz et de poussièresqui leur ont donné naissance. observant des objets très jeunes au sein de galaxiesde En plus en plus lointaines,I'objectif est de retracer et de comprendre I'histoire cosmique de la formation stellaire dans I'Univers. Les principales cibles astrophysiquesde futurs grands télescopes,tels PILOT ou AST sont : Les prrotoétoiles et les nuages géants de la Yoie Lactée : les astronomes souhaitent analyser la distribution à grande échelle de la masseainsi que les propriétés de ces obiets afin de déterminer les conditions qui président à I'effondrement d'un nuagede gaz et de poussièressous I'effet de la gravité. Les Nuages de Magellan : nos galaxiessatellites permettent d'examiner en détail le processus et I'histoire de la formation stellaire dans un milieu de propriétés chimiques différentes de notreVoie lactée. Ces galaxies sont observablesdans des conditions optimales depuis le Dôme C. Les galaxies ultra-lumineusês : ces galaxiestrès loinaines, situées entre 9 et I I milliards d'années-lumière de notre système solaire,émettent I'essentielde leur énergie dans I'infrarouge.Elucider I'origine de ce bruit de fond cosmique infrarouge (CIRB) permettrait de comprendre les mécanismesde formation des étoiles et des galo<iesdans I'Univers jeune.

Formotion stelloire (ici,dans GrundNuoç de Mogellan) le

Sonder I'intérîeur et l'otmosphère du Soleil et des outnesétoiles
Situé à des latitudes subpolaires,le Dôme C est idéalement situé pour réaliser des mesures de grande précision sur le Soleil et des astres nocturnes,durant des périodes ininterrompuesde plusieurssemaines de plusieurs ou mois. lJenieu est de mieux appréhender les mécanismes I'origine de l'énergie produite par une étoile, leur à évolution dans le temps et comm€nt la lumière, l'énergie et la matière sont reietées dans la chromosphère, la couronne et l'environnement circumstellaire. Le Soleil : notre étoile constitue un remarquable laboratoire pour tester les modèles décrivant le fonctionnement Ë A des étoiles. Les mécanismesde chauftagede la chromosphère solaire et de la bassecouronne, ainsi que les mesures I directes des structures magnétiques,sont autant d'objectifs scientifiques visés par des instruments adaptés É f o I (ADSllC) opérant sous un ciel extrêmement stable et clair - dit < coronal > - fréquent au Dôme C. Vie et évolution des étoiles : pour décrire l'évolution des étoiles et étudier les sources d'énergie interne, les â astronomes doivent en sonder I'intérieur. Dans ce but, ils utilisent une technique comparable à Ia sismologie pour z mesurer les modes de pulsation des étoiles. â Mort des étoiles : le strde ultime de la vie d'une étoile se caractérise par une gigantesqueperte de massesous I forme de gaz et de poussières.Ces germes de futurs systèmes planétairessont plus facilement observables dans o U I'infrarouge et les ondes submillimétriques.C'est un des objectifs des instruments lRAlï PILOT etAST.
I

Solell,adivité et couronnesoloires

I

I

Découvrtrde nouveaux mondeset des tuces Possiôres vie extruten€sr€ de
hors de notre système solairea renouvelé question origines laVie. la des de Ladécouverte récentede planètes planétaires d'uneétoile et sescompagnons est La compréhension liensexistantentre lescaractéristiques des de contemporaine. sabilité unique la transparence I'atmosphère La et de un desenjeuxmajeurs I'astroptrysique planétaires grâceà une large de systèmes extrasolaires du Dôme C promettentdes découvertes nouveaux (A gammed'instruments, allant des petits télescopes STEBICE-T) aux grandsréseauxinterférométriques (KEOPS). une variété Recenser les planètes extrasolair.eset sonder leur atmosphèr.e l c'esten identifiant grandè (taille, planétaires en lescaractérisant et masse, rayonorbital et période, composition chimique de de systèmes pourront expliquerla formationdes systèmes planéairesau sein des que les astronomes leur atmosphèrQ nuages poussières. de du une image d'uneplanète comparable Les exo-Terres : un desenjeuxdesinstruments futur serade réaliser d'y chimiques marqueurs d'éventuelles tracesde vie. à la nôtre et d'être capable détecterdescomposés

é
z
I

,

E

E
I

sl

d

&oplonèts (we d'ortiste)

Ê È' Ë *
t U

ER] Sq
t d n : d i = F.r 0

i + i + o 5 o

f f ô ô ô

{ r Ë !Ë ?ô t q =.
E É o' 5 îr i p

q.- -x ;' r' i 'o6 x b !' #B o
o-c
P -

rD

t

 d5: "À Y
= ^ = É' É'Lw D ( D = !
+6'+ o

\

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful